Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rome et la science moderne

 | 
Antonella Romano

Première partie. Circulations

Un pas vers la mesure du monde

Le voyage scientifique français à Rome et la quête de l’antique dans la seconde moitie du xviiie siècle1

Gilles Montègre

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier chaleureusement Antonella Romano ainsi que l’ensemble des membres du groupe d (...)
  • 2 La remarque peut être généralisée à la péninsule italienne dans son ensemble. L’italianiste grenob (...)

1L’historiographie du voyage à Rome au xviiie siècle s’est longtemps focalisée sur la pratique du Grand Tour, donc sur une approche esthétique ou égotiste des vestiges antiques romains par les voyageurs2. Ces derniers ne seraient ainsi venus chercher dans les statues antiques du « museo Pio Clementino » que le miroir du Beau idéal, et dans les promenades à l’ombre des ruines du « Campo Vaccino » que les instants propices à un épanchement de sentiments annonciateur du romantisme. Une lecture moins sélective des récits de voyage et une confrontation avec les correspondances privées de leurs auteurs permettent pourtant d’entrevoir chez nombre d’individus un rapport à l’antique en tous points différent.

  • 3 Cf. M. N. Bourguet et C. Licoppe (dir.), Instruments, travel and science : itineraries of precisio (...)

2Les voyageurs dont il sera question en ces pages ne sont ni des parlementaires, ni des artistes, ni de jeunes aristocrates venant parachever leur formation dans la péninsule, mais d’authentiques hommes de science, au sens ou` ils se pensent et se qualifient comme tels. Physicien, botaniste ou géologue : chacun d’entre eux apporte à Rome des méthodes d’investigation et d’expérimentation propres à sa discipline. Leurs recherches ferventes dans les collections romaines démontrent qu’au siècle des Lumières, les pratiques associées au voyage scientifique n’investissent pas seulement les lieux déserts et inhospitaliers que sont les sommets alpins, les volcans italiens ou ceux de la Cordillère des Andes. L’obsession de la mesure, l’éthique de l’exactitude habitant les savants-voyageurs de manière grandissante au fil du siècle3 touchent aussi les lieux les moins oubliés et les plus traversés du monde que sont les vestiges de la Ville éternelle.

  • 4 Cette étude s’inscrit ainsi dans la lignée chronologique des recherches présentées dans le catalog (...)

3Notre propos sera moins d’individualiser les témoignages de ces savants français que d’analyser les contacts qu’ils nouèrent avec les milieux antiquaires actifs à Rome dans la seconde moitié du xviiie siècle4. Comment l’expérience scientifique a-t-elle pu seconder ou remettre en cause les théories esthétiques en vigueur à Rome à l’avènement du néo-classicisme ? En quoi la pratique du collectionnisme par les antiquaires romains a-t-elle de son côté influencé les méthodes d’investigation des savants-voyageurs ? Les exemples mobilisés pour cette recherche visent en somme à éclairer les modalités de l’échange entre savoir antiquaire et pratiques scientifiques, nées du cosmopolitisme exacerbé caractérisant l’espace romain à l’époque du Grand Tour.

4Sur cette base, plusieurs types de questionnements peuvent être formulés. D’un point de vue méthodologique, il convient d’abord de se demander comment ces hommes de sciences français travaillent lors de leur séjour à Rome, et quelle importance respective ils accordent, dans leur rapport à l’antique, aux textes littéraires et aux vestiges archéologiques. En terme de rapports sociaux, il s’agit d’autre part de s’interroger sur le type de relation – subordination, condescendance ou entraide – qui s’instaure entre les savants venus de l’étranger et les milieux romains qui les accueillent. On se doit enfin de questionner le projet scientifique de ces savants français des Lumières, et donc la signification profonde que revêt pour eux le fait de se rendre à Rome et d’y mesurer des vestiges antiques.

5Trois thèmes ont été individualisés pour répondre à ces questions, en fonction des recherches menées de façon récurrente dans la cité sainte par deux générations d’hommes de science venus d’outremonts : l’expérimentation savante des données transmises par les auteurs gréco-latins, la recherche d’une mesure universelle dans les vestiges de l’ancienne Rome, et la quête de l’origine des marbres et autres pierres antiques rassemblées dans l’Urbs. Ces lignes thématiques fixeront en même temps un parcours chronologique qui mènera des années 1750 à la décennie pré-révolutionnaire, révélant ainsi l’influence croissante des méthodes et des paradigmes scientifiques sur les pratiques antiquaires.

La mise à l’épreuve scientifique de l’héritage littéraire antique

  • 5 Cf. M. Raskolnikoff, Histoire romaine et critique historique dans l’Europe des Lumières : la naiss (...)
  • 6 Comte A.C.P. de Caylus, Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines, VII, Pa (...)
  • 7 Dom B. de Montfaucon, L’Antiquité expliquée et représentée en figures, X, Paris, 1719-1722.
  • 8 Cf. A. Schnapp, De Montfaucon à Caylus : le nouvel horizon de l’Antiquité, dans La fascination de (...)

6Il apparaît nécessaire d’engager la réflexion autour du rapport complexe qu’entretiennent, dans la pratique des antiquaires comme dans celle des savants-voyageurs, les monuments antiques et les textes des auteurs gréco-latins. Le milieu du xviiie siècle correspond en effet à l’époque à partir de laquelle les vestiges archéologiques acquièrent pour les contemporains une valeur historique intrinsèque, tandis que les textes des auteurs de l’Antiquité sont soumis à une grille d’analyse critique rendant possible leur contestation5. Le début de la parution du Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines par le comte de Caylus en 1752 s’inscrit à plein dans ces nouvelles tendances6. À la différence du mauriste Bernard de Montfaucon, qui dans la première moitié du siècle avait fondé les 10 volumes de son Antiquité expliquée et représentée en figures sur l’analyse des monuments antiques comme simples illustration des sources littéraires classiques7, Caylus revendique l’intérêt d’appréhender les vestiges des anciennes civilisations comme source première de la connaissance du passé 8.

  • 9 J. J. Barthélémy, Voyage en Italie, imprimé sur ses lettres originales écrites au comte de Caylus, (...)
  • 10 Sur la figure du père Jacquier, cf. A. Galluzzi, P. Francesco Jacquier. Un erudito nella Roma del (...)
  • 11 F. Jacquier, Lettre à M. l’abbé Barthélémy, au Palais de son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de (...)
  • 12 J. J. Barthélémy, Mémoire sur les anciens monuments de Rome, dans Id., Voyage en Italie... cit., p (...)

7Comment cette inversion du rapport entre sources littéraires et sources matérielles se traduit-elle dans la pratique des antiquaires et des savants présents dans la Ville éternelle à la même époque ? On en trouve une intéressante illustration dans le cas d’une collaboration entre un antiquaire et un homme de science français dans la Rome des années 1750. Le premier est une figure, bien connue en son temps, de la République des Lettres et des Sciences : l’abbé Jean-Jacques Barthélémy. Avant de devenir l’auteur à succès du Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, il avait accompli en 1756-1757 un séjour à Rome afin d’y acquérir quantité de monnaies et médailles destinées aux collections royales. Dans la correspondance suivie qu’il entretient depuis Rome avec le comte de Caylus, Barthélémy apparaît cependant tout autrement que sous les traits d’un banal collectionneur9. Son rapport à l’antique repose sur la même conviction que Caylus, à savoir que les vestiges archéologiques ont une valeur historique première, supérieure à celle des récits des historiens de l’Antiquité. Ainsi, ayant lu dans Cassiodore que le Colisée avait coûté une somme démesuré aux empereurs flaviens, Barthélémy se met en tête d’estimer cette dépense, afin d’éprouver scientifiquement la valeur du texte ancien. À cette fin il fait appel au savant minime François Jacquier, alors titulaire de la chaire de physique expérimentale à l’université de La Sapienza10. Profitant d’un beau matin de novembre 1756, le père Jacquier quitte donc son couvent de la Trinité-des-Monts pour accomplir une mission aussi étrange que périlleuse : celle d’estimer le juste prix du Colisée. Accompagné d’un architecte, le Minime mesure d’abord avec précision la circonférence et la surface de l’édifice afin d’évaluer le nombre de pierres utilisées pour sa construction. Convertissant le résultat obtenu en monnaie romaine, il y ajoute le coût de ce qu’il appelle la « main d’œuvre », et aboutit à la somme de 3 278 000 « scudi », soit pas moins de 17 millions de livres11. Fort de ce résultat, l’abbé Barthélémy peut affirmer dans son Mémoire sur les anciens monuments de Rome, lu devant ses confrères de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres à son retour en France en 1757, que Cassiodore n’exagérait point en disant que Vespasien avait fait couler un fleuve d’or pour construire le célèbre amphithéâtre12.

  • 13 Rappelons à cet égard la part que prirent à ce processus les fouilles conduites au même moment sur (...)
  • 14 J. J. Barthélémy, Voyage en Italie... cit., p. 144.

8Par delà son aspect anecdotique, cet épisode apparaît révélateur à plus d’un titre. Il témoigne d’une part du rôle joué par les monuments de la Rome antique dans le processus d’affranchissement du savoir antiquaire vis-à-vis du primat des sources textuelles13. Il rend compte d’autre part d’une curiosité nouvelle à l’égard des réalités concrètes de l’Antiquité : l’intérêt porté à la question des dimensions, des prix ou de la main d’œuvre place l’ « antiquaria » romaine au tournant du xviiie siècle à la source de la science archéologique moderne. Enfin, l’association de l’abbé Barthélémy et du père Jacquier révèle combien la Rome du « Settecento » constituait un cadre géographique propice à une rencontre fructueuse du savoir antiquaire et des pratiques scientifiques. Les mesures prises par Jacquier à l’initiative de Barthélémy ne se limitèrent pas en effet au Colisée : par une lettre du 6 juin 1756, l’abbé annonçait à Caylus qu’il s’apprêtait à mesurer avec le savant minime les pieds antiques romains conservés au Capitole14. Dans leurs finalités propres, les relevés du Colisée prescrits par Barthélémy avaient un horizon borné de manière circulaire : partant du monument, ils débouchaient sur un apport cognitif n’ayant pas d’autre objet que le monument lui-même. Cela fait toute la différence avec les mesures relatives aux pieds romains, qui ne suscitèrent pas seulement l’intérêt d’antiquaires comme Jean-Jacques Barthélémy, mais aussi celui de véritables hommes de sciences.

La quête d’une mesure universelle

  • 15 M. N. Bourguet et C. Licoppe, Voyages, mesures et instruments. Une nouvelle expérience du monde au (...)

9L’unification des poids et mesures, avant d’être une œuvre accomplie par la Révolution française, fut un idéal partagé et défendu de longue date par nombre d’hommes de science des Lumières. Dans ce combat visant à trouver une mesure susceptible d’être reconnue par toutes les provinces et toutes les nations, la référence à la Rome antique a joué aux yeux des contemporains un rôle déterminant et pourtant méconnu. Les travaux de M. N. Bourguet et de C. Licoppe ont montré combien la seconde moitié du xviiie siècle fut marquée dans le monde savant par l’émergence d’une éthique de la précision et de l’exactitude, reposant sur l’utilisation raisonnée d’instruments de mesure coordonnés et diversifiés15. C’est dans cette perspective qu’il faut replacer la recherche obstinée, par plusieurs savants français en voyage à Rome, de l’unité de mesure principale ayant servi aux anciens Romains.

  • 16 C. M. de La Condamine, Nouveau projet d’une mesure invariable propre à servir de mesure commune à (...)
  • 17 C. M. de La Condamine, Extrait d’un journal de voyage en Italie, dans Histoire de l’Académie royal (...)
  • 18 Ibidem, p. 356.

10Dans un mémoire présenté à l’Académie des sciences en 1747, le physicien Charles-Marie de La Condamine, déjà connu à l’époque pour ses expéditions scientifiques en Amérique latine, cherchait à démontrer l’utilité d’une mesure commune à toute les nations, afin que les mathématiciens et les commerçants de tous les pays parlent entre eux le même langage. Citant en exemple la Rome antique, il rendait hommage à « cette nation si éclairée, qui se faisait honneur d’abandonner aux autres peuples la gloire des sciences et des arts », mais qui « avait établi l’unité des poids et mesures dans les vastes pays de sa domination »16. Huit ans plus tard, à l’occasion d’un voyage en Italie, La Condamine se donnait pour mission, par l’étude des vestiges de la Rome antique, de retrouver la valeur exacte du pied romain, dans l’espoir de le proposer comme mesure universelle à ses contemporains17. Ses investigations commencent par ce qu’il nomme les quatre pieds antiques du Capitole. Par ce terme étaient désignés des monuments funéraires consacrés à quatre architectes romains, sur lesquels étaient sculptés les attributs représentatifs de leur profession : équerres, compas, marteau, et une réglette censée reproduire la dimension du fameux pied romain. La Condamine n’est certes pas le premier à avoir tenté de retrouver la valeur des mesures anciennes par le biais de ces bas-reliefs rassemblés dans le nouveau musée du Capitole. Mais il est celui qui manifesta les plus vifs scrupules d’exactitude dans leur relevé, au point de faire mouler en creux les dits bas-reliefs et de déposer ces moules entre les mains de l’abbé Barthélémy, devenu directeur du cabinet des médailles du roi. « Ainsi l’on pourra désormais, écrit La Condamine, à Paris comme à Rome, examiner et comparer entre elles ces 4 mesures, et en tirer les mêmes conséquences que si on avait sous les yeux les originaux tels qu’ils sont aujourd’hui »18. On saisit par cette affirmation à quel point l’appropriation des anciennes mesures romaines était susceptible de constituer pour les savants français un enjeu national sur la scène scientifique européenne.

  • 19 Les trois premiers tirent leur nom des architectes antiques auxquels les monuments funéraires étai (...)
  • 20 C. M. de La Condamine, Extrait d’un journal de voyage en Italie... cit., p. 359-364.
  • 21 Ibidem, p. 363.

11Pour autant, La Condamine ne se résout pas à considérer les pieds de Statilius, Cossutius, Ebutius et Capponi19 comme des étalons assez fidèles de l’unité de mesure antique : leur représentation sur des stèles funéraires dénote une fonction avant tout symbolique et commémorative, les bords de chacun d’entre eux ont pu être émoussés par le temps, et leurs dimensions respectives ne sont de toute façon pas égales entre elles. N’ayant pu découvrir la valeur exacte du pied romain à l’échelle de simples bas-reliefs, La Condamine va tenter de la déduire de l’étude des plus vastes monuments de la Rome antique. Partant de l’hypothèse que les dimensions fondamentales des grands édifices romains ne peuvent que correspondre à des chiffres ronds, il décide d’en mesurer très exactement les longueurs, dans l’espoir de trouver quelle mesure attribuée au pied romain permettrait de subdiviser ces longueurs sans qu’il y ait de reste. À l’aide d’une chaîne de fer qu’il tend à l’intérieur du Panthéon ou qu’il laisse pendre du haut des colonnes trajane et antonine, le savant français entend conserver les dimensions des plus célèbres édifices antiques, « avec autant de précision, écrit-il, que si ces monuments étaient transportés à Paris »20. Cette méthode nouvelle n’apporte cependant guère plus d’éclaircissements que la précédente. Dans la relation qu’il fait de son voyage à l’Académie des sciences en 1757, La Condamine doit se contenter d’affirmer « qu’en faisant le pied antique romain de 131 lignes, c’est-à-dire de 10 pouces 11 lignes de notre pied de roi, peut-être d’un peu moins, on s’éloignera très peu de la vérité »21.

  • 22 Sur Secondat et son entourage, cf. F. Cadilhon, Au nom du père : Jean-Baptiste de Secondat et ses (...)
  • 23 Bibliothèque Municipale de Bordeaux (dorénavant BMB), Manuscrit 2690, pièce 4. Sur l’impact intell (...)
  • 24 Sur Latapie, cf. J.-P. Bériac, Un savant du siècle des Lumières : François de Paule Latapie, 1739- (...)
  • 25 Les 14 cahiers manuscrits de ces Éphémérides sont conservés chez les descendants du voyageur dans (...)

12Cette recherche d’une mesure universelle basée sur le pied romain antique, véritable « nombre d’or » de l’homme de science des Lumières, ne fut pas limitée au milieu des savants académiciens parisiens. C’est ce dont témoigne la figure du naturaliste bordelais Jean-Baptiste de Secondat, fils de Charles-Louis de Montesquieu22. Passionné d’agronomie, de botanique et de minéralogie, Secondat est lui aussi à la recherche d’une mesure commune qui permettrait d’améliorer le commerce et l’agriculture dans la province d’Aquitaine. À cette fin, il écrit en 1767 au père Revillas, professeur de mathématique à La Sapienza, pour obtenir des informations sur les anciennes mesures romaines. Sur la base des données envoyées par le savant religieux, Secondat présente la même année à l’Académie de Bordeaux un Mémoire pour servir à la comparaison des mesures23. Mais pour reprendre l’enquête sur le pied romain antique au point ou` La Condamine l’avait abandonnée, un séjour à Rome s’avère indispensable. C’est trop en demander au fils de Montesquieu qui, obsédé par la gloire posthume du père, se terre dans le château familial de la Brède et se dérobe à toutes les invitations au voyage. Contrairement à ce qu’affirment plusieurs notices historiques qui lui sont consacrées, le baron de Secondat ne se rendit jamais en Italie. En revanche, il y envoya à sa place un jeune botaniste bordelais qui avait vécu dans l’entourage de son père au soir de sa vie : François de Paule Latapie24. La correspondance entre Secondat et Latapie, conservée à la bibliothèque municipale de Bordeaux, illustre le cas tout à fait singulier d’un voyage scientifique à Rome par procuration : au gré des sollicitations contenues dans les lettres reçues de la Brède, Latapie rend visite aux savants romains et se déplace dans les innombrables bibliothèques et collections de la Ville éternelle. Jointe au volumineux journal que Latapie a laissé de son voyage25, cette correspondance permet de suivre pas à pas les nouvelles recherches sur les mesures anciennes menées à Rome en 1775-1776 par ce couple de savants français.

  • 26 Cf. figure.
  • 27 L. Paetus, De mensuris et ponderibus romanis et graecis cum his quae hodie Romae sunt collatis lib (...)
  • 28 BMB, Ms 2715, pièce 46 : lettre non datée de Secondat à Latapie.
  • 29 BMB, Ms 3146, pièce 17 : lettre écrite de Naples par Latapie à Secondat, le 15 févier 1776.
  • 30 F. de P. Latapie, Éphémérides, journée du 17 septembre 1776.
  • 31 BMB, Ms 2688 : lettre écrite de Venise par Latapie à Secondat, le 28 novembre 1776. Pour cette rep (...)
  • 32 BMB, Ms 2690, pièce 9 (2) : lettre écrite de Rome par Latapie à Secondat, le 23 septembre 1776.

13Sur les traces de ses prédécesseurs, Latapie s’intéresse fort logiquement aux quatre pieds antiques du Capitole, qu’il reproduit avec une fidélité scrupuleuse dans son journal de voyage26. L’originalité des ses expérimentations sur les mesures romaines repose cependant sur une technique qui avait été négligée par La Condamine. Elle lui est suggérée par un ouvrage de Lucas Paetus, jurisconsulte romain du xvie siècle, consacré aux mesures grecques et romaines27. Il y est fait référence à un vase conservé au palais Farnèse qui aurait « servi de règle pour apprécier les poids des liquides chez les Romains ». Dans une de ses lettres, Secondat charge Latapie d’en retrouver la trace28. Après plusieurs mois de recherches romaines infructueuses, Latapie nourrit l’espoir de retrouver ce fameux Congius Farnèse dans les collections napolitaines, le palais Farnèse étant à cette époque le siège de l’ambassade du Royaume des Deux-Siciles. Or, c’est précisément à Naples que Latapie apprend du Père della Torre que le Congius, étant « tombé dans les mains des jésuites », se trouve bel et bien à Rome, mais dans les collections du museum kircherianum29. De retour dans la Ville éternelle, Latapie sollicite donc le gardien du célèbre musée du Collegio Romano : Orazio Orlandi. La posture de ce dernier, telle qu’elle est décrite dans le journal de Latapie, revêt un intérêt tout particulier : présenté à la fois comme un amateur d’antiquités et comme un minéralogiste, Orazio Orlandi apparaît bien au cœur du lien qui unit « scienza » et « antiquaria » dans la Rome du xviiie siècle30. Grâce à ses compétences et à sa bonne volonté, Latapie ne tarde pas à retrouver le précieux vase, dont il prend des mesures exactes et reproduit la forme avec précision dans une lettre envoyée à Secondat31. Mieux encore, le jeune naturaliste bordelais obtient du savant romain l’autorisation de déplacer le Congius sur le plan parfaitement horizontal de la méridienne du Collegio Romano, de le remplir de l’eau « la plus pure de Rome » – celle de la fontaine de Trevi – et de transvaser le liquide dans deux grosses bouteilles qu’il envoie à Bordeaux, afin que son correspondant Secondat parvienne à faire construire lui-même un récipient comparable32.

  • 33 BMB, Ms 3146, pièces 87 à 89 (trois lettres écrites par Lalande à Latapie entre 1783 et 1784).
  • 34 Cf. K. Alder, Mesurer le monde. 1792-1799 : l’incroyable histoire de l’invention du mètre, Paris, (...)

14Quelques conclusions s’imposent au terme de ce tableau ayant mis en relief la diversité et les débouchés inattendus des recherches sur les mesures anciennes menées à Rome par des savants français. Les exemples mobilisés démontrent que les voyages, les correspondances et les mémoires académiques placent Rome au cœur et non à la marge des recherches scientifiques entreprises par les savants de la République des Lettres à l’âge des Lumières. Au sein de ce réseau savant, Rome ne suscite pas seulement l’intérêt des pôles centraux comme l’Académie royale des sciences, mais également celui des centres secondaires que sont les académies provinciales. Ce faisceau d’intérêt contribue à accélérer la diffusion des découvertes faites à Rome entre centre et périphéries françaises : à cet égard, il n’est pas indifférent de remarquer que les recherches du fils de Montesquieu sur les mesures romaines furent par la suite annexées par les réseaux parisiens, Latapie servant une fois encore de cheville ouvrière pour en transmettre la substance à l’astronome Jérôme de Lalande33. On sait cependant que la Révolution française fera le choix d’une subdivision du méridien terrestre, et non celui du pied romain, pour parachever cette quête d’une mesure universelle chez les hommes des Lumières34. Il convient néanmoins de souligner le rôle primordial joué par les monuments et vestiges antiques dans ces recherches savantes. Cela signifie qu’au temps du néo-classicisme, les Antiquités de Rome ne sont pas seulement investies d’un nouveau regard esthétique qui fait d’elles l’expression d’un Beau idéal, mais font également l’objet de pratiques et de discours proprement scientifiques, qui leur confèrent des vertus utilitaires et philanthropiques. On aurait tort de croire pour autant que ces projets scientifiques s’affranchissent nécessairement des débats artistiques qui leur sont contemporains. La force du lien entre science, art et « antiquaria » dans la Rome de la seconde moitié du xviiie siècle est en effet démontrée par un dernier projet auquel plusieurs savants-voyageurs français consacrèrent toute leur énergie.

La recherche de l’origine des marbres et autres pierres antiques

  • 35 Cf. G. Gohau, Naissance de la géologie historique. La terre, des « théories » à l’histoire, Paris, (...)
  • 36 Cf. G. Bertrand, Le voyage des hommes de science vers l’Italie, de Guettard à Faujas de Saint-Fond (...)

15Dans le contexte des dernières décennies du xviiie siècle, au cours desquelles la minéralogie conquiert sur la botanique une position privilégiée dans le champ des sciences naturelles, le voyage géologique devient une mode partagée par nombre d’hommes de science à travers l’Europe35. Ces voyages minéralogiques ont bien sûr leurs propres terres d’élection, qui constituent autant de régions-laboratoires d’une science géologique en gestation : l’Auvergne, la Campanie et la Sicile sont ainsi privilégiées pour l’étude des phénomènes volcaniques, tandis que les Alpes s’offrent à l’analyse de terrains d’altitude jamais atteints auparavant36. Les pionniers de la géologie n’ont cependant pas sacrifié leur passion exploratrice aux seuls paysages naturels, au détriment des espaces urbains. Rome, par ses vestiges composés d’une multitude de pierres et de minéraux importés de l’ensemble du bassin méditerranéen, fut plus que toute autre ville à même de mobiliser l’attention des minéralogistes de tous les pays.

  • 37 N. Desmarest, Géographie physique, dans Encyclopédie ou Dictionnaire raisonnée des sciences des ar (...)
  • 38 N. Desmarest, Mémoire sur le basalte. Troisième partie, où l’on traite du Basalte des Anciens ; & (...)

16Un rôle précurseur mérite, en la matière, d’être reconnu au Français Nicolas Desmarest, auteur de l’article Géographie physique publié en 1757 dans l’Encyclopédie37. Accompagné du puissant mécène Alexandre de La Rochefoucauld, Desmarest se rendit à Rome en 1765-1766 dans la ferme intention de déduire de l’étude des vestiges de la Ville éternelle l’origine de la pierre communément qualifiée de basalte. Pline ayant écrit que les Égyptiens furent les premiers à en assurer l’exploitation sur la base de gisements éthiopiens, le savant français se met d’abord en quête d’une colossale statue de basalte égyptienne représentant le Nil, censée se trouver dans les collections du Capitole. Comme il n’en découvre finalement qu’une copie faite en marbre de Carrare, Desmarest se fait indiquer par les antiquaires les plus accrédités de Rome l’ensemble des vestiges antiques romains connus en son temps sous l’appellation de basalte. De leur confrontation il déduit que la dénomination « basalte » est en fait attribuée à deux pierres distinctes, dont l’une est d’origine volcanique38. Celui qui allait devenir l’un des plus fervents sectateurs des théories vulcanistes, s’opposant vigoureusement aux partisans du neptunisme, avait ainsi conçu le passage par Rome comme un efficace substitut méthodologique à un séjour en Égypte.

  • 39 Paris, Bibliothèque du Muséum national d’histoire naturelle, manuscrit 227, fol. 45-48. Je souhait (...)

17Huit ans après Nicolas Desmarest, son compatriote et confrère Jean-Etienne Guettard, auteur d’un projet de guide de l’Italie minéralogique, séjourne lui aussi à Rome. Son expérience s’avère déterminante pour comprendre la fascination nouvelle exercée par la ville aux yeux de ces géologues voyageurs. Dans un carnet manuscrit conservé à la bibliothèque du Muséum d’Histoire naturelle à Paris, Guettard relate sa visite à la basilique de Saint-Pierre en relevant scrupuleusement tous les marbres et pierres rares qui en composent les différentes chapelles : dans celle de Saint-Sébastien, nulle trace des œuvres d’art exposées, mais la mention de « deux colonnes de marbre brun avec veines blanches et grandes taches rougeâtres », et ainsi de suite pour chacune des chapelles39. Pour Guettard comme pour les autres naturalistes passionnés de minéralogie, le contact avec le décor urbain de Rome constitue donc une expérience intime et obsessionnelle : tandis que les autres voyageurs décrivent à l’envie frontons, chapiteaux et bas-reliefs, eux ne dissimulent rien de leur fascination devant l’inépuisable diversité des blocs de marbre, de granite et de porphyre que la Ville éternelle offre à leur examen.

  • 40 Sur Dolomieu la bibliographie est désormais abondante. Parmi les publications récentes on retiendr (...)
  • 41 Cf. à ce titre les lettres écrites de Rome par Dolomieu, publiées par À. Lacroix dans le premier t (...)
  • 42 Sur E.Q. Visconti et sa famille, cf. les nombreux travaux de D. Gallo, Les Visconti de Rome, dans (...)

18Fébrilité de l’émotion et ambition de la découverte : ces deux termes pourraient suffire à résumer ce que furent les inlassables recherches romaines du chevalier-géologue Déodat de Dolomieu40. Celui qui donna son nom aux Dolomites ne se contenta pas en effet de parcourir les Alpes : entre 1784 et 1791 il n’effectua pas moins de huit séjours à Rome, en partie motivés par un procès qui l’opposait à plusieurs personnes appartenant comme lui à l’Ordre de Malte41. La richesse en large part méconnue de l’activité scientifique romaine de Dolomieu gagne à être abordée sous l’angle de sa relation privilégiée avec Ennio Quirino Visconti, auteur du monumental catalogue des antiques du musée « Pio-Clementino »42. La partie qui se joua entre Dolomieu et Visconti afin d’établir l’origine du marbre de l’Apollon du Belvédère est en effet révélatrice à plus d’un titre de l’influence croissante à Rome des méthodes et du savoir scientifique sur les théories esthétiques et les pratiques antiquaires.

  • 43 J. J. Winckelmann, Histoire de l’art chez les anciens, III, Paris, 1789, p. 195 (trad. par M. Hube (...)
  • 44 Cf. Opere di Raffaello Mengs primo pittore della Maestà di Carlo IIII Re di Spagna pubblicate da D (...)
  • 45 Cf. Œuvres de Ennius Quirinus Visconti, Musée Pie-Clémentin, I, Milan, 1818, p. 150-152.

19Un rappel chronologique succinct s’avère nécessaire pour remettre en perspective cette controverse. En 1764, l’allemand Winckelmann faisait paraître son Histoire de l’Art chez les Anciens, dans laquelle il établissait la supériorité absolue de l’art grec à l’âge classique. Son argumentation était nourrie par un éloge plein de lyrisme de la statue de l’Apollon du Belvédère, dont il suggérait qu’elle avait pu être rapportée de Grèce à Rome par l’empereur Néron en personne43. À la fin des années 1770, le peintre allemand Anton Raphaël Mengs avait commencé à remettre en cause les théories de Winckelmann, affirmant que l’Apollon et quantité d’autres statues des collections pontificales étaient en fait des copies romaines réalisées en marbre italien44. Ennio Quirino Visconti, dont le père Giambattista avait succédé à Winckelmann comme préfet des antiquités pontificales, ne pouvait admettre pareille remise en cause. L’enjeu n’était rien moins que d’établir si l’art antique avait pu ou non atteindre la perfection à Rome, c’est-à-dire en dehors du contexte géographique, politique et religieux privilégié offert par la Grèce classique, tel qu’il avait été décrit dans l’Histoire de l’Art chez les Anciens. En 1783, Visconti fait donc venir à Rome plusieurs maîtres des carrières de Carrare afin qu’ils examinent l’Apollon et confirment qu’il ne peut avoir été sculpté dans du marbre italien. Un certificat est même passé devant notaire pour attester l’origine grecque de la statue45.

  • 46 Lettre de Déodat Dolomieu aux Rédacteurs du Magasin Encyclopédique, sur la Lithologie ancienne, da (...)
  • 47 Lettere a Giuseppe Pelli Bencivenni. 1747-1808, publiées sous la direction de M. A. Timparano More (...)
  • 48 Cf. Il Museo Pio-Clementino descritto da Ennio Quirino Visconti membro dell’Istituto Nazionale di (...)

20C’est dans ce contexte troublé que Dolomieu vient poser son œil de géologue. S’étant rendu à diverses reprises à Carrare, il y a découvert dans la carrière abandonnée du Polvazzo des fragments de marbre absolument similaires au marbre blanc statuaire dont est fait l’Apollon. Il n’en faut pas davantage pour le convaincre de l’origine italienne de la statue, et pour en répandre la nouvelle avec retentissement dans les salons de Rome, qu’il fréquentait avec assiduité46. Face à l’affirmation du scientifique français, Visconti se montre d’abord hésitant. Dans une lettre adressée en 1789 à l’érudit florentin Pelli Bencivenni, il affirme que l’opinion de Dolomieu « non è altro a vero dire che una possibilità »47. Quinze années plus tard, devenu conservateur des statues du nouveau musée du Louvre, Visconti avait cependant pleinement fini par se rallier à l’expertise scientifique de Dolomieu, au détriment des théories de Winckelmann : l’Apollon du Belvédère était bien une copie romaine, et il convenait désormais d’admettre que quantité d’œuvres d’origine grecque avaient été améliorées par la copie à destination des anciens Romains. Reniant avec force l’attestation que lui avaient fournie les marbriers de Carrare, Visconti ajoutait dans le 7e volume de sa description du « Museo Pio-Clementino » : « Le ricerche dei mineralogisti sono su tal quistione da considerarsi piu` che le notizie de’commercianti ; perchèi primi cercano l’istruzione, i secondi il guadagno »48. Rien de plus éloquent que cette affirmation pour exprimer le tribut que l’« antiquaria » et l’histoire de l’art surent reconnaître à la science dans le cadre stimulant de la Rome néo-classique.

  • 49 Lettre publiée dans A. Lacroix, Déodat Dolomieu... cit., I, p. 155.

21Aussi révélatrice soit-elle, la recherche de l’origine du marbre de l’Apollon du Belvédère est loin de résumer à elle seule le projet scientifique romain de Dolomieu. Pour en comprendre la teneur et en mesurer l’importance, il faut d’abord consulter la correspondance que le géologue français entretint depuis Rome avec divers savants de la République des Lettres. Le 30 mai 1786, il écrit ainsi au chevalier Gioeni, naturaliste de Catane : « Je suis ici occupé à former une collection d’échantillons de porphyres, granites et autres roches que les Romains ont employés dans leurs monuments »49. En février 1788, il confie encore à son ami Picot de la Peyrouse, botaniste toulousain, que son emploi du temps à Rome est en large part mobilisé par l’étude des marbres et pierres dures des monuments antiques :

  • 50 Ibidem, p. 197.

[Cette étude] m’oblige à beaucoup plus de recherches et de travaux que je n’aurais imaginé. Vous ne sauriez croire combien d’auteurs et de monuments j’ai été obligé de consulter pour déterminer la qualité du marbre blanc de Paros [...]. Ce qui me demande infiniment de recherches, c’est pour déterminer les lieux précis ou`étaient les anciennes carrières de granites, porphyres, basaltes [...]50.

  • 51 J.-J. Barthélémy, Voyage en Italie... cit., lettre de Rome adressée à Caylus le 5 novembre 1755.

22Ce que Desmar est avait cherché à faire pour les basaltes, Dolomieu entend donc l’entreprendre pour toutes les pierres employées dans les monuments de la Rome antique : un travail de Romain pour ce savant français des Lumières, stimulé cependant par le tableau qui s’offrait à lui d’une Rome réceptacle du monde, ayant conservé la trace minéralogique de toutes les civilisations éteintes. « On trouve ici l’ancienne Égypte, l’ancienne Athènes, l’ancienne Rome », écrivait déjà Barthélémy dans les années 175051.

  • 52 Paris, Archives de l’Académie des Sciences (dorénavant AAS), Fonds Déodat de Dolomieu. 4 J. Pièces (...)
  • 53 AAS, Fonds Déodat de Dolomieu, 4 J 12, fol. 154.
  • 54 AAS, Fonds Déodat de Dolomieu, 4 J 12, fol. 151.

23Pour suivre Dolomieu dans l’élaboration patiente et passionnée de son projet, il faut quitter sa correspondance et porter le regard sur ses nombreux carnets de notes conservés aux archives de l’Académie des Sciences52. L’érudition littéraire mobilisée au service de la cause scientifique est ce qui frappe en premier abord à leur lecture. D’Hérodote à Diodore de Sicile en passant par Xénophon, Pline, Agricola, Strabon, Vitruve, sans oublier les écrits des pères missionnaires jésuites : Dolomieu ne néglige aucune source susceptible de l’éclairer sur la provenance des matériaux romains. La rigueur analogique de son observation des vestiges est également impressionnante : ayant observé dans l’église de l’Ara Coeli, bâtie sur le Capitole, deux colonnes de marbre satin blanc de même forme et proportion que celles de l’arc de Septime Sévère, il en déduit que cet arc a pu être édifié avec les marbres du temple de Jupiter Capitolin53. Au détour d’observations personnelles parsemant ses carnets, on saisit à quel point Dolomieu était convaincu de servir la cause archéologique et artistique. Ainsi s’offusque-t-il de ce que Vasari soit considéré comme un auteur classique par tous ceux qui ont écrit sur les marbres antiques, alors qu’il confondait toutes les espèces de marbres et de pierres54.

24La vaste enquête entreprise par le géologue sur les vestiges de la Rome antique promettait de fait de substantiels résultats. Dans sa lettre sur la lithologie ancienne publié en 1795, Dolomieu n’hésitait pas à annoncer :

  • 55 Lettre de Déodat Dolomieu aux Rédacteurs du Magasin Encyclopédique... cit., p. 442.

J’ai prouvé que beaucoup de statues, réunies dans les mêmes groupes, n’étaient point destinées à se trouver ensemble, puisqu’elles sont faites de marbres de différents pays ; que plusieurs têtes n’appartiennent pas aux corps sur lesquels elles se trouvent placées ; que tels monuments d’architecture ne peuvent remonter qu’à telle époque, puisqu’ils sont composés de matériaux provenant de pays avec lesquels les Romains n’avaient aucunes relations dans les temps antérieurs55.

  • 56 Ibidem, p. 441.

25Pourtant, la grande œuvre promise par Dolomieu sur les pierres de l’ancienne Rome ne vit jamais le jour. L’expérience romaine lui avait fait prendre conscience de la nécessité, pour transformer ses conjectures en certitudes, de visiter « la Grèce, l’Asie Mineure et les autres contrées qui ont fourni à Rome le plus grand nombre de ses monuments »56. Des voyages que les temps révolutionnaires et l’incertitude de sa situation personnelle rendaient de plus en plus illusoires. Cependant, par delà les trajectoires individuelles et les conjonctures politiques, on doit aussi voir dans l’inachèvement du projet romain de Dolomieu géologue un malentendu insurmontable entre l’ambition des Lumières d’universalisation de la science et la réalité de disciplines scientifiques encore en large part en définition et en devenir.

26À la lumière des diverses expérience scientifiques envisagées en ces pages, trois conclusions semblent pouvoir être apportées aux questionnements posés en préambule.

  • 57 Cf. J. Raspi Serra, A la recherche de l’Antiquité : le nouveau regard sur les monuments, dans La f (...)

27Au travers des recherches menées par ces savants-voyageurs français à Rome, il apparaît d’une part que le rapport aux vestiges archéologiques a acquis une primauté qui ne peut plus guère être remise en cause, même si le recours aux textes antiques conserve toute son importance. On peut y voir l’aboutissement d’une évolution séculaire du rapport à l’antique allant dans le sens d’une importance croissante accordée à la matérialité des témoignages du passé romain57. Qu’il s’agisse des monuments, des vases, des bas-reliefs ou de la composition minéralogique des statues, le rapport quotidien, tactile, émotionnel avec la réalité matérielle de la Rome antique ne semble jamais avoir été aussi fort, au cours de l’époque moderne, que dans les dernières décennies du xviiie siècle.

28Les différents cas étudiés démontrent d’autre part l’importance des relations nouées par les hommes de science français avec les milieux savants et antiquaires romains. Les couples formés par Barthélémy et Jacquier, par Latapie et Orlandi, par Dolomieu et Visconti révèlent toute l’influence, dans le champ de la découverte scientifique, des médiateurs culturels résidant à Rome vis-à-vis des savants-voyageurs. La Rome du xviiie siècle ne mérite donc pas d’être réduite au statut de simple réceptacle monumental, mais doit être analysée en qualité de matrice sociale, génératrice d’un véritable dynamisme culturel.

  • 58 H. W. Pullen, Handbook of ancient Roman marbles, or, a History and description of all ancient colu (...)

29Si l’on compare enfin la portée des différents projets scientifiques étudiés, il n’est pas exagéré de dire que mesurer l’antique à Rome revient, pour ces savants-voyageurs français, à tenter de prendre la mesure du monde. Les expériences scientifiques de La Condamine, de Latapie ou de Dolomieu montrent en effet combien les vestiges antiques de Rome furent envisagés comme des étalons de mesure susceptibles de servir des projets scientifiques d’envergure universelle. Ces projets, dans leur postulat comme dans leur inaboutissement, témoignent d’une contradiction entre l’ambition universaliste de l’homme de science des Lumières et l’insuffisance des présupposés matériels et cognitifs lui permettant de la mettre pleinement en pratique. Illusoires, précaires et parfois maladroites, ces tentatives doivent cependant être envisagées comme des préliminaires nécessaires à des projets poursuivis au siècle suivant, comme le prouvent les recherches menées en 1805 par Alexander von Humboldt dans les collections romaines, ou la parution en 1894 de l’ouvrage d’Henry William Pullen sur tous les marbres de Rome, concrétisation posthume du rêve inachevé de Dolomieu58. Rationalisation dans l’approche des vestiges antiques, émulation sociale, projets d’universalisation des savoirs : autant d’enseignements qui montrent combien Rome constitua, dans la seconde moitié du xviiie siècle, un formidable champ d’expérimentation scientifique pour les savants-voyageurs des Lumières.

Notes

1 Je tiens à remercier chaleureusement Antonella Romano ainsi que l’ensemble des membres du groupe de recherche pour m’avoir convié à de multiples reprises à la table de leurs travaux.

2 La remarque peut être généralisée à la péninsule italienne dans son ensemble. L’italianiste grenoblois Paul Guiton fait ainsi figure de précurseur pour avoir consacré, dès 1937, dans son projet de bibliographie des voyageurs français en Italie au xviiie siècle, une section relative aux hommes de science. Cf. G. Bertrand, Paul Guiton et l’Italie des voyageurs au xviiie siècle, Moncalieri, 1999 (CIR-VI, Bibliothèque du Voyage en Italie, 56).

3 Cf. M. N. Bourguet et C. Licoppe (dir.), Instruments, travel and science : itineraries of precision from the seventeenth to the twentieth century, Londres-New-York, 2002.

4 Cette étude s’inscrit ainsi dans la lignée chronologique des recherches présentées dans le catalogue de l’exposition La fascination de l’antique. 1700-1770. Rome découverte, Rome inventée (Lyon, Musée de la civilisation gallo-romaine, déc. 1998-mars 1999), publié sous la direction de F. De Polignac et J. Raspi Serra, Paris-Lyon, 1998.

5 Cf. M. Raskolnikoff, Histoire romaine et critique historique dans l’Europe des Lumières : la naissance de l’hypercritique dans l’historiographie de la Rome antique, Rome, 1992 (Collection de l’École française de Rome, 163).

6 Comte A.C.P. de Caylus, Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines, VII, Paris, 1752-1767.

7 Dom B. de Montfaucon, L’Antiquité expliquée et représentée en figures, X, Paris, 1719-1722.

8 Cf. A. Schnapp, De Montfaucon à Caylus : le nouvel horizon de l’Antiquité, dans La fascination de l’Antique... cit., p. 142-145.

9 J. J. Barthélémy, Voyage en Italie, imprimé sur ses lettres originales écrites au comte de Caylus, Paris, 1802 (1ère édition : 1801).

10 Sur la figure du père Jacquier, cf. A. Galluzzi, P. Francesco Jacquier. Un erudito nella Roma del ’700, dans Bolletino ufficiale dell’Ordine dei Minimi, 24, 1978, p. 29-65 ; A. Romano, Deux Minimes dans la Rome des Lumières, Leseur et Jacquier, dans Y. Bruley (dir.), La Trinité-des-Monts redécouverte. Art, foi et culture, catalogue d’exposition, Rome, 2002 ; F. Favino, Minimi in « Sapienza ». François Jacquier, Thomas Le Seur e il rinnovamento dell’insegnamento scientifico allo « Studium Urbis », dans MEFRIM, 117/1, 2005, p. 159-187. Rappelons en outre que le père Jacquier avait été chargé en 1742 par Benoît XIV, aux côtés de son confrère Le Seur et du jésuite Boscovich, d’examiner les crevasses menaçant la coupole de la basilique Saint-Pierre. Cf. P. Dubourg Glatigny et M. Le Blanc, Architecture et expertise mathématique. La contribution des Minimes Jacquier et Le Seur aux polémiques de 1742 sur la coupole de Saint-Pierre de Rome, dans MEFRIM, 117/1, 2005, p. 189-218.

11 F. Jacquier, Lettre à M. l’abbé Barthélémy, au Palais de son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de France à Rome [le comte de Stainville, futur duc de Choiseul], dans J. J. Barthélémy, Voyage en Italie... cit., p. 391-396.

12 J. J. Barthélémy, Mémoire sur les anciens monuments de Rome, dans Id., Voyage en Italie... cit., p. 347.

13 Rappelons à cet égard la part que prirent à ce processus les fouilles conduites au même moment sur les sites de Pompéi et Herculanum. Cf. C. Grell, Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du xviiie siècle, Naples, 1982.

14 J. J. Barthélémy, Voyage en Italie... cit., p. 144.

15 M. N. Bourguet et C. Licoppe, Voyages, mesures et instruments. Une nouvelle expérience du monde au Siècle des lumières, dans Annales HSS, 5, 1997, p. 1115-1151.

16 C. M. de La Condamine, Nouveau projet d’une mesure invariable propre à servir de mesure commune à toutes les nations, dans Histoire de l’Académie royale des Sciences. Année 1747, Paris, 1751, p. 489-514.

17 C. M. de La Condamine, Extrait d’un journal de voyage en Italie, dans Histoire de l’Académie royale des sciences. Année 1757, Paris, 1762, p. 336-410.

18 Ibidem, p. 356.

19 Les trois premiers tirent leur nom des architectes antiques auxquels les monuments funéraires étaient consacrés, tandis que le quatrième provient du marquis Capponi, qui trouva le bas-relief près de la villa Corsini et en fit don au musée du Capitole.

20 C. M. de La Condamine, Extrait d’un journal de voyage en Italie... cit., p. 359-364.

21 Ibidem, p. 363.

22 Sur Secondat et son entourage, cf. F. Cadilhon, Au nom du père : Jean-Baptiste de Secondat et ses correspondants, dans P. Y. Beaurepaire (dir.), La plume et la toile. Pouvoirs et réseaux de correspondance dans l’Europe des Lumières, Arras, 2002, p. 127-144.

23 Bibliothèque Municipale de Bordeaux (dorénavant BMB), Manuscrit 2690, pièce 4. Sur l’impact intellectuel de l’Académie de Bordeaux au siècle des Lumières, cf. P. Barrière, L’Académie de Bordeaux centre de culture internationale au xviiie siècle, Bordeaux, 1951 ; M. Figeac (dir.), Histoire des Bordelais, Bordeaux, 2002, I, p. 232-235.

24 Sur Latapie, cf. J.-P. Bériac, Un savant du siècle des Lumières : François de Paule Latapie, 1739-1823, dans Révolutions en Aquitaine, de Montesquieu à Frédéric Bastiat, Bordeaux, 1990, p. 633-649 ; G. Montègre, François de Paule Latapie. Un savant voyageur français au cœur de la Rome des Lumières, dans MEFRIM, 117/1, 2005, p. 371-422.

25 Les 14 cahiers manuscrits de ces Éphémérides sont conservés chez les descendants du voyageur dans le Bordelais. Je remercie les membres de la famille Latapie de m’y avoir donné accès.

26 Cf. figure.

27 L. Paetus, De mensuris et ponderibus romanis et graecis cum his quae hodie Romae sunt collatis libri quinque, Venise, 1573.

28 BMB, Ms 2715, pièce 46 : lettre non datée de Secondat à Latapie.

29 BMB, Ms 3146, pièce 17 : lettre écrite de Naples par Latapie à Secondat, le 15 févier 1776.

30 F. de P. Latapie, Éphémérides, journée du 17 septembre 1776.

31 BMB, Ms 2688 : lettre écrite de Venise par Latapie à Secondat, le 28 novembre 1776. Pour cette reproduction du Congius, cf. G. Montègre, François de Paule Latapie... cit., planche II.

32 BMB, Ms 2690, pièce 9 (2) : lettre écrite de Rome par Latapie à Secondat, le 23 septembre 1776.

33 BMB, Ms 3146, pièces 87 à 89 (trois lettres écrites par Lalande à Latapie entre 1783 et 1784).

34 Cf. K. Alder, Mesurer le monde. 1792-1799 : l’incroyable histoire de l’invention du mètre, Paris, 2005.

35 Cf. G. Gohau, Naissance de la géologie historique. La terre, des « théories » à l’histoire, Paris, 2003.

36 Cf. G. Bertrand, Le voyage des hommes de science vers l’Italie, de Guettard à Faujas de Saint-Fond (1773-1805), dans G. Bertrand et M. T. Pichetto (dir.), Le vie delle Alpi : il reale e l’immaginario/Les chemins du voyage en Italie : du réel à l’imaginaire, Aoste, 2001, p. 221-235.

37 N. Desmarest, Géographie physique, dans Encyclopédie ou Dictionnaire raisonnée des sciences des arts et des métiers, 1757, VII, p. 613-626.

38 N. Desmarest, Mémoire sur le basalte. Troisième partie, où l’on traite du Basalte des Anciens ; & où l’on expose l’Histoire Naturelle des différentes espèces de pierres auxquelles on a donné, en différents temps, le nom de Basalte, dans Histoire de l’Académie royale des Sciences. Année 1773, Paris, 1777, p. 599-670.

39 Paris, Bibliothèque du Muséum national d’histoire naturelle, manuscrit 227, fol. 45-48. Je souhaite remercier Gilles Bertrand d’avoir attiré mon attention sur cet intéressant document.

40 Sur Dolomieu la bibliographie est désormais abondante. Parmi les publications récentes on retiendra : L. Zanzi (éd.), Dolomieu, un avventuriero nella storia della natura, Jaca Book, 2003 ; J. Gaudant (dir.), Dolomieu et la géologie de son temps : symposium du 14 novembre 2001, École nationale supérieure des Mines, Paris, 2005.

41 Cf. à ce titre les lettres écrites de Rome par Dolomieu, publiées par À. Lacroix dans le premier tome de son ouvrage : Déodat Dolomieu, membre de l’Institut national (1750-1801). Sa vie aventureuse. Sa captivité. Sa correspondance, I, Paris, 1921.

42 Sur E.Q. Visconti et sa famille, cf. les nombreux travaux de D. Gallo, Les Visconti de Rome, dans F. Hamon et C. MacCallum (dir.), Louis Visconti. 1791-1853, Paris, 1991, p. 48-58 ; Originali greci e copie romane secondo Giovanni Battis-ta ed Ennio Quirino Visconti, dans Labyrinthos, 21/24, 1992-1993, p. 215-251 ; I Visconti. Una famiglia romana al servizio di Papi, della Reppublica e di Napoleone, dans RMC, 2, 1994, p. 77-90.

43 J. J. Winckelmann, Histoire de l’art chez les anciens, III, Paris, 1789, p. 195 (trad. par M. Huber). L’édition originale allemande est parue à Dresde en 1764 sous le titre Geschichte der Kunst des Altertums. Cf. F. Haskell et N. Penny, Pour l’amour de l’Antique : la statuaire gréco-romaine et le goût européen, Paris, 1988, p. 119-127.

44 Cf. Opere di Raffaello Mengs primo pittore della Maestà di Carlo IIII Re di Spagna pubblicate da D. Giuseppe Niccola D’Azara, Parme, 1780, II, p. 7-8.

45 Cf. Œuvres de Ennius Quirinus Visconti, Musée Pie-Clémentin, I, Milan, 1818, p. 150-152.

46 Lettre de Déodat Dolomieu aux Rédacteurs du Magasin Encyclopédique, sur la Lithologie ancienne, dans Magasin Encyclopédique ou Journal des Lettres, des sciences et des arts, Paris, 1795, I, p. 437.

47 Lettere a Giuseppe Pelli Bencivenni. 1747-1808, publiées sous la direction de M. A. Timparano Morelli, Rome, 1976, p. 671-673.

48 Cf. Il Museo Pio-Clementino descritto da Ennio Quirino Visconti membro dell’Istituto Nazionale di Francia e della Legion d’Onore Conservatore delle Antichità nel Museo Napoleonico a Parigi. Tomo settimo dedicato alla Santità di Nostro Signore Pio Settimo Pontefice Massimo, Rome, 1807.

49 Lettre publiée dans A. Lacroix, Déodat Dolomieu... cit., I, p. 155.

50 Ibidem, p. 197.

51 J.-J. Barthélémy, Voyage en Italie... cit., lettre de Rome adressée à Caylus le 5 novembre 1755.

52 Paris, Archives de l’Académie des Sciences (dorénavant AAS), Fonds Déodat de Dolomieu. 4 J. Pièces no 2, 7, 11 et surtout no 12 : carnet de 155 p. intitulé « Notes sur les pierres à polir », comprenant p. 20-29 des notes sur les marbres de l’Antiquité, et p. 151-154 des notes sur les sculptures antiques.

53 AAS, Fonds Déodat de Dolomieu, 4 J 12, fol. 154.

54 AAS, Fonds Déodat de Dolomieu, 4 J 12, fol. 151.

55 Lettre de Déodat Dolomieu aux Rédacteurs du Magasin Encyclopédique... cit., p. 442.

56 Ibidem, p. 441.

57 Cf. J. Raspi Serra, A la recherche de l’Antiquité : le nouveau regard sur les monuments, dans La fascination de l’antique... cit., p. 84-85.

58 H. W. Pullen, Handbook of ancient Roman marbles, or, a History and description of all ancient columns and surface marble still existing in Rome, with a list of the buildings in wich they are found, Londres, 1894.

© Publications de l’École française de Rome, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540