Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques sociales et politiques judiciaires dans les villes de l’Occident à la fin du Moyen Âge

 | 
Jacques Chiffoleau
, 
Claude Gauvard
, 
Andrea Zorzi

IV. Politiques judiciaires et résolution des conflits

L’inquisition et les villes du Languedoc (1229-1329)

Jean-Louis Biget

Texte intégral

1L’Inquisition suscite, dès les années 1234-1235, des révoltes urbaines en Languedoc ; elle en provoque de nouvelles entre 1280 et 1305. Ces turbulences témoignent de rapports difficiles entre cette justice spirituelle et les cités languedociennes durant un long xiiie siècle, qui court de 1229 à 1329. L’examen de ses principes, de ses modalités et de son impact en éclaire le sens, au-delà de ses finalités religieuses, essentielles mais non exclusives.

Antécédents

2Quand elle s’affirme en Languedoc, en 1229 sous sa forme épiscopale, puis après 1233 sous sa forme pontificale, l’Inquisition met en œuvre une procédure aux principes déjà bien établis, qui découlent d’antécédents remontant à plusieurs décennies.

  • 1 Sur l’occulte, le contre nature et le nefandum, cf. J. Chiffoleau, Contra naturam. Pour une approc (...)
  • 2 Le canon 4, qui vise tout particulièrement les dissidents méridionaux, concerne les réunions ou co (...)
  • 3 Relation de ces missions par les légats Pierre de Pavie, cardinal de Saint-Chrysogone (Patrologie (...)
  • 4 Voir W. Ullmann, The signification of Innocent III’s decretal « Vergentis », dans Études de droit (...)
  • 5 Décrétales des 25 mai 1205, 29 juin et 1er septembre 1206, 20 décembre 1212Potthast, Regesta ponti (...)

3La procédure inquisitoire s’est progressivement mise en place comme une réponse à l’hérésie, réelle ou supposée. Selon les standards intellectuels du xiie siècle, l’hérésie est une perversion occulte1. Il faut donc la débusquer. Le concile de Tours, présidé par Alexandre III, évoque, dès 1163, la nécessité de rechercher les hérétiques2. Il s’agit là d’une rupture majeure avec les usages de la justice féodale, de nature accusatoire. La procédure d’office s’impose très vite et les légats pontificaux conduisent dans le Toulousain des inquisitions en 1178 et 11813. C’est le moment où l’hérésie – en toute bonne foi, sans doute – commence d’être instrumentalisée par le pouvoir pontifical dans le but d’affirmer, sur tous et partout, la plenitudo potestatis du pape. Aussi bien, toute opposition est-elle qualifiée hérésie, tandis que la « dépravation hérétique » fait l’objet de dénonciations hyperboliques. Ce discours et ces représentations perturbent encore aujourd’hui l’image que l’on peut avoir du Languedoc avant la croisade contre les Albigeois : on l’imagine volontiers totalement acquis à la religion des bons hommes. La décrétale Vergentis in senium de mars 1199, qui définit l’hérésie comme un crime attentatoire à la majesté divine, constitue les dissidences en ressort essentiel de la théocratie pontificale4, après et avec la réforme et la croisade. Par une suite de décrétales échelonnées de 1205 à 1213, Innocent III établit les règles majeures de l’inquisitio5. Àla procédure accusatoire, orale et publique, il substitue une procédure d’office, entièrement secrète. Les arcanes sont d’évidence constitutifs de la toute-puissance et le secret lui est consubstantiel, comme l’a souligné Robert Moore ; ainsi le huis-clos accompagne-t-il logiquement la mise en place de la procédure inquisitoire. Ils ont pour corollaire la suppression des ordalies.

  • 6 Guibert de Nogent, Autobiographie, éd. E.-R. Labande, Paris, 1981, III, 17, p. 428-434.
  • 7 Lettre d’Evervin de Steinfeld à saint Bernard, P.L., CLXXXII, col. 677 : « On les convoqua trois j (...)
  • 8 Colloque de Verfeil (début 1207), cf. Guillaume de Puylaurens, Chronique, éd. J. Duvernoy, Paris, (...)
  • 9 Sur les ordalies, cf. R. Moore. La persécution. Sa formation en Europe xe-xiiie siècle, trad. fr. (...)
  • 10 P.L., CC, col. 859.
  • 11 x, 5, 35, 1 (Corpus Iuris Canonici, éd. E. Friedberg, II, Leipzig, 1879, col. 877-878).
  • 12 P.L., CCXV, col. 29, et CCXVI, col. 502.
  • 13 Actes du concile dans G. D. Mansi, Sacrorum conciliorum..., xxii, col. 953 et s.

4En effet, au xiie siècle, la justice populaire a souvent débordé les clercs. C’est le cas à Soissons, en 1112, si l’on en croit Guibert de Nogent, qui narre les faits ainsi : « Le peuple croyant... se précipita vers la prison, enleva les captifs et alluma hors de la ville un bûcher dans lequel il les fit brûler. Ce fut ainsi que le peuple de Dieu, pour éviter que ce chancre ne se propageât, exerça à leur encontre le zèle de sa propre justice »6. Un phénomène identique se produisit à Cologne, en 1147 ou bien un peu après, lorsque des hérétiques furent brûlés malgré des clercs7. Le secret de la procédure évite un tel dessaisissement et conserve à celui qui la conduit le monopole de la vérité et de la justice. Il périme de fait le débat public avec les dissidents, longtemps pratiqué en Languedoc et encore au début du xiiie siècle par Diègue d’Osma et saint Dominique8. Ce genre de controverse, dont le jugement est confié à des arbitres, relève de la pratique des temps « féodaux ». Il laisse place à la pression de la foule. Il en va de même des ordalies ; d’une part aléatoires et susceptibles de laisser un coupable échapper à son châtiment, elles revêtent, d’autre part, une certaine ambiguïté qui rend nécessaire de les interpréter ; l’assemblée des assistants peut en la matière faire prévaloir son opinion, réduisant la maîtrise du pouvoir sur les événements9. Ainsi, le gain d’humanisme et de rationalité que comporte aux yeux des hommes du xxie siècle la suppression des ordalies présente-t-il un revers non négligeable : il confère au juge la toute-puissance. Alexandre III10, Célestin III11, puis Innocent III12 ont condamné les ordalies, avant que le quatrième concile du Latran le fasse à son tour, dans son dix-huitième canon13.

  • 14 Minerve (juillet 1210), 140 brûlés (cf. P. des Vaux-de-Cernay, Histoire Albigeoise, trad. P. Guébi (...)
  • 15 G. D. Mansi, Sacrorum conciliorum..., XXIII, col. 194-204, trad. dans P. Bonnasie et G. Pradalié, (...)

5La croisade lancée en 1209 contre les Albigeois ne s’embarrasse pas de procédures complexes ; elle pratique une justice expéditive : tous les dissidents qui refusent d’abjurer, environ six cents entre 1210 et 1211, montent sur le bûcher14. Avec la paix de Meaux-Paris, la répression de l’hérésie passe en Languedoc de sa période militaire à sa phase judiciaire. Cette dernière est d’abord organisée par le concile tenu à Toulouse en novembre 1229 sous l’autorité du cardinal-légat Romain de Saint-Ange15. Sont mises en place des commissions paroissiales chargées de rechercher (inquirere) les hérétiques en tous lieux. Les seigneurs ont pour devoir inhérent à leur statut de faire de même : soliciti etiam sunt domini terrarum circa inquisitionem haereticorum. Les actes du concile fixent un barème des peines en fonction de l’étendue des fautes et ils instaurent la prison (le « mur ») comme lieu de pénitence et de mise à l’écart des condamnés. La procédure demeure confiée à l’ordinaire, mais ses modalités et la manière dont les accusés doivent être entendus et jugés ne sont pas évoquées. Il semble que les conditions définies par les décrétales d’Innocent III s’appliquent immédiatement, au moins pour partie.

  • 16 Guillaume de Puylaurens, Chronique, cité n. 13, ch. XXXVIII, p. 137 et suiv.
  • 17 Ibid., p. 138: eorum dicta in scriptis redacta eidem episcopo redderent conservanda.
  • 18 Ibid., ch. XL.

6En effet, parallèlement au concile, le légat ordonne une inquisition à la suite de la confession d’un bon homme repenti, Guilhem Delsolier16. L’évêque Foulque produit aussi des témoins à charge contre les Toulousains compromis et leurs dires sont couchés sur parchemin afin d’en conserver la trace. On voit apparaître en l’occurrence le recours à l’écrit et la constitution d’archives, qui tiennent ultérieurement un rôle essentiel dans la procédure inquisitoriale17. Le chroniqueur Guillaume de Puylaurens raconte que certains suspects refusent de reconnaître leur faute ; il rapporte les faits en ces termes : « Il y en eut d’autres... qui disaient vouloir se défendre en droit (qui dicebant se velle defendere in jure), demandant qu’on leur livrât le nom des témoins qui avaient déposé contre eux, car ce pouvaient être des ennemis mortels, auxquels il ne fallait pas ajouter foi »18. La procédure est donc secrète et les Toulousains demandent en matière de foi l’application du droit coutumier à eux conféré par les franchises et libertés de la ville.

7À ce moment, la procédure nouvelle soulève donc des oppositions, qui se réfèrent aux usages traditionnels, battus en brèche. On ne saurait donc être surpris que l’instauration de l’inquisiton pontificale, quelques années plus tard, engendre de vifs conflits avec la population de certaines villes.

Le temps des commencements et des conflits (1231-1240)

  • 19 Cl. de Vic et J.-J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc, avec ses notes et pièces justificati (...)
  • 20 Cf. J.-M. Carbasse, Consulats méridionaux et justice criminelle au Moyen Âge, thèse de droit, Mont (...)

8Par un édit du 20 avril 1233, établi sous la pression du roi et du légat pontifical, rédigé par Raimond du Fauga, évêque de Toulouse, et lu dans la cathédrale Saint-Étienne, le comte Raimond vii systématise les décisions du concile de 1229 et de celui de Béziers, tenu en 123219. Cette décision s’inscrit dans un contexte particulier, car, quelques jours plus tôt, le 13 avril, Grégoire ix vient d’étendre au Midi de la France l’Inquisition pontificale, créée d’abord contre Frédéric II et ses alliés. L’Inquisition est une justice pleinement souveraine, puisqu’en matière d’hérésie, le juge délégué par le pape bénéficie de la plenitudo potestatis de ce dernier. Elle déroge donc aux coutumes, fortement teintées de droit romain, qui s’appliquent dans les villes. Elle abrège, et même abroge, les franchises et libertés qui comportaient des garanties pour les personnes et les biens et elle anéantit les pouvoirs de justice des consuls ou des prud’hommes, qui pratiquaient eux-mêmes les enquêtes et rendaient les sentences, ou bien assistaient et contrôlaient les officiers des seigneurs dans ces tâches20. Elle est exercée par des juges indépendants des pouvoirs locaux, quels qu’ils soient. Un tel état de fait suscite la révolte de la bourgeoisie citadine dans plusieurs cas.

  • 21 Guilhem Pelhisson, Chronique, éd. J. Duvernoy, Paris, 1994, p. 60.
  • 22 Ibid., p. 52 : Et cum vicarius... vellet eum ad ignem trahere, clamaverunt contra eum illi qui eum (...)

9À Toulouse, au xiiie siècle, les capitouls exercent la justice criminelle dans toute son étendue. Après la croisade, la ville conserve ses franchises. Or la toute-puissance des juges de l’Inquisition, qui confine à l’arbitraire, en matière d’hérésie, ruine le pouvoir des capitouls en même temps que le droit coutumier toulousain. Pour la plupart, les habitants de la ville accusés d’être adhérents des bons hommes et mis en scène dans la chronique de Guilhem Pélissou, frère Prêcheur du couvent de Toulouse, requièrent l’application du droit ordinaire et en appellent au public pendant qu’on les traîne à travers les rues pour les amener au bûcher dressé hors les murs (dans l’enceinte, les places sont étroites et Toulouse est une ville de bois, qui connaît d’ailleurs un incendie général au xve siècle). Durant tout ce parcours, ils crient à l’injustice. Ainsi Arnaut Sans clamaret per plateas, quando ducebatur : « Videte omnes quam injuriam faciunt mihi et ville »21. Et quand le viguier comtal veut conduire un certain Jean Teisseire à son supplice, les défenseurs de ce dernier portent plainte contre lui et lui enjoignent de ne rien faire, excipant sans aucun doute du droit coutumier22. Ces Toulousains n’en sont pas moins brûlés.

  • 23 A. Patchovsky, Zur Ketzerverfolgung Konrads von Marburg, dans Deutsches Archiv für Erforschung des (...)

10Fait aggravant, l’Inquisition met en jeu les vies, les privilèges et les biens sans qu’on puisse rien contre elle, sauf à en appeler au pape, appel malaisé à interjeter et à faire aboutir. Et l’expérience prouve rapidement que, si l’on s’oppose peu ou prou à l’action des inquisiteurs, on se trouve catalogué comme hérétique et justiciable à ce titre. Rien d’étonnant à cela, puisque, par ailleurs, la seule non-dénonciation constitue les fautores heretice pravitatis. Á ces dénis de justice s’adjoint, bien évidemment, l’absence de publicité des débats, l’exclusion de toute assistance pour les accusés, l’ignorance où ils sont tenus des témoins ayant déposé à charge contre eux. L’Inquisition travaille dans l’ombre et ce fait même entretien une psychose d’inquiétude, voire d’angoisse, parmi les justiciables. La violence imputée à ceux qui l’incarnent correspond bien plutôt à la nature même de l’Inquisition et à la rupture qu’elle introduit dans le droit urbain ; Alexandre Patchovsky a bien montré à cet égard que les brutalités reprochées à Conrad de Marbourg ne relevaient pas d’une personnalité perverse, mais de l’usage cohérent de la nouvelle procédure23.

  • 24 Le pape, chassé par les Romains, a été rétabli dans Rome par Raimond vii, auquel il a rendu le mar (...)

11Grégoire ix lui-même, le 18 novembre 1234, à un moment où ses relations avec Raimond vii se sont améliorées, prend conscience du déséquilibre institutionnel que l’Inquisition introduit dans les villes et invite ses légats et les évêques de Toulouse, Albi, Rodez, Agen et Cahors à prendre en charge les actions contre les suspects d’hérésie en respectant les formes coutumières de la justice24.

  • 25 Il apparaît dans la Bible, par exemple dans le Livre de Tobie (I, 15-19) ; rappelons en outre le m (...)
  • 26 G. Pelhisson, Récit des troubles d’Albi, dans Id., Chronique, cité n. 21, p. 112-113.

12À toutes les violences qui bouleversent la tradition des communautés urbaines et la sécurité de leurs membres s’ajoute la brutalité, inouïe, des exhumations, démonstrations de la toute-puissance de l’Inquisition, laquelle s’exerce sur les morts comme sur les vivants, en rejetant dans le néant les défunts compromis dans l’hérésie. Les inquisiteurs multiplient les procès posthumes et font déterrer, porter en procession par les villes et brûler les restes des condamnés, qui ne peuvent être ensevelis en terre consacrée ni connaître le repos éternel. Ces viols de sépultures, contraires au respect des morts hérité des temps les plus anciens25, suscitent un véritable traumatisme chez les parents et les amis des défunts, accru par une pénalité matérielle lourde, puisque les biens des morts reconnus hérétiques sont confisqués à leurs héritiers. Cette justice rétroactive déclenche une émeute à Albi le 15 juin 123426.

  • 27 Les inquisiteurs remettent alors au bras séculier deux bons hommes, Pierre Puechperdut et Pierre B (...)
  • 28 La présence de Me Guillaume de Lombers aux côtés des inquisiteurs, marque peut-être l’association (...)

13L’inquisiteur Arnaud Cathala, socius de Guilhem Pélissou, ordonne d’exhumer, dans le cimetière de l’église Saint-Étienne, une femme qu’il a condamnée comme hérétique. Devant les réticences du baile épiscopal, il s’empare lui-même d’une pioche pour commencer la besogne : arrepto ligone, primos ictus dedit, fodiens in terram. Il est alors pris à partie par un groupe d’Albigeois, qui le frappent, le malmènent, menacent de l’égorger et entreprennent de le jeter dans le Tarn. Toutefois, il se trouve suffisamment de citoyens de la ville pour l’arracher à ceux qui le maltraitent et le ramener à la cathédrale, où il excommunie incontinent tous les habitants d’Albi. Il annule cependant bientôt cette sentence – à la demande de l’évêque, également seigneur temporel de la ville, qui joue un rôle modérateur. Dans les mois suivants, Arnaud Cathala, restauré dans ses pouvoirs, poursuit son office, sans doute avec davantage de souplesse27. On note que Guilhem Pélissou et lui-même sont assistés à Albi par maître Guillaume de Lombers, un laïc, juriste patenté, susceptible de freiner leur arbitraire28.

  • 29 Sur ces événements, cf. C. Douais, L’albigéisme et les frères Prêcheurs à Narbonne au xiiie siècle(...)
  • 30 Sur Ferrier, cf. W.-L. Wakefield, Friar Ferrier, inquisitor, dans Heresis, 7, 1986, p. 33-41 ; L. (...)
  • 31 G. Langlois, Olivier de Termes. Le cathare et le croisé (vers 1200-1274), Toulouse, 2001, p. 92-10 (...)
  • 32 A. Teulet, Layettes... cité n. 19, p. 321-323. Acte traduit dans Chronique de Guillaume Pelhisson, (...)
  • 33 Ménard, Histoire civile... de la ville de Nîmes, I, Preuves, 1744, p. 73-75.

14Les événements de Narbonne semblent plus graves que ceux d’Albi29. Cette ville, cité drapante, grand emporium ouvert sur la Méditerranée, est double. Sur la rive gauche de l’Aude, autour de la cathédrale, s’étend la Cité ; sur la rive droite se localise le Bourg. L’archevêque et le vicomte sont les principaux seigneurs de ces deux entités. L’instruction et le jugement de tous les délits doivent se faire en présence et conformément à l’avis d’un jury de citoyens, consulté sur la culpabilité des prévenus et sur la peine à leur appliquer. Le Bourg aspire à une large autonomie. Il s’y est constitué, en 1219, une confrérie, l’Amistansa (l’« Amitié », en occitan), pour la sauvegarde des habitants et de leurs droits. Après 1233, le prieur du couvent des Prêcheurs, Ferrier, maître en théologie de l’Université de Paris auquel Bernard Gui fera gloire d’avoir été une règle de fer, virga ferrea, à l’égard des hérétiques30, exerce l’Inquisition à Narbonne, en pleine collaboration avec l’archevêque. Les habitants du Bourg voient dans l’office inquisitorial une ingérence juridictionnelle qui limite gravement leurs libertés au profit de l’archevêque, chef religieux mais aussi seigneur temporel de la communauté. Au printemps de 1234, ils s’opposent à l’arrestation de l’un des leurs. Une véritable guerre, avec trébuchets et autres machines, oppose alors la Cité et le Bourg. Celui-ci fait appel à des chevaliers notoirement hérétiques, commandés par Olivier de Termes31. Vers la fin de 1235, le couvent des Prêcheurs est saccagé de fond en comble, si l’on en croit un appel au roi lancé par les frères, l’archevêque et le vicomte32. De leur côté, les consuls du Bourg, dans une lettre adressée à ceux de Nîmes, mettent en cause Ferrier et ses assesseurs, qui conduisent l’Inquisition sans se conformer aux règles du droit (on voit donc où le bât blesse) et pratiquent l’arbitraire, car ils jettent en prison et dépouillent de leurs biens des personnes qui ne sont nullement hérétiques33. En outre, ils surprennent la bonne foi des gens par des questions-pièges, dont quelques exemples sont fournis par les consuls. Ceux-ci requièrent le retour à l’Inquisition épiscopale et l’application des décisions du concile de Toulouse, qui ne donne justement aucune indication sur la procédure à suivre – ce dont on peut exciper pour exiger le respect des usages coutumiers.

  • 34 Cl. Vic et J.-J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc... cité n. 19, col. 1002. En outre, il r (...)

15Le roi étant suzerain de Narbonne depuis 1229, son sénéchal rétablit finalement la paix entre Bourg et Cité en avril 123634. On n’entend plus parler d’hérétiques à Narbonne avant les Béguins. Sans doute parce que l’archevêque cherche à préserver sa juridiction des interventions de l’Inquisition et du roi. L’ensemble des événements survenus à Narbonne souligne l’usage instrumental de l’hérésie et, en tout cas, les incidences politiques de la poursuite des hérétiques.

  • 35 Guilhem Pelhisson, Chronique, cité n. 21, p. 52-53.

16Le fait s’avère également très net à Toulouse, où l’un des condamnés ameute la foule en criant : « Ma croyance en Dieu est bonne. Prenez garde à vous, car ces mauvaises gens veulent détruire la ville et les gens honnêtes et enlever la ville à son seigneur »35.

  • 36 Ibid., p. 40-45.
  • 37 Ibid., p. 48-51.
  • 38 Ibid., p. 52-53.
  • 39 Ibid., p. 58-61.
  • 40 Ibid., p. 60-65.

17Les relations de l’Inquisition pontificale et des Toulousains s’engagent très mal, parce que les fils de saint Dominique, auxquels elle est confiée, se sont fait mal voir entre 1230 et 1233, prêchant qu’il y avait des hérétiques dans la ville et procédant, sous la direction de Roland de Crémone, alors maître dans la nouvelle Université, à des exhumations et à des destructions de maison36 ; ils ont en outre fait inverser par l’évêque, ratione materie, un jugement rendu par les consuls37. Selon Guilhem Pélissou, dès les premières années de l’Inquisition, on murmure contre les inquisiteurs et les frères, on incite la population à lapider ces derniers et à détruire leur couvent. On les taxe d’injustice, car ils accusent d’hérésie de bons chrétiens, qui sont mariés38, et vont jusqu’à en faire brûler certains – ainsi le forgeron Arnaud Sans, déjà cité39, et une femme, dont les aveux sont obtenus par surprise, alors qu’elle est sur son lit de mort40.

  • 41 Ibid., p. 64-71.
  • 42 Ibid., p. 72 et s.

18Le Vendredi saint 6 avril 1235 – jour symbolique – les inquisiteurs déclenchent une grande offensive contre les suspects d’hérésie41, puis, en septembre, Guillaume Arnaud cite devant lui douze personnes, des anciens consuls pour la moitié d’entre elles42. La réaction est vive : il est expulsé de la ville le 10 octobre ; au début de novembre, les Prêcheurs sont à leur tour chassés de leur couvent et de Toulouse : on les porte, per caput et per pedes, à la sortie de la ville.

  • 43 Ibid., p. 92-109.

19Cette crise, très significative du heurt des pouvoirs, est finalement assez brève. Dès le printemps 1236, Prêcheurs et inquisiteurs rentrent à Toulouse et l’Inquisition reprend son activité43.

  • 44 L. Auvray, Les Registres... cité n. 24, no 4758.

20Tout change bientôt, cependant, car le conflit entre le Saint-Siège et l’Empereur a rebondi. Le pape a besoin du comte de Toulouse en Provence. Raimond vii profite de la conjoncture. Il demande à Grégoire ix que les Prêcheurs soient écartés de l’office d’Inquisition dans ses états, « parce que, dans leurs enquêtes, ils procèdent toujours à l’encontre des règles de droit civil et canonique ». Il demande le retour à l’inquisition épiscopale et au droit ancien44. Il est clair que l’Inquisition gêne autant le pouvoir comtal que le pouvoir urbain et, finalement, nuit à tous les pouvoirs traditionnels. Grégoire ix, qui recherche l’appui de Raimond vii contre Frédéric II, suspend l’Inquisition en mai 1238. Un nouveau contexte politique la restaure, à la suite d’un renversement d’alliances. Après Cortenuova (1239), le pape s’allie, contre l’Empereur, à Raimond-Bérenger de Provence ; Raimond vii se rapproche alors de Frédéric II et il est excommunié au printemps 1240. La seconde période de l’histoire de la justice inquisitoriale en Languedoc, celle de sa maturité, s’ouvre alors.

La maturité (1240-1280)

  • 45 Large édition de ces Enquêtes, ainsi que des assises de 1259-1262, dans Cl. de Vic et J.-J. Vaissè (...)
  • 46 Cf. C. Douais, L’albigéisme et les frères Prêcheurs... ; W. Emery, Heresy and Inquisition..., cité (...)
  • 47 Sur les enquêtes de Jean de Saint-Pierre et Bernard de Caux, cf. Y. Dossat, Les crises de l’Inquis (...)

21Deux révoltes contre la monarchie ouvrent cette époque. D’abord celle de Trencavel, l’ancien vicomte d’Albi, Carcassonne et Béziers. Il réussit à soulever toute la petite aristocratie du pays entourant Carcassonne, entre la fin d’août et le début d’octobre 1240, mais il doit battre en retraite devant une armée royale. Les Enquêtes des commissaires royaux, réalisées en 1247, montrent qu’une répression très dure s’ensuit45. La révolte de Trencavel et la mort de Grégoire ix (22 août 1241) relancent l’Inquisition. La soumission du comte de Toulouse au roi, après son soulèvement de 1242, ouvre à cette dernière un champ totalement libre. C’est le temps des enquêtes générales. Ferrier débute des recherches étendues ; il fait comparaître devant lui, entre 1240 et 1244, plus de sept cents personnes et réussit à constituer des fiches sur plus de trois mille individus46. Ensuite, après la chute de Montségur (15 mars 1244), Jean de Saint-Pierre et Bernard de Caux citent à Toulouse, en 1245-1246, plus de cinq mille personnes, qui en évoquent près de dix mille autres. Encore ne conserve-t-on que deux de leurs registres sur les dix qui résultaient de leur enquête47. Ces investigations ne touchent qu’incidemment les villes.

  • 48 Dossat, Les crises de l’Inquisition..., p. 172 et suiv.
  • 49 Cf. J. Paul, La procédure inquisitoriale à Carcassonne au milieu du xiiie siècle, dans L’Église et (...)

22En 1248, cependant, l’Inquisition pontificale cède le pas à l’Inquisition épiscopale48. Le registre du greffier du tribunal inquisitorial de Carcassonne montre que dans les années suivantes, la juridiction d’exception redevient ordinaire, sa pratique s’alignant sur celle des cours civiles – même si la procédure demeure inquisitoire49. Tout change à nouveau, à partir de 1255, après qu’Alphonse de Poitiers a pris le comté de Toulouse en main et que saint Louis est revenu d’Orient. Joint à un renouvellement progressif de l’épiscopat et à l’accession d’Alexandre iv au trône de saint Pierre, ce contexte assure la restauration définitive de l’Inquisition pontificale en Languedoc.

23La procédure et les pratiques inquisitoriales sont désormais bien en place ; leur caractère « moderne » et « rationnel » fait du tribunal pontifical une instance redoutable.

  • 50 A. Dondaine, Le manuel de l’Inquisiteur (1230-1330), dans Archivum Fratrum Praedicatorum, 17, 1947 (...)
  • 51 Cf. Y. Dossat, Les crises de l’Inquisition..., p. 167-168. Voir également J. A. Arnold, Inquisitio (...)
  • 52 Bernard Gui, Practica inquisitionis heretice pravitatis, éd. C. Douais, Paris, 1886.

24L’arrivée à maturité de l’Inquisition se manifeste d’abord par l’établissement de manuels pour les inquisiteurs50. Ils participent évidemment de la révolution culturelle du xiiie siècle, celle de l’usage étendu de l’écrit et des livres, avec l’apparition de manuels de tous ordres. Ces manuels définissent les prérogatives de l’inquisiteur, éclaircissant, à l’aide de consultations antérieures formant jurisprudence, les problèmes qui peuvent se poser à lui. Ils donnent les formulaires de la procédure, indiquent la marche des interrogatoires et les questions à poser aux suspects ; ils comportent enfin l’exposé de la doctrine et des pratiques des hérétiques. Ils capitalisent les expériences et sont pour les inquisiteurs d’une utilité fondamentale. L’ordo processus Narbonensis ou Processus inquisitionis est élaboré entre 1244 et 124851. Une chaîne d’ouvrages, de plus en plus développés, aboutit vers 1323 à la Practica inquisitionis de Bernard Gui, un traité raisonné, fortement structuré et exhaustif52.

  • 53 J. B. Given, Inquisition and medieval society. Power, discipline and resistance in Languedoc, Itha (...)
  • 54 Le premier document connu est une pénitence infligée le 29 novembre 1235 ; elle est annexée à un i (...)
  • 55 Le premier registre conservé est celui des pénitences imposées par Pierre Seila en Quercy en 1241- (...)
  • 56 Cf., notamment, les dépositions reçues par Ferrier en 1243-1244 (BNF, coll. Doat, 21). Voir C. Dou (...)

25Par ailleurs, l’Inquisition utilise des techniques « modernes » relevant de la rationalité universitaire, d’autant que les juges qui l’exercent, formés dans les Universités ou dans les studia des Prêcheurs, sont des « intellectuels », avec tout ce que cela implique. James Given a analysé ces techniques en les replaçant dans leur contexte culturel. L’essentiel réside dans la constitution d’une mémoire écrite53. La conservation actuelle des archives inquisitoriales en Languedoc suggère que si la mise par écrit des dépositions a commencé dès les origines54, leur organisation systématique s’est effectuée à partir de 1241 surtout, c’est-à-dire après la révolte de Trencavel55 ; les documents foisonnent à partir de 1243, c’est-à-dire consécutivement à la rébellion de Raimond vii56. Si l’on extrapole les données figurant dans les registres conservés de Jean de Saint-Pierre et Bernard de Caux, on peut considérer que ces derniers ont accumulé des renseignements intéressant près de soixante-quinze mille personnes. Cet exemple montre que l’Inquisition, grâce à l’écriture, au papier et à ses méthodes, possède la capacité de contrôler la quasi-totalité de la population régionale. Cela d’autant que les registres constitués sont rendus aisément consultables, grâce à des systèmes de repères et des tables détaillées. Ils forment des fichiers qui permettent de confondre les suspects.

  • 57 Y. Dossat, Les crises de l’Inquisition... cité n. 47, p. 169.
  • 58 Dernière mise au point sur cette affaire par Michel Roquebert, Les cathares. De la chute de Montsé (...)

26Une telle évidence conduit plusieurs fois les méridionaux à détruire ou tenter de détruire les registres des inquisiteurs. C’est le cas lors du massacre des inquisiteurs à Avignonet, en 1242, à Caunes-Minervois, où un clerc et un courrier de l’Inquisition sont interceptés à la fin de 124757. À Carcassonne enfin, vers 1285, un certain nombre de bourgeois forment un complot pour enlever les registres de Jean Galand58.

  • 59 J. H. Mundy, The repression of catharism at Toulouse. The royal diploma of 1279, Toronto, 1985, in (...)
  • 60 BNF, coll. Doat, 81, f. 43-47.
  • 61 BNF, coll. Doat, 146, f. 18 et s.
  • 62 BNF, coll. Doat, 116, f. 42-46. Acte publié par G. Ahsell de Toulza et D. Cazes, dans Congrès arch (...)

27Entre 1240 et 1280, les poursuites inquisitoriales s’effectuent avant tout dans les campagnes et dans les bourgs. Les conflits de l’Office et des villes sont apaisés. On peut estimer que l’hérésie est pratiquement morte à Toulouse, sa capitale59. Il est symptomatique, à cet égard, que Jean de Saint-Pierre et Bernard de Caux, au cours de leur grande enquête sur la dissidence en Lauragais, siègent à Toulouse, où ils font comparaître les populations concernées. D’une manière générale, les villes importantes restent paisibles. Les inquisiteurs se bornent à réconcilier quelques villes moyennes, exigeant d’elles des travaux d’utilité religieuse pour avoir abrité des hérétiques. C’est le cas de Lavaur, où ils imposent en 1255 aux consuls la reconstruction de l’église paroissiale60. C’est aussi le cas, en 1258, de Najac, ville du Rouergue occidental, aux confins de l’Albigeois et du Quercy, qui s’est révoltée contre le comte capétien à la mort de Raimond vii en 1249. Cette insurrection entraîne une offensive appuyée de l’Inquisition après 1253, moment où le tribunal est repris par les Prêcheurs. En 1258, les inquisiteurs commuent toutes les peines mineures (pèlerinages, passage outre-mer) en amendes versées à l’œuvre de l’église Saint-Jean que les consuls se sont engagés à édifier61. À Gaillac, en 1271, les membres du tribunal patronnent également l’édification d’un pont sur le Tarn et la reconstruction de deux églises62.

  • 63 Cf. J. H. Mundy, The repression of catharism...

28Après 1270, l’hérésie semble résiduelle en Languedoc. Les dissidents de sa capitale, au nombre de 276, bénéficient en 1279 d’une amnistie de Philippe III, qui leur confirme la possession de leurs patrimoines. Toulouse, principal môle de résistance à la croisade, métropole de l’hérésie, est devenue catholique et capétienne63. Les noyaux hérétiques que l’Inquisition y frappe après 1280 n’ont guère de consistance.

29En revanche, c’est le moment où s’ouvre une période de grande activité inquisitoriale dans certaines villes moyennes.

Points chauds de la répression inquisitoriale après 128064

  • 64 Sur les événements de la période, voir J.-M. Vidal, Un inquisiteur jugé par ses victimes : Jean Ga (...)
  • 65 J.-L. Biget, Autour de Bernard Délicieux. Franciscanisme et société en Languedoc entre 1295 et 133 (...)
  • 66 Voir J. Théry, Cléricalisme et hérésie des bons hommes : l’exemple d’Albi et de l’Albigeois (1276- (...)
  • 67 J.-L. Biget, Un procès d’Inquisition à Albi en 1300, dans Le credo, la morale et l’Inquisition, Ca (...)

30Cinq villes, situées sur un axe quasi méridien, s’unissent pour lutter contre l’Inquisition entre 1280 et 1305 : Limoux, Carcassonne, Castres, Albi et Cordes. Les facteurs de cette coalition sont multiples. Sans doute l’hérésie a-t-elle été moins vivement combattue dans ces centres urbains qu’à Toulouse et dans les campagnes, ce qui explique sa reviviscence. Mais, dans ces villes florissantes – car l’axe évoqué est celui d’une draperie légère exportée en Méditerranée – interviennent également des frustrations, celles de juristes, de marchands, de consuls, qui souhaitent plus de libertés, tant spirituelles que politiques et économiques. Joue encore l’arbitraire des inquisiteurs et l’impossibilité de les contrôler, de sorte qu’ils vont jusqu’à entraver l’action des officiers royaux – notamment au temps de la querelle entre Boniface viii et Philippe le Bel. Comptent également les empiètements de la justice inquisitoriale sur celle des officialités, comme la rivalité qu’entretiennent Dominicains et Franciscains et l’approche différente des dissidences spirituelles qui les oppose65. À Albi intervient en outre un facteur particulier : l’évêque, seigneur de la ville, issu de la Curie, organise avec rigueur une sorte de théocratie épiscopale dans son diocèse. Il entend ne rien céder à personne de ses prérogatives spirituelles et temporelles et, pour bien le manifester, il fait ériger deux monuments écrasants de puissance : la cathédrale Sainte-Cécile et le Palais épiscopal. Son cléricalisme outrancier porte sans nul doute une bonne partie des élites albigeoises vers la religion des bons hommes66. Contre elles, il use comme d’une arme de l’Inquisition à laquelle il est associé67.

  • 68 A. Friedlander, The Hammer of the Inquisitors. Brother Bernard Délicieux and the struggle against (...)

31La coalition des villes contre le Saint-Office a pour chef emblématique un frère mineur, Bernard Délicieux, qu’Alain Friedlander nomme « le marteau des inquisiteurs » dans l’intéressante biographie qu’il vient de consacrer à ce révolté permanent68.

  • 69 Voir les travaux cités dans les trois notes précédentes.

32Les péripéties événementielles de cette crise, qui débute en 1285 et se prolonge jusqu’à 1305, ne nous intéressent pas ici en tant que telles, mais les événements ont suscité la production d’archives abondantes, conservées pour une bonne part69, et cette documentation fait apparaître, de manière très claire, les moyens utilisés à cette époque par les inquisiteurs pour obtenir l’aveu des prévenus. Moyens que les villes mettent en cause, pour les plus violents, et qui semblent très largement nouveaux, hormis la prison, utilisée depuis les origines.

  • 70 BNF, ms lat. 12856.
  • 71 Analyse du « travail » de l’Inquisition lors de ce procès par J.-L. Biget, I ca-tari di fronte agl (...)

33Ce sont, en premier lieu, des moyens subtils, des pressions morales et psychologiques. Les actes du procès présidé par l’évêque d’Albi, Bernard de Castanet, en 1286-1287, illustrent bien le fait70. Un exemple, celui de Raimon Fumet suffit pour comprendre le savoir-faire des inquisiteurs71. Il a échappé à une première fournée d’arrestations. Cité quatorze mois après les premiers accusés, il comparaît immédiatement devant ses juges ; on lui promet une grâce, s’il dit toute la vérité ; il reçoit la possibilité de réfléchir un jour et une nuit, mais en prison ; ce séjour en des cachots peu hospitaliers doit faire naître chez lui le désir de leur échapper au plus vite ; en outre, il lui donne le temps pour rassembler sa mémoire et récapituler un maximum de faits et, pour ne pas être pris en flagrant délit d’omission, puisque les inquisiteurs peuvent comparer ses dires à ceux des autres accusés, il est certain qu’il s’y efforce, livrant un maximum de renseignements. Le système inquisitorial s’avère sans faille ; il brise la capacité de résistance psychologique des prévenus les plus faibles, impressionnés en outre par la majesté du tribunal et sa réputation de rigueur.

  • 72 Bernard Gui, Practica inquisitionis... cité n. 52, p. 107, 218, 302; voir aussi J. B. Given, Inqui (...)
  • 73 Y. Dossat, Les crises de l’Inquisition... cité n. 47, p. 214.
  • 74 Ibid., p. 275 ; autres exemples dans J.-L. Biget, Un procès d’Inquisition... cité n. 67, p. 335, n (...)

34Les suspects qui persistent à ne rien dire subissent des pressions plus sévères. Ils peuvent être soumis, durant un laps de temps considérable – plusieurs mois parfois – à la détention dans des conditions particulièrement difficiles, fers aux pieds. Bernard Gui conseille cet usage de la prison dans son Manuel de l’inquisiteur, écrit vers 132372. L’usage de la torture devient normal après qu’Innocent iv l’a légalisé en 1252 par la bulle Ad extirpanda73. Il faut noter qu’il n’est pas spécifique de l’Inquisition, car l’on torture aussi dans les juridictions laïques74. L’énormité du crime de lèse-majesté divine justifie la violence utilisée.

35La pression carcérale et la question contreviennent évidemment à la forme d’habeas corpus dont jouissaient les justiciables devant les cours urbaines, où ils devaient essentiellement fournir des cautions, personnelles ou réelles, selon les cas.

  • 75 Sous forme d’apostrophe au représentant du Saint-Office, cf. J.-M. Vidal, Un inquisiteur jugé... c (...)
  • 76 Sur ces problèmes, cf. J. A. Arnold, Inquisition and Power... cité n. 51, ainsi que P. Biller et C (...)
  • 77 BNF, coll. Doat, 32, f. 163-240.

36Aussi bien, vers 1285, les consuls de Carcassonne lancent-ils contre l’inquisiteur Jean Galand un appel au roi et au pape75. Ils lui reprochent de maintenir les prisonniers dans des conditions de vie misérables, dans des cachots sans air et sans lumière, sans nourriture, fers aux pieds au milieu de leurs déjections. Ils l’accusent en outre d’avoir rendu impotents certains de leurs concitoyens pour les avoir abusivement soumis à la torture du chevalet. Ils lui reprochent enfin de faire dire aux accusés, par les violences qu’il leur inflige, sa propre vérité : quicquid requiritur ab eisdem. Le cas de Jean Galand se présente sans doute comme un cas-limite, mais les analystes les plus récents des dépositions faites devant l’Inquisition sont d’accord pour dire que les juges du Saint-Office, de par leur situation de pouvoir et par le fait qu’ils définissent et conduisent la procédure, construisent pour une large part les dépositions consignées par leurs notaires76. Pour ce qui concerne Jean Galand, la véracité des confessions recueillies dans ses registres a été mise en cause dès le xive siècle. Examinées par les cardinaux Jacques Fournier – orfèvre en la matière – et Raimond de Mostuéjouls, elles furent jugées peu conformes aux règles et peu susceptibles de faire connaître le vrai et le faux77. Il est certain que les actes des inquisiteurs ne décrivent pas la réalité et n’en donnent pas une image exacte. La prise de conscience de cette donnée retire de la validité aux ouvrages des historiens qui ont pensé le contraire, mais elle permet de comprendre la réalité de l’Inquisition, qui nous intéresse ici. Comme dans bien d’autres procès du début du xive siècle, il existe un décalage considérable entre la vérité des juges et les faits effectifs, entre les dires obtenus des accusés et la réalité vécue. Aux cours des événements, les bourgeoisies citadines du Midi et Bernard Délicieux dénoncent le phénomène en invoquant une « falsification » des registres. En fait, il s’agit d’une donnée structurelle qui tient, probablement, à l’idée que les inquisiteurs se font de l’hérésie et aussi au but qu’ils poursuivent : l’obtention d’un aveu.

  • 78 A. Cazenave a souligné le caractère pénitentiel de l’Inquisition : Aveu et contrition. Manuels de (...)
  • 79 Ces logiques ont été mises en évidence dans L’aveu, Antiquité et Moyen Âge, Rome, 1986 (Collection (...)
  • 80 Déposition de Guillaume Agasse dans Le registre d’Inquisition de Jacques Fournier, éd. J. Duvernoy (...)

37En l’occurrence, il faut tenir compte de la dimension religieuse – incontestable – de l’Inquisition. Elle cherche à convertir avant de punir. Le terme confessio qui désigne les dires des prévenus est totalement ambivalent. L’Inquisiteur est confesseur avant d’être juge78. Une confession pleine et entière des accusés mérite pénitence et absolution, car elle concourt à rétablir l’unité de la foi et de l’Église. La recherche de l’aveu paraît un progrès dans la constitution des preuves, mais elle comporte un revers fondamental : il authentifie l’accusation, atteste de la réalité des fautes suspectées. Dans le jeu de rôles qui se déroule dans l’enceinte du tribunal, les juges tendent à faire dire aux prévenus la vérité qui les conforte dans leurs attitudes, leurs croyances et leurs fantasmes. Si l’aveu obtenu ne se module pas sur cet habitus mental, il est de facto considéré incomplet par les inquisiteurs, aux yeux desquels les accusés conservent leur perversité intime et demeurent l’attentat contre la majesté divine ainsi que la souillure de la communauté chrétienne. Dans un tel contexte, assorti des moyens de pression évoqués ci-dessus, le prévenu entre, plus ou moins consciemment, dans les vues de ses juges ; il dit la « vérité » du tribunal79. Ainsi Jacques Fournier, plus tard, obtient-il des lépreux de Pamiers qu’ils reconnaissent avoir empoisonné les puits de la ville80.

38Les Carcassonnais, en dénonçant Jean Galand, puis Bernard Délicieux et ses alliés, en accusant les Inquisiteurs de Carcassonne et d’Albi, mettaient en question non seulement des abus, mais la nature profonde du système inquisitorial lui-même. Et c’est sans doute la raison pour laquelle ils n’eurent gain de cause ni les uns ni les autres. En tous cas, dans les exemples cités ici, la poursuite de l’hérésie a certainement nourri quelque temps l’hérésie.

  • 81 Processus Bernardi Delitiosi: the trial of Fr. Bernard Délicieux, 3 September-8 December 1319, éd. (...)
  • 82 Cf. la liste de ces procès dans M. Roquebert, Les cathares... cité n. 58, p. 496 et suiv.
  • 83 Réconciliation de Cordes, le 29 juin 1321, dans Le livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gu (...)

39Quoi qu’il en soit, la dissidence des bons hommes disparaît après 1305 dans les villes, hormis les bourgades de la Haute-Ariège. Cependant, les comptes ne sont pas définitivement soldés. Bien des Albigeois et des Castrais sont encore inquiétés lors du procès de Bernard Délicieux en 131981 et quelques procès posthumes ont encore lieu dans les années 132082, après que Carcassonne, Cordes et Albi sont réconciliées avec l’Inquisition en des cérémonies solennelles83. Ces villes, sous des conditions quelque peu humiliantes, mais sans gravité afflictive, reçoivent l’absolution des empêchements qu’elles ont mis à l’action des inquisiteurs entre 1285 et 1305.

Impact de la justice inquisitoriale

  • 84 Pour les Béguins poursuivis par l’Inquisition, cf. J.-L. Biget, Culte et rayonnement de Pierre Déj (...)

40Il paraît intéressant et utile d’essayer de mesurer l’impact de l’Inquisition entre 1229 et 1329 dans le champ géographique du Languedoc toulousain (le cas spécifique des Béguins du Bas-Languedoc n’étant pas évoqué, pour des raisons matérielles)84.

  • 85 Voir la justification de ces données numériques dans J.-L. Biget, L’extinction du catharisme urbai (...)
  • 86 J.-L. Abbé, La société urbaine languedocienne et le catharisme au xiiie siècle : le cas de Limoux (...)

41Il faut d’entrée de jeu renverser une idée largement reçue. Les Cisterciens et les polémistes du xiie siècle, puis les chroniqueurs de la Croisade contre les Albigeois et les inquisiteurs eux-mêmes ont dessiné l’image d’un Midi toulousain totalement acquis à l’hérésie ; plus récemment, celle-ci a été assimilée à une religion nationale occitane, exprimant un élan populaire, brisé par l’oppression ubiquiste de l’Inquisition. Or les sources, pour peu qu’on veuille les lire sans préjugés, montrent que, d’une façon générale, mais aussi dans la population des villes, la dissidence est très fortement minoritaire d’un bout à l’autre du xiiie siècle. Elle concerne 2,5 % des habitants de Béziers en 1209, 2,5 à 5 % de ceux d’Albi entre 1285 et 1300, 5 à 6 % de ceux de Toulouse vers 1250 et la même proportion de Carcassonnais vers 1280. Son pourcentage maximal s’élève à 15 % pour la population de Montauban85 et celle de Limoux, vers 124586.

42Dans ce milieu relativement étroit, l’Inquisition frappe sélectivement. À Toulouse, en cinquante ans, soit sur deux générations, cinq à six cents personnes tout au plus sont concernées, soit 1 % de la population totale. À Albi, ville connaissant une répression sévère entre 1285 et 1305, seuls cinquante-huit habitants sont soumis à des peines afflictives, soit moins du quart des hérétiques fichés par les inquisiteurs, à peu près 6 % du total des dissidents de la ville et de 0,6 à 0,8 % de sa population globale.

  • 87 Guillaume de Puylaurens, Chronique, cité n. 8, p. 150 : Sicque paulatim cepit maiores quosdam inqu (...)
  • 88 Guilhem Pélissou, Chronique, cité n. 21, p. 50-51.
  • 89 J. H. Mundy, The repression of catharism... cité n. 59, Part Three, The Family Histories, p. 129-3 (...)
  • 90 J. H. Mundy, The repression of catharism... cité n. 59, p. 75 et suiv., avec listes des bénéficiai (...)
  • 91 Sur la sociologie des victimes de l’Inquisition dans ces villes, cf. J.-L. Biget, Un procès d’Inqu (...)
  • 92 J.-L. Biget, L’extinction du catharisme urbain... cité n. 64.

43Les victimes de l’Inquisition appartiennent aux élites du pouvoir (milieu des consuls et des probi homines), à celles de la richesse (marchands) et du savoir (notaires, juristes), voire à celles de la naissance (chevaliers urbains). Elle composent une oligarchie peu nombreuse, dans laquelle apparaissent quelquefois des artisans, membres d’une « upper middle class ». Guillaume de Puylaurens dit que les Toulousains frappés par les Inquisiteurs ont « de la paille au dos »87 et Guilhem Pélissou les désigne comme des burgenses et maiores de villa88. On doit à John Mundy une excellente prosopographie des familles toulousaines du xiiie siècle89. Elle laisse voir que les poursuites inquisitorialles n’ont pratiquement concerné que des notables. Et l’amnistie royale de 1279 comporte le nom de tous les grands lignages de la ville90. À Castres, Cordes, Albi et Carcassonne, l’Inquisition frappe aussi des membres de l’oligarchie91 et de même à Limoux, dont le cas a été éclairé récemment par une bonne étude de Jean-Loup Abbé92.

44Les révoltes urbaines contre l’Inquisition, tant celles des années 1234-1236 que celles de la fin du xiiie siècle, sont toutes conduites par des oligarques. Par exemple, ce sont des représentants de l’élite albigeoise, dont Guilhem Pélissou énumère les noms, qui frappent Arnaud Cathala en 1234 et hurlent proditores ! à ceux qui le protègent. En effet, et c’est là un point notable, l’inquisiteur échappe à ses ennemis et les révoltes tournent court. Miracle, selon les thuriféraires de l’Inquisition. Plus prosaïquement, c’est que l’office bénéficie de l’appui d’une part de l’oligarchie et de la neutralité bienveillante des masses populaires.

  • 93 G. G. Merlo, Il sermo generalis dell’inquisitore. Una sacra rappresentazione anomala, dans M. Bene (...)
  • 94 Sur le déroulement de la cérémonie, cf. Bernard Gui, Practica inquisitionis... cité n. 52, II, p. (...)

45Il convient à cet égard de revenir sur une manifestation essentielle de la justice inquisitoriale, le sermon général, qui a fait l’objet d’une intéressante étude de Grado Giovanni Merlo93. Il s’agit d’une cérémonie liturgique solennelle, qui a toujours lieu un dimanche. Les puissants laïcs et les dignitaires ecclésiastiques y participent. C’est la seule manifestation publique de l’Inquisition et elle revêt pour cela une importance majeure. On y énumère les aveux et les fautes de chaque accusé, puis on y prononce les sentences94. Le tribunal manifeste sa toute-puissance. Sans doute croit-il également à l’exemplarité des peines.

  • 95 J. Jolivet, Logique cathare : la scission de l’universel, dans E. P. Bos (éd.), Medieval semantics (...)

46Chez beaucoup d’historiens et d’auteurs du xxie siècle prévaut l’idée que le sermon général marque pour les foules un moment de deuil et que les actes de foi correspondent à une politique de l’effroi, destinée à terroriser les masses et à faire craindre l’Inquisition. Toutefois, le sermo generalis dépasse la mise en scène du pouvoir. Comme l’a montré G. G. Merlo, contre les hérétiques qui soutiennent la scission de l’universel95, il met en évidence, de manière dramatisée, l’unicité de la foi, le fait qu’il existe une seule vérité, celle de l’Église, puisque les pénitents abjurent leurs erreurs publiquement et que ceux qui refusent de revenir à la communion sont envoyés au néant par la remise au bras séculier. Le sermo generalis répare l’offense faite à Dieu ; il restaure l’Alliance, compromise par le péché horrible qu’est l’hérésie. C’est une cérémonie pénitentielle et purificatrice, qui renouvelle, par l’exclusion de corps étrangers, la cohésion de l’assistance autour d’une positivité majeure, celle du salut et de la vie éternelle. Ce sens s’exprime d’ailleurs dans le fait que les assistants à la cérémonie bénéficient d’indulgences.

  • 96 M de Certeau, La possession de Loudun, Paris, 1970 (Archives, 37).

47Ces dimensions anthropologiques, religieuses et sociologiques, ont été bien mises en évidence à propos des sorciers et des sorcières, notamment par Michel de Certeau à propos des possédées de Loudun au xviie siècle. Voici ce qu’il écrivait, en 1970 : « En brûlant Urbain Grandier, jugé sorcier et responsable du désordre des religieuses..., [la société] a créé un déviant et se l’est sacrifié. Elle se reconstitue en l’excluant »96. En réduisant toute différence et toute altérité, la justice inquisitoriale ramène la société à l’unité, à l’ordre, à l’harmonie. La communauté des assistants et son identité sont renforcées par le rituel d’exclusion et une forme d’association au pouvoir et à sa force.

48On peut donc conjecturer que le sermo generalis, voire le bûcher des hérétiques, ne sont pas, pour la très grande part de la population qui y assiste, un spectacle terrifiant, même s’ils suscitent quelque effroi ; la foule n’y vient pas sous l’effet de la contrainte, mais poussée par des raisons religieuses et sociologiques profondes. Elle y retrouve son unité et l’espérance du salut. Elle vit une fête qui s’accompagne de liesse.

49Par ces effets, l’acte de foi exalte ses acteurs principaux, inquisiteurs et princes – ou leurs représentants –, qui renvoient les déviants au diable et rendent à la société son unité fondamentale, religieuse et terrestre. Mais la justice inquisitoriale ne concourt pas à maintenir la société à l’identique, elle instaure de nouvelles communautés.

L’inquisition et le pouvoir laïc

50L’inquisition est toujours considérée comme une institution d’Église, ce qui est juste assurément, mais il convient de souligner une réalité fondamentale, évidente bien que souvent négligée : en France méridionale, elle ne peut agir qu’avec l’assistance des pouvoirs laïcs ; elle a besoin du concours du prince. Nulle part les inquisiteurs ne peuvent arrêter ceux qui sont suspects à leurs yeux, tenir leurs assises, juger, faire exécuter leurs sentences, s’ils ne disposent de la force armée, de l’accord et de l’assistance du pouvoir laïc dominant, de ses représentants et de ses assistants.

  • 97 Voir encore D. Müller, Les bases juridiques de l’Inquisition, dans La persécution du catharisme, v (...)

51On a soutenu que l’Inquisition avait engendré le totalitarisme d’État97. Sans doute faut-il inverser la proposition, car, dès le xiiie siècle, justice inquisitoriale et pouvoir d’État sont fortement associés. Quelques faits peuvent être rappelés, qui soulignent les liens entre politique et religion dans l’affaire de l’hérésie.

52On observe un extraordinaire synchronisme entre le développement de la lutte contre les dissidences, l’instauration de la procédure inquisitoire, l’affermissement du pouvoir pontifical et l’essor des monarchies anglaise et française. Tous ces phénomènes prennent naissance dans les années 1140-1160.

53Comme il a été déjà rappelé, les papes utilisent le prétexte de l’hérésie contre les révoltes urbaines dans leurs États et la bulle Vergentis in senium répond d’abord aux tendances autonomistes de Viterbe. L’Inquisition pontificale s’organise d’abord contre Frédéric II et ses partisans.

  • 98 R. I. Moore, La première révolution européenne, xe-xviiie siècle, trad. fr. Paris, 2001, p. 267 et (...)
  • 99 Gervais de Canterbury, Chronicon, éd. W. Stubbs, Londres, 1879 (Rolls series), p. 270-271.

54Les monarques instrumentalisent également l’hérésie. Henri II, en 1166, en publiant l’édit de Clarendon, est, depuis l’Antiquité, le premier prince séculier à émettre une loi contre les hérétiques98. Cela conforte sa position vis-à-vis de Thomas Becket. Par ailleurs, les clercs du roi d’Angleterre tiennent un discours exagéré sur l’hérésie du Languedoc pour servir l’extension de la puissance territoriale de leur maître, aussi duc d’Aquitaine. Est-ce l’effet d’un hasard si c’est un concile tenu sur les terres de ce dernier, à Tours, qui préconise en 1163 la procédure inquisitoire contre les dissidents ? Et si la lettre de Raimond v au chapitre général de Cîteaux, qui dénonce, pour la première fois, l’existence du dualisme dans le Midi, n’est connue que par la « copie » qu’en donne Gervais de Canterbury99 ?

  • 100 R. I. Moore, La première révolution européenne..., p. 281.

55Le salut, bien commun suprême, fournit aux pouvoirs laïcs, comme à la puissance ecclésiastique, prétexte à intervenir partout. « S’il y a dans la révolution gouvernementale au xiie siècle une dimension d’une importance décisive pour l’avenir, c’est bien cette capacité acquise par le pouvoir, tant laïc qu’ecclésiastique, de pénétrer vigoureusement tout l’éventail des collectivités locales, sans se soucier des contraintes de la coutume, et d’enrégimenter leurs notables, ou de les détruire, au nom de l’ordre et de l’orthodoxie »100. L’opinion, formulée par Robert Moore, semble tout à fait pertinente.

  • 101 E. de Laurière et al., Ordonnances des rois de France de la troisième race..., Paris, 1723-1849, 2 (...)
  • 102 G. D. Mansi, Sacrorum conciliorum..., XXIII, col. 185-186.

56Dans le Midi languedocien, la conjonction de « l’État » capétien et de l’Inquisition se manifeste dès l’origine. Avant de partir pour la croisade, en avril 1226, Louis viii promulgue une ordonnance qui entérine le droit canon concernant les hérétiques101. Le droit de la monarchie absorbe ainsi celui de l’Église. Quelques jours après le traité de Paris, en avril 1229, est prise l’ordonnance Cupientes102. Elle impose à tous les sujets du roi de rechercher et dénoncer sans retard les hérétiques. Cette mesure généralise la procédure inquisitoire dans le royaume de France, en constituant tous les officiers du souverain, mais aussi tous les habitants du royaume, en agents de la justice spirituelle, confondue avec la temporelle.

  • 103 Y. Dossat, Les crises de l’Inquisition... cité n. 47, p. 182-205, 276 et suiv.
  • 104 A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, Paris, 1985.

57Plus tard, l’accession d’Alphonse de Poitiers au comté de Toulouse confère à l’Inquisition sa meilleure assise103. Sans doute la solidarité de la monarchie et de l’Inquisition se distend-elle provisoirement à la fin du xiiie siècle, à l’époque de la querelle entre Boniface viii et Philippe le Bel, et les villes révoltées contre les inquisiteurs tentent alors d’exploiter la conjoncture. Toutefois, l’unité structurelle des deux pouvoirs se révèle à la fin de 1303, dans le refus de Philippe le Bel d’élargir les emmurés de Carcassonne, même s’il adoucit leur sort. Le roi n’aime pas les hérétiques et les rebelles et ne peut les aimer. Ce n’est pas un fait affectif, mais une donnée politique essentielle. Avec l’avènement de Clément v, la collaboration de l’Inquisition et de la monarchie redevient totale, ainsi que le prouve l’affaire des Templiers104. Elle ne se dément pas ensuite.

  • 105 Sur l’importance des villes dans le contrôle du plat-pays, cf. J.-L. Biget, La croisade albigeoise (...)
  • 106 Citons Rainaud de Chartres, Pons du Pouget, Etienne de Gâtine, Jean Galand, Guillaume de Saint-Sei (...)

58En Languedoc, au xiiie siècle, l’Inquisition n’est pas l’instrument direct du pouvoir capétien, mais elle en est l’instrument objectif. Elle ne peut œuvrer qu’avec l’appui constant des officiers royaux et elle joue un rôle fondamental dans le passage de la région sous le contrôle monarchique. Toulouse, république urbaine, capitale de la résistance et de l’hérésie jusqu’en 1229, est devenue ville du roi dès 1279. D’autres cités luttent plus longtemps contre l’Inquisition, mais toutes se réclament alors du souverain, la trahison de Carcassonne et de Limoux en 1304-1305 n’étant qu’une péripétie. À une époque où elles connaissent expansion et prospérité, la maîtrise de ces villes est essentielle, car elles permettent de contrôler militairement et politiquement le Languedoc105. L’Inquisition joue son rôle dans l’évolution qui fait passer la région de la mouvance au domaine du roi. A cet égard, il vaut la peine de noter que si les inquisiteurs du Languedoc, aux premiers temps de l’Office, sont tous des méridionaux, ils viennent majoritairement du Nord après 1250106.

  • 107 Cf. J. H. Mundy, The repression of catharism... cité n. 59.
  • 108 Cf. J.-L. Biget, Sépulture des enfants et patria potestas. Un procès devant l’officialité d’Albi e (...)

59Est-il possible de définir précisément les incidences politiques de la justice des inquisiteurs quant aux villes ? Elle a, dans les années 1230-1250, contribué à décapiter les milieux urbains attachés à la tradition coutumière et aux autonomies locales. Toutefois, on constate que dans la seconde moitié du xiiie siècle, les familles frappées par les inquisiteurs conservent le pouvoir à Toulouse107. À Albi, celles qui sont en butte à la vindicte inquisitoriale demeurent bien intégrées dans la vie citadine jusque très avant dans le xive siècle108. Ce n’est donc pas par l’élimination complète des cercles dirigeants que l’Inquisition sert la monarchie, car elle n’abat que leurs membres les plus engagés dans l’opposition religieuse et politique. Il semble, en revanche, qu’elle joue un rôle majeur en instaurant et en faisant respecter une loi et une justice, dont la validité ne se borne pas à une communauté territoriale étroite, mais qui possèdent une portée générale, parce qu’elles sont de droit divin. L’Inquisition instaure un espace judiciaire unifié à l’échelle de la chrétienté. Elle impose à des villes, qui avaient chacune leur norme particulière, parce qu’elles étaient des mailles élémentaires d’un monde politiquement éclaté, une vérité unique et une justice uniforme. Elle crée et elle fait comprendre qu’il existe un droit général au-dessus de la mosaïque des droits locaux et que ce droit prévaut. Elle le manifeste beaucoup plus concrètement que l’Église antérieure – qui participait elle-même de l’éclatement politique –, car elle organise des cérémonies théâtrales et solennelles où elle impose la douleur et où, plus encore, elle suscite l’allégresse. Elle n’agit pas, en l’occurrence, dans l’indépendance du pouvoir monarchique, car elle ne le pourrait pas, mais en plein accord avec lui. Et, en corollaire, constituant le droit urbain en droit subordonné, elle ouvre la voie à une autre loi générale, à une autre norme supérieure et à une autre justice, celles du roi, qui lui sont d’ailleurs apparentées, car elles ont leur source dans une personne sacrée, tenant son autorité de Dieu et veillant à l’ordre pour le salut de tous.

  • 109 H. Omont, La collection Doat à la Bibliothèque Nationale. Documents sur les recherches de Doat, da (...)

60Veut-on une preuve encore de cette connexion entre l’Inquisition et l’État ? Elle existe, tardive mais expressive : l’essentiel des archives inquisitoriales du Midi a été préservé parce qu’il a été copié pour Colbert et la bibliothèque du roi, sous l’égide d’un président au Parlement de Navarre, Jean de Doat109.

61Aux xive et xve siècles, les villes du Languedoc occidental témoignent d’une grande fidélité à la monarchie. C’est probablement parce qu’elles ont éprouvé un temps le déploiement de la justice inquisitoriale, qui a commencé d’oblitérer les particularismes des temps féodaux et qui a substitué, pour la réduction des altérités réelles ou imaginées, une violence « d’État » à la violence populaire.

Notes

1 Sur l’occulte, le contre nature et le nefandum, cf. J. Chiffoleau, Contra naturam. Pour une approche casuistique et procédurale de la nature médiévale, dans Micrologus, 4, 1996, p. 265-312 ; Id., Dire l’indicible. Remarques sur la catégorie du nefandum du xiie au xve siècle, dans Annales E.S.C., 1990, p. 289-324 ; Id., Sur le crime de majesté médiéval, dans Genèse de l’État moderne en Méditerranée, Rome, 1993 (Collection de l’École française de Rome, 168), p. 183-213.

2 Le canon 4, qui vise tout particulièrement les dissidents méridionaux, concerne les réunions ou conventicula des hérétiques. On ne se borne plus à châtier ceux-ci quand ils se dévoilent ; on postule leur recherche active : Et quoniam de diversis partibus in unum latibulum crebro conveniunt et praeter consensum erroris, nullam cohabitandi causam habentes, in uno domicilio commorantur : talia conventicula et investigentur attentius et, si vera fuerint, canonica severitate vetentur (G. D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio..., 1758-1798, xxi, col. 1177 ; Ch.-J. Hefele, H. Leclercq, Histoire des conciles d’après les documents originaux, 1907-1938, v-2, p. 971-972).

3 Relation de ces missions par les légats Pierre de Pavie, cardinal de Saint-Chrysogone (Patrologie latine [désormais citée « P.L. »], CXCIX, col. 1119-1124) et Henri de Marcy (P.L., CCIV, col. 235-240). Voir aussi Geoffroy du Breuil, prieur de Saint-Pierre de Vigeois, dans Bouquet, Recueil des historiens des Gaules et de la France, xii, p. 447, et Geoffroy d’Auxerre, Commentaire sur l’Apocalypse, rapporté in J. Leclercq, Le témoignage de Geoffroy d’Auxerre sur la vie cistercienne, dans Studia Anselmiana, 31, 1953. Excellente étude du P. Congar, Henri de Marcy, abbé de Clairvaux, cardinal-évêque d’Albano et légat pontifical, dans Studia Anselmiana, 43, 1958. Mission parallèle en Flandre, en 1184, dirigée par Guillaume aux Blanches-Mains, cardinal de Sainte-Sabine, avec l’appui de Philippe d’Alsace (cf. Rigord, Gesta Philippi Augusti, c. 22, dans Œuvres de Rigord et de Guillaume le Breton, historiens de Philippe-Auguste, éd. H.-Fr. Delaborde, I, Paris, 1882, p. 35).

4 Voir W. Ullmann, The signification of Innocent III’s decretal « Vergentis », dans Études de droit canonique dédiées à Gabriel Le Bras, I, Paris, 1965, p. 729-741. Cf. également H.-G. Walther, Ziele und Mittel päpstlicher Ketzerpolitik in der Lombardei und im Kirchenstaat 1184-1252, dans P. Segl (éd.) Die Anfänge der Inquisition im Mittelalter, Cologne-Bayreuth, 1993, p. 103-130. Éléments aussi dans J. Chiffoleau, Sur le crime de majesté médiéval..., et dans L. Kolmer, Ad capiendas vulpes : Die Ketzerbekampfung in Südfrankreich in der ersten Hälfte des 13. Jahrhunderts und die Ausbildung des Inquisitionsverfahrens, Bonn, 1982, p. 35 et suiv.

5 Décrétales des 25 mai 1205, 29 juin et 1er septembre 1206, 20 décembre 1212Potthast, Regesta pontificum romanorum, Berlin, 1874-1875, nos 2516, 2672, 2876 et 4628).

6 Guibert de Nogent, Autobiographie, éd. E.-R. Labande, Paris, 1981, III, 17, p. 428-434.

7 Lettre d’Evervin de Steinfeld à saint Bernard, P.L., CLXXXII, col. 677 : « On les convoqua trois jours plus tard, mais comme ils refusèrent de céder, ils furent pris par un peuple mu par trop de zèle, et, malgré nous, placés dans le feu et brûlés ». Une nouvelle datation (entre 1147 et 1151/52) de cette lettre est proposée, avec une certaine vraisemblance, par Uwe Brunn dans sa thèse de doctorat, L’hérésie dans l’archevêché de Cologne 1000-1233, Université de Nice, 2002, dactyl., ch. II, p. 119.

8 Colloque de Verfeil (début 1207), cf. Guillaume de Puylaurens, Chronique, éd. J. Duvernoy, Paris, 1976, ch. viii ; Colloque de Montréal (printemps 1207), cf. Pierre des Vaux-de-Cernay, Histoire albigeoise, éd. E. Lyon et P. Guébin, Paris, 1926, I, p. 28-29, no 26 ; Colloque de Pamiers (septembre 1207), cf. Guillaume de Puylaurens, loc. cit., Pierre des Vaux-de-Cernay, op. cit., I, p. 43-44. Sur ces colloques, voir également M.-H. Vicaire, Histoire de saint Dominique, I, Paris, 1957, p. 203 et s.

9 Sur les ordalies, cf. R. Moore. La persécution. Sa formation en Europe xe-xiiie siècle, trad. fr. Paris, 1991, p. 151-157.

10 P.L., CC, col. 859.

11 x, 5, 35, 1 (Corpus Iuris Canonici, éd. E. Friedberg, II, Leipzig, 1879, col. 877-878).

12 P.L., CCXV, col. 29, et CCXVI, col. 502.

13 Actes du concile dans G. D. Mansi, Sacrorum conciliorum..., xxii, col. 953 et s.

14 Minerve (juillet 1210), 140 brûlés (cf. P. des Vaux-de-Cernay, Histoire Albigeoise, trad. P. Guébin et H. Maisonneuve, Paris, 1951, p. 66) ; Lavaur (mai 1211), 3 à 400 brûlés, Guillaume de Puylaurens, Chronique, cité n. 13, p. 70-75, et La Chanson de la Croisade Albigeoise, éd. E. Martin-Chabot, I, Paris, 1931, p. 172 ; Les Cassés (printemps 1211), 60 brûlés (ibid., I, p. 200).

15 G. D. Mansi, Sacrorum conciliorum..., XXIII, col. 194-204, trad. dans P. Bonnasie et G. Pradalié, La capitulation de Raymond vii et la fondation de l’Université de Toulouse 1229-1979, Toulouse, 1979, p. 43-51.

16 Guillaume de Puylaurens, Chronique, cité n. 13, ch. XXXVIII, p. 137 et suiv.

17 Ibid., p. 138: eorum dicta in scriptis redacta eidem episcopo redderent conservanda.

18 Ibid., ch. XL.

19 Cl. de Vic et J.-J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc, avec ses notes et pièces justificatives, éd. A. Molinier, viii, Toulouse, 1879, col. 963-965 ; A. Teulet, Layettes du Trésor des Chartes, II, Paris, 1866, no 2234.

20 Cf. J.-M. Carbasse, Consulats méridionaux et justice criminelle au Moyen Âge, thèse de droit, Montpellier, 1974, dactyl. Voir la contribution du même dans le présent volume.

21 Guilhem Pelhisson, Chronique, éd. J. Duvernoy, Paris, 1994, p. 60.

22 Ibid., p. 52 : Et cum vicarius... vellet eum ad ignem trahere, clamaverunt contra eum illi qui eum defendebant ne aliquo modo faceret.

23 A. Patchovsky, Zur Ketzerverfolgung Konrads von Marburg, dans Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 37, 1981, p. 641-693.

24 Le pape, chassé par les Romains, a été rétabli dans Rome par Raimond vii, auquel il a rendu le marquisat de Provence. Dans sa lettre, il évoque – pour les suspendre – toutes les pratiques des inquisiteurs : réception des témoignages en secret, absence de publicité des noms des témoins, impossibilité pour les accusés de se défendre et d’avoir recours à un avocat (L. Auvray, Les Registres de Grégoire ix, Paris, 1896-1908, no 2218).

25 Il apparaît dans la Bible, par exemple dans le Livre de Tobie (I, 15-19) ; rappelons en outre le mythe d’Antigone.

26 G. Pelhisson, Récit des troubles d’Albi, dans Id., Chronique, cité n. 21, p. 112-113.

27 Les inquisiteurs remettent alors au bras séculier deux bons hommes, Pierre Puechperdut et Pierre Bonmacip, qui sont brûlés. Douze autres Albigeois reçoivent comme pénitence d’aller à la croisade en Terre Sainte (ibid., p. 58-59). Le 30 avril 1235, Arnaud Cathala entend la confession du bonhomme R. Déjean, qui apostasie et dénonce un grand nombre des amis de la dissidence ; avec l’évêque Durand, il lui délivre une lettre de réconciliation (BNF, coll. Doat, 23, f. 260-273v).

28 La présence de Me Guillaume de Lombers aux côtés des inquisiteurs, marque peut-être l’association du pouvoir temporel au pouvoir inquisitorial. En effet, Guillaume de Lombers est plus tard juge royal d’Albi (cf. A. Friedlander, Les agents du roi face à l’hérésie, dans Effacement du catharisme ? (xiiie-xive s.), Toulouse, 1985 [Cahiers de Fanjeaux, 20], p. 206).

29 Sur ces événements, cf. C. Douais, L’albigéisme et les frères Prêcheurs à Narbonne au xiiie siècle, Paris, 1894, et W. Emery, Heresy and Inquisition in Narbonne, New-York, 1941.

30 Sur Ferrier, cf. W.-L. Wakefield, Friar Ferrier, inquisitor, dans Heresis, 7, 1986, p. 33-41 ; L. Albaret, L’Inquisition de Carcassonne. Ferrer ou Ferrier (1229-1244), la mémoire de Montségur, dans Id. (éd.), Les Inquisiteurs : Portraits de défenseurs de la foi en Languedoc (xiiie-xive siècle), Toulouse, 2001, p. 33-39. Voici ce que Bernard Gui dit de Ferrier (à la rubrique des prieurs du couvent de Carcassonne) : Hic fuit inquisitor et persecutor hereticorum constans et magnanimus, in virga ferrea malleans et confingens eos cum fautoribus et credentibus eorumdem, adeo quod nomen ejus quasi gladiosum in auribus hereticalium resonat (De fundatione et prioribus conventuum provinciarum tolosanae et provinciae ordinis praedicatorum, éd. P. Amargier, Rome, 1961).

31 G. Langlois, Olivier de Termes. Le cathare et le croisé (vers 1200-1274), Toulouse, 2001, p. 92-102.

32 A. Teulet, Layettes... cité n. 19, p. 321-323. Acte traduit dans Chronique de Guillaume Pelhisson, éd. J. Duvernoy, Toulouse, 1958 (Archives romanes, 1), appendice iv, p. 52-54.

33 Ménard, Histoire civile... de la ville de Nîmes, I, Preuves, 1744, p. 73-75.

34 Cl. Vic et J.-J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc... cité n. 19, col. 1002. En outre, il rend, en mars 1237, une sentence sur le conflit, qui interdit les ligues : ibid., col. 1005-1007.

35 Guilhem Pelhisson, Chronique, cité n. 21, p. 52-53.

36 Ibid., p. 40-45.

37 Ibid., p. 48-51.

38 Ibid., p. 52-53.

39 Ibid., p. 58-61.

40 Ibid., p. 60-65.

41 Ibid., p. 64-71.

42 Ibid., p. 72 et s.

43 Ibid., p. 92-109.

44 L. Auvray, Les Registres... cité n. 24, no 4758.

45 Large édition de ces Enquêtes, ainsi que des assises de 1259-1262, dans Cl. de Vic et J.-J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc... cité n. 19, vii.

46 Cf. C. Douais, L’albigéisme et les frères Prêcheurs... ; W. Emery, Heresy and Inquisition..., cités note 29.

47 Sur les enquêtes de Jean de Saint-Pierre et Bernard de Caux, cf. Y. Dossat, Les crises de l’Inquisition toulousaine au xiiie siècle (1233-1273), Bordeaux, 1959, et M. G. Pegg, The corruption of angels. The Great Inquisition of 1245-1246, Princeton-Oxford, 2001.

48 Dossat, Les crises de l’Inquisition..., p. 172 et suiv.

49 Cf. J. Paul, La procédure inquisitoriale à Carcassonne au milieu du xiiie siècle, dans L’Église et le droit dans le Midi (xiiie-xive s.), Toulouse, 1994 (Cahiers de Fanjeaux, 29), p. 361-396.

50 A. Dondaine, Le manuel de l’Inquisiteur (1230-1330), dans Archivum Fratrum Praedicatorum, 17, 1947, p. 85-194.

51 Cf. Y. Dossat, Les crises de l’Inquisition..., p. 167-168. Voir également J. A. Arnold, Inquisition and power. Catharism and the confessing subject in Medieval Languedoc, Philadelphie, 2001, p. 48-53.

52 Bernard Gui, Practica inquisitionis heretice pravitatis, éd. C. Douais, Paris, 1886.

53 J. B. Given, Inquisition and medieval society. Power, discipline and resistance in Languedoc, Ithaca-Londres, 1997.

54 Le premier document connu est une pénitence infligée le 29 novembre 1235 ; elle est annexée à un interrogatoire du 24 janvier 1245 (BNF, coll. Doat, 22, f. 38-40).

55 Le premier registre conservé est celui des pénitences imposées par Pierre Seila en Quercy en 1241-1242. Cf. J. Duvernoy, L’inquisition en Quercy. Le registre des pénitences de Pierre Cellan, 1241-1242, Castelnaud-la-Chapelle, 2001.

56 Cf., notamment, les dépositions reçues par Ferrier en 1243-1244 (BNF, coll. Doat, 21). Voir C. Douais, L’albigéisme et les frères Prêcheurs... ; W. Emery, Heresy and Inquisition... cités note 29.

57 Y. Dossat, Les crises de l’Inquisition... cité n. 47, p. 169.

58 Dernière mise au point sur cette affaire par Michel Roquebert, Les cathares. De la chute de Montségur aux derniers bûchers 1244-1329, Paris, 1998, p. 383. L’auteur indique la bibliographie sur le sujet à la p. 527, n. 34.

59 J. H. Mundy, The repression of catharism at Toulouse. The royal diploma of 1279, Toronto, 1985, insiste sur la profondeur et la rapidité de l’action inquisitoriale. « The back of the town’s catharism had been broken in the 1230s », écrit-il p. 66. Même fait, souligné par le même auteur, dans Society and government at Toulouse in the age of the Cathars, Toronto, 1997, p. 275.

60 BNF, coll. Doat, 81, f. 43-47.

61 BNF, coll. Doat, 146, f. 18 et s.

62 BNF, coll. Doat, 116, f. 42-46. Acte publié par G. Ahsell de Toulza et D. Cazes, dans Congrès archéologique de France, Albigeois (1982), Paris, 1985, p. 291.

63 Cf. J. H. Mundy, The repression of catharism...

64 Sur les événements de la période, voir J.-M. Vidal, Un inquisiteur jugé par ses victimes : Jean Galand et les Carcassonnais, Paris, 1903 ; J. Guiraud, Histoire de l’Inquisition au Moyen Âge, II, Paris, 1938 ; M. Roquebert, Les cathares... cité n. 58, ch. 15 à 17 ; J.-L. Biget, L’extinction du catharisme urbain : les points chauds de la répression, dans Effacement du Catharisme ? (xiiie-xive siècle), Toulouse, 1985 (Cahiers de Fanjeaux, 20), p. 305-340.

65 J.-L. Biget, Autour de Bernard Délicieux. Franciscanisme et société en Languedoc entre 1295 et 1330, dans Revue d’histoire de l’Église de France, 70, 1984, p. 75-93.

66 Voir J. Théry, Cléricalisme et hérésie des bons hommes : l’exemple d’Albi et de l’Albigeois (1276-1329), dans L’anticléricalisme en France méridionale (milieu xiie-début xive siècle), Toulouse, 2003 (Cahiers de Fanjeaux, 38), p. 471-508 ; Id., Fama, enormia. L’enquête sur les crimes de Bernard de Castanet, évêque d’Albi (1307-1308). Gouvernement et contestation au temps de la théocratie pontificale et de l’hérésie des bons hommes, thèse de doctorat, Université de Lyon II, 2003, dactylographiée.

67 J.-L. Biget, Un procès d’Inquisition à Albi en 1300, dans Le credo, la morale et l’Inquisition, Cahiers de Fanjeaux, 6, 1971, p. 273-341.

68 A. Friedlander, The Hammer of the Inquisitors. Brother Bernard Délicieux and the struggle against the Inquisition in fourteenth-century France, Leyde, 2000.

69 Voir les travaux cités dans les trois notes précédentes.

70 BNF, ms lat. 12856.

71 Analyse du « travail » de l’Inquisition lors de ce procès par J.-L. Biget, I ca-tari di fronte agli inquisitori in Languedoc, 1230-1310, dans J.-C. Maire-Vigneur et Paravicini-Bagliani (éd.), La parola all’accusato, Palerme, 1991, p. 242 et suiv.

72 Bernard Gui, Practica inquisitionis... cité n. 52, p. 107, 218, 302; voir aussi J. B. Given, Inquisition and medieval society... cité n.53, ch.2: « The technology of coercitive imprisonment », p. 52-65.

73 Y. Dossat, Les crises de l’Inquisition... cité n. 47, p. 214.

74 Ibid., p. 275 ; autres exemples dans J.-L. Biget, Un procès d’Inquisition... cité n. 67, p. 335, n. 87.

75 Sous forme d’apostrophe au représentant du Saint-Office, cf. J.-M. Vidal, Un inquisiteur jugé... cité n. 64.

76 Sur ces problèmes, cf. J. A. Arnold, Inquisition and Power... cité n. 51, ainsi que P. Biller et C. Bruschi (dir.), Texts and the repression of medieval heresy, York, 2002.

77 BNF, coll. Doat, 32, f. 163-240.

78 A. Cazenave a souligné le caractère pénitentiel de l’Inquisition : Aveu et contrition. Manuels de confesseurs et interrogatoires d’inquisition en Languedoc et Catalogne (xiiie-xive siècle), dans La piété populaire au Moyen Âge. Actes du 99e congrès des Sociétés savantes, Paris, 1977, p. 333-352.

79 Ces logiques ont été mises en évidence dans L’aveu, Antiquité et Moyen Âge, Rome, 1986 (Collection de l’École française de Rome, 88). Cf. la conclusion d’André Vauchez : « Avec l’information secrète, la généralisation de la torture et la procédure extraordinaire, c’est l’histoire moderne de l’aveu qui commence. Un aveu qui tend moins à porter la vérité à la lumière qu’à faire proférer aux accusés, au prix d’un travail opéré par les juges sur les mots et les consciences, la vérité du Pouvoir » (p. 417). Voir aussi la contribution de J. Chiffoleau, « Sur la pratique et la conjoncture de l’aveu judiciaire en France du xiiie au xve siècle », aux p. 341-380, et, du même auteur, les articles cités plus haut, à la n. 1.

80 Déposition de Guillaume Agasse dans Le registre d’Inquisition de Jacques Fournier, éd. J. Duvernoy, II, Toulouse, 1965, p. 135.

81 Processus Bernardi Delitiosi: the trial of Fr. Bernard Délicieux, 3 September-8 December 1319, éd. A. Friedlander, Philadelphie, 1996. Traduction J. Duvernoy, Le procès de Bernard Délicieux, 1319, Toulouse, 2001.

82 Cf. la liste de ces procès dans M. Roquebert, Les cathares... cité n. 58, p. 496 et suiv.

83 Réconciliation de Cordes, le 29 juin 1321, dans Le livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui, 1308-1323, éd. A. Palès-Gobilliard, II, Paris, 2002, p. 1218-1329. Réconciliation d’Albi dans BNF, coll. Doat, 34, f. 169-185.

84 Pour les Béguins poursuivis par l’Inquisition, cf. J.-L. Biget, Culte et rayonnement de Pierre Déjean-Olieu en Languedoc au début du xive siècle, dans A. Boureau et S. Piron (dir.), Pierre de Jean Olivi (1248-1298) : pensée scolastique, dissidence spirituelle et société, Paris, 1999, p. 277-308.

85 Voir la justification de ces données numériques dans J.-L. Biget, L’extinction du catharisme urbain... cité n. 64.

86 J.-L. Abbé, La société urbaine languedocienne et le catharisme au xiiie siècle : le cas de Limoux (Aude), dans P. Boucheron et J. Chiffoleau (éd.), Religion et société urbaine au Moyen Âge. Études offertes à Jean-Louis Biget par ses anciens élèves, Paris, 2000, p. 119-139.

87 Guillaume de Puylaurens, Chronique, cité n. 8, p. 150 : Sicque paulatim cepit maiores quosdam inquisitio prevenire, factumque est ut nonnulli, dorsa palleosa habentes, ceperunt difficultates opponere, quibus possent inquisitionis officium impedire.

88 Guilhem Pélissou, Chronique, cité n. 21, p. 50-51.

89 J. H. Mundy, The repression of catharism... cité n. 59, Part Three, The Family Histories, p. 129-303. Id, Men and women at Toulouse in the Age of the Cathars, Toronto, 1990, Appendix 3, p. 173-194. Id, Society and government... cité n. 59, Appendix one, Family Histories, p. 297-359, Appendix Three : liste de ceux qui ont prêté serment d’observer le traité de Meaux-Paris en février 1243, Appendix Four : Chaptermen and consuls (de 1120 à 1280), p. 385-416, Appendix Five : Consuls and Heretics, p. 417-420. Des renseignements utiles également dans le premier livre de J. H. Mundy, Liberty and political power in Toulouse 1050-1230, New-York, 1954.

90 J. H. Mundy, The repression of catharism... cité n. 59, p. 75 et suiv., avec listes des bénéficiaires de l’amnistie et des introducteurs de la cause devant le roi.

91 Sur la sociologie des victimes de l’Inquisition dans ces villes, cf. J.-L. Biget, Un procès d’Inquisition... cité n. 67, et Id., L’extinction du catharisme urbain... cité n. 64.

92 J.-L. Biget, L’extinction du catharisme urbain... cité n. 64.

93 G. G. Merlo, Il sermo generalis dell’inquisitore. Una sacra rappresentazione anomala, dans M. Benedetti, G. G. Merlo et A. Piazza (dir.), Vite di eretici e storia di frati : a Giovanni Miccoli, Milan, 1998, p. 203-220. G. G. Merlo a montré aussi comment l’inquisition médiévale suscite l’adhésion à travers la répression : Coercition et orthodoxie : modalités de communication et d’imposition d’un message religieux hégémonique, dans Faire croire. Modalités de la diffusion et de la réception des messages religieux du xiie au xvie siècle, Rome, 1981 (Collection de l’École française de Rome, 51), p. 101-118.

94 Sur le déroulement de la cérémonie, cf. Bernard Gui, Practica inquisitionis... cité n. 52, II, p. 121-131. Mise en œuvre pratique du schéma général, dans Le livre des sentences... cité n. 83. Il nous manque malheureusement, pour cette époque, la description imagée et concrète du théâtre de la justice inquisitoriale.

95 J. Jolivet, Logique cathare : la scission de l’universel, dans E. P. Bos (éd.), Medieval semantics and metaphysics. Studies dedicated to L.M. de Rijk... on the occasion of his 60th birthday, Nimègue, 1985.

96 M de Certeau, La possession de Loudun, Paris, 1970 (Archives, 37).

97 Voir encore D. Müller, Les bases juridiques de l’Inquisition, dans La persécution du catharisme, vie-xive siècles. Actes de la 6e session d’histoire médiévale organisée par le Centre d’études cathares, Carcassonne, 1996, p. 137.

98 R. I. Moore, La première révolution européenne, xe-xviiie siècle, trad. fr. Paris, 2001, p. 267 et suiv.

99 Gervais de Canterbury, Chronicon, éd. W. Stubbs, Londres, 1879 (Rolls series), p. 270-271.

100 R. I. Moore, La première révolution européenne..., p. 281.

101 E. de Laurière et al., Ordonnances des rois de France de la troisième race..., Paris, 1723-1849, 22 vol., réimp. Farnborough, 1965-1968, xii, p. 319.

102 G. D. Mansi, Sacrorum conciliorum..., XXIII, col. 185-186.

103 Y. Dossat, Les crises de l’Inquisition... cité n. 47, p. 182-205, 276 et suiv.

104 A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, Paris, 1985.

105 Sur l’importance des villes dans le contrôle du plat-pays, cf. J.-L. Biget, La croisade albigeoise et les villes, dans La guerre et la ville à travers les âges, Paris, 1999, p. 75-104.

106 Citons Rainaud de Chartres, Pons du Pouget, Etienne de Gâtine, Jean Galand, Guillaume de Saint-Seine, Bertrand de Clermont, Nicolas d’Abbeville, Foulques de Saint-Georges, Geoffroy d’Ablis, Jean de Beaune, Jean Duprat, Pierre Brun, Henri de Chamay. Sur les inquisiteurs, cf. C. Douais, Documents pour servir à l’histoire de l’Inquisition dans le Languedoc, I, Paris, 1900, Introduction, p. cxxix et s. Voir aussi L. Albaret (dir.), Les Inquisiteurs... cité n. 30.

107 Cf. J. H. Mundy, The repression of catharism... cité n. 59.

108 Cf. J.-L. Biget, Sépulture des enfants et patria potestas. Un procès devant l’officialité d’Albi en 1335, dans La mort et l’au-delà en France méridionale (xiie-xve siècle), Toulouse, 1998 (Cahiers de Fanjeaux, 33), p. 365-391. Voir aussi J. Théry, Le procès de Bernard de Castanet... cité n. 66.

109 H. Omont, La collection Doat à la Bibliothèque Nationale. Documents sur les recherches de Doat, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 77, 1916, p. 286-336.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540