Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Colonne Trajane et les Forums impériaux

 | 
Martin Galinier

Avant Propos

Texte intégral

1Ce texte est la version remaniée et, je l’espère, améliorée, d’un doctorat nouveau régime soutenu à l’Université Montpellier III en décembre 1995. Le présent manuscrit a tenu compte des remarques faites lors de la soutenance, mais aussi des publications parues depuis cette date : la somme de James Packer sur le forum de Trajan, parue en 1997, les fouilles « autour » du Temple du Divin Trajan, toujours en cours, ou encore la publication très récente, par l’architecte Giangiacomo Martines, de données chiffrées sur l’architecture de la colonne Trajane... ont par exemple été prises en compte dans ce volume.

2L’objet de départ de l’étude est, comme le titre l’indique, la colonne Trajane, et en ce sens la recherche relève d’abord de l’histoire de l’art. Mais la lecture de Georges Dumézil fut pour moi contemporaine de la découverte de l’urbanisme et de l’art romains. Le croisement peut paraître curieux, et je remercie d’autant Annie-France Laurens d’avoir accepté de diriger maîtrise, DEA, puis doctorat d’un étudiant tournant sans cesse autour d’une colonne... Mais l’exemple de la méthode comparatiste, et l’idée de structures idéologiques perceptibles à travers des documents de natures diverses, me paraissaient – et me paraissent toujours – applicables aux images romaines. D’où la volonté de replacer la colonne Trajane dans son environnement, archéologique et iconographique, d’origine.

3Au-delà de l’iconographie se posait, au début des années 1990, la question de la lisibilité des reliefs. Les séminaires de l’École des Hautes Études de Paul Veyne, assurés à la Vieille-Charité de Marseille, ont été pour moi l’occasion d’entendre, avant de lire, ses critiques fortes à l’endroit des historiens de l’art antique considérant la frise historiée comme évidemment visible. Qui a écouté Paul Veyne sait que la forme de son discours renforce ses arguments, et le jeune chercheur que j’étais a, en partie, construit son doctorat contre les thèses de P. Veyne. Avec le recul, je considère que ses travaux ont été pour moi une chance, car si je n’adhère toujours pas à sa « vision » de la colonne Trajane, je reconnais qu’ils m’ont donné une problématique, qu’ils ont créé un nouvel objet historique : le discours véhiculé par la colonne Trajane était-il compréhensible par les Romains ? Était-il conçu dans ce but ?

4Apporter une réponse à ces questions m’a amené à l’École française de Rome où j’ai eu, avec l’assistance de Claude Nicolet et de Catherine Virlouvet, le plaisir de séjourner à plusieurs reprises et de travailler dans des conditions exceptionnelles. J’en profitais aussi, bien sûr, pour tourner autour de la colonne.

5Lucrezia Ungaro, Marina Millela, Cinzia Conti, mais aussi Salvatore Settis, qui m’a reçu à l’École normale de Pise, m’ont beaucoup aidé, de même que Pierre Gros, qui a eu la gentillesse de me recevoir à Aix-en-Provence puis de présider mon jury de thèse. Sa caution m’était, et m’est toujours, extrêmement précieuse.

6Je ne voudrais pas oublier Georges Devallet, toujours disponible, qui allie les compétences du latiniste et du sémioticien à celles de « dumézilien » ; et Aline Rousselle, avec qui j’ai débuté l’enseignement à l’Université de Perpignan et dont la générosité m’a permis de finir le doctorat dans les délais impartis. Leurs remarques à tous deux m’ont été précieuses.

7Je me suis efforcé d’allier les méthodes de l’historien et celles de l’iconographe, suivant en cela l’enseignement rigoureux d’Annie-France Laurens. Son exigence et ses compétences demeurent un modèle.

8La documentation repose en grande partie sur des photographies personnelles, mais aussi sur des documents provenant d’archives italiennes, reproduits avec l’aimable autorisation de Lucrezia Ungaro et de Maria Elisa Tittoni : qu’elles trouvent ici mes remerciements les plus vifs. Les monnaies, issues des collections du Cabinet des Médailles (dont les clichés sont d’une remarquable qualité), sont présentes grâce à l’U.M.R. 5140 dirigé par Pierre Garmy : sans ce soutien, la délicate métamorphose menant du doctorat à un ouvrage publié aurait été plus difficile encore.

9Enfin, sans mes parents, ma famille et ma belle-famille, sans surtout mon épouse Cécile, je n’aurais pu mener à bien ce long parcours autour de la colonne Trajane. Au terme de ce périple, je ne peux que les remercier de leur patience, et y associer deux nouveaux venus : Marjorie et Clément.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540