Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Appius Claudius Caecus

 | 
Michel Humm

Avant-propos

Texte intégral

1Ma thèse sur Appius Claudius Caecus a été soutenue à l’Université Marc Bloch de Strasbourg, le 9 janvier 1999. Le jury, présidé par Mme Agnès Rouveret, comprenait également Mme Anne-Marie Adam ainsi que MM. Jean-Michel David, Jean-Louis Ferrary et Jürgen von Ungern-Sternberg : à tous, je suis extrêmement reconnaissant des remarques qu’ils m’ont faites pendant et après la soutenance, et qui m’ont permis de préciser, de corriger ou d’améliorer mon texte. L’idée d’une thèse sur ce personnage de la République romaine m’a été proposée par M. Jean-Michel David, qui a bien voulu me diriger et m’encourager dans cette entreprise. Ses nombreux conseils, son enseignement et le témoignage de sa confiance m’ont permis de définir et de préciser progressivement le contenu du sujet, tout en y adaptant ma méthode de travail : qu’il reçoive ici l’expression de ma profonde reconnaissance.

2Ma gratitude s’adresse également à M. Jean-Louis Ferrary, dont l’enseignement et les conseils, toujours très érudits, m’ont aidé à éviter, du moins je l’espère, les pièges que recèlent les textes de la philosophie politique grecque ainsi que la littérature pythagoricienne ancienne. M. Jürgen von Ungern-Sternberg a su, lui aussi, m’entourer de ses conseils avisés et amicaux, qui m’ont engagé à la prudence et à la critique dans l’utilisation et le rapprochement de certaines sources romaines avec des textes philosophiques grecs : qu’il en soit très vivement remercié.

3Un sujet sur Appius Claudius Caecus pouvait difficilement éviter le développement de recherches, historiques et archéologiques, en Italie : je remercie par conséquent M. André Vauchez de m’avoir tout d’abord accueilli comme membre à l’École française de Rome, dont les ressources bibliographiques et humaines m’ont été très précieuses pour le bon déroulement de ma recherche, puis d’avoir accepté la publication de ma thèse dans la Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome. Mes remerciements vont aussi à M. Michel Gras sous la direction duquel le livre est publié. Je remercie également Mme Catherine Virlouvet, alors directrice des études de la section Antiquité à l’École, de m’avoir encouragé de ses conseils et de s’être toujours montrée disponible pour m’écouter. Mon séjour « romain » m’a aussi donné l’occasion, bien que non archéologue de formation, de participer à quelques chantiers de fouille de l’École : j’ai ainsi pu découvrir directement, grâce à Mme Agnès Rouveret qui dirigeait une équipe de fouille à Paestum, les richesses historiques et artistiques de la peinture paestane, si souvent évoquée au fil de ma recherche.

4Je tiens également à remercier particulièrement Mme Françoise-Hélène Massa-Pairault, MM. Elio Lo Cascio et Fausto Zevi d’avoir su m’écouter et me conseiller, tout en me témoignant leur confiance en mettant à ma disposition certains de leurs travaux encore non publiés au moment de la rédaction de ma thèse.

5Ma reconnaissance s’adresse aussi à Marie-Élisabeth Boutroue, qui m’a fait découvrir les joies de la philologie en étudiant avec moi certains passages du De Republica de Cicéron à partir du palimpseste du Vatican. Je remercie également tous les collègues et amis de l’École française de Rome ainsi que mes amis fribourgeois Doris Meyer et Eckhard Wirbelauer, qui ont eu la patience de relire de longs passages de mon travail et de me proposer les corrections nécessaires. Je voudrais enfin dire ma gratitude à Christiane, mon épouse, pour le soutien sans faille qu’elle m’a apporté tout au long de ma recherche, et dont la relecture, sans concession, a à coup sûr amélioré la qualité de ce travail.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540