Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle)

 | 
Yves Modéran

Quatrième partie. Maures et Romains à l’époque byzantine (VIe-VIIe s.)

Chapitre 13. La découverte des Maures (533-543)

Texte intégral

1– PREMIERS CONTACTS ET ORIGINE DES CONFLITS (533-534)

  • 1 Procope, Guerre vandale, I, 15 à I, 23.

1Grâce au récit très précis de Procope, véritable journal de guerre, nous connaissons bien les événements des trois premiers mois de la guerre vandale. Débarqué à Caput Vada à la fin d’août 533 avec 18 000 soldats, Bélisaire remonta aussitôt vers le nord, sans rencontrer d’obstacle jusqu’aux faubourgs de Carthage. Ce n’est que le 13 septembre, à Ad Decimum, que l’armée grecque se heurta enfin aux Vandales du roi Gélimer. La bataille tourna à l’avantage des hommes de l’Empereur, et Bélisaire put s’installer dans la capitale de l’Afrique deux jours après. Dès lors, le général consacra les semaines qui suivirent à fortifier Carthage et à se préparer à l’assaut des forces nouvelles que Gélimer réunissait1.

  • 2 Sur les doutes récents exprimés sur l’identification (traditionnelle) de ce site à Bulla Regia, cf. (...)
  • 3 Guerre vandale, I, 25, 1. La chronologie de Procope est ici assez confuse. Il est probable que le r (...)
  • 4 Procope attribue cette prudence à des prophéties de mauvais augure. En fait, les Maures furent cert (...)

2Pendant toute cette période, Procope n’évoque jamais le moindre contact entre les groupes maures et Bélisaire. Alors que Gélimer, réfugié dans la plaine de Bulla ( ?)2, a songé aussitôt à négocier avec les tribus3, le général byzantin ne semble pas avoir envisagé une alliance avec celles-ci. Procope ne répugne pourtant pas à citer les divers accords conclus plus tard entre l’Empire et les Berbères. Il faut donc croire que cette question ne préoccupait pas à ce moment les hommes de Justinien. Ce sont ainsi, finalement, les principaux chefs maures qui, après avoir été surpris par le débarquement de Ca-put Vada et être restés dans l’expectative4, se décidèrent à envoyer des émissaires à Bélisaire.

  • 5 Procope semble formel sur ce point : il écrit deux fois que les Maures envoyèrent des émissaires à (...)

3Le premier contact et la véritable découverte des Maures par les Byzantins se produisirent donc assez tard, et à l’initiative des Maures5. Le dossier fourni par Procope sur les modalités et les résultats de cette rencontre est extrêmement riche, et révèle à la fois ce qu’était la stratégie maure, et ce que fut au départ la politique berbère des Byzantins. Bien que ces textes soient connus depuis longtemps, seul le premier a en général été retenu par les historiens, et le plus souvent pour être rapporté à des problèmes du iiie ou du ive siècle. Nous l’avons déjà commenté dans cette perspective, mais il n’est pas inopportun, pour un second examen orienté cette fois vers le vie siècle, de le citer à nouveau :

  • 6 Procope, Guerre vandale, I, 25, 3-8 : cf. texte supra chap. 10 note 167.

Tous ceux qui commandaient à des Maures en Maurétanie, en Numidie et en Byzacène envoyèrent des ambassadeurs à Bélisaire, disant qu’ils étaient les esclaves de l’empereur, et ils promirent d’être ses alliés. Il y en eut aussi qui donnèrent même leurs enfants comme gages de leur promesse et qui demandèrent que Bélisaire leur fasse parvenir les insignes de leur pouvoir, selon l’ancienne coutume. Car c’était la coutume que personne ne commandât à des Maures, fût-ce un ennemi des Romains, avant que l’empereur des Romains ne lui eût remis les insignes de commandement. Or ils avaient reçu ces insignes des Vandales, mais ils n’estimaient pas que leur pouvoir était solide. Ces insignes sont une baguette d’argent dorée, une coiffure en argent qui ne couvre pas toute la tête mais est comme une couronne soutenue de tous côtés par des bandes d’argent, un petit manteau blanc qui s’attache sur l’épaule droite avec une agrafe en or, de même forme qu’une chlamyde thessalienne, une tunique blanche avec des broderies [ou des peintures], une chaussure dorée. Et Bélisaire leur envoya ces choses et fit présent à chacun d’entre eux de beaucoup d’argent6.

  • 7 Supra, 3e partie, p. 485-500.
  • 8 Cf. supra p. 494 les textes sur l’investiture du roi des Lazes du Caucase par Justin Ier en 520.
  • 9 Guerre vandale, I, 25, 3.
  • 10 Guerre vandale, II, 8, 15.
  • 11 Guerre vandale, II, 8, 9 : έξ αίτιας οδεμίς.
  • 12 Guerre vandale, II, 8, 22-23.
  • 13 Guerre vandale, II, 8, 21.

4Nous avons, dans un chapitre précédent, montré que la cérémonie ici évoquée, couramment pratiquée au Bas-Empire, décrivait autant les investitures des préfets de tribus que celles des chefs « alliés », les deux fonctions ayant eu tendance alors à se confondre de plus en plus7. Que Bélisaire ait pu fournir immédiatement ces insignes et respecter le cérémonial traditionnel n’est en rien surprenant, puisque Procope indique que les Vandales avaient conservé cette coutume. En prenant Carthage, le général byzantin eut certainement à sa disposition d’anciens fonctionnaires romains du roi vandale, capables de lui fournir les explications et le matériel nécessaires. Mais il devait, à partir de l’expérience d’investitures du même type effectuées en Orient8, avoir déjà sa propre interprétation de ce rituel, celle d’une reconnaissance complète de la souveraineté impériale. Procope, témoin direct de l’événement, est d’ailleurs catégorique. Pour lui, la démarche des chefs maures équivalait à un acte de soumission totale, puisqu’ils se reconnaissaient « esclaves de l’empereur »9 (δολοί τε βασιλέως). Revenant dans un autre passage sur cette rencontre, il explique que le débarquement des Byzantins les avaient mis dans une grande peur, car leurs prophétesses avaient prédit une catastrophe lorsque les Romains reviendraient en Afrique : ils se soumirent donc, conclut-il, dès l’arrivée de Bélisaire10. Il serait certes facile de relever dans ces textes tous les clichés classiques que l’historien grec recopie à propos des Maures : il reste que tous témoignent de sa conviction d’une reconnaissance facile et complète du pouvoir impérial par les chefs berbères dès l’automne 533. Le jugement que Procope porte ensuite sur le soulèvement de Cusina et de Iaudas en 534 vérifie d’ailleurs cette conclusion. Les Maures qui habitaient en Byzacène et en Numidie se révoltèrent sans aucun motif, affirme-t-il11 : ils ne pouvaient en effet en avoir puisque, selon notre historien, ils s’étaient entièrement soumis à l’Empire six mois auparavant. On pourrait peut-être vouloir relativiser ce jugement en arguant de la méconnaissance des problèmes politiques africains par Procope. Mais Bélisaire ne semble pas à l’époque avoir pensé autrement que son assesseur : nous savons en effet qu’au moment où le soulèvement éclata, le général s’apprêtait à s’embarquer pour Constantinople, avec son prisonnier Gélimer mais aussi avec sa garde d’élite12. Le soulèvement n’apparaissait donc pas prévisible pour les Byzantins, ce que confirment la faiblesse des effectifs et l’impréparation des garnisons dispersées dans le pays13.

  • 14 Code Justinien, I, 27, 1 et I, 27, 2. Pour la date, cf. S. Puliatti, Ricerche sulla legislazione «  (...)
  • 15 Code Justinien, I, 27, 1, §12. Etude de la définition de ces provinces dans D. Pringle, The Defence (...)

5La démarche des chefs maures, dont nous tenterons plus loin de comprendre le point de vue, a ainsi conforté à la fin de 533 les soldats de l’Empire d’Orient dans leur sous-estimation des difficultés qui les attendaient en Afrique. On ne peut dès lors s’étonner du ton triomphaliste et des ambitions grandioses qui caractérisent les deux premières lois sur l’Afrique promulguées par Justinien le 13 avril 534, après la reddition de Gélimer14. Par la première, l’empereur annonçait la création de sept provinces, dont cinq recouvraient l’ancien diocèse d’Afrique du Bas-Empire15. Par la seconde, il organisait l’armée de ces provinces, et lui fixait surtout des objectifs, pour nous très révélateurs de sa vision des problèmes de la région à ce moment. Ordre était donné aux soldats

  • 16 Code Justinien, I, 27, 2, § 4 : Et omnes diligenter pro commissis suae custodiae provinciis invilig (...)

avec diligence d’étendre les provinces d’Afrique jusqu’aux frontières qui étaient celles de l’Etat romain avant l’invasion des Vandales et des Maures, et sur lesquelles servaient les anciennes troupes de garde, comme le montrent les clausurae et les burgi. Que surtout les cités qui étaient situées auparavant près de ces clausurae et burgi lorsqu’elles dépendaient de l’Empire romain, quand les ennemis seront chassés de ces régions avec l’aide de la miséricorde divine, que ces cités donc se hâtent alors de saisir et de conserver ces ouvrages ; et qu’en ces lieux arrivent les ducs et les soldats, en ces zones où se trouvaient auparavant les frontières et les clausurae des provinces quand les provinces d’Afrique étaient maintenues entièrement dans l’Empire romain, ce qui, nous l’espérons, se reproduira bientôt à notre époque avec l’assentiment de Dieu, par le secours de qui elles nous ont été rendues. Pour que les provinces soient maintenues en sécurité et en paix dans l’intégrité de leur ancienne étendue, elles seront protégées de tout dommage par les soins vigilants et les efforts des très dévoués soldats, comme par la sollicitude des respectables ducs successifs, car il convient que des gardes soient affectés en permanence aux frontières de la province pour que les ennemis n’aient pas la possibilité de faire leurs incursions et dévastations dans les lieux possédés par nos sujets (...)16.

  • 17 Cf. notamment P. Trousset, « Les fines antiquae et la reconquête byzantine de l’Afrique », dans BAC (...)
  • 18 Code Justinien, I, 27, 2, 1 : cf. supra 3e partie p. 322 et note 30.

6Si ce texte a déjà été commenté pour son vocabulaire militaire17, on a en revanche peu étudié la politique « maure » qu’il révèle, à un moment où l’empereur avait désormais reçu des rapports précis sur l’état de l’Afrique. Cette politique apparaît d’une simplicité extrême : le Maure est perçu ici essentiellement comme un envahisseur étranger, de même nature que le Vandale (le texte emploie une formule unique : invasio Wandalorum et Maurorum). Il a occupé une partie des provinces africaines, à l’intérieur de l’ancien limes. Il s’agit désormais de l’en expulser (cum hostes per partes expelluntur), et de rétablir des frontières fortifiées isolant les provinces de ces gens (ne detur hostibus licentia incurrendi aut devastandi loca, quae nostri subjecti possent). Cette vision radicale ignorait totalement l’ancienneté de la présence dans les provinces de tous ceux que nous avons appelés les « Maures de l’intérieur ». Elle entrait surtout en contradiction avec les cérémonies d’investiture de l’année précédente. De toute évidence, celles-ci ne signifiaient pas autre chose pour les Byzantins qu’un geste de circonstance, leur ayant assuré la neutralité de groupes qui auraient pu s’unir aux Vandales. La remise des insignes aux chefs maures n’avait pour l’empereur aucune valeur juridique, et il ne s’interrogeait pas à ce moment sur la diversité éventuelle de ces Maures. Gélimer éliminé, le temps était simplement venu de se débarrasser de ces barbares. La tâche ne devait pas être trop difficile puisque, à peine l’autorité impériale rétablie à Carthage, les Maures étaient venus d’eux-mêmes se reconnaître « esclaves de l’empereur ». Justinien pouvait donc ordonner au nouveau dux de Byzacène de s’installer à Capsa et à Thélepte, face aux tribus maures situées à l’ouest de cet axe qu’il aurait bientôt à expulser18.

7Tant dans leur vision des Maures que dans leur interprétation de la rencontre de 533, les Byzantins continuaient ainsi à témoigner de leur méconnaissance profonde des réalités africaines. Il est difficile de ne pas soupçonner ici l’influence du modèle cyrénéen, où le Maure était soit totalement soumis et cantonné à la frontière de la province, soit hostile et refoulé le plus loin possible dans le désert. Il était inconcevable à ce moment pour les Grecs d’admettre à l’intérieur des provinces africaines des tribus organisées de manière plus ou moins libre, avec des chefs et un droit coutumier particuliers. Pour tous les groupes qui avaient construit dans le sud-ouest de la Byzacène ou dans l’Aurès des territoires autonomes, la seule solution politique envisagée était donc l’expulsion : l’avenir dirait lesquels parmi eux seraient admis comme alliés aux environs des burgi et clausurae du limes, et lesquels seraient refoulés dans le Sahara.

8Face à cette vision des Maures par l’Empire, il nous faut maintenant opposer la vision de l’Empire par les Maures. Presque toujours, ce type de démarche est voué à l’échec, les « barbares » ne nous étant connus que par leurs adversaires grecs ou latins, au travers d’un prisme le plus souvent très déformant. Cependant, Procope, en revenant une troisième fois sur les accords de l’automne 533, nous offre la possibilité, de manière tout à fait exceptionnelle, de percevoir le point de vue des Maures sur cet événement. L’historien grec, en racontant le début de la campagne de Solomon en 534 contre les premiers chefs insurgés en Byzacène, reproduit en effet une lettre que ceux-ci adressèrent au général byzantin pour se justifier :

  • 19 Procope, Guerre vandale, II, 11, 9-12 :
    Βελισάριος μεν έπαγγελίαις μεγάλαις ημάς περιελθών έπεισε βα (...)

Bélisaire nous a trompés avec de grandes promesses, et par ce moyen nous a persuadés de devenir sujets (κατηκόους) de l’empereur Justinien. Mais les Romains, sans nous faire participer à aucune bonne chose, et alors que nous sommes pressés par la famine, veulent nous avoir comme amis et alliés (ξυμμάχους).C’est pourquoi c’est à vous qu’il convient de donner le nom de perfides, et non aux Maures. Car ceux qui brisent les traités (σπονδς) ne sont pas ceux qui accusent leurs voisins et s’éloignent d’eux après avoir été clairement victimes d’une injustice, mais ceux qui prétendent respecter avec eux un traité et qui ensuite usent de violence. Et les ennemis de Dieu ne sont pas ceux qui luttent pour recouvrer leurs propres possessions, mais ceux qui prennent le risque d’une guerre en empiétant sur les possessions des autres19.

  • 20 Tacite, Vie d’Agricola, 30-32 ; Salluste, Histoires, fragment 6, Lettre de Mithridate au roi Arsace(...)
  • 21 Guerre vandale, II, 8, 9 : cf. supra note 11.

9Le contenu de ce texte semble garantir dès l’abord l’authenticité sinon de son écriture, du moins de son message. Certes, par son genre, il rappelle quelques morceaux de bravoure de l’historiographie classique, comme la lettre de Mithridate dans les Histoires de Salluste, ou le discours de Calgacus dans la Vie d’Agricola de Tacite20. Mais la lettre citée par Procope n’a pas ici le caractère artificiel et très littéraire de ces deux textes, et l’épisode dans lequel elle s’insère n’a pas non plus la portée des événements évoqués par les deux grands écrivains latins. Elle ne sert aucun objectif tendancieux de Procope, puisqu’elle énonce ouvertement des accusations contre Bélisaire dans une œuvre par ailleurs globalement favorable à ce général. Au contraire, elle paraît même entrer en contradiction avec l’affirmation de l’historien selon laquelle les Maures « n’avaient aucune bonne raison de se révolter »21. En fait, sa présence, et sa valeur documentaire, tiennent probablement simplement au mépris profond de Procope pour les Maures : pour lui, qui les avait définis auparavant par leur perfidie foncière, leur lettre témoignait surtout de cette perfidie, puisque les barbares y niaient une trahison, évidente aux yeux de tout Grec sensé... Procope pouvait donc sans difficulté reproduire un document aussi exceptionnel à nos yeux.

10L’intérêt principal de ce texte est en effet de nous livrer l’interprétation que les Maures donnaient de leur rencontre avec Bélisaire l’année précédente, et plus généralement de résumer la manière dont ils concevaient à ce moment leurs rapports avec l’Empire. La lettre commence par une allusion aux cérémonies d’investiture de l’automne 533, mais avec des détails négligés dans les deux autres extraits de la Guerre vandale consacrés à cet événement. Ceux-ci donnaient une image très déséquilibrée des enjeux des investitures : les Byzantins remettaient des insignes et de l’argent, et, sans autre compensation, recevaient des Maures une soumission complète et un engagement de servir aux côtés de l’armée romaine. Par la lettre des chefs rebelles à Solomon, nous apprenons cette fois que les Byzantins avaient aussi fait des promesses (έπαγγελίαι), et qu’un traité (σπονδή) avait été signé : aux yeux des Maures, les investitures signifiaient donc aussi un engagement du gouvernement impérial.

  • 22 Cf. supra 3e partie p. 550-554.
  • 23 Supra 3e partie p. 479-501.

11Cet engagement comportait peut-être des fournitures de vivres ou des versements d’argent, mais surtout, comme toute la fin du texte le montre, il contenait pour les Maures une assurance politique. Les chefs insurgés se plaignent en effet d’abord de subir des empiétements des Romains sur ce qu’ils considèrent comme leurs possessions. Nous savons effectivement qu’à l’arrivée de Bélisaire, et en certains endroits depuis longtemps déjà, des régions situées à l’intérieur des anciennes provinces étaient sous contrôle maure22. Justinien, par sa loi du 13 avril 534, avait donné l’ordre de pénétrer dans ces zones et d’en expulser les Maures : cela fut certainement entrepris dès le printemps 534, en particulier par le dux de Byzacène établi à Capsa et à Thélepte. Les chefs maures protestent ici contre ces manœuvres, mais associent leur protestation au rappel du traité conclu l’année précédente : cela implique donc que pour eux les investitures incluaient implicitement une reconnaissance de leur présence sur les territoires qu’ils occupaient alors. La nomination d’un préfet ou l’investiture d’un chef au Bas-Empire avaient une signification territoriale très probable, nous l’avons vu23 : ces actes entraînaient la reconnaissance implicite du droit particulier de la tribu, mais aussi une garantie de respect de l’espace qu’elle habitait traditionnellement. C’est ainsi, de toute évidence, que les chefs maures avaient compris les cérémonies auxquelles ils avaient participé à l’automne 533, et c’est ce qui nous permet maintenant de mieux comprendre leur démarche à cette époque. En entrant en contact avec Bélisaire à un moment où celui-ci n’était pas encore assuré de la victoire sur les Vandales, ils escomptaient en réalité faire accepter par le nouveau pouvoir un fait accompli : leur prise de possession de l’Aurès et du sud-ouest de la Byzacène, moyennant une reconnaissance de l’autorité impériale. Le « traité » de 533 et les cérémonies qui l’accompagnèrent représentaient donc pour ces chefs une sorte de compromis complexe : ils acceptaient de se replacer dans le giron de l’Empire, mais avec le double avantage de conserver à la fois leurs chefs coutumiers, reconnus officiellement, et les territoires anciens et nouveaux qu’ils habitaient.

  • 24 Procope, Guerre vandale, II, 22, 7-10 : texte et traduction infra p. 615 et note 35.
  • 25 Le premier, G. Camps avait, brièvement, mis en valeur cette attitude dans son article « Antalas », (...)

12Comme le montrent les jugements de Procope, assesseur personnel de Bélisaire, les Byzantins n’avaient pas compris ou pas voulu comprendre toute la complexité de ces accords. Arrivés avec une vision simpliste des Maures en général, ils ne saisissaient pas encore toute l’originalité de ces Maures de l’intérieur, non franchement hostiles à la romanité, et prêts en fait à reconnaître l’Empire, mais qui étaient attachés en même temps à l’autonomie et aux terres conquises parfois depuis un demi-siècle. D’autre part, héritiers d’un cérémonial qu’ils connaissaient mal dans sa forme africaine, les Grecs ont pu également être trompés par certains détails des investitures, telle la promesse des Maures d’être les « esclaves de l’empereur ». Procope semble prendre cette expression au sens premier. Or elle appartenait probablement au texte rituel du serment prononcé lors de la cérémonie. Nous la retrouvons en effet dans une lettre envoyée onze années après par Antalas, à un moment où il tente de négocier avec les Romains : le chef des Frexes se dit alors « esclave de l’Empire » et se déclare prêt à déposer les armes, si les injustices dont il a été victime sont réparées24. La position d’Antalas était alors identique à celle de Cusina en 534 : ces chefs ne rejetaient pas la suzeraineté de l’Empire, mais entendaient défendre leur droit d’occuper certaines parties des provinces et d’y vivre à leur manière25.

  • 26 Procope, Guerre vandale, II, 11, 15.
  • 27 Procope, ibid., II, 13, 1-5.
  • 28 Sur la campagne de 535 dans l’Aurès, cf. Guerre vandale, II, 13, 30-38. Selon Procope, c’est surtou (...)
  • 29 Justinien ne semble cependant pas avoir bien perçu à Constantinople la réalité du problème, du moin (...)

13Les hommes de Justinien ne cherchèrent pas en 533-34 à comprendre ces nuances. L’application des directives impériales déclencha donc une guerre, qui prit très vite une ampleur inattendue. Lorsque Solomon, désigné pour succéder à Bélisaire qui ne voulait pas renoncer à son triomphe à Constantinople, engagea son armée contre les tribus révoltées, il les trouva en effet près de Mammès, au nord de la Byzacène, à proximité des nombreuses cités de la Dorsale tunisienne26. Au même moment ou peu après, en Numidie, les troupes de Iaudas atteignaient Tigisis, à 60 km de Cirta27. Il fallut deux ans et deux campagnes au général grec pour vaincre les tribus de Cusina et de ses alliés en Byzacène, et il échoua complètement dans une tentative pour envahir l’Aurès de Iaudas en 53528. L’ampleur du problème maure se révéla donc alors brutalement aux hommes de l’Empire d’Orient29 : ceux-ci furent contraints d’envisager désormais des solutions politiques et non plus seulement militaires aux difficultés qu’ils rencontraient.

2 – L’ÉVOLUTION DE LA POLITIQUE MAURE DE L’EMPIRE DE 534 À 543

a) Tolérance

  • 30 Procope, Guerre vandale, II, 12, 29.
  • 31 Guerre vandale, II, 12, 30 : cf. texte supra 1ère partie p. 66.

14La brutalité resta la règle vis-à-vis de certains : plusieurs des chefs maures de Byzacène, dont Cusina, furent chassés et durent s’enfuir dans l’Aurès de Iaudas, encore imprenable pour les Romains30. Mais nous savons par l’exemple d’Antalas que le projet général d’expulsion énoncé par Justinien le 13 avril 534 ne fut pas systématiquement et universellement appliqué. Etabli sur les marges sud-occidentales de la Byzacène, à l’intérieur de l’Afrique idéale définie par l’empereur, Antalas demeura après 535 le seul chef des Maures en Byzacène, selon Procope, car il était resté fidèle aux Romains et, avec ses sujets, n’avait pas subi de dommages31.

  • 32 Cf. supra chap. 8 p. 328 et notes 52-56. Sur l’alliance, cf. Johannide, IV, 362-364.

15Nous ignorons les raisons de son refus de s’associer à la révolte de 534, alors qu’il avait durement combattu les Vandales dans les années précédentes, et qu’il affronta plus tard les Byzantins : peut-être, comme le croyait Diehl, une rivalité personnelle avec Cusina le retint-elle alors. L’essentiel pour nous est que les Byzantins, débordés par l’insurrection, n’hésitèrent pas dans ces circonstances à délaisser pour lui les ordres de l’empereur. Ils ne cherchèrent pas à le pousser à la révolte, et, la victoire acquise, le laissèrent sur les terres qu’il occupait, avec ses pouvoirs traditionnels. Un traité, évoqué par diverses allusions de la Johannide, fut signé avec lui, comportant probablement une alliance et le versement d’une pension en sa faveur32. Cette situation, qui se prolongea jusqu’en 543, témoigne dans ce cas d’une nette inflexion de la politique impériale.

16Le destin de Cusina après 539 confirme la même tendance. En 539, Solomon organisa une expédition décisive contre Iaudas et les Maures de l’Aurès. Selon Procope, après les avoir vaincus, il les chassa de la montagne, reprenant apparemment l’attitude intransigeante définie par Justinien cinq ans auparavant :

  • 33 Guerre vandale, II, 20, 22 :
    'Ρωμαιοι δε διαρπάσαντες τò των πολεμίων στρατοπεδον ούκετι τò Αύρασιον (...)

Les Romains, après avoir pillé le camp de l’ennemi, décidèrent de ne pas abandonner de nouveau l’Aurès, mais de faire garder des forteresses que Solomon devait construire là pour que la montagne ne soit plus accessible aux Maures33.

  • 34 Johannide, VII, 266 : Ille duces proprios triginta fortior armat.

17En réalité, ici aussi, le schéma impérial fut fortement nuancé. Nous savons en effet que Cusina s’était réfugié dans l’Aurès en 535, en se présentant en suppliant devant Iaudas. Procope ne parle pas de Cusina à propos de la campagne de 539. Mais ce personnage réapparaît en 544-548 lors de la révolte d’Antalas comme un allié de Solo-mon, officiellement établi en Numidie, et conduisant trente chefs lui appartenant34. Cette surprenante évolution ne peut avoir qu’une explication : lors de la campagne de 539, les Grecs avaient établi des distinctions parmi les Maures. Tous ne furent pas expulsés : on toléra en fait la présence de nombreux groupes qui, comme en Byzacène avec Antalas, furent confiés à un chef jugé sûr, ici Cusina. Celui-ci, ayant fait acte de soumission, avait conservé une certaine autonomie : conduisant lui-même ses troupes à l’appel de Solomon, il exerçait, nous l’avons vu dans un chapitre précédent, une fonction proche sinon équivalente à celle d’un préfet de tribu, assurant un double rôle de chef traditionnel et de représentant de l’Empire.

18Ces deux exemples témoignent donc de l’adaptation des Byzantins aux réalités maures de Byzacène et de Numidie, dès lors que l’insurrection de 534 leur avait fait découvrir la complexité d’une situation qu’ils sous-estimaient.

  • 35 Johannide III, 409-412 :
    Qui Tripolis tunc ductor erat, convenit et audax
    Pelagius : sed gentiles dur
    (...)
  • 36 Cf. sur ce point supra p. 289-292.

19En Tripolitaine, où le processus de reconquête nous est beaucoup plus mal connu, deux indices suggèrent que le dux fut contraint lui aussi de négocier avec les Laguatan et avec les principales tribus du prédésert. En 544 en effet, l’adjoint du dux Sergius amena à Solomon les Ifuraces et les Mecales pour compléter l’armée qui devait affronter la révolte d’Antalas35 : cette initiative suppose un accord antérieur avec ces deux tribus, qui devait ressembler à ceux conclus avec Antalas et Cusina. De la même manière, si les Laguatan vinrent en 543 demander à Sergius, nouvellement nommé à Lepcis, des insignes de fonction, c’est qu’ils avaient déjà établi des relations avec son prédécesseur ; leurs plaintes montrent aussi qu’ils estimaient avoir obtenu du dux précédent la reconnaissance de leur présence sur un territoire défini à l’intérieur de la province36. Tout ceci conduit donc à supposer en Tripolitaine également un recul du pouvoir romain par rapport à ses ambitions initiales.

b) Méfiance

20Alternant ainsi véritables expulsions et accommodements régionaux, les hommes de Justinien parvinrent finalement vers 539 à diriger effectivement une grande partie des provinces créées par l’Empereur cinq années auparavant. Ils occupaient le littoral de la Tripolitaine et une fraction de l’ancien territoire des cités côtières de cette province, toute la Byzacène, la Proconsulaire et la Numidie, et venaient de s’emparer après la victoire sur les Aurasiens d’une partie indéterminée de la Maurétanie Sitifienne. Pour les Africains, la reconquête paraissait alors réellement achevée. Désormais, clame Corippe,

  • 37 Johannide, III, 323 : omnia plena bonis : Libycae pax tuta per orbem.

Tout regorge de biens, la paix et la sécurité règnent par le monde libyen37.

  • 38 Guerre vandale, II, 20, 33.

21Procope lui fait écho en affirmant que tous les Libyens qui étaient sujets des Romains se réjouirent alors d’une paix sûre38.

22Le succès acquis, le temps était venu pour le pouvoir byzantin de chercher à le consolider, c’est-à-dire en particulier de définir une politique de longue durée vis-à-vis des Maures. Ainsi s’explique, du moins en partie, le grand programme de fortifications lancé à ce moment par Solomon.

  • 39 Ch. Diehl, « Rapport sur deux missions dans l’Afrique du Nord », dans Nouvelles archives des missio (...)
  • 40 D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa, from Justinian to the Arab conquest, Oxford, 1981 ; J. (...)
  • 41 En dehors de Timgad, rares sont les ouvrages de défense byzantins à avoir fait l’objet d’une fouill (...)
  • 42 Cdt Guénin, « Inventaire archéologique du cercle de Tébessa », dans Nouvelles archives des missions(...)
  • 43 Ch. Diehl, L’Afrique byzantine, p. 226-298.
  • 44 D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa, t. 1, p. 94-109.

23Ces ouvrages de défense, d’abord étudiés par Diehl et Gsell39, ont fait l’objet au début des années 80 d’une nouvelle série de publications et de comptes rendus détaillés et critiques qui nous dispensent d’en entreprendre ici une nouvelle étude systématique40. Celle-ci ne pourrait d’ailleurs rien apporter de nouveau sur la plupart des problèmes, faute de véritables fouilles archéologiques41. Le travail de D. Pringle, bien que très remarquable et unanimement salué, montre bien toutes les limites actuelles d’une telle recherche : l’archéologue britannique n’a apporté que peu d’éléments vraiment neufs pour justifier l’identification ou le rejet de nombre de constructions dites « byzantines », et son livre élimine par exemple plusieurs « fortins » reconnus par le commandant Guénin au sud de Tébessa sans arguments absolument décisifs42. L’apport essentiel de ce travail consiste dans la critique des théories de Diehl sur l’organisation générale du système de défense byzantin. Pour l’historien français, Solomon et ses successeurs auraient peu à peu édifié face à la menace maure un triple réseau de défense : d’une part, sur la frontière méridionale, à la limite du peuplement romain, une première ligne continue de citadelles pour arrêter les invasions ; puis, à l’intérieur, une seconde ligne destinée à colmater les brèches de la première et à servir aussi de refuge aux populations rurales ; enfin, du fait de la présence de nombreuses tribus maures établies à l’intérieur des provinces et « jusque dans le Cap Bon », un ensemble dispersé de forteresses et de redoutes devant accueillir les campagnards et s’opposer aux avancées de ces tribus quand elles s’insurgeaient43. Les critiques de D. Pringle à cette théorie sont fort convaincantes. Il montre en particulier que la conception de lignes de défense, avec des ouvrages séparés les uns des autres par plus de 20 km souvent, avec de mauvaises liaisons, est totalement anachronique : valable pour l’époque de l’artillerie lourde, elle ne peut s’appliquer au vie siècle. Se fondant d’abord sur les textes législatifs et militaires du temps, D. Pringle estime au contraire que la fonction principale de beaucoup des forteresses officielles était d’accueillir des garnisons de soldats et de leur offrir des réserves d’eau, d’armes et de nourriture. Le rôle de ces soldats était en effet primordial dans une stratégie qui ne pouvait être exclusivement défensive : regroupés en différents points, ils devaient être capables d’intervenir rapidement sur les lieux menacés, ou de se concentrer en un endroit servant de point de départ à une expédition. Une autre catégorie de forteresses, plus dispersées, servait de refuge aux populations civiles. De manière générale, la localisation de l’ensemble des ouvrages de défense s’expliquerait surtout par l’importance économique et démographique des régions qu’ils devaient protéger, villes ou campagnes cultivées44.

  • 45 Cf. supra 3e partie p. 386 et 420.
  • 46 J. Durliat, Les dédicaces d’ouvrage de défense dans l’Afrique byzantine, p. 109.
  • 47 Texte dans J. Durliat, ibid., p. 37-38.
  • 48 Cf. J. Durliat, ibid., p. 22-25.
  • 49 Cf. J. Durliat, ibid., p. 106-107.

24Clairement exposée et solidement argumentée, cette interprétation a cependant à nos yeux la faiblesse d’enfermer constamment le problème des fortifications dans une perspective exclusivement militaire. Or, et c’est surtout ce en quoi ce problème nous concerne ici, le programme de constructions fortifiées des Byzantins avait aussi une signification politique importante. Nous avons en effet déjà remarqué, à propos de Caput Vada, de Vaga, et de Cululis, que l’érection de murailles était perçue comme un des éléments de la renaissance des cités romaines45, ouvertement présentée comme un objectif majeur de la reconquête. Certes, la multiplication des fortifications sur tout le territoire provincial pouvait apparaître aux habitants des cités comme un signe de pessimisme du pouvoir impérial sur l’avenir de sa conquête : la construction d’une enceinte à Constantine ou à Hadrumète semblait supposer la crainte de nouvelles révoltes ou d’invasions. Mais, comme l’a déjà noté J. Durliat, aucune des dédicaces de ces ouvrages ne fait allusion à une menace proche46 : au contraire, à Cululis, on dit la cité « enfin délivrée de la peur des Maures » (Maurorum tandem subducta timore47), et à Thé-veste, on n’hésite pas même à affirmer que « tout le peuple maure a été détruit » (post extinctam... universam Maurusiam gentem48). Ces textes sont d’autant plus intéressants qu’ils n’émanent pas le plus souvent de la population locale, mais de la chancellerie impériale, qui en choisissait le contenu49. L’optimisme exagéré qu’ils proclament révèle le sens politique réel du programme de Solomon en 539-544 : il s’agissait, autant que de parer à une menace qui paraissait alors dissipée, de signifier de façon spectaculaire aux Africains la mainmise définitive de l’autorité byzantine sur l’Afrique. Destinées d’abord à héberger des soldats, ou parfois des administrations, ces murailles devaient constituer la preuve, visible de tous, que l’Afrique demeurerait impériale.

  • 50 Sur Masuna et son royaume, cf. G. Camps, « Rex gentium Maurorum et Romanorum », dans AA, t. 20, 198 (...)

25Mais le message s’adressait aussi aux Maures. A leur égard, les murs traduisaient d’abord une volonté de coupure nette : par rapport à des chefs qui pouvaient être tentés d’imiter les Etats berbéroromains qui s’étaient mis en place en Maurétanie (comme celui de Masuna50), le pouvoir byzantin entendait établir une séparation claire entre le monde des gentes et celui des cités. Dans cette perspective, le grand programme de fortifications de 539-544 s’inscrivait bien dans la continuité de la pensée exprimée par l’Edit d’Anastase en Cyrénaïque et la loi militaire de Justinien du 13 avril 534 : c’était toujours le même principe de cloisonnement des populations qui était affirmé, sans tenir compte de la diversité des peuples maures.

  • 51 Diehl mêle indistinctement toutes les fortifications qu’il juge byzantines sur ses deux cartes, dan (...)
  • 52 D. Pringle, op. cit., t. 2, p. 523-525 avec les notices correspondantes, t. 1, p. 171-252 ; N. Duva (...)
  • 53 La carte fait apparaître nettement cette concentration avec huit ouvrages entourant la zone montagn (...)
  • 54 Le fort de Timgad devait en effet avant tout abriter une garnison, probablement mobile et destinée (...)
  • 55 La position des forts de Thabudeos, Midili et Badias est particulièrement significative : tous troi (...)
  • 56 Aïn Bou Dries, fort assez modeste établi sur le tracé de la frontière algérotunisienne moderne, et (...)

26Pour les Maures « de l’intérieur », ceux de l’Aurès ou d’Antalas, cette attitude était particulièrement inquiétante, car le programme de fortifications les visait directement et annonçait de lourdes menaces sur les compromis élaborés dans la deuxième moitié des années 530. Cet aspect du problème a été négligé par Diehl et Pringle, qui n’ont pas donné de carte reportant uniquement les fortifications attribuables à Justinien51. C’est ce document que nous avons tenté d’établir (carte 20) à partir des fiches de Pringle, en distinguant en priorité les constructions de Solomon en 539-544, et en nous aidant de la typologie proposée par N. Duval52. On remarque bien, comme l’affirme D. Pringle, une dispersion générale des ouvrages en fonction de la localisation des grandes villes (Carthage, Hadrumète, Constantine, les villes de la Dorsale tunisienne) et des riches régions agricoles, et de l’orientation des grands axes routiers unissant les unes et les autres. Mais cette carte révèle aussi une forte concentration des constructions fortifiées autour des deux régions où, avant 544, avaient été tolérés les deux grands chefs des Maures de l’intérieur, Antalas et Cusina. L’Aurès et les Némencha, où Cusina représentait officiellement l’autorité byzantine sur les Berbères, étaient entièrement cernés53. Au nord, les soldats de grandes forteresses comme Timgad et Ksar Belezma étaient prêts à intervenir contre tout mouvement54, tandis qu’au sud un réseau de forts surveillait les liaisons entre le piémont saharien et la montagne, et détectait tout mouvement éventuel55. Dans le sud-ouest de la Byzacène, le territoire d’Antalas était pareillement entouré : les enceintes de Thélepte et de Théveste, le fort d’Aïn Bou Dries56 et peut-être celui d’Henchir Bou Sboa lui coupaient les routes d’accès vers la Proconsulaire et la Byzacène intérieure.

Carte 20 – Les forteresses de Justinien en Afrique.

LES FORTERESSES DE JUSTINIEN EN AFRIQUE

RÉPERTOIRE

27La liste de ces ouvrages est fondée sur le travail de D. Pringle (cf. inventaire récapitulatif dans The Defence of Byzantine Africa, p. 523-524) : dans les limites de notre carte, celui-ci comptait 42 fortifications attribuables avec certitude à Justinien. Nous en avons éliminé deux : Chusira, parce que l’inscription citée est trop fragmentaire (cf. J. Durliat, Les dédicaces d’ouvrages de défense, p. 90), et « Masticana » parce que le fort en question n’est pas une construction officielle. Nous avons maintenu en revanche Diana (no 37 ici), même si le rapprochement proposé par Pringle avec la Gaiana de Procope (De Aedificiis, VI, 7, 8) peut paraître fragile. Il est évident que cette liste est incomplète et que certaines forteresses architecturalement semblables mais pour lesquelles aucune inscription n’a été retrouvée, notamment celle de Tobna (signalée par un simple point sur la carte, entre 36 et 40), remontent probablement aussi à l’époque de Justinien. La classification en quatre catégories repose, quant à elle, sur les distinctions proposées par N. Duval (« L’état actuel des recherches sur les fortifications de Justinien en Afrique », XXX corso di cultura sull’arte ravennate e bizantina, 1983, p. 185-190). Les limites administratives sont celles du Bas-Empire.

  1. Carthage

  2. Vaga

  3. Hadrumète

  4. Cululis

  5. Mammès

  6. Caput Vada

  7. Lariscus ( ?)

  8. Thélepte

  9. Hippo Regius

  10. Calama

  11. Bordj Hellal

  12. Sicca Veneria

  13. Laribus

  14. Obba

  15. Théveste

  16. Milev

  17. Constantine

  18. Tigisis

  19. Bagai

  20. Tacape

  21. Sufes

  22. Ammaedara

  23. Sitifis

  24. Capsa

  25. Thagura

  26. Timgad

  27. Ksar Belezma

  28. Thugga

  29. Cebar ( ?)

  30. Aïn Bou Dries

  31. Ksar Graouch

  32. Madaure

  33. Ad Turres

  34. Mdila

  35. Badis

  36. Thabudeos

  37. Diana

  38. Gadiaufala

  39. Ad Centenarium

  40. Zabi Justiniana

  • 57 La carte met en valeur, outre l’encerclement du bloc Aurès-NémenchaSud-Ouest de la Byzacène, trois (...)

28Plus généralement, le schéma d’interprétation que nous proposons à la suite de la carte (carte 21) montre clairement que tout le dispositif des forteresses « intérieures », sur les grands axes Ouest/Est ou Sud-Ouest/Nord-Est, était destiné avant tout à affronter une invasion provenant de ces deux secteurs ou d’un troisième foyer berbère plus éloigné, celui du Hodna57.

Carte 21 – Interprétation du dispositif défensif byzantin à l’époque de Justinien.

29On perçoit dès lors la signification du programme de fortifications de Solomon en 539 par rapport à la politique maure de l’Empire : en fait, celui-ci restait extrêmement méfiant vis-à-vis des Maures « de l’intérieur » dont il avait fait ses alliés. Pour des chefs comme Antalas et Cusina, le message était clair : leur présence en tant que chef de gentes à l’intérieur des provinces n’obtenait au mieux qu’une simple tolérance de la part du nouveau pouvoir. Cette tolérance n’était peut-être d’ailleurs conçue qu’à titre provisoire par les Byzantins. L’étude des causes de la guerre de 544 suggère en effet que, pour Solomon et ses officiers, les fortifications n’étaient qu’une première étape dans un projet toujours inspiré par les directives impériales de 534.

c) Intransigeance

  • 58 Procope, Guerre vandale, II, 21, 2-5 : cf. supra p. 289.
  • 59 Cf. supra p. 290.

30La grande insurrection de 544-548 eut, selon Procope et Corippe, deux foyers de départ. Le premier se situa en Tripolitaine, où le nouveau dux Sergius fit massacrer 79 notables Laguatan venus protester contre la destruction de leurs récoltes par des Romains58. Nous avons montré dans un chapitre précédent l’arrière-plan de ces événements : les Romains des cités de Tripolitaine cherchaient alors à reconquérir les terres perdues avant 533. Cela impliquait inévitablement, de la part des autorités byzantines qui les soutenaient, une remise en cause des compromis passés avec les Laguatan59 : venus à Lepcis pour recevoir des insignes de fonction et renouveler un accord, les délégués maures ne furent donc pas massacrés uniquement par accident. Certes, le nouveau gouverneur Sergius n’agit apparemment pas avec préméditation ; mais la mise à mort de ces délégués s’inscrivit dans un contexte de tension où l’initiative de l’agressivité appartenait désormais plus aux Romains qu’aux Maures.

31Le même contexte se retrouvait en Byzacène au même moment. Selon Procope :

  • 60 Procope, Guerre vandale, II, 21, 17 :

Antalas était devenu hostile à Solomon parce que celui-ci lui avait enlevé la pension alimentaire (αίτησις) dont l’Empereur l’avait honoré, et parce que Solomon avait tué son frère, en lui imputant la responsabilité d’une agitation contre le peuple de Byzacène60.

  • 61 Guerre vandale, II, 22, 8. Ces événements rappellent beaucoup ceux qui déclenchèrent plus tard la r (...)

Dans une lettre à l’Empereur, Antalas rappela à sa manière les mêmes faits mettant en cause Solomon : la suppression arbitraire d’une pension accordée par Justinien et dont Bélisaire lui-même avait défini le montant, et l’exécution de son frère, bien qu’il [Solomon] n’ait eu aucun méfait à lui reprocher61. Or, Corippe, s’il évoque lui aussi l’exécution de ce frère d’Antalas, dont il donne le nom, Guarizila, ne lui attribue cependant pas de troubles. Racontant la révolte du chef des Frexes, il indique en effet simplement :

  • 62 Johannide, III, 384-385.

Hic fratris mortem concussa mente dolebat
Sed virtus non ulla fuit qua surgere posset62.

Ailleurs, il dit d’Antalas :

  • 63 Johannide, II, 28.

Primus init bellum, fraterna morte coactus63...

Revenant enfin dans un troisième passage sur ce frère malheureux de son héros, il fait dire à ce dernier :

  • 64 Johannide, IV, 363-365.

(...) Res publica certe
fida satis, sanguisque tuus, germane, fatetur,
Guarizila, ducis iussu qui fusus iniqui est64...

  • 65 La dédicace de la forteresse est en effet datée de l’an XIII de Justinien, soit entre le 1er avril (...)

32Tant Procope que Corippe témoignent ainsi de la même prudence, voire de la même gêne, sur les causes de la rupture avec Antalas. Procope n’écrit pas, comme cela eût été simple, que Guarizila s’était soulevé, mais que Solomon l’accusa d’être mêlé à une agitation. Et il donne ensuite largement la parole à Antalas pour démentir cette accusation mal formulée. Corippe, habituellement si virulent pour tout ce qui concerne Antalas, est encore plus réservé et laisse lui aussi le chef des Frexes dénier toute justification à la mise à mort de son frère. Tout ceci nous conduit à penser que, comme en Tripolitaine, le soulèvement maure de Byzacène fut en réalité provoqué par des initiatives byzantines s’inscrivant dans un projet politique bien déterminé. En fait, Solomon était méfiant vis-à-vis d’Antalas, et toujours convaincu de la nécessité de briser l’entité maure établie dans le sud-ouest de la Byzacène. Le programme de construction de forteresses ayant été réalisé rapidement si l’on en croit l’exemple de Timgad65, et les autres groupes maures étant alors soit refoulés (Iaudas), soit bien contrôlés (Cusina), Solomon crut peut-être pouvoir en 543 se débarrasser d’abord du seul Antalas, en comptant sur son isolement.

  • 66 On peut supposer en effet que, dans le cas contraire, les Byzantins auraient cherché à nouer avec d (...)
  • 67 Sur l’absence d’invasions sahariennes en Byzacène avant 544, cf. notre article cité supra chap. 12 (...)

33Cette tactique aurait pu réussir si les événements de Tripolitaine n’avaient tout bouleversé. L’initiative brutale de Sergius et le soulèvement des Laguatan qui suivit n’avaient probablement pas été prévus par Solomon, en tout cas pas à ce moment66. Mais le général en chef fut surtout pris au dépourvu par l’alliance des Maures de l’intérieur et des tribus nomades des Syrtes, et par l’invasion soudaine de ces dernières en Byzacène, deux événements sans précédent en Afrique depuis des siècles67. Cette coalition inattendue brisa d’un coup tous les efforts entrepris méthodiquement depuis dix ans pour régler le problème berbère. En quelques mois, la crise de la fin de l’époque vandale renaissait, avec une intensité accrue.

34Pour les Byzantins, le temps de la « découverte » des Maures s’achevait enfin : après avoir, malgré des compromis conçus comme provisoires, pendant dix ans chercher à plier la réalité maure à leur interprétation, en faisant de l’expulsion des gentes quelles qu’elles soient une « ligne générale », ils allaient désormais devoir prendre en compte cette réalité dans toute sa diversité pour sauver leur domination en Afrique.

Notes

1 Procope, Guerre vandale, I, 15 à I, 23.

2 Sur les doutes récents exprimés sur l’identification (traditionnelle) de ce site à Bulla Regia, cf. supra chap. 9 note 73.

3 Guerre vandale, I, 25, 1. La chronologie de Procope est ici assez confuse. Il est probable que le roi vandale gagna Bulla dès sa défaite d’Ad Decimum.

4 Procope attribue cette prudence à des prophéties de mauvais augure. En fait, les Maures furent certainement très surpris par le débarquement de Bélisaire : ils attendirent pour voir qui sortirait vainqueur du premier affrontement entre Byzantins et Vandales. Ad Decimum dut les convaincre que les forces impériales allaient l’emporter définitivement, d’où leur démarche à ce moment (cf. Guerre vandale II, 8, 12-15.

5 Procope semble formel sur ce point : il écrit deux fois que les Maures envoyèrent des émissaires à Bélisaire (cf. Guerre vandale, I, 25, 3 et II, 8, 15).

6 Procope, Guerre vandale, I, 25, 3-8 : cf. texte supra chap. 10 note 167.

7 Supra, 3e partie, p. 485-500.

8 Cf. supra p. 494 les textes sur l’investiture du roi des Lazes du Caucase par Justin Ier en 520.

9 Guerre vandale, I, 25, 3.

10 Guerre vandale, II, 8, 15.

11 Guerre vandale, II, 8, 9 : έξ αίτιας οδεμίς.

12 Guerre vandale, II, 8, 22-23.

13 Guerre vandale, II, 8, 21.

14 Code Justinien, I, 27, 1 et I, 27, 2. Pour la date, cf. S. Puliatti, Ricerche sulla legislazione « regionale » di Giustiniano, dans Seminario giuridico della Universita di Bologna, t. LXXXIV, Milan, 1980, p. 59 note 1.

15 Code Justinien, I, 27, 1, §12. Etude de la définition de ces provinces dans D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa, t. 1, p. 60-65.

16 Code Justinien, I, 27, 2, § 4 : Et omnes diligenter pro commissis suae custodiae provinciis inviligent et ab omni hostium incursione subjectos nostros tueantur illaesos et festinent, die noctuque Dei invocando auxilium et diligenter laborando, usque ad illos fines provincias Africanas extendere, ubi ante invasionem Wandalorum et Maurorum res publica Romana fines habuerat et ubi custodes antiqui servabant, sicut ex clusuris et burgis ostenditur. Maxime autem civitates, quae prope clusuras et fines antea tenebantur, cum essent sub Romano imperio constitutae, auxiliante divina misericordia, cum hostes per partes expelluntur, festinantes comprehendere atque manere et illis locis duces et milites per partes accedant, ubi antea fines et clusurae provinciarum erant, quando integrae Africanae servabantur sub Romano imperio provinciae : quod Deo adnuente, cujus auxilio nobis restitutae sunt, speramus cito nostris provenire temporibus, et ut in securitate et pace provinciae cum antiquis finibus integrae serventur et vigiliis ac laboribus devotissimorum militum et cura spectabilium pro tempore ducum custodiantur illaesae, quoniam ita convenit, ut semper custodes fines provinciae servent, ne detur hostibus licentia incurrendi aut devastandi loca, quae nostri subjecti possident.

17 Cf. notamment P. Trousset, « Les fines antiquae et la reconquête byzantine de l’Afrique », dans BAC, ns, 19 B, 1985, p. 361-376.

18 Code Justinien, I, 27, 2, 1 : cf. supra 3e partie p. 322 et note 30.

19 Procope, Guerre vandale, II, 11, 9-12 :
Βελισάριος μεν έπαγγελίαις μεγάλαις ημάς περιελθών έπεισε βασιλέως Ίουσ-τινιανου κατηκοους είναι. 'Ρωμαίοι δετών αγαθών ημίν ουδενος μεταδοντες λιμφ πιεζομενους ηξίουν φίλους τε -ήμίχς καί ξυμμαχους εχειν. ώστε είκοτώς αν μαλλον ιΩμΐν η Μαυρουσίοις τομη πιστοΐς καλείσθαι προσηκει. Λιΰουσι γαρ τας σπονδας ούιχ οσοι αδικουμενοι εκ τουεμφανους τών πελας κατηγορουντες αφίστανται, αλλ'οσοι υποσπονδους εχειν αξιουντες τινας είτα βιαζονται. Καίτον Θείον πολεμιον σφίσι ποιουνται ούικ οί' αν τα σφετερα αυτών κομιοιΰμενοι εφ'ετερους χωροίεν, αλλ'οσοι τίον αλλοτρίων επιβατειΰοντες ες κίνδυνον πολεμου καθίστανται.

20 Tacite, Vie d’Agricola, 30-32 ; Salluste, Histoires, fragment 6, Lettre de Mithridate au roi Arsace.

21 Guerre vandale, II, 8, 9 : cf. supra note 11.

22 Cf. supra 3e partie p. 550-554.

23 Supra 3e partie p. 479-501.

24 Procope, Guerre vandale, II, 22, 7-10 : texte et traduction infra p. 615 et note 35.

25 Le premier, G. Camps avait, brièvement, mis en valeur cette attitude dans son article « Antalas », dans EB, t. 5, Aix, 1988, p. 706.

26 Procope, Guerre vandale, II, 11, 15.

27 Procope, ibid., II, 13, 1-5.

28 Sur la campagne de 535 dans l’Aurès, cf. Guerre vandale, II, 13, 30-38. Selon Procope, c’est surtout parce qu’il se méfiait de ses alliés maures (Ortaias) que Solomon décida, après dix jours de marche, d’évacuer le massif. Mais l’historien grec signale aussi l’impréparation de cette expédition.

29 Justinien ne semble cependant pas avoir bien perçu à Constantinople la réalité du problème, du moins à en juger par certaines variations de ses textes des années 535-536. Dans la préface de la novelle 1, de janvier 535, il affirme que Vandales et Maures sont soumis, semblant considérer la révolte de Byzacène en 534 comme un incident, heureusement conclu par la victoire de Mammès. Le ton change dans la novelle 8, de mai 535, au moment de la seconde insurrection. L’empereur se contente de dire : Vandalos in servitutem redegimus, ne parlant plus des Maures. La victoire de Burgaon paraît l’avoir à nouveau rassuré, et dans la novelle 30, d’avril 536, il remercie le ciel de lui avoir permis de soumettre les Vandales, les Alains et les Maures, et de recouvrer l’Afrique tout entière...

30 Procope, Guerre vandale, II, 12, 29.

31 Guerre vandale, II, 12, 30 : cf. texte supra 1ère partie p. 66.

32 Cf. supra chap. 8 p. 328 et notes 52-56. Sur l’alliance, cf. Johannide, IV, 362-364.

33 Guerre vandale, II, 20, 22 :
'Ρωμαιοι δε διαρπάσαντες τò των πολεμίων στρατοπεδον ούκετι τò Αύρασιον έκλειπειν έγνωσαν, λλ Σολoμωνος ενταύθα φρούρια οίκοδομησαμενου φυλασ-σειν, oπως μηαύθις τούτο δτò ρος Μαυρουσιοις εσβατòν εσται.

34 Johannide, VII, 266 : Ille duces proprios triginta fortior armat.

35 Johannide III, 409-412 :
Qui Tripolis tunc ductor erat, convenit et audax
Pelagius : sed gentiles durosque Mecales
secum ad bella trahens faustis non viribus ibat ;
Ifuraces fictos suscepit nesciius artis.

36 Cf. sur ce point supra p. 289-292.

37 Johannide, III, 323 : omnia plena bonis : Libycae pax tuta per orbem.

38 Guerre vandale, II, 20, 33.

39 Ch. Diehl, « Rapport sur deux missions dans l’Afrique du Nord », dans Nouvelles archives des missions, 4, 1893, p. 285-434 ; id., L’Afrique byzantine, Paris, 1896, p. 138-298 ; S. Gsell, « Notes sur quelques forteresses du département de Constantine », dans RSAC, t. 32, 1898, p. 249-297 ; id., Les monuments antiques de l’Algérie, t. 2, Paris, 1902, p. 344-395.

40 D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa, from Justinian to the Arab conquest, Oxford, 1981 ; J. Durliat, Les dédicaces d’ouvrages de défense dans l’Afrique byzantine, Rome, 1981 ; J. Lassus, La forteresse byzantine de Timgad, Paris, 1981 ; N. Duval, « L’état actuel des recherches sur les fortifications de Justinien en Afrique », dans XXXe corso di cultura sull’arte ravennate e bizantina, 1983, p. 149-204 ; P.-A. Février, « Approches récentes de l’Afrique byzantine », dans Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 35, 1983, p. 25-53.

41 En dehors de Timgad, rares sont les ouvrages de défense byzantins à avoir fait l’objet d’une fouille satisfaisante. Le chantier de Ksar Lemsa (cf. K. Belkhodja, « Ksar Lemsa », dans Africa, 2, 1968, p. 313-347) a peu apporté, et la reprise récente de fouilles dans l’enceinte d’Haïdra a, pour commencer, privilégié l’église de la forteresse. L’engouement récent des chercheurs tunisiens pour l’époque byzantine laisse cependant espérer un regain d’intérêt pour ce type de constructions. En attendant, force est encore de constater, comme le faisait N. Duval, qu’« on compte sur les doigts de la main les opérations vraiment scientifiques » en ce domaine (article cité supra note précédente, p. 151).

42 Cdt Guénin, « Inventaire archéologique du cercle de Tébessa », dans Nouvelles archives des missions, 17, 1909, p. 75-234.

43 Ch. Diehl, L’Afrique byzantine, p. 226-298.

44 D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa, t. 1, p. 94-109.

45 Cf. supra 3e partie p. 386 et 420.

46 J. Durliat, Les dédicaces d’ouvrage de défense dans l’Afrique byzantine, p. 109.

47 Texte dans J. Durliat, ibid., p. 37-38.

48 Cf. J. Durliat, ibid., p. 22-25.

49 Cf. J. Durliat, ibid., p. 106-107.

50 Sur Masuna et son royaume, cf. G. Camps, « Rex gentium Maurorum et Romanorum », dans AA, t. 20, 1984, p. 192-197.

51 Diehl mêle indistinctement toutes les fortifications qu’il juge byzantines sur ses deux cartes, dans L’Afrique byzantine, p. 240 et p. 272. D. Pringle regroupe sur sa carte 3 les fortifications de Justinien et les fortifications non datées attribuables au VIe siècle (The Defence of Byzantine Africa, t. 2, p. 523-525). Ces deux livres ont pour point commun de se placer dans une perspective chronologique large, négligeant (surtout Diehl) l’évolution du contexte politique dans lequel se situèrent les différents programmes de construction.

52 D. Pringle, op. cit., t. 2, p. 523-525 avec les notices correspondantes, t. 1, p. 171-252 ; N. Duval, article cité supra note 40, p. 185-191. Sur les 47 sites retenus par Pringle, cinq ont été éliminés sur notre carte pour des raisons d’échelle (Caesarea, Septem, Sabratha, Oea, Lepcis), et deux à cause de la faiblesse du critère épigraphique choisi : Masticana (probablement en fait un anthroponyme et non un toponyme : actuel Henchir Bou Sboa), parce que l’inscription ne permet pas une datation assurée sous Justinien (cf. J. Durliat, op. cit., p. 80-83 ; N. Duval, op. cit., p. 178, est moins catégorique mais reste prudent) ; Chusira, parce que l’inscription utilisée est excessivement lacunaire et ne permet aucune véritable conclusion (cf. J. Durliat, op. cit., p. 90).

53 La carte fait apparaître nettement cette concentration avec huit ouvrages entourant la zone montagneuse, dont plusieurs grandes forteresses au nord, là où les populations et les richesses à défendre étaient les plus importantes.

54 Le fort de Timgad devait en effet avant tout abriter une garnison, probablement mobile et destinée à intervenir là où le danger venu du massif se manifesterait (cf. J. Lassus, La forteresse byzantine de Timgad, p. 243).

55 La position des forts de Thabudeos, Midili et Badias est particulièrement significative : tous trois sont au débouché de vallées traversant du nord au sud le massif, sur des axes de circulation déterminants. Badias, à l’extrémité de l’Oued el Arab, se situe sur une des voies principales unissant les plaines de Numidie et le sud de l’Aurès ; Midili (Mdila) est au débouché de l’oued Hallail, qui traverse les Némencha et sert de liaison entre Chéria et Besseriani ; enfin Thabudeos est au débouché de l’oued El Abiod, dont la vallée coupe l’Aurès en deux. Certes aucun de ces forts n’est explicitement daté de l’époque de Justinien. Mais malgré les doutes de P. Morizot, (« A propos des limites méridionales de la Numidie byzantine », dans BAC, ns, Afrique du Nord, 25, 1996-98, p. 125), les fragments d’inscription découverts à Thabudeos, et les simitudes typologiques mises en valeur avec d’autres forteresses byzantines conduisent à suivre P. Trousset, qui rattache ce fort au grand programme de Solomon en 539-544 (« Les fines antiquae et la reconquête byzantine de l’Afrique », dans BAC, ns, 19 B, 1985, p. 371-373). La découverte récente d’un reliquaire byzantin, et le réexamen du dossier du fort par N. Duval mènent à une conclusion semblable pour Mdila (N. Duval et V. Saxer, « Un nouveau reliquaire africain et l’évêché Midilensis », dans Syria, t. LXXV, 1998, p. 245-262). Le cas de Badias/Badis est plus discuté, en particulier parce que Corippe situe là un groupe maure en 546 (supra 3e partie p. 363). Mais le poète parle surtout en fait du pays de Vadis, de ses campagnes où on fait deux récoltes d’orge, et non de la forteresse de la ville, qui a très bien pu rester aux Byzantins lors de l’insurrection. Dans tous les cas, outre les analogies architecturales, les similitudes géostratégiques incitent à penser que les trois forteresses font partie d’un même programme, destiné à surveiller après la reconquête de l’Aurès toutes les voies de communication importantes entre la montagne et le Sahara.

56 Aïn Bou Dries, fort assez modeste établi sur le tracé de la frontière algérotunisienne moderne, et donc difficile d’accès, est explicitement daté du gouvernement de Solomon et mériterait de ce fait une étude architecturale et une fouille précise (qui pourrait offrir un modèle de comparaison utile ensuite avec nombre de forts mal datés du secteur, notamment ceux cités supra chap. 8 note 28) : cf. J. Durliat, Les dédicaces..., p. 27-29, et D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa, p. 178-179, qui ne donne cependant, comme Diehl d’ailleurs, aucun plan de l’édifice. Rares semblent en fait ceux qui ont réellement vu le site : cf. surtout Toussaint, dans BAC, 1901, p. cxliii.

57 La carte met en valeur, outre l’encerclement du bloc Aurès-NémenchaSud-Ouest de la Byzacène, trois grands alignements significatifs de forteresses correspondant à trois grandes routes : un axe Théveste-Carthage, sur la route la plus importante du IVe siècle, avec les fortifications de Théveste, Ammaedara, Obba, Laribus, Sicca Veneria, Thugga ; un axe Théveste-Hadrumète, suivant à peu près le rebord de la Dorsale tunisienne et la via Hadrumetina, avec les fortifications de Théveste, Ammaedara, Sufes, Mammes, Cululis, et Hadrumète ; et un axe plus septentrional, et un peu moins net, partant du Hodna et de Sétif et convergeant à partir de Cirta vers Carthage en suivant la route de Numidie. Cette disposition ne correspond donc en rien aux lignes de barrage successives imaginées par Diehl. Les stratèges de Justinien ont construit pour une bonne part leurs forteresses en fonction des grandes routes qui pouvaient conduire les Maures du bloc méridional dans les régions les plus urbanisées et les plus riches.

58 Procope, Guerre vandale, II, 21, 2-5 : cf. supra p. 289.

59 Cf. supra p. 290.

60 Procope, Guerre vandale, II, 21, 17 :

Άντάλας δε... ήδη Σολόμωνι εκπεπολεμωμενος έτι3γχανεν, ότι τε τας αιτήσεις αίς αυτόν βασιλεύς ετετιμήκει Σολόμων αφείλετο και τόν αδελφόν τόν αύτοϋεκ-τεινε, ταραχήν τινα αύτφ ες Βυζακηνους γινομενην επενεγκών.

61 Guerre vandale, II, 22, 8. Ces événements rappellent beaucoup ceux qui déclenchèrent plus tard la rupture entre l’Arabe Ghassanide Naaman, jusque-là allié des Byzantins, et l’empereur Tibère Constantin. Naaman se souleva et pilla le territoire romain parce que « l’empereur avait fait arrêter son père et avait supprimé son annona »... (cf. Jean d’Ephèse, Histoire Ecclésiastique, III, 42, et un commentaire dans M. Sartre, Trois études sur l’Arabie romaine et byzantine, Bruxelles, 1982, p. 189-191).

62 Johannide, III, 384-385.

63 Johannide, II, 28.

64 Johannide, IV, 363-365.

65 La dédicace de la forteresse est en effet datée de l’an XIII de Justinien, soit entre le 1er avril 539 et le 31 mars 540. Texte de l’inscription dans J. Durliat, Les dédicaces..., p. 47-49, avec une erreur sur la date, corrigée par N. Duval, op. cit. supra note 40, p. 164 et 171.

66 On peut supposer en effet que, dans le cas contraire, les Byzantins auraient cherché à nouer avec des groupes maures des alliances plus nombreuses que celles dont ils disposèrent en 544 (cf. infra, p. 634).

67 Sur l’absence d’invasions sahariennes en Byzacène avant 544, cf. notre article cité supra chap. 12 note 10.

Table des illustrations

Légende Carte 20 – Les forteresses de Justinien en Afrique.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7M
Légende Carte 21 – Interprétation du dispositif défensif byzantin à l’époque de Justinien.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540