Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les régimes de santé au Moyen Âge

 | 
Marilyn Nicoud

Première partie. Prolégomènes à une littérature diététique. Les textes du XIIIe siècle

Chapitre II. Les genres brefs ou épistolaires

Texte intégral

  • 1 Selon N. G. Siraisi, Taddeo Alderotti serait l’auteur de la version italienne de la lettre. Plus e (...)
  • 2 Notons d’ailleurs que le manuscrit de la British Library, Harley 2158, porte le titre d’Epistola. (...)
  • 3 Taddeo Alderotti enseigna notamment à Bologne (cf. M. Sarti et M. Fattorini, « De claris Archigymn (...)
  • 4 Comme le signale A. de Libéra, le Secret des secrets et sa version brève, constituée des seuls pré (...)
  • 5 Pour l’édition critique de ce texte et pour la mise au point la plus récente sur la carrière de ce (...)
  • 6 Né vers 1250 dans une famille noble de Florence, Corso Donati occupa des fonctions politiques de p (...)

1Le premier groupe de textes remontant indubitablement au xiiie siècle rassemble trois « lettres ». Le vocable, choisi à dessein, désigne des ouvrages qui, tantôt s’intitulent eux-mêmes epistolae, tantôt ressemblent par leur structure et leur ton à une lettre. L’Epistola Theodori, le Libello per chonservare la sanità del chorpo1 de Taddeo Alderotti et la Summa de conservanda sanitate de Petrus Hispanus2 apparaissent de prime abord comme des textes courts et vulgarisateurs dans leur propos. Composés par des médecins de renom, professeurs d’université comme Taddeo Alderotti3 ou au service d’un empereur comme Théodore, ces ouvrages se rattachent de par leur composition et leur contenu à un modèle commun : le Secret des secrets pseudo-aristotélicien4. Comme la célèbre lettre que le philosophe était supposé avoir écrite pour l’empereur Alexandre le Grand (et à sa demande), deux de ces textes s’adressent à un destinataire nommément désigné : Théodore écrit pour l’empereur Frédéric II dont il était le médecin particulier depuis la fin des années 1220 ou le début des années 12305, alors que Taddeo Alderotti envoie la version italienne de sa lettre de santé à Corso Donati, un noble florentin6. Il s’agit donc d’ouvrages personnels dont la fonction est de répondre à des besoins spécifiques. Seule la Summa de conservanda sanitate de Petrus Hispanus ne répond pas à cette définition générique et mérite un examen plus approfondi de sa tradition manuscrite.

UN MODE D’ÉCRITURE PARTICULIER

  • 7 Médecin athénien de la dernière moitié du ive siècle, auteur de deux lettres adressées à des génér (...)
  • 8 Il s’agit en réalité de l’Epistola Hippocratis translata ad Maecenatem, donc d’une traduction peut (...)

2À bien des égards, l’Epistola Theodori, le Libello per chonservare la sanità del chorpo de Taddeo Alderotti et la Summa de conservanda sanitate de Petrus Hispanus rappellent la composition, voire plus encore, le contenu même du Secret des secrets. Elles s’apparentent globalement à un mode d’écriture spécifique, le style épistolaire, largement utilisé dans la littérature de l’Antiquité et du haut Moyen Âge : qu’il me suffise de citer ici les Epistole de Dioclès de Caryste7, la Lettre d’Hippocrate à Mécène8 ou, au début du vie siècle, l’Epistola Anthimi ad gloriosissimum Theodoricum regem Francorum encore intitulée De observatione ciborum du médecin byzantin Anthime. Ces trois lettres composées au xiiie siècle n’en sont pas moins des productions originales et, pour deux d’entre elles du moins, les premiers textes diététiques de l’Occident médiéval qui nous soient parvenus depuis le haut Moyen Âge.

Des lettres personnalisées ?

  • 9 N’ayant pu consulter l’édition proposée par G. Spina et A. Sampalmieri (« La lettera di Taddeo Ald (...)
  • 10 Celsitudo vestra precepit ut de conservanda sanitate certas scriberem vobis regulas... (éd. Ch. B. (...)
  • 11 Éd. F. Puccinotti, Opere mediche... cit., p. xxii.
  • 12 À titre d’exemple : Lava cum bono vino carinuculas narium et mastica duo grana masticis [...]. Cav (...)
  • 13 Alexandrem imperatorem per epistolam inquirentem de sanitate corporis edoceri... (éd. Ch. B. Burne (...)

3La lettre de Théodore aussi bien que celle de Taddeo Alderotti sont caractéristiques de l’échange épistolaire, qui se manifeste par la présence « scripturaire » constante du dédicataire du texte. Qu’ils soient désignés comme amicus karissimus9 par Taddeo Alderotti, ou par l’énoncé de la celsitudo vestra de Frédéric II (formule révérencieuse employée par Théodore)10, les deux correspondants sont à tout moment évoqués, sous la forme d’un « tu » ou d’un verbe à la seconde personne, qui souligne que les conseils ont été écrits pour eux : certas scriberem vobis regulas rappelle Théodore, alors que Taddeo Alderotti déclare : « Ecco che ti scrivo a te amicho charissimo acciò che tu desideri di chonservare la tua vita in santà et di evitare e d’ischifare molti pericoli e malizie del chorpo tuo... »11. On trouvera chez Petrus Hispanus, à défaut d’un véritable destinataire désigné par son nom, l’emploi constant de la seconde personne du singulier pour s’adresser à son lecteur12. Dans le cas du médecin byzantin Théodore, l’acte d’écriture semble exclusivement destiné à l’empereur et peut-être répond-il même à une demande expresse que Frédéric II aurait pu formuler, s’inspirant ainsi étroitement du Secret des secrets. C’est du moins ce que le rappel de la lettre d’Alexandre pourrait nous inciter à penser13.

  • 14 Ainsi à plusieurs endroits, les conseils sont assortis d’un « perché » explicatif : « Quanto ti le (...)
  • 15 « E se pure t’avenise che tu mangiasi più vivande, chonsiglioti che tu oservi tale ordine... ». Et (...)
  • 16 Lorsqu’il s’y livre, le médecin et logicien portugais se contente également d’un vocabulaire simpl (...)
  • 17 Ut autem salutem conserves et vitam, conserva que mando ut te ipsa conservent (éd. Ch. B. Burnett, (...)
  • 18 Ego Petrus Yspanus, considerans diversas egritudinum passiones per negligentiam in corporibus homi (...)

4La missive, par son caractère personnel, voire intime, est une écriture moins conventionnelle que celle proposée par les ouvrages de nature strictement scientifique. Le ton y est pratique, sans interférence doctrinale et le texte consiste en une succession de conseils, parfois, dans le cas de Taddeo, agrémentés d’explications médicales simples14. Le verbe « conseiller » apparaît d’ailleurs à deux reprises dans la version latine de la lettre d’Alderotti15, rappelant ici les consilia thérapeutiques dont le praticien de Bologne est l’inventeur. L’essentiel de son vocabulaire se limite à des termes faciles à comprendre : la diète aura pour effet soit de « chonfortare », de « fare bene, migliore », soit, au contraire, de mettre en garde contre ce qui peut « indebolire », « generare pesime cose » (sic) ou encore « nuocere ». En règle générale, Théodore et, à un degré moindre, Petrus Hispanus16 ne donnent pas d’explication, aussi simples soient-elles. Le médecin byzantin manifeste toutefois des intentions didactiques, qui répondent au désir manifesté par Frédéric de recevoir un enseignement diététique (edoceri). La finalité pratique et la fonction pédagogique du livre diététique ne servent pas de simple légitimation rhétorique à l’écriture ; elles lui confèrent une raison d’exister : il n’est de salut pour le lecteur que dans l’usage qu’il fait de sa lecture, selon la mise en garde de Théodore17, car la prévention réussit parfois là où l’art médical échoue18.

5La pédagogie prend ici la forme d’une écriture spécifique, rapide et concise, largement fondée sur des procédés stylistiques : allitérations et assonances, structures symétriques des phrases, chiasmes, anaphores, phrases nominales qui sonnent comme des sentences et formes proverbiales constituent l’arsenal rhétorique que Théodore utilise largement à des fins didactiques et mnémotechniques. Quelques exemples suffiront pour illustrer la fréquence de tels procédés, que je laisse volontairement en latin :

  • 19 Éd. Ch. B. Burnett, « Master Theodore... », art. cit., p. 267-268.

Cibos autem non propter sapores, sed sapores propter cibos su-mas. [...] Expellitur enim bene quod bene digeritur, bene digeritur quod bene retinetur, et bene retinetur quod bene appetitur. [...] Sic econverso [quod] si quod male appetitur [immittitur] male recipitur, male digeritur, tunc erit destructio. Sic igitur conservaberis in modo sumendi ; conservaberis etiam in modo assumpti. [...] Ad mensam regem non voluptas sed voluntas inclinet. [...] Medium amat natura. [...] Bibe cum siti et cum cibo. [...] Sompnus moderatus et vigilia non diuturna. [...] Sed natura paucis contenta est, vitium vero plurimis19.

  • 20 À l’exception d’une phrase fondée sur l’assonance et sur la structure symétrique, et encore ne peu (...)
  • 21 Si Théodore mentionne le Secret des secrets et encore sans en faire un usage médical, Taddeo Alder (...)
  • 22 Sous le nom de Jean Damascène, il faut entendre Yūḥannā ibn Māsawaih (ca. 777-857), médecin de Bag (...)

6Chez Petrus Hispanus, la simplicité de l’énoncé, le vocabulaire répétitif et clair sont de rigueur, les procédés stylistiques complexes plus rares20. L’écriture dans sa sécheresse même est tendue vers un seul but : l’application pratique des conseils délivrés par le médecin, que souligne le vocabulaire essentiellement emprunté à l’action ou à la volonté (usare, utendum, debere). Tout au plus, et à la différence de Théodore et plus encore de Taddeo Alderotti21, se permet-il de citer trois autorités, le Secret des secrets, le Tegni de Galien et les Aphorismes de Jean Damascène22, sans pour autant s’y étendre longuement.

  • 23 Les exemples fournis par le texte de Théodore, toutefois, pourraient prêter à une autre interpréta (...)
  • 24 Sic quandoque dum estuabis aut sudore laxabuntur pori, a frigidis potationibus erit continentia ne (...)

7Du mode épistolaire découle une certaine fluidité de composition, qui peut aussi conduire le rédacteur à des redites23. Théodore qui, après un chapitre consacré aux boissons et plus particulièrement au vin, reprend le sujet (entre temps interrompu par des considérations sur les accidents de l’âme, le sommeil et la veille), est coutumier du fait. Alors qu’il a déjà déconseillé la consommation de boissons fraîches par temps chaud, lorsque le sujet transpire, il délivre une seconde fois une mise en garde similaire, valable cette fois-ci au moment de la digestion, lorsque le trop-plein de chaleur est interne24.

  • 25 Apertis enim calore poris ventus intrabit et fiet discrasia eritque causa apostematum et malorum c (...)
  • 26 Debes ergo sollicite custodire quantum complexio postulat et requirit (éd. M. H. Da Rocha Pereira, (...)
  • 27 « E naturalmente quegli cibi che migliori sono e che gienerano miglior sanghue, e che più tosto si (...)
  • 28 <Bis> in ebdomada lava pedes et extremitates corporis cum decoctione camomille ; totum corpus conf (...)
  • 29 Vinum tibi temperabis et te vino, quod non erit acetosum, turbidum, novum, acerbum, nigrum, grossu (...)

8Si par nombre de côtés, l’Epistola Theodori, le Libello de Taddeo Alderotti ou encore, mais à un degré moindre, la Summa de Petrus Hispanus, adoptent le ton épistolaire pour enseigner à leur destinataire des rudiments d’hygiène corporelle, ces textes n’en sont pas pour autant des lettres qui personnalisent leur propos en fonction du lecteur visé. On peut certes déduire des mises en garde contre des relations sexuelles trop fréquentes, que le destinataire de la lettre de Théodore est un homme, ou de l’épître de Taddeo que les beaux vêtements qu’il conseille ne peuvent être que ceux d’un noble, mais ici s’arrêtent les renseignements disponibles. De la discrasia dont parle le médecin byzantin25 ou de la complexio évoquée par Petrus Hispanus26, nous ne savons rien. Les conseils délivrés dans ces trois traités conservent donc une valeur générale, qui concerne non seulement le destinataire reconnu mais tous les hommes : les effets produits par les aliments, par exemple, ne sont jamais expliqués par rapport au tempérament d’un individu, mais par rapport à celui de l’aliment lui-même. Taddeo Alderotti conseille ainsi les nourritures qui génèrent le meilleur sang (sans préciser lequel) et qui se digèrent le plus facilement27, Petrus Hispanus préconise de se laver les pieds et les extrémités du corps avec une décoction de camomille car cela conforte le corps tout entier28 ; quant à Théodore, il recommande un vin qui ne soit ni acide, ni trouble, ni jeune, ni amer, ni foncé, ni lourd, mais digeste, sec, doré, parfumé et vieilli29, un conseil qui a ici valeur générale.

  • 30 « Imperò che la chondizion del chorpo umano è passibile e mutevole non oservando la chonpresione e (...)

9Ces recommandations qui auraient presque une valeur universelle dépassent donc très largement le cadre de la lettre de santé véritablement personnalisée et adaptée à une complexion ou une situation spécifique. D’ailleurs, l’introduction qui précède l’adresse du Libello à Corso Donati dévoilait les véritables intentions de Taddeo Alderotti. Sur le principe du nécessaire recours au médecin pour préserver le corps humain soumis à un perpétuel changement, le praticien originaire de Florence rappelait en effet qu’il avait consulté et compilé les philosophes pour écrire ce livre, certes à la demande de son ami florentin, mais aussi « pour l’utilité de chaque homme30 » ; la grande fortune de cette lettre de santé jusqu’à la fin du Moyen Âge allait donner raison à son auteur.

L’influence du « Secret des secrets »

10Le mode épistolaire devrait a priori autoriser une grande liberté d’expression et de composition pour les auteurs qui le choisissent. Mais à la lecture de l’Epistola de Théodore, du Libello de Taddeo Alderotti ou de la Summa de Petrus Hispanus, ce sont plutôt les analogies avec d’autres ouvrages qui frappent, moins dans le style que dans l’économie même du texte, dans ses articulations et dans son contenu. Deux schémas structurels se dégagent de cette comparaison ; d’un côté, celui choisi par le praticien de Frédéric II, qui s’apparente, dans les grandes lignes du moins, à la structure du Pantegni d’Haly Abbas. De l’autre, celui adopté aussi bien par Petrus Hispanus que par Taddeo Alderotti, largement inspiré par le Secret des secrets, texte apocryphe qui mérite quelques rappels.

Les premières attestations du « Secret des secrets »

  • 31 La traduction d’une partie du Secret des secrets fut effectuée par Jean de Séville dans les années (...)
  • 32 Pour une édition de ce texte, voir H. Suchier, « Epistola Aristotilis ad Alexandrum cum Prologo Jo (...)
  • 33 M. Grinaschi, le premier, a remarqué cet indice de lecture : M. Grinaschi, « La diffusion du Secre (...)
  • 34 Sur la carrière de Michel Scot, voir C. H. Haskins, Studies in the History... cit., p. 272-298 ; L (...)
  • 35 R. Förster, « De Aristotelis quae feruntur secretis secretorum », Kiel, 1888, p. 29-30.
  • 36 Notamment celle de R. Steele, C. H. Haskins et L. Thorndike qui suggérèrent que Michel Scot avait (...)
  • 37 Voir S. J. Williams pour un résumé des positions et de nouveaux arguments en faveur de l’utilisati (...)

11Connu dans une traduction brève intitulée Epistola Aristotelis ad Alexandrum, due à Jean de Séville31, le texte pseudo-aristotélicien se limitait au début du xiiie siècle pour les Occidentaux à quelques conseils purement diététiques, réduits à des considérations sur l’alimentation, l’exercice, le bain ou l’entretien du corps, évoqués très brièvement32. Il faut attendre les années 1230 pour que le Secret des secrets soit enfin traduit dans sa totalité grâce au travail de Philippe de Tripoli, un clerc ayant séjourné à Antioche avec l’évêque Guy de Tripoli. La première attestation de la circulation de cette seconde traduction, au moins à la cour de Frédéric II, est donnée par Théodore lui-même, qui cite le texte et rappelle qu’Alexandre en avait commandé la rédaction à Aristote, par lettre ; Théodore ne pouvait pas avoir pris connaissance de cette lettre impériale dans la version de Jean de Séville, car cette dernière n’y faisait pas référence33. D’après la mention de Théodore, il semblerait que la nouvelle traduction venait juste de parvenir à Frédéric II. La seconde attestation est fournie par Michel Scot, lui aussi au service de Frédéric II entre 1228 (au plus tard) et 1235, date de sa mort34. Richard Förster, le premier, montra que l’astrologue écossais s’inspira très fortement du chapitre du Secret des secrets consacré à la physiognomonie pour composer la troisième partie de son Liber introductorius, intitulé Liber physiognomie35. Même si cette démonstration n’a pas emporté la conviction générale36, il semble aujourd’hui que l’affaire soit entendue, et l’on s’accorde à reconnaître que Michel Scot eut à sa disposition, avant 1235, la traduction de Philippe de Tripoli. Steven J. Williams conclut en faveur d’une première circulation de la version longue vers 1230 dans les cours pontificale et impériale, que Frédéric II en ait obtenu une copie par l’intermédiaire de la Curie ou directement de Terre sainte37.

Le choix d’un modèle

  • 38 Théodore conseille en effet de se livrer à quelques menus exercices après le repas alors que le Se (...)
  • 39 Ch. B. Burnett avance sur cette base que le texte est peut-être incomplet « since one would expect (...)

12Si, récemment, Charles B. Burnett a montré qu’à l’exception de la mention liminaire, Théodore ne s’inspirait pas du Secret des secrets et même le contredisait sur un point38, il n’en est pas moins vrai que les deux ouvrages sont de même nature ; il s’agit de lettres qui constituent les réponses, formulées en termes clairs et simples, à une même demande de conseils diététiques (certas regulas, selon les propos de Théodore). Toutefois, le parallèle de situation et de composition s’arrête ici, car le médecin byzantin, qui ne disposait peut-être pas d’exemplaire du Secret des secrets ou qui ne tenait pas à s’y référer, rédige une lettre tout à fait originale. En effet, au modèle pseudo-aristotélicien, Théodore préfère la séquence des « choses non naturelles » que proposaient notamment l’Isagoge et la traduction latine du Pantegni, même s’il n’y est pas toujours très fidèle, omettant par exemple l’air, l’exercice et le repos, et plus accessoirement – car il s’agit de composantes « non naturelles » annexes – les bains, voire les purgatifs39.

  • 40 Je reviendrai ultérieurement sur le reste de la Summa, composée aussi d’un De hiis qui conferent e (...)

13Dans le cas de l’Epistola de Taddeo Alderotti ou de la Summa de conservanda sanitate de Petrus Hispanus40, les emprunts au Secret des secrets sont évidents. Ils apparaissent à la première lecture dans le plan en deux parties, avec un premier ensemble constitué par une série de conseils généraux qui suivent pratiquement l’ordre de la journée et un second ordonné autour des saisons de l’année. Dans le détail, l’organisation peut varier, mais dans sa globalité, le plan est celui que proposait le texte « aristotélicien ». La similitude entre ces ouvrages ne se limite cependant pas à l’économie générale du texte mais transparaît au fil des phrases, dans les tournures et les expressions employées, où se reconnaît l’écho du Secret des secrets. Prenons quelques exemples empruntés aux parties liminaires de ces trois ouvrages, qui soulignent parfaitement les ressemblances structurelles :

Secret des secrets

14Igitur, O Alexander, cum a sompno surrexeris modicum debes ambulare et membra tua equaliter extendere, et tuum caput pectere, quia ambulacio temperata et memborum extensio corroborant corpus [...] et capitis pectinacio extrahit vapores ad caput ascendentes tempore dormicionis a stomaco et educit. In estate lavare cum aqua frigida manus et faciem, os, dentes, et capud. [... ] Hoc quidem multum iuvat et valde prodest. Dentes enim mundificat et oris vicium liquefacit et dessicat flegma, desserit linguam, clarificat loquelam, insuper excitat desiderium comedendi. [...].

15Deinde induere vestimenta optima et ornata pulcherrimo apparatu et aspectu, quia animus tuus naturaliter multum delectabitur in hujusmodi pulcritudine et aspectu, et virtus splendide vestis in te confirmabitur et dilatabitur nimis. Deinde confricabis et desiccabis dentes et gingivas cum corticibus aromaticibus arboris calide et sicce et acuti vel amari saporis. [...].

16Post hoc accipias alaccod, id est, ex electuario ligni aloes, quod invenitur in libris medicinalibus, et tunc ex raoud, id est, ex reubarbaro pensum quatuor nummorum argenteorum, quoniam hoc valde proficit. Et subtrahit flegma ab ore stomachi, et excitat calorem naturalem corporis, fugat ventositatem, et bonum oris reddit saporem et odorem. [...].

17Cum vero tu cibo refectus fueris [...], deinde temperate dormi, et requiesce primo una hora super latus dextrum deinde ad sinitrum revertere, et super illud dormicionem perfice, quia latus sinistrum frigidum est et ideo indiget calefaccione.

  • 41 Éd. R. Steele, « Opera hactenus... » cit., p. 68-70, 73-74.

18[...] Scito autem quod dormitacio ante prandium reddit corpus macilentum et desiccat humiditatem ejus et consumit. Post refeccionem vero mire corpus reficit, replet et corroborat atque nutrit41.

Petrus Hispanus

19Primum quidem considera cum a sompno surrexeris aliquantulum per domum deambulabis extendens membra et fricando volas manuum cum tribus sternutationibus et caput cum ebore pectinabis quia extenso corpore corroborabuntur virtus spiritualis et vires naturales. [...] Item in estate post cibum lava manus et extremitates corporis ; spiritum et calore revocat ad locum digestionis et eam confortat, appetitum excitat et calorem retinet complexuum.

20Item post sompnum induere vestimentis tuis bonis, viridia et aquas currentes respice cum letitia, quia dum letatur animus etatem facit floridam.

21Et in mane dentes fricando purgabis. [...].

22Unde utendum est bonis electuariis, precipue tali quod Aristoteles Alexandro imperatori prodigestione et natura confortanda et ventositate fuganda faciebat. Fit ergo sic : Accipe pondus anisi, reubarbari, ligni aloes ; conficiantur cum sirupo rosaceo et pauco bono vino ; resolvantur ; hoc quantuncumque accipitur bene operatur [...].

23In yeme vero super sinistrum latus perfice dormitionem, sed in estate in dextro latere dormias temperate, plantis pedibus discopertis.

  • 42 Éd. M. H. Da Rocha Pereira, Petrus Hispanus... cit., p. 449-450.

24Nota : si vis macrescere, dormi ante prandium ; si vero impinguare, dormi post prandium42.

Taddeo Alderotti

  • 43 Cum mane de lecto surexeris aliquantulum tua membra distende, ex hoc enim confortatur natura et na (...)

25« Quando ti levi la matina de letto distenderai le tue membra, perchè la natura ne prende chonforto, e il naturale chaldo se ne chonforta e fortifica le membra. Anche ti petinerai il chapo perd chè per il petinare la sozura del chapo se ne disolve, e per quello disolvere il cielabro se ne alevia. Anche le mani e la faccia te laverai chol’aqua fresca perchè ti farà buono e chiaro cholore e il chalore naturale se ne chonforta. Anche mondifica e netta lo tuo naso e il petto spurgandoti, e i denti netando, perchè lo stomacho e il petto sen’alevia e la loquella diviene più spedita, e netera’ i denti e le giengie chon chortecie d’albero odorifero43. [...].

  • 44 Corpus tuum vestimentis pulcris adorna tuus enim ob hoc letifficabitur animus et infra te ipsum tu (...)

26Anche adornerai la tua persona di begli vestimenti, pero chèl’animo se ne ralegra, e andrai mastichando finochio44 [...] ».

  • 45 Cerebrum tuum aliquando suffimigare procura rebus si quidem preciosis tempore s[cilicet] [...] cin (...)

27E a le volte ti farai sofumichamenti [...] cienamo gherofani mira legnio aloe e simile cose [...] e questa chotale sofumichazione aprirà le tue nari e il cielabro e non lascierà inchativire nè inchanutire i chapelli, e ingraserà la tua faccia45. [...].

  • 46 [...] Requiescas igitur primo super latere dextro et super sinistro, post modicum revolveras et po (...)

28E quando ai mangiato [...] dormirai, per chè il dormire fa migliore digiestione [...] E quando dormi [...] prima ti riposa sopra il lato ritto e ivi a pocho ti volgi in sul mancho, e poi chonpiere il sonno ritorna in sul lato ritto46 ».

29Dans la séquence des informations, les trois textes se ressemblent fortement et indubitablement, le Secret des secrets a servi de modèle aussi bien à Petrus Hispanus qu’à Taddeo Alderotti, même si, dans le détail, on peut noter quelques variantes, notamment dans les diverses explications avancées à propos de l’hygiène corporelle, ou encore dans la préparation de l’électuaire que Taddeo Alderotti qualifie plutôt de fumigations. Remarquons à ce propos que Petrus Hispanus revient à sa source qui n’est autre que la lettre d’Aristote à Alexandre. Il reste toutefois à déterminer laquelle des versions, brève ou longue, fut utilisée par ces auteurs. Pour Taddeo, un passage consacré au nombre de repas par jour, précédé par des considérations sur les quantités de plats ingurgités au cours d’un seul repas, et suivi par le départ de table fait explicitement référence à la version longue du Secret des secrets, puisqu’il n’apparaît pas dans l’autre traduction.

Secret des secrets

  • 47 Cf. éd. R. Steele, « Opera hactenus... » cit., p. 75.

30Item ignorare tu non debes quod qui consuevit comedere bis in die, si contineat se ad unam certam horam et unam tantum comestionem, certum eveniet sibi nocumentum. Et si eveniet illi qui consuevit semel in die comedere, et incipit bis comedere. Quia ejus stomachus nequit cibum digerere, et ideo indigestum remanebit nutrimentum47.

Taddeo Alderotti

  • 48 Éd. F. Puccinotti, Opere mediche... cit., p. xxiii.

31« E nel tuo mangiare si chonviene ordine oservare pero chè se tu se’ uso a mangiare dua volte il die dua mangia, e se una una mangia ; e se tu se’ uso a dua volte il di e tu ne mangiassi una, la tua virtù e sustanza ne’ infievolisce, e se usato di mangiare una e tu mangiasi dua, adiverratene pigrizia nel corpo e il cibo non si ismaltiscie, e ingienerasene malizie e vizj e ventosità, perochè tu avrai messo nel ventre chosa superchia e non usata48 ».

  • 49 In hyeme vero super sinistrum latus perfice dormitionem, sed in estate in dextro latere dormias te (...)
  • 50 Et dormi una hora super latus dextrum, deinde verte te super sinistrum et super illud perfice dorm (...)
  • 51 Cum vero tu cibo refectus fueris [...], deinde temperate dormi, et requiesce primo una hora super (...)

32Quelques décennies plus tôt, Petrus Hispanus a manifestement utilisé la même version. Dans un passage consacré au sommeil, l’auteur indique qu’en hiver, il faut dormir sur le côté gauche, en été sur le droit, la plante des pieds découverte49. L’Epistola ad Alexandrum ne se fait pas l’écho d’une telle distinction saisonnière. Tout au plus, la traduction de Jean de Séville précise qu’il faut se retourner pendant son sommeil50. C’est en revanche dans la version longue de Philippe de Tripoli qu’on peut lire les raisons de la différenciation proposée par Petrus Hispanus. Le traducteur explique en effet que les deux côtés n’ont pas les mêmes qualités, le gauche étant froid et nécessite d’être réchauffé51. Adaptant ce déséquilibre entre les deux flancs aux différences climatiques des saisons, Petrus Hispanus conseille de dormir sur le côté gauche en hiver afin de le réchauffer, toujours par souci de tempérer des qualités déséquilibrées.

33Pour autant, et malgré ces ressemblances, le Libello de Taddeo Alderotti et la lettre de Petrus Hispanus ne sont pas de simples succédanés du Secret des secrets. Le modèle fait en effet l’objet d’une réécriture, avec de nombreuses coupes (notamment dans le texte du médecin portugais qui abrège fortement le traité pseudo-aristotélicien), mais aussi quelques ajouts. Ainsi, alors que la version longue du Secret des secrets conseillait d’attendre d’avoir faim pour manger et rappelait les dangers de manger sans appétit, Petrus Hispanus supprime ce passage et le remplace par des conseils destinés à purger l’estomac et la tête, et à exciter la chaleur naturelle grâce notamment à l’éternuement :

Petrus Hispanus

  • 52 Éd. M. H. Da Rocha Pereira, Petrus Hispanus... cit., p. 451.

34Cave ergo ne comedas donec te certissime noveris vacuum fecibus. [...] Ergo antequam cibum sumas in cena per domum incedas aliquantulum et unam moveas sternutationem que caput purgat, et a stomacho fumum et feces expellit et calorem excitat naturalem et, cum desiderium comedendi affuerit, statim comede, nisi enim cito comedas stomachus malis replebitur humoribus et conturbat cerebrum vaporibus...52

Secret des secrets

  • 53 Éd. R. Steele, « Opera hactenus... » cit., p. 75-76.

35Et cave ne iterum comedas donec certissime cognoveris stomachum esse vacuum, id est, purgatum a primo cibo. Et hec cognoscas per desiderium, id est, cum voluntatem comedendi habere ceperis, et per subtilitatem salive ad os decurrentis. Quia si quis habunde cibum sumpserit absque corporis necessitate, id est, sine voluntate comedendi, cibus recens inveniet calorem naturalem quasi gelidum ex habundancia humorum infrigidancium et decoccionibus eorum intentum et vexatum, et ideo non potest esse calor intentus hiis et aliis, quia pluribus intentus minor est ad singula. Si vero cum desideravit cibum, susceperit eum quis et cum magno desiderio, tunc inveniet cibus calorem naturalem sicut ignem accensum et quasi jam ad cibos coquendos paratum. Et cum ceperis habere desiderium comedendi, debes statim comedere. Nisi enim cito comederis, statim stomachus replebitur pessimis humoribus quos contrahit ad se de superfluitatibus corporis que conturbant cerebrum vapore pessimo...53

36Il fait de même, nous l’avons vu, dans le passage consacré au sommeil, en adaptant une remarque du Secret des secrets aux variations climatiques saisonnières, ce que le modèle n’évoquait pas.

  • 54 « E naturalmente quegli cibi che migliori sono [...] charne di chastrone, vitella di latte, chavre (...)
  • 55 Pour une édition de certains consilia de Taddeo Alderotti, voir I « Consilia », éd. G. M. Nardi, T (...)

37En d’autres endroits, c’est Taddeo Alderotti qui s’écarte de sa référence. Là où l’auteur du Secret des secrets se contentait de parler du pain et de plats dans leur généralité, le médecin de Bologne énumère les aliments qu’il conseille de consommer54, comme il a coutume de le faire dans la partie diététique des consilia55. De la même façon, il recommande finalement de dormir sur le côté droit, alors que le Secret des secrets préfère le flanc gauche réputé plus froid.

38Si l’on devait caractériser l’utilisation respective du Secret des secrets par ces deux auteurs, sans doute parlerait-on pour Taddeo Alderotti d’enrichissement du texte initial par des ajouts fréquents et pour Petrus Hispanus d’épure, de concentration du discours sur quelques règles essentielles et de fidélité plus forte à l’opuscule pseudo-aristotélicien. Un exemple tiré des passages consacrés aux saisons le montre :

Epistola ad Alexandrum

  • 56 Éd. H. Suchier, « Epistola Aristotilis... », art. cit., p. 478-479.

39Post hec sequitur autumpnus qui est frigidum et siccum tempus, in quo colera nigra consurgit. Oportet ut in eo ex cibis assumatur quicquid fuerit calide et humide complexionis, ut sunt pulli et agni et uve quoque dulces et vinum quoque vetus et subtile, atque abstineatur ab omni quod generat coleram nigram, et motus corporis atque usus Veneris magis stet quam in estate. Balneum et purgatoria si necesse sit usitentur56.

Petrus Hispanus

40Autumnus est frigidus et siccus, in quo colera rubra insurgit. Unde in eo oportet uti calidis et humidis, ut pullis gallinatis, agnis, germinibus dulcibus, vino veteri et subtili et ab omni abstinere quod generat coleram et motum cordis et ab usu veneris.

  • 57 Éd. M. H. Da Rocha Pereira, Petrus Hispanus... cit., p. 453.

41Sed postquam in estate usus fueris balneis siccis et sulfureis, purgetur melancolia sepe cum dyasene57.

Secret des secrets

  • 58 Il s’agit de passages consacrés à l’astrologie qui n’apparaissent que dans la version longue.
  • 59 Éd. R. Steele, « Opera hactenus... » cit., p. 79-80.

42[...]58. Autumpnus est tempus frigidum et siccum in quo colera nigra consurgit. Oportet in eo tempore sumere calida et humida, ut sunt pulli et agni, vinum vetus et subtile et uve dulces. Abstineas ab omnibus coleram nigram generantibus, motus corporis et usus veneris magis excerce quam in estate, balnea quoque et purgatoria, si necesse fuerit, in hoc tempore facias et accipias59.

Taddeo Alderotti

43« Seghuita poi lo tenpo autunnale che comincia a mezo setenbre e dura infino a mezzo dicienbre. Questo tenpo è molto contradio a chorpi umani, per la ria pasione che infienera di molta malinchonia e molta febre, e però ti conviene in chotal modo sapere guardare lo tu chorpo et chotale dieta fare. Inprima mangierai cibi legieri da smaltire presto, e che gienerano buon sanghue, e userai buon vini, e guardati di mangiare chavoli charne di bue o di vacha, perche generano molta malinchonia e simile. Ti ghuarda da frutte che siano in quel tenpo perche gienerano pesime infermità.

  • 60 Éd. F. Puccinotti, Opere mediche... cit., p. xxiii.

44Anche in questo tenpo ti guarda di dormire in luogo frigido o chol chapo schoperto, perche in questo tenpo isciende il chatarro a denti e al petto e al polmone, e di cio si cria pesima infermità60 ».

45Si le Secret des secrets a constitué le modèle de composition et de propos à suivre pour Petrus Hispanus et Taddeo Alderotti, il est certain, au vu de quelques comparaisons menées sur ces ouvrages, que les deux auteurs occidentaux ne se sont pas limités à un simple plagiat ou à une copie du texte de référence. La relecture qu’ils en proposent est au contraire ouverte aux transformations, à une réécriture et à une recomposition d’ensemble qui les conduisent à produire leur propre ouvrage diététique, dont l’économie générale est cependant largement tributaire du modèle épistolaire fourni par le Secret des secrets.

46L’étude qui vient d’être menée à partir de la Summa de conservanda sanitate de Petrus Hispanus s’est appuyée sur une seule partie de ce texte qui, d’après l’édition critique de Maria Helena da Rocha Pereira et de nombreux manuscrits, en comporte trois. L’ » oubli » du De conferentibus et nocentibus et du Quis vult custodire sanitatem (d’après les titres de l’édition) est bien sûr volontaire et s’explique par une histoire du texte, complexe, qui mérite qu’on s’y attarde plus longuement.

LA SUMMA DE PETRUS HISPANUS : UNE HISTOIRE DE TEXTES

  • 61 Il existe une longue tradition de textes intitulés De conferentibus et nocentibus. L. Thorndike et (...)

47Il peut sembler a priori étrange de classer la Summa de conservanda sanitate de Petrus Hispanus parmi les textes brefs. Son titre, emprunté au registre universitaire, et sa structure, démentent cette classification. L’œuvre est en effet constituée de trois parties : la première, un régime selon les saisons introduit par des principes généraux de diététique, reprend, nous l’avons vu, le modèle pseudo-aristotélicien ; la deuxième, intitulée De his qui conferunt et nocent, s’attache à la préservation de tous les membres du corps61 ; quant à la troisième (Quis vult custodire sanitatem), elle ressemble à un régime de santé prolongé par une practica rapide. À première vue, la Summa manifeste un caractère hétéroclite et composite, ce qui légitime une question : s’agit-il de la structure originale de l’œuvre ?

Des contradictions internes

  • 62 Notandum quod post comestionem primo super dextrum latus est dormiendum. Deinde super sinistrum re (...)

48L’incipit du texte ne mentionne à aucun moment la structure ternaire de la Summa. La partie initiale ne fait aucunement référence à celles qui suivent. Chacune d’entre elles constitue une sorte de bloc autonome que rien ne relie aux autres éléments. Plus encore, la première partie et la dernière paraissent redondantes (même si elles adoptent des schémas de composition différents), puisque toutes deux sont consacrées à des considérations diététiques. Les propos sur le bain, l’exercice ou l’alimentation que j’ai évoqués, trouvent ainsi des échos dans le Quis vult custodire sanitatem. Mais c’est moins la répétition que des décalages qui transparaissent à la lecture des première et troisième parties. Ainsi à propos du sommeil, tandis que le Quis vult custodire sanitatem reprend presque mot pour mot l’Epistola ad Alexandrum62, la partie initiale introduit une distinction saisonnière, dont il a déjà été question. Plus loin, Petrus Hispanus répète à deux reprises des conseils pratiquement similaires. Le bain ou l’exercice ont ici les mêmes attributions :

1ère partie

  • 63 Cf. ibid., p. 450-451.

49Nota : si vis macrescere, dormi ante pprandium ; si vero impinguare, dormi post pprandium. Idem de balneis est intelligendum63.

3e partie

  • 64 Ibid, p. 483.

50Considerandum est itaque quod quicumque vult impinguari post comestionem balneum ingrediatur, cibo digesto, et hec per modicam horam [...]. Sed qui vult resolvi et macerari famelicus est balneandus et ibi diu moretur et cum exierit aliquantulum dormiat64.

51Répétitions ou légers décalages ne sont pas les seuls indices qui suggèrent une réécriture de la Summa. L’utilisation qui est faite des citations et des autorités fournit d’autres exemples de divergences entre les parties ; face à la rare mention des autorités dans le texte liminaire, la troisième partie propose un éventail bien plus large d’emprunts faits à Galien, mentionné quatre fois, à Avicenne cité à trois reprises et à Isaac Israëli. Devant le caractère hétérodoxe de la Summa de conservanda sanitate, on pourrait suggérer un assemblage tardif de textes d’horizons divers, ce qui reste à étayer d’un point de vue codicologique.

Les familles de manuscrits

  • 65 Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 615, xiiie-xive s. (= M) et Clm 14574, xve s. (= B) ; Col (...)
  • 66 L’opuscule de Petrus Hispanus est ici attribué à Bartolomeo da Varignana : finit tractatus de regi (...)
  • 67 Cf. inventaire 1 no 100.

52L’édition proposée par Maria Helena da Rocha Pereira repose sur l’examen de sept manuscrits65. Manquent à cette liste le codex Clm 363 conservé à la Bayerische Staatsbibliothek de Munich, intitulé Tractatus brevis de regimine sanitatis, et copié vers 1464-146666, ainsi que le codex de la Biblioteki Jagiellonskiej de Cracovie, Cod. 79667. Les témoins examinés par Maria Helena da Rocha Pereira se répartissent en trois groupes de codices. La première tradition (constituée par les manuscrits H, C, G) limite le texte à la première partie, celle qui reprend étroitement le modèle du Secret des secrets. Dans ce premier groupe se dessinent immédiatement des particularités : C comporte en plus de l’introduction commune à tous, un prologue qui présente l’auteur et qui commence par :

Erubescant Iudei confundantur Saraceni supersedeantur vagipulantes medici obmutescant vetule incantationes...

  • 68 L. Capparoni affirmait que la lettre était adressée à l’empereur (L. Capparoni, « Di una rara trad (...)
  • 69 Epistula Magistri Petri Hispani missa ad Imperatorem Fridericum super regimen sanitatis (Londres, (...)

53H se présente comme une lettre adressée à Frédéric II68. L’auteur s’y qualifie aussi de médecin personnel de l’empereur69.

  • 70 Explicit summa Magistri Petri de conservanda sanitate et de his que conferunt et nocent (Londres, (...)

54La deuxième famille de manuscrits (P et R) inclut le De hiis conferunt et nocent ainsi que le prologue mentionné ci-dessus. L’explicit proposé par le copiste de R souligne la structure ambiguë de l’ouvrage qui ne comporte finalement pas de titre général, mais simplement deux sous-titres indépendants l’un de l’autre70.

55La troisième famille (M et V) comporte les trois parties mentionnées plus haut. Elle donne la version la plus complète de la Summa et ce sont les témoins de ce groupe qui ont servi de base à l’édition de Maria Helena da Rocha Pereira, le manuscrit M étant d’ailleurs le plus ancien. Ce groupe, qui ne fait mention d’aucun dédicataire et passe sous silence la carrière de l’auteur, omet également le prologue. Le texte débute ainsi :

Ego Petrus Yspanus, considerans diversas egritudinum passiones per negligentiam in corpore homini generari...

56Le manuscrit B tient à la fois de ce troisième groupe par sa composition et du deuxième puisqu’il comporte le prologue.

  • 71 L. Thorndike, A History of Magic and Experimental Science, vol. 2, New York, 1923, p. 489, n. 5 et (...)
  • 72 Londres, B.L., Harleian 5218, f. 1r.

57Se fondant sur les remarques de Lynn Thorndike, Maria Helena da Rocha Pereira a raison de souligner que la mention qui adresse la lettre à Frédéric II est un faux71 ; il est peu logique en effet que Petrus Hispanus se qualifie de senex artis medicine professor72, alors qu’il a tout au plus quarante ans lorsqu’il compose ce texte. Il faut plutôt voir dans cette incise l’influence du Secret des secrets et, plus largement, du mode épistolaire qui a poussé un copiste à ajouter cet incipit, voire encore – et donc plus tardivement – l’influence du régime d’Arnaud de Villeneuve adressé à Jacques II et largement diffusé au Moyen Âge.

58À partir de ces différentes familles, Maria Helena da Rocha Pereira a proposé un stemma convaincant. Elle pose comme hypothèse l’existence d’un noyau originel constitué par le calendrier, auquel se seraient ajoutés le De his conferunt et nocent puis le Quis vult custodire sanitatem. La transformation aurait aussi porté sur l’incipit qui se serait chargé, au moins pour H, d’une dédicace et d’une formulation de type épistolaire. Il semble donc qu’au xive siècle, voire dès la fin du xiiie siècle, le calendrier diététique de Petrus Hispanus, dans sa version originelle (dont il reste un témoin tout de même transformé, le manuscrit H), a été progressivement enrichi de deux autres noyaux indépendants.

59Pourquoi une telle transformation ? Il est plausible de penser qu’un copiste a ajouté, volontairement ou par confusion, un De his que conferunt et nocent au traité originel de Petrus Hispanus, puis le même processus s’est déroulé pour le Quis vult custodire sanitatem. Cela expliquerait aussi le choix d’un titre plus conforme à la disparité de l’ensemble : les manuscrits M et V parlent en effet de Liber magistri Petri Hyspani de regimine sanitatis. En tout état de cause, le calendrier serait le seul texte originel. Il reste alors, dans cette hypothèse, à déterminer l’origine de ces adjonctions.

Le véritable auteur du « Quis vult custodire sanitatem »

  • 73 M. H. Da Rocha Pereira, « Un manuscrito inédito... », art. cit., p. 499.
  • 74 La référence au Viaticum, d’ailleurs attribué par erreur à Isaac Israëli, y est omise et la troisi (...)

60Maria Helena da Rocha Pereira, qui avance que le De his que conferunt et nocent a peut-être été écrit par le même Petrus Hispanus73, ne propose rien pour ce qui concerne la dernière partie. Or la phrase incipitaire et la structure même du texte ne sont pas sans rappeler un autre traité diététique, le Libellus de conservanda sanitate de Jean de Tolède. Ce régime qui, dans la majorité des manuscrits, est dit editus/compositus a magistro Johanne de Tholeto débute en effet par : Scribitur ab Ysaac in libro Viatici quod quicumque vult continuam custodire sanitatem, stomachum custodiat... Dans le traité attribué à Petrus Hispanus, l’incipit est tronqué et transformé74 ; à cause d’une erreur de lecture, l’estomac est devenu le complément de nom de santé. On y retrouve également la mention de la définition de l’abstinence selon Galien, même si dans la version dite de Petrus Hispanus, la référence à une question qu’on aurait posée au médecin grec est omise.

Petrus Hispanus

  • 75 Ibid.

61Dicit Galenus : Quidam comedunt ut vivant, ut sobrie viventes, sed quidam vivunt ut comedant, ut gulose viventes. Unde istorum intentio est comedere et non vivere. Item Galenus : Abstinentia est perfecta medicina. Est autem duplex abstinentia, universalis et particularis. Universalis cum totaliter abstinetur a cibo et potu, diu ieiunando [...]. Particularis est abstinere a rebus similibus et humoribus dominantibus, ut colericus a colericis, fleumaticus a fleumaticis, et sic de aliis humoribus75.

Jean de Tolède

  • 76 B.n.F., lat. 16222, f. 76ra.

62Quesitum fuit a G[alieno] quare tam parum manducabat, qui respondit. Intentio enim mea est manducare ut vivam, vos autem vivere in mundo amatis ut comedatis. Unde quidam comedunt ut vivant, sicut sobrie. Viventes quidam vero vivunt ut comedant, sicut gulose viventes. Unde istorum intencio est comedere. Item quesitum fuit a Galieno que esset perfecta medicina, qui respondit abstinencia. Sed nota quod dua est abstinencia, universalis et particularis. Universalis ut totaliter abstinere a cibo et potu donec confortetur appetitus sensibiliter vel rationabiliter [...]. Particularis abstinencia est abstinere a rebus similibus humoribus dominantibus sicut colericus a colericis, fleumaticus a fleumaticis et sic de aliis76.

  • 77 Le texte est dans son ensemble similaire. On note cependant dans la version attribuée à Petrus His (...)
  • 78 Ont par exemple été omis les chapitres concernant la phlébotomie, les maladies des yeux, le tintem (...)
  • 79 Voir le chapitre suivant sur la discussion relative aux circonstances de composition du Libellus d (...)

63Malgré quelques dissemblances formelles et manifestement quelques passages tronqués dans la version dite de Petrus Hispanus, les deux textes sont presque les mêmes. Des similitudes apparaissent également dans les parties purement diététiques77. Les passages sur les maladies dans le texte dit de Petrus Hispanus ressemblent en revanche à une forme très abrégée de la practica de Jean de Tolède, telle qu’elle se présente dans certains manuscrits78. Mais ces remaniements ne doivent pas nous étonner ; le texte qui est attribué dans les codices au cardinal de Porto laisse apparaître lui aussi d’importantes variantes. Pour autant, il semble certain que ce régime / practica attribué à Petrus Hispanus n’est en fait que la version remaniée, en partie abrégée, du Libellus de conservanda sanitate de Jean de Tolède, qui fut lui-même l’auteur d’un régime composé sans doute à la même époque que l’Epistola, attribuée par les manuscrits à Petrus Hispanus79.

CONCLUSION

  • 80 Sur la littérature des « secrets », voir les travaux de W. Eamon, « Books of Secrets in Medieval a (...)
  • 81 Roger Bacon est l’auteur d’une sorte de commentaire au Secret des secrets. Si R. Steele proposait (...)
  • 82 Voir sur le sujet, outre l’article de M. Grinaschi déjà cité, le long travail de J. Monfrin, « La (...)
  • 83 Voir notamment infra, chap. X, p. 441-470 et annexe 3, p. 721-750 où sont répertoriés certains inv (...)
  • 84 M. Grinaschi remarquait que le Secret des secrets avait essentiellement suscité l’intérêt de ceux (...)

64Le petit groupe de textes que j’ai volontairement distingués du reste de la production diététique du xiiie siècle est caractérisé par des procédés de composition et des rythmes d’écriture relativement proches, plus ou moins redevables à l’influence du Secret des secrets80, lui-même largement diffusé sous ses deux versions dans l’Occident médiéval et très rapidement aussi sous des versions remaniées ou des commentaires, comme celui de Roger Bacon81, ou encore par le biais de traductions en langues vernaculaires82. Outre la forme qu’ils empruntent à l’ouvrage pseudo-aristotélicien, ces écrits que j’ai qualifiés d’épistolaires s’inspirent également de ses aspects didactiques et font montre d’une volonté évidente de vulgarisation et de simplification des théories diététiques. La fréquente présence dans une même bibliothèque médiévale du texte pseudo-aristotélicien et d’un ouvrage diététique, ou encore l’association de ces ouvrages au sein d’un même ensemble manuscrits renforcent encore, si nécessaire, la perception d’une similitude, mais aussi d’une forte complémentarité entre le Secret des secrets et ce qu’on appellera plus tard les régimes de santé83. Les dédicaces de ces formes épistolaires, qu’elles se révèlent exactes ou apocryphes (dans le cas de l’adresse de Petrus Hispanus à Frédéric II), soulignent les tendances didactiques de ces epistolae et placent d’emblée cet ensemble de textes aux marges de la production scientifique et médicale contemporaine, plus volontiers tournée vers la spéculation et vers un public de professionnels84. Seul, peut-être, Théodore laisse une place plus grande à l’un des grands ouvrages du savoir médical arabe, le Pantegni d’Haly Abbas.

65On ne peut en revanche supposer des milieux de production homogènes. Car si la péninsule italienne paraît un lieu privilégié de composition diététique, qu’il s’agisse de la cour impériale de Sicile ou des cités florissantes et universitaires comme Bologne, on ne saurait oublier que ni Théodore ni Petrus Hispanus ne reçurent leur formation médicale en Italie. Pour la Summa d’ailleurs, les circonstances et les lieux de la composition demeurent obscurs. Si ce type d’écriture épistolaire se distingue par sa précocité (quoique, à l’exception du Libello de Taddeo Alderotti, il soit difficile de dater précisément la composition de ces ouvrages), il ne semble guère avoir de postérité, puisque les principaux auteurs du xive siècle préférèrent, comme nous le verrons, d’autres formes de compositions qui, elles, ont connu un grand succès.

Notes

1 Selon N. G. Siraisi, Taddeo Alderotti serait l’auteur de la version italienne de la lettre. Plus encore, la rédaction vernaculaire serait celle qui aurait été adressée à Corso Donati. L’historienne américaine suggère que la langue vernaculaire était celle employée pour la communication entre patients et médecins (cf. N. G. Siraisi, Taddeo Alderotti and his Pupils. Two Generations of Italian Medical Learning, Princeton, 1981, p. 42 et 273). Il existe différentes éditions de la version italienne, dont la plus récente est celle proposée par G. Spina et A. Sampalmieri, « La lettera di Taddeo Alderotti a Corso Donati e l’inizio della letteratura igienica medioevale », dans XXI Congresso Internazionale di Storia della Medicina, vol. 1, Sienne, 1968, p. 94-99. Sur la foi des propositions de N. G. Siraisi, je m’appuierai sur la version italienne, mais donnerai en regard le texte latin qui s’intitule parfois Libellus, parfois Regimen.

2 Notons d’ailleurs que le manuscrit de la British Library, Harley 2158, porte le titre d’Epistola. Voir plus loin la discussion consacrée à ce témoin. Sur Petrus Hispanus, voir L. M. De Rijk, Peter of Spain (Petrus Hispanus Portugalensis). Tractatus called afterwards « Summule logicales » ? First Critical Edition from the Manuscripts with Introduction, Assen, 1972 ; R. Stapper, « Papst Johannes XXI. Eine Monographie », Kirchengeschichtliche Studien, 4 (1898) ; J. Tobias Köhler, Vollständige Nachricht von Papst Johann XXI, welcher unter dem Namen Petrus Hispanus als ein gelehrter Arzt und Weltweiser berühmt ist, Göttingen, 1760. Récemment, J. F. Meirinhos a remis en cause dans un article l’attribution d’œuvres philosophiques et médicales au pape Jean XXI, proposant l’existence de trois possibles Petrus Hispanus. Voir J. F. Meirinhos, « Petrus Hispanus Portugalensis ? Elementos para una diferenciação de autores », Rivista Española de Filosofía Medieval, 3 (1996), p. 51-76. Le Petrus Hispanus physicien fut aussi professeur de médecine à l’université, à Sienne en l’occurrence, mais j’ignore si sa lettre de santé est antérieure, contemporaine ou postérieure à son enseignement. Sur sa présence à Sienne et sur les premiers temps du studium toscan, voir M. H. Laurent, « Il soggiorno di Pietro Ispano a Siena », Bullettino senese di storia patria, 45 (1938), p. 42-47 ; C. Mazzi, « Lo studio di un medico senese del sec. xv », Rivista delle biblioteche, 5 (1895), p. 125-178 ; G. Minucci, « Rassegna bibliografica sulla storia dello Studio senese dalle origini fino alla prima metà del Cinquecento », Studi senesi, 93 (1981), p. 425-445 ; G. Pettella, « Sull’identità di Pietro Ispano, medico in Siena e poi Papa col filosofo dantesco », Bullettino senese di storia patria, 6 (1899), p. 277-339 ; G. Prunai, « Lo studio senese dalle origine alla migratio bolognese (sec. xii-1321) », ibid., 56 (1949), p. 53-79 ; R. Stapper, « Pietro Ispano (Papa Giovanni XXI) ed il suo soggiorno in Siena », ibid., 5 (1898), p. 424-431 ; A. Garosi, Siena nella storia della medicina (1240-1555), Florence, 1958 ; P. Nardi, « Comune, Impero e Papato alle origini dell’insegnamento universitario in Siena (1240-1275) », Bullettino senese di storia patria, 90 (1983), p. 71-76.

3 Taddeo Alderotti enseigna notamment à Bologne (cf. M. Sarti et M. Fattorini, « De claris Archigymnasii Bononiensis Professoribus a saeculo xi usque ad saeculum xiv », t. I, Bologne, 1888-1896, p. 554-564). Sur l’auteur voir N. G. Siraisi, Taddeo Alderotti and his pupils... cit. ; ead., « Pietro d’Abano and Taddeo Alderotti : Two Models of Medical Culture », Medioevo. Rivista di storia della filosofia medievale, 11 (1985), p. 139-162.

4 Comme le signale A. de Libéra, le Secret des secrets et sa version brève, constituée des seuls préceptes diététiques, « comptent parmi les livres les plus lus au Moyen Âge. Manifestes de la science arabe, ils embrassent des matières qui vont de la diététique à l’alchimie en passant par la physiognomonie » (A. De Libéra, La philosophie médiévale, Paris, 1993, p. 362).

5 Pour l’édition critique de ce texte et pour la mise au point la plus récente sur la carrière de ce médecin et astrologue, originaire d’Antioche, voir Ch. B. Burnett, « Master Theodore, Frederick II’s Philosopher », dans Federico II e le nuove culture. Atti del XXXI Convegno storico internazionale (Todi, 9-12 ottobre 1994), Spolète, 1995, p. 225-285. Ch. B. Burnett édite de nombreux documents relatifs à Théodore et propose une nouvelle édition de l’Epistola Theodori que K. Sudhoff avait transcrite une première fois en 1915. Cf. K. Sudhoff, « Diaeta Theodori », A.G.M., 8 (1915), p. 376-403. Ch. B. Burnett précise qu’il est difficile de savoir quand débute la carrière de Théodore à la cour de Frédéric II, peut-être en 1233, voire plus tôt, dans les années 1220. Il est en revanche certain que le médecin et astrologue est mort en 1250. Sur Théodore et la culture à la cour de Frédéric II, voir également C. H. Haskins, Studies in the History of Mediaeval Science, Cambridge Mass., 1924, p. 299-326 ; id., Studies in Medieval Culture, Oxford, 1929, p. 129. M. Amari, Storia dei Musulmani in Sicilia, vol. 3, Florence, 1854-1872, p. 711-713. A. Di Stefano, La cultura alla corte di Federico II imperatore, Palerme, 1938.

6 Né vers 1250 dans une famille noble de Florence, Corso Donati occupa des fonctions politiques de premier plan dans l’Italie septentrionale de la seconde moitié du siècle. Membre du conseil de la commune de Florence en novembre 1278, podestat de Bologne en 1283, puis capitaine du peuple de cette même cité, il devient podestat de Padoue en 1287, puis de Bologne à nouveau l’année suivante, avant d’occuper les fonctions de capitaine de Pistoia. Il était aussi le chef du parti guelfe et, à ce titre, combattit les armées gibelines d’Arezzo lors de la bataille de Campaldino en 1289. Fort de ce succès, en 1293 (du 1er avril au 30 septembre), Corso Donati redevient capitaine de Bologne. C’est cette année là que, d’après N. G. Siraisi, Taddeo Alderotti aurait composé sa lettre pour le nouveau capitaine de la cité (N. G. Siraisi, Taddeo Alderotti and his Pupils... cit., p. 273, note 14). Il occupe encore d’importantes charges, la dernière, en tant que membre du collège des Douze capitaines de guerre de Florence, vers la fin de l’année 1307. Le 6 septembre 1308, au cours d’un procès sommaire intenté par ses adversaires il est condamné à mort (cf. S. Raveggi, « Corso Donati », dans D.B.I., vol. 61, 1992, p. 18-24). Le codex de la B.A.V., Ross. lat. 674, manuscrit d’origine italienne daté du xve siècle, qui donne la version latine du Libellus, propose une datation de la lettre dans l’incipit : Libellus sanitatis conservande factus et copilatus (sic) per prudentissimum virum magistrum Tadeum de Florentia in arte medicine in civitate Bononie doctorem, illum annum quo decessit (f. 8r), ce qui daterait l’opuscule de 1295, mais à cette date Corso Donati n’était plus à Bologne (cf. L. Belloni et L. Vergnano, « Taddeo Alderotti », dans D.B.I., vol. 2, 1960, p. 85).

7 Médecin athénien de la dernière moitié du ive siècle, auteur de deux lettres adressées à des généraux d’Alexandre le Grand, l’Hygiène (écrite vers 300 av. J.-C.) et la Lettre à Antigonos (vers 305-301 av. J.-C.). Voir K. H. Dannefeldt, « Diocles of Carystus », dans D.S.B., vol. 4, p. 105-107. F. Heinimann, « Diokles von Karystos und der prophylaktische Brief an König Antigonos », Museum Helveticum, 12 (1955), p. 158-172.

8 Il s’agit en réalité de l’Epistola Hippocratis translata ad Maecenatem, donc d’une traduction peut-être effectuée par le médecin personnel de Mécène, Antonius Musa, de la lettre de Dioclès à Antigonos, agrémentée de conseils et de remèdes. Sur cette identification, voir C. Opsomer et R. Halleux, « La lettre d’Hippocrate à Mécène et la lettre d’Hippocrate à Antiochus », dans I testi di medicina latini antichi. Problemi storici e filologici, Università di Macerata, 28 (1985), p. 341-364.

9 N’ayant pu consulter l’édition proposée par G. Spina et A. Sampalmieri (« La lettera di Taddeo Alderotti... », art. cit.), j’ai utilisé celle plus ancienne de F. Puccinotti, publiée dans Opere mediche, vol. 4 : Storia della medicina, Naples, 1860, p. xxii-xxiv. Le texte latin donne Ecce tibi scribo et narro amice karissime... (Rome, Biblioteca Angelica, ms 1376, f. 32v).

10 Celsitudo vestra precepit ut de conservanda sanitate certas scriberem vobis regulas... (éd. Ch. B. Burnett, « Master Theodore... », art. cit., p. 267).

11 Éd. F. Puccinotti, Opere mediche... cit., p. xxii.

12 À titre d’exemple : Lava cum bono vino carinuculas narium et mastica duo grana masticis [...]. Cave ergo ne comedas donec te certissime noveris vacuum fecibus. La Summa de conservanda sanitate a été publiée par M. H. Da Rocha Pereira, dans Petrus Hispanus. Obras Medicas, Coïmbra, 1973, p. 447-492.

13 Alexandrem imperatorem per epistolam inquirentem de sanitate corporis edoceri... (éd. Ch. B. Burnett, « Master Theodore... », art. cit., p. 267).

14 Ainsi à plusieurs endroits, les conseils sont assortis d’un « perché » explicatif : « Quanto ti levi la matina da letto distederai le tue membra, perchè la natura ne prende chonforto, e il naturale chaldo se ne chonforta e fortifica le membra ». Ou encore, « anche adornerai la tua persona di begli vestimenti, pero chè l’animo se ne ralegra, e andrai mastichando finochio anici gherofani, perchè lo stomacho se ne chonforta e farati buono apitito a mangiare e rende buon fiato » (éd. F. Puccinotti, Opere mediche... cit., p. xxii).

15 « E se pure t’avenise che tu mangiasi più vivande, chonsiglioti che tu oservi tale ordine... ». Et plus loin : « ancho ti chonsiglio di non afatichare troppo il chorpo ne la lusuria... » (ibid., p. xxiii).

16 Lorsqu’il s’y livre, le médecin et logicien portugais se contente également d’un vocabulaire simplifié, où corroborare et confortare, voire excitare et expellere constituent l’essentiel de l’explication.

17 Ut autem salutem conserves et vitam, conserva que mando ut te ipsa conservent (éd. Ch. B. Burnett, « Master Theodore... », art. cit., p. 38).

18 Ego Petrus Yspanus, considerans diversas egritudinum passiones per negligentiam in corporibus homini generari, quedam utilia et experta ad salutem humane vite sanitatis conservandam inveni et probavi ratione veridica que in artis medicine gremio non inveniuntur (éd. M. H. Da Rocha Pereira, Petrus Hispanus... cit., p. 447).

19 Éd. Ch. B. Burnett, « Master Theodore... », art. cit., p. 267-268.

20 À l’exception d’une phrase fondée sur l’assonance et sur la structure symétrique, et encore ne peut-on pas véritablement la qualifier de sentence : Cumque appetitus et voluntas affuerit comedendi, cibaria propinentur ; si vero appetitus defuerit, cibaria denegentur (éd. M. H. Da Rocha Pereira, Petrus Hispanus... cit., p. 449).

21 Si Théodore mentionne le Secret des secrets et encore sans en faire un usage médical, Taddeo Alderotti ne cite aucune autorité.

22 Sous le nom de Jean Damascène, il faut entendre Yūḥannā ibn Māsawaih (ca. 777-857), médecin de Bagdad et auteur des Nawādir aṭ-ṭibbīyan, traduits par des disciples de Constantin l’Africain sous le titre d’Aphorismi Iohannis Damasceni. Petrus Hispanus cite en le modifiant légèrement l’un de ses aphorismes : Medicina stiptica et odorifera vicina membra confortat (éd. M. H. Da Rocha Pereira, Petrus Hispanus... cit., p. 453). Alors que Ibn Māsawaih disait : Medicina stiptica, odorifera et temperamento propinqua naturalem virtutem custodit et confortat principalia membra [Yūḥannā ibn Māsawayh (Jean Mesue), Le livre des axiomes médicaux (Aphorismi), éd. D. Jacquart et G. Troupeau, Genève-Paris, 1980, p. 123 (Centre de Recherches d’Histoire et de Philologie de la IVe section de l’École pratique des hautes études)].

23 Les exemples fournis par le texte de Théodore, toutefois, pourraient prêter à une autre interprétation s’il était possible de prouver que le manuscrit de Marburg est corrompu. Les redites pourraient être alors attribuées à des erreurs du copiste.

24 Sic quandoque dum estuabis aut sudore laxabuntur pori, a frigidis potationibus erit continentia neque tunc vento exponaris. [...] Providebis ut, dum fit digestio, a potu maxime frigido abstineas ; minueret enim fervor per quem habet fieri ebullatio et transmutatio (éd. Ch. B. Burnett, « Master Theodore... », art. cit., p. 268-269).

25 Apertis enim calore poris ventus intrabit et fiet discrasia eritque causa apostematum et malorum coagulationum (ibid., p. 268).

26 Debes ergo sollicite custodire quantum complexio postulat et requirit (éd. M. H. Da Rocha Pereira, Petrus Hispanus... cit., p. 451).

27 « E naturalmente quegli cibi che migliori sono e che gienerano miglior sanghue, e che più tosto si smaltischono e che l’umana natura si chonforta sono questi » (éd. F. Puccinotti, Opere mediche... cit., p. xxii).

28 <Bis> in ebdomada lava pedes et extremitates corporis cum decoctione camomille ; totum corpus confortat... (éd. M. H. Da Rocha Pereira, Petrus Hispanus... cit., p. 449).

29 Vinum tibi temperabis et te vino, quod non erit acetosum, turbidum, novum, acerbum, nigrum, grossum, sed digestum, desecatum, aureum, odoriferum et vetustum (éd. Ch. B. Burnett, « Master Theodore... », art. cit., p. 268).

30 « Imperò che la chondizion del chorpo umano è passibile e mutevole non oservando la chonpresione e la chonsistenzia la quale è dal principio del suo nascimento, fue di necissità (sic) trovare maestro d’iscienza e arte, la quale in santa lo chorpo del’uomo sì chonservi. E però mosso a prieghi d’alcuno mio amicho e anche per utilità chomune d’ognuomo, i quali vivono a chostume delle bestie, e per chonservazione della santà e della vita, propuosi in me medesimo di ritrarre dei detti e de’ libri de gli antichi filosofi questo libello, chome apresso dirò » (éd. F. Puccinotti, Opere mediche... cit., p. xxii). Le texte latin propose : Quoniam passibilis et mutabilis existit humani corporis condicio complexionem et consistenciam quam a principio sue originis homo habuit non servando necessarium existit artem et scienciam invenire per quam in sanitate natura et corporis hominis conservetur. Motus igitur precibus et amore cuiusdam mei amici multa michi dilectionis teneritate et convinti necnon pro utilitate aliorum hominum more vivencium bestiarum ad conservacionem sanitatis et vite humanis corporis libellum medicinalem invenire disposui de libris et dictis philosophorum breviter compilatum (Rome, Biblioteca Angelica, ms 1376, f. 32v).

31 La traduction d’une partie du Secret des secrets fut effectuée par Jean de Séville dans les années 1130 et adressée à une certaine Domine T. gratia dei Hispaniarum regine (ainsi désignée dans le plus ancien manuscrit conservé à Édimbourg, National Library of Scotland, Advocates 18-6-11) qui a été identifiée à Teresa, reine d’Espagne. On doit à Jean de Séville la traduction d’au moins cinq ouvrages astrologiques et médicaux. Sur ce Iohannes Hispalensis et sur cette traduction brève, voir L. Thorndike, « John of Seville », Speculum, 34 (1959), p. 20-34 ; S. J. Williams, The Scholarly Career of the Pseudo-Aristotelian « Secretum Secretorum » in the Thirteenth and Early Fourteenth Century, Ph. D., Northwestern University, Evanston, Illinois, 1991 ; id., « Secret of Secrets ». The Scholarly Career of a Pseudo-Aristotelian Text in the Latin Middle Ages, Ann Arbor, 2003. Sur le travail de traducteur de Jean de Séville, Ch. B. Burnett, « Magister Iohannes Hispalensis et Limiensis and Qusṭā ibn Lūqā’s De differentia spiritus et animae : a Portuguese Contribution to the Arts Curriculum ? », Qvodlibetaria. Mediaevalia. Textos e Estudos, 7-8 (1995), p. 221-267.

32 Pour une édition de ce texte, voir H. Suchier, « Epistola Aristotilis ad Alexandrum cum Prologo Johannis Hispaniensis », dans Denkmäler Provenzalischer Literatur und Sprache, Halle, 1883, p. 473-480 et J. Brinckmann, Die apocryphen Gesundheitssregeln des Aristoteles für Alexander den Grossen in der Uebersetzung des Johann von Toledo, Leipzig, 1914. Ch. B. Burnett a proposé récemment la transcription de la préface de Jean de Séville d’après le manuscrit d’Édimbourg (Ch. B. Burnett, « Magister Iohannes Hispalensis... », art. cit., p. 255-258).

33 M. Grinaschi, le premier, a remarqué cet indice de lecture : M. Grinaschi, « La diffusion du Secretum secretorum (Sirr-al-’Asrar) dans l’Europe occidentale », Archives d’histoire doctrinale et littéraire au Moyen Âge, 47 (1980), p. 7-70 et plus particulièrement p. 22-23. Théodore déclare en effet : Celsitudo vestra precepit ut de conservanda sanitate certas scriberem vobis regulas, sed citius ad manus vestras venit scriptum antiquissimum in secretis Aristotelis, quod ad Alexandrum imperatorem per epistolam inquirentem de sanitate corporis edoceri transmiserat, in quo summatim quidquid super hoc requiritis, invenitur. J’utilise la transcription de Ch. B. Burnett, « Master Theodore... », art. cit., p. 267.

34 Sur la carrière de Michel Scot, voir C. H. Haskins, Studies in the History... cit., p. 272-298 ; L. Minio-Paluello, « Michael Scot », dans D.S.B., vol. 11, p. 361-365 ; R. Manselli, « La Corte di Federico II e Michele Scoto », dans L’Averroismo in Italia, Rome, 1979, p. 64-80 ; L. Thorndike, Michael Scot, Londres, 1965 et plus récemment, sur sa production scientifique, Ch. B. Burnett, « Michele Scoto e la diffusione della cultura scientifica », dans Federico II e le Scienze, sous la dir. de P. Toubert e A. Paravicini Bagliani, Palerme, 1994, p. 371-394.

35 R. Förster, « De Aristotelis quae feruntur secretis secretorum », Kiel, 1888, p. 29-30.

36 Notamment celle de R. Steele, C. H. Haskins et L. Thorndike qui suggérèrent que Michel Scot avait pu utiliser un exemplaire de la version arabe du texte. Cf. R. Steele, « Opera hactenus inedita Rogeri Baconi », Oxford, fasc. 5, 1920, p. xx-xxi, lxiii ; C. H. Haskins, Studies in the History... cit., p. 138, 286-287 et L. Thorndike, Michael Scot... cit., p. 91.

37 Voir S. J. Williams pour un résumé des positions et de nouveaux arguments en faveur de l’utilisation du Secret des secrets par Michel Scot (S. J. Williams, « The Early Circulation of the Secret of Secrets », Micrologus. Le Scienze alla corte di Federico II, 2 (1994), p. 127-144 et plus particulièrement les p. 132-136).

38 Théodore conseille en effet de se livrer à quelques menus exercices après le repas alors que le Secret des secrets préconise le repos (éd. Ch. B. Burnett, « Master Theodore... », art. cit., p. 237).

39 Ch. B. Burnett avance sur cette base que le texte est peut-être incomplet « since one would expect some words on the bath, on purging and on exercise ». Si tel est le cas, ce n’est certainement pas, me semble-t-il, sur l’absence de mentions des bains ou des purges qu’il faudrait faire reposer cette hypothèse, mais plutôt sur le silence à propos de l’air, qui constitue la « chose non naturelle » la plus importante. Notons toutefois que la liste n’était pas véritablement fixée à cette époque et, qu’en outre, les règles de composition des ouvrages diététiques étaient loin d’être rigides. Le texte s’interrompt cependant brutalement à l’intérieur du chapitre consacré aux relations sexuelles.

40 Je reviendrai ultérieurement sur le reste de la Summa, composée aussi d’un De hiis qui conferent et nocent et d’un traité qui débute par Quis vult custodire sanitatem... (Cf. M. H. Da Rocha Pereira, « Livro sobre a conservaçao a saude », dans Obras Medicas de Pedro Hispano, Coïmbra, 1973, p. 427-491).

41 Éd. R. Steele, « Opera hactenus... » cit., p. 68-70, 73-74.

42 Éd. M. H. Da Rocha Pereira, Petrus Hispanus... cit., p. 449-450.

43 Cum mane de lecto surexeris aliquantulum tua membra distende, ex hoc enim confortatur natura et naturalis calor confortatur in membris, pecte caput tuum quia sordes resolvitur circha cutem et caput et cerebrum proptera leviatur. Manus tuas et faciem tuam lava cum aqua frigida et recenti, nam colorem reddit bonum et lucidum et naturalis calor plurimum confortatur. Mundifica nares tuas et pectus expurgando et eiciendo fastidium. Quod extitit in eis quia ex hoc pectus et cerebrum leviatur et loquela magis redditur expedita. Terge dentes tuos et gingivas cum cortice arborum (Biblioteca Angelica, ms 1376, f. 32v).

44 Corpus tuum vestimentis pulcris adorna tuus enim ob hoc letifficabitur animus et infra te ipsum tua precordia letabuntur. Ire postmodum incipe masticando in ore tuo semina feniculorum... (ibid., f. 33r).

45 Cerebrum tuum aliquando suffimigare procura rebus si quidem preciosis tempore s[cilicet] [...] cinamonio, gariofollis, mira et ligno aloes et similibus. Nam tua suffumigacio tuas nares aperiet et cerebrum leviabit et confertabit nec tuos capillos canescere permittet et tunc facies impiguabit (ibid., ff. 32v-33r).

46 [...] Requiescas igitur primo super latere dextro et super sinistro, post modicum revolveras et postea ad complendum sompnum tuum iterum super dextro latere convertaris (ibid., f. 34v). Pour la version italienne, éd. F. Pucinotti, Opere mediche... cit., p. xxii-xxiii.

47 Cf. éd. R. Steele, « Opera hactenus... » cit., p. 75.

48 Éd. F. Puccinotti, Opere mediche... cit., p. xxiii.

49 In hyeme vero super sinistrum latus perfice dormitionem, sed in estate in dextro latere dormias temperate, plantis pedibus discopertis (éd. M. H. Da Rocha Pereira, Petrus Hispanus... cit., p. 449).

50 Et dormi una hora super latus dextrum, deinde verte te super sinistrum et super illud perfice dormitacionem (éd. H. Suchier, « Epistola Aristotilis... », art. cit., p. 477).

51 Cum vero tu cibo refectus fueris [...], deinde temperate dormi, et requiesce primo una hora super latus dextrum deinde ad sinitrum revertere, et super illud dormicionem perfice, quia latus sinistrum frigidum est et ideo indiget calefaccione (éd. R. Steele, « Opera hactenus... » cit., p. 75).

52 Éd. M. H. Da Rocha Pereira, Petrus Hispanus... cit., p. 451.

53 Éd. R. Steele, « Opera hactenus... » cit., p. 75-76.

54 « E naturalmente quegli cibi che migliori sono [...] charne di chastrone, vitella di latte, chavreti, porci giovani, e degli uccelli pernici fagiani chaponi ghaline e altri uccelli di montagnie... » (ibid., p. xxii).

55 Pour une édition de certains consilia de Taddeo Alderotti, voir I « Consilia », éd. G. M. Nardi, Turin, 1937. Voir aussi N. G. Siraisi, Taddeo Alderotti and his Pupils... cit., chap. IX notamment.

56 Éd. H. Suchier, « Epistola Aristotilis... », art. cit., p. 478-479.

57 Éd. M. H. Da Rocha Pereira, Petrus Hispanus... cit., p. 453.

58 Il s’agit de passages consacrés à l’astrologie qui n’apparaissent que dans la version longue.

59 Éd. R. Steele, « Opera hactenus... » cit., p. 79-80.

60 Éd. F. Puccinotti, Opere mediche... cit., p. xxiii.

61 Il existe une longue tradition de textes intitulés De conferentibus et nocentibus. L. Thorndike et P. Kibre en donnent quelques exemples (Th.-K., 246, 513, 524, 598 et 780).

62 Notandum quod post comestionem primo super dextrum latus est dormiendum. Deinde super sinistrum revolvi et postea super dextrum sompnum terminare et hoc in sanitate (éd. M. H. Da Rocha Pereira, Petrus Hispanus... cit., p. 481).

63 Cf. ibid., p. 450-451.

64 Ibid, p. 483.

65 Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 615, xiiie-xive s. (= M) et Clm 14574, xve s. (= B) ; Colmar, Bibliothèque municipale, ms 1339, xive s. (= C) ; Londres, B.L., Royal 13 A vii, xve s. (= R) et Harley 5218, xve s. (= H) ; Vienne, Österreiche Nationalbibliothek, cvp. 3011, xve s. (= V) ; B.A.V., Pal. lat. 1251, xve s. (= P). M. H. da Rocha Pereira examine aussi un huitième témoin, conservé dans les Archives de la ville de Mayence, le ms I. 530, daté des xive-xve s. (M. H. Da Rocha Pereira, « Un manuscrito inédito do Liber de conservanda sanitate de Pedro Hispano », dans Petrus Hispanus... cit., p. 495-500). Voir respectivement dans l’inventaire 1 les notices no 250, 262, 91, 175, 170, 399, 71, 220.

66 L’opuscule de Petrus Hispanus est ici attribué à Bartolomeo da Varignana : finit tractatus de regimine sanitatis edito a magistro Bartholomaeo de Varignana (Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 363, f. 76r). Cf. inventaire 1 no 245. En revanche, le texte copié dans le manuscrit de la B.n.F., lat. 7416 (ff. 55r-56v) daté du xve siècle, qu’une main postérieure intitule Regimen sanitatis p[etri] hyspani et débute par Domine V (sic) gratia dei hyspanensis regine Johannes Hyspanus salutem n’a rien à voir avec le traité de l’auteur portugais. Il s’agit de la forme brève du Secret des secrets traduite par Jean de Séville. La confusion était fréquente, même au xve siècle.

67 Cf. inventaire 1 no 100.

68 L. Capparoni affirmait que la lettre était adressée à l’empereur (L. Capparoni, « Di una rara traduzione del secolo xiv del Thesaurus Pauperum di Pietro Ispano », Rivista di storia critica delle scienze mediche e naturale, mars-avril 1928).

69 Epistula Magistri Petri Hispani missa ad Imperatorem Fridericum super regimen sanitatis (Londres, B.L., Harley 5218, f. 1r.). Mais il n’y est nulle part dit que Théodore aurait été le maître de Petrus Hispanus, contrairement aux déclarations de C. H. Haskins dans Studies in the History... cit., p. 257).

70 Explicit summa Magistri Petri de conservanda sanitate et de his que conferunt et nocent (Londres, B.L., Royal 13 A VII, f. 153r.).

71 L. Thorndike, A History of Magic and Experimental Science, vol. 2, New York, 1923, p. 489, n. 5 et M. H. Da Rocha Pereira, « Die Überlieferungsgeschichte des Liber de conservanda sanitate von Petrus Hispanus », dans Überlieferungsgeschichtliche Untersuchungen, éd. F. Paschke, Berlin, 1981, p. 489-494 (Texte und Untersuchungen zur Geschichte der alchristlischen Literatur, 125).

72 Londres, B.L., Harleian 5218, f. 1r.

73 M. H. Da Rocha Pereira, « Un manuscrito inédito... », art. cit., p. 499.

74 La référence au Viaticum, d’ailleurs attribué par erreur à Isaac Israëli, y est omise et la troisième partie du traité commence par : quis vult continuam custodire sanitatem stomachi, custodiat ut cibum necessarium diligenter suscipiat... (M. H. Da Rocha Pereira, Petrus Hispanus... cit., p. 475).

75 Ibid.

76 B.n.F., lat. 16222, f. 76ra.

77 Le texte est dans son ensemble similaire. On note cependant dans la version attribuée à Petrus Hispanus certains passages abrégés, des structures grammaticales perturbées. Ainsi dans le chapitre consacré aux poissons, le régime de Jean de Tolède évoque d’autres espèces marines que les plus grosses qualifiées de bestiales. Le texte du médecin de Porto parle de salsa potiaris, là où les manuscrits du Libellus de conservanda sanitate parlent de salsa ex speciebus supradictis. Dans le chapitre sur les produits laitiers, on lit chez le pseudo-Petrus Hispanus : [Caseus] totum corpus gravat et fertur calculum generare. Chez Jean de Tolède, on peut lire : [Caseus] totum corpus gravat. Assuetis lapidem generat in renibus et vesica, pour ne donner ici que quelques exemples de transformations du texte « original ».

78 Ont par exemple été omis les chapitres concernant la phlébotomie, les maladies des yeux, le tintement dans les oreilles, le mal de tête ou encore les abcès.

79 Voir le chapitre suivant sur la discussion relative aux circonstances de composition du Libellus de conservanda sanitate.

80 Sur la littérature des « secrets », voir les travaux de W. Eamon, « Books of Secrets in Medieval and Early Modern Science », Sudhoffs Archiv, 69 (1985), p. 26-49 et Science and the Secrets of Nature. Books of Secrets in Medieval and Early Modern Culture, Princeton, 1994.

81 Roger Bacon est l’auteur d’une sorte de commentaire au Secret des secrets. Si R. Steele proposait de dater approximativement ces gloses de 1253, S. J. Williams a donné une datation ultérieure (dont le terminus post quem serait 1267) en se fondant essentiellement sur les citations de l’Opus maius (composé vers 1266) dans le commentaire de Roger Bacon au Secret des secrets. Voir S. J. Stevens, The Scholarly Career... cit., notamment appendice 4, p. 173-174. Pour les commentaires aux traductions de Jean de Séville et de Philippe de Tripoli, voir du même auteur (appendices 2.1. et 2.2., p. 166-168) la liste des manuscrits de ces commentaires.

82 Voir sur le sujet, outre l’article de M. Grinaschi déjà cité, le long travail de J. Monfrin, « La place du Secret des secrets dans la littérature française médiévale », dans Pseudo-Aristotle. The « Secret of Secrets ». Sources and Influences, Londres, 1982, p. 73-113 (The Warburg Institute Surveys, 9). L’auteur analyse les versions françaises du Secret et montre les aspects qui sont privilégiés par les auteurs-traducteurs, ainsi que les remaniements (sous forme d’abréviations ou au contraire d’addenda) qu’ils font subir au texte. Voir également l’article de G. B. Fowler, « Manuscript Admont 608 and Engelbert of Admont (ca. 1250-1331) », Archives d’histoire doctrinaire et littéraire du Moyen Âge, 44 (1977), p. 149-242, pour l’édition du manuscrit d’Engelbert d’Admont, qui consacre, sur le modèle du Secret des secrets, quelques passages à la conservatio sanitatis (voir notamment les chapitres : De conservacione sanitatis ; de duobus in quibus consistit sanitas ; de causa cibandi et debito usu eius secundum diversitatem corporis ; de hiis que fieri debent post sompnum ; de abicione cum aqua frigida in estate et vestibus ; de gingivis fricandis ; de subfumigacionibus ; de unguentis ; de electuario sumendo ; de locutione cum sapientibus et modo exercicii ; de administracione et ordine ferculorum ; de modo dormitionis post cibum et succurendi viciis stomachi ; de consuetudine non mutanda et hora cibandi ; de observacione quatuor temporum anni ; de custodiendo calore naturali et vita per eas convenientes vitando contrarias ; de hiis que impinguant corpus ; de hiis que debilitant corpus). Voir S. J. Williams (The Scholarly Career... cit., p. 162-165) pour les manuscrits des traductions provençale, italienne, allemande, hollandaise et française des Secrets ainsi que « The Vernacular Tradition of the Pseudo-Aristotelian Secret of secrets in the Middle Ages : Translations, Manuscripts, Readers », dans Filosofia in volgare nel medioevo, actes du xiie colloque de la Sispm, éd. N. Bray, Turnhout, 2003, p. 451-482 (Textes et études du Moyen Âge, 21) ; pour l’Italie, S. Rapisarda, « Appunti sulla circolazione del Secretum secretorum in Italia », dans Le parole della scienza. Scritture tecniche e scientifiche in volgare (secoli xiii-xv), éd. R. Gualdo, Galatina, 2001, p. 77-97.

83 Voir notamment infra, chap. X, p. 441-470 et annexe 3, p. 721-750 où sont répertoriés certains inventaires de bibliothèques médiévales. Parmi les manuscrits plus ou moins précisemment décrits dans l’inventaire des régimes de santé, 19 associent dans un même codex un traité diététique et le Secret des secrets dans l’une de ses versions.

84 M. Grinaschi remarquait que le Secret des secrets avait essentiellement suscité l’intérêt de ceux qu’il qualifie de « demi-savants » ou d’intellectuels tels que Roger Bacon, mais que les tenants de la méthode scolastique (autrement dit les universitaires) l’avaient systématiquement ignoré (M. Grinaschi, « La diffusion du Secretum secretorum... », art. cit., p. 26).

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540