Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle)

 | 
Yves Modéran

Troisième partie. Les Maures de l’intérieur

Chapitre 11. La mutation des Maures de l’intérieur à l’époque vandale

Texte intégral

  • 1 La dernière étude détaillée du problème reste en fait la dernière partie de la thèse de C. Courtois (...)

1Le titre donné à ce chapitre est un programme plus qu’un résumé. L’histoire du problème maure à l’époque de la domination germanique en Afrique demeure en effet extrêmement obscure, faute de sources et d’enquêtes archéologiques orientées selon cette problématique1. Les textes n’évoquent le plus souvent les Maures qu’à partir du moment où ils se sont insurgés, c’est-à-dire la fin du ve siècle, sans nous décrire l’évolution qui les a conduits à l’insurrection. Et l’archéologie, faute de prêter importance à la localisation et à l’implantation ancienne de tribus comme les Frexes, ne s’est guère préoccupée de prospecter les régions où cette évolution s’est produite. On ne peut que déplorer ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, la rareté des études sur l’arrière-pays de Thélepte (en particulier les terres situées à l’ouest et au sud-ouest, où vécut Antalas), et sur la ville elle-même, une cité considérable au Bas-Empire, aux ruines d’époque byzantine quasiment inviolées depuis la conquête arabe, et qui pourrait certainement beaucoup nous apprendre sur les trois derniers siècles de l’Antiquité africaine. Pour toutes ces raisons, le bref essai qui va suivre n’aura donc d’autre prétention que de proposer un schéma général d’explication, et des pistes de recherches pour de futures enquêtes.

1– MAURES ET VANDALES : DE LA SOUMISSION À LA RÉVOLTE

a) Collaboration et tradition

2Une évidence chronologique s’impose d’abord : les Maures ne représentèrent un problème politique pour les Vandales que dans les cinquante dernières années de leur domination en Afrique. Il n’est ainsi jamais question d’eux au moment de la conquête proprement dite, de 429 à 439, ce qui forme un contraste saisissant avec la reconquête byzantine, où moins de deux mois après le débarquement de Caput Vada, une ambassade de toutes les tribus rencontra Bélisaire. Ce silence n’est certainement pas dû au hasard : il confirme simplement la tranquillité des Maures de l’intérieur constatée au ive et au début du ve siècle.

  • 2 Procope, Guerre vandale, I, 5, 22.
  • 3 Ed. Mommsen, dans Chronica minora, MGH, a.a., t. IX, p. 304.
  • 4 Paul Diacre, Historia Romana, XIV, 16 (éd. Droysen, MGH, a.a., t. 2, p. 206).
  • 5 Victor de Vita, I, 25 : Quae dum multitudo captivitatis Africanum attingeret litus, dividentes Wand (...)
  • 6 Procope, Guerre vandale, I, 5, 22 : A cette époque-là, Genséric, qui après la mort de Valentinien s (...)
  • 7 Paul Diacre, Historia Romana, XIV, 17-18 (MGH, a.a., t. 2, p. 206-207).
  • 8 Priscos, fragment 38, éd. R. C. Blockley, The fragmentary classicising Historians of the Later Roma (...)

3Procope, dans ce qui est le seul résumé complet et cohérent de l’histoire vandale que nous possédons, ne mentionne de Maures pour la première fois qu’en 455, après l’expédition lancée sur Rome par Genséric : A cette époque, Genséric, qui, après la mort de Valentinien [16 mars 455], s’était adjoint le concours des Maures, envahit chaque année, au début du printemps, la Sicile et l’Italie2. L’historien grec ne cite pas précisément la participation des Maures au raid sur Rome, mais celle-ci est attestée par plusieurs autres sources, qui font aussi intervenir les tribus pour la première fois à cette occasion dans l’histoire vandale. Ainsi les Fasti Vindobonenses posteriores : Mauri Romam venerunt et pugnaverunt cum Wandalis3 ; et de même Paul Diacre : continuo advectus ex Africa navibus adest Geisericus cum validissimo suae gentis exercitu fultus insuper praesidio Maurorum4. Victor de Vita, surtout, décrit le partage du butin qui suivit, une fois les pillards rentrés en Afrique : Quand cette multitude de prisonniers atteignit le rivage africain, les Vandales et les Maures se les partagèrent, et, selon la coutume des barbares, ils séparèrent les maris des épouses, et les enfants de leurs parents5. L’opération dut paraître fructueuse puisque la collaboration ainsi établie se renouvela dans les années suivantes aux dépens, comme l’indique Procope, d’autres régions d’Italie et de Sicile6. Paul Diacre cite à cette occasion une expédition terrible sur la Campanie (relicta itaque urbe [Rome], per Campaniam sese Wandali Maurique effundentes cuncta ferro flammisque consumunt...7), qui entraîna notamment la mise à sac de Capoue, Nole, et Naples. Vers 461, après la mort de Majorien, les attaques se poursuivirent encore aux dires de Priscos : Comme Genséric ne respectait plus le traité qu’il avait fait avec Majorien, il envoya une troupe de Vandales et de Maures ravager l’Italie et la Sicile8... Bien que souvent oubliés des études modernes sur la fin de l’Empire d’Occident, les Maures jouèrent ainsi un rôle important dans la terreur qui s’abattit sur l’Italie à partir de 455. Mais qui étaient ces Maures, et depuis quand intervenaient-ils ?

4Une seule source prétend nous donner des informations sur leur identité, mais elle est très peu fiable. Dans un extrait de son Panégyrique de Majorien, daté de décembre 458, Sidoine Apollinaire fait en effet parler l’Afrique, soumise à Genséric :

  • 9 Sidoine Apollinaire, Carmen V (Panégyrique de Majorien), vers 332-338 (éd./Trad. A. Loyen, t. 1, Pa (...)

Contre moi, il arme maintenant pour l’aider mes propres enfants ; depuis tant d’années captive, je suis déchirée à son gré par la valeur des miens ; féconde en mes propres tourments, j’enfante mes bourreaux. Il n’accomplit rien par ses seules armes : c’est par les Gétules, les Numides, les Garamantes, les Autololes, l’Arzuge, le Marmaride, le Psylle, le Nasamon qu’il se fait craindre, tout lâche qu’il est...9.

  • 10 Cf. supra p. 226.

5Cette liste, manifestement anachronique par sa mention des Nasamons, des Psylles, et des Autololes, est inspirée par Lucain, Silius Italicus et Claudien10, et ne vise qu’à suggérer une participation, invraisemblable, de tous les barbares d’Afrique aux guerres de Genséric, du Sud marocain à la Marmarique. Bien que parfois citée par certains savants, elle ne nous apprend strictement rien sur l’origine des tribus mobilisées par le roi vandale. Il faut donc tenter de percer le secret de l’identité de ces Maures anonymes par d’autres moyens.

  • 11 Supra note 6.
  • 12 Procope, Guerre vandale, I, 25, 6. Cf. supra p. 487-488.
  • 13 Cf. Y. Modéran, « Gildon, les Maures et l’Afrique », MEFRA, t. 101, 1989, 2, p. 842 et p. 857-859.
  • 14 Victor de Vita, Historia persecutionis africanae provinciae, I, 13 : Post [Valentiniani] mortem, to (...)
  • 15 Y. Modéran, « Les frontières mouvantes du royaume vandale », dans X. Dupuis et Cl. Lepelley (éd.), (...)
  • 16 Cf. G. Camps, « Rex gentium Maurorum et Romanorum », AA, t. 20, 1984, p. 183-218.

6A lire naïvement Procope, leur participation aux raids aurait résulté d’un accord tout récent, conclu au mieux juste avant l’expédition de Rome11. Mais le sens du mot « Maures » dans le passage que nous avons cité est en réalité ambigu. Puisque Genséric était le maître de Carthage et le successeur effectif de l’empereur en Afrique depuis 439, pourquoi en effet aurait-il attendu 455 pour renouveler avec les Maures, ceux de l’intérieur ou ceux qui étaient établis à proximité du limes, les accords traditionnels ? Nous avons vu que le même Procope, ailleurs, signale que les investitures de chefs et les remises d’insignes de fonction s’étaient poursuivies à l’époque vandale12. Or, un des aspects des cérémonies d’investiture était le renouvellement des accords militaires, qui prévoyaient la fourniture de contingents auxiliaires à l’armée des maîtres de Carthage, comme ceux dont avait disposé Gildon en 397-39813. Nous nous demandons donc si la remarque de Procope sur l’entente conclue en 455 ne concerne pas, plutôt que les Maures en général, les seuls Maures de Maurétanie. Victor de Vita signale en effet qu’une des conséquences essentielles de la rupture avec l’Empire à la mort de Valentinien III fut la conquête par Genséric des territoires occidentaux de l’Afrique, c’est-à-dire de la Maurétanie Sitifienne et probablement d’une partie au moins de la Césarienne14. Or, nous avons pu montrer récemment, en commentant la Notitia dite de 484, que cette annexion avait bien eu lieu15. Ces pays étaient alors partiellement aux mains de princes berbéro-romains16, et il se peut que ce soit à des accords avec de tels personnages qu’ait songé l’historien grec. Leur contingents n’auraient ainsi fait que renforcer ceux fournis par les tribus de la partie orientale, étant donné, encore une fois, qu’il paraît invraisemblable qu’entre 439 et 455 des relations ne se soient pas établies entre le pouvoir vandale et ces tribus.

7La soumission évidente que manifestèrent les Maures dans deux épisodes légèrement postérieurs au sac de Rome confirme en tout cas que, contrairement à l’égalité de principe entre les parties suggérée par Procope, les Vandales étaient à cette époque les vrais maîtres du jeu. Le premier témoignage en ce sens est fourni par Sidoine Apollinaire dans un autre passage, plus précis, de son panégyrique de Majorien, où il rapporte un raid de Genséric qui fut mis en échec par l’empereur :

  • 17 Sidoine Apollinaire, Carmen V, vers 389-393 :
    Campanam flantibus Austris
    ingrediens terram securum mi
    (...)

A la faveur de l’Auster, il [Genséric] aborde sur le sol de Campanie et il fait attaquer le laboureur trop confiant par son soldat maure (milite Mauro) ; quant au gras Vandale, il restait assis sur les bancs des rameurs, attendant le butin qu’il avait ordonné à son captif (quam jusserat captivo) de saisir et de lui amener...17.

8Le Maure n’est ici qu’un miles du roi vandale, entièrement à ses ordres comme devait l’être un soldat auxiliaire. Le rapport entre les deux n’est pas le fruit d’une alliance entre deux peuples, mais bien plutôt l’effet d’un état de sujétion politique.

  • 18 Victor de Vita, Historia persecutionis..., I, 30-38.
  • 19 Victor de Vita, ibid., I, 35 : Decernit statim rex [Geisericus] cuidam gentili regi Maurorum, cui n (...)
  • 20 Victor de Vita, ibid., I, 36 : Videntes igitur Christi discipuli multa apud gentiles et inlicita sa (...)
  • 21 Victor de Vita, ibid., I, 37 : Hoc Geiserico relatione sua nuntiat Capsur. De qua re surgens invidi (...)

9Cette réalité est confirmée, en dehors de tout contexte militaire, par Victor de Vita lorsqu’il nous rapporte l’aventure malheureuse du catholique Martinianus chez le Maure Capsur (ou Capsus)18. L’événement apparaît dans l’Histoire de la persécution vandale juste après la mort de l’évêque Deogratias de Carthage (457) et pourrait donc se situer vers 460. Martinianus et ses compagnons étaient des esclaves d’un haut fonctionnaire vandale qui avaient voulu se faire moines et avaient gagné pour cela un monastère à Thabraca. Repris, ils avaient été déportés sur ordre de Genséric chez un roi maure païen dont le nom était Capsur, qui habitait une partie du désert nommée Caprapicti19. Mais là, très vite, les exilés, effrayés par les « sacrifices sacrilèges » des païens, commencèrent à prêcher la parole du Christ, et bientôt ils se mirent à convertir les Maures20, avec un tel succès qu’il leur fallut faire appel à l’évêque d’une cité romaine, loin au-delà du désert, pour obtenir un prêtre et des diacres. Alors, dit Victor, Capsur rapporta ce qui arrivait à Genséric (hoc Geiserico relatione sua nuntiat Capsur), et celui-ci ordonna (iubet) que les serviteurs de Dieu subissent le martyre, ce qui advint effectivement21.

  • 22 Victor de Vita, ibid., I, 37 : [Les exilés, devant le succès de leur mission] mittunt legatos per i (...)
  • 23 C. Courtois, Victor de Vita et son œuvre, Alger, 1954, p. 37-38. Le rapprochement suggéré par Court (...)

10Le « roi » maure n’apparaît ici aussi que comme un simple exécutant de la volonté de Genséric. Le Vandale lui impose l’accueil des exilés, reçoit des rapports sur la situation dans la tribu, et donne des ordres pour la transformer. Capsur reste donc sous le contrôle du pouvoir de Carthage, comme l’étaient les préfets de tribus et les chefs investis. De toute évidence, malgré le titre de rex que lui attribue Victor de Vita, il se trouvait vers 460 dans la même situation de dépendance politique (cette situation incite d’ailleurs à localiser son peuple à très grande proximité sinon même à l’intérieur d’une province). En même temps, cependant, la mention répétée du désert, et l’éloignement de la première ville romaine qui puisse être jointe, suggèrent une région très méridionale22. Comme plusieurs cités étaient bâties autour des Chotts tunisiens, c’est peut-être, comme le croyait C. Courtois, un peu plus à l’ouest qu’il faudrait chercher Caprapicti. L’hypothèse d’un pays avec des gravures ou des peintures rupestres, qui expliqueraient son nom, conduisait ce savant à choisir la région entre Capsa et Négrine, à l’extrême sud-ouest de la Byzacène23, et cette solution reste aujourd’hui la plus satisfaisante. Elle permet d’identifier dans la tribu de Capsur une de ces communautés de gentiles qui devaient participer à la défense du limes méridional, peut-être depuis l’époque romaine.

  • 24 Guerre vandale, I, 8, 2.

11Tout cela vérifie finalement une assertion de Procope dont nous avons déjà plusieurs fois souligné l’importance : [avant l’avènement d’Hunéric en 477], les Maures s’étaient tenus tranquilles, car ils redoutaient Genséric24. Cette tranquillité résultait simplement d’un phénomène de continuité politique et institutionnelle, constatée en bien d’autres domaines : dans les rapports entre le roi vandale, successeur de l’empereur, et les tribus des deuxième et troisième cercles, sur la frontière et à l’intérieur des provinces, la conquête des années 429-439 n’avait rien changé.

b) Les Maures et la persécution

  • 25 J. Mesnage, Le christianisme en Afrique. Déclin et extinction, Alger-Paris, 1915, p. 1-49 ; cf. par (...)

12Jusqu’en 484, elle semble n’avoir eu également que très peu d’effets sur le plan religieux. Certes, on a estimé longtemps que l’arrivée des Vandales avait ébranlé le christianisme des Maures de l’intérieur et facilité au contraire la progression d’un paganisme d’origine extérieure. La persécution de l’épiscopat, à laquelle on donnait souvent une extension abusive dès 439, aurait brisé le mouvement d’évangélisation, tandis que l’avancée des grands nomades chameliers venus des déserts orientaux faisait passer peu à peu les tribus converties sous l’autorité de païens intolérants. Deux postulats traditionnels, le lien jugé indissociable entre christianisme et romanisation, et la théorie des migrations se rejoignaient ici pour conduire à une conclusion pessimiste, particulièrement bien illustrée par l’œuvre du Père Mesnage. Ce savant laissait entendre notamment que l’Aurès avait connu après 429 un véritable phénomène de déchristianisation et de retour au paganisme, stimulé par l’invasion des Laguatan et autres Zénètes25.

  • 26 Cf. G. Camps, « Rex gentium Maurorum et Romanorum », AA, t. 20, 1984, p. 198-218 surtout ; cf. auss (...)

13Or, les deux postulats en question n’ont plus guère de valeur. Nous avons vu que l’immigration des grands nomades païens en Numidie avant l’islam était un mythe. Et de nombreux documents ont montré qu’un christianisme autonome, coupé de l’Empire, avait survécu et s’était même peut-être développé en Maurétanie et au Sahara après 42926.

  • 27 « L’Afrique et la persécution vandale », dans J.-M. Mayeur, Ch. et L. Piétri, A. Vauchez, M. Venard (...)

14En fait, autant que de spéculer sur des apostasies de masse, il eût été aussi pertinent de s’interroger sur d’éventuelles réactions de défense des Maures chrétiens face à la persécution... Si la question mérite aujourd’hui d’être posée, elle n’appelle cependant probablement pas de réponse positive avant 484. D’une part, parce que l’Église africaine n’eut jamais la tentation de résister par la force, en ville comme à la campagne, aux persécuteurs. Et d’autre part et surtout parce que, comme nous l’avons montré dans une autre étude27, la persécution se limita surtout avant 484 à la seule Proconsulaire, où les Maures étaient assurément peu nombreux.

  • 28 F. M. Beltrán Torreira, « La iglesia norteafricana y el problema de la cristianización de los puebl (...)

15A défaut de signaler une résistance, certains indices pourraient suggérer en revanche une progression. L’hypothèse, à première vue audacieuse, a été formulée en 1990 par M. Beltrán Torreira. Pour cet historien, les exils d’évêques catholiques ordonnés par les rois vandales, dans des tribus maures ou dans des régions marginales de l’Afrique, auraient en effet entraîné des conversions massives. L’époque vandale, contre toute attente, aurait donc été en réalité la grande époque de l’évangélisation des Berbères28.

  • 29 Le seul cas attesté de mission arienne dans un pays « maure » est plus tardif et se situe vraisembl (...)
  • 30 Cf. supra p. 545 et note 18 et suivantes.
  • 31 Victor de Vita, I, 37 : Dei construitur ecclesia, baptizatur simul multitudo maxima barbarorum, et (...)
  • 32 Victor de Vita, I, 38 : Ubi usque in hodiernum non desinit ingentia mirabilia Iesus Christus noster (...)
  • 33 Cf. supra p. 520-521.
  • 34 Victor de Vita, I, 37 ; cf. saint Paulin de Nole, Carmen, XVII, vers 252-259 (éd. Hartel, CSEL, t. (...)

16Le paradoxe paraît un peu excessif mais n’est pas totalement gratuit. Aucun texte ne signale ainsi chez Genséric et ses successeurs un souci de prosélytisme arien auprès de leurs alliés maures29. A l’inverse, nous connaissons au moins un exemple précis de conversions importantes réalisées par des catholiques exilés : c’est l’aventure, déjà rappelée ci-dessus, de Martinianus et de ses compagnons chez le roi Capsur30. Victor de Vita évoque ici une mission involontaire au départ, et très vite exemplaire, avec une prédication initiale, des conversions, l’appel à un prêtre et la construction d’une église dans la tribu : ainsi fut baptisée une très grande multitude de barbares et de ces loups naquit un fécond troupeau d’agneaux31. Certes, les « missionnaires » furent finalement condamnés à mort, mais l’auteur de l’Histoire de la persécution vandale confirme plus loin le succès de leur entreprise, en suggérant que le lieu du martyre devint un sujet de pèlerinage32. Il développe d’ailleurs à l’occasion de cette affaire une thèse sensiblement différente que celle que semblait adopter (malgré les déclarations de principe de la lettre à Hésychius de Salone) saint Augustin sur les missions33 : désormais, c’est l’évangélisation qui semble constituer la première étape de l’accès à la civilisation. C’est par la connaissance du Christ qu’est réalisée la pacification, évoquée par l’image, déjà chère à saint Paulin de Nole, des loups se transformant en agneaux (et de lupis grex fecundus multiplicatur agnorum)34.

  • 35 Cf. supra chap. 8 notes 338 et 339.
  • 36 La déportation d’Eugène à Telmine est seulement attestée par la Notitia de 484 qui joint à son nom, (...)
  • 37 F. M. Belrán Torreira, op. cit., p. 389-390. Cf. S. Lancel, Actes de la conférence de Carthage en 4 (...)
  • 38 Les exils prononcés en Byzacène sous Genséric ne frappèrent, semble-t-il, que des évêques manifesta (...)
  • 39 Cf. notre article « La chronologie de la vie de saint Fulgence de Ruspe et ses incidences sur l’his (...)
  • 40 Vita Fulgentii, III (éd. Lapeyre, Vie de saint Fulgence de Ruspe, Paris, 1929, p. 21). Cf. l’étude (...)
  • 41 Cf. même étude, p. 182-185.
  • 42 Vita Fulgentii, III (éd. Lapeyre p. 21) : (Faustus] in eodem proinde loco, ubi relegatus tenebatur, (...)

17Mais cet exemple reste unique, et F. Beltrán Torreira, pour le reste, ne se livre surtout qu’à des extrapolations. Rien ne prouve qu’il y eut d’autres missions comme celle de Martinianus. Victor de Vita lui-même, et Victor de Tunnuna, ne disent par exemple rien de tel lorsque des Maures emmènent en captivité dans leur territoire du Hodna 4966 catholiques, dont de très nombreux clercs35. On ne voit pas non plus sur quel argument fonder l’idée qu’Eugène de Carthage, exilé à Turris Tamalleni de 484 à 487, aurait évangélisé toutes les tribus du voisinage36. La comparaison des listes épiscopales de 411 et de 484 pour les Maurétanies n’est guère plus probante. Pour F. Beltrán Torreira, le chiffre beaucoup plus élevé de la Notitia de 484 illustrerait les effets d’une christianisation massive réalisée par des évêques catholiques de l’Afrique vandale exilés par Genséric dans ces régions occidentales. En fait, le principe de comparaison est faussé au départ dans la mesure où la Maurétanie Césarienne fut manifestement sous-représentée à la conférence de 41137. D’autre part, le savant espagnol exagère l’importance des exils décidés par Genséric : ils concernèrent sous son règne surtout la Proconsulaire seulement38, et furent loin d’être tous orientés vers les Maurétanies. Les textes évoquent des déportations in Africa39, et nous savons par l’exemple de Faustus de Praesidium que cela pouvait signifier pour l’évêque frappé un éloignement de quelques kilomètres à peine de son siège épiscopal (non longe a cathedra sua...40). Outre peut-être un certain fanatisme arien, la principale préoccupation des souverains germaniques était en effet de séparer les évêques de leurs cités, pour les empêcher d’exercer leur influence sur les institutions municipales41. Si la persécution eut des conséquences favorables à l’évangélisation, ce fut donc peut-être surtout au profit des populations rurales des provinces, dont la foi put alors bénéficier d’une présence plus proche de leur évêques : l’exemple de Faustus, rayonnant depuis son monastère-refuge situé non loin de Praesidium, montre qu’à certains moments au moins une relative liberté d’action dans la campagne était laissée aux « exilés »42. Parmi les populations rurales, des Maures organisés en tribus officielles ou non, ou de futurs « Maures », ont pu bénéficier de l’enseignement de ces prélats ; mais rien n’autorise réellement à faire de la persécution antiépiscopale la cause d’un grand bond en avant de la christianisation des Berbères orientaux entre 429 et 533.

c) Les débuts de l’insurrection maure

  • 43 Procope, guerre vandale, I, 8, 5. Cf. supra p. 405.
  • 44 Procope, ibid., I, 8, 7.
  • 45 Procope, ibid., I, 8, 14-29. Cf. sur cet épisode Y. Modéran, « Les premiers raids des tribus sahari (...)
  • 46 Sur ces révoltes de la fin de l’époque vandale, cf. notre article « La découverte des Maures », dan (...)
  • 47 Sur cet auteur encore mystérieux, cf. P. Langlois, « Les œuvres de Fulgence le Mythographe et le pr (...)

18Les circonstances politiques ne s’y prêtèrent d’ailleurs plus guère après 484. Selon Procope, la paix entre Maures et Vandales fut brisée en effet pour la première fois vers la fin du règne d’Hunéric, en 484, lorsque les Maures de l’Aurès se soulevèrent, pour ne plus jamais repasser sous l’autorité des Vandales43. Les révoltes se multiplièrent ensuite, mais sans malheureusement retenir beaucoup l’attention de notre auteur. Il signale simplement ainsi que le successeur du roi, Gunthamund (484-496), livra contre les Maures de plus nombreux combats qu’Hunéric44. Le règne de Thrasamund (496-523) n’est guère mieux traité, puisqu’une seule guerre est évoquée, en Tripolitaine, contre les tribus du rusé Cabaon. Ce fut un désastre pour les Vandales, mais Procope ne nous en indique ni la date, ni le lieu, ni les causes profondes45. Avec Hildéric enfin, vint le temps des grandes insurrections en Byzacène et en Tripolitaine, au milieu desquelles survint le débarquement byzantin46. Cette esquisse de ce qui fut, semble-t-il, un demi-siècle de troubles (484-533), peut paraître sommaire, mais elle est corroborée par diverses indications, plus partielles, provenant d’autres sources. Outre l’inscription de Masties pour l’Aurès, nous possédons ainsi toute une série d’indices qui attestent de l’extension de l’insécurité sous Gunthamund ou au début du règne de Thrasamund. Le plus important, malgré son obscurité apparente, est un passage des Mythologiae de Fulgence le Mythographe, ce mystérieux auteur africain, pour certains identique au futur saint Fulgence de Ruspe, en tout cas probablement un de ses contemporains47. Il évoque dans les premières pages de son livre les pillages récents que des tribus ont commis dans son pays, et l’intervention salutaire du « roi » :

  • 48 Fabius Plancides Fulgentius, Mitologiae libri tres, éd. P. Helm, Leipzig, 1898, p. 5.

Agrorum enim dominium gentes ceperant, nos domorum, fructus enim nostros expectare licuit, non frui ; merces quippe gentilis fuerat, si vel ad manendum clausos relinquerent. Sed quia nunquam est malum immortale mortalibus, tandem domini regis felicitas adventatis velut solis crepusculum mundo tenebris dehiscentibus pavores abstersit48.

  • 49 J.-P. Bonnal et P.-A. Février, « Les ostraka de Bir Trouch », dans Bulletin d’Archéologie Algérienn (...)

19L’expression dominus rex était caractéristique de la titulature des rois vandales : elle se retrouve en particulier exactement sur une série d’ostraca du règne de Gunthamund découverts à proximité de Bir Trouch, au sud-ouest du massif des Némencha, et qui étaient apparemment des récipissés de redevances de produits agricoles. Ainsi le n°2 : an(no) nono k(a)r(ta)g(inis) do(mni) regis Guntamundi, ac(cessit) Masiese in Adeudaci par(te) d(ominica) m(ensuras) sex [tan]tum49. Ce texte est le dernier daté de la série, et se place entre le 23 décembre 492 et le 22 décembre 493. Le lot a été ensuite caché dans une jarre dissimulée au pied d’un mur. Mais l’importance modeste des documents suggère que cette dissimulation ne dut pas être de beaucoup postérieure, et aussi qu’elle dut correspondre à une inquiétude subite qui pourrait être liée aux troubles décrits par Fulgence.

20Celui-ci évoque en effet pour finir une brillante victoire du roi. Or, un passage de la Satisfactio de Dracontius, datée de 493 par les éditeurs, exalte précisément un succès de Gunthamund à ce moment, le seul connu d’un roi vandale sur des Maures :

  • 50 Dracontius, Satisfactio, vers 214 (éd. C. Moussy, Oeuvres de Dracontius, tome 2, Paris, 1988).

Ansila testatur, Maurus ubique iacet50

  • 51 Cf. C. Moussy, op. cit., note p. 214-215
  • 52 Cf. Johannide, III, 311 : Membressa...vidit... ; III, 318 : te Cellas Vatari... spectabat ; III, 31 (...)

21On dissocie en général dans ce vers la mention d’Ansila, qui serait un général ostrogoth vaincu peu avant en Sicile par les Vandales51, et celle du Maure gisant. Mais le nom Ansila pourrait très bien être berbère, avec une structure consonnantique NSL qui rappelle par exemple le toponyme Annesel mentionné en Tripolitaine. Ansila dans ce cas pourrait être aussi un toponyme, utilisé dans une construction poétique que l’on retrouve chez Corippe52 (« tel lieu a vu la défaite des Maures... »), ou même le nom d’un chef maure, prédécesseur d’Antalas ou de Cusina. Dans tous les cas, les coïncidences entre le texte de Fulgence, celui de Dracontius, et l’enfouissement de la région de Bir Trouch sont très frappantes et témoignent probablement des mêmes événements.

  • 53 Vita Fulgentii, V (éd. Lapeyre p. 33) : cum subito barbaricae multitudinis provincia turberetur inc (...)
  • 54 Cf. article cité supra note 39, p. 149.
  • 55 C. Courtois et alii, Tablettes Albertini, Paris, 1952, p. 26 et p. 283.
  • 56 Cf. E. Albertini, dans Journal des Savants, 1930, p. 24.

22Bien que largement salué, le succès de Gunthamund ne fut cependant pas décisif. Trois ou quatre ans après, de nouveaux indices, encore plus à l’est de l’Aurès, montrent que l’agitation maure reprit et s’étendit, pour atteindre cette fois le sud-ouest de la Byzacène. La Vie de saint Fulgence de Ruspe rapporte en effet que dans les premières années de sa vie monastique, alors qu’il résidait dans le monastère de Praesidium, probablement Praesidium Diolele, entre Thélepte et Capsa, le futur évêque fut soudainement contraint à fuir, par peur de la « subite incursion d’une multitude barbare dans la province »53. Cet événement, comme nous l’avons montré dans une autre recherche, dut survenir en 49754. Or, de la même région, aux environs du Djebel Mrata, à une trentaine de kilomètres approximativement de Praesidium Diolele, provient une célèbre série d’actes notariés, les Tablettes Albertini, dont la dernière est datée du 21 avril 49655. E. Albertini supposait déjà que cet enfouissement dans une ou plusieurs jarres d’une trentaine d’actes de vente, principalement de lopins de terres et d’arbres, avait dû se produire à la suite d’un mouvement de peur56. L’extraordinaire coïncidence chronologique et géographique avec le passage de la Vita Fulgentii conforte fortement cette hypothèse.

  • 57 Cf. supra p. 326.
  • 58 C’est la guerre de Cabaon : cf. supra note 45.
  • 59 Deux documents montrent que le pouvoir vandale contrôlait encore au temps de Thrasamund la région s (...)

23Le terme incursio employé par la Vita suggère une origine extérieure des Maures pillards, mais celle-ci peut être entendue simplement comme extérieure à la province de Byzacène. Il pourrait s’agir donc des mêmes bandes qui avaient provoqué la peur des gens de la région de Bir Trouch, ou de tribus venues du sud, du secteur du limes. En tout cas, cette indication ne contredit pas, au contraire, le résumé de l’histoire des Frexes fourni par Corippe : encore vers 500, cette petite tribu (humilis gens), que nous situons à relative proximité du pays des Tablettes Albertini, était paisible, et n’avait aucune responsabilité dans les troubles. Ce n’est que vers 516, aux dires du poète, que les pillages, d’abord très isolés, commencèrent pour elle57. Cela se passait sous le règne de Thrasamund, pour lequel Procope se contente d’évoquer une seule guerre maure, menée en Tripolitaine58 : ce silence vérifie le caractère encore limité de l’agitation des tribus de Byzacène59. La révolte n’y prit de l’extension qu’après 523, sous le règne d’Hildéric.

Carte 18 – Les débuts de l’insurrection maure (484-529) 1 : soulèvement de l’Aurès (vers 484 selon Procope) ; 2 : enfouissement desostraka de Bir Trouch (dernier document : 493) ; 3 : cachette des Tablettes Albertini (dernier document : 496) ; 4 : fuite des moines dumonastère de Praesidium Diolele (vers 497) ; 5 : fuite d’Amalafride « chez les Maures » (523) ; 6 : début du soulèvement armé d’Antalas(529).

2 – LA CRISE DE L’AFRIQUE VANDALE

24L’esquisse d’histoire événementielle des rapports entre Vandales et Maures que nous pouvons proposer confirme ainsi l’analyse de Procope : les soulèvements ne commencèrent qu’à la fin du ve siècle, à partir de 484 environ, pour ne plus s’arrêter ensuite. La question essentielle reste évidemment d’expliquer ces soulèvements. Mais, pour cela, nous disposons maintenant de deux certitudes : ils ne furent en rien l’effet d’une fatalité, d’une tendance naturelle des Berbères à la révolte, puisque rien ne se produisit pendant cinquante ans ; et leur cause, d’autre part, ne fut pas purement conjoncturelle, puisqu’une fois commencés, ils ne cessèrent quasiment plus. Deux explications simples peuvent, en outre, être également éliminées : un changement dans la diplomatie vandale, qui serait inexplicable et est, de fait, ignoré de toutes les sources ; et une grande migration de tribus sahariennes, pour des raisons déjà longuement expliquées auparavant.

  • 60 Cf. supra p. 410-412.

25Demeurent possibles alors essentiellement deux hypothèses. La première se fonderait sur la date de la première rupture, 484, l’année de la grande persécution des catholiques africains. Nous avons tenté en effet, en commentant l’inscription de Masties, de montrer que cette politique inouïe de conversion forcée avait pu contribuer à soulever les Maures chrétiens de l’Aurès60. Mais, outre qu’une telle réaction n’est nullement prouvée pour les autres peuples insurgés, elle n’explique au mieux que le déclenchement de la révolte, non ses causes profondes. Il faut donc envisager une autre hypothèse, la seule qui puisse expliquer l’ampleur du problème maure après le règne d’Hunéric : un changement progressif dans la situation économique et sociale du sud de la Numidie et de la Byzacène, intolérable à partir de la fin du ve siècle pour les masses rurales les moins romanisées.

  • 61 Cf. par exemple E.-F. Gautier, Genséric roi des Vandales, Paris, 1935, p. 278-288 (paragraphe intit (...)
  • 62 Cf. les différentes contributions sur ce sujet publiées dans Opus, 1983, p. 53-80.
  • 63 C. Panella, « Gli scambi nel Mediterraneo occidentale dal iv al vii secolo », dans Hommes et riches (...)
  • 64 C. Panella, ibid., p. 136-138. Cf. aussi de la même archéologue, « Le anfore tardoantiche : centri (...)

26Cette hypothèse fait resurgir la vieille théorie d’une crise des structures économiques de l’Afrique romaine à l’époque vandale. Autrefois envisagée de manière trop systématique61, celle-ci a été fortement nuancée au cours des dernières années62, sans pour autant être radicalement démentie. Certes, contre les théories anciennes, les prospections archéologiques en Afrique comme les enquêtes céramologiques dans le reste de l’Occident romain ont montré qu’il n’y avait pas eu de rupture dans les années 430-450. Résumant l’apport d’analyses céramologiques minutieuses à Rome, Naples, Porto Torres et Carthage, C. Panella a conclu ainsi : « entre la fin du ive et la première moitié du ve siècle, il n’existe aucun changement substantiel dans la diffusion et dans la vente des produits africains ; au contraire, [ceux-ci semblent connaître alors] une période de présence massive sur les marchés occidentaux. En ce sens, l’occupation vandale, au moins dans sa phase initiale, n’a pas modifié la situation de la production et du commerce de la Zeugitane et de la Byzacène »63. Mais, note le même auteur, les choses évoluent ensuite : « une inversion de tendance » se dessine à partir de la fin du ve siècle, particulièrement nette pour les exportations d’amphores en Italie (ainsi à Naples) ; en sens contraire, on constate à Carthage une augmentation des importations venues de l’extérieur64. Tout ceci ne correspond en rien à une crise générale, mais pourrait refléter des difficultés dans certaines parties seulement du royaume vandale, en particulier pour la production d’huile d’olive.

  • 65 P. Morizot, « L’Aurès et l’olivier », AA, t. 29, 1993, p. 177-240.
  • 66 Cdt Guénin, « Inventaire archéologique du cercle de Tébessa », dans Nouvelles Archives des Missions(...)
  • 67 Cf. D. J. Mattingly, « Olive cultivation and the Albertini Tablets », dans L’Africa romana VI. Atti (...)
  • 68 H. Camps-Fabrer, L’olivier et l’huile dans l’Afrique romaine, Alger, 1953, p. 26-29 (cartes in fine(...)
  • 69 B. Hitchner, « The Kasserine Archaeological Survey, 1987 », dans AA, t. 26, 1990, p. 231-247.
  • 70 B. Hitchner, ibid., p. 247.

27Or, l’olivier était indiscutablement jusque-là la grande production des régions entraînées dans la révolte maure. Dans l’Aurès, P. Morizot a justement insisté sur la densité des pressoirs qui parsèment les sites d’habitat antique65. La même situation avait frappé le commandant Guénin dans les Nemencha66. Plus à l’est, à proximité du futur territoire d’Antalas, le secteur du Djebel Mrata était aussi avant tout oléicole : l’olivier est de loin l’arbre le plus souvent cité dans les Tablettes Albertini67. Et le constat est encore plus évident si l’on atteint la Byzacène, où le pays de Thélepte conserve de très nombreux restes d’installations de pressage68. Dans cette région, une étude récente de B. Hitchner sur le territoire des Musunii Regiani (le secteur 1 du Kasserine Archaelogical Survey)69 a montré que cette oléiculture se faisait probablement dans le cadre d’un grand domaine subdivisé en un grand nombre de très petites exploitations confiées à des tenanciers ou à des esclaves. Aux ive et ve siècles, ce système s’était étendu jusqu’aux terroirs les plus fragiles, à la limite des possibilités de culture. La production d’huile dépassait alors les besoins locaux et dégageait des excédents commercialisés sur les marchés. Mais, remarque l’archéologue américain, et c’est pour nous essentiel, pottery collected by the survey suggests a drop in the number of active settlements in sector 1 beginning in the sixth century... This suggests a break in the existing social and economic order70.

28Ce qui n’était qu’une hypothèse aléatoire, à partir des flux d’exportations d’amphores, trouve donc ici, grâce à l’archéologie rurale, un début de confirmation.

  • 71 C. Courtois, L. Leschi, C. Perrat, Ch. Saumagne, Tablettes Albertini. Actes privés de l’époque vand (...)
  • 72 P. Salama, « Economie monétaire de l’Afrique du Nord dans l’antiquité tardive », BAC, ns, 19 B, 198 (...)
  • 73 D. J. Mattingly, op. cit. supra note 67, p. 412-415 surtout.

29Et ce n’est pas le seul. Comme l’avait remarqué en effet C. Courtois, la multiplication des ventes de petites parcelles ou de groupes d’oliviers révélée plus à l’ouest par les Tablettes Albertini reflète aussi, à l’extrême fin du ve siècle, de graves difficultés des cultores. Ainsi en est-il du couple Processanus et Siddina : « Ils commencent par vendre l’une de leurs parcelles (acte XVII), quelques mois après c’est un pressoir dont il faut se séparer (XXXI), et peu avant ou peu après, une autre parcelle (XIII). Sur ces entrefaites, Processanus meurt. Siddina reste avec deux enfants, Quodvultdeus et Fortunatianus. D’un coup, elle doit vendre pour un sou d’or, huit au moins des différentes parcelles qu’elle possède »71... Beaucoup d’autres ventes sont le fait également de veuves et d’enfants, et toutes se font à des prix très modestes, ce qui suggère, comme la pauvreté des espèces monétaires de cette époque retrouvées en général dans la zone méridionale72, une conjoncture locale de dépression. Pour nous, la comparaison est d’autant plus intéressante que les structures agraires de la région étaient probablement, selon D. J. Mattingly, analogues à celle du secteur 1étudié par Hitchner73.

  • 74 Corpus Juris Civilis, t. III, Novellae, éd. Schoell et Kroll, Berlin, 1895, ap. VI et app. IX. La c (...)

30A une échelle plus large, il est tentant de relier à ces exemples le phénomène général de fuite des colons à l’époque vandale qui posera ensuite tant de problèmes à l’administration byzantine. Deux novelles de Justinien, en 552 et 558, établissent alors, en effet, qu’il ne faut pas contraindre à un retour dans leur ancienne condition qui temporibus Wandalorum de possessione egressi sunt et inter liberos commorati sunt74. On ignore les raisons de ces fuites, mais leur ampleur, qui se déduit de l’insistance des lois impériales, semble bien attester aussi l’existence de profondes perturbations dans les structures domaniales.

  • 75 M. Rouvillois-Brigol, « Quelques remarques sur les variations de l’occupation du sol dans le sud-es (...)

31Les indices ne manquent donc pas pour affirmer le déclenchement vers la fin du ve siècle d’une crise économique et sociale en Numidie méridionale et dans le sud de la Byzacène, qui frappa surtout les petits tenanciers établis sur de grands domaines. La difficulté, comme le reconnaissait Courtois, reste d’expliquer cette crise elle-même. Deux grandes hypothèses ont été proposées à cet effet. La première, encore controversée, suppose un léger changement climatique, aux effets considérables dès lors qu’il touchait une agriculture déjà aux limites des possibilités pluviométriques. Dans une communication au congrès d’archéologie et d’histoire nord-africaine de 1985, M. Rouvillois-Brigol a mis en valeur ainsi, à partir d’analyses de pollens, une progression des steppes d’armoise dans le sud-est algérien et sur les piémonts des Nemencha et de l’Aurès à partir des ve-vie siècles. Pour elle, ce phénomène illustrerait un dessèchement du climat, lent et limité, mais ici décisif : « Ces zones doivent abandonner les cultures pluviales et laisser la place à un élevage se-mi-nomade ou nomade, tandis que les cultures irriguées se maintiennent sur des périmètres restreints... Un nouveau genre de vie se met ainsi en place »75. Avec une méthode différente, fondée sur l’étude des cônes alluviaux et des terrasses fluviales, J.-L. Ballais constate de son côté une reprise de l’érosion et une dégradation des sols vers la fin de l’Antiquité dans une vallée des Nemencha :

  • 76 J.-L. Ballais et M. T. Benazzouz, « Données nouvelles sur la morphogénèse et les paléo environnemen (...)

Ce n’est qu’en fin de période romaine, lors de l’Antiquité tardive, que l’accumulation reprend. Après une période de combinaison anthropo-climatique favorable, cette accumulation reprend à la faveur d’un nouveau basculement des géo-systèmes sous l’effet d’une petite pulsation climatique qui affecte plus l’intensité des précipitations que leur total. Cette pulsation ne devient efficace sur le plan morphogénique que grâce à la fragilisation des géosystèmes provoquée ici par plusieurs siècles de colonisation romaine76.

  • 77 Cf. supra p. 501-510.
  • 78 B. Hitchner, op. cit. supra note 69, p. 246.

32Dessèchement du climat ou dégradation des sols, l’effet sur des cultures déjà fragiles fut irrémédiable, et frappa d’abord les plus pauvres. Or, comme nous avons essayé de le montrer dans un chapitre précédent, certains des petits paysans de Numidie méridionale ou du sud-ouest de la Byzacène vivaient encore dans des tribus77. On rencontrait celles-ci dans des secteurs marginaux de l’Aurès, mais aussi, sous une forme parfois non- » officielle », plus à l’est, dans les villages ou les communautés de tenanciers établis sur de grands domaines privés ou impériaux (désormais « royaux »). Il est remarquable à cet égard de noter que B. Hitchner lui-même, sans parler explicitement du maintien de liens tribaux, suppose l’existence de « familles et de clans alliés les uns aux autres »78 pour définir la société des paysans qui cultivaient les petites exploitations du grand domaine installé dans le pays des Musunii. L’archéologue américain constate à partir du vie siècle une crise chez ces gens, mais ne s’interroge pas sur leur sort. Nous pensons qu’ils donnèrent en partie naissance à certaines des tribus évoquées par Procope et Corippe, en « réactivant » simplement une structure tribale restée depuis toujours une réalité vécue pour eux.

  • 79 Cf. supra p. 326-327.

33Une autre hypothèse, complémentaire et non exclusive, est cependant également envisageable, et a été d’ailleurs adoptée, semble-t-il, par Hitchner. Elle inverse les données du problème que nous tentons d’élucider : la cause de la crise en Byzacène serait la révolte maure, attestée par la Vita Fulgentii puis par Procope et Corippe. La multiplication des raids de pillage de tribus montagnardes aurait porté un premier coup au système agraire en place, ruinant les tenanciers les plus pauvres. Nous ne pouvons la rejeter catégoriquement puisque le paragraphe précédent a montré une progression effective des troubles depuis l’Aurès en 484 jusqu’à la région de Thélepte en 497. Mais nous proposons de l’associer à l’explication précédente : alors que Hitchner reste attaché au modèle d’une dichotomie nette paysans romanisés/Maures des montagnes, nos recherches sur les Frexes amènent à avancer une union des uns et des autres. Corippe décrit en effet à l’origine des révoltes maures de Byzacène une humilis gens, une petite communauté tribale établie dans les montagnes sur les frontières de la province, marginale par ses activités économiques. Probablement touchée dans celles-ci par une aggravation des conditions naturelles, et affectée dans ses relations d’échanges avec les paysans du plat pays eux-mêmes en difficulté, elle entra en dissidence vers 516. Mais ses succès, ajoute le poète, lui valurent alors de multiples ralliements, de gens venus de tous lieux79. Qui pouvaient être ces gens qui rendirent la tribu si nombreuse sinon les petits paysans des environs ? Déjà appauvris, soumis désormais à la pression des pillards, ils délaissèrent leurs terres et rejoignirent la tribu, à laquelle ils s’intégrèrent d’autant plus facilement qu’ils en connaissaient le mode d’organisation. Ainsi s’expliquerait l’énigme première, celle par laquelle nous commencions ce livre : si en Numidie et en Byzacène les Maures formaient une masse si nombreuse et si hétérogène en 533, c’était avant tout à cause de la diversité de leurs origines, loin d’être exclusivement « maures »...

34Dans tous les cas, en effet, toutes les analyses présentées précédemment nous conduisent à un même schéma d’explication de la révolte maure à la fin de l’époque vandale : elle commença dans quelques tribus montagnardes (Aurès et peut-être bordure méridionale des Nemencha) et des marges de la Byzacène, jusque-là dociles mais à forte originalité culturelle. Ce soulèvement, manifeste en 484, se déclencha pour des raisons économiques et peut-être religieuses, en tout cas vraisemblablement à la faveur des perturbations de tous ordres introduites dans le royaume vandale par la persécution d’Hunéric. Victorieux, il entraîna ensuite derrière lui des masses paysannes hétérogènes, inégalement romanisées et christianisées : certaines étaient « détribalisées », d’autres avaient pu conserver une structure tribale tout en étant sédentarisées et en travaillant pour l’empereur (puis les rois vandales) ou de grands propriétaires. Ce ralliement put parfois être spontané, pour des tenanciers ruinés, parfois provoqué, pour ceux dont la ruine résulta de l’insécurité créée par la révolte. Son originalité principale fut surtout de donner à ce qui n’aurait pu être qu’une jacquerie informe ou un phénomène d’errance de déracinés une forme organisée, bien notée par les témoins des années 530. Par la souplesse de leur mode de fonctionnement et la solidité de leurs traditions culturelles, les gentes servirent de cellules d’accueil à ce prolétariat agricole jusque-là intégré au monde « romain » et désormais livré à lui-même. Elles lui permirent en quelque sorte de se restructurer, dans un système tribal dont il n’avait probablement jamais complètement perdu le souvenir. Ainsi put-on voir les tribus de l’Aurès et du sud-ouest de la Byzacène, modestes collectivités humaines au départ, devenir ces grands peuples maures à la fois si nombreux et si singuliers dans leur comportement.

35Ce schéma reste évidemment en grande partie hypothétique. Il ne peut, d’autre part, s’appliquer à toutes les populations rurales d’Afrique. Malgré les superlatifs de Corippe, les Maures de l’intérieur n’étaient pas « innombrables ». Rien n’autorise à dire que tous les paysans de Numidie méridionale en 533 étaient intégrés à des tribus et se reconnaissaient sous le nom de Maures. Procope le suggère implicitement, mais nous avons vu que son jugement est fondé avant tout sur l’extension géographique de l’autorité des chefs rebelles : il considère ainsi comme Maures tous les habitants de l’Aurès parce qu’ils obéissent à Iaudas, sans tenir compte de leur diversité. La passivité des tribus du nord de la Numidie ou même de la Proconsulaire (Khroumirie ?) oblige également à relativiser la portée de la « crise » de la fin du ve siècle : dans ces régions, d’évidence peu concernées par d’éventuelles difficultés climatiques, aucune donnée archéologique ou textuelle ne permet jusqu’à présent de supposer des situations analogues à celles du sud. Nous devinons par le récit de Procope sur le Mont Pappua, ultime refuge de Gélimer, ou par l’inscription du roi des Ucutamani au col de F’doulès, que des groupements berbères existaient dans ces terres au temps de la reconquête byzantine, mais ils semblent très anciens et traditionnels : rien ne révèle chez eux un brusque développement et des revendications aussi importantes. Comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent, il y a toujours eu des Maures de l’intérieur en Afrique romaine, mais la naissance à la fin du ve siècle d’un grand problème politique représenté par ces Maures est un phénomène propre aux régions méridionales de Numidie et de Byzacène.

36En dernière analyse, cet essai d’explication, si imparfait et hypothétique soit-il, s’accorde au moins avec l’image particulière que nous ont laissée Procope et Corippe des Maures de l’intérieur. Il permet de mieux comprendre la distinction essentielle qu’ils établissent entre ces gens et les tribus « syrtiques », qui n’habitaient pas un pays aussi chargé de romanité et aussi christianisé, et dont l’identité culturelle était bien moins complexe et moins ambiguë.

37En 533, les différences entre les uns et les autres devaient certainement sembler évidentes aux Africains, qui côtoyaient les Maures de l’intérieur, les connaissaient, et n’avaient au contraire des tribus de Tripolitaine qu’une image lointaine et probablement peu flatteuse. Mais les Byzantins qui allaient débarquer connaissaient-ils ces différences et en mesuraient-ils la portée ? L’histoire tumultueuse de leurs relations avec les Maures, à laquelle nous pouvons enfin revenir désormais, montre qu’il leur fallut beaucoup de temps pour les comprendre et en dégager une véritable politique indigène en Afrique.

Notes

1 La dernière étude détaillée du problème reste en fait la dernière partie de la thèse de C. Courtois (Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955, iiie partie chapitre 2 : « L’Afrique oubliée », p. 325-352).

2 Procope, Guerre vandale, I, 5, 22.

3 Ed. Mommsen, dans Chronica minora, MGH, a.a., t. IX, p. 304.

4 Paul Diacre, Historia Romana, XIV, 16 (éd. Droysen, MGH, a.a., t. 2, p. 206).

5 Victor de Vita, I, 25 : Quae dum multitudo captivitatis Africanum attingeret litus, dividentes Wandali et Mauri ingentem populi quantitatem, ut moris est barbaris, mariti ab uxoribus, liberi a parentibus separabantur.

6 Procope, Guerre vandale, I, 5, 22 : A cette époque-là, Genséric, qui après la mort de Valentinien s’était adjoint le concours des Maures, envahit chaque année, au début du printemps, la Sicile et l’Italie, où il réduisit en esclavage la population de certaines cités, rasa les murailles des autres, et pilla tout.

7 Paul Diacre, Historia Romana, XIV, 17-18 (MGH, a.a., t. 2, p. 206-207).

8 Priscos, fragment 38, éd. R. C. Blockley, The fragmentary classicising Historians of the Later Roman Empire, t. 2, p. 341.

9 Sidoine Apollinaire, Carmen V (Panégyrique de Majorien), vers 332-338 (éd./Trad. A. Loyen, t. 1, Paris, 1960) :
(...) Mea viscera pro se
in me nunc armat ; laceror tot capta per annos
jure suo, virtute mea, fecundaque poenis
quos patiar pario. Propriis nil conficit armis :
Gaetulis, Nomadis, Garamantibus Autololisque
Arzuge, Marmarida, Psyllo, Nasamone timetur
segnis, et ingenti ferrum jam nescit ab auro
.

10 Cf. supra p. 226.

11 Supra note 6.

12 Procope, Guerre vandale, I, 25, 6. Cf. supra p. 487-488.

13 Cf. Y. Modéran, « Gildon, les Maures et l’Afrique », MEFRA, t. 101, 1989, 2, p. 842 et p. 857-859.

14 Victor de Vita, Historia persecutionis africanae provinciae, I, 13 : Post [Valentiniani] mortem, totius Africae ambitum obtinuit...

15 Y. Modéran, « Les frontières mouvantes du royaume vandale », dans X. Dupuis et Cl. Lepelley (éd.), Frontières et limites géographiques de l’Afrique du Nord antique, Paris, 1999, p. 241-263.

16 Cf. G. Camps, « Rex gentium Maurorum et Romanorum », AA, t. 20, 1984, p. 183-218.

17 Sidoine Apollinaire, Carmen V, vers 389-393 :
Campanam flantibus Austris
ingrediens terram securum milite Mauro
agricolam aggreditur ; pinguis per transtra sedebat
Vandalus opperiens praedam, quam jusserat illuc
captivo capiente trahi.

18 Victor de Vita, Historia persecutionis..., I, 30-38.

19 Victor de Vita, ibid., I, 35 : Decernit statim rex [Geisericus] cuidam gentili regi Maurorum, cui nomen inerat Capsur, relegandos debere transmitti... Pervenientes autem traduntur memorato regi Maurorum, commanenti in parte heremi, quae dicitur Caprapicti.

20 Victor de Vita, ibid., I, 36 : Videntes igitur Christi discipuli multa apud gentiles et inlicita sacrificiorum sacrilegia, coeperunt praedicatione et conversatione sua ad cognitonem domini dei nostri barbaros invitare...

21 Victor de Vita, ibid., I, 37 : Hoc Geiserico relatione sua nuntiat Capsur. De qua re surgens invidia iubet famulos dei ligatis pedibus post terga currentium quadrigarum inter spinosa loca silvarum pariter interire...

22 Victor de Vita, ibid., I, 37 : [Les exilés, devant le succès de leur mission] mittunt legatos per itinera distenta deserti : pervenitur tandem ad civitatem Romanam : rogatur episcopus, ut presbyterum et ministros credenti populo destinaret.

23 C. Courtois, Victor de Vita et son œuvre, Alger, 1954, p. 37-38. Le rapprochement suggéré par Courtois entre le nom du roi, Capsur (ou Capsus), et la ville de Capsa nous paraît beaucoup moins probant.

24 Guerre vandale, I, 8, 2.

25 J. Mesnage, Le christianisme en Afrique. Déclin et extinction, Alger-Paris, 1915, p. 1-49 ; cf. par exemple p. 39 : « Ce sont donc les Zenata que nous voyons en 427, après avoir franchi victorieusement le couloir d’El Kantara, lutter contre Boniface dans les environs de Tobna...

26 Cf. G. Camps, « Rex gentium Maurorum et Romanorum », AA, t. 20, 1984, p. 198-218 surtout ; cf. aussi les références données supra chap. 8 note 304.

27 « L’Afrique et la persécution vandale », dans J.-M. Mayeur, Ch. et L. Piétri, A. Vauchez, M. Venard, Histoire du christianisme, tome III, Paris, 1998, p. 247-278.

28 F. M. Beltrán Torreira, « La iglesia norteafricana y el problema de la cristianización de los pueblos indigenas en la época vándala », dans L’Africa romana VII, Sassari, 1989, Sassari, 1990, p. 375-391.

29 Le seul cas attesté de mission arienne dans un pays « maure » est plus tardif et se situe vraisemblablement au Maroc : c’est l’aventure de l’évêque Wisigoth arien Sunna vers 590, rapporté dans la Vie des Pères d’Emerita, XVIII, 42, dans Acta Sanctorum, Nov., t. 1 (= tome 62), Paris, 1887, p. 336 : Tunc deinde navigans Mauritaniae regionis contigit litus atque in eadem provincia aliquandiu commea tus, multos perfidia impii dogmatis maculavit...

30 Cf. supra p. 545 et note 18 et suivantes.

31 Victor de Vita, I, 37 : Dei construitur ecclesia, baptizatur simul multitudo maxima barbarorum, et de lupis grex fecundus multiplicatur agnorum.

32 Victor de Vita, I, 38 : Ubi usque in hodiernum non desinit ingentia mirabilia Iesus Christus noster dominus operari. Nam nobis beatus quondam Faustus Buronitanus episcopus adtestatus est, caecam quandam muleriem inluminatam fuisse, ubi ipse aderat praesens.

En parlant de miracles notoires sur le lieu du martyre, Victor de Vita laisse entendre que ce lieu était bien connu, et avec une réputation qui devait provoquer les pélérinages. Si l’hypothèse est juste, il faut supposer que les successeurs de Capsur étaient moins intransigeants et moins dociles aux ordres vandales que celui-ci.

33 Cf. supra p. 520-521.

34 Victor de Vita, I, 37 ; cf. saint Paulin de Nole, Carmen, XVII, vers 252-259 (éd. Hartel, CSEL, t. 29, Vienne, 1894) : [à propos de l’action évangélisatrice de Niceta, évêque de Remesiana en Dacie, auprès des Goths :
Namque mansueto pecori coire
bestias pulsa feritate suades,
qui feras mentes hominum polito
imbuis ore.
Orbis in muta regione per te
Barbari discunt resonare Christum
corde Romano, placidamque casti
vivere pacem
.

35 Cf. supra chap. 8 notes 338 et 339.

36 La déportation d’Eugène à Telmine est seulement attestée par la Notitia de 484 qui joint à son nom, sur le modèle des mentions d’exil Corsica ou Hic (in Africa), la mention Tamalleni. Cette indication confirme les informations données par Victor de Vita (III, 42) sur ce lieu de rélégation : in quadam civitate proxima heremo, quae Tripolitanae provinciae vicinatur...

37 F. M. Belrán Torreira, op. cit., p. 389-390. Cf. S. Lancel, Actes de la conférence de Carthage en 411, t. 1, p. 146-154.

38 Les exils prononcés en Byzacène sous Genséric ne frappèrent, semble-t-il, que des évêques manifestant trop bruyamment leur opposition aux Vandales. Cf. l’étude citée supra note 27.

39 Cf. notre article « La chronologie de la vie de saint Fulgence de Ruspe et ses incidences sur l’histoire de l’Afrique vandale », dans MEFRA, t. 105, 1993, 1, p. 166-167.

40 Vita Fulgentii, III (éd. Lapeyre, Vie de saint Fulgence de Ruspe, Paris, 1929, p. 21). Cf. l’étude citée note précédente, p. 183.

41 Cf. même étude, p. 182-185.

42 Vita Fulgentii, III (éd. Lapeyre p. 21) : (Faustus] in eodem proinde loco, ubi relegatus tenebatur, monasterium sibi construxerat, in quo spirilitater vivens, apud omnes christianos honorabilis habebatur.

43 Procope, guerre vandale, I, 8, 5. Cf. supra p. 405.

44 Procope, ibid., I, 8, 7.

45 Procope, ibid., I, 8, 14-29. Cf. sur cet épisode Y. Modéran, « Les premiers raids des tribus sahariennes en Afrique et la Johannide de Corippus », dans Cl. Lepelley (éd.), L’armée et les affaires militaires. Actes du IVe colloque international d’histoire et d’archéologie de l’Afrique du Nord. Strasbourg, 1988, tome 2, Paris, 1991, p. 479-490 ; et id., « Cabaon », dans EB, t. 11, Aix, 1992, p. 1686-1687.

46 Sur ces révoltes de la fin de l’époque vandale, cf. notre article « La découverte des Maures », dans Cahiers de Tunisie, t. XXXXIII, 1991, p. 211-238 ; et cf. infra le premier chapitre de la 4e partie.

47 Sur cet auteur encore mystérieux, cf. P. Langlois, « Les œuvres de Fulgence le Mythographe et le problème des deux Fulgence », dans Jahrbuch für Antike und Christentum, 7, 1964, p. 94-105. Le texte que nous citons a été souvent analysé par les historiens de la littérature, car c’est un des seuls passages qui offre des informations sur l’auteur : cf. par exemple R. Helm, « Der Bischof Fulgentius und den Mythograf », dans Rheinische Museum für Klassischen Philologie, 1899, t. 54, p. 111-134.

48 Fabius Plancides Fulgentius, Mitologiae libri tres, éd. P. Helm, Leipzig, 1898, p. 5.

49 J.-P. Bonnal et P.-A. Février, « Les ostraka de Bir Trouch », dans Bulletin d’Archéologie Algérienne, II, 1966-67, p. 239-249. Sur la titulature des rois vandales, cf. F. Clover, « The symbiosis of Romans and Vandals in Africa », dans E. Chrysos et A. Schwarcz (éd.), Das Reich und die Barbaren, Vienne, 1989, p. 5773, surtout p. 62-66.

50 Dracontius, Satisfactio, vers 214 (éd. C. Moussy, Oeuvres de Dracontius, tome 2, Paris, 1988).

51 Cf. C. Moussy, op. cit., note p. 214-215

52 Cf. Johannide, III, 311 : Membressa...vidit... ; III, 318 : te Cellas Vatari... spectabat ; III, 319 : te Autenti... viderat ; et probablement III, 294 : Spectavit Leucada pugnas...

53 Vita Fulgentii, V (éd. Lapeyre p. 33) : cum subito barbaricae multitudinis provincia turberetur incursu... ; cf. VII (p. 45), Fulgence et son ami reviennent finalement dans leur pays, magis eligentes Mauros habere vicinos quam pati molestissimos ariano.

54 Cf. article cité supra note 39, p. 149.

55 C. Courtois et alii, Tablettes Albertini, Paris, 1952, p. 26 et p. 283.

56 Cf. E. Albertini, dans Journal des Savants, 1930, p. 24.

57 Cf. supra p. 326.

58 C’est la guerre de Cabaon : cf. supra note 45.

59 Deux documents montrent que le pouvoir vandale contrôlait encore au temps de Thrasamund la région située entre Théveste et Thélepte, au nord du territoire des Frexes : une inscription témoignant de travaux dans l’église rurale d’Henchir el Gousset la vingt-sixième année du seigneur roi Thrasamund, soit l’an 521 (publiée par F. Bejaoui, dans Bulletin de l’INAA, avril-juin 1988, p. 18), et un ostrakon portant apparemment un reçu de livraison d’huile avec mention du rex Thrasamundus, trouvé à Henchir el Maïz, sur la route Théveste-Thélepte, à une vingtaine de kilomètres à l’ouest d’El Gousset (Gsell, ILAlg I, 3179). Cet ostrakon faisait partie d’un ensemble de onze documents du même type, qui n’ont jamais été déchiffrés. Il en va de même des trois ostraka du Djebel Onk signalés par P.-A. Février (Bulletin d’Archéologie Algérienne, 2, 1966-67, p. 246 note 1).

60 Cf. supra p. 410-412.

61 Cf. par exemple E.-F. Gautier, Genséric roi des Vandales, Paris, 1935, p. 278-288 (paragraphe intitulé : « Effondrement de la colonisation latine dans l’Afrique intérieure »...).

62 Cf. les différentes contributions sur ce sujet publiées dans Opus, 1983, p. 53-80.

63 C. Panella, « Gli scambi nel Mediterraneo occidentale dal iv al vii secolo », dans Hommes et richesses dans l’empire byzantin, 1, ive-viie siècle, Paris, 1989, p. 129-141. Citation : p. 134.

64 C. Panella, ibid., p. 136-138. Cf. aussi de la même archéologue, « Le anfore tardoantiche : centri di produzione e mercati preferenziali » et « Le merci, produzioni, itinerari e destini », dans A. Giardina (éd.), Società romana e impero tardoantico, t. III, Rome, 1986, p. 263 et p. 451-453 ; et F. Villedieu, « Turris Lisibonis-Porto Torres (Sardegna) : il contesto delle mura », ibid., p. 160, qui constate une véritable régression des exportations africaines à partir de la deuxième moitié du ve siècle.

65 P. Morizot, « L’Aurès et l’olivier », AA, t. 29, 1993, p. 177-240.

66 Cdt Guénin, « Inventaire archéologique du cercle de Tébessa », dans Nouvelles Archives des Missions, 17, 1909, p. 75-234.

67 Cf. D. J. Mattingly, « Olive cultivation and the Albertini Tablets », dans L’Africa romana VI. Atti del VI convegno di studio, Sassari, 1988, Sassari, 1989, p. 403-415.

68 H. Camps-Fabrer, L’olivier et l’huile dans l’Afrique romaine, Alger, 1953, p. 26-29 (cartes in fine), et « Huile », dans EB, t. XXIII, Aix, 2000, carte p. 3523 ; D. J. Mattingly, « Oil for export ? A comparison of Libyan, Spanish, and Tunisian olive oil production in the Roman Empire », dans Journal of Roman Archeology, t. 1, 1988, p. 33-56.

69 B. Hitchner, « The Kasserine Archaeological Survey, 1987 », dans AA, t. 26, 1990, p. 231-247.

70 B. Hitchner, ibid., p. 247.

71 C. Courtois, L. Leschi, C. Perrat, Ch. Saumagne, Tablettes Albertini. Actes privés de l’époque vandale (fin du Ve siècle), Paris, 1952, p. 210.

72 P. Salama, « Economie monétaire de l’Afrique du Nord dans l’antiquité tardive », BAC, ns, 19 B, 1985, p. 197-198.

73 D. J. Mattingly, op. cit. supra note 67, p. 412-415 surtout.

74 Corpus Juris Civilis, t. III, Novellae, éd. Schoell et Kroll, Berlin, 1895, ap. VI et app. IX. La citation vient du premier de ces deux textes. Cf. sur ceux-ci Ch. Saumagne, « Observations sur deux lois byzantines relatives au colonat dans l’Afrique du Nord », dans Actes du IIe congrès des sociétés savantes de l’Afrique du Nord, Tlemcen, 1936, Alger, 1936, t. 2, p. 485-490.

75 M. Rouvillois-Brigol, « Quelques remarques sur les variations de l’occupation du sol dans le sud-est algérien », dans Actes du IIIe Colloque international d’Histoire et d’Archéologie de l’Afrique du Nord, Montpellier, 1985, Paris, 1986, p. 35-52.

76 J.-L. Ballais et M. T. Benazzouz, « Données nouvelles sur la morphogénèse et les paléo environnements tardiglaciaires et holocènes dans la vallée de l’oued Cheria-Mezeraa (Nemencha, Algérie orientale) », dans Méditerranée n° 3-4, 1994, p. 59-71 (ici p. 69). Cf. également J.-L. Ballais, « Le climat au Maghreb oriental : apports de la géomorphologie et de la géochimie », dans Les Nouvelles de l’archéologie, 50, 1992, p. 27-31.

77 Cf. supra p. 501-510.

78 B. Hitchner, op. cit. supra note 69, p. 246.

79 Cf. supra p. 326-327.

Table des illustrations

Légende Carte 18 – Les débuts de l’insurrection maure (484-529) 1 : soulèvement de l’Aurès (vers 484 selon Procope) ; 2 : enfouissement desostraka de Bir Trouch (dernier document : 493) ; 3 : cachette des Tablettes Albertini (dernier document : 496) ; 4 : fuite des moines dumonastère de Praesidium Diolele (vers 497) ; 5 : fuite d’Amalafride « chez les Maures » (523) ; 6 : début du soulèvement armé d’Antalas(529).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1424/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1018k

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540