Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souverain et pontife

 | 
Philippe Bountry

V - Secrétariats de Curie

Texte intégral

1Les Secrétariats de Curie du premier xixe siècle dérivent tous de l’ancien collège des secrétaires domestiques (secretarii domestici, secretarii numerarii, secretarii papali), attestés depuis le pontificat de Martin V à l’aube du xve siècle et regroupés en un collège particulier par les constitutions Decet Romanum Pontificem (7 mai 1456) de Calixte III et Non débet reprehensibile (31 décembre 1487) d’Innocent VIII ; c’est à travers cette Secrétairerie de Sa Sainteté ou Secrétairerie apostolique (Segreteria di Sua Santità, Segreteria segreta, Segreteria apostolica) que le pape traite désormais les affaires les plus importantes en matière de politique générale, de politique ecclésiastique et de foi. La Secrétairerie de Sa Sainteté est placée sous la dépendance du cardinal neveu (cardinal nipote, cardinal padrone) jusqu’au déclin du népotisme dans la seconde moitié du xviie siècle. La distinction croissante des tâches et des attributions contribue à la création de fonctions distinctes, bien individualisées à partir du xvie siècle : secrétaire domestique (aboli en 1586), secrétaire intime puis secrétaire d’État, secrétaire des Brefs, secrétaire des Mémoriaux, secrétaire des Brefs aux princes, secrétaire des Lettres latines. Leur existence devient complètement autonome à la suite de la suppression du collège des secrétaires apostoliques par la constitution Romanus Pontifex (1er avril 1678) d’Innocent XI et de l’abolition définitive du népotisme par la constitution Romanum decet Pontificem (22 juin 1692) d’Innocent XII.

2On a regroupé parmi les secrétariats de Curie (indiqués comme tels dans les Notizie à partir de 1819 seulement ; leurs titulaires apparaissaient auparavant parmi les membres de la Famille pontificale ou parmi les « charges diverses ») la Secrétairerie d’État, le Secrétariat des Confins, la Secrétairerie des Brefs, la Secrétairerie des Mémoriaux et les deux Secrétaireries palatines (des Brefs aux princes et des Lettres latines). On y adjoint l’administration militaire de l’État pontificale et l’administration de la Bibliothèque et des Archives vaticanes, placées au xixe siècle sous la dépendance de la Secrétairerie d’État.

V.1 - SECRÉTAIRERIE D’ÉTAT

Segreteria di Stato

3La fonction de Secrétaire d’État a connu depuis l’aube du xve siècle jusqu’à l’aube du xixe siècle une ascension fulgurante qui a contribué à en faire, d’un des multiples secrétaires domestiques qui gravitent autour de la personne du Pontife, le « principal ministre » et ministre des Affaires étrangères de l’Église romaine. La fonction de secrétaire d’État dérive du collège des secrétaires domestiques qui entoure le pape depuis l’aube du xve siècle. Le secretarius domesticus (segretario domestico) est placé sous la dépendance directe du pape, puis du cardinal-neveu dont il fait fonction de coadjuteur. Supprimée par le bref Romani providentia (1er avril 1586), la fonction de secretarius domesticus perdure néanmoins sous la forme du secretarius intimus (segretario intimo, secretario maggiore), institué sous le pontificat de Léon X et chargé de la réadaction de la correspondance pontificale en langue vulgaire. Placé d’abord sous la dépendance du segretarius domesticus, il devient, après la suppression de celui-ci, le principal collaborateur du cardinal-neveu, notamment dans les affaires diplomatiques ; le titre de secrétaire d’État (segretario di Stato) est attesté pour la première sous le pontificat de Paul V, aux côtés du cardinal Scipione Caffarelli Borghese. C’est Innocent X qui, faute en particulier de disposer parmi les siens d’un cardinal-neveu à la hauteur de la fonction, confie pour la première fois en septembre 1644 la charge de secrétaire d’État à un cardinal en la personne de Giovanni Giacomo Panciroli, auquel succède en décembre 1651 Fabio Chigi, futur Alexandre VII. L’abolition du népotisme par la constitution Romanum decet Ponteficem (22 juin 1692) d’Innocent XII fait définitivement du cardinal secrétaire d’État le principal collaborateur du pape dans les domaines de la politique intérieure et étrangère.

  • 1 Giornale di Roma du 11 septembre 1850.

4Le Secrétaire d’État devient ainsi au xviiie siècle le « principal ministre » du Pape. Il acquiert à l’aube du xixe siècle, avec le cardinal Consalvi, une complète prééminence sur l’ensemble des dicastères de Curie ; il est assisté à partir de l’été 1814 d’un Substitut de la Secrétairerie d’État auquel est réuni l’ancienne charge de secrétaire du Chiffre. Jugeant dommageable l’extension considérable et l’expansion continue des compétences de la Secrétairerie d’État, du fait également du mauvais état de santé du cardinal secrétaire d’État Tommaso Bernetti, Grégoire XVI, aux termes d’un chirographe en date du 20 février 1833 confirmé par une circulaire en date du 9 mars, partage les vastes attributions de la Secrétairerie d’État en créant une Secrétairerie d’État pour les affaires intérieures (Segreteria per gli Affari di Stato interni) ; il institue également les charges de cardinal secrétaire et de substitut de la Secrétairerie d’État pour les affaires intérieures. Pie IX rétablit l’unité de la Secrétairerie d’État lors de la nomination du cardinal Pasquale Gizzi (1er août 1846), tout en conservant deux sections distinctes pour les affaires politiques et diplomatiques et pour les affaires intérieures, placées sous la direction de deux substituts de la première et de la seconde section de la Secrétairerie d’État. Le motu proprio du 29 décembre 1847 portant création d’un conseil des ministres attribue au cardinal secrétaire d’État la fonction de président du conseil des ministres et de ministres des Affaires étrangères, jusqu’à la nomination d’un ministres des Affaires étrangères laïc en la personne de Terenzio Mamiani (17 novembre 1848) ; l’ancienne Secrétairerie d’État pour les affaires intérieures devient à la même date (29 décembre 1847) le ministère de l’Intérieur. Les attributions du cardinal secrétaire d’État comme principal ministre, chargé des relations extérieures et de la direction générale de la politique du Saint Siège, sont rétablies au lendemain de la restauration du gouvernement pontifical par l’édit du 10 septembre 18501 sur l’organisation des ministères ; le ministère de l’Intérieur est maintenu jusqu’à la suppression de l’État pontifical (20 septembre 1870). Les réformes générales de la Curie (constitutions Sapienti consilio du 29 juin 1908 et Regimini Ecclesiae universae du 15 août 1967) ont maintenu en sustance la position préminente du cardinal secrétaire d’Etat au sein du gouvernement de l’Église comme principal collaborteur du pontife, particulièrement affecté aux relations diplomatiques avec les États.

5Sources : Les archives de la Secrétairerie d’État sont conservées aux Archives vaticanes. C’est seulement pour ce qui concerne la période du pontificat de Grégoire XVI qui voit la division de la Secrétairerie d’État en Secrétairerie d’État stricto sensu et Secrétairie d’État pour les affaires intérieures (1833-1846), que les archives sont réparties entre deux dépôts distincts : les Archives vaticanes conservent les archives de la Secrétairerie d’État (sezione estera) ; l’Archivio di Stato de Rome conserve les archives de la Secrétairerie d’État pour les affaires intérieures (1833-1846) et du Ministère de l’Intérieur qui lui fait suite (1847-1870). La Secrétairerie d’État se préoccupait en outre de rechercher après leur mort et de conserver les papiers personnels ou administratifs demeurés en possession des membres du Sacré Collège : ce fond important, connu sous le nom de Spogli de’ cardinali (« Dépouilles des cardinaux ») est conservé aux Archives vaticanes dans un dépôt particulier. Pour le premier xixe siècle, la classification des affaires traitées par la Secrétairerie d’État selon environ 300 rubriques distinctes a été l’objet d’un travail essentiel par Lajos Pásztor (cf infra). PÁSZTOR (Guida), 73-111. GUIDA GENERALE 1153-1154. Lajos PÁSZTOR, L’archivio della Segreteria di Stato tra il 1833 e il 1847, dans Annali della Scuola speciale per archivisti e bibliotecari dell’Università di Roma, X, 1970, p. 104-148 ; La classificazione delle carte della Segreteria di Stato tra il 1833 e il 1847, dans Miscellanea in memoria di Giorgio Cencetti, Turin, 1973, p. 639-663 ; L’archivio della Segreteria di Stato di Pio IX durante il triennio 1848-1850, dans Annali della Scuola speciale per archivisti e bibliotecari dell’Università di Roma, XXI-XXII, 1981-1982, p. 54-148.

6Bibliographie : MORONI LXIII (1853), 275-290, Segretario di Stato. DEL RE (Curia), 63-76. René ANCEL, La Secrétairerie pontificale sous Paul IV, dans Revue des questions historiques, LXXIX, 1906, p. 408-470. Pierre RICHARD, Origine et développement de la Secrétairerie d’État apostolique (1417-1823), dans Revue d’histoire ecclésiastique, 1910, p. 56-72, 505-529 et 728-754. Alberto SERAFINI, Le Origini della Pontificia Segreteria di Stato e la Sapienti consilio del b.Pio X, dans Apollinaris (Rome), XXV, 1952, p. 165-239. Andreas KRAUS, Die Sekretäre Pius’ II. Ein Beitrag zur Entwicklungsgeschichte des päpstlichen Sekretariats, dans Römische Quartalschrift, LIII, 1958, p. 25-80 ; Zur Geschichte des päpstlichen Staatssekretariats. Quellenlage und Methode, dans Jahrberichte des Görresgesellschaft, 1958, p. 5-16. Josef SEMMLER, Beitrage zum Aufbau des päpstlichen Staatssekretariats unter Paul V (1605-1621), dans Römische Quartalschrift, LIV, 1959, p. 40-80. Ludwig HAMMERMAYER, Grundlagen der Entwicklung des päpstlichen Staatssekretariats von Paul V. bis Innocenz X. (1605-1655), dans Römische Quartalschrift, LV, 1960, p. 157-202. Wilhelm SANDFUCHS, Die Aussenminister des Päpste, Munich-Vienne, 1962, 160 p. Georg SCHREIBER, Das papstiche Staatssekretariat, dans Historische Jahrbuch, LXXIX, 1960, p. 175-198. Andreas KRAUS, Das päpstliche Staatssekretariat unter Urban VIII. 1623-1644, Rome-Fribourg-Vienne, 1964, XXI-305 p. Lajos PÁSZTOR, Per la storia della Segreteria di Stato nell’Ottocento. La riforma del 1816, dans Mélanges Eugène Tisserant, Cité du Vatican, 1964, 7 volumes, tome V, p. 209-272 ; La Segreteria di Stato di Pio IX durante il triennio 1848-1850, dans Annali della Fondazione italiana per la storia amministrativa, III, 1966, p. 308-365. Madeleine LAURAIN-PORTE-MER, Absolutisme et népotisme. La surintendance de l’État ecclésiastique, dans Bibliothèque de l’École des Chartes, CXXVII, 1969, p. 355-419. Josef GELMI, La Segreteria di Stato sotto Benedetto XIV (1740-1758), Trente, 1975, 78 p. Lajos PÁSZTOR, La Segreteria di Stato di Gregorio XVI, 1833-1846, dans Archivum Historiae Pontificiae, XV, 1977, p. 295-332. Wolfgang REINHARD, Nepotismus. Der Funktionswandel einer papstgeschichtlichen Konstante, dans Zeitschrift für Kirchengeschichte, LXXXVI, 1975, p. 145-185. Josef GELMI, La Segreteria di Stato sotto Benedetto XIV (1740-1758), Trente, 1975, 78 p. Lajos PÁSZTOR, La Segreteria di Stato e il suo archivio, 1814-1833, Stuttgart, 1984, 2 volumes en X-348 et X-564 p. Les secrétaires d’Etat du Saint-Siège (1814-1979). Sources et méthodes, dans Mélanges de l’Ecole française de Rome. Italie et Méditerranée, CX, 1998/2, p. 439-686, dont on retiendra pour le premier xixe siècle les contributions de Luigi LONDEI, L’ordinamento della Segreteria di Stato tra Antico Regime ed età della Restaurazione, p. 461-473 ; Giuseppe Maria CROCE, Les papiers des cardinaux secrétaires d’Etat de Pie VII à Benoît XV dans la série des « Spogli » aux Archives secrètes Vaticanes, p. 533-543 ; et Philippe BOUTRY, Les écrits autobiographiques des cardinaux secrétaires d’Etat du premier xixe siècle, p. 591-607.

V.1.1 - Cardinal secrétaire d’État

7Nommé par le pontife, le cardinal secrétaire d’État résigne sa charge à la mort de ce dernier. Il préside depuis l’été 1814 aux activités de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires. Il est également de 1814 à 1833 préfet de la congrégation de la Consulte et de la congrégation économique ainsi que président de la congrégation pour la réédification de la basilique de Saint-Paul-hors-les-murs, fonctions qu’il abandonne ensuite au secrétaire d’État pour les affaires intérieures.

8Sources : Segretari di Stato dal 1814 al 1956, dans Giuseppe DE MARCHI, Le Nunziature apostoliche dal 1800 al 1956, Rome, 1957, p. 5-16. A compléter et corriger par Lajos PÁSZTOR, Segretari di Stato, dans La Segreteria di Stato e il suo archivio, 1814-1833, Stuttgart, 1984, p. 130-156.

    • 2 ASV/SS Interno Registri II 133, p. 2-3 et PÁSZTOR (Segreteria), p. 130, n. 2. Ercole Consalvi a été (...)

    Ercole CONSALVI (1814-1823), le 19 mai 18142

    • 3 PÁSZTOR (Segreteria), p. 131, n. 5. Bartolomeo Pacca a été, à partir du 18 juin 1808, le dernier pr (...)

    Bartolomeo PACCA (1814-1815), pro-secrétaire du 19 mai 1814 au 5 juillet 18153

    • 4 MARCHI, p. 9 et PÁSZTOR (Segreteria), p. 130. Le registre de la Secrétairerie d’État porte la date (...)

    Giulio Maria DELLA SOMAGLIA (1823-1828), le 28 septembre 18234

    • 5 ASV/SS Interno Registri II 134, ff. 84.

    Tommaso BERNETTI (1828-1829), le 17 juin 18285

    • 6 ASV/SS Interno a. 1831 rub. 2.

    Giuseppe ALBANI (1829-1830), le 31 mars 18296

    • 7 Diario di Roma du 12 février 1831. MARCHI 9 et PÁSZTOR (Segreteria), 130 et 132, n. 18. Nommé en qu (...)

    Tommaso BERNETTI (1831-1836), le 10 février 18317

    • 8 MARCHI, p. 10 et PÁSZTOR (Segreteria), p. 130 et p. 132, n. 19. Il résigne sa charge à la mort de G (...)

    Luigi LAMBRUSCHINI (1836-1846), le 19 janvier 18368

V.1.2 - Cardinal secrétaire d’État pour les affaires intérieures

Segreterio (Segreteria) per gli affari di Stato interni

  • 9 Diario di Roma du 13 mars 1833.

9La Secrétairerie d’État pour les affaires intérieures est créée par le chirographe du 20 février 1833, rendu effectif par une circulaire du cardinal secrétaire d’État Tommaso Bernetti en date du 9 mars9. Les deux Secrétaireries d’État sont à nouveau réunies le 1er août 1846. L’ancienne Secrétairerie d’État pour les affaires intérieures demeure sous la forme d’une seconde section de la Secrétairerie d’État, jusqu’à sa transformation en ministère de l’Intérieur, aux normes du motu proprio du 29 décembre 1847, confié au prélat Camillo Amici, puis à un laïc. Le ministère de l’Intérieur est définitivement supprimé le 20 septembre 1870.

10Le cardinal secrétaire d’État pour les affaires intérieures assume de 1833 à 1846 les fonctions, anciennement dévolues au cardinal secrétaire d’État, de préfet de la congrégation de la Consulte et de la congrégation économique ainsi que de président de la congrégation pour la réédification de la basilique de Saint-Paul-hors-les-murs.

    • 10 ASR/SSI a. 1840, rub. 2.

    Antonio Domenico GAMBERINI (1833-1840), le 9 mars 183310

    • 11 ASR/SSI a. 1840, rub. 2.

    Mario MATTEI (1840-1846), le 2 décembre 184011

V.1.3 - Substitut de la Secrétairerie d’État et secrétaire du Chiffre

Sostituto della Segreteria di Stato e segretario della Cifra

  • 12 PÁSZTOR (Segreteria), p. 159.

11La charge de susbtitut de la Secrétairerie d’État est créée par une décision de Pie VII en date du 2 juin 181412 ; l’ancienne charge de secrétaire du Chiffre lui est adjointe. Ses attributions, réduites par la rapide disgrâce du premier titulaire, Carlo Mauri, sont encore diminuées par la division de la Secrétairerie d’État et la création d’une charge de secrétaire d’État pour les affaires intérieures (20 février 1833). Le substitut de la secrétairerie d’État devient toutefois sous le pontifcat de Grégoire XVI le principal collaborateur du cardinal secrétaire d’État. Pie IX unifie à nouveau le 1er août 1846 la Secrétairerie d’Etat et crée deux substituts : de la Ière section (affaires extérieures) et de la IIe section (affaires intérieures).

12Source : Giuseppe DE MARCHI, Sostituti della Segreteria di Stato dal 1814 al 1956, dans Le Nunziature apostoliche dal 1800 al 1956, Rome, 1957, p. 27-36. A compléter et corriger par Lajos PÁSZTOR, Sostituti della Segreteria di Stato e segretari della Cifra, dans La Segreteria di Stato e il suo archivio, 1814-1833, Stuttgart, 1984, p. 157-171.

    • 13 PÁSZTOR (Segreteria), 157 et Diario di Roma des 30 juillet et 3 août 1814.

    Carlo MAURI (1814-1830), le 2 juin 181413

    • 14 PÁSZTOR (Segreteria), 157, n. 5. Nommé en qualité de pro-substitut, il devient également pro-secrét (...)

    Paolo POLIDORI (1831), le 11 février 183114

    • 15 PÁSZTOR (Segreteria), p. 157.

    Francesco CAPACCINI (1831-1844), le 26 octobre 183115

    • 16 SPA/Titoli 73, art. 1/3 et Diario di Roma du 27 février 1844. Il est successivement nommé substitut (...)

    Vincenzo SANTUCCI (1844-1846), le 26 février 184416

V.1.4 - Substitut de la Secrétairerie d’État pour les affaires intérieures

Sostituto della Segreteria per gli affari di Stato interni

13La fonction de susbtitut de la Secrétairerie d’État pour les affaires intérieures est créée par Grégoire XVI à la suite de la division de la Secrétairerie d’État et de la formation d’une Secrétairerie d’État pour les affaires intérieures (20 février 1833). Le substitut pro tempore de la Secrétairerie d’État pour les affaires intérieures, principal collaborateur du secrétaire d’État pour les affaires intérieures, est également indiqué par les Notizie à partir de 1844 comme exerçant les fonctions de secrétaire de la Congrégation économique. La fonction est supprimée le 1er août 1846 à la suite de la réunification de la Secrétairerie d’Etat et de la création de deux substituts : de la Ière section (affaires extérieures) et de la IIe section (affaires intérieures). Le motu proprio du 29 décembre 1847 transforme l’ancienne Secrétairerie d’État pour les affaires intérieures en ministère de l’Intérieur.

    • 17 Diario di Roma du 2 août 1834.

    Silvestro BELLI (1834-1838), le 1er août 183417

    • 18 SPA/Titoli 73, art. 1/3 et Diario di Roma du 3 novembre 1838.

    Lorenzo SIMONETTI (1838-1841), le 1er novembre 183818

    • 19 Diario di Roma du 17 juillet 1841.

    Giacomo ANTONELLI (1841-1845), le 12 juillet 184119

    • 20 SPA/Titoli 73, art. 1/3 et Diario di Roma du 18 janvier 1845.

    Roberto ROBERTI (1845-1846), le 15 janvier 184520

    • 21 SPA/Titoli 73, art. 1/3 et Diario di Roma du 24 janvier 1846.

    Giovanni Battista CANNELLA (1846), le 19 janvier 184621

V.1.5 - Secrétariat des Confins

Congregazione (Segreteria) dei Confini

14La congrégation des Confins, créée par la constitution Debitum (1er octobre 1627) d’Urbain VIII pour veiller sur l’intégrité territoriale de l’État ecclésiastique et empêcher l’aliénation abusive des terres et des seigneuries, ainsi que pour lutter contre les contagions, perdure à l’aube de la Restauration (après avoir cédé ses compétences en matière sanitaire à la Consulte) sous la forme d’un modeste secrétariat (mentionné comme tel à partir des Notizie de 1818), rattaché à la Secrétairerie d’État et préposé à l’administration et à la police des frontières. Attribué à un officier de Curie nommé par le cardinal secrétaire d’État, le secrétariat des Confins est définitivement supprimé à la mort du dernier titulaire (18 mars 1856).

15Bibliographie : EncCatt IV (1950), 347 (Leopoldo Sandri). PÁSZTOR (Segreteria) I, 109-110.

    • 22 Le Diario di Roma du 1er mars 1823 indique la date de 1795 comme prise de fonctions ; mais le secré (...)

    Pier Maria GASPARRI (1806-1823), Notizie de 180622

  • Fabrizio GASPARRI (1823-1831), Diario di Roma du 15 mars 1823

    • 23 PÁSZTOR (Segreteria), 172 et 175, n. 10 et Diario di Roma du 5 novembre 1831.

    Pier Filippo BOATTI (1831-1856), le 3 novembre 183123

V.2 - SECRÉTAIRERIE DES BREFS

Segreteria dei Brevi

16L’expédition des brefs pontificaux (inférieurs en solennité aux bulles) est confiée à l’aube du xive siècle aux secrétaires domestiques du Pontife, regroupés dans la Secrétairerie Apostolique aux termes de la constitution Non débet reprehensibile (31 décembre 1487) d’Innocent VIII. On distingue parmi eux les brefs ordinaires (brevia communia) ou secrets (brevia secreta, vel de Curia) des brefs aux princes (brevia vel epistulae ad Principes), dont l’expédition est confiée dans la seconde moitié du xvie siècle à deux secrétaires domestiques particuliers. La charge de secrétaire des Brefs apparaît indépendante dès les premières décennies du xviie siècle. La constitution Romanus Pontifex (1er avril 1678) d’Innocent XI, portant suppression de la secrétairerie apostolique, lui confère une pleine autonomie ; la charge est attribuée à un cardinal à partir du xviiie siècle. La constitution Gravissimum Ecclesiae (26 novembre 1745) de Benoît XIV fixe avec précision les compétences de la Secrétairerie des Brefs et règle ses différends d’ordre institutionnel avec la Chancellerie et la Daterie apostoliques en matière de concession de grâces et d’indults comme avec la congrégation des Indulgences en matière d’indulgences. Elle obtient l’exclusivité de la concession des indulgences aux termes des motu proprio Fidelis domus Domini (2 janvier 1855) de Pie IX et Christianae reipublicae (31 octobre 1897) de Léon XIII. Abolie par la constitution Sapienti consilio (29 juin 1908) de^ Pie X, elle forme à partir de cette date la troisième section de la Secrétairerie d’État.

17Sources : Les archives de la Secrétairerie des Brefs sont conservées aux Archives vaticanes. PÁSZTOR (Guida), 112-119. Remigius RITZLER, Die archivalischen Quellen der Hierarchia Catholica, dans Miscellanea archivistica Angelo Mercati, Cité du Vatican, 1952.

18Bibliographie : MORONI VI (1840), 115-125, Breve apostolico. Andreas KRAUS, Das päpstliche Staatssekretariat unter Urban VIII. 1623-1644, Rome-Fribourg-Vienne, 1964, p. 108-109. Jean-Marie GOUESSE, L’endogamie familiale de l’Europe catholique du xviiie siècle. Première approche, dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-Âge - Temps modernes, LXXXIX, 1977/1, p. 95-116.

V.2.1 - Secrétaire des Brefs

Secretarius domesticus brevium secretorum

Segretario dei Brevi

  • 24 MORONI LXIII (1853), p. 267.

19Le secrétaire des Brefs est un cardinal de Curie. La charge est conférée à vie24.

    • 25 HC VI, 35. À la suite de l’occupation napoléonienne de Rome et de l’expulsion du cardinal Braschi, (...)

    Romualdo BRASCHI ONESTI (1787-1817), le 5 janvier 178725

    • 26 ASV/SS Interno a. 1817, rub. 2/3.

    Ercole CONSALVI (1817-1824), le 10 mai 181726

    • 27 ASV/SS Interno Registri II 134, ff. 43-44. Il est confirmé dans ses fonctions ad vitam par Pie VIII (...)

    Giuseppe ALBANI (1824-1834), le 30 janvier 182427

    • 28 HC VII, 11 et Diario di Roma du 13 décembre 1834.

    Emanuele DE GREGORIO (1834-1839), le 11 décembre 183428

    • 29 Pie IX lui donne pour successeur le 23 juin 1854 Vincenzo Macchi (Giornale di Roma du jour).

    Luigi LAMBRUSCHINI (1839-1854), Diario di Roma du 12 novembre 183929

V.2.2 - Substitut du Secrétaire des Brefs

Sostituto del Segretario dei brevi

20Le substitut du cardinal secrétaire des Brefs est un officier ecclésiastique de Curie. Il préside en pratique à l’expédition des brefs apostoliques.

    • 30 Il succède à Gioacchino Tosi, promu secrétaire des Lettres latines.

    Gregorio BERNI (1801-1824), Diario ordinario du 5 décembre 180130

    • 31 ASV/SS Interno Registri II 134, ff. 84.

    Francesco CAPACCINI (1824-1829), le 16 juillet 182431

  • Carlo VIZZARDELLI (1829-1831), Diario di Roma du 22 avril 1829

    • 32 Pie IX lui donne pour successeur Giovanni Battista Brancaleoni Castellani (Giornale di Roma du 26 a (...)

    Angelo PICCHIONI (1831-1852), Diario di Roma du 5 novembre 183132

V.3 - SECRÉTAIRERIE DES MÉMORIAUX

Segreteria dei Memoriali

  • 33 Diario di Roma du 1er février 1847.

21Issue également du collège des secretarii domestici réorganisés en secrétairerie apostolique aux termes de la constitution Non debet reprehensibile (31 décembre 1487) d’Innocent VIII, le secrétaire des Mémoriaux est chargé de recevoir les suppliques ou mémoires destinés au Souverain Pontife, tant dans le domaine temporel que dans le domaine ecclésiastique, et de lui en référer le contenu. La charge de secrétaire des Mémoriaux apparaît indépendante dès les premières décennies du xviie siècle. La constitution Romanus Pontifex (1er avril 1678) d’Innocent XI, portant suppression de la secrétairerie apostolique, lui confère une pleine autonomie ; la charge est attribuée à un cardinal à partir du xviiie siècle. Divisée en deux sections (la première relative aux matières ecclésiastiques, la seconde aux matières civiles) par un édit de la Secrétairerie d’État en date du 25 janvier 184733, la Secrétairerie des Mémoriaux est amputée de sa seconde section après 1870 et définitivement supprimée par Pie X en 1904.

22Sources : Les archives de la Secrétairerie des Mémoriaux sont conservées aux Archives vaticanes. PÁSZTOR (Guida), 122-124.

23Bibliographie : MORONI XLIV (1847), 179-193, Memoriale e Segretario dei Memoriali del Papa. Alberto SERAFINI, Le Origini della Pontificia Segreteria di Stato e la Sapienti consilio del b.Pio X, dans Apollinaris (Rome), XXV, 1952, p. 206-210.

V.3.1 - Cardinal pro-secrétaire des Mémoriaux

Pro-segretario dei Memoriali

24Le pro-secrétaire des mémoriaux est un cardinal de Curie, le second parmi les membres de la Famille pontificale. Il est nommé par le pape et révocable par lui.

    • 34 ASV/SS Interno Registri II 133, p. 3. Il succède à Giuseppe Maria Doria Pamphili, démissionnaire. L (...)

    Pier Francesco GALLEFFI (1814-1824), le 20 mai 181434

    • 35 ASV/SS Interno a. 1824 rub. 31.

    Cesare GUERRIERI GONZAGA (1824-1829), le 15 novembre 182435

    • 36 ASV/SS Interno Interno a. 1829, rub. 2.

    Carlo Maria PEDICINI (1829-1831), le 3 avril 182936

    • 37 Diario di Roma du 5 février 1831.

    Giacomo GIUSTINIANI (1831-1837), le 4 février 183137

    • 38 ASR/SSI a. 1837, rub. 2 et Diario di Roma du 7 octobre 1837.

    Castruccio CASTRACANE (1837-1839), le 2 octobre 183738

    • 39 ASR/SSI a. 1839, rub. 2 et Diario di Roma du 12 novembre 1839.

    Luigi DEL DRAGO (1839-1845), le 11 novembre 183939

    • 40 ASR/SSI a. 1845, rub. 2 et Diario di Roma du 29 novembre 1845. Pie IX le confirme dans ses fonction (...)

    Luigi ALTIERI (1845-1847), le 24 novembre 184540

V.3.2 - Substitut du secrétaire des Mémoriaux

25Le substitut du cardinal secrétaire des Mémoriaux est un prélat puis, à partir de 1826, un officier ecclésiastique de Curie. Il préside en pratique à la réception des suppliques adressées au Souverain Pontife.

    • 41 ASV/SS Interno a. 1814, rub. 14. Il succède à Paolino Mastai Ferretti.

    Bernardino LUZI (1814-1823), le 2 novembre 181441

  • Filippo DE ANGELIS (1823-1826), Diario di Roma du 5 avril 1823

    • 42 À la suite de la promotion de Filippo De Angelis comme évêque in partibus de Leuca (3 juillet 1826) (...)

    Lorenzo AVERARDI (1826-1864), Notizie de 182742

V.4 - SECRÉTAIRERIES PALATINES

Segreterie palatine

26On comprend durant la Restauration sous le nom de Secrétaireries palatines les deux Secrétaireries des Brefs aux princes et des Lettres latines dont les titulaires résident au palais pontifical (Quirinal ou Vatican), dans l’entourage immédiat du Pontife. Les deux charges de secrétaires des Brefs aux princes (brevia vel epistulae ad principes, litterae in forma brevi ad principes) et des Lettres latines sont issues de la différenciation progressive des tâches et des fonctions au sein de la Secrétairerie apostolique dans la seconde moitié du xvie siècle ; elles ont pour attributions la correspondance de nature officieuse que le pape adresse soit aux Princes, soit aux dignitaires ecclésiastiques. La constitution Romanus Pontifex (1er avril 1678) d’Innocent XI, portant suppression de la Secrétairerie apostolique, confère aux deux secrétaires palatins une pleine autonomie ; la charge est attribuée à des prélats, choisis en règle générale parmi les latinistes émérites de la Curie. Les attributions des deux Secrétaireries palatines de même que les normes de rédaction et d’expédition des actes pontificaux sont fixés avec précision par la constitution Gravissimum Ecclesia (26 novembre 1745) de Benoît XIV. La constitution Sapienti consilio (29 juin 1908) de Pie X ôte à la Secrétairerie des Brefs aux princes toute compétence en matière de dispenses matrimoniales. Passées dans la pratique sous la dépendance de la troisième section de la Secrétairerie d’État, les deux Secrétaireries palatines sont définitivement abolies aux termes de la constitution Regimini Ecclesiae universae (15 août 1967) de Paul VI.

27Sources : Les archives des secrétaires des Brefs aux princes et des Lettres latines sont conservées aux Archives vaticanes. PÁSZTOR (Guida), 120-121 et 125-127. Lajos PÁSZTOR, Per la storia degli archivi della Curia romana nell’epoca moderna. Gli archivi delle Segreterie dei Brevi ai Principi e delle Lettere latine, dans Römische Kurie. Kirchliche Finanzen. Vatikanisches Archiv. Studien zu Ehre von Hermann Hoberg, Rome, 1979, 2 vol., II, p. 659-686.

28Bibliographie : MORONI LXVIII (1853), 265-267, Segretario de’ Brevi a’ Principi, et 272-274, Segretario delle Lettere latine. DEL RE (Curia), 453-455. Alberto SERAFINI, Le origini della Pontificia Segreteria di Stato e la Sapienti consilio del b.Pio X, dans Apollinaris (Rome), XXV, 1952, p. 215-217.

V.4.1 - Secrétaire des Brefs aux princes

29Le secrétaire des Brefs aux princes, ou segretario de’ complimenti, prend en charge la rédaction des brefs à caractère formel (remerciements, vœux, félicitations, condoléances, etc.) destinés aux princes ainsi que leur expédition ; il s’occupe en outre jusqu’à la réforme de 1908 des dispenses matrimoniales relatives aux familles régnantes. Choisi parmi les prélats de Curie, il est assisté d’un substitut.

    • 43 ASV/SS Interno Registri II 133, p. 68 et Diario di Roma du 5 novembre 1814. Il succède à Giovanni D (...)

    Domenico TESTA (1814-1832), le 2 novembre 181443

    • 44 SPA/Titoli 22, 15/5 et Diario di Roma du 21 janvier 1832. Pie IX lui donne pour successeur le 27 av (...)

    Gaspare GASPERINI (1832-1848), le 16 janvier 183244

V.4.2 - Secrétaire des Lettres latines

30Le secrétaire des Lettres latines est chargé de la correspondance officieuse adressée aux cardinaux, patriarches, archevêques, évêques, supérieurs d’ordres religieux et autres personnalités ecclésiastiques. Il est choisi parmi les prélats de Curie. Il prononce en règle générale l’oraison funèbre du pape défunt (oratio de Pontefice defuncto). De 1762 à 1852, il est également employé par la congrégation du Concile en qualité de rédacteur des réponses aux rapports de visites ad limina des évêques de la Catholicité.

    • 45 PÁSZTOR (Segreteria), 108. Nommé alors qu’il séjourne encore à Vienne aux côtés du cardinal Consalv (...)

    Raffaele MAZIO (1814-1824), le 1er octobre 181445

    • 46 ASV/SS Interno a. 1818, rub. 31. Le chanoine Filippo Schiassi refuse sa nomination pour demeurer à (...)

    Filippo SCHIASSI (1818), le 6 avril 181846

    • 47 ASV/SS Interno Registri II 134, ff. 91. Il est confirmé dans ses fonctions par Pie VIII (Diario di (...)

    Gaspare GASPERINI (1824-1832), le 28 décembre 182447

    • 48 SPA/Titoli 22, art. 15/5 et Diario di Roma du 21 janvier 1832. Promu secrétaire de la congrégation (...)

    Carlo VIZZARDELLI (1832-1843), le 16 janvier 183248

    • 49 Diario di Roma du 23 juin 1843. Pie IX lui donne pour successeur le 27 avril 1848 Giovanni Battista (...)

    Luca PACIFICI (1843-1848), le 22 juin 184349

V.5 - ADMINISTRATION MILITAIRE DE L’ÉTAT PONTIFICAL

  • 50 Sur l’administration antérieure au xixe siècle, cf. Grazia PASTURA RUGGIERO, Il Commissariato delle (...)

31L’administration militaire de l’État pontifical à son déclin représente l’aboutissement d’un processus institutionnel complexe. Héritier du cardinal neveu, auquel était attribuée au xviie siècle la charge, devenue honorifique, de général de l’Église (Generale di Santa Chiesa), le cardinal secrétaire d’État est le principal responsable de la politique militaire de l’État ecclésiastique. Il est assisté sur le plan financier du Trésorier général de la Chambre apostolique qui, par un motu proprio de Pie VI en date du 19 mai 1784, a hérité de l’ensemble des prérogatives exercées dans le passé par les clercs de la Chambre apostolique concurremment à la Trésorerie générale50.

  • 51 Diario di Roma du 2 septembre 1815.
  • 52 ASV/SS Interno Registri II 134, ff. 181-182 et Diario di Roma du 26 avril 1828.

32À la veille de l’invasion française des États pontificaux, Pie VI crée par un règlement en date du 1er mai 1797 une congrégation militaire placée sous la présidence du cardinal secrétaire d’État ; elle comprend un assesseur et six membres choisis parmi les officiers généraux de l’armée pontificale et l’aristocratie romaine. La constitution Post diuturnas (30 octobre 1800) rétablit au lendemain de la première restauration la congrégation militaire. C’est encore cette même congrégation militaire qu’à l’aube de la Restauration, le cardinal Consalvi remet en vigueur par une décision pontificale publique le 2 septembre 181551. Léon XII, par un motu proprio en date du 15 mars 182852, réforme l’administration militaire de l’État pontifical en supprimant la Congrégation militaire et en instituant un Conseil économique militaire (Consiglio economico militare) placé sous la présidence du cardinal secrétaire d’État et formé du gouverneur de Rome et directeur général de la police, du trésorier de la Chambre apostolique et d’un Président des Armes choisi parmi les clercs de la Chambre apostolique. Grégoire XVI, pressé par les nécessités de l’insurrection des Légations et des Marches, contribue à son tour à une réforme de l’administration militaire de l’État. Le Conseil économico-militaire institué par Léon XII est aboli par une décision du cardinal secrétaire d’État Bernetti en date du 1er juin 1832. La division de la Secrétairerie d’État en deux dicastères distincts (20 février 1833) aboutit à scinder l’unité de l’administration militaire de l’État, toujours placée sous la responsabilité du Président des Armes : la définition des missions d’ordre public et le mouvement des troupes relevant désormais du Secrétaire d’État ; l’administration des casernes, l’armement des troupes, le règlement des soldes et la discipline, du secrétaire d’État pour les affaires intérieures. Un motu proprio, préparé par l’avocat fiscal Luigi Bartoli et daté du 15 mars 1835, prévoyait de remettre à nouveau l’administration militaire sous la seule autorité du cardinal secrétaire d’État : il se heurte à la résistance victorieuse du nouveau secrétaire d’État pour les affaires intérieures. Un nouveau règlement (22 décembre 1839) précise la compétence du Conseil des Armes, présidé par le Président des Armes et placé sous l’autorité de la Secrétairerie d’État dans son ensemble : le Conseil compte, outre le président, six conseillers et un secrétaire général et obtient les plus larges attributions pour l’ensemble des questions militaires. Cette situation demeure en vigueur jusqu’à la mort de Grégoire XVI. Avec l’avènement de Pie IX et la réunification de la Secrétairerie d’État (1er août 1846), la présidence des Armes est d’abord maintenue sous sa forme antérieure. Elle est successivement abolie et transformée en un ministère des Armées à dater du 1er janvier 1848, à la suite du motu proprio du 29 décembre 1847 portant création d’un Conseil des ministres.

33Sources : Les archives de l’administration militaire de l’État pontifical sont réparties entre l’Archivio di Stato de Rome (Congrégation militaire, Chambre apostolique, Secrétairerie d’État pour les affaires intérieures, Ministère des Armées) les Archives vaticanes (Secrétairerie d’État, Titre VI, Forza pubblica e Marina, rub. 190 à 210). GUIDA GENERALE 1189 et 1153-1154. PÁSZTOR, aux études citées infra.

34Bibliographie : EncCatt IV (1950), 348 (Leopoldo Sandri). Attilio VIGE-VANO, La fine dell’esercito pontificio, Rome, 1920, XIX-864 p. Guglielmo FELICI, La Reverenda Camera Apostolica. Studio storico-giuridico, Cité du Vatican, 1940, p. 145-147. Lajos PÁSZTOR, La Segreteria di Stato di Gregorio XVI, 1833-1846, dans Archivum Historiae Pontificiae, XV, 1977, p. 305-311. Grazia PASTURA RUGGIERO, Il Commissariato delle Armi, il Commissariato del Mare e la Prefettura di Castel Sant’Angelo, dans La Reverenda Camera Apostolica e i suoi archivi (secc. xv-xviii), con contributi di Paolo CHERUBINI, Luigi LONDEI, Marina MORENA e Daniela SINISI, Rome, 1984, p. 143-149. Lajos PÁSZTOR, La Segreteria di Stato e il suo archivio, 1814-1833, Stuttgart, 1984, 2 vol., I, p. 32-34, 53-54 et 65-67.

V.5.1 - Cardinal secrétaire d’État

35(pour rappel)

  • Bartolomeo PACCA (1814-1815)

  • Ercole CONSALVI (1815-1823)

  • Giulio Maria DELLA SOMAGLIA (1823-1828)

  • Tommaso BERNETTI (1828-1829)

  • Giuseppe ALBANI (1829-1830)

  • Tommaso BERNETTI (1831-1836)

  • Luigi LAMBRUSCHINI (1836-1846)

V.5.2 - Cardinal secrétaire d’État pour les affaires intérieures

36(pour rappel)

  • Antonio Domenico GAMBERINI (1833-1840)

  • Mario MATTEI (1840-1846)

V.5.3 - Assesseur de la congrégation militaire

Assessore della S. Congregazione militare

37Instituée en 1797 par Pie VI dans le but de réunir l’ensemble des offices de Curie compétents en matière militaire et rétablie par le cardinal Consalvi en date du 2 septembre 1815, la charge d’assesseur de la Congrégation militaire, placée sous la dépendance directe du cardinal secrétaire d’État, est remplie par un prélat de Curie. Elle est abolie à la suite du motu proprio du 15 mars 1828 qui institue une Présidence des Armes.

    • 53 ASV/SS Interno Registri II 133, p. 104. Indiqué comme assesseur depuis les Notizie de 1802.

    Paolo LEARDI (1815-1817), le 1er septembre 181553

    • 54 ASV/SS Interno a. 1817, rub. 31.

    Tommaso BERNETTI (1817-1820), le 2 février 181754

  • Domenico DE SIMONE (1820-1828), Diario di Roma du 10 juin 1820

V.5.4 - Président des Armes

Presidente delle Armi

38Créée par le motu proprio du 15 mars 1828 de Léon XII portant réforme de l’administration militaire des états Pontificaux, la charge de président des Armes se substitue à celle d’assesseur de la Congrégation militaire. Placé sous la dépendance directe du cardinal secrétaire d’État, le président des Armes est un prélat choisi parmi les clercs de la Chambre apostolique. La présidence des Armes se transforme en ministère des Armées aux termes du motu proprio du 29 décembre 1847 de Pie IX.

39Sources : ASV/SS Interni Registri II 134, ff. 181-182 (réforme de l’administration militaire des États Pontificaux). Diario di Roma du 26 avril 1828, no 34.

    • 55 ASV/SS Interno Registri II 134, ff. 182.

    Giuseppe UGOLINI (1828-1838), le 15 avril 182855

    • 56 Diario di Roma du 17 février 1838.

    Gregorio FABRIZI (1838), le 12 février 183856

  • Giacomo AMADORI PICCOLOMINI (1838-1845), Diario di Roma du 16 juin 1838

    • 57 Diario di Roma du 29 novembre 1845. Pie IX lui donne pour successeur Giovanni Rusconi (Diario di Ro (...)

    Lavinio SPADA MEDICI (1845-1847), le 24 novembre 184557

V.6 - BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES VATICANES

40La Bibliothèque et les Archives vaticanes sont placées durant presque tout le cours de la Restauration sous la dépendance du cardinal secrétaire d’État en qualité de cardinal bibliothècaire de l’Église romaine. Si la Bibliothèque vaticane n’a subi que peu de déprédations durant les deux occupations françaises de 1798-1799 et 1808-1814, les Archives vaticanes sont transférées à Paris au cours de l’année 1810 à la suite d’un décret impérial en date du 18 décembre 1809 ; elles sont entreposées aux Archives impériales. Le transfert des archives de Paris à Rome au lendemain de la Restauration donne lieu à un certain nombre d’abandons ou de destructions de documents. Les Archives vaticanes demeurent strictement closes aux chercheurs durant toute la période.

41La direction de la Bibliothèque vaticane repose sur deux custodes, ou préfets, hiérarchisés en premier et second custode (préfet) ; ils veillent sur le travail du collège des scripteurs. La direction des Archives vaticanes est confiée conjointement à deux custodes de même rang.

42Sources : Les archives relatives à l’histoire de la Bibliothèque et des Archives vaticanes sous la Restauration sont essentiellement conservées dans les archives propres des deux institutions ; elles peuvent être complétées par les archives de la Secrétairerie d’État.

43Bibliographie : Jeanne BIGNAMI ODIER, La Bibliothèque Vaticane de Sixte IV à Pie XI. Recherches sur l’histoire des collections de manuscrits, Cité du Vatican, 1973, XVIII-477 p. MORONI II (1840), 277-288, Archivi della Santa Sede. Marino MARINI, Memorie storiche dell’occupazione e restitutzione degli Archivi della S.Sede e del riacquisto de’ Codici e Museo Numismatico del Vaticano e de’ manoscritti, e parte del Museo di storia naturale di Bologna, dans Regestum Clementis Papae V, cura et studio Monachorum ordinis S.Benedictii, Rome, 1884, vol. I, p. CCXXVIII-CCCXXV. Léopold DELISLE, Les archives du Vatican, dans Journal des Savants, juillet 1892, p. 429-441 ; août 1892, p. 489-501. Angelo MERCATI, Come e quando ritornb a Roma il Codice del processo di Galileo, dans Atti della Pontificia Accademia delle Scienze (Nuovi Lincei), LXX, 1927, p. 58-63. Leopoldo SANDRI, Vicende degli archivi pontifici durante gli anni 1848-1849, dans Rassegna storica del Risorgimento, XXII, 1935, p. 877-884. Remigius RITZLER, Die Verschleppung der päpstlichen Archive nach Paris unter Napoleon I. und deren Rückführung nach Rom in den Jahren 1815 bis 1817, dans Römische Historische Mitteilungen, VI-VII, 1962-1964, p. 144-190. Jean MAUZAIZE, Le transfert des Archives vaticanes à Paris sous le premier Empire, dans Bulletin de l’Association des Archivistes de l’Église de France, VIII, 1977, p. 3-14. Martino GIUSTI, Materiale documentario degli Archivi papali rimasto nell’Archivio Nazionale di Parigi dopo il loro ritorno a Roma negli anni 1814-1817, dans Römische Kurie, Kirchliche Finanzen, Vatikanisches Archiv. Studien zu Ehren von Hermann Hoberg, Rome, 1979, 2 vol., I, p. 263-274.

V.6.1 - Cardinal bibliothècaire de l’Église romaine

Cardinale Bibliotecario di Santa Romana Chiesa

  • 58 Spontanea demissione, dixit le Giornale di Roma du 27 juin 1853.

44Le cardinal bibliothécaire de l’Église romaine est en règle générale durant la période de la Restauration le cardinal secrétaire d’État. La nomination du cardinal Lambruschini à cette charge en 1834 ne contribue pas à faire évoluer cette situation institutionnelle, puisque ce dernier devient à son tour secrétaire d’État en 1836. Ce n’est qu’à la suite de sa démission58 qu’intervient la nomination d’un cardinal bibliothécaire autonome en la personne d’Angelo Mai, ancien préfet (27 juin 1853).

45Sources : José RUYSSCHAERT, La direction de la Bibliothèque Vaticane (1475-1971), dans Jeanne BIGNAMI ODIER, La Bibliothèque Vaticane de Sixte IV à Pie XI. Recherches sur l’histoire des collections de manuscrits, Cité du Vatican, 1973, p. 319-352.

    • 59 BIGNAMI ODIER 338. Directeur de fait de la bibliothèque en qualité de cardinal secrétaire d’État, i (...)

    Ercole CONSALVI (1814-1823), le 17 mai 181459

    • 60 ASV/SS Interno Registri II 134, ff. 149. Directeur de fait de la bibliothèque en qualité de cardina (...)

    Giulio Maria DELLA SOMAGLIA (1823-1830), le 1er octobre 182660

    • 61 Confirmé par bref du 23 avril (BIGNAMI ODIER 340).

    Giuseppe ALBANI (1830-1834), Diario di Roma du 7 avril 183061

    • 62 Diario di Roma du 13 décembre 1834. BIGNAMI ODIER 340 indique la date du 19 décembre. Pie IX lui do (...)

    Luigi LAMBRUSCHINI (1834-1853), le 11 décembre 183462

V.6.2 - Premier custode de la Bibliothèque vaticane

Primo (Secondo) custode (prefetto) della Biblioteca apostolica vaticana

46Source : José RUYSSCHAERT, La direction de la Bibliothèque Vaticane (1475-1971), loc. cit.

    • 63 ASV/SS Interno Registri II 133, p. 5-6. Il succède à Gaetano Marini, nommé le 18 août 1800 (Diario (...)

    Francesco BALDI (1814-1818), le 27 mai 181463

    • 64 BIGNAMI ODIER 341.

    Angelo MAI (1819-1833), le 20 octobre 181964

    • 65 BIGNAMI ODIER 341 et Diario di Roma du 17 avril 1833.

    Giuseppe MEZZOFANTI (1833-1838), le 16 avril 183365

    • 66 BIGNAMI ODIER 341 et Diario di Roma du 10 mars 1838. Pie IX lui donne pour successeur Andrea Molza (...)

    Gabriele LAUREANI (1838-1849), le 12 février 183866

V.6.3 - Second custode de la Bibliothèque vaticane

    • 67 Diario ordinario du 20 août 1800 (vicecustode). Expulsé de Rome du 2 avril 1808 au 25 janvier 1809, (...)

    Angelo BATTAGLINI (1800-1818), le 18 août 180067

    • 68 BIGNAMI ODIER 341.

    Giuseppe BALDI (1818-1831), le 11 septembre 181868

    • 69 BIGNAMI ODIER 341.

    Gabriele LAUREANI (1831-1838), le 19 août 183169

    • 70 BIGNAMI ODIER 341 et Diario di Roma du 10 mars 1838. Promu premier custode, Pie IX lui donne pour s (...)

    Andrea MOLZA (1838-1850), le 12 février 183870

V.6.4 - Préfet des archives vaticanes

Prefetto (Custode) dell’Archivio vaticano

47Les préfets des Archives vaticanes sont au nombre de deux depuis 1782. Ils sont nommés par le cardinal secrétaire d’État.

48Sources : Germano GUALDO, Prefetti, officiali e altri collaboratori dalla fine del Cinquecento alla metà dell’Ottocento, dans Sussidi per la consultazione dell’Archivio Vaticano, Cité du Vatican, 1989, p. 365-375.

    • 71 Coadjuteur de l’archiviste Marino Zampini aux côtés de son homonyme Gaetano Marini (3 avril 1772), (...)

    Calisto MARINI (1782-1822), le 27 septembre 178271

    • 72 Coadjuteur de l’archiviste Marino Zampini aux côtés de son homonyme Callisto Marini (3 avril 1772), (...)

    Gaetano MARINI (1782-1815), le 27 septembre 178272

    • 73 Coadjuteur cum futura successione de son oncle le 18 mars 1809 (Diario di Roma du 12 avril 1809), i (...)

    Marino MARINI (1815-1855), le 17 mai 181573

    • 74 Coadjuteur cum futura successione du préfet Calisto Marini le 22 novembre 1814 (PÁSZTOR (Segreteria (...)

    Pier Filippo BOATTI (1822-1856), le 17 janvier 182274

Notes

1 Giornale di Roma du 11 septembre 1850.

2 ASV/SS Interno Registri II 133, p. 2-3 et PÁSZTOR (Segreteria), p. 130, n. 2. Ercole Consalvi a été une première fois pro-secrétaire, puis secrétaire d’État de Pie VII du 14 mars 1800 au 17 juin 1806.

3 PÁSZTOR (Segreteria), p. 131, n. 5. Bartolomeo Pacca a été, à partir du 18 juin 1808, le dernier pro-secrétaire d’État de Pie VII avant son enlèvement par les troupes françaises dans la nuit du 5 au 6 juillet 1809.

4 MARCHI, p. 9 et PÁSZTOR (Segreteria), p. 130. Le registre de la Secrétairerie d’État porte la date du 30 septembre (ASV/SS Interno Registri II 134, ff. 7-8).

5 ASV/SS Interno Registri II 134, ff. 84.

6 ASV/SS Interno a. 1831 rub. 2.

7 Diario di Roma du 12 février 1831. MARCHI 9 et PÁSZTOR (Segreteria), 130 et 132, n. 18. Nommé en qualité de pro-secrétaire. Auparavant, Paolo Polidori, secrétaire du conclave, assume du 2 février, jour de l’élection de Grégoire XVI, jusqu’au 10 février 1831 les fonctions de pro-secrétaire d’État (PÁSZTOR (Segreteria), 150-151).

8 MARCHI, p. 10 et PÁSZTOR (Segreteria), p. 130 et p. 132, n. 19. Il résigne sa charge à la mort de Grégoire XVI (1er juin 1846). Pie IX lui donne pour successeur le 1er août 1846 Pasquale Gizzi.

9 Diario di Roma du 13 mars 1833.

10 ASR/SSI a. 1840, rub. 2.

11 ASR/SSI a. 1840, rub. 2.

12 PÁSZTOR (Segreteria), p. 159.

13 PÁSZTOR (Segreteria), 157 et Diario di Roma des 30 juillet et 3 août 1814.

14 PÁSZTOR (Segreteria), 157, n. 5. Nommé en qualité de pro-substitut, il devient également pro-secrétaire du Chiffre (Diario di Roma du 5 mars 1831).

15 PÁSZTOR (Segreteria), p. 157.

16 SPA/Titoli 73, art. 1/3 et Diario di Roma du 27 février 1844. Il est successivement nommé substitut pour la IIe section (affaire intérieures) le 21 septembre 1846 (Diario di Roma du 22 septembre) tandis que Giovanni Corboli Bussi (dont il assure à plusieurs reprises l’interim durant ses missions diplomatiques) lui succède le même jour en qualité de substitut pour la Ière section (affaires extérieures) et secrétaire du chiffre (Diario di Roma du 22 septembre 1846).

17 Diario di Roma du 2 août 1834.

18 SPA/Titoli 73, art. 1/3 et Diario di Roma du 3 novembre 1838.

19 Diario di Roma du 17 juillet 1841.

20 SPA/Titoli 73, art. 1/3 et Diario di Roma du 18 janvier 1845.

21 SPA/Titoli 73, art. 1/3 et Diario di Roma du 24 janvier 1846.

22 Le Diario di Roma du 1er mars 1823 indique la date de 1795 comme prise de fonctions ; mais le secrétaire des Confins est jusqu’aux Notizie de 1803 l’avocat Angelo Bonucci.

23 PÁSZTOR (Segreteria), 172 et 175, n. 10 et Diario di Roma du 5 novembre 1831.

24 MORONI LXIII (1853), p. 267.

25 HC VI, 35. À la suite de l’occupation napoléonienne de Rome et de l’expulsion du cardinal Braschi, le cardinal Charles Erskine est nommé pro-secrétaire des Brefs (Diario di Roma du 14 septembre 1808). Il meurt en exil à Paris le 20 mars 1811.

26 ASV/SS Interno a. 1817, rub. 2/3.

27 ASV/SS Interno Registri II 134, ff. 43-44. Il est confirmé dans ses fonctions ad vitam par Pie VIII le 12 avril 1829 (ASV/SS Interno a. 1829 rub. 2), décision confirmée par un bref du 15 avril (HC VII, 8).

28 HC VII, 11 et Diario di Roma du 13 décembre 1834.

29 Pie IX lui donne pour successeur le 23 juin 1854 Vincenzo Macchi (Giornale di Roma du jour).

30 Il succède à Gioacchino Tosi, promu secrétaire des Lettres latines.

31 ASV/SS Interno Registri II 134, ff. 84.

32 Pie IX lui donne pour successeur Giovanni Battista Brancaleoni Castellani (Giornale di Roma du 26 avril 1852).

33 Diario di Roma du 1er février 1847.

34 ASV/SS Interno Registri II 133, p. 3. Il succède à Giuseppe Maria Doria Pamphili, démissionnaire. Lorsque ce dernier avait dû quitter Rome au lendemain de l’occupation française, le cardinal Michele Di Pietro avait été nommé pro-secrétaire des Mémoriaux (Diario di Roma du 14 septembre 1808) ; il est promu Grand Pénitencier le 20 mai 1814. Léon XII confirme la cardinal Galleffi dans ses fonctions le 29 septembre 1823 (ASV/SS Interno Registri II 134, ff. 6).

35 ASV/SS Interno a. 1824 rub. 31.

36 ASV/SS Interno Interno a. 1829, rub. 2.

37 Diario di Roma du 5 février 1831.

38 ASR/SSI a. 1837, rub. 2 et Diario di Roma du 7 octobre 1837.

39 ASR/SSI a. 1839, rub. 2 et Diario di Roma du 12 novembre 1839.

40 ASR/SSI a. 1845, rub. 2 et Diario di Roma du 29 novembre 1845. Pie IX le confirme dans ses fonctions le 21 juin 1846 (Diario di Roma du 23 juin), puis lui donne pour successeur Gabriele Ferretti (Diario di Roma du 27 novembre 1847).

41 ASV/SS Interno a. 1814, rub. 14. Il succède à Paolino Mastai Ferretti.

42 À la suite de la promotion de Filippo De Angelis comme évêque in partibus de Leuca (3 juillet 1826) et administrateur apostolique du diocèse de Forli (24 juillet 1826). Devenu substitut émérite en 1861, Lorenzo Averardi meurt à Rome, à l’âge de 84 ans, le 6 septembre 1864 (Giornale di Roma du 7 septembre). Pie IX lui donne pour successeur Michele Ambrosini.

43 ASV/SS Interno Registri II 133, p. 68 et Diario di Roma du 5 novembre 1814. Il succède à Giovanni Devoti, nommé avant le 21 mars 1804 et déchu de toutes ses fonctions prélatices au lendemain de la Restauration (mais que les Notizie de 1818 mentionnent encore à titre honorifique dans son ancienne charge, par suite de sa réhabilitation).

44 SPA/Titoli 22, 15/5 et Diario di Roma du 21 janvier 1832. Pie IX lui donne pour successeur le 27 avril 1848 Luca Pacifici (Gazzetta di Roma du 29 avril).

45 PÁSZTOR (Segreteria), 108. Nommé alors qu’il séjourne encore à Vienne aux côtés du cardinal Consalvi, il succède à Domenico Testa, nommé avant le 21 mars 1804 et promu secrétaire des Brefs aux princes ; il ne rentre à Rome qu’en juin 1815 et se voit confirmé dans sa charge le 21 juin 1815 (ASV/SS Interno a. 1815, rub. 31). Occupé essentiellement d’affaires diplomatiques, puis, à partir de 1818, pris par sa charge de secrétaire de la Congrégation consistoriale et du Sacré Collège, il est substitué dans ses fonctions le 6 avril 1818 par le chanoine bolonais Filippo Schiassi (ASV/SS Interno a. 1818, rub. 14) ; mais, à la suite du refus de ce dernier de venir à Rome (cf. infra), il est à nouveau nommé pro-secrétaire (22 avril 1818), puis secrétaire (15 janvier 1819) des Lettres latines (ASV/SS Interno a. 1819, rub. 31). Ses fonctions semblent avoir été fréquemment remplies par Paolo Polidori. Léon XII le confirme dans ses fonctions le 15 octobre 1823 (ASV/SS Interno Registri II 134, ff. 9).

46 ASV/SS Interno a. 1818, rub. 31. Le chanoine Filippo Schiassi refuse sa nomination pour demeurer à Bologne et Raffaele Mazio reprend ses fonctions dès le 22 avril.

47 ASV/SS Interno Registri II 134, ff. 91. Il est confirmé dans ses fonctions par Pie VIII (Diario di Roma du 8 avril 1829) et par Grégoire XVI le 10 février 1831 (Diario di Roma du 12 février).

48 SPA/Titoli 22, art. 15/5 et Diario di Roma du 21 janvier 1832. Promu secrétaire de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, il est confirmé dans la charge de secrétaire des Lettres latines (Diario di Roma du 27 janvier 1843) et reçoit pour coadjuteur cum futura successione le 28 janvier Luca Pacifici (Diario di Roma du 23 juin 1843).

49 Diario di Roma du 23 juin 1843. Pie IX lui donne pour successeur le 27 avril 1848 Giovanni Battista Palma (Gazzetta di Roma du 29 avril).

50 Sur l’administration antérieure au xixe siècle, cf. Grazia PASTURA RUGGIERO, Il Commissariato delle Armi, il Commissariato del Mare e la Prefettura di Castel Sant’Angelo, dans La Reverenda Camera Apostolica e i suoi archivi (secc. xv-xviii), con contributi di Paolo CHERUBINI, Luigi LONDEI, Marina MORENA e Daniela SINISI, Rome, 1984, p. 143-149.

51 Diario di Roma du 2 septembre 1815.

52 ASV/SS Interno Registri II 134, ff. 181-182 et Diario di Roma du 26 avril 1828.

53 ASV/SS Interno Registri II 133, p. 104. Indiqué comme assesseur depuis les Notizie de 1802.

54 ASV/SS Interno a. 1817, rub. 31.

55 ASV/SS Interno Registri II 134, ff. 182.

56 Diario di Roma du 17 février 1838.

57 Diario di Roma du 29 novembre 1845. Pie IX lui donne pour successeur Giovanni Rusconi (Diario di Roma du 23 novembre 1847).

58 Spontanea demissione, dixit le Giornale di Roma du 27 juin 1853.

59 BIGNAMI ODIER 338. Directeur de fait de la bibliothèque en qualité de cardinal secrétaire d’État, il succède au cardinal bibliothècaire Luigi Valenti Gonzaga, décédé le 29 décembre 1808.

60 ASV/SS Interno Registri II 134, ff. 149. Directeur de fait de la bibliothèque en qualité de cardinal secrétaire d’État, il reprend à cette date le titre de cardinal bibliothécaire de l’Église romaine.

61 Confirmé par bref du 23 avril (BIGNAMI ODIER 340).

62 Diario di Roma du 13 décembre 1834. BIGNAMI ODIER 340 indique la date du 19 décembre. Pie IX lui donne pour successeur le 27 juin 1853 Angelo Mai.

63 ASV/SS Interno Registri II 133, p. 5-6. Il succède à Gaetano Marini, nommé le 18 août 1800 (Diario ordinario du 13 août), au sujet duquel sont évoqués des incomodi di salute (mais il est accusé de collaboration avec les autorités napoléoniennes).

64 BIGNAMI ODIER 341.

65 BIGNAMI ODIER 341 et Diario di Roma du 17 avril 1833.

66 BIGNAMI ODIER 341 et Diario di Roma du 10 mars 1838. Pie IX lui donne pour successeur Andrea Molza (Giornale di Roma du 27 avril 1850 ; BIGNAMI ODIER 341 indique la date du 11 juin).

67 Diario ordinario du 20 août 1800 (vicecustode). Expulsé de Rome du 2 avril 1808 au 25 janvier 1809, il est rétabli dans ses fonctions le 17 août 1814 (BIGNAMI ODIER 341).

68 BIGNAMI ODIER 341.

69 BIGNAMI ODIER 341.

70 BIGNAMI ODIER 341 et Diario di Roma du 10 mars 1838. Promu premier custode, Pie IX lui donne pour successeur le 17 décembre 1850 Pio Martinucci (BIGNAMI ODIER 343).

71 Coadjuteur de l’archiviste Marino Zampini aux côtés de son homonyme Gaetano Marini (3 avril 1772), il devient préfet des archives à la mort de M. Zampini, le 27 septembre 1782. Il demeure en fonctions jusqu’à sa mort (17 janvier 1822), à l’exception de la période de la République romaine. Il reçoit pour coadjuteur Carlo Altieri le 18 mars 1809 (jusqu’en 1815), puis Pier Filippo Boatti (en 1815).

72 Coadjuteur de l’archiviste Marino Zampini aux côtés de son homonyme Callisto Marini (3 avril 1772), il devient préfet des archives à la mort de M. Zampini, le 27 septembre 1782. Il demeure en fonctions jusqu’à sa mort (le 17 mai 1815 à Paris). Il reçoit pour coadjuteur son neveu Marino Marini le 18 mars 1809. Il est maintenu en poste par la République Romaine, puis l’Empire, et chargé de veiller au transport des Archives vaticanes à Paris, puis à leur rapatriement.

73 Coadjuteur cum futura successione de son oncle le 18 mars 1809 (Diario di Roma du 12 avril 1809), il lui succède lors de son décès, intervenu à Paris durant le rapatriement des Archives, et demeure en fonctions jusqu’à sa mort (21 novembre 1855). Pie IX lui donne pour coadjuteur (4 mars 1851) puis pour successeur (29 novembre 1855) l’oratorien Augustin Theiner (Lajos PÁSZTOR, Per la storia dell’Archivio Segreto vaticano nei secoli xix-xx. La carica di Archivista della Santa Sede, 1870-1920. La prefettura di Francesco Rosi Bernardini, 1877-1879, dans Archivum Historiae Pontificiae, XVII, 1979, p. 368).

74 Coadjuteur cum futura successione du préfet Calisto Marini le 22 novembre 1814 (PÁSZTOR (Segreteria), 174), il lui succède en qualité de préfet lors de son décès et demeure en fonctions jusqu’à sa mort (18 mars 1856).

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540