Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Réforme en France et en Italie

 | 
Philip Benedict
, 
Silvana Seidel Menchi
, 
Alain Tallon

Session I. La diffusion des idées évangéliques et protestantes, c. 1500-c. 1570

La diffusion des idées évangéliques et protestantes, c. 1520-c. 1570

Jean-François Gilmont

Texte intégral

1Le programme de cette session est vaste et ambitieux : « Nature et contenu de la propagande évangélique et hérétique, par l’imprimé, mais aussi par la chaire, la scène, les images. Volume et circulation des différentes formes de propagande. Ses thèmes majeurs, son audience et sa réception ».

  • 1 A. Pettegree, Reformation and the Culture of Persuasion, Cambridge, 2005.
  • 2 U. Rozzo et S. Seidel Menchi, Livre et Réforme en Italie, dans J.-Fr. Gilmont (éd.), La Réforme et (...)
  • 3 J.-Fr. Gilmont et W. Kemp (dir.), Le livre évangélique en français avant Calvin. Études originales (...)
  • 4 J.-Fr. Gilmont, Le livre réformé au xvie siècle, Paris, 2005 (Conférences Léopold Delisle).
  • 5 J.-Fr. Gilmont, Prédication, conversation ou lecture ? La première diffusion de la Réforme françai (...)

2Pour y répondre, je me base évidemment sur les deux rapports qui viennent d’être présentés. J’ai aussi lu avec grand intérêt l’ouvrage récent d’Andrew Pettegree qui apporte des éléments de premier plan pour la France1. J’ai relu le chapitre que Ugo Rozzo et Silvana Seidel Menchi ont consacré à l’Italie dans le recueil La Réforme et le livre2. Je pouvais difficilement oublier un recueil que je viens de diriger avec William Kemp3, et ma dernière publication sur l’édition réformée dans le monde francophone4. Je me suis aussi souvenu d’une communication faite à Haïfa en 2000 sur la première diffusion de la Réforme en France5. Pour la mise au point définitive de cette relation, j’ai aussi tenu compte de différentes contributions présentées durant le colloque de Rome.

REMARQUES PRÉLIMINAIRES

3Il me semble inutile de reprendre les remarques préliminaires que j’ai présentées oralement sur la situation politique de la France et de l’Italie à l’époque. Il en est question tout au long du colloque. La seule remarque qu’il me semble utile de reprendre, c’est que du côté français, je ne me limite pas au royaume de France du xvie siècle. Pour comprendre l’édition française de l’époque, il est impératif de rappeler que le royaume de France n’englobe pas toute la francité. La dissidence religieuse a souvent agi à partir de territoires indépendants de la couronne, Genève principalement, mais aussi Anvers, Bâle et Strasbourg pour citer quelques exemples.

Chronologie et périodisation

4En France comme en Italie, on peut distinguer la situation des deux premières décennies (1520-1540) et la suite.

5Durant les années 1520-1540, il y a une lente pénétration des idées évangéliques, relativement similaire dans les deux régions. Ces idées sont souvent diffuses. Elles se répandent dans une société qui ne connaît pas encore les constructions confessionnelles.

6Après 1540, les situations divergent notablement entre les deux régions. L’emprise de l’Église romaine se fait de plus en plus forte en Italie, provoquant la fuite des protestants vers le Nord. Si une certaine pénétration des idées réformées se maintient encore à partir de l’étranger, elle est de plus en plus discrète. La Réforme n’a jamais eu de larges assises populaires. En France, l’explosion des Églises réformées qui culmine en 1560 ne parvient pas à faire basculer le royaume du côté de la Réforme, mais elle réussit l’implantation d’une Église minoritaire.

L’ampleur de la question posée

7La question posée est, je le répète, ambitieuse. Il n’est sans doute pas trop difficile d’énumérer les divers moyens de propagande : le livre, la prédication, le théâtre, le chant, les images, les discussions publiques et privées. En revanche, il est plus hasardeux de mesurer l’ampleur respective des différentes formes de propagande et leur efficacité.

8Deux réflexions à ce propos. En France comme en Italie, les livres hérétiques sont très rares avant 1540 tout comme les traces d’une organisation protestante. Ensuite en France, il y a, en une dizaine d’années, une très large adhésion à la Réforme ; en Italie, les masses populaires sont plus réticentes. La question est bien là : comment un mouvement qui semble inexistant, recueille en quelques années un pareil succès ici ? Comment ne réussit-il pas sa percée là-bas ?

9La seconde réflexion porte sur la nature des sources exploitables. Comment mesurer l’importance de tel ou tel facteur ? J’ai eu récemment une discussion à ce propos avec Jonathan Beck, un des spécialistes du théâtre réformé. Il citait un collègue qui affirmait que le théâtre « constituait encore, après la prédication, mais plus que l’imprimerie, un moyen de communication, de propagande et d’action de premier ordre ». Le fait de mettre le théâtre avant l’imprimé est plausible. Ce qui m’intrigue, c’est de trouver les indices qui permettraient de mesurer le poids respectif du sermon, du théâtre, du livre, etc. dans la diffusion de la Réforme.

L’ÉCRIT, L’IMAGE ET LA PAROLE

La production de livres imprimés

  • 6 A. G. Dickens, The German Nation and Luther, Londres, 1974, p. 103.

10Lorsqu’il est question de livre et de Réforme, j’aime répéter la boutade d’Arthur G. Dickens qui a justement dénoncé la « Doctrine of Justification by Print alone6 ». Néanmoins j’évoque le livre en première place. Il constitue en effet le moyen de propagande religieuse qui est le plus facile à percevoir en raison de nombreux témoins arrivés jusqu’à nous. Ceci dit, je suis de moins en moins convaincu qu’il a été le vecteur le plus important de la propagation d’idées contestatrices.

  • 7 Voir, par exemple, U. Rozzo, Savonarioliana, dans U. Rozzo et R. Gorian, Il libro religioso, Milan (...)
  • 8 Voir par exemple son conflit avec Edward Lee dans A. Vanautgaerden (dir.), Les invectives, Bruxell (...)

11L’imprimerie est mise au point autour de 1450. La gestation du livre moderne est longue de plus de quatre-vingts ans. Utiliser le livre pour la propagande n’a rien d’évident dans les années vingt du xvie siècle. Savonarole multiplie déjà par l’imprimerie ses sermons dans les cercles florentins à la fin du xve siècle7. Depuis 1515, Érasme se montre un habile utilisateur de l’imprimerie pour répandre ses écrits tant pédagogiques que polémiques8. Pour diffuser les idées évangéliques par l’imprimerie en 1520, il ne suffit pas de disposer de textes, d’imprimeurs, de finances et de colporteurs. Il faut encore être convaincu de l’efficacité de ce nouveau moyen de communication.

12Comme l’a très bien expliqué Andrew Pettegree, les conditions politiques de la France différent totalement de celles de l’Allemagne, ce qui explique qu’il n’y a pas eu de guerre des pamphlets en France. Il faut faire la même constatation pour l’Italie.

13Dans les deux régions, les premiers écrits protestants viennent d’Allemagne. Ce sont des textes latins. À partir de 1523 en France et de 1525 en Italie, il y a quelques rares impressions en langue vernaculaire. Le rythme s’accroît à partir de 1530. En France, la production parisienne est vite découragée par la Sorbonne et le Parlement au profit de cités moins surveillées, Alençon et Lyon en France, et, à l’étranger, Bâle, Strasbourg, Anvers, avant Neuchâtel et Genève. En Italie, les premières impressions sont assez dispersées, même si Venise occupe une place prépondérante.

14Durant les décennies 1520-1540, la production est assez semblable dans les deux régions : textes évangéliques sans agressivité excessive, textes relativement courts imprimés dans des formats manuels. En ce qui concerne le volume, il y a une exception de part et d’autre, la Bibbia de Brucioli de 1532 et la Bible d’Olivétan de 1535. Le monde francophone connaît avec la production de Pierre de Vingle à Neuchâtel entre l’été 1533 et l’été 1535 un changement de ton assez radical. Profitant de l’indépendance de la cité gagnée à la Réforme, cet imprimeur et ses commanditaires diffusent une littérature qui prône la rupture avec l’Église traditionnelle. Les placards contre la Messe de 1534 sont l’expression la plus forte de cette volonté de rupture. Il n’y a rien de pareil du côté italien.

  • 9 Ce point est établi dans l’ouvrage cité plus haut, note 4.

15À partir de 1541, Genève devient la tribune de Calvin. L’expression n’est pas trop forte. En effet, si l’on mesure la production imprimée en nombre de feuilles d’impression, c’est-à-dire selon le volume du livre et son format, il apparaît qu’à Genève, entre 1541 et la Saint-Barthélemy, les imprimeurs ont fait tourner leurs presses plus souvent pour des textes de Calvin que pour reproduire la Bible9.

16Durant les années quarante, on imprime à Genève des ouvrages de format modeste que des colporteurs introduisent discrètement en France. En France même, la production est limitée aux traductions de la Bible et du Nouveau Testament exécutées à Lyon et à la production de tendance évangélique des frères Langelier à Paris. Pendant cette décennie, Venise dispose d’assez de liberté pour multiplier les éditions clandestines parmi lesquelles commencent à apparaître des textes plus polémiques. Parallèlement des textes sont introduits en Italie à partir de Bâle, de Genève, etc.

17Dans les années cinquante, les routes des deux Réformes divergent. Genève bénéficie de l’apport de nombreux imprimeurs français chassés par l’édit de Châteaubriant (1551) et sa production prend beaucoup d’ampleur avec des ouvrages plus savants à côté des manuels de propagande et de piété. Jusqu’en 1560, la production protestante produite en France même reste marginale. En Italie c’est la baisse de la production hérétique.

18Au début des années soixante, Genève connaît l’heure d’euphorie avec la diffusion du psautier en vers français qui culmine en 1562-1563. Mais c’est bientôt le reflux avec les guerres de Religion. La production religieuse de Genève n’atteint plus jamais les sommets de 1560-1563. En revanche, en France des imprimeries locales produisent de nombreux manuels protestants. Mais là aussi, l’évolution des guerres de Religion, surtout après la Saint-Barthélemy, freine radicalement la production et lui donne un ton plus politique.

Auteurs, traducteurs, financiers et colporteurs

19Sans m’étendre longuement sur tous ceux qui ont rédigé les textes, je remarque un certain parallèle pour les débuts de la Réforme. Les premiers textes qui circulent en Italie comme en France sont des traductions ou plutôt des adaptations d’œuvres d’origine allemande. Ce n’est que dans un second temps qu’apparaissent des œuvres originales.

20La question du financement de ces éditions faites sur place ou importées est difficile à résoudre. Susanna Peyronel a réuni quelques indices pour l’Italie. Les archives de Laurent de Normandie lèvent un peu le voile sur la situation genevoise. Il est difficile de mesurer ce qui était diffusé grâce au mécénat : à Genève, la Bourse des pauvres Français cumulait deux fonctions, aider les exilés et soutenir la propagande en France et aux Pays-Bas. Parallèlement, quel est le rôle exact des financiers lucquois de Lyon et de Genève ? Par ailleurs, il ne faut pas imaginer une industrie financée exclusivement par des mécènes. L’appât du gain était bien là. La violence des conflits entre imprimeurs prouve l’importance des intérêts économiques en jeu.

21Même chose pour les colporteurs. Les situations italiennes et françaises se devinent à travers des sources occasionnelles. Susanna Peyronel a réuni de précieuses indications pour l’Italie. Les archives de Laurent de Normandie en fournissent pour les colporteurs partant de Genève vers la France de 1550 à 1569. Elles permettent de mesurer l’ampleur croissante des lots de livres introduits en France. De 1549 à 1554, la moyenne des prêts tourne autour de 45 livres tournois, de 1555 à 1559 autour de 80 livres et de 1560 à 1569 cela monte à 130 livres.

Les copies manuscrites

22Susanna Peyronel a attiré notre attention, et à juste titre, sur la circulation des livres par copie manuscrite. J’avoue ne pas en avoir trouvé beaucoup de traces dans le monde francophone. La piste devrait être suivie plus attentivement.

Les images

23Pour le recours aux images, le parallèle est assez saisissant entre la France et l’Italie. La propagande religieuse n’a pas fort exploité cette ressource, ni en Italie ni en France. S’il existe quelques publications plus ou moins illustrées, le phénomène des images bon marché largement diffusées est pratiquement inconnu.

  • 10 A. Pettegree, Reformation... cité n. 1, p. 111-117.

24À propos des images, j’ai été frappé par les réflexions très pertinentes d’Andrew Pettegree dans le chapitre qui concerne les images dans son livre cité plus haut. Il montre que l’image n’est pas immédiatement comprise par tout le monde. Elle exige une certaine éducation ou, à tout le moins, des explications. La mise en garde est judicieuse10.

L’action de la parole

25Tenter de mesurer les rôles respectifs de la parole et de l’écrit constitue évidemment le nœud du problème posé. Il est inutile de les opposer. Il vaut mieux parler de l’apport conjugué du livre et de la parole à la propagande.

26Les exemples réunis par Silvana Seidel Menchi dans La Réforme et le livre pour montrer l’omniprésence du livre dans la diffusion de la Réforme prouvent le lien presque permanent entre livre et parole, qu’il s’agisse de prédication ou de conversation privée. Très rares sont les cas rapportés, tant en Italie que dans le monde francophone de conversions suscitées principalement par une lecture individuelle.

27Il convient aussi de distinguer la propagande qui vise à modifier les comportements religieux, en détachant l’auditeur de ses pratiques traditionnelles et celle qui cherche à conforter des convertis, plus ou moins convaincus.

LA PROGRESSION DE LA RÉFORME

  • 11 Voir note 5.
  • 12 Al. Goosens, Les inquisitions modernes dans les Pays-Bas méridionaux, 1520-1633. Bruxelles, 1997-1 (...)

28Peut-on esquisser un schéma d’histoire de la propagande réformée ? Je voudrais le tenter en m’appuyant sur l’exemple du monde francophone, tel que je l’ai étudié dans la communication faite à Haïfa en 200011. Cette analyse, dont de nombreux traits similaires se retrouvent en Italie, est, je dois l’avouer, largement basée sur la législation mise en place dans les Pays-Bas par Charles Quint12. Les communications de Jonathan Reid pour la France et celles de Massimo Firpo et Andrea Del Col pour l’Italie me semblent conforter cette présentation.

Le livre savant et la prédication

29La première pénétration de la Réforme vient d’Allemagne. Elle prend la forme de livres latins, donc savants. Ils sont principalement lus par des clercs. Ceux que leur lecture enthousiasme, s’en font les relais dans leur prédication. Le meilleur indice de cette priorité est fourni par les interdits lancés par Charles Quint dans les Pays-Bas. En 1520-1521, les poursuites ne concernent que les livres.

  • 13 M. Venard, Le prédicateur de carême, semeur d’idées réformées, dans I. Zinguer a M. Yardeni (dir.) (...)

30L’écho qui en est donné dans de nombreuses publications est certainement plus important que ce qu’en disent des sources protestantes comme l’Histoire ecclesiastique des Églises reformées. L’analyse que donne Jonathan Reid dans sa communication est très impressionnante. Elle est confortée par les multiples exemples que Denis Crouzet accumule dans sa communication. Déjà à Haïfa, Marc Venard avait souligné le rôle du prédicateur de carême dans la diffusion des idées réformées13. En Italie, les sympathies pour les idées nouvelles ont aussi été relayées par le clergé, avec un rôle plus important des évêques. C’est ce qui appert de la communication d’Andrea Del Col ainsi que de celle de Massimo Firpo.

Les réunions publiques et privées

31À partir de 1525, les autorités des Pays-Bas élargissent leurs poursuites. Elles ne se préoccupent plus seulement des livres. Elles en interdisent la discussion en public et en privé. Cette forme de propagande est sans doute la voie la plus efficace des premières décennies, avant la naissance d’organisations ecclésiales plus structurées.

32Dans ces poursuites, à côté des prédicateurs, une nouvelle catégorie de personnes est visée : les maîtres d’école. En Italie aussi, l’enseignement dans les écoles a constitué une voie de pénétration de la Réforme, comme le confirme Federica Ambrosini dans sa communication.

Les traités en langue vernaculaire

33La pénétration des idées évangéliques et leur discussion dans des milieux plus populaires suscitent alors la rédaction et la circulation d’ouvrages rédigés en langue vernaculaire. Leur contenu est moins élaboré, sans doute parce que les dissidents d’Italie et de France sont moins préoccupés de théologie que de spiritualité. La multiplication de ces opuscules s’accroît dans les années trente et quarante du siècle.

34Dans les premières années, les livres évitent la confrontation brutale avec l’Église en place. Il ne faut pas l’interpréter comme une marque de prudence de contestataires qui cachent leur jeu. Les premiers évangéliques cherchent, tant en France qu’en Italie, à réformer l’Église de l’intérieur. D’ailleurs, certaines positions luthériennes ne sont pas encore hérétiques. Elles ne le deviennent que durant le concile de Trente.

35À partir du milieu des années trente en France, au début des années quarante en Italie, une tendance radicale apparaît. Elle estime que le pape est l’Antéchrist et elle veut la rupture totale. Les textes diffusés par ces radicaux ne sont imprimés ni en France ni en Italie. Ils sont introduits de l’étranger.

Les libraires, les aubergistes et les hôteliers

  • 14 J.-G. Baum (éd.), Procès de Baudichon de La Maison Neuve, accusé d’hérésie à Lyon 1534, Genève, 18 (...)

36En 1529, la législation de Charles Quint franchit un nouveau pas en visant les libraires, ce qui est normal lorsqu’on veut restreindre la circulation des livres interdits, mais aussi les hôteliers et les aubergistes. Cela montre que les autorités ont perçu le danger provoqué par une libre circulation des étrangers. Le procès fait à Lyon en 1534 contre Baudichon de La Maison Neuve, confirme cette analyse14. Il s’agit d’un bourgeois genevois qui profite des foires de Lyon pour susciter des débats sur la religion dans les lieux publics.

37Il est évident que tant en Italie qu’en France, la circulation des idées suppose la circulation des hommes. C’est tout d’abord vrai pour les prédicateurs itinérants, pour les colporteurs qui apportent des livres de l’étranger, mais aussi tout simplement pour tous ces étrangers, commerçants ou étudiants, qui font connaître ce qui se passe au loin.

Le témoignage des martyrs

  • 15 Voir J.-Fr. Gilmont, Jean Crespin, un éditeur réformé du xvie siècle, Genève, 1981, p. 165-190 (Tr (...)

38Le Livre des martyrs de Crespin donne un poids très important au témoignage des martyrs dans les conversions au protestantisme. Deux raisons l’expliquent. Personnellement, Jean Crespin a été fort impressionné par l’exécution de Claude Le Painctre survenue à Paris en 1541. En outre, s’il écrit un ouvrage sur les martyrs, c’est évidemment pour les mettre en valeur15. Dans le monde francophone, ce type de témoignage suscite de nombreux échos, comme le rappelle aussi Denis Crouzet dans sa communication.

39En revanche, Susanna Peyronel nous indique que pour l’Italie les directives venant de Genève et invitant au martyre ne provoquent pas beaucoup d’enthousiasme. La fuite à l’étranger est considérée comme une meilleure solution.

Les placards

40Les témoignages sur l’affichage de placards sont rares. Denis Crouzet en a réuni quelques-uns dans sa communication. Il s’agit essentiellement de placards manuscrits. Par ailleurs, il y a le cas exceptionnel des placards contre la messe de Marcourt de 1534. Le geste a été précédé en 1532 par l’affichage à Genève d’un Grand pardon general de Jesus Christ qui se moquait sans doute du jubilé romain.

41En Italie, les témoignages concernant les fogli volanti sont rares et indirects. Mais il y a certainement eu des placards polémiques dans la ligne des pasquinades.

Les disputes publiques

42À Genève et à Paris, les placards servent un parti minoritaire qui veut ébranler les autorités en place. En cela, ils sont liés à un autre type de remise en question du pouvoir, la dispute publique.

43Dans le monde germanophone, la dispute publique entre tenants de l’Église ancienne et de l’Église nouvelle sous le contrôle du pouvoir public a permis d’introduire la Réforme dans plusieurs villes. Rien de tel dans le monde francophone ou italophone, sauf pour quelques villes de Suisse et pour Genève. Le moyen est efficace là où il y a une réelle connivence avec les autorités civiles. La situation ne se vérifie ni en France, ni en Italie.

La constitution de communautés et d’Églises

44Les conventicules des années trente débouchent sur la constitution de communautés qui se transforment en ébauches d’Église à la fin des années quarante tant en France qu’en Italie.

  • 16 G. Berthoud, Antoine Marcourt réformateur et pamphlétaire. Du « Livre des Marchans » aux Placards (...)

45Pour la France, a-t-on assez insisté sur l’organisation que suppose l’affichage des Placards en 1534 ? Il y a eu rédaction et impression d’un placard à Neuchâtel, son transfert vers la France et surtout son affichage en une nuit « entre deux et trois heures après minuyt » dans les « carrefours et aultres lieux de ceste ville de Paris, Orleans, Bloys, Amboise et aultres lieux de France ». Il existe donc dès cette date des groupes décidés. Ils se situent sans doute dans des milieux proches de la cour16. L’exposé de Jonathan Reid apporte des précisions assez neuves sur les réseaux qui se sont tissés en France avant 1550.

46Pour l’Italie, Federica Ambrosini donne, dans sa communication, un intéressant relevé des groupes du « dissenso religioso », en distinguant les cénacles de cour et les académies. Elle situe ces conventicules principalement en ville. Il faudrait voir dans quelle mesure des noyaux de dissidents se cachaient aussi dans les universités.

47La suite de l’histoire montre le renforcement de cette organisation en France et son affaiblissement en Italie après 1550.

Le chant

  • 17 A. Ullberg, Au chemin de salvation. La chanson spirituelle réformée (15331678), Uppsala, 2005.

48En ce qui concerne la propagande religieuse par le chant, il faut distinguer le chant polémique et spirituel d’une part et le chant liturgique d’autre part. En France, un premier témoignage de chant polémique existe dès 1525 dans le diocèse de Meaux. Des publications de Neuchâtel (1533-1534) et de Genève (1546) montrent que les premiers réformés utilisent la technique des contrafacta, c’est-à-dire l’adaptation des textes de chansons profanes à des fins religieuses ou polémiques. Ils le font pour se moquer de leurs adversaires, mais aussi pour inviter à des délassements plus spirituels que les chansons d’amour17.

49La mise en route d’une liturgie avec un répertoire musical demande plus de temps, surtout que Calvin refuse les timbres profanes. Les traductions de psaumes en vers de Clément Marot constituent la base du recueil liturgique. La première édition avec musique est genevoise. Elle date de 1543. Elle est suivie par une édition lyonnaise de 1548. L’ensemble du psautier traduit en vers et mis en musique est achevé en 1562. Andrew Pettegree a fait allusion à sa diffusion. Le chant destiné au culte est strictement monodique. Cela n’empêche pas divers musiciens de proposer des harmonisations en ajoutant deux, trois ou quatre voix à la mélodie de base. Ces harmonisations sont destinées à des chants en dehors de l’Église, pour des réunions familiales ou amicales.

  • 18 J. Guéraud, La chronique lyonnaise, 1536-1562, J. Tricou (éd.), Lyon, 1929, p. 54-55 ; J. Calvin, (...)

50Ce psautier huguenot devient vite un signe de ralliement. Déjà en 1550 et 1551, des groupes de cent à deux cents hommes et femmes du menu peuple manifestent dans les rues de Lyon en chantant les psaumes de Marot18.

51Les psautiers italiens imprimés à Genève comportent aussi des partitions musicales. On en connaît une dizaine d’éditions de 1554 à 1592. Est-il certain qu’ils étaient destinés au marché italien, comme l’a suggéré Susanna Peyronel ? C’est possible malgré les grandes difficultés auxquelles le chant des psaumes devait se heurter en Italie. Federica Ambrosini fait aussi allusion à des réunions de caractère liturgique avec pratique du chant.

Le théâtre

52Pour le théâtre, il faut aussi distinguer la période de remise en question de l’Église traditionnelle et celle de la construction confessionnelle. Il existe certainement depuis 1530 des pièces théâtrales, moralités ou sotties, qui attaquent violemment l’Église traditionnelle.

  • 19 J. Beck (éd.), Théâtre et propagande au début de la Réforme : six pièces polémiques du recueil La (...)

53La production théâtrale polémique a laissé des traces. Il est amusant de constater que les six pièces des années 1535-1545 publiées par Jonathan Beck en 1986 défendent des positions très différentes allant de l’orthodoxie stricte au protestantisme agressif19. Cela prouve que le théâtre a été un lieu de confrontation des idées religieuses. Malheureusement les traces attestant la réalité des représentations sont rares. Lors de mon examen des moyens de diffusion du protestantisme signalés par les contemporains, je n’avais trouvé aucune mention du théâtre dans le monde francophone.

  • 20 Th. de Bèze, Abraham sacrifiant, édition critique avec introduction et notes par K. Cameron, K. M. (...)

54Une fois que la religion nouvelle se stabilise à Genève, il y a des spectacles à contenu religieux qui se donnent le plus souvent par des écoliers. L’œuvre phare de cette tragédie protestante est L’Abraham sacrifiant de Théodore de Bèze20.

  • 21 G. Zonta, Francesco Negri l’eretico e la sua tragedia « Il libero arbitrio », dans Giornale storic (...)

55Pour l’Italie, je ne connais que la tragédie du Libero Arbitrio de Francesco Negri. C’est une pièce composée en exil qui n’a sans doute pas eu beaucoup de représentations en Italie même. L’édition originale paraît à Bâle chez Oporinus en 1546. Elle est aussitôt reproduite à Venise par les Brucioli. En 1550, Oporinus en donne une édition revue. Si le texte est largement répandu, en italien, en français, en anglais et en latin, on n’a pas retrouvé de témoignages de représentations21.

Quelles lectures ?

56Toute l’histoire de la censure est sous-tendue par la conviction que face à un texte, le lecteur n’a aucun esprit critique et qu’il acquiesce à tout ce qui lui est proposé. Le manque d’esprit critique est loin d’être prouvé. Les autorités italiennes se sont rendu compte de l’effet pervers des premiers ouvrages de controverse anti-protestante parce qu’elles citaient tout au long les ouvrages réfutés. Des lecteurs avides de renouveau ne s’arrêtaient qu’aux pages des adversaires hérétiques.

  • 22 M. de Certeau, L’invention du quotidien. I, Arts de faire, Paris, 1980, p. 279292 (10/18, 1363).
  • 23 Article cité n. 2, p. 369-372.

57Mais il y a plus. Silvana Seidel Menchi a parlé de lettura topica. Michel de Certeau parlait de son côté de la lecture braconnage22. Le lecteur recherche dans un texte les propos qui l’intéressent et qui s’intègrent à ses croyances. Silvana Seidel a réuni quelques exemples de cette lecture topique dans La Réforme et le livre23. Une relecture attentive de certaines sources devrait faire apparaître des situations similaires dans la Réforme française.

Quelle Réforme ?

  • 24 Th. Wanegffelen, Ni Rome ni Genève. Des fidèles entre deux chaires en France au xvie siècle, Paris (...)

58Le programme proposé pour cette session demande de traiter des thèmes majeurs de la propagande religieuse. La réponse est délicate pour la période envisagée qui s’achève au début du processus de construction confessionnelle. La multiplicité des positions religieuses décrites par Thierry Wanegffelen dans sa thèse Ni Rome, ni Genève24, se retrouve aussi en Italie. Les croyances sont multiples sans doute. Simultanément les autorités pouvant définir l’hérésie sont tout aussi divisées.

  • 25 Nuntiaturberichte aus Deutschland nebst ergänzenden Aktenstücken, I. Abt., 1533-1559. I. Ergänzung (...)

59Je répète inlassablement aux historiens de la Réforme française qu’il ne peut être question d’identifier l’orthodoxie avec la faculté de théologie de Paris. À cet égard, Girolamo Aleandro fait une remarque très pertinente à propos d’Érasme, sa bête noire. En 1531, il écrit : « Et maintenant qu’il est condamné à Paris, [ses amis] s’affolent parce qu’ils voient bien que l’Église universelle suivra sur ce point la décision parisienne. [...] La décision parisienne en matière de foi n’est rien d’autre qu’une annonce de la condamnation que portera ensuite l’Église catholique25 ». Le nonce, défavorable à Érasme, fait bien la distinction, même s’il estime le processus de la condamnation définitivement enclenché. Son souhait ne s’est pas réalisé tout de suite puisque, en 1535, Paul III propose un chapeau de cardinal à l’humaniste hollandais.

  • 26 P.-M. Bogaert et J.-Fr. Gilmont, De Lefèvre d’Étaples à la fin du xvie siècle, dans P.-M. Bogaert (...)
  • 27 Marguerite de Navarre, Nouvelles lettres de la reine de Navarre adressées au roi François Ier, son (...)

60La faculté de théologie de Paris interdit dès 1525 la diffusion de l’Écriture en français. Ne doit-on pas s’interroger sur l’orthodoxie de théologiens qui récusent la lecture de la Parole de Dieu ? Les théologiens de Louvain ont, à l’époque, des positions plus ouvertes, approuvant successivement la Bible française de Lefèvre d’Étaples (1530), celle de Nicolas de Leuze (1550) et la version de René Benoist revue par des théologiens de Louvain (1578)26. Marguerite de Navarre a raison de traiter les théologiens de Paris de « forgeurs d’hérétiques27 ». Par leurs condamnations répétées, ils durcissent les positions catholiques. Celles-ci sont loin d’être clairement définies puisque la faculté de théologie croit nécessaire de publier en 1543 des Articles précisant les points essentiels de la doctrine.

  • 28 Ed. Barbieri, Le Bibbie italiane del Quattrocento e del Cinquecento. Storia e bibliografia ragiona (...)
  • 29 G. Fragnito, La Bibbia al rogo. La censura ecclesiastica e i volgarizzamenti della Scrittra (1471- (...)

61À propos des traductions de la Bible, il convient de noter que les premières critiques contre la traduction de Brucioli, celles d’Ambrogio Politi, ne portent pas sur le fait de la traduction, mais sur les commentaires inspirés de théologiens luthériens. Sa traduction de la Bible n’est pas mise à l’Index28. Néanmoins la diffusion de l’Écriture en italien a été totalement interdite à la fin du siècle. Comme l’a montré Gigliola Fragnito, La Bibbia a fini al rogo29.

Quelle adhésion à la Réforme ?

62Il existe un aspect de la Réforme qui semble distinguer l’Italie et la France. Les protestants italiens se caractérisent par la grande diversité de leurs positions doctrinales. Ils sont souvent aussi hérétiques vis-à-vis de Rome qu’entre eux. La Réforme française semble plus homogène, dominée par la personnalité de Calvin. Plusieurs indices permettent de remettre en question cette unité apparente.

  • 30 J. Calvin, Opera quae supersunt omnia, G. Baum, E. Cunitz et E. Reuss (éd.), Brunswick-Berlin, 186 (...)

63Quelle est la sincérité des adhésions à la Réforme qui se sont multipliées en France dans les années cinquante ? À Lyon vers 1550. Claude Baduel, un correspondant de Calvin, critique les manifestations de rue avec chant des psaumes. Il dénonce ces chanteurs : « Tu connais la vie et les mœurs des imprimeurs, combien ils sont dissolus, querelleurs, prompts à toute débauche et à tout forfait et cela de manière tout à fait infamante30 ». Il dénonce sans doute un mouvement populaire à contenu plus affectif qu’intellectuel, plus prompt à la rébellion contre l’Église établie qu’à l’acceptation des nouvelles normes genevoises.

  • 31 Th. de Bèze, Correspondance, recueillie par H. Aubert, publiée par H. Melan et Al. Dufour, III (15 (...)

64Dix ans plus tard, Bèze montre une réserve aussi sévère vis-à-vis d’un proche de la Réforme, Barthélemy Aneau. Lorsque ce dernier se fait massacrer en 1561, Bèze ne mâche pas ses mots. Son oraison funèbre tient en quelques mots : « homme tout à fait impie et digne de n’importe quel supplice31 ». Ses croyances n’entrent pas dans le moule calvinien.

  • 32 Th. de Bèze, Correspondance, recueillie par H. Aubert, publiée par Al. Dufour et B. Nicollier, XII (...)

65La faiblesse de l’adhésion à la Réforme dans les années postérieures à 1570 est clairement indiquée par deux lettres de Bèze de juin-juillet 1572. À son retour du synode de Nîmes, il explique à Bullinger : « Partout ou je suis passé (j’ai en effet parcouru un chemin d’au moins quinze jours), j’ai découvert de très nombreuses Églises et une grande haine du Pape. Mais plaise au ciel que ceux qui ont dépouillé le Pape revêtent le Christ. Aujourd’hui la France se compose de quelques genres d’hommes : en réalité les superstitieux sont rares ; ceux qui ne pensent pas sérieusement à la religion sont les plus nombreux ; il y a quelques hommes pieux ». Bèze se répète deux semaines plus tard à Joachim Camerarius : « Les Églises grandissent heureusement si l’on tient compte du nombre d’auditeurs. Mais parmi tant d’auditeurs, tu imagineras difficilement combien rares sont ceux qui mettent leur foi en pratique32 ». L’expression la haine de Pape signifie sans doute le rejet de tout l’appareil ecclésiastique traditionnel.

66Deux mois plus tard, c’est la Saint-Barthélemy. En 1585, l’édit de Nemours interdit l’exercice de la religion réformée. Il entraîne de nombreux retours à l’Église catholique. Jusqu’à quel point ces « protestants » avaient-il adhéré positivement aux nouvelles doctrines et aux nouvelles pratiques religieuses ?

Les sources inquisitoriales

  • 33 Cité dans la n. 3.

67La situation des deux régions est aussi marquée par une grande différence dans la nature des sources. Du côté français, la Réforme conserve une mémoire de ses débuts grâce à quelques places fortes, en premier lieu Genève. Cela représente l’avantage de pouvoir connaître le mouvement autrement que par les sources des adversaires. Mais l’inconvénient est l’occultation des dissidences. Car l’historiographie prônée par Genève a été « stalinienne », pour reprendre une boutade lancée par Marc Venard durant le colloque de Rome. En étudiant Le livre évangélique en français avant Calvin33, nous sommes arrivés à la conclusion que la disparition de la première production imprimée est due autant aux poursuites catholiques qu’à la négligence et au mépris des réformés.

  • 34 V. Rossato, Anvers et ses libertés vues par Giovanni Zonca, hétérodoxe vénitien (1562-1566), dans (...)

68En Italie, il y a certainement moins de documents conservés par les protestants eux-mêmes, mais l’ouverture des archives de l’Inquisition offre une documentation d’une richesse inconnue en France, en particulier lorsque des documents originaux sont joints aux dossiers. Je me souviens de la correspondance de Giovanni Zonca que Silvana Seidel Menchi m’avait demandé de faire publier dans la Revue d’histoire ecclésiastique. Elle offre des aperçus d’une précision inouïe sur la vie religieuse d’Anvers dans les années 1562-156634.

69En conclusion, les historiens de la Réforme, française, italienne, mais aussi du reste de l’Europe ont tout à gagner à se fréquenter. Durant les premières décennies, les situations évoluent de manière assez parallèles en Italie et en France, mais à partir des années quarante, les routes divergent.

Notes

1 A. Pettegree, Reformation and the Culture of Persuasion, Cambridge, 2005.

2 U. Rozzo et S. Seidel Menchi, Livre et Réforme en Italie, dans J.-Fr. Gilmont (éd.), La Réforme et le livre. L’Europe de l’imprimé (1517-v.1570), Paris, 1990, p. 327-392.

3 J.-Fr. Gilmont et W. Kemp (dir.), Le livre évangélique en français avant Calvin. Études originales, publications d’inédits, catalogues d’éditions anciennes. The French Evangelical Book before Calvin. Original Analyses, Newly Edited Texts, Bibliographic Catalogues, Turnhout, 2004 (Nugæ humanisticæ, 4).

4 J.-Fr. Gilmont, Le livre réformé au xvie siècle, Paris, 2005 (Conférences Léopold Delisle).

5 J.-Fr. Gilmont, Prédication, conversation ou lecture ? La première diffusion de la Réforme française (1520-1550), dans I. Zinguer et M. Yardeni (éd.), Les deux réformes chrétiennes. Propagation et diffusion, Leyde-Boston, 2004, p. 405-422.

6 A. G. Dickens, The German Nation and Luther, Londres, 1974, p. 103.

7 Voir, par exemple, U. Rozzo, Savonarioliana, dans U. Rozzo et R. Gorian, Il libro religioso, Milan, 2002, p. 241-244.

8 Voir par exemple son conflit avec Edward Lee dans A. Vanautgaerden (dir.), Les invectives, Bruxelles, 1997 (Notulæ Erasmianæ, 1).

9 Ce point est établi dans l’ouvrage cité plus haut, note 4.

10 A. Pettegree, Reformation... cité n. 1, p. 111-117.

11 Voir note 5.

12 Al. Goosens, Les inquisitions modernes dans les Pays-Bas méridionaux, 1520-1633. Bruxelles, 1997-1998, 2 vol. (Spiritualités et pensées libres). Voir surtout t. I, p. 47-81.

13 M. Venard, Le prédicateur de carême, semeur d’idées réformées, dans I. Zinguer a M. Yardeni (dir.), Les deux réformes... cité n. 5, p. 60-74.

14 J.-G. Baum (éd.), Procès de Baudichon de La Maison Neuve, accusé d’hérésie à Lyon 1534, Genève, 1873 ; W. G. Naphy, Catholic Perceptions of Early French Protestantism : the Heresy Trial of Baudichon de La Maisonneuve in Lyon, dans French History, 9, 1995, p. 451-477.

15 Voir J.-Fr. Gilmont, Jean Crespin, un éditeur réformé du xvie siècle, Genève, 1981, p. 165-190 (Travaux d’Humanisme et Renaissance, 186).

16 G. Berthoud, Antoine Marcourt réformateur et pamphlétaire. Du « Livre des Marchans » aux Placards de 1534, Genève, 1973, p. 157-222 (Travaux d’Humanisme et Renaissance, 129).

17 A. Ullberg, Au chemin de salvation. La chanson spirituelle réformée (15331678), Uppsala, 2005.

18 J. Guéraud, La chronique lyonnaise, 1536-1562, J. Tricou (éd.), Lyon, 1929, p. 54-55 ; J. Calvin, Opera quae supersunt omnia, G. Baum, E. Cunitz et E. Reuss (éd.), Brunswick-Berlin, 1863-1900 (Corpus reformatorum, 19-87), t. 14, col. 147-149.

19 J. Beck (éd.), Théâtre et propagande au début de la Réforme : six pièces polémiques du recueil La Vallière, Genève, 1986.

20 Th. de Bèze, Abraham sacrifiant, édition critique avec introduction et notes par K. Cameron, K. M. Hall, F. Higman, Genève, 1967 (Textes littéraires français, 135).

21 G. Zonta, Francesco Negri l’eretico e la sua tragedia « Il libero arbitrio », dans Giornale storico della letteratura italiana, 67, 1916, p. 265-324, 68, 1916, p. 108-167 ; Ed. Barbieri, Un fantasma bibliografico inglese : F. Negri, « Tragedia del libero arbitrio », Poschiavo 1547, dans La Bibliofilia, 97, 1995, p. 267-290 ; Id., Note sulla fortuna europea della « Tragedia del libero arbitrio » di Francesco Negri da Bassano, dans Bollettino della Società di Studi Valdesi, no 181, 1997, p. 57-76 ; Id., Opere di Francesco Negri in Gran Bretagna, dans Aevum, 71, 1997, p. 691-709.

22 M. de Certeau, L’invention du quotidien. I, Arts de faire, Paris, 1980, p. 279292 (10/18, 1363).

23 Article cité n. 2, p. 369-372.

24 Th. Wanegffelen, Ni Rome ni Genève. Des fidèles entre deux chaires en France au xvie siècle, Paris, 1997 (Bibliothèque littéraire de la Renaissance, ser. 3, 36).

25 Nuntiaturberichte aus Deutschland nebst ergänzenden Aktenstücken, I. Abt., 1533-1559. I. Ergänzungsband, 1530-1531, G. Müller (éd.), Tübingen, 1963, p. 466-467.

26 P.-M. Bogaert et J.-Fr. Gilmont, De Lefèvre d’Étaples à la fin du xvie siècle, dans P.-M. Bogaert (éd.), Les Bibles en français. Histoire illustrée du Moyen âge à nos jours, Turnhout, 1991, p. 56-60, 87-100.

27 Marguerite de Navarre, Nouvelles lettres de la reine de Navarre adressées au roi François Ier, son frère, éd. F. Gérin, Paris, 1842, p. 97.

28 Ed. Barbieri, Le Bibbie italiane del Quattrocento e del Cinquecento. Storia e bibliografia ragionata delle edizioni in lingua italiana dal 1471 al 1600, Milan, 1992, 2 vol.

29 G. Fragnito, La Bibbia al rogo. La censura ecclesiastica e i volgarizzamenti della Scrittra (1471-1605), Bologne, 1997.

30 J. Calvin, Opera quae supersunt omnia, G. Baum, E. Cunitz et E. Reuss (éd.), Brunswick-Berlin, 1863-1900 (Corpus reformatorum, 19-87), t. 14, col. 148.

31 Th. de Bèze, Correspondance, recueillie par H. Aubert, publiée par H. Melan et Al. Dufour, III (1559-1561), Genève, 1963, p. 112 (Travaux d’Humanisme et Renaissance, 61).

32 Th. de Bèze, Correspondance, recueillie par H. Aubert, publiée par Al. Dufour et B. Nicollier, XIII (1572), Genève, 1988, p. 136, 144 (Travaux d’Humanisme et Renaissance, 229).

33 Cité dans la n. 3.

34 V. Rossato, Anvers et ses libertés vues par Giovanni Zonca, hétérodoxe vénitien (1562-1566), dans Revue d’histoire ecclésiastique, 85, 1990, p. 291-321.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540