Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rome, ville technique (1870-1925)

 | 
Denis Bocquet

Chapitre VIII. La technique urbaine au service de la mauvaise foi institutionnelle

Conflits aux portes de la ville

Texte intégral

1Au cours des années 1890, d’importants conflits techniques ont lieu aux limites de la ville (au sens des murs d’Aurélien). Opposant les services de la mairie à la Préfecture, ils sont la conséquence à la fois des lois des années 1880 sur l’Agro romano (la campagne romaine), et des débats des années 1890 sur l’autonomie municipale. Dans les années 1880 en effet, plusieurs dispositions législatives créent, pour l’Agro, une situation d’exception par rapport à la loi générale : l’État, face aux insuffisances de la mairie et à l’inertie de l’étroit groupe des propriétaires qui la domine, prend directement le contrôle de certains points majeurs du processus de bonification et d’assainissement de la campagne romaine. La modernisation des abords de la ville échappe à la municipalité de la ville capitale. À Rome est ainsi instauré un statut dérogatoire pour la capitale, mais qui ne s’applique qu’hors les murs, entre ceux-ci et les limites du territoire municipal. Sous un aspect agraire, ces lois sont le résultat de l’action gouvernementale pour contrer le pouvoir de la noblesse municipale et propriétaire. Mais elles ne manquent de susciter de graves tensions, dans un contexte de début d’urbanisation.

2Par ces conflits, qui n’ont lieu que dix ans plus tard, et ce n’est pas un hasard, la municipalité oblige le gouvernement à reconnaître ses zones de compétence technique sur la ville. L’enjeu est aussi la viabilisation de terrains situés à proximité des murs. Malgré la crise immobilière de la fin des années 1880, ils sont destinés à connaître une urbanisation rapide et leur statut juridique doit être explicité dans un moment où l’on commence à parler d’une taxe sur les terrains constructibles. L’étude de ces conflits, particulièrement de ceux portant sur les égouts, permet de proposer une lecture du rapport entre l’État et la municipalité romaine, entre les époques de Crispi et de Giolitti, qui s’émancipe des deux voies jusqu’ici prioritairement balisées par l’historiographie : l’histoire politique de l’affrontement institutionnel entre État laïc et municipalité catholique, sous diverses déclinaisons, et l’histoire marxiste de la spéculation immobilière dans la ville capitale.

3Le contrôle politique de la mairie et la maîtrise des terrains à bâtir sont bien sûr les enjeux principaux de l’affrontement, mais le passage par les égouts, bouchés qui plus est, doit permettre d’apporter une lecture qui unisse les deux dimensions. Le but de la démarche est aussi de voir comment fonctionne la ville, et comment les hommes qui s’investissent dans les institutions font tourner les machines administratives au service de desseins qui, parfois, dépassent la simple logique binaire État / Mairie ou intérêt collectif / intérêt particulier. Il s’agit également de comprendre d’où viennent les conflits, à quoi ils servent, et comment, entre affrontement, pressions, négociation et conciliation, ils trouvent, après parfois de longues années, une voie de résolution. Ce n’est plus le cheminement de la décision qu’il y a lieu de suivre ici, puisque les grandes décisions sont prises et connues, mais bien le cheminement de l’interprétation concrète, sur le terrain dirait-on aujourd’hui, des textes censés régir la répartition des compétences entre institutions. Le conflit, vu ici comme moment volontairement suscité d’explicitation des compétences, entre donc dans le processus de définition du rapport entre la mairie et l’État comme un élément régulateur. La logique pourrait être : versons une charrette de gravats dans les égouts, pour voir qui est chargé de les déboucher. Le but également de la démarche est de tenter de faire la part entre rivalités politiques, rivalités de corps, intérêts fonciers et inertie administrative dans l’évolution de la ville. Le choix d’un angle de vue modeste, à l’abri des enjeux d’ordre symbolique, découle de cette volonté.

Rome capitale et l’Agro romano

  • 1 Pour une situation de la propriété dans la campagne romaine au moment du rattachement : Direzione d (...)
  • 2 Pour une étude historique et anthropologique d’un latifundo (méridional dans ce cas), voir : M. Pet (...)
  • 3 Voir, par exemple, pour le milieu des années 1870 : F. Belfiore, La malaria di Roma, Naples, 1876 o (...)
  • 4 Voir P. Della Seta et R. Della Seta, I suoli di Roma, op. cit., p. 42.
  • 5 L. Bortolotti, Roma fuori le mura. L’Agro romano da palude a metropoli, Rome-Bari, 1988, p. 68.
  • 6 Allocution aux cardinaux, le 23-12-1872, citée par Della Seta, op. cit., p. 43.

4Depuis le rattachement des derniers lambeaux des États pontificaux au Royaume d’Italie, le sort de l’Agro romano préoccupe les ministères italiens. La campagne romaine est presque intégralement propriété des grandes familles de l’aristocratie capitoline et du Vatican, ce qui donne au problème une épaisseur politique et sociale particulière1. Chacune des familles de la noblesse romaine, catholique et municipale, ainsi que les Chapitres de Saint-Pierre, Saint Jean et Sainte-Marie, possède dans l’Agro d’immenses latifondi, grands domaines à demi marécageux, voués à une exploitation extensive2. La présence de la malaria, bien qu’abondamment discutée et dénoncée, ne gêne guère3. Sur environ 200.000 hectares d’Agro en 1870, environ 100.000 appartiennent à la noblesse, et au moins 60.000 à l’Église4. Pour l’Italie, en revanche, il est inacceptable d’avoir aux portes de la nouvelle capitale une campagne arriérée, aux structures sociales que le terme de féodalisme désigne sans toujours être tout à fait anachronique, et soumise aux rigueurs du mauvais air. L’Agro est une menace pour la ville, une punition, et pour bien des hommes du Risorgimento, une honte sanitaire et sociale. Mais bonifier cette étendue est une opération éminemment politique, dans le contexte de rivalité entre la mairie et l’État. Territoire communal, la campagne est en effet soumise à la tutelle technique capitoline, selon les termes mêmes de la loi municipale italienne de 1865. Terre privée, l’Agro est aussi à l’abri de toute intervention autoritaire par un gouvernement de la droite historique qui a placé la propriété au cœur de son système de valeurs. Toute intervention de l’État nécessiterait une modification de la législation, et donc un conflit avec l’opinion catholique capitoline. Le Vatican, en outre, est farouchement opposé à tout projet pour la campagne romaine, qui serait interprété comme une attaque frontale contre la noblesse catholique. À plusieurs reprises, entre 1870 et 1929, on évoque même l’hypothèse d’une intégration territoriale d’une partie de l’Agro à l’État du Vatican, ce qui permettrait au Pape, déjà plus ou moins directement propriétaire d’une partie de ces terres, d’avoir accès à la mer sans passer par l’Italie. L’espace est pour le moins connoté, un peu comme pouvait l’être la rive droite du Tibre en 1870. L’Osservatore romano, note Lando Bortolotti, met à plusieurs reprises en garde ministres et maçons contre toute volonté de spoliation des intérêts catholiques5. Pie IX lui-même ne manque pas de menacer ceux qui voudraient profiter de la faiblesse de l’Église pour acquérir à bas prix des terrains : « le Siège apostolique ne cessera jamais de contester cette aliénation »6.

  • 7 Loi n° 1402 du 19-6-1873.
  • 8 Voir F. Gurreri, La liquidazione dell’Asse ecclesiastico nella Campagna romana. Vecchi e nuovi prop (...)
  • 9 Voir aussi Della Seta, op. cit.

5Les premières années de Rome capitale sont pourtant marquées, pour l’Agro, par l’application des mesures italiennes sur la liquidation des biens du clergé. Mais la loi piémontaise du 15 août 1867 (n° 3848) n’est introduite à Rome qu’en 18737, après une longue période d’attentisme. Cette attitude, en tous points conforme à l’ensemble de la politique des gouvernements de la droite historique, permet opportunément au Vatican de confier une grande partie des possessions menacées à des prête-noms, clercs étrangers ou nobles romains. De toute façon, la loi de 1873, et surtout sa molle mise en œuvre, laisse au Vatican un grand nombre de ses propriétés : Primavalle et Acquafredda pour le chapitre de Saint-Pierre, Pratolongo pour celui de Saint-Jean de Latran, Quarticciolo et Torre Nuova pour celui de Santa-Maria Maggiore8. On dit que le Vatican aurait autorisé certains Catholiques à acheter des terrains au gouvernement « piémontais », contre signature d’un bon de rachat à prix coûtant. Je n’ai trouvé trace de ces bons nulle part, mais ne puis exclure leur existence9.

  • 10 Gazzetta Ufficiale, 26-11-1870 : Relazione dei Ministri dei Lavori pubblici e per l’Agricoltura, l’ (...)
  • 11 Voir M. Scardozzi, La bonifica dell’Agro romano nei dibattiti e nelle leggi dell’ultimo trentennio (...)

6Au cours des années 1870, par ailleurs, l’attention de l’État italien au développement de la campagne romaine se fait au travers d’une commission10. Créée par Giuseppe Gadda, en accord avec Castagnola, ministre de l’Agriculture, dès novembre 1870, avant même la commission du Tibre, la Commissione per gli studii et le proposte di provvedimenti utili al bonificamento e l’irrigazione dell’Agro romano a surtout pour but d’étudier les moyens de réformer en douceur les structures de la propriété foncière. Elle est dominée, pour la partie technique, par le Génie civil, et même si dans les premières années de Rome capitale celui-ci n’a pas encore de réel pouvoir sur la campagne romaine, il faut voir dans l’initiative une première indication. Mais la commission est peu active, et une fois la loi sur la propriété foncière adoptée, et appliquée avec modération, ses travaux se font plus discrets. À part le député toscan Salvagnoli, exalté par le succès des bonifications en Maremma, et qui avait proposé en 1872 un projet pour l’Agro, il n’y a guère que Garibaldi pour sérieusement alimenter le débat au milieu des années 187011. Le grand homme lie ses vues sur l’Agro à la fois au projet du Tibre et au contexte général de la lutte maçonnique contre la domination foncière cléricale. Servant de prête-nom à son mentor, Menotti-Garibaldi achète, dans le cadre de l’application de la loi de 1873, 700 hectares à Casal Perfetto et une petite propriété à la Maranella. Mais le grand projet du patriarche Giuseppe ne connaît guère de suite. Dans l’océan de la propriété cléricale, ces terrains ne peuvent suffire à ancrer une république foncière dédiée au combat contre l’ancien régime et ses héritages.

  • 12 Voir C. Capalbo, La campagna romana nell’Ottocento fra sviluppo e crisi : le tenute Doria Pamphili, (...)

7Pour l’État, le problème est compliqué : il est nécessaire de doter l’Agro d’infrastructures hydrauliques décentes, susceptibles d’apporter à la capitale la tranquillité d’un environnement sain, mais il est impensable d’offrir aux princes du Capitole, aux frais d’une Nation que certains d’entre eux honnissent encore, la bonification de terrains laissés par eux depuis des siècles dans une commode, mais insalubre, jachère hydraulique. Les propriétaires, d’ailleurs, retiraient, quasiment sans frais, de substantiels profits de cette zone, grâce à la rente de fermes où était pratiqué un élevage des plus extensifs et la culture du blé sur les parcelles les plus saines. Sans perspective de profits majeurs, ils n’avaient jamais eu intérêt à investir pour améliorer les conditions sanitaires et agricoles de la région. Certaines analyses récentes de l’économie agraire de l’Agro tendent à montrer que le modèle économique était, pour les propriétaires, tout à fait rentable12. Tant les Borghese que les Doria Pamphili, les Torlonia, ou le Chapitre de Saint-Pierre avaient tout intérêt à voir perdurer le système, la malaria n’étant, au fond, pas leur problème.

  • 13 Loi n° 4642 du 11-12-1878.
  • 14 Voir A. Caracciolo, Roma capitale, op. cit., p. 119.

8La réflexion amorcée autour des propositions de Garibaldi en 1875, et leur nécessaire prise en compte par la commission ministérielle de 1870, qui poursuit ses travaux, débouche sur deux lois pour l’Agro, qui finissent par être votées en 1878 et 1879, après un long et stérile parcours bureaucratique. Celle du 11 décembre 1878 sur le « miglioramento igienico della città di Roma »13, désigne la campagne comme source de problèmes pour la ville capitale, et suggère aux propriétaires de se regrouper en consortiums. L’État se charge de l’assainissement des principaux étangs malsains, à Ostie, Maccarese et Stracciacappe, ainsi que du drainage des zones principales affectées par la malsaine stagnation. Il ne reste à la charge des propriétaires que les frais de raccordement de leurs domaines aux drains publics, ainsi que la bonification de leurs propres lots. C’est encore trop, évidemment. À une époque où rien ne se profile pour tirer de plus grands revenus de ces terres, les propriétaires n’ont absolument aucune raison d’aller, à leurs frais, à l’encontre soit de leurs convictions morales et politiques soit de leur passive prospérité. Une agriculture plus intensive n’apporterait pas forcément de meilleurs revenus que l’organisation ancienne. La perte d’influence sociale serait, en revanche, un dommage durable. L’Agro, comme les Prati, constitue territorialement une place forte catholique dans la capitale de l’État italien. La noblesse propriétaire a les moyens d’attendre une génération avant de jouer ses atouts, d’autant plus que, dans les années 1870 et 1880, le lotissement des villas urbaines de l’Esquilin est pour elle source de plus-values foncières phénoménales. La loi de 1879 va plus loin pour améliorer les conditions sanitaires de l’Agro. Mais les méandres de son parcours sont un peu ceux du projet du Tibre, entre Génie civil, Parlement et mairie. Du coup, elle n’apporte que peu de résultats, puisque c’est toujours aux propriétaires de bonifier leurs terrains et de se raccorder aux infrastructures ministérielles, et que rien vraiment ne les y contraint. Rien, ou presque, ne se fait14.

  • 15 Voir : Atti della Commissione nominata dai Ministri dei Lavori pubblici e dell’Agricoltura Industri (...)
  • 16 Voir Bortolotti, op. cit., p. 89-90.

9Signe de l’échec des lois de la fin des années 1870, une nouvelle commission gouvernementale pour l’Agro est nommée en 188015. Le député Salvagnoli y tente de nouveau de convaincre les agriculteurs de suivre l’exemple de la Maremma toscane, de même que les ingénieurs Raffaele Pareto, Di Tucci et Amenduini. On met désormais l’accent sur la viabilité d’un modèle économique alternatif. Mais le problème, et les membres de la commission le comprennent tout de suite, ce n’est pas la mentalité des cultivateurs, mais l’obstruction des propriétaires aux projets de l’État16.

Avec ce type de propriétaires, ce système de culture et de contrats, ce manque de population, et surtout avec le manque de besoin de changement et de rente supérieure pour les propriétaires, du fait que la situation actuelle leur permet de vivre dans la richesse, rien n’est possible. [...] Non seulement les propriétaires n’ont aucun intérêt à l’assainissement de l’air et au progrès agricole, mais ils ont même intérêt à l’empêcher.

  • 17 Idem.
  • 18 Voir : D. Berti, Discorso pronunciato nell’inaugurare i lavori della Commissione pel bonificamento (...)
  • 19 Loi n° 474 du 13-12-1903.
  • 20 Ibid., p. 120.

10En 1882, une nouvelle loi vient tenter d’améliorer la situation, en instituant pour les propriétaires un nouveau cadre juridique plus contraignant. Le Consorzio obligatorio fra proprietarj est ainsi créé, par la loi 849 du 24-6-1882. La loi, qui en théorie n’est pas spécifique à l’Agro romano, a été soutenue par le ministre des Travaux publics Baccarini, proche de Garibaldi. Les consortiums sont composés des propriétaires fonciers, de représentants de la Giunta Municipale et de la Province, ainsi que du Préfet. Le fonctionnement de cette nouvelle institution, soumise au bon vouloir des propriétaires, n’a jamais vraiment été satisfaisant. Jamais, au sein des consortiums, la dilution de leur pouvoir n’a été suffisante pour permettre une action forte et résolue. Une troisième loi, en 1883, votée à un moment pourtant propice pour le camp progressiste à Rome, est en apparence plus sévère : les propriétaires sont tenus d’effectuer des travaux de bonification hydraulique, sous peine d’expropriation. L’État obtient un droit de regard technique. L’Agro est défini comme la zone du territoire communal comprise dans un rayon de 10 km en dehors des murs de la ville. Il commence donc aux portes de Rome. C’est cependant encore un échec : les propriétaires ne font rien, et aucun gouvernement n’ose les affronter. Alberto Caracciolo rappelle que « les propriétaires des latifondi qui entourent Rome font partie de la classe noble ou bourgeoise, et ont une puissance déterminante dans la vie politique citadine »17. Presque toujours en effet, sauf éphémère revers de fortune électorale, ils contrôlent le Capitole. Le principal de ces propriétaires, le prince Torlonia, qui pourrait en théorie être intéressé par une valorisation de ses terres, refuse absolument d’entrer dans le jeu d’une politique pour la capitale dont il récuse certaines options fondamentales. Les travaux de la commission pour la bonification de l’Agro18 sont donc vains, et dès 1885, la loi de 1883 est oubliée. Destinée à faire obstruction, la série de recours déposés par les propriétaires, confrontés par ailleurs à une sérieuse crise agraire, en témoigne, de même que la persistance des inconvénients hygiéniques aux abords de la ville. La commission, dominée par le Génie civil, ne parvient pas à imposer ses vues. La malaria reste une menace. Dans un tout autre contexte, en 1903, une nouvelle loi vient donner en partie raison aux propriétaires19. La bonification sera largement subventionnée par l’État, à leur plus grand profit. Ils ont désormais intérêt à aménager leurs terrains, et sont d’ailleurs à ce moment, vingt ans après les premières lois, prêts à le faire. Alberto Caracciolo souligne, à juste titre, qu’à cette époque le groupe de la noblesse catholique et capitoline s’est fondu dans le moule d’un État désormais apaisé20. Rome capitale n’est plus la même, et les clivages politiques ne se font plus de la même manière. C’est ce moment de changement que l’étude des conflits techniques des années 1890 devrait permettre d’expliciter.

  • 21 F. Snowden, op. cit. Snowden étudie les épidémies de choléra à Naples, en Calabre et dans les Pouil (...)
  • 22 Pour une réflexion autour de la notion de médiation, dans un contexte comparable, voir : A. Musi, B (...)
  • 23 Regio Decreto del 10 novembre 1905, n° 647, che approva il Testo Unico delle Leggi di bonificamento (...)
  • 24 Legge del 17-7-1910, n° 491, concernente provvedimenti per estendere il bonificamento dell’Agro rom (...)

11La lutte contre la malaria, elle aussi, change d’échelle. Alors que jusque-là, somme toute, on l’avait fort bien tolérée, il devient insupportable, à l’aube du nouveau siècle, que la capitale soit à la merci de la maladie. Il faut dire que l’Agro se peuple, ressemblant de moins en moins à une campagne et de plus en plus à la périphérie pauvre d’une ville, et qu’à la malaria s’ajoute le risque de choléra. Les archives romaines n’en parlent jamais, tant un tabou semble avoir persisté à ce sujet jusqu’à la Première Guerre mondiale, mais les archives américaines, étudiées par Snowden, montrent que le risque, à Naples et dans les campagnes pauvres de Campanie, était bien réel. Derrière malaria, Snowden suggère de lire parfois choléra21, et on doit avoir à l’esprit, en étudiant les crises sanitaires dans la capitale, que le risque de choléra était grand. À plusieurs moments d’ailleurs, derrière les cris d’alarme de la Préfecture, on devine qu’il convient de ne plus différer la solution des problèmes sanitaires, un risque trop grand se profilant à l’horizon de la capitale. À partir du début du xxe siècle, la législation pour l’Agro se double de nouvelles mesures contenues dans la loi générale. Particulièrement pour la campagne romaine cependant, on pense à subventionner les travaux effectués par les propriétaires pour le raccordement de leurs terrains aux drains construits par le Génie civil. Dans les premières années du siècle, la zone est progressivement assainie. La campagne est de moins en moins campagne, et devient peu à peu banlieue pauvre, parsemée de borgate. Autour du sort de l’Agro s’opère une lente médiation entre milieux étatique et municipal : la modernisation se fait par le travail des instances gouvernementales, pour le plus grand profit du milieu municipal22. En 1905, les différents textes de loi sur la campagne romaine sont réunis dans un testo unico23, et en 1910 une nouvelle loi, vient tenter de favoriser la colonisation agraire de la zone24.

  • 25 Pour une étude transversale sur l’importance urbaine des murailles : J. Tracy (dir.), City Walls. T (...)
  • 26 Entre le milieu des années 1890 et le milieu des années 1900, la Préfecture envoie à la mairie plus (...)

12L’important, pour les conflits qui nous intéressent ici, et à travers desquels on tentera d’apporter une lecture des affrontements entre Capitole et gouvernement, est de noter que l’Agro, tel que défini dans les lois spéciales, commence aux portes de la ville. Dans une période où l’Urbs s’apprête à déborder de ses antiques murs25, on a donc une situation ambiguë : la loi de 1883 est restée lettre morte dans la campagne, mais pour ce qui va devenir les premiers quartiers périphériques, elle évince la municipalité de ses prérogatives techniques, au profit de l’État et des consortiums de propriétaires. Dans le contexte des années 1890, cette ambiguïté est mise à profit tant par le Capitole pour exiger une clarification, que par les propriétaires pour lotir à peu de frais. Les uns étant les mêmes que les autres, la Préfecture a du fil à retordre26.

Les années 1890 : le Capitole entre Crispi et Giolitti

  • 27 Voir F. Bartoccini, Roma nell’Ottocento... op. cit., p. 725.
  • 28 Voir A. Caracciolo, I sindaci di Roma, Rome, 1993.
  • 29 Voir A. Ciampani, Governo nazionale... loc. cit.

13Comme les années 1880, où par le système des conventions, hérité de la pratique mise en place après 1870 entre la mairie et les lotisseurs de l’Esquilin, l’administration municipale finit par payer la construction des égouts, la dernière décennie du siècle est marquée par de nouveaux conflits, cette fois-ci aux limites de la ville. Après 1883, la mairie, dit-on, avait dû céder face aux propriétaires27. En fait ceux-ci avaient surtout reconquis le Capitole après la seconde parenthèse progressiste Pianciani, et contribué à creuser encore un déficit des finances municipales qui devenait abyssal. Deux postes de dépenses se révélaient en effet pour la mairie source d’ennuis constants : les travaux du plan régulateur de la capitale, et les frais d’équipement des quartiers à lotir. Face au gouvernement Crispi, la ligne politique de la noblesse capitoline, plus que jamais aux commandes avec le maire Torlonia, apparaît de plus en plus comme une provocation, de même que sa propension à perpétuer des pratiques peu conformes avec le bien commun tel que conçu par Crispi. L’autoritaire chef du gouvernement profite donc de la première provocation trop marquée de la part du maire, une visite au Vatican, pour le destituer et mettre fin au règne d’une faction dont l’action à la fois spéculative et opposée à ses desseins pour la capitale nuisait particulièrement au gouvernement. L’argent de la contribution de l’État aux travaux de la capitale avait servi des intérêts trop particuliers. Paradoxalement, Torlonia apparaissait jusque-là comme un modéré dans ce milieu. Appuyé par le Vatican, il avait aussi le soutien des sociétés immobilières, et grâce à sa présence apaisante, la situation avait pu perdurer quelques années de plus. Depuis la démission de Pianciani en mai 1882, il avait le titre de facente funzione di Sindaco. Il ne reçoit du gouvernement Depretis sa nomination à plein titre que le 10 avril 188728. Sa volonté de rapprochement trop explicite entre la mairie et le Vatican lui coûte son poste dès décembre suivant, tout de suite après l’arrivée de Crispi au pouvoir. Alessandro Guiccioli lui succède, s’appuyant sur une majorité du même type. Le moment Torlonia, cependant, reste celui d’un début de convergence, au sein de la droite, entre milieu monarchiques, catholiques et libéraux. Andrea Ciampani, on l’a vu, a montré que, sous Depretis, le Capitole de Torlonia a servi de lieu de rapprochement, dans les pratiques quotidiennes de l’administration, entre deux mondes conservateurs qui jusque-là s’ignoraient29. D’une part Umberto I, conseillé par Depretis, s’efforçait de trouver une place pour la noblesse capitoline à la cour savoyarde. D’autre part, Léon XIII, dans les premières années de son pontificat, recherchait par le biais du Capitole les moyens d’une insertion des catholiques dans la vie politique et administrative italienne. La période Torlonia-Depretis aurait ainsi été une sorte de pace capitolina, expérience novatrice, mais rompue avec la nouvelle donne nationale mise en place par l’arrivée de Crispi au pouvoir. Il semble aussi que, dans ce quinquennat d’apaisement, le Vatican, par l’intermédiaire de Mgr Anzino, ait joué la carte d’un affermissement de son pouvoir sur la ville capitale, non plus par l’affrontement, mais par une sorte de précoce conciliation, attentive à ne pas effleurer les dimensions trop richement chargées en symboles. Une gestion, donc, conciliatrice, au service de la perpétuation dans la capitale du pouvoir du ce-to nobiliare. Avec Crispi, évidemment, cette formule ne pouvait perdurer.

  • 30 Ciampani, loc. cit., p. 99.
  • 31 Sur l’importance des remparts dans l’histoire des villes, voir : C. De Seta et J. Le Goff, La Città (...)

14« Après la mort de Depretis, en juillet 1887, l’arrivée de Crispi à la tête du gouvernement mena à la destruction de l’équilibre romain de la saison précédente »30 écrit Andrea Ciampani. Pour ce qui concerne les infrastructures techniques de la capitale, nous avons là un élément d’explication au fait qu’entre le vote des lois du début des années 1880 et le début des années 1890, le conflit n’ait pas éclaté. Personne n’y avait intérêt : ni le gouvernement du roi, qui nourrissait l’espoir d’intégrer à sa cour une noblesse dévouée depuis des siècles à un autre souverain, ni cet autre souverain, qui par sa fidèle noblesse approchait de nouveau sans heurt les instances de la décision dans la capitale de la Chrétienté. Quant aux spéculateurs, ils ne s’intéressaient pas encore à des terrains situés hors les murs. Il restait à l’intérieur des remparts d’Aurélien de quoi étendre encore la ville31.

  • 32 Voir F. Bartoccini, op. cit., p. 727-728.
  • 33 Voir A. Caracciolo, Roma capitale, op. cit., p. 261.
  • 34 Voir : R. Martinelli, Antonio Labriola (1843-1904). Politica e teoria alle origini del pensiero mar (...)

15Les élections municipales de 1888 et de 1889, où, par décision de Crispi, le corps électoral est élargi, mettent encore plus en difficulté l’aile catholique et noble, avec la victoire, en 1889, de la liste conduite par Baccarini. Démocrates, anticléricaux, et même ouvriers y sont en force32. La domination de l’Unione romana du parti catholique est profondément remise en question33. Armellini, plus modéré que les animateurs de la campagne électorale, devient maire, afin de ne pas exposer l’administration à une vindicte catholique trop forte. Alberto Caracciolo, à la suite de Labriola34, est extrêmement sévère avec les associations ouvrières qui ont participé à la coalition. Autant l’auteur de Roma capitale est enthousiaste pour les coalitions qui ont porté Pianciani ou Nathan au Capitole, autant celle de 1889 lui paraît purement opportuniste. Les représentants ouvriers, démagogiques et arrivistes, n’auraient en fait que servi d’escabeau aux partis bourgeois du bloc anticlérical, manœuvré par Crispi. Quant au jeune socialiste, et professeur de philosophie de l’histoire, Labriola, il engage à partir des années 1886-1888 un rude combat contre les premières tentatives de conciliation entre l’État italien et le Vatican. Dans une lettre à Alfredo Baccarini, député et ancien ministre des Travaux publics, passé à l’opposition à Depretis en 1883, il s’était déclaré socialiste dès 1887.

  • 35 ASC, Gabinetto del Sindaco 1889-1890.
  • 36 Caracciolo, op. cit., p. 263.

16Il est certain que le chef du gouvernement a appuyé de tout son poids la composante la plus docile de la coalition. Mais il est tout aussi certain, et la lecture tant des archives éparses du cabinet du maire35 que des procès-verbaux des premières réunions du nouveau conseil municipal le montre, qu’à ce moment et au cours de la dernière décennie du siècle, quelque chose change dans la position de la noblesse catholique au capitole. Jusque-là, même les opposants les plus déterminés à sa domination politique, administrative et foncière faisaient partie du même milieu social, Pianciani en premier lieu, et le débat se faisait selon des codes que chacun dans ce cercle maîtrisait parfaitement. À partir de l’entrée au conseil des premiers socialistes ou représentants des associations ouvrières, les modes d’expression publique et d’action politique de ce milieu sont contestés d’une manière virulente, et, même manipulés, ces représentants changent quelque chose à la vie politique capitoline. Ils apportent aussi de nouveau thèmes de discussion, parmi lesquels les conditions sanitaires de la population pauvre. Il devient de plus en plus évident, également, que la césure politique n’est plus uniquement entre cléricaux et anticléricaux, mais entre gauche et droite, entre progressistes et conservateurs. Tout autant que la gestion Torlonia, l’expérience d’opposition vécue lors des années suivantes facilite au conseil municipal le rapprochement entre des hommes que seule leurs lectures du Risorgimento avaient éloignés jusque-là. La rhétorique marxiste de Caracciolo, qui monte en puissance dans son livre Roma capitale plus on approche du moment Nathan, a peut-être masqué cette mutation, que l’étude des conflits relatifs aux égouts devrait contribuer à expliquer. Pour Caracciolo, les représentants ouvriers au conseil municipal « ont été amenés à réfléchir de manière concrète aux problèmes de la ville [...] et ont appris à reconnaître dans les groupes monopolistiques dominants l’ennemi principal tant des travailleurs que du développement de la ville »36. Assurément cette expérience démocratique, pour brève et peu fructueuse qu’elle fut, a eu d’autres dimensions, ainsi que l’importance de porter à l’avant du débat le thème de la mise des ressources de la mairie au service des intérêts fonciers de quelques familles de propriétaires et banques spéculatrices.

  • 37 Voir M. Caravale, Le leggi speciali per Roma dell’Ottocento, dans M. De Nicolò (dir.), L’Amministra (...)

17Après les élections, commencent les négociations entre le Capitole et Crispi pour le vote d’une nouvelle loi spéciale pour Rome, à même de sauver la ville d’une banqueroute annoncée. Avec la loi de 1890, la mairie perd un certain nombre de ses prérogatives face à l’État, au nom du sauvetage financier37. L’administration municipale perd ainsi la gestion de l’octroi. Une somme fixe lui sera allouée à ce titre par le ministère des Finances. La mairie n’aura plus non plus le contrôle de l’assistance publique, qui grevait ses comptes, mais nourrissait aussi un fort réseau de relations sociales hérité de l’ancien régime. Dans le domaine technique, elle paie l’allègement de sa dette d’une perte de contrôle sur certaines opérations, avec notamment un passage des projets par les bureaux du Génie civil et une subordination plus grande à la vigilance ministérielle de l’application du plan régulateur.

  • 38 Sur l’institution préfectorale, voir : M. De Nicolò (dir.), La prefettura di Roma, op. cit.
  • 39 Voir M. Guercio, Il decennio di Luigi Gravina (1880-1890). Un prefetto tra Depretis e Crispi, dans (...)
  • 40 Ibidem.

18La loi de 1890 apparaît aux yeux du camp défait l’année précédente et qui n’a pas pardonné l’éviction de Torlonia, comme une provocation supplémentaire. Il s’ensuit donc la démission en masse de conseillers municipaux cléricaux, et l’arrivée, en tant que commissaire gouvernemental, de Finocchiaro Aprile à la tête de l’administration capitoline. Nommé par Crispi, il a pour tâche à la fois d’appliquer les nouvelles dispositions, et d’éviter une radicalisation supplémentaire du conflit politique dans la capitale. La préfecture aurait été un autre moyen d’action du Président du Conseil sur la capitale38. Mais Crispi, à la tête de la préfecture romaine, trouve le Préfet Luigi Gravina39. Ce Sicilien, proche politiquement de Nicotera, dont il fut l’un des soutiens d’abord à la Chambre, où il fut député, puis dans l’administration à partir de 1876, comme préfet de Bologne, Naples, Rome, Milan, puis de nouveau Rome, s’avère être un fonctionnaire modéré et rétif à amplifier les emportements de Crispi contre le Capitole. C’est Depretis, ministre de l’Intérieur du gouvernement Cairoli, qui avait nommé Gravina à Rome en 1880. Dans sa lutte contre les catholiques de la municipalité, Crispi ne trouve pas en Gravina l’allié dont il aurait besoin, si bien que ce dernier est renvoyé en 1890. Il faut dire que le préfet, dans un mouvement que tout dans la vie politique capitoline semblait favoriser avant l’avènement de Crispi, s’était rapproché des groupes de l’aile modérée du catholicisme politique40.

19Avec les élections de 1890, et la division du camp progressiste, se reforme une majorité modérée, dans laquelle les nobles libéraux et catholiques trouvent une place de choix. Onorato Caetani, représentant d’une des grandes familles nobles de la ville, est élu maire par le nouveau conseil. Il reste peu à ce poste, puisqu’il démissionne peu après face à l’opposition de Baccelli, mais cette période symbolise un changement de style dans le déroulement des débats à l’assemblée municipale. La pression des sociétés ouvrières et des représentants de la population pauvre se fait de plus en plus forte dans les débats, et les séances sont de plus en plus animées. De nouvelles revendications surgissent, et notamment le droit au bien être sanitaire des quartiers récents et en cours d’urbanisation.

  • 41 Voir F. Bartoccini, op. cit., p. 732 et s., ainsi que A. Parisella, loc. cit.
  • 42 Loi du 8-8-1904, n° 320.

20Ruspoli succède à Caetani, mais c’est avec l’élection de Prospero Colonna que les conflits reprennent de la vigueur. La noblesse ne cède rien de ses prétentions à conduire la politique municipale. En 1900 arrive à échéance une traite importante dans l’amortissement de la dette municipale, et s’ouvre une période de négociations et de pressions, qui aboutira à la loi spéciale pour Rome de 190441. Ce texte42, adopté alors que Colonna est maire, est un des jalons essentiels de l’action du gouvernement Giolitti sur le destin de la capitale.

  • 43 Loi n° 320 du 8-8-1904.

21La première loi « Giolitti » pour Rome est en effet votée le 8 juillet 190443. Une taxe sur les terrains constructibles est instituée. Les propriétaires participent de cette manière à la viabilisation. Cette mesure, imposée par le gouvernement à la majorité capitoline de l’Unione romana est source de nouvelles tensions entre le Capitole et l’État.

22Les élections de 1902 et de 1905 sont, pour le camp progressiste, des échecs. Les listes de l’Unione democratica romana ne rencontrent qu’un succès mitigé, sous la conduite de Sacchi. Il faut attendre 1907 pour que le bloc populaire se constitue durablement, avec l’alliance de ces listes avec des factions plus radicales, notamment socialistes. Malgré l’écho limité cependant des listes progressistes au début du siècle, il faut avoir à l’esprit, pour les années 1900-1905, la position des grands propriétaires fonciers. S’ils ont retrouvé le pouvoir à la mairie, ils n’en sont pas moins contraints à agir avec plus de finesse que par le passé, afin de ne pas s’exposer à une contestation qui saurait trouver dans le paiement par la collectivité des aménagements destinés à faciliter leur spéculation, le thème d’une campagne électorale toute tracée. La prudence sémantique, donc, règne, ainsi que prime la recherche de voies administratives plus contournées.

23C’est dans ce contexte tendu et inédit que prennent place les conflits sur l’équipement des quartiers périphériques. Plusieurs dimensions se superposent donc : la défense des compétences territoriales du bureau technique municipal, celle des intérêts fonciers et financiers du groupe de grands propriétaires « municipaux », et la définition du rapport financier entre État et mairie. Entre 1895 et 1905, on assiste ainsi aux portes de Rome à des litiges sans fin, suscités exprès par l’un des protagonistes afin d’amener l’autre à prendre position. De cette manière, les terrains situés à proximité immédiate des murs d’Aurélien sont affectés d’une valeur toute particulière, que renforce encore le fait que, malgré les échos encore vifs de la crise immobilière de la décennie précédente, il devient évident que c’est là que la ville est destinée à s’agrandir.

L’étang Del Pinto à Porta Metronia : l’explicitation forcée des aires de compétence institutionnelle

  • 44 ASC, Ufficio V, Direzione, Titolo XV, fasc. 32 et 44, 1896-1902, désormais ASC Metronia.

24Le premier de ces conflits, qui oppose les services de l’État à ceux de la Mairie pendant de nombreuses années, concerne Porta Metronia. Aux abords immédiats de la ville ceinte, cette zone est en effet, à la fin du siècle, affectée d’une nouvelle valeur, entre progression de l’urbanisation et de l’équipement technique, ainsi que problèmes de définition des aires de compétence des différentes institutions après les lois spéciales pour la capitale et pour l’Agro romano. Les archives des services municipaux concernant cette affaire, retrouvées parmi les papiers, non classés, de la direction des services techniques, permettent de mener une enquête, presque policière, sur les relations entre les ingénieurs de ces deux instances administratives44.

25Les terrains situés en avant de Porta Metronia résument et synthétisent la plupart des occasions de conflit entre les différentes administrations. Appartenant à un entrepreneur proche des services municipaux et volontiers prête-nom pour les intérêts nobles, qui plus est régulièrement vainqueur des appels d’offres pour la mairie dans le domaine des travaux publics, ils se trouvent aux confins de plusieurs juridictions, ainsi que dans un lieu nouvellement convoité pour sa valeur foncière. Industriels et lotisseurs ont besoin désormais de place. Devant la Porte, près de la basilique de San Giovanni, ces terrains ont de plus une importance considérable pour le développement des infrastructures techniques et de transport. Zone basse, au niveau d’une porte antique, ils recueillent les eaux usées des espaces voisins. Les terrains étaient déjà considérés comme peu sains dans l’Antiquité.

  • 45 ASC Metronia, lettre du 12 décembre 1895.
  • 46 ASC Metronia, relazione del ingegnere capo della 2a divisione alla Direzione dell’Ufficio V, 28-12- (...)

26Tout commence en 1895, lorsque l’on s’aperçoit que, depuis plusieurs mois (l’entrepreneur Marotti avait acheté en 1887), l’écoulement des eaux ne se fait plus. Dans une zone où à la fois orographie et héritage de l’urbanisme ancien font que la pente va de la campagne vers la ville, la conséquence est l’accumulation le long des murs, à proximité de la porte, des eaux sales du voisinage. Déchets, donc, de l’Agro tel que défini dans la loi, qui butent sur les murs de la ville, restée de pleine compétence « municipale ». Les services techniques capitolins sont parfaitement au courant, comme le montre la présence dans les archives de plusieurs documents évoquant ce qui est déjà une affaire, mais choisissent à dessein de ne pas intervenir. Précisons qu’il s’agirait d’un travail d’environ une demi-journée, pour une petite équipe d’ouvriers. Une simple contravention, de pure forme, est dressée à l’encontre de Marotti en octobre 1895, alors que la retenue d’eau se transforme en véritable étang. On nommera bientôt cette mare du nom de Del Pinto, l’ancien propriétaire. Marotti répond à la notification qui lui est faite par une lettre au maire, sur papier à en-tête de son entreprise de travaux publics, Marotti e Frontini ingegneri costruttori. Il estime que les aménagements ne devraient pas être à sa charge, les égouts bouchés ayant assurément été construits par une administration, à qui l’entretien doit logiquement incomber45. Une perche est tendue. C’est à ce moment que se manifestent les premières subtilités juridiques : à la demande du maire, l’ingénieur en chef de la seconde division des services techniques rédige un rapport sur la question, dans lequel il s’efforce d’apporter des arguments à une municipalité décidée à ne pas s’occuper des égouts pour les terrains situés hors les murs. La mairie entend bien ne rien faire avant d’avoir clairement obtenu des services de l’État une reconnaissance de sa compétence territoriale46.

En conséquence de l’article 5 de la loi du 11 décembre 1878 sur la bonification de l’Agro romano, qui demandait au Ministère des Travaux publics de dessiner les bassins versants de chacun des consortiums hydrauliques, le terrain Marotti, situé le long des murs de la ville à la gauche de la Porta San Giovanni, à la hauteur de la Porta Metronia, a été confié en partie au consortium 65 (Vallecola di San Giovanni) et en partie, pour la zone précisément où se trouve la retenue d’eaux usées, au consortium 66 (Valle dell’Almone). Cette division a été très mal faite. [...] L’Administration municipale doit demander à la Préfecture de trouver un remède à cet inconvénient. [....]

27Notons toutefois que le consortium ne devra faire les travaux nécessaires que jusqu’à hauteur des murs de la ville. Pour la partie intérieure, la Mairie s’en occupera.

28La loi de 1878 sur l’Agro, qui a mis en place les consortiums de propriétaires, et retiré en théorie à la mairie une partie de ses compétences, n’avait rien prévu pour les égouts suburbains. Avec le temps, la ville commence à dépasser ses limites antiques, et la question se pose de savoir comment appliquer la nouvelle législation. Il est clair qu’au Capitole, on entend une bonne fois pour toute amener l’État à reconnaître les compétences techniques des services municipaux sur les zones en cours d’urbanisation en dehors des murs, quitte à susciter un dur conflit. L’ingénieur municipal, dans son rapport, donne donc à ses supérieurs tous les arguments pour contrer ceux du Préfet et des services de l’État : l’égout a déjà été réparé par les services de la Comarca en 1847, sous Pie IX, par l’ingénieur Glori. C’est la Segreteria di Stato elle-même qui avait, à cette occasion, approuvé la remise en usage d’une portion antique de canalisation, qui désormais « appartient au consortium 65 ». Déjà alors un étang s’était formé, et avait été construit le tronçon qui s’est bouché dans le terrain Marotti. La mairie, donc, pour un égout obstrué, est prête à employer les grands moyens, et à se lancer dans un long conflit avec l’État, qui met en jeu les plus hauts échelons de la hiérarchie municipale. S’appuyant sur les conclusions du rapport, le maire fait savoir au préfet que la municipalité n’a pas l’intention d’effectuer les travaux hors les murs, puisque cela n’entre plus dans ses attributions.

  • 47 ASC Metronia, Lettre de Ciorciolini au maire, 10-1-1896.
  • 48 La première cependant qui soit parvenue jusqu’aux dossiers d’archives.
  • 49 ASC Metronia, lettre du 22-1-1896. La mairie avait reçu un billet de recommandation de la Casa di S (...)
  • 50 ASC Metronia, Verbale delle deliberazioni della Giunta municipale di Roma, Seduta del 11-2-1896.

29Pourtant, les conséquences de l’incident semblent s’aggraver. Ciorciolini, le locataire des terrains Marotti, écrit au maire en janvier pour se plaindre47. Il affirme que cette lettre est sa cinquième48 et dénonce l’incurie municipale : « Entre la mairie qui ne fait rien et les propriétaires qui attendent, la victime, c’est moi ! [...] Mon terrain est désormais une lande stérile, et je suis à la veille de tomber dans un désespoir sans remède ». Ciorciolini s’adresse aussi à la Reine, si bien que le maire est contraint d’écrire au marquis Guicciolini, Gentilhomme d’honneur de la Maison royale : « La mairie ne peut rien faire, et ce n’est pas à elle de déboucher cet égout, qui n’est pas communal »49 ! La Giunta municipale débat de la question le 11 février suivant50. Le conseiller Koch, maire adjoint chargé des bureaux techniques (assessore all’ufficio quinto), affirme avoir demandé à Marotti de « faire les travaux nécessaires pour faire cesser la transformation en étang de certains de ses terrains à l’extérieur de la ville, près de Porta Metronia ». Pour Koch, de toute façon, le tuyau bouché « n’est pas public ». On convient d’écrire au Préfet, ce que fait le maire le 22 février suivant, lui demandant que le consortium fasse les travaux. Mais rien ne se passe. L’étang d’eau d’égouts demeure, fluctuant dans sa longueur et sa puanteur au gré des saisons.

  • 51 ASC Metronia, lettre du 6-11-1896.
  • 52 ASC Metronia, lettre du 16-11-1896.
  • 53 ASC, contratti, rubrica.
  • 54 ASC Metronia, lettre de Marotti au maire, 15-11-1896.

30Dans une nouvelle lettre, au mois de novembre, Ciorciolini, décidé à défendre ses intérêts, se plaint des exhalaisons pestilentielles51. Le maire Galuppi se contente... d’écrire au préfet pour lui demander de demander au consortium de déboucher l’égout52. Marotti persiste, comme l’attendent de lui ses amis de la mairie (avec qui il continue de bien s’entendre et à travailler sur les chantiers les plus divers53) à demander que le consortium s’entende sur un partage des frais54.

31Faute de trouver une solution en cette année 1896, la controverse semble s’apaiser alors pour quelques années. La mairie n’a pas réussi son coup de force, qui aurait été d’amener la Préfecture, au nom de l’État, à entériner une interprétation de la loi sur l’Agro romano qui lui soit favorable. L’étang reste donc en place, stagnant au pied des murs d’Aurélien. Marotti, bien sûr, n’a pas besoin des terrains, et puisque même la Reine n’a pas réussi à faire triompher les raisons du désespéré locataire, l’affaire peut attendre.

  • 55 ASC, Metronia, lettre du 8-1-1901.

32Elle reprend cinq ans plus tard, longues années de présence d’un étang d’eaux usées aux portes de la ville par la simple faute d’un petit égout bouché que personne ne veut déboucher. L’entrepreneur Marotti, toujours sur papier à en-tête de son entreprise, de la même manière que lorsqu’il correspond avec le Capitole pour ses contrats, écrit au maire55. Le problème, c’est que la malaria commence à frapper plus durement que d’habitude les habitants, et les riverains de l’étang sont durement affectés. Les paysans du lieu, coloni, menaceraient d’abandonner les parages, tant les conditions de vie près de l’étang Del Pinto sont devenues difficiles. La perspective de voir la malaria s’étendre aux quartiers adjacents, en plein développement, a de quoi également effrayer l’administration municipale. Marotti souligne la prégnance de ce risque : « Les fièvres pourraient toucher la ville, tant l’étang en question est proche des murs ». L’entrepreneur a manifestement peur que sa responsabilité soit engagée, d’autant plus qu’il sent que les services d’hygiène de l’État commencent à s’alarmer de la situation, et à presser les services techniques de trouver une solution au problème. Il faut aussi savoir que le mot malaria cache parfois en fait le choléra. À la fin de janvier, la mairie reçoit de ses propres services un rapport d’inspection sanitaire des plus inquiétants :

  • 56 ASC Metronia, Vigilanza del suolo abitato, relazione 28-1-1901 dell’ispezione tecnica eseguita da C (...)

Comme tous les ans après la saison des pluies, l’étang sur la propriété Marotti s’est reformé, et cette fois la superficie de terrain submergée par les eaux usées a au moins quintuplé. L’étang a maintenant une longueur d’un kilomètre et sa largeur va de 100 à 250 mètres. Les paysans n’ont pas le souvenir d’une telle extension de l’étang, et sont morts de peur pour la santé de leurs familles56.

  • 57 ASC Metronia, Lettre de Natale Paniconi à Sua Maestà Vittorio Emanuele per Grazia di Dio e della Na (...)

33En effet, les paysans sont morts de peur, voire morts tout court, comme la famille du pauvre Natale Paniconi, qui, en désespoir de cause écrit au « Re di Talia » une lettre poignante, lui implorant de trouver une solution pour sauver les siens57. La Maison du Roi fait suivre à la mairie avec un petit mot de recommandation.

  • 58 ASC Metronia, lettre du 8-3-1901.

34À la fin de l’hiver, l’idée que la plaisanterie a assez duré commence à s’imposer dans les milieux techniques de la mairie. Mais il faut encore plus d’un an pour trouver une solution. La correspondance interne entre les différents services municipaux montre que quelque chose est en train de bouger, et surtout que l’Ufficio quinto, le service technique, va devoir rendre des comptes aux autres services, notamment à un bureau d’hygiène qui commence à s’étonner des pesanteurs et lenteurs du dossier. L’assessore qui supervise le bureau VIII de l’hygiène écrit ainsi à son collègue du bureau V, en mars 1901, qu’il devient « urgentissime de faire quelque chose »58. Il s’étonne même que l’on ait encore rien entrepris, puisque tous les fonds nécessaires ont été alloués. « À l’approche de la saison de la malaria, surtout depuis les nouvelles découvertes scientifiques, l’Administration assumerait une très grave responsabilité si elle négligeait de remédier à la présence d’un pernicieux foyer de malaria ».

  • 59 ASC Metronia, Rapport du Dr. Ravicini et du Prof. Meli, papier à en-tête de la Préfecture de Rome.

35La Préfecture aussi commence à montrer des signes d’inquiétude. Un rapport du médecin du service sanitaire de la Province est envoyé à la mairie, et dresse un panorama effrayant de la situation aux portes de la capitale59 :

Comme vous nous l’avez demandé, Monsieur le Préfet, nous nous sommes rendus auprès de l’étang dit Del Pinto, qui matériellement se trouve dans le territoire du consortium 66, mais qui en fait n’a rien à voir avec lui. Cet énorme étang de plus d’un kilomètre de long s’est formé en dehors des murs de la ville, derrière Porta Latina (Metronia), dans une petite vallée comprise entre les hauteurs adjacentes. Il en recueille les eaux de pluie et les eaux sales. [...] Le consortium 66 n’a jamais voulu en prendre la responsabilité, à cause du manque de pente naturelle. La question avait déjà gravement préoccupé l’État pontifical lors des premières années du règne de Pie IX. L’État s’était alors engagé à construire un égout pour amener le flux jusqu’au canal de la Marrana. Cet égout existe toujours et est en bonne condition. Sauf qu’il a été bouché par des mouvements de terre qui, bien sûr, on recrée l’étang. [...] Il faut absolument libérer au plus vite la ville de Rome du danger et de la honte d’avoir à ses portes de si vastes marécages. Il convient de dépasser, pour le moment, tout conflit de compétence à ce sujet.

  • 60 ASC Metronia, Lettre du 23-4-1901.
  • 61 ASC Metronia, lettre du 4-4-1901.
  • 62 La Patria, 3-4-1901.

36Les experts recommandent donc au Préfet de demander à la mairie de faire les travaux, et même de l’enjoindre de raccorder l’égout bouché non plus au fossé naturel de la Marrana, mais à l’égout municipal de la Ferratella, que les services techniques municipaux sont en train de construire juste derrière les remparts, à l’intérieur de la ville. La mairie est sur le point d’obtenir ce qu’elle voulait, c’est-à-dire la reconnaissance explicite de la part des services de l’État de sa compétence technique sur les terrains situés au-delà des murs, et donc potentiellement passés sous administration spéciale du fait de la loi sur l’Agro romano. Le rapport du médecin de l’Administration provinciale est transmis au maire par le préfet lui-même le 23 avril 190160. Le 4 avril, il lui avait déjà envoyé une lettre urgente, dans laquelle il demandait de faire étudier les causes et les possibles remèdes de l’inconvénient61. Sur ordre de la préfecture, et à la suite de la plainte de Paniconi, la police s’était rendue sur les lieux. Le verdict des enquêteurs est le suivant : l’égout a été bouché par de la terre déversée par une entreprise de travaux publics. Les policiers se demandent si la terre ne viendrait pas des fouilles des Thermes de Caracalla et du Forum. La presse, également, commence à s’emparer de l’affaire, il devient urgent d’agir62.

  • 63 ASC Metronia, lettre de Francesca Clerici au maire Torlonia, cosignée par Angelo Fanalli, Luigi Str (...)

37Une lettre de certains habitants de la zone affectée par les miasmes nous en apprend un peu plus sur l’origine du mal : Francesca Clerici, qui signe avec d’autres locataires de Marotti et de Del Pinto, désigne clairement l’entrepreneur comme responsable. L’obstruction est due « à une décharge de terre et de gravats dans le terrain Marotti faite avec sa permission et pour son plus grand profit »63. Ce témoignage n’est bien sûr pas une preuve absolue, mais tout un ensemble d’éléments concorde à désigner l’entrepreneur Marotti comme responsable direct. De plus, tout indique qu’au cours de ces années l’administration municipale, dont les services techniques construisent des égouts juste de l’autre côté du mur, ne pouvait pas ne pas être au courant, d’autant que Marotti est un de ses entrepreneurs de confiance, et travaille sur les chantiers des égouts municipaux. La manœuvre a donc vraisemblablement consisté à boucher à dessein un égout dans une zone un peu délaissée, et à laisser traîner l’affaire jusqu’à ce que les services de l’État reconnaissent à la mairie la pérennité de ses compétences territoriales sur les terrains situés hors les murs. Mais les enjeux de ce type de conflit vont au-delà de la simple rivalité technique entre administrations. Ingénieurs municipaux et agents de l’État ont certes depuis une génération au moins de gros contentieux, mais autour de l’affaire des égouts bouchés se joue une autre bataille : celle du coût de la modernisation technique de ce qui en est train de devenir une zone d’expansion urbaine. Les propriétaires des terrains de l’Agro, Torlonia en tête, ont aussi de gros intérêts aux portes de la ville, et ce serait pour eux une très mauvaise affaire que les consortiums de propriétaires aient à payer les frais de mise à niveau des égouts et autres infrastructures. Des quartiers commencent à surgir hors les murs, il est vital pour les grands propriétaires que le type de système qui avait eu cours pour l’urbanisation de l’Esquilin, où la mairie dominée par les grands propriétaires fonciers avait largement subventionné l’équipement des quartiers lotis par les mêmes grands propriétaires, se reproduise. L’affaire de l’étang Del Pinto n’est donc pas qu’un exemple de la longue lutte entre techniciens, elle représente aussi le passage en force des grands propriétaires terriens contre la loi sur l’Agro, afin de ne pas avoir à payer, par l’intermédiaire des consortiums de propriétaires, les frais d’équipement en vue de l’urbanisation de leurs biens fonciers aux abords de la ville. Les sommes en jeu, on l’imagine, vont bien au-delà de la demi-journée de travail nécessaire au curage de l’étang Del Pinto, et le chantage à la malaria a payé. Quant à Marotti, il a assurément gagné dans l’histoire une confiance encore plus grande des conseillers municipaux appartenant aux grandes familles de la noblesse.

38Tout le monde, au sein de l’administration municipale, ne semble pas avoir été au courant du fond de l’affaire. En marge de la lettre de Francesca Clerici, le directeur des services techniques, Moretti, ajoute l’annotation suivante, preuve de sa surprise et de sa colère d’avoir été trompé : « c’est vrai tout ça ? »

  • 64 ASC Metronia, Relazione dell’Ingegnere Capo. Div. I Acque e Strade al Dir. Uff. V. 24-5-1901.
  • 65 ASC Metronia, lettre du 25-5-1901.
  • 66 ASC Metronia, Marotti signale le 19-6-1901 que le terrain appartenait à l’entreprise Marotti, dont (...)
  • 67 ASC Metronia, Lettre de Gregorio Tonelli, avocat des locataires au maire.
  • 68 ASC Metronia, juillet 1901.

39À partir de ce moment-là, tout va très vite. L’ingénieur en chef de la division Eaux et Voirie des services techniques municipaux confirme que la cause du problème est la présence de gravats dans l’égout64. Pour la forme, on demande à Marotti de faire les travaux65. Trois jours plus tard la réponse indique qu’à la suite de la mort de l’associé de ce dernier, Frontini, la propriété est opportunément passée entre les mains d’un héritier résidant à Milan, et qu’on peut toujours essayer de le contacter66. Le 31 mai, les locataires menacent d’intervenir à la Chambre des députés et pendant le conseil municipal67. Cela sera inutile, car à la fin du printemps la mairie lance les travaux. On cherche bien encore l’héritier milanais. Mais début juin il est mineur et donc irresponsable, et fin juin enfin majeur.... mais déjà en prison pour vol, et donc indisponible, comme l’indique la mairie de Milan68. Au moins de juillet, l’entrepreneur Lorenzo Mazzanti effectue les travaux.

  • 69 ASC, Ufficio V, Direzione, Titolo XV, Fasc. 44. Décret municipal du 20-51901 et rapport du bureau m (...)
  • 70 ASC, Ufficio V, Divisione III, Architettura, Titolo 6, Busta 92.

40À quelques centaines de mètres de là, avec une chronologie parallèle et le même type de rebondissements, une autre affaire d’égouts bouchés avait causé de graves désagréments depuis plusieurs années. Mais comme pour l’étang Del Pinto, l’étang Fiorelli, né de l’égout de la Clementina près de San Giovanni, trouve durant l’été 1901 une voie d’écoulement paisible vers le réseau municipal69. Là encore le consortium de propriétaires n’a rien à payer, et la municipalité voit satisfaites ses prétentions à la tutelle technique sur le territoire communal, même hors des murs d’Aurélien. Les terrains en avant de Porta Metronia, et plus largement à proximité des murs près de San Giovanni, sont lotis quelques années plus tard70. Il semble qu’à Porta Metronia, l’administration progressiste d’Ernesto Nathan achète les terrains de l’ancien étang, assurément les moins chers de la zone, et fasse construire de petites maisons populaires.

  • 71 Sur ce point, voir : G. Carpanetto et allii, I quartieri di Roma, Rome, 1997, p. 272.

41Le but de l’administration est de reloger les habitants des cabanes et des baraques de la zone concernée, à l’autre bout de la ville, par les travaux en vue de l’Exposition de 1911. Les hauteurs ont été loties par les propriétaires, mais les parties basses se sont rapidement recouvertes de baraquements précaires, qui ne furent détruits qu’en 193971.

Les miasmes de Porta Maggiore et la mauvaise foi municipale

  • 72 ASC, Ufficio V, Direzione, Titolo XV, Fasc. 49, 50, 56, 57 (renommé 59 en 2001). Documents non clas (...)

42Au tournant du siècle, une autre affaire, plus complexe car mettant en scène de plus nombreuses institutions, permet également de suivre le cheminement et les enjeux de la décision technique pour les terrains sis hors les murs. À Porta Maggiore, en effet, la situation est encore pire, entre 1894 et 1905, qu’à San Giovanni. Un beau dossier d’archives, retrouvé parmi les papiers divers de la Direction des bureaux techniques municipaux, permet de reconstituer ce qui s’y est passé, et quels ont été les enjeux de ce conflit72.

43Porta Maggiore, depuis le milieu des années 1880, est devenue une zone de grande activité. C’est par là qu’entrent en ville les voies de chemin fer en direction de la gare Termini, et à l’occasion de leur élargissement, de nouveaux terrains doivent être conquis. À cet endroit, de plus, est née une activité industrielle importante, notamment avec l’installation de grands moulins. En quelques années, l’écoulement traditionnel des eaux usées est bouleversé, et ce qui était encore une zone presque champêtre devient partie intégrante de la ville. On constate aussi l’apparition des premiers immeubles de rapport.

44Ce sont apparemment des travaux sur la ligne de chemin de fer qui coupent le flux normal d’évacuation des eaux d’égout en 1888. Une retenue se développe, sur des terrains achetés en 1871 par un certain Roncati. Le ministère des Travaux publics semble alors accepter de lui payer une compensation, mais tout s’aggrave lorsque la préfecture s’aperçoit que Roncati prélève les eaux usées du dépôt du tramway hippomobile afin de fertiliser son champ de primeurs. La ville grandit, et les terrains à l’immédiate proximité de la ville deviennent l’enjeu de convoitises parfois contradictoires. Urbanisation, cultures maraîchères, industrie agro-alimentaire, infrastructures de transport, la zone de Porta Maggiore est à la croisée de chemins à la fois convergents dans la logique de croissance urbaine, et fréquemment incompatibles entre eux. Là comme ailleurs, c’est par un conflit sur les compétences techniques en matière d’assainissement que s’établit peu à peu l’équilibre entre administrations concurrentes et corps techniques rivaux. Le litige mène aux frontières de la catastrophe et permet de proroger le déséquilibre entre intérêts particuliers de la propriété foncière et intérêt général.

Fig. 12 – Rome. Schéma de la zone de Porta Maggiore par un géomètre municipal (Archivio storico capitolino. Ufficio V. Direzione. Fasc. 57).

  • 73 ASC Maggiore, Lettre du 9-7-1894.

45L’affaire commence par une inquiétude, durant l’été 1894, de l’assessore du bureau d’hygiène municipal, transmise à son collègue de l’ufficio V : le service reçoit de nombreuses plaintes au sujet de la propriété Roncati, et l’hygiène du quartier Tiburtino, en plein développement, paraît compromise par un écoulement défectueux, doublé d’une utilisation illégale des eaux usées73. Le document circule alors de bureau en bureau, chacun y ajoutant une petite note, se déchargeant du problème sur le suivant. Lors du passage de la lettre par le service technique, G. B. Viviani écrit en marge : « Le problème peut être réglé par quelques coups de pelle d’un bon terrassier. Il n’y a pas besoin d’un nouvel égout qui irait de la propriété Roncati au quartier du Verano ». Les services techniques municipaux semblent décidés à ne rien faire hors les murs, là comme ailleurs. Mais, puisque l’affaire prend ensuite des proportions tout à fait surprenantes, notons encore bien que « quelques coups de pelle suffiraient ».

  • 74 ASC Maggiore, Note de l’assessore Uff. V à l’assessore Uff. VIII, 10-9-1894.

46En septembre, face aux sollicitations renouvelées des collègues de l’hygiène municipale, l’Ufficio quinto admet que si quelqu’un réalise les travaux, les services techniques de la mairie consentiront ensuite à assurer l’entretien74.

  • 75 ASC Maggiore, Lettre du 20-11-1895.

47Durant plus d’un an cependant rien ne se passe. En novembre 1895, une nouvelle plainte arrive, cette fois en provenance de la Società dei Molini e Magazzini Generali. Pour demander une intervention de la Commune, son directeur invoque à la fois le règlement d’hygiène rurale et le décret d’application (26-8-1885, n° 3367) de la loi sur l’Agro romano75. « Ce réservoir d’eaux putrides et d’exhalaisons miasmatiques constitue un attentat permanent à la Santé Publique ». Il souligne qu’il serait très facile à la mairie de raccorder le terrain au réseau municipal d’égouts.

  • 76 ASC Maggiore, rapport de l’inspection du 5-12-1895.

48Le 5 décembre suivant, une inspection sanitaire est conduite sur place par les services municipaux d’hygiène76. Le constat est éloquent : entre les murs, le chemin de fer et la via Casilina, on a une accumulation d’eaux sales et putrides qui inflige au voisinage une atmosphère irrespirable. Mais « La via provinciale Casilina est provinciale ». C’est donc la Province qui devrait intervenir. Mais comme tout va ensuite chez Roncati, les services d’hygiène demandent une intervention de la mairie afin de susciter une entente entre propriétaires quant à la répartition des dépenses. L’inspecteur de l’hygiène fait de plus remarquer que la zone n’est plus une campagne inhabitée, mais a été construite, ce qui exige l’adaptation des réseaux.

  • 77 ASC Maggiore, Ufficiale sanitario SPQR, s.d.
  • 78 ASC Maggiore, Lettre du 31-1-1896.

49L’hiver n’est cependant consacré qu’à un cordial mais stérile échange de lettres entre mairie et Préfecture. Dans les archives, on trouve le brouillon d’une lettre, jamais envoyée, de l’inspecteur sanitaire à ses supérieurs. Il y dénonce « l’inertie absolue de tous les intéressés »77. Un an plus tard, alors que rien n’a encore été fait, le même officier rédige un brouillon de lettre du maire au préfet, espérant que sa démarche donnera l’idée à ses supérieurs de prendre une initiative. L’assessore annote le brouillon, reconnaissant la validité de l’initiative et la nécessité pour la mairie de participer aux frais de construction d’un tronçon d’égout, au même titre que la Société des Chemins de Fer, celle des Moulins ou celle des Tramways. Mais il est d’avis que la conduite des opérations incombe à la Préfecture, « puisqu’on est en présence d’un problème concernant la bonification hydraulique de l’Agro romano »78.

  • 79 ASC Maggiore, Lettre du maire au préfet, 7-2-1896.
  • 80 ASC Maggiore, rapport du 6-8-1896.
  • 81 ASC Maggiore, Lettre du 19-8-1896.

50En février, la Préfecture s’impatiente. Au lieu de parler de la responsabilité technique de la conduite des travaux, le maire consent seulement à évoquer la participation de l’institution qu’il dirige à une sorte de consortium, écho presque ironique des consortiums de propriétaires qui, à la même époque sont au cœur des manœuvres municipales pour reprendre pied dans l’Agro79. Aussi bien la société des Chemins de Fer que celle des tramways voient leurs plaintes sombrer dans les méandres d’une administration capitoline décidément peu encline à s’intéresser au problème. On apprend qu’au moment de la construction des écuries du tramway, il n’y avait pas encore la voie de chemin de fer, et que donc tout allait bien. La société du chemin de fer a ensuite construit un passage pour les eaux sous la voie, mais Roncati l’a bouché pour fertiliser son champ avec les eaux des écuries. D’où l’accumulation et les graves désagréments au moment de l’arrivée des nouveaux habitants de ce qui devenait un quartier. À l’été, le Préfet Zoccoli envoie un officier sanitaire faire un nouveau relevé, dont les résultats sont désolants. Le professeur Mele est aussi envoyé sur place pour une inspection. Son rapport indique que les eaux d’égouts forment désormais un petit étang de 70 m de long80. Zoccoli écrit donc au maire. Sortant de la rhétorique habituelle autour de l’interprétation des effets de la loi sur l’Agro face à la compétence municipale, haussant le ton, il invoque cette fois les impératifs sanitaires81 :

Sans m’arrêter aux raisons qui ont pu pousser votre administration à permettre ou à tolérer une telle situation, si ouvertement contraire à l’hygiène et à la santé publique, je tiens à vous faire savoir qu’il est dans mon intention d’exiger que l’on s’occupe au plus vite de trouver un remède aux causes d’insalubrité, telles que définies à l’article 83 du Règlement Général pour l’Application de la Loi Sanitaire. Je vous prie donc, comme me le permet l’article 133 de la Loi Communale et Provinciale, d’émettre une ordonnance qui oblige la Società Romana dei Tramways e Omnibus de réparer les dommages et de couvrir le fossé en putréfaction.

51Roncati est prié de cesser ses coupables détournements d’engrais. Le Préfet, dont le ton est des plus sévères, exige de plus une réponse immédiate, ainsi que la copie de l’ordonnance municipale.

  • 82 ASC Maggiore. Août 1896.
  • 83 ASC Maggiore, Lettre du 4-6-1897.

52À la mairie, la lettre est transmise aux services techniques. Le 26 août, le Directeur demande l’avis, urgentissimo, du maire, pour la rédaction de l’intimation à effectuer les travaux, à l’encontre de la société des tramways. L’intimo est rédigé82. Mais pendant un an, rien ne se passe. Des contacts sont pris en mars 1897 avec l’avocat du consortium hydraulique 62, Giulio Pagnoncelli, afin de voir ce qui pourrait être fait. Le Préfet s’impatientant de nouveau, à l’approche du retour de la saison de la malaria, le maire lui indique qu’il attend l’avis de son expert juridique, qui arrive en mai 1897 et indique le consortium comme redevable des frais d’aménagement de la zone. Au mois de juin, la mairie fait parvenir au consortium les plans du chantier à mener83, et en septembre l’argumentation juridique des services municipaux est prête : il va s’agir de s’appuyer sur les consortiums pour asseoir les compétences de la mairie. L’enjeu n’est pas encore d’éviter forcément aux consortiums trop de dépenses d’équipement, mais plutôt de plier les entreprises de transport et les sociétés industrielles à la logique de ces consortiums et au fonctionnement municipal. Porta Maggiore est l’endroit idéal pour le faire. Au bureau de la mairie, on travaille en ce sens au printemps 1897, alors que la préfecture continue d’assaillir de réclamations le bureau d’hygiène. L’enjeu autour de Porta Maggiore au tournant du siècle est donc en partie interne aux consortiums, et particulièrement au n° 62, dans lequel se retrouvent les grands propriétaires nobles, traditionnellement conseillers municipaux, et des nouveaux venus, industriels et représentants des grandes sociétés de transports.

  • 84 ASC Maggiore.

53Le problème, c’est qu’au sein de ce consortium, la majorité des votes est contraire à la participation aux frais. Le conseil d’administration, au mois de décembre, délibère en ce sens, ce que confirme l’assemblée générale du 17 décembre 1897. L’argument est que les eaux usées ne sont pas toutes du ressort des propriétaires. Le 5 janvier 1898, le maire écrit une longue lettre au Préfet84. Le brouillon en a été rédigé par le bureau municipal chargé des rapports avec les consortiums de propriétaires. Il est intéressant de noter que, dans cette affaire, plus que le service technique, c’est le service des consortiums qui est en première ligne. L’enjeu est assurément là. Avec une rhétorique tortueuse, le maire tente d’amener à penser que si les propriétaires doivent payer, cela doit se faire dans le cadre du consortium 62. La mairie demande que l’on arrête d’avancer « des subtilités sur l’origine des eaux sales », le problème venant des interprétations des lois de 1876, 1878 et 1882.

  • 85 ASC Maggiore, Lettre du Président de la Province au Maire de Rome, 3-9-1898.
  • 86 ASC Maggiore, Rapport de l’ingénieur en chef de la division des Eaux et de la Voirie à M. Moretti, (...)
  • 87 ASC Maggiore, Lettre du 29-9-1898.
  • 88 ASC Maggiore.

54Ce n’est qu’avec les orages de la fin de l’été suivant que l’on s’intéresse de nouveau à la question. Il semble qu’à cette occasion les égouts de la ville intra-muros aient débordé vers l’extérieur des remparts, et buté sur la via provinciale Casilina85. La mairie envoie sur place un ingénieur, dont le rapport conteste les faits : « il est notoire que la Casilina est tout le temps inondée sans qu’il y ait besoin d’une contribution des eaux urbaines »86. Après une « enquête sur le terrain », qui confirme que toutes les installations municipales fonctionnent sans problème, et que ce sont au contraire les eaux provinciales de la Casilina qui « polluent le sous-sol de la ville », la réponse du maire à la Province est une fin de non recevoir87. Au mois de novembre, la polémique reprend entre le Préfet et le Maire, chacun prenant la plume au mois quatre fois pour répéter ses arguments88. Au plus haut niveau donc des administrations locales, l’affaire de Porta Maggiore continue son parcours bureaucratique.

  • 89 ASC Maggiore, Lettre du 2-12-1898.
  • 90 ASC Maggiore, Lettre du 13-12-1898.
  • 91 Verbale delle deliberazioni della Giunta municipale di Roma, 31-12-1898.
  • 92 ASC Maggiore, Lettre du 4-2-1898.
  • 93 ASC Maggiore, Verbale di visita presso il consorzio 62, 8-2-1899.

55Au mois de décembre, le Préfet croit entrevoir une porte de sortie : le consortium serait prêt à accepter89. La préfecture propose même d’organiser une réunion de conciliation dans ses locaux, entre l’ingénieur du consortium, celui de la mairie et un fonctionnaire préfectoral90. La Giunta débat de la question le 31 décembre suivant, et convient d’envoyer le Directeur de l’Ufficio tecnico municipale, Viviani, à la réunion91. On est encore au plus haut de la hiérarchie. Mais quinze jours plus tard, le préfet n’a toujours pas été informé de la décision de la mairie. C’est Koch qui lui la notifie, indiquant qu’en cas d’absence de Viviani, Moretti pourra y aller. Le 4 février suivant, Moretti est invité par la Préfecture à prendre part à une visite en groupe à Porta Maggiore, fixée au 8 février92. À cette réunion participent Carlo Carassai, avocat de la Préfecture, l’ingénieur Di Mauro, du Génie civil, l’ingénieur Vincenzo Tajetti, de l’administration provinciale, Moretti, Bernardino Luini, ingénieur municipal, Pagnoncelli, du consortium 62, et Enrico Gennari, ingénieur du consortium93. C’est la première fois que le Génie civil prend part au conflit. On discute sur place d’un brouillon de projet d’égout rédigé par les services de la mairie. Après « ample discussion », le consortium reconnaît la validité du projet, et le fait que la supervision technique et la manutention future de l’ouvrage seront de responsabilité municipale. Le consortium accepte aussi de payer sa part, 3100 lires, qui elle-même sera répartie entre les consorts.

  • 94 ASC Maggiore, Lettre du Préfet au maire, 10-3-1899. Sur l’histoire de la fin de la corporation des (...)
  • 95 ASC Maggiore.
  • 96 ASC Maggiore, 18-4-1899, Minuta di ordinanza per i provvedimenti igienici fuori Porta Maggiore.

56En mars pourtant, rien n’a été fait par la mairie, au moment où surgit un nouveau problème : entre 200 et 300 tailleurs de pierre vont s’installer aux abords immédiats de la zone à risque, dans le cadre de la construction du monument à Victor Emmanuel. Aux portes de la ville et au bord de la voie ferrée, le lieu est idéal, mais le préfet a vite fait de comprendre que des eaux chargées de la poussière de taille ne vont pas faciliter l’écoulement régulier des égouts94. Le préfet écrit sur ce thème trois lettres au maire, qui restent sans réponse, et gisent encore au fond du dossier d’archives. Le 11 avril 1899, le préfet en vient même à hausser le ton, expliquant que le ministre de l’Intérieur lui-même exige désormais que les travaux soient engagés95. Cette fois il est entendu, et Moretti rédige le brouillon d’ordonnance municipale, que signe ensuite le maire96.

  • 97 ASC Maggiore, 19-4-1899.
  • 98 ASC Maggiore, Regio Tribunale Civile e Penale di Roma. Intimazione e protesta, 8-5-1899.
  • 99 ASC Maggiore, 10-5-1899.
  • 100 Ordonnance municipale du 19-6-1899.
  • 101 ASC Maggiore, rapport du 7-7-1899.

57Il est ordonné au consortium 62, que préside le Prince Giulio Torlonia, à la société des Moulins et à celle des Tramways, ainsi qu’aux héritiers Roncati, de faire les travaux, en vertu de l’article 131 de la loi municipale. Le lendemain, le maire écrit enfin au préfet, et l’informe qu’il a fait le nécessaire97. C’est l’ingénieur Londei, à un échelon hiérarchique désormais inférieur donc, qui s’occupe de dessiner le projet définitif. L’affaire, cependant, est portée devant les tribunaux par la Société des Moulins Pantanella98. L’eau de lavage des grains qu’elle rejette serait potable, et elle ne voit aucune raison ni de faire des travaux ni de payer. Mairie et membres traditionnels du consortium, qui avaient cru avoir gain de cause, vont devoir se lancer dans une nouvelle phase de la bataille. Le préfet s’adresse alors au maire par télégramme : le Ministre de l’Intérieur veut voir les travaux commencer immédiatement99. Mais l’avocat dépose lui aussi un recours contre l’ordonnance municipale. Le texte commence ainsi : « On s’agite depuis longtemps autour de la question ». En effet. Le consortium demande un délai d’un mois. La mairie lui accorde, assez volontiers, trois semaines100. Les chemises dans lesquelles les archives sont rangées montrent qu’à ce moment-là le dossier, qui était descendu jusqu’à l’ingénieur ordinaire Luini, remonte vers le directeur Viviani. En attendant une solution plus adéquate, la société du Tramway construit une fosse septique pour ses écuries. Mais elle triche dans la construction, comme le dénonce une inspection municipale en juillet : la fosse n’est que pour les toilettes des chauffeurs, les eaux sales des écuries gardant leur cours ancien101.

  • 102 Sur les travaux de construction du Vittoriano, voir C. Brice, Monumentalité publique et politique à (...)

58Leonardi, Ministre de l’Intérieur, écrit lui-même au Préfet, qui recopie pour le maire : le problème gêne maintenant les travaux de construction du monument à Victor-Emmanuel102. Les mois d’août et de septembre sont consacrés à de vifs échanges de lettres et de mises en demeure entre les différents protagonistes de l’affaire. La lecture des brouillons rédigés à la mairie montre toutefois qu’on se retient quelque peu dans le ton au moment de mettre au propre. On arrive à la fin du sixième été. Les héritiers Roncati devraient construire un fossé jusqu’à l’égout municipal, le consortium payer, et la mairie organiser. Mais rien ne va. Les héritiers vont même jusqu’à demander des dommages et intérêts en cas d’impossibilité de fertiliser leurs cultures grâce au détournement des déchets des écuries du tram !

  • 103 ASC Maggiore, 7-4-1900.

59L’affaire reprend au printemps 1900. Par l’intermédiaire du Préfet, le ministère de l’Intérieur fait comme si on reprenait tout à zéro103. Moretti annote, à l’attention de ses subordonnés : « réunir les antécédents et gagner du temps ». Annotation de l’ingénieur chef : « tout devrait être classé à la date du 16-10-1899 ». Le secrétaire : « Oui, mais où ! ». Moretti n’aura pas le dossier. Ainsi va le service technique municipal.

  • 104 ASC Maggiore 19-4-1900.

60Le ministère, quoi qu’il en soit, prévoit une nouvelle excursion sur place. Comme la mairie a perdu les papiers, c’est la préfecture qui fait parvenir une copie du projet technique (municipal !) dont on avait discuté quelques saisons de malaria auparavant104. Il est écrit sur la feuille : « À restituer ». La préfecture, bien sûr, attend toujours.

  • 105 ASC Maggiore, Verbale di ricognizione locale dello stato degli scoli luridi e delle acque pluviali (...)

61Le 8 janvier 1900 a donc lieu une visite à Porta Maggiore. Sont présents l’ingénieur Talocci, Inspecteur en chef des Chemins de Fer, l’ingénieur Bentivegna, du ministère de l’Intérieur (Inspection générale de la Santé publique), l’ingénieur Grimini, « ingénieur gouvernemental pour les travaux du monument à Victor-Emmanuel », et l’ingénieur Moretti, désormais directeur du bureau technique municipal105. On visite le potager Roncati, les écuries du Tram, les cabanes des ouvriers de la pierre et leurs ateliers. Les représentants de l’État, majoritaires, décident d’épargner le consortium de propriétaires (et d’écarter ainsi les enjeux afférents) et de former pour l’occasion un petit consortium, où n’entreraient que les administrations (État, Province, Commune) et les sociétés (Moulins et Tramway).

  • 106 ASC Maggiore, Verbale dell’adunanza 27-6-1900.

62Le 27 juin suivant, on se réunit à la préfecture dans le but de former le consortium106. Le préfet, ayant séparé le problème de Porta Maggiore de l’enjeu majeur de la place des propriétaires nobles dans les consortiums hydrauliques, pense ainsi arriver rapidement à une solution. Débarrassé de l’enjeu majeur, il ne devrait plus avoir de problème pour mettre tout le monde d’accord. Sont présents des représentants de la Province, de la mairie, des Chemins de Fer, du Tramway et des Moulins. Tous adhèrent au devis de 20 000 lires présenté par l’ufficio tecnico comunale.

  • 107 ASC Maggiore, Promemoria per il congresso di giunta del 4-7-1900.

63Le 4 juillet suivant, la Giunta municipale débat de la question. Luini prépare un dossier pour les assessori, qui récapitule les épisodes précédents, ou du moins ceux dont il a retrouvé la trace107. Les relations entre ingénieurs des différentes institutions se détendent, et ils recommencent à s’écrire sans passer par le préfet ou le tribunal. Grimini écrit ainsi à Moretti :

  • 108 ASC Maggiore, 19-7-1900.

Comme la pierre du monument va bientôt arriver dans notre atelier de taille, j’ai, comme tu m’as autorisé à le faire, demandé l’autorisation au ministère des Travaux publics de donner un coup de main pour l’égout [...] Salutations les plus cordiales et poignée de main de la part de ton très cher ami108.

  • 109 ASC Verbali delle deliberaezioni della Giunta municipale, 9-9-1900.
  • 110 ASC Maggiore, compromesso di convenzione, août 1900.
  • 111 ASC Maggiore, octobre 1900.
  • 112 ASC Deliberazioni della Giunta municipale, 31-10-1900.
  • 113 ASC Atti Consiglio municipale, 19-11-1900.

64Tout va alors presque très vite. La Giunta vote en septembre les travaux et les assigne, sans appel d’offre, en trattativa privata, à Mazzanti109. L’accord avec le Ministère disait d’ailleurs que la mairie ferait faire les travaux par un « entrepreneur de confiance »110. En août cependant, les rapports se tendent de nouveau. Grimini demande à Moretti de lui expliquer pourquoi il ne fait rien. En fait, ce sont les héritiers Roncati qui s’opposent au démarrage des travaux. Une indemnité leur sera payée par la mairie111 : 389,36 m2 de salades (endives), broccoli, navets, tomates, pour un total de 58,41 lires. Contre cette somme, la ville va pouvoir être sauvée de la malaria et du choléra, et le monument à Victor-Emmanuel construit. Le maire Colonna veut en finir cette fois. On menace d’expropriation Silvestrini, héritier Roncati, puis la Giunta vote rapidement une servitude sur son terrain pour faire passer l’égout112. Le conseil municipal approuve, le préfet Colmayer est enfin satisfait113.

  • 114 ASC Maggiore, promemoria pel congresso di Giunta, 25-1-1902.
  • 115 ASC Maggiore. Moretti note « On a eu beau chercher partout dans les bureaux, on n’a pu mettre la ma (...)
  • 116 ASC Maggiore, note de l’Assessore Ufficio V à l’assessore Ufficio III, et réponse, Avril 1903.

65Les travaux sont alors exécutés, au début de l’année 1902, l’entrepreneur Mazzanti est payé114, et tout est officialisé quatre ans plus tard par la transcription en acte légal du compromis de 1900. À cette occasion, la mairie a encore perdu les papiers, mais la préfecture les lui prête de nouveau115. Depuis 1901, il reste prévu qu’une fois que la municipalité aurait effectué les travaux, chacun des contributeurs ferait parvenir sa part. En 1903, l’assessore à l’Ufficio V demande à son collègue des finances municipales qui s’est acquitté de sa dette. Il lui est répondu que seule la Province l’a fait, et que ni le Consortium 62, ni le Tramway, ni les Moulins et les Voies ferrées n’ont donné signe de vie116.

  • 117 ASC Maggiore, correspondance entre le préfet et le maire, septembre et octobre 1902.

66En 1902, l’affaire connaît un nouveau rebondissement. Signe de l’urbanisation progressive des lieux, et aussi du retour dans le giron municipal, on parle désormais du suburbio di Porta Maggiore117. Il semble, indice aussi d’un changement dans la conscience urbaine et dans la prise de parole au nom des habitants, que la Società di mutuo soccorso di Porta Maggiore ait fait parvenir aux diverses autorités un certain nombre de plaintes relatives à l’insuffisance des travaux effectués l’année précédente. La lecture des pièces correspondantes dans les archives laisse penser que les travaux ont été faits a minima, et que les propriétaires, au moment de lotir, l’aient fait sans raccorder les nouveaux immeubles au réseau.

  • 118 ASC Maggiore, Correspondance entre la Préfecture et la Mairie, 1902-1905.

67A posteriori, ces informations suggèrent une lecture complémentaire des années précédentes : c’est bien au moment où les propriétaires des terrains (membres du consortium hydraulique, et, souvent, soit conseillers municipaux soit entrepreneurs) entendent construire, que le conflit sur les égouts éclate, au risque de provoquer en ville une recrudescence de malaria, voire de choléra. Le conflit sert donc aussi à exempter les propriétaires de frais d’aménagement de leurs terrains pour l’urbanisation. Mais, à Porta Maggiore, la mairie et les propriétaires traditionnels ne parviennent pas à imposer leur fonctionnement, à cause de la présence parmi le groupe d’institutions n’appartenant pas au même milieu et ne partageant pas les mêmes intérêts. Faute d’accord dans la résolution du conflit, l’urbanisation se fait donc n’importe comment, avec des fosses sceptiques sous les immeubles, à quelques mètres d’un égout municipal à peine construit (avec un calibre rural). En suscitant de nouveau petits conflits du même type, les propriétaires, entre 1902 et 1905, parviennent cependant à faire payer à la mairie le raccordement progressif des nouvelles constructions au réseau municipal118. La logique est donc différente de celle qui a eu cours pour l’urbanisation de l’Esquilin, où le système des conventions permettait que tout soit clair dès le début. Au-delà des murs d’Aurélien, en partie à cause des lois sur l’Agro romano, la connivence entre municipalité et lotisseurs doit passer par le biais d’une phase de conflit pour que soient rendues favorables les conditions financières du raccordement aux réseaux d’assainissement. On suscite donc à dessein des litiges, espérant trouver dans la résolution, quel que soit le temps nécessaire, une solution à un problème de compétence technique de l’institution sur le territoire urbain et de perpétuation des avantages de la caste capitoline des propriétaires fonciers. Les divers dossiers d’archives étudiés ici, qui constituent les trois quarts des archives de la direction des services techniques municipaux pour la période considérée, montrent ainsi comment, plus de vingt ans après 1870, les enjeux pour le contrôle de l’espace urbain se sont déplacés. Le fonds du problème est toujours identique, autour de la tutelle municipale sur le processus d’urbanisation, mais la configuration institutionnelle a changé.

68L’analyse des conflits au jour le jour et selon une sorte de micro-histoire de la décision, ou plutôt de l’indécision, a de plus permis de suivre le cheminement d’une médiation entre institutions et au sein des milieux techniques. Le litige est explicitement conçu comme un moment d’explicitation des aires de souveraineté technique des différentes institutions. On n’hésite pas, entre ingénieurs, à faire courir à la ville des risques sanitaires énormes (on imagine ce que peut représenter un étang d’eaux d’égouts d’un kilomètre de longueur et de 150 mètres de large), dans le seul but de forcer l’instance rivale à reconnaître formellement la compétence municipale sur des terrains potentiellement affectés par la promulgation des lois sur la campagne romaine. On a pu voir également comment les consortiums de propriétaires, créés par l’État pour donner un cadre contraignant à une noblesse peu encline à se mettre en frais pour améliorer les conditions sanitaires de la capitale, constituent en fin de compte un écran dont use la mairie pour préserver ses prérogatives. L’important, au tournant du siècle, est aussi de voir comment le conflit entre mairie et État, qui se défait peu à peu de ses connotations religieuses, perdure sur le terrain de la préservation des prérogatives foncières du Capitole. Entre 1890 et 1905, le milieu des propriétaires parvient à protéger sa domination sur l’espace à urbaniser de la capitale. Il n’est pas surprenant, partant, de constater ensuite que les grandes opérations étatiques d’urbanisme au xxe siècle ne se font que dans la voie de la connivence et de la conciliation. La loi de 1903, qui donne satisfaction aux propriétaires, constitue à ce titre un nouveau pas sur un chemin qui sera ensuite parcouru à de nombreuses reprises.

69Tout autant que la lecture de l’évolution du système électoral, la compréhension de ces processus permet d’éclairer certains des aspects les plus importants du difficile passage de l’ancien régime urbain à la démocratie municipale.

Notes

1 Pour une situation de la propriété dans la campagne romaine au moment du rattachement : Direzione del Censo in Roma, Notizie statistiche sull’Agro romano, Rome, 1871. ASC. Biblioteca 11 552 (13). Voir aussi : C. De Cupis, Saggio bibliografico degli scritti e delle leggi sull’Agro romano, Rome, 1903. Sur la mise en place, au Moyen Âge, des structures de la propriété foncière dans la campagne romaine, et sur l’origine des rapports entre noblesse urbaine, siège pontifical et territoire suburbain, voir : M. Lenzi, La terra e il potere. Gestione delle proprietà e rapporti economico-sociali a Roma tra alto e basso Medioevo (secoli x-xii), Rome, 2000. L’auteur étudie tout particulièrement les mutations des formes de contrat de location des terres.

2 Pour une étude historique et anthropologique d’un latifundo (méridional dans ce cas), voir : M. Petrusewicz, Latifundo. Economia morale e vita materiale in una periferia dell’Ottocento, Venise, 1989.

3 Voir, par exemple, pour le milieu des années 1870 : F. Belfiore, La malaria di Roma, Naples, 1876 ou M. Lanzi et G. Terrigi, La malaria e il clima di Roma, Rome, 1877. Pour les périodes ultérieures : A. Celli, La malaria secondo nuove ricerche, Rome, 1893 et A. Celli, Storia della malaria nell’Agro romano, Città di Castello, 1925. Sur cette maladie, voir aussi : R. Sallares, Malaria and Rome. A History of Malaria in Ancient Italy, Oxford, 2002.

4 Voir P. Della Seta et R. Della Seta, I suoli di Roma, op. cit., p. 42.

5 L. Bortolotti, Roma fuori le mura. L’Agro romano da palude a metropoli, Rome-Bari, 1988, p. 68.

6 Allocution aux cardinaux, le 23-12-1872, citée par Della Seta, op. cit., p. 43.

7 Loi n° 1402 du 19-6-1873.

8 Voir F. Gurreri, La liquidazione dell’Asse ecclesiastico nella Campagna romana. Vecchi e nuovi proprietari, cambiamenti e permanenze, dans Storia urbana, n° 42, 1988.

9 Voir aussi Della Seta, op. cit.

10 Gazzetta Ufficiale, 26-11-1870 : Relazione dei Ministri dei Lavori pubblici e per l’Agricoltura, l’Industria e il Commercio a S.M. in udienza del 20 corrente mese sul Regio Decreto che istituisce una Commissione per gli studii e le pro-poste di provvedimenti utili al bonificamento e l’irrigazione dell’Agro romano.

11 Voir M. Scardozzi, La bonifica dell’Agro romano nei dibattiti e nelle leggi dell’ultimo trentennio dell’Ottocento, dans Rassegna Storica del Risorgimento, 1976, p. 202-218.

12 Voir C. Capalbo, La campagna romana nell’Ottocento fra sviluppo e crisi : le tenute Doria Pamphili, dans Società e Storia, 1997, n° 77, p. 551-580.

13 Loi n° 4642 du 11-12-1878.

14 Voir A. Caracciolo, Roma capitale, op. cit., p. 119.

15 Voir : Atti della Commissione nominata dai Ministri dei Lavori pubblici e dell’Agricoltura Industria e Commercio per la bonifica dell’Agro romano, dans Annali dell’Agricoltura, 1880, n° 30.

16 Voir Bortolotti, op. cit., p. 89-90.

17 Idem.

18 Voir : D. Berti, Discorso pronunciato nell’inaugurare i lavori della Commissione pel bonificamento dell’Agro romano il dì 19 novembre 1883, Rome, 1883. ASC. Biblioteca 11 538 (17).

19 Loi n° 474 du 13-12-1903.

20 Ibid., p. 120.

21 F. Snowden, op. cit. Snowden étudie les épidémies de choléra à Naples, en Calabre et dans les Pouilles à partir des archives médicales et douanières américaines, où l’on trouve le décompte des immigrants infectés, année par année, avec leur région de provenance. Il montre que ces épidémies ont eu une amplitude bien plus forte que ce qu’avaient admis les autorités italiennes, et que le choléra est resté présent en Italie à l’état endémique jusqu’à la Première Guerre mondiale. Si on ne peut toujours suivre l’auteur dans ses extrapolations statistiques, il est certain qu’il est le premier à montrer cette présence de l’infection. Pour ce qui concerne Rome, nous nous en tiendrons à penser que le problème était forcément à l’esprit des préfets.

22 Pour une réflexion autour de la notion de médiation, dans un contexte comparable, voir : A. Musi, Burocrazia comunale e mediazione politica nel Mezzogiorno tra Ottocento e Novecento, dans M. Soresina (dir.), Colletti bianchi... op. cit., p. 58-71.

23 Regio Decreto del 10 novembre 1905, n° 647, che approva il Testo Unico delle Leggi di bonificamento dell’Agro romano e sulla colonizzazione dei beni demaniali dello Stato.

24 Legge del 17-7-1910, n° 491, concernente provvedimenti per estendere il bonificamento dell’Agro romano.

25 Pour une étude transversale sur l’importance urbaine des murailles : J. Tracy (dir.), City Walls. The urban enceinte in global perspective, Cambridge, 2000.

26 Entre le milieu des années 1890 et le milieu des années 1900, la Préfecture envoie à la mairie plusieurs centaines de lettres de protestation au sujet d’égouts bouchés, causant de graves nuisances hygiéniques, dont plusieurs dizaines émanant du préfet lui-même. Pour la période précédente, aucune, pour la période suivante, aucune, pour ce qui en résulte dans les archives municipales.

27 Voir F. Bartoccini, Roma nell’Ottocento... op. cit., p. 725.

28 Voir A. Caracciolo, I sindaci di Roma, Rome, 1993.

29 Voir A. Ciampani, Governo nazionale... loc. cit.

30 Ciampani, loc. cit., p. 99.

31 Sur l’importance des remparts dans l’histoire des villes, voir : C. De Seta et J. Le Goff, La Città e le mura, Rome-Bari, 1990.

32 Voir F. Bartoccini, op. cit., p. 727-728.

33 Voir A. Caracciolo, Roma capitale, op. cit., p. 261.

34 Voir : R. Martinelli, Antonio Labriola (1843-1904). Politica e teoria alle origini del pensiero marxista in Italia, Rome, 1988.

35 ASC, Gabinetto del Sindaco 1889-1890.

36 Caracciolo, op. cit., p. 263.

37 Voir M. Caravale, Le leggi speciali per Roma dell’Ottocento, dans M. De Nicolò (dir.), L’Amministrazione comunale di Roma... op. cit, p. 131-162.

38 Sur l’institution préfectorale, voir : M. De Nicolò (dir.), La prefettura di Roma, op. cit.

39 Voir M. Guercio, Il decennio di Luigi Gravina (1880-1890). Un prefetto tra Depretis e Crispi, dans M. De Nicolò (Dir), op. cit., p. 245-264.

40 Ibidem.

41 Voir F. Bartoccini, op. cit., p. 732 et s., ainsi que A. Parisella, loc. cit.

42 Loi du 8-8-1904, n° 320.

43 Loi n° 320 du 8-8-1904.

44 ASC, Ufficio V, Direzione, Titolo XV, fasc. 32 et 44, 1896-1902, désormais ASC Metronia.

45 ASC Metronia, lettre du 12 décembre 1895.

46 ASC Metronia, relazione del ingegnere capo della 2a divisione alla Direzione dell’Ufficio V, 28-12-1895.

47 ASC Metronia, Lettre de Ciorciolini au maire, 10-1-1896.

48 La première cependant qui soit parvenue jusqu’aux dossiers d’archives.

49 ASC Metronia, lettre du 22-1-1896. La mairie avait reçu un billet de recommandation de la Casa di S.M. la Regina, 13-1-1896.

50 ASC Metronia, Verbale delle deliberazioni della Giunta municipale di Roma, Seduta del 11-2-1896.

51 ASC Metronia, lettre du 6-11-1896.

52 ASC Metronia, lettre du 16-11-1896.

53 ASC, contratti, rubrica.

54 ASC Metronia, lettre de Marotti au maire, 15-11-1896.

55 ASC, Metronia, lettre du 8-1-1901.

56 ASC Metronia, Vigilanza del suolo abitato, relazione 28-1-1901 dell’ispezione tecnica eseguita da Caprioti.

57 ASC Metronia, Lettre de Natale Paniconi à Sua Maestà Vittorio Emanuele per Grazia di Dio e della Nazione Re di Talia.

58 ASC Metronia, lettre du 8-3-1901.

59 ASC Metronia, Rapport du Dr. Ravicini et du Prof. Meli, papier à en-tête de la Préfecture de Rome.

60 ASC Metronia, Lettre du 23-4-1901.

61 ASC Metronia, lettre du 4-4-1901.

62 La Patria, 3-4-1901.

63 ASC Metronia, lettre de Francesca Clerici au maire Torlonia, cosignée par Angelo Fanalli, Luigi Stramaccioni et Pietro Luzzi, 29-4-1901.

64 ASC Metronia, Relazione dell’Ingegnere Capo. Div. I Acque e Strade al Dir. Uff. V. 24-5-1901.

65 ASC Metronia, lettre du 25-5-1901.

66 ASC Metronia, Marotti signale le 19-6-1901 que le terrain appartenait à l’entreprise Marotti, dont Frontini était associé, et qu’à la mort de ce dernier l’entreprise a été dissoute et la propriété de ce terrain est passée aux héritiers Frontini.

67 ASC Metronia, Lettre de Gregorio Tonelli, avocat des locataires au maire.

68 ASC Metronia, juillet 1901.

69 ASC, Ufficio V, Direzione, Titolo XV, Fasc. 44. Décret municipal du 20-51901 et rapport du bureau municipal des Eaux et de la Voirie du 25-5-1901.

70 ASC, Ufficio V, Divisione III, Architettura, Titolo 6, Busta 92.

71 Sur ce point, voir : G. Carpanetto et allii, I quartieri di Roma, Rome, 1997, p. 272.

72 ASC, Ufficio V, Direzione, Titolo XV, Fasc. 49, 50, 56, 57 (renommé 59 en 2001). Documents non classés et non catalogués, désormais ASC Maggiore.

73 ASC Maggiore, Lettre du 9-7-1894.

74 ASC Maggiore, Note de l’assessore Uff. V à l’assessore Uff. VIII, 10-9-1894.

75 ASC Maggiore, Lettre du 20-11-1895.

76 ASC Maggiore, rapport de l’inspection du 5-12-1895.

77 ASC Maggiore, Ufficiale sanitario SPQR, s.d.

78 ASC Maggiore, Lettre du 31-1-1896.

79 ASC Maggiore, Lettre du maire au préfet, 7-2-1896.

80 ASC Maggiore, rapport du 6-8-1896.

81 ASC Maggiore, Lettre du 19-8-1896.

82 ASC Maggiore. Août 1896.

83 ASC Maggiore, Lettre du 4-6-1897.

84 ASC Maggiore.

85 ASC Maggiore, Lettre du Président de la Province au Maire de Rome, 3-9-1898.

86 ASC Maggiore, Rapport de l’ingénieur en chef de la division des Eaux et de la Voirie à M. Moretti, ingénieur directeur de l’Ufficio V, 14-9-1898.

87 ASC Maggiore, Lettre du 29-9-1898.

88 ASC Maggiore.

89 ASC Maggiore, Lettre du 2-12-1898.

90 ASC Maggiore, Lettre du 13-12-1898.

91 Verbale delle deliberazioni della Giunta municipale di Roma, 31-12-1898.

92 ASC Maggiore, Lettre du 4-2-1898.

93 ASC Maggiore, Verbale di visita presso il consorzio 62, 8-2-1899.

94 ASC Maggiore, Lettre du Préfet au maire, 10-3-1899. Sur l’histoire de la fin de la corporation des tailleurs de pierre et l’évolution du métier, voir : F. Fusco, Gli scalpellini nella Roma dell’Ottocento : dalla corporazione alle associazioni di mestiere, dans Roma moderna e contemporanea, Sett-dic. 1998, p. 473-489.

95 ASC Maggiore.

96 ASC Maggiore, 18-4-1899, Minuta di ordinanza per i provvedimenti igienici fuori Porta Maggiore.

97 ASC Maggiore, 19-4-1899.

98 ASC Maggiore, Regio Tribunale Civile e Penale di Roma. Intimazione e protesta, 8-5-1899.

99 ASC Maggiore, 10-5-1899.

100 Ordonnance municipale du 19-6-1899.

101 ASC Maggiore, rapport du 7-7-1899.

102 Sur les travaux de construction du Vittoriano, voir C. Brice, Monumentalité publique et politique à Rome. Le Vittoriano, Rome, 1998 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 301).

103 ASC Maggiore, 7-4-1900.

104 ASC Maggiore 19-4-1900.

105 ASC Maggiore, Verbale di ricognizione locale dello stato degli scoli luridi e delle acque pluviali nella zona fuori Porta Maggiore a sinistra di via Casilina, 85-1900.

106 ASC Maggiore, Verbale dell’adunanza 27-6-1900.

107 ASC Maggiore, Promemoria per il congresso di giunta del 4-7-1900.

108 ASC Maggiore, 19-7-1900.

109 ASC Verbali delle deliberaezioni della Giunta municipale, 9-9-1900.

110 ASC Maggiore, compromesso di convenzione, août 1900.

111 ASC Maggiore, octobre 1900.

112 ASC Deliberazioni della Giunta municipale, 31-10-1900.

113 ASC Atti Consiglio municipale, 19-11-1900.

114 ASC Maggiore, promemoria pel congresso di Giunta, 25-1-1902.

115 ASC Maggiore. Moretti note « On a eu beau chercher partout dans les bureaux, on n’a pu mettre la main dessus ».

116 ASC Maggiore, note de l’Assessore Ufficio V à l’assessore Ufficio III, et réponse, Avril 1903.

117 ASC Maggiore, correspondance entre le préfet et le maire, septembre et octobre 1902.

118 ASC Maggiore, Correspondance entre la Préfecture et la Mairie, 1902-1905.

Table des illustrations

Légende Fig. 12 – Rome. Schéma de la zone de Porta Maggiore par un géomètre municipal (Archivio storico capitolino. Ufficio V. Direzione. Fasc. 57).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1506/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 553k

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540