Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Appius Claudius Caecus

 | 
Michel Humm

Deuxième partie. Forum et campum corrupit : réforme des tribus et réorganisation censitaire

Chapitre 6. Servius Tullius et la censure : mythe et histoire du ive siècle1

Texte intégral

  • 1 Une première version de ce chapitre a été publiée sous le titre : “Servius Tullius et la censure : (...)
  • 2 Fab. Pict., fr. 10 P. = 14 Ch. (ap. Liv., I, 44, 2) ; Liv., I, 43, 1-11 ; Cic, De Rep., II, 39-40 ; (...)
  • 3 Tim., dans F.Gr. Hist., 566 F 61 (ap. Plin., N.H., XXXIII, 43) : Servius rex primus signavit aes ; (...)
  • 4 Cf. A. Momigliano, “Timeo, Fabio Pittore e il primo censimento di Servio Tullio”, dans Miscellanea (...)
  • 5 Tim., dans F.Gr.Hist., 566 F 42 (ap. Gell., N.A., XI, 1, 1) ; Tim., dans F.Gr.Hist., 566 F 36 (ap. (...)

1En étant étroitement lié à l’adoption par l’armée romaine de l’organisation manipulaire et à la création de la première véritable monnaie de bronze, le système « servien » des cinq classes censitaires et des 193 centuries ne peut pas être bien antérieur à la fin du ive siècle et se trouve de fait au cœur de la réforme institutionnelle introduite par la censure d’Appius Claudius Caecus en faveur des humiles. Pourtant, la mémoire collective romaine, aussi loin du moins que les sources permettent de nous reporter, a toujours attribué l’ensemble de l’organisation centuriate au roi Servius Tullius. Fabius Pictor donnait le nombre de citoyens qui avaient alors été recensés, et Tite-Live cite ce fragment après avoir décrit en détail « l’organisation servienne », selon une description que l’on retrouve avec quelques variantes auprès des autres « sources canoniques », Cicéron et Denys d’Halicarnasse2. Timée déjà attribuait la création de la première monnaie romaine à ce roi, et il n’est pas impossible que ce fragment se rattachait à une description du système centuriate romain, puisque dans la tradition romaine, l’aes de Servius Tullius était étroitement lié aux classes censitaires et donc au premier census3 : à partir de là, A. Momigliano admettait d’ailleurs que la tradition sur le recensement de Servius Tullius existait probablement déjà vers 270 av. J.-C.4. L’historien grec a très bien pu évoquer cet aspect fondamental des institutions romaines en écrivant son histoire du peuple romain ou son histoire de la guerre de Pyrrhus, dans laquelle il décrivait par ailleurs la cérémonie du Cheval d’Octobre au Champ de Mars5.

  • 6 P. Fraccaro, dans Opuscula, II, Pavie, 1957, p. 294-295 ; de même : P. De Francisci, Primorala Civi (...)

2Nous avons déjà vu quelles sont les raisons qui empêchent de placer à une date aussi haute (le milieu du ive siècle av. J.-C.) une organisation timocratique aussi complexe. Certains historiens modernes, et pas les moindres, ont cependant préféré donner raison à la tradition historiographique romaine, en affirmant notamment, comme le fit P. Fraccaro, que le silence complet des sources ne permet pas de placer à une autre époque la création d’une institution aussi fondamentale6 : si la création de l’organisation « servienne » ne datait que de la fin du ive siècle, on comprendrait mal pourquoi Fabius Pictor, qui appartient à une vieille famille sénatoriale où la mémoire du passé est activement cultivée, et qui n’aurait été séparé d’un événement aussi important que par deux ou trois générations (au maximum), l’aurait délibérément attribuée à une époque aussi reculée, et de surcroît à un roi que l’onomastique et la tradition rattachent à des origines populaires.

  • 7 Voir supra p. 10, n. 39.
  • 8 Cf. W. Hoffmann, s.v. Tullius (18), dans R.E., VII A, 1, 1939, col. 816. Il n’est pas question ici (...)

3Il faut prendre garde cependant que la mémoire du passé a toujours eu à Rome un important contenu idéologique, car il en allait des choix et des comportements politiques qui devaient toujours se conformer à un modèle du passé, au nom de la règle non écrite et pourtant toujours appliquée de l’exemplarité : seul l’exemple du passé avait une réelle valeur, et rien de neuf ne pouvait être entrepris sans avoir reçu la caution d’un précédent célèbre qui pouvait servir d’exemplum7. L’attribution à Servius Tullius d’une organisation timocratique qui date selon toute apparence du ive siècle procède du même principe : il est possible, et il est même fort probable, qu’une première organisation timocratique, peut-être très rudimentaire et reposant sur la simple convocation de tous ceux qui arma ferre possent, ait effectivement vu le jour au cours du ive siècle et qu’il faille l’attribuer à un roi, peut-être à Servius Tullius8. Mais le système timocratique romain s’est ensuite progressivement enrichi et est devenu plus complexe, tout en étant toujours attribué à Servius Tullius, parce que celui-ci avait été le premier et que sa valeur d’exemplum lui donnait la capacité d’absorber toutes les innovations qui concernaient son œuvre, du moins jusqu’à ce que l’historiographie prenne le relais de la mémoire collective.

  • 9 Cf. Liv., I, 43, 12 : Nec mirari oportet hunc ordinem qui nunc est, post expietas quinque et trigin (...)
  • 10 Liv. I, 60, 4 : élection des premiers consuls par les comices centuriates ex Commentariis Servii Tu (...)
  • 11 Un certain nombre d’historiens modernes ont tiré prétexte que les chiffres du cens donnés par Tite- (...)

4Il y eut en effet un moment où l’on cessa d’attribuer à Servius Tullius les innovations qui continuaient à affecter l’organisation du système centuriate romain : personne dans l’Antiquité n’eut jamais l’idée de lui faire porter la responsabilité de la réforme intervenue au iiie siècle, sans doute en 241, qui établit un rapport entre le nombre de centuries de la première classe (qui passèrent de 80 à 70 = 2 x 35) et le nombre de tribus (qui atteignirent alors le nombre de 35)9. Il y a par conséquent des chances pour que l’image de Servius Tullius comme fondateur de l’organisation centuriate romaine fût alors déjà fixée par la tradition : et pour que la tradition se fige, en n’assimilant plus de nouvelles innovations pour les attribuer à l’exemplum du passé, il fallait qu’elle fût déjà écrite. Or, le modèle commun (sinon unique ?) qui servit de source à Fabius Pictor et aux trois « sources canoniques » pour la description de l’organisation centuriate remonte au moins au iiie siècle, puisque ce modèle doit être nécessairement antérieur au premier annaliste romain. Th. Mommsen et C. Nicolet ont montré que les similitudes qui rapprochent les trois textes « canoniques » dans leur description du système « servien », de même que le texte du Papyrus d’Oxyrhynchos (XVII, 2088), proviennent des fameux Commentarli Servii Tulli, parfois évoqués par Tite-Live et Festus, et qui ont dû servir, à des degrés peut-être divers, de source commune10. Or, la description d’un armement hoplitique et la mention de 80 centuries au lieu de 70 pour les citoyens de la première classe sont des éléments archaïques qui attestent l’existence d’une tradition antérieure à la réforme centuriate de 241 : on ne voit pas en effet pourquoi un document, qui semble avoir été conçu pour expliquer et justifier l’existence du système centuriate romain, aurait décrit une organisation qui n’existait plus à son époque (ni même comment il aurait fait pour le faire sans s’appuyer sur des documents plus anciens). Et l’évaluation, par les textes « canoniques », d’une échelle du cens exprimée en as dévalués n’est d’aucun secours pour dater la formation de la tradition servienne sur la naissance du système centuriate romain11 : tout au plus permet-elle de fixer des termini ante quos.

  • 12 H. Mattingly, “The property qualifications of the roman classes”, dans JRS, 27, 1937, p. 106, assim (...)
  • 13 Ainsi E. Gabba, dans Athenaeum, 39, 1961, p. 98-121 ; Id., Dionigi e la storia di Roma arcaica, p. (...)
  • 14 J.-C. Richard, “Recherches sur l’interprétation populaire de la figure du roi Servius Tullius”, dan (...)

5Les explications qui ont été tentées pour dater la fabrication des Commentarii Serv. Tulli de l’époque de la grande réforme des comices centuriates, après 241, ou de la réforme de 179, voire même de l’époque de Sylla, sont par conséquent incomplètes puisqu’elles rendent compte de situations tardives dans lesquelles les structures fondamentales du mythe de Servius Tullius étaient sans doute déjà en place, même si ce mythe a pu être réutilisé à diverses époques12. On a pris en effet l’habitude de distinguer deux versions dans la légende servienne : l’une qui justifie l’élaboration du système timocratique romain et donne à l’œuvre du roi une coloration oligarchique, l’autre qui insiste sur les liens qui attachent ce roi à la plèbe et aux humiles et l’opposent aux patriciens, en faisant ainsi de lui un précurseur des populares13. Mais si ces deux versions ont pu être développées tour à tour à diverses époques, et connaître éventuellement certains enrichissements tardifs, rien n’empêche ces deux versions d’avoir pu appartenir au même mythe originel qui aurait tenté de concilier deux tendances politiques opposées pour justifier l’élaboration d’une œuvre timocratique qui se voulait, au moins au départ, largement consensuelle14.

  • 15 Festus, p. 290 L., indique que l’expression procum patricium se trouve dans la discriptio classium (...)
  • 16 Dion. Hal., IV, 22, 2 (Eutr., I, 7, 2, indique 83.000 citoyens) ; les tabulae censoriae auraient se (...)
  • 17 Varr., De ling. Lat, VI, 86 (voir supra p. 315, n. 141).
  • 18 C. Nicolet, dans RD, 39, 1961, p. 358 ; Id., dans MEFR, 74, 1962, p. 467 ; Id., dans REL, 20, 1961, (...)
  • 19 Liv., I, 44, 1-2 ; Dion. Hal., IV, 22, 1-2 ; Plut., De Rom. Fort., 10 (322 E) : Σέρβιος δὲ Τύλλιος, (...)

6Un passage de Cicéron permet précisément de rapprocher les Commentarii Serv. Tulli avec les tabulae censoriae15, ce qui peut faire de ce « faux » un document très ancien, antérieur en tout cas au premier annaliste romain. Denys indique d’ailleurs pour le recensement de Servius Tullius un nombre de citoyens sensiblement identique à celui qui a été indiqué par Fabius Pictor (84.700 au lieu de 80.000), et précise que ce chiffre apparaît dans les tabulae censoriae (ώς ἐν τοῖς τιμητικοῖς φέρεται γράμμασιν), ce qui tendrait à prouver qu’il s’agit-là également de la source du premier annaliste romain16. En tout cas, ces tabulae censoriae contenaient la formule de convocation par laquelle les censeurs ordonnaient aux citoyens de se rendre à l’assemblée centuriate, vraisemblablement pour les opérations du census ou pour clore le lustrum17 : il est dès lors logique qu’elles aient également contenu la discriptio classium par laquelle ces magistrats procédaient au census. Comme cette discriptio classium était attribuée à Servius Tullius et figurait dans les Commentaires qu’il aurait écrits, ces derniers devaient soit faire partie des tabulae censoriae, soit avoir été rédigés à partir des tabulae censoriae. Or, si les Commentarli proviennent à un degré quelconque des tabulae censoriae, cela signifie que leur rédaction est due, directement ou non, à un ou des censeurs d’une époque antérieure à 241, voire antérieure à Timée (mort vers 261). C. Nicolet avait d’ailleurs un moment suggéré que ces Commentaires auraient pu remonter à un document original de la fin du ive siècle18. Quoi qu’il en soit, si les tabulae censoriae sont bien à l’origine des Commentarli Ser. Tulli regis, cela expliquerait pourquoi Servius Tullius apparaît aussi nettement dans nos sources comme le prototype du censeur et le fondateur du premier lustrum, alors même que la création de la censure n’a été datée par l’annalistique que de 44319.

7A force de justifier les innovations du présent par les exemples du passé, on finit en effet par se trahir et par rapporter au passé non seulement des événements que celui-ci n’a pas pu connaître, mais encore des événements dont la chronologie est assez facilement identifiable. Or, les récits de Tite-Live et de Denys sur le règne de Servius Tullius contiennent un grand nombre de ces anachronismes, qui se rapportent souvent à des situations du ive siècle, voire de la fin du ive siècle, et qui concernent essentiellement les institutions politiques et sociales de la République romaine. Le roi Servius Tullius, et ce n’est pas là le moindre paradoxe, passait en effet pour le fondateur du cens et de l’organisation centuriate, sur lesquels reposaient les principes fondamentaux de la République romaine (Liv., I, 42, 4) :

Adgrediturque inde ad pacis longe maximum opus, ut, quemadmodum Numa divini auctor iuris fuisset, ita Servium conditorem omnis in civitate discriminis ordinumque quibus inter gradus dignitatis fortunaeque aliquid interlucet posteri fama ferrent. Censum enim instituit (...)

« Il entreprend alors l’œuvre pacifique de loin la plus importante : de même que Numa avait été le créateur des institutions religieuses, de même la postérité attribue à Servius Tullius la gloire d’avoir été le fondateur de toute distinction au sein de la cité, ainsi que celui des ordres grâce auxquels une différence s’établit entre les degrés de dignité et de fortune. Il institua en effet le cens... »

  • 20 Liv., I, 31, 8 évoque les Commentarii Numae, et Calp. Pis., fr. 13 P. = 20 F. = 15 Ch. (ap. Plin., (...)
  • 21 Liv., I, 60, 4.
  • 22 Acc., Fab. praetext., fr. 80 Ribbeck = 40 Warmington (ap. Cic., Pro Sest., 123) : Tullius, qui libe (...)

8La figure de Numa semble avoir été le pendant religieux de celle de Servius Tullius, puisqu’on attribuait à ce roi la création des principales institutions religieuses, qu’il aurait d’ailleurs également consignées dans des Commentaires20. Enfin, les premiers consuls de la République, L. Junius Brutus et L. Tarquin Collatin, auraient été élus par les comices centuriates d’après les prescriptions prévues par Servius Tullius : ex Commentariis Ser. Tulli creati sunt21. Certains auteurs prêtaient même à Servius Tullius l’intention d’avoir voulu donner la liberté à sa patrie, c’est-à-dire de fonder la République22.

  • 23 Telle était déjà l’opinion d’E. Pais, Storia di Roma, I, 1, Turin, 1898, p. 323-332 ; Id., Storia c (...)
  • 24 Liv., I, 44, 3 : <Servius Tullius> aggere et fossis et muro circumdat urbem. Dion. Hal., IV, 14, 1  (...)
  • 25 Pap. Oxyr., XVII, 2088 :
    con]dita est eaque Roma muro [munita... (?)
    ]quis at Romam quadrata<m>[
    c]apu
    (...)
  • 26 Varr., De ling. Lat., V, 151 : Career a coercendo (...) ; in hoc pars quae sub terra Tullianum, ide (...)
  • 27 Plin., N.H., XXXIII, 24 (sur le port de l’anneau d’or, cf. ibid., XXXIII, 17) ; T. Hölscher, dans M (...)

9Un certain nombre d’indices reportent la date de formation de la tradition sur Servius Tullius dans le courant du ive siècle23. On lui attribue ainsi la muraille qui a en fait été construite après le sac de Rome par les Gaulois (encore qu’une muraille antérieure remontant peut-être au ive siècle ait pu exister)24 ; le texte du Papyrus d’Oxyrhynchos (XVII, 2088), qui semble également dériver de la tradition qui était contenue dans les Commentarii Serv. Tulli Regis, rattache même la construction de la « muraille servienne » au thème de la Roma quadrata, dont F. Castagnoli a vu qu’il s’agissait d’une tradition qui était surtout rattachée à Romulus et qui a dû naître au cours du ive siècle pour servir de modèle aux fondations coloniales construites sur des plans orthogonaux de type hippodaméen (cf. Ostie)25. La construction de la partie inférieure du carcer, appelée Tullianum, est également attribuée à Servius Tullius par une partie de la tradition, alors que ce roi n’a certainement aucun rapport avec ce qui ne devait être qu’une citerne à son époque, et que les murs en gros appareil de la prison de Rome datent en réalité, eux aussi, du ive siècle, et sont sans doute en rapport avec l’une des phases de construction du Comitium26. Probablement vers la même époque, la statue de Servius Tullius prit place à côté de celle de Numa sur le parvis du temple de Jupiter Capitolin (cette proximité n’est sans doute pas un hasard) : le roi portait l’anneau (d’or ?) à l’avant-dernier doigt, à la façon archaïque (comme les mobiles du ive siècle ?), mais portait aussi la tunique sous la toge, ce qui est une représentation qui n’est apparue, en Italie aussi bien qu’en Grèce, que dans les dernières décennies du ive siècle (autour de 300)27.

  • 28 La tradition étrusque, rapportée par les fresques de la tombe François de Vulci et la table claudie (...)
  • 29 Fab. Pict., fr. 9 P. = 13 Ch. (ap. Dion. Hal, IV, 15, 1) : voir supra p. 254 n. 82.
  • 30 E. Cavaignac, dans JS, 1911, p. 253.

10D’une façon générale, on a vraiment le sentiment que l’image de Servius Tullius, si tant est qu’il en existât une auparavant, se fige au cours du ive siècle28. La datation de certains anachronismes de la tradition sur Servius Tullius peut se faire encore plus précise. Ainsi Fabius Pictor, qui s’inspire probablement toujours de la même source, attribue à Servius Tullius la création de 30 tribus (26 rurales + 4 urbaines)29. Or, la 29e tribu n’a été créée qu’en 332, la 30e et la 31e en 318, la 32e en 299. Comme l’avait déjà remarqué E. Cavaignac : « Il semble donc bien que ce soit les institutions de la fin du ive siècle que le vieil annaliste reporte tranquillement au ive »30. Mais Fabius Pictor ne faisait que reprendre les « informations » qu’il trouvait dans sa source, vraisemblablement là encore les Commentarii Serv. Tulli provenant des tabulae censoriae : d’après le nombre de tribus rapporté par Fabius Pictor, ces Commentaires auraient donc dû avoir été rédigés entre la censure de 318 et celle de 300/299.

  • 31 Varr., De vita pop. Rom. I, fr. 8 Riposati = 287 Salvadore (ap. Non., p. 62 L.) : voir supra p. 254 (...)
  • 32 Cat., Orig., I, fr. 23 P. = 24 Ch. (ap. Dion. Hal., IV, 15, 1) : Κάτων μέντοι τούτων μφοτέρων ξιο (...)
  • 33 Varr., De ling. Lat., VI, 24 : feriae non populi, sed montanorum modo, ut Paganalibus, qui sunt ali (...)
  • 34 Dion. Hal., IV, 14, 3-4 ; cf. L. R. Taylor, Voting Districts, p. 76-77.
  • 35 Calp. Pis., fr. 14 P. = 21 F. = 16 Ch. (ap. Dion. Hal., IV, 15, 5). Cette tradition fut acceptée pa (...)
  • 36 A. Ziolkowski, The Temples of Mid-Republican Rome and their Historical and Topographical Context, R (...)
  • 37 Comme le pensèrent en revanche : G. Piéri, L’histoire du cens, p. 42-45 ; J. Gagé, dans RD, 36, 195 (...)

11À moins d’imaginer une confusion ancienne entre tribus et pagi, car Varron attribue également à Servius Tullius une division de l’ager, mais en 26 pagi, mesure qui semble en partie confirmée par le témoignage fragmentaire du Papyrus d’Oxyrhynchos31, alors que Caton, qui mentionna bien la création des tribus par Servius, n’en indiqua pas le nombre32. Or, la tradition attribue aussi à Servius Tullius l’institution de la fête annuelle des Paganalia, au cours de laquelle tous ceux qui habitaient le même pagus devaient apporter chacun une pièce de monnaie différente selon qu’il était homme, femme ou enfant : il suffisait dès lors de compter les différentes pièces pour connaître par sexe et par âge le chiffre de la population de chaque pagus33. À ces Paganalia, qui concernaient les habitants de la campagne, correspondait la fête des Compitalia célébrée dans la cité et où le dénombrement de la population se faisait par le truchement d’offrandes qui étaient faites aux Lares des carrefours (Lares Compitales) : le compitum servait en effet de limite administrative à plusieurs vici, qui semblent ainsi avoir été l’équivalent urbain des pagi34. Un procédé équivalent est rapporté par L. Calpurnius Pison, selon lequel Servius Tullius, pour pouvoir connaître à chaque instant le nombre d’habitants, hommes, femmes et enfants, aurait institué la règle toujours pratiquée sous la République que pour chaque naissance et décès, ainsi qu’au moment du passage à l’âge adulte, on versât une pièce de monnaie différente selon l’âge et le sexe aux trésors des temples de Junon Lucina (pour les naissances), de Vénus Libitine (pour les décès) et de Juventas (pour l’âge adulte)35. Mais outre que ces pratiques n’ont été techniquement possibles qu’avec la généralisation de l’usage de la monnaie, donc pas avant la création de l’aes grave, le temple de Junon Lucina n’a été fondé que vers 375-371 et n’a donc pu commencer à être utilisé pour ce genre de dénombrement qu’au cours du ive siècle36. Ces dénombrements de population apparaissent certes bien liés aux opérations du census et à l’image de censeur que la tradition attribue à Servius Tullius, mais, à moins d’imaginer l’utilisation de jetons métalliques non monétaires (stipes) à la place des pièces de monnaie, ceux-ci peuvent difficilement correspondre, comme cela a parfois été soutenu, à « une forme archaïque de recensement et de classement de la population »37.

  • 38 Dion. Hal., IV, 9, 6-7 ; aussi IV, 11, 2. Cf. C. Nicolet, dans La filosofia greca e il diritto roma (...)
  • 39 E. Gabba, dans Athenaeum, 39, 1961, p. 100-102 ; également J.-C. Richard, dans RPh, 61, 1987, p. 21 (...)
  • 40 Cf. E. Pais, Ancient Legends, p. 139 ; R. Thomsen, King Servius Tullius, p. 242.
  • 41 C. Nicolet, dans RD, 39, 1961, p. 353, n. 35 ; cf. Id., dans REL, 20, 1961, p. 713-720.

12Les textes de Tite-Live et de Denys sur le premier census organisé par Servius Tullius laissent clairement apparaître des préoccupations idéologiques qui peuvent difficilement avoir existé avant le ive siècle, mais qui peuvent très bien coïncider avec l’élargissement du système centuriate à de nouvelles classes censitaires, vers la fin de ce siècle. Dans le « grand discours programme » que Denys prête à Servius Tullius au début de son règne, le roi annonce au peuple réuni en assemblée qu’il va lui-même donner de l’argent aux pauvres pour qu’ils puissent payer leurs dettes, et qu’il interdira à l’avenir l’esclavage pour dette (nexum) ; enfin, il justifie d’avance le système du census en annonçant que chacun désormais paiera le tributum en fonction de sa richesse et que les charges les plus lourdes retomberont sur les plus riches38. Dans le De Republica, Cicéron évoque les débuts du règne de Servius par des mesures identiques (II, 38) : ille, regio ornatu, ius dixisset obaeratosque pecunia sua liberavisset. Il n’est pas impossible, comme le soutenait E. Gabba, que ces thèmes aient pu être utilisés par la propagande des populares de l’époque des Gracques à celle de César39. Toutefois, le tributum n’était plus versé par les citoyens depuis 167, alors que le nexum a été un grave problème social, peut-être apparu dès le ve siècle, mais qui s’est surtout développé au cours du siècle suivant : une source n’a pu évoquer son interdiction, et éprouver le besoin d’en parler, que peu de temps après l’adoption de la loi Poetelia, en 326 ou en 31340. Comme l’avait justement souligné C. Nicolet à propos de ces passages, « bien des traits de la “légende servienne” (aestimatio, largitiones) donnent un “climat” de la fin du ive siècle »41.

  • 42 Voir supra, p. 221-222.
  • 43 Cf. H. Zehnacker, “Unciarum fenus (Tacite, Annales, VI, 16)”, dans Mélanges P. Wuilleumier, Paris, (...)
  • 44 Dion. Hal., IV, 22, 3-4 : κενοι μν γρ τος ξένους ποδεχόμενοι κα μεταδιδόντες τς ισοπολιτεία (...)
  • 45 Cic., De Rep., II, 37 ; Liv., I, 39, 3-6 ; 40, 3 ; 47, 10 ; IV, 3, 12 ; Dion. Hal., IV, 1, 3 ; 6, 6 (...)

13L’abolition du nexum à la fin du ive siècle a dû entraîner, comme nous l’avons vu plus haut, une importante vague d’affranchissements42. La statue de Marsyas, installée entre la columna Maenia (où se tenaient les usuriers, feneratores, à proximité des boutiques des argentarii) et le subsellium des tribuns de la plèbe, symbolisa dès lors, par la chaîne brisée de ses fers attachés aux pieds (compedes), la liberté retrouvée d’un grand nombre de plébéiens, qu’ils fussent de petits cultivateurs, des ouvriers agricoles ou des petites gens de la Ville (pl. IX et pl. X a, b et c)43. Or, non seulement la tradition attribue à Servius Tullius l’abolition du nexum, mais en plus elle lui accorde également toute une série de mesures en faveur des affranchis d’origine étrangère : ceux-ci auraient alors reçu le droit de cité et l’isopolitie, leurs propriétés auraient été recensées avec celles des autres citoyens libres et ils auraient été (déjà) inscrits dans les quatre tribus de la cité, les futures tribus « urbaines » (la légende servienne montre peut-être par là quel pouvait être le statut d’un grand nombre des humiles qui ont bénéficié de la réforme des tribus d’Appius Claudius à la fin du ive siècle, confirmant ainsi l’interprétation que nous avons proposée de ce mot) ; bref, ils profitèrent dès lors des mêmes droits que les autres plébéiens44. Il est vrai que Servius Tullius lui-même aurait eu une origine servile : c’est en tout cas ainsi que certains expliquaient l’origine de son nom45.

  • 46 Th. Mommsen, “Das römische Gastrecht und die römische Clientei”, dans Römische Forschungen, I, 1864 (...)

14Mais les mesures concernant les affranchis à l’époque de Servius Tullius sont généralement contestées, car on y a vu, et à juste titre, des confusions et des anticipations avec des époques plus tardives : Th. Mommsen estimait que Denys et Dion Cassius (Zonaras) ont fait « remonter l’affranchissement pleinement efficace au roi Servius, sans doute parce qu’ils se représentaient la manumissio censu comme née avec le cens »46. Mais la tradition rapportée par Denys fait clairement allusion à une augmentation du corps civique par l’intégration d’étrangers (κενοι τος ξένους ποδεχόμενοι) qui auraient été « affranchis » (λευθερουμένοι) et auxquels Servius Tullius aurait donné le droit de cité et l’isopolitie, avant de recenser leurs propriétés en même temps que celles des autres affranchis (κελεύσας γρ μα τος λλοις πασιν λευθέροις κα τούτους τιμήσασθαι τς οσίας), avec lesquels ils furent inscrits dans les quatre tribus urbaines (ες φυλάς κατέταξεν ατος τς κατ πόλιν τέτταρας πάρχοσας) où le corps des libertini (τ ξελευθερικν φλον) continuait encore à être classé à l’époque de Denys : la tradition semble ainsi reporter à Servius Tullius les mesures prises par les réformes des tribus de la fin du ive siècle, confirmant ainsi indirectement qu’il a alors pu y avoir deux sortes de libertini : les affranchis du nexum, et les « nouveaux citoyens ».

  • 47 G. Dumézil, Servius et la Fortune, p. 130-131.
  • 48 Cf. L. Homo, Les institutions politiques romaines, Paris, 1927, p. 71-76.
  • 49 Liv., I, 49, 2 : primores patrum, quos Servi rebus favisse credebat, interfecit.

15G. Dumézil avait aussi déjà remarqué qu’un certain nombre de thèmes politiques et idéologiques contenus dans le récit annalistique sur le règne de Servius Tullius, notamment dans la légende de son avènement ainsi que dans l’épisode de sa chute, pourraient en fait traduire des situations réelles de la fin du ive siècle, liées notamment à la censure d’Appius Claudius47. Ainsi, la « sollicitude » de Servius pour la plèbe, et même pour les anciens esclaves, qui aurait été soutenue par une partie du patriciat tout en étant rejetée par une autre, évoquerait le contexte politique dans laquelle se serait déroulée la censure d’Appius Claudius : « d’une part alliance des patriciens de gauche (sic) et de la noblesse plébéienne, d’autre part collaboration tactique de ceux que M. Homo appelle “les intransigeants du patriciat” et des humiles, du prolétariat plébéien48 ». Pour G. Dumézil, cette interprétation « serait d’autant plus naturelle que les grands conflits de la fin du ive siècle ont eu pour moyen un exercice énergique de la censure, et que la tradition rattachait justement à Servius (...) le premier census, la première distribution, avec honores et onera (Tite-Live, I, 43, 9-10), des citoyens romains en classes non plus fonctionnelles mais fondées à la fois sur la dignitas et sur la fortune ». Cette vision de la situation politique de la fin du ive siècle, qui s’appuie sur l’image traditionnelle d’un Appius Claudius à la fois réactionnaire et démagogue, et qui se serait opposé à une grande partie de la nobilitas patricio-plébéienne (les « deux classes moyennes » « centristes » par opposition aux « deux extrêmes »), est cependant surannée et doit être révisée : il serait étonnant qu’elle puisse être réhabilitée, comme le fit G. Dumézil, par le récit de l’annalistique sur la répression exercée par Tarquin le Superbe à l’encontre des patriciens qui auraient soutenu la politique « populaire » de Servius Tullius49.

  • 50 Plut., De Rom. Fort., 10 (322 E) : τιμητς δ πρτος κα βίων πίσκοπος κα σωφρονιστς γενόμενος κ (...)
  • 51 Iohan. Lyd., De magistr, pop. Rom., I, 43 : τι δ ληθ τατα, μάρτυς στορία λέγει δ δε : « π (...)
  • 52 Plut., Num., 8, 20 : Ατο δκηκόαμεν πολλν ν ώμ διεξιόντων τι χρησμο ποτεωμαίοις γενομέν (...)
  • 53 C.I.L., I2, 7 = C.I.L, VI, 1285 = L.L.L.R.P., 309 = I.L.S., 1 : cf. F. Zevi, “Considerazioni sull’e (...)
  • 54 F. Coarelli, Il Foro romano, I, p. 149-152 ; Id., Il Foro romano, II, p. 119-122 : l’archéologue da (...)

16L’image de Servius Tullius comme « premier censeur » est très probablement le reflet de l’importance nouvelle que prit la censure à la fin du ive siècle, lorsque les compétences de cette magistrature s’étendirent à la lectio senatus, la recognitio equitum, l’inscription des citoyens dans les tribus et la réorganisation du cens. La figure de Servius Tullius a pu ainsi revêtir les caractères et les vertus que l’on attendait d’un censeur, ou que la censure a voulu donner d’elle, à partir de la fin du ive siècle : dans son traité De la Fortune des Romains, Plutarque présente Servius Tullius comme « le premier censeur, inspecteur et redresseur des mœurs, et qui passait pour être l’homme le plus courageux et le plus avisé » (δοκν νδρειότατος εναι κα φρονιμώτατος)50. Une source certes très tardive, Jean le Lydien, attribue précisément l’introduction à Rome de la cura morum à Appius Claudius Caecus, en faisant de lui « le premier censeur » (en fait, Jean le Lydien semble s’appuyer sur une ancienne citation ou sur un lieu commun qui donne à son témoignage l’apparence d’une évidence historique)51. D’autre part, l’expression utilisée par Plutarque pour définir les qualités qui ont permis de faire de Servius Tullius « le premier censeur » (δοκν νδρειότατος εναι κα φρονιμώτατος) est exactement la même que celle qui est attribuée à l’oracle de Delphes, lorsque celui-ci aurait demandé aux Romains, à l’époque des guerres samnites, d’élever une statue dans un endroit public « au plus avisé et au plus courageux des Grecs » (τν φρονιμώτατον κα τν νδρειότατον λλήνων) : à la suite de quoi, les Romains décidèrent d’ériger sur le Comitium une statue à Pythagore et une autre à Alcibiade52. La même expression se retrouve, en latin (fortis vir sapiensque), dans Yelogium de L. Cornelius Scipio Barbatus provenant du tombeau des Scipions sur la Via Appia53. Or, l’installation des statues de Pythagore et d’Alcibiade est généralement datée de la fin du IVe ou du tout début du iiie siècle, et n’est peut-être pas sans rapport avec la censure d’Appius Claudius Caecus54 : la prétendue « censure » de Servius Tullius lui aurait-elle alors servi de modèle et de justification ?

  • 55 Plut., Quaest. Rom., 74, (281 D-Е) ; Id., De Rom. Fort., 10, (322 E – 323 A) Sall., Ad Caesar, sen. (...)
  • 56 A.E., 1953, 22 = I.L.L.R.P., 1070 : Se cedues, perdere nolo ; ni ceduas, Fortuna Servios perit : «  (...)
  • 57 J. Champeaux, Fortuna, I, p. 234. Cf. Varr., De ling. Lat., VI, 17 : Dies Fortis Fortunae appellatu (...)
  • 58 J. Champeaux, Fortuna, I, p. 234-236.
  • 59 J. Champeaux, Fortuna, I, p. 241.
  • 60 Liv., Χ, 46, 14. Cf. Varr., De ling. Lat., VI, 17 ; Α. Ziolkowski, The Temples of Mid-Republican Ro (...)
  • 61 J. Champeaux, Fortuna, I, p. 242.
  • 62 Liv., I, 42, 4 : (...) ita Servium conditorem omnis in civitate discriminis ordinumque quibus inter (...)
  • 63 G. Dumézil, Servius et la Fortune, p. 178 : « Ainsi les faits sont clairs, clairs aussi les rapport (...)

17On peut d’ailleurs se demander si la Fortune qui accompagne Servius Tullius ne ressemblerait pas à celle qui figure dans une Sententia d’Appius Claudius, selon qui chacun serait « l’artisan de sa propre fortune »55. Le thème des liens unissant Servius à la Fortune est en effet attesté pour la première moitié du iiie siècle par une inscription figurant sur une sors et faisant directement allusion au revers de fortune qui a atteint l’avant-dernier roi à la fin de son règne56. Or, celui-ci aurait fondé (au moins) un sanctuaire à Fors Fortuna (trans Tiberini : sur la rive droite du Tibre), dont la fonction sociale a été mise en relief par l’étude de J. Champeaux consacrée au culte de la Fortune à Rome : « devenu roi malgré la bassesse de ses origines, il offrait aux plébéiens le plus bel exemple qu’ils pussent rêver de promotion sociale ; fils d’une esclave aussi, et dont les esclaves romains se réclamaient comme de leur protecteur naturel (...) »57. Loin d’incarner la Chance ou le Hasard, qui seront des interprétations romaines tardives de la Τύχη hellénistique, Fors Fortuna semble d’abord avoir été une divinité protectrice des plébéiens, artisans et commerçants, mais aussi (peut-être plus tard) des esclaves et des affranchis : elle veillait en effet sur leur « promotion sociale », c’est-à-dire sur leur « passage » d’une catégorie sociale à l’autre, et pour les esclaves, « sur l’abandon de la condition servile pour une assimilation progressive à la plèbe romaine »58. Toutefois, il n’est pas sûr que ce culte ait été destiné dès l’origine aux esclaves ou aux affranchis, mais plutôt aux plébéiens qui visaient à l’égalité des droits avec le patriciat, ce qui ne fut un enjeu politique et social qu’à partir du ve siècle au plus tôt, et qui trouva son développement et son achèvement au cours du IVe et au début du iiie siècle59. C’est très probablement dans ce contexte qu’il faut comprendre la construction en 293, par le consul plébéien Sp. Carvilius, d’un second temple dédié à Fors Fortuna, à proximité du premier qui aurait été fondé par Servius Tullius60 : « La Fortune à laquelle il faisait hommage de ses victoires était sans nul doute, déjà, la donneuse de chance et de bonheur, l’homologue romaine de la Tychè des Grecs. Mais elle était aussi la vieille déesse latine qui avait ménagé l’ascension de Servius, dont Carvilius, homme nouveau qui, à dessein, fonda son temple près de celui du roi, se réclamait comme d’un modèle »61. La Sententia d’Appius Claudius, qui résume les ambitions de la nouvelle noblesse patricio-plébéienne, peut très exactement correspondre à cette identification, et traduire une réalité sociale dont la hiérarchie est certes marquée par des critères censitaires, mais où le classement des citoyens dépend aussi bien de la richesse (fortuna) que du mérite (dignitas) de chacun62. Et d’après G. Dumézil, c’est bien en fonction du census qu’il faut comprendre les rapports entre Servius et la Fortune63.

18En tout cas, d’autres indices encore permettent de dater de la fin du ive siècle les mesures prises au cours de la « censure » de Servius Tullius. Un discours prononcé par Servius Tullius après la découverte d’un complot des Tarquins contre lui, énumère toutes les raisons qui ont pu pousser certains citoyens à se dresser contre lui (Dion. Hal., IV, 11, 2) :

o δνειμένοι τν εσφορν τν ες τος πολέμους, ε τιμήσασθαι τος βίους ναγκασθήσονται κα π τν τιμημάτων τς εσφορς συνεισφέρειν

  • 64 Trad. С. Nicolet, dans La filosofia greca e il diritto romano, Rome, 1976, p. 120 (= Id., Censeurs (...)

« de même, ceux qui ont été jusqu’ici exemptés des contributions de guerre sont pleins de ressentiment, parce qu’ils vont être forcés de donner une évaluation de leurs ressources et de payer des taxes en proportion du cens »64

  • 65 Cf. R. Thomsen, King Servius Tullius, p. 158 et p. 243. Voir aussi infra, p. 375-397.
  • 66 Cf. aussi Dion. Hal., IV, 9, 7 : να δ κα τς ες τ δημόσιον γινομένας εσφοράς, δις ο πένητ (...)
  • 67 С. Nicolet, dans La filosofìa greca e il diritto romano, Rome, 1976, p. 120 (= Id., Censeurs et pub (...)

19L’institution du tributum est directement liée à celle du stipendium, que les sources ne datent pas d’avant la guerre contre Véies, en 406 ; ces innovations ont en fait de fortes chances, comme nous le verrons plus loin, d’être contemporaines de la création de la première monnaie de bronze, de l’armée manipulaire ainsi que de l’organisation « servienne » du système centuriate en cinq classes65. Or, à prendre le texte de Denys au pied de la lettre, l’allusion aux citoyens qui auraient été jusque-là exemptés du paiement du tributum et qui devaient dorénavant « payer des taxes en proportion de leur cens », ne peut-elle pas se rapporter aux mécontentements qu’a pu susciter, auprès des citoyens les plus lourdement imposés, la création du tributum ex censu en relation avec l’organisation du système censitaire en cinq classes « serviennes » ? Servius tente en effet de convaincre les citoyens les plus riches des avantages qu’ils pourront tirer de cette nouvelle organisation, en insistant sur la proportionnalité de leurs nouvelles charges et des droits que leur donnent leurs devoirs, selon une argumentation qui a très bien pu avoir été développée à la fin du ive siècle, et que l’on retrouve également chez Tite-Live au moment de sa présentation de l’organisation « servienne »66. De fait, C. Nicolet avait vu qu’en insistant sur la proportionnalité de l’impôt, le discours de Servius Tullius « évoque très fortement, du point de vue fiscal, le système athénien des symmories du ive siècle », et se situe dans le prolongement de la pensée politique grecque de la même époque, ce qui fournit au moins un terminus post quem67.

  • 68 Ainsi encore récemment F. Coarelli, dans Storia di Roma, I, p. 318-327.
  • 69 Liv., I, 44, 2 (= Fab. Pict., fr. 10 P. = 14 Ch.) ; Milia octoginta eo lustro civium censa dicuntur (...)
  • 70 Il s’agit des deux centuries de fabri (tignarii et aerarii ou ferrarii) et des deux centuries de mu (...)
  • 71 Cic, De Rep., II, 40 : Illarum autem sex et nonaginta centuriarum in una centuria tum quidem piures (...)
  • 72 165.000 citoyens en 340/339 d’après Eusèbe (Chron. Armen., Ol. 110, 1) ; 150.000 citoyens en 323 d’ (...)

20Enfin, même les chiffres du cens rapportés par Fabius Pictor et Denys d’Halicarnasse, et qui proviennent des Commentarii Serv. Tulli ou des tabulae censoriae, peuvent se rapporter à une réalité du ive siècle. Certes, le nombre de 80.000 citoyens que Servius Tullius aurait recensés est parfois pris au sérieux par certains historiens modernes, qui se fondent sur lui pour reconstruire l’histoire démographique romaine depuis l’époque de la « grande Roma dei Tarquini »68. Mais il est également possible que ce nombre corresponde en fait à un modèle théorique reconstitué ultérieurement, au moment de la rédaction des Commentarii ou des tabulae censoriae (qui, elles-mêmes, ne peuvent en aucun cas être antérieures à la création de la censure, en 443). Cette reconstruction a pu se faire en fonction de l’idée que l’on se faisait alors de l’importance de la population romaine à l’époque de Servius Tullius, mais il est peu probable que des préoccupations de nature historique aient présidé à la rédaction des tablettes des censeurs. Il semble par contre plus plausible que celles-ci s’inspirèrent de la situation démographique réelle qui existait au moment où les cinq classes censitaires ont été définitivement mises en place, vers la fin du ive siècle. Or, l’information donnée par Fabius Pictor est en général tronquée par les Modernes : l’annaliste ne dit pas que la population romaine comprenait alors (à l’époque de Servius Tullius) 80.000 habitants, ni même 80.000 citoyens, mais que ce nombre correspondaient à ceux qui arma ferre possent69. Cette indication, sur laquelle insistait bien le premier annaliste, montre que ce nombre ne désigne que ceux qui possédaient une panoplie militaire, ce qui exclut les prolétaires ou capite censi (mais inclut probablement les quatre centuries d’artisans et de musiciens qui votaient avec les autres classes70). En admettant avec Cicéron et Denys que les citoyens enregistrés dans la centurie des prolétaires étaient au moins aussi nombreux, sinon plus nombreux, que tous les autres citoyens de toutes les autres centuries réunies71, on obtient au moins 160.000 citoyens en tout, chiffre qui ne fut atteint que vers 340 !72

  • 73 A. Momigliano, dans Miscellanea di studi alessandrini in memoria di A. Rostagni, Turin, 1963, p. 18 (...)
  • 74 Un nombre minimum de 120 citoyens inscrits dans chacune des centuries de la première classe était n (...)

21Le nombre des 80.000 citoyens qui arma ferre possent et qui auraient été recensés lors du premier lustre accompli avec une organisation complète de 193 centuries, correspond par conséquent à la situation démographique romaine du ive siècle73. Appliqué aux equites et aux pedites des 192 premières centuries (la 193e étant composée de capite censi qui ne comptent pas parmi ceux qui arma ferre possent), ce nombre de 80.000 citoyens est cependant trop parfait pour être entièrement vrai, car il semble en fait refléter un modèle théorique pour une répartition « idéale » du corps civique dans les centuries des cinq classes censitaires. Si l’on admet en effet que le nombre théorique de citoyens primitivement inscrits dans chacune des 80 centuries de la première classe était de 125 (au lieu de 100 dans les 18 centuries équestres), celles-ci représenteraient exactement l/8e de l’ensemble (10.000 : 80.000), dans la même proportion de 1 : 8 que la fortune minimale des citoyens de la cinquième classe par rapport à celle des citoyens de la première (1.250 as lourds : 10.000 as lourds = 1 :8), en admettant à titre d’hypothèse de départ l’échelle du cens telle que nous l’a conservée la tradition annalistique74. Cette hypothèse suggère alors que le nombre théorique de citoyens inscrits dans chacune des centuries de la dernière classe était huit fois plus important que dans celles de la première, soit 1.000 hommes par centurie au lieu de 125 : en appliquant le même principe aux centuries des autres classes en fonction d’une échelle censitaire des fortunes comprise entre 10.000 et 1.250 as lourds (10.000, 7.500, 5.000, 2.500 et 1.250 aeris gravis), avec laquelle le nombre d’inscrits par centurie et par classe entretiendrait un rapport inverse, on peut obtenir un total exact de 80.000 citoyens inscrits dans les 192 premières centuries (cf. tableau 2).

  • 75 Selon une hypothèse qui est généralement admise, mais qui n’est jamais présentée “concrètement” : c (...)

22Ainsi, chacune des classes de la première à la quatrième aurait entretenu le même rapport de 8 : 1 avec la cinquième, pour la première classe uniquement par la fortune de ceux qui y étaient inscrits, alors que pour la deuxième, la troisième et la quatrième, la réduction progressive de la richesse aurait été compensée par leur accroissement numérique (8 :1 = (6 + 2) : 1 = (4 + 4) : 1 = (2 + 6) : 1). Le principe de « l’égalité géométrique » trouverait ainsi son expression dans une réalité arithmétique qui s’appliquerait aux chiffres du cens connus à partir de la seconde moitié du ive siècle et où le nombre de citoyens par centurie et par classe serait inversement proportionnel à la fortune de chacun d’eux75.

  • 76 La proportion entre iuniores et seniores a été estimée à 3 : 1 par : E. Gjerstad, Early Rome, V, p. (...)
  • 77 Cf. Liv., I, 42, 5 ; 43, 9-11 ; Dion. Hal, IV, 19-21. Concrètement, les données chiffrées que nous (...)
  • 78 Th. Mommsen, Le droit public, VI, 1, p. 277 et n. 1 ; U. Coli, dans SDH1, 21, 1955, p. 189-190 (= I (...)
  • 79 Ainsi C. Nicolet, dans La filosofia greca e il diritto romano, Rome, 1976, p. 133-134 (= Id., Cense (...)

23Une pareille répartition (discriptio classium) n’a probablement jamais vraiment existé, du moins avec cette exactitude quasi mathématique, d’autant que celle-ci ne tient pas compte, par exemple, des différences numériques qui devaient exister entre centuries de iuniores et centuries de seniores (qui sont généralement estimées dans un rapport de 3 : l)76. Mais le nombre de 80.000 citoyens répartis en 192 centuries, avec lequel celui des 80 centuries de la première classe entretient sans doute un rapport, la logique mathématique contenue dans l’échelle du cens (la série des multiples 2, 4, 6, 8 qui s’appliquent au module de base constitue une suite géométrique), la logique enfin du principe de « l’égalité géométrique » où les charges dépendent du nombre de citoyens inscrits dans chaque centurie et sont proportionnées à la fortune de chacun77, suggèrent l’existence d’un modèle théorique qui pouvait avoir été établi par les premiers censeurs à avoir mis en pratique cette répartition, et qui pouvait très bien figurer dans les tabulae censoriae78. Il n’est certes pas question d’attribuer la conception d’un pareil modèle théorique à un censeur précis, mais il est fort probable que dès la censure d’Appius Claudius Caecus, la discriptio classium devait se faire à peu près d’après ce schéma79.

Tableau 2. L’« ÉGALITÉ GÉOMÉTRIQUE » APPLIQUÉE À LA DISCRJPTIO CLASSIUM : UNE PROPOSITION DE RECONSTRUCTION

Tableau 2. L’« ÉGALITÉ GÉOMÉTRIQUE » APPLIQUÉE À LA DISCRJPTIO CLASSIUM : UNE PROPOSITION DE RECONSTRUCTION
  • 80 Liv., X, 9, 3-5 : Eodem anno M. Valerius consul de provocatione legem tulit diligentius sanctum. Te (...)

24Or, si les proportions par classe auxquelles aboutit cette répartition « idéale » de 80.000 citoyens « mobilisables » en 192 centuries sont tant soit peu proches de la situation qui a prévalu à la fin du ive siècle, on conçoit mieux à quel point l’introduction dans l’organisation centuriate des humiles, inscrits dans les quatrième et cinquième classes et représentant plus de la moitié des effectifs des cinq classes réunies, a pu « corrompre » aussi bien l’assemblée tribute que l’assemblée centuriate. De même, on imagine le bouleversement qu’a dû provoquer la création d’une centurie de proletaru, qui était un non-sens à l’époque où l’assemblée centuriate se confondait avec l’exercitus centuriatus, mais qui ne devint possible qu’à partir du moment où les comices centuriates n’avaient plus qu’une fonction exclusivement politico-judiciaire et avaient atteint leur forme « servienne ». On comprend mieux également à quel point la caution du « bon roi Servius Tullius », devenu le paradigme du censeur, était alors nécessaire pour garantir l’application et la pérennité d’une réforme sur laquelle allaient reposer les institutions fondamentales de la République romaine. Dès la fin du ive siècle en effet, l’organisation « servienne » devait répondre à une triple finalité : élire les magistrats supérieurs, servir de cour d’appel (surtout à partir de la lex Valeria de provocatione de 300)80 et fixer pour chaque citoyen la proportion dans laquelle il allait contribuer aux charges tant fiscales (la levée du tributum) que militaires (le dilectus), même si une partie de ces fonctions commencèrent dès lors à se dérouler dans le cadre de la tribu.

Notes

1 Une première version de ce chapitre a été publiée sous le titre : “Servius Tullius et la censure : élaboration d’un modèle institutionnel”, dans M. Coudry, Th. Späth (éd.), L’invention des grands hommes de la Rome antique. Die Konstruktion der großen Männer Altroms. Actes du Colloque du Collegium Beatus Rhenanus (Augst 16-18 septembre 1999), Paris, 2001, p. 221-247.

2 Fab. Pict., fr. 10 P. = 14 Ch. (ap. Liv., I, 44, 2) ; Liv., I, 43, 1-11 ; Cic, De Rep., II, 39-40 ; Dion. Hal., IV, 16 et 17.

3 Tim., dans F.Gr. Hist., 566 F 61 (ap. Plin., N.H., XXXIII, 43) : Servius rex primus signavit aes ; antea rudi usos Romae Timaeus tradit.

4 Cf. A. Momigliano, “Timeo, Fabio Pittore e il primo censimento di Servio Tullio”, dans Miscellanea di studi alessandrini in memoria di A. Rostagni, Turin, 1963, p. 180-187 (= Id., Terzo contributo, p. 649-656).

5 Tim., dans F.Gr.Hist., 566 F 42 (ap. Gell., N.A., XI, 1, 1) ; Tim., dans F.Gr.Hist., 566 F 36 (ap. Pol., XII, 4 b) ; cf. A. Momigliano, “Atene nel iii secolo а.С. e la scoperta di Roma nelle storie di Timeo di Tauromenio”, dans RSI, 71, 1959, p. 529-556 (= Terzo Contributo, p. 23-53).

6 P. Fraccaro, dans Opuscula, II, Pavie, 1957, p. 294-295 ; de même : P. De Francisci, Primorala Civitatis, p. 681-689 ; E. S. Staveley, “The Constitution of the Roman Republic 1940-1954”, dans Historia, 5, 1956, p. 193-211.

7 Voir supra p. 10, n. 39.

8 Cf. W. Hoffmann, s.v. Tullius (18), dans R.E., VII A, 1, 1939, col. 816. Il n’est pas question ici de remettre en cause l’historicité de ce roi, mais plutôt celle des réalisations institutionnelles qui lui sont attribuées : cf. aussi J. Poucet, Les Rois de Rome, p. 351-358. Une nouvelle découverte archéologique faite sur l’Esquilin, à Rome, est d’ailleurs interprétée par F. Coarelli (“Il sepolcro e la casa di Servio Tullio”, dans Eutopia, n.s. 1, 1-2, 2001, p. 7-43) comme la tombe de Servius Tullius, non loin de l’endroit où la tradition place sa mort sous les roues du char conduit par sa fille Tullia (Liv., I, 48, 4-7 ; Dion. Hal., IV, 39 ; Paul. Fest., p. 451 L.) : les éléments les plus anciens (un premier mur en gros appareil construit en opus quadratum, de la céramique en bucchero noir et la statuette d’un kouros) remonteraient au vie siècle ; le monument, qui adopte la forme d’une tombe circulaire selon un plan également présent pour certaines tombes archaïques à Tivoli, semble avoir fait l’objet de constantes réfections jusqu’en plein cœur de l’époque impériale (l’emplacement de la tombe est indiqué par un cercle sur la Forma Urbis du iiie siècle) et pourrait témoigner de la dévotion dont ce roi semble avoir longtemps fait l’objet de la part de la plèbe.

9 Cf. Liv., I, 43, 12 : Nec mirari oportet hunc ordinem qui nunc est, post expietas quinque et triginta tribus, duplicato earum numero centuriis iuniorum seniorumque, ad institutam ab Ser. Tullio summam non convenire. Sur cette question, voir en dernier lieu L. Grieve, “The Reform of the Comitia Centuriata, dans Historia, 34, 1985, p. 278-309.

10 Liv. I, 60, 4 : élection des premiers consuls par les comices centuriates ex Commentariis Servii Tullit. App., B.C., I, 59 : en 88, Sylla et Pomplius Rufus organisent des élections par centuries ς Τύλλιος βασιλες ταξε. Festus (p. 290 L., s.v. Pro censu classis iuniorum) cite des expressions techniques liées à la convocation de l’organisation centuriate et utilisées par Servius Tullius in discriptione centuriarum (supra p. 298). Plus loin (p. 290 L.), il définit la centuria procum patrícium qu’il trouve in discriptione classium quam fecit Serv. Tullius. Fest., p. 184 L., évoque la mystérieuse centuria ‘nequis scivit’, quae dicitur a Serv. Tullio rege constituta. Fest., p. 308 L., définit la quintana classis, car Servius] rex distribut[is centuriis in classes, quas quinque] fecit (rest. Mommsen). Sur l’existence d’une source commune à l’ensemble des descriptions du système centuriate qui se réfèrent à Servius Tullius : Th. Mommsen, Le droit public, VI, 1, p. 276-277 ; G. W. Botsford, The Roman Assemblies, p. 66-67 ; U. Coli, dans SDHI, 21, 1955, p. 189-190 (= Id., Scritti di diritto romano, II, 578-580) ; P. De Francisci, Primordia civitatis, p. 683-684 ; С. Nicolet, dans RD, 39, 1961, p. 345-347 ; Id., L’ordre équestre, 1, p. 18-19 ; A. Magdelain, dans Studi in onore di E. Volterra, II, Milan, 1971, p. 248 ; E. Gjerstad, Early Rome, V, p. 17 et 164 ; С. Letta, dans SCO, 27, 1977, p. 210-212. À propos du Papyrus d’Oxyrhynchos (H. Hunt, Pap. Ox., XVII, Londres, 1927, p. 113-115, tabl. III), cf. A. Piganiol, “Le papyrus de Servius Tullius”, dans Scritti in onore di Bartolomeo Nogara, Città del Vaticano, 1937, p. 373-380, qui pense qu’il s’agit d’un fragment de L. Aelius Tubero (donc Tubéron le père, ami de Cicéron) ; mais F. Heichelheim, “Pap. Οx. 2088, A fragment from Cato’s Origines”, dans Aegyptos, 37, 1957, p. 250-258, croit plutôt y retrouver un fragment de Caton ; enfin E. Gabba, dans Esercito e società, 1973, p. 147, n. 14, sur la base d’un passage de Denys d’Halicarnasse (IV, 14), n’exclut pas qu’il puisse s’agir d’un fragment de L. Calpurnius Pison ; en tout cas, quelle que soit la source annalistique de ce document, le texte pourrait également dériver, en dernier ressort, des Commentarli Serv. Tullii, et donc des tabulae censoriae : C. Nicolet, loc. cit., p. 346, n. 11 ; Id., dans Annuaire EPHE, IVe sect., 1974-1975, p. 378-381 ; C. Letta, loc. cit., p. 219-223.

11 Un certain nombre d’historiens modernes ont tiré prétexte que les chiffres du cens donnés par Tite-Live et Denys se rapportent à des as dévalués (généralement assimilés à des as sextantaires) pour dater la tradition sur l’organisation centuriate dans sa forme “servienne” de la période comprise entre la seconde guerre punique et 167 : A. Piganiol, dans Annales E.S.C., 5, 1933, p. 113-124 ; C. Nicolet, dans RD, 39, 1961, p. 341-358 ; Id., dans La filosofia greca e il diritto romano, Rome, 1976, p. 116-118 ; R. Thomsen, King Servius Tullius, p. 151-152. En réalité, on ne peut absolument pas dater la tradition servienne sur la naissance du système centuriate romain à partir du type de monnaie qui est mentionné à propos de la discriptio classium, dans la mesure où les montants exprimés en as ont pu faire l’objet de toutes sortes de manipulations et d’erreurs de la part des annalistes, qui ont aussi bien pu traduire dans des unités de compte compréhensibles par leurs contemporains des montants exprimés en une monnaie qui n’existait plus et qui figuraient dans la source originale dont semblent dériver les trois textes « canoniques » : ainsi E. Lo Cascio, dans Athenaeum, 76, 1988, p. 276-284 ; T. J. Cornell, The Beginnings of Rome, p. 181 ; J. Poucet, Les Rois de Rome, p. 218, n. 63.

12 H. Mattingly, “The property qualifications of the roman classes”, dans JRS, 27, 1937, p. 106, assimilait ce faux à un pamphlet politique de l’époque de Sylla ; de même E. Gabba, “Studi su Dionigi da Alicarnasso. 2) Il regno di Servio Tullio”, dans Athenaeum, 39, 1961, p. 98-121 ; Id., Dionigi e la storia di Roma arcaica, p. 145. D’autres ont attribué ce document à une reconstruction antiquaire du iie siècle : W. Soltau, dans JCPh, 41, 1895, p. 412, n. 6 ; R. M. Ogilvie, A Commentary on Livy, p. 167-168. C. Nicolet, dans RD, 39, 1961, p. 341-358, le date, dans sa forme « canonique », des premières années du iie siècle, mais sans exclure l’existence d’un document original encore plus ancien. Pour une datation vers le milieu ou la fin du iiie siècle : Th. Mommsen, Le droit public, VI, 1, p. 277 ; E. Pais, Storia di Roma, II, p. 118 ; L. Pareti, Storia di Roma, I, p. 383, n. 5 ; P. Fraccaro, “Ancora sull’età dell’ordinamento centuriato”, dans Athenaeum, 22, 1934, p. 57-58 (= Id., Opuscula, II, p. 298) ; E. Schönbauer, dans Historia, 2, 1953-54, p. 25 ; E. Gjerstad, Early Rome, V, p. 164. Enfin С. Letta, dans SCO, 27, 1977, p. 212, fait remonter la date de fabrication de ce document au moins aux premiers annalistes, voire au iiie siècle, à l’époque de la grande réforme des comices centuriates.

13 Ainsi E. Gabba, dans Athenaeum, 39, 1961, p. 98-121 ; Id., Dionigi e la storia di Roma arcaica, p. 145 ; Id., dans Armées et fiscalité, p. 14-15 (= Id., Del buon uso della ricchezza, p. 118-119) ; R. T. Ridley, “The Enigma of Servius Tullius”, dans Klio, 57, 1975, p. 147-177 (p. 177 : « There is the conflicting interpretation of history by the Optimates and Populares, who each saw Servius as their hero, and the search for the “ancestral constitution” »).

14 J.-C. Richard, “Recherches sur l’interprétation populaire de la figure du roi Servius Tullius”, dans RPh, 61, 1987, p. 205-225, a montré que la valorisation dans un sens populaire de la tradition relative à Servius Tullius, perceptible dès les années 150 av. J.-C. et amplifiée tout au long du dernier siècle de la République, a été préparée par un ensemble de représentations qui portent la marque d’un passé bien plus ancien, et conclut (p. 224) que « tout ce qui dans la figure de Servius Tullius porte la marque de la République finissante ne constitue pas une raison suffisant d’opter globalement en faveur de l’interprétation hypercritique » ; pour pouvoir “fonctionner”, le principe de « l’égalité géométrique », fondement du système censitaire romain, devait reposer sur un certain « consensus » social et politique : J. Rouvier, Du pouvoir dans la République romaine. Réalité et légitimité. Etude sur le “Consensus”, Paris, 1963, en part. p. 34-38 et p. 61-81 ; C. Nicolet, Le métier de citoyen, p. 72-73 et p. 81-85 ; voir aussi infra p. 587-588.

15 Festus, p. 290 L., indique que l’expression procum patricium se trouve dans la discriptio classium quam fecit Ser. Tullius ; or on retrouve ce terme rare dans une étude de Cicéron (Orat., 156) sur la forme particulière des génitifs fabrum et procum qu’il lisait dans les tabulae censoriae : cf. Th. Mommsen, Le droit public, VI, 1, p. 277 et n. 1 ; A. von Premerstein, s.v. Commentarii, dans R.E., TV, 1, 1900, col. 728 ; B. Kübler, s.v. Censoriae tabulae, dans R.E., IV A, 2, 1932, col. 1899 ; P. Fraccaro, dans Athenaeum, 22, 1934, p. 62 (= Opuscula, II, p. 298) ; U. Coli, dans SDHI, 21, 1955, p. 188-190 (= Id., Scritti di diritto romano, II, p. 578-579) ; A. Momigliano, “Procum patricium”, dans Id., Roma arcaica, p. 246 ; E. Gabba, dans Athenaeum, 39, 1961, p. 119-120 ; С. Nicolet, dans RD, 39, 1961, p. 356-357. De même, les expressions discriptio centuriarum ou discriptio classium, que l’on retrouve chez Cicéron, Varron (par Festus) et Tite-Live, semblent indiquer l’existence d’un document officiel sur l’organisation centuriate “servienne” qui se confond probablement avec les Commentarii Servii Tulli : С. Letta, dans SCO, 27, 1977, p. 210-211 (« si tratta di un testo con carattere di elencazione ufficiale delle varie suddivisioni e articolazioni di un’organizzazione politica о amministrativa strutturata dall’autore stesso del testo »).

16 Dion. Hal., IV, 22, 2 (Eutr., I, 7, 2, indique 83.000 citoyens) ; les tabulae censoriae auraient servi de sources aussi bien à Fabius Pictor qu’à Denys : E. Gabba, “Studi su Dionigi da Alicarnasso”, dans Athenaeum, 39, 1961, p. 111.

17 Varr., De ling. Lat, VI, 86 (voir supra p. 315, n. 141).

18 C. Nicolet, dans RD, 39, 1961, p. 358 ; Id., dans MEFR, 74, 1962, p. 467 ; Id., dans REL, 20, 1961, p. 709 : « Depuis la fin du ive siècle (avec Timée) et le début du IIIe (avec l’introduction de la légende troyenne), les Romains avaient pris l’habitude de faire remonter le plus haut possible leurs institutions. La “légende servienne” s’était peu à peu élaborée, avec Timée puis Fabius Pictor. (...) elle s’était précisément formée en fonction des réformes de la fin du ive siècle ». En s’appuyant sur le repère chronologique qu’offre le témoignage de Timée, J. Gagé, “Sur quelques particularités de la « Censure » du roi Servius Tullius”, dans RD, 36, 1958, p. 484-485, avait déjà affirmé que « le noyau de la tradition sur Servius a dû être constitué au cours du ive siècle ».

19 Liv., I, 44, 1-2 ; Dion. Hal., IV, 22, 1-2 ; Plut., De Rom. Fort., 10 (322 E) : Σέρβιος δὲ Τύλλιος, ἀνὴρ τῶν βασιλέων μάλιστα καὶ τὴν δύναμιν αὐξήσας τοῦ δήμου καὶ τὸ πολίτευμα κοσμήσας καὶ τάξιν μὲν ἐπιθεὶς τοῖς ψηφοφορίαις, τάξιν δὲ ταῖς στρατείαις, τιμητὴς δὲ πρῶτος καὶ βίων ἐπίσκοπος καὶ σωφρονιστὴς γενόμενος : « Servius Tullius qui, plus que tout autre roi, accrut le pouvoir du peuple, modela le régime, introduisit de l’ordre tant dans les votes que dans l’organisation de l’armée, fut le premier censeur, inspecteur et redresseur des mœurs » (trad. F. Frazier et Ch. Froidefond, C.U.F.). Cf. G. Dumézil, Servius et la Fortune, p. 146-158, qui distingua dans le récit de la censure de Servius Tullius « trois éléments concurrents d’explication (...) : les faits, les anticipations, les mythes, autrement dit l’histoire authentique de la Rome étrusque, les projections de l’histoire républicaine dans le passé, les vieux systèmes conceptuels préromains historicisés ». Voir aussi J. Gagé, dans RD, 36, 1958, p. 461-490 ; E. Gabba, dans Athenaeum, 39, 1961, p. 107-111.

20 Liv., I, 31, 8 évoque les Commentarii Numae, et Calp. Pis., fr. 13 P. = 20 F. = 15 Ch. (ap. Plin., Ν.Η., XXVIII, 14), les libri Numae ; chez Liv., I, 32, 2 (cf. Dion. Hal., III, 36, 2) : Ancus Marcius, dont la tradition faisait un descendant de Numa, fit transcrire par le grand pontife sur un tableau blanc (album), destiné à être placé sous les yeux du public, la liste des cérémonies religieuses qui avaient été instituées par Numa et qui figuraient dans les Commentaires du roi (sacra publica ut ab Numa instituta erant facere, omnia ea ex commentariis regis...). Dans une étude récente, A. Storchi Marino a remarqué que les Marcii avaient été la seule famille plébéienne à avoir occupé à la fois l’augurat et le pontificat à la suite de la lex Ogulnia de 300 (Liv., X, 9, 2) et seraient par conséquent à l’origine de la tradition pontificale sur Numa qui est présente chez Tite-Live ; le premier grand pontife institué par Numa se serait d’ailleurs appelé Numa Marcius (Liv., I, 20, 5) évoquant par son nom, la double ascendance royale à laquelle prétendaient les Marcii, et par sa fonction, les prétentions de cette grande famille plébéienne sur le grand pontificat à partir de 300 ; C. Marcius (Censorinus), premier plébéien à avoir été nommé à la fois augure et pontife en 300, pourrait bien être à l’origine de cette invention : A. Storchi Marino, “С. Marcio Censorino, la lotta politica interno al pontificato e la formazione della tradizione Liviana su Numa”, dans AION (archeol), XIV, 1992, p. 105-147 ; Ead., Numa e Pitagora. Sapientia constituendae civitatis, Naples, 1999, p. 108-162 ; voir infra p. 549-552. La tradition sur les Commentaires du roi Numa pourrait donc être contemporaine de C. Marcius Censorinus qui a également été, de façon tout à fait exceptionnelle, comme l’indique son cognomen, deux fois censeur (en 294 et en 265) ; la tradition sur les Commentaires du roi Servius Tullius pourrait par conséquent être née dans le même contexte historique.

21 Liv., I, 60, 4.

22 Acc., Fab. praetext., fr. 80 Ribbeck = 40 Warmington (ap. Cic., Pro Sest., 123) : Tullius, qui libertatem civibus stabiliverat ; Liv., I, 48, 9 : quidam auctores sunt, ni scelus intestinum liberandae patriae consilia agitanti intervenisset. Dion. Hal., IV, 40, 3 : πιεικς δ κα μέτριος νρ γενόμενος λυσε τς π τ μ πάντα τ κατ τος νόμους πρξαι διαβολς τος μετ τατα ργοις, παρέσχε τε πολλος πόληψιν ς, ε μ θττον νρέθη, μεταστήσων τ σχμα τς πολιτείας ες δημοκρατίαν. Tac, Ann., III, 26, 4 : Sed praecipuus Servius Tullius sanctor legum fuit, quis etiam reges obtemperarent. Zon., (D.С), 7, 9 : <Σέρβιος Τύλλιος> τος ωμαίους πρς τ δημοκρατικν νγε κα τ λεθερον.

23 Telle était déjà l’opinion d’E. Pais, Storia di Roma, I, 1, Turin, 1898, p. 323-332 ; Id., Storia critica di Roma, I, 2, Rome, 1913, p. 490-502 ; Id., Ancient legends of Roman history, Londres, 1906, p. 138-147 ; mais l’historien italien pensait que l’histoire de la Rome royale s’était fixée vers 300 au sein du collège pontifical, après que celui-ci se fut ouvert aux nobles plébéiens. Voir aussi, plus récemment, T. J. Cornell, “The Value of Literary Tradition”, dans K. A. Raaflaub, Social Struggles in Archaic Rome, 1986, p. 74 : « Servius Tullius, who seems to have instituted some kind of primitive monetary system, is credited in the tradition with the introduction of coinage (actually a development of the late fourth or early third century) ; in the same way the fully developped organisation of the comitia centuriata was also mistakenly traced back to Servius ».

24 Liv., I, 44, 3 : <Servius Tullius> aggere et fossis et muro circumdat urbem. Dion. Hal., IV, 14, 1 : δ Τύλλιος, πειδ τος πτ λόφους νί τείχει περιέλαβεν (...). Strab., V, 3, 7 (С 234) : Κα τατα δ’ εέφοδα τος ξωθέν στι διόπερ τάφρον βαθεαν ρύξαντες ες τ ντς δέξαντο τν γν, κα ξέτειναν σον ξαστάδιον χμα π τ ντς φρύϊ τς τάφρου, κα πέβαλον τεχος κα πύργους π τς Κολλίνας πύλης μέχρι τς σκυλίνας (...). Auct. De vir. ill, 7, 6 : <Serv. Tullius> aggerem fossasque fecit. Eutr., I, 7, 1 : fossas circum murum duxit. Cf. notamment Platner-Ashby, A Topograficai Dictionary, s.v. Murus Servii Tullii, p. 350-355 ; G. Säflund, Le mura di Roma repubblicana, Lund, 1932 ; G. Lugli, “Le mura di Servio Tullio e le cosidette mura serviane”, dans Historia, 7, 1933, p. 3-45 ; M. G. Picozzi et P. Santoro, “Le mura serviane”, dans Roma mediorepubblicana, Rome, 1973, p. 7-31 ; R. Thomsen, King Servius Tullius, p. 218-235 ; T. J. Cornell, The Beginnings of Rome, p. 198-202 ; F. Coarelli, “Le mura regie e repubblicane”, dans В. Brizzi éd., Mura e porte di Roma antica, Rome, 1995, p. 9-38 ; M. Andreussi, s.v. ‘Murus Servii Tullii’ : mura repubblicane, dans L.T.U.R., III, 1996, p. 319-324.

25 Pap. Oxyr., XVII, 2088 :
con]dita est eaque Roma muro [munita... (?)
]quis at Romam quadrata<m>[
c]aput Romam quad[rat]am [
Cf. A. H. Hunt, The Oxyrhynchus papyri, XVII, Londres, 1927, n° 2088, p. 113-115, tabl. III ; M.A. Levi, “Servio Tullio nel Papyrus Oxyrhynchus 2088”, dans RFIC, 56, 1928, p. 511-585. La Quellenforschung a proposé de nombreux auteurs pour ce document : cf. A. Piganiol, dans Scritti in onore di Bartolomeo Nogara, 1937, p. 373-380 ; F. Heichelheim, dans Aegyptos, 37, 1957, p. 250-258 ; R. Thomsen, King Servius Tullius, p. 14-16. G. Traina, “Il papiro di Servio Tullio”, dans ASNP, s. 3, XVII, 1987, p. 389-406. Quel que soit son auteur, С. Nicolet, dans RD 39, 1961, p. 346, et n. 11, estime que ce texte dérive de la même « vulgate » décrivant le « système servien » que les autres « sources canoniques » (Cicéron, Tite-Live et Denys), « vulgate qui était conservée à Rome à la fin de la République sous le nom de Commentarii Servi Tulli Regis » ; cf. Id., dans Annuaire EPHE, IVe sect., 1974-1975, p. 378-381. Sur la légende de la Roma quadrata au ive siècle, en rapport avec le premier mouvement de colonisation et le développement de l’urbanisme hippodaméen dans les nouvelles colonies fondées par Rome : F. Castagnoli, “Note sulla topografia del Palatino e del Foro Romano”, dans ArchClass, XVI, 1964, p. 178-179 (= Id., Topografia antica. Un metodo di studio, I, Roma, Rome, 1993, p. 283-284) ; Id., “Topografia e urbanistica di Roma nel iv secolo a.C”, dans StudRom, 22, 1974, p. 438-444 (= Id., Topografia antico, I, p. 233-237) ; dans le même sens : R.E.A. Palmer, The Archaic Community of the Romans, p. 26-34 ; réponse embarrassée d’A. Grandazzi, “La Roma quadrata : mythe ou réalité ?”, dans MEFRA, 105, 1993, 2, p. 514-517.

26 Varr., De ling. Lat., V, 151 : Career a coercendo (...) ; in hoc pars quae sub terra Tullianum, ideo quod additum a Tullio rege. Fest., p. 490 L. : Tullianum, quod dicitur pars quaedam carceris, Ser. Tullium regem aedificasse aiunt. Mais Tite-Live (I, 33, 8) et l’auteur du De viris illustribus (5, 3) attribuent la construction de la prison publique, également appelée Career Mamertinus, au roi Ancus Marcius. R. Thomsen, King Servius Tullius, p. 258-259, pense que le Tullianum avait été à l’origine une citerne et que son nom proviendrait de tullius, la source ; la datation des murs du career autour de 300 et leur rapport avec une nouvelle phase de construction du Comitium ont été proposés par F. Coarelli, Il Foro Romano, II, Periodo repubblicano e augusteo, Rome, 19922, p. 64-74 ; Id., s.v. Career, dans L.T.U.R., I, 1993, p. 236-237.

27 Plin., N.H., XXXIII, 24 (sur le port de l’anneau d’or, cf. ibid., XXXIII, 17) ; T. Hölscher, dans MDAI(R), 85, 1978, p. 328-331 (= Id., Documenti statali e pubblico, p. 27-30).

28 La tradition étrusque, rapportée par les fresques de la tombe François de Vulci et la table claudienne de Lyon (C.I.L., XIII, 1668 = I.L.S., 212), connaissait une autre version de l’histoire de Servius Tullius, où celui-ci apparaît sous les traits d’un condottiere (étrusque ?) appelé Macstarna, en compagnie de Caile et Aule Vibenna (cf. Tac, Ann., TV, 65, 1-2 ; Fest., s.v. Tuscum vicum, p. 486 L.), et en lutte avec un Tarquin de Rome : F. Messerschmidt (avec la collaboration d’A. von Gerkan), Nekropolen von Vulci, Berlin (Jahrbuch des deutschen archäologischen Instituts, 12), 1930, p. 62-163, fig. 56-96, pl. 1-39 ; F. Coarelli, “Le pitture della tomba François di Vulci : una proposta di lettura”, dans DArch, s. 3, 1, 1983, p. 43-69 (= Id., Revixit ars, p. 138-178) ; M. Pallottino, “Servius Tullius à la lumière des nouvelles découvertes archéologiques et épigraphiques”, dans CRAI, 1977, p. 216-235 ; Id., “Una pagina di storia etrusca e mitizzazione di un fatto storico. Il fregio dei Vibenna e le sue implicazioni storiche”, dans F. Buranelli éd., La tomba François di Vulci, Catalogue d’exposition organisée pour le 150e anniversaire du Musée Grégorien Étrusque (mars-mai 1987), Rome, 1987, p. 225-233 ; R. Thomsen, King Servius Tullius, p. 67-114. Mais le nom étrusque de Servius Tullius (s’il s’agit bien du même personnage) n’est peut-être que la transposition dans cette langue d’un mot latin désignant sa fonction (Macstarna = magister(na) <populi> ?) : P. Cortsen, Etruskischen Standes – und Beamtentitel durch die Inschriften beleuchtet, Copenhague, 1925, p. 131 ; F. Messerschmidt, op. cit., p. 148-150 ; S. Mazzarino, Dalla monarchia allo stato repubblicano, ricerche di storia romana arcaica, Catane, 1946, p. 184-186 ; J. Heurgon, La vie quotidienne chez les Étrusques, Paris, 1961, p. 67 ; M. Pallottino, Etruscologia, Milan, 19847, p. 145-148 ; R. Thomsen, op. cit., p. 96-103 ; ou éventuellement sa relation et sa situation de dépendance à l’égard d’un magister (« appartenant au magister », c’est-à-dire à Caeles Vibenna ?), comme le pense en dernier lieu M. Pallottino, dans F. Buranelli éd., La tomba François di Vulci, p. 228-229 ; dans un sens encore différent : G. Capdeville, “Le nom de Servius Tullius”, dans R. Bloch éd., La Rome des premiers siècles. Légende et histoire, Actes de la Table Ronde en l’honneur de Massimo Pallottino (Paris, mai 1990), Florence, 1992, p. 47-67 (en part. p. 54-60). Toutefois, est-ce un hasard si les fresques de la tombe François datent (selon toute apparence) du milieu ou du troisième quart du ive siècle ? (cf. M. Cristofani, “Ricerche sulle pitture della tomba François di Vulci. I fregi decorativi”, dans DArch, 1, 1967, p. 207-209 ; Id., “La cultura artistica a Vulci fra età classica ed ellenismo”, dans F. Buranelli éd., La tomba François di Vulci, p. 199-203 ; F. Coarelli, dans DArch, s. 3, 1, 1983, p. 43 (= Id., Revixit ars, p. 138) ; F. Roncalli, “La decorazione pittorica”, dans F. Buranelli éd., La tomba François di Vulci, p. 79-110).

29 Fab. Pict., fr. 9 P. = 13 Ch. (ap. Dion. Hal, IV, 15, 1) : voir supra p. 254 n. 82.

30 E. Cavaignac, dans JS, 1911, p. 253.

31 Varr., De vita pop. Rom. I, fr. 8 Riposati = 287 Salvadore (ap. Non., p. 62 L.) : voir supra p. 254 n. 82. Pap. Oxyrh., XVII, 2088 :
]u perdito divisit pagosque in tribu[s (distribuit ?)
post]ea in oppido quo quisque pago civis ha[bitabat
]exque pagis milites conquirebantu[r (et tributum ?)
e] pagis cogebatur primoque in pago[
L’origine de la confusion entre pagi et tribus peut être ancienne, mais ne remonterait pas nécessairement à Fabius Pictor : E. Gabba, dans Athenaeum, 39, 1961, p. 105-106 ; selon G. Traina, dans ASNP, s. 3, XVII, 1987, p. 389-406, le texte du Papyrus d’Oxyrhynchos dépendrait d’une tradition née au iie siècle av. J.-C. et traduirait la vision des agrimensores romains (du ier siècle av. J.-C.) en charge de l’organisation et de la centuriation de l’espace territorial des colonies fondées par Rome : les pagi seraient des subdivisions territoriales archaïques qui auraient été remplacées par des centuriae, c’est-à-dire des unités agraires nées d’une centuriation, dont on aurait alors attribué la création à Servius Tullius.

32 Cat., Orig., I, fr. 23 P. = 24 Ch. (ap. Dion. Hal., IV, 15, 1) : Κάτων μέντοι τούτων μφοτέρων ξιοπιστότερος ν οχ ρίζει τν μοιρν τν ριθμόν : « Cependant Caton, plus crédible que les deux auteurs précédents [sc. Fabius Pictor et Vennonius], ne précise pas le nombre de ces circonscriptions » (trad. M. Chassignet).

33 Varr., De ling. Lat., VI, 24 : feriae non populi, sed montanorum modo, ut Paganalibus, qui sunt alicuius pagi. Id., op. cit., VI, 26 : Paganicae eiusdem agriculturae causa susceptae, ut haberent in agris omnes pagos, unde Paganicae dictae. Dion. Hal., IV, 15, 2-4 (voir infra p. 388 n. 46). Cf. A. Fraschetti, Rome et le prince, Paris, 1994, p. 168-181.

34 Dion. Hal., IV, 14, 3-4 ; cf. L. R. Taylor, Voting Districts, p. 76-77.

35 Calp. Pis., fr. 14 P. = 21 F. = 16 Ch. (ap. Dion. Hal., IV, 15, 5). Cette tradition fut acceptée par : J. Gagé, “Sur quelques particularités de la “censure” du roi Servius”, dans RD, s. 4, 35, 1958, p. 471-475 ; et aussi par G. Piéri, Histoire du cens, p. 25-27 ; mais elle a été rejetée avec raison par R. Thomsen, King Servius Tullius, p. 210-211, qui l’a jugée tardive.

36 A. Ziolkowski, The Temples of Mid-Republican Rome and their Historical and Topographical Context, Rome, 1992, p. 67-71.

37 Comme le pensèrent en revanche : G. Piéri, L’histoire du cens, p. 42-45 ; J. Gagé, dans RD, 36, 1958, p. 471-480 ; G. Dumézil, Servius et la Fortune, p. 159-161. Pour J. Poucet, Les Rois de Rome, p. 351-358, ces différents récits sont des « motifs libres » complètement anachroniques, construits autour du rapport établi entre Servius Tullius, l’organisation centuriate et le census (des « motifs classés »), mais qui montrent le « rôle d’aimant étiologique » joué par Servius Tullius. Voir aussi infra p. 416, n. 58.

38 Dion. Hal., IV, 9, 6-7 ; aussi IV, 11, 2. Cf. C. Nicolet, dans La filosofia greca e il diritto romano, Rome, 1976, p. 119-120.

39 E. Gabba, dans Athenaeum, 39, 1961, p. 100-102 ; également J.-C. Richard, dans RPh, 61, 1987, p. 217-220.

40 Cf. E. Pais, Ancient Legends, p. 139 ; R. Thomsen, King Servius Tullius, p. 242.

41 C. Nicolet, dans RD, 39, 1961, p. 353, n. 35 ; cf. Id., dans REL, 20, 1961, p. 713-720.

42 Voir supra, p. 221-222.

43 Cf. H. Zehnacker, “Unciarum fenus (Tacite, Annales, VI, 16)”, dans Mélanges P. Wuilleumier, Paris, 1980, p. 353-362 ; M. Torelli, Typology and Structure of Roman Historical Relief, Ann Arbor, 1982, p. 101-106 ; F. Coarelli, Il Foro Romano, II, p. 87-123 ; M. Torelli, s.v. Columna Maenia, dans L.T.U.R., I, 1993, p. 301-302 ; L. Thommen, “Les lieux de la plèbe et de ses tribuns dans la Rome républicaine”, dans Klio, 77, 1995, p. 358-370. Voir aussi supra p. 221, n. 139.

44 Dion. Hal., IV, 22, 3-4 : κενοι μν γρ τος ξένους ποδεχόμενοι κα μεταδιδόντες τς ισοπολιτείας φύσιν τ τύχη ν ατν οδεμίαν παξιοντες, ες πολυανθρωπίαν προήγαγον τν πόλιν ó δ Τύλλιος κα τος λευθερουμένοις τν θεραπόντων, ἐὰν μ θέλωσιν ες τς αυτν πόλεις πιέναι, μετέχειν τς ισοπολιτείας πέτρεψε. Κελεύσας γρ μα τος λλοις πασιν λευθέροις κα τούτους τιμήσασθαι τς οσίας, ες φυλς κατέταξεν ατος τς κατ πόλιν τέτταρας παρχοσας, ν ας κα μέχρι τν καθ’ μς χρόνων ταττόμενον διετέλει τ ξελευθερικν φλον, σον ν ·· κα πάντων πέδωκε τν κοινν ατος μετέχειν ν τος λλοις δημοτικος : « Ce roi [sc. Servius Tullius] ne prit pas moins soin d’augmenter le corps civique, tous les rois avant lui ayant négligé de s’intéresser à cette question. Ceux-ci en effet, en ayant accueilli les étrangers et en leur ayant donné l’égalité des droits politiques (isopoliteia) sans repousser personne comme indigne, quelle que fût sa naissance ou sa condition, ont conduit la cité au surpeuplement ; mais <Servius> Tullius permit même à des esclaves affranchis de jouir de l’égalité des droits politiques (isopoliteia), sauf s’ils préféraient repartir vers leurs propres cités. Ayant en effet ordonné aux esclaves affranchis de procéder au recensement de leurs richesses en même temps que tous les autres citoyens libres, il les classa dans les quatre tribus qui se trouvent en ville, dans lesquelles la catégorie des descendants d’affranchis continue d’être rangée jusqu’à notre époque, aussi nombreuse soit-elle ; et il leur permit de participer à toutes les affaires publiques qui étaient accessibles aux autres plébéiens ». Zon. (D.C.), 7, 9 : χρήματ τε ατος δίδου κα γν κάστω προσένειμε κα τούς δούλους έλευθεροσθαι κα φυλετεύεσθαι παρεσκεύασεν : « Il leur donnait des richesses, et il donnait en outre à chacun de la terre, et fit en sorte que les esclaves soient affranchis et répartis dans les tribus ».

45 Cic., De Rep., II, 37 ; Liv., I, 39, 3-6 ; 40, 3 ; 47, 10 ; IV, 3, 12 ; Dion. Hal., IV, 1, 3 ; 6, 6-7 ; 38, 4 ; Fest., p. 182 L., s.v. Nothum. Cf. G. Dumézil, Servius et la Fortune, p. 137-138 ; R. T. Ridley, dans Klio, 57, 1975, p. 169-171 ; R. Thomsen, King Servius Tullius, p. 244 ; J.-C. Richard, dans RPh, 61, 1987, p. 215.

46 Th. Mommsen, “Das römische Gastrecht und die römische Clientei”, dans Römische Forschungen, I, 1864, p. 358- ; Id., Le droit public romain, VI, 1, p. 65, n. 2 ; cf. U. von Lübtow, Das römische Volk, p. 116, n. 558 ; R. Thomsen, King Servius Tullius, p. 243-244.

47 G. Dumézil, Servius et la Fortune, p. 130-131.

48 Cf. L. Homo, Les institutions politiques romaines, Paris, 1927, p. 71-76.

49 Liv., I, 49, 2 : primores patrum, quos Servi rebus favisse credebat, interfecit.

50 Plut., De Rom. Fort., 10 (322 E) : τιμητς δ πρτος κα βίων πίσκοπος κα σωφρονιστς γενόμενος κα δοκν νδρειότατος εναι κα φρονιμώτατος (cf. supra p. 351, n. 19).

51 Iohan. Lyd., De magistr, pop. Rom., I, 43 : τι δ ληθ τατα, μάρτυς στορία λέγει δ δε : « πρτος ππιος Κλαύδιος κήνσωρ προεβλήτη. ρχ δ ν ατη τν μεγίστων· κα ργον ν ατ τος τν πολιτν διερευνσθαί τε κα κρίνειν βίους, τιμωρίας τε πάγειν τος μαρτάνουσι κατ πάσης δυναστείας· κα οδες ν ξω τς το κήνσωρος ξουσίας ». Κύριοι δ σαν ο κήνσορες κα ργοις κοινος κατακοσμεν τν πόλιν : « Des censeurs à la fois graves, d’une fermeté inébranlable et puissants veillaient à ce que, par de mauvaises actions, la façon de vivre ne soit responsable ni du malheur, ni de la perte de la dignité. L’histoire est en effet témoin que tout cela est vrai : « Le premier, Appius Claudius a été désigné pour la charge de censeur. Cette magistrature était des plus grandes ; sa charge consistait à explorer soigneusement et à interroger la vie des citoyens, et à requérir des peines contre ceux qui avaient commis une faute avec toute sa sévérité ; et personne n’échappait à la puissance du censeur ». Les censeurs étaient, par leurs fonctions officielles, seuls maîtres pour mettre en bon ordre la cité ».

52 Plut., Num., 8, 20 : Ατο δκηκόαμεν πολλν ν ώμ διεξιόντων τι χρησμο ποτεωμαίοις γενομένου τν φρονιμώτατον κα τν νδρειότατονλλήνων ίδρύσασθαι παρατος, στησαν π τς γορς εκόνας χαλκς δύο, τν μνλκιβιάδου, τν δ Πυθαγόρου (voir infra p. 541-542). Plin., Ν.Η., XXXIV, 26 : Invenio et Pythagorae et Alcibiadi in comibus comitii positas [sc. statuas], cum bello Samniti Apollo Pythius iussisset fortissimo Graiae gentis et alteri sapientissimo simulacra celebri loco dicari. Eae stetere donec Sulla dictator ibi curiam faceret (voir infra p. 541).

53 C.I.L., I2, 7 = C.I.L, VI, 1285 = L.L.L.R.P., 309 = I.L.S., 1 : cf. F. Zevi, “Considerazioni sull’elogio di Scipione Barbato”, dans Studi Miscellanei, 15, 1970, p. 71 ; R. Wachter, Altlateinische Inschriften, Bern-Francfort-New York, 1987, p. 301-342 ; G. Radke, “Beobachtungen zum Elogium auf L. Cornelius Barbatus”, dans RhM, 134, 1991, p. 69-79 ; J. Van Sickle, “The Elogia of the Cornelii Scipione and the Origin of the Epigram at Rome”, dans AJPh, 108, 1987, p. 41-55 ; Id., “The First Hellenistic Epigrams at Rome”, dans Vir bonus discendi peritus. Studies in celebration of Otto Skutsch’s eightieth Birthday, Londres (BICS, Suppi. 51), 1988, p. 143-156. L’inscription date peut-être seulement de la fin du iiie siècle, mais le texte peut provenir de la laudatio funebris du personnage, sans doute décédé dans les premières décennies du iiie siècle ; le tombeau des Scipions aurait en fait été aménagé peu de temps après la construction de la via Appia : cf. M. Humm, dans MEFRA, 108, 1996, 2, p. 742-743.

54 F. Coarelli, Il Foro romano, I, p. 149-152 ; Id., Il Foro romano, II, p. 119-122 : l’archéologue date l’érection des statues aux environs de 300, et suggère que l’oracle de Delphes a pu avoir été consulté, comme ce fut le cas à d’autres moments dramatiques de l’histoire romaine, après une importante défaite militaire, comme celle des Fourches Caudines en 321. F.-H. Massa-Pairault, Recherches sur l’art et l’artisanat, p. 114-117 ; Ead., Iconologia e politica nell’Italia antica. Roma, Lazio, Etruria dal 7 al 1 secolo a.C, Milan, 1992, p. 177 : l’auteur n’exclut pas qu’Appius Claudius lui-même, ou son cercle politique, ait pu être à l’origine de l’initiative qui plaça les statues de Pythagore et d’Alcibiade dans les “cornes” du Comitium. Voir infra p. 541-547 et p. 554-558.

55 Plut., Quaest. Rom., 74, (281 D-Е) ; Id., De Rom. Fort., 10, (322 E – 323 A) Sall., Ad Caesar, sen., I, 1, 2 : Sed res docuit id verum esse quod in carminibus Appius ait, fabrum esse suae quemque fortunae... (cf. supra p. 130 et infra p. 523). Sur les rapports de Servius Tullius avec la Fortune, voir notamment G. Dumézil, Servius et la Fortune, p. 176-181 ; J. Gagé, dans RD, 36, 1958, p. 461-471.

56 A.E., 1953, 22 = I.L.L.R.P., 1070 : Se cedues, perdere nolo ; ni ceduas, Fortuna Servios perit : « Si tu cèdes, je ne te ruine pas ; si tu ne cèdes pas, Servius périt par action de la Fortune » ; par la forme de ses lettres, l’inscription remonterait à la première moitié du iiie siècle ; la sors est conservée au musée de Fiesole, mais sa provenance est incertaine ; elle pourrait provenir d’un sanctuaire de la Fortune et, en faisant allusion à la légende de Servius Tullius, montre que celle-ci s’était alors déjà diffusée en milieu populaire à travers l’Italie jusqu’à se prêter à des emplois proverbiaux : M. Guarducci, “La Fortuna e Servio Tullio in un’antichissima « sors »”, dans RPAA, 25-26, 1950-1951, p. 23-32 ; Ead., “Ancora sull’antichissima sors col nome di Servio Tullio, dans PP, 15, 1960, p. 50-58 ; Ead., “Ancora sull’antica sors della Fortuna e di Servio Tullio”, dans RAL, 27, 1972, p. 183-189 ; J. Champeaux, Fortuna. Le culte de la Fortune à Rome et dans le monde romain, I, Fortuna dans la religion archaïque, Rome, 1982, p. 75 ; J.-C. Richard, dans RPh, 61, 1987, p. 206-207.

57 J. Champeaux, Fortuna, I, p. 234. Cf. Varr., De ling. Lat., VI, 17 : Dies Fortis Fortunae appellatus ab Servio rege, quod is fanum Fortis Fortunae secundum Tiberim extra urbem Romam dedicavit Iunio mense. Ovid., Fast., VI, 783-784 : Convenit et servis, serva quia Tullius ortus I constituit dubiae templa propinqua deae. Dion. Hal., IV, 27, 7, l’identifie à tort avec un temple de la Fortune Virile.

58 J. Champeaux, Fortuna, I, p. 234-236.

59 J. Champeaux, Fortuna, I, p. 241.

60 Liv., Χ, 46, 14. Cf. Varr., De ling. Lat., VI, 17 ; Α. Ziolkowski, The Temples of Mid-Republican Rome, p. 38-39. La découverte près du sixième mille de la via Campana, d’une antéfixe en terre cuite datant du début du iiie siècle, ajoutée à un certain nombre d’inscriptions plus tardives trouvées à proximité et dédiées à Fors Fortuna, confirmerait à la fois la localisation et la datation du sanctaire édifié par Sp. Carvilius : J. Scheid et H. Broise, “Rome – le bois sacré de Dea Dia”, dans Archeologia Laziale, I, Quad. A.E.I., 2, 1978, p. 75-77 et pl. XXXII, 2.

61 J. Champeaux, Fortuna, I, p. 242.

62 Liv., I, 42, 4 : (...) ita Servium conditorem omnis in civitate discriminis ordinumque quibus inter gradus dignitatis fortunaeque aliquid interlucet posteri fama ferrent (cf. supra p. 352). L’expression forte faber, présente dans une inscription funéraire de Corfinium (Conway, 1, p. 244, n° 218 = Vetter, I, p. 149-150, n° 214) et qui reprend l’allitération contenue dans Fors Fortuna, n’est pas sans évoquer l’expression faber fortunae contenue dans la Sententia d’Appius Claudius : J. Champeaux, Fortuna, I, p. 191, n. 220 ; voir infra p. 525, n. 171.

63 G. Dumézil, Servius et la Fortune, p. 178 : « Ainsi les faits sont clairs, clairs aussi les rapports personnels entre le roi et ce « principe » de sa propre réussite [Fortuna], clairs enfin les rapports entre ce « principe » de toute promotion humaine et la grande œuvre du roi, le census » ; ibid., p. 185 : « le census auquel procède le roi est, pour une grande part, l’appréciation officielle de la richesse de chacun et un classement de tous selon les degrés de la richesse, celle-ci étant considérée comme un des plus précieux parmi les dons de la Fortune et, à condition d’être mis en œuvre, comme un des moyens les plus efficaces, pour un citoyen, de servir, de “mériter” » ; ibid., p. 186 : « il est probable (...) que, sous les notions de fortuna et même de dignitas qui supportent le census, il faut rétablir, pour les époques anciennes, l’initiative et le contrôle d’une Fortuna personnifiée ».

64 Trad. С. Nicolet, dans La filosofia greca e il diritto romano, Rome, 1976, p. 120 (= Id., Censeurs et publicains, p. 53).

65 Cf. R. Thomsen, King Servius Tullius, p. 158 et p. 243. Voir aussi infra, p. 375-397.

66 Cf. aussi Dion. Hal., IV, 9, 7 : να δ κα τς ες τ δημόσιον γινομένας εσφοράς, δις ο πένητες πιβαρονταί τε κα ναγκάζονται δανείσματα ποιεν, κουφοτέρας ες τ λοιπν φέρητε, τιμήσασθαι τς οσίας παντας κελεύσω κα π το τιμήματος καστον εσφέρειν τ πιβάλλον, ς ν τας μεγίσταις κα ενομωτάταις πόλεσι πυνθάνομαι γινόμενον, δίκαιόν τε κα συμφέρον τ κοιν τοθγούμενος τος μν πολλ κεκτημένους πολλ εσφέρειν, τος δλίγα χοντας λίγα : « Et afin d’alléger dans l’avenir également le fardeau des contributions, qui oppressent les pauvres et les obligent à emprunter, je vais ordonner de faire le cens de toutes les fortunes, et que chacun paie le nécessaire en fonction de cette évaluation, comme je sais que cela se fait dans les plus grandes cités et les mieux gouvernées ; car je considère à la fois comme juste et comme utile à la communauté que ceux qui possèdent beaucoup contribuent pour beaucoup, et que ceux qui possèdent peu contribuent pour peu de chose » – trad. С. Nicolet, dans La filosofia greca e il diritto romano, Rome, 1976, p. 119 (= Id., Censeurs et publicains, p. 52). Liv., I, 42, 5 : Censum enim instituit [sc. Servius Tullius], rem saluberrimam tanto futuro imperio, ex quo belli pacisque munia non viritim, ut ante, sed pro habitu pecuniarum fierent. Liv., I, 43, 9-10 : voir supra p. 219 n. 130.

67 С. Nicolet, dans La filosofìa greca e il diritto romano, Rome, 1976, p. 120 (= Id., Censeurs et publicains, p. 53 ; voir infra p. 393-395). Contra : E. Gabba, dans Armées et fiscalité, p. 17-18 (= Id., Del buon uso della ricchezza, p. 121-122), qui voit dans la description du système servien chez Denys « una ristrutturazione alquanto utopistica non tanto dello stato, quanto del corpo sociale, proiettata in un nostalgico precedente » ; cette « valorisation de l’organisation centuriate » ne pourrait, selon l’historien italien, se comprendre que dans le contexte d’une grave crise de l’institution de la censure au cours du ier siècle av. J.-C, après 70 ; mais E. Gabba a beaucoup de mal à expliquer dans ce contexte la justification du paiement du tributum selon les principes de l’« égalité géométrique », alors même que cet impôt a définitivement disparu après Pydna, en 168 av. J.-C.

68 Ainsi encore récemment F. Coarelli, dans Storia di Roma, I, p. 318-327.

69 Liv., I, 44, 2 (= Fab. Pict., fr. 10 P. = 14 Ch.) ; Milia octoginta eo lustro civium censa dicuntur ; adicit scriptorum antiquissimus, Fabius Pictor, eorum qui arma ferre possent eum numerum fuisse. Le nombre de 80.000 est corroboré par les indications légèrement divergentes de Denys d’Halicarnasse (IV, 22, 2 : 84.700) et d’Eutrope (I, 7, 2 : 83.000). D’après A. Momigliano, dans Miscellanea di studi alessandrini in memoria di A. Rostagni, Turin, 1963, p. 180-187 (= Id., Terzo contributo, p. 649-656), il n’est pas impossible que Tite-Live ait arrondi le chiffre trouvé chez Fabius Pictor. Les interprétations modernes de ce fragment de Fabius Pictor ont été très nombreuses : ceux qui arma ferre possent ont été assimilés tantôt aux seuls iuniores des cinq classes censitaires (mais les seniores de la première classe étaient apparemment mobilisés au sein des triarii), tantôt à l’ensemble des iuniores et des seniores des cinq classes, tantôt à l’ensemble de la population adulte masculine, y compris les capite censi et les libertini : cf. P. Fraccaro, dans Opuscula, II, Pavie, 1957, p. 87-90. Toujours d’après A. Momigliano, loc. cit., Fabius Pictor aurait ajouté cette précision pour corriger une “erreur” de Timée qui aurait compté parmi les 80.000 citoyens recensés l’ensemble des capita libera.

70 Il s’agit des deux centuries de fabri (tignarii et aerarii ou ferrarii) et des deux centuries de musiciens (liticines et comicines), que leurs compétences et leur équipement devaient faire compter parmi ceux qui arma ferre possent : cf. Th. Mommsen, Le droit public, VI, 1, p. 319-329 (qui assimile toutefois à tort les proletarii aux accensi pour en faire également des citoyens obligés au service armé) ; C. Nicolet, Le métier de citoyen, p. 300. En fait, selon Tite-Live (I, 43, 8) seule la centurie des proletarii est exemptée du service militaire : inde una centuria facta est, immunis militia.

71 Cic, De Rep., II, 40 : Illarum autem sex et nonaginta centuriarum in una centuria tum quidem piures censebantur quam paene in prima classe tota. Dion. Hal., IV, 18, 2 ; Τος δ λοιπος πολίτας, ο τίμησιν εχον λάττονα δώδεκα κα μίσους μνν, πλείους τν ριθμν ντας τν προτέρων, παντας ες να συντάξας λόχον στρατείας τπέλυσε κα πάσης εσφορς ποίησεν τελες (cf. aussi VII, 59, 6). Le témoignage de Cicéron semble apparemment moins catégorique que celui de Denys, puisque chez l’auteur latin, n’importe laquelle des 96 dernières centuries, donc de la deuxième à la cinquième classe, dépasserait en effectifs ceux d’une seule centurie de la première classe. Mais cela ne paraît pas très vraisemblable : selon C. Letta, dans SCO, 27, 1977, p. 198-199, Cicéron se réfèrerait en réalité à une seule centurie bien déterminée, et non pas à n’importe laquelle des 96 centuries, comme le démontrerait l’utilisation de una à la place de quaeque : « e che si tratti della centuria dei proletarii come in Dionisio, si deduce con chiarezza dal fatto che nella frase precedente, a cui quella che stiamo esaminando si collega con tum quidem, Cicerone ha parlato appunto dei proletarii ».

72 165.000 citoyens en 340/339 d’après Eusèbe (Chron. Armen., Ol. 110, 1) ; 150.000 citoyens en 323 d’après Orose (V, 22, 3), mais les manuscrits de Tite-Live (IX, 19, 1) donnent 250.000 ; en fait, ce nombre n’est atteint qu’au début du iiie siècle : 262.321 citoyens en 294/293 d’après Tite-Live (X, 47, 2). Les chiffres du census rapportés par nos différentes sources ont été présentés en tableau par : K. J. Beloch, Die Bevölkerung der griechischrömischen Welt, Leipzig, 1886, p. 340 ; P. A. Brunt, Italian Manpower. 225 B.C.-A.D.14, Oxford, 1971, p. 13 (repris par C. Nicolet, Le métier de citoyen, p. 69) ; F. Coarelli, dans Storia di Roma, I, 1988, p. 338-339. Sur la fiabilité des chiffres du cens avant 225, voir notamment A. J. Toynbee, Hannibal’s Legacy, I, Londres, 1965, p. 438-479 ; P. A. Brant, op. cit., p. 26-33.

73 A. Momigliano, dans Miscellanea di studi alessandrini in memoria di A. Rostagni, Turin, 1963, p. 180-187 (= Id., Terzo contributo, p. 649-656), en avait déjà eu l’intuition, mais de manière différente et incomplète : « la cifra di 80.000 adulti atti alle armi concordava nella mente di Fabio con la Roma serviana di 30 tribù », et l’historien italien rappelle, sans réussir à en trouver l’explication, que ce nombre de tribus ne fut atteint et dépassé qu’entre 332 et 318.

74 Un nombre minimum de 120 citoyens inscrits dans chacune des centuries de la première classe était nécessaire afin de permettre la levée des principes pour 4 légions : à raison de 1.200 principes par légion, il fallait lever annuellement 4.800 hommes parmi les iuniores de la première classe ; or le nombre moyen de 120 inscrits par centurie donne exactement un total de 4.800 citoyens pour les 40 centuries de iuniores de la première classe. Ce nombre de 120 citoyens par centurie dans la première classe a déjà été établi par Th. Mommsen (Le droit public, VI, 1, p. 300), mais ne vaudrait, comme il le précise en note (ibid., p. 300, n. 3), « que pour les centuries du système récent qui rattache la centuriation aux tribus, et encore là seulement pour les centuries de la plebs urbana sous l’Empire. Dans la grande inscription de la Suburana iuniorum de ľan 70 (C.I.L, VI, 200 [cf. C.I.L., VI, 30712 et 36747]), les noms des centuriales des huit centuries sont énumérés de telle sorte que la première centurie, y compris les noms manquants détruits à la fin, mais qui peuvent être supputés d’après l’espace qu’ils occupaient, doit avoir compté à peu près 120 têtes et les autres un peu moins. D’après une autre inscription de l’an 254 (CLL, VI, 1104 (cf. p. 844) [= C.I.L, VI, 31240 (cf. p. 3778 et p. 4324) = I.L.S., 525]), la Palatina a iuniorum homines num(ero) DCCCCLXVIII, soit 8 x 120, en déduisant les centurions ». Nous préférons, afin de nous accorder avec les chiffres du cens fournis par Tite-Live et Denys d’Halicarnasse, corriger légèrement ce nombre et partir d’une base de 125 citoyens par centurie dans la première classe.

75 Selon une hypothèse qui est généralement admise, mais qui n’est jamais présentée “concrètement” : cf. Th. Mommsen, Le droit public, VI, 1, p. 302-303 ; P. Fraccaro, dans Opuscula, II, Pavie, 1957, p. 300 ; C. Nicolet, Le métier de citoyen, p. 298-299 ; Id., dans La filosofia greca e il diritto romano, Rome, 1976, p. 118-137 (= Id., Censeurs et publicains, p. 51-69). Voir infra p. 593-596.

76 La proportion entre iuniores et seniores a été estimée à 3 : 1 par : E. Gjerstad, Early Rome, V, p. 167 ; T. J. Cornell, The Beginnings of Rome, p. 180.

77 Cf. Liv., I, 42, 5 ; 43, 9-11 ; Dion. Hal, IV, 19-21. Concrètement, les données chiffrées que nous avançons et qui, dans notre hypothèse, pouvaient figurer dans un modèle théorique à disposition des censeurs concordent parfaitement avec les exigences d’une levée annuelle de quatre légions manipulaires : dans cette hypothèse, les 5.000 iuniores de la première classe étaient presque tous mobilisés pour fournir les 4.800 principes nécessaires pour quatre légions (4 x 1.200 hommes), soit une proportion de presque 100 % (96 %) ; les 5.000 seniores de la première classe pouvaient fournir 2.400 triarii (4 x 600) et contribuaient donc, à cause de leur âge, deux fois moins que les plus jeunes de leur classe (48 %) ; les 2.500 iuniores de la seconde classe contribuaient dans la même proportion que les iuniores de la première classe pour fournir la moitié des hastati (4 x 600 = 2.400 hommes, soit dans une proportion de 96 %), l’autre moitié étant fournie par les 5.000 iuniores de la troisième classe qui contribuaient par conséquent deux fois moins (48 %) ; de même, les 7.500 iuniores de la quatrième classe devaient fournir la moitié des troupes légères (4 x 1.200 = 4.800 : 2 = 2.400 hommes) et contribuaient dans une proportion de 32 %, alors que les 15.000 iuniores de la cinquième classe constituaient l’autre moitié des troupes légères et contribuaient par conséquent dans une proportion deux fois moindre, soit de 16 %.

78 Th. Mommsen, Le droit public, VI, 1, p. 277 et n. 1 ; U. Coli, dans SDH1, 21, 1955, p. 189-190 (= Id., Scritti di diritto romano, II, p. 578-580), a évoqué la possibilité de l’existence d’un document très ancien, une sorte de « magna charta » qui aurait défini la constitution de l’organisation centuriate et qui aurait servi de préambule aux tabulae censoriae, desquelles Varron a reproduit la formule de convocation des comices : ce document serait donc contemporain de la mise en place définitive de l’organisation centuriate. Dans le même sens : P. De Francisci, Primordia civitatis, p. 683-688, mais cet historien veut faire remonter la datation de ce document à l’époque-même de Servius Tullius, à qui il attribue l’entière organisation en cinq classes.

79 Ainsi C. Nicolet, dans La filosofia greca e il diritto romano, Rome, 1976, p. 133-134 (= Id., Censeurs et publicains, p. 65-66) : « Le système servien sous son aspect comitial (les comices centuriates) avait pris sa physionomie essentielle certainement à une époque assez haute ; et si nous n’en avons pas de témoignages formels, je pense cependant que dès la censure d’Appius Claudius – c’est-à-dire sans doute avant toute lecture de Platon ou d’Aristote à Rome [chez qui on trouve développée la théorie de « l’égalité géométrique »] – il fonctionnait à peu près comme Denys, Cicéron et Tite-Live le prétendent ».

80 Liv., X, 9, 3-5 : Eodem anno M. Valerius consul de provocatione legem tulit diligentius sanctum. Tertio ea tum post reges exactos lata est, semper a familia eadem. Causam renovandae saepius haud aliam fuisse reor quam quod plus paucorum opes quam libertas piebis poterat. (...) Valeria lex, cum eum qui provocasset virgis caedi securique necari vetuisset, si quis adversus ea fecisset, nihil ultra quam « improbe factum » adiecit. L’annalistique faisait en effet remonter le droit d’appel au peuple, dernier recours d’un citoyen romain menacé d’être mis à mort ou d’être battu de verges par un magistrat, à deux leges Valeriae antérieures : l’une qui aurait été votée à l’initiative de P. Valerius Poplicola l’année de la fondation de la République, en 509, l’autre qui aurait été incluse dans les leges Valeriae-Horatiae de 449. Mais comme le soulignait J. Heurgon, Rome et la Méditerranée occidentale, p. 315 : « tout le monde semble d’accord aujourd’hui pour admettre que la seule lex Valeria de provocatione authentique est celle du consul M. Valerius Corvus en 300 », ce qui confirmerait encore l’importance nouvelle acquise par les comices centuriates à la fin du ive siècle, après leur ouverture à de nouvelles catégories de la population. Cf. aussi : G. Rotondi, Leges publicae, p. 235 (« la inefficace sanzione di questa legge (« improbe factum ») la fa apparire come la più antica ») ; E. Meyer, Römischer Staat und Staatsgedanke, p. 65-66 ; R. A. Bauman, “The lex Valeria de provocatione of 300 B.C.”, dans Historia, 22, 1973, p. 37-47 ; A. Magdelain, dans MEFRA, 98, 1986, p. 274-275 ; С. Lovisi, Contribution, p. 184-204 ; M. Jehne, “Die Geltung der Provocation und die Konstruktion der römischen Republik als Freiheitsgemeinschaft”, dans G. Melville et H. Vorländer éd., Geltungsgeschichten. Über die Stabilisierung und Legitimierung institutioneller Ordnungen, Cologne-Weimar-Vienne, 2002, p. 55-74.

Table des illustrations

Titre Tableau 2. L’« ÉGALITÉ GÉOMÉTRIQUE » APPLIQUÉE À LA DISCRJPTIO CLASSIUM : UNE PROPOSITION DE RECONSTRUCTION
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1617/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 330k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540