Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la « Cité de Dieu » au « Palais du Pape »

 | 
Pierre-Yves Le Pogam

Première partie. Les monuments

Chapitre préliminaire. Le Latran, le Vatican, Viterbe

Texte intégral

I–LE PALAIS DU LATRAN

1Résidence officielle de l’évêque de Rome si ce n’est depuis Constantin au moins depuis des temps très anciens, le Latran bénéficiait déjà de dix siècles d’existence au xiiie siècle, ce qui signifie un millénaire de constructions, restaurations et remaniements continuels (fig. 1). Malgré son importance historique essentielle, nous connaissons mal le complexe, car son étude ne peut être fondée que sur des sources écrites, assez peu nombreuses et difficiles à interpréter, et sur une poignée de représentations. Le bâtiment a disparu presque totalement lors de la reconstruction ordonnée par Sixte-Quint (1585-1590), à l’exception de la chapelle du Sancta Sanctorum et de quelques fragments du décor, restaurés voire refaits et remontés hors de leur position originelle (mosaïque du triclinium de Léon III, fresque de la loggia de Boniface VIII). Cette situation paradoxale explique la fascination constante du palais pour les historiens comme pour les historiens de l’art, mais aussi l’absence presque totale d’études, après la thèse magistrale de Philippe Lauer. Cette dernière, vieille d’un siècle désormais, ne peut probablement plus suffire et a été dépassée sur tel ou tel point ; mais personne n’a repris le sujet dans son ensemble. On n’ose plus aujourd’hui aborder de front les innombrables problèmes (topographie, analyse monumentale, étude des sources) sur une douzaine de siècles. Je ne pourrai pas faire mieux et propose seulement de dresser un bilan qui permette de comprendre comment se présentait le palais vers le milieu du xiiie siècle et quel modèle il offrait à l’architecture pontificale ; d’autre part, j’aborderai plus en détail les mutations subies dans la seconde moitié du siècle et les constructions qui furent réalisées alors.

1. Historiographie

  • 1 L’une et l’autre sont éditées par Lauer (P.), Le palais de Latran. Étude historique et archéologiq (...)
  • 2 Lauer, Le palais de Latran..., cit., p. 311. La description et le plan pourraient avoir été suscit (...)
  • 3 Luchterhand (M.), « Päpstlicher Palastbaus und höfisches Zeremoniell unter Leo III. », dans 799. K (...)
  • 4 Severano (G.), Memorie sacre delle sette chiese di Roma, Rome, 1630 (avec un plan de F. Contini) ; (...)
  • 5 Selon Severano, le plan de F. Contini a été levé d’après les vestiges du palais, le plan de Bufali (...)
  • 6 Berlin, Staatliche Museen, Kupferstichkabinett, inv. 79D2A, fol. 71 et 12.
  • 7 Mitchell (C.), « The Lateran fresco of Boniface VIII », dans Journal of the Warburg and Courtauld (...)

2Deux descriptions du palais furent rédigées avant la destruction de Sixte-Quint, l’une par Jean Diacre au xiie siècle, l’autre par Onofrio Panvinio en 15621. Malheureusement, la première est souvent difficile à utiliser dans une perspective topographique moderne. Quant à la seconde, plus précise, elle est dépourvue d’un plan qui permettrait de confronter les données de Panvinio avec les données topographiques. Lauer a retrouvé aux archives capitulaires du Latran un plan manuscrit dont il pensait qu’il était celui projeté par Panvinio pour accompagner sa publication2. Mais Luchterhand a récemment proposé, de manière convaincante, d’y voir plutôt un plan créé en 1585-1586, peu avant la destruction du palais et par l’auteur de cette dernière, Domenico Fontana3. L’historiographie moderne du palais commence le jour de sa démolition. Une fois la destruction perpétrée, des ecclésiastiques s’attachent à en perpétuer le souvenir4. L’un des principaux intérêts de cette littérature repose sur les plans et représentations du palais ; mais ils furent dressés seulement après la démolition. Le plan le plus ancien après celui des archives capitulaires du Latran est celui publié dans Severano en 1630 (dû à Francesco Contini5), puis vient celui de Rasponi de 1656 (celui de Ciampini de 1693, trop souvent utilisé depuis que Lauer s’en est servi comme base de travail, n’est que la reprise simplifiée et parfois erronée du précédent). Les restitutions proposées par Rasponi (dont le front septentrional du palais) sont à utiliser avec beaucoup de précaution. Les vues antérieures à la démolition sont au contraire essentielles et ont été maintes fois reproduites et commentées. Mais leur nombre est infime et concerne essentiellement la face extérieure du palais, du côté nord, celle qui était accessible à tout le monde (à part un dessin du xviie siècle attribué à Johann Glauber). Il s’agit d’abord d’un détail d’une fresque de Filippino Lippi à SainteMarie-sur-la-Minerve (chapelle Carafa), qui montre la partie ouest de cette façade, avec l’entrée principale du palais et la statue de Marc Aurèle. On trouve ensuite deux dessins de Maarten Van Heemskerck, datés des années 1530, qui montrent toujours la face nord, l’un la moitié orientale, avec l’entrée du palais (fig. 2), l’autre la moitié occidentale, avec notamment la loggia de Boniface VIII (fig. 3)6. Dans une fresque du Salone Sistino de la Bibliothèque vaticane, on trouve une vue de la même face qui représente une étape ultérieure, marquée par quelques travaux exécutés par Pie IV dans les années 15607. Enfin une gravure de L. Rouhier (insérée dans l’ouvrage de Severano mais datant du xvie siècle) semble être une reproduction de la fresque du Vatican, tandis que celles des ouvrages de Rasponi et Ciampini s’en inspirent plus lointainement.

Fig. 1 – Rome, palais du Latran, plan et axonométrie restitués. D’après Luchterhand (M.), « Päpstlicher Palastbaus... ». Plan et axonométrie du Patriarchium après les interventions de Léon III (795-816). A. Sancta Sanctorum ; B. Atrium ; C. Constructions placées transversalement ; D. Tours ; E. Triclinium maius ; F, G. Vestibules ; H. Couloir principal ; I. Construction allongée ; K. Escalier du Palais ; L. Chapelle de Saint-Sylvestre ; M. Construction à tour ; N. Aula concili ; O. Loggia des bénédictions ; P. Chapelle de Saint-Nicolas ; Q. Pièces de la résidence privée du pape.

  • 8 Rohault de Fleury (G.), Le Latran au Moyen Âge, Paris, 1877.
  • 9 «...quando Laterano a le cose mortali andò di sopra... ».
  • 10 Rohault de Fleury, Le Latran..., cit., p. 190.
  • 11 L’œuvre a été restaurée en 1994-1995, cf. Mercalli (M.), « Il plastico del complesso lateranense n (...)
  • 12 La notice de Mariano Delle Rose décrit très bien la maquette dans tous ses détails ainsi que le de (...)
  • 13 Lauer (P.), « Le plus ancien compte concernant le Latran (1285) », dans MÉFR, t. 19, 1899, p. 3-7.
  • 14 Lauer (P.), « Les fouilles du Sancta Sanctorum au Latran », dans MÉFR, t. 20, 1900, p. 251-287.
  • 15 Lauer, Le palais de Latran..., cit.
  • 16 Krautheimer (R.), Rome, portrait d’une ville, 312-1308, Paris, 1999, passim.

3La fin du xixe siècle a marqué une nouvelle étape dans la connaissance du palais. En 1877, l’architecte Georges Rohault de Fleury consacrait un gros volume au Latran, dans lequel il donnait du complexe une vision souvent approximative et fantaisiste, tant dans son texte que dans les illustrations (plans et surtout reconstitutions graphiques)8. Est symptomatique la façon dont il utilise la citation de Dante placée en exergue du présent travail9. Alors que l’exégèse de la Divine Comédie a constamment vu dans ces vers l’expression d’un reproche envers l’ambition démesurée des papes et l’aberration que constituait leur pouvoir temporel, Rohault utilise le passage comme si le poète avait simplement exprimé son admiration pour le palais10. Quant à l’aspect graphique de l’ouvrage, il faut souligner à ce propos que la maquette d’Adolfo Consolani conservée au Museo di Roma (Palazzo Braschi), de 1911, est inspirée uniquement des recherches de Rohault de Fleury et n’a pu se prévaloir des analyses de Lauer, parues la même année11. Elle n’est au fond que la transcription en trois dimensions de la vue à vol d’oiseau donnée par Rohault et est donc assez peu crédible12. Rohault était profondément catholique et dévoué à la cause pontificale, tout comme l’avait été son père, Charles Rohault de Fleury, lui aussi architecte. Comme l’implique la date de la publication, son travail s’inscrit dans le contexte du rattachement de Rome au royaume d’Italie et de la fin du pouvoir temporel de la papauté – un pouvoir que le Latran avait symbolisé pendant des siècles. Il s’agit donc d’une œuvre sinon de propagande, du moins d’exaltation des gloires du passé. Malgré tout, l’architecte français suscita un nouvel intérêt pour le Latran et rassembla une abondante documentation. Une génération plus tard, Philippe Lauer renouvela profondément la connaissance du palais. Élève de l’École française de Rome (1898-1900), il unit la publication de sources inédites (la portion du compte de l’aumônerie d’Honorius IV concernant le Latran13), l’enquête archéologique (les sous-sols du Sancta Sanctorum14) et une vision d’ensemble de la documentation disponible. Sa maîtrise de la topographie, des sources écrites et figurées et des bâtiments encore debout lui permit d’aboutir à une thèse magistrale15. Celle-ci reste encore le guide indispensable pour tout travail sur le Latran et, malgré les critiques émises sur des points de détail, la plupart de ses conclusions restent valables. Si l’on osait le lui reprocher, son seul tort fut peut-être de geler les recherches ultérieures, qui n’osèrent pas se confronter avec une œuvre aussi monumentale. Après Lauer, Seul Richard Krautheimer a donné, bien plus récemment, une vision nouvelle, mais seulement dans le cadre de son ouvrage d’ensemble sur la Rome médiévale16.

Fig. 2 – Maarten van Heemskerck, Vue du Latran, dessin, Berlin, Kupferstichkabinett, inv. 79D2A, fol. 71.

Fig. 3 – Maarten van Heemskerck, Vue du Latran, dessin, Berlin, Kupferstichkabinett, inv. 79D2A, fol. 12.

  • 17 Il palazzo apostolico Lateranense, Pietrangeli (C.) dir., Rome, 1991.
  • 18 Sur la topographie de la zone à l’époque classique et tardo-antique, la recherche est restée const (...)
  • 19 Miller (M. C.), The bishop’s palace. Architecture and authority in medieval Italy, Ithaca (N.Y.), (...)
  • 20 Je donne ici la liste des intervenants et le titre des communications, qui devraient paraître dans (...)
  • 21 Gigliozzi (M. T.), I palazzi del papa..., Rome, 2003, chap. 2.

4D’autres auteurs ont enquêté ensuite sur telle ou telle partie du Latran, et on les citera au lieu approprié, mais aucun ouvrage de synthèse n’est paru, sauf un volume collectif en 199117. Récemment, les recherches ont connu un nouvel élan, notamment sur les phases les plus hautes, de l’antiquité classique jusqu’au haut Moyen Âge18. La thèse de Maureen Miller sur les palais épiscopaux italiens consacre une grande place au Latran, à titre comparatif et comme référence, essentiellement pour la période antérieure à l’an mille19. Il en va de même pour la journée d’étude thématique consacrée au « patriarchium », organisée par Paolo Liverani et Federico Guidobaldi et tenue à l’École française de Rome (10 mai 2001). Elle a montré l’importance de ce renouveau et confirmé que ses perspectives étaient tournées avant tout vers les époques les plus hautes, comme le montre le titre choisi pour la manifestation, « patriarchium » et non « palais » du Latran20. Enfin, un chapitre de l’ouvrage récent de Maria Teresa Gigliozzi est dédié aux résidences romaines, à savoir pour elle uniquement le Latran et le Vatican21.

Les sources figurées

  • 22 Gardner (J.), « Päpstliche Träume und Palastmalereien », dans Träume im Mittelalter..., Paravicini (...)
  • 23 Bertelli (C.), « Römische Träume », dans Träume im Mittelalter..., Paravicini Bagliani (A.) et Sta (...)
  • 24 La mosaïque est totalement ruinée aujourd’hui. Déjà la photographie prise par Cellini vers 1950 ne (...)
  • 25 Cité d’après Bertelli, « Römische Träume », cit., p. 105. Si cette identification est juste, elle (...)

5Étant donné que les principales contributions sur le palais n’ont pas accordé beaucoup de place à ce type d’information, on consacrera quelques lignes à les rappeler. Parmi les images du xiiie siècle, il faut mentionner en premier lieu les nombreuses représentations du palais du Latran, notamment celles de la chambre du pape, induites par la scène du songe d’Innocent III. Le fait découle de l’importance décisive pour les franciscains de cet épisode de la vie de saint François, où Innocent III voit en songe le « Poverello », qu’il ne connaît pas encore, soutenir le palais chancelant du Latran, métaphore de l’Église prête à s’effondrer qui va être secourue par le nouvel ordre religieux. Rien ne le dit explicitement dans les sources, mais on pouvait à bon droit supposer que le songe d’Innocent III avait eu lieu dans le palais même qui apparaît dans son rêve, le Latran22. Par conséquent, la chambre du pape qui est représentée dans l’épisode du songe du pontife serait la chambre du Latran. Toutes les images ne sont pas de la même utilité. Carlo Bertelli pense que dans la fresque d’Assise illustrant le songe d’Innocent III, l’espace où dort le pontife est montré de manière symbolique alors que la basilique soutenue par saint François correspond bien à la façade médiévale de l’église du Latran23. Cette figuration symbolique du palais remonterait à un modèle précis dont on retrouve l’écho dans une fresque du porche de Saint-Laurent-hors-les-Murs et dans un détail du panneau représentant saint Dominique et des épisodes de sa vie au musée de Capodimonte de Naples (dans la scène parallèle du rêve d’Innocent III concernant cette fois le fondateur des frères prêcheurs). En revanche, le palais autrefois visible sur le côté du « cavetto » de la façade de Sainte-Marie-in-Aracœli fournirait une représentation fidèle du monument médiéval24. On peut se demander toutefois si les différences entre les deux images ne tiennent pas à la nature de l’espace représenté. À Assise et dans les autres exemples cités par Carlo Bertelli, nous ne voyons pas le palais et encore moins sa façade, mais la chambre du pontife au Latran. La vision qui en est donnée par le peintre est probablement approximative, mais elle n’est peut-être pas si éloignée de la réalité qu’on l’a dit. Outre l’épisode du rêve d’Innocent III, d’autres fresques de l’église supérieure d’Assise se déroulent dans un palais pontifical qui est censé être le Latran. Dans la confirmation par Innocent III de la règle écrite par saint François pour ses compagnons, la scène se déroule dans une salle où le pontife et ses collaborateurs sont juchés sur une petite estrade, le pape lui-même étant surélevé par quelques marches supplémentaires. La partie haute des murs, décorés de tentures, est scandée par une série de consoles très saillantes portant des petits berceaux parallèles. Dans le sermon de saint François devant Honorius III, des colonnes engagées scandent les parois, percées de baies géminées surmontées d’un petit oculus et trois croisées d’ogives constituent le voûtement de la salle. Toute l’architecture est donc nettement gothique. Dans ces deux scènes comme pour la chambre d’Innocent III, il est difficile de décider si les détails architecturaux sont dûs à la seule fantaisie du peintre ou bien si ce dernier a pu s’inspirer de dispositions réelles. L’impression d’étrangeté peut provenir notamment du fait que les salles sont montrées ouvertes grâce à la disparition d’une paroi latérale, ce qui tend à rendre invraisemblable des structures normales. Une autre scène figurée pourrait receler une image du Latran. Dans les mosaïques de la façade de Sainte-Marie-Majeure, l’épisode où le pape Libère reçoit le patricien Jean qui lui rapporte son rêve (semblable à celui qu’a eu le pontife la même nuit) se déroule dans une grande salle dotée d’absides, couverte de voûtes d’ogives peintes en bleu avec des étoiles d’or. Selon Carlo Cecchelli, il pourrait s’agir de la grande salle du Concile du Latran, telle qu’elle se présentait après la reconstruction qui suivit l’incendie de 130825. Cette étape du palais ne nous concerne donc pas directement, mais elle nous rappelle que l’apparence du bâtiment ne fut pas figée après la césure de 1304.

2. Historique

Le haut Moyen Âge

  • 26 Miller, The bishop’s palace..., cit., p. 274-276.
  • 27 Boureau (A.), La papesse Jeanne, Paris, 1993 (1ère éd., Paris, 1988), p. 77-82.

6L’histoire de la résidence depuis ses origines jusqu’au xe siècle peut être divisée en grandes périodes, marquées chacune par l’emploi d’un mot différent pour qualifier le complexe. Cette évolution a été récemment retracée dans le détail par Maureen Miller26. Elle montre que les appellations du Latran ont reflété l’évolution générale des demeures épiscopales jusqu’au viie siècle, puis ont suivi un schéma indépendant qui correspond à l’affirmation de la primauté du siège pétrinien. La première référence au Latran sous le pape Vigile (537-555) ne distingue pas la cathédrale et la résidence, toutes deux désignées comme « Lateranus ». À partir de 640 jusqu’à la fin du viie siècle, c’est le terme « episcopium » qui est utilisé. Sous Serge Ier (687-701), apparaît le terme de « patriarchium » qui dénote probablement l’autonomie du siège romain par rapport au patriarcat de Constantinople et supplante le précédent. À la même époque remonte d’ailleurs la cérémonie de la prise de possession de la résidence par son titulaire, appelée alors « introductio » et que l’on désignera plus tard sous le nom de « possessio »27.

  • 28 Krautheimer, Rome, portrait d’une ville..., cit., p. 262-264 et p. 319.
  • 29 Voir plus bas.
  • 30 Duchesne (Mgr L.), Le Liber pontificalis, Paris, 18861892, t. I, p. 432.
  • 31 Sur la première, cf. La galleria delle carte geografiche in Vaticano, Gambi (L.) et Pinelli (A.) d (...)

7Le milieu du viiie siècle semble introduire dans une nouvelle phase de l’histoire du palais, en lien avec le pontificat de Zacharie (741-752) qui forme comme une sorte de trait d’union entre deux périodes. D’un côté, son règne présage l’union future de la papauté et de la dynastie pippinide pour éloigner la menace lombarde (Zacharie légitime le coup d’État de Pépin le Bref qui abandonne le titre de maire du palais pour s’emparer de la couronne royale franque, en déposant le dernier mérovingien). Mais le pontife, qui est le dernier pape d’origine grecque, est aussi en bons termes avec l’empereur byzantin, malgré leur totale opposition idéologique (on est au cœur de la crise iconoclaste). Par conséquent, les constructions qu’il élève au Latran doivent être vues essentiellement comme une affirmation de l’émulation avec Constantinople28. Les bâtiments et les décors réalisés par Zacharie ont disparu complètement, à moins que l’on identifie certains restes englobés dans les substructions de la Scala Sancta avec le portique et la tour mentionnés dans sa biographie29. Quoi qu’il en soit, la description du « Liber pontificalis » confère à cette tour un intérêt extraordinaire : « Et per ascendentes scalas in superioribus super eandem turrem triclinium et cancellos aereos construxit. Ubi et orbis terrarum descriptionem depinxit... »30. Il y a là un précédent au thème des loggias et de la tour-« studium » de Jean XXI à Viterbe, où la position en hauteur coïncide avec la maîtrise du savoir et de l’espace (ici le ciel étoilé, là la terre habitée). Plus lointainement, la tour de Zacharie annonce aussi la construction de la galerie des Cartes et de la tour des Vents au Vatican, par Grégoire XVI, où la cosmographie sera à nouveau l’expression du pouvoir universel des papes, en des lieux surélevés31.

  • 32 Herklotz (I.), Gli eredi di Costantino. Il papato, il Laterano e la propaganda visiva nel xii seco (...)
  • 33 Herklotz (I.), « Der Campus Lateranensis im Mittelalter », dans Römisches Jahrbuch für Kunstgeschi (...)
  • 34 Herklotz, « Der Campus Lateranensis... », cit., p. 34. Voir en dernier lieu Rebaudo (L.), « Le ant (...)
  • 35 Lauer, Le palais de Latran..., cit., p. 119.
  • 36 Sur la phase carolingienne du Latran, voir désormais Luchterhand, « Päpstlicher Palastbaus... », c (...)

8À la fin du viiie siècle, le titre « palatium » est employé dans la Donation de Constantin. Au cours du ixe siècle il devient courant et remplace le terme de « patriarchium ». Dès son premier emploi, son lien avec les revendications temporelles de la papauté apparaît de manière évidente. C’est d’ailleurs dans le texte de la Donation de Constantin qu’apparaît pour la première fois l’idée que le palais a été donné par Constantin à la papauté, en même temps que la cathédrale du Latran32. Pour Ingo Herklotz c’est aussi de cette période, peut-être même précisément du pontificat d’Adrien Ier (772-795), que doit dater le rassemblement sur le « campus Lateranensis », la place qui s’étend au nord du palais, des divers objets de bronze antique qui exprimaient la supériorité du Latran et le transfert aux papes du pouvoir impérial, la « translatio imperii » (la louve, la statue équestre de Marc Aurèle, la « lex de imperio »)33. L’époque carolingienne constitue un premier apogée du Latran médiéval, dans le cadre d’une concurrence soutenue avec la cour impériale d’Aix. Ingo Herklotz a rappelé qu’une partie du complexe palatial d’Aix était surnommé « le Latran » autour de l’an 80034. Lauer l’avait déjà mentionné ainsi que bien d’autres liens entre les deux palais35. Il semble donc que l’on ne puisse pas parler d’une influence à sens unique, mais plutôt d’une rivalité qui s’exprime également dans l’architecture. Cette concurrence idéologique se manifeste notamment dans la création de deux grandes salles par Léon III (795-816) : leurs dimensions gigantesques, leurs dispositions architecturales (absides latérales), leur décor mosaïqué répondaient à la fois à Byzance et à Aixla-Chapelle36.

Du xe au milieu du xiiie siècle

  • 37 Boureau, La papesse Jeanne, cit., p. 82 : «... la puissance romaine des papes se tapit, se replie (...)
  • 38 Duchesne, Le liber pontificalis, cit., t. II, p. 378 et suiv. Voir Herklotz (I.), « Die Beratungsr (...)
  • 39 Walter (C.), « Papal political imagery in the medieval Lateran palace », dans Cahiers archéologiqu (...)
  • 40 Herklotz, Gli eredi di Costantino..., cit., p. 151-152.

9Au cours des xe-xie siècles, on voit le Latran se retrancher derrière une enceinte fortifiée, un processus parallèle à celui de l’« incastellamento » décrit par Pierre Toubert pour le Latium à la même période37. Le xiie siècle est marqué à nouveau par des campagnes importantes de construction et surtout de décoration. Selon le « Liber pontificalis », Calixte II (1119-1124) fit construire diverses pièces à côté de la chapelle Saint-Nicolas, au cœur de la partie résidentielle du palais. Au rez-de-chaussée se trouvait un « vestiarium », c’est-à-dire une sacristie pour les clercs qui célébraient dans la chapelle voisine. À l’étage noble, une pièce servait de chambre à coucher et l’autre était dédiée aux conseils secrets38. Dans l’une de ces pièces, le pape fit peindre en 1121 une fresque représentant son adversaire, l’antipape Grégoire VIII, dans une scène infamante39. Les représentations s’inscrivaient donc à nouveau dans le contexte des rapports avec l’Empire (cette fois, en lien avec les derniers soubresauts de la querelle des Investitures, peu avant la signature du concordat de Worms, en 1122). L’antipape Anaclet II (11301138) intervint dans la même zone, en faisant décorer de fresques la chapelle Saint-Nicolas40.

  • 41 L’institution en 1209 d’un hôpital sur le Celio, Saint-Thomas « in Formis », fondé par les trinita (...)
  • 42 Voir texte en annexe et Lauer, Le palais de Latran..., cit., p. 192. Cela n’autorise pas pour auta (...)
  • 43 On explicitera ce dernier terme dans le chapitre II.2.

10Le xiiie siècle semble avoir constitué une époque très importante pour le Latran. Il s’agit de la dernière période où les papes y ont habité de manière presque continue, avant la césure d’Avignon puis la destruction du palais médiéval par Sixte-Quint. De nombreuses interventions pontificales sont attestées par les textes ; outre des reconstructions imporantes, comme le Sancta Sanctorum de Nicolas III et la loggia de Boniface VIII, elles ont dû viser à unifier et moderniser la résidence, en tenant compte des évolutions de l’architecture palatiale. Innocent III se préoccupa de sa résidence du Latran, même s’il est un des premiers papes à avoir favorisé l’autre pôle de la Rome pontificale, le Vatican41. Mais les renseignements fournis par ses « Gesta » sont un peu confus et souvent difficiles à localiser42. Le texte mentionne un « palais » qui semble être la zone amplifiée par Calixte II, où le pape semble faire aménager diverses chambres, peut-être en fonction des saisons ; une maison de l’aumônerie avec deux chambres ; un four ; une réfection des pavements de la salle du consistoire (qui doit être la pièce créée par Calixte II), d’une chambre près d’une chapelle (celle de Saint-Nicolas ?) et d’un oratoire près du « speculum »43 ; enfin la construction d’un escalier pour y accéder. Le pontife consolida aussi le palais par des contreforts : « cossas altas et amplas, quas vulgariter scontros appellant » (plutôt que des tours, comme certains auteurs ont voulu comprendre le passage). Que le bâtiment n’ait pas été encore très solidement fortifié, c’est ce que montre d’ailleurs l’épisode suivant. En mai 1234, la commune de Rome déclencha une révolte contre Grégoire IX. Il fut contraint de s’enfuir et le Latran fut saccagé. Le pontife répondit avec vigueur et déclara la guerre. Après sa victoire, au printemps 1235, il fit démolir les tours seigneuriales qui entouraient le Latran et constituaient pour lui une menace, puis fortifia le palais.

La seconde moitié du xiiie siècle

  • 44 Voir texte en annexe ; l’information est reprise par Rasponi, De basilica et patriarchio Lateranen (...)
  • 45 A. Monciatti, dans Castelnuovo (E.) et Monciatti (A.), « Préhistoire du palais des papes », dans M (...)
  • 46 Bartolomeo Platina précise « Egli creato che fu pontifice nell’atrio di Laterano », ce qui ne veut (...)
  • 47 Dans la biographie de Nicolas III, voir texte en annexe. L’affirmation est reprise par B. Platina, (...)
  • 48 Voir textes en annexe. Je ne sais pas d’où Lauer tire l’idée que les travaux d’Adrien V furent con (...)
  • 49 Lauer, « Le plus ancien compte... », cit., p. 6-7. Il est préférable d’utiliser la réédition donné (...)
  • 50 Fabre (P.) et Duchesne (Mgr L.), Liber censuum Romanae Ecclesiae, Rome-Paris, 1910, t. I, p. 592. (...)
  • 51 Maddalo (S.), « Alcune considerazioni sulla topografia del complesso Lateranense allo scadere del (...)

11Dans la seconde moitié du siècle les travaux d’Urbain IV durent être dictés uniquement par l’état du bâtiment puisque le pontife ne vint jamais à Rome. Selon son biographe, Thierry de Vaucouleurs, il fit restaurer le toit de la salle du Concile44. On ne peut pas dire que les papes abandonnèrent complètement le Latran après 1265, c’est-à-dire après le pontificat d’Urbain IV45. Malgré son court pontificat, Innocent V semble bien avoir eu l’intention de s’y installer. Il y fut élu et y a passé quatre mois. Il pourrait être tentant de mettre en rapport cet intérêt avec l’appartenance du pontife à l’ordre dominicain. Selon la biographie de saint Dominique par Constantin d’Orvieto (1248), Innocent III l’avait vu en songe soutenir l’église du Latran. Ce détail était apparu deux ans auparavant dans la vie de saint François par Tommaso da Celano (1246) et pourrait être né chez les frères prêcheurs de la concurrence entre les deux ordres. L’intérêt d’Innocent V pour le Latran annoncerait donc celui du premier pape franciscain, Nicolas IV. Mais Innocent V mourut au bout de quatre mois. Son successeur, Adrien V, eut un pontificat encore plus bref, d’un seul mois. Mais il fut élu lui aussi au Latran46. Il semble y avoir porté un intérêt encore plus net, même s’il était parti de Rome quelques jours après son élection pour passer l’été à Viterbe. En effet, selon Ptolémée de Lucques (dans son « Historia ecclesiastica ») et un continuateur anonyme de Martin de Troppau, il avait projeté des travaux au palais47. Nicolas III, tout en avantageant nettement le palais et la basilique de Saint-Pierre, sut donner des gages au Latran. Son œuvre principale est la reconstruction du Sancta Sanctorum, dont on parlera plus loin en détail. Mais il semble aussi avoir mené à bien les travaux engagés par Adrien V48. Honorius IV, qui ne résidait pas au palais, y fit également exécuter quelques opérations, connues cette fois grâce aux premières épaves des archives comptables de la papauté. Il s’agit du premier volume des « Introitus et Exitus » de l’Archivio Segreto Vaticano, dont Lauer publia la partie concernant le Latran49. Il ne s’agit que de travaux mineurs, notamment des réparations pour les toitures et la pose d’une serrure sur la porte de métal de l’entrée du palais. Les mentions comptables livrent également le nom de différentes zones du palais inconnues jusqu’à Honorius IV. La « cirvinaria » a été interprétée par Lauer comme une déformation de « cervinaria » qui serait un cellier ou plus exactement une cave à vin (« cella vinaria »). Pour la « sala sanguinaria », il n’a pu fournir d’explication. Pour l’« aula camerarii », il proposait d’y reconnaître la salle du trésor et en même temps le lieu de conservation des archives pontificales. Ces deux utilisations sont possibles, mais en tant que dérivant de la fonction principale qui semble découler naturellement de son nom, « salle du camérier », à savoir le lieu de travail du camérier et de ses subordonnés. C’est ce que prouve d’ailleurs un document de 1256, qui atteste déjà l’existence de la demeure du camérier50. Enfin, le terme de « palatium novum » doit indiquer le projet de rénovation engagé par Adrien V et poursuivi par Nicolas III, ce qui implique que le projet avait bien été exécuté. Selon Lauer, cette construction nouvelle s’étendait probablement vers le sud-est et la porte Asinaria, mais il ne précise pas si le bâtiment est identifiable avec l’une ou l’autre partie du complexe tel qu’il était constitué avant sa démolition. Selon S. Maddalo, la création de cette nouvelle zone répondait à un souci de rééquilibrage du palais. Le front septentrional du palais, face à la ville, était peut-être plus soumis aux menaces des barons romains, tandis que l’aire située à l’est du palais traditionnel pouvait être plus facilement défendue, protégée qu’elle était par la muraille aurélienne51. Nicolas IV, s’il a agi sur les deux côtés de la basilique, sur la façade et surtout au chevet (voir le chapitre II.5), ne semble pas être intervenu sur le palais, où il n’a jamais résidé. Boniface VIII, à la fin du siècle, même s’il penche nettement pour le Vatican, garde une sorte d’équilibre entre les deux résidences en séjournant aussi dans le palais du Latran. Il est donc logique que celui-ci apparaisse fréquemment dans les comptes du pontificat, les premiers conservés après ceux d’Honorius IV. L’impression est renforcée en outre par le fait que les deux seules années comptables conservées (1299 et 1302) correspondent par hasard à des périodes où Boniface VIII habitait au Latran lorsqu’il résidait à Rome. Les mentions de travaux sont donc fréquentes, mais comme elles ne concernent le plus souvent que des opérations de manutention, on ne les détaillera pas ici. Elles seront utilisées surtout dans la deuxième partie du présent travail. En revanche la reconstruction de la loggia sur le front septentrional du palais fut une entreprise mémorable pour l’architecture comme pour son décor. Nous en traiterons plus bas.

  • 52 Pendant le xive siècle, le palais fut endommagé en outre par un tremblement de terre en 1348 et pa (...)
  • 53 Lauer, Le palais de Latran..., cit., p. 613 et suiv. (comptes de démolition et construction) ; Don (...)
  • 54 Rohault de Fleury, Le Latran..., cit., p. 267-268 et p. 536-539 (plan et description) ; Lauer, Le (...)

12La destinée du palais après la césure de 1304 sera évoquée dans le chapitre II.5 avec l’entretien et les occupations occasionnelles dont il fit l’objet aux xive et xve siècles. Malgré ces indices de continuité, le sort du Latran fut scellé symboliquement et concrètement par le grand incendie qui dévasta la basilique et le palais, en 1308, puis par la préférence que montrèrent les pontifes pour le Vatican, progressivement à partir de leur retour d’Avignon et définitivement à partir du milieu du Quattrocento52. Au cours du xvie siècle, le palais végète jusqu’à la décision de Sixte-Quint de l’éliminer complètement et d’y substituer une nouvelle résidence. Les travaux de démolition du vieux palais, de construction du nouveau bâtiment et de transformation des rares parties sauvées (le Sancta Sanctorum et la Scala Sancta) furent confiés à Domenico Fontana, l’architecte habituel du pontife53. On oublie souvent que d’autres éléments du complexe médiéval survécurent aussi quelques temps. Le triclinium en ruine de Léon III et les bâtiments adjacents furent utilisés par un couvent franciscain qui fonctionnait comme pénitencerie pour la basilique, jusqu’au début du xviiie siècle. Le triclinium était devenu un jardin, la chapelle Saint-Nicolas servait de réfectoire, les anciens appartements pontificaux d’office et de cuisine. La petite cour à l’ouest du triclinium avait subsisté et la chapelle du couvent était installé entre le triclinium et la chapelle du Sancta Sanctorum. Il est difficile de dire ce qui subsistait des bâtiments médiévaux dans le cadre de cette restructuration. De toute façon, la construction de la nouvelle façade de la basilique entraîna la démolition de ces témoins en 1736 (avec le transfert de la célèbre mosaïque du triclinium contre le flanc méridional du Sancta Sanctorum)54.

« Reconstitution » du palais (fig. 1)

13Dès la fin du viie siècle, grâce aux mentions relatives à l’élection de Serge Ier (en 687), on voit que le palais était constitué de deux zones, selon un système qui se perpétue jusqu’à la fin de son existence. Les deux zones étaient toutes les deux desservies par l’entrée principale du palais qui donnait au nord sur le « campus Lateranensis », la place du Latran. À l’est, la partie « interne » s’étendait du nord au sud depuis le « campus Lateranensis » jusqu’au portique de la basilique de Constantin, et d’ouest en est depuis la limite avec l’autre moitié jusque vers la « porta Asinaria » de la muraille d’Aurélien. C’est ici que se trouvaient les appartements pontificaux et les chapelles privées du pape (la chapelle Saint-Nicolas et le Sancta Sanctorum). La partie « externe » se trouvait à l’ouest, délimitée au sud par la basilique, à l’ouest et au nord par le « campus Lateranensis » et à l’est par la partie « interne ». Ici se trouvaient la grande salle de réception à neuf absides, la loggia des bénédictions et la chapelle Saint-Sylvestre. Les deux parties étaient reliées par un grand couloir formant plusieurs coudes, appelé « macrona ». La partie « interne » semble avoir été la plus ancienne des deux, tandis que la partie « externe » ne remontait probablement qu’à l’époque carolingienne.

  • 55 Lauer, Le palais de Latran..., cit., p. 122-124.

14À cette reconstitution du complexe s’ajoutent diverses descriptions d’un palais que Lauer a rapprochées du Latran55. D’autres commentateurs les avaient rapportées au palais ducal de Spolète, au complexe impérial du Palatin, aux palais de Byzance ou de Ravenne ou encore à un palais théorique. Pour Lauer, le tableau qui en ressort ne correspond pas forcément au Latran ; il s’agit plutôt d’une sorte de schéma inspiré à la fois par le Palatin et par le palais pontifical. Ces textes datent des xe-xie siècles mais leur archétype pourrait remonter à l’époque carolingienne, époque de création des grandes salles à absides citées dans les descriptions. Quelle que soit la justesse de la position de Lauer, les douze parties distinguées dans les deux descriptions principales correspondent assez bien à ce qu’était le Latran médiéval. En voici la liste : « proaulum ; salutatorium ; consistorium ; trichorus ; zetas hiemales ; zetas estivales ; epicaustorium et triclinia accubitalia ; thermas ; gymnasium ; coquina ; columbum ; hypodromum » et les équivalences qu’on peut en proposer : « portique ; lieu du salut ; salle de réunion et de justice ; salle de banquet ; appartements d’hiver ; appartements d’été ; lieu chauffé et salle de réception ; bains ; lieu d’enseignement ; cuisine ; arrivée d’eau dans les cuisines ; champ de course ». Bien sûr la dernière zone s’applique assez mal au Latran et pourrait mieux s’expliquer par référence au Palatin, à moins d’y voir une équivalence de « promenoirs », « galeries », etc. Pour le reste, les subdivisions coïncident assez bien avec les différentes parties du Latran : le « proaulum » avec le portique situé à l’est de l’entrée principale ; le « salutatorium » avec la loggia située à l’ouest de celui-ci ; le « consistorium » avec la salle du consistoire secret qui se trouvait près des appartements privés ; le « tri-chorus » et les « triclinia accubitalia » avec le triclinium et la salle du concile de Léon III ; l’« episcaustorium » avec les pièces chauffées ; les « zetas hiemales et estivales » avec les appartements pontificaux ; les « thermas » avec les bains ou du moins avec les latrines ; le « gymnasium » avec les salles d’étude puis le studium pontifical ; la « coquina » et le « columbum » avec la cuisine et les adductions d’eau. On ne peut pas faire coller à tout prix ces textes avec le palais romain. L’absence de toute mention de chapelle prouve que ces descriptions remontent à un archétype antique, tel le Palatin. Mais l’adéquation presque parfaite de cette liste avec le Latran montre que celui-ci constituait un palais idéal, capable de rivaliser avec les demeures impériales les plus fameuses, et qu’il a pu servir de modèle à toutes les résidences pontificales ultérieures par l’exhaustivité de ses dispositions et par la souplesse de leur agencement.

3. Le Sancta Sanctorum et la loggia des bénédictions, architecture et décor

15Dans le palais traditionnel de la papauté, de nombreux espaces, sacrés ou profanes, étaient ornés de peintures et de mosaïques, dont nous n’avons plus aujourd’hui qu’une faible idée. Pour la période immédiatement antérieure à la nôtre, rappelons que nous ne connaissons l’important décor de la chapelle Saint-Nicolas, du xiie siècle, que par le biais de descriptions et de dessins. Dans la seconde moitié du xiiie siècle, deux ensembles importants furent réalisés, l’un encore conservé et restauré récemment, la chapelle du Sancta Sanctorum, l’autre disparu à l’exception d’un infime fragment, la loggia des bénédictions.

Le Sancta Sanctorum

  • 56 Lauer, « Les fouilles du Sancta Sanctorum au Latran », cit.
  • 57 Sancta Sanctorum, Pietrangeli (C.) et Romanini (A. M.) dir., Milan-Cité du Vatican, s.d. [1995]. V (...)
  • 58 Cela est implicite dans plusieurs passages de Rohault de Fleury, Le Latran..., cit., p. 175, p. 38 (...)

16La chapelle du Sancta Sanctorum (fig. 1, A), le seul élément du palais médiéval qui nous soit parvenu de manière à peu près complète, a fait l’objet de nombreux travaux. Lors de ses recherches sur le palais, Lauer obtint d’y effectuer les premières reconnaissances archéologiques dans les salles situées sous la chapelle haute et sous la Scala Sancta et il dégagea d’importants témoignages remontant au haut Moyen Âge (fig. 4)56. La chapelle a bénéficié en outre d’une restauration complète il y a quelques années. À cette occasion a été publiée une synthèse magistrale qui fait le point sur tous les aspects artistiques de la chapelle57. À ce propos, il faut souligner que la chapelle a été à cette occasion ouverte au public, alors que son accès était très strictement limité auparavant. Ainsi même l’ultramontain Rohault de Fleury n’avait pas pu y entrer58. Je ne reviendrai pas en détail sur les acquis de la connaissance ; j’insisterai seulement sur quelques points et sur l’histoire du sanctuaire.

Fig. 4 – Rome, palais du Latran, chapelle du Sancta Sanctorum et bâtiments environnants, plan du rez-de-chaussée. Lauer (P.), « Les fouilles du Sancta Sanctorum au Latran », fig. 1.

  • 59 Lauer, Le palais de Latran..., cit., p. 70.
  • 60 BAV, ms lat. 600, d’après Delle Rose (M.), « Il Patriarchio : note storico-topografiche », dans Il (...)
  • 61 Voir aussi chapitre II.2 pour la question de l’inscription.
  • 62 Wilpert (G.), « Il piu antico ritratto di San Agostino », dans Miscellanea Agostiniana, t. 2, 1931 (...)
  • 63 Dans sa communication à la journée d’étude du 10 mai 2001, Fabrizio Bisconti a proposé avec beauco (...)

17En fouillant sous le Sancta Sanctorum, Lauer rencontra de nombreux débris d’ossements, qu’il interpréta comme des reliques placées au moment de la création du sanctuaire ou lors de sa reconstruction par Nicolas III. Puis il découvrit un espace qui, tout en ayant servi de fondation à la chapelle haute, semble avoir eu lui aussi une fonction importante. Dans cette pièce, Lauer trouva un grand fragment de fresque qu’il attribua au VIe siècle. La datation semble toujours partagée par les spécialistes et est probablement juste. Il faut rappeler cependant qu’elle repose implicitement sur l’idée que le Sancta Sanctorum aurait été fondé au vie siècle, la première mention du sanctuaire apparaissant sous le pontificat de Pélage II (579)59. Mais cette notice n’apparaît que dans une source du xive siècle, la chronique du monastère de Saint-André-auCélio60. Lauer a proposé de reconnaître dans la salle inférieure le « scrinium », c’est-à-dire la bibliothèque et les archives du palais, notamment à cause du rapport avec la chapelle haute dédiée à saint Laurent, saint patron des bibliothécaires. Quant au fragment de fresque, il suggéra d’y voir saint Augustin, bien qu’aucun attribut ne permette de le reconnaître à coup sûr ; ce serait ainsi la première représentation du Père de l’Église61. Son hypothèse fut corroborée notamment par Dom Wilpert62. L’identification du lieu comme le « scrinium » et celle du personnage assis comme saint Augustin ont été généralement suivies jusqu’à aujourd’hui63.

  • 64 Delle Rose, « Il Patriarchio... », cit., p. 24 (xiie siècle) ; Donadono, La Scala Santa..., cit., (...)

18Sous la Scala Sancta, les différentes salles dégagées par Lauer n’étaient plus accessibles depuis l’intervention de Fontana et étaient donc mal connues (fig. 4). La salle en forme de portique a été attribuée le plus souvent à l’intervention du pape Zacharie, au viiie siècle (fig. 4, n°1-5). Lauer la datait de manière plus articulée. Il voyait dans les deux colonnes antiques et le fragment d’entablement conservés dans la salle, partiellement emmurés, les traces de la façade primitive du palais. Dans le reste de l’architecture, des salles voûtées d’arêtes supportées par des piliers, il reconnaissait le portique de Zacharie et d’Adrien Ier du viiie siècle, transformé ou reconstruit au ixe siècle par Léon III et remanié par Grégoire IV. Quant aux peintures en place sur les piliers, même si les textes affirment qu’existaient déjà des fresques similaires à cet emplacement au ixe siècle, Lauer les datait du xie ou du xiie siècle. L’historiographie récente est partagée sur la datation de l’architecture et des peintures. Pour certains, ces restes architecturaux correspondent bien topographiquement aux constructions de Zacharie et de ces successeurs, mais doivent remonter à des remaniements ultérieurs, probablement du xie ou du xiie siècle, tout comme les fresques64.

  • 65 Maddalo, « Alcune considerazioni sulla topografia... », cit. Cette datation paraît contestable, co (...)
  • 66 D’Onofrio, « Aspetti inediti e poco noti del Patriarchio lateranense », cit., p. 224 et suiv. La d (...)
  • 67 Herklotz, « Der Campus Lateranensis... », cit., p. 20.
  • 68 D’Onofrio, « Aspetti inediti... », cit., p. 231.

19S. Maddalo semble proposer une datation encore plus tardive et pour les fresques et pour le remaniement, à la fin du xiie-début du xiiie siècle65. Les deux colonnes antiques et le fragment d’entablement en remploi seraient les seuls restes des étapes précédentes, du haut Moyen Âge et non de la façade tardo-antique, comme le pensait Lauer. Au contraire, M. D’Onofrio revient à une datation haute du portique et l’identifie même avec le monument érigé par Zacharie ; quant aux fresques, il revient également à la datation de Lauer, xie-xiie siècle, en tout cas avant la fin du xiie siècle66. La zone du portique servait à l’exercice de la charité et aux actes de justice. Selon la reconstitution d’I. Herklotz, le portique possédait donc les mêmes fonctions et la même typologie que les loggias du haut Moyen Âge : une salle ouverte en rez-de-chaussée située à la limite entre le palais et l’espace public et utilisée pour l’administration de la justice67. Mais, les fonctions religieuses étant inextricablement liées dans l’institution pontificale aux aspects politiques ou administratifs, il existait également dans le portique un oratoire dédié à saint Sébastien dont l’appellation finit par s’étendre à tout l’édifice68. À l’ouest du portique, l’espace noté A-B dans le plan de Lauer pourrait être identifié avec la tour mentionnée dans la biographie de Zacharie (fig. 4, n°A-B), mais cette idée est rejetée récemment par D’Onofrio.

  • 69 D’Onofrio, « Aspetti inediti... », cit., p. 232 et suiv. Voir aussi Bertani (B.), « I sotteranei d (...)
  • 70 Les murs latéraux (nord et sud) ont des maçonneries datées par L. Donadono de la seconde moitié du (...)
  • 71 D’Onofrio, « Aspetti inediti... », cit., fig. 27. Le dessin, attribué à Johann Glauber (1646-1726) (...)
  • 72 D’Onofrio, « Aspetti inediti... », cit., p. 233.
  • 73 Les graffitis ont été publiés pour la première fois par Bertani, « I sotteranei... », cit., puis d (...)

20Au sud du Sancta Sanctorum se trouve un oratoire appartenant à la confrérie du Saint-Sacrement (fig. 4, n°5)69. Le sous-sol de cet oratoire correspond au rez-de-chaussée de l’époque médiévale. Il est constitué par une structure du IIe siècle (probablement du règne d’Hadrien). Cette datation antique est fournie par les voûtes d’arêtes, revêtues d’un décor polychrome sur fond blanc. Quant aux murs périmétraux, ils sont bien plus tardifs70. Un dessin du xviie siècle, qui montre le complexe du Latran selon un point de vue rare, depuis le côté est, permet d’affirmer que les pièces étaient encore accessibles à cette époque et que cette partie du palais devait posséder trois niveaux, étant donné la situation orographique, en pente vers la porta Asinaria71. Le rez-de-chaussée pourrait correspondre aux nombreuses pièces de service attestées par le « Liber pontificalis » et devait être accessible par un escalier cité dans la biographie de Léon IV, que D’Onofrio identifie de manière séduisante avec celui visible dans le plan du xvie siècle publié par Lauer, à l’est du premier triclinium de Léon III72. À la fin du Moyen Âge, le sol devait être déjà exhaussé, ce qui explique la présence de nombreux graffitis exécutés sur la voûte romaine. Mario D’Onofrio les date des xive-xve siècles, plus spécialement du passage de la soldatesque de Louis de Bavière au début du xive siècle ou de celle de Ladislas de Naples au début du siècle suivant73.

  • 74 Horsch, « Die Scala Santa... », cit., notamment p. 531-532.
  • 75 Diverses sources semblent d’ailleurs se référer à la présence de second escalier, cf. Horsch, « Di (...)
  • 76 Horsch, « Die Scala Santa... », cit., p. 530-531.

21À l’ouest du Sancta Sanctorum et du portique se trouvait la zone d’accès au palais (fig. 1). D’après Lauer, qui suit simplement les plans anciens du complexe notamment celui de Contini, il faut peut-être distinguer deux escaliers dans la zone, l’un orienté ouest-est qui conduisait directement depuis l’espace situé avant le portique jusqu’à la chapelle du Sancta Sanctorum à l’étage supérieur ; l’autre, situé plus à l’ouest et orienté nord-sud, aurait été l’escalier principal d’accès au palais et fut identifié plus tard avec la Scala Sancta. Herklotz propose soit de suivre cette hypothèse, soit de voir dans le premier escalier la continuation du second. Maddalo semble aussi remettre en cause la suggestion de Lauer, mais ne propose pas d’autre solution. Tout récemment Horsch a suggéré que la présence de l’escalier ouest-est dans le plan de Contini n’était qu’une invention, due à l’impossibilité pour Severano et son dessinateur d’imaginer qu’on ait pu se servir quotidiennement de l’escalier nord-sud comme accès au palais, étant donné qu’ils l’identifiaient avec la relique sacro-sainte du palais de Pilate qu’aurait gravie le Christ pendant sa passion74. Sa démonstration est plutôt convaincante, même si l’on ne peut écarter l’hypothèse que l’escalier ouest-est ait été un escalier secondaire menant aux étages supérieurs75. Comme on l’a indiqué ci-dessus, D’Onofrio vient de montrer que cette zone du palais comportait jusqu’à trois niveaux et, ainsi que Horsch le rappelle elle-même, le plan de Contini n’hésite pas à fusionner des données concernant des étages différents. Horsch propose enfin de reconnaître dans le petit portique situé en avant de l’escalier principal, visible à la fois sur les dessins de Heemskerck et sur les plans du palais, la zone où se déroulaient les acclamations publiques du pontife (« laudes » décalquées sur le modèle impérial), et dans la roue de porphyre aujourd’hui transférée au pied de la Scala Santa le lieu précis où se tenait le pape à cette occasion76.

  • 77 Registres d’Alexandre IV, n°2652 ; Registres d’Urbain IV, t. III (Registre ordinaire), n°2438 ; Re (...)
  • 78 ASV, Reg. Vat. 42 (Registre inédit de Martin IV), fol. 86, n°213. Nous retrouvons ce chanoine dans (...)
  • 79 ASV, Reg. Vat. 42, fol. 99 v°, n°XLVIII/50 ; fol. 100, n°XLVIII/51 ; Potthast, n°22151-22152.
  • 80 ASV, Reg. Vat. 42, fol. 103 v°, n°XLVIII/71 et n°XLVIII/72.

22On ne peut ici que mentionner l’importance considérable de la chapelle du Sancta Sanctorum, non seulement dans le cadre du palais, mais aussi parmi les sanctuaires romains, pour l’histoire du culte chrétien et des images, pour le cérémonial papal et même pour l’ensemble de l’histoire pontificale. Mentionné dès le vie siècle, contenant des reliques sacro-saintes de la chrétienté (d’où son nom), réservé exclusivement au pape, le sanctuaire constituait donc l’un des lieux les plus significatifs du palais du Latran. Peu avant le pontificat de Nicolas III, la chapelle et son clergé paraissent n’avoir perdu aucune importance pour la papauté, même lorsque les pontifes sont absents de Rome, comme c’est souvent le cas dans notre période. On voit par exemple Alexandre IV confier une mission au prieur du Sancta Sanctorum, en 1258, Urbain IV demander au prieur et au chapitre de recevoir un nouveau chanoine, en 1264, ou encore Grégoire X confirmer au prieur et au chapitre leurs libertés et privilèges77. Nicolas III reconstruisit ensuite la chapelle, ce qui semble impliquer un intérêt du pontife pour le Latran. Pourtant ces travaux ne doivent pas nous induire en erreur. Le pape Orsini est avant tout lié à la basilique et au palais du Vatican, comme on le verra dans le présent chapitre, et on reviendra sur ce lien à plusieurs reprises dans la seconde partie. Cette préférence alla jusqu’à l’affirmation (comme l’avait fait Innocent III avant lui) d’une primauté spirituelle et hiérarchique de la basilique Saint-Pierre par le titre de « mater omnium ecclesiarum », auparavant réservé au Latran. La primauté donnée à la basilique du Vatican et à son clergé devait être insupportable pour celui du Latran. En voici un indice dans les années immédiatement suivantes. Le 28 février 1284, Martin IV charge maître Albert de Parme, chanoine de Saint-Pierre, de choisir pour lui deux nouveaux chanoines du Sancta Sanctorum dont les prébendes sont vacantes78. La procédure ne semble pas avoir été du goût de ces derniers, qui se choisissent deux nouveaux confrères sans attendre la décision du pape. Le pape écrit à nouveau à Albert de Parme le 4 juin 1284, pour lui demander d’exclure ces deux personnages et de les remplacer par deux autres de son choix, et communique son ordre au prieur et au chapitre du Latran79. Le 31 juillet Martin IV doit encore revenir sur cette affaire, pour intimer à Niccolò et Riccardo Annibaldi de ne pas s’en mêler et pour prier le sénateur de Rome, Annibaldo Annibaldi, de ramener à la raison ces derniers, qui sont ses parents80. Nous ne connaissons pas l’issue du conflit (sous Honorius IV, le sanctuaire n’apparaît que par le biais de la comptabilité de l’aumônerie, qui mentionne les dépenses habituelles pour l’huile et la garde de la chapelle), mais toute l’affaire prouve que le clergé du Latran n’acceptait pas sans mal de perdre son rang et son indépendance.

  • 81 Righetti Tosti-Croce (M.), « Il Sancta Sanctorum : architettura », dans Il palazzo Apostolico Late (...)
  • 82 Voir le volume Sancta Sanctorum, Milan-Cité du Vatican, s.d. [1995], cit., notamment pour les mosa (...)
  • 83 Gardner (J.), « Nicholas III’s oratory of the Sancta Sanctorum and its decoration », dans Burlingt (...)
  • 84 C’est déjà ce qu’affirmait Marangoni en 1747, cf. Marangoni (G.), Istoria dell’antichissimo orator (...)

23L’édifice actuel paraît remonter uniquement à la reconstruction de Nicolas III. Pourtant une rénovation antérieure est attestée sous Honorius III (1216-1227). On a parfois voulu voir des traces de cette intervention dans l’édifice, notamment dans les mosaïques de la partie inférieure – ce qui impliquait que les maçonneries auraient été également de l’époque d’Honorius III81. Mais la restauration récente du complexe et sa facilité d’accès (alors que les chercheurs antérieurs ne pouvaient voir le bâtiment et sa décoration que dans des occasions rares et avec des conditions difficiles) ont permis de lever tout doute à ce propos82. La reconstruction du sanctuaire pourrait avoir été nécessitée par les tremblements de terre qui se sont succédés à Rome au cours du xiiie siècle, en 1227, en 1231 et surtout celui particulièrement dramatique de 1277, qui précède immédiatement l’intervention de Nicolas III. Les travaux furent rapides puisque la chapelle était consacrée un 4 juin, probablement 127983. L’édifice montre une grande cohérence constructive et iconographique, due probablement à la volonté de Ni-colas III, mais aussi à la direction unitaire des opérations, certainement assumée par le maître Cosmas qui a signé son œuvre84. Bien que ce dernier appartienne au groupe des marbriers romains plus souvent cantonnés dans l’exécution des pavements ou du mobilier liturgique, il est vraisemblable qu’il fut aussi l’architecte de la chapelle. Plusieurs traits distinguent la mise en œuvre par rapport aux habitudes courantes. On y rencontre de nombreux signes lapidaires, comme rarement dans une entreprise pontificale. Les murs sont construits en briques de récupération et non en tuf (au moins pour le parement extérieur, seul visible puisque le parement intérieur est recouvert de plaques de marbre). En même temps, l’espace central est couvert d’une croisée d’ogives soutenue par des colonnes d’angle engagées. On reconnaît dans l’arcature aveugle qui court sur tous les murs de l’édifice un écho de l’élévation du transept de l’église supérieure d’Assise, mais aplatie et transformée dans son esprit. Les chapiteaux des colonnes engagés sont des œuvres traditionnelles. En revanche, la stéréotomie, le profil des ogives et la sculpture très fouillée de la clef de voûte centrale sont ce qu’il y a de plus gothique dans l’architecture de Rome à cette époque. Gardner reconnaît justement dans ces contradictions la marque d’une commande pontificale qui veut parer la chapelle de toute la modernité possible tout en respectant la tradition romaine.

  • 85 Romano (S.), « Il Sancta Sanctorum : gli affreschi », dans Sancta Sanctorum, Milan-Cité du Vatican (...)

24Quant aux peintures exécutées pour la partie haute de la chapelle, il n’y a rien à ajouter à l’analyse exhaustive de Serena Romano85. Je voudrais seulement souligner quelques unes de ses propositions et ajouter quelques remarques. L’image de Nicolas III offrant sa chapelle à saint Pierre est un véritable « portrait » du pontife (comme le montre le détail des yeux clairs) qui n’a alors pas d’équivalent en peinture, alors que le gisant de Clément IV a montré quelques années auparavant la même tendance en sculpture. Il y a là un trait qui rejoint ce que l’on sait de Nicolas III en d’autres domaines. On avait élevé une statue en l’honneur du pape Orsini dans le port d’Ancône, un fait sans précédent et dont les exemples suivants allaient être donnés par Boniface VIII. Nous en reparlerons dans le chapitre II.5. De même l’insistance sur saint Nicolas, alors qu’une autre chapelle lui était déjà consacrée dans le palais, n’est probablement pas sans rapport avec le nom du pontife. D’autre part, dans la scène du martyre de saint Pierre, la vue du château Saint-Ange rappelle le lien direct entre le pape et l’apôtre. La forteresse était entre les mains du lignage Orsini et Nicolas III y avait peut-être fait exécuter des travaux. On peut donc dire que ce n’est pas seulement avec saint Pierre que le rapport du pape est souligné, mais aussi avec la zone du Vatican. Une telle attitude coïncide avec la primauté constante donnée par le pape au Vatican sur le Latran. En reconstruisant la chapelle et en la dotant d’un décor fastueux, le pontife ne se contente pas de restaurer l’existant ; il oriente sa signification de manière totalement nouvelle : vers la célébration de sa propre personne et vers la reconnaissance de la suprématie du Vatican.

La loggia des bénédictions

  • 86 Krautheimer, Rome, portrait d’une ville..., cit., p. 321 ; Luchterhand, « Päpstlicher Palastbaus.. (...)
  • 87 Codex diplomaticus dominii temporalis S. Sedis, Theiner (A.) éd., t. I, 756-1334, Rome, 1861.
  • 88 Libri rationum Camerae Bonifatii papae VIII (Archivum secretum Vaticanum, collect. 446 necnon Intr (...)
  • 89 « Item quando dominus faceret processus, [servientes debent] ornare thalamum, in quo cum cardinali (...)
  • 90 Lauer, Le palais de Latran..., cit., p. 237. Rohault de Fleury, Le Latran..., cit., p. 481 donne u (...)
  • 91 Libri rationum..., cit., n°3044.
  • 92 Un autre ancrage chronologique pourrait être fourni par la forme de la tiare de Boniface VIII, dan (...)

25Venons-en à la loggia des bénédictions de Boniface VIII (fig. 1, O). Étant donné qu’elle a disparu totalement et que de son décor nous ne connaissons aujourd’hui qu’une épave repeinte, les problèmes d’interprétation sont extrêmement nombreux et ont suscité une vaste littérature. Aussi, pour tenter d’approcher à nouveau la question, il me semble important de traiter conjointement les deux aspects, l’architecture et son décor, et non l’un des deux seulement, comme on l’a fait parfois. Commençons par l’architecture. Selon Richard Krautheimer et aujourd’hui Manfred Luchterhand, le pape devait déjà disposer d’un balcon ou d’une loggia donnant sur la place, dès la construction de la salle du concile, à l’époque carolingienne86. Ce qui nous intéresse ici, c’est que cette loggia paraît ne plus avoir été en fonction ou avoir été détruite avant que Boniface VIII ne construise la sienne. Par conséquent, même si le geste du pontife Caetani s’inscrivait dans la tradition, il se présentait aussi comme une nouveauté. Des mentions de la loggia apparaissent dans les fragments de la comptabilité pontificale de Boniface VIII. Cette source est connue depuis sa première publication par Augustin Theiner, au milieu du xixe siècle87. À partir des comptes, on a soutenu que la loggia existait déjà en avril 1299, et peut-être depuis un certain temps, puisqu’à cette date est mentionnée à deux reprises une petite réparation, visiblement liée à une utilisation d’un « thalamus » dans le cadre d’une excommunication, comme l’implique la première mention : « pro processu et reparatione thalami ad eandem rationem »88. Tout cela suppose d’identifier le terme « thalamus » avec la loggia, comme le fait l’éditeur de la comptabilité de Boniface VIII, Tilmann Schmidt et comme l’ont fait d’autres avant et après lui. Mais il n’est pas sûr qu’on puisse le faire automatiquement. Certes nous verrons plus bas que la loggia de Boniface VIII semble avoir été désignée sous ce terme dès sa création. Cependant le mot désigne aussi ce qui l’a précédée dans le palais. En effet « thalamus » (« chambre à coucher » et notamment « chambre nuptiale » en latin classique) désigne dans les textes médiévaux une chambre à coucher par opposition avec le terme plus vague ou plus général de « camera » (appartement privé, « chambre » entendu comme l’ensemble des pièces intimes, etc.). Mais un autre sens plus spécialisé se rencontre à propos du pontife et d’autres souverains, comme on le verra en détail dans le chapitre II.2. « Thalamus » signifie alors une construction légère qui délimite un espace « privé » à l’extrémité d’une grande salle, pour isoler et protéger le pape et ses proches. On voit le dispositif employé notamment à l’occasion des procès contre les ennemis de l’Église, ce qui renforce le parallèle avec la citation de la comptabilité de Boniface VIII89. Ce sens peut parfaitement s’appliquer aux textes de 1299 et le « thalamus » en question n’être rien d’autre que la « chambre » qui était construite à l’extrémité de la salle du consistoire public. Il est vrai qu’un autre témoignage semble accréditer l’équivalence entre « thalamus » et la loggia de Boniface VIII. Il s’agit de la description du palais par Panvinio. Ce dernier mentionne une inscription qui aurait été apposée sur le parapet du balcon en même temps que les armoiries du pape : « Do-minus Bonifacius papa VIII fecit totum opus praesentis thalami anno domini MCCC »90. Il faut noter que Panvinio n’est pas toujours fiable (on le verra dans les chapitres concernant les résidences pontificales voisines de Sainte-Marie-Majeure et de Sainte-Sabine). Malgré cela, il n’y a pas de raison d’écarter à priori son témoignage. En tout cas il prouverait seulement que le terme « thalamus » avait été étendu à l’idée de loggia extérieure à partir de l’usage précédent. Une autre mention de la loggia apparaît dans les comptes en janvier 1303, cette fois sous le terme de « lobia », qui ne laisse désormais aucun doute : « pro 2 tappetis ponendis in lobia domini »91. L’item du compte implique que l’on devait avoir préparé la loggia pour une cérémonie importante, qui avait pu se tenir par exemple en décembre 1302. Le pape se trouvait alors au Latran et il peut donc s’agir des fêtes de Noël. La seule conclusion permise par les comptes est par conséquent que la loggia existait certainement avant la fin de 130292.

  • 93 Rohault de Fleury, Le Latran..., cit., p. 196 ; Müntz (E.), « Études sur l’histoire des arts à Rom (...)
  • 94 Lauer, Le palais de Latran..., cit., p. 234.
  • 95 Sommer (C.), « Zur römischen Baugeschichte unter dem Pontifikat Papst Bonifaz VIII. », dans Römisc (...)
  • 96 Entre autres, Righetti Tosti-Croce (M.), « Appunti sull’architettura a Roma tra Due e Trecento », (...)
  • 97 Francesco Gandolfo écarte également clairement Arnolfo di Cambio au profit du milieu local, cf. Ga (...)

26Toujours à partir des comptes, la loggia a été attribuée à maître Cassetta, le maître d’œuvre de Boniface VIII, actif dans divers travaux au Latran dans les mêmes années où sont cités ces travaux à la loggia93. Lauer a mentionné cette attribution, en la jugeant possible mais peu fondée94. De même Clemens Sommer a rappelé que les mentions comptables ne suffisaient pas pour attribuer sans hésitation la loggia à maître Cassetta, sans pour autant avancer une autre hypothèse95. D’autres ont voulu assigner la loggia à Arnolfo di Cambio, sur la seule foi de son activité contemporaine au service de Boniface VIII96. On rappellera d’abord que la seule entreprise artistique du pape Caetani pour laquelle est attesté Arnolfo est le tombeau du pape et que s’il était mentionné dans celui-ci comme « architecte », c’est la seule mention de ce type qui apparaisse lors de son séjour romain, où il semble plutôt actif comme sculpteur. D’autre part, la proposition repose à la fois sur la restitution d’un édifice disparu et sur le fait que seul Arnolfo aurait pu être responsable de sa création, parce que le bâtiment aurait montré des caractères spécifiques (un style rayonnant mais marqué par une perspective classicisante). L’équation comporte trop d’inconnues. Si l’hypothèse est honorable, elle ne peut que rester dans le champ des possibles97. On ne peut d’autre part exclure que maître Cassetta en ait été l’auteur parce qu’on le voit occupé pour la loggia à de simples travaux de réparation. Le fait de mêler conception, suivi de chantiers et entretien ou restauration des bâtiments existants est une pratique courante pour les architectes médiévaux. Enfin, en ce qui concerne les attestations connues de la loggia et de maître Cassetta, elles correspondent à des comptes incomplets et nous trouvons ailleurs le personnage occupé à de vrais travaux d’architecture, comme on peut l’attendre du maître des œuvres du pape.

  • 98 Röttgen (H.), « Die Inbesitznahme des Lateran durch Bonifaz VIII. Überlegungen zur Wirklichkeit de (...)
  • 99 Il s’agit de Giacomo Grimaldi, Instrumenta translationum, Milan, Bibliothèque ambrosienne, ms. F 2 (...)

27On ne donnera pas ici une description détaillée de la loggia, telle qu’elle peut être reconstituée à partir des témoignages graphiques et documentaires. En effet, divers auteurs, notamment pour les temps récents H. Röttgen, F. Gandolfo et S. Maddalo, se sont longuement penchés sur la question et on ne prétendra pas apporter d’éléments supplémentaires à leurs analyses98. Notons seulement les points principaux et ceux autour desquels tourne la discussion. L’architecture de la loggia est représentée notamment dans le dessin de Heemskerck conservé à Berlin (fig. 3) mais aussi dans l’une des scènes qui ornaient l’intérieur de la loggia elle-même et d’où provient le seul fragment de fresque conservé. Cette scène nous est connue par une copie du xvie siècle conservée dans un manuscrit de la Bibliothèque Ambrosienne de Milan (fig. 5)99. La loggia était composée de deux corps de bâtiment différents, un corps cubique et la loggia proprement dite (seule représentée dans la fresque et sa copie milanaise). Cette dernière devait être construite en marbre, tandis que le corps cubique était construit en brique. Le corps cubique était à deux étages voûtés probablement tous les deux. La colonne centrale de la loggia apparaît comme cannelée sur le dessin de la Bibliothèque Ambrosienne. H. Röttgen y accorde une grande importance et veut que les trois colonnes soient originales et il s’emploie à justifier les différences entre la loggia telle qu’elle était représentée dans la scène avec Boniface VIII et telle qu’elle est connue par les représentations de l’époque moderne, notamment par le dessin d’Heemskerck. F. Gandolfo voit en revanche dans la colonne centrale un ajout ultérieur, pour des raisons de statique. Par ailleurs, pour lui, si la partie haute visible dans le manuscrit de l’Ambrosienne diffère de la terminaison connue grâce à Heemskerck, c’est plus simplement parce que la fresque ne reproduisait pas la loggia en entier, à cause de sa position sous les voûtes. Pour Maddalo, cette différence s’explique par un remaniement tardif ; les deux pinacles aujourd’hui conservés dans le cloître du Latran ne proviendraient pas comme on le dit traditionnellement de l’autel de la Madeleine, mais de cette terminaison originelle de la loggia.

Fig. 5 – Giacomo Grimaldi, Instrumenta translationum, Milan, bibliothèque Ambrosienne, ms. F 227 inf., copie de la scène de la bénédiction du cycle de fresques de la loggia du Latran.

  • 100 Ladner (G. B.), Die Papstbildnisse des Altertums und des Mittelalters, 3 vol., Cité du Vatican, 19 (...)
  • 101 Aini (S.), « La loggia di Bonifacio VIII in Laterano », dans L’Urbe, t. 56, 1996, p. 73-82, cf. p. (...)
  • 102 Caetani (C.), Biografia di Bonifacio VIII tratta da manoscritto finora inedito di cui fu autore mo (...)
  • 103 Aini, « La loggia di Bonifacio VIII... », cit., ibid.
  • 104 Du même sentiment, en dernier lieu, Pace (V.), « Una presenza marginale : l’immagine di Bonifacio (...)
  • 105 Paravicini Bagliani (A.), Le chiavi e la tiara, Rome, 1998, p. 33-34.
  • 106 Mitchell, « The Lateran fresco of Boniface VIII », cit., p. 4.
  • 107 Travaini (L.), « Le monete del primo giubileo », dans Bonifacio VIII e il suo tempo..., cit., p. 1 (...)

28Un autre point de controverse à propos de la loggia est constitué par les deux statues visibles sur la façade, dans le dessin de Maarten Van Heemskerck (fig. 3)100. Les deux statues remontaient-elles à la création du bâtiment ? Et s’agit-il des deux sculptures aujourd’hui conservées au musée de la basilique du Latran, représentant saint Pierre et saint Paul (fig. 6-7) et liées par la tradition à la loggia ? On a fréquemment nié le rapport de ces deux statues avec le monument101. L’un des handicaps qui pèsent sur ces deux œuvres, selon une partie de la recherche, serait leur faible qualité artistique, notamment parce qu’on veut identifier dans l’auteur du monument Arnolfo di Cambio. Mais on peut objecter à cet argument que les sculptures étaient placées au sommet de la loggia et qu’on ne peut pas partir d’un à priori stylistique, surtout lorsque l’attribution à Arnolfo n’est qu’une hypothèse. Traditionnellement on a aussi voulu reconnaître dans le pontife agenouillé venant de la chapelle Saint-Thomas et conservé, après la destruction de cette dernière, dans la chapelle du Crucifix de la basilique un portrait de Boniface VIII102. Certains auteurs ont cherché à l’identifier avec l’une des deux statues visibles sur le dessin103. L’hypothèse ne tient pas104. Malgré son imprécision, le dessin de Heemskerck montre deux statues en pied encadrant un écu. En outre, on ne voit pas comment une statue agenouillée du pontife prendrait sa place dans le tympan situé au sommet, sans une représentation centrale de Dieu ou de la Vierge pour justifier une telle position. On imagine au contraire volontiers saint Pierre et saint Paul encadrant l’écu pontifical. Cette parité des deux apôtres correspondrait par ailleurs à l’équilibre accordé par Boniface VIII aux deux basiliques respectives pendant le jubilé de 1300105. Elle coïnciderait aussi avec l’inscription versifiée transmise par Panvinio, dont on parlera plus loin, qui mentionne l’apparition des deux apôtres à l’empereur Constantin sous la forme : « Stant Petrus et Paulus »106. Lucia Travaini vient d’apporter un argument inédit. Elle fait remarquer que les « samperini », ces gros d’argent frappés par l’atelier monétaire du Sénat pour le compte de papauté, à une date qui n’est pas précisée mais qui tourne aux environs de 1300, possèdent une variante dans laquelle les effigies des deux apôtres Pierre et Paul représentées sur le droit et sur le revers sont posées sur un « chapiteau » (en fait, on devrait plutôt parler d’une console), une diposition qui pourrait avoir été inspirée par la nouvelle loggia des bénédictions du Latran107.

Fig. 6 – Saint Pierre, Rome, musée de la basilique du Latran.

Fig. 7 – Saint Paul, Rome, musée de la basilique du Latran.

  • 108 Rappelons que le fragment a dû être découpé au moment de la destruction de la loggia par les ordre (...)
  • 109 Il n’est pas sûr que le passage de Vasari, cité par Mitchell comme preuve de l’attribution à la mê (...)
  • 110 Severano, Memorie sacre..., cit., p. 541 ; Caetani, Biografia di Bonifacio VIII..., cit., p. 14.
  • 111 Rasponi, De basilica et patriarchio Lateranensi..., cit., p. 327-328 ; Ciaconius (A.), Vitae et re (...)
  • 112 L’inscription de 1786 fut posée sous le fragment au moment de la pose d’un verre protecteur par le (...)
  • 113 Brandi (C.), « Giotto recuperato a San Giovanni Laterano », dans Scritti di storia dell’arte in on (...)
  • 114 Bertelli (C.), « L’enciclopedia delle Tre Fontane », dans Paragone, n°235, sett. 1969, p. 24-49, c (...)
  • 115 Bellosi (L.), La pecora di Giotto, Turin, 1985, p. 37 n. 40 (d’ailleurs Bellosi ne reprend pas cla (...)
  • 116 Boskovits (M.), « Proposte (e conferme) per Pietro Cavallini », dans Roma anno 1300, p. 297-315, c (...)
  • 117 Tomei (A.), « Bonifacio VIII e il giubileo del 1300 : la Roma di Cavallini e di Giotto », dans Bon (...)

29Le décor peint de la loggia comprenait au moins trois scènes, connues par la description de Panvinio. Il ne subsiste plus qu’un fragment de la scène de la bénédiction de Boniface VIII, conservée aujourd’hui dans la basilique du Latran, contre le premier pilier qui sépare la nef principale du premier collatéral, du côté nord (fig. 8). Mais la composition d’ensemble de cette scène est connue par le manuscrit de l’Ambrosienne. On ne s’étendra pas ici sur les problèmes d’attribution des fresques de la loggia. Étant donné le caractère extrêmement lacunaire du seul fragment qui subsiste et les transports, transformations et restaurations incessants dont il a fait l’objet, le jeu des attributions paraît un peu gratuit108. Je voudrais seulement faire ici le bilan historiographique de la question. Au milieu du xvie siècle, Panvinio proposa d’y reconnaître la main de Cimabue109. Cette idée était encore suivie vers le milieu du xviie siècle110. Peu de temps après, il est donné à Giotto par Rasponi, puis par Ciaconius111. L’autorité des deux ecclésiastiques -doit avoir contribué à assurer le succès de l’attribution, de même que l’indication du nom de Giotto sur le cadre de la fin du xviiie siècle112 ; ce fut l’attribution la plus courante et c’est encore celle qui est donnée couramment par les guides et ouvrages de vulgarisation113. Même si certains auteurs ont maintenu cette hypothèse, ils préfèrent parler plus prudemment de cercle ou manière de Giotto. Carlo Bertelli mentionne en passant le fragment et c’est à Giotto ou à la main d’un élève qu’il assigne implicitement les fresques de la loggia114. Contrairement à ce qui a été écrit, il ne donne pas le fragment du Latran à la main du peintre de « l’encyclopédie » de l’abbaye des Trois-Fontaines, un autre artiste qu’il inscrit dans le cercle de Giotto115. D’autres auteurs ont proposé de rejeter l’attribution giottesque. Miklós Boskovits a attribué le fragment subsistant à Pietro Cavallini lui-même116. Dans la même direction, Alessandro Tomei renvoie à un maître inconnu de formation cavallinienne117.

Fig. 8 – Rome, basilique du Latran, fragment de fresque provenant de la loggia pontificale, Boniface VIII bénissant.

30Je donnerai ici seulement une description très rapide du fragment et de la scène dont il faisait partie, étant donné que le fragment et la copie de la Bibliothèque Ambrosienne sont tous deux reproduits ici (fig. 5 et 8). Je m’attarderai seulement sur quelques points de détail. La scène représente Boniface VIII en train de lire à la foule assemblée à ses pieds une bulle dont le clerc placé à sa gauche lui tend le texte. À sa droite, le premier des cardinaux-diacres, Matteo Rosso Orsini (identifié par S. Maddalo), fait pendant au clerc. Comme on l’a souvent noté, sa figure apparaît comme un véritable portrait, d’une grande qualité et véritablement caractérisé, plus encore que pour la personne du pape. Quant au personnage barbu visible à droite du fragment, sous le baldaquin, mais qui n’apparaît pas dans la copie manuscrite, S. Maddalo a voulu y reconnaître Célestin V quittant la charge de pontife, en parallèle avec une scène similaire qui orne le « De coronatione », manuscrit composé par le cardinal Stefaneschi en l’honneur du couronnement de Boniface VIII. Cette identification n’a pas entraîné l’adhésion générale et les raisons invoqués contre ce raisonnement semblent convaincantes (voir plus bas).

  • 118 L’inscription a été transmise par Panvinio par deux fois, avec des variantes. Enfin Rohault de Fle (...)
  • 119 Ladner, « Die Statue Bonifaz VIII. in der Lateranbasilika... », cit., ibid.
  • 120 L’interprétation est déjà attestée par l’inscription de 1786 rapportée plus haut. La thèse du jubi (...)
  • 121 Mitchell, « The Lateran fresco of Boniface VIII », cit., p. 6 ; Vayer (L.), « L’affresco del giubi (...)
  • 122 Maddalo (S.), « Bonifacio VIII e Jacopo Stefaneschi. Ipotesi di lettura dell’affresco della Loggia (...)
  • 123 Pace (V.), « Codici miniati a Roma al tempo del primo giubileo », dans Roma 1300-1875. L’arte degl (...)
  • 124 Gandolfo (F.), dans Aggiornamento scientifico all’opera di G. Matthiae, Pittura romana del Medioev (...)
  • 125 Gardner (J.), « Patterns of papal patronage circa 1260-circa 1300 », dans The religious roles of t (...)
  • 126 Röttgen (H.), « Die Inbesitznahme des Lateran... », cit. Röttgen soutient l’attribution à Giotto e (...)
  • 127 Aini, « La loggia di Bonifacio VIII... », cit.
  • 128 Frugoni (C.), « Così parlò Bonifacio » dans Medioevo, t. 6, 1998, p. 6-7 ; Ead., Due papi per un g (...)
  • 129 Gandolfo, « Bonifacio VIII, il Giubileo del 1300... », cit., voir aussi dans le même catalogue la (...)
  • 130 Maddalo (S.), « Roma miniata, Roma affrescata. Tracce di un mito fra Trecento e Quattrocento », da (...)
  • 131 Paravicini Bagliani (A.), « Bonifacio VIII, l’affresco di Giotto e i processi contro i nemici dell (...)

31Quant à sa signification, ce fragment a fait l’objet d’une multitude d’interprétations différentes. Rappelons rapidement les hypothèses proposées tour à tour. On avait d’abord reconnu dans la fresque la promulgation de la bulle de concession de la basilique aux chanoines séculiers remplaçant les chanoines réguliers de saint Augustin (3 février 1299). Cette interprétation semble avoir surgi d’une épigraphe transmise par Panvinio. Il s’agissait d’une plaque de marbre contenant une inscription en vers (des hexamètres rimés), passablement obscure, dont le texte est transmis par de nombreux auteurs, mais ne laisse pas de poser divers problèmes, dont celui de sa transcription exacte (il semble par exemple qu’il manque un vers) et celui de sa datation118. Cette inscription mentionnait l’œuvre de restauration de Boniface VIII au Latran et, seulement de manière implicite, la substitution des deux communautés. Cette interprétation était au moins en vigueur en 1631, comme le prouve un document publié par Ladner119. Dès la fin du xviiie siècle, on a vu en revanche dans la scène l’indiction du premier jubilé, proclamé à Saint-Pierre le 22 février 1300 par la bulle « Memor antiquorum fide », une interprétation qui fut tenue pour valable pendant tout le xixe siècle et une partie du xxe siècle120. Au milieu du siècle, Charles Mitchell et, un peu plus tard, Laos Vayer, sans renier totalement cette interprétation, ont noté tous deux le caractère constantinien et impérial de la scène avec Boniface VIII121. En 1983, Silvia Maddalo a proposé d’y reconnaître la prise de possession du Latran advenue le 23 janvier 1295, peu après l’élection de Boniface VIII122. En même temps, elle suggérait de reconnaître dans le personnage barbu, visible à droite de la scène, l’ancien pape Célestin V, de nouveau revêtu de son vêtement d’ermite, en rapprochant ce détail du motif semblable visible dans le manuscrit composé par le cardinal Jacopo Stefaneschi en l’honneur du nouveau pape, le « De coronatione ». Elle datait enfin la fresque de 1297, à l’acmé du conflit avec les Colonna, et justifiait la contradiction avec la date donnée par Panvinio par une interruption du chantier. En 1984-85, Valentino Pace s’est élevé contre l’identification du personnage de droite avec Célestin V, dans le manuscrit du cardinal Stefaneschi123. Il y voyait plutôt un simple laïc faisant partie du groupe de personnes de haut rang précédant le pape, une interprétation qui devrait donc valoir aussi bien pour la fresque. En 1988, Francesco Gandolfo voyait dans la scène l’affirmation, de la part du pontife, de la suprématie de la basilique vaticane sur celle du Latran et proposait par conséquent lui aussi une date très haute dans le pontificat, en 1295, lorsque Boniface VIII soutenait la primauté de la première124. Il rejoignait donc la datation de S. Maddalo, mais en fournissant une interprétation opposée. En 1989, Julian Gardner reprenait la thèse ancienne du jubilé125. En 1991, Herwarth Röttgen, tout en faisant sienne la théorie de Maddalo, apportait quelques nuances126. Pour lui les fresques ne se trouvaient pas dans la loggia proprement dite, mais dans la tour-porche intermédiaire entre celle-ci et la salle du concile. En 1996, Stefania Aini repoussait toutes les autres thèses mais suggérait que la loggia avait été élevée dès le début du pontificat, comme Maddalo et Gandolfo, sans donner d’interprétation précise127. En 1998, Chiara Frugoni a proposé de reconnaître dans le fragment peint la proclamation de la bulle qui excluait des bienfaits du jubilé les hérétiques et autres catégories traditionnellement combattues, ainsi que les partisans des Colonna, c’est-à-dire la bulle « Nuper per alias » proclamée le 22 février 1300 comme celle du jubilé (une interprétation qu’elle expose plus longuement en 2000)128. En 1999, Francesco Gandolfo y a décrypté une représentation de la bulle du 7 avril 1300 qui promulguait l’abréviation du temps nécessaire pour obtenir l’indulgence. Il refusait en outre l’identification du personnage représenté à droite du baldaquin avec Célestin V129. En 1997, 1998-1999 et 2000, Silvia Maddalo a réitéré sa propre interprétation, mais en y intégrant une partie des idées de Röttgen130. Elle accepte le fait que les fresques se trouvaient à l’arrière de la loggia proprement dite, mais propose sa propre explication à l’aspect de la loggia tel qu’il est connu par les représentations modernes. Enfin, Agostino Paravicini Bagliani a ouvert la voie à d’autres réflexions, en montrant que la bulle dont l’incipit est reproduit dans le fragment appartient au groupe des bulles les plus célèbres et les plus controversées de Boniface VIII, notamment celles qui concernent les procès contre les ennemis de l’Église131.

  • 132 Il s’agit d’une œuvre-charnière entre la description du Latran par Jean Diacre au xiie siècle et c (...)
  • 133 Je ne suis pas convaincu par tous les arguments, notamment ceux d’ordre stylistique ; mais la démo (...)
  • 134 Mitchell et Vayer, art. cités ; Belting (H.), « Papal artistic commissions as definitions of the m (...)
  • 135 Paravicini Bagliani, Le chiavi e la tiara, cit., p. 74-76 et Paravicini Bagliani, « Bonifacio VIII (...)
  • 136 L’épisode de Boniface VIII dissimulant la « lex de imperio » dans la cathédrale du Latran, aux dir (...)

32Il faut avant tout répéter ce qui a été dit parfois, mais pas avec assez de force, à savoir qu’on doit traiter séparément le problème de la loggia et sa datation et celui de la date du cycle des fresques. Il ne s’agit pas de nier la possibilité que les fresques aient été commandées et réalisées dès l’achèvement de la construction, mais, pour des raisons de méthode, il semble préférable d’envisager les deux problèmes individuellement, car le cycle peut avoir été commandé à une date légèrement plus tardive que la loggia elle-même ou réalisé avec un certain retard, ou encore son programme iconographique recevoir des inflexions au cours de l’exécution des peintures. Rappelons-nous d’ailleurs que l’exégèse du cycle peint ne repose le plus souvent que sur l’étude du petit fragment conservé, sans prendre en compte la totalité des scènes. En effet, avant d’en venir au fragment conservé et à la scène dont il faisait partie, il faut souligner que celle-ci faisait à son tour partie intégrante d’un programme plus vaste. Nous ne connaîtrons jamais son étendue ni toutes ses particularités. Mais il est indispensable de traiter l’ensemble des sujets pour résoudre la question de la signification du fragment. Outre la scène « historique » où prenait place la représentation de Boniface VIII, deux autres sujets sont connus par la description de Panvinio. Il s’agit du baptême de Constantin et de la construction du Latran. Outre ces deux épisodes, je propose de restituer la présence d’au moins une autre scène constantinienne dans le cycle. Giovanna Curcio a redécouvert il y a quelques années un petit traité publié en 1495 puis 1499 par Giuliano Dati132. La xylographie du frontispice des deux éditions montre quatre épisodes de l’histoire de Constantin, tournant autour de la Donation, le but du traité étant de réaffirmer l’authenticité et la validité de la Donation de Constantin contre sa remise en cause récente par Lorenzo Valla. G. Curcio propose de voir dans les fresques de la loggia la source d’inspiration de cette gravure, à cause d’une série d’indices convergents133. Outre la scène du baptême de Constantin et celle de la fondation du Latran (traitée dans la gravures en deux scènes), la xylographie présente un dernier sujet, la remise de la tiare par l’empereur à saint Sylvestre. G. Curcio ne mentionne pas la conséquence qui en découle, mais on peut supposer que cette scène était également présente dans le programme de la loggia. Contrairement à l’apparence, ces trois scènes constantiniennes et celle de la bénédiction de Boniface VIII montrent une grande cohérence entre elles. Je reprends ici l’interprétation de Mitchell, Vayer et Belting, qui ne reposait que sur les trois scènes connues depuis Panvinio134. Malgré leur pertinence et l’autorité du dernier nom, leur analyse ne semble guère avoir été entendue, sauf par A. Paravicini Bagliani135. Pour eux, l’insistance sur la figure du premier empereur chrétien vise à faire de Boniface VIII un nouveau Constantin, en coïncidence avec l’idéologie politico-religieuse du pontife. Ce contexte explique aussi le contenu « impérial » de la scène historique : le pape bénit la foule depuis une loggia surélevée, la couleur pourpre domine, notamment dans les deux colonnes qui soutiennent latéralement l’avancée de la structure. Belting a noté que cette accentuation de l’aspect impérial de la scène correspondait aussi avec le fait que Léon III avait donné la même valeur à la grande salle du Concile, contre laquelle était justement accolée la loggia. Si l’on suit l’indice fourni par la xylographie du traité de Giuliano Dati, la quatrième scène identifiée allait également dans le sens indiqué par ces auteurs : la remise de la tiare est le symbole par excellence de la « translatio imperii » chère à Boniface VIII et l’on sait combien ce couvre-chef est utilisé par le pape Caetani pour exprimer l’universalité de son pouvoir136.

  • 137 Paravicini Bagliani, « Bonifacio VIII... », cit.
  • 138 Son origine médiévale, affirmée par divers auteurs (Ladner, Mitchell, etc.) est difficile à prouve (...)
  • 139 Ils ont d’ailleurs fait faire une « copie » ou plus exactement une adaptation du fragment pour leu (...)

33Venons-en maintenant à la scène « d’actualité » avec Boniface VIII et la représentation de la loggia. Il faut rappeler que le texte visible sur le début du parchemin tenu par le clerc situé à droite du pape a été souvent invoqué pour identifier la scène. L’inscription est la suivante : « Bonifa/cius ep[iscopu]s ser/vus ser/vorum Dei/ ad perpe/tuam rei/ memoriam ». Paravicini Bagliani a rappelé qu’il s’agit de l’incipit de toutes les bulles les plus solennelles de Boniface VIII137. Mais en comparant le fragment et surtout l’ensemble de la scène connu par la copie aquarellée de Milan avec les cérémoniaux pontificaux du xiiie siècle, il a montré que la célébration représentée dans la fresque perdue devait être probablement la proclamation d’une bulle d’un type particulier, celui des procès contre les ennemis de l’Église. Les quelques points de différence avec les cérémoniaux (présence de la tiare, des hallebardes, de l’ombrelle) pourraient s’expliquer par la volonté de Boniface VIII de donner encore plus de relief à cette cérémonie précise. On peut en tout cas écarter toutes les interprétations qui ont proposé de voir dans la scène l’indiction d’une bulle quand celle-ci ne possède pas l’incipit en question. Pour d’autres raisons, on peut probablement écarter les deux premières interprétations qui furent données de la fresque, transmises toutes deux par des inscriptions. L’une et l’autre s’expliquent par des raisons idéologiques liées aux commanditaires des deux épigraphes. La première insistait sur la substitution des chanoines séculiers par les chanoines réguliers du Latran et émanait peut-être de ces derniers. L’opération ne fut certainement pas négligeable et correspond directement à l’intérêt de Boniface VIII pour une rénovation générale du Latran, mais on a dû mal à voir comment cet épisode somme toute mineur aurait pu s’insérer dans le cycle de fresques commandées par le pontife. En outre l’épigraphe sur laquelle se fonde cette interprétation non seulement est peut-être postérieure à la loggia138, mais surtout ne la mentionne même pas. La deuxième inscription a été dictée par la famille Caetani en 1786. Elle participe à l’exaltation du véritable fondateur de la lignée. Les Caetani ont donc suggéré que le fragment représentait un des épisodes les plus glorieux du pontificat – mais aussi l’un des plus avouables, l’indiction du jubilé139. En outre, il coïncidait avec la date de 1300 connue par la transcription de Panvinio. Comme on l’a souvent souligné, un tel choix n’aurait pas eu de sens au Latran. La basilique n’avait même pas été comprise dans l’indulgence du jubilé. Il faut donc écarter définitivement cette hypothèse.

  • 140 Morghen (R.), « Il cardinale Matteo Rosso Orsini e la politica papale nel secolo xiii », dans ASRS (...)
  • 141 Herklotz, « Der Campus Lateranensis... », cit., p. 6.
  • 142 Maddalo, « Alcune considerazioni sulla topografia... », cit., p. 622 et 628.
  • 143 Curcio (G.), « L’ospedale di S. Giovanni in Laterano : funzione urbana di una istituzione ospedali (...)

34Si l’on suit les vues d’A. Paravicini Bagliani, on notera que si l’événement représenté doit correspondre à une bulle du type « Ad perpetuam memoriam », il y a en outre de grandes chances pour qu’il fasse partie de la catégorie la plus solennelle de celles-ci, les bulles promulguées en relation avec les procès contre les ennemis de l’Église ou avec le conflit avec les Colonna. En outre, on a vu que la loggia existait certainement avant la fin de 1302 et que rien ne pouvait, en l’état de la recherche, discréditer le témoignage de Panvinio rapportant la date de 1300 qui aurait été inscrite sur la loggia. Les fresques peuvent bien avoir été peintes à une date ultérieure du pontificat, mais il est de toute façon probable que la bulle à laquelle faisait allusion la peinture « d’actualité » ait été proclamée en 1300, au moment de l’érection du bâtiment. On pourrait donc suivre volontiers par exemple l’hypothèse de Gandolfo en 1998 et plus encore celle de Frugoni, qui concilient toutes ces données. La proposition de C. Frugoni a l’avantage supplémentaire d’abonder dans la direction « anti-Colonna » indiquée par A. Paravicini Bagliani. Pour renforcer son hypothèse (représentation de la bulle « Nuper per alias »), qu’il me soit permis de proposer les remarques suivantes. La présence du cardinal Matteo Rosso Orsini était certes dictée par le cérémonial, en tant que premier des cardinaux-diacres ; mais on ne peut qu’être frappé de la place qui lui est concédée, soulignée par sa proximité immédiate avec le pontife ou par sa main débordant sur le pupitre, sans parler des qualités physonomiques de son portrait. On notera d’abord que le cardinal Orsini était l’un des plus fervents partisans de Boniface VIII et l’un de ses conseillers les plus écoutés140. Plus précisément, parmi les principaux bénéficiaires de la chute des Colonna, le clan Orsini occupa une place honorable, après la famille du pape elle-même. Comme le rappelle A. Paravicini Bagliani, pas moins de cinq bulles « Ad perpetuam memoriam » du 10 septembre 1300 réglaient le partage des dépouilles des Colonna entre divers membres du lignage Orsini, dont le cardinal Matteo Rosso. Ces bulles furent promulguées à Anagni, il n’est donc pas question d’identifier la scène du Latran avec l’une d’entre elles. En revanche, lorsqu’on sait que les Colonna occupaient traditionnellement le quartier situé en face de la loggia, on doit considérer que la fresque se présentait comme une véritable proclamation, de la part du pape et des Orsini, de la fin du clan Colonna. À cet égard, on suit volontiers les analyses d’I. Herklotz et de S. Maddalo. Le premier a fait remarquer que la construction de la loggia de Boniface VIII, à l’extrémité de la salle du concile, constituait une sorte de déplacement de l’axe principal du palais, jusqu’ici centré sur la porte d’accès, vers l’ouest141. La seconde a souligné la position stratégique de la loggia142. Elle fait face à trois rues importantes pour la circulation et par leur valeur dans la topographie politique de la ville. D’autre part les maisons situées de l’autre côté de la place, notamment l’hôpital, appartenaient à la sphère d’influence des Colonna143. La loggia est donc bien une opération de propagande politique. Cependant on ne peut pas la voir comme un geste de défi face à des ennemis encore menaçants, comme l’avait proposé de manière suggestive S. Maddalo ; c’est plutôt un cri de victoire face aux ennemis vaincus. C’est aussi dans cette perspective que l’on doit situer l’autre citation que Dante fit du palais (Enfer, XXVII, 86-87) :

  • 144 « Le prince des nouveaux Pharisiens/ faisait alors la guerre près du Latran... ». Dante, La divine (...)

« Lo principe d’i novi Farisei, / avendo guerra presso a Laterano... »144.

35Puisque c’est au Latran que le pape, « chef des nouveaux pharisiens », avait commencé la guerre, c’est au Latran qu’il devait proclamer sa victoire.

APPENDICE

INSCRIPTION PROVENANT DE LA LOGGIA DES BENEDICTIONS EN DIX-SEPT VERS, TRANSCRITE PAR O. PANVINIO

361. Publication de Lauer, Le palais de Latran..., op. cit., p. 237, d’après un ms de Panvinio des archives du Latran ; éditée auparavant par Rasponi, De basilica et patriarchio Lateranensi..., op. cit., p. 29-30.

37N.B. Le texte permet d’inférer l’absence d’un vers, probablement oublié par Panvinio ou illisible lors de sa transcription, dont la disposition adoptée ici suggère l’emplacement.

  • 145 Rasponi : « Sic ».

38« Qui foetidam dedit esca lepram, vivique perosam, / Et maculata fides multa cum fece lutosam, Constantinus ait pueros pietate trucidam, / Impia lex pietate datur mihi subdere terram, Stant Petrus et Paulus, Silvestri suscipe normam, / Erectam fidem sanctissima fonte renatam, Ac per transversos montes, collesque fugatam, / Liberat ille coelis, tenet Urbis papa coronam. Inde prior generosa mater basilica presens / Facta fuit stabilis quamvis lacerata per hostes. Tandem convaluit rusticam relinquendo catervam / Papa Bonifacius veniens octavus in eam, Auxit, posuit de multis nobile germen / Qui nova progenies ipso favente subacti, / Sic fugiant vitium quod non sciant cavere vetusti, Hi145 sunt scriptarum custodes reliquiarum, / Sic sunt missarum factarum a Deo rerum. »

392. Publication de Ladner, Die Papstbildnisse..., op. cit., t. II, p. 294-295, d’après Panvinio (O.), De praecipuis urbis Romae sanctioribusque basilicis quas septem ecclesias vocant, liber, Rome, 1570, p. 113. La transcription donnée par Severano, Memorie sacre..., op. cit., p. 519-520 semble être tirée de cet ouvrage de Panvinio, à quelques détails près indiqués en note, et non du manuscrit de Panvinio comme semble l’indiquer la mention : « come si leggeva in una tavola di marmo, colli seguenti versi, registrati nell’Archivio dell’istessa Basilica ».

  • 146 Severano : « praesens » (ce qui constitue seulement un développement d’abréviation, d’ailleurs peu (...)
  • 147 Severano : « callere ».

40« Qui foetidam dedit esca lepram, visuque perosam / Et maculata fides multa cum fece lutosam Constantinus ait : pueros pietate trucidam / Impia lex pietate datur mihi subdere terram. Stant Petrus et Paulus : Silvestri suscipe normam ! / Et rectam fidem sanctissimo fonte renatam Ac per transversos montes collesque fugatam / Liberat ille coelis tenet urbis papa coronam. Inde prior generosa mater basilica praeses146 / Facta fuit stabilis quamvis lacerata per hostes Tandem convaluit rusticam relinquendo catervam. / Papa Bonifacius veniens octavus in eam Auxit posuit de multis nobile germen / Qui nova progenies ipso faciente subacti / Sic fugiant vitium quod non sciant cavere147 vetusti. Hi sunt scriptarum custodes reliquiarum / Sic sunt missarum factarum a deo rerum. »

413. Transcription de Rohault de Fleury, Le Latran..., op. cit., p. 481-482, selon lui d’après Rasponi et Ciaconius (la source de Rohault de Fleury n’est pas claire, il semble avoir mêlé plusieurs transcriptions, dont celles qu’il cite et celle de Lauer. Son texte est donc moins fiable que les deux précédents et apparaît comme une tentative d’interprétation).

42« Cui faetidam dedit esca lepram, visuque perosam, / Et maculata fides multa cum faece lutosam, Constantinus ait, pueros pietate trucidam ? / Impia lex, pietate datur mihi subdere terram ; Stant Petrus, et Paulus : Silvestri suscipe normam / et rectam fidem sanctissimo fonte renatam, Ac per transversos montes, collesque fugatam, / Liberat ille Coelis tenet urbis Papa coronam. Inde prior generosa mater Basilica praesens / Facta fuit stabilis quamvis lacerata per hostes, Tandem convaluit rusticam relinquendo catervam. / Papa Bonifacius veniens Octavus in eam, Auxit, et posuit de multis nobile germen, / Qui nova progenies ipsa faciente subacti / Sic fugiant vitium quod non sciant cavere vetusti. Hic sunt scriptarum custodes reliquiarum/ Hic sunt missarum factarum a Deo rerum. Andreas Victorellus ».

434. Proposition de traduction ; interprétation.

44« Celui auquel les repas et une foi immonde ont donné une lèpre fétide, abhorrée des vivants et souillée de tant d’immondice, Constantin, dit : “Estque c’est la piété qui va me faire assassiner ces enfants ? Ô loi impie, il m’est donné de soumettre le monde à la vraie piété.” Apparaissent Pierre et Paul : “Reçois la règle de vie de Sylvestre et la juste foi revivifiée dans les fonts très saints, foi que tu as fais fuir par les monts et les collines”. Celui-là – Constantin – libère alors les enfants au nom des Cieux ; et le pape détient la couronne de la Ville. Par la suite, ô mère basilique, première, généreuse, tu l’emportes sur toutes ; bien que déchirée par les ennemis, tu es restée stable. Enfin, la basilique a pris des forces en abandonnant sa troupe rustique. Le pape Boniface VIII, venant chez elle, l’a exaltée, a posé le noble germe à partir de [...]. La nouvelle lignée, avec sa faveur [...]. Ainsi, qu’ils fuient le vice que ne sauraient éviter les anciens. Ainsi, ils sont les gardiens des écritures, des reliquaires, des messes, des choses faites par Dieu. Andrea Vittorelli »

45Il faut noter que l’absence ici supposée du 14e vers rend la traduction du passage concerné particulièrement sujette à caution. On reconnaît dans le récit les épisodes classiques du cycle de Constantin : sur les conseils des prêtres païens, l’empereur, atteint de la lèpre, est sur le point de faire tuer des enfants pour guérir avec leur sang ; il hésite puis décide de se convertir au christianisme ; l’apparition des saints Pierre et Paul le conforte dans cette voie ; ils lui ordonnent de recevoir le baptême des mains du pape Sylvestre qu’il a envoyé en exil sur le mont Soracte ; l’empereur libère les enfants et remet au pape la tiare, symbole du pouvoir temporel sur la ville (et sur l’ensemble de l’Empire) qu’il lui confie. Puis est résumée l’histoire de la basilique : malgré les difficultés, elle reste la mère des églises de la chrétienté. Le départ de la « troupe rustique » (les chanoines réguliers ?) et l’arrivée d’une « nouvelle lignée » voulue par Boniface VIII (les chanoines séculiers ?) marquent l’intérêt du pape Caetani pour la basilique. Désormais, les nouveaux occupants seront les dignes gardiens du sanctuaire.

II–LE PALAIS DU VATICAN

46Le palais du Vatican a depuis toujours exercé un grand attrait pour les chercheurs, à cause de la continuité de son occupation et de son statut actuel de résidence officielle du pape, mais aussi à cause de sa nature juridique, qui en fait comme l’équivalent de l’État pontifical, depuis 1870. Une grande partie des bâtiments médiévaux subsiste (au moins pour la partie résidentielle du palais), ce qui semble une chance incroyable pour le palais le plus prestigieux du monde catholique. Mais ils sont englobés dans les agrandissements et remaniements successifs du monument, difficilement accessibles même si une partie d’entre eux sont situés au cœur du complexe muséal actuel, et finalement peu lisibles. Une des difficultés récurrentes provient de l’absence d’analyse architecturale détaillée (maçonneries, voûtes, etc.), ce qui laisse la part très grande aux hypothèses. Par ailleurs les sources documentaires ne sont guère abondantes et donnent lieu à des interprétations contradictoires. Comme pour le Latran, on donnera ici un aperçu général des phases médiévales jusqu’à la fin du XIIIe siècle, mais on mettra surtout l’accent sur les travaux d’Innocent III, Innocent IV, Nicolas III, ainsi que sur les décors subsistants (fig. 9). On pourrait s’étonner de voir cités ici, sur pied d’égalité avec Nicolas III, deux papes antérieurs à la période traitée dans ce travail. Ce parti est indispensable dans le cas du Vatican, à cause de la situation complexe de l’historiographie qui a attribué tour à tour à chacun de ces pontifes une bonne partie des bâtiments concernés.

Fig. 9 – Rome, palais du Vatican, principales campagnes médiévales (d’Innocent III à Nicolas III ; ne sont pas pris en compte ici les niveaux inférieur, autour de la cour inférieure, et intermédiaire, autour de la cour du maréchal), fond de plan d’après Mancinelli (F.), « Il cubiculo », fig. 23 (niveau : 1er étage). 1. « Aula prima » (salle royale). 1bis. Escalier d’accès à l’« aula prima » depuis la cour du maréchal. 2. « Aula secunda » (salle ducale, moitié ouest). 2bis. Chapelle de Nicolas III. 3 « Aula tertia » (salle ducale, moitié est). A. Tour innocentienne (1er étage, chapelle ; étages supérieurs, chapelle de Nicolas V). 4. Salle des Parements (2e étage : Salle vieille des Suisses). 5. Salle du Perroquet (2e étage : Salle des Clairs-Obscurs). 6. Chambre de Nicolas V (2e étage : « studiolo » de Nicolas V puis chambre de Jules II). 7. Chambre de la Falda (2e étage : « studiolo » de Ni-colas V puis chambre de Jules II). 8. « Galleriola ».

1. Historiographie

  • 148 Ehrle (F.) et Egger (H.), Der vatikanische Palast in seiner Entwicklung bis zur Mitte des 15. Jahr (...)
  • 149 Redig de Campos (D.), I palazzi Vaticani, Bologne-Cité du Vatican, 1967.
  • 150 Steinke (K. B.), Die mittelalterlichen Vatikanpaläste und ihre Kapellen, Baugeschichtliche Untersu (...)
  • 151 Parmi les nombreux comptes rendus critiques, citons Girgensohn (D.), dans Quellen und Forschungen (...)
  • 152 Pistilli (P. F.), « L’architettura a Roma tra il 1198 e il 1254 », dans Roma nel Duecento, Romanin (...)
  • 153 Mancinelli (F.), « Il palazzo apostolico Vaticano dalle origini a Sisto IV », dans Il palazzo apos (...)
  • 154 Voci Roth (A. M.), Nord o Sud ? Note per la storia del medioevale “palatium apostolicum apud Sanct (...)
  • 155 Pagliara (P. N.), « Der Vatikanische Palast », dans Hochrenaissance im Vatikan. Kunst und Kultur i (...)
  • 156 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., chap. 2.
  • 157 Monciatti (A.), Per la decorazione del palazzo di Niccolò III Orsini in Vaticano : nuove indagini (...)

47L’historiographie du Vatican médiéval est complexe et contradictoire. Je ne citerai ici que les titres récents, à part la monographie fondamentale de Franz Ehrle et Hermann Eg ger148. Les contributions sont extrêmement nombreuses. Dans les années 1940-1960, la recherche a été dominée par les nombreux articles de Deoclecio Redig de Campos, qui ont conflué dans son ouvrage de 1967149. En 1984, le livre de Katharina Steinke a apporté beaucoup de nouveautés, notamment sur le rôle d’Innocent IV150. Mais l’ouvrage est peu convaincant sur d’autres aspects, notamment sur le haut Moyen Âge151. En 1991, Pio Francesco Pistilli confirmait certaines des intuitions de Steinke concernant le rôle d’Innocent III et d’Innocent IV152. En 1992, Fabrizio Mancinelli donnait la synthèse la plus complète et la plus convaincante153. Mais il ne pouvait pas tenir compte du livre d’Anna Maria Voci paru la même année, qui introduisait de nombreuses nouveautés dans le débat154. Pier Nicola Pagliara a proposé récemment une synthèse très utile155. Enfin, dans le livre récent de Maria Teresa Gigliozzi, comme on l’a déjà évoqué, un chapitre est consacré au Latran et au Vatican ; les pages consacrées à ce dernier constituent malheureusement une régression par rapport à la recherche antérieure156. En revanche, sur le problème particulier du décor, les analyses nouvelles d’Alessio Monciatti sont largement convaincantes et font attendre avec impatience la publication de sa thèse157.

2. Le Vatican médiéval

Des origines à Innocent III

  • 158 Cf. surtout Voci Roth, Nord o Sud..., cit., chap. I. Quant au palais que Charlemagne se fit constr (...)

48Un premier noyau remonte au pontificat de Symmaque (498-514) et plus spécialement aux années 501-506, lorsqu’il fit construire des bâtiments des deux côtés du portique de Saint-Pierre. Ces constructions se trouvaient à proximité immédiate de la basilique, près de l’atrium, et ne constituaient donc pas un véritable précédent du palais médiéval. Quant au triclinium élevé par Léon III (795-816), il se trouvait au sud de la basilique et ne nous importe donc pas ici, puisqu’il est sans lien avec les développements du palais au Moyen Âge central158. C’est en revanche au nord qu’Eugène III (1145-1153) fit construire un palais (le « palatium novum »). Selon Ehrle, il se limita à adapter le palais de Symmaque situé immédiatement au nord de la basilique, près de l’atrium. Pour Steinke, ce palais devait être au contraire au sud de Saint-Pierre. Voci a réfuté ces propositions. Selon elle le palais d’Eugène III doit bien être situé au nord de la basilique, mais sur le sommet de la colline qui domine Saint-Pierre, le « Mons Saccorum ». Il s’agissait en outre d’une construction neuve et non d’une simple restauration. Elle identifie donc la résidence d’Eugène III avec le noyau originel du palais actuel, même s’il ne subsiste rien aujourd’hui qui puisse être identifié avec des restes du monument. On suit volontiers toute la démonstration d’A. M. Voci.

  • 159 Voir texte en annexe.
  • 160 Redig de Campos (D.), « Les constructions d’Innocent III et de Nicolas III sur la colline vaticane (...)
  • 161 Logiquement, pour Steinke les salles de représentation d’Innocent III auraient été situées au sud (...)
  • 162 Pagliara, « Der Vatikanische Palast », cit., cf. p. 207.
  • 163 Pour tout le paragraphe suivant, je m’appuie essentiellement sur Pagliara.
  • 164 Libri rationum..., cit., n°317, 457, 918.
  • 165 Kirsch (J. P.), Die Rückkehr der Päpste Urban V. und Gregor XI...., Paderborn, 1898, p. XXXIII.
  • 166 Ehrle et Egger, Der vatikanische Palast..., cit., p. 62.
  • 167 Voci Roth, Nord o Sud..., cit., p. 51-52.

49Ce sont essentiellement les « Gesta » d’Innocent III qui nous renseignent sur son action au Vatican159. Elle doit donc se situer avant 1208, date de la rédaction des « Gesta »160. L’intervention du pontife semble avoir été destinée à améliorer le palais construit par Eugène III161. Les réalisations d’Innocent III sont cependant difficiles à situer concrètement dans le palais actuel. Le texte des « Gesta » nous donne au moins de nombreuses informations sur l’entité du palais, sur ses différentes composantes, sa situation par rapport à la basilique, etc., ce qui permet de reconstituer avec une certaine vraisemblance non pas la structure architecturale du bâtiment, mais ses nouveautés par rapport à la tradition précédente. Le pape Conti partait certainement du palais construit par Eugène III. Il en fit restaurer la grande salle et refaire une loggia et ajouter une nouvelle résidence (« domus novae »), comprenant un édifice avec une chapelle et une chambre ; il fit faire un bâtiment pour la cuisine, la bouteillerie, la paneterie, les écuries ; un autre pour les principaux organes de gouvernement, à savoir la Chambre, la chancellerie, l’aumônerie. Les « Gesta » nous apprennent aussi que le pape acheta une maison pour loger son médecin. Le tout fut protégé par une enceinte à tours. Ce qui apparaît le plus novateur dans ces dispositions, ce ne sont pas tant les bâtiments résidentiels ou de représentation, mais plutôt le regroupement d’une part des offices de la cour pontificale, d’autre part des bureaux de la curie pontificale dans des constructions spécifiques. À cette différenciation de fonctions du palais répond la juxtaposition des noyaux remontant à Innocent III. Selon le témoignage de Vasari, confirmé par les analyses de Redig de Campos, Voci, Pagliara, etc., la partie concernant la curie devait se trouver en bas, juste à côté de la basilique constantinienne et sur les pentes de la colline, le « Mons Saccorum » (fig. 10). Toute cette zone a été anéantie par la construction du nouveau Saint-Pierre, en 1607-1610162. Mais de nombreux plans et dessins, qui reproduisent l’état des bâtiments après les modifications de la seconde moitié du xve siècle, ainsi que les mentions comptables des xive-xve siècles permettent de se faire une idée de ce « palais inférieur », car on peut supposer avec Pagliara que la disposition et la fonction des salles n’avaient guère changé depuis leur origine163. Ce palais se développait autour de la « cour inférieure » (« curia inferior » ou « curia prima » au xive siècle, « curia inferior » ou « reclaustrum palatii » au xve siècle, « cortile da basso » ou « cortile grande » au xvie siècle, plus tard cour des Suisses). À la fin du xiiie siècle, les mêmes termes apparaissaient déjà pour le palais du Latran (dans l’expression « porta inferior » ou « porta reclaustri »164), ce qui prouve au moins une continuité dans le fonctionnement des deux palais. Au sud de la cour se trouvait les bâtiments abritant la Chambre apostolique, qui devait avoir pris la place de l’ancien portique nord de l’atrium du Vieux-Saint-Pierre (Kirsch localisait ici l’habitation et les bureaux du camérier165 ; Ehrle et Egger y situaient aussi bien le camérier que le chancelier, mais plaçaient le trésor proprement dit dans l’aile ouest166 ; Steinke et Voci supposent que le camérier, comme le trésor, se trouvaient plutôt à l’ouest de l’aile sud et les autres bureaux, dont ceux de la chancellerie et de l’aumônerie, à l’est de celle-ci). D’après Kirsch et Voci, la résidence du camérier devait comporter au moins quatorze espaces, que l’on connaît par les sources de la fin du Moyen Âge (parmi lesquels une grande salle, une chambre du conseil, une chambre de parement, une chambre secrète, une chapelle, un « studium », une chambre des écuyers, une cuisine, une cave, un jardin). Selon Voci, la résidence devait avoir deux étages et posséder un portique et une loggia167. Du côté opposé de la cour, au nord, se trouvait un mur de soutènement qui contenait la colline du Vatican, que l’on avait en partie creusée de ce côté pour créer l’espace nécessaire à l’édification de la basilique constantinienne. Ici se trouvait aussi l’accès aux caves à vin, qui devaient être aménagées dans le flanc de la colline. Du côté ouest une rue menait aux écuries situées dans une tour du mur d’enceinte, dans la partie occidentale de celle-ci.

Fig. 10 – Cité du Vatican, palais apostolique, plan schématique du noyau médiéval (jusqu’au début du xvie siècle), niveau inférieur. Pagliara (P. N.), « Der Vatikanische Palast », fig. p. 582.

50L’accès au palais principal devait se faire par la cour supérieure (« curia superior », l’actuelle cour du Maréchal), située à un niveau intermédiaire entre la cour inférieure (cour des Suisses) et la cour du Perroquet. La cour supérieure (fig. 11, n°17) reliait donc la basilique Saint-Pierre dans la partie basse et la partie résidentielle dans la partie haute, grâce à des escaliers qui se trouvaient contre la chapelle de Nicolas III. Quant aux cavaliers, ils pouvaient peut-être accéder directement à la cour du Perroquet par le passage existant entre cette dernière et la cour du Maréchal, réservé entre l’« aula secunda » et l’« aula tertia » (fig. 11, n°23). Cet accès était gardé par une tour d’escalier médiévale (remontant peut-être au pape Orsini) située dans l’angle sud-ouest de la cour (fig. 11, n°16). Une autre tour, certainement médiévale mais de datation difficile, s’élevait dans l’angle sud-est de la façade orientale, au bout de la loggia (fig. 11, n°27). La partie basse subsiste encore, englobée dans des structures plus tardives, en grande partie de l’époque de Bramante.

Fig. 11 – Cité du Vatican, palais apostolique, plan schématique du noyau médiéval (jusqu’au début du xvie siècle), rez-de-chaussée. Pagliara (P. N.), « Der Vatikanische Palast », fig. p. 582.

  • 168 Egger attribuait déjà ce rez-de-chaussée à l’époque d’Innocent III, mais il lui donnait également (...)
  • 169 Marder (T. A.), « The Turris Scalarum : Its date in relation to the medieval fabric of the Vatican (...)
  • 170 Pistilli, « L’architettura a Roma tra il 1198 e il 1254 », cit. Sa démonstration paraît convaincan (...)
  • 171 Redig de Campos, « Les constructions... », cit., p. 369.

51La partie résidentielle du palais d’Innocent III se trouvait au sommet de la colline et correspond au noyau le plus ancien du palais actuel autour de la cour du Perroquet (fig. 11, n°24). Steinke a avancé la datation d’une partie du palais de l’époque d’Innocent III à celle d’Innocent IV (« aula tertia » et tour) ; on les traitera donc plus loin. En revanche la salle située au rez-de-chaussée de la « sala regia » (ou « aula prima ») serait à identifier selon elle avec la maréchalerie d’Innocent III (fig. 11, n°20)168. Ce rez-de-chaussée consiste une une salle à deux vaisseaux correspondant environ aux deux tiers de la salle royale située à l’étage supérieur (l’espace correspond aujourd’hui à la salle 32 de la Galerie d’art religieux moderne des Musées du Vatican). Le tiers méridional a été bouleversé par les travaux de Bramante puis du Bernin, lorsque ce dernier créa la « scala regia ». Des fragments de la voûte d’arêtes subsistent entre l’escalier du Bernin et le pavement de la salle royale, ce qui prouve que la salle basse avait bien la même superficie que la salle royale de l’étage169. Les parois de la salle sont en tuf et l’espace est voûté d’arêtes, reposant sur des colonnes (six à l’origine, trois depuis les travaux de l’époque moderne, mais l’une est englobée dans un pilastre du xvie siècle), probablement de remploi, couronnées de chapiteaux ioniques. Eux aussi sont probablement des remplois, mais retaillés au xiiie siècle. Pistilli, qui a confirmé la datation de la salle basse sous Innocent III, a proposé une confrontation intéressante avec la salle capitulaire de l’abbaye cistercienne des Trois-Fontaines170. Il faut rappeler que Redig de Campos pensait que le rez-de-chaussée comme le premier étage de la salle royale remontaient à Nicolas III, ce qui avait au moins le mérite de la cohérence171. En revanche Steinke, suivie par Mancinelli et Marder, propose de voir dans le premier étage de cette grande salle (l’actuelle salle royale) une création de Nicolas III. Je ne trancherai pas ici entre les deux hypothèses, en l’absence d’enquête personnelle sur les maçonneries, mais il me semble qu’il faudrait probablement attribuer en bloc les deux étages à Innocent III ou à Nicolas III. La salle basse est d’une taille et d’une ampleur remarquable ; il semble donc improbable qu’Innocent III l’ait conçu de manière isolée et non pour supporter une grande salle haute charpentée, selon la typologie habituelle des grandes salles palatiales. En outre, on verra plus bas qu’un argument avancé récemment par Marder à propos de la chapelle Sixtine pourrait plutôt servir à conforter la datation de la salle haute à l’époque d’Innocent III.

  • 172 Girgensohn, compte rendu cité.
  • 173 Voci Roth, Nord o Sud..., cit., chap. III adopte la même position.

52Si la chronologie est discutable, de même on a reproché à Steinke son identification de la salle basse avec une écurie. On a vu plus haut que les écuries se trouvaient plus loin, à l’ouest. On lui a reproché en outre de confondre les bureaux de la maréchalerie, que désignerait le terme de « marescaltia » dans les « Gesta » et les écuries proprement dites172. La critique ne me paraît pas entièrement fondée. Comme on le verra dans la deuxième partie de ce travail, les termes qui servent à désigner les différents organes de la curie ou les offices de la cour (« camera », « cancellaria », « capella », « coquina », « panneteria », etc.) désignent bien à la fois les institutions, les bâtiments servant à l’activité administrative et ceux qui abritent les parties plus matérielles du travail173.

  • 174 On le sait de manière certaine seulement depuis 1990. Cette découverte a été confirmée par les res (...)
  • 175 Voci Roth, Nord o Sud..., cit., p. 68-104.
  • 176 De Strobel (A. M.) et Mancinelli (F.), « Le cappelle pontificie », dans Il palazzo apostolico Vati (...)
  • 177 Sur ce point, cf. Anheim (É.), « La Grande Chapelle de Clément VI : les hommes, les lieux, les pra (...)
  • 178 Marder, « The Turris Scalarum... », cit., p. 136.

53De l’autre côté de la salle royale se trouve la chapelle sixtine (fig. 11, n°21). On sait que la chapelle actuelle fut précédée par un bâtiment de superficie à peu près équivalente, dont la partie basse subsiste encore, réutilisée dans les murs actuels174. Mgr Duchesne et récemment Voci puis Pagliara ont proposé d’y reconnaître la « capella magna » d’Innocent III175. Ehrle et Egger et Redig de Campos ont voulu y voir une création de Nicolas III. Enfin Steinke, Shearman, De Strobel, Mancinelli et Monciatti ont préféré y voir une campagne de travaux d’Urbain V, destinée à créer à Rome une chapelle pontificale de taille équivalente à la chapelle clémentine d’Avignon176. On suit volontiers la démonstration de ces derniers. Ce n’est qu’à partir du palais d’Avignon que la chapelle palatiale prend une dimension nouvelle, d’abord avec celle de Benoît XII, de taille remarquable bien que d’une grande simplicité, et plus encore avec celle de Clément VI177. Comme on le verra dans le chapitre II.3, les chapelles pontificales, jusqu’au xiiie siècle compris, sont des salles de taille médiocre, dans les résidences non romaines comme à Rome. Pourtant Marder a donné récemment des arguments nouveaux à la thèse de Voci ou, tout du moins, à l’existence d’une chapelle (ou d’un autre bâtiment) dans cette zone du palais, antérieurement à la chapelle d’Urbain V. Il a fait remarquer que si l’on accepte de dater la chapelle qui était située entre la salle royale et la salle ducale du pontificat de Nicolas III (voir plus loin), il en découle que l’escalier situé au sud de la chapelle et qui aboutit actuellement à la chapelle Sixtine par l’intermédiaire de la salle royale devrait être antérieur au pape Orsini, à cause des contreforts qui se trouvaient à l’intérieur de la chapelle de Nicolas III et qui n’auraient pas d’explication autrement178. Cependant le raisonnement de Marder pourrait aussi être utilisé de manière plus simple pour prouver l’attribution de l’étage de la salle royale à une date antérieure à Nicolas III, selon la chronologie ici proposée. On peut donc probablement supposer que la chapelle « pré-sixtine » dont les murs sont conservés dans le bâtiment actuel doit bien dater du retour d’Avignon.

Le Vatican d’Innocent IV

  • 179 Pagnotti (F.), « Niccolò da Calvi et la sua “Vita d’Innocenzo IV” », dans ASRSP, t. 21, 1898, p. 7 (...)
  • 180 Egidi (P.), Necrologi e libri affini della provincia romana, Rome, 1908-1914, 2 t., t. I, p. 290 ; (...)
  • 181 Redig de Campos, « Les constructions... », cit., p. 365 ; Voci Roth, Nord o Sud..., cit., p. 58 n. (...)

54Selon son biographe Niccolò da Calvi, Innocent IV (1243-1254) aurait fait construire un nouveau palais auprès de Saint-Pierre, à son retour du concile de Lyon (donc à la fin de son pontificat, vers 1253-1254), comprenant une tour avec des chambres et une aile plus basse179. Il aurait également fait acheter des vignobles à proximité. Ce texte pose problème et partage depuis longtemps les spécialistes qui se sont penchés sur l’histoire du palais. Certains ont accordé un grand crédit à la notice (il faut dire que Niccolò da Calvi est un biographe sérieux, qui plus est un proche et un contemporain du pape, qui dispose donc d’excellentes sources d’information) et ont donc cherché à attribuer à Innocent IV une partie du noyau médiéval du palais. À cette source bien connue, A. M. Voci a ajouté un autre document, jusqu’ici non pris en considération même s’il était publié depuis longtemps, le nécrologe du pontife : « Obiit dominus Innocentius p. IV, qui construxit palatium nobile iuxta alias domos papales »180. D’un autre côté, on sait que lors de ses deux séjours romains, durant l’hiver 1243-1244 comme durant l’hiver 1253-1254, le pontife résida exclusivement au Latran. Par conséquent, s’il fit réellement réaliser des travaux au Vatican lors de ce second séjour, la construction ne dut pas être prête pour l’accueillir avant sa mort. D’autres auteurs refusent donc sinon de prêter foi à Niccolò da Calvi, du moins de croire que le chantier eut une quelconque importance dans le développement du palais médiéval181. La confrontation avec le bâtiment permet probablement de donner raison aux premiers.

  • 182 Mais les voûtes ont été reprises sous Paul II.
  • 183 La datation sous Innocent III est affirmée aussi par Rebecchini (C.), « Il ritrovamento del palazz (...)
  • 184 Voci Roth, Nord o Sud..., cit., p. 56 et fig. 8.
  • 185 Cité du Vatican, Archivio storico dei Laboratori di restauro dei Musei Vaticani, protocollo 3374/5 (...)
  • 186 Cf. Cornini (G.) et De Strobel (A. M.), « La torre di Innocenzo III prima dell’intervento dell’Ang (...)
  • 187 Alfieri (M.) et Pagliara (P. N.), « La torre di Innocenzo III », dans Il Beato Angelico e la cappe (...)
  • 188 Monciatti et Cornini et De Strobel se prononcent également nettement pour cette datation (cf. Corn (...)
  • 189 Cornini et De Strobel, « La torre di Innocenzo III... », cit., p. 36.

55Parmi les bâtiments qui entourent la cour du Perroquet, Redig de Campos a individualisé dans l’aile sud (l’« aula tertia » ; fig. 9, n°3) et la tour adjacente (fig. 9, n°A) un ensemble structurellement homogène (appareil « a tufelli » doublé de briques de remploi à l’extérieur pour l’« aula tertia »). Dans l’aile sud, l’étage semienterré et l’étage entresolé feraient partie de cette construction, avec leurs voûtes d’arêtes. La tour avait à l’origine au moins cinq niveaux, séparés par des planchers de bois. Le seul qui conserve en partie des décorations du xiiie siècle est le troisième, couvert cependant de voûtes remontant à Nicolas V, créées au moment où le pape transforma les deux derniers étages en chapelle182. L’unification de ces deux niveaux ultimes a laissé perceptible la limite entre les quatrième et cinquième étages, qui est visible dans la chapelle ; elle correspond à la séparation entre les deux cycles superposés des fresques de fra Angelico, consacrés respectivement à saint Laurent et saint Étienne. Selon Redig de Campos, les deux bâtiments (la salle et la tour) sont d’Innocent III mais n’auraient pas constitué le palais proprement dit, mais seulement une annexe proche de l’enceinte. En refusant d’identifier cet ensemble avec les constructions principales du pape Conti, Redig de Campos était probablement influencé par l’opinion d’Ehrle et Egger, qui affirmaient que tous les bâtiments de cette époque avaient disparu, la partie la plus ancienne du palais actuel ne remontant qu’à Ni-colas III183. Pour Steinke (suivie par Pistilli, Radke et Marder), cet ensemble remonterait plutôt à Innocent IV, ce qui semble vraisemblable. Aux preuves avancées par Steinke (les sources documentaires et l’analyse stylistique des peintures murales – mais ces dernières ne fournissent qu’un terminus ante quem), Pistilli et Radke ajoutent des indices structurels. Le bâtiment serait construit selon la technique de la maçonnerie « a tufelli », qui ne deviendrait courante qu’après le règne d’Innocent III – une position qui semble cependant trop restrictive. De même les fenêtres à coussièges de la tour appartiennent à une typologie trop moderne pour le pontificat d’Innocent III. Pourtant, à partir des sources écrites, Voci tient cette partie du palais comme datant d’Innocent III, à partir d’un noyau remontant à Eugène III184. Un argument architectural semblait plaider en faveur de cette datation. Au cours de travaux de consolidation de la chapelle de Nicolas V dans les années 1946-1951, on a découvert, dans un conduit de cheminée du troisième étage de la tour, une tuile et une brique sur lesquelles avait été reconnu un timbre d’Innocent III185. Mais, à la demande d’A. Monciatti, les conservateurs des Musées du Vatican ont vérifié cette donnée. Il est apparu que l’estampille se trouvait sur la tuile et non sur la brique (qui est d’époque romaine) et qu’elle correspondait à Innocent II et non Innocent III, ce qui rend caduc cet indice et signifie qu’il s’agit seulement de matériaux de remploi186. Plus récemment encore, à l’occasion d’un relevé exact de la tour, l’auteur de ce relevé et l’architecte du palais ont réaffirmé l’opinion de Redig de Campos en attribuant l’ensemble de la tour et l’« aula tertia » au pontificat d’Innocent III187. Ils affirment que la datation sous Innocent III n’est pas incompatible avec l’appareil « a tufelli » et qu’une partie au moins des décors doit remonter à une période antérieure à celle des fresques de Nicolas III. Le premier argument ne suffit pas pour antidater le bâtiment ; d’ailleurs, tout au long de leur contribution, les auteurs montrent de manière convaincante que plusieurs campagnes de construction appartenant au xiiie siècle se sont succédées pour l’érection de la tour. Quant aux fresques, comme on le verra plus bas en détail, on convient volontiers avec les auteurs d’une datation antérieure à l’époque de Nicolas III ; pour autant, cela n’interdit nullement de les placer sous Innocent IV188. Des éléments du décor de cet étage (notamment des pyxides dans des niches) conduisent à l’interpréter comme une chapelle. Au niveau supérieur la pièce où est située la chapelle de Ni-colas V était déjà une chapelle vers 1370. Selon A. Monciatti et d’autres auteurs, elle devait également fonctionner comme telle au xiiie siècle. Enfin, de manière suggestive, Cornini et De Strobel ont proposé de voir dans les derniers étages de la tour (occupés ensuite par la chapelle de Nicolas V) une adjonction du temps de Nicolas III, en lien avec l’érection du corps de bâtiment voisin. Mais leur hypothèse s’appuyant uniquement sur des données stylistiques portant sur quelques fragments peints, on doit rester prudent quant à la datation de ces niveaux189.

  • 190 Registres de Clément IV, n°889 et n°1318 ; le texte de cette dernière bulle est donnée d’après Mar (...)

56Le palais ne devait plus être utilisé par les papes jusqu’au pontificat de Nicolas III, à part Alexandre IV pour quelques jours et Innocent V pour son couronnement. À l’occasion, il pouvait servir pour loger un souverain : la veille de la Pentecôte 1265, Charles Ier d’Anjou est passé ainsi au palais ; en 1267, le sénateur Henri de Transtamare détient la résidence, au grand dam de Clément IV. Il lui rappelle que, même quand il s’agissait d’un favori comme Charles d’Anjou, il n’avait pas souffert son occupation abusive : « Tandem miramur plurimum quod [...] domus nostras ad sanctum Petrum detines, quod cum quondam carissimus in Christo filius noster C. illustris rex Sicilae sub amoris nostri fiducia attentasset, sustinere noluimus : quod ut nobis molestum aspexit, mox exivit190 ». Cela fait peu et lorsqu’on voit Alexandre IV et Innocent V résider longuement au Latran, cela conforte l’idée que la victoire du Vatican sur le Latran était loin d’être comptée.

Le Vatican de Nicolas III

  • 191 Voir les textes en annexe.
  • 192 Trad. fr. dans Alberti (L. B.), Descriptio Urbis Romae, Furno (M.) et Carpo (M.) éd., Genève, 2000 (...)

57Nicolas III a donné une impulsion décisive au développement du palais médiéval, après les noyaux initiaux d’Eugène III, Innocent III et Innocent IV. Non seulement de nombreuses sources (des comptes, des chroniques mais aussi une épigraphe contemporaine des travaux) nous renseignent sur l’entité de son palais, mais une bonne partie de celui-ci subsiste encore, pour avoir formé le cœur de la résidence de la Renaissance et de l’époque moderne, malgré des transformations et des additions incessantes. Les contemporains avaient conscience du rôle décisif de Nicolas III dans la création du Vatican, comme l’indiquent le nombre des chroniques qui y consacrent au moins une mention191. Cette renommée dura jusqu’au xve siècle. Elle est attestée par un texte inédit, le « De Orthographia » de Giovanni Tortelli, humaniste romain du milieu du xve siècle, malgré l’erreur ou lapsus sur le numéro du pape : «...le Vatican est plus célèbre et plus sacré que tout à cause des reliques de saint Pierre, de sa superbe basilique et du palais du pape de Rome, que le pape Nicolas, le deuxième du nom, a ceint de murs solides tout comme le grand parc192 ». Les travaux de Nicolas V au moment où écrit Tortelli et surtout la rénovation complète du palais à partir de la fin du xve siècle allaient oblitérer ce souvenir, qui ne survécut que dans le cercle des érudits.

  • 193 Forcella (V.), Iscrizioni delle chiese e d’altri edifici di Roma dal secolo XI ai giorni nostri, R (...)
  • 194 Sur le jardin, cf. chapitre II.2.
  • 195 Sur le rassemblement des terrains, cf. chapitre II.4.

58L’inscription de Nicolas III mentionnée ci-dessus a été publiée par Forcella. Je donne ici sa transcription avec quelques légères corrections d’après l’original : « Anno Domini M. CC. LXXVIII. sanctissimus pater dominus Nicolaus papa III fieri fecit palatia et aulam maiora et capellam. Et alias domos antiquas amplificavit pontificatus sui anno primo. Et anno secundo pontificatus sui fieri fecit circuitum murorum pomerii huius. Fuit autem praedictus summus pontifex natione romanus ex patre domini Mathei Rubei de domo Ursinorum »193. Comme on l’a fréquemment noté, l’épigraphe devait être placée dans le jardin, à cause de la formule « pomerii huius ». Ce que l’on a moins souvent affirmé, c’est qu’elle ne remonte qu’à une période postérieure à la mort du pontife. Mais étant donné la graphie du texte, l’insistance sur l’origine familiale du pape et notamment sur le père de Nicolas III, on peut supposer en toute vraisemblance que son commanditaire fut le cardinal Matteo Rosso Orsini, neveu du pape, son successeur dans la charge d’archiprêtre de la basilique, homonyme de son grand-père, qui est nommé à la fin de l’inscription. Par conséquent l’épigraphe doit suivre de près la mort du pape Orsini et son témoignage reste essentiel. Selon l’inscription, le pape fit construire en 1278 un palais et une salle plus grands (sous-entendu : que les précédents) et une chapelle et il amplifia les autres bâtiments anciens. En 1279, il fit ceindre le jardin, auquel le texte accorde une attention particulière, ce qui correspond non seulement à l’emplacement présumé de l’épigraphe mais aussi à l’importance qu’il eut dans la résidence de Nicolas III194. Ces travaux sont confirmés par les textes de nombreuses chroniques et par divers documents d’archives concernant l’achat des vignes et terrains nécessités par la construction du palais et la création du jardin195.

  • 196 De Minicis (E.), « Un diffuso errore storiografico : l’“opera saracinesca” nella Campagna romana » (...)
  • 197 Voir entre autres Cassanelli (L.), « Porta Cavalleggeri », dans La città, parte occidentale, Rome, (...)
  • 198 Andrews (D.), « Medieval masonry in Northern Lazio : Its development and uses for dating », dans P (...)
  • 199 En dernier lieu, voir Pergola (S.), « Il fenomeno del reimpiego nelle mura leonine » dans ASRSP, t (...)
  • 200 Ibid., notamment p. 35, p. 42-43, 45 et passim. L’hypothèse a été reprise notamment par Krautheime (...)
  • 201 Mancinelli (F.), « Il palazzo apostolico Vaticano dalle origini a Sisto IV », dans Il palazzo apos (...)

59Avant d’en venir au palais proprement dit, il nous faut parler d’une autre réalisation fréquemment attribuée à Nicolas III au Vatican, la restauration de l’enceinte léonine. Disons tout de suite qu’une intervention a peut-être eu lieu, mais que l’hypothèse est surtout le fruit de l’historiographie à ce sujet, d’ailleurs complexe et contradictoire, peu à peu prise pour une réalité incontestable. Les nombreuses sources citées en annexe, de même que le texte de l’épigraphe donné ci-dessus, sont clairs : c’est le grand jardin créé par lui que le pape Orsini a ceint d’un mur et de tours, à l’image d’une citée fortifiée ; il n’est jamais question de l’ensemble de la zone du Vatican ou d’une restauration de l’enceinte léonine, créée au ixe siècle par Léon IV pour protéger le site. Seules des sources tardives, comme le texte de Tortelli mentionné ci-dessus, pourraient induire à pencher pour une intervention générale ; mais il ne s’agit que d’une approximation dérivée de la volonté de se démarquer un peu des chroniques sur lesquelles s’appuyaient l’humaniste. Voyons maintenant où les auteurs ont situé précisément l’hypothétique restauration de l’enceinte léonine par Ni-colas III. Certains semblent avoir identifié l’intervention du pape Orsini dans la partie sud de l’enceinte actuelle, dans la fraction construite en tuf, depuis la porte Cavalleggeri jusqu’à la hauteur de la salle des audiences pontificales de Nervi196. Mais cet appareil de tuf remonte seulement aux travaux entrepris par Nicolas V, dont subsitent également une tour à droite de la porte Cavalleggeri197. On a voulu aussi reconnaître l’œuvre de Nicolas III dans un morceau de la partie nord de l’enceinte léonine, aujourd’hui incluse à l’intérieur de la Cité du Vatican198. Cette position n’est guère tenable, notamment pour des raisons techniques (il s’agit d’un appareil en opus mixtum qui ne correspond nullement avec les réalisations romaines contemporaines). Seules quelques interventions de restauration, signalées par divers auteurs, pourraient éventuellement remonter au xiiie siècle199. Une troisième position est plus vraisemblable, mais ne s’appuie pas sur des données monumentales. Selon Gibson et Ward-Perkins, le pape Orsini est probablement l’auteur de l’agrandissement de l’enceinte léonine vers le nord, sous la forme d’une grande boucle lisible dans certaines représentations de Rome à la fin du Moyen Âge (tel le plan Strozzi), que reproduirait plus ou moins la forme actuelle de l’enceinte de la cité du Vatican200. Implicitement cette proposition s’appuie sur le fait que le parc de Nicolas III se trouvait dans cette zone, mais il faut préciser qu’il s’agit plus exactement du nord-est et non pas de toute la portion nord de la cité située au-delà de l’enceinte léonine et qu’elle ne s’appuie pas sur des restes monumentaux. Dans cette optique, la découverte en 1977 dans la cour du Belvédère d’une portion de mur orienté ouest-est et attribué au pape Orsini pourrait confirmer l’hypothèse de Gibson et Ward-Perkins, tout en montrant que l’excroissance vers le nord de la « cité léonine » était beaucoup plus limitée que l’enceinte actuelle201.

  • 202 Steinke, Mancinelli, Marder.
  • 203 Partridge (L.) et Starn (R.), « Triumphalism and the Sala Regia in the Vatican », dans « All the w (...)
  • 204 Une analyse convergente avec la mienne se trouve dans Monciatti, Per la decorazione..., cit., p. 1 (...)

60En quoi consistent les bâtiments élevés par Nicolas III ? Selon Steinke suivie par divers auteurs, Nicolas III aurait construit l’étage de l’« aula prima » (l’actuelle salle royale, fig. 9, n°1)202. On a même proposé de voir l’opération comme une célébration de la gloire du pontife Orsini et de sa prétention à exercer un pouvoir sans partage en Italie203. Mais, comme on l’a vu ci-dessus, il me semble difficile d’écarter à priori l’hypothèse que les deux étages aient été conçus par Innocent III. Restent donc en question deux groupes de bâtiments, l’un au sud, l’autre à l’est de la cour du Perroquet204.

  • 205 Redig de Campos, « Les constructions... », cit., p. 364 et 369.
  • 206 L’un des artifices les plus brillants de Bernin architecte fut justement de dissimuler cette diffé (...)
  • 207 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 76.
  • 208 De ce côté, les contreforts qui se trouvaient contre le mur sud à l’intérieur de la chapelle prouv (...)
  • 209 Il suffit pour s’en convaincre de regarder le plan du palais : si l’on avait construit l’« aula se (...)
  • 210 Monciatti, « Il palazzo apostolico Vaticano... », cit., p. 569.

61Au sud de la cour, le pontife a dû faire ériger l’« aula secunda » qui relie l’« aula prima » à l’« aula tertia » et au xviie siècle formera avec la dernière l’ensemble unifié de la salle ducale (fig. 9, n°2). Le rez-de-chaussée de l’« aula secunda » est couvert d’une voûte due à une restauration, probablement sous Innocent VIII ; quant à l’étage, il a été complètement bouleversé par les travaux du Bernin. Il est donc difficile de décider de sa datation, même si l’on est plutôt enclin à suivre la chronologie proposée par Ehrle, puis confirmée par les études de Redig de Campos, à savoir son attribution à Nicolas III205. Il est en effet assez logique d’imaginer que le pontife ait voulu relier deux ensembles antérieurs (disjoints et formant chacun une unité autonome), au moment où il agrandissait considérablement le bloc d’Innocent IV en le poursuivant vers l’est. Steinke, suivie par Pistilli et Marder, date en revanche cette salle de la campagne d’Innocent IV. Cela paraît peu convaincant, étant donné le changement d’axe entre l’« aula secunda » et l’« aula tertia », trop souvent gommé dans les plans206. De manière encore moins crédible, Gigliozzi attribue l’« aula secunda » à Innocent III (avec éventuellement quelques remaniements sous Innocent IV), pour la simple raison qu’elle attribue à ce même pontife et le bloc chapelle sixtine-« aula prima » et le bloc tour-« aula tertia »207. En dehors des prémisses (la première attribution est globalement juste, mais la seconde probablement fausse), son raisonnement pose deux problèmes : même si l’on acceptait sa datation des deux blocs extrêmes, rien n’obligerait à imaginer que l’espace intermédiaire fut construit aussitôt ; d’autre part, elle ne tient nul compte des évidentes divergences d’orientation entre les trois ensembles. Elle s’appuie cependant sur la forme irrégulière de la chapelle Saint-Nicolas (dont on discutera ci-dessous), pour justifier sa position. Le plan trapézoïdal du sanctuaire ne s’expliquerait que si le bâtiment qui la borde au nord (l’« aula secunda ») était déjà construit. En fait, on peut aussi imaginer que si la nouvelle chapelle était limitée à l’ouest par l’« aula prima » et au sud par l’escalier d’accès à la partie supérieure du palais208, l’alignement du mur nord a pu être dessiné ainsi parce qu’on élevait en même temps la chapelle et l’« aula secunda ». Le plan trapézoïdal n’est en fait qu’une sorte de compromis, pour tenir compte des contraintes induites par l’existence de l’« aula prima » d’un côté et de l’« aula tertia » de l’autre209. Tout comme le fait Monciatti, il faut donc affirmer clairement que la chapelle et l’« aula secunda » ont été créées lors d’une même campagne, sous Nicolas III210. Au nord de l’« aula secunda » et de l’« aula tertia » (fig. 9, n°2-3), une série de profonds contreforts était liée par des voûtes en berceaux transversales et fut créée probablement à ce moment pour contrebuter les deux édifices, qui étaitent tout proches de la déclivité séparant le côté nord du « Mons Saccorum » et le « Mons Sancti Egidii » voisin. Ces éperons sont encore visibles dans la cour du Perroquet, mais ils ont été englobés dans des maçonneries sous Paul II, qui plaça au-dessus deux ordres de loggia.

  • 211 La chapelle de Nicolas III mentionnée par l’épigraphe avait été identifiée par Ehrle et Redig de C (...)
  • 212 Registres de Nicolas III, n°517, 3 février 1279 : une des bulles les plus longues de tous celles é (...)
  • 213 De Strobel et Mancinelli, « Le cappelle pontificie » ; cit. ; Voci Roth, Nord o Sud..., cit., p. 6 (...)

62Dans l’angle formé par la salle royale et la salle ducale, c’est donc très probablement à Nicolas III que l’on doit la construction de la chapelle de forme trapézoïdale (à cause de l’espace disponible), attestée par les plans anciens m)211 du Vatican (fig. 14, no. La construction fut détruite sous Paul III pour être substituée par la chapelle Pauline (située dans le même secteur mais cette fois contre l’extrémité sud de la salle royale). Il faut certainement identifier ce bâtiment avec la chapelle dédiée à saint Nicolas en 1279 et dont l’institution remontait au moins à février 1279212. En revanche, selon Steinke, il faudrait voir dans ce bâtiment une « capella maior ». Elle n’aurait pris le nom de « capella parva » qu’avec la construction de la chapelle « pré-sixtine » ; celle-ci serait née dans la première moitié du xive siècle. Cette série d’hypothèses paraît difficile à accepter et l’on doit donc probablement maintenir l’identification avec la chapelle de Nicolas III. Si l’on ajoute à ce bâtiment les deux chapelles superposées dans la tour « d’Innocent III », le palais aurait donc comporté au moins trois chapelles à la fin du xiiie siècle, ce qui en faisait l’équivalent du Latran213.

Fig. 12 – Cité du Vatican, palais apostolique, plan schéma-tique du noyau médiéval (jusqu’au début du xvie siècle), 1er étage. Pagliara (P. N.), « Der Vatikanische Palast », fig. p. 583.

  • 214 Redig de Campos, « Les constructions... », cit., p. 368. Ehrle en avait déjà pressenti l’attributi (...)
  • 215 Redig de Campos, I palazzi Vaticani..., p. 32.
  • 216 Je n’ai pu visiter ces dernières, mais, d’après la littérature précédente, elles ne semblent rien (...)
  • 217 Ces travaux sont mal datés. Ils consistent en la construction, au nord-est de la cour du Perroquet (...)
  • 218 La pièce était divisée en deux originellement, selon Monciatti, Per la decorazione..., cit., p. 53 (...)
  • 219 Liebenwein (W.), Studiolo, trad. ital., Modène, 1992 (éd. or. Studiolo. Die Entstehung eines Raumt (...)
  • 220 Voir chapitre II.2. Il ne faut pas oublier en effet que le jardin le plus important (par la hiérar (...)
  • 221 Redig de Campos, I palazzi Vaticani, cit., p. 32 et fig. 15-16. La plupart des auteurs oublient ce (...)
  • 222 Redig de Campos, I palazzi Vaticani, cit., p. 32 (non illustré).
  • 223 Malgré des efforts répétés, je ne suis pas parvenu à les voir.
  • 224 Monciatti, Per la decorazione..., cit., p. 11-12.
  • 225 Mancinelli, « Il cubicolo di Giulio II », cit., p. 66 (D. Redig de Campos attribuait l’ensemble de (...)
  • 226 Mancinelli, « Il cubicolo di Giulio II », cit., p. 65-66.
  • 227 Mancinelli, « Il cubicolo di Giulio II », cit., p. 81-83.

63L’aile située à l’est de la cour du Perroquet est attribuée unanimement à Nicolas III depuis les études de Redig de Campos et correspondait sans aucun doute à la partie résidentielle du palais (fig. 9, n°4-7)214. Le bâtiment s’élevait certainement déjà sur trois niveaux, puisqu’on a trouvé des traces de décoration picturale dans chacun d’eux. Le rez-de-chaussée est le niveau le plus difficile à interpréter, car il a été bouleversé à de multiples reprises (fig. 11, entre n°25-26 et n°29). Au sud devait exister une seul espace (aujourd’hui cloisonné). Au nord, une grande salle transversale est divisée par une série de piliers en deux vaisseaux couverts de voûtes d’arêtes. Le sol originel était peut-être en terre battue et Redig de Campos a interprété la salle comme un cellier, son hypothèse étant renforcée par la présence à proximité d’une citerne215. La nef sud de cette grande salle est aujourd’hui un passage couvert entre la cour du Perroquet et la cour de Saint-Damase, la nef nord abrite les bureaux du garde-meuble apostolique. Aux deux étages supérieurs, la partie principale du corps du bâtiment, à l’est, consiste en deux salles de parement, tandis que la partie tournée vers la cour, à l’ouest, possède plusieurs petites pièces intimes. Les salles de parement regardaient donc vers le verger ou jardin secret (aujourd’hui cour Saint-Damase), tandis que les pièces privées étaient plus à l’abri et enserrées entre deux tours d’escaliers. Au premier étage les deux salles de parement étaient la salle des Parements au sud et au nord la salle du Perroquet, dite aussi du Consistoire secret ou du Vestiaire (fig. 9, n°4-5). Du côté ouest, la partie privée était divisée en deux pièces, la chambre à coucher de Nicolas V et celle de la « Falda » (un des vêtements liturgiques portés par le pape ; fig. 9, n°6-7). Deux des pièces sont incluses dans de la Galerie d’art religieux moderne des Musées du Vatican (salles 11-12, c’est-à-dire la chambre à coucher de Nicolas V et la chambre de la « Falda »), mais ne montrent rien des dispositions d’origine. Quant aux deux autres pièces, la salle des Parements et la salle du Perroquet (anciennement incluses elles aussi dans la Galerie d’art religieux moderne, comme salles 9-10), elles font maintenant partie de l’appartement pontifical216. Au second étage, les deux salles principales sont au sud la Vieille salle des Suisses (ou salle supérieure des Parements ; fig. 13, n°49) et au nord la salle des Clairs-Obscurs (ou du Perroquet ou des Palefreniers ; fig. 13, n°50). L’extrémité nord de cette dernière salle, séparée des deux-tiers méridionaux par une rangée de supports, n’existait pas encore ; elle correspond à la « galleriola » de l’étage inférieur (fig. 9, n°8) et comme elle appartient aux travaux d’agrandissement du palais de la fin du Moyen Âge tout en s’appuyant sur des structures antérieures217. Par ailleurs la paroi ouest de la salle des Clairs-Obscurs se situe plus à l’ouest que la salle homologue de l’étage inférieur et la superficie de la salle était donc légèrement plus importante, même avant cet agrandissement vers le nord. Du côté ouest (côté de la cour du Perroquet), la partie privée était par conséquent plus étroite mais consistait, comme à l’étage inférieur, en deux pièces (fig. 13, n°55)218. Il faut identifier la zone avec le « studiolo » de Nicolas V, devenu par la suite la chambre à coucher de Jules II219. Du côté oriental, la façade était dotée au rez-dechaussée d’un portique couvert de voûtes d’arêtes soutenues par des piliers massifs. Au-dessus devait se trouver la loggia regardant vers le jardin mentionnée par les textes220. Dans cette zone (aujourd’hui recouverte par les loges de Raphaël), ont été retrouvés des culs-de-lampe et des départs d’ogives qui coïncident bien avec une datation dans le pontificat de Nicolas III221. Dans une lunette subsisteraient également des traces importantes de fresques décoratives du xiiie siècle222. Malheureusement, depuis leurs citations par Redig de Campos, ces éléments architectoniques et décoratifs n’ont plus été ni cités ni vus ; il est donc difficile de s’en faire une idée plus précise223. Du côté nord, selon l’hypothèse très convaincante de Monciatti, l’aile de Nicolas III devait se terminer également par des contreforts et une série de loges superposées, dont la largeur correspondait certainement à la largeur de la « galleriola » actuelle du premier étage, située entre les pièces de l’époque de Ni-colas III (salle du Perroquet et chambre de la « Falda ») et celles de la fin du Moyen Âge224. Du côté ouest, la tour d’escalier au nord-est de la cour du Perroquet (fig. 11, n°26) pourrait faire partie des travaux de Nicolas III. Mais seule la partie inférieure remonterait au xiiie siècle ; à partir du 1er étage, l’escalier a été restructuré à l’époque de Jules II225. Quant à l’angle sud-est de la cour, si l’escalier actuel remonte à Paul II (fig. 11, n°25), un escalier précédent doit s’être trouvé à l’arrière dans la tour d’Innocent III226. L’appartement privé des pontifes a dû se trouver dans cette zone orientale de la cour du Perroquet depuis l’époque de Ni-colas III jusqu’à la fin du xvie siècle, à l’exception du pontificat d’Alexandre VI227. La présence des deux escaliers facilitait la desserte de la zone. L’existence d’une latrine aux deux niveaux (et d’une étuve à l’étage supérieur) va également dans le sens de l’identification de la zone avec l’aile privée.

Fig. 13 – Cité du Vatican, palais apostolique, plan schéma-tique du noyau (jusqu’au début du XVIe siècle), 2e étage. Pagliara (P. N.), « Der Vatikanische Palast », fig. p. 583.

Fig. 14 – Cité du Vatican, palais apostolique, plan schématique du noyau médiéval (jusqu’au début du xvie siècle), 1er étage. Marder (T.), « The Turris Scalarum », fig. 2.

  • 228 Le Pogam (P.-Y.), Les maîtres d’œuvre au service des papes dans la seconde moitié du xiiiesiècle, (...)
  • 229 C’est le cas notamment pour l’église dominicaine Sainte-Marie-sur-la-Minerve, à Rome, attribuée au (...)
  • 230 Redig de Campos, I palazzi Vaticani, cit., p. 32 et fig. 15-16.

64Les éléments architectoniques cités cidesssus (culs-de-lampe et ogives au rez-dechaussée du portique substitué ensuite par les loges de Raphaël) sont importants, car ils correspondent à un témoignage documentaire connu depuis longtemps, à savoir l’attribution des travaux du Vatican à deux dominicains, les frères Sisto et Ristoro. Étant donné que je me suis exprimé longuement sur le sujet dans l’ouvrage parallèle à celui-ci, centré sur les maîtres d’œuvre des papes, je ne donne ici qu’un bref résumé du problème228. Les deux frères prêcheurs et leur activité comme architectes sont connus par une mention du nécrologe du couvent de S. Maria Novella à Florence, concernant fra Ristoro et datant des années 1530-1550. L’affirmation a été reprise ensuite par Vasari, Baldinucci ainsi que de nombreux auteurs modernes et contemporains, qui ont été jusqu’à attribuer généreusement aux deux frères des monuments qui n’étaient pas cités dans la source229. Mais la date tardive de la mention et les dérives de la critique postérieure ont fini par produire l’effet inverse. Divers auteurs, en particulier allemands, en sont venu à nier toute validité au témoignage du nécrologe. En fait, l’apport de celui-ci, élagué de toutes les affabulations consécutives, doit rester substantiellement exact. Or le texte de l’obit de fra Ristoro laisse entendre que les deux dominicains ont pu avoir une sorte de spécialisation technique, puisqu’ils sont cités notamment pour avoir fait le pont « alla Carraia » à Florence et les voûtes (« testudines ») d’un palais à Florence – qu’il faut probablement identifier avec le Bargello – et les premières voûtes du palais du pape à Rome. Dans ce dernier cas, même si le texte n’est pas explicite, il ne peut s’agir, pour différentes raisons exposées dans le travail parallèle, que du Vatican de Ni-colas III. À ce stade du raisonnement, il importe de rappeler les départs d’ogives retrouvés par Redig de Campos dans le rez-de-chaussée du portique de Nicolas III aujourd’hui englobé dans les loges de Raphaël230. Leur présence pourrait être le témoignage de l’activité de fra Ristoro e fra Sisto aux premières voûtes du palais du Vatican : « primas testudines palacij do-mini pape rome » comme le dit l’obit. Cette capacité technique des deux frères prêcheurs peut correspondre par ailleurs avec un phénomène étudié dans le même ouvrage, à savoir le recours fréquent à des architectes issus des ordres religieux dans des situations présentant des difficultés de mise en œuvre ou pour des ouvrages relevant du génie civil ou militaire. On peut donc se demander si les deux dominicains ne furent pas convoqués par le pape à cause des complications liées à la situation topographique du palais, placé sur un terrain en forte pente et qu’on ne pouvait agrandir qu’au prix de travaux de contrebutement qui furent d’ailleurs constants dans l’histoire postérieure du site (au portique dressé contre la façade est de la nouvelle aile s’ajoute le système de contreforts mentionné ci-dessus au nord de l’« aula secunda » et de l’« aula tertia »).

  • 231 Zuchowski, Palac papieski na Watykanie..., cit.
  • 232 Monciatti, Per la decorazione..., cit., p. 53 ; Monciatti, dans Castelnuovo et Monciatti, « Préhis (...)
  • 233 Le Pogam (P.-Y.), « Sources textuelles pour l’étude de la distribution dans les châteaux normands  (...)
  • 234 Carocci (S.), Il Nepotismo nel Medioevo. Papi, cardinali e famiglie nobili, Rome, 1999, passim.
  • 235 On trouvera d’autres illustrations de cette idée dans le chapitre II.3.
  • 236 Carta (M.), « “Jacobus pictor pinxit in palatio S. Petri” : ipotesi per un pittore ornatista della (...)

65Un des problèmes posés par la partie résidentielle est le doublet que constituent les deux étages, où se répètent les mêmes pièces avec les mêmes fonctions. On a évoqué l’idée d’une alternance des deux appartements, mais sans expliciter le modèle (saisonnier, en fonction des pontificats ?) ni en donner les raisons231. A. Monciatti suggère d’autre part qu’au niveau supérieur (au deuxième étage), la chambre à coucher (future chambre de Jules II) servait au camérier232. L’hypothèse est intéressante, mais semble contradictoire avec l’existence d’une résidence spécifique pour ce-lui-ci dans le palais inférieur. Pourtant elle paraît indiquer la voie à suivre. Sans prétendre offir une explication univoque, je voudrais rappeler que ce dédoublement de l’appartement pontifical possède des parallèles dans l’architecture des palais des souverains et princes du xive siècle (par superposition, comme ici, mais aussi par symétrie), dans des cas qui correspondent au couple princier ou bien au couple « roi/dauphin »233. Je ne sais s’il existe des exemples antérieurs, mais il ne serait pas impossible que ce modèle trouve son origine dans l’architecture palatiale laïque du xiiie siècle. À cet égard, il faut rappeler que Nicolas III est un pontife issu d’un lignage aristocratique et fier de cette origine. En outre, il est par excellence le pape népotiste, pas seulement parce que Dante l’a ainsi stigmatisé, mais parce que cela correspondait à une tendance profonde de son pontificat, comme l’a récemment précisé S. Carocci234. Il semble donc possible d’expliquer les dispositions du palais du Vatican par l’idée d’un appartement pour le « cardinal neveu ». On emploie ici à dessein cette expression en principe réservée à l’époque moderne. Il me semble que la seconde moitié du xiiie siècle montre les prémisses de cette institution, notamment à travers les figures des papes Nicolas III et Boniface VIII235. L’un et l’autre privilégient parmi les parents élevés au cardinalat un neveu favori. Pour le premier, il s’agissait de Matteo Rosso Orsini, que nous avons rencontré plus haut comme auteur de l’épigraphe placée jadis dans le jardin et dont nous avons vu le portrait dans le fragment de fresque provenant de la loggia du Latran. On verra dans un chapitre ultérieur que Nicolas III avait attiré dans la zone du Vatican plusieurs cardinaux qui lui étaient apparentés ou liés par des relations spécifiques : son neveu Latino Malabranca et son allié Giacomo Savelli. Quant au cardinal Matteo Rosso, celui qui sera le véritable chef du clan Orsini après la mort de Nicolas III, le neveu le plus proche du pape (il est par exemple son vicaire dans la charge de sénateur de Rome), nous ne lui connaissons pas de palais cardinalice, alors qu’il est dans les années 1270-1280 au sommet de sa puissance. Je propose de voir dans l’appartement double du Vatican la résidence du pape et de son neveu, ce qui expliquerait d’autant mieux l’intérêt de ce dernier pour les travaux et sa commande de l’inscription. Rappelons qu’il est également archiprêtre de Saint-Pierre, comme l’avait été son oncle, ce qui justifierait un logement particulièrement proche de la basilique. Enfin, je rejoins ainsi les observations que Marina Carta a faites à propos du décor et dont on reparlera plus bas236. Même si je ne partage pas toutes ses conclusions (notamment sur l’identité du peintre), son hypothèse concernant la commande des peintures par Matteo Rosso Orsini ou du moins la poursuite du programme de Nicolas III par les soins de son neveu me paraît féconde. Il faut seulement y ajouter que les travaux n’ont pu se faire sans l’aval du pontife régnant, Honorius IV, comme le prouve la « re-découverte » qu’on mentionnera ci-dessous.

  • 237 Redig de Campos, probablement marqué par le pré-n. 32), p. 210 (et n. 34-35). jugé classique, supp (...)
  • 238 Pagliara, « Der Vatikanische Palast », cit., p. 209 (et n. 32), p. 210 (et n. 34-35).
  • 239 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 32-33.
  • 240 Sur les liens entre Boniface VIII et le palais du Vatican, voir aussi le chapitre II.4.

66Un second trait caractérise le Vatican de Nicolas III : l’insistance sur le faste et le confort qui marque toute la partie résidentielle, soulignés par exemple par la construction d’un escalier permettant de rejoindre aisément la basilique ou par les fragments de peinture murale qui subsistent, aussi bien dans les salles publiques et privées que dans les pièces de service. Cependant tous les espaces n’étaient pas traités avec la même dignité. La progression depuis la partie publique vers la partie privée était clairement marquée par la taille décroissante des pièces, depuis l’« aula prima » jusqu’à la chambre du pape, en passant par l’« aula secunda », l’« aula tertia » et les deux salles de parement. D’autre part, un troisième trait, l’origine hétérogène des divers corps de bâtiment, devait rester sensible à travers les différences d’orientation (même entre l’« aula secunda » et l’« aula tertia », malgré leur alignement apparent). Enfin, jusqu’à la fin du Moyen Âge, le palais reste un bâtiment ouvert vers le nord, la cour du Perroquet ne commençant à se refermer que par la construction de l’aile nord, probablement à partir de la fin du xive siècle237. En suivant ces deux derniers critères, le Vatican médiéval ressemblait beaucoup au Latran et à certains des palais pontificaux que nous analyserons plus loin (Orvieto, Viterbe, Montefiascone, etc.). Toutes ces résidences croissaient de manière organique ; elles étaient dépourvues de cours ou bien celles-ci ne se présentaient que comme la résultante d’additions successives et non comme le cœur d’un ensemble régulier. Par conséquent, alors qu’on présente souvent le Vatican comme un édifice plus cohérent que celui du Latran, la différence entre les deux bâtiments ne devait guère être sensible. Pagliara insiste de manière intéressante sur les problèmes que posaient jusqu’aux débuts de l’époque moderne les dispositions chaotiques du palais : en cas de mauvais temps, les précieux parements liturgiques portés par les hauts dignitaires de l’Église risquaient d’être abîmés lors des processions ; les différences de hauteur du palais entraînaient des problèmes redoutables à cause de la goutte qui affectait fréquemment le pape et bien des membres de la cour238. Ces problèmes existaient déjà au xiiie siècle (il suffit de penser au cas d’Honorius IV, dont on reparlera plus longuement pour la résidence de l’Aventin) et l’on peut donc penser que le Vatican ne présentait pas forcément un modèle d’une modernité évidente. La présentation de Gigliozzi, qui veut voir dans le Vatican un édifice bien plus vaste que les palais situés en dehors de Rome, à l’instar du Latran, ne découle que d’une erreur de perspective, due à l’importance postérieure de la résidence239. Ni au début du siècle, ni même à la fin, on ne peut considérer que le Vatican ait constitué un palais nettement plus important que les autres. À ce propos, il est d’ailleurs utile de rappeler qu’un dernier pape de notre période va habiter le Vatican, un pape dont on s’attendrait à ce qu’il ait imprimé sa marque sur le bâtiment, à la fois à cause de la longueur de ses séjours et à cause de ses rapports étroits et spécifiques avec la basilique, parallèles à ceux du pape Orsini ; je veux parler de Boniface VIII240. Or il est frappant de voir que nous ne connaissons presque rien de l’action du pontife sur le palais. On peut y voir l’effet de la conservation partielle des archives comptables, qui donnent l’impression illusoire que le pape s’est plus préoccupé du Latran que du Vatican (voir ci-dessus, à propos du Latran). On peut aussi rappeler que divers auteurs ont attribué au pape Caetani telle ou telle phase ou bâtiment du palais (la chapelle ici attribuée à Nicolas III et les constructions élevées au nord-est de l’aile orientale de la cour du Perroquet, plutôt datables de la fin du xive siècle), mais non seulement nous ne partageons pas ces attributions, comme cela a été dit plus haut, mais il ne s’agirait en tout cas que d’additions marginales. On peut enfin y ajouter les mentions glanées dans des sources diverses, mais elles ne concernent le plus souvent que des détails de l’aménagement intérieur (et elles seront pour cette raison utilisées uniquement dans la seconde partie de ce travail). En bref, malgré son intérêt pour le Vatican, Boniface VIII ne semble pas avoir laissé une trace profonde dans le palais, tel du moins qu’il nous est parvenu et en l’état actuel de la recherche.

3. Les décors

  • 241 Monciatti, Per la decorazione..., cit.

67La question du décor a été traitée récemment par Alessio Monciatti, qui a étudié de manière approfondie tous les témoignages apparus au cours des restaurations du palais241. Il est parvenu, malgré la minceur du corpus disponible, à une synthèse bien plus riche et globale que les analyses précédentes. On ne donnera donc ici qu’un résumé rapide des données disponibles, en attendant la publication de la thèse de Monciatti.

  • 242 La découverte a eu lieu lors d’une réfection des planchers de la salle supérieure, la salle des Cl (...)
  • 243 Biagetti (B.), « Relazione », dans Rendiconti della Pontificia Accademia Romana di archeologia, t. (...)
  • 244 Les fragments ont été détachés en 1968 et restaurés entre 1972 et 1975. Outre la frise de griffons (...)

68Des fragments du décor médiéval du palais ont été conservés dans diverses pièces, notamment parce que les plafonds Renaissance ont été placés plus bas que les plafonds originels. Des fragments ont été mis à jour vers 19241925, appartenant à la partie haute de la salle du Perroquet du premier étage242. Il s’agissait des toutes premières peintures antérieures à la Renaissance découvertes dans le palais243. En 1940, dans la soupente de la salle des Clairs-Obscurs, au deuxième étage, furent découverts des décors appartenant au xiiie siècle. À la même époque d’autres fragments de frises contemporaines furent découverts dans la salle voisine, la Vieille salle des Suisses, qui pendant longtemps ne furent ni décrits ni accessibles. Dans la soupente de la chambre à coucher de Nicolas V au premier étage et dans la salle adjacente de la « Falda », la découverte eut lieu en 1948 (respectivement frise avec griffons affrontés et frise formant des cœurs intersécants)244. Enfin, dans la tour d’Innocent III, le décor du même étage a été mis à jour à l’occasion des travaux de consolidation de la chapelle de Nicolas V située au-dessus, entre 1946 et 1951 (draperies en partie basse, motif d’un oiseau contre la partie pleine d’un coussiège, niches avec pyxide, rinceaux dans les ébrasements, etc.). À la même occasion, on découvrit également à l’étage inférieur des fragments de décor peint (faux parement et rinceaux). De même, à l’étage de la chapelle de Nicolas V, on mit à jour quelques restes de décor antérieurs à la campagne de Fra Angelico.

  • 245 Cornini (G.) et De Strobel (A. M.), « I secoli XIIXIII », dans I dipinti del Vaticano, Pietrangeli (...)
  • 246 Cornini et De Strobel, « La torre di Innocenzo III... », cit., p. 29-33.
  • 247 Alfieri et Pagliara, « La torre di Innocenzo III », cit., n. 17 p. 19 et fig. 8 et Cornini et De S (...)
  • 248 Cornini et De Strobel, « La torre di Innocenzo III... », cit., p. 32. Les auteurs proposent aussi (...)
  • 249 Carta, « Gli affreschi di Niccolò III... », cit.
  • 250 Cornini et De Strobel, « I secoli XII-XIII », cit., ibid. (Nicolas III) et Cornini et De Strobel, (...)
  • 251 Cornini et De Strobel, « La torre di Innocenzo III... », cit., p. 36.

69En ce qui concerne le palais antérieur à Ni-colas III, nous ne connaissons donc que les peintures exécutées dans la tour « d’Innocent III », sous la chapelle de Nicolas V. Très justement, Monciatti les sépare des décors retrouvés dans le palais de Nicolas III et les attribue au milieu du xiiie siècle et donc au pontificat d’Innocent IV. Dans leur contribution de 1996, les conservateurs des peintures des musées du Vatican distinguaient plusieurs campagnes dans les fresques de cet étage de la tour. Les décors de fausses draperies appartiendraient à plusieurs étapes, la première devant correspondre au règne d’Innocent III, les deux autres ne dépassant pas de toute façon le milieu du xiiie siècle. Quant aux éléments les plus ambitieux du décor situés dans des ébrasements ou dans la niche (pyxides, oiseau), ils remonteraient au milieu du siècle245. En 2001, les mêmes auteurs ont évolué vers une appréciation assez différente, en suivant en grande partie les analyses de Monciatti. Malgré les différences d’exécution, ils reconnaissent dans les draperies une campagne unitaire et remettent en cause l’idée d’une utilisation militaire de la tour, dès le départ (en revanche l’usage comme chapelle de cet étage leur paraît indéniable, non seulement à cause des pyxides mais aussi à cause du volatile qu’ils identifient comme un héron ou un phénix, à connotation symbolique). Par conséquent, voyant dans la tour un édifice homogène, ils se prononcent pour une datation vers le milieu du siècle, notamment en proposant une comparaison convaincante des draperies avec celles de l’entrée de l’oratoire de Saint-Sylvestre aux Quatre-SaintsCouronnés246. Dans l’étage inférieur de la même tour, les fragments ne sont plus connus que par les relevés des années 1946-1951 et sont donc difficiles à juger247. Cependant les rinceaux verts sur fond jaune, dont le type évoque fortement les décors semblables d’Orvieto et de Viterbe, suggèrent une datation entre le milieu et la seconde moitié du xiiie siècle, tandis que Cornini et De Strobel proposent un parallèle également intéressant avec le faux parement de la cathédrale d’Anagni, ce qui les fait pencher pour une datation du milieu du xiiie siècle, comme pour l’étage supérieur248. Dans la salle du Perroquet (ou deuxième salle des Parements) du premier étage et dans les deux pièces privées voisines (la chambre pontificale de Nicolas V et la salle de la « Falda »), les fragments conservés sont également très lacunaires. Dans la chambre de Nicolas V, ils permettent cependant de reconstituer une zone inférieure faite de rinceaux végétaux et une frise en partie haute avec des griffons affrontés inscrits dans des cercles. Marina Carta avait rapproché le thème des griffons de l’ambition de Nicolas III d’exercer un empire universel sur la chrétienté249. L’analyse est intéressante, mais on doit ajouter que le motif est banal pendant toute la période considérée. Ces fragments pourraient cependant se rapporter à l’époque de Nicolas III250. Cornini et De Strobel proposent d’attribuer au même pontificat les quelques fragments de peinture retrouvés sous les fresque de Fra Angelico dans la chapelle occupant les derniers étages de la tour « d’Innocent III »251. Comme on l’a dit plus haut à propos de l’architecture, leur proposition est séduisante mais doit rester dans le domaine des hypothèses.

  • 252 Il faut rappeler que le perroquet est souvent représenté d’une manière peu naturaliste. Qu’on ait (...)
  • 253 Je serais assez tenté par cette dernière hypothèse, car les perroquets de la salle des Clairs-Obsc (...)
  • 254 Monciatti, Per la residenza..., cit., p. 52.
  • 255 Monciatti, dans Castelnuovo et Monciatti, « Préhistoire du palais des papes », cit., p. 119.
  • 256 Cornini (G.), De Strobel (A. M.) et Serlupi Crescenzi (M.), « La Sala Vecchia degli Svizzeri e la (...)
  • 257 Il faut souligner qu’il ne s’agit pas exactement d’un collège apostolique, même si on retrouve une (...)
  • 258 Cornini, De Strobel et Serlupi Crescenzi, « La Sala Vecchia degli Svizzeri... », cit., ibid.
  • 259 Cornini et De Strobel, « I secoli XII-XIII », cit., ibid. et Cornini et De Strobel, « La torre di (...)

70Un des points les plus novateurs de l’analyse de Monciatti concerne la tentative de restitution de la fonction des différentes pièces du corps de bâtiment oriental de Nicolas III, à partir des fragments de la décoration. Sans entrer dans le détail de la démonstration, résumons l’essentiel de ses propositions. Au premier étage, la chambre de Nicolas V pourrait avoir été dès l’origine la chambre privée du pape, de même que la chambre adjacente (de la « Falda ») devait posséder déjà la fonction qui motive son appelation actuelle (le cérémonial de l’habillement du pape). Au deuxième étage, les salles avaient probablement une fonction semi-publique. Dans la Vieille salle des Suisses, le décor est assez mal conservé. Dans la frise on reconnaît des oiseaux représentés de profil, délimités par des décors géométriques et des rinceaux et reposant sur des guirlandes. Certains auteurs ont vu dans ces volatiles des paons et des perroquets252. Cette dernière identification pourrait être renforcée par le fait qu’on retrouve ce motif dans les fresques du xvie siècle de la salle voisine, celle des Clairs-Obscurs (deux perroquets aux côtés de saint Jean Baptiste enfant), ce qui explique le nom donné parfois à cette pièce (en plus de ceux « des Clairs-Obscurs », des « Palefreniers » et des « Apôtres »), salle du ou des Perroquets. Cette appellation est attestée au moins depuis 1420 et doit tirer son origine de la présence d’un décor similaire dans la pièce, à moins que la mention ne se rapporte à la seconde salle des Parements du premier étage (dite justement du Perroquet) ou précisément à la Vieille salle des Suisses253. On verra dans le chapitre II.3 que le décor et le nom proviennent en dernier ressort de la présence de l’animal réel auprès du pontife, d’où découle également le nom de la cour intérieure du palais. Les peintures de la Vieille salle des Suisses faisaient donc peut-être déjà allusion au volatile. Quoi qu’il en soit, la salle, avec son décor végétal exubérant et ses oiseaux, pouvait être considérée comme une sorte de doublet du jardin réel qui se trouvait à l’est du palais et qu’on pouvait voir par les fenêtres situées à droite ; la pièce servait peut-être d’antichambre pour les personnalités admises à rencontrer le pape254. L’audience proprement dite se déroulait dans la pièce voisine, la salle des Clairs-Obscurs, interprétée comme une salle du trône (fig. 15)255. En partie haute se trouvait une série de consoles présentées en fonction d’un point de fuite central. Dans les intervalles des consoles, des oiseaux (des colombes) étaient encadrés par des frises géométriques. Une double série de six édicules (à tympans alternativement cintrés et brisés) occupait les longs côtés ouest et est, tandis que le trône devait se trouver contre la paroi nord. Cette disposition permet à Monciatti de restituer avec vraisemblance un collège apostolique, qui affirmait la continuité et la légitimité du pontife en lien direct avec les disciples du Christ (mais aussi le parallèle entre le Christ et le collège apostolique, d’une part, et le pontife et le Sacré collège, de l’autre, en lien avec l’une des fonctions les plus probables de la salle : accueillir le consistoire256). Son hypothèse se soutient aussi par référence avec le programme iconographique actuel, une série d’apôtres et de saints peints en grisaille dans des tabernacles, d’où le nom actuel de la salle257. On peut supposer que ce programme est en continuité avec le décor médiéval précédent, d’autant plus que, si son aspect actuel date en partie du pontificat de Grégoire XIII (1572-1585), la majorité de la surface peinte date de l’intervention des Zuccari, en 1560, qui reprenait elle-même le programme précédent de Raphaël (datable avant 1517) gravement endommagé par un début de démolition vandale ordonné par Paul IV en 1558258. Pour Monciatti, l’ensemble des décors constituerait donc un ensemble homogène, correspondant à un programme voulu par le pape Orsini en personne et liant les deux niveaux supérieurs à la personne du pontife. Cependant, ainsi que le souligne Monciatti lui-même, l’identification des différentes pièces doit rester hypothétique, non seulement parce que les indices sont très ténus pour les salles qu’on a énumérées, mais surtout parce que la grande majorité de celles-ci reste totalement « anonyme », qu’il s’agisse des deux grandes salles de parement du premier étage, des salles privées du deuxième et plus encore de l’ensemble des trois grandes salles de l’aile méridionale (« aula prima », « aula secunda », « aula tertia »), à tous les niveaux. D’autre part, comme le pensent d’autres auteurs, les décors ne semblent pas forcément aussi homogènes ; notamment les fragments du second étage sont plus raffinés que les décors du premier étage et paraissent être légèrement plus tardifs259. Comme on va le voir ci-dessous, ce léger écart chronologique pourrait éventuellement correspondre aux rares données livrées par les sources.

Fig. 15 – Cité du Vatican, palais apostolique, aile de Nicolas III, 2e étage, salle des Clairs-Obscurs, proposition de restitution du décor par A. Monciatti. Monciatti, Per la decorazione..., pl. XII.

  • 260 BAV, vat. 9114. Manuscrit composite. La partie qui nous concerne n’est pas rédigée par Mgr Gaetano (...)

71En effet, les points qui restent à creuser sont la question de la datation et de l’attribution des peintures, ainsi que celle des sources documentaires. Les études se sont basées sur deux documents, que l’on ne connaissait que par une copie tardive ou plus exactement un résumé260. Les deux sources avaient déjà été citées par D. Redig de Campos, en 1941-1942, puis par F. Mancinelli, en 1982. Celui-ci considérait avec prudence que les mentions pouvaient aussi bien se rapporter à d’autres décors que ceux dont nous avons conservé les fragments. Voici le texte des deux mentions :

  • 261 Fol. 287. « R. C. » signifie Reverenda Camera. Le texte a été indiqué une première fois par Redig (...)
  • 262 Fol. 286. Les transcriptions de Carta dans ses deux articles sont fautives.

72« 1286. Jacobus pictor pinxit in palatio S. Petri. R. C. 9, p. 54 »261 ; « 1288. Jacobus pictor pro picturis quas fecit in Palatio. In un codice delle spese di questo anno262 ». A. Tomei et

  • 263 Tomei (A.), Iacobus Torriti Pictor. Una vicenda figurativa del tardo Duecento Romano, Rome, 1990, (...)
  • 264 Prou (M.), « Compte de la maison de l’aumône de Saint-Pierre de Rome (juin 1285-mai 1286) », dans (...)
  • 265 Ehrle et Egger, Der vatikanische Palast..., cit., p. 57 ; Redig de Campos, « Di alcune tracce... » (...)

73A. Monciatti ont rappelé qu’il existait aussi une copie de ces deux mentions dans un manuscrit de la bibliothèque Vallicelliana, dans les papiers de Costantino Corvisieri263. En réalité, l’original de la première des deux mentions existe toujours. Il s’agit très certainement de l’item publié depuis près d’un siècle par Maurice Prou, dans les comptes de l’Aumônerie sous Honorius IV (1285-1286), à la date du 7 septembre 1285 : « Item, Jacobo pictori, pro picturis quas fecit in palatio... xxv s. »264. La différence d’année peut sans aucun doute s’expliquer par l’imprécision de l’érudit qui a recopié la mention dans le compte. Et c’est probablement parce qu’elle se trouve glissée au milieu des travaux de jardinage qu’elle a le plus souvent échappé à l’attention, même si le rapprochement avait été fait par Ehrle et Egger dès 1935, puis mentionné par Redig de Campos265. Pourtant la mention est importante puisqu’elle confirme celle du manuscrit de la Bibliothèque apostolique.

74La conséquence en est que si l’on accepte volontiers l’hypothèse de Marina Carta d’une commande des travaux par le cardinal Matteo Rosso Orsini, il faut reconnaître que les mentions que nous avons correspondent aussi à une volonté pontificale. Puisque les travaux sont inclus dans les comptes de l’aumônerie pontificale de 1285-1286, c’est qu’ils ont été entrepris au moins avec l’aval d’Honorius IV, voire sur son ordre. Ajoutons qu’entre Nicolas III et Honorius IV ont eu lieu d’abord un long conclave puis le pontificat de Martin IV. Il est vrai qu’Honorius IV n’a guère résidé au Vatican, sauf au tout début de son règne. Deux hypothèses sont donc possibles. D’un côté la mention pourrait correspondre à une entreprise voulue par le cardinal Orsini mais réalisée grâce aux finances pontificales. D’autre part, on constate que ces travaux ont lieu dans l’année comptable 1285-1286. On pourrait rappeler qu’il s’agit d’un des très rares comptes conservés pour toute notre période et qu’on ne peut donc déduire grand chose de coïncidences chronologiques, mais il reste frappant que le seul séjour d’Honorius IV au Vatican date du mois de juin 1285, à la suite de son couronnement à Saint-Pierre, le 20 mai, avant que le pontife ne parte pour sa résidence d’été à Tivoli. Par conséquent ces mentions de peinture (de même que les autres travaux mentionnés dans le compte qu’on évoquera au chapitre II.5) pourraient aussi être liées à ce bref séjour, pendant lequel il fallut certainement rafraîchir en hâte les salles du palais inutilisées depuis la mort de Nicolas III. À tout cela s’ajoute le second témoignage du manuscrit du Vatican (fol. 286). Nous n’avons pas cette fois d’original pour confirmer cette mention d’érudit, mais l’exemple précédent montre qu’il n’y a pas de raison d’en douter à priori. La date de 1288 nous conduit au pontificat de Nicolas IV, encore plus loin de la présumée commande de Nicolas III. Rappelons que Nicolas IV, tout comme Honorius IV, n’a résidé au Vatican que ponctuellement. Mais c’est justement en 1288 qu’il y a séjourné le plus longuement, notamment au printemps, pendant plus d’un mois, ce qui renforce la présomption d’authenticité du résumé. Il a dû faire faire ces travaux de décoration à cette occasion et engager le même peintre déjà actif sous son prédécesseur.

  • 266 Carta, « Gli affreschi di Niccolò III... », cit., p. 219-220.
  • 267 Si ce n’est par Bellosi, La pecora di Giotto, cit., p. 140 n. 15.
  • 268 Tomei, Iacobus Torriti Pictor..., cit., p. 133-134. Dans le même sens vont Gardner (J.), [Compte r (...)
  • 269 Romano (S.), « Il Sancta Sanctorum : gli affreschi »..., p. 48 (fig. 3) et n. 23 (p. 120) et Roman (...)
  • 270 Je signale ici deux rapprochements en chaîne de G. Marchetti Longhi et de G. Radke, contestables. (...)

75Quant à l’attribution des peintures à Jacopo Torriti, elle ne repose que sur le rapprochement des deux prénoms266. Aussi la proposition de M. Carta n’a guère été suivie267. Le jugement d’Alessandro Tomei, auteur de la monographie la plus complète sur Torriti, reste prudent : les fresques du Vatican ne peuvent être attribuées au peintre de manière précise ; on peut seulement considérer que les travaux ne sont pas incompatibles avec l’activité de son atelier268. Quelques remarques de Serena Romano vont dans le même sens269. Pour elle, les colombes peintes au Vatican reproduisent le motif utilisé au Sancta Sanctorum, mais à un niveau de qualité inférieur. L’atelier du Vatican représente en même temps un stade plus évolué par rapport à celui du Sancta Sanctorum, ce qui correspond bien à l’écart temporel attesté par les comptes et non à l’annexion forcée au pontificat de Nicolas III270. De toute façon, comme l’ont rappelé divers auteurs (notamment Mancinelli, puis Cornini et De Strobel), il ne faut pas vouloir rapporter à tout prix les mentions comptables aux fragments conservés. Cela permettrait peut-être de mieux percevoir la diversité de ces peintures, qui ne s’explique pas seulement par la présence de mains différentes, mais très probablement par leur appartenance à des campagnes variées. Malgré la frustration que cause la disjonction entre les sources et les œuvres conservées (un phénomène malheureusement banal pour l’histoire de l’art médiéval), cette diversité témoigne aussi, à sa manière, de la richesse du Vatican médiéval.

III – VITERBE, LE PALAIS PONTIFICAL

  • 271 Radke (G. M.), « The Papal Palace in Viterbo », Ph.D., New York University, 1980-1981, publié en 1 (...)
  • 272 En même temps que Radke, une étudiante italienne avait consacré sa « tesi di laurea » au palais, s (...)
  • 273 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., chap. 3.
  • 274 L’ouvrage souffre aussi de quelques petits défauts regrettables, comme l’absence d’une bibliograph (...)

76Le palais de Viterbe est, avec Orvieto, l’un des plus beaux et l’un des mieux conservés parmi les résidences pontificales de la seconde moitié du xiiie siècle (fig. 16). En outre, il a été fréquenté longuement et par des papes variés, un peu moins qu’Orvieto, mais plus que tous les autres palais. Il a donc depuis longtemps attiré l’attention. Enfin, contrairement aux monuments traités dans les chapitres suivants qui n’ont été abordés qu’anciennement ou partiellement, lorsqu’ils l’ont été, le palais de Viterbe bénéficie d’une monographie complète et récente271. L’ouvrage de Gary Radke dépasse nettement la bibliographie antérieure sur le palais272 et n’est guère modifié par la contribution récente de Gigliozzi273. Au delà des faits et datations déjà connus, il a proposé une chronologie beaucoup plus fine des différentes phases de construction. Son analyse a également porté sur les fragments de peinture du palais, qu’il a abordés de manière exhaustive et précise. Il a enfin replacé le palais dans le contexte local et dans celui de l’architecture palatiale. D’emblée, il faut affirmer que la monographie de Radke constitue un guide sûr, détaillé et bien documenté, notamment en ce qui concerne la dissection du monument, menée de main de maître. La présentation qui suit ne fera donc que donner un résumé des acquis de sa recherche et je renverrai à l’ouvrage seulement pour discuter certains points. En revanche, je ne partage pas toutes les conclusions de l’auteur – le palais constituerait une étape essentielle de l’importation des formes du gothique français en Italie et de son acceptation par les papes –, notamment parce que je ne crois pas que le bâtiment puisse être considéré comme un exemple de gothique français importé274. Mais cela ne nous importe guère ici ; je reviendrai sur ce point dans le chapitre II.5 et mentionnerai les autres divergences de vues occasionnelles tout au long de la seconde partie.

Fig. 16 – Viterbe, palais pontifical, campagnes médiévales d’après G. M. Radke, fond de plan Radke (G. M.), Viterbo, dessin 2. I. « Castello di S. Lorenzo » ou hospice ? II. Grande salle. III. Tour. IV. « Chambre ». V. Grande salle. VI. Loggia. VII. Arcsboutants. VIII. Escalier. IX. Portique. X. Tour (garde-robe). XI. Tour de Jean XXI et Nicolas III. XII. Bâtiment inachevé.

1. Historique

  • 275 Maccarone (Mgr M.), Studi su Innocenzo III, Padoue, 1972, p. 57.
  • 276 Voir texte en annexe.
  • 277 Cf. chapitres I.6 et II.4.
  • 278 Menzinger (S.), « Viterbo “città papale” : motivazioni e conseguenze della presenza pontificia a V (...)

77Les éléments les plus anciens du complexe datent probablement de la fin du xie siècle, mais le premier palais doit remonter à la fin du xiie siècle, quand Viterbe devient pour la première fois siège épiscopal (transféré de Tuscania en 1193). Dès le début du xiiie siècle, le palais épiscopal de Viterbe sert à de multiples reprises de résidence aux pontifes romains. D’ailleurs, en 1210, alors qu’Innocent III y avait passé deux étés en 1207 et 1209, le palais est déjà cité comme palais papal275. Pour autant, les additions et transformations du palais épiscopal en résidence pontificale ne commencent pas avant le milieu du siècle. Pour l’année 1255, le frère Francesco d’Andrea mentionne le projet d’élever un nouveau palais pour le pape Alexandre IV (1254-1261)276. On ne sait si la construction a vraiment commencé en 1255 et ce chroniqueur n’est pas toujours fiable. Mais il n’est pas impossible que la date reflète la réalité, puisque le pape arriva à Viterbe en 1257 et qu’il fallut bien commencer les travaux avant. Il pourrait même s’agir d’une façon d’attirer la papauté, avant que son installation n’ait été pleinement décidée ; cette attitude correspondrait avec ce que nous verrons pour le cas de Rieti277. Par ailleurs ce séjour coïncida avec la période pendant laquelle Raniero Gatti assuma la charge de capitaine du peuple (1257-1259), le pape étant reparti pour Rome en 1259. Radke en déduit que le capitaine a dû jouer un rôle décisif dans la construction, comme le confirment les armoiries placées sur la partie du bâtiment qu’il attribue à Alexandre IV. Un autre indice en ce sens est fourni par les liens de la famille Gatti avec la papauté278. Ceux-ci remontent à la première moitié du xiiie siècle ; il devaient être déjà très forts en 1237 pour que Grégoire IX ordonne d’épargner leurs maisons, lors d’une punition de la ville après une révolte. La raison de cette relation privilégiée et de l’implication des Gatti dans diverses phases de réalisation du palais pontifical doit se trouver dans l’origine de la famille, relativement récente à Viterbe (xiie siècle) et dont la puissance reposait sur ses capacités financières et commerciales, ce qui la poussait à prendre le parti de la papauté, contrairement à l’aristocratie traditionnelle représentée par les Tignosi. Cette dernière lignée était au contraire phi-lo-impériale. En 1243-1244, c’est à cause de ces liens qu’une série de maisons est détruite, dans une zone appartenant largement aux Tignosi. Dix ans après, c’est ici que s’élèvera le palais pontifical. On suit aussi Radke quand il affirme que les privilèges accordés le 19 août 1258 par le pape à Viterbe (concession des droits du Saint-Siège sur le port de Corneto – l’actuelle Tarquinia – et exemption de taxe à Montefiascone) doivent correspondre à une sorte de compensation offerte par le pape contre le financement des travaux.

  • 279 Le texte est publié et commenté par le P. Dykmans (M.), « Les transferts de la curie romaine du xi (...)
  • 280 « Rainerius Gattus, iam ter Capitaneus actus,/ Edem papalem struit istam pontificalem./ Hoc habeas (...)
  • 281 Sur ce point, voir notamment le chapitre II.2.
  • 282 Dykmans, « Les transferts... », cit., p. 98 ; Paravicini Bagliani (A.), « La mobilità della curia (...)
  • 283 Il s’agit d’une disposition standard des accords entre la curie et les communes du Latium ; voir l (...)
  • 284 Iordanus : « dominus Matthaeus Rubeus Cardinalis fuit singulariter reclusus in quadam camera per o (...)
  • 285 Comme on le verra au chapitre I.5, il connaîtra un an plus tard la même expérience lors de son séj (...)
  • 286 À titre de curiosité, on notera par exemple que la grande salle de l’évêché était utilisée en 1541 (...)
  • 287 Radke, Viterbo..., cit., chapitre 7.
  • 288 Voir le chapitre suivant.

78Sous Clément IV, qui réside à Viterbe depuis le printemps 1266 jusqu’à sa mort, le 29 novembre 1268, le palais prend une nouvelle ampleur. Une aile est ajoutée suite à l’accord passé entre la curie et la commune le 5 mars 1266279. Une épigraphe apposée à l’entrée de la grande salle confirme la date de 1266 pour cette partie du palais et signale encore une fois l’intervention de Raniero Gatti280. En 1267 on y adjoint une loggia. Les deux bâtiments sont parsemés des écus de la famille Gatti. À la mort de Clément IV, l’élection interminable de son successeur se déroula dans le palais et, pour la première fois dans l’histoire de la papauté, apparut l’idée d’un conclave, c’est-à-dire de contraindre le Sacré-Collège à aboutir dans des délais raisonnables par la réclusion des cardinaux281. Les nombreuses sources concernant ce premier conclave nous donnent quelques détails sur la résidence, qui seront mentionnés essentiellement dans la seconde partie. Après son élection, en 1271, Grégoire X quitta aussitôt Viterbe. Il manifestait ainsi à la fois sa hâte de gagner Rome, à laquelle il entendait redonner une centralité et une priorité parmi les résidences pontificales un peu oubliée par ses prédécesseurs, et son opposition à l’attitude des Viterbois pendant le conclave qui l’avait élu, eux qui s’étaient montrés aussi irrespectueux des droits des cardinaux qu’incapables de veiller efficacement à la sécurité de la ville, comme l’avait montré l’épisode frappant de l’assassinat d’Henri de Cornouailles par les Montfort dans une église et pendant la célébration de l’eucharistie. Jean XXI s’installa à nouveau dans la ville en 1276, mais mourut au bout de six mois, dans l’écroulement d’une tour qu’il avait fait élever dans le palais. Nicolas III résida plus à Soriano qu’à Viterbe. Mais, lors de ses séjours dans le château de Soriano, une partie de la curie restait à Viterbe. Son pontificat fait donc partie des moments importants pour la constitution du palais. En 1278, un accord fut d’ailleurs passé pour préparer le séjour du pape, entre la curie et la commune de Viterbe, accord qui est conservé comme celui de 1266282. Le deuxième point concernait la construction d’un bâtiment neuf283. La ville fit construire une grande salle qui devait servir aux besoins de la curie, notamment pour l’audience pontificale restée à Viterbe même quand le pape résidait à Soriano. Après sa mort et l’élection de Martin IV, plus aucun pape ne résida à Viterbe, notamment à cause des pressions que la ville avait exercées pendant l’élection (1280-1281). Comme en 1268-1271, les sources nous parlent du palais, mais il n’est guère possible d’en tirer des indications utiles. Ainsi divers chroniqueurs racontent qu’en réaction à l’omnipotence du clan Orsini, le cardinal Matteo Rosso, neveu du pape défunt (mais aussi, selon certains d’entre eux, le cardinal Giordano, le frère de Nicolas III), fut emprisonné dans une chambre du palais, en bloquant toutes les issues, pour l’empêcher de prendre part à l’élection284. Pendant le pontificat de Boniface VIII, Viterbe crut pouvoir espérer, en 1297, un retour de la curie. La commune fit mettre au goût du jour le palais en repeignant la grande salle haute d’Alexandre IV (la médiocrité des décors dit d’ailleurs la hâte de la commande). Mais la démarche fut inutile, car le pape vint bien à Viterbe en juin, mais sa visite ne dura que quelques jours. Son séjour fut d’ailleurs troublé par un fort tremblement de terre et on comprend que le pontife n’ait pas tenu ferme face à un si mauvais présage285. Le monument connut ensuite le destin de bon nombre des résidences ici étudiées. Il redevint un simple palais épiscopal, disproportionné pour des fonctions désormais plus modestes et transformé par les travaux d’aménagement des évêques de l’époque moderne286. Puis vint le Risorgimento et l’intérêt pour la période médiévale. Le palais de Viterbe a occupé une place centrale dans ce processus, comme le montre bien Radke287. Le monument fut restauré entre 1897 et 1920 et l’auteur du projet initial était Paolo Zampi, l’architecte qui avait été chargé juste auparavant de la restauration du palais Soliano d’Orvieto (de 1883 à 1896)288. C’est à la suite de la découverte des premiers éléments médiévaux dans le palais que fut fondée la « Società per la conservazione dei monumenti », en 1902. Elle prit une part active à la restauration, tant par le biais du débat public que par des interventions directes de financement des travaux. Selon le jugement de Radke, les rénovations et restaurations ultérieures (dans l’entre-deux-guerres puis dans les années 1950) furent globalement néfastes. Enfin le bâtiment est actuellement (2003) en phase de restauration-consolidation, sous la direction du surintendant Costantino Centroni et par les soins de l’architecte Giovanni Fatica.

2. Les bâtiments (fig. 17-21)

  • 289 Quant à la zone I, datée de la fin du xie siècle et rapprochée par Radke du « castello di S. Loren (...)
  • 290 «...iuxta cameram quam ibidem fecit fieri felicis recordationis dominus Alexander IV... », cf. Dyk (...)
  • 291 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 117.

79Je mentionne seulement pour mémoire les zones I à III, dans lesquelles Radke a reconnu les parties les plus anciennes du complexe, correspondant notamment au palais épiscopal conçu à la fin du xiie-début du xiiie siècle (II et III : grande salle et tour289). L’accord de 1266 mentionnait la construction élevée pour Alexandre IV, probablement vers 1255-1257, comme une « camera »290. Radke a montré qu’il fallait entendre par là non pas une chambre, mais une aile du palais, qu’il a identifiée avec le corps de bâtiment n°IV. La dénomination de « chambre » se justifie tout de même, dans la mesure où la nouvelle salle était moins importante en superficie que la grande salle antérieure n°II. Elle devait donc bien avoir été prévue pour abriter la partie privée de la résidence. Le bâtiment comprend un rez-dechaussée voûté en plein cintre, qui pouvait servir de zone de stockage, et un étage charpenté. La tour préexistante III fut surélevée au cours de cette même campagne (en revanche le dernier étage a été modifié seulement peu avant 1300, au moment où on a peint à l’intérieur les armoiries du pape Caetani, de même que dans la salle IV-A-3/4), peut-être pour abriter, comme le suggère de manière séduisante M. T. Gigliozzi, différentes institutions fréquemment liées aux appartements privés du pontife : archives, bibliothèque, trésor – au moins jusqu’à l’érection de la tour X2291. À l’extérieur de la salle IV, du côté nord, devait courir une galerie ou balcon en bois.

Fig. 17 – Viterbe, palais pontifical, plan du rez-de-chaussée. Radke (G. M.), Viterbo, dessin 1.

Fig. 18 – Viterbe, palais pontifical, plan du 1er étage. Radke (G. M.), Viterbo, dessin 2.

Fig. 19 – Viterbe, palais pontifical, plan du 2e étage. Radke (G. M.), Viterbo, dessin 3.

Fig. 20 – Viterbe, palais pontifical, façade sud. Radke (G. M.), Viterbo, dessin 5.

Fig. 21 – Viterbe, palais pontifical, façade nord. Radke (G. M.), Viterbo, dessin 6.

  • 292 «...unam aulam magnam, decentem et pulcram, cum warderobba... », ibid. Voir aussi l’épigraphe rapp (...)
  • 293 Aux 30 m de long de Viterbe, on comparera les 46 m de Rieti, sans parler des 68 m de la salle du c (...)
  • 294 Radke propose deux datations possibles pour ces derniers : 1267, en même temps que la loggia ; ou (...)
  • 295 Radke (G. M.), « Medieval frescoes in the papal palaces of Viterbo and Orvieto », dans Gesta, t. 2 (...)

80Clément IV (ou son administration) semble avoir été un commanditaire plus exigeant, puisque le contrat de 1266 spécifiait que la commune devait construire une grande salle et une garde-robe et que la première devait être « grande, belle et bien faite »292. De fait, la grande salle fut construite sur une échelle impressionnante, sinon grandiose comme le dit Radke293. La grande salle n°V est à plusieurs niveaux. Au rez-de-chaussée, l’espace est divisé par de grands arcs-diaphragmes supportant un plancher ; la salle, de plain pied avec la rue qui longe au nord le palais, pouvait abriter une partie des offices domestiques. Au premier étage, une voûte en plein cintre et des murs épais et aveugles posent un double problème. Le doublement du mur et la voûte ont été insérés après coup et sont contradictoires avec le fait que ce niveau repose sur un autre niveau simplement charpenté. Cette solution peu orthodoxe a d’ailleurs entraîné après coup l’addition de deux grands arcs-boutants (VII) contre la façade nord294. Ces dispositions s’expliquent peut-être, selon Radke, parce qu’on pensait y abriter le trésor. Au-dessus, la grande salle proprement dite correspond au niveau cérémoniel. Elle conserve plusieurs éléments de ses dispositions originelles, notamment le pavement en péperin qui forme une surélévation de deux marches dans l’extrémité occidentale (fig. 28). Radke a noté que les deux baies les plus occidentales du mur sud sont également plus hautes que les autres. La porte d’accès à la salle depuis la zone résidentielle à l’ouest est centrée ; au contraire, celle qui y donnait accès depuis l’est (la loggia) était déportée vers le sud (la porte centrée actuelle ne remonte qu’au xvie siècle), de même que la porte d’accès principale depuis l’escalier était décalée et placée à l’extrémité orientale du mur sud (fig. 22). Tout cela s’explique par le désir de mettre en valeur le côté ouest de la salle, où le pape devait prendre place lors des cérémonies et qui touchait la partie résidentielle. La grande salle fut pourvue d’un décor peint295. Il n’en reste que des fragments, notamment des rinceaux végétaux conservés dans les ébrasements par l’occultation d’une partie des fenêtres à l’époque moderne (fig. 27), et le lion des armoiries de la ville.

  • 296 L’aspect plus hétérogène et la moins bonne qualité de la construction doivent s’expliquer par les (...)
  • 297 Voir le chapitre II.3 pour d’autres exemples.
  • 298 Radke propose d’y voir une chapelle (voir chapitre II.3), ce qui est également possible.
  • 299 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 121.
  • 300 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 122-124.
  • 301 Document du 6 juin 1270, cf. chap. II.2.

81Quant à la garde-robe exigée par le contrat de 1266, Radke propose très justement de la situer dans la tour X296. Cette dernière, située à la charnière entre l’ancienne grande salle d’Alexandre IV et la nouvelle, était construite de manière indépendante mais leur était reliée par des plate-formes. On peut donc supposer que la grande salle antérieure fut convertie en zone résidentielle pour le pape, une démarche que nous retrouverons par exemple à Orvieto et à Montefiascone. La tour est construite à cheval sur la voie qui longe le palais du côté nord, la rue San Clemente. Au rez-de-chaussée sa moitié sud reste libre pour permettre le passage, tandis que la moité nord, ouverte sur la vallée du Faul, qui s’étend au pied du palais, forme une sorte d’immense mur-boutant supportant les étages supérieurs (fig. 21 et 26). Au premier étage, on retrouve la même partition (fig. 18). La moitié sud a été recoupée en deux par un mur de refend moderne (la partie orientale forme une chambre et la partie occidentale était devenue un espace ouvert sur la rue à cause de la disparition du sol médiéval, jusqu’à l’installation d’un escalier métallique vers 1990). À l’arrière de ce qui était donc une pièce unique se trouvent quatre niches profondes, qui occupent le troisième quart de l’étage. Quant au dernier quart, vers le nord, il forme seulement un contrebutement aveugle pour le reste de la pièce. Originellement, il n’y avait pas de communication directe entre ce niveau et la grande salle V, contrairement à aujourd’hui, mais l’accès se faisait par une porte placée sur la face est de la tour, près de l’angle avec le mur nord de la salle, où se trouvait une autre porte. Ces deux portes extérieures devaient donc communiquer par un balcon en bois, probablement pour des raisons de sécurité. De même la fenêtre de la « chambre » d’Alexandre IV avait été bouchée par la construction de la tour et elle a été recréée seulement lors de la restauration du palais. Au moment de sa création, le premier étage de la tour était presque aveugle, puisqu’il n’était éclairé qu’indirectement, par deux fenêtres ouvrant sur les deux niches extrêmes. Toutes ces dispositions ont suggéré à Radke de proposer pour cette pièce une fonction nécessitant une sécurité maximale, la conservation des archives ou du trésor297. Au second étage (fig. 19), la tour est divisée à nouveau en deux moitiés par une cloison ouest-est (le mur de refend qui les redivise en quatre chambres date de l’époque moderne). Les deux chambres originelles communiquaient largement entre elles, comme le montre l’ample porte qui perce encore le mur. L’étage n’était joignable, comme le niveau inférieur, que par un balcon extérieur, cette fois du côté ouest, donc par la « chambre » d’Alexandre IV. De grandes fenêtres éclairaient abondamment la pièce méridionale et d’autres un peu plus petites celle du nord. De toutes ces dispositions (deux chambres communiquant entre elles et avec la « chambre » d’Alexandre IV, bien éclairées ; superposition immédiate avec la salle du trésor ou des archives), il me semble qu’on pourrait peut-être déduire que ces pièces correspondaient, malgré leur identification comme « garde-robe », avec la partie privée des appartements pontificaux, à savoir l’antichambre et la chambre à coucher298. Récemment, M. T. Gigliozzi s’est élevée contre l’identification par Radke de la tour X avec la garde-robe mentionnée en 1266299. Son opposition procède partiellement du fait qu’elle voit, à tort, dans la salle IV les bureaux de la curie. Comme on le verra dans le chapitre II.2, il s’agit d’une erreur globale que d’imaginer que l’administration de la curie se trouvait située à proximité immédiate du pape. Dans le cas présent, l’hypothèse est particulièrement absurde, puisqu’ils auraient été situés entre les appartements privés et la grande salle de parement, c’est-à-dire les deux pôles de la résidence entre lesquelles le pape devait pouvoir circuler sans entraves. Une autre raison de la divergence de Gigliozzi avec Radke vient de son analyse des dispositions du premier étage. De manière intéressante, elle propose de voir dans la pièce X3-X4 une latrine, en avançant une série d’indices plutôt convaincants et des parallèles avec la résidence des Caetani à Capo di Bove et avec le palais d’Avignon300. En outre, il aurait été intéressant de mettre en rapport cette suggestion avec un texte qu’elle ignore et qui se rapporte au conclave de 1268-1271301. Mais elle ne prend pas en compte un autre groupe d’arguments de Radke (notamment les questions d’accès) et surtout son hypothèse n’empêche nullement de continuer à identifier la partie haute comme des espaces privés (plutôt qu’un logement de gardien-guetteur) et la tour elle-même comme la garde-robe de 1266 (qu’elle ne situe d’ailleurs nulle part). Il faut donc continuer de suivre Radke, que renforce le parallèle établi ici avec les exemples d’Orvieto et probablement de Pérouse.

Fig. 22 - Viterbe, palais pontifical, façade sud.

  • 302 « Tunc erat Andreas, studio sum condita cujus,/ Beraldi Proles Terre Capitaneus hujus./ Cum sexagi (...)
  • 303 On retrouve la même hésitation dans l’emploi de la croisée rez-de-chaussée de la loggia-palier N2 (...)
  • 304 Raspi Serra (J.) et Barbini (B.), Viterbo medioevale, Novare, 1975, p. 24-29.

82Même si elle n’est pas mentionnée dans le texte des accords, la loggia (VI), construite en 1267 et sous la direction d’Andrea Gatti selon l’épigraphe placée dessus, dut être prévue elle aussi dès le départ (fig. 23)302. Il en va de même du grand escalier monumental qui conduit à la fois à la grande salle et à la loggia. L’escalier comme la loggia portent les armoiries des Gatti, ce qui implique qu’ils furent eux aussi exécutés sous leur surveillance, ainsi que l’indique l’inscription de la loggia. La fontaine au centre de la loggia fut ajoutée un an après, en 1268, sous la direction de Raniero Gatti, de même que la pile octogonale qui la supporte en dessous (fig. 24). La date est déduite de l’inscription conservée rue della Petraia, qui indique qu’un aqueduc fut construit sous le mandat de Raniero Gatti pour une fontaine pontificale. De la fontaine du xiiie siècle ne subsistent que la vasque supérieure et son fût polygonal. La vasque inférieure est faite de morceaux originaux et postérieurs, de même que la partie terminale de la vasque inférieure. Cette recomposition doit dater de l’époque du cardinal Raffaele Riario, nommé évêque commendataire en 1489. Malgré le très léger décalage chronologique entre la loggia et la grande salle, Radke a montré une évolution profonde de la mise en œuvre des deux bâtiments. Pour la loggia, la taille de la pierre est largement standardisée, contrairement à l’hétérogénéité qui prévalait auparavant. Il en conclut à un changement d’équipe soit sur la carrière, soit à pied d’œuvre. On ne devrait peut-être pas exclure une amélioration interne à l’équipe, grâce au chantier lui-même. Une autre observation de Radke va dans le même sens. Le maître d’œuvre avait d’abord songé à établir la loggia sur une croisée d’ogives, comme l’indiquent quelques témoins. Mais il renonça rapidement à construire une croisée d’une telle dimension et la remplaça par une voûte traditionnelle en plein cintre sur doubleaux303. En outre la loggia, malgré les formes hardies des arcatures et l’audace de son parti (une salle suspendue au-dessus d’un passage voûté) était mal conçue structurellement, comme le prouvent ses tribulations ultérieures. Aujourd’hui seule la face méridionale est pourvue d’une série d’arcatures entrecroisées. Les traces de bases sur la face septentrionale prouvent que celle-ci aussi en était dotée. Mais cette façade arrière s’écroula peu après 1325, lorsque Jean XXII écrivit d’Avignon aux Viterbois pour les exhorter à restaurer la loggia, et la façade antérieure ne fut sauvée qu’en bouchant les arcades. C’est seulement la restauration contemporaine qui a supprimé ces ajouts, en 1904, et résolu les problèmes statiques en insérant sous la corniche un support en ciment armé304. L’architecte et ses tailleurs de pierre n’étaient donc pas plus modernes ou plus « gothiques » en 1267 qu’en 1266 ; il s’agissait seulement de la maturation naturelle d’un chantier, progressive et non dépourvue de difficultés et de retours en arrière. Radke reste incertain si la loggia était ou non couverte. On comprend ses hésitations, étant donné la relative minceur des deux arcatures et la superficie de l’espace ; il faut au moins supposer que la charpente prenait appui sur les murs-pignons des deux bâtiments voisins. On peut signaler enfin que la loggia conserve quelques traces de la polychromie qui ornait l’extérieur du bâtiment, notamment de couleur rouge (fig. 25).

Fig. 23 – Viterbe, palais pontifical, loggia.

Fig. 24 – Viterbe, palais pontifical, support de la loggia.

Fig. 25 – Viterbe, palais pontifical, loggia, traces de polychromie.

  • 305 Cf. aussi les remarques de Miller, The Bishop’s Palace..., cit., p. 153 et suiv.
  • 306 Kimpel (D.) et Suckale (R.), L’architecture gothique en France 1130-1270, Paris, 1990 (éd. or. Die (...)
  • 307 Sur la souplesse des concepts de modèle et d’imitation dans l’architecture médiévale, cf. Krauthei (...)
  • 308 Dans ce cas cependant, on a affaire à un exemple d’altération de l’idée initiale par son transfert (...)

83L’escalier monumental (VIII) fut exécuté en dernier (fig. 22). Ses maçonneries sont du type de celles de la loggia ; il doit donc dater immédiatement après celle-ci. L’hypothèse est corroborée par le parallèle avec la porte San Biele de Viterbe, datée de 1270 environ. La largeur remarquable de l’escalier s’explique parce qu’il conduit à la fois à la grande salle et à la loggia. Mais elle correspond aussi au faste qu’on a voulu exprimer à travers lui. Ainsi les moulurations sont plus riches que partout ailleurs dans le palais. Il faut préciser cependant que les parapets et les bancs du palier sont dûs à la restauration, de même que les deux colonnes. De celles-ci, seules les bases subsistaient avant 1900. On doit donc rester prudent quant à la reconstitution réalisée par P. Zampi. Radke suppose qu’elles étaient destinées à former un portail plus complexe. Mais on a du mal à imaginer des superstructures avec un tel entrecolonnement. Je crois qu’on doit considérer que ces colonnes étaient prévues dès le départ pour encadrer simplement la porte de la grande salle et magnifier l’entrée du palais, comme le montre également la répétition de la formule dans une maison privée de Viterbe, la « casa Poscia », au début du xive siècle. On devrait donc plutôt chercher des parallèles à la disposition telle qu’elle a été reconstituée par la restauration305. Dans cette optique, il semble que l’emploi des colonnes à Saint-Remi de Reims offre un précédent évident306. Bien entendu, elles ne constituent pas un modèle au sens propre (à Reims, on trouve des couples de colonnes à la fois à la façade occidentale, au revers de celle-ci et à l’entrée du sanctuaire), mais elles permettent de comprendre le sens des colonnes de Viterbe307. Comme à Reims, mieux encore peut-être par leur isolement et leur position à l’extérieur du bâtiment, conformément au texte biblique, elles évoquent les deux colonnes du temple de Salomon à Jérusalem, auxquelles l’architecte du temple, Hiram, avait même donné un nom propre, Yackim et Boaz (I Rois, 7, 21-22). Grâce aux deux colonnes, le palais pontifical peut donc être assimilé au temple salomonique. L’antécédent de Reims pourrait paraître bien distant et de toute façon on ne veut pas suggérer ici que l’abbatiale Saint-Remi ait pu servir de source immédiate ; en fait il ne faut pas chercher bien loin celle-ci. La façade de Sainte-Marie-Majeure de Tuscania possède deux colonnes encadrant le portail central, sans fonction architectonique et mises en valeur par leur décor élaboré : il s’agit de colonnes cannelées spiralées, portées par deux lions et portant à leur tour, au-dessus des chapiteaux, deux figures en ronde-bosse. Il me semble que ces colonnes ont la même fonction que celles de Reims et leur présence à Tuscania, dans l’église cocathédrale du diocèse (avec Saint-Pierre de Tuscania), pourrait constituer un modèle direct pour celles du palais viterbois, d’autant plus si l’on se rappelle que le diocèse de Viterbe a été créé par transfert du siège de Tuscania, en 1193, c’est-à-dire immédiatement après la période de création de la façade de Sainte-Marie-Majeure. L’idée a d’ailleurs dû frapper les esprits à Viterbe, comme l’indique la reprise ultérieure du modèle dans l’escalier de la maison « Poscia »308.

Fig. 26 – Vierbe, palais pontification, façade nord.

Fig. 27 – Viterbe, palais pontifical, grande salle, détail du décor d’un ébrasement.

Fig. 28 – Viterbe, palais pontifical, grande salle, pavement, détail du surhaussement de l’extrémité ouest.

  • 309 Franchi (A.), Il conclave di Viterbo (1268-1271) e le sue origini, Assise, 1993, doc. I. Sur les n (...)

84À gauche de l’escalier du palais pontifical, le long de la façade méridionale de la « chambre » d’Alexandre IV (n°IV) se trouve un bâtiment aujourd’hui très transformé (n°IX). Radke a montré qu’il s’agissait d’un portique d’un seul niveau et de trois travées, s’étendant originellement jusque devant la grande salle de Clément IV (n°V), au moins sur une travée. Le bâtiment semble n’avoir pas été achevé ; ce n’est qu’au xve siècle qu’il reçut son voûte-ment, sous l’évêque Settala. Pourtant, un document récemment édité contredit l’opinion de Radke. Il s’agit de l’un des textes découverts par le P. Franchi à propos du premier conclave, tenu à Viterbe après la mort de Clément IV : « Actum Viterbii, in porticu palatii maioris domini pape309 ». S’il s’agit bien de la même construction, le portique devait être au moins utilisable à ce moment. Le document, du 5 novembre 1269, confirme en outre la datation de ce corps de bâtiment dans la même campagne de travaux que la grande salle, la loggia et l’escalier, sous Clément IV, comme le laissait entendre implicitement Radke.

  • 310 Voir les textes en annexe et leur commentaire au chapitre II.5.
  • 311 Gigliozzi, qui mentionne seulement les armoiries Gatti et non les écus abrasés, fournit une explic (...)

85Après la grande campagne de Clément IV, toutes les additions postérieures devaient nécessairement se faire vers l’ouest, puisque toutes les autres directions étaient bloquées (vallée au nord, bâtiments antérieurs à l’est et cour au sud). C’est donc là que se trouvent les campagnes suivantes. Radke a ainsi identifié le bâtiment commandé par Jean XXI pour en faire son « studium », si souvent cité par les chroniques à cause de son dramatique écroulement, avec les restes d’une tour trapézoïdale construite à l’arrière du palais. Il a remarqué qu’au rez-de-chaussée et au premier étage de la salle n°XI, on pouvait identifier le quart nord-est comme une tour étroite et irrégulière (en plan un trapèze se rapprochant du triangle) dont les murs ont été réutilisés lors de la création postérieure de cette salle. La différence entre les parties réutilisées de cette tour et le reste de la salle apparaît aussi bien en plan que dans les maçonneries extérieures, visibles du côté nord. Le système complexe d’arcs doubleaux qu’on trouve au premier étage de la salle XI s’explique bien dans ce contexte, comme un contrebutement des restes de la tour réutilisés jusqu’à ce niveau. On suit donc volontiers Radke dans sa démonstration, y compris lorsqu’il affirme que, même si les chroniques citent le bâtiment sous des noms variés (maison, appartement, pièce, etc.), cela ne doit pas constituer un obstacle pour l’identifier avec une tour310. En effet, comme on le montrera plus loin, les chroniques doivent être prises pour ce qu’elles sont, non pas un compte rendu précis des chantiers ou une description réaliste des bâtiments, mais plutôt le reflet d’une « opinion publique » face aux constructions pontificales. Certains textes confortent pourtant l’hypothèse de Radke. L’expression « juxta palatium pontificale Viterbii » employée par Ptolémée de Lucques correspond bien au caractère additionnel du « studium », placé contre le palais antérieur. Mieux encore, dans la chronique de Saba Malaspina, le « studium » du pape est placé « in posteriori parte palatii viterbiensis », ce qui coïncide avec la situation de la tour. Il faut noter que des armoiries se trouvaient sur la partie de la façade septentrionale qui correspond à la tour de Jean XXI, aujourd’hui ébrasées, alternant avec des armoiries des Gatti, intactes. Radke a indiqué que ces armoiries devaient être celles du pape commanditaire de la zone. On s’attendrait donc à ce qu’il les identifie avec celles de Jean XXI, ce qu’il ne fait pas explicitement. En cela, il tombe juste. Pour des raisons qu’on exposera dans le chapitre II.1, il semble que ce pape n’en fut jamais pourvu et que Nicolas III soit le tout premier pape à faire usage d’armoiries personnelles, en l’occurrence familiales. Il faut donc donner une autre explication aux armoiries ébrasées de la partie basse de la salle XI. Je dois l’hypothèse suivante, très convaincante, à Manuela Fragalá. Comme sur le reste de la salle, il devait s’agir des armoiries Orsini alternant avec celles des Gatti. Les écus armoriés ont pu en effet être insérés après coup dans la maçonnerie antérieure. Mais on se rappelle que les Gatti entretenaient de mauvaises relations avec Nicolas III et son lignage. Après la disparition du pape, les Gatti purent effacer les armoiries des Orsini à portée de main, sans toucher les leurs, bien entendu, et laissèrent intactes seulement celles des Orsini qui se trouvaient en partie haute311.

  • 312 Radke réfute donc la vieille hypothèse de Pinzi (C.), Il palazzo papale di Viterbo nell’arte e nel (...)
  • 313 Il s’agit de Tancredi et Arturo de Monte Cocozzone, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. (...)
  • 314 En revanche, on ne peut pas la suivre quand elle propose d’attribuer les armoiries Orsini non au p (...)

86Quant à la grande salle élevée pour Nicolas III suite à l’accord de 1278, Radke propose de la reconnaître dans la salle n°XI, élevée en partant du noyau de la tour de Jean XXI. La zone n°XII aurait été prévue dans la même campagne, à la fois pour contrebuter la grande salle (l’écroulement de la tour de Jean XXI devait rendre les constructeurs prudents quant à la stabilité de cette partie du complexe) et comme un projet d’extension, pour lequel était prévu l’emploi d’arcs-diaphragmes, comme dans la salle voisine312. Les armoiries des Orsini et des Gatti qu’on trouve sur le bâtiment n°XI montrent que les seconds continuèrent à assumer la responsabilité du chantier, malgré leur hostilité envers la famille Orsini. À cet égard, M. T. Gigliozzi fait justement remarquer que la présence des armoiries Gatti sur un bâtiment élevé entre 1277 et 1280 peut apparaître problématique, non seulement à cause de l’inimitié entre les deux clans, mais aussi parce que la charge de capitaine du peuple était alors revêtue par une autre famille, plus proche des Orsini, les Monte Cocozzone313. Elle en conclut de manière raisonnable que soit les armoiries correspondent à un moment où l’opposition entre les deux groupes n’était pas trop forte et où les Gatti dominaient de toute façon la scène politique locale, soit qu’elles ont subi des remaniements314.

  • 315 Il faut signaler ici que Gigliozzi, se méprenant sur l’analyse de Radke, croit que ce dernier n’at (...)
  • 316 Je dois l’hypothèse à Manuela Fragalá.
  • 317 Je ne suis donc pas sûr, contrairement à Radke, suivi 2003, p. 251-278, cf. p. 256, qu’on puisse m (...)

87La partie basse (rez-de-chaussée et premier étage) de la grande salle XI appartient donc pour partie à la campagne de Jean XXI et pour partie à celle de Nicolas III. Le niveau suivant remonte en revanche uniquement au pontificat Orsini315. Il a été largement modifié par les travaux modernes et contemporains, qui l’a divisé en deux étages, dont l’inférieur a été subdivisé en plusieurs pièces (il sert d’appartement aux évêques de Viterbe). Le niveau unique originel était doté d’arcs-diaphragmes supportant la charpente. Les arcs possèdent un profil brisé plus prononcé que dans les éléments antérieurs du palais et leur extrados n’est plus horizontal mais en bâtière, ce qui coïncide avec l’évolution stylistique vers des formes plus aiguës. De même, ce qui reste des baies originales montre une progression vers des moulures plus contrastées. Selon la chronique de Ptolémée de Lucques et plusieurs continuateurs de la chronique de Martin le Polonais, la grande salle construite pour Nicolas III devait servir pour l’audience pontificale. L’identification par Radke de cette salle avec le bâtiment XI pourrait donc sembler problématique, car ce dernier est situé à l’arrière du palais, dans une zone en contact étroit avec la partie résidentielle du palais. Mais on peut supposer que la salle possédait un accès direct depuis le rez-de-chaussée et la cour située au sud, indépendamment des circuits du pape316. En outre, comme on l’a rappelé, le plus souvent le pape ne résidait pas à proprement parler à Viterbe mais à Soriano ; par conséquent le problème de la proximité des services de la curie et de la partie privée du palais ne se posait pas dans les mêmes termes que pour d’autres résidences. Après la mort du pape Orsini, les seuls travaux menés pendant la période médiévale furent le rafraîchissement de certaines salles, pour la venue de Boniface VIII (zone III et IV). On fit peindre dans la salle IV-A-3/4 une frise de consoles en perspective, dans le goût de celles exécutées dans l’aile de Nicolas III au Vatican. Mais leur rendu est bien plus grossier et l’absence d’un point de fuite central cohérent pour tous les murs trahit une exécution locale, incapable de saisir l’esprit de l’original et tentant seulement de reprendre un motif à la mode317.

Notes

1 L’une et l’autre sont éditées par Lauer (P.), Le palais de Latran. Étude historique et archéologique, Paris, 1911, p. 391 et suiv. et p. 410 et suiv.

2 Lauer, Le palais de Latran..., cit., p. 311. La description et le plan pourraient avoir été suscités, selon Lauer, par un projet de Paul IV (1555-1559) de réhabilitation du palais ou, selon Krautheimer, par le souci de « rafraîchir » le palais à l’occasion du jubilé de 1575, cf. Krautheimer (R.) et alii, Corpus Basilicarum Christianarum Romae, Rome, 1937-1977, 5 t., t. V, p. 50.

3 Luchterhand (M.), « Päpstlicher Palastbaus und höfisches Zeremoniell unter Leo III. », dans 799. Kunst und Kultur [Exposition. Mayence. 1999] Beiträge zum Katalog, p. 109-122 : p. 109. L’hypothèse a été reprise récemment par Horsch (N.), « Die Scala Santa im mittelalterlichen Lateranpalast – eine neue Lektüre der Quellen », dans Zeitschrift für Kunstgeschichte, t. 66, 2003, n°4, p. 524-532.

4 Severano (G.), Memorie sacre delle sette chiese di Roma, Rome, 1630 (avec un plan de F. Contini) ; Rasponi (C.), De basilica et patriarchio Lateranensi libri IV, Rome, 1656 ; Ciampini (G. G.), De sacris edificiis a Constantino Magno constructis, Rome, 1693.

5 Selon Severano, le plan de F. Contini a été levé d’après les vestiges du palais, le plan de Bufalini et les représentations qui se voient à la Bibliothèque Vaticane et à Saint-Pierre « in Montorio », cf. Severano, Memorie sacre..., cit., p. 534. À propos de ce dernier lieu, il faut noter que Severano faisait certainement allusion à l’une des lunettes du cloître, consacrées à la vie de saint François et peintes par N. Circignani dit le Pomarancio à la fin du xvie siècle. Les fresques de trois lunettes (dont l’une devait correspondre à la scène du songe d’Innocent III au Latran) ayant été détruites, il est impossible de dire quelle valeur documentaire possédait la représentation.

6 Berlin, Staatliche Museen, Kupferstichkabinett, inv. 79D2A, fol. 71 et 12.

7 Mitchell (C.), « The Lateran fresco of Boniface VIII », dans Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, t. 14, 1951, p. 1-6, cf. p. 4-5. Sur les fresques du Salone Sistino en général, voir Morello (G.) et Silvan (P.), Vedute di Roma dai dipinti della Biblioteca Apostolica, Milan, 1997.

8 Rohault de Fleury (G.), Le Latran au Moyen Âge, Paris, 1877.

9 «...quando Laterano a le cose mortali andò di sopra... ».

10 Rohault de Fleury, Le Latran..., cit., p. 190.

11 L’œuvre a été restaurée en 1994-1995, cf. Mercalli (M.), « Il plastico del complesso lateranense nel Medioevo » et De Bellis (M.), « Relazione sullo stato di conservazione e interventi di restauro », dans La via Francigena. Roma, la meta del viaggio [Exposition. Rome. 1995], p. 29-46 et 47-55.

12 La notice de Mariano Delle Rose décrit très bien la maquette dans tous ses détails ainsi que le degré de confiance qu’on peut lui accorder dans Bonifacio VIII e il suo tempo. Anno 1300 il primo giubileo [Exposition. Rome. 2000], n°115, p. 169-170.

13 Lauer (P.), « Le plus ancien compte concernant le Latran (1285) », dans MÉFR, t. 19, 1899, p. 3-7.

14 Lauer (P.), « Les fouilles du Sancta Sanctorum au Latran », dans MÉFR, t. 20, 1900, p. 251-287.

15 Lauer, Le palais de Latran..., cit.

16 Krautheimer (R.), Rome, portrait d’une ville, 312-1308, Paris, 1999, passim.

17 Il palazzo apostolico Lateranense, Pietrangeli (C.) dir., Rome, 1991.

18 Sur la topographie de la zone à l’époque classique et tardo-antique, la recherche est restée constamment fournie. Voir en denier lieu Della Giovampaola (I.), « Patriarchium », dans Lexicon Topographicum Urbis Romae, Stein-by (E. M.) dir., Rome, 1998, p. 62-66 ; Liverani (P.), Laterano I, Scavi sotto la basilica di S. Giovanni in Laterano ; i materiali, Cité du Vatican, 1998 et Id., « Dalle aedes Laterani al Patriarchio Lateranense », dans Rivista di archeologia cristiana, t. 75, 1999, p. 521-549.

19 Miller (M. C.), The bishop’s palace. Architecture and authority in medieval Italy, Ithaca (N.Y.), 2000.

20 Je donne ici la liste des intervenants et le titre des communications, qui devraient paraître dans les Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité : Guidobaldi (F.), « Sessorium e Laterano : il polo cristiano dell’Urbs costantiniana » ; Liverani (P.), « L’area lateranense in età tardoantica e le origini del Patriarchio » ; Bisconti (F.), « L’affresco del S. Agostino » ; Brandt (O.), « L’oratorio di S. Croce » ; Real (U.), « La residenza Lateranense dall’età di Giustiniano all’inizio dell’epoca carolingia » ; Luchterhand (M.), « Il Patriarchio in età carolingia » ; De Spirito (G.), « La rinascita del Laterano verso l’anno Mille alla luce dell’epigrafia : un progetto mancato » ; D’Onofrio (M.), « Il Patriarchio nascosto », cette intervention reprenant une communication du même auteur parue entretemps, « Aspetti inediti e poco noti del Patriarchio lateranense », dans Medioevo : i modelli. Atti del convegno internazionale di studi (Parma, 27 sett.-1°ott. 1999), Quintavalle (A. C.) dir., Milan, 2002, p. 221-236 ; De Blaauw (S.), « La liturgia delle cappelle del Patriarchio e la loro relazione con la basilica lateranense » ; Herklotz (I.), « Il complesso Lateranense nel Medioevo : decorazione e ideologia ».

21 Gigliozzi (M. T.), I palazzi del papa..., Rome, 2003, chap. 2.

22 Gardner (J.), « Päpstliche Träume und Palastmalereien », dans Träume im Mittelalter..., Paravicini Bagliani (A.) et Stabile (G.) dir., Stuttgart-Zurich, 1989, p. 113-124, cf. p. 115. L’épisode du songe avec le palais chancelant n’apparaît que vers 1240 dans les sources franciscaines, cf. Vauchez (A.), « Le songe d’Innocent III », conférence tenue à l’Istituto nazionale di studi romani (Rome, 19 juin 2001), désormais publiée sous le titre « Les songes d’Innocent III », dans Studi sulle società e le culture del Medioevo per Girolamo Arnaldi, Gatto (L.) et Supino Martini (P.) dir., s.l., 2002, 2 vol., vol. 2, p. 695-706.

23 Bertelli (C.), « Römische Träume », dans Träume im Mittelalter..., Paravicini Bagliani (A.) et Stabile (G.) dir., Stuttgart-Zurich, 1989, p. 91-112, cf. p. 94-96.

24 La mosaïque est totalement ruinée aujourd’hui. Déjà la photographie prise par Cellini vers 1950 ne montrait que de rares fragments. Cellini (P.), « Di Fra’Guglielmo e di Arnolfo », dans Bollettino d’arte, 4e sér., t. 40, 1955, p. 215-229, cf. fig. 15.

25 Cité d’après Bertelli, « Römische Träume », cit., p. 105. Si cette identification est juste, elle constitue un argument supplémentaire pour ceux qui considèrent que la partie basse des mosaïques ne peut remonter avant 1297, comme la partie haute, mais doit avoir été complétée après la réhabilitation des cardinaux Colonna, à partir de 1304.

26 Miller, The bishop’s palace..., cit., p. 274-276.

27 Boureau (A.), La papesse Jeanne, Paris, 1993 (1ère éd., Paris, 1988), p. 77-82.

28 Krautheimer, Rome, portrait d’une ville..., cit., p. 262-264 et p. 319.

29 Voir plus bas.

30 Duchesne (Mgr L.), Le Liber pontificalis, Paris, 18861892, t. I, p. 432.

31 Sur la première, cf. La galleria delle carte geografiche in Vaticano, Gambi (L.) et Pinelli (A.) dir., Modène, 1994.

32 Herklotz (I.), Gli eredi di Costantino. Il papato, il Laterano e la propaganda visiva nel xii secolo, Rome, 2000, p. 10.

33 Herklotz (I.), « Der Campus Lateranensis im Mittelalter », dans Römisches Jahrbuch für Kunstgeschichte, t. 25, 1985, p. 1-43, cf. notamment p. 37-39.

34 Herklotz, « Der Campus Lateranensis... », cit., p. 34. Voir en dernier lieu Rebaudo (L.), « Le antichità della piazpiazza Lateranense fino all’anno 1300 », dans Bonifacio VIII e il suo tempo. Anno 1300 il primo giubileo [Exposition. Rome. 2000], p. 56-60.

35 Lauer, Le palais de Latran..., cit., p. 119.

36 Sur la phase carolingienne du Latran, voir désormais Luchterhand, « Päpstlicher Palastbaus... », cit., notamment p. 116 et suiv., argumenté et convaincant, en attendant la publication d’ensemble de sa thèse.

37 Boureau, La papesse Jeanne, cit., p. 82 : «... la puissance romaine des papes se tapit, se replie et se retranche dans le palais inaccessible du Latran, trône, centre et sommet de la Ville, “castrum” hautain qui vide Rome de sa vie locale ».

38 Duchesne, Le liber pontificalis, cit., t. II, p. 378 et suiv. Voir Herklotz (I.), « Die Beratungsräume Calixtus’II. im Lateranpalast und ihre Fresken. Kunst und Propaganda am Ende des Investiturstreits », dans Zeitschrift für Kunstgeschichte, t. 52, 1989, p. 145-214 ; résumé dans Id., Gli eredi di Costantino..., cit., chap II.

39 Walter (C.), « Papal political imagery in the medieval Lateran palace », dans Cahiers archéologiques, t. 20, 1970, p. 155-176 et t. 21, 1971, p. 109-136 ; Herklotz, Gli eredi di Costantino...., cit., p. 95 et Zotz (T.), « Camera et caminata. Les espaces “privés” du palais royal et leur fonction dans l’Empire d’après les sources écrites », dans « Aux marches du palais ». Qu’est-ce qu’un palais médiéval ? Actes du VIIe congrès international d’archéologie médiévale (Le Mans-Mayenne, 9-11 septembre 1999), Le Mans, 2001, p. 55-61, cf. p. 59.

40 Herklotz, Gli eredi di Costantino..., cit., p. 151-152.

41 L’institution en 1209 d’un hôpital sur le Celio, Saint-Thomas « in Formis », fondé par les trinitaires de saint Jean de Matha avec l’appui du pontife, ami personnel du saint, doit être probablement lue également dans la perspective de cet intérêt pour le Latran, tout proche.

42 Voir texte en annexe et Lauer, Le palais de Latran..., cit., p. 192. Cela n’autorise pas pour autant à donner du passage une traduction approximative et erronée, comme le fait Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 69. Ainsi, on ne peut pas attribuer au pontife de manière univoque la construction de la première chambre mentionnée dans le texte, qui n’est pas clair à ce sujet ; le terme « terminatas » est oublié ; quant à la traduction controuvée de « speculum » par image sacrée, elle renvoie non seulement à une méconnaissance du terme latin, mais aussi des commentaires auxquels il a donné lieu depuis un siècle.

43 On explicitera ce dernier terme dans le chapitre II.2.

44 Voir texte en annexe ; l’information est reprise par Rasponi, De basilica et patriarchio Lateranensi..., cit., p. 293 : « Urbanus Quartus tectum Aulae Lateranensis ve tustae pene collapsum restituit. » La date précise, 1261, donnée par Rohault de Fleury, Le Latran..., cit., p. 173-174 (cf. aussi p. 170 et p. 464) ne correspond en fait qu’au début du pontificat.

45 A. Monciatti, dans Castelnuovo (E.) et Monciatti (A.), « Préhistoire du palais des papes », dans Monument de l’histoire. Construire, reconstruire le palais des papes. xive-xxe siècle [Exposition. Avignon. 2002], p. 116-121, cf. p. 117.

46 Bartolomeo Platina précise « Egli creato che fu pontifice nell’atrio di Laterano », ce qui ne veut probablement pas dire qu’il fut élu, mais proclamé dans le portique du palais. Cité d’après Rohault de Fleury, Le Latran..., cit., p. 171.

47 Dans la biographie de Nicolas III, voir texte en annexe. L’affirmation est reprise par B. Platina, dans sa vie des papes ; voir le texte latin en annexe et la traduction italienne dans Rohault de Fleury, Le Latran..., cit., ibid. L’information est également donnée par Rasponi, De basilica et patriarchio Lateranensi..., cit., p. 294 : « Hadrianus Quintus Patriarchum restaurare universum statuerat, sed coeptis mors intervenit, et successoris Nicolai Tertii liberalitati absoluti operis gloriam reliquit... ».

48 Voir textes en annexe. Je ne sais pas d’où Lauer tire l’idée que les travaux d’Adrien V furent continués d’abord par Jean XXI, cf. Lauer, « Le plus ancien compte... », cit., p. 3-7.

49 Lauer, « Le plus ancien compte... », cit., p. 6-7. Il est préférable d’utiliser la réédition donnée par Lauer dans Le palais de Latran..., cit., p. 210, où l’auteur a corrigé les fautes d’impression précédentes.

50 Fabre (P.) et Duchesne (Mgr L.), Liber censuum Romanae Ecclesiae, Rome-Paris, 1910, t. I, p. 592. La maison du camérier est nommée le 7 mars 1256, à propos de travaux de couverture ; d’après le contexte, il s’agit d’une construction indépendante.

51 Maddalo (S.), « Alcune considerazioni sulla topografia del complesso Lateranense allo scadere del secolo XIII : il Patriarcho nell’anno del Giubileo », dans Roma an-no 1300, p. 621-632.

52 Pendant le xive siècle, le palais fut endommagé en outre par un tremblement de terre en 1348 et par un nouvel incendie en 1361.

53 Lauer, Le palais de Latran..., cit., p. 613 et suiv. (comptes de démolition et construction) ; Donadono (L.), La Scala Santa a San Giovanni in Laterano, Rome, 2000.

54 Rohault de Fleury, Le Latran..., cit., p. 267-268 et p. 536-539 (plan et description) ; Lauer, Le palais de Latran..., cit., p. 318, 338-339, 593 et suiv. (documents relatifs à la pénitencerie).

55 Lauer, Le palais de Latran..., cit., p. 122-124.

56 Lauer, « Les fouilles du Sancta Sanctorum au Latran », cit.

57 Sancta Sanctorum, Pietrangeli (C.) et Romanini (A. M.) dir., Milan-Cité du Vatican, s.d. [1995]. Voir aussi le compte rendu de Cadei (A.), dans Arte medievale, 2e sér., t. 9, 1995, n°2, p. 148-151.

58 Cela est implicite dans plusieurs passages de Rohault de Fleury, Le Latran..., cit., p. 175, p. 382 et 385 ; cela explique que, tout en connaissant l’interprétation exacte fournie par Marangoni dès le xviiie siècle, il prenne Nicolas III agenouillé devant saint Pierre pour saint Nicolas.

59 Lauer, Le palais de Latran..., cit., p. 70.

60 BAV, ms lat. 600, d’après Delle Rose (M.), « Il Patriarchio : note storico-topografiche », dans Il palazzo apostolico Lateranense, Pietrangeli (C.) dir., Rome, 1991, p. 18-35, cf. p. 22.

61 Voir aussi chapitre II.2 pour la question de l’inscription.

62 Wilpert (G.), « Il piu antico ritratto di San Agostino », dans Miscellanea Agostiniana, t. 2, 1931, p. 1 et suiv. Voir aussi Redig de Campos (D.), « Il “Sant’Agostino” della Scala Sancta restaurato », dans Römische Quartalschrift für Christliche Altertumskunde und für Kirchengeschichte, t. 58, 1963, p. 101-104.

63 Dans sa communication à la journée d’étude du 10 mai 2001, Fabrizio Bisconti a proposé avec beaucoup de nuances et de prudence de maintenir la datation et l’attribution du « saint Augustin ».

64 Delle Rose, « Il Patriarchio... », cit., p. 24 (xiie siècle) ; Donadono, La Scala Santa..., cit., p. 28-29 (fin du xie siècle, vers le pontificat de Grégoire VII).

65 Maddalo, « Alcune considerazioni sulla topografia... », cit. Cette datation paraît contestable, comme le souligne Herklotz, « Der Campus Lateranensis... », cit., p. 7 n. 16.

66 D’Onofrio, « Aspetti inediti e poco noti del Patriarchio lateranense », cit., p. 224 et suiv. La différence de niveau du sol des deux parties du portique, correspondant actuellement d’un côté à la chapelle de l’archiconfrérie du Très-Saint Sacrement (fig. 4, n°5), de l’autre aux locaux des pères Passionistes (fig. 4, n°1-4), pourrait refléter la création du portique de Zacharie par l’englobement de deux salles antérieures, la « basilica Vigilii » (ou « Julia ») et la « basilica Theodori » (ibid., p. 229).

67 Herklotz, « Der Campus Lateranensis... », cit., p. 20.

68 D’Onofrio, « Aspetti inediti... », cit., p. 231.

69 D’Onofrio, « Aspetti inediti... », cit., p. 232 et suiv. Voir aussi Bertani (B.), « I sotteranei della sede dell’Arciconfraternita lateranense del SS. Sacramento », dans Alma Roma, t. 27, 1986, n°3-4, p. 79-96 et Donadono, La Scala Santa..., cit., p. 31-32.

70 Les murs latéraux (nord et sud) ont des maçonneries datées par L. Donadono de la seconde moitié du xiiie siècle et par D’Onofrio seulement du xvie siècle (travaux de Fontana) ou du xviie siècle (installation de la confrérie en 1662), voir les relevés dans Bertani, « I sotteranei... », cit., fig. 1-2, repris par Donadono, La Scala Santa..., cit., p. 74. Pour la datation, celle-ci semble pencher pour les pontificats d’Honorius IV ou Nicolas IV, à cause des mentions de travaux connus par la comptabilité pour le premier et des interventions du second à la basilique. Il me semble qu’on ne peut pas exclure Nicolas III (ibid., p. 32). D’Onofrio, « Aspetti inediti... », cit., p. 232. Les murs qui recoupent l’ensemble doivent remonter aux travaux de Fontana ou au siècle suivant selon Donadono ; pour D’Onofrio (à la suite de Bertani), le mur oriental remonte seulement à 1865-1870, quant au mur occidental, il est occulté par des décombres.

71 D’Onofrio, « Aspetti inediti... », cit., fig. 27. Le dessin, attribué à Johann Glauber (1646-1726), faisait partie d’un album autrefois sur le marché de l’art romain et aujourd’hui introuvable. L’image est connue grâce à un cliché de la Biblioteca Hertziana.

72 D’Onofrio, « Aspetti inediti... », cit., p. 233.

73 Les graffitis ont été publiés pour la première fois par Bertani, « I sotteranei... », cit., puis de manière complète par D’Onofrio, « Aspetti inediti... », cit., p. 233-234 et fig. 28 a-f.

74 Horsch, « Die Scala Santa... », cit., notamment p. 531-532.

75 Diverses sources semblent d’ailleurs se référer à la présence de second escalier, cf. Horsch, « Die Scala Santa... », cit., p. 528-529, n. 23. Par ailleurs, l’absence de cet escalier dans le plan conservé aux archives du Latran pourrait s’expliquer par les travaux d’agrandissement de la Scala Santa (ajout de deux volées latérales à l’escalier originel), menés sur ordre de Grégoire XIII en 1575, ce qui correspond à la date proposée pour ce plan par Krautheimer. La présence de l’escalier dans le plan Contini n’est pas contradictoire, puisque ce dernier, établi cinquante ans après la destruction générale du palais, ne reposait plus que sur une synthèse des sources antérieures et non sur la réalité monumentale (voir plus haut).

76 Horsch, « Die Scala Santa... », cit., p. 530-531.

77 Registres d’Alexandre IV, n°2652 ; Registres d’Urbain IV, t. III (Registre ordinaire), n°2438 ; Registres de Grégoire X, n°994 (cf. aussi n°996-998).

78 ASV, Reg. Vat. 42 (Registre inédit de Martin IV), fol. 86, n°213. Nous retrouvons ce chanoine dans de nombreuses affaires liées au Vatican.

79 ASV, Reg. Vat. 42, fol. 99 v°, n°XLVIII/50 ; fol. 100, n°XLVIII/51 ; Potthast, n°22151-22152.

80 ASV, Reg. Vat. 42, fol. 103 v°, n°XLVIII/71 et n°XLVIII/72.

81 Righetti Tosti-Croce (M.), « Il Sancta Sanctorum : architettura », dans Il palazzo Apostolico Lateranense, Pietrangeli (C.) dir., Rome, 1991, p. 51-58, qui rappelle les témoignages du « Liber pontificalis », de Platina et de Panvinio et qui s’appuie sur les analyses de l’architecte Alessandro Iazeolla.

82 Voir le volume Sancta Sanctorum, Milan-Cité du Vatican, s.d. [1995], cit., notamment pour les mosaïques, Andaloro (M.), « I mosaici del Sancta Sanctorum », p. 126-191, qui montre l’unité parfaite de ces dernières, ainsi que leur cohérence avec le reste du décor (emploi de poncifs communs avec les fresques), et leur bonne conservation, contrairement à ce que l’on pensait auparavant.

83 Gardner (J.), « Nicholas III’s oratory of the Sancta Sanctorum and its decoration », dans Burlington Magazine, t. 115, vol. 1, n°842, mai 1973, p. 283-294 ; Id., « L’architettura del Sancta Sanctorum » dans Sancta Sanctorum, Milan-Cité du Vatican, s.d. [1995], p. 19-37.

84 C’est déjà ce qu’affirmait Marangoni en 1747, cf. Marangoni (G.), Istoria dell’antichissimo oratorio o cappella di S. Lorenzo... Sancta Sanctorum..., Rome, 1747, p. 26 ; et plus récemment Matthiae (G.), Mosaici medioevali delle chiese di Roma, Rome, 1967, p. 344 ou Cadei, dans le compte rendu cité ci-dessus.

85 Romano (S.), « Il Sancta Sanctorum : gli affreschi », dans Sancta Sanctorum, Milan-Cité du Vatican, s.d. [1995], p. 38-125.

86 Krautheimer, Rome, portrait d’une ville..., cit., p. 321 ; Luchterhand, « Päpstlicher Palastbaus... », cit., p. 116 et 120 (ce dernier auteur pense aussi qu’à l’époque antérieure, la « basilica iulii » ou « iulae », qu’il identifie de manière hypothétique avec le bâtiment en forme de tour qui marquait l’angle de la « macrona » sur le front nord, pouvait avoir déjà servi de loggia pour l’acclamation des papes après leur élection, ibid., p. 113).

87 Codex diplomaticus dominii temporalis S. Sedis, Theiner (A.) éd., t. I, 756-1334, Rome, 1861.

88 Libri rationum Camerae Bonifatii papae VIII (Archivum secretum Vaticanum, collect. 446 necnon Intr. et ex. 5), Schmidt (T.) éd., Cité du Vatican, 1984, n°448 et 482. L’éditeur contemporain des « Libri rationum », Tilmann Schmidt, a proposé de reconnaître dans cette cérémonie celle du 16 mars 1299, où le pontife excommunia les chrétiens qui commerçaient avec les musulmans. Cf. Registres de Boniface VIII, n°3354.

89 « Item quando dominus faceret processus, [servientes debent] ornare thalamum, in quo cum cardinalibus et prelatis [papa] debet stare » (le paragraphe concerne les devoirs des sergents ; le texte remonte à l’époque de Clément VI). Haller (J.), « Zwei Aufzeichnungen über die Beamten der Curie im 13. und 14. Jahrhundert », dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, t. 1, 1898, p. 1-38, cf. p. 25 (Haller traduit le terme par « estrade », ce qui est approximatif).

90 Lauer, Le palais de Latran..., cit., p. 237. Rohault de Fleury, Le Latran..., cit., p. 481 donne une transcription défectueuse. Le texte de l’inscription est également donné par Severano, Memorie sacre..., cit., p. 541 et Rasponi, De basilica et patriarchio Lateranensi..., cit., p. 327. Cela ne prouve rien, puisque Severano et Rasponi n’ont pu voir l’original et ont dû recopier la transcription donnée par Panvinio, qu’ils citent tous deux fréquemment.

91 Libri rationum..., cit., n°3044.

92 Un autre ancrage chronologique pourrait être fourni par la forme de la tiare de Boniface VIII, dans le fragment peint provenant de la loggia qu’on évoquera plus bas. Selon Ladner, la forme de la tiare pontificale change vers 1300-1301, pour adopter le type à deux couronnes ; la loggia devrait donc être antérieure à cette date, voir Ladner (G. B.), « Die Statue Bonifaz VIII. in der Lateranbasilika und die Entstehung der dreifach gekrönten Tiara », dans Römische Quartalschrift, t. 42, 1934, p. 35-69 (repris dans Id., Images and Ideas in the Middle Ages, t. I, Rome, 1983, p. 393-426), cf. p. 50-51 ; suivi par Mitchell, « The Lateran fresco of Boniface VIII », cit., p. 2. En réalité, il me semble difficile d’être aussi net, non seulement parce que l’adoption d’une forme nouvelle du costume pontifical peut n’avoir pas été répercutée immédiatement ou universellement, mais aussi parce que le gisant de Boniface VIII, qui constitue pour Ladner la borne entre ces deux types, pourrait être anticipé de quelques années comme on le rappellera dans le chapitre II.5.

93 Rohault de Fleury, Le Latran..., cit., p. 196 ; Müntz (E.), « Études sur l’histoire des arts à Rome pendant le Moyen Âge. 1. Boniface VIII et Giotto », dans MÉFR, t. 1, 1881, p. 111-137, cf. p. 128.

94 Lauer, Le palais de Latran..., cit., p. 234.

95 Sommer (C.), « Zur römischen Baugeschichte unter dem Pontifikat Papst Bonifaz VIII. », dans Römische Quartalschrift für christliche Altertumskunde und Kirchengeschichte, t. 31, 1923, p. 41-54, cf. p. 48.

96 Entre autres, Righetti Tosti-Croce (M.), « Appunti sull’architettura a Roma tra Due e Trecento », dans Arte medievale, t. 2, 1984, p. 183-194, cf. p. 191 ; Ead., « Tra nuove imprese e “aggiornamento” di antiche strutture. Architettura romana alla vigilia del primo giubileo », dans La storia dei giubilei, t. I, 1300-1423, Florence, 1997, p. 134145, cf. 144-145 ; Maddalo (S.), « Ancora sulla loggia di Bonifacio VIII al Laterano. Una proposta di ricostruzione e un’ipotesi attributiva » et Palmerini (M.), « Appendice », dans Arte medievale, 2e sér., t. 12-13, 1998-1999, p. 211-230, cf. p. 218 et suiv ; Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 86-87.

97 Francesco Gandolfo écarte également clairement Arnolfo di Cambio au profit du milieu local, cf. Gandolfo (F.), « Il giubileo del 1300 e la loggia delle benedizioni al Laterano », dans Dante e il giubileo. Atti del convegno (Ro-ma, 29-30 nov. 1999), Florence, 2000, p. 201-214.

98 Röttgen (H.), « Die Inbesitznahme des Lateran durch Bonifaz VIII. Überlegungen zur Wirklichkeit der Benediktionskanzel des Laterans », dans Das Andere Wahrnehmen. Beiträge zur europäischen Geschichte August Nitzschke zum 65. Geburtstag gewidmet, Cologne, 1991, p. 140-158 ; Gandolfo (F.), « Bonifacio VIII, il giubileo del 1300 e la loggia delle benedizioni al Laterano », dans Romei e giubilei. Il pellegrinaggio medievale a San Pietro (350-1350) [Exposition. Rome. 1999], p. 219-228 ; Maddalo, « Ancora sulla loggia... », cit., p. 214-216.

99 Il s’agit de Giacomo Grimaldi, Instrumenta translationum, Milan, Bibliothèque ambrosienne, ms. F 227 inf. La découverte a été faite par Müntz, « Études sur l’histoire des arts... », cit.

100 Ladner (G. B.), Die Papstbildnisse des Altertums und des Mittelalters, 3 vol., Cité du Vatican, 1941-1984, t. II, p. 318-322.

101 Aini (S.), « La loggia di Bonifacio VIII in Laterano », dans L’Urbe, t. 56, 1996, p. 73-82, cf. p. 74 et 78.

102 Caetani (C.), Biografia di Bonifacio VIII tratta da manoscritto finora inedito di cui fu autore mons. Cristoforo Caetani [† 1642], Rome, 1886, p. 14 mentionne la statue de marbre « che Bonifacio fece scolpire alla sua somiglianza », qui se trouvait alors dans la chapelle Saint-Thomas du cloître. L’auteur écrit dans la première moitié du xviie siècle. De même, une gravure, insérée dans un exemplaire de l’ouvrage de Johannes Rubeus (pseudonyme de Selby Richard Wilfrid), Bonifacius VIII et [sic pour « ex » ?] familia Caietanorum principum romanus pontifex, Romae, 1651 (Rome, Biblioteca Casanatense) et datant de la période 1627-1647, montre dans une composition imaginaire toutes les statues du pontife alors connues. En haut à droite figure celle du Latran. Voir Urciuoli (S.), « Esedra con statue di Bonifacio VIII », dans Bonifacio VIII e il suo tempo. Anno 1300 il primo giubileo [Exposition. Rome. 2000], p. 134-135. Voir aussi Ladner, « Die Statue Bonifaz VIII. in der Lateranbasilika... », cit., p. 68-69, où l’auteur publie un document de 1631. Mais cette attestation par deux chanoines et un bénéficier du Latran de l’identification de la statue comme un portrait de Boniface VIII n’est pas décisive. Le texte dit que la sculpture se trouvait dans la loggia « ne’tempi passati », ce qui prouve seulement que l’interprétation était ancienne.

103 Aini, « La loggia di Bonifacio VIII... », cit., ibid.

104 Du même sentiment, en dernier lieu, Pace (V.), « Una presenza marginale : l’immagine di Bonifacio VIII e i programmi figurativi moderni nella Roma trionfante del primo giubileo », dans Bonifacio VIII. Atti del XXXIX convegno storico intern. (Todi, 13-16 ottobre 2002), Spolète, 2003, p. 501-520, cf. 519.

105 Paravicini Bagliani (A.), Le chiavi e la tiara, Rome, 1998, p. 33-34.

106 Mitchell, « The Lateran fresco of Boniface VIII », cit., p. 4.

107 Travaini (L.), « Le monete del primo giubileo », dans Bonifacio VIII e il suo tempo..., cit., p. 121-125, cf. p. 123, ill. 1 et notice n°79.

108 Rappelons que le fragment a dû être découpé au moment de la destruction de la loggia par les ordres de Sixte-Quint, transporté par les soins du chanoine Fulvio Orsini dans une galerie du cloître, puis transféré dans la basilique, dans sa position actuelle, avant 1786 (date de la pose d’un verre de protection), cf. Ladner, « Die Statue Bonifaz VIII. in der Lateranbasilika... », cit., ibid. et Mitchell, « The Lateran fresco of Boniface VIII », cit., p. 2. Le document de 1631 publié par Ladner affirme qu’un autre fragment des fresques, représentant l’apôtre saint Jacques, fut sauvé à la même occasion par le chanoine Giacomo Brancario (probablement par dévotion envers son saint patron) et placé dans la basilique. À ma connaissance, ce fragment n’est plus repérable aujourd’hui.

109 Il n’est pas sûr que le passage de Vasari, cité par Mitchell comme preuve de l’attribution à la même époque du fragment à Giottino (cf. Mitchell, « The Lateran fresco of Boniface VIII », cit., p. 1), puisse être invoqué comme se référant à la peinture de la loggia. Vasari écrit dans la vie de Giottino : « In Roma similmente condusse a buon fine, in San Giovanni Laterano, una storia dove figurò il papa in più gradi, che oggi ancora si vede consumata e rosa dal tempo di malissima sorte. », cf. Vasari (G.), Le Vite... [édition de 1550], Bellosi (L.) et Rossi (A.) éd., Turin, 1986, 2 vol., vol. 1, p. 171. Le passage est repris textuellement dans l’édition de 1568, cf. Vasari (G.), Le Vite..., Bettarini (R.) et Barocchi (P.) éd., Florence, 1966-1984, Testo en 4 t.et Commento 3 t., cf. Testo, t. II, p. 233. L’expression « in più gradi » semble exclure qu’il s’agisse de la même peinture ; par ailleurs, même si on acceptait cette identification, on ne peut pas non plus déduire du passage, comme on l’a fait souvent, que Vasari attribuait le fragment à Giotto, car il ne confondait pas les deux peintres, même si Giottino constituait pour lui une figure plutôt nébuleuse.

110 Severano, Memorie sacre..., cit., p. 541 ; Caetani, Biografia di Bonifacio VIII..., cit., p. 14.

111 Rasponi, De basilica et patriarchio Lateranensi..., cit., p. 327-328 ; Ciaconius (A.), Vitae et res gestae pontificum Romanorum..., t. II, Rome, 1677, col. 304 : « Effigies Bonifacij papae a Giotto expressa ».

112 L’inscription de 1786 fut posée sous le fragment au moment de la pose d’un verre protecteur par les soins de la famille Caetani : « Imago iconica A. Bonifacii VIII Pontif. max./ Iubileum primum in annum MCCC indicentis/ Pictura Giotti aequalis eorum temporum/ Quam e veteri podio in claustra inde in templum translatam/ Gens Gaietana ne avitum monumentum vetustate deleretur/ Anno MDCCLXXXVI cristallo obtegendam curavit. » Texte donné d’après Rohault de Fleury, Le Latran..., cit., p. 481 (cf. aussi p. 201) ; Rohault lui-même attribuait la peinture au xve siècle. Sa bévue se comprend en partie par l’état dans lequel se trouvait le fragment, repeint, modernisé et complété.

113 Brandi (C.), « Giotto recuperato a San Giovanni Laterano », dans Scritti di storia dell’arte in onore di Lionello Venturi, Rome, 1956, t. 1, p. 55-85 ; Vayer (L.), « L’affresco del giubileo e la tradizione della pittura monumentale romana », dans Giotto e il suo tempo. Atti del Congresso internazionale per la celebrazione del VII centenario della nascita di Giotto (Assisi-Padova-Firenze, 24 sett.-1 ott. 1967), Rome, 1971, p. 45-59. Un exemple récent du maintien de cette attribution : Giotto. La cappella degli Scrovegni a Padova, Spiazzi (A. M.) dir., Milan, p. 10-11.

114 Bertelli (C.), « L’enciclopedia delle Tre Fontane », dans Paragone, n°235, sett. 1969, p. 24-49, cf. p. 47 n. 34.

115 Bellosi (L.), La pecora di Giotto, Turin, 1985, p. 37 n. 40 (d’ailleurs Bellosi ne reprend pas clairement à son compte l’affirmation) ; repris dans Bonifacio VIII e il suo tempo..., notice n°187.

116 Boskovits (M.), « Proposte (e conferme) per Pietro Cavallini », dans Roma anno 1300, p. 297-315, cf. p. 304-305.

117 Tomei (A.), « Bonifacio VIII e il giubileo del 1300 : la Roma di Cavallini e di Giotto », dans Bonifacio VIII e il suo tempo..., cit., p. 93-98, cf. p. 95.

118 L’inscription a été transmise par Panvinio par deux fois, avec des variantes. Enfin Rohault de Fleury donne une troisième version, assez énigmatique. C’est pourquoi nous donnons les trois textes en appendice de cette partie. Ladner penchait pour une datation du texte contemporaine de la loggia, cf. Ladner, « Die Statue Bonifaz VIII. in der Lateranbasilika... », cit., p. 39. Mais on peut se demander s’il ne s’agissait pas d’une inscription plus récente, du xviie siècle par exemple ou au moins d’une copie du xviie siècle de l’épigraphe originelle, comme le laisse penser la signature d’Andrea Vittorelli dans la transcription de Rohault de Fleury, un auteur ecclésiastique assez renommé du xvii siècle.

119 Ladner, « Die Statue Bonifaz VIII. in der Lateranbasilika... », cit., ibid.

120 L’interprétation est déjà attestée par l’inscription de 1786 rapportée plus haut. La thèse du jubilé est maintenue par exemple par Ladner, Die Papstbildnisse..., cit., t. II, p. 288-296 et par Mitchell, « The Lateran fresco of Boniface VIII », cit., p. 3.

121 Mitchell, « The Lateran fresco of Boniface VIII », cit., p. 6 ; Vayer (L.), « L’affresco del giubileo e la tradizione della pittura monumentale romana », cit.

122 Maddalo (S.), « Bonifacio VIII e Jacopo Stefaneschi. Ipotesi di lettura dell’affresco della Loggia lateranense », dans Studi romani, t. 31, 1983, p. 129-150. Voir aussi Ead. « La loggia delle benedizioni in Laterano e l’affresco con Bonifacio VIII », dans Roma 1300-1875. L’arte degli anni santi [Exposition. Rome. 1984-1985], notice n°VII.7, p. 325-327.

123 Pace (V.), « Codici miniati a Roma al tempo del primo giubileo », dans Roma 1300-1875. L’arte degli anni santi, cit., p. 318-322, cf. p. 321.

124 Gandolfo (F.), dans Aggiornamento scientifico all’opera di G. Matthiae, Pittura romana del Medioevo, 2 t., Andaloro (M.) et Gandolfo (F.) éd., Rome, 1987-1988, t. II.

125 Gardner (J.), « Patterns of papal patronage circa 1260-circa 1300 », dans The religious roles of the papacy : Ideals and realities 1150-1300, Ryan (C.) dir., Toronto, 1989, p. 439-456, cf. p. 456.

126 Röttgen (H.), « Die Inbesitznahme des Lateran... », cit. Röttgen soutient l’attribution à Giotto et le caractère autographe du fragment ; mais il n’apporte pas d’arguments de ce côté, son analyse étant avant tout iconographique.

127 Aini, « La loggia di Bonifacio VIII... », cit.

128 Frugoni (C.), « Così parlò Bonifacio » dans Medioevo, t. 6, 1998, p. 6-7 ; Ead., Due papi per un giubileo : Celestino V, Bonifacio VIII e il primo Anno Santo, Milan, 2000, p. 218-223, notamment p. 222.

129 Gandolfo, « Bonifacio VIII, il Giubileo del 1300... », cit., voir aussi dans le même catalogue la notice n°214 par Alessia Trivellone et Gandolfo, « Il giubileo del 1300 e la loggia delle benedizioni al Laterano », cit. (2000).

130 Maddalo (S.), « Roma miniata, Roma affrescata. Tracce di un mito fra Trecento e Quattrocento », dans La Storia dei giubilei, t. I, 1300-1423, Florence, 1997, p. 118133, cf. p. 120-122 ; Ead., « Ancora sulla loggia di Bonifacio VIII al Laterano... », cit. ; Ead., « Notice n°116 », dans Bonifacio VIII e il suo tempo..., cit., p. 170-171.

131 Paravicini Bagliani (A.), « Bonifacio VIII, l’affresco di Giotto e i processi contro i nemici della Chiesa. Postilla al giubileo del 1300 », dans MÉFRM, t. 112, 2000, vol. 1, p. 459-483.

132 Il s’agit d’une œuvre-charnière entre la description du Latran par Jean Diacre au xiie siècle et celle de Panvinio au xvie siècle, car située à mi-chemin entre l’exposé aux fins idéologiques de la première et le tableau à visée scientifique et historique de la seconde. Curcio (G.), « Giuliano Dati : “Comincia el Tractati di Santo I. Laterano” », dans Scrittura, biblioteche e stampa a Roma nel Quattrocento. Atti del II Seminario (6-8 maggio 1982), Miglio (M.) dir., Cité du Vatican, 1983, p. 271-304.

133 Je ne suis pas convaincu par tous les arguments, notamment ceux d’ordre stylistique ; mais la démonstration d’ensemble reste valable (cf. ibid., p. 292-298).

134 Mitchell et Vayer, art. cités ; Belting (H.), « Papal artistic commissions as definitions of the medieval church in Rome », dans Light on the Eternal City. Observations and discoveries in the art and architecture of Rome, Hager (H.) et Scott Munshower (S.) dir., State College, 1987, t. II, p. 13-29, cf. p. 18.

135 Paravicini Bagliani, Le chiavi e la tiara, cit., p. 74-76 et Paravicini Bagliani, « Bonifacio VIII... », cit.

136 L’épisode de Boniface VIII dissimulant la « lex de imperio » dans la cathédrale du Latran, aux dires de Cola di Rienzo, rentre dans la même perspective. Voir par exemple Frugoni (C.), « L’antichità : dai “Mirabilia” alla propoganda politica », dans Memoria dell’antico nell’arte italiana, Settis (S.) dir., t. I, L’uso dei classici, Turin, 1984, p. 5-72, p. 16.

137 Paravicini Bagliani, « Bonifacio VIII... », cit.

138 Son origine médiévale, affirmée par divers auteurs (Ladner, Mitchell, etc.) est difficile à prouver ; même si elle appartenait bien à la période médiévale, elle pourrait en tout cas être postérieure à la loggia.

139 Ils ont d’ailleurs fait faire une « copie » ou plus exactement une adaptation du fragment pour leur palais romain, probablement datable du xviie siècle, illustrée et commentée par Léon Pressouyre dans Pressouyre (L.), Dulau (R.) et Mayer (J.) dir., Le dévoilement de la couleur. Relevés et copies de peintures murales du Moyen Âge et de la Renaissance [Exposition. Paris 2004-2005], p. 28-30.

140 Morghen (R.), « Il cardinale Matteo Rosso Orsini e la politica papale nel secolo xiii », dans ASRSP, t. 46, 1923, p. 271-372, passim notamment p. 330.

141 Herklotz, « Der Campus Lateranensis... », cit., p. 6.

142 Maddalo, « Alcune considerazioni sulla topografia... », cit., p. 622 et 628.

143 Curcio (G.), « L’ospedale di S. Giovanni in Laterano : funzione urbana di una istituzione ospedaliera. I », dans Storia dell’arte, t. 32, 1978, p. 23-39.

144 « Le prince des nouveaux Pharisiens/ faisait alors la guerre près du Latran... ». Dante, La divine comédie, Risset (J.) trad., Paris, 1985-1990, t. I, p. 250-251.

145 Rasponi : « Sic ».

146 Severano : « praesens » (ce qui constitue seulement un développement d’abréviation, d’ailleurs peut-être fautif si l’on considère la rime avec « hostes »).

147 Severano : « callere ».

148 Ehrle (F.) et Egger (H.), Der vatikanische Palast in seiner Entwicklung bis zur Mitte des 15. Jahrhunderts, Cité du Vatican, 1935. Le manuscrit d’Eugénie Strong (1860-1943), « Some chapters from the unfinished history of the Vatican palace from Constantine to Pius XII » (Bibliothèque des musées du Vatican, II.G.4, dactylographié entre 1943 et 1949), rédigé par l’auteur jusqu’à sa mort et s’arrêtant en fait à Grégoire XIII, n’apporte strictement rien pour notre période.

149 Redig de Campos (D.), I palazzi Vaticani, Bologne-Cité du Vatican, 1967.

150 Steinke (K. B.), Die mittelalterlichen Vatikanpaläste und ihre Kapellen, Baugeschichtliche Untersuchung anhand der scriftlichen Quellen, Cité du Vatican, 1984.

151 Parmi les nombreux comptes rendus critiques, citons Girgensohn (D.), dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, t. 66, 1986, p. 519520 ; Radke (G. M.), dans Journal of the Society of architectural historians, t. 47 1988, p. 192-194. Le livre de Voci qu’on mentionnera plus loin est tout entier conçu comme une réponse à l’ouvrage de Steinke.

152 Pistilli (P. F.), « L’architettura a Roma tra il 1198 e il 1254 », dans Roma nel Duecento, Romanini (A. M.) dir., Turin, 1991, p. 1-71.

153 Mancinelli (F.), « Il palazzo apostolico Vaticano dalle origini a Sisto IV », dans Il palazzo apostolico Vaticano, Pietrangeli (C.) dir., Florence, 1992, p. 31-47.

154 Voci Roth (A. M.), Nord o Sud ? Note per la storia del medioevale “palatium apostolicum apud Sanctum Petrum” e delle sue cappelle, Cité du Vatican, 1992. Voci Roth (A. M.) et Roth (A.), « Anmerkungen zur Baugeschichte der alten und der neuen capella magna des Apostolischen Palastes bei Sankt Peter », dans Collectanea II. Studien zur Geschichte der päpstlischen Kapelle. Tagungsbericht (Heidelberg, 1989), Cité du Vatican, 1993, p. 13-102 n’ajoutent rien pour les questions qui nous concernent ici.

155 Pagliara (P. N.), « Der Vatikanische Palast », dans Hochrenaissance im Vatikan. Kunst und Kultur im Rom der Päpste 1503-1540 [Exposition. Bonn. 1999], p. 207-226. La même année est paru un ouvrage en polonais de Zuchowski (T. J.), Palac papieski na Watykanie od konca V do poczatku XVI wieku : ceremonial a ewolucja lompleksu rezydencjonalnego [The papal palace in the Vatican from the end of the 5th century to the beginning of the 16th century : the ceremony and the evolution of the residence complex], Poznan, 1999 [résumé anglais]. Je ne peux en juger que d’après le résumé anglais, ce qui est injuste ; mais, en ce qui nous concerne, celui-ci contient des absurdités qui semblent rendre peu utile la compréhension du texte original.

156 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., chap. 2.

157 Monciatti (A.), Per la decorazione del palazzo di Niccolò III Orsini in Vaticano : nuove indagini (thèse de doctorat), École normale supérieure de Pise, 1998-1999, p. 10 et suiv. Je remercie vivement Alessio Monciatti de m’avoir permis de consulter son travail avant sa publication imminente. En attendant celle-ci, voir un premier résumé dans Castelnuovo (E.) et Monciatti (A.), « Préhistoire du palais des papes », dans Monument de l’histoire. Construire, reconstruire le palais des papes. xive-xxe siècle [Exposition. Avignon. 2002], p. 116-121, cf. p. 118-119, que suivront les articles suivants : Monciatti (A.), « La decorazione a fresco del Palazzo Vaticano : nuove ipotesi », dans Roma caput mundi. Apogeo e decadenza di Roma medioevale 1277-1350. Atti della giornata di studi (Roma, Bibl. Hertz., 1 Luglio 1999), à paraître dans Römisches Jahrbuch der Bibliotheca Hertzian ; Monciatti (A.), « Funzione e decorazione dell’architettura nel Palazzo di Niccolò III Orsini », à paraître dans les Actes du colloque int. Funzione, architettura e decorazione. Arte e cerimonia nel Palazzo Vaticano dal Medioevo al Rinascimento (Roma, Istituto Olandese, 3-4 aprile 2000).

158 Cf. surtout Voci Roth, Nord o Sud..., cit., chap. I. Quant au palais que Charlemagne se fit construire pour lui et ses successeurs, en faisant remanier la diaconie des Saints-Serge-et-Bacchus, certains auteurs le plaçaient du côté nord. Comme il était voisin du triclinium de Léon III, Voci le place lui aussi du côté sud (ibid., p. 42-43).

159 Voir texte en annexe.

160 Redig de Campos (D.), « Les constructions d’Innocent III et de Nicolas III sur la colline vaticane », dans MÉFR, t. 71, 1959, p. 359-376, cf. p. 360. Signalons ici que Redig de Campos (D.), « Die Bauten Innozenz’III. und Nikolaus’III. auf dem vatikanischen Hugel », dans Römische Quartalschrift für Altertumskunde und für Kirchengeschichte, t. 55, 1960, p. 235-246, n’est qu’un résumé de l’article précédent.

161 Logiquement, pour Steinke les salles de représentation d’Innocent III auraient été situées au sud de la basilique et auraient consisté en un simple remaniement du palais d’Eugène III qu’elle situe de ce côté.

162 Pagliara, « Der Vatikanische Palast », cit., cf. p. 207.

163 Pour tout le paragraphe suivant, je m’appuie essentiellement sur Pagliara.

164 Libri rationum..., cit., n°317, 457, 918.

165 Kirsch (J. P.), Die Rückkehr der Päpste Urban V. und Gregor XI...., Paderborn, 1898, p. XXXIII.

166 Ehrle et Egger, Der vatikanische Palast..., cit., p. 62.

167 Voci Roth, Nord o Sud..., cit., p. 51-52.

168 Egger attribuait déjà ce rez-de-chaussée à l’époque d’Innocent III, mais il lui donnait également le rez-dechaussée de l’« aula secunda » et de l’« aula tertia », cf. Redig de Campos, « Les constructions... », cit., p. 360-361.

169 Marder (T. A.), « The Turris Scalarum : Its date in relation to the medieval fabric of the Vatican palace », dans Monumenti, musei e gallerie pontificie. Bollettino, t. 17, 1996, p. 127-139, cf. notamment fig. 6-7 ; voir aussi Marder (T. A.), Bernini’s Scala Regia at the Vatican palace, Cam bridge, 1997, p. 150-157 sur le processus de construction de la « scala regia » (et fig. 138-144).

170 Pistilli, « L’architettura a Roma tra il 1198 e il 1254 », cit. Sa démonstration paraît convaincante, mais semble un peu contradictoire avec l’utilisation d’un appareil « a tufelli » pour les parements, qui semble être entré en usage à Rome surtout après Innocent III, comme il le soutient lui-même.

171 Redig de Campos, « Les constructions... », cit., p. 369.

172 Girgensohn, compte rendu cité.

173 Voci Roth, Nord o Sud..., cit., chap. III adopte la même position.

174 On le sait de manière certaine seulement depuis 1990. Cette découverte a été confirmée par les restaurations subséquentes. Toutes les maçonneries de la chapelle sous le niveau du sol actuel (c’est-à-dire sur environ 8 m) sont probablement médiévales. Cf. Pagliara, « Der Vatikanische Palast », cit., p. 216, avec bibliographie.

175 Voci Roth, Nord o Sud..., cit., p. 68-104.

176 De Strobel (A. M.) et Mancinelli (F.), « Le cappelle pontificie », dans Il palazzo apostolico Vaticano, Pietrangeli (C.) dir., Florence, 1992, p. 51-59 ; Monciatti (A.), « Il palazzo apostolico Vaticano alla fine del medioevo : sul sistema delle cappelle prima e dopo il soggiorno della curia ad Avignone », dans Art, cérémonial et liturgie au Moyen Âge, Actes du colloque (Lausanne-Fribourg, mars-mai 2000), Rome, 2002, p. 565-584, cf. p. 572-579.

177 Sur ce point, cf. Anheim (É.), « La Grande Chapelle de Clément VI : les hommes, les lieux, les pratiques », dans Monument de l’histoire. Construire, reconstruire le palais des papes. xive-xxe siècle [Exposition. Avignon. 2002], p. 123-129.

178 Marder, « The Turris Scalarum... », cit., p. 136.

179 Pagnotti (F.), « Niccolò da Calvi et la sua “Vita d’Innocenzo IV” », dans ASRSP, t. 21, 1898, p. 7-120. Cf. texte en annexe.

180 Egidi (P.), Necrologi e libri affini della provincia romana, Rome, 1908-1914, 2 t., t. I, p. 290 ; Voci Roth, Nord o Sud..., cit., p. 49.

181 Redig de Campos, « Les constructions... », cit., p. 365 ; Voci Roth, Nord o Sud..., cit., p. 58 n. 44 ; Iacobini (A.), « Innocenzo III e l’architettura. Roma e il nord del patrimonium sancti petri », dans Innocentius papa III. Urbs et orbis. Congresso internazionale (Roma, 9-15 septembre 1998), Sommerlechner (A.) dir., Rome, 2003, 2 vol., cf. vol. 2, p. 1261-1291, cf. p. 1277 et suiv. ; Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 55 et n. 19 p. 91. Ehrle allait déjà dans ce sens.

182 Mais les voûtes ont été reprises sous Paul II.

183 La datation sous Innocent III est affirmée aussi par Rebecchini (C.), « Il ritrovamento del palazzo d’Innocenzo III in Vaticano », dans Monumenti, musei e gallerie pontificie. Bollettino, t. 2, 1981, p. 39-52. Contrairement à Redig de Campos, il y voit en revanche le palais proprement dit du pontife. Malheureusement, l’auteur n’apporte jamais la preuve de ses affirmations.

184 Voci Roth, Nord o Sud..., cit., p. 56 et fig. 8.

185 Cité du Vatican, Archivio storico dei Laboratori di restauro dei Musei Vaticani, protocollo 3374/51, d’après Monciatti, « Il palazzo apostolico Vaticano... », cit., p. 570 n. 26 et Monciatti dans Castelnuovo et Monciatti, « Préhistoire du palais des papes », cit., cf. p. 121 n. 32.

186 Cf. Cornini (G.) et De Strobel (A. M.), « La torre di Innocenzo III prima dell’intervento dell’Angelico : funzione e decorazione pittorica », dans Il Beato Angelico e la cappella Niccolina. Storia e restauro, Buranelli (F.) dir., Novare, 2001, p. 27-40, cf. p. 27. Je remercie chaleureusement Alessio Monciatti pour toutes ses indications.

187 Alfieri (M.) et Pagliara (P. N.), « La torre di Innocenzo III », dans Il Beato Angelico e la cappella Niccolina. Storia e restauro, Buranelli (F.) éd., Novare, 2001, p. 15-26, cf. p. 15.

188 Monciatti et Cornini et De Strobel se prononcent également nettement pour cette datation (cf. Cornini et De Strobel, « La torre di Innocenzo III... », cit., p. 28-29), en raison de leur analyse des décors (voir plus bas).

189 Cornini et De Strobel, « La torre di Innocenzo III... », cit., p. 36.

190 Registres de Clément IV, n°889 et n°1318 ; le texte de cette dernière bulle est donnée d’après Martène (Dom E.) et Durand (Dom), Thesaurus novus anecdotorum..., Lutetiae, 1717, 5 t., t. II, col. 555, n°572.

191 Voir les textes en annexe.

192 Trad. fr. dans Alberti (L. B.), Descriptio Urbis Romae, Furno (M.) et Carpo (M.) éd., Genève, 2000, p. 171. Sur Tortelli, voir la journée d’étude « Dall’Abbazia di Liberio alla Villa di Giovanni Tortelli : la Badia di S. Sebastiano ad Alatri » (Istituto di Norvegia in Roma, 24 juin 2002), à paraître.

193 Forcella (V.), Iscrizioni delle chiese e d’altri edifici di Roma dal secolo XI ai giorni nostri, Rome, 1869-1884, 14 vol., cf. vol. I, Rome, 1869, p. 25, n°2 ; voir aussi Redig de Campos, « Les constructions... », cit., p. 365-366. L’inscription, retrouvée en 1727 dans un bien-fonds de la via Aurelia, est conservée dans les musées capitolins (au palais des conservateurs), car elle a été donnée au sénat romain par son découvreur, Mgr Francesco Bianchini.

194 Sur le jardin, cf. chapitre II.2.

195 Sur le rassemblement des terrains, cf. chapitre II.4.

196 De Minicis (E.), « Un diffuso errore storiografico : l’“opera saracinesca” nella Campagna romana », dans Dalla Tuscia romana al territorio valvense. Problemi di topografia medievale alla luce delle recenti ricerche archeologiche. Giornate in onore di Jean Coste (Roma, 1998), Ermini Pani (L.) dir., Rome, 2001, p. 21-28, cf. p. 23. Il s’agit précisément de la partie de l’enceinte sur laquelle s’est appuyée Piranèse pour définir l’appareil « alla saracinesca » qu’il croyait comme typique de Léon IV et qui a servi ensuite à caractériser l’appareil romain en tuf des xiiie-xive siècles lequel n’a rien à voir ni avec l’époque de Léon IV, ni avec celle de la portion de mur en question.

197 Voir entre autres Cassanelli (L.), « Porta Cavalleggeri », dans La città, parte occidentale, Rome, 1989 (Guide del Vaticano, 3), p. 28-30.

198 Andrews (D.), « Medieval masonry in Northern Lazio : Its development and uses for dating », dans Papers in Italian archaeology. I : The Lancaster seminar, recent research in prehistoric, classical and medieval archeology, Blake (H. McK.), Potter (T. W.) et Whitehouse (D. B.) dir., Oxford, 1978, p. 391-422, cf. 405. La portion de mur en question correspond à la portion A de l’étude de Gibson (S.) et Ward-Perkins (B.), « The surviving remains of the Leonine wall », dans Papers of the British School at Rome, t. 47, 1979, p. 30-57, fig. 1.

199 En dernier lieu, voir Pergola (S.), « Il fenomeno del reimpiego nelle mura leonine » dans ASRSP, t. 125, 2002, p. 5-32.

200 Ibid., notamment p. 35, p. 42-43, 45 et passim. L’hypothèse a été reprise notamment par Krautheimer, Rome..., cit., p. 315.

201 Mancinelli (F.), « Il palazzo apostolico Vaticano dalle origini a Sisto IV », dans Il palazzo apostolico Vaticano, Pietrangeli (C.) dir., Florence, 1992, p. 31-47. Il faut donc probablement corriger le plan donné par Gibson et Ward-Perkins (ibid., fig. 1) quant à l’extension du mur de Nicolas III, qui devait être bien plus réduit.

202 Steinke, Mancinelli, Marder.

203 Partridge (L.) et Starn (R.), « Triumphalism and the Sala Regia in the Vatican », dans « All the world’s a stage... » Art and pageantry in the Renaissance and Baroque, Wisch (B.) et Scott Munshower (S.) dir., University Park (Pa), 1990, p. 22-82, cf. p. 27. L’idée est intéressante, mais semble prématurée puisque l’attribution à Nicolas III est loin d’être assurée.

204 Une analyse convergente avec la mienne se trouve dans Monciatti, Per la decorazione..., cit., p. 10 et suiv.

205 Redig de Campos, « Les constructions... », cit., p. 364 et 369.

206 L’un des artifices les plus brillants de Bernin architecte fut justement de dissimuler cette différence d’orientation, lors de la création de la salle ducale, grâce au procédé du rideau qui sépare les deux parties de la salle, qui correspondent aux anciennes « aula secunda » et « aula tertia ».

207 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 76.

208 De ce côté, les contreforts qui se trouvaient contre le mur sud à l’intérieur de la chapelle prouvent indubitablement que le mur d’escalier existait avant la chapelle ; cf. Marder, « The Turris Scalarum... », cit., p. 136

209 Il suffit pour s’en convaincre de regarder le plan du palais : si l’on avait construit l’« aula secunda » dans le prolongement exact de l’« aula tertia », il n’y aurait eu aucune place pour une chapelle ; inversement, si l’on avait construit l’« aula secunda » exactement orthogonale avec l’« aula prima », elle n’aurait jamais pu être mise en communication avec l’« aula tertia ».

210 Monciatti, « Il palazzo apostolico Vaticano... », cit., p. 569.

211 La chapelle de Nicolas III mentionnée par l’épigraphe avait été identifiée par Ehrle et Redig de Campos avec la « capella magna » préexistant à la chapelle sixtine. Redig de Campos attribuait en revanche la chapelle Saint-Nicolas à Boniface VIII (cf. Redig de Campos, I palazzi Vaticani, cit., p. 41), suivi en cela par Steinke.

212 Registres de Nicolas III, n°517, 3 février 1279 : une des bulles les plus longues de tous celles émises par le pape Orsini, elle occupe les folios 154 à 165 du registre correspondant ! Le pontife y énumère minutieusement tous les aspects de la vie des chanoines et bénéficiers de Saint-Pierre, le culte divin et la mense capitulaire. La chapelle est mentionnée au fol. 165 (Registres de Nicolas III, p. 212).

213 De Strobel et Mancinelli, « Le cappelle pontificie » ; cit. ; Voci Roth, Nord o Sud..., cit., p. 63, 105, 113 et passim ; Monciatti, « Il palazzo apostolico Vaticano... », cit., p. 571-572.

214 Redig de Campos, « Les constructions... », cit., p. 368. Ehrle en avait déjà pressenti l’attribution au pontificat Orsini.

215 Redig de Campos, I palazzi Vaticani..., p. 32.

216 Je n’ai pu visiter ces dernières, mais, d’après la littérature précédente, elles ne semblent rien conserver dans leurs dispositions intérieures qui remonte au xiiie siècle.

217 Ces travaux sont mal datés. Ils consistent en la construction, au nord-est de la cour du Perroquet, des salles superposées des Pontifes et de Constantin et d’une tour d’angle massive. En conséquence, sur le front est du palais, le portique de rez-de-chaussée et la loggia du premier étage de Nicolas III furent poursuivis de deux travées. C’est peut-être à ce moment que fut conçue une loggia supérieure au second étage. Tous ces travaux sont en tout cas antérieurs à Nicolas V, qui continua le bâtiment vers l’ouest, fermant ainsi la cour du Perroquet du côté nord. Remontent-ils à Boniface VIII comme le proposait Redig de Campos que suit sur ce point Gigliozzi (p. 79) ? Il semble qu’il faille plutôt suivre l’opinion de Mancinelli et des autres chercheurs qui attribuent ces travaux à Urbain V ou de Voci qui tient pour la fin du xive siècle. Pagliara rejoint ces deux opinions. Sur la présence de structures antérieures, voir plus bas.

218 La pièce était divisée en deux originellement, selon Monciatti, Per la decorazione..., cit., p. 53. Elle fut unifiée au temps de Jules II, redivisée à une époque incertaine, cf. le plan de Letarouilly (P.-M.), Le Vatican et la basilique de Saint-Pierre de Rome, Paris, 1882, puis réunifiée à une date tout aussi peu précise, en tout cas postérieure à 1891, selon Mancinelli (F.), « Il cubicolo di Giulio II », dans Monumenti, musei e gallerie ponteficie. Bollettino, t. 3, 1982, p. 63-103.

219 Liebenwein (W.), Studiolo, trad. ital., Modène, 1992 (éd. or. Studiolo. Die Entstehung eines Raumtyps und seine Entwicklung bis um 1600, Berlin, 1977), p. 44-46 ; Mancinelli, « Il cubicolo di Giulio II », cit.

220 Voir chapitre II.2. Il ne faut pas oublier en effet que le jardin le plus important (par la hiérarchie, non par la taille) devait être celui de l’est et non le grand parc au nord de la résidence ; l’existence du premier est inconnue notamment de Gigliozzi qui affirme erronément que la loggia était tournée vers la ville, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 78 et p. 80. Sur la distinction entre les deux types de loggia, voir ici chap. II.2.

221 Redig de Campos, I palazzi Vaticani, cit., p. 32 et fig. 15-16. La plupart des auteurs oublient ce détail, quand ils affirment que le portique était voûté d’arêtes, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 78. Par ailleurs, l’emploi concomitant des arêtes et des ogives dans une même construction ne doit pas nous étonner, puisque nous sommes dans un moment d’expérimentation des techniques gothiques ; l’innovation pourrait d’ailleurs être mise en rapport avec l’arrivée de deux frères dominicains sur le chantier, comme on le verra ci-dessous.

222 Redig de Campos, I palazzi Vaticani, cit., p. 32 (non illustré).

223 Malgré des efforts répétés, je ne suis pas parvenu à les voir.

224 Monciatti, Per la decorazione..., cit., p. 11-12.

225 Mancinelli, « Il cubicolo di Giulio II », cit., p. 66 (D. Redig de Campos attribuait l’ensemble de l’escalier à Jules II, ibid., n. 6).

226 Mancinelli, « Il cubicolo di Giulio II », cit., p. 65-66.

227 Mancinelli, « Il cubicolo di Giulio II », cit., p. 81-83.

228 Le Pogam (P.-Y.), Les maîtres d’œuvre au service des papes dans la seconde moitié du xiiie siècle, Rome, 2004, p. 72-79.

229 C’est le cas notamment pour l’église dominicaine Sainte-Marie-sur-la-Minerve, à Rome, attribuée aux deux dominicains en dehors de toute vérification documentaire, mais aussi sans aucune raison stylistique à part son appartenance à l’art gothique et son érection dans les mêmes années où devaient être actifs les deux frères. L’attribution a été répétée jusques et y compris dans la contribution de 1983 de Benocci (C.), « Niccolò III, i domenicani e la commitenza di S. Maria sopra Minerva a Roma », dans Roma anno 1300, p. 585-600, cf. p. 589. Malgré les réfutations de Palmerio (G.) et Villetti (G.), Storia edilizia di S. Maria sopra Minerva in Roma, Rome, 1989, réitérées dans Palmerio (G.) et Villetti (G.), Santa Maria sopra Minerva : notizie dal cantiere, Rome, 1994, l’erreur est répétée par Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 100 n. 108.

230 Redig de Campos, I palazzi Vaticani, cit., p. 32 et fig. 15-16.

231 Zuchowski, Palac papieski na Watykanie..., cit.

232 Monciatti, Per la decorazione..., cit., p. 53 ; Monciatti, dans Castelnuovo et Monciatti, « Préhistoire du palais des papes », cit., p. 119.

233 Le Pogam (P.-Y.), « Sources textuelles pour l’étude de la distribution dans les châteaux normands », dans Histoire de l’art, n°42-43, octobre 1998, p. 59-65, cf. p. 60-61.

234 Carocci (S.), Il Nepotismo nel Medioevo. Papi, cardinali e famiglie nobili, Rome, 1999, passim.

235 On trouvera d’autres illustrations de cette idée dans le chapitre II.3.

236 Carta (M.), « “Jacobus pictor pinxit in palatio S. Petri” : ipotesi per un pittore ornatista della fine del Duecento », dans Roma anno 1300, p. 457-466 ; Carta (M.), « Gli affreschi di Niccolò III nel palazzo Vaticano », dans Fragmenta Picta [Exposition. Rome. 1989], p. 219-220.

237 Redig de Campos, probablement marqué par le pré-n. 32), p. 210 (et n. 34-35). jugé classique, supposait au contraire que l’on avait prévu 239 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 32-33. dès le départ de réaliser les quatre ailes autour de la cour, 240 Sur les liens entre Boniface VIII et le palais du Vaticf. Redig de Campos, « Les constructions... », cit., p. 369. can, voir aussi le chapitre II.4.

238 Pagliara, « Der Vatikanische Palast », cit., p. 209 (et n. 32), p. 210 (et n. 34-35).

239 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 32-33.

240 Sur les liens entre Boniface VIII et le palais du Vatican, voir aussi le chapitre II.4.

241 Monciatti, Per la decorazione..., cit.

242 La découverte a eu lieu lors d’une réfection des planchers de la salle supérieure, la salle des Clairs-Obscurs du deuxième étage.

243 Biagetti (B.), « Relazione », dans Rendiconti della Pontificia Accademia Romana di archeologia, t. 3, 19241925, p. 479-497, cf. p. 492 ; Biagetti (B.), « Relazione », dans Rendiconti della Pontificia Accademia Romana di archeologia, t. 5, 1926-1927, p. 238-250, cf. p. 243-244 n. 4 et fig.5 et 6.

244 Les fragments ont été détachés en 1968 et restaurés entre 1972 et 1975. Outre la frise de griffons a été trouvée une frise héraldique remontant à Boniface IX. Mancinelli (F.), « Il cubicolo di Giulio II », cit., p. 78-79 et Id., « Fragments of a frieze with griffins », dans The Vatican collections. The papacy and art [Exposition. New York. 1982], p. 48.

245 Cornini (G.) et De Strobel (A. M.), « I secoli XIIXIII », dans I dipinti del Vaticano, Pietrangeli (C.) dir., Udine, 1996, p. 29-35, cf. p. 30.

246 Cornini et De Strobel, « La torre di Innocenzo III... », cit., p. 29-33.

247 Alfieri et Pagliara, « La torre di Innocenzo III », cit., n. 17 p. 19 et fig. 8 et Cornini et De Strobel, « La torre di Innocenzo III... », cit., p. 28-29.

248 Cornini et De Strobel, « La torre di Innocenzo III... », cit., p. 32. Les auteurs proposent aussi de manière très convaincante d’expliquer la présence d’un fragment de fresque aujourd’hui détaché, portant le même motif de draperie que dans la chapelle mais avec des fleurs de lys, comme ayant été exéctué sous Nicolas III en s’inspirant des motifs précédents. Ainsi s’expliquerait le fait que le fragment ait été peint sur un bouchage postérieur d’une ouverture originelle (ibid., p. 35).

249 Carta, « Gli affreschi di Niccolò III... », cit.

250 Cornini et De Strobel, « I secoli XII-XIII », cit., ibid. (Nicolas III) et Cornini et De Strobel, « La torre di Innocenzo III... », cit. (Nicolas III puis Matteo Rosso Orsini, en suivant donc la suggestion de M. Carta).

251 Cornini et De Strobel, « La torre di Innocenzo III... », cit., p. 36.

252 Il faut rappeler que le perroquet est souvent représenté d’une manière peu naturaliste. Qu’on ait bien voulu montrer cet animal est prouvé cependant par le rapprochement des décors avec les sources écrites, cf. chapitre II.3.

253 Je serais assez tenté par cette dernière hypothèse, car les perroquets de la salle des Clairs-Obscurs sont placés au-dessus de la porte menant à la salle Vieille des Suisses, comme pour annoncer son identité, de manière parallèle avec l’inscription et le décor qui surmontent la porte symétrique, menant cette fois à la salle de Constantin. D’un autre côté la présence de perroquets dans la salle des Clairs-Obscurs était déjà attestée dans le programme iconographique du temps de Raphaël, à travers le décor exécuté par Giovanni da Udine, cf. Vasari, Le Vite... [édition de 1550], cit., vol. 2, p. 633-634.

254 Monciatti, Per la residenza..., cit., p. 52.

255 Monciatti, dans Castelnuovo et Monciatti, « Préhistoire du palais des papes », cit., p. 119.

256 Cornini (G.), De Strobel (A. M.) et Serlupi Crescenzi (M.), « La Sala Vecchia degli Svizzeri e la Sala dei Chiaroscuri », dans Raffaello nell’appartamento di Giulio II e Leone X, Milan, 1993, p. 81-117, cf. p. 105.

257 Il faut souligner qu’il ne s’agit pas exactement d’un collège apostolique, même si on retrouve une partie des apôtres ; on y voit également les deux évangélistes non apôtres, saint Étienne et saint Jean Baptiste enfant ; c’était également le cas auparavant des fresques de Raphaël, comme l’atteste Vasari. De toute façon, le nom donné à la salle anciennement était bien « salle des apôtres », comme le souligne l’inscription de l’époque de Grégoire XIII : « Aulam sanctorum apostolorum in ampliorem hanc for-mam restituta. AD MDLXXXII ».

258 Cornini, De Strobel et Serlupi Crescenzi, « La Sala Vecchia degli Svizzeri... », cit., ibid.

259 Cornini et De Strobel, « I secoli XII-XIII », cit., ibid. et Cornini et De Strobel, « La torre di Innocenzo III... », cit.

260 BAV, vat. 9114. Manuscrit composite. La partie qui nous concerne n’est pas rédigée par Mgr Gaetano Marini, comme indiqué par Carta, « “Jacobus pictor pinxit in palatio S. Petri”... », cit., p. 460 et par les autres auteurs. Mgr Marini n’est l’auteur que des fol. 229-267 (voir notre chapitre sur Soriano). Les fol. 278-287 sont composées de fiches d’érudits de l’époque moderne concernant l’histoire de l’art, surtout sur Rome et le Vatican. À partir du fol. 281b, les fiches ont été rassemblées par G. B. De Rossi en 1851.

261 Fol. 287. « R. C. » signifie Reverenda Camera. Le texte a été indiqué une première fois par Redig de Campos (D.), « Di alcune tracce del palazzo di Niccolò III nuovamente tornate alla luce », dans Rendiconti della Pontificia Accademia Romana di archeologia, t. 18, 1941-1942, p. 7184, cf. p. 74. Dans son article de 1989, Carta mentionne une date erronée (1282), dont elle tire avantage pour rapprocher la mention comptable du pontificat de Nicolas III.

262 Fol. 286. Les transcriptions de Carta dans ses deux articles sont fautives.

263 Tomei (A.), Iacobus Torriti Pictor. Una vicenda figurativa del tardo Duecento Romano, Rome, 1990, p. 133 ; Monciatti (A.), « Una precisazione documentaria per la decorazione del palazzo di papa Niccolò III in Vaticano », dans Arte Musica Spettacolo. Annali del dipartimento di storia delle arti e delle spettacolo [Florence], t. 1, 2000, p. 207-211.

264 Prou (M.), « Compte de la maison de l’aumône de Saint-Pierre de Rome (juin 1285-mai 1286) », dans Le Moyen Âge, 2e sér., t. 19, 1915-1916, p. 301-346 ; t. 20, 19171918, p. 1-43 et 137-147, cf. t. 20, n°572.

265 Ehrle et Egger, Der vatikanische Palast..., cit., p. 57 ; Redig de Campos, « Di alcune tracce... », cit., p. 74.

266 Carta, « Gli affreschi di Niccolò III... », cit., p. 219-220.

267 Si ce n’est par Bellosi, La pecora di Giotto, cit., p. 140 n. 15.

268 Tomei, Iacobus Torriti Pictor..., cit., p. 133-134. Dans le même sens vont Gardner (J.), [Compte rendu d’A. Tomei, Jacobus Torriti, pictor...], dans Speculum, t. 69, 1994, p. 1286-1287 et Mihályi (M.), « Pittura profana a Roma al tempo del primo giubileo », dans Bonifacio VIII e il suo tempo..., cit., p. 65-68, cf. p. 65.

269 Romano (S.), « Il Sancta Sanctorum : gli affreschi »..., p. 48 (fig. 3) et n. 23 (p. 120) et Romano (S.), « I pittori romani e la tradizione », dans Arte e iconografia a Roma da Costantino a Cola di Rienzo, Andaloro (M.) et Romano (S.) dir., Rome, 2000, p. 133-173, cf. p. 154.

270 Je signale ici deux rapprochements en chaîne de G. Marchetti Longhi et de G. Radke, contestables. Marchetti Longhi avait affirmé qu’un décor semblable à celui du palais du monastère des Cisterciennes à Anagni (seconde moitié du xiiie siècle) se trouvait sur la façade du palais Mattei de la place in Piscinula, à Rome. Il ne s’agissait que d’un parallèle typologique, discutable, d’où Marchetti Longhi voulait tirer des conséquences héraldiques, cf. Mostre del Lazio meridionale e di Celestino V nel palazzo di Bonifacio VIII in Anagni [réd. Marchetti Longhi (G.)] = Bollettino dell’Istituto di storia e arte del Lazio meridionale, t. 6, 1969-1970, p. 39. Radke en a tiré une comparaison entre le décor du palais Mattei et les fresques du Vatican de Nicolas III ; Radke (G. M.), Viterbo : Profile of a thirteenth century papal palace, Cambridge (Mass.), 1996, chap. 3.h). Mais le décor du palais Mattei appartient à la catégorie du « graffito » et au xve siècle.

271 Radke (G. M.), « The Papal Palace in Viterbo », Ph.D., New York University, 1980-1981, publié en 1996 : Radke (G. M.), Viterbo : Profile of a thirteenth century papal palace, Cambridge (Mass.), 1996.

272 En même temps que Radke, une étudiante italienne avait consacré sa « tesi di laurea » au palais, sous la direction de Mario D’Onofrio (Université de Roma-La Sapienza). Ce travail paraît être d’une grande valeur et il est dommage qu’il n’ait pas été publié, au moins pour les parties qui ne recoupent pas l’ouvrage de Radke. Je remercie chaleureusement son auteur, Manuela Fragalá, d’avoir bien voulu me faire partager sa connaissance du palais.

273 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., chap. 3.

274 L’ouvrage souffre aussi de quelques petits défauts regrettables, comme l’absence d’une bibliographie générale et des références souvent tronquées.

275 Maccarone (Mgr M.), Studi su Innocenzo III, Padoue, 1972, p. 57.

276 Voir texte en annexe.

277 Cf. chapitres I.6 et II.4.

278 Menzinger (S.), « Viterbo “città papale” : motivazioni e conseguenze della presenza pontificia a Viterbo nel xiii secolo », dans Itineranza pontificia. La mobilità della curia papale nel Lazio (secoli xii-xiii), Carocci (S.) dir., Rome, 2003, p. 307-340, cf. p. 320-322.

279 Le texte est publié et commenté par le P. Dykmans (M.), « Les transferts de la curie romaine du xiiie au xve siècle », dans ASRSP, t. 103, 1980, p. 91-116 (édition p. 113-116).

280 « Rainerius Gattus, iam ter Capitaneus actus,/ Edem papalem struit istam pontificalem./ Hoc habeas menti, lector, quod mille ducenti/ Anni sexdeni currebant denique seni/ Gatti, quos cernis currendo, solent dare saltum,/ Virtutes signat per quas conscendit in altum. » Radke (G. M.), Viterbo..., cit., p. 340 n. 5.

281 Sur ce point, voir notamment le chapitre II.2.

282 Dykmans, « Les transferts... », cit., p. 98 ; Paravicini Bagliani (A.), « La mobilità della curia romana nel secolo xiii. Riflessi locali », dans Società e istituzioni dell’Italia comunale : l’esempio di Perugia (secoli xii-xiv), Pérouse, 1988, vol. 1, p. 155-278, commentaire et réédition.

283 Il s’agit d’une disposition standard des accords entre la curie et les communes du Latium ; voir le chapitre sur Pérouse et Le Pogam (P.-Y.), Les maîtres d’œuvre..., cit., chap. I.

284 Iordanus : « dominus Matthaeus Rubeus Cardinalis fuit singulariter reclusus in quadam camera per officiales Viterbienses » ; lettre d’Honorius IV : « in una ex cameris eiusdem palatii, obstructis ostiis et fenestris illius, ausu sacrilego incluserunt », textes rapportés par Raynal-dus (O.) [Rinaldi (O.)], Annales ecclesiastici..., Mansi (J. D.) rééd., t. III, Lucques, 1748, p. 519.

285 Comme on le verra au chapitre I.5, il connaîtra un an plus tard la même expérience lors de son séjour à Rieti, ce qui causera son départ définitif de la ville.

286 À titre de curiosité, on notera par exemple que la grande salle de l’évêché était utilisée en 1541 pour la représentation de la comédie la « Cangiaria », composée pour Vicino Orsini par Sacco da Viterbo, cf. Calvesi (M.), Gli incantesimi di Bomarzo..., Milan, 2000, p. 35.

287 Radke, Viterbo..., cit., chapitre 7.

288 Voir le chapitre suivant.

289 Quant à la zone I, datée de la fin du xie siècle et rapprochée par Radke du « castello di S. Lorenzo » de l’évêque, Gigliozzi propose d’y voir l’hospice proche de la cathédrale, mentionné dans une lettre de Grégoire IX en 1235, lorsque le pontife encourage l’évêque à l’abattre pour agrandir le palais épiscopal, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 115 et n. 27. Pour l’espace III, en ce qui concerne le rez-de-chaussée et le premier étage, la même chercheuse suggère, à cause de la datation des maçonneries vers la fin du xiie siècle-début du xiiie siècle, un rapport avecInnocent III et Grégoire IX qui auraient pu commander ou encourager la construction.

290 «...iuxta cameram quam ibidem fecit fieri felicis recordationis dominus Alexander IV... », cf. Dykmans, « Les transferts... », cit., p 114.

291 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 117.

292 «...unam aulam magnam, decentem et pulcram, cum warderobba... », ibid. Voir aussi l’épigraphe rapportée n. 280.

293 Aux 30 m de long de Viterbe, on comparera les 46 m de Rieti, sans parler des 68 m de la salle du concile au Latran ; voir le chapitre II.2.

294 Radke propose deux datations possibles pour ces derniers : 1267, en même temps que la loggia ; ou vers le milieu du xive siècle, sous le cardinal Albornoz.

295 Radke (G. M.), « Medieval frescoes in the papal palaces of Viterbo and Orvieto », dans Gesta, t. 23, 1984, p. 27-38 ; repris dans Id., Viterbo..., cit., chapitre 4.b.

296 L’aspect plus hétérogène et la moins bonne qualité de la construction doivent s’expliquer par les transformations et restaurations ultérieures.

297 Voir le chapitre II.3 pour d’autres exemples.

298 Radke propose d’y voir une chapelle (voir chapitre II.3), ce qui est également possible.

299 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 121.

300 Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 122-124.

301 Document du 6 juin 1270, cf. chap. II.2.

302 « Tunc erat Andreas, studio sum condita cujus,/ Beraldi Proles Terre Capitaneus hujus./ Cum sexaginta septem cum Mille Ducenti/ Currebant anni Domini sit nota legenti/ Clemens Quartus erat Romanus Papa beatus/ Tertius erat ipsius annus Pontificatus/ Nobile Viterbum, Britonum generosa propago/ Quid tibi fert operis, speciosa signat imago. » Radke, Viterbo..., cit., p. 340 n. 6. Le rôle des Gatti est également rappelé par leurs armoiries (voir ci-dessous et chap. II-1 « Le décor armorié et les inscriptions »). Par ailleurs, les aigles qui complètent le décor ne sont pas le symbole impérial bien connu – ce qui serait pour le moins paradoxal – mais au contraire un symbole guelfe ; voir Carosi (A.), « Sono guelfe e non imperiali le aquile sulla loggia del Palazzo dei Papi », dans Biblioteca e società, t. 13, 1994, n°2, juin, p. 12.

303 On retrouve la même hésitation dans l’emploi de la croisée rez-de-chaussée de la loggia-palier N2 utilise des voûtes en d’ogives à Orvieto, une génération plus tard : le berceaux, celui de la loggia N4 sur le jardin une croisée d’ogives. Mais la différence s’explique aussi pour des rai- sons structurelles.

304 Raspi Serra (J.) et Barbini (B.), Viterbo medioevale, Novare, 1975, p. 24-29.

305 Cf. aussi les remarques de Miller, The Bishop’s Palace..., cit., p. 153 et suiv.

306 Kimpel (D.) et Suckale (R.), L’architecture gothique en France 1130-1270, Paris, 1990 (éd. or. Die gotische Architektur in Frankreich 1130-1270, Munich, 1985), p. 184-185 et 486.

307 Sur la souplesse des concepts de modèle et d’imitation dans l’architecture médiévale, cf. Krautheimer (R.), « Introduction to an “iconography of medieval architecture” », dans Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, t. 5, 1942, p. 1-33 (trad. fr., Id., Introduction à une iconographie de l’architecture médiévale, Paris, 1993).

308 Dans ce cas cependant, on a affaire à un exemple d’altération de l’idée initiale par son transfert dans un contexte nouveau. Même s’il s’agit du plus bel escalier privé de Viterbe, il est à la fois moins large et moins somptueux que celui du palais pontifical et il est parallèle et non plus perpendiculaire à la façade.

309 Franchi (A.), Il conclave di Viterbo (1268-1271) e le sue origini, Assise, 1993, doc. I. Sur les nouveautés apportés par cet ouvrage en ce qui concerne l’utilisation du palais lors du conclave de 1268-1271, cf. chapitre II.2.

310 Voir les textes en annexe et leur commentaire au chapitre II.5.

311 Gigliozzi, qui mentionne seulement les armoiries Gatti et non les écus abrasés, fournit une explication complexe à la présence des premières. Elles indiqueraient soit que la tour a été élevée à une époque précoce, par exemple entre 1264 et 1271, quand les Gatti dominaient la vie politique locale, soit qu’elle correspond aux années 1274-1276, quand la charge de capitaine du peuple était occupée par des membres de la famille Alessandri, apparentée aux Gatti (et possédant les mêmes armoiries ?), cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 125. Il semble plus vraisemblable d’y voir soit les armoiries de Giovanni Gatti, capitaine du peuple à partir de 1276, donc sous le pontificat de Jean XXI.

312 Radke réfute donc la vieille hypothèse de Pinzi (C.), Il palazzo papale di Viterbo nell’arte e nella storia, Viterbe, 1910, p. 51 n. 1, qui reconnaissait dans ce bâtiment XII la zone de la mort de Jean XXI. On accepte volontiers son raisonnement : le bâtiment n’est pas ruiné mais inachevé.

313 Il s’agit de Tancredi et Arturo de Monte Cocozzone, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 127 et n. 55 p. 131.

314 En revanche, on ne peut pas la suivre quand elle propose d’attribuer les armoiries Orsini non au pape lui-même, mais à son neveu Orso Orsini, podestat de la ville. D’une certaine manière il s’agit de toute façon des armoiries du lignage dans son ensemble, mais on ne peut refuser d’y voir d’abord les armoiries de Nicolas III en personne, chef de la famille et premier personnage de la chrétienté, cf. ici, dans le chap. II.1, l’analyse de la naissance de l’héraldique pontificale et du rôle qu’y a joué le pape Orsini.

315 Il faut signaler ici que Gigliozzi, se méprenant sur l’analyse de Radke, croit que ce dernier n’attribue que la partie supérieure à Nicolas III, ce qu’elle conteste inutilement, cf. Gigliozzi, I palazzi del papa..., cit., p. 125-127. Elle part par ailleurs de la prémisse erronée que Nicolas III n’a rien construit à Viterbe, puisqu’il résidait à Soriano (qu’elle ne cite qu’une fois, p. 113). Elle oublie donc ou ne connaît pas les passages explicites des chroniques et surtout le texte des accords de 1277. Elle ne comprend pas non plus le rôle spécifique joué par Soriano (voir le chapitre consacré à cette résidence).

316 Je dois l’hypothèse à Manuela Fragalá.

317 Je ne suis donc pas sûr, contrairement à Radke, suivi 2003, p. 251-278, cf. p. 256, qu’on puisse mettre directe-par Tollo (R.), « Le conseguenze artistiche e monumenta-ment en rapport ces essais de perspective et l’intérêt du li », dans Itineranza pontificia : la mobilità della curia pa-« studium » pontifical pour l’optique, trente ans auparapale nel Lazio (secoli xii-xiii), Carocci (S.) dir., Rome, vant.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Rome, palais du Latran, plan et axonométrie restitués. D’après Luchterhand (M.), « Päpstlicher Palastbaus... ». Plan et axonométrie du Patriarchium après les interventions de Léon III (795-816). A. Sancta Sanctorum ; B. Atrium ; C. Constructions placées transversalement ; D. Tours ; E. Triclinium maius ; F, G. Vestibules ; H. Couloir principal ; I. Construction allongée ; K. Escalier du Palais ; L. Chapelle de Saint-Sylvestre ; M. Construction à tour ; N. Aula concili ; O. Loggia des bénédictions ; P. Chapelle de Saint-Nicolas ; Q. Pièces de la résidence privée du pape.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Légende Fig. 2 – Maarten van Heemskerck, Vue du Latran, dessin, Berlin, Kupferstichkabinett, inv. 79D2A, fol. 71.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 3 – Maarten van Heemskerck, Vue du Latran, dessin, Berlin, Kupferstichkabinett, inv. 79D2A, fol. 12.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 4 – Rome, palais du Latran, chapelle du Sancta Sanctorum et bâtiments environnants, plan du rez-de-chaussée. Lauer (P.), « Les fouilles du Sancta Sanctorum au Latran », fig. 1.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 729k
Légende Fig. 5 – Giacomo Grimaldi, Instrumenta translationum, Milan, bibliothèque Ambrosienne, ms. F 227 inf., copie de la scène de la bénédiction du cycle de fresques de la loggia du Latran.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 979k
Légende Fig. 6 – Saint Pierre, Rome, musée de la basilique du Latran.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Fig. 7 – Saint Paul, Rome, musée de la basilique du Latran.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Fig. 8 – Rome, basilique du Latran, fragment de fresque provenant de la loggia pontificale, Boniface VIII bénissant.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig. 9 – Rome, palais du Vatican, principales campagnes médiévales (d’Innocent III à Nicolas III ; ne sont pas pris en compte ici les niveaux inférieur, autour de la cour inférieure, et intermédiaire, autour de la cour du maréchal), fond de plan d’après Mancinelli (F.), « Il cubiculo », fig. 23 (niveau : 1er étage). 1. « Aula prima » (salle royale). 1bis. Escalier d’accès à l’« aula prima » depuis la cour du maréchal. 2. « Aula secunda » (salle ducale, moitié ouest). 2bis. Chapelle de Nicolas III. 3 « Aula tertia » (salle ducale, moitié est). A. Tour innocentienne (1er étage, chapelle ; étages supérieurs, chapelle de Nicolas V). 4. Salle des Parements (2e étage : Salle vieille des Suisses). 5. Salle du Perroquet (2e étage : Salle des Clairs-Obscurs). 6. Chambre de Nicolas V (2e étage : « studiolo » de Nicolas V puis chambre de Jules II). 7. Chambre de la Falda (2e étage : « studiolo » de Ni-colas V puis chambre de Jules II). 8. « Galleriola ».
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 10 – Cité du Vatican, palais apostolique, plan schématique du noyau médiéval (jusqu’au début du xvie siècle), niveau inférieur. Pagliara (P. N.), « Der Vatikanische Palast », fig. p. 582.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 11 – Cité du Vatican, palais apostolique, plan schématique du noyau médiéval (jusqu’au début du xvie siècle), rez-de-chaussée. Pagliara (P. N.), « Der Vatikanische Palast », fig. p. 582.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Fig. 12 – Cité du Vatican, palais apostolique, plan schéma-tique du noyau médiéval (jusqu’au début du xvie siècle), 1er étage. Pagliara (P. N.), « Der Vatikanische Palast », fig. p. 583.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Fig. 13 – Cité du Vatican, palais apostolique, plan schéma-tique du noyau (jusqu’au début du XVIe siècle), 2e étage. Pagliara (P. N.), « Der Vatikanische Palast », fig. p. 583.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 14 – Cité du Vatican, palais apostolique, plan schématique du noyau médiéval (jusqu’au début du xvie siècle), 1er étage. Marder (T.), « The Turris Scalarum », fig. 2.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Légende Fig. 15 – Cité du Vatican, palais apostolique, aile de Nicolas III, 2e étage, salle des Clairs-Obscurs, proposition de restitution du décor par A. Monciatti. Monciatti, Per la decorazione..., pl. XII.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 7,6M
Légende Fig. 16 – Viterbe, palais pontifical, campagnes médiévales d’après G. M. Radke, fond de plan Radke (G. M.), Viterbo, dessin 2. I. « Castello di S. Lorenzo » ou hospice ? II. Grande salle. III. Tour. IV. « Chambre ». V. Grande salle. VI. Loggia. VII. Arcsboutants. VIII. Escalier. IX. Portique. X. Tour (garde-robe). XI. Tour de Jean XXI et Nicolas III. XII. Bâtiment inachevé.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 730k
Légende Fig. 17 – Viterbe, palais pontifical, plan du rez-de-chaussée. Radke (G. M.), Viterbo, dessin 1.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 18 – Viterbe, palais pontifical, plan du 1er étage. Radke (G. M.), Viterbo, dessin 2.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 19 – Viterbe, palais pontifical, plan du 2e étage. Radke (G. M.), Viterbo, dessin 3.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Légende Fig. 20 – Viterbe, palais pontifical, façade sud. Radke (G. M.), Viterbo, dessin 5.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 21 – Viterbe, palais pontifical, façade nord. Radke (G. M.), Viterbo, dessin 6.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Fig. 22 - Viterbe, palais pontifical, façade sud.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Fig. 23 – Viterbe, palais pontifical, loggia.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 683k
Légende Fig. 24 – Viterbe, palais pontifical, support de la loggia.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Légende Fig. 25 – Viterbe, palais pontifical, loggia, traces de polychromie.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Légende Fig. 26 – Vierbe, palais pontification, façade nord.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Légende Fig. 27 – Viterbe, palais pontifical, grande salle, détail du décor d’un ébrasement.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Fig. 28 – Viterbe, palais pontifical, grande salle, pavement, détail du surhaussement de l’extrémité ouest.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/172/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540