Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la « Cité de Dieu » au « Palais du Pape »

 | 
Pierre-Yves Le Pogam

Première partie. Les monuments

Chapitre 4. Rome : la résidence de Sainte-Marie-Majeure

Texte intégral

  • 1 Je remercie chaleureusement Georg Schelbert pour m’avoir fait partager sa connaissance de cette ph (...)

1Malgré sa place relativement importante dans notre panorama, d’un point de vue quantitatif, je n’évoquerai la résidence de Sainte-Marie-Majeure que très brièvement. Le poids relatif de ce palais au sein des résidences occupées par les papes dans la seconde moitié du xiiie siècle tient uniquement aux séjours très longs qu’y fit Nicolas IV. Il n’y aurait là aucun motif d’exclure ou de traiter rapidement ce palais dans notre étude, si ne s’y ajoutaient plusieurs raisons. Tout d’abord, il ne reste rien des phases médiévales du palais ; seules subsistent quelques éléments de la campagne du Quattrocento, eux-mêmes presque jamais étudiés jusqu’ici. D’autre part, si les sources mentionnent bien le séjour de Nicolas IV, aucune d’entre elles ne décrit son rôle de manière détaillée. S’il est probable qu’il fit exécuter des travaux dans le palais, nous ne pouvons nullement savoir s’il en modifia réellement la physionomie ou s’il se contenta d’améliorer l’édifice antérieur. Enfin, sur les travaux réalisés au xve siècle est en cours une recherche de Georg Schelbert qui devrait fournir une première monographie sur le palais à laquelle nous ne pourrions certainement rien ajouter ici1. Je me contenterai donc d’un bref rappel de la documentation disponible et des restes monumentaux, avant d’esquisser une analyse de la place particulière de ce palais dans notre panorama.

I–HISTORIQUE

  • 2 Les principaux auteurs ayant abordé la question du palais de Sainte-Marie-Majeure sont : Rohault d (...)

2Vu la brièveté de la bibliographie sur l’argument qui nous intéresse et le fait que la plupart des références qui seront citées sont en rapport avec le palais du Quattrocento, on ne trouvera pas ici de synthèse historiographique2.

3Divers papes demeurèrent auprès de la basilique de Sainte-Marie-Majeure (dite aussi libérienne du nom de son fondateur, le pape Libère), mais leur séjour ne semble pas avoir donné lieu à l’érection d’un palais. La première mention de la création d’une résidence semble liée à la personnalité de Paolo Scolari, le futur pape Clément III (1187-1191). Celui-ci, après avoir été élevé dans la communauté rattachée à la basilique, en devint sous-diacre en 1176, puis archiprêtre peu après. C’est à ce moment qu’il a dû songer à élever le palais. Pourtant la réalisation a dû prendre place un peu plus tard, lorsqu’il était devenu cardinal-évêque de Palestrina (à partir de décembre 1180). En effet, une bulle de confirmation de son successeur Célestin III, du 4 janvier 1192, mentionne le fait que la construction a eu lieu seulement alors que Scolari occupait cette charge. Après que le cardinal fut monté sur le trône de saint Pierre, il résida normalement au Latran, mais il revint à Sainte-Marie-Majeure, pour un séjour d’un mois environ (5 septembre-6 octobre 1188 ; il y reviendra également le 22 août 1190), marquant par là son affection pour la basilique et son palais, et légua enfin la résidence au chapitre de la basilique, une disposition confirmée par la bulle susdite de Célestin III.

  • 3 Voir les textes en annexe.
  • 4 L’idée est réaffirmée en dernier lieu par Gigliozzi (M. T.), I palazzi del papa..., Rome, 2003, p. (...)
  • 5 Cf. chap. II.5.
  • 6 Mohler (L.), Die Kardinäle Jakob und Peter Colonna. Ein Beitrag zur Geschichte des Zeitalter Bonif (...)
  • 7 Connu par une confirmation pontificale du 19 décembre 1303, Registre de Benoît XI, n°102.

4Nicolas IV fut le premier pape à occuper le palais après Clément III. Nous le savons par les souscriptions des bulles pontificales, qui enregistrent la présence du pontife dans le palais de manière constante lors de ses séjours romains : le pape ne se rend dans les autres basiliques (et leurs palais) qu’à l’occasion de quelques fêtes liturgiques et il demeure donc régulièrement à Sainte-Marie-Majeure pendant trois hivers sur quatre de son pontificat (il resta à Orvieto pendant l’hiver 1290-1291). En revanche les chroniques sont bien pauvres à cet égard et, parmi les historiens contemporains, seul Ptolémée de Lucques évoque sa résidence à Sainte-Marie-Majeure3. Dans les récits postérieurs, Platina le gratifie d’une sèche mention (« ...apud Sanctam Mariam Maiorem habitavit... ») et seul Panvinio semble fournir des détails plus fournis et plus intéressants : « Nicolaus IIII. qui diu apud eandem basilicam permansit, palatium suo et canonicorum usui apud eam condidit. » En réalité, non seulement le caractère tardif du témoignage d’Onofrio Panvinio (1570) devrait nous alarmer, mais le fait qu’il n’est corroboré par aucun document antérieur nous conduit à une hypothèse probable : Panvinio semble avoir confondu ici Nicolas IV et son prédécesseur, Clément III, qui fit bien construire le palais, comme le dit le texte, à son propre usage et pour celui des chanoines. Du reste, nous verrons dans le chapitre suivant avec quelle prudence il faut considérer les assertions de Panvinio. Il faut donc probablement rejeter l’idée, mentionnée par la plupart des auteurs précédents (à l’exception de Mgr Saxer) et par tous les ouvrages de compilation, d’une intervention architecturale de Nicolas IV qui serait attestée par les sources4. Pourtant, dans ses deux résidences hors de Rome, le pape a fait exécuter des travaux importants, comme nous l’avons vu pour Orvieto et comme on le verra plus loin à propos de Rieti. De même, dans le domaine religieux, le pontife est souvent considéré comme un important commanditaire architectural, à cause des rénovations promues dans les deux basiliques romaines de Sainte-Marie-Majeure et du Latran5. Par conséquent, il n’est pas impossible que Nicolas IV ait été également actif dans sa résidence romaine. Mais, puisque rien ne le prouve du côté des textes, nous sommes contraints d’interroger le monument, qui n’est guère plus parlant comme on le verra ci-dessous. Quant aux raisons qui justifièrent le choix inédit, de la part de Nicolas IV, de s’établir dans ce palais, on a évoqué bien des motifs, notamment l’attachement probable du futur pape à la basilique mariale (à cause de la présence des reliques de la crèche et plus généralement sa dédicace à la Vierge, qui ne pouvaient que susciter l’intérêt du premier pape franciscain) ou encore son lien avec le lignage des Colonna, notamment le cardinal Giacomo Colonna, son mentor. Nous reviendrons sur ces explications dans le chapitre II.4. En attendant, rappelons seulement que Giacomo Colonna, tout en étant cardinal du titre de Sainte-Marie « in via Lata », était archiprêtre de la basilique. À ce titre, il avait pu disposer d’une grande partie du palais fondé par le futur Clément III et donné au chapitre de chanoines. C’est donc tout naturellement que Giacomo Colonna a pu mettre à disposition du nouveau pape ce palais, qu’on peut considérer comme une variante des résidences cardinalices annexées aux titres romains. Après la mort de Nicolas IV, le palais a dû être occupé à nouveau par le cardinal Giacomo Colonna. Mais, comme on sait, l’étoile des Colonna pâlit fortement après que fut monté sur le trône pontifical Boniface VIII. À la suite d’une série d’événements bien connus (leur excommunication, destitution de toutes leurs charges et biens, détention surveillée, fuite, exil), l’église titulaire du cardinal Giacomo (Sainte-Marie « in via Lata ») et sa charge d’archiprêtre de la basilique furent transférées au cardinal Luca Fieschi (de 1300 jusqu’à 1306, date à laquelle le cardinal Fieschi quitta sa diaconie pour celle des Saints-Côme-et-Damien, quand les Colonna furent réintégrés dans leurs dignités par Clément V et notamment le cardinal Giacomo dans sa charge d’archiprêtre de la basilique6). Celui-ci dut s’installer à son tour dans la résidence de Sainte-Marie-Majeure, comme le montre un acte du 20 novembre 1303, passé par le cardinal dans le palais : « ...actum Rome apud Sanctam Mariam Majorem in capella palatii habitationis nostre »7. L’acte nous confirme donc au passage l’existence d’une chapelle dans la résidence.

  • 8 Moroni (G.), Dizionario d’erudizione storico-ecclesiastica..., Venise, 1840-1879, t. 50, p. 228. U (...)

5Après Nicolas IV, Urbain V (1362-1370) et Martin V (1417-1431) demeurèrent aussi dans le palais8. Mais c’est Nicolas V (1447-1455) qui fut le premier à modifier la structure du bâtiment. Il amplifia la résidence et compensa les chanoines qu’il avait du même coup privé de leurs demeures. Après Nicolas V, le palais est également attesté comme résidence de Sixte IV et des travaux sont documentés sous Jules II. À la fin du xvie siècle, Sixte-Quint ordonna une démolition partielle du palais, pour créer la rue Liberiana le long du flanc sud de la basilique. L’aile nord fut donc en grande partie sacrifiée sur presque toute sa largeur, ne laissant subsister que la façade méridionale avec son portique. Le résultat de l’opération est bien visible dans deux fresques du Salone sistino de la Bibliothèque vaticane, où l’on voit l’abside de la basilique et le palais vus de l’ouest, ainsi que le but recherché par Sixte-Quint : créer une grande perspective rectilinéaire depuis la basilique libérienne jusqu’à celle du Latran qu’on aperçoit au fond de la percée réalisée. Une troisième fresque du Salone, dont le point de vue est opposé, semble montrer l’état du palais après l’achèvement de ces travaux : la rue est complètement ouverte et la façade nord du palais est refaite. En 1604, Clément VIII unit le palais apostolique à la mense capitulaire, en le séparant de celle de l’archiprêtre. Paul V en laissa définitivement l’usage au chapitre en 1605. Il fit ensuite abattre une partie du palais pour ouvrir la rue Paolina et donner un accès direct et solennel à la chapelle Pauline qu’il venait de faire construire sur le flanc méridional de la basilique, pendant la première moitié de son pontificat (1605-1611). Ainsi fut sacrifiée l’extrémité gauche de l’aile septentrionale du palais (dont seule la façade avait survécu aux travaux de Sixte-Quint).

  • 9 Rappelé par Schelbert, « Il palazzo di S. Maria Maggiore... », cit. ».
  • 10 Voir le plan de situation dans Lanciani (R.), Forma Urbis Romae, Milan, 1893.

6Ces destructions successives avaient largement oblitéré jusqu’au souvenir du palais et on alla, au xixe siècle, jusqu’à nier l’existence de la résidence9. Il fallut attendre les travaux liés à création de la nouvelle Rome, capitale de l’Italie unifiée après la brèche de la Porta Pia, pour que les bouleversements urbanistiques touchant la zone viennent faire réapparaître, partiellement et au prix de leur sacrifice, quelques restes du palais. En 1874, des travaux mirent en lumière des éléments appartenant à la campagne de travaux de Nicolas V, notamment la grande loggia avec chapiteaux à feuilles d’eau, dans le pâté de maisons situé entre les rues Liberiana, Paolina et dell’Olmata, correspondant à l’immeuble du n°17 de la rue Liberiana et à la caserne dont l’entrée se trouve rue dell’Olmata. Les limites nord et est de l’îlot ont d’ailleurs été déterminées par ce portique10. Charles Rohault de Fleury alla visiter ces découvertes et son compte rendu et son relevé des travaux dans la zone du palais (p. 21-22 et pl. VI) sont précieux, bien plus que sa proposition de restitution générale (pl. I), marquée par la fantaisie et l’approximation. Il en ressort par ailleurs qu’aucun reste antérieur à la campagne du Quattrocento n’était apparemment visible en 1874. En 1888 ces restes furent pour partie démolis et pour partie incorporés dans la caserne « Ravenna » de la rue dell’Olmata et dans l’immeuble de la rue Liberiana, le « palazzo Cassetta » (du nom du cardinal Cassetta, propriétaire du palais en 1911 et dédicataire de l’ouvrage de Biasiotti).

II–DESCRIPTION

  • 11 Krautheimer et alii, Corpus basilicarum..., cit., t. 3, fig. 17 ; plus lisible dans Krautheimer (R (...)
  • 12 Krautheimer et alii, Corpus basilicarum..., cit., t. 3, fig. 3.
  • 13 Biasiotti, La basilica esquilina..., cit., fig. p. 30.
  • 14 Wasserman (J.), Ottaviano Mascarino and his drawings in the Accademia nazionale di San Luca, Rome, (...)
  • 15 Magnuson, Studies in Roman Quattrocento architecture, cit., fig. 26, p. 224 (Biasiotti, La basilic (...)
  • 16 Krautheimer et alii, Corpus basilicarum..., cit., t. 3, fig. 11 ou La Basilica romana di Santa Mar (...)
  • 17 Et non pas, comme le prétend Magnuson, parce qu’orienté de manière erroné.

7Plusieurs vues du palais antérieures à sa quasi-disparition au xixe siècle nous donnent une idée de ses dimensions et de ses dispositions. Il s’agit notamment d’une vue de Maarten Van Heemskerck de 1536, d’une vue d’A. Van den Wijgaerde des environs de 1550 (Oxford, Ashmolean Museum)11, des plans de Bufalini de 155112, de Pirro Ligorio de 1552 et de Dupérac et Lafréry de 157713, d’un plan du bâtiment, réalisé par Ottavio Mascherino antérieurement aux démolitions opérées par Sixte-Quint (Rome, Académie de Saint-Luc, fig. 153)14, de trois fresques du Salone sistino de la Bibliothèque vaticane (1589-1590)15, enfin d’une vue de L. Cruyl de 167316. Il faut cependant écarter une partie de ces témoignages : dans le plan de Bufalini, l’image du palais n’est guère utilisable, car le bâtiment est représenté comme fermé sur quatre côtés autour de la cour centrale, ce qui est absurde comme on le verra ci-dessous117 ; dans celui de Pirro Ligorio, il est tellement sommaire que c’est seulement grâce aux autres représentations qu’on peut reconnaître dans le bâtiment situé à l’avant de la basilique un reflet de l’aile nord du bâtiment du Quattrocento. Même celui de Dupérac et Lafréry n’est guère plus utile, car on y trouve seulement confirmation de la disposition générale du palais, en L.

  • 18 Biasiotti, La basilica esquilina..., cit., fig. p. 32.
  • 19 Lanciani, Storia degli scavi di Roma..., cit., t. 1, p. 52 ; Biasiotti, La basilica esquilina..., (...)
  • 20 Outre Magnuson, Studies in Roman Quattrocento architecture, cit., voir Wolf (G.), « Porta Regina, (...)

8Je n’ai pas pu visiter les restes du palais datant du xve siècle et conservés dans la caserne « Ravenna » et dans le « palazzo Cassetta ». Ceux-ci seront bientôt illustrés par la thèse de Georg Schelbert et on peut déjà trouver un certain nombre de reproductions des photographies prises en 1874 dans la bibliographie18. Le palais apostolique de Sainte-Marie-Majeure était placé à gauche de la façade de la basilique. Pour des raisons de commodité pratique, on considérera arbitrairement que l’abside de la basilique est tournée vers l’ouest, alors qu’elle l’est vers le nord-ouest. Le palais était donc situé au sud de la basilique. Il était séparé d’elle par une voie intermédiaire, épargnant aux piétons de faire un long détour soit par le flanc opposé de la basilique, soit en contournant tout le palais19. L’existence de cette rue intérieure n’a rien d’incompatible avec la dignité d’un palais pontifical et avec sa liaison nécessaire avec la basilique. On en a vu l’exemple à Pérouse et on retrouvera cette solution dans le palais de Rieti. De plus, comme dans ces derniers, le palais devait posséder une communication avec la basilique au niveau supérieur, puisqu’il était relié par un « cavalcavia » aux bâtiments immédiatement adjacents à la basilique. Cette liaison est parfaitement visible sur le plan de Mascherino et on en voit encore les ruines dans les deux fresques du Salone Sistino qui montrent cette partie du bâtiment en cours de démolition. Le « cavalcavia » aboutissait à l’ancienne sacristie de Sainte-Marie-Majeure, qui était située à l’emplacement de la chapelle Pauline20.

Fig. 153 – Rome, palais de Sainte-Marie-Majeure. Mascherino (O.).

  • 21 Si l’on suit les dessins de Van Heemskerck et de Van den Wijngaerde. En revanche les deux fresques (...)

9Le palais consistait en deux ailes placées à angle droit, formant les deux côtés d’une large cour. L’aile la plus courte était parallèle au côté sud de la basilique. Elle était composée d’un rez-de-chaussée ouvert en portique sur la grande cour et de deux étages, le deuxième étant doté d’une loggia avec un entablement. À angle droit, sur le côté est de la cour, se développait l’autre aile, longue de 75 m. Elle possédait également un portique au rez-de-chaussée, avec douze arcades ouvrant sur la cour, mais pas de loggia à l’étage21. Le plan de Mascherino donne quelque idée de la distribution intérieure. Comme on pouvait le déduire de l’observation des vues extérieures, les portiques qui s’ouvraient sur les côtés sud et ouest vers la cour-jardin constituaient l’axe de circulation horizontal et desservaient les pièces d’habitation qui regardaient les côtés nord et est.

  • 22 Magnuson, Studies in Roman Quattrocento architecture, cit., p. 226.
  • 23 Le Pogam (P.-Y.), « Un monumento poco conosciuto, il palazzo vescovile di Tivoli », dans Atti e me (...)

10Cette courte analyse monumentale d’un bâtiment en grande partie disparu et dont les rares restes sont invisibles n’a qu’un but, contrôler la possibilité de rattacher le palais à une éventuelle intervention de Nicolas IV, dont nous avons vu qu’aucune source fiable ne la mentionnait. Magnuson a tenté de mettre en rapport les dispositions irrégulières du palais de Sainte-Marie-Majeure avec le fait que Nicolas V dut composer à partir de structures préexistantes du xiiie siècle22. L’idée paraît globalement intéressante ; mais on pourrait attribuer ces dispositions aussi bien au bâtiment de la fin du xiie siècle, bien attesté par les sources, plutôt qu’à une intervention de Nicolas IV. De manière extrêmement prudente, on pourrait cependant ajouter à la suggestion de Magnuson que la liaison directe entre le palais et la basilique, par le biais d’un « cavalcavia » enjambant la voie publique, évoque de nombreux exemples rencontrés dans les monuments ici étudiés (Pérouse, Rieti). Mais, bien entendu, il ne s’agit pas d’un trait distinctif du xiiie siècle, comme le montre le cas du palais de Tivoli, où j’ai démontré que le dispositif remontait probablement au milieu du xiie siècle23.

Notes

1 Je remercie chaleureusement Georg Schelbert pour m’avoir fait partager sa connaissance de cette phase de l’histoire du palais. En attendant sa publication d’ensemble, cf. Schelbert (G.), « Il palazzo papale di Niccolò V presso Santa Maria Maggiore. Indagini su un edificio ritenuto scomparso », dans « Domus et splendida palatia ». Residenze papali e cardinalizie a Roma fra XII e XV secolo [Atti della gionata di studio, Pisa, 14 novembre 2002], Pise, 2004, p. 133-156.

2 Les principaux auteurs ayant abordé la question du palais de Sainte-Marie-Majeure sont : Rohault de Fleury (Ch.), Les saints de la messe et leurs monuments, Paris, 1893, t. I, p. 21-23, notamment p. 28, pl. I et VI ; Lanciani (R.), Storia degli scavi di Roma e notizie intorno le collezioni romane di antichità, Rome, 1903-1912, t. I, p. 52-53 ; Biasiotti (G.), La basilica esquilina di S. Maria Maggiore e il palazzo « apud S. Mariam Majorem », Rome, 1911 (le titre est un peu trompeur, seules les p. 29-33 intéressent le palais) ; Biasiotti (G.), « La basilica di S. Maria Maggiore di Roma prima delle innovazioni del secolo xvi », dans MÉFR, t. 35, 1915, p. 15-40, cf. p. 20-21, n. 2 ; Magnuson (T.), Studies in Roman Quattrocento architecture, Stockholm, 1958, p. 224-226 ; Krautheimer (R.) et alii, Corpus basilicarum christianarum Romae, Rome, 1937-1977, 5 t., cf. t. III, notamment p. 19-20 ; De Blaauw (S.), Cultus et de-cor : liturgia e architettura nella Roma tardoantica e medievale : Basilica Salvatoris, Sanctae Mariae, Sancti Petri, Cité du Vatican, 1994, p. 366-367 ; Saxer (Mgr V.), Sainte-Marie-Majeure. Une basilique de Rome dans l’histoire de la ville et de son église (ve-xiiie siècles), Rome, 2001, p. 208-209.

3 Voir les textes en annexe.

4 L’idée est réaffirmée en dernier lieu par Gigliozzi (M. T.), I palazzi del papa..., Rome, 2003, p. 39 n. 17

5 Cf. chap. II.5.

6 Mohler (L.), Die Kardinäle Jakob und Peter Colonna. Ein Beitrag zur Geschichte des Zeitalter Bonifaz VIII., Paderborn, 1914, p. 173 ; voir aussi Thunø (E.), « The dating of the façade mosaics of S. Maria Maggiore in Rome », dans Analecta Romana Instituti Danici, t. 23, 1996, p. 6182, p. 75 n. 78.

7 Connu par une confirmation pontificale du 19 décembre 1303, Registre de Benoît XI, n°102.

8 Moroni (G.), Dizionario d’erudizione storico-ecclesiastica..., Venise, 1840-1879, t. 50, p. 228. Un lapsus a fait écrire « Urbain IV » à Biasotti (La basilica esquilina..., cit., p. 29).

9 Rappelé par Schelbert, « Il palazzo di S. Maria Maggiore... », cit. ».

10 Voir le plan de situation dans Lanciani (R.), Forma Urbis Romae, Milan, 1893.

11 Krautheimer et alii, Corpus basilicarum..., cit., t. 3, fig. 17 ; plus lisible dans Krautheimer (R.), Rome, profile of a city, 312-1308, Princeton, 1980, fig. 250.

12 Krautheimer et alii, Corpus basilicarum..., cit., t. 3, fig. 3.

13 Biasiotti, La basilica esquilina..., cit., fig. p. 30.

14 Wasserman (J.), Ottaviano Mascarino and his drawings in the Accademia nazionale di San Luca, Rome, 1966, n°96, p. 120, datation proposée : 1575 ( ?) ; Magnuson, Studies in Roman Quattrocento architecture, cit., fig. 27, p. 226 ; Krautheimer et alii, Corpus basilicarum..., cit., t. 3, fig. 16.

15 Magnuson, Studies in Roman Quattrocento architecture, cit., fig. 26, p. 224 (Biasiotti, La basilica esquilina..., cit., fig. p. 31 n’est qu’un dessin simplifié d’après la fresque) ; Krautheimer et alii, Corpus basilicarum..., cit., t.3, fig.7 et 15.

16 Krautheimer et alii, Corpus basilicarum..., cit., t. 3, fig. 11 ou La Basilica romana di Santa Maria Maggiore, Pietrangeli (C.) dir., Florence, 1987, ill. p. 28-29.

17 Et non pas, comme le prétend Magnuson, parce qu’orienté de manière erroné.

18 Biasiotti, La basilica esquilina..., cit., fig. p. 32.

19 Lanciani, Storia degli scavi di Roma..., cit., t. 1, p. 52 ; Biasiotti, La basilica esquilina..., cit., p. 29.

20 Outre Magnuson, Studies in Roman Quattrocento architecture, cit., voir Wolf (G.), « Porta Regina, Cappella Ferreri und die Imagines supra portam. Ein Ort und seine Bilder in Santa Maria Maggiore zu Rom », dans Arte medievale, 2e sér., t. 5, 1991, n°1, p. 117-153, notamment p. 124-127 et fig. 19-21.

21 Si l’on suit les dessins de Van Heemskerck et de Van den Wijngaerde. En revanche les deux fresques du Vatican où le site est pris depuis l’ouest montrent une loggia également dans l’aile orientale. Il faut probablement supposer une inexactitude de ces dernières, plutôt que des travaux réalisés entre 1550 et 1590, non autrement connus par les sources historiques.

22 Magnuson, Studies in Roman Quattrocento architecture, cit., p. 226.

23 Le Pogam (P.-Y.), « Un monumento poco conosciuto, il palazzo vescovile di Tivoli », dans Atti e memorie della Società tiburtina di storia e d’arte, t. 76, 2003, p. 133-178.

Table des illustrations

Légende Fig. 153 – Rome, palais de Sainte-Marie-Majeure. Mascherino (O.).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/176/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 350k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540