Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Grand Tour revisité

 | 
Gilles Bertrand

Deuxième partie. L'Italie réinventée

Chapitre 6. L’image nouvelle de la Lombardie

Texte intégral

1Avec les événements de la Révolution commence à se tourner la page des voyages qu’accomplissaient des représentants de la noblesse et des élites cultivées soucieuses de consigner le fruit de leur expérience dans des journaux remplis de notes ou confiant quelquefois ce soin à leur précepteur. Les prémisses d’une autre façon de voyager se décèlent, qui déboucheront bientôt sur le tourisme et sur la culture des loisirs, marqués par la réduction des temps de séjour et l’usage de guides diffusés auprès d’un large public. Entre la fin des années 1780 et les années 1850-1860 se dessine une période qui nous conduit bien au-delà de la fin du Premier Empire. De manière exceptionnelle par rapport au reste de la présente étude, nous embrassons dans ce chapitre ainsi que dans celui qui suivra une longue durée séculaire, en vue de mieux mesurer les mutations intervenues à la fin du xviiie et au début du siècle suivant. Au cours de ces décennies, Rome, Naples et les campagnes qui les entourent restent au cœur des attentes de ceux qui se rendent en Italie. L’intérêt vis-à-vis de la Toscane devient manifeste. La Lombardie se met pourtant elle aussi à jouir dans les journaux, mémoires et correspondances de voyageurs transalpins d’une faveur que n’annonçaient pas les récits du xviie et des trois premiers quarts du xviiie siècle. Étape jugée de plus en plus nécessaire avant de se rendre vers le reste de la péninsule, elle fait l’objet d’un discours spécifique, unissant d’anciennes façons de voir à des motifs d’intérêt jusque-là inédits. Les voyageurs venus de France y ont désormais vraiment l’impression d’entrer en Italie tandis que s’organise, à la faveur des événements militaires et du Risorgimento, un nouvel espace politique et intellectuel. L’image traditionnelle de sa nature fertile, sorte de paradis terrestre sur lequel plane à peine l’ombre d’une misère qui certes se rencontre en beaucoup d’autres endroits, alimente avec une vigueur précédemment inconnue des rêveries littéraires où se mêlent l’émoi devant la beauté des sites et le constat de la modernité, où se croisent l’esprit du Nord et celui du Sud, où d’aucuns croient lire une rencontre parfaite entre l’Orient et l’Occident.

Une région qui arrête de plus en plus le regard

2La vision que les Français ont eue des différentes régions de l’Italie à la fin du xviiie siècle et dans la première moitié du xixe siècle est bien sûr en partie conditionnée par un bagage d’idées et de préjugés culturels remontant aux siècles antérieurs. La Lombardie étonnait depuis longtemps les voyageurs par la richesse de son terroir et de ses activités commerçantes, mais à un moment où comptaient avant tout les villes et leur patrimoine monumental, une majorité de Français la négligeaient en raison de sa moindre richesse en œuvres d’art par rapport au reste de la péninsule. Les artistes ou les prêtres qui se rendaient à Rome la parcouraient au pas de charge, quand ils ne l’évitaient pas totalement. Cette position subalterne de la Lombardie perdura jusque dans les années 1780. Au terme d’un tour l’ayant mené de Gênes à Florence, à Rome, à Naples et à Venise, Bergeret de Grancourt ne jugea pas utile de la traverser à l’été 1774 et, de Venise, il décida de gagner directement Vienne :

  • 1 Extrait du journal daté du 30 juillet 1774, dans Bergeret et Fragonard. Journal inédit d’un voyage (...)

Après avoir parcourû la plus grande partie d’Italie et m’être fait rendre compte par gens qui n’ignorent aucune ville de ce que j’aurois à y voir, j’en ai conclu qu’il y avoit beaucoup de murailles et que les villes se ressemblent presque toutes ; que les curiosités y sont rares et que pour un tableau souvent en mauvais ordre, on a fait beaucoup de chemin cher et inutile1.

  • 2 Dans sa lettre envoyée le 24 février 1781 à son neveu à Venise, le libraire aixois David rappelle (...)
  • 3 « Arrive, conseille-t-il de Livourne à son ami Aymon de Virieu qui doit le rejoindre, arrive, mais (...)

3Émeric contourna également cette possession des Habsbourg en 1781, se contentant d’emprunter l’axe Venise Bologne Parme Plaisance Voghera Gênes : il est vrai qu’il devait rentrer de toute urgence à Aix-en-Provence compte tenu de l’état de santé de sa mère, mais cela ne l’avait pas empêché d’effectuer à partir de Rome le crochet prévu par Venise2. Napoléon lui-même finit dans les dernières années de l’Empire par préférer Rome à Milan et Lamartine s’inscrit dans cette tradition du regard en accordant une place infiniment plus grande à la Toscane et surtout à Rome et à Naples dès son premier voyage en Italie accompli en 18113.

  • 4 Ainsi lit-on dans Rome, Naples et Florence en 1817 : « Je trouve Florence en arrière de la Lombard (...)
  • 5 C’est par exemple l’avis de Van Dedem, ancien ministre plénipotentaire à Florence en 1801 puis pre (...)
  • 6 Cf. L. Tomassini, « Itinerari e viaggiatori. Verso una nuova percezione della Toscana nel secondo (...)

4Le cours des événements à partir des années 1790 et certaines mutations du goût ont pourtant contribué à changer cette image. Préparés depuis la fin des années 1750 par les Lumières lombardes, les épisodes militaires et politiques qui se sont succédés entre l’arrivée des troupes du Directoire à Milan le 14 mai 1796, l’explosion de 1848 et la fin de la domination autrichienne en 1860 ont conféré un prestige nouveau à Milan, devenue pour l’Italie une référence tout à la fois politique, économique et intellectuelle. Le rayonnement de la ville a d’autant plus rejailli sur le territoire qui l’entourait qu’il a pu se combiner à l’époque romantique avec le goût des voyageurs pour les paysages naturels. Florence et la Toscane furent moins célébrées par Stendhal que les plaines, les femmes et le mouvement des esprits en Lombardie4. En attendant de devenir à son tour un objet de fascination, surtout en raison de sa nature, la Toscane offre aux yeux des Français et des francophiles autour de 1808, peu après son incorporation à l’Empire, un tableau assez triste par rapport à celui de l’heureuse Lombardie5. Ce n’est que dans les décennies suivantes que les collines de Sienne ou d’Arezzo, encore faiblement attractives à la fin du xviiie siècle, acquièrent le statut dont elles jouissent aujourd’hui et qu’illustre au cours du xixe siècle la place croissante occupée par la campagne toscane dans les guides d’Italie6.

  • 7 Décrivant la route entre Turin et Gênes par Alexandrie, le Grenoblois d’Herculais s’exclame le 26 (...)
  • 8 Ainsi que le remarque J.-D. Urbain, le touriste d’avant 1850 est encore largement un voyageur. De (...)

5Les limites de la Lombardie n’ont pas à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle la clarté qui nous est devenue coutumière : certains contemporains désignent alors sous ce terme l’ensemble de la plaine padane7. Pour les Français qui franchissent le col du Simplon ou du Saint-Gothard, et même pour ceux qui viennent de traverser le Piémont après avoir passé le Mont-Cenis, elle fait cependant figure de région située aux portes de la France et de la Suisse, au seuil de l’Italie. Le nombre de ceux qui la visitent ou y séjournent ne cesse de croître au cours de cette période, autant à l’aller qu’au retour d’un voyage dans la péninsule. Or, l’oubli dans lequel a été tenu ce phénomène invite à procéder à un rééquilibrage de la vision que les voyageurs ont eue des différentes réalités géographiques de l’Italie. Sans pour autant sous-évaluer la place que continuèrent d’occuper les villes de Rome, Naples, Venise ou Florence, il convient de décrire l’état d’esprit dans lequel se réalisa la rencontre entre les voyageurs français et la Lombardie, en essayant de comprendre la fonction spécifique de Milan. Nous démarquant des habitudes du touriste qui aujourd’hui encore considère rarement la Lombardie comme un but essentiel de son voyage, nous devons nous demander ce que pensaient les voyageurs français de la fin du xviiie siècle et de la première moitié du xixe siècle. La Lombardie parvenait-elle à accrocher leur attention ? Ceux qui la traversaient n’étaient-ils que de simples voyageurs pressés ou avaient-ils le désir de s’y arrêter ? De l’administrateur au militaire en garnison, de l’écrivain conversant avec des amis dans les palais aristocratiques milanais ou sur les lacs à l’occasion de la villégiature, jusqu’au curieux ne s’intéressant pas aux affaires locales et qui dès cette époque du Risorgimento devient touriste – au sens où Stendhal emploie le terme en 1838, année de la parution des Mémoires d’un touriste8 –, de nouvelles expériences se mettent en place. Elles rompent avec les équipées des précepteurs, gens de science et parlementaires de l’époque des Lumières, partis pour un itinéraire de plusieurs mois en se munissant comme Montesquieu en 1728-1729 et de Brosses en 1739-1740 du Nouveau Voyage d’Italie de Misson. Nous sommes encore loin du tourisme de masse, mais un tournant a lieu, qu’il nous faut examiner avec soin.

  • 9 Le regard des militaires sur la Lombardie, exprimé dans des mémoires ou journaux de marche souvent (...)

6Lorsqu’on évoque la Lombardie et les Français qui ont écrit sur elle à la fin du xviiie siècle et au début du siècle suivant, le nom d’Henry Beyle constitue un point de référence incontournable. Le regard de Stendhal mérite toutefois d’être inscrit dans un contexte plus large et pour cela nous recourrons au témoignage d’une quarantaine de voyageurs ayant de Lalande à Taine rendu compte de leur expérience dans des textes le plus souvent publié de leur vivant9. Délaissant encore une fois la spécificité littéraire de ces récits et les traitant comme des documents historiques, nous nous en servirons pour tenter de reconstituer une intimité collective apte à nous faire comprendre l’imaginaire des voyageurs de l’époque où ils furent rédigés. Ces textes sont un réceptacle et un creuset où sont repris et réélaborés les mythes, les stéréotypes et les modèles véhiculés par la tradition du Grand Tour. Sous la plume de Stendhal et de quelques-uns de ses contemporains pointent également une série de nouveaux modèles, ayant permis la constitution d’une « réserve » d’images pour les générations suivantes.

  • 10 Voir introduction générale, note 19.

7Sur la lancée du Guide du voyageur en Italie de Martyn (1791 pour la version française) et du Guide du voyageur en Europe de Reichard (1793), puis des itinéraires de l’époque napoléonienne réédités jusqu’aux années 1850 par N. Pagni, les frères Vallardi ou H. Langlois, d’autres guides en langue française voient le jour dans les années 1820 à Paris ou Milan. C’est le cas du Manuel du voyageur en Italie de J.-P. Giegler en 1818, de la nouvelle forme donnée aux lettres de Mariana Starke, du guide Richard en 1826 (en fait écrit par Jean-Marie-Vincent Audin en réutilisant les textes de Giegler et de M. Starke), enfin du guide Artaria de 1829, repris de Richard et qui connut onze réimpressions jusqu’en 1857. Les récits de voyages écrits et lus par les élites sur le modèle de ceux du xviie et du xviiie siècle n’ont cependant pas encore été effacés par les guides de plus large diffusion qu’imposeront les maisons Murray, Hachette (Guides-Joanne) et Baedeker dans la seconde moitié du xixe siècle10. En cette phase intermédiaire des années 1820-1850, les guides et manuels dotés de chapitres portant les noms des villes traitées marquèrent sans doute les voyageurs en raison de leur développement, mais ils étaient peu novateurs et ne jouèrent qu’un rôle marginal du point de vue de l’évolution des idées. Le Baedeker sur l’Italie, dont s’inspirèrent plus tard autant le guide Joanne et le guide Bleu que les guides du Touring Club Italiano, fut en outre traduit en français seulement au début des années 1860 : son influence sur les voyageurs français est postérieure à l’Unité. Au lendemain des campagnes de Bonaparte en Italie (1796-1797 et 1800) doivent d’abord retenir notre attention des ouvrages de nature artistique et littéraire, s’accordant avec le goût de l’époque romantique pour les voyages sentimentaux et surtout pour les voyages pittoresques.

  • 11 Pour les ouvrages de L. Damin et d’A. Hus, voir la bibliographie de l’époque révolutionnaire et im (...)
  • 12 Parmi les collections de vues parues en français au cours des années 1789-1812 et que signale A. M (...)
  • 13 Le détail de ces titres figure dans le tableau ci-dessous. L’intérêt pour les Alpes est au même mo (...)
  • 14 Il va de soi que les voyageurs de l’époque ne se contentaient pas de lire les ouvrages récemment p (...)

8À la première veine se rattachent les nombreuses rééditions des Lettres sur l’Italie de Dupaty à partir de 1791 (qui certes ne parlent pas de la Lombardie), le Voyage aux îles Borromées de Louis Damin en 1800 et les Tablettes d’un voyageur de Hus en 181011. La seconde veine s’inscrit dans la lignée des Voyages pittoresques en quatre volumes publiés par Saint-Non entre 1781 et 1786 et par Jean Hoüel entre 1782 et 1787 pour le Sud de l’Italie et les îles siciliennes. À cheval entre le guide illustré et le commentaire littéraire, fondés sur le geste d’un artiste désireux de reproduire dans son texte ou par l’intermédiaire de gravures des éléments du paysage, cette catégorie d’ouvrages a connu un développement considérable sous le Consulat et l’Empire. Certains d’entre eux portent sur Rome, d’autres sur l’Italie en général12. Bénéficiant de l’enthousiasme suscité par les montagnes, la Lombardie également constitua avec les Alpes une cible privilégiée des auteurs, en particulier sous la forme de descriptions littéraires (Cambry, Baltard, Ostervald, Bruun-Neergaard)13. Si nous ajoutons à cet ensemble les guides et tableaux statistiques parus au lendemain de la départementalisation du Piémont (1802) et de la création du royaume d’Italie (1805), signes d’une volonté d’inventaire systématique après l’âge d’or des récits de voyage, nous obtenons une palette significative d’ouvrages permettant de restituer l’horizon de lecture des voyageurs de la période révolutionnaire et impériale. Ainsi la liste qui suit mêle-t-elle les descriptions sentimentales, les voyages pittoresques, les statistiques départementales et l’ensemble des récits de voyage publiés en français sur l’Italie du Nord entre le début de la Révolution et la fin de l’Empire (tableau 13)14.

  • 15 Dans le cas où les références des ouvrages cités n’ont pas pu être vérifiées, la source d’où provi (...)

Tableau 13. LISTE DE VOYAGES PITTORESQUES ET DE RÉCITS PORTANT SUR LA LOMBARDIE ET PLUS GÉNÉRALEMENT SUR LES ALPES ET LE NORD DE L’ITALIE, PUBLIÉS EN FRANÇAIS ENTRE 1787 ET 1812 (PAR ORDRE CHRONOLOGIQUE DE PARUTION)15

Tableau 13. LISTE DE VOYAGES PITTORESQUES ET DE RÉCITS PORTANT SUR LA LOMBARDIE ET PLUS GÉNÉRALEMENT SUR LES ALPES ET LE NORD DE L’ITALIE, PUBLIÉS EN FRANÇAIS ENTRE 1787 ET 1812 (PAR ORDRE CHRONOLOGIQUE DE PARUTION)15
  • 16 Pour tous ces titres, se reporter aux sources imprimées en fin de volume.

9Peu de textes cités dans ce tableau relèvent du corpus sur lequel va maintenant s’appuyer notre analyse. Les voyageurs les plus célèbres de la première décennie du siècle ne publièrent en effet leurs impressions sur le Piémont ou la Lombardie qu’à partir des années 1815-1820. C’est alors que parurent successivement les Voyages de Millin en Savoie, en Piémont, à Nice et à Gênes d’une part (1816), dans le Milanais d’autre part (1817), Rome, Naples et Florence en 1817 de Stendhal, les Lettres écrites d’Italie de Lullin de Châteauvieux (1820). Chateaubriand attendit 1827 pour livrer au public ses souvenirs sur la Lombardie, les lettres de Courier ne furent éditées qu’en 1828, trois ans après sa mort, et Custine offrit seulement en 1830 le résultat de ses courses dans deux volumes de Mémoires et voyages16.

  • 17 A. de Forbin, Un mois à Venise, ou recueil de vues pittoresques, Paris, Engelmann, 1825 ; Ouvr. co (...)
  • 18 Cf. Stéphanie de Virieu, dont les dessins du voyage en Italie accompli en 1823-1824 se trouvent au (...)

10Aujourd’hui oubliée, la production parue au cours de la période révolutionnaire et impériale constitue cependant une toile de fond indispensable à la compréhension des œuvres d’écrivains célèbres. C’est à travers ces livres peu connus et parfois difficiles à retrouver dans les bibliothèques qu’arrivèrent à maturité les récits publiés peu de temps après leur retour par les voyageurs cultivés qui se rendirent en Italie à partir des années 1820. Les guides à proprement parler sont presque absents de ce panorama et parfois ils dérivent explicitement de la veine du voyage pittoresque, comme L’indicateur italien de Valery en 1835 ou le Voyage pittoresque de Paul de Musset, le frère d’Alfred, en 1855. De rares récits de voyage reprennent dans leur titre le terme de « pittoresque », comme celui de Forbin et le recueil L’Italie pittoresque publié à Paris en 183717. Le premier souci des voyageurs ayant publié leurs impressions n’étant néanmoins plus de confectionner des guides ou des vade-mecum pour autrui, ils laissent ce soin à des experts et préfèrent, la mode de l’égotisme aidant, proposer à leurs contemporains des journaux de voyage, des mémoires, des lettres, des essais, voire se limiter à des dessins à usage intime18.

11Par l’effet du débordement de notre période d’enquête au-delà de 1815, et bien que seront considérés dans une perspective de comparaison des textes de la seconde moitié du xviiie siècle comme ceux de Lalande et de Cassini, la typologie des auteurs de récits de voyage retenus pour mettre en lumière l’émergence d’une image nouvelle de la Lombardie ne correspond pas tout à fait à celle tracée pour les élites de la période 1750-1815 (cf. supra, chap. 2). Le premier groupe des témoins comprend ici des artistes et des érudits. L’Italie est en général pour eux une source d’inspiration et un espace de connaissance, mais ils font rarement de la Lombardie une étape significative dans leur itinéraire de découverte. Viollet-le-Duc estime que Milan est ennuyeuse et Renan ne s’y rend que pour travailler dans les bibliothèques. Berlioz n’y passe qu’une soirée au retour de Rome, où déjà la villa Médicis était loin de combler tous ses désirs. Il n’a que le temps d’écouter à la Scala L’Élixir d’amour et d’en retirer l’amère impression que la musique n’est pour les Italiens qu’« un air, un duo, un trio, tels quels, bien chantés », mais qu’« hors de là ils n’ont plus que de l’aversion ou de l’indifférence ». Le compositeur ajoute simplement à cette occasion que le peuple italien

  • 19 H. Berlioz, Mémoires comprenant ses voyages en Italie, en Allemagne, en Russie et en Angleterre, P (...)

n’apprécie de la musique que son effet matériel, ne distingue que ses formes extérieures […] Ils [les Italiens] veulent des partitions dont ils puissent du premier coup, sans réflexion, sans attention même, s’assimiler la substance, comme ils feraient d’un plat de macaroni19.

  • 20 E. Quinet, Allemagne et Italie. Philosophie et poésie, Paris et Leipzig, Desforges et O, 1839, t. (...)

12Les écrivains s’intéressent davantage à la vie contemporaine de la Lombardie. La dimension éducative et mondaine du Grand Tour est encore bien vivante pour ce second groupe où se retrouvent d’ailleurs quelques nobles. Tandis que Lamartine l’ignore presque totalement, Flaubert ou Gautier font une place à la Lombardie dans leur voyage en Italie conçu comme un instrument de croissance, une étape décisive dans la formation de l’individu. Les buts du périple cependant se diversifient. Tout en recherchant une image qui gravite autour de leur ego, Balzac et Stendhal se coulent dans la vie sociale locale et prêtent une attention constante au peuple d’Italie et à ses mœurs. Pour d’autres écrivains, la relation avec la Lombardie est conditionnée par des charges politiques ou militaires en Italie, quand bien même ces dernières ne sont pas vécues comme essentielles : Paul-Louis Courier est soldat de Bonaparte et Chateaubriand passe par Milan à l’occasion de ses six voyages en Italie, dont l’un, en 1828-1829, est effectué pour rejoindre son ambassade auprès du Saint-Siège. Plusieurs fonctionnaires du régime napoléonien, de Jacques Cambry à Antoine Arnault, de Musset-Pathay à Creuzé de Lesser et à Auguste-Laurent de Rémusat, écrivent sur la Lombardie en faisant allusion au rôle désormais de premier plan qu’a acquis Milan dans la géographie politique italienne. Des hommes ou femmes de lettres moins officiels observent un peu plus tard les réalités de cette province en y guettant les signes annonciateurs du Ri-sorgimento. Edgar Quinet lit à Mantoue Le mie prigioni de Silvio Pellico et dit avoir admiré « la sainteté de cette âme de martyr »20. Louise Colet est parmi les Français du xixe siècle de ceux qui manifestent la curiosité la plus vive à l’égard des choses, des événements et des hommes du Risorgimento, qu’elle saisit au moment où la Lombardie devient partie intégrante du nouveau Royaume d’Italie, en 1859-1860. Si elle les accueille souvent, la Lombardie repousse parfois aussi de grands esprits, dont certains de ceux qui en ont dit le plus de bien. Après avoir vécu à Milan de 1814 à 1821, Stendhal tente d’y revenir en 1828 mais il est chassé par les Autrichiens et n’y retournera plus malgré les dix années qu’il passe à Civitavecchia entre 1831 et 1841. Une partie des écrivains qui y séjournent vivent de l’intérieur les luttes d’une Italie en plein mouvement. Ils trouvent en Lombardie un lieu où en dépit de la domination autrichienne s’expriment des haines et des espérances qui sont à la mesure de leurs idéaux.

13À côté de ces témoins engagés, un troisième groupe inclut les hommes de science, les économistes, les agronomes. Ces voyageurs tracent de la Lombardie un cadre pour le moins insolite si nous le comparons à la vision que le tourisme nous a rendue familière. Dans cette catégorie figure encore Cambry, dont le Voyage pittoresque en Suisse et en Italie publié en 1801, treize ans après l’expérience concrète, traduit une sensibilité nouvelle à l’égard de la nature lombarde. Tout en développant une attitude très négative vis-à-vis de la péninsule et de ses habitants, le futur sous-préfet d’Autun Creuzé de Lesser propose dans le Voyage en Italie et en Sicile (1806) une description attentive des paysages de cette région. Tandis que le géologue Faujas la traverse rapidement à l’automne 1805, le médecin et botaniste Villars observe en 1811 certaines de ses plantes et visite les jardins botaniques de Milan et de Pavie. Vient enfin l’agronome genevois Lullin de Châteauvieux, dont le panorama sur la géographie économique de la Lombardie fait écho aux annotations de Young à la fin du xviiie siècle, puis de Sismondi sur la Toscane (1801). Les Lettres écrites d’Italie en 1812 et 1813 par Lullin de Châteauvieux (1820) ne se limitent pas en effet à signaler les canaux visibles du haut du Dôme de Milan. Le voyageur tente d’expliquer les composantes de la richesse lombarde : il décrit les cultures et les systèmes d’irrigation, le fonctionnement des systèmes de propriété. Son approche n’a rien de littéraire ni de pré-touristique, ce qui n’empêche pas de relever au fil des pages le poids d’un regard sentimental ou mythique.

  • 21 V. Boissier, comtesse de Gasparin, Voyage d’une ignorante dans le Midi de la France et l’Italie, P (...)

14Un quatrième groupe est composé de simples voyageurs issus de milieux plutôt favorisés et ne dédaignant pas de se définir eux-mêmes, à l’instar de la comtesse de Gasparin, ignorants21. En bons adeptes des modes de leur temps, ils visitent les lieux où se déroule l’action des Fiancés de Manzoni. Mais la plupart d’entre eux sont restés muets sur leur périple.

15Malgré la diversité de leurs motivations, ces personnages de l’extrême fin du xviiie siècle et de la première moitié du siècle suivant sont tous membres des élites et l’on ne saurait s’étonner si une communauté de thèmes s’imposent à l’attention dans leurs écrits, situés au point de croisement entre les histoires italienne, française et autrichienne. À une première lecture, de type politique et culturel, la Lombardie se présente comme un seuil, une terre de passage, un lieu-charnière entre la France et l’Italie, que le voyageur découvre sans jamais tout à fait perdre de vue la France. Le spectacle des lacs alpins déclenche assurément un sentiment d’extase, indice du bonheur de se trouver en Italie. Quand le voyageur retourne chez lui après avoir visité le reste de la péninsule, il ne cache pourtant pas sa satisfaction de trouver à Milan, devenue capitale sous Napoléon, une ville quasiment « française ». La seconde approche, de type économique et social, peut être placée sous le signe d’une nature féconde. Un contraste violent oppose la prospérité générale de la campagne et des grandes villes, Milan ou Brescia, et la misère des bourgs et des villages que le voyageur traverse. Ce dernier pénètre en Lombardie avec un sentiment d’euphorie face à la beauté des îles Borromées, puis il se heurte aux odeurs fétides des localités qui bordent le lac. Même si certains voyageurs restent hostiles face à tout ce qui concerne l’Italie, l’enthousiasme finit le plus souvent par avoir le dessus et conduit vers une troisième lecture, de type mythique et littéraire. Celle-ci est le fait de grands écrivains autant que de voyageurs moins inventifs, comme Valérie de Gasparin ou Paul de Musset. La Lombardie offre à chacun d’amples espaces pour l’imagination et le rêve. C’est ici que le lecteur contemporain est le plus dérouté, car l’enthousiasme pour cette région suggère une alternative par rapport aux lieux aujourd’hui encore plus célèbres et reconnus, tels que Venise, Rome, Naples ou la Toscane.

16Ces trois lectures éclairent la façon dont les voyageurs de la première moitié du xixe siècle perçurent et s’inventèrent la Lombardie. En traitant à égalité les textes d’auteurs aussi éloignés les uns des autres que Chateaubriand, Lullin de Châteauvieux, Alphonse Dupré ou Berlioz, nous courons certes le risque d’élimer des aspérités et de forcer des cohérences. Mais il s’agit, en puisant dans le plus large matériau possible, de reconnaître une plate-forme commune de thèmes, d’attentes et d’obsessions. Grâce à celle-ci, nous sommes mieux en mesure de déterminer ce qui sépare les écrits véritablement originaux de ceux qui se contentent de répéter ce que d’autres ont déjà dit, de dire ce que furent les trajets et ce que purent être, sous réserve de vérifications ultérieures, les émotions du plus grand nombre. Encouragée depuis les années 1960 par les travaux d’A. Dupront et, plus récemment, par ceux d’A. Corbin, l’enquête sur les visions collectives est aussi un moyen de mieux mettre en relief les apports de la créativité individuelle.

Un seuil, une région-charnière, une capitale

  • 22 Pour plus de clarté, on peut se reporter aux itinéraires placés supra, chap. 3, fig. 1 à 7.

17La Lombardie fait partie d’un itinéraire qui s’est élaboré au fil des siècles et auquel le Grand Tour a donné une certaine fixité. Jusqu’au milieu du xviiie siècle, le noble et sa suite composée de précepteurs, d’artistes et de domestiques arrivaient souvent en Italie en provenance du monde germanique par le col du Brenner, au cœur du Tyrol. La première grande étape du parcours italien était alors Venise, atteinte après être passé par Trente et par Vérone, puis le voyage se poursuivait vers l’Italie centrale, Naples constituant la pointe méridionale du périple. Ce n’est qu’au retour de Rome que Milan était visitée, avant de regagner la France par le Mont-Cenis. Il en était allé ainsi pour Montaigne en 1580-1581, puis pour Misson en 1687-1688, dont le Voyage d’Italie fut la bible de nombreux voyageurs français pendant les trois premiers quarts du xviiie siècle22. Dans le schéma proposé par le Voyage de Lalande en 1769, ensuite par le Manuel de Cassini en 1778, la situation s’est modifiée. S’inspirant de pratiques devenues dominantes et qu’illustrèrent successivement Cochin en 1749, Madame du Boccage en 1757, Grosley en 1758, l’abbé Richard en 1762 et l’abbé Coyer en 1763, les astronomes Lalande et Cassini proposent de se rendre en Italie par les Alpes occidentales. Il s’agit alors soit d’emprunter le Mont-Cenis avant d’atteindre Turin et Milan, soit de passer par le Simplon ou le Saint-Gothard, c’est-à-dire par la Suisse, avant de longer les rives du lac Majeur et de rejoindre Milan. Sauf dans le cas – il est vrai assez fréquent – où les voyageurs gagnent la Toscane et Rome par bateau après avoir navigué entre Marseille et Gênes, comme de Brosses en 1739 et Duclos en 1766, c’est donc en Lombardie que les Français ont leur premier impact avec l’Italie, ou à tout le moins se sentent arrivés dans ce pays.

  • 23 Cf. supra, chap. 5.
  • 24 Ce fragment du journal de 1803-1804, cité plus complètement au chap. précédent, fut publié pour la (...)

18Il est vrai que le Mont-Cenis fait d’abord arriver en Piémont et que ce chemin est plus emprunté que le transit par la Suisse, du moins avant la construction de la route du Simplon au début du xixe siècle. Mais pour beaucoup de voyageurs, dont Lalande, Turin et le Piémont ne sont pas vraiment l’Italie23. Chateaubriand résume bien cet état d’esprit lorsqu’il raconte dans son journal qu’il s’attendait au Mont-Cenis, « je ne sais pourquoi, à découvrir les plaines de l’Italie », mais fut déçu en n’y voyant « qu’un gouffre noir et profond, qu’un chaos de torrents et de précipices »24. Dans la seconde lettre à Joubert, nous discernons que si un émoi italien a lieu, c’est seulement de façon progressive, en Lombardie :

  • 25 Chateaubriand, « À M. Joubert. Lettre deuxième. Milan, lundi matin 21 juin 1803 », dans Voyages en (...)

[…] Vous aurez vu par mon petit journal daté de Turin, que je n’avois pas été très frappé de la première vue. L’effet des environs de Turin est beau, mais ils sentent encore la Gaule ; on peut se croire en Normandie, aux montagnes près. […] Mes jugements se sont rectifiés en traversant la Lombardie : l’effet ne se produit pourtant sur le voyageur qu’à la longue. Vous voyez d’abord un pays fort riche dans l’ensemble, et vous dites : « C’est bien » ; mais, quand vous venez à détailler les objets, l’enchantement arrive25.

  • 26 Ces voyages sont notamment relatés par les lettres du comte de Rémusat à son épouse (Mémoires de M (...)

19Après s’être arrêtés à Milan, les Français se dirigent sur Venise et il n’est plus rare, dans la première moitié du xixe siècle, qu’ils repassent par Milan avant de descendre vers Rome ou vers Naples. Entre 1836 et 1839, Balzac séjourne trois fois dans la capitale lombarde pour régler ses affaires et prendre divers contacts. Louise Colet fait de même en 1859-1860. Tous deux habitent Milan et de là se rendent en excursion à Venise. La ville tend à se transformer en un lieu familier, comme Rome l’était pour de multiples étrangers depuis longtemps. C’est à Milan que lors de son voyage au printemps 1805 Napoléon Ier, venu se faire couronner roi d’Italie, découpe et distribue des portions d’Italie, distingue les dignitaires italiens, rayonne de là vers les autres villes du royaume, Crémone, Vérone, Mantoue, Bologne, Modène, Parme, Plaisance et Gênes. Il parcourt à nouveau le royaume à la fin de 1807, et, après un détour à Venise, c’est encore à Milan, devant le Corps législatif, qu’il fait solennellement d’Eugène de Beauharnais l’héritier de la couronne d’Italie26. Étape obligatoire à l’aller comme au retour, Milan devient aussi pour les voyageurs plus communs une ville aux caractéristiques proches de celles de Paris.

  • 27 Les cahiers du capitaine Coignet (1799-1815), Paris, Hachette, 1883, p. 92.
  • 28 J. Cambry, Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, Paris, H.-J. Jansen, an IX (1801), t. 1, p. (...)

20Si elle plaît en tant que voisine du pays d’où vient le voyageur, la Lombardie est également le point à partir duquel se découvre l’Italie. L’émerveillement se donne à lire dans la rue pour le capitaine Jean-Roch Coignet : « Nous fîmes notre entrée dans la belle ville de Milan où tout le peuple formait la haie pour nous voir. Ce peuple est magnifique. La rue qui va à la porte de Rome est tout ce que l’on peut voir de plus beau »27. Pour les gens de lettres, ce sont le lac Majeur et le Dôme de Milan qui offrent à l’attente de l’Italie l’occasion de se concrétiser. En 1801, mais relatant son voyage de 1788, Cambry ne peut retenir son enthousiasme : « On n’imagine pas les saisissements, les battements de cœur que j’éprouvai, quand je me vis aux portes de ce pays sacré, à deux jours de Milan, près des îles Borromées »28. Lorsque Custine, s’apprêtant à descendre vers la Calabre en 1811, à l’âge de 21 ans, entrevoit le lac Majeur au cours de son séjour en Suisse, il est frappé par la lumière, par la qualité de l’air et par des parfums qui à eux seuls résument pour lui la péninsule :

  • 29 A. de Custine, Mémoires et voyages ou lettres écrites à diverses époques pendant des courses en Su (...)

Je n’ai fait qu’entrevoir les sites de l’Italie, et j’en suis ravi. Quel charme j’ai trouvé à la lumière ! Que l’air était doux, que les parfums étaient délicieux ! […] Ah ! mon ami, en Italie, la terre est trop belle pour l’homme ! Sous ce climat la vie n’est qu’une séduction continuelle, et respirer, c’est aimer29.

21De son côté, le Dôme séduit le voyageur parce que depuis sa partie sommitale il aperçoit, par temps clair, l’Italie entière. On sait que l’époque romantique, à commencer par Stendhal, se passionna pour les tours et clochers à partir desquels il était possible de jouir de vues panoramiques. Cambry écrit à propos du spectacle qui se présente à lui du haut du Dôme :

[Il y a] les Alpes qu’on aperçoit dans toute leur longueur ; l’œil s’élève pour en embrasser la hauteur, et la pensée les suit jusqu’à Venise ; les Apennins, comme un nuage, se prolongent vers le Sud-Est. J’ai vu le ciel des Toscans, des Romains ; j’ai vu le ciel de l’Italie.

22Ainsi Cambry ne se contente-t-il pas de distinguer Bergame, Monza, les prairies de Lodi, les rizières du côté de Vigevano, la plaine entre les Alpes et les Apennins. Son regard porte beaucoup plus loin :

  • 30 Cambry, op. cit., t. 2, p. 12-13.

Je saluai le sol qui vit naître Virgile, Tite Live, tourné vers Padoue ; Horace en face de la Pouille ; Varron, le plus savant des Romains, dont un pape barbare anéantit les livres ; et vous Florence qui, dans les temps modernes, reproduisites pour l’Europe la science, les langues, la philosophie, sous l’empire de Cosme et de Laurent de Médicis !30.

23Encore associée chez le préfet du Consulat à la recherche d’une Italie du passé et des antiquités, la Lombardie n’en arrête pas moins le regard et peut bénéficier du statut de terre découverte au début du voyage. Avant même que les conditions politiques aient été bouleversées, un espace se libère à partir des années 1780. La bouffée d’air italienne est ressentie au moment précis où les lacs entrent dans le champ de vision du voyageur.

  • 31 D’Herculais, Journal…, manuscrit cité, fasc. 9 [p. 12 non numérotée].
  • 32 Abbé Anot, F. Malfillatre, Les Deux voyageurs ou Lettres sur la Belgique, la Hollande, l’Allemagne (...)

24Il faut certes redire que pour ceux qui arrivent en Italie par Turin puis par Gênes, ou directement par Gênes ou Livourne en bateau, ce sont longtemps la capitale ligure et la campagne toscane qui font figure de terre promise. D’Herculais décrit la route entre Pise et Florence au début des années 1780 en des termes très proches de ceux qui seront bientôt adoptés par d’autres voyageurs à la vue de la plaine lombarde : « on traverse jusqu’à Empoli un pays qui a l’air de la terre promise ; au mois de juin surtout lorsque les vignes grimpant librement aux arbres sont feuillées le voyage doit etre délicieux »31. Nous savons que l’émoi italien, pour le meilleur comme pour le pire, se manifestait dans la seconde moitié du xviiie siècle davantage sur les côtes de Ligurie qu’en Piémont ou en Lombardie. Le passage par le Mont-Cenis ne favorisait pas jusque-là l’effet de surprise et la découverte d’une terre différente. La situation change avec les cols du Simplon ou du Saint-Gothard. En les empruntant de plus en plus au début du xixe siècle, les Français ont un impact immédiat et sensible avec une Italie qui s’offre à eux sous les aspects de la Lombardie. En outre l’expérience de l’émigration a modifié les conditions du regard. Ainsi Anot et Malfillatre valorisent-ils au cours des années 1790 la Lombardie au détriment de l’Apennin toscan et de ses oliviers, seul le bassin de Florence trouvant grâce à leurs yeux32.

  • 33 Lamartine, lettre à Aymon de Virieu, non datée [été 1811], dans Correspondance…, cit., p. 175.

25Devenu haut lieu symbolique, caisse de résonance de l’histoire de l’Italie et point de conjonction entre le monde germanique et le monde méditerranéen, le Dôme de Milan n’est pas le seul motif d’intérêt des Français dans la ville qu’ils découvrent au débouché des Alpes. Les événements de la période napoléonienne ont transformé celle-ci en une capitale de la République cisalpine, puis italienne, enfin en 1805 en la capitale du Royaume d’Italie, jouant un rôle moteur sur le plan politique mais également au niveau intellectuel et culturel. Les voyageurs ne doutent pas de l’utilité que revêt en ce sens la présence militaire française. Leur patriotisme ne se lasse pas d’évoquer les lieux voisins de Milan où les Français ont à un moment ou un autre été victorieux, de Marignan à Rivoli, de Lodi à Mantoue. Lamartine célèbre le soldat venu de l’autre côté des Alpes et l’embrasserait volontiers à chaque fois qu’il en trouve un sur sa route : « Je parle à tous nos soldats que je rencontre : ils sont plus aimables qu’un seigneur italien »33. D’autres voyageurs vantent jusqu’à l’amour que les Italiens leur portent. Chateaubriand, à l’instar de Stendhal et de Louise Colet, loue la rencontre entre la grandeur italienne et la renaissance française :

  • 34 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, livre XIV, chap. 7, Paris, 1951 (Pléiade, 1), p. 498.

A mon passage à Milan, écrit-il dans les Mémoires d’outre-tombe à propos du voyage de 1803, un grand peuple réveillé ouvrait un moment les yeux. L’Italie sortait de son sommeil, et se souvenait de son génie comme d’un rêve divin utile à notre propre renaissance, elle apportait dans la mesquinerie de notre pauvreté la grandeur de la nature transalpine, nourrie qu’elle était, cette Ausonie, aux chefs-d’œuvre des arts et dans les hautes réminiscences d’une patrie fameuse34.

  • 35 Ibid., livre XXX, chap. 2, t. 2, p. 227.

26Évoquant son passage un quart de siècle plus tard, en 1828, il note à quel point la domination autrichienne a en revanche détruit les Italiens : « À Milan, en moins d’un quart d’heure, j’ai compté dix-sept bossus passant sous la fenêtre de mon auberge. La schlague allemande a déformé la jeune Italie »35. La haine affichée par de nombreux Français contre les soldats autrichiens va de pair avec un refus obstiné de reconnaître le moindre aspect positif à l’administration viennoise. C’est la conséquence d’une situation conflictuelle, en même temps que le pendant de l’idée selon laquelle, grâce aux Français, Milan est parvenue à devenir la capitale d’un pays renaissant, l’autre face – italienne – de Paris.

  • 36 Cf. infra, chap. 7.

27Tout comme Paris, la ville est un lieu de mondanité, résolument actuelle dans l’esprit de Balzac par opposition à la maladie de langueur dont souffre par exemple Venise36. L’esprit n’y est pas celui, ironique, des salons parisiens, dont Stendhal appréciait précisément qu’il n’ait pas traversé les Alpes. Il est vrai que, sous le Premier Empire, les jugements ont été mitigés. En 1805, le comte de Rémusat déplorait chez les Milanais

  • 37 Mémoires de Madame de Rémusat, op. cit., t. 2, p. 139.

leur ignorance de tous les agréments de la société, ce manque absolu des jouissances de la vie de famille, les maris étrangers à leurs femmes laissant un cavaliere servante les soigner ; la tristesse des spectacles ; l’obscurité des salles […]37.

  • 38 Lamartine, lettre à Aymon de Virieu, non datée [été 1811], dans Correspondance…, cit., p. 175.
  • 39 Sur le dynamisme intellectuel milanais à cette époque, cf. M. Berengo, Intellettuali e librai nell (...)

28Quelques années plus tard, Lamartine reprochait aux hommes déambulant sur le Cours Oriental d’être « maussades et taciturnes », et de manière générale il estimait qu’il n’avait rencontré entre Turin et Bologne « aucune politesse, aucune prévenance, personne qui réponde aux vôtres »38. La vie culturelle milanaise est néanmoins perçue par beaucoup de Français, avant autant qu’après 1815, comme de haut niveau. Tandis que les Autrichiens sous la Restauration sont a priori accusés de vouloir étouffer son dynamisme intellectuel, un espace de haute activité culturelle s’y dessine39. Hommes de lettres, savants et érudits y affluent sans avoir le projet de la visiter, mais pour des raisons de travail, d’ambition ou de contacts, analogues à celles qui les font aller à Paris.

  • 40 Lettre de Florence, 17 fév. 1808, à M. d’Agincourt.
  • 41 Lettre de Milan, 12 oct. 1809, à M. et Mme Thomassin, à Strasbourg.
  • 42 Lettre de Milan, 13 mai 1845, à E. Chevallier, dans Flaubert, Correspondance, Paris, 1973 (Pléiade (...)
  • 43 Lettre du 15 juin 1850, dans Correspondance, 1841-1871, Paris, Calmann-Lévy, 1926, t. 1.

29Nous avons vu que Balzac s’y rendait pour régler des affaires personnelles à la fin des années 1830. Bien avant lui, en février 1808, Courier perdit « tristement huit jours » dans la capitale lombarde « à faire des visites et des révérences »40 et passa le reste de son temps à lire des textes grecs à la Bibliothèque Ambrosienne. Rome avait beau être à ses yeux « la première ville au monde », c’est à Milan qu’après d’infructueuses tentatives à Rome et à Paris il espéra faire imprimer son Xénophon. Il y séjourna un mois entier en février 1809 chez son ami l’éditeur Lamberti, et retrouva la ville à l’automne de la même année, au retour d’Allemagne. Certes il s’apprêtait alors à séjourner beaucoup plus longuement à Florence, à Rome et à Naples, ce qu’il fit de novembre 1809 à juillet 1812, mais Milan restait le siège du pouvoir politique, ville de passage et étape obligée au sein d’une géographie élargie : « Vous appelez cela courir, écrit-il de Milan aux époux Thomassin, mais au vrai je ne sors pas de chez moi. Ma demeure s’étend de Naples à Paris »41. Entre autres choses Stendhal découvre à Brera les histoires de la Renaissance. Flaubert, dont la cité de prédilection en Italie est Gênes, reste peu de temps à Milan. Il se rend pourtant à son tour à la Bibliothèque Ambrosienne, assurément plus en touriste qu’en érudit, et confie à son ami Ernest Chevalier qu’il y a vu des lettres de Lucrezia Borgia42. Renan, lors de son premier voyage dans la péninsule en 1849-1850, ne s’intéresse qu’à deux manuscrits, l’un à l’Ambrosienne, l’autre à Brera, lesquels complètent sa recherche des sources sur l’histoire religieuse dans les diverses bibliothèques italiennes43. Mais de nombreux autres voyageurs trouvent dans la ville de saint Ambroise matière à discussion ou à divertissement.

  • 44 Cette expression, à vrai dire peu originale, est de François Eyrard, dans le manuscrit édité par W (...)
  • 45 Lamartine, lettre à Aymon de Virieu, non datée [été 1811], dans Correspondance…, cit., p. 175.
  • 46 Sur les monuments de Milan capitale, cf. infra, chap. 8.

30À côté de « l’immense et magnifique théâtre de la Scala », que Lamartine n’est évidemment pas le seul à célébrer, figurent les galeries et les églises. Presque préféré à Vinci, Bernardino Luini (v. 1480-1532), peintre aujourd’hui relativement oublié, suscite dans la première moitié du xixe siècle un véritable culte et conduit le voyageur non seulement à Milan mais également à Saronno, à trente kilomètres au nord-ouest. Le Dôme, qualifié par la tradition catholique de « plus belle église d’Italie après celle de Saint-Pierre »44, vaut selon Lamartine en 1811 « huit jours d’admiration » et couronne un ensemble d’autres « beaux morceaux enfouis dans de petites rues, des édifices superbes sans point de vue pour les admirer »45. Certains se lamentent du fait que l’arc de la Paix représente des scènes de batailles gagnées par les Autrichiens, mais la ville possède aussi une série de monuments qui paraissent dignes d’une capitale46.

  • 47 Stendhal, Rome, Naples et Florence (1826), dans Voyages en Italie, éd. V. Del Litto, Paris, 1973, (...)
  • 48 Cette vision plus favorable sur les Lombards que sur les autres peuples de la péninsule se retrouv (...)

31Tandis qu’au même moment Venise commence d’être associée à l’idée de deuil, le contraste s’accroît entre la capitale vivante et les autres villes italiennes, déchues à l’instar de Venise ou qui ne sont devenues comme Florence « qu’un musée plein d’étrangers »47. Ville du présent, active et vitale, Milan ne contient pas seulement les forces de l’amour et du plaisir, qui de Balzac nous reconduisent à Stendhal. Elle détient également celles de l’économie et représente une civilisation qui tourne résolument le dos à l’Italie antique. Cette modernité justifie un rejet de la part de ceux qui, n’ayant cure de l’Italie moderne où habitent les vivants, recherchent comme Lamartine avant tout les émotions liées au passé de la péninsule. Elle explique, inversement, la fascination de certains voyageurs et permet de comprendre pourquoi, de tous les peuples italiens décrits par les récits et les guides de voyage, les Milanais sont quasiment les seuls à échapper à un jugement négatif48.

Une nature féconde

  • 49 Presque tous les voyageurs du xviiie siècle évoquent le bassin du Pô comme étant fertile en blé, e (...)
  • 50 Ces commentaires sont faits par de Brosses tant à propos de la route de Gênes à Milan que de celle (...)

32La campagne lombarde, que Lullin de Châteauvieux décrit avec grande précision en 1812 et 1813, est depuis longtemps considérée par les voyageurs qui la traversent comme le lieu le plus riche non seulement de l’Italie mais également de l’Europe, voire de la terre entière. Lorsque Lullin annonce que « toute la plaine est un terreau noir, d’une grande fertilité », il ne porte assurément pas sur elle un regard original49. Peu loquace sur les paysages lombards, de Brosses en avait cependant loué la richesse, la fécondité et la beauté, s’émerveillant des arbres d’un « beau vert », de l’ordonnancement des canaux et de la qualité des routes50. Fidèle au topos de la campagne fertile et cultivée, le conseiller au présidial d’Angers Jean-André Pocquet de Livonnière, fils de Claude, note pareillement vers 1760 :

  • 51 J.-A. Pocquet de Livonnière, Voyage d’Angers à Rome par Mr Pocquet de Livonnière, du fameux Claude (...)

La Route du Milanais est magnifique et charmante, la campagne est remplie de citronniers, d’orangers, de jassemins ; la fertilité rend la campagne gracieuse à voir par la diversité de ses productions, tant en vins, bleds que fruits de toutes especes d’un goust admirable. C’est une espece de paradis terrestre pour les voyageurs. Les paisans y sont propres, bien faits, les païsannes sont grandes, et belles, habillées de soye en corcet. Les villages y sont plus ornés qu’en France, il n’y a que les auberges, ou hostelleries, qui soient desagreables […]51.

33Malgré son caractère convenu, une telle attention n’en est pas moins symptomatique dans un journal qui se contente d’évoquer pour le reste de l’Italie les monuments anciens, les églises, les palais et quelques œuvres d’art.

  • 52 Lalande, Voyage en Italie contenant…, Genève, s. é., 1790 (1ère éd. 1769), t. 1, p. 280.
  • 53 Ibid., t. 1, p. 329.
  • 54 Lettres de Monge à sa femme, Milan, 14 juin 1796, 29 juin 1796 ; à sa femme, Bologne, 10 juillet 1 (...)
  • 55 J.-R. Coignet, op. cit., p. 125.

34On sait que Lalande, quelques années plus tard, découvre depuis le haut du Dôme « une plaine charmante, semée de villes et de villages, entrecoupée de canaux, et terminée par l’angle de jonction de l’Apennin et des Alpes »52. Classique est son observation selon laquelle les canaux sont « utiles pour la fertilité des campagnes » et « d’un très grand secours pour le commerce »53. Plus tard, en 1796, Monge s’émerveille lui aussi devant le « beau pays de Lombardie », « remarquable par sa culture soignée et par le grand nombre de canaux d’arrosement dont toute la plaine est garnie », « véritable pays de cocagne » où la nourriture « est abondante et d’excellente qualité », « plaine parfaitement unie [et] d’une richesse incroyable », « miracle de fécondité » et « chef-d’œuvre d’industrie dans la culture »54. Si le chauvinisme du mathématicien l’amène à attribuer l’origine d’une semblable fécondité au canal du Tessin que fit creuser François Ier « dirigé par Léonard de Vinci », cette dernière lui apparaît néanmoins comme étant surtout le fruit du travail des habitants. De son côté, le capitaine Coignet résume en peu de mots les sensations de l’homme du peuple sur le parcours de Vérone au Mont-Cenis au retour de la campagne de 1800 : « Nous traversâmes tout le pays d’Italie ; l’on ne peut rien voir de plus beau jusqu’à Turin ; c’est magnifique »55.

35La capitale d’un territoire aussi prospère est à son tour décrite depuis longtemps comme opulente. Chateaubriand, qui après celle de Rome transforme la campagne lombarde en un champ d’expérimentation pour sa propre écriture, n’innove donc pas en disant sa richesse mais bien plutôt en montrant Milan trônant telle une reine au milieu de ses prairies et de ses champs, organisatrice de l’espace politique et géographique et plus encore pivot d’une description à laquelle elle donne sens :

  • 56 « A M. Joubert. Lettre deuxième, Milan, lundi matin 21 juin 1803 », dans Voyages en Amérique…, cit (...)

Des prairies dont la verdure surpasse la fraîcheur et la finesse des gazons anglois se mêlent à des champs de maïs, de riz et de froment ; ceux-ci sont surmontés de vignes qui passent d’un échalas à l’autre, formant des guirlandes au-dessus des moissons : le tout est semé de mûriers, de noyers, d’ormeaux, de saules, de peupliers, et arrosé de rivières et de canaux. Dispersés sur ces terrains, des paysans et des paysannes, les pieds nus, un grand chapeau de paille sur la tête, fauchent les prairies, coupent les céréales, chantent, conduisent des attelages de boeufs, ou font remonter et descendre des barques sur les courants d’eau. Cette scène se prolonge pendant quarante lieues, en augmentant toujours de richesse jusqu’à Milan, centre du tableau : à droite on aperçoit l’Apennin, à gauche les Alpes56.

  • 57 Rome, Naples et Florence en 1817, dans Voyages en Italie, éd. citée, p. 141.
  • 58 A. Dupré, Relation d’un voyage en Italie, Paris, Boucher, 1826, t. 2, p. 18.

36Stendhal retient ce qui se dit depuis longtemps lorsqu’il place Milan au cœur « du plus riche pays de l’univers » et y décompte au début du xixe siècle « 400 familles à 100 000 livres de rente et 20 à un million qui ne savaient que faire de leur opulence »57. L’obscur Alphonse Dupré reprend d’ailleurs en 1822 ce thème de la ville grasse : « Les boutiques et les cafés sont brillants, et la ville bien peuplée a une apparence de richesse qui n’existe dans aucune autre ville d’Italie à un plus haut degré »58.

37Trois auteurs au tournant du siècle se sont attachés à rendre compte de façon plus précise des paysages de Lombardie, leur conférant une dignité nouvelle. Le second en date, Creuzé de Lesser, est celui qui suggère le mieux l’effet que produisait la plaine sur de nombreux voyageurs. Réalisant son périple en 1801-1802 dans un état d’esprit très négatif, ce secrétaire de légation à Parme en passe de devenir secrétaire à l’ambassade de Naples ne cesse de dénoncer ceux qui l’ont précédé : ils auraient selon lui accumulé sur le compte de l’Italie un tissu de contre-vérités, qu’il lui faut démentir. Or, s’il écrit que « la Lombardie, pour être au rang des plus beaux et des plus fertiles pays du monde, n’a pas besoin de toutes ces exagérations », il reconnaît aussitôt qu’elle est l’une des plus belles qui existent :

  • 59 A. Creuzé de Lesser, Voyage en Italie et en Sicile, fait en 1801 et 1802, Paris, Didot, 1806, p. 2 (...)

Passé Turin, et surtout Verceil, on se trouve en pleine Italie. Tout le pays jusqu’à Venise en est incontestablement la plus belle partie […] la nature et les hommes se sont réunis pour en faire le pays le mieux arrosé qui existe. De nombreuses rivières sont divisées en d’innombrables ruisseaux qui vont répandre partout la fécondité la plus riante. L’industrie à cet égard est telle que j’ai vu dans le Milanais trois ruisseaux qui coulaient les uns sur les autres. Rien de si commun que d’en voir deux qui se croisent. Il y a de tout dans ce beau pays, excepté des montagnes ; encore en aperçoit-on aux dernières extrémités de l’horizon. Partout une belle verdure, de belles habitations, de beaux arbres. Des vignes nombreuses59.

38La tentation d’une approche esthétique, faisant de la Lombardie un paradis terrestre, existe également chez Cambry, qui a traversé à la nuit tombée en septembre 1788 les campagnes séparant Milan de Bergame et donc imagine ce qu’il décrit bien plus qu’il ne l’a vraiment vu :

  • 60 Cambry, op. cit., t. 2, p. 99-100.

la charrue glisse sur une terre légère ; les graines, les légumes de toute espèce, le riz et le maïs croissent avec profusion ; l’olivier, la vigne et l’ormeau, mariés par 1.000 guirlandes, étalent au printemps leurs branchages légers d’un vert si varié, si tendre […]60.

  • 61 Lullin de Châteauvieux, Lettres sur l’Italie, Paris-Genève, Ab. Cherbuliez et Cie, 1834 (1ère éd. (...)

39La rive gauche du Pô est chez le plus tardif des trois observateurs que nous avons retenus, Lullin de Châteauvieux, « une plaine où l’art et la nature ont rassemblé les plus douces de toutes les sensations terrestres […] Tout, jusqu’à l’air qu’on respire, est pur et serein dans cette région »61.

  • 62 Lalande, op. cit., éd. de 1790, t. 1, p. 363-366.
  • 63 Ibid., p. 369.
  • 64 Ibid.

40Une description plus rationnelle double pourtant chez Lullin le tableau pittoresque, lui donnant sa raison d’être. L’agronome est fils du regard encyclopédique qu’avait porté Lalande sur la variété des cultures du Milanais et sur les atouts que constituaient le système d’impôts, la mise au point du cadastre thérésien ou l’instruction de 220 enfants dans un établissement d’agronomie institué en 1770 à Milan62. Empruntant à l’astronome de Bourg-en-Bresse son esprit de géométrie, qui l’amenait à découper le cercle formé par Milan en quatre quarts égaux, Lullin de Châteauvieux va cependant plus loin et distingue diverses zones ayant chacune des caractères qui leur sont propres dans la géographie lombarde, c’est-à-dire dans les façons de mettre en valeur le terrain. La première se trouve au sud-ouest, autour de Plaisance. C’est celle que Lullin parcourt en venant du Piémont et en évitant à l’aller de passer par Milan. Là se maintient le système de subdivision des fermes piémontaises, nombreuses en raison de la diversité des cultures et en général confiées à des métayers. L’agronome genevois explique les rotations de la terre, les six types de cultures, l’importance des bestiaux par rapport au Piémont, les liens qui se tissent entre les villes et la campagne. Une seconde zone, arpentée par Lullin au retour de Naples, est le Bressan, situé entre les Alpes et la rive gauche du Pô. Elle est la plus fertile et représente une sorte de perfection puisqu’elle est « une plaine où l’art et la nature ont rassemblé les plus douces de toutes les sensations terrestres ». Décrivant le système de rotation des terres, le géographe ne peut retenir un sentiment d’émerveillement face à la richesse de ce qu’il voit sur un sol que d’innombrables canaux irriguent : « Ici chaque ferme est un palais rustique, où se déploie tout le luxe des champs »63. Dans le triangle que forment Brescia, Crémone et Lodi, c’est-à-dire au nord-est de la Lombardie, l’emporte une idée d’harmonie que Stendhal ne renierait pas. Nous la retrouvons dans cet autre passage où Lullin de Châteauvieux célèbre la multiplicité des productions lombardes : « Je crois qu’il n’y a aucun pays sur le globe, qui présente une telle proportion dans ses produits agricoles »64.

41Sur les deux zones qui viennent d’être décrites comme sur celles situées à l’ouest et au nord de la région, Lullin de Châteauvieux offre un tableau se démarquant nettement de celui qu’il présente sur la Toscane. Jetant sur les cinq sixièmes de l’espace toscan un regard d’une grande sévérité et reconnaissant que le sixième restant, défini comme heureux et cultivé, ne suffit pas à garantir le bien-être des habitants, l’agronome estime en effet

  • 65 Nous citons cette fois-ci de l’édition de Genève, J.-J. Paschoud, 1820, p. 87-88, en reprenant l’e (...)

cette contrée malsaine, ignorée et sauvage, que la nature semble avoir frappée, avant le temps, de mort et de stérilité, et qui partout laisse entrevoir l’empreinte d’un temps plus heureux et d’une prospérité évanouie. La Toscane a été trois fois le théâtre de la plus haute civilisation ; et on peut mieux que partout ailleurs peut-être y observer l’action de l’homme sur les forces de la création65.

  • 66 Ainsi que le rappelle M. Bossi, les étrangers ne furent pas les seuls à opérer cette prise de cons (...)
  • 67 Lullin de Châteauvieux, Lettres sur l’Italie, éd. de 1834, op. cit., p. 29.
  • 68 A. Millin, Voyage dans le Milanais, à Plaisance, Parme, Modène, Mantoue, Crémone, et dans plusieur (...)

42Lullin utilise cependant la même méthode en Lombardie et en Toscane : il parcourt et décrit le territoire en vue de rendre visible le lien entre l’homme et la nature et de créer les bases d’une amélioration des fruits à en tirer66. Il montre l’influence des modes de propriété, entrant à propos de la Lombardie en polémique avec Arthur Young, auquel il reproche d’avoir attribué aux seules grandes fermes l’abondance en denrées sur les marchés lombards67. Tandis que Lalande restait soumis à la logique de l’itinéraire et à l’idée de prépondérance des villes, Lullin de Châteauvieux développe une approche contemporaine de la naissance de la géographie et qui marque les voyageurs qui le suivent. À l’instar de Lullin, qui oppose la région de Lodi à celle de Pavie, Millin note en 1817 le contraste des paysages entre la plaine et le Sarraglio de Mantoue et Simond est en 1828 sensible aux différences de sols entre plaines sèches et irriguées. Valery hérite d’une vision analogue dans L’indicateur italien (1835) et met lui aussi en évidence l’action de l’homme sur la nature68.

43Une troisième zone commence pour Lullin à l’ouest de Lodi et amène à franchir le Tessin. Elle est le domaine des rizières. Ici encore la richesse est frappante, mais la terre fangeuse des rizières et des prairies génère un terrible paradoxe, celui de la misère comme contrepartie de la nature féconde :

  • 69 Lullin de Châteauvieux, op. cit., éd. de 1834, p. 382.

les malheureux ouvriers, chargés de surveiller la distribution des eaux […] sont vêtus comme des mineurs, d’une toile grossière, et ils errent, pâles comme des ombres, dans les roseaux et autour des écluses, qu’ils ont à peine la force d’ouvrir ou de fermer. Souvent, pour traverser un canal, ils s’y plongent comme des êtres amphibies et ils en ressortent chargés d’eau et de vase, emportant avec eux les germes de la fièvre qui ne tarde pas de les atteindre69.

  • 70 Cambry, op. cit., t. 1, p. 331. À Sesto Calende Cambry évoque « la rapacité des Sauvages » à l’aff (...)
  • 71 Cf. supra, chap. 5.
  • 72 [Voyage… en 1789], Paris, Bib. Nationale, Ms fr. n. a. 12035, p. 93-94.
  • 73 Les paysans lombards « propres, bien faits », offrent ainsi chez Pocquet de Livonnière un contrast (...)

44La description de Lullin évoque les paysans de l’époque de Louis XIV, réduits selon les portraits de La Bruyère à se nourrir de racines, ou plus près de nous les mineurs de Germinal mis en scène par Zola. Cette misère de type économique diffère légèrement de celle que relève Cambry à Giornico, à Cannobbio, dans l’isola dei Pescatori sur le lac Majeur « où la misère et la mal-propreté semblent avoir élu domicile »70. Il est vrai que la pauvreté qui frappe dans les villes d’Arona ou de Sesto Calende et dans diverses autres localités du Piémont ou de la Lombardie présente quelques analogies avec celle qui surprend le voyageur partout où il arrive en Italie, et notamment en Ligurie. Nous reconnaissons les expressions de dégoût de Cassini décrivant en 1775 les auberges misérables, la vilaine coiffure des femmes et les habits en loques des habitants de Port Saint-Maurice ou de Pegli71. Nous retrouvons celles du voyageur anonyme de 1789 protestant contre les « mastoquins mal propres & degoutans » qui lui servent à Finale son « premier repas italien »72. Loin d’être spécifique à la Lombardie, ce sentiment se relie aux observations très fréquentes dans les récits de voyageurs sur l’état de dégradation morale et physique de la péninsule. Du Nord au Sud et pas seulement en Italie puisque la Suisse et la Savoie ne sont pas épargnées, des mendiants, des artisans ou hommes de peine offrent leurs services aux étrangers ou leur demandent l’aumône. En dehors de quelques cas de misère cueillis lors de certaines haltes ou aperçus de loin dans les rizières, les personnes du peuple semblent, d’une manière générale, moins pauvres en Lombardie que dans d’autres régions. Elles sont plus volontiers qu’ailleurs décrites comme douces, laborieuses et en bonne santé73.

  • 74 Lalande, Voyage en Italie…, éd. de 1790, cit., t. 1, p. 343.

45Les formes de la misère sont à plus forte raison absentes des récits sur Milan. Déjà dans les années 1760, lorsque Lalande distingue entre les Milanais nobles, ceux de l’ordre social intermédiaire et les personnes du peuple, il attribue à chacun d’eux des traits dominants où ne filtre pas le moindre relent de pauvreté. Les premiers se caractérisent par leur générosité et leur magnificence, les seconds par leur manque de gaieté et leur gravité héritée de l’occupation espagnole. Du peuple quant à lui n’émane que sa bonté : « il passe pour avoir de bonnes mœurs mais peu d’esprit ; il passe aussi en Italie pour être bon ; on appelle même les Milanais Bonacci, simples, bonaces ; on les appelle aussi Boni Busecconi »74. Le leitmotiv de la bonté des Milanais correspond à celui du paradis terrestre attribué depuis longtemps à la campagne qui entoure la ville, avec ses récoltes fécondes. Nul voyageur, de Lalande à Taine, ne met en doute cette réalité. En dépit des contrastes qui se manifestent entre la beauté et la richesse d’une part, certaines formes de misère d’autre part, l’image donnée de la Lombardie au cours de la première moitié du xixe siècle s’écarte résolument de celle de Naples, où Renan, qui enquête sur la philosophie, est frappé par le spectacle d’une misère tout autant économique que morale. Tandis qu’à Naples la superstition confine avec le matérialisme parce que le peuple méridional substitue au culte de Dieu celui des saints et de la Vierge, recherchant le miracle en vue de son seul profit personnel, rien n’est dit sur les croyances des Milanais et ce silence suggère une plus grande proximité avec les mœurs du voyageur.

Une terre qui stimule la rêverie

  • 75 A.-V. Arnault, Souvenirs d’un sexagénaire, Paris, Dufey, 1833, t. 3, p. 64.

46Une troisième composante, d’ordre mythique et littéraire, se dégage des récits de voyage et apparaît d’abord comme l’effet de l’érudition. Nourris de textes anciens, les gens de lettres éprouvent autant qu’à Rome ou Naples le besoin de lire les paysages en se référant à eux. Ampère, le fils du savant, ne connaît en Lombardie que Mantoue et il s’y rend sur les traces de Virgile et de Dante. Quelques décennies avant lui, Antoine-Vincent Arnault aurait voulu faire à Mantoue un double pèlerinage, littéraire et militaire, au « monument élevé sur les ruines d’Andès par le général Miolis à la gloire de Virgile et à la sienne conséquemment »75. Les exemples de cette recherche érudite et littéraire ne manquent pas et Louise Colet en offre un témoignage éloquent. La femme de lettres, qui aspire à être un grand écrivain mais dont l’histoire a surtout retenu qu’elle fut l’amante de Flaubert, ne recherche pas seulement les lieux du passé ou le lac de Lecco, sur les rives duquel se déroulent les Fiancés (Promessi Sposi) de Manzoni. Elle part aussi en chasse des personnes les plus célèbres du monde politique et littéraire italien de son époque : Cavour, Garibaldi et Manzoni. Milan, où elle séjourne plusieurs mois, est pour elle la ville de Manzoni, qui en 1859 a 75 ans. Elle ne le connaît pas, mais obtient des recommandations sur place et ne trouve plus de repos jusqu’à ce qu’elle l’ait vu.

47L’érudition a un volet historique. Certes tout le monde ne frémit pas face au Dôme et Chateaubriand lâche à son propos un anathème bref et définitif :

  • 76 Chateaubriand, Lettre deuxième à M. Joubert, Milan, lundi matin 21 juin 1803, dans Voyages en Amér (...)

Je ne vous parle point, mon cher ami, des monuments de Milan, et surtout de la cathédrale qu’on achève ; le gothique, même de marbre, me semble jurer avec le soleil et les mœurs de l’Italie. Je pars à l’instant ; je vous écrirai de Florence et de Rome76.

48D’autres avant lui, comme de Brosses en 1739-1740 ou le marchand grenoblois Raby en 1764, avaient, pour des raisons diverses, exprimé leur perplexité :

  • 77 [J. Raby d’Amérique], Journal pour mon voïage de Provence et d’Italie…, Bib. Munic, de Grenoble, M (...)

comme il ne suffit pas de blamer par humeur ou par caprice, je vais m’en rendre raison ; l’ouvrage une fois fini, supposition que la génération prochaine ne verra pas realisée, le plus beau, le plus recherché, le mieux travaillé de cette montagne de marbre ne paroitra de nulle part, il faudra toujours gravir dans les nues pour le voir, première maladresse à mon avis, la 2e c’est qu’il étoit fort inutile de donner un dessein si chargé, pour l’exécution duquel il faut les revenus de plusieurs royaumes et le temps de plusieurs siècles77.

  • 78 Voyage d’Italie, commencé le 29 octobre 1782, Bib. Munic, de Reims, Ms 1326, ff. 21r-22v.

49Au début des années 1780, Billerey, qui accompagne le duc de Chartres en Italie, juge encore que « l’église n’a rien de remarquable » et ne s’attarde à commenter que le tombeau de saint Charles Borromée78.

50Une fois l’édifice achevé après l’accélération des travaux sous l’Empire, les commentaires changent du tout au tout et les voyageurs du xixe siècle se concentrent sur l’idée de synthèse qui émane du Dôme. Pour Jules Janin, les centaines de statues qui l’ornent résument, dans leur désordre, ce que furent l’histoire de la chrétienté et celle de l’Italie elle-même :

  • 79 J. Janin, Voyage en Italie, Paris, Bourdin, 1839, p. 225-228.

À chaque nouveau vainqueur, à chaque passion nouvelle qui règne sur la terre, c’est une statue nouvelle qui se dresse là-haut, toute chargée de l’orgueil, des espérances et de la vanité du vainqueur […]. Comment rien voir dans ces ténèbres, rien comprendre à ce tohu-bohu universel de tous les styles, de tous les âges, de toutes les passions, de tous les systèmes, de toutes les victoires, de tous les rêves de l’Italie ?79.

51Edgar Quinet lit de son côté dans le monument lombard, vu au début de son voyage en 1832, la marque de l’union entre le monde rigoureux du Nord et le monde pathétique du Sud :

  • 80 E. Quinet, op. cit., p. 142-144.

Quand on aperçoit de loin la cathédrale de Milan, on dirait d’un édifice de glace, bâti là de toute éternité, à la descente des Alpes. C’est la vieille cathédrale gothique qui a servi de modèle à cette architecture ; mais combien le type austère de Cologne et de Strasbourg n’a-t-il pas été altéré sous le ciel énervant de l’Italie ! La voûte ténébreuse du Nord s’est changée en un marbre blanc d’un éclat presque païen. Sur cette terre de Saturne, le mysticisme de l’architecture gothique est dépaysé : le soleil ardent du midi pénètre, avec une curiosité profane, jusqu’au fond de la nef. Le trèfle et la rose chrétienne ont fait place, dans les ornements, au laurier idolâtre. D’ailleurs il n’y a plus de flèche qui monte dans le ciel […] La cathédrale, triste et rêveuse, des bords du Rhin s’est convertie, sous le ciel lombard, à une foi sensuelle. De ses fleurs de marbre s’exhale l’odeur des citronniers et des myrtes du polythéisme. Le Dies irae ne retentit pas sous ses voûtes ; bien plutôt l’écho de Lombardie y redirait des sonnets d’amour. Ce n’est pas le Dieu crucifié qui a ici son symbole au milieu de cette nature prodigue, c’est la Madone souriant sur le chemin des pèlerins. Les statues innombrables qui habitent son église ressemblent aux onze mille vierges de Cologne, ressuscitées dans de pâles corps de marbre, que la mort païenne a ciselés80.

  • 81 L’assimilation du Dôme à un glacier est un véritable cliché de l’époque romantique. Cf. F. Mercey  (...)

52Le Dôme sculpté comme une montagne ne se confond pas seulement avec les Alpes qui lui servent de décor81. C’est l’ensemble de l’Europe septentrionale qui avec ce monument rencontre le monde du Sud, en subissant à son contact une série de transformations. Aux yeux de Quinet, les parfums et végétations de la Méditerranée accompagnent le triomphe de la féminité sur le Dieu de la crucifixion. Le gothique du Nord est en situation d’étrangeté dans la terre du soleil, du paganisme, de la sensualité, du polythéisme et de l’amour : mais le Sud provoque en lui une « conversion », suivie d’une « résurrection ». La ville de Milan devient ainsi la pointe la plus extrême du Nord s’avançant dans les terres méridionales, cependant qu’à l’autre bout de la péninsule Herculanum représente du monde grec le lieu situé le plus au Nord. S’étendant entre le monde grec et l’espace germanique, l’Italie est pour les personnes venues du Nord annoncée et symbolisée par le Dôme de Milan, monument assurant un lien avec les valeurs qui leur sont familières.

  • 82 Les quelques dizaines de textes recensés par Monglond ne sont que la partie émergée d’un véritable (...)
  • 83 L’expression est de P. Berthier, en conclusion du volume dir. par V. Del Litto et E. Kanceff, Le J (...)
  • 84 Cf. de Brosses, op. cit., t. 1, p. 116, 122,150-151 ; Billerey, ms cité, ff. 17r-20r et 25r.
  • 85 [J.-B. Le Blanc], « Dialogue sur les voyages, considérés comme faisant partie de l’éducation de la (...)

53Le paysage lombard joue à son tour un rôle dans la formation d’un mythe romantique, où les lieux servent de cadre à l’expression d’obsessions personnelles. Faisant écho à la grande quantité de journaux de voyage publiés sur les Alpes entre 1800 et 185082, les écrits sur la Lombardie s’attachent au cours de ces années à certains éléments de nature scientifique, mais véhiculent surtout des rêves et sentiments individuels et font de l’expérience du voyage l’occasion d’épanchements lyriques qui, de voyageur en voyageur, se transmettent comme une traînée de poudre. « L’envahissement du voyage par le voyageur », qui caractérise les journaux des premières décennies du xixe siècle83, recourt certes à un réservoir d’images plus ancien. L’assimilation des routes de la Lombardie aux « allées d’un jardin » et le ravissement face au spectacle des levers de soleil sur les rives du lac Majeur ne datent pas de 180084. De même, l’analogie entre la Lombardie et les riches plaines de l’Orient n’a-t-elle rien de propre à l’âge romantique. Énumérant en 1765, dans son Dialogue sur les voyages, les lieux prestigieux de la planète que les Anglais hostiles au voyage sont censés mépriser au profit de l’ancienne Angleterre, l’abbé Le Blanc place la Lombardie à côté des « plus belles terres de l’Euphrate », des jardins de Babylone et de Perse, des « riches plaines de l’Égypte », de la vallée de Tempé, de la campagne de Rome (c’est ici que prend place la Lombardie), de la Provence, de l’Andalousie ou des « cantons les plus délicieux des Indes Orientales ou Occidentales »85.

  • 86 Lullin de Châteauvieux, op. cit., p. 19.

54Un discours plus articulé se forge néanmoins à l’aube du xixe siècle. À côté de l’idée d’union entre le Nord et le Sud, le mythe de l’Orient cher aux romantiques s’esquisse dès la traversée de la Lombardie. Située sur la route du voyage en Orient autant pour Chateaubriand que pour Flaubert, cette région assure le lien avec la France et en même temps projette déjà le voyageur vers l’Asie. Malgré son regard d’économiste, Lullin de Châteauvieux se laisse gagner par la dimension de rêverie lorsqu’il dit qu’en Piémont et en Lombardie la nature présente à la fois « la monotonie de l’Inde » et « la fraîcheur des vallons sauvages de Suisse », et que « ces divers horizons semblent s’unir ensemble pour les rappeler tous à la fois »86. Sensible à la proximité des Alpes autant qu’à l’idée de synthèse que d’autres appliquèrent après lui au Dôme de Milan, il ajoute qu’en partant des lacs et en se dirigeant vers le Milanais, on

  • 87 Ibid., p. 383.

voit la nature orientale s’unir à la nature alpestre pour enfermer dans un même horizon le plus noble des aspects qui embellissent la terre. Il [le paysage lombard] rapproche comme par magie les plaines fertiles, image de la vie, des hautes montagnes où séjourne un hiver éternel. Les regards parcourent par une gradation insensible toutes les nuances qui colorent la surface du globe et toutes les formes qui lui donnent sa beauté. Les plantes du Nord et du Midi viennent confondre dans la même vallée leur verdure et leurs parfums, les orangers y croissent auprès des sapins, et les cédrats à côté du cytise87.

  • 88 Ibid., p. 384.

55Du spectacle des lacs, quatrième portion du paysage lombard que décrit Lullin, naît donc la sensation d’union et d’harmonie entre la plaine et la montagne, entre l’Occident et l’Orient, entre le Nord et le Sud. Les rives des lacs Majeur et de Côme sont parsemées de petites maisons « ornées, et moins rustiques que commodes », qui n’ont « de champêtre que leur site et les treilles qui les abritent » mais sur les terrasses desquelles Lullin voit encore se mêler les mondes européen et asiatique : « Autour de ces habitations s’élèvent, en terrasses, des vergers, où croissent en même temps les fruits de l’Europe et de l’Asie. Sous ces vergers coulent des ruisseaux venus des Alpes »88.

  • 89 Stendhal, Rome, Naples et Florence (1826), dans Voyages en Italie, éd. V. Del Litto, op. cit., p. (...)
  • 90 Cambry, op. cit., t. 1, p. 329-330.

56La continuité entre les montagnes et la plaine est source de jouissance pour qui observe d’en haut autant que pour qui observe d’en bas, par exemple Stendhal depuis le bastion de porta Nuova à Milan : « On m’a fait distinguer le Resegon di Lec et le mont Rosa. Ces montagnes, vues ainsi par-dessus une plaine fertile, sont d’une beauté frappante, mais rassurante comme l’architecture grecque »89. L’élément aquatique est enfin doté depuis Cambry d’une puissance de synthèse, qu’il s’agisse d’un fleuve, d’un canal ou du lac lui-même. Le plaisir est renforcé dans le cas des îles Borromées, « où l’art joûte avec la nature, où des gradins d’architecture s’élèvent du milieu des eaux […], où l’industrieux jardinier croise, marie de nouvelles espèces, et fait naître avec industrie des figues sur un limonier, des raisins sur un citronnier »90.

  • 91 Cf. E. Kanceff (dir.), Goethe-Stendhal, mito e immagine del lago tra Settecento ed Ottocento, Genè (...)
  • 92 Ce rêve rousseauiste d’une nature proche des hommes s’affirme bien sûr, il faut le répéter, dès le (...)
  • 93 Ainsi Billerey avait-il déjà affirmé le peu d’intérêt que présentait dans les îles Borromées les d (...)

57Un tel enchantement se fonde sur l’idée d’une spécificité de la Lombardie. Les lectures qu’effectuent les voyageurs de la première moitié du xixe siècle restituent des images différentes de celles qui avaient été élaborées entre le xvie et le xviiie siècle, et ces images ont eu tendance à se brouiller derrière la primauté reconquise dans les décennies suivantes par les mythes de Rome, de Naples, de Florence et de Venise. Elles nous rappellent le rôle que jouèrent la Lombardie et ses lacs pendant la période romantique91. Héritiers des soldats du Directoire mais aussi des derniers voyageurs du xviiie siècle, façonnés par un regard scientifique et géographique qui débouche sur le tableau de Lullin de Châteauvieux, non moins que par la mise en avant de l’émotion personnelle comme critère de la valeur des lieux, les contemporains de Lamartine trouvèrent en Lombardie les éléments constitutifs d’une vision de la nature proche des hommes et en même temps presque incontaminée. Ils mirent ainsi à la mode les cascades, les torrents et le scintillement des eaux, les hautes montagnes et leurs vallées, les bois de châtaigniers, les grappes formées par les villages que dominent leurs clochers, les plaines avec leurs parfums et leurs vergers92. N’ignorant ni les palais, ni surtout les églises, mais moins touchés par les œuvres d’architecture que par les éléments du paysage végétal93, ils perçurent en Lombardie une nature pittoresque, inscrite avec sa riche campagne et ses étendues d’eau dans un cadre de montagnes et de collines :

  • 94 Valérie Boissier, comtesse de Gasparin, op. cit., t. 2, p. 403-404 (voyage en 1834).

La campagne de Varese à Sesto Calende était enchanteresse, écrit une voyageuse en 1834 ; encore des vergers splendides, des prés fleuris ; encore des haies, des bosquets embaumés ; puis une vue divine ! Le Mont-Rose se montrait dans le fond, et sa sommité chargée de neiges éternelles ; le lac de Varese, couleur d’aigue-marine, la madonna del monte, église placée sur le point culminant d’une colline […] formaient un tout merveilleux !94

58Nettement plus avant dans le siècle, Taine rêva précisément de s’installer en villégiature entre Milan et le lac Majeur, comme aujourd’hui les amateurs de l’Europe entière aiment à imaginer une vacance tranquille en Toscane :

  • 95 Taine, lettre du 10 avril 1864, dans Voyage en Italie, Paris, Hachette, 1866, t. 2, p. 430-431.

Si j’avais à choisir une maison de campagne, je la prendrais ici. Du haut de Varese, lorsqu’on commence à descendre, on aperçoit sous ses pieds comme une large plaine où s’allongent des collines basses […] C’est la fraîcheur d’un paysage anglais parmi les nobles lignes d’un tableau de Claude Lorrain. Les montagnes et le ciel donnent la majesté, l’eau surabondante donne la moiteur et la grâce. Les deux natures, celle du Midi et du Nord, s’unissent ici dans un heureux et amical embrassement, pour assembler les douceurs d’un parc herbeux et les grandeurs d’un cirque de hautes roches95.

59Tout à la fois espace concret et objet de rêverie, la Lombardie transporte le voyageur parce que d’un côté les lacs assurent le lien entre la montagne, la colline et la plaine, et que d’autre part le Dôme peut apparaître comme le trait d’union entre le Nord et le Sud de l’Europe, ses dimensions induisant Taine lui-même à le considérer comme l’expression d’une sublime folie.

60Dans leur diversité d’approches et d’écriture, les textes imprimés des premières décennies du xixe siècle permettent de mieux comprendre comment dès l’arrivée en Lombardie s’installa chez un certain nombre d’écrivains et gens de lettres français la vision d’une Italie fortement désirée. Ils nous procurent l’image d’une terre mobile et où miroitent les eaux des lacs Majeur ou de Côme. L’attraction exprimée dans les récits pour cet espace-charnière, voie d’accès au reste de la péninsule, correspond à un moment de l’histoire où la France réalise en partie son vieux rêve italien. Les ombres de Napoléon et du Risorgimento se profilent derrière la fascination que suscite la Lombardie. Perçue comme résolument moderne, à la différence des villes musées et des lieux du passé qui se succèdent de Venise à Rome et de Florence à Naples, elle suscite l’intérêt à la fois pour ses paysages réels, pour les représentations symboliques qu’elle rend possibles et pour l’importante fermentation intellectuelle et politique dont elle est le siège.

61Non moins mobile est dans ces conditions l’histoire même des écrits des voyageurs. Le voyageur aristocratique cultivé, soucieux de mesurer la longueur des lacs et de décrire les églises ou les manuscrits, fait place à un voyageur plus sensible, qui entre en Italie sur les traces de prédécesseurs illustres, mais qui choisit aussi des paysages, des villes qui correspondent à sa sensibilité inquiète, désireuse de s’exalter. De ce point de vue, le regard romantique nous aide à relativiser et mieux situer les apports des années 1750-1815, à mieux préciser des ruptures qui n’interviennent jamais que sur un fond de continuité avec le Grand Tour. Même si nous avons surtout pris en compte ici le regard des élites ayant publié leurs écrits, lesquelles tendent à constituer dans la première moitié du xixe siècle une société de lettrés vivant largement en vase clos, ces écrits dictent parfois le goût et contiennent, au même titre que les guides et itinéraires publiés par N. Pagni, Vallardi, Giegler, Audin ou Arta-ria, des indices sur ce que ressentaient de nombreux voyageurs. En se révélant comme un terrain d’expérimentation pour l’analyse géographique autant que pour l’expression des sentiments personnels, le cas lombard suggère une redistribution des hiérarchies et des valeurs dans le regard que les Français portèrent sur l’Italie.

62Il convient maintenant de revenir légèrement en arrière pour comprendre le rôle joué par les événements militaires dans le travail de recomposition d’une géographie italienne jusque-là fortement dominée par le poids de Rome, de Naples et dans une moindre mesure de Venise et de la Toscane. Une étude de détail doit être menée sur l’impact de l’occupation de l’Italie par la France à partir de 1796 et sur ce que vécurent, en marge des ouvrages publiés, les voyageurs plus anonymes qui se rendirent en Italie, qu’ils fussent militaires, marchands ou membres d’élites clairement issues du Grand Tour. De cette analyse dépendra notre capacité à évaluer le type de transformation qu’a connu le regard des voyageurs sur l’Italie à la veille de l’entrée dans l’ère du tourisme de masse.

Notes

1 Extrait du journal daté du 30 juillet 1774, dans Bergeret et Fragonard. Journal inédit d’un voyage en Italie, 1773-1774, Paris, May et Motteroz, 1895, p. 394.

2 Dans sa lettre envoyée le 24 février 1781 à son neveu à Venise, le libraire aixois David rappelle à Émeric qu’il avait huit jours plus tôt expédié un courrier à Rome, l’enjoignant de rentrer au plus vite à Aix. S’il a effectivement reçu la première lettre à Rome, cela signifie qu’Émeric a choisi Venise contre la Lombardie (lettre annexée aux Notes d’un voyage en Italie. 1781, Paris, Bib. de l’Arsenal, Ms 5946, f. 168r). Cf. infra, chap. 11.

3 « Arrive, conseille-t-il de Livourne à son ami Aymon de Virieu qui doit le rejoindre, arrive, mais arrive tout de suite […] point de retards à Turin, à Milan, à Bologne, ça n’en vaut la peine, à Livourne et à Rome tout de suite ! » (lettre du 14 sept. 1811, dans Correspondance, publiée par Mme Valentine de Lamartine, Paris, Hachette, [1881], p. 179). De Naples, trois mois et demi plus tard, dans une lettre au même ami, Lamartine saute désormais à pieds joints sur la Lombardie : « Ecoute-moi, mon ami : Turin, Gênes, Livourne, Florence même, tout cela n’est pas de l’Italie. Tu ne la trouveras qu’à Rome, à Rome et à Naples […] il n’y a que Rome et Naples dignes d’un curieux et d’un homme qui sait voir et sentir. Viens-y vite. » (lettre du 28 déc. 1811, ibid., p. 193).

4 Ainsi lit-on dans Rome, Naples et Florence en 1817 : « Je trouve Florence en arrière de la Lombardie ; d’abord le pretismo […] tyrannise les petites villes : Prato, Pistoia, Arezzo, Sienne ; et la Lombardie avait été préparée par les suppressions de Joseph II et par le comte de Firmian. On voit déjà Beccaria et Parmi très supérieurs à leurs contemporains de Florence […] » (Voyages en Italie, éd. V. Del Litto, Paris, 1973 (Pléiade), p. 74). Sur la vision de la Toscane chez Stendhal, cf. C. Pellegrini (dir.), Stendhal e la Toscana (actes du colloque de 1957), Florence, 1962.

5 C’est par exemple l’avis de Van Dedem, ancien ministre plénipotentaire à Florence en 1801 puis premier chambellan de Louis-Napoléon, roi de Hollande, qui l’envoie auprès du roi de Naples en 1808 : « Je trouvai cette fois-ci Florence bien triste. La Toscane venait d’être incorporée. La douleur était peinte sur le visage des habitants [qui] pleuraient leur indépendance » (Un général hollandais sous le Premier Empire. Mémoires du général Baron de Dedem de Gelder, 1774-1825, publiés par Élisabeth Lecky…, Paris, Plon-Nourrit, 1900, p. 123).

6 Cf. L. Tomassini, « Itinerari e viaggiatori. Verso una nuova percezione della Toscana nel secondo Ottocento », dans M. Bossi, M. Seidel (dir.), Viaggio di Toscana, percorsi e motivi del secolo xix, Venise, 1998, p. 242.

7 Décrivant la route entre Turin et Gênes par Alexandrie, le Grenoblois d’Herculais s’exclame le 26 octobre 1781 : « souper à Alexandrie. Ces plaines de Lombardie que j’ai traversées m’ont paru très riches, elles sont fertiles et bien cultivées. » (Journal de mon voyage d’Italie, Bib. Munic, de Grenoble, fasc. 9 [p. 5 non numérotée]). Pour Lullin de Châteauvieux, observateur précis de la fin de l’Empire, la plaine de Lombardie s’étend des Alpes de Suse jusqu’à l’Adriatique.

8 Ainsi que le remarque J.-D. Urbain, le touriste d’avant 1850 est encore largement un voyageur. De Stendhal à Nerval, il revendique avec fierté son récent statut de touriste (le mot est apparu dans la langue française en 1816) et n’est pas devenu un objet d’opprobre général contrairement à ce qui advint à partir de 1850 (L’Idiot du voyage. Histoires de touristes, Paris, 1993 (1ère éd. 1991), p. 22-25 et 27-36).

9 Le regard des militaires sur la Lombardie, exprimé dans des mémoires ou journaux de marche souvent publiés après la mort de leurs auteurs, sera envisagé plus loin (cf. infra, chap. 9).

10 Voir introduction générale, note 19.

11 Pour les ouvrages de L. Damin et d’A. Hus, voir la bibliographie de l’époque révolutionnaire et impériale donnée dans le tableau ci-après. De ce registre relève le Coup d’œil sentimental, critique et historique de Sergent-Marceau sur Venise, manuscrit de 1805 publié par le CIRVI en 1981.

12 Parmi les collections de vues parues en français au cours des années 1789-1812 et que signale A. Monglond dans La France révolutionnaire et impériale. Annales de bibliographie méthodique et description des livres illustrés (Grenoble, Arthaud, puis Paris, Imprimerie Nationale, 1930-1963), on peut citer les Palais, maisons et autres édifices modernes, dessinés à Rome par Charles Percier, Pierre-François-Léonard Fontaine et Bernier (1798), la Collection de vues pittoresques de l’Italie, dessinées d’après nature et gravées à l’eau forte à Rome par trois peintres allemands, A[lbert] C[hristoph] Dies, Charles Reinhart et Jacques Mechau, que publia Jean-Frédéric Frauenholz (1799), les 18 volumes des Journées pittoresques des édifices de Rome ancienne, ornés de nombreuses planches, par l’abbé Ange Uggeri (1800), le Recueil de vues et fabriques pittoresques d’Italie, dessinées d’après nature et publiées par le peintre Constant Bourgeois (1804), les Palais, maisons et vues d’Italie, mesurés et dessinés par Pierre Clochar architecte (1809), les vues descriptives, dessins et plans topographiques de la campagne de Rome par Friedrich Karl Ludwig Sickler (1811).

13 Le détail de ces titres figure dans le tableau ci-dessous. L’intérêt pour les Alpes est au même moment attesté par le grand nombre d’ouvrages en français publiés sur le voyage en Suisse : nous en avons relevé 22 dans la bibliographie de Monglond entre 1789 et 1812, à l’exclusion des rééditions.

14 Il va de soi que les voyageurs de l’époque ne se contentaient pas de lire les ouvrages récemment parus et qu’il était aussi question de l’Italie du Nord dans des récits portant sur l’Italie tout entière (à commencer par les lettres de Charles de Brosses parues en 1799). Pour une meilleure vision d’ensemble de l’horizon de lecture des voyageurs en matière de récits de voyage, cf. notre liste générale des sources imprimées, qui reprend certains des titres ci-dessous et suit elle aussi l’ordre chronologique de parution des ouvrages.

15 Dans le cas où les références des ouvrages cités n’ont pas pu être vérifiées, la source d’où proviennent nos indications est indiquée entre crochets : A. D’Ancona, Saggio di una bibliografia ragionata dei viaggi e delle descrizioni d’Italia… figurant en appendice de L’Italia alla fine del secolo xvi. Giornale del viaggio di M. de Montaigne…, Città di Castello, S. Lapi, 1889, p. 563-702 ; A. Monglond, op. cit.

16 Pour tous ces titres, se reporter aux sources imprimées en fin de volume.

17 A. de Forbin, Un mois à Venise, ou recueil de vues pittoresques, Paris, Engelmann, 1825 ; Ouvr. coll., L’Italie pittoresque. Tableau historique et descriptif de l’Italie, du Piémont, de la Sardaigne, de la Sicile, de Malte et de la Corse, Paris, Ledoux, 1837 (dont les articles d’E. Legouvé et A. Royer sur « La Lombardie », et d’A. Royer sur « Les États vénitiens »).

18 Cf. Stéphanie de Virieu, dont les dessins du voyage en Italie accompli en 1823-1824 se trouvent aux archives du château de Virieu, en Dauphiné (Y. Soulingeas, Stéphanie de Virieu. Regards, catalogue d’exposition, Grenoble, A. D. Isère, 1996, en particulier p. 41-45).

19 H. Berlioz, Mémoires comprenant ses voyages en Italie, en Allemagne, en Russie et en Angleterre, Paris, Calmann-Lévy, 1926 (1ère éd. 1870), p. 276-277.

20 E. Quinet, Allemagne et Italie. Philosophie et poésie, Paris et Leipzig, Desforges et O, 1839, t. 1, p. 226.

21 V. Boissier, comtesse de Gasparin, Voyage d’une ignorante dans le Midi de la France et l’Italie, Paris, Paulin, 1835.

22 Pour plus de clarté, on peut se reporter aux itinéraires placés supra, chap. 3, fig. 1 à 7.

23 Cf. supra, chap. 5.

24 Ce fragment du journal de 1803-1804, cité plus complètement au chap. précédent, fut publié pour la première fois en 1827 (Chateaubriand, Voyages en Amérique, en Italie, etc, Paris, Lefèvre-Ladvocat, 1829, p. 324 ; repris dans Œuvres romanesques et voyages, Paris, 1969 (Pléiade, 2), p. 1434). Les trois premiers textes sur l’Italie écrits par Chateaubriand en 1803-1804 et rassemblés dans les Souvenirs d’Italie, d’Angleterre et d’Amérique en 1815 concernaient la campagne romaine, le Vésuve et le Mont-Blanc. Aucun passage de frontière n’y transparaît, pas plus que dans l’Itinéraire de Paris à Jérusalem (1811) où l’idée même de délimitation d’un espace italien se trouve abolie par une écriture qui nous fait avant tout courir, nous transporte de Paris à Smyrne sans nous laisser le temps de regarder la Lombardie.

25 Chateaubriand, « À M. Joubert. Lettre deuxième. Milan, lundi matin 21 juin 1803 », dans Voyages en Amérique…, ibid., p. 324-325 (repris dans Œuvres romanesques et voyages, op. cit., t. 2, p. 1434-1435). Il est à noter que les voyageurs comparent volontiers les plaines de Piémont ou même de Lombardie avec une région de France qui leur est familière. Ainsi de Brosses sur la plaine du Milanais : « c’est trait pour trait la même chose et le même aspect que nos plus beaux cantons du pays bas de Bourgogne, du côté de la Saône » (Lettres d’Italie, Paris, Mercure de France, 1986, t. 1, p. 116).

26 Ces voyages sont notamment relatés par les lettres du comte de Rémusat à son épouse (Mémoires de Madame de Rémusat, 1802-1808, publiées par son petit-fils, Paul de Rémusat, Paris, Calmann-Lévy, 1880, t. 2, p. 138-152, et t. 3, p. 318-321) : « l’empereur allait ainsi, parcourant l’Italie et y consolidant sa puissance » (ibid., t. 2, p. 151).

27 Les cahiers du capitaine Coignet (1799-1815), Paris, Hachette, 1883, p. 92.

28 J. Cambry, Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, Paris, H.-J. Jansen, an IX (1801), t. 1, p. 317.

29 A. de Custine, Mémoires et voyages ou lettres écrites à diverses époques pendant des courses en Suisse, en Calabre, en Angleterre et en Ecosse, Louvain, F. Michel, 1830, p. 58.

30 Cambry, op. cit., t. 2, p. 12-13.

31 D’Herculais, Journal…, manuscrit cité, fasc. 9 [p. 12 non numérotée].

32 Abbé Anot, F. Malfillatre, Les Deux voyageurs ou Lettres sur la Belgique, la Hollande, l’Allemagne, la Pologne, la Prusse, l’Italie, la Sicile et Malthe…, Rheims (sic), Brigot, 1802, t. 1, p. 278, et t. 2, p. 166.

33 Lamartine, lettre à Aymon de Virieu, non datée [été 1811], dans Correspondance…, cit., p. 175.

34 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, livre XIV, chap. 7, Paris, 1951 (Pléiade, 1), p. 498.

35 Ibid., livre XXX, chap. 2, t. 2, p. 227.

36 Cf. infra, chap. 7.

37 Mémoires de Madame de Rémusat, op. cit., t. 2, p. 139.

38 Lamartine, lettre à Aymon de Virieu, non datée [été 1811], dans Correspondance…, cit., p. 175.

39 Sur le dynamisme intellectuel milanais à cette époque, cf. M. Berengo, Intellettuali e librai nella Milano della Restaurazione, Turin, 1980.

40 Lettre de Florence, 17 fév. 1808, à M. d’Agincourt.

41 Lettre de Milan, 12 oct. 1809, à M. et Mme Thomassin, à Strasbourg.

42 Lettre de Milan, 13 mai 1845, à E. Chevallier, dans Flaubert, Correspondance, Paris, 1973 (Pléiade, 1), p. 232.

43 Lettre du 15 juin 1850, dans Correspondance, 1841-1871, Paris, Calmann-Lévy, 1926, t. 1.

44 Cette expression, à vrai dire peu originale, est de François Eyrard, dans le manuscrit édité par W. Rupolo, Voyage court, agréable et utile fait par Mr Eyrard, prêtre de la Congrégation de la Mission (1787), Rome, 1988, p. 21.

45 Lamartine, lettre à Aymon de Virieu, non datée [été 1811], dans Correspondance…, cit., p. 175.

46 Sur les monuments de Milan capitale, cf. infra, chap. 8.

47 Stendhal, Rome, Naples et Florence (1826), dans Voyages en Italie, éd. V. Del Litto, Paris, 1973, p. 490. Cf. Monge dès 1796 : « Florence ne présente que des documents antiques, et par rapport aux hommes, elle n’offre que des ruines » (lettre de Monge à sa femme, Florence, 22 juillet 1796, extraite de la Correspondance de Monge, 1795-1799, en cours de publication ; une copie du manuscrit de cette correspondance nous a aimablement été communiquée par J. Dhombres). Monge n’était du reste pas plus tendre à l’égard de Rome, « momie dont le principe de vie est détruit depuis longtemps », « misérable ville à l’agonie » (lettre à sa femme, Rome, 30 et 31 juillet 1796).

48 Cette vision plus favorable sur les Lombards que sur les autres peuples de la péninsule se retrouve dans les guides Baedeker et Joanne et perdure jusque dans les récits de voyage français de la fin du xixe siècle, beaucoup moins tendres à l’égard des Romains, des Vénitiens, des habitants du Sud en général et des Napolitains tout particulièrement (cf. P. Milza, Français et Italiens à la fin du xixe siècle. Aux origines du rapprochement franco-italien de 1900-1902, Rome, 1981 (Collection de l’École française de Rome, 53), t. 1, p. 327 et 369).

49 Presque tous les voyageurs du xviiie siècle évoquent le bassin du Pô comme étant fertile en blé, en vin et en riz, et comprennent « qu’on se soit tant battu pour s’assurer la possession d’un si bon pays » (G.-F. Coyer, Voyage d’Italie, Paris, Veuve Duchesne, 1776 (1ère éd. 1775), t. 1, p. 64-65). Avec son culte de l’hyperbole le second xviiie siècle en fait « le plus riche bassin de l’univers » et « un vaste jardin » (Roland de la Platière, Lettres écrites de Suisse, d’Italie, de Sicile et de Malthe… En 1776, 1777 & 1778, Amsterdam, s. é., 1780, t. 1, p. 259). Mais déjà en 1707 l’auteur du Voyage d’Italie et de quelques endroits d’Alemagne (sic), peut-être Bourdin, reconnaît que la Lombardie « est assurément un des beaux Pays qui se puisse voir, car le terrain y est uny, bien arrosé d’eaux & partagé en plusieurs pieces de terre […] plantées tout autour avec ordre », Milan étant de son côté « une des plus grandes & des plus belles Villes du monde » (Paderborn, chez Charles Pelerin, 1707, p. 88-90).

50 Ces commentaires sont faits par de Brosses tant à propos de la route de Gênes à Milan que de celles qui vont de Milan à Sesto et de Milan à Vérone (op. cit., t. 1, p. 116, 122, 140, 150-151).

51 J.-A. Pocquet de Livonnière, Voyage d’Angers à Rome par Mr Pocquet de Livonnière, du fameux Claude du nom, Bib. Munic. d’Angers, Ms 1368, p. 65-66.

52 Lalande, Voyage en Italie contenant…, Genève, s. é., 1790 (1ère éd. 1769), t. 1, p. 280.

53 Ibid., t. 1, p. 329.

54 Lettres de Monge à sa femme, Milan, 14 juin 1796, 29 juin 1796 ; à sa femme, Bologne, 10 juillet 1796 ; à son gendre Marey, Rome, 17 août 1796.

55 J.-R. Coignet, op. cit., p. 125.

56 « A M. Joubert. Lettre deuxième, Milan, lundi matin 21 juin 1803 », dans Voyages en Amérique…, cit., p. 325. C’est moi qui souligne.

57 Rome, Naples et Florence en 1817, dans Voyages en Italie, éd. citée, p. 141.

58 A. Dupré, Relation d’un voyage en Italie, Paris, Boucher, 1826, t. 2, p. 18.

59 A. Creuzé de Lesser, Voyage en Italie et en Sicile, fait en 1801 et 1802, Paris, Didot, 1806, p. 23.

60 Cambry, op. cit., t. 2, p. 99-100.

61 Lullin de Châteauvieux, Lettres sur l’Italie, Paris-Genève, Ab. Cherbuliez et Cie, 1834 (1ère éd. 1820), p. 369.

62 Lalande, op. cit., éd. de 1790, t. 1, p. 363-366.

63 Ibid., p. 369.

64 Ibid.

65 Nous citons cette fois-ci de l’édition de Genève, J.-J. Paschoud, 1820, p. 87-88, en reprenant l’extrait donné par M. Bossi, « Viaggi nella natura e tra gli uomini. Percorsi di conoscenza in Toscana tra Sette e Ottocento », dans M. Bossi, M. Seidel (dir.), Viaggio di Toscana. Percorsi e motivi del secolo xix, Venise, 1999, p. 16.

66 Ainsi que le rappelle M. Bossi, les étrangers ne furent pas les seuls à opérer cette prise de conscience et des Toscans, d’ailleurs rapidement publiés en français, avaient eux aussi lancé un mouvement d’enquête sur le territoire : G. Targioni Tozetti, Voyage minéralogique, philosophique et historique en Toscane, Paris, Lavilette, 1792 ; G. Santi, Voyage au Montamiata et dans le Siennois…, Lyon, Bruysset, an X (1802).

67 Lullin de Châteauvieux, Lettres sur l’Italie, éd. de 1834, op. cit., p. 29.

68 A. Millin, Voyage dans le Milanais, à Plaisance, Parme, Modène, Mantoue, Crémone, et dans plusieurs autres villes de l’ancienne Lombardie, Paris, Wassermann, 1817 ; L. Simond, Voyage en Italie et en Sicile, Paris, Sautelet, 1828 ; A. C. Pasquin, dit Valery, Voyages historiques et littéraires en Italie, pendant les années 1826, 1827 et 1828 ou l’indicateur italien, Bruxelles, Hauman et Cie, 1855. Sur l’intérêt des récits de voyageurs par rapport à la constitution d’une science géographique, cf. G. Scaramellini, « Voyages et connaissances géographiques : quelques considérations à travers les journaux des voyages dans la Lombardie du xixe siècle » (dans V. Del Litto, E. Kanceff (dir.), Le Journal de voyage et Stendhal, Genève-Moncalieri, 1986, p. 257-271), ainsi que G. Botta (« Il paesaggio della Bassa lombarda : intellettuali italiani e viaggiatori stranieri nel Settecento e Ottocento », dans G. Botta (dir.), Cultura del viaggio. Ricostruzione storico-geografica del territorio, Milan, 1989, p. 301-316).

69 Lullin de Châteauvieux, op. cit., éd. de 1834, p. 382.

70 Cambry, op. cit., t. 1, p. 331. À Sesto Calende Cambry évoque « la rapacité des Sauvages » à l’affût de la « bona mancia » (ibid., p. 339).

71 Cf. supra, chap. 5.

72 [Voyage… en 1789], Paris, Bib. Nationale, Ms fr. n. a. 12035, p. 93-94.

73 Les paysans lombards « propres, bien faits », offrent ainsi chez Pocquet de Livonnière un contraste saisissant avec le peuple de Rome jugé « superstitieux, literal, et esclave » (manuscrit cité, p. 53 et 66). Monge juge de son côté que « le peuple [de Lombardie] est excellent, doux, laborieux, et digne de la liberté que lui préparent les succès des armes de la République » (lettre à son gendre Marey, Rome, 17 août 1796).

74 Lalande, Voyage en Italie…, éd. de 1790, cit., t. 1, p. 343.

75 A.-V. Arnault, Souvenirs d’un sexagénaire, Paris, Dufey, 1833, t. 3, p. 64.

76 Chateaubriand, Lettre deuxième à M. Joubert, Milan, lundi matin 21 juin 1803, dans Voyages en Amérique…,. cit, 1829, p. 327 (repris dans Œuvres romanesques et voyages, op. cit., t. 2, p. 1436).

77 [J. Raby d’Amérique], Journal pour mon voïage de Provence et d’Italie…, Bib. Munic, de Grenoble, Ms R 5600, f. 36v. Le commentaire de Raby est proche de celui de de Brosses (dont les lettres n’étaient alors pas publiées mais circulaient dans la bonne société). Il correspond à une véritable vulgate, selon laquelle les auteurs déploraient l’état d’inachèvement du Dôme et l’inutilité des travaux entrepris dans des parties qui se dérobaient à la vue (de Brosses, op. cit., t. 1, p. 123-125). Dans le même esprit, Coyer liquide la cathédrale de Milan en affirmant qu’elle « ne sera jamais qu’un monument gothique avec des dépenses immenses, si on la finit » (op. cit., t. 1, p. 66).

78 Voyage d’Italie, commencé le 29 octobre 1782, Bib. Munic, de Reims, Ms 1326, ff. 21r-22v.

79 J. Janin, Voyage en Italie, Paris, Bourdin, 1839, p. 225-228.

80 E. Quinet, op. cit., p. 142-144.

81 L’assimilation du Dôme à un glacier est un véritable cliché de l’époque romantique. Cf. F. Mercey : « nous aperçumes les innombrables aiguilles de la Basilique milanaise, qui brillaient à travers les feuillages des vignes, des chênes et des sycomores, comme un glacier à l’horizon. Plus on s’approche de Milan, plus l’éclatante blancheur de cette montagne de marbre contraste singulièrement avec la superbe et vigoureuse verdure de la plaine et le bleu sombre du ciel » (Le Tyrol et le Nord de l’Italie…, Paris, Paulin-Vimont-Bohaire, 1833, p. 56).

82 Les quelques dizaines de textes recensés par Monglond ne sont que la partie émergée d’un véritable iceberg, puisqu’entre 1800 et 1850 Claudine Lacoste a recensé la parution en librairie de 300 journaux de voyage dans les Alpes, sans compter les récits plus ou moins fragmentaires parus dans la presse (« Le journal du voyageur romantique dans les Alpes », dans V. Del Litto, E. Kanceff (dir.), Le Journal de voyage et Stendhal, Genève-Moncalieri, 1986, p. 399-401).

83 L’expression est de P. Berthier, en conclusion du volume dir. par V. Del Litto et E. Kanceff, Le Journal de voyage…, cit., p. 393. Sur la forme la plus extrême que donne Chateaubriand à cette présence du moi dans le récit de voyage, voir, dans le même volume, J.-C. Berchet, « De Paris à Jérusalem ou le voyage vers soi », ibid., p. 115-135.

84 Cf. de Brosses, op. cit., t. 1, p. 116, 122,150-151 ; Billerey, ms cité, ff. 17r-20r et 25r.

85 [J.-B. Le Blanc], « Dialogue sur les voyages, considérés comme faisant partie de l’éducation de la jeunesse », dans Dialogues sur les mœurs des Anglais, et sur les voyages…, Londres-Paris, Hochereau le jeune, 1765, p. 40.

86 Lullin de Châteauvieux, op. cit., p. 19.

87 Ibid., p. 383.

88 Ibid., p. 384.

89 Stendhal, Rome, Naples et Florence (1826), dans Voyages en Italie, éd. V. Del Litto, op. cit., p. 323.

90 Cambry, op. cit., t. 1, p. 329-330.

91 Cf. E. Kanceff (dir.), Goethe-Stendhal, mito e immagine del lago tra Settecento ed Ottocento, Genève-Moncalieri, 1988.

92 Ce rêve rousseauiste d’une nature proche des hommes s’affirme bien sûr, il faut le répéter, dès les années 1770. Billerey en offre un témoignage en 1782 lorsqu’il vante le « charmant spectacle » vu au mois de juillet dans la plaine du Mont-Cenis. Par contraste avec le « deuil de la nature » observé en novembre, il associe « l’abondance des fleurs et la vivacité de la verdure » aux signes de la présence de l’homme : « dans cette saison elle est couverte de troupeaux nombreux, ce qui donne de la vie à ce paysage ravissant. On pêche alors dans le lac les meilleures truites du monde et tout concourt à rendre ce paysage charmant » (ms cité, f. 8v).

93 Ainsi Billerey avait-il déjà affirmé le peu d’intérêt que présentait dans les îles Borromées les décorations de pierre de l’Isola Bella, privilégiant dans son commentaire les collines couvertes de guirlandes de vignes, les reflets du soleil sur les neiges et les glaces à l’aurore, les orangers et les arbres « toujours verts » (ms cité, ff. 17r-20r).

94 Valérie Boissier, comtesse de Gasparin, op. cit., t. 2, p. 403-404 (voyage en 1834).

95 Taine, lettre du 10 avril 1864, dans Voyage en Italie, Paris, Hachette, 1866, t. 2, p. 430-431.

Table des illustrations

Titre Tableau 13. LISTE DE VOYAGES PITTORESQUES ET DE RÉCITS PORTANT SUR LA LOMBARDIE ET PLUS GÉNÉRALEMENT SUR LES ALPES ET LE NORD DE L’ITALIE, PUBLIÉS EN FRANÇAIS ENTRE 1787 ET 1812 (PAR ORDRE CHRONOLOGIQUE DE PARUTION)15
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2004/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2004/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2004/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

© Publications de l’École française de Rome, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540