Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la « Cité de Dieu » au « Palais du Pape »

 | 
Pierre-Yves Le Pogam

Première partie. Les monuments

Chapitre 6. Rieti : le palais épiscopal et pontifical

Texte intégral

1L’histoire de la résidence de Rieti (fig. 187189) est assez différente de celle de nos premiers cas d’étude. La dénomination même du palais laisse entendre qu’il s’agit d’un exemple plus ambigu : les sources – et encore aujourd’hui la toponymie locale – parlent tantôt de palais épiscopal, tantôt de palais pontifical. N’est pas en cause, comme pour Orvieto ou Viterbe, une hésitation formelle due à l’utilisation de la résidence par l’évêque antérieurement ou postérieurement au séjour des papes. Plus fondamentalement, il s’agit de savoir si l’on peut attribuer la construction du palais à la papauté. De fait, le problème se pose pour la partie la plus monumentale de la construction, la grande salle élevée en 1283, en l’absence de tout séjour pontifical à Rieti. On verra cependant qu’il y a de bonnes chances pour qu’il s’agisse d’une création réalisée en songeant à attirer la papauté dans la ville, comme à Viterbe ou à Pérouse, dans un but qui n’aurait pas été tout de suite atteint. Quoi qu’il en soit, les autres parties du palais se rattachent directement à l’action de la papauté : la loggia de 1289 à la présence (et probablement à la volonté expresse) de Nicolas IV ; l’arc et les constructions voisines qui poursuivent la grande salle à celle de Boniface VIII dix ans plus tard (l’arc étant appelé à Rieti tantôt « arco del vescovo », tantôt « arco di Bonifacio VIII », ce qui illustre bien les fluctuations locales quant à l’attribution du palais en général).

I – HISTORIOGRAPHIE ET HISTORIQUE

1. Historiographie

Fig. 187 – Rieti, plan de situation générale. Consiglio (R.), Rieti..., fig. 4.39.

Fig. 188 – Rieti, cathédrale et palais épiscopal, plan du rez-de-chaussée et du 1er étage. Consiglio (R.), Rieti..., fig. 4.1.

  • 1 On peut seulement citer l’article récent de Schimmelpfennig, où le palais de Rieti est étudié comm (...)
  • 2 Angelotti (P.), Descrittione della città di Rieti..., Rome, 1635. Selon Tozzi (I.), Rieti : il rio (...)
  • 3 Consiglio (R.), Rieti. Evoluzione di una struttura urbana, Naples, 1990.
  • 4 Notamment Sacchetti Sassetti (A.), Pei restauri dell’episcopio e del duomo, Rome, 1926 et Palmegia (...)
  • 5 Gigliozzi (M. T.), I palazzi del papa..., Rome, 2003, chap. 5.

2Plus encore que la plupart des autres sites ici étudiés, le palais de Rieti n’a guère été abordé que par l’historiographie locale, sans qu’il soit jamais analysé de manière comparative ou dans le cadre d’ouvrages plus transversaux1. Les contributions écrites dans le cadre de cette histoire locale ne manquent pas de mérite, depuis la description de Rieti écrite au xviie siècle par Pompeo Angelotti2, jusqu’à la publication d’ensemble la plus récente, le beau livre de Renzo Consiglio sur l’architecture et l’urbanisme de Rieti écrit en 19903. Mais elles sont finalement peu abondantes et, surtout, encore moins nombreuses sont les contributions spécialement dédiées au palais, qui peuvent se résumer aux interventions contrastées de Sacchetti Sassetti et de Palmegiani, qui furent au début du xxe siècle inspecteurs successifs des monuments et fouilles de la circonscription de Rieti4 et récemment au chapitre consacré au palais dans le volume général de M. T. Gigliozzi5.

Fig. 189 – Rieti, palais épiscopal, principales campagnes médiévales. 1. Tour. 2. Salle. 3. Grande salle. 4. Loggia. 5. Passage couvert. 6. Corps de bâtiment médiéval. 7. Corps de bâtiment moderne. 8, 9 et 10. Corps de bâtiment médiéval. 11. « Cavalcavia ». A. Pièce de transition. B. Salle des armoiries. C. Salle de saint Probus. D. Bureau du vicaire épiscopal. E. Chapelle. F et G. Bureaux de l’économat.

2. Historique, transformations et restaurations

  • 6 Leggio (T.), « Nuove acquisizioni per la cronotassi episcopale reatina nell’alto medioevo... », da (...)
  • 7 Grégoire le Grand, Dialogues, Vogüé (A. de) éd., t. 3, Paris, 1980, p. 52-55 (livre IV, chap. XIII (...)
  • 8 « ...admonuit [...] in superiores episcopii sui partes ascendere [...]. Omnes igitur ascenderunt d (...)
  • 9 Leggio (T.), Le fortificazioni di Rieti dall’alto Medioevo al Rinascimento (secc. VI-XVI), Rieti, (...)
  • 10 Manaresi (C.) éd., I placiti del « Regnum Italiae », vol. II/1, Rome, 1957, p. 215 n°198 (notice d (...)
  • 11 Leggio, Le fortificazioni di Rieti..., cit., p. 10. T. Leggio donne des exemples comparables d’occ (...)
  • 12 Manaresi (C.) éd., I placiti del « Regnum Italiae », vol. II/2, Rome, 1958, p. 675, n°318 (notice (...)
  • 13 Par exception on peut citer la célèbre inscription se rapportant au mariage de l’empereur Henri VI (...)

3Le palais épiscopal de Rieti, prédécesseur et matrice du palais pontifical du xiiie siècle et donc de l’actuel palais épiscopal, a dû exister depuis les origines du diocèse, qui sont extrêmement anciennes6. Déjà il est attesté par les Dialogues de Grégoire le Grand, à l’occasion de la mort de saint Probus dans son évêché7. Le pontife tient ce récit de la bouche du neveu de l’évêque, saint Probus ayant vécu vers le milieu du vie siècle. On y apprend que la résidence de l’évêque possédait au moins deux niveaux et que la salle principale, où saint Probus, mourant, envoie ses visiteurs reprendre des forces, est située à l’étage8. En 922, 948 et 982 sont enregistrées d’importantes donations pour la restauration du palais épiscopal9. De même, les différentes composantes du palais tel que nous le connaissons devaient bien sûr préexister aux campagnes de la fin du xiiie siècle : les évêques disposaient certainement déjà d’une partie publique et d’une partie résidentielle. En 982 est déjà mentionnée une tour du palais épiscopal10. À juste titre T. Leggio propose d’y reconnaître une des tours de l’enceinte romaine qui aurait été transformée lors des campagnes de travaux mentionnées au cours du xe siècle et englobée ainsi dans le palais épiscopal11. Nous retrouverons la question de cette tour plus loin, lors de la description du palais et de l’interprétation des travaux de l’extrême fin du xiiie siècle. Vers 1021-1023, est mentionné l’« atrium » de l’évêché, donc une cour intérieure12. En 1201, la cité est ravagée par un incendie qui frappe également le palais épiscopal. Cela explique vraisemblablement pourquoi nous ne trouvons guère d’éléments antérieurs au xiiie siècle dans le palais13.

  • 14 ACR, arm. IV, fasc. M, n°5 (29 août 1284) et arm. IV, fasc. G, n°4 (26 novembre 1294) ; cités égal (...)
  • 15 Voci Roth (A. M.), « I palazzi papali del Lazio », dans Itineranza pontificia : la mobilità della (...)
  • 16 Leggio (T.), « Il convento di San Domenico nel paesaggio urbano di Rieti del pieno Medioevo », dan (...)
  • 17 Sacchetti Sassetti, Pei restauri dell’episcopio e del duomo, cit., p. 6.
  • 18 L’expression apparaît en effet dans l’acte d’hommage de Charles II d’Anjou, du 19 juin 1289, insér (...)
  • 19 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., n. 1 p. 207.
  • 20 Savignoni (P.), « L’archivio storico del comune di Viterbo », dans ASRSP, t. 19, 1896, p. 8-14, n° (...)
  • 21 Supino (P.), La « Margarita Cornetana ». Regesto dei documenti, Rome, 1969, n°275, p. 216-217 ; ci (...)

4En 1283 se situe la construction de la grande salle du palais épiscopal, dont nous parlerons en détail tout au long du chapitre. En 1284 et en 1294, est citée la camera de l’évêque, respectivement Pietro et Nicola, avant la reconstruction de la partie résidentielle qui a vraisemblablement eut lieu sous l’évêque Berardo14. Mais entre ces deux dates s’est déroulé un événement décisif pour l’histoire du palais, à savoir le retour de la curie pontificale à Rieti. Après les nombreux séjours pontificaux de la fin du xiie et du début du xiiie siècle (Innocent III, Honorius III, Grégoire IX), la cité n’avait plus vu de papes pendant les années centrales du siècle. C’est seulement avec Nicolas IV qu’un pontife fit retour dans la ville, pour y passer l’été 1288 puis l’été 1289. À juste titre, A. M. Voci a souligné que ce choix n’était probablement pas sans rapport avec l’appartenance du pape à l’ordre des frères mineurs, quand on sait l’importance de Rieti pour l’histoire franciscaine15. Cependant un pontife parfois plus réticent envers les fils de saint François, Boniface VIII, allait faire de même en 1298. Pendant que les papes séjournaient à Rieti, les évêques devaient continuer à habiter dans la même zone. C’est ce que semblerait impliquer l’expression de « majus palatium » que l’on trouve dans une bulle de Nicolas IV pour désigner le palais pontifical, probablement par opposition avec le palais épiscopal, selon l’hypothèse de T. Leggio16. De même, pour A. Sacchetti Sassetti, le fait qu’apparaissent concurremment les expressions « palatium pontificale » et « palatium episcopale » implique que, jusqu’au xive siècle compris, on distinguait les deux parties17. Je ne penche pas pour ces interprétations. Il peut s’agir tout aussi bien de variantes liées aux habitudes des rédacteurs ou au hasard (et, dans le cas de la bulle de Nicolas IV, d’une exaltation de la résidence pontificale dans un acte particulièrement solennel, l’hommage du nouveau roi Charles II envers l’Église romaine18). En l’absence de texte clair, où deux expressions différentes seraient utilisées concomitamment, on ne peut pas trancher. Par ailleurs, les mêmes auteurs indiquent que la première attestation du palais de Rieti comme « palatium papale » remonterait seulement à 1294, comme l’affirme encore en dernier lieu Gigliozzi19. Pourtant un acte montre clairement que la désignation remonte au pontificat de Nicolas IV. Il s’agit d’un très long document, concernant la controverse entre la commune de Viterbe et Orso Orsini que la curie pontificale tente d’apaiser, daté par son éditeur entre le 30 octobre 1288 et 6 mars 1290, qui se déroule en plusieurs temps entre Rome et Rieti, « in papali palatio Reatino »20. Vu les dates des séjours de Nicolas IV à Rieti, la partie de la procédure qui a lieu dans cette ville ne peut avoir pris place que pendant le second séjour du pape, à l’été 1289. De toute façon, un autre acte datant du séjour papal de 1289 comporte également cette souscription, sous une forme légèrement différente : « palatium domini pape »21. Nous nous trouvons donc à la même époque où la chancellerie de Charles II d’Anjou emploie, comme on vient de le voir, l’expression de « majus palatium » et cette dernière implique une exaltation de la résidence pontificale et non pas une distinction de celle-ci par rapport au palais épiscopal.

  • 22 Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 230.
  • 23 Nombreuses références données par Leggio, « Il convento di San Domenico... », cit., n. 110.
  • 24 La référence donnée par Sacchetti Sassetti, Pei restauri dell’episcopio e del duomo, cit., p. 6 (2 (...)
  • 25 2 janvier 1311, Rieti, Arch. capit., Arm. IV, fasc. C, n°8, cité d’après Maceroni (G.) et Tassi (A (...)
  • 26 ACR, Liber instrumentorum II, p. 27, 7 mai 1315 ; cité également par Brentano, A new world in a sm (...)
  • 27 1318, 1323, 1326, 1334, 1335 : ACR, Liber instrumentorum II, p. 118, 172, 211, 353, 378.
  • 28 1340, 1341, 1342, 1343, 1345, 1347 : ACR, Liber instrumentorum II, p. 457-458, 463, 502, 511, 541, (...)
  • 29 ACR, Liber processuum maleficiarum, 1346-1376, fol. 11v° ; cité également par Brentano, A new worl (...)
  • 30 ACR, Liber instrumentorum III, p. 333.
  • 31 ASRi, archivio notarile distrettuale di Rieti, protocollo di Giovanni Carilli, 3e vol. (1407-1411) (...)
  • 32 Voir le portrait tracé par Brentano, A new world in a small place..., cit., notamment p. 168-172.

5Après les séjours pontificaux qui justifièrent la création du palais tel que nous le connaissons actuellement, celui-ci assuma presque uniquement la fonction de palais épiscopal, même si quelques papes séjournèrent encore ponctuellement à Rieti (Boniface IX, Sixte IV, Paul III et Clément VIII22). Différentes parties du bâtiment sont citées dans la documentation produite par le chapitre ou par l’évêque23. Sont mentionnées par exemple la grande salle24 et la chambre25. On rencontre encore plus souvent la loggia, probablement à cause de son rôle privilégié pour passer les actes juridiques conclus par les membres du chapitre cathédral. Le 7 mai 1315, un acte est établi dans le « proaulo » du palais26. L’expression semble bien désigner la loggia, d’autant plus qu’elle apparaît de manière régulière jusqu’en 1335, sans interférer avec une autre dénomination27. En effet il semble que ce soit seulement à partir de 1340 que le bâtiment est cité sous l’appellation « logia » : « in logia palatii papalis »28. Un bon exemple de ces actes judiciaires passés ou proclamés depuis la loggia est celui du 24 août 1346, lorsque le vicaire épiscopal, durant la vacance qui précéda l’élection de l’évêque Biagio, acquitta, en une véritable provocation envers les autorités communales, deux clercs accusés de complicité avec des exilés29. En 1351, est citée la « logia nova episcopalis palatii »30. Est-ce que l’expression s’explique seulement par des travaux à la loggia de Nicolas IV ? Ou bien se rapporte-t-elle à un nouvel édifice, qui pourrait être identifié, à titre d’hypothèse, à ce bâtiment, aujourd’hui disparu, qui était situé au-dessus la via Cintia, en avant de « l’arco del vescovo » et que nous évoquerons plus loin ? C’est cette dernière hypothèse que semble impliquer la désignation, au début du xve siècle, de « logia anteriori episcopalis palatii »31. Cette expression s’appliquerait bien à la loggia de 1289, si l’on accepte notre identification de la seconde loggia, dite « neuve » en 1351, avec la construction qui était érigée plus loin, sur le flanc de la grande salle. On remarquera que l’édification de ce bâtiment au milieu du xive siècle correspondrait aux débuts de l’épiscopat de Biagio da Leonessa (1347-1378). Cet évêque a eu beaucoup d’importance pour Rieti ; il y est apparu comme un prélat à la fois énergique et diplomate32. Avoir marqué le début de sa charge par quelques travaux d’aménagement de son palais serait un acte bien typique pour un évêque réformateur et bon administrateur. Mais, en l’absence d’une mention explicite, notre proposition doit rester hypothétique.

  • 33 ACR, Lib. proc. civ., 1ère assemblée, fol. 1 et 8v°, d’après Brentano, A new world in a small plac (...)
  • 34 ACR, Lib. proc. civ., 1ère assemblée, fol. 16-20v°et 2526, d’après Brentano, A new world in a smal (...)
  • 35 Consiglio, Rieti..., cit., p. 160.
  • 36 « Sub volta palatii papalis » : 17 septembre 1335, ACR, Liber instrumentorum II, p. 192 et 156 ; c (...)
  • 37 L’acte mentionné pour le 30 mars 1312 par Sacchetti Sassetti, Pei restauri dell’episcopio e del du (...)

6En 1348, le vicaire épiscopal installe son tribunal dans le palais « ad solitum bancum »33. L’emplacement de ce « banc habituel » est précisé dans le même recueil : le 8 janvier 1348, le vicaire prononce une sentence assis dans la loggia du palais34. Ces mentions appellent une question : où se tenaient exactement ces séances judiciaires, dans la partie basse ou haute de la loggia ? R. Consiglio pense qu’il s’agissait du rez-de-chaussée, couvert et en contact avec la zone la plus ouverte au public du palais35. On peut peut-être suivre plutôt les remarques d’A. Sacchetti Sassetti, pour qui le mot de « loggia », dans la documentation, s’applique seulement à l’étage de la construction, le rez-de-chaussée étant constamment désigné comme « volta » ou « tocco »36. Quant à l’escalier de la loggia, il serait cité dès 1312 dans la documentation37.

  • 38 ASRi, archivio notarile distrettuale di Rieti, protocollo di Giovanni Carilli, 1er vol. (1397-1400 (...)
  • 39 3e vol., fol. 42 et 157.
  • 40 2e vol., fol. 181v° ; 3e vol., fol. 67v°et 75.
  • 41 3e vol., fol. 34 : « in anticamera ». Dans le 1er vol., fol. 28, on trouve également l’expression (...)
  • 42 2e vol., fol. 35, 42 (précisé ici : « in camera residentie dicti domini vicarii »), 132 (précisé i (...)
  • 43 Outre la référence déjà citée : 2e vol, fol. 171 ; 3e vol., fol. 36v°, 60v°, 134, 162, 164v°, 172.
  • 44 3e vol., fol. 64v°, 118v°, 253v°.
  • 45 3e vol., fol. 35 : « in pede scalarum intus palatium ».
  • 46 3e vol., fol. 35v°et 228v°.
  • 47 2e vol., fol. 145v° ; 3e vol., fol. 37.
  • 48 1er vol., fol. 78.
  • 49 3e vol., fol. 187.
  • 50 1er vol., fol. 79v°.
  • 51 2e vol., fol. 25 (deux mentions).
  • 52 1er vol., fol. 180v°: « in proferlo prope sacristiam », qui me semble désigner la même chose qu’au (...)

7Les sources de la fin du Moyen Âge mentionnent de nombreuses parties du complexe. Un sondage dans les archives notariales, pour vérifier la mention rapportée ci-dessus concernant la « logia antérieure », m’a permis de retrouver des dizaines de citations du palais, dans ces protocoles du notaire Giovanni Carilli, actif autour de 1400 et principalement au service de l’Église de Rieti, dont les actes sont passés très souvent dans la cathédrale ou dans le complexe de bâtiments voisin. Il faut donc préciser que les indications fournies par le biais de cette source, même si cette dernière est d’une grande richesse, pourraient très probablement être développées grâce à une enquête globale dans les archives notariales de Rieti. Les protocoles de Giovanni Carilli permettent en attendant de nommer les salles, pièces ou bâtiments suivants38 : porte (probablement au sens de porte principale)39 ; chambre de l’évêque40 ; antichambre de l’évêque41 ; chambre du vicaire épiscopal42 ; loggia antérieure43 ; l’escalier (surtout à propos du pied de l’escalier), qui semble être l’escalier extérieur de la loggia44, car on le précise quand il s’agit d’un escalier spécifique, en l’occurrence l’escalier intérieur45, dont on ajoute ailleurs qu’il est situé devant l’écurie ou devant la porte de l’écurie (« ante stabulum », « ante hostia stabuli »)46 ; l’audience47 ; la partie basse (« in parte inferiori »), ce qui doit s’appliquer à la grande salle basse48 ; le petit tinel49 ; le cellier50 ; le jardin51. On notera également que le notaire passe quelques actes dans une troisième loggia, qui ne nous intéresse pas directement ici, car elle devait se situer non loin de la sacristie de la cathédrale52. Sans entrer dans le détail de la discussion sur l’identification de chacune de ces dénominations, donnons au moins la clé de celles qu’on retrouvera plus loin au cours de l’analyse des bâtiments existants. La chambre et l’antichambre de l’évêque sont certainement les salles B et C-D. L’escalier nommé sans précision doit être probablement considéré, comme on l’a vu, comme celui de la loggia orientale, qui correspond elle-même à la « loggia antérieure » de nos documents. L’autre escalier coïncide avec celui que Palmegiani a totalement refait, à l’intérieur de la cour. Par conséquent, les écuries se trouvaient dans le bâtiment au sud de celle-ci, ce qui est logique, puisque, comme on le verra, les véhicules pouvaient entrer dans la cour et que les chevaux devaient donc être abrités non loin. Comme je l’ai indiqué, l’expression « in parte inferiori » semble s’appliquer en particulier à la grande salle basse. En revanche, je ne suis pas sûr de l’identité de l’« audientia », même si l’on peut peut-être y reconnaître la grande salle haute. Il en va de même pour la chambre du vicaire épiscopal (probablement à l’étage) et pour le petit tinel et le cellier (certainement en partie basse). Quant au jardin, vu la topographie des lieux, il ne pouvait être qu’au sud du complexe, comme aujourd’hui.

  • 53 21 avril 1584 : « Capitulum decrevit quod accipiantur mutuo ab obedentiariis scuta decem et solvan (...)
  • 54 Maceroni (G.) et Tassi (A. M.), Società religiosa e civile dall’epoca postridentina alle soglie de (...)
  • 55 Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », cit., p. 419.
  • 56 Negri Arnoldi (F.), « La scultura », dans Aspetti dell’arte del ’400 a Rieti [Exposition. Rieti, P (...)

8L’édifice a été à de multiples reprises victime de reconstructions ou restaurations importantes, notamment au xvie siècle, au xviie siècle et dans les années 1920-1930. Aux travaux du xvie siècle, liés à l’épiscopat de Mario Aliger (1529-1555), on doit notamment l’ouverture de grandes baies dans une bonne partie du palais et le réaménagement de la partie haute de « l’arco del vescovo ». Par ailleurs, l’escalier aboutissant à la loggia aurait été déplacé une première fois dès le xvie siècle. Plus précisément, le déplacement pourrait être situé, selon Sacchetti Sassetti, dans les années 1560. Toujours d’après les recherches minutieuses et le plus souvent très fiables de Sacchetti, une première restauration importante de ce nouvel escalier eut lieu dès 1584, donc sous l’épiscopat de Giulio Cesare Segni (1584-1603)53. Tout récemment, Mgr Maceroni et Anna Maria Tassi ont pu prouver que Sacchetti avait effectivement approché de près la vérité. Une « Relatio ad limina » de Mgr Segni de 1597 rapporte que l’escalier, jusqu’alors adossé à la nef latérale de la cathédrale, fut déplacé cette année-là au centre de la loggia54. Partant visiblement des données fournies par les recherches de Sacchetti, Palmegiani écrit en revanche que la loggia reçut une couverture à la fin du xvie siècle, sous l’épiscopat Segni, ce qui n’est qu’une extrapolation gratuite55. Il déclare d’autre part qu’on trouve, sur les chapiteaux des deux colonnes, les armoiries de Mgr Segni, à gauche, et de l’évêque Capranica, à droite. Quant aux armoiries de droite (fig. 190), il doit effectivement s’agir de celles d’Angelo Capranica, évêque de Rieti de 1450 à 1469, puis administrateur du diocèse de 1477 à sa mort en 1480 (et cardinal depuis 1460). Le chapiteau lui-même semble dater de 1458, année où l’évêque Capranica effectue d’importants travaux à la cathédrale, comme l’érection d’un portique en façade56. Par ailleurs, si les armoiries du chapiteau de gauche sont bien celles de Mgr Segni (fig. 191), il faut préciser que le bas-relief comportant l’écu semble ajouté au chapiteau, contrairement à celui de droite. Aussi, l’identification du prélat qui a apposé ici ses armes nous importe finalement assez peu. Inversement, les armoiries Capranica et le type des deux chapiteaux nous amènent indubitablement dans le troisième quart du xve siècle et correspondent bien à la date de 1458. Palmegiani ne se pose pas la question de savoir ce que font ces armoiries dans une construction qu’il attribue à juste titre à l’évêque Segni, à la fin du xvie siècle (c’est probablement pour cela qu’il veut reconnaître ses armoiries dans le chapiteau de gauche). La présence des armoiries Capranica semble poser problème : Segni aurait-il voulu célébrer un prédécesseur à ses yeux particulièrement important ? Cela paraît peu vraisemblable. On doit probablement voir ici la trace d’une intervention antérieure à celle de la fin du xvie siècle (d’autant plus que le type du chapiteau correspond très exactement à celui du portique créé par l’évêque Capranica pour la cathédrale en 1458).

Fig. 190 – Rieti, palais épiscopal, loggia, chapiteau aux armes des Capranica.

Fig. 191 – Rieti, palais épiscopal, loggia, chapiteau aux armes de Mgr Segni.

  • 57 Cf. Rome, Soprintendenza per i BBAAAA del Lazio, dossier Archivio 641, Mon. Ri. (Rieti, palazzo ve (...)

9L’escalier et la loggia tels qu’ils avaient été transformés par ces campagnes de travaux des xve-xvie siècles sont difficiles à restituer. En effet, ils furent à nouveau modifiés au siècle suivant et ces travaux furent à leur tour annulés par les restaurations drastiques des années 1920-1930. Dans ce contexte de pauvreté documentaire, un témoignage iconographique mis en avant par F. Palmegiani se révèle important : il s’agit d’une peinture qui se trouve dans l’une des lunettes du portique du couvent de Saint-Dominique de Rieti, de la première moitié du xviie siècle, qui représente un passage de la vie de sainte Colombe de Rieti57. À juste titre, Palmegiani a reconnu à l’arrière-plan une vue de la loggia et de l’escalier, tels qu’ils devaient se présenter juste avant les modifications du milieu du siècle. La peinture est lacunaire, mais permet de confirmer que les deux éléments se présentaient de manière assez différente par rapport à la situation postérieure au milieu du xviie siècle, comme on le verra plus loin.

  • 58 Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », p. 407. Dans le rapport manuscrit ci (...)
  • 59 « Relatio ad limina », s. d., d’après Maceroni et Tassi, Società religiosa e civile..., cit., p. 2 (...)
  • 60 On trouvera la transcription plus bas, dans l’analyse de la grande salle. Une autre « Relatio ad l (...)
  • 61 Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 215 n. 1 et Rome, Soprintendenza per i BBAAAA del (...)
  • 62 Tassi (A. M.), Il ricostruttore delle strutture portanti della Chiesa reatina, Massimo Rinaldi, Te (...)
  • 63 Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 215.
  • 64 D’après Maceroni et Tassi, Società religiosa e civile..., cit., p. 17 n. 58.
  • 65 « Relatio ad limina », d’après Maceroni et Tassi, Società religiosa e civile..., cit., p. 242-243.
  • 66 « Relatio ad limina », d’après Maceroni et Tassi, Società religiosa e civile..., cit., p. 247-248.

10En 1637-1639, le cardinal G. F. Guidi da Bagno, évêque de Rieti de 1635 à 1639, fit exécuter une campagne de peinture décorative dans les appartements épiscopaux. Cette intervention superficielle ne touchait pas la structure du palais. Pourtant, une des actions du cardinal a peut-être préparé le terrain à l’intervention suivante. Il fit reclasser les archives capitulaires par son secrétaire, le célèbre Gabriel Naudé, en 1638. Cette mise en ordre des documents officiels de l’Église de Rieti a peut-être suscité l’idée de leur donner un siège plus approprié, ce qui fut fait par le successeur de Guidi. En effet, la grande campagne de travaux architecturaux du xviie siècle résulte de l’intervention de l’évêque Giorgio Bolognetti (1639-1660), un prélat qui engagea également la profonde rénovation de la cathédrale romane. Si l’on en croit F. Palmegiani, c’est dès le début de son épiscopat, en 1640, que Bolognetti intervint sur la grande salle, en commençant par la structure de la salle basse, pour laquelle il fit fermer les arcades et subdiviser l’espace intérieur58. Pourtant, en 1642 Mgr Bolognetti parlait lui-même de travaux encore en cours59. Les opérations n’ont dû s’achever de toute façon qu’en 1652, selon l’inscription peinte dans la grande salle haute, qui rappelle brièvement l’entité des travaux (construction d’un local pour les archives, restauration générale du palais, amplification du jardin, restauration de la grande salle et des armoiries peintes des évêques qui s’y trouvaient déjà)60. Enfin Bolognetti fit reconstruire l’escalier et remanier la loggia dans la forme qu’ils possédaient avant les travaux de restauration du xxe siècle (plus précisément en 1639, selon l’article de Palmegiani de 1924, ou entre 1639 et 1645, selon un rapport manuscrit du même Palmegiani61). Les deux arcades du rez-de-chaussée de la loggia furent en grande partie aveuglées par cet escalier et les deux travées furent dès lors utilisées, l’une comme chapelle, l’autre comme magasin puis comme boutique62. Quant à la loggia au xviie siècle, les deux colonnes utilisées dans la reconstruction existaient déjà ; mais pas le pilier central et le rythme ternaire ainsi déterminé était bien différent de l’élévation quadripartite actuelle. Une arcade en plein cintre s’ouvrait à droite ; l’arcade centrale, également en plein cintre, était à la fois plus large et plus haute, ce qui entraînait une toiture plus complexe que le simple appentis actuel. Sur la loggia et l’escalier tels qu’ils se présentaient après la reconstruction de Mgr Bolognetti la seule documentation semble être un dessin de Palmegiani63. Il me semble utile de signaler que dans le palais communal de Rieti subsiste un autre témoignage iconographique. Dans ce qui est aujourd’hui la salle n°8 du Museo civico de Rieti, installé dans les salles de représentation du palais communal, la partie haute des murs est ornée de fresques du milieu du xviie siècle dues au pinceau de Vincenzo Manenti (1600-1674). Il s’agit d’une frise montrant les événements célèbres ayant eu lieu à Rieti. Dans la scène qui montre Grégoire IX recevant Frédéric II, en 1232, est représentée la loggia. Il s’agit d’un anachronisme, la construction n’ayant été élevée qu’un demi-siècle plus tard. Ce qui nous importe ici, c’est que Manenti a probablement reproduit la loggia telle qu’il l’avait sous les yeux, après sa transformation à partir de 1639. La fresque est abîmée, précisément dans cette partie de la scène, mais on aperçoit un escalier droit face à ce qui doit être la travée centrale. En 1674, l’évêque Mgr Vicentini déclare avoir fait peindre les armoiries des évêques. Puisqu’un décor semblable se trouvait déjà dans la grande salle comme l’atteste l’épigraphe de Bolognetti (voir ci-dessus), il ne peut s’agir que de l’actuelle salle des armoiries, la salle B de l’adonction de Boniface VIII (même si les armoiries actuelles ne datent que de la restitution du début du xxe siècle). Cette interprétation peut correspondre en outre à la situation topographique de la salle donnée par la « Relatio ad limina » : « Primum aditum eximia magnitudine exornat Aula, cuius Cubiculis non ineleganti pictura conspicuis, ipse ac Patriae Antistitem decet, nomina, cognomina et gentilitia insignia Episcoporum Concivium, qui huic Cathedrae olim praefuerunt, depingenda curavi »64. Les dernières mentions importantes d’intervention à l’époque moderne ont lieu sous l’évêque Antonio Serafino Camarda (1724-1754). En 1727 et 1729, il décrit le palais et déplore son mauvais état. Il prévoit de déplacer la chancellerie depuis le premier étage dans trois pièces du rez-de-chaussée. Il mentionne également la réparation qu’il a fait effectuer dans la grande salle haute : des poteaux ont été installés pour soutenir le plafond qui menaçait de tomber65. En 1733, l’évêque affirme encore avoir restauré de nombreuses parties du palais (par exemple en faisant poser une grille entre les colonnes de la loggia, afin de contrôler l’accès du rez-de-chaussée de la grande salle) ; en 1746, il informe les autorités supérieures qu’il a pu faire enlever les poteaux de la grande salle haute et la restaurer66.

  • 67 Maceroni et Tassi, Società religiosa e civile..., cit., p. 247 n. 94 et p. 433-441 et pl. V (publi (...)
  • 68 Tassi, Il ricostruttore delle strutture..., cit., p. 105-106.
  • 69 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 218-219.
  • 70 Boschi (V.), « Storia ed arte nell’episcopato di Rieti. Un discepolo del Domenichino », dans Misce (...)
  • 71 Tassi, Il ricostruttore delle strutture..., cit., p. 103-149, résumée dans Gigliozzi, I palazzi de (...)
  • 72 Voir notamment Sacchetti Sassetti, Pei restauri dell’episcopio e del duomo, cit., in fine.
  • 73 Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti, ricostruzione storico-artistica con diseg (...)
  • 74 Rome, Soprintendenza per i BBAAAA del Lazio, dossier Archivio 641, Mon. Ri. (Rieti, palazzo vescov (...)
  • 75 Est particulièrement révélatrice à cet égard une lettre du maire (ou podestat, comme se plaisaient (...)
  • 76 Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », cit., p. 425.
  • 77 Malgré la précaution d’un contrat écrit, la collaboration de la commune n’alla pas sans produire d (...)
  • 78 Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 213 et n.1et 2 ; p.214 n.1.
  • 79 Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., cf. les légendes des ill. p. 212, 219, 223 et p. 224 (...)
  • 80 « Restauri al Vescovado », dans L’Unità Sabina, 24 décembre 1926, cité d’après Maceroni et Tassi, (...)
  • 81 Tassi (A. M.), « La personalità di Massimo Rinaldi. Ricerche e riflessioni », dans Il vescovo scal (...)

11Les xixe et xxe siècles ont apporté leur lot de destructions et de restaurations abusives. En 1837 eut lieu une opération assez secondaire : l’évêque Mgr Filippo Curoli fit réa-ménager la prison de la curie, située à l’angle nord-ouest du palais (dans les salles C et D de l’adjonction de Boniface VIII)67. En 1866 et 1874 eurent lieu des tentatives pour abattre l’« arc de l’évêque », dans une perspective d’hygiène publique et « d’embellissement » typique de l’époque68. Heureusement, elle ne fut pas suivie d’effet et on proposa même d’assigner un subside à l’évêque pour la restauration de la grande salle du palais. Mais cette mesure non plus ne fut pas exécutée, sous prétexte que le toit n’était pas originel et que le palais en général avait été amplement transformé69. Vers 1900, l’évêque de Rieti, Mgr Bonaventura Quintarelli (1894-1915), fit dégager les fresques du xviie siècle, de Vincenzo Manenti, qui ornaient deux pièces de l’évêché, dont la restauration fut comme le prélude des travaux bien plus importants qui allaient être engagés dans les années suivantes70. En effet, entre la fin des années 1920 et le début des années 1930, l’ensemble du palais épiscopal fit l’objet d’une restauration extensive, sous l’épiscopat et sous l’impulsion de Mgr Massimo Rinaldi (19241941)71. Les auteurs de ces travaux ont été successivement Angelo Sacchetti Sassetti, puis Francesco Palmegiani. Ce dernier, en particulier, qui était dans le même temps maireadoint (« vice-podestat ») de Rieti, est un représentant typique des restaurations de l’époque fasciste, à la fois par l’imprécision de ses projets, l’importance des restitutions prévues et la hâte des travaux. Quant au premier point, on aura l’occasion de mentionner souvent la légèreté des hypothèses proposées (auxquelles semble s’être opposé vainement Angelo Sacchetti Sassetti72), parfois décidées au cours des opérations de restauration ou établies seulement sur la foi des médiocres illustrations de l’article de 192473. De même, le dossier de la surintendance témoigne de l’incertitude du projet, à travers les variantes infinies proposées par le restaurateur, dont la plupart ne reposaient que sur de simples considérations esthétiques et dont certaines présentaient des solutions assez absurdes74. Faisant fi de tous les témoignages postérieurs à la période médiévale, Palmegiani ne prévoyait rien de moins que de faire table rase et de reconstruire quasiment à neuf le palais. Heureusement – je ne sais si cela est dû au point suivant ou aux succès partiels de ses opposants – une partie du programme préparé par Palmegiani ne fut finalement pas réalisé75. Quant à la rapidité des travaux, voici quel fut le calendrier des interventions, tel qu’on peut le restituer. Le programme de la restauration était en quelque sorte contenu dans l’article de 1924, notamment dans la conclusion76. Il prévoyait avant tout le dégagement du rez-de-chaussée de la grande salle et la restitution de la loggia dans sa forme « primitive » ou du moins dans celle que proposait Palmegiani à la p. 424. La commune de Rieti fut intéressée dès le départ au projet de restauration, grâce à l’activisme de l’évêque Rinaldi, et prit en charge une grande partie du financement, en échange de la concession par l’évêché du droit de passage public au rez-de-chaussée de la loggia et de la grande salle77. Le financement fut monté au cours de l’année 1925, par la Caisse d’épargne locale et par la commune, et les travaux lancés concrètement en 1926. Le projet fut conçu par Palmegiani, pour la partie artistique, et par l’ingénieur Armando Blasi, de la commune, pour les aspects techniques, avec l’approbation de la surintendance aux Monuments et fouilles. Les travaux furent réalisés par une entreprise locale, la firme Angelo Ceci, sous la direction des deux inspecteurs successifs des Monuments et fouilles de la circonscription de Rieti, Angelo Sacchetti puis, à partir de la fin de 1927 jusqu’en 1945, Francesco Palmegiani lui-même, avec l’approbation du surintendant du Latium, Alberto Terenzio. Les travaux concernant le rez-de-chaussée de la grande salle se déroulèrent de 1926 à juillet 1928, tandis que les grilles et les torchères, dessinées par Palmegiani, furent mises en place en mars-avril 192978. Les travaux concernant la loggia et la cour intérieure de l’évêché eurent lieu après un certain intervalle (pendant lequel fut rédigé le rapport manuscrit de Palmegiani conservé à la surintendance) ; ils furent réalisés en 1930, 1931 et étaient encore en cours en 193279. L’architecte restaura également en 1926 la charpente du premier étage de la grande salle, où les dix-neuf fermes précédentes furent remplacées par seulement treize neuves80, et, probablement à une date postérieure à la publication (qui ne les évoque pas), l’ensemble des toitures de l’évêché et l’arc de Boniface VIII. Enfin d’autres travaux furent entrepris uniquement sous l’autorité de Mgr Rinaldi dans les parties intérieures de l’évêché et furent réalisés par l’ingénieur Zaccaria Negroni en seulement deux ans, en 1933-193481. Il s’agissait de consolider l’aile ouest du palais, où le pavement de la salle des armoiries s’écroulait. Celui-ci fut repris grâce à l’insertion de deux pilastres et la salle sous-jacente fut entresolée à cette occasion, pour y créer deux pièces superposées (la salle Saint-Nicolas et la salle des archives).

  • 82 La nécessité de créer l’escalier était dû à la suppression de l’escalier extérieur d’accès à la lo (...)

12On peut distinguer trois zones du complexe, en fonction du degré d’intervention du restaurateur. D’abord, la grande salle et « l’arco del vescovo », relativement peu touchés (sauf le rez-de-chaussée de la grande salle) et dont on peut estimer la restauration honorable (malgré l’aspect un peu froid et uniforme de celle-ci). D’autre part la partie des bâtiments qui regarde sur la cour intérieure de l’évêché. Même s’il subsiste de nombreux et importants témoignages du xiiie siècle, ici l’architecterestaurateur s’est livré sans retenue aux joies de l’invention et du néo-médiéval (par exemple l’escalier, la baie géminée et les armoiries qu’on mentionnera au cours de l’analyse monumentale82). Ce n’est peut-être pas un hasard si nous nous trouvons ici dans une zone interne, dépendant directement de l’institution ecclésiastique, qui est maîtresse chez elle, par conséquent soustraite au regard et à la critique du public. Enfin la loggia présente un dernier cas de figure. Elle a été profondément bouleversée par la restauration. Pourtant, l’état actuel est loin d’atteindre le niveau de restitution encore plus radical proposé par Palmegiani. On est donc en droit de penser que, pour cette partie particulièrement sensible, puisque formant la véritable façade du palais, le débat public ou les pressions diverses ont contraint le restaurateur à se replier sur un compromis. Qu’on en juge : le programme dessiné prévoyait de restituer un remplage pour l’oculus, de recréer un escalier droit, d’ôter toute couverture à la loggia et de la transformer en terrasse découverte, de rouvrir les arcades du rez-de-chaussée. Seul ce dernier point a été réalisé tel quel ; mais l’escalier n’a jamais été construit et l’oculus est resté vide. Surtout, on a adopté une nouvelle couverture pour l’étage de la loggia, certes moins complexe que la précédente, mais bien présente.

  • 83 Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 228.

13Si Palmegiani a décidé d’adopter la solution actuelle, c’est qu’au cours de la démolition de la toiture précédente, il découvrit dans le pilier de droite le logement d’une poutre et des traces de celle-ci. Il en déduisit que l’étage possédait une architrave en bois, reposant sur les deux piliers d’angle et sur un pilier central. Cependant sa solution posait un problème : les demi-fermes de la charpente en appentis devant reposer sur des consoles, du côté de la grande salle, il en résultait que la demi-ferme centrale ne pouvait pas prendre appui sur une console, puisqu’au milieu du mur-pignon, une large et haute porte en arc brisée donnait accès depuis la loggia à la grande salle. Palmegiani a résolu la question en affirmant que cette porte ne devait sa forme qu’à une transformation ultérieure et a restitué la structure « originale », une porte à linteau droit soutenu par des consoles, simplement allégée par un arc de décharge en plein cintre83. En fait, il s’appuie implicitement sur la fresque du couvent de Saint-Dominique, qu’il a eu le mérite de retrouver, mais qui reproduisait seulement l’état du début du xviie siècle. Il est difficile aujourd’hui, après ces bouleversements, de donner tort ou raison au restaurateur. Mais ce qui est parfaitement apparent, c’est la légèreté des arguments qui sous-tendent chaque hypothèse et le caractère improvisé des décisions.

  • 84 Les citations de ces mêmes textes par Sacchetti Sassetti comportent quelques erreurs ; les transcr (...)

14On a parfois soutenu que c’est seulement de la fin du xvie siècle que datait l’escalier conduisant à l’étage. En réalité, Sacchetti et Palmegiani firent remarquer que les documents médiévaux impliquent bien sa présence dès le début du xive siècle au moins ; il était donc logique de supposer qu’il remontait à l’origine de la loggia. De fait, comme on le verra plus bas, l’escalier est mentionné dès 1289, l’année même de la création de la construction. Tel qu’il existait en 1926, avant les travaux de Palmegiani, l’escalier se trouvait en position centrale et débouchait donc, au niveau supérieur, sur l’arcade centrale de l’étage. Quelle était sa position au Moyen Âge ? Palmegiani comme Sacchetti ont pensé d’abord, tous les deux, à un escalier central, comme celui qui était visible avant les travaux de restauration. Puis leur idée évolua. Pour Sacchetti, il devait se trouver en position asymétrique, le long de la cathédrale, face à la travée méridionale de la loggia, notamment à cause d’un document de 148384. Celui-ci et d’autres textes postérieurs mentionnent le payement de deux ouvriers pour l’enlèvement de terres tombées depuis le toit de la cathédrale sur l’escalier, qui devait donc être situé contre le bâtiment de l’église. Le fait que cette dépense n’apparaisse plus dans les comptes après le milieu du xvie siècle doit donc correspondre à la translation de l’escalier au milieu de la façade.

  • 85 Datation donnée par Palmegiani, Rieti e la regione Sa-bina, cit., p. 204. Le même auteur donne ail (...)
  • 86 Les deux possibilités sont évoquées dans les dessins de restitution publiés par Palmegiani dans Ri (...)
  • 87 Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 218 et 221 et photographies p. 212 et 219.
  • 88 Ibid., p. 217. L’attribution du projet à Marcucci est établie par Gigliozzi, I palazzi del papa... (...)
  • 89 Propositions illustrées ibid., respectivement p. 214 et 213.
  • 90 Tassi, Il ricostruttore delle strutture..., cit., p. 133.

15L’opinion de Palmegiani est au départ différente : en 1924, pour lui, l’escalier devait être légèrement décalé vers le centre, afin de ménager un espace du côté de la cathédrale (ce qui explique que l’escalier n’aurait pas été touché par l’édification de la chapelle Saint-Charles, en 1627-163085, entre le mur nord de la cathédrale et l’escalier). Mais le raisonnement ne tient pas : si l’escalier subit un réaménagement en 1639, comme on l’a vu, c’est précisément parce qu’il a dû être bouleversé par la création de la chapelle. Puis dans son ouvrage de 1932, Palmegiani se range à l’avis de Sacchetti, notamment à cause des découvertes qu’il fait au cours des travaux. Dans tous les cas, la position décentrée de l’escalier originel justifiait l’emplacement également asymétrique de l’épigraphe de 1288, dont on parlera dans l’analyse du monument. Cette reconstitution a donc été confirmée par les travaux de restauration de l’édifice : Palmegiani a retrouvé une partie d’un pilier central, situé face au pilier central du rez-de-chaussée de la loggia, qui devait soutenir l’arcade terminale de l’escalier ou éventuellement un palier86 ; sur le mur extérieur de la travée septentrionale du rez-de-chaussée, il dégagea des modillons murés, ce qui prouve que le parapet s’étendait sur toute la travée avant que l’escalier central ne la recouvre partiellement87. Malgré ces découvertes, il ne pouvait être question de démolir les chapelles ajoutées sur le flanc nord de la cathédrale (restitution proposée cependant en dessin... en suivant une suggestion du « podestat » Marcucci, dont nous avons souligné plus haut l’implication personnelle dans les travaux88), mais, tout au plus, de reconstruire l’escalier en position asymétrique le long de celle-ci (avec un arc-rampant ou une arcade terminale supportant un véritable palier89). Les autorités de tutelle envisageaient pourtant bel et bien cette solution et l’idée de ne pas reconstruire d’escalier du tout pour réserver l’avenir fut finalement imposée seulement par le manque d’argent, une solution heureuse et qui, par coïncidence, correspondait à un type de restauration plus prudent90. En revanche, l’absence d’escalier en façade entraînait désormais la question de l’accès au premier étage de l’évêché, résolu, comme on l’a vu, par la « recréation » de l’escalier de la cour intérieure.

  • 91 L’estimation des travaux à réaliser remontait au 18 janvier 1956, cf. Gigliozzi, I palazzi del pap (...)
  • 92 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 224.
  • 93 Maceroni et Tassi, Società religiosa e civile..., cit., p. 235 n. 54.

16Après les restaurations drastiques de l’entre-deux-guerres, le palais a également été l’objet de soins dans la seconde moitié du xxe siècle, mais portant seulement sur des opérations plus limitées : contrôle de stabilité de l’arc de l’évêque en 1953, travaux de consolidation et de restauration de la grande salle en 1955-195891, travaux dans la résidence épiscopale en 196092, réfection des couvertures en 1969, enlèvement d’enduit dans la grande salle haute (à cette occasion fut découverte l’inscription de 1652), réfection de pavement et continuation des travaux de couverture sous Mgr Francesco Amadio (1980-1989), en 1983-198593, travaux de renforcement urgents en 1994, enfin campagne de consolidation de la grande salle, commencée en juillet 2002 et achevée au printemps 2003, suite au tremblement de terre de 1997.

II – DESCRIPTION DU PALAIS (fig. 189 et 192-194)

17La cathédrale de Rieti est occidentée. Le palais épiscopal et pontifical, qui lui est parallèle (le bâtiment est accolé à l’élévation nord de l’église, mais en retrait de celle-ci, c’est-à-dire décalé vers l’ouest), présente donc également sa façade, comme celle de la cathédrale, du côté oriental. Le visiteur aperçoit d’abord la loggia qui précède le bâtiment principal, puis la grande salle où il peut pénétrer, au rez-de-chaussée, et dont il peut suivre le long côté nord, enfin un ensemble de bâtiments plus complexes dans les parties occidentale (y compris le « cavalcavia » de l’extrémité nord-ouest) et méridionale, qui correspond à la partie résidentielle du palais. Nous allons décrire ces éléments en suivant grossièrement l’ordre chronologique de leur construction, en partant donc de la grande salle pour aborder ensuite la loggia puis les parties résidentielles à l’est et au sud, qui intègrent des structures antérieures.

1. La grande salle (fig. 189 et 192-194, no 3)

Fig. 192 – Rieti, palais épiscopal, plan du rez-de-chaussée. D’après Soprint. BAA Lazio-Évêché de Rieti.

Fig. 193 – Rieti, palais épiscopal, plan du 1er étage. D’après Soprint. BAA Lazio-Évêché de Rieti.

Fig. 194 – Rieti, palais épiscopal, plan du 2e étage. D’après Soprint. BAA Lazio-Évêché de Rieti.

  • 94 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 191.
  • 95 Gigliozzi, qui note également le caractère anormal de monument à partir de 1925, ce qui est possib (...)
  • 96 Consiglio, Rieti..., cit., n. 126.
  • 97 Voir par exemple le cas du palais Soliano, au chapitre I.1.
  • 98 Giraldi (M. C.), « Il passaggio dei Bianchi a Rieti nelle testimonianze iconografiche », dans Sull (...)

18Le pignon oriental, sur lequel s’appuie la loggia, est percé de deux portes en plein cintre au rez-de-chaussée, d’une porte allégée d’un arc en plein cintre à l’étage et d’un oculus au sommet. En dehors de cette façade, en grande partie masquée ultérieurement par la loggia, et d’une petite partie de l’élévation méridionale visible depuis la cour intérieure, c’est surtout l’élévation septentrionale qui donne son caractère au palais. Au Moyen Âge comme de nos jours, en raison de la permanence topographique, c’est cette partie du complexe qui s’imposait au passant, par sa masse monumentale (fig. 195). On peut donc supposer que, pour le maître d’œuvre, elle constituait déjà la façade principale, comme le souligne également M. T. Gigliozzi94. Un socle forme la base du mur ; il présente un décrochement horizontal au milieu de l’élévation (dans la quatrième travée) correspondant à la déclivité de la rue Cintia, qui descend d’est en ouest. L’élévation se compose de sept travées séparées par des contreforts. La deuxième et la septième sont percées au rez-de-chaussée d’une porte et d’une fenêtre superposées ; les autres travées ne possèdent à ce niveau qu’une fenêtre, placée plus haut que celles des deuxième et septième travées. La première porte est en plein cintre à l’extérieur et possède un profil surbaissé à l’intérieur, la seconde possède un profil surbaissé des deux côtés, qui semble le fruit d’une reprise95. Quant aux fenêtres, de forme rectangulaire, elles sont recoupées en deux par une traverse horizontale (sauf la première, mais elle semble avoir été réaménagée). Les percements du rez-de-chaussée sont systématiquement désaxés vers l’ouest (d’environ 60 cm) par rapport au centre de leurs travées respectives, telles que celles-ci sont définies par les contreforts. R. Consiglio a également noté cette étrange asymétrie, d’autant plus surprenante que les deux ordres superposés de fenêtres de l’étage, qu’on va mentionner ci-dessous, sont bien alignés sur le milieu des travées (ces fenêtres sont du xvie siècle, mais elles doivent correspondre à peu près à l’emplacement des baies antérieures, puisqu’on n’en trouve pas de trace dans le parement). Consiglio explique l’anomalie par le fait qu’on aurait élevé dans un premier temps les murs gouttereaux avec leurs percements, sans songer à réaliser des contreforts, qui n’auraient été construits que dans un deuxième temps, au moment où on élevait l’étage96. On peut noter d’ailleurs, pour conforter l’hypothèse, que la façade méridionale est restée dépourvue de contreforts. Reste à savoir pourquoi les constructeurs ont pris le parti de construire les contreforts septentrionaux en décalage avec les travées déjà déterminées par l’architecture intérieure de la salle basse. S’agit-il d’une simple indifférence à la symétrie, dont il est vrai l’architecture médiévale donne d’innombrables exemples, y compris dans des palais ici étudiés97 ? Dans le cas présent, on peut se demander cependant s’il n’y a pas une autre explication. Si l’architecte a vraiment élevé ces contreforts seulement lorsqu’il a abordé la construction de l’étage, il a peut-être craint d’affaiblir la structure de la salle basse en ancrant ces éléments nouveaux au droit des pilastres intérieurs. R. Consiglio fait également une autre remarque sur la structure du rez-de-chaussée de la grande salle. Les fenêtres de ce niveau sont percées très haut, au point qu’à l’intérieur l’appui des baies est situé au-dessus des impostes des arcs formerets. Il en déduit que l’on avait d’abord songé à élever ce niveau bas jusqu’à une hauteur plus grande d’un mètre environ et qu’on avait ensuite ramené cette hauteur à une dimension inférieure. Ici, l’opinion de Consiglio ne me semble pas satisfaisante, puisqu’elle contredit précisément sa démonstration précédente : il faudrait pour le suivre imaginer que la structure du mur gouttereau a été conçue et réalisée jusqu’à la partie haute des fenêtres basses avant que ne soit établi le système intérieur des arcs et du voûtement, ce qui est peu vraisemblable. À l’étage, toutes les travées sont percées de grandes fenêtres du xvie siècle ; enfin, dans une travée sur deux (les deuxième, quatrième et sixième) s’ouvre une petite baie en partie haute du mur. Comme l’a suggéré M. T. Gigliozzi, les grandes fenêtres originelles devaient être des baies à meneau central, si l’on suit l’indication donnée par une fresque du xve siècle dans l’église Saint-Eusanius de Rieti, qui offre la première représentation « topographique » de la cité (c’est le côté méridional de la grande salle qui est ici visible, fig. 196-197)98. Il faut noter cependant qu’il s’agit d’une vue très générique et qui ne permet de voir qu’une unique baie. En outre, même si elle semble faite avec un certain souci topographique, il est difficile de lui prêter foi, dans mesure où la loggia, qui devrait être le premier élément visible derrière la cathédrale, n’est pas représentée. La partie haute du mur s’achève par une corniche sur corbeaux, puis par une section de mur en surplomb. Dans la première travée (en comptant à partir de l’est, c’est-à-dire à gauche en regardant la façade depuis la rue), se trouvent encastrées deux panneaux juxtaposés : un écu armorié et une épigraphe mentionnant la date de 1283 (fig. 198). Voici la transcription de l’épigraphe, en vers rimés :

  • 99 La transcription est mienne. Cette inscription a visiblement joui d’une certaine célébrité, si l’o (...)

IN NOMI[n]E D[omini] AM[en] ANN[o] D[omini] MCCLXXXIII
EX QUO PREFUERAT MARTINUS QUARTUS IN URBE AC ORBIS TURBE TERTIUS ANNUS ERAT PRESULIS INCEPTUM FUIT HOC CU[m] T[em]P[or]E PET[ri]
CRESCAT IN EFFECTUM FACTOR ADOPTO MET[ri].
CONSILIO SANI GUILIELMI FEDUS INITUR
JUSSU PISANI SIC OPUS INCIPITUR
ANDREAS OPERI PREFECTUS MENTE PERITUS
HOC STUDIO FIERI FECIT ET ARTE CITUS99.

Fig. 195 – Rieti, palais épiscopal, grande salle, façade nord.

  • 100 Gigliozzi omet le mot « turbe » dans sa traduction ; quant au cinquième vers, il est vrai passable (...)
  • 101 Brentano, A new world in a small place..., cit., p. 157.
  • 102 ACR, arm. VIII, fasc. A, n°5 ; cité également par Michaeli, Memorie storiche della città di Rieti. (...)
  • 103 Gigliozzi accepte aussi cette hypothèse, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., n. 24 p. 210.
  • 104 Leggio, « Il “magister Andrea murator”... », cit., p. 92-93 donne un historique complet de cette a (...)
  • 105 Même la « coïncidence » de la date de 1283 avec un voyage de Giovanni Pisano à Naples, où il aurai (...)
  • 106 Michaeli, Memorie storiche della città di Rieti..., cit., vol. 3, p. 49-50 ; Palmegiani, « L’antic (...)
  • 107 Ce qu’ont fait notamment Palmegiani, Sacchetti Sassetti et, en dernier lieu, Leggio, « Il “magiste (...)
  • 108 L’inscription est transcrite par exemple dans Michaeli, Memorie storiche della città di Rieti..., (...)
  • 109 Leggio, « Il “magister Andrea murator”... », cit., 96 ; le texte avait été édité par Fabre (P.) et (...)
  • 110 Je ne vois donc pas de raison, contrairement à Gigliozzi, de mettre en doute la suggestive démonst (...)

19L’interprétation de l’inscription n’est pas simple et le cinquième vers, en particulier, semble obscur ; il est significatif que les innombrables transcriptions rappelées dans la note infra-paginale ne proposent jamais de traduction, sauf Gigliozzi, qui n’emporte pas la conviction sur divers points. On pourrait peut-être la comprendre ainsi : « Au nom du Seigneur, amen. En l’année du Seigneur 1283. C’était la troisième année que régnait Martin IV sur la Ville et sur les troubles du monde, quand cet édifice fut commencé au temps du prélat Pierre. Que le créateur aboutisse à un meilleur résultat par l’adoption d’une mesure harmonieuse ( ?). Par le conseil du sage Guglielmo a été commencé le contrat, par ordre de Pisano l’œuvre est commencée ; Andrea, préposé aux travaux, d’esprit habile et prompt par son talent, l’a fait faire avec soin ». Je traduis l’antonomase « Urbs » par son équivalence « Ville » et non par « Rome », afin de rappeler qu’il ne s’agit ici que d’une formule, puisque Martin IV n’est même jamais entré dans la ville éternelle ; quant à l’expression « orbis turbe », on verra en conclusion à quoi peut renvoyer cette allusion100. Le Guglielmo de l’inscription a été constamment identifié avec le podestat Guglielmo da Orvieto. Appelé cette fois Meo di Guglielmo da Orvieto, il était déjà attesté le 11 avril 1282101. On le trouve également mentionné dans un acte important du 30 juin 1282102. Il faut noter cependant que l’inscription ne lui donne qu’un rôle d’initiateur, tandis que les travaux ne sont véritablement commencés que sous Pisano, probablement son successeur ou un magistrat subordonné. On sera en effet d’accord avec l’interprétation de Sacchetti Sassetti qui y voit un podestat103. En revanche l’explication de Desanctis, qui en fait un architecte ainsi que le personnage nommé Andrea, est à écarter. Si elle est déjà discutable dans le deuxième cas, elle est encore plus forcée en ce qui concerne Pisano, qui ne peut être qu’un commanditaire selon la formule « Jussu Pisani »104. Cette interprétation prend sa source dans la légende locale qui considérait les deux noms comme ceux de Giovanni et Andrea Pisano, attribuant ainsi la construction à deux « architectes » prestigieux du Moyen Âge. Il n’est pas besoin de dénoncer l’absurdité de la proposition, aussi bien pour le premier que pour le deuxième. Andrea Pisano fut actif seulement au siècle suivant et déjà des auteurs du xixe siècle, même s’ils le faisaient naître vingt ans avant la date aujourd’hui acceptée (c’est-à-dire vers 1270 et non vers 1290), faisaient remarquer qu’il aurait eu alors seulement dans les quatorze ans... Quant à Giovanni Pisano, ni sa chronologie, ni son style ne concordent en aucune manière avec la possibilité d’un séjour à Rieti (il en serait de même d’ailleurs avec son père, Nicola Pisano)105. L’historiette a d’ailleurs été écartée par le contemporain de Desanctis, Michaeli, puis aussi bien par Palmegiani que par Sacchetti106. Pour revenir au dernier personnage nommé, Andrea, il est possible d’y voir le maître d’œuvre, comme on l’a fait traditionnellement, en l’identifiant avec le « maître Andrea », un des auteurs du clocher de la cathédrale107. On remarquera cependant que l’expression « fieri fecit » pourrait aussi faire penser à un maître d’ouvrage délégué, par exemple un chanoine de la cathédrale qui aurait suivi de près le chantier. D’autre part l’architecte du clocher est nommé dans l’inscription qui nous le fait connaître comme « magister Andreas », un titre qui n’apparaît pas ici, et il est mentionné au milieu de deux autres maîtres d’œuvre, ce qui ne lui confère pas un relief remarquable108. Enfin le fait que le maître d’œuvre soit actif en 1252, date donnée par la même épigraphe du clocher, n’est pas en soi incompatible avec une activité prolongée juqu’en 1283 ; mais cet intervalle important invite à la prudence. Heureusement, Tersilio Leggio a retrouvé il y a quelques années un document qui forme en quelque sorte un pont entre nos deux témoignages épigraphiques109. Le « magister Andrea murator » est mentionné comme témoin dans un acte d’une grande importance, la notification par l’évêque de Terracina d’une levée d’excommunication pontificale, faite à Rieti le 5 février 1267. Ce texte permet de confirmer, s’il en était besoin, l’appartenance de notre maître d’œuvre au milieu local, atteste son niveau social remarquable et fait donc pencher la balance, quant à l’identification du personnage de 1283 avec celui de 1252110. Ainsi, on peut probablement accepter l’identification traditionnelle des deux noms ; dans cette pespective, le fait qu’Andrea n’apparaisse pas au premier plan dans l’inscription de 1252 pourrait correspondre à une période encore précoce de sa carrière, alors que le document de 1267 et l’épigraphe de 1283 attesteraient une réussite croissante. Il en découle une conséquence intéressante pour notre propos : le léger archaïsme que l’on perçoit dans l’architecture de la grande salle pourrait être mis au compte de l’appartenance du constructeur à une génération formée nettement avant la rénovation du palais, en tout cas dès avant le milieu du siècle.

Fig. 196 – Rieti, Saint-Eusanius, scène d’apparitions miraculeuses (« légende des trois pains »).

Fig. 197 – Rieti, Saint-Eusanius, scène d’apparitions miraculeuses (« légende des trois pains »), détail avec vue urbaine de Rieti.

Fig. 198 – Rieti, palais épiscopal, grande salle, façade nord, épigraphe de 1283.

  • 111 Ces armoiries ne sont jamais commentées, ni même citées dans la bibliographie.
  • 112 En témoigne une inscription rapportée par Angelotti, Descrittione della città di Rieti..., cit., p (...)

20En ce qui concerne l’écu placé à côté de l’inscription, il faut déplorer le fait que les armoiries qui y étaient apposées devaient être peintes, ce qui nous prive aujourd’hui de possibilité d’identification111. On peut observer toutefois qu’une légère ligne horizontale, incisée aux deux tiers de la hauteur, indique sans aucun doute que ces armoiries possédaient un chef, une indication tout de même bien vague pour une quelconque identification. On notera que pour le pape Martin IV, cité dans l’inscription, on ne connaît pas d’armoiries authentiques. Il en va probablement de même pour l’évêque Pietro II Gerra (1278-1286), car celles que lui attribue la salle des armoiries des évêques de Rieti, dont on parlera plus bas, n’ont guère plus de chance d’être authentiques que celles de la plupart des autres évêques de cette période ; d’autre part, ces armoiries (coupé d’azur et de gueules) ne correspondent pas à l’existence du chef clairement visible dans l’écu placé sur le mur. De toute façon, vu les conditions de création de la grande salle (voir plus bas), il se pourrait aussi bien que cet écu ait été celui d’une des autorités communales citées dans l’inscription. Mais il faut enfin souligner que le bas-relief portant l’écu est indépendant de celui portant l’épigraphe, même s’il lui est immédiatement adjacent. Il pourrait s’agir dans cette perspective des armoiries de l’évêque Andrea (1286-1294), successeur direct de Pietro II Gerra, qui sont indiquées dans la salle des armoiries comme étant : d’azur au chef d’argent chargé de trois roses, et qui cette fois pourraient correspondre avec le souvenir d’armoiries anciennes, ce qui coïnciderait bien à la ligne incisée signalée plus haut. Le prélat se serait ainsi approprié la récente construction, alors que sous son propre épiscopat on continuait précisément d’embellir le palais en élevant la loggia. D’ailleurs l’évêque Andrea semble avoir été particulièrement actif dans le champ des commandes artistiques, puisque, outre la susdite loggia, il fit réaliser la cloche majeure de la cathédrale112. Mais, ne sachant pas sur quoi s’appuie cette attribution tardive, il convient de rester prudent.

Fig. 199 – Rieti, palais épiscopal, grande salle, façade nord, bas-relief sculpté d’une mitre.

  • 113 Consiglio, Rieti..., cit., p. 205.

21Dans la septième travée, donc symétriquement par rapport aux armoiries et à l’inscription mentionnées ci-dessus, se trouve un bloc encastré, sculpté d’une mitre en bas-relief (fig. 199). Non seulement la mise en place du bloc n’est pas cohérente avec le parement (contrairement à celui portant l’épigraphe de 1283), mais le style du bas-relief s’en distingue assez nettement. Même s’il paraît difficile de porter un jugement sur une sculpture de ce type, assez simple et visant surtout à l’efficacité, il n’en reste pas moins qu’on est frappé au contraire de la parenté du relief avec ceux de l’arc de Boniface VIII, dont on parlera plus bas, notamment celui qui représente une tiare pontificale – par exemple dans le soin raffiné avec lequel sont sculptés les détails des orfrois de la mitre ou les couronnes et le fleuron sommital de la tiare. Par conséquent, je propose d’associer ce bas-relief aux travaux réalisés en lien avec la venue du pape Caetani, qui seront détaillés plus loin. Contre les cinquième et sixième travées a dû s’appuyer, à une époque indéterminée entre la fin du xiiie siècle et le début du xvie siècle, un bâtiment qui a laissé des traces dans le parement. R. Consiglio consacre un long passage à l’évocation de cette construction, que nous ne connaissons que par les traces qu’elle a laissées dans le mur septentrional de la grande salle. Pour des raisons de logique, il montre que ce corps de bâtiment, édifié visiblement en « cavalcavia » au-dessus de la rue Cintia, a dû être élevé à la fois postérieurement à la grande salle de 1283 sur laquelle il s’appuie et antérieurement aux travaux de 1532, puisque des fenêtres Renaissance ont été ouvertes dans ces deux travées comme dans toutes les autres113. Nous avons vu plus haut, dans la partie consacrée à l’historique du palais, qu’il est tentant d’identifier ce bâtiment disparu avec la loggia citée comme neuve en 1351. Par ailleurs, un intervalle d’une cinquantaine d’années entre cette construction et « l’arco del vescovo » semble suffisant pour justifier qu’on ait entrepris alors un bâtiment qui aveuglait presque complètement la construction de l’époque de Boniface VIII.

22La façade méridionale de la grande salle est en partie visible dans la cour de l’évêché, approximativement depuis la deuxième jusqu’à la cinquième travée du rez-de-chaussée de la grande salle (en comptant celles-ci depuis l’est). À ce niveau bas sont ouvertes trois portes : dans la deuxième travée, la grande porte charretière d’accès à la cour, dans les troisième et quatrième, une porte fermée par une grille. Au premier étage, sont visibles successivement une grande fenêtre de 1532, les traces d’un toit en appentis (correspondant à un bâtiment adventice disparu), puis la porte d’accès à la grande salle haute depuis le palier de l’escalier (lequel sera décrit plus bas, dans le cadre des adjonctions réalisées pour Boniface VIII). La porte correspond approximativement au niveau de la cinquième travée, les traces de toit à la quatrième et la fenêtre à la troisième, l’espace de la deuxième travée étant occupé en hauteur par une construction adventice du xvie siècle, élevée au-dessus du passage d’accès à la cour, entre la grande salle et la chapelle du Saint-Sacrement qui flanque au nord l’abside de la cathédrale. Tout en haut du mur méridional, on trouve la même corniche sur consoles et le même nu de mur en surplomb qui sont visibles du côté nord de la salle.

  • 114 Et également la seule accessible au public. Il est d’autant plus regrettable qu’elle soit régulièr (...)
  • 115 Ces trois ouvertures du mur sud ont été restaurées par Palmegiani, cf. Palmegiani, Rieti e la regi (...)
  • 116 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 191.
  • 117 Palmegiani, Rieti e la regione Sabina..., cit., p. 214.

23Au rez-de-chaussée, la grande salle basse constitue un des éléments les plus impressionnants du palais (L. 47 m ; l. 15)114. En effet, malgré sa simplicité, qui correspond à sa place dans la hiérarchie des espaces palatiaux, elle est d’une grande monumentalité (fig. 200). Elle se compose de deux nefs, séparées par une file de six piliers cruciformes massifs. Chacun des vaisseaux est subdivisé en sept travées voûtées de croisées d’ogives et isolées par des doubleaux. Les ogives (dépourvues de clefs centrales) et les doubleaux sont formés d’un simple rouleau de profil rectangulaire. Au centre, les doubleaux et les ogives retombent respectivement sur les impostes des piliers cruciformes et sur des consoles logées dans les angles de ceux-ci ; du côté des murs gouttereaux, sur des consoles et sur des impostes placées à même le mur (fig. 201). Du côté du mur méridional, la première travée s’appuie sur le bras nord du transept de la cathédrale. Par conséquent, la maçonnerie de cette travée appartient à la cathédrale et non au palais. On y voit le très beau parement de la seconde phase romane de la cathédrale (au-dessus d’un haut soubassement, un pilastre scande la paroi où s’ouvrent de petites lancettes, le tout d’une grande perfection stéréotomique). Dans la deuxième travée s’ouvre l’accès à la cour interne du palais, une grande porte charretière en forme d’arc surbaissé, et dans les troisième et quatrième travées sont percées deux portes, décalées chaque fois dans la partie ouest de leur travée, qui donnent également sur cette cour. À cause du décalage de hauteur entre le niveau du sol de la grande salle et celui de la cour, située plus haut, ces portes comportent quelques marches à l’intérieur de leur ébrasement115. Dans les sixième et septième travées sont ouvertes deux autres portes du même type, bouchées aujourd’hui à cause de l’adjonction postérieure des bâtiments élevés pour Boniface VIII. Dans la nef septentrionale sont percées les baies déjà citées dans la description de l’élévation extérieure et une porte dans le mur-pignon ouest, qui sert donc de communication avec l’aile ajoutée à l’époque de Boniface VIII (mais le bâtiment immédiatement adjacent remonte à une période antérieure). On voit clairement que cette porte a été ouverte après coup dans le parement et elle ne semble résulter que des travaux de restauration des années 1920116. Enfin, du côté oriental sont percées les deux portes qui font communiquer le rez-de-chaussée de la loggia et celui de la grande salle. Palmegiani offre des remarques intéressantes sur les différences entre ces deux accès. Celui de gauche (au sud), du côté de la cathédrale, est large et en forme de cintre surbaissé ; celui de droite (au nord) est plus étroit, en plein cintre et renforcé à l’intérieur par un arc surbaissé. Il est en outre décentré par rapport à la nef septentrionale, probablement pour des raisons de statique. Comme le note à juste titre Palmegiani, on a là un bel exemple de l’indifférence de l’architecture médiévale à une symétrie parfaite117. Tout l’espace du rez-de-chaussée inspire un sentiment d’unité et de rigueur fonctionnelle (peut-être seulement renforcé par la restauration de 1926).

Fig. 200 – Rieti, palais épiscopal, grande salle, rez-de-chaussée.

Fig. 201 – Rieti, palais épiscopal, grande salle, rez-de-chaussée, détail d’un support engagé.

  • 118 Il est difficile de donner une description parfaitement exacte de cet espace, car l’accès en est e (...)
  • 119 Dimensions données par Sacchetti Sassetti. Le même auteur, dans Il duomo di Rieti, Rieti, 1968, p. (...)
  • 120 Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 230.
  • 121 Je n’ai pas pu lire l’intégralité de l’inscription, à cause de la difficulté d’accès à cette parti (...)
  • 122 Sacchetti Sassetti donne 1659 comme terme de son épiscopat ; Eubel (C.) et alii, Hierarchia cathol (...)

24Le premier étage de la grande salle se présente comme un vaste espace charpenté, sans arcs diaphragmes, ni supports intérieurs118. Il présente le même aspect monumental que le rez-de-chaussée, peut-être accentué par l’absence de toute articulation (L. : 46,30 m ; l. 14,15 ; H. 12119). Sur les murs gouttereaux, un ressaut en encorbellement, à 1 m environ de l’extrémité supérieure des murs, porte les consoles qui soutiennent à leur tour les treize fermes, dont se compose la charpente actuelle (ce ressaut double donc à l’intérieur le ressaut semblable qu’on peut observer à l’extérieur des murs gouttereaux). Les murs, notamment sur les côtés nord et sud, possèdent des traces de faux appareil polychrome, composé d’un fond blanc délimité par des doubles joints rouges. Dans le mur-pignon ouest s’ouvre la porte actuelle, dotée d’une inscription dans un cartouche : SUB DIVO POMPEIO COLUMNA CARDINALI ET VICECANCELLARIO MARIUS ALIGER COLUMNA EPISCOPUS REATINUS ANNO DOMINI MDXXXII. De manière assez convaincante, F. Palmegiani propose de distinguer la porte elle-même, qu’il attribuerait au xve siècle et le reste du décor, daté de 1532 par l’inscription120. Au-dessus et en-dessous de l’inscription sont placées deux fois les armoiries des Colonna surmontées, pour celles du haut, du chapeau cardinalice (qui sont donc celles du cardinal Pompeo Colonna) ; encore au-dessus, subsistent des fragments d’un grand décor peint de l’époque moderne, avec des armoiries et une architecture feinte. Enfin, en partie haute du mur-pignon, subsistent les traces d’un grand oculus, qui a été occulté par les constructions postérieures réalisées pour Boniface VIII. Le mur-pignon oriental est doté, en partie basse, d’une grande porte centrale qui correspond à l’axe de la loggia ; à droite, est ouverte une porte secondaire. Au-dessus est située une longue inscription, qui commence ainsi : GEORGIUS BOLOGNETUS EPISCOPUS121. Ce texte a été redécouvert au début des années 1980, grâce à l’enlèvement d’enduits postérieurs demandé par Mgr Francesco Amadio. En partie haute, le pignon est percé d’un oculus symétrique à celui du mur d’entrée, actuellement masqué par un rideau. Dans le mur sud est ouverte une série de percements : de gauche à droite (c’est-à-dire de l’est vers l’ouest) une première porte, puis une baie appartenant à la campagne de modernisation du xvie siècle, au centre une porte à deux battants, enfin, près du mur-pignon ouest, une porte dotée d’une inscription : GEORGIUS BOLOGNETUS EPISCOPUS REATINUS. Au-dessus de cette dernière se trouvent deux consoles (médiévales ?) portant une construction en bois, servant de tribune ou de chaire de lecteur, à laquelle on doit accéder par une porte actuellement cachée par un rideau. Dans le mur nord sont ouvertes les sept grandes fenêtres du xvie siècle déjà mentionnées dans la description extérieure ; au-dessus sont visibles des traces d’ouvertures bouchées. Ces fenêtres du xvie siècle ont été constamment rapportées à la date de 1532 donnée par l’inscription mentionnée ci-dessus, ce qui est très vraisemblable. La grande salle (et avec elle d’autres parties du palais, comme nous le verrons ci-dessous) a donc subi au moins deux campagnes de modernisation ou restauration, après la construction de 1283. La première eut lieu sous l’épiscopat de Mario Aliger, secrétaire du cardinal Pompeo Colonna (lui-même évêque de Rieti de 1508 à 1529, avec un intermède en 1520-1528 où il laissa l’évêché à son neveu Scipione Colonna), donc de 1529 à 1555. Si l’on en croit l’inscription et les armoiries mentionnées plus haut, où Mario Aliger se place sous les auspices de son ancien patron, ces travaux eurent lieu en 1532. Il faut donc supposer que le nouvel évêque en a pris la décision dès son accession au siège de Rieti. La seconde campagne se rapporte à l’épiscopat de Giorgio Bolognetti, en 1639-1660122, et date de 1652 selon l’inscription peinte.

2. La loggia

  • 123 Je ne suis pas parvenu à établir la datation de ce bâtiment annexe (non mentionné dans la bibliogr (...)
  • 124 Contrairement à celle de 1283, l’épigraphe de 1288 semble n’avoir joui d’aucune célébrité et n’a j (...)

25Le bâtiment, comme la grande salle contre laquelle il s’appuie du côté ouest, est à deux niveaux (fig. 189 et 192-193, n°4 ; fig. 202). L’un et l’autre sont largement ouverts sur leurs deux faces accessibles, à savoir les faces est et nord (puisque la face méridionale s’appuie sur une construction annexe de la cathédrale123) ; par conséquent, on pourrait décrire le bâtiment, d’un point de vue typologique, comme un porche surmonté d’une loggia. Le rez-de-chaussée s’ouvre par deux baies en plein cintre, séparées par trois piliers saillants. Au-dessus de celle de droite se trouve encastrée une plaque portant des armoiries et une inscription mentionnant la date de 1288 (fig. 203). J’en donne ici une transcription, la plus achevée possible, mais malheureusement imparfaite, étant donné l’éloignement de l’épigraphe124 :

IN D[e]I N[omin]E A[men] AN[n]O D[omi]NI MCCLXXXVIII I[n]D[icti]ONE P[rim]A T[em]P[ore] D[omi]NI NI[CO-]
[LAI] IIII. HOC OP[us] F[a]C[tu]M FUIT T[em]P[ore] [magnif]FICI VIRI [NOBilis ?] IOH[annis] [Acco-]
[ram]BON[i] D[e] TOLEUN[tino] HONO[ra]BIL[is] PO-T[estatis] REA[tin]E ET D[omi]NI IAC[o]BI VICARII

  • 125 Ce personnage fut également podestat de Sienne, deux ans plus tard, c’est-à-dire en 1290. Il faut (...)

26L’interprétation de l’inscription ne pose guère de problème, contrairement à celle de 1283. Il est à peine besoin d’en traduire le contenu : « Au nom de Dieu, amen. En l’année du Seigneur 1288, en la première indiction, au temps du seigneur Nicolas IV, cette œuvre a été réalisée au temps du magnifique Giovanni Accoramboni da Tolentino125, podestat de Rieti, et de messire Giacomo, son vicaire ».

Fig. 202 – Rieti, palais épiscopal, loggia, façade est.

Fig. 203 – Rieti, palais épiscopal, loggia, façade est, épigraphe de 1288.

  • 126 Ces armoiries sont constamment passées sous silence dans la littérature, comme celles qui se trouv (...)
  • 127 Cf. chapitre II.1.

27Nous ne pouvons que faire des suppositions sur les armoiries qui étaient représentées au-dessus de l’inscription, car elles devaient être peintes et non sculptées126. Il faut souligner au moins la disposition de ces armoiries : un grand écu central possède un champ vide, sauf le chef portant trois cercles ou anneaux (ce qui constitue un début d’identification héraldique) ; des deux côtés est placé un petit écu au champ vide, surmonté d’un cercle ou anneau. Je ne sais pas quelle fonction attribuer à ce dernier élément, probablement non héraldique. On peut en tout cas noter qu’aux trois écus correspondent trois personnes mentionnées dans l’inscription : le pape Nicolas IV, le podestat et son vicaire. Cependant, en ce qui concerne le premier, si nous nous trouvons en 1288 en plein milieu de la première floraison de l’héraldique pontificale127, il faut bien reconnaître que nous ne possédons aucun témoignage authentique sur les armoiries de Nicolas IV. On ne lui en a attribué qu’à partir du xve siècle et il n’en a probablement jamais porté, ce qui coïnciderait bien avec ses origines modestes et avec le fait qu’il ait été franciscain. On doit donc rester dans le domaine des hypothèses quant à l’identification de ces trois écus armoriés. On peut seulement avancer une suggestion, à vrai dire extrêmement fragile. Si l’on ne connaît pas d’armoiries pour le pape Nicolas IV, en revanche, dans la salle au décor héraldique de l’évêché des armoiries sont attribuées à l’évêque Andrea, qui officiait au moment de l’érection de la loggia (1286-1294). Or ces armoiries sont d’azur au chef d’argent chargé de trois roses, ce qui pourrait à la rigueur coïncider avec la description de l’écu principal du bas-relief, tel que nous l’avons mentionné ci-dessus : existence d’un chef, dans lequels les cercles auraient pu servir de base à la peinture des roses. Il faut y ajouter le fait que nous avons proposé, à propos de la grande salle de 1283, d’identifier, à titre d’hypothèse, l’écu armorié ajouté à côté de l’inscription comme celui du même évêque Andrea. Mais il faut souligner que nulle part n’est mentionné dans l’inscription le nom de l’évêque officiant en 1288 à Rieti, un obstacle de taille pour notre tentative d’identification.

28Dans le pilier d’angle septentrional est remployé un fragment de sculpture architectonique romane, dont le style évoque les reliefs du portail médian de la cathédrale voisine : dans la cuvette de ce qui était probablement un montant de porte, un rinceau jaillit de la gueule d’un lion (fig. 204). Dans le mur méridional, on voit des reprises, qui correspondent au fait que le bâtiment s’appuie ici sur une construction annexe de la cathédrale. Dans ce même mur est insérée une inscription, probablement en remploi, mentionnant la fondation de la cathédrale en 1109.

Fig. 204 – Rieti, palais épiscopal, loggia, angle nord-est, bas-relief roman.

29Le rez-de-chaussée, divisé en deux travées carrées, est couvert de deux croisées d’ogives. Dans la travée septentrionale, les ogives retombent sur des colonnettes, complètes à l’est et s’arrêtant à mi-hauteur à l’ouest ; dans la travée méridionale, elles retombent sur des consoles. Ces petites variations ne correspondent probablement pas à une reprise ou à une interruption des travaux, surtout si l’on considère qu’il s’agit d’une construction modeste et qu’il n’a pas dû être difficile de la réaliser en un court délai (voir plus loin la question de la datation). Il s’agit certainement d’un procédé de mise en valeur de la travée septentrionale, parallèle avec le fait que l’inscription célébrative est placée au-dessus de son entrée et non dans l’axe de la la loggia. On verra plus loin la raison de ce désaxement.

30Une corniche saillante supportée par des corbeaux (en forme de simples quarts-de-rond reliés par de petits arcs en plein cintre) sépare les deux étages de la loggia. L’aspect actuel de l’étage haut ne date que de la « restauration » des années 1920, après les nombreux changements d’aspect que connut la loggia au cours de la période moderne (cf. historique ci-dessus). Ce niveau supérieur, qui constitue la loggia proprement dite, est rythmé par les trois piliers qui montent depuis le rez-de-chaussée et par deux colonnes intermédiaires. Ces dernières, comme leurs bases, sont des remplois d’éléments probablement romans ; les chapiteaux en revanche datent de l’époque moderne (fig. 190-191). Par ailleurs, au cours de ses premiers travaux sur le bâtiment, Palmegiani s’est rendu compte que le pilier de l’angle nord-est était médiéval dans sa partie supérieure, ce qui impliquait que la loggia était couverte d’une manière ou d’une autre dès l’origine. Le tout est couvert d’une charpente en appentis.

3. Les adjonctions réalisées pour Boniface VIII

31Après la grande salle de 1283 et la loggia de 1288, les travaux réalisés pour Boniface VIII ne se limitent pas, comme on le croit habituellement, à la réalisation du « cavalcavia » qui surmonte le carrefour auquel aboutit la rue Cintia. Il s’agit d’un ensemble de bâtiments qui s’étendent depuis l’abside de la cathédrale jusqu’au « cavalcavia », en prenant appui sur la grande salle et qui entourent donc une petite cour trapézoïdale. Mentionnons le puits qui se trouve au centre de celle-ci. Sa margelle est moderne, mais son emplacement correspond probablement à celui du point d’eau ancien. La construction a dû cependant intégrer des bâtiments préexistants, puisque l’évêché se trouvait déjà dans cette zone. On peut notamment mentionner à l’ouest du complexe une salle et à l’angle sud-ouest une tour, que nous décrirons donc dans le cadre de ces travaux du pape Caetani.

a) À l’est

  • 128 Avant les restaurations des années 1920-1930, ces -deux travées étaient séparées par une cloison, (...)

32Le premier élément de l’ensemble est constitué par une petite construction quadrangulaire (fig. 189 et 192, n°5 et fig. 205) logée entre la grande salle, le bras nord de la cathédrale et l’abside de celle-ci. Sa seule façade libre regarde donc la cour de l’évêché. Le rez-de-chaussée est ouvert et sert de passage entre la deuxième travée de la grande salle et la cour intérieure ; au-dessus s’élèvent deux étages, dont le second n’occupe que la moitié de la profondeur du bâtiment. La construction paraît à première vue largement postérieure à notre période. En réalité, la première moitié du bâtiment (celle qui est logée directement contre le bras de la cathédrale) est médiévale au moins dans sa partie basse ; seule la seconde moitié, du côté de la cour, est d’époque moderne. Dans cette première moitié, les éléments médiévaux sont les suivants. À l’ouest, du côté de la cour, un pilier massif et un pilastre adossé contre l’abside de la cathédrale définissent deux ouvertures inégales, l’une formant à droite (au nord) une porte piétonne, l’autre à gauche (au sud) une porte charretière (fig. 206). Le pilastre adossé n’est pas solidaire avec la maçonnerie de la cathédrale, ce qui confirme sa postériorité. Les deux arcs en plein cintre des portes, en brique, sont modernes. Leur tracé doit différer sensiblement de celui des arcs originaux (qui devaient être en pierre), car le grand arc de décharge originel, qui soulageait les deux portes, a été détruit partiellement à droite par la réfection de l’arc de la porte charretière. Au sud, la construction prend appui sur l’abside de la cathédrale. En réalité, on est ici de plain-pied avec la seconde crypte de la cathédrale, qui s’étend sous une partie de l’abside centrale (fig. 205). Le mur de la cathédrale est percé d’une porte en plein cintre, qui donne donc accès directement à cette crypte. Un grand arc surbaissé, plaqué contre le mur au-dessus de cette porte, est tendu depuis le pilastre adossé décrit ci-dessus jusqu’à une console très simple, en forme de rouleau. Celle-ci à son tour s’appuie sur un pan de mur qui a occulté en partie une baie ébrasée de la première crypte de la cathédrale romane. À l’est, la construction prend également appui sur la cathédrale, cette fois sur la partie de la crypte qui s’étend sous le bras nord du transept. Un pilier massif a été adossé contre le mur de la cathédrale, face au pilier libre du côté ouest. On retrouve ici le parement roman de la crypte de la cathédrale, déjà visible depuis la première travée de la grande salle de 1283 et donc cité plus haut, composé d’un haut soubassement et d’un mur scandé par des pilastres adossés entre lesquels s’ouvrent des lancettes profondément ébrasées. Subsistent ici un pilastre, une baie complète et la baie partiellement aveuglée par le pilier d’angle mentionné ci-dessus. Le quatrième côté de la construction, au nord, est constitué par le mur de la grande salle de 1283, dans lequel les constructeurs se sont contentés d’ouvrir une grande porte charretière. L’implantation dissymétrique du pilier adossé à l’est et de la grosse pile libre à l’ouest détermine deux travées inégales : une petite travée rectangulaire au nord et une travée carrée au sud128. Leurs voûtes sont en brique et modernes, comme les arcs des portes : un berceau à pénétration pour la première, une voûte d’arêtes pour la seconde. Le gros pilier libre a ses quatre angles légèrement abattus, de même que le montant gauche (en se plaçant du côté de notre construction, donc à l’ouest) de la porte charretière ouverte dans la grande salle. Ces dispositifs étaient conçus pour faciliter le passage des véhicules. Le sol monte régulièrement depuis la grande salle jusque vers la cour intérieure de l’évêché, d’où quelques marches pour rattraper le dénivellement, sous la porte piétonne. Ces marches existent également du côté de la porte charretière ; il n’est pas besoin de souligner qu’il doit s’agir de ce côté d’une invention récente, remplaçant une rampe, sans quoi les dispositifs mentionnés ci-dessus (et également ceux qui seront décrits plus loin, à propos de l’entrée dans le rez-de-chaussée du troisième corps de bâtiment, à l’opposé dans la cour) n’auraient eu aucune raison d’être. Au-dessus de ce corps de bâtiment d’origine médiévale, les étages actuels sont dus à l’époque moderne, comme le laissait présager le remaniement des arcs et des voûtes de la partie basse. Il est donc impossible de dire comment se présentait la partie haute à l’époque médiévale. Le bâtiment comporte aujourd’hui un niveau haut très élevé, suspendu au-dessus du passage du rez-de-chaussée. La partie basse de cette élévation est invisible de l’extérieur, occultée qu’elle est par le bâtiment moderne ajouté (probablement à la même époque) du côté de la cour ; mais, en partie haute, on aperçoit une seule baie depuis la cour, dans la partie gauche de la façade, et un lanternon assis sur la partie droite de la toiture. Ce lanternon correspond au fait qu’intérieurement cet espace, moins l’extrémité gauche où s’ouvre la petite fenêtre qu’on vient de mentionner, constitue la chapelle du Saint-Sacrement, qui jouxte l’abside actuelle. La fondation de cette chapelle, par la compagnie du même nom, remonte à l’année 1502, ce qui permet de dater ainsi les travaux de réfection de la construction médiévale.

Fig. 205 – Rieti, chevet de la cathédrale et angle sud-est du palais épiscopal, plan. Consiglio (R.), Rieti..., fig. 4.5.

Fig. 206 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 5, façade ouest sur la cour.

  • 129 Consiglio, Rieti..., cit., p. 178, n. 40 (et plan des structures ill. 4.5 p. 107). Je n’ai pas pu (...)
  • 130 Palmegiani, La cattedrale basilica di Rieti..., Rome, 1926, p. 15 (legs de février 1315 en faveur (...)

33À ce point du discours, il importe de mentionner une difficulté importante. Nous venons de mettre en évidence le fait que la présente construction, quoiqu’en grande partie moderne dans son élévation, remonte indubitablement à la période médiévale dans son implantation. Mais, si elle s’adosse d’un côté (à l’est) sur la crypte romane de la cathédrale (telle qu’elle nous est parvenue dans sa version xiie siècle), du côté méridional elle prend appui sur une prolongation de l’abside (reconstruite sur plan carré et en arrière de l’abside précédente), qui aurait été réalisée en 1315 (fig. 205)129. Par conséquent, on pourrait objecter que la construction ne peut pas remonter à la fin du xiiie siècle, mais seulement à une date postérieure à 1315, par exemple au deuxième quart ou au milieu du xive siècle. Mais cette datation de l’abside, qu’il faudrait tout d’abord corriger en « vers 1315 » selon la documentation utilisée, pourrait même être erronée. Elle ne s’appuie que sur une série d’attestations documentaires, qui prouvent uniquement que des travaux étaient peut-être en cours dans la cathédrale, sans indiquer qu’il s’agit du nouveau chevet de la cathédrale130. On pourrait donc imaginer aussi bien pour cette campagne de reconstruction de l’abside, au vu de ses caractères stylistiques, une date dans les années 1290, en même temps que les travaux du palais voisin.

34L’adjonction moderne a été créée en tendant un grand arc en brique en avant de la façade médiévale du rez-de-chaussée. Sa façade occidentale, d’un seul niveau au-dessus du passage vers la cour, comprend une grande fenêtre rectangulaire, puis deux fenêtres étroites et allongées, situées un peu plus haut que la précédente. Ce décalage correspond à l’existence d’un escalier à l’intérieur de la construction, dont on voit l’envers des marches au-dessus du grand arc de décharge de la moitié médiévale ; par conséquent la pièce doit servir de passage entre la grande salle et la cathédrale. Sur la partie droite de la toiture est placé un lanternon, dans le même axe que celui mentionné ci-dessus pour la partie médiévale remaniée.

b) Au sud

Fig. 207 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 6, façade nord sur la cour, détail de la partie est.

Fig. 208 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 6, façade nord sur la cour, détail d’une des deux portes sous la volée de l’escalier.

  • 131 Cf. Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 221, ill.
  • 132 Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 222 n. 1 et ill. p. 223.

35Les bâtiments suivants (6-7-8) sont disposés entre la cour intérieure et le jardin en contrebas. Le premier élément est visible une fois que l’on a pénétré dans la cour intérieure de l’évêché (fig. 189 et 192-193, n°6). Il se présente comme une façade allongée, tangente à l’abside de la cathédrale et disposée dans la même direction que celle-ci, est-ouest, donc à peu près parallèlement à la grande salle de 1283 (étant légèrement désaxée vers le nord-ouest, la cour résultante est en forme de trapèze). Cette façade septentrionale, que l’on peut observer depuis la cour, montre une origine médiévale, au moins en partie basse. Il faut distinguer deux moitiés dans cette façade, séparées par une grande arcade brisée perpendiculaire, qui s’appuie d’un côté sur ce bâtiment et de l’autre sur la salle de 1283. À gauche (à l’est), seul le rez-de-chaussée présente un parement médiéval (fig. 207). À l’extrémité gauche, ce mur était percé d’une demi-arcade, aujourd’hui murée, appuyée contre l’abside et qui devait permettre un passage autour de celle-ci ; au centre est ouverte une porte d’allure médiévale (en arc surbaissé avec linteau et tympan ajouré), mais qui est le fruit de la restauration des années 1920131. Le premier étage semble moderne, non seulement par le type des percements (une fenêtre rectangulaire, aux montants de brique et une petite baie, en forme de rectangle couché, aveuglée), mais par la structure même du mur. Dans la deuxième moitié (à l’ouest), le parement médiéval s’élève sur les deux niveaux. En partie basse, sous l’arcade de l’escalier qui sera mentionné ci-dessous, sont percées deux portes, dont les trumeaux (non apparents, car enduits) reposent sur des corbeaux, qui semblent prouver l’origine médiévale de ces portes (fig. 208). Contre le mur s’élève un escalier droit qui met en communication la cour et le niveau des appartements, disposés dans le troisième corps de logis, perpendiculaire au deuxième et à la grande salle de 1283. L’escalier lui-même est une création de la restauration de l’époque fasciste ; mais Palmegiani déclare avoir trouvé, lors de sa construction, des traces d’un escalier précédent à cet emplacement, ce qui correspond effectivement aux éléments que nous allons décrire ci-après (fig. 209)132. L’arcade qui termine à droite le mur d’échiffre repose sur un élément médiéval, un pilier massif, dont la moitié inférieure est en retrait par rapport au nu du mur sur lequel il s’appuie, qui appartient au troisième corps de bâtiment des travaux exécutés pour Boniface VIII. Ce ressaut pourrait paraître étrange et dénoncer un remaniement ou une différence de campagne entre ce pilier et le troisième corps de bâtiment. En réalité, ces éléments sont cohérents et doivent remonter à la conception originelle. La bizarrerie de ce ressaut s’explique par le fait que les constructeurs étaient contraints par la grande salle préexistante et qu’il fallait à tout prix faciliter la circulation vers le rez-de-chaussée du corps de bâtiment occidental, d’où l’amaigrissement du mur en partie basse. Le reste du palier, qui se développe parallèlement au second corps de bâtiment, est porté par une voûte en berceau surbaissé, dont les arcs de tête reposent sur quatre consoles (fig. 210). Au niveau du palier, une porte donne accès au deuxième corps de bâtiment, méridional, une autre au troisième corps de bâtiment, occidental, et une troisième, de grandes dimensions, à la salle de 1283.

Fig. 209 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 8, façade est et escalier.

Fig. 210 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 8, façade est, voûte sous le palier de l’escalier.

  • 133 Je n’ai pas pu visiter les bâtiments 6 et 7.

36Si l’on observe en plan la structure, on s’aperçoit que la façade ne correspond pas à un bâtiment homogène. Il s’agit seulement d’une façade plaquée contre une série de constructions probablement antérieures et irrégulières, notamment à cause de la forte pente qui caractérise le site dans cette zone. Le « corps de bâtiment » n°6 sert donc aussi de liaison avec la construction sous-jacente. Cette construction (fig. 189 et 192-193, n°7 et fig. 211, extrémité droite) se présente comme un corps de bâtiment allongé, qui à l’ouest masque partiellement le corps de bâtiment n°8 et qui s’appuie à l’est sur le chevet et le bras sud du transept de la cathédrale. Seules deux fenêtres de la face sud (correspondant au niveau du second entresol) pourraient indiquer l’époque moderne, tous les autres percements étant contemporains. La construction est peut-être d’origine médiévale, au moins dans sa partie basse, comme le laissent entendre les deux arcs de décharge de ce niveau, séparés par un contrefort. Mais le fait que l’extrémité occidentale du bâtiment cache en partie le bâtiment 8 et l’allure générale semblent militer pour une période de construction tardive133.

Fig. 211 – Rieti, palais épiscopal, zone sud, façade sud.

  • 134 Les bossages, mais surtout l’observation de l’épaisseur des maçonneries en plan et leur situation (...)
  • 135 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 199-200 et p. 223.

37Le corps de bâtiment suivant (fig. 189 et 192-193, n°8) est observable à la fois depuis l’extérieur (façade méridionale, fig. 211) et dans ses espaces intérieurs. Côté sud, le bâtiment, qui monte moins haut que la structure 9 voisine, est en partie masqué, du côté est, par la construction 7. Étant donné que le terrain est beaucoup plus bas de ce côté méridional que du côté septentrional, les niveaux paraissent décalés ; par cohérence, je nommerai les niveaux d’après leur situation topographique du côté septentrional. Le niveau de plein pied avec le jardin (– 1 par rapport au rez-de-chaussée côté cour) n’est pas visible pour l’observateur extérieur. Le niveau placé au-dessus correspond au rez-de-chaussée du point de vue intérieur ; y apparaissent quelques bossages épars, entre deux fenêtres probablement récentes. Au-dessus, l’entresol, on distingue deux ouvertures récentes (une fenêtre à gauche et une porte-fenêtre à droite). On retrouve au premier étage une baie datant probablement de 1532, en partie gauche, et à droite une petite fenêtre contemporaine. Enfin le second étage n’est ici qu’une surélévation très récente134. Le bâtiment 8 correspond intérieurement à une série de salles, créées par des divisions à la fois verticales, grâce à un entre-solement, et horizontales, par diverses cloisons (qui ont dû être créés en 1933-1934). Mais des éléments médiévaux sont encore bien visibles, notamment deux arcs de profil surbaissé portés par une colonne (aujourd’hui séparés par l’entre-solement et par les cloisons qui prennent appui sur eux). Gigliozzi a également reconnu ces éléments comme médiévaux et propose d’y reconnaître un portique, ce qui est intéressant mais difficile à prouver en l’état135.

Fig. 212 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 8, façade est, partie haute.

Fig. 213 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 8, arcade de la façade est engagée dans le mur sud de la grande salle.

Fig. 214 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 8, façade est, baie géminée et écu armorié.

  • 136 Avant la restauration du début des années 1930, l’arc était fermé par un mur et dans l’espace ains (...)
  • 137 En revanche, la base, le fût et le chapiteau lui-même pourraient bien être des originaux de l’époq (...)
  • 138 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 194. De manière contradictoire, la même chercheuse, est (...)

38Une petite partie du corps de bâtiment est visible également du côté oriental, c’est-à-dire depuis la cour intérieure de l’évêché. En décrivant ci-dessus l’escalier qui donne accès au premier étage de tous les bâtiments qui encadrent cette cour (grande salle de 1283 et deuxième et troisième corps de bâtiment de Boniface VIII), on a déjà mentionné le palier qui prend appui sur la façade orientale du bâtiment 8. En rez-de-chaussée, le mur de fond est totalement ouvert sous l’arc de tête de la voûte en berceau qui soutient le palier (encore un signe, avec l’amaigrissement du pilier à gauche, de la volonté de donner le maximum de facilité aux circulations) ; au premier étage, une porte donne accès aux appartements. On a également mentionné ci-dessus la grande arcade brisée qui lie le corps de bâtiment méridional et la grande salle, un peu en avant du palier (fig. 212). Cette arcade est venue s’insérer en force dans le mur de la grande salle, provoquant des désordres dans la maçonnerie (fig. 213). Il est difficile de dire quelle fonction les constructeurs avaient envisagé originellement pour cet arc : simple étrésillon entre les deux corps de bâtiment ou, plus probablement, support d’un mur gouttereau permettant de créer une pièce supplémentaire, suspendue au-dessus du palier, comme c’est le cas aujourd’hui ? Malheureusement le parement est enduit et il est difficile d’attribuer la maçonnerie à l’époque médiévale ou à un remaniement de l’époque moderne136. En tout cas, la baie géminée de la partie haute est une insertion récente dans le parement et son allure pseudo-médiévale ne doit pas nous tromper (fig. 214). Le chapiteau « a stampella » central et les deux consoles latérales, avec leur décor végétal composé principalement de rosettes, paraissent vouloir imiter les baies trilobées du gothique italien, tout en puisant pourtant dans un répertoire de formes roman137. Cette baie doit correspondre à une tentative de « médiévalisation » de la façade, lors de la campagne de restauration de Palmegiani. Quant aux armoiries en bas-relief surmontées d’une mitre, insérées un peu en dessous de la baie, le problème est un peu différent. Palmegiani prétend avoir trouvé cet écu en place et le date de la fin du xiiie siècle, ainsi que le fait à sa suite Gigliozzi138. En effet, il semble s’agir des armoiries attribuées, dans la salle héraldique du palais, à l’évêque Nicola, un ancien moine cistercien qui renonça rapidement à l’épiscopat (1294-1296) : d’azur à la fasce de gueules accompagnée en chef d’une merlette d’or et en pointe de trois quatrefeuilles du même. Cependant, non seulement l’apparence du bas-relief dénonce une exécution moderne (taille en cuvette très peu prononcée et médiocre qualité de l’œuvre, contour vaguement scutiforme ou ovalaire de l’écu, des données qui correspondent mieux aux xvie-xviiie siècles qu’à l’époque médiévale), mais surtout l’évêque n’a probablement jamais eu d’armoiries (encore rares à cette période chez les prélats qui ne proviennent pas d’une famille aristocratique ; en particulier chez un cistercien). De fait, la description donnée ci-dessus provient de la frise comportant la série « complète » des armoiries des évêques de Rieti, qui orne la salle B des appartements épiscopaux. Les armoiries attribuées aux prélats antérieurs à la fin du Moyen Âge ne sont bien souvent que le fruit de l’imagination du peintre-décorateur ou de son commanditaire, tant lors de leur création à l’époque moderne, que de leur probable réfection dans la période contemporaine. Dans ce cas particulier, on peut même être à peu près sûr que c’est l’identification de cet écu moderne proposée par Palmegiani (« fine del 1200 ») qui a entraîné son attribution à l’évêque Nicola et non pas le contraire... On remarquera que le choix de Nicola pour l’identification était d’ailleurs un peu malheureux, puisque le prélat, vraiment insignifiant par rapport aux évêques qui l’ont précédé et suivi, n’a exercé en outre ses fonctions qu’au début du pontificat de Boniface VIII, alors que la campagne de travaux a vraisemblablement eu lieu vers 1298.

c) À l’ouest

  • 139 Le soubassement doit correspondre au rez-de-chaussée du palais du côté nord ; je le désigne comme (...)

39Après le mur-pignon occidental de la grande salle se trouve le troisième et principal élément des travaux réalisés pour Boniface VIII (fig. 189, n°9-10-11), qui prend appui sur deux structures antérieures (n°1-2). Avant de passer aux travaux de la fin du xiiie siècle, on commencera donc par analyser ces éléments, les plus anciens du complexe. À l’angle sud-ouest du palais (fig. 189 et 192-194, n°1), se trouve une tour médiévale, antérieure à l’aile de Boniface VIII qui s’appuie sur elle (n°9-10). Bien que ce bâtiment présente son front occidental en continuité avec celui de l’aile du pape Caetani, il s’agit d’une construction profondément différente. Le montre notamment la toiture, orientée ouest-est ce qui fait de ce mur un mur-pignon, alors que celle de la tranche précédente était orientée nord-sud (fig. 215). Le montre surtout la solution de continuité entre les deux maçonneries, bien visible grâce au fragment de parement du bâtiment de Boniface VIII que l’on aperçoit en partie haute et qui touche donc au parement globalement beaucoup plus complet du bâtiment adjacent (fig. 216). L’autre face du bâtiment est également visible du côté méridional. De ce côté, les deux premières travées du palais semblent former un bâtiment homogène, toutes les deux enduites et possédant des percements équivalents (fig. 211). En réalité, à cause de plusieurs disparités entre les deux travées, la première doit correspondre à une tour dont nous venons de voir l’autre face, tandis que la seconde est due probablement à l’intervention de la fin du xiiie siècle, qui a doublé la tour en superficie (fig. 189, n°9). Aussi, nous décrirons la tour en tant qu’entité autonome, en nous appuyant principalement sur la face ouest, mieux conservée, puis la face sud dans sa version modernisée. La tour est caractérisée par le parement de la face ouest, qui présente un moyen appareil très régulier et homogène. Un second trait est constitué par une série de retraits horizontaux, particulièrement bien visibles sur la face occidentale, puisque le parement y est presque partout en vue, mais également sur la face méridionale, sous l’enduit unificateur. Ces retraits établissent la limite entre le niveau – 1 (de plain-pied avec le jardin) et le niveau supérieur, c’est-à-dire le rez-de-chaussée du point de vue intérieur (avec un retrait très clair), puis entre celui-ci et l’entresol et entre ce dernier et le premier étage (de façon moins marquée)139. Enfin le second étage est dans le même plan que le premier. Sur la face ouest, toujours, deux grandes baies, probablement contemporaines, sont ouvertes dans l’entresol ; deux autres au niveau du premier étage (celle de gauche remontant peut-être à l’époque moderne, celle de droite probablement plus récente) ; deux autres dans le second, contemporaines également. Sur la face méridionale sont percées successivement, au rez-de-chaussée une longue fenêtre rectangulaire, probablement contemporaine comme sur l’autre face, à l’entresol une petite fenêtre probablement moderne, au premier étage une fenêtre probablement contemporaine et au deuxième étage une petite fenêtre elle aussi probablement contemporaine.

Fig. 215 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 1, façade ouest.

Fig. 216 – Rieti, palais épiscopal, zone sud, limite entre les bâtiments 10 et 1.

  • 140 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 198-199.
  • 141 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., ibid. et p. 202.
  • 142 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., n. 54 p. 211.

40Touchant l’angle nord-est de la tour 1 par son angle sud-ouest, on trouve également dans cette zone occidentale une salle allongée qui doit préexister aux travaux de Boniface VIII et même à la grande salle de 1283 (fig. 189 et 192194, n°2). Il s’agit d’un corps de bâtiment quadrangulaire, disposé perpendiculairement par rapport à la grande salle et sur lequel s’appuie à l’ouest l’aile parallèle de Boniface VIII, puis « l’arc de l’évêque » (n°10-11). Du côté septentrional, c’est-à-dire depuis la rue Cintia, est visible la façade du bâtiment. Dans cette travée est ouverte au rez-de-chaussée une porte en plein cintre surmontée d’une baie carrée. Au premier étage, une grande baie du xvie siècle se trouve dans la continuité des sept baies semblables de la grande salle. À sa gauche se voient les traces d’une petite baie rectangulaire, bouchée. Dans la partie haute du mur (moderne ou largement restaurée), sont visibles deux ouvertures modernes. Les dispositions du rez-de-chaussée permettent de comprendre un certain nombre de points concernant l’histoire du bâtiment qui ne sont pas perceptibles à partir des volumes extérieurs. Gigliozzi a livré une bonne analyse de cette partie du palais, que l’on suit volontiers140. Elle suggère de manière convaincante que le mur nord de la salle B aurait été doublé lors de la réalisation de grande salle de 1283 ou mieux encore lors de la construction des parties bonifaciennes, afin d’unifier la façade septentrionale (ce qui explique aussi pourquoi l’hétérogénéité des bâtiments n’apparaît pas à l’extérieur) et de supporter la poussée du « cavalcavia » construit par Boniface VIII141. Elle propose de dater la salle B antérieurement à la grande salle, pour une série d’indices monumentaux auxquels on peut encore ajouter un argument : la préexistence de cette salle explique clairement pourquoi les deux dernières travées de la grande salle vers l’ouest sont plus courtes que les autres (ce qui n’est pas toujours visible dans les plans du bâtiment). Cela justifie également le fait qu’il n’existe d’arcs formerets dans la grande salle que de ce côté, ainsi que dans la première travée du mur sud, du côté oriental (et non occidental comme l’écrit par distraction Gigliozzi), laquelle s’appuie également sur un bâtiment préexistant, ici la cathédrale. Les formerets sont donc utilisés de manière cohérente seulement quand la voûte doit prendre appui sur des constructions antérieures. Par ailleurs, le rez-de-chaussée de la salle B a été renforcé par des contreforts intérieurs et entresolé pendant les restaurations des années 1920142. Gigliozzi ne propose pas de datation pour cette salle (autre qu’un terminus ante quem) et ne fait pas de lien avec la tour sud-ouest, qu’elle n’identifie pas comme telle (sauf dans les plans qui accompagnent son texte, ill. 80, 88 et 93, mais elle y inclut également la moitié méridionale de la salle 10). Il semble pourtant que les deux bâtiments peuvent appartenir à une même phase de travaux, la disposition grande salle-tour se touchant par les angles correspondant à une typologie courante (voir par exemple, ici même, la campagne de Martin IV à Orvieto ou celle d’Urbain IV à Montefiascone), et que de toute façon la tour doit certainement être attribuée à une période antérieure au xiiie siècle.

  • 143 Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », cit., p. 393.
  • 144 Leggio, Le fortificazioni di Rieti..., cit., p. 10.

41Cette proposition – l’antériorité d’une partie du complexe et son identification comme une tour – a déjà été faite par F. Palmegiani143. En revanche, on nuancera la pensée de cet auteur quand il va jusqu’à affirmer qu’il s’agit de la tour du palais citée dans un acte de 982, qui aurait été arasée mais dont on reconnaîtrait l’appareil en partie basse (voir les données historiques au début du présent chapitre). Il faut ici distinguer deux problèmes. En ce qui concerne la localisation de la tour citée en 982, Palmegiani a probablement raison. T. Leggio a montré en effet avec beaucoup de vraisemblance que cette tour pourrait être une tour de l’enceinte romaine, remaniée lors des travaux de restauration mentionnés à la même période. Par conséquent, en fonction de notre connaissance de l’enceinte antique de Rieti, l’angle sud-ouest du palais pourrait correspondre à l’emplacement de la tour romaine et de son héritière du xe siècle144. Mais rien ne dit que la structure actuelle remonte à cette époque et que la tour n’ait pas subi des travaux ou même une reconstruction totale ultérieure, par exemple au moment de l’édification de la cathédrale (xiie siècle). On devra réserver le jugement en attendant une étude ultérieure plus poussée de cette partie du palais, mais on pourrait probablement dater la tour et la grande salle attenante de l’époque romane.

42En prenant appui sur ces deux bâtiments préexistants, les constructeurs postérieurs ont logiquement comblé les espaces laissés vides au sud et à l’ouest. Du côté méridional, ils ont en quelque sorte doublé la tour par une construction approximativement carrée (fig. 189 et 192-194, n°9). Il est difficile de dater ce bâtiment qui ne possède extérieurement qu’une façade, méridionale, qui est enduite, et dont les espaces intérieurs ne permettent pas de voir les maçonneries. La discontinuité par rapport à la tour d’angle est en tout cas bien visible de l’extérieur (n’apparaissent plus les retraits horizontaux successifs visibles sur la tour et on observe également un léger changement d’orientation). Mais les deux parties ayant été visiblement unifiées à la période moderne, elles présentent une certaine homogénéité au moins dans les percements. À l’entresol 1, on trouve une petite fenêtre, peut-être de l’époque moderne. Au second entresol est percée une petite fenêtre probablement de la même période. Au premier étage, on rencontre une grande fenêtre appartenant à la campagne de 1532. Enfin le second étage possède deux petites fenêtres probablement contemporaines. Malgré cette absence d’indice chronologique précis, il semble possible de rattacher cette construction à la campagne de travaux de Boniface VIII, d’autant que les maçonneries extérieures semblent être sur le même plan que le corps de bâtiment 8.

43Le problème ne se pose pas en revanche pour le corps de bâtiment, construit parallèlement et à l’ouest de la grande salle 2 (fig. 189 et 192-193, n°10). Une partie de sa façade nord est visible sous la première travée du « cavalcavia » que nous examinerons ensuite. Dans la paroi s’ouvre un grand arc très légèrement brisé aujourd’hui bouché (dans lequel sont percées deux baies peut-être de l’époque moderne) et au-dessus une baie au cintre surbaissé qui mord sur l’arc. Il faut noter que le parement médiéval s’interrompt brusquement vers l’angle nord-ouest, pour céder la place à une autre maçonnerie dont on parlera en détail à propos du front suivant du bâtiment, à l’ouest.

Fig. 217 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 10, façade ouest, partie nord sous le « cavalcavia ».

Fig. 218 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 10, angle nord-ouest.

  • 145 Gigliozzi a également observé la présence de cet élément antérieur au palais dans l’angle nord-oue (...)

44La face occidentale du bâtiment est visible sous la troisième travée de l’arc de Boniface VIII, puis se développe librement le long de la rue dell’Episcopio. L’examen des maçonneries permet de distinguer très nettement trois tranches différentes : d’une part le mur sur lequel s’appuie l’arc, puis le reste du bâtiment élevé pour Boniface VIII, profond de trois travées, enfin la face occidentale de la tour 1 qu’on a analysée ci-dessus. Le rez-de-chaussée de la face ouest du palais qui est visible sous l’arc présente un parement de type différent de ceux qu’on rencontre partout ailleurs dans l’édifice, y compris dans la zone concernée par les constructions de Boniface VIII. Il s’agit d’un grand appareil régulier (dont une partie en bossages, le long de l’angle nord-ouest), correspondant à toute la travée de l’arc (fig. 217) et se poursuivant sur l’autre face de l’angle (fig. 218), c’est-à-dire sur une partie de la première travée nord du palais, comme on l’a mentionné ci-dessus. De ce côté, la solution de continuité entre les deux maçonneries est nette, avec un collage sans aucune forme de liaison. Par ailleurs, l’examen des moellons prouve que le parement en grand appareil est antérieur à l’autre maçonnerie. Cette dernière étant physiquement cohérente avec le reste du palais (sans parler de son identité formelle), on en conclut que cette pile maçonnée en grand appareil est antérieure à l’époque de Boniface VIII. Pour autant, il n’est pas facile de lui assigner une datation. Étant donné les éléments de comparaison fournis par les nombreux fragments de murailles antiques encore présents à Rieti (par exemple dans le côté sud de la place Oberdan, avec le même grand appareil partiellement à bossages), je serais enclin à lui attribuer la même chronologie145. Le reste du mur gouttereau occidental du bâtiment est visible depuis la rue de l’Episcopio. Il est très remanié, mais comprend encore des éléments médiévaux. Quatre pilastres divisent la partie basse en trois travées et la séparent, de chaque côté, du « cavalcavia » et du bâtiment suivant (fig. 219). Les deux premiers pilastres, couronnés d’une imposte de même type et placée à la même hauteur que celles où retombent les ogives du « cavalcavia », font visiblement partie de la campagne de Boniface VIII. Les deux suivants sont tronqués à peu près à la moitié de la hauteur des deux précédents et sont terminés par des compléments contemporains en ciment. Ces pilastres sont les seules parties du rez-de-chaussée en pierre de taille, le reste de la surface étant enduite, sauf la première travée (où s’ouvre une large porte en plein cintre) et le départ d’un arc, à gauche du troisème pilastre. La maçonnerie de la première travée semble cependant le fruit de la campagne de restauration des années 1930 ; deux fenêtres et une porte, probablement récentes sont percées dans les deux autres travées. Comme on le verra plus bas à d’autres indices, ces pilastres sont probablement les traces d’un projet de « cavalcavia » beaucoup plus large, resté inachevé. À partir du niveau des impostes, le reste de la façade est presque entièrement enduit, sauf une petite partie de parement probablement médiéval, visible entre les deux premières fenêtres du premier étage et quelques autres fragments, au même niveau, ce qui confirme que malgré les remaniements modernes et contemporains, nous sommes bien en face d’une construction remontant à Boniface VIII (fig. 220). À la hauteur des impostes, s’ouvrent trois petites fenêtres probablement créées à une époque récente et correspondant, à cause de la déclivité du terrain, au rez-de-chaussée du côté intérieur. Au-dessus, on trouve également trois petites fenêtres carrées, remontant peut-être en partie à l’époque moderne et correspondant à niveau d’entresol. Le premier étage est caractérisé par trois grandes fenêtres de l’époque moderne et correspondant à gauche à celle de la salle C et à droite aux deux baies de la salle D. Les deux premières datent vraisemblablement de 1532 ; en revanche, la troisième, qui ne possède pas le même encadrement caractéristique, a été ouverte probablement à une date postérieure, au plus tard en 1637, puisqu’à l’intérieur elle n’interrompt pas les fresques de Manenti.

Fig. 219 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 10, façade ouest, partie sud.

Fig. 220 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 10, façade ouest, partie haute après le « cavalcavia ».

45« L’arc de Boniface VIII », ou « l’arc de l’évêque » comme on l’appelle traditionnellement, constitue le dernier élément des travaux réalisés sous le pontificat de Boniface VIII (fig. 189 et 193-194, n°11). Il s’agit d’un bâtiment suspendu au-dessus d’un passage voûté (un « cavalcavia » pour reprendre une expression du vocabulaire architectural italien, difficilement traduisible en français), formé de trois travées irrégulières en plan et disposées sur des axes différents. Ces dispositions s’expliquent par le fait que le constructeur a utilisé l’espace disponible préexistant, à savoir celui du réseau viaire, le plus souvent irrégulier par nature au Moyen Âge puisque résultant du vide laissé par les constructions environnantes. En outre, le bâtiment de Boniface VIII n’est pas installé au-dessus d’une voie, mais d’un carrefour, ce qui compliquait singulièrement la situation. La première travée, en forme de quadrilatère irrégulier, surmonte la rue principale et la voie qui s’ouvre à ce niveau vers le nord, l’impasse Marcucci. Elle s’appuie au sud sur le bâtiment de l’évêché (c’est-à-dire, dans cette partie, sur une construction réalisée, comme on l’a vu, dans le cadre de la même campagne de la fin du xiiie siècle), au nord-est sur un bâtiment largement remanié qui doit avoir été une tour et au nord-ouest sur une construction médiévale dont on reparlera ci-après, à propos de la deuxième travée. Le bâtiment sur lequel s’appuie « l’arc de Boniface VIII » au nord-est est aujourd’hui englobé dans une construction plus tardive, probablement du xvie siècle. Les deux portions de la construction qui sont les plus proches de son angle sud-ouest, donc de l’angle qui supporte « l’arc », sont les plus anciennes et montrent en grande partie un parement médiéval qui doit être contemporain de la construction bonifacienne (fig. 221). Au niveau de la retombée nord-est de la croisée d’ogives, se trouvent placés trois bas-reliefs. Du côté nord, deux écussons portent respectivement une tiare pontificale et des armoiries (un écu avec deux bandes ondées, fig. 222). Du côté est, le troisième bas-relief montre les mêmes armoiries, qu’on retrouvera également dans les deux travées suivantes. Si, au sud, le « cavalcavia » s’appuie sur une travée du palais, du côté nord, l’arc formeret ouvre sur une rue transversale, l’impasse Marcucci (fig. 223). Enfin, du côté ouest, la première travée n’est séparée de la suivante que par un simple arc doubleau à un seul rouleau.

Fig. 221 – Rieti, palais épiscopal, mur ouest du bâtiment formant l’angle oriental des rues Cintia et Marcucci.

  • 146 Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », cit., p. 411.
  • 147 Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », cit., p. 411 et Palmegiani, Rieti e (...)
  • 148 Sur la fenêtre du premier étage de la face est se trouve un écusson avec les armoiries d’un évêque (...)
  • 149 Les deux derniers chiffres ne sont pas faciles à lire et cette façon de transcrire 1899 en chiffre (...)

46Au rez-de-chaussée, la face orientale de la première travée présente un arc en plein cintre à double rouleau, qui correspond au passage de la rue Cintia (fig. 224) ; les deux niveaux supérieurs, suspendus sur la rue, ne paraissent dater extérieurement que d’une époque postérieure au Moyen Âge, au moins dans leur forme actuelle : du xvie siècle, pour le premier étage (y compris les consoles qui portent la balustrade du balcon146), de la fin du xixe siècle pour le second (deux baies, l’inférieure rectangulaire, la supérieure cintrée, s’ouvrent au milieu de chaque étage ; les deux étages sont couronnés par un entablement). Ce remaniement est daté de 1532 par Palmegiani, c’est-à-dire de l’époque de l’ouverture des fenêtres Renaissance dans la grande salle, ce qui est globalement juste, si l’on se réfère à l’allure de ces travaux du côté de la deuxième travée (voir ci-dessous)147. Cependant, il faut noter que la face est de la première travée et la face ouest de la deuxième ne sont pas identiques et ne remontent donc peut-être pas à une campagne de construction unitaire148. D’autre part, le premier étage, s’il est probablement dû à un remaniement du xvie siècle, doit remplacer un niveau médiéval préexistant. Inversement le second étage, qui ne concerne que la première travée et n’existe pas sur les deux suivantes (comme le montre bien la vue de la face septentrionale), ne date que d’une époque plus tardive. Son style le montre déjà suffisamment, mais l’impression subjective est corroborée par une inscription dans la frise : « ANNO DOM[INI] MDCCCXCIX149 », ce qui correspond à l’épiscopat de Mgr Quintarelli (qui, dans les mêmes années, engagea des restaurations dans les pièces situées à proximité, comme on l’a mentionné dans l’historique). Le rez-de-chaussée de la travée est couvert d’une croisée d’ogives, dont les nervures sont constituées d’un simple bandeau, sans clef centrale. Aux angles extérieurs de la face est de la travée, au nord comme on sud (fig. 225), on trouve deux départs d’ogives. Comme ces éléments sont liés à d’autres indices indiqués plus loin, on en reparlera à la fin de la description des trois travées.

Fig. 222 – Rieti, palais épiscopal, même mur, détail des deux bas-reliefs.

Fig. 223 – Rieti, palais épiscopal, « cavalcavia », 1ère travée, façade nord.

Fig. 224 – Rieti, palais épiscopal, « cavalcavia », 1ère travée, façade est.

  • 150 Seul Schimmelpfennig affirme qu’on trouve ici les armoiries de Boniface VIII et de Boniface IX, ce (...)
  • 151 Voir plus haut la discussion à ce sujet.

47Contrairement aux bas-reliefs armoriés se rapportant aux phases de 1283 et 1288, l’identification des armoiries sculptées à l’angle nord-est ne pose guère de problème. En effet, malgré la disparition de la polychromie qui devrait rendre l’attribution certaine, la présence de la double barre ondée exécutée en léger bas-relief permet d’affirmer avec une grande probabilité qu’il s’agit bien ici des armoiries de la famille Caetani (d’or à deux bandes ondées d’azur). C’est d’ailleurs ce qui a été constamment affirmé dans la littérature précédente150. Cependant, en toute rigueur, il faut mentionner le fait qu’à l’évêque Berardo sont attribuées les armoiries suivantes, dans la salle héraldique de l’évêché : de gueules à deux bandes ondées d’argent. Il est difficile de trancher sans connaître les sources sur lesquelles se sont fondées les décorateurs de la salle de l’évêché (peut-être s’agit-il d’ailleurs d’une invention reposant précisément sur les bas-reliefs armoriés ?) ; de toute façon, cela ne change pas grand chose à notre problématique, puisque l’évêque Berardo a officié précisément en 1296-1299, donc au moment où Boniface VIII est venu à Rieti (1298). Dans cette optique, on pourrait faire remarquer que ces armoiries sont accompagnées non seulement d’une tiare mais aussi d’une mitre épiscopale, si du moins l’on accepte d’y associer le bas-relief présent un peu plus loin, sur la grande salle151. Il me semble de toute façon qu’il ne s’agirait pas d’un argument décisif, à une époque où la mitre est encore un attribut fréquent pour le souverain pontife ; mais on pourrait éventuellement y voir une allusion double : au pape et à l’évêque.

Fig. 225 – Rieti, palais épiscopal, « cavalcavia », 1ère travée, détail de l’angle sud-est.

  • 152 Cette maison fut menacée de démolition en 1953, lors d’une expertise sur la stabilité de l’arc de (...)

48La limite entre les deux travées correspond à la légère inflexion que connaît ici la rue Cintia, qui se déporte légèrement vers le nord. Cette deuxième travée se présente elle aussi comme un quadrilatère irrégulier, campé au-dessus du début du coude de la rue et donnant sur une seconde rue transversale, cette fois du côté sud, la rue de l’Episcopio. Elle s’appuie au nord sur une construction médiévale152, à l’angle sud-est sur le palais épiscopal et à l’angle sud-ouest sur le palais Vincentini. La deuxième travée est couverte d’une croisée d’ogives du même type que la précédente (fig. 226). Contre la paroi nord, qui est formée majoritairement par le mur gouttereau du bâtiment sur lequel prend appui la travée, est tendu un second mur, constitué une grande arcade à peine brisée (dans le nu de mur qui est délimité par l’extrados de l’arc et par le voûtain septentrional, une ouverture postérieure est aujourd’hui bouchée). Au sud, notre travée centrale est séparée de la troisième travée par un arc doubleau. Enfin, à l’ouest, on retrouve au rez-de-chaussée un arc à double rouleau et un parement médiéval, comme pour la face orientale de la première travée (fig. 227). À la retombée sud-ouest de la croisée, est visible un autre bas-relief avec les armes des Caetani. La deuxième travée, contrairement à la première, ne possède qu’un seul étage au-dessus du passage couvert de la rue. Visible depuis la façade ouest de la travée, cet étage se présente aujourd’hui sous un vêtement moderne, contrairement au rez-de-chaussée, avec son mur enduit et sa baie rectangulaire centrée, similaire aux fenêtres ouvertes en 1532 dans l’ensemble du palais. Mais à gauche de cette baie on aperçoit les restes d’un appui et d’un montant de pierre appartenant probablement à une phase antérieure des travaux et qui prouve ce que l’on pouvait soupçonner de toute façon : à savoir l’appartenance de l’étage également à la phase médiévale.

Fig. 226 – Rieti, palais épiscopal, « cavalcavia », 2e et 3e travées, voûtement.

Fig. 227 – Rieti, palais épiscopal, « cavalcavia », 2e travée, façade ouest.

49Quant à la troisième travée, qui débouche sur la rue de l’Episcopio, notre description sera plus brève, car sa structure ne pose pas de problème particulier. Elle s’appuie à l’est contre le pignon ouest du 3e corps de bâtiment principal élevé pour Boniface VIII (analysé plus haut en détail) et à l’ouest contre le palais Vincentini déjà mentionné ci-dessus. Ce dernier a été construit à l’époque moderne – il est daté de 1545-1656 –, mais son extrémité orientale, donc la plus proche de « l’arc » montre une histoire complexe. On voit notamment sur l’extrémité est de la face nord, au rez-de-chaussée, un parement à bossages et une porte dont le linteau est surmonté d’une baie surbaissée, des éléments très probablement médiévaux. Quant à la face orientale du palais Vincentini, sa seule composante médiévale est précisément la largeur qui correspond à la troisième travée de l’arc (à gauche comme à droite, c’est-à-dire, à gauche la façade du pignon oriental et à droite une petite excroissance gagnée sur la rue, on trouve seulement des parties modernes, dues à la création du palais Vincentini ou à des étapes ultérieures de son histoire). Il s’agit du même appareil que celui qu’on retrouve dans toutes les parties dues à Boniface VIII (module moyen, trous de boulin). Le mur a été percé d’une porte, d’une fenêtre et d’un oculus récents, liés à des transformations internes du palais Vincentini. À l’extrémité nord du mur (donc près de l’angle), se trouvent les armoiries de Boniface VIII (fig. 228). Cet écusson est donc limitrophe de celui, également sculpté aux armes Caetani, qui a été mentionné ci-dessus, pour la deuxième travée, sur le mur nord du palais Vincentini près du même angle. En plan, la troisième travée se présente comme un rectangle irrégulier et elle est couverte d’un court berceau en plein cintre longitudinal (fig. 226). Elle comporte un premier étage (fig. 229), très probablement d’origine médiévale, même si cela n’est guère apparent de l’extérieur, comme on le verra ci-dessous à propos de la description intérieure (salle E).

Fig. 228 – Rieti, palais épiscopal, « cavalcavia », rue de l’Episcopio, détail du bas-relief près de l’angle avec la rue Cintia.

  • 153 Sacchetti, cité par Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », cit., p. 393.
  • 154 On reconnaît chez Sacchetti un syndrome courant dans l’histoire de l’architecture : le fait de vou (...)

50Cette partie du palais Vincentini, sur laquelle s’appuie l’arc de Boniface VIII, constituait peut-être une tour, à partir de laquelle se serait ensuite développée la construction de l’époque moderne. Sacchetti cite d’ailleurs un document où l’on mentionne que le palais Vincentini fut adossé à la tour de l’évêché153. Comme Palmegiani à propos de la structure médiévale antérieure englobée dans l’angle sud-ouest du palais (voir ci-dessus), Sacchetti voulait voir dans cette « tour de l’évêché » la tour citée dans un document de 982. Il semble bien peu vraisemblable de reconnaître dans la structure aujourd’hui conservée à l’angle nord-est du palais Vincentini une construction, même transformée, du xe siècle ; d’autre part, comme on l’a vu ci-dessus, la proposition de Palmegiani s’accorde mieux avec les données topographiques154. Par conséquent, il est probable que la tour citée par le document a bien existé, mais qu’elle ne datait que des travaux de la fin du xiiie siècle.

Fig. 229 – Rieti, palais épiscopal, campagne de Boniface VIII, « cavalcavia », 3e travée, façade sud.

51Une série d’indices que nous avons relevés au fur et à mesure de l’analyse semble impliquer que le « cavalcavia » était prévu originellement pour couvrir d’autres travées sur la rue Cintia et sur celle de l’Episcopio et qu’en même temps les travaux sont restés inachevés (départ de voûtes d’ogives en avant de la pretravée, pilastres sur le mur ouest du palais, dont les deux derniers tronqués). En même temps, le renoncement à une telle extension semble avoir eu lieu assez tôt, pendant que les travaux étaient encore en cours, car les quatre faces du « cavalcavia » visibles aujourd’hui depuis l’espace de la rue présentent à chaque fois des éléments remontant indubitablement à l’époque de la création de l’« arc » : double rouleau des arcs de tête sur la rue de l’Episcopio, sur l’impasse Marcucci et sur la rue Cintia, parement médiéval visible, au moins partiellement, sur les quatre faces. On verra en conclusion quelle interprétation donner à ces éléments contradictoires.

d) Les espaces intérieurs des bâtiments occidentaux

  • 155 Maceroni et Tassi, Società religiosa e civile..., cit., pl. V.

52Au rez-de-chaussée (subdivisé en deux niveaux par les travaux de 1933-1934), les bâtiments 1, 2, 9 et 10 sont occupés par les archives unifiées du diocèse de Rieti (à l’entresol ; le bâtiment 2 comprend au rez-de-chaussée la salle « S. Nicola » et divers bureaux occupent le reste du rez-de-chaussée) et le bâtiment 8 par d’autres bureaux. On connaît l’état de la salle 10 au début du xixe siècle, grâce au projet de réfection de la prison épiscopale, qui se trouvait dans cette zone, de 1837155. Le grand espace unique, voûté en berceau, était alors subdivisé en deux niveaux et cloisonné.

  • 156 Je n’ai pas eu accès à la salle 1.
  • 157 Des prélats appartenant à la famille Colonna occupent continûment le siège de Rieti de 1480 à 1529 (...)

53Le premier étage contient aujourd’hui les bureaux de l’évêché de Rieti. De manière générale les espaces intérieurs ne livrent guère de renseignements concernant la période de leur construction, à cause des aménagements postérieurs dont ils ont fait l’objet. Cependant, on les décrira ici brièvement, car un certain nombre de dispositions, notamment les subdivisions du bâtiment, peuvent refléter l’état le plus ancien156. Les salles 8 et 9 servent de zone de transition en direction des bureaux. Le tiers méridional de la salle 2 a été cloisonné (pièce A), mais l’espace subsistant (pièce B) forme encore un espace de dimensions notables. Du côté sud se trouve l’accès depuis A. La porte percée dans le mur ouest, dont l’architrave porte le blason des Colonna, donne accès à la salle C. À cause de ces armoiries, la structure actuelle doit être datée de la fin du xve-première moitié du xvie siècle157, même si le percement peut être originel. Dans le mur oriental, enfin, se trouve la porte de communication avec la grande salle (dissimulée par un tambour moderne). Dans le mur nord est ouverte la fenêtre du xvie siècle déjà mentionnée pour l’extérieur, qui continue la série de baies du même type ouvertes dans la grande salle adjacente. La pièce est couverte d’un berceau rampant qui doit se poursuivre sur la pièce A pour former un voûtement unique.

Fig. 230 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 2, salle B, vue vers le nord.

  • 158 Cf. Bouyé (É.), « L’Église médiévale et les armoiries : histoire d’une acculturation », dans MÉFRM(...)
  • 159 L’information est donnée par Aurigemma, Palazzi del Lazio dal xii al xix secolo, cit., dans la not (...)
  • 160 Étrangement, les quelques allusions postérieures aux peintures ne mentionnent jamais le fait qu’el (...)
  • 161 Une liste révisée des évêques de Rieti de 1188 à 1378 est donnée par Brentano, A new world in a sm (...)
  • 162 Le nom de Pietro « Guerra » qui lui est donné traditionnellement serait erroné, selon N. Kamp, mai (...)
  • 163 Le nom de cet évêque a parfois été écrit, erronément, Bernardo.

54Cette pièce B pourrait être appelée « salle des armoiries » à cause de son décor, une frise formée par les armoiries des évêques successifs de Rieti. Elle est formée de deux rangées superposées d’écus de forme ovale, contenant les armoiries de tous les évêques du diocèse de Rieti, depuis les origines jusqu’à nos jours (fig. 230). Ce sont, au moins jusqu’au xiiie siècle compris, des armoiries imaginaires ou au moins reconstituées par des témoignages tardifs. L’exécution de la peinture est récente, mais son existence remonte à l’époque moderne, comme c’est le cas dans bien d’autres palais épiscopaux (cf. ici le cas d’Orvieto). Les peintures semblent avoir été créées en 1674 sur ordre de Mgr Vicentini (voir historique), après le décor similaire qui semble avoir orné la grande salle (rénové par Mgr Bolognetti), c’est-à-dire en pleine époque de foisonnement de l’héraldique ecclésiastique où l’on constitue des listes d’armoiries imaginaires pour les papes et les cardinaux du passé, dans un esprit d’unification et de légitimation158. Le décor était encore attesté au milieu du xixe siècle, lorsqu’il fut effacé, en 1849, sur ordre de Mgr Gaetano Carletti (1849-1867)159. La recréation de la double frise, même si elle n’est pas documentée, doit remonter au début du xxe siècle, au moment où Mgr Quintarelli faisait restaurer les peintures de V. Manenti dans les pièces voisines160. Pour les évêques concernés par la période de construction médiévale du palais, voici les armoiries proposées par la frise161. Pietro Gerra ou Guerra da Ferentino162 (2 août 1278-22 juillet 1286) : coupé d’azur et de gueules ; Andrea Rainaldi ou Rainerii (27 juillet 1286-actif en 1292) : d’azur au chef d’argent chargé de trois roses ; Nicola (attesté du 26 novembre 1294 à une date postérieure au 24 décembre 1295) : d’azur à la fasce de gueules accompagnée en chef d’une merlette d’or et en pointe de trois quatrefeuilles du même ; Berardo163 (4 février 1296-actif le 24 mai 1298, décédé avant le 26 août 1299) : de gueules à deux bandes ondées d’argent. On a déjà mentionné toutes ces armoiries au cours du texte, successivement pour la grande salle, la loggia, le troisième et le quatrième corps de bâtiment élevés pour Boniface VIII. Rappelons que celles de Pietro Gerra ne paraissent se retrouver nulle part ; que celles d’Andrea pourraient correspondre à l’écu armorié ajouté à l’inscription de la grande salle et, très hypothétiquement, à celui de la loggia ; que celles attribuées ici à Nicola sont sculptées sur la façade orientale du corps de bâtiment de Boniface VIII qui donne sur la cour intérieure, mais qu’elles sont probablement de la période moderne et se rapportent certainement à un autre prélat ; qu’en ce qui concerne l’évêque Berardo, si ses armoiries n’ont pas été inventées par les décorateurs de la salle, on ne peut pas de toute façon, en l’absence de polychromie, les distinguer de celles du pape Caetani, auquel sont attribués traditionnellement (et plus vraisemblablement) les écus armoriés placés sur l’« arco di Bonifacio ». Vu son emplacement, la pièce B fonctionnait comme une antichambre en direction des espaces privés d’habitation, pour les visiteurs arrivant directement à ceux-ci depuis la cour, et comme axe de circulation entre le pôle résidentiel et le pôle public ; F. Palmegiani appelle d’ailleurs la salle « anticamera ». En effet le décor armorié, même s’il est récent ou renouvelé à l’époque contemporaine, correspond bien à cette fonction semi-officielle.

  • 164 Boschi, « Storia ed arte nell’episcopato di Rieti... », cit., p. 312-315, également pour le détail (...)
  • 165 Qui prend tout son sel dans un bâtiment construit pour Boniface VIII : « S. SYNODUS EPISCOPIS OMNI (...)

55Le corps de bâtiment 10 est divisé en deux pièces. Au nord, la pièce C est appelée traditionnellement salle de saint Probus. À l’extrémité droite (sud) du mur oriental s’ouvre la porte d’accès depuis la salle B ; dans le mur sud s’ouvre la porte d’accès vers la pièce D ; dans le mur ouest sont percées une fenêtre à gauche (au sud) et la porte d’accès à la chapelle E à droite (au nord). Il faut noter que cette porte a été ouverte à une date récente. En effet, à la différence de toutes les autres, son percement a entraîné la disparition d’une partie du décor peint (aussi bien du soubassement que du paysage). Il faut donc supposer que l’accès originel de la pièce E se faisait uniquement depuis la pièce F. Enfin, dans le mur nord se trouve la porte d’accès à la pièce F. La salle est couverte d’un plafond à caissons et les murs sont dotés d’un cycle de fresques peint par Vincenzo Manenti en 1639, donc sous l’épiscopat du cardinal Giovanni Francesco Guidi da Bagno (1635-1639) et sous le pontificat d’Urbain VIII (d’où l’hommage au pape Barberini par l’apposition de ses armoiries sur l’une des portes de la salle). C’est leur sujet qui a donné son nom à la salle (nom qui est d’ailleurs indiqué sur l’architrave de la porte qui donne accès à la pièce F). On y trouve en effet, au-dessus d’un socle dû à la restauration164, des saints importants pour le diocèse, généralement traités en grisaille sur un fond de paysage naturaliste (au sud, saint Baudouin et saint Étienne de Rieti ; au nord sainte Barbe et sainte Julienne ; à l’ouest, un paysage et une inscription165). Mais la scène la plus importante se trouve sur la paroi orientale : il s’agit de la mort de saint Pro-bus (auquel apparaissent, en présence d’un enfant, les saints Éleuthère et Juvénal, selon la narration de Grégoire le Grand rapportée au début de ce chapitre), à laquelle le traitement polychrome et la mise en scène complexe confèrent une importance particulière (fig. 231). On doit probablement identifier la pièce C comme une chambre de parement, à cause de sa position intermédiaire entre la pièce B (que nous avons définie comme antichambre) et les pièces D, E et F, que l’on peut tenir respectivement, comme on va le voir, pour la chambre de retrait, la chapelle et d’autres espaces privés (garde-robe ?).

  • 166 La date a été lue par erreur comme 1638 par Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 232.

56La pièce D est aujourd’hui le bureau du vicaire épiscopal. Dans le mur nord s’ouvre la porte d’accès depuis la pièce C, dans le mur ouest sont percées deux fenêtres du xvie siècle. La pièce est couverte d’un plafond sur corniche ; les murs sont décorés de fresques de Vincenzo Manenti, probablement un des chefs-d’œuvre du peintre (Nativité de la Vierge, Annonciation, Repos pendant la fuite en Égypte, motifs décoratifs). Elles sont traitées en semi-grisailles comme dans la pièce C et furent réalisées probablement lors de la même campagne, au-dessus d’un soubassement en carreaux de majolique d’une fabrique des Abruzzes, daté de 1637166 (l’évêque en charge était donc le même cardinal Giovanni Francesco Guidi da Bagno, commanditaire des fresques de la salle précédente, dont l’écu est reproduit en majolique).

Fig. 231 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 10, salle C, mur est.

  • 167 SACELLUM HOC ANNO CHRISTIANO MDCLXXXXI EXCITATUM C POST ANNIS FORMA ET ORNATU REFECTUM FRANCISCUS (...)
  • 168 Il y a peut-être un lien entre cette activité de construction ou de restauration et le décret de p (...)
  • 169 Ce dernier a également suscité la rénovation de la crypte de la cathédrale, où l’on retrouve le mê (...)
  • 170 Cf. chapitre II.3.
  • 171 C’est également ce que semble penser Schimmelpfennig, « Der Palast als Stadtersatz... », cit., p. (...)

57Le « cavalcavia » de Boniface VIII renferme trois pièces à cet étage, chacune d’elles correspondant à l’une des travées qui le composent. La pièce E sert aujourd’hui de chapelle (fig. 232). Elle correspond à la dernière travée, en forme de rectangle allongé, parmi l’ensemble des trois travées suspendues au-dessus de la rue décrites ci-dessus. L’accès se fait dans son mur oriental depuis la pièce C. Comme on l’a dit ci-dessus, le percement est récent et l’accès primitif devait se faire depuis la pièce G. L’autel se trouve en face contre le mur ouest (la chapelle est donc occidentée, tout comme la cathédrale). La pièce est voûtée d’un berceau doté de trois pénétrations de chaque côté. Au nord, les lunettes dégagées par ces pénétrations sont dotées de trois fausses fenêtres (ce qui est logique, puisque de l’autre côté du mur se trouve en réalité la pièce G, ou plus exactement un couloir ménagé au sud de cette pièce). Au sud, le seul côté où la pièce donne sur l’extérieur, ce sont cette fois de vraies fenêtres qui sont percées dans les lunettes symétriques ; en outre, dans la partie centrale de ce même mur est ouverte une fenêtre, probablement d’origine plus ancienne. L’espace a été restauré à plusieurs reprises, comme en fait foi l’épigraphe placée au-dessus de la porte d’entrée167. L’inscription implique que la chapelle a été fondée en 1691 (donc sous l’épiscopat de Francesco Maria Abbati, 1670-1707168), restaurée un siècle plus tard (donc en 1791, sous Mgr Saverio Marini – 1779-1813) et redécorée en 1924, sous l’évêque Francesco Sidoli (19161924)169. Cette dernière date correspond bien à l’ornementation néo-classique un peu froide ; en revanche que tirer de la datation de 1691 : celle-ci implique-t-elle vraiment une création ex novo ou bien ne s’agissait-il pas plutôt déjà d’une restauration ? Il semble en tout cas invraisemblable que le palais pontifical n’ait pas possédé de chapelle ; en outre, un texte provenant des accusations portées contre Boniface VIII après sa mort affirme que celui-ci possédait un hagioscope dans sa résidence à Rieti170. Si la chapelle médiévale était bien située au même endroit qu’aujourd’hui, l’hagioscope n’aurait pu se trouver que dans la paroi septentrionale qui sépare la chapelle actuelle de la pièce G, ainsi que la porte d’accès originelle. Il ne m’a pas été possible d’en retrouver les traces dans la maçonnerie ; mais, il est difficile d’affirmer péremptoirement qu’il n’en existe aucune trace à cause du revêtement actuel. Quoi qu’il en soit, l’orientation, les dimensions, la situation de la pièce permettent de supposer avec une certaine vraisemblance qu’elle était bien la chapelle médiévale171. Les pièces F et G, qui correspondent aux deux autres travées suspendues au-dessus de la rue, forment aujourd’hui le bureau de l’économat du diocèse. Les deux pièces correspondant aux deux travées n’ont rien de remarquable. On peut seulement en décrire les percements : dans la première travée (pièce F), une porte d’accès depuis la pièce C et une porte de communication avec la travée suivante et deux fenêtres, l’une dans le mur est, l’autre dans le mur nord ; dans la deuxième travée (pièce G), la porte de communication avec la pièce précédente, une fenêtre dans le mur ouest et une porte dans le même mur, donnant accès à une petite pièce située dans l’angle nord-est du palais Vincentini. On notera en outre que l’extrémité méridionale de la pièce G a été cloisonnée pour former un couloir, à l’endroit où devait se trouver primitivement l’accès à la chapelle.

Fig. 232 – Rieti, palais épiscopal, « cavalcavia », chapelle E.

58Quant au deuxième étage, il ne concerne pas l’ensemble de la zone. Les bâtiments 1, 2, 8, 9 en sont pourvus, de même que la première travée du « cavalcavia » 11 (pièce F). Mais, comme on l’a vu ci-dessus, les deux autres travées de ce dernier (pièces E et G) s’arrêtent au premier étage, de même que le bâtiment 10. Dans cet étage on trouve d’autres bureaux de la curie (bâtiment 2) et les appartements épiscopaux, que je n’ai pu visiter. Cependant, on notera qu’une bonne partie de ces structures, à l’exception de la tour 1 au sud-ouest et peut-être du mur méridional des bâtiments 8 et 9, doit appartenir à des périodes très récentes, comme on l’a montré pour la pièce F du « cavalcavia ».

III – DATATION ET INTERPRÉTATION (fig. 189)

59Dans le cas de Rieti, la question de la datation est beaucoup moins épineuse que pour nos autres palais, au moins pour deux des parties du bâtiment sur trois, à cause de l’existence des épigraphes. Mais ce qui est en cause à travers celles-ci, c’est la question des commanditaires du palais : autorités communales ou ecclésiastiques locales ou bien cour pontificale ?

  • 172 L’argument renvoie également à un passage d’Angelotti, Descrittione della città di Rieti..., cit., (...)
  • 173 Voir le chapitre I.1.
  • 174 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., n. 22 p. 209.
  • 175 Il est d’ailleurs le seul parmi les auteurs récents, mis à part Gigliozzi, à avoir cité ou comment (...)
  • 176 Voir cependant le commentaire de Sacchetti Sassetti, Guida illustrata di Rieti, cit., p. 53, à jus (...)

60Le premier problème touche, comme on l’a dit en introduction, la partie la plus importante et la plus centrale du palais : la grande salle de 1283. Était-il légitime de l’inclure dans notre étude, alors que rien n’indique qu’elle ait été construite pour un pape ? Bien des auteurs ont d’ailleurs hésité sur le fait de prendre en compte cette salle dans la perspective d’un palais pontifical. Et, pour justifier l’existence d’une salle aussi monumentale dans le cadre d’un simple palais épiscopal, on n’a pas hésité à invoquer l’importance du diocèse de Rieti : la taille de la salle ne serait due qu’à la nécessité de créer un lieu adapté pour réunir le synode diocésain, un argument qui ne paraît guère convaincant172. En revanche, R. Consiglio fait fréquemment allusion à la possibilité que la salle ait été commandé par Martin IV lui-même, mais sans légitimer son opinion. De fait, on peut aisément montrer que si la construction de la salle n’a peut-être pas été suscitée directement par le pape, le nouveau bâtiment a bien été conçu et élevé dans l’espoir d’accueillir la cour pontificale à Rieti. Rappelons que la ville avait déjà été un lieu de séjour pontifical dans la première moitié du XIIIe siècle. En ne comptant que les séjours étendus, Innocent III y avait résidé une partie de l’été 1198, Honorius III pendant un long été en 1219 et bien plus longtemps encore en 12251226, Grégoire IX une partie de l’été 1234 et tout l’été 1236. Bref, même si les papes n’y avaient plus logé depuis, la ville pouvait à bon droit se considérer comme une candidate valable pour un nouveau séjour pontifical. Or, quelle était la situation de la papauté, de ce point de vue, en 1283 ? Martin IV résidait à Orvieto pratiquement depuis le début de son pontificat, exactement depuis le 23 mars 1281. Pourtant ses rapports avec cette ville étaient tout sauf faciles173. Le pape et la curie, en grande partie d’origine française et partisans d’une politique d’alliance sans réserve avec le pouvoir angevin, durent subir les pressions des autorités communales de plus en plus ouvertement gibellines et anti-françaises. Bien entendu, la tension ne fit que croître avec le choc des Vêpres siciliennes, le 30 mars 1282, un an après le couronnement de Martin IV. On a vu d’ailleurs, dans le chapitre consacré à Orvieto, que la construction d’un nouveau bâtiment, ajouté sous Martin IV au palais déjà existant, pourrait bien avoir répondu à cette escalade de méfiance mutuelle dans les rapports entre la commune et la papauté. Cette dernière se devait donc de rechercher à tout prix un nouveau point de chute. Nous avons vu dans un chapitre précédent que cette démarche aboutit à transférer la curie à Pérouse, à l’automne 1284. Mais, en 1283, toutes les possibilités étaient ouvertes et on a pu envisager très sérieusement l’hypothèse de Rieti. En effet, l’idée de transférer la cour à Pérouse était alors inimaginable, le pape venait d’excommunier la ville à la suite de la guerre que celle-ci livrait à Foligno et la réconciliation des deux parties, préambule indispensable à un éventuel transfert de la cour pontificale à Pérouse, n’eut lieu qu’au printemps 1284. Inversement, comme l’a justement rappelé M. T. Gigliozzi, les rapports de Martin IV avec Rieti étaient déjà nourris à ce moment174. Quelque cardinal a-t-il sondé Rieti en mentionnant la possibilité d’une translation de la curie ? Ou bien sont-ce les autorités de la ville qui ont décidé, de leur propre initiative, de construire le bâtiment pour posséder tous les atouts dans une éventuelle négociation à ce sujet ? Une source permet de corroborer notre hypothèse et va plutôt dans le sens d’une initiative de la commune : il s’agit de l’épigraphe elle-même. Avant de revenir à son interprétation, il faut rappeler ici le fait que G. Radke a mentionné cette inscription en la traitant de tardive175. En réalité rien dans la graphie ou dans le style du texte ne permet d’avancer cette idée. On n’a guère relevé que l’épigraphe se complaît tout d’abord à nommer le pontife régnant, ainsi que l’évêque du lieu, mais que le commanditaire paraît bien être le podestat de Rieti176. Ainsi, tombe d’abord l’idée qui a été parfois soutenue d’y voir une réalisation purement épiscopale. D’autre part, la longue inscription semble une véritable réclame lancée au pape, y compris dans son allusion discrète, mais transparente, aux troubles de la situation politique (« orbis turbe »). Comme on sait, l’offre n’aboutit pas, puisque la curie préféra Pérouse. Pourtant, on peut penser que les autorités communales ne furent pas mécontentes d’avoir construit d’avance la grande salle, puisqu’en moins de quinze ans deux papes allaient séjourner plus ou moins longuement dans leur ville.

  • 177 On bénéficie pour ce faire de l’excellent et récent portrait tracé par Brentano, A new world in a (...)

61Le fait d’avoir établi que la salle fut commandée par les pouvoirs communaux, qu’ils aient été sollicités ou non par la curie, ne doit pas nous empêcher de réfléchir sur le rôle éventuel de l’évêque du lieu. Si l’on examine la personnalité et la carrière de ce dernier, il peut avoir constitué au contraire un intermédiaire idéal entre les milieux pontificaux et sa cité épiscopale177. L’élection de Pietro da Ferentino en 1278 constitue un tournant dans l’histoire de l’évêché de Rieti, exemplaire d’une des évolutions de l’Église au cours du xiiie siècle. Profitant d’une double élection par le chapitre, le pape Nicolas III impose un troisième homme. Il s’agit d’un étranger au diocèse, d’un lettré (il possédait dans sa bibliothèque des textes d’Avicenne, saint Thomas et saint Bonaventure), et surtout d’un curialiste – et ce depuis longtemps, puisqu’il est lié aux affaires pontificales depuis quinze ans. Même si son passage à l’évêché de Rieti n’est qu’une étape dans une carrière brillante (il est auparavant évêque de Sora, il sera ensuite archevêque de Monreale puis d’Aquilée), Pietro réside à Rieti, en dehors de quelques missions pontificales, et il dirige son diocèse avec fermeté et dynamisme. Par conséquent, on voit très bien dans la figure de cet évêque un candidat parfait au rapprochement entre les intérêts curiaux et ceux de Rieti. De manière significative, parmi ces trois successeurs immédiats, deux d’entre eux présentent un profil semblable à quelques nuances près (le troisième, l’évêque d’origine cistercienne, Nicola, n’est attesté qu’un peu plus d’un an et résigne sa charge, ce qui le désigne comme une figure passagère et sans grand relief ; nous ne connaissons d’ailleurs pas les motivations de sa renonciation, il serait intéressant de savoir si le pontife en place, Boniface VIII, n’y a pas été pour quelque chose). Or, comme nous allons le souligner, ces deux prélats, Andrea et Berardo, sont à leur tour non seulement contemporains des deux autres étapes constructives du complexe palatial, mais probablement mêlés à elles.

  • 178 Registres de Nicolas IV, n°7054-7056.

62Le pape Nicolas IV arrive à Rieti le 13 mai 1288 et il y passera les deux étés 1288 et 1289. À son séjour est liée la deuxième partie du palais, la loggia. Pour la datation précise de celle-ci, on dispose de deux limites chronologiques précises, à savoir les deux termes impliqués par le début du pontificat de Nicolas IV et l’année inscrite sur l’épigraphe apposée sur la loggia elle-même : donc entre le 22 février 1288 et le 31 décembre de la même année. Certes le pape n’a pas dû songer à faire ériger la construction dès le jour de son élection ! Mais on peut supposer qu’il n’a pas non plus attendu pour le faire d’arriver à Rieti, pour son premier séjour estival, le 13 mai. Par ailleurs, si l’on ne peut totalement exclure que la construction ait été encore inachevée au moment de son départ, le 14 octobre, la date donnée par l’épigraphe implique que le bâtiment a dû être réalisé avant la fin de l’année. Il y a de toute façon une petit indication qui laisse à penser que la loggia a dû être construite en prévision du séjour du pape, juste avant son arrivée ou peu de temps après. Le 1er juin 1288 (donc quinze jours après son entrée dans la ville), Nicolas IV nommait Niccolino de Camilla comme gouverneur de la ville et de la région de Rieti178. Il s’agissait bien sûr de coiffer les autorités locales par un administrateur directement lié au pontife et à la curie. Si la loggia n’avait pas encore été réalisée et l’épigraphe non posée, on peut donc se demander si le podestat et son vicaire auraient pu faire l’économie d’insérer dans cette dernière le nom du gouverneur pontifical. Mais il ne s’agit bien sûr que d’un indice fragile.

  • 179 Cf. en dernier lieu Radke (G. M.), « Medieval frescoes in the papal palaces of Viterbo and Orvieto (...)
  • 180 Ainsi le 30 octobre 1294, où l’on parle de « palatium domini pape », ACR, arm. I, fasc. D, n°2 ; c (...)
  • 181 Charles II, en souvenir de ce moment essentiel, concéda à l’église de Rieti un don annuel et perpé (...)
  • 182 La description est éditée par Labande (L. H.), « Le cérémonial romain de Jacques Cajétan », dans B (...)
  • 183 Schimmelpfennig, Die Zeremonienbücher..., cit., p. 180.
  • 184 La portée symbolique et idéologique de cet acte d’humiliation, valable pour l’empereur comme pour (...)

63Contrairement à la grande salle de 1283, la loggia de 1288 a d’ailleurs été unanimement attribuée à Nicolas IV179. Après le séjour du pape à Rieti, le palais est désormais désigné sans ambages comme « palais pontifical », même en dehors de la présence du pape180. Pourtant, la formulation de l’épigraphe apposée sur la loggia ne diffère aucunement de celle de 1283. Comme dans la première, l’inscription rapporte certes la loggia au règne d’un pape, ici Nicolas IV, mais elle rapporte également la construction du bâtiment aux autorités communales, en l’occurrence le podestat et son vicaire. Néanmoins, et pour les mêmes raisons que précédemment, il est logique d’y voir une réalisation demandée ou au moins souhaitée par le pape, même si les commanditaires concrets sont bien les autorités communales. On retrouve donc ici le système employé par la papauté à Orvieto (pour le palazzo Soliano), Pérouse, Viterbe, etc. Plus spécifiquement, ce qui nous reste à faire, dans le cas présent, c’est de mettre en relation la construction de la loggia avec le contexte du pontificat de Nicolas IV. Un des grands événements du séjour du pape à Rieti, et même un des actes les plus significatifs de son pontificat, fut le couronnement de Charles II d’Anjou comme roi de Sicile, le 29 mai 1289, jour de la Pentecôte. Nicolas IV renouvelait ainsi l’alliance de la papauté avec la dynastie angevine et, en cassant les traités afférents, conférait une nouvelle légitimité à l’héritier de Charles Ier, qui avait dû, fait prisonnier par les Aragonais, céder sa souveraineté sur l’île181. Il s’agissait donc d’une manifestation essentielle de la « politique extérieure » de la papauté, destinée à freiner l’ascension de la maison d’Aragon. Or, nous connaissons assez bien le déroulement de ce couronnement, grâce à une description du cardinal Jacopo Stefaneschi insérée dans son premier cérémonial182. Certes, la plus grande partie de la cérémonie a pris place dans la cathédrale, mais la loggia peut avoir joué un rôle tout à la fin du couronnement, lorsque le roi a accompagné le pape jusqu’à son palais, en tenant l’étrier puis les brides de son cheval. En effet, la seule indication topographique précise concerne ce moment : « adextravit usque ad gradus palatii adherentis ecclesie »183. Bien que le mot de « gradus » soit assez imprécis, on peut supposer qu’il s’applique ici à l’escalier de la loggia, qui venait donc d’être construite. Sans aller jusqu’à affirmer que la loggia fut construite pour cette cérémonie, puisque bien d’autres célébrations pontificales purent y prendre place, on peut considérer qu’elle fut construite à point nommé. La position surélevée du pape permettait d’illustrer cette même prééminence affirmée au même moment du rituel par la soumission du nouveau roi guidant la monture du pape184.

  • 185 En 1278, quand Pietro est nommé évêque de Rieti, Andrea lui succède à Sora ; symétriquement, quand (...)
  • 186 On le voit par exemple en 1289 assister à la cession d’un château à la Chambre apostolique ; cf. D (...)

64Comme pour la grande salle de 1283, il faut souligner que, bien que réalisée par les pouvoirs civils, la loggia n’a certainement pas été réalisée sans l’assentiment de l’évêque. Celui-ci, Andrea Rainaldi, ressemble beaucoup à l’évêque précédent, Pietro da Ferentino, auquel il est d’ailleurs lié de manière multiple185. Originaire d’une famille de rang élevé, mais probablement non noble, il suit également une carrière curiale, qu’il poursuit d’ailleurs pendant son épiscopat186. Il a été notamment chapelain du cardinal Giacomo Savelli, qui le nomme à l’évêché alors qu’il est devenu pape sous le nom d’Honorius IV. Il est en revanche plus profondément lié à la ville de Rieti que son prédécesseur, puisqu’il est attesté, avant son élection, comme membre du chapitre cathédral. Tout comme Pietro da Ferentino, on verrait donc dans l’évêque Andrea un parfait médiateur entre l’administration pontificale et celle de Rieti, à la veille de recevoir dans la cité le pape Nicolas IV.

  • 187 Ainsi, en 1281, il est attesté comme chambellan du pape ; cf. Brentano, A new world in a small pla (...)
  • 188 Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », cit., p. 409. Je suppose que ce pers (...)
  • 189 Consiglio, Rieti..., cit., n. 125. Il faut tout de même préciser que l’auteur s’appuie pour sa com (...)
  • 190 Il faut d’ailleurs noter que le tableau donné par A. Paravicini Bagliani dans « La mobilità della (...)
  • 191 Voir le chapitre sur Orvieto.

65Venons-en maintenant à la dernière partie médiévale du palais, « l’arc de Boniface VIII ». Une première constatation, nous ne possédons pas dans ce dernier cas d’épigraphe pour nous aider à dater les travaux ou à les resituer dans le contexte local. Heureusement, la répétition ostentatoire des armoiries Caetani a permis depuis longtemps de mettre en rapport cet ensemble de bâtiment avec le pontificat de Boniface VIII. On a vu plus haut que l’éventuelle ambiguïté de ces armoiries avec celles de l’évêque Berardo n’étaient qu’un faux problème. Quant à la personnalité de ce prélat, on a déjà souligné que, comme ces deux prédécesseurs Pietro et Andrea, Berardo était un évêque issu du monde de la curie187. Par conséquent, il peut lui aussi avoir servi de rouage efficace dans les relations entre la curie et la commune. Par ailleurs, du côté de cette dernière, tout était également en place pour une parfaite harmonie entre la curie et les autorités communales : Boniface VIII n’avait-il pas choisi lui-même le podestat de Rieti ? Quelques mois avant sa venue à Rieti dans la seconde moitié de l’année 1298, le 9 mai, il nomma Bernardo dei Varani podestat de la ville188. Enfin R. Consiglio a fait justement remarquer que, même en dehors du témoignage des armoiries, une datation vers la fin du xiiie siècle se déduirait à la fois des particularités constructives et de la chronologie relative des bâtiments : la nécessité de créer le « cavalcavia » au-dessus de la rue s’explique par l’érection de la grande salle de 1283 ; cette partie du complexe doit donc être postérieure189. Cependant, il nous faut ici faire une remarque : le pape Caetani n’est passé à Rieti qu’une seule fois et il n’y a séjourné finalement que peu de temps, dans la seconde moitié de l’année 1298190. Cependant, le séjour eut une certaine durée (du 19 août au 6 décembre) et d’ailleurs Boniface VIII a accompli à Rieti des actes importants de son pontificat (ainsi les deux consistoires publics, pendant lesquels il créa cinq cardinaux et leva la censure contre les Colonna en échange de leur soumission publique). D’autre part, même si on sait que les papes rentraient traditionnellement à Rome pour l’hiver, on peut se demander si le cataclysme que le pontife vécut personnellement à Rieti ne l’a pas incité à abréger son séjour et, en tout cas, à ne plus jamais remettre les pieds dans la ville. En effet Boniface VIII était présent à Rieti le 30 novembre 1298, lors du tremblement de terre qui eut lieu ce jour-là, alors qu’il s’apprêtait à célébrer la messe dans la cathédrale. Dès qu’il put, le pape s’enfuit de la cité, comme les cardinaux et la population, et il partit pour Rome le 6 décembre suivant, par conséquent aussitôt qu’il eut le temps d’organiser son départ et celui de la curie. Ainsi les travaux exécutés pour Boniface VIII prennent une autre dimension. Au début de l’année 1298, quand les constructions furent réalisées, nul ne pouvait prédire la catastrophe naturelle et on peut supposer qu’on espérait un séjour pontifical plus long, ou du moins renouvelé les années suivantes. Par conséquent, une fois de plus, nous retrouvons ici le cas de figure déjà illustré à Rieti, par la grande salle et par la loggia : ce sont les autorités communales qui ont dû faire réaliser cette addition pour complaire au souverain pontife, probablement avant sa venue (on peut probablement exclure l’hypothèse de travaux postérieurs, réalisés pour persuader le pape de revenir dans la cité). Ajoutons qu’il n’y a rien d’incompatible entre l’emploi des armoiries et une commande non directement personnelle du pontife, comme le prouve l’exemple du palais Soliano à Orvieto, créé par la commune pour le même Boniface VIII et où les armoiries Caetani sont également en bonne place191.

  • 192 Boschi, « Storia ed arte nell’episcopato di Rieti. Un discepolo del Domenichino », cit., p. 310, n (...)
  • 193 Une analyse intéressante de la catastrophe de novembre 1298 est donnée par Leggio, Le fortificazio (...)
  • 194 Leggio, « Il convento di San Domenico nel paesaggio urbano di Rieti... », cit., p. 68 et 75.
  • 195 Cf. les textes en annexe.
  • 196 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 206. Elle ne parle même pas, dans sa description des bâ (...)

66Il nous faut mentionner ici une hypothèse en apparence séduisante, avancée d’abord par Don Vincenzo Boschi et reprise par F. Palmegiani à propos de « l’arc de Boniface VIII »192. Ce dernier aurait été élevé à la suite du tremblement de terre du 30 novembre 1298, mentionné ci-dessus. La catastrophe entraîna effectivement de nombreux dommages à différents bâtiments de la ville et de la région et il n’est pas absurde d’imaginer que le palais ait eu lui aussi à en souffrir (comme cela a été le cas tout récemment, en septembre 1997)193. Il est d’ailleurs bien vrai que si le pape trouva alors refuge dans le cloître du couvent des dominicains, où on lui construisit un petit abri en bois, c’est bien pour éviter les structures maçonnées du palais qui pouvaient alors tomber194. Certaines chroniques mentionnent même explicitement que le palais fut endommagé : « commovit que palatium pape » (Ptolémée de Lucques), « scissum est palatium pape » (Continuation de la chronique de Martin de Troppau)195. Pourtant, il ne paraît pas évident de lier la construction de « l’arc » avec le tremblement de terre, comme si le bâtiment avait eu pour fonction de contrebuter la grande salle, ébranlée par la secousse sismique. Cette dernière idée provient visiblement, chez F. Palmegiani et les auteurs qui l’ont suivi, de l’opinion erronée selon laquelle « l’arco del vescovo » ne serait précisément qu’un arc et que les deux étages construits au-dessus ne remonteraient qu’au xvie siècle. En fait, nous avons vu au cours de la description donnée ci-dessus que les travaux du xvie siècle n’ont fait que remplacer (ou dissimuler) la construction médiévale. Par conséquent, d’un point de vue structurel, le nouvel édifice ne fonctionnait pas comme un étrésillon, mais bien comme un simple « bâtiment-pont » suspendu au-dessus de la rue. D’autre part, du côté du palais, il ne s’appuie pas sur la grande salle de 1283, mais, comme nous l’avons montré, sur des constructions élevées dans la même campagne que lui. Enfin, on a rappelé ci-dessus que « l’arco del vescovo » ne doit pas être considéré de manière isolé, mais qu’il rentre dans le cadre d’une série de bâtiments qui ont logiquement été élevés avant l’arrivée du pape et non pas pendant son séjour. Sur ce point, il faut préciser que M. T. Gigliozzi, malgré son analyse précise et globalement convaincante du palais, semble n’attribuer à Boniface VIII que l’« arc », comme l’a fait toute la littérature traditionnelle, sans reconnaître son unité avec la série de bâtiments qui encadrent la cour centrale de l’évêché et qui montrent que l’intervention du pape correspond à une campagne beaucoup plus étendue196.

  • 197 Nous recontrons d’ailleurs le même dispositif à Tivoli, mais la datation de ce dernier doit être a (...)
  • 198 À Rieti même, on retrouve d’importants « cavalcavia » au-dessus de la rue S. Lucia et parmi les re (...)

67En fait, il semble que toute la typologie de « l’arc de Boniface VIII » correspond, à une échelle réduite, aux dispositions que nous avons décrites dans le chapitre consacré au palais de Martin IV à Pérouse197. On pourrait même se demander s’il s’agit seulement d’un hasard, si l’on considère le fait que Benedetto Caetani, déjà cardinal et membre important de la curie en 1284, avait logé lui aussi à Pérouse durant ce séjour et surtout qu’il avait eu un rôle décisif dans la décision d’y transférer la cour pontificale. Mais, ce type de bâtiment est trop commun dans l’urbanisme et l’architecture médiévale italienne pour y voir autre chose qu’une simple coïncidence198. Il suffit de rappeler que, comme on l’a vu ci-dessus, le même genre de construction fut élevé, un de-mi-siècle plus tard, en avant de « l’arco del vescovo » toujours au-dessus de la rue Cintia. En tout cas, on ne peut donc probablement pas lier cette typologie, courante dans nos palais pontificaux, avec le tremblement de terre de 1298. En revanche, on doit bien parler d’un lien entre la catastrophe et la construction de Boniface VIII, mais, à mon sens, il faut en inverser les termes. On a vu plus haut une série de signes qui montrent que le « cavalcavia » fut tout d’abord prévu pour s’étendre sur d’autres travées au-dessus de la voie publique (du côté est au dessus de la rue Cintia, vers le sud au-dessus de celle de l’Episcopio), mais que les travaux furent interrompus très vite et la construction réduite à trois travées seulement. Il paraît séduisant, même s’il faut rester au stade de l’hypothèse, de lier ce revirement de chantier au tremblement de terre et au départ subit de Boniface VIII.

Notes

1 On peut seulement citer l’article récent de Schimmelpfennig, où le palais de Rieti est étudié comme exemple d’un des palais pontificaux du xiiie siècle et qui contient quelques perspectives intéressantes (en revanche, les plans proposés p. 250 sont non seulement schématiques, mais trompeurs, avec des proportions et des détails erronés) ; Schimmelpfennig (B.), « Der Palast als Stadtersatz. Funktionale und zeremonielle Bedeutung der Papstpaläste in Avignon und Vatikan », dans Zeremoniell und Raum. 4. Symposium der Residenzenkommission der Akademie der Wissenschaften, Paravicini (W.) dir., Sigmaringen, 1997, p. 239-256.

2 Angelotti (P.), Descrittione della città di Rieti..., Rome, 1635. Selon Tozzi (I.), Rieti : il rione Porta Cintia, Rome, 1999, p. 19, l’ouvrage a été composé à l’occasion de l’entrée solennelle de Giovanni Francesco Guidi da Bagno dans son nouveau diocèse, qu’il dirige effectivement à partir de 1635.

3 Consiglio (R.), Rieti. Evoluzione di una struttura urbana, Naples, 1990.

4 Notamment Sacchetti Sassetti (A.), Pei restauri dell’episcopio e del duomo, Rome, 1926 et Palmegiani (F.), « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti, ricostruzione storico-artistica con disegni e fotografie », dans Terra Sabina, 1924, p. 338-429. Le chapitre consacré au palais dans l’ouvrage de Palmegiani (F.), Rieti e la regione Sabina, Rome, 1932, p. 211-232, est seulement en partie une reprise de l’article antérieur et sera donc cité, soit lorsque l’auteur s’étend sur la restauration qu’il a effectuée entre ces deux dates, soit lorsqu’il donne, en conséquence de celle-ci, une interprétation nouvelle.

5 Gigliozzi (M. T.), I palazzi del papa..., Rome, 2003, chap. 5.

6 Leggio (T.), « Nuove acquisizioni per la cronotassi episcopale reatina nell’alto medioevo... », dans Il cardinale giurista Giuseppe D’Annibale, Atti del convegno (Roma-Rieti-Borbona, 1992), Maceroni (G.) dir., S. Gabriele, 1999, p. 203-223. Sur l’histoire du palais épiscopal antérieure aux constructions qui nous intéressent, on trouvera un bon résumé dans Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 179-182.

7 Grégoire le Grand, Dialogues, Vogüé (A. de) éd., t. 3, Paris, 1980, p. 52-55 (livre IV, chap. XIII).

8 « ...admonuit [...] in superiores episcopii sui partes ascendere [...]. Omnes igitur ascenderunt domum. » Seul reste un petit enfant, qui est témoin de l’apparition miraculeuse des saints Juvénal et Éleuthère au mourant. L’enfant avertit les visiteurs qui descendent en hâte, mais trop tard et trouvent le prélat décédé : « Qui concite descenderunt [...] ». Par conséquent, la propre chambre de l’évêque est située au rez-de-chaussée, mais il ne s’agit probablement que d’une situation exceptionnelle, liée à son état de moribond.

9 Leggio (T.), Le fortificazioni di Rieti dall’alto Medioevo al Rinascimento (secc. VI-XVI), Rieti, 1989, p. 64-65 n. 53. Le troisième document devait être connu de Desanctis qui parle d’une restauration du palais en 982 ; Desanctis (P.), Notizie storiche sopra il tempio cattedrale... di Rieti..., Rieti, 1887, p. 43 ; l’ensemble des faits est rapporté, mais de manière confuse, par Palmegiani (F.), La cattedrale basilica di Rieti..., Rome, 1926, p. 13.

10 Manaresi (C.) éd., I placiti del « Regnum Italiae », vol. II/1, Rome, 1957, p. 215 n°198 (notice d’un plaid) : « Notitia..., qualiter in territorio Reatino intus ipsam civitatem ad ipsum episcopium et in ipsa turre in placito... ».

11 Leggio, Le fortificazioni di Rieti..., cit., p. 10. T. Leggio donne des exemples comparables d’occupation de tours d’enceinte romaine par des institutions religieuses ou laïques du xe siècle (à Tivoli, Bari, etc.), ibid., n.47 p. 64.

12 Manaresi (C.) éd., I placiti del « Regnum Italiae », vol. II/2, Rome, 1958, p. 675, n°318 (notice d’un jugement) : « Notitia [...], qualiter in comitatu Reatino intra civitatem ipsam in atrio episcopii sancte Marie... ». La mention était connue depuis longtemps car le texte avait déjà été édité par Galletti (Mgr P. L.), Gabio antica città di Sabina..., Rome, 1757, p. 93.

13 Par exception on peut citer la célèbre inscription se rapportant au mariage de l’empereur Henri VI et de Constance de Hauteville, en 1185. Comme le rappelle Gigliozzi, l’événement a pu être célébré à l’intérieur du palais épiscopal, puisque l’épigraphe, aujourd’hui murée contre le flanc nord de la cathédrale, est censé en provenir, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 180 et n. 11 p. 208-209.

14 ACR, arm. IV, fasc. M, n°5 (29 août 1284) et arm. IV, fasc. G, n°4 (26 novembre 1294) ; cités également par Brentano (R.), A new world in a small place. Church and religion in the diocese of Rieti (1188-1378), Berkeley-Los Angeles-Londres, 1994, p. 159 et n. 55 ; p. 348 n. 41. On peut y ajouter par exemple ACR, arm. IV, fasc. M, n°5 (un document qui possède donc la même cote que celui de 1284), daté du 26 mars 1286.

15 Voci Roth (A. M.), « I palazzi papali del Lazio », dans Itineranza pontificia : la mobilità della curia papale nel Lazio (secoli xii-xiii), Carocci (S.) dir., Rome, 2003, p. 211249, cf. p. 217.

16 Leggio (T.), « Il convento di San Domenico nel paesaggio urbano di Rieti del pieno Medioevo », dans La chie-sa di San Domenico. Testimonianze d’arte, storia, fede. Atti del convegno (Rieti, 5 maggio 1995), Rieti, 1995, p. 45-78, ici p. 67.

17 Sacchetti Sassetti, Pei restauri dell’episcopio e del duomo, cit., p. 6.

18 L’expression apparaît en effet dans l’acte d’hommage de Charles II d’Anjou, du 19 juin 1289, inséré dans une bulle pontificale du même jour : « Actum Reate in majori palatio juxta cathedralem ecclesiam Reatinam ». Cf. Registres de Nicolas IV, n°1214 ; l’acte est publié in extenso dans Raynaldus (O.) [Rinaldi (O.)], Annales ecclesiastici..., Mansi (J. D.) rééd., t. 4, Lucques, 1749, p. 49.

19 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., n. 1 p. 207.

20 Savignoni (P.), « L’archivio storico del comune di Viterbo », dans ASRSP, t. 19, 1896, p. 8-14, n°CXLVIII.

21 Supino (P.), La « Margarita Cornetana ». Regesto dei documenti, Rome, 1969, n°275, p. 216-217 ; cité aussi par Caciorgna (M. T.), « Itineranza pontificia e ceti dirigenti locali », dans Itineranza pontificia. La mobilità della curia papale nel Lazio (secoli xii-xiii), Carocci (S.) dir., Rome, 2003, p. 177-210, cf. p. 207 n. 114.

22 Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 230.

23 Nombreuses références données par Leggio, « Il convento di San Domenico... », cit., n. 110.

24 La référence donnée par Sacchetti Sassetti, Pei restauri dell’episcopio e del duomo, cit., p. 6 (29 avril 1315, ACR, Liber instrumentorum II, p. 40) est fausse.

25 2 janvier 1311, Rieti, Arch. capit., Arm. IV, fasc. C, n°8, cité d’après Maceroni (G.) et Tassi (A. M.), Gli archivi unificati della curia vescovile di Rieti fonte di storia (secoli x-xx), Rieti, 1996, p. 128, n°91 (où le document est daté de 1611 par lapsus).

26 ACR, Liber instrumentorum II, p. 27, 7 mai 1315 ; cité également par Brentano, A new world in a small place..., p. 12. En fait, la mention « in proaulo » apparaît dès le 20 avril 1315 (ACR, ibid., p. 23).

27 1318, 1323, 1326, 1334, 1335 : ACR, Liber instrumentorum II, p. 118, 172, 211, 353, 378.

28 1340, 1341, 1342, 1343, 1345, 1347 : ACR, Liber instrumentorum II, p. 457-458, 463, 502, 511, 541, 569. On peut y ajouter un document de 1344 : ACR, arm. IV, fasc. E, n°2 (« in logia episcopalis palactii ») ; cité également par Consiglio, Rieti..., n. 131. En revanche les références du 31 mars 1312 et du 15 mars 1345 fournies par Sacchetti Sassetti sont fausses (ACR, arm. III, fasc. C, n°4 et ACR, Liber instrumentorum II, p. 48). Il est donc probable que l’expression n’apparaît pas avant 1340.

29 ACR, Liber processuum maleficiarum, 1346-1376, fol. 11v° ; cité également par Brentano, A new world in a small place..., p. 144 et p. 371 n. 4.

30 ACR, Liber instrumentorum III, p. 333.

31 ASRi, archivio notarile distrettuale di Rieti, protocollo di Giovanni Carilli, 3e vol. (1407-1411), fol. 99v° ; indication fournie par Leggio, « Il convento di San Domenico nel paesaggio urbano di Rieti... », n. 110.

32 Voir le portrait tracé par Brentano, A new world in a small place..., cit., notamment p. 168-172.

33 ACR, Lib. proc. civ., 1ère assemblée, fol. 1 et 8v°, d’après Brentano, A new world in a small place..., cit., p. 129 n. 85.

34 ACR, Lib. proc. civ., 1ère assemblée, fol. 16-20v°et 2526, d’après Brentano, A new world in a small place..., cit., p. 130 n. 88.

35 Consiglio, Rieti..., cit., p. 160.

36 « Sub volta palatii papalis » : 17 septembre 1335, ACR, Liber instrumentorum II, p. 192 et 156 ; cité également par Sacchetti Sassetti. L’autre référence donné par l’auteur, 20 décembre 1346, ibid., p. 156, est fausse ; en revanche on retrouve la mention « sub volta » dans de nombreux autres actes enregistrés dans le Liber instrumentorum II, en 1325 (ibid., p. 192), 1332 (p. 305), 1333 (p. 311314, 322-323, 328), 1334 (p. 331, 336, 338, 340, 342-344, 346, 348) 1347 (p. 571). On peut se demander si, dans une partie au moins de la documentation, l’expression « sub volta » ne désigne pas aussi le rez-de-chaussée de la grande salle.

37 L’acte mentionné pour le 30 mars 1312 par Sacchetti Sassetti, Pei restauri dell’episcopio e del duomo, cit., p. 6 (ACR, arm. III, fasc. C, n°4) ne correspond pas. Il est donc impossible de dire s’il s’agit seulement d’une erreur de cote et si le document porte bien cette date. Il existe en tout cas un acte de peu postérieur, du 21 février 1317, ACR, Liber instrumentorum II, p. 81 (cité également par Sacchetti Sassetti, Pei restauri dell’episcopio e del duomo, cit., p. 6), portant la mention « in pede scalarum palatii papalis ».

38 ASRi, archivio notarile distrettuale di Rieti, protocollo di Giovanni Carilli, 1er vol. (1397-1400), 2e vol. (14031407), 3e vol. (1407-1411) ; on citera désormais seulement le n°du vol. et le fol.

39 3e vol., fol. 42 et 157.

40 2e vol., fol. 181v° ; 3e vol., fol. 67v°et 75.

41 3e vol., fol. 34 : « in anticamera ». Dans le 1er vol., fol. 28, on trouve également l’expression « in palatio dicti episcopi ante cameram », ce que, conforté par l’exemple précédent, l’on peut certainement rendre également par « antichambre ». La pièce correspond probablement à celle qui est nommée « in proaulo camere dicti domini episcopi » le 23 mai 1316, ACR, Liber registrorum II, p. 59.

42 2e vol., fol. 35, 42 (précisé ici : « in camera residentie dicti domini vicarii »), 132 (précisé ici : « in camera consueta residentie... ») ; 3e vol., fol. 116v°. Cette chambre est également citée en 1323 (ACR, Liber registrorum II, p. 176) et dans les années 1334-1335 (ibid., p. 353, 355-356, 362, 364, 369, 372, 374-376).

43 Outre la référence déjà citée : 2e vol, fol. 171 ; 3e vol., fol. 36v°, 60v°, 134, 162, 164v°, 172.

44 3e vol., fol. 64v°, 118v°, 253v°.

45 3e vol., fol. 35 : « in pede scalarum intus palatium ».

46 3e vol., fol. 35v°et 228v°.

47 2e vol., fol. 145v° ; 3e vol., fol. 37.

48 1er vol., fol. 78.

49 3e vol., fol. 187.

50 1er vol., fol. 79v°.

51 2e vol., fol. 25 (deux mentions).

52 1er vol., fol. 180v°: « in proferlo prope sacristiam », qui me semble désigner la même chose qu’au 3e vol., fol. 193v°(« in logia sacristie »), puisqu’à partir du xiiie siècle, la notion de loggia, comme on le verra au chapitre II.2, peut se confondre avec la typologie du « proferlum » lorsqu’elle n’était pas couverte (voir par exemple la loggia du palais Soliano, à Orvieto). Sur le « proferulum » ou « proferlum » (d’où « profferlo » en italien), escalier extérieur monumental qui caractérise l’habitat de diverses villes du Latium (Viterbe, Tivoli, Tarquinia, Tuscania, Vitorchiano, etc.), voir notamment Cucu (N.), « La casa medievale nel Viterbese », dans Ephemeris Dacoromana, t. 8, 1938, p. 1-104, notamment p. 58-67 et p. 83-88 ; Andrews (D.), « Medieval domestic architecture in Northern Lazio », dans Medieval Lazio : Studies in architecture, painting and ceramics, Oxford, 1982, p. 1-121, cf. p. 46-52 ; Hubert (E.), Espace urbain et habitat à Rome du Xe siècle à la fin du XIIIe siècle, Rome, 1990, p. 209-210 ; Miller (M. C.), The bishop’s palace. Architecture and authority in medieval Italy, Ithaca (N.Y.), 2000, p. 154-156 et p. 224.

53 21 avril 1584 : « Capitulum decrevit quod accipiantur mutuo ab obedentiariis scuta decem et solvantur pro fabrica scalae Episcopatus. Quod fuit obtentum per vota novem, duobus in contrarium non obstantibus », ACR, Decr. III, fol. 109v° ; cité également par Sacchetti Sassetti, Pei restauri dell’episcopio e del duomo..., p. 6-9.

54 Maceroni (G.) et Tassi (A. M.), Società religiosa e civile dall’epoca postridentina alle soglie della rivoluzione francese nella diocesi di Rieti, Rieti, 1985, p. 225 et n. 21.

55 Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », cit., p. 419.

56 Negri Arnoldi (F.), « La scultura », dans Aspetti dell’arte del ’400 a Rieti [Exposition. Rieti, Palazzo vescovile. 1981], Costamagna (A.) et Scalabroni (L.) dir., p. 83-87, cf. p. 87 et fig. 81 pour le chapiteau (qui doit être daté sur sa face postérieure ?). Selon une épigraphe, l’évêque est le commanditaire en 1458 du portique de la cathédrale, où sont également placées ses armoiries ; cf. Consiglio, Rieti..., p. 202-203.

57 Cf. Rome, Soprintendenza per i BBAAAA del Lazio, dossier Archivio 641, Mon. Ri. (Rieti, palazzo vescovile), rapport manuscrit non daté (mais qui doit être postérieur à août 1929). Je n’ai pu voir la fresque, le couvent étant aujourd’hui occupé par la caserne A. Verdirosi (Scuola Interforze per la difesa NBC).

58 Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », p. 407. Dans le rapport manuscrit cité à la note précédente, Palmegiani donne d’ailleurs des dates un peu plus larges (sans pour autant les justifier) pour l’intervention de l’évêque : 1639-1645. Rome, Soprintendenza per i BBAAAA del Lazio, dossier Archivio 641, Mon. Ri. (Rieti, palazzo vescovile).

59 « Relatio ad limina », s. d., d’après Maceroni et Tassi, Società religiosa e civile..., cit., p. 234. Les deux auteurs proposent de dater la « relatio » de 1642 ou 1657. La seconde possibilité ne peut guère convenir, si l’on considère que les travaux auraient duré depuis déjà dix-sept ans et si l’on se fie à la date de l’inscription peinte, 1652.

60 On trouvera la transcription plus bas, dans l’analyse de la grande salle. Une autre « Relatio ad limina » de Mgr Bolognetti donne à peu près la même description : « Eidem Cathedrali Episcopale Palatium adhaeret, Episcopo, familiaeque satis commodum, quod celebris magnitudine perornat aula ; multa habet cubicula sufficienter ornata nec non Cancellariam cum Archivio noviter constructo pro scripturarum conservatione ; eidem Palatio sunt unitae carceres cum Curiae Ministrorum domicilijs », cf. Maceroni et Tassi, Società religiosa e civile..., cit., ibid.

61 Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 215 n. 1 et Rome, Soprintendenza per i BBAAAA del Lazio, dossier Archivio 641, Mon. Ri. (Rieti, palazzo vescovile). Malheureusement, Palmegiani ne prend pas la peine de justifier sa datation, dans l’un comme dans l’autre cas.

62 Tassi (A. M.), Il ricostruttore delle strutture portanti della Chiesa reatina, Massimo Rinaldi, Teramo, 1997, p. 127.

63 Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 215.

64 D’après Maceroni et Tassi, Società religiosa e civile..., cit., p. 17 n. 58.

65 « Relatio ad limina », d’après Maceroni et Tassi, Società religiosa e civile..., cit., p. 242-243.

66 « Relatio ad limina », d’après Maceroni et Tassi, Società religiosa e civile..., cit., p. 247-248.

67 Maceroni et Tassi, Società religiosa e civile..., cit., p. 247 n. 94 et p. 433-441 et pl. V (publication du projet de l’architecte Ignazio Corona). La planche permet de voir que des constructions adventices se trouvaient contre la façade occidentale du palais, notamment une maisonnette sous la 3e travée de l’adjonction de Boniface VIII.

68 Tassi, Il ricostruttore delle strutture..., cit., p. 105-106.

69 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 218-219.

70 Boschi (V.), « Storia ed arte nell’episcopato di Rieti. Un discepolo del Domenichino », dans Miscellanea di storia e cultura ecclesiastica, anno II, novembre 1903-octobre 1904, p. 308-315, cf. p. 308. Le restaurateur des fresques était Giuseppe Colarieti Tosti, également conservateur du musée municipal. Le dégagement des peintures commença précisément en 1901, selon Aurigemma (M. G.), Palazzi del Lazio dal xii al xix secolo, Rome, 1992, dans la notice sur Rieti, p. 142-144. Mais une autre source affirme que c’est en vue du jubilé de 1900 que l’opération fut entreprise, cf. Lucandri (C.), Pier Giuseppe Colarieti Tosti restauratore, Rieti, 2001.

71 Tassi, Il ricostruttore delle strutture..., cit., p. 103-149, résumée dans Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 219223, décrit par le menu les travaux des années 1920 et 1930, dont je ne donnerai donc ici que les éléments les plus saillants et les plus utiles aux propos. Le palais se trouvait dans un état précaire, notamment à la suite des nombreux tremblements de terre récents (1900, 1915) et le toit de la grande salle s’était en partie effondré en 1925 ; par ailleurs, presque tout le rez-de-chaussée était loué ou concédé à des activités diverses et sans rapport avec l’évêché. Mgr Rinaldi visait donc à la fois une restauration matérielle de son palais et une remise en ordre des biens du diocèse.

72 Voir notamment Sacchetti Sassetti, Pei restauri dell’episcopio e del duomo, cit., in fine.

73 Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti, ricostruzione storico-artistica con disegni e fotografie », cit., où, malgré le sous-titre, la part des dessins est bien plus importante que celle des photographies.

74 Rome, Soprintendenza per i BBAAAA del Lazio, dossier Archivio 641, Mon. Ri. (Rieti, palazzo vescovile).

75 Est particulièrement révélatrice à cet égard une lettre du maire (ou podestat, comme se plaisaient à se faire appeler les édiles de l’époque fasciste) de Rieti, A. M. Marcucci, du 24 août 1929 : il semble que ce soit avant tout des problèmes d’argent qui soient la cause de la (très relative) modération finale de certains travaux. Par ailleurs, la missive est particulièrement typique. Il s’agit d’une demande de participation de financement aux travaux auprès de la Direction générale des Beaux-Arts ; or la commune a engagé seule les travaux, a agi de manière parfaitement autonome en suivant le projet établi par Palmegiani (la volonté du maire apparaît comme très importante tout au long du dossier), a dépassé les coûts prévisionnels et réclame ensuite de l’argent pour finir les opérations, car elle prend argument du fait qu’il serait impossible de laisser la loggia et l’accès à la grande salle dans l’état où les ont laissés les travaux...

76 Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », cit., p. 425.

77 Malgré la précaution d’un contrat écrit, la collaboration de la commune n’alla pas sans produire des frictions considérables, notamment dans l’affaire « picrocholine » des grilles de clôture d’accès au palais, cf. Tassi, Il ricostruttore delle strutture..., cit., p. 129-132 et 134-144.

78 Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 213 et n.1et 2 ; p.214 n.1.

79 Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., cf. les légendes des ill. p. 212, 219, 223 et p. 224 n. 1 et 227 n. 1.

80 « Restauri al Vescovado », dans L’Unità Sabina, 24 décembre 1926, cité d’après Maceroni et Tassi, Gliarchivi unificati della curia..., cit., p. 24 ; voir aussi Tassi, Il ricostruttore delle strutture..., cit., p. 118.

81 Tassi (A. M.), « La personalità di Massimo Rinaldi. Ricerche e riflessioni », dans Il vescovo scalabriniano Massimo Rinaldi. Un interprete della Chiesa del Novecento, Atti del convegno di studi storici e giuridici (Rome-Rieti-Borbona, 1992), Turin, 1996, p. 174-178 ; Tassi, Il ricostruttore delle strutture..., cit., p. 144-149.

82 La nécessité de créer l’escalier était dû à la suppression de l’escalier extérieur d’accès à la loggia. Certes, il avait bien dû exister un escalier à cet emplacement, mais les traces en étaient minimes au moment de la restauration : « alcuni tronconi di gradini in una parete del cortile », cf. Tassi, Il ricostruttore delle strutture..., cit., p. 133-134.

83 Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 228.

84 Les citations de ces mêmes textes par Sacchetti Sassetti comportent quelques erreurs ; les transcriptions sont donc miennes. 9 octobre 1483 : « Item solvimus magistro Petro et socio Lombardis pro remotione terre scalarum episcopatus eiecte de tecto ecclesie Reat. s. 19, d. 4 », ACR, Camerl. 1483 (14e fol. v°avant la fin du vol.). D’autres textes postérieurs confirment cette pratique. 1502 : « Solvimus pro mundantia scalarum episcopatus magistro Antonio [et non Dominico] carl. unum, et quatren. duos, quia in revolutione tecti ecclesie proiectum fuit terrapinum », Camerl. 1502 (8e fol. v°avant la fin du vol.) ; 1521 : « Item per levare lo tericcio de le scali de lu vescovato et spianare la piaza duc. 0, cell. 32 », Camerl. 1521 (4e fol. v°avant la fin du vol.). Ces maîtres maçons lombards, Pietro et Antonio, ainsi que Domenico (frère d’Antonio), Benedetto, Giorgio, Battista, se retrouvent constamment dans les comptes de travaux du chapitre la fin xve-début xvie siècle.

85 Datation donnée par Palmegiani, Rieti e la regione Sa-bina, cit., p. 204. Le même auteur donne ailleurs la date de 1503, dans un passage il est vrai moins clair : Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », p. 419. Il s’agit très certainement d’une confusion avec la chapelle Saint-Roch, dont la fondation remonte à cette année là, mais qui ne peut aucunement avoir joué un rôle dans la transformation de l’escalier, car elle est située bien plus loin (n°10 du plan de R. Consiglio).

86 Les deux possibilités sont évoquées dans les dessins de restitution publiés par Palmegiani dans Rieti e la regione Sabina..., p. 213-214 et 217.

87 Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 218 et 221 et photographies p. 212 et 219.

88 Ibid., p. 217. L’attribution du projet à Marcucci est établie par Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 223.

89 Propositions illustrées ibid., respectivement p. 214 et 213.

90 Tassi, Il ricostruttore delle strutture..., cit., p. 133.

91 L’estimation des travaux à réaliser remontait au 18 janvier 1956, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 223.

92 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 224.

93 Maceroni et Tassi, Società religiosa e civile..., cit., p. 235 n. 54.

94 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 191.

95 Gigliozzi, qui note également le caractère anormal de monument à partir de 1925, ce qui est possible, cf. Gigliozcette zone, l’attribue aux restaurations qui ont affecté le zi, I palazzi del papa..., cit., p. 190-191 et fig. 87.

96 Consiglio, Rieti..., cit., n. 126.

97 Voir par exemple le cas du palais Soliano, au chapitre I.1.

98 Giraldi (M. C.), « Il passaggio dei Bianchi a Rieti nelle testimonianze iconografiche », dans Sulle orme dei Bianchi (1399) dalla Liguria all’Italia Centrale. Atti del conv. storico intern. (Assisi..., 18-20 giugno 1999), Santucci (F.) dir., Assise, 2001, p. 325-337, cf. p. 326-329 ; Bliersbach (E.), « I Bianchi nell’arte umbro-laziale », ibid., p. 363-440, cf. p. 368-369 ; Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., ill. de couverture. Je remercie chaleureusement Tersilio Leggio pour son aide à ce sujet. L’église Saint-Eusanius (ou Madonna delle Stelle) possède une série de fresques votives du xve siècle, dont la plus intéressante, sur le mur du bas-côté droit près de l’entrée, est précisément celle qui contient la vue de Rieti. L’édifice et son décor n’ont fait l’objet que de très peu d’études en dehors de la présente scène ; voir cependant Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 299-301, sur l’église (dont un paragraphe sur les fresques, mais rien sur celle qui nous occupe qui n’a été découverte que récemment). La scène dans laquelle est insérée la vue urbaine représente la légende des trois pains, un épisode qui s’inscrit dans le mouvement pénitentiel des « Bianchi » déclenché par la peste de 1399. Sur l’iconographie qui en découle, outre les titres indiqués plus haut, on pourra se référer à Barnay (S.), Le ciel sur la terre. Les apparitions de la Vierge au Moyen Âge, Paris, 1999, p. 167-171.

99 La transcription est mienne. Cette inscription a visiblement joui d’une certaine célébrité, si l’on en croit le nombre des transcriptions. On en trouve dès l’époque moderne dans Angelotti (P.), Descrittione della città di Rieti..., p. 31, puis dans Ughelli (F.), Italia Sacra..., vol. 1, Venise, 1717, col. 1205, avec une seule erreur (ligne 7 : « Tum... », au lieu de « Jussu... »). Celles de Desanctis, Notizie storiche sopra il tempio cattedrale..., cit., p. 43 et Michaeli (M.), Memorie storiche della città di Rieti..., 4 vol., Rieti, 1897-1899 ; réimpr. anastatique (en 2 t.), Bologne, 1972, vol. 3, p. 4950 n. 2 sont exactes sauf dans quelques petits détails ; celle de Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », p. 405, est beaucoup plus fantaisiste. D’autres transcriptions encore sont citées par Leggio (T.), « Il “magister Andrea murator” e la “rivoluzione” edilizia a Rieti nel ’200 », dans Il Territorio, t. 5, 1989, p. 91-98, cf. p. 92 n. 3. Dernière transcription, approximative, mais avec un essai de traduction, dans Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 182.

100 Gigliozzi omet le mot « turbe » dans sa traduction ; quant au cinquième vers, il est vrai passablement abscons, la traduction proposée n’est pas possible, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 182.

101 Brentano, A new world in a small place..., cit., p. 157.

102 ACR, arm. VIII, fasc. A, n°5 ; cité également par Michaeli, Memorie storiche della città di Rieti..., vol. 3, p. 48-49.

103 Gigliozzi accepte aussi cette hypothèse, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., n. 24 p. 210.

104 Leggio, « Il “magister Andrea murator”... », cit., p. 92-93 donne un historique complet de cette assertion fantaisiste ; pour lui elle naît du lapsus involontaire d’Ughelli, rapporté ci-dessus puisqu’elle n’apparaît qu’à partir de 1830. On peut se demander cependant si l’erreur de transcription ne s’explique pas par une volonté d’ajustement, de la part d’Ughelli ou de ses informateurs locaux, du texte de l’inscription à la légende, qui pourrait avoir des origines plus anciennes.

105 Même la « coïncidence » de la date de 1283 avec un voyage de Giovanni Pisano à Naples, où il aurait été appelé par Charles Ier d’Anjou pour construire le Château neuf, rappelée par Michaeli n’en est pas une : il s’agit en effet d’une affirmation gratuite de Vasari, qui a été constamment réfutée par la critique contemporaine ; cf. Vasari (G.), Le Vite..., par exemple dans l’édition de Bettarini (R.) et Barocchi (P.), Florence, 1966-1984, t. 2, Testo, p. 65 et t. 2*, Commento, p. 261.

106 Michaeli, Memorie storiche della città di Rieti..., cit., vol. 3, p. 49-50 ; Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », cit., p. 405.

107 Ce qu’ont fait notamment Palmegiani, Sacchetti Sassetti et, en dernier lieu, Leggio, « Il “magister Andrea murator”... », cit., p. 92-93.

108 L’inscription est transcrite par exemple dans Michaeli, Memorie storiche della città di Rieti..., cit., vol. 3, p. 37 n. 1. Cette longue épigraphe de treize lignes est principalement occupée par les louanges du prélat commanditaire, l’évêque Tommaso. Seules les deux dernières lignes nous intéressent : [Tommaso] INCIPIT ISTUD OPUS IN MATRIS NOMINE CHRISTI/ PETRUS ET ANDREAS HENRICUS SUNTQUE MAGISTRI. Autres transcriptions citées par Leggio, « Il “magister Andrea murator”... », cit., n.3.

109 Leggio, « Il “magister Andrea murator”... », cit., 96 ; le texte avait été édité par Fabre (P.) et Duchesne (Mgr L.), Liber censuum..., Rome-Paris, 1910, t. II, n°5 15.

110 Je ne vois donc pas de raison, contrairement à Gigliozzi, de mettre en doute la suggestive démonstration de Leggio, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., n. 21 p. 209.

111 Ces armoiries ne sont jamais commentées, ni même citées dans la bibliographie.

112 En témoigne une inscription rapportée par Angelotti, Descrittione della città di Rieti..., cit., p. 31, puis par Ughelli, Italia Sacra..., cit., col. 1205 : VIRTUTEM LARGIRE DEUS, CUM VIRGINE MIRAM/ URBEM REATINAM, PATER ANDREAS CATHEDRABAT,/ QUI DECUS ECCLESIAE SIMUL, ET VIRTUTIS AMABAT.

113 Consiglio, Rieti..., cit., p. 205.

114 Et également la seule accessible au public. Il est d’autant plus regrettable qu’elle soit régulièrement utilisée comme parking.

115 Ces trois ouvertures du mur sud ont été restaurées par Palmegiani, cf. Palmegiani, Rieti e la regione Sabina..., cit., p. 214.

116 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 191.

117 Palmegiani, Rieti e la regione Sabina..., cit., p. 214.

118 Il est difficile de donner une description parfaitement exacte de cet espace, car l’accès en est en principe condamné, à cause des risques présentés par des fissures importantes apparues suite au tremblement de terre de septembre 1997.

119 Dimensions données par Sacchetti Sassetti. Le même auteur, dans Il duomo di Rieti, Rieti, 1968, p. 73, donne des dimensions légèrement différentes : L. 46 ; l. 14,5 ; H. 13. Celles données par Palmegiani sont L. : 46m ; l.14 ; H.12.

120 Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 230.

121 Je n’ai pas pu lire l’intégralité de l’inscription, à cause de la difficulté d’accès à cette partie de la salle. Mais la transcription en est donnée par Ughelli, Italia Sacra..., cit., vol. 1, Venetiis, 1717, col. 1216 : « Georgius Bolognettus Episcopus Reatinus Archivio exstructo, Palatio, mansionibus, et viridario amplificato, parietibus exterioribus collabentibus reparatis. Aulam hanc temporis injuria devastatam instauravit, ornavit, ac diversa insignia ibidem sparsim depicta, vetustate fere deleta inde reponi curavit anno Dom. MDCLI » et récemment par Maceroni et Tassi, Società religiosa e civile..., cit., p. 236 n. 54. Cette dernière transcription présente seulement quelques variantes par rapport à la précédente : « Bolognetus », « extructo », « hinc inde », et surtout « MDCLII ». Ughelli semble donc avoir mal lu l’année.

122 Sacchetti Sassetti donne 1659 comme terme de son épiscopat ; Eubel (C.) et alii, Hierarchia catholica medii et recentioris aevi, Monasterii-Patavii, 1898-1978, 8 t., cf. t. 4, donnent 1660.

123 Je ne suis pas parvenu à établir la datation de ce bâtiment annexe (non mentionné dans la bibliographie sur la cathédrale) avec une clarté totale. Il s’agit d’une construction rectangulaire comprenant dans sa moitié sud l’un des escaliers d’accès à la crypte et dans la moitié nord un escalier d’accès à la loggia (fig. 192). La construction devrait dater de l’époque moderne, car le mur gouttereau de la cathédrale montre dans cette travée les traces d’une large lancette légèrement brisée, occultée par le bâtiment qui lui est donc postérieur. En même temps, du côté de la loggia, on voit en partie basse des éléments appartenant probablement à la même campagne que la crypte voisine, qui commence sous le bras nord du transept.

124 Contrairement à celle de 1283, l’épigraphe de 1288 semble n’avoir joui d’aucune célébrité et n’a jamais été transcrite. Ainsi Don Vincenzo Boschi annonçait au début du siècle qu’une étude serait prochainement publiée par le professeur Colarieti Tosti, mais elle semble ne l’avoir jamais été ; cf. Boschi, « Storia ed arte nell’episcopato di Rieti. Un discepolo del Domenichino », cit., p. 307, n. 8. Il s’agit probablement d’une conséquence à la fois du caractère beaucoup moins élaboré de l’inscription et du fait qu’elle a dû être totalement occultée par l’escalier de l’époque moderne jusqu’aux travaux de restauration de la loggia dans l’entre-deux-guerres. On peut cependant trouver une traduction italienne de l’inscription dans Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », cit., p. 407 et Palmegiani, Rieti e la regione Sabina..., cit., p. 228.

125 Ce personnage fut également podestat de Sienne, deux ans plus tard, c’est-à-dire en 1290. Il faut préciser qu’à Sienne, il apparaît comme originaire de Camerino et non de Tolentino. Mais cette famille est bien originaire de Tolentino et la relative proximité des deux cités ainsi que l’exercice de fonctions semblables à deux ans d’intervalle nous semblent plaider en faveur d’une identité entre les deux hommes. Cf. Archivio del Consiglio generale del comune di Siena : Inventario, Rome, 1952, p. 104 ; Waley (D.), Siena and the Sienese in the thirteenth century, Cambridge-New York, 1991, p. 43. De manière générale, divers membres de la famille (dont l’orthographe varie : Accorimboni ou Accoramboni ; j’ai préféré cette dernière orthographe auquel le lecteur français est familiarisé par la nouvelle de Stendhal dans les Chroniques italiennes : « Vittoria Accoramboni ») exercèrent des fonctions de podestat ; cf. I Podestà dell’Italia comunale, Parte I, Reclutamento e circolazione degli ufficiali forestieri (fine xii sec.-metà xiv sec.), Maire Vigueur (J.-Cl.) dir., Rome, 2000, 2 vol., passim, notamment p. 797. Sur le personnage lui-même, voir aussi Falaschi (P. L.), « Società e istituzioni nella Marca attraverso il processo di canonizzazione di S. Nicola da Tolentino (1325) », dans San Nicola, Tolentino, le Marche. Contributi e ricerche sul processo (a. 1325) per la canonizzazione di San Nicola da Tolentino, Conv. intern. di studi (Tolentino, 4-7 sett. 1985), s.l.s.d. [Tolentino, 1987], p. 97126, cf. p. 119-120 (où n’est pas mentionnée la charge de podestat à Rieti).

126 Ces armoiries sont constamment passées sous silence dans la littérature, comme celles qui se trouvent à côté de l’inscription de 1283.

127 Cf. chapitre II.1.

128 Avant les restaurations des années 1920-1930, ces -deux travées étaient séparées par une cloison, probablement une adjonction moderne qui fut détruite par Palme-giani. Cf. Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 227.

129 Consiglio, Rieti..., cit., p. 178, n. 40 (et plan des structures ill. 4.5 p. 107). Je n’ai pas pu consulter Sacchetti Sassetti, Il duomo di Rieti, cit., qui semble également mentionner cette datation. Pour Palmegiani, cf. note suivante.

130 Palmegiani, La cattedrale basilica di Rieti..., Rome, 1926, p. 15 (legs de février 1315 en faveur de la fabrique de la cathédrale), p. 19 (3 mai 1315 : les chanoines réunissent à la mense capitulaire deux chapelles rurales, parce que les rentes de la cathédrale ne suffisent plus à payer les revenus dûs aux chanoines et autres bénéficiers, Rieti, Arch. capit., Arm. IV, fasc. C, n°8, cf. Maceroni et Tassi, Gli archivi unificati della curia..., cit., p. 117, n°80), ibid. (constitution de l’évêque de 1317 concernant l’édification éventuelle de chapelles dans la cathédrale), cf. aussi p. 20 et 43. Selon Palmegiani, ces trois documents attestent l’existence de travaux vers 1315, qui seraient liés aux dommages causés par le tremblement de terre de 1298. On notera cependant que l’expression « fabrique » dans le premier document doit s’entendre dans le sens institutionnel, que le second texte ne prouve rien et que le troisième ne parle que de chapelles éventuellement à construire.

131 Cf. Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 221, ill.

132 Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 222 n. 1 et ill. p. 223.

133 Je n’ai pas pu visiter les bâtiments 6 et 7.

134 Les bossages, mais surtout l’observation de l’épaisseur des maçonneries en plan et leur situation topographique pourraient suggérer que le mur méridional du bâtiment 8, tout comme celui du corps de bâtiment 9 voisin (voir plus bas), faisaient partie initialement de l’enceinte romaine. Celle-ci avait continué à subsister jusqu’aux ixe-xe siècles même si la ville avait continué son extension au sud et son tracé devait coïncider à peu près avec celui de ces deux murs. Cependant, si l’on suppose que la tour 1 est à l’emplacement d’une tour d’angle de cette même enceinte (voir plus bas), il paraît étrange que le mur sud de la tour soit au droit de ces murs et ne puisse donc les flanquer.

135 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 199-200 et p. 223.

136 Avant la restauration du début des années 1930, l’arc était fermé par un mur et dans l’espace ainsi déterminé étaient logées deux petites pièces ; on peut probablement, avec Palmegiani, considérer qu’il s’agissait d’une modification de l’époque moderne, cf. Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 224.

137 En revanche, la base, le fût et le chapiteau lui-même pourraient bien être des originaux de l’époque romane, ici remployés comme les deux bases et colonnes de la loggia.

138 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 194. De manière contradictoire, la même chercheuse, est obligée de reconnaître, p. 200 et n. 57 p. 211-212, que l’écu ne peut appartenir au xiiie siècle, sur mon indication, et que les peintures de la frise armoriée qui identifient son possesseur dans le palais ne remontent qu’au milieu du xixe siècle (en réalité, come on le verra plus loin, il faudrait dire plutôt qu’elles dataient de la période moderne, ont été détruites au milieu du xixe siècle, puis refaites au xxe siècle). Elle tente cependant de dater la forme de l’écu du xve siècle, ce qui n’est pas tenable.

139 Le soubassement doit correspondre au rez-de-chaussée du palais du côté nord ; je le désigne comme niveau – 1 pour faire correspondre les appellations des étages supérieurs avec celles des autres faces et des espaces intérieurs. Il en ira de même pour les autres bâtiments de la face méridionale.

140 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 198-199.

141 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., ibid. et p. 202.

142 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., n. 54 p. 211.

143 Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », cit., p. 393.

144 Leggio, Le fortificazioni di Rieti..., cit., p. 10.

145 Gigliozzi a également observé la présence de cet élément antérieur au palais dans l’angle nord-ouest ; mais elle l’interprète comme une tour – ce qui est possible, mais non prouvé – et ne se prononce pas sur sa datation, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 200 et p. 202.

146 Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », cit., p. 411.

147 Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », cit., p. 411 et Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 230. En revanche Palmegiani attribue étonnamment cette campagne de 1532 à l’évêque Pompeo Colonna ; son erreur résulte visiblement d’une mauvaise lecture de l’inscription de la grande salle, qui confond le commanditaire, Mario Aliger, et son protecteur, le cardinal Colonna.

148 Sur la fenêtre du premier étage de la face est se trouve un écusson avec les armoiries d’un évêque de Rieti, que je ne suis pas parvenu à identifier ; de toute façon, il a été installé sur celle-ci après coup, en force, et ne nous apprendrait rien sur la date de création de la baie.

149 Les deux derniers chiffres ne sont pas faciles à lire et cette façon de transcrire 1899 en chiffres romains est incorrecte, mais elle n’est pas rare.

150 Seul Schimmelpfennig affirme qu’on trouve ici les armoiries de Boniface VIII et de Boniface IX, ce qui ne correspond pas à ce qu’on peut observer.

151 Voir plus haut la discussion à ce sujet.

152 Cette maison fut menacée de démolition en 1953, lors d’une expertise sur la stabilité de l’arc de l’évêque ; cf. Rome, Soprintendenza per i BBAAAA del Lazio, dossier Archivio 641, Mon. Ri. (Rieti, palazzo vescovile). On retrouve là une conséquence du syndrome de la « pureté » architecturale et d’une mauvaise compréhension de la question des abords, qui soumet les constructions médiévales à une ségrégation rigoureuse de leur environnement urbain particulièrement contraire à l’esprit dans lequel elles ont été élevées (et susceptibles en outre de détruire par imprudence des éléments constitutifs originels, comme c’est le cas ici). À la décharge de la surintendance, il faut d’une part mentionner le fait que l’origine médiévale de la maison n’était visiblement pas perceptible à l’époque (photographies du dossier) et que la démolition n’eut pas lieu. En revanche, le pilier d’angle de la maison a été totalement refait, ce qui doit correspondre à cette affaire.

153 Sacchetti, cité par Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », cit., p. 393.

154 On reconnaît chez Sacchetti un syndrome courant dans l’histoire de l’architecture : le fait de vouloir à tout prix identifier dans des bâtiments subsistants ceux qui sont mentionnés dans les sources historiques, y compris lorsque celles-ci sont imprécises ou très éloignées dans le temps du monument tel qu’on peut le dater grossièrement à priori. D’ailleurs, comme le faisait remarquer avec bon sens Palmegiani, l’évêché pouvait bien comporter plusieurs tours, ce qui implique que la mention concernant le palais Vincentini ne se rapportait pas forcément à la même tour que celle de 982, si celle-ci avait subsisté, même partiellement, jusqu’au xvie siècle, cf. Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », cit., p. 393.

155 Maceroni et Tassi, Società religiosa e civile..., cit., pl. V.

156 Je n’ai pas eu accès à la salle 1.

157 Des prélats appartenant à la famille Colonna occupent continûment le siège de Rieti de 1480 à 1529, sans compter Mario Aliger, de 1529 à 1555, qui semble avoir associé à sa personne les armoiries comme le nom de son ancien protecteur (voir plus haut la description de la grande salle).

158 Cf. Bouyé (É.), « L’Église médiévale et les armoiries : histoire d’une acculturation », dans MÉFRM, t. 113, 2001, vol. 1, p. 493-548, cf. p. 534.

159 L’information est donnée par Aurigemma, Palazzi del Lazio dal xii al xix secolo, cit., dans la notice sur Rieti p. 142-144. Elle affirme également que subsistent des copies dessinées par G. Marchetti ; s’agit-il de Gaspare Marchetti Tomasi, l’archiviste des archives capitulaires de Rieti en 1768 et 1776-1801 ?

160 Étrangement, les quelques allusions postérieures aux peintures ne mentionnent jamais le fait qu’elles viennent d’être restituées. Le décor est ainsi cité dans l’article de 1903 de Boschi, « Storia ed arte nell’episcopato di Rieti. Un discepolo del Domenichino », cit., p. 312, sans autre précision. D’autre part Sacchetti Sassetti le mentionne comme s’il était ancien en 1916, cf. Sacchetti Sassetti (A.), Guida illustrata di Rieti, Rieti, 1916, p. 55. Enfin Palmegiani ne fait pas d’allusion à une restauration, cf. Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 230. Il s’agit probablement d’un phénomène normal, pour un genre de décoration considéré alors comme mineur.

161 Une liste révisée des évêques de Rieti de 1188 à 1378 est donnée par Brentano, A new world in a small place..., cit., p. xxiii, qui sera donc utilisée ici plutôt que les instruments de travail traditionnels.

162 Le nom de Pietro « Guerra » qui lui est donné traditionnellement serait erroné, selon N. Kamp, mais Brentano montre que cette appellation ne repose peut-être pas sur rien : Brentano, A new world in a small place..., cit., notamment p. 161.

163 Le nom de cet évêque a parfois été écrit, erronément, Bernardo.

164 Boschi, « Storia ed arte nell’episcopato di Rieti... », cit., p. 312-315, également pour le détail des inscriptions.

165 Qui prend tout son sel dans un bâtiment construit pour Boniface VIII : « S. SYNODUS EPISCOPIS OMNINO INTERDICIT NE EX REDDITIBUS ECCLESIAE CONSANGUINEOS FAMILIARESVE SUOS AUGERE STUDEANT ».

166 La date a été lue par erreur comme 1638 par Palmegiani, Rieti e la regione Sabina, cit., p. 232.

167 SACELLUM HOC ANNO CHRISTIANO MDCLXXXXI EXCITATUM C POST ANNIS FORMA ET ORNATU REFECTUM FRANCISCUS SIDOLI REAT. EPISCOPUS A PIO XI PONTIFICE MAXIMO ARCHIEPISCOPUS GENUENSIUM RENUNTIATUS MAGNIFICENTIUS ELEGANTIUSQUE EXORNAVIT. ANNO MCMXXIV. PRECANTIBUS PROPITIUS SIET [sic] DEUS. L’épigraphe est signée « O. [ ?] De Sanctis ».

168 Il y a peut-être un lien entre cette activité de construction ou de restauration et le décret de promotion de l’évêque, qui contient la formule, certes rituelle, mais employée seulement dans certains cas : « Promovetur cum decreto, quod domus episcopalis reparationi pro viribus incumbat » (Eubel, Hierarchia catholica..., cit., cf. t. 5, ad vocem, n. 4).

169 Ce dernier a également suscité la rénovation de la crypte de la cathédrale, où l’on retrouve le même défaut d’une restauration sèche et excessive.

170 Cf. chapitre II.3.

171 C’est également ce que semble penser Schimmelpfennig, « Der Palast als Stadtersatz... », cit., p. 242 et ce qu’avancent Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 202 et Voci Roth (A. M.), « I palazzi papali del Lazio », dans Itineranza pontificia : la mobilità della curia papale nel Lazio (secoli xii-xiii), Carocci (S.) dir., Rome, 2003, p. 211-249, cf. p. 246.

172 L’argument renvoie également à un passage d’Angelotti, Descrittione della città di Rieti..., cit., en 1635, qui s’exprime pourtant différemment : « Il vescovado ha una vastissima sala [...], molto proportionata al numeroso Sinodo Diocesano, che in essa è solito farsi » (p. 45).

173 Voir le chapitre I.1.

174 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., n. 22 p. 209.

175 Il est d’ailleurs le seul parmi les auteurs récents, mis à part Gigliozzi, à avoir cité ou commenté l’épigraphe ; cf. Radke (G. M.), Viterbo : profile of a thirteenth century papal palace, Cambridge (Mass), 1996, p. 335 n. 40.

176 Voir cependant le commentaire de Sacchetti Sassetti, Guida illustrata di Rieti, cit., p. 53, à juste titre suivi par G. Radke, ibid.

177 On bénéficie pour ce faire de l’excellent et récent portrait tracé par Brentano, A new world in a small place..., cit., passim et notamment p. 151-163.

178 Registres de Nicolas IV, n°7054-7056.

179 Cf. en dernier lieu Radke (G. M.), « Medieval frescoes in the papal palaces of Viterbo and Orvieto », dans Gesta, t. 23, 1984, p. 27-38, cf. p. 37 n. 21.

180 Ainsi le 30 octobre 1294, où l’on parle de « palatium domini pape », ACR, arm. I, fasc. D, n°2 ; cité également par Leggio, « Il convento di San Domenico nel paesaggio urbano di Rieti... », cit., p. 67 n. 107.

181 Charles II, en souvenir de ce moment essentiel, concéda à l’église de Rieti un don annuel et perpétuel, que ses successeurs eurent parfois du mal à régler.

182 La description est éditée par Labande (L. H.), « Le cérémonial romain de Jacques Cajétan », dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 54, 1893, p. 45-74, cf. p. 7173 et par Schimmelpfennig (B.), Die Zeremonienbücher der Römischen Kurie im Mittelalter, Tübingen, 1973, p. 178-180. On notera que Schimmelpfennig refuse de confirmer la paternité de cette œuvre anonyme, conservée dans le ms 1706 de la bibliothèque d’Avignon, au cardinal Jacopo Caetani Stefaneschi, contrairement à Labande et à Dykmans (M.), Le cérémonial papal de la fin du Moyen Age à la Renaissance, t. II, De Rome en Avignon ou le cérémonial de Jacques Stefaneschi, Bruxelles-Rome, 1981 (cf. notamment p. 133). Dykmans publie p. 448-457 la version de ce même passage dans le cérémonial plus tardif (et non contesté) du cardinal, mise à jour à l’occasion du couronnement de Robert d’Anjou, le fils de Charles II, par Clément V en 1309 ; le détail de l’escalier ne s’y retrouve pas. On notera qu’il existe aussi un cérémonial de couronnement de la cour angevine qui pourrait s’appliquer à 1289, mais le texte s’attarde essentiellement sur les costumes du sacre et n’apporte rien sur le contexte topographique, cf. Minieri Riccio (C.), Diario angioino dal 4 gennaio 1284 al 7 gennaio 1285, Naples, 1873, p. 64-65 (le document, non daté et provenant d’une autre source, n’a pas de rapport avec le reste de la publication).

183 Schimmelpfennig, Die Zeremonienbücher..., cit., p. 180.

184 La portée symbolique et idéologique de cet acte d’humiliation, valable pour l’empereur comme pour les rois, est bien mise en valeur dans la scène correspondante des fresques de la chapelle de Saint-Sylvestre aux QuatreSaints-Couronnés (cf. chap. II.1).

185 En 1278, quand Pietro est nommé évêque de Rieti, Andrea lui succède à Sora ; symétriquement, quand Andrea lui succède à la tête du diocèse de Rieti en 1286, Pietro, s’il ne redevient pas évêque de Sora, en est nommé administrateur. Voir le portrait de l’évêque Andrea dans Brentano, A new world in a small place..., cit., notamment p. 164-168.

186 On le voit par exemple en 1289 assister à la cession d’un château à la Chambre apostolique ; cf. Desanctis, Notizie storiche sopra il tempio cattedrale..., cit., p. 82 n°46.

187 Ainsi, en 1281, il est attesté comme chambellan du pape ; cf. Brentano, A new world in a small place..., cit., p. 147 et n. 16 p. 373-374.

188 Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », cit., p. 409. Je suppose que ce personnage est à identifier avec Berardo da Varano, qui recouvre, avec son frère, des charges de podestat dans de nombreuses villes d’Italie centrale (par exemple Florence, Sienne, Bologne) ; cf. I Podestà dell’Italia comunale, Parte I..., cit., passim, notamment p. 570, 764, 797. D’autre part, on sait qu’en 1297, Boniface VIII appelle Berardo à rentrer à son service et, le 9 juin 1298, le nomme comme recteur temporel de Massa Trabaria, ce qui colle bien avec les données chronologiques de « Bernardo dei Varani », cf. Falaschi (P. L.), « Bernardo I da Varano, signore di Camerino », dans Camerino e il suo territorio fino al tramonto della signoria. Atti del XVIII convegno di studi maceratesi (Camerino, 13-14 novembre 1982), Macerata, 1983, p. 9-76 (cf. p. 31-32). Cependant cet article, le plus détaillé sur notre personnage, ne mentionne pas la charge de podestat de Rieti.

189 Consiglio, Rieti..., cit., n. 125. Il faut tout de même préciser que l’auteur s’appuie pour sa comparaison sur le palais du monastère de la Charité d’Anagni, qu’il suppose être celui de Boniface VIII, en suivant le vieil article de Zander. Bien sûr, une telle comparaison ne vaut plus (cf. notre chap. sur Anagni), mais cela ne change rien à la validité de l’argumentation générale.

190 Il faut d’ailleurs noter que le tableau donné par A. Paravicini Bagliani dans « La mobilità della curia romana nel secolo xiii. Riflessi locali », dans Società e istituzioni dell’Italia comunale : l’esempio di Perugia (secoli xii-xiv), Pérouse, 1988, vol. 1, p. 155-278, comporte ici une petite erreur, qui a fait inverser dans les lignes correspondant aux 19 août-6 décembre et aux 15-16 décembre 1298 les mentions de Rieti et du Vatican, ce qui pourrait induire en confusion.

191 Voir le chapitre sur Orvieto.

192 Boschi, « Storia ed arte nell’episcopato di Rieti. Un discepolo del Domenichino », cit., p. 310, n. 3 ; Palmegiani, « L’antichissimo palazzo vescovile di Rieti... », cit., p. 411, encore suivi récemment par Leggio, « Il convento di San Domenico nel paesaggio urbano di Rieti... », cit., p. 68 et par Tollo (R.), « Le conseguenze artistiche e monumentali », dans Itineranza pontificia : la mobilità della curia papale nel Lazio (secoli xii-xiii), Carocci (S.) dir., Rome, 2003, p. 251-278, cf. p. 257.

193 Une analyse intéressante de la catastrophe de novembre 1298 est donnée par Leggio, Le fortificazioni di Rieti..., cit., p. 17. Il rappelle aussi qu’on peut identifier des traces du tremblement de terre dans différents sites de Sabine, à Caprignano (grâce aux fouilles de l’École française de Rome) et peut-être à Vescovio (ibid., n. 150 p. 72).

194 Leggio, « Il convento di San Domenico nel paesaggio urbano di Rieti... », cit., p. 68 et 75.

195 Cf. les textes en annexe.

196 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 206. Elle ne parle même pas, dans sa description des bâtiments, de la construction située à l’est de la cour.

197 Nous recontrons d’ailleurs le même dispositif à Tivoli, mais la datation de ce dernier doit être antérieure, cf. Le Pogam (P.-Y.), « Un monumento poco conosciuto, il palazzo vescovile di Tivoli », dans Atti e memorie della Società tiburtina di storia e d’arte, t. 76, 2003, p. 133-178.

198 À Rieti même, on retrouve d’importants « cavalcavia » au-dessus de la rue S. Lucia et parmi les restes du palais du podestat, datant des xiiie-xive siècles.

Table des illustrations

Légende Fig. 187 – Rieti, plan de situation générale. Consiglio (R.), Rieti..., fig. 4.39.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 718k
Légende Fig. 188 – Rieti, cathédrale et palais épiscopal, plan du rez-de-chaussée et du 1er étage. Consiglio (R.), Rieti..., fig. 4.1.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 189 – Rieti, palais épiscopal, principales campagnes médiévales. 1. Tour. 2. Salle. 3. Grande salle. 4. Loggia. 5. Passage couvert. 6. Corps de bâtiment médiéval. 7. Corps de bâtiment moderne. 8, 9 et 10. Corps de bâtiment médiéval. 11. « Cavalcavia ». A. Pièce de transition. B. Salle des armoiries. C. Salle de saint Probus. D. Bureau du vicaire épiscopal. E. Chapelle. F et G. Bureaux de l’économat.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Légende Fig. 190 – Rieti, palais épiscopal, loggia, chapiteau aux armes des Capranica.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Fig. 191 – Rieti, palais épiscopal, loggia, chapiteau aux armes de Mgr Segni.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Fig. 192 – Rieti, palais épiscopal, plan du rez-de-chaussée. D’après Soprint. BAA Lazio-Évêché de Rieti.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 193 – Rieti, palais épiscopal, plan du 1er étage. D’après Soprint. BAA Lazio-Évêché de Rieti.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 194 – Rieti, palais épiscopal, plan du 2e étage. D’après Soprint. BAA Lazio-Évêché de Rieti.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 195 – Rieti, palais épiscopal, grande salle, façade nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Légende Fig. 196 – Rieti, Saint-Eusanius, scène d’apparitions miraculeuses (« légende des trois pains »).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Fig. 197 – Rieti, Saint-Eusanius, scène d’apparitions miraculeuses (« légende des trois pains »), détail avec vue urbaine de Rieti.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Légende Fig. 198 – Rieti, palais épiscopal, grande salle, façade nord, épigraphe de 1283.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 934k
Légende Fig. 199 – Rieti, palais épiscopal, grande salle, façade nord, bas-relief sculpté d’une mitre.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Légende Fig. 200 – Rieti, palais épiscopal, grande salle, rez-de-chaussée.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Légende Fig. 201 – Rieti, palais épiscopal, grande salle, rez-de-chaussée, détail d’un support engagé.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Légende Fig. 202 – Rieti, palais épiscopal, loggia, façade est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 870k
Légende Fig. 203 – Rieti, palais épiscopal, loggia, façade est, épigraphe de 1288.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Fig. 204 – Rieti, palais épiscopal, loggia, angle nord-est, bas-relief roman.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 205 – Rieti, chevet de la cathédrale et angle sud-est du palais épiscopal, plan. Consiglio (R.), Rieti..., fig. 4.5.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Légende Fig. 206 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 5, façade ouest sur la cour.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 207 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 6, façade nord sur la cour, détail de la partie est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Fig. 208 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 6, façade nord sur la cour, détail d’une des deux portes sous la volée de l’escalier.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 209 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 8, façade est et escalier.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Légende Fig. 210 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 8, façade est, voûte sous le palier de l’escalier.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Fig. 211 – Rieti, palais épiscopal, zone sud, façade sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Légende Fig. 212 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 8, façade est, partie haute.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Fig. 213 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 8, arcade de la façade est engagée dans le mur sud de la grande salle.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Légende Fig. 214 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 8, façade est, baie géminée et écu armorié.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Légende Fig. 215 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 1, façade ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Légende Fig. 216 – Rieti, palais épiscopal, zone sud, limite entre les bâtiments 10 et 1.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Légende Fig. 217 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 10, façade ouest, partie nord sous le « cavalcavia ».
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Légende Fig. 218 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 10, angle nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende Fig. 219 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 10, façade ouest, partie sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Légende Fig. 220 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 10, façade ouest, partie haute après le « cavalcavia ».
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 221 – Rieti, palais épiscopal, mur ouest du bâtiment formant l’angle oriental des rues Cintia et Marcucci.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 222 – Rieti, palais épiscopal, même mur, détail des deux bas-reliefs.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Légende Fig. 223 – Rieti, palais épiscopal, « cavalcavia », 1ère travée, façade nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Fig. 224 – Rieti, palais épiscopal, « cavalcavia », 1ère travée, façade est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Fig. 225 – Rieti, palais épiscopal, « cavalcavia », 1ère travée, détail de l’angle sud-est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 226 – Rieti, palais épiscopal, « cavalcavia », 2e et 3e travées, voûtement.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Fig. 227 – Rieti, palais épiscopal, « cavalcavia », 2e travée, façade ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Fig. 228 – Rieti, palais épiscopal, « cavalcavia », rue de l’Episcopio, détail du bas-relief près de l’angle avec la rue Cintia.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Fig. 229 – Rieti, palais épiscopal, campagne de Boniface VIII, « cavalcavia », 3e travée, façade sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Légende Fig. 230 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 2, salle B, vue vers le nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 231 – Rieti, palais épiscopal, bâtiment 10, salle C, mur est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Légende Fig. 232 – Rieti, palais épiscopal, « cavalcavia », chapelle E.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/178/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 212k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540