Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la « Cité de Dieu » au « Palais du Pape »

 | 
Pierre-Yves Le Pogam

Première partie. Les monuments

Chapitre 1. Orvieto : le complexe des palais pontificaux et le palais Soliano

Texte intégral

1Malgré leur situation centrale dans une des plus belles villes médiévales d’Italie, les palais pontificaux d’Orvieto n’ont pas encore reçu toute l’attention qu’ils méritent (fig. 29). Plusieurs phénomènes se sont cumulés pour provoquer ce faible intérêt. L’ensemble des palais a été fortement restauré, notamment le palais Soliano, auquel les travaux de Paolo Zampi, à la fin du xixe siècle, ont conféré un aspect néo-médiéval et une apparence trop neuve – et il en va de même, dans une moindre mesure, des autres éléments du complexe. Une autre difficulté de l’étude tient à la division des lieux entre de nombreuses institutions aux visées et à la politique différente, même s’il s’agit dans la majorité des cas d’institutions muséales et si cette utilisation est probablement une des meilleures qu’on puisse envisager pour eux. Le musée de l’œuvre de la cathédrale occupe actuellement l’étage des palais pontificaux et du Palais Soliano, le musée archéologique national le rez-de-chaussée des premiers, et le musée Emilio Greco le rez-de-chaussée du second, sans parler du palais épiscopal qui sépare le palais Soliano et les palais pontificaux. Cependant, comme on le verra ci-dessous, ce cloisonnement ne fait que refléter l’histoire de la création des différentes parties du complexe et, plus encore, de leur utilisation au cours des siècles suivants. Par ailleurs, la vision de l’étage est rendue problématique, de manière transitoire, par la fermeture et le réaménage-ment du musée de l’œuvre, qui a occasionné la transformation provisoire des espaces intérieurs en réserve pour les innombrables et précieuses œuvres d’art conservées par cette institution. Pourtant, mon travail a été facilité de toutes les manières par toutes ces institutions, en particulier par l’œuvre de la cathédrale, que je ne saurais assez remercier. D’autre part, la situation ici décrite devrait bientôt disparaître, car le musée de cette dernière doit bientôt rouvrir ses portes, au moins de manière partielle avec l’étage du palais Soliano, ce dont on ne peut que se réjouir.

Fig. 29 – Orvieto, complexe pontifical, plan de situation et principales campagnes. Fond de plan d’après Bonelli (R.), Il Duomo di Orvieto e l’architettura italiana del Duecento Trecento, Roma, 1972, p. 75. U. Grande salle d’Urbain IV. M1. Grande salle de Martin IV. M2. Chapelle. N1. Grande salle de Nicolas IV. N2. Loggia vers la place. N3. Escalier. N4. Loggia vers le jardin. B. Palais Soliano (grande salle de Boniface VIII).

  • 1 Même les cathédrales de Pérouse ou d’Anagni n’occupent pas, à juste titre, une place comparable à (...)
  • 2 Franchetti Pardo (V.), « Il duomo di Orvieto : un ‘fuori scala’ medievale », dans Il duomo di Orvi (...)

2Un dernier élément, plus inconscient et par conséquent d’autant plus puissant, peut expliquer le faible intérêt de l’historiographie et plus généralement la faible image de ces palais. Le voisinage immédiat d’une cathédrale grandiose, fascinante, déroutante, bien plus intéressante que celles de Viterbe ou de la plupart des autres résidences ici étudiées, est probablement l’explication fondamentale de l’oubli envers les bâtiments qui l’entourent1. Il ne faudrait pas croire d’ailleurs qu’il s’agit d’une conséquence accidentelle de la construction de la cathédrale. Cette dimension de dépassement de toute l’architecture environnante fait partie de l’essence même de la cathédrale d’Orvieto, comme pour beaucoup d’autres cathédrales gothiques, mais peut-être d’une façon encore plus radicale encore, comme l’a montré Vittorio Franchetti Pardo dans un remarquable article de réflexion2. Cependant, on pourrait remarquer que le problème peut être abordé non seulement d’une manière synchronique, comme il le fait, mais également diachronique, ce qui modifie profondément toute la perspective. Au moment de leur création respective, les différentes parties du complexe palatial représentaient à chaque fois un accomplissement plus qu’honorable dans le chœur de l’architecture locale et sans concurrent dans leur environnement immédiat. Faut-il rappeler en effet que lors de la création des trois premières phases du complexe (telles qu’on les définira ici même), il n’existait que des édifices anciens et d’un prestige limité à proximité du palais épiscopal à partir duquel a été engendré le palais pontifical ? Même lorsque le palais Soliano a été construit, à partir de 1297, la nouvelle cathédrale, dont Nicolas IV avait posé la première pierre en 1290 seulement, commençait à peine à sortir de terre. Ce n’est probablement pas un hasard si la commune d’Orvieto, qui bâtissait les deux édifices pour le compte du pape et d’elle-même, sans prétendre rivaliser avec l’édifice sacré, démesuré et inouï, qui s’élevait à côté, a conféré au palais Soliano des proportions nouvelles, capables au moins de répondre à la cathédrale et de refermer l’espace urbain.

  • 3 Je remercie vivement Lucio Riccetti de son aide constante, ainsi que la direction et le personnel (...)

3Pourtant, de nombreux symptômes positifs sont venus récemment signaler un regain d’intérêt pour les palais pontificaux. Ceux-ci ont profité, au moins indirectement, de la floraison d’études sur le chantier de la cathédrale d’Orvieto menées par Lucio Riccetti à partir des archives de l’œuvre et des autres sources médiévales de la ville. Le palais Soliano, en particulier, qui devint au cours des siècles une des loges, puis la loge principale du chantier, a bénéficié d’importantes découvertes d’archives inédites de la part de L. Riccetti, pratiquement les seules depuis les premières publications de sources par Luigi Fumi, il y a plus d’un siècle ; elles seront mentionnées tout au long de ce chapitre3. Cette attention nouvelle des historiens ne pouvait qu’attirer la curiosité sur les monuments eux-mêmes.

I – HISTORIOGRAPHIE ET HISTORIQUE

1. Historiographie

  • 4 L’ouvrage ancien de Perali (P.), Orvieto. Note storiche di topografia e d’arte dalle origini al 18 (...)
  • 5 Bonelli (R.), « Il palazzo papale di Orvieto », dans Atti del II Convegno nazionale di storia dell (...)
  • 6 Pardi (R.), « Il restauro del palazzo papale di Orvieto », dans Storia e arte in Umbria nell’età c (...)
  • 7 R. Bonelli donne des lettres aux salles (mais à la fin seulement de son article et sans plan corre (...)
  • 8 Valentino (D. A.), « Il restauro del palazzo papale di Orvieto », dans Bollettino d’arte, 5e sér., (...)
  • 9 Probablement pour faire coïncider son hypothèse avec celle de Bonelli. Radke (G. M.), « Medieval f (...)
  • 10 Radke (G. M.), « Gothic style at the papal palace in Orvieto », dans Saggi in onore di Renato Bone (...)
  • 11 Gigliozzi (M. T.), I palazzi del papa..., Rome, 2003, chap. 4. Voir aussi l’introduction, notammen (...)
  • 12 Signalons ici que le nom actuel du palais dérive simplement de sa situation dans le quartier Solia (...)
  • 13 Fumi (L.), « Il palazzo Soliano o de’ papi in Orvieto », dans Archivio storico dell’arte, 2e sér., (...)

4Le complexe des palais pontificaux d’Orvieto n’a pas encore bénéficié d’une grande attention. Pourtant, comparé à celui de Viterbe, par exemple, qu’il précède quant à la longueur des séjours des papes, il possède une signification certainement aussi importante. Les résidences pontificales ont bien fait l’objet de quelques études ; mais, sommaires et en contradiction entre elles, elles n’éclairent pas définitivement l’histoire du complexe palatial. On rappellera ici que les rares auteurs à avoir parlé du sujet ont donné des versions différentes et simplifiées de l’histoire de la construction4. Renato Bonelli, dans un article général et concernant l’ensemble des palais (palais épiscopal, complexe pontifical au nord de celui-ci et palais Soliano) a considéré que le palais pontifical placé à proximité de la cathédrale consistait en deux parties, remontant à Urbain IV et Martin IV5. Il n’est pas très facile de savoir quels bâtiments du complexe Bonelli attribuait exactement aux deux pontificats. De son texte, et du résumé qu’en donne Renzo Pardi6, on peut déduire que les salles M17, M2 et N1 sont rattachées à Urbain IV et que les salles U et N4 sont attribuées à l’action de Martin IV. Ni la salle N2, ni l’escalier N3 ne sont mentionnés, ce qui correspond au fait que Bonelli les considérait implicitement comme des additions modernes. L’opinion de R. Bonelli a généralement fait autorité et est reprise notamment par R. Pardi, l’un des architectes restaurateurs. Quant à Domenico Valentino, l’un de ses successeurs dans la restauration du complexe pontifical, il passe sous silence la campagne d’Urbain IV et ne mentionne que Martin IV, une position à coup sûr insoutenable mais qui correspond, précisément, à la vision unificatrice de sa restauration8. De son côté, Gary Radke a distingué en 1984 trois phases qu’il attribue à Urbain IV, Grégoire X et Martin IV (attribuant la loggia N4, au moins de manière hypothétique, à Nicolas IV), mais en insistant sur l’unité des deux premières9. À la campagne d’Urbain IV et de Grégoire X, il attribue notre salle N1, à celle de Martin IV la salle M1 (et probablement M2, mais cela n’est pas clair) ; quant à l’espace N2 et à la salle U, il ne se prononce pas. En 1990-1992, revenant sur le sujet, il changeait d’attribution pour les différentes salles, se rapprochant plus nettement du cadre tracé par Bonelli. Il séparait plus clairement les deux premières phases et attribuait au seul Urbain IV la salle N1, à Grégoire X les salles M1-M2 et changeait d’hypothèse pour la loggia, en la rattachant à la campagne de Grégoire X. Quant à la salle U, c’est elle qu’il attribuait cette fois à Martin IV (en y rattachant implicitement l’espace N2)10. Enfin, Maria Teresa Gigliozzi a réalisé une étude du complexe pontifical, qui a été intégrée dans son volume récent sur les palais pontificaux. Elle fournit la première véritable analyse du monument et rejoint en quelques points les résultats ici exposés, mais reste incomplète et dans l’ensemble n’entraîne pas la conviction11. Par conséquent, il était nécessaire de reprendre l’analyse du complexe palatial, en partant des restaurations récentes pour remonter, si possible, aux phases originelles de la construction. En revanche, le palais Soliano pose relativement moins de problèmes12. Depuis les études anciennes de Luigi Fumi13, fondées sur des sources textuelles et suivies par l’article de R. Bonelli déjà citée, on s’accorde à y reconnaître la construction voulue par Boniface VIII. Restent ouvertes un certain nombre de questions, notamment celle de savoir comment on avait prévu de le relier au complexe antérieur.

  • 14 Rappelons qu’elle n’est accompagnée d’aucun plan ; pour y suppléer, cf. Riccetti (L.), « “...Pro p (...)
  • 15 Riccetti (L.), « Le Origini dell’opera, Lorenzo Maitani e l’architettura del duomo di Orvieto. In (...)

5Je n’étudierai pas ici le palais épiscopal situé au cœur du complexe pontifical (fig. 30). Bien sûr, le palais de l’évêque est à l’origine des autres bâtiments, qui se sont développés autour de lui de manière organique. Et, même lorsque les papes eurent construit les nombreuses salles avoisinantes, ils durent continuer à se servir de l’évêché au moins pour loger des services secondaires. Cependant le palais épiscopal non seulement remontait à une époque antérieure à celle ici étudiée et n’a été édifié que par la volonté des évêques d’Orvieto, mais, encore plus que les palais pontificaux, il a subi une restauration drastique au xxe siècle qui en a presque dénaturé les formes. Je m’appuierai donc essentiellement sur l’étude de R. Bonelli déjà citée14, qu’il faut compléter au moins par les indications données par L. Riccetti qui concernent l’agrandissement et la rénovation de l’évêché, entre 1284 et 128815. Je mentionnerai seulement rapidement la salle « Mgr Francesco Pieri », c’est-à-dire le rez-de-chaussée de la salle B1 de Bonelli, car elle est en contact immédiat avec la salle U du complexe pontifical et conserve des parties subtantielles de son architecture médiévale contrairement au reste du palais épiscopal.

Fig. 30 – Orvieto, palais épiscopal et complexe pontifical, plan. D’après Bonelli (R.), juillet 1937, publié par Riccetti (L.), « Pro Platea... », fig. 27 (la légende donnée ici correspond à l’article de R. Bonelli de 1939). A (rez-de-chaussée) : 1ère moitié du xiie siècle ; B : 1178-1202 ; B1 : salle « Mgr Francesco Pieri », v. 1225-1230 ; C (1er étage de A) : v. 1225-1230.

2. Historique

Sources anciennes et historique des palais jusque vers 1300

  • 16 Manente (C.), Historie... dal DCCCCLXX... al MCCCC..., Venise, 1561-1566, p. 2. Cipriano Manente, (...)
  • 17 Monaldeschi della Cervara (M.), Comentari historici..., Venise, 1584, p. 35. Adrien IV a résidé à (...)
  • 18 Manente, Historie..., cit., p. 96-97 (sur les travaux attribués à l’année 1213) et p. 120 : « In q (...)
  • 19 « Cronaca di Luca di Domenico Manente », dans Ephemerides Urbevetanae del cod. Vat. Urbinate 1745, (...)
  • 20 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri, Satolli (A.) dir., Orvieto, 1990 = Bollettino d (...)

6Les chroniques locales d’Orvieto mentionnent souvent les divers palais. Malheureusement, écrites à la fin du Moyen Âge (Luca di Domenico Manente) et à l’époque moderne (Cipriano Manente, Monaldo Monaldeschi), elles sont souvent confuses, surtout pour les événements les plus éloignés dans le temps, mêlent les différents édifices et suggèrent parfois des données parfaitement invraisemblables (comme l’attribution du palais Soliano au pape Benoît VII, en 977, par C. Manente16 !). On ne peut ainsi se fier à la mention donnée par M. Monaldeschi d’un palais apostolique qui aurait été fondé par Adrien IV en 1156, près de Saint-Bernard, identifié avec le palais du capitaine du peuple17. Il faut aussi écarter les mentions données par C. Manente, concernant le renforcement de divers palais (dont celui de l’évêché et divers palais laïques) par un légat apostolique, en 1213, et un incendie et une réédification d’un palais apostolique par Alexandre IV18. Ce pape n’est jamais venu à Orvieto et Manente confond ici le palais pontifical et un autre palais, en suivant l’exemple d’un chroniqueur précédent, son oncle L. di Domenico Manente19. Toutes ces affabulations sont amplement traitées par A. Satolli, qui a montré que cette accumulation d’erreurs ne résulte pas seulement de l’approximation des historiens anciens, mais procède peut-être également d’une perspective idéologique, qui visait à faire des différents palais communaux d’Orvieto des bâtiments construits par le pouvoir ecclésiastique et simplement concédés par lui aux autorités urbaines20. Cependant, en ce qui concerne les autres mentions, lorsqu’on recoupe ces différentes sources entre elles, on peut en retirer un certain nombre de renseignements utiles et fiables.

  • 21 Riccetti, « Le Origini dell’opera... », cit., n. 116. Noté également par Gigliozzi, I palazzi del (...)
  • 22 « Cronaca di Luca di Domenico Manente », cit., p. 307 : « MCCLXII [...] Detto anno papa Urbano 4 [ (...)
  • 23 Manente, Historie..., cit., p. 127 : « Et fece anco edificare il superbo palazzo quatro appresso i (...)
  • 24 Monaldeschi della Cervara, Comentari historici..., cit., p. 47 : « Fece anco a sue spese il Palazz (...)
  • 25 Ainsi tombent les objections de M. T. Gigliozzi, qui estime de faible valeur les mentions des chro (...)
  • 26 « A fundamentis autem edificavit [Urbanus IV] super-bas illas aedes pontificias in loco qui diceba (...)
  • 27 Et non le 24 avril, comme indiqué par erreur par Radke, « Medieval frescoes... », cit., p. 32. Cf. (...)
  • 28 Taylor (M. D), « A historiated tree of Jesse », dans Dumbarton Oaks Papers, t. 34-35, 1982, n°80/8 (...)

7Les premières indications mentionnant le fait que l’évêque d’Orvieto dut changer de résidence et se loger vers la limite nord de la ville remontent à 1262, une mention importante qui confirme de manière implicite qu’à cette date Urbain IV devait habiter dans le palais épiscopal21. Cette importance du premier pontificat français de notre période est confirmée par les mentions livrées par L. di Domenico Manente22, C. Manente23 et M. Monaldeschi24, qui attribuent à Urbain IV la création d’un quatrième palais apostolique. Cette mention à première vue étrange, due de toute façon à la reprise des chroniqueurs les uns par les autres, correspond peut-être au souvenir de la succession des différentes phases du complexe palatial ou même du palais épiscopal préexistant. Plus spécifiquement encore, si l’on considère l’insistance avec laquelle ils situent ce palais d’Urbain IV à la fois à côté du palais épiscopal et dans le quartier Soliano, on peut légitimement supposer qu’ils croyaient qu’il s’agissait de l’actuel palais Soliano25. La conséquence est peut-être importante : l’adjectif « quatrième » s’appliquerait beaucoup mieux à cette dernière étape du complexe palatial et, en outre, elle corroborerait l’hypothèse, que nous développerons plus loin, de trois campagnes précédentes pour le reste du complexe. Par ailleurs, les indications données par ces historiens sont précieuses, car elles insistent sur la volonté expresse du pape, voire son financement des travaux. Cette importance d’Urbain IV est également confirmée plus tardivement par O. Panvinio, même si celui-ci confond à nouveau les différents palais26. Pourtant, il semble exister une contradiction, justement soulevée par G. Radke, lorsqu’on sait que le 25 avril 1264, Urbain IV datait encore un acte « apud Urbem veterem in camera palatii episcopalis »27. Il s’agit d’un acte particulièrement important (allocution du pape aux cardinaux à propos de la dignité de sénateur de Rome et conditions dans lesquelles Charles d’Anjou doit assumer cette charge), ce qui explique une mention aussi précise, totalement inhabituelle, mais cela permet surtout, comme nous verrons plus loin à propos de la chronologie du palais, d’interpréter cette mention qui renforce notre propre interprétation de la chronologie du complexe pontifical. Il faut rappeler qu’on a aussi longtemps attribué, même de manière indirecte, un rôle important à Urbain IV dans le projet de reconstruction de la cathédrale d’Orvieto. Le miracle de Bolsène (c’est-à-dire le sang jailli de l’hostie, entre les mains d’un prêtre qui doutait de la réalité de la trans-subtantiation, pendant la célébration d’une messe à Bolsène, et tachant alors le corporal) aurait conduit le pape à instituer la fête du Corpus Domini, le 11 août 1264, et aurait été aussi le déclencheur de la reconstruction de l’église, car la relique du corporal taché de sang aurait été aussitôt transférée de Bolsène à la cathédrale voisine d’Orvieto. En fait, on sait depuis longtemps, malgré la persistance de la légende, que l’institution de la Fête-Dieu par Urbain IV n’a eu aucun rapport avec la relique de Bolsène, d’autant plus que la relique et son histoire ne sont documentées pour la première fois, dans la cathédrale et dans l’absolu, qu’autour de 1330. Le seul lien possible qui subsiste entre le pontificat d’Urbain IV et la nouvelle cathédrale réside dans certaines particularités iconographiques du programme de cette dernière (notamment l’arbre de Jessé de la façade), qui pourraient remonter au climat intellectuel de la cour pontificale des années 126028. Mais même ces dernières ont été insérées, de manière plus convaincante, dans le cadre du pontificat de Nicolas IV, comme on le verra ci-dessous.

  • 29 Ephemerides Urbevetanae..., cit., appendice II, p. 133 : Annales Urbevetani (1161-1332), A. Cronic (...)
  • 30 Archivio vescovile di Orvieto, Codice A, fol. 229v°, cité d’après Riccetti, « Le Origini dell’oper (...)
  • 31 Cortesi (P.), De cardinalatu, In castro Cortesio, 1510 ; rééd. s.l.s.d. [Rome, 1980], cf. p. 76-77 (...)

8Les annales d’Orvieto indiquent ensuite Martin IV comme constructeur : « 1281. Dom-nus Martinus papa IV creatus est Viterbii 22 mensis februarii et venit ad Urbemveterem et ibi stetit tribus annis ; sub quo factum fuit palatium Montisflaschonis, ubi in estate morabatur. Item factum fuit palatium in episcopatu urbevetano29 ». Le séjour de Martin IV fut donc au moins aussi important que celui d’Urbain IV (en stricts termes de durée : deux ans et demi contre deux ans). D’ailleurs, à cette présence du second pontife français à Orvieto correspond, comme au temps d’Urbain IV, un déplacement de l’évêque dans une autre résidence, ce qu’indique explicitement un texte d’avril 1281 (« in capelle S. Nicolai [...] ubi prefatus dominus episcopus propter presentiam summi pontificis et Romane Curie morabatur »)30. Un autre texte, à ma connaissance jamais rapproché du palais d’Orvieto par l’historiographie locale, mentionne le rôle de Martin IV. Dans son traité sur la dignité cardinalice, l’humaniste Paolo Cortesi mentionne seulement deux personnages antérieurs à son époque, FrédéricII et Martin IV, d’ailleurs pour reprocher au premier d’avoir construit à la manière « germanique » (entendons gothique) et pour signaler que le second était essentiellement poussé par le désir de nouveauté, lorsqu’il fit constuire sa maison « falisque » selon le mode français (« gallico genere »)31. À juste titre, les éditeurs contemporains du texte montrent que le territoire falisque correspond plutôt à Civita Castellana et Tarquinia (Corneto), mais que le palais en question doit être celui d’Orvieto. Ajoutons qu’à la rigueur l’auteur pourrait aussi avoir fait allusion à Montefiascone. Il est en tout cas frappant de voir que, deux siècles après la mort de Martin IV, on considérait le caractère gothique du palais d’Orvieto comme une importation d’au-delà des Alpes voulue alors pour son caractère moderne.

  • 32 Radke, « Medieval frescoes... », cit., p. 32. Cf. Potthast, n°20712 et Registre de Grégoire X, n°2 (...)
  • 33 Sur tout ce problème, voir chap. II. 3.
  • 34 Sur cette célèbre affaire, cf. aussi le chap. sur Viterbe.
  • 35 Cette première bulle correspond au n°209 du Registre de Grégoire X et elle est publiée, après Fumi (...)
  • 36 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 174 n. 15.

9On remarquera que ni Grégoire X, ni Nicolas IV, qui ont pourtant passé tous deux un certain temps à Orvieto, ne sont mentionnés par les chroniques comme commanditaires. Nous allons voir que le fait, cependant, n’est sans doute pas dirimant pour le second. En revanche, en ce qui concerne Grégoire X, il a certes séjourné à Orvieto pendant près d’un an, de l’été 1272 à l’été 1273. Mais, toute son action étant tendue vers le départ pour la France et les préparatifs du concile de Lyon, on le voit mal dans le rôle d’un commanditaire soucieux de transformer sa résidence orviétaine. Pourtant, G. Radke, suivi de M. T. Gigliozzi, a fait remarquer que la première mention du palais pontifical d’Orvieto, « in palatio nostro Urbevetano », se trouvait précisément dans une bulle de ce pape, du 1er avril 127332. En réalité, l’argument n’a pas de valeur quand on regarde de plus près les habitudes de la chancellerie pontificale : les actes du pape ne sont normalement pas datés d’un lieu précis, mais seulement de la ville où il réside, sauf dans les cas d’actes exceptionnels33. C’était le cas, on vient de le voir, de la bulle d’Urbain IV ; c’est aussi celui de la présente bulle de Grégoire X : il s’agit de la sentence définitive concernant le dramatique assassinat dans une église de Viterbe, pendant la messe, d’Henri de Cornouailles par Simon et Guy de Montfort34. La solennité de l’acte et la gravité de l’affaire en cause justifient la précision topographique, ce qui implique simplement que le palais mentionné était déjà construit à cette date, donc sous un pontificat précédent. Mieux, la lettre pontificale rappelle d’abord que le forfait a été commis lors du carême 1271 (de fait, il s’agissait du 13 mars) pendant le conclave qui avait élu Grégoire X à Viterbe, que le nouvel élu a alors rejoint la ville de Viterbe (il est élu le 1er septembre 1271, mais il n’arrive à Viterbe qu’en février 1272), qu’il s’est ensuite rendu à Rome pour y être consacré et couronné (en mars 1272), qu’il est enfin parti résider à Orvieto à la fin juin 1272 et qu’une première sentence a été établie le 1er mars 1273, après une réunion du consistoire : « de fratrum nostrorum consilio in palatio Urbevetano peremptorie, presente multitudine copiosa, in forma citavimus inscripta »35. C’est donc au 1er mars, comme l’a également vu Gigliozzi36, qu’on doit faire remonter la première mention explicite du palais, alors que la cour pontificale y résidait seulement depuis la fin juin 1272, moins d’un an auparavant. Le pape n’aurait guère pu en être le commanditaire dans un délai aussi court. De plus, il y a peu de chances pour que le bâtiment ait pu être réalisé au préalable, avant l’arrivée de la curie, dans le cadre d’une planification concertée avec la commune, ce qui fut le cas dans d’autres circonstances, à Viterbe ou à Pérouse. En effet, c’est précisément sous le choc du meurtre tragique d’Henri de Cornouailles que la papauté a décidé de s’installer à Orvieto et de quitter Viterbe où elle était confortablement installée depuis le printemps 1266. Il n’y a donc aucune raison de penser qu’on ait eu le temps de prévoir l’érection d’un nouveau palais entre l’assassinat et l’arrivée à Orvieto.

  • 37 L’influence, au sens large, de l’ambiance intellectuelle de la cour de de Nicolas IV a été notamme (...)
  • 38 « Cronaca di Luca di Domenico Manente », éd. par Fumi, dans Ephemerides Urbevetanae..., cit., appe (...)
  • 39 Gardner (J.), « Pope Nicholas IV and the decoration of S. Maria Maggiore », dans Zeitschrift für K (...)
  • 40 Cf. par exemple Gardner (J.), « The façade of the duomo at Orvieto », cit., p. 201-202.
  • 41 La comparaison a été faite maintes fois (on pourrait citer P. Cellini, M. Trachtenberg, E. Carli, (...)
  • 42 Krautheimer (R.), « Introduction to an “iconography of medieval architecture” », dans Journal of t (...)
  • 43 Gillerman (D. M.), « The evolution of the design of Orvieto cathedral, ca 1290-1308 », dans Journa (...)

10Quant à Nicolas IV, par contre, les choses sont assez différentes. Depuis longtemps ce pape, qui résida à Orvieto pendant plus d’un an, de l’été 1290 à l’automne 1291, a été reconnu comme un des principaux promoteurs de la première phase de reconstruction de la cathédrale, à côté de l’évêque Francesco Monaldeschi37. Non seulement il concéda à l’œuvre une bulle d’indulgences, le 13 décembre 1289, avant même sa venue à Orvieto, mais c’est lui qui posa la première pierre de la nouvelle cathédrale le 13 novembre 129038. Or cette intervention de Nicolas IV sur la cathédrale a été analysée par certains auteurs comme un acte destiné à faire d’Orvieto une nouvelle Rome, à entendre dans le sens d’une nouvelle Rome pontificale. On connaît le fameux passage où le pape compare la nouvelle cathédrale à la basilique romaine de Sainte-Marie-Majeure, une comparaison qui a fait couler beaucoup d’encre. Avec beaucoup de finesse, on a interprété ce passage selon des perspectives très variées et probablement toutes justes. On a ainsi mis en avant le type des piliers et de l’abside originelle39, les dimensions et les cycles iconographiques des deux édifices40 ou encore la dédicace à la Vierge. Par ailleurs, on s’est demandé si ce rappel de Sainte-Marie-Majeure ne couvrait pas, de manière globale, une référence à l’autre pôle romain cher à Nicolas IV et où il avait également entrepris des travaux de restauration : celui du Latran. En effet, ne retrouve-t-on pas le souvenir de la grande salle de Léon III au palais du Latran, avec le trait caractéristique de ses absides saillantes sur les murs gouttereaux, comme un des éléments clés de l’architecture de la cathédrale d’Orvieto41 ? De toute façon, comme l’a démontré il y a déjà longtemps Richard Krautheimer dans un essai fameux, au Moyen Âge la notion d’imitation architecturale ne recouvre presque jamais celle de copie servile et formelle42. Quoi qu’il en soit, il faut se remémorer le fait que Nicolas IV non seulement est intervenu sur l’architecture et la décoration de la basilique de Sainte-Marie- Majeure, comme cela a été souvent rappelé, mais qu’il résidait à côté de celle-ci. Par conséquent, le fait de donner cet arrière-plan romain, idéologique et/ou stylistique, à la nouvelle construction orviétaine peut avoir eu pour but d’insérer plus fortement la cathédrale dans la résidence pontificale, de faire de la place située entre les deux un véritable « forum pontifical » (W. Pichler) et de transformer la zone en général en un nouveau Latran43. Même s’il n’était pas intervenu dans le complexe palatial voisin, où il demeurait, Nicolas IV a donc grandement contribué à faire d’Orvieto une « cité pontificale ».

  • 44 Ephemerides Urbevetanae..., cit., appendice II, p. 170 : Annales Urbevetani (1161-1332), B. Cronic (...)
  • 45 « MCCLXXXXVII [...] Et detto anno, de iugno, papa Bonifatio venni in Orvieto con grande pompa et c (...)
  • 46 Monaldeschi della Cervara, Comentari historici..., cit., p. 64 : « [1297] Mentre stè in Orvieto, f (...)
  • 47 L. Riccetti a déjà avancé cette même hypothèse dans La città costruita. Lavori pubblici e immagine (...)
  • 48 Registres de Boniface VIII, n°2146. De même, il contribua à l’avancement du chantier de la cathédr (...)
  • 49 ASO, Rif. 70/II, fol. 34v° ; cité par Riccetti, La città costruita..., cit., p. 121, n. 121, voir (...)
  • 50 ASO, Rif. 71/I, fol. 15v°-16, cité par Fumi (L.), « Il palazzo Soliano... », p. 257-258 et Riccett (...)
  • 51 Il doit avoir donné son nom au « Ponte di Mastro Ian-ni ou Ianne », appelé par la suite Ponte Giul (...)
  • 52 Orvieto, Archivio vescovile, Cod. C, fol. 33 ; cité d’après Riccetti, La città costruita..., cit., (...)
  • 53 Pour le palais du peuple, les plus anciens noms connus par les sources d’archives ne remontent pas (...)
  • 54 Riccetti (L.), « “L’Uópara de Santa Maria Maghure”. Protasi ad una storia sociale dell’opera del d (...)
  • 55 Riccetti (L.), « La “Loggia del duomo” e i cantieri delle cattedrali », dans Il duomo di Orvieto e (...)
  • 56 Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 84 affirme qu’il ne s’agit pas de la même personne, bi (...)

11En ce qui concerne le palais Soliano, les Annales d’Orvieto mentionnent également son édification : « Eodem anno M.CCLXXXXVIJ, ecclesia sancte Marie episcopatus antiqua fuit destructa et fuit edificatum palatium pape44 ». L. Manente45 et M. Monaldeschi46 confirment la date de 1297 donnée par les annales. Même si nous n’en avons pas de certitude absolue, de nombreux indices impliquent que la construction fut commencée suite à la conclusion, la même année, du traité de paix entre le pape et la ville d’Orvieto, concernant l’affaire du Val di Lago. Boniface VIII, qui séjourna à Orvieto tout l’été 1297, semble avoir inclus l’obligation pour la commune de lui élever un nouveau palais parmi les clauses non écrites du traité47. En tout cas, dès le 31 octobre 1297, à la veille de son départ, le pape faisait remise à la ville d’une amende de 40 000 florins d’or, qui étaient dûs pour l’occupation des terres du Val di Lago, dont Bolsène et Acquapendente, pour tenir compte des importantes dépenses engagées pour les premiers travaux48. Les délibérations de la commune nous donnent par ailleurs des renseignements importants sur la marche du chantier. La date précise du début des travaux a été indiquée seulement récemment, par L. Riccetti : le 26 avril 1297, on nomme des officiers « ad providendum de construtione muriçii palatii fiendi pro adventu domini pape »49. Le 28 mars 1298, l’argent vient à manquer et le conseil du peuple délibère que l’on demande à maître Janni, probablement l’architecte de l’œuvre, combien d’argent il devait recevoir50. De manière intéressante, L. Fumi rapprochait ce maître Janni d’un autre constructeur, qui apparaît comme architecte des ponts et fabriques d’Orvieto au cours du XIIIe siècle51. Il n’est pas exclu cependant qu’il puisse s’agir de deux personnages différents, unis par un lien de parenté. On notera à cet égard qu’un document du 12 octobre 1292 mentionne, à proximité du palais épiscopal, « ...domum olim magistri Iohannis muratori [sic]... », par conséquent décédé à cette date52. Il y eut donc sans doute plus d’un maître Giovanni maçon à Orvieto dans le courant du xiiie siècle. En revanche, la proximité topographique avec le complexe palatial pourrait faire penser à un rapport plus immédiat avec le ou les deux maçons mentionnés ci-dessus. On peut peut-être souligner ici que nous ne connaissons pas le nom des architectes employés pour la construction des autres palais pontificaux, ce qui n’a rien que de très normal dans le contexte contemporain de la construction à Orvieto : ni pour le palais du peuple, ni pour la nouvelle cathédrale, commencés tous deux dans les années 1280-1290, nous ne connaissons le nom des maîtres d’œuvre, non documentés avant le début du xive siècle pour le premier et la fin du xiiie siècle pour la seconde53. Parmi les maîtres d’œuvre de la cathédrale, on note d’ailleurs la nomination, le 29 décembre 1301, de maître Giovanni di Uguiccione comme directeur des travaux54. On notera qu’une des clauses de l’engagement de maître Giovanni prévoit expressément la possibilité d’exécuter des travaux extérieurs au chantier de la cathédrale : « magister Iohannes stare debeat continuis [...] dum tamen possit cottimos accipere et interdum suam artem operari »55. Ce n’est donc pas un hasard que nous retrouvions ce personnage dans le cadre des travaux du palais Soliano, comme nous allons le voir immédiatement. On pourrait donc, dans ce cas, considérer que ce Giovanni di Uguiccione est le même maître d’œuvre que le maçon connu dès 1298 par son prénom en langue vulgaire : maître Ianni56.

  • 57 ASO, Rif. 71/I, fol. 19v°, cité par Riccetti, La città costruita..., cit., p. 122, n. 156, voir te (...)
  • 58 ASO, Rif. 71/II, fol. 5, cité ibid., voir texte en appendice.
  • 59 Sur l’activité architecturale du conseil des Sept, cf. Rossi Caponeri (M.), « Il duomo e l’attivit (...)
  • 60 ASO, Rif. 71/III, fol. 56v° ; cité par Riccetti, La città costruita..., cit., p. 125, n. 172, voir (...)
  • 61 ASO, Rif. 72/II, fol. LXXXXVv° ; cité par Riccetti, La città costruita..., cit., p. 122, n. 156, v (...)
  • 62 ASO, Rif. 72/III, fol. CI ; cité ibid., voir texte en appendice.
  • 63 Codex diplomaticus dominii temporalis S. Sedis, cit., t. I..., n°550, p. 373-374. Cependant l’édif (...)
  • 64 La dernière mention, qui traduise un intérêt de la commune, date non du 7 juillet 1307 : ASO, Rif. (...)
  • 65 ASO, Rif. 75, fol. 51v°-52 ; voir texte en appendice.
  • 66 ASO, Rif. 76, fol. LXXVIII (daté par erreur du 7 juillet par Riccetti, La città costruita..., cit. (...)
  • 67 ASO, Rif. 76, fol. CV ; voir texte en appendice.

12Le 29 mars 1298, le conseil des consuls décide une dépense de 600 livres pour la réalisation du palais57. Le 11 mai 1298, on nomme un responsable administratif pour les travaux58. Le 20 mars 1300, les sept consuls des arts décrètent le remboursement de la somme de 25 livres payées par maître Giovanni di Uguiccione pour le bois d’œuvre et des aménagements concernant la construction du palais5959 ; comme l’argent manque, on le rembourse en matériaux60. Le 3 février 1301, le conseil des consuls, réuni pour examiner le problème du manque d’argent pour les travaux, renvoie le problème devant le conseil secret61. Les 11 et 17 février suivants ce dernier émet un décret pour trouver les fonds nécessaires à l’achèvement du palais, la réalisation de l’escalier et les festivités en l’honneur de la venue prochaine du pape (en réalité, ce dernier ne retournera jamais à Orvieto, après son séjour de l’été 1297) et nomme les maîtres d’œuvre de l’escalier62. Un autre indice de l’avancement difficile du chantier est que le pape acquiert, le 2 octobre 1300, auprès de son neveu, Pietro Caetani, les possessions de ce dernier à Orvieto, en les échangeant contre les biens de l’Église situés à Ninfa, probablement pour compenser le manque d’espaces résidentiels dans le complexe pontifical63. Ces bâtiments situés non loin du palais de la commune (grande tour neuve, palais, maisons, boutiques, cour, ainsi que des terrains agricoles) devenus propriété de l’Église romaine, servirent ensuite de résidence au gouverneur puis aux tribunaux de la ville. À la mort de Boniface VIII, les travaux paraissent être abandonnés64. Certes, un texte du 8 septembre 1307 montre que le palais est inachevé mais que la commune a encore l’intention de poursuivre les travaux, puisqu’elle compte engager des poursuites contre les artisans qui n’ont pas encore rempli leurs obligations65. Pourtant le 22 septembre suivant, le palais semble déjà bien oublié au milieu de la masse de problèmes financiers qui agitent la commune66. Enfin, le 12 novembre de la même année, il est dit clairement qu’il n’y a plus d’argent pour achever le palais du pape (ni non plus, d’ailleurs, pour les salaires du podestat, du capitaine et des Sept)67.

Modifications de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne

Fig. 31 – Orvieto, complexe pontifical, salle N1, façade ouest partiellement aveuglée par la bibliothèque épiscopale.

  • 68 Je m’inspire ici largement des notes historiques fournies par R. Bonelli dans son article.
  • 69 On rencontre ici un problème commun avec l’autre grand complexe pontifical en dehors de Rome : cel (...)
  • 70 Voir cependant plus loin sur le problème des cloisonnements anciens.
  • 71 Sur les travaux suscités par Nicolas V, cf. Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 139-140.
  • 72 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 213 et n. 1 et 2 p. 225. Le pape est resté à Orvieto du (...)
  • 73 Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 168.
  • 74 Ce témoignage confirme le fait qu’il n’était pas besoin de fortifier le palais, du moins tant que (...)

13L’ensemble des palais a subi pendant l’époque moderne de nombreuses transformations68. Des siècles d’utilisation par l’évêché et peut-être même l’absence d’utilisation (et donc d’entretien), pour un palais désormais disproportionné avec les besoins et les moyens de l’institution locale69, ont fini par défigurer les salles en multipliant subdivisions et entresolements70. En 1443 et en 1449, alors que le palais sert de résidence également aux gouverneurs pontifcaux, Eugène IV (en 1443) et Nicolas V (en 1449) ordonnent des restaurations qui marquent peut-être le début des modifications intérieures71. L’intervention de Nicolas V a d’ailleurs été signalée par son successeur Pie II, qui a séjourné dans le palais quelques jours en 146072. À la fin du siècle, à l’initiative de Mgr Antonio de Alberi, originaire d’Orvieto et archidiacre de la cathédrale puis évêque de Sutri (1503-1506), fut construite une bibliothèque adossée au mur sud du chœur de la cathédrale et aveuglant ainsi partiellement la salle N1 (fig. 31). Au début du xvie siècle, le palais était dans un état lamentable. C’est ce qui ressort notamment du vivant récit fait par les ambassadeurs d’Henry VIII, Foxe et Gardiner, envoyés par le roi d’Angleterre auprès du pape pour tenter de négocier son divorce. Clément VII vient de fuir Rome à la suite du sac de 1527 et il a choisi Orvieto comme refuge (où il résidera du 8 décembre jusqu’au 1er juin 152873), preuve, s’il en était besoin, de la confiance que l’on porte encore à la position de la ville pour assurer une sécurité parfaite à la cour pontificale74. En revanche, les commodités du vieux palais sont loin d’égaler le luxe que connaissait la cour au Vatican :

  • 75 Hackett (F.), Henry the Eighth..., London, s.d. [1929], p. 262. Le caractère lugubre de la scène é (...)
  • 76 La citation est un résumé de Brewer, sauf les paroles entre guillemets anglais, qui correspondent (...)

14« The pope plieth in an old palace of the bishops of this city, ruinous and decayed, where, or we come to his privy bedchamber [...] »75. Le texte même de la dépêche des ambassadeurs, datée du 23 mars 1528, partiellement cité et partiellement résumé dans la publication officielle des archives de la couronne anglaise, est encore plus pittoresque et montre bien l’état de décrépitude du palais, même si les envoyés anglais noircissent un peu le tableau76. Les ambassadeurs, qui manquent de se noyer en arrivant à Orvieto, détestent cordialement la ville et se moquent de la résidence du pontife :

15« The place may well be called Urbs Vetus. No one would give it any other name. Cannot tell how the Pope should be described as at liberty here, where hunger, scarcity, bad lodgings, and ill air keep him as much confined as he was in Castel Angel. His Holiness could not deny to Master Gregory that captivity at Rome was better than liberty here. The Pope occupies a decayed palace of the bishop of Orvieto. Before reaching his privy chamber we passed three chambers, “all naked and unhanged, the roofs fallen down, and, as we can guess, 30 persons, riff raff and other, standing in the chamber for a garnishment.” The furniture of the Pope’s bed chamber was not worth 20 nobles, bed and all ».

  • 77 Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 183. Dans un autre passage, Perali mentionne une premi (...)
  • 78 Calistri (C. A.), « La serie dei vescovi orvietani, già dipinta nel palazzo apostolico di Orvieto  (...)
  • 79 Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 271. Il ne semble rien en subsister, au moins en place
  • 80 Soprint. BAAAS Umbria, AS, carton T 23, fasc. 13.

16À la fin du siècle, le palais fut divisé entre l’évêque Vanzi et le cardinal Simoncelli (15641568), qui fut également évêque d’Orvieto (1554-1562 et 1570-1605) et fut donc particulièrement actif pour la cathédrale. En 15641568, le palais fut ainsi remanié sous la direction de l’architecte Raffaele da Montelupo77. À cette époque remonte la transformation radicale des espaces intérieurs, avec division des salles, réfection des toitures et construction de plafonds plats. À l’extérieur fut ajoutée, dans l’espace resté libre entre la chapelle et la salle U, une loggia à deux ordres, revêtue de briques et restée inachevée. Les ouvertures en forme de triplets furent largement détruites et remplacées par de simples cadres de basalte inscrits au nom du cardinal (HIERO. SIMONCELLI CARD.). C’est peut-être aussi à ce moment que fut construit l’escalier longeant le mur nord de la salle U, escalier que Virginio Vespignani renouvela et couvrit, quand il accomplit en 1857 divers travaux secondaires à l’occasion de la venue de Pie IX. En 1712, l’évêque Vincenzo Degli Atti (1696-1715) décida de faire peindre dans la salle d’entrée du palais (je suppose qu’il s’agit de la salle N2) la série des évêques d’Orvieto78. Le cycle fut complètement refait en 1857, dans les mêmes circonstances que ci-dessus, la visite de Pie IX, sous l’archevêque Giuseppe Vespignani (18421865) puis continué jusqu’à Mgr Salvatore Fratocchi (1905-1942). Un autre évêque du xviiie siècle, Mgr Marsciano fit ériger dans l’une des grandes salles un autel en l’honneur de la bienheureuse Angelina di Marsciano (1734-1735)79. À l’époque contemporaine sont attestées également des transformations, notamment suite aux travaux abusifs effectués vers 1947 dans le rez-de-chaussée du complexe pontifical par une entreprise de céramique à laquelle l’évêché avait loué cet espace, et ce malgré les interventions de la surintendance et notamment de R. Bonelli80.

Fig. 32 – Orvieto, complexe pontifical, plan du 1er étage avant restauration. D’après Valentino (D. A.), « Il restauro del palazzo papale di Orvieto », fig. 4.

Fig. 33 – Orvieto, complexe pontifical, salle N1, façade est, baie donnant sur la loggia N4.

  • 81 Bonelli, « Il palazzo papale di Orvieto », cit., fig. 1.
  • 82 Dont on voit l’espace intérieur dans Pardi, « Il restauro... », cit., fig. 5.
  • 83 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri..., cit., fig. 47.
  • 84 Bonelli, « Il palazzo papale di Orvieto », cit., fig. 1.
  • 85 Pardi, « Il restauro... », cit., fig. 3.
  • 86 Il évoque le symbole de saint Bernardin de Sienne, le monogramme du Christ dans un soleil rayonnan (...)
  • 87 Fumi, « Il palazzo Soliano... », cit., fig. 4.
  • 88 Fot. naz., N 17200.
  • 89 Fot. naz., N 17200.
  • 90 Pardi, « Il restauro... », cit., fig. 2 et 11.
  • 91 Valentino, « Il restauro... », cit., fig. 2.
  • 92 Valentino, « Il restauro... », cit., fig. 14 et, plus claire, Fot. naz., N 17207 et 17208.
  • 93 Pardi, « Il restauro... », cit., fig. 2 ; Valentino, « Il restauro... », cit., fig. 14.
  • 94 Ibid. ; Fot. naz., N 16461.
  • 95 Valentino, « Il restauro... », cit., fig. 7.
  • 96 Le fait a été également noté par Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 149.
  • 97 Pardi, « Il restauro... », cit., fig. 1.
  • 98 Valentino, « Il restauro... », cit., fig. 14.

17Les photographies anciennes donnent de nombreuses informations supplémentaires concernant les modifications du complexe et son état avant 1958, année où débutèrent les travaux de restauration. Les cloisonnements de l’étage sont bien indiqués par le plan avant restauration (fig. 32). L’étage de l’espace N2, ouvert en forme de loggia dans l’état médiéval, avait été transformé en une salle fermée : la moitié du côté sud, qui avait été laissée libre jusqu’au xvie siècle, était fermée par le mur de fond de la nouvelle loggia ; le côté ouest était obturé par un mur81. Dans celui-ci était percée une fenêtre située à la même hauteur et apparemment semblable aux autres fenêtres datant du remaniement du xvie siècle. Cette transformation devait donc remonter également à l’époque du cardinal Simoncelli. Une fenêtre dans la partie haute du mur témoigne de l’entresolement de l’étage82. Dans le mur ouest de la salle N1, sur les trois baies originelles non recouvertes par la construction de la bibliothèque de la fin du xve siècle, seule celle du milieu avait conservé intact son remplage et la presque totalité de son encadrement83. L’encadrement de la baie de droite avait également survécu, mais son remplage était remplacé par une fenêtre du xvie siècle. De la baie de gauche, où était installée une autre fenêtre, même l’encadrement avait pratiquement disparu. Dans la partie haute des murs étaient également percées des ouvertures, donnant sur le comble ou sur un étage entresolé. Une construction légère, dotée d’un toit en appentis, venait s’appuyer sur la salle B84. Outre la baie déjà mentionnée du mur ouest, la salle N1 avait conservé une autre baie avec son remplage, celle du mur est donnant sur la loggia85. Lors de sa redécouverte, à cause de la destruction de la loggia, la baie était fortement endommagée, comme l’atteste la photographie, et les sculpteurs chargés de sa restauration, s’ils ont bien marqué la différence entre les écoinçons inférieurs, authentiques et profondément sculptés, et l’écoinçon supérieur, refait et simplement gravé, ont dessiné un motif qui détonne pour un décor du xiiie siècle, une sorte de soleil rayonnant (fig. 33)86. Il est dommage qu’on n’ait pas plutôt repris le motif ancien, que l’on n’a probablement pas reconnu car il n’était pas identifié de manière précise. En effet, cette baie et son remplage étaient beaucoup mieux conservées à la fin du xixe siècle et Paolo Zampi en avait donné un relevé87. Même en tenant compte d’une éventuelle régularisation opérée par Zampi dans son dessin, on doit donc en conclure, en outre, que la perte de l’écoinçon supérieur, au moins, remonte à la première moitié du xxe siècle. Une troisième baie enfin s’était conservée avec son remplage, celle donnant sur l’espace N2 (fig. 32). Entre la salle M1 et la salle M2 avait été construit un bâtiment, au droit de la seconde, et un escalier en colimaçon88. Par conséquent, deux des cinq baies du mur oriental de la salle M1 étaient aveuglées et avaient du coup conservé leur réseau (fig. 32). Les trois autres avaient perdu ce réseau, remplacé par les fenêtres du xvie siècle, ainsi qu’une partie de leur encadrement et de leurs larmiers89. Des ouvertures dans la partie haute du mur trahissent l’existence probable d’un entresolement90. Du côté sud, la baie à remplage de cette même salle M1 avait été profondément modifiée, car transformée en accès pour la nouvelle loggia contiguë (fig. 32). Elle avait donc perdu tout son remplage, mais non son encadrement, comme le confirme l’état actuel de la baie, avec ses ornements simplement gravés, dus aux restaurateurs, contrairement au damier original de l’encadrement (fig. 34). Au rez-de-chaussée de la salle M1, il existait une porte dans l’extrémité nord du mur oriental, aujourd’hui bouchée, et, dans le mur septentrional, la porte d’accès à la salle N4 possédait un ébrasement différent (fig. 30). L’étage autrefois ouvert de la loggia N4 avait été lui aussi muré, comme la loggia N2, et couvert d’une toiture ; les fenêtres du XVIe siècle attestent que l’opération faisait bien partie de la même campagne de travaux. Au rez-de-chaussée de la chapelle, la baie du mur nord n’existait pas ou n’existait plus (fig. 30). Elle n’était d’ailleurs toujours pas représentée dans le relevé relevé après restauration91. Elle a donc été restituée, ou inventée, seulement à l’extrême fin des travaux. Au contraire, la baie du mur sud est bien attestée par une photographie avant restauration92. À l’étage supérieur de la chapelle M2, la lancette orientale avait totalement disparu et des fenêtres rectangulaires avaient été ouvertes au même niveau que dans les autres bâtiments, sur les faces sud et est, et au-dessus, des ouvertures plus simples correspondaient à l’entresolement93. Quant à la face ouest, on peut supposer que la présence de la loggia avait sauvé la baie à remplage, probablement conservée telle quelle ou simplement murée, comme le prouve le décor profondément creusé des écoinçons (fig. 35), qui s’oppose de manière significative à celui de la baie immédiatement voisine de la salle M1, dû, comme on vient de le voir au ciseau des restaurateurs. En ce qui concerne la salle U, la face orientale était en partie cachée par des constructions parasites et tardives94. Du côté opposé, les arcades du rez-de-chaussée avaient été fermées et partiellement repercées de portes et fenêtres. À ce même niveau, la salle avait été divisée en deux parties inégales par une cloison englobant le pilier méridional (fig. 30). Le pilier nord, resté libre, était déjà englobé dans un massif quadrangulaire95. À l’étage, les baies à réseau avaient perdu leur remplage remplacé par les fenêtres du xvie siècle96 et, du côté du palais épiscopal, une porte avait été percée en liaison avec le nouvel escalier d’accès. On avait poursuivi un des contreforts au-dessus de la toiture, pour un faire une sorte de petit clocher ( ?). La toiture, complexe, était formée de deux toits en bâtière situés à des hauteurs différentes et réunis par une croupe97. L’escalier N3 avait été transformé en un bâtiment annexe qui s’adossait contre la salle U (fig. 32). La nouvelle loggia, créée au xvie siècle en prenant appui sur les murs déjà existants des salles M1, M2 et U et en construisant un mur (doté de deux grandes baies superposées, qui donnaient accès à la loggia) entre la salle U et la salle M1, avait dû être conçue originellement comme un espace ouvert sur deux étages par des arcades en brique du côté sud. Mais l’édifice resta inachevé, ce que montrent les maçonneries grossières des parties supérieures, au-dessus du pilastre et des arcs en brique98, et les arcades furent elles-mêmes bouchées à une date postérieure. Elle était composée à l’étage d’une salle unique (fig. 32) et était subdivisée au rez-de-chaussée en deux pièces (fig. 30).

Fig. 34 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, façade sud, baie.

Fig. 35 – Orvieto, complexe pontifical, salle M2, façade ouest, baie.

  • 99 Riccetti (L.), « Ad perscrutandum et explorandum pro marmore. L’Opera del duomo di Orvieto tra ric (...)
  • 100 Ibid., p. 337 n. 315. Grâce à la fourniture de l’eau, L. Riccetti peut individualiser les différen (...)
  • 101 Pour la toiture, cf. Riccetti, « Ad perscrutandum... », cit., p. 329 n. 291 et peut-être n. 300 ; (...)
  • 102 Riccetti, « La “Loggia del duomo” e i cantieri delle cattedrali », cit., p. 279 : dans les grandes (...)

18Quant au palais Soliano, il connaît des vicissitudes assez différentes. Puisqu’il avait été construit par la commune pour le compte de Boniface VIII sans que celui-ci ait eu le temps Le chantier, inachevé, paraît languir et se poursuivre difficilement. Le 8 septembre et le 12 novembre 1307, les sept consuls ordonnent de juger les artisans en retard dans la réalisation des travaux de décoration et décident de dépenses diverses. Dès 1321 au moins, le palais, abandonné matériellement par la commune, est utilisé par l’œuvre de la nouvelle cathédrale alors encore en pleine construction, qui va s’en servir comme loge de travail pour une partie de ses artisans. Cette date, qui anticipe d’une dizaine d’années celle donnée traditionnellement depuis Bonelli, vient d’une analyse récente de L. Riccetti, qui identifie à cette période, par recoupement, un four de verrier qui sera en activité dans le palais pour le chantier de la cathédrale au moins jusqu’en 136199. De toute façon, le palais Soliano est mentionné formellement comme loge de certains des ouvriers de la cathédrale – les charpentiers – en 1325100. On travaille au palais en 1339 et en 1347 (alors sous la direction de Meo Nuti, le maître d’œuvre de la cathédrale). En 1358-1359, sont attestées des opérations à la toiture et, en 1361, un incendie dévaste une partie du palais1101. Cependant cette calamité n’empêche probablement pas d’achever les travaux. En 1398, des volets sont placés sur certaines fenêtres. À partir de la seconde moitié du xive siècle, l’édifice est donc devenu la principale loge du chantier de la cathédrale, sous les noms de « Palazzo grande della fabbrica » ou de « Palazzone »102.

  • 103 Bref du 26 février 1460, mentionné par Fumi, Codice diplomatico..., cit., p. 718.
  • 104 Bonelli, « Il palazzo papale di Orvieto », cit., p. 218.
  • 105 Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 158.
  • 106 AOPSM, Rif. 26, fol. 41v°et Camer. 123, fol. 65v°-66 (1527-1528) ; cité par Riccetti, « “...Pro pl (...)
  • 107 Le maître d’œuvre, connu par une mention comptable de 1543, est probablement l’oncle d’Ippolito Sc (...)
  • 108 Riccetti, « “...Pro platea jam...”... », cit. fig. 23.
  • 109 Voir les parties du projet de P. Zampi, « Progetto di restauro. 1. Relazione, 2. [Planches] Saggi (...)
  • 110 Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 192.
  • 111 Fumi, « Il palazzo Soliano... », cit., fig. 1.
  • 112 Ibid. La campagne de 1568 s’acheva en 1570, comme l’indique une épigraphe, ibid., p. 263-264 et Pe (...)
  • 113 Riccetti, « “...Pro platea jam...” », cit., fig. 24.
  • 114 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri..., cit., fig. 88.
  • 115 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri..., cit., fig. 84 ; Satolli, « Uso, riuso e rest (...)

19La fin du xve siècle voit une autre période d’activité importante, qui correspond probablement au renouveau du pouvoir pontifical et à la réorganisation des États de l’Église dans la seconde moitié du siècle. Déjà, en 1460, Pie II enjoint au trésorier du patrimoine de se rendre à Orvieto pour visiter la grande salle du palais apostolique, qu’on dit au bord de la ruine103, puis il affecte la somme de 100 ducats à la restauration. En 1479-1481 on travaille à la toiture, en 1480 des fenêtres sont murées ; en 1493, c’est le tour de fenêtres et portes sous la loggia, tandis qu’on répare l’escalier – des travaux liés à la venue du pape Alexandre VI, qui bénit la foule depuis la loggia le 1er décembre, redonnant ainsi son sens initial à l’édifice construit deux siècles auparavant. Mais c’est pour mieux le dénaturer aussitôt en poursuivant ces mêmes travaux de fermeture, puisqu’en 1496, on dote le premier étage de la loggia d’une toiture (ce qui suppose qu’on l’avait également pourvu de murs latéraux)104. Le 18 février 1504, le toit s’écroule, sous le poids de la foule qui s’y était massée pour voir le « palio » sur la place de la cathédrale105. À la fin de 1527, on doit réparer un contrefort, ce qui traduit le mauvais entretien général du palais106. Le 5 décembre 1535, le conseil général de la commune cède officiellement le palais à l’œuvre, sous la pression de l’évêque Durante qui aurait voulu le voir démoli, à cause de la menace qu’il représentait pour son propre palais. En 1536, on se contente finalement de démolir le mur adjacent au palais épiscopal. En 1540-1544, le palais revient en possession de la commune qui, poursuivant les travaux commencés à la fin 1536, décide d’en détruire certaines parties et d’en reconstruire d’autres. Sous la direction de l’architecte Meo di Giacomo Scalza on démolit le toit primitif et les parties hautes des murs107. On voit ainsi le palais avec son premier étage découvert dans une gravure reproduisant un dessin d’Ippolito Scalza, antérieur à 1556, puisqu’à cette date l’étage de la loggia sera couvert108. On subdivise les deux salles superposées en plusieurs pièces et on construit un escalier intérieur ainsi que le nouveau mur oriental109. La salle haute est divisée en sept pièces, dotées de cheminées, par une cloison longitudinale et des murs de refend transversaux (fig. 36). Au rez-de-chaussée, pour soutenir ces parois supplémentaires, on ajoute de nombreux murs. L’écu de Paul III, sculpté par Simone Mosca en collaboration avec Antonio di Antonino da Carra-ra, est placé sur le mur occidental en 1543110. En 1550 la commune cède de nouveau le palais à l’œuvre, qui en prend possession concrètement en 1552. L’étage de la loggia est couvert en 1556111. Le 28 mars 1564 est prise la décision de construire la toiture ; en 1568 et en 1592 est réalisée une partie des travaux du toit et de la corniche, sur dessin d’Ippolito Scalza112. Le palais ne connaîtra pas désormais de modification majeure jusqu’à la fin du XIXe siècle ; c’est le visage qu’il offre, par exemple, dans une gravure de 1662113. Les relevés de Paolo Zampi, antérieurs à sa restauration du palais, et les photographies anciennes permettent seulement de préciser cet état sur quelques points. La salle basse avait été cloisonnée et, pour le tiers occidental, entresolée (fig. 37 et 39). L’escalier intérieur, situé entre cette partie entresolée et le reste de la salle, conduisait également à une cave en sous-sol114. La salle haute et la loggia fermée (ainsi que son escalier d’accès) avaient été subdivisées par de nombreuses cloisons, comme le complexe pontifical voisin ; en revanche, la plupart des baies, notamment du côté nord, avaient conservé leur remplage, qui doit donc être plus souvent authentique que dans le complexe palatial voisin115.

Fig. 36 – Orvieto, palais Soliano, rez-de-chaussée après et avant restauration. P. Zampi, publié par Satolli (A.), Orvieto : il palazzo del popolo..., fig. 84-85.

Fig. 37 – Orvieto, palais Soliano, coupe transversale et façade occidentale avant restauration. P. Zampi, publié par Satolli (A.), Orvieto : il palazzo del popolo..., fig. 86.

Fig. 38 – Orvieto, palais Soliano, coupe transversale et façade occidentale, projet de restauration. P. Zampi, publié par Satolli (A.), Orvieto : il palazzo del popolo..., fig. 87.

Fig. 39 – Orvieto, palais Soliano, coupe longitudinale avant restauration. P. Zampi, publié par Satolli (A.), Orvieto : il palazzo del popolo..., fig. 88.

Restaurations

  • 116 Sur la figure de Paolo Zampi, voir Riccetti, La città costruita..., cit., p. 27-28 ; Orvieto : il (...)
  • 117 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri..., cit., p. 82.
  • 118 Cf. Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri..., cit., fig. 44.
  • 119 Ibid., p. 83. Malentacchi montre bien qu’il ne s’agissait que d’un prétexte, puisque l’œuvre de la (...)
  • 120 Cf. Pérouse, Soprintendenza ai BAAA, AS, carton 46 I, fasc. 5. Malentacchi cite également une esti (...)
  • 121 Si l’on se réfère aux photographies de l’article de L. Fumi, daté de cette année et publié à cette (...)
  • 122 Pérouse, Soprintendenza ai BAAA, AS, carton 46 I, fasc. 5.
  • 123 Cf. Satolli, « Uso, riuso e restauro... », cit., fig. p. 47 (en bas à gauche), pour une photograph (...)
  • 124 Voir l’extrait du ms. de P. Zampi, « Progetto di restauro del palazzo Soliano », conservé à l’Arch (...)
  • 125 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri..., cit., fig. 36.
  • 126 Fumi, « Il palazzo Soliano... », cit., fig. 2.
  • 127 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri..., cit., fig. 87b.
  • 128 Fumi, « Il palazzo Soliano... », cit., fig. 2.
  • 129 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri..., cit., fig. 88.
  • 130 Fumi, « Il palazzo Soliano... », cit., fig. 2.
  • 131 Satolli, « Uso, riuso e restauro... », cit., fig. p. 47 (en haut à gauche).

20En ce qui concerne le palais Soliano, après plusieurs siècles de tranquillité, la période risorgimentale a apporté son lot de restaurations néo-médiévales. À la fin du xixe siècle, Orvieto possédait en Luigi Fumi et en Paolo Zampi un historien et un architecte dévoués à la fois à l’exaltation du passé local et à sa renaissance concrète dans les principaux bâtiments de la ville. Pour le palais Soliano comme pour la cathédrale et le palais du peuple, les deux hommes formèrent une équipe qui exhumait les sources oubliées dans les archives locales et, forte de cet appui historique, restituait les formes « originelles » des bâtiments116. Malheureusement, contrairement aux restaurations des deux autres bâtiments où les interventions de P. Zampi furent à la fois plus limitées et plus justifiées, celle du palais Soliano fut une véritable reconstruction, discutable dans ses détails comme dans sa conception d’ensemble117. Le palais était dans un état relativement bon, même s’il ne correspondait pas au projet initial mais à sa phase de transformation et de redimensionnement de la seconde moitié du xvie siècle, et aucune raison majeure de sécurité ou de consolidation ne pouvait donc justifier un tel parti de restitution118. Le prétexte de la restauration fut d’ailleurs, de manière paradoxale, le besoin de reloger le Mont-de-Piété local à la suite de la restauration du palais du peuple, où il était installé jusque-là : la restauration du palais Soliano n’était donc justifiée que par celle du palais du peuple... On envisagea, en 1883, de transférer le Mont-de-Piété au rez-de-chaussée du palais Soliano, tandis que pour l’étage on envisageait, déjà, une utilisation culturelle, avec l’institution d’un musée « cristiano od etrusco »119. À la suite du projet de restauration de P. Zampi (dont le premier rapport date de 1887, mais était rédigé dès 1883120), les travaux se poursuivirent sans interruption de 1886 à 1898. Mais ils étaient déjà pratiquement achevés en 1896121, alors que leur financement était amplement discuté entre la commune, la surintendance et le ministère jusqu’en 1897122. La restauration a donc duré une dizaine d’années à peine. On détruisit toutes les structures du xvie siècle, notamment les cloisonnements et entresolements des deux étages123, et les parties hautes médiévales furent « reconstituées » ou plus exactement inventées, puisque l’édifice n’était connu, pour cette partie, que dans sa phase moderne (fig. 38 et 40)124. Le projet de P. Zampi prévoyait aussi une décoration peinte à fresque dans la salle haute, dont témoigne une illustration jointe, inspirée, comme du reste les parties hautes nouvelles, par le palais du peuple (fig. 41)125. Un autre élément attesté par les dessins et qui ne semble pas avoir été réalisé est la statue d’un lion porteur d’armoiries, prévu au bas de l’escalier126. Sur la même vue d’ensemble, on peut remarquer aussi un détail qui a été exécuté d’une manière légèrement différente. Les fenêtres de la partie supérieure du premier étage, avaient été conçues avec, à l’intérieur de l’embrasure en arc surbaissé, deux nus de mur qui donnaient aux jours proprement dits une forme de lancette. En outre, dans un premier temps Zampi semble n’avoir pas prévu d’ouvrir de fenêtre sur le mur pignon occidental127. Elle n’est apparue que sur le projet général de restauration128 et possède d’ailleurs sur le dessin une forme différente des autres fenêtres supérieures, sans les nus de mur signalés ci-dessus, un dessin qui sera adopté finalement pour l’ensemble de celles-ci. Les hésitations de Zampi sur la forme à donner à ces fenêtres s’expliquent probablement par le caractère très fragmentaire des restes d’ébrasement qui subsistaient encore, en partie haute des murs, avant son intervention129. De toute façon, il s’inspira probablement, en fin de compte, des fenêtres équivalentes du palais du Peuple, légèrement mieux conservées et dont il dirigeait en même temps la restauration. Un dernier élément du projet de restauration de Zampi ne fut pas exécuté : contrairement au projet130, les arcades de l’escalier, fermées à l’époque moderne, ne furent pas rouvertes131.

Fig. 40 – Orvieto, palais Soliano, vue d’ensemble, avant restauration et projet de restauration. P. Zampi, « Progetto di restauro del palazzo Soliano », AOPSM.

Fig. 41 – Orvieto, palais Soliano, 1er étage, projet de décor.P. Zampi, « Progetto di restauro del palazzo Soliano »,AOPSM.

  • 132 Cité d’après Leniaud (J.-M.), Viollet-le-Duc ou les délires du système, Paris, 1994, p. 90.
  • 133 Sur l’influence de Viollet-le-Duc en Italie, cf. Auzas (P.-M.), Viollet le Duc, Paris, 1979, p. 23 (...)
  • 134 La reconstitution de Zampi donna lieu, d’ailleurs, à d’amples polémiques, cf. Orvieto : il palazzo (...)
  • 135 AOPSM, Paolo Zampi, « Progetto di restauro ». Zampi aurait pu faire appel, pour justifier son choi (...)
  • 136 Pérouse, Soprintendenza ai BAAA, AS, carton 46 I, fasc. 4 ; carton T 23, fasc. 12.
  • 137 Malentacchi, « Paolo Zampi... », cit., p. 23.
  • 138 Les relevés de l’état avant restauration et le projet de restauration sont conservés à l’AOPSM (no (...)
  • 139 Fumi, « Il palazzo Soliano... », cit., fig. 3.
  • 140 Bonelli, « Il palazzo papale di Orvieto », cit., fig. 2. Dans cette photographie, les arcades ont (...)

21Il n’est pas besoin de souligner à la fois le caractère néfaste de mesures de rénovation aussi radicales, mais également leur banalité en cette fin du xixe siècle. Il serait particulièrement injuste de reprocher à P. Zampi une telle conception de la restauration, qui ne fait que reprendre à la lettre la célèbre définition qu’en avait donnée Eugène Viollet-le-Duc, dans l’article correspondant de son Dictionnaire raisonné de l’Architecture... : « Restaurer un édifice, ce n’est pas l’entretenir, le réparer ou le refaire, c’est le rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné132 ». On remarquera que, y compris dans son point le plus controversé (la restitution de parties qui ont pu n’avoir jamais existé), la doctrine viollet-le-ducienne justifie parfaitement le travail de Zampi133. Il semble qu’on peut donner un exemple frappant de la prégnance des présupposés idéologiques dans le projet de restauration, avec le problème du couronnement des deux palais, celui du peuple et le palais Soliano, sur lesquels P. Zampi travaillait en parallèle. Pour le palais du capitaine du peuple, l’architecte restaurateur reconstitua assez abusivement l’ensemble du couronnement sur la foi des deux merlons qui subsistaient alors. Ceux-ci possédaient une forme échancrée, identifiée alors comme typiquement gibeline, et ont donc été ressentis comme un modèle parfait pour le monument qui représentait l’essence même du pouvoir laïque et anti-pontifical à Orvieto134. Or, pour le palais Soliano, Zampi ne disposait d’aucun modèle, puisque l’étage qu’il connaissait avait été remanié à l’époque moderne ; de plus les autres palais pontificaux de la ville étaient parvenus jusqu’au xixe siècle dépourvus eux aussi de leur couronnement médiéval, à la suite des modifications de l’époque moderne. Il était donc impossible de savoir si un crénelage y avait existé, et de quel type. Or Zampi choisit de construire au sommet du palais Soliano un crénelage formé de merlons plats. Le choix est encore plus arbitraire que pour le palais du peuple, mais tout aussi significatif : ce type de merlons est alors assimilé à une marque de fabrique des édifices guelfes, comme le dit explicitement Zampi dans son projet de restauration135. On a donc voulu mettre en valeur la grande fracture idéologique, telle qu’elle traversait les communes italiennes du xiiie siècle, mais surtout peut-être telle qu’on avait l’impression de la revivre dans le contexte politique de l’Italie contemporaine. Après la restauration-reconstruction de Zampi, l’édifice connaît encore une série de travaux d’entretien ou de consolidation, notamment dans le cadre de sa transformation progressive en musée de l’œuvre de la cathédrale136. En 1921 et 1922, sont rédigés, par Carlo Zampi (neveu de Paolo Zampi137), des rapports sur les travaux à envisager pour étendre le musée au rez-de-chaussée et notamment sur les conditions statiques, rapports répétés encore en 1932. De 1934-1935 date le projet138, réalisé en 1936-1937, de restauration de la partie inférieure de l’escalier et de la loggia, dont les arcs, jusqu’ici bouchés139, furent rouverts, comme l’avait prévu le projet de Zampi, et clos par des grilles en fer forgé de Fernando Tenerelli140.

  • 141 Pardi, « Il restauro del palazzo papale di Orvieto », cit., p. 210-211, qui donne également le nom (...)
  • 142 Valentino, « Il restauro... », cit., fig. 1 ; Testa (G.) et Davanzo (R.), Dalle raccolte alla muse (...)
  • 143 Testa et Davanzo, Dalle raccolte alla musealizzazione..., cit., ibid. Mais les travaux devaient êt (...)
  • 144 Satolli, « Uso, riuso e restauro... », cit., p. 55.
  • 145 Le monument avait subi des dommages pendant la Seconde guerre mondiale, mais nous n’en connaissons (...)
  • 146 Satolli, « Uso, riuso e restauro... », cit., p. 55-56, a qualifié le palais épiscopal d’« irricono (...)
  • 147 Satolli, ibid.
  • 148 Cf. les articles de R. Pardi et D. A. Valentino, ainsi que Bozzoni (C.), « Orvieto. Palazzo papale (...)
  • 149 Mais un demi-siècle plus tard, et à peu près au moment où s’élaborait la Charte de Venise, il est (...)

22Quant à la restauration du complexe pontifical, elle a été menée par divers architectes de la surintendance de l’Ombrie, surintendants en charge ou non : Gilberto Martelli, Renzo Pardi, Bruno Terzetti et Domenico Antonio Valentino141. Le complexe ayant été acquis par le domaine de l’État en 1958142, les travaux durèrent de cette date à 1980143, avec les responsables successifs mentionnés ci-dessus. La conception d’ensemble a été sévèrement condamnée par diverses voix autorisées, celle de R. Bonelli lui-même, qui a parlé d’un exercice de contre-restauration, ou celle d’A. Satolli, qui a dénoncé le résultat comme un « faux architectonique » ou un « nouveau monument du passé »144. Le palais épiscopal avait lui aussi connu bien des interventions, sur lesquelles nous ne pouvons ici nous attarder, puisque le monument sort du cadre de notre travail145. Sa restauration a été conçue également en 1958, comme pour le complexe pontifical, mais sous la direction de Renato Bonelli et de manière indépendante de celle du complexe pontifical. Si les conceptions de base étaient assez différentes et si les travaux furent menés beaucoup plus rapidement, l’opération a pu être jugée également de façon très critique146. Les deux restaurations ont donc non seulement manifesté des défauts intrinsèques, mais leur absence de coordination a introduit une rupture trop forte entre les deux bâtiments, en lien également avec la disjonction d’usage des deux bâtiments, le palais épiscopal restant dévolu à l’évêque, le complexe pontifical étant alors sans destination précise147. Il ne nous appartient pas ici de prononcer un jugement aussi lapidaire sur les restaurations du complexe pontifical. L’ensemble des bâtiments versait vers la ruine, avec des problèmes structurels qui nécessitaient des solutions drastiques, comme l’emploi du ciment armé revêtu de tuf dans la salle N1, aussi bien pour les piliers du rez-de-chaussée que pour l’un des deux grands arcs diaphragmes de l’étage, complètement reconstruit148. Ce que l’on peut contester, ce ne sont pas les choix technologiques mais le parti pris général, consistant, comme pour le palais Soliano, à détruire toutes les additions postérieures à la période médiévale (ou considérées comme telles) en vue de restituer des éléments médiévaux parfois hypothétiques ou attestés seulement par des traces infimes, en tout cas largement recréés par symétrie et par répétition. Il s’agit, ni plus ni moins, de la continuation de l’esprit de la restauration de Paolo Zampi pour le palais Soliano149. On doit au moins reconnaître aux restaurateurs l’utilisation, plus ou moins consciente ou volontaire, de nombreux procédés permettant de repérer assez facilement les parties neuves des parties anciennes : datations apposées sur des éléments architectoniques (baies, encadrements de portes, corniches), utilisation de matériaux de couleur différente pour les parties refaites ou complétées (peut-être en partie involontairement, suite au vieillissement différentiel), utilisation de techniques différentes pour les décors refaits à l’identique (par exemple les sculptures des écoinçons dans les baies, seulement gravées et non sculptées en profondeur). Cependant, même ces procédés ne semblent pas obéir à un parti très clair : pourquoi par exemple, pour les baies à remplage de la façade ouest de la salle N1, avoir choisi de créer un décor seulement gravé dans la baie de droite et de ne pas le restituer du tout dans la baie de gauche ?

Fig. 42 – Orvieto, complexe pontifical, salle N2, façade sud.

  • 150 Par ailleurs, le cycle des évêques d’Orvieto a été détruit, dès le début des travaux, en octobre 1 (...)
  • 151 Au moins avant 1990, cf. Radke, « Gothic style... », cit., fig. 1.
  • 152 Pardi, « Il restauro... », cit., fig. 10.
  • 153 Pardi, « Il restauro... », cit., fig. 11.
  • 154 Valentino, « Il restauro... », cit., fig. 9.
  • 155 Pardi, « Il restauro... », cit., fig. 6 ; Valentino, « Il restauro... », cit., fig. 5.
  • 156 Pardi, « Il restauro... », cit., fig. 9 et Valentino, « Il restauro... », cit., fig. 8, qui corres (...)
  • 157 Valentino, « Il restauro... », cit., fig. 2 et 3.
  • 158 L’authenticité de ces dernières est probable, au moins pour la plus septentrionale qui est reprodu (...)

23Détaillons maintenant le programme suivi par la restauration. Suivant une doctrine « d’épuration des abords », on a éliminé tous les bâtiments parasites ou réputés tels (le bâtiment en appentis qui se trouvait devant la façade ouest de la salle N1, le bâtiment aménagé entre les salles N2 et U, le bâtiment et l’escalier élevés entre les salles M1 et M2, l’escalier du côté du palais épiscopal, les constructions adventices à l’est de la salle U, sans parler de la loggia Renaissance !), en se privant ainsi de nombreux témoignages concernant la période post-médiévale, non seulement appréciables en tant que tels mais également pour une meilleure compréhension du bâti médiéval, dont des parties ont bien pu disparaître par erreur à cette occasion. D’autres contradictions s’expriment dans le parti de restauration des diverses salles. En ce qui concerne la salle N2, on a détruit la loggia du xvie siècle, mais on a maintenu le mur construit entre les salles M1 et U pour constituer son mur de fond et qui ferme donc la salle N2 de ce côté (fig. 42) ; en revanche, on a détruit la cloison qui avait fermé le côté ouest de la salle probablement à la même époque150. D’ailleurs, la salle N2 a été fermée à nouveau à l’étage, lors d’un aménagement muséographique151, par une paroi de verre sur le côté ouest, le seul qui était redevenu entièrement libre. Pour la salle N1, on a restitué les deux baies latérales sur le modèle de la baie à remplage centrale et régularisé les parties hautes152. À l’étage de la salle M1, toutes les baies du côté est ont été refaites ou complétées153. Il en va de même pour la salle M2 (fig. 32). Dans la salle U, le programme a consisté en la reprise des piliers du rez-de-chaussée154, la réfection totale des arcs diaphragmes de l’étage155, la réouverture des arcades du rez-de-chaussée, la restitution des baies à remplage au premier étage et la reprise totale des parties hautes (couronnement et toiture156), enfin la suppression de l’escalier parallèle au palais épiscopal. Il faut noter aussi que les plans du rez-de-chaussée et de l’étage après restauration157 comportent plusieurs divergences par rapport à l’état actuel des bâtiments. Une partie d’entre elles correspond manifestement à de simples inadvertances (par exemple, un arc doubleau manquant dans la salle N2 et la moitié des niches de la salle N1, celles du mur oriental158, pour le rez-de-chaussée ; la situation imprécise de certains éléments au premier étage, comme la baie la plus méridionale du mur occidental, centrée, alors qu’elle est en réalité décalée à gauche de sa travée, ou la porte de communication entre les salles N1 et M1, indiquée comme une fenêtre alors que le relevé antérieur à la restauration l’indiquait bien comme une porte, etc.). Dans d’autres cas au contraire, ces divergences semblent provenir du fait que les travaux étaient encore inachevés ; elles sont donc importantes, car elles impliquent pour les éléments concernés soit des découvertes ultérieures dans les maçonneries, soit une possibilité d’invention non fondée. C’est le cas au rez-de-chaussée de la fenêtre septentrionale de la chapelle, déjà mentionnée ci-dessus, mais aussi de la fenêtre septentrionale de la salle N4 ; à l’étage, la question se pose pour la porte et la fenêtre septentrionales de la salle N1 et les deux fenêtres septentrionales de la salle U, absentes toutes les quatre du relevé.

Utilisations actuelles

  • 159 Pour avoir une idée de l’aménagement muséographique et de la répartition des œuvres, on peut se ré (...)
  • 160 Cf. l’article de Domenicucci (D.), « Calligrammi : una cifra nuova per l’architettura. Museo in un (...)
  • 161 Préfiguré par deux expositions, en 1978 (cf. Mostra degli scavi archeologici alla Cannicella di Or (...)

24Les deux étages du palais Soliano ont abrité le musée de l’œuvre de la cathédrale pendant de nombreuses années159. En 1980, le sculpteur Emilio Greco avait fait don à la ville d’Orvieto d’un ensemble considérable de ses propres créations. On a installé ce fonds au rez-de-chaussée du palais Soliano, aménagé en conséquence par l’architecte Giulio Savio160. Le premier étage du palais ainsi que le premier étage des palais pontificaux devrait prochainement rouvrir, après le réaménagement du musée de l’œuvre de la cathédrale qui devrait occuper désormais ces espaces. Espérons que la réouverture du musée, après de longs travaux, sera l’occasion de redonner au palais Soliano une utilisation appropriée sans en trahir le caractère de grandeur austère, qui correspondait aux conditions de sa création. Quant au rez-de-chaussée du complexe pontifical, après la fin des travaux de restauration, il est devenu le siège du musée archéologique national d’Orvieto161.

II – ANALYSE MONUMENTALE

1. Complexe palatial (fig. 43-44)

25Toutes les salles décrites ci-dessous sont réalisées en tuf blond-marron d’Orvieto, sauf les colonnettes des remplages, qui utilisent un calcaire blanc. Je précise d’autre part que les différentes parties du complexe sont abordées dans l’ordre de leur création chronologique ici supposée, en fonction d’un ensemble de raisons qui seront développées à la fois dans cette partie (notamment pour les questions de chronologie relative et pour les regroupements en fonction de l’homogénéité constructive et stylistique) et dans la partie suivante (pour le rapprochement de cette chronologie relative avec les données historiques, et donc pour une proposition de chronologie absolue des diverses salles).

Fig. 43 – Orvieto, complexe pontifical, plan du rez-de-chaussée. D’après Valentino (D. A.), « Il restauro del palazzo papale di Orvieto », fig. 2 (en gras, corrections et ajouts). U. Grande salle d’Urbain IV. M1. Grande salle de Martin IV. M2. Chapelle. N1. Grande salle de Nicolas IV. N2. Loggia vers la place. N3. Escalier. N4. Loggia vers le jardin.

Fig. 44 – Orvieto, complexe pontifical, plan du 1er étage. D’après Valentino (D. A.), « Il restauro del palazzo papale di Orvieto », fig. 3 (en gras, corrections et ajouts). U. Grande salle d’Urbain IV. M1. Grande salle de Martin IV. M2. Chapelle. N1. Grande salle de Nicolas IV. N2. Loggia vers la place. N3. Escalier. N4. Loggia vers le jardin.

Salle U (fig. 45)

26Les murs gouttereaux sont relativement fins et s’opposent ainsi à toutes les autres constructions du complexe palatial.

Fig. 45 – Orvieto, complexe pontifical, salle U, façade ouest.

27Au rez-de-chaussée, la salle est divisée en six travées par deux piliers massifs et sept doubleaux (formés d’un simple rouleau plat). Les travées sont dotées de voûtes d’arêtes reposant sur les piliers centraux et sur des piliers adossés aux murs. Les deux piliers centraux, cruciformes, sont aujourd’hui noyés dans d’énormes piles carrées aux angles émoussés, tandis que les deux demi-piliers cruciformes des murs pignons sont englobés dans des demi-piles à angle droit. Ces enveloppements remontent à la restauration contemporaine. Les murs gouttereaux sont percés de chaque côté de trois grandes arcades (aujourd’hui fermées par des baies vitrées) à double rouleau vers l’extérieur. Le mur nord présente une certaine articulation, puisque les deux nefs de la salle aboutissent à deux grandes arcades aveugles qui répondent de manière logique aux grandes arcades autrefois ouvertes des murs gouttereaux. Au contraire, le mur sud possède un caractère très irrégulier, dû probablement au fait qu’il prend appui sur l’évêché voisin, ce qui se répercute sur le voûtement (ainsi à l’angle sud-est la voûte d’arêtes retombe non pas sur la pile d’angle mais dans le mur). Cette partie de l’évêché, occupée au rez-de-chaussée par la salle « Mgr Francesco Pieri », correspond à la salle B1 de l’étude de R. Bonelli de 1939 (fig. 30), qui la date de l’épiscopat de l’évêque Riccardo (1178-1202). Disposée en longueur, la salle comprend plusieurs parties. Je ne donnerai pas ici une description détaillée de la salle, mais seulement les éléments qui peuvent servir à comprendre son rapport avec la salle U. Après une sorte de vestibule très restauré mais dont subsistent des éléments médiévaux (le berceau brisé et une partie de mur du côté sud), la partie principale de la salle, également voûtée en berceau brisé, correspond à peu près au mur pignon sud de la salle U. Trois arcades brisées à double rouleau, retombant au nord sur des pilastres et pénétrant au sud dans le mur (sauf la dernière à l’est qui pénètre dans le mur au nord comme au sud), séparent l’espace en deux parties inégales. La partie centrale, deux fois plus longue, est scandée par un doubleau à simple rouleau, retombant des deux côtés sur une simple console décorée de bâtons brisés. La paroi nord est ici creusée d’une grande arcade brisée à double rouleau. Le pilastre médian du mur pignon sud de la salle U se trouve au revers de cette arcade, qu’il devait donc partiellement aveugler (si elle n’avait pas été déjà complètement bouchée) ; il est donc probable que celle-ci n’a pas pu servir de communication entre les deux salles. Dans le dernier tiers oriental de la salle « Pieri », la paroi nord est percée d’une porte, aujourd’hui aveuglée, et creusée d’une niche au-dessus de la porte. Cette dernière s’ouvre au milieu de la nef septentrionale de la salle U, ce qui permettait donc cette fois un accès d’une salle à l’autre.

  • 162 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., n. 55 p. 176.

28À l’étage, la salle U est divisée en trois travées par deux arcs-diaphragmes. Les profils des arcs et des consoles sont assez simples, les arcs étant formés d’un double rouleau, dont le supérieur prismatique à cinq pans, alors que les consoles montrent deux paires de bandeaux et quarts-de-rond superposées. Dans les deux murs longitudinaux, est et ouest, sont percées trois baies ; deux baies éclairent le mur nord ; aucune le mur sud, ce qui est logique puisqu’il est contigu au palais épiscopal. Les baies possèdent un seul rouleau d’ébrasement intérieur, contrairement aux baies des grandes salles N1 et M1, ce qui est normal si l’on considère la finesse des murs gouttereaux, et par conséquent elles n’ont pas de coussièges. Le réseau est formé de baies géminées trilobées retombant sur deux colonnettes centrales disposées en profondeur, le tympan étant ajouré d’un quadrilobe (l’écoinçon situé entre le quadrilobe et la colonnette est doté, à l’extérieur, d’un décor gravé). Dans le mur nord, les deux baies sont légèrement décalées par rapport à l’axe de symétrie de la salle, à cause de la porte de communication avec la salle N2. Celle-ci présente trois rouleaux intérieurs contre une surface nue du côté extérieur, preuve que la salle a été considérée comme intérieure par rapport à la loggia N2. Sur les murs est et ouest, les trois baies correspondent à peu près au milieu de chaque travée. Cependant dans le mur ouest, la baie la plus méridionale est décalée vers le nord de sa travée (cette disposition est originelle et pourrait s’expliquer par le désir de capter plus de lumière, parce que cette travée touche au palais épiscopal, au détriment de la symétrie). En face, dans le mur est, la baie la plus méridionale est cette fois-ci centrée et encadrée par un grand arc de décharge dont la partie droite se perd dans le mur gouttereau sud tandis que sa partie gauche rejoint l’épaisseur du mur est. Sous l’arc de décharge, à droite de la baie principale, est visible la trace d’une petite baie murée. Par ailleurs, l’allège de la fenêtre à réseau est beaucoup plus haute qu’ailleurs – par conséquent la baie est décalée vers le haut – et ses piédroits, du fait de l’amincissement du mur sous l’arc de décharge, sont très étroits et possèdent des sortes de coussièges, les seuls de la salle, mais inutilisables à cause de la minceur de la paroi. Je ne m’explique pas bien ces irrégularités, si ce n’est que la construction a pu commencer de ce côté, en s’appuyant sur le mur du palais épiscopal voisin et n’a trouvé sa forme définitive qu’après le début des travaux et un certain tâtonnement, dont on trouve du reste d’autres signes dans l’ensemble de la salle. D’autre part, il faut se souvenir que toutes les baies ont été modifiées au xvie siècle et restituées dans l’état présent au cours des restaurations du xxe siècle. Par conséquent, la complexité des dispositions de la présente baie atteste peut-être qu’il s’agit d’une baie non retouchée, comme le suggère également M. T. Gigliozzi162. Les restes de décor sont encore plus lacunaires que dans les salles M1 et M2 de l’étage. Il consiste seulement en des traces de peinture blanche dans les ébrasements des baies ; il n’est même pas sûr qu’il s’agisse de fragments originaux.

29À l’extérieur, la différence d’appareil à partir de la quatrième assise sous le bandeau supérieur correspond à la restauration contemporaine. Les murs possèdent deux cordons, l’un à hauteur de l’archivolte des baies de l’étage, qui s’interrompt au niveau des contreforts, l’autre formant corniche et contournant ces derniers. L’angle nord-est du bâtiment présente des particularités au rez-de-chaussée comme à l’étage qui ont été causées par la création de la loggia N2 et de l’escalier N3. Pour plus de clarté, elles seront donc abordées plus bas.

  • 163 Cf. Pardi, « Il restauro del palazzo papale di Orvieto », cit., p. 208.

30Globalement, la salle U présente de nombreuses irrégularités dans ses dispositions d’ensemble comme dans la construction aussi bien du rez-de-chaussée que de l’étage. Notamment, et cela a déjà été relevé, l’implantation des contreforts, des doubleaux du rez-de-chaussée et des arcs diaphragmes à l’étage est particulièrement maladroite, puisqu’ils ne se répondent que de manière partielle, ce qui a entraîné des désordres statiques importants probablement depuis l’origine de la construction. Ces problèmes ont été soulignés par les restaurateurs contemporains et ont entraîné des réfections globalement plus radicales que dans les autres parties du palais163. Les salles M1 et M2 décrites ci-dessous, de même que les salles N1, N4 et N2 possèdent des murs épais (environ 1,50 m), composés de bloc de tuf et d’un béton de chaux et de pouzzolane, tandis que le parement extérieur montre des blocs de tuf d’une hauteur très régulière (28/29 cm). Elles se distinguent donc clairement de la salle U.

Fig. 46 – Orvieto, complexe pontifical, coupe longitudinale avec, du nord au sud, la loggia N4, la grande salle M1 et la chapelle M2. Bonelli (R.), Soprint. BAAAS Umbria, AS, carton T23, fasc. 13.

Fig. 47 – Orvieto, complexe pontifical, coupe transversale avec, d’est en ouest, les grandes salles M1 et N1. Bonelli (R.), Soprint. BAAAS Umbria, AS, carton T23, fasc. 13.

Salle M1 (fig. 46-47)

  • 164 Cf. plus bas, dans la description de la salle N1.

31Le rez-de-chaussée de la salle est divisé en quatre travées par trois arcs doubleaux portant une voûte en berceau. Les doubleaux, qui s’achèvent par de simples moulures en quarts-de-rond, possèdent une file continue de trous à l’extrados (régulièrement espacés de 25 cm environ). Des trous semblables sont percés au sommet des murs pignons. Les uns et les autres ont servi à supporter le cintre en bois sur lequel a été posée la voûte. Les deux portes d’accès depuis le côté ouest, implantées dans les deuxième et troisième travées, possèdent toutes deux quatre amples rouleaux dans l’ébrasement intérieur, contre un simple ressaut, très peu prononcé, pour l’ébrasement extérieur, ce qui implique qu’on a considéré la salle M1 comme intérieure par rapport à N2 et N1. Les deux portes sont décalées vers la gauche de leur travée respective. La deuxième porte, celle qui donne accès à la salle N1, a visiblement remplacé une fenêtre originelle164. Au centre de la paroi nord, en hauteur, s’ouvre une baie largement ébrasée, originellement destinée à donner sur l’extérieur. La porte située en dessous est moderne, mais doit remplacer un accès antérieur, probablement créé au moment de la construction de la salle N4. Dans le mur est, deux baies sont percées dans les deux travées centrales ; à la base de leur voussure on voit des trous du même type que ceux des arcs doubleaux. Il existe également deux portes modernes, dans les deux travées extrêmes du mur oriental. On trouve dans la salle une seule niche murale, dans la deuxième travée du même mur, légèrement décalée au sud par rapport à la fenêtre de la même travée. Dans le mur sud est percée la porte d’accès à la salle M2, dont la mouluration, un simple ressaut, indique qu’on est ici en position subordonnée ou « extérieure » par rapport à la mouluration plus riche (trois rouleaux) qui se trouve du côté de la salle M2.

Fig. 48 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, porte 1.

32La salle est divisée à l’étage en cinq travées par quatre arcs diaphragmes retombant sur des consoles. Deux portes y donnent accès, depuis la salle N2 et la salle N1, tandis qu’une troisième porte donne accès à la salle M2. Neuf fenêtres à deux rouleaux d’ébrasement et à remplages (sans coussièges) l’éclairent, deux pour le mur nord, cinq pour le mur est, une pour le mur sud et une pour le mur ouest. Leur réseau est constitué d’un triplet de lancettes simplement brisées (pour les mur sud et est) ou trilobées (pour le mur nord et pour le mur ouest, probablement à cause d’une harmonisation postérieure avec les baies de la salle N1), retombant sur deux paires de doubles colonnettes, et d’un tympan percé de deux quadrilobes posés sur deux lobes.

Fig. 49 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, baie 2.

Fig. 50 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, baie 6.

  • 165 Radke, « Medieval frescoes... », cit., p. 29-31.
  • 166 Radke, « Medieval frescoes... », cit., fig. 9.
  • 167 Cette porte possède trois rouleaux du côté de la salle N1 et un parement lisse du côté de la salle (...)

33Les rouleaux internes de l’ébrasement des fenêtres et des portes présentent les restes d’un décor peint qui a été étudié par Gary Radke165. En suivant son exemple, nous décrirons les restes du décor en partant de la porte d’accès depuis l’espace N2 et en suivant les baies dans le sens horaire. Pour plus de clarté, nous donnerons en outre un numéro d’ordre aux baies, y compris celles aujourd’hui dépourvues de décor, donc de 1 à 12. La porte 1 possède un décor remarquable, notamment dans l’intrados du rouleau supérieur, avec le trompe-l’œil du disque central qui semble sculpté en trois dimensions avec une boule centrale, grâce aux ombres ocrées (fig. 48). Autour de ce motif, sur un fond blanc et encadrés par deux bandes jaunes, se développent d’épais rinceaux d’un vert soutenu, portant des fleurs bleues et violettes. L’extrados du rouleau inférieur présente une rangée de sphères et de rhombes blancs sur fond bleu, entre deux bandes rouges, qui témoignent du même illusionisme pictural, avec leurs ombres noires qui les transforment en volumes. La baie 2, toujours sur le mur ouest, montre des traces dans le rouleau inférieur et dans le piédroit, les premières composées d’un rinceau sur fond blanc portant des fleurs rouges et bleues et d’une bande rouge (fig. 49), les secondes réduites à quelques traces rouges. Le style apparaît bien différent de celui de la porte précédente, car disparaissent ici les cernes noirs qui soulignaient fermement les contours et les rinceaux s’amaigrissent et prennent une tonalité vert clair. La porte 3, menant à la salle N1, possède un décor encore différent, à l’exécution un peu rapide166 : des palmettes bleues sont insérées dans une guirlande de feuilles rouges et vertes, sur un fond ocre, encadré par des lignes blanches, des bandes bleues puis des rubans rouges167. Dans le mur nord, il n’existe pas de traces de décor dans les fenêtres 4 et 5. Sur le mur est, les baies 6, 8 et 9 possèdent des traces dans les rouleaux (rien n’est visible en revanche pour la baie 7, de même que pour les baies 10 et 11). Des trois, la baie 6 (fig. 50) possède le décor le moins bien conservé. Reste bien visible, cependant, sur l’intrados du rouleau inférieur, un rinceau vert extrêmement maigre sur fond blanc. La baie 8 (fig. 51) présente en revanche des traces substantielles, sur l’intrados du rouleau supérieur. Sur un fond ocre, encadré de rouge au moins du côté du rouleau inférieur, on voit successivement une fleur rouge au cœur ocre dans un cercle vert entouré de blanc, puis dans un large bandeau échancré apparemment rouge, on aperçoit une palmette ocre. La baie 9 (fig. 52) possède des traces de décor dans les deux rouleaux : le rouleau inférieur montre des quintefeuilles rouges sur fond blanc ; le rouleau supérieur, sur un fond brun encadré de rubans blancs puis rouges, une succession de cercles ocres encadrant une fleur bleue, reliés par un motif végétal rouge et bleu (fig. 53). La baie 12 du mur sud (fig. 54) montre encore une bonne partie de l’ensemble de la composition. L’intrados du rouleau supérieur est formé de rinceaux filiformes portant des fleurettes jaunes et rouges sur fond blanc, encadré (du seul côté conservé) par un ruban ocre puis une bande rouge. L’extrados du rouleau inférieur présente un système proche de celui observé dans la baie 8 : sur un fond blanc alternent des disques bleus et des bandes ocre ou rouge échancrées, portant en leur milieu un motif végétal vert ou blanc. Enfin, l’intrados du rouleau inférieur est formé d’un rinceau orné de fleurs multicolores (dont G. Radke rapproche l’exécution des motifs de la porte 3), sur fond ocre, encadré d’une bande rouge du côté de l’extrados (la bande symétrique, qui existe probablement du côté du remplage, est masquée par le cadre de la vitre contemporaine). À juste titre, G. Radke souligne à la fois la variété d’exécution de ces décors, qui suppose plusieurs mains collaborant sous la direction d’un maître principal (et correspond probablement aussi à la rapidité d’exécution demandée au maître d’œuvre), et la cohérence du style qui, confronté à plusieurs chantiers importants liés à des monuments de référence (Sainte-Marie-Majeure à Rome, la basilique d’Assise), paraît datable dans les années 1290. Les fresques seraient donc contemporaines ou légèrement plus tardives que la salle elle-même, comme on le verra lorsque nous aborderons les problèmes de datation relative et absolue du complexe.

Fig. 51 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, baie 8.

Fig. 52 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, baie 9.

Fig. 53 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, baie 9.

  • 168 On trouve le modèle de ce type de baie dans un certain nombre d’églises cisterciennes, comme au ch (...)
  • 169 L’existence d’une seule niche dans la salle, à l’étage comme au rez-de-chaussée, s’oppose aux nomb (...)

34Le mur nord, outre les deux baies, est percé en partie haute d’un oculus pris dans un encadrement en plein cintre168. Dans le mur ouest se trouve également une niche murale, couverte d’un arc segmentaire, dans la quatrième travée (en comptant à partir du sud)169. La mouluration des arcs diaphragmes est composée de trois tores sur un rouleau, d’importance presque équivalente (celui du milieu étant à peine plus large), accompagnés de deux petits tores latéraux (fig. 55). Celle des culs-de-lampe est plus riche et plus variée mais repose sur un dessin commun : une succession de deux groupes d’un tore et d’un bandeau aboutissant à un quart de sphère. Parmi les enrichissements décoratifs qu’on y rencontre, on notera par exemple un cas de tores remplacées par des torsades (fig. 56) ou bien le groupe supérieur tore-bandeau substitué par un chanfrein. La baie du mur ouest ne correspond pas bien à l’entraxe des deux arcs diaphragmes qui l’encadrent. Ce décalage s’explique en réalité par des nécessités de composition extérieure, du côté de l’espace N2. On pourrait donc supposer que la baie a été au moins remaniée, notamment du côté extérieur, pour répondre aux nouvelles salles N2, N1, N4, N3, ce que confirme son réseau. De même, la porte qui donne accès à la salle N1 est située juste sous un arc diaphragme, ce qui correspond bien au fait qu’il s’agit d’une porte percée seulement lors de la création de la salle N1, comme on l’a déjà noté à propos du problème des peintures.

Fig. 54 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, baie 12.

Fig. 55 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, arc-diaphragme.

Fig. 56 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, cul-de-lampe.

  • 170 Cf. plus bas, dans la description de la salle N1.

35Extérieurement, le dessin des baies est complété par un épais cordon décoratif en damier qui encadre la baie entre le larmier à hauteur d’allège et celui de l’archivolte ; trois ornement gravés occupent les écoinçons situés entre les triplets, les quadrilobes et le cordon. Par ailleurs, les murs sont scandés par trois cordons, dont les moulurations sont les suivantes : bandeau, tore, scotie, listel, scotie renversée, tore pour le larmier du niveau de l’allège ; bandeau, scotie, tore, pour le larmier du niveau des archivoltes ; corniche. La corniche qui court sur les murs goutteraux se poursuit sur le mur pignon nord (ici on devrait donc l’appeler larmier, comme les deux cordons inférieurs), où elle contourne l’oculus supérieur pour former une archivolte en forme de léger sourcil (fig. 57). Quant aux deux cordons inférieurs, ils se poursuivent sans solution de continuité depuis la face nord de la salle M1 sur la face est de la salle N1. Renato Bonelli en tirait argument pour affirmer la contemporanéité des deux salles. Il aurait pu y ajouter la similitude des fenêtres de la face nord de la salle M1 avec celle de la face est de la salle N1. En réalité, comme on l’a vu ci-dessus, ce type de dessin ne se trouve dans les fenêtres de la salle M1 que lorsqu’elles voisinent avec des fenêtres de la salle N1, à savoir sur ses faces ouest et nord. Il semble donc qu’on peut voir dans l’homogénité des cordons comme des fenêtres seulement une preuve des importantes reprises qu’a dû subir la salle M1 lors de la construction de l’ensemble N1-N2-N3-N4, afin de l’harmoniser avec N1 lorsqu’elles pouvaient être vues simultanément, à savoir depuis les deux loggias nouvellement créées, N2 et N4170.

Fig. 57 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, mur nord.

Fig. 58 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, arcs-rampants contre le mur ouest.

Fig. 59 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, arc-rampant contre le mur sud.

Fig. 60 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, arcs-rampants contre le mur ouest.

  • 171 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri..., cit., au début du xiiie siècle, en même temp (...)
  • 172 Pardi, « Il restauro... », cit., p. 203-204.
  • 173 Pour cette question, voir ci-dessous.

36Sur les faces externes sud et ouest est visible un système d’arcs rampants sur consoles qui porte une saillie du mur gouttereau. Sur la face ouest, s’ouvrent dans cette partie saillante du mur une porte et une fenêtre, toutes les deux simplement cintrées ; sur la face sud se trouve une seule petite fenêtre, également cintrée. On retrouve ce système à l’intérieur de la salle : le sommet des trois premières travées du mur ouest et de la moitié du mur sud est occupé par une série d’arcs rampants, logés entre les arcs diaphragmes du côté ouest (avec une console intermédiaire dans la troisième travée) et aboutissant à une console du côté du mur pignon. Ces arcs portent également une saillie du mur gouttereau. Les arcs rampants montent régulièrement dans les deux premières travées, du nord vers le sud (fig. 58), puis dans la moitié du mur-pignon, d’ouest en est (fig. 59) ; dans la troisième travée, ils prennent une direction opposée en remontant du sud vers le nord (fig. 60). Il faut noter dès à présent que les deux consoles intérieures présentent un profil prismatique très différent de celles qui supportent les arcs diaphragmes de la salle, mais très semblable à celui des consoles de la salle N1 (fig. 61). À l’extérieur, les consoles des arcs rampants montrent la même mouluration, mais enrichie cette fois par la substitution des quarts de rond inférieurs par des éléments décoratifs voire figurés, dont l’authenticité est assurée par un dessin de P. Zampi (fig. 62)171. À l’extrémité des arcs rampants placés à l’extérieur du mur sud, se trouve un pan de mur oblique suspendu qui rejoint le mur de la chapelle M2 (fig. 63). Tout ce système correspond à un escalier intérieur, pris dans l’épaisseur de cette double paroi installée en surplomb sur les murs de la salle M1, et aboutissant à la terrasse située au-dessus des voûtes de la chapelle. Il est vraisemblable que cet escalier se poursuivait en sens inverse dans le mur pignon sud de la salle N1, ce qui explique le changement de direction des arcs rampants dans la troisième travée de la salle M1 (là où s’appuie ce mur pignon) et la présence aujourd’hui d’une console dans la salle N1 (cf. plus bas). D’ailleurs la datation de cet aménagement, visiblement contemporain de la salle N1, laisse supposer qu’il incluait celle-ci dans son système. Le seul accès à l’escalier étant la porte qui donne sur l’extérieur du mur ouest de la salle M1, à une grande hauteur et débouchant aujourd’hui sur le vide, il faut imaginer que la partie inférieure était constituée par un aménagement en bois. La raison en est certainement la sécurité, car l’escalier était ainsi facile à couper en cas de danger et permettait une retraite sûre. On peut noter ici que R. Bonelli, qui, le premier, a justement reconnu dans une partie de ces dispositions un escalier, a interprété ce système, dans la partie centrale de la salle M1, comme des cachettes dissimulées entre les deux toits. Il me semble que, si l’idée est juste, c’est plutôt sur la terrasse de la chapelle que l’on devait se réfugier – un lieu hors de portée (qui justifie l’aspect de tour maîtresse que possède ce bâtiment), placé au-dessus de salles uniquement voûtées (donc sans risque d’incendie) et où l’on pouvait s’abriter éventuellement dans une construction provisoire (de type pavillon) plus à son aise que dans les étroits couloirs du sommet des salles N1 et M1. R. Pardi, qui évoque également cet escalier assez longuement172, s’étonne de la disparition des parties inférieures, en supposant qu’elle était en pierre de taille et sans évoquer l’autre hypothèse, bien plus vraisemblable, de R. Bonelli, qu’il suit pourtant fidèlement partout ailleurs : celle d’une structure en bois. Par ailleurs, il mêle deux problèmes différents, celui de l’escalier évoqué ici, menant du premier étage aux parties hautes, et celui de l’escalier d’accès du rez-de-chaussée au premier étage173. En revanche, il considère à juste titre que c’est à la terrasse que menait l’escalier supérieur et que son étroitesse s’explique précisément pour des raisons de sécurité, en cas de troubles, citant l’exemple comparable de l’escalier interne du palais des consuls de Gubbio.

Fig. 61 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, arc-rampant contre le mur sud, cul-de-lampe.

Fig. 62 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, arc-rampant contre le mur sud (extérieur).

Fig. 63 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, arc-rampant contre le mur sud, détail des culs-de-lampe et des consoles figurées.

Salle M2 (fig. 64)

  • 174 Et contrairement à l’affirmation de R. Bonelli qui indique ce procédé de manière globale pour les (...)
  • 175 Pour un exemple similaire en France à une date voisine, voir Corvisier (C.), « Saint-Laurent-des-A (...)

37On accède à la salle M2 depuis la salle M1. Il s’agit d’un espace rectangulaire, de deux travées, voûté au premier étage comme au rez-de-chaussée, contrairement à toutes les autres salles. Au rez-de-chaussée, la salle est divisée en trois travées par deux arcs doubleaux, qui supportent la voûte en berceau. Les doubleaux sont du même type que ceux de la salle M1, étant formés d’un simple rouleau et portés par des consoles en quarts-de-rond. Ils s’en distinguent cependant par deux traits. Le premier – ils retombent plus haut que ceux de la salle voisine – s’explique simplement par la largeur différente des deux salles. Le second en revanche constitue une vraie différence. Contrairement aux doubleaux de la salle M1174, ils ne possèdent pas de trous dans l’extrados. En revanche au niveau des naissances, le doubleau oriental, des deux côtés, et le doubleau occidental, seulement sur le côté sud (l’absence du procédé au nord est probablement due à une reprise), présentent des ressauts qui possédaient certainement une fonction similaire à celle des trous à l’extrados des doubleaux de la salle M1 : supporter les cintres nécessaires à la construction de la voûte ou au moins un plancher de travail pour les maçons175. Par conséquent, même à travers cette différence de méthode, on retrouve une grande unité entre les deux salles. Tous les murs, sauf à l’ouest, sont dotés d’une fenêtre, en position centrée pour les murs est et sud (donc pour cette dernière dans la travée centrale), et décentrée vers l’est pour le mur nord (ce qui est logique, car la travée centrale correspond de ce côté au mur de la salle M1). Les baies des deux premiers murs se rapprochent de celles de la salle M1, si ce n’est que le talus au-dessus du mur d’appui se termine par un repos horizontal. La baie du mur oriental est plus haute que les deux autres, puisqu’elle n’a pas à pénétrer dans le berceau et qu’elle peut donc se développer jusqu’au sommet de la voûte tout en partant du même niveau. Pour la même raison, sa voussure est un peu différente de celle des autres baies, puisque, moins profonde, elle ne comporte pas de partie horizontale. Par ailleurs, cet étirement correspond probablement à la mise en valeur du côté oriental, comme à l’étage, mais ici non pour des raisons liturgiques (voir plus bas), mais seulement esthétiques, à savoir la vision extérieure du chevet de la chapelle. Sous la baie orientale et sous celle du mur sud se trouvent deux niches murales, également centrées dans l’axe. Dans le mur nord, on voit également une niche murale, dans la deuxième travée, mais décalée vers l’ouest. Ces niches sont plus petites que celles des salles N1 et M1, mais de même tracé, en arc segmentaire (fig. 65). Dans le mur ouest, à peu près centrée, se trouve une porte de sortie vers la cour, dotée de trois rouleaux.

Fig. 64 – Orvieto, complexe pontifical, salle M2, façades sud et est (à l’arrière-plan, à gauche la salle U, à droite la salle M1).

Fig. 65 – Orvieto, complexe pontifical, salle M2, rez-de-chaussée, niche.

  • 176 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 155.

38À l’étage, outre la porte de communication depuis la salle M1, la salle M2 est dotée d’une baie à remplage dans la même paroi nord, de deux baies identiques dans la paroi sud et d’une autre dans la paroi ouest. Seule cette dernière conservait intact son remplage avant les restaurations, qui ont donc restitué des dispositions semblables pour les trois autres. Cette baie du mur ouest montre une particularité dans l’exécution de ses ornements : les décors des écoinçons sont profondément recreusés, afin de produire des effets d’ombre (fig. 35), ce qui n’est pas le cas des décors restitués dans les autres baies, simplement gravés. Ces baies sont du même type que celles de la salle M1 (à noter, notamment, l’absence de coussièges), donc à trois lancettes simplement brisées retombant sur deux paires de doubles colonnettes, sous un tympan percé de deux quadrilobes posés sur deux lobes (fig. 35 et 66). Ce type de quadrilobes « couchés », qui s’oppose au type des quadrilobes « debout » (c’est-à-dire reposant sur un lobe) beaucoup plus courant dans l’architecture gothique, forme un indice intéressant de l’unité des deux salles par rapport au reste du complexe, contrairement à ce que pense M. T. Gigliozzi, qui croit erronément que cette diversification du dessin des baies provient seulement des restaurations1176. Enfin le mur oriental est pourvu d’une baie beaucoup plus simple, une simple lancette ébrasée, très étroite et très haute, avec un mur sous-appui s’achevant par deux marches. On retrouve à l’extérieur les trois cordons qui soulignaient le premier étage de la salle M1, ce qui consitue une preuve ultérieure de l’homogénéité des deux salles.

Fig. 66 – Orvieto, complexe pontifical, salle M2, façade sud.

Fig. 67 – Orvieto, complexe pontifical, salle M2, décor de vair sur la porte d’accès.

  • 177 Le texte de Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 139-140 est malheureusement peu explicite, (...)
  • 178 Et non d’hermine comme l’affirme Radke, « Medieval frescoes... », cit., p. 28.
  • 179 Rudt de Collenberg cite un des premiers exemples de représentation des clefs placées dans un écu à (...)
  • 180 De manière amusante, on notera que la juxtaposition de la fourrure de vair et du décor héraldique (...)

39À une époque tardive, la salle a été visiblement séparée en deux horizontalement par un plancher (dont on peut discerner encore les trous d’encastrement des poutres, aujourd’hui bouchés) et l’espace inférieur ainsi dégagé a été à son tour recoupé en deux par une cloison177. Cette division a eu au moins un mérite, celui de conserver des traces importantes du décor peint sous la paroi de refend et sous le plancher intermédiaire. Le reste des surfaces murales ayant été gratté, on ne trouve que quelques fragments supplémentaires du décor dans les ébrasements des baies, comme c’est le cas dans les autres salles. Ces restes sont présents sur la porte d’accès (dans les piédroits et les trois bandeaux, fig. 67), sur la baie occidentale et sur la baie de droite du mur méridional. Par ailleurs, les traces du décor sont à peine lisibles et noyées dans un jus brun dans la baie du mur nord et dans l’autre baie du mur sud, et totalement absentes dans la lancette du mur oriental. Visiblement, dans la salle qui avait été créée dans la travée orientale, le décapage des décors anciens a été plus radical que dans la travée occidentale. Ces peintures murales consistaient en un décor de vair178 jusqu’à la première ou deuxième assise au-dessus des archivoltes des baies. Au-delà, se déployait, entre deux bandes rouge et marron des rinceaux alternant avec une rangée d’écus armoriés (de gueules à deux clés d’argent placées en sautoir) placés sur un cadre formé d’un fond polylobé bleu, d’un fond rouge et de divers liserés. Ces armoiries sont d’une grande importance. Même si elles ne sont pas contemporaines de la construction de la salle mais ne datent que de la dernière décennie du xiiie siècle, comme le propose G. Radke, elles n’en constituent pas moins un des premiers témoignages de l’emploi des armoiries de l’Église, à un moment où s’accélère également l’usage des armoiries familiales de la part des papes. De toute façon, elles ne doivent pas être postérieures au début du xive siècle : après cette date, l’habitude se prendra de représenter une clef en argent et une clef en or179. Placer la réalisation de ce décor sous le pontificat de Boniface VIII correspond à l’importance que revêt l’affirmation héraldique pour le pape Caetani, ce que rappelle également, nous le verrons plus loin, le palais Soliano voisin. Par ailleurs, on ne doit pas s’étonner du fait que la chapelle ait reçu une ornementation apparemment profane, telle cette fausse fourrure de vair. L’ensemble était probablement complété, au moins du côté de l’abside, par une peinture à thème religieux et de toute façon, par dessus ce décor fixe, pouvaient être placées des œuvres à caractère mobilier qui suivaient le pape dans ces déplacements, comme on le sait par les comptes et l’inventaire du trésor (tentures, parements, retables, etc.). D’autre part, on trouve dans la troisième chapelle sud de la cathédrale voisine des restes de fresque du début du xive siècle, où un saint Jean Baptiste et une Crucifixion très fragmentaires campent au-dessus d’une haute plinthe décorée du même motif – une fausse tenture de vair – un élément qui peut aussi étayer la datation de G. Radke (même si le motif est largement répandu180).

Fig. 68 – Orvieto, complexe pontifical, salle M2, voûtement.

Fig. 69 – Orvieto, complexe pontifical, salle M2, cul-de-lampe.

  • 181 Signalons que Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 58 reconnaissait déjà le bâtiment comme (...)
  • 182 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 155.
  • 183 Voir la partie consacrée aux chapelles dans le chapitre II.3.

40Le voûtement du premier étage consiste en deux croisées d’ogives aux clés très simples, le doubleau central et les ogives retombant sur deux consoles rectangulaires simplement moulurés (fig. 68 et 69) tandis que les ogives retombent aux angles sur quatre consoles rondes, moulurés de la même manière, mais encore plus semblables à celles de la salle M1. Ce voûtement se justifie probablement par une double motivation : conférer à cet espace une sécurité plus grande, mais également une dignité supérieure aux autres salles. Conjointement avec l’orientation de la salle vers l’est et aux dispositions des baies, on peut identifier sans aucun doute l’espace comme une chapelle, comme l’ont déjà fait les auteurs précédents181. À ce propos, les doutes exprimés par M. T. Gigliozzi reposent notamment sur le fait qu’il existait déjà une chapelle dans le palais épiscopal182. Il ne s’agit nullement d’un argument dirimant, étant donné la présence simultanée de deux chapelles, voire plus, dans les principales résidences pontificales, au rang desquelles se situait Orvieto183.

Salle N1

  • 184 Et contrairement à ce qui est indiqué par R. Bonelli.
  • 185 R. Bonelli tire argument de l’existence de cette baie pour affirmer que la salle N4 est postérieur (...)
  • 186 Ce détail a été remarqué à juste titre par Radke, « Medieval frescoes... », cit., p. 31, qui en a (...)
  • 187 On retrouve le même dispositif dans la fenêtre nord de la salle M1 (et non dans toutes les autres) (...)

41Au rez-de-chaussée, la salle est divisée en cinq travées par quatre arcs doubleaux qui supportent la voûte en berceau. Les arcs doubleaux, par rapport à ceux de la salle M1, retombent plus haut de trois assises, ce qui se justifie parfaitement par la largeur moindre de la salle. En revanche, de vraies différences constructives les séparent tant de ceux de la salle M1 que de ceux de la salle M2 : ils ne possèdent pas de trous à l’extrados, contrairement à ceux de la salle M1184, ni les ressauts de ceux de la salle M2, et ils s’achèvent par de simples moulures, au lieu d’être portés par des consoles. On accède à la salle depuis l’espace N2 par une porte en arc brisé, dont la mouluration souligne la direction des circulations (un ressaut pour l’extérieur contre trois rouleaux pour l’intérieur). Dans le mur ouest, des baies cintrées étaient ouvertes dans les travées 1, 3 et 5, les deux dernières ayant été remaniées et bouchées ; le mur nord est doté d’une grande baie, dans l’axe, peut-être le fruit d’un remaniement, au moins dans sa forme actuelle. Dans le mur ouest sont disposées deux niches murales, qui ne tiennent compte ni des doubleaux, ni des travées ; une autre se trouve dans le mur nord, sous la baie. La paroi est, qui sépare la salle des salles voisines N4 et M1, est percée d’une baie qui met en communication visuelle la présente salle avec la salle N4 et d’une porte qui introduit dans la salle M1. La forme de la baie est légèrement différente de celles du mur ouest, car la voussure de l’ébrasement intérieur possède un ressaut important vers l’intérieur185. Les moulurations de la porte d’accès à la salle M1 (quatre rouleaux du côté de la salle M1, un ressaut du côté de la salle N1) indiquent bien que la salle M1 était ressentie comme étant « intérieure » par rapport à la salle N1 et qu’elle lui pré-existait. D’autre part, au-dessus de l’arc brisé de la porte, on voit un arc, qui peut être interprété comme un simple arc de décharge ou comme les restes d’une baie en cintre surbaissé, bouchée186. Dans la même paroi est se trouvent également deux niches murales, qui ne tiennent pas compte des travées ou des doubleaux, tout comme dans le mur opposé ; elles ne sont pas non plus en face des premières, mais légèrement plus écartées l’une de l’autre. Il faut noter que les trois fenêtres du mur occidental présentent une variante par rapport à celles du rez-de-chaussée de la salle M1 : l’ébrasement de l’appui est doté dans les deux murs latéraux d’un muret oblique en partie basse. Il y a donc deux plans dans l’ébrasement latéral, l’un en angle plus aigu au niveau inférieur de l’appui, l’autre plus obtus correspondant au niveau du jour proprement dit187. Par ailleurs, ni les baies, ni les arcs doubleaux ne montrent les trous typiques des salles M1 et M2. Tous ces éléments confirment qu’il s’agit d’une campagne différente.

Fig. 70 – Orvieto, complexe pontifical, salle N1, vue vers le sud.

Fig. 71 – Orvieto, complexe pontifical, salle N1, cul-de-lampe.

Fig. 72 – Orvieto, complexe pontifical, salle N1, arcs-diaphragmes.

  • 188 Cependant, cela supposerait qu’on ait au moins envisagé de couvrir la salle d’une terrasse et non (...)
  • 189 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 153.
  • 190 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 171.
  • 191 Ces trois baies, non touchées par la restauration récente, représentent donc un témoignage importa (...)
  • 192 Ce point a déjà été noté par Radke, « Medieval frescoes... », cit., p. 31, pour distinguer les deu (...)

42Au premier étage, la salle est divisée en six travées par cinq arcs diaphragmes retombant sur des consoles (deux autres arcs, dont le tracé se rapproche d’un arc surbaissé, forment arcs de tête contre les murs pignons, fig. 70). Ces consoles possèdent une mouluration prismatique complexe, bien différente de celle de leurs équivalents dans les salles M1 et M2 (fig. 71). Quant aux arcs, eux aussi se distinguent de leurs homologues : ils présentent un nombre plus important de tores, six en tout, répartis par paire autour d’une gorge centrale (fig. 72). Dans la partie haute du mur pignon sud, se trouve une console aujourd’hui isolée, mais qui a dû être conçue, comme dans la salle M1 (avec le même décalage par rapport à l’axe de la salle), pour porter l’extrémité de l’arc rampant d’un escalier. Les parties hautes ont été ici trop dénaturées par les dégradations et reconstructions de l’époque moderne pour permettre une reconstitution exacte des dispositions, mais on peut inférer de ce qui a été dit plus haut sur la salle M1 que cet escalier devait mener au niveau supérieur de la salle N1188. La porte d’accès, depuis la salle N2, présente à l’intérieur un ébrasement formé de trois rouleaux. Une autre porte aujourd’hui bouchée fait face à la porte d’entrée, dans le mur nord. Si elle correspond bien à une disposition ancienne (tout l’appareil est remanié dans cette zone, mais le plan antérieur à la restauration semble montrer un accès précédent), il faut se demander quel aurait pu être son usage. Ce pourrait être par exemple la trace d’un accès au jardin par l’intermédiaire d’un escalier, comme le suppose également M. T. Gigliozzi189. En revanche, on ne peut en faire l’accès principal du palais, comme le fait la même chercheuse190. Il suffit de voir à ce propos ce que nous dirons plus bas sur la loggia N2 et sur l’escalier N3, appartenant à la même campagne. Dans le même mur, une baie semblable à celle de la salle M1, un oculus inséré dans un encadrement en plein cintre, occupe la partie haute. La salle comporte neuf baies (une dans le mur sud, six dans le mur ouest – dont plus de la moitié fut aveuglée par l’abside de la nouvelle cathédrale et par la bibliothèque placée contre celle-ci à la fin du xve siècle191 –, une dans le mur nord et une dans le mur est). Ces baies sont à remplage et à coussièges, sauf pour la baie du mur sud, qui ne présente pas de coussièges et possède par ailleurs un remplage différent. Les six baies du mur ouest ne correspondent que de manière approximative aux six travées déterminées par les arcs diaphragmes : ceux-ci tombent à peu près au milieu des trumeaux dans les première et deuxième travée (comptées en partant du sud) puis sont de plus en plus décalés pour finir par coïncider avec le côté droit du dernier trumeau. Dans le mur est, outre la baie mentionnée existent deux portes, l’une donnant comme la baie sur la loggia, l’autre sur la salle M1. Les baies montrent le même ébrasement que les portes, mais à deux rouleaux seulement, l’équivalent du dernier rouleau des portes correspondant au plan du réseau. Celui-ci est formé d’un triplet de lancettes trilobées retombant sur deux paires de doubles colonnettes et d’un tympan percé de deux quatre-feuilles, posés sur la pointe (ce qui les différencie des baies de la salle M1192). Cela ne vaut pas pour la baie du mur sud, qui est du même type que celles de la salle M1, avec ses quatre-feuilles posés horizontalement et son absence de coussièges. Il est probable que cette exception étrange s’explique par un désir d’unification pour le visiteur qui voyait la baie de l’extérieur depuis la loggia N2, en même temps que la baie occidentale de la salle M1, qui se trouvait immédiatement à côté. Dans certaines des baies, on peut observer des trous ménagés dans les claveaux du deuxième rouleau. À l’extérieur, trois cordons de larmier scandent le niveau de l’allège, celui des archivoltes et le sommet des murs.

Fig. 73 – Orvieto, complexe pontifical, salle U, façade nord, rez-de-chaussée, arcade bouchée et occultée par le pilier de la salle N2.

Fig. 74 – Orvieto, complexe pontifical, salle N2, rez-de-chaussée, voûtement.

Loggia N2

  • 193 Au-delà de l’angle nord-est de la salle U, le mur sud qui ferme aujourd’hui la salle N2 est un ajo (...)

43Il s’agit d’un espace créé en même temps que l’escalier N3, fermé au rez-de-chaussée et originellement ouvert à l’étage. La salle est conçue comme un espace de liaison desservant les salles N1, M1 et U, à l’étage comme au rez-de-chaussée. On accède au rez-de-chaussée par un grand arc surbaissé, auquel devait déjà aboutir l’escalier primitif. À droite, cet arc est supporté par une pile d’une largeur considérable installée contre le mur nord de la salle U. La chronologie relative des deux salles est particulièrement aisée à établir. Cette pile occulte une grande partie d’un des deux grands arcs de décharge qui rythment le mur de la salle U ; à droite de la pile, on a même partiellement rempli la paroi sous l’arc de décharge, pour mettre le mur à niveau avant d’y accoler la pile (fig. 73). Mais on ne s’est pas préoccupé de la remplir complètement, ce qui laisse voir partiellement l’ancienne paroi. L’extrémité gauche de l’arc de décharge apparaît également à gauche du pilier193. Le pilier massif est donc venu après le mur pignon de la salle U. Outre l’adjonction du pilier massif, les constructeurs ont également remanié l’angle nord-est de la salle U en épaississant l’extrémité nord du mur gouttereau oriental. La salle N2 a été ensuite constituée en tendant trois grands arcs surbaissés s’appuyant, d’une part, sur le mur pignon de la salle N1 et, d’autre part, sur le pilier massif et sur le nouvel angle nord-est de la salle U, le premier arc formant l’arc d’entrée cité ci-dessus, les deux autres servant d’arcs doubleaux. Contre le dernier arc doubleau, on a jeté trois autres arcs doubleaux, transversaux, qui aboutissent de l’autre côté sur le mur gouttereau de la salle M1 (tous les arcs doubleaux sont composés d’un simple bandeau). Le voûtement est donc constitué, sur la première section, d’un berceau surbaissé très court, sur lequel vient buter un demi-berceau surbaissé perpendiculaire et plus long (fig. 74). Ce jeu complexe de supports et de voûtements a sa raison d’être. La salle N2, postérieure à M1 et U (et contemporaine de N1) devait servir de liaison à l’ensemble, au rez-de-chaussée comme à l’étage. Pour ce dernier niveau, l’architecte a donc imaginé une plate-forme approximativement carrée. Pour la soutenir, il a conçu au rez-de-chaussée le nouvel angle nord-est de la salle U pour réduire, au moins partiellement, la portée de la voûte. Quant au pilier massif adossé contre la même salle, non seulement il réduit encore plus la portée de la voûte du côté de l’arc de tête, mais surtout il doit se justifier par l’existence d’un escalier qui devait se trouver, nous y reviendrons plus bas, plaqué contre la salle U. Le constructeur a inversé le sens de la voûte dans la deuxième moitié de la salle N2 pour profiter des murs déjà disponibles ou à construire, car, rappelons-le, l’extrémité orientale du mur sud n’existait pas et n’a été réalisée que lors de la restauration. On a là un bel exemple de l’esprit à la fois pragmatique et élégant de la construction médiévale, bien peu soucieuse de symétrie, malheureusement dénaturé par les dispositions actuelles qui en brouillent la lecture.

  • 194 C’est bien ce que semble impliquer l’allure de l’angle nord-est au rez-de-chaussée, largement repr (...)

44À l’étage supérieur, la salle N2 devait être originellement ouverte sur le côté ouest et sur la moitié du côté sud qui n’était pas occupé par la salle U. Elle devait être couverte, comme aujourd’hui, par une toiture posée sur l’arc diaphragme central et sur un arc surbaissé du côté ouest. À ce niveau, on retrouve une conséquence du remaniement de l’angle nord-est de la salle U, à savoir un épaississement du mur à l’extrémité nord du côté oriental et la poursuite du bandeau d’imposte sur cet angle. On pourrait se demander, en première analyse, s’il ne s’agit pas d’une création de la restauration contemporaine. En effet cet épaississement n’apparaît pas sur le plan antérieur à la restauration. On pourrait donc croire que l’architecte-restaurateur a ici hésité à introduire un nouveau contrefort, comme il l’avait pourtant fait sur tout le reste du mur oriental de U, et qu’il a adopté cette solution bâtarde parce qu’il prévoyait la fermeture de la salle N2 par un mur qui serait venu buter contre ce contrefort. Ce serait donc un autre exemple de dénaturation du monument et d’illisibilité de la restauration. Cependant, il existe une autre solution au problème. Cette particularité de l’étage correspond aussi au dispositif du rez-de-chaussée qu’on a vu ci-dessus et l’épaississement de l’angle nord-est correspond exactement au point où retombe l’arc diaphragme central qui soutient la toiture en appentis. Le relevé avant restauration n’est donc peut-être pas tout à fait exact et cette particularité pourrait aussi remonter à la création de l’espace N2, la restauration contemporaine l’ayant seulement restituée à l’étage194.

  • 195 M. T. Gigliozzi n’a fait qu’entrevoir la fonction de cette salle comme loggia, qu’elle suggère une (...)

45La salle se présentait donc non seulement comme un espace de liaison indispensable au fonctionnement du palais, mais aussi comme une loggia vers la ville, à la fois ouverte, pour permettre la communication visuelle et sonore entre le pontife et la population, et couverte, afin que la cour reste protégée des intempéries195.

Escalier N3

  • 196 Il ne le dit nulle part clairement dans son texte, mais d’une part l’absence de toute mention de c (...)

46L’emplacement et l’existence même de l’escalier principal du palais ont été évoqués par les auteurs précédents de manière problématique. Le problème résulte peut-être de la chronologie jusqu’ici adoptée pour les différentes parties du palais. Si l’on suivait la reconstitution proposée par Bonelli, le premier groupe de salles N1-M1-M2 (l’espace N2 étant étrangement oublié) étant construit avant la salle U, il fallait imaginer un escalier pour cette première partie, qui aurait été construite de manière autonome par rapport au palais épiscopal. En revanche, si l’on accepte l’ordre des travaux ici proposés, la question se pose de manière assez différente. La salle U ayant été construite en premier, adossée au palais épiscopal, on peut supposer qu’existait un accès direct entre l’étage de celui-ci et celui de la salle haute de U, dans le mur pignon méridional. C’est d’ailleurs ce que corrobore le plan du premier étage avant restauration, où sont lisibles deux portes dans le mur contigu avec le palais épiscopal (fig. 32). Lorsque les salles M1-M2 furent construites, il faut supposer qu’elles reçurent, isolées qu’elles étaient, un accès indépendant pour l’étage, aujourd’hui disparu après l’adjonction des salles N1-N2-N4. À leur tour, ces nouvelles salles nécessitèrent l’aménagement d’un accès. Il existe à ce stade deux options : ou bien la porte nord de la salle U fut aménagée alors pour permettre la liaison avec l’ensemble des autres salles, par l’intermédiaire de l’espace de dégagement N2. Ou bien (les deux solutions ne sont d’ailleurs pas incompatibles), ce dernier était accessible par un escalier droit se trouvant approximativement dans la position de l’escalier actuel, mais placé plus logiquement contre le mur pignon de la salle U. L’escalier actuel a été créé lors de la restauration (pour compenser la destruction de l’escalier de l’époque moderne qui s’appuyait contre le mur gouttereau ouest de la salle U et le mur nord du palais épiscopal) en utilisant le mur extérieur d’une construction considérée comme parasite, qui se trouvait contre le mur pignon nord de la salle U, et en prolongeant celui-ci pour le transformer en mur d’échiffre (fig. 75). Or ce mur conserve en partie basse des parties de parement qui sont compatibles avec une datation médiévale. On se demande par conséquent si les restaurateurs n’ont pas éliminé, avec ce bâtiment moderne, les restes de l’escalier médiéval – un exemple des conséquences funestes du « purisme » en restauration. Le fait que cet escalier occultait partiellement les arcades ouvertes du rez-de-chaussée de la salle U choquait les restaurateurs et contredisait la chronologie admise (si ce bâtiment avait été le dernier élevé, comment imaginer qu’un escalier médiéval l’ait en partie aveuglé ?). Il en allait de même d’ailleurs pour la pile massive de l’espace N2, ce pourquoi R. Bonelli a supposé que ces deux éléments étaient des additions modernes196. En réalité, la chronologie ici proposée et la désinvolture des architectes médiévaux envers l’œuvre de leur prédécesseurs, même d’une génération antérieure, rend hautement probable l’hypothèse selon laquelle l’escalier médiéval se trouvait à cet emplacement.

Fig. 75 – Orvieto, complexe pontifical, escalier N3 et salle N2.

Loggia N4

47Le rez-de-chaussée de la loggia est voûté d’une croisée d’ogives formées de deux simples rouleaux sans clef centrale. Ce niveau est difficilement visible à cause de l’aménagement d’architecture intérieure du musée archéologique national (reconstitution d’une tombe étrusque), qui occulte toute la partie basse de la salle ; mais l’accès à la partie supérieure, au-dessus du faux-plafond, m’a été aimablement concédé. Le principe constructif de la salle est le suivant : en s’appuyant sur le mur pignon déjà existant de la salle M1 et sur le mur à peine construit de la salle N1, l’architecte a placé un énorme massif dans l’angle opposé, au nord-est. Entre ce massif et les angles des deux salles, il a disposé ensuite deux murs minces portant, par les ressauts successifs d’un triple rouleau, deux arcs formerets nettement plus larges. Ce faisant, il réduisait de beaucoup la portée de la voûte d’ogives et pouvait ouvrir sous les arcs formerets deux baies supplémentaires (en plus de celle percée entre la salle N4 et la salle N1). On retrouve là les procédés à l’œuvre dans le rez-de-chaussée de la salle N2 : utilisation maximale du bâti existant, économie de conception et de réalisation.

48À l’étage, découvert, les murs sud et ouest sont toujours constitués par les murs correspondants des salles N1 et M1. Quant aux parois nord et est, elles sont formées chacune d’une arcade de deux grands arcs très ouverts, au-dessus d’un bahut qui sert également de banc (fig. 76). Dans les deux cas les arcades sont inégales, les arcs qui s’appuient sur les deux murs gouttereaux étant beaucoup plus larges que ceux qui aboutissent au pilier d’angle. Cette asymétrie s’explique pour des raisons statiques, la poussée étant ainsi réduite au point le plus faible. Cet étage a été fortement restauré puisqu’il se présentait, à la veille des interventions, comme un espace dont les arcades avaient été fermées.

2. Palais Soliano (fig. 77)

Fig. 76 – Orvieto, complexe pontifical, salle N4, vue de l’est.

Fig. 77 – Orvieto, palais Soliano, vu du nord-ouest (à gauche, extrémité de la façade de la cathédrale).

  • 197 Cf. Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri, cit., p. 206, n. 3.
  • 198 L’inauthenticité de l’événement ne change rien pour nous ; la scène étant censée se dérouler en 12 (...)
  • 199 Ce qu’a fait également Zampi lui-même dans son « Progetto di restauro... » conservé à l’AOPSM.

49Le palais se compose d’une seule grande salle, à deux étages ; ses dimensions, prises dans la salle inférieure, sont de 37,5 m de long sur 16,5 m de large (la hauteur du rezde-chaussée sous voûte est de 8,4 m) selon R. Bonelli ; de 38,2 m de long sur 17,2 m de large selon P. Zampi (fig. 36)197. L’ensemble du palais possède des murs constitués d’une structure mêlant blocs irréguliers de tuf et béton de chaux et pouzzolane, revêtue d’un appareil très régulier, formé d’assises de tuf blond de taille moyenne, à joints fins, sauf pour certaines parties réalisées en basalte. R. Bonelli donne les hauteurs suivantes pour les assises : 19 cm jusqu’à la naissance des voûtes, puis 28 cm, cette dernière dimension étant aussi valable pour toutes les structures en basalte et l’ensemble de l’escalier. Il en tire argument pour supposer deux campagnes de construction ; de la seconde feraient partie l’escalier et les piliers intermédiaires de la salle basse. Une telle assertion semble bien invraisemblable, car il est impensable que ces piliers n’aient pas été prévus dès le début des travaux. Il est possible en revanche qu’il y ait bien eu plusieurs campagnes de construction, ou plutôt plusieurs phases à l’intérieur de la même direction de travaux, mais, comme on le verra ci-dessous, elles sont révélées par d’autres indices. Même si l’appareil est presque isodome, un lit de briques a servi parfois à régulariser une assise (fig. 78). Les angles nord-est et nord-ouest, jusqu’au milieu du rez-de-chaussée, et sud-ouest à un niveau inférieur, montrent un chaînage de basalte. Quant à la partie supérieure des murs, elle trahit une réalisation récente, depuis la dernière rangée de baies jusqu’au couronnement crénelé. Les masses murales sont animées par deux cordons à la hauteur des baies médianes, l’un au-dessus du niveau de l’allège, l’autre encadrant et poursuivant les archivoltes. L’architecte avait très certainement prévu un troisième cordon, formant corniche. Dans tous les cas, les trous de boulin, aujourd’hui bouchés, visibles au niveau de la dernière assise ancienne sur les faces nord, ouest et sud du bâtiment sont probablement les traces du dispositif de couvrement avant les restaurations contemporaines. On rappelera ici que cette partie haute correspond à une création de Paolo Zampi et que nous ne savons pas comment s’achevait le palais avant sa transformation à l’époque moderne. Un seul témoignage iconographique pourrait être invoqué pour suggérer l’allure de la construction, vers le milieu du xive siècle. Il s’agit d’une scène des fresques de la chapelle du corporal de la cathédrale d’Orvieto, peintes vers 1360 par Ugolino di Prete Ilario (et largement reprises lors de la restauration de la cathédrale par le même tandem historien-architecte que pour les autres monuments d’Orvieto, Fumi et Zampi). La scène représente un des moments culminants de l’histoire de la relique, celle de l’ostentation du corporal par le pape Urbain IV devant la foule des citoyens d’Orvieto198. La construction située à droite de la loggia d’où la relique est montrée par le pape et un clerc pourrait être identifiée avec le palais Soliano (fig. 79)199. Cependant, on ne peut lui demander autre chose qu’une image générique du bâtiment : l’absence de percements au rez-de-chaussée, les baies à deux lancettes de l’étage montrent qu’on ne peut se fier à la fresque pour reconstituer d’autres détails par la suite disparus, tel le couronnement, ici figuré comme un crénelage avec des merlons droits.

Fig. 78 – Orvieto, palais Soliano, détail du parement.

Fig. 79 – Orvieto, cathédrale, chapelle du Corporal, fresque d’Ugolino di Prete Ilario, « L’Ostension du Corpo-ral par le pape Urbain IV ».

Fig. 80 – Orvieto, palais Soliano, façade nord.

  • 200 L’arc de celle-ci (ou peut-être même tout l’encadrement) est dû à la restauration de Zampi et a re (...)
  • 201 À cet égard, la remarque de M. T. Gigliozzi sur le « mauvais alignement » des baies du rez-de-chau (...)
  • 202 Ce dernier point est important, car, malgré le type relativement simple de la baie, qui correspond (...)

50Le rez-de-chaussée est percé de nombreuses baies sur le côté nord (fig. 80) : deux portes en plein cintre (l’une plus large, au pied de l’escalier200, l’autre plus étroite, à l’extrémité orientale) et cinq lancettes de même profil. Les lancettes paraissent à première vue hétérogènes et disposées de manière accidentelle. En fait, leur implantation correspond à une vision centripète de l’élévation : la porte la plus large et la lancette centrale qui est placée au-dessus (si cette lancette est plus courte que les autres, c’est donc pour ne pas fragiliser le mur au-dessus d’une autre ouverture) marquent à peu près le milieu de l’édifice. Les deuxième et quatrième lancettes sont disposées symétriquement de part et d’autre de la lancette centrale. Les deux lancettes les plus extérieures continuent la composition, mais avec une légère asymétrie : celle de gauche est décalée vers l’est pour ne pas être superposée avec la porte étroite, plus haute que celle du milieu ; celle de droite est au contraire ramenée vers le centre, à cause de l’escalier (mais elle est totalement refaite, comme le prouvent et la maçonnerie alentour et la photographie de l’état avant restauration ; elle a remplacé une porte et une petite fenêtre superposées, qui correspondaient à l’étage entresolé à l’époque moderne)201. À l’étage, les cinq baies en arc brisé sont formées d’un triplet de lancettes brisées, retombant sur deux colonnettes au centre et deux colonnettes engagées sur les tableaux de l’embrasure202, et d’un tympan aveugle, orné de petites rosaces et demi-rosaces dans les quatre écoinçons qui le relient au triplet (et d’une rosace en son centre pour les deux baies les plus orientales, fig. 81). Somme toute, ces baies reprennent, en le simplifiant, le dessin de celles des parties les plus récentes du complexe pontifical. Leur disposition, comme celle des lancettes à l’étage inférieur, est fondée sur l’axe de symétrie central, mais il s’en sépare par son rythme, bien différent : autour de la baie centrale les deuxième et quatrième baie s’écartent largement, tandis que les deux baies les plus extérieures se rapprochent au contraire des deux intermédiaires. Avec les ouvertures du rez-de-chaussée est donc créé un rythme à la fois concerté et varié. Cette attention du maître d’œuvre envers la composition de cette « façade » septentrionale s’explique parfaitement, étant donné que le palais regardait ici du côté de la cathédrale, alors en pleine reconstruction.

Fig. 81 – Orvieto, palais Soliano, façade nord, baies.

Fig. 82 – Orvieto, palais Soliano, escalier.

  • 203 Particulièrement restaurée, sauf dans l’écoinçon de l’extrémité droite.
  • 204 Comme dans la corniche du mur nord de la salle M1 du complexe palatial, probablement mise en place (...)

51L’escalier qui donne accès à la grande loggia de la façade occidentale est formé d’une rampe droite parallèle au mur nord (fig. 82). Les premières marches sont portées par un soubassement plein. Puis les volées de marche sont portées par deux arcs rampants de largeur et de rayon variables, reposant au milieu sur un mur transversal (percé d’une porte) et du côté oriental sur un massif de maçonnerie. La loggia elle-même est portée par deux murs pleins, aux extrémités, et deux murs évidés par des arcades de communication, au centre. Ces quatre murs déterminent en longueur trois arcades irrégulières, une arcade étroite en plein cintre à gauche qui correspond à l’arrivée de l’escalier, puis deux arcades de profil surbaissé qui portent la loggia par l’intermédiaire de deux voûtes de même profil (fig. 83). Au-dessus de la face des murs transversaux, l’intrados des arcs présente une première saillie. Une deuxième saillie souligne la première et supporte le parapet de la loggia, doté de chantepleures. Le soubassement de l’escalier, les parties basses et les chaînages d’angle des murs de soutènement sont en basalte, le reste de l’appareil étant en tuf blond. Le massif de soutènement forme en même temps une sorte de porche qui constitue l’accès principal de la salle basse. Par conséquent, les deux grandes arcades surbaissées répondent aux deux vaisseaux du rez-de-chaussée du palais et y donnent accès par une porte en plein cintre surmontée d’une lancette de même profil (cependant les portes et les lancettes ne sont guère centrées par rapport aux berceaux surbaissés qui les précèdent). Les portes possèdent un arc à deux rouleaux, raccordés entre eux par un plan biais. En partie haute, devant la loggia, la façade occidentale est percée d’une baie à triplet du type habituel (fig. 84)203 et d’une porte qui interrompt le cordon d’allège et que contourne en formant un sourcil le cordon d’archivolte204. Des deux côtés de la porte sont disposés deux blocs saillants percés d’un œillet, qui devaient servir d’appui aux gonds d’un volet de bois.

Fig. 83 – Orvieto, palais Soliano, loggia.

Fig. 84 – Orvieto, palais Soliano, façade ouest, baie, détail.

  • 205 Certes les couleurs ne sont plus visibles, si l’écu a jamais été peint, et, surtout les bandes ond (...)

52Le mur gouttereau sud donne sur la rue Soliano. À cause de l’étroitesse relative de celleci celle-ci, on ne peut pas en avoir de vue générale centrée. La viabilité n’ayant pas changé depuis le Moyen Âge, il en allait donc de même au moment de la construction, ce qui justifie sans aucun doute que, par rapport au mur gouttereau septentrional, les constructeurs lui aient accordé moins d’importance et n’aient prêté qu’une attention relative à sa composition. Au rez-de-chaussée s’ouvrent deux portes (l’une un peu plus large, à peu près au centre, et l’autre dans la partie gauche) et six lancettes ainsi qu’une petite baie à l’extrémité orientale. À l’étage, on trouve quatre baies à triplets et une porte à l’extrémité orientale, ce qui ne pouvait donc induire le même type d’ordonnancement que sur l’élévation nord. Cependant, si l’on tient compte précisément de cette irrégularité, on peut peut-être déceler une composition d’ensemble qui ferait alterner les baies avec des trumeaux de largeur moyenne, tandis que la porte est encadrée par un trumeau plus large, du côté des baies, et un trumeau court, du côté de l’angle sud-est. D’ailleurs, il existe un autre indice d’intérêt des maîtres d’œuvre pour cette façade : sur la troisième baie, qui marque donc approximativement le centre de l’élévation, on trouve dans l’écoinçon central gauche les armoiries des Caetani (fig. 85)205. La porte située à l’extrémité orientale de l’étage doit probablement se comprendre comme le témoin d’un système de circulation horizontale aujourd’hui disparu, qui sinon ferait grandement défaut au palais, à savoir la liaison entre le palais Soliano et le palais épiscopal (et non pas une circulation verticale, puisque la présence de la rue n’offrait aucune possibilité d’implanter ici un escalier, fig. 86). On devait donc accéder à la porte par une galerie en bois suspendue. À ce système se rattache probablement la présence d’un contrefort, à l’angle sud-est, qui monte jusqu’au niveau du cordon d’allège (fig. 87). Sans équivalent de l’autre côté du mur pignon, il se justifiait par la nécessité de soutenir la galerie supposée. Par ailleurs, sous la porte, la substitution de la lancette habituelle par une fenêtre plus basse se comprend par sa position immédiatement subordonnée à la porte qu’on n’a pas voulu affaiblir. Du contrefort partent des arrachements qui indiquent l’existence ou la prévision d’un mur en direction à peu près parallèle à celui du palais, avec les départs de deux arcs superposés. De manière intérêts sante, R. Bonelli suppose qu’il s’agissait d’un projet de double loggia ou galerie, commencée peut-être à la fin des travaux ou bien dans la première moitié du xive siècle, par les évêques, et probablement inachevée à cause de la différence de propriétaires pour les deux bâtiments (les évêques pour leur palais ; la commune pour le palais Soliano) qui rendait désormais cette opération inopportune.

Fig. 85 – Orvieto, palais Soliano, façade sud, baie.

  • 206 Voir ci-dessus.
  • 207 En réalité, il faudrait préciser que la moitié supérieure de cette partie basse en pierre de taill (...)
  • 208 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri, cit., fig. 44.

53Le mur pignon oriental du palais présente les signes d’une histoire compliquée, notamment dans sa liaison avec le palais épiscopal préexistant. La salle adjacente du palais épiscopal, plus étroite et plus basse, laisse notamment voir le caractère inachevé de cette partie du palais Soliano, après la démolition du mur pignon originel en 1536206. Du côté nord-est, le mur gouttereau s’interrompt un peu en-dessous du niveau du premier étage207 ; au-delà le mur s’élève en retrait et ne présente plus le bel appareil du reste du palais, mais une maçonnerie irrégulière sans enduit, sauf dans l’épaisseur correspondant au mur gouttereau (fig. 88). Il faut noter que la partie haute en retrait semble originale tout comme la partie basse, puisque le cordon de l’allège se continue sur la partie orientale, dans la largeur correspondant au mur gouttereau (tandis que le cordon de l’archivolte, au-dessus, s’interrompt brusquement). Il est assez difficile d’expliquer ce changement de plan vertical (qui n’a pas d’équivalent sur les murs gouttereaux nord et sud), si ce n’est par la nécessité qu’avait l’architecte de tenir compte du bâtiment voisin préexistant. Il faut remarquer que tous les détails ici notés sont déjà lisibles sur la photographie du palais dans son état antérieur à la restauration de Zampi et correspondent donc probablement aux remaniements de 1536208. Du côté sud-est (fig. 87), beaucoup plus lisible que son pendant, par le fait que le palais épiscopal est ici bien plus en retrait par rapport au plan du palais Soliano, on voit parfaitement la différence d’exécution dans le mur pignon entre la partie inférieure du rez-de-chaussée, réalisée en pierre de taille soigneusement appareillée comme le reste des murs, et le reste de l’élévation, composé d’une maçonnerie grossière. Dans la partie basse apparaît également une baie sous un arc de décharge, probablement une porte de communication prévue entre les deux palais.

Fig. 86 – Orvieto, palais Soliano, façade sud, extrémité est.

Fig. 87 – Orvieto, palais Soliano, angle sud-est.

54Si l’on passe à l’architecture intérieure, la salle basse du palais est composée de deux nefs séparées par une rangée de cinq piles carrées et massives, aux angles légèrement émoussés. Les six arcades ainsi déterminées ne sont pas homogènes : les cinq premières sont en plein cintre, la sixième, bien plus large, a donc un profil surbaissé. En outre, le pilier engagé où elle aboutit, dans la paroi orientale, possède une saillie bien plus importante que son homologue à l’ouest. Tout se passe donc comme si les constructeurs étaient partis de l’ouest, sans se soucier des bâtiments préexistants du côté est, qu’ils envisageaient peut-être de démolir. Mais dès l’achèvement du rez-de-chaussée, on changea le projet en se contentant d’aller jusqu’à la salle contiguë du palais épiscopal, d’où la nécessité de tendre une arcade bien plus large que les autres, en tentant de diminuer sa portée par la saillie la plus forte possible du pilier engagé. Ces piles carrées supportent la voûte, constituée de deux berceaux surbaissés à pénétrations, lesquelles correspondent aux ouvertures latérales. Des tirants en fer pénètrent dans la voûte au-dessus de chaque pilier. Ils doivent être au moins en partie postérieurs puisqu’en certains endroits leur insertion a entraîné des dégâts et des réparations subséquentes dans la voûte (et l’on pense notamment au problème qu’a pu poser l’implantation irrégulière des piliers centraux évoquée ci-dessus). On retrouve dans la salle la même coexistence de deux matériaux qu’à l’extérieur : les parties basses des arcs et du mur oriental sont réalisées en basalte, les arcs et les voûtes ainsi que les autres murs avec le tuf blond. Les six portes et les quatorze fenêtres montrent des percements dans l’intrados (généralement dans les claveaux les plus proches de la naissance de la voûte et de l’extérieur). Les lancettes ébrasées qui éclairent la salle possèdent dans leur partie basse un appui taluté, formé de quatre marches puis une courte allège, tandis que leur couvrement se compose de deux berceaux rampants successifs, qui montent depuis l’extrados jusqu’à la feuillure (fig. 89). Cette disposition s’explique par la volonté contradictoire d’élever les lancettes très haut dans le mur, afin d’augmenter les sources lumineuses, et de ne pas trop fragiliser la voûte par une pénétration excessive. Pour des raisons évidentes, ce dessin compliqué n’avait pas de raison d’être dans le mur ouest : ici le couvrement des deux lancettes est formé d’un simple berceau qui se situe dans le prolongement des voûtes. De même la petite baie qui éclaire l’extrémité du mur sud du côté oriental possède un couvrement original : il est composé d’un arc rampant très court suivi d’un berceau longitudinal (fig. 90). Ce dispositif s’explique par le fait que juste au-dessus se trouve la porte du premier étage.

Fig. 88 – Orvieto, palais Soliano, angle nord-est.

Fig. 89 – Orvieto, palais Soliano, rez-de-chaussée, baie.

  • 209 R. Bonelli indique qu’il s’agit d’un mur récent.

55Le mur oriental de la salle, mitoyen avec le palais épiscopal, montre la même complexité qu’à l’extérieur. Sur la moitié gauche (qui correspond au vaisseau septentrional), la partie basse du mur est constituée de onze assises de basalte auxquelles succède plus haut le tuf. Aux deux angles, deux piles engagées en basalte soutiennent un arc de décharge en tuf. La pile engagée de gauche est plus importante en largeur que celle de droite et l’arc aveugle ainsi que la moitié supérieure du mur de remplissage ne sont pas parallèles avec les onze premières assises, mais obliques par rapport à elles. L’appareil en tuf du mur de remplissage correspond donc ici probablement à une paroi dressée devant le mur mitoyen du palais épiscopal, obéissant à un axe différent de celui du palais Soliano, que les deux piles engagées et les premières assises ont été chargées de régulariser. À droite (donc à l’extrémité du vaisseau méridional), on retrouve un système similaire, mais plus régulier. Deux piles engagées aux angles (seule celle de gauche étant en basalte) reçoivent un arc de décharge. Le mur de remplissage, qui se divise comme de l’autre côté en une partie basse dans le plan des piles d’angle et en une partie haute qui suit le plan de l’arc de décharge, n’est pas oblique cependant, pas plus que l’arc lui-même. On a donc l’impression qu’ici le constructeur n’était pas gêné de la même façon par un bâtiment préexistant, ce qui correspond bien au fait que l’évêché était ici en retrait par rapport au plan du mur (cf. fig. 29-30). Par ailleurs, la paroi de remplissage est difficile à observer, car elle est couverte par d’épais enduits décorés d’un faux appareil lui-même assez effacé. On ne peut donc pas dire si la paroi possède la même superposition de deux appareils que son homologue au nord209.

Fig. 90 – Orvieto, palais Soliano, rez-de-chaussée, mur sud, baie de la dernière travée vers l’est.

  • 210 Riccetti, « Ad perscrutandum... », cit., p. 334-335.
  • 211 Orvieto, Archivio dell’Opera del duomo, Camer. 95, fol. 121vo (21 juin 1321), cité par Riccetti, i (...)
  • 212 Orvieto, Archivio dell’Opera del duomo, Camer. 100, fol. 294v°(2 juin 1361), cité par Riccetti, ib (...)
  • 213 Orvieto, Archivio dell’Opera del duomo, Camer. 100, fol. 383v°(29 octobre 1361), payement à 16 man (...)
  • 214 Riccetti a également suggéré ailleurs que ce four a pu être utilisé en 1325 pour fondre le groupe (...)

56Dans la dernière travée de la nef méridionale, du côté est, une grille laisse voir les fondations d’un mur circulaire dont L. Riccetti a donné tout récemment une explication convaincante210. En 1321, Lorenzo Maitani, le maître d’œuvre de la cathédrale, est cité comme étant actif à un four de verre « iuxta portam episcopatus Urbisveteris »211. Le choix d’un tel emplacement suscite la perplexité, à proximité de l’église en construction et de l’évêché, avec les risques d’incendie qu’il entraîne. Mais le désir d’économie (procurée par la proximité immédiate des ateliers de production avec le chantier, qui réduit les coûts de manière essentielle) semble avoir été le plus fort. Précisément, le risque n’était pas théorique, puisque le seul incendie mentionné par les livres comptables de la fabrique eut lieu à cause de ce four, en juin 1361212. La coïncidence frappante entre cet incendie et l’incendie déjà connu qui a concerné au même moment le palais Soliano213 (mais dont on n’avait jamais vu ni la cause, ni l’ampleur) a permis de suggérer à L. Riccetti que les traces de ce mur circulaire pourraient être celles de l’implantation du four verrier détruite par le feu214.

  • 215 Un autre élément est cependant contradictoire avec le sens de la marche des travaux ici postulé. I (...)

57L’étage du palais est doté d’un couvrement en charpente apparente, formé de dix fermes. Les murs sont chaulés ce qui ne permet pas de lire l’appareil. La salle est accessible par une porte dans la moitié sud du mur pignon occidental, à embrasure rectangulaire et arc surbaissé, à un seul rouleau. L’autre moitié du mur occidental est occupée par une fenêtre de même type (embrasure intérieure droite, un seul rouleau, arc surbaissé) et à coussièges. Entre l’allège et le tympan, le réseau est constitué d’un triplet de lancettes simplement brisées. Les coussièges sont formés de deux gradins et il existe un troisième gradin perpendiculaire d’accès. Ce type de coussièges ne se retrouve que dans la baie la plus occidentale des murs nord et sud, un indice évident du déroulement des travaux, d’ouest en est, avec une simplification due à des raisons d’économie215. Dans le mur sud sont percées ensuite trois baies dont les coussièges ne sont dotés que de deux gradins, puis une porte de même type que la porte d’accès, mais de dimensions réduites (fig. 91). Dans le mur nord, après la baie dotée de coussièges de premier type, se succèdent quatre baies du second type. L’intrados de toutes les fenêtres et portes (sauf, semble-t-il, dans la fenêtre et la porte du mur ouest) est percé de deux trous ménagés dans les premiers claveaux extrêmes, non rebouchés.

Fig. 91 – Orvieto, palais Soliano, grande salle haute.

  • 216 De Angelis d’Ossat (G.), « Proporzioni e accorgimenti visuali negli interni », dans Francesco d’As (...)

58Dans la partie haute des murs se trouvent de simples fenêtres en arc surbaissé, à double rouleau (une pour le mur ouest, légèrement plus large que les autres, cinq dans le mur sud et cinq dans le mur nord), dues à la restauration de Zampi. Les baies à remplage ne sont guère alignées, ni entre elles, ni par rapport aux « travées » suggérées par les fermes de la charpente, ni par rapport aux fenêtres de la partie haute (mais les deux derniers points n’ont guère d’importance, puisque la partie haute avec sa charpente et ses fenêtres ne date que de la restauration moderne). Cette irrégularité totale des percements pourrait correspondre simplement à un souci médiocre pour la symétrie, typique de la sensibilité esthétique médiévale ; on pourrait aussi y voir, en suivant les études de G. De Angelis d’Ossat216, la volonté d’imprimer un rythme à la paroi. Mais, comme on l’a vu ci-dessus, il y a toutes les chances pour que ces irrégularités s’expliquent par le fait que les constructeurs ont ici privilégié la vision extérieure, différenciée pour chacun des murs gouttereaux, mais cohérente en soi.

59Le mur oriental constitue un mur pignon totalement nu, dépourvu de toute articulation ou ouverture, ce qui est logique puisqu’il vient s’appuyer contre le palais épiscopal préexistant. Mais, contrairement aux autres murs, on ne voit aucune trace d’appareil derrière l’enduit ; celui-ci est passé sur un mur de ciment qui couvre toute la surface.

III – SYNTHÈSE : LA CHRONOLOGIE ET LES CIRCONSTANCES HISTORIQUES DE LA CRÉATION (fig. 29)

1. Le complexe pontifical

60Des indications données ci-dessus au cours de la description, on aura relevé de nombreuses propositions de chronologie relative entre les différents bâtiments que l’on peut résumer comme suit : construction de la salle U ; dans un second temps, érection des salles M1M2 ; enfin, édification des salles ou espaces N1, N2, N3, N4 qui complètent et lient l’ensemble.

  • 217 Sur ce dernier point, il semble que l’on puisse ranger dans la même argumentation la position d’An (...)
  • 218 De même le nombre d’arcs diaphragmes (seulement deux contre quatre pour la salle M1, qui possède à (...)
  • 219 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 169.
  • 220 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., respectivement p. 157 et p. 162. Elle affirme même qu’il e (...)
  • 221 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 170.

61Il est peut-être bon de reprendre maintenant ces hypothèses et de les comparer avec les chronologies proposées jusqu’ici. On se rappellera d’abord que R. Bonelli proposait de considérer les deux grandes salles M1 et N1 comme construites dans la même campagne. Outre les raisons déjà indiquées dans le texte, cette idée semble difficile à soutenir ne serait-ce que parce qu’il est hautement invraisemblable qu’on ait conçu en même temps deux grandes salles de taille à peu près semblable et disposées de cette façon, c’est-à-dire parallèles et décalées entre elles. De manière cohérente avec sa proposition, Bonelli supposait également que les deux salles avaient reçu un couvrement commun, mais en tenant compte du décalage, entraînant ainsi un toit extrêmement curieux. Bien entendu, l’existence d’un toit commun à double versant sur les salles M1 et N1 est tout aussi justifiée dans le cas d’une genèse additive : seule cette solution garantissait une mise hors d’eau correcte des deux salles. C’est d’ailleurs cette idée qui a été suivie par les restaurateurs contemporains. Bonelli affirme aussi que les trois salles M1, M2 et N1 étaient éclairées par des triplets semblables, ce qui serait un argument de cohérence chronologique important. Mais, comme il le rappelle lui-même, ces baies ont été largement détruites et refaites à l’époque moderne et même si cela n’avait pas été le cas les fenêtres auraient pu de toute façon être remaniées et unifiées au fur et à mesure de la construction. Par ailleurs, nous avons vu que ces baies étaient en réalité largement différentes entre elles. On ne mentionnera ici que pour mémoire la proposition de D. Valentini (tout rattacher au pontificat de Martin IV), qui n’en est pas une et ne tient pas compte le moins du monde des innombrables variations stylistiques et constructives entre les différents bâtiments. En ce qui concerne l’hypothèse avancée par G. Radke, on se rappelle qu’elle se contente d’aménager celle de Bonelli, notamment parce qu’il constate, à juste titre, qu’on ne peut pas admettre que la salle N1 ait été construite en même temps que les salles M1 et M2. Mais, sa proposition d’ensemble entraîne d’autres problèmes de chronologie, aussi bien relative qu’absolue. Rattacher N4 à M1 semble par exemple incongru (pour des raisons de différence constructive et de communication). Par ailleurs, si l’on en vient à la chronologie concernant les trois grandes salles telle qu’elle est proposée par Bonelli (N1-M1, puis U) ou par Radke (N1 puis M1 puis U), on constate qu’elle conduit à deux types de problèmes. D’une part, il en résulterait une évolution paradoxale dans les modes de construction (pour les parties charpentées, diminution du nombre d’arcs diaphragmes mal compensée par l’addition de contreforts ; pour les parties voûtées, abandon de l’emploi de voûtes d’ogives au profit des voûtes d’arêtes ; simplification progressive du type des baies, de leur réseau, de la modénature et diminution du nombre de cordons extérieurs217). Radke, conscient de cette difficulté, introduit d’ailleurs dans son article de 1991 une justification intéressante, notamment en ce qui concerne le dernier point, en suggérant l’idée d’un « filtre » local qui transformerait et adapterait le gothique français importé typique des premières réalisations. En revanche, la présence de contreforts au droit des arcs diaphragmes constituerait un élément de progrès dans la salle U par rapport aux salles « précédentes ». En réalité, comme cela a déjà été souligné par la littérature plus ancienne, ces contreforts sont tellement mal placés qu’ils déséquilibrent plus qu’ils ne contrebutent la construction218. Outre le caractère un peu forcé ou non convaincant de toutes ces explications, il reste l’autre problème : pourquoi les travaux n’auraient-ils pas plutôt commencé du côté sud, en s’appuyant sur le palais épiscopal qu’occupait le pape, selon la logique d’un développement organique typique de l’architecture médiévale ? C’est ce que vient enfin de faire M. T. Gigliozzi, en proposant de voir dans la salle U le premier élément du complexe et en l’attribuant à juste titre, comme on va le voir ci-dessous, à Urbain IV219. En revanche, la chercheuse tombe dans une autre erreur en voulant voir dans tous les autres corps de bâtiment le fruit d’une campagne de construction unitaire, sans tenir compte des différences structurelles (voûtements, type des arcs diaphragmes, forme des baies et de leurs remplages) ou en les considérant comme de simples variantes décoratives (profils des arcs et des consoles, qui ont permis ici de dresser une chronologie relative)220. Elle attribue du coup tout le reste du palais à Martin IV221.

  • 222 Voir plus haut.
  • 223 Sous Urbain IV, Giacomo Rosso de Parme et Bonifacio da Canossa (1262-1264) ; dans la période suiva (...)
  • 224 Voir chap. II.4.

62Pour la datation absolue des différentes parties, on ne peut qu’avancer prudemment des propositions correspondant à la fois aux données historiques connues et à la datation relative qui a été ici dégagée. La grande salle U, accolée au palais épiscopal et première selon la chronologie relative, peut être rattachée au pontificat d’Urbain IV. Celui-ci est le premier pape du xiiie siècle à résider à Orvieto et les chroniqueurs lui attribuent unanimement un rôle de constructeur important. En même temps, on se rappellera sans doute que G. Radke a soulevé le problème d’une mention en apparence contradictoire, puisque un acte du 25 avril 1264 est encore daté par le pontife « in camera palatii episcopalis »222. En réalité, même si on sait qu’on ne peut pas accorder une confiance totale aux précisions topographiques incluses dans les actes juridiques, dans notre cas cette mention pourrait très bien correspondre à une réalité précise puisque la cour pontificale, au-delà de la grande salle de prestige nouvellement réalisée, devait bien se servir des appartements du palais épiscopal pour ses autres besoins, administratifs et résidentiels. Rappelons aussi que l’occupant habituel des lieux, l’évêque d’Orvieto, avait cédé la place dès 1262. Quant à cette nouvelle grande salle, la salle U, c’est probablement elle qui est évoquée dans la bulle de Grégoire X, du 1er avril 1273, commentée ci-dessus et qui mentionne une réunion solennelle du consistoire un mois auparavant : « de fratrum nostrorum consilio in palatio Urbevetano peremptorie, presente multitudine copiosa ». On voit là un des usages des grandes salles, celui d’accueillir un consistoire public auquel le pape veut donner le plus de relief possible, ici pour fulminer son excommunication contre les Montfort ; s’y oppose la réunion de 1264 tenue dans une « camera », ce qui est logique car le consistoire s’était tenu alors pour régler au contraire une affaire politique traitée seulement par le pape et les cardinaux, l’attribution de la charge de sénateur de Rome à Charles d’Anjou. Par conséquent, le complexe palais épiscopal-nouvelle salle érigée par Urbain IV peut avoir suffi jusqu’à Grégoire X compris. Quant au type de la salle U, le choix d’une salle ouverte au rez-de-chaussée et évoquant de manière très frappante l’architecture des palais communaux du nord de l’Italie est expliqué par M. T. Gigliozzi par le fait que de nombreux podestats et capitaines du peuple d’Orvieto provenaient, sous Urbain IV comme par la suite, de la zone padane où s’était épanoui ce modèle depuis plusieurs générations223. L’hypothèse est très convaincante, mais il ne faudrait pas négliger pour autant la seconde partie du raisonnement. Si le pape a adopté ce modèle pour son palais, il ne peut pas s’agir d’une simple influence subie, due à une sorte de symbiose artistique. Urbain IV a voulu ainsi s’inscrire en concurrence avec les autorités communales, avec lesquelles ses rapports étaient plus que médiocres, et il préfigure ainsi l’attitude de nombreux papes ultérieurs, qui imposeront même leurs propres personnes comme podestats dans différentes villes du Latium et de l’Ombrie224. Est-ce un hasard si l’un des premier cas clairement attestés semble être justement celui de Martin IV à Orvieto ?

  • 225 Sur ce contexte général, cf. Waley (D.), Mediaeval Orvieto. The political history of an Italian ci (...)
  • 226 En outre, cette aversion prenait sa source dans les rapports déjà tendus qu’avait entretenus la vi (...)
  • 227 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri, cit.,..., p. 28-31.
  • 228 Riccetti, « Ad perscrutandum... », cit., p. 254 et n. 24.

63Je propose de rattacher ensuite les deux salles M1-M2 au pontificat de Martin IV. On l’a vu, celui-ci est un des commanditaires du complexe pontifical mentionnés par les sources. Par ailleurs, les caractères de la nouvelle construction semblent correspondre aux circonstances du pontificat. Si les habitants d’Orvieto avaient déjà connu un pape français avec Urbain IV, la curie de Martin IV, vingt ans plus tard, se présentait pourtant avec un visage nouveau225. Non seulement le nombre de Français avait augmenté parmi les cardinaux, curialistes et quémandeurs en tout genre gravitant autour de la cour, mais le poids de Charles d’Anjou était bien différent. En résulta une hostilité marquée de la population contre la curie, débouchant même sur des émeutes et des révoltes qui amenèrent finalement le pape à quitter la ville pour Pérouse226. À cet égard, il faut souligner le double arrière-plan, général et architectural, constitué par le rôle de Ranieri ou Neri della Greca, capitaine du peuple à deux reprises pendant le séjour de Martin IV, en 1280-1281 et en 1284 (dans ce dernier cas, au moment même où Martin IV, de son côté, recevait le titre de podestat...), ces deux périodes correspondant également aux deux faîtes de l’agitation gibeline (en avril 1281, une dispute entre un Orviétain et un membre de la cour angevine dégénère en émeute ; en 1284, en lien avec le départ du pape, un autre soulèvement a lieu, d’une portée bien plus importante encore). Ranieri della Greca a donc non seulement représenté pour le pape un opposant majeur, prenant la tête du mouvement gibelin et faisant la synthèse de tous les mécontentements causés par la présence angevine, mais il est également le commanditaire du palais du capitaine du peuple (fig. 92). Contrairement à ce que l’on a longtemps prétendu, les premiers travaux concernant ce palais ne sont attestés qu’en 1281227. Il est tentant d’imaginer que les deux palais, celui du pontife et celui du capitaine, furent conçus concomitamment et même concurremment, voire en opposition ouverte. Dans ce contexte tendu, on ne s’étonnera pas que la grande salle, contrairement à celle d’Urbain IV, ne présente plus au rez-dechaussée de grandes arcades ouvertes sur la ville, mais un mur massif et que la chapelle soit conçue comme une tour maîtresse pouvant servir de refuge (fig. 64). Par ailleurs, dans son article de 1984, G. Radke a évoqué un argument intéressant pour soutenir sa proposition (abandonnée par la suite) d’attribuer la salle M1 à Martin IV : le rapprochement du dessin des baies avec celui du palais du capitaine du peuple, en cours de construction dans les mêmes années. Enfin, on pourrait évoquer une autre raison qui a pu pousser Martin IV à faire construire de nouveaux bâtiments et qui renforcerait leur identification avec les salles M1-M2. En mai 1276, un tremblement de terre frappa la ville d’Orvieto, provoquant des dommages notamment à l’ancienne cathédrale ; un autre séisme eut lieu en 1280228. On peut supposer que le palais épiscopal et la salle d’Urbain IV, voisins de la cathédrale, furent concernés également par ces séismes (la médiocre qualité constructive de la seconde ayant peut-être été mise en outre à rude épreuve par les secousses). On peut penser en tout cas que de tels événements ont pu contribuer à donner deux de leurs traits aux nouveaux bâtiments : leur isolement par rapport au complexe antérieur, qui s’expliquerait ainsi fort bien ; et la perfection des techniques constructives, depuis le caractère massif des murs jusqu’à l’emploi de voûtes solides.

Fig. 92 – Orvieto, palais du Peuple.

  • 229 Mais ils ne seront bâtis concrètement que vers 1300. Cf. Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi (...)
  • 230 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 142-143 et p. 171.
  • 231 Nicolas IV reprend en quelque sorte la politique autoritaire de Martin IV, mais avec beaucoup plus (...)

64Le troisième groupe de bâtiments que nous avons individualisé, à savoir les salles N1-N2-N3-N4, ne peut donc être attribué qu’à un pape à la fois postérieur à Martin IV et antérieur à Boniface VIII. Il n’y a qu’un seul pontife qui ait résidé à Orvieto entre ces deux termes : Nicolas IV. Rappelons ici les points énumérés dans la présentation historique. Aucune source ne le mentionne comme commanditaire du palais pontifical. Mais, dans le même temps, elles s’accordent à lui reconnaître une place essentielle dans le projet de reconstruction de la cathédrale. Ceci n’aurait-il pas occulté cela, le chantier religieux l’emportant dans la mémoire locale sur le chantier civil, moins prestigieux ? Par ailleurs, les traits spécifiques de cette nouvelle campagne ne semblent pas incompatibles avec le contexte du séjour de Nicolas IV à Orvieto. Ranieri della Greca, le capitaine du peuple dont les menées, en 1284, avaient conduit Martin IV à partir pour Pérouse, décidait la même année d’amplifier son palais du côté oriental, notamment pour le doter d’espaces privatifs. En conséquence, en 1289, on choisissait de déplacer l’escalier et la loggia du palais du Peuple placés originellement sur le pignon oriental, pour les reconstruire de manière plus somptueuse sur le côté opposé229. La politique gibeline de la commune battait donc son plein, comme au temps de Martin IV, et s’exprimait à nouveau par le biais de l’architecture, en développant à la fois ses aspects résidentiels et démonstratifs. Si l’on regarde maintenant le nouveau groupe de construction du palais pontifical, on remarquera que d’un côté le modèle de la grande salle fermée au rez-de-chaussée s’impose encore et correspond à une volonté de sécurité dont on retrouve des indices dans le système d’escaliers mis en place au niveau supérieur. Mais la loggia N2 s’ouvre aussi largement vers la place, permettant de disposer d’un espace approprié pour les bénédictions et proclamations publiques, tandis que la loggia à l’arrière transforme le « palais-forteresse » de Martin IV en un lieu d’agrément. À ce propos, il faut rappeler que la situation topographique de cette loggia interdit clairement de prendre celle-ci pour une loggia de bénédiction, comme le fait Gigliozzi230. On peut d’ailleurs soupçonner que le redoublement de la grande salle ancienne M1 par la nouvelle grande salle N1 (sans compter celle qui remontait à Urbain IV) avait pu entraîner l’adaptation de la première en un espace résidentiel, par l’addition de cloisons, un espace qui se serait parfaitement intégré avec la loggia et la chapelle pour former une véritable « aile » privée. Par conséquent, on pourrait bien soupçonner ici, comme sous le pontificat de Martin IV, un élément de concurrence avec l’architecture publique civile (aussi bien dans ses aspects résidentiels que dans ceux liés à l’ostentation) comme levier de la nouvelle construction, sans négliger la volonté de se protéger contre des troubles éventuels. Dans ce contexte, il n’est pas inutile d’ajouter que Nicolas IV fut nommé, pendant la durée de son séjour, à la fois podestat et capitaine du peuple d’Orvieto, ce qui impliquait bien une reprise de certains éléments au moins du palais construit par Ranieri della Greca231.

  • 232 Il faut rappeler que dans son intervention suivante Radke est revenu beaucoup plus près de la chro (...)
  • 233 À moins qu’on n’estime le décor de cette porte totalement différent de celui du reste de la salle (...)
  • 234 Radke, « Medieval frescoes... », cit., p. 33.

65On notera que notre chronologie correspond aux résultats de l’enquête de G. Radke de 1984 sur les fragments de fresque d’Orvieto. Radke date, pour des raisons stylistiques, les décorations peintes des salles M1 et M2 des années 1290 et fait remarquer que ses nouvelles propositions concernant la chronologie architecturale – c’est-à-dire le détachement de la salle M1 et probablement de M2 de la salle N1 (toutes considérées depuis Bonelli comme réalisées par Urbain IV) et leur attribution à Martin IV – impliquent que les deux premières n’ont pu être peintes avant les années 1280232. Bien entendu, il ne s’agit que d’un terminus Kirante quem non, les peintures ayant très bien pu avoir été réalisées sous le pontificat de Nicolas IV, en même temps que les nouveaux travaux de construction, ou sous celui de Boniface VIII, notamment en rapport avec son séjour de l’été 1297. On se rappellera à ce propos qu’un argument subsidiaire pourrait faire pencher pour une datation des peintures au moins contemporaine avec les travaux de Nicolas IV. Le fait que la porte de communication entre N1 et M1 soit également dotée d’un décor peint entraîne en effet pour l’ensemble du décor une datation contemporaine ou postérieure à la création de N1, donc au pontificat de Nicolas IV233. Ces deux datations des peintures, sous Nicolas IV ou sous Boniface VIII, sont aussi les deux hypothèses que fait G. Radke. Quant à la deuxième, il suggère, de manière très convaincante, que la disparité stylistique observée dans la salle M1 pourrait s’expliquer par la hâte avec laquelle la commune aurait voulu mettre au goût du jour le palais avant l’arrivée de Boniface VIII, dans le cadre des nombreux travaux attestés par les sources visant à exalter le pape un peu partout dans la ville (érection des statues du pontife au-dessus des portes, écu du pape peint sur la façade du palais du peuple, etc.)2234.

  • 235 Pardi, « Il restauro... », cit., p. 205.

66Pour résumer l’esprit de chaque étape de la construction du complexe, on peut retenir quelques caractères saillants de son architecture. Dans la salle U, l’ouverture du rez-de-chaussée par de grands arcs de communication avec la place rapproche l’architecture du palais de celle des palais civiques. Même si à Orvieto le palais du capitaine du peuple n’allait être construit qu’une génération plus tard, d’innombrables bâtiments offraient ce modèle dans la région et plus généralement dans l’Italie centrale et septentrionale. On comprend aussi que ce modèle ait été choisi pour construire la grande salle d’Urbain IV, car il ne fait aucun doute que celle-ci a dû être construite pour le pontife mais par la commune, à la suite d’accords semblables à ceux conservés auparavant pour Viterbe ou après pour Pérouse. La commune d’Orvieto aura choisi un type de palais qui lui était familier. Au contraire, les salles suivantes, caractéristiques de la seconde campagne, montrent les caractères d’un « palais-forteresse », comme l’avait justement défini R. Pardi235. Le groupe des salles M1-M2 est fermé au rez-de-chaussée et possède un accès au premier étage bien contrôlé ; la chapelle elle-même se présente plus comme une tour maîtresse contrôlant l’environnement que comme un bâtiment religieux. L’édifice reflète bien les relations difficiles entre Martin IV et la ville. Enfin, les salles N1, N2, N3, N4, ici attribuées au pontificat de Nicolas IV, pourraient paraître revenir à une conception ouverte de l’architecture sur la ville. Non seulement elles multiplient les espaces résidentiels, mais elles mettent l’accent sur les communications extérieures par la double loggia. Pourtant ce contact se fait seulement par le niveau supérieur et permet du coup une coupure de la curie par rapport au monde extérieur, tandis qu’un dispositif encore plus sécuritaire apparaît dans l’escalier supérieur menant à la terrasse.

2. Le palais Soliano

  • 236 L’accord secret entre le futur Boniface VIII et Orvieto a été découvert par Waley, cf. Waley (D.), (...)
  • 237 L’article de Herde porte précisément sur le déroulement de cette mission : on voit les émissaires (...)
  • 238 Sur les accords officiels de Viterbe et Pérouse, cf. chap. II.4.

67En ce qui concerne le palais Soliano, le problème est assez différent du complexe pontifical, puisque le bâtiment a été réalisé par la commune pour complaire à Boniface VIII et non plus sous l’impulsion directe des papes. La seconde moitié du xiiie siècle avait vu alterner des moments de concorde et des périodes de conflit aigu dans les relations entre les papes et la ville. Ces relations changèrent du tout au tout après la résolution de l’affaire du Val di Lago236. Rappelons que cette zone, située autour du lac de Bolsène et dont la ville homonyme était le fleuron, constituait une pomme de discorde entre la papauté et la ville, qui en revendiquaient l’une et l’autre la possession. Après la mort de Nicolas IV, profitant entre autres du moment de faiblesse que constituait le conclave qui durait depuis deux ans, la commune d’Orvieto se décida à employer la force et attaqua Bolsène le 28 mai 1294. Les cardinaux réagirent avec la plus grande fermeté, envoyant des émissaires à toutes les villes de la région environnante et songeant probablement à attaquer en représailles Orvieto, par l’intermédiaire du capitaine général du patrimoine résidant à Montefiascone. Mais pendant que ces négociations traînaient237, Orvieto était parvenue à ses fins, s’emparant de Bolsène le 11 juin et de tout le Val di Lago (à l’exception d’Acquapendente avec laquelle une trêve était signée le 18 juillet). On pourrait penser que la curie allait continuer à se montrer inflexible, mais elle était entre-temps absorbée par d’autres questions : le 5 juillet, le collège cardinalice venait d’élire l’ermite Pierre de Morrone au trône de saint Pierre. Puis, en l’espace de quelques mois à peine, avait eu lieu la renonciation de Célestin V au trône pontifical et l’élection de Boniface VIII. Or ce dernier n’était pas un inconnu pour Orvieto, bien au contraire. Le cardinal Benedetto Caetani avait non seulement résidé à diverses reprises dans la ville, mais il constituait un allié idéal pour celle-ci. Comme on le sait par divers indices, dès les débuts du conclave qui devait élire Célestin V, probablement dans les premiers mois de 1293, une rencontre secrète avait eu lieu à Viterbe entre le cardinal et des représentants de la commune d’Orvieto. Ils s’étaient mis d’accord, en cas d’élection du cardinal, sur un projet d’échange entre le comté Aldobrandeschi qui aurait été donné à la famille de Benedetto Caetani et le Val di Lago (alors que celui-ci, rappelons-le, appartenait à l’Église et non au patrimoine du cardinal !). Certes, le cardinal ne devait pas monter tout de suite sur le trône pontifical, mais les négociations de la commune d’Orvieto parurent bien inspirées puisque Célestin V ne tint pas six mois. Pourtant l’accession de Benedetto Caetani au pouvoir devait se révéler d’abord décevante. Entre-temps, la comtesse Margherita Aldobrandeschi avait été mariée par le cardinal Napoleone Orsini à son neveu Orsello Orsini, ce qui enlevait à Boniface VIII tout intérêt à montrer de l’indulgence envers Orvieto. Mais, en octobre 1295, la mort d’Orsello Orsini ouvrait la voie à la réconciliation. Celle-ci fut définitive en juillet 1296, scellée par l’élection de Boniface VIII comme capitaine du peuple de la commune d’Orvieto et, le 19 septembre 1296, par le mariage entre la comtesse et le petit-neveu du pape, Roffredo Caetani (lors de sa venue dans la ville, le pape sera réélu capitaine du peuple, pour 1297, et il le sera une troisième fois, en 1298, ainsi que podestat). Par définition, nous ne connaissons pas le contenu de l’accord secret passé entre la commune et le cardinal Caetani, ni non plus le détail des négociations postérieures entre celle-ci et le le pape. On ne peut donc que supposer que l’érection d’un nouveau palais pontifical à Orvieto a fait partie des conditions posées par le prélat à son accord pour la cession du Val di Lago ou, plus tard, à sa reconnaissance de la conquête. Mais, quand on voit qu’il s’agissait d’une clause banale dans tous les traités officiels passés entre la curie et les communes du Patrimoine de saint Pierre, on n’a aucune raison de douter que la même disposition ait été reprise dans ces accords officieux238.

68Cette modification dans les conditions initiales de la création par rapport au complexe pontifical antérieur se reflète particulièrement bien dans la typologie et dans les sources du palais. Sa situation isolée sur trois côtés, entre une rue et deux places, ne s’explique pas seulement par la disponibilité des terrains de ce côté-ci du palais épiscopal. La commune a repris ici le modèle des palais civiques et, plus précisément, celui du palais du capitaine du Peuple à Orvieto, alors que Boniface VIII, comme on vient de le rappeler, était élu trois fois de suite à cette charge. On retrouve en effet dans les deux édifices d’innombrables éléments communs : plan et élévation, bichromie de l’appareil, type des baies, structure générale de l’escalier et de la loggia (pour le palais du Peuple, ceux-ci venaient d’ailleurs d’être construits vers 1300, contrairement au corps principal, élevé dans les années 1280), rythme irrégulier des percements, etc. Bien sûr, des différences existent également, et sont significatives : contrairement au palais du capitaine du peuple, isolé, le palais Soliano s’appuie sur le palais épiscopal au moins par un mur pignon, ce qui le relie également à l’ensemble du complexe pontifical. Par ailleurs, le rez-de-chaussée du palais de Boniface VIII ne possède pas d’ouverture sur l’espace environnant, des éléments qui s’accordent bien avec la différence de fonctions des deux palais et au besoin d’une protection mieux assurée pour le souverain pontife.

  • 239 Éditée par Luzi (L.), Il duomo di Orvieto, Florence, 1866, p. 324 ; cf. Registres de Boniface VIII(...)
  • 240 Della Valle (G.), Storia del duomo di Orvieto, 2 vol., Rome, 1791, cf. vol. 1, p. 100 et édition p (...)
  • 241 Ce faisant, la papauté donnait en outre à la commune une nouvelle emprise sur le chantier de la ca (...)
  • 242 Dottarelli (C.), Storia di Bolsena..., Orvieto, 1928, p. 167 ; Satolli (A.), « L’iconografia arald (...)

69Une preuve supplémentaire de cette connexion entre l’affaire du Val di Lago et la réalisation du palais Soliano nous est apportée par l’érection du palais Ranieri de Bolsène, qu’on peut considérer, semble-t-il, comme une sorte de « réplique » du palais orviétain. Si les relations de Boniface VIII avec Orvieto furent excellentes après son arbitrage en faveur de cette dernière, on peut se demander comment l’attitude du pape et de la curie fut ressentie par la victime principale, Bolsène. On sait d’une part qu’Orvieto dut briser la résistance des communes du Val di Lago, où l’agitation continua jusqu’au printemps 1297, tandis que les mouvements de refus durèrent plus longtemps encore à Bolsène même. D’autre part, on sait que Boniface VIII osa passer quelques jours dans cette dernière, du 2 au 6 novembre, lors de son voyage de retour d’Orvieto à Rome. Or, c’est depuis Bolsène que Boniface VIII encourage la construction de la nouvelle cathédrale d’Orvieto en concédant le 3 novembre 1297 à l’évêque et au chapitre d’Orvieto les revenus du monastère camaldule de Santa Maria in Silva, pour cinq ans239. Le même jour, le pontife accorde également cent jours d’indulgence à ceux qui contribueront à la construction240. On ne pouvait choisir plus éclatant symbole de l’alliance désormais conclue entre la papauté et la ville d’Orvieto que ces faveurs accordées à la nouvelle cathédrale depuis Bolsène, objet de tant de conflits entre les deux partenaires et désormais sacrifiée sur l’autel de leur réconciliation241. C’est probablement à ce moment, ou du moins dans ce même contexte, que fut aussi décidée la construction du palais Ranieri à Bolsène, élevé entre 1299 et 1304242.

  • 243 Parmi les fonctions qui illustrent cette osmose totale entre le cardinal et son maître, rappelons (...)
  • 244 Par ailleurs, après la conquête de la ville par Orvieto, la charge de podestat de Bolsène fut conf (...)
  • 245 Cf. Satolli, « L’iconografia araldica dei Monaldeschi... », cit., fig. 43. On rencontre les armoir (...)
  • 246 Il faut noter que les fenêtres du premier étage semblent avoir été restaurées, si l’on compare le (...)
  • 247 À ce propos, je ne vois pas à quel titre on peut parler d’influence de modèles siennois, même simp (...)

70Le cardinal Teodorico Ranieri fut un des plus proches collaborateurs de Boniface VIII et revêtit la charge de camérier de 1295 à 1300 ; il occupait donc une place de tout premier plan à la curie, sinon la première après le pontife lui-même243. Mais, par ailleurs, le cardinal appartenait à une grande famille d’Orvieto. Si l’on se rappelle les événements qui précédèrent l’érection du palais Soliano – la guerre du lac de Bolsène et l’entente de Boniface VIII et d’Orvieto sur le dos de Bolsène et de ses alliées –, on comprend que l’érection d’un palais à Bolsène pour le cardinal Ranieri n’a pu être vécue que comme un symbole de la soumission de cette dernière au pouvoir pontifical244. Il n’est pas étonnant que le palais présente les mêmes caractères que le palais Soliano : rapidité de l’exécution (qui a permis ici d’achever le bâtiment avant la fin du pontificat, à cause de ses dimensions plus réduites), exaltation héraldique du destinataire (six écus armoriés sur la façade principale, aujourd’hui arasés, mais encore reconnaissables245) et accent sur l’efficacité au détriment du raffinement (voir notamment le dessin sans surprise des baies – les cinq portes du rez-de-chaussée en arc brisé et les cinq fenêtres du « piano nobile » sans remplage et caractérisées simplement par leur profil en arc surbaissé246 – que compense la perfection géométrique du parement). Comme l’avait noté R. Bonelli, le palais Soliano montre un étrange mélange fait d’un côté de grandeur et de hardiesse constructive, d’autre part, d’une simplicité presque excessive dans son décor architectonique247. Ce résultat est dû en grande partie à la hâte avec laquelle on a élevé le palais en même temps qu’à son inachèvement, ce que confirme le parallèle avec le palais du cardinal Ranieri. Cette sécheresse et ce dénuement, que Paolo Zampi auraient voulu effacer sous le poids de décors néo-gothiques fastueux et solennels, font donc aussi partie de l’histoire du palais ; ils sont comme la marque de fabrique de cette architecture de flagornerie et de « Realpolitik ».

APPENDICE

DOCUMENTS INÉDITS

ASO, Archivio storico

71La série des « Riformagioni » commence avec le volume 69, de 1295 (ce numéro s’explique par le fait que le contenu de l’Archivio storico possède une numérotation continue). Il n’y a donc plus aucun volume qui puisse témoigner des relations entre la commune et la papauté dans les années précédentes. Ainsi s’explique pourquoi nous n’avons pas le texte des accords qui n’ont pas dû manquer d’exister entre la curie et la commune pour chaque séjour pontifical, tels ceux qui se sont conservés pour Viterbe (grâce aux copies conservées à l’Archivio vaticano) ou pour Pérouse (grâce aux « riformanze » comparables à celles d’Orvieto). Les chiffres romains qui accompagnent les cotes correspondent à des sections d’un même volume possédant des foliotations différentes.

Rif. 70/II
Fol. 22, 1297 avril 4.

72« Item [capitaneus] proposuit si placet dicto consilio quod arma domus sanctissimi patris domini Bonifacii pape VIII. pingantur sumptibus comunis honorifice in facie exteriori muri palatii populi existentis versus plateam populi. Et quod pro honore et exaltatione ipsius sanctissimi patris et ad memoriam futurorum fieri debeant due statue marmoree ad similitudinem ipsius sanctissimi patris, una quarum ponatur in porta maiori, altera vero in porta posteriori quam citius fieri poterit et si predicte statue fieri non possent ante adventum ipsius sanctissimi patris ad civitatem Urbeveteris quod subbito pingatur in utraque porta figura ipsius do-mini pape decora et mira et nichilominus postea fiant ipse statue marmoree que ponantur in ipsis portis ». /fol. 22v°/

73« Item obtentum et reformatum est et placuit omnibus de dicto consilio paucis discordantibus, facto diligenti partito per dictum dominum capitaneum de sedendo ad levandum super secunda proposita, quod palia presentata comuni Urbeveteris per sindicum hominum terrarum Vallis lacus teneantur in palatio comunis appensa usque ad vigilia festivitatis beate Marie de Augusto proxime venture ita quod ab omnibus videri possint et in ipsa vigilia quando cives Urbeveteris vadum cum luminaria ad ipsam festivitatem ipsa palia portentur offerenda ad ecclesiam beate Marie predicte que de novo construitur et que convertantur in opere muriçii ipsius ecclesie ».

Fol. 23v°, suite de la séance

74« ...super dicta septima proposita quod arma do-mus sanctissimi patris domini Bonifacii pape VIII pingantur sumptibus comunis honorifice in facie exteriori muri palatii populi existentis versus plateam populi, dum tamen summam non ascendant dicte picture quinquaginta libr. Cort. » [Sur le reste de la proposition, pas de changement introduit par les conseillers.]

Fol. 32v°, 1297 avril 20.

75Élection des officiers chargés de répartir les logements pour les membres de la curie à l’occasion de la venue du pape.

76« ...super distribuendis et dandis domibus in civitate Urbeveteris curtigianis Romane curie venturis ad civitatem predictam, videlicet... »

Fol. 34v°, 1297 avril 26.

77Titre marginal : « Officiales ad providendum de construtione muriçii palatii domini pape ».

78« ...officiales ad providendum de construtione muriçii palatii fiendi pro adventu domini pape videlicet... »

79[Je ne donne pas le détail des noms des dix-sept membres de la commission. En tête sont nommés des ecclésiastiques : « dominum abbatem monasterii Sancti Severi » et « dominum fratrem Hermannum domini Citadini ».]

Fol. 49v°, 1297 mai 3.

80Proposition du capitaine « super peccunia invenienda et equis imponendis et ludo ordinando et reparatione palatiorum pro adventu domini pape... »

81/fol. 50/ « quod expense fiant necessarie pro ymaginibus marmoreis nostri domini summi pontificis et pro picturis faciendis iuxta eas ad portam maiorem et ad portam posteriorem et si placet quod triginta libre [dt] que dari et solvi debent de picturis palatii populi ultra quinquaginta libr. [dt ou dr] pictoribus ordinatas ipsis pictoribus, solvantur per camerarium comunis... »

Rif. 71/I
Fol. 15v°-16, 1298 mars 28.

82« In quo consilio proposuit dictus dominus capitaneus [...] quod cum super opus palatii domini pape procedi non possit pro eo quod non sunt denarii in comuni, quod placet ipsi consilio providere et deliberare super hiis.

83[...] Prudentius Mannecti [...] consuluit et dixit quod palatium domini pape fiat et compleatur quam citius fieri poterit et domino capitaneo et septem videbitur posse fieri et quod per omnem viam et per omnem modum quibus denarii haberi poterunt vel de communaliis comunis vel de cabella recipiantur ita quod dictum palatium compleatur et executioni mandetur [...] /fol. 16/

84Magister Andreas murator, adsurgens ad consulendum, dixit et consuluit quod fiat magnum consilium generale quando placebit domino capitaneo et septem et in ipso consilio mictatur dicta proposita nec promictatur ipsum consilium discedere donec invenerit viam de denariis pro opere dicti palatii et id quod fiet per ipsum consilium super hiis valeat ac teneatur ac si per presens consilium factum es-set. [...]

85Matheus Balde [...] Super prima proposita consuluit et dixit quod de denariis cabelle vel de aliis quibuscumque denariis qui sint in comuni detur magistro Ianni id quod debet habere de opere dicti palatii et procuretur quod lignamen deferatur per illos qui debent ipsum deferre et quod sciatur quot denarii sufficiant pro opere palatii supradicti.

86Ugolinus [Boccasurrius] [...] Super prima proposita consuluit et dixit quod silva Montis Rosoni de qua possunt haberi ut dicitur V.C lib., bannatur et vendatur et dicti denarii et etiam V.C. lib. que dicuntur debere dari de communaliis comunis dentur in dicto opere palatii. /fol. 16v°/

87Valfredus Barthi adsurgens ad consulendum dixit et consuluit super prima proposita quod denarii habeantur undecumque haberi poterunt pro opere muriçii dicti palatii.

88[...] placuit omnibus de dicto consilio quod per dominos septem habeantur et recipientur de denariis communaliarum vel de denariis cabelle prout ipsis videbitur vel de aliis quibuscumque denariis comunis haberi poterunt pro opere dicti palatii ita quod super ipso opere procedatur [...] »

Fol. 19v°, 1298 mars 29.

89« In quo consilio dictus dominus capitaneus proposuit [...] quod cum per consilium populi reformatum fuerit quod super opere palatii domini pape procedatur et quod per dictos VII consules recipiantur pro dicto opere de denariis gabelle et aliis quibuscumque denariis comunis ut eis videbitur pro opere predicto et pro complendo opere muriçii dicti palatii sint necesse usque in quantitate VI.C lib. si placet ipsi consilio quod possit expendi pro dicto opere usque in dicta quantitate VI.C libr. et ipsam quantitatem camerarius comunis possit expendere et solvere [...] »

90Accord général du conseil et vote positif à l’unanimité.

Rif. 71/II
Fol. 5, 1298 mai 11.

91« Septem consules supradicti eorum comuni concordia et voluntate et ex vigore eorum officii elegerunt Pepum Egidii in superstantem operis et super opus palatii domini pape cum salario quatuor s. pro quolibet die.

92Qui Pepus juravit dominis predictis facere dictum officium fideliter et bona fide sine fraude ».

Rif. 71/III
Fol. 56v°, 1300 mars 20.

93« Nos septem consules [...] considerantes et videntes quodam ordinem [...] seu reformationem populi in quo continetur quod magister Johannes Uguictionis habet habere et debet a comuni Urbeveteris XXV. lib. pro expensis factis per eum occasione lignaminum et viarum factarum per eum pro construendo palatio domini pape et quod non est peccunia in comuni Urbeveteris unde possit satisfieri eidem, damus et concedimus eidem magistro Johanni in compensationem dicte peccuniae quod ipse possit et ei liceat de rupibus seu a penditibus ruparum comunis Urbeveteris fieri facere lapides et de ipsis rupibus lapides habere que positi sunt in contrata sancte Crucis sub vinea sancte Crucis ab una cruce ad aliam crucem factas in ipsis rupibus per magistros Johannem et Uguictionis et magistrum Nerum, priam magistros per nos electos ad predicta, volentes quod eidem tempus non careat pro dictis lapidibus faciendis et ad dictas rupes fodendas ut est per magistros predictos signiatum ».

Rif. 72/II
Fol. LXXXXVv°, 1301 février 3.

94« ...proposuit dictus dominus capitaneus [...] quod cum necesse sit habere peccuniam pro attando et complendo palatium domini pape et pro actando aqueductus fontis qui est dirutus et nulla sit peccunia in comuni unde predicta fieri possint, unde peccunia habeatur et haberi possit predictis operibus, petit utile consilium exiberi. [...]

95Ciuccius Lotti unus de dictis consulibus aregando consuluit quod ad consilium credentie reducatur cum in ipso consilio proponatur unde haberi possit peccunia pro complendo palatio pape et presente comunis et quod omnes via et modus habende peccunie que et qui per dictum consilium inveniri fuerint et quicquid de predictis fuerit in ipso stabilitum valeat et teneat auctoritate presentis consilii e ac si per presens consilium factum esset, salva semper carta populi ».

96Vote : proposition de Ciccio Lotti approuvée par 65 conseillers contre 3.

Rif. 72/III
Fol. CI, 1301 février 17

97« ...proposuit dictus dominus capitaneus [...] quod ad manus Jacobuccii Raynerii [...] proveniat peccunia tota que exigetur de datio decem solidorum pro centenario imposito in commitatu Urbeveteris et mille floreni auri impositi terris non solventibus datium, qui denarii convertantur ad actandum palatium domini pape et ad ludum quando dominus papa veniet ad civitatem Urbeveteris et in actationem fontis sicut per consilium sapientium seu credentie et per septem consules et sapientes electos per eos exitit ordinatum ut de provisione apparet manu mei notarii... »

Anciennement dans Rif. 71 ou 72 ?

  • 248 Sauf par Gigliozzi qui semble donner la référence du document d’après l’original, cf. Gigliozzi, I (...)

98Parmi les documents transcrits par L. Fumi pour le rapport manuscrit de P. Zampi existe la transcription d’un acte du 11 février 1301. Je n’ai pu retrouver sa trace ni dans Rif. 71 ni dans Rif. 72, qui contiennent tous les deux des actes de cette période (cependant la foliotation et la date données par Fumi ne pourraient correspondre de toute façon ni à l’un ni à l’autre volume). Par ailleurs, ce document n’a plus été cité par la littérature postérieure248. Je le cite donc d’après la transcription de Fumi.

« Rif. 1301, fol. 148-149, 1301 février 11 ».

99« Totum vero residuum dictorum denariorum percipiendorum et dicto datio convertatur et converti debeat in actatione palatii domini pape et ad ipsum palatium complendum et ad scalas faciendas et alia que necessaria erunt pro dicto palatio et etiam pro ludo et expensis fiendis tempore quo dictus papa accederet ad civitatem Urbisveteris. [...]

100Item nos septem consules predicti de septem artibus stantiamus et ordinamus et eligimus et nominamus dominum Symonem, dominum Fallucium, dominum Nericolam et dominum Vannem de Grecha superstites ad dandum et concedendum ad choctumum opus scalarum et ad faciendum fieri scalas et alia oportuna palatii populi.

101Item nos septem predicti de septem artibus eligimus et nominamus Berardinum Ildebrandini Renaldi Marini superstitem fundamenti scalarum et alterius mureçii et palatii pape cum salario trium librarum per mensem ».

Rif. 75249
Fol. 51v°-52 (anc. CCXXXIIv°-CCXXXIII), 1307 septembre 8. Décision des sept.

  • 249 Indiqué erronément par Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 174 n. 20 comme étant dans Rif. (...)

102« Item stantiamus et ordinamus et nostro decreto cum auctoritate firmamus quod dominus potestas cum eius curia tenetur et debeat vinculo iuramenti incontinenti sine ullo temporis intervallo facere diligentem inquisitionem contra omnes et singulos homines et personas qui debuissent vel deberent actare palatium pape et non actaverunt, tam in fenestris et hostes faciendas quem in coperiendo seu retractandum ipsum palatium et in scalis ipsius palatii actandis et in ferramentis reinveniendis et masaritiis et contra illos qui debuissent vel deberent operas dare ad dictum palatium et generaliter contra omnes personas qui debuissent actamenta, aconcimina, fulcimenta, reperimenta vel aliqua laboreria facere in palatio supradicto, in quibus et super quibus et contra dictos homines et personas qui predicta omnia vel alique de predictis in dicto palatio facere debuissent vel deberent et non fecerunt et in omnibus aliis articulis supradictis dictus dominus potestas /fol. 52/ et sua curia habeat merum et liberum arbitrium, potestatem et bayliam inveniendi, cogendi, detinendi, puniendi [...] »

103Signalé par Fumi dans le ms. de Zampi.

Rif. 76
Fol. LXXVIII, 1307 septembre 22

104« ...proposuit dictus dominus judex et vicarius [capitanei...] quod cum non sit peccunia in comuni Urbeveteris [...] et etiam pro actando palatio domini pape petit utile consilium pro comuni ». [Le palais n’est en fait nommé qu’en dernier lieu dans une liste de problèmes financiers, ce qui montre bien à quel point il est passé à l’arrière plan des préoccupations. D’ailleurs le palais n’est plus cité nommément dans la suite de la délibération.]

Fol. CV250, 1307 novembre 12.

  • 250 Indiqué erronément par Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 174 n. 20 comme étant dans Rif. (...)

105« ...proposuit dictus dominus judex et vicarius dicti domini capitanei de voluntate dominorum septem consulum et in eorum presentia quod, cum non sit peccunia in comuni Urbisveteris unde satisfieri possit salaria dominorum potestatis, capitanei, septem consulum et etiam pro actando cassaro Scetonensis et palatio pape, unde dicta peccunia habeatur et haberi possit petit utile consilium predictorum ».

AOPSM

Camer. 95
Fol. 121v°, 1321 juin 21.

106« ...pro battendis et faciendis foliis aurii pro mittendum et operandum super vetris coloratis quod fecit et faciebat magister Laurentius caput magistrorum operis sancte Marie cum magistris Consiglio et Ghyno Stopariis de Castro Montisleonis suprascriptis apud fornacem vetri positam iuxta portam episcopatus civitatis Urbisveteris... ».

Fol. 224, 1325 septembre 25.

107« ...ad magistros de lignamine in palatio domini pape et ad plura alia loca dicti operis... »

Camer. 100
Fol. 294v°, 1361 juin 2.

108« Item dedit et solvit Zampino magistro vitri [...] pro satisfactione et compensatione dampni quod ipse recepit tempore quo ignis missus fuit in domo ubi erat fabrica vitri in quo ipse plura dampna substulit tam in vitro quam in lignis et pannis suis combustis et pro omni eo quod possit petere ab opere quacumque de causa... »

Fol. 383v°-384, 1361 octobre 29.

109« ...[à 16 manœuvres] pro uno die et una nocte quibus servierunt ad recuperandum massaritias existentium in palatio pape quando ignis accesus fuit in dicto loco, ad rationem XI. s. pro quolibet ipsorum ».

Camer. 123 (ancien Camer. 78)
Fol. 65v°, 1528 octobre 16-décembre 2.

110« Item solvisse per manus Carrarini die .xvi. octobris pro quatuor funibus emptis ac consignatis famulis magistri Baptiste pro cossa palatii baiochos quadraginta. [...]

111Item solvisse per manus Carrarini pro tetto palatii baiochos decem et otto pro quatuor libris bollonum. [...]

112Item solvisse per manus Carrarini die .ii. decembris pro quinque funibus consignatis magistro Baptista pro cossa baiochos quinquaginta. [...]

113Item solvisse pro tribus aliis funibus emptis per manus Carrarini pro dicta cossa baiochos triginta. [...]

114/fol. 66/ Item solvisse die .xvii. decembris per manus Carrarini pro quatuor aliis funibus emptis pro cossa predicta baiochos quadraginta. [...]

115Item solvisse magistro Johanni Antonio fabro per manus Carrarini pro bullonibus emptis ab eo pro dicta coscia baiochos duodecim cum dimidio. [...]

116Item solvisse .xxiiii. decembris pro bullonibus emptis pro tabulis tetti palatii per manus Carrarini baiocho decem et otto. [...]

117Item die .xxvii. decembris per manus Carrarini pro bullonibus emptis prefato magistro Johanni Antonio pro dicto tetto baiochos decem et novem cum dimidio.

118/fol. 66v°/ Item solvisse uxori magistri Calderarii pro bullonibus emptis per manus Carrarini pro dicto tetto baiochos viginti septem ».

119Rif. 26 (ancien Rif. 13)

120Fol. 41v°(anc. 40v°), 1527 novembre 6 [et non octobre 26], détail d’un contrat à prix-fait portant sur la construction d’un grenier et la réparation du contrefort :

121« Item dicto mastro Baptista [Battista Giulani de Cortone, maçon] si obliga una coscia quale è nel vescovato vechio che cascha per esser rotta, levarla et gli rimettercini una altra bona in nel medesimo loco ad uso di buono maestro ».

Notes

1 Même les cathédrales de Pérouse ou d’Anagni n’occupent pas, à juste titre, une place comparable à celle d’Orvieto dans l’historiographie.

2 Franchetti Pardo (V.), « Il duomo di Orvieto : un ‘fuori scala’ medievale », dans Il duomo di Orvieto e le grandi cattedrali del Duecento, Barlozzetti (G.) dir., Turin, 1995, p. 53-67. Il note à quel point ces palais ont été négligés dans l’imaginaire urbain, car relégués à l’ombre de la cathédrale, à l’exception, relative, du palais Soliano (cf. notamment p. 61-63, avec de nombreuses nuances qu’il faudrait commenter).

3 Je remercie vivement Lucio Riccetti de son aide constante, ainsi que la direction et le personnel de l’œuvre de la cathédrale. Signalons ici un résumé en italien du présent chapitre : Le Pogam (P.-Y.), « I palazzi papali », dans Arnolfo di Cambio. Una rinascita nell’Umbria medievale [Exposition. Orvieto-Pérouse, 2005], p. 43-49.

4 L’ouvrage ancien de Perali (P.), Orvieto. Note storiche di topografia e d’arte dalle origini al 1800, Orvieto, 1919 contient de nombreuses allusions intéressantes aux différentes parties du complexe ; mais elles sont souvent viciées par l’absence de références précises et par une analyse très floue des données monumentales.

5 Bonelli (R.), « Il palazzo papale di Orvieto », dans Atti del II Convegno nazionale di storia dell’architettura (Assisi, 1°-4 ott. 1937), Rome, 1939, p. 211-220. Malgré son aspect rapide, il faut reconnaître à l’étude de Bonelli une valeur pionnière, à un moment en outre où les diverses parties du complexe étaient difficilement accessibles et défigurées par les nombreuses transformations de l’époque moderne.

6 Pardi (R.), « Il restauro del palazzo papale di Orvieto », dans Storia e arte in Umbria nell’età comunale. Atti del VI convegno di studi Umbri (Gubbio, 26-30 magg. 1968), Pérouse, 1971, t. I, p. 199-211. Selon Pardi, les restaurations récentes n’auraient fait que confirmer les hypothèses précédentes de Bonelli, cf. notamment p. 200-202.

7 R. Bonelli donne des lettres aux salles (mais à la fin seulement de son article et sans plan correspondant), cependant pour plus de clarté nous nommerons ici les salles d’après notre propre système. Il en ira de même pour les numéros utilisés par G. Radke.

8 Valentino (D. A.), « Il restauro del palazzo papale di Orvieto », dans Bollettino d’arte, 5e sér., t. 60, 1975, p. 208-213. Alberto Satolli, s’il conteste vigoureusement les restaurations du palais épiscopal et des palais pontificaux menées respectivement par R. Bonelli et par les architectes de la surintendance, ne met pas en cause la reconstitution historique proposée par le premier, cf. Satolli (A.), « Uso, riuso e restauro. Annotazioni storiche sul palazzetto Faina e sulla piazza del duomo a Orvieto », dans Un archivio per la città, Riccetti (L.) dir., Orvieto, 1985, p. 35-89.

9 Probablement pour faire coïncider son hypothèse avec celle de Bonelli. Radke (G. M.), « Medieval frescoes in the papal palaces of Viterbo and Orvieto », dans Gesta t. 23, 1984, p. 27-38. Il faut remarquer par ailleurs que la succession des phases architectoniques du palais d’Orvieto ne constituait pas le cœur de son sujet.

10 Radke (G. M.), « Gothic style at the papal palace in Orvieto », dans Saggi in onore di Renato Bonelli = Quaderni dell’Istituto di storia dell’architettura, n°15-20, 1990-1992, vol. 1, p. 211-216. On notera que Julian Gardner a exprimé des doutes sur cette reconstitution, mais il ne s’est pas étendu sur ses motivations : Gardner (J.), « The façade of the duomo at Orvieto », dans De l’art comme mystagogie. Iconographie du Jugement dernier et des fins dernières à l’époque gothique. Actes du colloque de la fondation Hardt (Genève, 1316 février 1994), Poitiers, 1996, p. 199-209, p. 201, n. 21.

11 Gigliozzi (M. T.), I palazzi del papa..., Rome, 2003, chap. 4. Voir aussi l’introduction, notamment p. 25, où l’auteur affirme que les termes de comparaison manquent à cause de la disparition du palais épiscopal et du palais communal (nous verrons que le premier forme le noyau du complexe pontifical ; quant au second, il en reste des fragments, sans parler du palais du peuple, qui constitue un autre point de confrontation intéressant).

12 Signalons ici que le nom actuel du palais dérive simplement de sa situation dans le quartier Soliano.

13 Fumi (L.), « Il palazzo Soliano o de’ papi in Orvieto », dans Archivio storico dell’arte, 2e sér., t. 2, 1896, p. 255268 ; éd. également à Rome, 1896 en tiré à part.

14 Rappelons qu’elle n’est accompagnée d’aucun plan ; pour y suppléer, cf. Riccetti (L.), « “...Pro platea jam incepta et nondum finita...”. La piazza del duomo di Orvieto tra cantiere et ruolo civico (secoli XIII-XVI) », dans La Piazza del duomo nella città medievale (nord et media Italia, secoli xi-xvi). Atti della giornata di studio (Orvieto, 4 giugno 1994), Riccetti (L.) dir. = Bollettino Istituto storico artistico orvietano, t. 46-47, 1990-1991 [1997], p. 189-299, fig. 27 qui reproduit un plan de R. Bonelli de 1937, donc contemporain de son article et antérieur aux restaurations (conservé à la Soprint. BAAAS Umbria, AS, carton T23, fasc. 13).

15 Riccetti (L.), « Le Origini dell’opera, Lorenzo Maitani e l’architettura del duomo di Orvieto. In margine al disagio di una storiografia », dans Opera. Carattere e ruolo delle fabbriche cittadine fino all’inizio dell’Età Moderna. Atti della tavola rotonda (Firenze, Villa I Tatti, 3 aprile 1991), Haines (M.) et Riccetti (L.) dir., Florence, 1996, p. 157-265, cf. p. 202-203.

16 Manente (C.), Historie... dal DCCCCLXX... al MCCCC..., Venise, 1561-1566, p. 2. Cipriano Manente, né en 1502, était le neveu de Luca di Domenico Manente qu’il reprend souvent ; son œuvre est particulièrement peu fiable.

17 Monaldeschi della Cervara (M.), Comentari historici..., Venise, 1584, p. 35. Adrien IV a résidé à Orvieto en 1157, mais le palais en question, comme on le verra plus loin, remonte seulement à la fin du xiiie siècle.

18 Manente, Historie..., cit., p. 96-97 (sur les travaux attribués à l’année 1213) et p. 120 : « In quest’anno [1255] Papa Alessandro quarto de Anagne venne in Orvieto con la Corte, e instaurò il palazzo apostolico, dove residevano i Signori sette, che s’era abrusciato. »

19 « Cronaca di Luca di Domenico Manente », dans Ephemerides Urbevetanae del cod. Vat. Urbinate 1745, Fumi (L.) éd., Città di Castello, 1903, rééd. revue, 1920, appendice V, p. 303 : « MCCLV [...] Detto tempo si abrusciò il palazzo apostolico in Orvieto dovi residevono li signori VII ». Ces magistrats résidaient en fait dans le palais de la Terza, devenu propriété de l’Église sous Boniface VIII, ce qui pourrait expliquer la confusion (cf. ibid., n. 5).

20 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri, Satolli (A.) dir., Orvieto, 1990 = Bollettino dell’Istituto storico artistico orvietano, t. 40-41, 1984-1985, p. 11-26.

21 Riccetti, « Le Origini dell’opera... », cit., n. 116. Noté également par Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., n. 74 p. 178.

22 « Cronaca di Luca di Domenico Manente », cit., p. 307 : « MCCLXII [...] Detto anno papa Urbano 4 [...] fundò il palazzo quatro apostolico apresso l’altro palazzo del vescovato... ». Les commentaires de L. Fumi aux notes 7 et 8 comportent de leur côté une certaine confusion.

23 Manente, Historie..., cit., p. 127 : « Et fece anco edificare il superbo palazzo quatro appresso il Vescovato » et p. 128 : « In quest’anno [1261] dimorando Papa Urbano in Orvieto con la corte, fece fondare il palazzo quatro Apostolico nel Soliano appresso Santa Maria Prisca ».

24 Monaldeschi della Cervara, Comentari historici..., cit., p. 47 : « Fece anco a sue spese il Palazzo quadro Apostolico nel quartiero del Soliano, presso al Vescovado... ».

25 Ainsi tombent les objections de M. T. Gigliozzi, qui estime de faible valeur les mentions des chroniqueurs attribuant une partie du complexe à Urbain IV, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 143.

26 « A fundamentis autem edificavit [Urbanus IV] super-bas illas aedes pontificias in loco qui dicebatur Solianum prope Sanctam Mariam priscam. », cité par Fumi dans Ephemerides Urbevetanae..., cit., appendice II, p. 155, n. 2.

27 Et non le 24 avril, comme indiqué par erreur par Radke, « Medieval frescoes... », cit., p. 32. Cf. Potthast, n°18858 et Registres d’Urbain IV, n°798 ; publié par Theiner (A.) éd., Codex diplomaticus dominii temporalis S. Se-dis, t. I, 756-1334, Rome, 1861, n°299.

28 Taylor (M. D), « A historiated tree of Jesse », dans Dumbarton Oaks Papers, t. 34-35, 1982, n°80/81, p. 125-176.

29 Ephemerides Urbevetanae..., cit., appendice II, p. 133 : Annales Urbevetani (1161-1332), A. Cronica antiqua (1161-1313).

30 Archivio vescovile di Orvieto, Codice A, fol. 229v°, cité d’après Riccetti, « Le Origini dell’opera... », cit., n. 116.

31 Cortesi (P.), De cardinalatu, In castro Cortesio, 1510 ; rééd. s.l.s.d. [Rome, 1980], cf. p. 76-77 et n. 30. Voir le passage en annexe.

32 Radke, « Medieval frescoes... », cit., p. 32. Cf. Potthast, n°20712 et Registre de Grégoire X, n°219 ; Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 138.

33 Sur tout ce problème, voir chap. II. 3.

34 Sur cette célèbre affaire, cf. aussi le chap. sur Viterbe.

35 Cette première bulle correspond au n°209 du Registre de Grégoire X et elle est publiée, après Fumi (L.), Codice diplomatico della città d’Orvieto..., Florence, 1884, doc. n°532, par Pinzi (C.), Storia della città di Viterbo, Rome, 1887-1889, t. 2, p. 310-312.

36 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 174 n. 15.

37 L’influence, au sens large, de l’ambiance intellectuelle de la cour de de Nicolas IV a été notamment identifiée dans certaines particularités du programme iconographique de la façade – même si celui-ci a été mis en œuvre plus tard. Cf. Middeldorf Kosegarten (A.), « Innovationsschub in Orvieto. Zur Planungsphase der Domfassade um 1300 », dans Studien für Geschichte der Europäischen Skulptur im 12.-13. Jahrhundert, Francfort-sur-le-Main, 1994, p. 633-649, cf. p. 634 et suiv. et Gardner (J.), « The façade of the duomo at Orvieto », cit., p. 204.

38 « Cronaca di Luca di Domenico Manente », éd. par Fumi, dans Ephemerides Urbevetanae..., cit., appendice V, p. 322. Le pape accorda également à cette occasion une indulgence en faveur du chantier, Registres de Nicolas IV, n°5900 (23 août 1291).

39 Gardner (J.), « Pope Nicholas IV and the decoration of S. Maria Maggiore », dans Zeitschrift für Kunstgeschichte, t. 36, 1973, p. 1-50, cf. n. 181 p. 50.

40 Cf. par exemple Gardner (J.), « The façade of the duomo at Orvieto », cit., p. 201-202.

41 La comparaison a été faite maintes fois (on pourrait citer P. Cellini, M. Trachtenberg, E. Carli, D. M. Gillerman, C. Bozzoni). Le fait que cette particularité puisse provenir également (ou par l’intermédiaire) de la basilique d’Assise n’entre pas en contradiction avec ce type d’explication, mais la renforce, l’église et le couvent majeurs du mouvement franciscain possédant eux-mêmes de nombreux traits qui en font une véritable résidence pontificale.

42 Krautheimer (R.), « Introduction to an “iconography of medieval architecture” », dans Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, t. 5, 1942, p. 1-33.

43 Gillerman (D. M.), « The evolution of the design of Orvieto cathedral, ca 1290-1308 », dans Journal of the Society of architectural historians, t. 53, 1994, p. 300-321, cf. p. 308 et Pichler (W.), « Der Dom von Orvieto als Residenz und Reliquiar : Baupolitik und Bedeutungswandel in der Genese einer städtischen Monuments », dans Wiener Jahrbuch für Kunstgeschichte, t. 49, 1996, p. 137-163 et 329334, cf. p. 142-143 et 146-147. Plus généralement, cet idéal « romain » se serait exprimé dans le programme de la façade de la cathédrale, si l’on suivait l’hypothèse d’Antje Middeldorf Kosegarten, qui voudrait faire remonter la façade aux années 1290-1300 et au programme de Nicolas IV (cf. plus haut).

44 Ephemerides Urbevetanae..., cit., appendice II, p. 170 : Annales Urbevetani (1161-1332), B. Cronica potestatum (1194-1322), 4e partie (1255-1322).

45 « MCCLXXXXVII [...] Et detto anno, de iugno, papa Bonifatio venni in Orvieto con grande pompa et corte, che, principiò il bello salone apostolico, apresso la nuova fabrica di Santa Maria... ». « Cronaca di Luca di Domenico Manente », dans Ephemerides Urbevetanae..., cit., appendice V, p. 331.

46 Monaldeschi della Cervara, Comentari historici..., cit., p. 64 : « [1297] Mentre stè in Orvieto, fece fabricare un gran Palazzo presso la chiesa antica di Santa Maria, e del Vescovato. »

47 L. Riccetti a déjà avancé cette même hypothèse dans La città costruita. Lavori pubblici e immagine in Orvieto medievale, Florence, 1992, p. 121.

48 Registres de Boniface VIII, n°2146. De même, il contribua à l’avancement du chantier de la cathédrale par l’octroi de pas moins de quatre bulles d’indulgence. Voir aussi à la fin du présent chapitre l’explication détaillée de ce « marchandage ».

49 ASO, Rif. 70/II, fol. 34v° ; cité par Riccetti, La città costruita..., cit., p. 121, n. 121, voir texte en appendice. Au même moment, comme le soulignait déjà le texte des Annales cité plus haut, on démolit des parties de l’ancienne cathédrale, mais L. Riccetti remarque que la simultanéité des deux événements n’implique pas forcément que celle-ci se trouvait à l’emplacement du palais Soliano (ibid., p. 115, n. 124).

50 ASO, Rif. 71/I, fol. 15v°-16, cité par Fumi (L.), « Il palazzo Soliano... », p. 257-258 et Riccetti, La città costruita..., cit., p. 122, n. 156, voir texte en appendice.

51 Il doit avoir donné son nom au « Ponte di Mastro Ian-ni ou Ianne », appelé par la suite Ponte Giulio, situé, en franchissement de la rivière Paglia, à environ cinq kilomètres d’Orvieto sur la route menant à Florence.

52 Orvieto, Archivio vescovile, Cod. C, fol. 33 ; cité d’après Riccetti, La città costruita..., cit., p. 264, n. 11 ; voir aussi Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 30, qui cite le document (avec la datation 1293). Le texte apprend aussi qu’une fontaine était alors adossée sur la face ouest de l’évêché, où les habitants du quartier étaient autorisés à puiser de l’eau.

53 Pour le palais du peuple, les plus anciens noms connus par les sources d’archives ne remontent pas avant 1332 (sauf un peintre en 1326), cf. Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri..., cit., p. 268-278. Pour la cathédrale, où le problème est d’une importance et d’une complexité extrêmes, voir surtout Riccetti, « Le Origini dell’opera... », cit.

54 Riccetti (L.), « “L’Uópara de Santa Maria Maghure”. Protasi ad una storia sociale dell’opera del duomo in Orvieto », dans Saggi in onore di Renato Bonelli [= Quaderni dell’Istituto di storia dell’architettura, n° 15-20, 1990-1992], vol. I, p. 169-180, cf. p. 174 et la reproduction de l’engagement du maître d’œuvre fig. 6.

55 Riccetti (L.), « La “Loggia del duomo” e i cantieri delle cattedrali », dans Il duomo di Orvieto e le grandi cattedrali del Duecento..., Barlozzetti (G.) dir., Turin, 1995, p. 273-356, cf. p. 277 et 310.

56 Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 84 affirme qu’il ne s’agit pas de la même personne, bien qu’ayant travaillé en même temps, aux mêmes travaux et étant homonymes. Il mentionne par ailleurs trois textes qui citeraient le(s) maître(s) maçon(s), des 26 janvier, 22 février et 30 mars 1300 (sans donner de précisions ni sur leur contenu, ni sur leur référence), qui ne se retrouvent pas dans la documentation connue. Cependant, il faut peut-être reconnaître au moins une partie d’entre eux dans des textes ici cités (par exemple le 30 mars 1300 comme étant un lapsus pour 20 mars 1300) ; en effet Perali cite aussi, le premier, le texte de l’engagement de maître Giovanni comme directeur des travaux de la cathédrale, mais avec la date du 29 décembre 1300 et non 1301. Par ailleurs L. Riccetti me signale (information orale) que des documents inédits excluent cette identification.

57 ASO, Rif. 71/I, fol. 19v°, cité par Riccetti, La città costruita..., cit., p. 122, n. 156, voir texte en appendice.

58 ASO, Rif. 71/II, fol. 5, cité ibid., voir texte en appendice.

59 Sur l’activité architecturale du conseil des Sept, cf. Rossi Caponeri (M.), « Il duomo e l’attività edilizia dei Signori Sette (1295-1313) », dans Il duomo di Orvieto, Riccetti (L.) dir., Rome-Bari, 1988, p. 29-80.

60 ASO, Rif. 71/III, fol. 56v° ; cité par Riccetti, La città costruita..., cit., p. 125, n. 172, voir texte en appendice « pro expensis factis per eum occasione lignaminum et viarum factarum per eum pro construendo palatio domini pape ».

61 ASO, Rif. 72/II, fol. LXXXXVv° ; cité par Riccetti, La città costruita..., cit., p. 122, n. 156, voir texte en appendice.

62 ASO, Rif. 72/III, fol. CI ; cité ibid., voir texte en appendice.

63 Codex diplomaticus dominii temporalis S. Sedis, cit., t. I..., n°550, p. 373-374. Cependant l’édifice fut aussitôt loué à la commune qui en fit la résidence du conseil des Sept, cf. Riccetti, La città costruita..., cit., p. 120-121. D’autre part, avec Cristina Carbonetti et Marco Vendittelli, il faut reconnaître que l’échange servait aussi à masquer le caractère outrageusement népotiste de la concession des biens de l’Église situés à Ninfa par Boniface VIII à son neveu, cf. Ninfa 1298 : testimonianze sull’acquisizione di Nin-fa da parte di Pietro II Caetani, raccolte ed illustrate in occasione del settimo centenario, Carbonetti (C.) et Vendittelli (M.) éd., Rome, 1998, p. 30. Le pape avait agi de même en 1297 en concédant à la cathédrale d’Anagni les biens du monastère supprimé Saint-Pierre de Villamagna, masquant ainsi un marché puisque la cathédrale et le chapitre cédaient en retour à la famille Caetani les fiefs de Filettino, Trevi et Vallepietra, cf. Giammaria (G.), « La presenza in Anagni del papato itinerante », dans Itineranza pontificia. La mobilità della curia papale nel Lazio (secoli XII-XIII), Carocci (S.) dir., Rome, 2003, p. 279-305, voir p. 298 n. 43.

64 La dernière mention, qui traduise un intérêt de la commune, date non du 7 juillet 1307 : ASO, Rif. 76, fol. LXXVIII, cité par Riccetti, La città costruita..., cit., p. 122, n. 156, mais du 12 novembre de la même année, ASO, Rif. 76, fol. CV.

65 ASO, Rif. 75, fol. 51v°-52 ; voir texte en appendice.

66 ASO, Rif. 76, fol. LXXVIII (daté par erreur du 7 juillet par Riccetti, La città costruita..., cit., p. 122, n. 156) ; voir texte en appendice.

67 ASO, Rif. 76, fol. CV ; voir texte en appendice.

68 Je m’inspire ici largement des notes historiques fournies par R. Bonelli dans son article.

69 On rencontre ici un problème commun avec l’autre grand complexe pontifical en dehors de Rome : celui de Viterbe.

70 Voir cependant plus loin sur le problème des cloisonnements anciens.

71 Sur les travaux suscités par Nicolas V, cf. Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 139-140.

72 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 213 et n. 1 et 2 p. 225. Le pape est resté à Orvieto du 9 au 28 septembre 1460, cf. Brosius (D.), « Das Itinerar Papst Pius’ II. », dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, t. 55-56, 1976, p. 421-432.

73 Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 168.

74 Ce témoignage confirme le fait qu’il n’était pas besoin de fortifier le palais, du moins tant que la ville était fidèle au pape.

75 Hackett (F.), Henry the Eighth..., London, s.d. [1929], p. 262. Le caractère lugubre de la scène était peut-être renforcé par la saison, non pas tout à fait le cœur de l’hiver, comme le dit F. Hackett, mais une période encore froide, puisque les ambassadeurs étaient arrivés à Orvieto le 21 mars.

76 La citation est un résumé de Brewer, sauf les paroles entre guillemets anglais, qui correspondent au texte même de la dépêche ; cf. Brewer (J. S.), Letters and papers foreign and domestic of the reign of Henry VIII, preserved in the Public Record Office..., t. 4.2, Londres, 1872, p. 1808-1809, n°4090.

77 Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 183. Dans un autre passage, Perali mentionne une première division du complexe dès 1503, cette fois entre le gouverneur pontifical et l’évêque, et ayant entraîné la construction d’un escalier, ibid., p. 157. L’intervention d’Ippolito Scalza, mentionnée pour cette période par Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 214, ne semble concerner que le palais Soliano et une date plus tardive, voir plus bas.

78 Calistri (C. A.), « La serie dei vescovi orvietani, già dipinta nel palazzo apostolico di Orvieto », dans Bollettino dell’Istituto storico artistico orvietano, t. 22, 1966, p. 62-77, notamment p. 62-64.

79 Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 271. Il ne semble rien en subsister, au moins en place.

80 Soprint. BAAAS Umbria, AS, carton T 23, fasc. 13.

81 Bonelli, « Il palazzo papale di Orvieto », cit., fig. 1.

82 Dont on voit l’espace intérieur dans Pardi, « Il restauro... », cit., fig. 5.

83 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri..., cit., fig. 47.

84 Bonelli, « Il palazzo papale di Orvieto », cit., fig. 1.

85 Pardi, « Il restauro... », cit., fig. 3.

86 Il évoque le symbole de saint Bernardin de Sienne, le monogramme du Christ dans un soleil rayonnant, particulièrement répandu dans toute l’Ombrie après les prédications du franciscain dans l’Italie centrale de la première moitié du XVe siècle.

87 Fumi, « Il palazzo Soliano... », cit., fig. 4.

88 Fot. naz., N 17200.

89 Fot. naz., N 17200.

90 Pardi, « Il restauro... », cit., fig. 2 et 11.

91 Valentino, « Il restauro... », cit., fig. 2.

92 Valentino, « Il restauro... », cit., fig. 14 et, plus claire, Fot. naz., N 17207 et 17208.

93 Pardi, « Il restauro... », cit., fig. 2 ; Valentino, « Il restauro... », cit., fig. 14.

94 Ibid. ; Fot. naz., N 16461.

95 Valentino, « Il restauro... », cit., fig. 7.

96 Le fait a été également noté par Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 149.

97 Pardi, « Il restauro... », cit., fig. 1.

98 Valentino, « Il restauro... », cit., fig. 14.

99 Riccetti (L.), « Ad perscrutandum et explorandum pro marmore. L’Opera del duomo di Orvieto tra ricerca di materiali e controllo del territorio (secoli XIII-XV) », dans Pouvoir et édilité. Les grands chantiers dans l’Italie communale et seigneuriale, Crouzet-Pavan (É.) dir., Rome, 2003, p. 245-373, cf. p. 334-336.

100 Ibid., p. 337 n. 315. Grâce à la fourniture de l’eau, L. Riccetti peut individualiser les différents ateliers entre lesquels est subdivisé le chantier, dont celui des « magistros de lignamine in palatio domini pape », AOPSM, Camer. 95, fol. 224 (25 septembre 1325), voir texte en appendice.

101 Pour la toiture, cf. Riccetti, « Ad perscrutandum... », cit., p. 329 n. 291 et peut-être n. 300 ; pour l’incendie, cf. plus bas.

102 Riccetti, « La “Loggia del duomo” e i cantieri delle cattedrali », cit., p. 279 : dans les grandes salles du rez-dechaussée sont fabriqués les stalles en marqueterie et les outils de fer nécessaires au chantier.

103 Bref du 26 février 1460, mentionné par Fumi, Codice diplomatico..., cit., p. 718.

104 Bonelli, « Il palazzo papale di Orvieto », cit., p. 218.

105 Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 158.

106 AOPSM, Rif. 26, fol. 41v°et Camer. 123, fol. 65v°-66 (1527-1528) ; cité par Riccetti, « “...Pro platea jam incepta et nondum finita...”... », cit., p. 202, n. 38, voir texte en appendice.

107 Le maître d’œuvre, connu par une mention comptable de 1543, est probablement l’oncle d’Ippolito Scalza. Cf. Cambareri (M.) et Roca De Amicis (A.), Ippolito Scalza (1532-1617), Pérouse, 2002, p. 161. Voir aussi Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 181.

108 Riccetti, « “...Pro platea jam...”... », cit. fig. 23.

109 Voir les parties du projet de P. Zampi, « Progetto di restauro. 1. Relazione, 2. [Planches] Saggi di architettura medioevale orvietana », conservé à l’AOPSM (manuscrits non cotés et non foliotés), publiées par Satolli, « Uso, riuso e restauro... », cit., p. 45.

110 Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 192.

111 Fumi, « Il palazzo Soliano... », cit., fig. 1.

112 Ibid. La campagne de 1568 s’acheva en 1570, comme l’indique une épigraphe, ibid., p. 263-264 et Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 212. La corniche d’Ippolito Scalza a disparu lors de la restauration de Zampi.

113 Riccetti, « “...Pro platea jam...” », cit., fig. 24.

114 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri..., cit., fig. 88.

115 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri..., cit., fig. 84 ; Satolli, « Uso, riuso e restauro... », cit., fig. p. 47 (en haut à droite).

116 Sur la figure de Paolo Zampi, voir Riccetti, La città costruita..., cit., p. 27-28 ; Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri, cit., passim, notamment p. 76 et suiv. ; Malentacchi (P.), « Paolo Zampi e la reinvenzione di Orvieto medievale », dans Anangkè : cultura, storia e tecniche della conservazione, n°8, déc. 1994, p. 16-24, qui résume en partie sa « tesi di laurea » : « Paolo Zampi (1842-1914), architetto e restauratore orvietano. Analisi delle opere, rinvenimento ed ordinamento del suo archivio privato », 2 vol., Università degli studi di Firenze, Facoltà di architettura, 1992-1993. On trouvera notamment chez cette dernière une belle analyse de la place des restaurations de Zampi dans le cadre des aspirations de la bourgeoisie libérale après l’unité italienne, cf. Malentacchi, « Paolo Zampi... », cit., p. 17. Voir enfin Riccetti (L.), « Luigi Fumi : gli studi e le ricerche sul Duomo di Orvieto », dans Fumi (L.), Statuti e regesti dell’Opera di S. Maria di Orvieto ; Il Duomo di Orvieto e i suoi restauri, Riccetti (L.) éd. et introd., Orvieto-Pérouse, 2002, p. 11-122, cf. p. 55-70.

117 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri..., cit., p. 82.

118 Cf. Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri..., cit., fig. 44.

119 Ibid., p. 83. Malentacchi montre bien qu’il ne s’agissait que d’un prétexte, puisque l’œuvre de la cathédrale, seule propriétaire des lieux, refusait une telle affectation, cf. Malentacchi, « Paolo Zampi... », cit., p. 21.

120 Cf. Pérouse, Soprintendenza ai BAAA, AS, carton 46 I, fasc. 5. Malentacchi cite également une estimation des travaux antérieure, de novembre 1882, cf. Malentacchi, « Paolo Zampi... », cit., p. 21. Cette première impulsion faisait suite à la visite, en mai 1882, du secrétaire général du Ministère de l’Instruction publique, Costantini.

121 Si l’on se réfère aux photographies de l’article de L. Fumi, daté de cette année et publié à cette occasion, et surtout si l’on songe qu’une grandiose exposition d’orfèvrerie religieuse fut organisée par le même Fumi dans la grande salle haute du palais, à l’occasion du Congrès eucharistique ouvert à Orvieto le 5 septembre 1896 : cf. Congresso eucaristico ed esposizione di arte sacra antica in Orvieto [Exposition. Orvieto, 5-8 septembre 1896], Orvieto, 1897. L’exposition connu un succès critique, dont témoignent par exemple les comptes rendus d’É. Bertaux, A. Pératé et H. Grisar.

122 Pérouse, Soprintendenza ai BAAA, AS, carton 46 I, fasc. 5.

123 Cf. Satolli, « Uso, riuso e restauro... », cit., fig. p. 47 (en bas à gauche), pour une photographie du vaisseau septentrional du rez-de-chaussée en cours de restauration, les cloisons étant déjà en grande partie abattues.

124 Voir l’extrait du ms. de P. Zampi, « Progetto di restauro del palazzo Soliano », conservé à l’Archivio dell’Opera del duomo, publié par Satolli, « Uso, riuso e restauro... », cit., p. 49.

125 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri..., cit., fig. 36.

126 Fumi, « Il palazzo Soliano... », cit., fig. 2.

127 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri..., cit., fig. 87b.

128 Fumi, « Il palazzo Soliano... », cit., fig. 2.

129 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri..., cit., fig. 88.

130 Fumi, « Il palazzo Soliano... », cit., fig. 2.

131 Satolli, « Uso, riuso e restauro... », cit., fig. p. 47 (en haut à gauche).

132 Cité d’après Leniaud (J.-M.), Viollet-le-Duc ou les délires du système, Paris, 1994, p. 90.

133 Sur l’influence de Viollet-le-Duc en Italie, cf. Auzas (P.-M.), Viollet le Duc, Paris, 1979, p. 237-240.

134 La reconstitution de Zampi donna lieu, d’ailleurs, à d’amples polémiques, cf. Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri..., cit., p. 105-107.

135 AOPSM, Paolo Zampi, « Progetto di restauro ». Zampi aurait pu faire appel, pour justifier son choix, à une œuvre qu’il connaît bien puisqu’il la cite et la reproduit dans son projet, à savoir la fresque de la chapelle du corporal de la cathédrale représentant peut-être le palais Soliano, où celui-ci est doté de merlons droits. Mais, comme on le soulignera plus bas, il s’agit d’une représentation à manier avec prudence. Voir aussi les remarques parallèles dans le chapitre consacré à Pérouse.

136 Pérouse, Soprintendenza ai BAAA, AS, carton 46 I, fasc. 4 ; carton T 23, fasc. 12.

137 Malentacchi, « Paolo Zampi... », cit., p. 23.

138 Les relevés de l’état avant restauration et le projet de restauration sont conservés à l’AOPSM (non coté).

139 Fumi, « Il palazzo Soliano... », cit., fig. 3.

140 Bonelli, « Il palazzo papale di Orvieto », cit., fig. 2. Dans cette photographie, les arcades ont été dégagées, mais les grilles non encore installées, ce qui correspond bien à la date de la contribution de Bonelli, 1937.

141 Pardi, « Il restauro del palazzo papale di Orvieto », cit., p. 210-211, qui donne également le nom des maîtres-maçons et restaurateurs ayant participé à la restauration mais ne se nomme pas lui-même.

142 Valentino, « Il restauro... », cit., fig. 1 ; Testa (G.) et Davanzo (R.), Dalle raccolte alla musealizzazione : per una rilettura del Museo dell’Opera del duomo di Orvieto : Mostra. Conservazione tra teoria e prassi [Exposition. Orvieto, Palazzo papale. 1984], p. 5.

143 Testa et Davanzo, Dalle raccolte alla musealizzazione..., cit., ibid. Mais les travaux devaient être déjà bien avancés depuis quelques années, si l’on considère que l’article de D. A. Valentino, qui montre certaines parties déjà achevées, remonte à 1975 et qu’une exposition d’archéologie étrusque fut organisée dans le palais dès 1978, préfigurant probablement le nouvel usage du rez-de-chaussée : cf. Mostra degli scavi archeologici alla Cannicella di Orvieto : campagna 1977 [Exposition. Orvieto, Palazzo dei papi. 1978]. D’autre part la restauration semble avoir commencé surtout à partir de septembre 1964, suite à la visite exceptionnelle de Paul VI au mois d’août précédent, cf. Calistri, « La serie dei vescovi orvietani... », cit., p. 63.

144 Satolli, « Uso, riuso e restauro... », cit., p. 55.

145 Le monument avait subi des dommages pendant la Seconde guerre mondiale, mais nous n’en connaissons pas l’étendue ; cf. Pérouse, Soprintendenza ai BAAA, AS, carton 100 I.

146 Satolli, « Uso, riuso e restauro... », cit., p. 55-56, a qualifié le palais épiscopal d’« irriconoscibile » et le complexe pontifical de « troppo riconoscibile ».

147 Satolli, ibid.

148 Cf. les articles de R. Pardi et D. A. Valentino, ainsi que Bozzoni (C.), « Orvieto. Palazzo papale », dans Restauro e cemento in architettura, Carbonara (G.) dir., Rome, 1981, p. 250-255.

149 Mais un demi-siècle plus tard, et à peu près au moment où s’élaborait la Charte de Venise, il est étonnant qu’une telle attitude perdure. L’article 11 de la charte de Venise (1964) commence ainsi : « Les apports valables de toutes les époques à l’édification d’un monument doivent être respectés, l’unité de style n’étant pas un but à atteindre au cours d’une restauration. ».

150 Par ailleurs, le cycle des évêques d’Orvieto a été détruit, dès le début des travaux, en octobre 1964, comme étant du xixe siècle, donc considéré sans intérêt ; cf. Calistri, « La serie dei vescovi orvietani... », cit., p. 64, dont l’article, immédiatement postérieur à la disparition, ne s’élève pas contre une telle pratique, ce qui montre bien qu’il s’agissait d’un rejet conforme à l’esprit du temps.

151 Au moins avant 1990, cf. Radke, « Gothic style... », cit., fig. 1.

152 Pardi, « Il restauro... », cit., fig. 10.

153 Pardi, « Il restauro... », cit., fig. 11.

154 Valentino, « Il restauro... », cit., fig. 9.

155 Pardi, « Il restauro... », cit., fig. 6 ; Valentino, « Il restauro... », cit., fig. 5.

156 Pardi, « Il restauro... », cit., fig. 9 et Valentino, « Il restauro... », cit., fig. 8, qui correspond à un stade ultérieur.

157 Valentino, « Il restauro... », cit., fig. 2 et 3.

158 L’authenticité de ces dernières est probable, au moins pour la plus septentrionale qui est reproduite par le plan de Bonelli.

159 Pour avoir une idée de l’aménagement muséographique et de la répartition des œuvres, on peut se référer à Garzelli (A.), Museo di Orvieto. Museo dell’opera del duomo, Bologne, 1972, ill. p. 8 et à Umbria, Milan, 1978 (Guida d’Italia del Touring Club italiano), p. 468-469. Le palais Soliano semble avoir nécessité d’une restauration urgente, à la fin des années 1970, si l’on en croit l’article de Zeri (F.), « Il restauro che uccide », repris dans Id., Il canocchiale del critico, Milan, 1993 (éd. or. 1982), p. 27-30, cf. p. 30.

160 Cf. l’article de Domenicucci (D.), « Calligrammi : una cifra nuova per l’architettura. Museo in uno spazio medievale, Orvieto », dans Architettura cronache storia, t. 46, 2000/1, n°535, maggio, p. 294-301, consacré à cette transformation.

161 Préfiguré par deux expositions, en 1978 (cf. Mostra degli scavi archeologici alla Cannicella di Orvieto..., cit.) et en 1982 (cf. Pittura etrusca a Orvieto : le tombe di Settecamini e degli Hescanas a un secolo della scoperta [Exposition. Orvieto, Palazzo papale. 1982]), il a ouvert quelques années après.

162 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., n. 55 p. 176.

163 Cf. Pardi, « Il restauro del palazzo papale di Orvieto », cit., p. 208.

164 Cf. plus bas, dans la description de la salle N1.

165 Radke, « Medieval frescoes... », cit., p. 29-31.

166 Radke, « Medieval frescoes... », cit., fig. 9.

167 Cette porte possède trois rouleaux du côté de la salle N1 et un parement lisse du côté de la salle M1. Elle doit donc être considérée comme une porte allant de N1 vers M1 et n’a pu être réalisée qu’au moment de la construction de N1. Mais cela ne change rien au problème du décor, qui a pu être réalisé de toute façon à une date postérieure aux deux salles à la fois. C’est pourquoi, tout comme G. Radke, nous traitons ici son décor avec celui de la salle M1.

168 On trouve le modèle de ce type de baie dans un certain nombre d’églises cisterciennes, comme au chevet de l’abbatiale de Fossanova.

169 L’existence d’une seule niche dans la salle, à l’étage comme au rez-de-chaussée, s’oppose aux nombreuses niches du rez-de-chaussée de la salle N1.

170 Cf. plus bas, dans la description de la salle N1.

171 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri..., cit., au début du xiiie siècle, en même temps que la chapelle fig. XXXI, n°11. Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 52-de l’évêché dédiée à Saint-Sylvestre. Sur les coordonnées 53 et p. 58 attribuait aux consoles la date de 1202-1211, car stylistiques des consoles, voir également le chapitre II.1. il croyait y reconnaître l’escalier créé par l’évêque Matteo au début du xiiie siècle, en même temps que la chapelle de l’évêché dédiée à Saint-Sylvestre. Sur les coordonnées stylistiques des consoles, voir également le chapitre II.1.

172 Pardi, « Il restauro... », cit., p. 203-204.

173 Pour cette question, voir ci-dessous.

174 Et contrairement à l’affirmation de R. Bonelli qui indique ce procédé de manière globale pour les trois salles, M1, M2 et N1.

175 Pour un exemple similaire en France à une date voisine, voir Corvisier (C.), « Saint-Laurent-des-Arbres. Église fortifiée, château et tour », dans Congrès archéologique de France, Gard (1999), Paris, 2000, p. 311-337, cf. p. 324 et fig. 10.

176 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 155.

177 Le texte de Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 139-140 est malheureusement peu explicite, mais il semble indiquer que c’est entre autres à cette pièce que l’auteur fait référence quand il indique avoir vu dans le palais deux pièces dotées d’un plafond à caissons peint, dont l’une possédait comme décor des clés en sautoir et des clés en sautoir surmontées du trirègne. Ces ornements, s’ils ne peuvent être confondus avec ceux actuellement visibles sur les murs (absence du trirègne) pourraient avoir repris dans les caissons, que Perali attribuait à l’intervention de Nicolas V, le motif antérieur peint à fresque sur les murs. Les deux plafons à caissons ont de toute façon totalement disparu.

178 Et non d’hermine comme l’affirme Radke, « Medieval frescoes... », cit., p. 28.

179 Rudt de Collenberg cite un des premiers exemples de représentation des clefs placées dans un écu à l’abbaye de Sassovivo, en 1314, et le premier exemple avec les deux clefs d’argent sur champ de gueules dans un manuscrit de la Bibliothèque marcienne de Venise, du début du xive siècle, cf. Rudt de Collenberg (W.), « Héraldique », dans Dictionnaire historique de la papauté, Levillain (Ph.) dir., Paris, 1994, p. 799. L’exemple d’Orvieto est donc contemporain voire antérieur. Voir aussi Bouyé (É.), « Les armoiries pontificales à la fin du xiiie siècle. Construction d’une campagne de communication », dans Médiévales, n°44, printemps 2003, p. 173-198.

180 De manière amusante, on notera que la juxtaposition de la fourrure de vair et du décor héraldique se retrouve dans les mêmes années dans la grande salle du château de Ravel, c’est-à-dire chez le chancelier de Philippe le Bel, Pierre Flotte, un des ennemis jurés de Boniface VIII. Cf. Mérindol (C. de), « Murs et plafons peints à la fin de l’é poque médiévale. L’état de la question et première synthèse », dans Château et société castrale au Moyen Âge, Pastré (J.-M.) dir., Rouen, 1998, p. 79-105, ici p. 87, également pour un exemple de motif de fourrure de vair du xive siècle à Tournus.

181 Signalons que Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 58 reconnaissait déjà le bâtiment comme une chapelle, mais l’attribuati erronément à l’épiscopat de Matteo (12021211).

182 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 155.

183 Voir la partie consacrée aux chapelles dans le chapitre II.3.

184 Et contrairement à ce qui est indiqué par R. Bonelli.

185 R. Bonelli tire argument de l’existence de cette baie pour affirmer que la salle N4 est postérieure à la salle N1, puisque cette fenêtre est placée dans un emplacement intérieur. La démonstration mérite considération, mais, étant donné la forme particulière de cette baie, on peut se demander si elle ne correspond pas à une aération mutuelle des deux salles, prévue dès le départ, alors que la porte qui existait déjà dans le mur nord de la salle M1 suffisait à assurer l’accès de la salle N4.

186 Ce détail a été remarqué à juste titre par Radke, « Medieval frescoes... », cit., p. 31, qui en a déduit une incompatibilité entre les deux salles, mais en inversant leur relation chronologique. Bien entendu, on ne peut pas se baser uniquement sur ce détail (il faudrait déterminer à coup sûr s’il s’agissait d’un ébrasement intérieur ou extérieur de fenêtre, si du moins il ne s’agit pas plutôt d’un simple arc de décharge) pour déterminer la succession des deux bâtiments ; il ne s’agit que d’un argument supplémentaire dans l’ensemble de la démonstration.

187 On retrouve le même dispositif dans la fenêtre nord de la salle M1 (et non dans toutes les autres), ce qui correspond donc probablement à un remaniement de ce côté où la salle est contigüe avec la salle N4, qui fait partie de la même campagne que N1.

188 Cependant, cela supposerait qu’on ait au moins envisagé de couvrir la salle d’une terrasse et non d’une toiture commune avec la salle M1, comme c’est le cas aujourd’hui.

189 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 153.

190 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 171.

191 Ces trois baies, non touchées par la restauration récente, représentent donc un témoignage important sur l’authenticité des restitutions. Plan dans Riccetti, « “...Pro platea jam...” », cit., fig. 31.

192 Ce point a déjà été noté par Radke, « Medieval frescoes... », cit., p. 31, pour distinguer les deux salles. L’autre argument utilisé par Radke, la différence de dessin des archivoltes qui entourent les baies du mur sud de la salle N1 et du mur nord de la salle M1 (ces derniers formant un léger coude entre les baies, les premiers un angle aigu), est probablement valable, mais difficilement utilisable tel quel. Il ne s’agit peut-être que d’une différence superficielle, entraînée par le nombre de fenêtres et donc les largeurs variables des trumeaux. Ainsi, les autres murs de ces mêmes salles présentent d’autres solutions, où les baies sont encore plus distantes les unes des autres et les cordons d’archivolte, en conséquence, encore plus étirés.

193 Au-delà de l’angle nord-est de la salle U, le mur sud qui ferme aujourd’hui la salle N2 est un ajout moderne, que dénonce parfaitement son placage contre les bâtiments antérieurs, sans raccord de maçonnerie. Il date de la même époque que la fermeture de l’espace de l’étage. Originellement l’espace N2 donnait donc accès directe- -ment à la cour située entre M2 et U.

194 C’est bien ce que semble impliquer l’allure de l’angle nord-est au rez-de-chaussée, largement repris lors de la restauration mais qui montre un certain nombre de pierres de taille anciennes.

195 M. T. Gigliozzi n’a fait qu’entrevoir la fonction de cette salle comme loggia, qu’elle suggère une seule fois (Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 157), alors qu’elle pense que la loggia de bénédiction était la loggia tournée vers l’arrière du palais (notre loggia N4).

196 Il ne le dit nulle part clairement dans son texte, mais d’une part l’absence de toute mention de ces constructions indique implicitement qu’il les considérait comme non médiévales ; d’autre part son plan de 1937 publié par Riccetti les traite en grisé, comme par exemple la loggia du xvie siècle.

197 Cf. Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri, cit., p. 206, n. 3.

198 L’inauthenticité de l’événement ne change rien pour nous ; la scène étant censée se dérouler en 1262, la figuration du palais Soliano serait de toute façon anachronique. Voir ailleurs dans ce chapitre sur les rapports présumés entre le miracle de Bolsène et l’architecture d’Orvieto.

199 Ce qu’a fait également Zampi lui-même dans son « Progetto di restauro... » conservé à l’AOPSM.

200 L’arc de celle-ci (ou peut-être même tout l’encadrement) est dû à la restauration de Zampi et a remplacé un simple linteau droit : cf. Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri, cit., fig. 44 et 88.

201 À cet égard, la remarque de M. T. Gigliozzi sur le « mauvais alignement » des baies du rez-de-chaussée traduit une incompréhension des valeurs esthétiques de l’architecture gothique, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 162.

202 Ce dernier point est important, car, malgré le type relativement simple de la baie, qui correspond à une nécessité économique, la multiplication de ses supports est parfaitement en phase avec l’évolution stylistique.

203 Particulièrement restaurée, sauf dans l’écoinçon de l’extrémité droite.

204 Comme dans la corniche du mur nord de la salle M1 du complexe palatial, probablement mise en place lors des travaux de la salle N1.

205 Certes les couleurs ne sont plus visibles, si l’écu a jamais été peint, et, surtout les bandes ondées sont transformées en barres ondées, mais ce genre d’imprécision n’est pas rare dans l’héraldique figurée et l’authenticité du détail est confirmée par un relevé de P. Zampi (Fumi, fig. 6 ; Gigliozzi, qui a remarqué l’écu Caetani, n’en a pas noté l’inversion, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 163). D’autre part, cette imprécision dans les armoiries de Boniface VIII est intéressante : elle correspond peut-être au fait que le bâtiment fut réalisé pour le pape et non par lui, alors que les écus Caetani répandus à Anagni et dans les autres constructions pontificales sont parfaitement exacts. On notera d’ailleurs qu’à la même date (le 4 avril 1297 exactement), le conseil des Sept faisait peindre les armoiries du pape sur la façade du palais du peuple : Orvieto, Archivio di Stato, Rif. 70/II, fol. 22, d’après Riccetti, La città costruita..., cit., p. 195, n. 395 ; voir le texte en appendice.

206 Voir ci-dessus.

207 En réalité, il faudrait préciser que la moitié supérieure de cette partie basse en pierre de taille est due à une restauration, seule la moitié inférieure est originale.

208 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri, cit., fig. 44.

209 R. Bonelli indique qu’il s’agit d’un mur récent.

210 Riccetti, « Ad perscrutandum... », cit., p. 334-335.

211 Orvieto, Archivio dell’Opera del duomo, Camer. 95, fol. 121vo (21 juin 1321), cité par Riccetti, ibid., n. 310, voir texte en appendice.

212 Orvieto, Archivio dell’Opera del duomo, Camer. 100, fol. 294v°(2 juin 1361), cité par Riccetti, ibid., n. 312, voir texte en appendice.

213 Orvieto, Archivio dell’Opera del duomo, Camer. 100, fol. 383v°(29 octobre 1361), payement à 16 manœuvres pour un jour et une nuit de travail, passés à récupérer les objets qui se trouvaient dans le palais lorsque le feu y a pris (par conséquent ils travaillent dans les décombres, un certain temps après l’événement), cité par Riccetti, ibid., n. 312, voir texte en appendice.

214 Riccetti a également suggéré ailleurs que ce four a pu être utilisé en 1325 pour fondre le groupe en bronze placé dans le tympan du portail central ou encore en 1347-1348 pour réaliser les mécanismes de l’horloge ; cf. Riccetti, « La “Loggia del duomo” e i cantieri delle cattedrali », cit., p. 279.

215 Un autre élément est cependant contradictoire avec le sens de la marche des travaux ici postulé. Il s’agit des or nements extérieurs des mêmes baies : seules les deux fenêtres orientales sont dotées d’une rosace centrale, comme on l’a vu plus haut. Les photographies antérieures à la restauration confirment qu’il ne s’agit pas d’un détail créé par les travaux de la fin du xixe siècle ; cf. Fot. naz., Orvieto, Palazzo Soliano, D 11316.

216 De Angelis d’Ossat (G.), « Proporzioni e accorgimenti visuali negli interni », dans Francesco d’Assisi. Chiese e conventi [Exposition. Narni, San Domenico. 1982], Bonelli (R.) dir., Milan, 1982, p. 150-161, notamment p. 153-158.

217 Sur ce dernier point, il semble que l’on puisse ranger dans la même argumentation la position d’Andrews (D.), « Medieval domestic architecture in Northern Lazio », dans Medieval Lazio : Studies in architecture, painting and ceramics, Oxford, 1982, p. 1-121, cf. p. 64, qui considère, avec prudence, que si l’on devait discerner une évolution dans le complexe pontifical, ce serait dans le sens de formes gothiques de plus en plus simplifiées.

218 De même le nombre d’arcs diaphragmes (seulement deux contre quatre pour la salle M1, qui possède à peu près le même volume que la salle N1 !) ne représente pas une simplification due à l’assurance croissante des constructeurs, mais bien une audace injustifiée, lors d’une période d’expérimentation.

219 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 169.

220 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., respectivement p. 157 et p. 162. Elle affirme même qu’il existe une continuité complète des corniches, ce qui est une contre-vérité.

221 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 170.

222 Voir plus haut.

223 Sous Urbain IV, Giacomo Rosso de Parme et Bonifacio da Canossa (1262-1264) ; dans la période suivante, le capitaine du peuple Lambertino da Bologna (1265), le podestat Filippo da Bologna (1267), Enrico da Milano (1270) et Giacomo Confalonieri de Plaisance (1272-1273), cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 166-167.

224 Voir chap. II.4.

225 Sur ce contexte général, cf. Waley (D.), Mediaeval Orvieto. The political history of an Italian city-state. 1157-1334, Cambridge, 1952, chap. IX, notamment p. 55-58.

226 En outre, cette aversion prenait sa source dans les rapports déjà tendus qu’avait entretenus la ville avec le précédent pape français, Urbain IV, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., n. 36 p. 175.

227 Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri, cit.,..., p. 28-31.

228 Riccetti, « Ad perscrutandum... », cit., p. 254 et n. 24.

229 Mais ils ne seront bâtis concrètement que vers 1300. Cf. Orvieto : il palazzo del popolo e i suoi restauri, cit., p. 36.

230 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 142-143 et p. 171.

231 Nicolas IV reprend en quelque sorte la politique autoritaire de Martin IV, mais avec beaucoup plus d’habileté dans les formes. Rappelons par exemple qu’un an environ avant de séjourner à Orvieto, il concédait à la ville une exemption de péage pour ses marchands circulant par Montefiascone, ce qui constituait peut-être une première approche pour se gagner les faveurs d’une future ville de résidence, Registres de Nicolas IV, no 777.

232 Il faut rappeler que dans son intervention suivante Radke est revenu beaucoup plus près de la chronologie de Bonelli, tout en attribuant les salles M1 et M2 à Grégoire X.

233 À moins qu’on n’estime le décor de cette porte totalement différent de celui du reste de la salle M1. Mais, comme on l’a vu, l’ensemble des peintures de M1 présente de telles variations qu’on ne peut avancer aucun jugement radical en ce sens.

234 Radke, « Medieval frescoes... », cit., p. 33.

235 Pardi, « Il restauro... », cit., p. 205.

236 L’accord secret entre le futur Boniface VIII et Orvieto a été découvert par Waley, cf. Waley (D.), « Boniface VIII and the commune of Orvieto », dans Transactions of the royal historical society, t. 32, 1950, p. 121-139. Voir aussi Waley, Mediaeval Orvieto..., cit., p. 60-66 ; Herde (P.), « Das Kardinalskollegium und der Feldzug von Orvieto im Val del Lago (1294) », dans Römische Kurie, Kirchliche Finanzen, Vatikanisches Archiv, Studien zu Ehren von Hermann Hoberg, Gatz (E.) dir., t. I, Rome, 1979, p. 325-375, qui a éclairé la question par le biais de nouveaux documents inédits ; résumé dans Carocci (S.), Il nepotismo nel Medioevo. Papi, cardinali e famiglie nobili, Rome, 1999, p. 134.

237 L’article de Herde porte précisément sur le déroulement de cette mission : on voit les émissaires des cardinaux courir à bride abattue d’une ville à l’autre pour tenter de les convaincre de prendre le parti de la curie, mais beaucoup de cités se font prier et temporisent, pour ne pas s’engager contre la puissante Orvieto.

238 Sur les accords officiels de Viterbe et Pérouse, cf. chap. II.4.

239 Éditée par Luzi (L.), Il duomo di Orvieto, Florence, 1866, p. 324 ; cf. Registres de Boniface VIII, n°2207. La concession des revenus sera renouvelée pour cinq autres années en 1302.

240 Della Valle (G.), Storia del duomo di Orvieto, 2 vol., Rome, 1791, cf. vol. 1, p. 100 et édition p. 249 ; cf. Registres de Boniface VIII, n°2208.

241 Ce faisant, la papauté donnait en outre à la commune une nouvelle emprise sur le chantier de la cathédrale, ce qui explique les nombreuses solutions de continuité dans la gestion du chantier comme dans les orientations stylistiques entre la nef et la façade ; cf. Pichler (W.), « Der Dom von Orvieto als Residenz und Reliquiar... », cit., passim et p. 155 pour la mise en relation de ce tournant avec le traité de paix entre Orvieto et Boniface VIII.

242 Dottarelli (C.), Storia di Bolsena..., Orvieto, 1928, p. 167 ; Satolli (A.), « L’iconografia araldica dei Monaldeschi e le ceramiche della rocca di Bolsena », dans I Monaldeschi nella storia della Tuscia. Atti della giornata di studio (Bolsena, 24 giugno 1994), Bolsène, 1995, p. 113-160, cf. p. 151-152 ; Un museo e il suo territorio. Il museo territoriale del Lago di Bolsena, t. 2, Dal periodo romano all’era moderna, Tamburini (P.) dir., Bolsène, 2001, p. 65.

243 Parmi les fonctions qui illustrent cette osmose totale entre le cardinal et son maître, rappelons que c’est à lui que Boniface VIII confia la tâche de surveiller Célestin V après son abdication et, après son décès, de pourvoir à sa sépulture ; c’est à lui également qu’il confia le soin de raser au sol Palestrina, après sa conquête sur les Colonna, puis qu’il confia l’évêché de la nouvelle ville fondée pour la remplacer, « Civitas papalis » (de 1299 à la mort du cardinal en 1306).

244 Par ailleurs, après la conquête de la ville par Orvieto, la charge de podestat de Bolsène fut confiée à un membre de la famille du cardinal, Vanni della Greca, ce qui ne pouvait que renforcer l’idée d’une mainmise conjointe des Orviétains et du pouvoir pontifical sur la ville. Il faut rappeler cependant que les Ranieri d’Orvieto possédaient des droits sur le château de Bolsène dès 1287, cf. Dottarelli, Storia di Bolsena..., cit., p. 124.

245 Cf. Satolli, « L’iconografia araldica dei Monaldeschi... », cit., fig. 43. On rencontre les armoiries des Ranieri sur de nombreux supports : on peut citer une coupe à deux anses, deux fragments d’écuelle, deux cruches et une pierre tombale (cf. Un museo e il suo territorio..., cit., t. 2, p.88 et 107 et Oltre il frammento. Forme e decori della maiolica medievale orvietana... [Exposition. Rome, Museo nazionale del Palazzo di Venezia. 2001-2002], p. 60 n°20). On voit également deux écus aux armes des Ranieri sur la façade de Saint-André d’Orvieto, le sanctuaire « civique » par excellence de la ville, situé au cœur de la cité, à côté du palais communal. Comme le reste de l’église, la façade a été radicalement restaurée, entre 1926 et 1930, par Gustavo Giovannoni, qui y a également introduit des écus armoriés récents. Cependant les armoiries des Ranieri semblent parfaitement authentiques et le cardinal Teodorico fut prieur de Saint-André, ce qui pourrait avoir été une des occasions d’y apposer les armoiries de la famille, cf. Satolli, « L’iconografia araldica dei Monaldeschi... », cit., ibid. et fig. 44. On notera par ailleurs que les armoiries Ranieri se trouvent associées à celles des Caetani à deux reprises au moins, dans les deux cas dans un écu coupé où les premières sont en pointe et les secondes en chef. On aimerait voir dans cette association un hommage du cardinal au pontife. Ces armoiries se trouvent sur une cruche du musée du Palais de Venise (cf. Oltre il frammento. Forme e decori della maiolica medievale orvietana..., cit., ibid. ; les armoiries de la partie basse avaient été également attribuées de manière interrogative à la famille Costanzi par Mazzucato O., L’araldica nella maiolica laziale, XIII-XVIII sec., Rome, 1977, p. 26, n°21 et pl. XVI, n°21) et dans un relief inédit du palais pontifical de Viterbe.

246 Il faut noter que les fenêtres du premier étage semblent avoir été restaurées, si l’on compare le dessin actuel avec un dessin de Seroux d’Agincourt de 1780, à la Bibliothèque vaticane, cf. Satolli, « L’iconografia araldica dei Monaldeschi... », cit., fig. 42. Le second étage et ses ouvertures ont en tout cas été remaniés.

247 À ce propos, je ne vois pas à quel titre on peut parler d’influence de modèles siennois, même simplifiés, sur le palais Soliano, comme le suggère Perali, Orvieto. Note storiche..., cit., p. 83. M. T. Gigliozzi reprend l’idée sur la base de la présence de Siennois dans les équipes actives sur le chantier de la cathédrale (le problème étant d’ailleurs infiniment complexe), cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 138.

248 Sauf par Gigliozzi qui semble donner la référence du document d’après l’original, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 174 n. 20. Mais sa référence reprend en fait celle de Fumi, qui est contradictoire, comme on l’a dit ci-dessus. L’original n’a donc pas été vu depuis le temps de Fumi.

249 Indiqué erronément par Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 174 n. 20 comme étant dans Rif. 72/III.

250 Indiqué erronément par Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 174 n. 20 comme étant dans Rif. 72/III.

Table des illustrations

Légende Fig. 29 – Orvieto, complexe pontifical, plan de situation et principales campagnes. Fond de plan d’après Bonelli (R.), Il Duomo di Orvieto e l’architettura italiana del Duecento Trecento, Roma, 1972, p. 75. U. Grande salle d’Urbain IV. M1. Grande salle de Martin IV. M2. Chapelle. N1. Grande salle de Nicolas IV. N2. Loggia vers la place. N3. Escalier. N4. Loggia vers le jardin. B. Palais Soliano (grande salle de Boniface VIII).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 689k
Légende Fig. 30 – Orvieto, palais épiscopal et complexe pontifical, plan. D’après Bonelli (R.), juillet 1937, publié par Riccetti (L.), « Pro Platea... », fig. 27 (la légende donnée ici correspond à l’article de R. Bonelli de 1939). A (rez-de-chaussée) : 1ère moitié du xiie siècle ; B : 1178-1202 ; B1 : salle « Mgr Francesco Pieri », v. 1225-1230 ; C (1er étage de A) : v. 1225-1230.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Fig. 31 – Orvieto, complexe pontifical, salle N1, façade ouest partiellement aveuglée par la bibliothèque épiscopale.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig. 32 – Orvieto, complexe pontifical, plan du 1er étage avant restauration. D’après Valentino (D. A.), « Il restauro del palazzo papale di Orvieto », fig. 4.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 653k
Légende Fig. 33 – Orvieto, complexe pontifical, salle N1, façade est, baie donnant sur la loggia N4.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Légende Fig. 34 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, façade sud, baie.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 35 – Orvieto, complexe pontifical, salle M2, façade ouest, baie.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Fig. 36 – Orvieto, palais Soliano, rez-de-chaussée après et avant restauration. P. Zampi, publié par Satolli (A.), Orvieto : il palazzo del popolo..., fig. 84-85.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 721k
Légende Fig. 37 – Orvieto, palais Soliano, coupe transversale et façade occidentale avant restauration. P. Zampi, publié par Satolli (A.), Orvieto : il palazzo del popolo..., fig. 86.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 38 – Orvieto, palais Soliano, coupe transversale et façade occidentale, projet de restauration. P. Zampi, publié par Satolli (A.), Orvieto : il palazzo del popolo..., fig. 87.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig. 39 – Orvieto, palais Soliano, coupe longitudinale avant restauration. P. Zampi, publié par Satolli (A.), Orvieto : il palazzo del popolo..., fig. 88.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 40 – Orvieto, palais Soliano, vue d’ensemble, avant restauration et projet de restauration. P. Zampi, « Progetto di restauro del palazzo Soliano », AOPSM.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 41 – Orvieto, palais Soliano, 1er étage, projet de décor.P. Zampi, « Progetto di restauro del palazzo Soliano »,AOPSM.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 614k
Légende Fig. 42 – Orvieto, complexe pontifical, salle N2, façade sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Légende Fig. 43 – Orvieto, complexe pontifical, plan du rez-de-chaussée. D’après Valentino (D. A.), « Il restauro del palazzo papale di Orvieto », fig. 2 (en gras, corrections et ajouts). U. Grande salle d’Urbain IV. M1. Grande salle de Martin IV. M2. Chapelle. N1. Grande salle de Nicolas IV. N2. Loggia vers la place. N3. Escalier. N4. Loggia vers le jardin.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 787k
Légende Fig. 44 – Orvieto, complexe pontifical, plan du 1er étage. D’après Valentino (D. A.), « Il restauro del palazzo papale di Orvieto », fig. 3 (en gras, corrections et ajouts). U. Grande salle d’Urbain IV. M1. Grande salle de Martin IV. M2. Chapelle. N1. Grande salle de Nicolas IV. N2. Loggia vers la place. N3. Escalier. N4. Loggia vers le jardin.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 855k
Légende Fig. 45 – Orvieto, complexe pontifical, salle U, façade ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 46 – Orvieto, complexe pontifical, coupe longitudinale avec, du nord au sud, la loggia N4, la grande salle M1 et la chapelle M2. Bonelli (R.), Soprint. BAAAS Umbria, AS, carton T23, fasc. 13.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Légende Fig. 47 – Orvieto, complexe pontifical, coupe transversale avec, d’est en ouest, les grandes salles M1 et N1. Bonelli (R.), Soprint. BAAAS Umbria, AS, carton T23, fasc. 13.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 719k
Légende Fig. 48 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, porte 1.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Fig. 49 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, baie 2.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 50 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, baie 6.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Légende Fig. 51 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, baie 8.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Légende Fig. 52 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, baie 9.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Fig. 53 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, baie 9.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Légende Fig. 54 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, baie 12.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Fig. 55 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, arc-diaphragme.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Fig. 56 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, cul-de-lampe.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Légende Fig. 57 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, mur nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Légende Fig. 58 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, arcs-rampants contre le mur ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Légende Fig. 59 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, arc-rampant contre le mur sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende Fig. 60 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, arcs-rampants contre le mur ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Fig. 61 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, arc-rampant contre le mur sud, cul-de-lampe.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 62 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, arc-rampant contre le mur sud (extérieur).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 677k
Légende Fig. 63 – Orvieto, complexe pontifical, salle M1, arc-rampant contre le mur sud, détail des culs-de-lampe et des consoles figurées.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 64 – Orvieto, complexe pontifical, salle M2, façades sud et est (à l’arrière-plan, à gauche la salle U, à droite la salle M1).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 65 – Orvieto, complexe pontifical, salle M2, rez-de-chaussée, niche.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 66 – Orvieto, complexe pontifical, salle M2, façade sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 67 – Orvieto, complexe pontifical, salle M2, décor de vair sur la porte d’accès.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 68 – Orvieto, complexe pontifical, salle M2, voûtement.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende Fig. 69 – Orvieto, complexe pontifical, salle M2, cul-de-lampe.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 70 – Orvieto, complexe pontifical, salle N1, vue vers le sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Légende Fig. 71 – Orvieto, complexe pontifical, salle N1, cul-de-lampe.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 659k
Légende Fig. 72 – Orvieto, complexe pontifical, salle N1, arcs-diaphragmes.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Légende Fig. 73 – Orvieto, complexe pontifical, salle U, façade nord, rez-de-chaussée, arcade bouchée et occultée par le pilier de la salle N2.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Légende Fig. 74 – Orvieto, complexe pontifical, salle N2, rez-de-chaussée, voûtement.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Légende Fig. 75 – Orvieto, complexe pontifical, escalier N3 et salle N2.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Légende Fig. 76 – Orvieto, complexe pontifical, salle N4, vue de l’est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig. 77 – Orvieto, palais Soliano, vu du nord-ouest (à gauche, extrémité de la façade de la cathédrale).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 78 – Orvieto, palais Soliano, détail du parement.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Légende Fig. 79 – Orvieto, cathédrale, chapelle du Corporal, fresque d’Ugolino di Prete Ilario, « L’Ostension du Corpo-ral par le pape Urbain IV ».
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Fig. 80 – Orvieto, palais Soliano, façade nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 81 – Orvieto, palais Soliano, façade nord, baies.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 82 – Orvieto, palais Soliano, escalier.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Légende Fig. 83 – Orvieto, palais Soliano, loggia.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Fig. 84 – Orvieto, palais Soliano, façade ouest, baie, détail.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Légende Fig. 85 – Orvieto, palais Soliano, façade sud, baie.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Fig. 86 – Orvieto, palais Soliano, façade sud, extrémité est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Légende Fig. 87 – Orvieto, palais Soliano, angle sud-est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Légende Fig. 88 – Orvieto, palais Soliano, angle nord-est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Légende Fig. 89 – Orvieto, palais Soliano, rez-de-chaussée, baie.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Légende Fig. 90 – Orvieto, palais Soliano, rez-de-chaussée, mur sud, baie de la dernière travée vers l’est.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 91 – Orvieto, palais Soliano, grande salle haute.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende Fig. 92 – Orvieto, palais du Peuple.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/173/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540