Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rome, ville technique (1870-1925)

 | 
Denis Bocquet

Chapitre III. Éléments d’une histoire politique de la mairie et de ses rapports avec l’état entre 1870 et 1925

Texte intégral

  • 1 Pour une critique de la fascination de la gauche romaine au xxe siècle pour l’héritage de Nathan, (...)

1L’histoire politique de la mairie entre 1870 et le fascisme est désormais largement faite. Il n’est pas question ici de prétendre apporter dans ce domaine de nouveauté fondamentale, mais plutôt de fournir au lecteur les clés principales nécessaires à la compréhension et à la mise en contexte des épisodes narrés dans les chapitres qui suivent. L’intention est également de tenter de poser certaines des bases interprétatives que les chapitres suivants serviront à éclairer sous un jour différent. Après plusieurs décennies marquées par un certain éblouissement historiographique, pendant lesquelles l’essentiel de la recherche sur l’histoire de la municipalité romaine était concentré autour des déboires connus par la gauche capitoline lors des trois parenthèses progressistes (Pianciani, deux fois, et Nathan), le panorama scientifique est maintenant nettement plus ouvert, y compris de la part d’historiens progressistes, au reste de la période : ces plus de 45 ans sur 52 pendant lesquels le Capitole a été dominé par les forces conservatrices1. Loin de vouloir ici réinterpréter l’ensemble des phénomènes, il s’agit seulement, dans un premier temps, d’exposer les grandes lignes de cette histoire politique. Si, dans les chapitres suivants, il s’agira de confronter cette histoire politique à une lecture différente, autour de thématiques inexplorées, le but est pour l’instant d’exposer à la fois ce que l’on sait de la période au plan politique, et la manière avec laquelle les différentes phases ont été jusqu’ici étudiées.

  • 2 Sur l’organisation générale de l’État italien, voir : R. Romanelli (dir.), Storia dello Stato ital (...)
  • 3 Sur ce point, voir : C. Pavone, Le prime elezioni a Roma e nel Lazio dopo il XX Settembre, dans Ar (...)
  • 4 C. Pavone, loc. cit., p. 384.
  • 5 Idem. Sur le cercle dans l’Italie bourgeoise, voir, à partir de l’exemple milanais, l’étude de M. (...)
  • 6 Sur l’histoire de la presse italienne, voir : P. Murialdi, Storia del giornalismo italiano, Bologn (...)

2Après la brève période marquée par les institutions provisoires mises en place par les autorités militaires, Rome est rapidement dotée d’institutions conformes à la loi de 18652. Les premières élections ont lieu le 13 novembre 18703. Votent les citoyens mâles payant plus de 25 lires d’impôts annuels. Le corps électoral est de la sorte très réduit par rapport à celui du plébiscite. La constitution des listes électorales donne d’ailleurs lieu, comme le souligne Claudio Pavone, à des incidents dans certaines paroisses, où le clergé tente d’interdire aux autorités italiennes, considérées comme impies, la consultation des registres paroissiaux devant servir de base à la rédaction des nouvelles listes. Environ 3,5 % de la population votent. Il est un temps question, sous l’égide de Pianciani, qu’une seule grande liste d’union se présente, incluant tous les partis et n’excluant « que les prêtres »4. Augusto Silvestrelli, Diomede Pantaleoni et Alessandro Calandrelli sont d’accord, ainsi que le Circolo Popolare romano. Entre la fin du mois d’octobre et le début du mois de novembre, plusieurs réunions se tiennent à la Chambre de Commerce, auxquelles participent les principaux cercles politiques et sociaux de la ville (Circolo popolare romano, Circolo Cavour, Circolo Bernini, Circolo dei Commercianti, Circolo delle Convertite, di San Carlo, al Corso, Legale, Tecnico, dei Letterati)5. À la fin de la première semaine de novembre, on parvient, semble-t-il, à s’entendre sur 46 noms, dont 22 du Popolare (mais parmi eux seul Pianciani est vraiment democratico). Mais quelques jours plus tard, les négociations échouent. Plusieurs listes sont ainsi présentées au suffrage des citoyens riches. Les deux listes principales sont celle modérée, présentée par le Circolo Cavour et soutenue par la Gazzetta del Popolo, et celle démocratique du Circolo romano, soutenue par le journal La Capitale6. En ces premiers temps du rattachement, les frontières entre mouvances politiques sont encore floues, et plusieurs noms se retrouvent sur les deux listes. Dans l’élan de la conquête et de la victoire, des conservateurs passent encore pour progressistes. Ils se présenteront plus tard comme conservateurs laïcs, et seront, selon la plus directe des logiques politiques, les premiers à se rapprocher des conservateurs cléricaux.

  • 7 L’archéologue Pietro Rosa, Giuseppe Lunati, Alessandro Calandrelli, Alessandro Spada.
  • 8 Pour une évaluation de l’action de Grispigni, voir : F. Grispigni, Rendiconto morale dell’Amminist (...)

3La liste modérée reprend l’essentiel de la Giunta provisoire, à laquelle s’ajoutent plusieurs notables de premier rang. La liste démocratique est menée par Pianciani. Elle comprend Luigi Amadei, Nino Costa, A. Castallani, et le mazzinien Giuseppe Petroni. Lors de la brève campagne électorale, les démocrates dénoncent déjà, derrière l’apolitisme déclaré des modérés, la volonté d’une conciliation avec les cléricaux. Ces derniers ne participent cependant pas encore aux élections de 1870. Pour le premier tour, le 13 novembre, la participation est d’environ 50 %. La liste modérée obtient le plus de sièges. 40 personnages y figurant sont élus, contre 24 de la liste progressiste (4 sont élus sur les deux listes7). Mais l’opposition démocratique est plus faible que ces chiffres ne pourraient le faire penser, puisque sur la liste progressiste figuraient de nombreux candidats que l’autre liste n’aurait pas reniés, et qui rejoignent rapidement la majorité. Luigi Pianciani est élu, mais avec seulement 1 600 voix. Le conseil, composé de 60 membres (Rome n’entre pas encore dans la catégorie des plus grandes villes, dotées d’un conseil de 80 membres), compte dès lors Caetani, Maggiorani, Di Carpegna, Massimo, Angelini, Poggioli, Alatri, Marchetti, Silenzi, Corsetti, Armellini, Amadei, Tittoni, Simonetti, Venturi et Costa parmi les élus. Claudio Pavone compte 11 nobles, 14 grands propriétaires, 7 avocats, 3 architectes et 4 professeurs. Aux deux extrêmes du paysage censitaire représenté au Capitole, Francesco Pallavicini paie 23 000 Lires d’impôts, Paolo Luigioni 25. Après un bref passage de l’avocat Lunati à la tête de l’administration, c’est le prince Filippo Andrea Doria Pamphilj qui devient maire. Même dans ce moment d’abstention de la noblesse conservatrice et cléricale, le groupe social parvient à préserver ses prérogatives. Dans une période d’instabilité, suivent, au poste de maire, Francesco Pallavicini, autre grand noble, et l’intermède des assessori Grispigni puis Venturi8.

  • 9 C. Pavone, loc. cit., p. 408.
  • 10 Sur les élections législatives en Italie après 1870, voir : G. Guidi, Parlamento ed elezioni. Le d (...)

4Les élections législatives de ce même mois de novembre 1870, sont fortement marquées par les échos du 20 septembre. Le gouvernement avait pensé un temps se contenter d’intégrer à la Chambre les 15 nouveaux députés des régions conquises9. Mais l’assemblée est finalement dissoute, et des élections générales organisées10. La question principale est à ce moment la participation des Catholiques. Pour ceux qui ne ressentent pas le besoin d’afficher une négation complète des institutions italiennes, se pose la question, soit de punir le gouvernement Lanza et Quintino Sella de la conquête de Rome, au risque de voir la gauche progresser, soit de voter pour la droite, au nom d’une précaution politique qui ferait fi du sacrilège. Pour les plus intransigeants des cléricaux cependant, il ne fait aucun doute que l’abstention va de soi, tout vote exprimé valant symboliquement ratification du rattachement. À Rome, les principaux candidats sont présentés par le Cercle Cavour pour les modérés, et par le cercle populaire pour les progressistes. Rome compte 5 circonscriptions. Les 5 candidats modérés sont élus. La campagne, qui avait été marquée par la tentative des candidats progressistes de susciter une candidature de Quintino Sella, ministre démissionnaire, n’a pas permis à la gauche de s’affirmer.

  • 11 Au Capitole, dans la palais des Conservateurs, une plaque rappelle la première réunion du conseil  (...)
  • 12 Voir D. Bocquet et F. De Pieri, Public works and municipal government in two Italian capital citie (...)
  • 13 Surtaxe sur les terrains et les immeubles, octroi, taxe sur le bétail et sur les produits alimenta (...)
  • 14 Voir A. P. Torri, Indagine sulle finanze del Comune di Roma nei primi 25 anni dopo il 1870, dans S (...)

5Au Capitole, le premier conseil municipal élu avait placé à sa tête l’avocat Giuseppe Lunati11. Avait suivi rapidement le prince Filippo Andrea Doria Pamphilj, Francesco Pallavicini, et Venturi. Les modérés dominent cette assemblée, et mènent d’emblée une politique tournée vers le développement de la capitale sur les hauteurs de l’Esquilin. Le lotissement du quartier commence très vite, pour le plus grand profit des grands nobles propriétaires. Là encore, c’est très tôt qu’est manifesté un des choix principaux de l’expansion de Rome capitale : la ville se développera sur les terrains de la noblesse, qu’elle lotit rapidement, mais loin du Vatican. Toute urbanisation du quartier des Prati di Castello, entre le fleuve et les murailles, est de fait proscrite. C’est la noblesse municipale qui opère ce choix décisif. La mise en place des services municipaux constitue par ailleurs une des premières tâches de la nouvelle municipalité. Modèle est pris sur l’organisation turinoise12. Les finances municipales également constituent d’emblée un des problèmes principaux de la nouvelle administration. Les entrées prévues par la loi de 186513 ne sont, en aucune manière, susceptibles de couvrir les besoins de la mairie, ni de fonctionnement, ni d’investissement. Dès les premiers mois de 1871 un vaste emprunt est contracté auprès de la Banca Nazionale14.

  • 15 Voir S. Rebecchini, loc. cit., p. 283.

6Le moment particulier de règne hégémonique des conservateurs laïcs à la mairie dure peu. Dès le tout début de l’année 1871 s’opère le rapprochement que laissait déjà entendre le contexte des élections municipales de novembre 1870, et le Capitole est dès le printemps le théâtre d’une précoce participation politique des Catholiques les moins intransigeants à la vie politique italienne, certes locale, mais avec des échos nationaux fréquents, capitale oblige. L’Unione romana forme ainsi, de 1871 à 1919 (date à laquelle elle se fond dans le parti populaire de don Luigi Sturzo), une force politique importante au Capitole. Ses fondateurs sont Pietro Pacelli, Filippo Tolli, Francesco Vespignani et Virginio Jacoucci15. Les élections de 1872 sont leur premier essai, et à partir de cette date ils constituent une force de première importance dans la vie politique romaine.

Le moment Pianciani

  • 16 Voir L. Toschi, Luigi Pianciani. Venti anni di lotte democratiche in Roma capitale (1870-1890), da (...)
  • 17 Sur ce point : S. La Salvia, Luigi Pianciani e la democrazia italiana dopo l’Unità : contributo al (...)

7Ce sont pourtant les progressistes qui tirent d’abord le bénéfice des tâtonnements du camp conservateur, plus, il est vrai, autour du personnage de Luigi Pianciani que d’une véritable action collective. Mazzinien et maçon, Pianciani a marqué l’histoire de Rome dans la seconde moitié du xixe siècle, et surtout des décennies 1860 et 1870. Reprenant à son compte l’idéal mazzinien de la troisième Rome, il mène durant de longues années un combat politique pour l’avènement d’un pouvoir laïc et démocratique dans la ville éternelle. Né à Rome en 1810, du comte Vincenzo Pianciani et de la princesse Amalia Ruspoli, appartenant donc à la plus haute noblesse romaine, après des études de Droit, il devient inspecteur général des douanes pontificales, puis gonfalonier de Spolète en 1847. D’opinion progressiste et démocrate, il s’engage ensuite dans le corps de volontaires de l’État pontifical qui a rejoint les patriotes italiens, et devient député de la République romaine de 1849. Il est ensuite contraint à l’exil et passe alors douze années entre la France, la Suisse, l’Angleterre et la Belgique. Compagnon de Mazzini lors de l’expédition manquée de Terranova contre l’État pontifical en 1860, il s’installe en 1861 à Spolète, dont il devient député, affilié à la gauche16. Dans les années qui suivent les premières phases de l’Unité, le comte Luigi Pianciani travaille, avec les Comitati di provvedimento per Roma e Venezia, à la consolidation des réseaux démocratiques dans la Rome pontificale, qui reste à conquérir17. Il est également très actif à Spolète. En 1866, il s’engage dans les Chasseurs alpins, dans l’espoir de participer à la prise de Rome, et en 1867 rejoint Garibaldi pour la campagne de Mentana. Il s’installe à Rome dès les jours qui suivent le 20 septembre 1870. Pianciani est d’abord élu député (de Spolète) et conseiller municipal (de Rome). À la Chambre, il propose une loi de réforme de l’administration municipale et provinciale, qui rompe avec certains des principes essentiels de la loi de 1865. Il n’est pas suivi en ce sens, mais parvient à apparaître aux yeux des progressistes romains et du pays tout entier, comme le héraut d’une organisation locale fondée sur les principes de la démocratie.

  • 18 Sur ce point, voir : C. M. Fiorentino, La questione romana... op. cit., p. 199.

8La saison Pianciani de 1873-1874 marque à Rome la première parenthèse, et expérience, progressiste à la mairie. Le personnage incarne alors une double opposition : au programme gouvernemental de Quintino Sella et de la génération dite de la droite historique pour la capitale, et aux forces catholiques et conservatrices qui déjà ont investi les institutions municipales, renouvelées par l’application à Rome de la loi italienne. Face à Sella, ministre des Finances et maître à penser de la Rome capitale pour le gouvernement, et à ses idées d’une Rome sans industrie, à l’abri des rumeurs ouvrières (à l’hiver 1870-1871, au moment où est scellé le sort de Rome capitale, les opinions conservatrices de l’Europe entière sont frappées par les échos de la Commune de Paris), Luigi Piancini se fait le promoteur d’une capitale qui soit aussi un grand centre commercial et industriel. Face à Sella et au développement de la ville « italienne » vers le plateau de l’Esquilin, loin des murs du Vatican, Pianciani prône une urbanisation du quartier des Prati di Castello, qui jouxte la Città Leonina. Pour le camp catholique, le contexte est celui d’une alarmante maladie de Pie IX et de la diffusion de rumeurs sur un prochain décès du souverain pontife18. Pianciani incarne, malgré la proximité sociale avec ce représentant de l’aristocratie, une ligne qu’il convient de combattre à tout prix.

  • 19 Pour 1871, voir : L. Pianciani, Relazione della Commissione formata dai Consiglieri Bompiani, Mana (...)
  • 20 Atti Consiglio comunale, 13-3-1871.

9Au Capitole, Pianciani tente également de mettre en œuvre une réforme de l’administration municipale qui aille dans le sens d’une rationalisation de l’organisation des bureaux. Déjà membre de la commission de 1871 pour la mise en place du nouveau système bureaucratique municipal, mais en tant que membre de l’opposition, il tente, une fois à la tête de la Giunta, d’aller plus loin19. Mais il se heurte à l’inertie des bureaux de l’administration capitoline et des adjoints, les assessori. Pour ce qui concerne l’urbanisation de l’Esquilin, Luigi Pianciani était lié par les décisions des Giunte précédentes. Loin de suivre la route que des conseillers plus radicaux, comme Pantaleoni, lui indiquaient (expropriation de tous les terrains constructibles du quartier), il s’est contenté d’exproprier l’espace destiné aux rues et aux places20. Pour financer les travaux, Pianciani se déclare en faveur d’un vaste emprunt municipal, qui permette de ne pas grever les budgets municipaux ordinaires, et préserve la marge de manœuvre de la mairie vis-à-vis de l’État. Luigi Pianciani, après avoir renoncé à une alliance avec l’aile la plus à gauche du camp progressiste, était donc parvenu à obtenir le poste de maire, le 9 décembre 1872. Les modérés s’étaient ralliés à son nom. Débarrassé de ses fidélités trop marquées à gauche, le comte parvient à rassurer la noblesse modérée, qui reconnaît volontiers en lui un des siens. À ce moment, l’appartenance du principal conseiller progressiste au milieu de la haute aristocratie prime sans aucun doute sur les seules options politiques. Pianciani n’en demeure pas moins un ancien exilé, républicain converti, comme Garibaldi, à l’allégeance à la dynastie de Savoie par opportunisme patriotique, et un militant anticlérical convaincu. Face aux difficultés de faire passer ses réformes, il s’adresse à plusieurs reprises directement aux citoyens par le biais d’opuscules. Cette façon d’agir en tribun de la plèbe lui vaut de vives inimitiés dans un système municipal fondé sur la ségrégation censitaire.

10Le grand projet de son premier passage à la tête du Capitole est le plan régulateur. Instrument municipal de planification urbaine par excellence, le plan est destiné à orienter l’extension de la ville. Après avoir réorganisé l’Ufficio Quinto des services municipaux, le service technique, Pianciani lance la rédaction de ce plan d’extension et de régulation. Il parvient à faire adopter selon ses vues un tel document le 8 octobre 1873, après avoir empêché que la réalisation des travaux prévus par l’ingénieur Viviani soit divisée en trois catégories, et donc reportée sine die. Malgré sa préférence marquée pour un agrandissement de la capitale vers les Prati, Pianciani est contraint de poursuivre la politique de ses prédécesseurs, qui allait dans le sens d’une priorité à l’Esquilin. L’urbanisation des Prati, si elle est inscrite dans le plan, demeurera un objectif irréalisable pendant encore plus d’une décennie. De toute façon les travaux ont commencé sur l’Esquilin. Dans le domaine du logement social, Pianciani se heurte aux réticences tant de l’État que des propriétaires. Après l’échec d’un projet sur la via Salaria, il parvient cependant à faire construire, grâce à une participation municipale, plusieurs immeubles aux loyers modérés à Trastevere (Piazza San Cosimato) et sur l’Esquilin. Au bout de quelques mois en revanche Pianciani bute sur la double opposition des progressistes les plus avancés, qui s’impatientent de le voir sans cesse transiger, et des conservateurs et cléricaux, visés par les mesures fiscales municipales prises dans le but de financer la politique sociale. En janvier 1874, l’assessore aux finances de Pianciani, Galletti, présente au Conseil municipal un compte-rendu des sommes engagées par la mairie. L’opposition, par l’intermédiaire d’Alatri, saisit le prétexte de l’ampleur de l’endettement pour attaquer le maire. Il s’agit surtout, le Plan régulateur ayant été voté, d’agir avant que les bureaux techniques municipaux ne fassent parvenir leurs plans au ministère des Travaux publics pour validation. La giunta démissionne le 4 juillet 1874, Pianciani le 12. C’en est fini de ce qui n’aura été qu’une brève période d’illusions.

11L’avocat Pietro Venturi lui succède, et retrouve ainsi son fauteuil de maire, fermant la première parenthèse progressiste à la mairie de Rome. La conséquence soudaine de ce changement est l’oubli dans lequel tombe immédiatement le plan régulateur. L’Esquilin est de nouveau livré aux spéculateurs, selon des procédures de conventions dérogatoires. La noblesse municipale lotit ses terrains sans encombre, la mairie construit rues et égouts selon un système qui revient largement à investir de l’argent public dans le profit privé, comme l’ont souligné les divers auteurs de l’historiographie marxiste.

  • 21 Sur ce point : L. Toschi, loc. cit., p. 65.

12En 1876, dans le sillage de la gauche victorieuse sur le plan national, Pianciani est élu député de Rome. En 1878 à la Chambre, il préside la commission de vigilance sur les travaux du Tibre. En 1880, il est réélu à la députation, à la faveur d’un succès de la gauche romaine, dû en partie au refus des Catholiques de participer au vote (à Rome, Baccelli, Garibaldi, Lorenzini et Ratti sont aussi élus). Mais Pianciani et les progressistes butent toujours, lors des élections municipales de 1880 et de 1881, face à la force du bloc conservateur modéré et catholique. Pianciani reste cependant la référence de la gauche romaine. Lors d’une manifestation populaire au Capitole en 1881, il est acclamé maire de la ville, pour une éphémère communion progressiste sur la colline, alors solidement contrôlée par le bord clérical21.

Le Capitole des conservateurs et le vote des lois spéciales pour Rome

  • 22 A. Ciampani, op. cit.

13L’étude politique des années 1876-1881 au Capitole, longtemps délaissée par l’historiographie italienne où dominaient les historiens progressistes fascinés par les expériences Pianciani et Nathan, a récemment bénéficié d’un important renouvellement, essentiellement avec les travaux d’Andrea Ciampani22. L’analyse des années qui suivent dans la Capitale l’arrivée au gouvernement de la génération de la gauche dite à son tour historique a ainsi pu être menée sous un jour différent : la période n’est plus l’interstice historiographique entre deux brefs passages des progressistes au Capitole, mais mérite une lecture sui generis. A. Ciampani montre par exemple qu’au moment des élections municipales de 1877, s’opère un rapprochement entre droite et gauche en une liste libérale unique, destinée à contrer l’influence cléricale, mais que la victoire d’un camp libéral où ne dominent pas les progressistes, prépare en fait des rapprochements ultérieurs entre droites libérale et catholique. Dès 1878 apparaissent les premiers signes d’une telle transformation, phénomène d’abord typiquement romain et qui constitue une sorte d’écho en symétrie de ce que l’historiographie italienne appelle, au plan national et pour les transformations de la gauche, le trasformismo. Le mandat du maire Venturi est marqué par cette évolution, qui prépare le règne des clerico-moderati.

  • 23 Sur ce point, voir : G. Martina, Un duplice centenario. La morte di Vittorio Emanuele II e di Pio (...)
  • 24 Sur ce point, voir : A. Ciampani, op. cit., p. 132.

141878, avec la mort de Pie IX et de Victor-Emmanuel II, auxquels succèdent Léon XIII et Umberto Ier, est en de nombreux points une année tournant pour la Capitale et pour l’histoire politique italienne23. À partir de cette date, l’Unione romana, association électorale catholique parrainée par le Vatican pour les élections municipales romaines, envisage d’accepter de participer à la gestion de la ville24. Andrea Ciampani démontre que cette stratégie répond à un dessein très clair et planifié directement par le Vatican, sous l’égide de Mgr Jacobini, de prendre directement le contrôle de la municipalité romaine. Aux élections municipales de 1879 et 1880, cette stratégie s’avère payante, et l’Unione romana augmente considérablement son influence. En 1880 s’accomplit même en plein ce « transformisme à la romaine », la liste catholique intégrant plusieurs noms significatifs du camp libéral constitutionnel. De nouvelles convergences apparaissent donc, logiques d’un point de vue politique, entre des conservateurs que l’histoire particulière de Rome avait divisés en deux camps depuis 10 ans. La période est aussi caractérisée par de nouvelles ruptures, l’esprit du Risorgimento ne suffisant plus à unir sous une même bannière des hommes à la vision politique singulièrement différente. Mais la transformation politique à l’œuvre n’est pas la seule modification que connaît la capitale en ce tournant des années 1880.

  • 25 Pour une synthèse sur le thème des lois spéciales pour Rome, voir : M. Ca-ravale, Le leggi special (...)
  • 26 Sur l’ambiguïté entre municipalité et capitale, voir aussi : M. De Nicolò, Una persistente ambigui (...)
  • 27 Voir M. T. Bonadonna Russo, Il primo decennio di Roma italiana e la legge speciale del 1881, dans (...)
  • 28 Elle est ensuite approuvée par le Sénat, et promulguée le 14 mai 1881.

15En 1881 est en effet apportée une première modification significative au statut de Rome capitale, avec le vote d’une loi spéciale25. La commune capitale n’est, à partir de ce moment, plus régie par la seule loi générale sur les municipalités et les provinces de mars 1865, mais commence à répondre à une législation dérogatoire. Au centre du débat qui mène à cette évolution, se trouve le problème des finances municipales. La mairie est ainsi contrainte, face à l’impossibilité de payer seule les dépenses d’équipement de la capitale de l’État, de céder une part de ses prérogatives contre une participation gouvernementale à son budget26. On a là toute l’ambiguïté des rapports entre mairie et État lors des premières décennies de Rome capitale : l’État, par la loi de 1865, concède de grands pouvoirs à une mairie souvent contrôlée par un camp politique adverse, mais la contrepartie de ces prérogatives est que la construction de la capitale même de l’État doit se faire aux frais de la mairie, qui bien sûr ne peut y faire face par ses seules recettes ordinaires, ni par sa capacité d’endettement. Vient alors le moment d’un ajustement. La loi de 1881 entre de la sorte dans la redéfinition du statut de la capitale. Elle est votée dans un contexte politique de grande tension entre le Capitole et le gouvernement, et fait suite à plusieurs années d’infinies difficultés financières de la mairie27. C’est à partir du moment de l’arrivée de la gauche au pouvoir que la question d’une participation de l’État aux dépenses municipales de modernisation de la capitale est soulevée. Dès 1876, et son discours programmatique de Stradella, Depretis évoque l’idée d’une prise en charge par le gouvernement de certaines dépenses. Mais l’iter politique et bureaucratique de la loi de 1881 commence en fait en 1878, par une série de rencontres entre le Président du Conseil Cairoli et le maire de Rome Emanuele Ruspoli. Un projet de loi est présenté l’année suivante à la Chambre, mais n’obtient que peu de faveurs. Prévoyant l’octroi de 50 millions de lires au Capitole, pour une assistance dans la construction du palais de Justice et du Policlinico, ainsi que pour la destruction du Ghetto, il n’est pas voté. Après les crises gouvernementales de 1879 et 1880, le projet est de nouveau d’actualité l’année suivante. Une convention est d’abord signée entre le maire de Rome et le Président du conseil. Ce texte est ensuite présenté à la Chambre pour approbation. La discussion occupe l’Assemblée pendant dix séances, du 10 au 18 mars. La loi est finalement votée par 194 voix contre 7228. Le titre retenu est celui de « participation de l’État aux dépenses pour les travaux publics de la capitale ». Une somme de 50 millions de lires est attribuée à la mairie, en 20 tranches annuelles de 2,5 millions. Les plans d’exécution des travaux doivent être soumis à l’État, qui augmente ainsi son contrôle sur la modernisation de la capitale. Les termes de la loi apportent cependant une ambiguïté supplémentaire au rapport entre mairie et État dans la capitale : l’État concourt aux dépenses par une somme fixe, et la mairie par son budget, qui devra absorber les inévitables dépassements. La mairie demeure chargée de la construction d’œuvres d’intérêt clairement étatique, comme l’hôpital militaire. Pour la ville, qui avait dépensé près de 275 millions de lires en travaux publics depuis 1870, elle apporte un réel, mais temporaire, soulagement du fardeau financier. La loi de 1881 oblige aussi la municipalité à voter un nouveau plan régulateur. Parmi les travaux municipaux auxquels l’État doit participer, on trouve : le palais de justice, le palais de l’Académie des Sciences, l’hôpital général, un quartier militaire pour le logement des troupes, un hôpital militaire d’une capacité de mille lits, la place d’Armes. On le voit, malgré l’engagement de l’État, c’est encore à la mairie qu’il incombe de construire la capitale de l’État.

  • 29 Voir A. Ciampani, op. cit., p. 221.

16L’année 1881 est, par ailleurs, marquée par d’importantes évolutions dans la vie politique capitoline et dans les rapports entre une municipalité de plus en plus directement contrôlée par le Vatican, et le gouvernement. De 1870 à 1878, le Capitole était contrôlé par une aristocratie propriétaire qui, bénéficiant de la spéculation sur les terrains, construisait la capitale de l’État avec le soutien passif du monde catholique, contre les progressistes et les anticléricaux. À partir de 1878-1880, le Capitole est explicitement l’objet d’un investissement politique de la Papauté. Cette mutation correspond aussi à la volonté du gouvernement Depretis de favoriser le transformisme pour concurrencer la gauche, représentée au niveau national par Cairoli. Les élections municipales de juin 1881 sont le point d’orgue de cette évolution29. Les forces modérées et progressistes ne parviennent pas à s’entendre, et l’Unione romana reçoit l’appui de nombreuses personnalités libérales conservatrices, dont Torlonia et Balestra. Le 19 juin, 11 000 des 22 000 électeurs inscrits votent, ce qui dénote une forte participation dans le contexte romain, et donnent une nette victoire aux Catholiques.

  • 30 Voir A. Ciampani, op. cit., p. 257.
  • 31 Décret du 30-9-1881.

17Les mois suivants voient cependant d’intenses manœuvres politiques se mettre en œuvre, entre gauche, droite, et catholiques. Le climat politique évolue aussi, après les incidents, en juillet 1881, autour du transport des restes de Pie IX à Saint-Laurent-hors-les-murs. À cette occasion, se rouvre une forte brèche entre gouvernement et Saint-Siège, que le climat politique national des années précédentes avait masquée30. C’est alors, dans un souci de se concilier à la fois le milieu social de la droite catholique romaine et la gauche gouvernementale, que Depretis tente d’imposer Pianciani au Capitole. Il s’agit, pour le Président du Conseil, plus de reprendre les rênes au niveau national, que de jouer de stratégie au plan local. L’été 1881 est le moment d’une intense reprise, à Rome, du mouvement anticlérical, et le gouvernement ne peut se permettre de risquer d’apparaître comme l’instrument des cléricaux. Le transformisme capitolin est ainsi provisoirement sacrifié sur l’autel de la légitimité gouvernementale. Malgré sa défaite aux élections municipales de 1881, Pianciani est en effet nommé maire de Rome par le Premier ministre Depretis à la fin du mois de septembre 188131. Compte alors autant son milieu familial que son appartenance politique.

18Le comte est placé dans un contexte difficile : contrairement à la situation qui l’avait amené à ce poste dix ans auparavant, où il disposait d’une majorité, certes faible et divisée, mais réelle tout de même, il ne dispose en 1881 d’aucune majorité. Le conseil municipal lui est même très hostile. La majorité reste cléricale et conservatrice modérée.

19La nomination de Pianciani par le gouvernement, à l’encontre du choix des urnes, apparaît même comme une volonté de changer le statut de la capitale, ou du mois la pratique. Le gouvernement semble vouloir lier le Capitole aux choix ministériels. Le maire apparaît dans cette perspective plus comme un préfet représentant le pouvoir central, que comme l’émanation de la notabilité propriétaire locale, selon l’esprit de la loi de 1865. Dès le début des années 1880, on rencontre ainsi les premiers pas vers une volonté de contrôle plus direct de la municipalité de la capitale par le pouvoir central. Le choix de Pianciani par Depretis, dans un moment de grande tension politique, s’il ne manifeste sans doute pas encore tout à fait une théorisation de cette volonté de tutelle, exprime au moins le désir de sortir de la logique de blocage entre gouvernement national et gouvernement local romain, par une tentative de contournement des règles implicites de la démocratie censitaire municipale. L’usage veut en effet que le gouvernement choisisse le maire parmi la majorité municipale, ou qu’au pire, il s’abstienne de choisir, le maire désigné par le Conseil faisant alors office de maire, facente funzione dans la terminologie bureaucratique italienne, dépourvu de confirmation ministérielle. Le choix de Pianciani répond aussi à une autre nécessité pour le gouvernement du Roi (le souverain lui-même tient d’ailleurs à rencontrer Pianciani avant sa nomination) : renouer avec la noblesse romaine, par-delà les oppositions idéologiques. Pour ce faire, le choix de Pianciani est avant tout celui d’un membre de la haute aristocratie, qui saura parler avec des adversaires comme lui bien nés. La stratégie est plutôt efficace, et Pianciani parvient à ramener la majorité municipale à des positions plus conciliantes envers le gouvernement, après cependant de violents épisodes de protestation, en novembre et décembre 1881.

  • 32 Ibid., p. 285.
  • 33 Sur ce point, voir : L. Toschi, loc. cit., p. 67.

20Le second passage de Pianciani à la tête de la mairie n’est donc en rien un moment de triomphe univoque des progressistes, qui restent minoritaires. Comme l’a montré A. Ciampani, les Catholiques, dans les premiers mois de la seconde Giunta Pianciani, sont associés à de nombreuses décisions, et demeurent inclus dans un dialogue entre milieux pro-gouvernementaux et noblesse romaine32. Avec l’infléchissement de la ligne gouvernementale de Depretis vers l’anticléricalisme, la situation évolue cependant rapidement, et le Capitole apparaît comme un réduit progressiste encerclé par les forces conservatrices et cléricales. Le maire reprend alors ses tentatives d’orienter différemment le développement de Rome capitale. Dans les derniers jours de décembre 1881, une commission est de nouveau créée pour l’étude du plan régulateur. Depuis près de huit ans, ce terme avait disparu de la rhétorique municipale. Vitelleschi en prend la tête. Comme en 1873, Pianciani refuse que les travaux soient divisés en classes selon leur degré d’urgence (manière éternellement efficace d’enterrer les projets progressistes). Pour tenter de passer en force face à une giunta méfiante et à un conseil municipal hostile, Pianciani tente à ce moment de s’adresser de nouveau directement à l’opinion publique, par la publication d’un opuscule, la Lettera ai Romani33. Cette initiative ne fait évidemment que renforcer l’hostilité de la majorité capitoline contre le maire, et le 1er mai 1882, Pianciani est contraint à la démission par le Conseil municipal. La seconde parenthèse est close.

  • 34 Pianciani meurt à Spolète en 1890, à l’âge de 80 ans.

21Au cours des années qui suivent, Pianciani demeure un personnage important dans la vie politique nationale. Il est tour à tour vice-président de la Chambre des députés et Président du conseil provincial de Pérouse. En 1889, la gauche romaine a de nouveau l’occasion de monter au Capitole. Guido Baccelli renonce. Mais Pianciani ne peut prétendre au fauteuil de maire, en raison de l’incompatibilité de la charge avec celle de député établie par la loi de 188834. Il n’y aura pas de troisième giunta Pianciani.

  • 35 Loi du 8 juillet 1883, n° 1482.
  • 36 Loc. cit., p. 149.

22En 1883 une nouvelle loi vient garantir à la mairie le concours du gouvernement aux dépenses pour la capitale, à la suite d’une convention passée entre la mairie et l’État. Suite à l’approbation de la loi de 1881, la municipalité romaine était dans l’obligation de rédiger et voter un plan régulateur des travaux. Le chef des services techniques municipaux, l’ingénieur Alessandro Viviani, en est chargé, et présente son projet au conseil municipal le 27 avril 1882. Le 20 juin ce projet est approuvé par l’instance délibérative municipale. Il est ensuite soumis au Parlement, et devient loi le 8 mars 1883. Pour financer les travaux, la mairie sollicite la garantie de l’État à la souscription d’un emprunt municipal. Deux conventions sont signées au printemps 1883 à ce sujet entre le Capitole et le gouvernement. La mairie s’endette de 150 millions de lires, à 4 % par an sur 75 ans. Au mois de juillet, le parlement approuve les conventions. C’est la loi spéciale de 188335. Comme le souligne Mario Caravale, la loi de 1883 se place dans la droite ligne de toute la logique précédente : la municipalité est seule à avoir compétence pour l’intervention sur le territoire urbain, au prix de devoir payer les dépenses d’équipement pour le compte de l’État36. Les mesures législatives ne font qu’atténuer les conséquences de cette disposition fondamentale de la loi de 1865 et du schéma administratif italien, et en dernière instance contribuent à l’enfermement de la mairie dans la logique d’un endettement démesuré.

  • 37 Sur cette période de la vie politique capitoline, voir : A. Ciampani, Governo nazionale, ambienti (...)

23Après la seconde parenthèse Pianciani, la vie politique au Capitole reste fermement sous le signe du conservatisme catholique. De 1882 à 1887, le duc Leopoldo Torlonia occupe la charge de maire37.

  • 38 Sur ce point, voir : G. Spadolini, L’opposizione cattolica, Milan, 1994 (1ère éd. Florence, 1972).
  • 39 Loc. cit., p. 92.
  • 40 A. Ciampani, loc. cit., p. 95.

24Cette période, longtemps oubliée par l’historiographie, fait désormais l’objet d’une attention particulière, notamment avec les travaux d’Andrea Ciampani. Pour cet auteur, la Rome des années 1880 est intéressante en tant que laboratoire du rapprochement entre droite catholique et droite nationale en Italie. L’enjeu est autant une nationalisation de la noblesse, qu’une insertion des Catholiques dans la vie politique nationale38. À partir de 1882-1883, l’Unione romana, instance capitoline de l’opinion catholique, parvient à élargir son cercle d’influence, et à constituer une opposition viable aux projets de Depretis pour la capitale. Pour A. Ciampani, autour de la rhétorique de la bonne administration, feignant de faire abstraction des enjeux politiques, se déroule à ce moment un réel rapprochement entre droite religieuse et droite issue du Risorgimento. Le jeune duc Leopoldo Torlonia est la figure de proue de ce mouvement, d’abord en tant que facente funzione de maire, puis en tant que maire à part entière à partir de 1887. Conseiller municipal libéral constitutionnel à l’âge de 22 ans en 1876, il se présente en 1881 comme candidat des libéraux et des Catholiques. Il devient maire à la chute de l’administration Pianciani. Il obtient, à partir de cette date, un ferme soutien de l’Unione romana et du Vatican. On voit alors, au travers de ce personnage, s’opérer le rapprochement entre trois instances jusque-là antithétiques : le nationalisme de gauche de Depretis (Torlonia siège au Parlement dans ce camp), la monarchie savoyarde d’Umberto I, et le Vatican. Aux élections municipales de 1883, qui voient le nombre de conseillers passer de 60 à 80 du fait de l’augmentation de la population de la capitale, l’Unione romana devient la force dominante au Capitole, aux côtés des libéraux « transformistes » proches de Depretis. Le principal représentant de l’Unione, Camillo Re, devient assessore de Torlonia. Entre 1883 et 1887, le parti catholique participe directement à la gestion de la ville. Pour les élections municipales partielles de 1884, Andrea Ciampani montre l’étroitesse des contacts entre Catholiques et Libéraux dans la préparation des listes, autour encore du thème du bon gouvernement urbain39. La liste catholique, qui triomphe aux élections, comporte un nombre significatif de libéraux, proches surtout des milieux monarchistes et de la cour de Savoie. Cette alliance de fait, non encore théorisée mais efficace et très claire, suscite certes des dissensions dans le camp libéral, et le développement parallèle de la rhétorique maçonne et anticléricale, mais pour l’instant domine amplement la vie politique locale. Elle constitue aussi le socle d’une tentative plus large, au niveau national, d’insertion des milieux catholiques dans la dynamique monarchiste et nationale. Aux élections suivantes, Depretis fait en sorte que l’équilibre du rapprochement soit maintenu, préférant cette fois inclure sur la liste libérale appuyée par le gouvernement des noms de représentants de l’Unione. En 1886, Torlonia se maintient au pouvoir au Capitole, face à Cairoli, Pianciani et Balestra. Lors de la crise gouvernementale de 1887, les catholiques capitolins servent de relais entre Depretis et le Vatican, dans la recherche d’une porte de sortie. Mais l’ère Depretis finissante marque une limite à l’expérience romaine. Dans le dernier gouvernement Depretis, on trouve ainsi déjà Crispi comme ministre de l’Intérieur. Un tel nom ne peut que déplaire à Léon XIII. L’équilibre gouvernemental repart vers la gauche anticléricale. Dans l’espoir de préserver un semblant d’équilibre au Capitole, Depretis donne une nomination officielle au maire Torlonia, en échange de sa démission de la Chambre des députés40. C’est Ricciotti Garibaldi, anticlérical modéré, qui gagne les élections législatives partielles qui suivent. Aux élections municipales partielles de juin 1887, la liste catholique triomphe. Le transformisme ne domine plus une scène politique romaine où réapparaît de plus en plus fortement la dichotomie entre nationaux et Catholiques. Les plus grands représentants progressistes sont battus : Pianciani, Armellini, Amadei, Seismit Doda, Ferrari et Ferri.

  • 41 G. Candeloro, Il movimento cattolico..., p. 215 et s.

25L’expérience capitoline d’une giunta trasformista prend fin avec la mort de Depretis à l’été 1887. Dans le camp catholique, on assiste à la même époque à un déclin du clerico-moderatismo, au profit d’un retour à une ligne plus intransigeante41.

Les visées de Crispi sur la capitale

  • 42 Sur la vie politique nationale, voir : F. Barbagallo, Da Crispi a Giolitti. Lo Stato, la politica, (...)

26Le climat au Capitole change considérablement avec l’arrivée du militant anticlérical sicilien Francesco Crispi au poste de Président du conseil42. Une de ses premières décisions est la destitution de Leopoldo Torlonia de sa charge de maire, en 1887. Contre l’avis du Roi, qui voyait d’un bon œil le rapprochement entre cour et monde catholique, Crispi s’emploie à exclure les cléricaux de la gestion de la capitale. Grâce à son action, la liste catholique est battue aux élections municipales partielles de 1888.

  • 43 Voir M. De Nicolò, loc. cit., p. 75.
  • 44 Sur ce personnage : M. De Nicolò, Trasformismo, autoritarismo, meridionalismo : il minitro dell’In (...)
  • 45 Voir : R. Romanelli, Il comando..., p. 279 et s. Pour une étude sur le thème de l’élargissement de (...)
  • 46 Loi n° 5865 du 30 décembre 1888, intégrée à la législation précédente dans la loi unique du 10 fév (...)
  • 47 Sur cette période, voir : E. Gentile, L’Italia giolittiana. 1899-1914, Bologne, 1990, ainsi que : (...)

27La loi de 1888, voulue par Crispi, élargit le corps électoral municipal. Elle fait suite, indirectement et tardivement, à une relance des discussions sur le schéma administratif national, après l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1876. S’il faut attendre plus de dix ans, c’est que la première génération d’hommes de gouvernement après 1876 est contrainte de revenir sur ses projets. Le programme de Depretis énoncé à Stradella en 1876 comprenait ainsi une volonté de décentralisation administrative43, mais une fois au pouvoir, la gauche reprend à son compte l’héritage de Ratazzi. Entre 1876 et 1884, diverses commissions parlementaires étudient pourtant la question, sous l’égide notamment de Nicotera44. Ce n’est qu’avec l’arrivée de Crispi au pouvoir qu’une réforme est engagée. Le dessein est de rendre élective la charge de maire, et d’élargir le corps électoral municipal45. Un projet de loi est présenté en novembre 1887 à la Chambre. La loi est approuvée en décembre 188846. Voteront désormais aux élections municipales les hommes de plus de 21 ans sachant lire et écrire et payant plus de 5 lires par an d’impôts municipaux. Au niveau national, le corps électoral municipal passe de 2 à 3,3 millions de personnes. La charge de maire devient réellement élective au sein de la Giunta municipale dans les villes de plus de 10 000 habitants. De nouvelles réformes ont lieu sous Giolitti une vingtaine d’années plus tard47. À partir de 1912 tous les hommes votent.

  • 48 Pour le jugement d’un contemporain sur cette crise : A. Pajella, La crisi edilizia di Roma. Consid (...)

28L’action de Crispi face aux problèmes de Rome capitale a lieu dans le contexte d’une grave crise de la construction et du secteur immobilier, qui fait suite à la croissance démesurée des années 1881-1887, qualifiées, dans l’historiographie italienne, d’années de la febbre edilizia48. Crispi est convaincu que la municipalité n’a pas les moyens de sortir de sa situation de crise financière chronique. Le Capitole constituant par ailleurs un fort pôle d’opposition à ses options politiques nationales, il décide d’appliquer à son encontre une politique dirigiste et autoritaire.

  • 49 Voir : V. Pacifici, Crispi e le elezioni amministrative del 1889, dans Rassegna storica del Risorg (...)
  • 50 Loi n° 6980 du 20 juillet 1890.
  • 51 Sur ce point, voir le bilan dressé par un conseiller municipal en 1890 : M. Guastala, Per Roma. Ap (...)
  • 52 Voir M. Caravale, loc. cit., p. 153.

29Les élections de 1889 sont les premières qui suivent la réforme électorale promue par Crispi en 188849. Le corps électoral est considérablement élargi, et représente à partir de ce moment plus de 11 % de la population. Un décret du 21 juillet 1889 convoque pour tout le Royaume des élections municipales et provinciales pour le 15 novembre. Au Capitole, le contexte politique a considérablement changé depuis l’arrivée de Crispi à la tête du gouvernement : l’Unione romana ne participe pas à ces élections municipales. C’est en 1890 qu’est votée sous l’égide de Crispi une nouvelle loi régissant les rapports financiers entre l’État et la mairie50. Contrairement à celle de 1883, elle n’est pas précédée d’une convention, et émane directement de l’État et de la représentation nationale. Cette loi rompt avec la logique fondamentale de l’ordre bureaucratique et administratif italien depuis 1865, qui voulait que la commune ait compétence exclusive sur les transformations de l’espace urbain. La loi de 1890 attribue à l’État, à la faveur d’une énième crise des finances municipales51, des compétences inédites, comme la prise en charge de l’achèvement de travaux en retard, ou le lancement de nouvelles réalisations. Le gouvernement du Roi prend ainsi le contrôle du chantier de la via Cavour. L’État, par le Génie civil, pose ainsi le pied dans une ville qu’il devait jusque-là se contenter de regarder depuis le Tibre et le monument à Victor-Emmanuel, seuls chantiers étatiques au cœur de la capitale. Une part de la finance municipale romaine passe par ailleurs sous la tutelle directe du ministère des Finances52.

  • 53 Voir le bilan que dresse Finocchiaro Aprile de son action au Capitole : C. Finocchiaro Aprile, Rel (...)
  • 54 L’action de Cripi concerne aussi les structures de la bienfaisance citadine, secteur traditionnell (...)
  • 55 G. Sani, Comitato Liberale Permanente per le elezioni amministrative di Roma. In memoria dei soci (...)

30L’année 1890 est aussi marquée par la réalisation du dessein de Crispi de la mise en place d’un contrôle direct du gouvernement sur le Capitole. Le Conseil municipal issu des élections de 1889 est rapidement dissout. Crispi, malgré l’absence de la liste cléricale, n’y trouve pas les soutiens nécessaires. À sa place est nommé un commissaire gouvernemental, chargé de gérer la ville au nom du Premier ministre. L’action du commissario straordinario Camillo Finocchiaro Aprile s’inscrit ainsi dans la droite ligne de la volonté de Crispi d’écarter les Catholiques du Capitole et, prenant acte de l’impossibilité d’une domination électorale anticléricale à Rome, de limiter les prérogatives de la mairie53. Crispi craint en fait autant les conséquences sur la vie politique nationale de l’expérience transformiste capitoline, que ses seules implications locales. L’ère Crispi est de la sorte la manifestation d’un sursaut anticlérical contre une trop précoce conciliation54. Le Capitole, qui était au centre de la tentative de rapprochement entre Royauté et Papauté, est la première cible de la correction crispinienne d’une trajectoire réfutée par une part importante du mouvement national italien. En cette même année meurent deux figures de la gauche romaine : Pianciani et Baccarini55.

  • 56 Voir : F. Mazzonis, Un adeguato concetto di Roma capitale, dans Studi romani, 1986, p. 82-94.
  • 57 Voir : E. Ruspoli, Esposizione finanziaria fatta al Consiglio Comunale nella seduta del 27 gennaio (...)
  • 58 Voir, sur ce point, les réflexions de M. De Nicolò, Città multipla, città dimezzata : la capitale (...)

31En 1890 toujours, dans un article publié par la revue Nuova Antologia, le sénateur conservateur Luigi Ferraris fait le point sur les relations entre État et municipalité dans la capitale56. Selon lui, manque encore la juste conception de ces rapports. Dans le camp progressiste à la même époque, les opinions les plus couramment défendues vont dans le même sens. Mais vingt ans après l’annexion, le problème semble avoir changé de nature. La question n’est plus tant celle de la place des Catholiques dans la vie politique locale et nationale, qui est à l’époque en voie de résolution par l’intervention de plus en plus déterminée des forces catholiques dans le champ politique et leur insertion dans les structures de l’État, que celle du rapport entre l’État central et la municipalité de la capitale, qui, malgré quelques ajustements législatifs autour de la question financière, demeure régie par la loi générale57. À partir de Crispi, le problème central est celui de la manière pour l’État de prendre finalement les rênes dans le processus de modernisation et de transformation de la capitale. Plusieurs années auparavant, le second mandat Pianciani avait déjà été marqué par les prémisses de cette tendance. Elle est désormais dominante et occupe le cœur d’une question romaine qui a changé de registre58.

  • 59 Voir M. Casella, Roma fine Ottocento. Forze politiche e religiose, lotte elettorali, fomenti socia (...)
  • 60 Notamment Apolloni est Salustri Galli.
  • 61 Sur ce point, voir : S. Zoppi, Dalla Rerum Novarum alla Democrazia Cristiana di Murri, Bologne, 19 (...)

32De nouvelles élections municipales partielles ont lieu le 19 juin 189259. La lutte est essentiellement cette fois entre Catholiques de l’Unione romana et libéraux. La préparation des élections est marquée par quelques dissensions internes à la liste catholique, dont la composition doit être approuvée par le Pape : plusieurs conseillers sortants ne sont pas reconduits60, tant il a déplu au Vatican que leur activité au Capitole les amène à fréquenter, et à se rapprocher, des milieux libéraux. Au lendemain de la publication de l’encyclique Rerumnovarum (1891), tous les aspects de l’insertion des Catholiques dans la vie politique italienne ne sont pas réglés61. Les élections de 1892 sont ainsi le moment d’une reprise en main de la classe politique catholique romaine par le parti intransigeant, qui ne tolère aucune transgression au dogme du refus de la conciliation avec les autorités politiques italiennes. La liste de 1892 apparaît à bien des égards comme une liste noire (par référence à l’aristocratie noire qui réfute tout contact avec l’Italie officielle), puisant son inspiration dans l’attitude de la frange la plus intransigeante de l’opinion romaine depuis 1870.

  • 62 Casella souligne qu’un incident au Teatro Argentina, autour du refus de la femme de Nathan de se l (...)
  • 63 Sur l’histoire de cette institution représentative du monde ouvrier et syndical, voir : R. Morelli (...)
  • 64 Sur l’évolution de la représentation politique de la bourgeoisie italienne à l’époque libérale, vo (...)
  • 65 M. Casella, op. cit., p. 81. Pour une histoire du socialisme italien, voir : G. Arfé, Storia del s (...)

33Du côté dit libéral, les dissensions sont tout aussi fortes : les radicaux sont mécontents de n’avoir que deux candidats, et les républicains de voir Ernesto Nathan exclu62. Francesco Crispi fait en revanche partie de la liste, ce qui constitue un motif important de contentement pour les anticléricaux. Profitant de l’opportunité donnée par la nouvelle loi électorale de 1888, une liste ouvrière est également présentée. Deux représentants de la Camera del Lavoro étaient pourtant inclus sur la liste libérale63. 1892 est ainsi la date de la première réelle tentative de mener à Rome une action politique socialiste hors d’une alliance avec la liste de la bourgeoisie libérale et propriétaire, héritière du système censitaire64. Le slogan électoral de la liste est : « l’émancipation des ouvriers doit être l’œuvre et le but de l’ouvrier lui-même »65. Sur 44 000 inscrits, et 14 000 votants, c’est Guido Baccelli qui arrive en tête, avec plus de 8 000 voix. Le dernier élu, sur 17, Serlupi, a 5 000 voix. La défaite des Catholiques est nette, et la victoire des libéraux sans appel. Francesco Crispi est de plus élu, élément d’irritation supplémentaire pour l’opinion catholique. La volonté pontificale d’évincer les administrateurs capitolins du parti catholique qui s’étaient commis avec le pouvoir italien n’a pas payé. Il semble clair à cette époque que le fossé entre principes intransigeants issus du Vatican et pratique politique a atteint une largeur de nature à porter préjudice à la représentation même des intérêts catholiques au Capitole. Les candidats ouvriéristes, quant à eux, ne dépassent pas les 100 voix.

  • 66 M. Casella, op. cit., p. 210.
  • 67 Voir M. Casella, op. cit., p. 223.

34De nouvelles élections municipales partielles ont lieu un an plus tard, le 18 juin 1893. La lutte pour le Capitole est toujours entre Catholiques de l’Unione romana et libéraux. Mais à la suite des résultats de 1892, l’Unione a changé de dirigeant. Filippo Crispolti, qui avait été désigné en mars 1892, démissionne en juillet, après les mauvais résultats de la liste dont il s’était fait le promoteur. Il est remplacé par l’architecte Francesco Vespignani, vieux connaisseur de la politique citadine, et mieux à même d’accommoder les principes ayant cours derrière les murailles du Vatican aux réalités de la vie politique locale. Les libéraux se présentent également de manière plus unie, selon un déploiement que Casella qualifie de « moderato-progressista-radicalrepubblicano »66. C’est le Comitato centrale liberale per le elezioni amministrative qui met au point la liste. Ce comité est formé des députés Antonelli, Barzilai, Baccelli et Ostini, et de plusieurs autres représentants des diverses tendances de l’aile libérale et progressiste. Une liste de quinze candidats est arrêtée depuis le Caffè Aragno. Elle comprend 3 modérés, 8 progressistes, deux républicains, dont Nathan, et 2 ouvriers de la Chambre du travail. La liste est nettement plus anticléricale que celle de l’année précédente, et les maçons, outre Nathan, peuvent compter sur Achille Ballori. Dans le camp catholique, l’alliance avec les modérés est mise au point avec l’assentiment des plus hautes autorités de l’Église. Le commissaire Manfroni, depuis son avant-poste diplomatico-policier du Borgo, signale par ailleurs pour ces élections l’existence d’un mot d’ordre explicite de Léon XIII aux Catholiques de la ville à voter pour l’Unione. La liste est conduite par l’avocat Saverio Benucci. Elle comprend aussi les princes Boncompagni Ludovisi, Chigi et Rospigliosi, ainsi que le marquis Crispolti. Pour les socialistes, le mot d’ordre le plus suivi est celui de l’abstention. La campagne est cependant marquée par une active propagande de la Sezione di Roma del partito dei lavoratori67.

  • 68 M. Casella, op. cit., p. 226.
  • 69 Voir : F. Verducci, Le elezioni amministrative romane del 25 giugno 1899, dans Rassegna storica de (...)

35Ces élections de 1893 sont pour les Catholiques la revanche sur l’échec de 1892. Elles prouvent aussi au camp conservateur et clérical que l’élargissement du suffrage issu de la loi de 1888 ne signifie en rien la fin de leur influence au Capitole, à condition d’accepter de fréquenter dans l’arène des adversaires jusque-là réfutés pour leur conception même de la vie politique. Il faut dire que la participation reste faible, l’abstention atténuant grandement l’élargissement du corps électoral : sur 45 000 inscrits, seuls 14 000 votent. La noblesse catholique et conservatrice survit sans mal dans sa prédominance politique à l’élargissement du corps électoral. L’aristocratie romaine n’est pas encore soluble dans une démocratie municipale qui n’en est pas encore tout à fait une. Sont donc élus en 1893, par ordre décroissant de préférences exprimées, les Catholiques De Rossi, Chigi, Boncompagni, Rospigliosi, Kambo, Benucci, Malatesta, Liberali, Ruggeri, Tittoni, Cecchini, Crispolti, ainsi que les libéraux Durante, Palomba, Doria, Gnoli, Bianchi et Orsini68. Nathan est battu, de même que la plupart des candidats de l’alliance dite libérale. Ruspoli règne à la mairie jusqu’en 189969.

  • 70 Voir F. Bartoccini, op. cit., p. 631.

36Cette victoire de la droite catholique dans la Capitale suscite immédiatement une vive inquiétude dans l’opinion et la classe politique italiennes. Le ministre de l’Intérieur Giolitti, qui avait déjà tenté avant les élections de faire ôter de la liste libérale, y compris avec des stratagèmes peu catholiques, les noms du républicain Nathan, du candidat ouvrier Penna et du progressiste Ballori, est de plus embarrassé par la présence désormais au Capitole d’une coalition violemment hostile. Le fait que la défaite de son camp à Rome suive celles connues à Turin et à Milan ne fait qu’accentuer l’incertitude sur la conduite gouvernementale face à cette nouvelle donne de la vie politique italienne. D’une manière générale, durant les années 1890, le Conseil municipal de Rome est composé pour un tiers de Catholiques, un tiers de libéraux de droite et d’un tiers de représentants de la gauche70.

  • 71 Voir sur ce point G. Fonterossi, Roma fine Ottocento, Rome, 1960, p. 147 et s.
  • 72 Voir : G. Marongiu, Storia del fisco in Italia, op. cit., t.2, p.417 et s.
  • 73 Sur ce point, voir : M. De Nicolò, loc. cit., p. 67.

37En 1893, l’actualité romaine et nationale est aussi dominée par l’épisode du scandale de la Banca romana71. L’année se termine par une grave crise ministérielle, Giolitti étant accusé de négligence dans l’exercice de ses prérogatives de tutelle sur les instituts de crédit72. Directe conséquence de la crise spéculative du marché immobilier romain, ce scandale affecte durablement la classe politique libérale. Le début des années 1890 est également marqué à Rome par une nouvelle série de mesures législatives destinées à retoucher le cadre des relations entre État et municipalité. Sous l’égide de Crispi, sont en effet votées diverses lois, en 1892 et 1893. Elles permettent de préciser le domaine d’intervention de l’État dans sa capitale. Elles représentent certes une nouvelle limitation au pouvoir du Capitole, que la loi de 1865 avait fait large, mais surtout aussi un pas de l’État italien vers une meilleure définition de son rôle dans l’espace et la politique de la ville capitale73.

  • 74 Lois du 28 juin 1904 n° 320 et du 11 juillet 1907, n° 502. En 1911, une nouvelle loi spéciale pour (...)
  • 75 Sur ce point, voir : M. Rossi, Il movimento cattolico tra Chiesa e Stato, in G. Sabbatucci et V. V (...)
  • 76 Loc. cit., p. 173.
  • 77 Loc. cit., p. 173.
  • 78 Sur ce point, voir : D. Bocquet, L’archéologie à Rome après 1870 une lecture politique et spatiale(...)

38C’est ensuite Giolitti, en tant que Président du conseil, qui parvient à préciser encore ce cadre hérité de la période crispinienne. Les lois de 1904, 1907 et 1911 sont destinées à enrayer d’une part la spéculation foncière dans la capitale, et à affirmer de manière plus forte l’emprise de l’État central74. Ces lois sont aussi un instrument de lutte politique contre une administration capitoline politiquement hostile. La loi de 1904 est votée lorsque Prospero Colonna est encore à la tête de la municipalité romaine. Peu après arrive au pouvoir au Capitole Enrico Cruciani Alibrandi, après l’intermède Palomba. Cette période entérine la domination des cléricaux-modérés75. La seconde loi intervient peu avant l’avènement du bloc populaire de Nathan à la mairie. Pour Parisella, les deux textes traduisent une volonté « jacobine » de Giollitti de contrôler de plus près l’évolution du pouvoir municipal dans la Capitale76. L’homme d’État se sert de la loi pour limiter l’influence d’une notabilité conservatrice qui lui est hostile. Il se sert aussi du relais à la mairie du secrétaire général de l’institution municipale, Alfredo Lusignoli. Le contenu des lois de 1904 et 1907 est qualifié par Parisella « d’omnibus »77. C’est-à-dire qu’on y retrouve un ensemble de mesures diverses, allant dans le sens d’un renforcement de la tutelle gouvernementale. L’essentiel tient dans la garantie d’État aux emprunts municipaux, et dans les procédures de validation ministérielle des décisions municipales. La confirmation de la création d’une aire archéologique monumentale de compétence étatique entérine par ailleurs le renforcement de l’emprise gouvernementale sur le territoire urbain78.

39Lorsque le Bloc progressiste d’Ernesto Nathan arrive au pouvoir au Capitole, la donne politique change considérablement, même si demeure une différence de vue entre administrateurs municipaux et gouvernement.

Nathan au Capitole : 1907-1913

  • 79 Sur l’appartenance maçonnique de Nathan : F. Conti, Massoneria e sfera pubblica nell’Italia libera (...)
  • 80 Voir : A. Mola, Storia della Massoneria in Italia. Dalle origini ai giorni nos-tri, Milan, 1994, p (...)
  • 81 Certains discours de Nathan tenus en tant que maçon ont été publiés : E. Nathan, Noi Massoni, Fogg (...)

40Ernesto Nathan est né à Londres en 1845 de Moïse Meyer et Sara Levi. Arrivé très jeune en Italie à la mort de son père, il est le second maire de Rome, après Pianciani, à être issu des rangs de la gauche progressiste. La présence à Rome d’un maire ancien mazzinien, Juif et franc-maçon, est un événement aux échos considérables79. Nathan était entré en maçonnerie en 1887, à l’âge de 41 ans, et avait immédiatement assumé d’importantes responsabilités80. Il obtient la nationalité italienne en 1888, et à partir de 1889 milite dans les rangs républicains. Il est Grand Maître du Grand-Orient de 1896 à 1904, succédant à Adriano Lemmi. Il le sera de nouveau de 1917 à 1919, Ettore Ferrari ayant entre-temps dirigé la maçonnerie italienne81.

  • 82 Voir G. Barbalace, Il laboratorio Montemartini e l’esperimento del blocco popolare a Roma, dans R. (...)
  • 83 Loc. cit., p. 1093.
  • 84 Idem.
  • 85 Sur les autres expériences de municipalités progressistes dans l’Italie du début xxe siècle, voir (...)

41La constitution de la Giunta Nathan suit les élections municipales du 10 novembre 1907, qui voient la victoire d’une large coalition de gauche. Les libéraux-constitutionnels ont 32 élus, les républicains 12, les socialistes 11, les radicaux 982. Nathan est élu au poste de maire. Il est la charnière de la coalition, soutenue par le journal Il Messaggero de Luigi Cesena. Son élection au poste de maire de Rome concrétise, pour G. Martina, une volonté de la gauche d’aller plus avant encore dans la laïcisation de la Ville éternelle83. Ce même auteur souligne combien dans ses discours du 20 septembre, en 1908, 1909 et 1910, le maire a développé une rhétorique dans laquelle, en opposition à la Rome superstitieuse, lieu d’oppression et d’injustice sociale, il exaltait les vertus de la nouvelle Rome, de la liberté, du progrès et de l’instruction84. Face au pontife Pie X, Nathan est ainsi une figure de proue de la pensée démocratique romaine85.

  • 86 G. Barbalace, loc. cit., p. 37.
  • 87 Pour une histoire sociale de la montée de la conscience socialiste et ouvrière en Italie à cette é (...)
  • 88 Loi du 11 juillet 1907.
  • 89 Pour une étude sur les enjeux politiques et sociaux de la finance municipale, à partir de l’exempl (...)

42Dans la coalition qui soutient Nathan, l’Unione socialista romana quadruple sa représentation au Capitole par rapport aux élections du 30 juin 1907. Giovanni Montemartini, enseignant d’économie politique en est la figure de proue. Il obtient aux élections de novembre plus de 16 000 voix, soit 150 de plus que Nathan lui-même86. Le docteur Tullio Rossi Doria, Ivanoe Bonomi, Umberto Ferrari, typographe membre de la Camera del Lavoro, Pasquale Costantino Armeni, membre de l’Istituto per le case popolari, promoteur de l’habitat social dans la ville capitale, Alceste della Sete, avocat, Virgilio Vercelloni, Antonio Campanozzi, Alberto Paglierini, cocher, Guido Podrecca, avocat, Romolo Sabbatini, secrétaire général de la Camera del Lavoro sont les élus au conseil municipal pour le camp socialiste87. Ils apparaissent d’emblée en opposition forte avec la tendance des libéraux-constitutionnels, qui participe aussi à la grande coalition Nathan. Ces libéraux constitutionnels sont réputés plus proches des représentants de la grande propriété foncière et immobilière, contre laquelle il apparaît bien vite que devra lutter la Giunta Nathan pour mettre en œuvre son programme social. Les ambiguïtés fondatrices de la coalition constituent à l’évidence le point le plus délicat à gérer de la part du maire. Bien que favorisés par la présence au gouvernement de Giolitti, qui avait fait voter dès le printemps précédent une augmentation de la taxe additionnelle sur les terrains constructibles de 1 à 3 %88, les projets de Nathan se heurtent vite au problème des finances municipales. La ville est en effet lourdement endettée, et doit payer chaque année de très forts intérêts, qui réduisent considérablement tant son budget que sa capacité d’endettement89.

  • 90 Sur ce point, voir : L. Toschi, Edilizia economica e popolare a Roma durante l’amministrazione Nat (...)
  • 91 Voir L. Toschi, loc. cit., p. 67.

43Edmondo San Just de Teulada présente le nouveau plan régulateur municipal le 16 novembre 1908. Mais il faut attendre le 29 août 1909 pour que ce document soit approuvé par décret gouvernemental. L’ère Nathan est marquée par une forte inflexion dans le domaine de la construction. La priorité est donnée par la Giunta et par le Conseil, fortement marqués par l’empreinte des militants pour les Case popolari, à la construction de quartiers entiers de logements sociaux90. La Giunta Nathan soutient et finance les activités de l’Istituto per le case popolari (ICP), de l’Istituto cooperativo per le case degli impiegati dello Stato in Roma (ICCIS), et de l’Istituto romano di beni stabili (IRBS). Des quartiers entiers de logements sociaux de qualité sont créés. En 1911, l’administration Nathan constituant en Italie le fer de lance du mouvement pour les Case popolari, l’habitat social, c’est à Rome qu’est organisé le 2e Congresso nazionale per le case popolari91. L’action de Nathan dans le domaine du logement social est aussi marquée par la collaboration avec les chemins de fer, qui, grâce à une loi de 1907, sont autorisés à investir dans la construction de logements pour les cheminots. Mais Nathan, au risque de polémiques avec le conseiller socialiste Montemartini, a toujours refusé de tenter de donner à la commune une place qui restait, dans son esprit, celle du secteur privé. Son action consistait à orienter et réguler le marché privé, et à ne s’y substituer que là où il n’allait pas.

  • 92 Sur le cadre législatif, voir : A. S. Massaia, Edilizia economica popolare : profili di storia del (...)
  • 93 La construction de logements sociaux se poursuit après la Première Guerre mondiale : F. Bartolini, (...)

44Le quartier de Testaccio est le premier concerné par les constructions de l’ICP, à partir de 1908. L’institut, fondé en 1903, bénéficie en effet à partir de 1907 des financements issus de la loi spéciale pour Rome de 1907 et des lois de 190892. Le quartier de San Saba est également construit à cette époque. Entre 1910 et 1912, près de 15 000 pièces d’habitat social sont livrées, soit plus que pour le secteur privé93.

  • 94 Pour une analyse par un contemporain, voir : F. Clementi, Il Comune di Roma e la municipalizzazion (...)
  • 95 Sur d’autres expériences de municipalisation de services publics, voir, outre les travaux de Donat (...)
  • 96 Le gouvernement Giolitti est par ailleurs à cette époque l’objet de vives critiques de la part des (...)
  • 97 Voir M. Salvati, Cittadini e governanti. La leadership nell’Italia contemporanea, Rome-Bari, 1997, (...)

45La période Nathan est également marquée pour Rome par une grande entreprise de municipalisation des services publics94. Se rattachant à une tendance expérimentée ailleurs de socialisme municipal, Nathan tente de la sorte de doter la mairie romaine d’instruments d’action économique, et de soustraire une part du secteur des services aux citoyens à l’emprise de la noblesse conservatrice, catholique et actionnaire95. Mais les rapports entre conseillers des diverses tendances de la majorité municipale se détériorent rapidement, de même qu’avec le gouvernement Giolitti96. L’administration Nathan ne survit pas à ces dissensions, issues d’ailleurs des ambiguïtés initiales, que seule la force de caractère du personnage avait permis de tempérer jusque-là. Après la chute de Nathan, la vie politique italienne est caractérisée par l’époque dite du « pacte Gentiloni », marquant l’alliance, au niveau national, entre libéraux et catholiques97. Une nouvelle page est ainsi tournée dans la vie politique du pays et de la capitale.

La vie municipale de 1914 à l’avènement du fascisme

  • 98 Voir : F. Bartolini, Roma borghese. La casa e i ceti medi tra le due guerre, Rome-Bari, 2001.

46Les élections municipales de juin 1914 voient la victoire des listes catholiques et libérales nationalistes. Les listes de l’Union libérale démocratique sont battues, mais parviennent à constituer le cœur de l’opposition. Avec seulement 3600 voix, les socialistes sont exclus du Conseil municipal. La coalition victorieuse est cependant fragile, et le pouvoir capitolin est marqué par une forte instabilité. En mai 1920, le maire libéral nationaliste, Prospero Colonna, qui était parvenu à rester en place depuis 1914, démissionne. C’est le libéral modéré Adolfo Apolloni qui le remplace. À cette période, la ville est de nouveau marquée par le manque de logements. La construction reprend, après une phase d’arrêt pendant la guerre, mais la situation demeure instable à ce sujet98. Les baraquements se multiplient dans la périphérie romaine. En 1919 ont par ailleurs lieu plusieurs émeutes contre la vie chère.

  • 99 Voir : L. Migneco, Le elezioni amministrative del 1920 a Roma, dans Archivio della Società romana (...)
  • 100 ur le développement du mouvement nationaliste à Rome, voir : A. Roccucci, Il movimento nazionalist (...)
  • 101 Avanti, 5 Septembre 1920, cité par L. Migneco, loc. cit., p. 351.
  • 102 L. Migneco, loc. cit., p. 378.
  • 103 Pour une histoire générale de la période fasciste, voir : D. Veneruso, L’Italia fascista, Bologne, (...)

47De nouvelles élections municipales ont lieu à l’automne 192099. Le contexte national est à ce moment dans une phase de grande ébullition. Les nationalistes et libéraux, face à la crainte d’une montée en puissance des socialistes et du Partito Popolare de Don Luigi Sturzo, préparent une alliance électorale100. Le journal Il Messaggero en est le ciment. Face à des socialistes décidés à « défendre les intérêts de classe du prolétariat face à ceux de la bourgeoisie »101, le Bloc nationaliste et libéral joue la carte de la peur des luttes sociales, favorisée par un programme socialiste ouvertement révolutionnaire. Avec près de 40 000 voix, sur 175 000 inscrits et 85 000 votants, cette liste gagne les élections. Les socialistes, avec un peu plus de 20 000 voix, constituent l’opposition. Le parti populaire (catholique) obtient 16 000 voix, et les républicains 5 000. Selon les termes de la loi électorale de 1888, sur 80 sièges de conseiller municipal, 64 vont à l’Union nationaliste et libérale (14 libéraux, 8 nationalistes, 11 démocrates constitutionnels, 16 radicaux, 5 socialistes réformistes dissidents, 10 représentants du monde économique et syndical) et 16, pour l’opposition, aux socialistes102. Le démocrate Luigi Rava est élu maire. Dans les mois qui suivent, la coalition se déchire. Les nationalistes se rapprochent de plus en plus du fascio romano, et se détachent de la coalition. De cette manière les fascistes sont, peu à peu, intégrés dans le jeu politique, tendance que les élections législatives de 1921 viennent rapidement confirmer et amplifier103.

  • 104 Décret du 2 mars 1923.
  • 105 Décret du 28 octobre 1925, n° 1949. Sur ce point : B. Mussolini, Per l’insediamento del primo gove (...)

48De 1920 à 1925, le Capitole est dominé par la majorité conservatrice et nationaliste issue des élections de 1920. Le 26 juin 1922, c’est Filippo Cremonesi qui devient maire. Après la marche sur Rome, le gouvernement fasciste entend rapidement se défaire d’un conseil municipal qui ne lui est pas suffisamment acquis. Par un décret de mars 1923, le conseil est dissout104. Cremonesi est nommé commissaire gouvernemental. C’est cependant en 1925 qu’a lieu la mutation institutionnelle la plus importante : la municipalité romaine est en effet supprimée, et remplacée par un gouvernorat105.

  • 106 L. Ponziani, Il fascismo dei prefetti. Amministrazione e politica nell’Italia meridionale. 1922-19 (...)
  • 107 Voir : F. Bartoccini, Antifascismo a Roma. La protesta del principe Doria, dans Studi romani, 1989 (...)

49Avec le fascisme, le statut de la commune de Rome change ainsi considérablement, en rupture totale avec les principes de la loi de 1865 qui, malgré les retouches successives voulues par la Gauche, en avaient régi le fonctionnement depuis plus de 50 ans. Luigi Ponziani souligne à ce sujet que, certes, les lois de 1865 et de 1888 permettaient déjà au pouvoir central de dissoudre un conseil municipal et de placer à la tête de l’administration un commissaire gouvernemental, mais qu’avec le fascisme, tant l’ampleur du mouvement que l’esprit changent considérablement106. Entre 1925 et 1928, une série de dispositions législatives vient encore supprimer les organes électifs de la représentation municipale. Le pouvoir exécutif local passe de même entre les mains d’un représentant direct de l’État. L’analyse du fonctionnement de l’institution sous le fascisme n’en demeure pas moins intéressante : malgré la perte de la substance élective, la nécessité pour le pouvoir de se concilier les faveurs de la noblesse et de la notabilité municipales demeure. On trouve ainsi à la tête du gouvernorat et au sein de l’administration capitoline sous le fascisme, plusieurs représentants des principales familles de la noblesse propriétaire, et les plus grands projets urbains du fascisme ne peuvent se faire sans l’aval de cette caste qui continue de dominer la vie politique locale, ainsi que de posséder une part considérable des terrains à construire. À Filippo Cremonesi succèdent au poste de gouverneur fasciste de la ville Ludovico Spada Veralli Potenziani (1926-1928), Francesco Boncompagni Ludovisi (1928-1935), Giuseppe Bottai (1935-1936), Pietro Colonna (1936-1939) et Gian Giacomo Borghese (1939-1943). Dans la dépendance directe du ministère de l’Intérieur, et même privés de toute autonomie, ils sont les instruments d’une conciliation entre gouvernement fasciste et droite catholique autour du sort de la capitale. C’est des bureaux techniques du gouvernorat qu’émane le plan régulateur de 1931, qui oriente le développement de la ville jusqu’en 1965. Le développement de Rome sous le fascisme est en grande partie le fruit de l’alliance de fait entre grande propriété de la noblesse municipale et gouvernement. Mais en juin 1944, c’est encore un membre de cette noblesse municipale qui est choisi par le général Ersckine, chef du gouvernement militaire allié à Rome, pour diriger la municipalité. Le prince Filippo Doria, antifasciste de longue date, sauve de cette manière les prérogatives de sa classe, et parvient à prolonger la présence de la grande noblesse citadine à la tête des institutions capitolines107.

Notes

1 Pour une critique de la fascination de la gauche romaine au xxe siècle pour l’héritage de Nathan, voir le pamphlet du sociologue F. Ferrarotti, Roma madre matrigna, Rome-Bari, 1991, p. 133 et s. : L’ombra di Ernesto Nathan.

2 Sur l’organisation générale de l’État italien, voir : R. Romanelli (dir.), Storia dello Stato italiano dall’Unità a oggi, Rome, 1995.

3 Sur ce point, voir : C. Pavone, Le prime elezioni a Roma e nel Lazio dopo il XX Settembre, dans Archivio della Società romana di storia patria, vol. xvi-xvii, 1962-63, p. 321-442.

4 C. Pavone, loc. cit., p. 384.

5 Idem. Sur le cercle dans l’Italie bourgeoise, voir, à partir de l’exemple milanais, l’étude de M. Meriggi, Milano borghese. Circoli ed élites nell’Ottocento, Venise, 1992. Voir aussi, pour Naples : D. L. Caglioti, Circoli, società e accademie nella Napoli postunitaria, dans Meridiana, 1995, 22-23, p. 19-38. Également : M. Ridolfi, Il circolo virtuoso. Sociabilità democratica, associazionismo e rappresentanza politica nell’Ottocento, Florence, 1990.

6 Sur l’histoire de la presse italienne, voir : P. Murialdi, Storia del giornalismo italiano, Bologne, 1996.

7 L’archéologue Pietro Rosa, Giuseppe Lunati, Alessandro Calandrelli, Alessandro Spada.

8 Pour une évaluation de l’action de Grispigni, voir : F. Grispigni, Rendiconto morale dell’Amministrazione comunale di Roma. Sessione di Primavera 1872, Rome, 1872. Archivio storico capitolino (ASC). Biblioteca 11 620 (17).

9 C. Pavone, loc. cit., p. 408.

10 Sur les élections législatives en Italie après 1870, voir : G. Guidi, Parlamento ed elezioni. Le dinamiche elettorali nel giudizio dei deputati italiani (1870-1882), dans Ricerche di storia politica, 1989, 4, p. 23-75.

11 Au Capitole, dans la palais des Conservateurs, une plaque rappelle la première réunion du conseil : « S.P.Q.R. Dopo secoli di servaggio ricongiuntasi Roma alla libera Italia che la invocava capitale del Regno il popolo romano chiamò a reggere il Comune un consiglio di sessanta cittadini ». L. Huetter, Iscrizioni della città di Roma dal 1871 al 1920, Rome, 1959, p. 29.

12 Voir D. Bocquet et F. De Pieri, Public works and municipal government in two Italian capital cities : the growth of technical bureaucracies in Turin and Rome, 1848-1890, dans Modern Italy, 7, 2002, p. 143-152.

13 Surtaxe sur les terrains et les immeubles, octroi, taxe sur le bétail et sur les produits alimentaires, taxe sur l’eau, droit de pesée, licences, patentes et permis divers.

14 Voir A. P. Torri, Indagine sulle finanze del Comune di Roma nei primi 25 anni dopo il 1870, dans Studi romani, 1970, p. 357-365.

15 Voir S. Rebecchini, loc. cit., p. 283.

16 Voir L. Toschi, Luigi Pianciani. Venti anni di lotte democratiche in Roma capitale (1870-1890), dans Studi romani, 1987, p. 49-68.

17 Sur ce point : S. La Salvia, Luigi Pianciani e la democrazia italiana dopo l’Unità : contributo all’epistolario, dans Rassegna storica del Risorgimento, janvier-mars 1998, p. 2-60.

18 Sur ce point, voir : C. M. Fiorentino, La questione romana... op. cit., p. 199.

19 Pour 1871, voir : L. Pianciani, Relazione della Commissione formata dai Consiglieri Bompiani, Manassei, Pianciani, Piperno e Ruspoli sull’ordinamento degli ufficj municipali, Rome, 1871. ASC, Biblioteca 13 295 (9).

20 Atti Consiglio comunale, 13-3-1871.

21 Sur ce point : L. Toschi, loc. cit., p. 65.

22 A. Ciampani, op. cit.

23 Sur ce point, voir : G. Martina, Un duplice centenario. La morte di Vittorio Emanuele II e di Pio IX, dans Studi romani, 1978, p. 328-351. Sur le clericomoderatismo, voir : G. Candeloro, Il movimento cattolico... op. cit., p. 157 et s.

24 Sur ce point, voir : A. Ciampani, op. cit., p. 132.

25 Pour une synthèse sur le thème des lois spéciales pour Rome, voir : M. Ca-ravale, Le leggi speciali per Roma dell’Ottocento, dans M. De Nicolò (dir.), L’amministrazione comunale di Roma, op. cit., p. 131-162.

26 Sur l’ambiguïté entre municipalité et capitale, voir aussi : M. De Nicolò, Una persistente ambiguità : Roma città e Roma capitale, dans Studi romani, 1994, p. 290-309.

27 Voir M. T. Bonadonna Russo, Il primo decennio di Roma italiana e la legge speciale del 1881, dans Archivio della Società romana di storia patria, 1970, p. 247-275.

28 Elle est ensuite approuvée par le Sénat, et promulguée le 14 mai 1881.

29 Voir A. Ciampani, op. cit., p. 221.

30 Voir A. Ciampani, op. cit., p. 257.

31 Décret du 30-9-1881.

32 Ibid., p. 285.

33 Sur ce point, voir : L. Toschi, loc. cit., p. 67.

34 Pianciani meurt à Spolète en 1890, à l’âge de 80 ans.

35 Loi du 8 juillet 1883, n° 1482.

36 Loc. cit., p. 149.

37 Sur cette période de la vie politique capitoline, voir : A. Ciampani, Governo nazionale, ambienti monarchici e movimento cattolico nell’amministrazione capitolina di Leopoldo Torlonia, dans Roma moderna e contemporanea, janvier-août, 1999, p. 83-105.

38 Sur ce point, voir : G. Spadolini, L’opposizione cattolica, Milan, 1994 (1ère éd. Florence, 1972).

39 Loc. cit., p. 92.

40 A. Ciampani, loc. cit., p. 95.

41 G. Candeloro, Il movimento cattolico..., p. 215 et s.

42 Sur la vie politique nationale, voir : F. Barbagallo, Da Crispi a Giolitti. Lo Stato, la politica, i conflitti sociali, dans G. Sabbatucci et V. Vidotto (dir.), op. cit. III, p. 3-133. Sur l’autoritarisme de Crispi, voir C. Ghisalberti, Storia costituzionale..., p. 201 et s.

43 Voir M. De Nicolò, loc. cit., p. 75.

44 Sur ce personnage : M. De Nicolò, Trasformismo, autoritarismo, meridionalismo : il minitro dell’Interno G. Nicotera, Bologne, 2001.

45 Voir : R. Romanelli, Il comando..., p. 279 et s. Pour une étude sur le thème de l’élargissement de l’assise électorale municipale, à partir de l’exemple américain, voir : K. Mattson, Creating a Democratic Public : the Struggle for Urban Participatory Democracy during the Progressive Era, Philadelphie, 1998. Sur l’exemple français, voir J. Joana, La commune contre le municipalisme. Débat public et politiques municipales à Avignon sous la IIIe République, dans Genèses, 43, 2001, p. 89-111.

46 Loi n° 5865 du 30 décembre 1888, intégrée à la législation précédente dans la loi unique du 10 février 1889, n° 5921. Voir M. De Nicolò, loc. cit., p. 79. Voir aussi : S. Noiret, Le riforme elettorali e il sistema politico italiano fra Ottocento e Novecento, dans Ricerche di storia politica, 1988, 3, p. 97-114.

47 Sur cette période, voir : E. Gentile, L’Italia giolittiana. 1899-1914, Bologne, 1990, ainsi que : A. Aquarone, L’Italia giolittiana, Bologne, 1981, rééd 1988 et G. Carocci, Giolitti e l’età giolittiana. La politica italiana dall’inizio del secolo alla prima guerra mondiale, Turin, 1961.

48 Pour le jugement d’un contemporain sur cette crise : A. Pajella, La crisi edilizia di Roma. Considerazioni dell’Ingegnere Achille Pajella, Rome, 1887. ASC. Biblioteca 11 599 (13). L’auteur ironise sur la manière avec laquelle le premier prête-nom venu s’est érigé en promoteur, et dénonce le laxisme de la commune. Voir aussi : A. Di Marino della Bitta, Brevi osservazioni sulla crisi finanziaria edilizia, Rome, 1888. ASC. Biblioteca. 11 558 (12).

49 Voir : V. Pacifici, Crispi e le elezioni amministrative del 1889, dans Rassegna storica del Risorgimento, octobre-décembre 1997, p. 461-486.

50 Loi n° 6980 du 20 juillet 1890.

51 Sur ce point, voir le bilan dressé par un conseiller municipal en 1890 : M. Guastala, Per Roma. Appunti e rilievi sulla finanza municipale, Rome, 1890. ASC. Biblioteca 11 617 (10).

52 Voir M. Caravale, loc. cit., p. 153.

53 Voir le bilan que dresse Finocchiaro Aprile de son action au Capitole : C. Finocchiaro Aprile, Relazione al Consiglio Comunale di Roma del R. Delegato Straordianario Camillo Finocchiaro-Aprile, deputato al Parlamento, Rome, 1891. ASC. Biblioteca Strag 769.

54 L’action de Cripi concerne aussi les structures de la bienfaisance citadine, secteur traditionnellement aux mains de la notabilité municipale. Voir à ce sujet E. Taviani, Il regime anarchico del bene. La beneficenza romana tra conservazione e riforma, Milan, 2000.

55 G. Sani, Comitato Liberale Permanente per le elezioni amministrative di Roma. In memoria dei soci defunti Alfredo Baccarini e Luigi Pianciani. Parole del Generale Giacomo Sani, Rome, 1890., ASC. Biblioteca 11 617 (1).

56 Voir : F. Mazzonis, Un adeguato concetto di Roma capitale, dans Studi romani, 1986, p. 82-94.

57 Voir : E. Ruspoli, Esposizione finanziaria fatta al Consiglio Comunale nella seduta del 27 gennaio 1890 dall’Assessore delle Finanze Emanuele Ruspoli, Rome, 1890. ASC. Biblioteca 11 558 (13).

58 Voir, sur ce point, les réflexions de M. De Nicolò, Città multipla, città dimezzata : la capitale tra Stato e amministrazione locale (1870-1944), dans Roma moderna e contemporanea, janvier-août 1999, p. 57-82.

59 Voir M. Casella, Roma fine Ottocento. Forze politiche e religiose, lotte elettorali, fomenti sociali (1889-1960), Naples, 1995, p. 61.

60 Notamment Apolloni est Salustri Galli.

61 Sur ce point, voir : S. Zoppi, Dalla Rerum Novarum alla Democrazia Cristiana di Murri, Bologne, 1991.

62 Casella souligne qu’un incident au Teatro Argentina, autour du refus de la femme de Nathan de se lever à l’arrivée de la reine, est à l’origine de son exclusion de la liste. op. cit., p. 68.

63 Sur l’histoire de cette institution représentative du monde ouvrier et syndical, voir : R. Morelli, Alla ricerca di un’identità : operai e sviluppo economico della capitale (1870-1910), dans A. Caracciolo (dir.), Il Lazio, op. cit., p.61ets. Voir aussi, sur l’évolution du monde syndical et socialiste romain au tournant du siècle : D. D’Alterio, Roma 1903, sciopero generale. Azione diretta e crisi del riformismo nella capitale durante la prima età giolittiana, Soveria Mannelli, 2004.

64 Sur l’évolution de la représentation politique de la bourgeoisie italienne à l’époque libérale, voir : A. Banti, Storia della Borghesia italiana. L’età liberale, Rome, 1996. Voir aussi, autour du cas émilien : A. Ferraboschi, Le regole della rappresentanza : l’élite amministrativa a Reggio Emilia nella seconda metà dell’Ottocento, dans Rassegna storica del Risorgimento, Ott-Dic. 1997, p. 435-460. Sur la bourgeoisie italienne en tant qu’objet d’étude, voir R. Romanelli, Individuo, famiglia e collettività nel codice civile della borghesia italiana, dans R. Gherardi et G. Gozzi (dir.), Saperi della borghesia e storia dei concetti fra Otto e Novecento, Bologne, 1995, p. 351-399, ainsi que les autres articles de ce même volume.

65 M. Casella, op. cit., p. 81. Pour une histoire du socialisme italien, voir : G. Arfé, Storia del socialismo italiano (1892-1926), Turin, 1965. Voir aussi M. Degl’Innocenti, Socialismo e classe operaia, dans G. Sabbatucci et V. Vidotto (dir), Storia d’Italia. Op. cit, III, p. 135-198.

66 M. Casella, op. cit., p. 210.

67 Voir M. Casella, op. cit., p. 223.

68 M. Casella, op. cit., p. 226.

69 Voir : F. Verducci, Le elezioni amministrative romane del 25 giugno 1899, dans Rassegna storica del Risorgimento, octobre-décembre 1999, p. 577-602.

70 Voir F. Bartoccini, op. cit., p. 631.

71 Voir sur ce point G. Fonterossi, Roma fine Ottocento, Rome, 1960, p. 147 et s.

72 Voir : G. Marongiu, Storia del fisco in Italia, op. cit., t.2, p.417 et s.

73 Sur ce point, voir : M. De Nicolò, loc. cit., p. 67.

74 Lois du 28 juin 1904 n° 320 et du 11 juillet 1907, n° 502. En 1911, une nouvelle loi spéciale pour Rome capitale est votée le 15 juillet. Sur ce point, voir : A. Parisella, Le leggi speciali per Roma nel Novecento, dans M. De Nicolò (dir.), op. cit., p. 163-199.

75 Sur ce point, voir : M. Rossi, Il movimento cattolico tra Chiesa e Stato, in G. Sabbatucci et V. Vidotto (dir), Storia d’Italia. Op. cit., III, p. 199-247, p. 229 et s.

76 Loc. cit., p. 173.

77 Loc. cit., p. 173.

78 Sur ce point, voir : D. Bocquet, L’archéologie à Rome après 1870 une lecture politique et spatiale, dans MEFRIM, 113, 2001, p. 759-773.

79 Sur l’appartenance maçonnique de Nathan : F. Conti, Massoneria e sfera pubblica nell’Italia liberale (1859-1914), dans G. M. Cazzaniga (dir.), La Massoneria, Turin, 2006, p. 579-609.

80 Voir : A. Mola, Storia della Massoneria in Italia. Dalle origini ai giorni nos-tri, Milan, 1994, p. 255 et s.

81 Certains discours de Nathan tenus en tant que maçon ont été publiés : E. Nathan, Noi Massoni, Foggia, 1993. Voir aussi : A. M. Isastia, Ettore Ferrari, Ernesto Nathan e il Congresso massonico del 1917 a Parigi, dans Il Risorgimento, 1995, n° 3, p. 603-641, où il est question du rôle de Nathan dans le positionnement des loges maçonniques italiennes dans les controverses autour de la préparation d’une paix séparée avec l’Autriche-Hongrie.

82 Voir G. Barbalace, Il laboratorio Montemartini e l’esperimento del blocco popolare a Roma, dans R. Camurri (dir.), Il Comune democratico. Riccardo della Mole e l’esperienza delle giunte bloccarde nel Veneto giolittiano (1900-1914), Venise, 2000, p. 37-61.

83 Loc. cit., p. 1093.

84 Idem.

85 Sur les autres expériences de municipalités progressistes dans l’Italie du début xxe siècle, voir notamment : R. Camurri (dir.), op. cit. Pour l’Émilie, voir S. Magagnoli, Élites e municipi. Dirigenze, culture politiche e governo della città nell’Emilia del primo ’900 (Modena, Reggio Emilia, Parma), Rome, 1999.

86 G. Barbalace, loc. cit., p. 37.

87 Pour une histoire sociale de la montée de la conscience socialiste et ouvrière en Italie à cette époque, à partir de l’exemple de Turin, voir : M. Gribaudi, Mondo operaio e mito operaio. Spazi e percorsi sociali a Torino nel primo Novecento, Turin, 1987.

88 Loi du 11 juillet 1907.

89 Pour une étude sur les enjeux politiques et sociaux de la finance municipale, à partir de l’exemple américain : J. Kahn, Budgeting Democracy : State Building and Citizenship in America 1890-1928, Ithaca, 1997. L’auteur y développe une méthode intéressante de mise en relation du système fiscal municipal et du fonctionnement de la démocratie locale, dans son rapport aux différentes forces politiques aussi bien qu’au pouvoir central.

90 Sur ce point, voir : L. Toschi, Edilizia economica e popolare a Roma durante l’amministrazione Nathan, dans Storia urbana, 82-83, 1998, p. 67-87. Sur le logement social dans une autre ville italienne, à la même époque : E. Barbiani (dir.), Edilizia popolare a Venezia. Storia, politiche, realizzazioni dell’Istituto per le Case popolari della Provincia di Venezia, Milan, 1983. Voir aussi : R. Ferretti, Le case per il popolo. L’edilizia popolare a Bologna tra liberalismo e fascismo, dans Contemporanea, 2000, p. 233-259 et G. Romanelli, Nuova edilizia veneziana all’inizio del xx secolo, dans Rassegna, 22, 1985, p. 10-23. Pour un cadre général, voir : G. Piccinato, La nascita dell’edilizia popolare in Italia : un profilo generale, dans Storia urbana, 39, 1987, p. 115-133.

91 Voir L. Toschi, loc. cit., p. 67.

92 Sur le cadre législatif, voir : A. S. Massaia, Edilizia economica popolare : profili di storia della legislazione dall’Unità alla II Guerra mondiale, dans Rivista di storia del diritto italiano, LXXI, 1998, p. 389-423. Le premier grand texte sur le logement social est la loi Luzzati de 1903. Vient ensuite la « loi unique » de 1908, qui coordonne la loi Luzzati avec les textes de 1907 et 1908. Un décret d’application, toujours en 1908, vient préciser encore la portée de ce texte. Sur les moyens de financement des expériences de la Giunta Nathan dans le domaine immobilier, voir : M. Bocci, Banche e edilizia a Roma tra Otto e Novecento, dans Roma moderna e contemporanea, Gen. Ag. 1999, p. 125-146.

93 La construction de logements sociaux se poursuit après la Première Guerre mondiale : F. Bartolini, Una casa per gli impiegati statali. I finanziamenti pubblici alle cooperative edilizie romane nel primo dopoguerra, dans Roma moderna e contemporanea, janvier-août 1999, p. 147-177.

94 Pour une analyse par un contemporain, voir : F. Clementi, Il Comune di Roma e la municipalizzazione dei servizi pubblici, Rome, 1904, Biblioteca nazionale, Rome. 59 4 D 1. Pour une lecture de la municipalisation dans un contexte français, voir : W. Cohen, op. cit., p. 241 et s.

95 Sur d’autres expériences de municipalisation de services publics, voir, outre les travaux de Donatella Calabi : R. Allio, Gas, energia e trasporti a Torino. Il dibattito sulle aziende municipalizzate nelle pagine della Riforma Sociale, dans Bollettino storico-bibliografico subalpino, 1999, I, p. 297-313. Voir aussi : A. Fernandez, Économie et politique municipale : l’exploitation des services d’électricité à Bordeaux 1887-1956, dans R.H.M.C., 46-4, 1999, p. 713-728. Voir aussi D. T. Rodgers, Atlantic crossings : Social Politics in a progressive age, Cambridge (Mass.), 1998.

96 Le gouvernement Giolitti est par ailleurs à cette époque l’objet de vives critiques de la part des socialistes, qui l’accusent d’avoir usé de pressions peu démocratiques pour obtenir des voix dans le Sud lors des élections de 1909. En 1910, l’historien Gaetano Salvemini publie à ce sujet un pamphlet dévastateur : « Il ministro della mala vita ». Voir G. Belardelli, L. Cafagna, E. Galli della Loggia et G. Sabbatucci, Miti e storia dell’Italia unita, Bologne, 1999, p. 81 et s.

97 Voir M. Salvati, Cittadini e governanti. La leadership nell’Italia contemporanea, Rome-Bari, 1997, p. 50.

98 Voir : F. Bartolini, Roma borghese. La casa e i ceti medi tra le due guerre, Rome-Bari, 2001.

99 Voir : L. Migneco, Le elezioni amministrative del 1920 a Roma, dans Archivio della Società romana di Storia Patria, 1988, p. 347-380. Et G. Talamo, Roma tra Dopoguerra e avvento del Fascismo, dans Studi romani, XXXV, 1-2, 1987, p. 69-87. Voir aussi, pour l’exemple de Palerme : P. Lauro, Classe dirigente, mafia e fascismo 1920-1924, Palerme, 1988.

100 ur le développement du mouvement nationaliste à Rome, voir : A. Roccucci, Il movimento nazionalista a Roma. Il rapporto con la capitale e il suo mito in età giolittiana, dans Studi romani, 1988, p. 325-346. Sur le partito popolare catholique, voir : G. Candeloro, Il movimento... op. cit., p.370 ets.

101 Avanti, 5 Septembre 1920, cité par L. Migneco, loc. cit., p. 351.

102 L. Migneco, loc. cit., p. 378.

103 Pour une histoire générale de la période fasciste, voir : D. Veneruso, L’Italia fascista, Bologne, 1990. Sur l’ascension des fascistes dans la vie politique, voir : R. Vivarelli, Storia delle origini del fascismo, Bologne. Voir aussi : E. Gentile, Le origini dell’ideologia fascista (1918-1925), Bologne, 1996 et A. Tasca, Nascita e avvento del fascismo, Rome-Bari, 1982.

104 Décret du 2 mars 1923.

105 Décret du 28 octobre 1925, n° 1949. Sur ce point : B. Mussolini, Per l’insediamento del primo governatore di Roma Filippo Cremonesi, Rome, 1925. ASC. Biblioteca 19 618 (13).

106 L. Ponziani, Il fascismo dei prefetti. Amministrazione e politica nell’Italia meridionale. 1922-1926, Rome, 1995. Voir p. 19 et suivantes l’analyse du mouvement de dissolution des conseils municipaux. Voir aussi, à partir de l’exemple de Trente : M. Bigaran, Fascismo e amministrazione comunale a Trento (1918-1927), dans Storia. Amministrazione. Costituzione, 1999, 7, p. 157-176.

107 Voir : F. Bartoccini, Antifascismo a Roma. La protesta del principe Doria, dans Studi romani, 1989, p. 267-278.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540