Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la « Cité de Dieu » au « Palais du Pape »

 | 
Pierre-Yves Le Pogam

Première partie. Les monuments

Chapitre 8. Soriano nel cimino : le château orsini

Texte intégral

1S’élevant sur un piton rocheux dont ses parois semblent prolonger les escarpements, dominant la plaine alentour dans toutes les directions, d’une beauté sévère et farouche par le caractère géométrique de ses volumes et par les teintes grisâtres de ses matériaux, le château de Soriano paraît incarner l’idée même de la forteresse « nid d’aigle » (fig. 274-276). Mieux encore, quand on découvre l’histoire du site et de ses occupants successifs, on croit apercevoir dans le caractère sombre de l’édifice le reflet des événements souvent tragiques qui s’y déroulèrent. De la spoliation du château par Nicolas III jusqu’aux derniers prisonniers qui le quittèrent en 1988, en passant par les routiers du Grand Schisme, les décapitations du xve siècle, le coup de main de 1489, la figure sinistre de Giovanni Carafa ou le souvenir du malheureux Roberto Altemps, on n’en finirait pas d’énumérer les épisodes tragiques ou lugubres qui ont marqué l’histoire de Soriano. En fait, il s’agit certainement en partie d’une erreur de perspective. Ce type de vicissitudes se retrouve dans toutes les forteresses comparables et on pourrait évoquer aussi bien des moments plus fastes ou simplement plus banals de la vie du château, comme au temps du cardinal Madruzzo ou de la famille Albani. Mais, c’est probablement l’histoire récente de la forteresse, c’est-à-dire son utilisation comme prison depuis Pie IX jusqu’il y a vingt ans, qui projette encore son ombre.

  • 1 Je veux remercier ici chaleureusement les associations de bénévoles de Soriano qui m’ont généreusem (...)

2Ce poids indéniable du passé récent dans l’image du château s’exerce aussi, de manière tout aussi forte, dans l’historiographie et fait de Soriano un problème à part. Certes, que Soriano soit une résidence pontificale du xiiie siècle transformée par les avatars de son histoire n’a rien d’original par rapport aux chapitres précédents. Pourtant, dans le cas présent, le fonctionnement comme prison jusqu’aux années 1980 en a interdit toute compréhension et toute étude approfondie. Du coup, la part de Nicolas III dans la construction en a été un peu trop magnifiée et les étapes postérieures de la construction méconnues, comme j’en ai été persuadé par mes premières visites. Fallait-il pourtant réserver un sort secondaire à ces campagnes ultérieures ? Il eût été injuste de ne pas tenter une approche aussi détaillée de cette résidence que pour les autres monographies ici traitées, alors qu’elle est enfin accessible après deux siècles de pénombre. D’autre part, il aurait été impossible de traiter des seules parties médiévales, alors que l’ensemble n’a jamais été analysé. Par conséquent, on ne s’étonnera pas de trouver ici une approche la plus complète possible de toutes les phases d’histoire du château (sans viser pourtant à une exhaustivité et une perfection totales, particulièrement difficiles à atteindre pour un monument quasiment inédit), afin de dégager les informations concernant le noyau médiéval. Ce faisant, on verra que non seulement les phases proto-moderne et moderne de la fortification (autrement dit, les campagnes du Quattrocento et du xvie siècle) peuvent avoir un intérêt intrinsèque pour l’historien de l’architecture militaire et civile et méritent d’être un jour remises en valeur, mais que les phases médiévales du château, malgré leur complexité et leur altération, réservent aussi quelques surprises1.

Fig. 274 – Soriano, plan de situation.

I – HISTORIOGRAPHIE ET HISTORIQUE

1. Historiographie

  • 2 Après avoir été conservé dans la famille Corsi, le manuscrit était dans la collection d’A. Ferruzzi (...)
  • 3 Elle a été réalisée en 1913. Deux copies antérieures avaient été faites par Eutizio Micci et par Gi (...)
  • 4 Le manuscrit du Vatican est un manuscrit composite. Le texte concernant Soriano, qui est en réalité (...)

3Deux textes manuscrits du xviiie siècle, inédits mais souvent cités, ont nourri l’historiographie locale de Soriano. Il s’agit d’abord de l’« Istoria di Soriano per Splendiano Andrea Pennazzi », écrite vers 1734-1738 par un curé de Soriano, un manuscrit de 448 pages encore en mains privées2, mais dont une copie dactylographiée se trouve aux Archives municipales de Soriano3. D’autre part des « Memorie istoriche della Terra di Soriano nella Provincia del Patrimonio, Fondo dell’Eccellentissima Casa Albani » de Mgr Gaetano Marini (BAV, Vat. 9114, fol. 229-267), un texte antérieur à 17864. Le premier surtout a été abondamment utilisé par l’historien local Ferruzzi et son contenu est donc passé par son intermédiaire dans la littérature postérieure. Il faut remarquer cependant que ces deux histoires manuscrites sont elles-mêmes largement dépendantes des chroniques médiévales et modernes et des bulles pontificales et qu’elles ne nous apportent guère de renseignements inédits. On comprend donc pourquoi ces deux manuscrits ne seront guère cités ici, notamment le second. Quant au premier, s’il nous livre quelques informations intéressantes, il faut souligner une erreur d’optique essentielle qui biaise en partie ses informations. Il insiste pour attribuer la construction originelle au seul Nicolas III, contrairement à l’évidence des textes, probablement pour laver le pontife de l’accusation d’avoir soustrait la forteresse à ses propriétaires, les Guastapane.

Fig. 275 – Soriano, château Orsini, principales campagnes de construction. A, B, C. Tours. D. Escalier couvert. F. Tour. G. Local technique. E1-E2-H1-H/E. Corps de bâtiment du xvie siècle. H1-H2-H3. Ancienne grande salle. H3. Escalier couvert I. Escalier couvert. J1. Salle voûtée d’ogives. J1-J6. Corps de bâtiment du xve siècle. K. Débarras. L1-L4. Portique. M1-M2. Guérites (disparues). N-O. Constructions contemporaines. P-Q-R-T. Communs. S, U. Tours. V1-V4. Constructions contemporaines. W-X. Châtelet d’entrée. 1-10. Courtines de l’enceinte intérieure. 11-19. Courtines de l’enceinte extérieure. a, b, c, d, e. Escaliers découverts.

Fig. 276 – Soriano, château Orsini, vu depuis l’ouest.

4L’inaccessibilité du château, jusqu’à une époque très récente, a bien entendu conditionné les études portées sur la construction. En particulier, la plupart des auteurs ont logiquement développé une lecture avant tout historique de la forteresse, au détriment d’une analyse concrète du bâtiment qu’ils ne pouvaient connaître que par des descriptions anciennes et de l’extérieur. D’où également l’erreur de perspective qui a fait attribuer à l’époque de Nicolas III des parties bien postérieures. Ainsi, on donnait traditionnellement au pape Orsini l’élévation du grand corps de bâtiment pseudorectangulaire et aux seigneurs antérieurs, les Guastapane, la tour située au nord (Ferruzzi, D’Arcangeli). Comme on le verra, l’un et l’autre sont en fait des constructions hétérogènes et le grand corps de bâtiment, par exemple, remonte essentiellement à la fin du xve siècle. D’autre part, on mélangeait les travaux du xve siècle et ceux du xvie siècle, pourtant bien différents dans leur fin et leur esprit, en les attribuant tous au Quattrocento et en minimisant ceux de l’époque de la Contre-Réforme.

  • 5 Ferruzzi, Soriano nel Cimino, cit., p. 115-118, description du château ; p. 119-281, chronologie de (...)
  • 6 Bargellini (S.), I monti del Cimino, Bergame, 1924, p. 88-104.
  • 7 D’Arcangeli (V.), Monumenti archeologici ed artistici del territorio di Soriano nel Cimino e delle (...)
  • 8 Egidi (P.), « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », dans ASRSP, t. 26, 1903, p. 381-435.
  • 9 Silvestrelli (G.), Città, castelli e terre della regione romana..., 1ère éd., Città di Castello, 19 (...)
  • 10 Festa Milone (M.), « Il casino del cardinal Madruzzo a Soriano nel Cimino », dans Quaderni dell’Ist (...)
  • 11 D’Onofrio (M.), « Le committenze e il mecenatismo di papa Niccolò III », dans Roma anno 1300, p. 55 (...)
  • 12 Fagliari Zeni Bucchicchio (F. T.), « Ottaviano Schiratti da Perugia : l’architetto di Papacqua per (...)

5En 1900, Achille Ferruzzi publie un travail avant tout historique, dont les données s’appuient sur les quelques sources manuscrites de l’époque moderne que nous avons mentionnées5. C’est un travail de compilation extrêmement honnête, sur lequel s’appuient toutes les études suivantes, qu’elles soient seulement dédiées à Soriano ou plus générales. Dans la première catégorie, en 1924, Sante Bargellini consacre un chapitre à Soriano dans ses Monti del Cimino, mais il s’agit encore une fois d’un texte essentiellement dédié aux vicissitudes historiques du château, et de plus c’est un ouvrage de synthèse aux prétentions avant tout littéraires6. Toujours dans le cadre des études locales, en 1967, Valentino D’Arcangeli donne également quelques pages sur le château, reprises avec quelques changements dans ses textes postérieurs de 1981 et de 19937. La seule étude qui dépasse nettement l’ouvrage de Ferruzzi, pourtant dédiée à un aspect bien spécifique, est l’article de P. Egidi sur les archives communales de Soriano8. Au-delà de l’édition de nombreux documents, la contribution d’Egidi commence par une très bonne et très fiable introduction sur l’historiographie et sur l’histoire de Soriano. Les données de Ferruzzi furent également utilisées dans des ouvrages plus généraux, comme ceux de Silvestrelli ou de Martinori, mais seul le livre de Silvestrelli est vraiment utile, le second n’étant qu’un démarquage du premier9. Récemment plusieurs auteurs ont fait allusion au château dans des contributions où celui-ci ne pouvait être abordé que marginalement (à cause des conditions d’accessibilité aussi bien que de la perspective de ces articles), et ont pourtant fait plusieurs suggestions utiles. Ainsi, Marinella Festo Milone a abordé la forteresse à cause de son lien avec le casino Papacqua, réalisé au xvie siècle par le propriétaire du château, le cardinal Madruzzo10. Mario D’Onofrio, dans un article très complet sur le mécénat de Nicolas III, ne pouvait citer Soriano que d’après les auteurs anciens, fournissait une bibliographie très complète et appelait implicitement à une étude du château dès que les conditions le permettraient11. Enfin, Fabio Fagliari, dans un article où il éclairait définitivement les conditions historiques de la création de la fontaine Papacqua de Soriano, faisait allusion à de multiples reprises à la forteresse habitée à la même époque par le cardinal Cristoforo Madruzzo12.

2. Historique

  • 13 Duchesne (Mgr L.), Le Liber pontificalis, Paris, 1886-1892, t. I, p. 498.
  • 14 La mention de la fondation du château par Grégoire VII, en 1084, provient de Calindri (G.), Saggio (...)
  • 15 Elle ne se trouve pas dans les registres de ce pape, mais est connue par une copie du xive siècle p (...)
  • 16 Cf. notamment Pinzi (C.), Storia della città di Viterbo, Rome, 1887-1889, 3 vol., passim ; Modiglia (...)
  • 17 Pinzi, Storia della città di Viterbo, cit., vol. 1, p. 261 (Oderisio prête serment à la commune, et (...)
  • 18 Ibid., vol. 2, p. 373. L’écart temporel et le fait qu’un des personnages se nomme Guastapane plaide (...)
  • 19 « Statuto di Viterbo del 1251 », dans Cronache e statuti della città di Viterbo, Ciampi (I.) éd., F (...)
  • 20 Les serments sont publiés dans Carbonetti Vendittelli (C.) éd., Liber memorie omnium privilegiorum (...)
  • 21 Registres de Nicolas III, n°907.
  • 22 Bulle du 23 juillet 1278, cf. Registres de Nicolas III, n°701. Le document ne précise pas si ces ac (...)
  • 23 Paravicini Bagliani (A.), Bonifacio VIII, Turin, 2003, p. 19.
  • 24 Bulle du 24 juillet 1278, cf. Registres de Nicolas III, n°702.

6Sur les vicissitudes du territoire et du château de Soriano avant le pontificat de Nicolas III, on sait peu de choses. La première mention de Soriano apparaît dans la vie d’Adrien Ier (772-795), à l’occasion de la fausse donation de Constantin, comme une des limites des États pontificaux13. À part les rappels de ce texte dans diverses confirmations impériales, on ne trouve plus trace du toponyme avant le xiiie siècle et l’expression de « castrum » n’apparaît qu’alors14. À cette époque, Soriano possédait un seigneur éminent, le monastère romain de Saint-Laurent-hors-les-Murs. Celui-ci exerçait ses droits au moins depuis la première moitié du xiiie siècle, puisque la possession de Soriano lui était confirmée, entre autres biens, par une bulle d’Innocent IV en 1244 (« castrum Seriani »)15. Le monastère revendiqua ses droits jusqu’en 1373, même s’il ne semble pas avoir été très présent sur le site. Localement, le château et la seigneurie de Soriano étaient détenus par une famille attestée dès 1215. La désignation même de la lignée pose problème. Elle est appelée traditionnellement Guastapane par les historiens locaux, tandis qu’Anna Modigliani l’a rangée récemment dans le groupe des familles caractérisées par le patronyme Porcari16. En fait, on ne connaît que quelques membres de la lignée, et ni leur patronyme, ni leur lien de parenté exact n’est assuré. Ainsi, le premier représentant apparaît dans deux documents du 3 septembre 1215, à l’occasion de sa soumission à la commune de Viterbe. Il s’agit d’« Oderisius Guastapani », par conséquent Oderisio di Guastapane, plutôt qu’Oderisio Guastapane comme on dit traditionnellement17. Mais, il est bien difficile de préciser son rapport avec les membres de la famille attestés plus tard. Cesare Pinzi affirme que ceux qui sont mentionnés en 1278 sont ses petits-fils, mais je ne sais sur quelles bases18. En 1251, le statut de Viterbe mentionne un comte de Guastapane, peut-être décédé19. En 1258, la famille fut mise en cause dans l’agression de deux envoyés d’Alexandre IV par des brigands qui auraient trouvé refuge au château de Soriano. À la fin de l’année 1258 et au début de l’année suivante, les autorités de Viterbe exigèrent en conséquence des serments de fidélité des divers membres de la famille, ce qui nous permet de connaître un peu leur relations de parenté : on sait que le chef de la lignée, Porcario, est décédé, mais sont attestés son frère, Ottaviano, son neveu, Pandolfo, et ses quatre fils, Pandolfo, Guastapane, Pietro et Stefano20. L’affaire en resta là. Mais en 1278, quelques mois après que le cardinal Giovanni Gaetano Orsini fut monté sur le trône pontifical sous le nom de Nicolas III, le destin de la famille est scellé. Le pape a été élu dans le palais de Viterbe en novembre 1277 et il retourne y passer l’été en 1278 ; en outre, son neveu Orso est podestat de la même ville. Avant son départ, le 8 mars, le pontife donne l’ordre à l’inquisiteur franciscain, frère Sinibaldo del Lago, de sévir contre les hérétiques de Viterbe21. Après son arrivée en juin, la lutte s’intensifie. C’est alors que Nicolas III donne ordre à l’inquisiteur, le 23 juillet, d’engager des poursuites contre Pandolfo, fils du frère de Porcario, et contre Stefano, Pandolfo et Pietro, trois des fils de feu Porcario, tous coupables d’hérésie22. Probablement, l’inquisiteur eut-il des difficultés à soumettre les Guastapane. Le pape chercha alors à les gagner par une voie diplomatique, envoyant le notaire pontifical Benedetto Caetani (le futur Boniface VIII) pour leur promettre qu’ils seraient traités avec justice s’ils se rendaient23. Mais la mission semble avoir échoué, puisque dès le 24 juillet le pontife passait à la manière forte, confiant le château à son neveu, Orso Orsini, en tant que maréchal et recteur du Patrimoine pour la Tuscie, à charge pour lui d’en extirper définitivement les hérétiques24. On ne connaît pas tous les détails de la suite. En tout cas il est clair, d’après ce que nous savons pour la période postérieure, qu’Orso Orsini dut réussir à déloger les Guastapane et à se faire concéder Soriano par Saint-Laurent-hors-les-Murs.

  • 25 Voir en appendice I le texte inédit d’un mémoire sur le fief de Soriano rédigé pour les Altemps. Je (...)
  • 26 Ainsi l’article de Savio (F.), « Niccolò III (Orsini) 1277-1280. VII. La donazione di Soriano », da (...)
  • 27 Tolommeo da Lucca, « Annales... », Minutoli (C.) éd., dans Cronache dei secoli XIII e XIV, Florence (...)
  • 28 Cf. en annexe le texte de Bernard Gui, suivi par exemple par Platina.
  • 29 Gaetano Marini, « Memorie istoriche... », BAV, Vat. 9114, fol. 240v°.
  • 30 Cf. texte en annexe.

7Le népotisme de Nicolas III ne fait aucun doute, malgré les tentatives de quelques historiens catholiques pour défendre la réputation du pape Orsini, perçu depuis les vers de Dante comme le parangon même du pontife népotiste et sans scrupule quant aux moyens d’atteindre son but. L’histoire du fief de Soriano est l’un des principaux éléments qui composent ce portrait, depuis les chroniques contemporaines du pape (ou plutôt immédiatement postérieures !) jusqu’au jugement actuel des historiens. Au xvie siècle, au moment où le fief appartenait à la famille Altemps, l’origine déloyale de l’entrée du château dans les biens Orsini ne faisait aucun doute25. Par conséquent, il n’y a rien d’étonnant à ce que les défenseurs de l’intégrité du pontife aient tenté de justifier l’acquisition du fief et sa remise à son neveu. Pourtant les arguments déployés sont bien faibles et rien ne permet vraiment de contredire les affirmations des contemporains eux-mêmes, y compris ceux qui furent favorables au pape Orsini26. Francesco Savio veut prouver par exemple que la leçon d’un passage des Annales de Ptolémée de Lucques donnée par la vieille édition de Muratori (« cuidam etiam castra Viterbiensibus abstulit ») a induit en erreur les historiens, leçon qu’il faut corriger en « ac quaedam etiam castra Viterbiensibus abstulit » en suivant l’édition alors récente de Minutoli27. Il a parfaitement raison (la phrase n’a d’ailleurs guère de sens chez Muratori) et c’est aussi la leçon que publie l’éditeur le plus récent de la chronique (cf. texte en annexe) ; mais cela ne change rien au sens général du passage, conforté par l’ensemble des variantes du texte de Ptolémée et par d’autres chroniques (comme le Memoriale potestatum Regiensium) : Nicolas III a bel et bien enlevé le château à ses propriétaires légitimes, en profitant d’une accusation d’hérésie. Une des preuves que l’on jugeait illicite la manière dont Nicolas III avait soustrait Soriano et l’avait fait tenir à son neveu, repose dans le rapprochement que bon nombre de chroniqueurs firent entre cette affaire et la mort du pape. C’est Ptolémée de Lucques qui nous apprend les conditions de celle-ci. Dans ses Annales, il avait déjà dénoncé l’accusation d’hérésie comme un prétexte ; dans son Histoire ecclésiastique, il va plus loin, présentant la mort soudaine du pape, brutalement privé de la parole et de ses sens (nous dirions qu’il a succombé à une apoplexie), comme une punition divine. D’autres chroniqueurs insistent sur l’étonnement qui frappa les contemporains, par le fait que Nicolas III certes n’était plus très jeune, mais bénéficiait d’une excellente santé, contrairement à bien d’autres papes du xiiie siècle ; ils rappellent aussi la continence du pontife à la table, qui ne laissait nullement présager ce genre d’attaque28. Par ailleurs, dans son histoire manuscrite, Gaetano Marini explicite bien ce que Ptolémée de Lucques voulait signifier par l’expression « nova moritur morte »29. Il ne s’agissait pas seulement de la perte de tous ses moyens et de la mort subite, mais bien plus encore de la conséquence qui dut s’ensuivre, à savoir que le pontife trépassa sans pouvoir se confesser et recevoir les derniers sacrements. Pour le Moyen Âge, rien ne pouvait égaler un tel sort en gravité : si le pape n’avait pas pu se repentir à temps, son sort éternel était largement compromis et Dante pouvait à bon droit le placer en enfer pour y expier précisément son népotisme effréné. De manière amusante, on voit un écho totalement déformé des informations crédibles de Ptolémée de Lucques dans une chronique bavaroise, qui y mêle les renseignements beaucoup plus fantaisistes donnés par un autre chroniqueur Francesco di Pipino30. Le crime de Nicolas III est également lié à l’avidité, mais il est accusé ici d’avoir détourné l’argent rassemblé par Grégoire X pour la croisade afin de construire un palais à Rome ; la justice divine frappe donc de la foudre son palais romain en 1281 et le pape meurt du coup de tonnerre. Passons sur les erreurs concernant la date et le lieu de la mort du pontife. Il est surtout fascinant de voir comment la congestion, l’ictus pour reprendre un autre terme médical toujours actuel, est devenu l’« ictus » de la foudre.

  • 31 Registres de Nicolas III, n°99.
  • 32 On notera aussi que dès le mois de mars précédent, Nicolas III avait envoyé deux enquêteurs inspect (...)
  • 33 Je suppose que c’est sur ce texte que s’appuie Sandro Carocci pour affirmer que le pape obligea le (...)
  • 34 Registres de Boniface VIII, n°4248. Dès mai 1302, les recettes de la Chambre apostolique enregistra (...)
  • 35 Par ailleurs, un certain Berardo da Soriano, membre du tiers-ordre des frères mineurs, qui apparaît (...)
  • 36 Je résume ici le développement complet donné sur cette affaire par Paravici Bagliani, Bonifacio VII (...)
  • 37 Il s’agissait de Capello de Chia, cf. Potthast, n°17822-17825, mandements d’Alexandre IV à diverses (...)
  • 38 De Pinzi, Storia della città di Viterbo, cit., vol. 2, p. 372-378 à Modigliani, I Porcari..., cit., (...)
  • 39 En 1319-1320, le château était encore détenu par des membres de la famille (un neveu puis la veuve (...)

8Outre les informations apportées par les chroniques et autres textes littéraires, il existe plusieurs indices documentaires qui confortent substantiellement la thèse de la mauvaise foi de Nicolas III. Un premier témoignage vient d’une bulle pontificale du 3 juillet 127831. Nous sommes donc presque trois semaines avant le déclenchement des opérations contre la famille Guastapane et l’enlèvement du château de Soriano. Or, la lettre est une confirmation par le pape de l’examen qui a été fait à sa demande de ventes et d’achats de terre faits par le monastère de Saint-Laurent-hors-les-Murs32. Bien sûr, aucun rapprochement n’est fait dans le texte avec l’éventuelle prise de possession de Soriano, mais on ne peut s’empêcher de trouver la coïncidence pour le moins troublante33. Le pontife ne cherchait-il pas au moins à y voir clair dans les titres de propriété du monastère romain avant de lui proposer de substituer aux Guastapane son propre neveu ? D’autre part, il existe un autre indice de la mauvaise conscience pontificale : par une bulle du 12 décembre 1301, Boniface VIII concédera le château de Chia, tout proche de Soriano, à Guastapane, fils de Porcario de Soriano, afin de remédier à son extrême pauvreté34. Il s’agit du seul membre de la famille cité dans les textes précédents qui n’ait pas été impliqué dans les foudres pontificales de 1278 et qui pouvait donc à bon droit se sentir légitimé pour réclamer une compensation auprès du pontife régnant35. On a vu par ailleurs que le futur pape Caetani avait été impliqué dans l’affaire par sa négociation pour le compte de Nicolas III, à la veille de la conquête du château. Probablement son échec lui était-il resté sur le cœur et peut-être même, vingt ans après, se sentait-il encore mauvaise conscience d’avoir fait miroiter auprès des seigneurs de Soriano la possibilité d’une indemnisation36. Quant au château de Chia (fig. 277), c’était également un fief qui avait été confisqué à son seigneur, pour cause d’hérésie, cette fois par Alexandre IV37. C’est donc par un bien confisqué que la papauté consolait Guastapane de sa propre confiscation. Même si la bulle papale ne dit rien explicitement d’un rapport entre cette concession et la confiscation du château de Soriano, tous les historiens y ont vu une sorte de compensation accordée au seul membre de la famille survivant et exempt de reproche pour la perte injuste de son fief38. Cependant, au xive siècle, les Orsini réussiront à reprendre même cette maigre concession aux descendants des Guastapane39.

  • 40 On sait par exemple qu’Orso Orsini fut en conflit à la fois avec Pietro de Vico et avec les gens de (...)
  • 41 D’ailleurs, trois actes de 1355-1360 témoignent bien à la fois du fait qu’Orso Orsini, fils de Napo (...)

9Orso Orsini posséda et occupa le château de manière continue jusqu’à sa mort en en 1304, malgré les contestations et les tentatives de reprise de la ville de Viterbe et les hésitations des papes à ce sujet40. Lui succéda son fils, Napoleone (ou Poncello) Orsini, qui vécut jusqu’en 1336. Par testament, celui-ci légua Soriano à son fils Orso mais il semble que ses autres fils Giovanni et Bertoldo aient eu des droits sur le château. En 1354 les Orsini semblent vouloir céder Soriano au Saint-Siège mais la cession ne fut finalement effectuée qu’entre 1364 et 136641. Des contestations éclatèrent de la part de certains membres de la famille Orsini et de la part du seigneur éminent, l’abbaye de Saint-Laurent-hors-les-Murs. Le 26 mars 1373, celle-ci reçoit divers biens en compensation de son abandon de tout droit sur Soriano en faveur de la Chambre apostolique. La forteresse est dès lors confiée à divers châtelains. En 1375, le château est occupé par une compagnie de Bretons au service de Grégoire XI. Quand le schisme éclate en 1378, ils choisissent naturellement le camp français, au service duquel ils se trouvaient et qui leur assurait plus d’espoir d’impunité, et se placent sous la bannière de l’antipape Clément VII.

Fig. 277 – Chia, château.

  • 42 On trouvera la liste complète des châtelains entre 1381 et 1420 dans Egidi, « Soriano nel Cimino e (...)
  • 43 Duchesne, Le Liber pontificalis, cit., t. 3, p. 544 (biographie de Martin V). On trouve un indice d (...)
  • 44 Codex diplomaticus dominii temporalis S. Sedis, Theiner (A.) éd., t. III, 1389-1793, Rome, 1862, n°(...)
  • 45 Codex diplomaticus..., cit., t. III, n°194, p. 264.
  • 46 Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., p. 403, n°XI.
  • 47 Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., p. 390 n. 7 ; Ferruzzi, Soriano nel Cimino, c (...)
  • 48 Le cardinal Vitelleschi avait mis le siège devant Foligno le 17 juillet 1439 et ses troupes entrère (...)
  • 49 ASR, Soldatesche et galere, vol. 1, fol. 203-205 et vol. 3, fol. 28v°-31v°. On reviendra sur ces do (...)

10Soriano constitue désormais une enclave de l’obédience avignonnaise en plein cœur des États de l’Église et les capitaines qui commandent la garnison occupent donc un poste clé pour les papes qui succèdent à Clément VII42. Un bon exemple de ces châtelains nous est donné par le dernier d’entre eux, Jean Jandon de Grammont, nommé par Clément VII en 1391. Son successeur Benoît XIII le confirme dans sa charge le 17 janvier 1395 (c’est-à-dire quelques mois après son élection). Puis Jandon conserve la châtellenie au nom de Benoît XIII jusqu’en 1420, date à laquelle il la cède à Martin V. Pendant quarante ans, Soriano avait donc été comme une épine dans le pied des papes romains, comme le dit une continuation anonyme du Liber pontificalis : « Eodem etiam tempore castrum Suriani ad manus pape venit, quod rebellaverat per Britones tempore Urbani, quod fecit in Italia magna damna »43. Le châtelain sut se retourner au bon moment, car le pape Colonna était en train de réaffirmer, lentement mais sûrement, l’autorité du pouvoir pontifical en Italie centrale. Deux mois après la remise de la châtellenie, le 25 septembre 1420, le pape pouvait d’ailleurs enfin rentrer dans Rome. Comme il le fit à un niveau bien plus élevé de l’échiquier politique (on pense par exemple à Braccio Fortebraccio da Montone), Martin V eut l’habileté de ne pas s’aliéner, au moins dans un premier temps, ces ralliements de fraîche date et éventuellement fragiles. Pour Jean de Grammont, le pape avait d’abord négocié par l’intermédiaire de son camérier, le 28 février 1420, la non agression des possessions de l’Église par le châtelain et ses hommes ; plus qu’un accord entre deux parties égales, il s’agissait en fait d’un achat à prix d’or de la tranquillité de la région44. Vint ensuite l’accord de remise du château, signé le 20 juillet 142045. Enfin, le pape approuva le 4 août 1420 tout ce qu’avait fait « Giovanni de Magnomonte » jusqu’au 20 juillet précédent et ordonna à ses officiers de ne rien remettre en cause de ce qu’il avait fait ou jugé46. Il lui offrit en outre 9 000 florins d’or et un sauf-conduit pour lui et ses hommes afin de regagner la France. Comme on voit, la possession de la place forte n’avait pas de prix pour le gouvernement pontifical. Martin V peut alors accorder Soriano en fief, d’abord à son frère Giordano Colonna, puis à son neveu Antonio Colonna et à ses descendants47. Dès son avènement, en 1431, Eugène IV le rachète par un traité et il confie le château en 1434 à Giovanni Vitelleschi. Ce dernier continua énergiquement la politique de rétablissement de l’autorité pontificale dans le Latium amorcée par Martin V et en est récompensé en 1437 du chapeau de cardinal. C’est ainsi que la forteresse fut le théâtre des exécutions capitales de Giacomo, préfet de Vico, en 1435, ou de Corrado III Trinci, tyran de Foligno, en 1441 (mais l’année précédente le cardinal Vitelleschi avait été lui-même arrêté et mis à mort)48. Le souvenir du second supplice avait dû laisser un souvenir durable, puisqu’une chambre du château était encore appelée « chambre du seigneur de Foligno » en 1458 et même en 1464, probablement parce que c’était là qu’avait été détenu Corrado Trinci, pendant les presque deux ans qu’il passa à Soriano49.

  • 50 Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., p. 407, doc. XXII, 10 juin 1447 : peu après s (...)
  • 51 Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., p. 391.
  • 52 ASR, Soldatesche et galere, vol. 1, fol. 129-131.
  • 53 Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., p. 391.
  • 54 Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., p. 391 n. 3. Selon Pennazzi, Millero aurait é (...)
  • 55 ASR, Soldatesche et galere, vol. 1, fol. 203-205.
  • 56 ASR, Soldatesche et galere, vol. 3, fol. 28v°-31v°et Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo » (...)
  • 57 ASR, Soldatesche et galere, vol. 3, fol. 28v°-31v°.
  • 58 ASV, Cam. Ap., Div. Cam., 36, fol. 101.
  • 59 ASV, Cam. Ap., Div. Cam., 38, fol. 68v° ».
  • 60 ASR, Soldatesche et galere, vol. 4, fol. 162v°-165.
  • 61 Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., p. 391.
  • 62 Pennazzi (Splendiano), « Storia di Soriano... », Archivio com. de Soriano, p. 99. Ce mandement de S (...)

11Dans la seconde moitié du xve siècle, le château était gouverné par des commissaires ou châtelains. Sans prétendre reconstituer de manière complète la série des châtelains, on peut donner les noms suivants : Omodeo, à la fin du pontificat d’Eugène IV (1431-1447)50 ; Leonardo Parentucelli de Sarzana, parent de Nicolas V (1447-1455)51 ; Lorenzo Buoncuore en 145552, Michele « de Borja », catalan53, et Martino Millero jusqu’en 145854, sous Calixte III (1455-1458) ; Raffaele Brugnoli, de Mantoue55, Lorenzo « de Boninsegnis », de Sienne56, sous Pie II (1458-1464) ; Carlo de Nepi, évêque d’Assise (1458-1473), en 146457, Baldassare de « Piscia », commissaire en 147058, sous Paul II (1464-1471) ; Giovanni Niccolò di Tomei, d’Este, en 147459, Leone de Montesacro, en 148360, et le cardinal Guillaume d’Estouteville61, sous Sixte IV (1471-1484). Malgré les soins constants des châtelains, la forteresse devait être en mauvais état. En 1471, Sixte IV remet à la population une portion des impôts dûs à la Chambre apostolique, en échange d’une réparation des murs. Même si l’on ne précise pas de quelles murailles il s’agit, le fait que ce soit la population urbaine qui soit concernée implique que ce sont très probablement celles de la ville et non celles de la forteresse, comme le supposait justement Splendiano Pennazzi62. En revanche, en 1474 le châtelain se plaint à nouveau auprès de l’administration pontificale et demande des réparations ; cette fois ci les données du texte ne laissent aucun doute, il s’agit bien du château :

  • 63 ASV, Div. Cam., cité d’après Martinori, Lazio turrito, cit., t. 3, p. 168-169. Je ne suis pas parve (...)

« El castellano di Suriano ci ha dato notitia che la stantia de la munitione de dicta rocha, et altri luoghi d’essa, piovono molto in modo che non li provedendo, et la munitione et la rocha ne riceveveva grandissimo danno, et poriaseli remediare con spexa de meno de XXV du-cati. Per ciò volemo che vediate la predicta rocha, et reperiatela quanto sia necessario in ogni luogo, presertum non stando la spesa maggior di quanto lui scrive et quanto così spenderete se admetterà nelli vostri conti. Volete etc. »63.

  • 64 L’épisode est rappelé par Stendhal, dans ses Promenades dans Rome.
  • 65 Menotti (M.), Els Borja, Batllori (M.) et Company (X.) éd., Valence, 1992, p. 322.
  • 66 Fagliari Zeni Bucchicchio, « Ottaviano Schiratti... », cit., p. 146 n. 5.
  • 67 L’épisode a été narré par Stendhal dans les Chroniques italiennes, sous le titre « La duchesse de P (...)

12En 1484, peu après son élection, Innocent VIII donne Soriano au cardinal Rodrigo Borgia, une possession qui ne fut pas de tout repos, comme on le verra dans la dernière partie de ce chapitre. À son tour, le cardinal offre Soriano au clan des Orsini en 1492 (en la personne du cardinal Giovanni Battista), pour assurer sa propre élection comme pontife, sous le nom d’Alexandre VI64. Le lignage romain retrouvait ainsi le château qu’il avait possédé pendant près d’un siècle. Mais le nouveau pape dut rapidement regretter son geste, la forteresse étant un instrument trop puissant aux mains des Orsini. Dès 1497, à la tête des troupes pontificales, César Borgia, le fils d’Alexandre VI, tente de reprendre Soriano. Mais les Orsini lui infligèrent le 25 janvier une cuisante défaite au pied du château et une grande partie du haut commandement pontifical fut fait prisonnier. Cependant César Borgia fut plus heureux en 1503 et la forteresse fut reprise à la suite d’une campagne militaire. Ce succès ne lui fut guère utile, car le pape Borgia mourut la même année. L’élection de Pie III fut cependant un succès pour César Borgia, car il s’agissait d’un prélat traditionnellement allié de la famille. Signe de cette confiance dans l’avenir, le duc de Valentinois envoya un lieutenant à Soriano pour s’assurer de son propre trésor et revenir à Rome65. Mais la mort brutale du pontife, moins d’un mois après son élection, et son remplacement par un ennemi juré du clan, Giuliano della Rovere, coupait court à tout espoir. En 1505, le nouveau pape, Jules II, confiait Soriano à des châtelains qui sont, comme il se doit, des proches, puis des membres de sa propre famille, les Della Rovere. Le dernier d’entre eux, Giulio, fut seigneur de Gallese et de Soriano jusqu’au 20 avril 1556 et contraint de vendre ces biens le 26 novembre 155866. Les fiefs furent acquis alors par Giovanni Carafa, neveu de Paul IV. Malgré sa rigueur, ce pontife couvrit aveuglément, jusqu’à la veille de sa mort, les méfaits de ses neveux, particulièrement noirs en ce qui concerne Giovanni, duc de Paliano. On ne rappelera ici que le célèbre épisode du déchaînement du duc contre Marcello Capecce, qu’il croyait coupable d’une liaison avec son épouse. Le malheureux fut jeté en prison à Soriano, où résidait le duc, torturé et jugé sommairement, puis exécuté, en attendant que la duchesse ne subisse le même sort à Gallese67. Aussi, dès la mort du pape en septembre 1559, le duc de Paliano a dû chercher à se débarasser de Soriano et Gallese, probablement pour disposer de liquidités dans un moment difficile ; la transaction a dû avoir lieu avant janvier 1560, comme le prouve un document qu’on citera ci-dessous (cela n’empêcha pas son arrestation en juin 1560 et sa condamnation à mort par le nouveau pontife, Pie IV).

  • 68 Sur ceci et tous les détails suivants concernant l’historique jusqu’aux Albani, cf. Festa Milone, « (...)
  • 69 Le cardinal obtint également de rendre autonome le fief de Gallese de celui de Soriano et fit érige (...)
  • 70 Je donne en appendice I quelques extraits de ce mémoire, pour les parties les plus intéressantes à (...)
  • 71 On reviendra plus loin sur cette affaire, à propos de la chapelle actuelle du château.
  • 72 Sur la période des Albani, cf. Argentiero, « Il feudo di Soriano : documenti e problemi di acquisiz (...)
  • 73 QUOD/ IACOBUS III MAGNAE BRITANNIAE REX/ ROMA URBINUM SECEDENS/ AD HANC ARCEM DIVERTERIT/ ANNIBAL S (...)
  • 74 Sur toute cette période, cf. Ferruzzi, Soriano..., cit., p. 265-280.
  • 75 Sur ce dernier point, Ferruzzi, Soriano..., cit., donne une information contradictoire, puisqu’il a (...)
  • 76 Seuls quelques sièges aux armoiries Albani furent oubliés lors du transfert.

13C’est le cardinal Cristoforo Madruzzo qui acquit les fiefs de Soriano et Gallese à l’intention de son neveu Fortunato, afin qu’ils servent de garantie à ce dernier au moment de son mariage avec Margherita Sittico Altemps (von Hohenems en allemand, déformé en italien en Altemps), par rapport à la dot de sa future épouse, comme le spécifie une bulle de Pie IV, l’oncle de la mariée, du 1er janvier 156168. À cette occasion le fief de Soriano fut érigé en marquisat. Après la mort de Cristoforo Madruzzo, son neveu Fortunato vendit le marquisat à son beau-frère, le cardinal Marco Sittico Altemps, le 12 février 1579. Ce dernier le destinait à son fils Roberto (illégitime, mais véritable héritier du cardinal) et institua pour lui et ses descendants une primogéniture pour le fief69. C’est de cette époque que date un mémoire inédit sur Soriano, probablement commandé par le cardinal au moment de l’acquisition du fief, afin d’avoir sous la main une esquisse rapide de l’histoire du site et du château, avec leurs revenus et avantages70. Roberto Altemps ne profita guère de toutes ces faveurs, puisqu’il mourut avant son père, condamné à mort par Sixte-Quint pour cause d’adultère et exécuté, malgré les demandes réitérées d’indulgence de la part du cardinal et des membres du Sacré Collège, le 8 novembre 158671. Le cardinal Marco Altemps fit alors passer la primogéniture à son petit-fils, Giovanni Angelo, et le fief resta dans la famille pendant plus de cent ans. Le 20 avril 1715, le marquisat fut vendu aux frères Annibale, Carlo et Alessandro Albani, neveux du pape Clément XI72. En 1721, son successeur Innocent XIII érigea le fief en principauté, au profit du seul Carlo (les deux autres étant ecclésiastiques). En juillet 1717, les Albani y recevaient un hôte illustre, comme l’indique une inscription placée à l’entrée du château. Elle proclame que le cardinal Annibale et ses frères Carlo et Alessandro Albani, reçurent ici la visite de Jacques [III] d’Angleterre, c’est-à-dire le prétendant Stuart au trône britannique73. Le fief et le château se transmirent, non sans problèmes, dans la famille Albani, jusqu’au début du xixe siècle74. Carlo Albani avait décidé qu’en cas de rupture de la succession masculine, Soriano irait à sa fille Giulia ou aux descendants de celle-ci. Le château passa donc régulièrement de Carlo Albani à son fils, Orazio, de celui-ci à son propre fils Carlo et de ce dernier à son frère Giuseppe ; mais, en 1834, quand ce dernier transféra la propriété à une cousine, Antonietta Litta, née Albani, les princes Chigi, héritiers de Giulia Albani (qui avait épousé un membre de cette famille en 1735) réclamèrent la succession. Entre-temps les bouleversements de la fin de l’époque moderne étaient passés par là et la forteresse ne représentait plus aucun enjeu pour les deux familles ; probablement constituait-elle même une gêne et un poids financier pour leurs occupants. De plus, au milieu du siècle, les Alba-ni avaient fait agrandir le casino construit par le cardinal Madruzzo en dehors du château et y avaient établi leur résidence principale (il s’agit de l’actuel palais Chigi). Aussi, sans attendre le règlement définitif de leur conflit territorial, les deux parties se mirent d’accord au moins sur un point : l’abandon définitif de la forteresse. Le 15 mars 1848, le prince Agostino Chigi et Antonietta Litta renoncèrent à la juridiction baronale sur Soriano et cédèrent gratuitement le château au Saint-Siège75. Ce dernier fut vidé de ses derniers meubles qui allèrent enrichir la nouvelle résidence, le palais Albani-Chigi de Soriano, et fut promis à un nouveau destin, puisqu’il était voué par le gouvernement pontifical à devenir une prison76.

Fig. 278 – Soriano, château Orsini, vue générale depuis l’ouest. Micci (T.), « Il castello di Soriano », 1838, p. 37.

  • 77 ASR, Fondo Disegni e Mappe, Coll. I, cartella 104, fol. 181-183. Les plans sont datés du 14 juin 18 (...)
  • 78 Étant donné que ce fonds est inconnu, j’ai pensé qu’il était utile de donner l’inventaire de ces pl (...)

14La coïncidence des dates est particulièrement parlante. 1848 se présente comme un tournant dans le pontificat de Pie IX. Après les grands espoirs suscités par son élection en 1846 et les débuts « libéraux », la papauté prend à nouveau un visage autoritaire, qui s’exacerbe au cours des événements de 1848-1849. La constitution romaine date du 14 mars 1848 (la veille de la remise de Soriano au Saint-Siège). Le pape s’enfuit de sa capitale le 24 novembre, pour se réfugier à Gaète, et la République romaine est proclamée le 9 février 1849. Après l’anéantissement de celle-ci par les soins des troupes d’Oudinot en juillet 1849, le pape rentre à Rome en avril 1850. Du coup, l’ancienne forteresse put trouver très vite une nouvelle utilité. De fait, la première image précise du château nous est donnée par une série de trois plans datés de 1853, qui témoignent des premières transformations de celui-ci en prison, mais montrent bien souvent des états encore peu modifiés par rapport aux plans suivants, de la fin du xixe siècle (fig. 278)77. Par ailleurs, dans bien des cas, il est impossible de dire si les projets indiqués dans les plans de 1853 (cloisonnements, ouvertures de portes, surélévations, etc.) n’ont jamais été réalisés ou bien s’ils ont été à nouveau modifiés avant exécution ou par des travaux réalisés entre 1853 et 1882 (date des premiers plans suivants). Bien entendu, la prison appartint à l’État pontifical seulement jusqu’à la conquête militaire du Latium par les armées du Royaume italien, entre 1867 et 1870. Elle passa ensuite au nouvel État unifié et la documentation écrite ou graphique qui fut alors produite fut donc logiquement conservée dans des organismes de l’État italien. C’est ainsi que j’ai retrouvé une série de plans à l’Archivio storico du Museo di Criminologia di Roma, qui attestent des évolutions de la prison entre 1882 et 195678. D’autre part, la Soprintendenza ai Beni Architettonici du Latium conserve un dossier pour la prison de Soriano qui va de 1954 à 1988, dernière année de fonctionnement de celle-ci. Depuis 1989, la prison est donc vide et la propriété en a été transférée du ministère de la Justice à celui des Finances, mais l’avenir de la forteresse reste encore incertain. A été envisagée sa sortie du domaine de l’État en 2000, afin de la confier à la commune. Mais pour l’heure, il n’existe pas de projet concret de réhabilitation et d’utilisation du château. Il est clair d’autre part que les coûts de la restauration et ceux de l’entretien du site devraient dépasser de beaucoup les moyens de la commune de Soriano. On aimerait cependant souligner ici qu’il ne paraît pas impossible de redonner son antique splendeur à la forteresse. Tout en respectant toutes les étapes de l’histoire du château, on pourrait assez aisément supprimer une grande partie des aménagements les plus inesthétiques et les plus graves de l’époque de la prison, qui consistèrent le plus souvent en cloisonnements, en bouchages, en constructions annexes, mais sans toucher fondamentalement à la structure du bâti. Par conséquent, on peut souhaiter vivement qu’un programme réfléchi de restauration et de réutilisation du château voit le jour dès que possible.

II – DESCRIPTION

15Le château suit l’allure du piton rocheux sur lequel il s’élève ; son orientation est donc déterminée par les données naturelles (fig. 276 et 279). La direction du nord correspond approximativement à l’axe formé par la tour F avec le centre du monument. Il s’ensuit que l’on devrait en principe parler pour les quatre faces du quadrilatère, en partant de cette même tour F et en suivant le sens horaire, de face est-nord-est, sud-sud-est, ouest-sud-ouest et nord-nord-ouest. Pour des raisons de commodité et de clarté, je choisis arbitrairement de nommer la face nord-nord-ouest face nord et ainsi de suite.

16Le complexe fortifié est constitué d’une double enceinte, toutes les deux d’allure irrégulière. L’enceinte extérieure est interrompue par le châtelet d’entrée (W-X) ; elle est reliée à l’enceinte intérieure par la porte 3. Dans la basse-cour déterminée par les deux enceintes, s’élève l’aile des communs. Une fois franchis la porte 3 et le système de protection du château proprement dit, on se trouve dans la cour intérieure, située à une altitude supérieure à la basse-cour. L’enceinte interne (1-10) se présente extérieurement comme un trapèze assez régulier, marqué par une unique tour d’angle (F). En réalité, vue depuis la cour intérieure, la partie centrale du complexe se révèle comme un ensemble de bâtiments hétérogènes, unifiés par la campagne de construction du Quattrocento, puis par celle du xvie siècle. Par conséquent, sans anticiper sur le problème de la chronologie détaillée de la forteresse, que l’on abordera de manière globale dans la dernière partie de ce chapitre, il serait absurde de ne pas en tenir compte dès maintenant pour décrire les différentes parties de la manière la plus logique possible. Les éléments les plus anciens se trouvant dans la zone interne et l’enceinte extérieure et les communs ne relevant que des campagnes modernes, je décrirai donc le château en partant de ses différents noyaux médiévaux, puis en passant à l’enveloppement et à la transformation de celui-ci à l’aube de l’époque moderne et au xvie siècle, avant de traiter des parties extérieures uniquement dues à ceux-ci. Quant aux transformations apportées par les xixe et xxe siècles, l’époque de la prison, elles seront abordées au fur et à mesure, dans le cadre de leur insertion dans les bâtiments anciens, car, à tout prendre, et malgré leur impact visuel, il ne s’est agi le plus souvent que d’interventions limitées et superficielles. Je traiterai donc d’abord le groupe de tours A, B, C, uniquement d’origine médiévale, même si retouchées par la suite ; puis le bâtiment J et la tour H3, qui incluent des éléments médiévaux mais sont dûs avant tout à la campagne de travaux du Quattrocento, ainsi que l’enceinte intérieure ; ensuite la campagne du xvie siècle, à savoir le corps de bâtiment E-H1, les trois escaliers D, I et a, le portique-galerie L1-4 et les réaménagements de la zone intermédiaire entre les deux enceintes ; enfin l’enceinte extérieure et les communs.

Tours A et B (fig. 279-281)

Fig. 279 – Soriano, château Orsini, plan du rez-de-chaussée de 1853 avec adjonctions des bâtiments postérieurs. D’après ASR, Fondo Disegni e Mappe, Coll. I, cartella 104, fol. 181.

Fig. 280 – Soriano, château Orsini, plan du 1er étage, 1853. D’après ASR, Fondo Disegni e Mappe, Coll. I, cartella 104, fol. 182.

Fig. 281 – Soriano, château Orsini, plan du second étage, 1853. D’après ASR, Fondo Disegni e Mappe, Coll. I, cartella 104, fol. 183.

  • 79 Le couronnement du mur méridional de A a été to-l’escalier et à la porte d’entrée situés en dessous (...)

17Le premier corps de bâtiment est formé de deux tours rectangulaires juxtaposées, A et B, la première disposée selon l’axe ouest-est et l’autre dans l’axe nord-sud, formant donc un L. Elles possèdent trois niveaux intérieurs et ont été unifiées, notamment dans la partie haute, où elles ont été réglées à un même niveau horizontal et où elles ont reçu, en partie postérieurement à leur création, un couronnement de mâchicoulis crénelé sur consoles à trois ressauts, commun avec le bâtiments J et les courtines 1-2 (fig. 282)79. Avec leur trois niveaux et leur couronnement, les tours A et B dominent donc l’ensemble du complexe castral (le bâtiment J, même s’il possède aussi trois niveaux, n’atteint pas la même hauteur, le dernier niveau étant un attique). Bien que proches dans leur mode de construction, les deux tours ont certainement été élevées en deux campagnes différentes, la tour A d’abord, puis la tour B, probablement pour former liaison avec la tour C. L’antériorité de A par rapport à B est prouvée par de nombreux indices. On citera ici, à titre d’exemple, les baies bouchées au rez-de-chaussée et au premier étage de la face ouest de A (car rendues inutilisables après la construction de B) ; il devait également en exister une au deuxième étage, mais elle a été remplacée par la porte de communication entre B et A. Je commencerai donc la description des deux tours par cette dernière.

Fig. 282 – Soriano, château Orsini, tours A-B, face est.

  • 80 Une autre transcription (qui diffère de la mienne par des modernisations orthographiques et par que (...)

18La tour A. Le mur est de la tour est deux fois plus épais que les autres ce qui s’explique par le fait que l’escalier en vis est logé dans l’épaisseur de ce mur. Le rez-de-chaussée est percé d’une porte sur la face est et sur la face sud d’une porte surmontée d’une haute fenêtre quadrangulaire (qui éclaire l’entresol). À la fois par leur situation (les constructeurs médiévaux ou du Quattrocento n’auraient pas ainsi affaibli leur défense de la haute-cour, en fournissant un accès direct au cœur du complexe) et leur forme (piédroits et linteau monolithes de péperin), ces percements ne peuvent dater que de l’époque moderne (fig. 283). Deux grandes épigraphes sont fixées sur le mur sud, l’une à droite de la fenêtre surmontant la porte, l’autre au-dessus, donc immédiatement visibles par les visiteurs lorsqu’ils pénétraient au cœur du château. La première ne nous apprend rien sur l’histoire de la construction. Il s’agit de l’inscription rapportée ci-dessus qui mentionne le séjour de Jacques [III] Stuart au château. La seconde est plus importante pour notre propos, puisqu’elle concerne une des étapes de la transformation du château médiéval en forteresse moderne. En voici la transcription80 :

QUOD FELIX FAUSTUMQUE SIT PIO IIII PONT. MAX. SURIATINORUM MARCHIONATUS, CUI GALESIUM ET BASSIANUM SUBDITUR, INSTITUTORI MADRUTIORUM PROPINQUO. CHRISTOPHORUS MADRUT[ius] CAR[dinalis] MARCHIAE LEGATUS, TRIDENTI BRIXINAEQUE EP[iscop]US PRINCEPS GERMANITALUS, POSTQUAM SUB DIVO CAROLO V. OPT[imo] CUM IN ALEMANIA TUM IN ITALIA DIVERSA MUNERA PUBLICA ET SUB PHILIPPO FILIO INSUBRES REXIT, LUDOVICO MADRUTIO CAR[dinali] NEPOTI CURAM RERUM TRADIDIT CELEBREM ARCEM HANC IAM VETUSTAM INSTAURAVIT. ECCLESIEQUE LIBERTATI AEQUE AC MADRUTIIS PATERE JUSSIT, QUIN ETIAM VIVOS GELIDI MONTIS PAPE ACQUAE LACUS SUO OTIO ATQUE NEGOCIO MUSIS GENIO LOCI STUDIOSORUM SECESSUI EXORNAVIT MDLXI

Fig. 283 – Soriano, château Orsini, tour A, face sud.

  • 81 Le prélat fut non seulement prince-évêque de Trente et cardinal, comme on l’a dit dans l’historique (...)
  • 82 Sur Ludovico Madruzzo, cf. Vareschi, « Profili biografici... », cit., p. 62-68.
  • 83 Fagliari Zeni Bucchicchio, « Ottaviano Schiratti da Perugia... », cit., p. 147.

19Marinella Festa Milone, dans son bel article sur le casino du cardinal Madruzzo, explicite très bien le contenu de l’inscription : grâce à la bienveillance de Pie IV, le fief de Soriano est érigé en marquisat ; la brillante carrière de Cristoforo Madruzzo est rappelée81 ; on apprend que le cardinal confie le soin matériel de la forteresse à son neveu Ludovico et des travaux de restauration y sont entrepris ; enfin, on trouve ici la première citation de la fontaine Papacqua et du casino ou villa que le cardinal fit également entreprendre à l’extérieur de la vieille forteresse, avec le programme qui sous-tend cet édifice, correspondant bien à l’humanisme et à l’hédonisme du prélat. En ce qui concerne son neveu Ludovico, on remarquera que l’abréviation CAR. ne peut se résoudre qu’en « cardinali » (grammaticalement, on ne peut pas imaginer que le sujet de « tradidit », qui est le cardinal Madruzzo, parle de son neveu en disant « le neveu du cardinal »). Par conséquent l’inscription doit dater d’après l’accession de celui-ci au cardinalat, en février 156182. De toute façon, selon Fabio Fagliari, cette date de 1561 ne correspond probablement qu’à une indication générique, puisqu’il s’agit de l’année de prise de possession du fief de Soriano. Les travaux d’aménagement pourraient remonter à une date un peu plus tardive, par exemple 1567, moment où le cardinal Cristoforo abandonne le soin de ses affaires à son neveu Ludovico, ce qui expliquerait le rôle de celui-ci dans l’inscription83.

20Dans le mur nord de la tour se trouvait une porte, aujourd’hui murée, à côté donc de la porte également murée de la face ouest de la tour B. Le premier étage est percé, sur la face est, d’une grande baie rectangulaire du xve siècle ; à sa droite est fixé un écusson armorié en marbre. Il est difficile à distinguer et à photographier, à cause de son emplacement, mais son identité ne fait guère de doute, car on en retrouve de nombreux exemplaires dans tout le château. Ce sont les armoiries cardinalices de Rodrigo Borgia, futur Alexandre VI : « Parti, au 1 : au bœuf paissant sur une terrasse, à la bordure chargée de huit touffes d’herbe ; au 2 : fascé ». Sur la face ouest et sur la face nord, on trouve en revanche les traces de deux baies en plein cintre originelles murées. Le deuxième étage est éclairé, du côté est et du côté sud, par une baie carrée. Sur toutes les faces visibles (donc les faces sud, est, ouest et la partie de la face nord qui n’a pas été recouverte par la tour B), un tirant de fer est placé à un niveau qui correspond approximativement à la séparation entre le 2e et le 3e étage ; ces tirants ont donc été posés dans une phase tardive de l’histoire du château, pour éviter un écartement des parois de la tour, le bâtiment le plus élevé de la forteresse avec la tour B. Celle-ci n’est pas concerné par ce système ; ainsi, sur la face nord, le tirant qui raidit la tour A s’arrête précisément au droit de la tour B.

21On accède à l’escalier en colimaçon qui dessert l’ensemble de la tour (et aujourd’hui également la tour B) par une porte percée dans le mur est. Comme on l’a vu ci-dessus, cet accès ne peut être que postérieur à la période médiévale et au Quattrocento. L’accès primitif devait se faire par l’intérieur et on voit encore sur le plan de 1853 cette porte au rez-de-chaussée, qui ne paraît avoir été bouchée qu’entre 1900 et 1939. Par ailleurs la porte suivante, qui donne accès directement à l’escalier, est bien médiévale. Le pavement en brique du palier doit remonter encore au xvie siècle, comme ceux des premier et second étages. Le reste de la structure médiévale est intact (les marches portant le noyau et probablement les maçonneries, même si ces dernières ne sont pas visibles, car enduites), y compris les archères (trois entre le rez-de-chaussée et le premier étage, deux au-dessus).

22Le rez-de-chaussée de la tour a été entresolé, peut-être dès l’époque moderne. En effet, la création de l’escalier b, dont on parlera plus bas, a placé le palier supérieur de celui-ci au-dessus du niveau de rez-de-chaussée de la tour. C’est probablement au même moment qu’on a donc entresolé ce niveau et qu’on a ouvert deux portes nouvelles dans le mur oriental de la tour, l’une au niveau du palier desservant le rez-de-chaussée haut et l’autre au niveau de la rampe qui se trouve sous celui-ci, desservant le rez-de-chaussée bas. Ce dernier a été subdivisé en cellules d’isolement à l’époque de la prison. Contrairement à la tour B, le voûte-ment ancien n’est donc pas directement visible ici (l’entrée, la cellule et les sanitaires étant dotés d’un faux-plafond placé plus bas). En revanche subsiste la belle porte médiévale communiquant avec B (malheureusement impossible à photographier). On retrouve le voûtement ancien dans la partie haute du rez-de-chaussée créée par l’entresolement : il s’agit d’un berceau longitudinal. Le premier étage de A est occupé par une salle unique. Dans la face nord se trouve l’accès actuel depuis la tour B et, plus à gauche, une baie aujourd’hui murée. Dans le mur est, le très profond ébrasement de la fenêtre à droite correspond à l’escalier en colimaçon pris dans l’épaisseur du mur, à gauche, auquel donnait accès une porte dans l’ébrasement aujourd’hui condamnée. Dans le mur est est inséré un manteau de cheminée qui doit être du xve siècle. Avec les culs-delampe placés en hauteur sur les murs, elle témoigne d’une campagne de modernisation de la salle. Ces derniers devaient porter une voûte déprimée à pénétrations ; mais, celle-ci a été détruite et actuellement le couvrement est constitué d’un plafond plat situé environ 1,50 au-dessus de la voûte originelle. Le deuxième étage possède un plafond et des murs enduits et les mêmes caractéristiques du mur est déjà évoquées pour la salle du premier étage. Les indices de communication entre l’escalier en colimaçon et les deux étages supérieurs de la tour sont intéressants, car ils prouvent que ce-lui-ci était bien destiné, originellement, à desservir uniquement la tour A. Ce n’est qu’après la création de la tour B que l’escalier a dû être modifié pour donner accès prioritairement à cette dernière.

Fig. 284 – Soriano, château Orsini, tour B, face ouest.

23La tour B possède au rez-de-chaussée, sur sa face est, une porte. Celle-ci a été créée postérieurement au bâtiment, probablement au xvie siècle, lorsqu’un mur a été construit au droit de la face est de la tour C, créant ainsi une terrasse en avant de B et A (et rendant ainsi inutile le système de défense organisé au Quattrocento). Du côté ouest, la fenêtre qui éclaire ce rez-de-chaussée est également une création de l’époque moderne, alors que la porte originelle, aujourd’hui murée, s’ouvrait à droite, près de l’angle formé avec la tour A. Le 1er étage est percé d’une fenêtre en plein cintre sur la face est et de deux baies de même type sur la face ouest (raccourcies par la surélévation du mur d’allège à l’époque moderne à partir de baies médiévales plus hautes) ; l’une d’elles était bouchée en 1853 (fig. 284). Au deuxième étage, sur la face ouest sont percées à gauche une grande fenêtre rectangulaire (probablement très récente et superposée aux traces d’une petite fenêtre carrée), à droite une petite fenêtre carrée ; ces deux petites ouvertures carrées remontent seulement à une période postérieure à 1853, alors que l’étage était encore éclairé par une seule fenêtre centrale. Une autre fenêtre s’ouvre dans la face nord. Au rez-de-chaussée, la salle unique de B a été transformée en cellules de punition en subdivisant l’espace par des parois récentes. Cependant on reconstitue très bien le couvrement originel : un berceau longitudinal. Dans le mur nord se trouve une baie, en partie aveuglée par les cloisons des cellules, mais dont on perçoit encore la partie centrale. Dans le mur oriental se trouve la porte d’accès actuelle (que surmonte une fenêtre) ; ces percements doivent remonter soit à l’époque moderne soit à l’époque de la prison (cf. plus haut), tandis que la porte originelle depuis la tour A n’est pas visible de ce côté-ci. En revanche, toujours dans le mur est, du côté gauche, subsiste une grande niche murale qui doit être en partie médiévale (fig. 285). Au premier étage la salle avait été subdivisée par des cloisons pendant la transformation de la forteresse en prison ; elle a été réunifiée apparemment dès 1882, d’après les plans. La partie centrale du mur est est occupée par une cheminée du Quattrocento. À l’angle nord-est se trouve la porte d’accès vers la tour C et dans le mur sud celle qui donne accès à la tour A. Cette dernière porte, de type XVe siècle, porte des armoiries cardinalices presque illisibles mais qui peuvent encore être identifiées comme celles du cardinal Borgia. Dans ce même mur méridional, vers l’extrémité est, on voit les traces de la porte qui donnait accès à l’escalier en colimaçon logé dans l’épaisseur de la tour voisine. Au deuxième étage, la salle unique présente un faux-plafond moderne (un trou dans celui-ci permet d’apercevoir le plafond ancien, avec ses solives, qui se trouve au même niveau que le plafond voisin de A). L’examen interne confirme que la fenêtre la plus septentrionale du mur ouest a été agrandie. Dans le mur sud se trouve la porte de communication avec la tour A et l’ancienne porte, condamnée, vers l’escalier en colimaçon inclus dans le mur est de A.

Fig. 285 – Soriano, château Orsini, tour B, rez-dechaussée, mur est, niche.

24À l’ouest de la tour B et au droit de la tour A avait été créé entre 1853 et 1882 un bâtiment d’un seul étage, subdivisé en cellules. Il s’agissait, au moins en 1900, de cellules de punition. Elles existaient encore en 1956 mais ont disparu depuis.

Tour C (fig. 279-281)

  • 84 Selon un passage de Ferruzzi, Soriano..., cit., p. 118, difficile à interpréter (mais rappelons que (...)

25Il s’agit d’une tour rectangulaire plutôt aplatie, à l’appareil hétérogène mais globalement médiéval. On le voit bien sur le parement occidental (au-dessus du toit de D), en dehors de reprises et de réparations (fig. 286). Le petit côté nord possède un léger ressaut, la moitié est étant légèrement en saillie par rapport à l’autre moitié. Le bâtiment, presque aussi élevé que les tours A et B qui le jouxtent et composé comme elles de trois niveaux, paraît moins haut, car il est dépourvu de leur couronnement (il est couvert d’un toit en pavillon)84. La face est est éclairée au 2e étage par une fenêtre rectangulaire et au 3e par une petite fenêtre carrée (fig. 287). Dans la partie basse de cette face, du côté nord, est placé un massif contrefort, tandis qu’un mince empattement s’élève contre la petite partie de la face nord laissée libre par le bâtiment E voisin. Ce système vient donc renforcer l’angle nord-est du bâtiment ; il a été probablement ajouté par les constructeurs du xvie siècle, en même temps qu’ils renforcèrent la partie basse de E. Dans l’angle extérieur formé par la tour et le bâtiment B, au niveau du deuxième étage, existent les traces d’un passage suspendu probablement d’origine ancienne. Il a été en grande partie détruit, mais un élément semblable a été reconstruit en arrière, éclairé d’une fenêtre, probablement en rapport avec le projet de transformation de la prison daté de 1900. Un changement d’affectation des locaux entraînait en effet un besoin de communication nouveau entre ces deux bâtiments et les plans de 1900 indiquent explicitement la réalisation de ce passage au niveau du premier étage. Étrangement, il semble que le rez-de-chaussée de la tour C ne soit plus accessible. Sur tous les plans est indiquée à ce niveau une petite pièce réservée dans l’épaisseur des maçonneries, où l’on pénétrait par la petite cour D. Mais, lors de la création de la partie contemporaine de l’escalier de D, on a établi sous la volée orientale une pièce qui a condamné l’accès du rez-de-chaussée de C. Le premier étage, qui ne comporte qu’une seule salle, fonctionne aujourd’hui comme cage d’escalier. On voit sur la face nord des traces d’une porte bouchée et sur la face est celles d’une archère ébrasée également murée. Au deuxième étage, la salle unique est voûtée d’un berceau dans le sens longitudinal.

Fig. 286 – Soriano, château Orsini, tour C, face ouest.

Bâtiment J (fig. 279-281)

Fig. 287 – Soriano, château Orsini, tour C, face est.

Fig. 288 – Soriano, château Orsini, bâtiment J, façade ouest.

  • 85 Dans la chronique inédite de Splendiano Pennazzi, ces dernières armoiries sont identifiées comme ce (...)

26Le corps de bâtiment J est constitué d’une série de constructions hétérogènes qui ont été unifiées au xve siècle, notamment sur ses faces ouest, sud et nord, tandis que la face est, qui donne sur la cour intérieure, de même que les espaces intérieurs trahissent beaucoup mieux l’histoire de la construction. Extérieurement, le bâtiment se présente donc comme une construction compacte et homogène (fig. 288). L’élévation est marquée par un cordon, en dessous duquel le parement présente un fort talus et qui sépare le rez-de-chaussée du premier étage. Ce « rez-de-chaussée » est en fait une très haute paroi oblique, qui descend bien en dessous du niveau de la cour intérieure à cause de la déclivité du piton rocheux. Celui-ci affleure d’ailleurs dans la partie droite du mur ocidental (fig. 289). Au sommet règne le couronnement de mâchicoulis crénelé sur consoles. Le niveau du crénelage (précisément les merlons et les deux premières assises situées sous ceux-ci et sous les créneaux) est d’une maçonnerie totalement différente de tout le reste de l’élévation, ce qui trahit une opération de restauration ou d’unification, sur le modèle du couronnement des bâtiment A-B. Les faces ouest, sud et nord montrent au rezde-chaussée de petites fenêtres plus ou moins proches du format carré, qui s’ouvrent irrégulièrement à la fois en rythme et en hauteur (une pour la face nord, six pour la face ouest et deux pour la face sud). C’est là le seul indice extérieur de l’origine complexe du corps de bâtiment. Au premier étage sont percées de grandes baies rectangulaires, sagement posées sur le cordon d’allège et disposées à intervalles presque parfaitement réguliers (une pour la face nord, cinq pour la face ouest et une pour la face sud). Au niveau des linteaux des fenêtres de la face ouest se trouvent quatre écussons armoriés en marbre. Le premier et le quatrième sont ceux du cardinal Rodrigo Borgia. Le deuxième et le troisième, timbrés des clefs pontificales et sommés de la tiare, sont ceux de deux papes, respectivement Innocent VIII (« à la bande échiquetée, au chef à la croix ») et Calixte III (au bœuf paissant sur une terrasse, à la bordure chargée de huit touffes d’herbe »85). Un cinquième écu avec les armoiries du cardinal Borgia est placé sur la face sud, mais à la hauteur des deux fenêtres du rez-de-chaussée. Le premier et le second étage ne sont pas séparés par un cordon ; le second est percé de petites fenêtres rectangulaires, placées juste en dessous du couronnement (deux pour la face nord, onze pour la face ouest, dont l’une bouchée, deux pour la face sud, dont l’une bouchée également).

Fig. 289 – Soriano, château Orsini, bâtiment J, façade ouest, partie basse.

Fig. 290 – Soriano, château Orsini, bâtiment J, rez-de-chaussée, pièce J1, mur ouest.

  • 86 De toute façon, cette superposition aboutit au même dessin que la mouluration des autres tailloirs (...)

27Au rez-de-chaussée, le bâtiment J est divisé en une série de salles où se remarque particulièrement bien le caractère originellement hétérogène de la construction. Je numérote les salles du sud au nord, en suivant ainsi le parcours obligé de qui arrive dans la forteresse et également la chronologie des différentes parties. La salle J1, qui occupe donc l’extrémité méridionale du bâtiment, possède une forme trapézoïdale. Cette disposition irrégulière s’explique sans doute par le fait que la salle s’appuie directement sur le rocher, qui affleure d’ailleurs dans la partie basse du mur est, dans la travée de gauche. Dans le mur nord subsistent les traces d’un arc, près de l’angle nord-est, qui doit correspondre à la porte encore visible dans le plan de 1853 et qui n’apparaît plus par la suite. Les murs nord et est présentent une maçonnerie irrégulière de gros blocs et le mur méridional est enduit. Le mur ouest, au contraire, montre un parement typique du xiiie siècle à Viterbe (fig. 290). Dans la travée gauche se trouvent les traces d’une ou deux baies bouchées (une fenêtre au centre, à gauche une porte ou un simple remaniement du mur), dans la travée droite une baie d’époque moderne, dont l’ouverture a cassé le parement. Les ébrasements des baies au sud et à l’ouest permettent de discerner l’épaisseur des murs de ces deux faces, d’ailleurs également lisible sur les plans des xixe-xxe siècle. Cette surépaisseur s’explique par le doublement du mur médiéval au Quattrocento, lors de la constitution du bâtiment J. Un pilier octogonal, au centre, des pilastres rectangulaires aux pans abattus, au milieu des quatre murs (sauf pour le mur sud, où le pilastre est absent), et des piles aux pans abattus, aux angles, déterminent quatre travées séparées par des doubleaux. Chaque travée est voûtée d’une croisée d’ogives (fig. 291). Celles-ci et les doubleaux retombent sur le pilier central et sur les piliers engagés pour le milieu des faces nord, sud et est, ainsi que pour les angles nord-est et sud-est (dans ce dernier le tailloir est composé de deux blocs superposés, comme pour le pilier central86). En revanche, ils retombent sur un bandeau reposant sur trois consoles pour le milieu de la face ouest et sur un pilier engagé accompagné d’une console triangulaire (qui reçoit l’ogive) pour les angles nord-ouest et sud-ouest. On peut à priori interpréter ces différences comme le fruit de deux étapes constructives différentes : le mur ouest préexistait à l’ensemble ; les murs sud, nord et est ont été construits en même temps que le voûtement et les supports. Les ogives et les doubleaux possèdent un dessin sommaire, un simple rouleau. Au centre de chacune des croisées, la clef originelle a été remplacée par un bas-relief portant un écu armorié sous un chapeau cardinalice, les armes étant celles de Rodrigo Borgia (fig. 292). De la même époque date la porte d’entrée actuelle de la salle, percée dans le mur est, avec son encadrement caractéristique et les armoiries du cardinal, que l’on peut encore deviner même si elles sont passablement ruinées.

Fig. 291 – Soriano, château Orsini, bâtiment J, rez-de-chaussée, pièce J1, voûtement.

Fig. 292 – Soriano, château Orsini, bâtiment J, rez-de-chaussée, pièce J1, armoiries du cardinal Borgia.

28Les salles J2 et J3 ont été unifiées par l’ouverture d’un grand arc en anse de panier dans la paroi intermédiaire (fig. 293) et transformées en chapelle pendant l’époque de la prison (en 1853 les deux pièces ne communiquaient encore que par une porte). Les deux salles ont une implantation et une hauteur différente. La salle J2 est couverte d’une voûte déprimée, avec des pénétrations sur les faces sud, nord et ouest (cependant les pénétrations disparaissent assez rapidement sur cette dernière), mais pas sur la face est. Cette disparition progressive des pénétrations sur la face nord peut s’expliquer par la nécessité d’adapter le couvrement à un plan irrégulier ; quant à leur absence totale sur le mur est, on peut la justifier à la fois par la même raison et par le fait que le mur a peut-être été doublé de ce côté, pour créer un escalier dans l’épaisseur de la maçonnerie, escalier dont on voit encore le départ. Deux fenêtres sont ouvertes dans le mur ouest de J2. En J3 la salle est également couverte d’une voûte déprimée avec pénétrations ; elle retombe cette fois sur de petits culs-delampe, du même type que ceux du portique-galerie L1-4 mais avec un modèle un peu différent, pour souligner la partie centrale du mur nord. Une fenêtre est ouverte dans le mur ouest et une baie est percée dans le mur est. Cette dernière date peut-être de l’époque de la prison, sa position permettant de surveiller les prisonniers dans la chapelle ; pourtant, il subsiste les traces d’un encadrement ancien dans la partie gauche de l’ébrasement. Au centre de la voûte de chacune des deux salles est placé un écu aux armes du cardinal Borgia, hideusement repeint. Les murs des deux salles ont été enduits et peints encore récemment, ce qui empêche tout examen des maçonneries.

Fig. 293 – Soriano, château Orsini, bâtiment J, rez-de-chaussée, pièces J 2 – J 3, vues vers le sud.

29La salle J4 est voûtée d’un grand berceau longitudinal, qui vient recouper la fenêtre ancienne qui s’ouvre dans le mur ouest. Ce berceau doit donc être postérieur au Quattrocento. L’allège de la fenêtre a été également en grande partie recoupé, dans la partie finale de l’ébrasement, au devant de la baie vitrée. La porte d’accès à la salle est du type Quattrocento. Une grande arcade s’ouvrait entre J3 et J4 selon le plan de 1853 ; elle a été bouchée dès la transformation en prison, comme l’atteste le plan de 1882.

30La salle J5, en forme de trapèze et disposée dans l’axe ouest-est, est couverte de deux voûtes d’arêtes. Deux fenêtres, l’une dans la paroi nord et l’autre dans la paroi ouest, éclairent la salle. La première semble avoir été percée tardivement. Elle n’apparaît pas dans le plan de 1853 et dans celui de 1882 elle n’est tracée qu’en pointillés. Le voûtement est ici en accord avec les murs, ce qui montre que cette extrémité nord du bâtiment J relève uniquement de la campagne du Quattrocento, contrairement aux autres salles. La porte d’accès à la salle, depuis le palier de H3 est contemporaine dans son aspect actuel. Il est difficile de dire si elle existait déjà avant 1853 (date où on la rencontre déjà dans le premier plan de la prison) ou s’il s’agissait d’une création récente. En tout cas, on notera que dans le même plan on peut observer une grande arcade de communication entre les salles J4 et J5, qui apparaît comme bouchée dès le plan suivant de 1882. On n’en voit aujourd’hui aucune trace dans le mur, qui est enduit des deux côtés (et partiellement occupé par une salle d’eau dans J4). Enfin, le petit renfoncement dans le mur est (qui se transforme dans les deux niveaux supérieurs en une pièce indépendante, J6), que l’on pouvait voir dans le plan de 1853, n’est pas observable de l’intérieur ; la paroi semble avoir été régularisée dès 1882.

31À l’opposé du rez-de-chaussée, le premier et le second étage de J sont en grande partie régularisés (sauf la moitié droite du mur est, notamment au niveau du premier étage, qui correspond aux salles J1 et J2 du rez-de-chaussée). D’autre part les limites entre les différentes pièces sont les mêmes entre les deux étages. Tout cela prouve que ces deux niveaux doivent dater en majeure partie de l’époque de la restructuration post-médiévale. Au premier étage, l’espace équivalent aux salles J1 et J2 du rez-de-chaussée était unifié en une seule grande salle, comme le prouvent le plan de 1853 et les plans suivants. Mais cette salle a été cloisonnée et divisée en deux pièces à l’époque de la prison (après 1939 d’après les plans), dont la limite correspond approximativement à celle des deux pièces du rez-dechaussée. La salle J1 est dotée d’un faux-plafond contemporain. Les deux portes d’accès, à l’est, sont contemporaines dans leur aspect actuel ; seule l’une d’entre elles doit correspondre à la porte d’accès ancienne qu’on voit dans le plan de 1853. On voit deux fenêtres xve siècle, l’une dans le mur ouest, l’autre dans le mur sud. L’ébrasement de cette dernière, particulièrement profond et asymétrique, montre bien que ce mur méridional est le résultat de la régularisation de murs préexistants à l’étage inférieur. La salle J2 est également couverte d’un faux-plafond (l’éventuelle voûte ancienne n’est donc pas visible) et on y a créé une salle d’eau en cloisonnant un angle. Elle ouvre sur H/E (la chapelle de l’époque moderne) par une porte, qui correspond à l’accès montré par le plan de 1853. Enfin, la salle est éclairée par une fenêtre xve siècle du côté ouest. La salle J3 est couverte d’une voûte déprimée. Dans le mur est s’ouvrent les deux portes qui donnent accès à la salle depuis la partie gauche de H1, mais, du côté intérieur celle de droite est murée à cause d’une salle d’eau installée dans l’angle sud-est de la salle. Il s’agissait de la seule porte existant en 1853 ; l’autre porte a donc été probablement créée pour la remplacer. Dans le mur nord s’ouvre une porte du xve siècle, avec l’écu cardinalice Borgia qui donnait encore accès à J4 jusqu’en 1853, mais fut bouchée ensuite.

32La pièce J4 a été cloisonnée pour créer dans la moitié méridionale un couloir, dans lequel s’ouvre toujours l’unique fenêtre de la salle (xve siècle), à l’ouest, et dans la moitié nord une série de cellules, qui empêchent de voir le voûtement. Malgré cela, on peut encore restituer le type de la voûte, grâce au couloir : il devait s’agir d’une voûte d’arêtes délimitée par une corniche. Puisque l’espace H2 était encore inexistant avant 1882 (voir plus bas), la porte d’accès dans le mur est n’existait pas, comme on le constate dans le plan de 1853. La salle était accessible en revanche depuis J3, comme on l’a dit ci-dessus. La pièce J5 a été cloisonnée et transformée de la même façon que la précédente. On y voit encore la fenêtre xve siècle dans le mur ouest et celle de la même période ouverte dans le mur nord. Quant au voûtement, il s’agissait aussi de voûtes d’arêtes. L’accès de la pièce se fait depuis le palier de H3, comme en 1853. En revanche, la porte de communication entre J4 et J5 a été supprimée après cette date. La petite pièce J6, autrefois reliée à J5 dont elle formait une sorte de dépendance, a été séparée de celle-ci en bouchant la porte intermédiaire. En revanche la pièce a été ouverte sur le palier de H3 en abattant le mur qui les séparait. Le plan de 1853 donne également l’emplacement des anciennes cheminées dans la salle J1-J2 et dans les pièces J3, J4 et J5, aujourd’hui disparues.

  • 87 Ferruzzi, Soriano nel Cimino, cit., p. 116.

33Le second étage de J était originellement un niveau très bas sous combles. Lors de l’utilisation du château comme prison, cet étage, dont les quatre pièces furent transformées en cellules (parfois en subdivisant l’espace par des cloisons), fut surhaussé afin d’offrir aux prisonniers un espace d’une hauteur normale et une autre source de lumière que les minuscules fenêtres qui l’éclairaient originellement. La hauteur de l’étage fut donc doublée et des baies ouvertes à la partie supérieure du mur. Elles sont aujourd’hui très longues et très basses et toute la partie haute doit dater d’un réaménagement très récent. Mais la surélévation et l’éclairage supplémentaire étaient réalisés dès 1882-1893, comme le montrent les dessins de cette époque et ceux de 1900, avec la légende : « Sale per detenuti aventi, oltre segnate, una finestra nella parte alta dell’ambiente » ; de plus Ferruzzi signale également cette surélévation, alors réalisée en tuf, en 190087. Ce surcroît est en partie invisible de l’extérieur grâce au couronnement crénelé. Mais il dénature totalement les espaces intérieurs et constitue l’une des plus graves atteintes de l’époque d’utilisation carcérale à l’intégrité du bâtiment. La salle J1-J2, qui formait originellement un seul espace, comme au premier étage, est aujourd’hui divisée par une cloison, à peu près au même niveau qu’au premier étage. L’existence de cette salle J1-J2 pose problème. Le plan de 1853 la montre comme s’il s’agissait d’un espace à créer, selon la convention employée dans le plan, tout comme certaines cloisons ou comme le couloir voisin, L. Et il est vrai que ces deux salles possèdent très peu d’éléments anciens. Pourtant, la petite gravure de 1838 montre cette extrémité orientale de J s’élevant à la même hauteur que le reste du bâtiment (fig. 278) et une fenêtre ancienne au moins montre que les espaces existaient bien antérieurement à 1853. On peut donc supposer que la salle était seulement en grande partie ruinée à ce moment, ce qui explique qu’elle apparaisse comme à construire. Aujourd’hui la pièce J1 possède une fenêtre dans le mur sud et trois dans le mur ouest, ainsi qu’une porte d’accès depuis le couloir L, tous ces éléments étant contemporains, sans parler de la surélévation et du couvrement, dont on a déjà parlé. Il en va de même pour la pièce J2, qui possède une salle d’eau près de l’angle nord-est, deux fenêtres dans le mur ouest, une porte contemporaine dans le mur est donnant sur le couloir L et, à côté, les restes d’une fenêtre ancienne dont on voit les montants du côté du couloir. La salle J3 possède trois fenêtres de l’époque moderne du côté ouest, une porte d’accès contemporaine depuis H2, qui a remplacé une fenêtre de l’époque moderne (encore attestée dans le plan de 1853, ce qui est logique puisqu’alors H2 était encore un espace à ciel ouvert), tandis que la porte d’accès de l’époque moderne depuis H1 a été aveuglée (à son emplacement, un judas a été réservé dans le bouchage). Les deux ouvertures entre J3 et J4 n’existent plus aujourd’hui. On entre dans la salle J4 par deux portes percées dans le mur est, qui sont contemporaines du réaménagement de la forteresse en prison et de la création de la salle H2 (l’une des deux portes étant aujourd’hui condamnée par une salle d’eau créée dans l’angle nord-est de la salle). En 1853, dans le mur est, existait seulement une fenêtre. En revanche, la porte de communication entre J4 et J5 a été bouchée après 1853. Une fenêtre de l’époque moderne s’ouvre dans le mur ouest. On devait entrer dès l’origine en J5 par la porte qui lui sert aujourd’hui d’accès, à l’est. La création d’une salle d’eau, dans l’angle nord-est de la pièce, a aveuglé l’une des baies du mur nord. Les autres fenêtres modernes des murs ouest et nord subsistent. À cet étage, la petite pièce J6 est indépendante de J5 et accessible seulement depuis le palier de H3 (la communication avec J5 attestée par le plan de 1853 n’existe plus). La pièce, occupée par des tuyauteries et des compteurs, est difficile à voir. Elle est encore couverte de sa voûte originelle, contrairement aux autres pièces de J (un berceau longitudinal). Dans le mur est, s’ouvre une fenêtre moderne ébrasée ; celle du mur nord visible dans le plan de 1853 doit avoir été aveuglée.

« Tour » H3 (fig. 279-281)

Fig. 294 – Soriano, château Orsini, « tour » H3, vue depuis l’est.

34Le bâtiment se présente aujourd’hui comme une tour régularisée par les constructeurs du xve siècle, qui ont en large partie conservé une maçonnerie antérieure. En effet H3 composait originellement avec H1 et H2 (et peut-être, mais c’est moins sûr, avec H/E) une grande salle trapézoïdale, dont H3 n’était que l’extrémité septentrionale. Étant donné que H1 a été ensuite réutilisé pour faire partie du bâtiment E (tandis que H2 restait une zone à ciel ouvert jusqu’à l’époque de la prison), on en traitera plus loin avec ce dernier. Les faces nord et est de H3 sont visibles depuis la cour de la « promenade » (fig. 294). Bien que rema-niée en plusieurs endroits, la maçonnerie se présente au moins en partie comme un parement typique du xiiie siècle à Viterbe, avec ses petits blocs rectangulaires posés verticalement. Cette maçonnerie se voit notamment dans la partie centrale de la moitié gauche de la face est (sous la fenêtre aveuglée) et au milieu de la face nord. Dans celle-ci, on voit également plus bas un appareil plus régulier. Ailleurs, on trouve des maçonneries plus grossières, en moellons irréguliers. Dans la face est sont percées deux petites fenêtres carrées de l’époque moderne (dont l’une rebouchée). Sur la face nord se trouve un écu portant les armoiries de la famille Orsini (« Bandé au chef chargé d’une rose » ; fig. 295). Entre H3, le mur est du bâtiment J et la courtine 10 de l’enceinte a été logé un petit bâtiment contemporain d’un seul niveau, G (attesté déjà dans les plans de 1853), qui cache par conséquent la partie basse du mur ouest de H3. On y entrait en 1853 par une porte dans le mur nord ; l’accès se fait aujourd’hui par le mur mitoyen de H3. Cette pièce qui sert aujourd’hui de local technique possède l’intérêt de montrer la partie basse du mur nord de H3. À peu près au milieu du mur, se trouve une petite niche rectangulaire, dans laquelle est sculptée en réserve un haut-relief (fig. 296). Tout le mur, y compris la niche et son contenu, est chaulé, par conséquent l’image, qui semble en outre avoir été partiellement abîmée, est difficile à lire. Pourtant, il paraît clair qu’est représenté un ours passant (dont les pattes gauches et une partie de la tête ont dû être brisées). Si l’on rapporte ce bas-relief à l’écu armorié qui se trouve juste au-dessus, mais qui est resté visible depuis l’extérieur, il ne fait pas de doute qu’il s’agit bien de l’animal para-héraldique de la famille Orsini, qui sert généralement de support à ses armoiries.

Fig. 295 – Soriano, château Orsini, « tour » H3, face nord, écu Orsini.

Fig. 296 – Soriano, château Orsini, « tour » H3, face nord, partie basse visible depuis la pièce G, bas-relief représentant un ours.

35Au rez-de-chaussée et au premier étage de H3, l’escalier qui était encore attesté par le plan de 1853 a été supprimé entre 1900 et 1939. Au niveau bas, la partie est de la pièce où se trouvaient les volées de l’escalier a été fermée par un plafond contemporain et ne montre plus rien d’ancien depuis l’intérieur. Une porte a été percée dans le mur nord pour donner accès à la construction G dont on a parlé ci-dessus. La partie ouest, qui correspondait au palier, conserve au moins intactes ses trois portes originelles, à l’ouest, à l’est et au sud (donnant respectivement sur la pièce J5, sur l’espace H2 et sur l’escalier proprement dit). À l’étage l’espace a été transformé en une salle d’eau, éclairée par deux fenêtres qui ouvrent respectivement sur H2 et sur H2’, dont on parlera ci-dessous, et dont la position correspond bien à l’ancienne volée d’escalier (mais celle du bas a pu être agrandie). L’escalier a été en revanche maintenu au second étage. Il permet d’atteindre la terrasse du bâtiment J.

36Les salles H2 et H2’ ont été constituées très tard, à l’époque de la transformation de la forteresse en prison, la salle H2 au moins dès 1882 et son appendice H2’ dans la seconde moitié du xxe siècle. Au rez-de-chaussée H2 (qui forme l’accès de J4, J5 et H3) fut couvert d’un berceau longitudinal dans la moitié est et d’une voûte d’arêtes dans la moitié nord. Une baie ouvre depuis H2 dans J4, remontant probablement à l’époque de la transformation en prison. Le même voûtement se retrouve au premier étage. À l’est, la pièce se terminait par une grande arcade en plein cintre (dont la partie basse devait être fermée par un muret ou une rambarde). Au second étage, la pièce possède exactement les mêmes voûtements et à l’est le mur se terminait également par une grande arcade en plein cintre, avant la création de H2’. Au sud se trouve l’accès depuis la salle H1, à l’ouest deux accès pour les salles J3 et J4 (puisque cette partie se trouvait à ciel ouvert auparavant, il s’agit donc d’anciennes fenêtres transformées en portes, comme le montre le plan de 1853). Le plan de 1939 montre qu’un troisième percement avait été créé, pour la salle J4, qui a été remplacé ensuite par un simple judas. Au nord une baie en plein cintre donne sur un petit couloir dégagé dans l’espace de la « tour » H3.

37H2’ constitue un espace de dégagement donnant accès à la cour de la « promenade ». Seule la face est de H2’ est visible de l’extérieur, depuis cette cour. À première vue, on pourrait croire qu’il s’agit d’une façade entièrement contemporaine. Mais l’examen de la partie basse confirme l’impression que l’on peut tirer de la lecture des plans anciens. La face est de la « tour » H3 se prolongeait vers le sud. En partie basse s’ouvre la porte qui donne accès à la cour de la « promenade ». Au-dessus s’ouvrent deux immenses baies contemporaines, qui, avec quelques pans de mur intermédiaires, ferment le mur vers le haut. Cette clôture n’existait pas en 1853 et elle n’apparaît jamais dans les plans y compris en 1939 ; la construction a donc été réalisée dans l’aprèsguerre.

38Au second étage, on perçoit parfaitement non seulement le caractère contemporain de la construction, mais surtout le fait qu’il s’agissait d’un espace extérieur. On voit en effet non seulement la grande fenêtre contemporaine qui éclaire l’espace depuis l’est mais surtout dans le mur sud (en réalité le mur nord de la tour d’escalier I) une fenêtre autrefois extérieure, bouchée car devenue inutile.

Courtine 1-2 (fig. 279-281)

39Au-delà de la face sud du bâtiment J, la courtine 1-2 se trouve légèrement en avant de l’alignement de J. Elle possède donc un étroit retour ouest qui mord sur l’angle sud-est de J. La courtine proprement dite se compose de deux parties bien différentes bien qu’étant dans le même plan. Le tiers méridional ou courtine 1 (à gauche pour qui regarde depuis la basse-cour) possède une maçonnerie irrégulière, sans percements, ornée seulement d’un écusson armorié de marbre, portant les armoiries du cardinal Borgia (fig. 297). Ce parement présente exactement les mêmes caractères que celui du bâtiment J. Les deux tiers situés à droite ou courtine 2 (à l’est) offrent une maçonnerie bien différente, régulière et typique du xiiie siècle. En partie haute sont percées deux baies à fort ébrasement, celle de gauche rectangulaire, celle de droite en plein cintre, et en partie basse une porte en plein cintre, aveuglée et dissimulée en partie par la végétation (fig. 298). Enfin, 2 se termine par un retour vers la tour A, où s’ouvre la porte d’accès à la cour intérieure (fig. 299). Le couvrement de la porte est formé d’un arc surbaissé et celui-ci est surmonté d’un écusson armorié. Les armoiries, sommées d’une couronne, sont celles de la famille Albani (« À la fasce, accompagnée en chef d’une étoile à huit rais et en pointe d’un mont à trois cou-peaux »), comme le confirme l’inscription placée en dessous : CAROLUS ALBANUS/ CLEMENTIS XI. NEPOS/ ARCEM HANC/ RESTAURAVIT ANNO/ SAL[utis] MDCCXVII. Cette « restauration » de 1717 correspond probablement seulement à quelques travaux de réparation ou d’aménagement en vue du séjour de Jacques Stuart, la même année. Je n’ai en tout cas rien trouvé dans le château en son état actuel, qui puisse justifier une telle affirmation (mis à part le cas, très secondaire, de l’écu Albani présent dans la salle H1 au 1er étage).

Fig. 297 – Soriano, château Orsini, courtines 1-2, vue depuis le sud.

40Le parement de ce mur de retour, ainsi que les derniers mètres de la courtine longitudinale, appartiennent à nouveau à la campagne du Quattrocento. Enfin, toutes les parties de la courtine ont été unifiées par un même couronnement crénelé sur mâchicoulis sur consoles, qui appartient visiblement à cette même campagne du xve siècle.

Fig. 298 – Soriano, château Orsini, courtine 2, partie haute.

Fig. 299 – Soriano, château Orsini, courtine 2, vue depuis le sud-est.

41Le bâtiment qui se trouve entre L et A, au revers de la courtine 1-2, est contemporain. En 1853, on avait seulement construit un escalier, qui donnait accès depuis le premier étage de L et de 1-2 au second étage de J. Entre 1900 et 1939, on ajouta en avant ce bâtiment de trois niveaux. Comme il s’agit d’étages plus bas que dans les constructions anciennes avoisinantes, la toiture du bâtiment arrive seulement au sommet du premier étage de L et J. Malgré cela et en dépit de sa modestie architectonique, cette construction est une des rares réalisations de l’époque de la prison qui falsifie profondément la substance de la partie supérieure de la forteresse (elle mord en particulier sur le portique-galerie L – un peu moins sur la tour A – et rétrécit notablement la cour supérieure).

Courtine 9, tour F et courtine 10 (fig. 279)

42Les bâtisseurs du xve siècle ont élevé cette portion de la forteresse sans prendre appui sur des éléments préexistants. D’où la régularité des parements et la forme classique de la tour (fig. 300) : une tour ronde saillant largement sur l’enceinte pour la flanquer le plus largement possible. La tour ne possède aucune ouverture sur l’extérieur, est renforcée au nord par un contrefort jusqu’à mi-hauteur et est couverte aujourd’hui d’un toit conique. Les deux courtines 9 et 10 ont été surélevées à une époque récente. Leur niveau originel, bien lisible, s’arrêtait un peu en-dessous du sommet de la tour F, qu’elles dépassent nettement aujourd’hui. La surélévation procède clairement de raisons de sécurité liées à la prison, lorsque le quadrilatère délimité par les courtines et par les bâtiments G, H, I, E a été utilisé comme cour de « promenade » pour les détenus (je traduis ainsi l’expression, bien moins idyllique, utilisée du temps de la prison : « corte dell’ora d’aria »). À l’extrémité méridionale de la courtine 9, la partie haute du mur forme un ressaut par rapport au reste de la surélévation, qui n’a probablement pour fonction que de rejoindre le plan du bâtiment E.

Fig. 300 – Soriano, château Orsini, tour F.

Bâtiment E (fig. 279-281)

43Il s’agit d’une construction grossièrement rectangulaire, tendant au trapèze, de trois niveaux. Dans le mur nord, aux deux-tiers de sa longueur vers l’est, un conduit de cheminée en partie saillant s’élève jusqu’à la toiture. La face est est éclairée à tous les niveaux par une paire de fenêtres, rectangulaires au rez-de-chaussée et au premier étage, carrées au second (fig. 301). Elles sont régulièrement alignées pour ce qui est du premier et second étage, dotées d’encadrement en péperin et probablement attribuables au xvie siècle. Au rez-de-chaussée, on perçoit les restes des encadrements des fenêtres originales, semblables à celles du second étage, mais légèrement décalées vers la droite par rapport à l’alignement des fenêtres du premier et du second étage. Elles ont été murées et remplacées par des baies rectangulaires plus récentes. La partie basse de ce mur est possède un fruit important, probablement afin de renforcer la stabilité du bâtiment. Les constructeurs ont donné alors le même fruit aux courtines 9 et 10. La face nord montre des ouvertures seulement dans son extrémité droite (ouest), qui appartient, on le verra, à la salle intérieure E1. Celle-ci est donc éclairée par une fenêtre à chaque étage, formées avec des montants de péperin au rez-de-chaussée et au premier, avec un encadrement de brique au second. Intérieurement, le bâtiment E est divisé en deux salles à chaque étage. Au rez-de-chaussée, la salle occidentale E1 est subdivisée en deux par une cloison moderne. La partie gauche E1’ est couverte par un berceau dans le sens nord-sud dont la partie septentrionale s’achève par un voûtain triangulaire. La partie droite E1” (à laquelle on accède par une porte ouverte dans la cloison) est couverte d’un voûtement triangulaire qui constitue la continuation méridionale du voûtement précédent. Si l’on fait abstraction de la cloison moderne, on reconstitue sans difficulté le voûtement originel unifié : une voûte déprimée rectangulaire avec deux voûtains triangulaires incurvés sur les petits côtés du rectangle. La salle orientale E2 est couverte au rez-de-chaussée d’un simple plafond plat. On a vu plus haut que les deux fenêtres qui éclairent la salle à l’est sont récentes ; cela vaut peut-être aussi pour ce plafond. Au premier étage la salle E1 est à nouveau divisée en deux par un mur de refend mais cette fois en deux parties nettement inégales. À l’ouest E1’ n’est qu’un couloir qui sert d’accès à E2, directement depuis H1. Il n’existait pas dans les plans, jusques et y compris ceux de 1900, pas plus que ses deux portes qui ont donc été percées à cette occasion ; il apparaît seulement dans ceux de 1939. Ce couloir est couvert d’un faux-plafond. E1” occupe le reste de l’espace originel. La salle est également couverte d’un faux-plafond. La porte d’accès originelle depuis H1 se trouve dans le mur ouest. Contre la cloison est est placée une cheminée extrêmement simple, mais probablement du xvie siècle. Une salle d’eau contemporaine est installée dans l’angle sud-est. Dans le mur méridional sont ouvertes deux fenêtres, dont la plus à l’est est à moitié coupée par la salle d’eau. On peut se demander si ce n’est pas cela qui a entraîné la création de l’autre fenêtre, plus à l’ouest, car celle-ci n’apparaît pas sur les plans les plus anciens. À l’est, la salle E2 est restée indivisée, comme au rez-dechaussée. Elle est couverte d’un faux-plafond soutenu par une poutre métallique. Une salle d’eau a été créée à l’époque contemporaine dans l’angle sud-est. Dans le mur sud, on trouve les traces d’une porte d’accès ancienne. Cela correspond bien à la situation antérieure à la création du couloir E1’. Dans les plans de 1882 jusqu’à 1900, on voit bien que la salle n’était pas accessible du côté ouest, mais seulement du côté sud, depuis C. Au second étage, on peut répéter pour le couloir E1’ ce qui a été dit pour le premier étage. La pièce E1” a été cloisonnée et aucun élément ancien ne subsiste, sauf les deux fenêtres dans le mur méridional, tandis qu’une porte la met en communication avec la salle H1. La salle E2 est encore visible dans sa structure du xvie siècle comme au rez-de-chaussée, à l’exception de la création d’une salle d’eau dans l’angle sud-ouest.

Fig. 301 – Soriano, château Orsini, bâtiment E, façade est.

44La salle suivante H1-H/E est également née au xvie siècle, en utilisant d’une part la partie méridionale de la grande salle H (H1) qui devait être alors en ruines et une zone (H/E) qui appartenait soit à la grande salle, soit plus probablement consistait en un espace à ciel ouvert. C’est ce qui explique le caractère hétérogène de cette zone au rez-de-chaussée, qui se transformera en des pièces plus régularisées à partir du premier étage, mieux intégrées avec le bâtiment E auquel elles appartiennent. Au sud (où se trouvent les accès à J2 et E1), l’espace H/E fut couvert d’un berceau longitudinal avec pénétration du côé est. Cette partie est séparée de la suivante par un gros arc doubleau. Au nord (là où se trouve l’accès à J3), H1 est couvert d’un berceau. Le mur de fond au nord est fermé par une grande porte cochère, aujourd’hui murée (sauf la lunette supérieure), et par une porte piétonne, à droite, toujours en service. Cette porte donne accès au palier de l’escalier I. Pour compenser le bouchage de la porte cochère, réalisé après 1853, on a percé dans le mur ouest du palier une porte qui permet de passer à H2. Dans le mur ouest de H1, vers l’angle nord, on voit les traces d’une porte ancienne, ce qui montre que la baie rectangulaire donnant sur J3, à côté, est bien moderne (voir la description de l’intérieur de J3). Dans le mur est se trouve la porte moderne qui donne accès à E1.

45Au premier étage, la zone reste subdivisée en deux espaces tout comme au rez-dechaussée. La salle H1 au nord est couverte d’une voûte déprimée (ornée de peintures exécutées au temps de la prison). Dans le mur est s’ouvrent deux portes, l’une à linteau droit, du xvie siècle mais surmontée d’un écusson avec les armoiries Albani (dont la partie inférieure a été coupée lors de l’époque de la prison), l’autre en plein cintre, contemporaine. Dans le mur nord sont percées également deux portes, celle qui donne accès à la pièce depuis l’escalier I et celle qui introduit dans la salle suivante H2. Dans le mur ouest, à nouveau deux portes (récentes) donnent accès à la salle J3. Enfin dans le mur méridional une grande arche surbaissée forme la limite avec l’autre salle, disposée transversalement. Celle-ci (H/E), utilisée comme chapelle, probablement dès l’époque de la création de la salle, ouvre à la fois au nord sur la partie précédente (cette grande ouverture, contradictoire avec les fonctions de la pièce, n’a été percée visiblement qu’en 1853, lors de la transformation des deux pièces en une salle de garde), à l’ouest sur la salle J1-2 et à l’est, par une porte sur L et par une fenêtre sur a (le palier de l’escalier d’accès extérieur). La pièce est couverte d’une voûte déprimée, divisée en panneaux par des corniches moulurées (dans l’axe ouest-est, celles-ci sont remplies de guirlandes de fruits). Les quatre compartiments latéraux sont ornés de figures en bas-relief : un aigle pour celui de l’est, un écu cardinalice pour celui de l’ouest (les armoiries peintes sont aujourd’hui effacées), l’agneau de saint Jean Baptiste pour les deux autres. Le panneau central, encadré de quatre têtes de chérubin, est doté d’une scène plus complexe : l’extase de saint Paul (fig. 302). L’ensemble de la voûte a été outrageusement bariolé à une époque récente. Les murs de la salle sont pourvus d’un entablement, réalisé en faux marbre comme la structure architectonique qui encadre le tableau d’autel, contre le mur est. Celui-ci est passablement ruiné et une main maladroite semble avoir cherché à redessiner les contours de certains visages. Il présente une Vierge à l’Enfant dans une nuée, aux pieds de laquelle prie un pape dont n’apparaît que le buste (fig. 303).

Fig. 302 – Soriano, château Orsini, pièce H/E (chapelle), voûte.

  • 88 Soriano, Archivio mun., p. 97.
  • 89 Tout le paragraphe suivant résume les découvertes faites par Scoppola (F.), « Influssi della “giust (...)
  • 90 Splendiano Pennazzi (ibid.) explique que la dédicace comprendre Joseph, le patriarche de l’Ancien T (...)

46Je suppose que ce retable est en relation avec le changement de titulature de la chapelle, attesté par la chronique manuscrite de Splendiano Pennazzi88. Ce dernier affirme que le lieu de culte du château, d’abord dédié à saint Sylvestre par Nicolas III, fut voué au pape saint Anicet (155-166) par la famille Altemps. Il doit s’agir plus précisément de Giovanni Angelo Altemps, né orphelin le 17 avril, jour de la fête de ce pontife89. On se rappelle en effet que son père, Roberto Altemps, avait été décapité sur ordre de Sixte-Quint, avant même la naissance de son héritier, qui voit donc le jour le 17 avril 1587. Les Altemps ne purent exprimer publiquement leur vindicte contre la « justice » implacable de Sixte-Quint (qui semble, en outre, avoir été mu non pas tant par le désir de punir un adultère que par la volonté de supprimer un clan rival). Parvenu à l’âge adulte, Giovanni Angelo pouvait non seulement exprimer plus explicitement le ressentiment de la famille Altemps contre le pontife (décédé en 1590), mais se percevoir lui-même comme l’instrument de la vengeance divine, puisqu’il était né après et malgré la mort de son père. Il se forgea une légende autour de la mort de saint Anicet (dont on ne savait strictement rien) ; lorsqu’on trouva un corps décapité dans un tombeau de la via Appia, il prétendit qu’il s’agissait du pontife, réclama et obtint du pape – faveur exceptionnelle – le transfert du « martyr » dans la chapelle du palais familial et identifia l’histoire de ce dernier avec la tragédie vécue par son propre père. La famille voua désormais un culte à saint Anicet, alors que le cardinal Marco Altemps, père de Roberto, s’était tourné auparavant vers la Vierge de la Clémence. Je propose donc de reconnaître dans cette œuvre modeste (et/ou totalement repeinte), probablement du xviie siècle, saint Anicet en prières devant la Vierge à l’Enfant90.

Fig. 303 – Soriano, château Orsini, pièce H/E (chapelle), tableau d’autel.

47Au second étage, les deux salles H1 et H/E sont encore plus nettement divisées. La salle H1 forme la pièce de distribution principale, au sortir de l’escalier I. Au nord, se trouvent la porte ancienne d’accès depuis l’escalier et une porte qui introduit à H2, contemporaine puisque cette dernière salle a été créée seulement à l’époque de la prison. À l’est, ouvre une porte en plein cintre qui donne accès au couloir E1’. À l’ouest, se trouve l’accès à la salle J3. Au sud, deux portes donnent à droite sur un dégagement qui donne accès à la loggia L et à gauche sur la salle H/E. Mais cette dernière porte est condamnée et la salle H/E est aujourd’hui accessible seulement par la pièce E1”, dont elle est devenue un appendice.

48La tour d’escalier D a été créée à une époque récente en fermant l’espace extérieur compris entre B, C et E (fig. 279-281). Auparavant, il s’agissait d’une petite cour et existaient seulement une volée et un couloir en encorbellement, respectivement contre les murs nord et est, avec un berceau rampant (pour la partie oblique) et des voûtes d’arêtes (pour la partie horizontale). La volée et le couloir menaient depuis une porte située à mi-hauteur du rez-de-chaussée de E2 jusqu’au premier étage de C (à l’intérieur de E2 quelques marches menaient du rez-de-chaussée jusqu’à cette porte). En 1853, la cour a été fermée pour aboutir à une construction sans cloisonnement intérieur et correspondant aux deux premiers niveaux des bâtiments voisins (rez-de-chaussée et premier étage). Elle s’appuie sur C par un toit en appentis. À l’intérieur, un mur a été dressé au droit de la paroi occidentale du couloir préexistant du côté est : dans l’espace résultant, on a placé un débarras au niveau supérieur accessible depuis le nouvel escalier dont on va parler ci-dessous. Quant au niveau inférieur, accessible depuis le rez-de-chaussée de la tour B par une porte préexistante, il a été transformé en cellule de punition, comme celui de la tour B, et cette pièce a condamné le rez-de-chaussée de C. Dans l’espace restant de l’ancienne cour ont été construites quatre volées supplémentaires, avec noyau central ouvert, pour relier le rez-de-chaussée et la partie d’escalier déjà existant (ces volées ont été renouvelées à une époque récente) et la porte d’accès depuis E2 a été condamnée. La volée occidentale a bouché partiellement une fenêtre de la pièce E2 qui donnait sur la cour. Un second étage avait été également projeté, mais ne fut probablement jamais réalisé. C’est pourquoi fut construit le petit passage en encorbellement entre les tours B et C.

Fig. 304 – Soriano, château Orsini, portique L1-L4, rez-de-chaussée, détail d’une colonne ionique.

49Le portique-galerie L1-4 (fig. 279-281) a été créé à l’époque moderne en prenant appui sur le mur est de la pièce J1. Il était constitué de quatre travées séparées aux deux niveaux par des colonnes, ioniques en partie basse (fig. 304) et doriques à l’étage. Les deux galeries superposées sont toutes deux voûtées d’arêtes. Originellement, le bâtiment devait être ouvert aussi bien au rez-de-chaussée qu’à l’étage, mais il a été presque entièrement muré au moment de la transformation du château en prison, sauf la deuxième travée du rez-dechaussée (fig. 305). De plus, au rez-de-chaussée les travées ont été divisées en autant d’espaces isolés. La travée L1, fermée par des murs au nord et à l’est, est devenue un débarras et on a arraché dans la voûte le tableau qui devait se trouver dans l’encadrement de stuc ; mais, on peut encore y voir la colonne ionique extérieure et la console qui lui faisait face contre le mur de J. La travée L2 n’a pas été murée du côté de la cour pour permettre l’accès à J1 (fig. 306). C’est aussi la seule à avoir gardé quelques traces du décor maniériste qui était peint sur les voûtains et sur la lunette, respectivement des grotesques et un paysage, dans un état de conservation dramatique (fig. 307). Les deux travées suivantes L3-L4 ont été fermées du côté est et sud et leurs voûtes ont été badigeonnées ; en revanche a été sauvée, à la retombée centrale des deux voûtes d’arêtes, la jolie console du xvie siècle dont on retrouvera tous les exemplaires conservés à l’étage. La pièce K doit être antérieure à la construction du portique : la travée L4 y ouvrait par une porte xvie, les murs de K suivent un axe différent de ceux du portique, parallèle à celui de la salle J2, enfin la pièce est voûtée d’un berceau et non plus d’une voûte d’arêtes. Au niveau du premier étage, les constructeurs ont régularisé cette pièce et K est devenue une pièce de transition entre l’escalier d’accès au premier étage (a) et la galerie.

Fig. 305 – Soriano, château Orsini, portique L1-L4.

50Les bâtisseurs du xvie siècle ont en effet logé un escalier à deux volées droites contre D et E, dont le palier supérieur possède une porte Renaissance (fig. 308). L’escalier lui-même appartient bien encore dans sa struc-ture à l’époque de construction, comme l’attestent la volute qui sert de raccord entre les deux volées et le balustre sculpté en bas-relief qui se trouve en-dessous de celle-ci. Au premier étage K sert donc de pièce d’accès vers la galerie, mais elle est légèrement plus petite que son homologue située au rez-de-chaussé. Par conséquent, la galerie qui lui fait suite peut s’étendre sur une longueur plus importante que le portique et compte cinq travées au lieu des quatre de celui-ci (ce pourquoi les constructeurs placèrent également au rez-dechaussée une colonne ionique supplémentaire, au milieu du mur nord de K, pour unifier visuellement les deux étages). Malgré l’aveuglement des arcades vers l’extérieur, la galerie, qui a au moins gardé son unité spatiale, donne une bonne idée de l’allure que devait avoir la forteresse après les transformations du xvie siècle (fig. 309) : un lieu où l’on avait tenté de contrebalancer par l’ornement et l’agrément le caractère militaire et austère du château. Comme le portique, la galerie est couverte d’une série de voûtes d’arêtes (dont certaines renforcées par des tirants) retombant sur les colonnes doriques de l’arcade et, du côté du mur plein, sur des consoles.

Fig. 306 – Soriano, château Orsini, portique L1-L4, travée L2.

Fig. 307 – Soriano, château Orsini, portique L1-L4, travée L2, un compartiment de la voûte.

51Au second étage, l’espace actuellement situé au-dessus de la galerie n’existait pas originellement. La galerie devait être couverte d’une terrasse et le mur oriental de J était donc ici un mur extérieur, comme le prouve l’existence d’une fenêtre du xve siècle, aujourd’hui bouchée. Quant aux portes d’accès à la salle J1-J2 (qui, rappelons-le, est à nouveau divisée en deux, à cet étage, par une cloison), elles sont contemporaines, tout comme le mur est de la galerie et ses ouvertures. Les travaux ont été réalisés vers 1893, comme le montrent les plans de 1882-1893, où ces transformations apparaissent dans le croquis dessiné au revers du plan no 4. Cependant, la première travée de la galerie, L1, s’élevait jusqu’à la hauteur du second étage, comme le prouvent à la fois les plans de 1882-1893 et divers détails architectoniques de la travée : ainsi, la fenêtre qui s’ouvre à l’est de la travée est du xvie siècle.

Fig. 308 – Soriano, château Orsini, escalier a.

52I (fig. 279-280) est aujourd’hui le principal escalier desservant à la fois E et J. Les deux parements visibles, à l’est et au nord, montrent une maçonnerie de petits moellons laissée apparente, l’angle étant renforcé par un chaînage irrégulier. Étant donné qu’il s’agit d’une tour d’escalier, les percements ne correspondent pas forcément aux hauteurs des étages des bâtiments voisins. Sur la face est sont percées trois fenêtres superposées, deux rectangulaires et la dernière vers le haut petite et carrée. La fenêtre inférieure a été remaniée et celle du centre bouchée. Sur la face nord sont superposées, dans la partie aujourd’hui libre, une porte, deux fenêtres rectangulaires et les traces d’une petite fenêtre carrée, et, dans la partie couverte par la construction H2’, une porte et deux fenêtres. Toutes ces fenêtres ont des montants de péperin et des murs d’allège en brique. Intérieurement l’escalier est du type à volées droites sur berceaux rampants, avec des voûtes d’arêtes pour couvrir les paliers et repos. Quant à la porte située au rez-de-chaussée du mur nord, elle devait donner accès à une cave ou plutôt à un simple dégagement créé sous les deux premières volées de l’escalier (puisque l’accès de celui-ci se trouve dans l’angle opposé de la construction, au sud-ouest), mais des éboulements occupent la plus grande partie de l’espace. Quelques fragments d’une fresque (couronnes végétales ?), qui devraient appartenir au xvie siècle, montrent que même les espaces utilitaires avaient reçu une décoration lors de la campagne d’embellissement de l’époque moderne.

Fig. 309 – Soriano, château Orsini, galerie L1-L4.

53Venons en maintenant à l’accès de la cour intérieure. La porte 3 (fig. 279-280) formait le seul accès à la partie haute du château. Elle barre la basse-cour située entre les deux enceintes, puisqu’elle s’étend depuis la courtine 1-2 qui appartient à l’enceinte intérieure jusqu’à la pseudo-tour 4 qui appartient formellement à la seconde (même si elle est liée au système de défense de l’enceinte intérieure). La porte proprement dite, avec son encadrement de bossages et les deux canonnières qui la flanquent, est certainement postérieure à la structure maçonnée, qui remonte probablement à la période médiévale. Cependant l’ensemble doit être au moins postérieur au xiiie siècle, à cause de la solution de continuité de la maçonnerie avec la courtine voisine 2, qui appartient à cette époque. Le couronnement de 3, comme celui de la pseudo-tour 4 voisine, est formé d’un simple crénelage « guelfe », mais la partie supérieure des merlons est clairement due à une restauration. De fait, comme le montre la gravure de 1838 (fig. 278), 3 aussi bien que 4 étaient alors caractérisés par un crénelage dont les merlons étaient surmontées de boules.

Fig. 310 – Soriano, château Orsini, pseudo-tour 4, face sud.

  • 91 La statue de la Vierge à l’Enfant qui se trouve à l’angle sud-ouest, posée sur le merlon d’angle, a (...)

54Formellement, la pseudo-tour 4 et la courtine 5 (fig. 279) appartiennent à l’enceinte extérieure. Mais, comme la porte 3 et les courtines 6 et 7 barrent la continuité de la basse-cour, elles appartiennent fonctionnellement à une zone-tampon, entre première et deuxième enceinte, que nous allons donc traiter ici. À droite de l’entrée 3, l’enceinte extérieure forme un double coude et détermine ainsi une tour ouverte à la gorge ou plutôt, en raison du caractère embryonnaire de la troisième face, une pseudo-tour, 4 (aujourd’hui l’espace ainsi créé est occupé par une maison-porterie, N). Celle-ci domine l’accès à l’enceinte extérieure depuis la ville et protège la zone tampon qui donne accès à la cour haute. Cette pseudo-tour 4 est pourvue d’un couronnement crénelé (sans mâchicoulis sur consoles) dont on a parlé plus haut ; un cordon sépare une partie basse talutée du reste de l’élévation (fig. 310)91. Sur la face ouest, une canonnière du xvie siècle est percée au rez-de-chaussée et une fenêtre, contemporaine, éclaire la partie basse tandis qu’une grande baie rectangulaire éclaire la partie haute, au-dessus du cordon. Sur la face sud, au niveau du rez-de-chaussée est percée une canonnière du même type et une baie rectangulaire éclaire la partie haute, placée cette fois juste au-dessus du cordon. La face est n’est qu’embryonnaire et rejoint la courtine 5 (en partie basse est ouverte une porte qui doit donner accès à la chambre de tir placée au re-de-chaussée de l’escarpement). Sur celle-ci, le cordon se poursuit, ce qui implique son appartenance aux travaux du Quattrocento. Mais la partie supérieure du mur a été fortement remaniée, probablement lorsque l’on a créé la maison O (dont apparaissent ici deux fenêtres) au revers de la courtine (voir ci-dessous). En effet, tant la gravure de 1838 (fig. 278) que l’observation de la maçonnerie permettent d’affirmer que seul le tiers gauche environ de la face ouest de 4 s’élevait à la même hauteur qu’aujourd’hui (fig. 311). Le reste de cette courtine et la courtine 5 suivante se trouvaient plus bas, au même niveau que les courtines 12-13-14.

Fig. 311 – Soriano, château Orsini, pseudo-tour 4, face ouest.

  • 92 Le balcon apparaît fermé par un mur plein sur l’élévation de 1900 (appendice II, no 10).
  • 93 Sur l’élévation de 1900 (appendice II, no 10), la balustrade n’apparaît pas de manière continue : o (...)
  • 94 Soprint. BAA Lazio, dossier Soriano.

55Les murs 6-7-8 (fig. 279) appartiennent principalement à la campagne de construction de l’époque moderne. Il est difficile de reconstituer l’espace tel qu’il avait été créé par les travaux du Quattrocento et encore moins tel qu’il se présentait à la période médiévale. Il était sans doute plus simple et on peut en tout cas imaginer que la porte percée dans le retour oriental de la courtine 2 n’était pas accessible par une construction en pierre mais par un système défensif plus efficace, telle une passerelle. La moitié supérieure du mur 6 appartient à une réfection de l’époque contemporaine (sauf le tiers droit, qui est ancien sur toute la hauteur et présente un ressaut par rapport au reste du mur). Une grande partie du mur 7 pourrait appartenir à la phase du Quattrocento, car on y trouve deux écus aux armes du cardinal Borgia, le premier en marbre, circulaire et entouré d’une guirlande de feuilles, le second en péperin. Les deux écus (notamment le premier) ont cependant pu être déplacés et leur réinsertion dans le mur correspond probablement aux travaux du xvie siècle. On peut supposer que la partie haute du mur était crénelée et a été modifiée par l’introduction de l’escalier plus tardif. En effet, la campagne du xvie siècle a visé au contraire à donner un aspect plus grandiose, plus accueillant et plus moderne à cette zone, décisive pour l’impression que pouvaient en retirer des visiteurs de marque. Les murs 6 et 7, que longent l’escalier d’accès au niveau supérieur sont restés très simples, mais les rampes de la seconde volée sont tout de même marquées par deux boules d’appui. En revanche, le palier qui conclut celle-ci s’ouvre au nord sur un petit balcon, clos par une balustrade92et porté par des consoles (fig. 312). Un écusson armorié, surmonté d’une couronne, se trouve au-dessus de la porte moderne à bossages qui donne accès à la terrasse depuis le palier de l’escalier. Les armoiries (« Un bouc rampant ») sont celles de la famille Altemps, comme le confirme l’inscription qui les accompagne : IO[hannes] ANG[elus] AB ALTAEMPS DUX. Tout comme la terrasse voisine, créée par l’adjonction du mur 8 en avant des murs médiévaux de A-B et délimitée par une balustrade semblable93, le balcon devait permettre aux hôtes de la forteresse de jouir de la vue magnifique que réserve de ce côté le panorama, plus restreint vers les autres points cardinaux par la ville. Ce dispositif a également permis de créer des espaces supplémentaires sous une partie de la terrasse. Cette partie semble avoir été créée en deux étapes. Les trois-quart septentrionaux (à droite) sont occupés, en partant de la droite (c’est-à-dire de la tour C) par un espace vide, un contrefort, un autre vide, puis par un talus massif – le talus, le contrefort et la tour C étant reliés par deux arcs en plein cintre. Ce massif est probablement d’origine médiévale (sauf bien entendu pour les consoles, dans la partie centrale, et la balustrade) et avait probablement pour but de renforcer la base de la tour B. Le quart méridional (à gauche) semble contemporain de l’aménagement des murs 6-8, par son parement, le type de fenêtre cintrée qui l’éclaire et son alignement avec la balustrade de la terrasse (qui contrairement au dispositif précédent doit être portée par quelques consoles dans la partie centrale). En 1955 a été créé un escalier c qui permet de joindre directement la partie supérieure du château depuis les communs, sans refaire le tour de la basse-cour et pénétrer par 394la porte principale en. Cet escalier extérieur, c, a remplacé un escalier intérieur qui se trouvait dans la partie médiévale de la terrasse portée par le mur 8. Comme son prédécesseur, il rejoint deux rampes coudées placées à l’intérieur de la partie moderne de la terrasse créée par le mur 8 et sous le palier de l’escalier. À partir de là, on peut soit entrer dans la petite cour créée par les murs 3 à 7, soit pénétrer directement dans la cour centrale, soit avoir accès au rez-de-chaussée de la tour A. Tout ce système, sauf l’escalier externe, remonte au xvie siècle.

Fig. 312 – Soriano, château Orsini, balcon et terrasse 8, vus depuis l’est.

56Accolés contre la porte 3, la pseudo-tour 4 et la courtine 5, existent aujourd’hui deux bâtiments récents (N et O), affectés naguère aux usages de porterie et surveillance de l’accès et à la direction de la prison. Le plan de 1853 témoigne d’un système un peu différent, avec deux maisonnettes (M1 et M2), certainement vouées à la même fonction, mais placées à l’extérieur de 3 et encadrant la porte. Ces deux constructions (probablement parasites) furent détruites ensuite et remplacées par une porterie intérieure N, attestée dans le plan de 1882. Jusqu’au plan de 1900, la situation reste inchangée. Dans les plans de 1939 apparaît enfin une seconde construction, O, accolée à la courtine 5. Ces bâtiments ont donc grignoté peu à peu cette cour intérieure. Celle-ci se composait seulement, à l’origine, des murs qui l’enveloppaient, de l’escalier rattrapant le dénivellement entre la basse cour et la cour de l’enceinte intérieure et de la fontaine placée aux pieds des marches (fig. 313).

Fig. 313 – Soriano, château Orsini, escalier b et fontaine.

  • 95 Cette rampe qui sépare les courtines et le châtelet de tallique, placés au début de 13. À l’autre e (...)

57Passons maintenant à l’enceinte extérieure et aux communs (fig. 279). Pour pénétrer dans la basse-cour, le visiteur devait franchir l’enceinte extérieure par un châtelet, W-X (fig. 314). L’accès au châtelet lui-même se fait par une rampe partiellement ménagée en escalier, qui longe l’extérieur des courtines 13 et 1295. Le châtelet W-X est constitué d’une courtine (11) entre deux tours rectangulaires ouvertes à la gorge (elles sont aujourd’hui fermées et utilisées en locaux annexes, mais tous les plans jusqu’en 1939 compris montrent la situation originelle pour la tour W, tandis que la tour X est restée ouverte jusqu’en 1882). Si la portion de mur central est rectiligne, en revanche les deux tours ne sont pas identiques entre elles, ni régulières dans leur dessin, parce qu’elles s’adaptent aux conditions du terrain dont elles épousent les irrégularités. La courtine 11 est percée de la porte d’accès, en plein cintre. Le couronnement des trois éléments qui composent le châtelet est presque identique : au-dessus de mâchicoulis portés par une unique console s’élève le crénelage dont les merlons sont dotés de chaperons. On relève une variante dans la courtine centrale, juste au-dessus de la porte : l’espace intermédiaire entre les deux consoles latérales, au lieu d’être couvert d’un petit arc en plein cintre comme partout ailleurs, possède une ouverture plus haute, de forme rectangulaire. Les faces ouest des tourelles W et X sont chacune ornées d’un écu aux armoiries Altemps ; la porte centrale ouverte dans le mur 11 est dotée d’un écu cardinalice totalement ruiné et illisible ; une meurtrière moderne est insérée dans la face sud de la tourelle X, pour balayer l’accès au châtelet. Les armoiries Altemps tout comme la porte dans son ensemble ou la meurtrière sont donc des insertions et modernisations qui n’appartiennent pas à la structure originelle.

Fig. 314 – Soriano, château Orsini, châtelet W-X, vu depuis le sud-ouest.

58Pour qui avait franchi le châtelet extérieur W-X, existait deux solutions. Soit continuer son chemin vers l’ouest pour se diriger vers les communs, situés entre les deux enceintes, soit obliquer vers l’est pour gagner la zone centrale du château. L’accès de celle-ci devait bien entendu être défendu spécifiquement et indépendamment de l’enceinte extérieure, d’où le système formé par les courtines 1-2-3, qui constituent ce second sas d’accès. Les visiteurs ou assaillants éventuels étaient contenus tout d’abord à leur droite par les courtines 12-13-14 et à leur gauche par le corps de bâtiment J.

59Malgré leur apparence actuelle, assez diversifiées, les courtines 12-13-14 devaient être substantiellement homogènes à l’origine. La courtine 12 lie le châtelet W-X à la courtine 13. Son couronnement est constitué d’un simple crénelage, mais l’extrémité de la courtine vers la tour X montre qu’à l’origine, il devait se superposer à des mâchicoulis sur console unique. Les merlons ne sont pas pourvus de chaperons mais sont dotés d’une protubérance à chaque angle, ce qui rappelle la forme en queue d’hirondelle qu’ils devaient avoir à l’origine si l’on se fie à la gravure de 1838 (fig. 278). Enfin quelques meurtrières apparaissent encore, desservies à l’intérieur par le niveau du sol actuel de la rampe et se situant donc juste sous le niveau où devait se trouver le mâchicoulis, à l’extérieur. La courtine 13 se distingue de la courtine 12 qu’elle poursuit par son léger changement de direction et par la structure de son couronnement. Comme pour le châtelet W-X, ce dernier est du type crénelé à mâchicoulis sur console unique (mais nous avons vu qu’il devait en être de même au départ pour 12). En revanche, les merlons adoptent à nouveau la forme de ceux de la courtine 12 et sont donc marqués d’une protubérance à chaque angle, évoquant la forme de merlons « gibelins », comme on le voyait déjà dans la gravure de Micci. La présence de quelques meurtrières à l’époque de la gravure (aujourd’hui disparues) rapproche encore les deux courtines. La courtine 14 se présente aujourd’hui comme un simple mur bas qui lie la courtine 13 à la pseudo-tour 4. À l’extérieur, la partie basse de 14 comporte une grande niche (peut-être créée pour y placer une image pieuse ?). Cette niche permet de comprendre que l’aspect actuel de 14 est dû à la juxtaposition d’un grand mur taluté contre un mur antérieur vertical. Ce dernier, visible au fond de la niche, présente un parement médiéval, probablement du xiiie siècle. C’est ce qui explique pourquoi le mur ne montre plus de couronnement crénelé. On voit très nettement, à l’angle entre 14 et 13, que les merlons de cette dernière courtine disparaissent progressivement à l’intérieur de l’empattement de 14. Il faut par conséquent restituer à 14, dans son étape médiévale finale, une apparence proche de 12 et 13.

  • 96 Rappelons qu’on a déjà traité plus haut des éléments 4 et 5, qui sont liés fonctionnellement à l’en (...)

60Après ce cheminement, le visiteur de marque pouvait pénétrer dans la cour centrale96. En revanche, les serviteurs, écuyers, simples soldats, après avoir pénétré dans la basse-cour par le châtelet, au lieu de se diriger vers la droite et la partie centrale du château devaient probablement tourner à gauche et suivre l’enceinte extérieure jusqu’aux communs.

61On suivait d’abord la courtine 18. Celle-ci, non crénelée, possède un renflement dans sa partie méridionale, qui répond à l’angle sud-ouest du corps de bâtiment J, puis se poursuit rectiligne jusqu’aux bâtiments V1-4. La courtine 18 appartient probablement à l’époque moderne, comme le montre notamment la solution de continuité avec le châtelet W-X. Les bâtiments V1 à V4 se présentent comme une sorte d’excroissance à l’ouest de l’enceinte ; cette disposition, très irrégulière, s’explique probablement par un percement tardif de la fortification (fig. 315). À l’intérieur de cette excroissance sont logés divers bâtiments dont la plupart sont très récents. Aucun d’entre eux n’est représenté sur le plan de 1853. V1 fait son apparition sur le plan de 1882 et, jusqu’aux plans de 1939 compris, il est le seul le bâtiment indiqué. Les bâtiments V2, V3 et V4 sont donc des inventions postérieures à la Deuxième Guerre mondiale et sont plutôt dommageables pour une vision correcte de la fortification, notamment la fausse tour V4 avec son crénelage pseudo-médiéval.

Fig. 315 – Soriano, château Orsini, vu depuis le nord.

62La courtine (17-16) prend ensuite une allure plus régulière. Elle n’est interrompue d’abord que par la tour U, semi-circulaire et ouverte à la gorge, qui répond à la tour F de l’enceinte intérieure. Puis la courtine se poursuit, totalement rectiligne, jusqu’à la tour suivante, S, elle aussi ouverte à la gorge, mais ronde et saillant largement sur l’enceinte, tout en étant attachée à l’aile des communs.

  • 97 Cf. appendice II, n°9.
  • 98 J’ai visité l’ensemble des communs, y compris les sous-sols, mais dans des conditions d’accès parfo (...)
  • 99 Pennazzi (Splendiano), Soriano, Archivio mun. ; Ferruzzi, Soriano nel Cimino, cit., p. 236 ; transc (...)

63Les communs P-Q-R-T sont particulièrement défigurés par les campagnes de travaux récents, qui doivent remonter au projet de transformation daté de 190097, où l’on perçoit bien le projet de surélévation et d’homogénéisation des bâtiments existants. Pourtant leur origine ancienne ne fait aucun doute, notamment pour les constructions R et P (notées A et D dans la coupe de 1900), dont la première présente des voûtes séparées par des arcs doubleaux et la seconde des arcs diaphragmes98. Au-dessus du grand portail (couvert d’un arc en accolade et appareillé) qui s’ouvre entre les bâtiments R et T et conduit directement à la tour S par un couloir, est placée une longue épigraphe, de 1562, malheureusement difficile à déchiffrer, à cause de son usure. Mais elle a été lue par Pennazzi au xviiie siècle, ce qui permet de la compléter99. En voici la transcription :

AD ARCENDAM SEGNITIEM, SUORUMQUE VALETUDINEM TUENDAM, HUNC PARVAE PILAE LUDUM, ILLUSTRISS[imus] AC REVERENDISS[imus] CARDINALIS ET PRINCEPS T[r]IDE[nti] ET BRIX[inae] CONSTRUXI IUSSIT CAMILLO SPANNOCCHIO C[ive] SENENSI INSTITUTORE IDIBUS IUNII MDLXII

  • 100 Pennazzi (Splendiano), Soriano, Archivio mun., p. 99 ; Ferruzzi, Soriano nel Cimino, cit., p. 236 ; (...)
  • 101 Je ne suis pas parvenu à identifier le personnage de manière précise, à travers la bibliographie gé (...)

64Le rapprochement avec l’autre inscription du cardinal Cristoforo Madruzzo, de 1561, permet d’en restituer à peu près le sens et surtout d’en situer le contexte. Le bâtiment élevé était un jeu de paume et sa construction rentrait dans le cadre de réaménagements réalisés pour le cardinal Cristoforo par son neveu, le cardinal Ludovico Madruzzo. La salle servit également pour les représentations théâtrales locales, avant la transformation du château en prison, comme l’atteste la chronique de Pennazzi100. On remarque que, contrairement à la pratique attestée par l’inscription de l’année précédente citée plus haut (mais qui, comme on l’a vu, se rapporte peut-être à 1567, selon F. Fagliari), le cardinal Cristoforo ne se sert pas pour diriger les travaux de son neveu, probablement accaparé par d’autres affaires puisqu’il venait de recevoir à son tour le chapeau de cardinal, mais d’un certain Camillo Spannocchi, citoyen de Sienne, familier des Madruzzo. Ce dernier est donc un membre de cette grande famille de banquiers siennois, active à la cour papale aux xve-xvie siècles, qui devait faire partie de l’entourage du cardinal101.

  • 102 Cf. appendice II, n°16.
  • 103 Cf. appendice II, n°12.

65En 1939, le bâtiment P fut aménagé en logement pour le directeur102. Divers bâtiments avaient été projetés, la même année 1939, pour occuper l’espace de la basse-cour situé au nord de T (un mur, un escalier et un portique)103. Ils ne semblent pas avoir été réalisés, à l’exception de l’escalier. En effet, contre le mur d’enceinte 16 a été créé l’escalier d qui permet de rejoindre directement les ateliers situés dans les caves des communs.

Fig. 316 – Soriano, château Orsini, courtine 15 et bâtiment P.

  • 104 Pennazzi (Splendiano), « Storia di Soriano... », Archivio com. de Soriano, p. 99. Pennazzi parle de (...)

66Après l’aile des communs, un dernier pan de mur referme l’enceinte extérieure contre le sas d’entrée 4-5-6-7. Il s’agit de la courtine 15, dans laquelle une porte permet un accès direct à la basse-cour. En réalité, il faut traiter ensemble cette courtine et le mur extérieur sud-ouest du bâtiment P, qui n’est en fait que la prolongation de celle-ci (sauf dans sa partie supérieure qui appartient à une surélévation du bâtiment, fig. 316). Une maisonnette contemporaine cache une grande partie de la maçonnerie de ce mur de P, mais le reste du parement ainsi que celui du mur 15 est médiéval, malgré de nombreuses altérations et restaurations (tandis que la porte ouverte dans 15 doit remonter au xvie siècle dans sa structure, mais doit remplacer une porte antérieure). Il faut noter en particulier que la partie haute est totalement refaite des deux côtés, ayant remplacé un couronnement crénelé ayant existé au moins jusqu’en 1838, comme l’atteste la gravure de Micci (fig. 278). On retrouve en outre dans la partie haute de 15 un écu Orsini en péperin (fig. 317), dans la partie haute de P (au-dessus de la maisonnette) un écu cardinalice scutiforme dans le même matériau, illisible, mais qui portait probablement les armoiries Borgia, enfin dans la seule partie basse de P qui n’est pas cachée par la maisonnette, à l’extrême droite, un autre écu en péperin portant les armes des Orsini (fig. 318). Au xviiie siècle, ces écus Orsini sont déjà mentionnés par S. Pennazzi, à cet endroit (« première porte inférieure de l’enceinte, contiguë au vieux théâtre »)104.

III – CHRONOLOGIE ET INTERPRÉTATION (fig. 275)

67Dans cette troisième partie, nous nous fixons un double objectif : essayer de reconstituer les différentes phases de la création de la forteresse telle qu’elle se présente désormais à nos yeux ; fixer une époque à ces campagnes successives de construction. Le premier point implique une démarche « anagogique », à cause de la structure du monument. En effet, pour d’autres palais ou châteaux, nous avons pu procéder dans l’ordre chronologique normal des travaux, lorsque les différentes campagnes ont abouti à une juxtaposition relativement claire de corps de bâtiment (les palais d’Orvieto représentent un parangon de ce modèle) ou bien lorsque le monument relevait essentiellement d’une campagne de travaux principale et unitaire (par exemple le castrum Savelli sur l’Aventin). À Soriano, les différentes époques s’entremêlent car l’étroitesse du site a contraint les bâtisseurs à la réutilisation et à la superposition, plus qu’à l’adjonction et à la table rase. Nous commencerons donc par les travaux les plus récents et reculerons ensuite jusqu’aux premières campagnes médiévales. Cependant, l’étape de la transformation de la forteresse en prison ne sera pas traitée ici pour la raison qui a déjà été évoquée dans l’introduction historique et comme on a pu le comprendre au fur et à mesure de l’analyse monumentale : même si les apports réalisés pendant ces cent quarante années sont très voyants, il ne s’agit en fait que de changements mineurs qui n’ont guère altéré la structure du monument, contrairement aux étapes précédentes. C’est pourquoi nous commencerons cette étude à rebours seulement au xvie siècle.

Fig. 317 – Soriano, château Orsini, courtine 15, écu Orsini.

Fig. 318 – Soriano, château Orsini, bâtiment P, écu Orsini.

68À propos du second point, quelques mots d’explication sont aussi nécessaires. On pourrait se demander par exemple pourquoi nous sautons également par-dessus la longue période d’utilisation du château entre le xviie et le milieu du xixe siècle pour commencer tout de suite par le xvie siècle. La réponse se trouve dans l’histoire du site : à part la dédicace et le décor de la chapelle et deux écussons armoriés (sur la porte de la terrasse créée par le mur 8 et sur le châtelet W-X), rien n’atteste que les Altemps, qui ont pourtant possédé la forteresse pendant plus de cent ans, l’aient occupée durablement. Quant aux Albani, seuls attestent leur passage un écu armorié, deux épigraphes et quelques éléments de mobilier qui subsistent encore. Enfin les Chigi se sont si bien désintéressés de la vieille résidence féodale qu’ils ont fini par habiter dans le villino bien plus plaisant construit à partir du milieu du xvie siècle et agrandi par leurs soins, y ont transporté tout l’ameublement du château et ont fini par abandonner complètement celui-ci quand il n’a plus été qu’une carcasse vide. Ce n’est donc pas un hasard si, dans la recherche de la datation des différentes parties du bâti, nous aboutissons à l’identification de quelques moments très courts qui changèrent durablement la physionomie du site, contre de longues périodes insignifiantes pour l’évolution de la construction. Cela ne veut pas dire que le château n’ait pas connu dans ces phases d’inaction des compléments mineurs, de petites restauration, des travaux de décoration ou d’entretien, mais l’histoire de l’architecture semble montrer que la partie principale de la création monumentale se concentre le plus souvent sur des moments très ramassés, qui correspondent à un commanditaire à la personnalité affirmée, à un besoin nouveau (dans notre cas, militaire ou de prestige) et à des moyens financiers suffisants. Par conséquent, c’est en s’adressant à l’histoire détaillée du site (une histoire événementielle et locale, dans toute son acception érudite et particulariste, mais sans en oublier la fin) qu’on peut déterminer les occasions où toutes ces conditions se trouvèrent réunies.

1. Les transformations du xvie siècle

69En résumant ici les résultats de l’analyse monumentale, on peut décrire comme suit l’étendue et la signification des travaux du xvie siècle. Un grand corps de bâtiment trapézoïdal, E, fut dressé entre les deux pôles de la forteresse précédente jusqu’ici non reliés et divisa donc l’ancienne cour intérieure en deux. Des deux côtés du bâtiment on construisit au nord une tour d’escalier quadrangulaire et au sud un escalier extérieur. La tour d’escalier I, accolée au mur nord de E, avait pour fonction de desservir les étages de ce dernier ; quant à sa disposition irrégulière, en forme d’excroissance, elle n’avait pas d’importance puisqu’elle se trouvait dans une cour désormais secondaire. L’escalier a, accolé au sud de E, est cette fois une structure ouverte d’un seul niveau, qui forme l’accès privilégié au premier étage de E et du corps de bâtiment antérieur, J. En lien avec ce dernier escalier, le portique-loggia L masque l’austérité de J et donne une apparence plus intime, plus régulière et plus moderne à la cour. Un dernier escalier, secondaire, a été réalisé dans l’espace D alors à ciel ouvert, pour joindre le rez-de-chaussée de E et les niveaux supérieurs des tours A-B-C. La seconde zone touchée par les travaux, de manière moins importante, concerne l’entrée de la cour supérieure depuis la porte 3. Les constructeurs du xvie siècle ont remodelé cet espace en réalisant un accès monumental (escalier extérieur b, paliers et terrasse) depuis la petite cour de la porterie jusqu’à la seconde porte 2, avec un bras secondaire 8 qui longe les tours A-B. En outre, ils ont ouvert des portes au rez-de-chaussée de ces mêmes tours directement depuis les deux terrasses ainsi créées. Toutes ces dispositions se font au détriment de la fonction militaire de la forteresse. Enfin, il faut citer l’érection ou au moins la transformation et l’agrandissement des communs, dont la fonction est également modifiée, comme l’atteste l’inscription de 1562.

70Quel est l’esprit qui a guidé l’ensemble de ces travaux ? Il se distingue aisément des campagnes antérieures qui seront décrites ci-dessous. Le constructeur a d’abord augmenté la surface résidentielle avec le corps de logis E où il a placé des appartements mais également la nouvelle chapelle du château. Il a cherché ensuite à améliorer notablement les circulations, en particulier verticales, en multipliant les escaliers à volées droites, bien plus pratiques et spacieux que la vis qui desservait jus-qu’ici les tours A-B-C ou le petit escalier qui, logé après coup dans la « tour » H3, desservait le grand corps de bâtiment J. Par ailleurs, tout dans les travaux vise à l’embellissement, à la modernisation et à l’enrichissement de la vieille forteresse. La construction de E et des bâtiments annexes a permis de diviser l’ancienne cour supérieure en deux : la partie arrière est devenue une cour secondaire, probablement réservée aux fonctions domestiques ; la partie avant est régularisée et transformée par l’adjonction du portique-galerie et de l’escalier extérieur en un espace plus intime et plus conforme au goût contemporain. De même, le dispositif d’entrée depuis la porte 3 permet un déploiement de solennité que ne possédait certainement pas l’agencement antérieur. Le constructeur a privilégié également les notions de divertissement (le jeu de paume de 1562) ou d’agrément (les vues depuis les terrasses), même au détriment la fonction militaire. Enfin, dans le même esprit, les peintures qui ornaient le portique-galerie (mais aussi d’autres espaces même secondaires, comme le prouvent les restes de fresque au rez-de-chaussée de l’escalier I) et les sculptures décoratives des consoles et des chapiteaux montrent que le commanditaire a attaché une grande importance à une amélioration esthétique des lieux. Quant aux caractères techniques des nouveaux bâtiments, ils se distinguent au premier coup d’œil des parties antérieures par le fait qu’il s’agit de constructions en moellons enduites, où seuls les éléments architectoniques majeurs (colonnes, angles, cordons, etc.) sont mis en valeur par l’emploi de la pierre de taille.

  • 105 Fagliari Zeni Bucchicchio, « Ottaviano Schiratti da Perugia... », cit., p. 180-182, 185.

71Il nous faut venir maintenant à la question de l’identité du commanditaire. Il nous faut d’abord écarter la famille Altemps, malgré la très longue durée de leur présence à Soriano, depuis la fin du xvie siècle jusqu’au début du xviiie siècle. Quant aux Albani et aux Chigi, leur époque est bien trop tardive par rapport à celle de la campagne de construction qui nous intéresse ici. Il est étonnant que malgré la clarté des témoignages épigraphiques, on n’ait pas identifié jusqu’ici le cardinal Cristoforo Madruzzo comme le commanditaire de ces travaux et ces derniers comme une phase importante de l’histoire du monument. Pourtant, au-delà de la preuve apportée par les inscriptions, on sait que le cardinal a réellement résidé à Soriano, comme l’attestent entre autres ses nombreuses lettres à son voisin de Bomarzo, Vicino Orsini. Contrairement à la plupart de ses prédécesseurs qui se contentaient d’y envoyer un capitaine ou un vicaire, il y vint régulièrement en 1563, 1567, 1568, 1572, 1573105. Il disposait de moyens financiers quasiment illimités ; il fut enfin, de Trente à Rome, un commanditaire éclairé et infatigable d’œuvres d’art et de bâtisses. Par ailleurs, tous les traits que nous venons de décrire pour la campagne de travaux du xvie siècle correspondent parfaitement aux conditions dans lesquelles ont pu naître les nouveaux corps de bâtiment : tout en conservant l’apparence et le fonctionnement militaires extérieurs, il fallait transformer la forteresse en une résidence appropriée au rang et aux prétentions du cardinal, prince-évêque de Trente.

  • 106 Ferruzzi, Soriano nel Cimino, cit., respectivement p. 236 et p. 116.
  • 107 Soriano, Archivio mun., p. 99.
  • 108 Festa Milone, « Il casino del cardinal Madruzzo... », cit., n. 7 p. 91.

72Il faut préciser cependant que l’importance de la campagne de travaux du xvie siècle avait été confusément pressentie par plusieurs auteurs. Mais tantôt ils les liaient à ceux du xve siècle en un tout indistinct, tantôt ils les situaient arbitrairement dans le cours du xvie siècle. Ferruzzi par exemple affirme que les travaux attestés par l’inscription de 1561 consistèrent seulement en un renforcement de l’existant et non en des travaux nouveaux ; d’autre part, il situe les peintures du portique sous Paul III (1534-1550), tout en rappelant d’ailleurs, de manière un peu contradictoire, l’attribution traditionnelle aux frères Zuccari, dont l’activité se déroule essentiellement après la mort du pape Farnèse106. À cet égard, il nous faut citer la mention de réparations de la forteresse qui auraient été réalisées par le cardinal Ridolfo della Rovere en 1536, selon Splendiano Pennazzi107. Mais cet auteur ne nous dit pas d’où il tire ce renseignement, ni ne précise l’étendue de ces réparations. Beaucoup plus justement, Marinella Festa Milone avait bien pressenti naguère que les travaux du xvie siècle, pour lesquels on citait traditionnellement le nom des frères Zuccari comme décorateurs, étaient liés à la création de la fontaine Papacqua et à l’érection du casino par le cardinal Madruzzo108. Mais l’inaccessibilité de la forteresse ne lui permit pas de dépasser cette intuition.

  • 109 Sur le personnage, on peut encore consulter Festa Milone, « Il casino del cardinal Madruzzo... », p (...)

73Pour comprendre le contexte de ces travaux, il nous faut donc revenir maintenant sur la personnalité de Cristoforo Madruzzo (1512-1578)109. Le cardinal Madruzzo fut une importante personnalité de l’Église du concile de Trente. Il était précisément prince-évêque du diocèse de Trente (de 1539 à 1567) et, à ce titre, il joua un rôle non négligeable dans l’accueil des pères conciliaires, rôle qui fut récompensé du chapeau cardinalice, in petto en 1542 et officiellement en 1545. Sans avoir atteint la position de tout premier plan que lui inspirait son ambition, il fut souvent sur le devant de la scène, notamment comme médiateur entre la papauté et l’Empire. Mais les déboires qu’il connut de ce côté le poussèrent, à partir de 1559-1560, à se transférer à Rome (d’où également l’acquisition du fief de Soriano, qui correspond à la « néo-féodalisation » du Latium par l’aristocratie romaine et ecclésiastique, qu’on observe au cours du xvie siècle). Ses moyens financiers furent considérables, ce qui lui permit certainement d’engager rapidement les travaux de rénovation de la vieille forteresse. Quant à sa personnalité, il représente le type même de l’ecclésiastique mondain et humaniste, peu versé en théologie et enclin à la tolérance envers les protestants, bref le modèle de prélat de l’Église d’avant le concile de Trente, dont il a dû paradoxalement hâter lui-même la disparition, par son rôle dans le concile.

  • 110 Passée comme le château et l’ensemble du fief aux Albani en 1715 et agrandie par eux, puis acquise (...)
  • 111 On suit volontiers la position de Festa Milone, « Il casino del cardinal Madruzzo... », cit., passi (...)
  • 112 Fagliari Zeni Bucchicchio, « Ottaviano Schiratti da Perugia... », cit., notamment p. 152-153 et 188 (...)

74Les travaux commandés par Cristoforo Madruzzo dans la résidence principale de son fief de Soriano doivent donc être considérés comme une étape importante dans son installation à Rome. Comme tous les cardinaux de son temps, Madruzzo se devait de posséder une demeure dans le Latium qui soit à la fois un lieu de retraite et d’oisiveté et une base territoriale en cas d’adversité ou de revirement de la faveur pontificale. Dans cette optique, le château placé au sommet de Soriano n’était nullement un élément secondaire, avec son dispositif militaire et sa position imprenable. En revanche, la forteresse manquait certainement d’agréments et devait paraître bien démodée, dans les années 1560. Aussi, le cardinal joua-t-il sur deux plans. Il fit réaliser un casino ou villa en dehors du château, agrémenté d’une fontaine monumentale, de cascades et de sculptures110. Mais la villa, de dimensions réduites, n’était qu’un appoint dans le programme d’ensemble de Soriano ; elle accueillait spectacles et réjouissances et le château devait rester la résidence principale. Même lorsque le cardinal recevait des hôtes, c’est dans la forteresse qu’ils étaient logés. La situation restera d’ailleurs inchangée jusqu’au début du xviiie siècle. Lorsque la famille Albani, propriétaire des lieux depuis 1715, reçoit Jacques Stuart à Soriano, c’est dans le château qu’il passe la nuit et qu’ont lieu les réceptions les plus officielles, alors que la villa ne sert de cadre qu’aux divertissements diurnes. Ce n’est que plus tard dans le siècle que les Albani transformeront la villa en palais111. Sur la lancée des découvertes d’archives de Fabio Fagliari, qui ont restitué la création de la fontaine et de la villa du cardinal à l’architecte Ottaviano Schiratti (contre une attribution traditionnelle et sans fondements précis à Vignole), on aimerait pouvoir rapporter les travaux de réaménagement de la forteresse au même architecte, le seul alors actif à Soriano au service de Cristoforo Madruzzo112. Il est en effet bien invraisemblable que cette campagne puisse être attribuée à un autre maître d’œuvre ; mais, en attendant la découverte de documents d’archives irréfutables, on laissera les travaux du xvie siècle dans l’anonymat.

2. La forteresse de la fin du xve siècle

75En ce qui concerne la campagne de travaux qui eut lieu à la fin du xve siècle, bien que ce soit elle qui ait donné sa forme actuelle à la forteresse, elle a été complètement négligée par la recherche historique. À cela une raison majeure : elle n’est nullement documentée, contrairement à l’époque de Nicolas III et même, comme nous l’avons vu, à la phase du xvie siècle. Avant de passer à l’identification du commanditaire de ces travaux, revenons brièvement sur leur entité et leur caractère.

76La campagne de construction en question fixa la physionomie de la forteresse telle que nous la voyons encore aujourd’hui, du moins depuis l’extérieur. Elle consista d’une part en la régularisation de bâtiments antérieurs, au niveau de la cour supérieure, d’autre part en la construction d’une enceinte extérieure. Pour le premier point, les constructeurs sont partis d’éléments préexistants médiévaux et disparates et ils les ont raccordés entre eux ou les ont unifiés afin de recomposer le noyau central du château. Du côté est de la cour centrale, ils ont relativement peu touché à l’ensemble formé par A-B-C, sinon pour l’aménagement intérieur qui fut mis au goût du jour. À l’ouest, au contraire, ils ont profondément remanié les constructions qu’ils trouvèrent sur place. Il est difficile de reconstituer exactement, comme on le verra dans la partie suivante, la situation des bâtiments médiévaux dans cette zone, créés probablement à des époques diverses et profondément altérés par le remaniement. À cause des différences d’épaisseur des murs du rez-de-chaussée du bâtiment J et d’autres détails constructifs, on peut au moins être sûr qu’il y avait à l’extrémité sud-ouest un corps de bâtiment (J1 et J2) et à l’extrémité nord-ouest les salles J4 et J5. J3 devait être un espace vide entre ces deux groupes de bâtiment, car ouvert du côté ouest. Du côté est, en revanche, l’espace J3 était fermé par un mur prolongeant les murs est de J4 et J5 et cohérent avec la « tour » H3. L’architecte doubla les murs de J à l’ouest, au sud et au nord (ou le créa pour l’espace J3) et à l’est il se contenta d’unifier le front passablement disparate des bâtiments antérieurs. À partir du premier étage, les édifices précédents ayant dû être arasés, le corps de bâtiment J remonte uniquement à la nouvelle campagne de travaux, même si certaines irrégularités des murs trahissent encore le rôle de guide des substructions médiévales du rez-de-chaussée. Au second étage, les défauts de la partie basse sont presque entièrement gommés. Quant à la « tour H3 », qu’on a mentionnée ci-dessus, elle fut maintenue sur toute sa hauteur contrairement aux autres bâtiments médiévaux pour en faire la tour d’escalier desservant le bâtiment J. À partir des axes fournis par les murs nord et sud de celui-ci, les constructeurs constituèrent l’enceinte de la cour supérieure. Du côté nord-est, il suffisait d’une part de prolonger le mur nord de J, d’autre part de créer un mur en continuité avec le front est de la tour C (en laissant celle-ci en saillie par rapport au mur, afin d’assurer son flanquement, comme elle le faisait déjà du côté de A-B), enfin d’élever une tour (F) à l’angle de ces deux murs. Au sud, la courtine 1 n’a pas été placée dans le prolongement exact du mur méridional de J, car les constructeurs ont préféré la placer sur l’axe de la courtine 2 préexistante, légèrement plus au sud. Pour accéder à la cour supérieure, l’architecte a créé ensuite le sas d’entrée 3-4-5-6-7, tel qu’il existe encore. Mais il devait se présenter d’une manière bien différente d’aujourd’hui dans sa partie est. Au lieu de l’escalier actuel, qui permet un accès solennel et aisé, il faut restituer très certainement la continuation du mur d’enceinte de ce sas-porterie et un système plus adapté à l’usage militaire du château, un pont-levis ou peut-être un procédé plus sommaire (comme un pont glissant) car les traces d’un pont-levis ne sont pas décelables au moins dans la porte supérieure, dominée et surveillée par l’imposante tour A. Le texte anonyme du milieu du xvie siècle publié en appendice I, même s’il est difficile à utiliser dans une perspective d’identification architecturale précise, mentionne d’ailleurs trois pont-levis dans la forteresse.

77Par ailleurs le constructeur établit une seconde enceinte, à partir du sas d’entrée, qui court parallèlement à la première et qui servait à la fois à ménager un premier filtre d’entrée depuis le châtelet W-X et à enserrer les communs, situés à l’arrière de la porterie. Les courtines, les tours carrées du châtelet, les tours semi-circulaires ouvertes à la gorge S et U (comme l’est la nouvelle tour de l’enceinte supérieure, F) remontent à cette campagne. Seules les courtines 12-14 doivent remonter à une époque antérieure (xiiie-xive siècles). Il est plus difficile de justifier la forme irrégulière que dessine l’enceinte dans son extrémité nord. Elle ne semble pas s’expliquer pour des raisons topographiques (les courbes de niveau du plan de situation de 1956 montrent qu’il n’y a pas là d’excroissance du plateau sommital) ; il ne s’agit probablement que d’une réalisation postérieure, créée en perçant l’enceinte. Il faut également mentionner le fait que tous les corps de bâtiment et tous les éléments neufs réalisés lors de la campagne de la fin du xve siècle possèdent les mêmes caractéristiques techniques (murs de moellons avec chaînages d’angle en pierre de taille ; cordons horizontaux ; montants et linteaux des fenêtres soulignés par l’emploi d’éléments monolithes en péperin, etc.).

  • 113 Quant à l’efficacité de ce système, c’est un autre problème que nous ne pouvons traiter ici. Certes (...)

78Si l’on veut définir l’esprit qui caractérise l’ensemble de cette campagne, il est clair que celle-ci a eu un but primordial, réorganiser la défense du site, et des conséquences secondaires, réaménager les espaces intérieurs et proclamer la gloire du commanditaire. Quant au premier, on pourrait résumer son dessein en une formule : transformer le château médiéval en une forteresse de l’époque moderne. Cela transparaît aisément dans la description d’ensemble des travaux qu’on vient de donner et dans les caractères techniques de la défense (double enceinte, flanquements, rareté des percements en partie basse, contrôle soigneux des accès, etc.), mais aussi dans l’allure générale des bâtiments : masses cubiques d’une austérité impressionnante, parois lisses et presque sans décor, ostentation et multiplication d’éléments symbolisant la défense autant que fonctionnels (le groupe des trois tours A-B-C restauré et utilisé pour les deux derniers comme un « donjon » ; crénelage varié et étendu à toutes les parties)113. Au-delà de cet aspect militaire dominant, il existe donc aussi des visées secondaires. En construisant le corps de logis J, on aménagea une série de salles résidentielles, notamment les deux grandes salles superposées dans la moitié méridionale du bâtiment, au premier et second étage. De même, le groupe des trois tours AB-C est remanié au moins pour en améliorer un peu le confort intérieur (cheminées et fenêtres d’un nouveau type, pour les étages). Enfin, des écussons armoriés furent répandus à profusion pour que nul n’ignore qui était le maître d’ouvrage de cette modernisation radicale.

  • 114 Soriano n’est pas cité dans les nombreuses contributions consacrées au mécénat du cardinal puis pap (...)
  • 115 D’Arcangeli a affirmé que Nicolas V fit exécuter d’importants travaux de restauration à la forteres (...)
  • 116 M. Calvesi cite des travaux de transformation à Bracciano et à Soriano sous la conduite de Bartolom (...)
  • 117 À cet égard, il est probablement significatif de voir que César Borgia, le fils du cardinal puis pa (...)
  • 118 Pennazzi (S.), « Storia di Soriano », cit., p. 90 (cite également Pie II et Andrea Scoto).
  • 119 Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., p. 381 citait ces deux derniers textes (dans (...)

79Avec une telle ostentation, il peut paraître étonnant qu’on n’ait jamais réalisé qui a été le commanditaire auquel on doit, quant à l’impact visuel, la physionomie actuelle du monument et, concrètement, la construction de la très grande majorité de ses éléments114et qu’on ait même suggéré erronément d’autres candidats à sa place, notamment Nicolas V115ou les Orsini116. Comme on vient de le souligner, le premier indicateur tient à la répétition obsessive des armoiries du cardinal Rodrigo Borgia sur presque tous les murs de la forteresse, mais aussi dans une partie des espaces intérieurs. On a vu au cours de l’analyse monumentale que ces travaux possédaient une unité et qu’ils concernaient, pour aller vite, le remaniement des tours A-B, le corps de bâtiment J et l’enceinte intérieure. Par comparaison typologique et stylistique, ces travaux appartiennent sans doute aucun à la fin du xve siècle, ce qui amène à considérer les armoiries Borgia non comme de simples décors marquant la prise de possession d’un château plus ancien, mais bien comme des éléments constitutifs d’une nouvelle forteresse, élevée (ou plutôt reconstruite) sur commande du cardinal117. Les mentions répétées concernant le mauvais état de la forteresse, que nous avons mentionnées dans l’historique, pour le troisième quart du xve siècle, ne relèvent probablement pas de la rhétorique habituelle de la demande réitérée de fonds pour les réparations. Il nous semble qu’elles correspondent à des faiblesses réelles et intrinsèques de la forteresse qui ne vont se révéler que trop bien à la fin du siècle, comme nous allons le voir. On remarquera, il est vrai, que dès le cœur du xve siècle, on considérait généralement Soriano comme un site quasi-imprenable. Splendiano Pennazzi cite ainsi plusieurs auteurs qui soulignent l’invulnérabilité de la forteresse : « evvi una rocca così forte, quanto abbia l’Italia » (Flavio Biondo), « è una fortissima rocca da paragonar cogl’altri luoghi d’Italia » (Leandro Alberti), « rocca munitissima e fortissima » (Pietro Coretini), « arcem Italiae totius validissimam construxit » (Paolo Merula)118. On peut y ajouter le commentaire de Gilles de Viterbe : « Arcem munitissimam »119. Mais on peut penser que ces éloges de Soriano reposaient en grande partie sur la situation topographique du château, non sur ses défenses militaires, qui vont se révéler obsolètes ou insuffisantes à la fin du siècle. Il nous faut donc maintenant rechercher quand et pourquoi Rodrigo Borgia fit exécuter ces travaux, en l’absence de toute indication documentaire.

  • 120 Innocent VIII avait été élu le 29 août et couronné le 12 septembre ; la bulle d’assignation du chât (...)
  • 121 De Roo (P.), Material for a history of pope Alexander VI..., Bruges, 1924, 5 t., cf. t. II, p. 243- (...)
  • 122 Ferruzzi, Soriano nel Cimino, cit., p. 175-187. En 1491, les citoyens de Soriano, forts de la prote (...)

80Le cardinal reçut le château en 1484, dès l’avènement du pape Innocent VIII120. La campagne de travaux pourrait avoir commencé dès ce moment. En effet, dans la bulle par laquelle le pontife confiait Soriano au cardinal, jamais citée par les historiens du château, il affirme qu’il le fait parce qu’il est assuré que Rodrigo Borgia veillera à la conservation, réparation et mise en état des bâtiments121. Il ne s’agit pas d’une simple clause de style, puisque le pape précise qu’il accorde cette concession à vie, à condition que le cardinal dépense dans les cinq années à venir pas moins de 2000 florins d’or (une somme considérable) pour pourvoir le château des défenses nécessaires. Cependant, on peut se demander si une autre circonstance n’a pas également contribué à faire prendre conscience au cardinal de la nécessité absolue de moderniser les défenses du château. Quelques années plus tard se situe en effet un événement décisif pour l’histoire de la forteresse et de la ville. Le châtelain qui tient Soriano au nom du cardinal, son familier Die-go Carvajal, est victime d’un coup de main. La nuit du 9 novembre 1489, le baron de Vignanello, Pietro Paolo Nardini, assassine le châtelain et sa suite pour s’emparer de la forteresse ; mais avant qu’il ait pu faire entrer ses troupes, la population de Soriano empêche celles-ci de le rejoindre, pénètre dans le château et exécute sommairement le baron et ses complices. Pour récompenser la population de son attitude courageuse, Innocent VIII accorda de nombreux privilèges à la ville, par une bulle solennelle du 12 décembre 1489, et le drame fut commémoré tous les ans par une fête civique122. Il faut se demander si la décision de reconstruire à fond la forteresse n’est pas née de cet événement traumatique. Le cardinal Borgia n’a certainement pas eu envie de voir le fait se répéter et ne pouvait que mettre en œuvre les prescriptions de la bulle pontificale de concession, si les travaux n’avaient pas encore démarré à cette date. D’ailleurs, avant qu’il ne monte lui-même sur le trône pontifical, il se passera encore deux ans et demi, ce qui pourrait parfaitement correspondre à une campagne de construction menée avec d’importants moyens financiers et s’appuyant largement sur les bâtiments préexistants.

3. Les étapes médiévales

81L’entité, la fonction et la date des bâtiments antérieurs à la fin du xve siècle est beaucoup moins aisée à comprendre que les campagnes de construction du cardinal Borgia ou du cardinal Madruzzo. Le remaniement de ces éléments médiévaux, leur disparition partielle ou leur intégration dans des bâtiments nouveaux rendent leur compréhension et leur interprétation particulièrement délicates. On peut cependant affirmer deux points pour faciliter leur approche. Ces constructions médiévales sont dispersées dans plusieurs zones du château et notamment dans la partie haute de la forteresse ; d’autre part, elles possèdent des caractères techniques ou typologiques ou encore des dispositions d’ensemble (l’orientation des murs, entre autres) variés, même à l’intérieur d’une même zone (par exemple A-B-C), ce qui implique que nous sommes en présence de plusieurs strates médiévales. Je crois qu’on peut les regrouper en deux phases principales (même si la deuxième comporte probablement des campagnes différenciées). La première phase regroupe la tour C, la courtine 2 avec ses deux lancettes, le mur intérieur ouest de la pièce J1 au rez-de-chaussée, la courtine 15 (et son prolongement dans P), la courtine 14, enfin la « tour » H3. Ces éléments sont aujourd’hui isolés les uns des autres et les lier entre eux peut paraître relever d’une gageure. Il nous faut donc préciser quelques points. En ce qui concerne le mur ouest de la pièce J1, il est possible que le même mur puisse constituer la moitié est des murs occidentaux des pièces J2, J4 et J5 (toutes doublées par un mur de la fin du xve siècle du côté ouest). En ce cas, on aurait là les traces de la courtine occidentale d’une enceinte intérieure. Mais étant donné que toutes ces pièces sont enduites, il est impossible de l’affirmer. Dans tous les cas, le mur ouest intérieur de J1 doit probablement être considérée comme un fragment de l’enceinte intérieure, tout comme l’actuelle courtine 2. C’est ce qui expliquerait pourquoi le château de la fin du xve siècle a repris cet angle obtus pour l’implantation de ses façades occidentale et méridionale, alors que les angles nord-ouest et nord-est sont réguliers.

82Quant à la « tour » H3, on a déjà mentionné rapidement plus haut qu’elle formait originellement une unique grande salle avec H2 et H1. Cette unitié est difficilement perceptible aujourd’hui, car la zone concernée appartient formellement à plusieurs bâtiments qui paraissent sans rapports. J’ai mentionné les murs nord et est de cette « tour » H3 comme médiévaux. Mais je n’ai pas évoqué les deux autres murs. En ce qui concerne le mur méridional, il ne peut être analysé car enduit entièrement. Cependant, on se rappellera que j’ai indiqué que le mur oriental de H3 se poursuivait au-delà de la tour d’escalier, au moins dans la partie basse, comme le montre bien le plan de 1853 (ce qui implique par conséquent que le mur extérieur de H2’ n’est contemporain que pour les deux étages et une partie du rez-de-chaussée). Par ailleurs, on observe facilement sur les plans du rez-dechaussée qu’à l’intérieur du bâtiment du xvie siècle, E-H1, le mur de séparation entre H1 à l’ouest et E à l’est poursuit exactement le mur est de H3. De même, le mur ouest de H3, enduit et donc non observable aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur (c’est-à-dire en J5) se poursuit jusqu’en J2 pour déterminer le mur nord des salles J5 (en partie), J4, J3 et J2 (en partie). On voit donc parfaitement que H3 n’est que l’extrémité de ce qui était une grande salle, de forme légèrement trapézoïdale, dont une partie des murs a été utilisée dans la phase de la fin du Quattrocento pour structurer le mur est de J et pour y installer un escalier. Le mur est a été utilisé à son tour au xvie siècle pour servir de point d’appui au nouveau corps de bâtiment transversal.

  • 123 Cf. chap. II.2 pour la loggia (mention du xiiie siècle) et chap. II.3 pour la chapelle (mention du (...)

83Pour ce qui est de la courtine 15 et de sa continuation en P, je suis plus hésitant sur leur appartenance à la même phase, mais l’aspect moins régulier du parement pourrait être dû, en dehors des restaurations et surélévations bien identifiables, au fait qu’il s’agit ici de l’entrée de la basse-cour, peut-être moins soignée que les maçonneries de la partie haute. Quant à la courtine 14, elle paraît bien remonter à la même campagne, si on la compare par exemple à la courtine 2. Il est impossible de reconstituer à partir de ses éléments fragmentaires la physionomie du château lors de cette première étape. On peut seulement envisager les points principaux : une enceinte intérieure dont nous connaissons deux courtines, des communs, une probable enceinte extérieure, une tour et une grande salle. La forteresse était également dotée de deux autres bâtiments ou salles : une chapelle et une loggia. Mais comme ces deux éléments ne sont attestés que par des sources documentaires et ne peuvent être situés parmi les constructions qui ont survécu, nous les traiterons uniquement dans la deuxième partie de ce travail123.

84Quels sont les bâtiments qui appartiennent à la deuxième phase ? Il s’agit à la fois d’éléments résidentiels et militaires, à savoir les deux tours A et B, la pièce J1 (pour ses murs nord, est et sud, ses supports et son voûte-ment), de la continuation de la courtine 2 par la courtine 1 qui relie précisément ces deux pôles, du châtelet W-X et probablement de la partie de l’enceinte extérieure qui va de 12 à 13, enfin probablement de la plus grande part des communs. Cette phase est caractérisée par un parement moins régulier et surtout par l’apparition de mâchicoulis sur consoles (dont seront également dotées les parties construites au Quattrocento). Il faut noter que ces éléments, même s’ils appartiennent globalement à une même phase historique et constructive, n’ont pas forcément été réalisés en une seule campagne. C’est ce qu’indique notamment le groupe des deux tours, où il semble bien qu’on ait d’abord construit la tour A avant d’envisager la construction de la tour B qui la relie à la tour C préexistante.

  • 124 Cf. textes en annexe.
  • 125 Les autres éléments (notamment la tour C) pourraient éventuellement remonter à une période antérieu (...)
  • 126 Benocci (C.), Roma, Museo nazionale del palazzo di Venezia. La collezione sfragistica..., Rome, 199 (...)

85Il nous faut maintenant essayer de relier ces deux ensembles de bâtiment à une chronologie absolue. Quels sont les éléments à notre disposition pour tenter de dater les bâtiments ? Contrairement à l’affirmation gratuite de S. Pennazzi, au xviiie siècle, les Guastapane possédaient bien déjà un château à Soriano et les travaux de Nicolas III constituent donc une restauration ou une réédification et non une construction ex nihilo. Le « Memoriale potestatum Regiensium » mentionne ainsi la « rocha » enlevée aux seigneurs de Soriano, et Francesco di Pipino parle de « castellum maximis sumtibus reaedificatum »124. Par conséquent, nous savons à la fois qu’il existait bien un château antérieurement à l’époque de Nicolas III et que la forteresse a été réédifiée par le pontife. Subsiste-t-il cependant des traces de l’occupation de Soriano par les Guastapane ? Je serais tenté de répondre par la négative. En effet, la campagne médiévale la plus ancienne peut sans conteste être attribuée à la période de possession du site par les Orsini, non seulement par ses caractères constructifs, mais également par la présence répétée des armoiries du lignage, sur l’extrémité occidentale de la grande salle et au moins deux fois sur les communs125. Il reste le problème de savoir à quelle période exacte on doit attribuer ces travaux, puisque les Orsini ont occupé le site pendant près d’un siècle, de 1278 aux environs de 1365. Il est cependant plus vraisemblable de placer les travaux dès le début de l’occupation du site, à la fois à cause du texte de Franceco de Pipino, qui attribue formellement au pape une reconstruction, mais aussi parce qu’une telle campagne s’accorderait bien avec les données historiques et stylistiques. Si Nicolas III a résidé à Soriano pendant les étés 1279 et 1280, c’est probablement parce que la forteresse acquise à l’été 1278 avait été aménagée entre-temps pour recevoir la cour pontificale. Par ailleurs, les parements en pierres de taille posées en boutisse, la rareté et le type des percements (les deux lancettes de 2), tout peut concorder avec la fin du xiiie siècle. En outre, le type des écus armoriés, d’une grande simplicité, est exactement le même que ceux de Viterbe, mis en œuvre dans la phase du palais qui correspond à Nicolas III. À cet égard, il faut souligner un élément remarquable. Le bas-relief présent en partie basse du mur nord de H3, s’il s’agit bien d’un ours, serait un témoignage très précoce du vocabulaire para-héraldique pour le décor architectural. Il se peut bien sûr que l’on soit en présence d’un élément postérieur, inséré par exemple au cours de la première moitié du xive siècle (ce qui en ferait de toute façon un exemple encore très en avance). Mais on remarquera par exemple que, sur la plaque portant deux écus aux armoiries du lignage Caetani fixée sur le castrum de la via Appia, le protomé de bœuf sculpté au milieu possède la même fonction, alors qu’il ne s’agit même pas, dans ce cas, d’un animal héraldique familial à proprement parler. Or, d’un point de vue chronologique, nous nous trouvons seulement une génération après Nicolas III. D’autre part, les premiers sceaux de membres de la famille à montrer les armoiries Orsini, au cours du xiiie siècle, portent une représentation qui ne correspond pas à ce qui sera l’écu canonique du lignage, fixé à partir de la fin de ce siècle : on y voit un ours surmonté d’une rose126. Rien n’empêche donc, à notre sens, de dater le bas-relief de la création du château, à un moment où l’assimilation entre le lignage et son symbole quasi-totémique devait être déjà largement répandu, comme le montrent les vers fameux de Dante (Enfer, XIX, 70-72) :

  • 127 «...et que je fus vraiment le fils de l’ourse,/ si cupide à pousser mes oursons que là-haut/ je mis (...)

«...e veramente fui fligliuol de l’orsa, cupido si per avanzar li orsatti, che sù l’avere e qui me misi in borsa »127.

  • 128 ASR, Soldatesche et galere, vol. 1 (Inventari delle fortezze e galere, 1436-1470), fol. 203-205. L’ (...)

86Enfin, un dernier argument, textuel cette fois, permet de confirmer pleinement la reconstitution proposée ci-dessus. Dans les inventaires de la forteresse rédigés au cours de la seconde moitié du xve siècle, on évoque un certain nombre de pièces et de salles. Le plus souvent elles sont désignées par un simple nom commun (du type « écuries » ou « cuisine »), parfois par une qualification plus précise (« chambre du châtelain », etc.) et beaucoup plus rarement par un nom propre. Ce dernier cas se produit uniquement dans deux occurrences. La première a déjà été évoquée dans l’historique, il s’agit de la chambre où avaient dû être détenus le tyran de Foligno et ses fils, pendant près de deux ans en 14391441, jusqu’à leur exécution, un événement qui avait défrayé la chronique ce qui explique son ancrage dans la mémoire locale et dans la toponymie. L’autre cas concerne les mentions, dans l’inventaire de 1458, de la « sala grande di papa Nicola » et de la « camera di papa Nicola »128. Comme Nicolas IV aussi bien que Ni-colas V ne sont jamais venus à Soriano, il ne peut y avoir de doute sur le fait que les deux expressions se rapportent bien à Nicolas III. On remarquera que l’existence d’une grande salle et d’une chambre remontant à l’époque du pape Orsini ainsi que leur attestation dans la structure du château au milieu du xve siècle, probablement après avoir passé à travers divers aménagements et restaurations, correspondent bien aux deux premières phases ici reconstituées de l’histoire de la construction, la grande salle du pape devant être identifiée avec la grande salle trapézoïdale H1-3 et la chambre du pape pouvant être reconnue, à titre d’hypothèse, soit dans la tour C, soit dans la structure xiiie ayant précédé la pièce J1 du Quattrocento (cf. fig. 275, phases 1 et 2).

87À quelle date peut se situer l’autre grande campagne de construction avant le réaménagement général opéré par le cardinal Borgia ? Pour des raisons de chronologie relative, cette étape doit être forcément postérieure à la cession de la forteresse par les Orsini au pouvoir pontifical, vers 1365, et antérieure à la fin du xve siècle, époque de la grande campagne suivante. Les mâchicoulis sur consoles se répandent seulement à partir de la seconde moitié du xive siècle ce qui constitue par ailleurs un terminus a quo. Pour des raisons historiques et en fonction des caractères stylistiques et techniques des constructions alors réalisées, je serais enclin à proposer d’y voir la main des mercenaires bretons qui ont occupé la forteresse entre la fin du xive siècle et le début du xve siècle. À une époque pleine d’insécurité et disposant de moyens financiers importants, les châtelains français de Soriano, qui tinrent tête à la papauté romaine sous couvert de servir l’obédience avignonnaise, semblent de parfaits candidats au rôle de commanditaire, désireux qu’ils devaient être de renforcer la sécurité de leur nid d’aigle par une mise à jour des éléments militaires, mais aussi d’affirmer leur prestige et leur autorité locale par l’érection d’une salle voûtée et de deux puissantes tours maîtresses. Ainsi les deux phases médiévales du château résument parfaitement l’histoire du site : la puissance, l’idéologie aristocratique et le népotisme de Nicolas III ; puis le rôle-clé de la forteresse lors du Grand Schisme et sa revalorisation militaire, qui expliquent l’admiration que lui dédiaient encore les écrivains humanistes du milieu du Quattrocento, avant même qu’elle ne soit mise en danger à la fin du siècle et à nouveau fortifiée.

  • 129 Je remercie chaleureusement Ferruccio Ferruzzi et Fabiano T. Fagliari Zeni Bucchicchio pour m’avoir (...)

88On aimerait enfin intégrer dans ce tableau l’apport de la documentation écrite des années 1455-1483, une série de quatre inventaires de la forteresse conservés dans le fonds « Inventari delle fortezze e galere » de l’Archivio di Stato di Roma et provenant des archives de la Chambre apostolique, qui ont déjà été cités à diverses reprises129. Étant donné la date des quatre documents, situés entre l’époque du Grand Schisme et la transformation opérée par les soins du cardinal Borgia, il pourrait paraître facile de situer topographiquement les nombreuses données offertes, en appliquant celles-ci à l’état du château tel que nous venons de le reconstituer au début du xve siècle. En fait, il est comme d’habitude difficile de faire coïncider la réalité monumentale, qui correspond à un état partiel et difficilement lisible du monument, et les indications textuelles, qui sont elles-mêmes contradictoires et délicates à interpréter. Rappelons que les inventaires en question sont destinés à donner un état de l’armement ainsi que du mobilier et des provisions de la forteresse, notamment lors du renouvellement du châtelain en poste ; ce n’est qu’incidemment, au fur et à mesure que le clerc délégué par la Chambre apostolique décrit le contenu des pièces et salles qu’il visite, que nous pouvons en tirer des renseignements topographiques. Il faut malheuseusement écarter de nombreuses mentions inutilisables car impossibles à situer dans le schéma du château (guérite sur les murs, cellier inférieur, écurie des mules, citerne, etc., et même la chapelle ou la loggia, ces deux dernières prouvant au moins une continuité d’existence – mais pas forcément d’emplacement, comme le prouve l’exemple de la chapelle – entre ces mentions de ces pièces dans la documentation des xiiie-xive siècles et leur réalité dans les aménagements du xvie siècle). Pour d’autres pièces en revanche, grâce à des arguments externes (par exemple, vraisemblance de la localisation des services dans les communs en partie basse) ou internes (relations de proximité des pièces implicites ou explicites), on peut tenter de manière tout à fait hypothétique de les placer sur le plan de la forteresse (cf. fig. 275, phase no 2). Commençons par les communs. Ceux-ci présentaient probablement déjà une série de bâtiments juxtaposés occupant l’angle sud-est de la basse-cour et peut-être y avait-il déjà quatre bâtiments principaux. Ceux-ci pourraient ainsi correspondre aux mentions de la « chambre des munitions », de la cuisine (avec sentine en dessous), du four et d’une chambre près du four, avec d’autres salles annexes (autre chambe de la munition, une « chambre des compagnons », un portique, une chambre de l’antimoine, une chambre pour la farine, etc.). En revanche, c’est certainement dans l’enceinte supérieure que doivent être situées les autres pièces nommées dans les inventaires. On a déjà mentionné la « grande salle du pape » et la « chambre du pape » qui, sous des noms divers, doivent correspondre à la grande salle H1-3, d’une part, et à la tour C ou, plus vraisemblablement à la pièce J1, d’autre part. Les deux tours dites « tour maîtresse » et « torrione » sont probablement à reconnaître dans les tours A et B. Par ailleurs, étant donné les relations de proximité dans les inventaires, c’est vraisemblablement dans ces tours qu’il faut situer les pièces suivantes : chambre du châtelain, nouvelle chambre du châtelain, salle à manger, « sallette ». Toutes ces tentatives d’identification doivent cependant être prises pour de simples hypothèses de travail. Seule une publication complète des inventaires pourrait éventuellement permettre de se prononcer plus sûrement – tâche à laquelle nous aimerions nous consacrer prochainement. En attendant, on remarquera que toute la série de pièces décrites peut parfaitement s’intégrer dans la physionomie de la forteresse, telle que je propose de la reconstituer avant l’intervention du cardinal Borgia.

Annexes

APPENDICE I

EXTRAITS DU MANUSCRIT, BAV, OTTOBON. LAT. 1257 (RECUEIL DE MISCELLANEA CONCERNANT LA FAMILLE ALTEMPS, xvie SIÈCLE)

No 8 et suiv. : notes concernant divers fiefs des Altemps, rédigées sous Grégoire XIII, dont no 10, fol. 22-25 : « Marchesato di Soriano »

Fol. 22-22vo. Description de la villa Madruzzo : « Il detto Papa Acqua è un giardino con palazzo alle reali delizie, con cameroni spaziosi, altri camerini per gusti con fontane adorne di statue et con logie publiche et secrete. Il giardino è adorno di varie fontane con quantita d’acqua innumerabile che esce dal istesso luoco scatorendo dell’istessa pietra peperino di ch’è ornato detto giardino et palazo. Le due fontane magiori sono la prima una gran satira che sta a capo il giardino che tiene l’orna sotto il braccio, de dismisurata grandezza con il satiro in una grotta, che esce fuora, et molti putti li giocano atorno et intagliato nell’istesso sasso a talche fa ricordare il gran colasso di Cipri che ci passava una nave infra le gambe, ma se questa stesse im piedi senza dubio che un gran legno li passaria sotto ; hora del urna esce un terente d’acqua et va in un pillo fatto dell’istessa materia, che anco non si sa se li Romani facessino uguali. L’altra poi è quando Moise satio tante migliara di gente dall’acqua che scaturi dalla pietra. La magnificenza di questa fontana si lasciara considerare dall’historia che rapresenta le figure. Sono del naturale et infinite et tutte queste opere maravigliose sono all’istesso piano, che non si puo dire come non è ch’un acqua servi all’altra et è tagliata nell’istessa pietra dove nasce et da qui nasce la gran freschezza di dett’acqua che non va per condotti dove passi il sole penetrarvi, et altre cose che patiscono l’aque che si conduchino. La spesa dei dui detti edificii è stata insoportabile. Lascio l’altre fonti che tante ci sono, scalinate, bolloni, stantie secrete nel giardino con fontane, logie de musici e tant’altre cose, ma non lasciaro di dire che stando nella prima intrata si vedono tutti l’edificii al basso lavorare che invero è di gran diletto ».

Fol. 23. « Hora Nicolo III di casa Orsina considerando il territorio de Soriano et di quanta importanza fusse haver detto loco et quanta gloria saria recata a casa sua se questo loco fusse stato in essa, con una fortezza buona reale si risolse togliere al signore Romano et fabbricarvi un propugnaculo per sicurezza di casa sua, la quale tanto attese ad ingrandire che sicome dice il Platina et altri fu il primo che incomiciasse a dar mano in su la robba di questo e di quello per grandir casa sua et anco di quella della Chiesa, siche Dante lo mette dannato. Voleva il papa far dui nipoti suoi re uno della Lombardia et l’altro di Toscana et senza dubio li riusciva con havere un osso a Roma simile come detta fortezza se non fusse stato il re Carlo et altri accidenti che per non esser al nostro proposito tralascio se l’havessero lasciato passare il piede. Hora fabricò in detto loco una fortezza inespugnabile con suo maschio, tre ponti levatori, fossi, recinti di muraglie, terrapieni grossezza di muraglie piuche il necessario, cortili, cisterna, forno, dui appartamenti comodissimi, senza quello ch’è nel maschio, /23vo/ porte di bronzo, artelaria, armeria et ogn’altra cosa necessaria per una buona fortezza. Il sito sta su un monte lontano dal Monte Cimino sudetto che dalui non puo ricever niun danno. Il monte è sasso vivo impossibile a poterlo minare et a sediarlo vuol essercito infinito, perche bisogna assediare tutto il monte [Viennent ensuite des considérations sur l’inexpugnabilité du site.] et accio si facesse detta fortezza con maggior diligenza il pontefice ci fu presente, et fornita che fu sopra prese d’una breve febre mori e fu portato a Romo et sepelito in S. Pietro. [Est donné ensuite un historique du fief du xive siècle au milieu du xvie siècle.]

No 45, fol. 59-62 : « Reccordi per il buon governo del marchesato e fortezza di Suriano », rapport adressé à la famille Altemps, même date (après la mort du cardinal, mais du vivant du duc ; il s’agit d’un magnifique témoignage des techniques de « néo-féodalisation » du Latium au cours du xvie siècle).

Fol. 61v: « 7. Che, con un altra occasione divisiva, [sua Eccellenza] cerchi accio l’armi che ha la communità nella casa del lor consiglio siano trasportati e guardati nel salone della fortezza accio non habbiano gia mai instrumenti incentivi ad alcuna ribellione et in occasione del bisogno siano distribuite le armi conforme giudicarà il capitano della fortezza esser piu profittevole ».

APPENDICE II

INVENTAIRE DES PLANS DU DOSSIER « VITERBO » AU MUSEO DI CRIMINOLOGIA, ROME (ARCHIVIO STORICO) : 17 PLANS DE SORIANO130

1. Plan du rez-de-chaussée ; 1/200e ; Viterbe, 1882, modifié en 1893 ; papier.

2. Plan de détail du 1er étage ; 1/200e ; [manque la moitié de la feuille, mais, par comparaison, peut être daté Viterbe, 1882, modifié en 1893] ; papier.

3. Plan de détail du 2e étage ; 1/200e ; Viterbe, 1882, modifié en 1893 ; papier.

4. Moitié du plan no 3, comprenant une partie de la légende et, au revers, un croquis au crayon : coupe cotée du bâtiment D et de la loggia attenante ; papier.

5. Plan du rez-de-chaussée [au crayon noir sur la chemise : transformation en maison pour mineurs] ; 1/200e ; s.d. [entre 1893 et 1900].

6. Plans du 1er étage et du 2e étage [au crayon noir sur la chemise : transformation en maison pour mineurs] ; 1/200e ; s.d. [entre 1893 et 1900].

7. Projet de transformation en maison pénale pour invalides ; plan du rez-de-chaussée ; 1/200e ; Rome, 1900 ; calque.

8. Projet de transformation en maison pénale pour invalides ; plans du 1er étage et du 2e étage ; 1/ 200e ; Rome, 1900 ; calque.

9. Projet de transformation en maison pénale pour invalides ; partie inférieure de la prison, coupe des bâtiments A, B, C, D ; 1/200e ; Rome, 1900 ; calque.

10. Projet de transformation en maison pénale pour invalides ; élévation et section intérieure entre la première cour et la partie inférieure de la prison, plan de cette zone ; 1/100e ; Rome, 1900 ; calque.

11. Plan du niveau en sous-sol (« Tav. I ») ; 1/200e ; Viterbe, 1939 ; calque.

12. Plan du rez-de-chaussée (« Tav. II ») ; 1/200e ; Viterbe, 1939 ; calque.

13. Plan du niveau rehaussé (« Tav. III ») ; 1/200e ; Viterbe, 1939 ; calque.

14. Plan du 1er étage, 2e section (« Tav. 4 ») ; 1/200e ; Viterbe, 1939 ; calque.

15. Plan du 2e étage, 3e section (« Tav. V ») ; 1/ 200e ; Viterbe, 1939 ; calque.

16. Plan du logement du directeur (« Tav. 6 ») ; 1/ 200e ; Viterbe, 1939 ; calque.

17. Plan général 1/200e et plan de situation général dans la ville 1/2000e ; 1956 ; papier.

Notes

1 Je veux remercier ici chaleureusement les associations de bénévoles de Soriano qui m’ont généreusement accueilli sur le site, notamment deux d’entre leurs membres et animateurs, Alessandro Coaccioli et Marco Fanti.

2 Après avoir été conservé dans la famille Corsi, le manuscrit était dans la collection d’A. Ferruzzi en 1900, cf. Ferruzzi (A.), Soriano nel Cimino, Viterbe, 1900, p. 47-48.

3 Elle a été réalisée en 1913. Deux copies antérieures avaient été faites par Eutizio Micci et par Giacinto Peretti (mentionnées par Ferruzzi, ibid.) ; je ne sais si c’est la même copie qui est signalée par Argentiero (M. L.), « Il feudo di Soriano : documenti e problemi di acquisizione », dans Committenze della famiglia Albani ; Note sulla villa Albani Torlonia, Rome, 1985, p. 117-127, cf. p. 117, comme réalisée par Eutizio Perretti, en 1903 (mais peut-être s’agitil d’une confusion des deux noms attestés précédemment ?).

4 Le manuscrit du Vatican est un manuscrit composite. Le texte concernant Soriano, qui est en réalité anonyme, est attribué par tous les auteurs à Mgr Gaetano Marini ; cette attribution se fonde sur plusieurs données tout à fait fiables, notamment une lettre de Garampi publiée par Moroni (G.), Dizionario d’erudizione storico-ecclesiastica..., Venise, 1840-1879, s.v. Soriano.

5 Ferruzzi, Soriano nel Cimino, cit., p. 115-118, description du château ; p. 119-281, chronologie des seigneurs du château.

6 Bargellini (S.), I monti del Cimino, Bergame, 1924, p. 88-104.

7 D’Arcangeli (V.), Monumenti archeologici ed artistici del territorio di Soriano nel Cimino e delle zone limitrofe, Soriano nel Cimino, 1967, p. 43-46 ; D’Arcangeli (V.), Soriano nel Cimino nella storia e nell’arte, Viterbe, 1981 ; D’Arcangeli (V.) et Santocchi (A.), Soriano nel Cimino, Viterbe, 1993.

8 Egidi (P.), « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », dans ASRSP, t. 26, 1903, p. 381-435.

9 Silvestrelli (G.), Città, castelli e terre della regione romana..., 1ère éd., Città di Castello, 1914 ; 2e éd., ibid., 1940, réimpr., Rome, 1970, p. 692-695 ; Martinori (E.), Lazrito, 3 t., Rome, 1932-1934, t. 2, p. 292-294 (de plus Silvestrelli a l’intérêt d’indiquer ses sources et de déborder parfois Ferruzzi, en s’appuyant sur d’autres données).

10 Festa Milone (M.), « Il casino del cardinal Madruzzo a Soriano nel Cimino », dans Quaderni dell’Istituto di storia dell’architettura, fasc. 97-114, 1975, p. 71-94.

11 D’Onofrio (M.), « Le committenze e il mecenatismo di papa Niccolò III », dans Roma anno 1300, p. 553-565, cf. p. 558 et n. 52.

12 Fagliari Zeni Bucchicchio (F. T.), « Ottaviano Schiratti da Perugia : l’architetto di Papacqua per Cristoforo Madruzzo », dans Arte e Accademia : ricerche, studi, attività..., Accademia di Belle Arti « Lorenzo da Viterbo », t. 2, 1989, p. 145-193.

13 Duchesne (Mgr L.), Le Liber pontificalis, Paris, 1886-1892, t. I, p. 498.

14 La mention de la fondation du château par Grégoire VII, en 1084, provient de Calindri (G.), Saggio statistico storico del pontificio Stato, Pérouse, 1829 p. 409 ; on ne sait sur quoi elle repose, comme le souligne Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., p. 387.

15 Elle ne se trouve pas dans les registres de ce pape, mais est connue par une copie du xive siècle publiée à plusieurs reprises, notamment par Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., n°I, p. 398-399.

16 Cf. notamment Pinzi (C.), Storia della città di Viterbo, Rome, 1887-1889, 3 vol., passim ; Modigliani (A.), I Porcari. Storie di una famiglia romana tra Medioevo e Rinascimento, Rome, 1994, p. 13-15 et tableau I (Porcari de Soriano). En tout cas, la famille de Soriano semble n’avoir eu que des rapports lointains avec la famille Porcari romaine.

17 Pinzi, Storia della città di Viterbo, cit., vol. 1, p. 261 (Oderisio prête serment à la commune, et le préfet Pietro di Vico lui sert de caution).

18 Ibid., vol. 2, p. 373. L’écart temporel et le fait qu’un des personnages se nomme Guastapane plaide de toute façon en faveur de la proposition de Pinzi.

19 « Statuto di Viterbo del 1251 », dans Cronache e statuti della città di Viterbo, Ciampi (I.) éd., Florence, 1867, p. 503, chap. 22 : « Potestas teneatur facere requiri ho-mines de terra quondam prefectorum et comitis Guastapanis... » (on retrouve donc ici le lien entre le lignage des Guastapane et celui des préfets de Vico, comme en 1215).

20 Les serments sont publiés dans Carbonetti Vendittelli (C.) éd., Liber memorie omnium privilegiorum et instrumentorum et actorum communis Viterbii (1283), Rome, 1990, n°109-113 et n°118.

21 Registres de Nicolas III, n°907.

22 Bulle du 23 juillet 1278, cf. Registres de Nicolas III, n°701. Le document ne précise pas si ces accusations d’hérésie sont liées aux soupçons de 1258. On remarquera qu’un des quatre fils de Porcario n’est pas nommé : c’est précisément celui qui reparaîtra en 1301.

23 Paravicini Bagliani (A.), Bonifacio VIII, Turin, 2003, p. 19.

24 Bulle du 24 juillet 1278, cf. Registres de Nicolas III, n°702.

25 Voir en appendice I le texte inédit d’un mémoire sur le fief de Soriano rédigé pour les Altemps. Je remercie Ferruccio Ferruzzi de m’avoir signalé ce manuscrit.

26 Ainsi l’article de Savio (F.), « Niccolò III (Orsini) 1277-1280. VII. La donazione di Soriano », dans La civiltà cattolica, sér. 15, t. 11, 1894, p. 666-684, qui essaye de laver le pape de l’accusation de népotisme, est d’une grande faiblesse. Le pontife n’aurait fait que suivre la sentence de l’Inquisition, qui a justement condamné les Guastapane pour hérésie, et il n’aurait été pour rien dans le fait que Soriano se serait trouvé ensuite appartenir à son neveu, etc.

27 Tolommeo da Lucca, « Annales... », Minutoli (C.) éd., dans Cronache dei secoli XIII e XIV, Florence, 1876 ; cf. Savio, « Niccolò III (Orsini)... », cit., p. 667 n. 3.

28 Cf. en annexe le texte de Bernard Gui, suivi par exemple par Platina.

29 Gaetano Marini, « Memorie istoriche... », BAV, Vat. 9114, fol. 240v°.

30 Cf. texte en annexe.

31 Registres de Nicolas III, n°99.

32 On notera aussi que dès le mois de mars précédent, Nicolas III avait envoyé deux enquêteurs inspecter, parmi d’autres sanctuaires, l’état de la basilique de Saint-Laurent ; il ne s’agit probablement que d’une coïncidence (Registres de Nicolas III, n°231).

33 Je suppose que c’est sur ce texte que s’appuie Sandro Carocci pour affirmer que le pape obligea le monastère romain à révoquer la concession du château et à le confier à Orso Orsini, avant même le procès pour hérésie des Guastapane. Même si cela correspond bien à la reconstitution probable des faits, je ne vois pas dans le texte des registres une preuve aussi formelle de la mauvaise foi du pontife. Cf. Carocci (S.), Il nepotismo nel Medioevo. Papi, cardinali e famiglie nobili, Rome, 1999, p. 126-127.

34 Registres de Boniface VIII, n°4248. Dès mai 1302, les recettes de la Chambre apostolique enregistraient le paiement du cens pour le château (d’ailleurs confondu par le rédacteur du compte avec celui de Norchia), cf. Libri rationum Camerae Bonifatii papae VIII (Archivum secretum Vaticanum, collect. 446 necnon Intr. et ex. 5), Schmidt (T.) éd., Città del Vaticano, 1984, n°1742 et n. 13.

35 Par ailleurs, un certain Berardo da Soriano, membre du tiers-ordre des frères mineurs, qui apparaît comme relativement familier avec le pape Caetani (il peut lui rendre visite dans sa chambre, au palais du Latran), est identifié par le P. Coste comme un probable fils de Guastapane, ce qui renforcerait effectivement les liens entre le pontife et cette branche du lignage, cf. Coste (J.), Boniface VIII en procès. Articles d’accusation et dépositions des témoins, Rome, 1995, doc. Q56. De manière très séduisante, Paravicini Bagliani explique les témoignages de Berardo contre la mémoire du pape, particulièrement accablants, comme des indices du ressentiment familial pour le rôle joué par Benedetto Caetani dans la spoliation de leur château, cf. Paravici Bagliani, Bonifacio VIII, cit., p. 20-21.

36 Je résume ici le développement complet donné sur cette affaire par Paravici Bagliani, Bonifacio VIII, cit., ibid.

37 Il s’agissait de Capello de Chia, cf. Potthast, n°17822-17825, mandements d’Alexandre IV à diverses autorités de Viterbe et de la région pour qu’elles prêtent leur aide à l’inquisiteur, spécialement contre le seigneur de Chia (29 mars-1er avril 1260). Voir Lotti (L.), « Chia. Suggestivo castello della Tuscia quasi completamente ignorato », dans Alma Roma, t. 18, 1977, nos 3-4, p. 31-33. En 1288, le château avait été concédé par Nicolas IV à son chambrier Jacopo Pacapalia (Registres de Nicolas IV, n°7001-7002). Le fief avait dû être réintégré ensuite dans les biens de la Chambre apostolique, puisqu’en 1296, Boniface VIII avait concédé le château à deux évêques successifs d’Orte, Bartolo (jusqu’à sa mort en 1298) puis Lorenzo, pour le faire réintégrer de nouveau par la suite probablement pour le donner à Guastapane ; cf. Registres de Boniface VIII, n°1576 et 2836. La concession de Boniface VIII fut visiblement mal acceptée localement, cf. ibid., n°4613.

38 De Pinzi, Storia della città di Viterbo, cit., vol. 2, p. 372-378 à Modigliani, I Porcari..., cit., p. 15.

39 En 1319-1320, le château était encore détenu par des membres de la famille (un neveu puis la veuve de Guastapane), mais l’auteur du rapport évoque la nécessité de ramener le château au sein du patrimoine de l’Église ; Antonelli (M.), « Una relazione del vicario del Patrimonio a Giovanni XXII in Avignone », dans ASRSP, t. 18, 1895, p. 447-467, cf. p. 453. Au contraire, le château fut concédé aux Orsini : en 1364, Chia est tenu par Orso Orsini et son fils Simeotto ; Fabre (P.), « Un registre caméral du cardinal Albornoz en 1364 », dans MÉFR, t. 7, 1887, p. 129-195, cf. p. 147 et 159. Chia appartenait encore aux Orsini au milieu du xvie siècle, précisément à Vicino Orsini, le fameux créateur du parc voisin de Bomarzo ; cf. Bredekamp (H.), Vicino Orsini und der heilige Wald von Bomarzo : ein Fürst als Künstler und Anarchist, 2e éd., Worms, 1991, p. 7 et fig. 169-170.

40 On sait par exemple qu’Orso Orsini fut en conflit à la fois avec Pietro de Vico et avec les gens de Viterbe, qui essayèrent de s’emparer de diverses forteresses tenues par l’Orsini, dont Soriano, encourant ainsi une condamnation pontificale qui fut levée en 1285-1286 dans le cadre d’une négociation entre les deux parties sous l’égide de la curie. Calisse (C.), « I prefetti di Vico », dans ASRSP, t. 10, 1887, p. 1-136 et 353-594, cf. p. 457, doc. n°LXIII et Savignoni (P.), « L’archivio storico del comune di Viterbo », dans ASRSP, t. 18, 1895, p. 5-50 et 269-318 ; t. 19, 1896, p. 5-42 et 225-294 ; t. 20, 1897, p. 5-43 et 465-478, cf. t. 18, p. 315, n°CXXXV.

41 D’ailleurs, trois actes de 1355-1360 témoignent bien à la fois du fait qu’Orso Orsini, fils de Napoleone Orsini et petit-fils du précédent Orso, demeurait encore à Soriano et qu’il pâtissait de difficultés financières, raison probable pour laquelle il cherchait à vendre le fief à la papauté. Cf. Savignoni, « L’archivio storico del comune di Viterbo », cit., t. 19, 1896, p. 272-273, 277-278, n°CCCXXV, CCCXXXVII, CCCXXXIX. En 1364 apparaît encore comme seigneur de Soriano le fils d’Orso, « Symeottus do-mini Ursi » qui prête serment « pro castris Suriani, Atilgliani, Chie et Cerquete », cf. Fabre, « Un registre caméral du cardinal Albornoz en 1364 », cit., p. 159. Cf. aussi Supino (P.), La « Margarita Cornetana ». Regesto dei documenti, Rome, 1969, n°447 et 450.

42 On trouvera la liste complète des châtelains entre 1381 et 1420 dans Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., p. 389, n. 4 et dans Ferruzzi, Soriano nel Cimino, cit., p. 136-139, qui donnent également des considérations intéressantes sur le rôle clé de la forteresse dans les affaires de l’Italie centrale entre le Grand Schisme et Martin V.

43 Duchesne, Le Liber pontificalis, cit., t. 3, p. 544 (biographie de Martin V). On trouve un indice de cette position de force du châtelain de Soriano dans une quittance de 300 ducats d’or de Jean de Grammont envers la commune de Viterbe, qui pourrait bien s’apparenter à un racket. Cf. Savignoni, « L’archivio storico del comune di Viterbo », cit., t. 20, 1897, p. 13, n°CCCCXII (7 juillet 1417 ?).

44 Codex diplomaticus dominii temporalis S. Sedis, Theiner (A.) éd., t. III, 1389-1793, Rome, 1862, n°186, p. 257.

45 Codex diplomaticus..., cit., t. III, n°194, p. 264.

46 Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., p. 403, n°XI.

47 Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., p. 390 n. 7 ; Ferruzzi, Soriano nel Cimino, cit., p. 143. La bulle de concession à Antonio, du 26 novembre 1424, est éditée par Fabre (P.) et Duchesne (Mgr L.) éd., Liber censuum Romanae Ecclesiae, Rome-Paris, 1889-1952, 3 t., cf. t. 2, p. 82-83.

48 Le cardinal Vitelleschi avait mis le siège devant Foligno le 17 juillet 1439 et ses troupes entrèrent dans la ville le 8 septembre. Corrado Trinci et ses fils Ugolino et Niccolò furent faits prisonniers, conduits à Soriano et y furent exécutés le 15 juin 1441, cf. Nessi (S.), « Declino e fine della signoria dei Trinci », dans Signorie in Umbria tra Medioevo e Rinascimento : l’esperienza dei Trinci. Atti del congresso storico intern. (Foligno, 10-13 dicembre 1986), Pérouse, 1989, 2 vol., vol. 1, p. 239-273, p. 270.

49 ASR, Soldatesche et galere, vol. 1, fol. 203-205 et vol. 3, fol. 28v°-31v°. On reviendra sur ces documents en fin de chapitre.

50 Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., p. 407, doc. XXII, 10 juin 1447 : peu après son élection, le pape Nicolas V ordonne au gouverneur du Patrimoine de faire rembourser par l’ancien châtelain Omodeo les dettes qu’il avait contractées auprès de la communauté des habitants. Il s’agit probablement d’« Homodeo de Pensauro » envoyé auprès du châtelain précédent le 15 septembre 1444 pour dresser l’inventaire du château et qui avait dû lui succéder dans sa charge, cf. ASR, Soldatesche et galere, vol. 1 (Inventari delle fortezze e galere, 1436-1470), fol. 35. En ce cas, le personnage aurait été un piètre administrateur, puisque non seulement il empruntait aux habitants sans les rembourser (peut-être une extorsion déguisée), mais que l’inventaire en question n’a jamais été rédigé et l’espace prévu est resté en blanc.

51 Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., p. 391.

52 ASR, Soldatesche et galere, vol. 1, fol. 129-131.

53 Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., p. 391.

54 Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., p. 391 n. 3. Selon Pennazzi, Millero aurait été encore châtelain en 1459, puisqu’un bref de Pie II lui attribuait alors 100 ducats, cf. Pennazzi (Splendiano), « Storia di Soriano... », Archivio com. de Soriano, cité par Ferruzzi, Soriano nel Cimino, cit., p. 167. On peut supposer cependant qu’il s’agit d’une erreur pour 1458, les documents cités par Egidi permettant une reconstitution précise de la situation. Peu après être monté sur le trône de saint Pierre, Pie II essaya de se faire restituer la forteresse par le châtelain récalcitrant ; le 11 septembre (et non le 11 avril comme l’indique Egidi par lapsus) puis le 8 octobre 1458, il lui offrait d’abord 1100 florins, puis 100 florins supplémentaire pour ce faire, par l’intermédiaire d’un émissaire, Francesco Ferrari ; ces documents sont connus depuis Marini (G.), Degli archiatri pontificj, Rome, 1784, 2 t., cf. t. II, p. 146147 n. 2. La négociation dut réussir puisque le châtelain suivant, Raffaele Brugnoli, apparaît dès le 31 octobre 1458. Le bref de Pie II cité par Pennazzi doit donc être identifié au deuxième document de 1458.

55 ASR, Soldatesche et galere, vol. 1, fol. 203-205.

56 ASR, Soldatesche et galere, vol. 3, fol. 28v°-31v°et Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., p. 391.

57 ASR, Soldatesche et galere, vol. 3, fol. 28v°-31v°.

58 ASV, Cam. Ap., Div. Cam., 36, fol. 101.

59 ASV, Cam. Ap., Div. Cam., 38, fol. 68v° ».

60 ASR, Soldatesche et galere, vol. 4, fol. 162v°-165.

61 Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., p. 391.

62 Pennazzi (Splendiano), « Storia di Soriano... », Archivio com. de Soriano, p. 99. Ce mandement de Sixte IV est donc de même nature que celui de Nicolas V mentionné plus haut, du 10 juin 1447, et dans lequel il est question explicitement de l’enceinte urbaine (voir aussi en fin de chapitre).

63 ASV, Div. Cam., cité d’après Martinori, Lazio turrito, cit., t. 3, p. 168-169. Je ne suis pas parvenu à retrouver ce texte, mentionné par Martinori sans référence précise. Il doit se trouver dans ASV, Cam. Ap., Div. Cam., registre n°36, 37, 38, 42 ou 43, qui comportent tous des entrées se rapportant à 1474 et à Soriano (cf. par exemple, n°37, fol. 250). Le châtelain en question devrait donc être « Johannes Nicolaus de Tomeis de Este ».

64 L’épisode est rappelé par Stendhal, dans ses Promenades dans Rome.

65 Menotti (M.), Els Borja, Batllori (M.) et Company (X.) éd., Valence, 1992, p. 322.

66 Fagliari Zeni Bucchicchio, « Ottaviano Schiratti... », cit., p. 146 n. 5.

67 L’épisode a été narré par Stendhal dans les Chroniques italiennes, sous le titre « La duchesse de Palliano » (sic).

68 Sur ceci et tous les détails suivants concernant l’historique jusqu’aux Albani, cf. Festa Milone, « Il casino del cardinal Madruzzo... », cit., p. 71-72 et p. 90. Sur la personnalité de Cristoforo Madruzzo, voir plus loin la 3e partie.

69 Le cardinal obtint également de rendre autonome le fief de Gallese de celui de Soriano et fit ériger le premier en duché par Sixe-Quint, le 20 juin 1585 ; cf. Festa Milone, « Il casino del cardinal Madruzzo... », cit., p. 90 et n. 75. Vareschi (S.), « Profili biografici dei principali personnagi della Casa Madruzzo », dans I Madruzzo e l’Europa [Exposition. Trente. 1993], p. 49-77, p. 61 commet ici une légère erreur : seul Gallese fut concerné par cette transformation en duché et non le fief dans son ensemble ; Soriano resta donc un marquisat.

70 Je donne en appendice I quelques extraits de ce mémoire, pour les parties les plus intéressantes à notre propos : une description de la villa Papacqua qui venait d’être construite par le cardinal Madruzzo et qui l’emporte de loin sur la description du château lui-même (ce texte est inédit et complète les sources jusqu’ici connues sur la villa, dont on parlera en fin de chapitre) ; une narration de l’acquisition par Nicolas III, avec une courte description du château. Je donne aussi un court extrait d’un mémoire légèrement postérieur conservé dans le même manuscrit, où est évoqué le « salone » de la forteresse.

71 On reviendra plus loin sur cette affaire, à propos de la chapelle actuelle du château.

72 Sur la période des Albani, cf. Argentiero, « Il feudo di Soriano : documenti e problemi di acquisizione », cit., passim, qui reprend en fait le plus souvent le manuscrit de Pennazzi, dont elle donne de larges extraits.

73 QUOD/ IACOBUS III MAGNAE BRITANNIAE REX/ ROMA URBINUM SECEDENS/ AD HANC ARCEM DIVERTERIT/ ANNIBAL S.R.E. CARDINALIS CAROLUS ET ALEXANDER/ ALBANI FRATRES CLEMENTIS XI NEPOTES/ TANTI PRINCIPIS HOSPITIO DIGNATI/ REGIAE HUMANITATIS/ MONUMENTUM P.P./ ANNO D[omi]NI MDCCXVII. Une première transcription de l’épigraphe se trouve dans Ferruzzi, Soriano nel Cimino, cit., 264-265, reprise dans Festa Milone, « Il casino del cardinal Madruzzo... », cit., n. 80.

74 Sur toute cette période, cf. Ferruzzi, Soriano..., cit., p. 265-280.

75 Sur ce dernier point, Ferruzzi, Soriano..., cit., donne une information contradictoire, puisqu’il affirme ailleurs, p. 182, que le château fut vendu au gouvernement pontifical.

76 Seuls quelques sièges aux armoiries Albani furent oubliés lors du transfert.

77 ASR, Fondo Disegni e Mappe, Coll. I, cartella 104, fol. 181-183. Les plans sont datés du 14 juin 1853, Viterbe. Une petite gravure de 1838, bien que sommaire et simplifiée, complète cependant utilement ces plans pour nous donner une image du château avant son passage à l’État pontifical ; cf. Micci (T.), « Il castello di Soriano », dans L’Album. Giornale letterario e di belle arti, t. 5, 1838, p. 3738 (l’article lui-même ne nous sert à rien).

78 Étant donné que ce fonds est inconnu, j’ai pensé qu’il était utile de donner l’inventaire de ces plans, que j’ai reclassés, dans l’appendice II en fin de chapitre.

79 Le couronnement du mur méridional de A a été to-l’escalier et à la porte d’entrée situés en dessous. Cf. Sotalement refait, après que la foudre se soit abattue sur la print. BAA Lazio, dossier Soriano (la restauration est de tour en 1969, occasionnant également des dommages à toute façon parfaitement reconnaissable visuellement.

80 Une autre transcription (qui diffère de la mienne par des modernisations orthographiques et par quelques erreurs – « obiit » pour « optimo » par exemple) se trouve dans Ferruzzi, Soriano nel Cimino, cit., p. 233 (et traduction p. 234) ; elle est reprise par Festa Milone, « Il casino del cardinal Madruzzo... », cit., p. 72 ; Fagliari Zeni Bucchicchio, « Ottaviano Schiratti da Perugia... », cit., en donne également une p. 146 n. 5.

81 Le prélat fut non seulement prince-évêque de Trente et cardinal, comme on l’a dit dans l’historique, mais également prince-évêque de Bressanone (de 1542 à sa mort), membre de la cour de Charles Quint à Bruxelles, lieutenant et gouverneur de l’infant Philippe à Milan, en 15551557 et légat de la Marche d’Ancône pour 1562-1568, tous titres que rappelle l’inscription.

82 Sur Ludovico Madruzzo, cf. Vareschi, « Profili biografici... », cit., p. 62-68.

83 Fagliari Zeni Bucchicchio, « Ottaviano Schiratti da Perugia... », cit., p. 147.

84 Selon un passage de Ferruzzi, Soriano..., cit., p. 118, difficile à interpréter (mais rappelons que l’auteur n’avait pas vu le bâtiment de près), il semble que la tour C, qu’il considérait à tort comme un corps de bâtiment en retour au nord par rapport à B, parallèle à A, ait été endommagée par la foudre et abaissée ensuite d’un niveau sous le crénelage, ce qui correspond bien à la disposition actuelle.

85 Dans la chronique inédite de Splendiano Pennazzi, ces dernières armoiries sont identifiées comme celles d’Alexandre VI en tant que pape (Soriano, Archivio mun., p. 99). Cette proposition me paraît erronée. Le pape Borgia a normalement porté les mêmes armoiries qu’il possédait déjà en tant que cardinal. Les armoiries présentes sont celles de Callixte III et se comprennent parfaitement comme un hommage du cardinal Borgia à son oncle et bienfaiteur. S’il s’agissait des armoiries du pape Alexandre VI, cela impliquerait que la construction eût été achevée après 1492 et on aurait dû alors trouver également des armoiries Orsini, auxquels étaient alors inféodé le château, dans la même série.

86 De toute façon, cette superposition aboutit au même dessin que la mouluration des autres tailloirs sculptés dans un seul bloc : un bandeau surmontant un quart-derond. Il ne s’agit donc que d’une différence mineure de mise en œuvre.

87 Ferruzzi, Soriano nel Cimino, cit., p. 116.

88 Soriano, Archivio mun., p. 97.

89 Tout le paragraphe suivant résume les découvertes faites par Scoppola (F.), « Influssi della “giustizia” sistina sulla produzione artistica successiva : il restauro della cappella della Madonna della Clemenza e di S. Aniceto in palazzo Altemps », dans Sisto V. I, Roma e il Lazio, Atti del VI corso internazionale di alta cultura (Roma, 1989), Fagiolo (M.) et Madonna (M. L.) dir., Rome, 1993, p. 619-664. Il faut insister sur le fait que tous ces événements et leur répercussion artistique étaient pratiquement inconnus avant cet article, ce qui explique que des auteurs comme Ferruzzi ou Festa Milone mentionnent simplement la « disparition » de Roberto Altemps.

90 Splendiano Pennazzi (ibid.) explique que la dédicace comprendre Joseph, le patriarche de l’Ancien Testament) ; de la chapelle fut également modifiée par les propriétaires je ne saurais expliquer les raisons de cette titulature, qui successifs du château, la famille Albani, qui la consa-ne semblent d’ailleurs pas avoir entraîné de modifications crèrent à saint Joseph patriarche (je suppose qu’il faut dans le décor.

91 La statue de la Vierge à l’Enfant qui se trouve à l’angle sud-ouest, posée sur le merlon d’angle, a été placée ici en 1954. La direction de la prison voulait l’ériger tout d’abord au sommet des tours principales A-B ; suite au refus de la surintendance et après une longue discussion, elle a été finalement élevée à l’emplacement actuel. Soprint. BAA Lazio, dossier Soriano.

92 Le balcon apparaît fermé par un mur plein sur l’élévation de 1900 (appendice II, no 10).

93 Sur l’élévation de 1900 (appendice II, no 10), la balustrade n’apparaît pas de manière continue : on en voit trois morceaux séparés par deux murs pleins. La continuité des deux balustrades doit être due à une restauration postérieure.

94 Soprint. BAA Lazio, dossier Soriano.

95 Cette rampe qui sépare les courtines et le châtelet de tallique, placés au début de 13. À l’autre extrémité, dans le la rangée de maisons qui leur fait face a été fermée, du prolongement du mur ouest de W, le mur crénelé 19 doit temps de la prison, par un arc en brique et un portail mé-remonter lui aussi, dans sa substance, à cette période. Mais il doit probablement prendre la place d’un mur plus ancien, comme le montre son extrémité méridionale.

96 Rappelons qu’on a déjà traité plus haut des éléments 4 et 5, qui sont liés fonctionnellement à l’enceinte interne.

97 Cf. appendice II, n°9.

98 J’ai visité l’ensemble des communs, y compris les sous-sols, mais dans des conditions d’accès parfois difficiles (notamment à cause de l’absence d’éclairage). Je ne peux donc pas me prononcer, malgré l’habillage très récent de la totalité des espaces intérieurs, sur les origines anciennes de telle ou telle salle.

99 Pennazzi (Splendiano), Soriano, Archivio mun. ; Ferruzzi, Soriano nel Cimino, cit., p. 236 ; transcription reprise par Festa Milone, « Il casino del cardinal Madruzzo... », cit., n. 13 p. 92 (manque la 3e ligne avant la fin). Cette dernière croyait l’épigraphe disparue, faute d’avoir pu en contrôler l’existence sur place. Fagliari Zeni Bucchicchio, « Ottaviano Schiratti da Perugia... », cit., donne également une transcription p. 147 n. 5 et affirme au contraire que l’inscription existe bel et bien.

100 Pennazzi (Splendiano), Soriano, Archivio mun., p. 99 ; Ferruzzi, Soriano nel Cimino, cit., p. 236 ; Festa Milone, « Il casino del cardinal Madruzzo... », cit., p. 73. Si l’on en croit le texte de Pennazzi, qui fait allusion, comme on le verra plus loin, à des écus visibles à l’extérieur du mur de cette salle de théâtre, il faudrait identifier celle-ci avec le bâtiment P plutôt quà l’une des salles qui encadrent directement l’épigraphe (T et surtout R). Mais l’indication est trop générique pour être déterminante.

101 Je ne suis pas parvenu à identifier le personnage de manière précise, à travers la bibliographie générale sur Sienne, sur le palais Spannocchi (qui fait partie aujourd’hui du siège du Monte dei Paschi) ou sur la dynastie elle-même ; il est vrai qu’il appartient à une époque postérieure à la crise financière qui atteint profondément la famille, au début du xvie siècle. L’identification serait certainement possible grâce à l’Archivio Spannocchi qui se trouve à l’Archivio di Stato de Sienne. Cf. Morandi (U.), « Gli Spannocchi : piccoli proprietari terrieri, artigiani, piccoli, medi e grandi mercanti-banchieri », dans Studi in memoria di Federigo Melis, t. 3, Naples, 1978, p. 91-120. Par ailleurs, on notera que le cardinal Marcello Cervini avait été au début de sa carrière un protégé de la famille Spannocchi, au point que celle-ci lui concéda le droit de se servir de son patronyme ; cf. Piacentini (P.), La biblioteca di Marcello II Cervini..., Cité du Vatican, 2001, p. XI. Lorsque le prélat avança dans sa brillante carrière, au point de devenir pape pendant trois semaines en 1555, sous le nom de Marcel II, la famille siennoise connut peut-être en retour un regain de vitalité.

102 Cf. appendice II, n°16.

103 Cf. appendice II, n°12.

104 Pennazzi (Splendiano), « Storia di Soriano... », Archivio com. de Soriano, p. 99. Pennazzi parle de quatre écus Orsini en péperin : il a peut-être mis l’écu cardinalice scutiforme au nombre des écus Orsini et le quatrième pourrait se trouver caché par la maisonnette.

105 Fagliari Zeni Bucchicchio, « Ottaviano Schiratti da Perugia... », cit., p. 180-182, 185.

106 Ferruzzi, Soriano nel Cimino, cit., respectivement p. 236 et p. 116.

107 Soriano, Archivio mun., p. 99.

108 Festa Milone, « Il casino del cardinal Madruzzo... », cit., n. 7 p. 91.

109 Sur le personnage, on peut encore consulter Festa Milone, « Il casino del cardinal Madruzzo... », p. 87-90 ; mais voir surtout désormais Vareschi, « Profili biografici dei principali personnagi della Casa Madruzzo », cit., p. 57-62. Sur l’ambiance culturelle et artistique autour du cardinal, voir aussi Calvesi (M.), Gli incantesimi di Bomarzo. Il Sacro Bosco tra arte e letteratura, Milan, 2000, passim.

110 Passée comme le château et l’ensemble du fief aux Albani en 1715 et agrandie par eux, puis acquise par les Chigi, elle est aujourd’hui connue comme « palais Chigi, ex-Albani ».

111 On suit volontiers la position de Festa Milone, « Il casino del cardinal Madruzzo... », cit., passim, notamment n. 80 sur la visite de Jacques Stuart, dont les détails sont connus par la relation manuscrite d’un notaire, Eutizio Antonio Cherubini (extraits publiés par Ferruzzi, Soriano..., cit., p. 265) ; suivie en cela par Kehl (P.), « La villa di Papacqua a Soriano nel Cimino », dans I Madruzzo e l’Europa [Exposition. Trente. 1993], p. 710-715, cf. p. 712.

112 Fagliari Zeni Bucchicchio, « Ottaviano Schiratti da Perugia... », cit., notamment p. 152-153 et 188-189.

113 Quant à l’efficacité de ce système, c’est un autre problème que nous ne pouvons traiter ici. Certes, les dispositions adoptées peuvent paraître un peu archaïques par rapport aux forteresses contemporaines ou immédiatement postérieures (c’est-à-dire, comme on va le voir, des années 1490) et peu adaptées à l’artillerie. Mais il faut dans le cas de Soriano bien tenir présent à l’esprit le caractère du site, qui interdisait à n’importe quelle bouche à feu de prendre sous son tir la forteresse. Celle-ci ne pouvait donc être menacée que par des attaques de type plus traditionnelles.

114 Soriano n’est pas cité dans les nombreuses contributions consacrées au mécénat du cardinal puis pape, cf., entre autres, Pieralisi (P.), « Registro delle fabbriche di papa Alessandro VI », dans Gori (F.), Archivio storico, artistico, archeologico e letterario della città e provincia di Roma, t. 4, 1888, p. 141 ; Müntz (E.), Les arts à la cour des papes Innocent VIII, Alexandre VI, Pie III (1484-1503), Paris, 1898, cf. p. 210 et suiv. et p. 214-230 ; Pastor (L. von), Geschichte der Päpste, 3e-4e éd., Fribourg-en-Brisgau, 1899, vol. 5, p. 120. Mme Carbonell a semble-t-il pressenti le rôle du futur Alexandre VI puisqu’elle cite Soriano dans une liste d’une douzaine de bâtiments restaurés par le cardinal, mais elle ne donne aucune précision ni aucune source à son assertion, cf. Carbonell (M.), « Roderic de Borja, client y promotor d’obres de Art. Notes sobre la iconografia de l’apartament Borja del Vaticà », dans Menotti (M.), Els Borja, op. cit., p. 387-487 : p. 438 ; l’affirmation a été reprise par Garín Llombart (F.), « Alessandro VI a Roma : cultura e commitenza artistica », dans I Borgia [Exposition. Rome. 2002-2003], p. 119-133, cf. p. 127.

115 D’Arcangeli a affirmé que Nicolas V fit exécuter d’importants travaux de restauration à la forteresse, cf. D’Arcangeli (V.), Monumenti archeologici..., cit., p. 44. Il ne cite pas ses sources, mais il s’appuie probablement sur un mandement pontifical du 10 juin 1447 ordonnant au gouverneur du Patrimoine de faire restaurer une tour et l’enceinte de Soriano, de contraindre l’ancien châtelain à payer ses dettes, de permettre aux habitants de rédiger leurs statuts. Mais le texte est parfaitement clair : il s’agit non pas du château, mais de la ville, cf. Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., p. 407, doc. n°XXII. Sur la place centrale de la commune existe une fontaine portant les armoiries du pape Parentucelli, probable remerciement de la ville au pontife qui lui avait permis de promulguer ses statuts (sur ceux-ci, cf. Egidi, ibid., doc. n°XXIII).

116 M. Calvesi cite des travaux de transformation à Bracciano et à Soriano sous la conduite de Bartolomeo d’Alviano pour le compte de Virginio Orsini (mort en 1497), cf. Calvesi (M.), Gli incantesimi di Bomarzo..., cit., p. 71, en suivant Pieri (P.), « Alviano, Bartolomeo d’ », dans Dizionario biografico degli Italiani, t. II, Rome, s.d., p. 587. Si les Orsini furent présents au château entre 1492 et 1503, comme on l’a vu ci-dessus, je n’ai rien trouvé qui confirme une telle hypothèse pour Soriano, contrairement au cas bien connu de Bracciano ; sur ce dernier cf. Bracciano e gli Orsini. Tramonto di un progetto feudale [Exposition. Bracciano. 1981]. En fait l’affirmation de Pieri repose sur un passage mal résumé de Cansacchi (C. conte), « I primi pas-si di un grande condottiero : Bartolomeo d’Alviano », dans Bollettino dell’Istituto storico e di cultura dell’Arma del Genio, t. 2, 1937-1938, n°7, décembre 1937, p. 39-76, cf. p. 50, où Cansacchi dit seulement qu’Alviano séjournait alternativement à Soriano et à Bracciano et suivait attentivement le chantier de cette dernière. Selon Cansacchi, le châtelain de Soriano pour le compte des Orsini était Giovanni Tomei d’Este, lequel avait déjà assumé cette fonction en 1474, comme on l’a vu ci-dessus, sous la domination pontificale.

117 À cet égard, il est probablement significatif de voir que César Borgia, le fils du cardinal puis pape, entreposait à Soriano son trésor avant 1503, comme on l’a rappelé dans l’introduction historique.

118 Pennazzi (S.), « Storia di Soriano », cit., p. 90 (cite également Pie II et Andrea Scoto).

119 Egidi, « Soriano nel Cimino e l’archivio suo », cit., p. 381 citait ces deux derniers textes (dans des versions légèrement différentes) d’après Moroni, Dizionario..., cit., s.v. Soriano, en avouant n’avoir pas pu retracer leur source exacte ; il s’agit donc pour le premier d’un texte utilisé par Pennazzi, pour le second d’un passage de Gilles de Viterbe publié par Ciaconius (pour ce dernier, voir le texte publié en annexe).

120 Innocent VIII avait été élu le 29 août et couronné le 12 septembre ; la bulle d’assignation du château de Soriano date du 18 septembre. La concession de Soriano visait certainement à adoucir le puissant cardinal Borgia qui avait dirigé la faction hostile à l’élection du pape, cf. Somaini (F.), « Il cardinale Borgia ed il conclave del 1484 », dans Roma di fronte all’Europa al tempo di Alessandro VI. Atti del convegno (Città del Vaticano-Roma, 1-4 dicembre 1999), Rome, 2001, 3 vol, vol. 1, p. 99-175, cf. p. 173-174.

121 De Roo (P.), Material for a history of pope Alexander VI..., Bruges, 1924, 5 t., cf. t. II, p. 243-244.

122 Ferruzzi, Soriano nel Cimino, cit., p. 175-187. En 1491, les citoyens de Soriano, forts de la protection pontificale et encouragés par les nouveaux gardiens de la forteresse (deux clercs de Valence de l’entourage du cardinal Borgia), se livreront d’ailleurs à des représailles contre la population de Vignanello (« Julianelli »), accusée de leur avoir enlevé des troupeaux, cf. De Roo, Material for a history..., cit., t. II, p. 244-245.

123 Cf. chap. II.2 pour la loggia (mention du xiiie siècle) et chap. II.3 pour la chapelle (mention du xive siècle).

124 Cf. textes en annexe.

125 Les autres éléments (notamment la tour C) pourraient éventuellement remonter à une période antérieure, mais pas longtemps auparavant, étant donné leurs caractères constructifs, cf. chap. II.1.

126 Benocci (C.), Roma, Museo nazionale del palazzo di Venezia. La collezione sfragistica..., Rome, 1998, n°59-60.

127 «...et que je fus vraiment le fils de l’ourse,/ si cupide à pousser mes oursons que là-haut/ je mis de l’or et ici moi-même en sac. » Dante, La divine comédie, Risset (J.) trad., Paris, 1985-1990, p. 178-179.

128 ASR, Soldatesche et galere, vol. 1 (Inventari delle fortezze e galere, 1436-1470), fol. 203-205. L’inventaire de 1464 parle de la « sala granda » sans précision, mais sa proximité avec la mention suivante laisse entendre qu’il s’agit bien de la même grande salle de Nicolas III (il n’y en d’ailleurs qu’une qui soit nommée dans tous les inventaires), puis de la « camera nova del papa presso la sala », ce qui pose problème. Le pape (en l’occurrence Pie II, vu les dates) aurait-il fait restaurer la pièce entre 1458 et 1464 ? Cela semble peu vraisemblable, car on ne connaît qu’un très bref séjour de Pie II à Soriano. Le pontife y passa la journée du 6 mai 1462, cf. Brosius (D.), « Das Itinerar Papst Pius’ II. », dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, t. 55-56, 1976, p. 421-432, ce qui semble vraiment court pour imaginer une construction nouvelle. Il faut donc conclure que l’expression signifie seulement un rafraîchissement de la chambre pontificale traditionnelle. L’inventaire de 1483 mentionne à nouveau la « camera del papa » mais sans le nom du pape, et nomme « la sala grande » sans précision. Sur ces deux inventaires, voir plus bas.

129 Je remercie chaleureusement Ferruccio Ferruzzi et Fabiano T. Fagliari Zeni Bucchicchio pour m’avoir signalé ces documents. ASR, Soldatesche et galere, vol. 1 (Inventari delle fortezze e galere, 1436-1470), fol. 129-131, 1455, juin 5 ; ASR, Soldatesche et galere, vol. 1, fol. 203-205, 1458, octobre 31 ; ASR, Soldatesche et galere, vol. 3 (Inventari delle fortezze e galere, 1464), fol. 28v°-31v°(plus un post-scriptum au fol. 35 et un court addendum sur une feuille volante non reliée placée à la fin du volume ; ces deux appendices n’apportent rien à notre sujet), 1464, octobre 14 ; vol. 4 (Inventari delle fortezze e galere, 1473 et suiv.), fol. 162v°-165, 1483, janvier 30. Il aurait dû exister en principe un cinquième inventaire, du 15 septembre 1444, cf. ASR, Soldatesche et galere, vol. 1 (Inventari delle fortezze e galere, 1436-1470), fol. 35, mais après l’incipit (« et fuit sibi facta consignatio totius munitionis eiusdem arcis per inventarium cuius tenor talis est videlicet »), la suite du texte est restée en blanc.

130 Y est joint un 18e plan, d’une autre prison de la circonscription de Viterbe, San Lupara ou Sallupara.

Table des illustrations

Légende Fig. 274 – Soriano, plan de situation.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 275 – Soriano, château Orsini, principales campagnes de construction. A, B, C. Tours. D. Escalier couvert. F. Tour. G. Local technique. E1-E2-H1-H/E. Corps de bâtiment du xvie siècle. H1-H2-H3. Ancienne grande salle. H3. Escalier couvert I. Escalier couvert. J1. Salle voûtée d’ogives. J1-J6. Corps de bâtiment du xve siècle. K. Débarras. L1-L4. Portique. M1-M2. Guérites (disparues). N-O. Constructions contemporaines. P-Q-R-T. Communs. S, U. Tours. V1-V4. Constructions contemporaines. W-X. Châtelet d’entrée. 1-10. Courtines de l’enceinte intérieure. 11-19. Courtines de l’enceinte extérieure. a, b, c, d, e. Escaliers découverts.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Légende Fig. 276 – Soriano, château Orsini, vu depuis l’ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Légende Fig. 277 – Chia, château.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Légende Fig. 278 – Soriano, château Orsini, vue générale depuis l’ouest. Micci (T.), « Il castello di Soriano », 1838, p. 37.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28M
Légende Fig. 279 – Soriano, château Orsini, plan du rez-de-chaussée de 1853 avec adjonctions des bâtiments postérieurs. D’après ASR, Fondo Disegni e Mappe, Coll. I, cartella 104, fol. 181.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 280 – Soriano, château Orsini, plan du 1er étage, 1853. D’après ASR, Fondo Disegni e Mappe, Coll. I, cartella 104, fol. 182.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 281 – Soriano, château Orsini, plan du second étage, 1853. D’après ASR, Fondo Disegni e Mappe, Coll. I, cartella 104, fol. 183.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 282 – Soriano, château Orsini, tours A-B, face est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 283 – Soriano, château Orsini, tour A, face sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Légende Fig. 284 – Soriano, château Orsini, tour B, face ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Fig. 285 – Soriano, château Orsini, tour B, rez-dechaussée, mur est, niche.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Fig. 286 – Soriano, château Orsini, tour C, face ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Légende Fig. 287 – Soriano, château Orsini, tour C, face est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Légende Fig. 288 – Soriano, château Orsini, bâtiment J, façade ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 289 – Soriano, château Orsini, bâtiment J, façade ouest, partie basse.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Fig. 290 – Soriano, château Orsini, bâtiment J, rez-de-chaussée, pièce J1, mur ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Fig. 291 – Soriano, château Orsini, bâtiment J, rez-de-chaussée, pièce J1, voûtement.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 292 – Soriano, château Orsini, bâtiment J, rez-de-chaussée, pièce J1, armoiries du cardinal Borgia.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende Fig. 293 – Soriano, château Orsini, bâtiment J, rez-de-chaussée, pièces J 2 – J 3, vues vers le sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Légende Fig. 294 – Soriano, château Orsini, « tour » H3, vue depuis l’est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Légende Fig. 295 – Soriano, château Orsini, « tour » H3, face nord, écu Orsini.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 296 – Soriano, château Orsini, « tour » H3, face nord, partie basse visible depuis la pièce G, bas-relief représentant un ours.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 297 – Soriano, château Orsini, courtines 1-2, vue depuis le sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Légende Fig. 298 – Soriano, château Orsini, courtine 2, partie haute.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 299 – Soriano, château Orsini, courtine 2, vue depuis le sud-est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 300 – Soriano, château Orsini, tour F.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Légende Fig. 301 – Soriano, château Orsini, bâtiment E, façade est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Fig. 302 – Soriano, château Orsini, pièce H/E (chapelle), voûte.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende Fig. 303 – Soriano, château Orsini, pièce H/E (chapelle), tableau d’autel.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Légende Fig. 304 – Soriano, château Orsini, portique L1-L4, rez-de-chaussée, détail d’une colonne ionique.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Légende Fig. 305 – Soriano, château Orsini, portique L1-L4.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 306 – Soriano, château Orsini, portique L1-L4, travée L2.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende Fig. 307 – Soriano, château Orsini, portique L1-L4, travée L2, un compartiment de la voûte.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 308 – Soriano, château Orsini, escalier a.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 309 – Soriano, château Orsini, galerie L1-L4.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 310 – Soriano, château Orsini, pseudo-tour 4, face sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 311 – Soriano, château Orsini, pseudo-tour 4, face ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 312 – Soriano, château Orsini, balcon et terrasse 8, vus depuis l’est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 313 – Soriano, château Orsini, escalier b et fontaine.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 314 – Soriano, château Orsini, châtelet W-X, vu depuis le sud-ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 315 – Soriano, château Orsini, vu depuis le nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Légende Fig. 316 – Soriano, château Orsini, courtine 15 et bâtiment P.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 317 – Soriano, château Orsini, courtine 15, écu Orsini.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende Fig. 318 – Soriano, château Orsini, bâtiment P, écu Orsini.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/180/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 581k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540