Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Réforme en France et en Italie

 | 
Philip Benedict
, 
Silvana Seidel Menchi
, 
Alain Tallon

Session I. La diffusion des idées évangéliques et protestantes, c. 1500-c. 1570

La réforme en France, 1520-1570 : les leçons à tirer de la culture de l’imprimé1

Andrew Pettegree

Texte intégral

  • 1 Traduction en français de Malcolm Walsby.
  • 2 M. Treu, Katharine von Bora. Luther’s Wife, Wittenberg, 2003.
  • 3 Luther’s lavatory thrills experts, BBC News report, 22 octobre 2004, consultable sur Internet : ht (...)

1Au cours de l’automne 2005, je suis retourné pour la première fois depuis un bon nombre d’années à Wittenberg, la ville de Luther. Je pus alors voir pour la première fois la nouvelle exposition du musée principal de la Réforme, le Lutherhalle, après sa réorganisation depuis la chute de la RDA en 1989. L’exposition avait été modifiée pour donner une meilleure appréciation de l’évolution chronologique de la perception de Luther au fil des siècles. On avait aussi consacré le cellier à une nouvelle exposition sur la maisonnée de Luther, où l’on mettait en valeur le rôle de Catherine de Bora2. Des fouilles dans le jardin avaient aussi mis en lumière des traces de bâtiments qui avaient été détruits, dont notamment les toilettes de Luther où, selon certaines versions, il avait eu l’idée de la justification par la foi3.

  • 4 Pour une bonne sélection voir Cranach im Detail. Buchschmuck Lucas Cranachs des Älteren und seiner (...)

2Mais ce qui était le plus intéressant pour l’historien professionnel dans cette exposition principalement conçue à destination de visiteurs sans connaissances préexistantes était la salle consacrée au rôle de l’imprimé luthérien, les célèbres Flugschriften ou pamphlets. Pour moi cette salle avait un sens tout particulier, car ce fut une visite du Lutherhalle à Wittenberg en 1991, juste après la chute du Mur de Berlin, qui aiguisa ma curiosité et me conduisit aux pamphlets de la Réforme. Tant de Flugschriften de la Réforme empilés sans ordre particulier à Wittenberg en 1991 me firent comprendre quel avait pu être leur impact contemporain : la puissance et l’autorité de la nouvelle technique de l’imprimé étaient manifestes. En regardant ces pamphlets, on ne pouvait qu’être frappé par leur puissance. C’était à la fois direct et subtilement façonné pour faire passer un message fort clair : la simplicité des enseignements de la nouvelle foi, l’introduction de membres de la congrégation dans les décisions de l’Église, et un public que l’on haranguait dans sa propre langue dans des imprimés courts, accessibles et peu chers4. En d’autres termes, c’étaient des livres très différents de ceux qui avaient auparavant dominé le monde des échanges intellectuels, que ce soit avant ou après l’invention de l’imprimerie – un monde où la langue latine permettait de partager des idées entre théologiens.

  • 5 A. Pettegree et M. Hall, The Reformation and the Book : a reconsideration, dans The Historical Jou (...)

3Wittenberg est aussi un lieu propice où commencer notre analyse, dans le sens où le rôle de l’imprimerie dans le mouvement de Luther a longtemps influencé notre compréhension de la place du livre dans le contexte plus large de la Réforme. On considère que l’imprimé est un puissant vecteur de changement, un allié naturel des forces du progrès. Adroitement exploitée par Luther et ses alliés, l’imprimerie se serait rapidement affranchie des tentatives de censure et en peu de temps d’innombrables pamphlets furent mis en vente. L’imprimé aurait ainsi été vital au développement d’un vaste parti défendant les théories de Luther. Cette analyse de l’affinité naturelle entre le mouvement de Luther et la presse a créé ce que j’appelle le paradigme allemand que l’on peut résumer ainsi5 :

  • Les évangéliques dominèrent le monde imprimé au cours des premières décennies de la Réforme.
  • La plume partisane de Luther joua un rôle fondamental pour la Réforme, mais ses écrits furent particulièrement efficaces grâce au développement rapide de nombreux centres d’imprimerie et une multitude de rééditions locales. L’impossibilité de contrôler cette production permit ainsi la diffusion des idées dissidentes.
  • Les illustrations des pamphlets eurent un rôle décisif dans la propagation de la Réforme au cours de la première décennie parmi ceux qui ne savaient pas lire.
  • Les débuts de la Réforme furent un pas décisif dans la victoire de la langue vernaculaire sur le latin.
  • 6 D. V. N. Bagchi, Luther’s earliest opponents. Catholic controversialists, 1518-1525, Minneapolis, (...)
  • 7 M. U. Edwards, Catholic controversial literature, 1518-1555 : some statistics, dans Archiv für Ref (...)
  • 8 M. U. Edwards, Printing, Propaganda and Martin Luther, Berkeley, 1994.

4Pour Luther et l’Allemagne, tout ceci contient une part de vérité. Au cours des dernières années, beaucoup de recherches ont parfait notre connaissance de la polémique imprimée au début de la Réforme. On sait maintenant que les auteurs catholiques étaient tout à fait conscients de la nécessité de répondre au défi que lançait Luther, et ils le firent parfois avec esprit et panache6. Mais il y avait une vraie disparité d’accès aux presses entre les évangéliques et les défenseurs de l’Église romaine7. Cela était sans doute en partie un résultat dû à des réticences de bien des catholiques à débattre de questions théologiques en langue vernaculaire, mais c’était surtout à cause d’une carence de la demande. Toutes les analyses statistiques démontrent que Luther et ses alliés dominaient la production imprimée en Allemagne entre 1520 et 15268.

5Les autres aspects du paradigme allemand nous conduisent à des conclusions similaires. Les imprimeurs de Wittenberg jouissaient du privilège inestimable d’avoir accès les premiers aux écrits de Luther, mais ils ne pouvaient nullement contrôler la réédition de ses œuvres dans d’autres villes allemandes où la Réforme suscitait également un grand intérêt. On imprimait des œuvres fort courtes que l’on s’arrachait dès leur mise en vente, et la loi du marché demandait de nombreuses rééditions locales immédiatement accessibles plutôt que le transport de grandes quantités d’exemplaires depuis un seul centre de production. Et c’est exactement ce qui se produisit. La complexité de la géographie politique de territoires séculiers et ecclésiastiques et de villes impériales libres aurait de toute façon rendu impossible le respect d’un quelconque droit de copyright.

  • 9 M. Warnke, Cranachs Luther. Entwürfe für ein Image, Francfort, 1984.

6La Réforme joua aussi un rôle dans le développement de nouveaux types d’imprimés vernaculaires. Les livres en langue vernaculaire étaient bien évidemment courants dès les débuts de l’imprimerie (1470-1520) et bien des lecteurs séculiers en possédaient. Mais la Réforme fut le premier coup porté à la domination auparavant incontestée du latin dans plusieurs domaines clefs, notamment la théologie, les études bibliques et savantes et même l’histoire. Quand les contemporains soulignèrent, souvent avec dépit et inquiétude, l’apparition du nouveau phénomène des livres qui mélangeaient satires, invectives et enseignements dans un cocktail puissant (ou venimeux) en langue vernaculaire, ils avaient raison de considérer ce changement fondamental dans le cadre des débats religieux de leur temps. Le handicap des adversaires de Luther fut d’autant plus grand qu’ils refusaient de s’associer à ces changements en adoptant des tactiques similaires et en discourant dans la langue vernaculaire. On vit bientôt cette satire passer au-delà des mots pour intégrer le monde des illustrations et des affiches qui mélangeaient textes et images. Simultanément, Luther était représenté dans des bois qui soulignaient la simplicité et la dignité du moine érudit9.

7Notre compréhension de la relation entre le livre et la Réforme est donc fondée sur de bonnes bases. Cependant des problèmes apparaissent lorsque l’on tente de faire passer cette analyse de l’impact de l’imprimerie dans le contexte très spécifique de l’Allemagne des années 1520 comme étant typique de l’expérience de tous les pays européens lors de la diffusion de la Réforme. Le message de Luther se propagea assez rapidement au-delà des frontières de l’Empire germanique, tout d’abord dans les cercles intellectuels, puis d’une manière plus large. Il fut assez rapidement évident que l’heureuse coïncidence d’une pression sociale forte et des circonstances économiques propices qui avait permis l’envolée de la Réforme en Allemagne ne serait pas répliquée ailleurs. Il est clair que le paradigme allemand de l’imprimé et de la Réforme ne peut pas être transposé tel quel ailleurs et certainement pas en France. En effet, comme nous allons le voir, dans le cas spécifique de la France le paradigme allemand est particulièrement inadapté.

  • 10 Belgica typographica 1541-1600 : catalogus librorum impressorum ab anno MDXLI ad annum MDC in regi (...)
  • 11 Pour les dernières nouvelles du projet de St Andrews (méthode de travail, base de données et bibli (...)

8Jusqu’à aujourd’hui, la situation réelle en France était difficile à évaluer clairement car on manquait cruellement de données à partir desquelles tirer des conclusions. Alors que l’impact de la production pamphlétaire de la Réforme allemande a été le sujet de nombreuses recherches, notamment dans le cadre du projet de Tübingen sur les Flugschriften, nous ne possédions pas des statistiques comparables pour la France, les Pays-Bas, la Belgique ou même pour l’Italie et l’Espagne. Jusqu’à très récemment, aucun de ces pays n’avait produit de catalogue intégral des livres publiés au cours du seizième siècle. Notre connaissance du rôle exact de l’imprimé et de la confrontation des forces catholiques et évangéliques demeurait donc incomplète. Cette carence a maintenant été partiellement comblée au Pays-Bas et en Belgique grâce aux travaux de deux projets complémentaires, la Belgica Typographica et la Typographia Batava10. Pendant ce temps, à l’université de St Andrews, nous avons accumulé des données sur les livres imprimés en Français au cours du seizième siècle11.

  • 12 F. Higman, Piety and the people. Religious printing in French, 1511-1551, Aldershot, 1996, p. 5, 1 (...)
  • 13 A. Pettegree and M. Hall, Reformation and the Book... cit.

9La décision d’entreprendre un tel projet vint du désir de tester les critères du paradigme allemand de l’imprimé et de la Réforme dans un contexte très différent. En France, le rapport de forces entre les camps évangéliques et conservateurs était beaucoup moins avantageux pour les évangéliques qu’il ne l’avait été en Allemagne12. Lors de nos recherches, nous nous sommes aussi aperçus que la structure économique de l’industrie imprimée était très différente du modèle germanique. C’est la conclusion de travaux menés avec l’un de mes étudiants, Matthew Hall, dont les résultats ont été publiés dans le Historical Journal l’année dernière13. Dans le cadre de cette étude, les auteurs ont analysé un échantillon de 10 000 entrées consécutives de l’Index Aureliensis, un projet dont le but était de créer une bibliographie de tous les livres imprimés au seizième siècle, toutes langues confondues. Cette analyse démontra que, dans les diverses régions d’Europe, l’industrie de l’imprimé était organisée de manière fondamentalement différente. Il existait ainsi un éventail de systèmes allant du modèle anglais d’une production dominée par une seule ville, Londres, au modèle allemand où les imprimeurs étaient dispersés dans de nombreuses localités. L’organisation structurelle de l’imprimerie en Allemagne rendait le contrôle de l’industrie presque impossible, ce qui fut grandement propice à la diffusion du message de Luther. Inversement, les circonstances dans lesquelles évoluait l’imprimerie en Angleterre permirent un degré de contrôle sans égal en Europe et prévinrent la production d’imprimés dissidents. La plupart des marchés européens se situaient entre ces deux extrêmes. On trouvait notamment un modèle que l’on peut décrire comme étant « partiellement dominé par un centre », c’est-à-dire qu’il existait une ville dominante (en France ce fut Paris), mais qu’il existait de nombreux autres centres régionaux qui, réunis, équivalaient à la production de la ville dominante.

  • 14 E. Armstrong, Before Copyright. The French book-privilege system 1498-1526, Cambridge, 1990.

10Ce modèle d’organisation eut un impact important sur la propagation des idées de la Réforme. Dans de telles conditions, on pouvait en temps normal réguler l’industrie, notamment en développant les mécanismes qui existaient pour le contrôle de l’artisanat médiéval, et réglementer la concurrence14. Néanmoins, quand ce système était mis à l’épreuve, comme ce fut le cas en France dans les années 1560, il existait une infrastructure de centres régionaux qui pouvait assurer la production et la dissémination d’imprimés contestataires.

11L’existence de ces centres régionaux intellectuels et culturels eut un profond impact sur le développement de l’évangélisme français et, plus tardivement, sur l’histoire de la bibliophilie et des bibliothèques. Une des découvertes les plus surprenantes que nous avons faites lorsque nous avons commencé à compiler systématiquement les références que nous pouvions trouver sur les imprimés vernaculaires français, c’était que contrairement à ce qui était courant dans tous les autres pays occidentaux, les collections les plus intéressantes ne se trouvaient pas dans les bibliothèques universitaires, mais dans les bibliothèques municipales. Ainsi la confiscation des livres des institutions ecclésiastiques lors de la Révolution française a donné une configuration toute particulière à la répartition des livres anciens en France. Depuis 1991, les membres du projet du livre vernaculaire en français de l’université de St Andrews ont visité plus de 250 de ces bibliothèques municipales ainsi que de nombreuses collections situées hors de France. Ceci est une partie importante du projet, puisque environ trente pour cent des livres ne survivent que dans des bibliothèques étrangères. Le résultat de toutes ces recherches est une bibliographie de quelque 52 000 pièces, ce qui représente 175 000 exemplaires dans quelque 1 600 collections sur quatre continents différents. Le reste de cette intervention est tiré de l’analyse provisoire des chiffres que nous donnent ces travaux.

12Des échos des controverses soulevées par Luther atteignirent rapidement la France. En 1519, l’entreprenant imprimeur suisse Froben nota que les ventes de son édition latine des œuvres de Luther étaient très encourageantes. La réception de ces œuvres dans la prestigieuse université de Paris était un moment critique pour la diffusion des enseignements de Luther. Tout au long des années 1520, les preuves de l’intérêt démontré pour l’idée de réformer l’Église ainsi que pour le déroulement des évènements en Allemagne sont abondantes. Mais cet intérêt ne se traduisit pas par le développement d’un mouvement français en faveur de la Réforme, ayant la même cohérence interne et puissance que celui qui avait vu le jour en Allemagne.

  • 15 F. Higman, Censorship and the Sorbonne, Genève, 1979.
  • 16 La domination du latin est évidente si l’on regarde les bibliographies de Brigitte Moreau, Inventa (...)
  • 17 C. Elwood, The Body broken. The Calvinist doctrine of the Eucharist and the symbolization of power (...)

13Les raisons de cette différence sont multiples. Tout d’abord, les autorités françaises agirent rapidement pour contrer la publication et la distribution d’imprimés évangéliques15. Paris était l’un des centres principaux de l’imprimerie européenne, mais était aussi soumis à des règles et des contrôles efficaces. Les imprimeurs parisiens n’auraient pas pu se lancer dans la production spéculative de traductions des pamphlets allemands, même s’ils l’avaient voulu. D’ailleurs, il n’est aucunement sûr qu’ils auraient été prêts à abandonner la publication lucrative des œuvres latines qui formaient alors leur source principale de ventes16. Pour encourager les imprimeurs et libraires, il aurait fallu qu’ils soient encouragés officiellement ou que la demande soit telle qu’ils osent prendre de tels risques. En fait, ni l’une ni l’autre de ces conditions ne furent remplies. Pour la France, la Réforme n’avait pas cette résonance nationale, voire patriotique, qu’elle avait en Allemagne et qui fut l’un des facteurs décisifs du succès du mouvement dans l’Empire. Au contraire, le contexte particulier de la France fit que ces facteurs de sentiment national jouèrent contre la Réforme : l’identification de la couronne avec une Église gallicane était une source de stabilité pour l’ordre établi17.

  • 18 L. J. Taylor, Heresy and Orthodoxy in Sixteenth Century Paris. François Le Picart and the Beginnin (...)
  • 19 Sur Doré voir F. Higman, Piety and the people... cité n. 12, p. 5, 177-190.
  • 20 F. Higman, Les traductions françaises de Luther, 1524-1550, dans Lire et découvrir. La circulation (...)

14Ainsi, en France, le contexte politique était tout à fait différent de celui du monde de Luther, mais ces différences furent aussi manifestes dans la réception que réservèrent les membres du clergé et le public aux idées de la Réforme. L’un des éléments les plus frappants de notre analyse de la production imprimée française dans les années 1520 est le développement rapide et efficace d’une réponse catholique aux critiques évangéliques formulées en Allemagne. Ce contraste saisissant avec l’Allemagne est d’autant plus marqué que, dès que les œuvres des réformateurs furent distribuées, les textes imprimés pour lutter contre le message de Luther furent publiés en français. La campagne contre Luther fut menée par des docteurs de la faculté de théologie de la Sorbonne qui, comme Luther, trouvèrent rapidement un registre qui leur permit de toucher le plus grand nombre. Les auteurs catholiques mirent en avant des arguments qui faisaient appel aux valeurs intrinsèques de leurs compatriotes et défendirent vigoureusement la messe18. Cette approche fut particulièrement évidente dans la carrière de Pierre Doré, dominicain et docteur en théologie dont la connaissance du monde au-delà des groupes d’intellectuels et d’ecclésiastiques parmi lesquels il vivait devait être bien limitée. Malgré ces limites, il devint l’un des auteurs religieux les plus populaires de son époque : avec 24 œuvres différentes qui ensemble connurent en tout 56 éditions, il connut plus d’éditions en français de son vivant que Luther19. En terme purement statistique, seul Calvin surpassa son impact sur le monde de l’imprimé vernaculaire français dans la première moitié du seizième siècle. Bien sûr, Luther avait un handicap de taille vu que ses œuvres étaient officiellement interdites. Toutes les œuvres de Luther qui furent imprimées en français avaient recours à une certaine dissimulation. Il ne fut jamais, par exemple, nommé sur une page de titre20. En revanche, Pierre Doré bénéficiait de l’appui d’un bon nombre de presses parisiennes.

  • 21 Voir notamment les travaux de Jonathan Reid sur le cercle qui se développa autour de Marguerite of (...)

15On doit se rendre à l’évidence : le parti évangélique français n’eut jamais la supériorité écrasante dont ses confrères allemands jouissaient au cours de la bataille polémique qui les opposait aux catholiques traditionnels. En prenant en compte la position conservatrice de la monarchie française étroitement associée au gallicanisme, il y avait peu de chances que la Réforme prenne le dessus dans les échanges polémiques. Les évangéliques espéraient néanmoins changer cet état de fait en convertissant l’intérêt manifeste du roi pour l’humanisme et la Renaissance en croisade pour réformer l’Église. Mais ceci requérait un processus subtil d’étapes graduelles et privées et le déchaînement de passions ne pouvait que faire préjudice à leurs ambitions21.

  • 22 F. Higman, Luther et la piété de l’Église gallicane : le Livre de vraye et parfaicte oraison, dans (...)
  • 23 La moitié de la première liste des textes censurés par la Sorbonne étaient manuscrits : F. Higman, (...)
  • 24 R. Hari, Les placards de 1534, dans G. Berthoud, Aspects de la propagande religieuse, Genève, 1957 (...)
  • 25 F. Higman, La diffusion de la Réforme en France, 1520-1565, Genève, 1992.

16C’est l’une des raisons pour lesquelles les œuvres de la première génération d’évangélistes furent aussi conciliantes et prudentes. Les écrits des réformateurs allemands et suisses étaient édités en retirant les passages les plus violents et contestataires et furent souvent vendus comme des œuvres pieuses conventionnelles22. Ce travail de dissimulation était tellement réussi et certains des écrits de Luther si bien cachés que l’on n’a pu que très récemment les identifier comme des traductions modifiées. Sans aucun doute, ces évangélistes avaient adopté cette stratégie parce qu’ils pensaient qu’ils avaient le plus de chance de succès en tentant de réformer l’Église de l’intérieur. Pour réussir, ils dépendaient autant de leurs positions influentes, de la circulation discrète de textes manuscrits que de l’utilisation de l’imprimé23. Essayer de suivre le modèle allemand en faisant un appel direct à travers une série de pamphlets n’aurait sans aucun doute pas apporté les fruits escomptés. L’événement qui le démontre le mieux est l’affaire de Placards en 1534 – une tentative désastreuse d’intervenir directement dans le monde poli et subtil de l’évangélisme de cour24. Le placard était une attaque virulente contre la messe catholique inspirée en grande partie par les penseurs suisses les plus radicaux et sa publication eut des retombées si désastreuses pour le parti évangélique français que l’on pourrait presque penser qu’il s’agissait là d’un acte de sabotage délibéré. Il est plausible que les auteurs cherchaient à polariser les opinions et à opposer un camp catholique outré par l’atteinte à la messe et un autre camp ouvertement protestant, qui pouvait le cas échéant se regrouper à l’étranger25. Quels que fussent les motifs originels, ce fut en tous cas ce qui se passa. L’affaire des placards eut d’énormes répercussions et traumatisa le mouvement presque autant que la fuite de Vermigli et Ochino pour l’Italie une décennie plus tard.

  • 26 J.-F. Gilmont et R. Peter, Bibliotheca Calviniana. Les œuvres de Jean Calvin publiés au xvie siècl (...)

17Pendant les vingt ans qui suivirent, le mouvement évangélique tenta tant bien que mal de se reconstruire, grâce notamment au rôle décisif joué par Calvin depuis Genève. C’est la partie la plus connue de l’histoire des débuts du protestantisme français, et ce n’est pas une coïncidence si l’imprimerie genevoise est de loin la partie la plus étudiée de l’imprimerie protestante26. En revanche, la période où le protestantisme français connut son expansion la plus rapide entre 1559 et 1565 n’a pas été étudiée systématiquement. Le projet de St Andrews a fait d’importantes découvertes pour cette période. Ce sont aussi les années où la France se rapproche le plus de l’expérience allemande des années 1520.

  • 27 L. Desgraves, Élie Gibier imprimeur à Orléans (1536-1588), Genève, 1966 ; A. Pettegree, Protestant (...)

18Les luttes de factions qui déchirèrent la cour française à la mort de Henri II en 1559 plongèrent le gouvernement du royaume dans une crise grave. Au cours des années précédentes, le mouvement protestant français avait pris de l’ampleur, malgré la répression. Pour le protestantisme ce fut une période pleine d’opportunités nouvelles. Les années qui suivirent la mort de Henri II furent marquées par un grand nombre de conversions et les nouvelles églises calvinistes prirent rapidement une place importante au sein des communautés urbaines. Le mouvement bénéficia aussi d’une nouvelle confiance : les huguenots espéraient que le reste de la France suivrait leur exemple et momentanément il semblait que la monarchie française allait céder sous la pression qu’ils exerçaient. L’expansion du mouvement huguenot fut accompagnée par un accroissement exponentiel de la production évangélique imprimée. Ces nouveaux livres furent tout d’abord des ouvrages nécessaires pour la célébration religieuse : traductions du Nouveau Testament, catéchismes et livres de psaumes. Et pour la première fois, beaucoup de ces ouvrages furent imprimés en France même. L’envolée du protestantisme était telle que les centres de production traditionnels, et notamment ceux qui étaient aussi lointains que Genève, ne suffisaient plus à satisfaire la demande27.

  • 28 E. Droz, Antoine Vincent. La propagande protestante par le psautier, dans G. Berthoud (éd.), Aspec (...)

19Fait marquant, bon nombre de ces éditions étaient sophistiquées et complexes. Le Nouveau Testament était déjà une entreprise ambitieuse pour une presse régionale récemment établie et requérait des semaines de travail avant que l’ouvrage ne puisse être mis en vente. Les nouveaux psaumes métriques représentaient un projet encore plus difficile à réaliser, puisque l’ouvrage nécessitait l’utilisation de matériel permettant l’impression de barres musicales, matériel rare dont l’utilisation demandait beaucoup de savoir faire. Que ce livre initialement terminé en 1561 soit ensuite publié dans des centres d’impressions qui comprenaient non seulement Genève et Lyon, mais aussi Orléans, Caen, Rouen et même brièvement à Paris, soulignait le pouvoir financier considérable du nouveau mouvement28.

  • 29 Sommaire recueil des signes sacrez et sacremens instituez de Dieu et la vraye origine du sacrifice (...)
  • 30 [B. Causse], Vrai bouclier de la foi chrestienne, [Lyon, Saugrain], 1562. C. Leopard, La Glaive du (...)
  • 31 [Nakol], Sac et piece pour le Pape de Rome, [Lyon, Saugrain], 1561 ; Grand pardon et pleniere remi (...)

20Les nouvelles presses régionales produirent aussi des œuvres à caractère plus didactique et polémique. Cette production comprenait notamment un grand nombre de textes récemment écrits telle que le Sommaire des signez sacrez, un tract anonyme très influent et une confession de foi très populaire29. Ces œuvres adoptaient souvent un vocabulaire martial soulignant la confiance croissante du mouvement mais aussi son attitude belliqueuse. Ainsi, des textes comme le Vrai bouclier de la foi et le Glaive du Goliath connurent de multiples éditions. Le Glaive du Goliath était en fait une collection de passages sélectionnés dans le droit canon qui contredisaient l’autorité du pape et affirmait que sa personne confirmait les prédictions de la Bible concernant l’apparition de l’Antéchrist30. Les presses produirent aussi des ouvrages comme le Sac et pièces pour le Pape de Rome et le Grand pardon et plénière rémission, qui rappelaient le ton rhétorique des années 1530 et qui préféraient ridiculiser le pape et ses mignons aux arguments raisonnés31.

21Avec les dénonciations de la prêtrise catholique paraissant aux côtés d’œuvres pédagogiques sérieuses, le mouvement huguenot construisait sur les fondations de la génération d’exilés, lorsque le mouvement évangélique français s’était reformé sous la direction genevoise. Au cours de la période 1559-1562, une nouvelle forme littéraire apparut et, en reconstituant le développement de cette nouvelle forme, le projet de St Andrews a pu contribué considérablement à notre connaissance de l’imprimé protestant. Ces ouvrages ne survivent souvent qu’en un seul exemplaire, et sont fréquemment regroupés en recueils dans les bibliothèques municipales françaises telles que Rouen, Aix-en-Provence ou Grenoble, mais aussi parfois dans des contrées plus lointaines comme Solothurn, Munich et Wolfenbüttel. La plupart d’entre eux sont très courts, dépassant rarement seize pages ou une feuille imprimée. Les presses lyonnaises en produisirent beaucoup, notamment dans la courte période d’ascendance protestante allant de 1562 à 1565.

  • 32 Adieu de la messe [Lyon, Saugrain], 1562 ; Consummation d’idole de Paris, [Lyon, Saugrain], 1562.

22Ces œuvres naissaient de l’esprit de confrontation qui régnait alors en France. La plupart pouvaient être décrites comme des textes de polémique populaire, attaquant la messe, ridiculisant les prêtres, célébrant chaque triomphe protestant et louant leurs chefs militaires. Bon nombre d’entre eux adoptaient un ton très virulent. Des impressions telles que L’Adieu de la Messe et la Consommation d’idole de Paris, qui célébraient les actes d’iconoclasme, créaient un fossé infranchissable entre les deux dogmes. Cette dernière œuvre justifiait le conflit armé religieux, arguant qu’il était nécessaire de verser le sang des hommes pour que la volonté de Dieu soit faite et afin d’éradiquer l’idolâtrie de la capitale32. Fort peu de ministres genevois auraient adopté des positions aussi radicales.

  • 33 Cantique nouveau, contenant le discours de la guerre de Lyon, Lyon [Saugrain], 1563 ; Cantique et (...)
  • 34 Deux chansons spirituelles, Lyon [Saugrain], 1562.
  • 35 Discours de la vermine et prestraille de Lyon, dechassee par le bras fort du Seigneur, [Lyon], 156 (...)

23Lorsque la provocation entre les deux partis se transforma en lutte armée, les imprimeurs lyonnais se ruèrent pour célébrer la conquête de Lyon par les huguenots dans des pièces en vers spécialement composées. Parmi ces œuvres, on trouvait le Cantique nouveau, contenant le discours de la guerre de Lyon, et le Cantique et action de grace au Seigneur33. Ce dernier remerciait Dieu pour la victoire protestante dans des vers censés être chantés en empruntant l’air d’un des nouveaux psaumes protestants (le psaume VII). On y soulignait notamment le rôle joué par les princes protestants : les huguenots étaient alors bien conscients de l’importance des grands seigneurs protestants et notamment de Condé, qui était devenu le chef incontesté du parti après la défection du roi de Navarre. En 1562, les presses lyonnaises reconnurent cette obligation dans les Deux chansons spirituelles, dédiées « a la louange de monsieur Loys de Bourbon, prince de Condé34 ». Il n’y a pas là la moindre trace du désenchantement envers les grands protestants qui suivraient les compromis de la paix d’Amboise. À ce moment-là, les huguenots de Lyon avaient de bonnes raisons d’être reconnaissants et leur production montre toute la confiance caractérisant cette phase du mouvement. Une fois la sécurité de la ville assurée, les huguenots célébrèrent l’expulsion des prêtres lyonnais qu’ils haïssaient dans une satire explicite qui laissait pas de place à l’imagination. Le Discours de la vermine et prestraille de Lyon, dechassee par le bras fort du Seigneur prit la forme d’un dialogue dans lequel les ecclésiastiques catholiques déploraient la perte de leur train de vie luxueux et corrompu35.

  • 36 B. Diefendorf, Beneath the cross : Catholics and huguenots in sixteenth-century Paris, New York, 1 (...)

24Le triomphe huguenot fut de courte durée. Dès la fin de la première guerre, la folle croissance des églises calvinistes avait été enrayée et, en 1565, les églises du nord de la France étaient déjà en déclin. L’une après l’autre, les presses régionales du nord furent obligées de fermer. Le mouvement calviniste recula jusqu’aux centres de productions de Genève à l’est, et de La Rochelle à l’ouest, loin des scènes de leurs triomphes antérieurs. L’apogée de l’imprimé huguenot, bien qu’intense, fut donc extrêmement bref. Quelles conclusions peut-on tirer de ces années qui puissent éclairer notre connaissance générale de l’imprimerie et de la Réforme ? Tout d’abord, force est de constater le volume étonnant d’imprimés issu des presses protestantes au cours de ces années : plus de 1 100 éditions entre 1560 et 1565. Cela représente quelque 35 % de tous les livres protestants imprimés entre 1520 et la fin du siècle. Un tel volume était en partie rendu possible par ce bref intervalle au cours duquel les contrôles industriels et politiques cessèrent et permirent à la France de connaître sa propre explosion pamphlétaire. Une période où les choix économiques précautionneux habituels firent place à une frénésie de publications par des imprimeurs impatients de profiter de ce qui semblait être un marché sans limite. C’est, par exemple, le seul moment où les imprimeurs parisiens jouèrent un rôle significatif dans la production de livres protestants – bien que ceux qui y participèrent le regrettèrent souvent lorsque les autorités et la population catholique de Paris prirent leur revanche36. Car l’un des éléments cruciaux dans l’histoire de l’imprimerie française est la loyauté de la capitale à la cause catholique. Même durant les années les plus difficiles, les catholiques français surent organiser la défense de leur Église et de leurs croyances traditionnelles.

  • 37 L. Racaut, Hatred in print : Catholic propaganda and Protestant identity du-ring the French wars o (...)

25En 1562, après le choc initial que représentait l’adaptation à de nouvelles circonstances politiques, les auteurs catholiques trouvèrent leur voix et déversèrent un torrent de tracts qui offraient une défense lucide et éloquente des principes fondamentaux de la foi catholique en lançant de cinglantes attaques contre Calvin37. Les imprimeurs parisiens se lancèrent alors volontiers dans la production polémique soulignant l’emprise catholique sur la ville de Paris. Cette loyauté était peut-être l’un des facteurs clefs de la survie du catholicisme français. Lorsque le gouvernement royal, mené par Catherine de Médicis, se sentit si faible que des concessions importantes aux huguenots semblaient inévitables, ce furent les voix de la population catholique de Paris et d’autres villes qui firent comprendre que de telles décisions étaient inacceptables. Incités par leurs prêtres, inspirés par l’impression de sermons, ils se rallièrent à ceux qu’ils identifiaient le plus avec la cause catholique : la maison de Guise. En fin de compte, lorsque la guerre éclata en 1562, ce fut parce que les catholiques français ne pouvaient accepter que la couronne fasse les concessions nécessaires aux protestants.

  • 38 A. Pettegree, Protestantism, Publication and the French Wars of Religion... cit.
  • 39 L. Desgraves, Gibier... cit. ; J.-F. Gilmont, La première diffusion des « Mémoires de Condé » par (...)
  • 40 Pour une remise en question du rôle de l’illustration dans la diffusion des préceptes de la Réform (...)
  • 41 A. Pettegree, Culture of Persuasion... cit., chap. III ; A. Pettegree, Huguenot Voices : The Book (...)

26En France, par conséquent, les protestants ne dominèrent jamais le monde de l’imprimé. Et même là où les protestants s’étaient établis, la situation fut complexe. Si l’on analyse la production de près, on se rend compte qu’il y avait un degré important de spécialisation dans le marché imprimé. Dans l’un de mes articles récents, j’analyse le rôle de la production de l’industrie de la ville de Caen en Normandie, que l’on avait jusqu’à présent sous-estimée38. En fait, les imprimeurs de Caen ne publiaient que certains genres d’œuvres : des manuels pour les congrégations, les textes habituels protestants et les manifestes des chefs du parti protestant. Il est intéressant de noter que les imprimeurs de Caen ne publièrent jamais les textes incendiaires qui eurent tant de succès à Lyon, et ce sans doute par respect pour les autorités municipales de la ville. Les imprimeurs genevois évitèrent aussi les textes polémiques les plus radicaux suivant les désirs des magistrats qui voulaient éviter tout acte de provocation directe envers la couronne française. Quant aux presses d’Éloi Gibier à Orléans, elles servaient principalement à imprimer les manifestes politiques de Condé et des dirigeants militaires huguenots39. Il en ressort donc un groupe de centres d’imprimerie visant des marchés différents, travaillant ensemble pour satisfaire les besoins d’un public varié. À cette analyse, il convient d’ajouter deux remarques supplémentaires. L’imprimé huguenot utilisa peu, voire pas de tout, d’illustrations polémiques. Si l’illustration joua un rôle pour propager le message de la Réforme dans l’Allemagne de Luther au-delà du groupe des lettrés (ce dont je doute), ce ne fut certainement pas le cas en France40. L’intelligence tactique de la pédagogie protestante résidait en grande partie dans la capacité à s’adresser à un groupe de croyants par des œuvres requérant des niveaux de compréhension variés. Pour comprendre la façon dont ils essayèrent d’atteindre un large éventail de croyants, il est nécessaire d’accorder beaucoup plus d’attention à l’influence de la chanson et des vers polémiques qui devinrent populaires en France au cours des années 156041. La littérature satirique et triomphaliste que nous avons décrite se maria facilement avec les publications officielles calvinistes, et notamment avec les psaumes métriques.

  • 42 P. Conner, Huguenot heartland : Montauban and southern French Calvinism during the French wars of (...)
  • 43 A. Pettegree, Culture of Persuasion... cit.

27Enfin, on doit noter les limites géographiques manière de l’imprimé huguenot. Dans le Midi, des villes telles que Nîmes, Montauban et Montpellier qui devinrent les bastions du calvinisme et furent si importantes pour la survie du mouvement après le massacre de la Saint-Barthélemy, ne furent pas des centres d’imprimerie protestante au cours de ces années. Il se peut que les voies commerciales reliant ces villes à Genève et Lyon aient été si rapides qu’ils ne nécessitèrent pas la création de centres régionaux. Mais la création de ces bastions, sans l’aide de centres imprimés, nous met en garde contre une association trop directe entre l’imprimé et la Réforme42. Dans une étude récente du contexte général de l’évangélisme protestant, j’ai suggéré que l’imprimé était un outil particulièrement utile lorsqu’il était associé à d’autres médias plus traditionnels de communication tels que la chanson, bien sûr, mais aussi le théâtre et le prêche43. Cela était tout aussi vrai pour une théologie aussi cérébrale que le calvinisme que pour la religion traditionnelle.

  • 44 D. Pallier, Recherches sur l’imprimerie à Paris pendant la Ligue (1585-1594), Genève, 1975.
  • 45 M. Wolfe, The Conversion of Henry IV, Cambridge (Mass.), 1993.

28En regardant de plus près l’exemple de l’imprimerie évangélique française, il est possible de démontrer que l’expérience allemande de l’imprimé et de la Réforme était loin d’être reproduite partout en Europe. L’expérience française était très particulière, formée par l’héritage politique et spirituel, mais aussi par les structures économiques développées par les imprimeurs et libraires au cours du premier siècle du livre imprimé. La période d’exubérance évangélique entre 1559 et 1565 démontra la flexibilité de la culture imprimée lors d’une période d’intense instabilité politique. Ensuite, le mouvement huguenot fut forcé de vivre comme une religion minoritaire et l’imprimé protestant fut, lui aussi, repoussé vers la périphérie du monde francophone. Après 1572, la bataille pour la suprématie de l’opinion publique à travers le monde imprimé opposa une monarchie affaiblie à ses critiques au sein même du parti catholique. Ce conflit atteignit son paroxysme avec les attaques envenimées contre Henri III après l’assassinat du duc et cardinal de Guise en 1588, un événement qui causa l’effondrement total de la relation entre le roi et Paris. L’opposition à la succession de l’hérétique Henri de Navarre prolongea le conflit et mena à un échange pamphlétaire d’une virulence jusqu’alors inégalée. Dans la dénonciation répétitive et de plus en plus extravagante de Henri III et de son successeur, nous voyons la production imprimée de la capitale atteindre des niveaux approchant ceux du monde de la propagande moderne44. Henri IV riposta en établissant ses propres centres régionaux d’imprimerie pour défendre sa position. Il est difficile d’évaluer l’impact de ces efforts et on doit aussi prendre en compte la diplomatie patiente du roi, cherchant à isoler ceux qu’il ne pouvait pas convaincre de son droit légitime45. Mais ce dernier soubresaut pamphlétaire nous montre surtout combien l’imprimé avait changé au cours du premier siècle de la culture imprimée, un voyage commencé lorsque Martin Luther voulut faire partager à un public plus large son opposition aux indulgences.

Notes

1 Traduction en français de Malcolm Walsby.

2 M. Treu, Katharine von Bora. Luther’s Wife, Wittenberg, 2003.

3 Luther’s lavatory thrills experts, BBC News report, 22 octobre 2004, consultable sur Internet : http://news.bbc.co.uk/2/hi/europe/3944549.stm

4 Pour une bonne sélection voir Cranach im Detail. Buchschmuck Lucas Cranachs des Älteren und seiner Werkstatt, Wittenberg, 1994.

5 A. Pettegree et M. Hall, The Reformation and the Book : a reconsideration, dans The Historical Journal, 47, 2004, p. 785-808, notamment p. 789.

6 D. V. N. Bagchi, Luther’s earliest opponents. Catholic controversialists, 1518-1525, Minneapolis, 1991 ; F. Aurich, Die Anfänge des Buchdrucks in Dresden. Die Emserpresse, 1524-1526, Dresde, 2000.

7 M. U. Edwards, Catholic controversial literature, 1518-1555 : some statistics, dans Archiv für Reformationsgeschichte, 79, 1988, p. 189-205.

8 M. U. Edwards, Printing, Propaganda and Martin Luther, Berkeley, 1994.

9 M. Warnke, Cranachs Luther. Entwürfe für ein Image, Francfort, 1984.

10 Belgica typographica 1541-1600 : catalogus librorum impressorum ab anno MDXLI ad annum MDC in regionibus quae nunc Regni Belgarum partes sunt, éd. E. Cockx-Indestege et G. Glorieux, B. Op de Beeck, Nieuwkoop, 1968-1994 ; P. Valkema Blouw, Typographia Batava, 1541-1600. A repertorium of books printed in the Northern Netherlands between 1541 and 1600, Nieuwkoop, 1998.

11 Pour les dernières nouvelles du projet de St Andrews (méthode de travail, base de données et bibliothèques visitées) voir le site : http://www.st-andrews.ac.uk/∼www–rsi/book/book.htm.

12 F. Higman, Piety and the people. Religious printing in French, 1511-1551, Aldershot, 1996, p. 5, 177-190.

13 A. Pettegree and M. Hall, Reformation and the Book... cit.

14 E. Armstrong, Before Copyright. The French book-privilege system 1498-1526, Cambridge, 1990.

15 F. Higman, Censorship and the Sorbonne, Genève, 1979.

16 La domination du latin est évidente si l’on regarde les bibliographies de Brigitte Moreau, Inventaire chronologique des éditions parisiennes du xvie siècle, 1501-1535, 4 vol., Paris, 1972-92.

17 C. Elwood, The Body broken. The Calvinist doctrine of the Eucharist and the symbolization of power in sixteenth-century France, Oxford, 1999.

18 L. J. Taylor, Heresy and Orthodoxy in Sixteenth Century Paris. François Le Picart and the Beginnings of the Catholic Reformation, Leyde, 1999.

19 Sur Doré voir F. Higman, Piety and the people... cité n. 12, p. 5, 177-190.

20 F. Higman, Les traductions françaises de Luther, 1524-1550, dans Lire et découvrir. La circulation des idées au temps de la Réforme, Genève, 1998, p. 201-232.

21 Voir notamment les travaux de Jonathan Reid sur le cercle qui se développa autour de Marguerite of Navarre. J. Reid, King’s sister queen of dissent. Marguerite of Navarre (1492-1549) and her evangelical network, thèse de l’université d’Arizona, 2001.

22 F. Higman, Luther et la piété de l’Église gallicane : le Livre de vraye et parfaicte oraison, dans Lire et découvrir... cité n. 22, p. 179-200.

23 La moitié de la première liste des textes censurés par la Sorbonne étaient manuscrits : F. Higman, Censorship and the Sorbonne, Genève, 1979.

24 R. Hari, Les placards de 1534, dans G. Berthoud, Aspects de la propagande religieuse, Genève, 1957, p. 79-142 ; G. Berthoud, Antoine Marcourt, réformateur et pamphlétaire du Livre des marchans aux Placards de 1534, Genève, 1973.

25 F. Higman, La diffusion de la Réforme en France, 1520-1565, Genève, 1992.

26 J.-F. Gilmont et R. Peter, Bibliotheca Calviniana. Les œuvres de Jean Calvin publiés au xvie siècle, 3 vol., Genève, 1991-2000 ; J.-F. Gilmont, Jean Calvin et le livre imprimé, Genève, 1997 ; J.-F. Gilmont, La fabrication du livre dans la Genève de Calvin, dans J.-D. Candaux et B. Lescaze (dir.), Cinq siècles d’imprimerie genevoise, 2 vol., Genève, 1980, vol. I, p. 89-96.

27 L. Desgraves, Élie Gibier imprimeur à Orléans (1536-1588), Genève, 1966 ; A. Pettegree, Protestantism, Publication and the French Wars of Religion. The Case of Caen, dans R. J. Bast et A. C. Gow (dir.), Continuity and change. The Harvest of late-mediaeval and reformation history, Leyde, 2000 ; Id., Protestant printing during the French wars of religion. The Lyon press of Jean Saugrain, in T. Brady et J. Tracy (dir.), The Work of Heiko A. Oberman. Papers from the Symposium on his seventieth birthday, Leyde, 2003.

28 E. Droz, Antoine Vincent. La propagande protestante par le psautier, dans G. Berthoud (éd.), Aspects de la propagande religieuse, Genève, 1957, p. 276-93.

29 Sommaire recueil des signes sacrez et sacremens instituez de Dieu et la vraye origine du sacrifice de la messe, [Lyon, Saugrain], 1561. Il y eut cinq éditions en 1561 du Sommaire recueil, deux publiés à Caen et deux par Saugrain à Lyon. Le texte est parfois attribué à Théodore de Bèze ou à Pierre Viret, mais le véritable auteur reste inconnu. L’ouvrage fut aussi l’objet d’une réponse d’un auteur catholique : G. Hervet, Confutation d’un livre pestilent et plein d’erreurs, nommé les signes sacrez, Reims, Jean de Foigny, 1564.

30 [B. Causse], Vrai bouclier de la foi chrestienne, [Lyon, Saugrain], 1562. C. Leopard, La Glaive du geant Goliath, [Lyon, Saugrain], 1561.

31 [Nakol], Sac et piece pour le Pape de Rome, [Lyon, Saugrain], 1561 ; Grand pardon et pleniere remission pour toutes personnes, et durant à perpetuité, [Lyon, Saugrain], 1561 ; H. L. Bordier, Le Chansonnier huguenot du xvie siècle, 2 vols., Paris, 1870-71.

32 Adieu de la messe [Lyon, Saugrain], 1562 ; Consummation d’idole de Paris, [Lyon, Saugrain], 1562.

33 Cantique nouveau, contenant le discours de la guerre de Lyon, Lyon [Saugrain], 1563 ; Cantique et action de Grace au Seigneur [Lyon, 1562], sig. B2r.

34 Deux chansons spirituelles, Lyon [Saugrain], 1562.

35 Discours de la vermine et prestraille de Lyon, dechassee par le bras fort du Seigneur, [Lyon], 1562, A5v-6v.

36 B. Diefendorf, Beneath the cross : Catholics and huguenots in sixteenth-century Paris, New York, 1991.

37 L. Racaut, Hatred in print : Catholic propaganda and Protestant identity du-ring the French wars of religion, Aldershot, 2002.

38 A. Pettegree, Protestantism, Publication and the French Wars of Religion... cit.

39 L. Desgraves, Gibier... cit. ; J.-F. Gilmont, La première diffusion des « Mémoires de Condé » par Éloi Gibier en 1562-1563, dans P. Aquilon et H.-J. Martin (dir.), Le livre dans l’Europe de la Renaissance, Paris, 1988, p. 58-70.

40 Pour une remise en question du rôle de l’illustration dans la diffusion des préceptes de la Réforme, voir A. Pettegree, Reformation and the Culture of Persuasion, Cambridge, 2005, chap. V.

41 A. Pettegree, Culture of Persuasion... cit., chap. III ; A. Pettegree, Huguenot Voices : The Book and the Communication Process during the Protestant Reformation, Greenville, 1999.

42 P. Conner, Huguenot heartland : Montauban and southern French Calvinism during the French wars of religion, Aldershot, 2002 ; Id., A provincial perspective : Protestant print culture in southern France, dans A. Pettegree, P. Nelles et P. Conner (éd.), The Sixteenth century French religious book, Aldershot, 2001, p. 286-302.

43 A. Pettegree, Culture of Persuasion... cit.

44 D. Pallier, Recherches sur l’imprimerie à Paris pendant la Ligue (1585-1594), Genève, 1975.

45 M. Wolfe, The Conversion of Henry IV, Cambridge (Mass.), 1993.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540