Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la « Cité de Dieu » au « Palais du Pape »

 | 
Pierre-Yves Le Pogam

Deuxième partie. De la mise en œuvre à la politique architecturale : du palais concret au palais idéal

Chapitre 4. La composition et l’insertion urbaine

Texte intégral

I – LA COMPOSITION ET SES MODÈLES : LE MODÈLE INTERNE ET LA TRADITION PALATIALE EN OCCIDENT

1. La tradition pontificale et ses sources

La tradition palatiale en Occident

  • 1 La bibliographie à citer serait immense, même en s’en tenant à la question de l’Empire. Je ne donn (...)
  • 2 Sur la question, voir la bibliographie donnée dans le chapitre sur le Latran.

1Il n’est pas possible de donner ici un aperçu même rapide de l’architecture palatiale antérieure aux papes du xiiie siècle1. En essayant d’identifier les modèles les plus proches, dans le temps ou dans l’espace, ceux qui peuvent avoir eu une influence directe sur l’architecture de la seconde moitié du xiiie siècle, on retombe d’ailleurs sur les deux sources qui ont donné lieu à la première floraison de l’architecture palatiale des papes au IXe siècle, dans le cadre du Latran, à savoir les Empires d’Orient et d’Occident2. Cette « imitatio imperii », qui est à la base de tant de solutions architecturales, de formes stylistiques et de choix iconographiques du Latran carolingien (les grandes salles aux absides multiples, l’emploi de la mosaïque, le rassemblement des bronzes antiques, etc.), et son fondement idéologique, la « Donation de Constantin », étaient toujours d’actualité au cœur du xiiie siècle. On procédera donc à quelques rappels des canaux possibles de cette influence au cours de notre période, notamment à propos des empereurs germaniques, qui offrent probablement le modèle le plus direct, et des empereurs byzantins, une source plus intermittente.

  • 3 Historia diplomatica Friderici Secundi..., Huillard-Bréholles (J.-L.-A.), t. V, vol. 1, Paris, 185 (...)
  • 4 Voci (A. M.), « I palazzi papali del Lazio », dans Itineranza pontificia : la mobilità della curia (...)
  • 5 « Annales Colonienses Maximi », Pertz (G. H.) éd., dans MGH, SS, t. XVII, p. 842.
  • 6 On notera qu’en 1231 était achevé le pavement de la crypte de la cathédrale d’Anagni et que, parmi (...)

2Le modèle impérial est un enjeu essentiel dans la lutte entre la papauté de la première moitié du xiiie siècle et les Hohenstaufen. Rivaliser avec les empereurs quant aux dimensions et au luxe de leur palais est une pratique obligée pour les pontifes romains. En 1239, Frédéric II vient d’être excommunié pour la seconde fois par Grégoire IX. Il lui écrit et se moque des travaux luxueux que le pape a fait entreprendre dans son palais familial d’Anagni : « Sed, ut testatur, Anagnia mandasti domum fieri mirabilem, sicut regia solis erat, oblitus prorsus Petri inopie, qui dudum non habuit nisi rete3 ». Le filet de pêcheur de saint Pierre a été troqué pour la splendeur d’un palais impérial, car il faut suivre ici l’interprétation d’Anna Maria Voci4 : par ce terme de « regia solis », l’empereur faisait allusion au Septizonium, l’une des rares parties encore en fonction de tout le complexe impérial du Palatin. Quant à la résidence familiale de Grégoire IX à Anagni, Frédéric II la connaissait pour y avoir été reçu en 1231, lors de l’un des intervalles de paix entre les deux rivaux : « imperator facta pace cum papa ad eandem men-sam convivatur in civitate pape, que Anagnia dicitur, in cenaculo pape super paternum fundum constituto »5. Il n’est pas impossible que le pape ait tenté alors d’éblouir l’empereur, ce qui lui vaut de sa part, quelques années plus tard, la remarque sarcastique sur le filet de l’apôtre et le palais impérial6.

  • 7 Ce palais se trouvait à Capo di Piazza (appelé au xvie siècle rue della Sellaria ou del Pendino). (...)
  • 8 Rodenberg (C.), Epistolae saeculi xiii e regestis pontificum romanorum selectae, t. III, Berlin, 1 (...)
  • 9 La notice de Schaller (H. M.), « Della Vigna, Pietro », dans Dizionario biografico degli Italiani, (...)
  • 10 Voci, « I palazzi papali del Lazio », cit. De manière plus spécifique, Andrews voit aussi une infl (...)
  • 11 La résidence avait été construite en 1240, cf. Sensi (M.), « Foligno all’incrocio delle strade », (...)

3Que les palais impériaux de Frédéric II aient été connus et aient pu servir de modèle à l’architecture des résidences pontificales et cardinalices, quelques exemples suffisent à le prouver. En 1254, Alexandre IV confirme la donation du palais napolitain où est décédé son prédécesseur Innocent IV au cardinal Ottobono Fieschi, neveu de ce dernier. Le palais avait appartenu au célèbre conseiller de Frédéric II, Pierre de la Vigne († 1249), dont le cardinal avait été un des opposants les plus farouches, tout comme son oncle7. On sait par le texte que c’est la sœur de Pierre de la Vigne, « Granata », qui avait offert ce palais au cardinal, ainsi que toutes les maisons et autres biens ayant appartenu au défunt chancelier8. On ignore tout des circonstances et des raisons qui justifièrent cet étrange transfert de propriété ; quant à la date, la donation a dû avoir lieu lors du bref séjour d’Innocent IV à Naples, avant d’y mourir le 7 décembre 12549. Le cardinal Fieschi fut pendant longtemps un membre influent du Sacré Collège, où il poursuivit cette politique anti-Hohenstaufen et favorisa par tous les moyens l’arrivée des Angevins sur le trône de Palerme et Naples ; enfin, il accéda lui-même au trône de saint Pierre, en 1276. Il est vrai qu’il ne l’occupa qu’un mois, mais ce qui nous importe ici, c’est seulement de voir comment, y compris chez les ennemis les plus irréductibles de la dynastie Hohenstaufen, le modèle impérial a pu éventuellement jouer un rôle, au moins dans l’architecture palatiale. Bien entendu, dans certains cas les palais construits par Frédéric II furent détruits expressément pour abolir toute trace de l’occupation des Hohenstaufen. Ainsi à Viterbe, où l’empereur avait réussi à attirer la cité dans son camp en 1240, un château fut commencé en 1242, au sud-est de l’agglomération. Mais le retour de la ville au parti guelfe, son opposition désormais ferme contre l’empereur, la mort de celui-ci en 1250, firent abattre les murs déjà élevés, dont ne subsistent que quelques pans. On peut peut-être même affirmer, avec Anna Maria Voci, que la construction du palais pontifical fut comme une réponse au palais impérial, même détruit10. Mais ailleurs, le pouvoir s’installa en toute sérénité dans des constructions laissées par la dynastie Hohenstaufen. À Foligno, le palais qui avait servi de résidence aux serviteurs de Frédéric II devint ensuite celle des gouverneurs de la ville nommés par le pape11.

  • 12 Flusin (B.), « Les reliques de la Sainte-Chapelle et leur passé impérial à Constantinople », dans (...)
  • 13 Molinier (É.), « Inventaire du trésor du Saint-Siège sous Boniface VIII (1295) », dans Bibliothèqu (...)
  • 14 Gardner (J.), « The artistic patronage of pope Nicholas IV », dans Oreficerie e smalti in Europa f (...)

4Le modèle offert par les empereurs byzantins est plus complexe et plus difficile à analyser dans ses effets. D’un côté l’architecture palatiale de Constantinople offrait des standards que les papes connaissaient depuis longtemps, aussi bien en matière de signification idéologique de la composition et des décors, notamment dans les grandes salles, que de luxe et confort pour les aspects plus proprement résidentiels. En même temps, les relations entre la papauté et Byzance n’étaient certainement plus aussi fondamentales, au cours du xiiie siècle, qu’elles l’avaient été pendant le haut Moyen Âge. Pourtant, l’intérêt pour cet autre empire, qui se proclamait encore et toujours romain plus que d’Orient, pour ses différences religieuses que le pape se devait de résorber, pour sa culture et sa richesse fascinantes, resurgissent régulièrement à la cour pontificale pendant le siècle qui nous intéresse, notamment en fonction de deux agendas : celui des croisades vers la Terre Sainte, celui des tentatives d’union religieuse entre les deux Églises séparées, l’un et l’autre problèmes étant d’ailleurs étroitement liés. À l’occasion des interminables négociations avec l’empereur et son Église, les envoyés du pape, en particulier ses légats, ont l’occasion de pénétrer dans les fastueux palais de Constantinople, notamment le palais des Blachernes où demeure la dynastie des Paléologues (rappelons que Michel VIII avait défait les Latins en 1259 et repris Constantinople en 1261), comme l’avaient fait, avant eux, les Comnènes. D’autre part les églises du Grand Palais (ou Vieux Palais, depuis que les Comnènes se sont installés aux Blachernes), conservaient toujours les reliques les plus importantes de l’Empire et étaient largement accessible aux visiteurs occidentaux, la chapelle du Phare comme la « Néa » (la Nouvelle Grande Église)12. Pour ne prendre qu’un exemple, l’un de ces légats pontificaux appelés à visiter le palais impérial lors d’une mission, est Girolamo d’Ascoli, en 1272, qui montera sur le trône pontifical en 1288, sous le nom de Nicolas IV – et de ce voyage il a certainement rapporté des impressions architecturales, outre le célèbre parement d’autel décrit dans l’inventaire du trésor du Saint-Siège13, que l’on peut probablement attribuer à son séjour à Byzance, et peut-être son intérêt pour la mosaïque14.

5Au-delà des grandes résidences impériales tant occidentales qu’orientales, d’autres palais étaient sous les yeux des papes de manière plus fréquente, leur servaient souvent de logement en cours de leurs déplacements, étaient même à l’occasion transformés en véritables palais pontificaux, bref étaient particulièrement voués à servir de modèles, voire de noyaux aux résidences des successeurs de saint Pierre. On veut parler des palais épiscopaux, notamment italiens. Quant au dernier point (le palais épiscopal servant de noyau au palais pontifical), il n’est pas la peine d’y insister, puisque nombre de palais ici étudiés font partie de cette typologie : Orvieto, en partie Pérouse (mais le palais est fondé essentiellement sur le palais du podestat voisin), Rieti, Viterbe – sans compter Tivoli fréquentée par Honorius IV. Mais les papes de la seconde moitié du xiiie siècle connurent personnellement bien d’autres palais épiscopaux, notamment du centre et du nord de l’Italie, sans oublier divers palais abbatiaux, au cours de leurs voyages dans la péninsule. Pour en donner quelques exemples, rappelons seulement que l’abbaye Saint-Pierre à Pérouse a vu passer plusieurs papes, même s’ils n’y ont pas séjourné longuement, contrairement à ce qui a été affirmé. Prenons aussi le cas de Grégoire X. Lors de son long voyage vers la ville de Lyon qu’il avait choisi pour y tenir un concile, de mars à novembre 1273, puis dans son voyage de retour vers Rome, également ponctué d’innombrables étapes, d’avril 1275 à sa mort en janvier 1276, il s’arrêta dans diverses cités d’Italie centrale et septentrionale puis de la France méridionale. Dans beaucoup de ses haltes, il dut loger au palais épiscopal (lorsque la ville était siège d’évêché). Le 5 décembre 1275, il arrive par exemple à Parme, où il est accueilli par l’évêque qui le loge dans son palais :

  • 15 « Annales Parmenses », Pertz (G.) éd., dans MGH, SS, t. XVIII, p. 685.

« Item eo tempore, die 5. intrantis Decembris prefactus domnus papa Gregorius X, redeundo a supradicto concilio cum cardinalibus et prelatis pluribus, venit Parmam, et hospitatus fuit ad palacium domni episcopi Parmensis, et ibi iacuit unam noctem et recessit mane adveniente15. »

6Le lendemain, le même scénario se répète à Reggio d’Émilie :

  • 16 Potthast, qui avait rapproché ces deux textes, avait remarqué la contradiction chronologique, sans (...)
  • 17 Salimbene de Adam, Cronica, Scalia (G.) éd., Turnhout, 1998-1999, 2 vol., vol. 2, p. 744.

« Et eodem anno venit Gregorius decimus cum curia sua et cardinalibus suis a civitate Lugdunensi in civitatem Reginam, id est Regium, die V Decembris16, in festo sancti Nicholai, et hospitatus fuit in palatio episcopi Regini, et sequenti die recessit, quia ibat Romam17 ».

  • 18 Miller (M. C.), The bishop’s palace. Architecture and authority in medieval Italy, Ithaca (N.Y.), (...)
  • 19 Il faut souligner que Mme Miller s’intéresse plus spécialement aux régions qui vont depuis la Lomb (...)

7Grégoire X dut recevoir ainsi l’hospitalité dans nombre d’autres palais épiscopaux, dont celui d’Arezzo où il mourut au cours du même voyage. Les palais épiscopaux purent par conséquent constituer un modèle important pour les résidences pontificales. Très heureusement, on peut compter sur une excellente synthèse récente de Maureen Miller, qui a étudié de manière complète les palais épiscopaux du centre et du nord de la péninsule italienne, depuis l’époque paléochrétienne jusqu’au Moyen Âge central18. On renverra fréquemment à cet ouvrage dans la suite du présent chapitre ; on se contentera donc plus loin de rappeler très brièvement comment se présentait un palais épiscopal d’Italie centrale aux xiie-xiiie siècles d’après Mme Miller19.

La tradition pontificale, fin xiie-première moitié xiiie siècle

8Au-delà des modèles généraux que représentent les palais impériaux ou épiscopaux d’Occident, les papes de la seconde moitié du xiiie siècle avaient tout d’abord sous les yeux un exemple à suivre, celui des palais de leurs prédécesseurs. En réalité, il faut préciser qu’il s’agissait le plus souvent de ceux de leurs prédécesseurs immédiats, les résidences du haut Moyen Âge ou même des xie-xiie siècles ayant disparu ou ayant subi des changements profonds et ne pouvant donc guère influencer les pontifes postérieurs. Ce constat doit être assorti aussitôt d’une exception de taille : le palais du Latran, la résidence la plus ancienne et la plus prestigieuse de la papauté était toujours debout ; mieux, grâce à sa superficie immense, les bâtiments les plus récents n’avaient pas toujours effacé les prestigieuses constructions des époques précédentes, par exemple les grandes salles carolingiennes, voire des bâtiments remontant à des temps plus anciens, comme le Sancta Sanctorum. Par conséquent le complexe offrait un compendium de l’architecture pontificale et représente pour nous la pierre de touche des réalisations postérieures. Mais puisque nous avons abordé la question au début de ce travail, on devrait donc s’occuper ici des autres principaux palais occupés par les papes antérieurement à 1254. Pour autant, en l’absence de toute étude d’ensemble sur le sujet, est difficile d’aborder la question des résidences pontificales de cette période. Nombreuses sont en outre celles qui furent ensuite occupées par des papes de la seconde moitié du siècle et qui ont donc été abordées dans les monographies de la première partie (Vatican, Anagni, Pérouse, Rieti, Montefiascone...). Je propose donc seulement quelques remarques sur un palais particulièrement significatif, celui d’Assise.

  • 20 Gandolfo (F.), « Assisi e il Laterano », dans ASRSP, t. 106, 1983, p. 63-113, a montré par exemple (...)
  • 21 Salimbene de Adam, Cronica, Scalia (G.) éd., Bari, 1966, 2 vol., p. 235.
  • 22 Frutaz (A. P.), « La chiesa di San Francesco in Assisi, “basilica patriarcale e capella papale” », (...)
  • 23 Il devait résider à nouveau dans le palais pontifical et non dans le palais épiscopal, comme le su (...)
  • 24 Pietralunga (L. da), Descrizione della basilica di San Francesco in Assisi, introd., notes et comm (...)
  • 25 L’évolution n’aboutit que bien plus tard, au cours du pontificat de Benoît XIV. Mais l’assimilatio (...)
  • 26 Strehlke (C. B.), « Saint François d’Assise : sa culture, son culte et sa basilique », dans Sauver (...)
  • 27 Pour les rapports conflictuels entre papes et ministres généraux à propos de la construction et de (...)

9Il n’a pas été utilisé par les papes qui nous occupent ici (y compris, ce qui est remarquable, par le premier pape franciscain, Nicolas IV), mais le rayonnement du sanctuaire et son inspiration pour les entreprises artistiques des papes est indéniable20. Grégoire IX, qui avait canonisé saint François le 16 juillet 1228 et posé la première pierre de la basilique le lendemain, fonda probablement le palais pendant l’un de ses séjours. C’est ce qu’implique le nom de « palais grégorien » donné à la résidence, comme l’atteste par exemple un passage de la chronique de fra Salimbene, de peu postérieure à la construction : « ...in palatio Gregoriano »21. Trois faits montrent le caractère particulier, juridiquement et dans la conception du pape, de la basilique et de ses abords. Le terrain sur lequel le sanctuaire et le couvent devaient s’élever appartenaient en propre au souverain pontife, comme le rappelle l’acte notarié portant donation du terrain, du 29 mars 122822. Puis par la bulle du 22 avril 1230, « Is qui ecclesiam suam », Grégoire IX soustrayait l’église et le couvent à toute autorité autre que pontificale. Enfin, Innocent IV, qui résida longuement dans le palais, de mai à octobre 1253, consacra l’église et décréta la poursuite des travaux par une bulle du 10 juillet (en 1254, le pontife retournera d’ailleurs à Assise où il restera un peu moins d’un mois23). Selon un historien franciscain du xvie siècle, Ludovico da Pietralunga, le pape consacra alors non seulement le sanctuaire mais également le couvent24. Bien entendu on ne peut être sûr de la validité de ce dernier témoignage, tardif ; cependant la mesure n’est pas impossible, précisément si l’on songe que le palais pontifical se confondait plus ou moins avec le couvent. Quant au deuxième fait, il a bien sûr des points communs avec la tradition de l’exemption monastique. Il s’agit néanmoins, dans le cas d’Assise, de dispositions beaucoup plus larges et exceptionnelles, qui devaient conduire peu à peu à conférer au sanctuaire franciscain un statut juridique tout à fait particulier, puisqu’il fut considéré à la fois comme une basilique patriarcale et une chapelle pontificale25. Le texte de la bulle du 22 avril 1230 ne définissait-il pas le sanctuaire comme « caput et mater totius ordinis fratrum minorum », un rappel évident de la titulature de la basilique du Latran (d’ailleurs revendiquée également par celle du Vatican depuis Innocent III) ? Enfin, le fait que le terrain appartienne à la papauté n’est qu’un artifice juridique destiné à permettre le respect de la règle de la pauvreté. Malgré ces réserves, tous ces éléments permettent d’affirmer que, par contrecoup, la résidence annexée à la basilique fut considérée par Grégoire IX et Innocent IV comme un palais appartenant en propre à la papauté, à la différence de bien des résidences qui étaient seulement offertes aux papes lors de leur séjour. En outre, comme l’a rappelé Carl Strehlke, l’exaltation d’Assise représentait pour les papes un atout pas seulement religieux : dans une région où l’Église romaine ne l’avait emporté sur l’Empire que très récemment, la présence d’une véritabe « tête de pont » en Ombrie permettait d’affirmer l’autorité de la papauté en Italie centrale26. Cette ambivalence du palais – hommage au rôle primordial de saint François pour le renouveau de l’Église ; construction d’un palais qui abrite dignement les papes lors de leurs séjours et exprime leur pouvoir dans la région – est bien exprimée par le passage de la chronique de fra Salimbene cité ci-dessus : « Fecerat enim papa Gregorius nonus magnum palatium fieri in loco fratrum minorum de Assisio, tum propter honorem beati Francisci, tum etiam ut ibi habitaret, quando veniret Assisium ». On retrouve ici toute l’ambiguïté qui marque les rapports d’Assise et de la papauté : la protection pontificale a été ressentie comme un moteur du développement de la basilique, du couvent et de l’ordre tout entier, mais aussi comme un canalisateur ou un poids, excluant certaines perspectives et en privilégiant d’autres, notamment dans la question centrale de la pauvreté. La basilique elle-même est le reflet de cette tension27. À plus forte raison encore, en tant que bâtiment profane et instrument de pouvoir, le palais en était lui aussi un signe tangible.

  • 28 Monciatti (A.), « Due “palazzi papali” ad Assisi. Residenze ed edifici rappresentati nelle relazio (...)
  • 29 Registres de Nicolas IV, n°7653 (cf. aussi 7654, ordre, relatif à la même affaire, donné à son cha (...)

10Le palais pontifical, comprenant une demeure et des jardins, se trouvait au nord de la basilique, jusqu’à Sixte IV. Celui-ci fit déplacer la résidence papale vers le sud-ouest du couvent. De ce premier palais pontifical, nous ne connaissions pratiquement rien, jusqu’à la contribution toute récente, et très approfondie, d’A. Monciatti28. Cela s’explique peut-être par le fait que peu de papes séjournèrent à Assise entre Innocent IV et Sixte IV. Au cours de la période qui nous concerne, en particulier, presque aucun pontife ne vint à Assise, pas même le premier pape franciscain Nicolas IV. Seul Clément IV y passa quelques jours en 1265, alors qu’il résidait dans la cité voisine de Pérouse. Il faut noter en revanche que le couvent (et peut-être plus spécifiquement la partie réservée à la résidence des papes ?) servit à plusieurs reprises au cours de la seconde moitié du xiiie siècle pour y abriter le trésor pontifical, notamment au moment des conclaves. En 1289, on voit ainsi Nicolas IV écrire au ministre général et au gardien du couvent pour leur ordonner de remettre à trois envoyés (un de ses chapelains et deux de ses portiers) un certain nombre de joyaux et objets, qui ont été mis en gage par les baillis du royaume de Sicile, pour le cens dû par le royaume envers l’Église romaine29. Ce rôle se comprend parfaitement à la fois par le caractère fortifié du complexe et par le rapport privilégié qu’entretenaient généralement les pontifes avec l’ordre des frères mineurs. Cela correspond sans doute aussi au fait que les papes voyaient toujours le couvent et la basilique comme une résidence et un sanctuaire pontificaux. Au début du xive siècle, Clément V décidera d’utiliser encore Assise pour y conserver les instruments les plus précieux de l’administration pontificale : les archives de la papauté. Après en avoir ordonné l’inventaire au palais de Pérouse où était mort Benoît XI, c’est au couvent franciscain qu’il ordonne d’entreposer les archives pontificales, à l’exception des registres de ses deux prédécesseurs immédiats, c’est-à-dire Boniface VIII et le même Benoît XI. Les archives restèrent ainsi à l’abri du couvent jusqu’en 1339, date à laquelle elles rejoignirent les archives courantes à Avignon.

11Assise offre donc un échantillonage particulièrement riche de toutes les valeurs que peut assumer une résidence pontificale : exaltation réciproque de la papauté et de son hôte, non dépourvue de tensions ; place-forte où l’on met à l’abri les richesses de l’Église, ce qui n’est pas la moindre des contradictions dans le sanctuaire du « Poverello » ; utilisation du site comme un moyen d’affermir le pouvoir pontifical dans une zone disputée par le pouvoir impérial ; rivalité avec celui-ci clairement affichée, non pas dans la structure du palais lui-même, mais par la transposition d’un modèle prestigieux dans la basilique, avec ses chapelles latérales arrondies qui évoquent la grande salle du Concile au Latran.

2. Les traits du modèle

  • 30 Voir le chapitre sur le Latran.

12Les résidences pontificales telles qu’elles se présentaient au milieu du xiiie siècle offraient non pas un modèle unitaire, mais plutôt un ensemble de traits extrêmement variés, hérités d’une multiplicité de types offerts à la fois par leur propre tradition (où l’on trouve déjà toutes les catégories qui sont les nôtres pour la seconde moitié du siècle : palais traditionnels de la papauté, patrimoine familial et résidences occupées en vertu du droit de gîte) et par les emprunts fait aux palais impériaux, occidentaux ou orientaux, et aux palais épiscopaux. Le Latran résume parfaitement à lui seul cet aspect hétéroclite et parfois contradictoire de l’architecture pontificale30. Globalement, il maintenait une configuration organique, avec des bâtiments hétérogènes et apparemment dispersés au hasard, un trait hérité de l’époque paléochrétienne. En même temps, notamment au cours du xiie et de la première moitié du xiiie siècle, le palais avait assimilé diverses nouveautés. Il va donc nous servir de guide.

La taille et la composition organique

13L’un des caractères les plus frappants est la variété de la taille et de l’ambition des palais. On trouve des résidences épiscopales parfois modestes (comme Tivoli, qui n’est même pas transformé par le séjour d’Honorius IV) ou l’un des plus grands palais d’Occident, le Latran, avec sa multitude de chapelles, ses immenses galeries et ses grandes salles gigantesques. Ce contraste s’explique souvent par des exigences un peu différentes, d’un côté des séjours réduits, souvent limités à la belle saison, de l’autre des résidences stables, où l’on reste parfois pendant des années. Mais cette opposition n’explique pas tout, car le caractère improvisé ou du moins progressif des décisions concernant la mobilité ou la permanence dans telle ou telle cité, liées à une multitude de facteurs (conditions politiques et militaires, santé et penchants du pape, avantages offerts par la commune de résidence ou par une autre), fait en sorte qu’une résidence étriquée peut devenir le centre de la chrétienté pendant une longue période et qu’un palais au départ de taille moyenne (Orvieto, Viterbe) peut être adopté comme demeure permanente pendant des années.

  • 31 Miller, The bishop’s palace..., chapitre 1 (« La résidence épiscopale à la fin de l’Antiquité : l’(...)
  • 32 Gigliozzi a egalement bien entrevu ce point, cf. Gigliozzi (M. T.), I palazzi del papa..., Rome, 2 (...)

14Mais le trait principal hérité du Latran et, plus généralement, de la tradition palatiale pontificale et épiscopale en Occident, peut être défini par ce que les vieux auteurs condamnaient comme « l’anarchie » de l’architecture médiévale et que nous préférons généralement nommer comme une structuration organique de l’espace. Je reprends volontiers à mon compte les analyses de Maureen Miller, qui donne de cette architecture les meilleures justifications, sans d’ailleurs qu’elle-même adopte l’étiquette d’« organique »31. Malgré les abus qu’on a pu faire de cette expression et mieux que d’autres épithètes, le qualificatif « organique » semble résumer son essence. Une première raison provient du fait que de nombreuses pièces de ces complexes palatiaux, directement liés aux cathédrales voisines, possédaient une fonction ambiguë, tantôt liturgique, tantôt résidentielle, comme au Latran lui-même. D’autre part, étant donné que les résidences épiscopales découlent du modèle de l’architecture domestique romaine tardive, elles en héritent certains traits notables, en particulier la non-axialité et la progression depuis les espaces publics vers les espaces intimes en ligne brisée, mais aussi la prédilection pour les espaces complexes, notamment les structures curvilinéaires. Par ailleurs, l’aspect organique de cette architecture résulte d’une cause parfaitement contingente : il s’agit le plus souvent de constructions additives32. Contrairement aux élites civiles, l’évêque ne peut se permettre de raser les édifices préexistants, ni de les reconstruire ailleurs. Il a donc l’obligation de jouer le plus souvent sur de simples additions ou rénovations. À l’inverse, de manière plus positive, ce caractère additif permet au prélat d’affirmer son insertion dans la lignée des pasteurs locaux, dont il préserve soigneusement le souvenir : le palais forme une généalogie de pierre ou de brique, aussi efficace que les listes épiscopales inscrites par exemple sur les plaquettes d’ivoire conservées dans l’intimité du trésor de la cathédrale ; il est le pendant d’autres phénomènes bien connus manifestant la piété envers le « souvenir des évêques », comme les tombeaux ou la rédaction du Liber pontificalis. L’architecture du palais pontifical et des palais épiscopaux est donc bien une architecture de pouvoir, mais elle exprime l’autorité du pontife ou du prélat non en affichant les principes de la symétrie et l’axialité, mais en manifestant le respect de l’œuvre de ses prédécesseurs. Dans notre cas, la composition organique par accroissements successifs apparaît à chaque fois qu’il s’agit d’un palais non familial et en dehors des séjours ponctuels dans un palais épiscopal ou abbatial : Orvieto, Viterbe, le Latran, le Vatican, Pérouse, Rieti, Montefiascone, etc. C’est pourquoi il est difficile de percevoir dans la composition organique de ces palais une valeur idéologique, comme le fait Mme Miller pour les palais épiscopaux. C’est même la notion de modèle qui doit être relativisée ici. Plus que d’un cadre typologique, il vaudrait peut-être mieux parler du résultat de contingences parallèles. Le développement organique est la réponse la mieux adaptée aux conditions de la création : une succession de commanditaires variés, séparés parfois par des intervalles importants.

L’ostentation et le retrait : tension ou complémentarité ?

  • 33 Miller, The bishop’s palace..., chapitre 3, notamment p. 100-104.
  • 34 Miller, The bishop’s palace..., p. 105 et 107-110.

15Au xiie-xiiie siècles, les palais épiscopaux du centre et du nord de l’Italie ont connu une profonde évolution qui n’est pas sans rappeler d’autres traits de l’architecture pontificale. On se réfère à nouveau ici à l’ouvrage de Maureen Miller, qui montre que les évêques, soumis alors à la concurrence des pouvoirs laïques, notamment communaux, surenchérissent en doublant ou triplant la surface de leur palais, véritables coups d’éclat par lesquels l’évêque affiche et assoie en même temps son autorité33. Il semble qu’on pourrait associer à ce « gonflement » du palais, qui se double naturellement d’un développement en hauteur, d’autres évolutions que met bien en avant Mme Miller34. L’aspect militaire du palais, qui s’était développé puis avait prédominé dans l’étape précédente (entre la fin de l’époque carolingienne et le xie siècle), sans disparaître, s’efface au profit d’autres moyens d’ostentation. Les évêques affirment désormais leur domination plus par la beauté et l’élégance de leur résidence (mais aussi par sa masse) que par la sévérité et la force. On pourrait d’ailleurs ajouter une raison supplémentaire à cette (relative) désaffection pour l’exhibition d’éléments militaires : lorsque les tours urbaines se multiplient et se banalisent jusqu’à hérisser le moindre recoin d’une cité, leur emploi n’était plus un signe de distinction bien opérant. Il fallait par conséquent choisir d’autres manières de manifester son pouvoir. Parmi les pièces ou plutôt les espaces d’un nouveau type qui apparaissent alors, on rencontre d’abord les escaliers, galeries et loggias. Comme on l’a vu tout au long de ce travail, le développement de ces derniers ne se réduit donc pas à une recherche de meilleure fonctionnalité, dans les communications verticales et horizontales. Leur but principal est de mettre en valeur la personne du pape lors de ses apparitions, de souligner l’accès du palais ou encore d’introduire une dynamique dans les parcours cérémoniels. Ce n’est pas un hasard si les loggias publiques et escaliers monumentaux apparaissent de manière privilégiée dans le groupe des palais pontificaux appartenant à la catégorie ici envisagée, à l’exclusion des résidences d’origine familiale. Les loggias sont aussi un héritage de l’architecture impériale, aussi bien dans ses racines antiques (Palatin) que dans ses manifestations postérieures (Constantinople). Le pape met ici en valeur la translation de pouvoir que la « Donation de Constantin » est censée avoir effectué à son profit.

  • 35 Miller, The bishop’s palace..., exemples p. 105-106 et tout le chapitre 6 (« La chapelle de l’évêq (...)

16Un autre aspect mis en valeur par Maureen Miller est la multiplication des chapelles privées35. Jusqu’au tournant des xiie et xiiie siècles, seul le palais pontifical du Latran et quelques sièges très importants (comme Ravenne) en sont dotés. Dès la fin du xiie siècle, la présence d’une chapelle devient quasiment la norme pour tous les palais épiscopaux. À cet égard, deux réflexions s’imposent. La présence de chapelles multiples dans les palais pontificaux (même si elle pouvait être nourrie en outre par le modèle ancien qu’offrait le Latran) n’a-t-elle pas été au moins en partie provoquée par ce phénomène de diffusion, le pape devant se distinguer des prélats ordinaires ? L’autre question réside dans la signification même de ces chapelles. Mme Miller donne une explication intéressante pour les évêques : elle montre que l’évêque se sentant investi d’une mission pastorale sur laquelle a de nouveau insisté la réforme grégorienne, il ne pouvait pas toujours manifester sa piété et son rôle de guide dans la cathédrale, puisqu’il avait été le plus souvent « dépossédé » de celle-ci par les chanoines et qu’elle était même parfois éloignée physiquement de sa résidence. La chapelle constitue donc un parfait exutoire à ce besoin de mettre en pratique sa vocation proprement spirituelle. Pourtant, l’explication ne saurait fonctionner quand il s’agit du pape (même si lui aussi pouvait connaître quelques frottements avec les communautés rattachées aux grandes basiliques romaines ou avec les chapitres des cathédrales dans les cités où il résidait). D’autre part, il y a une certaine contradiction à envisager la chapelle, placée au cœur de la résidence, comme l’expression du rôle pastoral de l’évêque. Tout en gardant la ligne d’interprétation affirmée par Mme Miller, il faut donc la nuancer par la vision plus traditionnelle proposée par nombre de liturgistes et d’historiens, à savoir le rôle croissant d’une piété individuelle qui s’impose à toute la société (voir aussi le chapitre II.3). Le développement des chapelles rentre dans le cadre d’une évolution plus générale qui multiplie les espaces intimes et les lieux de retrait et investit toute une partie du palais, du côté des appartements privés (chambre de retrait, « studium », consistoire secret, etc.).

  • 36 Paravicini Bagliani (A.), Il corpo del papa, Turin, 1994, p. 288 et p. 298 n. 73.

17On pourrait se demander si n’est pas apparue une forme de tension entre cette accentuation des lieux retirés et l’accroissement parallèle du rôle public du palais, avec les grandes salles, les loggias et les escaliers dont on parlé ci-dessus. En fait, cette polarisation entre face publique et face privée de la résidence montre seulement deux expressions d’une même évolution, cohérente dans ses moyens et dans ses fins. Le pôle public apparaît comme un lieu de communication entre la cour et la ville, mais il s’agit plus d’une frontière que d’un raccord. L’apparition du pape aux fidèles du haut de la loggia et sans sortir de son palais énonce déjà sa présence comme une forme de retrait et annonce la coupure avec la ville et le repliement sur le palais qui caractériseront Avignon. Les jeux du pouvoir se déroulent ailleurs et même la grande salle n’échappe pas à cette évolution. Si elle permet de déployer la majesté pontificale, c’est dans l’intimité de la chambre ou du conseil restreint que se prennent les décisions qui comptent. De manière significative, un des reproches adressés au pape Jean XXI par les chroniqueurs fut de s’être montré trop facile d’accès, trop « humain » en un mot, car le souverain pontife se devait d’inspirer le respect par sa majesté. Ptolémée de Lucques, dans un passage à juste titre souligné par A. Paravicini Bagliani36, oppose ainsi l’attitude du pape à ce que doit être le comportement idéal du prince, selon les préceptes des anciens :

  • 37 Tolommeo da Lucca, ≪Historia ecclesiastica≫, Muratori (L. A.) ed., RIS, t. XI, Milan, 1727, col. 1 (...)

« ...quia facta Principum personalia non debent patere conspectibus hominum, sed solum publica, in quibus Princeps habet populo respondere, sicut Maximus descripsit Valerius »37.

18On voit bien ici comment les parties publiques et les parties privées du palais sont complémentaires et répondent à ce précepte, étant donné qu’elles concernent deux faces opposées et soigneusement distinguées du prince, le masque impassible offert au monde et le visage réel de l’intimité.

3. Deux cas particuliers : les palais cardinalices et les palais des recteurs du Patrimoine

Les palais cardinalices à Rome et dans le Patrimoine de saint Pierre

  • 38 Dans un article que je suis volontiers par ailleurs, Mme Barone considère qu’on ne peut pas voir d (...)

19Un autre modèle, en apparence secondaire, devrait être scruté avec attention pour la compréhension des palais pontificaux : celui des palais cardinalices. Même si les dimensions ou la typologie des palais doivent se révéler à première vue peu comparables – la familia d’un cardinal, y compris chez les plus riches et les plus puissants d’entre eux, ne peut rivaliser avec la cour pontificale elle-même, les lieux de travail de la curie ne prennent pas la même importance dans le cadre du palais cardinalice, un cardinal dispose généralement d’une seule chapelle par résidence, etc. – on ne peut oublier que le souverain pontife est généralement un ancien cardinal (même si notre époque montre plusieurs exceptions – Urbain IV, Grégoire X, Célestin V – un des plus forts taux de pontifes n’ayant pas fait partie du Sacré Collège, pour le Moyen Âge central, avant la disparition presque définitive du phénomène). Par conséquent, on doit se demander si les palais cardinalices, à Rome comme ailleurs, n’ont pu être des archétypes de nos palais pontificaux, notamment par voie de dilatation ou d’expansion, ou bien s’il faut y voir des résidences d’un type radicalement différent. D’ailleurs, plusieurs des palais pontificaux qui ont été étudiés dans la première partie ne sont-ils pas, originellement, des palais cardinalices agrandis par leur titulaire lors-qu’il était monté sur la chaire de saint Pierre ? Nicolas III au Vatican, Honorius IV sur l’Aventin, Nicolas IV à Sainte-Marie-Majeure, Boniface VIII à Anagni, représentent ce modèle à des titres ou des degrés divers, même s’il ne s’agit pas toujours de résidences cardinalices au sens propre. Pour ce qui est de Nicolas III, la chose est claire, puisque le cardinal Orsini possédait une résidence à côté de la basilique Saint-Pierre dont il était archiprêtre (le Vatican n’était pas un titre bien sûr et ne possédait pas de cardinal titulaire, mais Gian Gaetano Orsini avait une dignité équivalente puisqu’il était doté d’un titre cardinalice par ailleurs). Dans le chapitre dédié au castrum d’Honorius IV à côté de Sainte-Sabine, nous avons vu que cette dernière n’était pas l’église titulaire du cardinal Giacomo Savelli, mais que sa résidence pouvait être envisagée comme une sorte de substitut à son titre officiel, Sainte-Marie « in Cosmedin ». Nicolas IV dont les liens avec la basilique de Sainte-Marie-Majeure s’expliquent également pour des raisons spirituelles (le rapport du sanctuaire avec des reliques exaltées par le fondateur de l’ordre franciscain, auquel appartenait Girolamo d’Ascoli) ne pouvait pas posséder de lien institutionnel plus fort avec cette dernière, pour les mêmes raisons qu’on a mentionnées pour Saint-Pierre : comme le Vatican, cette basilique est l’église du souverain pontife lui-même et ne peut donc être liée à un cardinal. En revanche, on ne peut pas considérer comme un hasard le fait que Girolamo d’Ascoli ait été cardinal du titre de Sainte-Pudentienne, à deux pas de la basilique mariale, avant d’accéder au rang de cardinal-évêque (en l’occurrence le diocèse de Palestrina). Cette étape de son parcours peut sans aucun doute expliquer en partie son choix de résider à SainteMarie-Majeure. En outre le palais qu’il y occupait avait également une origine « cardinalice », puisque fondé à la fin du xiie siècle, dans des conditions proches de celles du Vatican, par un cardinal qui avait été archiprêtre de la basilique, comme on l’a vu dans le chapitre afférent. Enfin, l’archiprêtre à la fin du xiiie siècle n’était autre que le puissant cardinal Giacomo Colonna, qui était comme le patron officiel du futur pontife et qui a dû offrir son palais à son ancien protégé, quand celui-ci est monté sur le trône de saint Pierre38. Quant à Boniface VIII, son palais d’Anagni est bien un palais de membre du Sacré Collège avant de devenir palais pontifical, non en tant que résidence attachée à un titre cardinalice, mais simplement parce qu’il s’agit de son palais familial, avant comme après son accession au trône de saint Pierre. Par conséquent tous ces palais peuvent avoir gardé au moins quelque chose de leur origine ou de leur rapport avec les palais cardinalices, sans parler de l’imitation ou du rôle diffus du modèle dans l’ensemble des résidences papales.

  • 39 Carocci (S.), Il nepotismo nel Medioevo. Papi, cardinali e famiglie nobili, Rome, 1999, cf. tout l (...)
  • 40 Bulle du 18 juillet 1289, « Celestis altitudo potentie », Registres de Nicolas IV, n°2217. Cf. Wal (...)
  • 41 Cf. par exemple Carocci (S.), Baroni di Roma. Dominazioni signorili e lignaggi aristocratici nel D (...)
  • 42 Digard (G.), Philippe le Bel et le Saint-Siège de 1285 à 1304, Paris, 1936, 2 t., t. I, p. 142.

20Une raison supplémentaire pour poser avec insistance la question du lien entre palais cardinalices et palais pontificaux, lorsqu’on s’intéresse à la seconde moitié du XIIIe siècle, c’est que le rôle individuel des cardinaux et le poids collectif du Sacré Collège connaissent un développement sans précédent pendant cette même période. Les nombreux et longs interrègnes, la politique malthusienne de nomination des cardinaux de la part de plusieurs de nos papes (bien souvent sous la pression des premiers), l’amplification des affaires traitées par la curie, la richesse enfin des cardinaux, aussi bien personnellement qu’en tant que corps, confèrent au Sacré Collège des moyens et un prestige inouïs39. On peut dire que c’est véritablement alors que les cardinaux deviennent, au sens propre du terme, les princes de l’Église, de même que le pape en est le souverain. Un point spécifique qu’il nous faut rappeler donne en outre une signification toute particulière à la fin du siècle. En 1289, Nicolas IV décide (ou peut-être devrait-on dire « accepte » ?) d’attribuer au collège cardinalice la moitié des revenus de l’Église40. Certes, cette concession avait été précédée d’une constitution de 1234 de Grégoire IX allant dans le même sens, mais on ne sait pas si cette dernière fut réellement appliquée. En revanche la résolution de 1289 fut visiblement suivie d’effet, car les cardinaux de la fin du siècle semblent avoir amassé des fortunes personnelles gigantesques41. Il est frappant de voir que dans le même temps Nicolas IV accordait à divers cardinaux la garde de forteresses pontificales, en réalité de véritables inféodations pour des durées variables42.

21Au-delà des résidences annexées à un titre romain, il existe deux autres catégories de palais cardinalices. Il y a d’une part les palais possédés à titre personnel par les membres du Sacré Collège, en général situés dans leur ville et région d’origine ; d’autre part, les palais occupés de manière temporaire dans les différentes cités qu’occupe la cour pontificale et assignés généralement par des commissions mixtes composées par des membres de la curie et des représentants des communes. On retrouve donc pour les cardinaux les mêmes distinctions que l’on peut opérer pour les résidences pontificales. Comme pour ces dernières, il faut insister sur le fait que cette différenciation, même s’il est utile de la tenir présente à l’esprit, ne doit pas nous amener à considérer ces trois types comme des catégories étanches. Comme on l’a vu, la répartition des résidences rattachées à un titre cardinalice ne correspond pas de manière toujours claire au titre assigné à chaque cardinal. De même, lorsque le pontife résidait dans une cité traditionnellement liée au monde de la curie (on pense notamment à Anagni, mais cela est vrai aussi, dans une moindre mesure de toutes les villes fréquentées par les papes pendant la seconde moitié du xiiie siècle, surtout lorsqu’ils y font de longs séjours, comme à Orvieto ou Viterbe), de nombreux cardinaux et prélats devaient se retrouver chez eux et loger naturellement dans leurs résidences familiales et non dans celles attribuées par la commune. Enfin, il faut rappeler que les palais offerts par les communes pouvaient être utilisés de manière continue pendant des annnées par les mêmes cardinaux et qu’il ne s’agissait donc nullement de solutions de fortune ou provisoire. À la cour pontificale d’Avignon, au cours du xive siècle, ces demeures, connues sous le nom de « livrées » puisque délivrées par les commissions mixtes (curie-cité) aux cardinaux, deviendront de véritables palais permanents pour les grandes « dynasties » cardinalices qui se perpétuent dans le cadre de la curie avignonnaise. Cependant, dans le cadre du présent travail, on s’appuiera en priorité sur les résidences des titres cardinalices romains, un peu mieux connues. Pour les autres palais, l’enquête eût été immense et on ne mentionnera donc que quelques exemples représentatifs des deux autres catégories.

  • 43 Carocci (S.), « Insediamento aristocratico e residenze cardinalizie a Roma fra xii e xiv secolo », (...)
  • 44 Avant la parution de la contribution de Carocci, il n’existait aucune synthèse satisfaisante sur l (...)
  • 45 Je ne mentionne ici que les palais cardinalices dont la construction ou la rénovation pouvaient re (...)
  • 46 Sur les commandes artistiques du cardinal, il existe une importante bibliographie, cf. en dernier (...)
  • 47 Filippini (G. A.), Ristretto di tutto quello, che appartiene all’antichità, e veneratione della Ch (...)
  • 48 Bertoldi (M. E.), « Hugo de Evesham : tracce sulla pietra di un cardinale inglese a Roma (1281-128 (...)
  • 49 Registres d’Honorius IV, n°671 (résidence, probablement à Sainte-Suzanne, de son cardinal titulair (...)

22En complément de la mise au point récente, plutôt historique, de Sandro Carocci43, il paraît utile d’ajouter quelques indications éparses dans la littérature44. À Rome même, de nombreuses résidences cardinalices attachées à un titre furent renouvelées au cours du xiiie siècle, notamment dans la seconde moitié du siècle45. Le palais rattaché au titre de Saint-Martin-aux-Monts (ou Saints-Syl-vestre-et-Martin), détruit dans les années 1930, possédait une chapelle, rénovée au début du xiiie siècle grâce au mécénat du cardinal Guala Bicchieri46. Une description de cette chapelle faite au xviie siècle mentionne une Vierge en Majesté dans l’abside, des oiseaux, des griffons et des fleurs dans des cercles, ce qui pourrait bien correspondre à la décoration voulue par le cardinal Bicchieri47. Le palais voisin de Saint-Laurent « in Lucina » fut créé ou recréé par un cardinal anglais, vraisemblablement Hugues d’Evesham sous Martin IV. Il s’agissait certainement d’une résidence modeste et mettant à profit des constructions romaines préexistantes, puisque le cardinal a dû passer peu de temps à Rome, la curie étant alors le plus souvent à Orvieto48. On connaît enfin d’autres résidences attestées uniquement par des mentions documentaires ; il est impossible dans ce cas de savoir si elles remontaient entièrement à des périodes précédentes ou si elles avaient connu des changements pendant le demi-siècle qui nous occupe49.

  • 50 Dykmans (M.), Le cérémonial papal de la fin du Moyen Âge à la Renaissance, t. I, Le cérémonial pap (...)
  • 51 Mais voir désormais, Carocci, « Assetti socio-politici... », cit., p. 21-22.
  • 52 Registres d’Honorius IV, p. XVI et n°823 : « Actum Rome in domibus hospitalis Sancti Spiritus in S (...)
  • 53 Registres d’Honorius IV, no 302.

23Un autre cas de figure est constitué par des palais romains qui ne sont pas des titres cardinalices mais sont liés à la volonté de Nicolas III d’installer de manière stable dans la zone de Saint-Pierre la papauté, la cour et la curie. On a vu dans le chapitre II.2 ce qu’il fit à ce propos pour regrouper auprès du palais du Vatican les organes de la curie. Il a visiblement tenté d’agir de même avec le Sacré Collège. Latino Malabranca, bienfaiteur voire prieur des dominicains de Sainte-Sabine et nommé cardinal-évêque d’Ostie et Velletri par son oncle Nicolas III en 1278, fut un des membres les plus influents du Sacré Collège jusqu’à sa mort à Pérouse, le 10 août 1294, peu après le conclave qui venait d’élire Célestin V50. Sous le pontificat de Nicolas III, il se fit construire un palais près de Saint-Michel-des-Frisons (à peu près à l’emplacement de la curie généralice des jésuites), non loin de la basilique vaticane. Nous ne savons à peu près rien de cette résidence. La seule conclusion que l’on puisse tirer des maigres informations que nous avons à son sujet51, c’est que le choix de bâtir un palais à cet emplacement ne répondait nullement à la tradition des résidences cardinalices annexées aux titres romains. La petite église de SaintMichel-des-Frisons (ou Saint-Michel-et-Saint-Magne) n’en était nullement un, mais seulement un modeste sanctuaire lié à l’une des « scholae », ces hospices et hôpitaux installés à l’époque carolingienne dans la zone de la basilique pour accueillir les pèlerins et les représentants officiels de différentes nations. L’installation du cardinal se rapporte donc à une autre problématique, à savoir le plan global conçu par Nicolas III pour rénover la zone du Vatican et du Borgo. Que le cardinal ait conçu ce palais en lien avec les projets du pape Orsini est peut-être corroboré par le fait qu’à sa mort Latino Malabranca légua l’édifice à la basilique vaticane. Un cas similaire est celui du cardinal Giacomo Savelli, le futur Honorius IV. Son testament de 1279 fut passé dans l’hôpital Saint-Esprit « in Sassia », une des fondations les plus vénérables parmi les « scholae » déjà mentionnées du Vatican (ici, il s’agissait de la « nation » saxonne, d’où le nom déformé de l’hôpital), qui avait connu un grand développement grâce à la protection d’Innocent III52. Le cardinal déclare qu’il habite alors dans les bâtiments de l’établissement. Étant donné que l’église à laquelle était rattaché le cardinal était la diaconie de Sainte-Marie « in Cosmedin » et que Giacomo Savelli faisait construire une résidence fortifiée probablement dans les mêmes années ou peu après sur l’Aventin (voir le chapitre I.5), on voit bien que l’installation du cardinal dans la zone du Vatican pendant le pontificat de Nicolas III doit être dû à la volonté de ce dernier. Le cardinal Savelli semble d’ailleurs avoir gardé des relations cordiales avec l’institution où il avait dû vivre pendant quelques temps. Devenu pape, il favorisa l’hôpital du Saint-Esprit par une bulle qui lui permettait de recevoir la sépulture de quiconque (d’où une importante source de prestige et de revenus)53. Il faut noter aussi que les deux cardinaux en question sont des proches de Nicolas III ; peut-être cela explique qu’ils furent particulièrement enclins à suivre son invitation à résider près du palais de Saint-Pierre.

  • 54 Registres d’Honorius IV, no 605.
  • 55 Registres de Boniface VIII, no 5403.
  • 56 Prandi (A.), Il complesso monumentale della basilica celimontana dei Ss. Giovanni e Paolo, Rome-Ci (...)
  • 57 Registres de Nicolas IV, no 477-479 (novembre-decembre 1288) ; autre attestation en mars 1289 four (...)
  • 58 Un certame dettatorio tra due notai pontifici (1260). Lettere inedite di Giordano da Terracina e d (...)
  • 59 Registres d’Innocent IV, no 7424.

24Un autre phénomène bien visible pendant la période qui nous occupe consiste en l’occupation de résidences annexées à des titres ou des diaconies par des cardinaux qui ne possèdent pas ces titres. On en a déjà cité un exemple avec Giacomo Savelli, cardinal-diacre de Sainte-Marie « in Cosmedin » mais occupant et transformant la résidence voisine de Sainte-Sabine. Le problème se posait depuis toujours pour les cardinaux-évêques, ce qui aboutissait au paradoxe que ces cardinaux, les plus élevés dans la hiérarchie du Sacré Collège n’avaient pas de palais romain propre contrairement aux cardinaux-prêtres ou aux cardinaux-diacres. La structure administrative de l’Église et sa tradition de gouvernement les appelaient pourtant à résider bien plus souvent à Rome que dans leurs diocèses suburbicaires. Il était donc logique que les cardinaux-évêques trouvent des logements dans les résidences de titres ou de diaconies. En voici un exemple sous Honorius IV : on voit le cardinal-évêque de Porto, Bernard de Languissel, habiter à Saint-Chrysogone54. On a l’impression que le procédé est de plus en plus fréquent vers la fin du siècle. Il obéit alors à d’autres motivations, car les cardinaux concernés ne sont pas des cardinaux-évêques. En 1302, on voit que le cardinal-diacre de Sainte-Marie-Nouvelle réside non pas dans sa diaconie mais aux Saints-Jean-et-Paul, sur le Célio : « Actum Rome apud ecclesiam Sanctorum Johannis et Pauli, in hospitio reverendi patris domini Petri, Dei gratia Sancte Marie Nove diaconi cardinalis, et in ejus camera »55. Le palais des Saints-Jean-et-Paul avait été réaménagé au début du xiiie siècle par le cardinal Cencio (futur Honorius III)56. La résidence offrait donc probablement les avantages conjoints d’un bon état, d’un certain prestige et peut-être d’une sécurité plus grande que pour d’autres demeures, grâce aux murailles puissantes du temple de Claude sur lequel elle était établie. Or ce cardinal-diacre de Sainte-Marie-Nouvelle n’est autre que Pietro da Piperno, le vice-chancelier de Boniface VIII, par conséquent un des premiers personnages de la curie. Le document qui nous permet de connaître sa résidence est d’ailleurs un acte foncier concernant le cardinal Francesco Caetani, neveu de Boniface VIII, ce qui nous ramène dans l’entourage immédiat du pontife. L’exemple suivant montre que les cardinaux qui obtiennent ces résidences qui ne leur reviennent pas naturellement sont aussi des proches des pontifes et des cardinaux « politiques » de premier rang : le palais des Quatre-Saints-Couronnés est créé un peu avant 1250 par Stefano Conti, cardinal-prêtre de Sainte-Marie-au-Transtévère depuis 1228, un prélat dont on soulignera plus loin la position dominante dans la Rome du milieu du siècle ; il est occupé en 1257 par Ottaviano degli Ubaldini, cardinal-diacre de Sainte-Marie « in via Lata », dont on a vu le rôle important mais fluctuant au temps d’Innocent IV (voir chapitre II.3) ; en 1285-1294, par Benedetto Caetani, cardinal-diacre de Saint-Pierre-aux-Liens depuis 1281 puis cardinal-prêtre de Saint-Martin-aux-Monts en 1291, c’est-à-dire le futur Boniface VIII ; enfin par le neveu de ce dernier Francesco Caetani, cardinal-diacre de Sainte-Marie « in Cosmedin », qui y est attesté de 1297 à 1304 – par conséquent tous des prélats de première importance. De même on voit Giacomo Colonna, cardinal-diacre de Sainte-Marie « in via Lata », qui habitait certainement dans le palais annexé à la basilique de Sainte-Marie-Majeure en raison de la dignité d’archiprêtre qu’il y exerçait, céder sa résidence à Nicolas IV, dès son accession au pontificat. Il va résider alors non dans son titre mais à Saint-Laurent « in Lucina »57. On a vu que le palais de ce dernier titre avait dû être renouvelé peu de temps auparavant, sous Martin IV, ce qui explique probablement le choix du cardinal Colonna. Certains palais cardinalices semblent donc utilisés pour récompenser des fidèles et en fonction de leur état (dans les deux perspectives du confort et de la sécurité). Il faut préciser cependant si les résidences ainsi attribuées correspondent en totalité aux anciennes résidences cardinalices ou si elles coïncident à une partie seulement de celles-ci ou encore si elles ont été construites à côté. Voici un cas qui se déroule probablement un peu avant notre période. Le notaire pontifical Giovanni da Capua, par ailleurs membre de l’ordre teutonique, écrit à « R. », cardinal-diacre de Saint-Ange « in Pescheria », c’est-àdire très certainement Riccardo Annibaldi58. À la demande des dirigeants de son ordre, il avait fait construire une résidence à côté de Sainte-Marie « in Domnica » pour les besoins de ceux-ci. Or ces derniers sont furieux, car le maître de l’ordre pour la Prusse et l’Allemagne (le deuxième personnage de l’ordre) doit venir dans moins d’un mois et la maison est occupée par l’archevêque de Corinthe, auquel le notaire l’a concédée à la demande du cardinal. Giovanni da Capua essaye donc de récupérer la résidence ; il promet même de conserver soigneusement les meubles de l’archevêque, voire de les lui racheter si cela lui convenait mieux. Malgré toutes ces précisions, la lettre ne permet pas de savoir avec certitude où se trouvait la demeure en question et si elle consistait par exemple en un réaménagement du titre cardinalice de Sainte-Marie « in Domnica ». Le texte nous montre en revanche que des résidences prévues pour un dignitaire pouvaient être fréquemment attribuées à quelqu’un d’autre, sur ordre d’une autorité supérieure. Il faut rappeler en effet que, même si cette lettre n’est pas datée par son éditeur, elle a de fortes chances de se situer un peu après 1250. Riccardo Annibaldi possède le titre cardinalice de Saint-Ange depuis 1239 et la dernière lettre datée du notaire est de 1268, ce qui nous donne une fourchette très large. Cependant, la mention de l’archevêque de Corinthe et l’étendue du pouvoir du cardinal permettent de réduire l’intervalle aux années centrales du siècle. Pendant son séjour en France, Innocent IV avait confié à un groupe de cardinaux, dont Riccardo Annibaldi, les intérêts de la papauté à Rome et en Italie, entre 1244 et 1253. Cette délégation du pouvoir pontifical nous inciterait à dater la lettre de Giovanni da Capua vers 1250. Plus précisément une bulle d’Innocent IV du 2 avril 1254, à un moment où le pontife est arrivé à Rome depuis six mois, nous parle précisément d’un archevêque de Corinthe présent à la curie : « Archiepiscopus Corinth. in Urbe commorabatur »59. Il est tentant de mettre ce séjour en rapport avec la lettre du notaire pontifical ; cela signifierait que l’intervention du cardinal Annibaldi avait dû se situer peu de temps avant l’arrivée du pontife.

  • 60 On déjà mentionné sa décoration dans le chapitre II.1.
  • 61 Sur l’époque carolingienne, voir Barelli (L.) et Falconi (M.), « I Ss. Quattro Coronati a Roma : n (...)
  • 62 Barelli (L.) et Falconi (M.), « Il palazzo dei Ss. Quattro Coronati », dans Cultura artistica, cit (...)
  • 63 Andreina Draghi insiste de manière presque exclusive sur cette dernière fonction, probablement à c (...)
  • 64 Barelli et Falconi, « Il palazzo dei Ss. Quattro Coronati », cit., cf. la reconstitution du dispos (...)
  • 65 Draghi et Matera, « Gli affreschi nel convento dei Ss. Quattro Coronati a Roma... », cit., cf. n. (...)

25L’un des palais cardinalices cités ci-dessus représente un intérêt particulier, à la fois parce qu’il a été créé immédiatement avant la période qui nous occupe, parce qu’il possède des traits qui l’apparentent fortement à un palais pontifical, enfin parce que sa structure et sa décoration sont encore en grande partie préservés – on veut parler du palais annexé à la basilique et au monastère des Quatre-Saints Couronnés60. Une résidence existait déjà auprès de la basilique à une époque antérieure61, mais le palais actuel est dû principalement au cardinal Stefano Conti. Celui-ci avait reçu d’Innocent IV, en compagnie du cardinal Raniero da Viterbo, une très large délégation sur les affaires italiennes de l’Église, pendant que le pontife séjournait à Lyon pour y célébrer le concile hors d’atteinte de Frédéric II et de ses alliés. Les deux cardinaux eurent pendant ces années centrales du xiiie siècle le soin temporel et spirituel du Patrimoine, du duché de Spolète, de la Marche d’Ancône, ainsi que du royaume de Sicile, théoriquement soumis à l’autorité du Saint-Siège, un rôle qui annonce donc ce qui sera plus tard celui d’un Albornoz pour le compte de la papauté d’Avignon. Stefano Conti choisit de résider dans le complexe des Quatre-Saints-Couronnés, comme l’atteste l’épigraphe de consécration de la chapelle de 1246, probablement à cause de sa proximité avec le Latran et pour son caractère fortifié ou en tout cas facilement défendable. Mais le palais devait exprimer aussi son rang de « vicaire » du pape, par ses dimensions, ses dispositions (la grande salle de réception et de justice ; les loggias) et son décor (dans la chapelle et la grande salle). La tour majeure constituait le cœur de la résidence, avec la chapelle au rez-de-chaussée et la grande salle à l’étage. La grande salle, aux dimensions imposantes, est plus vaste que la chapelle, car les deux étages possèdent des dispositions très différentes en plan comme en volume62. La pièce devait fonctionner comme toutes les autres grandes salles palatiales contemporaines à usage multiple (réunions importantes, représentation sociale, festins, exercice de la justice, etc.63). La résidence comportait également un balcon en bois tendu entre deux contreforts, directement accessible depuis la grande salle du premier étage de la Tour majeure, par une porte en arc brisé, et formant loggia extérieure sur le côté nord du palais, donc face à la voie de communication qui mène à l’entrée du complexe et, au-delà, à la via papalis qui conduit au Latran64. En outre la résidence était pourvue d’une loggia intérieure, ouverte par des baies jumelées à cinq lancettes sur la première cour intérieure, bouchées par la suite65. On voit donc là un précédent aux deux types de loggias des palais pontificaux dont on a dégagé les différences dans le chapitre II.2, parfois présentes en même temps comme c’est ici le cas (Orvieto).

  • 66 Barelli (L.), « Il palazzo cardinalizio dei Ss. Quatro Coronati a Roma nel Basso Medioevo », dans (...)
  • 67 Draghi et Matera, « Gli affreschi nel convento dei Ss. Quattro Coronati a Roma... », cit., p. 123.
  • 68 Barelli (L.), « Il palazzo cardinalizio dei Ss. Quatro Coronati a Roma... », cit., p. 121.

26Le palais des Quatre-Saints-Couronnés assume donc à la fois les traits d’une forteresse et ceux d’une habitation noble et préfigure de nombreux aspects des résidences pontificales ultérieures, par exemple au Vatican66. En outre sa proximité par rapport au palais du Latran en fait une véritable annexe fortifiée de celui-ci, un peu comme le château Saint-Ange pouvait fonctionner par rapport au Vatican, comme le propose de manière convaincante Andreina Draghi67. Mais il s’agit aussi, comme le souligne justement Lia Barelli, de dispositifs courants au moment en question68. Il importe donc de ne pas surévaluer le rôle de modèle de cette résidence, encore accentué par sa conservation exceptionnelle à l’intérieur du panorama romain.

  • 69 Sur ce personnage (mort en 1300), un peu obscur, voir les données biographiques dans le chapitre s (...)
  • 70 Barclay Lloyd (J. E.), The medieval church and canonry of S. Clemente in Rome, Rome, 1989, p. 145, (...)
  • 71 Cf. chap. II.1.

27Le palais cardinalice de Saint-Clément représente un autre cas intéressant. Pendant tout le cours du xiiie siècle, il n’y avait pas eu de cardinal titulaire. Peu de temps après être monté sur le trône pontifical, Boniface VIII élève un de ses neveux, Giacomo Tommasi, à la pourpre et lui confie le titre de Saint-Clément, le 17 décembre 129569. Charles de Valois séjourne dans la résidence au printemps 1302, lorsqu’il arrive à Rome à la demande du pape70. Saint-Clément était alors probablement encore entre les mains de la famille Caetani ; dans tous les cas, on comprend bien qu’on ait offert à l’hôte illustre ce palais, d’ailleurs peu éloigné du Latran où le pape résidait à ce moment. Les peintures murales récemment redécouvertes par Serena Romano dans le palais doivent correspondre à une commande du cardinal Tommasi71.

  • 72 Giovenale (G. B.), La basilica di S. Maria in Cosmedin, Rome, 1927, p. 157-170, cf. notamment p. 1 (...)
  • 73 Sur l’histoire de la résidence, cf. Giovenale, La basilica di S. Maria in Cosmedin, cit., p. 406-4 (...)
  • 74 Sur ce dernier, voir la synthèse donnée dans le chapitre I.5 sur la résidence pontificale de l’Ave (...)
  • 75 Pistilli, « Considerazioni sulla storia architettonica... », cit., p. 182.
  • 76 Krautheimer (R.), Rome, portrait d’une ville, 312-1308, Paris, 1999, p. 717 et ill. 171 (dont il f (...)

28Un autre « cardinal-neveu » de Boniface VIII a eu une importance beaucoup plus grande au cours du pontificat, Francesco Caetani. Mieux que Giacomo Tommasi, il correspond au type du prélat engagé dans la carrière ecclésiastique uniquement pour servir les intérêts de son clan et il pouvait être considéré, parallèlement à son frère Pietro du côté laïque, comme le véritable hériter « spirituel » du pape (du moins après la mort du neveu homonyme de Boniface VIII, Benedetto Caetani, cardinal des Saints-Côme-et-Damien en 1295, mais décédé dès l’année suivante). Francesco Caetani a été titulaire de la basilique de Sainte-Marie « in Cosmedin » de 1295 à 1304. Le cardinal commanda une série de travaux dans la basilique elle-même, dont Mgr Giovenale attribuait l’impulsion au jubilé de 1300, mais qui rentrent peut-être simplement dans la manutention ordinaire dont le prélat devait avoir la charge (réfection du toit et de la façade) ou dans son désir de laisser sa marque sur l’édifice (fenêtre géminée de l’abside majeure ; peintures murales à motif géométrique ; commande du baldaquin)72. Francesco Caetani fit exécuter également des travaux dans la résidence cardinalice annexée à son église titulaire73. Ceux-ci sont encore reconnaissables par l’emploi de maçonneries « a tufelli », mais le bâtiment a été largement remanié et restauré, probablement au moment où Muñoz « restituait » de manière radicale la basilique à son aspect médiéval, détruisant par exemple la façade du début du xviiie siècle. C’est certainement au cours de ces vicissitudes que le palais cardinalice a perdu l’un de ses traits les plus caractéristiques. Comme l’attestent encore des estampes de l’époque moderne, il était doté d’un pignon à degrés, selon un type que l’on rencontre fréquemment dans l’Europe du Nord. Ce signe distinctif rapprochait en outre le palais de Sainte-Marie « in Cosmedin » d’une autre résidence de Francesco Caetani, à savoir le château établi sur la via Appia contre le mausolée de Cecilia Metella74. Pio Francesco Pistilli a établi le lien entre ces deux monuments, ainsi qu’avec un pignon de même type qui se trouvait sur l’aile des moines de l’abbaye aux Trois-Fontaines et avec divers bâtiments d’Europe septentrionale75. Mais les conclusions, quoique stimulantes, paraissent trop hardies (le rapport entre ces différents bâti-mens s’expliquerait par le recours à des architectes provenant de France septentrionale, recrutés par les grandes familles romaines grâce à leurs relations avec la curie). Il faut souligner que ce type de pignon apparaissait également ailleurs à Rome, par exemple dans le palais sénatorial, comme le rappelle Pistilli lui-même, mais aussi dans un bâtiment du Cœlio, probablement une partie du couvent de Saint-Thomas « in Formis » aujourd’hui détruite, visible sur une gravure ancienne, et encore dans d’autres bâtiments, comme on le voit dans une vue du Transtévère de la fin du xve siècle où l’on aperçoit une maison à pignon à gradins, dont Krautheimer faisait lui aussi remarquer qu’elle était plus typique des Pays-Bas et de l’Allemagne que de l’image que nous nous faisons de Rome76. Mais, comme l’a prouvé si bien ce dernier, notre conception de la Rome médiévale ne correspond guère avec sa réalité et l’enquête devrait donc se poursuivre avant de conclure à ce sujet.

  • 77 Registres d’Honorius IV, no 830. Le terme de forteresse et la mention de la chambre reviennent dan (...)

29Si l’on se tourne maintenant vers les palais cardinalices d’origine familiale ou vers ceux qui sont attribués aux membres du Sacré Collège au cours des déplacements de la curie, le tableau ne peut être qu’indicatif. Pour le premier cas, on peut rappeler les quelques exemples cités dans le chapitre sur le palais Traietto d’Anagni (palais du cardinal Goffredo à Alatri, celui de Giacomo Tommasi à Guarcino). On a aussi mentionné dans le chapitre II.1 le château du cardinal Giacomo Savelli, le futur Honorius IV, Castel Savelli près d’Albano. On aurait pu citer une autre propriété familiale du pontife, le château de Palombara. Ce dernier possédait un aspect à la fois militaire et résidentiel, ce qui le rapprochait, comme Castel Savelli, du palais de l’Aventin étudié au chapitre I.5. C’est ce que montre l’expression employée dans une bulle d’Honorius IV, passée à Palombara l’unique fois où le pontife séjourna quelques jours dans son château familial, sur le chemin de sa résidence d’été de Tivoli : « in Castro Palumbarie, in camera palatii arcis ejusdem castri77 ».

  • 78 Finke, Aus den Tagen Bonifaz VIII..., cit., annexe n°11, cf. p. LIII.
  • 79 Ughelli (F.), Italia Sacra..., Venise, 1717-1722, t. I, col. 265-267 : « in camera hospitii in qua (...)

30Quant à la catégorie suivante, celle des palais accordés aux membres importants de la curie, on a évoqué les demeures du Latran, du Vatican et d’Anagni, dans le chapitre II.3, à l’occasion des mentions fournies par la comptabilité de Boniface VIII. Nous y avons établi que le logement autonome était la règle, le logement directement auprès du pape ne correspondant qu’à quelques cas exceptionnels. La même chose vaut pour toutes les résidences du pape et nous allons en donner quelques exemples grâce à la documentation écrite, ici aussi de manière seulement indicative. Tout comme l’appartement du pape est aussi, en partie, le lieu du gouvernement central de l’Église, de même les cardinaux, les prélats de la curie et les plus hauts agents de l’administration pontificale exercent leurs fonctions en partie dans leur propre demeure. En témoignent des indications disparates, mais surtout les innombrables sentences rendues par les membres du Sacré Collège, voire par des clercs de moindre rang, chargés par le pape de résoudre un litige ou de proposer un arbitrage. Nous ne voyons là cependant qu’un pourcentage infime de l’activité déployée par les membres de la curie : le travail courant d’administration, de négociation, de constitution de dossiers n’a pratiquement pas laissé de traces, tandis que les sentences qui nous sont parvenues ne sont certainement qu’une poignée, constituée majoritairement par celles dont la teneur est conservée dans une confirmation pontificale. Pourtant nous possédons quelques informations sur les autres fonctions de la résidence cardinalice, par exemple ce témoignage de l’émissaire du roi d’Aragon auprès de la curie, au printemps 1302. Alors qu’une partie du Sacré Collège et le pape lui-même trament plus ou moins ouvertement contre l’Aragon, le diplomate réussit à obtenir un entretien très positif avec le cardinal Gérard de Parme, dans sa chambre, à l’issue duquel le prélat lui propose même de dîner avec lui78. Un autre exemple nous est fourni par la fondation d’un monastère à Albano par le cardinal Giacomo Savelli (futur Honorius IV) en octobre 128279. C’est dans l’hôtel qu’il occupe à Montefiascone qu’il dresse l’acte de fondation, au moment où Martin IV réside dans la forteresse étudiée au chapitre I.8.

  • 80 Registres d’Honorius IV, n°176 : « per eundem reverendum patrem dominum Gervasium cardinalem pro t (...)
  • 81 Registres d’Honorius IV, n°202 : « per prefatum dominum cardinalem Tybure in hospitio suo pro trib (...)
  • 82 Registres d’Honorius IV, n°666 : « Tibure, in capella ipsius domini cardinalis... », « Tibure in c (...)
  • 83 Registres d’Honorius IV, n°434 : « in hospitio ejusdem ».
  • 84 Signorelli (G.), Viterbo nella storia della Chiesa, Viterbe, 1907-1964, 3 t. en 5 vol., vol. 1, p. (...)
  • 85 Ibid. : « in proferlo S. Matthei de Sunsa ubi dictus D. card. morabatur » (doc. n°24 des archives (...)
  • 86 Registres de Nicolas IV, n°1653 et n°6273 (« in camera sua, ubi jus publice reddere consuevit »).
  • 87 Egidi (P.), « L’archivio della cattedrale di Viterbo », dans Bullettino dell’Istituto storico ital (...)
  • 88 Calpini (L.), « La guerra di Narni e Stroncone nel 1293 », dans ASRSP, t. 98, 1975, p. 5-54, cf. p (...)

31En revanche, les cas de palais de cardinaux attestés par les sentences sont légion, encore que la proportion soit très diverse selon les pontificats, probablement à cause de variations de procédures à la curie, avec des époques où le pape confie plus souvent qu’à d’autres aux cardinaux des affaires judiciaires on bien les confirme plus fréquemment. Les exemples sont particulièrement nombreux au cours du pontificat d’Honorius IV. Grâce aux confirmations qu’il appose aux sentences de ses cardinaux, on connaît à Tivoli l’hôtel de Gervais de Clinchamp, doté d’une grande salle où le cardinal rendait la justice80 ; celui de Conte Casati81 ; celui de Benedetto Caetani, pour lequel sont mentionnés la chambre du cardinal et sa chapelle82 ; à Viterbe, celui de Giacomo Savelli83. Mais on connaît aussi des mentions semblables sous d’autres pontifes. Pour Viterbe, on sait ainsi qu’en 1257 et 1261, Hugues de Saint-Cher logeait à Sainte-Marie « in Gradi », chez les frères prêcheurs, ce qui est logique pour un dominicain84. En 1257, le cardinal Giovanni du titre de Saint-Laurent « in Lucina » résidait à Saint-Matthieu et en 1267 le cardinal-évêque de Tusculum habitait dans le palais de Saint-Fortunat85. En 1289, le cardinal Giacomo Colonna dispose ainsi d’un hôtel à Rieti (c’est bien le moins de toute façon, pour le principal protecteur et conseiller du pape) et, en 1291, le cardinal Hugues Seguin possède une résidence à Orvieto86. Moins courant est le cas de clercs de la curie d’un niveau inférieur. On trouve par exemple à Viterbe, en 1256, une sentence rendue par un chapelain et auditeur du pape « in palacio seu domo auditoris »87. En 1293, pendant la vacance du siège apostolique, est attestée la résidence du cardinal Matteo d’Acquasparta à Rieti88.

32Que pouvons-nous tirer de ces palais cardinalices de Rome et du Latium quant au développement de l’architecture pontificale ? Il est clair que, si nous ne possédons pas assez d’éléments pour dresser un tableau définitif ni unitaire, notamment par rapport à ce que pouvaient être les résidences antérieures, encore moins bien connues, les palais cardinalices de la seconde moitié du xiiie siècle (ou les éléments de restructuration ou de décoration remontant à cette époque) apportent des éléments de nouveauté par rapport à la tradition palatiale antérieure. En tant que princes de l’Église, ce qu’ils sont déjà en partie devenus à ce moment-là, les cardinaux reflètent ou absorbent les tendances nouvelles de la construction profane de manière probablement plus rapide et plus évidente que le pape lui-même. Le premier point est le resserrement de la résidence autour du couple salle-tour. Cela ne signifie pas pour autant que le palais ne comporte pas divers bâtiments et annexes, qui s’ajoutent à ce noyau fondamental. Mais ceux-ci ne sont plus disposés plus ou moins accidentellement ou de manière lâche et on assiste à une hiérarchisation des constructions autour du couple de base. L’autre élément est marqué par l’émergence de la tour, qui exprime la militarisation du palais urbain, que celle-ci soit réelle ou plutôt emblématique des intentions de son propriétaire. À cet égard, il faut souligner que, si le caractère réellement fortifié de bien des tours urbaines a pu être remis en cause, notamment pour Rome même, au vu de l’absence d’éléments militaires complémentaires, il n’en va pas de même des demeures de la plus haute aristocratie. Or les palais cardinalices, tout comme les palais épiscopaux, s’inscrivent plutôt dans cette seconde catégorie, comme le montre, entre autres, l’exemple des Quatre-Saints-Couronnés.

Les palais des recteurs du Patrimoine

  • 89 Pour une introduction historique qui semble être encore aujourd’hui la référence sur le sujet : Er (...)
  • 90 C’est ce qu’affirment également Ermini, « I rettori provinciali dello Stato della Chiesa... », cit (...)
  • 91 Très nombreux exemples donnés par Ermini, « I rettori provinciali dello Stato della Chiesa... », c (...)
  • 92 Palmieri (Dom G.), Introiti ed esiti di papa Niccolà III, 1279-1280, Rome, 1889, p. 94 : « De’ dar (...)
  • 93 Dans les chapitres sur Pérouse et Rieti ; voir également plus bas.

33Un autre groupe de palais, institutionnellement liés à l’institution pontificale, pourrait avoir eu des liens avec les palais pontificaux, à savoir les résidences des recteurs des diverses provinces du Patrimoine de saint Pierre89. Cependant, on ne fera que traiter rapidement la question pour plusieurs raisons. Ces palais ou châteaux, situés en périphérie et hiérarchiquement inférieurs, sont moins susceptibles d’avoir eu une influence sur l’architecture palatiale des papes que les palais cardinalices, notamment romains. Il est vrai que le centre du pouvoir pontifical ne fut pas toujours à Rome, pendant la période qui nous occupe ; et l’on pourrait donc supposer que les résidences de Ferentino ou Frosinone, de Ninfa ou Tuscania ont pu jouer un certain rôle dans la création des palais pontificaux voisins. En outre, certaines de ces résidences, ou du moins certains de ces centres urbains ont été élevés eux-mêmes au rang de résidences pontificales (Montefiascone). Cependant cette influence fut réduite, notamment en raison de la date tardive d’apparition d’une résidence fixe au détriment d’une conception plus itinérante de la fonction. Les recteurs devaient, pendant la « protohistoire » de l’institution, à savoir une bonne partie du xiiie siècle, passer de siège épiscopal en siège épiscopal90. Cependant, la comparaison avec les habitudes et les procédures de la cour pontificale paraît instructive, car on retrouve de nombreux phénomènes. Tout comme le souverain pontife, les recteurs pouvaient résider dans le palais de l’évêché visité, mais aussi, peut-être plus souvent encore, dans les palais communaux mis à disposition par les communes91. Il ne s’agit pas dans ce dernier cas d’une gracieuseté ou d’une faveur offerte spontanément par les communautés locales. C’est la coutume qui les contraignait à loger gratuitement le recteur et sa suite, aux frais des citoyens (ce qui ne manqua probablement pas d’alimenter les frictions voire les révoltes souvent attestées). Cependant, le séjour du recteur était réglé par des accords minutieux, comme ceux dont nous reparlerons plus loin à propos des résidences pontificales. La pratique en est déjà attestée en 1279, lorsque le recteur de la Marche envoie des messagers à diverses terres de sa province pour « sapere dal loro che patti volessono fare [...] per istarvi la corte »92. Par conséquent, le recteur s’installe en fonction des propositions qui lui sont faites et en choisissant la plus intéressante, une procédure parfaitement similaire avec ce que nous avons supposé, dans les mêmes années, chez Martin IV93.

  • 94 Ermini, « I rettori provinciali dello Stato della Chie-sa... », cit., p. 90-92 ; p. 95-96 sur les (...)
  • 95 Fumi (L.), « La rocca di Montefalco e i pareri tecnici per la sua costruzione (1324) », dans Bolle (...)

34Quelle qu’ait été l’importance relative de certaines résidences des recteurs dès le xiiie siècle, nous n’en savons cependant pratiquement rien, et les palais ou forteresses occupés par les administrateurs du Patrimoine de saint Pierre apparaissent de manière beaucoup plus consistante au cours du siècle suivant ou, éventuellement, à l’extrême fin du xiiie siècle. Cela est cohérent avec le tableau institutionnel que l’on peut tracer de l’évolution de l’administration pontificale des États de l’Église et ne nous permet donc que difficilement d’établir des comparaisons fructueuses avec nos propres palais. Les choses changent seulement entre la fin du xiiie siècle et le début du xive siècle, comme le montre bien Giuseppe Ermini. Sous la pression conjuguée de divers facteurs (les barons et seigneurs, qui accaparent des zones entières des États pontificaux, laissent beaucoup moins facilement que les communes les recteurs s’installer chez eux ; dans une période de troubles incessants, la nécessité d’assurer la sécurité du recteur et de ses agents devient une priorité absolue), les recteurs d’une part se stabilisent dans un nombre plus réduit de centres urbains, d’autre part se font élever des résidences fortifiées qui leur sont propres94. Par conséquent ces châteaux ne nous intéressent pas non plus directement, car il s’agit souvent de constructions ex nihilo, sur des sites différents des palais précédents et en suivant les développements récents de l’architecture militaire (par exemple la forteresse de Montefalco, choisie comme siège du recteur du duché de Spolète par Jean XXII95).

  • 96 Catracchia (B.), « Ferentino e il rettorato di Campagna e Marittima », dans Bollettino dell’Istitu (...)
  • 97 Caciorgna, « Il governo di Campagna e Marittima... », cit., p. 154-155.
  • 98 Ibid.
  • 99 Et non 1367, comme cela est parfois indiqué sur la base de l’indication de la bulle selon l’ancien (...)
  • 100 Sur Ninfa, voir les indications données dans le chapitre I.5 consacré au palais-forteresse romain (...)
  • 101 Cortonesi (A.), « Un restauro trecentesco della rocca di Frosinone », dans Latium, t. 1, 1984, p. (...)

35Il faut ajouter une autre réserve : ces bâtiments sont peu ou prou étudiés, bien moins encore que les palais cardinalices évoqués ci-dessus. On peut seulement glaner quelques informations éparses dans une bibliographie clairsemée. Sur Ferentino, un des principaux sièges connus pour le recteur des provinces de Campagne et Maritime, on dispose des études les plus poussées dans le domaine96. Le palais est appelé palais des Saints-Jean-et-Paul, en raison de la titulature de la basilique voisine, dédiée aux deux martyrs romains. Par l’analyse des sources écrites, on peut déduire qu’une première phase de travaux a dû avoir lieu entre 1208 et 1220, ce qui correspond au fait que la ville était le siège du recteur de Campagne et Maritime d’Innocent III jusque vers 124097. En 1220, le bâtiment est cité comme neuf dans une lettre du 18 avril : « ...in novo palatio Sanctorum Johannis et Pauli ». Une seconde phase de travaux doit avoir eu lieu avant 1283, selon une inscription aujourd’hui disparue, mais mentionnée dans un manuscrit de la Bibliothèque vaticane. Cette campagne coïncide à nouveau avec la résidence du recteur, qui s’installe de manière stable à Frosinone à partir des années 128098. Le palais fut partiellement démoli en 1307 par les habitants de Veroli ; d’autres destructions suivirent en 1326 et 1327. Le recteur fit restaurer la forteresse en 1330, mais la construction fut de nouveau détruite lors d’une révolte locale en 1366. Urbain V accorda son absolution (le 5 février 136899) à condition que le tout soit reconstruit, ce qui était chose faite en 1372. Le palais a été bombardé lors de la Deuxième Guerre mondiale et a été profondément restauré après cette date, au moins à deux reprises. Le même recteur siégeait aussi parfois à Ninfa et Anagni. Pour cette dernière, on ne sait pas avec précision quel bâtiment abritait le recteur. Il ne s’agissait certainement pas du palais Caetani ici étudié, pas plus que celui des héritiers de Grégoire IX, l’un et l’autre faisant partie d’un patrimoine familial bien distinct des biens de l’Église. On peut supposer que le recteur résidait dans le palais épiscopal voisin de l’évêché ou dans le palais communal. Quant à Ninfa, je suppose que la résidence du recteur doit être identifiée avec l’enceinte fortifiée attribuable au xiie siècle, qui fut absorbée dans les constructions des Colonna puis des Caetani de la fin du xiiie siècle, quand ces deux lignages s’emparèrent successivement de la localité au détriment du Patrimoine100. Le recteur de Campagne et Maritime a également résidé à Frosinone, au moins depuis le pontificat de Grégoire X. Le château qui l’abritait fut restauré au xive siècle, des travaux qui nous sont connus grâce à un document comptable de 1332101.

  • 102 On a utilisé le plus souvent l’expression « Patrimoine de saint Pierre » dans son sens large, qui (...)
  • 103 Voir l’inscription du Capitole, datée de 1300, et publiée par Forcella (V.), Iscrizioni delle chie (...)
  • 104 Antonelli (M.), « Una relazione del vicario del Patrimonio a Giovanni XXII in Avignone », dans ASR (...)

36En ce qui concerne la province du Patrimoine102, on se rappelle que Montefiascone était la résidence officielle du recteur au moins depuis le xiiie siècle. On ne reviendra pas ici sur l’évolution du complexe, suite à la transformation de la résidence en palais pontifical, ni à ses vicissitudes au cours du xive siècle, alors que Montefiascone continuait à assumer le rôle de résidence principale du recteur, voire parfois du légat, puis à nouveau du pape lui-même. À propos de Montefiascone toujours, nous avons cité le fait qu’au début du xive siècle, un texte indiquait que les recteurs préféraient passer l’hiver dans un site plus amène que la hauteur sur laquelle s’élevait leur résidence (qui devait au contraire constituer un site idéal en été). Il s’agit de Tuscania, appelée dans notre document Toscanella, nom qui lui avait été donné quelques années auparavant par Boniface VIII (elle ne reprendra son nom antique qu’en 1911), pour punir la cité de s’être rebellé contre le pouvoir pontifical103. Le texte en question est un rapport fait en 1319-1320 au pape Jean XXII par l’évêque d’Orvieto, Guitto Farnese, vicaire du Patrimoine : « Civitas Tuscanelle. [...] et consuevit yemali tempore generalis curia Patrimonii ibi interdum residentiam facere [...] locus fertilis et abilior ad yemandum quam castrum Montisflasconis »104. Nous n’avons pas d’indication précise sur le lieu qu’occupait alors le recteur, mais il est plus que probable qu’il résidait dans le palais épiscopal, qui s’élève à côté de l’ancienne cathédrale Saint-Pierre-Majeur. Ce dernier montre précisément des baies qui pourraient remonter à cette époque ou à la fin du xiiie siècle et dont le parallèle avec la fenêtre à remplage de Montefiascone a déjà été souligné.

  • 105 Paravicini Bagliani (A.), « La mobilità della curia romana nel secolo xiii. Riflessi locali », dan (...)

37On ne tirera de ces indications que quelques conclusions. La construction que nous avons pu reconstituer à Montefiascone pour le xiiie et le début du xive siècle correspond bien à ce que nous pourrions dégager comme trait original ou du moins distinctif des résidences des recteurs ici énumérées : une conjonction toujours explicite entre le rôle de forteresse (dont l’utilité n’est pas à démontrer quand on voit ici comme à Ferentino le nombre de révoltes, de sièges et de destructions que ces sites eurent à subir) et celui de palais, nécessaire pour marquer la dignité et la fonction du représentant pontifical. Par ailleurs, le témoignage de l’alternance entre résidence d’été et résidence d’hiver pour le recteur du Patrimoine, à partir de début du xive siècle, paraît être comme le reflet décalé de la pratique parallèle des pontifes, depuis longtemps établie, puisque dès le début du xiiie siècle, on avait pris l’habitude d’appeler le Latran « palais d’hiver »105.

II – LA COMPOSITION ET SES MODÈLES : LE MODÈLE COMMUNAL

1. Les raisons et les traits du modèle

Les accords avec les communes et les papes-podestats

  • 106 Voir les nuances apportées par S. Carocci dans l’introduction du numéro susdit. À cet égard, la vi (...)
  • 107 En même temps, la ville ne pouvait que se réjouir des nombreux avantages tirés de la présence de l (...)
  • 108 Registres de Clément IV, n°1174.
  • 109 Aux cinq documents déjà connus, Sara Menzinger en a ajouté onze autres, cf. Menzinger (S.), « Vite (...)
  • 110 Egidi, « L’archivio della cattedrale di Viterbo », cit., t. 27, p. 243-244 (doc. n°312).
  • 111 Egidi, « L’archivio della cattedrale di Viterbo », cit., t. 27, p. 248 (doc. n°322). Menzinger a m (...)

38Les études du P. Dykmans et d’A. Paravicini Bagliani, confirmées et appronfondies par le volume récent sur l’itinérance pontificale, ont montré depuis longtemps l’importance des déplacements de la cour pontificale pour la vie sociale, économique, institutionnelle des communes concernées. Même si l’on a pu récemment apporter d’importantes nuances à ce tableau, il n’en reste pas moins que l’arrivée du premier personnage de la chrétienté, d’une cour et d’une administration composée de centaines de personnes, dont certaines disposaient d’importantes fortunes personnelles, suivie d’autant de plaideurs, de pèlerins et de marchands, ne pouvait pas ne pas entraîner des bouleversements ou du moins des ruptures dans des organismes urbains dont l’équilibre politique et social était souvent fragile106. Avant la période ici considérée, on rencontre déjà des problèmes de cet ordre. Sous le pontificat d’Innocent IV, le long séjour de la curie à Lyon ne fut pas sans provoquer des incidents avec la population, notamment quand le chapitre cathédral (le pontife logeait précisément dans ses murs) menaça en 1245 de jeter dans le Rhône des parents du pape que celui-ci avait pourvus de bénéfices sans l’avoir consulté107. Un peu plus tard Clément IV n’écrivait-il pas en 1267 à Charles Ier d’Anjou de ne pas venir à Viterbe sans sa permission expresse, à cause de la petitesse de la ville ? Il est vrai que l’argument semble un peu le produit de la mauvaise foi (en réalité le pontife n’a aucune envie de voir arriver le roi de Sicile pour d’autres raisons), mais il reflète probablement les difficultés que pouvaient faire craindre la capacité d’accueil limitée de la cité108. En dehors de ce cas un peu particulier, bien des faits témoignent à la fois du dynamisme et des tiraillements induits par la présence de la cour pontificale. À titre d’exemple, mentionnons le problème des prix et loyers. À Viterbe, on connaît quelques contrats de location109. Depuis le temps de la lettre de Clément IV, la ville est désormais habituée, notamment grâce aux séjours de Jean XXI et Nicolas III, aux transferts réguliers ou irréguliers de la cour pontificale et à leurs conséquences. Dans son étude des contrats inédits, Sara Menzinger mentionne des clauses d’augmentations de loyer de 50 à 150 % si la curie réside à Viterbe. En restant dans les contrats connus auparavant, le 17 décembre 1279 (donc alors que Nicolas III est à Rome, mais on s’attend à voir revenir la curie l’été suivant, comme les deux années précédentes), une maison est louée pour 28 sous de Pavie par an, sauf pour les périodes où le pape doit demeurer à Viterbe (« et tempore pape in Viterbio commorantis »)110. Le prix passe cette fois à 8 sous par mois, ce qui ferait donc plus du triple si l’on rapportait une telle somme à l’année (92 sous) ! Le pape Orsini devait effectivement retourner dans la région de Viterbe l’été suivant, mais il demeura exclusivement dans son château de Soriano, et l’on serait curieux de savoir comment bailleurs et locataires interprétaient dans ce cas la présence de la seule curie à Viterbe et non pas du pape, quant à ses effets sur ce type de contrat. D’autres circonstances furent en tout cas minutieusement prévues. La ville de Viterbe, toujours elle, pouvait se vanter d’avoir connu plus de conclaves que tout autre cité du Patrimoine et, par conséquent, elle savait bien que, même si la mort d’un pape provoquait une chute des revenus (notamment à cause de la suspension de tous les procès et affaires en cours auprès du tribunal suprême), on pouvait encore escompter des profits intéressants par le fait de la présence de tous les membres du Sacré Collège et de nombreux assistants intéressés à l’issue du conclave. Dans un contrat du 28 mai 1281, le chapitre cathédral loue une maison, en stipulant que si le locataire sous-loue celle-ci pendant la présence de la curie, il devra reverser la moitié de son profit, qu’il y ait un pape ou non (« Quod si Romana curia venerit Viterbium, sive Romana curia pastore vacaverit sive non, quod de tota ipsa pensione quam ipse conductor de domo reciperet, teneat pagare medietatem pro redditu et pensione do-mus predicte »)111. À cette date, le pape Martin IV n’était parti, ulcéré de l’attitude de la ville, que depuis deux mois, et l’on pouvait espérer que lui ou l’un de ses successeurs pardonnerait à la cité et retournerait habiter à Viterbe ; les chanoines de Saint-Laurent ne pouvaient donc imaginer que plus jamais un pape ne reviendrait y résider plus de quelques jours.

  • 112 Pagnotti (F.), « Niccolò da Calvi et la sua “Vita d’Innocenzo IV” », dans ASRSP, t. 21, 1898, p. 7 (...)

39Inversement, les papes et leur entourage savaient parfaitement quel intérêt les villes pouvaient trouver au séjour de la curie. Prenons tout d’abord un exemple immédiatement antérieur aux pontificats dont nous nous occupons. En 1254, Innocent IV, qui avait déjà séjourné à Assise une bonne partie de l’année précédente, voulait à nouveau y transférer la cour pontificale. Nous connaissons les détails de ce transfert de la curie par un passage de la biographie d’Innocent IV112. L’auteur de celle-ci, Niccolò da Calvi, un proche du pontife, est le plus souvent parfaitement informé, comme le prouvent ici les précisions chronologiques données par le texte en parfaite concordance avec ce que l’on sait du parcours d’Innocent IV (de fait, le pape partit de Rome probablement le 27 avril, surlendemain de la Saint-Marc, passa en Sabine et à Narni les 27 et 28 avril et arriva à Assise le 2 mai). Il n’y a donc aucune raison de ne pas croire Niccolò da Calvi, lors-qu’il explique que le pontife avait alors agi ainsi non seulement pour respecter la tradition du séjour estival hors de Rome, mais également pour compenser en quelque sorte la ville des pertes qu’elle avait subies par le fait des déprédations de Frédéric II et de ses alliés :

  • 113 Par inadvertance, ce passage a été interprété par A. Paravicini Bagliani comme une demande du pont (...)

« Et quia moris est pontificis in estate egredi extra Urbem, circa festum beati Marci egrediens inde per Sabinam et Narniam direxit versus Asisium gressus suos, ut ibidem ipsa estate proxima estivaret, et ut, ipsius domini residentia in eadem, ipsa civitas Assisinas resarciretur et repararetur vel in modico in suis dispendiis, que inter omnes adiacentes alias civitates plus fuerat per Fredericum tyrampnum et suos sattelites afflictionibus et dampnificationibus lacessita113 ».

40À propos du même pape, Anna Maria Voci a d’ailleurs rappelé une formulation tout aussi claire, du chroniqueur anglais Matthew Paris, en parlant de l’accueil que lui firent les Pérugins lorsque le pontife arriva dans leur cité à son retour du concile de Lyon :

  • 114 Paris (M.), Matthaei Parisiensis monachi S. Albani Chronica majora, Luard (H. R.) éd., Londres, 18 (...)

« ...cives autem propter emolumenta, que erant a confluentibus recepturi, ipsum [Innocent IV] devote receperunt114 ».

41Prenons un autre exemple pendant notre période. Durant l’interminable conclave de Viterbe de 1268-1271, alors que les notables de la ville exercent des pressions en tout sens sur les cardinaux pour les amener à conclure, le cardinal Eudes de Châteauroux, pourtant partisan d’une solution rapide, prononce un sermon, datant de l’année 1270, où il rappelle aux habitants de Viterbe qu’ils n’ont pas à intervenir dans la question. Pour les contraindre à plus de respect, il utilise même des menaces voilées, mentionnant tous les bienfaits qui sont venus à la ville du fait de la résidence des papes et qui pourraient bien ne pas se renouveler (ce qui fut de fait le cas, mais à la suite d’un autre conclave, comme on vient de le rappeler) :

  • 115 Iozzelli (F.), Odo da Châteauroux. Politica e religione nei sermoni inediti, Padoue, 1994, édition (...)

« Et eciam ob hoc quod curia consueta est hic residere, homines de diversis regionibus ad eam veniunt, domos edificant, predia acquirunt et fiunt cives vestri. [...] Modo caveatis ne maledictio matris eradicet fundamenta115 ».

  • 116 Palermo (A.), « L’economia », dans Roma nel Rinascimento, Pinelli (A.) dir., Rome-Bari, 2001, p. 4 (...)
  • 117 Paravicini Bagliani (A.), Bonifacio VIII, Turin, 2003, p. 147.
  • 118 Un certame dettatorio tra due notai pontifici (1260)..., cit., p. 56-57.

42La plupart de nos exemples ont été pris à Viterbe, parce que son cas est paradigmatique de la situation générale et parce que la conservation des sources documentaires y est meilleure que pour d’autres villes, mais on aurait pu en citer bien d’autres pour tous les sites ici rencontrés et je ne crois pas qu’on puisse considérer Viterbe comme un cas exceptionnel, comme on a eu tendance à le faire récemment. On a cité l’exemple d’Assise. Il faudrait aussi analyser le cas de Rome elle-même. On considère traditionnellement que la variation des prix locatifs en fonction de la présence du pape n’apparaît à Rome qu’au xve siècle, contrairement à ce qui serait la situation de la ville avant l’époque de la papauté avignonnaise, notamment à cause de la grande disponibilité d’espaces vacants116. Mais la situation documentaire de la Rome du xiiie siècle permet-elle des conclusions aussi tranchées ? Une première trace, non quantifiable, de cet intérêt économique du séjour des papes pour Rome nous vient d’un discours de Boniface VIII. Après le vol de son trésor par Stefano Colonna, le pape s’adresse notamment au peuple romain, le 10 mai 1297, pour lui demander sa collaboration contre les cardinaux Giacomo et Pietro, oncle et frère du coupable, et toute leur lignée, sous peine de voir la curie aller ailleurs117. De manière plus voilée que le cardinal de Châteauroux, le pontife manie donc une menace du même type. Plus concrètement, donnons un indice de la rentabilité éventuelle, au moins telle que la percevaient des membres de la curie. Vers le milieu du siècle, se situe la lettre dont on a déjà fait état plus haut, à propos de la résidence annexée à Sainte-Marie « in Domnica »118. Le notaire Giovanni da Capua tente de récupérer des maisons qu’il a fait construire à grand frais pour loger les dignitaires de son ordre de passage à Rome et que le cardinal Annibaldi lui a demandé de mettre à disposition pour l’archevêque de Corinthe. Le notaire se justifie auprès du cardinal et rappelle qu’il ne veut récupérer la résidence que pour le service de son ordre et non par intérêt personnel. Pourtant il aurait pu en tirer une bonne somme, 10 livres provinois par mois ou au moins 7. Il évalue le manque à gagner depuis que l’archevêque y séjourne à 100 livres provinois. Toutes ces précisions font penser que, malgré ses dénégations, l’appât du gain n’est peut-être pas pour rien dans cette requête formulée avec doigté, qui présente du même coup la facture à régler ou du moins l’importance du service qu’il a rendu au cardinal (le notaire affirme que ce débours lui a été une joie, si cela a pu complaire au prélat).

  • 119 Les négociations pouvaient d’ailleurs ne pas aboutir, comme le prouve le cas de Montpellier et Gré (...)
  • 120 Le commentaire et l’édition du texte sont donnés dans Le Pogam (P.-Y.), Les maîtres d’œuvre au ser (...)
  • 121 Gigliozzi a également eu l’intuition de cette idée à propos de Rieti, cf. Gigliozzi, I palazzi del (...)
  • 122 Egidi (P.), « Le croniche di Viterbo scritte da frate Francesco d’Andrea », dans ASRSP, t. 24, 190 (...)

43Par conséquent, l’arrivée d’un pape, aussi désirée qu’elle fût, devait être préparée avec un soin extrême par les deux parties, pour ne pas déclencher de désagréments d’un côté ou de l’autre119. Les négociations préalables, dont nous avons conservé un bon exemple grâce à l’exemple ici retrouvé de Pérouse, aboutissaient à la signature d’accords minutieux120. Dans ceux-ci, les palais n’occupaient certainement pas la dernière place, puisque la mention de l’obligation pour la commune de bâtir un palais pour le pape arrivait presque en tête des items, juste après la lutte contre les hérétiques. Bien entendu, la résidence n’était pas forcément construite à neuf, comme le montre justement l’exemple de Pérouse. Inversement, il se peut aussi que dans certains cas les communes aient pris les devants et cherché à remplir les conditions du contrat, pour attirer le pape et sa cour. Elles auraient fait construire à l’avance un bâtiment ad hoc, pour remplir la deuxième condition des accords. Comme je l’ai suggéré dans le chapitre sur Rieti, c’est probablement ce qui s’est passé pour la grande salle construite en 1283, au moment où Martin IV cherchait à partir d’Orvieto (où il se sentait tous les jours plus menacé), n’avait certainement pas l’intention de retourner à Viterbe (qu’il avait quittée avec fracas dès les premiers jours de son pontificat) et n’avait pas encore à disposition la solution de Pérouse (avec qui il était au plus mal après l’avoir excommuniée)121. Une confirmation pourrait en être donnée par un autre exemple. Une partie du palais de Viterbe a été construite par le podestat Raniero Gatti pour le pape Alexandre IV. Le frère Francesco d’Andrea, chroniqueur viterbois du xve siècle, rapporte l’épisode en précisant que le podestat et la commune firent construire l’édifice non pas tant pour le compte du pape que pour faire venir celui-ci, donc en anticipant leur souhait de voir revenir un pontife à Viterbe : « Et queste cose nobile facevano, acciò che venisse voluntà al summo pontefice venire ad stare in Viterbo... »122. Le chroniqueur s’appuyait peut-être sur des documents d’archives ou sur une tradition orale. Quoi qu’il en soit de la véracité de son affirmation, on voit donc à quel point, comme le montre également tout notre chapitre sur Pérouse, les communes ont pu être des protoganistes actifs dans la construction des palais pontificaux, et pas seulement des exécutants secondaires.

  • 123 Sur cette évolution, cf. Waley, The papal state in the thirteenth century, cit., p. 222.
  • 124 Guidoni indique qu’il fut aussi podestat de Foligno, pendant ses années d’opposition à Pérouse, ma (...)
  • 125 Registres de Nicolas IV, n°7054-7056.
  • 126 Silvestrelli (G.), Città, castelli e terre della regione romana..., 2e éd., Città di Castello, 194 (...)

44Une autre raison pourrait militer pour tenter d’identifier dans les résidences pontificales tel ou tel trait des palais communaux, l’élection de plus en plus fréquente des papes comme podestats ou capitaine du peuple, tout au long de la seconde moitié du xiiie siècle123. Nous avons vu Martin IV nommé podestat d’Orvieto124. Pour le cas de Rome, on y reviendra plus loin à propos de l’insertion urbaine ; notons tout de suite que la décision de Nicolas III de se réserver la charge de sénateur constituera une véritable révolution dans les rapports entre la papauté et la commune romaine. Sous Nicolas IV, la pratique devient régulière par rapport à de nombreuses cités du Patrimoine, comme l’attestent les registres du pape et comme on l’a vu dans le chapitre concernant Orvieto (où il reçoit la charge de capitaine du peuple en même temps que celle de podestat). À Rieti, la nomination du pape comme podestat n’est pas attestée, mais le 1er juin 1288, alors qu’il est arrivé dans la ville depuis quinze jours, il confie à Niccolino de Camilla le « gouvernement » de la ville et de la région, ce qui constitue un indice solide en ce sens125. Enfin, sous le pontificat de Boniface VIII, l’habitude devient presque automatique et nous avons rencontré la nomination du pape comme podestat et capitaine du peuple à Orvieto (à Rieti, ce fut certainement aussi le cas, puisqu’il nomme un podestat avant son arrivée, probablement par délégation). Boniface VIII fut nommé aussi podestat à Velletri comme à Tuscania126.

La typologie des palais communaux127

  • 127 On ne peut pas prétendre donner ici une bibliographie même sommaire sur le sujet. Je citerai seule (...)
  • 128 Miller, The bishop’s palace..., cit. et Ead., « From episcopal to communal palaces : places and po (...)

45En apparence, les palais communaux se distinguent peu des palais pontificaux ou des palais épiscopaux, ces derniers leur ayant en outre souvent servi de modèle initial128. On y retrouve le rôle majeur de la grande salle, comme lieu de réunion et de décision ; l’importance de la tour, non seulement comme élément d’ostentation mais également en tant que véritable bâtiment militaire, au moins comme tour de guet, beffroi de la cloche qui sonne pour les alarmes, dépôt d’armes et point de ralliement pour une mise en défense de la ville ; enfin, ce que l’on oublie trop souvent pour les palais communaux, on retrouve également dans ces derniers la présence d’une zone résidentielle, avec des appartements réservés aux principaux officiers qui gèrent les affaires courantes de la commune et doivent la représenter dignement, notamment ceux qui sont appelés de l’extérieur et ne possèdent donc pas leur propre demeure urbaine, comme le capitaine du peuple et moins souvent le podestat. D’autre part, les palais des communes se dotent assez vite d’escaliers extérieurs et de tribunes, dont le rôle est essentiel dans la vie civique : dans ces lieux ou à proximité se déroulent festivités et rencontres diplomatiques, discours des magistrats, annonces officielles par les hérauts municipaux, exécutions capitales, etc.

  • 129 Les deux différences sont bien soulignées par Andenna (G.), « La simbologia del potere nelle città (...)

46Au delà de ces ressemblances formelles, il existe au moins deux différences capitales, quoique subtiles129. La première, déjà mentionnée dans le chapitre II.2, repose sur la disposition de la grande salle haute. En principe, dans les palais pontificaux ou épiscopaux (comme d’ailleurs dans leur version profane, les palais impériaux ou seigneuriaux), la salle haute est conçue et utilisée dans une perspective hiérarchique bien marquée : l’espace, en forme de rectangle allongé (parfois même de forme légèrement trapézoïdale pour en accentuer l’impression de longueur et de hiérarchisation), aboutit à l’exaltation d’un des petits côtés, là où siège le pontife, l’empereur, l’évêque ou le baron, surélevé en outre par une estrade. Dans les grandes salles des palais communaux contemporains ou postérieurs, les grandes salles tendent vers le carré, pour mieux répondre aux nécessités d’une assemblée non pas tant « démocratique » qu’au moins oligarchique, les cités étant dirigées par une élite plus ou moins large de la population, tandis que les magistrats extérieurs, nommés par la commune, n’ont en principe qu’un rôle de coordination et de représentation, voire d’arbitrage (notamment en matière militaire, diplomatique et judiciaire), mais ne sont nullement appelés à concentrer entre leurs mains toutes les réalités du pouvoir, comme l’implique déjà leur caractère le plus souvent bicéphale. Le deuxième point concerne encore la grande salle, mais cette fois à travers le rez-dechaussée du palais. Ce dernier s’ouvre sur la ville, à savoir sur la place proche du palais (qui possède souvent un rôle central dans la topographie locale) par des arcades, des portiques, en intégrant des boutiques, parfois même des voies de circulation. Il ne s’agit pas seulement de la conséquence pratique de la valeur du terrain, que les édiles, le plus souvent des marchands eux-mêmes, jugeraient absurde de laisser inutilisé, mais plus fondamentalement d’exprimer ainsi l’unité profonde, l’interpénétration, voire l’harmonie (rêvée ou réelle) entre la ville et les élites communales.

2. La faiblesse de son influence

  • 130 On aurait pu éventuellement considérer les grandes arcades ouvertes aux deux extrémités du rez-de- (...)

47Pourtant les exemples d’influence sont peu nombreux. Nous avons vu dans les différentes monographies que l’intervention directe des communes est prouvée à Orvieto (au moins pour le palais Soliano) et à Pérouse, probable à Rieti. Quant à l’exemple de Viterbe, il est bien connu par l’abondante littérature qui lui a été consacrée. Est-ce à dire que l’on retrouve dans chacun de ces palais la marque des maîtres d’ouvrage délégués qu’ont été les communes et l’influence des palais communaux ? Nullement ou dans une très faible part. On ne rencontre que quelques exemples aux traits plus ou moins estompés. On se rappelle qu’à Orvieto j’ai proposé de voir dans la grande salle d’Urbain IV la marque de cette intervention de la ville (non attestée par les sources documentaires), qui aurait donc fait suite à un accord passé entre la commune et la papauté, aujourd’hui perdu. La grande salle, qui est l’élément le plus saillant vers la ville de tout le complexe (mis à part le palais Soliano dont on reparlera plus loin), est largement ouverte au rez-de-chaussée par de grandes arcades. Cette communication avec la place devait être encore plus significative avant que son murpignon nord ne soit partiellement bouché par les nouvelles constructions de Nicolas IV. En outre, la configuration de cette aile est un rectangle proche du carré, un format typique des palais communaux. Tous ces traits font de la grande salle d’Urbain IV un édifice fortement inspiré par le modèle des palais civiques contemporains, d’autant plus si on le compare avec les ailes réalisées par ses successeurs, Martin IV et Nicolas IV, qui montrent un visage totalement différent. Le cas de Pérouse est tout aussi net, pour des raisons inverses. Ici, c’est la reconstitution historique qui nous a permis de comprendre que la résidence pontificale n’était pas seulement inspirée par le palais communal, mais qu’elle était, en partie, créée à partir de celui-ci. Les transformations, la disparition partielle et l’intégration des restes de ce palais dans l’actuel archevêché rendent ardue la reconnaissance de ces caractères originaux. On peut pourtant saisir à la fois par la documentation et par les traces subsistantes l’esprit du palais du podestat. Il semble avoir été ouvert sur la place par des arcades ou du moins une partie du rez-dechaussée était louée à des boutiquiers. L’escalier constituait un espace particulièrement important, à la fois lieu de proclamation des décisions de la commune, limite entre la partie réservée aux membres du conseil et la place ouverte à la foule, zone des exécutions capitales (au pied des marches). Quant à la conformation du palais, il est difficile de savoir s’il adoptait ou non un volume ramassé, car nous manquent les données permettant d’affirmer avec certitude où se trouvait sa limite méridionale. Quoi qu’il en soit, il est clair que le bâtiment devait appartenir pleinement à la typologie des palais communaux, puisqu’il avait été conçu pour cet usage et seulement dans un deuxième temps adapté pour en faire une résidence pontificale. Dans tous les autres sites mentionnés ci-dessus, le modèle communal semble n’avoir eu que peu ou prou d’influence. Le meilleur exemple en est Viterbe, où l’intervention constante de la commune, à toutes les phases de la constitution du palais, ne se répercute en rien sur le type des constructions. De même, la grande salle de Rieti, pourtant probablement élevée par le pouvoir communal seulement en perspective de l’éventuelle venue de la cour papale, ne se distingue par aucun trait remarquable de l’architecture pontificale traditionnelle130. Enfin le palais Soliano, construit par la commune d’Orvieto pour le compte de Boniface VIII, ne reflète guère ce contexte, si ce n’est par son insertion urbaine bien différente du complexe pontifical antérieur.

48Cette influence très limitée des palais communaux sur les palais pontificaux s’explique par diverses raisons. Tout d’abord le centre de l’Italie et surtout le centre-sud avaient vu se développer les institutions communales avec un décalage chronologique certain par rapport au nord de la péninsule (une partie du centre-nord, à savoir la Toscane et l’Ombrie, était beaucoup plus proche de ce modèle) pour des raisons complexes mais liées en grande partie, justement, à la présence des papes. Par conséquent les palais pontificaux s’élevèrent majoritairement dans des zones où la puissance des communes était encore relativement limitée ou contrastée. D’autre part, les autorités municipales avaient probablement conscience qu’il leur fallait construire des bâtiments spécifiques, et par l’occupant envisagé et par les fonctions auxquelles ils étaient destinés, même si elles pouvaient espérer en récupérer un jour l’usage (ce qui fut le cas pour le palais Soliano) ou reprendre des bâtiments utilisés seulement un temps (comme à Pérouse). La rareté des exemples montre qu’il est tout aussi vain de tenter de corréler l’emploi de ce modèle communal avec un type particulier de pontifes, ceux qui ont revêtu la charge de podestat, de sénateur, de capitaine du peuple. Nous avons vu que la pratique devient de plus en plus courante au cours de la seconde moitié du xiiie siècle. Mais elle n’influe en rien sur le type des palais pontificaux. Même si dans l’exercice quotidien du pouvoir la concurrence était réelle et les rapports à un niveau de parité, sur le plan idéologique les papes ne rivalisent pas avec les communes, mais se situent au-dessus, dans la catégorie des empereurs et des rois. L’absorption du pouvoir municipal ne pouvait donc être qu’une arme parmi d’autres dans l’affirmation d’un pouvoir souverain et les palais communaux ne pouvaient être qu’un modèle à dépasser et non à imiter.

III – LA COMPOSITION ET SES MODÈLES : LE MODÈLE ARISTOCRATIQUE

1. Les papes du Latium

Des papes aristocratiques et népotistes

  • 131 Baethgen (F.), Eine Pamphlet Karls. von Anjou zur Wahl Papst Nikolaus III. = Sitzungsberichte der (...)
  • 132 Bien d’autres monuments auraient pu être cités et utilisés dans cette partie, à commencer par les (...)

49On ne diminue certainement pas l’intérêt des figures de Nicolas III, Honorius IV ou Boniface VIII, en reconnaissant clairement qu’il appartiennent à une catégorie de papes particulièrement marquée par leur origine aristocratique et, au moins pour le premier et le troisième, qu’ils sont des représentants typiques du népotisme. Toutes les tentatives faites pour blanchir plus ou moins complètement le pape Orsini et le pape Caetani des accusations qui se sont accumulées contre eux se heurtent à un mur d’informations et d’autorités qui remontent à l’époque même de leur activité. À propos de Nicolas III, on a relaté dans le chapitre concernant Soriano les conditions d’acquisition du château et sa remise à son neveu Orso. On peut citer aussi une lettre écrite par un curialiste anonyme à propos de la première promotion cardinalice du pape et qui dénonce son népotisme131. L’autre trait qui unit ces trois papes et leurs résidences c’est leur appartenance à la noblesse du Latium (Caetani) voire romaine (Orsini, Savelli) et le fait qu’ils se sentent donc chez eux aussi bien dans la Ville éternelle que dans le Patrimoine de saint Pierre. Les monuments concernés par ce modèle sont notamment trois bâtiments ici étudiés, la forteresse d’Honorius IV sur l’Aventin, le château de Nicolas III à Soriano, le palais de Boniface VIII à Anagni. Pourtant, dans la perspective qui est ici la nôtre (comme on va le voir, ces papes ont une certaine tendance à amalgamer leur patrimoine familial et celui de l’Église), on ne se privera pas de mentionner ici d’autres fiefs et châteaux appartenant à divers membres du lignage, généralement des neveux, mais achetés, construits et habités en partie par le pape132.

Patrimoine familial et confusion des genres

  • 133 De la même manière, la répartition juridique des propriétés entre un cardinal et sa famille est so (...)
  • 134 Allegrezza (F.), Organizzazione del potere e dinamiche familiari. Gli Orsini dal Duecento agli ini (...)
  • 135 Il n’existe aucune étude approfondie sur l’architecture de cette importante résidence médiévale, p (...)
  • 136 Le passage de la forteresse est attribué traditionnellement, sur la base d’une affirmation de Vill (...)
  • 137 Paravicini Bagliani, Il corpo del papa, cit., p. 347 n. 43.
  • 138 Paravicini Bagliani (A.), « I luoghi del potere dei papi (secoli xi-xiii) », dans Arti e storia ne (...)

50La distinction rigoureuse que nous traçons entre le domaine de l’Église et les biens patrimoniaux du pontife n’est certainement pas aussi claire pour le xiiie siècle133. De bonne ou de mauvaise foi, les papes en question donnent différents exemples du fait qu’ils assimilaient les deux parties du patrimoine qui était dans leur usage. Prenons d’abord le cas du pape Orsini. Le Vatican, en principe, ne rentre pas dans la catégorie ici considérée, puisqu’il s’agit d’une propriété de l’Église. Pourtant, à propos de la résidence de Nicolas III, on ne peut s’empêcher de rapprocher l’intérêt du pape pour la basilique Saint-Pierre du fait que le lignage Orsini exerçait sa domination sur une large zone nord-ouest de la ville de Rome, depuis le château Saint-Ange, sur la rive droite, jusqu’à ses nombreuses possessions sur la rive gauche (tours sur lesquelles se greffent des demeures plus ou moins importantes)134. Que ces bâtiments appartiennent pleinement et légitimement à la famille Orsini (par exemple l’importante résidence du Monte Giordano135) ou qu’il s’agisse plutôt de concession voire d’appropriation plus ou moins abusive (le château Saint-Ange136) ne change rien à l’affaire : c’est bien tout le secteur des accès à la basilique Vaticane que contrôlent les Orsini, notamment autour du pont Saint-Ange. De l’autre côté, il semble que Nicolas III ait véritablement ressenti le Vatican comme une zone privilégiée pour ses intérêts, aussi bien d’un point de vue politique que spirituel, et ce dès avant de monter sur le trône de saint Pierre. Enfin, voici deux autres indices de cette véritable fusion entre le pape Orsini et Saint-Pierre. Le premier remonte à l’époque du cardinalat de Nicolas III. Selon Charles Ier d’Anjou, le cardinal Guglielmo di San Marco avait l’habitude d’appeler ironiquement le futur Nicolas III, lors-qu’il était encore cardinal, du nom de « Veronica ». On a pensé qu’il s’agissait d’un jeu de mots signifiant que le cardinal Orsini se prenait pour l’image du Christ137. Cela est certainement juste. Mais on peut probablement y voir aussi l’indication d’un rapport privilégié entre le prélat et la basilique vaticane et ses reliques, qui devait se prolonger durant son pontificat. Le second indice a été relevé par Agostino Paravicini Bagliani. Il s’agit de la formule de souscription utilisée par Nicolas III pour dater ses lettres écrites au Vatican : « Romae apud S. Petrum in palatio nostro »138. Il s’agit d’un témoignage prouvant que le pape Orsini considérait le palais du Vatican non seulement comme le palais de l’Église, mais comme le sien propre (ce qui, à dire vrai, était justifié par les nombreux travaux qu’il y avait effectués). La même dichotomie entre l’apparence formelle et juridique et la réalité se retrouve de manière encore plus claire à Soriano. Nicolas III y réside officiellement en qualité d’hôte de son neveu à qui il a concédé le château ; dans le fait, il est chez lui, comme le montrent les chroniques contemporaines aussi bien que l’attitude du pape.

  • 139 Baethgen (F.), « Quellen und Untersuchungen zur Geschichte der päpstlichen Hof- und Finanzverwaltu (...)
  • 140 Registres de Boniface VIII, n°1385.
  • 141 Sur la tour, Bernacchio (N.) et Meneghini (R.), « Roma-Mercati di Traiano : nuovi dati strutturali (...)
  • 142 Caetani (G.), Regesta chartarum, Pérouse-Sancasciano, 1922-1932, 6 t., t. 1, Pérouse, 1922, p. 231 (...)
  • 143 Registres de Boniface VIII, n°5004 (28 janvier 1302), confirmation par Boniface VIII de l’achat pa (...)
  • 144 On ne sait pas sur quoi portaient exactement ces travaux. Ils pourraient avoir concerné notamment (...)

51Passons maintenant à la personnalité du pape Caetani. Friedrich Baethgen a fait remarquer jadis que dans les fragments de comptabilité conservée pour le pontificat de Boniface VIII les artisans au service du pape sont actifs aussi dans les biens de la famille Caetani, pour une raison d’ailleurs tout à fait justifiable, puisqu’il s’agit souvent de simples travaux d’aménagement lors des trajets du pape de résidence en résidence139. Plus intéressante, en tant qu’exemple du mélange des genres, est cette bulle du 28 septembre 1296140. Le pape y confirme une disposition du statut de la ville d’Anagni, selon laquelle les maisons de la ville ne doivent pas être vendues à des barons ou à des nobles étrangers à la cité. Il s’agit bien sûr d’une question chère au pape, propre à protéger ses intérêts fonciers dans sa ville et à favoriser ses acquisitions immobilières ultérieures à l’abri de toute concurrence. Plus flagrant encore, le cas d’achat, avec les deniers de saint Pierre, de terres et de châteaux pour divers membres du lignage (raison pour laquelle Stefano Colonna se croyait autorisé à s’emparer du trésor de Boniface VIII, en mai 1297, puis-qu’il devait servir aux achats immobiliers d’un autre clan...). Parmi ces achats, généralement réalisés pour le compte du « marquis » Caetani, c’est-à-dire le neveu du pape, Pietro II, on trouve notamment la tour des Milices, à Rome, achetée le 23 novembre 1301 à Riccardo Annibaldi (qui possédait la tour au moins depuis 1296)141. La possession de cette tour et du complexe environnant semble avoir été source de prestige puisqu’en 1303 le « marquis » se parait du titre de « dominus militarum Urbis »142. La résidence annexée à la tour devait être consistante : en 1296 étaient déjà attesté un palais doté d’une grande salle, une chambre et une loggia, éléments qu’on retrouve au début de l’année 1302143. Pietro Caetani engagea aussitôt d’importants travaux de restructuration, qui engloutissaient visiblement des sommes énormes144. Une anecdote célèbre rapporte comment l’un des plus riches cardinaux du temps, Gérard de Parme, fut mis à contribution plus ou moins forcée. De cette source souvent citée, redonnons le texte original, connu par une dépêche d’un émissaire du roi d’Aragon, avant d’en résumer le contenu :

  • 145 Finke, Aus den Tagen Bonifaz VIII..., cit., annexe n°11 (lettre du 18 mars 1302), p. LIV.

« Verum dictus dominus Gueraldus tempore vite sue in novitate fuit [manquent environ trois mots] de Sycilia quodam die post consistorium cum dominis P(etro) de Piperno, Francisco nepote pape, G(uillelmo) de Pergamo, Ricardo de Senis cardinalibus ivit ad militias marchionis et visitavit dictum marchionem et inspexit opus dictarum militiarum et dixit : Pulcrum opus est hoc et gloriosum ! Respondit marchio : Ita domine, set non est perfectum adhuc nec possumus ita perficere, quia valde sumptuosum est. Respondit dominus Gerardus : Et nos ad consumationem istius operis gloriosi damus vobis in subsidium do-mos et omnes possessiones, qui fuerunt domini Campane in Viterbio et etiam omnia alia predia, que nos emimus et habemus in terminio Viterbii. Et incontinenti de predicta donatione in presentia dictorum cardinalium factum fuit publicum instrumentum. De ista vero donatione apud omnes quasi de curia multum murmur fuit et plures caxinnationes de dicto cardinali facte fuerunt. Aliqui respondebant, quod ipse aliud facere non poterat [manquent trois mots] ipsum oportebat transire. Sunt autem valoris. XII. milium flor. et plus145 ».

  • 146 Notamment le palais où demeurait le célèbre savant, qui servira de noyau pour la future forteresse (...)

52Au sortir d’un consistoire, quelques cardinaux, dont le frère de Pietro, Francesco Caetani, et Gérard de Parme, vont visiter le chantier de la tour. Le cardinal de Parme se déclare impressionné par les travaux. Pietro Caetani, qui les reçoit, rétorque que l’œuvre est inachevée car il manque de fonds. Gérard de Parme répond alors qu’il offre au « marquis » Pietro tout les biens viterbois du défunt médecin pontifical, Campano da Novara146, et toutes ses propres possessions dans la même ville. Sur le champ fut rédigé un acte public de donation. Cette scène étonnante donna lieu à bien des commérages. Certains crurent à un geste spontané de courtisan. Mais la somme concernée (qu’on évalua à 12 000 florins !) et la mise en scène si invraisemblable firent supposer à la curie que le cardinal y avait été contraint. On notera que le pape ne fut pas présent lors de la visite et de la donation ; personne ne peut imaginer qu’il y fut étranger.

  • 147 Acta Aragonensia. Quellen zur deutschen, italienischen, französischen, spanischen und Kirchen- und (...)
  • 148 Aujourd’hui « Trevi nel Lazio », pour le distinguer de nombreux homonymes. Le pape y fait exécuter (...)
  • 149 Acta Aragonensia..., cit., t. I, n°50, p. 71.

53Que les contemporains eux-mêmes ne se soient pas trompés sur le rôle essentiel du patrimoine familial pour un pape comme Boniface VIII, le prouve en particulier telle dépêche d’un envoyé du roi d’Aragon auprès de la cour pontificale. Il écrit à son maître, le 1er octobre 1299, que le pape était de retour à Anagni le 23 septembre après une tournée dans ses châteaux et possessions : « de castris et locis suis »147. De fait Boniface VIII avait passé la fin du mois d’août et une bonne partie du mois de septembre à visiter ses possessions familiales, notamment le château de Trevi148, dessinant un trajet à peu près circulaire dans les Monts Erniques d’Anagni à Trevi (en passant par S. Maria della Gloria et Piglio), puis de Trevi à Anagni (en passant par Guarcino, Alatri, Frosinone et Ferentino). Le 14 octobre, une nouvelle dépêche de l’émissaire aragonais nous apprend que le pape a décidé de repartir pour Rome, mais en accomplissant tout d’abord un nouveau circuit à travers ses châteaux, cette fois dans la province de Maritime : « Die date istius littere papa recessit de Anagnia et arripuit iter suum versus Romam, post tamen transitus faciens per castra sua de Maritima »149. Le diplomate était parfaitement informé : Boniface VIII, avant de rejoindre la via Appia et de retourner sur Rome et le Latran par Velletri et Albano, traverse les Monts Lé-pins pour se rendre notamment à Norma et Valvisciolo.

  • 150 Caraffa (F.), « Due documenti su Trevi nel Lazio : una bolla di Bonifazio VIII ed il testamento di (...)
  • 151 Voir le paragraphe sur le « Castrum Caetani » dans le chapitre I.5 sur l’Aventin.

54Le château de Trevi, au cœur du premier voyage de Boniface VIII, prouve bien à quel point les préoccupations pour ce patrimoine familial passent avant tout autre considération, y compris religieuses. Le pape Caetani n’hésite pas à faire détruire une église qui présentait un danger pour le château, par une bulle du 7 décembre 1300, donc peu de temps après son séjour du mois de septembre150. Le clan avait dû réaliser alors que cette église paroissiale, Saint-Côme, faisait peser un risque sur le château, par sa proximité immédiate, et avait convaincu le pontife de la supprimer. Pourtant le château de Trevi n’appartenait pas à Boniface VIII mais à son neveu Pietro Caetani. Ce dernier avait acquis progressivement les fiefs de Trevi, Filettino et Vallepietra depuis 1297 et en mars 1299 était devenu définitivement seigneur des lieux. À Capo di Bove aussi, possédé par le frère de Pietro, le cardinal Francesco Caetani, c’est le pape qui agit, en achetant les biens-fonds, en confirmant les transactions, en érigeant la chapelle Saint-Nicolas en église paroissiale151. Ici aussi, le pape vient couronner les efforts de son neveu en visitant la nouvelle résidence en octobre 1303, mais pour un séjour plus bref qu’à Trevi.

  • 152 Voir aussi les remarques dans le même sens, sur ces deux pontifes, de Paravicini Bagliani, « I luo (...)

55Des cas de Nicolas III et de Boniface VIII, on peut donc inférer le caractère véritablement labile de la frontière entre patrimoine privé et palais appartenant à l’Église, un caractère qu’on aurait pu aussi bien illustrer par l’exemple d’Honorius IV et, dans une moindre IV152 mesure, par celui de Nicolas. Par conséquent, même si les châteaux et palais des papes Orsini, Savelli et Caetani présentent des traits bien particuliers, rien ne justifie pour autant de ne pas les intégrer dans le cadre des résidences officielles de la papauté. En outre les distinctions juridiques (le palais de l’Aventin et celui d’Anagni appartiennent directement au pape, le château de Soriano à son neveu) ne doivent en rien nous arrêter : patrimoine du pontife ou patrimoine de sa famille, ces résidences sont de toute façon dans la main du pape.

2. Les caractéristiques du modèle

L’alternance saisonnière

  • 153 Sur toute la question voir bien entendu Paravicini Bagliani, « La mobilità della curia romana nel (...)
  • 154 Il est difficile de parler d’une véritable alternance pour Urbain IV et Martin IV, qui ne passent (...)
  • 155 Ce n’est pas un hasard si, au cours du xive siècle, le recteur du Patrimoine semble pratiquer la m (...)
  • 156 De même les prescriptions médicales et hygiénistes du Secretum secretorum qui concernaient les rég (...)
  • 157 Finke, Aus den Tagen Bonifaz VIII...., cit., annexe n°3, p. xiv.
  • 158 Potthast, n°24879 (le texte de Potthast porte en fait « haberet » ; je reprends la correction de F (...)

56L’une des traditions qui s’étaient fermement établies au cours de la première moitié du xiiie siècle est l’alternance de résidences d’été et d’hiver – la mobilité de la cour papale étant clairement déterminée par des motivations hygiéniques voire tout simplement vitales, lorsqu’on se rappelle que les étés romains étaient fatals à tant de prélats, par sa combinaison de canicule et de malaria153. Cette modalité d’utilisation des résidences perdure bien entendu pendant notre période, comme l’illustrent de nombreux exemples (Alexandre IV à Rome et Anagni ou Viterbe ; Nicolas III à Rome et à Viterbe ou Soriano ; Honorius IV à Rome et à Tivoli ; Nicolas IV à Rome et Rieti ou Orvieto ; Boniface VIII). Mais ce qui frappe c’est que, alors qu’on mentionne toujours le fait que les clercs, prélats et cardinaux étrangers étaient toujours beaucoup plus touchés par les méfaits de l’été romain, le phénomène de l’alternance ne se retrouve guère chez des pontifes non italiens154. Il est vrai que ceux-ci répondirent à la menace de manière plus radicale encore : en ne faisant que de courtes visites dans la Ville éternelle ou même en s’abstenant d’y paraître jamais. Bien entendu, cette conduite fut avant tout dictée par des motivations politico-militaires. Mais on ne peut s’empêcher de penser que les papes italiens (et avant tout latiaux et romains) étaient mieux préparés pour récupérer l’héritage de leurs prédécesseurs de la première moitié du siècle et se servir de cette tradition plus souple de résidences saisonnières, mieux adaptées au climat particulier à chaque cité155. C’est à propos d’un pape italien que l’on peut trouver les mentions les plus explicites du lien entre l’alternance saisonnière et les préoccupations diététiques156. Nous avons vu plus haut que Boniface VIII occupa une bonne partie du mois de septembre 1299 à visiter ses châteaux. Le 13 septembre, l’émissaire du roi d’Aragon écrivait à son maître que le pape Caetani agissait ainsi par souci de se détendre : « ...dominus papa causa recreationis corporis sui recessit de Anagni et ivit ad castra sua... »157. Il ne s’agit pas d’une invention du diplomate, puisqu’une lettre de Boniface VIII écrite au même moment au roi d’Angleterre comporte une expression très proche : « Dum haberemus ad castrum de Trebis Anagnine diocesis causa recreationis progressum »158. En fait, dès le mois de juillet, le pape s’était plaint à l’ambassadeur du comte de Flandre qu’à cause des négociations entre France, Angleterre et Flandre, il avait été obligé de prolonger son séjour hivernal à Rome et qu’il en était épuisé, à cause du climat malsain de la ville ; il en était parti début mai pour Anagni et il déplorait que même l’air de cette dernière n’ait pu ranimer ses forces :

  • 159 1299, 9 juillet. Kervyn de Lettenhove (baron J. M. B. C.), « Études sur l’histoire du xiiie siècle (...)
  • 160 Paravicini Bagliani, « La mobilità della curia romana nel secolo xiii... », cit., passim et surtou (...)

57« ...mais au séjour qu’il fist autant à Rome, et especialment pour les besoignes de eaus [les rois de France et d’Angleterre] et de vous, dont il se traveilla adonc, maladie le prist, et il tout aviséement se traist en sus del er dont il avoit estei nés, pour assaiier se il porroit conduire en estrange pays... »159. Ainsi s’explique certainement les micro-déplacements des mois de juin-août 1299 attestés par les livres de comptes de Boniface VIII, où l’on voit le pape visiter divers sanctuaires aux environs d’Anagni, probablement en quête de fraîcheur, avant de se décider à entreprendre les voyages plus importants des mois de septembre-novembre. Les papes italiens paraissent donc avoir fait des déplacements saisonniers une règle de vie presque absolue, obéissant ainsi à des motivations hygiéniques et de santé mais probablement poussés aussi par un phénomène de mode ou par un modèle culturel inconscient dans lequel ils baignaient160.

  • 161 On retrouve cette dichotomie dans l’analyse de Carocci (S.), « Mobilità papale e territorio : prob (...)
  • 162 La mise en garde est à juste titre soulignée par Bovalino (F.) et Carpegna Falconieri (T. di), « C (...)

58Cette dichotomie, pour simplifier, entre l’attitude des papes italiens et celle des papes français, est importante car elle permet de distinguer assez nettement deux phénomènes bien distincts : la mobilité saisonnière, d’un côté, qui conduit à alterner la résidence entre Rome, l’hiver, et une villégiature plus agréable pour l’été ; de l’autre, le refus de Rome ou la méfiance envers elle, qui se traduit par l’installation permanente du pape et de la curie dans une ville des États pontificaux161. C’est la raison pour laquelle on doit probablement nuancer l’idée que chaque ville de résidence du pape était considérée comme une autre Rome, voire comme une nouvelle Rome162. Cela était peut-être vrai lorsqu’il s’agissait d’un pape français demeurant durant tout son pontificat à Orvieto, mais n’a pas de sens lorsque la même résidence est utilisée seulement de manière temporaire par un pape qui retrouve la Ville éternelle chaque hiver.

L’aspect militaire

59Ce dernier aspect est l’un des plus frappants. La résidence d’Honorius IV sur l’Aventin, celle de Nicolas III à Soriano, mais aussi les autres demeures des ces pontifes et de Boniface VIII, mentionnées ici ou dans d’autres chapitres, qu’elles leur appartiennent en propre ou qu’elles soient aux mains de leurs parents, sans compter les autres propriétés de leurs lignages où les papes n’eurent pas l’occasion de séjourner, sauf quelques jours (le château Saint-Ange, Monte Giordano, la tour des Milices, la tour des Conti, Capo di Bove à Rome, Palombara, Ninfa, Trevi, etc.) sont toutes des châteaux. Cette caractéristique est si éminente que les éléments d’analyse de l’architecture militaire dans le chapitre II.1 ont été presque tous empruntés à ces résidences. Pourtant une ou deux exceptions apparentes posent problème. Le palais d’Anagni ne peut pas se ramener facilement à cette catégorie. Il est vrai que son état de semi-ruine et l’impossibilité de comprendre complètement ses dispositions, à cause du veto des propriétaires actuels, empêchent peut-être de reconnaître sa dimension militaire. Même le corps de bâtiment qui apparaît clairement comme une tour (le bâtiment A) est aujourd’hui décapité et a certainement perdu de son importance. Au xvie siècle, le dessin de Giovanni Antonio Dosio semble montrer encore deux tours, dont l’une dominant assez nettement la masse du palais. En dehors de ces raisons, une autre explication est possible. À Anagni, les Caetani se sentaient chez eux, notamment le chef du lignage, Boniface VIII. Par conséquent, ils devaient s’appuyer sur la défense constituée par l’enceinte urbaine. Plus spécifiquement, ils contrôlaient parfaitement le quartier nord-est de la cité, où la cathédrale, le palais de Pietro Caetani et le palais pontifical lui-même formaient une zone monumentale en grande partie fermée sur elle-même et fortifiée, comme l’exprime le nom du quartier, « Castello ». C’est précisément cette conception qui fut fatale au pape lors de l’attentat de 1303. De nombreux auteurs, en suivant les chroniques contemporaines, ont insisté à juste titre sur le fait que les attaquants avaient en grande partie vaincu non pas lors de l’assaut final du palais de Boniface VIII, mais déjà lorsqu’ils se furent emparés de la cathédrale et du palais du « marquis » Pietro. Une autre résidence pose une question un peu différente, le Vatican. Comme on l’a vu plus haut, le Vatican de Ni-colas III n’appartient à notre catégorie que de manière tangente (il fait partie du patrimoine de l’Église et non des biens familiaux du pape Orsini). En outre, on ne s’attend pas naturellement à le voir placé dans le groupe des châteaux ici rassemblés, car il a été constamment vu et considéré en tant que palais. Il semble pourtant qu’on pourrait aussi le faire entrer dans la perspective castrale. Les traits militaires de la résidence romaine de Nicolas III existent bel et bien et sont même importants ; on les a énumérés ci-dessus (tour maîtresse, murs d’enceinte, lien avec le château Saint-Ange, etc.). Par conséquent, ce sont ici les transformations ultérieures de la forteresse, la disparition d’une grande partie de ses restes matériels, mis à part le cœur de la résidence, et sa situation dans une historiographie qui la voyait essentiellement dans le cadre du développement du palais depuis ses origines jusqu’à son développement moderne qui ont empêché de prendre la mesure de son caractère fortifié. Encore une fois, le Vatican de Nicolas III rentre donc au moins en partie dans cette catégorie des palais-châteaux érigés par un souverain pontife largement inspiré par ses intérêts dynastiques et par sa formation aristocratique.

Les limites de la dichotomie

  • 163 Cadei (A.), « La città duecentesca », dans Il Medioevo, Romanini (A. M.) dir., Florence, 1988, p. (...)

60La dichotomie entre d’un côté ces châteaux familiaux et de l’autre les résidences créées pour les papes à partir de palais épiscopaux, communaux et autres, ne doit pas être accentuée outre mesure. Le Vatican lui-même est un exemple d’interférence entre tous ces modèles. D’autre part, les traits que nous avons énumérés ci-dessus se retrouvent ailleurs, avec des dosages variés. La fonction militaire, ou du moins son apparence, se retrouve en dehors des châteaux fortifiés proprement dits. Le meilleur exemple de cette symbiose reste Montefiascone, comme on l’a explicité dans le chapitre consacré à cette véritable « résidence-forteresse ». Or Montefiascone n’a rien de familial et constitue, au contraire des châteaux décrits jusqu’ici, le parangon du palais qui appartient clairement au domaine de l’Église. Il en va de même avec le Latran, le palais officiel s’il en est, avec son enceinte, ses tours et même son appropriation plus ou moins fortes par certains lignages romains (sinon du palais lui-même, du moins de la zone alentour). Mais on retrouve également un mélange au dosage variable sur d’autres sites. Le crénelage, par exemple, est présent au palais de Viterbe, ce qui lui donne un aspect militaire, même si cette impression est largement contrebalancée, comme le fait justement remarquer Antonio Cadei, par l’ouverture sur la ville et par l’aspect presque aérien de toute l’architecture, notamment de la loggia163. Enfin, les papes que nous avons rencontrés de préférence dans la présente catégorie de résidences, Nicolas III, Honorius IV, Boniface VIII, habitent aussi d’autres types de palais (Viterbe, Tivoli, Orvieto, etc.), ce qui a dû impliquer au moins un certain métissage dans les modèles.

IV – L’INSERTION URBAINE

  • 164 Braunfels (W.), Urban design in Western Europe. Regime and architecture, 900-1900, Chicago-Londres (...)
  • 165 Le tiers central de cette partie sur l’insertion urbaine (« Le polycentrisme romain ») reprend l’e (...)

61« Toute cité nous fait connaître, dans son plan comme dans sa silhouette, qui la gouverne et sous quel régime »164. Si l’on accepte cette belle formule de Wolfgang Braunfels, alors les papes du xiiie siècle, bien que leur pouvoir connaisse des progrès constants, paraissent souffrir d’un handicap majeur dans les villes de leur territoire, le Patrimoine de saint Pierre, notamment dans la première d’entre elles, Rome : leurs palais n’y occupent pas, sauf exception, une place centrale165.

1. Centralité ou « marginalité »

  • 166 Gigliozzi suggère un impact différencié des palais et des forteresses sur le tissu urbain, mais el (...)
  • 167 En partie déjà publiée et en partie inédite ; cette dernière et désormais éditée dans Le Pogam (P. (...)

62Commençons par les cas de position centrale. Ils ne concernent que trois sites (dont le troisième est même marginal parmi les séjours pontificaux, puisqu’occupé par un seul pape), Pérouse, Montefiascone et Soriano. Pour l’instant, laissons de côté Pérouse. Dans les deux derniers cas, les résidences occupent une position centrale parfaite et dominent en même temps l’habitat, puisqu’il s’agit de sites au relief très marqué. On retrouve ici un modèle classique, celui du château seigneurial surplombant et commandant l’agglomération qui s’étend à ses pieds. Ces résidences sont en effet des châteaux ou du moins, dans le cas de Montefiascone, un palais inclus dans une forteresse166. L’autre point commun des deux exemples, ceci expliquant cela, c’est qu’il s’agit de localités secondaires, comme le prouvent aujourd’hui encore la taille relativement restreinte des deux habitats. Autre symptôme, le fait qu’au xiiie siècle aucune des deux villes n’est siège d’évêché – il s’agit d’ailleurs des deux seules exceptions pour toutes les résidences ici étudiées (Orvieto, Viterbe, Anagni, Pérouse, Rieti et Rome elle-même). Un dernier indice va dans le même sens mais doit être nuancé. Montefiascone et surtout Soriano ne possèdent pas de pouvoir communal fort, capable de s’opposer à la volonté des pontifes. À Soriano n’est même pas attestée d’organisation municipale. Quant à Montefiascone, qui montrera des velleités d’autonomie beaucoup plus grande au cours du xive siècle (moment où elle accédera aussi au rang de siège épiscopal), elle possède déjà une commune et un podestat. Et lorsque Martin IV choisit de lui imposer un podestat, elle rechigne à l’accepter. Cependant, l’un dans l’autre, les papes peuvent se sentir chez eux dans ces agglomérations secondaires. C’est donc ici le rang marginal de la ville qui permet la centralité de la résidence pontificale. Bien entendu, il n’en va pas de même dans le cas de Pérouse, principal centre urbain de l’Ombrie, siège d’évêché et commune aux institutions municipales complexes et très articulées au milieu du xiiie siècle. La centralité de la résidence des papes s’explique ici par le fait que ceux-ci habitent successivement dans le palais canonial (or la cathédrale occupe une place centrale dans la ville, ce qui n’est pas le cas de tous nos sites) puis dans le palais du podestat situé à côté, donc en plein cœur de la cité. On a donc à Pérouse l’exemple d’une superposition totale de la « ville pontificale » et de la cité proprement dite, car il ne faut pas compter seulement avec la résidence du pape, mais aussi avec celles des cardinaux, avec les bureaux de la curie, les services, les marchands suivant la cour, etc. Cette superposition ne s’est certainement pas faite sans douleurs ni difficultés ; c’est ce que montre une abondante documentation tirée des archives communales de Pérouse167. Répartition des logements entre les différents ayants-droit, taxation des loyers, remboursement des transformations apportées ou des dégâts occasionnés aux habitations lorsque la curie sera partie, expulsion des activités artisanales et commerciales polluantes de la place centrale, relogement des officiers communaux, notamment du podestat, pendant l’occupation du palais par le pape, etc. Ces difficultés existaient aussi ailleurs, notamment à Viterbe. Mais la centralité de la résidence pontificale semble bien avoir rendu les problèmes plus criants à Pérouse. On se demandera pourquoi les autorités communales n’ont pas pris d’autres arrangements : nous avons vu dans la monographie sur le palais que la ville fut prise de court, lorsque les négociations avec la curie se précipitèrent. Elle a eu six mois pour régler tous les problèmes. D’autre part, même si la commune avait disposé de plus de temps, on ne voit pas très bien quelle aurait pu être la solution idéale. Dans les accords-cadres fixés par la curie avec les différentes villes du patrimoine, la clause de construction d’un palais avait toujours débouché sur l’érection d’un nouveau bâtiment à partir du palais épiscopal déjà existant (Viterbe, les cas d’Orvieto et de Rieti étant probablement explicables pour les mêmes raisons). Or, le palais épiscopal ne pouvait pas être étendu puisque le palais communal avait été élevé en empiétant sur les terrains voisins. L’exception confirme donc la règle : il n’y a pas de place pour deux pouvoirs différents au centre de la ville ou bien, quand les circonstances contraignent à cette solution, les frictions et les conflits se multiplient.

  • 168 Le Pogam (P.-Y.), « Un monumento poco conosciuto, il palazzo vescovile di Tivoli », dans Atti e me (...)
  • 169 Bien entendu, il faudrait à nouveau préciser et nuancer ces affirmations sur le centre de la vie c (...)
  • 170 Sur la position marginale d’un certain nombre de palais épiscopaux italiens et les tentatives de l (...)

63Dans tous les autres sites, la résidence pontificale occupe une position plus marginale par rapport au centre urbain. Je voudrais au préalable préciser que cette affirmation peut nous apparaître paradoxale en bien des sites, puisque les palais en question se trouvent toujours à l’intérieur des murailles et souvent à une distance très rapprochée du noyau urbain le plus central (notamment à Rieti). Mais, pour comprendre les relations spatiales du xiiie siècle, nous devons oublier nos perceptions contemporaines de la distance, marquées par la rapidité des transports et par des dimensions urbaines et démographiques colossales. Pour nous, dès qu’un monument appartient à ce que nous nommons « centre historique » ou « secteur ancien », nous le situons inconsciemment au centre de l’agglémoration médiévale, alors que ces notions coïncident le plus souvent avec la totalité de la surface des villes de l’époque. Il nous faut donc faire l’effort de revenir à la vision que les contemporains de nos palais pouvaient avoir de leur ville, une vision déterminée par les cheminements pédestres, par la forte identité et parfois la séparation physique des quartiers, par l’éventuel polycentrisme de l’organisme urbain, qu’il fût occasionné par la topographie (Viterbe, Pérouse, mais également Tivoli168) ou par l’histoire locale, notamment celle des établissements ecclésiastiques. À partir de là, nous pouvons désormais mieux percevoir l’éloignement entre le palais pontifical et le cœur urbain, signifié par la place principale et le palais de la commune et normalement situé au centre géométrique de la ville, que celle-ci soit de plan ramassé ou étoilé169. Dans toutes les occurrences ou presque, cette distance est déterminée directement par le fait que le palais pontifical est établi dans le palais épiscopal, sans modification (Tivoli) ou avec des agrandissements notables (Orvieto, Viterbe, Rieti)170. Dans le cas d’Anagni, la résidence de Boniface VIII n’est pas installée dans le palais épiscopal, mais le résultat est le même puisque le bâtiment a été élevé dans le quartier « Castello », non loin de la cathédrale. Comme on l’a dit, l’intervalle spatial qui résulte de cette situation peut être minime (Rieti) ; pourtant, même dans ce cas, la cathédrale (et par conséquent le palais épiscopal-pontifical) n’est pas relié directement avec la place centrale. Cependant les démolitions du centre urbain de l’époque fasciste font apparaître comme raccordés des monuments et des places qui étaient séparés par des îlots construits. À Orvieto, à Viterbe, à Anagni et à Tivoli, la distance est plus nette encore aujourd’hui, mais il faut nuancer au cas par cas. Pour Viterbe, le centre urbain et le palais du podestat situés sur la place Saint-Ange (aujourd’hui du Plébiscite) dès le milieu du xiiie siècle sont effectivement éloignés de la cathédrale et du palais pontifical, situés au sud-ouest. Mais la zone épiscopale correspond aussi au plus ancien noyau urbain de Viterbe et son importance était encore palpable au moment de la construction du palais des papes par l’existence, à mi-chemin entre la cathédrale et le palais du podestat, d’un marché et d’une maison des consuls. Quant à Tivoli, même si la cathédrale et le palais épiscopal sont aux marges occidentales de la cité, tandis que le palais communal en occupe le centre, c’est à côté du sanctuaire que se trouvait la « Platea major » et le marché principal de la ville. Par conséquent « position marginale » n’équivaut pas de manière univoque avec « marginalité » et la concurrence avec les pouvoirs locaux qu’exprime parfois cette distance ne s’est pas forcément traduite par la victoire de ces derniers. Chaque cas est différent et les situations locales ont varié, y compris dans un même site, de l’entente cordiale à l’hostilité avouée. Dans cette perspective, un seul facteur semble compter en définitive : la taille de la ville, qui lui permet d’affirmer ou de réfréner son indépendance de vues, selon que le séjour du pape et de la curie sert ses intérêts ou non. S’opposent ainsi des cités comme Orvieto, Viterbe, Pérouse, qui ont une véritable politique face au pouvoir pontifical, et d’autres, comme Anagni, Montefiascone et Soriano, qui n’ont qu’un espace de manœuvre très limité (Rieti et Tivoli semblent occuper une position moyenne). On aura remarqué que j’associe dans le premier groupe deux villes où le palais pontifical occupe une position excentrée (Orvieto et Viterbe) et une autre où il est située au cœur de l’agglomération (Pérouse) ; qu’inversement je joins à Montefiascone et Soriano le cas d’Anagni, où la position « marginale » des Caetani n’empêche pas leur domination presque totale sur la cité. Par conséquent, même si les notions de « centralité » et de « marginalité » restent révélatrices de mécanismes politiques et sociaux profonds, on ne peut pas faire confiance à une simple « géographie du pouvoir » pour mettre à nu les rapports de force qui habitent et tiraillent la cité. Le cas de Rome va nous le confirmer.

2. Le polycentrisme romain

La bipolarité et les autres sites

  • 171 Voir aussi les faits cités dans le chapitre II.5.
  • 172 Van Dijk (S. J. P.), « The urban and papal rites in seventh and eighth-century Rome », dans Sacris (...)
  • 173 Sur la rivalité entre les deux basiliques, cf. Pace (V.), « Tradizione e rivalità. Aspetti dell’ar (...)
  • 174 Paravicini Bagliani, Il corpo del papa, cit., p. 228.

64Dans la Ville éternelle, la « marginalité » de la résidence pontificale se double d’une bipolarité, voire d’un polycentrisme qui correspondent à l’histoire particulière de la capitale de la chrétienté. La première résidence pontificale romaine, le Latran, est excentrée par la volonté de Constantin de placer dans ce secteur la cathédrale de Rome. Le second pôle du pouvoir pontifical, qui se dessine dès le haut Moyen Âge, se trouve dans une position relativement marginale pour une autre raison. Née autour de tombe de saint Pierre, la basilique du Vatican, et par conséquent les résidences annexes, se trouvait en position périphérique, puisque le sanctuaire, même s’il est plus près du cœur urbain, en est séparé par le Tibre. Le rôle du Vatican reste largement marginal jus-qu’au pontificat d’Innocent III et ne constituait donc pas une concurrence sérieuse pour le Latran. Les papes demeuraient constamment dans ce dernier palais sauf quelques exceptions au cours du Ve et du ixe siècle. Seul le pontificat d’Eugène III, au milieu du xiie siècle, annonce vraiment l’avenir, avec la construction d’une résidence au nord de la basilique, contrairement aux séjours antérieurs qui s’étaient déroulés dans des constructions situées au sud de celle-ci. L’avènement d’Innocent III permet d’entrevoir un éventuel retournement de cette hiérarchie traditionnelle entre les deux résidences. Le pape proclama la supériorité de la basilique vaticane en lui accordant le titre de « mater ecclesiarum », depuis toujours fièrement arboré par la basilique du Latran. Il amplifie aussi le palais d’Eugène III, comme on l’a rappelé dans le chapitre concernant le palais. Pourtant Innocent III demeure encore beaucoup plus souvent au Latran qu’au Vatican (79 % contre 21 % des séjours romains), ce qui montre le poids du passé. Ces deux successeurs affichent une préférence encore plus nette pour le Latran et on en revient progressivement à une prépondérance absolue jusqu’à la fin des années 1270. Le retournement qui s’opère alors est essentiellement l’œuvre de Nicolas III. Avant même de monter sur le trône pontifical, le prélat, qui appartenait au clergé de la basilique vaticane, mit tout en œuvre pour exalter son propre sanctuaire171. Le cardinal Giovanni Gaetano Orsini, le futur Nicolas III, mit en place une nouvelle liturgie urbaine, au milieu des années 1250, avec l’intention de combiner les rites romains (ceux de la basilique vaticane) et les rites pontificaux (ceux du palais du Latran)172. Le début de notre période est donc marqué par un équilibre précaire entre les deux basiliques, qui ne pouvait certainement satisfaire aucune des deux institutions173. Le maintien de cette situation fragile et l’absence d’un vainqueur évident pendant de longues années sont certainement le résultat de l’absence durable de la papauté, qui imposait aux deux rivales un accord objectif. Une étape importante dans le processus d’effacement progressif du Latran au profit du Vatican peut être indiquée dans le tournant marqué par le cérémonial de Grégoire X. Dans le texte, le pape Visconti décida de donner une place prioritaire, dans toutes les acceptions de cette expression, au couronnement ayant lieu au Vatican, à l’intérieur du rituel d’installation du nouveau pontife. Concrètement, la cérémonie de prise du possession du Latran va donc être placée après et non plus avant le couronnement et va connaître dès lors un déclin irrémédiable174. Le sort de la résidence allait suivre celui de la cérémonie.

  • 175 Cf. le chapitre sur le Latran.
  • 176 On ne peut absolument pas arguer de l’importance des dépenses pour le Latran pour affirmer la prép (...)

65Avec son ascension sur le siège pontifical, Nicolas III précipite cette évolution. Sur les séjours romains du pontife, 93 % ont pour cadre le Vatican, seuls 7 % se déroulent au Latran. Le pape Orsini fait bien reconstruire la chapelle du Sancta Sanctorum dans le second palais ; mais la mesure apparaît plutôt comme une compensation symbolique face aux investissements considérables qui sont accordés à la basilique du Vatican, à la résidence annexée et à toute la zone alentour (voire comme l’affirmation de cette priorité175). Au-delà du palais, c’est en effet tout le quartier du Vatican qui est intéressé par la politique du pontife : aménagement des rues conduisant à Saint-Pierre, rassemblement des cardinaux non loin de la résidence pontificale, contrôle militaire grâce au château Saint-Ange confié à des parents. À la fin du siècle, après de longues années pendant lesquelles la curie se tient éloignée également des deux grandes résidences romaines, le Vatican semble à nouveau l’emporter. Boniface VIII, ancien membre du clergé de la basilique comme l’avait été Nicolas III, donne sa préférence à la résidence voisine de Saint-Pierre, une préférence qui s’affirme progressivement durant son règne176. Mais le pourcentage de ses séjours romains est de 50,8 % pour le Vatican contre 49,2 % pour le Latran. L’avantage est donc extrêmement léger et ce quasi-équilibre doit être lié au conservatisme et au « juridisme » du pontife. Comme le pape Orsini et plus que lui, Boniface VIII occupe aussi la résidence traditionnelle et la rénove, cette fois par l’adjonction de la loggia des bénédictions.

  • 177 Honorius IV passe 31 jours au Vatican contre 433 auprès de Sainte-Sabine ; Nicolas IV 41 au Vatica (...)

66Malgré cette prépondérance des deux grands palais romains, nous avons vu dans les monographies que deux autres papes avaient choisi de ne résider ni au Vatican, ni au Latran. Honorius IV et Nicolas IV ont séjourné ponctuellement au Vatican, comme pour profiter des travaux récemment accomplis par Ni-colas III ou par inertie, pour ainsi dire, mais ils se sont progressivement désintéressés du palais autant que de celui du Latran177. Pour autant, leurs propres résidences sont tout aussi éloignées du cœur de la ville. Honorius IV habite sur l’Aventin, une zone aristocratique dominée par son lignage ; Nicolas IV demeure auprès de Sainte-Marie-Majeure et l’Esquilin est alors très faiblement relié aux autres noyaux urbains. Par conséquent ces deux résidences ne changent rien de fondamental par rapport à la position des deux palais traditionnels : tous sont excentrés. Il y a donc un problème que l’on peut énoncer comme suit : pourquoi les papes n’étaient-ils pas présents au cœur de la cité ?

La concurrence avec les autres pouvoirs : partage subi ou atout de la marginalité

67Que signifie à Rome la position excentrée des palais pontificaux ? Les réponses données à propos des résidences non romaines peuvent probablement valoir à nouveau. Les exemples du Latium nous ont appris à nous méfier d’une interprétation univoque du phénomène, selon une équation où « marginalité » équivaudrait à « faiblesse ». La situation des résidences romaines peut correspondre à cette problématique. D’une part, elle répond à une nécessité, tenir compte de la présence d’autres pouvoirs temporels et peut-être même spirituels. D’autre part, de cette faiblesse les papes ont peut-être tiré une force, en agissant à Rome comme d’autres souverains le faisaient dans leur capitale. Commençons par le premier point.

  • 178 Katermaa-Ottela dénombre 318 items dans son inventaire des tours médiévales de Rome ; les auteurs (...)
  • 179 Parlato et Romano, Roma e il Lazio, cit., p. 22.
  • 180 Serafini (Mgr A.), Torri campanarie di Roma e del Lazio nel Medioevo, 2t., Rome, 1927 ; Priester ( (...)

68Plus que dans d’autres villes, la concurrence entre les papes et les autres pouvoirs s’est manifestée à Rome dans la forme physique de la cité. Une première approche, globale, pourrait consister à interroger l’horizon de la ville (le « skyline » pour emprunter à la culture américaine un concept particulièrement utile pour nous), tel qu’il se présentait avant les profondes transformations de l’époque moderne. Comme on l’a souvent répété, le panorama urbain de Rome changea alors radicalement de visage : la ville que nous restituent notamment les vues de tant d’artistes nordiques, Heemskerck le premier, est hérissée de tours jusque dans les années 1530, évoquant plus San Gimignano ou, plus proche, Tarquinia, que la cité que nous connaissons, où les coupoles baroques ont remplacé les tours médiévales. Cependant il y a un autre fait que l’on n’a peut-être pas assez mesuré. On mentionne à satiété ces tours comme le manifeste de l’orgueil aristocratique et des luttes féodales qui ont marqué endémiquement l’histoire de la Rome médiévale. Il est bien vrai que des dizaines de tours, évoquées tant par les sources écrites que par les illustrations mentionnées ci-dessus, rappellent les lignages des grands barons romains (les Orsini, les Savelli, les Colonna, les Conti, les Annibaldi, etc.), mais aussi toutes ces familles d’importance médiocre pour lesquelles l’érection ou la possession d’une unique tour était justement d’importance vitale, afin d’affirmer leur appartenance à la noblesse178. Mais, autant que de tours profanes, Rome était constellée de clochers. Ceux-ci sont encore un des traits distinctifs de l’architecture religieuse de la ville, mais ils ne représentent plus qu’une poignée par rapport à l’immense quantité d’exemplaires qui furent élevés au cours du Moyen Âge central, notamment pendant les xiie et xiiie siècles. Si l’on se fie au chiffre donné par Enrico Parlato, il pouvait y en avoir eu une centaine à la fin de la période médiévale179. Ces clochers ont tant de traits distinctifs qu’ils constituent comme une catégorie à part à l’intérieur de l’architecture ecclésiastique romaine, ce qui justifie, en partie, que les études qui leur ont été consacrées les considèrent de manière presque autonome par rapport aux églises qu’ils desservaient180. Parmi les caractères qui frappent le plus, à propos de ces campaniles, c’est d’une part leur hauteur considérable et, plus exactement, partant de leur superficie relativement réduite, leur profil extrêmement élancé ; d’autre part leur isolement ou au moins leur autonomie par rapport au corps principal des sanctuaires à côté desquels ils étaient construits ; enfin l’emploi constant d’une typologie à clocher unique latéral, au détriment de toute autre solution. Ces bâtiments, même si l’étage du beffroi pour les cloches et d’autres traits spécifiques les qualifient bien comme des campaniles, se dessinent donc avant tout comme la réponse de la Rome cléricale aux tours des nobles et des barons. D’ailleurs, même certains des caractères qui distinguent ces clochers des tours profanes peuvent être lus, entre autres, dans cette perspective : les inclusions de porphyre, de marbres colorés et de vaisselle islamique ne sont-elles pas, bien plus que de simples enjolivements, des trophées de victoire et des éléments d’affirmation impériale ?

  • 181 A. Vauchez dans Giardina (A.) et Vauchez (A.), Il mi-to di Roma. Da Carlo Magno a Mussolini, Rome- (...)
  • 182 Ibid., p. 46.
  • 183 Righetti Tosti-Croce (M.), « L’architettura tra il 1254 e il 1308 », dans Roma nel Duecento, Roman (...)

69À travers cet exemple, vertical en quelque sorte, on voit bien que la Rome des xiie-xiiie siècles est une ville où coexistent et entrent en collision deux modèles de civilisation, mais aussi deux pouvoirs urbains. Sur un plan horizontal cette fois, nous allons retrouver une « ville en conflit » dans l’emprise des deux mondes sur le sol de la cité. Puisque les papes occupent les marges, qui réside et affirme son pouvoir dans le centre ? Puisqu’à Rome rien n’est simple, ce n’est pas une institution ou une autorité unique qui s’oppose au pape, mais plusieurs. Comme l’a rappelé récemment André Vauchez, on a parlé pour la ville du Moyen Âge central de « trois Rome » confrontées ou juxtaposées181. Dans les esprits comme dans les faits, face à la cité pontificale existaient une ville impériale et une Rome des Romains. En principe l’une et l’autre ne se superposent nullement. Mais au cours de la seconde moitié du siècle, avec l’abaissement et la disparition de la dynastie Hohenstaufen, les ambitions impériales sont reprises par des princes ou des puissants dont les intérêts coïncident beaucoup plus avec ceux de la ville et de ses barons. Après sa défaite à Bénévent, Manfred avait bien compris qu’il devait s’allier avec les Romains s’il voulait l’emporter contre le pouvoir pontifical et il leur proposa de faire de Rome la capitale de son empire182. Il était trop tard, mais son vainqueur, Charles d’Anjou, prit le même chemin, en se faisant élire sénateur. Les deux puissances temporelles qui s’opposent à la cité ecclésiastique ont donc toutes deux pour foyer le même lieu, qui était aussi le centre de la Rome antique, le Capitole. Cette reconquête du Capitole n’est pourtant pas aussi naturelle qu’elle en a l’air. L’érection d’un palais civique au cœur de l’agglomération et dans un lieu aussi symbolique remontait certes au milieu du xiie siècle, en même temps que la première floraison de la commune romaine. Mais son importance avait connu les mêmes éclipses que le pouvoir communal. La phase décisive d’expansion remonte au milieu du xiiie siècle, une deuxième campagne de travaux pouvant être identifiée en lien avec le sénatorat de Brancaleone degli Andalò (sénateur en 1252-1255 et 1257-1258). À son tour Charles d’Anjou (sénateur en 1265, 1268-1278 et 1281-1284) ne se contente pas d’occuper le palais sénatorial, il y laisse sa marque, notamment avec sa statue en majesté exécuté par Arnolfo. Marina Righetti Tosti-Croce a noté de manière très convaincante que la reconquête du centre de Rome était donc le fait de personnalités étrangères à la ville, comme le Bolonais Brancaleone degli Andalò puis le Français Charles d’Anjou183. Comme si, plus clairement que les Romains eux-mêmes, ces étrangers avaient perçu l’importance de la réappropriation du centre urbain, par opposition avec la papauté restée fixée sur les marges de la ville antique.

70Un autre point peut expliquer le désir du pape de rester aux marges de Rome. Ce sont ces dernières qui avaient été sanctifiées par le sang des martyrs et les tombes des apôtres (d’où, en dernier ressort, la situation excentrée des résidences aux abords des grandes basiliques paléochrétiennes), le cœur de la ville étant resté bien plus longtemps païen et réfractaire à la religion nouvelle. L’incapacité des papes à prendre définitivement le dessus sur la ville pourrait donc renvoyer à un autre conditionnement, spirituel ou intellectuel, celui d’un rapport de force avec le passé, pour ainsi dire. Comment s’emparer du centre de Rome quand celui-ci était encore tout encombré par les souvenirs de la ville païenne, en ruines ou encore étonnants de grandeur, souvenirs dont témoignaient sans cesse les récits stupéfaits et émerveillés des guides et des visiteurs ? Dans le cadre de la formation encore traditionnelle de nombreux prélats du xiiie siècle, les papes ne l’ont peut peut-être pas osé ou ne l’ont peut-être pas voulu.

  • 184 Pour la France du xve siecle, j’ai illustre le cas de Rouen et rappele ceux de Paris et Bordeaux d (...)

71Ce dernier argument nous fait insensiblement passer des raisons subies aux motivations acceptées. L’attitude des papes peut être vue non comme un signe d’impuissance mais comme une stratégie consciente et fructueuse. D’un côté, dans une ville souvent portée aux révoltes et aux guerres de factions, le fait d’être proche de l’enceinte aurélienne permettait de s’échapper en temps utile lorsque le pape était visé. De l’autre, la position excentrique permettait de s’étendre sans trop de difficultés sur des zones particulièrement faibles, car non résidentielles (voir plus loin les achats de terrains agricoles par Nicolas III au nord du Vatican), de gagner ainsi des espaces pour agrandir la superficie du palais et créer des jardins et d’y développer une vie de cour, toutes choses plus difficile à réaliser au cœur de la ville. Ces deux raisons ont joué aussi bien pour les souverains laïques (on pense notamment aux palais impériaux en Italie étudiés par Carl-richard Brühl) et on peut donc supposer que les pontifes n’ont pas été insensibles à ces avantages. En outre, leur contrôle de deux zones opposées et situées toutes deux à l’entrée de Rome préfigurait le concept de la « tenaille », employé par nombre de princes à la fin du Moyen Âge pour imposer leur pouvoir aux villes, fussent-elles leur propre capitale184. Certes les papes étaient loin de s’imposer militairement aux factions aristocratiques et aux milices urbaines, mais le caractère fortifié du Vatican et les tentatives de transformation du Latran dans le même sens impliquent que les pontifes songèrent à faire jouer à leurs deux palais un rôle de forteresse et de verrou de la ville, ce à quoi ils ne parviendront que bien plus tard.

  • 185 Andaloro (M.), « Ancora una volta sull’Ytalia di Cimabue », dans Arte medievale, t. 2, 1984, p. 14 (...)
  • 186 Elle repose sur une inscription (aux Musées du Capitole), qui dit que les sénateurs Riccardo Annib (...)

72En restant aux marges, les papes pouvaient pourtant agir sur le cœur de la cité. Nicolas III a eu conscience de cet enjeu et a repris à son compte la politique des sénateurs étrangers. Ordonnant que la charge de sénateur ne puisse être accordée qu’à des Romains, il se l’attribue à vie, avant de la déléguer à un parent. Le palais sénatorial est alors décoré avec les armoiries des Orsini, comme l’attestent les fragments encore conservés et la représentation du bâtiment dans une fresque de Cimabue à Assise185, non pas tant pour exalter le lignage, mais plus probablement pour exprimer la mainmise du pape sur le siège du pouvoir communal. Le successeur du pape Orsini, Martin IV, fut lui aussi sénateur de Rome durant son pontificat. Mais la démarche possédait une signification bien plus limitée, puisque Martin IV ne résida jamais dans la Ville éternelle et qu’il se choisit un vicaire pour exercer la charge en la personne de Charles d’Anjou, se plaçant ainsi aux antipodes de la politique de Nicolas III. Boniface VIII reçut également la charge de sénateur le 13 mars 1297 et les travaux accomplis en 1299 au Capitole (l’ajout d’une tour et d’une loggia) furent réalisés sinon sur son ordre, du moins avec son assentiment. Quant à l’hypothèse de Giuliano, selon lequel Boniface VIII aurait été responsable de l’érection de l’obélisque du Capitole (aujourd’hui placé dans la villa Celimontana) en 1300 et en lien avec le jubilé, dans la perspective d’une assimilation du pontife aux empereurs romains, elle est séduisante mais reste bien fragile186.

73Au-delà de cette pénétration directe du pouvoir pontifical dans le palais sénatorial, une seconde stratégie, plus subtile, semble avoir été employée. L’infiltration des couvents mendiants au cœur de Rome, favorisée par les pontifes, peut avoir servi leur propre insertion. En particulier, le couvent des franciscains installé sur le Capitole, face au palais du sénateur, apparaît presque comme un cheval de Troie. Les frères mineurs avaient d’abord résidé à Saint-Blaise (aujourd’hui Saint-François « a Ripa »), puis à Sainte-Marie-du-Peuple, dans les deux cas en périphérie et près d’une porte urbaine. Vers 1250, la papauté favorise leur transfert à Sainte-Marie-du-Capitole, en remplacement d’un monastère bénédictin en décadence. L’église va connaître un développement considérable, tant par son rôle de « sanctuaire civique » que comme noyau principal du mouvement franciscain à Rome. Un mouvement parallèle peut être observé pour les frères prêcheurs, qui passent peu à peu de Saint-Sixte-Vieux à Sainte-Sabine puis à SainteMarie-sur-la-Minerve (voir aussi chap. I.5). Ici aussi, le lieu choisi par les dominicains en accord avec la papauté est hautement symbolique, puisqu’il s’agit du cœur de la Rome médiévale, à proximité de monuments célèbres, dont l’un, le Panthéon, résumait même pour tous les voyageurs l’esprit du monde antique.

  • 187 Krautheimer, Rome, portrait d’une ville..., cit., p. 540-541 ; Bernacchio, « La città turrita », c (...)
  • 188 Voir plus haut.

74Une dernière réponse de la papauté était apportée dans le cadre de la politique familiale de certains pontifes. Les deux exemples les plus clairs sont, aux deux extrémités du siècle, Innocent III et Boniface VIII. On a vu plus haut qu’Innocent III avait pratiqué une sorte de balancement entre Latran et Vatican ; le même pontife favorise aussi l’expansion et la consolidation de sa famille, les Conti, dans la zone intermédiaire, notamment en faisant élever la tour des Conti, au cœur d’un ensemble fortifié complexe187. Boniface VIII, qui possédait la même intuition de l’importance de l’équilibre entre les deux pôles, favorise en 1301 l’achat par son neveu, Pietro Caetani, de la tour des Milices, édifiée également par les Conti vers 1270188. Dans les deux cas, ces tours sont situées à proximité immédiate des forums, au cœur de la ville, dont elles forment encore un élément caractéristique malgré l’effondrement de leurs étages supérieurs, lors du tremblement de terre de 1348 (il s’agissait des tours les plus hautes des palais nobiliaires de la Rome médiévale). Par conséquent, la construction ou l’achat de ces tours ne constituaient pas seulement des actes de népotisme ou l’expression matérielle de la domination territoriale ; on peut y voir également les éléments d’une stratégie urbaine précise, destinée à faire pénétrer l’influence pontificale au cœur de la Rome médiévale

3. L’impact des palais sur le tissu urbain

La conquête de terrains et la « conquête de l’air »

  • 189 Fabre (P.) et Duchesne (Mgr L.), Liber censuum Romanae Ecclesiae, Rome-Paris, 1889-1952, 3 t., cf. (...)
  • 190 Fedele (P.), « Documenti per la storia del palazzo Vaticano con note volgari del secolo xiii », da (...)
  • 191 Fabre et Duchesne, Liber censuum..., cit., t. II, p. 4360, n°27-28.

75Pour se développer et répondre aux besoins croissants de la monarchie pontificale, le palais doit empiéter sur la ville. Deux cas de figure différents se présentent, selon que la résidence est située au cœur de la cité ou à ses marges. Dans le second, l’extension devait être plus facile, car les zones en question étaient moins urbanisées que le centre. Les terrains confinant avec le palais étaient normalement des terrains agricoles, des jardins, des vignes qu’il s’agissait de racheter à leurs propriétaires. La documentation étant très incomplète, nous ne pouvons pas savoir si des procédures d’expropriation ont été parfois engagées. Les seuls témoignages concernent des achats et il est difficile de dire à quel point ils étaient librement consentis par les vendeurs, ni si les prix correspondaient bien à ceux du marché. En tout cas, l’acheteur disposait d’un pouvoir de coercition notable, puisqu’il s’agissait soit de la papauté elle-même, soit des communes accueillant la cour pontificale. La source la plus complète pour notre période est le dossier bien connu des achats de terrains par Nicolas III dans la zone du Vatican pour agrandir le palais et créer un jardin. Une trentaine de pièces sont conservées, publiées dans le cadre du « Liber censuum » par Paul Fabre et Mgr Duchesne189, ainsi que cinq pièces justificatives attestant les droits de propriété des vendeurs190. Les deux premiers achats ont lieu le 16 décembre 1277191. Nicolas III vient d’être élu à Viterbe le 25 novembre et son couronnement à Saint-Pierre est prévu pour le lendemain de Noël (ce pourquoi les actes portent la mention « sede vacante »). Le pape est arrivé à Rome le 12 décembre et réside au Vatican. On mesure ici l’importance accordée à ces achats, réalisés quatre jours après l’arrivée du pontife. Par ailleurs, leur contenu est intriguant. Les achats concernent des maisons et boutiques longeant la rue qui mène aux palais pontificaux et on est tenté de mettre en rapport l’opération non pas avec l’agrandissement de la résidence comme ce sera le cas plus tard, mais avec la cérémonie du 26 décembre, afin de lui donner toute l’ampleur possible, notamment pour la cavalcade qui devait conduire le pape au Latran pour en prendre possession, après le couronnement (selon l’ordre imposé au cérémonial depuis Grégoire X). Un autre détail frappe. Les maisons acquises sont déjà abattues, mis à part quelques boutiques. Rien dans les deux textes ne permet de savoir si ces démolitions sont intervenues depuis longtemps ou si elles ont eu lieu la veille, mais le détail des boutiques encore sur pied rend la seconde possibilité plus vraisemblable (les commerçants étant plus récalcitrants pour céder leurs droits et se voir privés de leur gagne-pain ?). Tous les documents ultérieurs concernent le palais et le jardin. L’importance de ces acquisitions aux yeux du pape est attestée par la personnalité de son représentant. Il s’agit du camérier de l’Église, le premier personnage de la curie après le pape lui-même. Quant aux deux achats de décembre 1277, puisque Nicolas III n’avait pu encore nommer de camérier, ils avaient été négociés par l’homme de confiance d’une série de papes pour les affaires du Vatican, Albert de Parme, aumônier et chanoine de Saint-Pierre. Il est difficile de comprendre les conditions réelles des négociations à partir de la documentation. Toujours est-il qu’en deux ans le pontife avait réussi à agrandir le palais et à créer un immense jardin à proximité.

  • 192 Sur le phenomene des ventes ou des donations forcees aux papes ou a leurs familles, cf. notamment (...)
  • 193 Voir chapitre II.3.
  • 194 J’ai evoque les deux affaires respectivement dans le chapitre sur Soriano et dans Le Pogam (P.-Y.) (...)

76Un autre exemple d’acquisitions à un rythme accéléré nous est fourni par le cas d’Anagni. Dans le chapitre relatif au palais pontifical, nous avons vu que les achats et les dons en faveur du cardinal puis pape Caetani ainsi que de son lignage se succédèrent dans le quartier Castello. Ici aussi, les sources sont trop lacunaires pour permettre de comprendre tous les détails des opérations ; il est difficile notamment de savoir à quel complexe, celui du pape ou celui de ses neveux, se rapportent les actes. Une chose est sûre, c’est que les dons spontanés déguisèrent peut-être des cessions forcées et que les achats eux-mêmes ne furent pas forcément effectués dans des conditions équitables192. Dans le cas d’Anagni, un indice nous vient des nobles Adinolfo et Nicola, fils de feu Mattia di Papa, qui vendent des biens à Pietro Caetani, neveu du pape, en 1297 et sont constamment présents aux côtés du lignage Caetani. On pourrait les considérer comme des familiers du pape, mais leur attitude lors de l’attentat de 1303 laisse entendre qu’ils se considéraient lésés par les opérations immobilières et plus généralement par l’emprise que les Caetani avaient exercée sur Anagni. Il en va de même avec les seigneurs de Supino (Rinaldo da Supino, son frère Tommaso et son fils Roberto). Bien qu’étroitement contrôlés par Boniface VIII (nous les avons rencontrés à propos de la résidence d’Anagni, où ils jouissaient d’une résidence proche du pape193), ils nourrissaient une haine profonde envers les Caetani. La sœur de Rinaldo avait été mariée avec Francesco Caetani, le neveu du pape, jus-qu’en 1295, moment où le clan des Caetani découvrit un prétexte pour s’en séparer et permettre ainsi à Francesco d’accéder au cardinalat, dès que son oncle fut monté sur le trône de saint Pierre. Par ailleurs, les seigneurs de Supino vendirent divers biens aux Caetani, visiblement sous la contrainte. On comprend pourquoi les trois personnages ici nommés participèrent également à l’attentat d’Anagni, dont Rinaldo fut un des meneurs. Reste enfin le cas des extorsions pures et simples, déguisées sous le nom de confiscations pour hérésie, dont Ni-colas III et Boniface VIII, à nouveau eux, nous ont donné des exemples, contre le seigneur de Soriano et contre les Colonna194.

  • 195 Fabre et Duchesne, Liber censuum..., cit., t. II, p. 4360, n°25.
  • 196 J’ai abordé le sujet dans le cadre d’une communication au séminaire de l’École française de Rome « (...)
  • 197 On croit généralement que ces prescriptions n’apparaissent que plus tard, notamment au cours du xi (...)
  • 198 La traduction donnée par les dictionnaires de langue, « saut-de-mouton » ne convient pas ici, car (...)
  • 199 On ne peut donc pas dire qu’il s’agit à Rieti d’un trait unique, cf. Schimmelpfennig (B.), « Der P (...)
  • 200 J’ai développé ces hypothèses dans l’intervention mentionnée ci-dessus « La lutte contre les empiè (...)

77Dans le centre des cités, l’appropriation de terrains privés ou publics représentait normalement une difficulté insurmontable. D’un côté les propriétaires étaient souvent bien plus puissants que ceux auxquels ont pouvait avoir à faire dans les zones périphériques (communautés ecclésiastiques, municipalité, riche bourgeoisie) ; de l’autre, les voies publiques étaient ici d’importance vitale et on ne pouvait guère songer à dévier un axe de circulation, comme on le voit faire à Nicolas III pour une desserte secondaire de la zone viticole du Vatican195. À défaut de grignoter l’espace au sol, on pouvait au moins tenter d’empiéter sur l’espace aérien196. La réglementation urbanistique mise en place par les communes italiennes se préoccupait pourtant largement de ce problème dès le xiiie siècle, fixant des dépassements maximaux et des hauteurs minimales pour les encorbellements et interdisant les passages couverts197. Le cas des encorbellements est courant en France aussi bien que dans la péninsule, sous toutes ses formes (avant-soliers, échauguettes, logettes, oriels, etc.). En revanche, les structures traversant la rue sont moins familières ou moins bien conservées sur le territoire français, ce qui nous pose un problème de traduction. Cette réalité, très fréquente en Italie, est rendue dans les textes par des mots divers, notamment « volta » (donc un passage voûté et pas seulement une voûte) ou l’actuel « cavalcavia ». Tout au long du présent travail, j’ai maintenu le terme italien, à cause de l’inadéquation des diverses traductions françaises et pour exprimer le caractère local de cette solution198. Or nous avons vu que dès le xiie siècle à Tivoli et probablement à Sainte-Marie-Majeure, durant notre période à Pérouse et à Rieti, les palais pontificaux présentent fréquemment l’emploi de « cavalcavia »199. À ces exemples, on peut encore ajouter deux occurrences un peu spécifiques, au palais de Viterbe : la loggia et la tour placée au nord du palais, qui toutes deux fonctionnent aussi comme des « cavalcavia » suspendus au-dessus de voies secondaires. Il est frappant de voir que les pontifes ont recours à ce procédé qui mange l’espace, l’air et la lumière et qui favorise l’accumulation des rebuts, les accidents dûs aux chutes de matériaux et d’ordures et les délits et les crimes favorisés par l’obscurité (tous les statuts communaux y insistent à loisir ; on peut voir aussi les exemples rapportés pour le « cavalcavia » de Pérouse dans le chapitre afférent). Mieux encore, il est étonnant que ce soient bien souvent les autorités communales, maîtres d’ouvrage délégués de l’édification ou l’agrandissement du palais, qui aient choisi délibérément ce procédé, comme l’attestent au moins les cas de Pérouse et Viterbe, alors que ce sont les mêmes institutions qui tentent de supprimer ou au moins d’enrayer ces abus dans le cadre de leurs statuts. On peut y voir une sorte de pis-aller, un compromis entre les nécessités urbaines et le besoin d’accueillir dignement le pape. À bien observer le phénomène, il semble pourtant qu’il existe une autre raison à cette apparente schizophrénie. En réalité, la lutte contre les empiètements de l’espace public varie en fonction des personnes et des institutions, les abus des citoyens pauvres et modestes étant plus réprimés que ceux des notables et institutions religieuses, les abus commerciaux plus que ceux des résidences, et les abus au sol plus que ceux pratiqués au niveau aérien200. La solution des « cavalcavia » constituait donc un moyen idéal d’augmenter la surface du palais, sans débourser pour l’achat de terrains privés et sans trop susciter le mécontentement de la population, qui n’en pouvait mais.

Insertion ou isolement

  • 201 Libri rationum..., cit., no 2349 (palissade) et no 2490 et 2630 (panneaux de cloture).

78Deux cas bien différents se présentent. Dans un premier groupe, on peut ranger les résidences pontificales établies dans une demeure appartenant au pape ou à sa famille (Nicolas III à Soriano, Honorius IV sur l’Aventin, Boniface VIII à Anagni). Quant aux principaux palais pontificaux romains (Latran, Vatican), ils rentrent également dans cette première catégorie, tout comme Montefiascone. Dans ce groupe, l’impératif de sécurité semble dominer largement ; en outre, la résidence est le plus souvent en marge de la ville (Anagni, Aventin, Latran, Vatican) ou la domine sans vraiment rentrer en contact avec elle (Soriano, Montefiascone). Dans cette optique, c’est l’isolement qui l’emporte sur la relation avec le reste de la cité. La protection du palais était donc assurée par l’enceinte (voir le chapitre II.1 pour les éléments militaires), mais aussi par des clôtures végétales ou charpentées. La comptabilité pontificale en offre un exemple à Anagni, où l’on répare en juin 1302 une palissade et où l’on installe en août-septembre de la même année des panneaux de clôtures autour du palais201. Ces mentions correspondent probablement non seulement à une opération de manutention ordinaire, mais elles traduisent aussi une mentalité obsidionale bien accordée à la fin du pontificat de Boniface VIII, des craintes que l’attentat du 7 septembre devait confirmer.

79Dans le cas où la résidence pontificale est un ancien palais épiscopal (Orvieto, Viterbe, Rieti, Tivoli, etc.), elle est généralement mieux insérée dans le tissu urbain, à plus forte raison, lorsqu’il s’agit du palais communal lui-même (Pérouse). À l’interface entre le palais et la ville, se trouve normalement une place, la place principale de la ville (à Pérouse, Tivoli) ou du moins une des places les plus importantes du système urbain (Orvieto, Viterbe, Rieti). Les activités qui se déroulent habituellement sur la place peuvent être notablement modifiées par l’installation de la cour pontificale, notamment les activités économiques, dont l’exercice est, sinon suspendu, du moins contrôlé plus étroitement. On veut éviter ainsi les risques de contamination ou la simple dégradation de l’espace urbain liés à certains exercices commerciaux ou à certains types de marchandise (odeurs, souillures, etc.). Pour autant, on ne doit certainement pas imaginer les places qui s’étendent devant les palais pontificaux comme des agoras désertes et minérales, comme dans les vues urbaines idéales du Quattrocento. Au contraire, d’autres étals succèdent à ceux qui sont supprimés (notamment ceux des épiciers-apothicaires et des banquiers-changeurs) et la place s’anime d’un va-et-vient incessant de curialistes, marchands, quémandeurs qui sillonnent la ville.

  • 202 Registres de Martin IV, no 266 (cf. aussi la no 267, du 28 mars 1282, donc du Samedi saint, qui po (...)
  • 203 Potthast, n°21895 ; Registres de Martin IV, n°269 et 268 (Potthast, n°21896-21897).
  • 204 Registres de Martin IV, n°277-283.
  • 205 Registres de Martin IV, n°310, 460-466, 467-470 et 482-484.
  • 206 Registres de Martin IV, n°571-572, 573-574, 577-578.
  • 207 Sur la place actuelle et sa genèse, Riccetti (L.), « “...Pro platea jam incepta et nondum finita.. (...)

80La place est en outre le théâtre d’innombrables cérémonies et festivités, qui montrent que le rayonnement du pontife et de sa cour dépasse largement le cadre de son seul palais. Prenons l’exemple de Martin IV. Le pontife français réside à Orvieto dans le palais épiscopal agrandi par Urbain IV et que lui-même a doté d’une aile nouvelle, comprenant une grande salle et une chapelle. C’est pourtant sur la place de la cathédrale que nous le voyons proclamer les excommunications les plus solennelles. Le 26 mars 1282, à l’occasion des festivités du Jeudi saint, il promulgue le procès contre deux ennemis de l’Église, Gui de Montefeltre et Lamberto da Bologna, pour leurs agissements en Romagne202. Le 7 mai suivant, Jeudi de l’Ascension, il fulmine des bulles mémorables : la première est l’anathème contre les Palermitains et contre tous ceux qui ont participé aux Vêpres siciliennes (qui ont eu lieu entre-temps, le 30 mars), la deuxième la condamnation de l’empereur byzantin, Michel Paléologue pour sa participation à la révolte de la Sicile, la troisième une réitération de la condamnation du Jeudi saint précédent contre Gui de Montefeltre et Lamberto da Bologna203. Le 18 novembre, fête de la Dédicace des basiliques de Saint-Pierre et Saint-Paul, nous trouvons une autre une série de bulles, mais proclamées cette fois depuis Montefiascone où le pape s’est déplacé entre-temps, sur la place qui s’étend devant l’église Saint-Flavien. Il s’agit de la promulgation de l’excommunication du roi Pierre III d’Aragon (qui, au mois d’août, a été appelé par les Siciliens pour remplacer la dynastie angevine), d’un avertissement contre Conrad d’Antioche, du renouvellement des procès contre Michel Paléologue et Gui de Montefeltre, de la confirmation de la condamnation de la ville de Pérouse pour ses exactions contre Foligno, de procès contre Spolète, Assise et autres villes, enfin contre Meggiano pour leur aide apportée à Pérouse dans cette affaire204. En 1283, nous trouvons une autre série de condamnations depuis Orvieto que le pape a regagné à la Noël 1282 : le 21 mars, la sentence déposant le roi Pierre III d’Aragon, qui a ceint la couronne de Sicile ; le 15 avril, Jeudi saint, une série de bulles (renouvellement de la condamnation précédente et des procès contre Conrad d’Antioche, Gui de Montefeltre, Pérouse, Spolète, Assise et autres villes, Meggiano) ; le 27 mai, Jeudi de l’Ascension, nouvelle série de bulles (confirmation de cette même condamnation de Pierre III et de celle concernant les Palermitains, renouvellement des procès contre Conrad d’Antioche, Gui de Montefeltre, Pérouse, Spolète, Assise et autres villes, Meggiano) ; le 18 novembre, Dédicace des basiliques de Saint-Pierre et Saint-Paul, une dernière série avec seulement trois bulles contre Pierre d’Aragon, Conrad d’Antioche et Nocera, Spello et Gualdo205. Tout au long de l’année 1284, nous retrouvons les mêmes condamnations, rituellement prononcées au cours des grandes fêtes : la déposition de Pierre d’Aragon et le procès contre Conrad d’Antioche renouvelés le 6 avril (Jeudi saint), les mêmes condamnations sont répétées le 18 mai (Jeudi de l’Ascension) et le 18 novembre (Dédicace des basiliques Saint-Pierre et SaintPaul)206. Il s’agit donc à chaque fois d’excommunications et de condamnations très solennelles, prononcées lors des fêtes que l’on attendait spécifiquement pour prononcer les anathèmes – d’où la précision topographique. Cela n’enlève rien à ce que nous apportent le détail de la datation des bulles. Elles sont toutes passées, pour Montefiascone, « ante predidctam Ecclesiam Sancti Flaviani » et, pour Orvieto, « in platea maioris ecclesiae », donc sur la place de la cathédrale, sauf dans un cas dont nous parlerons plus loin. Pour Orvieto, on se rappelle qu’il s’agissait de l’ancienne cathédrale, le nouvel édifice ne s’élevant qu’à partir de 1290. Il est difficile d’établir avec exactitude où se trouvait cette place. En effet, avant la reconstruction de la cathédrale, ce sont deux édifices qui servaient à l’évêque et au chapitre cathédral ; en outre, la situation respective de ces deux églises (Notre-Dame et Saint-Constant) est largement discutée. On remarquera cependant que si les bulles de Martin IV ne précisent pas duquel il s’agit, c’est peut-être parce que les deux édifices se trouvaient disposées parallèlement, comme le supposent la majorité des critiques. En ce cas, c’est à bon droit qu’on pouvait appeler la place s’étendant devant les deux sanctuaires « place de la cathédrale » de manière indéterminée. Par conséquent, la place se serait trouvée à peu près dans la position de la place actuelle207.

81Si l’on veut essayer de s’imaginer le déroulement concret de ces proclamations solennelles d’excommunication, il faut supposer que le pape n’apparaissait pas à la foule sans autre forme de procès, ni au même niveau qu’elle. On installait une estrade pour que le pontife soit vu et entendu, ainsi que le clerc chargé de lire la bulle le cas échéant. À cet égard, ce qui frappe dans le cas d’Orvieto, c’est que, selon la reconstitution de la chronologie du palais pontifical ici proposée, c’est seulement sous Nicolas IV qu’on verra apparaître la loggia à l’ouest du palais, qui propose comme une transcription permanente et en pierre de ces échafauds temporaires tant utilisés par son prédécesseur – sans parler de la loggia du palais Soliano construite une dizaine d’année plus tard, qui en donne une version encore plus monumentale et aboutie. Sous Martin IV, la place est donc bien cet interface entre la ville et le palais, qui peu à peu recule pour faire corps avec ce dernier et permettre au pontife d’apparaître à la foule sans sortir de sa résidence. Une précaution utile quand on voit justement les contestations et les troubles qu’avait connus le pontife français à Orvieto.

  • 208 Registres d’Honorius IV, n°494-495.
  • 209 Registres d’Honorius IV, n°768-769 ; n°807.
  • 210 L’absence de données climatologiques pour notre époque nous empêche bien entendu de vérifier la va (...)

82Seules quelques unes de ces bulles d’excommunication de Martin IV possèdent une autre localisation : les bulles du 6 avril et du 18 novembre 1284 sont prononcées non pas sur la place, mais « in maiori ecclesia », c’est-à-dire dans la cathédrale elle-même. Je ne crois pas qu’il faille attribuer une signification importante au choix de la cathédrale au lieu de la place. On retrouve la même alternative dans le cadre du pontificat du successeur de Martin IV. Le Jeudi saint 1286 (11 avril), Honorius IV renouvelle les condamnations faites par son prédécesseur d’une part envers Pierre III d’Aragon, décédé entretemps en 1285, et son fils Alphonse III, le nouveau roi d’Aragon ; d’autre part, contre la reine Constance, petite-fille de Frédéric II, fille de Manfred et veuve de Pierre d’Aragon, et contre son fils puîné Jacques d’Aragon qui a succédé à son père en Sicile208. De manière logique, puisque le pape Savelli habite alors sur l’Aventin, dans sa résidence familiale près de Sainte-Sabine, les excommunications sont proclamées « in Urbe ante ecclesiam S. Sabinae ». Lors des fêtes du Jeudi de l’Ascension suivant (23 mai), Honorius IV renouvelle la condamnation de Jacques d’Aragon et d’Alphonse d’Aragon ; puis à l’occasion de la Dédicace des basiliques des saints Pierre et Paul (18 novembre), il confirme le procès contre Jacques d’Aragon, sa mère Constance et les Siciliens, et il excommunie et suspend touts les prélats qui ont participé au couronnement de Jacques d’Aragon comme roi de Sicile209. Cette fois-ci les trois bulles sont fulminées « in Urbe in ecclesia S. Sabinae ». Comme on voit, ici non plus, il ne semble pas que le choix de proclamer une condamnation de l’intérieur du sanctuaire accolé au palais ou depuis la place voisine revête un sens spécifique. On ne peut pas établir de lien entre le changement de lieu et une solennité plus ou moins grande de l’acte. Il semble bien que le déroulement de la cérémonie sur la place soit la règle et son transfert à l’intérieur du sanctuaire l’exception. Une explication évidente vient aussitôt à l’esprit. On préférait sans doute donner plus de faste et de publicité au rite, en le célébrant à l’extérieur. Et c’est sans doute le mauvais temps qui devait contraindre à une solution de repli dans la cathédrale ou la basilique voisine210.

  • 211 Registres de Boniface VIII, n°5384.
  • 212 Paravicini Bagliani, Bonifacio VIII, cit., p. 344.

83Le rôle d’interface entre la ville et le palais joués par l’église majeure du lieu ou la place voisine (directement ou par l’intermédiaire d’une loggia) ne s’arrêtait pas aux proclamations solennelles qui s’y déroulaient concrètement. Même les déclarations qui étaient faites dans le cadre du palais devaient être connues avec le maximum de publicité, non pas quand il s’agissait des décisions prises dans le cadre du consistoire secret ou même dans la chambre du pape, mais lorsqu’on avait à faire à des questions politiques ou judiciaires qui pour avoir effet devaient être connues de tous. Ainsi, en 1282, Martin IV fait afficher sur les portes de l’église Saint-Flavien une menace d’excommunication contre le roi Pierre d’Aragon. L’église est relativement éloignée du centre urbain et du palais pontifical, mais c’est le plus important sanctuaire de Montefiascone où réside le pontife. Le pape Caetani prend vingt ans plus tard une disposition beaucoup plus générale. Par bulle du 15 août 1303, Boniface VIII précise que toutes les citations à comparaître, qu’elles soient faites dans l’audience des lettres contredites ou dans la grande salle du palais et quel que soit le lieu de résidence de la curie, doivent être ensuite affichées sur les portes de l’église principale du lieu en question : « ...declaramus [...] ut citationes [...] factae in audientia litterarum aut in aula nostri palatii, postmodum affigendae ianuis maioris ecclesiae, loci in quo Romana communis omnium christiani populi nationum residebit curia... »211. Mais il s’agissait aussi dans le cas présent d’une réponse du pape Caetani pour contourner les procédés du roi de France et de ses légistes à son encontre, qui empêchaient la promulgation des bulles pontificales dans le royaume en leur interdisant le franchissement des frontières212. Désormais, les lettres papales auraient validité dès leur promulgation, même si elles ne pouvaient rejoindre leur destinataire.

84Comme on l’a vu au chapitre II.2, le principe de la loggia permettait de résoudre les contradictions ou d’unir les deux solutions. Comme dans les rassemblements à ciel ouvert, elle donnait la possibilité d’accueillir des affluences très nombreuses ; comme lors des annonces faites dans le cadre d’une église, elle consentait au pape de rester à l’abri des intempéries et plus globalement hors d’atteinte, en ne sortant pas de son palais et en se maintenant à distance de la foule. Si l’on accepte l’hypothèse que la loggia de Boniface VIII au Latran n’a été édifiée qu’après la proclamation du jubilé de 1300, il est frappant de constater que cette chronologie correspond au récit du cardinal Jacopo Stefaneschi, qui affirme que la cérémonie du Jeudi saint 1300 (7 avril), où le pape confirma les indulgences attachées au pèlerinage et accepta même d’en alléger les conditions, s’était tenue en plein air, en présence d’une foule immense. La multitude des pèlerins fut peut-être une des raisons de la construction de la loggia, non pas tant comme on l’affirma jadis pour proclamer le jubilé, mais parce que la proclamation du jubilé incita à se doter d’un dispositif plus adapté qu’une estrade sur la place. Mais c’était aussi le signe d’un rapport plus distant avec la ville, dont le palais d’Avignon allait accomplir pleinement les conséquences.

Notes

1 La bibliographie à citer serait immense, même en s’en tenant à la question de l’Empire. Je ne donne ici que quelques titres récents ou importants : Brühl (C.), Palatium und Civitas : Studien zur Profantopographie spätantiker Civitates vom 3. bis zum 13. Jahrhundert, 3 t., Cologne-Vienne, 1975-1990 ; Binding (G.), Deutsche Königspflazen von Karl den Grossen bis Friedrich II. (765-1240), Darmstadt, 1996 ; Voltmer (E.), « “Palatia” imperiali e mobilità della corte (secoli ix-xiii) », dans Arti e storia nel medioevo, t. I, Tempi, spazi, istituzioni, Castelnuovo (E.) et Sergi (G.) dir., Turin, 2002, p. 557-630.

2 Sur la question, voir la bibliographie donnée dans le chapitre sur le Latran.

3 Historia diplomatica Friderici Secundi..., Huillard-Bréholles (J.-L.-A.), t. V, vol. 1, Paris, 1857, p. 308-312, cf. p. 312.

4 Voci (A. M.), « I palazzi papali del Lazio », dans Itineranza pontificia : la mobilità della curia papale nel Lazio (secoli xii-xiii), Carocci (S.) dir., Rome, 2003, p. 211-249, cf. p. 218. L’auteur fait remarquer que les élections pontificales de 1198, 1227 et 1241 eurent lieu au Septizonium que connaissaient donc bien Grégoire IX et la cour pontificale.

5 « Annales Colonienses Maximi », Pertz (G. H.) éd., dans MGH, SS, t. XVII, p. 842.

6 On notera qu’en 1231 était achevé le pavement de la crypte de la cathédrale d’Anagni et que, parmi les diverses datations proposées pour les fresques de celle-ci, on a suggéré l’année 1239, en rapport précisément avec le séjour estival de Grégoire IX. Sur le premier point, cf. Parlato (E.) et Romano (S.), Roma e il Lazio, Milan, 1992, p. 308 ; sur le second, cf. le chapitre sur Anagni.

7 Ce palais se trouvait à Capo di Piazza (appelé au xvie siècle rue della Sellaria ou del Pendino). À partir de 1285 environ, l’édifice devint la Monnaie du royaume angevin, cf. Pannuti (M.), « La zecca e gli incisori a Napoli dal XII secolo ai Borbone », dans Museo nazionalelogico di Napoli. La collezione numismatica. Per una storia monetaria del Mezzogiorno, Naples, 2001, p. 124-125. Je compte revenir sur le sujet dans une prochaine étude.

8 Rodenberg (C.), Epistolae saeculi xiii e regestis pontificum romanorum selectae, t. III, Berlin, 1894, p. 314, n°346.

9 La notice de Schaller (H. M.), « Della Vigna, Pietro », dans Dizionario biografico degli Italiani, t. 37, Rome, 1989, p. 776-784, mentionne aussi ces informations, p. 779-780, mais seulement d’après la lettre d’Alexandre IV.

10 Voci, « I palazzi papali del Lazio », cit. De manière plus spécifique, Andrews voit aussi une influence du palais impérial sur l’architecture locale, dont le palais pontifical, à propos du motif de l’arc appareillé à crossettes (qui apparaît dans la porte d’accès à la loggia), Andrews (D.), « Medieval domestic architecture in northern Lazio », dans Medieval Lazio : Studies in architecture, painting and ceramics, Oxford, 1982, p. 1-121, cf. p. 44.

11 La résidence avait été construite en 1240, cf. Sensi (M.), « Foligno all’incrocio delle strade », dans Angèle de Foligno. Le dossier, Rome, 1999, p. 267-292 : p. 276 ; Gualdi Sabatini (F.), « Foligno, San Francesco », dans Francesco d’Assisi. Chiese e conventi [Exposition. Narni, San Domenico. 1982], p. 178-180.

12 Flusin (B.), « Les reliques de la Sainte-Chapelle et leur passé impérial à Constantinople », dans Le trésor de la Sainte-Chapelle [Exposition. Paris. 2001], p. 20-31, cf. p. 28-30.

13 Molinier (É.), « Inventaire du trésor du Saint-Siège sous Boniface VIII (1295) », dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 43, 1882, p. 277-310 et 626-640 ; t. 45 1884, p. 31-57 ; t. 46, 1885, p. 16-44 ; t. 47, 1886, p. 646-667 ; t. 49, 1888, p. 226-237, cf. n°811 (le parement décrit représente Grégoire X et l’empereur Michel Paléologue) ; cf. aussi n°819 et n. 1. Le n°722 (une icône « de opere Veneticorum » avec perles et verre églomisé) atteste aussi les contacts de la papauté avec la médiatrice de l’Orient, Venise.

14 Gardner (J.), « The artistic patronage of pope Nicholas IV », dans Oreficerie e smalti in Europa fra xiii e xiv secolo. Atti del convegno di studi (Pisa, 1996), Calderoni Masetti (A. R.) éd. = Annali della Scuola normale superiore di Pisa, 4e sér., t. 2/1, 1997, p. 1-8, cf. p. 2 ; Gardner (J.), « Patterns of papal patronage circa 1260-circa 1300 », dans The religious roles of the papacy : Ideals and realities 1150-1300, Ryan (C.) dir., Toronto, 1989, p. 439-456, cf. p. 451.

15 « Annales Parmenses », Pertz (G.) éd., dans MGH, SS, t. XVIII, p. 685.

16 Potthast, qui avait rapproché ces deux textes, avait remarqué la contradiction chronologique, sans la résoudre (Potthast, p. 1701). Il faut supposer que c’est fra Salimbene (ou la tradition manuscrite de son texte) qui s’est trompé, en écrivant ici « 5 » par erreur pour « 6 ». Cette chronologie se déduit de la mention de la fête de saint Ni-colas, qui est le 6 décembre, et par un acte de la chancellerie daté du 5 décembre, qui est passé à Parme.

17 Salimbene de Adam, Cronica, Scalia (G.) éd., Turnhout, 1998-1999, 2 vol., vol. 2, p. 744.

18 Miller (M. C.), The bishop’s palace. Architecture and authority in medieval Italy, Ithaca (N.Y.), 2000.

19 Il faut souligner que Mme Miller s’intéresse plus spécialement aux régions qui vont depuis la Lombardie jusqu’à la Toscane, mais son tableau ne semble pas être inadéquat par rapport à des zones plus méridionales, comme le Latium ou l’Ombrie qu’elle ne traite que marginalement.

20 Gandolfo (F.), « Assisi e il Laterano », dans ASRSP, t. 106, 1983, p. 63-113, a montré par exemple que pour la question de la chaire pontificale dans les deux basiliques l’influence s’est faite dans le sens Assise-Latran et non le contraire comme on le croyait traditionnellement.

21 Salimbene de Adam, Cronica, Scalia (G.) éd., Bari, 1966, 2 vol., p. 235.

22 Frutaz (A. P.), « La chiesa di San Francesco in Assisi, “basilica patriarcale e capella papale” », dans Miscellanea francescana, t. 54, 1954, p. 399-432, cf. p. 423 et pl. I. ; Di Mattia (G.), Profilo storico-giuridico della basilica patriarcale e capella papale e del Sacro convento di S. Francesco in Assisi, Assisi, 1966.

23 Il devait résider à nouveau dans le palais pontifical et non dans le palais épiscopal, comme le suppose Voci, « I palazzi papali del Lazio », cit., n. 11 à la suite d’une erreur qu’on mentionnera plus loin.

24 Pietralunga (L. da), Descrizione della basilica di San Francesco in Assisi, introd., notes et comm. de Scarpellini (P.), Trévise, 1982, p. 51 : « Circa la consacratione, non solamente consacrò la altare, ma ancora tutta la chiesa con il convento, però se dice il Sacro Convento... ».

25 L’évolution n’aboutit que bien plus tard, au cours du pontificat de Benoît XIV. Mais l’assimilation de la basilique à une église pontificale est déjà attestée au xiiie siècle, cf. Gandolfo, « Assisi e il Laterano », cit., ou encore la monographie classique de Belting (H.), Die Oberkirche von S. Francesco in Assisi, Berlin, 1977.

26 Strehlke (C. B.), « Saint François d’Assise : sa culture, son culte et sa basilique », dans Sauver Assise [Exposition. Paris. 1999], p. 24-43, cf. p. 32.

27 Pour les rapports conflictuels entre papes et ministres généraux à propos de la construction et de la décoration du sanctuaire, voir Bonelli (R.), « Basilica di Assisi : i committenti », dans Antichità viva, t. 24, n°1-3, 1985, p. 174-179 (à propos d’Innocent IV et Jean de Parme) et Strehlke, « Saint François d’Assise... », cit., p. 36-37 (à propos de Nicolas III et Bonagrazia de Persiceto).

28 Monciatti (A.), « Due “palazzi papali” ad Assisi. Residenze ed edifici rappresentati nelle relazioni fra la basilica francescana e Roma », dans « Domus et splendida palatia ». Residenze papali e cardinalizie a Roma fra xii e xiv secolo. Atti della giornata di studio (Pisa, 14 novembre 2002), Pise, 2004, p. 89-106.

29 Registres de Nicolas IV, n°7653 (cf. aussi 7654, ordre, relatif à la même affaire, donné à son chapelain et ses deux portiers).

30 Voir le chapitre sur le Latran.

31 Miller, The bishop’s palace..., chapitre 1 (« La résidence épiscopale à la fin de l’Antiquité : l’episcopium »).

32 Gigliozzi a egalement bien entrevu ce point, cf. Gigliozzi (M. T.), I palazzi del papa..., Rome, 2003, p. 35.

33 Miller, The bishop’s palace..., chapitre 3, notamment p. 100-104.

34 Miller, The bishop’s palace..., p. 105 et 107-110.

35 Miller, The bishop’s palace..., exemples p. 105-106 et tout le chapitre 6 (« La chapelle de l’évêque »).

36 Paravicini Bagliani (A.), Il corpo del papa, Turin, 1994, p. 288 et p. 298 n. 73.

37 Tolommeo da Lucca, ≪Historia ecclesiastica≫, Muratori (L. A.) ed., RIS, t. XI, Milan, 1727, col. 1176.

38 Dans un article que je suis volontiers par ailleurs, Mme Barone considère qu’on ne peut pas voir de rapport dans le choix de Nicolas IV de résider à Sainte-Marie-Majeure et la position de Giacomo Colonna dans la basilique, étant donné que ce dernier est attesté comme habitant dans un autre palais en 1288-1289. À mon sens, il s’agit justement de la conséquence de l’arrivée du pontife dans le palais de l’archiprêtre, comme on le verra plus loin. Barone (G.), « Niccolò IV e i Colonna », dans Niccolò IV : un pontificato tra Oriente e Occidente. Atti del convegno internazionale di studi (Ascoli Piceno, 1989), Menestò (E.) dir., Spolète, 1991, p. 73-89, cf. p. 86-87.

39 Carocci (S.), Il nepotismo nel Medioevo. Papi, cardinali e famiglie nobili, Rome, 1999, cf. tout le chapitre sur le népotisme cardinalice et de nombreux autres passages (par exemple, p. 188, sur l’avidité du cardinal Giovanni Boccamazza qui conduisit au « suicide » le bourg de Caprignano, en Sabine, ou, p. 181, sur les disponibilités financières immenses du cardinal Gérard de Parme – on reviendra plus loin sur ce dernier épisode).

40 Bulle du 18 juillet 1289, « Celestis altitudo potentie », Registres de Nicolas IV, n°2217. Cf. Waley (D. P.), The papal state in the thirteenth century, 2e éd. Londres, 1969 (éd. or. Londres-New York, 1961), p. 223.

41 Cf. par exemple Carocci (S.), Baroni di Roma. Dominazioni signorili e lignaggi aristocratici nel Duecento e nel primo Trecento, Rome, 1993, p. 32.

42 Digard (G.), Philippe le Bel et le Saint-Siège de 1285 à 1304, Paris, 1936, 2 t., t. I, p. 142.

43 Carocci (S.), « Insediamento aristocratico e residenze cardinalizie a Roma fra xii e xiv secolo », dans « Domus et splendida palatia ». Residenze papali e cardinalizie a Roma fra xii e xiv secolo. Atti della giornata di studio (Pisa, 14 novembre 2002), Pise, 2004, p. 17-28.

44 Avant la parution de la contribution de Carocci, il n’existait aucune synthèse satisfaisante sur le sujet, comme le soulignait déjà il y a trente ans Paravicini Bagliani (A.), Cardinali di curia e « familiae » cardinalizie dal 1227 al 1254, Padoue, 1972, 2 t., p. 486-487. Voir cependant de nombreuses indications importantes dans Pistilli (P. F.), « L’architettura a Roma tra il 1198 e il 1254 », dans Roma nel Duecento, Romanini (A. M.) dir., Turin, 1991, p. 1-71 et dans Id., « Considerazioni sulla storia architettonica dell’abbazia romana delle Tre Fontane nel Duecento », dans Arte Medievale, 2e sér., t. 6, 1992, n°1, p. 163-192, passim.

45 Je ne mentionne ici que les palais cardinalices dont la construction ou la rénovation pouvaient remonter à une période proche de celle ici étudiée.

46 Sur les commandes artistiques du cardinal, il existe une importante bibliographie, cf. en dernier lieu Castronovo (S.), « Limoges et l’Italie : le cas du Piémont au xiiie siècle », dans L’Œuvre de Limoges. Art et histoire au temps des Plantagenêts. Actes du colloque (Paris, 1995), Paris, 1998, p. 341-383, passim.

47 Filippini (G. A.), Ristretto di tutto quello, che appartiene all’antichità, e veneratione della Chiesa di Santi Silvestro, e Martino de’ Monti di Roma, Rome, 1639, p. 16, cité d’après Monciatti dans Castelnuovo (E.) et Monciatti (A.), « Préhistoire du palais des papes », dans Monument de l’histoire. Construire, reconstruire le palais des papes. xive-xxe siècle [Exposition. Avignon. 2002], p. 116-121, cf. p. 117.

48 Bertoldi (M. E.), « Hugo de Evesham : tracce sulla pietra di un cardinale inglese a Roma (1281-1287) », dans Ab aquilone. Nordic studies in honour and memory of Leonard E. Boyle, o. p., Rodén (M.-L.) dir., Stockholm, 1999, p. 15-25.

49 Registres d’Honorius IV, n°671 (résidence, probablement à Sainte-Suzanne, de son cardinal titulaire, mais cela n’est pas explicité).

50 Dykmans (M.), Le cérémonial papal de la fin du Moyen Âge à la Renaissance, t. I, Le cérémonial papal du xiiie siècle, Bruxelles-Rome, 1977, p. 85-87. Sa charge de prieur de Sainte-Sabine n’est indiquée que par Cardella (L.), Memorie storiche dei cardenali, t. II, Rome, 1793, p. 10. Selon le P. Berthier (J. J.), L’église de Sainte-Sabine à Rome, Rome, 1910, p. 387-394, le cardinal aurait offert des livres de chœur au couvent de Sainte-Sabine, mais la notice semble infondée selon Pace (V.), « Per la storia della miniatura duecentesca a Roma », dans Studien zur mittelalterlichen Kunst. 800-1250. Festschrift für Florentine Mütherich, Bierbrauer (K.), Klein (P. K.) et Sauerländer (W.) dir., Munich, 1985, p. 255-262 ; rééd. dans Id., Arte a Roma nel Medioevo, Naples, 2000, p. 201-217, cf. p. 212. Les liens du cardinal avec Sainte-Sabine restent donc nébuleux.

51 Mais voir désormais, Carocci, « Assetti socio-politici... », cit., p. 21-22.

52 Registres d’Honorius IV, p. XVI et n°823 : « Actum Rome in domibus hospitalis Sancti Spiritus in Saxia de Urbe » et, plus loin : « Actum Rome in hospitalis domibus... ».

53 Registres d’Honorius IV, no 302.

54 Registres d’Honorius IV, no 605.

55 Registres de Boniface VIII, no 5403.

56 Prandi (A.), Il complesso monumentale della basilica celimontana dei Ss. Giovanni e Paolo, Rome-Cite du Vatican, 1953 ; resume dans Id., Ss. Giovanni e Paolo, Rome, 1957, cf. notamment p. 36-40 ; Pistilli, « L’architettura a Roma tra il 1198 e il 1254 », cit., p. 11-29.

57 Registres de Nicolas IV, no 477-479 (novembre-decembre 1288) ; autre attestation en mars 1289 fournie par Barone, « Niccolo IV e i Colonna », cit., cf. n. 83.

58 Un certame dettatorio tra due notai pontifici (1260). Lettere inedite di Giordano da Terracina e di Giovanni da Capua, Sambin (P.) ed., Rome, 1955, p. 56-57 (7e lettre d’un ensemble de onze lettres de Giovanni da Capua).

59 Registres d’Innocent IV, no 7424.

60 On déjà mentionné sa décoration dans le chapitre II.1.

61 Sur l’époque carolingienne, voir Barelli (L.) et Falconi (M.), « I Ss. Quattro Coronati a Roma : nuove acquisizioni sugli edifici annessi alla basilica carolingia », dans Palladio, nouv. sér., t. 8, n°16, juillet-décembre 1995, p. 5-14.

62 Barelli (L.) et Falconi (M.), « Il palazzo dei Ss. Quattro Coronati », dans Cultura artistica, città e architettura dell’età federiciana, Atti del convegno di studi (Caserta, 30 nov.-1er déc. 1995), Gambardella (A.) dir., Rome, 2000, p. 279-291, cf. fig. 1 et 2 (plan et élévation).

63 Andreina Draghi insiste de manière presque exclusive sur cette dernière fonction, probablement à cause de l’iconographie d’une partie des fresques qui y sont représentées, mais il me semble qu’on ne peut pas lui donner un usage univoque. Draghi (A.) et Matera (F.), « Gli affreschi nel convento dei Ss. Quattro Coronati a Roma : un capitolo inedito della pittura romana del Duecento », dans Rivista dell’Istituto nazionale d’archeologia e storia dell’arte, t. 54, 1999, p. 115-166, cf. p. 123.

64 Barelli et Falconi, « Il palazzo dei Ss. Quattro Coronati », cit., cf. la reconstitution du dispositif par Mara Falconi, p. 281.

65 Draghi et Matera, « Gli affreschi nel convento dei Ss. Quattro Coronati a Roma... », cit., cf. n. 2 p. 116 ; Barelli et Falconi, « Il palazzo dei Ss. Quattro Coronati », cit., cf. Lia Barelli, p. 286 et fig. 1, n°4.

66 Barelli (L.), « Il palazzo cardinalizio dei Ss. Quatro Coronati a Roma nel Basso Medioevo », dans Il Lazio tra Antichità e Medioevo, Studi in memoria di Jean Coste, Mari (Z.), Petrara (M. T.) et Sperandio (M.) dir., Rome, 1999, p. 111-124, cf. p. 120-122.

67 Draghi et Matera, « Gli affreschi nel convento dei Ss. Quattro Coronati a Roma... », cit., p. 123.

68 Barelli (L.), « Il palazzo cardinalizio dei Ss. Quatro Coronati a Roma... », cit., p. 121.

69 Sur ce personnage (mort en 1300), un peu obscur, voir les données biographiques dans le chapitre sur Anagni.

70 Barclay Lloyd (J. E.), The medieval church and canonry of S. Clemente in Rome, Rome, 1989, p. 145, d’après Finke (H.), Aus den Tagen Bonifaz VIII. Funde und Forschungen, Münster-en-Westphalie, 1902, p. XLII.

71 Cf. chap. II.1.

72 Giovenale (G. B.), La basilica di S. Maria in Cosmedin, Rome, 1927, p. 157-170, cf. notamment p. 157-160.

73 Sur l’histoire de la résidence, cf. Giovenale, La basilica di S. Maria in Cosmedin, cit., p. 406-419 ; Pistilli, « Considerazioni sulla storia architettonica... », cit., p. 178 et passim (notamment p. 182, n. 83, p. 184).

74 Sur ce dernier, voir la synthèse donnée dans le chapitre I.5 sur la résidence pontificale de l’Aventin.

75 Pistilli, « Considerazioni sulla storia architettonica... », cit., p. 182.

76 Krautheimer (R.), Rome, portrait d’une ville, 312-1308, Paris, 1999, p. 717 et ill. 171 (dont il faut lire la legende comme « Une vue du Transtevere depuis l’Aventin » et non le contraire).

77 Registres d’Honorius IV, no 830. Le terme de forteresse et la mention de la chambre reviennent dans un acte passe par Giacomo Savelli encore cardinal : « in arce Palumbarie in camera predicti domini cardinalis », ibid., no 974.

78 Finke, Aus den Tagen Bonifaz VIII..., cit., annexe n°11, cf. p. LIII.

79 Ughelli (F.), Italia Sacra..., Venise, 1717-1722, t. I, col. 265-267 : « in camera hospitii in qua idem cardinalis morabatur ».

80 Registres d’Honorius IV, n°176 : « per eundem reverendum patrem dominum Gervasium cardinalem pro tribunali sedentem Tibure in hospitio ejusdem domini cardinalis in aula in qua jura idem dominus cardinalis reddere consuevit... ».

81 Registres d’Honorius IV, n°202 : « per prefatum dominum cardinalem Tybure in hospitio suo pro tribunali sedentem... ».

82 Registres d’Honorius IV, n°666 : « Tibure, in capella ipsius domini cardinalis... », « Tibure in camera predicti domini cardinalis » (les deux lieux sont attestés car les deux parties en conflit ont choisies toutes deux le cardinal comme arbitre, ce qui fournit deux souscriptions différentes passées en deux endroits de la résidence).

83 Registres d’Honorius IV, n°434 : « in hospitio ejusdem ».

84 Signorelli (G.), Viterbo nella storia della Chiesa, Viterbe, 1907-1964, 3 t. en 5 vol., vol. 1, p. 237 n. 5 : « apud fratres Predicatores in hospitio nostro », « in domibus in qua morabatur iuxta ecclesiam S. M. in gradibus » (Registres d’Alexandre IV, ep. 63 et Registres d’Urbain IV, n°45 et 215).

85 Ibid. : « in proferlo S. Matthei de Sunsa ubi dictus D. card. morabatur » (doc. n°24 des archives du monastère Sainte-Rose) et Registres de Clément IV, p. 535.

86 Registres de Nicolas IV, n°1653 et n°6273 (« in camera sua, ubi jus publice reddere consuevit »).

87 Egidi (P.), « L’archivio della cattedrale di Viterbo », dans Bullettino dell’Istituto storico italiano per il medio evo, t. 27, 1906, p. 7-382 ; t. 29, 1908, p. 83-103, cf. t. 27, p. 176-177 (doc. n°199).

88 Calpini (L.), « La guerra di Narni e Stroncone nel 1293 », dans ASRSP, t. 98, 1975, p. 5-54, cf. p. 54 : « ...Reate in hospitio suo ».

89 Pour une introduction historique qui semble être encore aujourd’hui la référence sur le sujet : Ermini (G.), « I rettori provinciali dello Stato della Chiesa da Innoncenzo III all’Albornoz », dans Rivista di storia del diritto italiano, t. 4, 1931, p. 29-104.

90 C’est ce qu’affirment également Ermini, « I rettori provinciali dello Stato della Chiesa... », cit., p. 88 et Caciorgna (M. T.), « Il governo di Campagna e Marittima. Elementi per lo studio del rettorato provinciale a Ferentino nel XIII secolo », dans Statuti e ricerca storica. Atti del convegno (Ferentino, 1988), s.l.s.d. [Ceccano, 1991], p. 143160, cf. p. 154-155.

91 Très nombreux exemples donnés par Ermini, « I rettori provinciali dello Stato della Chiesa... », cit., n. 162 p. 89, notamment dans les Marches et en Romagne.

92 Palmieri (Dom G.), Introiti ed esiti di papa Niccolà III, 1279-1280, Rome, 1889, p. 94 : « De’ dare soldi diece di ravignani, di XI settembre pagai a messi d’andarono a certe terre de la Marca, per sapere dal loro che patti voles-sono fare co noi per istarvi la corte ». Cf. aussi le commentaire d’Ermini, « I rettori provinciali dello Stato della Chiesa... », cit., n. 161 p. 89.

93 Dans les chapitres sur Pérouse et Rieti ; voir également plus bas.

94 Ermini, « I rettori provinciali dello Stato della Chie-sa... », cit., p. 90-92 ; p. 95-96 sur les nouvelles résidences : Rimini, Césène et surtout Faenza pour la Romagne ; Macerata et Montolmo pour les Marches ; Bénévent ; pour la Campagne et Maritime, essentiellement Frosinone ; pour le Patrimoine, notamment Montefiascone.

95 Fumi (L.), « La rocca di Montefalco e i pareri tecnici per la sua costruzione (1324) », dans Bollettino della Deputazione di storia patria per l’Umbria, t. 13, 1907, p. 469-481. Dans la construction fut impliquée le célèbre architecte siennois Lorenzo Maitani.

96 Catracchia (B.), « Ferentino e il rettorato di Campagna e Marittima », dans Bollettino dell’Istituto di storia e di arte del Lazio meridionale, t. 5, 1967-1968, p. 31-51, notamment p. 31-35 ; Panza (A.), « Il palazzo vescovile », dans Storia dell’arte e del territorio : Ferentino. Atti della Settimana di studi di storia dell’arte medievale dell’Università di Roma (Roma, 1977) = Storia della città, n°15-16, 1980, p. 109-112, ainsi que les autres contributions dans le même numéro ; Scarpignato (M. A.) et Motta (R.), « Ferentino », dans Lazio medievale. 33 abitati delle antiche diocesi di Alatri, Anagni, Ferentino, Veroli, Rome, 1980, p. 145-166 ; Zannella (C.), « Ferentino », dans Storia dell’arte italiana, t. 8, Inchieste su centri minori, Turin, 1980, p. 281-311, cf. p. 290 et passim et ill. 363, 367-369 ; Marchetti (M. I.), « L’acropoli di Ferentino in età altomedievale : spunti e riflessioni », dans Per Ferentino medievale. Atti dei convegni. Le tecniche costruttive storiche a Ferentino (Ferentino, 1991) ; La diocesi di Ferentino nella vicenda della Campagna e della Marittima... (Ferentino, 1996), Ferentino, 2003, p. 51-79, cf. p. 65-66 ; Stasolla (F. R.), « Uso e riuso di strutture a Ferentino in età medievale », ibid., p. 81-128, cf. p. 83 et passim.

97 Caciorgna, « Il governo di Campagna e Marittima... », cit., p. 154-155.

98 Ibid.

99 Et non 1367, comme cela est parfois indiqué sur la base de l’indication de la bulle selon l’ancien style.

100 Sur Ninfa, voir les indications données dans le chapitre I.5 consacré au palais-forteresse romain de l’Aventin.

101 Cortonesi (A.), « Un restauro trecentesco della rocca di Frosinone », dans Latium, t. 1, 1984, p. 5-51 ; sur les aspects financiers et économiques, cf. Cortonesi (A.), « Il lavoro edile nel Lazio del Trecento : Frosinone, cantiere della rocca, a. 1332 », dans Castelli. Storia e archeologia. Relazioni e comunicazoni al Convegno (Cuneo, 6-8 dicembre 1981), Comba (R.) et Settia (A. A.) dir., Turin, 1984, p. 241-258.

102 On a utilisé le plus souvent l’expression « Patrimoine de saint Pierre » dans son sens large, qui équivaut à l’ensemble du Latium ; dans l’acception administrative en usage au xive siècle, qui nous importe ici, le « Patrimoine » correspond seulement à la Tuscie romaine, c’est-àdire au Latium septentrional.

103 Voir l’inscription du Capitole, datée de 1300, et publiée par Forcella (V.), Iscrizioni delle chiese e d’altri edifici di Roma..., Rome, 1869-1884, 14 vol., vol. I, p. 26, n°4.

104 Antonelli (M.), « Una relazione del vicario del Patrimonio a Giovanni XXII in Avignone », dans ASRSP, t. 18, 1895, p. 447-467, cf. p. 453.

105 Paravicini Bagliani (A.), « La mobilità della curia romana nel secolo xiii. Riflessi locali », dans Società e istituzioni dell’Italia comunale : l’esempio di Perugia (secoli xii-xiv), Pérouse, 1988, vol. 1, p. 155-278, cf. partie II (Aspects organisationnels).

106 Voir les nuances apportées par S. Carocci dans l’introduction du numéro susdit. À cet égard, la vision de Gigliozzi est marquée par un optimisme un peu naïf, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 23.

107 En même temps, la ville ne pouvait que se réjouir des nombreux avantages tirés de la présence de la curie, par exemple lorsque le pape apporta son soutien aux travaux du pont du Rhône (qui était celui de la route de l’Italie), cf. Paris, Matthaei Parisiensis monachi S. Albani Chronica majora, cit., t. IV, p. 417. Il ne s’agit donc pas de la Saône, comme le dit Jullian (R.), « Lyon et l’Italie au Moyen Âge », dans Revue des études italiennes, t. 5, 1958, p. 133-146, cf. p. 141.

108 Registres de Clément IV, n°1174.

109 Aux cinq documents déjà connus, Sara Menzinger en a ajouté onze autres, cf. Menzinger (S.), « Viterbo “città papale” : motivazioni e conseguenze della presenza pontificia a Viterbo nel xiii secolo », dans Itineranza pontificia. La mobilità della curia papale nel Lazio (secoli xii-xiii), Carocci (S.) dir., Rome, 2003, p. 307-340 : p. 327-331.

110 Egidi, « L’archivio della cattedrale di Viterbo », cit., t. 27, p. 243-244 (doc. n°312).

111 Egidi, « L’archivio della cattedrale di Viterbo », cit., t. 27, p. 248 (doc. n°322). Menzinger a montré que ces dispositions se sont imposées seulement après le conclave de 1268-1271 ; elle illustre aussi parfaitement toutes les tensions qui en découlent. Menzinger, « Viterbo “città papale”... », cit., p. 331-333.

112 Pagnotti (F.), « Niccolò da Calvi et la sua “Vita d’Innocenzo IV” », dans ASRSP, t. 21, 1898, p. 7-120, cf. p. 113-114.

113 Par inadvertance, ce passage a été interprété par A. Paravicini Bagliani comme une demande du pontife à la commune de restaurer la résidence pontificale ; Paravicini Bagliani, « La mobilità della curia romana nel secolo xiii. Riflessi locali », cit., cf. p. 197 et Id., La cour des papes au xiiie siècle, Paris, 1995, p. 62. L’erreur a été reprise par Voci, « I palazzi papali del Lazio », cit., n. 11 et Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., n. 15 p. 38 et n. 30 p. 42.

114 Paris (M.), Matthaei Parisiensis monachi S. Albani Chronica majora, Luard (H. R.) éd., Londres, 1872, t. V, p. 238 ; cité aussi par Voci, « I palazzi papali del Lazio », cit. Je ne sais d’où le P. Dykmans tire la version légèrement différente qu’il donne : « ...scientes ex eius adventu emolumenta provenire » ; Dykmans (M.), « Les transferts de la curie romaine du xiiie au xve siècle », dans ASRSP, t. 103, 1980, p. 91-116, cf. n. 53.

115 Iozzelli (F.), Odo da Châteauroux. Politica e religione nei sermoni inediti, Padoue, 1994, édition p. 238-239, datation p. 144-145 n. 60 et commentaire p 149 et suiv.

116 Palermo (A.), « L’economia », dans Roma nel Rinascimento, Pinelli (A.) dir., Rome-Bari, 2001, p. 49-91, cf. p. 71, où il oppose (dans une contribution par ailleurs remarquable) la situation du xve siècle à celle qui serait caractéristique de la Rome du xiiie siècle, résumée d’après les travaux d’Étienne Hubert.

117 Paravicini Bagliani (A.), Bonifacio VIII, Turin, 2003, p. 147.

118 Un certame dettatorio tra due notai pontifici (1260)..., cit., p. 56-57.

119 Les négociations pouvaient d’ailleurs ne pas aboutir, comme le prouve le cas de Montpellier et Grégoire X illustré par Roberg (B.), « Auf der Suche nach einem Konzilsort. Gregor X. und die Vorbereitung der Generalsynode von 1274 », dans Ecclesia militans. Studien zur Konzilien- und Reformationsgeschichte Remigius Bäumer zum 70. Geburtstag gewidmet, I, Paderborn, 1988, p. 97-110, cf. p. 103-108.

120 Le commentaire et l’édition du texte sont donnés dans Le Pogam (P.-Y.), Les maîtres d’œuvre au service des papes dans la seconde moitié du xiiie siècle, Rome, 2004, cf. notamment chap. I et annexe I. On ne peut donc plus dire qu’il est impossible de reconstituer la dynamique des accords, comme l’affirme Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 110.

121 Gigliozzi a également eu l’intuition de cette idée à propos de Rieti, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 29.

122 Egidi (P.), « Le croniche di Viterbo scritte da frate Francesco d’Andrea », dans ASRSP, t. 24, 1901, p. 197-252 et 299-371, cf. p. 327-328 ; voir texte complet en annexe.

123 Sur cette évolution, cf. Waley, The papal state in the thirteenth century, cit., p. 222.

124 Guidoni indique qu’il fut aussi podestat de Foligno, pendant ses années d’opposition à Pérouse, mais les dates citées (1284-1286) ne collent ni avec le contexte, ni avec le pontificat du pape ; Guidoni (E.), « La cultura urbanistica a Roma e nell’Italia centrale tra Due e Trecento », dans Roma anno 1300, p. 689-694, cf. p. 692.

125 Registres de Nicolas IV, n°7054-7056.

126 Silvestrelli (G.), Città, castelli e terre della regione romana..., 2e éd., Città di Castello, 1940, réimpr., Rome, 1970, 2 vol., vol. I, p. 102 et vol. II, p. 843 ; sur la seule Tuscania, Guidoni, « La cultura urbanistica... », cit., p. 692.

127 On ne peut pas prétendre donner ici une bibliographie même sommaire sur le sujet. Je citerai seulement quelques références parmi les plus utiles : Braunfels (W.), Mittelalterliche Stadtbaukunst der Toskana, Berlin, 1953 ; Paul (J.), « Die mittelalterlichen Kommunalpaläste in Italien », Dissertation Albert-Ludwigs-Universität-Freiburg, 1963 (publiée ensuite à Cologne, s.d.) ; White (J.), Art and architecture in Italy. 1250 to 1400, Harmondsworth, 1966 ; Hubert (H. W.), Der Palazzo Comunale von Bologna, Cologne-Weimar, 1993 ; enfin la nouvelle collection « Palatia », dans laquelle est paru notamment Il palazzo dei priori di Perugia, Mancini (F. F.) dir., Pérouse, 1997.

128 Miller, The bishop’s palace..., cit. et Ead., « From episcopal to communal palaces : places and power in Northern Italy (1000-1250) », dans Journal of the Society of architectural historians, t. 54, 1995, p. 175-185.

129 Les deux différences sont bien soulignées par Andenna (G.), « La simbologia del potere nelle città comunali lombarde : i palazzi pubblici », dans Le forme della propaganda politica nel Due e nel Trecento, Cammarosano (P.) dir., Rome, 1994, p. 369-393, cf. p. 389. On peut seulement nuancer son appréciation concernant la salle haute, qu’il considère, de manière trop radicale, absente dans le modèle communal. Quant à la première différence, elle a aussi été mise en valeur par Radke (G. M.), « Form and function in thirteenth century papal palaces », dans Architecture et vie sociale à la Renaissance. Colloque (Tours, 1988), Paris, 1994, p. 11-24, cf. p. 13-14.

130 On aurait pu éventuellement considérer les grandes arcades ouvertes aux deux extrémités du rez-de-chaussée comme une sorte de compromis avec les larges percements des rez-de-chaussée des palais communaux ; mais il faut y voir plus probablement le simple résultat des besoins de circulation vers la cour interne.

131 Baethgen (F.), Eine Pamphlet Karls. von Anjou zur Wahl Papst Nikolaus III. = Sitzungsberichte der bayerische Akademie der Wissenschaften, philosophische-historische Klasse, cahier 7, Munich, 1960, p. 23-24.

132 Bien d’autres monuments auraient pu être cités et utilisés dans cette partie, à commencer par les châteaux familiaux d’Honorius IV. Mais il ne pouvait être question de passer en revue toutes les propriétés des Orsini, Savelli et Caetani se rapportant à notre période.

133 De la même manière, la répartition juridique des propriétés entre un cardinal et sa famille est souvent bien artificielle, notamment à cause de l’habitude de transférer celles-ci entre les mains du principal représentant ecclésiastique du lignage, en cas de difficultés, cf. Carocci, Il nepotismo nel Medioevo..., cit., p. 107.

134 Allegrezza (F.), Organizzazione del potere e dinamiche familiari. Gli Orsini dal Duecento agli inizi del Quattrocento, Rome, 1998, carte n°7 et commentaire p. 8-9 n. 14.

135 Il n’existe aucune étude approfondie sur l’architecture de cette importante résidence médiévale, profondément transformée au cours des époques successives et sur laquelle on possède également une abondante documentation archivistique. Cf. les relevés dans Asso (F.) avec une introd. par Pallotini (M.), « Monte Giordano », dans Quaderni dell’Istituto di storia dell’architettura, t. 1, 1953, p. 1215 et ill. 17-24, qui reste la meilleure contribution sur le sujet (même très sommaire, on y trouve également une chronologie des différents propriétaires du site et quelques éléments sur l’architecture). Sur les aspects historiques, cf. aussi Cortonesi (A.), Terre e signori nel Lazio meridionale. Un’economia rurale nei secoli xiii-xiv, Naples, 1988, p. 223 ; Krautheimer, Rome, portrait d’une ville..., cit., p. 664-665 et 780 et notes afférentes.

136 Le passage de la forteresse est attribué traditionnellement, sur la base d’une affirmation de Villani, à Nicolas III ; mais sa première attestation dans une source de l’époque est de 1292, cf. Carocci (S.), « Baroni in città. Considerazioni sull’insediamento e i diritti urbani della grande nobilità », dans Roma nei secoli xiii e xiv. Cinque saggi, Hubert (É.) dir., Rome, 1993, p. 137-173, cf. p. 173 ; Carocci, Il nepotismo nel Medioevo..., cit., p. 126. Par conséquent, je ne sais d’où vient l’assertion de Borgatti, selon lequel, le 25 novembre 1278, le pape confirmait à Matteo Orsini la possession du château Saint-Ange et d’autres forteresses situées dans et hors de la cité, cf. Borgatti (M.), Il castel Sant’Angelo in Roma, Rome, 1931, p. 111. Aucune bulle de Nicolas III transmise par ses registres ou connue par l’inventaire de Potthast ne porte d’ailleurs une telle datation et le fait n’est pas non plus cité par les autres auteurs ayant travaillé sur le château Saint-Ange ou sur les Orsini (D’Onofrio, Allegrezza).

137 Paravicini Bagliani, Il corpo del papa, cit., p. 347 n. 43.

138 Paravicini Bagliani (A.), « I luoghi del potere dei papi (secoli xi-xiii) », dans Arti e storia nel medioevo, t. I, Tempi, spazi, istituzioni, Castelnuovo (E.) et Sergi (G.) dir., Turin, 2002 p. 435-472, cf. p. 458. Voir cependant des exemples similaires pour d’autres papes donnés en conclusion.

139 Baethgen (F.), « Quellen und Untersuchungen zur Geschichte der päpstlichen Hof- und Finanzverwaltung unter Bonifaz VIII. », dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, t. 20, 1928-1929, p. 114-237, cf. p. 148.

140 Registres de Boniface VIII, n°1385.

141 Sur la tour, Bernacchio (N.) et Meneghini (R.), « Roma-Mercati di Traiano : nuovi dati strutturali sulla Torre delle Milizie », dans Archeologia medievale, t. 21, 1994, p. 31-56 et Bernacchio (N.), « La città turrita », dans Bonifacio VIII e il suo tempo. Anno 1300 il primo giubileo [Exposition. Rome. 2000], p. 73-78, cf. p. 75-76 et 78 avec bibliographie antérieure. Voir auparavant Cusanno (A.), « Il complesso fortificato delle Milizie a Magnanapoli », dans Bollettino d’arte, 6e sér., t. 76, 1989, n°56-57, p. 91-108 ; sa datation de la tour est très contestable, comme le montrent Bernacchio et Meneghini, mais elle présente un historique utile.

142 Caetani (G.), Regesta chartarum, Pérouse-Sancasciano, 1922-1932, 6 t., t. 1, Pérouse, 1922, p. 231 (10 février 1303) : « Petro Gaytano nepoti nostro, comiti casertano, domino Militiarum Urbis ».

143 Registres de Boniface VIII, n°5004 (28 janvier 1302), confirmation par Boniface VIII de l’achat par son neveu de divers biens dans le territoire de Terracina ; souscription de l’acte de vente inclus : « Actum Rome in domibus Militiarum in lobia juxta salam majorem... ».

144 On ne sait pas sur quoi portaient exactement ces travaux. Ils pourraient avoir concerné notamment la tour elle-même, dont une phase principale est datée par Meneghini et Bernacchio de la fin xiiie-début du xive siècle.

145 Finke, Aus den Tagen Bonifaz VIII..., cit., annexe n°11 (lettre du 18 mars 1302), p. LIV.

146 Notamment le palais où demeurait le célèbre savant, qui servira de noyau pour la future forteresse du cardinal Albornoz ; Paravicini Bagliani (A.), Medicina e scienze della natura alla corte dei papi nel Duecento, Spolète, 1991, p. 243.

147 Acta Aragonensia. Quellen zur deutschen, italienischen, französischen, spanischen und Kirchen- und Kulturgeschichte..., Finke (H.) éd., Berlin-Leipzig, 1908, t. I, n°49, p. 65. En fait le diplomate se trompe probablement d’un jour : selon les Libri rationum Camerae Bonifatii papae VIII (Archivum secretum Vaticanum, collect. 446 nec-non Intr. et ex. 5), Schmidt (T.) éd., Cité du Vatican, 1984, le pape ne serait arrivé à Anagni que le 24 septembre, comme l’a également fait remarquer Paravicini Bagliani, « La mobilità della curia romana nel secolo xiii. Riflessi locali », cit., p. 245 n. 11.

148 Aujourd’hui « Trevi nel Lazio », pour le distinguer de nombreux homonymes. Le pape y fait exécuter des travaux en septembre 1299, par son architecte, maître Cassetta, et son homme de confiance, Nicola da Piglio ; Libri rationum Camerae Bonifatii papae VIII..., cit., n°1159 et n°1576 (cf. également n°1296, pour des aménagements mobiliers). Ces derniers ne sont donc pas des entrepreneurs en bâtiment, comme l’a affirmé Caraffa (F.), Trevi nel Lazio dalle origini alla fine del sec. xix, Rome, 19721973, 2 vol. = Lateranum, nouv. sér., t. 38-39, p. 134.

149 Acta Aragonensia..., cit., t. I, n°50, p. 71.

150 Caraffa (F.), « Due documenti su Trevi nel Lazio : una bolla di Bonifazio VIII ed il testamento di Miozia Caetani », dans Rivista della storia della Chiesa in Italia, t. 11, 1957, p. 241-254. Du château ne subsistent aujourd’hui que des ruines.

151 Voir le paragraphe sur le « Castrum Caetani » dans le chapitre I.5 sur l’Aventin.

152 Voir aussi les remarques dans le même sens, sur ces deux pontifes, de Paravicini Bagliani, « I luoghi del potere dei papi (secoli xi-xiii) », cit., p. 459.

153 Sur toute la question voir bien entendu Paravicini Bagliani, « La mobilità della curia romana nel secolo XIII. Riflessi locali », notamment la partie II (Aspects organisationnels).

154 Il est difficile de parler d’une véritable alternance pour Urbain IV et Martin IV, qui ne passent chacun qu’un été de leurs pontificats à Montefiascone en opposition avec leurs résidences habituelles.

155 Ce n’est pas un hasard si, au cours du xive siècle, le recteur du Patrimoine semble pratiquer la même alternance entre Montefiascone et Tuscania (voir le chapitre sur Montefiascone). Voir aussi les remarques convergentes de Voci, « I palazzi papali del Lazio », cit., p. 237.

156 De même les prescriptions médicales et hygiénistes du Secretum secretorum qui concernaient les régimes le mieux adaptés à chaque saison étaient certainement plus connues dans la péninsule, où le texte était particulièrement répandu dans ses différentes versions latines, qu’en France, même si l’ouvrage avait suscité depuis le xiie siècle un intérêt universel. Voir la traduction latine de Roger Bacon : Bacon (R.), Secretum secretorum cum glossis et notulis. Tractatus brevis et utilis ad declarandum que-dam obscure dicta fratris Rogeri, éd. Steele (R.), Oxford, 1920, 2e partie, chap. 10-13.

157 Finke, Aus den Tagen Bonifaz VIII...., cit., annexe n°3, p. xiv.

158 Potthast, n°24879 (le texte de Potthast porte en fait « haberet » ; je reprends la correction de Finke en « haberemus », ibid., n. 1, qu’il a dû faire par logique ou d’après l’original).

159 1299, 9 juillet. Kervyn de Lettenhove (baron J. M. B. C.), « Études sur l’histoire du xiiie siècle. Recherches sur la part que l’ordre de Cîteaux et le comte de Flandre prirent à la lutte de Boniface VIII et de Philippe le Bel », dans Mémoires de l’Académie royale de Bruxelles, t. 27, rééd. par Migne (J.-P.), dans Patrologia latina, Migne (J.-P.) éd., t. 185, col. 1833-1920, cf. col. 1887.

160 Paravicini Bagliani, « La mobilità della curia romana nel secolo xiii... », cit., passim et surtout le point IV (« Réflexions conclusives »).

161 On retrouve cette dichotomie dans l’analyse de Carocci (S.), « Mobilità papale e territorio : problemi di metodo e di interpretazione », dans Itineranza pontificia. La mobilità della curia papale nel Lazio (secoli xii-xiii), Carocci (S.) dir., Rome, 2003, p. 81-100, qui rajoute également une catégorie qui nous concerne moins ici, car généralement liée seulement à des périodes relativement brèves : les séjours à connotation politique, pour visiter les zones les plus exposées aux périls internes (hérésie voire agitation communale) ou externes.

162 La mise en garde est à juste titre soulignée par Bovalino (F.) et Carpegna Falconieri (T. di), « Commovetur sequenti die curia tota. L’impatto dell’itineranza papale sull’organizzazione ecclesiastica e sulla vita religiosa », dans Itineranza pontificia. La mobilità della curia papale nel Lazio (secoli xii-xiii), Carocci (S.) dir., Rome, 2003, p. 101-175, cf. p. 106, en suivant Gaudemet (J.), « Ubi papa, ibi Roma ? », dans Roma fuori di Roma : istituzioni e immagini. Atti del V seminario internazionale di studi storici « Da Roma alla terza Roma » (21-22 aprile 1985), Catalano (P.) et Siniscalco (P.) dir., Rome, s.d., p. 69-80.

163 Cadei (A.), « La città duecentesca », dans Il Medioevo, Romanini (A. M.) dir., Florence, 1988, p. 373-380, cf. p. 378-379.

164 Braunfels (W.), Urban design in Western Europe. Regime and architecture, 900-1900, Chicago-Londres, 1988 (éd. or. Abendländische Stadtbaukunst : Herrschaftsform und Baugestalt, Cologne, 1976), p. 2.

165 Le tiers central de cette partie sur l’insertion urbaine (« Le polycentrisme romain ») reprend l’essentiel d’une communication sur « Emplacement marginal des palais pontificaux et “recentrage urbain” dans la Rome du xiiie siècle », paru dans Les palais dans la ville. Espaces urbains et lieux de la puissance publique dans la Méditerranée médiévale. Actes de la table ronde (Avignon, 3-5 décembre 1999), Lyon, 2004, p. 141-163, avec quelques ajouts et mises à jour. Les notes y sont donc réduites au minimum.

166 Gigliozzi suggère un impact différencié des palais et des forteresses sur le tissu urbain, mais elle ne fournit pas d’argument pour soutenir sa thèse, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 28.

167 En partie déjà publiée et en partie inédite ; cette dernière et désormais éditée dans Le Pogam (P.-Y.), Les maîtres d’œuvre au service des papes dans la seconde moitié du xiiie siècle, Rome, 2004, annexes I et II.

168 Le Pogam (P.-Y.), « Un monumento poco conosciuto, il palazzo vescovile di Tivoli », dans Atti e memorie della Società tiburtina di storia e d’arte, t. 76, 2003, p. 133-178.

169 Bien entendu, il faudrait à nouveau préciser et nuancer ces affirmations sur le centre de la vie communale, mais étant donné qu’elles sont valables pour l’ensemble des sites ici étudiés, on se contentera de ces définitions sommaires.

170 Sur la position marginale d’un certain nombre de palais épiscopaux italiens et les tentatives de leurs évêques pour les « recentrer », cf. Miller, The bishop’s palace..., cit., p. 137-145.

171 Voir aussi les faits cités dans le chapitre II.5.

172 Van Dijk (S. J. P.), « The urban and papal rites in seventh and eighth-century Rome », dans Sacris erudiri. Jaarboek voor Godsdienstwetenschappen, t. 12, 1961, p. 411-487, cf. p. 418.

173 Sur la rivalité entre les deux basiliques, cf. Pace (V.), « Tradizione e rivalità. Aspetti dell’arte romana alle soglie del primo giubileo », dans Acta ad archeologiam et artium historiam pertinentia, nouv. sér., t. 16, 2002, p. 63-90.

174 Paravicini Bagliani, Il corpo del papa, cit., p. 228.

175 Cf. le chapitre sur le Latran.

176 On ne peut absolument pas arguer de l’importance des dépenses pour le Latran pour affirmer la prépondérance de ce dernier au détriment du Vatican, comme le fait Sommer (C.), « Zur römischen Baugeschichte unter dem Pontifikat Papst Bonifaz VIII. », dans Römische Quartalschrift für christliche Altertumskunde und Kirchengeschichte, t. 31, 1923, p. 41-54, cf. p. 49. Cette impression découle uniquement du hasard de la conservation des archives, qui n’ont été épargnées que pour des années où le pape résidait plutôt au Latran (1299 et 1302), cf. Libri rationum..., cit.

177 Honorius IV passe 31 jours au Vatican contre 433 auprès de Sainte-Sabine ; Nicolas IV 41 au Vatican contre 564 auprès de Sainte-Marie-Majeure.

178 Katermaa-Ottela dénombre 318 items dans son inventaire des tours médiévales de Rome ; les auteurs anciens fournissaient des estimations variant entre 300 et 900 exemplaires, cf. Katermaa-Ottela (A.), Le casetorri medievali in Roma, Helsinki, 1981.

179 Parlato et Romano, Roma e il Lazio, cit., p. 22.

180 Serafini (Mgr A.), Torri campanarie di Roma e del Lazio nel Medioevo, 2t., Rome, 1927 ; Priester (A. E.), The belltowers of medieval Rome and the architecture of renovatio, Ph.D. Diss., Princeton University, 1990. Voir aussi Priester (A. E.), « The belltowers and building workshops in medieval Rome », dans Journal of the Society of architectural historians, t. 52, 1993, p. 199-220.

181 A. Vauchez dans Giardina (A.) et Vauchez (A.), Il mi-to di Roma. Da Carlo Magno a Mussolini, Rome-Bari, 2000, p. 34 et suiv.

182 Ibid., p. 46.

183 Righetti Tosti-Croce (M.), « L’architettura tra il 1254 e il 1308 », dans Roma nel Duecento, Romanini (A. M.) dir., Turin, 1991, p. 73-143.

184 Pour la France du xve siecle, j’ai illustre le cas de Rouen et rappele ceux de Paris et Bordeaux dans Le Pogam (P.-Y.), « Un chantier exemplaire : le palais royal de Rouen », dans Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, nouv. ser., t. 23-24, 1987-1988 [1991], p. 213-247, cf. p. 246-247.

185 Andaloro (M.), « Ancora una volta sull’Ytalia di Cimabue », dans Arte medievale, t. 2, 1984, p. 143-177, cf. p. 144-150 ; Romano (S.), « La facciata medievale del palazzo Senatorio : i documenti, i dati e nuove ipotesi di lavoro », dans La facciata del palazzo Senatorio in Campidoglio. Momenti di storia urbana di Roma, Tittoni (M. L.) dir., Rome, s.d. [1994], p. 39-61, cf. p. 52-55.

186 Elle repose sur une inscription (aux Musées du Capitole), qui dit que les sénateurs Riccardo Annibaldi et Gentile Orsini « hoc opus marmoreum addiderunt » en 1300 par ordre de Boniface VIII (dont le nom est cependant effacé). Giuliano identifie cet « opus marmoreum » avec l’obélisque et rapproche le tout des deux mesures aux armes du pape Caetani (également aux musées capitolins), qui se rapportent sans problème au pontificat de Boniface VIII et pourraient également renvoyer à des usages antiques, cf. Giuliano (A.), « Roma 1300 », dans Xenia, Semestrale di Antichità, t. 4, 1982, p. 15-22, notamment p. 20-21 ; voir aussi Bonifacio VIII e il suo tempo. Anno 1300 il primo giubileo [Exposition. Rome. 2000], n°112-114. En fait une grande partie de la critique a assigné l’érection de l’obélisque (et la création des deux lions qui le supportaient) au milieu du xiie siècle, cf. en dernier lieu Gramaccini (N.), Mirabilia. Das Nachleben antiker Statuen vor der Renaissance, Mayence, 1996, p. 171.

187 Krautheimer, Rome, portrait d’une ville..., cit., p. 540-541 ; Bernacchio, « La città turrita », cit., p. 75 ; Iacobini (A.), « Innocenzo III e l’architettura : la committenza a Roma e nei territori papali », dans Innocentius papa III. Urbs et orbis. Congresso internazionale (Roma, 9-15 septembre 1998), Sommerlechner (A.) dir., Rome, 2003, 2 vol., vol. 2, p. 1261-1291, cf. n. 18.

188 Voir plus haut.

189 Fabre (P.) et Duchesne (Mgr L.), Liber censuum Romanae Ecclesiae, Rome-Paris, 1889-1952, 3 t., cf. t. II, p. 43-60. Quatorze pièces avaient été publiées auparavant par Tangl (M.), « Zur Baugeschichte des Vaticans », dans Mittheilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung, t. 10, 1889, p. 428-442, cf. p. 433-442.

190 Fedele (P.), « Documenti per la storia del palazzo Vaticano con note volgari del secolo xiii », dans ASRSP, t. 34, 1911, p. 515-521.

191 Fabre et Duchesne, Liber censuum..., cit., t. II, p. 4360, n°27-28.

192 Sur le phenomene des ventes ou des donations forcees aux papes ou a leurs familles, cf. notamment Carocci, Il nepotismo nel Medioevo..., cit., passim.

193 Voir chapitre II.3.

194 J’ai evoque les deux affaires respectivement dans le chapitre sur Soriano et dans Le Pogam (P.-Y.), « La lutte entre Boniface VIII et les Colonna par les armes symboliques », a paraitre.

195 Fabre et Duchesne, Liber censuum..., cit., t. II, p. 4360, n°25.

196 J’ai abordé le sujet dans le cadre d’une communication au séminaire de l’École française de Rome « Droits du sol » qui portait sur « La lutte contre les empiètements de la voie publique (Italie centrale, seconde moitié du xiiie siècle) » (9 avril 2002) ; je remercie Hélène Dessales, Alice Ingold et Brigitte Marin de leurs interventions.

197 On croit généralement que ces prescriptions n’apparaissent que plus tard, notamment au cours du xive siècle. Il s’agit seulement du résultat des publications de sources statutaires. Pour Pérouse, on a constamment affirmé que la réglementation à ce sujet n’apparaissait qu’en 1342, dans le statut en langue vulgaire, alors que paragraphe en question est la traduction littérale du statut latin de 1279.

198 La traduction donnée par les dictionnaires de langue, « saut-de-mouton » ne convient pas ici, car il elle s’applique normalement en français à des ouvrages d’art et non pas à l’urbanisme. Garrigou Grandchamp (P.), Demeures médiévales..., Paris, 1992, p. 22-23 propose le terme de « pontet » ; je préférerais éventuellement celui de « ponceau », à cause du sens originel (pont à une seule arche) et parce que « pontet » possède un autre sens (partie d’une arme à feu).

199 On ne peut donc pas dire qu’il s’agit à Rieti d’un trait unique, cf. Schimmelpfennig (B.), « Der Palast als Stadtersatz. Funktionale und zeremonielle Bedeutung der Papstpaläste in Avignon und Vatikan », dans Zeremoniell und Raum. 4. Symposium der Residenzenkommission der Akademie der Wissenschaften, Paravicini (W.) dir., Sigmaringen, 1997, p. 239-256, cf. p. 242.

200 J’ai développé ces hypothèses dans l’intervention mentionnée ci-dessus « La lutte contre les empiètements de la voie publique (Italie centrale, seconde moitié du xiiie siècle) ».

201 Libri rationum..., cit., no 2349 (palissade) et no 2490 et 2630 (panneaux de cloture).

202 Registres de Martin IV, no 266 (cf. aussi la no 267, du 28 mars 1282, donc du Samedi saint, qui porte la meme souscription et constitue le mandement au vicaire du pape en Romagne de publication de la bulle precedente dans la region en question).

203 Potthast, n°21895 ; Registres de Martin IV, n°269 et 268 (Potthast, n°21896-21897).

204 Registres de Martin IV, n°277-283.

205 Registres de Martin IV, n°310, 460-466, 467-470 et 482-484.

206 Registres de Martin IV, n°571-572, 573-574, 577-578.

207 Sur la place actuelle et sa genèse, Riccetti (L.), « “...Pro platea jam incepta et nondum finita...”. La piazza del duomo di Orvieto tra cantiere et ruolo civico (secoli xiii-xvi) », dans La piazza del duomo nella città medievale (nord et media Italia, secoli xi-xvi). Atti della giornata di studio (Orvieto, 4 giugno 1994), Riccetti (L.) dir. = Bollettino Istituto storico artistico orvietano, t. 46-47, 1990-1991 [1997], p. 189-299.

208 Registres d’Honorius IV, n°494-495.

209 Registres d’Honorius IV, n°768-769 ; n°807.

210 L’absence de données climatologiques pour notre époque nous empêche bien entendu de vérifier la validité de l’hypothèse.

211 Registres de Boniface VIII, n°5384.

212 Paravicini Bagliani, Bonifacio VIII, cit., p. 344.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540