Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rome et la science moderne

 | 
Antonella Romano

Deuxième partie. Des mots et des images. L’édition scientifique

La culture scientifique à Rome au miroir des livres (1527-1650)

Apports et limites de l’approche bibliographique1

Laurent Pinon

Texte intégral

  • 1 Merci aux membres du groupe de recherche sur la « Culture scientifique romaine à l’époque moderne  (...)
  • 2 Nous renvoyons à l’introduction de ce volume.
  • 3 Laurent Pinon, Bibliographie des livres scientifiques imprimés à Rome (1527-1720), 2005 : http://w (...)

1De quels moyens disposons-nous pour appréhender la culture scientifique romaine dans son ensemble ? Comment la comparer avec celle d’autres espaces urbains de la période moderne ? Certains éléments de réponse sont déjà bien établis, grâce à une importante historiographie consacrée aux rapports entre science et religion, et renouvelée par des enquêtes récentes sur les caractères originaux de la culture scientifique romaine à la période moderne2. D’autres interprétations restent plus hypothétiques ou intuitives. Il semble donc intéressant d’en tester certaines à partir d’un corpus documentaire se prêtant à des analyses quantitatives. Ces enjeux sont à l’origine même de la Bibliographie des livres scientifiques imprimés à Rome, dont nous nous proposons de présenter les premiers résultats. Un inventaire de la production scientifique imprimée à Rome fournit en effet des données concrètes inédites, tout en évitant le prisme de débats historiographiques parfois trop chargés autour de la question des rapports entre l’Église romaine et la science. Cet inventaire en cours d’achèvement, a déjà permis de repérer 1 138 éditions scientifiques et techniques imprimées à Rome entre 1527 et 1720. Il est publiquement consultable sous une forme électronique, régulièrement enrichie3. La tranche chronologique 1527-1650, pour laquelle l’inventaire est quasiment définitif, permet de proposer une première série d’interprétations que nous voudrions présenter ici.

2Après avoir rappelé les principes constitutifs à l’établissement de cette bibliographie, je souhaiterais dégager les premiers résultats qui en ressortent et discuter dans quelle mesure elle permet de construire un panorama fiable de l’activité scientifique à Rome à la période moderne. Si l’analyse des publications apparaît bien comme une voie d’entrée privilégiée pour penser les spécificités d’une culture romaine de la science, il reste néanmoins utile, pour consolider les résultats obtenus, d’expliciter autant que faire se peut les distorsions qui peuvent affecter la perception ainsi ouverte. Trois types de distorsion peuvent être attendus. La conservation des livres : toutes les éditions imprimées au cours de la période existent-elles encore aujourd’hui ? Peut-on prétendre les avoir toutes trouvées ? La représentativité de ce qui est imprimé : qu’en est-il des œuvres restées manuscrites ? Quel est l’impact des obstacles à la publication liés au contexte romain ? La pertinence de la définition de Rome en tant qu’espace local : la ville isolée est-elle un espace cohérent du point de vue de la pratique de la science ?

3Nous tenterons d’estimer la manière dont ces facteurs sont susceptibles de déplacer le tableau de la culture scientifique romaine tel qu’il se dégage de l’inventaire des livres imprimés dans la cité pontificale.

Constitution d’une base de données

4Tout inventaire bibliographique un tant soit peu exhaustif suppose la définition précise des limites retenues. Autant ces contours peuvent être assez clairs lorsqu’il s’agit par exemple d’établir les annales d’un éditeur ou d’une officine d’imprimerie, autant ils peuvent sembler plus flous pour une enquête comme la nôtre. Les limites de ce que l’on pourrait appeler le livre scientifique et technique romain portent nécessairement une part d’arbitraire, dans leur définition initiale, et une part de subjectivité lors de leur mise en œuvre concrète. Nous voudrions expliciter aussi précisément que possible les critères retenus, sans perdre conscience de leur fragilité.

  • 4 Voir notamment la belle étude d’A. Chastel, Le sac de Rome, 1527, du premier maniérisme à la contr (...)
  • 5 Ces données indicatives ont été établies en recoupant l’inventaire du fonds italien de la British (...)
  • 6 Luis Gomez, De prodigiosis Tyberis inundationibus ab orbe condito ad annum MDXXXI commentarii, Rom (...)

5Sur le plan chronologique, une césure assez nette affecte le début du xvie siècle, celle du sac de Rome en 1527. Ce traumatisme marque en effet une rupture brutale dans la vie intellectuelle et sociale romaine4. Aucun livre ne semble avoir été publié avant 1530, soit une interruption de près de trois ans. Et encore cette année ne voit-elle paraître que trois éditions à Rome, au lieu d’un rythme annuel normal d’une bonne vingtaine5. Il faut ainsi attendre 1531 pour que reparaissent des ouvrages scientifiques, de petits volumes in-quarto de quelques dizaines de pages, rapidement imprimables, et à peu de frais. Le traité de l’Espagnol Luis Gomez sur les inondations du Tibre tient sur 4 feuilles de papier et demi. Le poème de Fracastoro sur la syphilis, d’une grande importance scientifique, n’est imprimé que sur huit feuilles de papier6. Ils sont respectivement imprimés par Antonio Blado et Francesco Minizio Calvo, deux des rares professionnels du livre qui parviennent à se maintenir de part et d’autre du sac, même si le second cesse son activité en 1531.

  • 7 Voir les exemples donnés dans A. Chastel, Le sac de Rome... cit., 1984.
  • 8 R. Laufer, L’espace visuel du livre ancien, dans R. Chartier et H.-J. Martin (dir.), Histoire de l (...)
  • 9 L’inventaire de M. B. Stillwell, The awakening interest in science during the first century of pri (...)

6La crise du sac de Rome, marquée par l’assassinat ou la fuite d’intellectuels de premier plan, et par la disparition de manuscrits majeurs, parfois simplement utilisés comme combustibles7, permet de considérer l’après 1527 comme une période neuve. Si l’on se place du point de vue plus général de l’histoire du livre, les années 1520 correspondent en outre à l’aboutissement de la forme moderne de l’imprimé, résolument émancipée du modèle manuscrit que les incunables s’attachaient à imiter. Le livre des années 1520 se caractérise en effet par ses pages de titre abouties, mettant en avant les noms d’auteur et d’éditeur, et par ses typographies variées qui soulignent différents champs de lecture de l’ouvrage8. À ces livres d’apparence moderne correspondent souvent des contenus renouvelés. On peut ainsi considérer que le sac marque une rupture entre une période d’édition humaniste au cours de laquelle sont massivement publiés des auteurs anciens ou médiévaux et la période postérieure qui, tout en continuant à voir la publication de travaux anciens, se tourne plus nettement vers des œuvres modernes9.

  • 10 Parmi la bibliographie sur les premiers périodiques savants signalons J.-M. Gardair, Le « Giornale (...)

7Le point d’aboutissement de l’enquête est fixé par commodité en 1720, année de la mort de Giovanni Maria Lancisi, grand archiatre pontifical et figure majeure de l’édition scientifique à Rome. Cette date quelque peu arbitraire coïncide à peu près avec la fin du long pontificat de Clément XI. Elle a l’avantage de nous mener au seuil de l’époque des Lumières, à un moment ou` les effets de la création des grandes académies scientifiques européennes sont tangibles et ou` la montée en puissance du périodique, qui devient un support majeur de diffusion de l’innovation scientifique, oblige à reconsidérer la place du livre scientifique10.

  • 11 Voir L. Giard, L’ambiguïté du mot « science », dans ce même volume.

8Il est plus délicat de définir ce que l’on entend par « livres scientifiques et techniques » pour une période de deux siècles. Une telle ouverture chronologique invite à la souplesse et au pragmatisme. Certaines catégories d’ouvrages, légitimement incluses dans le champ des sciences au xvie siècle, ne le seront plus deux cents ans plus tard11. Le domaine que l’on cherche ici à circonscrire empiriquement présente nécessairement des périphéries pour lesquelles la décision de retenir ou non un ouvrage dans la bibliographie comporte une part de subjectivité et peut prêter à discussion. Cela n’empêche pas d’expliciter les critères que l’on s’est attaché à respecter au mieux.

  • 12 Sur l’enseignement des mathématiques à la Sapienza, F. Favino, Matematiche e matematici alla « Sap (...)
  • 13 L’astrologie est en effet l’un des principaux domaines d’intervention des autorités de censure dan (...)
  • 14 Cela revient à exclure une large part des publications sur les monuments romains antiques, mais on (...)

9Un premier principe a consisté à embrasser largement pour ne pas exclure de manière anachronique des champs de savoir légitimes au cours de la période étudiée. Les grandes disciplines universitaires comme la médecine ou les mathématiques ne posent pas trop de difficultés, même si l’on peut noter en passant le décalage entre la médecine à laquelle sont régulièrement dévolues quatre ou cinq chaire universitaires et les mathématiques longtemps réduites à la portion congrue d’une unique chaire professorale12. L’astrologie, que l’on ne distingue pas ici de l’astronomie, l’apothicairerie sont également prises en compte, tout comme la magie et l’alchimie bien que ces deux domaines soient très peu représentés dans les publications romaines13. Pour bien rendre compte d’une époque ou`études livresques et réalisations pratiques sont souvent intimement liées, la bibliographie recense un vaste ensemble de traités techniques parmi lesquels des brochures d’inventeurs d’instruments ou de machines, des propositions pour mettre fin aux crues du Tibre ou des indications pratiques sur le calendrier réformé. Les livres d’architecture sont également retenus, dès lors qu’ils comportent une dimension mathématique ou technique tangible14. La philosophie est prise en compte, à l’exception des ouvrages traitant uniquement d’éthique ou de métaphysique. En revanche, la théologie, qui entre couramment dans les classifications des sciences au début de la période considérée, n’est pas incluse. Elle constitue en effet un domaine relativement cohérent et autonome qu’il semble possible, et même pertinent, de distinguer d’ouvrages qui relèvent plus directement de notre intérêt actuel pour l’histoire des sciences et des techniques. Précisons enfin que cette bibliographie ne se limite pas aux ouvrages strictement scientifiques : elle prend également en compte les livres apportant des éléments scientifiques ou techniques même s’ils traitent aussi, parfois principalement, d’autres sujets.

  • 15 On ne connaît par exemple le De visitatione aegrotantium de Pietro Castel-li, imprimé par Mascardi (...)

10Une fois ces limites posées, il importe de préciser que nous avons constitué un inventaire d’éditions. Alors qu’un catalogue de bibliothèque décrit des exemplaires singuliers, avec leur histoire propre et leurs éventuelles particularités, de fabrication ou de conservation, une édition apparaît plutôt comme un idéal-type. Elle peut être définie comme ce que l’on présume être le projet d’un auteur ou d’un éditeur. Il arrive d’ailleurs parfois que cet idéal abstrait ne corresponde à aucun exemplaire physiquement conservé de nos jours15. Décrire une édition suppose donc de s’assurer que les exemplaires examinés sont bien représentatifs du tirage dont ils sont issus. Il est souvent nécessaire d’en comparer plusieurs, dans des bibliothèques différentes, pour arriver à une description correcte.

  • 16 C’est le cas pour le traité d’Andrea Bacci, Le XII pietre pretiose, Rome, 1587, imprimé par Vincen (...)
  • 17 La Geometria prattica de Giovanni Pomodoro (Rome, S. Paolini, 1599) est ainsi reprise en 1603 avec (...)
  • 18 Nos analyses chiffrées correspondent à des dénombrements d’éditions. Mais beaucoup d’instruments b (...)

11Un autre principe méthodologique de cette enquête consiste à prendre en compte non pas les seules éditions originales mais l’intégralité des éditions et traductions romaines des œuvres considérées. Alors que l’historiographie des sciences tend souvent à survaloriser les premières éditions des « grandes » œuvres, dont on fait autant de jalons d’une vaste fresque historique, il faut noter que ce sont les rééditions, adaptations ou traductions qui permettent de mesurer l’impact réel d’une œuvre et sa circulation. Mais on rencontre là une difficulté spécifique au livre ancien, qui vient de l’existence fréquente d’états ou de variantes à l’intérieur d’une même édition. Un exemple simple est celui de l’édition partagée entre deux libraires qui s’associent pour financer une impression et font simplement réaliser deux pages de titre différentes pour y faire figurer leurs noms16. Un autre cas fréquent est la réémission, c’est-à-dire la réactualisation d’un « stock » d’ouvrages anciens avec une nouvelle page de titre, parfois avec une extension du texte d’origine17. Il est important de différencier les rééditions réelles (qui supposent une recomposition typographique) des émissions partagées ou des réémissions. En effet, tandis que la réédition est un signe de succès, les réémissions suggèrent au contraire l’existence d’invendus. Toute réédition présumée doit donc être soigneusement examinée pour vérifier qu’il ne s’agit pas d’une simple variante d’une édition antérieure. C’est à ce prix que l’historien peut restituer l’activité éditoriale réelle d’une période et obtenir des appréciations quantitatives fiables18.

12Les résultats qui suivent, portant sur la période 1527-1650, seront prochainement mis en regard avec les données en cours d’établissement pour le second xviie siècle et le début du xviiie. Les critères de sélection explicités plus haut conduisent à la constitution d’un corpus de 628 éditions imprimées à Rome entre 1527 et 1650, dont je voudrais maintenant présenter les caractéristiques tant bibliographiques que scientifiques et souligner les spécificités.

La place de Rome en Europe

13Mais auparavant, une question préliminaire peut être posée, celle de l’importance relative de Rome comme centre d’édition scientifique dans le contexte européen. L’absence d’enquêtes similaires consacrées à d’autres villes ne permet pas d’effectuer des comparaisons directes. Mais on peut cependant évaluer assez précisément le poids de Rome à partir de sondages dans des collections spécifiques.

  • 19 A catalogue of printed books in the Wellcome historical medical library. I. Books printed before 1 (...)
  • 20 On pourra se reporter aux données de M. Uscher Chrisman, Bibliography of Strasbourg imprints, 1480 (...)

14Une première possibilité d’évaluation du rang de Rome est offerte par le fonds ancien de la Wellcome Library de Londres, grande bibliothèque de référence dans le domaine du livre médical. Un catalogue des ouvrages imprimés avant 1641 permet d’effectuer un décompte des titres publiés dans les principaux centres européens, sur une période qui recoupe assez bien la nôtre (ce recensement ajoute toutefois les incunables et les livres du premier xvie siècle)19. Sur cet échantillon, Rome figure au 8e rang européen avec 180 titres. La ville est précédée de Venise, Paris, Lyon, Francfort, Bâle, Londres et Strasbourg. La présence de Londres dans cette liste est une distorsion liée à la localisation de la collection. On peut également noter que la ville de Strasbourg, particulièrement active au xve siècle, soit avant le début de notre enquête, perd ensuite de son importance au profit de Francfort, à partir des années 154020.

Graphique 1 – Huitième centre européen (fonds du Wellcome Institute).

  • 21 U. Zachert et al. (dir.), Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel, Verzeichnis medizinischer und nat (...)

15Ces résultats peuvent être affinés par confrontation avec une collection de nature bien différente grâce au catalogue des ouvrages de sciences et médecine de la bibliothèque de Wolfenbüttel21. Un index des lieux de publication ordonné chronologiquement permet de prendre en compte précisément la période de notre enquête. Wolfenbüttel, qui fut un temps la première bibliothèque d’Europe, reste aujourd’hui une référence pour le livre du xviie siècle et possède un fonds qui n’a aucune raison particulière de surévaluer les livres italiens ou romains. Sur ce second sondage, Rome pointe au 12e rang européen, reculant derrière Leipzig, Anvers, Cologne et Leyde. On observe cette fois une légère distorsion au profit des villes allemandes, plus nombreuses dans le peloton de tête, tandis que Londres disparaît sans surprise. Ces deux dénombrements aux résultats bien convergents permettent de considérer Rome, à une ou deux places près, comme la dixième ville européenne pour l’édition scientifique sur la période 1527-1650. Loin derrière les très grands centres comme Venise ou Francfort avec lesquels elle ne rivalise aucunement, la capitale italienne se place pourtant à un rang supérieur à ce que son seul poids démographique pouvait laisser escompter.

Graphique 2 – Douzième centre européen (fonds de Wolfenbüttel).

  • 22 Il en est de même pour Padoue, mais il faut invoquer dans ce cas la proximité immédiate de Venise, (...)
  • 23 M. Santoro, Storia del libro italiano. Libro e società in Italia dal Quattrocento al Novecento, Mi (...)

16Les sources précédentes permettent aussi d’analyser plus finement la position de Rome par rapport aux autres centres italiens. Ici encore les résultats convergent bien, ce qui conforte la représentativité du sondage. Dans les deux cas (graphiques 3 & 4), Rome arrive bien après Venise mais nettement devant les autres villes italiennes. Une grande cité universitaire comme Bologne se place ainsi loin derrière la capitale22. Mais on ne doit pas pour autant en conclure que l’édition romaine serait un tant soit peu spécialisée dans le champ scientifique ou technique : ce poids de la ville correspond simplement à son statut de second centre d’édition italien de la période23. Le rapport d’un à cinq entre les éditions scientifiques romaines et vénitiennes recoupe précisément le nombre total d’éditions attribuées aux deux villes. On peut donc dire que Rome a un niveau « normal » de publication scientifique par rapport à son activité éditoriale globale.

Graphique 3 – Deuxième centre italien (fonds du Wellcome Institute).

Graphique 4 – Deuxième centre italien (fonds de Woffenbüttel).

Caractères originaux du livre scientifique romain entre 1527 et 1650

17La place relative de Rome dans l’environnement européen étant maintenant mieux établie, il est temps d’exploiter les notices constituées dans le cadre de la Bibliographie des livres scientifiques imprimés à Rome pour analyser plus précisément les caractéristiques des ouvrages romains. Nous commenterons la distribution chronologique de ces éditions et les thèmes scientifiques et techniques qu’elles traitent avant d’entrer plus en avant dans leurs caractéristiques matérielles : langues, formats, éditeurs, illustration. La liste des auteurs et celle des dédicataires à qui ils choisissent d’offrir leurs livres imprimés sont également des éléments importants car ils aident à mieux cerner la figure du savant romain de notre période et son insertion sociale.

Chronologie générale des éditions

18Une distribution des éditions par tranches décennales permet de représenter l’évolution globale de la production scientifique romaine. On voit alors nettement l’impact du sac évoqué plus haut et le lent redémarrage de l’édition scientifique, à partir de 1531 (graphique 5).

Graphique 5 – Chronologie des éditions.

  • 24 Un dénombrement effectué sur les données de l’ICCU donne une moyenne supérieure à 60 éditions roma (...)
  • 25 Sur les 94 publications de ces années, 11 ont trait aux questions de calendrier et alimentent le p (...)

19Le xvie siècle apparaît comme une période relativement instable, avec une production irrégulière, avant un maximum atteint pour la décennie 1580. Le nombre d’éditions se stabilise ensuite à partir de la fin du siècle. Le creux des années 1560-1570 n’est pas attribuable à une conjoncture scientifique particulière mais relève de facteurs externes. On retrouve ici une tendance générale de l’édition romaine, qui s’effondre au début des années 1570, atteint un minimum vers 1577-1579 et redémarre fortement au début des années 158024. Le pic de publications scientifiques des années 1580 s’explique donc en partie par un essor de l’édition romaine, et même italienne, au cours de la décennie. Cet essor général coïncide en outre avec la réforme grégorienne de 1582 qui donne matière à quelques traités de controverse et, surtout, à la publication de nombreux calendriers perpétuels25. Ces années voient enfin l’entrée en activité de deux maisons d’édition particulièrement dynamiques, celle de Domenico Basa et celle des frères Zannetti, qui ont certainement contribué à accroître et à diversifier l’offre éditoriale romaine.

20Le graphe précédent, qui recouvre un ensemble diversifié de publications et qui révèle l’impact de paramètres exogènes, ne révèle pas des inflexions ou des temps forts de l’activité scientifique romaine. Pour voir apparaître ces derniers, l’échelle d’analyse pertinente serait plutôt celle du domaine disciplinaire. En revanche, les variations en volume de l’édition romaine sont un élément à prendre en compte pour analyser l’impact éventuel des politiques pontificales plus ou moins favorables à la culture scientifique.

Sujets des ouvrages

21Pour permettre des interrogations plus fines, la bibliographie recense les sujets des ouvrages. Une telle indexation par sujets appelle quelques remarques. Il n’était pas possible de l’établir à partir de catégories anciennes, attestées historiquement par un usage consensuel au cours de la période considérée. Sur deux siècles, de nombreux champs disciplinaires se trouvent reconfigurés, voire redéfinis. Des catégories fonctionnelles, définies empiriquement au contact des ouvrages, ont été retenues. Certaines se superposent avec des disciplines attestées historiquement, d’autres non. Des catégories secondaires permettent aussi de valoriser des domaines thématiques significatifs. Certains ouvrages médicaux, par exemple, peuvent être caractérisés par le terme « chirurgie », mais tous les livres de chirurgie entrent sous l’intitulé « médecine ». Ce dispositif de mots clés permet à la fois d’extraire les publications relatives à la chirurgie, et de trouver rapidement l’intégralité des publications médicales au sens large. Cette distribution en grands blocs thématiques offre un premier éventail disciplinaire des publications scientifiques romaines (graphique 6).

Graphique 6 – Sujets des ouvrages.

  • 26 Voir les autres études de ce volume sur la médecine romaine.

22L’importance de la médecine ressort nettement avec 41 % des publications. Ce chiffre élevé ne doit pas surprendre : la médecine représente en effet classiquement une fraction importante de l’édition d’ancien régime. On peut cependant rappeler qu’il s’agit, dans le cas romain, de la seule science bien structurée institutionnellement, avec un grand nombre de charges offertes : outre les clientèles privées il faut prendre en compte un grand hôpital comme le « Santo Spirito in Sassia », les fonctions en Curie, et plusieurs chaires universitaires26.

  • 27 Je renvoie ici à l’étude de A. Romano, La contre-réforme mathématique. Constitution et diffusion d (...)

23Deux grands domaines arrivent ensuite, les mathématiques et la philosophie. Sous le premier terme, nous regroupons, à côté de quelques classiques comme les éditions d’Euclide, tout ce qui relève de l’astronomie et l’astrologie non spécifiquement médicale. Cela représente un bloc de 138 éditions dont 65 traités d’astronomie. On peut noter l’importance des manuels d’enseignement dans ce champ mathématique, et le rôle majeur de Christoph Clavius, professeur de mathématiques au Collegio Romano, à qui l’on doit plus de 30 éditions27. Le bloc philosophique regroupe un vaste ensemble de 112 éditions, presque toujours fondées sur les catégories aristotéliciennes, que ce soient des commentaires de l’œuvre du Maître ou des cours imprimés, nombreux ici encore, structurés selon l’organisation des grands traités aristotéliciens. Il en est de même pour les positions de thèses de philosophie, immuablement ordonnées selon un parcours qui va de la logique à la métaphysique en passant par les différentes branches de la physique.

  • 28 Voir J.-M. Besse, Les grandeurs de la terre. Aspects du savoir géographique à la Renaissance, Pari (...)
  • 29 Luca Gaurico, Trattato d’astrologia judiciaria sopra le natività degli huomini, & donne, V. & L. D (...)
  • 30 Evangelista Quattrami, La vera dichiaratione di tutte le metafore, similitudini, e enimmi degl’ant (...)

24Après ces grands blocs thématiques, médecine, mathématiques et philosophie, qui correspondent aux trois champs scientifiques universitaires, apparaissent des thèmes moins institutionnalisés dans la vie romaine. L’histoire naturelle est représentée par 45 éditions dont plusieurs travaux de grande envergure sont à mettre au crédit de l’académie des Lincei. Un autre ensemble important peut être constitué avec les traités de technique ou d’architecture (45 éditions également). La géographie, enfin, est bien représentée à Rome, où elle bénéficie à la fois de la remontée d’informations provenant des missions catholiques et de la tradition de l’estampe cartographique, précocement développée dans la ville28. Notons enfin la quasi-absence de la magie et de l’alchimie, sans doute liée à un environnement pontifical peu favorable, qui tend même à se durcir. Publié à Rome en 1539, avec une dédicace au cardinal Ippolito d’Este, et plusieurs fois réédité (Nuremberg, 1540 ; Rome, 1550 ; Venise, 1552), le traité d’astrologie judiciaire de Luca Gaurico cesse rapidement d’être de mise et se voit même mis à l’index par Paul IV en 155929. Le seul traité d’alchimie est celui d’Evangelista Quattrami, ermite de saint Augustin et apothicaire du duc d’Este, qui défend sa discipline en attaquant le vocabulaire obscur de certains de ses faux praticiens30.

  • 31 Quatre publications en 1599, d’Andrea Bacci, Paolo Beni, Giacomo Castiglione et Giovanni Fontana, (...)
  • 32 La valeur pragmatique de l’antiquarianisme dans la culture scientifique romaine est bien illustrée (...)
  • 33 Les étapes de cette controverse sont rappelées par K. van Berkel, « Cornelius Meijer inventor et f (...)

25C’est en fait à une plus petite échelle, à l’intérieur de ces champs thématiques, que les spécificités d’une culture romaine de la science deviennent visibles. On voit alors apparaître des difficultés récurrentes, comme les inondations du Tibre qui suscitent de nombreux écrits. Chaque crue majeure réactualise les enjeux et entraîne de nouvelles publications : on en trouve une quinzaine pour la période 1527-1650, incluant des chroniques des inondations depuis l’Antiquité31. Dans ce cas, la reconstitution des méthodes des Anciens a des visées pratiques et guide les aménagements modernes : Andrea Bacci n’hésite pas à affirmer que ceux qui s’éloignent des solutions mises en œuvre par les Anciens risquent de lourdes déconvenues32. Le débat sur le Tibre rebondit à la fin du xviie siècle lorsque la menace d’effondrement d’un tronçon de la via Flaminia nécessite l’aménagement d’une boucle du fleuve. L’imprimé est le vecteur des attaques de l’architecte Carlo Fontana contre les travaux réalisés par l’ingénieur Hollandais Cornelius Meyer, tout comme des défenses de ce dernier33.

  • 34 Gabriel Fonseca, Medici oeconomia. In qua omnia quae ad perfecti medici munus attinent brevis expl (...)
  • 35 Domenico Panaroli, Aërologia, Rome, D. Marciano, 1642 et L’Aria Celimontana, ibidem. Souvent relié (...)

26Les problèmes de salubrité publique apparaissent aussi dans des imprimés, parfois fortement liés au contexte local comme les discussions sur la qualité de l’air romain. Derrière son titre générique, la Medici oeconomia de Gabriel Fonseca est en fait une étude sur la salubrité de la ville (site, air, eaux du Tibre) où ce médecin d’origine portugaise est établi34. En 1642, le médecin romain Domenico Panaroli accompagne son Aerologia, traité général sur la qualité des airs, d’un libelle consacré au monte Celio injustement accusé, semble-t-il, d’être peu salubre. Panaroli explique au contraire que l’air y est aussi bon qu’ailleurs à Rome et que cette colline est de surcroît bien exposée aux vents bénéfiques35. On trouve aussi beaucoup de textes prescriptifs sur les boissons ou l’alimentation. Les débats sur les mérites comparés de l’eau et du vin, des boissons fraîches ou à température ambiante, croisent ainsi une réflexion sur le jeûne et sur les prescriptions religieuses, logiquement plus prononcée en terre catholique qu’ailleurs.

  • 36 Voir l’édition récente : Egnatio Danti, Les deux règles de la perspective pratique de Vignole, 158 (...)
  • 37 Michele Mercati, De gli obelisci de Roma, Rome, D. Basa, 1589 ; Obeliscus Vaticanus Sixti V, Rome, (...)

27L’architecture également prend une tournure romaine particulière avec des publications de prestige souvent adossées à l’analyse de monuments ou de textes antiques. Les deux grands traités de Giacomo Barozzi, dit le Vignola, la Regola delle cinque ordini d’architettura publiée pour la première fois en 1562 et les Due regole della prospettiva pratica de 1583 sont maintes fois réédités, à Rome et ailleurs en Europe. De telles œuvres sont parfaitement en phase avec le contexte romain : elles reflètent la reconfiguration urbaine alors en cours dans la capitale pontificale, qui attire sur place des architectes de premier plan. Il faut compter aussi avec la présence à Rome d’Egnatio Danti36, mathématicien dominicain qui commente les aspects techniques du traité sur la perspective. Ces livres richement illustrés résultent aussi du dynamisme du marché de l’estampe à Rome, sur lequel nous reviendrons. En restant dans le champ des publications techniques, Rome est sans doute la seule ville où une demi-douzaine de traités sur le transport d’obélisques sont publiés en une quinzaine d’années. Le De gli obelisci de Roma de Michele Mercati est une édition de prestige de 460 pages où l’érudition antiquaire jouxte les notes techniques sur le transport d’obélisques. On trouve aussi un recueil composite conçu par l’éditeur Bartolomeo Grassi pour réunir les pièces publiées lors de la translation de l’obélisque de la place Saint-Pierre, y compris les récits des prières, processions, apposition de plaques de marbre sur le socle et autres cérémonies par lesquelles le monolithe antique se trouve surmonté d’une croix de bronze, et christianisé37. Dans ce cas particulier, l’ambitieuse politique urbaine du pape Sixte Quint trouve un écho direct dans les publications à caractère technique.

Langues et formats des livres

  • 38 Pour une définition du genre éditorial et une analyse de ses déclinaisons romaines au xvie siècle, (...)
  • 39 Nous ne prenons pas en compte ici les plans imprimés ou les planches d’atlas, nombreux à Rome, qui (...)
  • 40 Voir la belle édition critique : F. Cesi, Apiarium. Testo e traduzione, a cura di Luigi Guerrini, (...)

28Le processus de publication implique un certain nombre de décisions, d’auteurs ou d’éditeurs, qui affectent la réception d’un livre et de son contenu, rendu plus ou moins accessible. Il en est ainsi des langues et des formats choisis pour les ouvrages qui sont autant d’indices, partiels mais néanmoins signifiants, du lectorat recherché pour une édition. On sait que l’arbitrage entre latin et italien renvoie à des lectures plus ou moins érudites, mais il reste aussi tributaire des capacités linguistiques du rédacteur du texte (il n’y a donc pas toujours de choix effectif) et du genre éditorial dans lequel s’insère une œuvre. On trouve un phénomène du même ordre avec les formats des ouvrages, c’est-à-dire le nombre de pliages des feuilles de papier passées sous la presse. Le grand format (in-folio) correspond à des ouvrages volumineux et chers, compte tenu de la quantité de papier nécessaire à leur impression. Peu maniables, ils sortent rarement des bibliothèques, publiques ou privées, et sont donc plus pérennes que d’autres. Au contraire, les petits volumes « de poche » se prêtent à d’autres pratiques de lecture, et apparaissent beaucoup plus périssables. Rappelons que toutes les impressions scientifiques ne sont pas des livres : les « avvisi » et autres pièces de circonstance relatent aussi des tremblements de terres ou des phénomènes astronomiques38. Ces libelles, imprimés parfois sur une demi-feuille de papier, méritent bien d’être pris en compte dans un tableau d’ensemble de l’édition scientifique. Signalons enfin les planches isolées destinées à être pliées ou affichées. Cette forme éditoriale pose des problèmes évidents de conservation et de catalogage : on doit considérer ce qui nous est parvenu comme un échantillon de ce qui a été produit39. La Melissographia de Francesco Stelluti, par exemple, est une planche représentant l’anatomie externe de l’abeille telle que la révèle le tout nouveau microscope. Elle est publiée en l’honneur du pape Urbain VIII, lors du jubilée de 1625, en même temps que l’Apiarium de Federico Cesi, un tableau synoptique des connaissances sur l’abeille. Première représentation imprimée issue d’une observation microscopique, la planche de Stelluti est une belle innovation scientifique, étroitement corrélée au pouvoir pontifical40.

  • 41 Beaucoup sont connues par des exemplaires uniques et l’informatisation des catalogages devrait per (...)

29Si l’on en revient maintenant aux livres, on peut constater que le format choisi pour les publications scientifiques romaines est massivement l’in-quarto, taille médiane entre l’in-folio et les petits formats. Plus de la moitié des éditions (57 %) sont dans ce format, sans évolution significative au cours du siècle considéré ici. Cette prépondérance du format in-quarto, assez courante en Italie, ne doit pas être vue comme une originalité romaine ou une spécificité du livre scientifique. On peut noter par ailleurs la réduction en épaisseur des publications au cours du xviie siècle : si le format in-quarto se maintient, il est souvent employé pour des pièces très courtes, parfois limitées à quatre pages. Outre les « avvisi », évoqués plus haut, un autre genre de publication courte est représenté par les positions de thèses, distribuées lors des soutenances publiques dont la date et l’heure sont parfois indiquées de manière manuscrite à l’emplacement réservé. Nous en connaissons une vingtaine entre 1600 et 1650, mais cela reste très en-deçà de la publication réelle tant la conservation de ces pièces de petite taille est incertaine41.

  • 42 M. Santoro, Storia del libro italiano... cit., p. 107.

30Si l’on s’attache maintenant aux langues, on constate que le latin domine nettement la production romaine de notre période, avec 64 % des publications, et que presque tous les autres livres sont en italien (graphique 7). Le latin est plus fréquent pour l’édition scientifique que pour la production italienne du xvie siècle dans son ensemble, où l’on estime sa proportion à 52 % des ouvrages42. Il est normal que le livre scientifique recoure plus nettement au latin que d’autres champs éditoriaux. Mais cette proportion globale masque en fait des divergences parfois profondes entre différents champs de savoir. Si l’on considère les publications médicales dans leur ensemble, 72 % sont en latin (graphique 8). Cependant, à l’intérieur de ce bloc médical, les livres de chirurgie font fréquemment appel à l’italien et la part du latin descend à 22 %.

Graphique 7 – Distribution globale des langues.

Graphique 8 – Langues des livres médicaux.

31Dans un tout autre domaine, la philosophie, le latin domine très nettement avec 92 % des publications (graphique 9). Ici, la tradition universitaire et le contact avec les textes anciens ou sacrés expliquent l’usage presque exclusif de la langue ancienne. Au contraire, les ouvrages techniques sont massivement en italien : la part du latin chute alors à 7 % (graphique 10). On constate donc une forte disparité des choix linguistiques en fonction des champs scientifiques, disparité qui illustre bien le fait que ces ouvrages ne constituent pas un corpus univoque, mais appellent au contraire différents lectorats et plusieurs types de lectures.

Graphique 9 – Langues des livres philosophiques.

Graphique 10 – Langues des livres techniques.

  • 43 Euclidis elementorum libri XV, Rome, Antonio Blado, 1545 ; Variae historiae libri XIIII. Ex Heracl (...)
  • 44 S. Gregorii Nazianzeni Carmina selecta. Cyrilli Alexandrini de plantarum & animalium proprietate l (...)
  • 45 Καλενδάριον γρηγορίανον ὰιδιον, Rome, F. Zanetti, 1583.
  • 46 Antonio Blado est chargé en 1539 par Marcello Cervini d’imprimer des manuscrits grecs du Vatican : (...)
  • 47 Voir, sur l’acquisition de caractères orientaux, A. Tinto, Per une storia della tipografia orienta (...)
  • 48 Sur cette dernière édition : R. Cassinet, L’aventure de l’édition des Éléments d’Euclide en arabe (...)
  • 49 O. Pinto, Un’opera araba stampata a Roma, dans Studi bibliografici, Florence, 1967, p. 47-51.
  • 50 Michael Hesronita, Kalendarium iuxta S. Nicaeum I. concilium, gregorianamque ad eiusdem concilii p (...)

32Les autres langues restent exceptionnelles. Les quelques publications concernées font néanmoins apparaître des traits originaux du contexte romain et méritent à ce titre d’être présentées plus précisément. Les éditions grecques correspondent à des œuvres antiques : les Éléments d’Euclide édités par Angelo Cajani, les Histoires d’Élien, ou le Physiologus, traité de zoologie morale dont l’édition romaine assortie de vignettes gravées sur cuivre relève en partie d’une démarche antiquaire43. Un volume composite d’œuvres de Pères de l’Église est également publié en grec44. Notons encore une traduction du calendrier grégorien à l’usage des communautés grecques modernes45. Le choix d’un éditeur est évidemment très limité dans ces circonstances, peu d’imprimeurs disposant de caractères grecs. Antonio Blado dans les années 1540 puis Francesco Zannetti dans les années 1580 utilisent des fontes d’origine vénitienne46. La publication en langue arabe résulte d’un volontarisme éditorial affirmé, comme celui de la « Tipografia Medicea orientale », sous l’impulsion du cardinal Ferdinando de Medici47. Si le grand projet de Bible polyglotte romaine n’aboutit que très partiellement, on doit à cette officine trois éditions scientifiques en arabe, la Géographie d’al Idrissi (1592), le Canon d’Avicenne (1593) et les Éléments d’Euclide (1594)48. Auparavant, en 1585, un traité géographique d’un auteur arabe peu connu est publié par Robert Granjon et Domenico Basa49. Au xviie siècle, la publication scientifique en arabe se limite aux Isagoge de Thomas Obicinus, tandis qu’une adaptation du calendrier grégorien par un prêtre maronite est imprimée en syriaque sur les presses de Propaganda Fide50. Les exigences romaines en matière d’évangélisation et d’activité missionnaire suscitent ainsi indirectement des publications scientifiques qui seraient difficilement envisageables dans un autre contexte.

  • 51 Juan de Valverde, Historia de la composicion del cuerpo humano, Rome, A. Salamanca & A. Lafréry, 1 (...)
  • 52 Juan Gonzalez de Mendoza, Historia de las cosas mas notables, rites y costumbres, del gran Reyno d (...)

33En espagnol, deux traités importants sont publiés alors que leurs auteurs sont à Rome. Le livre d’anatomie de Juan de Valverde mobilise les réseaux espagnols de la capitale, comme le montrent le choix de l’éditeur, Antonio Salamanca, et du dédicataire, le cardinal Juan de Toledo51. L’autre traité est l’Histoire du royaume de Chine du Père augustin Juan Gonzalez de Mendoza, tableau d’ensemble du monde chinois accordant une bonne place aux progrès des missions franciscaines et augustines en Chine : sa publication à Rome est assez cohérente à cet égard52. Cette édition romaine est à l’origine d’un immense rayonnement européen. Outre les rééditions en Espagne et la traduction italienne publiée à Rome dès l’année suivante, on trouve des traductions en portugais (Lisbonne, 1586), français (Paris, 1588), anglais (Londres, 1588), allemand (Francfort, 1589), latin (Francfort, 1589) et flamand (Amsterdam, 1595). Dans ce cas particulier, par sa fonction de capitale religieuse, Rome se trouve être le premier lieu de diffusion d’une œuvre espagnole qui circule ensuite à travers l’Europe entière.

La concentration éditoriale

34Dans le cas du grec ou de l’arabe, évoqués plus haut, l’initiative de la publication revient à un éditeur, ou un commanditaire, qui souhaite rendre accessibles certains textes anciens. Mais on peut retourner la perspective et adopter le point de vue de l’auteur moderne actif à Rome et cherchant à éditer un texte scientifique ou technique. Malgré l’importance du nombre d’officines romaines (une vingtaine en moyenne sont simultanément actives au cours de la période) le choix d’un éditeur peut s’avérer limité en pratique, compte tenu de la forte prépondérance de quelques-unes de ces officines. On peut parler de concentration éditoriale élevée, en entendant par là le fait que les traités scientifiques et techniques soient imprimés par un nombre limité d’ateliers. Six officines familiales, celles des Blado, des Dorico, des Zanetti, des Facciotti, des Mascardi et des Grignani assurent à elles seules la moitié des éditions scientifiques et techniques sur les 120 ans considérés ici (graphique 11).

Graphique 11 – Concentration de l’édition scientifique : principales officines.

35Cette concentration, constatée sur l’ensemble de la période, est encore plus accentuée sur des intervalles de temps plus restreints dans la mesure où ces grandes officines ne sont actives que pour des durées limitées. L’activité des frères Dorico se limite à une courte période antérieure à 1560 ; Domenico Basa n’est actif qu’une quinzaine d’années ; Guglielmo Facciotti travaille de 1592 à 1632 ; les Zanetti interviennent à partir de 1576 seulement. Cela revient à dire qu’à un moment donné, il y a peu de portes où frapper pour faire publier un texte scientifique à Rome.

  • 53 Nous avons utilisé les données de l’ICCU (Instituto centrale per un catalogo unico) sur les éditeu (...)
  • 54 Merci à Sabina Brevaglieri et Giuseppe Grande pour m’avoir communiqué leurs données non encore pub (...)

36Peut-on pour autant considérer les ateliers précédents comme un tant soit peu spécialisés dans l’édition scientifique et technique ? Pour répondre à cette question, on peut rapprocher nos données d’une estimation de la production totale de ces ateliers (graphique 12)53. On constate alors qu’aucune officine ne voit son activité reposer massivement sur les publications scientifiques. Ces dernières sont même très marginales dans la production de Blado, qui, en tant qu’imprimeur de la chambre apostolique se voit confier d’innombrables pièces officielles. De même, Giacomo Mascardi, connu pour être l’imprimeur des « Lincei », n’est pas pour autant spécialisé et maintient une production bien diversifiée54. C’est plutôt l’officine des Zanetti qui apparaît comme la plus tournée vers l’édition scientifique et technique qui représente, avec 40 % de leur production selon cette estimation, une part décisive de leur fonds de commerce.

Graphique 12 – Édition scientique rapportée à l’activité totale.

  • 55 Voir la synthèse de V. Romani, Per lo stato e per la chiesa : la tipografia della Reverenda Camera (...)
  • 56 Voir par exemple F. Barberi, Paolo Manuzio e la Stamperia del Popolo Romano (1561-1570). Con docum (...)
  • 57 A. Tinto, Per une storia della tipografia... cit., reconstitue la création de ces caractères à Rom (...)

37Une autre particularité romaine est liée à la présence d’ateliers officiels, liés au gouvernement pontifical55. Après la « Stamperia camerale », tenue par la famille Blado et disposant du monopole de l’impression des actes officiels de la chambre apostolique, sont créées la « Stamperia del popolo romano » puis la « Tipografia vaticana », destinées à diffuser des textes liturgiques post-tridentins56. L’absence de continuité politique et économique dans la gestion de ces officines explique des glissements fréquents hors de leurs champs éditoriaux d’origine, souvent vers des publications humanistes ou scientifiques. La « Stamperia del Popolo Romano », sous la direction de Giorgio Ferrari, s’engage ainsi dans les années 1590 dans un vaste programme de réédition des Relationi universali du jésuite Giovanni Botero, constituées de quatre gros volumes et de quelques suppléments. À la fin du xvie siècle, la « Stamperia camerale » imprime des traités sur les inondations du Tibre, et même le De Distillatione de Giovanni Battista Della Porta, dont les pièces liminaires utilisent les caractères orientaux (hébreu, arabe, syriaque et cyrillique) gravés par Robert Granjon pour cette officine57. Bien qu’initialement destinés à d’autres fonctions, ces ateliers officiels comptent parmi les acteurs de l’édition scientifique romaine.

La place de l’illustration

  • 58 Sur ce système éditorial, voir L. Pinon, La Naturalis historia d’Adam Lonitzer, une œuvre mineure  (...)

38De manière générale, les coûts afférents à la réalisation des matrices en bois ou en cuivre contribuent à réserver les publications illustrées de grande ampleur aux rares ateliers suffisamment importants pour les mener à bien. Cela confère une sorte de monopole de l’édition scientifique illustrée à ces quelques grandes officines. C’est clairement le cas, par exemple, à Strasbourg ou à Francfort où la possession de vastes ensembles de bois gravés par quelques éditeurs leur permet d’inonder le marché d’un flot de compilations ou de rééditions d’histoire naturelle58.

  • 59 F. Barberi, Libri e stampatori nella Roma dei papi, dans Per una storia del libro. Profili, note, (...)
  • 60 L’éditeur français Antoine Lafréry en est un exemple parmi d’autres.
  • 61 Une des descriptions les plus complètes se trouve dans le catalogue N. Savage et al. (dir.), Briti (...)

39Le cas romain semble différent, et ce pour plusieurs raisons. On n’y trouve pas de vastes encyclopédies naturalistes équivalentes à celles du domaine germanique. Surtout, aucun des « grands » éditeurs scientifiques identifiés ci-dessus n’apparaît comme un spécialiste du livre illustré. Alors que l’illustration scientifique est globalement présente dans 36 % des ouvrages de notre corpus, le taux de livres illustrés est nettement inférieur pour les principaux éditeurs : 20 % pour Facciotti, et même 11 % seulement pour Grignani. Il existe en effet à Rome une production d’images imprimées largement autonome vis-à-vis des principales maisons d’édition, alimentée par le commerce florissant de l’estampe59. Que ce soit à travers les atlas, les vues de monuments ou d’objets antiques, les recueils de médailles ou de portraits, une tradition précoce de la gravure sur cuivre entretient à Rome une cohorte d’artistes et de graveurs spécialisés, souvent d’origine étrangère60. Cette culture de l’estampe, développée et affinée à travers d’innombrables représentations de ruines ou de monuments antiques, se déploie dans un second temps dans le livre scientifique. L’estampe apparaît dans les « antiporta » romains, frontispices allégoriques précédant la page de titre proprement dite. On la retrouve surtout mobilisée pour une illustration scientifique sous forme de grandes planches insérées dans les cahiers des livres, et pliées dans les volumes de petit format. On trouve même des livres non typographiés, mais intégralement imprimés à partir de plaques de cuivre comme les Due regole de Giacomo Barozzi. Ces plaques peuvent d’ailleurs être réutilisées, complétées voire modifiées au fil des retirages, ce qui rend particulièrement difficile le repérage, la datation et la description des différentes « éditions », qui sont dans ce cas de simples retirages auxquels l’éditeur peut procéder à sa guise61.

40Beaucoup plus précocement qu’ailleurs, l’estampe remplace à Rome la gravure sur bois. Il y a ainsi une sorte de découplage entre la partie typographique des ouvrages et les planches, exécutées par des artistes qui n’appartiennent pas au milieu du livre proprement dit. Ce découplage permet de comprendre que la concentration éditoriale évoquée plus haut ne soit pas fondée, dans le cas romain, sur le monopole d’une maîtrise technique de l’iconographie.

Les dédicataires

41Une autre caractéristique du livre scientifique romain est la forte présence de membres du haut clergé parmi ses dédicataires. On constate en effet une large prépondérance des papes (95 dédicaces) et des cardinaux (180) parmi les figures tutélaires sous la protection desquelles les auteurs ou les éditeurs placent leurs publications (graphique 13). Le groupe des papes et cardinaux représente à lui seul plus de la moitié des dédicaces. Le rôle de ces grands prélats apparaît sur les pages de titre romaines, où des armes surmontées des clés de saint Pierre ou d’un chapeau de cardinal remplacent souvent la traditionnelle marque d’imprimeur. Chapeaux et houppes cardinalices sont même couramment imprimés en rouge, au prix d’un double passage sur la presse. Il y a ainsi une certaine spécificité visuelle de la page de titre romaine. Derrière ces prélats vient encore un petit groupe d’évêques et archevêques (13 dédicaces). La haute noblesse, représentée notamment par les familles souveraines italiennes ou les monarques étrangers, est relativement discrète. Reste enfin un petit nombre de médecins auprès desquels certains auteurs tentent de se faire valoir.

Graphique 13 – Catégories de dédicataires.

  • 62 Juan de Valverde, Anatomia del corpo humano [...] con molte figure di rame et eruditi discorsi in (...)
  • 63 Le roi de France redevient un destinataire de dédicace à la fin du xviie siècle, grâce au rayonnem (...)
  • 64 Voir sur ce point les exemples de la contribution d’Elisa Andretta.

42Ces dédicaces peuvent refléter des relations de clientèle antérieures à l’installation à Rome : beaucoup d’auteurs continuent à bénéficier d’appuis provenant de leur province d’origine, à laquelle ils restent fidèles à travers leurs dédicaces. C’est le cas par exemple de médecins venus dans la capitale à la suite d’un prélat. Certains auteurs étrangers restent fidèles au monarque de leur patrie d’origine, tels Juan de Valverde ou le jésuite portugais Pedro da Fonseca qui dédicacent leurs œuvres au roi Philippe II62. De même, Christoph Clavius ou Athanasius Kircher rappellent leurs origines par des dédicaces à des membres des familles souveraines germaniques. Parmi les monarques étrangers, le rayonnement du roi de France, sensible au début de notre période, s’estompe logiquement après la paix de 155963. Le contingent non négligeable de dédicaces à des médecins correspond en partie à des controverses ou débats scientifiques par lesquels la publication est « adressée » à un collègue, sans qu’il s’agisse toujours d’une dédicace véritable. Mais il y a aussi le cas où un médecin récemment arrivé dédicace son ouvrage à un médecin haut placé, archiatre pontifical, « protomedico » ou professeur, susceptible de l’appuyer dans les étapes décisives de sa carrière64. Ces dédicaces, tout comme les adresses collectives aux médecins romains sont autant de stratégies d’insertion au sein d’un groupe.

  • 65 Cf. par exemple F. Barberi, Libri e stampatori... cit., p. 212. Cette insistance particulière acco (...)
  • 66 Ces 13 dédicaces correspondent à un long pontificat mais avec des volumes de livre imprimés assez (...)

43Le vaste ensemble correspondant au patronage pontifical ou cardinalice peut être examiné de plus près, pour identifier les pontifes ou les grandes familles qui se dégagent. La distribution des dédicaces pontificales fait ressortir les papes Clément VIII, Sixte Quint, Paul III et Urbain VIII (graphique 14). Mais ces chiffres bruts doivent être pondérés par la durée variable des pontificats (13 ans pour Clément VIII contre 5 pour Sixte Quint) et par les variations de la conjoncture éditoriale romaine (très dynamique sous Sixte Quint). Si le nom d’Urbain VIII est traditionnellement avancé comme exemple de soutien actif à la science65, on constaterait plutôt ici que ce pontife ne constitue pas une véritable exception, mais suit une voie déjà bien tracée par ses prédécesseurs, à commencer par Paul III, dont le mécénat fastueux trouve une traduction logique dans un nombre important de dédicaces66.

Graphique 14 – Principaux papes dédicataires.

  • 67 Voir l’étude de référence de I. Fosi, All’ombra dei Barberini : fedeltà e servizio nella Roma baro (...)
  • 68 Voir en particulier A. Menniti Ippolito, Il tramonto della Curia nepotista, papi, nipoti e burocra (...)

44Mais derrière un pape se trouve souvent une famille, des cardinaux neveux parfois, voire des fils naturels. À l’action directe des pontifes s’ajoute ainsi celle de leurs réseaux familiaux. Le mécénat exceptionnellement actif de Francesco Barberini, cardinal neveu puis vice-chancelier, est particulièrement visible à travers 26 dédicaces de livres scientifiques67. De même, 9 ouvrages sont dédiés au cardinal Montalto qui n’est autre qu’Alessandro Peretti, petit-neveu de Sixte Quint. On pourrait prolonger la liste avec les cardinaux ou princes Farnèse, les neveux Aldobrandini ou encore Giacomo Boncompagni, duc de Sora et fils naturel du pape Grégoire XIII. Au-delà de l’influence immédiate des cardinaux neveux, beaucoup de ces dédicataires sont potentiellement éligibles au trône pontifical et leur soutien peut être un gage pour l’avenir68. Si l’on associe aux dédicaces pontificales celles qui sont adressées aux membres de leurs familles, le graphe précédent se transforme légèrement au profit des Farnèse et des Barberini (graphique 15). Ces résultats sans véritable surprise permettent de dire que les mécènes romains bien connus tiennent aussi leur place dans le domaine du livre scientifique. Il ne semble pas non plus y avoir de pontife ou de famille romaine qui aurait joué de manière particulièrement forte la carte du soutien à l’édition scientifique.

Graphique 15 – Les grandes familles du patronage scientifique.

  • 69 Agostino Martinelli, Stato del Ponte Felice rappresentato alli eminentissimi, e reverendissimi Sig (...)
  • 70 Ou sur parchemin : la Biblioteca Riccardiana conserve ainsi un exemplaire sur vélin des Œuvres de (...)
  • 71 Nous proposerons ultérieurement une étude spécifique sur ces exemplaires de distinction romains.

45Ces données sur les dédicataires constituent néanmoins une précieuse pièce pour la réflexion sur les relations entre science et Église catholique à la période moderne. La prédominance du mécénat pontifical ou cardinalice doit être mise au compte des spécificités de la culture romaine de la science. On doit cependant s’interroger sur la signification de ce mécénat : est-ce en tant que représentants de l’Église, en tant que patriciat urbain cultivant des réseaux provinciaux, ou en tant que principales figures du pouvoir que les membres de ces familles apparaissent parmi les soutiens de la culture scientifique ? Tous les cas de figure se présentent dans la pratique : une étude détaillée des textes des dédicaces et des éléments qu’ils livrent sur la relation de patronage permettrait d’évaluer leur importance relative. Lorsqu’Agostino Martinelli dédie son traité technique sur la restauration du ponte Felice aux cardinaux de la « Sacra congregazione delle acque », ce n’est pas pour se mettre sous la protection de l’Église mais bien pour s’adresser directement aux ordonnateurs des travaux69. De même, beaucoup de traités sur les inondations sont dédicacés, collectivement ou individuellement à des cardinaux de cette congrégation. Une autre piste pour comprendre plus finement les ressorts du patronage est l’examen des exemplaires de distinction : tirages sur papier de qualité supérieure70, reliures de dons, manuscrits offerts avant l’impression ou dédicaces manuscrites sur des volumes imprimés sont autant de témoins concrets de la mise en œuvre effective de la relation de patronage71.

46Cependant, même en prenant pleinement en compte le fait que le patronage des papes et des prélats ne se laisse pas enfermer dans des motifs purement religieux, force est de constater que nous sommes bien loin ici de l’opposition caricaturale que l’on a parfois dressée entre science et Église.

Une production locale et contemporaine

  • 72 Au-delà du cas particulier du livre scientifique, ce contraste a déjà été noté par F. Barberi, Lib (...)

47Un autre trait saillant de cette production scientifique et technique romaine vient de son caractère inédit et local. Parmi ces publications, la proportion de premières éditions atteint près de 60 %, un chiffre élevé. Une part importante des rééditions correspond de surcroît à des réimpressions d’œuvres originales romaines. Il y a donc peu de travaux « importés », c’est-à-dire d’ouvrages publiés ailleurs et réédités à Rome. Autre constatation, l’écrasante majorité des auteurs sont encore en vie et résident dans la ville. Si beaucoup sont originaires d’autres provinces italiennes, voire de l’étranger, comme les pages de titre le rappellent, ils habitent généralement à Rome lorsque leurs livres y paraissent. Il y a là une différence fondamentale avec Venise, où sont massivement publiées des œuvres plus anciennes ou déjà imprimées72. Là où Venise imprime des traités de prestige destinés à être vendus à l’échelle européenne, la production romaine a des ambitions plus locales. Cela permet d’affirmer que la production imprimée romaine résulte en grande partie de la culture scientifique locale contemporaine, alors qu’un inventaire du même type sur la production vénitienne – au xvie siècle notamment – donnerait plutôt un reflet de la science européenne.

48Rome n’est pas, nous l’avons vu, l’un des grands relais européens de l’édition scientifique. Mais on peut tout de même constater un effet de centralisation et de captation à l’échelle de l’Italie centrale et méridionale. On peut citer par exemple, même s’ils ne sont pas toujours scientifiques, les récits de tremblements de terre imprimés à Rome immédiatement après les faits. Les séismes de Sicile ou de Naples donnent lieu à des « relazioni » romaines probablement destinées aux natifs de ces régions présents dans la capitale. D’autres textes romains concernent l’ensemble des États pontificaux et Rome endosse dans ce cas le rôle de capitale temporelle. La capitale religieuse universelle apparaît enfin à travers les traités de géographie qui bénéficient directement des informations centralisées par les réseaux de missions et les représentations diplomatiques ou à travers les publications en langues étrangères sur le calendrier réformé.

  • 73 U. Rozzo, Biblioteche italiane del Cinquecento tra riforma e controriforma, Udine, 1994 s’appuie a (...)

49Si l’on considère l’ensemble des publications, Rome apparaît surtout comme un centre typographique régional, assurant la diffusion d’une production scientifique et technique locale, ce qui soulève des questions sur l’échelle géographique de circulation des œuvres romaines. Notre inventaire donne peu de moyens pour y répondre et une enquête sur la présence des titres romains sur les marchés du livre (dans les catalogues des foires de Francfort par exemple) serait instructive à cet égard. Les recherches en cours sur les livres des couvents italiens à la fin du xvie siècle donneront sans doute des indications précieuses sur la circulation des publications romaines à l’intérieur de la péninsule73. D’autre part, les reliures et les marques de possesseurs des exemplaires des grandes bibliothèques étrangères permettent de constater que les livres romains, même s’ils n’étaient pas toujours faciles à acheter depuis l’étranger, circulaient malgré tout à travers l’Europe. Les libraires vénitiens, en particulier, écoulaient souvent des titres romains par l’intermédiaire de leurs correspondants à l’étranger. Au-delà des circuits économiques primaires, il ne faut pas oublier les envois directs par les auteurs, attestés par des mentions manuscrites sur certains exemplaires, ou les achats de bibliothèques entières, courants à l’époque des premiers bibliophiles, qui ont assuré une circulation internationale aux livres italiens, et aux idées qu’ils portent. La diffusion internationale est encore assurée par une centaine de rééditions d’œuvres originales romaines, à Venise, à Bâle ou à Paris, qui marquent les textes ayant eu le plus grand rayonnement.

  • 74 Nous restons ici en deçà de l’ordre de grandeur standard de 1 000 exemplaires par édition.

50La première tranche chronologique de cette enquête est donc d’ores et déjà riche en enseignements. Le premier est sans doute l’importance quantitative des publications relatives au domaine scientifique : 1 138 éditions représentent environ un million de livres distribués depuis Rome en deux siècles74. C’est beaucoup, surtout si l’on tient compte du fait qu’elles visent souvent un public régional. Même comparée aux très grands centres européens, Rome tient un rang plus honorable que ce que l’on aurait attendu a priori. De plus ces publications résultent en grande partie, nous l’avons vu, de travaux contemporains et de dynamiques locales. Le contexte romain ne peut donc pas être considéré comme répulsif pour la culture scientifique et technique.

51Les analyses précédentes font également apparaître certains traits originaux d’une culture romaine de la science. Cette dernière apparaît profondément imprégnée d’un héritage antique, encore bien visible dans la physionomie de la ville, mobilisé pour maîtriser les problèmes du présent et construire la Rome moderne. Les publications gardent à cet égard la trace des profonds aménagements qui marquent notre période : rationalisation du tissu urbain, édilité publique, alimentation en eaux, problèmes de salubrité publique. On peut noter les paradoxes du système éditorial romain, sans officines de première importance, mais avec une forte tradition d’associations de libraires ; avec des maisons d’édition officielles, mais dont l’activité déborde largement leurs missions d’origine ; avec un développement particulier de l’estampe, qui irrigue secondairement le système du livre ; avec une tradition affirmée de la publication d’apparat, dans un contexte de polycentrisme curial. Un autre point fort est le soutien effectif, et constant dans la longue durée, de la hiérarchie catholique. Même si beaucoup de dédicaces à des prélats relèvent du fonctionnement de l’État romain plus que de celui de l’Église à proprement parler, elles n’en attestent pas moins d’une liaison forte entre les praticiens de la science et la prélature romaine.

52Reste à s’interroger sur la véridicité du panorama ainsi tiré d’un corpus d’ouvrages, c’est-à-dire à analyser les distorsions qui peuvent intervenir entre les pratiques savantes effectives et le miroir qu’en donnent les publications imprimées locales. Se pose d’abord la question de l’exhaustivité de l’enquête. Pour les livres proprement dits (en entendant par là ceux qui sont imprimés sur au moins deux feuilles de papier), il est raisonnable de considérer que très peu ont disparu sans laisser de traces. On peut aussi estimer, vu le fort taux de recoupement que nous constatons d’un catalogue à un autre, que nous sommes parvenu à les trouver presque tous. La différence entre notre inventaire et ce qui a effectivement été publié peut être considérée comme suffisamment faible pour ne pas modifier sensiblement nos analyses. Il en est tout autrement en revanche pour les très petites pièces, « avvisi », « relazioni », affiches et autres, pour lesquelles les pertes sont sans doute massives. Ces pièces sont donc sous-représentées dans ce qui est parvenu jusqu’à nous.

53Autre limite fondamentale, tout ce qui n’est pas publié échappe à l’enquête : un inventaire systématique des manuscrits romains inédits en serait un pendant très utile. On peut simplement noter que la partie éditée représente en principe la partie consacrée de la production scientifique. Publier un livre d’une taille notable requiert en effet une certaine notoriété ou, à tout le moins, des fonds consistants. La publication n’est jamais une opération évidente et il y a certainement des traités importants restés manuscrits, et perdus, pour avoir manqué cette étape essentielle. Autre biais, l’enquête ne permet pas de voir dans quelle mesure le durcissement dogmatique consécutif à la réforme catholique a pu briser des vocations, interdire des publications ou faire fuir des auteurs. Cette rigidité accrue au cours du xviie siècle, bien attesté par l’historiographie, a sans doute freiné certaines initiatives, mais sans marquer de changement de cap majeur comme l’atteste par exemple l’absence de mises à l’index de traités scientifiques romains antérieurs, en dehors du traité astrologique de Gaurico déjà évoqué. Tout n’est pas stérilisé, loin de là, puisqu’une forte dynamique de publication scientifique se maintient tout au long du siècle. Le durcissement religieux n’empêche pas Rome de ravir à Venise la place de premier centre éditorial italien à partir des années 1650.

  • 75 Andrea Bacci, De thermis libri septem [...]. In quo agitur de universa aquarum natura [...] De bal (...)
  • 76 Ces liens passent en particulier par le libraire frioulan Domenico Basa, actif à Venise avant de v (...)
  • 77 C’est le cas par exemple du Ragguaglio del grandissimo e lagrimevole incendio della Terra di Colli (...)

54Au-delà des œuvres non imprimées il faut aussi tenir compte de la possibilité pour des auteurs romains de publier ailleurs, à Venise en particulier. On sait que la norme est plutôt de publier là où l’on se trouve, ce qui permet notamment de suivre le travail éditorial et de s’assurer de sa qualité. On le voit bien avec le parcours du médecin Pietro Castelli : lorsque ce prolifique auteur de traités médicaux quitte Rome en 1637 pour Messine où il est appelé à diriger le jardin botanique, c’est là-bas qu’il poursuit son programme de publication. Mais il existe des exceptions, souvent significatives. Andrea Bacci, archiatre pontifical qui publie normalement à Rome, passe par Venise pour son traité de référence sur les bains, qui sera simplement l’objet d’une réédition romaine posthume75. Le recours vénitien traduit ici une hiérarchie au sein des œuvres publiées : le De thermis, grand folio de 400 pages, est le premier gros ouvrage de Bacci, qui n’avait publié auparavant que de petites pièces au format in-quarto. La publication à Venise est d’ailleurs facilitée par d’étroites relations d’affaires entre les libraires romains et ceux de la capitale du livre76. Certaines publications importantes, effectuées à Venise parce qu’elles visent d’emblée le marché européen du livre, échappent donc à notre inventaire. De même, quelques ouvrages imprimés dans les environs de Rome, par des libraires romains parfois, n’entrent pas dans le spectre de notre enquête : les presses de Ronciglione, par exemple, travaillent souvent pour Rome77. On peut simplement noter que ces distorsions tendraient à minorer l’activité scientifique romaine : un inventaire des éditions publiées donne plutôt de celle-ci un tableau a minima.

  • 78 La plupart des enquêtes et des instruments de travail bibliographiques sont à l’échelle de la vill (...)

55Construire l’enquête à l’échelle d’une ville a une sorte d’évidence d’un point de vue bibliographique, mais il est clair que cette focale masque des relations de proximité et ne rend pas parfaitement compte de l’espace effectif de la culture scientifique romaine78. Si l’on considère la science universitaire, il serait pertinent d’élargir le champ de l’enquête à la ville de Bologne, première université des États pontificaux. On peut considérer Rome et Bologne comme un tandem capitale/université comparable, à bien des égards, au tandem Venise/Padoue. Cette échelle élargie serait sans doute la bonne pour ouvrir une réflexion sur l’importance qualitative des publications scientifiques romaines. Sans entrer dans cette discussion qui dépasse notre propos, on peut néanmoins évoquer un point qui pourrait être mal interprété : l’absence d’éditions locales des grands auteurs européens contemporains. Cela résulte de la taille réduite du marché du livre romain, et non d’un désintérêt pour ce qu’il se passe ailleurs. Si les œuvres qui jalonnent ce qu’il est convenu d’appeler la « Révolution scientifique » ne sont pas imprimées à Rome, elles y sont importées et lues, en latin, en anglais ou en français. Elles y sont également commentées et résumées dans des périodiques comme le Giornale de’ letterati et suscitent débats et expérimentations nouvelles. Autant de pratiques qui n’apparaissent qu’indirectement, par les citations en particulier, dans les imprimés romains.

  • 79 A. Romano, Il mondo della scienza, dans G. Ciucci (éd.), Roma moderna, Rome, 2002, p. 275-305. Cet (...)

56Outre le fait qu’elles ne portent que sur une première tranche chronologique, les considérations précédentes n’exploitent que très partiellement les possibilités offertes par la Bibliographie des livres scientifiques imprimés à Rome. Cette dernière se prête en effet à de nombreuses autres interrogations, dont on peut simplement donner ici quelques pistes. Elle pourrait notamment servir à une analyse centrée sur les auteurs, afin de dégager ce que pourrait être la « figure » du scientifique romain. Cela conduirait à nuancer l’idée, proposée pour une période plus tardive que la nôtre, selon laquelle ce sont des membres du clergé qui animent la scène scientifique locale79. Les religieux sont nombreux parmi les auteurs, mais le contexte culturel romain est néanmoins capable de susciter plus qu’une simple science de religieux.

57L’analyse des contenus des ouvrages et de la chronologie de leur publication a été faite ci-dessus à une échelle globale, qui tend à écraser les dynamiques proprement scientifiques. Des analyses du même type menées à l’intérieur de chacun des grands domaines thématiques ouvriraient la porte à une restitution fine des temps forts de l’activité scientifique à Rome et des moments de rupture qui la traversent. En tirant de la Bibliographie la liste des ouvrages qui les concernent directement, les spécialistes de différents domaines scientifiques ou techniques devraient trouver matière à analyser les modalités par lesquelles les grands mouvements intellectuels européens entrent en résonance dans le contexte romain, à travers leur réappropriation par les acteurs locaux. De telles enquêtes comparatives conduiront à une perception plus fine des spécificités d’une culture romaine de la science.

Notes

1 Merci aux membres du groupe de recherche sur la « Culture scientifique romaine à l’époque moderne » pour leur contribution à cette enquête et au personnel des bibliothèques sollicitées. Beaucoup d’ouvrages ont été décrits par Maria Conforti, Candice Delisle et Elisa Andretta que je remercie particulièrement.

2 Nous renvoyons à l’introduction de ce volume.

3 Laurent Pinon, Bibliographie des livres scientifiques imprimés à Rome (1527-1720), 2005 : http://www.hstl.crhst.cnrs.fr/bibliorome/. Cette bibliographie est hébergée par le portail « Histoire des sciences et des techniques en ligne » géré par le Centre Alexandre Koyré (CNRS) et dirigé par Pietro Corsi que nous remercions ici.

4 Voir notamment la belle étude d’A. Chastel, Le sac de Rome, 1527, du premier maniérisme à la contre-réforme, Paris, 1984.

5 Ces données indicatives ont été établies en recoupant l’inventaire du fonds italien de la British library et les données du catalogue collectif italien dressé par l’ICCU.

6 Luis Gomez, De prodigiosis Tyberis inundationibus ab orbe condito ad annum MDXXXI commentarii, Rome, Francesco Minizio Calvo, 1531, in-4° ; Girolamo Fracastoro, Syphilis, sive morbus Gallicus, Rome, Antonio Blado, 1531, in-4°.

7 Voir les exemples donnés dans A. Chastel, Le sac de Rome... cit., 1984.

8 R. Laufer, L’espace visuel du livre ancien, dans R. Chartier et H.-J. Martin (dir.), Histoire de l’édition française. I. Le livre conquérant, Paris, 1982, p. 479-499.

9 L’inventaire de M. B. Stillwell, The awakening interest in science during the first century of printing, 1450-1550. An annotated checklist of first edititions viewed from the angle of their subject content, New York, 1970, montre l’importance des traités antiques dans la production scientifique romaine antérieure à 1527. Voir aussi sur ce point A. Grafton (dir.), Rome reborn : the Vatican Library and Renaissance culture, New Haven-Londres, 1993.

10 Parmi la bibliographie sur les premiers périodiques savants signalons J.-M. Gardair, Le « Giornale de’ Letterati » de Rome, Florence, 1984. Un programme de recherche sur « Les périodiques savants dans l’Europe des xviie et xviiie siècles » est actuellement dirigé par Jeanne Peiffer et Jean-Pierre Vittu.

11 Voir L. Giard, L’ambiguïté du mot « science », dans ce même volume.

12 Sur l’enseignement des mathématiques à la Sapienza, F. Favino, Matematiche e matematici alla « Sapienza » Romana (xvii-xviii secolo), dans MEFRIM, 116, 2004, p. 420-469.

13 L’astrologie est en effet l’un des principaux domaines d’intervention des autorités de censure dans le champ du livre scientifique. Voir sur ce point la synthèse de U. Baldini, L’inquisizione romana e le scienze : etica, ideologia, storia, dans A. Borromeo (dir.), L’inquisizione, Cité du Vatican, 2003, p. 661-707.

14 Cela revient à exclure une large part des publications sur les monuments romains antiques, mais on peut noter que ces derniers font l’objet de bibliographies spécifiques. Voir, en outre, la contribution de J.-M. Besse et P. Dubourg Glatigny infra p. 369-430.

15 On ne connaît par exemple le De visitatione aegrotantium de Pietro Castel-li, imprimé par Mascardi en 1630, que par deux exemplaires imparfaits, l’un à Londres auquel manquent quelques pages centrales et l’autre à Urbino, dont la fin est absente. L’édition peut néanmoins être décrite par juxtaposition des deux.

16 C’est le cas pour le traité d’Andrea Bacci, Le XII pietre pretiose, Rome, 1587, imprimé par Vincenzo Accolti pour le compte des libraires Giovanni Martinelli et Bartolomeo Grassi. Les pages de titre mentionnent soit l’un, soit l’autre libraire.

17 La Geometria prattica de Giovanni Pomodoro (Rome, S. Paolini, 1599) est ainsi reprise en 1603 avec une page de titre refaite au nom de G. Martinelli. Mais il ne s’agit pas d’une réédition, puisque le corps du livre provient toujours de l’impression d’origine.

18 Nos analyses chiffrées correspondent à des dénombrements d’éditions. Mais beaucoup d’instruments bibliographiques décrivent séparément les émissions, ce qui gonfle artificiellement les chiffres.

19 A catalogue of printed books in the Wellcome historical medical library. I. Books printed before 1641, revised ed., New York, 1996.

20 On pourra se reporter aux données de M. Uscher Chrisman, Bibliography of Strasbourg imprints, 1480-1599, New Haven, 1982.

21 U. Zachert et al. (dir.), Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel, Verzeichnis medizinischer und naturwissenschaftlicher Drucke 1472-1830, XIV, Munich, 1982-1987.

22 Il en est de même pour Padoue, mais il faut invoquer dans ce cas la proximité immédiate de Venise, pôle d’édition sans équivalent européen.

23 M. Santoro, Storia del libro italiano. Libro e società in Italia dal Quattrocento al Novecento, Milan, 1994, p. 108, donne les estimations suivantes (extraites de données partielles de l’ICCU) pour le xvie siècle : Venise 8 923 titres ; Rome 2 139 ; Florence 1 100 ; Milan 860 ; Bologne 720 et Naples 491. Venise représente ainsi 48 % du nombre d’éditions italiennes. Au xviie siècle en revanche, la production vénitienne s’effondre et Rome devient, à partir des années 1640, le premier centre italien : ibidem, p. 175.

24 Un dénombrement effectué sur les données de l’ICCU donne une moyenne supérieure à 60 éditions romaines par an dans les années 1560 qui chute à 36 en 1577 avant de remonter à 80 en 1583 puis 232 cinq ans plus tard. Cet essor qui précède son pontificat ne peut donc pas être entièrement attribuable à la politique de Sixte Quint contrairement à ce que suggère L. Bellingeri et P. Costabile, Dinamiche produttive e mercato editoriale, dans M. L. Madonna (dir.), Roma di Sisto V : le arti e la cultura, Rome, 1993, p. 487-493.

25 Sur les 94 publications de ces années, 11 ont trait aux questions de calendrier et alimentent le pic qui apparaît sur le graphique.

26 Voir les autres études de ce volume sur la médecine romaine.

27 Je renvoie ici à l’étude de A. Romano, La contre-réforme mathématique. Constitution et diffusion d’une culture mathématique jésuite à la Renaissance, 1540-1640, Rome, 1999 (BEFAR, 306) et à sa bibliographie.

28 Voir J.-M. Besse, Les grandeurs de la terre. Aspects du savoir géographique à la Renaissance, Paris, 2003 et du même auteur, Face au monde : atlas, jardins, géoramas, Paris, 2003.

29 Luca Gaurico, Trattato d’astrologia judiciaria sopra le natività degli huomini, & donne, V. & L. Dorico, 1539. Il s’agit du seul traité scientifique romain de la période figurant à l’index, signe de l’efficacité locale des procédures de censure préalable. Sur la situation particulière de cet évêque astrologue, voir E. Percopo, Luca Gaurico ultimo degli astrologi : notizie biografiche e bibliografiche, dans Atti della R. Accademia di Arch., Lett. et Belle Arti di Napoli, 17, 1893-1897, p. 3-49 et P. Zambelli, Da Giulio II a Paulo III. Come l’astrologo provocatore Luca Gaurico divenne vescovo, dans F. Troncarelli (dir.), La città dei segreti. Magia, astrologia e cultura esoterica a Roma (XV-XVIII), Milan, 1985, p. 299-323.

30 Evangelista Quattrami, La vera dichiaratione di tutte le metafore, similitudini, e enimmi degl’antichi filosofi alchimisti... usati da loro nella descrittione, e compositione dell’oro potabile, elissire della vita, quinta essenza, e lapis filosofico, Rome, V. Accolti, 1587.

31 Quatre publications en 1599, d’Andrea Bacci, Paolo Beni, Giacomo Castiglione et Giovanni Fontana, et une encore en 1600 de Domenico Mora répondent ainsi aux inondations de Noël 1598. Voir V. Di Martino et M. Belati, Qui arrivò il Tevere, le inondazioni del Tevere nelle testimonianze e nei ricordi storici, Rome, 1980 et Roma, la città dell’acqua, catalogue d’exposition de la Biblioteca Casanatense, Rome, 1994.

32 La valeur pragmatique de l’antiquarianisme dans la culture scientifique romaine est bien illustrée par Nancy G. Siraisi, Historiae, natural history, Roman antiquity, and some Rome physicians, dans G. Pomata et N. Siraisi (dir.), Historia. Empiricism and Erudition in Early Modern Europe, Cambridge, 2005, p. 325-354 : p. 332.

33 Les étapes de cette controverse sont rappelées par K. van Berkel, « Cornelius Meijer inventor et fecit ». On the representation of science in late seventeenthcentury Rome, dans P. H. Smith et P. Findlen (éds.), Merchants and Marvels. Commerce, Science and Art in Early Modern Europe, New York, 2002, p. 277-294.

34 Gabriel Fonseca, Medici oeconomia. In qua omnia quae ad perfecti medici munus attinent brevis explanantur. Opus cunctis artis studiosis valde necessarium, Rome, A. Fei, 1623.

35 Domenico Panaroli, Aërologia, Rome, D. Marciano, 1642 et L’Aria Celimontana, ibidem. Souvent reliés ensemble, les deux volumes constituent ainsi un traité théorico-pratique.

36 Voir l’édition récente : Egnatio Danti, Les deux règles de la perspective pratique de Vignole, 1583, trad. et éd. critique par Pascal Dubourg Glatigny, Paris, CNRS éditions, 2003.

37 Michele Mercati, De gli obelisci de Roma, Rome, D. Basa, 1589 ; Obeliscus Vaticanus Sixti V, Rome, B. Grassi, 1587 : ce cahier de 8 pages précède 7 ou 8 pièces sur la translation dont le Discorso d’intorno all’historia della Aguglia, et alla ragione del muoverla de Filippo Pigafetta (1586).

38 Pour une définition du genre éditorial et une analyse de ses déclinaisons romaines au xvie siècle, voir T. Bulgarelli, Gli avvisi a stampa in Roma nel cinquecento, Bibliografia – Antologia, Rome, 1967.

39 Nous ne prenons pas en compte ici les plans imprimés ou les planches d’atlas, nombreux à Rome, qui font par ailleurs l’objet d’études spécifiques.

40 Voir la belle édition critique : F. Cesi, Apiarium. Testo e traduzione, a cura di Luigi Guerrini, traduzione di Marco Guardo, Rome, 2005.

41 Beaucoup sont connues par des exemplaires uniques et l’informatisation des catalogages devrait permettre d’en découvrir d’autres dans les années à venir. Elles ont surtout suscité jusqu’ici l’intérêt des historiens de l’art : V. Meyer, Les frontispices de thèses : un exemple de collaboration entre peintres italiens et graveurs français, dans Seicento, la peinture italienne du xviie siècle et la France. La documentation française, Paris, 1990, p. 105-123 et L. Rice, Pietro da Cortona and the Roman Baroque Thesis print, dans C. L. Frommel et S. Schütze (dir.), Pietro da Cortona. Atti del convegno internazionale, Roma-Firenze, 12-15 novembre 1997, Milan, 1998.

42 M. Santoro, Storia del libro italiano... cit., p. 107.

43 Euclidis elementorum libri XV, Rome, Antonio Blado, 1545 ; Variae historiae libri XIIII. Ex Heraclide de rebus publicis commmentariorum. Polemonis Physionomia. Adamantii Physionomia. Melampodis ex palpitationibus divinatio, Rome, Antonio Blado, 1545 ; Sancti patris nostri Epiphanii [...] ad Physiologum. Rome, F. Zanetti & G. Ruffinelli, 1587.

44 S. Gregorii Nazianzeni Carmina selecta. Cyrilli Alexandrini de plantarum & animalium proprietate liber nunc primum in lucem editus. Synesii Hymni decem. Clementis Alexandrini Hymnus, Rome, F. Zanetti, 1590.

45 Καλενδάριον γρηγορίανον ὰιδιον, Rome, F. Zanetti, 1583.

46 Antonio Blado est chargé en 1539 par Marcello Cervini d’imprimer des manuscrits grecs du Vatican : E. Layton, The sixteenth century greek book in Italy. Printers and publishers for the greek world, Venise, 1994, p. 29-30.

47 Voir, sur l’acquisition de caractères orientaux, A. Tinto, Per une storia della tipografia orientale a Rome nell’età della controriforma. Contributi, dans Accademie e biblioteche d’Italia, 41, 1973, p. 281-303 et, sur l’entreprise médicéenne, Id., La tipografia medicea orientale, Lucques, 1987.

48 Sur cette dernière édition : R. Cassinet, L’aventure de l’édition des Éléments d’Euclide en arabe par la Société typographique Médicis vers 1594, dans Revue française d’histoire du livre, 78-79, 1993, p. 5-51.

49 O. Pinto, Un’opera araba stampata a Roma, dans Studi bibliografici, Florence, 1967, p. 47-51.

50 Michael Hesronita, Kalendarium iuxta S. Nicaeum I. concilium, gregorianamque ad eiusdem concilii prescriptum emendationem, necnon et antiquum orientalium computum, Rome, Propaganda Fide, 1637, in-quarto. Sur Propaganda Fide, voir l’ancienne étude de M. Galeotti, Della tipografia di Propaganda, Turin, Marietti, 1866, et la contribution de Giovanni Pizzorusso dans ce volume.

51 Juan de Valverde, Historia de la composicion del cuerpo humano, Rome, A. Salamanca & A. Lafréry, 1556. Voir A. Carlino, Tre piste per l’Anatomia di Juan de Valverde : logiche d’edizione, solidarietà nazionali e cultura artistica a Roma nel Rinascimento, dans MEFRIM, 114, 2002, p. 513-541.

52 Juan Gonzalez de Mendoza, Historia de las cosas mas notables, rites y costumbres, del gran Reyno de la China [...] con un Itinerario del nuevo mundo, Rome, B. Grassi, 1585. Cette édition précède celle de Valence publiée la même année : Antonio Palau, Manual del Librero Hispanoamericano, 1953 (secunda edición), VI, p. 291. La dédicace semble attester la présence de l’auteur à Rome en 1585.

53 Nous avons utilisé les données de l’ICCU (Instituto centrale per un catalogo unico) sur les éditeurs précédents dans la limite des dates de notre échantillon (1527-1650), qui donnent un assez bon ordre de grandeur.

54 Merci à Sabina Brevaglieri et Giuseppe Grande pour m’avoir communiqué leurs données non encore publiées sur Mascardi. Voir notamment, outre sa contribution dans ce volume, S. Brevaglieri, L’Accademia dei Lincei e il libro : editoria e cultura a Rome all’inizio del Seicento, thèse de doctorat de l’Université de Florence dirigée par Renato Pasta, 2005.

55 Voir la synthèse de V. Romani, Per lo stato e per la chiesa : la tipografia della Reverenda Camera Apostolica e le altre tipografie pontifice (secc. XVI-XVIII), dans Il Bibliotecario, 15, 1998, p. 175-192.

56 Voir par exemple F. Barberi, Paolo Manuzio e la Stamperia del Popolo Romano (1561-1570). Con documenti inediti, Roma, 1942.

57 A. Tinto, Per une storia della tipografia... cit., reconstitue la création de ces caractères à Rome.

58 Sur ce système éditorial, voir L. Pinon, La Naturalis historia d’Adam Lonitzer, une œuvre mineure ?, dans Esculape et Dionysos. Mélanges en l’honneur de Jean Céard, Genève, 2008.

59 F. Barberi, Libri e stampatori nella Roma dei papi, dans Per una storia del libro. Profili, note, ricerche, Rome, 1981, p. 197-235, note bien (p. 207) l’exception que constitue Rome à cet égard.

60 L’éditeur français Antoine Lafréry en est un exemple parmi d’autres.

61 Une des descriptions les plus complètes se trouve dans le catalogue N. Savage et al. (dir.), British Architectural Library. Early printed books : 1478-1840, V, Londres-Munich, 1994-2003.

62 Juan de Valverde, Anatomia del corpo humano [...] con molte figure di rame et eruditi discorsi in luce mandata. Rome, Salamanca & A. Lafréry, 1559 ; Commentariorum Petri Fonsecæ in libros Metaphysicorum Aristotelis Stagiritae tomus secundus, Rome, G. Tornieri, 1589.

63 Le roi de France redevient un destinataire de dédicace à la fin du xviie siècle, grâce au rayonnement de l’Académie royale des sciences qui recrute des Italiens parmi ses membres statutaires ou correspondants.

64 Voir sur ce point les exemples de la contribution d’Elisa Andretta.

65 Cf. par exemple F. Barberi, Libri e stampatori... cit., p. 212. Cette insistance particulière accordée par l’historiographie à Urbain VIII pourrait être une sorte d’effet secondaire de l’affaire Galilée.

66 Ces 13 dédicaces correspondent à un long pontificat mais avec des volumes de livre imprimés assez faibles.

67 Voir l’étude de référence de I. Fosi, All’ombra dei Barberini : fedeltà e servizio nella Roma barocca, Rome, 1997 et, pour un cadre plus général, R. Ago, Carriere e clientele nella Roma barocca, Rome-Bari, 1990 ; H. Economopoulos (dir.), I cardinali di santa romano Chiesa : collezionisti e mecenati, Rome, 2003.

68 Voir en particulier A. Menniti Ippolito, Il tramonto della Curia nepotista, papi, nipoti e burocrazia curiale tra xvi e xvii secolo, Rome, 1999 et des études spécifiques, parmi lesquelles G. Baffioni et P. Boncompagni Ludovisi (dir.), Iacopo Boncompagni (1548-1612), Isola del Liri, 1997.

69 Agostino Martinelli, Stato del Ponte Felice rappresentato alli eminentissimi, e reverendissimi Signori Cardinali della S. C. dell’acque, Rome, N. A. Tinassi, 1682.

70 Ou sur parchemin : la Biblioteca Riccardiana conserve ainsi un exemplaire sur vélin des Œuvres de Turini.

71 Nous proposerons ultérieurement une étude spécifique sur ces exemplaires de distinction romains.

72 Au-delà du cas particulier du livre scientifique, ce contraste a déjà été noté par F. Barberi, Libri e stampatori... cit. : « È stato messo in rilievo il valore bibliografico di tante edizioni originali romane, rispetto alle molte ristampe veneziane di classici latini e italiani », p. 210.

73 U. Rozzo, Biblioteche italiane del Cinquecento tra riforma e controriforma, Udine, 1994 s’appuie ainsi sur la grande enquête de 1598 sur les bibliothèques de monastères italiens.

74 Nous restons ici en deçà de l’ordre de grandeur standard de 1 000 exemplaires par édition.

75 Andrea Bacci, De thermis libri septem [...]. In quo agitur de universa aquarum natura [...] De balneis totius orbis, & de methodo medendi per balneas, Rome, G. Mascardi, 1622.

76 Ces liens passent en particulier par le libraire frioulan Domenico Basa, actif à Venise avant de venir à Rome, où il est partie prenante des principales entreprises collectives : V. Romani, Per una storia dell’editoria romano tra Cinque e Seicento : note e documenti, dans Annali della Scuola speciale per archiviste e bibliotecari dell’Università di Roma, 15-16, 1975-1976, p. 23-64.

77 C’est le cas par exemple du Ragguaglio del grandissimo e lagrimevole incendio della Terra di Collio di Valtrompia, posta nel Territorio Bresciano, verso Tramontana [...]. Si vendano à Pasquino, per Marc’Antonio Benvenuti. In Brescia, in Padoa, e di nuovo ristampata in Ronciglione, per Lodovico Grignani, & Lorenzo Lupis, 1619 visiblement imprimé pour le marché romain.

78 La plupart des enquêtes et des instruments de travail bibliographiques sont à l’échelle de la ville. Faut-il, dans le cas romain, y associer la périphérie, voire l’ensemble des États de l’Église ? Ce problème d’échelle est évoqué dans l’introduction du volume J. Boutier, B. Marin et A. Romano (éds.), Rome, Naples, Florence. Une histoire comparée des milieux intellectuels italiens (xvie-xviiie siècles), Rome, 2005.

79 A. Romano, Il mondo della scienza, dans G. Ciucci (éd.), Roma moderna, Rome, 2002, p. 275-305. Cette proposition est faite sur un corpus qui privilégie les mathématiques, centrales dans la culture jésuite comme le montre bien A. Romano, La contre-réforme mathématique... cit., 1999.

Table des illustrations

Légende Graphique 1 – Huitième centre européen (fonds du Wellcome Institute).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1933/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Légende Graphique 2 – Douzième centre européen (fonds de Wolfenbüttel).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1933/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Légende Graphique 3 – Deuxième centre italien (fonds du Wellcome Institute).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1933/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Graphique 4 – Deuxième centre italien (fonds de Woffenbüttel).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1933/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Légende Graphique 5 – Chronologie des éditions.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1933/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Graphique 6 – Sujets des ouvrages.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1933/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Légende Graphique 7 – Distribution globale des langues.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1933/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Graphique 8 – Langues des livres médicaux.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1933/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende Graphique 9 – Langues des livres philosophiques.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1933/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Graphique 10 – Langues des livres techniques.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1933/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Légende Graphique 11 – Concentration de l’édition scientifique : principales officines.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1933/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Légende Graphique 12 – Édition scientique rapportée à l’activité totale.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1933/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 714k
Légende Graphique 13 – Catégories de dédicataires.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1933/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Légende Graphique 14 – Principaux papes dédicataires.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1933/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende Graphique 15 – Les grandes familles du patronage scientifique.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1933/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 364k

Auteur

© Publications de l’École française de Rome, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable