Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rome, ville technique (1870-1925)

 | 
Denis Bocquet

Chapitre X. Lecture institutionnelle de l’urbanisme et interprétation spatiale du gouvernement urbain

La planification urbaine à Rome

Texte intégral

  • 1 Pier Paolo Pasolini, à propos des quais du Tibre. Lettre à Antonio Spagnol, citée par M. Diomede, (...)

Proprio non credevo che nel cuore di una metropoli bastasse scendere una scala per arrivare alla più assoluta solitudine1.

  • 2 G. Bardet, La Rome de Mussolini, Thèse, Institut d’urbanisme de Paris, 1932. Sur Marcel Poëte, voi (...)

1Le 25 juin 1932, à l’Institut d’urbanisme de Paris, sous la direction de Marcel Poëte, Gaston Bardet soutenait une thèse consacrée au plan régulateur pour Rome de 1931, point culminant de la pensée fasciste appliquée à l’espace urbain de la capitale2. Ce travail, qui dénonce la mégalomanie du dictateur et le danger de ses idées appliquées à la ville éternelle, constitue à la fois une source, précieuse pour l’historien, sur un épisode important des transformations de la ville, et une lecture approfondie du rôle des plans régulateurs dans la pratique institutionnelle urbaine italienne. Car si Bardet croit trop au plan régulateur, comme la plupart de ceux qui ont étudié ce type d’objet, le contexte de 1931 réduit la portée de son excès de confiance en l’instrument d’urbanisme : le plan fasciste, soutenu et voulu par un pouvoir totalitaire, n’a pas à affronter les obstacles sur lesquels ont buté les précédents. S’il est évident que, même sous un pouvoir autoritaire, des médiations ont lieu, comme j’ai tenté de le rappeler dans le chapitre précédent, elles n’ont pas la même ampleur, ni le même cadre, qu’en situation démocratique. En revanche, et là Bardet est innocent, les plans de 1873, 1883 et 1909 ne peuvent pas continuer d’être lus, sans que soit discutée la substance même de l’instrument bureaucratique, politique et administratif que constitue le plan régulateur. Dans le présent travail, je me suis refusé à prendre la trame classique de l’histoire urbaine romaine, fondée sur la succession des plans, et leur échec, comme fondement de la démarche de recherche. Ce n’est qu’après avoir apporté quelques nuances à l’interprétation des transformations urbaines, à partir de dossiers d’archives qui concernent d’autres domaines, qu’il me semble pertinent de revenir à l’étude des plans régulateurs, afin surtout d’en minimiser l’importance, ou plutôt de proposer d’en déplacer la lecture sur un autre terrain. Le plan ne sert pas uniquement à transformer la ville, qui peut d’ailleurs fort bien, comme à l’Esquilin, être planifiée hors du plan, par divers systèmes de conventions, voire ensuite planifiée dans l’illégalité : il est avant tout le support administratif d’une manifestation de souveraineté institutionnelle municipale sur l’espace urbain, et parfois d’un projet politique.

Les plans régulateurs à l’italienne : une interprétation difficile

2La lecture des plans régulateurs constitue dans le même temps l’acmé de l’urbanistica italienne, et son topos le plus visité.

  • 3 On trouve un point sur la question dans B. Vecchio, Sugli studi di morfologia urbana e la città co (...)
  • 4 Voir, par exemple : P. Zanella (dir.), Morfologia dello spazio urbano. Questioni di analisi e di p (...)
  • 5 Pour une réflexion sur ces inflexions, voir : S. Adorno (dir.), Professionisti, città e territorio (...)
  • 6 R. Dodgshon, Society in time and space. A geographical perspective on change, Cambridge, 1998. Sur (...)
  • 7 D. Mangin et Ph. Panerai, Projet urbain, Marseille, 1999. J. Castex, J. C. Depaule et Ph. Panerai, (...)
  • 8 Par exemple : M. Roncayolo, La ville et ses territoires, Paris, 1990 ou Les grammaires d’une ville (...)
  • 9 J. P. Gaudin, L’Avenir en plan. Technique et politique dans la prévision urbaine. 1900-1930, Seyss (...)

3L’historiographie urbaine italienne a longtemps privilégié les études de morphologie3. La tradition académique péninsulaire, dominée dans le champ urbain par les architectes, est ainsi riche d’études de l’évolution de la forme de la ville, et de tentatives de théorisation en ce domaine4. Cette approche, qui reste dominante, s’est cependant récemment enrichie du recours à des notions empruntées aux sciences sociales, autour de la question de la construction sociale du paysage urbain par exemple5. Au-delà des horizons italiens, dans un contexte anglo-saxon, Robert Dodgshon a introduit à ce sujet l’idée d’inertie de l’institution, de la forme construite, de la décision, et des pratiques sociales6. En France, les travaux de Philippe Panerai7 ou de Marcel Roncayolo ont aussi favorisé cette ouverture8. Pour ce qui concerne l’étude de la planification urbaine, un apport décisif a été fourni en France par Jean-Pierre Gaudin, notamment autour de la problématique de l’inscription spatiale des institutions municipales et des moyens de transformer le territoire urbain9.

  • 10 Voir, par exemple : M. Blackford, The lost dream. Businessmen and City Planning on the Pacific Coa (...)
  • 11 Par exemple : R. Fairbanks, For the city as a whole. Planning, politics and the Public interest in (...)
  • 12 Voir, par exemple : Z. Ceylik, D. Favro et R. Ingersoll (dir.), Streets. Critical perspectives on (...)
  • 13 Voir notamment : L. Mazza, Trasformazioni del piano, Milan, 1997.
  • 14 P. Ceccarelli (dir.), Potere e piani urbanistici. Ideologia e tecnica dell’organizzazione razional (...)
  • 15 S. Tintori, Piano e pianificatori dall’età napoleonica al fascismo. Per una storia del piano regol (...)
  • 16 S. Adorno (dir.), op. cit., et particulièrement : G. Ernesti, Estetica della metropoli e urbanisti (...)

4Les planning studies en Amérique ont contribué à la mise en évidence du rôle des promoteurs10 et à une meilleure appréhension des relations entre vie politique et choix de planification11. On s’est également intéressé à l’analyse de la forme urbaine et de la dimension symbolique attachée à l’espace urbain12. Il n’est donc plus possible de nos jours de continuer de considérer l’évolution physique de la ville comme une dimension séparée des forces sociales, ni même de se contenter dans l’évaluation de ces forces sociales de la fructueuse clé de lecture fournie depuis les années 1950 par l’application du marxisme à l’urbanistica, autour de la notion de spéculation foncière. Il n’est plus possible non plus de considérer les instruments bureaucratiques d’intervention sur l’évolution de la ville hors du contexte de leur création, de leur fonctionnement, et éventuellement hors de leurs limites. Mais, dans le contexte italien, les études sur les plans régulateurs sont longtemps restées à part de ces tendances, à cause peut-être de cloisonnements académiques, ou alors à cause de la richesse dans l’exploitation des filons précédents d’interprétation de l’évolution des villes. Elles constituent le plus généralement le cœur de l’analyse d’histoire urbaine menée par les architectes italiens. Ce n’est que relativement récemment que cette tradition a été mise en discussion, de même que la place hégémonique de l’instrument que constitue le plan régulateur dans la pratique planificatrice italienne. Luigi Mazza a été un des promoteurs de ce renouvellement13. A la fin des années 1970 cependant, une première saison historiographique avait permis la mise en œuvre d’une mise en contexte des plans régulateurs. Culminant avec un volume dirigé par Paolo Ceccarelli, elle avait permis de dessiner un premier panorama du rapport entre société, instruments institutionnels et processus de planification urbaine14. Un apport complémentaire avait été fourni quelques années plus tard par Silvano Tintori15. Dans une tentative d’histoire de la planification urbaine, il s’attachait à mettre en relation les problématiques de gestion du territoire, de lutte politique et d’inertie foncière avec la lecture de l’instrument de planification. Plus récemment, les études promues par Salvatore Adorno ont contribué à renouveler les débats et à initier une importante réflexion sur les manières en Italie de considérer l’objet « plan régulateur »16.

  • 17 R. Rozzi (dir.), La Milano del piano Beruto... op. cit.

5Mais c’est essentiellement par le genre monographique que la connaissance de l’histoire de la planification en Italie a le plus avancé, malgré le travers récurrent d’accorder une place trop exclusive à la lecture des plans régulateurs seuls. C’est sans doute l’exemple milanais qui a constitué le support de l’étude la plus approfondie. Alors que, pour Rome, historiens et architectes se sont rarement rencontrés dans un projet de mise en commun des pratiques scientifiques, pour Milan existe désormais un outils précieux d’analyse des transformations du paysage urbain par le plan régulateur. L’ouvrage consacré au plan Beruto de 1884, dirigé par Renato Rozzi, permet en effet de suivre à la fois les détours de la bureaucratie et de la politique municipale, et les développements de la technique planificatrice17. Il reste que le plan, comme pour Rome, est le plus souvent pris à la lettre, les moyens de planifier la ville hors plan n’étant généralement pas pris en compte. Or on ne peut comprendre ni le soi-disant échec des plans, ni le développement de la ville de l’abusivismo, si on ne discute pas au préalable la notion même de plan à l’italienne. Les présentes réflexions entendent donc s’insérer, au risque d’importuner le lecteur français, dans un débat italo-italien qui ne fait que commencer sur les interprétations de l’usage des outils institutionnels de planification urbaine. Mais l’enjeu est également de s’insérer dans les débats actuels sur la signification de la planification urbaine et sur les interactions entre espace physique et sphère institutionnelle.

Italie unitaire et planification urbaine

  • 18 Voir, pour le cas turinois : F. De Pieri, Il controllo improbabile, op. cit.

6Tout commence en Italie unifiée, pour le domaine de la planification, avec la loi municipale de 1865. Auparavant, depuis 1860, avait perduré le système hérité de la pratique piémontaise. En Piémont, la planification urbaine municipale était des plus avancées et avait donné lieu à de nombreuses années de conflits entre municipalité et État central18. À partir de 1865, la rédaction d’un plan de régulation et d’extension constitue pour les grandes villes une des attributions fondamentales de l’exercice de la souveraineté municipale sur le territoire urbain. On a évoqué dans les chapitres initiaux du présent travail le contexte du vote de cette loi, et présenté plus en détail son contenu. Il convient seulement de rappeler ici le lien fondateur entre planification de l’évolution de la forme physique de la ville et institution municipale, issue du suffrage censitaire. En d’autres mots, les propriétaires du sol urbain, qui contrôlent les institutions municipales et jouissent seuls de droits politiques locaux, décident des grandes orientations en ce qui concerne les directions de la croissance urbaine. Aucune exception n’est prévue par la loi pour la ville capitale. On a vu précédemment combien ce point est important dans la compréhension de ce qui se passe à Rome au cours des trois dernières décennies du xixe siècle.

  • 19 Voir : G. M. Lupo et P. Paschetto, La città per parti nell’Ottocento. Normativa e costruzione di p (...)
  • 20 Loi du 15 janvier 1885, no 2892 « pel risanamento della città di Napoli ».

7Le domaine de la planification urbaine est également régi par la loi du 25 juin 1865 sur les expropriations19. Celle-ci est divisée en trois chapitres, qui à la fois définissent la notion d’utilité publique pour un chantier, et les modalités juridiques de l’expropriation des terrains. La loi prévoit aussi la possibilité d’exproprier les terrains attenants à ceux directement concernés par le chantier. L’indemnisation se fait selon la valeur vénale des biens au moment du début de la procédure, sans tenir compte de l’éventuelle augmentation ultérieure due à la réalisation des travaux. C’est cette même loi de 1865 qui prévoit la rédaction pour les grandes villes de plans régulateurs. Une distinction est faite entre plans d’extension (ampliamento), et de régulation (piano regolatore edilizio). Un plan peut cependant être les deux à la fois : piano regolatore edilizio e di ampliamento. Le conseil municipal a compétence en ce domaine. Les plans doivent cependant être soumis à la ratification étatique sous forme de décret royal. Des dérogations à l’application de cette procédure sont ensuite introduites, avec par exemple en 1885 la loi spéciale pour l’assainissement de Naples20. Votée à la suite d’une grave épidémie de choléra, elle est destinée à raccourcir les délais d’exécution des travaux de modernisation urbaine, et à donner à l’État la possibilité de passer outre l’inertie municipale. Une autre conséquence de la loi sur Naples, qui est ensuite reprise dans d’autres villes, est d’augmenter considérablement le coût des expropriations. On est là dans le cadre de l’éternel marchandage entre État central et propriétaires : la diminution du pouvoir de la municipalité se paie au prix fort d’expropriations généreusement compensées.

8Dans la pratique administrative municipale italienne, depuis les lois de 1865, la rédaction d’un Piano regolatore, ou plan régulateur, constitue l’acte central de la relation entre le pouvoir municipal et l’espace urbain. L’attribution essentielle de la mairie en matière de gestion du territoire est ainsi de rédiger un document de nature cartographique destiné à orienter l’évolution du bâti urbain et à décider, pour la ville ancienne, des éventuelles percées. De nombreuses compétences du pouvoir municipal dans son rapport à l’espace de la ville sont subordonnées à la rédaction et à la validation du plan. Ce plan, document cartographique, généralement accompagné d’un rapport (relazione) écrit, est donc un enjeu essentiel pour la mairie, tant dans son fonctionnement interne, que dans son rapport à la société urbaine et aux autres instances de pouvoir sur la ville : gouvernement, justice, propriétaires fonciers, entreprises. Le plan, de plus, est censé en Italie recouvrir une vaste palette de domaines de l’action urbaine, si bien que sa rédaction et la procédure bureaucratique et politique de son approbation constituent un enjeu qui dépasse le simple champ de la réflexion urbaine. Dans ce contexte, la constitution et la croissance, souvent précoce en Italie, d’un bureau technique municipal du plan, reflètent la place centrale dans la vie municipale des procédures de la planification. Les plans, leur conception et leur mise en œuvre sont l’objet de rivalités institutionnelles, professionnelles, bureaucratiques et politiques très fortes.

  • 21 On peut voir, par exemple : P. M. Lugli, Urbanistica di Roma. Trenta planimetrie per trenta secoli (...)

9Dans l’historiographie italienne, par ailleurs, l’étude des différents plans, et, le plus souvent, de l’échec plus ou moins complet de leur mise en œuvre, scande d’une manière très forte la narration de l’histoire de la ville et de l’évolution du tissu urbain21. Les plans régulateurs à l’italienne constituent ainsi de véritables objets culturels, institutionnels, bureaucratiques, politiques et universitaires, dont l’écho rebondit de génération d’architectes en génération d’architectes, devenant, à force, des topoi urbanistiques et historiographiques encombrants. La plupart des ouvrages d’histoire urbaine, et particulièrement dans le cas de Rome, sont ainsi rythmés par l’étude des plans successifs, pris comme instruments fondamentaux de lecture de l’évolution de l’espace urbain. Or, si le plan constitue bien une figure centrale de la pratique administrative et politique dans la ville italienne des xixe et xxe siècles, il n’en doit pas moins être soumis à une lecture articulée, non seulement autour de la vision de l’espace qu’il donne à lire, mais aussi autour des pratiques, tensions, règles, conflits ou décisions qui ont amené à sa rédaction, puis, souvent, à sa relégation au rang de document de référence sans grande prise sur la réalité de l’évolution du bâti urbain. Car le plan ne constitue pas uniquement une procédure bureaucratique, c’est aussi souvent l’incarnation d’un projet politique de lutte contre la force des propriétaires fonciers dans des moments de domination progressiste dans les institutions municipales. Il est donc normal qu’une fois les propriétaires revenus au pouvoir, ils écartent le plan, sans pour autant renoncer à planifier la ville. Dans le cas de Rome, ce processus est particulièrement prégnant.

  • 22 Voir : P. Ceccarelli, op. cit. Voir également : R. C. Fried, Planning the eternal city. Roman poli (...)
  • 23 S. Tintori, op. cit. L. Mazza, op. cit.
  • 24 Voir par exemple : Alaimo, op. cit.

10À la fin des années 1970, dans le cadre d’une réflexion sur le devenir de la planification urbaine, étaient parus un certain nombre d’ouvrages qui tentaient de délimiter la place des plans dans les processus décisionnels dans l’Italie contemporaine22. Mais cette veine n’eut guère de suites, dans une production éditoriale souvent dominée par une urbanistica plus éloignée de la lecture de la ville comme lieu « social ». Dans les années 1990, dans la lignée d’études sur les corps professionnels, ingénieurs ou architectes, on a ensuite parfois tenté de lire le plan comme révélateur de la place des planificateurs dans la décision urbaine23. De belles analyses des systèmes administratifs sont également parues24. Mais dans les monographies de villes, la lecture de plan en plan a continué de dominer.

11Il convient pourtant d’analyser l’usage italien du plan régulateur en étudiant à la fois les caractéristiques techniques, cartographiques, juridiques et administratives qui ont présidé à sa conception, mais aussi le vaste contexte de sa mise en œuvre. Il s’agit par la même occasion de rompre avec une lecture au premier degré où le plan n’est lu qu’en fonction de son hypothétique réussite, au sens d’application intégrale de ce qui a été cartographié. On en vient évidemment à décrire de la sorte une histoire urbaine où l’échec du plan devient l’axe central d’une rhétorique de la ville qui n’arrive pas à rentrer dans les plans que l’on dessine pour elle. Or le plan sert peut-être à autre chose. Par ailleurs, on ne peut considérer comme anormal dans un système politique qui donne le pouvoir local aux propriétaires que la procédure permettant de limiter le pouvoir de ces derniers ne soit pas toujours investie de toute l’énergie nécessaire à sa réussite. Au travers du plan se lit donc la visée progressiste sur la ville, mais aussi la lenteur de la démocratisation de la vie municipale et les inerties qu’elle porte en elle.

12Dans le cas des plans régulateurs, l’instrument administratif et juridique de gestion urbaine doit ainsi être lu dans la plénitude de son contexte, et le seul critère de discrimination entre application réussie et échec ne peut certainement suffire à décrire le fonctionnement d’une société dans la production de l’espace urbain. Lire le plan, donc, en tant que carte focale d’un processus social, quels que soient ensuite les méandres de l’hypothétique ajustement de l’espace urbain réel à ce qui a été dessiné et voté semble constituer une nécessité. Lire les plans aussi en tant qu’objets complexes devrait permettre de saisir la cartographie urbaine comme outil au service d’un fonctionnement institutionnel et social, et de montrer comment, en Italie, la compréhension des faits urbains a parfois été ralentie par la place disproportionnée donnée au plan, au détriment de l’étude du processus social correspondant et de l’évolution des configurations institutionnelles.

Planification municipale et ville capitale : illusions et fausses routes

  • 25 Pour l’étude du cas d’une autre ville, autour de la problématique de l’application de la loi de 18 (...)

13Dans le cas particulier de Rome, qui nous intéresse ici, toutes ces constatations générales sur la place du plan régulateur dans la vie urbaine italienne sont encore plus importantes. La municipalité de 1870, désormais italienne, se voit dans l’obligation d’étudier, puis d’appliquer à son propre cas, les dispositions de la loi municipale italienne de 1865 et de ses compléments en matière d’expropriation25. Il faut donc rédiger un Piano Regolatore. Pour l’ancienne municipalité pontificale, dont les attributions étaient jusque-là très étroites, il s’agit d’un gain de pouvoir tout à fait notable. En Italie, d’une manière générale, la loi de 1865 limite les attributions des anciennes municipalités, jusque-là plus autonomes. Mais à Rome, puisque l’on part d’une situation différente, elle promeut l’institution municipale et lui donne de nouvelles prérogatives. Or la mairie est le plus souvent contrôlée dans cette ville, durant tout le dernier tiers du xixe siècle, par les grandes familles de la noblesse catholique, souvent proches, malgré différentes postures, entre ralliement et intransigeance, d’un Vatican qui fait tout pour s’opposer au pouvoir italien dans la ville. Presque d’emblée, donc, la municipalité constitue, par son existence et ses prérogatives mêmes, un obstacle à la volonté de l’État italien de penser le devenir de sa propre capitale, le tout se jouant dans un contexte diplomatique extrêmement tendu entre Italie et Papauté.

14Les plans successifs seront donc pris dans cette ambiguïté fondatrice, et la carte urbaine sera l’instrument, souvent vain, à première vue, d’une lutte politique pour le contrôle de l’espace de la ville. À Rome, dès les premiers mois de Rome capitale, un bureau du Piano Regolatore se détache peu à peu de la structure des bureaux techniques municipaux, eux-mêmes réorganisés sur le modèle de ceux de Turin, première capitale, jusqu’en 1865, de l’Italie unifiée. Des séances du Conseil municipal sont consacrées à la question, d’abord avec une sorte d’explication de texte autour de la législation à mettre en application dans la ville nouvellement rattachée au Royaume, suivie de demandes de conseils aux collègues Turinois. Vient ensuite la décision d’augmenter les effectifs des bureaux techniques municipaux en calquant leur répartition, dans une certaine mesure, sur ce qui se fait à Turin. L’appareil administratif destiné à produire les instruments graphiques de planification municipale est donc mis en place très vite. Le plan est dessiné par un service spécifique de l’administration technique municipale, dirigé par l’ingénieur en chef de cette administration lui-même. D’emblée dans la hiérarchie de l’administration technique, le plan prend une place de choix. Le travail des bureaux techniques de la mairie se situe dès lors au cœur de la production de cette carte normative qu’est le plan régulateur, et un net gonflement de l’appareil administratif et bureaucratique municipal accompagne ce processus, avec le recrutement de divers ingénieurs, géomètres et commis. Les ingénieurs municipaux y gagnent une place de choix dans la hiérarchie et la place croissante du bureau de la planification montre combien cette activité devient rapidement fondamentale dans la manière dont la municipalité pense et organise son rapport à la ville. À Rome, exception dans le paysage administratif italien, cette évolution s’est faite en quelques mois, voire semaines, entre la fin de l’année 1870 et le début de l’année 1871. Cartographie et administration municipale sont donc, à partir de ce moment fondateur, liées pour de nombreuses décennies, avec comme enjeu l’emprise institutionnelle de la mairie sur l’espace de la ville. Mais une fois l’appareil mis en place, reste à savoir ce que l’on entend faire du plan régulateur. Il semble qu’avoir la responsabilité de rédiger le plan soit important pour l’administration municipale, mais qu’aller au bout de la procédure, en passant par la phase de l’approbation gouvernementale, de la publicité et de la discussion sur le terrain juridique le soit nettement moins.

  • 26 Notons à ce sujet qu’il faut attendre le début du xxie siècle pour voir la mairie planifier la vil (...)

15Ce que veut à tout prix éviter la mairie, c’est-à-dire souvent la grande noblesse catholique proche du Vatican, c’est que l’État italien mette en place dans sa nouvelle capitale une procédure exceptionnelle de planification urbaine, sous l’égide du ministère des Travaux publics et du Génie civil, qui priverait les Catholiques de leur pouvoir sur une ville qu’ils n’ont pas renoncé à contester à l’État italien. Il leur faut ainsi tout faire pour entrer dans le cadre ordinaire de la planification municipale, comme n’importe quelle ville italienne, et repousser les tentatives et tentations étatiques de mise en place d’un statut dérogatoire pour la capitale. Mais il ne faut pas aller jusqu’à remettre, par les procédures de vérification bureaucratique, la responsabilité du plan à l’État. C’est pourquoi les plans sont restés lettre morte, sauf dans de rares parenthèses de pouvoir progressiste à la mairie. C’est pourquoi également la ville a été construite et gérée, dans une mesure très significative, hors du cadre de la planification cartographiée26.

  • 27 Les conventions étaient aussi souvent intégrées a posteriori dans le plan régulateur.

16Alors que les administrations municipales catholiques et conservatrices dominent largement au moins trois des quatre décennies considérées, de 1870 à 1911, les trois plans régulateurs de Rome capitale à cette époque ont été tous votés sous de brèves administrations municipales appartenant au camp progressiste. Dans la plupart des autres moments de la vie urbaine, le devenir de la ville a été planifié, au sens de pensé à l’avance et dessiné, hors de la planification, par un système de conventions entre la mairie et les entrepreneurs, lotisseurs et spéculateurs. La plupart des extensions de la ville à la fin du xixe siècle sont nées de la sorte, seules les percées et alignements étant laissés dans le cadre des piani regolatori27. Si l’Esquilin est planifié dans les documents de 1873 et 1883, la pratique concrète de son urbanisation se fait en réalité le plus souvent par l’intermédiaire de procédures dérogatoires. Dans un système qui fait la part belle aux sociétés immobilières et aux propriétaires, la mairie a tenté par tous les moyens d’éviter une tutelle de l’État sur la construction de sa propre capitale.

17La cartographie administrative et normative des piani à Rome a donc été, à l’inverse, l’instrument d’une politique municipale laïque et de gauche, largement minoritaire dans la durée, visant à tenter de contrôler la spéculation foncière et le pouvoir de la finance catholique sur la ville. Il est, dans ce contexte, logique que les plans régulateurs aient « échoué ». Aucun plan ne résista jamais, et c’est normal, ni à la défaite électorale de ses promoteurs, issus des coalitions progressistes, ni aux pressions de la notabilité propriétaire romaine. Quant à l’État, sans doute conscient de la difficulté de fonder son pouvoir sur la ville sur une planification partisane et combattue trop frontalement par le monde catholique, il trouva d’autres moyens d’acquérir une emprise forte sur le territoire urbain de la capitale, d’autant plus que la planification, même progressiste, était toujours une émanation des volontés visant à l’autonomie municipale de la ville capitale. La ville, donc, doit aussi être lue hors carte, hors plan, hors planification. Et, dans ce contexte, il faut trouver le moyen de lire dans l’espace urbain, à la fois la force de la construction de la ville hors de la planification, et l’assise progressive que parvient à s’octroyer l’État dans la ville. Quant à la carte administrative, son rapport à la ville est par nature délicat. Puisque la carte administrative unique, le plan régulateur, est mise à l’écart de la réelle évolution du tissu urbain, aucune carte à usage administratif n’est jamais à jour. Les impasses du plan théoriquement en vigueur sont dès lors les blancs d’une cartographie tronquée. Car la planification urbaine à Rome recouvre d’autres enjeux. La planification romaine est, dans une large mesure, un processus de validation théorique et symbolique des compétences municipales sur l’espace urbain. Le plan, sauf lorsque l’on se nourrit de l’illusion qu’il est autre chose, est destiné à prouver au jour le jour que les services de la mairie ont compétence sur l’espace de la ville. Il dessine une aire de compétence technique et administrative, un territoire, dans un contexte de grande concurrence entre institutions, et n’incarne pas toutes les dimensions de la ville en devenir. La question de son application ne résiste généralement pas aux tensions normales de la vie citadine.

18Le plan a également pour fonction d’exposer les besoins de la mairie en matière financière. Il est d’ailleurs en cela un piège que l’État parvient à utiliser avec finesse : plus l’État laisse de responsabilités à la mairie dans la construction de sa propre capitale, plus les besoins financiers de la commune sont importants, et hors de proportion avec les ressources ordinaires de l’administration locale. Le plan est donc un cadeau empoisonné à la mairie : il dessine à la fois un devis, et l’anticipation d’une banqueroute. Pour la municipalité, rédiger un plan est marquer son territoire face à l’État, mais en même temps rendre criante l’impossibilité de financer la transformation de la ville capitale. D’où à la fois l’insistance de la gauche progressiste municipale à dessiner la ville planifiée pour mettre l’État face à la nécessité de financer la mairie et l’insistance de l’État à diminuer l’étendue des compétences urbaines municipales. D’où aussi celle de la droite conservatrice catholique à ne surtout pas dessiner la ville de ses plans spéculatifs, pour n’avoir point à la soumettre à la tutelle financière et politique d’un État longtemps honni. Le plan régulateur, carte lourde de sens politique, est donc au centre d’enjeux qui le dépassent largement. Mais, par la question financière, on l’a vu, l’État parvient peu à peu à augmenter son pouvoir sur la ville.

  • 28 L. Pianciani, Discorso pronunciato dal Sindaco Luigi Pianciani nella tornata del Consiglio Comunal (...)
  • 29 C. Ravioli, Discorso letto nella discussione generale del Piano Regolatore della città di Roma nel (...)

19Le premier plan régulateur de Rome capitale est rédigé entre 1872 et 1873 sous la direction de l’ingénieur municipal Alessandro Viviani, lors de la première parenthèse progressiste, conduite par le maire Pianciani. Il est présenté personnellement par Pianciani au Conseil municipal en octobre 187328. Dans le débat qui s’ensuit, le conseiller Camillo Ravioli se fait le défenseur des intérêts de la grande propriété, mis en danger par la volonté progressiste de prendre en main le devenir de la capitale. Dans sa réponse au discours de Pianciani, Ravioli ironise sur les ambitions de celui-ci, et stigmatise les fondements anti-cléricaux du plan. Il s’effraie aussi de la volonté de démolir le bastion du Castel S. Angelo29. Le plan de 1873 n’avait pourtant rien de révolutionnaire, et son application aurait apporté d’importants revenus et plus-values aux grands propriétaires. C’est avant tout le choix de construire la capitale sur la rive droite, aux Prati, le long du Vatican, qui est rejeté, au moment même où, par des conventions, l’aristocratie a déjà décidé de vendre l’Esquilin à l’Italie unitaire, le plus loin possible du Vatican. Ravioli, en octobre 1873, demande une nouvelle commission d’experts. Sa contestation est aussi celle de la viabilité de Rome capitale : il ne croit pas au développement de la ville jusqu’à 500.000 habitants.

20Le maire met finalement sa démission dans la balance, et obtient le vote du plan. À l’échelle 1/4000e est dessinée l’extension de la ville telle que la rêve la gauche capitoline. Mais il s’agit surtout de la transcription d’un programme électoral très éloigné de ce que font et veulent les propriétaires fonciers et la noblesse catholique. Pour celle-ci, il est hors de question d’urbaniser la rive droite du Tibre sans l’aval du Vatican, et le plan, qui prévoit un nouveau quartier aux Prati di Castello, lui apparaît comme une provocation anticléricale qu’elle s’empressera d’étouffer lors de son retour aux affaires quelques mois plus tard. De 1873 à 1883 donc, le développement de la ville, sauf percées acceptées plus largement, se fait hors de toute contrainte de type cartographique, et la carte votée n’est que lettre morte, témoignage de l’échec du camp progressiste. Du plan voté, cependant, subsiste la part relative à l’équipement des services de l’État (Ministères, Casernes, Hôpitaux...), payé sur fonds municipaux. La capitale de l’État est construite aux frais de la mairie.

  • 30 Voir : F. Perego, Monumenti differiti. Il Mattatoio di Testaccio a Roma, Rome, 1993, p. 66.

21Le plan de 1873 confirme l’urbanisation de l’Esquilin, où les promoteurs n’ont pas attendu, et traduit le souhait de voir naître un quartier bourgeois italien aux Prati et un quartier ouvrier à Testaccio, où est prévue la construction d’un quartier industriel. Après l’échec en 1872 de la volonté d’urbanisation de cette vaste aire plane située le long du Tibre en aval de la ville par Firmin Picard, qui avait acheté des terrains aux Torlonia, c’est en effet le groupement d’entrepreneurs para-municipaux Marotti Frontini et Geisser qui parvient en 1872 à faire inclure la zone qu’ils viennent de racheter dans le plan régulateur. Les termes de l’accord sont classiques : les entrepreneurs bâtiront les immeubles, la mairie construira la voirie et les égouts30. Mais rien ne se fait finalement dans les années 1870.

  • 31 Voir I. Palermo, Roma. Via nazionale. Una strada per la città. 1859-1876, dans Storia della città, (...)

22Le plan de 1873 prévoit aussi le percement d’une grande rue nouvelle, devant unir les quartiers en construction sur l’Esquilin au centre ancien : via Nazionale31.

  • 32 Voir précédemment, et A. Caracciolo, op. cit. Caravale, op. cit.

23Avec le bref retour du maire Pianciani en 1883, l’ingénieur Viviani peut rédiger un second plan régulateur. Mais là encore, le décalage entre l’outil cartographique, sa destination administrative et son pénible destin politique, demeure un point essentiel pour qui entend suivre l’évolution d’une ville que l’on n’attend point de dessiner sur une carte à visée planificatrice pour construire. On peut même dire que le développement de la ville est tout à fait planifié, et très peu « anarchique », tant les sociétés immobilières sont précises dans leur conquête de l’espace à urbaniser, mais hors de la procédure administrative de la planification municipale. Reste le problème financier, qui place la mairie face au péril de la banqueroute, au point que l’État en vient, à deux reprises, à échanger une loi de financement exceptionnel contre la perte par la mairie d’une part de son autonomie32.

  • 33 Sur le cas de Syracuse, récemment étudié, voir : L. Dufour, Problemi di pianificazione urbanistica (...)
  • 34 Sur la crise économique de la fin des années 1880, qui affecte gravement le secteur immobilier et (...)

24Le plan de 1883, par rapport à ce qui se passe dans le reste de l’Italie, marque une étape dans l’évolution de Rome vers un statut de capitale particulier et dérogatoire au droit municipal général. Même si, dans de nombreuses autres villes, les plans d’extension sont l’objet d’une négociation entre instances municipales et étatiques, le cas de Rome prend à partir de cette date une tournure particulière33. Le plan est approuvé au conseil municipal le 26 juin 1882, et confirmé par décret par le gouvernement le 8 mars 1883. Son contenu rappelle celui du plan de 1873 : Esquilin, Prati et Testaccio sont les principaux quartiers concernés par les extensions de la ville. Contrairement à 1873, l’urbanisation des Prati commence. Mais le plan n’y est pour rien : c’est juste que le veto catholique a été levé, et que les propriétaires des terrains et les sociétés immobilières, en liaison avec le Vatican, ont décidé de se lancer dans la construction. Mais dix ans après la promulgation du plan de 1883, le quartier des Prati présente encore un visage des plus contrastés. Certes l’urbanisation a-t-elle finalement commencé sur une grande échelle, mais la crise du secteur de la construction de la fin des années 1880 a laissé de nombreux chantiers dans un état d’abandon34. Emile Zola n’a pas manqué de le noter, lors de son séjour en 1894 :

  • 35 Cité par Y. Hersant (éd.), Italies, op. cit., p. 543.

J’ai voulu revoir le quartier neuf des Prati di Castello. Les plaques des rues posées, en beau marbre blanc. Pas de trottoirs, la terre battue, de l’herbe pousse au milieu. Dans les maisons inachevées, les ouvertures du bas ont été murées, sans doute pour qu’on ne pénètre pas dans le chantier. Les unes sont crépies, et les autres non. Au fond, les casernes de carabiniers, d’où sortent des fanfares de trompettes. Un maraîcher a installé une culture dans une des excavations faites pour les fondations35.

  • 36 Voir F. Perego, op. cit.
  • 37 Voir F. Perego, op. cit., p. 66. Giacomo Feltrinelli, entrepreneur milanais dans le secteur du boi (...)

25Pour Testaccio, le plan de 1883 prévoit, outre l’urbanisation du quartier, la construction d’un nouvel abattoir municipal, destiné à remplacer l’équipement ancien, situé entre piazza del Popolo et le Tibre. L’architecte municipal Gioacchino Ersoch est chargé quelques années plus tard de mener à bien le projet, sur un terrain de plus de 65.000 m2. L’édifice entre en fonction à la fin des années 1880. Il compte parmi les plus modernes d’Europe36. Le quartier de Testaccio lui-même commence finalement à la fin des années 1880 à être loti. Au milieu de terrains vagues surgissent les premiers immeubles, habités par des ouvriers, dans des conditions sanitaires déplorables. En 1907, 9 lots sur 36 sont construits, et le quartier compte près de 8.000 habitants. Les terrains ont été peu à peu cédés à l’Istituto beni stabili et aux banques, au premier rang desquelles on trouve la Cassa di risparmio di Roma et le Banco di Napoli37.

  • 38 Voir : I. Insolera, Urbanistica e architettura nell’età di Nathan, dans Storia urbana, 82-83, 1998 (...)
  • 39 Sur cet événement, voir : G. Piantoni (dir.), Roma 1911, Rome, 1980, ainsi que les travaux de A. R (...)

26En 1909, deux ans après l’élection au poste de maire d’Ernesto Nathan, juif franc-maçon dans la capitale de la chrétienté catholique romaine, à la tête d’une coalition progressiste dont la victoire a attiré les protestations du monde catholique tout entier, un ingénieur du Génie civil de l’État est appelé par la mairie pour prendre la direction du bureau de la planification en vue de la rédaction d’un nouveau plan régulateur38. Les services municipaux avaient préparé un plan en 1906, sous la direction de Rodolfo Bonfiglietti, mais avec la victoire de la coalition de gauche menée par Nathan, c’est Edmondo Sanjust di Teulada qui est chargé de rédiger le plan qui doit mener la ville à l’exposition de 191139. Comme le souligne Italo Insolera, Nathan exclut l’administration communale, et les bureaux techniques municipaux. La planification de la ville par les tenants de la tendance progressiste ne peut plus se faire dans le cadre du fonctionnement ordinaire des bureaux techniques capitolins. Mais faire appel aux rivaux du Génie civil place forcément Nathan dans une situation ambiguë face à ses propres services. San Just, sarde, est fonctionnaire du Génie civil. Il est membre du Conseil supérieur des Travaux publics. Il s’agit d’un des plus hauts responsables du ministère des Travaux publics. Nathan rompt donc avec la tradition du plan régulateur. Pervertissant le fondement même de ce qu’est un plan régulateur municipal, et donnant, en quelque sorte, l’espace urbain romain au Génie civil, il espère libérer la ville de l’emprise d’une technique municipale marquée par le cléricalisme et la sujétion à la grande propriété foncière. San Just di Teulada n’est pas un expert de planification urbaine. Jusque-là il a travaillé sur des ports et des fondations pneumatiques en milieu humide. Le choix de sa personne est donc bien pour Nathan celui d’un profil administratif et institutionnel.

  • 40 Sur les réalisations de l’ère Nathan, voir : L. Bortolotti, Proposte e realizzazioni di assetto ur (...)
  • 41 Sur cette même problématique, autour de l’exemple anglais, voir : N. Herbert-Young, Central govern (...)
  • 42 Voir : A. Calò et G. Ernesti, Politica urbana e piani regolatori nell’Italia giolittiana, dans Sto (...)

27La base cartographique choisie est un relevé de l’Istituto geografico militare au 1/5000e, ce qui constitue une nouveauté et une rupture avec la pratique précédente des services de la mairie. Le contexte politique est également plus favorable : la coalition résiste presque cinq ans aux pressions diverses. Pour une fois, la tradition des plans élaborés par les services municipaux sous la direction d’éphémères administrations progressistes et censés être appliqués par des exécutifs conservateurs et catholiques, a une chance d’être rompue40. La question de l’urbanisation de la rive droite du Tibre a également trouvé une solution, puisque depuis le milieu des années 1880, on l’a vu, l’implicite mais ferme veto catholique a été levé, et la finance catholique elle-même s’est lancée dans la construction. Mais les rapports entre la mairie et l’État autour de l’impossible financement municipal des plans municipaux demeure cependant le nœud principal sur lequel bute toute tentative de planification41. Si elle a une ambition planificatrice, l’administration municipale de la ville capitale doit s’attendre à devoir céder de son autonomie pour financer un plan qui inclut des travaux d’intérêt gouvernemental, et l’apparente convergence politique entre Nathan et le gouvernement Giolitti ne change rien à la donne, au contraire42. Le plan de 1909, approuvé par décret le 29 août, parvient certes à orienter la croissance de la ville liée à l’exposition de 1911, mais n’a guère plus de « succès » que les autres dans la régulation de la croissance urbaine en général. Ce n’est-là que logique.

  • 43 R. Gherardi, op. cit.

28Dans cette Italie du début du xxe siècle, la réception des plans régulateurs devient par ailleurs elle même un objet politique passionnant. De la même manière que longtemps les historiens de la forme urbaine n’ont voulu lire la ville qu’au travers du prisme de la planification, les débats autour de la rédaction des plans résument et focalisent l’activité des administrations municipales. La réception de l’acte administratif qu’est le dessin d’une carte prospective et normative sur l’évolution de l’espace urbain a pris en Italie une importance politique et symbolique considérable, dont la presse, dès 1872, s’est fait l’écho. En 1909-1910 de nouveau, les débats sont importants. Le débat municipal en Italie se résume souvent à la discussion des plans. Aujourd’hui même, les procédures de planification gardent cette valeur centrale dans l’affectif urbain, ainsi que dans le domaine de l’écriture de l’histoire de la ville. On a toujours du mal à considérer la ville qui se fait hors du plan, hors de la cartographie normative et administrative comme autre chose qu’un échec du plan, et qu’une trace anarchique d’un processus déviant. C’est pourtant bien de la ville, et même hors de toute représentation cartographique officielle et préalable, elle correspond bien à un phénomène social extrêmement cohérent, que la « spontanéité » ne parvient pas non plus à qualifier. Il paraît ainsi souhaitable d’analyser les plans régulateurs italiens avec les outils des sciences sociales, et de les inclure dans toutes ces procédures de médiation que Raffaela Gherardi décrit pour l’Italie libérale43. La question devient alors de savoir : le plan régulateur est-il la façade, rétive aux médiations, d’un processus d’intégration des Catholiques à la vie de l’État italien qui se passe sur d’autres terrains, ou est-il au contraire le lieu même de la médiation par le conflit, l’occultation et la confrontation ? Dans la réponse à cette question sont contenues à la fois les ambiguïtés mêmes du plan, celles de l’action des promoteurs de plans régulateurs pour Rome capitale, et celles des historiens de la ville qui tentent de décrypter le tout. Pour ce qui me concerne, il me semble que le plan ne fait pas partie tout à fait de la catégorie de conflits intégrateurs de la conscience urbaine, mais constitue plutôt à chaque fois une voie susceptible d’être parcourue, puis abandonnée, au profit soit de conflits plus prometteurs (symbolique monumentale, chantier du Tibre...) soit de terrains de médiation plus restreints, discrets et souples. Le plan semble donc constituer un instrument dont la rigidité sert à mettre en exergue une question devant être résolue, mais dont la résolution jamais ne peut se faire sur ce terrain-là. D’où la position particulière à Rome d’une cartographie administrative recouvrant à la fois tous les domaines de l’urbain et n’en explicitant vraiment aucun.

  • 44 Sur cette période, voir : A. Cederna, Mussolini urbanista. Lo sventramento di Roma negli anni del (...)

29Avec le fascisme, le rapport entre ville et pouvoir est profondément modifié, et l’usage des instruments de planification perverti de son sens municipal originel. L’État fasciste prend en main le destin de la capitale, et même s’il a été montré que les grandes orientations urbaines sont prises en concertation avec le groupe capitolin de la noblesse propriétaire, c’est le gouvernement qui clairement prend la maîtrise de tous les outils institutionnels de planification44. D’une certaine manière la Rome capitale de Mussolini va au bout de celle de Crispi et de Giolitti. Mais une forte solution de continuité est introduite avec, en premier lieu, la résolution autoritaire de la question municipale par la suppression de la municipalité en tant que telle.

30La logique première de l’urbanisme fasciste est celle d’un dégagement des monuments antiques et de la création de grandes places et perspectives, au prix de la destruction de quartiers entiers.

31Si cette logique n’est pas en totale rupture avec la tradition des plans régulateurs, puisqu’elle en reprend certaines pratiques de percement, elle s’affirme par son ampleur comme une emprise de l’État sur le tissu urbain de la capitale. Des projets de Giovannoni à ceux de Piacentini ou de Brasini, c’est toujours le Duce qui décide en dernier ressort.

Les terrains d’une planification urbaine étatique : Tibre, zone archéologique, monuments nationaux et Agro

32Entre 1870 et 1925 l’État italien a cependant eu d’autres moyens de planifier l’évolution de l’espace urbain de la capitale, hors des zones de compétence municipale, ou en repoussant celles-ci, et tâchant de profiter du statut dérogatoire de certains terrains pour y planifier de la ville. Le Tibre, on l’a vu, a été le premier de ces chantiers pour l’État. Par la modernisation et l’aménagement des rives du fleuve, les services techniques de l’État sont parvenus à imposer peu à peu leur prétention à orienter le devenir de la ville, et à prendre pied dans une capitale où toute compétence technique était censée être municipale. Avec les collecteurs des égouts, c’est une véritable tranchée étatique qui est créée au cœur de la ville pour quarante ans. C’est bien là un moyen de faire de la ville.

33La loi sur l’Agro romano de 1878 est également le moyen pour l’État de soustraire à la municipalité romaine, et aux propriétaires nobles qui y dominent, la responsabilité technique d’une portion considérable du territoire communal. En échange de cette perte de souveraineté technique, les propriétaires voient leurs terres bonifiées aux frais de l’État central.

  • 45 Sur le Vittoriano, voir : C. Brice, Monumentalité publique et politique à Rome, op. cit. Voir auss (...)
  • 46 Voir : D. Novacco, L’inchiesta parlamentare sul palazzo di giustizia di Roma, dans Studi romani, 1 (...)

34La construction de grands monuments dans la Capitale a été pour l’État un autre moyen de s’octroyer le contrôle de portions significatives du territoire urbain. L’exemple le plus représentatif de cette tendance est assurément le Vittoriano, le monument construit entre 1882, date du premier concours, et 1911, date de l’inauguration, en hommage à Victor-Emmanuel II sur les pentes du Capitole45. En plein centre de la ville, en un lieu d’articulation entre différents projets municipaux (dont la principale percée, via Nazionale), les services de l’État parviennent à prendre le contrôle d’un chantier dont les enjeux dépassent le seul hommage au souverain fondateur de l’Italie unitaire. Sur les pentes mêmes de la colline municipale, le Capitole, est construit un énorme monument, qui amène pendant de longue décennies ingénieurs et architectes du ministère des Travaux publics à dessiner le panorama de la ville capitale. Le chantier a aussi ses annexes, dont piazza Venezia constitue le joyau : à l’occasion de la construction du Vittoriano, et bien au-delà dans le temps, un des points névralgiques de la ville est soustrait à la compétence technique municipale, et planifié par les services de l’État. Dans une moindre mesure, le palais de justice constitue un autre de ces grands monuments étatiques posés au cœur de la ville municipale. Sa construction, décidée par Cairoli, avait été sanctionnée par le vote d’une loi en 188146. Entre 1883 et 1885 ont lieu plusieurs concours d’architecture, et les travaux commencent en 1888, sur ordre de Zanardelli, ministre de la Justice, selon les plans de Guglielmo Calderini. Mais, alors qu’en 1881 il était encore prévu que la municipalité construise la palais pour le compte de l’État, contre participation financière, en 1888 il est clair que c’est à l’État seul d’assumer cette charge. En pleine saison de la crise de l’immobilier et de la construction à Rome, c’est donc à l’entreprise Belluni et Basevi que sont confiés les travaux par un appel d’offres de 1889. Mais, dès l’année suivante, les problèmes s’accumulent avec l’entrepreneur. Le ministre des Travaux publics Genala prend le contrôle du dossier au début des années 1890, et en 1893 est créée une commission d’enquête. En 1897, c’est l’entrepreneur napolitain Borelli qui emporte un nouvel appel d’offres, et entraîne le ministère dans de nouveaux litiges. Les travaux et les procès durent des années. Mais ce n’est qu’en 1912 que naît la commission d’enquête parlementaire. Celle-ci met au jour de graves problèmes de corruption (le député Abignente s’était fait construire plusieurs villas par Borelli pour solde de l’attribution de l’appel d’offres). Le cas du palais de justice est ainsi révélateur à plus d’un titre des difficultés de l’État à marquer le paysage urbain de la ville capitale : la municipalité est certes évincée, ainsi que, rapidement, les entrepreneurs qui gravitent dans son orbite, mais le remède est pire que le mal. Un réseau de recommandation est simplement remplacé par un autre, alors que sont perdus les souplesses de la médiation.

  • 47 Sur ce point : D. Bocquet, L’archéologie à Rome après 1870 : une lecture politique et spatiale, da (...)

35L’archéologie constitue enfin le dernier des domaines qui ont permis à l’État d’acquérir dans la ville capitale une compétence d’ordre territorial47. La tutelle sur les antiquités est en effet confiée par la loi italienne au ministère de l’Instruction publique. Une ample zone archéologique est ainsi rapidement dessinée au cœur de la ville, qui échappe à la souveraineté municipale. S’il faut attendre le début du xxe siècle pour que le statut de ce parc archéologique central soit fixé, il est clair dès les années 1870 que cette zone relève de la compétence de l’État. L’étude de la planification par les ingénieurs du ministère de l’Instruction publique de ce qui est rapidement nommé zone archéologique centrale montre bien comment c’est de la ville qui est planifiée, en articulation ou non avec les projets municipaux pour via Cavour par exemple. La zone archéologique centrale constitue par ailleurs un trou dans les plans régulateurs municipaux, comme le Tibre. C’est une portion de ville soumise à la tutelle de l’État, planifiée hors des procédures municipales. On est là en plein dans le paradoxe d’un État qui planifie sa capitale à partir de lieux vides d’habitants, le fleuve et les ruines d’une ancienne civilisation. La zone archéologique a ses boulevards bordés de pins. Elle dessine un paysage urbain aux mains de l’État.

36L’archéologie a aussi parfois servi de prétexte aux ingénieurs du Génie pour contester la mairie dans l’exercice de ses attributions, comme au sujet des égouts. Partant du principe que ce qui est antique est domanial, on assiste à plusieurs reprises à l’expression de revendications ministérielles sur la cloaca massima, qui draine une portion considérable de l’espace urbain.

37L’étude de la planification de la ville capitale doit donc prendre en compte ces diverses dimensions. Le plan, d’une part, ne doit pas être pris à la lettre. D’autre part, malgré ce que dit la loi, la planification n’est pas toute municipale, et dans la ville capitale les services techniques de l’État ont su utiliser d’autres biais pour dessiner la ville ministérielle. Sans compter qu’à partir du début du xxe siècle de nombreux entrepreneurs planifient la construction de quartiers entiers dans les banlieues de la ville sans demander l’autorisation à aucune des instances concernées.

Notes

1 Pier Paolo Pasolini, à propos des quais du Tibre. Lettre à Antonio Spagnol, citée par M. Diomede, I fiumi romani nei romanzi di Pier Paolo Pasolini, dans Studi romani, 1993, p. 41-49.

2 G. Bardet, La Rome de Mussolini, Thèse, Institut d’urbanisme de Paris, 1932. Sur Marcel Poëte, voir : D. Calabi, Marcel Poëte et le Paris des années vingt : aux origines de « l’histoire des villes », Paris, 1998 et Parigi anni venti : Marcel Poëte e le origini della storia rubana, Venise, 1997.

3 On trouve un point sur la question dans B. Vecchio, Sugli studi di morfologia urbana e la città contemporanea, dans Storia urbana, 93, 2000, p. 77-89. Voir aussi, pour les études de morphologie urbaine : P. J. Larkham et J. W. R. Whitehand (dir.), Urban Landscapes. International Perspectives, Londres, 1992. Pour une vision panoramique sur l’approche académique italienne de l’urbanistica, voir : L. Bortolotti, Storia, città e territorio, Milan, 1993.

4 Voir, par exemple : P. Zanella (dir.), Morfologia dello spazio urbano. Questioni di analisi e di progetto, Milan, 1988 ou G. Morbelli, Un’introduzione all’urbanistica, Milan, 1991.

5 Pour une réflexion sur ces inflexions, voir : S. Adorno (dir.), Professionisti, città e territorio. Percorsi di ricerca tra storia dell’urbanistica e storia delle città, Rome, 2002.

6 R. Dodgshon, Society in time and space. A geographical perspective on change, Cambridge, 1998. Sur le rapport entre paysage urbain et investissement économique et social, voir aussi : M. Pagano et A. Bowman, Cityscapes and capital. The politics of urban development, Baltimore, 1995.

7 D. Mangin et Ph. Panerai, Projet urbain, Marseille, 1999. J. Castex, J. C. Depaule et Ph. Panerai, Formes urbaines. De l’îlot à la barre, Marseille, 1997.

8 Par exemple : M. Roncayolo, La ville et ses territoires, Paris, 1990 ou Les grammaires d’une ville. Essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille, Paris, 1996.

9 J. P. Gaudin, L’Avenir en plan. Technique et politique dans la prévision urbaine. 1900-1930, Seyssel, 1985. Pour la Grande Bretagne, voir le bilan historiographique dressé par H. Meller, Towns, plans and society in modern Britain, Cambridge, 1997. Pour une synthèse sur le cas espagnol : L. Lòpez Trigal, Los ensanches en el urbanismo español, Madrid, 1999.

10 Voir, par exemple : M. Blackford, The lost dream. Businessmen and City Planning on the Pacific Coast (1890-1920), Columbus, 1993 ou P. Burgess, Planning for the private interest. Land use controls and residential patterns in Colombus, 1900-1970, Colombus, 1994.

11 Par exemple : R. Fairbanks, For the city as a whole. Planning, politics and the Public interest in Dallas, Texas, 1900-1965, Colombus, 1998.

12 Voir, par exemple : Z. Ceylik, D. Favro et R. Ingersoll (dir.), Streets. Critical perspectives on public space, Berkeley, 1994.

13 Voir notamment : L. Mazza, Trasformazioni del piano, Milan, 1997.

14 P. Ceccarelli (dir.), Potere e piani urbanistici. Ideologia e tecnica dell’organizzazione razionale del territorio, Milan, 1980.

15 S. Tintori, Piano e pianificatori dall’età napoleonica al fascismo. Per una storia del piano regolatore nella città italiana contemporanea, Milan, 1992.

16 S. Adorno (dir.), op. cit., et particulièrement : G. Ernesti, Estetica della metropoli e urbanistica, fra Comunità e Società, p. 49-79.

17 R. Rozzi (dir.), La Milano del piano Beruto... op. cit.

18 Voir, pour le cas turinois : F. De Pieri, Il controllo improbabile, op. cit.

19 Voir : G. M. Lupo et P. Paschetto, La città per parti nell’Ottocento. Normativa e costruzione di parti della città e concrete implicazioni del regime daziario, dans Bollettino Storico Bibliografico Subalpino, 1985, p. 539-573. Sur le développement de la législation sur les expropriations en Europe occidentale, voir par exemple L. Lacchè, L’expropriation pour cause d’utilité publique en France au xixe siècle. Origines et développement d’un modèle juridique, dans Recueils de la société Jean Bodin d’histoire comparative des institutions, LXVII, 2000, p. 79-103, et F. L. Pacheco, La recepciòn hispanica de la doctrina de la expropriaciòn por causa de utilidad pùblica (siglos xiii-xix), dans idem, p. 163-195. Luigi Lacchè étudie la législation napoléonienne et ses implications, ainsi que les réformes apportées par le régime orléaniste, avant la loi de 1850 et le décret de 1852, qui posent les bases de l’action haussmannienne.

20 Loi du 15 janvier 1885, no 2892 « pel risanamento della città di Napoli ».

21 On peut voir, par exemple : P. M. Lugli, Urbanistica di Roma. Trenta planimetrie per trenta secoli di storia, Rome, 1998.

22 Voir : P. Ceccarelli, op. cit. Voir également : R. C. Fried, Planning the eternal city. Roman politics and planning since World War II, New-Haven, 1973.

23 S. Tintori, op. cit. L. Mazza, op. cit.

24 Voir par exemple : Alaimo, op. cit.

25 Pour l’étude du cas d’une autre ville, autour de la problématique de l’application de la loi de 1865 : A. Alaimo, op. cit.

26 Notons à ce sujet qu’il faut attendre le début du xxie siècle pour voir la mairie planifier la ville à partir d’un fond de carte prenant en compte la ville telle qu’elle est.

27 Les conventions étaient aussi souvent intégrées a posteriori dans le plan régulateur.

28 L. Pianciani, Discorso pronunciato dal Sindaco Luigi Pianciani nella tornata del Consiglio Comunale di Roma il 6 ottobre 1873 sul Piano regolatore, Rome, 1873. ASC. Biblioteca 11 543 (20).

29 C. Ravioli, Discorso letto nella discussione generale del Piano Regolatore della città di Roma nella tornata del Consiglio Comunale del 10 ottobre 1873 dal Consigliere Camillo Ravioli, Rome, 1873. ASC. Biblioteca 11 543 (6).

30 Voir : F. Perego, Monumenti differiti. Il Mattatoio di Testaccio a Roma, Rome, 1993, p. 66.

31 Voir I. Palermo, Roma. Via nazionale. Una strada per la città. 1859-1876, dans Storia della città, no 50, 1989, p. 11-50. L’actuelle via Nazionale ne porte ce nom que de l’Esedra (piazza della Repubblica) au début de la descente vers piazza Venezia, mais la voie initiale portait ce nom sur tout le tracé, y compris dans la portion aujourd’hui nommée Corso Vittorio Emanuele.

32 Voir précédemment, et A. Caracciolo, op. cit. Caravale, op. cit.

33 Sur le cas de Syracuse, récemment étudié, voir : L. Dufour, Problemi di pianificazione urbanistica a Siracusa tra 1880 e 1917, dans S. Adorno (dir.), Siracusa. Identità e Storia, op. cit., p. 231-248. L’auteur y étudie le contexte de la rédaction et de l’application du plan de 1885.

34 Sur la crise économique de la fin des années 1880, qui affecte gravement le secteur immobilier et bancaire à Rome et à Naples, voir : A. Polsi, Alle origini del capitalismo italiano. Stato, banche e banchieri dopo l’Unità, Turin, 1993, p. 187 et s. Pour une description précoce du phénomène de la spécultation : F. Mazzanti, I Lavori edilizi di Roma, Rome, 1885. ASC. Biblioteca 11 548 (12).

35 Cité par Y. Hersant (éd.), Italies, op. cit., p. 543.

36 Voir F. Perego, op. cit.

37 Voir F. Perego, op. cit., p. 66. Giacomo Feltrinelli, entrepreneur milanais dans le secteur du bois, une des premières fortunes industrielles du pays, faisant le commerce avec les Empires Austro-Hongrois et Ottoman, possède par ailleurs plusieurs lots. A Rome il investit aussi Piazza Esedra, dont il récupère la propriété après la faillite de la Banca Tiberina. Il est le grand père de l’éditeur révolutionnaire des années 1960 Giangiacomo Feltrinelli. À ce sujet, voir : C. Feltrinelli, Senior service, Milan, 1999, p. 13.

38 Voir : I. Insolera, Urbanistica e architettura nell’età di Nathan, dans Storia urbana, 82-83, 1998, p. 49-54.

39 Sur cet événement, voir : G. Piantoni (dir.), Roma 1911, Rome, 1980, ainsi que les travaux de A. Racheli. Pour une comparaison avec Turin, voir : V. Garuzzo, Torino 1902. Esposizione universale, Milan, 1999 et S. Dacomo, L’immagine di Torino nelle guide delle esposizioni industriali (1884-1898-1911), dans Il Risorgimento, 1997, 1-2, p. 53-82. Pour un panorama de l’urbanisme à cette époque, voir : J. Dethier et A. Guiheux (dir.), La Ville, art et architecture en Europe, 18701993, Paris, 1994. Pour le pavillon italien à l’Exposition de 1911, voir : M. Capobianco, Marcello Piacentini all’Esposizione di Roma del 1911, dans Architettura Quaderni, 9, 1992, p. 97-100.

40 Sur les réalisations de l’ère Nathan, voir : L. Bortolotti, Proposte e realizzazioni di assetto urbano, dans Storia urbana, 82-83, 1998, p. 5-17.

41 Sur cette même problématique, autour de l’exemple anglais, voir : N. Herbert-Young, Central government and statutory planning under the Town PlanningAct 1909, dans Planning perspectives, 13, 1998, p. 341-355. Pour la même période, les enjeux londoniens ont été également étudiés par : H. Beaufoy, Order out of chaos : the London Society and the planning of London 1912-1920, dans Planning Perspectives, 12, 1997, p. 135-164. Également : M. Hebbert, London : more by fortune than design, Chichester, 1998. Voir aussi, autour des enjeux d’extension et de modernisation de la capitale canadienne, à la même époque : D. Gordon, A City Beautiful plan for Canada’s capital : Edward Bennett and the 1915 plan for Ottawa and Hull, dans Planning Perspectives, 13, 1998, p. 275-300. Gordon étudie particulièrement les travaux de la commission de l’État fédéral chargée de planifier l’avenir de la ville capitale. Pour l’exemple chinois, voir : S. Mingzheng, Rebuilding the Chinese capital : Beijing in the early twentieth century, dans Urban History, 25, 1998, p. 60-81.

42 Voir : A. Calò et G. Ernesti, Politica urbana e piani regolatori nell’Italia giolittiana, dans Storia urbana, 85, 1998, p. 5-49.

43 R. Gherardi, op. cit.

44 Sur cette période, voir : A. Cederna, Mussolini urbanista. Lo sventramento di Roma negli anni del consenso, Rome-Bari, 1981 et I. Insolera, Roma fascista nelle fotografie dell’Istituto Luce, Rome, 2001. Sur la construction architecturale sous le fascisme, voir : S. Danesi et L. Patetta, Il razionalismo e l’architettura in Italia durante in fascismo, Milan, 1976 et G. Ciucci, Gli architetti e il fascismo. Architettura e città. 1922-1944, Turin, 1989.

45 Sur le Vittoriano, voir : C. Brice, Monumentalité publique et politique à Rome, op. cit. Voir aussi : P. Porzio, Il Vittoriano a Roma, da Acropoli del Risorgimento a Foro della Nazione, dans Storia della città, 48, 1987, p. 83-86 ou Il Vittoriano, Materiali per una storia, Rome, 1986. Sur le concours architectural, et l’affrontement entre Sacconi et Manfredi, voir : F. Borsi et M. C. Buscioni, Manfredo Manfredi e il classicismo della Nuova Italia, Milan, 1983. Sur les monuments commémoratifs du Risorgimento, voir : E. Guidoni, La qualità dei monumenti celebrativi ottocenteschi, dans Storia della città, 50, 1990, p. 3-10. Sur les cérémonies de commémoration : B. Tobia, Associanismo e patriottismo : il caso del pellegri naggio nazionale a Roma del 1884, dans M. Meriggi et P. Schiera (dir.), Dalla città alla nazione... op. cit., p. 227-247 et C. Brice, Pouvoirs, liturgies et monuments politiques à Rome (1870-1911), dans M. A. Visceglia et C. Brice (dir.), Cérémonial et rituel à Rome (xvie-xixe siècle), Rome, 1997 (Collection de l’École française de Rome, 231), p. 369-391.

46 Voir : D. Novacco, L’inchiesta parlamentare sul palazzo di giustizia di Roma, dans Studi romani, 1972, p. 508-520.

47 Sur ce point : D. Bocquet, L’archéologie à Rome après 1870 : une lecture politique et spatiale, dans MEFRIM, 2001, 113-2, p. 759-773.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540