Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souverain et pontife

 | 
Philippe Bountry

Modalités de la recherche et principes d’exposition

Texte intégral

  • 1 Ces Recherches prosopographiques constituent la seconde partie d’une thèse d’État soutenue à l’uni (...)

1C’est une affaire qui requiert du temps, de la méthode et un soupçon d’opiniâtreté qu’une étude de l’organisation et de la composition de la Curie pontificale du premier xixe siècle1.

  • 2 Publié d’abord sous le titre de Diario ordinario d’Ungheria par le libraire Luca Antonio Cracas (o (...)
  • 3 Publiées sous le titre de Notizie per l’anno... de 1716 à 1859 et connues également sous le titre (...)
  • 4 ASV/SS Interno rubriques 2 (nominations cardinalices), 14 (consulteurs), 31 (prélats) et 82 (magis (...)
  • 5 ASV Sacro Palazzo Apostolico (ASV/SPA), Titoli, en particulier les vol. 12, 20, 22, 23 et 73.
  • 6 ASV/SS Interno Registri II 133, Biglietti di nomine, promozioni e decorazioni dal di 21 aprile 181 (...)
  • 7 ASV/SS Interno Registri II 134, Registro dei biglietti di nomina e destinazioni dal 28 settembre 1 (...)
  • 8 N. Del Re, La Curia Romana. Lineamenti storico-giuridici, 3ème édition, Rome, 1970 ; Monsignor Gov (...)
  • 9 G. De Marchi, Le Nunziature apostoliche dal 1800 al 1956, Rome, 1957.
  • 10 L. Pásztor, Guida delle fonti per la storia dell’America Latina negli archivi della Santa Sede e n (...)
  • 11 D. Cecchi, L’amministrazione pontificia nella Prima Restaurazione, 1800-1809, Macerata, 1975 ; L’a (...)
  • 12 C. Weber, Kardinäle und Prälaten in dem letzten Jahrzehnten des Kirchenstaates, Stuttgart, 1978, 2 (...)

2La tâche apparaît pourtant relativement aisée. Les années de la Restauration (1814-1846) qui sont l’objet de cette recherche disposent de sources et d’instruments qu’envieraient à bon droit les spécialistes des périodes antérieures de l’histoire de la Curie. Les journaux de la Rome pontificale - le Diario ordinario de Cracas de 1716 à 1808, le Diario di Roma de 1814 à 18482, le Giornale di Roma et l’Osservatore romano ensuite, sont autant de journaux officieux de l’Église romaine et de l’État ecclésiastique qui font toute leur part aux nominations, promotions, mutations, départs, arrivées et décès qui intéressent la vie de la Curie. Les Notizie per l’anno offrent depuis 1716 un tableau d’ensemble annuel de la Cour pontificale plus concis, mais nullement inférieur en substance au moderne Annuario pontificio3. Les archives de la Secrétairerie d’État4 qui désormais centralise en pratique l’ensemble des nominations en Curie comme les archives d’autres dicastères (notamment la Maison pontificale5) offrent au chercheur un accès commode à la documentation originale ; elles contiennent également, pour les années 1814-18166 et pour toute la durée du pontificat de Léon XII (1823-1829)7, deux précieux registres de nomination. Enfin de grands travaux de synthèse sur l’administation pontificale (Niccolo Del Re8, Giuseppe De Marchi9, Lajos10, Dante Cecchi11), le corpus imposant de recherches propospographiques rassemblé de manière magistrale, tant pour l’ancien régime que pour le pontificat de Pie IX, par Christoph Weber12, qui a constitué pour ce présent travail tout à la fois un apport trés précieux sur le plan de l’information et un modèle de rigueur et de méthodologie, ainsi qu’un grand nombre d’études particulières sur les institutions et les hommes de la Curie fournissent au projet un cadre institutionnel solide et un apport de départ très substantiel.

  • 13 On trouvera dans ce cas la simple mention du numéro du Diario di Roma.
  • 14 En particulier les années 1799-1800, 1804-1805, 1809-1817, 1831, 1849-1850.
  • 15 Annonce dans le Diario ordinario du 30 janvier 1808, n° 9.
  • 16 Annonce dans le Diario ordinario du 18 avril 1818, n° 31.
  • 17 On trouvera dans ce cas la mention « Notizie de 18.. ». Pour la durée des charges cardinalices ou (...)
  • 18 On trouve ainsi l’annonce de la parution des Notizie per l’anno dans le Diario di Roma des 27 mars (...)

3Des difficultés existent pourtant, qui sont essentiellement d’ordre archivistique et chronologique. Aucune des sources précédemment mentionnées n’est en effet susceptible à elle seule - à l’exception (et encore imparfaitement) des deux registres précédemment mentionnés de la Secrétairerie d’État - de fournir l’intégralité des nominations effectuées en Curie. Les copies des billets de nomination conservés dans les archives de la Secrétairerie d’État ne concernent à l’évidence qu’une partie des nominations effectives. Le Diario di Roma donne rarement la date exacte de la nomination13 et ne mentionne pas la totalité des promotions (bien que la précision de l’information aille croissant aux cours des trente-trois années considérées). Les Notizieper l’anno présentent de graves lacunes chronologiques14 - la plus grave est celle qui sépare la parution des Notizie de 1808, dans les derniers jours du mois de janvier 180815, de celle des Notizie de 1818, à la mi-avril 181816, soit plus de dix années d’incertitude à l’heure même de la réorganisation de la Curie - et ne fournissent, lorsqu’elles représentent (jusqu’à plus ample information) la seule source disponible pour une nomination, que des données approximatives17, compte tenu d’une parution annuelle qui se situe à une date irrégulière (entre le printemps et le début de l’été en règle générale18). À ces difficultés d’ordre archivistique s’ajoutent des difficultés d’ordre conjoncturel : dans les périodes de crises ou de tension (en particulier les années 1814-1815 et surtout 1831-1836), certaines nominations ne sont pas publiées officiellement, ou annoncées avec retard ; les démissions (spontanées ou contraintes) des prélats, des nonces ou des délégats apostoliques sont presque toujours passées sous silence ; les départs à la retraite et les décès de prélats sont fréquemment omis ; enfin, en période d’actualité chargée (les avènements des papes en particulier), seule une partie des nominations ou des confirmations est prise en compte. Une reconstitution la plus fidèle possible du mouvement des nominations et des carrières en Curie rend ainsi nécessaire une confrontation systématique et minutieuse des sources manuscrites et imprimées et une vérification continuelle des informations les unes par les autres.

  • 19 ASR/SG vol. 730, juramenta, ff. 101.
  • 20 ASR/SG vol. 731, juramenta ff. 75.

4L’espace de temps enfin qui aurait consenti une approche exhaustive des destinées individuelles des protagonistes de la Curie s’est révélé considérable : l’espérance de vie des clercs est exceptionnellement longue ; et, pour saisir dans son entier la biographie des cardinaux, des prélats et des autres fonctionnaires de Curie actifs durant les trente-trois années considérées (1814-1846), c’est la documentation d’un siècle et demi qu’il aurait fallu parcourir : le plus ancien cardinal de la Restauration, Francesco Carafa di Traetto (1722-1818), entre en prélature sous le pontificat de Benoît XIV, le 24 avril 174719 ; le prélat de Grégoire XVI promis à la plus grande longévité, qui n’est autre que Gioacchino Pecci (1810-1903), futur Léon XIII, entre en prélature le 16 mars 183720 et s’éteint à Rome, à l’aube du xxe siècle, le 20 juillet 1903. Si la période de la Restauration et les années immédiatement antérieures et postérieures ont donné lieu à des recherches approfondies, les débuts et les fins de carrière des individus considérés pour le second xviiie siècle ou le second xixe siècle sont parfois sommaires : tant il est vrai que toute histoire de la Papauté, aussi circonstanciée soit-elle (et qu’est-ce qu’un tiers de siècle au regard de deux millénaires d’existence ?), exige un investissement dans la durée.

  • 21 H. G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1960-196 (...)
  • 22 Sur l’intérêt des recherches prosopographiques relatives aux élites administratives, politiques et (...)
  • 23 Ainsi des maîtres des cérémonies pontificales, des différents substituts ecclésiastiques des offic (...)
  • 24 Ont été uniquement retenues comme charges susceptibles d’être occupées par des laïcs durant la Res (...)

5C’est, au sens propre, une prosopographie de la Curie de la Restauration qu’on voudrait ici proposer, sur le modèle qui prévaut parmi les historiens de l’Antiquité21, adapté aux réalités administratives, sociales et politiques du xixe siècle22 : c’est-à-dire l’approche systématique d’un cursus honorum aux dimensions de l’administration centrale du Siège apostolique et la présentation raisonnée de centaines d’existences vouées partiellement ou en totalité à son service. Cette prosopographie se déploie donc sous une double forme : d’une part, un inventaire des nominations aux fonctions de Curie, effectué dans une perspective institutionnelle ; d’autre part, un ensemble de 807 biographies individuelles de fonctionnaires ecclésiastiques de la Curie romaine : soient 157 « cardinaux de Curie » (cardinaux en résidence à Rome ou dans l’Etat pontifical) membres du Sacré Collège durant la Restauration ; 290 prélats référendaires des deux Signatures en fonctions durant la même période et n’ayant pas accédé au Sacré Collège avant la mort de Grégoire XVI ; et 360 consulteurs de congrégations et officiers mineurs (ecclésiastiques et laïcs) de Curie en poste entre le 4 mai 1814 et le 1er juin 1846 et n’ayant pas appartenu aux catégories précédentes avant la mort de Grégoire XVI. Il n’a pas été tenu compte dans cette prosopographie des quarante « cardinaux de couronne », présents très épisodiquement en Curie, ni des charges ecclésiastiques mineures23, ni des offices purement laïcs qui n’ont pas trait à la personne du Pontife ou à l’organisation centrale de la Curie24.

6L’auteur de ce travail ne saurait se dissimuler les imperfections et les lacunes qui demeurent ; il est à souhaiter que des enquêtes plus approfondies puissent apporter dans l’avenir des précisions supplémentaires ainsi que les compléments (sinon les corrections) nécessaires. Mais il faut savoir finir une thèse : en l’état, on ose espérer que ces recherches prosopographiques puissent contribuer en quelque manière à une meilleure connaissance des structures et des hommes de la Curie romaine à l’âge de la Restauration et à une plus fine intelligence des dynamiques temporelles et spirituelles de l’Etat ecclésiastique à l’été de la Saint-Martin de son existence : ce temps, déjà lointain, où, pour peu d’années encore, le Pontife était Souverain.

Notes

1 Ces Recherches prosopographiques constituent la seconde partie d’une thèse d’État soutenue à l’université de Paris IV - Sorbonne le 29 janvier 1994 sous la direction de M. Jean-Marie Mayeur devant un jury présidé par M. Yves-Marie Bercé et composé de MM. Claude Langlois, Philippe Levillain et Andrea Riccardi, sous le titre de La Restauration de Rome. Sacralité de la ville, tradition des croyances et recomposition de la Curie à l’âge de Léon XII et de Grégoire XVI (1814-1846), 1993, exemplaire dactylographié, 5 volumes en 302, 294-160, 504 et 284 p. La première partie de ce travail, engagée dans un (trop long) processus de réélaboration et de réécriture, et dont un chapitre analyse les enseignements de cette prosopographie, paraîtra, si Dieu le permet, sous la forme d’un volume distinct dans la Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome. Que M. Jean-Marie Mayeur et l’ensemble des membres de ce jury, que M. André Vauchez, directeur de l’École française de Rome, et M. François-Charles Uginet, directeur des publications de l’École française de Rome, trouvent déjà ici, en attendant l’achèvement de l’opus magnum, l’expression de ma très vive gratitude pour avoir enrichi ce travail de leurs remarques et de leurs suggestions et avoir permis cette première publication.

2 Publié d’abord sous le titre de Diario ordinario d’Ungheria par le libraire Luca Antonio Cracas (ou Chracas) à partir du 5 août 1716 à l’occasion de la guerre entreprise en Hongrie par l’empire d’Autriche contre les Turcs, le « Cracas » (ainsi qu’il est souvent nommé à Rome) prend à la fin de cette guerre le titre de Diario ordinario à partir du 15 octobre 1718. À partir du 6 juin 1775, le journal est dédoublé en numéros pairs, portant sur l’actualité de Rome, du Saint Siège et de l’État ecclésiastique, et en numéos impairs (sous le titre de Diario estero), portant sur les actualités internationales. Suspendu le 15 décembre 1798 (n° 2 417) durant la République romaine, il reparaît sous le même titre le 5 octobre 1799 (n° 2 418). Il prend le titre de Diario di Roma le 29 juin 1808 (n° 52). Suspendu par les autorités françaises le 6 juillet 1809 (n° 53) à la suite de l’enlèvement de Pie VII, il cède la place durant l’occupation napoléonienne de Rome au Giornale del Campidoglio (1er juillet 1809-21 décembre 1811), puis au Giornale politico del dipartimento di Roma. Journal politique du département de Rome (2 janvier 1812-9 mai 1814), d’abord bilingue, puis unilingue italien à partir du 4 mars 1812. Rétabli sous le nom de Giornale romano (11 mai-30 juin 1814), le Cracas reprend le 6 juillet 1814 (n° 1) le titre de Diario di Roma qu’il conserve jusqu’au 15 janvier 1848. Publication officieuse (les directeurs sont nommés par la Secrétairerie d’État et placés sous son étroite dépendance), le Diario di Roma de la Restauration paraît en règle générale le mercredi (le mardi à partir de 1837) et le samedi et compte environ 104 numéros par an ; publié à l’origine en petit format (12,5 × 7 cm), il existe également en grand format (31 × 21 cm) à partir de 1814, puis uniquement en grand format (39 × 27 cm) à partir de 1837. Il est doublé tous les jeudis à partir du 27 avril 1815 jusqu’au 13 janvier 1848 d’une publication hebdomadaire, les Notizie di Roma, contenant les nouvelles (généralement officieuses) non mentionnées dans le Diario. Au Diario di Roma succèdent sous Pie IX la Gazzetta di Roma (17 janvier 1848-29 janvier 1849), le Monitore di Roma (30 janvier-3 juillet 1849) sous la République romaine, puis, après le rétablissement du gouvernement pontifical par le corps d’intervention français du général Oudinot, le Giornale di Roma (6 juillet 1849-19 septembre 1870), ultime journal officiel de l’État pontifical. Cf. Moroni XX (1843), 6-31, Diario di Roma ; et O. Majolo Molinari, La Stampaperiodica romana dell’Ottocento, Rome, 1963, p. 296-297, 455-456, 465-467 et 630-631.

3 Publiées sous le titre de Notizie per l’anno... de 1716 à 1859 et connues également sous le titre de Notizie del Cracas, elles sont interrompues en 1799 et 1800, 1804 et 1805, et de 1809 à 1817 ; rétablies sous le même titre à partir de 1818, elles sont à nouveau interrompues en 1831, 1849, 1850, de même que l’Annuario pontificio le sera en 1871. Elles prennent successivement les dénominations suivantes : Annuario pontificio (1860-1870) ; La Gerarchia cattolica e la famiglia pontificia, puis La Gerarchia cattolica seulement (1872-1911) ; enfin Annuario pontificio (depuis 1912). Cf. Moroni XX (1843), 6-31 ; et O. Majolo Molinari, La Stampa periodica romana dell’Ottocento, Rome, 1963, p. 647.

4 ASV/SS Interno rubriques 2 (nominations cardinalices), 14 (consulteurs), 31 (prélats) et 82 (magistrats) pour les années 1814-1833. À la suite de la division de la Secrétairerie d’État en Secrétairerie d’État pour les affaires étrangères (dont les archives demeurent aux Archives vaticanes) et Secrétairerie d’État pour les Affaires intérieures (dont les archives sont conservées à l’Archivio di Stato de Rome, de même que les archives du ministère de l’Intérieur qui lui font suite de 1846 à 1870), il convient pour les années 1833-1846 de se reporter aux rubriques 5 (nonces et autres prélats) et 172 (nominations cardinalices) de la série ASV/ SS Estero ainsi qu’aux volumes 4 (rubrique 2, 1834-1870), 12 (rubrique 14, 1834-1870), 285 (rubrique 31, 1834-1870), 567 (rubrique 82, 1834-1846) et 568 (rubrique 82, 1847-1870) de la série Segreteria per gli Affari di Stato interni de l’Archivio di Stato de Rome (abrégée en ASR/SSI). Cf. L. Pásztor, La Segreteria di Stato e il suo archivio, 1814-1833, Stuttgart, 1984, 2 vol. ainsi que L’archivio della Segreteria di Stato tra il 1833 e il 1847, dans Annali della Scuola speciale per archivisti e bibliotecari dell’Università di Roma, X, 1970, p. 104-148 ; La classificazione delle carte della Segreteria di Stato tra il 1833 e il 1847, dans Miscellanea in memoria di Giorgio Cencetti, Turin, 1973, p. 639-663 ; L’archivio della Segreteria di Stato di Pio IX durante il triennio 1848-1850, dans Annali della Scuola speciale per archivisti e bibliotecari dell’Università di Roma, XXI-XXII, 1981-1982, p. 54-148. Pour l’Archivio di Stato de Rome, cf. la Guida Generale 1153-1154.

5 ASV Sacro Palazzo Apostolico (ASV/SPA), Titoli, en particulier les vol. 12, 20, 22, 23 et 73.

6 ASV/SS Interno Registri II 133, Biglietti di nomine, promozioni e decorazioni dal di 21 aprile 1814 (jusqu’au 2 avril 1816), 150 p. (dont 128 paginées).

7 ASV/SS Interno Registri II 134, Registro dei biglietti di nomina e destinazioni dal 28 settembre 1823 al 1829, 231 p.

8 N. Del Re, La Curia Romana. Lineamenti storico-giuridici, 3ème édition, Rome, 1970 ; Monsignor Governatore di Roma, Rome, 1972 ; Il Vicegerente del Vicariato di Roma, Rome, 1976.

9 G. De Marchi, Le Nunziature apostoliche dal 1800 al 1956, Rome, 1957.

10 L. Pásztor, Guida delle fonti per la storia dell’America Latina negli archivi della Santa Sede e negli archivi ecclesiastici d’Italia, Cité du Vatican, 1970 ; La Segreteria di Stato e il suo archivio, 1814-1833, Stuttgart, 1984 ; La Congregazione degli Affari ecclesiastici straordinari tra il 1814 e il 1850, dans Archivum Historiae Pontificiae, VI, 1968, p. 191-318.

11 D. Cecchi, L’amministrazione pontificia nella Prima Restaurazione, 1800-1809, Macerata, 1975 ; L’amministrazione pontificia nella Seconda Restaurazione (1814-1823), Macerata, 1978.

12 C. Weber, Kardinäle und Prälaten in dem letzten Jahrzehnten des Kirchenstaates, Stuttgart, 1978, 2 vol. ; Legati e governatori dello Stato Pontificio (1550-1809), Rome, 1994.

13 On trouvera dans ce cas la simple mention du numéro du Diario di Roma.

14 En particulier les années 1799-1800, 1804-1805, 1809-1817, 1831, 1849-1850.

15 Annonce dans le Diario ordinario du 30 janvier 1808, n° 9.

16 Annonce dans le Diario ordinario du 18 avril 1818, n° 31.

17 On trouvera dans ce cas la mention « Notizie de 18.. ». Pour la durée des charges cardinalices ou prélatices, on a indiqué par défaut (sauf précision supplémentaire en note) la date la plus tardive (1824 pour une mention dans les Notizie de 1824).

18 On trouve ainsi l’annonce de la parution des Notizie per l’anno dans le Diario di Roma des 27 mars 1819, 5 juillet 1820, 7 mars 1821, 14 mars 1827, 21 avril 1830, 23 mai 1832 (après un intervalle de deux années), 4 septembre 1833, 14 mars 1835, 11 mars 1837, 12 juin 1838, 18 juin 1839, 11 juillet 1840, 2 juillet 1842, 10 septembre 1844, 17 juillet 1845 (Notizie del giorno). Les dernières Notizie du pontificat de Grégoire XVI sont arrêtées en avril 1846.

19 ASR/SG vol. 730, juramenta, ff. 101.

20 ASR/SG vol. 731, juramenta ff. 75.

21 H. G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1960-1961 et 1982. C. Nicolet, L’Ordre équestre à l’époque républicaine (312-42 av. J.C.). II - Prosopographie des chevaliers romains, Paris, 1974. S. Demoulin, Prosopographie des chevaliers romains julio-claudiens, Rome, 1992. Sur la tradition prosopographique en histoire ancienne, cf. les considérations de C. Nicolet, L’ordre équestre II, op. cit., p. IX-XVII, ainsi que Des ordres à Rome, Paris, 1984, p. 7-21.

22 Sur l’intérêt des recherches prosopographiques relatives aux élites administratives, politiques et intellectuelles du xixe siècle, cf. le remarquable ensemble constitué par les travaux successifs de A Prost éd, Les Conseillers généraux en 1870, Paris, 1967 ; U. Todisco, Le personnel de la Cour des comptes, 1807-1830, Genève, 1969 ; V. Wright, Le Conseil d’État sous le Second Empire, Paris, 1972 ; V. Wright, B. Le Clère, Les Préfets du Second Empire, Paris, 1973 ; R. Szramkiewicz, Les Régents et censeurs de la Banque de France sous le Consulat et l’Empire, Genève, 1974 ; L. Girard, E. Cadet, R. Gossez, W. Serman, La Chambre des députés en 1837-1839, Paris, 1976 ; L. Bergeron, G. Chaussinand-Nogaret, Les Masses de granit. Cent mille notables du Premier Empire, Paris, 1979 et la remarquable série départementale des Dictionnaires biographiques des notables du Premier Empire ; J. Estèbe, Les Ministres de la République, Paris, 1981 ; L. Antonelli, I Prefetti dell’Italia napoleonica, Bologne, 1983 ; C. Charle, R. Ferré, Le Personnel de l’enseignement supérieur en France au xixe et xxe siècles, Paris, 1985 ; C. Charle, Les Professeurs de la Faculté des letttres de Paris (1809-1939), Paris, 1985-1986, 2 volumes ; E. Chadeau, Les Inspecteurs des finances au xixe siècle (1850-1914), Paris, 1987 ; D. Barjot dir., Les patrons du Second Empire, Paris, 1991-2000, 7 volumes parus ; J.-M. Mayeur, A. Corbin dir., Les Immortels du Sénat. Les cent seize inamovibles de la Troisième République, Paris, 1995 ; J.-O. Boudon, L’épiscopat français à l’époque concordataire, Paris, 1996 ; E. Anceau, Les Députés du Second Empire. Prosopographie d’une élite au xixe siècle, Paris, 2000.

23 Ainsi des maîtres des cérémonies pontificales, des différents substituts ecclésiastiques des officiers de Curie, des camériers secrets surnuméraires et protonotaires apostoliques non participants, etc.

24 Ont été uniquement retenues comme charges susceptibles d’être occupées par des laïcs durant la Restauration : les princes assistants au trône pontifical et le sénateur de Rome ; les camériers secrets laïcs participants (maestro del Sagro Ospizio, Foriere maggiore, Cavallerizzo maggiore, surintendant des postes pontificales) ; le maréchal du conclave ; les avocats consistoriaux ; le commissaire général, l’avocat fiscal, l’avocat des pauvres et le procureur général du Fisc de la Chambre apostolique ; les quelques pro-délégats laïcs de la période 1831-1836.

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540