Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la « Cité de Dieu » au « Palais du Pape »

 | 
Pierre-Yves Le Pogam

Première partie. Les monuments

Chapitre 5. Rome : la résidence d'Honorius IV auprès de Sainte-Sabine sur l'Aventin

Texte intégral

  • 1 « Rocca Savella si delinea invece come un vero unicum nel panorama dell'architettura civile e mili (...)

1Combien de visiteurs étrangers pressés lors de la visite de Sainte-Sabine, combien de Romains flâneurs en promenade dominicale sur la colline de l'Aventin soupçonnent-ils que le Jardin des Orangers, qui jouxte la vénérable basilique paléochrétienne, offre autre chose qu'un panorama sur la ville éternelle et un lieu de détente à l'ombre des clémentiniers ? Pourtant combien de souvenirs s'accumulent en ce lieu : le jardin est encadré par des murailles qui, pour leur plus grande part, remontent aux années 1280 et à une famille qui a compté parmi les plus puissantes de Rome, les Savelli. Auparavant encore, le site fut occupé au xe siècle par un lignage tout aussi important pour l'histoire de la ville, les Crescenzi. Et l'enceinte médiévale s'appuie sur des constructions tardo-antiques complexes, notamment le sanctuaire isiaque retrouvé par le P. Darsy. Malgré cette richesse, le site du Jardin des Orangers n'a pratiquement jamais été étudié en tant que tel. La situation historiographique du château d'Honorius IV n'est certes que le reflet de celle qui concerne l'Aventin en général, aussi bien pour la période médiévale que pour la période antique. Mais elle est particulièrement déplorable pour la forteresse Savelli, quand on songe que celle-ci représente, on l'a affirmé à juste titre récemment, un unicum dans le panorama de l'architecture civile et militaire de la Rome du xiiie siècle (fig. 154-155)1.

I-HISTORIOGRAPHIE ET HISTORIQUE

1. Historiographie et iconographie

  • 2 Spécialement : Darsy (F.), Ricerche archeologiche a S. Sabina, Cité du Vatican, 1968. Il faut soul (...)
  • 3 Marchetti Longhi (G.), L'Aventino nel Medio Evo, Rome, 1947 (l'ensemble de l'opuscule est d'ailleu (...)
  • 4 Krautheimer (R.), Rome, portrait d'une ville, 3121308, Paris, 1999 (éd. angl. orig. Princeton, 198 (...)
  • 5 Delogu (P.), « Castelli e palazzi. La nobiltà duecentesca nel territorio laziale », dans Roma anno (...)
  • 6 Pistilli (P. F.), « L'architettura a Roma tra il 1198 e il 1254 », dans Roma nel Duecento, Romanin (...)
  • 7 Esposito (D.), Tecniche costruttive murarie medievali. Murature "a tufelli" in area romana, Rome, (...)
  • 8 Bernacchio, « La città turrita », cit., cf. p. 77.
  • 9 Sartor (A.), Il monte murato. L'Aventino e il Tevere : storia iconografia progetti, Rome, 1990, cf (...)
  • 10 Cf. Gigliozzi (M. T.), I palazzi del papa..., Rome, 2003, p. 39-40 n. 18. Sur la porosité de cette (...)

2La liste des contributions consacrées au château des Savelli est mince, plus encore si on la place en regard des innombrables études portant sur la basilique Sainte-Sabine ou sur son décor. Comme dans d'autres cas abordés dans ce travail, il semble bien que le monument insigne ait fait de l'ombre aux réalisations certes plus modestes, mais aussi plus tôt disparues ou plus profondément transformées, qui pouvaient l'entourer. Par ailleurs, dans le cas présent, ce qui frappe c'est également le petit nombre d'études qui ont été vouées aux parties antiques de l'enceinte - une situation qui reflète aussi la situation globale de l'historiographie de l'Aventin antique. Le castrum médiéval est à peine cité dans les guides de Rome ou dans les ouvrages généraux. À part quelques mentions chez les auteurs qui ont parlé de la basilique ou du couvent de Sainte-Sabine (notamment les PP. Berthier et Darsy2) ou de l'Aventin en général (G. Marchetti Longhi3), la forteresse n'a été considérée pour elle-même que par Richard Krautheimer4, Paolo Delogu5, Pio Francesco Pistilli6, Daniela Esposito7 et Nicoletta Bernacchio8, mais ils ne lui ont consacré chacun que quelques lignes seulement. Quant à la contribution récente d'Alessandro Sartor, il s'agit d'un estimable projet d'architecte pour le réaménagement des pentes de l'Aventin dans la zone qui nous intéresse, mais il n'est pas fiable sur le plan historique, sauf pour la période qui va de la fin du xixe siècle à l'époque fasciste9. L'étude de la résidence est par ailleurs éludé dans l'ouvrage de M. T. Gigliozzi, sous prétexte qu'il s'agirait d'un château et non d'un palais10.

Fig. 154 - Rome, Aventin, plan de situation générale. Lanciani (R.), Forma Urbis Romae.

Fig. 155 - Rome, Aventin, basilique et couvent de Sainte-Sabine, « castrum » Savelli, principales étapes de la constitution du complexe. Fond de plan d'après Lanciani (R.), Forma Urbis Romae, détail. A, B, C, D, E, F. Tours de l'enceinte. A', B', C, D', E', F', G-G'-G", H', H". Courtines de l'enceinte. H et I. Grandes salles. J, K, L. Ailes nord, ouest et sud du couvent (L'. Adjonction, disparue, du xixe siècle). M. Cloître. N. Tour du xe siècle ? O et P. Restes de tours de l'enceinte ?

  • 11 Battaglia (R.), L'Aventino nella Rinascita e nel Baroccoattraverso i documenti iconografici, Rome, (...)
  • 12 Sartor, Il monte murato. L'Aventino e il Tevere..., cit., rassemble un corpus d'images en fin de v (...)
  • 13 Berlin, Kupferstichkabinett, 79 D2A, fol. 91v°-92.
  • 14 La gravure, qui fait partie de la série des Vestigii dell'Antichità di Roma publiée en 1575, est r (...)
  • 15 Ce dessin ainsi que l'ensemble du codex qui le contient intitulé « Disegni de le ruine di Roma e c (...)
  • 16 Stuttgart, Kupferstichkabinett, Sammelband niederländischer Landschaftzeichnungen, fol. 68 et 77, (...)
  • 17 Proportions absurdes, perspective défaillante, détails approximatifs : seule l'impression d'une oc (...)
  • 18 Roma veduta : disegni e stampe panoramiche della città dal xv al xix secolo [Exposition. Rome. 200 (...)
  • 19 Frutaz (A. P.), Le piante di Roma, Rome, 1962, 3 t., t. III, pl. 363 (édition de 1676 ; cf. aussi (...)
  • 20 Car très vagues, lointains ou recomposés, cf. Rôthlis-berger (M.), Claude Lorrain. The drawings, B (...)
  • 21 Vienne, Albertina, n°24252, vers 1640-1645. Cf. Rôth-lisberger, Claude Lorrain..., cit., n°453 ; v (...)
  • 22 Rome, Istituto nazionale per la Grafica, n°125.241. Cf. Battaglia, L'Aventino..., cit., pl. IV et (...)
  • 23 Cf. The drawings of Nicolas Poussin, Friedländer (W.) et Blunt (A.) dir., Londres, 1963, 5 vol., v (...)
  • 24 Rome, Istituto nazionale per la Grafica, inv. FC 894 93, coll. vol. 50, H 14.
  • 25 Briganti (G.), Gaspar Van Wittel..., Rome, 1966, p. 208-211, n°103-114. Pour les deux exemplaires (...)
  • 26 Londres, British Museum, cf. Garms, Vedute di Roma..., cit., t. 2, p. 31, n°A30.
  • 27 Rome, Ordre souverain de Malte et Galerie Doria Pamphilj, cf. notices n°6 et 9 de Piranesi e l'Ave (...)
  • 28 Crescimbeni (G. M.), Stato della basilica... di Santa Maria in Cosmedin, Rome, 1719, Libro III, ca (...)
  • 29 Vienne, Albertina, atlas Stosch n°834 ; cf. Garms, Vedute di Roma..., cit., p. 436, n°H96.
  • 30 Vedute di Roma, dalla Biblioteca Apostolica Vaticana, collezione Thomas Ashby, s.l. [Cité du Vatic (...)
  • 31 Cf. notice n°21 de Piranesi e l'Aventino..., cit.
  • 32 Dijon, musée des Beaux-Arts, cf. L'Italia vista dai pittori francesi del xviii e xix secolo [Expos (...)
  • 33 Vienne, Albertina, inv. n°12081, cf. Egger, Römische Veduten..., cit., vol. 1, p. 46 et pl. 112.
  • 34 Scalabroni (L.), Giuseppe Vasi, 1710-1782, Rome, 1981, n°183, 183 bis et 371 (ce dernier exemplair (...)
  • 35 Londres, British Museum, cf. Garms, Vedute di Roma..., cit., p. 138, n°C71 ; la légende est erroné (...)
  • 36 Darsy (F.), Santa Sabina, Rome, 1961, p. 142, fig. 50.
  • 37 Montauban, musée Ingres, cf. Vedute di Roma di Ingres [Exposition. Rome, Palazzo Braschi. 1958], n (...)
  • 38 Cf. par exemple Mariani (V.), Bartolomeo Pinelli, Rome, 1948, p. 94 et suiv., notamment p. 98. Il (...)
  • 39 Cf. Frutaz, Le piante di Roma, cit., t. III, pl. 495 et notice n°22 de Piranesi e l'Aventino..., c (...)

3De même que son historiographie se résume à quelques titres, les représentations du château Savelli sont assez limitées. Au regard de la surabondance d'estampes, dessins, plans et illustrations en tout genre qui ont répandu en Europe l'image de la Rome moderne, l'Aventin en général et notre site en particulier ont certainement été parmi les lieux les moins fréquentés par les artistes, confortant ainsi cette notion d'un lieu retiré, voire oublié, qui s'est toujours attaché, à juste titre, à la colline. En ce qui concerne précisément le château Savelli, cette désaffection s'explique en outre, comme le fit justement remarquer Roberto Battaglia, par le manque d'intérêt des humanistes puis des artistes de l'époque moderne pour les monuments du Moyen Âge - surtout, pourrait-on ajouter, lorsque ne s'y attache pas un intérêt dévotionnel comme pour certains sanctuaires romains11. Pourtant, au regard de la pauvreté bien plus grande des sources iconographiques pour les autres résidences ici traitées, qui n'ont pas la chance d'être situées dans la Ville éternelle ou qui ont disparu trop tôt (cas de Pérouse par exemple), la moisson d'images récoltées pour le site de Sainte-Sabine pourra paraître particulièrement abondante, d'autant plus que nous ne pouvons pas affirmer que l'inventaire en est parfaitement complet12. Pour le xvie siècle, on peut citer un dessin des années 1530 de Maarten Van Heemskerck13, malheureusement très générique et où le site de Sainte-Sabine est à peine visible ; une gravure d'Étienne Dupérac, de 1569-1575 environ (fig. 156)14, et un dessin probablement inspiré par lui, de 1574 environ, beaucoup plus utiles15 ; deux dessins datant des mêmes années (1568-1572) mais d'une interprétation bien plus délicate16 ; enfin le plan d'Antonio Tempesta, de 1593, à nouveau très imprécis et presque impossible à confronter avec la réalité17. Au siècle suivant, le site est reproduit dans le plan de Rome Giovanni Maggi de 162518. Ce dernier montre une certaine précision dans les détails, au moins comparé au plan de Tempesta. Mais il s'agit tout de même d'une vue synthétique, voire syncopée. Pour ne prendre qu'un exemple, la basilique de Sainte-Sabine et le bâtiment H (correspondant à l'actuelle bibliothèque), dans la réalité perpendiculaires, sont montrés ici dans le même alignement. Un autre célèbre plan de Rome du xviie siècle, celui de Giovanni Battista Falda, paraît à première vue plus instructif, car il nous montre le site selon un rendu précis, qui semble correspondre à la réalité19. Malgré ces apparences, l'image est trompeuse (les tours sont représentées fermées et non pas ouvertes à la gorge, comme l'atteste encore aujourd'hui l'évidence monumentale ; les ailes H et I sont rapetissées contre toute vraisemblance, etc.) et l'on ne peut donc s'y fier. Notre site est reproduit à plusieurs reprises par Claude Lorrain, mais le plus souvent dans des dessins inutilisables pour notre problème20, sauf dans un bel exemple des années 1640-1645, qui semble à première vue riche d'enseignements, mais où les différents éléments du site semblent avoir été combinés de manière arbitraire21. En revanche, un autre dessin autrefois attribué à Claude et reproduit par R. Battaglia est aujourd'hui rejeté du catalogue de celui-ci et attribué à l'un de ses imitateurs ; mais il nous est au moins aussi utile que ceux de la main du maître (fig. 157)22. On trouve également un dessin de Nicolas Poussin et un autre d'un de ses imitateurs, le second surtout utile pour notre propos23. Mais c'est une estampe italienne qui nous donne l'image la plus précise du complexe de Sainte-Sabine au xviie siècle, quoique d'un point de vue inhabituel car pris depuis le nord. Il s'agit d'une gravure publiée par l'important éditeur d'estampes romain Gian Giacomo Rossi24. Enfin, entre la fin du siècle et le début du siècle suivant, l'Aventin est reproduit à plusieurs reprises par Gaspar Van Wittel, puis par ses suiveurs ou ses disciples : du maître lui-même, existent de très nombreux petits tableaux représentant notre site sous différents points de vue25, ainsi qu'un dessin préparatoire antérieur à 170026 ; pour ce qui est de ses élèves et de ses imitateurs, dans une œuvre attribuée à Moucheron (1694-1697), les constructions sont reproduites d'un point de vue plus rare, c'est-à-dire depuis l'ouest et non depuis l'est, et dans une toile de Hendrick Frans van Lint, dit Monsù Studio, de 1711, nous retrouvons des renseignements utiles, mais dans la perspective habituelle (fig. 158)27. Au xviiie siècle, nous intéressent une gravure illustrant deux éléments de la résidence (la loggia et l'amphithéâtre), en 1719 (fig. 159)28, et un petit dessin des années 1721-1731, attribué à P. P. Coccetti, qui représente l'entrée du couvent de Sainte-Sabine29. On trouve ensuite un dessin d'un artiste nordique, le mono-grammiste AB, actif en 1723-174530. La zone est bien couverte par le plan de Nolli de 1748 (fig. 160)31. Joseph Vernet donne du site une vision beaucoup moins claire, en 1749, difficile à interpréter et probablement en grande partie fantaisiste32. Un dessin de Charles-Joseph Natoire, de 1759, présente un point de vue rare, puisque le couvent de Sainte-Sabine est aperçu depuis les ruines du Palatin, c'est-à-dire depuis le nord-est33. Giuseppe Vasi reproduit plusieurs fois une vue quasiment identique de l'Aventin, assez clarificatrice34, que l'on retrouve d'ailleurs dans son grand panorama de Rome de 1765. Enfin on trouve une image prise d'un point de vue assez éloigné dans un tableau de F. Towne, de 1781 ; de plus il s'agit plutôt d'un paysage idéal, marqué par un sentiment préromantique35. Après 1800, la zone ne présente plus grande différence avec sa configuration actuelle, mais les représentations précoces sont cependant utiles pour préciser quelques points, comme la petite estampe de G. B. Cipriani, qui reprend le point de vue du dessin attribué à Coccetti36, le dessin d'Ingres qui présente exactement le même angle de vue, mais d'une facture beaucoup plus élaborée37, la belle gravure de l'Aventin par Bartolomeo Pinelli, de sa série consacrée en 1825 aux sept collines de Rome (fig. 161)38, ou le plan cadastral de 1829, conçu comme la mise à jour de celui de Nolli39.

Fig. 156 - Etienne Du Pérac, L'Aventin, gravure.

Fig. 157 - Disciple ou imitateur de Lorrain, L'Aventin, dessin.

Fig. 158 - Hendrick Frans van Lint, dit Monsù Studio, Vue de l'Aventin, 1711. Piranesi e l'Aventino, n° 9.

Fig. 159 - Crescimbeni (G. M.), Stato della Basilica, p. 131, gravure anonyme (loggia et amphithéâtre de la résidence de l'Aventin).

2. Historique

  • 40 On reviendra en conclusion sur l'attitude similaire de l'aristocratie romaine du xiiie siècle.
  • 41 Le Pogam (P.-Y.), « Ottonili sur le Palatin ou sur l'Aventin ? Les résidences aristocratiques de l (...)

4L'occupation du site à l'époque romaine ne sera pas détaillée ici, car elle échappe à mes compétences et est trop éloignée de notre propos. Cependant, notons dès à présent que la forteresse d'Honorius IV s'appuie, aussi bien dans ses éléments résidentiels que dans son enceinte militaire sur des restes antiques, qui seront évoqués ponctuellement au cours de l'analyse monumentale. Bien avant l'époque des Savelli, la basilique de Sainte-Sabine avait déjà servi de point d'appui pour la résidence d'une autre grande famille romaine, celle des Crescenzi. Au cours du haut Moyen Âge, l'Aventin était resté en effet un pôle d'attraction pour les lignages aristocratiques, poursuivant ainsi la tradition antique. Cela s'explique bien si l'on considère l'aspect un peu marginal de la colline, conforme aux habitudes d'implantation de la haute noblesse romaine40, et les possibilités de refuge, naturel et fortifié, qu'offrait le site. Non seulement il semble bien qu'ait donc existé à côté de Sainte-Sabine une résidence aristocratique luxueuse, mais on peut même supposer que c'est là que résida l'empereur Otton III lors de son séjour romain. Cette affirmation traditionnelle a été remise en cause par C. Brühl, qui a proposé de situer la résidence de l'empereur sur le Palatin. En fait l'étude de la documentation permet probablement de revenir à l'idée antérieure, comme je l'indique ailleurs plus en détail41.

Fig. 160 - Giovanni Battista Nolli, Plan de Rome, gravure.

Fig. 161 - Bartolomeo Pinelli, L'Aventin, gravure. Mariani (V.), Pinelli, Fig. hors-texte.

  • 42 En ce qui concerne la désignation des parties du site et leur orientation, voir plus bas la remarq (...)
  • 43 Darsy, Ricerche archeologiche a S. Sabina, cit., p. 28.
  • 44 Le Pogam, « Otton III sur le Palatin ou sur l'Aventin ?... », cit.

5Un autre problème vient des affirmations du P. Darsy. Selon lui, il semblerait que le palais des Crescenzi ne se trouvait pas exactement dans la même zone où fut construit ensuite le château d'Honorius IV, mais plutôt à l'opposé du site, à savoir à l'ouest de l'église42. Il est vrai que la position du P. Darsy ne semble pas toujours claire ni cohérente. Parfois il désigne la forteresse « Crescenzi-Savelli » comme une sorte de tout indissociable43 ; parfois, il distingue plus précisément les deux palais. De fait, il ne traite pratiquement jamais des restes appartenant au xiiie siècle, mais essentiellement des fragments qui peuvent remonter aux environs de l'an mille et quand il aborde ceux-ci, ils sont presque toujours situés dans la zone mentionnée ci-dessus, à l'ouest de la basilique. Pourtant, il semble bien qu'une partie au moins de la forteresse des Crescenzi était située dans la zone occupée ensuite par la partie résidentielle du castrum Savelli (voir notamment, dans l'analyse monumentale, les remarques faites à propos du mur ouest de H et sur une partie des salles souterraines situées à l'extrémité nord de cette même salle). Par conséquent, même si nous renvoyons à notre article « Otton III sur le Palatin ou sur l'Aventin ? » pour les détails de la discussion de la documentation historique, on évoquera celle-ci au cours du présent chapitre pour souligner qu'elle constitue un précédent et un modèle du palais pontifical. Cette discussion sur le palais de Sainte-Sabine au xe siècle peut paraître bien lointaine de notre objet, le palais du pape Savelli au xiiie siècle ; pourtant, elle est essentielle, car la préexistence du premier a conditionné la création du second. C'est pourquoi les restes monumentaux se rapportant au xe siècle seront mentionnés au fur et à mesure de l'analyse archéologique, tandis que la justification historique est traitée en détail dans l'article publié parallèlement44.

  • 45 Bullarium ordinis Fratrum Praedicatorum, Ripoll (T.) éd., t. I, Rome, 1729, n°XXIX.
  • 46 Cf. Le Pogam (P.-Y.), « Emplacement marginal des palais pontificaux et "recentrage urbain" dans la (...)
  • 47 Est mentionné également un baptistère, situé dans la demeure concédée ; on n'a pas pu jusqu'à prés (...)
  • 48 Darsy, Santa Sabina, cit., p. 32.
  • 49 On songe, pour cette disposition peu fréquente, au cas de figure parallèle du Mont-Saint-Michel.
  • 50 Darsy, Santa Sabina, cit., p. 33 et 139.

6En 1221 se situe un événement d'importance pour l'histoire du site : la basilique de Sainte-Sabine est concédée par le pape Honorius III aux dominicains, pour qu'ils y transfèrent leur couvent romain depuis le lieu de leur première implantation, le monastère de Saint-Sixte-Vieux45. Il s'agissait d'une faveur importante que le pontife accordait aux frères prêcheurs, non seulement parce que Sainte-Sabine représentait un monument bien plus significatif que la vieille église de Saint-Sixte, mais également parce que cette translation constituait une progression vers une zone un peu moins marginale, si on la compare avec l'isolement du site précédent46. Les dominicains établirent donc leurs bâtiments conventuels à proximité de la basilique. La bulle précise que les frères prêcheurs reçurent, outre le sanctuaire lui-même, la demeure qui lui était annexée, les jardins voisins et des biens-fonds47. La disposition de ces constructions, cloître, réfectoire, dortoir, etc., est assez surprenante au premier abord, puisqu'elles forment une sorte de quadrilatère qui n'a de commun avec la basilique que son sommet sud-est, lequel touche l'angle nord-ouest de l'église (fig. 155). Le P. Darsy explique ce dispositif par le fait que les religieux ont dû prendre appui sur un bâtiment préexistant, à savoir le bras nord du qua-driportique paléochrétien de la basilique, transformé à usage résidentiel au xe siècle pour les Crescenzi48. Cependant, on reste intrigué par le fait que les dominicains n'aient pas préféré installer le cloître au nord de la basilique, un emplacement qui eût été dicté à la fois par les conditions naturelles et par la tradition monastique. On peut légitimement imaginer qu'ils ont été contraints à ce choix par la préexistence de bâtiments situés au nord de l'église, qui ne peuvent être que l'autre partie de la résidence des Crescenzi. Par conséquent, on peut supposer que le palais des Crescenzi correspondait non seulement à l'emplacement de la bibliothèque actuelle, comme l'a pressenti le P. Darsy, mais également à celui de l'aile des hôtes qui lui est parallèle. Ainsi, appartient en propre à la campagne de construction des dominicains des années 1221-1222 seulement le cloître, puisque les ailes orientale et méridionale faisaient partie toutes deux de la construction des Crescenzi et ont été réutilisées, plus ou moins remaniées. Il n'y a avait pas d'aile septentrionale, les arcades du cloître ouvrant directement sur l'escarpement de la colline et sur le Tibre, offrant ainsi une vue magnifique aux religieux49. Ce serait seulement en 1719 qu'une bibliothèque, élevée a fundamentis par le cardinal Ferrari, aveugla la galerie à colonnes du côté du Tibre, selon le P. Darsy, mais le P. Berthier parle de mentions de la bibliothèque dès le xvie siècle50. Quant à l'aile occidentale, on peut se demander, comme on le verra plus bas, si elle ne relève pas essentiellement, elle aussi, de l'époque moderne. Ainsi s'expliquerait la rapidité de la construction, qui concernait finalement peu de choses.

  • 51 Tillmann (H.), « Ricerche sull'origine dei membri del collegio cardinalizio nel xii secolo », dans (...)
  • 52 Pressutti (P.), Regesta Honorii papae III, 2 vol., Rome, 1888-1895, vol. 1. Les bulles n°89, 153 e (...)
  • 53 Et non en 1288 comme pourrait le faire croire l'inscription, qui suit le style de la Nativité, cf. (...)
  • 54 Sur les deux monuments, d'ailleurs disparus, cf. Pace (V.), « Committenza aristocratica e ostentaz (...)
  • 55 Garms, Juffinger et Ward-Perkins réd., Die mittelalterlichen Grabmàler in Rom..., cit., t. 1, n°LV (...)
  • 56 Le premier élément de réponse consiste dans la réticence bien connue des ordres mendiants à admett (...)

7La donation du site de Sainte-Sabine aux dominicains par Honorius III a été l'un des points de départ probables d'une légende qui survit encore aujourd'hui un peu partout, celle de l'appartenance de ce pontife à la famille Savelli. Le rattachement du cardinal Cencius, ca-mérier de l'Église pendant une très longue période puis pape sous le nom d'Honorius III, à ce lignage est une invention du xvie siècle, due à Onofrio Panvinio, qui a publié des documents falsifiés afin d'accroître le prestige de la famille en lui attribuant un premier pape un demi-siècle avant Honorius IV. La falsification fut démontée par H. Tillmann en 197551. Pour corroborer son analyse, il faut insister sur le fait qu'Honorius III n'a jamais résidé à Sainte-Sabine. Les bulles pontificales datées du couvent et publiées dans les Registres de ce pape sont probablement toutes des faux, ou plus exactement des bulles d'Honorius IV attribuées à son prédécesseur pour la raison susdite52. Pour autant l'idée qui en découlait, à savoir que le lignage possédait le site antérieurement à l'élévation du cardinal Giacomo Savelli au trône pontifical, est probablement juste. Honorius IV possédait la zone au moins du temps où il était seulement cardinal, comme le prouve son premier testament, de 1279. Au-delà, il est difficile de dire à quand remontait l'implantation des Savelli sur la colline. La pierre tombale de Pietro Savelli, neveu du pape, diacre et trésorier de l'église de Tours (f décembre 1287), mise en place dans l'église des Saints-Boniface-et-Alexis en 128753, et le monument funéraire érigé au même endroit en 1296 par le frère du pape, le sénateur Pandolfo Savelli, ne traduisent évidemment que l'intérêt de la famille pour la colline à partir du pontificat d'Honorius IV Savelli (1285-1287)54. Il reste d'ailleurs à se demander pourquoi les familiers du pape choisirent de se faire enterrer non pas dans la basilique de Sainte-Sabine elle-même (c'est seulement en 1315 qu'on voit un membre de la famille Savelli s'y faire in-humer55) mais dans l'église voisine, une question à laquelle je n'ai pas de réponse56.

  • 57 Voir les textes dans l'annexe. À noter que la même idée se retrouve également dans le latin classi (...)
  • 58 Pawlicki (B.), Papst Honorius IV, Munster, 1896, p. 93.
  • 59 L'idée a été reprise, sans référence à Pawlicki et de manière totalement acritique, par Lanciani ( (...)
  • 60 Voir les textes dans l'annexe.
  • 61 Vacca (F.), « Memorie di varie antichità trovate in diversi luoghi della città di Roma, scritte da (...)

8C'est donc indéniablement le pape Hono-rius IV qui est le créateur du palais de Sainte-Sabine, durant son pontificat ou en partie dans la période précédente, lorsqu'il était cardinal du titre de Sainte-Marie-in-Cosmedin (1261-1285). Deux chroniqueurs en témoignent de manière indépendante. L'un, Ptolémée de Lucques, est un Italien bien informé, puisqu'il était chapelain d'un cardinal, Leonardo Patrasso ; l'autre est un chroniqueur anonyme qui poursuit le travail de Martin de Troppau, pénitencier pontifical et rédacteur d'une chronique universelle commandée par la papauté. Or l'un et l'autre affirment qu'Honorius IV fit faire un grand palais sur l'Aventin, à côté de Sainte-Sabine, mais également une enceinte dotée de portes. Pour sa part Ptolémée, dans les deux ouvrages où il mentionne les travaux du pape, les Annales et l’Historia ecclesiastica, parle même de nombreux édifices et de rénovation générale de la colline57. Il faut bien entendu faire la part de la flatterie et de la généralisation, deux traits typiques des chroniqueurs officiels. Mais on ne peut s'empêcher de retirer des textes l'impression d'un engagement important du pape Savelli sur l'Aventin, impression confirmée par le fait qu'il résida constamment à Sainte-Sabine lorsqu'il séjournait à Rome, comme l'attestent de façon monotone les souscriptions des bulles pontificales. En revanche, il est difficile de tirer de ces textes des informations utiles à propos du palais et de l'enceinte. Dans le seul travail monographique jamais paru sur Honorius IV, Bernhard Pawlicki affirmait il y a plus d'un siècle que le pape aurait essayé d'attirer une population nouvelle sur l'Aventin, en faisant réaliser des maisons et des rues, mais que l'entreprise aurait échoué faute d'approvisonne-ment en eau suffisant58. C'est une hypothèse intéressante, qui correspondrait à la notion d'« incastellamento » développée par Pierre Toubert pour les campagnes du Latium et qui coïnciderait avec le caractère « unique » de la forteresse, au moins dans le cadre de la Rome urbaine du xiiie siècle, mais on ne voit pas, en dehors des affirmations très générales des chroniques mentionnées ci-dessus, d'où l'auteur a pu tirer cette idée en ce qui concerne les travaux d'Honorius IV59. En fait, l'affirmation de Pawlicki ne semble provenir que des chroniques « modernes », celle de Platina d'abord, repris d'abord par Felici puis par Ciaconius60. Mais ceux-ci à leur tour paraissent avoir simplement brodé sur Ptolémée de Lucques (ou bien pour les deux derniers directement sur Platina). Le seul élément indépendant, qui pourrait corroborer cette assertion, est un texte de Flaminio Vacca de la fin du xvie siècle, donc apparu entre les biographies de Platina et celles de Ciaconius61 : « Nel pontificato di Gregorio XIII. nel medesimo Monte Aventino, negli orti di s. Sabina, vi furono trovati una gran quantità di mulini, ovvero macinelli da macinare a mano, fatti di quella pietra rossa, che si trova a Bracciano. Si crede, che in quel luogo vi fosse qualche fortezza, dove si salvavano gli antichi moderni al tempo delle fazioni ; e con quelli macinassero frumento, legumi, ed altro, che faceva il loro bisogno. Vi erano anche molti muri di case plebee ; e perchè detto Aventino è fortissimo dalla parte del Tevere sino a Testaccio, mi do a credere se ne servissero per fortezza ». Malheureusement, si ce texte documente de manière intéressante les premières découvertes d'antiquités sur le site, l'affirmation consécutive concernant les murs « de maisons plébéiennes » me semble sujette à caution. Nous ne savons pas ni sur quoi se fonde cette interprétation ni à quelle époque exacte pense Vacca (l'énigmatique expression « gli antichi moderni » se rapporte-t-elle à l'Antiquité ou au Moyen Âge ?) et, surtout, on peut soupçonner que tout le passage est marqué par la connaissance du rôle de l'Aventin, à l'époque romaine, comme lieu où la plèbe fit sécession. Il n'y a donc à notre connaissance aucun fondement certain à l'hypothèse de Pawlicki.

  • 62 Autrefois édité par M. Prou dans les Les registres d'HonoriusIV, Paris, 1886-1888, n°823, p. 576 ; (...)
  • 63 Traduction et commentaire dans Krautheimer, Rome, portrait d'une ville..., cit., p. 812-813.
  • 64 Paravicini Bagliani, I testamenti dei cardinali nel Duecento..., cit., p. 480.
  • 65 Cf. l'introduction de Maurice Prou aux Registres d'HonoriusIV, p. XVI.

9De fait, pour comprendre dans quel contexte s'insère la démarche du pape, il est probablement plus profitable de suivre d'autres lignes d'interprétation qui seront proposées dans la conclusion de ce chapitre. Mais on doit revenir auparavant sur les sources textuelles. Alors que les chroniques proposent d'attribuer l'ensemble des travaux (résidence et enceinte) à la période du pontificat d'Honorius IV, les documents juridiques fournissent un cadre un peu différent. En effet, le cardinal Giacomo Savelli, probablement déjà âgé (on ne connaît pas sa date de naissance, mais il a dû voir le jour vers 1210), rédige un premier testament en 1279, dans lequel la forteresse est déjà mentionnée62. Le prélat lègue alors à ses neveux « omnes domos, turres seu ruinas turrium quas habemus ab ecclesia Sancte Marie de Grandellis [c'est-à-dire le temple dit de la Fortune virile] supra versus Marmoratam [qui désigne alors non seulement le quai au pied de Sainte-Sabine mais l'Aventin lui-même] et in Marmorata, et munitionem montis qui supra Marmoratam, sive fuerint patrimoniales sive fuerint per nos acquisite... »63. D'autre part, lorsque le cardinal accéda au trône pontifical en 1285, il rédigea presque aussitôt une donation post-testamentaire pour confirmer ou modifier son testament de 1279 ; la forteresse y est à nouveau évoquée (« et in alio monte posito supra Marmoratam... ») et est léguée avec les autres biens immobiliers à son frère Pandolfo et son neveu Luca64. Ces documents juridiques semblent donc démontrer que la forteresse était déjà construite en 1279. On notera cependant que l'ensemble de constructions que Giacomo Savelli avait reçu en héritage sur l'Aventin ou qu'il y avait acquis (comme on le voit, le texte du testament ne permet pas de trancher entre les deux solutions) était déjà fortifié, puisque les restes de la résidence des Crescen-zi, englobés dans le couvent des dominicains et qui subsistent encore, le prouvent, notamment avec trois ou quatre tours identifiables, ce qui pourrait justifier la mention de la forteresse avant même les travaux du cardinal. Un second argument vient du testament de 1279 lui-même : le cardinal le souscrit à l'hôpital romain du Saint-Esprit « in Sassia », dans lequel il demeure alors65. Il semble donc peu vraisemblable que les travaux aient déjà été entrepris à cette date. Il est difficile de choisir entre les deux datations proposées par les chroniques ou par les testaments, mais on peut sans doute supposer que les travaux, de grande ampleur, s'étalèrent à la fois pendant la fin du cardinalat et pendant le pontificat et j'adopterai désormais, comme datation globale pour l'ensemble de la phase Savelli, l'étiquette « années 12801287 ».

  • 66 Rodocanachi (E.), Una cronaca di Santa Sabina sull'Aventino, Rome-Turin-Florence, 1898, cf. le tex (...)
  • 67 Rodocanachi, Una cronaca di Santa Sabina sull'Aventino..., cit., rapporte et commente longuement l (...)
  • 68 Il s'agissait d'une résidence secondaire pour le cardinal, dont la demeure principale se trouvait (...)
  • 69 « Fatius Sanctorius Card. hortorum amoenitate eleganti praecinxit, aedibus instauratis. », Martine (...)
  • 70 La découverte a été faite par Keaveney (R.), « A fresco cycle by Raffaelino del Colle in the palaz (...)
  • 71 Zapperi, La leggenda del papa Paolo III..., cit., p. 25, 28 et 30.
  • 72 Lequel sera plus particulièrement au service du neveu de Paul III, le « grand cardinal » Alessandr (...)
  • 73 Le contrat de 1545 a été publié une première fois par Bentivoglio (E.), « Documenti per il "comple (...)
  • 74 Eubel (C.) et alii, Hierarchia catholica medii et recen-tioris aevi, Monasterii-Patavii, 1898-1978 (...)
  • 75 Berthier, Le couvent de Sainte-Sabine..., cit., p. 444 n. 2. On reviendra plus loin sur cette info (...)

10Pour suivre les vicissitudes du castrum Savelli au cours de l'époque moderne, il faut se référer, plutôt qu'aux nombreux éléments rapportés en ordre dispersé et parfois de manière un peu confuse dans le volume du père Ber-thier, à la source de ceux-ci, à savoir la chronique de Sainte-Sabine publiée par Rodocana-chi66. Tous les points pour lesquels aucune référence précise ne sera donnée sont tirés de cette dernière publication. L'enceinte et la partie résidentielle du château Savelli sont cités le plus souvent à cause de l'un des jardins du couvent, qui s'étendait sur cette zone. La multiplicité de ces jardins est parfois source de confusion. Outre celui qui nous intéresse, existaient le jardin de saint Dominique ou du réfectoire, situé à l'ouest des bâtiments conventuels, en limite des Saints-Boniface-et-Alexis, et le jardin devant l'église et sa vigne, situés au sud de la basilique. Le jardin qui nous concerne était appelé « orto della cantina » à cause de sa liaison avec la cave de la salle I ou jardin de Sainte-Catherine pour sa proximité avec la chapelle du même nom élevée sur le flanc septentrional de l'église au xviie siècle. On rencontre également l'expression de jardin de la sacristie ; je suppose que cette appellation correspond plus spécifiquement à l'espace située dans l'angle de la basilique et du bâtiment I et donc peut-être à une partie seulement du jardin précédent. Comme on peut le voir sur un plan (fig. 155), ces désignations se rapportent à priori à la zone encadrée par la basilique, le bâtiment I, l'enceinte sur le Tibre et le bâtiment H (correspondant en gros au bâtiment résidentiel des Savelli). D'après les documents de l'époque moderne, il semble que ce jardin incluait également l'espace beaucoup plus étendu situé de l'autre côté du bâtiment H, c'est-à-dire l'actuel jardin des Orangers. Quant aux anciens bâtiments du palais Savelli (c'est-à-dire le bâtiment sur les ruines duquel furent construites la bibliothèque actuelle et d'autres constructions annexes), ils servaient le plus souvent de résidence au cardinal titulaire de Sainte-Sabine, même si le jardin, ou une partie de celui-ci, fut le plus souvent loué à d'autres personnes durant la période moderne, ce qui constituait une importante source de revenus pour le couvent. Parmi les cardinaux titulaires ayant occupé le palais Savelli, je ne citerai ici que ceux qui ont réalisé des travaux. En 1483, le palais et le jardin sont ainsi concédés au cardinal Auxia, qui les utilisa jusqu'en 1485. Dès 1483, il fait commencer une chapelle funéraire dans l'église, dont les travaux aboutissent à la découverte d'un trésor, un événement dont on reparlera plus loin dans ce chapitre67. En 1500, le titre étant vacant, le palais et le jardin retournèrent en possession des dominicains, qui les louèrent, d'abord pour 15 ducats puis, à partir de 1504, pour quatre tonneaux de vin à l'année. En 1499, les frères avaient établi un grenier à foin dans le jardin, du côté de la résidence du cardinal-titulaire. Dix ans plus tard, en 1510 exactement, le bâtiment subissait un incendie et le cardinal auquel il était loué, Fazio Santoro (cardinal titulaire de 1505 à 1510), fit don de 200 écus pour le rebâtir. Entre-temps, le reste du jardin avait été réaménagé en 1505 par le cardinal, qui fit également réparer la maison attenante à l'église, c'est-à-dire sa résidence68. Les deux interventions du cardinal sont évoquées non seulement par notre source habituelle, mais également par Fioravante Martinelli et par Francesco Albertini, ce dernier signalant également une intervention antérieure du cardinal Auxia69. En 1548, Mgr Mario Ruffini obtient de Paul III qu'on lui loue à perpétuité le palais Savelli et le jardin, contre une redevance de 36 écus au lieu des quatre tonneaux de vin payés jusqu'alors. La personnalité de ce prélat mérite quelques commentaires, car elle justifie l'intervention personnelle du pontife. Paul III avait eu une concubine lors de son cardinalat, qui lui donna de nombreux héritiers et à laquelle il resta constamment fidèle. Mais le cardinal puis pontife dissimula toujours soigneusement le nom de celle-ci et même les contemporains, malgré quelques allusions dans le bon sens (par exemple chez Rabelais), ne réussirent pas à dévoiler son identité. C'est seulement récemment qu'on a pu prouver avec clarté qu'il s'agissait de Silvia Ruffini, une femme de la moyenne noblesse romaine (f 1562)70. Mario était son frère et fit ainsi une carrière remarquable : intime du cardinal puis pape, il fut successivement abbé, chanoine, camérier du pontife, évêque de Sarno (1544-1547) puis de Melfi (1547-1548)71. Il renonça à ce dernier évêché pour cause de maladie en faveur de son neveu Alessandro72. Sans discuter de la réalité de cette justification (le prélat dut à tout le moins se remettre puisqu'il est encore attesté en 1568 et mourut après, à une date indéterminée), on remarquera que c'est à cette date précise que Mario Ruffini se fit donner le palais adjacent à Sainte-Sabine. Mgr Ruffini occupa également la charge essentielle de châtelain du château Saint-Ange, de 1545 à 1550 ; il est aussi mentionné comme gouverneur du chantier de fortification du Borgo dans un contrat de 1545 et comme commissaire général des fortifications de Rome dans un contrat de 154873. Il dut certainement connaître une existence plus obscure après la mort du pape, en novembre 1549, mais il est attesté en 1556 comme résidant à Rome et en 1568 il est dit avoir professé les lettres grecques pendant vingt-deux ans74. Dans son palais de Sainte-Sabine, le prélat fit enlever de la porte l'écusson d'Honorius IV et le remplaça par celui de Paul III (un acte de reconnaissance envers son bienfaiteur et peut-être même une allusion cryptée à leur lien quasi familial) et il essaya de se faire passer pour propriétaire du bien-fonds. S'ensuivit un long procès avec les religieux, qu'il perdit75.

  • 76 Je n'ai pas trouvé d'information sur ce membre de la famille. Il s'agit peut-être de la même perso (...)
  • 77 Muñoz (A.), Il restauro della basilica di Santa Sabina, Rome, 1938, p. 48-53 (publication du livre (...)
  • 78 Muñoz, Il restauro della basilica..., cit., p. 51 : « Per haver strasportate 6 colonne di sotto la (...)
  • 79 Berthier, L'église de Sainte-Sabine..., cit., p. 398.
  • 80 Cela semble pouvoir ressortir des indications données par Ughelli (F.), Genealogia nobilium Romano (...)
  • 81 Ughelli, Genealogia nobilium Romanorum de Capisucchis..., cit., p. 33.
  • 82 Giansante (M.), notices « Capizucchi, Biagio », « Capizucchi, Camillo » et « Capizucchi, Ludovico  (...)
  • 83 Ginnasi était cardinal depuis 1604, mais pas titulaire de Sainte-Sabine comme le prétend la chroni (...)
  • 84 Ugonio (P.), Historia delle stationi di Roma che si celebrano la quadragesima..., Rome, 1588, fol. (...)
  • 85 Berthier, L'église de Sainte-Sabine..., cit., p. 37 (furent alors vendues 86 charretées de pierre) (...)
  • 86 Mais les deux notices biographiques consultées ne font aucune allusion à la résidence du cardinal (...)
  • 87 Selon Berthier, L'église de Sainte-Sabine..., cit., p. 3637, ce sont les héritiers du cardinal Gin (...)
  • 88 Comme l'attestent le plan de Nolli de 1748 ou, un peu plus tard, Nerini : « Is [Pandolfo Savelli] (...)
  • 89 Acquaro Graziosi (M. T.), L'Arcadia, trecento anni di storia, Rome, 1991, p. 19.
  • 90 Crescimbeni, Stato della basilica... di Santa Maria in Cosmedin, cit., p. 128-130.
  • 91 Venuti (R.), Accurata e succinta descrizione [...] di Roma moderna, 1766, 2 voi., cf. voi. 2, p. 3 (...)

11La résidence passa plus tard aux Capizuc-chi, au moins à partir de 1582, date à laquelle ils en payaient le loyer (en même temps qu'Ot-tavia Ruffini76). En 1586, parmi les travaux de Domenico Fontana ordonnés par le pape Sixte V, on trouve la fermeture d'une baie qui offrait un regard depuis la demeure dans le sanctuaire, un hagioscope donc : « Muro de una finestra remurata nelle stanse del Sig.r Mario Capozuca che guardava in ghiesa questa »77. Dans la même campagne de travaux, est mentionné le transport de six colonnes (probablement antiques) dans l'église, provenant d'un espace situé sous la « stanza del Capozuca »78. On peut supposer que ces éléments se trouvaient dans l'une des citernes ou caves situées sous la résidence, dont nous parlerons plus loin. La fenêtre citée plus haut est probablement à mettre en relation avec le passage, attesté jusqu'en 1671, qui existait entre la résidence et l'extrémité orientale du collatéral nord de la basilique79. La clôture de la fenêtre est peut-être à mettre en rapport avec l'évolution vers une « privatisation » du palais Savelli, dont le lien organique avec la basilique était désormais perdu puisqu'il n'était plus destiné obligatoirement au cardinal titulaire. Ce même texte nous apprend que c'était Mario Capizucchi qui résidait alors sur l'Aventin. Il ne s'agit pas du membre le plus illustre de cette lignée, qui fournit dans la seconde moitié du xvie siècle une quantité impressionnante de généraux à l'Église. Mario est précisément le frère (et probablement le frère aîné80) de deux de ces capitaines illustres, Camillo et Biagio. Il est encore attesté comme vivant en 160581. Son fils, Paolo, est connu pour avoir accumulé des dettes de jeu gigantesques, qui le contraignirent à vendre une partie du patrimoine familial en 161482. Ces déboires sont peut-être à mettre en rapport avec le fait que nous trouvons la famille Capizucchi vendant la maison, en 1616, au cardinal Domenico Ginnasi, avec l'accord des religieux83. En 1617, une partie de la muraille, du côté du Tibre, s'écroula et fut reconstruite. L'état de l'enceinte laisse mal présager de celui de la partie résidentielle des bâtiments. Déjà, en 1588, Pompeo Ugonio signalait le mauvais état du palais : « Il palazzo Pontificale, di cui è parte il Monasterio, hora per la lunga età è rovinato assai [...]. Ma gran vestigii di altissime muraglie se ne veggono da quella parte dell'Aventino, che soprasta alla riva del Tevere »84. De fait, une partie de la résidence fut démolie en 161385, ce qui correspond bien à l'époque de la déconfiture des Ca-pizucchi. Le reste, qui menaçait ruine, fut détruit en 1627. Le cardinal Ginnasi a donc dû restaurer sa demeure, probablement après cette date, avant de s'y établir ; c'est là qu'il mourut en 1639 et que, selon la tradition, il composa son œuvre littéraire86. On doit donc supposer que le vieux palais fut remplacé par une autre résidence, même modeste, qui est attestée ensuite par les textes et par l'iconogra-phie87. Sur l'emplacement de la basse-cour du château Savelli, on établit un jardin qui fut loué comme l'avaient été auparavant le grenier et le jardin préexistant. Au xviiie siècle, la villa, qui appartenait toujours à la famille Ginna-si88, fut un lieu de réunion pour l'Académie des Arcadiens, précisément entre 1712 et 172089. C'est Alessandro Ginnasi, descendant du cardinal et membre de l'Académie, qui offrit à celle-ci de s'installer dans le jardin de sa villa. L'Académie fit alors construire un amphithéâtre, par l'architecte Giambattista Contini, à côté de la loggia de la villa90. En 1766, le guide de Venuti mentionnait encore la villa du comte Ginnasi et l'occupation temporaire des lieux par l'Académie91. En 1780, le P. Torlini, prieur de Sainte-Sabine racheta la villa et le jardin pour les louer.

  • 92 Voir plus haut.
  • 93 Briganti, Gaspar Van Wittel..., cit., n°113.
  • 94 Un plan de 1835, de G. Mayr, pourrait faire croire que le bâtiment H et ses annexes existaient enc (...)
  • 95 Frutaz, Le piante di Roma, cit., t. III, pl. 476 (Pietro Ruga) et 485 (Angelo Uggeri). L'apparente (...)

12Comment se présentaient ces bâtiments au cours de l'époque moderne ? Ce sont les gravures, les dessins, les tableaux qui nous fournissent l'image la plus complète de la résidence de l'Aventin et de son évolution, malgré de nombreuses difficultés et imprécisions. Le premier témoignage important est de la gravure de Dupérac (fig. 156). Elle montre l'aile des hôtes (notre bâtiment I) dans un état antérieur à la restructuration voulue par Pie V, ce qui confirme, comme on le verra dans l'analyse monumentale, que la construction est d'origine médiévale. La gravure date des années 1569-1575, ce qui pourrait sembler contradictoire avec le fait que la campagne de travaux voulue par le pape remonte aux années de son pontificat, donc à 1566-1572. Cependant le dessin proche de la gravure aurait été exécuté quelques années auparavant, vers 1561-1565, si l'on suivait le raisonnement de Wittkower92. Même si l'on donne raison à l'argumentaire de Zerner et que l'on date le dessin seulement de 1574, la difficulté peut être résolue autrement : les travaux pourraient n'avoir commencé qu'à la fin du pontificat et surtout Dupérac pourrait avoir repris dans sa gravure un dessin levé quelques années auparavant, puisqu'il séjournait à Rome au moins depuis 1565. Dans tous les cas, sur l'estampe comme sur le dessin le bâtiment I semble découvert, ce qui pourrait correspondre à un état d'abandon et de dégradation nécessitant la réfection presque totale des années suivantes. On aperçoit également, parallèle au bâtiment I, le corps de bâtiment H (qui correspond à l'emplacement de l'actuelle bibliothèque de la curie généralice des dominicains) qui semble au contraire couvert et qui devait constituer alors le principal élément des bâtiments résidentiels. À l'est de H sont visibles deux corps de bâtiment, aujourd'hui totalement disparus, qui paraissent être des tours assez élevées et qui pourraient remonter à l'époque des Savelli. Comme le bâtiment I, les deux tours sont découvertes. Au xviie siècle, ce sont les œuvres de Rossi, du pseudo-Lorrain (fig. 157) et du pseudo-Poussin qui nous livrent les renseignements les plus précis. Le bâtiment I a été rénové par Pie V et on reconnaît désormais sur toutes les vues de l'Aventin son pignon bien caractéristique. Le bâtiment H n'a pas été modifié, mais les constructions qui l'entouraient ont changé radicalement. Les deux tours qui apparaissaient à sa gauche ont désormais disparu et laissé la place à d'autres bâtiments, ce qui correspond bien à la démolition et à la restauration attestées durant le séjour du cardinal Ginnasi. Contre le pignon nord du bâtiment H (qui n'atteint donc pas l'enceinte extérieure) se trouve un bâtiment annexe, doté d'un toit en appentis. À l'ouest de H apparaît une tour, dont le sommet est occupé par un belvédère, tandis qu'un bâtiment bas ou un portique semble rejoindre le pignon du bâtiment I. Du côté opposé, à l'est (donc là où se trouvaient les deux tours médiévales), on rencontre un corps de bâtiment allongé, perpendiculaire à H (derrière lequel se profile également l'abside de la basilique de Sainte-Sabine) ; le bâtiment s'achevait par une loggia, particulièrement bien visible dans la gravure de Rossi. L'exactitude de celle-ci est par ailleurs confirmée par un document plus tardif, la gravure publiée dans l'ouvrage de Crescimbeni (fig. 159). À la fin du siècle, dans l'abondante production de Van Wittel, les nombreuses vues de l'Aventin sont souvent d'interprétation délicate ; les différents bâtiments apparaissent comme « compactés », à cause du point de vue éloigné, de la perspective et du caractère enlevé des œuvres. Mais l'une d'elles se distingue radicalement des autres par son point de vue rapproché et frontal, exceptionnel dans l'ensemble de l'iconographie de l'Aventin, et confirme les éléments identifiés ci-dessus93. Peu après l'époque de Van Wittel, une construction fut ajoutée à l'ensemble résidentiel, à laquelle nous avons déjà fait allusion : il s'agit de l'amphithéâtre de l'Académie des Arcadiens, réalisé probablement juste après 1712, contre la loggia de la villa, commenté dans l'ouvrage de Crescimbeni (paru juste avant que l'Académie ne soit contrainte de déménager dans ce qui devait être son site définitif, le Bosco Parrasio) et reproduit en gravure (fig. 159). L'amphithéâtre a survécu au moins pendant une partie du xviiie siècle au départ des académiciens, puisqu'il est encore attesté dans le plan de Nolli de 1748 (fig. 160). En revanche, celui-ci pourrait faire croire qu'avaient disparu à cette date et la tour élevée à l'ouest de H et l'édifice couvert en appentis, mais la gravure de Vasi, des années 1750-1760 montre encore ces deux bâtiments. Plus tard, l'estampe de Pinelli de 1825 (fig. 161) et le plan cadastral de 1829 se confirment l'un l'autre : cette fois-ci, non seulement la tour et l'édifice annexe ont disparu, mais également le bâtiment H lui-même et son aile perpendiculaire qui se développait vers l'est94. La destruction doit être intervenue autour de 1825, car le bâtiment H et l'aile secondaire apparaissaient encore sur deux plans de Rome de 1824 et 1826 (ainsi, bien entendu, que sur tous les plans antérieurs)95. Cependant, comme on le verra dans l'étude monumentale et comme le confirment les archives de la curie généralice des dominicains, quelques ruines du bâtiment H avaient dû subsister, en partie basse. D'autre part la destruction de H laisse voir, dans l'estampe de Pinelli, d'une part des éléments qui devaient appartenir à la tour qui lui était accolée du côté occidental, d'autre part le bâtiment N, contre l'abside de la basilique. Pour résumer, il apparaît que la restauration promue par le cardinal Ginnasi avait certainement entraîné d'une part la restructuration de la zone située à l'est du bâtiment H, avec le remplacement de deux tours (probablement médiévales) par un corps de bâtiment rectangulaire se terminant par une belle loggia (complétée au début du xviiie siècle par le pittoresque amphithéâtre des Arcadiens), et d'autre part l'érection d'une tour-belvédère de l'autre côté de H. La villa Ginnasi n'était certainement pas moins intéressante que bien d'autres villas suburbaines des xviie-xviiie siècles et l'abbé Crescimbeni y consacre quelques lignes enthousiastes, lors de sa description de l'amphithéâtre des Arcadiens (il faut ajouter cependant qu'il avait peut-être intérêt à flatter l'hôte de l'Académie, laquelle n'avait pas encore dû quitter les lieux) : « fra le altre riguardevoli cose, ha un vastissimo Salone riquadrato, ed una maestosa Loggia ». Malheureusement, tout comme celles qui les avaient précédées au Moyen Âge et au xvie siècle, ces constructions disparurent à leur tour entre la fin du xviiie et le début du xixe siècle.

  • 96 Rome, Istituto nazionale per la Grafica, inv. 8009, fol. 44 (le dernier mot est difficile à lire). (...)

13Tout au long de l'époque moderne, le site de Sainte-Sabine est cité par ailleurs à l'occasion de la recherche des antiquités. On voit les dominicains excaver leur portion de la colline pour vendre tous les fragments antiques ou les marbres qu'ils pouvaient trouver. Le signal de ce dépècement fut probablement la découverte d'un trésor monétaire près de l'abside de Sainte-Sabine, en 1483, déjà signalée. La colline entière, depuis les jardins du couvent jusqu'aux abords de la basilique, fut retournée (et même le mobilier liturgique carolingien fut vendu), ce qui ne contribue guère à clairifier les problèmes archéologiques concernant l'Aventin. Dès le xvie siècle en témoignait également le texte de Flaminio Vacca, évoqué plus haut. La précocité de ces découvertes (et le peu d'empressement que les dominicains mirent à les documenter) explique probablement pourquoi sur tant de statues et de fragments antiques retrouvés et vendus à Rome à l'époque moderne, on en connaisse aussi peu qui proviennent de Sainte-Sabine. D'autre part, les découvreurs de ces antiques ne prirent pas la peine de préciser les lieux précis de leurs trouvailles, ce qui aurait pu être important pour reconstituer l'histoire du site, notamment dans la partie qui nous intéresse. Signalons ici, à titre d'exception, qu'un feuillet d'un album des Alberti, père et fils (Alberto et Cherubino), contient des dessins de chapiteaux antiques avec des mentions d'une telle provenance : « A Sta Sabina in l'orto » et « Trovato a Sta Sabina in una cava in l'orto di sotto anco le casse [ ?] »96.

  • 97 Rodocanachi, op. cité ; cf. aussi Berthier (J. J.), Le couvent de Sainte-Sabine à Rome, Rome, 1912 (...)

14Nous devons dire un mot sur l'histoire des bâtiments conventuels à l'époque moderne, dans la mesure où certains travaux ont affecté des constructions remontant probablement aux Savelli. Comme pour les jardins, ces travaux sont essentiellement documentés par la chronique publié par Rodocanachi, qui s'y étend bien plus longuement que pour les premiers ; nous n'en donnerons ici qu'un résumé. Après le séjour d'Honorius IV, le couvent de Sainte-Sabine servit encore souvent de résidence pour les papes. C'est le cas notamment de Pie V (1566-1572), lui-même dominicain et qui affectionnait donc particulièrement le palais de l'Aventin. Dans l'aile dite aujourd'hui pontificale, c'est-à-dire le bâtiment I, il fit restructurer le rez-de-chaussée et commencer l'étage, complété ensuite par le cardinal Berne-rio, prieur en 1585 et décédé en 1596. C'est ce que prouvent dans le premier cas des inscriptions avec la date de 1568 placées au rez-de-chaussée et dans les deux premières cellules à droite pour l'étage, dans le second une inscription avec la date de 1591. Le grand balcon formant belvédère sur le Tibre, à l'extrémité septentrionale de l'étage, fut construit en 1598 et réparé en 160497.

  • 98 Voir : Descemet (Ch.), « Mémoire sur les fouilles exécutées à Santa Sabina (1855-1857) », dans Mém (...)
  • 99 Sur la muraille servienne, cf. Quoniam (P.), « À propos du mur dit de Servius Tullius », dans MÉFR (...)

15En 1810, à la suite de l'occupation française, le couvent fut exproprié et vendu aux enchères en 1812. Mais les dominicains se réinstallèrent bien vite dans leur site historique (probablement dès le retour de Pie VII, en 1815) ; cependant, étant disciples du P. Lacor-daire, il s'agissait désormais le plus souvent de religieux d'origine française, d'où désormais l'importance de l'historiographie en langue française. Au milieu du siècle, en 1855-1857, eurent lieu les premières fouilles archéologiques du site, suscitées par les religieux et réalisées en grande partie par eux, sous la direction du P. Besson, et par un Français, proche du couvent et correspondant de l'Institut archéologique, Charles Descemet. Certes il s'agissait de travaux précurseurs et importants pour la compréhension de l'Aventin antique, avec notamment la découverte d'une partie de la muraille servienne. Mais il semble que la fouille fut menée de manière un peu expéditive (Descemet par exemple ne comprit pas toute l'importance de certains locaux, qui ne furent identifiés que bien après, par Darsy, comme un sanctuaire de culte isiaque) et publiée de façon insuffisante98 (d'ailleurs aussi bien le matériel découvert que les espaces dégagés tombèrent dans l'oubli et les publications scientifiques postérieures durent repartir presque du début99) ; en outre les terrassements effectués alors provoquèrent un déchaussement de la muraille médiévale.

  • 100 Le 22 juillet 1874, AGOP, XI, 3360. Le 21 décembre 1896, les héritiers du propriétaire, Cesare Par (...)
  • 101 Darsy, Santa Sabina, cit., p. 44.
  • 102 Placidi (P.), « Sui colerosi accolti a Santa Sabina nel lazzaretto comunale nel settembre e ottobr (...)
  • 103 Lanciani (R.), « Recenti scoperte di Roma e del suburbio », dans Bullettino della Commissione arch (...)
  • 104 C'est ce que montrent les découvertes rapportées par Lanciani dans l'article mentionné ci-dessus e (...)
  • 105 7 mars 1898, AGOP, XI, 3360. La manœuvre était courante et se retrouve pour d'autres propriétés de (...)
  • 106 AGOP, XI, 3360, extraits du cadastre de 1899.
  • 107 D'après un document du 6 novembre 1915 (mise en location du jardin des Ginnasi par les dominicains (...)
  • 108 On remarquera que l'on doit une grande reconnaissance au P. Berthier, qui, agissant en sous-main, (...)
  • 109 Racheli (A. M.), Restauro a Roma, 1870-2000, Architettura e città, 2e éd., Venise, 2000, notice n° (...)

16Bientôt, la communauté des dominicains allait subir une éviction bien plus durable que celle de 1810. À la suite de la suppression des corporations religieuses de la province de Rome en 1873, le prieur de Sainte-Sabine se vit signifier le 17 mai 1874 l'aliénation des biens conventuels, confiés à « l'Asse ecclesiastico », c'est-à-dire l'administration gouvernementale chargée de la gestion de l'ancien patrimoine ecclésiastique. Une petite partie du terrain fut finalement concédée aux religieux, mais tout le couvent fut occupé par le Génie militaire. Quant aux jardins (de Sainte-Catherine, proche de l'église ; des Ginnasi, c'est-à-dire l'équivalent de l'actuel jardin des Orangers), ils devinrent en majorité propriété de la commune. Dès 1874, le jardin des Ginnasi était vendu à un particulier100. En 1879-1882, une partie du couvent fut cédée par « l'Asse ecclesiastico » à la commune pour que celle-ci y établisse le lazaret municipal, à l'ouest du bras oriental du portique paléochrétien, à l'emplacement de l'actuelle curie généralice de l'ordre dominicain101 ; il se révéla particulièrement utile lors de l'épidémie de choléra de 1884102. Vers 1893, une aile supplémentaire fut réalisée, dans le jardin qui sépare Sainte-Sabine de Saint-Alexis (fig. 155, L')103. Ce lazaret ne nous concerne guère ici, dans la mesure où son emplacement ne semble pas correspondre à l'occupation de la zone par les Savelli au xiiie siècle, mais seulement (en partie) à celle des Crescenzi au xe siècle104. Cependant, vers la fin du xixe siècle, les dominicains tentaient de reprendre pied dans leur ancien couvent, grâce à divers subterfuges, puis par une politique de pression et de négociation de plus en plus active. En 1897 est fondé le collège Saint-Thomas pour les missions italiennes à l'étranger : la basilique et une petite partie de l'ancien couvent (y compris une partie de ses souterrains) lui est concédée. En 1898, le jardin des Ginnasi est vendu par son dernier propriétaire, Costantino Galluppi, à la Société anonyme commerciale Saint-Ouen, dont le siège social est en France et qui n'est qu'un autre faux-nez des pères dominicains de Rome, puisque les actionnaires en sont plusieurs dominicains irlandais, domiciliés fictivement aux Antilles britanniques et qui échappent donc à toute ingérence de la part de l'administration étatique105. L'année suivante, on voit ainsi surgir un premier projet de réinstallation du couvent, non pas dans son siège historique, mais dans le site de la forteresse Savelli106. En 1912 (le 21 février107), les dominicains irlandais, auxquels appartenait donc le jardin, en vendent une partie au collège Saint-Thomas et, en 1912-1913, apparaît un nouveau projet de construction d'un couvent sur le site (grandiose et néo-gothique), qui échoue devant une levée de boucliers des défenseurs du patrimoine108. En revanche, dans les années suivantes (entre 1914 et 1919) eut lieu une restauration radicale et « puriste » de la basilique Sainte-Sabine, par les soins d'Antonio Muñoz, visant à restituer l'église dans son état paléochrétien ou au plus tard du ixe siècle quitte à inventer de toutes pièces les éléments man-quants109.

  • 110 AGOP, XI, 3360. Le P. Berthier mène cette fois campagne, pour le compte de l'ordre, afin d'obtenir (...)
  • 111 Cf. aussi, pour une mise en perspective générale des transformations de l'Aventin dans ces années, (...)
  • 112 Il s'y trouve encore, sous le nom d'Istituto Lazzaro Spallanzani, et est toujours spécialisé dans (...)
  • 113 AGOP, XI, 3360. Comme lors des négociations de 1913-1914, les dominicains s'engagèrent à restituer (...)
  • 114 Et non pas en 1934, comme mentionné dans Darsy, Ricerche archeologiche..., cit., p. 26. Cf. Marign (...)
  • 115 Faure (G.), Jardins de Rome, s.l., 1959, p. 112 ; De Vico Fallani (M.), Raffaele De Vico e i giard (...)
  • 116 Le portail provient de la villa Balestra sur la via Flaminia.
  • 117 Marignani, « Un giardino pubblico sull'Aventino », cit., p. 230.

17Après cet échec concernant le site du jardin, les dominicains changèrent de stratégie et réclamèrent de récupérer leur ancien couvent et par conséquent le départ du lazaret. Dès 1913-1914, ils s'y essayèrent, mais la tentative tombait on ne peut plus mal : en ce début de guerre mondiale, l'ensemble du couvent avait été transformé en lazaret international110. Les premières négociations sérieuses remontent donc aux années 1920, mais furent couronnées de succès seulement dans la décennie suivante, en 1932-1933, sous l'impulsion de l'énergique supérieur général, le R. P. Gillet, qui désirait également installer la curie générale de l'ordre dans de nouveaux locaux111. Il obtint du « Governatorato » de Rome (l'entité fasciste qui avait pris la suite de la municipalité romaine, en 1926) de récupérer la totalité du couvent et le lazaret municipal fut transféré dans le quartier de Monteverde112. Mais les dominicains durent procéder à un échange avec la ville ; contre les bâtiments du couvent ils cédèrent le jardin des Ginnasi (qui appartenait toujours officiellement aux dominicains irlandais), afin qu'il soit transformé en jardin public. L'échange ne fut officialisé que le 28 février 1935113, mais les négociations avaient déjà abouti, puisque dès 1932 fut aménagé un jardin public sur les restes de la résidence des Sa-velli114. Le dessin en avait été donné par Raffaele De Vico115. Quelques aménagements furent réalisés après l'ouverture au public, par exemple l'insertion en 1937 d'un portail du xviie siècle dans le mur du clôture occidental, pour servir d'accès principal au jardin116. Quant au projet d'étendre le parc à l'espace situé en contrebas des murailles et conduisant au quai, il était envisagé en 1932, mais non encore réalisé117. En revanche les illustrations de l'article sur l'inauguration du jardin montrent que celui-ci possédait une excroissance perdue par la suite, puisqu'il s'étendait sur toute la zone située au nord de la basilique, jusqu'à l'aile des hôtes du couvent (y compris donc le bâtiment en ruine qui devait être transformé quelques années plus tard par les dominicains en bibliothèque). C'est également ce que laissaient déjà deviner l'identité des maçonneries « années 30 » des deux côtés de la limite actuelle du parc. Cela signifie que les dominicains récupèrent peu de temps après cette partie du jardin, jouxtant immédiatement la basilique.

  • 118 AGOP, XI, 3360, abondante correspondance du R. P. Gillet avec le gouverneur de Rome, le prince Bon (...)
  • 119 Muñoz, Il restauro della basílica..., cit., p. 22.
  • 120 On trouvera une appréciation critique du bâtiment dans Racheli, Restauro a Roma..., cit., p. 122.
  • 121 Calogero Bellanca défend avec conviction l'œuvre créatrice de Muñoz, notamment dans ses réalisatio (...)
  • 122 Elles aboutirent notamment à l'identification d'un sanctuaire isiaque dans certaines des substruct (...)
  • 123 Il faut reconnaître que dans le contexte des éventre-ments de la Rome contemporaine il s'agissait (...)
  • 124 À part la notice « Sabine (basilique de Sainte-) », parue dans le Dictionnaire d'archéologie chrét (...)
  • 125 Sartor, Il monte murato. L'Aventino e il Tevere..., cit., p. 22 et passim.

18Du côté du couvent, les choses traînèrent beaucoup plus longtemps, à cause des difficultés de transfert du lazaret à Monteverde118. Mais, une fois en possession des lieux, les dominicains purent envisager la construction des nouveaux locaux de la curie et le chantier fut inauguré par Mussolini en personne, le 28 octobre 1936119. À l'ouest de la basilique fut installée la curie proprement dite, à la place du lazaret (sur un projet de Tullio Passarelli120), tandis qu'un bâtiment, contenant une nouvelle sacristie, la bibliothèque et les archives de la curie, était créé au nord de la basilique en remaniant totalement l'édifice en ruines parallèle à l'aile des hôtes. Ce dernier projet est daté d'août 1936 et c'est Antonio Muñoz lui-même qui en fut l'auteur121. Ces travaux constituèrent le point de départ des fouilles archéologiques du P. Darsy, qui reprenaient celles de Ch. Descemet du milieu du siècle précédent du côté nord122 et étaient neufs du côté ouest. Mais il faut reconnaître qu'ils aboutirent en même temps à l'annulation de tout ce qui subsistait antérieurement, notamment, en ce qui concerne le bâtiment nord, à la destruction de presque tous les restes de la construction médiévale et à l'effacement de toutes les traces au sol123. Lors de la même campagne, on refit le mur d'enceinte, en 1937-1938, et on établit un mur de clôture entre la partie du jardin restée publique et celle récupérée par les religieux. La guerre suspendit les travaux et les fouilles en 1939 et également leur publication, ce pourquoi les études du P. Darsy parurent si longtemps après124. Le travail fut complété, en 1956, par les aménagements des pentes de la colline, exécutés par la municipalité. Malheureusement, il faut souligner qu'aujourd'hui l'ensemble du site se trouve dans des conditions médiocres, voire dangereuses et qu'il nécessiterait une campagne de réhabilitation importante, non seulement pour le jardin des Orangers lui-même (notamment la consolidation de la tour D, la plus importante de celles qui subsistent aujourd'hui et la plus mal en point), mais essentiellement pour les pentes de l'Aventin vers le Tibre. Alessandro Sartor, dans sa monographie dédiée au sujet, a mis justement l'accent sur la césure radicale introduite entre la colline et le reste de la ville, lors de la création de cette partie du quai entre 1875 et 1926 par les soins de Vincenzo Fasolo125. En revanche, je ne porterais pas un jugement aussi dur que lui sur l'aménagement des jardins réalisé dans les années 1930 sur les pentes de l'A-ventin, actuellement fermé au public, dont le but était précisément de réintroduire une liaison avec le fleuve. Certes, la composition architecturale n'était pas d'une qualité immense, mais le résultat est difficile à juger aujourd'hui. En effet, si la situation actuelle est désastreuse, c'est que le jardin a été abandonné à lui-même depuis des décennies, suite aux problèmes de statique de la colline et des édifices qui s'élèvent sur ses pentes. On ne saurait donc trop louer la toute récente décision d'engager un projet de réaménagement du site, qui serait l'occasion d'étudier pour la toute première fois ces bâtiments antiques et postantiques partiellement en ruine édifiés en contrebas des murailles de la forteresse Savelli et de redonner à cette zone de la ville la splendeur depuis longtemps oubliée de son passé.

II-DESCRIPTION DU CHATEAU DES SAVELLI

19Pour des raisons de commodité pratique, on suivra ici la méthode employée par R. Krautheimer dans le Corpus basilicarum, à propos de Sainte-Sabine précisément, qui consiste à considérer arbitrairement que l'abside de la basilique est tournée vers l'Orient, alors qu'elle l'est en fait vers le nord-est. On fera donc de même pour l'enceinte fortifiée, qui possède la même orientation que la basilique ; ainsi la courtine nord-est sera appelée par simplification courtine orientale et ainsi de suite. Il faudra donc tenir compte de ce « redressement », lorsque l'on comparera les analyses présentées ici avec les commentaires des auteurs précédents.

20L'ensemble de l'intervention d'Honorius IV est parfaitement reconnaissable par l'emploi d'un même appareil de tuf, de couleur rou-geâtre, de petit module et régulier. Ici et là, on voit une rangée de briques destinée à régulariser l'appareil de tuf, par exemple dans les courtines des faces sud ou est. De manière régulière, des rangées de trous de boulin courent le long des courtines et des tours, à la même hauteur, prouvant par là l'homogénéité de l'intervention. Une autre caractéristique commune de la campagne de construction médiévale est le tracé des tours, ouvertes à la gorge.

1. Face sud (fig. 155 et 162)

  • 126 Voir le catalogue des représentations au début du chapitre.
  • 127 D'ailleurs, il faut reconnaître que ces restes n'apparaissaient même plus de manière claire dans L (...)
  • 128 Le P. Berthier affirme que les murs ouest et est (mentionnés comme « nord » et « sud » dans son te (...)

21Un premier problème se pose, à savoir où faire commencer l'enceinte médiévale. Le départ de la courtine sud se trouvait-il à peu près là où commence actuellement le mur d'enceinte du jardin des Orangers ? Ou bien commençait-il en arrière, par exemple dans l'axe de la façade de la basilique, ou encore plus loin, dans l'axe du quadriportique qui précédait celle-ci à l'époque paléochrétienne ? Un indice en ce sens pourrait être tiré de deux vues de la zone d'accès à la basilique, du début du xixe siècle, une petite estampe de Cipriani et le dessin d'Ingres126. Dans les deux œuvres, l'angle du mur qui s'étendait d'un côté jusqu'à la basilique Sainte-Sabine et de l'autre longeait la rue qui mène à Saint-Alexis est marqué par une construction en hauteur, qu'on pourrait qualifier de tour et qui pourrait avoir fait partie du système de défense médiéval. Mais il faut préciser que ni les courtines ni la « tour » elle-même ne montrent le moindre indice d'une datation ancienne. S'il s'agit de vestiges de l'époque médiévale, ils étaient alors totalement non re-connaissables et ils ont disparu depuis, probablement lors des travaux de construction de la curie généralice de l'ordre dominicain127. On verra de toute façon, tout à la fin de la présente analyse, qu'un détail pourrait éventuellement faire pencher pour un départ de la courtine médiévale au niveau approximatif de l'angle actuel sud-ouest, ce pourquoi nous commencerons notre description par là128.

Fig. 162 - Rome, jardin des Orangers, façade sud.

  • 129 Cf. Lanciani, Forma Urbis Romae, cit. et surtout l'édition récente de ses carnets de croquis préal (...)
  • 130 Le dessin de Coccetti signalé dans le répertoire iconographique pourrait confirmer l'existence de (...)

22L’enceinte est aujourd’hui scandée par deux tours, B et C, l’une au milieu du mur, l’autre formant tour d’angle avec la courtine orientale. La logique veut que l’on suppose une autre tour à gauche, qui serait idéalement notre tour A, symétrique de la tour d’angle. Cette tour a disparu, mais R. Lanciani en avait relevé les murs latéraux129. D’autre part, on en lit encore assez bien les traces à l’extrémité gauche de la courtine A’ : l’appareil de tuf médiéval s’interrompt pour être remplacé par un autre appareil, toujours en tuf mais beaucoup plus irrégulier, de module plus gros et sans trous de boulin, qui doit correspondre à un remaniement moderne. En revanche sont lisibles dans ce mur, surtout du côté intérieur, les traces d’éléments médiévaux : d’ouest en est, un premier contrefort, puis un deuxième, puis une légère saillie de mur qu’on peut aussi interpréter comme un contrefort ruiné. Dans les trois cas, il s’agit d’éléments construits avec l’appareil de tuf médiéval, mais aujourd’hui recoupés et régularisés. Le premier contrefort est d’interprétation incertaine : peut-être un départ de mur ; le deuxième contrefort et la saillie de mur, vu l’intervalle qui les sépare, correspondent parfaitement aux deux murs latéraux de ce qui devait être la tour A, autrefois ouverte à la gorge et dont le mur de fond devait se trouver au-delà de l’actuelle paroi de remplissage130.

  • 131 Muñoz, Il restauro della basílica..., cit., p. 16 et texte publié p. 53 : « Messer Tarquinio Cabal (...)

23Les courtines A’ et B’ tout comme les tours B et C sont caractérisées par une partie basse en tuf jaunâtre, de module allongé et assez irrégulier, sur environ le tiers de la hauteur actuelle, qui se distingue donc bien de l'appareil de tuf médiéval, visible sur le reste de l'élévation. Cet appareil de tuf postérieur (qui n'a pas de contrepartie à l'intérieur, caractérisé par l'homogénéité de l'appareil de tuf médiéval, en dehors des remaniements ponctuels) correspond à une reprise destinée à régulariser le mur et les tours, après qu'on en eut coupé le glacis originel suite à un aménagement de la voie qui passe au pied des murailles. Le noyau de ce glacis se retrouve seulement en partie dans l'angle entre la courtine B' et la tour d'angle C, où l'on a laissé en place une portion du conglomérat de tuf qui constituait l'intérieur du talus, puisqu'ici il ne pouvait gêner la circulation (fig. 163). La voie qui passe devant le mur sud avait déjà été affectée par l'intervention effectuée par Domenico Fontana, sous Sixte-Quint (1585-1590), dans le cadre de la restauration de la basilique131. Mais les travaux attestés par le payement, qui consistèrent en l'abaissement de la voie et en l'enlèvement de terres, ne peuvent guère correspondre à notre problème, puisqu'ici c'est la courtine de pierre qui a été attaquée, à une époque où le niveau de la rue devait être au contraire revenu à sa quote originelle, voire même au-dessus, si l'on considère qu'elle devait passer au départ au niveau inférieur du glacis. En amenant le niveau de la voie à la hauteur actuelle, on a donc annullé en grande partie la fonction de l'enceinte de ce côté du complexe, la réduisant presque au rang d'un simple mur de clôture, tandis que la face orientale, que nous aborderons ensuite, donne une idée beaucoup plus juste de l'aspect fortifié du palais médiéval. Cette transformation doit donc dater d'un aménagement postérieur à Fontana, probablement du xixe siècle.

Fig. 163 - Rome, jardin des Orangers, courtine B' et tour C, façade sud.

  • 132 AGOP, XI, 3360, extrait du cadastre de 1899.

24Dans la partie ancienne de l'appareil sont visibles des trous de boulin, en partie bouchés, régulièrement espacés sur toute la longueur aussi bien des courtines que des tours. Dans les courtines, en dessous du niveau des trous de boulin et surtout du côté intérieur (puisque le parement extérieur a été remanié dans la partie basse, comme on vient de le voir), est visible une rangée d'ouverture rectangulaires verticales, également rebouchées (probablement d'anciennes meurtrières comme sur le front oriental, datant de la même campagne de l'époque moderne). La partie supérieure des murs a été régularisée. Dans la courtine A' et la tour B sont percées diverses ouvertures, créées probablement à l'époque moderne en remployant des éléments constructifs anciens : dans la courtine, après les traces d'une baie bouchée, on voit une porte aujourd'hui bouchée par un remplissage de tuf, avec montants et linteau en pierre et au-dessus les traces d'un arc bouché, au profil très irrégulier (du côté intérieur, une petite niche devait contenir une image pieuse). Dans la courtine et dans la tour, on trouve deux grandes baies en forme de rectangle allongé, dont l'encadrement est formé de blocs de travertin percés d'une série de trous (du côté intérieur, l'embrasure verticale de ces deux baies a été créée en cassant la partie basse du mur et l'épaisseur de la courtine et en insérant un linteau de brique). Dans l'embrasure, deux trous d'encastrement témoignent d'un dispositif de fermeture de la baie, probablement en bloquant un volet de bois, tandis que deux autres trous d'encastrement ménagés dans les parois latérales de la tour, près de l'angle, devaient servir à clore l'embrasure elle-même. Ces derniers trous d'encastrement sont bien distincts, dans la tour B, des trous de boulins médiévaux qui sont présents sur les mêmes parois à la hauteur habituelle. Dans la tour B, toujours, l'angle occidental a été recreusé et percé pour créer une fente de tir balayant la courtine A'. Les deux baies décrites ci-dessus et la présente fente de tir sont donc modernes. Dans la courtine B' sont ouvertes une grande porte charretière à linteau métallique et une porte piétonne, avec un seuil de marbre et de faux montants et linteau, créés par un enduit. Il s'agit de deux ouvertures modernes. Sur la face intérieure, le mur a été repris en de nombreux endroits ; notamment, à gauche de la porte charretière, la partie inférieure de la courtine a été doublée par une maçonnerie de tuf plus récente. Quant à la face extérieure, on trouve ici d'importants remaniements en brique. Ces aménagements dans la courtine B' s'expliquent par la présence d'une auberge dans cette partie du jardin au xixe siècle, qui était composée principalement d'un corps de bâtiment adossé à l'enceinte et qui justifie le percement des deux portes pour l'accès des clients et des véhicules132.

2. Face est (fig. 155 et 164)

25Sur toute la face orientale est présent un système de défense composé de fentes de tir, régulièrement espacées et situées environ à 1 m du sol du côté intérieur de l'enceinte, et de quelques canonnières. Non seulement sa typologie, mais également son insertion en force dans la maçonnerie médiévale (appareil de tuf cassé grossièrement et régularisé au mortier) trahissent une intervention de l'époque moderne. En revanche, des dégagements récents de la végétation (2004) permettent d'observer quelques fentes de tir non visibles auparavant qui pourraient constituer des meurtrières originelles (par exemple au nord de la tour D).

26La tour C, placée à l'angle sud-est, est bien visible de l'extérieur (fig. 163), mais plus difficile à analyser du côté intérieur. En effet, un petit local, aujourd'hui utilisé par les jardiniers, est installé dans l'angle (fig. 165). Ce petit bâtiment était autrefois à deux niveaux, l'étage étant desservi par un escalier longeant la courtine B', mais le niveau supérieur, ruiné tout comme l'escalier, a été ensuite abaissé et régularisé. Le local présente les apparences d'une construction de l'époque moderne, mais réutilise dans son angle nord-ouest les restes de deux murs en tuf médiévaux en angle droit, qui ont donc dû déterminer l'implantation de la construction moderne qui les prolonge. Malheureusement, en dehors de l'appareil de tuf actuellement visible, il est impossible de dire s'il existe d'autres fragments médiévaux remployés dans les murs, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur du local, totalement enduit. On peut donc seulement supposer que la tour d'angle C n'était pas ouverte à la gorge, contrairement aux tours ouvertes au milieu des courtines. Du côté extérieur, l'angle de la tour est repris en brique dans sa moitié inférieure. La face orientale de la tour et le petit côté en retour au nord possèdent respectivement deux fentes de tir et une canonnière, qui font partie du système de défense cité.

Fig. 164 - Rome, jardin des Orangers, façade est.

Fig. 165 - Rome, jardin des Orangers, tour C, angle nord-ouest.

Fig. 166 - Rome, jardin des Orangers, courtine est, détail.

  • 133 Le système a été noté par Delogu : « Castelli e palazzi... », cit., p. 711.

27La courtine C' est la plus longue de toutes les courtines médiévales et aussi l'une des mieux conservées. Elle se compose, au-dessus d'un talus, d'un glacis dont subsistent seulement les traces, comme pour le front méridional, puis d'un appareil de tuf très régulier. À ce glacis extérieur correspond, du côté intérieur, quelques assises de tuf plus hautes que dans le reste de l'élévation et donnant un léger fruit à la base, qui ont probablement pour fonction de fournir à l'enceinte une sorte de soubassement plus solide et plus large (fig. 166). En partie basse est percée la série de meurtrières qu'on a mentionnée ci-dessus, qui relève d'une campagne d'adaptation de l'époque moderne. Au-dessus, sont visibles trois niveaux de trous de boulins, le premier avec des intervalles réguliers et selon un rythme plus serré que celui des meurtrières, le deuxième avec des trous de boulins beaucoup plus espacés et le troisième seulement à l'état de traces et selon un rythme plus irrégulier, une impression qui n'est probablement due qu'à la conservation moins bonne de la partie haute. Du côté intérieur on voit que le mur forme un retrait juste en-dessous de ce troisième niveau, correspondant à un système de circulation extérieure et intérieure, au pied du crénelage133. Cette circulation devait être rendue possible par un plancher en porte-à-faux, du côté extérieur (les deux séries de trous de boulin supérieures correspondant aux encoches des poutres et jambages) et par un plancher supporté par ce retrait, du côté intérieur. Enfin sont visibles les restes de ce crénelage, avec des merlons larges et arrondis (cette forme n'étant probablement que le fruit d'une régularisation, après l'usure naturelle du temps). Il faut mentionner un remaniement qui a affecté l'extrémité gauche de la courtine : juste après la tour d'angle et après quelques mètres de courtine ancienne, on trouve un appareil très irrégulier, en tuf mais avec une abondance d'assises de brique, où se retrouvent le niveau des meurtrières et seulement le deuxième niveau des trous de boulin (fig. 167). De plus, observé de l'intérieur, le parement se révèle plus fin que le parement médiéval qu'il interrompt. Il s'agit visiblement d'une ouverture non originelle (ce que démontre la rupture de l'appareil de tuf ancien des deux côtés), bouchée ensuite, à une époque antérieure ou égale à celle où l'on créa la série des meurtrières. On peut y voir la création d'une porte postérieurement au xiiie siècle, tandis que le bouchage doit correspondre à un moment de remise en défense du secteur (peut-être au moment de la concession de la résidence à Mario Ruffini puis aux propriétaires suivants, dans la seconde moitié du xvie siècle ?).

Fig. 167 - Rome, jardin des Orangers, courtine C', face extérieure.

Fig. 168 - Rome, jardin des Orangers, tour D, face extérieure.

  • 134 Un dessin d'Antonio Bertaccini montre que, vers le milieu du xixe siècle, le mur principal était d (...)
  • 135 Les deux propriétés devaient donc être réunies dans les mêmes mains à cette époque, mais je n'ai p (...)

28La tour D est la plus imposante des tours médiévales conservées, mais elle a subi de nombreux remaniements (fig. 168). Originellement, elle devait dominer nettement les courtines adjacentes, comme l'indique encore le dessin de Natoire en 1759134. Au-dessus de la partie basse talutée, la moitié inférieure est constituée d'un appareil de briques datant d'une restauration, due probablement à l'insertion du grand portail à bossages rustiques d'époque moderne, tandis que l'appareil de tuf médiéval se retrouve dans la moitié supérieure. La reprise en brique a également impliqué, à l'intérieur, en partie basse, un épais-sissement des murs latéraux. Au-dessus, l'appareil ancien montre que les quatre angles possédaient des ressauts et une série de trous correspond à l'emplacement d'un plancher disparu. Un arc de décharge en brique au-dessus du portail correspond également au traumatisme de l'insertion ; les restes de sculptures placées des deux côtés, illisibles, sont probablement la trace d'écussons armoriés. On peut raisonnablement les identifier avec les armoiries du pape Paul III, placées sur le palais par Mario Ruffini, comme on l'a rappelé dans l'historique, à moins bien sûr qu'elles n'aient été remplacées plus tard par celles d'autres résidents. Le portail, aujourd'hui bouché, devait probablement communiquer avec celui qui lui fait face de l'autre côté de la rue et qui introduit dans un autre parc135. Outre de nombreuses fentes de tir, la tour est dotée de deux canonnières, aujourd'hui bouchées, placées sur les faces latérales et balayant ainsi tout le chemin qui longe la face orientale de l'enceinte.

  • 136 Malheureusement les armoiries qui ornaient le tympan sont buchées et l'inscription peinte sur l'ar (...)

29La courtine D' possède un tracé légèrement brisé. Elle est percée en partie basse de meurtrières de l'époque moderne, comme le reste du front oriental. Dans son extrémité droite s'ouvre le deuxième accès actuel au jardin des Orangers (l'accès principal étant le portail du xviie siècle placé à l'angle opposé en 1937), un portail à fronton triangulaire, qui remonte probablement aux aménagements de l'époque mo-derne136. Au-dessus de celui-ci et dans la partie supérieure de la courtine à sa gauche, le mur est totalement refait comme l'indique l'appareil caractérisé par une alternance de deux lits de brique et d'une assise de gros moellons de tuf. Après le portail, l'extrémité de la courtine aboutit au mur latéral de la tour E. De manière déconcertante, alors que ces deux murs présentent exactement le même appareil de tuf médiéval, la courtine D' vient s'appuyer contre le mur de la tour E avec une solution de continuité totale, particulièrement bien visible de l'intérieur (fig. 169) et décelable à l'extérieur en partie haute, les deux parties étant seulement jointives. Ce mur latéral de la tour E est totalement ancien du côté intérieur, mais, du côté extérieur, il est en grande partie constitué par un mur contemporain (avec alternance d'assises de gros moellons de tuf et de briques) ; cependant le mur ancien se poursuivait bien de ce côté, comme le prouvent quelques assises de l'appareil de tuf médiéval. Toujours du côté extérieur, on trouve également un pilier en tuf adossé à la courtine D' qui s'interrompt à peu près à la hauteur du fronton du portail voisin et dont la fonction n'est pas claire.

3. Face nord (fig. 155 et 170-171)

Fig. 169 - Rome, jardin des Orangers, courtine D' et tour E, vue intérieure.

30La face nord est d'une nature radicalement différente par rapport aux deux faces précédemment décrites, qui remontaient majoritairement à l'action du pape Savelli. Ici, au contraire, l'intervention médiévale s'est contentée de réutiliser et de régulariser des éléments fortifiés préexistants, d'où le caractère beaucoup plus irrégulier de l'enceinte, aussi bien en plan et en élévation que dans les techniques de construction. Pour des raisons de complétude et de compréhension, on sera donc amené ici à traiter autant les maçonneries antérieures au xiiie siècle que celles qui relèvent de la campagne de construction voulue par Honorius IV. Mais on ne cherchera pas à résoudre les problèmes complexes que pose cette partie de l'enceinte, qui relèvent des compétences des spécialistes de l'Antiquité. D'autre part, le front nord de l'enceinte a été largement remanié à l'époque contemporaine lors de l'aménagement du jardin des Orangers et du jardin qui s'étend en contrebas du couvent de Sainte-Sabine. Les courtines et les tours ont été notamment nivelées afin de former un parapet de protection à hauteur d'homme qui se poursuit de manière continue de E' jusqu'à H'' (ce parapet est formé de bas en haut, du côté externe, par un ressaut en pierre, un parement de briques et un appui en travertin).

Fig. 170 - Rome, basilique et couvent de Sainte-Sabine. D'après Darsy (F.), « Sabine (basilique de Sainte-) », col. 223-224.

Fig. 171 - Rome, basilique et couvent de Sainte-Sabine. D'après le plan cadastral de 1819-1820 (reproduction de 1857).

  • 137 Je remercie la Surintendance archéologique de Rome, pour m'avoir fourni le relevé ici utilisé.

31La tour E pose des problèmes d'analyse difficiles à résoudre. À l'intérieur, l'angle nord-est de l'enceinte est occupé par une construction parasite. Il s'agit d'un petit bâtiment rectangulaire, constitué d'une enfilade de pièces, qui peut remonter à l'époque moderne et sert aujourd'hui de vestiaire aux jardiniers. Le bâtiment s'appuie sur la paroi est et la paroi nord de E et sur le début de la courtine E' qui lui fait suite, en les utilisant comme mur de fond. On ne peut rien dire des maçonneries, qui sont totalement enduites. Le seul élément qui apparaît clairement de l'intérieur (et qui sera confirmé par l'analyse des maçonneries extérieures) est l'absence de solution de continuité nette entre le mur nord de la tour et la courtine E' qui la poursuit sur le même plan. La face orientale de la tour E est difficilement lisible à l'extérieur à cause de la végétation. En revanche, la face nord de E et la courtine E' sont visibles depuis le jardin de la société Acqua Marcia, s.p.a. L'analyse des maçonneries est complexe, à cause de la très grande variété des appareils et des enduits qui les recouvrent partiellement, mais on peut distinguer une série de tranches verticales (fig. 172-173)137. Je considère, de manière arbitraire, que la tranche 1 correspond à la face nord de la tour E, tandis que les tranches suivantes constituent la courtine E'. Cette tranche 1, qui touche la tranche suivante par un simple collage, a été constituée d'abord d'un parement en opus testaceum, qui a été renforcé dans un second temps, à l'angle, par un opus vittatum mixtum (caractérisé par une alternance de gros moellons de tuf, formant des assises de module irrégulier, avec des séries de trois rangées de briques). Dans un troisième temps, la partie basse (c'est-à-dire environ la moitié inférieure) a été renforcée par un nouveau parement, un opus vittatum mixtum d'un autre type, qui présente une succession extrêmement irrégulière de matériaux, en partie couverte par des enduits, notamment en partie basse (de bas en haut : des moellons de moyen module alternant avec deux rangées de briques ; quelques assises de moyen appareil ; puis une alternance de moellons de moyen module avec des rangées de brique en nombre important). Enfin, la partie haute de l'opus testaceum a été restaurée et complétée par un appareil de tuf qui semble pouvoir appartenir à la campagne d'Honorius IV. Il faut ajouter qu'à gauche de cette tranche 1, en retrait, se trouve le mur de clôture de la voie qui conduit du Tibre au jardin des Orangers, le « clivio Savello ». Or la partie basse de ce mur poursuit l'opus vittatum mixtum du second type. Cela est logique, car l'enceinte antique devait se poursuivre d'une manière ou d'une autre en direction du fleuve. Ce mur ne nous intéresse pas, puisqu'il ne concerne pas la fortification Savelli dont l'enceinte forme ici un angle droit, créant ainsi la tour E. En se greffant sur la muraille antique, l'enceinte médiévale a donc fait perdre à celle-ci son unité.

Fig. 172 - Rome, jardin des Orangers, tour E et courtine E', faces extérieures.

Fig. 173 - Rome, jardin des Orangers, élévation de la façade nord (tour E et courtine E'). Surintendance archéologique de Rome (G. Ioppolo).

32Après cette tranche 1, on peut distinguer cinq tranches différentes dans la courtine E'. Les tranches 2, 3 et 4 correspondent, au niveau supérieur et du côté interne, ainsi que la tranche 1, au local des jardiniers mentionné ci-dessus. La tranche 2 possède, dans sa moitié inférieure, un opus vittatum mixtum et, dans la moitié supérieure, un opus testaceum et des assises de tuf (mais l'analyse est rendue difficile par la végétation). Il semble qu'il faille distinguer cette tranche de la tranche suivante, 3, qui semble majoritairement constituée par un opus testaceum, avec de nombreuses interventions en tuf notamment dans la partie haute (ici, à la difficulté due à la végétation s'ajoute la présence de nombreuses plaques d'enduit). En revanche la tranche 4 se distingue aisément de la précédente : elle est aussi constituée d'un opus testaceum (recouvert d'enduit dans la partie supérieure), mais la moitié inférieure est doublée, comme dans la tranche 1, par un parement plaqué et constitué d'un opus vittatum mixtum. La tranche 5 se distingue très nettement de la précédente avec laquelle elle ne présente aucune liaison. Elle est constituée, de bas en haut, d'un opus testaceum (dont la partie basse est couverte d'un enduit), puis d'un moyen/grand appareil, à nouveau d'un opus testaceum qui forme une étroite bande puisque constitué de neuf rangées de brique seulement, enfin à nouveau d'un moyen/grand appareil (la partie supérieure, couverte d'un enduit, n'est pas analysable). Quant à la tranche 6, elle aussi simplement juxtaposée à la précédente, elle est au contraire étroitement liée à la tour F qui lui fait suite. Il s'agit en effet d'un opus testaceum homogène, perturbé seulement par quelques réparations en partie haute et qui se poursuit sans solution de continuité dans le mur oriental de la tour F. Les tranches 5 et 6, les seules de la courtine E' à ne pas être masquées par le local des jardiniers, sont donc également visibles depuis l'intérieur du jardin des Orangers. Or elles présentent des assises de tuf médiévales intégrées sur presque toute la hauteur du parapet contemporain. En conclusion, malgré la difficulté de l'analyse de cette partie de l'enceinte, on peut en tout cas affirmer que tous ces éléments antiques ont été réutilisés et restaurés lors de la campagne d'Honorius IV.

Fig. 174 - Rome, jardin des Orangers, tour F, vue extérieure.

33La grande tour F, qui sert actuellement de promontoire dans le jardin des Orangers, est totalement antique (fig. 174). En effet le flanc gauche (est), observable depuis le jardin de la société Acqua Marcia, la face nord, bien visible depuis le quai, et le flanc droit (ouest), que l'on peut apercevoir (difficilement et de loin) depuis le pied de la courtine F', montrent tous les trois un parement homogène, en briques antiques, si l'on ne tient pas compte des restaurations contemporaines.

34L'approche de la courtine F', dans la situation actuelle, est dangereuse. Dans cette zone en effet, la pente particulièrement rapide de la colline a été utilisée pour construire, au pied de l'enceinte, une série de bâtiments antiques (dont le front septentrional, bien visible du quai présente trois série de six arcades en plein cintre superposées, les deux premières aveugles, la troisième ouverte), restaurés à l'époque contemporaine mais à nouveau en ruine. En cheminant le long du mur, accessible depuis la tour G, on se trouve donc non pas au pied de l'enceinte proprement dit, mais au-dessus de voûtes plus ou moins solides. Cependant l'observation rapprochée d'au moins la partie la plus proche de G et l'analyse de la partie haute depuis le parapet du jardin des Orangers permet de se faire une idée suffisante de la structure de F'. Il faut distinguer trois parties, qui se différencient très facilement à la fois par leur parement et par l'allure du mur, lisible notamment en partie supérieure dans le parapet contemporain qui a respecté cette irrégularité. À gauche (à l'est), le mur est constitué par un parement de brique antique qui continue, sans solution de continuité, celui de la tour F. La partie centrale de F' est encadrée par deux saillies transformées en contreforts talutés, probablement des départs de mur ou bien des contreforts déjà, qui semblent bien être constitués par l'appareil de tuf médiéval habituel. Quant au parement intermédiaire, il paraît être également en tuf médiéval ; mais, il est difficile de l'assurer à cause de la végétation et de la difficulté d'approche de cette zone. Enfin la partie droite (à l'ouest) n'est qu'un mur contemporain de restauration (avec l'appareil typique de celle-ci fait d'un blocage de gros moellons de tuf et d'assises de brique) ; le mur devait donc être ici complètement ruiné ou inexistant, y compris, comme on le verra, jusqu'au début du mur perpendiculaire formant le flanc oriental de la tour G.

35La « tour » G ne possédait pas en réalité de flanc occidental, celui qui existe actuellement étant créé par un mur contemporain qui encadre (avec un mur parallèle et contemporain, perpendiculaire à la courtine G') l'escalier qui donne accès, depuis le jardin des Orangers, au jardin qui s'étend en pente depuis le pied de l'enceinte jusqu'au quai du Tibre. Pour des raisons de commodité, je continuerai donc à désigner la construction comme une tour, à cause de son apparence actuelle, mais il faut probablement imaginer que le mur nord de G se poursuivait en G", sans solution de continuité, comme le confirment également l'identité d'appareil entre les deux éléments et le plan cadastral de 1819-1820 (fig. 171). Le flanc oriental et la face nord de G sont donc constitués d'un parement de brique antique, sauf la partie sommitale et l'extrémité gauche du flanc oriental, qui appartiennent à l'aménagement contemporain. Deux contreforts, également en brique antique, sont appliqués contre la face nord (la trace d'une ouverture ancienne, aujourd'hui bouchée, est visible à droite du contrefort de droite). À l'intérieur de la « tour » G, c'est-à-dire au niveau du jardin des Orangers, deux des faces, la face nord et la face est (puisque la troisième, comme on l'a vu, n'est due qu'à l'intervention contemporaine) présentent des assises de tuf médiévales dans la partie inférieure, sous le nivellement de briques contemporain. Cependant, dans la face orientale, ces assises s'interrompent un peu avant l'angle avec la courtine F', ce qui correspond à la situation du parement de brique antique situé en-dessous, comme on l'a vu plus haut. Il semble qu'on puisse également reconnaître ces assises de l'extérieur, entre le sommet du mur antique et l'aménagement contemporain, mais cela reste très difficile à affirmer à cause de la végétation et de la situation assez périlleuse pour l'observateur.

Fig. 175 - Rome, jardin des Orangers, courtine G', partie occidentale, face extérieure.

  • 138 Descemet, « Mémoire sur les fouilles exécutées à Santa Sabina (1855-1857) », cit., p. 170 et pl.

36La courtine G' est formée de trois murs en saillie successive. Les deux premiers murs sont formés par un parement de brique antique assez bien conservé et seulement complété et régularisé dans sa partie supérieure, pour former le parapet habituel contemporain. Le troisième mur, qui présente seulement une légère saillie par rapport au précédent, est en tuf. En dehors de l'extrémité droite (ouest), le parement est médiéval sur la moitié inférieure environ (où s'ouvre une petite fenêtre aux montants de travertin), tandis que la moitié supérieure est due à un complément contemporain (fig. 175). L'extrémité droite est toujours en tuf, mais il s'agit d'une restauration du xxe siècle sur toute la hauteur. Quand on rapproche cet élément de la description qui sera donnée ensuite de la partie voisine de la courtine G'', on peut supposer que ce trouvait ici le noyau d'un mur de tuf perpendiculaire au premier et fortement ruiné au moment de la restauration contemporaine. Le relevé et la description des fouilles de Charles Descemet, du milieu du xixe siècle, sont ici importants, car ils témoignent d'un état bien différent de l'enceinte dans cette zone (fig. 176)138. L'archéologue affirme qu'ont été dégagées en cet endroit des parties du palais de la famille Savelli. Il mentionne deux salles, l'une qui est la salle n° XIV du plan et une autre dont la situation n'est pas précisée, mais qui pourrait être celle qui est située à l'est de la première et ne semble pas encore entièrement excavée sur le plan (cependant, cela est contradictoire avec l'affirmation de Descemet, selon lequel cette salle est très irrégulière). Il cite également l'existence d'une mosaïque antique dans cette salle. Quant à la première, il nous dit seulement qu'elle est très vaste et pavée de tuiles trapézoïdales. Des indications données par Descemet dans son texte et du plan des fouilles, on peut tirer au moins les informations suivantes : si l'on en croit le relevé, les deux premières parties du mur G' (en partant de l'est) n'étaient alors pas visibles et une salle (médiévale ?) se trouvait placée en avant des deux murs de brique antiques. De manière plus claire, le plan de Descemet nous aide à comprendre comment se présentait la troisième partie du mur G'. Il ne s'agissait pas d'une courtine isolée, mais du mur de fond d'une salle (à laquelle il donne le n° XIV), ce qui correspond à nos observations sur le retour de mur en tuf, dont on devine le noyau dans l'angle droit. Ainsi, à l'origine, le mur nord de la « tour » G se poursuivait bien en ligne droite dans le front nord de G".

37La courtine G" est composée de deux murs à angle droit. Le premier mur, de direction nord-sud, est constitué d'une moitié inférieure ancienne et d'une moitié supérieure, en brique partiellement enduite, due à la restauration. Dans la moitié inférieure, le tiers gauche du mur est occupé en partie basse par un appareil réticulé antique et au-dessus par le cœur d'un mur en tuf médiéval ; les deux autres tiers sont occupés par un parement de brique antique qui se poursuit jusqu'à l'angle avec le second mur. Celui-ci, de direction ouest-est, est majoritairement constitué par un parement de brique contemporain qui poursuit l'appareil antique de l'angle. Mais, dans l'angle formé avec le mur oriental de la tour H, se trouve un fragment de blocage d'un mur médiéval en tuf. On pourrait donc supposer que le mur antique en brique avait été doublé ou complété par un mur médiéval. Comme pour G', le plan de Des-cemet aide à interpréter ces données (fig. 176). On y voit que le mur nord-sud, antique, était doublé par un mur en tuf médiéval qui constituait la paroi occidentale de la salle XIV. Par ailleurs, l'individualisation d'une salle VII, en avant mur nord de G'' et du mur est de H, correspond peut-être au noyau de mur en tuf médiéval encore visible dans l'angle : ici aussi, une salle médiévale avait dû être créée en prenant appui sur les murs précédents. Enfin le relevé montre un contrefort dans l'angle nordest de G'', qui n'est plus attesté aujourd'hui.

38La « tour » H est à l'origine une construction antique, fortement restaurée à l'époque contemporaine, mais qui comprend également des éléments remontant à la campagne d'Honorius IV. Nous verrons plus loin que la qualification « tour » correspond assez mal à l'histoire de la zone, car on peut faire l'hypothèse que les parties médiévales faisaient en réalité partie d'un bâtiment perpendiculaire à l'enceinte, dont ils constituaient le soubassement du mur-pignon. C'est pourquoi nous donnerons l'analyse détaillée de H dans la partie suivante, consacrée aux bâtiments.

Fig. 176 - Rome, couvent de Sainte-Sabine, souterrains sous le bâtiment H. Descemet (Ch.), « Mémoire... », Fig. sans n°.

39La courtine H' est scandée par deux contreforts et s'achève par un petit pan de mur en retour à l'ouest qui rejoint la courtine H'' placée légèrement en retrait. Les contreforts comme les pans de mur sont en tuf avec quelques assises de brique. Dans chacun des trois pans de mur qui alternent avec les deux contreforts est inséré un arc de décharge en brique, dont l'ouverture et l'emplacement dans le mur sont variables. Dans le premier pan de mur à gauche (à l'est), se trouve un grand arc de décharge. Au-dessus subsistent quelques assises de brique cohérentes avec celles du contrefort voisin, intermédiaire avec le pan central. Dans le pan de mur central, le grand arc de décharge passe derrière le contrefort pour rejoindre la naissance de l'arc suivant. Dans le troisième pan de mur à droite (à l'ouest), on a un petit arc de décharge, placé très bas. Ces arcs de décharge sont médiévaux et contemporains de l'appareil de tuf, comme le prouvent entre autres les caractéristiques du matériau et la liaison d'un des contreforts, signalée ci-dessus, sinon avec un arc du moins avec des assises de brique similaires et placées à proximité. Au-dessus des arcs de décharge l'appareil de tuf est contemporain, en-dessous il est majoritairement médiéval (avec toutes les caractéristiques habituelles, dont la présence de quelques assises de brique), sauf dans le premier pan de mur où pratiquement tout l'appareil est contemporain. Cela s'explique probablement parce que les maçonneries de tuf ont globalement mieux tenu sous les arcs de décharge et devaient être au contraire complètement ruinées au-dessus, raison pour laquelle les restaurateurs ont utilisé ces arcs comme base de départ pour la reconstruction des murs. Les deux contreforts possèdent également une partie basse avec l'appareil médiéval ancien et une partie haute avec le tuf contemporain, même si la limite entre les deux zones est moins claire puisque précisément ils ne possédaient pas le même élément de frein à la dégradation - les arcs de décharge - que les pans de mur voisins.

40La courtine H'' est également rythmée par deux contreforts qui déterminent trois pans de mur de longueur variable. Dans les deux contreforts, la limite entre l'appareil médiéval et l'appareil contemporain qui le surmonte est moins claire que dans les pans de mur. Le dernier pan de mur à droite (à l'ouest) présente un grand arc de décharge en brique. En-dessous de celui-ci, le parement en tuf semble être majoritairement médiéval, au-dessus contemporain. Dans l'appareil médiéval, on retrouve notamment les assises de brique destinées à redonner au mur une arase horizontale. Dans le pan de mur gauche (à l'est) et dans celui du centre (fig. 177), il n'y a pas d'arc de décharge ; pourtant on voit bien la limite entre les deux appareils de tuf, située à peu près au milieu de l'élévation, par conséquent au niveau moyen de l'arc de décharge du pan de mur occidental.

Fig. 177 - Rome, couvent de Sainte-Sabine, courtine H'', détail.

41Comme on l'a fait pour la « tour » H, on ne traitera pas ici le mur-pignon situé après la courtine H'', car il appartient à un bâtiment conservé en élévation, l'aile I, qui sera donc analysé dans la partie suivante. À partir de ce mur-pignon du bâtiment I, on se trouve devant le front septentrional du couvent, qui constitue la continuation du front septentrional de l'enceinte. Par conséquent, les murs extérieurs seront traités en même temps que les salles auxquelles ils appartiennent, J et K.

4. Face ouest et complexe conventuel (fig. 155 et 170-171)

  • 139 L'étude récente de Luca Della Santa et Luca Giuggiolini, dans le cadre d'une « tesi di laurea » de (...)

42Contrairement aux trois autres côtés, que l'on peut reconnaître avec une certaine sûreté, les dispositions occidentales de l'enceinte ne se laissent pas facilement identifier. Ni la limite avec le couvent de Sainte-Sabine, ni l'étendue de l'enceinte, ni la fonction des différents éléments rencontrés ne sont claires. Ici se pose le problème de l'insertion ou non du couvent dans les éléments de défense et de résidence de la seconde moitié du xiiie siècle et, au-delà, dans les phases tardo-antiques et haut-médiévales du site. En revanche, l'intérêt de cette zone est d'offrir des bâtiments en élévation, ou du moins des parties de bâtiments remontant à l'époque médiévale et le plus souvent transformés à l'époque moderne, ce qui nous permettra d'aborder au moins la question des éléments résidentiels de la forteresse Savelli. Il faut préciser tout de suite que nous n'entendons pas aborder ici la totalité du dossier, qui aménerait à examiner l'élévation, l'histoire et la datation de tous les bâtiments qui composent le couvent dominicain ainsi que la basilique elle-même, ce qui dépasserait de beaucoup le cadre du présent travail139. On se propose ici seulement d'examiner les éléments qui peuvent appartenir à la phase d'Hono-rius IV et à celle des Crescenzi, à travers la bibliographie antérieure et nos propres observations. Nous allons donc décrire un à un ces éléments, en repartant d'est en ouest, c'est-à-dire depuis les souterrains près de G'' jusqu'au bâtiment K (en passant par les bâtiments I, J, K, L et M), avant de revenir vers l'est à travers la basilique et son « narthex » (en fait le bras oriental de l'ancien quadriportique), pour finir avec les éléments N et O.

  • 140 Contrairement à ce qui a été affirmé par Quoniam, « À propos du mur dit de Servius Tullius », cit. (...)
  • 141 Je remercie chaleureusement la Surintendance archéologique, pour m'avoir autorisé à étudier et rep (...)

43On commencera par les souterrains situés en avant du bâtiment H quand on vient de l'est, qui se trouvent donc au sud de la courtine G'' (fig. 176 et 178). On a évoqué plus haut, dans l'historique du site, les fouilles du milieu du xixe siècle et des années 1930 qui ont dégagé et interprété cet ensemble de souterrains situés à la fois au sud de G'' et au sud de la « tour » H. Les publications de Ch. Descemet et surtout celles du P. Darsy ont bien éclairé les phases antiques du bâtiment, sans parler de la muraille servienne traitée par P. Quoniam. En revanche, aucun des auteurs qui ont abordé ou mentionné ces souterrains n'ont parlé de leurs phases médiévales, pourtant bien visibles. Pour ne pas appesantir la description, je ne parlerai ici que des salles qui ont été concernées par ces remaniements médiévaux, laissant au lecteur le soin de se reporter aux publications susdites pour une vision d'ensemble des salles. Je conserve par ailleurs les numéros donnés aux salles par Ch. Descemet et non ceux du P. Darsy, car j'utilise les relevés du premier qui, sans être parfaits, sont plus précis et plus complets que les seconds (fig. 176)140. Quant aux relevés récents de la Surintendance archéologique de Rome, beaucoup plus fiables que les précédents, je ne les utiliserai cependant que pour des points particuliers, car ceux de Descemet comprennent en outre des indications sur des parties désormais disparues141.

Fig. 178 - Rome, basilique et couvent de Sainte-Sabine, plan de la zone nord-est montrant les niveaux antiques sous le bâtiment H. Darsy (F.), Ricerche..., Fig. III (détail).

44Au sud du mur G'', se trouvent deux salles souterraines, XI et XII (fig. 176). La limite entre les deux salles est définie dans sa partie basse par la muraille servienne, mais au-dessus le mur de division possède un axe légèrement différent, donc oblique par rapport à la muraille antique. Cela confirme que cette dernière n'était plus en usage et était même traitée avec une certaine indifférence (les auteurs précédents avaient souligné que la présence de salles antiques aussi bien au nord qu'au sud de la vieille muraille et sa démolition partielle pour faire communiquer les dites salles impliquaient que le mur servien était tombé en désuétude dans notre zone, voire avait été « privatisé » au cours de l'époque impériale). La salle XI, située au sud de la muraille servienne, était une citerne antique, dont les murs nord, ouest et est remontent au moins en partie à l'époque impériale (parements de brique et restes d'enduit en partie basse). Les murs ouest et est devaient se prolonger vers le sud, l'actuelle terminaison méridionale n'étant probablement qu'un mur postérieur ayant recoupé la salle. Ce mur sud est constitué en bas d'un parement de brique (probablement une reprise en sous-œuvre des années 1930 ?) et au-dessus par une maçonnerie de moyen appareil assez irrégulier. Cette même maçonnerie (qui possède ici quatre trous de boulin) se retrouve dans la partie supérieure du mur oriental, prenant appui sur un mur de brique, antérieur à celui de la citerne (on retrouve en effet, en avant de la partie basse un blocage, puis le parement de brique et l'enduit communs aux autres murs de la citerne). Cet appareil de pierre semble médiéval et antérieur à l'appareil de tuf du xiiie siècle, typique de la construction d'Honorius IV, comme nous allons le voir plus loin. La salle XII est située de l'autre côté de la muraille servienne. Ici aussi il s'agit d'une salle antique, mais elle est plus profondément marquée encore par la période médiévale. Le mur sud montre en partie basse des restes de la muraille servienne (à l'est) et un blocage (à l'ouest), au-dessus s'élève un parement de même type que celui que nous venons de décrire (moellons irréguliers tendant au moyen appareil) ; pour plus de clarté, nous le désignerons désormais comme « appareil médiéval 1 ». Le mur ouest est entièrement constitué par ce même appareil. Ces deux murs ne sont pas liés, mais sont identiques dans leur structure. Les murs nord et est se présentent de manière totalement différente. Dans les deux cas, on voit en partie basse un mur très probablement antique, au moins dans son origine (dans certaines parties du mur nord est visible un opus mixtum ; en partie basse, du côté est, le mur comprend une petite partie en opus reticula-tum), auquel correspond d'ailleurs, dans l'angle nord-est un fragment du pavement antique en briques, disposées en forme de chevrons. Mais la plus grande partie de l'élévation est constituée par un mur en tuf du type de ceux des constructions Savelli (qu'on appellera désormais « appareil médiéval 2 »). Des deux côtés, ce mur en tuf suit deux plans successifs, obliques l'un par rapport à l'autre : le quart inférieur suit le plan du mur antique ; les trois quarts supérieurs suivent un autre plan, l'extrémité gauche de chaque mur divergeant vers le nord (pour le mur nord) ou vers l'est (pour le mur est), ce qui se voit particulièrement bien dans le relevé récent de la Surintendance (fig. 179, n° 4). Ce dispositif s'explique probablement parce que les constructeurs souhaitaient prendre appui sur le mur antique, tout en décidant d'en gauchir l'orientation. Dans chacun des deux murs en tuf, on trouve quatre trous de boulin à la même hauteur, tandis que les trois trous situés au-dessus, dans la seule paroi orientale, et faisant face à trois trous symétriques dans la paroi ouest correspondent à un plancher intermédiaire. Du côté nord s'ouvre une petite ouverture carrée, récente. Les murs nord et est sont seulement plaqués contre les murs ouest et sud (on aperçoit bien une légère solution de continuité dans les angles nord-ouest et sud-est).

45Passons maintenant au bâtiment H, en grande partie détruit et dont le site est occupé aujourd'hui par le bâtiment contemporain des archives et de la bibliothèque de la curie géné-ralice de l'ordre dominicain, mais dont sont conservés de nombreux restes (fig. 155 et 178). Comme on l'a dit plus haut, ce qui se présente en apparence comme une « tour » de l'enceinte, entre les courtines G'' et H', doit être considéré comme la partie basse du mur-pignon septentrional de l'ancien bâtiment H. Le mur latéral gauche (oriental) de ce mur pignon possède une partie basse escarpée où sont lisibles successivement ce qui doit correspondre au blocage du glacis (des blocs de tuf grossièrement taillés noyés dans un mortier) puis un parement en tuf légèrement taluté. En partie haute, subsiste seulement dans l'angle avec la courtine G'' un noyau de mur en tuf médiéval, qui doit correspondre au cœur du mur médiéval qui était collé contre l'actuelle courtine G''. Le reste du parement appartient à la restauration contemporaine. Comme on vient de le voir à propos de G'', le relevé de Descemet confirme l'existence d'un mur médiéval collé contre le parement antique de H, en montrant ici une salle n° VII (fig. 176).

Fig. 179 - Rome, couvent de Sainte-Sabine, souterrains sous le bâtiment H, niveau inférieur. Surintendance archéologique de Rome (G. Ioppolo).

46Le mur nord de H est articulé en deux parties par trois contreforts (fig. 180, une première partie à l'est, correspondant au revers de la salle II de Descemet, n'est pas visible de l'extérieur, à cause de la végétation). Ces derniers, revêtus de brique sur les faces externes et en blocage de tuf avec quelques assises de brique sur les flancs, ont visiblement pour but de stabiliser les maçonneries antiques découvertes aux xixe-xxe siècle et décrites notamment par le père F. Darsy (les citernes décrites ci-dessous et, à l'arrière, le lieu de culte dédié à Isis) ; ils appartiennent à la campagne d'aménagement et de restauration du jardin des années 1930. À gauche, en partie basse deux contreforts talutés encadrent un arc sous lequel est conservée la maçonnerie antique, majoritairement en brique ; la partie haute contemporaine est animée par deux baies en plein cintre en brique rouge apparente, tandis que le reste du parement et la partie supérieure des contreforts, en brique jaune, étaient autrefois enduits. Cette partie semble correspondre, sur le plan de Descemet (fig. 176), aux trois contreforts en avant de la salle n° III. Dans la partie droite du mur nord de H, correspondant à l'intérieur à la salle n° I et en retrait par rapport à la précédente, les maçonneries sont très difficilement lisibles à cause de l'envahissement de la végétation comme pour la salle n° II, de l'autre côté. Le mur latéral droit (à l'ouest) de la tour montre deux parties très différentes. À gauche, il s'agit d'un mur de brique en très grande partie contemporain, sauf à la base, dans la partie droite, où subsiste une petite partie du parement de brique antique. À l'extrémité droite, se trouve un contrefort médiéval de tuf, qui s'appuie sur une partie basse en briques antique, poursuite du parement qu'on vient de mentionner, et qui se prolonge ensuite dans le parement en tuf médiéval de la courtine H'. Très visiblement, les constructeurs du xiiie siècle s'étaient donc appuyés sur la construction en brique antérieure, en la complétant, l'actuelle juxtaposition recti-ligne des deux appareils n'étant due qu'à la régularisation opérée par les restaurateurs du xxe siècle. Si l'on consulte le plan de Desce-met, on constate en effet que le contrefort d'angle en brique n'est qu'une invention moderne, ainsi qu'une grande partie des murs qui l'encadrent (deuxième partie du mur nord et mur ouest). Ils régularisent un mur antique dont l'aspect est très incertain, qui formait l'enveloppe externe de la salle I de Descemet. On voit notamment que le mur ouest de H semble recouvrir en partie le premier contrefort de H' et la courtine qui le suit, ce qui correspond à peu près à nos observations, si ce n'est que les briques ne sont visibles aujourd'hui qu'en partie basse du contrefort et non de la courtine successive.

Fig. 180 - Rome, couvent de Sainte-Sabine, façade nord de H.

Fig. 181 - Rome, Rome, couvent de Sainte-Sabine, sous-sol de H, salle III, mur nord.

47Passons à la description intérieure des salles souterraines explorées par Descemet puis par Darsy (fig. 176). D'est en ouest, les salles II, III et I sont des salles antiques, placées toutes les trois au nord de l'ancienne muraille servienne. La salle II ne possède pas d'éléments postérieurs à la période antique (sauf le mur nord, qui n'est qu'une fermeture contemporaine, du xixe ou xxe siècle) ; je ne la décrirai donc pas. Les deux salles suivantes, toutes les deux des citernes romaines, montrent en revanche d'importantes interventions médiévales. La salle III, à peu près rectangulaire, est constituée de murs de briques enduits. Mais le mur de fond septentrional a été repris, à peu près à partir de la moitié supérieure, donc en dessous de la limite supérieure de l'enduit des autres murs, avec un appareil de tuf typique du xiiie siècle (fig. 181), probablement parce que le mur était partiellement tombé en ruines, comme le laisse supposer la ligne de séparation irrégulière entre le mur antique et son complément médiéval. Cette réparation atteste probablement la volonté de continuer à utiliser la salle comme citerne, même si le fait qu'on n'ait pas enduit la partie basse du mur de tuf montre qu'on ne maîtrisait plus la technique hydraulique antique (on devait donc probablement se contenter d'utiliser la citerne jusqu'à hauteur de la réparation). Quant à la salle I, trapézoïdale, je ne décris pas son architecture dans le détail, assez complexe, puisqu'elle remonte majoritairement à la période antique. Seul le mur ouest nous intéresse directement. Il est articulé en cinq parties. Une large arcade marque d'un côté l'entrée de la pièce au sud, une autre, encore plus profonde, constitue son extrémité nord ; au milieu un pilastre supporte une arcade centrale plus mince. Entre ces trois éléments, on trouve deux parois formant le mur de fond. Tous ces supports et ces parements sont antiques, en brique mais enduits jusqu'à mi-hauteur de la pièce. Dans la première paroi (la plus méridionale), dans la partie haute, on voit une reprise en tuf, probablement du xiiie siècle, même si elle apparaît comme un peu moins régulière que les parements habituels de ce type. Dans la seconde (au nord du pilastre central), on trouve également une maçonnerie de tuf du xiiie siècle, encore plus importante, puisqu'elle ne se limite pas à la partie haute mais comble également une lacune dans la partie basse, à droite. À l'extrémité nord-ouest de la portion de la voûte antique (en berceau, fait d'un blocage enduit) correspondant à cette travée, un trou de format carré est découpé dans le blocage de la voûte. Il s'agit visiblement non pas d'un percement accidentel, comme on voit ailleurs dans la salle, mais d'un aménagement du xiiie siècle, destiné à permettre de puiser l'eau (l'accès central originel, aujourd'hui ouvert, n'était peut-être plus accessible ?). En effet, non seulement le mur en tuf de la paroi occidentale se poursuit au-delà de la naissance de la voûte cassée, mais on voit également quelques assises de tuf sur la face perpendiculaire du trou, c'est-à-dire au-dessus de l'arc de tête de la grande arcade de brique qui forme la dernière partie de la pièce (fig. 182). Tout ces dispositifs sont particulièrement intéressants, puisqu'ils prouvent une poursuite de l'utilisation des citernes antiques pendant la période médiévale. On sait que le problème de l'approvisionnement en eau sur l'Aventin était récurrent depuis l'Antiquité. Le maître d'œuvre du pape Savelli en a été parfaitement conscient et a pris soin de remettre en état les citernes I et III, afin de compenser le manque de sources.

Fig. 182 - Rome, couvent de Sainte-Sabine, sous-sol de H, salle I, mur ouest, vue vers la voûte.

48Au sud de la muraille servienne, les salles antiques ont été beaucoup moins touchées par la période médiévale. Les salles VI, IV' et VIII sont uniquement antiques (la salle IV', qui a été créée en réalité par l'insertion d'un mur en opus reticulatum à l'extrémité est de la salle VIII, majoritairement en opus incertum, est la salle la plus importante de tout le complexe, à cause des célèbres graffitis et peintures, qui ont permis au P. Darsy de l'identifier comme un sanctuaire isiaque). En revanche, la salle V, qui fut utilisée comme citerne à l'époque antique après l'abandon de la muraille servienne, nous concerne à nouveau. Ses murs sont majoritairement antiques, sauf au sud, où le mur antique est doublé, dans sa partie ouest, par un mur caractéristique de l'« appareil médiéval 1 ». Ce mur fait probablement partie de la même campagne que le mur sud de la salle XI décrit ci-dessus (même s'il n'est pas exactement dans le même axe, comme pourrait le faire croire le plan de Des-cemet, cf. fig. 176 et 179), ce que confirme l'analyse du rez-de-chaussée. En effet, au niveau supérieur, quelques salles sont préservées dans cette zone (sur une partie de leur élévation, la couverture étant constituée par un plafond contemporain, à la suite de l'aménagement des découvertes archéologiques), non décrites par les fouilleurs anciens et qui correspondent aux salles VI, V et II sous-jacentes (fig. 176 et fig. 183, n° 6, 5, 3, 3'). Le mur nord de la salle VI ou, si on le considère de l'autre côté, le mur sud de la salle V (marqué ici par un ressaut, cf. fig. 183, entre 5 et 6), est entièrement constitué par l'« appareil médiéval 1 », par conséquent de manière beaucoup plus extensive qu'au niveau inférieur, où il n'apparaissait qu'à l'ouest de la porte d'accès entre les deux salles. À cet étage, la salle V ne forme qu'un seul espace avec la salle II (ce qui est logique, puisque le mur servien ne constituait plus un obstacle à ce niveau, cf. fig. 183, n° 5-3). Le sol comme les murs sont extrêmement complexes, notamment le mur ouest. Le mur de fond du côté nord, comme son pendant au sud, est formé en majeure partie par une maçonnerie du type « appareil médiéval 1 », à part un gros mur de blocage à l'extrémité gauche. Il en va de même pour le mur oriental, dans lequel s'ouvre une sorte de couloir trapézoïdal, en direction de l'est. Ce couloir en forme de coin correspond exactement à l'espace laissé disponible entre les murs supérieurs convergents des salles XI et XII du sous-sol.

49Pour résumer la question des interventions médiévales dans les souterrains, il semble que la première, antérieure au xiiie siècle, ait concerné un secteur relativement mineur, essentiellement dans les salles V, XI et XII. La phase du xiiie siècle, au contraire, correspond apparemment à une occupation plus intensive : d'une part à l'érection du bâtiment H et à son utilisation dans le cadre de la résidence, d'autre part au remaniement de l'angle nordest du secteur, avec la création d'une ou plusieurs salles supplémentaires (la salle XII et peut-être la salle XIV).

Fig. 183 - Rome, couvent de Sainte-Sabine, souterrains sous le bâtiment H, niveau supérieur. Surintendance archéologique de Rome (G. Ioppolo).

Fig. 184 - Rome, couvent de Sainte-Sabine, pilastre à l'angle de H et H', face est.

  • 142 Un plan et des élévations du bâtiment sur lequel s'est appuyée la construction de la bibliothèque (...)
  • 143 Krautheimer (R.) et Corbett (S.), « S. Sabina », dans Krautheimer (R.) et alii, Corpus basilicarum (...)
  • 144 Cf. ci-dessus.
  • 145 Pani Ermini (L.), « Forma Urbis e Renovatio muro-rum in età teodoriciana », dans Teoderico e i Got (...)
  • 146 Darsy, Ricerche archeologiche..., cit., p. 74 ; Darsy, Santa Sabina, cit., p. 9-10.

50Revenons à la description de H au niveau du sol. L'angle entre la « tour » H et la courtine H' possède un dispositif curieux (fig. 170). L'ensemble se présente aujourd'hui comme un fragment de mur ou comme un pilier à ressauts, le tout très remanié, mais il s'agit visiblement de départs de mur, régularisés à l'époque contemporaine. La restauration, même si elle a un aspect très systématique, a par ailleurs respecté tous les restes d'appareil ancien, ce qui facilite l'analyse. Ces restes d'appareil en tuf médiéval sont visibles sur la face est (fig. 184), sur la face nord, sur la face ouest et sur les deux faces latérales du ressaut placé contre la face ouest. En conclusion, il s'agit d'un fragment de l'élévation du mur d'enceinte (une partie du mur latéral ouest du bâtiment H et le début de la courtine H', qui forment donc deux pans de mur à angle droit), mais complété par un mur qui prolonge le mur latéral ouest du bâtiment H en direction du sud. Ce qui est plus significatif ici, c'est que ce mur orienté nord-sud correspond exactement au mur ouest de la bibliothèque du couvent. La bibliothèque est une construction de 1936, mais qui reprend, à l'ouest, un mur anté-rieur142. Dans la partie basse du mur ouest est visible en effet un appareil de briques et de blocage. Par conséquent, on peut supposer que le prolongement du mur ouest du contrefort décrit ci-dessus se poursuivait jusqu'à ce mur pour former le mur ouest de H. Ce mur ouest de la bibliothèque est difficile à dater, mais on s'appuiera sur une observation de Krautheimer et Corbett143. Ces deux auteurs font remarquer que le mur extérieur du collatéral nord de la basilique connaît une distorsion en plan et un amincissement subséquent à 7 m de l'extrémité orientale. Or ce changement est en rapport avec le mur perpendiculaire de la bibliothèque, qui vient se greffer ici sur la basilique. Ils en concluent que ce mur est antérieur à celui de la basilique pour l'avoir ainsi influencé. Par conséquent, le mur ouest du bâtiment H (même si ses quelques restes visibles peuvent vraisemblablement remonter à l'époque des Crescenzi) devait s'appuyer sur un mur antérieur au Ve siècle. Quant au mur oriental, l'existence de restes antérieurs à la création contemporaine est attestée seulement par une note du P. Darsy144. Cette analyse rejoint une observation de Mme Pani Ermini. Elle a affirmé que sur le site de Sainte-Sabine, en dehors de la basilique elle-même (où les constructions antiques précédentes furent rasées jusqu'au niveau choisi pour établir le niveau du pavement), les maçonneries médiévales fortifiées s'appuyaient toujours directement sur les salles du haut Empire, un bel exemple de continuité architecturale145. Par conséquent, outre l'occupation du secteur situé à l'ouest de la basilique, les Crescenzi devaient également avoir construit des éléments résidentiels, correspondant probablement à l'emplacement de la bibliothèque actuelle. La création de ce bâtiment dut avoir une influence importante sur la topographie de l'Aventin, puisqu'il coupait une voie de communication antique, un vicus parallèle au vicus Publicius (ce dernier étant aujourd'hui recalqué par la rue principale de l'Aventin, la via S. Sabina, qui longe l'enceinte du pape Savelli). Cet autre vicus, découvert grâce aux fouilles de 1936 et dénommé vicus altus par le P. Darsy, a donc constitué une voie de desserte secondaire de la colline, depuis le IIe siècle jusqu'à ce qu'il soit barré par la résidence des Crescenzi, au xe siècle146.

  • 147 Berthier, Le couvent de Sainte-Sabine..., cit., p. 42.
  • 148 Pani Ermini (L.) et Giordani (R.), « Recenti ritrovamenti archeologici a S. Sabina », dans Studi r (...)

51L'aile pontificale ou aile des hôtes, notre salle I, remonte en grande partie au xvie siècle, comme on l'a vu plus haut, dans l'historique du couvent (fig. 170). Mais le rez-de-chaussée a seulement été remanié par les travaux de Pie V et existait donc déjà avant le milieu du xvie siècle. Le bâtiment se présente comme une aile rectangulaire, parallèle à l'aile orientale du cloître. En sous-sol, des graffiti cités par le P. Berthier impliquent que ce niveau date au plus tard du xive siècle147. Par ailleurs, les sondages exécutés par Mme Pani Ermini dans le mur ouest et surtout dans le mur est montrent qu'on se trouve ici en présence d'installations d'époque classique, peut-être en lien avec la domus qui existait dans la zone où fut construite ensuite la basilique148. D'autres sondages réalisés dans la même salle semblent être en rapport, selon l'archéologue, avec la phase du haut Moyen Âge des Crescenzi. On s'intéressera ici plutôt aux élévations au-dessus du sol.

52Examinons d'abord le mur pignon septentrional, qui forme la suite de la courtine H''. Comme on le voit parfaitement sur les vues latérales, le pignon actuel, du xvie siècle, est le fruit d'un remaniement profond destiné à répondre aux menaces d'effondrement du mur. Le pignon est divisé à peu près en deux par une corniche évasée en très forte saillie. La moitié inférieure est recouverte d'un enduit qui a sauté en de larges plaques dans la partie basse, laissant voir la maçonnerie, composée uniquement de briques. Il s'agit de briques anciennes (de couleur variable, de module allongé, avec un épais mortier dans les joints). Dans ce mur sont percés, en bas, une fenêtre et une porte-fenêtre (qui donnait autrefois sur un balcon suspendu sur des poutres en fer) ; les deux ouvertures, ou au moins la dernière, sont récentes. Il en va de même du soupirail situé sous la porte-fenêtre qui éclaire des caves et dont le percement doit être à l'origine du remaniement du mur dans cette zone (avec des briques modernes et de gros blocs de tuf). En partie haute sont ouvertes au contraire deux baies contemporaines du mur : il s'agit de deux très grandes baies ébrasées. Dans celle de gauche, aveugle, est percée une petite fenêtre dans l'angle inférieur gauche ; dans celle de droite, toute la partie intérieure de l'ébrase-ment est occupée par une grande fenêtre. Au-dessus de la corniche, la moitié supérieure du mur-pignon est plus difficile à observer. On voit cependant que la façade est en retrait par rapport à la partie basse et correspond donc probablement au mur-pignon antérieur, sauf les murs latéraux qui prennent un profil de contreforts fortement talutés et contrebutent ainsi les murs latéraux du bâtiment originel.

53Il faut examiner maintenant le mur goutte-reau oriental. C'est précisément dans l'extrémité septentrionale, située entre le mur-pignon moderne et la courtine H'', que se trouvent les données archéologiques les plus intéressantes. En effet, dans la partie basse du mur oriental se trouve un appareil de tuf médiéval qui doit appartenir à la campagne de travaux d'Honorius IV (avec un retrait à mi-hauteur entre le sol et le parapet voisin de la courtine H'' - une sorte de talus ?). Au-dessus on observe de nombreuses restaurations en brique, en gros à partir du niveau du parapet voisin ; mais on retrouve l'appareil de tuf ancien au-dessus, en divers endroits, jusqu'au niveau de la corniche du mur-pignon moderne. En revanche le reste du mur gouttereau oriental présente une structure bien différente. L'élévation commence plus haut, puisqu'on se trouve cette fois en-deça de la courtine H'' et donc au niveau du jardin du couvent. Un parement de briques moderne, taluté, est plaqué contre le mur gouttereau antérieur de la salle, sur les deux tiers environ de la hauteur actuelle du mur ; au-dessus, séparé par un bandeau qui court à peu près au même niveau que la corniche du mur-pignon, s'élève un parement en blocage grossier de tuf. Le tout devait être originellement enduit et il en reste des traces conséquentes sur le parement en brique. Les quelques fragments d'appareil médiéval encore visibles dans l'extrémité orientale, mentionnés ci-dessus, passent sous le parement de brique taluté qui recouvre tout le reste du mur. On peut en déduire les données suivantes : le mur de tuf médiéval perpendiculaire à la courtine H'' se poursuit sous le parement actuel de la salle I. Le parement de brique lui a probablement été adjoint pour le renforcer au moment où on a créé la surélévation en blocage. La création du nouveau mur-pignon est contemporaine de ces opérations.

  • 149 Je ne tiens pas compte ici de très nombreuses irrégularités et restaurations, dont les principales (...)
  • 150 Mme Pani Ermini semble considérer ce type constructif comme appartenant au haut Moyen Âge ; mais e (...)
  • 151 Les deux baies à remplage se trouvaient exactement au centre et du côté sud de l'abside principale (...)

54L'observation de l'élévation du mur occidental est possible depuis la galerie orientale du cloître. Dans les neuf travées déterminées par les retombées des voûtes d'arêtes du xvie siècle, on trouve à peu près la même succession de bas en haut149 : un appareil très irrégulier, majoritairement en tuf, constitue la moitié inférieure du mur. Au-dessus, on trouve un parement de briques. Enfin, essentiellement à partir de la cinquième travée (je compte les travées du sud vers le nord), au lieu de la brique sur toute partie supérieure, la partie haute, correspondant à peu près à l'espace déterminé par la lunette de la voûte, contient une parement de tuf régulier du type de celui du reste de la forteresse Savelli (fig. 185)150. Il faut signaler en passant que les deux baies à rem-plage placées en avant des 2e et 5e travées proviennent des démolitions opérées par A. Muñoz, lors de la restauration de la basilique Sainte-Sabine, lorsqu'il décida de restituer les ouvertures « primitives » du chevet151.

Fig. 185 - Rome, couvent de Sainte-Sabine, salle I, mur ouest, vu depuis le cloître.

  • 152 Le cloître est la seule partie du couvent remontant à la période du Moyen Âge central qui ait susc (...)

55Lorsqu'on observe superficiellement le cloître du couvent de Sainte-Sabine, notre bâtiment M (fig. 170), il remonte apparemment à deux périodes de construction seulement : le rez-de-chaussée au moment de l'installation des dominicains sur l'Aventin, c'est-à-dire au début du xiiie siècle ; le premier étage aux travaux de réaménagement du couvent au cours du xvie siècle152. Dans l'ensemble cette vision est exacte, mais demande à être précisée, notamment pour les murs latéraux. Deux d'entre eux sont les murs gouttereaux de deux bâtiments antérieurs : le mur oriental est constitué par le mur ouest du bâtiment I et a déjà été mentionné ci-dessus ; le mur méridional correspond au mur nord du bâtiment L et sera donc traité plus bas. Seuls les murs nord et ouest ont été formés en même temps que les galeries du cloître lui-même et composent avec deux murs parallèles les murs gouttereaux des bâtiments J et K qui constituent les deux autres ailes du quadrilatère. Par conséquent le cloître et ces deux derniers bâtiments (M, J et K) seraient à priori à exclure de notre enquête, comme étant tous les trois construits uniquement au début du xiiie siècle et dans la seconde moitié du xvie siècle. Pourtant, nous allons voir qu'on retrouve ici des éléments qui peuvent être attribués à l'époque d'Hono-rius IV.

  • 153 Rodocanachi, Una cronaca di Santa Sabina..., cit., passim.
  • 154 Voir par exemple une photographie ancienne du cloître dans AGOP, XIV, 950, 3a, n°126.
  • 155 Berthier, L'église de Sainte-Sabine..., cit., p. 524 ; Darsy, Santa Sabina, cit., p. 139. Le P. Da (...)
  • 156 Il s'agit donc de la galerie sud, contrairement à ce qu'affirme le P. Berthier, L'église de Sainte (...)

56Commençons par les murs intérieurs du cloître M, ajourés par des séries d'arcades et donnant sur le préau central. Les murs ouest et est comportent sept travées, les murs nord et sud six. Seul le rez-de-chaussée appartient, partiellement, à la campagne du début du xiiie siècle. Il est composé d'un mur-bahut qui utilise une grande quantité de matériaux de remploi, de la période antique ou du haut Moyen Âge, puis d'un niveau intermédiaire où alternent les parties pleines du mur, en brique, et les colonnettes. Au-dessus du niveau des culots qui supportent la voûte d'arêtes, le parement change de nature : il s'agit dans les galeries est et nord d'un très gros blocage grossier, qui était bien sûr destiné à être enduit, comme l'atteste en outre la chronique de l'époque moderne publiée par Rodocanachi153. Il est semblable à celui qui compose l'étage de l'aile pontificale (notre bâtiment I) et appartient à la même campagne de la seconde moitié du xvie siècle. Dans les galeries ouest et sud, le blocage grossier est remplacé par un appareil tout aussi irrégulier (donc également destiné à être enduit), mais cette fois en brique. L'analyse des faces externes des murs des galeries, telles qu'on peut les voir du côté du préau, coïncide également avec cette répartition. Il faut préciser que le mur nord (et une petite portion des murs adjacents ouest et est) a été récemment réenduit, ce qui interdit de porter un jugement sur ses maçonneries. Mais la face extérieure du mur est montre la même maçonnerie de gros blocs grossiers, typique de l'aile pontificale, notamment au rez-de-chaussée, tandis que le premier étage montre un parement un peu différent, avec l'apparition d'assises alternées de briques et de tuf. Au contraire, la brique domine dans les murs ouest et sud aussi bien au rez-de-chaussée qu'à l'étage. Certaines travées présentent une variante dans la partie xvie siècle du rez-de-chaussée : les travées 1, 4 et 7 des galeries orientale et occidentale et les travées 1, 3 et 6 de la galerie nord et les travées 1, 4 et 6 de la galerie sud (les travées étant comptées au nord depuis l'est et au sud depuis l'ouest, il en résulte que les travées 3 et 4 se font face) possèdent en outre des arcs de décharge en brique, surmontant autrefois des tympans ajourés154 et récemment bouchés par un remplissage de brique contemporain, qui correspondent à des parties sensibles : les accès centraux vers le préau (dont l'ouverture est plus haute que celle des autres arcades) et les travées proches des angles. Par conséquent, comme on le sait déjà par la documentation historique, le cloître médiéval n'était pas voûté. La surélévation du mur intérieur et les voûtes d'arêtes sur culots ne datent que du xvie siècle, ainsi que l'étage supérieur au-dessus des galeries. Comme on l'a pressenti à travers la description des parements, ces travaux ne se sont pas déroulés en une campagne unique, même si l'esprit de la construction demeure très unitaire. La voûte et ses éléments décoratifs confirment le déroulement des travaux que je propose ici, qui seraient partis de la galerie orientale pour concerner ensuite les galeries nord, ouest, puis sud. Dans la galerie est, on trouve des culots très fins, qui sont remplacés dans les trois galeries suivantes par des culots de profil plus large. Au milieu de la voûte de la galerie orientale, un écusson scutiforme, entouré de lauriers et couronné d'un chapeau cardinalice, renferme les armoiries d'un cardinal titulaire de Sainte-Sabine : « à l'aigle éployé ». Il s'agit des armoiries du cardinal De Saulis (« d'argent à l'aigle de gueules »). Les galeries nord et ouest n'en comportent pas. En revanche, la galerie sud possède également un écusson armorié, de forme ovale, dans un cartouche entouré de lauriers. Les armoiries sont celles de la famille Giustiniani (« de gueules à un château sommé de trois tourelles d'argent, au chef d'or chargé d'un aigle de sable, couronné d'or »). Si la forme des deux écus certifie déjà l'hypothèse de déroulement des travaux proposée ici, au moins de manière grossière, leur identification la soutient pleinement. En effet, comme le rapportent les PP. Berthier et Darsy, c'est en 1512 que le cloître a été commencé par le cardinal de Sau-lis (il faut entendre le voûtement)155. Puis, selon les chroniques du couvent résumées par le P. Berthier, les travaux se poursuivirent lentement jusqu'en 1588. Parmi les dignitaires dominicains qui firent progresser ce chantier, fra Vincenzo Giustiniani, maître général de l'ordre (et futur cardinal), se distingua probablement pour son zèle, puisque il fit mettre ses armoiries sur la voûte vers 1560156.

57Le mur nord du bâtiment J, adossé à l'aile septentrionale du cloître, est en grande partie recouvert d'un enduit. Mais, celui-ci étant parti par plaques en différents endroits, il est possible de juger des maçonneries. L'élévation se compose d'une base talutée, puis d'un parement articulé par quatre contreforts. Ceux-ci, qui se transforment en pilastres dans leur partie haute, déterminent, avec les deux pans de mur aveugle aux deux extrémités (percés d'une fenêtre rectangulaire à l'est et d'une baie en plein cintre à l'ouest), cinq grandes arcades aveugles, où sont ouvertes autant de petites baies en plein cintre. Le bâtiment est couvert d'une terrasse bordée d'un parapet, situé à peu près au niveau de la corniche médiane du pignon du bâtiment I. La base est formée d'une maçonnerie irrégulière et grossière, un mélange de moellons de tuf et de brique, le reste de l'élévation d'un parement de briques assez peu régulier, où sont insérés des moellons de tuf et des blocs de travertin en remploi, et les contreforts de brique seulement, mais de même nature que l'appareil du parement. Seul le pan de mur plein, à l'est (à gauche) est constitué de briques jaunes contemporaines. Pour résumer, il semble que le bâtiment soit ancien, repris dans sa partie haute et son extrémité gauche, ce qui pourrait correspondre respectivement à l'époque moderne et à une restauration contemporaine, ce que l'examen du mur sud va permettre de préciser.

58Le mur sud de J est visible dans la galerie septentrionale du cloître. Le P. Darsy affirme, de manière vraisemblable, que ce mur était constitué originellement d'une série d'arcades ouvrant directement sur la pente de l'Aventin et sur le Tibre (voir la partie historique). Par conséquent le bâtiment J n'aurait été constitué qu'à l'époque moderne, par la fermeture des arcades et par l'adjonction d'un second mur gouttereau, au nord du premier (quant aux deux murs latéraux, ils sont constitués des murs déjà en place des ailes I et K). On retrouve en effet aux deux extrémités de la quatrième travée des « fenêtres » de restauration, qui permettent de voir, englobées dans le mur postérieur, deux colonnettes du début du xiiie siècle, dont sont visibles la base, le fût et le chapiteau « a stampella », semblables à ceux des galeries du cloître. En ce qui concerne la période de construction du bâtiment J, si le P. Darsy parle d'une création ex nihilo au xviiie siècle, le P. Berthier fournit au contraire des mentions du bâtiment, servant de bibliothèque, en 1546 et 1574. Par conséquent, une datation des travaux au cours du xvie siècle semble plus vraisemblable, d'autant qu'elle rentre dans le cadre de la campagne générale qui investit toute cette zone du couvent pendant la seconde moitié du siècle. Le parement majoritairement de briques, visible dans la plupart des travées (sauf quand l'enduit n'a pas été enlevé, comme dans la plus grande partie de la 1ère travée - je compte les travées d'est en ouest), peut parfaitement correspondre à cette période de construction. Il y a cependant une exception : dans la 6e travée, si les deux tiers inférieurs sont bien en briques, le tiers supérieur sous la lunette présente un parement de tuf médiéval, typique de la campagne Savelli, y compris avec le détail des assises de brique de régularisation du niveau horizontal. On peut donc affirmer que, si la partie inférieure a été reprise en sousœuvre, cette travée témoigne d'une intervention au moins partielle d'Honorius IV dans cette zone, qui pourrait par exemple correspondre à une tour d'enceinte.

  • 157 Mme Ermini le mentionne comme une tour d'angle datant peut-être de la phase des Crescenzi, mais so (...)

59Le mur oriental du bâtiment K est visible depuis la galerie ouest du cloître. Le parement est très restauré (nombreuses reprises contemporaines en briques jaunes - années 1930 ? -dans les 1ère, 5e, 6e, 7e, 8e et 9e travées, que je compte du nord au sud) et difficile à voir (notamment dans la 7e travée, en grande partie enduite et occupée par une fresque détachée, avec une scène de la vie de saint Dominique, qui devait occuper autrefois la lunette de cette même travée ou d'une autre). Cependant, dans les parties visibles, on aperçoit essentiellement un appareil de briques qui devrait appartenir à l'époque moderne. On se demande par conséquent si, comme pour le bâtiment J, cette aile du quadrilatère n'a pas été créée uniquement à la période moderne, en remplacement d'un simple mur plein d'époque médiévale, qui aurait laissé encore moins de traces que pour l'aile précédente. Il faut noter aussi que l'extrémité septentrionale de l'aile se compose d'une « tour » qui s'élève légèrement au-dessus du reste des toitures et dont on perçoit également le volume dans les plans du complexe (fig. 170). Il est difficile de déterminer si cet élément remonte seulement à l'époque moderne ou s'il s'appuie sur un bâtiment antérieur, de la période médiévale157. Le mur nord du bâtiment K est totalement enduit.

  • 158 Darsy, Ricerche archeologiche..., cit., p. 98 ; Darsy, Santa Sabina, cit., p. 31.

60Le bâtiment L, qui forme le côté méridional du quadrilatère qui entoure le cloître, remonte à une époque bien antérieure à la création de celui-ci. Le P. Darsy avait déjà supposé qu'il s'agissait d'un réaménagement du bras nord du quadriportique, qui devait s'étendre à l'ouest de la basilique paléochrétienne. Selon lui, ce quadriportique fut profondément modifié à l'époque des Crescenzi : la galerie orientale (qui sert de porche à la basilique) fut conservée, mais les galeries sud et ouest furent démolies et la galerie nord, notre bâtiment L, transformée en une aile fortifiée, par l'aveuglement de ses arcades et le repercement de meurtrières dans ces bouchages (de cette campagne daterait également l'établissement de meurtrières semblables dans le collatéral sud de la basilique)158.

  • 159 Pani Ermini, « Recenti scoperte... », cit., p. 294-297.

61Cette hypothèse, fondée uniquement sur la vraisemblance et sur une série de raisonnements, n'avait pas rencontré l'adhésion unanime de la communauté scientique. Les auteurs du Corpus basilicarum christianarum, notamment, avaient jugé avec scepticisme l'idée d'un quadriportique. Les sondages menés par Mme Pani Ermini ont prouvé cependant que le P. Darsy avait eu partiellement raison, notamment en prouvant que le mur sud du bâtiment L appartenait bien à une époque antérieure au début du xiiie siècle159. Cependant, elle suppose que ce quadriportique ne remontait pas à l'époque de construction de la basilique, mais plutôt à une étape postérieure du haut Moyen Âge, lors de la transformation de la zone en cimetière. Si elle date la maçonnerie principale de cette période, les remplissages de tuf de la partie supérieure sont justement identifiés comme un « opus saracenum », comme le faisait déjà le P. Darsy. Elle ne se prononce pas de manière précise sur la datation de cet appareil, semblant pencher pour l'époque des Crescenzi (comme le P. Darsy), sans exclure celle des Savelli. Quant au mur nord du bâtiment L, il est visible depuis l'aile méridionale du cloître et présente une situation assez comparable. La plus grande partie de chacune des huit travées est constituée d'un appareil de briques, qui semble remonter en partie à l'époque antique. En dehors de diverses reprises récentes, de bouchages de portes (dans les 3e et 4e travées - que je compte d'ouest en est) et d'ouvertures modernes (grande porte dans la 6e travée), etc., les interventions les plus intéressantes pour nous concernent deux périodes : dans les 5e et 7e travées sont ouvertes deux baies géminées du début du xiiie siècle, contemporaines des galeries du cloître ; dans la deuxième travée, on aperçoit une réparation du parement en tuf médiéval, formant un rectangle horizontal à peu près au milieu de la travée.

  • 160 Pani Ermini, « Recenti scoperte... », cit., p. 298.
  • 161 Darsy (F. [M.-D.]), « Titres funéraires chrétiens à Sainte-Sabine », dans Miscellanea Giulio Belve (...)
  • 162 Darsy, Santa Sabina, cit., p. 25, 30, 115. En revanche, Mgr Serafini faisait remonter la construct (...)
  • 163 Ibid., passim notamment p. 97 n. 3.
  • 164 Priester (A. E.), The belltowers of medieval Rome and the architecture of renovatio, Ph. D. Diss., (...)
  • 165 Ibid., p. 111 ; cf. aussi Priester (A. E.), « The belltowers and building workshops in medieval Ro (...)

62Contre le flanc nord du clocher et une petite partie du mur périmétral gauche de la basilique, se situe une tour, occupant donc l'extrémité méridionale du bâtiment I, du type de celles individualisées par Mme Ermini aux angles nord-ouest et nord-est du cloître et dans laquelle elle retrouve les mêmes caractéristiques constructives160. On notera que cette tour était appelée traditionnellement, selon le P. Darsy, tour des Savelli161. La datation du clocher lui-même n'est pas assurée. Le P. Dar-sy l'attribuait au xe siècle et le reliait donc implicitement aux travaux des Crescenzi, ce qui pourrait confirmer une datation haute pour la construction placée en pendant à l'extrémité orientale du collatéral (voir plus bas)162. En revanche Krautheimer et Corbett estiment cette datation du clocher trop précoce et semblent s'en tenir à une assignation générique à l'époque romane ou au Moyen Âge central, peut-être en rapport avec l'installation des dominicains au début du xiiie siècle163. Pourtant, la thèse récente d'Ann Priester sur les clochers romains donne des arguments nouveaux qui vont dans le sens de Darsy. Cette recherche souligne de manière appuyée les caractères originaux, voire uniques du clocher de Sainte-Sabine par rapport aux nombreux clochers de Rome qu'étudie l'auteur et qui remontent à l'époque romane (insertion de chapiteaux antiques, typologie et disposition des baies, etc.)164. Certes à aucun moment la chercheuse ne propose une datation haute, ni même une datation tout court pour le clocher ; elle attribue d'ailleurs ces anomalies au fait qu'il aurait été construit par une équipe de maçons non spécialisés dans les clochers, contrairement à ce qu'elle suppose pour la majorité des exemplaires romains165. Mais il semble qu'une hypothèse au moins aussi vraisemblable pourrait résider dans l'antériorité du clocher de Sainte-Sabine par rapport à ceux de l'époque romane.

  • 166 par erreur, Krautheimer et Corbett parlent ici de collatéral nord ; cf. Krautheimer et Corbett, «  (...)
  • 167 Ibid., fig. 70.
  • 168 Ibid., fig. 71.
  • 169 J'ai pu pénétrer dans la salle basse du bâtiment N ; mais elle est très difficile à voir, car pres (...)

63La basilique et son narthex (l'ancien bras oriental du quadriportique) ne nous concernent pas, les seules interventions médiévales identifiées par le P. Darsy consistant, au xe siècle, en une « militarisation » du collatéral sud de l'église, dans le cadre de la forteresse des Crescenzi, et, au début du xiiie siècle, en un réaménagement du narthex, lors de l'arrivée des dominicains. Le collatéral nord de la basilique s'achève par un mur droit, qui doit correspondre à peu près à la disposition originelle du ve siècle. C'est ainsi en tout cas qu'on peut reconstituer le chevet de Sainte-Sabine, avec une large abside centrale saillante et deux murs droits pour les bas-côtés. Pourtant, le collatéral sud fut doté à la fin du xve siècle d'une absidiole, l'actuelle chapelle du Rosaire166. Krautheimer et Corbett ont montré que cette campagne avait originellement pour but de transformer également l'extrémité du bas-côté nord, comme l'atteste un plan des environs de 1483 qui doit correspondre au projet général d'aménagement voulu alors par le cardinal Auxia de Podio167. Or cette chapelle ne fut jamais réalisée, comme le montre par exemple un plan de 1640 environ, de Borromini ou de son atelier168, qui représente la zone telle qu'elle existe encore aujourd'hui : le collatéral nord, fermé par un mur droit, aboutit à une construction carrée de deux étages. Celle-ci (notre bâtiment N), qui a visiblement fait renoncer au projet d'absi-diole nord, est donc antérieure aux années 1480. Un examen des maçonneries du bâtiment pourrait montrer s'il s'agit ou non d'une tour de la forteresse des Crescenzi, largement remaniée à diverses époques169. On peut voir en tout cas en partie haute du mur oriental (le rez-de-chaussée étant occulté par le bâtiment O dont on parlera ensuite, la face septentrionale étant enduite et les deux autres faces étant adossées au chevet de la basilique) des maçonneries anciennes et une baie de date assurément médiévale (deux blocs de travertin forment l'allège et le trumeau, lequel est soulagé par de multiples arcs de décharge en brique ; seul le montant gauche est conservé, constitué d'une colonnette, avec base et chapiteau végétal, également en travertin). On notera enfin que cette construction N est en quelque sorte symétrique avec le clocher de la basilique, installé dans la première travée du collatéral nord de la basilique, ce qui pourrait corroborer une datation dans la même période.

64Contre la « tour » N précédente se trouve un petit bâtiment, O, partiellement en tuf. Les trois autres faces en sont visibles, donc au nord, à l'est et au sud, mais, du côté sud, un bâtiment adventice cache en grande partie la maçonnerie. La petite partie du mur sud qui reste visible montre des assises de tuf très régulières, sauf dans le sommet où elles sont remplacées par de la brique. La face principale, orientale (fig. 186), présente un appareil de tuf jusqu'à la mi-hauteur, marquée par un bandeau en travertin (une fenêtre y a été ouverte, à une époque probablement récente). Au-dessus le tuf cède la place à un conglomérat qui correspond au blocage d'une voûte dans lequel sont également visibles quelques assises de brique correspondant au départ d'une voûte qui devait s'élever à l'est de la construction actuelle. L'extrémité gauche de la face présente également un conglomérat sur toute sa hauteur, sur lequel vient s'arrêter le bandeau de travertin. On en déduit que le mur sud, dont on voit ici le remplissage, se poursuivait plus loin. Le mur nord se compose d'un pilier en tuf, qui s'élève jusqu'au bandeau de travertin qui se poursuit sur cette face, puis d'un arc en plein cintre en brique ainsi que de traces d'un arc jumeau qui partait vers la gauche, puis du blocage. Il faut noter que l'on distingue quelques assises de tuf au-dessus du bandeau, à la naissance de l'arc. L'espace compris entre le pilier et l'arc est aujourd'hui fermé par un mur de ciment. À l'intérieur, où l'on ne peut analyser les maçonneries, totalement enduites, la salle est voûtée d'un berceau plein cintre, qui correspond à la génératrice de l'arc en brique visible sur la face nord. L'actuel « pilier » de tuf du côté nord n'est que le résultat d'un remaniement postérieur à l'époque médiévale, comme le prouve l'interruption brutale de l'appareil et les bouchages en brique et en mortier que cela a nécessités. De même les assises de tuf au-dessus du bandeau de travertin montrent que l'élévation ancienne ne s'interrompait nullement à ce niveau et devait posséder la même hauteur que de l'autre côté, sur la face sud. Il faut donc restituer deux étapes bien différentes avant la situation actuelle. D'une part le dispositif originel, qu'on peut supposer ainsi : une tour ( ?) appuyée contre la tour N antérieure, dont le mur méridional se poursuivait au-delà (peut-être pour encercler l'abside ?). Ensuite les murs furent remaniés pour y loger une série de pièces voûtées en berceaux, l'une dans l'épaisseur de la tour elle-même, l'autre devant elle et s'ap-puyant contre le mur méridional (d'autres peut-être les continuant du côté nord, comme le laisserait supposer l'aspect du blocage sur la face nord actuelle). Enfin, dans un troisième temps, ces salles furent détruites pour ne laisser subsister que celle qui avait été créée à l'intérieur de la tour médiévale.

Fig. 186 - Rome, couvent de Sainte-Sabine, construction O, façade est.

  • 170 Cf. plus haut dans l'historique du site.
  • 171 Quant au grand portail qui sert actuellement d'entrée au jardin, il appartient lui aussi au xviie (...)

65En 1483, dans les ruines du palais Savelli, près de l'abside de la basilique, on trouva un trésor170. Il doit s'agir plus spécifiquement de la zone du collatéral sud, puisque, comme on l'a vu ci-dessus, on y créa alors une absidiole. Peut-être des bâtiments existaient donc également de ce côté de l'abside ou du moins une courtine qui devait rejoindre de ce côté le départ de l'enceinte en A. Après le chevet de Sainte-Sabine, le jardin des Orangers est aujourd'hui délimité par un mur de clôture qui semble remonter au xviie siècle. Constitué d'un appareil très hétérogène majoritairement en brique, il sert d'appui à une fontaine dotée d'un grand masque de cette époque171. Les restes indiqués par Lanciani dans son relevé (fig. 155, P) pourraient indiquer, à peu près à l'emplacement de la fontaine actuelle, l'existence d'une dernière tour, ouverte à la gorge et protégeant la basse-cour du château, avant la tour d'angle A. Mais il ne s'agit que d'une hypothèse, en l'absence de reconnaissance archéologique de la zone.

66Les dispositifs jusqu'ici décrits pour le front occidental semblent permettre de suggérer l'idée suivante : la forteresse comprenait une enceinte secondaire, interne à la première, protégeant le quartier résidentiel, lequel devait correspondre au secteur situé entre le cloître et la bibliothèque contemporaine. Il s'agit d'un positionnement logique : la zone est la mieux protégée de tout le complexe, bloquée comme elle est entre la basilique, les bâtiments conventuels et l'à-pic sur le Tibre, doublé de l'enceinte extérieure. Il suffisait de fermer l'accès du côté oriental par une enceinte mineure, s'étendant approximativement d'une zone située entre la courtine G' et le bâtiment H et le chevet de la basilique. Ainsi s'explique le fait que la tour O soit tournée vers l'intérieur du jardin des Orangers, contrairement à toutes les autres tours, afin de contrôler l'accès vers la zone résidentielle.

III - « RESTITUTION » DE L'ENCEINTE ET DE LA RESIDENCE ; COMPARAISONS

  • 172 Voir les monographies sur le Latran et sur la résidence de Sainte-Marie-Majeure. La reconstitution (...)
  • 173 Très certainement parce qu'ils attribuaient les travaux au pape Honorius III, à cause de l'erreur (...)

67Il nous manque beaucoup trop d'éléments pour pouvoir prétendre à une restitution précise du castrum d'Honorius IV. Il ne s'agirait, au mieux, que d'une vue imaginaire et fantaisiste, telle qu'a pu en proposer Georges Ro-hault de Fleury, ici comme au Latran, dans la lignée de celle qu'avait dessinée son père, Charles Rohault de Fleury, pour le palais de Sainte-Marie-Majeure172. Nous allons seulement passer ici en revue les éléments à notre disposition qui sont sérieusement étayés par la documentation historique et/ou monumentale. Le premier problème qui doit nous arrêter est celui de la datation, de l'étendue et de la signification des parties architecturales antérieures à l'intervention du xiiie siècle, au moins bien reconnaissable. La question est loin d'être simple, étant donné la quasi-absence d'études sur le site. On notera par exemple que Charles Descemet, quand il évoquait la partie nord de l'enceinte, au milieu du xixe siècle, distinguait deux époques dans la muraille : d'une part l'appareil de tuf rougeâtre de la campagne des Savelli (qu'il datait d'ailleurs du xiie siècle, comme bon nombre d'autres auteurs173) ; d'autre part, l'appareil de briques, antérieur, qu'il déclare remonter au iiie ou au ixe siècle. On le voit, Descemet sous-entendait que cette campagne pouvait appartenir aussi bien à l'époque d'Aurélien qu'à celle des Crescenzi, et se garde de trancher entre les deux hypothèses. En fait, en reprenant ici les données énumé-rées dans la description, on peut attribuer à une période antérieure au xiiie siècle les bases des bâtiments H et I, une tour au nord de K, des interventions en L, le clocher de la basilique et la tour symétrique en N, ainsi que des campagnes dans les sous-sols de G" et H. Ces travaux, sur lesquels je n'ai pas fait d'enquête systématique, sont difficiles à dater ; mais on pourrait avec prudence les dater des ixe-xe siècles. Quant aux parties antiques (parties de l'enceinte nord en E, E', F, F', G, G', G"), on ne se hasardera pas ici à proposer une chronologie, tandis que les sous-sols sous G" et H sont bien datés, notamment par les recherches du P. Darsy. À la campagne de travaux d'Honorius IV appartiennent donc en propre la création de la grande enceinte (A, A', B, B', C, C', D, D', E, O) en exploitant au nord la muraille antique précédente (travaux en E, E', F', G', G", H, H', H", I), ainsi que des interventions sur les bâtiments précédents qui ont dû servir à améliorer ou transformer le palais des Cres-cenzi (citernes sous H, reprises des murs de H et I, etc.). Une fois identifiés les éléments de la résidence et de la fortification du pape Savelli, comment pouvons-nous les définir ?

  • 174 Bernacchio, « La città turrita », cit., p. 77.
  • 175 Pistilli, « L'architettura a Roma tra il 1198 e il 1254 », cit., p. 8-10. On notera que, malgré l' (...)
  • 176 Malborghetto, Messineo (G.) dir., Rome, 1989, cf. p. 130-135 sur l'enceinte médiévale (où l'auteur (...)
  • 177 Ce dernier, l'acte de vente du bien-fonds au chapitre de Saint-Pierre, est édité ibid., p. 23 : «  (...)
  • 178 Ibid., p. 24, 130, 134 n. 89. L'auteur mentionne par exemple le fait que la technique des « tufell (...)
  • 179 Ibid., p. 17, fig. 11.

68Un des meilleurs moyens pour les comprendre est de s'interroger sur les points de comparaison qui sont à notre disposition. Au-delà du célèbre castrum Caetani sur la via Appia, le parallèle le plus évident qu'on évoquera plus loin, on peut citer d'autres résidences fortifiées qui présentent des analogies plus ou moins grandes avec le castrum Savelli. De manière globale, N. Bernacchio faisait remarquer récemment que, si le complexe fortifié d'Honorius IV se présentait comme un exemple isolé à Rome même, en revanche il s'insérait dans un groupe de résidences fortifiées typiques de la campagne romaine au xiiie siècle174. P. F. Pistilli, outre le château des Caetani, cite à cet égard le cas de Malbor-ghetto175. Malheureusement cette dernière fortification, située autour d'un arc antique sur la via Flaminia, est à la fois assez mal documentée et presque totalement détruite176. Le complexe, acquis par l'État italien en 1982 et restauré en 1984-1989, se compose d'abord de l'arc de triomphe quadrifrons élevé au début du ive siècle par Constantin, à la suite de sa victoire sur Maxence quelques milles plus loin, auprès de la même via Flaminia. Comme pour le site des Caetani, le monument antique devint au Moyen Âge la tour maîtresse et le point focal d'une enceinte fortifiée avec résidence. De ces bâtiments médiévaux parlent, de manière très vague, deux documents, l'un de 1263 et l'autre de 1278177. Contrairement au commentaire de ce texte, je crois que les expressions « intus et de foris » et « novis et antiquis » ne doivent pas être prises au pied de la lettre ; ce sont de simples formules juridiques répétitives qui ne nous apprennent rien sur la réalité des constructions178. Mais il reste le fait que la description des différentes parties du complexe dans le texte de 1278, la disposition d'ensemble telle qu'on la connaît par une gravure du xviie siècle, enfin les quelques restes médiévaux qui subsistent, montrent une adéquation avec les castra Savelli et Caetani. En effet, l'acte de vente de 1278 énumère, après la désignation générale « castrum seu burgum », les « munitionibus seu muris » qui doivent correspondre à l'enceinte, la « munitione que vo-catur trullum, cum palatio in ipso trullo exis-tenti », c'est-à-dire l'arc antique fortifié qui sert de résidence, et les « domibus terrenis in ipso castro existentibus », que l'on peut probablement interpréter comme les habitations et locaux divers qui se trouvaient inclus dans l'enceinte. Ce schéma répond à celui du château des Caetani, à part le fait que la partie résidentielle se trouve distinguée, dans ce dernier cas, de la tour maîtresse. Il coïncide également avec celui des Savelli, même si notre connaissance de ce dernier se limite à l'enceinte et à la partie résidentielle (en l'absence de mentions précises d'habitat à l'intérieur de la muraille) et même si nous réalisons moins bien aujourd'hui à quel point la basilique de Sainte-Sabine a été englobée dans le complexe et associée à sa défense. Quant à la gravure du xviie siècle, elle ne donne certes qu'une image approximative de l'enceinte telle qu'elle devait se présenter originellement179 ; mais, complétée par la reconnaissance des quelques restes de l'enceinte médiévale, elle permet d'affirmer que celle-ci se présentait comme un quadrilatère allongé, marqué à intervalles par des tours et des portes, et englobant peut-être ou du moins contrôlant la via Flaminia. Ici aussi le rapprochement avec le castrum Savelli et plus encore avec le castrum Caetani s'impose. Dernières caractéristiques, encore une fois commune aux trois ensembles, que l'on peut tirer cette fois de l'examen des seuls fragments médiévaux encore en place (des restes du mur ouest et de la porte méridionale), l'appareil constitué de petits blocs de tuf et des montants de marbre pour la porte.

  • 180 Il n'existe pas d'étude sur le château de Ninfa ; on trouvera une première approche dans Carbonara (...)
  • 181 Coste (J.), Boniface VIII en procès. Articles d'accusation et dépositions des témoins, Rome, 1995, (...)
  • 182 Voir les photographies avant restauration, Antonelli (C.), « Fotografie di Ninfa (1905-1980) », da (...)
  • 183 Carocci, Il nepotismo nel Medioevo..., cit., p. 89-93 ; Ninfa 1298 : testimonianze sull'acquisizio (...)
  • 184 Ninfa 1298..., cit., p. 30 et passim.

69Un autre parallèle avec le château Savelli est le château de Ninfa, profondément transformé par Pietro Caetani, le neveu de Boni-face VIII, entre 1298 et 1303180. Les travaux furent cependant entrepris avec l'appui et probablement le financement du pontife lui-même, comme nous l'apprend le cardinal Pietro Colonna dans ses attaques portées contre Boniface VIII en 1306, accusé à propos de Ninfa à la fois de népotisme et de constructions somptuaires : « rotis [roccis], fortalitiis, turri-bus et palatiis maximis factis ibidem »181. Ici c'est moins l'enceinte qui nous intéresse - car elle est constituée majoritairement par l'enceinte antérieure, érigée dans la seconde moitié du xiie siècle alors que le château appartenait à la Chambre apostolique, seules les tours d'angle remontant en partie à l'époque du marquis Pietro - que la résidence, assez bien conservée même s'il faut tenir compte de la restauration drastique opérée par le comte Gelasio Caetani, au début du xxe siècle182. La résidence consiste en une tour maîtresse, haute de 32 m et isolée au milieu de l'enceinte, et en un petit palais adossé à celle-ci. La tour semble remonter entièrement à l'époque de Pietro Caetani, le reste de la résidence à la fois à celui-ci et aux travaux ordonnés par son fils, Roffredo III, après 1308. Le site de Ninfa avait appartenu pendant quelques années aux Colonna, depuis 1293 jusqu'en 1297 lorsque le fief leur fut enlevé de force par le clan des Caeta-ni183. En toute rigueur, on pourrait donc aussi attribuer une partie des transformations à l'occupation précédente des Colonna, mais, comme on l'a vu, le témoignage du cardinal Colonna - dont on comprend mieux désormais l'amertume... - semble impliquer que les travaux ont été exécutés essentiellement par les Caetani. C'est ce que confirme également une bulle de Boniface VIII du 30 septembre 1300, par laquelle le pontife approuve officiellement tous les travaux accomplis par son neveu et où il mentionne la construction de maisons, de la forteresse et de la tour184. De toute façon, cela ne changerait rien à la datation globale des parties qui nous intéressent ici. En effet toutes ces constructions montrent une unité dans les modes constructifs (murs « a tufelli », longues meurtrières, baies géminées trilobées, etc.) qui permettent de les attribuer à la fin du xiiie siècle-début du xive siècle. Ces bâtiments nous donnent ainsi une idée de la façon dont devait se présenter la résidence médiévale du castrum Savelli, avec sa grande salle et ses tours.

  • 185 Cf. chap. II.1.
  • 186 Descemet, « Mémoire sur les fouilles exécutées à Santa Sabina (1855-1857) », cit., p. 166 ; Borgna (...)

70Une autre comparaison, avec une forteresse extrêmement voisine par les modes constructifs, la typologie et l'histoire, le castel Savelli à proximité d'Albano, sera réservée à l'analyse générale de l'architecture militaire, dans la deuxième partie185. Le château de l'Aventin appelle enfin le parallèle avec une autre construction civile et militaire, proche dans le temps et dans l'espace et similaire aussi bien dans son enceinte que dans ses bâtiments résidentiels. Il s'agit d'un autre château des Cae-tani, cette fois-ci sur la Via Appia, le célèbre « Capo di Bove » créé à côté du mausolée de Cecilia Metella. La comparaison a déjà été faite, y compris anciennement186 ; mais on n'a pas encore exploré tous les aspects de la question. Le second a toujours joui d'une situation historio-graphique meilleure que son homologue de l'Aventin, probablement à cause de sa situation sur la « reine des routes », mais aussi parce qu'il a parasité un des monuments antiques les plus célèbres de celle-ci, le mausolée de Cecilia Metella, en en faisant sa tour maîtresse. Par ailleurs, le château ne pouvait que susciter la curiosité par le nom qui s'y attache, celui de Boniface VIII, qui, s'il n'en fut pas le commanditaire direct, en fut à la fois l'inspirateur et l'occupant. Enfin, tout récemment, dans le cadre d'une restauration ample et soigneuse de tout le complexe, le bâtiment médiéval, mieux conservé que celui des Savelli, puisqu'il comprend encore non seulement l'enceinte mais également la partie résidentielle, a reçu une nouvelle attention, qui a éclairé de nombreux points jusqu'ici négligés. En un mot, le château des Caetani est bien mieux connu aujourd'hui que celui des Savelli et va nous servir de point de comparaison essentiel. Pourtant, il faut bien avoir présent à l'esprit dès maintenant le fait que c'est précisément la construction d'Honorius IV qui doit avoir servi de modèle immédiat à celle de Boniface VIII et de son neveu, puisqu'elle avait été élevée une génération auparavant et non le contraire.

  • 187 Battaglia, L'Aventino..., cit., p. 6.
  • 188 Cf. les études géologiques résumées dans Via Appia : il mausoleo di Cecilia Metella e il castrum C (...)

71Outre les ressemblances structurelles entre les deux châteaux, qui seront énumérées plus loin, un premier caractère unit les monuments de manière frappante, y compris visuellement, à savoir le matériau employé, puisque dans les deux cas les bâtiments sont entièrement composés de l'appareil dit « a tufelli », composé de petits blocs de tuf réguliers, sauf, pour le château des Caetani, l'emploi du travertin pour les éléments d'encadrement. Il ne s'agit bien sûr que de la conséquence des conditions locales d'extraction et de mise en œuvre des matériaux, qui sont les mêmes dans les deux bâtiments. Ainsi, l'Aventin constituait un des principaux lieux d'extraction du tuf à Rome, utilisé constamment pour réparer l'enceinte de la ville187. Quant au site de la Via Appia, cette dernière s'étend sur une couche de lave mais elle est bordée des deux côtés par le tuf188. Par conséquent, les constructeurs des deux châteaux ont eu logiquement recours au matériau disponible à proximité immédiate et le rapprochement n'est au fond, dans ce cas, que le résultat des conditions structurelles.

  • 189 Cf. plus haut.
  • 190 Darsy, « Sabine (basilique de Sainte-) », cit., col. 222.

72Un autre parallèle pourrait être dressé entre les deux forteresses, si l'on suivait le raisonnement proposé par le P. Darsy à propos du vicus altus qu'il découvrit lors des fouilles de 1936. Il affirme que cette voie antique fut bloquée ou intégrée par les constructions médiévales, celle de l'époque des Crescenzi d'abord, puis celle de l'époque des Savelli189. Il existe cependant une deuxième hypothèse, qui considérerait que le vicus altus était devenu une sorte de rue encadrée et surveillée par la forteresse, qui pouvait ainsi en contrôler le passage, ce qui rapprocherait évidemment le castrum Savelli du castrum Caetani, dont c'est une particularité notable que d'encadrer, privatiser et dominer la via Appia. Le P. Darsy fit d'ailleurs le rapprochement de manière explicite, en 1950190. En réalité, les deux hypothèses - bloquer ou insérer la route précédente - sont loin d'être équivalentes. Et au moins pour l'étape du xiiie siècle, force est de constater que l'on ne voit pas, compte tenu de l'enceinte subsistante, par où serait passée l'ancienne voie antique, qui a donc été définitivement coupée, probablement dès le xe siècle si l'on tient compte de l'implantation des bâtiments se rapportant aux Crescenzi, dont a vu qu'ils ont occupé la zone au nord de la basilique bien avant les années 1280.

  • 191 Cf. Procaccini (P.), « Il Castrum Caetani : un mondo medievale all'ombra del mausoleo », dans Via (...)
  • 192 Digard (G.), « Le domaine des Gaetani au tombeau de Cecilia Metella », dans Mélanges Giovanni Batt (...)
  • 193 Registres de Boniface VIII, n°5373.
  • 194 Digard, « Le domaine des Gaetani... », cit., p. 285. Julian Gardner semble attribuer ainsi l'églis (...)
  • 195 Paris (R.), « La storia del monumento », dans Via Ap-pia : il mausoleo di Cecilia Metella e il cas (...)
  • 196 Cependant, la curie se servit de tentes, ce qui implique soit que la demeure était impropre à loge (...)
  • 197 Righetti Tosti-Croce (M.), « Un'ipotesi per Roma angioina : la cappella di S. Nicola nel castello (...)

73Enfin, un dernier point intéressant est la durée des travaux. Ceux du castrum Caetani semblent s'être étendus sur une courte période. Paola Procaccini parle d'une durée de quatorze mois seulement, de mars 1302 à mai 1303191. Selon cet auteur, le cardinal Francesco Caetani a commencé à rassembler les parcelles en mars 1302 et l'opération était achevée un an plus tard, en mars 1303 ; elle suppose par conséquent, que les travaux avaient pu débuter non à la fin des achats fonciers (ce qui ne laisserait qu'un intervalle de trois mois pour la construction), mais dès le début, ce qui constitue de toute façon une durée très courte. En fait, les achats du cardinal ont bien commencé en mars 1302, mais étaient complétés dès l'été suivant192. Quant à la date de mai 1303, comme fin des travaux, je suppose qu'elle repose sur la bulle pontificale du 12 mai, qui établit la chapelle Saint-Nicolas comme église paroissiale du nouveau bourg. La bulle, adressée par Boniface VIII à son neveu, semble en effet impliquer que les travaux étaient achevés : « Cum itaque nuper in loco, qui dicitur Capudbovis, sito prope Urbem in diocesi Albanensi, pro-priis sumptibus quoddam castrum construxe-ris et in eo quandam ecclesiam in honorem Dei omnipotentis et beati Nicolai, sub ipsius sancti vocabulo, fundaveris... »193. En fait, on a parfois contesté l'homogénéité du castrum Caetani et il est bien vrai que les actes de vente des différents biens-fonds au cardinal indiquent l'existence d'une forteresse sur le site appelé « Capo di Bove », d'une tour nommée « Caputvacca », de fortifications, courtines, rempart, maisons, édifices, etc.194. Cependant, Rita Paris a réaffirmé récemment, après la restauration du monument et les nouvelles études menées à cette occasion, l'unité sub-tantielle des parties remontant au début du xive siècle195. On ne peut que lui donner raison, par conséquent la totalité des travaux aujourd'hui visibles doit bien remonter à une période située entre le printemps 1302 et mai 1303. On notera d'ailleurs que le pape Caetani s'est arrêté dans la forteresse de son neveu en octobre 1303, au cours de son voyage de retour à Rome depuis Anagni, ce qui implique que la résidence était probablement près d'être ache-vée196. Enfin, la mort de Boniface VIII, en octobre 1303, marque de toute façon un terme encore plus net aux travaux commandés par la famille Caetani, puisque le château passa rapidement au main d'un autre grande lignage romain, les Savelli justement. Les travaux présentent donc une unité substantielle. À cet égard, il faut faire définitivement justice de l'affirmation selon laquelle la chapelle aurait été élevée par un architecte napolitain, le mythique Masuccio II197.

  • 198 Esposito, Tecniche costruttive murarie medievali..., cit., p. 18, 24, 76, 154-156 et 158.
  • 199 Il y prêtait serment, le 17 février, au pape Boniface VIII, cf. Berthier, L'église de Sainte-Sabin (...)
  • 200 Finke (H.), Aus den Tagen Bonifaz VIII. Funde und Forschungen, Munster-en-Westphalie, 1902, p. XLI (...)
  • 201 Marchetti Longhi, L'Aventino nel Medio Evo, cit., p. 28 et pl. IV ; Il viaggio di Enrico VII in It (...)
  • 202 Cette date du 28 juin provient de la chronique d'Albertino Mussato (voir annexe). Malgré ce témoig (...)
  • 203 Albertino Mussato, « Albertini Mussati Paduani his-toriographi et tragoedi De gestis Heinrici VII (...)
  • 204 Franke (M. E.), Kaiser Heinrich VII. im Spiegel der Historiographie..., Cologne, 1992, p. 122 et 1 (...)
  • 205 Rodolfo Lanciani ajoute qu'en 1313, Henri VII donna ordre aux capitaines impériaux Stefano Colonna (...)
  • 206 Kervyn de Lettenhove (baron J. M. B. C.), « Études sur l'histoire du xiiie siècle. Recherches sur (...)

74Or, on l'a vu dans la partie consacrée à l'historique du château Savelli sur l'Aventin, les textes certifient que celui-ci fut construit, en une courte période, pendant le pontificat ou le cardinalat d'Honorius IV. Rien ne permet donc, si l'on observe le parallèle du castrum de Capo di Bove, de mettre en cause cette affirmation. À cet égard, il faut mentionner ici les analyses de Daniela Esposito sur les maçonneries de l'enceinte. Dans le cadre d'un ouvrage général sur l'appareil « a tufelli » dans le Latium médiéval, riche de nombreuses analyses convaincantes, elle mentionne ou illustre à diverses reprises le château Savelli198. Dans le tableau synthétique des appareils relevés à Rome et de leur datation relative (p. 158), la « Rocca Savelli » est placée en deux campagnes, l'une située dans la seconde moitié du xiiie siècle, l'autre dans le deuxième quart du xive siècle, mais dans la courte notice consacrée au monument (p. 155) est seulement mentionné, après le « xie siècle ottonien », le xiiie siècle et, de manière générique, des reconstructions et amplifications de l'époque médiévale. Par ailleurs, le texte n'explicite nulle part la situation précise des échantillons datés de manière différente et les fiches qui servent de base au tableau susdit ne sont pas publiées. Il paraît plus raisonnable, jusqu'à plus ample information, de considérer que l'édifice est homogène (à l'exclusion bien sûr des réparations et restaurations mentionnées dans la description du monument) et rien n'empêche donc de placer la totalité de la campagne constructive dans le pontificat du pape Savelli, de même que le castrum de Capo di Bove doit être considéré, globalement, comme l'œuvre unitaire du cardinal Francesco Caetani. Une preuve supplémentaire peut être tirée des nombreux séjours qu'effectuent dans le palais les plus grands personnages du temps, entre la fin du xiiie et le début du xive siècle, qui montrent que la résidence était parfaitement fonctionnelle. En 1287-1288, après la mort d'Honorius IV, le conclave eut lieu dans le palais ; en 1292, après celle de Nicolas IV, le conclave fut également commencé sur l'Aven-tin, même s'il fut transféré ensuite dans le couvent de Sainte-Marie-sur-la-Minerve -comme si l'habitude prise lors du conclave précédent avait primé dans un premier temps sur le souvenir de l'épidémie qui avait décimé le collège cardinalice et qui se renouvela d'ailleurs en 1292. En 1295, c'est au château Savelli que réside Charles II d'Anjou199. Au printemps 1302, l'entourage de Charles d'Anjou réside de nouveau à Sainte-Sabine200. En 1312, Henri VII de Luxembourg demeura également à Sainte-Sabine201. Le roi avait d'abord résidé à la tour des Milices mais il transféra sa résidence à l'Aventin le 28 juin, pour avoir ainsi un accès plus facile au Latran, où il avait décidé qu'aurait lieu le couronnement impérial (et non à Saint-Pierre), contrairement à l'interdiction du pape et l'opposition des cardinaux présents à Rome202. Il continuait ainsi de résider dans un site fortifié, une disposition bien nécessaire quand on sait dans quel climat d'animosité le nouvel empereur était arrivé dans la ville éternelle, assez comparable à celui qu'avait connu au même endroit un autre empereur germanique, Otton III. Le 29 juin, jour de la solennité de Saint-Pierre, il se rendit donc à cheval jusqu'à Saint-Jean où eut lieu le couronnement et retourna après à Sainte-Sabine pour le banquet qui lui fit suite. Par « Sainte-Sabine », on doit comprendre la cour du château fortifié des Savelli et non la basilique. Un chroniqueur le confirme d'ailleurs, lorsqu'il raconte que des factions hostiles à Henri VII lancèrent des traits d'arbalète contre l'empereur et sa suite pendant le banquet, en visant l'estrade203. Des historiens, brodant sur ce récit, ajoutent que l'empereur et les siens furent contraints de s'enfuir ; mais il s'agit d'une affirmation gratuite, car elle est contraire à la suite du passage, donnée ici en annexe : tandis que des blessés se réfugièrent à l'abri des toitures des murailles (on doit probablement comprendre par là des bâtiments adossés à l'enceinte), l'empereur fit montre de son courage, en restant ferme malgré la tentative d'intimidation. Par ailleurs, Henri VII continua de résider à Rome jusqu'au 20 août (à part l'intermède de l'expédition contre Tivoli, du 21 juillet au 19 août) et, dès le 4 juillet, était attestée une rencontre décisive dans la résidence de Sainte-Sabine, entre les représentants respectifs de l'empereur et de Frédéric II d'Aragon, roi de Sicile204. Preuve, s'il en était besoin, que le site ne fut nullement abandonné à la suite de l'escarmouche lors du festin du couronnement205. À ces séjours princiers, on peut ajouter celui mentionné par une source à ma connaissance jamais utilisée. Il s'agit des dépêches envoyées par les fils et les ambassadeurs du comte de Flandre, Gui de Dampierre, à celui-ci, lors de leurs pourparlers auprès de la curie romaine. Ils y étaient venus pour obtenir la médiation de Boniface VIII dans le conflit de leur père avec Philippe le Bel, en pressant le pape de ne pas conclure prématurément d'arbitrage pacificateur dans la guerre qui opposait alors la France à l'Angleterre, au détriment des intérêts de la Flandre, alliée à la seconde. Le 30 juin 1298, les fils du comte lui écrivent pour lui expliquer qu'après l'échec de ces négociations (le pape vient de rendre son arbitrage, le 27 juin), ils se sont rendus auprès des ambassadeurs du roi d'Angleterre, pour tenter de se les concilier et notamment pour démentir la rumeur selon laquelle ils s'étaient plaint de ces derniers devant le pape : « Le lundi après le jour Saint-Piere et Sainct-Pol, à eure de viespres, mesires Robert de Flandres, mesires Phelippes et mes-sires Jehans de Namur, fil au conte de Flandres, vinrent au palays de Saincte-Sabine, en l'ostel le conte de Savoie [c'est-à-dire le principal négociateur du côté anglais]... ». Une autre allusion à cette réunion est d'ailleurs fournie par une lettre successive des fils du comte aux ambassadeurs flamands restés à Rome : « vous savés que, un pau devant que nous partismes de Rome, nous euismes consel as frères prêcheurs »206. On aurait donc pu toujours supposer qu'Honorius IV avait habité un palais peu important ou inachevé, attaché qu'il devait être à ce lieu familial ; mais, si le roi de Sicile, les ambassadeurs de la couronne anglaise, puis l'empereur choisirent successivement d'y demeurer, c'est probablement que le palais était habitable et offrait même à la fois le luxe d'une résidence princière et la protection d'une enceinte fortifiée.

75Il convient de donner enfin un autre argument quant à la plausibilité de la construction du castrum Savelli en un temps relativement court. On ne peut négliger le fait qu'Hono-rius IV s'appuyait largement sur la résidence antérieure des Crescenzi pour élever son propre palais. Cela est particulièrement vrai pour les éléments résidentiels, puisque, on l'a vu, ceux-ci s'élevèrent en continuité avec la demeure des Crescenzi, notamment en ce qui concerne les salles H et I. Par conséquent la formulation des chroniqueurs, qui attribuent au pape la construction d'une enceinte, d'un palais et de bâtiments divers, doit s'entendre de la manière habituelle, à savoir comme incluant aussi bien les constructions ex nihilo que les réaménagements de bâtiments préexistants. C'est d'autant plus vraisemblable dans notre site, lorsqu'on considère le cas des précédents constructeurs : les dominicains édifièrent leur couvent, comme on l'a rappelé, en s'appuyant, dans tous les sens du terme, sur la résidence des Crescenzi ; et ceux-ci auparavant n'avaient-ils pas réutilisé les structures paléochrétiennes de la basilique et de ses abords pour constituer leur palais ? On le sait, à Rome, le Moyen Âge a constamment construit « du neuf avec du vieux », non seulement par conservatisme idéologique et parce que la masse des monuments antérieurs y incitait naturellement, mais peut-être aussi parce que les commanditaires pouvaient ainsi, à peu de frais, étendre aisément leur palmarès évergé-tique.

  • 207 Cf. chap. II.4.

76Après ces comparaisons, venons-en à quelques hypothèses d'interprétation propres à la résidence d'Honorius IV. La première perspective d'explication semble devoir être cherchée dans la longue période antérieure à l'accession de Giacomo Savelli au trône pontifical. Rappelons que le prélat fut cardinal-diacre du titre de Sainte-Marie-in-Cosmedin, de 1261 jusqu'à l'année de son élection, 1285, donc pendant plus de vingt ans. Or, le cardinal n'a jamais résidé à côté de l'église dont il était titulaire, un phénomène d'ailleurs attesté pour bien d'autres membres du Sacré Collège au cours du xiiie siècle207. Mais, dans le cas de notre cardinal, le choix de Sainte-Sabine s'explique particulièrement bien, puisque la basilique n'est séparée de la diaconie que par un chemin en pente raide, celui qui conduit encore aujourd'hui, en quelques minutes, de la place de la Bocca della Verità directement au jardin des Orangers. On doit donc sans aucun doute considérer le castrum Savelli comme une résidence de substitution à celle de Sainte-Marie-in-Cosmedin. Cette proposition ne fait que compliquer le problème et multiplie les questions. Pourquoi précisément avoir préféré le site de Sainte-Sabine ? Et comment concilier cette idée avec le fait qu'existait un titre cardinalice - de rang presbytéral cette fois - justement à Sainte-Sabine ? Avant d'en venir à la seconde question, la première nous permet de passer à la seconde ligne d'explication de la création de la résidence de l'Aventin.

  • 208 Cette extension du domaine d'influence pourrait d'ailleurs permettre de confirmer l'attribution tr (...)
  • 209 En dernier lieu Carocci, Il nepotismo nel Medioevo..., cit., p. 178-179 et Bernacchio, « La città (...)

77Le cardinal Giacomo, puis pape Hono-rius IV est avant tout un membre de l'illustre lignée des Savelli. Il agit donc en tant que représentant d'un lignage, tout autant que comme ecclésiastique. Dans cette perspective, il est bien évident que le choix de Sainte-Sabine était guidé par des raisons militaires. Contrairement à la résidence de Sainte-Marie-in-Cosmedin, trop exposée, la hauteur toute proche de l'Aventin offrait la possibilité d'une résidence fortifiée, appuyée à la fois par les conditions naturelles très favorables, par les dispositions défensives antérieures et par la construction de la nouvelle enceinte. Par ailleurs, si le site dominait et permettait d'accéder rapidement à Sainte-Marie-in-Cosmedin, il ne s'agissait que d'un élément secondaire ou plus exactement résultant du but premier : Sainte-Sabine dominait également toute la zone d'influence des Savelli, qui allait du théâtre de Marcellus jusqu'à la zone portuaire du Tibre (Marmorata), en passant par la zone de Sainte-Marie-in-Cosmedin (y compris l'ancien temple dit de la Fortune virile) et l'Aven-tin lui-même208. Je propose donc de voir dans la forteresse un élément essentiel de l'affirmation du lignage Savelli, par l'intermédiaire de son représentant le plus éminent dans ces années. À ce propos, il faut soutenir ici la parfaite validité du schéma affirmé par S. Carocci et N. Bernacchio pour les résidences aristocratiques romaines, le premier du point de vue historique, la seconde dans l'ordre monumental, avec leur distinction de deux « cercles » successifs, celui des demeures des familles mineures, souvent de simples maisons-tours, du moins pour leur noyau principal, implantées au centre de la cité, et celui des palais des barons, qui forment des constellations, généralement situés à la limite de l'abitato209. Le palais de Sainte-Sabine, avec la série de possessions, de tours, d'églises, de ruines qu'il surveille et qu'il couronne, dans une zone peu densément peuplée, représente un paragdime du second type.

  • 210 Et non 1264, comme indiqué erronément dans Eu-bel, Hierarchia catholica..., cit., t. I, p. 44-45 o (...)
  • 211 Benocci (C.), « Niccolò III, i domenicani e la committenza di S. Maria sopra Minerva a Roma », dan (...)
  • 212 Et non le 22 juin, comme indiqué par erreur dans Benocci, « Niccolò III... », cit., ibid. Cf. Regi (...)
  • 213 Le Pogam, « Emplacement marginal des palais pontificaux... », cit.
  • 214 Garms, Juffinger et Ward-Perkins réd., Die mittelalterlichen Grabmäler in Rom..., cit., n°LVII,2.
  • 215 Savignoni (P.), « L'archivio storico del comune di Viterbo », dans ASRSP, t. 18, 1895, p. 315, n°C (...)
  • 216 Registres d'Honorius IV, n°500.

78On n'a pas oublié entre-temps l'autre question restée en suspens : puisque le cardinal Savelli a transféré sa résidence de Sainte-Marie-in-Cosmedin sur l'Aventin, comment se sont déroulées les relations avec les cardinaux titulaires de Sainte-Sabine ? Ces relations ont été inexistantes, pour la raison qu'il n'y a pas eu de cardinal pour la basilique de l'Aventin entre la mort d'Hugues de Saint-Cher, en 1263210, et la nomination d'Hugues Seguin, en 1288 (par parenthèses, deux dominicains, comme on s'y attendrait). Mais il ne s'agit pas d'un hasard. Les dates sont parlantes : à la mort d'Hugues de Saint-Cher, Giacomo Savelli est déjà cardinal titulaire de Sainte-Marie-in-Cosmedin, depuis deux ans ; inversement, en 1288, nous sommes en la première année du pontificat de Nicolas IV, le successeur d'Honorius IV après le long conclave qui avait suivi la mort du pape en 1287. Comment ne pas voir que cette absence de cardinaux à Sainte-Sabine est un fait exprès, voulu par le cardinal puis pape Savelli pour ne pas risquer de conflit avec ses propres intérêts ? Qu'on nous permette une autre observation du même ordre. Après la translation des frères prêcheurs de Saint-Sixte à Sainte-Sabine, en 1221, les pérégrinations de la communauté ne s'arrêtèrent pas là. Peu après le milieu du siècle, les dominicains sont également présents à Sainte-Marie-sur-la-Minerve, probablement parce que le site présentait un caractère plus central. Cependant, les frères semblent hésiter et ne s'approprient pas vraiment ce nouveau lieu. Ce n'est que vers 1275 que les choses changent radicalement : à cette date ils demandent aux religieuses bénédictines qui en avaient encore la propriété de leur céder l'église de la Minerve ; en 1276, ils obtiennent l'indépendance religieuse pour leur nouveau couvent par rapport à la basilique Saint-Marc dont dépendait auparavant l'église211. Enfin, le 24 juin 1280, le pape Nicolas III favorise la reconstruction de Sainte-Marie-sur-la-Minerve, en écrivant aux sénateurs Giovanni Colonna et Pandolfo Savelli (c'est-à-dire le frère de l'encore cardinal Savelli) de contribuer financièrement aux travaux212. Certes, il s'agissait probablement d'une évolution avantageuse pour l'ordre des prêcheurs, qui s'installaient ainsi dans un quartier plus central que l'Aventin213. Pourtant, on n'a jamais rapproché le fait, me semble-t-il, de l'intérêt que pouvait éprouver le lignage, et notamment le cardinal Giacomo, à l'opération : à savoir faire place nette dans le site sur lequel il avait jeté son dévolu. Bien entendu cela ne signifie pas pour autant que la communauté dominicaine ait alors totalement déserté Sainte-Sabine. Ainsi, en 1282-1283 résidait au couvent Hugues Aysselin, célèbre lecteur en théologie et futur cardinal214. Par ailleurs, une négociation dans le conflit entre la commune de Viterbe et les Orsini (cf. le chapitre sur Soriano) a lieu en 1286 au couvent de Sainte-Sabine, dans la chambre de « domini Angeli Petri Ma-thei iudicis », cité également le premier parmi les témoins, comme « fratre consilio ordinis fratrum predicatorum de Urbe »215. Enfin, il est bien évident que le séjour du pontife n'était pas forcément négatif pour le couvent et la carrière de ses membres : le 28 mai 1286, Ho-norius IV nomme Jacques de Pérouse, prieur de Sainte-Sabine, comme archevêque de Florence, l'un des plus importants et prestigieux diocèses de toute la péninsule216.

  • 217 Berthier, Le couvent de Sainte-Sabine..., cit., p. 444 n. 2.
  • 218 Cf. chapitre II.1.

79Sur la valeur d'affirmation aristocratique de la forteresse de l'Aventin, un autre indice n'a, semble-t-il, jamais été relevé. On a noté, au cours de la chronologie des travaux, que Mgr Mario Ruffini, au xvie siècle avait fait retirer les armoiries d'Honorius IV du palais pour y substituer celles de Paul III, raison pour laquelle les religieux lui intentèrent un procès. Cette affirmation provient du P. Berthier et, malheureusement, je ne suis pas parvenu à en retrouver la source217. Il s'agit pourtant d'une information crédible, car elle doit s'appuyer sur les actes du procès subséquent, et on ne voit pas comment les parties auraient pu inventer ce détail, ni comment ils auraient pu confondre les armoiries d'Honorius IV avec celles d'un de ses successeurs. En effet, nous avons la chance de connaître les armoiries d'Honorius IV, puisqu'il faisait partie d'un lignage romain usant celles-ci et dont des exemples contemporains sont conservés pour d'autres membres de la famille (notamment les deux tombeaux des Saints-Boniface-et-Alexis mentionnés plus haut ou ceux de l'Ara-cœli). D'autre part, nous l'avons vu dans l'analyse monumentale, il y a tout lieu de croire que ces armoiries se trouvaient sur le principal accès de la forteresse, c'est-à-dire à côté de la porte de la tour D, là où l'on voit encore les traces d'écussons armoriés (qui pourraient être ceux de Paul III). Par conséquent, nous tenons là un témoignage exceptionnel : ce serait le seul cas connu d'emploi de ses armoiries personnelles par Honorius IV. En outre, placées sur sa principale résidence romaine, ces armoiries s'inscrivent au cœur de la série de celles qui vont de Nicolas III à Boniface VIII et permettent de mieux comprendre la naissance d'une héraldique propre aux pontifes218.

  • 219 Parmi divers témoignages, cf. par exemple celui édité par Fumi (L.) et Cerlini (A.), « Una continu (...)
  • 220 Pawlicki, Papst Honorius IV..., cit., p. 92 ; cf. aussi mon article « Un monumento poco conosciuto (...)
  • 221 Voir notamment Le Pogam, « Otton III sur le Palatin ou sur l'Aventin ?... », cit.
  • 222 Cf. Paravicini Bagliani (A.), Medicina e scienze della natura alla corte dei papi nel Duecento, Sp (...)

80Il nous reste à envisager un dernier ordre de réflexion, certes mineur, mais qui peut entrer en ligne de compte dans l'explication de la résidence Savelli sur le Mont Aventin. Probablement né vers 1210, le cardinal puis pape était donc un homme âgé dans les années qui doivent concerner la création et l'utilisation de la forteresse (vers 1280-1287). Or Giacomo Savelli, surtout dans ses dernières années, fut marqué par de nombreuses souffrances physiques. Le prélat était atteint par la goutte et la maladie était si grave qu'elle contraignait le pape à se déplacer en litière et qu'elle l'empêchait presque de célébrer les sacrements219. En même temps, et malgré son infirmité, Giacomo Savelli se montra toujours d'une extrême force de caractère, cette conjonction impressionnant fortement ses contemporains. À cet égard, on rappellera que le cardinal avait établi un premier testament en 1279 ; et qu'après son accession sur le trône pontifical il confirma ses dispositions par une donation post-testamentaire, ce qui témoigne d'une préoccupation courante chez les cardinaux, mais dont on ne retrouve aucun autre exemple pour un pape du xiiie siècle, un fait qui est donc significatif. Par ailleurs, on sait qu'Hono-rius IV a fait de Tivoli son lieu de résidence estival habituel, probablement pour des raisons hygiénistes - les bains sulfureux de l'Aquae Al-bulae peuvent avoir été utiles à un podagre220. Or l'Aventin était réputé depuis l'Antiquité pour son climat relativement favorable par rapport au reste de la ville221. Il n'est donc pas impossible que le choix du site, dès l'époque du cardinalat, ait relevé également d'une optique personnelle, afin d'assurer au prélat les meilleures conditions possibles d'existence en fonction de sa maladie, dans un site élevé, isolé et ombragé. Bien entendu, nous rejoignons ici les réflexions plus générales d'A. Paravicini Bagliani sur les papes du xiiie siècle et leurs rapports complexes au corps, à la vieillesse, à la maladie, des conditions certainement non indifférentes quant aux résidences des pontifes. Pourtant, il faut remarquer qu'on ne connaît pas de médecin personnel d'Hono-rius IV, malgré l'abondance d'informations rassemblées sur les médecins des cardinaux et pontifes. Un seul cas peut être cité, mais il ne s'agit que d'une identification probable, faite depuis le xvie siècle à partir d'une historiette rapportée par Filippo Villani. Celui-ci raconte seulement que le fameux Taddeo Alderotti, professeur au studium de Bologne, soigna un pape pour une affection mortelle, ce qui s'accorderait bien avec le cas d'Honorius IV, sauf quant au fait qu'il en ait guéri222. Enfin, il faut bien avouer aussi que le climat de l'Aventin ne s'est pas toujours révélé d'une efficacité parfaite. À la mort d'Honorius IV, précisément, pendant le long conclave qui se tint dans la résidence de Sainte-Sabine, une grande partie des cardinaux périt lorsque l'été romain commença à faire sentir ses effets délétères jusque sur la colline. Et Nicolas IV, en toute ingénuité, n'hésitait pas à rappeler que, s'il avait été élu comme successeur d'Honorius, c'est essentiellement parce qu'il avait eu le mérite de survivre au fléau, en remplissant sa cellule de conclaviste de fumigations aromatiques.

Notes

1 « Rocca Savella si delinea invece come un vero unicum nel panorama dell'architettura civile e militare della Roma del Duecento... », Bernacchio (N.), « La città turrita », dans Bonifacio Vili e il suo tempo. Anno 1300 il primo giubileo [Exposition. Rome. 2000], p. 73-78, cf. p. 77.

2 Spécialement : Darsy (F.), Ricerche archeologiche a S. Sabina, Cité du Vatican, 1968. Il faut souligner que cet ouvrage, qui constitue la somme des recherches du P. Darsy sur le site, est cependant paru à titre posthume, ce qui explique ses quelques défauts (erreurs ou présentation confuse).

3 Marchetti Longhi (G.), L'Aventino nel Medio Evo, Rome, 1947 (l'ensemble de l'opuscule est d'ailleurs approximatif et presque dépourvu de références précises).

4 Krautheimer (R.), Rome, portrait d'une ville, 3121308, Paris, 1999 (éd. angl. orig. Princeton, 1980), p. 798 et p. 812.

5 Delogu (P.), « Castelli e palazzi. La nobiltà duecentesca nel territorio laziale », dans Roma anno 1300, p. 705717, cf. p. 711.

6 Pistilli (P. F.), « L'architettura a Roma tra il 1198 e il 1254 », dans Roma nel Duecento, Romanini (A. M.) dir., Turin, 1991, p. 1-71, cf. p. 8-10.

7 Esposito (D.), Tecniche costruttive murarie medievali. Murature "a tufelli" in area romana, Rome, 1997, p. 18, 24 (fig. 1), 76 (fig. 4), 154-156 (notice p. 155, n. 3) et 158.

8 Bernacchio, « La città turrita », cit., cf. p. 77.

9 Sartor (A.), Il monte murato. L'Aventino e il Tevere : storia iconografia progetti, Rome, 1990, cf. p. 22-29 (le relevé général p. 25 n'est pas non plus exact).

10 Cf. Gigliozzi (M. T.), I palazzi del papa..., Rome, 2003, p. 39-40 n. 18. Sur la porosité de cette frontière dans l'architecture résidentielle, voir ici chap. II.4. J'ai également donné un résumé italien du présent chapitre dans Le Pogam (P.-Y.), « Il caso del "castello Savelli" sull'Aventino », dans « Domus et splendida palatia »... cit., p. 77-87.

11 Battaglia (R.), L'Aventino nella Rinascita e nel Baroccoattraverso i documenti iconografici, Rome, 1942, p. 15.

12 Sartor, Il monte murato. L'Aventino e il Tevere..., cit., rassemble un corpus d'images en fin de volume, p. 46-70, très abondant, mais incomplet ; le commentaire, aux p. 3436 n'apporte rien pour notre propos.

13 Berlin, Kupferstichkabinett, 79 D2A, fol. 91v°-92.

14 La gravure, qui fait partie de la série des Vestigii dell'Antichità di Roma publiée en 1575, est redessinée (et datée erronément de 1577) dans Darsy, Ricerche archeologiche a S. Sabina, cit., fig. 82 ; il convient donc d'utiliser plutôt une autre reproduction, par exemple la notice n°3 de Piranesi e l'Aventino [Exposition. Rome. 1998]. La gravure de Dupérac a été également copiée par divers membres de la famille Sadeler : Egidius II Sadeler (v. 1560-1629), gravure publiée à Prague en 1606, cf. Arrigoni (P.) et Bertarelli (A.), Piante e vedute di Roma e del Lazio conservate nella Raccolta delle stampe e dei disegni, Castello Sforzesco, Milan, 1939, n°2050 ; Mark Sadeler (1614-1660) : Rome, Istituto nazionale per la Grafica, inv. FN 40694, coll. vol. 263, pl. 21.

15 Ce dessin ainsi que l'ensemble du codex qui le contient intitulé « Disegni de le ruine di Roma e come anticamente erono » posent de délicats problèmes d'attribution, de datation et donc de rapport avec la série de gravures similaires de Dupérac. Thomas Ashby, le découvreur du codex (aujourd'hui à la Pierpont Morgan Library de New York), datait celui-ci de 1581 ou 1582 et l'attribuait à Dupérac, une position impossible à tenir depuis qu'on sait que l'artiste était retourné en France dès 1578. Rudolf Wittkower, dans une étude de 1960 parue en 1963, attribuait également le codex à Dupérac mais le datait antérieurement à la série de gravures, voir Disegni de le ruine di Roma e come anticamente erono, facsimilé, Wittkower (R.) intr., Milan, 1963. J'ai utilisé l'édition récente Le antiche rovine di Roma nei disegni di Du Pérac, facsimilé, Wittkower (R.) intr., s.l., 1990, cf. p. 17-19 et notamment p. 21 et 26 sur les fol. 12v°-13 avec la vue de l'Aventin (pl. 22). Selon Wittkower, le dessin correspondant à l'Aventin pourrait remonter à 1561-1565, avec une mise à jour en 1569. Enfin Henri Zerner a refusé l'attribution à Dupérac et a daté les dessins, qu'il considère donc comme une copie parfois modifiée des gravures par un artiste proche de Dupérac, de 1574 environ, cf. Zerner (H.), « Observations on Dupérac and the Disegni de le ruine di Roma e come anticamente erono », dans Art bulletin, t. 47, 1965, p. 507-512. Les arguments de Zerner sont convaincants, mais on verra plus loin qu'ils posent problème en ce qui concerne la vue de l'Aventin. Je remercie chaleureusement pour ses informations Emmanuel Lurin, dont la thèse en cours porte sur Dupérac (Paris IV, dir. A. Mérot).

16 Stuttgart, Kupferstichkabinett, Sammelband niederländischer Landschaftzeichnungen, fol. 68 et 77, cf. Egger (H.), Römische Veduten. Handzeichnungen aus dem XV. bis XVIII. Jahrhundert zur Topographie der Stadt Rom, 2e éd. 1931-1932, 2 vol., vol. 1, p. 36 et 46, pl. 68 et 114. Leur dessinateur anonyme est appelé l'« Anonyme Fabriczy », du nom du premier auteur ayant décrit l'album qui les contient.

17 Proportions absurdes, perspective défaillante, détails approximatifs : seule l'impression d'une occupation dense du site peut être retirée de la gravure.

18 Roma veduta : disegni e stampe panoramiche della città dal xv al xix secolo [Exposition. Rome. 2000-2001], p. 163, n°23.

19 Frutaz (A. P.), Le piante di Roma, Rome, 1962, 3 t., t. III, pl. 363 (édition de 1676 ; cf. aussi pl. 428, édition de 1756).

20 Car très vagues, lointains ou recomposés, cf. Rôthlis-berger (M.), Claude Lorrain. The drawings, Berkeley-Los Angeles, 1968, 2 vol., n°43, 207, 794, 1082.

21 Vienne, Albertina, n°24252, vers 1640-1645. Cf. Rôth-lisberger, Claude Lorrain..., cit., n°453 ; voir aussi Claude Lorrain e i pittori lorenesi in Italia nel xvii secolo [Exposition. Rome. 1982], n°110.

22 Rome, Istituto nazionale per la Grafica, n°125.241. Cf. Battaglia, L'Aventino..., cit., pl. IV et surtout Rôthlisberger, Claude Lorrain..., cit., n°1237 où l'œuvre est attribuée au Maître du groupe bleu ou le catalogue Vedute romane. Disegni dal xvi al xviii secolo [Exposition. Rome, Gabinetto nazionale delle Stampe. 1971], n°33, où elle est donnée au seul élève connu de Claude, Angeluccio.

23 Cf. The drawings of Nicolas Poussin, Friedländer (W.) et Blunt (A.) dir., Londres, 1963, 5 vol., vol. IV, p. 45 n°277 et pl. 216 (Florence, Offices, Santarelli 8101r°) et p. 57 n°B 37 et pl. 225 (Oxford, Christ Church, FF 9).

24 Rome, Istituto nazionale per la Grafica, inv. FC 894 93, coll. vol. 50, H 14.

25 Briganti (G.), Gaspar Van Wittel..., Rome, 1966, p. 208-211, n°103-114. Pour les deux exemplaires de Rome, musées capitolins et galerie Pallavicini, cf. aussi Garms (J.), Vedute di Roma. Dal Medioevo all'OttocentoNaples, 1995, t. 1, pl. coul. 70 (la légende est erronée ; il faut lire « Le Tibre et le Ponte Rotto vers l'Aventin »), t. 2, p. 50, n°A61.

26 Londres, British Museum, cf. Garms, Vedute di Roma..., cit., t. 2, p. 31, n°A30.

27 Rome, Ordre souverain de Malte et Galerie Doria Pamphilj, cf. notices n°6 et 9 de Piranesi e l'Aventino..., cit.

28 Crescimbeni (G. M.), Stato della basilica... di Santa Maria in Cosmedin, Rome, 1719, Libro III, cap. III : « Del Teatro degli Arcadi... », p. 131.

29 Vienne, Albertina, atlas Stosch n°834 ; cf. Garms, Vedute di Roma..., cit., p. 436, n°H96.

30 Vedute di Roma, dalla Biblioteca Apostolica Vaticana, collezione Thomas Ashby, s.l. [Cité du Vatican], Biblioteca Apostolica Vaticana, 1988, n°14.

31 Cf. notice n°21 de Piranesi e l'Aventino..., cit.

32 Dijon, musée des Beaux-Arts, cf. L'Italia vista dai pittori francesi del xviii e xix secolo [Exposition. Rome, Palazzo delle Esposizioni. 1961], p. 175, n°375.

33 Vienne, Albertina, inv. n°12081, cf. Egger, Römische Veduten..., cit., vol. 1, p. 46 et pl. 112.

34 Scalabroni (L.), Giuseppe Vasi, 1710-1782, Rome, 1981, n°183, 183 bis et 371 (ce dernier exemplaire co-signé par Piranèse, le brillant - et infidèle - disciple de Vasi).

35 Londres, British Museum, cf. Garms, Vedute di Roma..., cit., p. 138, n°C71 ; la légende est erronée ; il faut lire « Vue de l'Aventin (Sainte-Sabine) depuis les palais impériaux sur le Palatin » et non « Vue... (Sainte-Prisque)... ».

36 Darsy (F.), Santa Sabina, Rome, 1961, p. 142, fig. 50.

37 Montauban, musée Ingres, cf. Vedute di Roma di Ingres [Exposition. Rome, Palazzo Braschi. 1958], n°87 et pl. X.

38 Cf. par exemple Mariani (V.), Bartolomeo Pinelli, Rome, 1948, p. 94 et suiv., notamment p. 98. Il existe une gravure très proche de Luigi Rossini, cf. Di Gioia (V.), « Il quartiere moderno dell'Aventino. Dall'isolamento del colle al "Villagio dei giornalisti" (1925-1930) », dans Studi romani, t. 43, 1995, p. 56-80, pl. X.

39 Cf. Frutaz, Le piante di Roma, cit., t. III, pl. 495 et notice n°22 de Piranesi e l'Aventino..., cit.

40 On reviendra en conclusion sur l'attitude similaire de l'aristocratie romaine du xiiie siècle.

41 Le Pogam (P.-Y.), « Ottonili sur le Palatin ou sur l'Aventin ? Les résidences aristocratiques de l'Aventin au xe siècle, notamment celle de Sainte-Sabine », dans MÉFRM, t. 116, 2004, vol. 2, p. 595-609. Entre la rédaction de ce travail et sa parution est paru un article de Santan-geli Valenzani (R.), « La residenza di Ottone III sul Palatino : un mito storiografico », dans Bullettino della commissione archeologica comunale di Roma, t. 102, 2001, p. 163168 qui propose la même solution.

42 En ce qui concerne la désignation des parties du site et leur orientation, voir plus bas la remarque liminaire à la description monumentale.

43 Darsy, Ricerche archeologiche a S. Sabina, cit., p. 28.

44 Le Pogam, « Otton III sur le Palatin ou sur l'Aventin ?... », cit.

45 Bullarium ordinis Fratrum Praedicatorum, Ripoll (T.) éd., t. I, Rome, 1729, n°XXIX.

46 Cf. Le Pogam (P.-Y.), « Emplacement marginal des palais pontificaux et "recentrage urbain" dans la Rome du xiiie siècle », dans Les palais dans la ville. Espaces urbains et lieux de la puissance publique dans la Méditerranée médiévale [Actes de la table ronde, Avignon, 3-5 décembre 1999], Boucheron (P.) et Chiffoleau (J.) dir., Lyon, 2004, p. 141-163.

47 Est mentionné également un baptistère, situé dans la demeure concédée ; on n'a pas pu jusqu'à présent trouver trace de ce bâtiment, ni en proposer une localisation précise. Cependant, le fait que le P. Darsy ait identifié comme des thermes une partie des structures romaines sous le quadriportique en avant de la basilique pourrait incliner à situer dans cette zone le baptistère. Cela coïnciderait également avec le fait que la demeure concédée par le pape semble avoir correspondu essentiellement avec les restes du quadriportique et avec la salle I.

48 Darsy, Santa Sabina, cit., p. 32.

49 On songe, pour cette disposition peu fréquente, au cas de figure parallèle du Mont-Saint-Michel.

50 Darsy, Santa Sabina, cit., p. 33 et 139.

51 Tillmann (H.), « Ricerche sull'origine dei membri del collegio cardinalizio nel xii secolo », dans Rivista di storia della Chiesa in Italia, t. 29, 1975, p. 363-402, cf. p. 391-393 ; cf. aussi Carocci (S.), Il nepotismo nel Medioevo. Papi, cardinali e famiglie nobili, Rome, 1999, p. 116.

52 Pressutti (P.), Regesta Honorii papae III, 2 vol., Rome, 1888-1895, vol. 1. Les bulles n°89, 153 et 553 sont réattribuées par l'éditeur lui-même à Honorius IV ; pour la bulle n°196, l'éditeur indique « apud Sanctam Sabinam » avec un point d'interrogation (il s'agit d'une bulle de confirmation adressée à saint Dominique, ceci expliquant probablement la falsification) ; quant au n°878, il n'est pas mis en doute par Pressuti. Pourtant, pas moins de huit autres bulles sont datées du même jour, le 13 novembre 1217, du Latran, où le pape est d'ailleurs attesté par les bulles immédiatement successives, du 15 novembre ; il doit donc s'agir ici aussi d'un faux.

53 Et non en 1288 comme pourrait le faire croire l'inscription, qui suit le style de la Nativité, cf. Garms (J.), Juf-finger (R.) et Ward-Perkins (B.) réd., Die mittelalterlichen Grabmäler in Rom und Latium vom 13. bis zum 15. Jahrhundert, t. 1. Die Grabplatten und Tafeln, Rome-Vienne, 1981, n°VI,1.

54 Sur les deux monuments, d'ailleurs disparus, cf. Pace (V.), « Committenza aristocratica e ostentazione araldica nella Roma del Duecento », dans Roma medievale. Aggiornamenti, Delogu (P.) dir., Florence, 1998, p. 175-191 ; repris dans Pace (V.), Arte a Roma nel Medioevo..., Naples, 2000, p. 175-197, cf. p. 189-190 et fig. 6 et 8.

55 Garms, Juffinger et Ward-Perkins réd., Die mittelalterlichen Grabmàler in Rom..., cit., t. 1, n°LVII,9.

56 Le premier élément de réponse consiste dans la réticence bien connue des ordres mendiants à admettre des sépultures laïques et étrangères à leur ordre dans leurs églises, du moins au début de leur existence. Mais cela ne suffit pas ici, car, dès 1272, on trouve à Sainte-Sabine la plaque tombale d'une aristocrate, l'épouse de Matteo Rosso Orsini, cf. Garms, Juffinger et Ward-Perkins réd., Die mittelalterlichen Grabmàler in Rom..., cit., t. 1, n°LVII,1. Un début d'explication pourrait provenir de l'observation d'un phénomène parallèle au xe siècle : au moment où le site sert probablement de résidence à la famille Crescenzi, c'est également à Saint-Boniface que ses membres se font ensevelir. Par ailleurs, on verra in fine que cette attitude trouve peut-être une explication dans la « privatisation » de la basilique par les Savelli, qui en faisait certes une église familiale, mais la rendait aussi probablement moins accessible aux fidèles et moins propre à l'exaltation du lignage.

57 Voir les textes dans l'annexe. À noter que la même idée se retrouve également dans le latin classique de Cia-conius, mais ce dernier s'inspirant sans aucun doute des chroniqueurs susdits ne constitue pas une source supplémentaire. Voir également ci-dessous.

58 Pawlicki (B.), Papst Honorius IV, Munster, 1896, p. 93.

59 L'idée a été reprise, sans référence à Pawlicki et de manière totalement acritique, par Lanciani (R.), Storia degli scavi di Roma e notizie intorno le collezioni romane di antichità, Rome, 1903-1912, 4 vol., vol. I, p. 31-32.

60 Voir les textes dans l'annexe.

61 Vacca (F.), « Memorie di varie antichità trovate in diversi luoghi della città di Roma, scritte da Flaminio Vacca nel 1594, ora date più corrette, e più compite », dans Fea (C.), Miscellanea filologica critica et antiquaria..., t. 1, Rome, 1790, p. LI-CVI, cf. § 80, p. LXXXVIII.

62 Autrefois édité par M. Prou dans les Les registres d'HonoriusIV, Paris, 1886-1888, n°823, p. 576 ; consulter désormais l'édition de Paravicini Bagliani (A.), I testamenti dei cardinali nel Duecento, Rome, 1980, p. 199-200.

63 Traduction et commentaire dans Krautheimer, Rome, portrait d'une ville..., cit., p. 812-813.

64 Paravicini Bagliani, I testamenti dei cardinali nel Duecento..., cit., p. 480.

65 Cf. l'introduction de Maurice Prou aux Registres d'HonoriusIV, p. XVI.

66 Rodocanachi (E.), Una cronaca di Santa Sabina sull'Aventino, Rome-Turin-Florence, 1898, cf. le texte aux années indiquées ci-dessous et la synthèse de certains de ces éléments (essentiellement l'évolution du loyer pour les jardins loués par les religieux) réalisée par Rodocanachi lui-même p. XXIII.

67 Rodocanachi, Una cronaca di Santa Sabina sull'Aventino..., cit., rapporte et commente longuement l'histoire p. 7-8, dont voici le début : « Il detto cardinale con i suoi cortigiani intorno a questo tempo trovano in un muro vicino alla chiesa di S. Sabina un gran tesoro, del che in un libro antico si trova l'infrascritta scrittura : "In palatio horti iste cardinalis invenit in pariete proximo tribunae maiori, cuius ad huc est patens ruptura et foramen, magnam sum-mam auri et pecuniarum in argento et auro..." ».

68 Il s'agissait d'une résidence secondaire pour le cardinal, dont la demeure principale se trouvait dans le cœur de la ville, près de S. Maria in Via Lata (il constitue aujourd'hui le noyau le plus ancien du palais Colonna).

69 « Fatius Sanctorius Card. hortorum amoenitate eleganti praecinxit, aedibus instauratis. », Martinelli (F.), Roma ex ethnica sacra sanctorum Petri et Pauli apostolica praedicatione profuso sanguine, 2e éd. Rome, 1668, p. 297 ; « Palatium.s. Sabinae in quo Honorius .iii. et alter .iiii. Eugeniusque .ii. pontifices habitaverunt est antiquum ac devotum : quodquidem reveren. Car. montis regalis instauravit : postea vero a Fatio Sanctor. Viterb. eiusd. tituli Cardi., cum Viridario in nonnullis locis instauratum, in quo loco erant aedes sabinae ro. », Albertini (F.), Opus-culum de mirabilibus novae et veteris urbis Romae, Rome, 1510 ; Schmarsow (A.) éd., Heilbronn, 1886 ; réimpr. dans Five early guides to Rome and Florence, Murray (P.) éd., Westmead, 1972, fol. Yii (le cardinal de « montis regalis » est le cardinal Auxia de Podio, évèque de Montereale).

70 La découverte a été faite par Keaveney (R.), « A fresco cycle by Raffaelino del Colle in the palazzo Rondanini », dans Antologia di belle arti, t. 2, 1978, n°6, p. 125-133, cf. p. 128 et p. 133 n. 14. Sur toute la question, ainsi que sur les liens étroits des différents membres de la famille Ruffi-ni avec le clan Farnèse qui en découlent, voir les ouvrages de Zapperi (R.), Tiziano, Paolo III e i suoi nipoti, Turin, 1990, notamment p. 101-102 et La leggenda del papa Paolo III. Arte e censura nella Roma pontificia, Turin, 1998.

71 Zapperi, La leggenda del papa Paolo III..., cit., p. 25, 28 et 30.

72 Lequel sera plus particulièrement au service du neveu de Paul III, le « grand cardinal » Alessandro Farnese, cf. ibid. passim et Robertson (C.), 'Il gran cardinale. Alessandro Farnese, patron of the arts, New Haven-Londres, 1992, passim et surtout p. 231-232.

73 Le contrat de 1545 a été publié une première fois par Bentivoglio (E.), « Documenti per il "completamento" della porta S. Spirito di Antonio da Sangallo jr. », dans Studi romani, t. 33, 1985, n°1-2, p. 78-82, cf. p. 80 n. 9, puis par Bianchi (L.), « Le fortificazioni del Monte di Santo Spirito e il bastione di Antonio da Sangallo », dans Studi romani, t. 41, 1993, p. 243-277, cf. p. 257 n. 39, d'après une copie du xixe siècle, et à nouveau par Bentivoglio (E.), « Documenti romani di architettura arte e storia dei secoli XV e XVI », dans Quaderni del dipartimento patrimonio architettonico e urbanistico, t. 10, 2000, n°19-20, p. 53-112, cf. p. 93, d'après l'original entre-temps redécouvert. Le contrat de 1548 a été édité par Bianchi (L.), Roma. Il monte di Santo Spirito tra Gianicolo e Vaticano..., Rome, 1999, p. 157 n. 32.

74 Eubel (C.) et alii, Hierarchia catholica medii et recen-tioris aevi, Monasterii-Patavii, 1898-1978, 8 t, cf. t. III.

75 Berthier, Le couvent de Sainte-Sabine..., cit., p. 444 n. 2. On reviendra plus loin sur cette information.

76 Je n'ai pas trouvé d'information sur ce membre de la famille. Il s'agit peut-être de la même personne (une « signora Ruffini ») citée encore en 1591 comme payant un loyer pour le jardin, cf. Berthier, (J. J.), L'église de Sainte-Sabine à Rome, Rome, 1910, p. 531. En tout cas, le passage de la maison à un autre lignage correspond peut-être au déclin des Ruffini : en 1579, Alessandro Ruffini, le neveu de Mario auquel on a fait allusion plus haut, était mort couvert de dettes.

77 Muñoz (A.), Il restauro della basilica di Santa Sabina, Rome, 1938, p. 48-53 (publication du livre de compte de D. Fontana, daté du 16 février 1587), cf. p. 48, voir aussi p. 49 (« Colla fatta sopra la finestrella remurata del Capi-zuca ») ; Darsy, Santa Sabina, cit., p. 109 (texte un peu adapté). Il est bien sûr impossible de dire aujourd'hui si cet aménagement remontait seulement au xvie siècle ou s'il correspondait à une disposition antérieure. Il faut noter que les témoignages que j'ai rassemblés ailleurs montrent que, même s'il s'agit alors d'une nouveauté, elle ne serait pas impensable dans la résidence pontificale des années 1285, puisqu'attestée chez un cardinal dans les mêmes années ; cf. le chapitre II.3.

78 Muñoz, Il restauro della basilica..., cit., p. 51 : « Per haver strasportate 6 colonne di sotto la stanza del Capozuca a mezzo la ghiesa con 6 pessi d'architravi antichi 5 lapide e altri sassi piccoli ».

79 Berthier, L'église de Sainte-Sabine..., cit., p. 398.

80 Cela semble pouvoir ressortir des indications données par Ughelli (F.), Genealogia nobilium Romanorum de Capisucchis..., Rome, 1653, p. 3-4, mais il pourrait être aussi le frère puîné de Camillo. Sur son épouse et ses enfants, cf. p. 7, à compléter par les notices citées plus bas.

81 Ughelli, Genealogia nobilium Romanorum de Capisucchis..., cit., p. 33.

82 Giansante (M.), notices « Capizucchi, Biagio », « Capizucchi, Camillo » et « Capizucchi, Ludovico » (ce dernier étant un autre fils de Mario), dans Dizionario biografico degli Italiani, t. 18.

83 Ginnasi était cardinal depuis 1604, mais pas titulaire de Sainte-Sabine comme le prétend la chronique publiée par Rodocanachi, ce qui confirme la dichotomie entre la résidence et la basilique.

84 Ugonio (P.), Historia delle stationi di Roma che si celebrano la quadragesima..., Rome, 1588, fol. 13v°.

85 Berthier, L'église de Sainte-Sabine..., cit., p. 37 (furent alors vendues 86 charretées de pierre) ; mais p. 3637 le même auteur parle de la fin du xviie siècle et de 1680 (à la suite de la construction de la chapelle Sainte-Catherine, au nord de la basilique) comme époque de la destruction. C'est probablement de Berthier que vient l'affirmation de G. Marchetti Longhi, qui mentionne une démolition dès 1612 du palais des Savelli, mais sans donner de référence, cf. Marchetti Longhi, L'Aventino nel Medio Evo, cit., p. 27.

86 Mais les deux notices biographiques consultées ne font aucune allusion à la résidence du cardinal sur l'Aven-tin ; il ne s'agissait probablement pour le cardinal que d'une villégiature secondaire par rapport à sa demeure principale, située rue des Botteghe Oscure. Cf. Brunelli (G.), dans Dizionario biografico degli Italiani et Aubert (R.), dans Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastique, ad vocem.

87 Selon Berthier, L'église de Sainte-Sabine..., cit., p. 3637, ce sont les héritiers du cardinal Ginnasi qui reconstruisirent la demeure.

88 Comme l'attestent le plan de Nolli de 1748 ou, un peu plus tard, Nerini : « Is [Pandolfo Savelli] Honorii IV. Pont. Maximi frater fuit, atque in Aventino habitabat prope S. Sabinae templum eo plane loco, ubi nunc Familiae Gymnasiae domus sita est [...] », cf. Nerini (F.), De templo... Bonifacii et Alexii, Rome, 1752, p. 259.

89 Acquaro Graziosi (M. T.), L'Arcadia, trecento anni di storia, Rome, 1991, p. 19.

90 Crescimbeni, Stato della basilica... di Santa Maria in Cosmedin, cit., p. 128-130.

91 Venuti (R.), Accurata e succinta descrizione [...] di Roma moderna, 1766, 2 voi., cf. voi. 2, p. 371.

92 Voir plus haut.

93 Briganti, Gaspar Van Wittel..., cit., n°113.

94 Un plan de 1835, de G. Mayr, pourrait faire croire que le bâtiment H et ses annexes existaient encore à cette date, mais cela résulte visiblement du fait qu'il s'agit d'un plan de moins grande qualité, reproduisant des plans antérieurs, cf. Frutaz, Le piante di Roma, cit., t. III, pl. 499.

95 Frutaz, Le piante di Roma, cit., t. III, pl. 476 (Pietro Ruga) et 485 (Angelo Uggeri). L'apparente contradiction entre le plan de 1826, où les bâtiments existent encore, et l'estampe de 1825, où ils ont déjà disparu, doit s'expliquer à cause des décalages fréquents entre relevés, gravure et publication des plans. On pourrait éventuellement reconnaître encore une trace de l'amphithéâtre en 1852, dans le dessin du parterre nord-ouest du jardin des Ginnasi, cf. ibid., pl. 514 (A. Fornari).

96 Rome, Istituto nazionale per la Grafica, inv. 8009, fol. 44 (le dernier mot est difficile à lire). Alberto Alberti : 1526-1599 et Leandro Alberti : 1553-1615.

97 Rodocanachi, op. cité ; cf. aussi Berthier (J. J.), Le couvent de Sainte-Sabine à Rome, Rome, 1912, p. 42-45, 58-59, 63-64.

98 Voir : Descemet (Ch.), « Mémoire sur les fouilles exécutées à Santa Sabina (1855-1857) », dans Mémoires présentés par divers savants à l'Académie des inscriptions, 1ère sér., t. 6/2, 1864, p. 165-202 ; à consulter de préférence à l'article antérieur de 1857, Descemet (Ch.), « Fouilles de Sainte-Sabine », dans Annali... Istituto di corrispondenza archeologica, t. 29, 1857, p. 62-73 et planche dans Monumenti... Istituto di corrispondenza archeologica, t. 6, 1857, pl. IV, plus court (et planche moins claire).

99 Sur la muraille servienne, cf. Quoniam (P.), « À propos du mur dit de Servius Tullius », dans MÉFR, t. 59, 1947, p. 41-64 ; sur les fouilles en général et notamment sur le sanctuaire isiaque, cf. Darsy, Ricerche archeologiche..., cit., passim et la préface de Franz Cumont (qui est la reprise d'un article de 1945).

100 Le 22 juillet 1874, AGOP, XI, 3360. Le 21 décembre 1896, les héritiers du propriétaire, Cesare Partini, vendaient le jardin à Costantino Galluppi, ibid. Il faut souligner ici que les cotes AGOP, XI, 3330 et 3360 correspondent à des dossiers de volume très important (plusieurs cartons), non classés et non subdivisés en sous-cotes, ce qui ne facilite ni la recherche, ni la citation. C'est pourquoi je ne peux mentionner ici que la cote générale, ainsi que la date des documents.

101 Darsy, Santa Sabina, cit., p. 44.

102 Placidi (P.), « Sui colerosi accolti a Santa Sabina nel lazzaretto comunale nel settembre e ottobre del 1884 », dans Bullettino della Commissione speciale d'igiene del Municipio di Roma, 1884 ; Forti Messina (A. L.), « L'Italia dell'Ottocento di fronte al colera », dans Storia d'Italia, Annali, t. 7, Malattia e medicina, Turin, 1984, p. 431-494, cf. p. 463-467 sur le choléra dans les années 1880 ; Piccialuti Caprioli (M.), « Amministrazione pubblica e istituzioni assistenziali dal 1861 al 1911 », dans Storia d'Italia. Le regioni dall'Unità a oggi. Il Lazio, Turin, 1991, p. 367-442, cf. p. 413.

103 Lanciani (R.), « Recenti scoperte di Roma e del suburbio », dans Bullettino della Commissione archeologica comunale di Roma, t. 21, 1893, p. 3-29, cf. p. 3.

104 C'est ce que montrent les découvertes rapportées par Lanciani dans l'article mentionné ci-dessus et celles du P. Darsy en 1936, qui semblent concerner uniquement la période antique.

105 7 mars 1898, AGOP, XI, 3360. La manœuvre était courante et se retrouve pour d'autres propriétés des dominicains italiens.

106 AGOP, XI, 3360, extraits du cadastre de 1899.

107 D'après un document du 6 novembre 1915 (mise en location du jardin des Ginnasi par les dominicains irlandais), AGOP, XI, 3360.

108 On remarquera que l'on doit une grande reconnaissance au P. Berthier, qui, agissant en sous-main, réussit à empêcher la réalisation de ce projet monstrueux en opposition à son propre ordre religieux ; AGOP, XI, 3330, passim et surtout XI, 3360 où une note postérieure lève l'anonymat.

109 Racheli (A. M.), Restauro a Roma, 1870-2000, Architettura e città, 2e éd., Venise, 2000, notice n°101 ; on trouvera une appréciation plus indulgente dans Bellanca (C.), La Basilica di Santa Sabina e gli interventi di Antonio Muñoz, Rome, 1999 et Bellanca (C.), Antonio Muñoz. La politica di tutela dei monumenti di Roma durante il governatorato, Rome, 2003, p. 104-122.

110 AGOP, XI, 3360. Le P. Berthier mène cette fois campagne, pour le compte de l'ordre, afin d'obtenir la cession du lazaret et de l'ancien couvent, promettant en échange de restaurer et d'ouvrir au public le cloître médiéval. Les négociations de Berthier et du R. P. Alessandroni, le recteur du collège des missions Saint-Thomas, avec les différentes autorités de la commune et de l'État (le maire de Rome, son adjoint aux monuments, son adjoint aux biens patrimoniaux, le commissaire royal extraordinaire pour la commune, la Commission provinciale des monuments de Rome, la Direction générale pour les Antiquités et les Beaux-Arts) sont serrées, mais n'aboutissent finalement pas, notamment pour des raisons financières (la commune n'ayant pas les moyens de transférer le lazaret).

111 Cf. aussi, pour une mise en perspective générale des transformations de l'Aventin dans ces années, les deux articles de Di Gioia (V.), « Il quartiere moderno dell'Aventino... », dans Studi romani, t. 43, 1995, p. 56-80 et p. 297319.

112 Il s'y trouve encore, sous le nom d'Istituto Lazzaro Spallanzani, et est toujours spécialisé dans les maladies infectieuses et tropicales.

113 AGOP, XI, 3360. Comme lors des négociations de 1913-1914, les dominicains s'engagèrent à restituer le cloître dans son état de 1870 et à l'ouvrir au public, deux points toujours respectés aujourd'hui. Par ailleurs, les objets trouvés occasionnellement ou au cours de fouilles devaient revenir, selon le contrat, au gouvernement, une disposition qui ne semble pas avoir été appliquée.

114 Et non pas en 1934, comme mentionné dans Darsy, Ricerche archeologiche..., cit., p. 26. Cf. Marignani (E.), « Un giardino pubblico sull'Aventino », dans Capitolium, t. 8, 1932, p. 224-231.

115 Faure (G.), Jardins de Rome, s.l., 1959, p. 112 ; De Vico Fallani (M.), Raffaele De Vico e i giardini di Roma, s.l.s.d. [Florence, 1985], p. 113-114.

116 Le portail provient de la villa Balestra sur la via Flaminia.

117 Marignani, « Un giardino pubblico sull'Aventino », cit., p. 230.

118 AGOP, XI, 3360, abondante correspondance du R. P. Gillet avec le gouverneur de Rome, le prince Bon-compagni Ludovisi, et avec le surintendant A. Muñoz (1933-1935).

119 Muñoz, Il restauro della basílica..., cit., p. 22.

120 On trouvera une appréciation critique du bâtiment dans Racheli, Restauro a Roma..., cit., p. 122.

121 Calogero Bellanca défend avec conviction l'œuvre créatrice de Muñoz, notamment dans ses réalisations pour Sainte-Sabine qu'il compare avec les travaux des plus grands architectes du début du xxe siècle, cf. Bellanca, Antonio Muñoz..., cit., p. 222. Il est cependant frappant de voir que les exemples cités datent tous de la première décennie du siècle, une génération avant les travaux du couvent.

122 Elles aboutirent notamment à l'identification d'un sanctuaire isiaque dans certaines des substructions antiques. Sur celui-ci, on trouvera une mise à jour bibliographique récente dans Ensoli (S.), « I santuari di Iside e Serapide a Roma e la resistenza pagana in età tardoanti-ca », dans Aurea Roma, Dalla città pagana alla città cristina [Exposition. Rome. 2000-2001], p. 284.

123 Il faut reconnaître que dans le contexte des éventre-ments de la Rome contemporaine il s'agissait d'un acte banal, cf. notamment Manacorda (D.) et Tamassia (R.), Il piccone del regime, Rome, 1985.

124 À part la notice « Sabine (basilique de Sainte-) », parue dans le Dictionnaire d'archéologie chrétienne et de liturgie, t. 15, Paris, 1950, col. 218-238, la publication scientifique des fouilles dut attendre le volume de 1968, Ri-cherche archeologiche a S. Sabina, cit.

125 Sartor, Il monte murato. L'Aventino e il Tevere..., cit., p. 22 et passim.

126 Voir le catalogue des représentations au début du chapitre.

127 D'ailleurs, il faut reconnaître que ces restes n'apparaissaient même plus de manière claire dans Lanciani (R.), Forma Urbis Romae, Milan, 1893.

128 Le P. Berthier affirme que les murs ouest et est (mentionnés comme « nord » et « sud » dans son texte) qui encadrent la place ont été restaurés en 1639 et 1730. Quant à la démolition du mur méridional, qui a permis de créer ce qui est aujourd'hui la place Pietro d'Illiria, elle eut lieu en 1614, cf. Berthier, L'église de Sainte-Sabine..., cit., p. 97 et Darsy, Santa Sabina, cit., p. 60.

129 Cf. Lanciani, Forma Urbis Romae, cit. et surtout l'édition récente de ses carnets de croquis préalables : Appunti di topografia romana nei codici Lanciani della Biblioteca Apostolica Vaticana, Buonocore (M.) éd., t. 3, Rome, 2000, p. 218 (fol. 271v°).

130 Le dessin de Coccetti signalé dans le répertoire iconographique pourrait confirmer l'existence de cette tour encore au début du xviiie siècle, car on pourrait identifier le haut mur visible à l’extrême droite avec l’angle ouest de la tour ; mais on ne peut pas l’affirmer de manière univoque, la vue étant coupée précisément après le début de ce mur.

131 Muñoz, Il restauro della basílica..., cit., p. 16 et texte publié p. 53 : « Messer Tarquinio Cabalucci m.ro di strada per haver fatto sbassare delle strade di s.ta Sabina et innanzi la porta di detta chiesa canne trecento quarantatre p.mi 939 di terra... ». L’information m’a été aimablement signalée par Anna Sereni.

132 AGOP, XI, 3360, extrait du cadastre de 1899.

133 Le système a été noté par Delogu : « Castelli e palazzi... », cit., p. 711.

134 Un dessin d'Antonio Bertaccini montre que, vers le milieu du xixe siècle, le mur principal était déjà en grande partie ruiné dans sa partie supérieure (il ne s'élevait plus que jusqu'au niveau des courtines adjacentes), tandis que les deux murs latéraux s'étaient mieux conservés, comme aujourd'hui ; cf. Rome, Istituto nazionale per la Grafica, Antonio Bertaccini, Taccuino di disegni (1846-1847), inv. 1594, fol. 12184.

135 Les deux propriétés devaient donc être réunies dans les mêmes mains à cette époque, mais je n'ai pas trouvé d'information à ce propos.

136 Malheureusement les armoiries qui ornaient le tympan sont buchées et l'inscription peinte sur l'architrave est illisible sauf les dernières lettres, qui doivent être CARD[i-nalis].

137 Je remercie la Surintendance archéologique de Rome, pour m'avoir fourni le relevé ici utilisé.

138 Descemet, « Mémoire sur les fouilles exécutées à Santa Sabina (1855-1857) », cit., p. 170 et pl.

139 L'étude récente de Luca Della Santa et Luca Giuggiolini, dans le cadre d'une « tesi di laurea » de la faculté d'architecture de l'université de Roma « La Sapienza », sous la direction des prof. G. Carbonara et C. Bellanca (soutenue en 2002), devrait permettre de clarifier bien des points. Il faut souhaiter que ce travail soit publié. Dans le même ordre d'idées, je regrette de n'avoir pu consulter la « tesi di laurea », apparemment restée inédite, de Marco d'Agostino, Il complesso monumentale di S. Sabina nella topografia medievale dell'Aventino, soutenue à l'université de Roma « La Sapienza », sous la direction de la Prof. Letizia Pani Ermini en l'année académique 1983-1984.

140 Contrairement à ce qui a été affirmé par Quoniam, « À propos du mur dit de Servius Tullius », cit., p. 42.

141 Je remercie chaleureusement la Surintendance archéologique, pour m'avoir autorisé à étudier et reproduire ces relevés.

142 Un plan et des élévations du bâtiment sur lequel s'est appuyée la construction de la bibliothèque se trouvent dans AGOP, XI, 3330. Ils pourraient faire croire à l'existence d'un bâtiment encore largement debout ; heureusement, une note (évidemment ajoutée après coup et écrite par le P. Darsy, dont on reconnaît l'écriture et les initiales) précise qu'il s'agit « seulement » d'une manière de détourner la réglementation sur la protection du patrimoine : ce sont des relevés fictifs destinés à justifier les nouvelles constructions, qui n'auraient pas eu le droit d'être réalisées si elles ne remplaçaient pas un édifice précédent ; seuls les deux murs latéraux de la bibliothèque reproduisent à peu près un bâtiment préexistant, en ruine complète au moment des travaux. Ce qui confirme ce que laissait deviner l'observation des parements.

143 Krautheimer (R.) et Corbett (S.), « S. Sabina », dans Krautheimer (R.) et alii, Corpus basilicarum christianarum Romae, t. IV, Rome, 1970, p. 84.

144 Cf. ci-dessus.

145 Pani Ermini (L.), « Forma Urbis e Renovatio muro-rum in età teodoriciana », dans Teoderico e i Goti tra Oriente e Occidente, Carile (A.) dir., Ravenne, 1995, p. 171-225 ; le paragraphe est repris dans Ead., « Roma da Alarico a Teoderico », dans Transformations of Urbs Roma in the Late Antiquity, Harris (W. V) dir., Portsmouth, 1999, p. 3552 ; les deux articles sont rééd. dans Eadem, Forma e cultura della città altomedievale : scritti scelti, Giuntella (A. M.) et Salvatore (M.) dir., Spolète, 2001, p. 199-233 et 181-198, sur l'idée ici résumée cf. respectivement p. 213 et p. 191.

146 Darsy, Ricerche archeologiche..., cit., p. 74 ; Darsy, Santa Sabina, cit., p. 9-10.

147 Berthier, Le couvent de Sainte-Sabine..., cit., p. 42.

148 Pani Ermini (L.) et Giordani (R.), « Recenti ritrovamenti archeologici a S. Sabina », dans Studi romani, t. 31, 1983, p. 49-53 ; l'article est repris à peu près tel quel dans la contribution suivante, ce pourquoi on citera désormais uniquement cette dernière : Pani Ermini (L.), « Recenti scoperte nel complesso di S. Sabina nell'Aventino », dans Archeologia laziale VI. Sesto incontro di studio del comitato per l'archeologia laziale, Rome, 1984, p. 294-299, cf. p. 297-298. Ces sondages s'inscrivaient dans un programme d'ensemble, sous la direction de Mme Floriani Squarciapino, qui visait également à la remise en ordre des dossiers du P. Darsy et au rangement des fragments sculptés du haut Moyen Âge trouvés à diverses occasions sur le site ; sur ce programme, cf. le petit résumé donné par Floriani Squar-ciapino (M.), « Aventino pagano e cristiano. La zona di Santa Sabina e del Palazzo Savelli », dans Scavi e ricerche archeologiche degli anni 1976-1979, 2 t., Rome, 1985, t. 2, p. 257-259.

149 Je ne tiens pas compte ici de très nombreuses irrégularités et restaurations, dont les principales sont les suivantes : 1ère travée, grande porte du xvie siècle ayant bouleversé le parement ; 4e travée, parement en brique jaune de restauration sur les deux tiers inférieurs ; 9e travée : parement en brique jaune de restauration sur la partie basse.

150 Mme Pani Ermini semble considérer ce type constructif comme appartenant au haut Moyen Âge ; mais elle confirme plus loin qu'il est difficile de faire le partage entre ce qui pourrait appartenir à l'époque des Crescenzi et ce qui revient aux Savelli.

151 Les deux baies à remplage se trouvaient exactement au centre et du côté sud de l'abside principale, comme le montre une photographie antérieure aux restaurations publiée par Racheli, Restauro a Roma..., cit., p. 385. Ces deux baies ne sont guère citées dans la littérature sur la basilique, mais elles devraient dater du xve siècle, par comparaison avec des éléments similaires dans l'architecture romaine (à Sainte-Anastasie ou à l'hôpital du Saint-Esprit, pour ne citer que quelques exemples du pontificat de Sixte IV). Cela coïnciderait parfaitement avec la construction de l'absidiole sud par le cardinal Auxia, vers 1483. Par ailleurs je ne sais sur quelles bases Darsy rapporte ces baies aux travaux entrepris par le cardinal titulaire Giulio Cesari-ni, en 1441 (réparation du toit, ouverture de la porte latérale) ; cf. Darsy, Santa Sabina, cit., p. 36.

152 Le cloître est la seule partie du couvent remontant à la période du Moyen Âge central qui ait suscité un certain intérêt ; pourtant, même cet édifice ne bénéficie que d'une bibliographie très mince : voir essentiellement Pistilli (P. F.), « L'architettura a Roma tra il 1198 e il 1254 », cit., p. 8-10.

153 Rodocanachi, Una cronaca di Santa Sabina..., cit., passim.

154 Voir par exemple une photographie ancienne du cloître dans AGOP, XIV, 950, 3a, n°126.

155 Berthier, L'église de Sainte-Sabine..., cit., p. 524 ; Darsy, Santa Sabina, cit., p. 139. Le P. Darsy donne, probablement par lapsus, l'année 1518, ce qui serait incomptabile avec les dates de Bandinello De Saulis, qui n'a été cardinal du titre de Sainte-Sabine que de 1511 à 1516 (cf. Eubel, Hierarchia catholica..., cit., t. III, ad vocem). Le P. Ber-thier affirme que l'on voit les armoiries du cardinal dans la voûte, mais il ne précise pas desquelles il entend parler.

156 Il s'agit donc de la galerie sud, contrairement à ce qu'affirme le P. Berthier, L'église de Sainte-Sabine..., cit., p. 536, qui parle de la galerie du cloître « du côté du chapitre », donc orientale (à moins qu'à son époque le chapitre ne se soit tenu non dans l'aile orientale comme aujourd'hui, mais dans l'aile méridionale, comme à l'origine, ce qui expliquerait son affirmation).

157 Mme Ermini le mentionne comme une tour d'angle datant peut-être de la phase des Crescenzi, mais son argumentation n'est pas développée. Il faut noter que divers plans montrent qu'il y avait une petite construction flanquant le bâtiment J du côté nord, vers l'extrémité ouest, à l'emplacement de l'actuel escalier, et donc tangeant avec l'extrémité nord du bâtiment K. Celle-ci pourrait donc avoir un lien avec ce problème (reste de tour ? ou simple annexe ?), cf. AGOP, XI, 3360, extrait du cadastre de 1899 et AGOP, XIV, 950, 2a.7., n°2, plan s. d. (probablement vers 1920). Par ailleurs, il faut signaler que Mme Ermini mentionne une seconde « tour d'angle » à l'autre extrémité de l'aile J, donc à l'angle nord-est du cloître, dont on voit mal où elle se situe exactement, Pani Ermini, « Recenti scoperte... », cit., p. 298.

158 Darsy, Ricerche archeologiche..., cit., p. 98 ; Darsy, Santa Sabina, cit., p. 31.

159 Pani Ermini, « Recenti scoperte... », cit., p. 294-297.

160 Pani Ermini, « Recenti scoperte... », cit., p. 298.

161 Darsy (F. [M.-D.]), « Titres funéraires chrétiens à Sainte-Sabine », dans Miscellanea Giulio Belvederi, Cité du Vatican, 1954, p. 451-463, p. 456.

162 Darsy, Santa Sabina, cit., p. 25, 30, 115. En revanche, Mgr Serafini faisait remonter la construction jusqu'au IXe siècle et aux interventions d'Eugène II (824-827) sur la basilique, connues par les sources. Serafini (Mgr A.), Torri campanarie di Roma e del Lazio nel Medioevo, Rome, 1927, p. 94-96.

163 Ibid., passim notamment p. 97 n. 3.

164 Priester (A. E.), The belltowers of medieval Rome and the architecture of renovatio, Ph. D. Diss., Princeton University, 1990, cf. p. 11, 48 et surtout p. 106.

165 Ibid., p. 111 ; cf. aussi Priester (A. E.), « The belltowers and building workshops in medieval Rome », dans Journal of the Society of architectural historians, t. 52, 1993, p. 199-220. À propos de cette thèse, un peu excessive, d'une spécialisation de certains maîtres d'œuvre dans la construction et la décoration des clochers, voir par exemple les critiques mesurées de Parlato (E.) et Romano (S.), Rome et Latium romans, La Pierre-Qui-Vire, 1992, p. 22 et passim dans les monographies, par exemple p. 88.

166 par erreur, Krautheimer et Corbett parlent ici de collatéral nord ; cf. Krautheimer et Corbett, « S. Sabina », cit., p. 80.

167 Ibid., fig. 70.

168 Ibid., fig. 71.

169 J'ai pu pénétrer dans la salle basse du bâtiment N ; mais elle est très difficile à voir, car presque entièrement occupée par un orgue. Elle semble dotée d'une voûte d'arêtes.

170 Cf. plus haut dans l'historique du site.

171 Quant au grand portail qui sert actuellement d'entrée au jardin, il appartient lui aussi au xviie siècle, mais n'a été installé ici qu'en 1937.

172 Voir les monographies sur le Latran et sur la résidence de Sainte-Marie-Majeure. La reconstitution du palais de l'Aventin est reproduite dans Berthier, Le couvent de Sainte-Sabine..., cit., fig. 103.

173 Très certainement parce qu'ils attribuaient les travaux au pape Honorius III, à cause de l'erreur historique mentionnée ci-dessus, y compris avant son accession au pontificat, lorsqu'il n'était encore que le cardinal Cencius, donc à la fin du xiie siècle (mais aucun d'eux ne l'affirme explicitement ; il ne s'agit que de ma reconstruction du raisonnement).

174 Bernacchio, « La città turrita », cit., p. 77.

175 Pistilli, « L'architettura a Roma tra il 1198 e il 1254 », cit., p. 8-10. On notera que, malgré l'assimilation erronée traditionnelle d'Honorius III aux Savelli, l'auteur parvient à une datation exacte de la forteresse par le biais de ces comparaisons.

176 Malborghetto, Messineo (G.) dir., Rome, 1989, cf. p. 130-135 sur l'enceinte médiévale (où l'auteur mentionne également la comparaison avec les fortifications de l'Aven-tin et de la via Appia).

177 Ce dernier, l'acte de vente du bien-fonds au chapitre de Saint-Pierre, est édité ibid., p. 23 : « ...Castrum seu Burgum Sancti Nicolai de Arcu Virginis ipsius Consolelli cum munitionibus seu muris novis et antiquis intus et de foris existentibus, et cum quadam munitione que vocatur trullum cum palatio in ipso trullo existenti, et cum domibus terrin. [à restituer en "terrineis"] in ipso castro existenti-bus... ».

178 Ibid., p. 24, 130, 134 n. 89. L'auteur mentionne par exemple le fait que la technique des « tufelli » est alors relativement récente ce qui pourrait correspondre au terme « novis » des documents de 1263 et 1278. En réalité le terme n'apparaît pas dans le document de 1263 ; et de toute façon on ne peut pas en déduire un élément de datation fine, à cause du caractère parfaitement générique de l'expression. À la rigueur, on pourrait interpréter « novis » comme une allusion aux fortifications médiévales par opposition à « antiquis » qui représenterait une évocation du bâtiment antique.

179 Ibid., p. 17, fig. 11.

180 Il n'existe pas d'étude sur le château de Ninfa ; on trouvera une première approche dans Carbonara (G.), « Edilizia e urbanistica a Ninfa », dans Ninfa, una città, un giardino. Atti del colloquio (7-9 ottobre 1988), Rome, 1990, p. 223-245, aux p. 227-228.

181 Coste (J.), Boniface VIII en procès. Articles d'accusation et dépositions des témoins, Rome, 1995, doc. H182.

182 Voir les photographies avant restauration, Antonelli (C.), « Fotografie di Ninfa (1905-1980) », dans Ninfa, una città, un giardinocit., p. 383-384, ill. 1 et 16.

183 Carocci, Il nepotismo nel Medioevo..., cit., p. 89-93 ; Ninfa 1298 : testimonianze sull'acquisizione di Ninfa da parte di Pietro II Caetani, raccolte ed illustrate in occasione del settimo centenario, Carbonetti (C.) et Vendittelli (M.) éd., Rome, 1998. Significativement, l'acquisition de Ninfa de la part de Pietro II Caetani commença aussitôt après la bulle du 23 mai 1297, par laquelle Boniface VIII excommuniait les Colonna. Voir aussi le chapitre sur Orvieto, pour le pseudo-échange par lequel le pape masqua le don fait à son neveu des droits de l'Église sur Ninfa.

184 Ninfa 1298..., cit., p. 30 et passim.

185 Cf. chap. II.1.

186 Descemet, « Mémoire sur les fouilles exécutées à Santa Sabina (1855-1857) », cit., p. 166 ; Borgnana (C.), Del castello e della chiesa de' Caetani nella via Appia, Rome, 1866, p. 10-11.

187 Battaglia, L'Aventino..., cit., p. 6.

188 Cf. les études géologiques résumées dans Via Appia : il mausoleo di Cecilia Metella e il castrum Caetani, Paris (R.) dir., Milan-Rome, 2000, aux p. 95-99.

189 Cf. plus haut.

190 Darsy, « Sabine (basilique de Sainte-) », cit., col. 222.

191 Cf. Procaccini (P.), « Il Castrum Caetani : un mondo medievale all'ombra del mausoleo », dans Via Appia : il mausoleo di Cecilia Metella e il castrum Caetani, cit., p. 4463, p. 47.

192 Digard (G.), « Le domaine des Gaetani au tombeau de Cecilia Metella », dans Mélanges Giovanni Battista De Rossi, recueil de travaux publiés par l'Ecole française, Supplément aux MEFR, t. 12, 1892, p. 281-290 et col. 913-926, cf. p. 281 et p. 284-287. Le domaine de Capo di Bove proprement dit fut acheté pour un tiers le 14 mars (Registres de Boniface VIII, n°5402-5403), pour un second tiers le 15 mars et pour le dernier tiers en trois actes distincts des 15 mars, 17 mars et 19 juillet 1302 (ibid., n°5404-5408). L'autre partie de la propriété « Tor Perrone » fut achetée le 21 août suivant.

193 Registres de Boniface VIII, n°5373.

194 Digard, « Le domaine des Gaetani... », cit., p. 285. Julian Gardner semble attribuer ainsi l'église Saint-Nicolas au milieu du xiiie siècle, Gardner (J.), « Il patrocinio curiale e l'introduzione del gotico : 1260-1305 », dans II Gotico europeo in Italia, Pace (V.) et Bagnoli (M.) dir., Naples, 1994, p. 85-88, cf. p. 85.

195 Paris (R.), « La storia del monumento », dans Via Ap-pia : il mausoleo di Cecilia Metella e il castrum Caetani, cit., p. 4-25, cf. p. 15. Elle montre bien cependant que certaines parties ont pu être remaniées suite à l'incendie partiel de 1312, par les troupes de l'empereur Henri VII et que l'enceinte présente moins de soin dans la construction que les autres bâtiments, pour des raisons de dignité (p. 19). Sur ce dernier point, le vieil ouvrage de Borgnana, souvent dépassé, donnait également une hypothèse intéressante, Borgnana, Del castello e della chiesa de' Caetani..., cit., p. 11, en supposant que l'enceinte avait été élevée d'abord, à la hâte, avant que l'on procède plus tranquillement aux autres travaux de construction.

196 Cependant, la curie se servit de tentes, ce qui implique soit que la demeure était impropre à loger toute la suite du pape, soit que la construction était encore en cours, cf. Paravicini Bagliani (A.), Bonifacio VIII, Turin, 2003, p. 303. À cette occasion, des travaux furent réalisés, probablement d'aménagement ; cf. Libri rationum Camerae Bonifatii papae VIII (Archivum secretum Vaticanum, collect. 446 necnon Intr. et ex. 5), Schmidt (T.) éd., Cité du Vatican, 1984, n°2696.

197 Righetti Tosti-Croce (M.), « Un'ipotesi per Roma angioina : la cappella di S. Nicola nel castello di Capo di Bove », dans Roma anno 1300, p. 497-503, cf. p. 500. Selon l'auteur, cette attribution aurait été affirmée par Melchior-ri en 1834 - Melchiorri (G.), Guida metodica di Roma..., Rome, 1834, 3 vol., cf. vol. 3, p. 775 - mais surtout avant lui par Celano en 1692. Par conséquent le personnage de Masuccio II et l'affirmation de Melchiorri ne proviendraient pas de l'ouvrage de De Dominici de 1747, comme l'ont suggéré des auteurs contemporains. En réalité ces derniers - Previtali (G.), La fortuna dei primitivi dal Vasari al neoclassicismo, Turin, 1964, p. 67-68 ; Bologna (F.), Ipittori alla corte angioina di Napoli (1266-1414), Rome, 1969, p. 5 - ont raison. Le texte original de Celano ne contient rien sur le pseudo-Masuccio II ; ce sont seulement les ajouts de l'éditeur du xixe siècle, clairement inspirés par De Dominici, qui le mentionnent (sans d'ailleurs faire nulle référence à Capo di Bove), cf. Celano (C.), Notizie del bello, dell'antico e del curioso della città di Napoli, Naples, 1692 ; Id., con aggiunzioni... del Cav. Giovanni Battista Chiarini, éd. Naples, 1856, cf. t. I, p. 150. Enfin, notons que, dans l'ouvrage de De Dominici destiné à assurer la primauté de Naples sur toutes les autres écoles artistiques et donc farci de biographies imaginaires, celle consacrée à « Masuccio II » parlait de toute façon de manière générique de travaux au service d'un cardinal neveu du pape, qui serait un neveu de Boniface VIII, et d'une église à Rome dont le chantier aurait été interrompu en 1318 par l'invitation de l'artiste à Naples, cf. De Dominici (B.), Vite dei pittori, scultori ed architetti napoletani, Naples, 1742, 3 t., cf. t. I, p. 37-38. L'identification de cette église avec la chapelle de Capo di Bove remonte donc bien seulement à Melchiorri et ne repose que sur les élucubrations de Dominici.

198 Esposito, Tecniche costruttive murarie medievali..., cit., p. 18, 24, 76, 154-156 et 158.

199 Il y prêtait serment, le 17 février, au pape Boniface VIII, cf. Berthier, L'église de Sainte-Sabine..., cit., p. 84.

200 Finke (H.), Aus den Tagen Bonifaz VIII. Funde und Forschungen, Munster-en-Westphalie, 1902, p. XLII.

201 Marchetti Longhi, L'Aventino nel Medio Evo, cit., p. 28 et pl. IV ; Il viaggio di Enrico VII in Italia, Tosti-Croce (m.) éd., Città di Castello, 1993, p. 116-118 : reproduction du banquet au fol. 24 du célèbre manuscrit commandé par Baudouin de Luxembourg, archevêque de Trèves et frère de l'empereur, et consacré principalement au voyage italien de celui-ci (Coblence, Landeshauptarchiv).

202 Cette date du 28 juin provient de la chronique d'Albertino Mussato (voir annexe). Malgré ce témoignage, je me demande s'il ne faudrait pas l'anticiper légèrement. On remarquera que les fidèles d'Henri VII tués lors de combats de rue à Rome et enterrés à Sainte-Sabine sont décédés avant le 28 juin. Ainsi l'abbé de Weissenburg est mort le 26 mai ; il semble peu vraisemblable qu'on ait attendu un mois pour lui donner une sépulture. Par conséquent, ces plaques funéraires sont un indice non négligeable du fait que l'empereur occupait la résidence de Sainte-Sabine depuis plus longtemps. Cf. Garms, Juffinger et Ward-Perkins rad., Die mittelalterlichen Grabmäler in Rom..., cit., n°LVII, 5 à LVII, 7. Il faut cependant ajouter que d'autres compagnons de l'empereur, tués entre le 26 mai et le 13 juin, furent inhumés à Sainte-Marie-in-Aracœ-li ; cf. ibid. n°XXVIII, 22 à XXVIII, 25.

203 Albertino Mussato, « Albertini Mussati Paduani his-toriographi et tragoedi De gestis Heinrici VII caesaris Historia Augusta », dans Muratori (L. A.), RIS, t. 10, Milan, 1727, col. 9-568, col. 463 ; voir le texte en annexe.

204 Franke (M. E.), Kaiser Heinrich VII. im Spiegel der Historiographie..., Cologne, 1992, p. 122 et 180.

205 Rodolfo Lanciani ajoute qu'en 1313, Henri VII donna ordre aux capitaines impériaux Stefano Colonna et Riccardo Annibaldi et au maréchal de Flandre de détruire la forteresse où il avait logé un an auparavant ; Lanciani, Storia degli scavi di Roma..., cit., t. 1, p. 32, sans réf. Je n'ai rien trouvé qui confirme cette assertion ; on peut probablement supposer que Lanciani a confondu la résidence des Savelli sur l'Aventin avec le castrum Caetani sur la Via Ap-pia, passé à cette date aux Savelli, alors à la tête du parti-impérial. En juillet 1312, en effet, après s'être emparé de cette forteresse, l'empereur ordonne que l'on mette le feu aux défenses et que l'on aplanisse les fossés.

206 Kervyn de Lettenhove (baron J. M. B. C.), « Études sur l'histoire du xiiie siècle. Recherches sur la part que l'ordre de Cîteaux et le comte de Flandre prirent à la lutte de Boniface VIII et de Philippe le Bel », dans Mémoires de l'Académie royale de Bruxelles, t. 27, rééd. par Migne (J.-P.), dans Patrologia latina, t. 185, col. 1833-1920, passages cités aux col. 1874 et 1879.

207 Cf. chap. II.4.

208 Cette extension du domaine d'influence pourrait d'ailleurs permettre de confirmer l'attribution traditionnelle de la fameuse maison des Crescenzi, entre le temple dit de la Fortune virile et Saint-Nicolas-in-Carcere, à cette dernière famille dont on sait que les Savelli poursuivent en partie leur assiette territoriale.

209 En dernier lieu Carocci, Il nepotismo nel Medioevo..., cit., p. 178-179 et Bernacchio, « La città turrita », cit. Bien entendu, il ne s'agit pas d'imposer à la réalité un schématisme excessif, comme le souligne Allegrezza (F.), « CR de Roma nei secoli XIII e XIV. Cinque saggi », dans Archivio storico italiano, t. 153/4, 1995, p. 763-769, à propos de l'essai de S. Carocci concerné par ce compte rendu ; mais les auteurs cités ci-dessus ne tombent nullement dans ce travers, comme ils le montrent par exemple avec le cas des Orsini.

210 Et non 1264, comme indiqué erronément dans Eu-bel, Hierarchia catholica..., cit., t. I, p. 44-45 ou Cristofori (F.), Storia dei cardinali, t. I Cronotassi, Rome, 1888, p. 127 ; on trouvera la notice la plus complète sur ce personnage célèbre, premier cardinal de l'ordre dominicain, dans le Dictionnaire de théologie catholique, t. 7, 1ère partie, col. 221-239.

211 Benocci (C.), « Niccolò III, i domenicani e la committenza di S. Maria sopra Minerva a Roma », dans Roma anno 1300, p. 585-600, cf. p. 588 ; voir surtout Palmerio (G.) et Villetti (G.), Storia edilizia di S. Maria sopra Minerva in Roma, Rome, 1989, p. 25-26, 28, 31-33, qui complètent et corrigent le texte précédent : pas d'attestation explicite d'une installation à Sainte-Marie-sur-la-Minerve avant 1275 ; dans les chapitres provinciaux de 1281, 1282 et 1285, le site de Sainte-Sabine est encore considéré comme le seul couvent dominicain à Rome et le prieur de la Minerve n'est mentionné pour la première fois qu'en 1287. On remarquera la coïncidence avec les dates du pontificat d'Ho-norius IV.

212 Et non le 22 juin, comme indiqué par erreur dans Benocci, « Niccolò III... », cit., ibid. Cf. Registres de Nicolas III, n°1084.

213 Le Pogam, « Emplacement marginal des palais pontificaux... », cit.

214 Garms, Juffinger et Ward-Perkins réd., Die mittelalterlichen Grabmäler in Rom..., cit., n°LVII,2.

215 Savignoni (P.), « L'archivio storico del comune di Viterbo », dans ASRSP, t. 18, 1895, p. 315, n°CXXXV. On trouve aussi dans ces mêmes années (les datations oscillant entre les environs de 1270 et la fin du xiiie siècle) une statuette de dominicain qui a dû appartenir à un tombeau monumental de Sainte-Sabine ; cf. D'Achille (A. M.), dans Roma nel Duecento, Romanini (A. M.) dir., Turin, 1991, p. 218 ; Garms (J.), Telesko (W.) et Sommerlechner (A.), réd., Die mittelalterlichen Grabmäler in Rom und Latium vom 13. bis zum 15. Jahrhundert, t. 2. Die Monumentalgräber, Vienne, 1994, p. 168 ; Bonifacio VIII e il suo tempo. Anno 1300 il primo giubileo [Exposition. Rome, Palazzo Venezia. 2000], n°154.

216 Registres d'Honorius IV, n°500.

217 Berthier, Le couvent de Sainte-Sabine..., cit., p. 444 n. 2.

218 Cf. chapitre II.1.

219 Parmi divers témoignages, cf. par exemple celui édité par Fumi (L.) et Cerlini (A.), « Una continuazione orvietana della cronaca di Martin Polono », p. 117, donné dans l'annexe.

220 Pawlicki, Papst Honorius IV..., cit., p. 92 ; cf. aussi mon article « Un monumento poco conosciuto, il palazzo vescovile di Tivoli », dans Atti e memorie della Società tibur-tina di storia e d'arte, t. 76, 2003, p. 133-178.

221 Voir notamment Le Pogam, « Otton III sur le Palatin ou sur l'Aventin ?... », cit.

222 Cf. Paravicini Bagliani (A.), Medicina e scienze della natura alla corte dei papi nel Duecento, Spolète, 1991, p. 3536.

Table des illustrations

Légende Fig. 154 - Rome, Aventin, plan de situation générale. Lanciani (R.), Forma Urbis Romae.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Légende Fig. 155 - Rome, Aventin, basilique et couvent de Sainte-Sabine, « castrum » Savelli, principales étapes de la constitution du complexe. Fond de plan d'après Lanciani (R.), Forma Urbis Romae, détail. A, B, C, D, E, F. Tours de l'enceinte. A', B', C, D', E', F', G-G'-G", H', H". Courtines de l'enceinte. H et I. Grandes salles. J, K, L. Ailes nord, ouest et sud du couvent (L'. Adjonction, disparue, du xixe siècle). M. Cloître. N. Tour du xe siècle ? O et P. Restes de tours de l'enceinte ?
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,9M
Légende Fig. 156 - Etienne Du Pérac, L'Aventin, gravure.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Fig. 157 - Disciple ou imitateur de Lorrain, L'Aventin, dessin.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 778k
Légende Fig. 158 - Hendrick Frans van Lint, dit Monsù Studio, Vue de l'Aventin, 1711. Piranesi e l'Aventino, n° 9.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 731k
Légende Fig. 159 - Crescimbeni (G. M.), Stato della Basilica, p. 131, gravure anonyme (loggia et amphithéâtre de la résidence de l'Aventin).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Légende Fig. 160 - Giovanni Battista Nolli, Plan de Rome, gravure.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Légende Fig. 161 - Bartolomeo Pinelli, L'Aventin, gravure. Mariani (V.), Pinelli, Fig. hors-texte.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Fig. 162 - Rome, jardin des Orangers, façade sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 163 - Rome, jardin des Orangers, courtine B' et tour C, façade sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 164 - Rome, jardin des Orangers, façade est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig. 165 - Rome, jardin des Orangers, tour C, angle nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Légende Fig. 166 - Rome, jardin des Orangers, courtine est, détail.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 466k
Légende Fig. 167 - Rome, jardin des Orangers, courtine C', face extérieure.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 793k
Légende Fig. 168 - Rome, jardin des Orangers, tour D, face extérieure.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 693k
Légende Fig. 169 - Rome, jardin des Orangers, courtine D' et tour E, vue intérieure.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 573k
Légende Fig. 170 - Rome, basilique et couvent de Sainte-Sabine. D'après Darsy (F.), « Sabine (basilique de Sainte-) », col. 223-224.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 659k
Légende Fig. 171 - Rome, basilique et couvent de Sainte-Sabine. D'après le plan cadastral de 1819-1820 (reproduction de 1857).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Fig. 172 - Rome, jardin des Orangers, tour E et courtine E', faces extérieures.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Légende Fig. 173 - Rome, jardin des Orangers, élévation de la façade nord (tour E et courtine E'). Surintendance archéologique de Rome (G. Ioppolo).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Légende Fig. 174 - Rome, jardin des Orangers, tour F, vue extérieure.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Légende Fig. 175 - Rome, jardin des Orangers, courtine G', partie occidentale, face extérieure.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Légende Fig. 176 - Rome, couvent de Sainte-Sabine, souterrains sous le bâtiment H. Descemet (Ch.), « Mémoire... », Fig. sans n°.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Légende Fig. 177 - Rome, couvent de Sainte-Sabine, courtine H'', détail.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Légende Fig. 178 - Rome, basilique et couvent de Sainte-Sabine, plan de la zone nord-est montrant les niveaux antiques sous le bâtiment H. Darsy (F.), Ricerche..., Fig. III (détail).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende Fig. 179 - Rome, couvent de Sainte-Sabine, souterrains sous le bâtiment H, niveau inférieur. Surintendance archéologique de Rome (G. Ioppolo).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Légende Fig. 180 - Rome, couvent de Sainte-Sabine, façade nord de H.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 682k
Légende Fig. 181 - Rome, Rome, couvent de Sainte-Sabine, sous-sol de H, salle III, mur nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 775k
Légende Fig. 182 - Rome, couvent de Sainte-Sabine, sous-sol de H, salle I, mur ouest, vue vers la voûte.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 183 - Rome, couvent de Sainte-Sabine, souterrains sous le bâtiment H, niveau supérieur. Surintendance archéologique de Rome (G. Ioppolo).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende Fig. 184 - Rome, couvent de Sainte-Sabine, pilastre à l'angle de H et H', face est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Fig. 185 - Rome, couvent de Sainte-Sabine, salle I, mur ouest, vu depuis le cloître.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Légende Fig. 186 - Rome, couvent de Sainte-Sabine, construction O, façade est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/177/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 703k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540