Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle)

 | 
Yves Modéran

Troisième partie. Les Maures de l’intérieur

Chapitre 8. Les Maures de l’intérieur au temps de la reconquête byzantine

Texte intégral

A – ANTALAS

1Le catalogue du chant II de la Johannide définit Antalas comme le chef des Frexes. Son père s’appelait Guenfan et exerçait cette fonction avant lui. Grâce à deux indications fournies par Corippe, il est possible de préciser la chronologie de ces deux personnages. Antalas a commencé à incendier les villes et courir les plaines après cent ans de domination vandale :

  • 1 Johannide, III, 184-188 : « déjà le temps accablait les malheureux [Vandales], soumis à l’âpreté de (...)

Jam tempus miseros fatis urgebat acerbis
regnaque centeno properans jam fregerat anno.
Tunc primum in nostris urbes succendere terris
et populare casas et campis currere Frexes
coeperat1...

  • 2 L’invasion vandale se produisit en effet en mai 429 (cf. C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. (...)
  • 3 Procope, Guerre vandale, I, 9, 3 : Durant le règne d’Hildéric, les Vandales furent vaincus en Byzac (...)
  • 4 Johannide, III, 73-74.

2Ce renseignement situe donc les événements vers 5292. Procope confirme la date, en indiquant plus approximativement qu’Antalas se révolta sous le règne du roi vandale Hildéric (523-530)3. Or, en un autre passage, Corippe affirme que l’Afrique fut florissante jusqu’à la trentième année d’Antalas4 :

usque ad ter denos Antalae floruit annos
nascentis...

  • 5 Ch. Tissot (Géographie comparée de la province romaine d’Afrique, tome 1, p. 470) avait proposer de (...)

3Les mêmes événements servant visiblement de référence, il est possible d’en déduire qu’Antalas naquit vers 499, ce qui permet par la même occasion de dater l’apparition des Frexes dans nos sources, puisque cette tribu n’est pas attestée auparavant5.

1) Localisation des Frexes

  • 6 J. Partsch, proemium de l’édition MGH de la Johannide, p. ix ; Ch. Diehl, L’Afrique byzantine, p. 3 (...)
  • 7 Sur les Frechich, cf. la synthèse récente de G. Camps et A. Martel, « Fraichich », dans EB, t. XIX, (...)
  • 8 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 345-346.

4A la suite de Partsch, Diehl et Courtois6ont estimé que les Frexes étaient probablement les ancêtres de la tribu moderne des Frechich, localisée traditionnellement entre Thala et Thélepte7. Partsch et Diehl notaient que cette localisation correspondait bien à une partie de la Byzacène antique, et aussi à un paysage de moyenne montagne compatible avec les premiers exploits d’Antalas. C. Courtois, en retenant cette interprétation, l’a précisée encore, en proposant de faire de la région de Thala le foyer central de la tribu. Il eut recours pour cela à deux arguments nouveaux. Le premier est l’impressionnante concentration de forteresses byzantines autour de cette région, en particulier à Théveste, Ammaedara, Thélepte et Laribus. Le second se fondait sur un passage de la Vie de saint Fulgence de Ruspe. Selon son biographe, lorsque Fulgence, à l’extrême fin du ve siècle, dut quitter son monastère au sud de Thélepte à cause d’une « incursion de barbares », il gagna des ignotae regiones, pour s’arrêter finalement à Sicca Veneria. Interprétant l’expression ignotae regiones comme une allusion à un pays passé sous contrôle maure, et considérant la direction des routes entre Thélepte et Sicca, Courtois concluait logiquement à une présence berbère autour de Thala, et, en raison de la coïncidence chronologique, il identifiait celle-ci au royaume de Guenfan. Il proposa donc de faire de ce chef, puis de son fils Antalas, les maîtres d’un « royaume de la Dorsale »8.

  • 9 Vita Fulgentii, V, 13 (éd./trad. G. Lapeyre, Paris, 1929, p. 32-33) : (...) lima-toque consilio pro (...)
  • 10 F. Chatillon, « L’Afrique oubliée de C. Courtois et les « ignotae regiones » de la Vita Fulgentii » (...)
  • 11 Cf, en attendant une étude plus complète à paraître, « L’Afrique et la persécution vandale », dans (...)

5Sa démonstration fut, cependant, rapidement contestée par F. Chatillon : le savant médiéviste, reprenant le texte de la Vita Fulgentii, montra que Fulgence, alors simple moine, fuyait avec ses amis vers le nord pour atteindre des régions où toute possibilité de guerre leur paraissait écartée9. Dans ces conditions, concluait-il, considérer les ignotae regiones comme un territoire de Maures hostiles serait un contresens. Il fallait comprendre simplement qu’il s’agissait de régions que Fulgence, à titre personnel, ne connaissait pas10. En fait, comme nous le montrons ailleurs, l’expression renvoie aussi à la nouvelle géographie politique et religieuse introduite en Afrique par les Vandales : les ignotae regiones sont les régions loties aux guerriers vandales et comme telles soumises aux formes les plus rudes de la persécution, c’est-à-dire les terres de Proconsulaire interdites aux catholiques, alors que la Byzacène, où résidait Fulgence jusque là, bénéficiait d’un régime plus souple11. La conclusion de F. Chatillon n’en reste pas moins valable : rien n’autorise à situer les Frexes autour de Thala.

  • 12 D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa, t.1, p.15, et t.2 p.347 note 81 : « A Moorish chiefdom (...)
  • 13 G. Camps, « Antalas », dans EB, t. 5, Aix, 1988, p. 706-708.

6Depuis cet article, les historiens sont demeurés dans l’expectative. D. Pringle fait ainsi état dans sa thèse des deux interprétations de Courtois et de Chatillon, sans prendre clairement position12. Seul G. Camps, dans un bref article de l’Encyclopédie berbère, a exprimé sa préférence pour une localisation plus méridionale, dans le sud-ouest de la Byzacène13. Or, c’est effectivement vers cette région que nous conduit l’analyse d’un dossier pour une fois exceptionnellement riche.

  • 14 Références : 1 : Théveste (544) = Procope, Guerre vandale, II, 21, 18-19 ; 2 : Cillium (544) = Vict (...)
  • 15 Procope, Guerre vandale, II, 12, 30 et II, 21, 17-18 cf. supra n. 3 et chap. 3, n. 10.
  • 16 Johannide, II, 34-35 : Finibus in Libycis suscepto pace fidelis ille fuit plenosque decem perfecera (...)
  • 17 Johannide, III, 383 : Erigit a nostris nascentem finibus hostem...

7La carte 12 réunit tous les lieux où Antalas est précisément cité au cours de sa carrière14. Elle dessine un triangle grossier couvrant la Proconsulaire et surtout la Byzacène, terrain privilégié des exploits de ce personnage. Cette région était en effet sa patrie : nous avons vu que Procope l’affirme formellement par deux fois15. Corippe, au début du catalogue des tribus du chant II de la Johannide, indique de son côté qu’Antalas était resté dix ans en paix, entre 534 et 544, in finibus Libycis16 ; et le poète précise que le Frexes se souleva en 544 a nostris finibus17. Ailleurs, il déclare qu’à cause de Guenfan,

  • 18 Johannide, III, 65-66.

finibus in nostris orta est, quae crevit in orbe, impietas18.

8Comme cette expression se rapporte habituellement chez lui à une conception restreinte de l’Afrique, incluant la Byzacène, elle confirme donc le témoignage de Procope : les Frexes habitaient le territoire de cette province.

Carte 12 – L’Afrique d’Antalas.

  • 19 Johannide, III, 176-178 :
    (...) Celsisque abscondere praedam
    montibus abstrusisque latebras quaerere
    (...)
  • 20 Johannide, III, 178-181 :
    (...) Capta subsidere valle
    Vandalicasque latens audet temptare phalangas.
    Q
    (...)
  • 21 Johannide, III, 201-202

9Le poète insiste fortement, dans le récit de la jeunesse d’Antalas, sur les paysages montagneux qui l’environnaient. Le chef maure vole des troupeaux de moutons et les dissimule dans des « montagnes élevées » (celsis montibus19). Il tend des embuscades dans de sombres vallées et au milieu des gorges (in mediis faucibus20). En 529, il commence à parcourir les plaines, mais défait le général vandale Hildimer au milieu des monts (in mediis montibus21). La logique nous conduit donc à rechercher une région montagneuse de Byzacène, probablement sur les marges de la province puisque le poète semble jouer sur les sens du mot fines.

10Pour découvrir cette région, les événements de 544 fournissent un renseignement décisif. Selon Procope, la grande insurrection maure de cette année commença en Tripolitaine. Après le massacre de leurs délégués à Lepcis, les Laguatan prirent les armes :

  • 22 Procope, Guerre vandale, II, 21, 17-19. Texte déjà cité supra chap. 3 note 10.

Ces barbares, entrant ensuite en Byzacène, razzièrent et pillèrent une grande partie de ce pays ; Antalas... fut heureux de voir ces barbares et, s’alliant avec eux, il les conduisit contre Solomon et Carthage (...). Et Solomon, aussitôt qu’il apprit cela, mit toute son armée en marche, avança contre les Maures, et arrivant sur eux à Tebesta [Théveste]..., établit son camp22.

  • 23 Cf. supra p. 302 note 182.
  • 24 Cf. sur le problème des Chotts, P. Trousset, « Le franchissement des Chotts dans le sud tunisien da (...)
  • 25 Sur cet épisode, cf. infra p. 631.
  • 26 Sur cette date, cf. infra 4e partie p. 620.
  • 27 Une carte des voies de transhumance et de nomadisme dans l’Antiquité, donnée naguère par E. Demouge (...)
  • 28 Nous revenons sur les fortifications byzantines infra p. 601. Cette liste, limitée au seul secteur (...)
  • 29 Loi du 13 avril 534 (cf. sur cette date S. Puliatti, Ricerche sulla legislazione regionale di Giust (...)
  • 30 Code Justinien I, 27, 2, 1 (éd. Krueger, Berlin, 1895, p. 79) : Sancimus itaque, ut dux militum Tri (...)
  • 31 Cf. infra p. 468-469.

11En intervenant rapidement, selon ce récit, Solomon voulait empêcher les Maures de pénétrer en Proconsulaire et d’approcher Carthage. Il cherchait à devancer ses ennemis, et ne s’est donc porté sur Théveste que parce que ceux-ci s’en trouvaient à proximité, et de là pouvaient ensuite remonter aisément jusqu’à la capitale par la grande route Théveste-Carthage. Or, les Laguatan venaient de Tripolitaine. Ils étaient nombreux et se déplaçaient habituellement avec familles et troupeaux23 : leur entrée en Byzacène, pour ces raisons, avait dû se faire par l’isthme de Gabès, et non par les pistes traversant les Chotts, trop dangereuses pour une telle multitude24. La tentative d’invasion de Carcasan en 547, mieux documentée, prouve de fait que seule cette route côtière était suivie par les tribus libyennes : Jean Troglita se heurta à eux près de Mareth25. Or, la première pénétration des Laguatan en 544, celle qui ici nous intéresse, eut lieu au printemps26. A ce moment, une fois l’isthme de Gabès passé, on pouvait penser que la route logique, pour ces gens avides de vengeance et de pillage et qui se donnaient Carthage comme objectif, était encore celle de la côte : là se trouvaient les grandes et riches villes romaines (Junci, Hadrumète), là aussi poussait l’herbe nécessaire à leurs troupeaux. Or, au lieu de cela, ils obliquèrent d’emblée vers l’ouest, puisque Solomon, qui ne voulait pas perdre de temps, les intercepta du côté de Théveste. Certes, il ne fait pas de doute qu’ensuite, ils comptaient, depuis cette ville, suivre la grande route qui conduisait à Carthage. On admettra également que les montagnes du Sud-Est algérien offraient au printemps de belles perspectives de pâturages. Mais en tournant vers l’ouest après Gabès, les Laguatan s’engageaient aussi pendant près de 200 km dans des régions très sèches où, avant Capsa et Thélepte, il n’y avait aucune ville importante. Un tel choix, pour des tribus jusque là très éloignées de ces régions et les connaissant probablement assez peu27, pourrait se comprendre ici par l’influence d’Antalas, et surtout par la localisation propre de ce chef. L’explication la plus satisfaisante de la route suivie par les insurgés libyens ne nous paraît pouvoir être autre : ils se dirigèrent vers Théveste avant tout pour rejoindre leur allié, qui devait les mener à Carthage. Le territoire des Frexes peut même, dans cette logique, être encore précisé : il devait se situer entre Capsa et Théveste. Si Antalas s’était trouvé simplement au nord des Chotts, entre Capsa et Tacape, la coalition aurait en effet remonté probablement plus vite vers le nord-est. En revanche, s’il occupait un secteur entre Capsa et Théveste, il devenait plus logique de gagner Théveste et de là de suivre l’axe majeur de la romanité africaine qu’était la route Théveste-Carthage. En combinant ces déductions et les textes situant clairement les Frexes en Byzacène, on constate qu’une seule région s’impose alors : le pays situé à l’ouest de la route Capsa-Thélepte, qui seul s’accorde aussi avec tous les autres détails fournis par les sources. Nous sommes bien ici, en effet, sur les marges de la Byzacène (fines Byzacii), sur une des pointes du triangle dessiné par la carte des mentions d’Antalas, et dans une région de montagnes, marquée en particulier par le Djebel Sarraguia (1146 m), le Djebel Bottena (1202 m) et le Djebel Zrega (1153 m). Or, ce pays correspond aussi à un secteur militaire qui semble avoir toujours préoccupé les Byzantins. On y trouve, comme nous le verrons plus loin (cf. carte 17), des fortifications byzantines en assez grand nombre, certaines puissantes comme à Thélepte, d’autres modestes comme le fort d’Henchir Bou Dries, et des forts ou fortins non datés mais manifestement d’époque tardive, comme du nord-ouest au sud-ouest Henchir Tamesmida, Henchir el Ktib, Henchir Soltane, Henchir Bou Sboa, Ksar Sarraguia, récemment découvert par T. Ghalia, et Henchir Djenen Khrouf28. La région fut donc particulièrement surveillée ce qui, d’une manière ou d’une autre, témoigne d’une présence maure. Mais elle est surtout, et l’argument nous semble essentiel, celle qui, aussitôt après la défaite des Vandales, apparut aux Byzantins comme la plus susceptible d’apporter le danger dans leur nouvelle province. Comment comprendre autrement, en effet, l’ordre donné par Justinien, dans la loi fixant l’organisation militaire de l’Afrique au printemps 53429, d’établir le dux de Byzacène à titre provisoire alternativement à Capsa et Thélepte ? Dux vero Byzacenae provinciae et in Capsa et altera Thelepte civitatibus interim sedeat écrit l’empereur, qui néglige ainsi Hadrumète, capitale traditionnelle de la province30. Autant que Cusina, sur lequel nous allons revenir, et qui devait être tout proche31, l’ordre donné au dux visait certainement Antalas, premier pillard de la Byzacène entre 529 et 533, et sur la soumission récente duquel on ne pouvait que s’interroger. De toute évidence, les Frexes étaient donc établis à relative proximité de ces villes, vraisemblablement dans le secteur montagneux situé à l’ouest de la route qui les reliait.

  • 32 Cf. l’article de G. Camps et A. Martel cité supra note 7.
  • 33 On songe évidemment à l’exemple des Kutâma de Petite Kabylie, signalés vraisemblablement dès le IIe (...)
  • 34 Cf. la « Note sur les tribus de la Régence » d’un anonyme, parue dans RT, 1902, p. 189. Citant comm (...)

12Cela nous ramène curieusement au pays qu’occupaient à l’époque moderne les Frechich, dont le nom pourrait dès lors dériver effectivement de l’ethnonyme du peuple d’Antalas32. Certes, l’hypothèse d’une stabilité de douze ou treize siècles peut laisser sceptique, mais elle ne serait pas exceptionnelle33. Les sources intermédiaires manquent pour l’étayer, puisque les Frechich sont absents des nomenclatures, au demeurant nullement exhaustives, d’Al-Bakrî ou d’Ibn Khaldûn. On notera pourtant qu’une tradition orale recueillie au début de ce siècle prouve au moins que la tribu croyait avoir de tout temps occupé le pays entre Thala et Thélepte : les Frechich affirmaient en effet descendre d’un « Romain » nommé Chiche, établi à Thala et mort à Fériana34...

  • 35 J. Partsch, proemium de l’édition MGH de la Johannide, p. ix.

13Tout cela constitue, au total, un faisceau d’indices convergents qu’aucune autre solution ne peut réunir, et qui conduit, à peu près, à la localisation à laquelle était parvenue Partsch35et que Courtois avait abusivement décalée vers le nord.

2) Profil politique et culturel d’Antalas

  • 36 Cf. les rapports archéologiques cités supra note 28, ainsi que H. Camps-Fabrer, L’olivier et l’huil (...)
  • 37 Cf. infra p. 534-540 et carte 17.
  • 38 C. Courtois, L. Leschi, Ch. Perrat, Ch. Saumagne, Tablettes Albertini, Paris, 1952, p. 189-211. 22 (...)
  • 39 Sur ces hypothèses, cf. supra p. 316 note 5.

14Ainsi définie, la localisation des Maures commandés par Guenfan puis Antalas dans la première moitié du vie siècle s’avère immédiatement source de multiples interrogations. La région située à l’ouest de l’axe Capsa-Thélepte n’avait pas échappé, en effet, à la romanisation dans les siècles précédents. La culture des oliviers et la production d’huile y ont laissé des traces nombreuses36, tout comme la christianisation37. D’autre part, tout porte à croire que l’autorité des rois vandales s’y fit longtemps respecter, puisque certaines des Tablettes Albertini, découvertes au cœur de ce secteur, sont datées par le nom du roi Gunthamund (484-496)38. Comment expliquer dans ces conditions la présence des Frexes ? Pour nombre d’historiens, l’existence même de ce peuple est incompatible avec l’histoire du sud-ouest de la Byzacène avant le vie siècle. Il faudrait donc les assimiler à des envahisseurs récemment arrivés : soit, au mieux, d’anciens gentiles du limes méridional entrés dans la province à la faveur de l’affaiblissement vandale ; soit des Maures occidentaux, qui auraient émigré vers l’est. Et on a pu souligner, au profit de cette dernière hypothèse, une ressemblance entre le nom des Frexes et celui des Fraxinenses, célèbres dans les années 250-260 pour les troubles qu’ils causèrent en Maurétanie et en Numidie39.

15Cette interprétation s’avère en fait extrêmement fragile, à la fois parce qu’elle ne tient pas compte des traits originaux du passé et du comportement d’Antalas signalés par les sources, et aussi parce qu’elle se fonde sur une vision à nos yeux erronée des effets de la romanisation dans les parties méridionales de l’Afrique.

16Sur le premier point, Corippe livre à nouveau des informations méconnues, en particulier dans son récit de la jeunesse d’Antalas. Après avoir raconté la consultation, probablement imaginaire, de l’oracle d’Ammon par Guenfan, le poète fait d’abord une remarque essentielle, passée complètement inaperçue de Diehl et de Courtois :

  • 40 Johannide, III, 152-154 : Exaltée par cet oracle extraordinaire, elle se réjouit en silence : en ef (...)

Responsis sublata novis gaudetque siletque :
namque humilis gens illa fuit. Tamen omnis in illum
spesque metusque coit...40

17Antalas n’était à ce moment (vers 500) qu’une source d’espoir, et les Frexes se réjouissaient en silence de la prophétie d’Ammon : ces remarques constituent un aveu évident par Corippe du caractère alors paisible du groupe qu’il s’efforce trente ans après de présenter comme une force du mal. Sa notation centrale est surtout sans ambiguïté : humilis gens illa fuit, c’était une petite tribu, certainement pleinement soumise au pouvoir vandale, et parfaitement « intégrée » à la province. Un autre passage du même chant de la Johannide confirme cette soumission. En exposant longuement le contenu de la prophétie, Corippe résume à l’avance, en effet, presque tout le destin ultérieur d’Antalas. Or, il fait dire à la Pythie, à propos de l’époque de l’enfance du héros (vers 500-510) :

  • 41 Johannide, III, 197-199 : Ce sont les Vandales et la Libye à la fois, Guenfan, que les destins mène (...)

Vandalicas, Guenfan, pariter Libycasque ruinas
fata trahunt, Maurisque jugum frenosque resolvunt.
Antala crescente tuo...41

18Cette allusion au « joug » subi par les Maures qui se relâchera à la fin de l’époque vandale invite, en retour, à comprendre que la soumission à ces mêmes Vandales fut longtemps réelle et complète. Cette interprétation est encore vérifiée un peu avant dans le poème, lorsque le tribun Liberatus commence son récit des origines des malheurs de l’Afrique :

  • 42 Johannide, III, 65-67 : C’est sur notre territoire qu’a surgi l’impiété qui s’est étendue au monde (...)

In finibus nostris orta est, quae crevit in orbe,
impietas. Guenfan miseris est tristis origo
Antalas nascente fero42.

  • 43 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 343.

19Si en effet Guenfan n’est la cause de « l’impiété qui bouleversa le monde » que par la naissance d’Antalas, c’est que lui-même ne se faisait pas remarquer jusque-là par ses propres actions : il était par conséquent à la tête d’un groupe alors paisible. Rien ainsi, on le constate, n’autorise à faire de ce personnage un grand chef maure qui aurait, comme l’a écrit Courtois, « unifié les tribus qui à l’extrême fin du ve siècle jettent le trouble dans la steppe tunisienne »43.

20L’évocation des premiers exploits d’Antalas dans la suite du texte confirme cette interprétation. Le poète distingue ici cinq étapes dans la jeunesse de son héros :

    • 44 Johannide, III, 156-170.

    A dix-sept ans, soit vers 516, il commence ses méfaits par un exploit personnel : il dérobe de nuit un bélier, l’emporte sur son cou, l’étrangle dans une grotte et le dévore entièrement44.

  • Entouré de partisans (faventes), il multiplie ensuite les vols de ce type :

  • 45 Johannide, III, 171-172 : Dès ce temps là déjà, il commence à grandir dans ces cruels larcins et à (...)

tempore jam ex illo saevis adulescere furtis incipit obscurisque faventes pascere praedis45.

  • Il est rejoint alors par d’autres groupes, et se lance dans des pillages de plus grande ampleur :

  • 46 Johannide, III, 173-176 : Puis il rassemble des hommes ; ce misérable les exhorte à l’accompagner e (...)

Contrahit inde viros secumque ad furta nefandus
in mediis tacitos exhortans ire tenebris
arte docet, totumque trahit jam raptor ovile
jamque armenta boum46.

  • Il en vient dès lors à combattre les Vandales, en leur tendant des pièges dans les vallées et les montagnes, et il remporte des succès :

  • 47 Johannide, III, 178-181 : cf. traduction supra note 20. Nous avons suivi ici la leçon caeca, propos (...)

caeca subsidere valle
Vandalicas latens audet temptare phalangas
quantos ille duces, quantos truncaverat hostes
obsidione premens mediis in faucibus ense47 !

  • Enfin, après cent années de règne vandale, vers 529, il commence pour la première fois à incendier les villes et à piller les plaines, et il ose livrer des batailles ouvertes :

  • 48 Johannide, III, 186-188 : traduction supra note 1. La date est fixée au vers précédent :

Tunc primum in nostris urbes succendere terris
et populare casas et campis currere Frexes
coeperat, infensasque ausus committere pugnas48.

  • 49 G. Camps note justement que ces débuts de la carrière d’Antalas rappellent des traditions constatée (...)

21Certes, la construction de ce récit a avant tout pour but de donner d’Antalas l’image d’un ennemi absolu de l’Empire, prédisposé dès sa naissance à la rebellion, et accumulant des forfaits de plus en plus graves. Nous savons que c’est un des objectifs prioritaires de la Johannide. Mais, au-delà du portrait personnel d’Antalas, ce texte met aussi en valeur une dynamique de la révolte singulièrement réaliste. Le poète n’avait, en effet, aucune raison de ménager Guenfan, puisqu’il le présente comme la source de tous les maux de l’Afrique par la naissance de son fils. On peut donc admettre, comme il le suggère, que les Frexes étaient vers 500 paisibles et modestes. Or, pour un groupe de ce type, le passage à l’état de rebellion est difficilement envisageable par une rupture brutale avec les autorités vandales. En revanche, le processus décrit par Corippe est très vraisemblable : des coups de main fructueux d’individus isolés ou de toutes petites bandes sur des élevages du bas pays49 ; une audace croissante provoquant en retour des opérations de police lancées par les Vandales, qui sont brisées dans les montagnes ; un ralliement progressif, dès lors, d’individus et de groupes divers attirés par ces succès ; et finalement de véritables raids contre les villes, représentant une insurrection au sens propre.

  • 50 Cf. Procope, Guerre vandale, I, 9, 3 : l’historien grec livre un résumé très rapide de cette périod (...)

22Cette évolution expliquerait le silence de Procope sur la Byzacène avant le règne d’Hildéric : la situation n’a représenté un réel problème militaire qu’à partir du moment où Antalas s’est attaqué aux cités et a mené des expéditions prolongées dans les campagnes romaines. Auparavant, et pendant longtemps, il ne s’est agi que d’un « brigandage » à une échelle locale50. Ce schéma permet aussi de comprendre la différence sensible entre l’image des Frexes des années 500, et celle de 546. La tribu d’Antalas, par les initiatives qu’elle a prises et par ses succès progressifs, a attiré à elle nombre de groupes et d’individus voisins, et acquis ainsi une importance croissante. Mais son caractère paisible et soumis auparavant comme sa petite taille expliquent qu’elle pouvait être établie depuis longtemps dans une zone bien contrôlée par les Romains puis par les Vandales.

  • 51 Cf. supra 1ère partie, p. 66.
  • 52 Procope, Guerre vandale, I, 25, 2-3. Commentaire détaillé de ce texte infra p. 586-587.
  • 53 Procope, ibid., I, 25, 4-8. Commentaire infra p. 586-593.

23A ce titre, elle devait nécessairement bénéficier d’une certaine familiarité avec la romanité. Les sources du vie siècle nous disent, certes, assez peu de choses sur l’identité culturelle des Frexes ; mais plusieurs détails de la carrière d’Antalas sont quand même révélateurs. Ils montrent de sa part une absence d’hostilité foncière à l’Empire en tant que tel, et, pour évoquer un thème souvent cité, mettent en valeur un comportement qui ne peut s’interpréter par une forme anachronique de sentiment « national ». Nous avons déjà cité les deux passages de Procope affirmant qu’Antalas, lors des révoltes de Cusina et de Iaudas en 534-535, resta fidèle aux Romains et put ainsi demeurer en Byzacène51. De toute évidence, il devait faire partie de tous les chefs de Maurétanie, Numidie et Byzacène qui, à l’automne 533, se reconnurent les esclaves de l’empereur52. Très probablement, il devait même être du groupe de ceux qui reçurent de Bélisaire des insignes traditionnels de fonction53. Corippe, bien que fort critique envers le chef maure, reconnaît cependant ces faits au début du catalogue du chant II de la Johannide :

  • 54 Johannide, II, 34-35. Traduction supra p. 47.

Finibus in Libycis suscepta pace fidelis
ille fuit plenosque decem perfecerat annos54

Plus loin, il fait dire à Jean Troglita dans un message à Antalas en 546 :

  • 55 Johannide, II, 374-376 : Ne nous étais-tu pas toujours fidèle ? N’étais-tu pas habitué à te réjouir (...)

Nosterne fidelis
semper eras, nostris solitus gaudere triumphis,
tunc bene subiectus ?55

Ce que le chef maure confirme dans sa réponse, en déclarant :

  • 56 Johannide, IV, 362-364 : N’étais-je pas de votre côté ? N’ai-je pas souvent accouru ? N’ai-je pas s (...)

Non vester eram ? Non saepe cucurri ?
Non jussis merui ? Cautus non proelia gessi
pro ducibus, Romane, tuis ?56

  • 57 Procope, Guerre vandale, II, 22, 7. Commentaire détaillé de ce passage infra p. 614-615.

24Dans un texte qui s’acharne à montrer qu’il fut un ennemi enragé de Rome, cette fidélité hautement proclamée ne témoigne pas vraiment d’un nationalisme berbère exacerbé. La même remarque peut s’appliquer à la lettre qu’Antalas envoya à Justinien à la fin de 544, après la mort de Solomon. Le chef des Frexes y explique qu’il ne s’est révolté que parce qu’il a subi des injustices de la part du préfet et de sa famille, et il affirme : Que je sois un esclave de votre empire, je ne le nierai pas moi-même...57.

  • 58 Procope, Guerre vandale, II, 25, 10. Cf. infra p. 615.
  • 59 Procope, Guerre vandale, II, 23, 26. Un détail de la Johannide confirme la modération des Maures. L (...)
  • 60 Corippe (IV, 75-76) laisse entendre indirectement qu’Antalas et Stotzas eurent des partisans dans l (...)

25Un peu plus tard se produit le coup d’Etat de Guntarith, un officier byzantin. Antalas, contacté par ce dux félon, négocie avec lui un accord pour nous fort significatif : tandis que Guntarith deviendrait roi de la plus grande partie de l’Afrique romaine, Antalas obtiendrait la Byzacène et une garde de 1500 soldats romains58. Une telle revendication témoigne apparemment plus d’une volonté d’identification au pouvoir romain que d’un esprit d’hostilité irréductible. D’autres indices encore, dans le déroulement des guerres de 544-548, vont dans le même sens. Ainsi le comportement d’Antalas à Hadrumète en 545 : les Maures s’emparent de la ville, puis, pour continuer la guerre, y laissent seulement quelques hommes pour la garder. Ceux-ci sont bientôt chassés par un petit détachement byzantin, arrivé par mer. Alors, écrit Procope, Antalas et ses hommes, apprenant cette nouvelle, entrèrent dans une violente colère : ils considéraient en effet scandaleux qu’après avoir épargné tous les citoyens d’Hadrumète, ils aient supporté de telles choses de leur part59. Cette remarque, qui a jusqu’ici peu retenu l’attention, est pourtant fort évocatrice. Elle nuance d’abord certaines des affirmations de Corippe sur les destructions opérées par les Maures. Elle laisse supposer surtout qu’Antalas espérait le soutien de certains habitants d’Hadrumète60, puisque leur attitude le surprit. Il cherchait visiblement à ce moment un modus vivendi avec les habitants de cette région qu’il espérait faire passer sous son contrôle.

  • 61 Stotzas était un des gardes du corps de Martinus, l’un des chefs de foederati amenés de Constantino (...)
  • 62 Procope, Guerre vandale, II, 27, 4-6 : [Le rebelle Guntarith vient de faire exécuter Aréobindos, en (...)
  • 63 Johannide, VII, 481-483. L’épisode se situe lors de la retraite de la coalition dirigée par Antalas (...)
  • 64 Johannide, VII, 484-485 : le prêtre apaise (ici) les tribus par la vertu de sa parole. C’est ainsi (...)

26De manière générale, il semble constamment avoir voulu obtenir l’appui de certains éléments romains dans toutes ses initiatives. Au moment de l’affaire d’Hadrumète, il s’était ainsi associé à Stotzas, un ancien soldat byzantin mutiné quelques années avant61. Plus tard, ce seront les tractations avec Guntarith citées plus haut, puis un accord avec Markentios62, un des généraux grecs loyalistes, qu’Antalas mettra à l’abri en l’accueillant dans son propre camp ! La même stratégie explique aussi pourquoi, en 548, il n’y eut pas de destruction de la cité de Junci, pourtant encerclée et dépourvue de murailles63. Corippe attribue le fait à la piété de l’évêque local, probablement le célèbre Verecundus, dont les appels auraient été écoutés des Maures64 :

Mansuescit gentes verbi virtute sacerdos.
Sic parat indociles caelestis gratia mentes.

Vrai ou faux, l’épisode montre qu’un tel phénomène n’était pas une impossibilité aux yeux du poète, ce qui pour nous est déjà très significatif. Mais il amène surtout à s’interroger sur la religion d’Antalas.

27Ce problème est très obscur. Corippe, au début de la Johannide, lorsqu’il décrit l’Afrique à l’arrivée de Jean Troglita, signale que les Maures ne ménageaient alors même pas les prêtres :

  • 65 Johannide, I, 28 et 32-34 : Les armées barbares s’étaient enflammées d’une rage sauvage... On ne fa (...)

Nam fera barbaricis rabies exarserat armis...
Iam nullum discrimen erat : non vatibus ullus
parcere nec senibus potuit concedere fessis
quisquis honos busti65.

  • 66 Cf. supra p. 239-240.

L’indication est cependant précédée, on le voit, d’une nuance temporelle (iam) qui pourrait sous-entendre qu’avant l’aggravation de la situation militaire (provoquée par les invasions répétées des Laguatan), il n’en allait pas ainsi. Ailleurs, le poète semble aussi classer Antalas parmi les Maures païens, puisqu’il prête à son père Guenfan une consultation de l’oracle d’Ammon66. Cependant, celle-ci, nous l’avons vu, est probablement imaginaire et sert seulement à accentuer l’assimilation fictive d’Antalas aux Laguatan.

  • 67 Les seules références au paganisme pour ces groupes se trouvent en fait dans des passages très géné (...)
  • 68 De Aedificiis, VI, 2 à VI, 7 : sont successivement évoquées les conversions à Augila (VI, 2, 19), à (...)

28En fait, une lecture attentive de la Johannide montre que Corippe n’est finalement jamais explicite sur la religion des Frexes, comme d’ailleurs sur celle de Cusina ou des Aurasiens d’Iaudas. De la même manière, Procope reste silencieux sur le sujet67. L’attitude de l’historien grec est en particulier troublante dans le De Aedificiis. Alors qu’en Cyrénaïque et en Tripolitaine il ne manque pas une occasion de relier la soumission des Maures à la christianisation ou à la construction de basiliques68, il abandonne complètement cette perspective dès qu’il aborde la Byzacène et la Numidie. Certes, il serait audacieux d’extrapoler à partir de ces silences, mais la mise en valeur de rites païens aurait tellement pu accentuer le profil barbare des Maures de ces régions qu’une telle réserve chez Procope et Corippe surprend.

  • 69 Johannide, III, 125-126 :
    Africa namque suum factorem fessa rogabit
    quem colit ipsa Deum, quem fas co
    (...)
  • 70 V. Zarini, « Goétique, poétique, politique : réflexions sur un passage de la Johannide de Corippe ( (...)
  • 71 Cf. infra p. 534-540 et carte 17.
  • 72 Saint Augustin, lettre 199, XII, 46 : cf. infra p. 518-523.
  • 73 Cf. par exemple le récit de Quodvultdeus de Carthage sur une étrange découverte faite dans l’Abarit (...)

29Elle se comprendrait, en revanche, si Antalas était chrétien, ou tout au moins christianisé. Un vers singulier de la Johannide, dans le récit de la prophétie faite à Guenfan, suggère en effet la possibilité d’une distinction entre les deux notions. Corippe fait annoncer par la prêtresse un destin pour Antalas d’abord brillant, mais qui s’achèvera tragiquement : Car l’Afrique fatiguée adressera une requête à son Créateur, celui qu’elle-même honore comme son Dieu, et que n’ont le droit de connaître que ceux qui en sont dignes69. En relevant l’intérêt de cette dernière phrase, V. Zarini a souligné sa relative étrangeté chez un auteur chrétien, et sa contradiction avec la promesse évangélique faite « à toutes les nations ». Ce serait, selon ce savant, un signe de la xénophobie extrême de Corippe, qui l’emporterait en ce cas sur sa fidélité envers la doctrine70. V. Zarini comprend en effet que Corippe exclut ici les Maures d’une possible évangélisation. Mais nous nous demandons si, en fait, il ne conteste pas plutôt la valeur d’une évangélisation déjà effectuée. Etant donné la nature du pays où vivait Antalas, qui fourmille véritablement de restes archéologiques chrétiens71, le phénomène n’aurait en soi rien de surprenant. L’attitude du poète, et peut-être de Procope, pourrait alors s’expliquer de deux manières, l’une et l’autre complémentaires. D’une part, il refuserait la validité d’une conversion coupée de la romanisation, en étendant la portée d’une idée de saint Augustin, qui laissait entendre que certains barbares africains ne pouvaient comprendre véritablement le message du Christ qu’après avoir été « pacifiés », c’est-à-dire soumis à Rome72. D’autre part, et c’est peut-être le véritable fond du problème, il jugeait cette conversion trop peu orthodoxe, car entachée de survivances païennes. Le phénomène, là aussi, est bien connu à l’époque, dans les campagnes africaines comme dans beaucoup de régions de l’Occident73. Habituellement, l’Église condamnait ces survivances et toute autre forme de déviation par rapport à la doctrine, sans remettre en cause la réalité de la christianisation. Mais un poète partisan comme Corippe pouvait franchir le pas, et considérer comme « indignes » d’appartenir à la communauté chrétienne de tels barbares encore attachés à certains aspects de leur culture traditionnelle.

  • 74 Faute d’un texte explicite, il paraît en effet impossible de définir plus exactement la situation r (...)

30Sans qu’il soit possible d’être plus affirmatif sur ce plan74, tous les éléments réunis précédemment permettent néanmoins, on le voit, d’esquisser un profil politique et culturel d’Antalas assez original. Nous savons par l’exemple de son émissaire personnel Maccus en 546 qu’il y avait dans son armée des Maures pour qui

  • 75 Johannide, I, 466.

...Romanae fuerat facundia linguae75

  • 76 L’implantation ancienne de sa tribu en Byzacène, ses multiples tractations avec Solomon, Stotzas, G (...)

Et il est probable que lui-même parlait le latin76. Originaire d’un groupe provincial jadis paisible, capable d’une longue alliance avec l’Empire, recherchant plus tard dans la guerre un moyen d’intégrer les populations romaines sous son autorité, il manifeste une familiarité avec la romanité qui renforce les interrogations sur les origines de sa tribu. L’hypothèse d’un peuple de gentiles sahariens ou de farouches montagnards maurétaniens récemment immigrés en Byzacène ne paraît plus, en effet, la mieux adaptée à ce que les sources révèlent de la situation et du comportement d’Antalas au vie siècle. Lui-même né à l’intérieur ou à proximité d’une région bien romanisée, mais au sein d’un groupe ayant conservé suffisamment d’originalité culturelle pour être défini comme une gens maure, il ne peut raisonnablement être assimilé ni à un Berbère irréductible comme le voulait Diehl, ni à un Afer entré en dissidence comme le suggérait P.-A. Février. Il semble plutôt illustrer l’existence d’une catégorie ancienne et originale d’Africains à l’intérieur des provinces romaines : celle de petits groupes organisés de manière traditionnelle tout en étant insérés dans un espace romanisé ; forcément en contact avec les gens des cités, mais sans bénéficier de leur prospérité, ils ne prirent apparemment d’importance qu’à la fin de l’époque vandale, passant d’un brigandage occasionnel à une véritable insurrection.

31Cette hypothèse de travail, que nous allons approfondir plus loin, pourrait certes paraître abusive si on ne se référait qu’au seul cas d’Antalas. Mais l’analyse de la personnalité d’un autre protagoniste majeur de la Johannide, Cusina, la renforce singulièrement.

B – CUSINA77

  • 77 Procope écrit Κουτζίμας, Corippe Cusina (on lit parfois Cosina dans le manuscrit), Jean Malalas Κου (...)
  • 78 Jean Malalas, Chronographia, éd. L. Dindorf, Bonn, 1831, p. 495 ; Théophane, Chronographia, éd. C. (...)

32Nous avons la chance de posséder sur ce personnage des sources relativement riches, qui permettent de suivre sa carrière sur exactement trente ans, de 533 à 563. Outre Corippe et Procope, deux passages des chroniques de Jean Malalas et de Théophane complètent en effet notre documentation habituelle78. Or, il se dégage de l’analyse de ces textes une image particulièrement complexe de Cusina.

1) Le Maurus

  • 79 Guerre vandale, II, 10, 6 :
    ώς δε ούτος όλόγος ές τών βαρβάρων τους άρχοντας ήκε, Κουτζίναν τε και Έ
    (...)
  • 80 Jean Malalas, p. 495 :
    Κουτζίνης... έπειδη ήρχε τού εθνους τών Μαύρων...
  • 81 Théophane p. 238 :
    Κουτζίνας... εξαρχος τών Μαυριτανών...
  • 82 Johannide, III, 405-408 :
    Et ruit ecce volans, aequo non Marte coactus
    Maurorum ductor, miseri Solomo
    (...)
  • 83 Johannide, IV, 509-510 :
  • 84 Ce sens très large des deux mots avait déjà été noté par Gsell dans son Histoire ancienne de l’Afri (...)

33Malgré le portrait idéalisé qu’en donne la Johannide, il apparaît d’abord comme un Maurus parmi d’autres. Procope le désigne comme tel dès le début, le définissant comme un chef de barbares79. Pour Jean Malalas, il commandait le peuple des Maures80, que Théophane appelle aussi Mauritani81. Corippe, enfin, le présente lui-même comme un ductor Maurorum82, avançant sous des Massylis signis83(les deux termes Maurus et Massylus ayant la même valeur dans le poème84). En un passage du chant III, il semble même lui attribuer un ethnique précis, lorsqu’il le montre

  • 85 Johannide, III, 408.

Mastracianos secum viribus ingens85

  • 86 J. Partsch, dans l’édition MGH de la Johannide, p. 37.
  • 87 M. Petschenig, dans son édition de la Johannide dans les Berliner Studien, 4, Berlin, 1886.
  • 88 J. Diggle, dans l’édition Diggle/Goodyear de la Johannide, p. 63.
  • 89 V. Zarini, Recherches nouvelles sur l’épopée panégyrique et l’épopée hagiographique dans la latinit (...)
  • 90 La mastruca est un vêtement grossier, souvent fait de peaux de bêtes, qui est évoqué par des auteur (...)

34Mais les Mastraciani sont inconnus de toutes les nomenclatures ethnographiques africaines, et leur mention unique dans ce vers de la Johannide peut paraître étrange. C’est la raison pour laquelle beaucoup de philologues ont mis en doute ici la leçon du Codex Trivultianus, le seul manuscrit du poème, et ont proposé des corrections. J. Partsch a suggéré ainsi de lire Massylis ad nos cum86, Petschenig Mazacianis secum87, Diggle Mazaciis consaeptus88, trois solutions permettant de retrouver un ethnique général et classique, mais qui imposent chacune une assez grande modification du mot copié sur le manuscrit. V. Zarini, dans la partie encore inédite de son travail89, a proposé de son côté une lecture mastruca vestitis, paléographique-ment convenable, dans le style de Corippe qui affectionne les précisions exotiques (ici des Maures vêtus de la mastruca90), mais peut-être trop peu en accord avec le contexte du passage, qui semble appeler plutôt un ethnique. En fait, tous refusent la lecture Mastracianos parce que le nom apparaît comme un hapax dans la Johannide comme dans l’ensemble des sources ethnographiques anciennes. Pourtant, en raison de l’image favorable que le poète veut donner de Cusina, celle d’un Maure soumis aux Byzantins et intégré à leur armée, le premier argument ne tient pas : il n’y a, en effet, rien de surprenant à ce que Corippe ne cite qu’une fois, et sans commentaire, le peuple d’origine de ce Maure à ses yeux presque « civilisé ». Quant au second, il n’est, en fait, pas aussi absolu qu’on le dit souvent. Une inscription funéraire trouvée à Henchir el Goula, à proximité de Thélepte, et donc assez près, comme nous le verrons, du territoire initial de Cusina, comporte en effet la mention d’un surnom Mathacianus assez semblable au nom donné par le Trivultianus :

  • 91 ILAlg, t. 1, no 3825. Gsell notait à propos de Mathacianus : « second cognomen, ou adjectif tiré d’ (...)

DMS. T(itus) Flavius, Qu(i)r(ina), Satluc Mathacianus, vix(it) annis LXXX91...

  • 92 Cf. M. Euzennat et W. Seston, « Un dossier de la chancellerie romaine : la Tabula Banasitana », dan (...)
  • 93 S. Chaker, « La situation linguistique dans le Maghreb antique : le berbère face aux idiomes extéri (...)

35Bien que citoyen romain, cet octogénaire portait un cognomen indigène (Satluc), et était donc probablement d’origine berbère. Mathacianus pourrait être un second cognomen tiré d’un nom géographique ou tribal, mais aussi, plus simplement, l’ethnique d’un citoyen toujours lié à sa tribu berbère, puisque nous savons par la Table de Banasa que l’octroi de la citoyenneté ne brisait pas automatiquement les appartenances aux communautés traditionnelles non civiques : sur le texte de Marc Aurèle et Commode, Aurelius Julianus était encore donné comme un Zegrensis92. Certes, il subsiste dans l’inscription d’Henchir el Goula une différence orthographique et phonologique par rapport à la leçon de la Johannide, relativement limitée cependant. Les corrections évoquées plus haut pourraient donc être abusives. Le nom même de Cusina, dans tous les cas, est reconnu comme « authentiquement berbère » par S. Chaker93.

  • 94 Cf. infra p. 419-420.
  • 95 Guerre vandale, II, 11, 17-19 :
    κύκλον έκ τών καμήλων ταξαμενοι (...) και γυναίκας μεν ξύν τοις παισ
    (...)

36Autre trait caractéristique du Maure dans tous nos textes, Cusina commande des gentes, terme qui s’oppose souvent chez Corippe à cives94. Procope précise même que dans les combats de 534 les gentes de Cusina ne comportaient pas seulement des guerriers, mais aussi leurs femmes et leurs enfants, qu’un cheptel varié, notamment camelin, accompagnait95. Ce sont là tous les éléments typiques de la tribu berbère nomade ou semi-nomade, souvent décrite.

  • 96 Guerre vandale, II, 8, 22 et II, 10, 2.
  • 97 Guerre vandale, II, 25 et II, 27. En fait, Cusina est à un moment de l’année 546 aux côtés des Maur (...)
  • 98 Johannide, VII, 244-246 :
    namque inter sese duri jam semina belli
    saevus Ifisdaias et fidus Cusina ju
    (...)

37Cette adéquation à l’image traditionnelle du Maure est renforcée par certains aspects de la carrière politique de Cusina. Contrairement à Antalas, il fit partie en 534 et 535 de l’armée ennemie qui, selon Procope96, ravagea les campagnes de Byzacène, tuant les Africains et enchaînant leurs femmes et leurs enfants. Le même auteur, qui estime les Maures incapables de fidélité à une cause, entreprend de le prouver à propos de notre personnage, en évoquant ses changements d’attitude répétés entre 546 et 548, contre, puis pour les Byzantins97. Corippe, enfin, illustre un autre cliché habituel, la désunion des Maures entre eux, en racontant la haine réciproque qui mit face à face en 548 Cusina et Ifisdaias, son compagnon d’armes jusque-là. L’auteur de la Johannide, même si par ailleurs il cherche à faire de Cusina un symbole de « l’indigène soumis », le considère en effet, autant que Procope, comme un Maure, au plein sens du terme98.

  • 99 Ch. Diehl, L’Afrique byzantine, p. 316 note 1.
  • 100 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 349-350.

38Tous ces éléments permettent de comprendre les jugements des deux grands historiens qui ont étudié Cusina. Pour Diehl, « bien qu’il prétende être un civilisé », « chez lui le Berbère l’emporte : vienne une belle occasion de pillage, la tentation de faire du butin sera la plus forte, et sans grand scrupule, il se jettera dans l’insurrection »99. Pour C. Courtois, Cusina est le type du grand nomade chamelier venu de Tripolitaine et engagé dans une invasion qui, à terme, ruinera la romanité africaine100.

39Mais ces interprétations faisant de Cusina un symbole du Berbère éternel, fondamentalement étranger au monde romain, sont exagérément schématiques. La réalité du personnage s’avère bien plus complexe, comme le révèlent à la fois la localisation de son groupe d’origine et l’histoire de ses rapports avec les Byzantins.

2) Origines et localisation de Cusina

  • 101 Guerre vandale, II, 10 et II, 11. L’emplacement de Mammès a été identifié par M. Solignac (« Recher (...)
  • 102 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 349-350.
  • 103 Cf. supra p. 203-204 et infra note 108.
  • 104 Guerre vandale, II, 11, 14-19.
  • 105 Ibid. II, 11, 19 : Par ailleurs certains d’entre eux se tenaient tranquillement à l’affût, avec leu (...)
  • 106 Guerre vandale, II, 11, 18 : leur fonction précise est... de soigner les chevaux et de s’occuper de (...)
  • 107 Guerre vandale, II, 12, 9.
  • 108 Nous avons déjà étudié de manière détaillée cette question dans l’article « Les premiers raids des (...)

40Cusina apparaît pour la première fois dans nos sources en 534, chez Procope, dans le récit du tout premier conflit entre Byzantins et Maures. Il fait alors partie d’un groupe de quatre chefs qui combattent les Grecs en Byzacène et sont vaincus à Mammès, dans le nord de la province, à une trentaine de km à l’ouest de Kairouan101. C. Courtois fit de cette bataille un épisode de ce qu’il interprétait comme une des toutes premières invasions des « grands nomades chameliers » en Byzacène. Pour lui, en effet, de toute évidence, Cusina et les groupes qui le suivaient « venaient de Tripolitaine », puisqu’ils appartenaient à « des tribus chamelières »102. L’équivalence, qui lui était chère, entre la possession de chameaux et une origine tripolitaine n’est peut-être jamais aussi bien exprimée dans sa thèse que dans ce passage. Or, nous l’avons déjà signalé, ce postulat est doublement démenti, par l’existence de troupeaux camelins chez les Romains, et par la présence en Byzacène de cet animal bien avant 533103. Mais le raisonnement est surtout faussé par une lecture trop hâtive de Procope. Car l’historien grec n’indique l’utilisation de chameaux dans la guerre de 534-535 qu’à une seule occasion, lors du premier combat livré à Mammès, durant lequel les Maures construisirent un camp circulaire dont ces animaux formaient le rempart104. Mais précise-t-il aussitôt, tous les Maures, pendant cette bataille, ne se trouvaient pas dans le camp : d’autres restaient à l’extérieur, avec leurs chevaux105. Il signale, à cette occasion aussi, que chez ces peuples, les femmes ont l’habitude de s’occuper des chevaux106. D’autre part, lorsqu’il relate ensuite la deuxième révolte des mêmes tribus, en 535, qui s’achève par leur défaite catastrophique au mont Burgaon, il ne parle plus du tout de chameaux, mais uniquement de chevaux : ils avaient aussi sur la montagne beaucoup de chevaux, préparés pour la fuite, ou la poursuite, s’ils gagnaient la bataille107. Ces tribus n’étaient donc pas exclusivement chamelières, et il semble même que leur cheptel camelin était assez restreint, puisqu’elles en furent apparemment démunies après un seul engagement. Tout le raisonnement de Courtois en faveur d’une origine tripolitaine de Cusina ne tient donc pas108.

  • 109 Guerre vandale, II, 8, 9 : Μαυρύυσιοι δεοσοι εν τε Βυζακίω και Νουμιδία ωκηντο...
  • 110 Guerre vandale, II, 11, 4. cf. infra note 132.
  • 111 Guerre vandale, I, 25, 3-4 :
    όσοι γαρ εν τε Μαυριτανία και Νουμιδία και Βυζακίφ Μαυρουσίων ρχον...

41Cette localisation était d’ailleurs explicitement démentie par Procope, dont le texte, en plusieurs passages, conduit, en fait, à situer Cusina en Byzacène. Ainsi d’abord dans sa phrase introductive au récit du soulèvement de 534 : Mais les Maures qui habitaient en Byzacène et en Numidie se révoltèrent sans raison...109. Le verbe οίκέω employé ici paraît bien faire référence à des gens établis, non à des envahisseurs. Or, les Maures de Numidie étant ceux de Iaudas, dont les exploits sont racontés en détail plus loin par l’historien grec, les Maures établis en Byzacène sont nécessairement les hommes des quatre chefs dont Cusina faisait partie. Un peu plus loin, le même Procope signale qu’avant de les affronter, Solomon rappela à ces chefs, dans un message, les engagements qu’ils avaient pris par un accord avec les Byzantins à l’automne 533110. Mais en évoquant cet accord, quelques pages plus haut, l’historien grec en avait présenté les protagonistes ainsi : tous ceux qui commandaient aux Maures en Maurétanie, Numidie et Byzacène111. Il omettait de citer la Tripolitaine, ce qui, en retour, oblige nécessairement à exclure cette province pour localiser Cusina, et nous ramène donc en Byzacène.

  • 112 Les chameaux ne sont évoqués que dans la bataille de Mammès, en 534 ; ils sont couchés et disposés (...)
  • 113 L’utilisation des chameaux pour former un rempart au milieu duquel se placent les fantassins maures (...)
  • 114 Après Burgaon, affirme Procope, le nombre d’enfants capturés était tel qu’on vendait un jeune Maure (...)
  • 115 Procope, Guerre vandale, II, 12, 29 :
  • 116 En 546, lorsqu'il marche sur Carthage à l'appel du félon Guntarith, Procope (II, 25, 2) le présente (...)

42Les détails sur le genre de vie des tribus qui suivaient ce chef permettent de préciser sa situation. Elles disposaient en effet, nous l’avons vu, à la fois de chevaux et de chameaux, mais ces derniers n’étaient utilisés que pour le transport, puisque tous les combats se firent à pied ou à cheval112. L’usage de les disposer en cercle pour former un camp évoque toutefois une habitude de nomades113, tout comme la présence à Mammès des femmes et des enfants à la suite des guerriers, puis la mention, après la défaite de Burgaon, d’un nombre élevé d’enfants capturés et réduits en esclavage par les Byzantins114. Si l’on veut donc combiner ces deux séries d’indications, une résidence en Byzacène et un genre de vie plus ou moins nomade, seuls quelques secteurs, par leurs conditions naturelles, peuvent être retenus pour localiser Cusina : les steppes centrales de la province (au sud de Sbeitla), le rivage septentrional des Chotts, ou l’extrême sud-ouest, à l’ouest de Capsa. Mais des trois, c’est surtout cette dernière région qu’incite à privilégier le comportement de Cusina après 535. Ecrasé à Burgaon, le chef maure et ses hommes décidèrent en effet de se réfugier en Numidie, où ils se firent les suppliants de Iaudas, qui commandait l’Aurès115. Le rapprochement fut durable, puisque ensuite Cusina est toujours présenté dans nos sources comme venant de Numidie, et conduisant des Maures de Numidie116.

  • 117 Cf. Johannide, VI, 221-227 et infra p. 620-629.
  • 118 Guerre vandale, II, 8, 21 : εσχατις χώρα...
  • 119 C. Courtois, L. Leschi, Ch. Perrat, Ch. Saumagne, Tablettes Albertini, Paris, 1952, : no 34 b, p. 2 (...)
  • 120 Cf. Procope, Guerre vandale, II, 25, 21 : Les deux chefs maures, animés l’un et l’autre par une hos (...)
  • 121 Cf. supra note 30.
  • 122 Victor de Tunnuna, Chronique, dans MGH, a.a., tome 11, p. 196-197.

43Cette évolution est doublement significative. Le choix de la Numidie confirme d’abord que Cusina n’était décidément pas un grand nomade de Tripolitaine, car c’est dans cette dernière région qu’il aurait dû normalement se réfugier si on suit le schéma de Courtois : les Laguatan, vaincus en Byzacène en 546, agirent ainsi, car la Tripolitaine était effectivement leur pays117. On peut penser, d’autre part, qu’en choisissant la Numidie, Cusina se dirigeait vers une région qu’il connaissait probablement déjà : la facilité avec laquelle il est accueilli, puis la réussite de son établissement dans ou à proximité de l’Aurès supposent en effet des liens antérieurs. Or, le sud-ouest de Byzacène est la région la plus proche de l’Aurès, dont elle n’est séparée que d’à peine 100 km par les monts des Némencha. De plus, ce territoire correspond aussi très bien aux indications de Procope lorsqu’il signale que la révolte de 534 se manifesta d’abord depuis les régions les plus reculées (de la Byzacène)118. Le pays connaissait aussi les chameaux et les déplacements de leurs utilisateurs, puisque les Tablettes Albertini, découvertes un peu plus au nord, dans le Djebel Mrata, évoquent une via de camellos à la fin du Ve siècle119. Nous avons vu que ce massif devait se trouver dans le domaine d’Antalas. Mais la rivalité de ce chef avec Cusina, particulièrement nette en 546120, suggère une familiarité des deux hommes qui s’expliquerait aisément par la contiguïté de leurs territoires. Celle-ci expliquerait également, étant donné le rôle joué par Cusina dans l’insurrection de 534, les dispositions déjà signalées de la loi militaire du printemps 534121. En ordonnant au dux Byzacenae de résider non pas comme ses collègues dans la capitale de sa province, en l’occurrence Hadrumète, mais alternativement à Thélepte et Capsa, elle témoignait probablement d’une double volonté de surveillance : celle d’Antalas à l’ouest/sud-ouest de Thélepte, et celle de Cusina à l’ouest/sud-ouest de Capsa. La présence de ce dernier dans ce secteur nous paraît d’autant plus probable que des Maures y sont mentionnés peu de temps auparavant, en 523. Cette année là, en effet, mourut le roi vandale Thrasamund, marié à une princesse ostrogothique, Amalafride. Or le nouveau roi Hildéric voulut aussitôt se débarrasser de cette encombrante survivante d’un régime qu’il allait, à beaucoup d’égards, renier. Alors, précise le chroniqueur Victor de Tunnuna, Amalafrida fugiens ad barbaros, congressione facta Capsae juxta heremum capitur et custodia privata moritur122. Les barbares du sud mentionnés ici ne peuvent évidemment être que des Maures puisque la reine fuyait les Vandales. Elle était, très probablement, partie de Carthage. Or, si elle avait voulu rejoindre les Maures de l’Aurès ou de Tripolitaine, elle n’aurait eu aucune raison de passer par Capsa. Sa présence en ce point, qui n’est une étape ni vers la Numidie ni vers la Tripolitaine pour qui vient de Carthage, ne peut donc s’expliquer que par l’espoir de rejoindre des Maures relativement proches de Capsa, ceux que commandait peut-être déjà Cusina. La localisation de ce chef et de sa tribu à l’ouest de Capsa nous paraît ainsi, de loin, celle qui correspond le mieux à l’ensemble des données de nos sources.

  • 123 S. Ben Baaziz, « Les sites archéologiques de la région de Gafsa », dans L’armée et les affaires mil (...)
  • 124 J.-P. Bonnal et P.-A. Février, « Ostraka de la région de Bir Trouch », dans Bulletin d’Archéologie (...)
  • 125 E. Albertini, « Ostrakon byzantin de Négrine (Numidie) », dans Cinquantenaire de la Faculté d’Alger(...)

44Cette situation appelle cependant aussitôt, comme celle d’Antalas, une remarque, sur laquelle nous devrons également revenir quand nous nous interrogerons sur le passé et l’origine de ces Maures : le pays à l’ouest de Capsa n’était pas, en effet, une zone abandonnée de la romanité. Les découvertes de l’équipe de S. Ben Baaziz pour l’élaboration de la nouvelle carte archéologique de la Tunisie, présentées pour ce secteur pour la première fois lors du congrès international de Strasbourg en 1988, révèlent une densité de sites romains relativement modeste mais plus importante qu’on ne pouvait le prévoir123. Les Tablettes Albertini ou les ostraka de Bir Trouch, de la fin du ve siècle124, montrent le maintien d’une agriculture malgré des conditions climatiques peu favorables, et ils sont confirmés encore en 546 par l’ostrakon de Négrine,qui atteste d’une production d’huile125. Tout ceci ne doit pas être exagéré mais prouve, en des points variés, l’existence au début du vie siècle de communautés sédentaires plus ou moins romanisées, que les Maures de Cusina, comme ceux d’Antalas, ne pouvaient que côtoyer.

  • 126 P. Monceaux, « Inscriptions chrétiennes du cercle de Tébessa », dans RSAC, t. 42, 1908, p. 234-236.

45Des relations et une certaine familiarité entre les uns et les autres avant l’époque des grandes guerres des années 529-548 devaient donc exister, dont on pourrait peut-être trouver un témoignage sur le mystérieux linteau de Tozeur, jadis signalé par P. Monceaux mais jamais publié de manière satisfaisante126. La pierre portait, d’après la description de Monceaux, une croix pattée en son centre, deux colombes à gauche, « et un guerrier debout, portant le costume libyen serré à la taille, et tenant de la main gauche une lance ». En dessous figurait une inscription que le savant épigraphiste datait de l’époque byzantine :

<Arma> repone domi. Nemo nunc vota rev(o)lvat.

« Dépose les armes au logis. Que personne ne fasse plus de vœux pour la guerre ».

  • 127 D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa, t. 1 p. 101.

46P. Monceaux voyait dans cette pierre la commémoration d’une expédition byzantine dans le sud. Pour D. Pringle, qui souligne à juste titre la fragilité de cette interprétation, ce pourrait être simplement un linteau de porte d’église, rappelant l’interdiction de porter les armes dans un lieu sacré127. Le texte comporte cependant un verbe, repone (et non pone), et un adverbe (nunc) qui paraissent faire allusion plutôt à une situation précise de conflit. L’association de ce texte avec une image de guerrier en costume indigène (dont on ne peut malheureusement pour l’instant préciser l’équipement, faute de disposer de l’estampage signalé par Monceaux) fait penser à un appel lancé à un Maure, avec lequel on a a rencontré des problèmes mais qu’on croit capable d’entendre raison : la présence de symboles chrétiens et l’injonction formulée en latin pourraient s’interpréter ainsi. Le document, dans cette hypothèse, témoignerait de l’existence de contacts entre la communauté romaine de Tozeur et des Maures voisins, peut-être eux aussi chrétiens, et qui n’entraient en dissidence qu’épisodiquement.

  • 128 Johannide, VIII, 271 : dum consanguineis, genitus de matre latina... et IV, 451 : Cusina, Romanis c (...)
  • 129 On pourrait évidemment songer à un enlèvement effectué à la suite d’un raid sur une ferme ou une vi (...)

47Telle pouvait être, un peu plus au nord, la situation de Cusina, dont on verra qu’il a effectivement alterné les phases de révolte et les engagements auprès des Romains, et qui était en tout cas certainement capable d’entendre le latin et probablement de fréquenter une église. Corippe nous livre en effet à son propos un détail essentiel et souvent passé inaperçu : à deux reprises, il indique que sa mère était romaine (genitus de matre Latina..., Romanis propinquus consanguinitate128). On ignore évidemment le contexte précis qui permit l’union dont il naquit129, mais celle-ci est moins surprenante quand on sait l’environnement dans lequel vivait le personnage au début du vie siècle.

  • 130 Cf. supra p. 332-333.
  • 131 Sur le contexte, cf. infra 4e partie p. 586-593.

48La question de son appartenance religieuse est en revanche, comme pour Antalas, beaucoup plus confuse. Corippe, qui aurait eu cette fois tout intérêt à mettre en valeur sa christianisation, si elle était réelle, n’en dit pas un mot. Elle aurait pourtant parfaitement complété son image de « bon Maure », capable d’être intégré à l’Empire. Faut-il alors conclure au paganisme de Cusina ? Le doute doit, selon nous, subsister. D’une part parce que, nous l’avons vu à propos d’Antalas, Corippe semble douter en général de la capacité pour les Maures d’entrer véritablement dans la religion du Christ130. Il introduit une condition de « dignité » pour la validité d’une conversion, et tous les éléments que nous avons relevés plus haut, qui font que Cusina restait malgré tout un « Maure », établissent sur ce sujet une identité de situation entre Antalas et Cusina. Le doute s’impose aussi, d’autre part, en raison de l’ambiguïté d’un passage de Procope. L’historien grec rapporte en effet un échange de lettres qui eut lieu en 534 entre Solomon et Cusina (alors insurgé avec trois autres chefs), lorsque le général byzantin tentait d’arrêter la révolte des Maures et leur rappelait les engagements souscrits l’année précédente131 :

  • 132 Procope, Guerre vandale, II, 11, 4-6 :
    καί ταϋτα (όρκους τε τους δεινότατους έν γραμμασι δόντες καί
    (...)

Vous aviez fait par écrit les serments les plus solennels, et vous nous avez livré vos propres fils pour garantir nos conventions. Auriez-vous résolu de nous montrer le mépris dans lequel vous tenez Dieu, la loyauté, les liens de parenté même, votre vie et tout ce qu’il y a d’autre ? Mais si tel est votre comportement envers Dieu, à qui allez-vous vous fier pour vous aider à attaquer l’empereur des Romains ?132

Or, à cette lettre, les Maures répondirent :

  • 133 Ibid, II, 11, 12 :
    καί τον Θεον πολεμιον σφίσι ποιουνται ουχ οί αν τα σφετερα αυτων κομιουμε-νοι εφ'
    (...)

Qui s’attire l’hostilité de Dieu ? Ceux qui marchent contre autrui pour recouvrer leurs propres possessions ? Non point, mais ceux qui empiétent délibérément sur le territoire d’autrui et courent ainsi le risque d’une guerre133.

  • 134 Ibid II, 11, 44 :
    Βελισαριον δε, ος της Βανδίλων επικρατήσεως αίτιος γεγονεν, εκποδων νυν ήμίν εστηκ
    (...)
  • 135 L’emploi du mot daïmon dans le dernier extrait ne change rien sur ce point : Procope l’emploie en e (...)
  • 136 Procope, Guerre vandale, II, 21, 20.

49Plus tard, devant Mammès, à la veille de la bataille, Cusina et ses alliés exaltèrent leurs troupes, en soulignant l’absence du très redouté Bélisaire chez leurs adversaires. Procope leur fait dire : Bélisaire, qui fut l’artisan de la victoire romaine sur les Vandales, ne constitue plus maintenant un obstacle pour nous, grâce à l’intervention de la Divinité134. Certes, tous ces textes ont été recomposés ou « arrangés » par l’historien grec, mais leur contenu s’accorde ici si peu avec les présupposés habituels de Procope qu’il n’y a aucune raison de le mettre en doute. Or, il suggère clairement l’existence d’une référence religieuse commune aux deux parties135. Celle-ci est d’autant plus troublante qu’en d’autres circonstances, en racontant un échange épistolaire du même type entre les Byzantins et les Levathai, eux indiscutablement païens comme nous l’avons vu, le ton de l’historien est totalement différent. Avant d’affonter ces envahisseurs libyens devant Théveste en 544, Solomon leur rappela aussi les accords antérieurs trahis, et leur proposa une paix que l’Empire garantirait par les serments les plus solennels136. Leur réaction n’eut rien de comparable à celle des chefs de Byzacène :

  • 137 Guerre vandale, II, 21, 21-22.

Les barbares se gaussèrent de ses propos et répondirent que, à n’en pas douter, Solomon invoquerait dans ses serments la Parole sacrée chère aux chrétiens, celle que l’on appelle communément les Evangiles. Or, comme Sergios, après l’avoir invoquée, avait assassiné les Maures qui s’étaient fiés à lui, ils voulaient, ajoutaient-ils, déclencher la lutte pour vérifier l’influence que pouvait bien produire sur les parjures cette Parole sacrée137.

50L’ironie méprisante manifestée ici, la distance prise par rapport aux Evangiles, l’allusion au serment du seul Sergios, tout s’oppose à la description précédente. La singularité de l’attitude et du vocabulaire de Cusina et de ses alliés de Byzacène en ressort plus nettement, et nous conduit, en dernière analyse, à envisager leur possible christianisation. Qui pourrait d’ailleurs s’en étonner étant donné l’origine familiale de Cusina ? Une mère romaine au début du vie siècle était forcément une mère chrétienne.

51La localisation de Cusina nous permet ainsi d’apporter à son portrait de « Maure » une première et considérable série de nuances, que l’analyse de sa carrière politique va largement compléter.

3) La carrière de Cusina

  • 138 Cf. infra p. 480-500.
  • 139 Procope, Guerre vandale, I, 25, 3-8. Commentaire détaillé de ce texte infra p. 487 et 586.
  • 140 Ibid. II, 11, 3-4 : Comment se fait-il donc que vous ayez décidé de vous dresser contre notre grand (...)
  • 141 En évoquant les cérémonies de l’automne 533, Procope indique, lorsque les Maures reçoivent des Byza (...)

52Trois aspects essentiels se dégagent de cette carrière. En premier lieu, les rapports réguliers existant entre Cusina, en tant que chef de gentes, et les autorités de Carthage. A trois reprises, en effet, nous avons la preuve que ce personnage bénéficia d’une sorte d’investiture de fonction par les Byzantins, qui réunissait divers aspects de deux procédures anciennes, les investitures de princes alliés de Rome et les nominations de préfets de tribus. Nous reviendrons plus loin sur ces cérémonies, essentielles pour comprendre la position des Maures de l’intérieur avant le vie siècle138. Il importe seulement ici de montrer que Cusina y participa. Or, même si les sources ne sont pas absolument explicites, le fait ne paraît pas douteux dès 533. Procope signale en effet que peu après leur débarquement, vers le mois de novembre, les chefs maures de Maurétanie, Numidie et Byzacène contactèrent les Byzantins, victorieux de Gélimer à Ad Decimum, pour leur faire officiellement une offre de ralliement, en demandant une investiture selon des rites anciens, pratiqués au temps des empereurs mais aussi à l’époque ultérieure par leurs successeurs, les rois vandales. Un accord fut conclu, des insignes et des cadeaux furent remis par Bélisaire à chacun des chefs, et certains de ceux-ci livrèrent en garantie leurs enfants en otages139. Mais l’année suivante, quand la rebellion éclata en Byzacène et en Numidie, conduite notamment par Cusina, le même historien indique que Solomon rappela aux insurgés qu’ils avaient auparavant promis leur alliance et remis leurs enfants en otages140. De toute évidence, Cusina faisait ainsi partie des chefs investis en 533, et probablement aussi de ceux qui auparavant avaient l’habitude d’être pareillement investis par les rois Vandales141. Ses contacts avec le pouvoir central étaient donc anciens.

  • 142 Cf. infra p. 589-592.
  • 143 Cf. Guerre vandale, II, 19, 5-32.
  • 144 Johannide III, 405-408 :
    et ruit ecce volans, aequo non Marte coactus
    Maurorum ductor, miseri Solomon
    (...)
  • 145 Johannide, VII, 266.
  • 146 Cf. ici la conclusion de Procope au récit de la guerre de 539 contre Iaudas : Les Romains, après av (...)

53Ils n’empêchèrent pas sa rebellion en 534, pour des raisons sur lesquelles nous reviendrons142, ni sa fuite dans l’Aurès auprès de Iaudas en 535. Mais ce choix ne fut finalement pas très heureux : en 539, Iaudas fut attaqué à son tour par les Byzantins et expulsé de l’Aurès, désormais occupé et encerclé de forteresses143. Aucun texte ne mentionne à ce moment Cusina, que l’on retrouve pourtant à partir de 544 désigné comme un chef de tribus de Numidie, allié des Byzantins144. Et de fait, un peu plus tard, en 548, Corippe définit son autorité nouvelle : il est alors à la tête de trente chefs placés sous ses ordres : ille duces proprios triginta fortior armat145. L’expression duces proprios est particulièrement significative du pouvoir considérable de Cusina à ce moment sur les tribus de Numidie. Un étonnant retournement de situation s’est donc produit pour lui : vaincu, chassé de Byzacène avec les restes d’un groupe décimé, et réfugié, suppliant auprès de Iaudas, il est dix ans plus tard à la tête d’une véritable confédération dans sa terre d’accueil, mais soumis à l’Empire. Si, comme tout le laisse penser, la Numidie fut totalement contrôlée par ce dernier entre 539 et 544, après la victoire de Solomon dans l’Aurès146, l’évolution de la situation de Cusina ne peut s’expliquer que par une politique délibérée des généraux de Justinien en sa faveur. De toute évidence, le chef maure est passé sous leur contrôle lors de la campagne de 539. Soumis et jugé désormais sûr, il est devenu une carte essentielle de la politique maure des Byzantins, qui l’ont investi d’un pouvoir de commandement sur une partie des tribus de Numidie. Sa nouvelle autorité et son rôle d’allié fidèle trouveraient donc leur explication dans une fonction d’agent délégué de l’Empire, chargé à nouveau de la direction de tribus officiellement soumises et intégrées à la province.

  • 147 Jean Malalas, éd. Dindorf, p. 495. Cf. également Théophane, éd. De Boor p. 238. Les deux auteurs qu (...)
  • 148 C’est-à-dire surtout en 534-535.

54Les textes décrivant sa situation quinze ans plus tard, en 563, confirment cette analyse. Jean Malalas le présente alors comme l’exarque de son peuple, qui avait l’habitude de recevoir, en temps opportun, une certaine quantité d’or du chef des Romains, depuis qu’il commandait le peuple des Maures147. Ce versement nous renvoie aux dons faits par Bélisaire en 533, et sa périodicité établit la continuité avec la fonction officielle mise en valeur précédemment. Ainsi, du début des années 530 à sa mort en 563, en mettant à part les moments où il participa à des soulèvements148, Cusina fut en liaison continue avec le gouvernement de Carthage, dont il était le représentant auprès de diverses tribus.

55Celles-ci, nous pouvons le vérifier avec certitude en 544, étaient officiellement intégrées à l’Empire. A ce titre, leurs membres devaient aussi posséder individuellement un statut, qui ne pouvait guère être que celui de citoyen romain, comme l’atteste précisément un passage méconnu de la Johannide situé en 548. Lors de l’ultime bataille contre Carcasan, Antalas et les Laguatan, Corippe fait dire en effet à Jean Troglita, dans une harangue aux Romains pour qu’ils prêtent assistance aux troupes du fidèle Cusina en difficulté :

  • 149 Johannide, VIII, 461-462 : l’Empire romain considère comme citoyens « latins » tous les peuples qu’ (...)

Romanum imperium gentes quascumque fideles
subjectasque videt, cives putat esse Latinos149.

  • 150 Cf. parmi de nombreux exemples VI, 64 : après la victoire de 546 sur les Laguatan, la foule se mass (...)
  • 151 Cf. infra chap. 10.

56Le mot Latinus ne doit pas induire en erreur : il sert couramment de synonyme dans le poème à Romanus150. Le poète s’adressait à un auditoire romain, et ne pouvait sur un sujet aussi grave se permettre d’affabulations. Son témoignage est donc important, et confirme la position originale (très ancienne probablement, nous y reviendrons151) des Maures de l’intérieur au vie siècle : ils cumulaient l’appartenance à une structure tribale et la citoyenneté romaine.

57Cette position permet aussi de comprendre l’aisance avec laquelle des gentes s’insérèrent à certains moments dans l’armée byzantine. Elle enlève surtout toute étrangeté aux honneurs dont Cusina fut chargé en 548. Il porta en effet à ce moment le titre de magister, à développer probablement en magister militum :

  • 152 Johannide, VIII, 268-270 : le chef lui-même est cruel et se prépare à anéantir les tribus pour le c (...)

Est etiam dux ipse feras disperdere gentes
Romana pro parte parans, dum plaudit honorum
inflatus titulis, dum dicitur esse magister152

Fort de ce titre, il eut en tout cas des soldats romains sous ses ordres :

  • 153 Johannide, VII, 262-264 : Cependant le général se réjouit d’être au milieu des soldats romains que (...)

Romanis gaudet sese tamen esse magister
militibus medium, quos princeps maximus orbis
ipse dedit paci socios pugnae ministros153.

  • 154 Sur cette révolte elle-même, cf. infra p. 664-668.

58Mais en même temps, et c’est un troisième aspect de sa carrière qui ne disparut jamais, Cusina resta de bout en bout un chef de tribu. C’est ainsi qu’il apparaît en 563 dans le texte de Jean Malalas cité plus haut, et c’est ce qui finit par lui coûter la vie. Il fut en effet mis à mort cette année là sur l’ordre du gouverneur Jean Rogathinos. La raison de ce meurtre est inconnue, mais ses suites sont significatives : les fils de Cusina déclenchèrent une révolte, décrite par tous nos textes comme une « guerre maure », comme celle des décennies précédentes154.

  • 155 Cf. supra p. 57.
  • 156 Johannide, VI, 268.

59Comment donc définir à nouveau ici le profil culturel de Cusina ? Ce personnage ne peut être un grand nomade chamelier engagé dans un processus d’invasion comme le voulait Courtois. Tout témoigne chez lui d’une grande familiarité avec l’Empire, et de liens anciens et réguliers avec le monde romain. Mais il n’est pas possible non plus d’en faire un Afer, comme le suggérait P.-A. Février : à la tête en 534 d’un groupe apparemment semi-nomade ou nomade, toujours défini comme chef de gentes, il n’a jamais été intégré à une cité. P.-A. Février estimait que le Maurus n’était peut-être que le produit des circonstances d’une guerre, c’est-à-dire qu’il aurait été défini d’abord dans nos textes par son hostilité à l’ordre romain155. Mais notre principale source, Corippe, fait précisément de Cusina un ami toujours fidèle de l’Empire (Cusina, Romanis semper fidissimus armis156), sans pour autant cesser de le désigner comme Maure. Le fait même qu’il existe ainsi un « bon Maure » dans la Johannide montre bien les difficultés de cette interprétation.

60Comme Antalas, Cusina témoigne donc de la complexité de la notion de Maure au vie siècle, en particulier pour ceux que Corippe percevait comme des « Maures de l’intérieur ». Or, cette complexité se vérifie encore, peut-être de manière plus éclatante, dans le cas du troisième chef qu’il nous reste à envisager, Iaudas.

C – IAUDAS157

  • 157 La forme ‘Iαὐδας est donnée par les meilleurs manuscrits de Procope, mais d’autres portent la leçon (...)
  • 158 Cf. références note précédente.
  • 159 Guerre vandale, II, 13, 13.
  • 160 Guerre vandale, II, 13, 1 : Mais au même moment où ces événements se déroulaient en Byzacène (guerr (...)
  • 161 Ibid. II, 12, 29 : Ils partirent donc avec leurs chefs en Numidie où ils se firent les suppliants d (...)
  • 162 Ibid. II, 13, 18-39.
  • 163 Ibid. II, 19, 5 à II, 20, 30.
  • 164 Ibid. II, 20, 21 : Quant à Iaudas lui-même, bien que frappé à la cuisse par une javeline, il réussi (...)
  • 165 Cf. Johannide, II, 140-161 : Iaudas à la tête de l’Aurasitana manus dans la coalition de 546 ; et P (...)
  • 166 Johannide, VII, 277-278. Jean Troglita concentre des troupes à Laribus dans l’hiver 547-548 :
    auxili
    (...)
  • 167 Procope, Guerre gothique, IV, 17, 21. Sur ce texte, cf. infra p. 643.

61Ce personnage est, parmi les grands chefs maures du début du vie siècle, à la fois le moins bien connu et aussi probablement le plus important. Corippe ne le nomme que trois fois, d’abord dans une brève allusion à son soulèvement des années 534-35, puis à deux reprises pour célébrer, en 548, son ralliement tardif et contraint à l’Empire158. Procope est beaucoup plus précis : le nom de Iaudas revient une vingtaine de fois dans ses œuvres, dans la Guerre vandale, mais aussi dans la Guerre gothique et le Traité des Edifices. Iaudas est à ses yeux un acteur essentiel du problème maure, de tous les Maures le plus beau et le plus vaillant écrit-il même159. Cette différence d’approche entre nos deux sources essentielles n’est pas fortuite, et il n’y pas à mettre en question l’insistance de Procope, témoin direct qui fut à même de juger la place de Iaudas en Numidie. L’interrogation de l’historien doit plutôt porter sur la discrétion de Corippe, qui s’explique avant tout par les difficultés considérables que causa ce Maure aux Byzantins. De 534 à 546, il s’est toujours comporté, en effet, en adversaire de l’Empire : soulevé en 535 en même temps que Cusina160, il s’avère capable la même année d’accueillir les chefs de Byzacène vaincus161et de mettre ensuite en échec Solomon dans sa première campagne contre l’Aurès162. Attaqué à nouveau en 539, il doit céder après une longue résistance163, mais ne capitule pas : alors que Cusina à ce moment devient un allié fidèle des Byzantins, alors qu’Antalas avait déjà longtemps collaboré avec ces derniers, Iaudas choisit l’exil et gagne la Maurétanie indépendante164. Il en ressort en 546 pour de nouveau attaquer l’Empire à la tête d’une armée venue de Numidie, qu’il joint à la grande coalition dirigée par Antalas et les Laguatan165. Seul l’écrasement de celle-ci semble alors le faire plier. Il ne réapparaît en effet que dans l’hiver 547-548, pour fournir des hommes à l’appel de Jean Troglita. Mais la manière dont Corippe le présente alors est très originale : il n’est que le famulatus Iaudas, le seul qui dans les descriptions des auxiliaires maures dans la Johannide apparaisse comme un allié malgré lui, qui agit sous la contrainte166. Et peut-être même ce ralliement forcé tourna-t-il court, puisque Procope, en résumant la guerre de 548 dans la Guerre gothique, associe au terme de celle-ci Antalas et Iaudas pour évoquer les vaincus qui devinrent les « esclaves de l’empereur »167. Ce personnage, par son obstination à refuser la restauration de l’autorité romaine, fut ainsi, parmi les Maures de l’intérieur, le seul qui mit réellement en échec la politique impériale, qu’elle se fît agressive ou qu’elle cherchât à établir des alliances. Corippe, fidèle à sa logique, préféra donc éviter de le nommer.

62En résumant de la sorte la carrière de Iaudas, nous esquissons cependant un portrait apparemment sans nuances du personnage. Or, à nouveau, la réalité s’avère infiniment plus complexe. Si la ligne politique qu’il suivit fut en effet sans détour, et clairement anti-impériale, rien n’autorise pour autant à faire de lui un archétype du Berbère éternel, étranger à toute influence romaine. Comme dans le cas de Cusina, de multiples indices, et d’abord sa localisation, et le passé de son pays, obligent très vite à lui attribuer une complexité culturelle insoupçonnée : car Iaudas était issu d’une terre qui avait été romaine, et dont les habitants, ses hommes, restaient familiers de la romanité.

1) Le territoire de Iaudas

a) Quel Aurès ?

  • 168 Guerre vandale, II, 12, 19 :

63Iaudas, nous l’avons vu, apparaît dans nos sources en 535. Procope, après avoir raconté les deux défaites successives de Cusina et de ses alliés, insurgés contre l’Empire depuis le printemps 534, signale qu’à la suite de la victoire byzantine de Burgaon les vaincus s’enfuirent en Numidie et se firent les suppliants de Iaudas qui commandait les Maures dans l’Aurasion168. Cette première indication semble offrir une localisation claire et précise, puisque l’Aurasion est depuis longtemps identifié avec le massif de l’Aurès, au sud-est de l’Algérie actuelle. Mais le problème est malheureusement vite compliqué par Procope lui-même lorsqu’il entre dans les détails.

  • 169 De Aedificiis, VI, 7, 3 ; Guerre vandale, II, 13, 23.
  • 170 Guerre vandale, I, 1, 17.
  • 171 Le stade de Procope est assez difficile à évaluer. Nous donnons ici une estimation fondée sur la va (...)
  • 172 Le pourtour du massif aurasien entendu dans sa définition actuelle représente environ 300 km, en ex (...)
  • 173 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 341 note 8.
  • 174 J. Desanges, « Un témoignage peu connu de Procope sur la Numidie vandale et byzantine », dans Byzan (...)
  • 175 J. Desanges, ibid. p. 68.
  • 176 Citons, parmi divers travaux de P. Morizot où ce problème est évoqué, les articles suivants : « Aur (...)

64A deux reprises en effet, l’historien grec affirme que le pourtour de l’Aurasion est d’environ trois jours de route pour un voyageur au pas alerte169. Si l’on retient la définition qu’il donne lui-même d’une journée de voyage pour ce type de voyageur au début de la Guerre vandale, soit « deux-cent-dix stades ou la distance d’Athènes à Mégare »170(environ 38 km171), le périmètre de l’Aurès serait d’à peu près 110 ou 120 km, ce qui ne convient manifestement pas à l’ensemble du grand massif aurasien tel qu’il est défini aujourd’hui172. En revanche, ces chiffres pourraient en gros correspondre au pourtour de l’actuel Djebel Aourès, homonyme du massif, situé dans sa partie orientale, au sud-ouest de Khenchéla. C. Courtois, qui mit en valeur cette anomalie du texte de Procope, en déduisit que l’Aurasion devait être parfois pour l’historien grec ce seul Djebel Aourès. Mais parfois seulement. Car, notait-il à partir d’autres passages, « le nom d’Aurès était [aussi] donné autrefois à l’énorme ensemble dans lequel s’intègre le Djebel Aourès »173. A l’occasion de l’étude d’un extrait du De Aedificiis, J. Desanges est revenu sur ce problème, pour souligner que Procope, selon lui, privilégiait le sens étroit, et conclure : « l’Aurasion est le massif relativement restreint qui s’allonge au sud-ouest de Mascula (Khenchéla), ville voisine de Bagaï, c’est-à-dire l’actuel Djebel Aourès, et non l’énorme ensemble que l’on a pris l’habitude d’appeler Aurès »174. Toutefois, dans le même article, J. Desanges reconnut aussi que certains passages montraient chez l’historien grec « une tendance à étendre géographiquement le sens de ce terme »175. Cette dernière nuance n’a pas paru réellement préoccupante au plus récent et au plus complet des historiens de l’Aurès, M. P. Morizot, qui à plusieurs reprises au cours des dernières années, dans des publications importantes, a estimé que seule une interprétation restrictive du mot Aurasion pouvait éclairer les textes de Procope et s’accorder avec le paysage archéologique de l’Aurès. Dès lors, et c’est l’essentiel, pour P. Morizot Iaudas ne devrait plus être considéré dans les années 530 que comme le chef de la seule partie orientale de l’actuel massif aurasien176.

65Cette interprétation ne fait cependant que renvoyer dans l’ombre une difficulté qui est loin d’avoir disparu. Car, comme l’avait bien vu Courtois, nombreux demeurent les indices suggérant que Procope utilisait fréquemment le terme Aurasion dans un sens très large, dépassant nécessairement les limites du Djebel Aourès ou de l’actuel Aurès oriental. Comment comprendre autrement, par exemple, ce passage ?

  • 177 Procope, Guerre vandale, II, 13, 26. Sur ce passage controversé, cf. J. Desanges, article cité supr (...)

En effet, depuis que les Maures avaient enlevé la possession de l’Aurasion aux Vandales, aucun ennemi encore n’était venu les y attaquer ni n’avait même fait craindre sa venue aux barbares. Qui plus est, la cité de Timgad, située contre la montagne [πρòς τφ ρει], au début d’une plaine s’étendant vers l’est, et qui était bien peuplée quand elle était habitée, avait été vidée de sa population...177.

66L’expression πρòς τφ ρει est ici décisive : en évoquant dans une première phrase l’Aurasion, puis en situant aussitôt après Timgad « contre la montagne », il est évident, en effet, que Procope parle toujours du même relief. Timgad est donc pour lui une ville située « contre » l’Aurasion. Or, il suffit de regarder une carte pour constater que la montagne contre laquelle se trouve aujourd’hui Timgad est l’Aurès occidental, et non l’Aurès oriental, et encore moins le Djebel Aourès ! Nous avons bien là la preuve que l’Aurasion de Procope incluait aussi l’Aurès occidental.

  • 178 Guerre vandale, II, 20, 30 :
  • 179 Guerre vandale, II, 13, 27 :

67De la même manière, comment écarter la remarque de la Guerre vandale selon laquelle la terre de Zabê, qui est appelée Maurétanie première et dont la capitale est Sitiphis, se trouve au-dessus [υπέρ] de la montagne de l’Aurasion ?178Certes, le mot υπέρ possède un sens large, mais les dimensions du premier terme de la comparaison, la province de Maurétanie Sitifienne tout entière, rendent très peu probable une allusion au seul Djebel Aourès. De toute évidence, l’Aurasion est ici pour Procope tout le massif aurasien actuel, au-delà duquel commençait effectivement la Sitifienne. Cette interprétation est renforcée par un autre passage de la Guerre vandale où l’historien grec affirme que les Maures de Iaudas, avant 535, contrôlaient aussi la terre située à l’ouest de l’Aurasion, vaste et fertile, définition qui peut difficilement correspondre aux montagnes de l’Aurès occidental179.

  • 180 On pourrait aussi plus simplement se demander si Procope n’a pas, sans s’en rendre compte, admis un (...)
  • 181 Victor de Vita, Historia persecutionis Africanae provinciae, I, 13 (éd. C. Halm, MGH, a.a., tome II (...)
  • 182 Liber Promissionum, III, 45, dans R. Braun éd., Opera Quodvultdeo Carthaginiensi episcopo tributa, (...)
  • 183 L’identification de l’Avaritana provincia avec l’Aurès fut établie dès 1963 par J. Desanges (cf. ar (...)
  • 184 Al-Buldân, trad. M. Hadj-Sadok sous le titre Description du Maghreb et de l’Europe au iiie/ixe sièc (...)
  • 185 Al-Masâlik wa-l-mamâlik, trad. M. Hadj-Sadok dans l’ouvrage cité note précédente, p. 11.
  • 186 Cf. J. Desanges, « Le vicus Abaris et l’Abaritana provincia », BAC, n.s. 18 B, 1982 (1988), p. 87-9 (...)
  • 187 Johannide, II, 149.

68Il faut donc admettre, comme Courtois l’avait compris, que Procope donnait au mot Aurasion une extension variable, le restreignant parfois à une montagne, peut-être le Djebel Aourès, mais l’étendant parfois aussi à tout le massif actuel de l’Aurès180. Le second sens était-il moins répandu que le premier ? Un dossier longtemps considéré comme mystérieux conduit aujourd’hui à renoncer à cette idée. Au ve siècle, en effet, deux auteurs différents, Victor de Vita et Quodvultdeus de Carthage (si le Liber Promissionum est bien de lui), évoquent en Afrique une région nommée Abaritana ou Avaritana. Pour Victor de Vita, ce territoire, une provincia, avec la Byzacène, la Gétulie et une partie de la Numidie, alla à Genséric lors du partage des terres africaines entre le roi vandale et ses guerriers après 439181. Pour le Liber Promissionum, l’Avaritana était également une provincia, où, à l’époque du texte, vers 445-455, existait encore un culte païen182. Dans les deux cas, on remarque que l’espace désigné ainsi était nécessairement vaste, puisqu’on l’identifiait à une province et qu’on le mettait (Victor de Vita) sur le même plan que la Numidie et la Byzacène. En reliant ces ces deux témoignages à d’autres textes, antérieurs ou postérieurs, J. Desanges183a établi de manière convaincante que la région ainsi désignée ne pouvait être que l’Aurès, connu simultanément des géographes arabes des ixe et xe siècle sous la double forme Awrâs (par exemple chez Ibn al-Fakîh alHamadhânî184) et Awâris (Ibn Khurdâdhbah185). La seconde forme, qui est proche de l’Avaritana du ve siècle, dériverait selon lui du nom d’un vicus Abaris186, devenu avant le ve siècle une civitas. J. Desanges n’a cependant pas voulu, en élucidant cette question, étendre ses conclusions au problème de l’Aurasion de Procope. Mais on peut penser que l’équivalence constatée au Haut Moyen Age, Awaris/ Awras, pour désigner le même très vaste massif, n’était pas une invention des Arabes. Elle résultait probablement d’une autre équivalence établie dans l’Antiquité tardive entre deux termes qui devaient déjà désigner le même pays : Avaris/Avaritana et Aurasion/ Aurasis (Corippe parle de l’Aurasitana manus187). Si cette hypothèse est juste, on en mesure la conséquence : étant donné l’importance spatiale de la provincia Abaritana au ve siècle, l’Aurasion était déjà aussi, dès cette époque, un ensemble certainement bien plus vaste que le seul Djebel Aourès. Procope n’aurait donc pas innové en donnant une signification large au mot, en particulier quand il évoquait le territoire de Iaudas.

  • 188 De Aedificiis, VI, 7, 2-11 (texte et traduction de ce passage repris de J. Desanges, article cité s (...)

69Reste évidemment à découvrir la clef qui expliquerait l’alternance entre sens large et sens restreint dans son œuvre. Elle se trouve peut-être simplement dans les variations de perspectives adoptées par l’historien au cours de son récit. Dans le De Aedificiis, en effet, on remarque qu’une première notice sur la montagne se scinde en deux parties188 :

(VI, 7, 2-5) Il existe une montagne en Numidie, que l’on appelle Aurès, telle qu’il ne s’en trouve assurément nulle part ailleurs sur la terre habitée. En effet, cette montagne se dresse en abrupt jusqu’au ciel et son pourtour est d’environ trois jours de route. A qui l’aborde, elle est inaccessible, n’offrant à l’ascension que des parois à pic. Mais si l’on s’est rendu en haut, on trouve une campagne grasse, des plaines unies, des chemins faciles, des prairies propres au pâturage, des enclos plantés d’arbres, partout des champs. Des sources sortent en bouillonnant des rocs qui se trouvent en cet endroit, mais les eaux en sont calmes. Les rivières sont ridées de remous nombreux. Et voici le plus inattendu de tout : les champs de blé et les arbres dans cette montagne produisent des épis et des fruits deux fois plus gros qu’ils ne le sont dans le reste de la Libye. Voilà ce qu’il en est du mont Aurès.
(VI, 7, 6-9) Les Vandales l’occupèrent à l’origine avec toute la Li-bye. Les Maures, après les en avoir chassés, s’y établirent. Ayant expulsé de là les Maures et Iaudas qui régnait sur eux, l’empereur Justinien adjoignit ce territoire au reste de l’Empire romain. En prévision du risque que les barbares dévastent à nouveau ce pays par leurs incursions, d’une part il fortifia les villes situées autour de la montagne, qu’il avait trouvées désertes et absolument démunies de remparts, villes au nombre de cinq, c’est-à-dire Bagaê, Phlorentianê, Badê, Mêleon, Tamougadê, ainsi que deux forts, Dabousis et Gaiana ; d’autre part, ayant établi dans ces places des garnisons suffisantes, il ne laissa aux barbares de la contrée aucun espoir d’entreprise contre l’Aurès. Et quant au pays situé au-dessus de l’Aurès qui n’était pas du tout sous la domination vandale, il en chassa les Maures et fortifia des villes au nombre de deux : Phrikê et Sitiphis.

  • 189 J. Desanges, ibid. p. 56-59. La traduction « autour de » reste quand même la plus logique, comme vi (...)
  • 190 Après les hésitations de J. Desanges, D. Pringle (The Defence of Byzantine Africa, tome 1, p. 64-65 (...)
  • 191 De Aedificiis, VI, 7, 9.

70Procope commence ici par une description purement géographique (VI, 7, 2-5), dans laquelle il assigne à l’Aurasion un pourtour équivalent à trois journées de marche. Puis, aussitôt après (VI, 7, 6-9), mais changeant manifestement de préoccupation, il entreprend un exposé historique sur la région depuis les années 480, conclu par la liste des lieux fortifiés par Justinien άμφ τό ρος. Certes, J. Desanges, gêné par l’obscurité de plusieurs des toponymes cités, s’est demandé ici si les termes employés par Procope n’évoquaient pas une proximité imprécise par rapport à la « montagne », et non une disposition réellement périphérique des sites en question189. Cependant, plusieurs de ceux-ci paraissent devoir être identifiés à des villes effectivement situées autour du massif aurasien, compris cette fois dans son sens moderne : Bagaê est certainement Bagaï, Badê Badès, Tamougadê Timgad. Quant à Dabousis, on peut penser comme P. Trousset qu’il s’agit de Thabudeos190. Ces identifications obligent donc à attribuer à Procope une conception plus large de l’Aurasion dans cette seconde partie de son exposé, ce que vérifie la fin du même texte191, quand il localise la Maurétanie Sitifienne ὑπέρ τόΛύράσιον. Ainsi se révèle-t-il capable de juxtaposer dans le même développement deux définitions différentes de l’Aurès, l’une restrictive quand il se place dans une perspective géographique, l’autre large dès qu’il envisage un point de vue politique et historique.

71Or, le même procédé est réemployé dans son second grand texte sur l’Aurès, dans la Guerre vandale :

  • 192 Guerre vandale, II, 13, 22-28 :

Cette montagne, située à treize jours environ de route de Carthage, est la plus grande de toutes celles que nous connaissons. Le circuit en est de trois jours de trajet pour un bon marcheur. Pour qui veut la gravir, la montagne est d’un accès difficile et terriblement sauvage ; mais quand on monte et qu’on arrive en terrain plat, des plaines apparaissent, des sources nombreuses aussi, qui donnent naissance à des rivières et à une quantité admirable de parcs. Et le blé qui pousse ici comme toutes les variétés de fruits sont deux fois plus importants que ceux produits dans tout le reste de la Libye.
Il y avait aussi des forteresses sur cette montagne, mais elles étaient négligées parce que les habitants n’en voyaient pas la nécessité. En effet, depuis que les Maures avaient enlevé la possession de l’Aurès aux Vandales, aucun ennemi encore n’était venu les y attaquer ni n’avait même fait craindre sa venue aux Barbares. Qui plus est, la cité de Tamugadis, située contre la montagne, au début d’une plaine s’étendant vers l’est, et qui était bien peuplée quand elle était habitée, avait été vidée de sa population, puis rasée jusqu’au sol par les Maures, pour éviter que leurs ennemis ne pussent y établir un camp ni même ne trouvassent dans son existence un prétexte pour s’approcher de la montagne. Les Maures de cette région occupaient aussi la terre à l’ouest de l’Aurès, qui est vaste et prospère. Plus loin vivaient encore d’autres peuples maures, que commandait Ortaïas...192.

72A nouveau ici, en racontant la préparation de l’expédition de Solomon contre Iaudas en 535, l’historien grec interrompt d’abord son récit, pour ouvrir une véritable parenthèse géographique sur la montagne et ses multiples richesses cachées, et il répète alors que son périmètre équivaut à trois jours de marche pour un voyageur sans bagages. Mais ensuite, changeant de perspective, il commence une présentation des Maures et de leurs méfaits passés, et accumule les détails, déjà signalés, qui impliquent de sa part une conception au contraire beaucoup plus large des limites de l’Aurasion : une vaste terre fertile se trouve à l’ouest de la montagne, Timgad est située contre celle-ci, etc...

Carte 13 – L’Aurès et ses marges (ve et vie siècle).

  • 193 Sur cette expansion, cf. infra p. 397.
  • 194 Cf. notamment son tableau comparatif dans « Economie et société en Numidie méridionale : l’exemple (...)
  • 195 Cette conclusion a aussi l’avantage d’être plus en accord avec la mention de 30000 combattants derr (...)

73Si Procope avait bien à l’esprit deux visions différentes de la superficie de l’Aurès, celles-ci ne se trouvaient ainsi apparemment pas associées à la même perspective : la définition d’un Aurasion restreint, (peut-être le Djebel Aourès, mais rien ne le prouve), ne figure en fait qu’à l’intérieur de notices géographiques plus ou moins artificiellement intercalées dans des développements historiques. Peut-être n’y a-t-il là qu’une coïncidence, auquel cas les hésitations de Procope, sans logique, refléteraient seulement un flottement commun à ses contemporains dans la définition de l’Aurasion. On peut cependant se demander aussi si, à côté d’un usage toponymique ancien limitant le nom d’Aurasion à un ensemble orographique limité, peut-être l’Aurès oriental ou le seul Djebel Aourès, l’expansion politique et militaire des Maures qui en étaient originaires n’avait pas conduit depuis le Ve siècle à étendre le nom à tout le massif actuel193. L’hypothèse expliquerait à la fois les deux sens du terme, et la coïncidence chez Procope entre changements de perspective dans le récit et changements de sens. Elle impliquerait aussi, en accord cette fois avec les nombreux travaux de P. Morizot sur le caractère assez peu romanisé de l’Aurès oriental194, que les ancêtres de Iaudas habitaient d’abord ce pays, sans pour autant remettre en question une autre réalité qui nous paraît bien établie : au début du vie siècle, le même Iaudas tenait un territoire nommé Aurasion qui ne peut être que l’actuel grand massif de l’Aurès195.

b) Les marges de l’Aurès

  • 196 Procope, Guerre vandale, II, 13, 5-10.
  • 197 Guerre vandale, II, 19, 20 : Procope ne dit pas explicitement que Iaudas contrôlait ces plaines, ma (...)

74Plusieurs indices suggèrent que ce chef contrôlait même une région bien plus vaste. Lorsque Solomon se décida en effet à intervenir contre lui, en 535, il venait d’être signalé près de Tigisis, soit à 60 km au nord du massif196. Quatre ans plus tard, quand le général byzantin entreprit sa seconde expédition dans la région, Procope nous apprend qu’il prit d’abord la précaution de ravager les plaines céréalières de Timgad, pour priver Iaudas de ravitaillement197. Ces deux remarques invitent clairement à penser que le chef maure dominait alors au moins une partie des plaines situées au nord du massif aurasien.

  • 198 Johannide, II, 140-161. Cf. supra p. 50.
  • 199 Johannide, II, 140-143 :
    Iam audax alternis surgit ab oris
    adversa de parte fremens dux ille ruinas
    qu
    (...)

75Vers le sud, nous pouvons également constater que son autorité débordait des limites du massif, grâce au passage où Corippe, sans le nommer, décrit les troupes qui le suivaient en 546198. Iaudas ne peut être, en effet, que « ce fameux chef », venu « des contrées opposées » aux rivages syrtiques, et qui brûle de venger « la ruine que l’armée romaine lui infligea précédemment »199. Avec lui, marche d’abord l’Aurasitana manus, expression dont l’adjectif dérive évidemment d’un nom latin équivalent au grec Aurasion. Mais, ajoute le poète,

  • 200 Johannide, II, 144.

Innumerae gentes illum comitantur euntem200.

  • 201 Procope, Guerre vandale, II, 20, 23 : On trouve dans l’Aurasion un rocher escarpé qui se dresse au (...)

76Et il livre alors les noms des territoires de cinq gentes qui suivaient aussi le chef de l’Aurès : le rocher de Gemini, les campagnes de Zerquilis, les monts du Navusi(us ?), l’Arzugis, les campagnes de Vadis. Parmi ces noms, un ne s’applique, de toute évidence, qu’à une simple subdivision de l’Aurasitana manus : Quae Gemini Petram [colunt] désigne en effet une tribu dont le lieu de résidence est identique à la Petra Geminianou de Procope. Or, ce nom n’est dans le récit de l’historien grec que celui d’un pic de l’Aurès, où Iaudas cachait ses trésors201. L’insistance mise par Corippe sur ce sous-groupe aura-sien doit probablement s’expliquer par la célébrité, dans toute l’Afrique, de la Petra Gemini depuis la victoire de Solomon en 539. Le nom était connu de tous, et le citer en 546 revenait à souligner la gravité d’un danger maure qui renaissait de ses cendres.

  • 202 P. Morizot, « Aurès : époque byzantine », dans EB, t. VIII, 1990, p. 1111. D’autres, comme D. Pring (...)

77Le toponyme suivant est beaucoup plus énigmatique. Divers rapprochements ont été proposés pour Zerquilis, le dernier en date avec Rhesquil, un site de la vallée de l’oued Guechtane, par P. Morizot202. Aucun, faute de preuves, n’est réellement convaincant, mais on peut convenir avec P. Morizot que la description que donne Corippe de Zerquilis, avec d’horrida rura, conviendrait à une région du sud du massif.

  • 203 Cf. Ptolémée, IV, 2, 6 : Badea, au sud de Thucca, ville riveraine de l’Ampsaga.
  • 204 Un évêque a Vadis est cité en 251 : cf. J.-L. Maier, L’épiscopat de l’Afrique romaine, vandale et b (...)
  • 205 Johannide, II, 156-57 : Quique Vadis tepidae messes bis tondet in anno Maurus arans, bino perstring (...)
  • 206 Al-Bakrî, trad. De Slane, JA, 1859, t. 13, p. 131 : On y fait deux récoltes d’orge (cf. Corippe : h (...)
  • 207 Al-Bakrî, ibid. p. 131 : Parti de Tehouda, on arrive à Badis après une journée de marche... De Badi (...)

78C’est vers le sud aussi que nous conduit le dernier nom de la liste, Vadis. Ce toponyme doit en effet être rapproché de la moderne Badès, située sur la frange sud-est de l’Aurès. Certes, il existait une autre cité au nom identique dans l’Antiquité, dans la région des Babors203. Mais la forme Vadis pour l’actuelle Badès est déjà attestée au iiie siècle204. Et surtout, l’indication de Corippe selon laquelle on faisait à Vadis deux moissons par an205est répétée dans les mêmes termes par Al-Bakrî au xie siècle206. Or celui-ci situe la cité de Badès, où se font ces deux récoltes, sur une route nord-saharienne unissant Tehouda à Nefta207. Cette localisation oblige à identifier la Vadis de Corippe avec la ville du versant sud-oriental de l’Aurès, sur lequel Iaudas exerçait donc son autorité.

  • 208 Ch. Tissot, Géographie comparée de la province romaine d’Afrique, t. 1, p. 40.
  • 209 Johannide, II, 147-147 :

79Beaucoup plus mystérieux demeure le Navusi(us ?). Il ne peut s’agir, contrairement à ce que pensait Tissot, du Djebel Nafusa208 : même en l’étendant vers l’ouest comme le faisaient certains auteurs arabes, ce massif était beaucoup trop éloigné de l’Aurès, et ses tribus appartenaient à l’ensemble tripolitain. Les détails fournis par le poète (desertos locos209) conduisent plutôt à identifier ces nefanda montana avec des reliefs plus arides que l’Aurès, mais situés à relative proximité. On peut penser alors soit à un sous-ensemble du massif situé sur sa bordure méridionale, soit réellement à une autre montagne : auquel cas, la partie sud-ouest des Némencha, à l’est du Djebel Chechar et au sud de Guentis, pourrait parfaitement convenir.

c) Le problème de l’Arzugis

  • 210 Johannide, II, 147-148.

80La tentation de nombre d’historiens pour un rapprochement Navusi(us ?)/Nafusa est due aussi au trouble suscité par le nom du groupe qui apparaît ensuite dans le texte de Corippe210 :

(...) Nutrit quos horrida tellus
Arzugis infandae, veteres sic nomine dicunt.

  • 211 Sur l’ensemble du dossier, cf. les deux notices de J. Desanges, « Arzuges » dans Catalogue... p. 78 (...)
  • 212 CIL VIII, 22763 : trois fragments d’une borne :
  • 213 Sidoine Apollinaire, Carmen, V, 337 (panégyrique de Majorien) dans MGH, a.a., t.8 p.196 :

81Ce nom d’Arzugis, connu de longue date selon le poète, évoque en effet immédiatement un pays souvent cité dans des textes de la fin du ive et du début du ve siècle211. Il dérive d’un ethnonyme berbère, Arzuges. Les Arzuges formaient à l’origine une gens, identifiée comme telle par l’administration romaine. On trouvait vraisemblablement leur nom sur une borne de délimitation posée sous Trajan dans le sud tunisien, entre Bezereos et Tibibuci212. Le texte publié distingue les Maba... et les Arzosei. Mais, comme X. Dupuis nous l’a fait remarquer, il y a très probablement eu ici une erreur de lecture due à la confusion classique entre « S » et « G » : il faut donc lire Arzogei, et identifier dans le document une borne séparant le territoire de deux tribus contrôlées par l’administration romaine, à une époque où elle réorganisait ces régions méridionales. On retrouve une indication allant dans le même sens beaucoup plus tard, dans une énumération de peuples africains « alliés » du Vandale Genséric donnée par Sidoine Apollinaire213. Même si, de toute évidence, cette liste est purement fictive et anachronique, sa mention des Arzuges à côté des Garamantes, des Psylles et des Nasamons prouve que leur nom appartenait normalement au répertoire poétique de la barbarie africaine, et qu’il avait donc eu valeur d’ethnique au moins à l’origine.

  • 214 Saint Augustin, Lettre 46, 1 et 5, éd. A. Goldbacher, CSEL, tome 34, 2, Vienne, 1898, p. 123 et p. (...)

82Etait-ce toujours vrai aux ve et vie siècles ? La correspondance de saint Augustin montre qu’on parlait encore d’Arzuges à son époque, mais dans un sens apparemment plus large. Dans une lettre déjà souvent commentée, un certain Publicola, entre 395 et 399, questionna en effet l’évêque d’Hippone sur les serments prêtés sur leurs dieux païens par les travailleurs berbères qu’il employait214 :

Chez les Arzurges (in Arzugibus), à ce que j’ai entendu dire, les barbares (barbari) ont la coutume de prêter serment au décurion qui commande le limes, ou au tribun, et ils jurent par leurs démons quand ils concluent des engagements pour accomplir des transports ou pour garder les récoltes. Des propriétaires fonciers ou des fermiers ont l’habitude de les accueillir comme des gens dignes de confiance pour assurer la garde des récoltes, quand le décurion leur a envoyé une lettre ; les voyageurs qui doivent traverser le pays en les prenant comme guides font de même. (...) Si j’envoyais quelqu’un chez les Arzuges (ad Arzuges), lui serait-il permis de recevoir des barbares ce serment mortel ? [suivent de nombreuses autres questions dont plusieurs encore à propos des barbares].

  • 215 A. Mandouze, Prosopographie chrétienne du Bas-Empire. I. Afrique, Paris, 1982, article « Publicola  (...)
  • 216 Lettre 46, éd. Goldbacher citée supra, p. 124 lignes 1, 5, 6, 9, 10, 18 ; p. 125, lignes 2, 16, 22.

83La principale difficulté de ce texte, de notre point de vue, tient au rapport entre les barbares et les Arzuges. Comme A. Mandouze et Cl. Lepelley215, il nous paraît nécessaire de dissocier les deux noms. Cette interprétation, indépendamment des conclusions qu’autoriseront plus loin les spécificités des Arzuges, peut être justifiée d’abord par un simple examen littéraire et linguistique de la lettre de Publicola. Le mot Arzuges n’apparaît en effet dans l’ensemble de la lettre qu’en deux occasions, et à chaque fois alors dans la même phrase que « barbares », mais dans des membres différents, avec dans les deux cas une volonté de localisation (in Arzugibus ; ad Arzuges). Par la suite, dans de nombreuses autres phrases ne nécessitant pas de références à une localisation, Publicola est amené à évoquer à nouveau ces barbares : or, systématiquement en chacune de ces occasions, il n’emploie que le mot barbari, et jamais Arzuges216. Pourquoi, s’il songeait précisément à ce groupe, ne plus le nommer ainsi ? Le phénomène se répète neuf fois et ne nous semble laisser aucun doute : les Azurges n’étaient pas les barbares et c’est donc a priori à deux groupes différents que Publicola faisait allusion.

  • 217 Ibid. p. 123 ligne 15 et p. 126 ligne 1.
  • 218 Gesta conlationis Carthaginiensis anno 411, I, 207 (éd. S. Lancel, CCL, t. 149 A, Turnhout, 1974, p (...)
  • 219 Saint Augustin, Lettre 93, VIII, 24 (éd. A. Goldbacher, CSEL, t. 34, 2, Vienne, 1898, p. 469).

84Nous reviendrons plus loin sur les mystérieux barbares de cette lettre. L’essentiel est pour l’instant d’identifier les Arzuges. Ceux-ci formaient, de toute évidence, un groupe humain bien défini aux yeux des Romains de ce temps. Les tournures employées par Publicola (in Arzugibus, ad Arzuges217) sont sans équivoque. De la même manière, dans un passage des Actes de la conférence de Carthage en 411, l’évêque de Tusuros (Tozeur) déclare s’être mis en route en compagnie d’un prêtre d’Aquae (El Hamma du Djérid) en partant de Arzugibus218. A peu près au même moment aussi, saint Augustin, en évoquant les querelles entre donatistes et le schisme des maximianistes in Byzantio et in Tripoli, précise : sed confligant cum eis Arzuges219. Tous songeaient donc à une population particulière, qui tirait certainement son nom de la gens Arzugum de jadis. Etait-elle pour autant encore purement berbère ? La question, pour être résolue, suppose que soit localisé avec précision le pays auquel elle était associée.

Carte 14 – L’Arzugis (d’après une carte de P. Trousset, AA, 1982, p. 49).

  • 220 Concile de Carthage, séance du 28 août 397, dans Concilia Africae, a. 345-a. 525, éd. C. Munier, CC (...)
  • 221 Ibid. p. 189, ligne 239 : Aurelius episcopus dixit... cogitare enim debetis, fratres, quia hoc sibi (...)
  • 222 Texte dans Patrologie Latine, tome XX, col. 1009 : Dilectissimis ac desiderabilibus fratribus et co (...)

85Au ive siècle, le nom d’Arzuges avait en effet été donné aussi au territoire que ceux-ci occupaient, qui était devenu l’Arzugis. Lors du concile de Carthage en 397, l’évêque Aurelius mentionna ainsi un pays dit Arzuge (à l’ablatif), mis sur le même plan que la Tripolis220. Nous savons également qu’un adjectif s’était créé à partir de ce mot : Aurelius évoque dans le même texte les Arzugitani fratres à côté des Tripolitani221. Cet adjectif servait aussi, pris substantivement, à désigner la région : une lettre d’Aurelius est adressée en 419 aux évêques établis per tractum provinciae Byzacenae et Arzugitanae222. Or qu’entendait-on exactement sur le plan géographique par ces expressions ? On s’est souvent contenté, pour répondre à cette question, de relever quelques détails significatifs, comme la double association avec la Tripolitaine et la Byzacène, pour conclure que l’Arzugis couvrait le sud tunisien au sens large. L’analyse du contexte de nos documents permet en réalité d’être plus précis. Si l’on excepte en effet un texte d’Orose, sur lequel nous allons revenir, une grande cohérence caractérise les indications des autres sources. Toutes proviennent d’évêques, ou sont adressées à des évêques : saint Augustin, Publicola écrivant à saint Augustin, Aurelius de Carthage au concile de 397 ou dans une lettre de 419, l’évêque de Tusuros dans les Actes de la conférence de 411. En parlant d’Arzugis ou d’Arzugitani, tous ces auteurs font référence visiblement à une même réalité géographique, qu’ils connaissent bien, mais qui semble bien être aussi pour eux une réalité ecclésiastique.

  • 223 Cf. son article « Africa, B, Organisation ecclésiastique », dans Augustinus Lexicon, vol. 1, Stuttg (...)
  • 224 Cf. supra note 222 : la lettre commence par Super Caelestii et Pelagii damnatione...
  • 225 Ce fait essentiel et trop souvent négligé avait déjà été noté par P. Romanelli (« Le sedi episcopal (...)
  • 226 Cf. supra notes 220 et 221.
  • 227 S. Lancel, Actes de la conférence de Carthage en 411, tome 4, Paris, 1991, p. 1508 : la Notitia de (...)

86Bien que plusieurs fois approchée, en particulier par S. Lancel223, l’hypothèse que l’Arzugis des textes chrétiens ait constitué une subdivision de province ecclésiastique n’a, à notre connaissance, jamais été explicitement formulée. Un détail de la lettre déjà citée d’Aurelius de Carthage en 419 nous semble, cependant, devoir nécessairement y conduire. Cette lettre est adressée, en effet, aux évêques établis per tractum provinciae Byzacenae et Arzugitanae. Or, par rapport aux autres documents d’origine ecclésiastique, deux traits la caractérisent. Le premier est sa nature officielle. Avant de figurer parmi les canons de l’Église d’Afrique, les déclarations évoquant au concile de 397 la situation in Arzuge et in Tripolitania, puis les Arzugitani et Tripolitani fratres, étaient de simples réponses à des questions formulées lors d’un débat. De même, l’intervention de l’évêque de Tusuros en 411 était le discours improvisé d’un homme se référant à son expérience vécue. De même encore, la lettre de Publicola et la lettre d’Augustin ironisant sur les divisions entres donatistes étaient des documents sans caractère officiel. Au contraire, la mention de l’Arzugis par Aurelius en 419 figure dans ce qui est l’adresse officielle d’un document solennel du primat de l’Église d’Afrique annonçant la condamnation de Pélage224. Les termes de cette adresse, comme c’est toujours le cas pour ce type de document, ont été choisis avec une précision particulière. Aurelius envoie son texte aux évêques collectivement désignés par les subdivisions ecclésiastiques officielles auxquelles ils appartenaient. Or ici apparaît le deuxième trait remarquable du document. Le mot provincia est au singulier : per tractum provinciae Byzacenae et Arzugitanae. Compte tenu du caractère et de la nature du texte, ce singulier ne peut avoir qu’une signification : l’Arzugitane et la Byzacène formaient une seule province ecclésiastique, ce qui revient à dire que dans la célèbre province de Byzacène, habituellement seule citée, l’Arzugitane constituait une subdivision225. On pourrait, certes, s’étonner alors que d’autres textes, de nature moins officielle, paraissent l’associer à la Tripolitaine (ainsi les Actes du concile de 397226). Mais l’étrangeté disparaît aussitôt si l’on se souvient, comme S. Lancel l’a montré, que la province ecclésiastique de Byzacène débordait au sud du Chott el Djérid sur la province civile et militaire de Tripolitaine, en incluant en particulier Turris Tamalleni227.

  • 228 Le limes Tripolitanus allait théoriquement de Tacape à Telmine, en passant au sud des Chotts, puis (...)
  • 229 L’exemple le plus remarquable étant celui des débordements de la Numidie sur les provinces voisines (...)
  • 230 Concilia Africae, éd. C. Munier, CCL, t. 149, p. 45 lignes 237-238.
  • 231 Cf. S. Lancel, Actes de la conférence de Carthage en 411, t. 1, Paris, 1972, p. 185 : « Note complé (...)

87L’Arzugis était simplement la partie méridionale de la Byzacène ecclésiastique. Elle occupait donc un secteur de la région du limes Tripolitanus, ce qui explique que pour certains elle pouvait être associée à la Tripolitaine228. Ce n’était là cependant qu’un de ces chevauchements des limites religieuses sur les limites administratives, si banals en Afrique229. Du point de vue ecclésiastique, les choses devaient être claires : l’Arzugis et la Tripolis étaient deux unités nettement différentes. Il suffit pour s’en convaincre de revenir à l’intervention d’Aurelius en 397 : nam in Tripoli, ut asseritur, episcopi sunt quinque230. Nous connaissons ces cinq évêchés : Lepcis, Sabratha, Oea, Tacape et Girba, auxquels s’ajouta ensuite Gightis231. Tous sont situés sur la côte. Où placer des évêchés « arzuges » si l’Arzugis avait été, même partiellement, rattachée ecclésiastiquement à la Tripolitaine ? La seule solution pour concilier tous ces textes est bien d’admettre que, pour l’Église, l’Arzugis formait la partie méridionale de la province ecclésiastique de Byzacène, c’est-à-dire toute la bordure du Chott el Djérid, avec les évêchés de Tusuros, Nepta, Aquae et Turris Tamalleni. Ainsi s’explique également, avec cette situation à la limite du désert, qu’on ait souvent, pour évoquer des régions à problèmes, nommé à côté des Tripolitani fratres les Arzugitani plutôt que les Byzaceni, ce qui aurait été ridicule pour qui songeait aux parties très urbanisées de la Byzacène.

  • 232 Sur cette évolution sémantique, cf. infra p. 448-450.
  • 233 Ammien Marcellin, Histoire, XXVII, 6, 14 : Eupraxius, Caesariensis Maurus, magister ea tempestate m (...)

88A ce stade de l’enquête, nous pouvons revenir sur la nature de la population de cette Arzugis. Nous avons vu qu’à l’origine celle-ci était purement berbère. Partant de là, et puisque nous somme dans une région méridionale qui ne fut évidemment pas en Afrique le foyer le plus dynamique de la romanisation, on admettra qu’au ve siècle certains de ceux qu’on appelait Arzuges, qui habitaient in Arzuge, vivaient encore dans une structure tribale, comme leurs ancêtres. Mais le dossier que nous venons d’analyser, qui à aucun moment ne fait référence à une gens et définit une Arzugis qui possédait des cités, autorise à se demander si le nom d’Arzuges n’avait pas pris un sens beaucoup plus large : le mot n’était-il pas devenu aussi au ive siècle un simple synonyme d’Arzugitani ? En d’autres termes, n’appelait-on pas Arzuges simplement tous les habitants d’une vaste région qui avait jadis été seulement peuplée de Berbères portant ce nom ? Le processus envisagé ici n’aurait en effet rien d’extraordinaire. Il aurait simplement été le même que celui qui s’était développé en Numidie et en Maurétanie. A l’origine, un peuple berbère, les Numides ou les Maures, a habité un pays défini auquel il a donné son nom. Ce pays a été occupé par les Romains et une partie de sa population s’est romanisée, sans cependant qu’il perde son nom, qui avait jadis valeur d’ethnique. Au terme de l’évolution, au Bas-Empire, l’usage s’est établi de désigner par l’ancien ethnique tous les habitants de la région, les Berbères restés organisés en tribus comme les Romains des cités232. Saint Augustin ou Ammien Marcellin agissent exactement ainsi en parlant des « Maures » : il suffit de rappeler la mention chez le second du Maurus Eupraxius, en réalité le magister memoriae de Valentinien Ier233. Par un processus identique, on peut penser que l’évêque d’Hippone ou son collègue Aurelius, lorsqu’ils évoquent les Arzuges mêlés à la crise donatiste, songeaient en réalité aux habitants de l’Arzugis au sens large, Berbères et Romains. Cela expliquerait en particulier le caractère très général des documents adressés aux Arzugitani fratres, des chrétiens qui, pour partie, vivaient indiscutablement dans des cités romaines.

89On perçoit dès lors la double difficulté que suscite le dossier de l’Arzugis du début du ve siècle lorsqu’on cherche à la mettre en rapport avec l’Arzugis de Corippe, fidèle à Iaudas en 546. D’une part, le pays possédait une partie de sa population qui était nettement romanisée. D’autre part et surtout, il se situait à une distance relativement importante de l’Aurès. Le pays des Chotts est éloigné de 150 km du massif ou de Badès, et étendre jusque-là l’autorité de Iaudas poserait deux nouveaux problèmes : que penser de la situation politique des Némencha dans ces conditions ? Comment d’autre part situer Cusina, établi à l’origine juste au nord des oasis, par rapport à Iaudas ? Maintenir à ce moment l’hypothèse d’une localisation traditionnelle pour l’Arzugis fidèle au chef de l’Aurès ne serait envisageable, en fait, qu’à condition d’y voir la conséquence d’une évolution toute récente. La situation décrite par Corippe est en effet celle de 546, après les bouleversements causés dans le sud de la Byzacène par les victoires byzantines de 534-535. Or il est possible que ce ne soit qu’à ce moment seulement, tandis que Cusina fuyait vers l’Aurès, que les divers groupes nomades ou semi-nomades qui circulaient au sud de son territoire, de Négrine à Tozeur et Telmine, soient eux-aussi, sans migration, passés alors sous l’autorité de Iaudas. Il s’agirait, dans ce cas, d’une alliance ou d’un rapport de vassalité plus que d’une intégration à une confédération aurasienne.

  • 234 Orose, Historiae adversus paganos, I, 2, 90.

90Cette interprétation reste cependant fragile. Elle supposerait une extraordinaire extension du pouvoir de Iaudas, et rendrait, du coup, plausible aussi son contrôle sur le Djebel Nafusa, mais en admettant de la part de Corippe une incohérence complète dans son classement des tribus. L’hypothèse n’est guère vraisemblable, et n’est surtout pas nécessaire. Une alternative existe en effet, qui nous est offerte par un passage des Historiae d’Orose, écrit vers 417, le seul du dossier des Arzuges jusqu’ici laissé de côté234 :

Tripolitana provincia, quae et Subventana vel regio Arzugum dicitur, ubi Leptis Magna civitas est, quamvis Arzuges per longum Africae limitem generaliter vocentur, habet ab oriente aras Philaenorum...

  • 235 C’est en particulier l’impression que donne parfois R. G. Goodchild, lors-qu’il conclut que « l’Arz (...)

91Pour le prêtre espagnol, la Tripolitaine est d’abord appelée subventana vel regio Arzugum. Ces deux indications sont totalement originales et n’apparaissent dans aucune autre source. Appliqué à la région côtière célèbre par ses trois cités, le nom de « région des Arzuges » a toujours paru insolite. En général, les historiens ont donc pensé que seul l’intérieur de la province était ainsi désigné, pour certains jusque dans les vallées de Tripolitaine orientale235. La difficulté est, comme nous l’avons vu, que tous les autres textes comportant des précisions géographiques sur les Arzuges et leur pays les distinguent bien de la Tripolitaine. Pour résoudre la contradiction, on peut penser qu’Orose faisait référence ici à une survivance toponymique correspondant peut-être à une ancienne réalité (une extension des tribus Arzuges jusqu’en Tripolitaine avant le second siècle), désormais modifiée. L’hypothèse nous paraît d’autant plus fondée que l’auteur lui même corrige aussitôt son propos : quamvis per longum Africae limitem generaliter vocentur. Quamvis pourrait être ici une conjonction introduisant une correction non seulement à valeur géographique mais aussi temporelle : « la Tripolitaine est appelée région des Arzuges, quoique l’on parle [aujourd’hui] d’Arzuges tout le long de la frontière d’Afrique ».

  • 236 Cf. J. Desanges, « Arzuges », dans EB, t. VI, Aix, 1988, p. 950-952 : Arzygius comme signum ( ?) d’ (...)
  • 237 Il ne s’agit là, cependant, que d’une hypothèse, et nous ne cherchons pas à dissimuler la difficult (...)

92Cela éliminerait la Tripolitaine, mais ne réglerait pas le problème : comment en effet accepter une localisation aussi large que le limes d’Afrique quand nombre de textes ne connaissent d’Arzuges que dans le sud tunisien actuel ? La seule hypothèse qui nous paraisse envisageable est qu’Orose songeait en ce cas effectivement à de véritables Arzuges, des Berbères nomades qui devaient circuler le long du limes. Diverses inscriptions montrent, en effet, que le nom des Arzuges était devenu célèbre non seulement en Afrique mais aussi en Italie, peut-être, selon J. Desanges, parce que ces gens avaient acquis une grande réputation de guides et de passeurs236. Il est possible, dès lors, qu’on les ait trouvés un peu partout, exerçant leur spécialité en particulier au bord des Chotts, et que leur nom se soit ainsi répandu dans toute la zone méridionale de l’Afrique romaine. Dans cette perspective, le texte de Corippe que nous cherchons à éclairer prendrait enfin une signification rationnelle : le poète, constatant la dispersion des fameux Arzuges sur le secteur du limes de Numidie, et la présence de certains d’entre eux dans l’armée d’Iaudas, se serait cru autorisé à parler d’Arzugis pour évoquer leurs terrains de parcours, situés en réalité sur le piémont saharien de l’Aurès. Un tel procédé, qui s’explique peut-être simplement par une nécessité de versification, n’aurait dans tous les cas rien d’étonnant de sa part : il ne s’agirait pas d’une invention ou d’une falsification, mais d’une facilité poétique fondée sur un phénomène réel (la dispersion des Arzuges), et qui se justifiait par la célébrité de ce nom, à laquelle Sidoine Apollinaire, bien que Gaulois, n’avait lui-même pas été insensible237.

  • 238 Procope, Guerre vandale, II, 19, 19 :

93Dans cette hypothèse, nous pourrions donc limiter l’autorité du chef de l’Aurès à la seule marge méridionale du massif, une région dont nous savons avec certitude qu’elle était sous son contrôle. Outre la mention de Badès, déjà commentée, le témoignage de Corippe est en effet confirmé aussi sur ce sujet par un passage méconnu de Procope, dans son récit de l’expédition de Solomon en 539. L’historien grec y signale que, devant la menace, l’armée de Iaudas se scinda en trois parties. Le chef lui-même demeura sur la montagne avec 20 000 hommes ; un groupe nombreux s’enfuit vers la Maurétanie ; et un autre groupe se dirigea vers les barbares qui se trouvaient au sud de l’Aurasion238. Cet éclatement de l’armée maure était imposé par les circonstances, mais il ne dut pas se faire au hasard. Il est vraisemblable qu’il traduisit un repli vers leurs pays d’origine des éléments non aurasiens de l’armée de Iaudas. La remarque de Procope prouve probablement donc que le chef de l’Aurès avait bien autorité sur des tribus méridionales, peut-être jusqu’au sud des Némencha.

94Le texte mentionne cependant aussi, parmi les fuyards de 539, des tribus occidentales. Nous avons laissé de côté jusqu’ici la situation des Maurétanies, mais la présence de ces gens derrière Iaudas nous oblige désormais à poser la question, encore plus compliquée, des relations du maître de l’Aurès avec les autres chefs maures de son temps.

2) Iaudas et ses voisins

  • 239 Les Némencha durent rester sous contrôle vandale encore quelques années après la chute de l’Aurès v (...)

95Le sort des populations des Némencha, tout comme celui des habitants de la Maurétanie Sitifienne, apparaît très obscur dans les événements de l’époque vandale239. Or, sans véritablement offrir des lueurs suffisantes, les sources du VIe siècle, et en particulier le récit de Procope, permettent, un siècle après l’invasion, de constater une réelle évolution de ces régions.

a) Mas(s)ônas

  • 240 La plupart des manuscrits de Procope mentionnent ce nom avec deux s mais un des plus anciens, l’Ott (...)
  • 241 Procope, Guerre vandale, II, 13, 19.

96En relatant la première expédition de Solomon dans l’Aurès en 535, Procope est amené en effet à évoquer brièvement plusieurs personnages en rapport avec Iaudas. Nous savons ainsi qu’un certain Mas(s)ônas240était à cette époque l’ennemi du roi de l’Aurès, parce qu’il l’accusait d’avoir fait assassiner son père Méphanias, qui était en même temps le beau-père de Iaudas241. Le passage permet la reconstitution du petit schéma parental suivant :

  • 242 Procope, ibid :
  • 243 Procope, Guerre vandale, II, 20, 31 :

97D’autre part, Iaudas s’était entendu avec Mastinas, chef des barbares de Maurétanie, pour évincer les Maures d’Ortaïas, un autre chef, des terres qu’ils occupaient depuis longtemps242. Enfin, en un autre passage, Procope signale que la Maurétanie Première, dont la capitale est Sitiphis, fut annexée par Solomon en 539, tandis que l’autre Maurétanie resta aux mains de Mastigas et de ses Maures, sauf Caesarea, réoccupée par les Byzantins243.

  • 244 CIL VIII, 9835 (= J. Marcillet-Jaubert, Les inscriptions dAltava, Aix, 1968, no 194) : Pro sal(ute(...)
  • 245 Cf. texte infra p. 399.

98Plusieurs grands historiens modernes ont beaucoup commenté ces quelques lignes, en les reliant le plus souvent à deux inscriptions à peu près contemporaines. La première, trouvée à Altava, à l’extrémité occidentale de la Maurétanie Césarienne, mentionne en 508 Masuna, rex gent(ium ?) Maurorum et Romanorum244. La seconde, découverte à Arris, au centre de l’Aurès, est un elogium d’un personnage par ailleurs inconnu, le dux et imperator Masties, gravé après sa mort sur un monument construit par un certain Vartaia245. Elle n’est pas datée, mais de nombreux indices, sur lesquels nous reviendrons, obligent à la situer à la fin du ve ou au début du vie siècle.

  • 246 J. Carcopino, « Un empereur maure inconnu d’après une inscription latine récemment découverte dans (...)
  • 247 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 336.
  • 248 J. Carcopino, « Encore Masties, l’empereur inconnu », dans RAf, t. 100, 1956, p. 339-348.
  • 249 G. Camps, « Rex gentium Maurorum et Romanorum », dans AA, t. 20, 1984, p. 198.
  • 250 P. Morizot, « Pour une nouvelle lecture de l’elogium de Masties », dans AA, t. 25, 1989, p. 283. Le (...)
  • 251 Si Massônas était Masuna, maître d’Altava, il faudrait faire de Mastigas un souverain de la seule p (...)
  • 252 M. Janon, « L’Aurès au VIe siècle. Note sur le récit de Procope », dans AA, t. 15, 1980, p. 350.

99Le débat a d’abord principalement porté sur le personnage de Mas(s)ônas. Pour J. Carcopino, Masuna était Mas(s)ônas, et celui-ci était donc le chef d’un très vaste royaume de Maurétanie, qui aurait cherché, vingt-sept ans au moins après son avènement, à se venger de son beau-frère Iaudas246. Cette thèse a été contestée par C. Courtois qui a souligné toute la fragilité du schéma proposé par son maître : l’éloignement d’Altava par rapport à l’Aurès, l’écart chronologique très important entre nos deux documents, et la banalité d’un nom berbère fondé sur la racine MSN rendaient vaine, selon lui, toute identification de Masuna à Mas(ô)nas. L’historien des Vandales proposait donc de voir plutôt en Mas(s)ônas un chef voisin de Iaudas, à situer dans les Némencha247. Le débat n’a pourtant pas été clos : depuis 1955, J. Carcopino a répondu à C. Courtois en maintenant sa thèse initiale248, G. Camps s’y est opposé249, tandis que récemment P. Morizot, avec quelques arguments nouveaux, revenait à cette interprétation250. La question reste obscure et ne peut, en fait, être envisagée indépendamment : le raisonnement de J. Carcopino et de P. Morizot ne se conçoit en effet qu’au prix d’une localisation très orientale d’Ortaïas et de Mastinas251, ce qui soulève de multiples difficultés comme nous le verrons. Quant à l’hypothèse de Courtois, vers laquelle nous pencherions plutôt pour localiser Mas(s)ônas, on ne peut nier sa fragilité : elle repose seulement sur un argument de vraisemblance et sur le silence de nos sources sur les Némencha. D’autre part, comme l’a noté M. Janon, rien, après tout, ne nous prouve que Méphanias ait jamais été à la tête d’un royaume, ni que ce royaume ait été voisin de celui de Iaudas252 : les pauvres indications de Procope sur ce personnage se limitent à la mention d’un lien de parenté et d’un règlement de compte familial.

100Les rapports politiques précis qui pouvaient exister entre Iaudas et Mas(s)ônas constituent donc un problème quasi insoluble.

b) Ortaïas

  • 253 J. Carcopino, article cité supra note 246, p. 111-118 surtout.
  • 254 P. Morizot, article cité supra note 250 (AA), p. 282-283.

101Avec Ortaïas, le mystère est peut-être, en revanche, moins décourageant. Pour J. Carcopino, Vartaia, auteur du monument d’Arris dédié à Masties, serait l’Ortaïas de Procope, ennemi de Iaudas en 535 parce que celui-ci voulait le chasser de ses terres. La localisation du monument imposerait de voir en Ortaïas un chef de l’Aurès occidental, tandis que Iaudas aurait contrôlé l’Aurès oriental seulement, et que Mastinas, allié de ce dernier contre Ortaïas, aurait été le maître de la Maurétanie Sitifienne et du Hodna253. Avec quelques compléments, ce schéma a été récemment et à plusieurs reprises réaffirmé par P. Morizot, qui s’est efforcé de souligner son adéquation à la distinction archéologique, essentielle selon lui, entre Aurès oriental et Aurès occidental254.

  • 255 Guerre vandale, II, 13, 28 : cf. supra note 192.

102Notre interprétation est très différente. D’une part, nous l’avons vu, le texte de Procope, malgré ses ambiguïtés, paraît attribuer nettement à Iaudas un Aurasion qui correspond au grand massif aura-sien actuel, ce qui, au moins après 533, ne laisse aucune place à Ortaïas. Procope lui-même, dans un passage négligé, exclut d’ailleurs implicitement une telle éventualité. L’historien grec, lorsqu’il entreprend de localiser Ortaïas, construit en effet son texte ainsi : après avoir spécifié qu’en 535 les Maures de Iaudas occupaient aussi la terre à l’ouest de l’Aurasion, ou la terre de l’ouest de l’Aurasion, il indique : plus loin vivaient encore d’autres Maures, que commandait Ortaïas255. Or, que cette possession occidentale de Iaudas soit le pays des Monts de Batna avec les plaines voisines, ou simplement l’Aurès occidental, on voit bien que son existence en elle-même oblige à rejeter Ortaïas encore beaucoup plus à l’ouest, c’est-à-dire dans l’ancienne Maurétanie Sitifienne.

  • 256 Guerre vandale, II, 13, 19.

103La même conclusion se dégage de l’étude des informations fournies par Procope sur l’autre chef qui, en 535, s’était entendu avec Iaudas. Ortaïas, en effet, faisait grief à Iaudas d’avoir pour dessein, en accord avec Mastinas qui gouvernait les barbares de Maurétanie, de le chasser lui et tous ses Maures du pays où ils vivaient depuis des temps anciens256. Logiquement, on déduit de ce texte que Mastinas devait être un voisin d’Ortaïas, situé de l’autre côté de son royaume, donc vraisemblablement au nord ou à l’ouest (le sud, saharien, étant peu envisageable, et l’est étant aux mains de Iaudas). La tentation est grande alors d’identifier ce Mastinas à Mastigas, un personnage dont Procope n’a jamais parlé avant d’arriver à sa conclusion sur les opérations militaires décisives de Solomon dans l’Aurès en 539, mais dont il dit alors :

  • 257 Guerre vandale, II, 20, 30-31 : cf. supra note 243.

Lorsque les Maures... se furent retirés de Numidie, Solomon fit rentrer dans l’Empire romain, comme province tributaire, le territoire de Zabê, situé au-dessus (y_peùr) de l’Aurès, qui porte le nom de Maurétanie Première et a pour capitale Sitifis. Dans l’autre Maurétanie, en effet, la première cité est Césarée. Là habitait avec ses Maures Mastigas, qui avait pour sujet et tributaire tout le pays sauf la cité de Césarée257.

  • 258 J. Carcopino, op. cit. supra note 246 (REA, 1944), p. 114 note 5, et article cité supra note 248 (R (...)

104Dans les deux cas, pour Mastinas comme pour Mastigas, Procope évoque ce qui est pour lui, à son époque, le grand chef maure de Maurétanie, mais pour J. Carcopino et P. Morizot, il s’agirait de deux personnages différents. La preuve en serait que l’historien grec indique que le second commandait des Maures, alors qu’il désigne le premier comme un chef de barbares. L’opposition entre Maures et barbares empêcherait ainsi tout rapprochement. Celui-ci serait également absurde compte tenu du contexte politique : en 535, Mastinas avait été l’allié de Iaudas ; en 539, Solomon chassa Iaudas mais n’entreprit rien contre Mastigas : un tel « oubli » ne s’expliquerait que par une différence évidente entre les deux personnages258...

  • 259 Parce que leurs recherches partent toujours de l’inscription d’Arris, dont ils cherchent à élucider (...)

105L’intérêt de cette distinction pour les deux savants n’a pas besoin d’être démontré : elle seule permet de resserrer les distances entre tous les chefs cités par Procope (cf. le tableau ci-dessous). Tout le monde convenant en effet que Ortaïas se trouvait entre Mastinas et Iaudas, et Mastigas étant donné comme chef de la Maurétanie Césarienne, une assimilation Mastinas/Mastigas obligerait à situer Ortaïas en Sitifienne, ce qui l’éloignerait de l’Aurès et rendrait difficile son identification avec Vartaia, l’auteur du monument d’Arris. Au nom de cette identification, prioritaire à leurs yeux259, J. Carcopino et P. Morizot préfèrent donc admettre l’existence de deux chefs maurétaniens, l’un à la tête de Barbares, l’autre de Maures.

HYPOTHÈSES SUR LA LOCALISATION DES CHEFS MAURES DE NUMIDIE ET MAURÉTANIE AU vie SIÈCLE

HYPOTHÈSES SUR LA LOCALISATION DES CHEFS MAURES DE NUMIDIE ET MAURÉTANIE AU vie SIÈCLE
  • 260 P. Morizot, article cité supra note 240 (CRAI, 1993), p. 103.
  • 261 Cf. Y. Duval, « La Maurétanie Sitifienne à l’époque byzantine », dans Latomus, 1970, p. 157-161.
  • 262 Guerre vandale, II, 4, 27 : Μαυρούσιοι βάρβαροι.
  • 263 De Aedificiis, VI, 4, 6 : Μαυρούσιοι βάρβαροι, οί Λευάθαι καλούμενοι...
  • 264 La seule exception, mais qui vérifie la règle, se trouve dans le De Aedificiis, lorsque Procope évo (...)

106C. Courtois n’avait pas accepté ce raisonnement, et comme lui nous le croyons indéfendable, pour de multiples raisons. Les arguments produits sont d’abord réellement très faibles. Si en effet Solo-mon ne tente rien contre la Maurétanie Césarienne en 539, c’est, comme l’a envisagé finalement P. Morizot lui-même260, tout simplement parce qu’il n’en a pas les moyens, une réalité qui se vérifiera d’ailleurs nettement ensuite, quand les Grecs manifesteront leurs difficultés à conserver la modeste Sitifienne261. Quant à la distinction entre barbares et Maures, elle s’avère, pour qui se penche sur l’intégralité de l’œuvre de Procope, absolument illusoire. Dans la Guerre vandale, les deux termes sont toujours synonymes, et employés indifféremment, ou même simultanément pour désigner le même groupe. Ainsi, par exemple, quand Procope décrit le mont Pappua, qui fut « la dernière retraite de Gélimer » : des barbares Maures, amis et alliés de Gelimer, y habitent262... Ou encore lorsqu’il évoque les grands ennemis de l’Empire en Tripolitaine : les barbares Maures, ceux qu’on appelle Levathai...263A aucun moment, quel que soit le statut de leur chef, Procope ne songe à distinguer des Maures qui ne seraient pas des barbares264.

  • 265 P. Morizot, « Recherches sur les campagnes de Solomon dans l’Aurès », CRAI, 1993, p. 103.
  • 266 Guerre vandale, II, 20, 31. Cf. texte supra note 243.

107Rien par conséquent, en dehors d’un détail orthographique, ne vient justifier une distinction entre Mastinas et Mastigas. Mais ce détail lui-même, d’un point de vue paléographique, n’établit qu’une différence infime : tout tient à une lettre, n, qui pouvait très aisément être confondue avec le g. Or, P. Morizot, en examinant les manuscrits de la Guerre vandale, a précisément noté sur ce point que l’Ottobonianus graecus 182, un des meilleurs de la série, ne connaît qu’un personnage, Mastinas265. Il n’est donc pas abusif de soupçonner, à un stade de la tradition écrite, une erreur de copie qui est, en grec, assurément une des plus banales qui soient. Un mot du deuxième passage de Procope sur la Maurétanie, pour présenter son chef, confirme le bien-fondé de cette hypothèse : Car Caesarea est la capitale de l’autre Maurétanie, où étaient établis Mastigas ainsi que ses Maures266... Curieusement, personne ne s’est étonné de l’emploi de ce possessif. Il représenterait pourtant une anomalie si Procope évoquait pour la première fois ce personnage. De toute évidence, il n’a de sens ici que s’il renvoie à un chef connu, déjà présenté : c’est-àdire Mastinas, le seul chef de Maurétanie précédemment nommé. Il faut donc conclure à l’existence d’un seul prince de Maurétanie dans la Guerre vandale, qui contrôlait la Maurétanie Césarienne sauf Caesarea.

  • 267 Et on pourra, sans en exagérer l’importance, relever ici avec P. Morizot (CRAI, 1993 p. 98-99) l’in (...)
  • 268 Procope, De aedificiis, VI, 7, 9 :
  • 269 Il faut cependant noter que Procope ne nomme pas Ortaïas à propos des événements de 539 : s’il occu (...)
  • 270 Procope, Guerre vandale, II, 13, 35-38 : Solomon et toute l’armée eurent ensemble l’intuition que l (...)
  • 271 Procope, Guerre Vandale, II, 17, 8 : Les rebelles se présentèrent en ordre dispersé, à la manière d (...)
  • 272 J. Carcopino, « Encore Masties l’empereur inconnu », RAf, t. 100, 1956, p. 348 : nous détournons ic (...)
  • 273 Sur l’histoire des Maures de cette région, cf. également infra p. 392-396 et p. 456.
  • 274 Guerre vandale, II, 13, 19 : ἕνθα δήκ παλαιοῦ ὤκήντο
  • 275 Sur tous ces textes, et le destin de cette région à l’époque vandale, Cf. infra p. 395.

108Dès lors, on perçoit les conséquences d’une telle identification : si Ortaïas était menacé à la fois par Iaudas, maître de l’Aurès, et par Mastinas maître de la Maurétanie Césarienne, il y a de fortes chances pour que son territoire ait correspondu à tout ou partie de la Maurétanie Sitifienne, en particulier à la portion méridionale de la province, au nord du Chott el Hodna267. Cela expliquerait aisément les convoitises de ses voisins : cette région de plaines était attirante, bien plus en tout cas que les montagnes de l’Aurès occidental. D’autre part, Procope, dans le De Aedificiis, signale effectivement que ce pays était en 533 aux mains de Maures, qui en furent chassés par Solomon en 539268. Certes, on pourrait s’étonner que les Byzantins aient ainsi spolié finalement Ortaïas, qui avait été leur allié en 535269. Mais ce serait oublier deux remarques de Procope sur ce personnage : d’une part, son attitude ambiguë lors de l’expédition manquée contre l’Aurès en 535270 ; d’autre part et surtout, son alliance avec le rebelle Stotzas et avec Iaudas ( !) lui-même en 537, contre l’armée byzantine271. Dans ce cas précis, on conviendra avec J. Carcopino que, de la part de Solomon en 539, « l’oubli des injures aurait confiné à l’imbécillité »272... Enfin, ce que nous savons de l’histoire du Hodna confirme aussi le récit de l’historien grec273. En 535, Ortaïas se plaignait des menaces de Iaudas et de Mastinas sur une région où lui-même et les siens, disait-il, vivaient depuis des temps anciens274. Or, dès les années 420, la correspondance de saint Augustin avec le comte Boniface nous apprend que le limes du secteur de Tobna, longtemps sous la pression maure, a fini par céder et que les barbares s’y sont répandus sans entraves. Soixante ans après, Victor de Vita et Victor de Tunnuna rapportent que le pays de Tubunae et Ma-cri est le lieu où les alliés maures des Vandales gardent les catholiques déportés sur leur ordre275. Cette région du sud de la Sitifienne était donc bien, en 535, depuis au moins un siècle, aux mains des Maures : Ortaïas n’exagérait pas.

  • 276 S. Chaker, « Onomastique berbère ancienne », dans BAC, ns, 19 B, 1985, p. 488.
  • 277 Johannide, III, 66 (Guenfan) et IV, 62 (Guentan) ; V, 287 (Altisera) et VII, 435 (Altisan).
  • 278 Cf. infra p. 401-412.

109Une fois cette localisation établie, à partir de sources suffisamment explicites, il nous faut maintenant revenir au problème qui est à l’origine des théories de J. Carcopino et de P. Morizot : que faire de Vartaia et comment comprendre sa présence sur l’inscription d’Arris, au cœur du massif ? A ce stade, deux hypothèses paraissent désormais envisageables. La première consiste simplement à dissocier Ortaïas et Vartaia. La ressemblance des deux noms n’est pas, en effet, réellement probante. D’une part parce que les anthroponymes berbères basés sur la racine UR/WAR sont, selon S. Chaker276, « fréquents dans l’Antiquité » et qu’ils « abondent littéralement au Moyen Age ». D’autre part, parce que le corpus onomastique livré par la Johannide révèle de nombreux exemples de noms identiques ou quasi identiques portés par des personnages différents : ainsi Guenfan (père d’Antalas, mort avant 534) et Guentan (guerrier des Syrtes en 546), ou Altisera (mort en 546) et Altisan (guerrier de Carcasan en 547)277. Un autre argument, plus probant, en faveur d’une dissociation est d’ordre chronologique. Comme nous le verrons plus loin, la contemporanéité de l’inscription d’Arris avec les épisodes décrits par Procope est en effet fort peu assurée, avec un écart qui peut aller jusqu’à quarante années278. Rien, objectivement, n’oblige donc à identifier Ortaïas et Vartaia.

  • 279 J. Carcopino, « Un empereur maure inconnu... », dans REA, t. 46, 1944, p. 115.
  • 280 Cf. infra p. 398-413.

110La ressemblance entre les deux noms est cependant troublante, et l’existence d’un seul chef ne nous paraît pas impossible, mais au prix d’une hypothèse à la fois très différente de celle de P. Morizot, et en même temps issue d’une remarque de J. Carcopino279à laquelle il adhérait. Cette hypothèse avance que l’inscription d’Arris aurait été gravée par Ortaïas/Vartaia lors de sa participation à l’expédition de Solomon en 535, et qu’elle traduirait une tentative de justification de la mainmise sur le massif aurasien qu’aurait tentée alors, avec l’aide espérée des Byzantins, ce chef issu de la Sitifienne. Elle ne témoignerait pas de son ancrage dans l’Aurès, mais seulement de sa propre convoitise sur la région. Nous aurons l’occasion, dans l’étude précise qui sera donnée plus loin du personnage de Masties280, de revenir sur cette explication. Pour l’instant, l’essentiel reste de pouvoir conclure, au terme de cette enquête, sur l’étendue considérable du pouvoir de Iaudas à l’arrivée des Byzantins : ce chef était le maître de tout l’Aurès actuel ; il contrôlait les populations des marges méridionales et sud-orientales du massif ; il dominait les pays situés immédiatement à l’ouest ; et depuis une époque plus récente, il étendait son autorité vers les plaines du nord, aux dépens des Vandales, et cherchait à avancer vers le Hodna et la Sitifienne, aux dépens d’Ortaïas.

3) L’origine des Maures de l’Aurès

111La localisation des territoires soumis à Iaudas était une condition nécessaire, mais non suffisante, à un essai de définition de l’identité culturelle du personnage et de son peuple. Si elle les inscrit en effet dans des pays, l’Aurès et ses marges, qui avaient été pleinement intégrés à la province de Numidie depuis l’époque de Trajan, elle n’en fait pas pour autant automatiquement des autochtones. Pour approfondir leur identité, deux enquêtes supplémentaires s’imposent donc, l’une sur le comportement du chef et de ses hommes dans les années 530-540 (les seules sur lesquelles nous ayons des sources), l’autre sur leur passé récent.

a) Une population dont la complexité a été dissimulée

  • 281 Pour Corippe, ceci n’est cependant vrai qu’avant la défaite maure de 546, puisque Iaudas n’est plus (...)
  • 282 Procope, Guerre vandale, II, 13, 26 : La cité de Thamugadis..., qui était bien peuplée quand elle é (...)
  • 283 Guerre vandale, II, 19, 7 : [Lors de la campagne de 539 contre Iaudas, Gontharis, général byzantin] (...)
  • 284 Guerre vandale, II, 13, 1 : Iaudas... se mit à piller le territoire de la Numidie et réduisit en es (...)

112La première impression laissée par les agissements des Maures de Iaudas, à la lecture de nos textes, est assurément très inquiétante. Procope et Corippe ne voient les guerriers de l’Aurès que comme une horde de pillards et d’assassins sauvages281. L’historien grec leur attribue ainsi avant 533 la destruction de Timgad, vidée de ses habitants et rasée282. D’autres villes dans leur domaine, comme Bagaï, sont désertées283. Ailleurs, il décrit Iaudas comme une brute sanguinaire, qui ravage la Numidie et réduit ses habitants en esclavage284. Les accusations sont graves, mais servent manifestement à définir un type traditionnel de barbare. Or, tant les contradictions du récit lui-même que l’archéologie des régions concernées obligent, cette fois aussi, à discuter la pertinence du modèle proposé.

  • 285 Guerre vandale, II, 13, 26.
  • 286 C. Courtois, Timgad, antique Thamugadi, Alger, 1951, p. 20 : affirmation formulée sans références p (...)
  • 287 M. Janon, « L’Aurès au vie siècle ». Note sur le récit de Procope », AA, t. 15, 1980, p. 348. Tout (...)
  • 288 J. Durliat, Les dédicaces d’ouvrages de défense dans l’Afrique byzantine, Rome, 1981, no 19 et 20, (...)
  • 289 C’est aussi l’avis de J. Lassus, La forteresse byzantine de Timgad, Paris, 1981, p. 15 : « La ville (...)
  • 290 J. Durliat, op. cit supra note 288, p. 109.

113La destruction de Timgad est ainsi beaucoup moins probante qu’il n’y paraît. D’abord parce que les historiens qui l’ont admise ont souvent négligé le contexte dans lequel elle était évoquée. Procope la relie en effet explicitement à l’indépendance de l’Aurès vers 484, ajoutant : pour qu’aucun ennemi ne vienne y installer son camp ou même n’y trouve un prétexte d’approcher le massif, [les Maures] rasèrent Timgad et la vidèrent de ses habitants285. L’opération répondait donc, en fait, à un souci essentiellement tactique et n’était pas le fruit d’un vandalisme délibéré. Mais eut-elle vraiment lieu sous la forme décrite par Procope ? C. Courtois a voulu relier des traces d’incendie, apercues occasionnellement par les premiers fouilleurs, à l’affirmation de l’historien grec286. En réalité, comme M. Janon l’a rappelé, « l’archéologie n’a en fait jamais mis au jour les traces de ce bouleversement »287. Certes, les Byzantins, en construisant la grande forteresse sur un ancien nymphée, au sud de la ville, ont prétendu avoir reconstruit la cité depuis ses fondations : aedificata est a fundamentis cibitas Tamogadiensis, lit-on sur la dédicace288. Mais ce texte, posé au-dessus des portes de la citadelle, se rapportait d’abord visiblement à celle-ci, non à la ville voisine289. Il comporte surtout une formule traditionnelle, un véritable stéréotype dont J. Durliat, en étudiant l’ensemble des dédicaces de fortifications byzantines, a montré toutes les ambiguïtés : « Partout dans l’Empire on prenait la partie pour le tout : construire ou restaurer des fortifications équivalait à construire ou restaurer la ville »290. Rien ne prouve ainsi que la ville de Timgad avait été réellement rasée par les Maures.

  • 291 Procope, Guerre vandale, II, 19, 20 : Solomon, ayant appris que la plaine située autour de la cité (...)
  • 292 Cf. Cl. Lepelley, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, t. 1, p. 92-95.
  • 293 La dernière mention historique des circoncellions semble être l’édit de persécution du roi Hunéric (...)
  • 294 Optat de Milev, Contra Parmenianum, III, 4 (éd. Ziwsa, CSEL, t. 26, p. 8183) : Nam cum huiusmodi ho (...)

114En revanche, sa chôra était de toute évidence passée sous le contrôle des Aurasiens, puisque nous savons qu’en 539 Solomon commença par piller les campagnes qui l’environnaient, « en livrant tout à l’incendie », afin de priver de blé les Maures de Iaudas291. Ces terres étaient donc mises en culture par des paysans toujours actifs, et liés aux Maures, probablement des descendants de l’ancien prolétariat rural de la région, naguère au service des propriétaires romains ou de l’empereur. Timgad est située en effet en Numidie méridionale, au cœur de ce qui fut au ive siècle le pays des circoncellions292. Procope ne parle plus de ces circoncellions293, dont on sait qu’ils avaient eu pour chefs, dans les années 340, des individus apparemment assez peu romanisés, du moins si on en juge par leurs noms, Axido et Fasir294. Mais ils habitaient certainement encore la région. Après l’indépendance de l’Aurès voisin vers 484, quand les montagnards avaient commencé leur descente vers la plaine, une partie de ces paysans, spontanément ou sous la contrainte, durent se joindre à eux et furent ainsi progressivement assimilés aux Maures. Cette hypothèse éclairerait la vision de l’historien grec. Seule peut-être la population aisée et fortement romanisée de Timgad s’étaitelle en effet enfuie devant la progression des Maures après 484, en particulier le groupe des notables et des magistrats. Mais cela aurait été équivalent pour Procope à une mort de la cité.

  • 295 Cf. Y. Modéran, « La renaissance des cités dans l’Afrique du VIe siècle d’après une inscription réc (...)
  • 296 Edition J. Durliat, Les dédicaces d’ouvrages de défense..., no 15, p. 37-42 : cf. lignes 6-7 :
  • 297 Procope, De Aedificiis, VI, 6, 8 et 13-15 : Il y avait un autre lieu sur la côte de Byzacène, que l (...)

115Car nous savons que l’ancien assesseur de Bélisaire donnait à la notion de cité une signification assez restrictive, en accord avec l’administration impériale de son temps. Comme nous l’avons montré dans une autre étude, cette signification était, dans une perspective extrêmement classique, essentiellement politique, au sens original du terme295. La dédicace des murailles de Cululis, en Byzacène, datée des mêmes années vraisemblablement que la forteresse de Timgad (539-543), affirme ainsi que la cité renaît parce qu’elle a retrouvé, outre ses murs, ses bâtiments publics (moenia), ses citoyens (cives) et le droit (jus)296. De la même manière, lorsque Procope, dans le traité très officiel qu’est le De Aedificiis, décrit la fondation de la polis de Caput Vada, c’est en insistant sur la construction de murailles et surtout sur la naissance d’une véritable politeia297. Cette insistance sur certains éléments de définition implique en retour que l’absence d’un ou de plusieurs d’entre eux pouvait priver une ville du nom de polis. Et de fait, cette idée est clairement énoncée dans un passage méconnu du De Aedificiis, à propos de Vaga, en Proconsulaire :

  • 298 Procope, De Aedificiis, VI, 5, 12-13. L’historien ajoute que la cité prit le nom de l’impératrice e (...)

Il y avait une cité sans murs appelée Vaga... L’empereur Justinien entoura cette ville de fortes défenses et la rendit digne d’être appelée une polis, capable d’offrir une protection sûre à ses habitants298.

116La notion de dignité est certes très ambiguë, mais elle implique que certaines villes ne méritaient pas le nom de polis. On perçoit ainsi les limites importantes du concept de cité chez Procope, qui peuvent expliquer ses affirmations à propos de Timgad : cette ville non fortifiée, et privée de ses notables après 484, devait à ses yeux être considérée comme morte depuis qu’elle était passée sous contrôle maure.

  • 299 J. Durliat, Les dédicaces d’ouvrages de défense, no 16 p. 43 : Aedificatus est sub piis[si]/mis dom (...)
  • 300 Guerre vandale, II, 19, 11-14.

117Le même raisonnement peut éclairer le sort de Bagaï, « ville abandonnée » selon notre auteur, et que Solomon restaura après ses victoires en 539. La dédicace de la fortification ne paraît mentionner en effet ici que la construction d’un murus, et non la reconstruction de toute une ville299. On n’hésitait pourtant pas à employer très couramment cette formule à l’époque, et la modestie du texte ne laisse guère place qu’à deux hypothèses : soit la ville était vraiment totalement morte, soit au contraire elle était tellement intacte qu’on avait reculé devant une exagération trop manifeste. La première hypothèse n’expliquant pas pourquoi les Byzantins ressentirent le besoin de construire des murs, c’est la seconde, malgré Procope, qui nous semble ici la plus vraisemblable. Elle est d’ailleurs renforcée par les détails que l’historien grec donne, comme pour Timgad, sur les campagnes de Bagaï. C’est en effet ici que se situe un épisode célèbre de la guerre de 539, l’inondation artificielle de la plaine déclenchée par les Maures pour paralyser l’armée byzantine300 :

La rivière Abigas, qui vient de l’Aurès et descend dans la plaine, arrose la terre selon la volonté des hommes : les indigènes en dirigent en effet le flot à l’endroit et au moment le plus utile. Car dans cette plaine, on trouve de nombreux canaux entre lesquels se divisent les eaux qui, en les alimentant tous, disparaissent sous le sol pour réapparaître plus loin à la surface et se former à nouveau en rivière. Ces dispositifs intéressent la plus grande partie de la plaine et donnent aux habitants le moyen, en plaçant ou en enlevant les barrages de terre devant les canaux, de faire des eaux de la rivière l’usage qu’ils veulent. A cette occasion [l’arrivée de l’armée byzantine], les Maures fermèrent tous les canaux et inondèrent le camp des Romains. Il en résulta la formation d’un profond et boueux marécage, qu’il était impossible de franchir et qui les terrifia énormément, en les réduisant à l’impuissance...

  • 301 Même si le système des foggaras n’est guère attesté au nord de l’Aurès à l’époque moderne. Cf. J. B (...)
  • 302 M. Janon, « L’Aurès au vie siècle », AA, t. 15, 1980, p. 349.
  • 303 Guerre vandale, II, 20, 32 : ές ήν 'Ρομαίοι ναυσι μεν είς αεί στέλλονται, πεζη δε ίέναι ουκ εισί δυ (...)
  • 304 Le dossier du christianisme maurétanien à l’époque vandale et byzantine fait l’objet de deux synthè (...)
  • 305 Cf. texte supra note 244.
  • 306 L’évêque Secundinus de Mina participa au concile de Carthage en 525 (sa signature est la neuvième d (...)
  • 307 R. Riedinger (éd.), Concilium Lateranense a. 649 celebratum (Berlin, 1984), p. 67. A la demande du (...)
  • 308 Un autre exemple est fourni par le dossier de Florentius de Lamsorti. Cet évêque, présent au concil (...)

118Le système décrit ici, alliant séguias et foggaras, est familier aux spécialistes de l’Afrique du Nord ancienne ou moderne301. Il repose sur une organisation complexe, avec une forte discipline des participants pour répartir les eaux et entretenir les canaux. Or, le texte de Procope le montre en 539 apparemment en parfait état de fonctionnement, alors même que la région de Bagaï était depuis plusieurs années soumise aux Maures. Comme dans le cas des champs de blé de la plaine de Timgad, il faut en conclure qu’ici aussi l’agriculture selon les normes romaines continuait, malgré la prétendue « disparition » de la cité de Bagaï, et probablement avec les mêmes hommes. Car, comme le remarque M. Janon302, « seuls des sédentaires accoutumés au pays depuis des générations sont capables de penser au traquenard employé contre Solomon ». Pourtant, Procope ne distingue à aucun moment ces paysans des Maures de Iaudas. De toute évidence, ils étaient les descendants des paysans romanisés et christianisés du début du Ve siècle, mais l’historien grec ne voit en eux que des Maures, avant tout parce que ceux qui les encadraient et représentaient la romanité avaient disparu. La vision de Procope reste en effet exclusivement politique, au sens le plus classique du terme. Il ne veut pas voir, ou ne veut pas retenir toutes les nuances qui existaient parmi ceux qui obéissaient à Iaudas, parce que l’intégration ancienne à un territoire dirigé par un chef maure hostile aux Byzantins transformait presque automatiquement à ses yeux les habitants de ce territoire en « Maures ». Ce procédé étonnant n’est pas propre à sa description de la Numidie. Il se retrouve aussi dans les quelques lignes qu’il consacre à la Maurétanie Césarienne en 539 : les Romains, dit-il, ne contrôlent que Caesarea ; tout le reste de la province leur échappe, car les Maures habitent dans ce pays303. Or, nous sommes certains qu’à cette date les populations romanisées et christianisées de Césarienne n’avaient pas disparu : de nombreuses inscriptions, comme celles d’Altava ou de Pomaria, en témoignent304, et la célèbre pierre de Masuna qui fait de ce chef un rex gent(ium ?) Maurorum et Romanorum montre même que des communautés continuaient à s’y dire « romaines »305. Procope les ignore totalement, par méconnaissance peut-être (mais on savait à Carthage en 525 que l’Église maurétanienne existait toujours306, et un concile de Maurétanie fera encore parvenir à Rome ses avis en 646 !307), surtout aussi par aveuglement, parce que ces terres étaient politiquement soumises à des chefs maures indépendants, ce qui pour lui faisait nécessairement de leurs habitants des Maurusioi308...

119On perçoit dès lors toute la diversité culturelle que peut dissimuler l’emploi de ce terme rapporté aux sujets du versant nord du royaume de Iaudas, et tout ce que cette découverte implique ensuite pour l’étude des Aurasiens eux-mêmes : ici aussi, en effet, où Procope ne connaît que des Maures, l’identité de ces « barbares » risque de s’avérer extraordinairement complexe.

120Cette hypothèse n’a pourtant jusqu’ici jamais réellement été envisagée : malgré un changement profond de l’image de l’Aurès dans les trente dernières années, l’idée que Iaudas et ses montagnards étaient de purs Berbères s’est en effet toujours imposée.

b) Le passé récent des Maures de l’Aurès : des envahisseurs ?

  • 309 Bon résumé historiographique dans l’article de P. Morizot, « Vues nouvelles sur l’Aurès antique », (...)
  • 310 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 332 et 333.

121Pendant très longtemps, ce jugement fut dû à l’absence de véritables prospections archéologiques. Devant les blancs des cartes, l’opinion générale était que l’Aurès avait été une région fort peu romanisée, qui constituait un isolat berbère à proximité des cités de Numidie309. La présence de la légion à Lambèse, perçue comme une précaution face à une menace toute proche, confortait cette idée. Dans cette perspective, les événements du vie siècle ne représentaient aucun mystère : la conquête vandale ayant désorganisé le système défensif romain, les rudes montagnards de l’Aurès avaient simplement réalisé alors ce qui avait toujours été leur objectif, la conquête et le pillage des cités et des plaines fertiles de Numidie. Avec des nuances dues à la connaissance des premières découvertes faites dans les vallées aura-siennes peu auparavant, cette thèse fut encore celle de C. Courtois en 1955 : « Rome avait laissé subsister dans l’indépendances les tribus montagnardes », écrivait-il, et « l’influence romaine n’avait jamais pénétré profondément les puissants massifs de l’Ouarsenis et de l’Aurès ». Or, avec les Vandales, « voici que tout à coup personne n’était plus là pour interdire les bons pays aux désirs avides des montagnards contenus depuis des siècles dans une sorte de solitude »... Dès lors, ce fut bien à « une reconquête berbère » que l’on assista à partir de la fin du ve siècle dans ces régions310.

  • 311 Deux articles pionniers avaient cependant, avant la parution du livre de Courtois, déjà révélé la r (...)
  • 312 Outre les articles cités dans les notes qui vont suivre, cf. plusieurs synthèses dans « Vues nouvel (...)
  • 313 P. Morizot, Archéologie aérienne de l’Aurès, Paris, 1997.
  • 314 P. Morizot, « Inscriptions inédites de l’Aurès (1941-1970) », dans ZPE, t. 22, 1976, p. 164.
  • 315 P. Morizot, ibid. p. 164.
  • 316 P. Morizot, « Le génie auguste de Tfilzi », dans BAC, ns, 1974-1975, p. 83-90.
  • 317 P. Morizot, « La Zaouia des Beni Barbar, cité pérégrine ou municipe latin », dans BAC, ns, 18 B, 19 (...)
  • 318 P. Morizot, « Les inscriptions de Tazembout (Aurès) : aperçu sur un village romain de haute montagn (...)

122Cette conclusion fut une de celles qui apparurent le plus vite dépassées dans le livre de Courtois. Non, dans un premier temps, parce que le massif était réellement exploré311, mais parce que, de manière plus générale, un peu partout les montagnes se révélaient beaucoup plus romanisées qu’on ne le pensait, ce qui conduisit, par exemple, P.-A. Février ou Ph. Leveau à mettre rapidement en doute l’ensemble du schéma de Courtois. Il fallut, pour l’Aurès lui-même, attendre les multiples prospections de P. Morizot dans les années 70 et 80 pour que l’intuition de ces savants soit vérifiée par des données archéologiques concrètes. Publiée régulièrement dans les revues les plus diverses312, puis récemment complétée par une analyse d’un corpus de photographies aériennes313, l’enquête sur le terrain de P. Morizot conduit aujourd’hui à une remise en question radicale du mythe de « la solitude des montagnards ». « Géographiquement », écrit cet auteur, « la présence d’éléments romains ou romanisés s’est étendue sans exception à toutes les vallées de l’Aurès, voire aux sites les plus reculés, et de Lambèse à Badias, au débouché de la vallée de l’oued El Arab, je ne vois guère que l’étroit secteur aujourd’hui encore couvert de forêts et quasi désert qui s’étend entre Ménaa, Tighanimine, et les confins sahariens où l’on n’ait trouvé encore aucune ruine romaine. Mais cette zone est beaucoup trop restreinte pour qu’une dissidence quelconque ait pu s’y maintenir. Voilà à quoi je suis tenté de réduire la tâche blanche des régions non romanisées que la carte du Père Mesnage étendait, à peu de choses près, à tout l’ensemble du massif »314. Ces conclusions se fondent en particulier sur la découverte d’un certain nombre de gros villages romanisés, comme Tiharahin-Tafraount, où P. Morizot identifie les ruines de deux églises315, comme Asefsou, vaste site où il distingue au moins une église316, ou comme la Zaouia des Béni Barbars, riche de nombreux restes chrétiens317. Elles s’appuient également sur un certain nombre de trouvailles épigraphiques, avec une onomastique majoritairement romaine et relativement peu de noms puniques ou berbères, ce qui laisserait supposer « un peuplement de vétérans ayant fait souche ensuite »318.

  • 319 P. Morizot, ibid. p. 100.
  • 320 P. Morizot, « Economie et société en Numidie méridionale », L’Africa romana 8, p. 433.
  • 321 E.-F. Gautier, Le passé de l’Afrique du Nord. Les siècles obscurs, Paris, 1942, p. 225-226. C. Cour (...)

123Fort de toutes ces découvertes, et du silence des sources sur des révoltes dans l’Aurès entre le iie et le ve siècle, P. Morizot en est pourtant venu à une réinterprétation extrêmement classique du problème maure dans le massif à l’époque tardive. Pour lui, en effet, les Maures de Iaudas ne pourraient être issus des populations aura-siennes des siècles précédents, trop romanisées et christianisées pour avoir un quelconque rapport avec les « barbares » décrits par Procope. Confiant dans la parole de l’historien grec ou de Corippe, il reste attaché à une image sans nuance du Maure, celle d’un pur Berbère. Dans ces conditions, les hommes de Iaudas devraient pour lui être considérés, en réalité, comme « de nouveaux occupants », qui ont progressivement submergé l’Aurès au cours de la période vandale319. Et, sans se prononcer trop nettement, P. Morizot, qui situe Iaudas dans le seul Aurès oriental, évoque alors des groupes « tels que les Levathae »320... On retrouve ainsi l’ombre de la théorie des migrations, que E. F. Gautier avait déjà utilisée pour expliquer le destin de l’Aurès aux siècles tardifs, puisque les Berbères de la Kâhina, maîtres du massif au viie siècle, étaient selon lui, on s’en souvient, des Berbères juifs arrivés de Cyrénaïque321.

  • 322 Cf. supra p. 197-201.
  • 323 Puisque, rappelons-le, P. Morizot considère que les deux personnages n’en font qu’un, qui aurait ét (...)
  • 324 Cf. supra note 320. Un des arguments les plus intéressants de P. Morizot est l’existence, en plusie (...)

124Nous ne reviendrons pas sur cette théorie, totalement dénuée de preuves et démentie par les sources arabes elles-mêmes322. Deux hypothèses demeureraient cependant envisageables si l’on voulait, comme P. Morizot, rechercher hors du massif l’origine des Maures de l’Aurès. La première supposerait un mouvement de peuples venus de l’ouest, des Maurétanies, au cours du siècle vandale : sans être très clair sur ce point, il semble que P. Morizot explique ainsi l’émergence de Masties puis d’Ortaïas/Vartaia323dans l’Aurès occidental. La seconde hypothèse ferait venir les Maures du sud, en les identifiant à des nomades sahariens désireux de prendre le contrôle d’une montagne où ils devaient déjà mener estiver leurs troupeaux : ce serait, plus ou moins, l’origine de Iaudas et des tribus de l’Aurès oriental dans la vision de P. Morizot324.

  • 325 Procope, Guerre vandale, II, 19, 19.

125Aucune de ces hypothèses n’est à rejeter a priori, et à aucun moment nous n’exclurons la possibilité que des groupes venus de l’ouest ou du sud (sur lesquels Iaudas exerçait, nous l’avons vu, une autorité) aient pu venir rejoindre les Aurasiens. Mais ramener à une telle origine tous les Maures du massif connus au vie siècle nous paraît très peu vraisemblable. Ces gens étaient en effet fort nombreux : après la séparation des groupes de l’ouest et du sud, en 539, Iaudas conservait encore 20 000 guerriers325. Il faudrait supposer donc une migration massive vers l’Aurès. Or, pour commencer par les Maurétaniens, quelle raison aurait pu pousser les Maures de ces régions à venir s’établir en foule sur les hauteurs et dans les vallées aura-siennes ? Les plaines de Sitifienne n’étaient-elles pas beaucoup plus tentantes ? Et que penser de l’hypothèse pour des nomades du sud de l’Aurès ? Qui pourra croire qu’aient vécu dans ce pays saharien ou présaharien des dizaines de milliers de combattants ? Pourquoi, d’autre part, auraient-ils eux aussi choisi le massif aurasien plutôt que les plateaux et les plaines de Sitifienne ? L’exemple des Maures du limes Tubuniensis, sur lesquels nous avons quelques informations, montre bien, en effet, que cette dernière direction était privilégiée par les Sahariens lorsqu’ils réussissaient à franchir le limes.

  • 326 Notitia Dignitatum, Occ., XXV, 25 (éd. O. Seeck, p. 175). Cf. C. Courtois, Les Vandales et l’Afriqu (...)
  • 327 Sur la date et le contexte de cette lettre, cf. A. Mandouze (dir.), Prosopographie chrétienne du Ba (...)

126Tubunae (Tobna) était une ville où se trouvait encore au début du ve siècle un poste de commandement du limes de Numidie (limes Tubuniensis selon la Notitia Dignitatum326), entre les monts de Batna et le Chott el Hodna. Or, vers 427, dans une lettre au comte d’Afrique Boniface, alors en rébellion contre Ravenne327, saint Augustin y situa une des conséquences néfastes de la crise engendrée par cette rupture :

  • 328 Saint Augustin, Lettre 220, 7 (éd. A. Goldbacher, CSEL, t. 57, p. 436) : Quid autem dicam de vastat (...)

Mais que dirai-je de la dévastation de l’Afrique effectuée par des barbares africains sans aucune résistance, tandis que toi, tellement absorbé par tes propres affaires, tu n’ordonnes rien pour détourner cette calamité ? Qui aurait cru, qui aurait craint qu’avec Boniface nommé comte des domestiques et comte d’Afrique avec une si grande armée et un si grand pouvoir en Afrique, ce Boniface qui (autrefois) en tant que tribun, avec un petit nombre de fédérés, avait pacifié en les soumettant et en les chassant toutes ces tribus, l’on puisse voir maintenant les barbares aussi audacieux, avancer autant, détruire autant, piller autant et rendre déserts tant de lieux qui avaient été si peuplés ? N’avait-on pas dit que dès que tu serais revêtu de l’autorité de comte les barbares africains ne seraient pas seulement subjugués mais deviendraient même les tributaires de l’Etat romain ?328

  • 329 Saint Augustin, Lettre 220, 3.
  • 330 La date, qui n’est pas absolument certaine, est celle retenue par O. Perler et J.-L. Maier, Les voy (...)
  • 331 Cf. A. Mandouze, Prosopographie Chrétienne du Bas-Empire. I, Afrique..., p. 132 ; et S. Lancel, Sai (...)
  • 332 Prosper, Chronica, a. 422 (éd. Mommsen, MGH, a.a., t. IX, Berlin, 1894).
  • 333 Olympiodore, fragment 42, dans R. C. Blockley, The fragmentary classicising Historians of the Later (...)
  • 334 Cette chronologie est celle retenue par la Prosopography of the Later Roman Empire citée notre préc (...)
  • 335 F. Decret, « Les gentes barbarae asservies par Rome dans l’Afrique du ve siècle », dans BAC, ns, 19 (...)
  • 336 Les Vandales et l’Afrique, p. 84 note 8.
  • 337 Cf. J. Baradez, Fossatum Africae, Paris, 1949, dont la plus grande partie est consacrée à ce secteu (...)
  • 338 Victor de Vita, II, 26-28 (éd. C. Halm, MGH, a.a., t. III, 1, p. 19) : Congregantur universi in Sic (...)
  • 339 Victor de Tunnuna, Chronica, dans MGH, a.a., t. XI, p. 189 : Hunericus Wandalorum rex persecutioni (...)
  • 340 Cf. supra note 338. P.-A. Février a proposé de ce texte une interprétation originale, en voulant re (...)
  • 341 On aimerait pouvoir donner un nom à ces tribus qui jusque-là avaient été des voisines instables du (...)

127Ce texte évoque deux moments de la vie de Boniface. Celui-ci avait d’abord été tribun sur le limes, c’est-à-dire officier supérieur, peut-être avec une fonction équivalente à celle du praepositus mentionné par la Notitia Dignitatum. Or, son poste de commandement se trouvait à Tubunae, comme Augustin le signale peu avant dans la même lettre : nos novimus, nos testes sumus, quid nobiscum apud Tubunas de animo et voluntate tua fueris conlocutus329. L’évêque d’Hippone, accompagné d’Alypius, s’était en effet rendu dans cette région extrême de sa Numidie vers 421330. On sait qu’à cette date Boniface était en fonction depuis au moins quatre ans331, et qu’il avait à combattre des tribus barbares de la région qui s’agitaient. Gentes expugnando et terrendo pacaverat précise Augustin. Si on accorde à ces termes leur sens militaire et diplomatique précis, cela signifie que Boniface avait imposé aux tribus agressives de son secteur la paix romaine (pacaverat), soit probablement un traité, qui impliquait à la fois leur soumission (expugnando) et peut-être aussi leur refoulement : terrendo a en effet ce sens, ici aussi logique qu’une allusion à la terreur. Ces succès avaient valu au tribun une réputation de bon général, dont Prosper Tiro fait état dès 422 en le donnant comme bellicis artibus satis clarus332. Une allusion d’Olympiodore, se référant à des événements à situer entre 422 et 426, montre qu’il remporta ensuite d’autres succès (πολλν ραρραρων και διάφορων εθνών άπήλλαξε την Άφρικήν333), peut-être dans la même région. Cette gloire et de hautes relations lui valurent de devenir finalement comte d’Afrique, c’est-à-dire général en chef, vers 424, avant de rompre avec le pouvoir qui l’avait nommé en 427334. A cette date, six ans après la visite qu’il lui avait faite, saint Augustin constate la recrudescence de troubles à la faveur de la désorganisation provoquée par la rupture avec Ravenne. Or, les termes du passage cité suggèrent fortement que les tribus insurgées étaient les mêmes (omnes ipsas gentes) que celles qui avaient été « pacifiées » en 421 : la crise se développait d’abord dans la région de Tobna, à partir de laquelle des bandes armées avaient commencé à pénétrer à l’intérieur des provinces (nunc tantum fuisse barbaros progressuros). Toutes ces indications dressent le portrait d’un groupe tribal (gentes) assez nombreux, normalement établi à l’extérieur de l’Empire. L’hypothèse de F. Decret voulant retrouver ici les Caprarienses cités par Ammien Marcellin, des habitants des monts du Hodna selon lui335, paraît en effet difficilement envisageable puisque ces hauteurs étaient encerclées encore au début du ve siècle par un limes Zabensis et un limes Thamallomensis (en admettant avec C. Courtois une lecture Thamallulensis336). Le texte d’Augustin ne nous semble pas faire allusion à une révolte de montagnards de l’intérieur, qui n’étaient pas directement dans le secteur de Boniface, responsable du limes Tubuniensis. Il est donc logique ici d’identifier un ensemble de tribus établies au-delà du limes, au sud de Tobna, dans la région comprise entre les monts du Zab et le Chott el Hodna. La présence de groupes berbères instables dans cette région ne peut surprendre : c’était déjà au IIIe siècle un des secteurs les plus surveillés du limes, où postes avancés, sections du fossatum et fortins étaient très nombreux337. Ce sera aussi à l’époque vandale un territoire officiellement « maure ». Selon Victor de Vita, lors de la persécution de 483-484, le roi Hunéric décida en effet d’exiler 4966 catholiques « dans un désert », vers lequel ils furent conduits par les Maures338. Or, Victor de Tunnuna précise que dans ce « désert » se trouvaient les cités de Tubunae, Macri et Nippis339. Si le troisième lieu n’est pas identifié, Macri est en revanche une ville bien connue, située à trente kilomètres à l’ouest de Tobna, donc dans la même région. Certes, aucun des deux auteurs ne dit explicitement que ce pays était aux mains des Maures. Mais Victor de Vita, en signalant que les condamnés furent d’abord conduits de Carthage à Sicca Veneria « où les Maures devaient les prendre pour les emmener au désert », laisse clairement entendre que les alliés d’Hunéric étaient relativement autonomes et venaient eux-mêmes du « désert », c’est-à-dire de Tobna340. Tout cela suggère que la percée barbare décrite par saint Augustin en 427 fut durable et qu’elle aboutit, une fois les grands raids de pillage achevés, à un établissement dans le secteur des plaines méridionales de la Sitifienne341. Comme nous l’avons vu, il est fort probable que les Maures ainsi installés furent les ancêtres de ceux que commanda Ortaïas un siècle après. C’est le seul témoignage qui nous soit parvenu d’une invasion, et il ne concerne à aucun moment l’Aurès.

c) Des Maures originaires de l’Aurès romain

  • 342 Procope, Guerre vandale, I, 8, 5 :

128Outre cette absence de sources favorables et l’invraisemblance d’un mouvement de masse, l’hypothèse d’une origine essentiellement extérieure pour les Maures de l’Aurès se heurte aussi à de graves difficultés chronologiques. Quand, en effet, quelle qu’en soit l’origine supposée, aurait pu se produire ici une migration de grande ampleur ? Puisque, selon Procope, les Maures du massif se libérèrent définitivement des Vandales vers 484, ce devrait nécessairement être avant cette date. Mais probablement pas peu avant. On a en effet rarement noté la manière dont, dans la Guerre vandale, l’historien grec évoque les acteurs de l’événement de 484 : les Maures, ceux qui habitaient (ωκημένων) sur la montagne de l’Aurasion, se révoltèrent (άποστάντων) contre les Vandales et devinrent indépendants (αυτονόμων)342... Les deux verbes employés ici sont très évocateurs : οΐκέω a en effet le sens de habiter, résider, et paraît donc désigner des gens déjà établis dans l’Aurès. Quant à άφíστημι, il a le sens de faire défection, et implique nécessairement que ceux qui se « révoltèrent » étaient auparavant sous l’autorité vandale. Ce texte laisse ainsi clairement entendre que les insurgés de 484 n’étaient pas de nouveaux arrivés.

  • 343 Procope, de Aedificiis, VI, 7, 5-6 :
  • 344 P. Morizot, « Renseignements archéologiques complémentaires sur la vallée de l’Oued Mellagou (Aurès (...)
  • 345 Cf. supra p. 390 et notes 312-313.
  • 346 Cf. supra p. 391 et notes 315-317.
  • 347 Et peut-être dans l’Aurès oriental en particulier, ce qui rejoindrait au moins une des thèses de P. (...)

129On serait cependant tenté de lui opposer un autre passage de Procope, dans le De Aedificiis, où les mêmes événements sont présentés d’une manière apparemment très différente343 : Voici ce qu’il en est du mont Aurès. Les Vandales l’occupèrent à l’origine avec toute la Libye. Les Maures, après les en avoir chassés, s’y établirent (ίδρύσάντο). P. Morizot a surtout retenu cette version, en y voyant « une invasion affirmée avec netteté »344. De fait, si le verbe άφαιρέω, qui signifie enlever, ôter, exprime simplement l’idée d’une réduction de la superficie du royaume vandale, l’autre verbe, ιδρω, avec son sens de fonder, établir, paraît faire référence à une installation de nouveaux venus. Procope s’est-il contredit ? La question n’a jamais été réellement discutée jusqu’ici, mais elle ne nous semble pas insoluble, pourvu que les événements rapportés par l’historien grec soient, à nouveau, resitués dans leur contexte précis. Nous savons en effet, grâce aux découvertes de P. Morizot, que le massif avait au Bas-Empire une population romanisée dans nombre de ses vallées345. Cette population n’avait certainement pas disparu en 484 : plusieurs des sites découverts portent des traces d’occupation tardive et de christianisation indiscutables346, et il est vraisemblable que parmi les 123 évêques attribués à la Numidie par la Notitia de 484, plusieurs siégeaient dans l’Aurès. Le peuplement du massif restait donc probablement double, avec des communautés romanisées dans certaines vallées, et des groupes maures ailleurs, les uns et les autres étant placés sous l’autorité du pouvoir vandale. Cette réalité rappelée, les variations de Procope peuvent alors s’expliquer en fonction d’un changement de point de vue d’un texte à l’autre : les Maures autochtones, installés dans certaines parties de l’Aurès347(texte 1), se révoltèrent (ibidem) et chassèrent les Vandales (texte 2) : vainqueurs, ils purent alors s’établir partout dans le massif (texte 2), et en particulier dans les vallées romanisées, dont la population leur fut soumise. Ce schéma, reflet de la réalité socioculturelle complexe de l’Aurès, peut expliquer l’apparente ambiguïté des propos de Procope, et il confirme en tout cas l’absence totale de preuves en faveur de l’hypothèse d’une invasion au début des années 480.

  • 348 Cf. supra p. 355 et note 181.
  • 349 Procope, Guerre vandale, I, 8, 2 : [Sous le règne d’Hunéric] Le royaume des Vandales ne connut aucu (...)
  • 350 Procope était encore en Afrique au moment de la première campagne de Solomon dans l’Aurès en 535. O (...)
  • 351 Les clauses territoriales du traité d’Hippone, qui créa le premier Etat vandale en Afrique, sont ma (...)

130Un phénomène de ce genre aurait-il pu, cependant, se produire beaucoup plus tôt, sous le règne de Genséric (mort en 477) ? L’identité établie désormais entre l’Abaritana provincia et l’Aurès conduit à en douter. Selon Victor de Vita, cette provincia faisait partie, en effet, des territoires passés officiellement à Genséric lors du partage de 442348. Or, d’après Procope, Genséric sut toujours tenir en respect les Maures sous son règne349 : même si la remarque est brève et générale, on imagine mal que l’historien ait tu, en la considérant comme un phénomène négligeable, une invasion massive d’un massif qu’il visita peut-être350et sur lequel il donne ensuite nombre de détails. La période du règne de Genséric est donc à exclure. Or, pour l’Aurès, elle commença probablement en fait dès 435, lorsqu’un premier partage attribua la Numidie aux Vandales351. Ne reste plus, dès lors, pour une migration massive de Maures dans l’Aurès, qu’une courte période, avant 435, et après 427 : aux dires de saint Augustin, l’action défensive de Boniface avait en effet été efficace jusqu’à sa révolte, ce qui exclut une invasion de grande ampleur avant 427. Cela constitue une durée fort restreinte pour le phénomène envisagé. Nous ne pouvons pourtant exclure que dans cette période très mal connue, et très instable, avec la révolte de Boniface, la guerre entre le comte et l’armée impériale envoyée contre lui, et les multiples épisodes de l’invasion vandale, des mouvements de tribus maures aient eu lieu de l’extérieur vers l’intérieur de l’Empire. Sans doute même peut-on admettre que certains des ancêtres du peuple que commanda Iaudas dans les années 530 furent issus d’un tel assaut. Mais, pour toutes les raisons longuement exposées auparavant, il paraît presque certain, comme va le confirmer maintenant la carrière de Masties, que la majorité de ces Maures aurasiens du vie siècle étaient les descendants de populations autochtones du massif, qui avaient connu la domination romaine.

4) Le chaînon manquant : l’inscription de Masties

a) Le texte

« Inscription de Masties », trouvée à Arris (AE, 1945, no 97). Musée nationale des antiquités d’Alger, Algérie (cliché Centre Camille Julian).

  • 352 Cf. sur l’histoire de la découverte, P. Morizot, « Pour une nouvelle lecture de l’elogium de Mastie (...)
  • 353 « Un empereur maure inconnu d’après une inscription latine récemment découverte dans l’Aurès », REA(...)
  • 354 Article cité supra note 352.
  • 355 P. Morizot (op. cit. supra note 352, p. 273) croyait l’apercevoir après les lettres IMP. Mais sur d (...)

131Ce texte célèbre a été découvert en janvier 1941 par J. et P. Morizot à 1500 m au sud d’Arris et à proximité de l’agglomération antique de Sanef352. D’abord publié par J. Carcopino353, il a vu sa lecture nettement améliorée, plus de quarante ans après, par P. Morizot, à partir de photographies354. Le réexamen de celles-ci, et la consultation d’un moulage ne nous ont pas conduit à de nouvelles modifications, sauf sur la présence douteuse d’une hedera à la deuxième ligne355. Nous lisons donc :

D M S EGO MASTIES DUX
ANNs LXvI ET IMPR ANNIS X + QUI NUN
QUAM PERIURAVI NEQUE FIDE
FREGI NEQUE DE ROMANOS NEQUE
DE MAUROS ET IN BELLU PARUI ET IN
PACE ET ADVERSUS FACTA MEA
SIC MECU DEUS EGIT BENE
EGO VARTAIA HUNC EDIFICIUM CUM FRATRIB ME
IS FECI
IN QUOD EROGAVI SIL CENTU

132Soit le texte :

D.M.S. (Dis manibus sacrum ?)

Ego Masties, dux annis LXVII et imp(e)r(ator) annis X, + ( ?)

qui nunquam periuravi neque fide(m) fregi, neque de Romanos neque de Mauros, et in bellu parui et in pace, et adversus facta mea sic mecu(m) Deus egit bene.

Ego Vartaia hunc edificium cum fratrib(us) meis feci,

in quod erogavi sil(icas) ( ?) centu(m).

133et la traduction suivante, dont le détail sera justifié progressivement au cours de l’explication proposée ci-dessous :

D.M.S.

  • 356 On pourrait aussi lire « Imperator pendant seize ans » en interprétant le signe qui suit le X, non (...)
  • 357 Le mot parui fait réellement difficulté. J. Carcopino et P. Morizot privilégient le premier sens du (...)

Moi Masties, dux pendant soixante-sept ans, imperator pendant dix ans356, + ( ?) Je n’ai jamais parjuré, ni rompu la foi, ni à l’égard des Romains ni à l’égard des Maures, et j’ai obéi [à Dieu]357dans la guerre comme dans la paix, et pour cela, en raison de ma conduite, Dieu a mis sa complaisance en moi.

Moi Vartaia, j’ai élevé avec mes frères ce monument, pour lequel j’ai dépensé cent siliques (ou « cent solidi »)

  • 358 J. Carcopino, « Un empereur maure inconnu... », REA, t. 46, 1944, p. 102-106 particulièrement ; P. (...)

134D’emblée, son style et son écriture conduisent à donner à cette inscription une datation tardive. J. Carcopino puis P. Morizot en ont relevé les principaux indices : ainsi l’alternance apparemment sans logique entre lettres capitales et cursives, la forme des T (par exemple à la ligne 6), ou l’usage de de avec l’accusatif (lignes 4 et 5). L’accumulation de ces indices paléographiques et linguistiques est telle qu’on ne peut réllement douter d’une datation du texte vers la fin du ve siècle ou la première moitié du vie siècle358.

  • 359 Cf. P.-A. Février, « La tombe chrétienne et l’au-delà », dans Le temps chrétien de la fin de l’Anti (...)
  • 360 J. Carcopino, op. cit. supra note 358, p. 99-100.
  • 361 J. Carcopino, ibid., p. 97-99.

135Plus difficile à déterminer est sa nature exacte. Les lettres DMS du début, apparemment singulières en tête d’une inscription qui se révèle ensuite manifestement chrétienne, en fait fréquentes sur les documents épigraphiques de ce type en Afrique359(sans que l’on sache exactement le sens qui leur était donné alors), font songer immédiatement à une épitaphe. Celle-ci, comme il en existe de nombreux exemples, est ici une déclaration du défunt faite à la première personne, avec des chiffres qui n’indiquent pas, comme pour un simple particulier, l’âge au décès, mais la durée du pouvoir exercé. C’est évidemment une particularité du texte, qui le rapproche d’un elogium, comme le notait J. Carcopino360, mais qui ne suffit pas à lui dénier le caractère d’épitaphe. Ce caractère, en revanche, est remis en cause par les deux dernières lignes, où intervient un second personnage, Vartaia, qui s’attribue la construction du monument, et le qualifie d’edificium. Le terme, comme J. Carcopino l’a montré, ne désigne pas, en effet, un tombeau, mais plutôt un cénotaphe, un monument célébrant le souvenir d’un défunt361. Une distorsion existe donc entre les deux parties de l’inscription, qui conduit à se demander si Vartaia, qui à aucun moment ne mentionne une quelconque parenté entre lui et Masties, n’a pas recopié, sur un monument évidemment destiné à lui rendre hommage, l’épitaphe de la tombe de Masties, située ailleurs, en y ajoutant les deux lignes qui témoignaient de son geste et de sa révérence pour le personnage.

  • 362 J. Carcopino, ibid., p. 100-101. Nous ne le suivons pas, en revanche, quand il dissocie du texte de (...)

136Cette hypothèse, qui nous semble, comme à J. Carcopino362, la plus en accord avec le texte, n’oblige cependant pas à éloigner Masties de l’Aurès. Au contraire, le geste de Vartaia n’a évidemment de sens que dans le pays de Masties, auprès de ses anciens sujets, les lecteurs de l’inscription auxquels s’adressait Vartaia. Mais elle conduit à dissocier chronologiquement l’époque de Vartaia de celle de Masties, dans des limites permettant au geste du premier d’être compris, c’est-à-dire tant que le souvenir de Masties demeurait présent, peut-être la durée d’une génération.

b) La carrière de Masties

  • 363 J. Carcopino, ibid. p. 106-120, surtout p. 117.
  • 364 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 337-339.

137Ce problème, sur la solution duquel nous reviendrons plus loin, n’a guère retenu l’attention des historiens, qui, à juste titre, se sont plutôt, depuis le début, surtout intéressés aux titres portés par Masties, qui pouvaient apporter une datation précise du texte. Pour J. Carcopino363, le mot dux correspondait à une fonction officielle romaine, dont Masties aurait été investi par Valentinien III. Quant au titre d’imperator, adopté ultérieurement, il ne pouvait signifier qu’une prétention au pouvoir impérial, qui était forcément postérieure à la déposition de Romulus Augustulus, en 476 : Masties, officier qui s’affirmait respectueux des Romains, n’avait pu, en effet, se prétendre empereur qu’en l’absence de tout détenteur légitime du titre. Dès lors, une chronologie s’établissait : lisant IMPR XL au lieu de IMPR X, J. Carcopino situait la mort du personnage en 516 (476 + 40), et il le faisait, en supposant un cumul des deux titres, devenir dux en 449 (516-67). C. Courtois, en modifiant la chronologie, conserva les grandes lignes de cette interprétation. Masties, selon lui, s’était proclamé empereur plus tôt, lorsqu’avait cessé le pouvoir effectif de Rome en Afrique, soit en 455. Il était donc mort en 495 (455 + 40), et avait été élevé au rang de dux romain en 428 (495-67), probablement par le comte Boniface, alors chef des armées364.

  • 365 P.-A. Février, « Masuna et Masties », dans AA, t. 24, 1988, p. 133-147. P.-A. Février avait déjà es (...)
  • 366 « Pour une nouvelle lecture de l’elogium de Masties », AA, 25, 1989, p. 263-284
  • 367 J. Desanges, « A propos de Masties imperator berbère et chrétien », dans Ktéma, 21, 1996, p. 183-18 (...)

138Plus de trente ans après, en reprenant le dossier dans une perspective très critique, P.-A. Février a essayé, en rupture avec ses prédécesseurs, de ramener le personnage de Masties à des dimensions beaucoup plus modestes. Pour lui, il faudrait lire au début du texte deux verbes et non deux titres : dux(i) annos LXVII et imp(e)r(avi) annos XL. Dès lors, Masties ne deviendrait qu’un simple tribun du limes du Bas-Empire, comparable à ceux évoqués dans la lettre de Publicola à saint Augustin, qui recevaient les serments des Maures à leur passage de la frontière365. Cette réinterprétation radicale n’a guère convaincu, et elle a été très vite privée de certains de ses arguments essentiels par un article décisif de P. Morizot366qui, à son tour, a proposé aussi une nouvelle explication du début du texte : dux ferait référence à un pouvoir tribal, mais imperator témoignerait d’une prétention de Masties à une souveraineté sur l’Afrique, exprimée très tardivement puisque Masties serait en fait Mastigas, le chef des Maures de Maurétanie évoqué par Procope en 535. Enfin, tout récemment, J. Desanges, sans se prononcer sur la chronologie, a estimé que les mots dux et imperator correspondaient tous deux seulement à un pouvoir tribal, le second devant être pris comme un équivalent d’Amenukal, terme berbère pouvant désigner le chef d’une confédération de tribus367.

  • 368 Ajoutons qu’il reste de la place sur la pierre après Dux et que l’abréviation dux pour duxi ne se j (...)
  • 369 C. Courtois voulait voir en Masties un responsable d’un secteur du limes : mais ces personnages por (...)

139Ce débat, considérablement enrichi au cours des dix dernières années, a permis de dégager un accord sur au moins un point : le sens du mot dux. Il s’agit bien d’abord d’un titre, contrairement à l’hypothèse de P.-A. Février : les photographies publiées par ce savant lui-même, puis par P. Morizot, révèlent en effet la présence au dessus des lettres ANN d’un petit s qui suppose une ligature N+I, et une lecture dux annis LXVII qui rend très douteux un développement en duxi368... Il faut d’autre part exclure, contre C. Courtois, la possibilité d’un titre romain : les duces du Bas-Empire étaient de hauts personnages, soit gouverneurs de provinces frontalières, comme le dux Mauretaniae, soit chefs de corps d’armée en campagne369. Certes, des Maures d’origine pouvaient recevoir de grands commandements militaires dans l’armée romaine, comme Gildon, comte d’Afrique de 385 à 398. Mais Masties semble avoir été un personnage beaucoup plus modeste, et il serait étonnant que sa promotion dans l’armée romaine n’ait laissé aucune autre trace. Surtout, comme l’a fait remarquer P. Morizot, l’assimiler à un dux romain conduirait à lui attribuer une précocité et une longévité dans la fonction totalement invraisemblables, puisqu’il fut dux soixante-sept ans...

  • 370 Cf. Johannide, VIII, 268 : [Cusina] est etiam dux ipse ferox... ; II, 141 : (Iaudas] dux... ; VI, 1 (...)
  • 371 Cf. supra p. 350.
  • 372 Johannide, III, 156. Cf. supra p. 326.

140En étant dux, Masties fut donc simplement chef de tribu, de sa tribu. Le mot est, de fait, couramment employé dans la Johannide avec ce sens, tant pour le fidèle allié Cusina que pour les rebelles Antalas, Iaudas ou Carcasan370. Et sa longévité dans la fonction n’a, dans cette perspective, plus rien d’étonnant. Cusina, chef de tribu dès avant 533, l’était encore trente ans après, en 563371. Le jeune âge auquel Masties est certainement parvenu au pouvoir ne peut non plus surprendre : selon Corippe, on l’a vu, Antalas a commandé les Frexes très tôt, peut-être dès l’âge de dix-sept ans372. En faisant débuter la carrière de Masties au même moment, on parvient à un âge au décès de quatre-vingt-quatre ans, vénérable certes, mais tout à fait possible.

  • 373 La succession des deux titres est possible aussi, mais elle ferait mourir le personnage à au moins (...)

141Ce point admis, comment comprendre ensuite le titre d’Imperator, que Masties porta dix ans, vraisemblablement alors conjointement avec le titre de dux ?373Nous avons vu les trois hypothèses jus-qu’ici formulées par les historiens : prétention à la succession des empereurs d’Occident, expression d’une souveraineté revendiquée sur toute l’Afrique, ou simplement traduction latine d’un titre de « grand chef » berbère. Chacune a ses arguments, mais aucune ne nous paraît pouvoir emporter la conviction. L’explication de J. Carcopino et de C. Courtois suppose chez Masties des ambitions et une conscience politique qui semblent disproportionnées par rapport à l’assise du personnage. La théorie de P. Morizot ne tient que par une assimilation à Mastigas qui reste arbitraire. Et l’hypothèse minima-liste de J. Desanges néglige la force du mot imperator dans un texte public gravé en latin : toujours réservé à l’empereur dans l’Antiquité tardive, il pouvait difficilement perdre sa signification politique traditionnelle aux yeux d’habitants d’un pays romain depuis des siècles. D’une langue à l’autre, il est des traductions qui, même si elles sont logiques, se chargent d’un sens spécifique tellement marqué qu’elle doivent être évitées. Imperator évoquait trop l’Empire de Rome pour qu’on puisse envisager d’en faire un titre berbère. En adoptant ce nom, Masties ne pouvait donc éviter de songer aux empereurs romains. Mais plus que l’Empire, c’était selon nous la nature du pouvoir impérial et sa signification qui l’inspirèrent alors.

c) Masties imperator

  • 374 Puisque ce personnage était le souverain de la Maurétanie, et n’avait aucun moyen d’intervenir dans (...)
  • 375 Procope, Guerre vandale, I, 25, 3.
  • 376 Cf. sur ce point P. Salama, « Economie monétaire de l’Afrique du Nord dans l’Antiquité tardive », B (...)

142Il faut, pour comprendre cette nouvelle interprétation, déjà esquissée par J. Carcopino, revenir au texte lui-même et à sa construction. Le mot imp(e)r(ator) est placé après dux, alors que, quel que soit le sens qu’on lui donne, il possède une force supérieure. Cet ordre implique que l’auteur ne voulait pas énoncer une simple titulature, qui aurait dû alors commencer par imperator. Il tenait à souligner une progression chronologique : Masties avait été dux, puis imperator. Ce chef avait donc connu, à un moment de sa carrière, et vers la fin de celle-ci, une modification dans sa situation politique qui justifiait le port d’un nouveau titre. Or, pour les raisons indiquées précédemment, il ne put prendre ce titre à une époque où la domination romaine s’exerçait sur l’Aurès, c’est-à-dire avant 435 ou 439, et après 539. Cette dernière date peut même être ramenée à 533 : Masties est en effet absent du récit de Procope (il est impossible, nous l’avons vu, de le confondre avec Mastinas/Mastigas374) ; en outre, l’historien grec précise qu’en 533 « tous les chefs des Maures de Numidie » vinrent faire leur soumission à Bélisaire375, ce qui exclut qu’un d’entre eux ait pu se dire imperator. Il faut donc nécessairement situer son « avènement » au temps de la domination vandale. Cette datation correspond à la chronologie suggérée par la paléographie (fin ve siècle-première moitié du vie siècle), et à la mention probable de siliques à la fin, une unité monétaire employée sous le régime vandale376.

143La question devient alors de savoir à quel moment, à l’époque vandale, un chef de tribu de l’Aurès a pu connaître un changement de situation le poussant à se proclamer imperator ? Pour J. Carcopino, on l’a vu, c’est en 476, quand disparaît l’Empire d’Occident ; pour C. Courtois, en 455, quand Rome perd tout contrôle de l’Afrique ; pour P. Morizot, enfin, ce serait après 523, quand le pouvoir vandale commence à s’effondrer. Curieusement, tous ces savants, malgré la diversité de leurs opinions, ont un point commun : ils cherchent une explication au geste de Masties en dehors du pays sur lequel il gouvernait, l’Aurès. C’est pourtant dans l’histoire de ce massif qu’il paraît logique de rechercher d’abord une rupture qui ait pu affecter le destin de son chef, et non à Rome, à Ravenne ou à Carthage. Or, nous connaissons précisément par Procope un tournant décisif dans l’histoire de l’Aurasion à la fin du ve siècle, exactement à l’époque qui nous intéresse ici. C’est, vers 484, au moment de la mort d’Hunéric, l’indépendance acquise par les Maures de la montagne aux dépens des Vandales qui auparavant la contrôlaient :

  • 377 Procope, Guerre vandale, I, 8, 5.

[Hunéric] mourut de maladie après avoir régné huit ans sur les Vandales. Et à cette époque les Maures qui habitaient sur le mont Aurasion s’étaient révoltés et avaient acquis leur indépendance... Et ils ne repassèrent jamais plus sous l’autorité des Vandales, car ceux-ci étaient incapables de faire la guerre aux Maures dans cette région montagneuse difficilement accessible et fortement escarpée377.

  • 378 P. Morizot avait aperçu cette solution, de loin la plus logique, mais il ne l’a pas retenue parce q (...)

144Aucun changement politique durant l’époque vandale ne fut plus important pour le massif que cet événement, et nous ne voyons dès lors pas de meilleure hypothèse de travail pour comprendre le geste de Masties que de le situer à ce moment, vers 484378. Reste, pour justifier ce choix, à déterminer le sens donné à imperator.

  • 379 Comme Ph. Leveau, nous doutons en particulier de l’existence d’une véritable cité à l’emplacement d (...)
  • 380 Supra p. 396-397.
  • 381 CIL VIII, 9835 : cf. supra note 244. C. Zuckerman a récemment donné une nouvelle interprétation de (...)

145Le contexte aurasien s’avère alors aussi éclairant. L’Aurès était en effet, surtout dans sa moitié occidentale, dont Arris fait partie, une montagne assez bien pénétrée par la romanisation. Certes, aucune véritable cité n’y a été identifiée avec certitude379, mais les nombreuses découvertes de P. Morizot ont prouvé l’existence de groupements romains et chrétiens dans presque toutes les vallées. Si l’on réintroduit donc dans l’histoire du massif ces populations, que Procope oublie délibérément dans son récit comme en d’autres occasions il oubliera les Romains de Maurétanie, l’indépendance acquise « par les Maures » vers 484 prend une autre signification : elle implique la rupture entre les tribus maures du massif et les Vandales, mais aussi la conquête par ces Maures des territoires de l’Aurès qui leur échappaient jusque-là. Nous avons vu que c’est ainsi qu’il faut expliquer les termes de Procope rapportant l’événement dans le De Aedificiis380. Pour un chef comme Masties, le tournant de 484 fut donc caractérisé par le passage sous son autorité de dux maure de populations romaines. Vis-à-vis de ces gens qui ne vivaient pas en tribu, pouvait-il désormais se désigner encore seulement comme dux ? A une époque voisine, beaucoup plus à l’ouest, Masuna rencontra le même problème, et il lui donna comme solution le recours à un titre nouveau, celui de rex gentium Maurorum et Romanorum381. Masties aurait pu agir ainsi, mais il vivait dans un pays beaucoup plus proche du foyer central de la romanité africaine, où le poids de celle-ci était bien plus fort. Il préféra devenir imperator.

  • 382 Si l’on admet, comme il paraît logique de le faire, que Masties fut à la fin de sa vie en même temp (...)

146Ce titre convenait en effet exactement à sa situation. D’une part, il exprimait clairement une rupture définitive avec les Vandales, dont l’autorité royale était ainsi défiée. D’autre part, face à ses nouveaux sujets romains, il rétablissait une continuité symbolique et politique qui témoignait de sa volonté de leur accorder une place juste dans son Etat (et on ne peut que souligner ici le fait que les Romains soient nommés avant les Maures dans le texte) : tel l’empereur de jadis, il exercerait une souveraineté unique sur des populations diverses, romaines et maures, en se fondant sur les traditions pour les secondes, en utilisant les structures administratives ou civiques en place pour les premières. Ce type de construction politique dirigée par un Maure était nouveau, mais reprenait clairement le modèle préexistant dont l’empereur était la tête, celui d’un territoire et d’une société polyculturels. Dux ou rex auraient été des titres qui privilégiaient trop nettement le caractère berbère et tribal du nouvel Aurès, en contradiction avec l’originalité culturelle et politique des Romains du massif. Masties fut donc imperator, le seul titre qui pouvait exprimer à la fois la réalité sociale de son peuple et les ambitions de son pouvoir382.

147L’originalité de cette hypothèse, on le voit, est ainsi d’expliquer le mot non par référence à l’Empire en tant que tel, mais par rapport aux sujets de Masties. Celui-ci n’était certainement pas habité par un rêve mégalomane de succéder à Valentinien III ou à Romulus Augustulus : il cherchait seulement à signifier aux habitants de l’Aurès leur intégration commune dans un ensemble politique dont seul l’Empire de jadis pouvait offrir une image, non par ses dimensions ou ses fastes, mais par sa diversité sociale et culturelle et par son droit.

148Par son droit et probablement aussi par sa religion. Il faut revenir en effet maintenant sur ce qui constitue au fond, bien plus que les titres initiaux, le véritable « message » de l’inscription d’Arris : la longue phrase qui suit les mots dux et imperator, et qui leur est étroitement associée par un pronom relatif, qui. Celui-ci ouvre sur quatre affirmations : Masties n’a jamais parjuré ; il n’a jamais rompu une fides engagée à la fois avec les Romains et avec les Maures ; il a obéi (à Dieu) dans la guerre comme dans la paix ; et Dieu, en retour, l’a assisté dans ses actions. La construction de cette phrase unique inciterait à penser que tout son développement avait pour fonction d’illustrer et d’expliciter les titres du début.

  • 383 Cf. supra note 356.

149Mais ce développement est lui-même tout entier axé sur une seule idée : le foi et la piété chrétienne de Masties. Celle-ci, qui ne faisait déjà aucun doute au regard de la formule finale sic mecu(m) Deus egit bene, a peut-être été confirmée par l’identification d’une croix par P. Morizot sur la deuxième ligne du texte, après l’indication du nombre d’années pendant lesquelles Masties fut imperator. L’emplacement de ce signe pourrait certes paraître étrange, et on serait en droit de se demander s’il ne s’agit pas, comme J. Carcopino le supposait, d’un autre chiffre383. Mais, outre sa gravure nettement désaxée par rapport à la ligne sur laquelle elle se trouve, cette croix apparaît en fait aussi dans le texte à l’endroit où elle pouvait avoir le plus de signification, c’est-à-dire juste après l’énoncé des noms et titres de Masties, dont elle offre une conclusion logique au regard du message qui suit. On est tenté en effet de lire : Moi Masties, dux pendant soixante-sept ans, imperator pendant dix ans, chrétien, je n’ai jamais parjuré etc...

  • 384 Cf. article cité supra note 367. J. Desanges avait, en fait, esquissé une première fois son interpr (...)
  • 385 P. Morizot, « Pour une nouvelle lecture... », AA, 25, 1989, p. 277.
  • 386 J. Desanges, « A propos de Masties... », Ktéma, 21, 1998, p. 186.

150Les trois affirmations qui suivent cette croix sont elles-mêmes énoncées en fonction de la formule chrétienne finale. Cette interprétation, que nous avions esquissée dans notre thèse en 1990, et qu’a depuis développée J. Desanges384, a longtemps échappé aux historiens, qui se sont intéressés surtout au groupe neque fidem fregi, neque de Romanos, neque de Mauros, et ont lu toute la phrase en fonction de ces termes, dont ils ne retenaient que la signification politique. Le periuravi initial, dans leur hypothèse, évoquait les serments prononcés lors de l’engagement de la fides, et la phrase parui in bellu et in pace explicitait les conséquences de celui-ci. A partir de là, le problème principal devenait celui de trouver une explication satisfaisante à la mention de la fides associée aux Romains et aux Maures. La question fut longtemps discutée, mais l’opinion de P. Morizot s’est peu à peu imposée, au point même d’être en partie reprise par J. Desanges : Masties ne pourrait faire ici allusion à la fides qu’il aurait engagée vis-à-vis de ses sujets. Le mot renverrait donc à des accords passés avec des tribus insurgées d’une part, et avec le pouvoir byzantin après 533 d’autre part. Dans cette perspective, P. Morizot interprète ensuite les mots qui nunquam periuravi comme une référence aux mêmes accords385. J. Desanges, on l’a vu, ne le suit pas jusque-là, mais admet que « neque fide(m) fregi caractérise [les] relations [de Masties] avec les pouvoirs temporels, le pouvoir romain (ou byzantin) ou celui des autres chefs maures »386.

  • 387 Sur cette construction De + accusatif, assez fréquente à la fin de l’Antiquité, cf. Thesaurus Lingu (...)
  • 388 Il n’y avait aucune anomalie pour un potentat ou un général à proclamer fièrement qu’il avait reçu (...)

151Or, cette interprétation nous semble reposer au départ sur un malentendu quant à la signification de l’engagement de Masties. Dans le monde romain, la fides d’un chef était en effet la garantie qu’il offrait à ceux qui, dans un contexte troublé, s’étaient d’abord livrés à lui. En conséquence, même si construction de + accusatif est ambiguë, elle nous paraît pouvoir être comprise comme un moyen d’indiquer le nom de ceux que la fides protégeait387 : « Je n’ai jamais rompu la foi, ni celle qui protégeait des Romains, ni celle qui protégeait des Maures ». Rien n’empêche donc d’admettre que Masties évoquait ici ses sujets, qui s’étaient placés sous sa protection et son commandement388. Pour nous, en citant Romains et Maures, le chef de l’Aurès songeait donc en fait aux deux groupes réunis sous son pouvoir d’imperator en 484, et il plaçait simplement le régime nouveau qu’il avait établi à ce moment sous la protection divine.

  • 389 Cf. G. Freyburger, Fides. Etude sémantique et religieuse depuis les origines jusqu’à l’époque augus (...)

152Car, et c’est un second aspect essentiel, le mot fides dans un texte latin de ce genre, quelle qu’en soit l’époque, a toujours aussi une signification religieuse. L’engagement de la fides est même d’abord un contrat religieux. L’exemple classique le plus significatif à cet égard est celui des cités qui, au temps de la conquête romaine en Italie, s’offraient au général romain. En les acceptant, le général accomplissait l’acte de recipere in fidem, qui impliquait pour lui « des devoirs non pas à l’égard des suppliants, mais à l’égard des dieux qui protègent la fides »389. Il se trouvait de la sorte lui-même engagé, et tel devait aussi être, dans tous les cas, la situation de Masties en 484, mais par rapport au Dieu chrétien.

  • 390 Sur ces deux sens, cf. l’article déjà cité de J. Desanges (Ktéma 21, 1998) p. 186-187 avec des exem (...)

153Tous les autres membres de la première phrase du texte s’inscrivent en effet dans cette perspective. Periuravi, employé seul comme ici, renvoie soit au parjure par rapport au nom de Dieu, soit au reniement de Dieu390. Quant à et in bellu parui et in pace, si ambigu, sa traduction « j’ai obéi [à Dieu] dans la guerre comme dans la paix » proposée par J. Desanges paraît la plus probable, parce qu’elle annonce le sic décisif qui conclut la phrase par la fière mention de la bienveillance divine dont a bénéficié Masties. Celle-ci, en retour, éclaire la mention de la fides dans laquelle avaient été reçus Romains et Maures, et atteste que Masties ne l’a jamais rompue. Le message de l’inscription se résume ainsi, selon nous, à deux idées essentielles : Masties était à la tête d’un territoire où vivaient côte à côte, et à égalité juridique, des Romains et des Maures, et il se comportait, dans ce rôle de chef, comme un chrétien protégé de Dieu.

154Mais si une explication de texte doit d’abord rendre intelligible ce qui figure dans le texte, il n’est cependant parfois pas inutile de s’interroger aussi sur ce qui n’y est pas et aurait pu, ou dû, s’y trouver. Or, quelle que soit la datation proposée pour l’inscription d’Arris depuis sa découverte (495 pour Courtois, 516 environ pour J. Carcopino), force est d’y constater une absence essentielle : celle des Vandales, maîtres de l’Afrique orientale durant la presque totalité de la carrière de Masties. Cette absence n’a jamais retenu l’attention des historiens jusqu’ici : elle peut pourtant confirmer notre datation et venir même apporter une clef supplémentaire à notre interprétation.

  • 391 Guerre vandale, I, 25, 3-8. Cf. infra p. 487-488.

155Evoquant la carrière d’un chef nécessairement contemporain du gouvernement vandale, l’inscription mentionne en effet de manière paradoxale, dans un passage au sens politique évident, les Romains, sans citer le pouvoir germanique. Elle a pourtant été trouvée dans une région, l’Aurès, qui fut aux Vandales jusqu’en 484. Nous savons, de plus, par Procope, que ces derniers, au bénéfice des Maures établis dans leur royaume, avaient continué de pratiquer les cérémonies d’investiture traditionnelles avec remise d’insignes391. Masties devait donc avoir entretenu des relations avec Genséric ou ses successeurs, et, puisqu’il mentionne sa bonne entente avec les Romains et les Maures, il aurait pu aussi, dès lors, citer les Vandales. De toute évidence, s’il ne le fait pas, c’est qu’il ne le veut pas, et ce refus, logiquement, ne peut s’expliquer que parce qu’il a rompu avec eux. Notre hypothèse d’une coïncidence entre son règne et l’indépendance de l’Aurès en 484 s’en trouve donc confirmée, et le passage à ce moment au titre d’imperator n’en devient que plus probable.

  • 392 J. Desanges, article cité supra note 367, p. 186-187.
  • 393 Procope, Guerre vandale, I, 8, 3-4 ; et surtout Victor de Vita, Historia persecutionis Africanae pr (...)
  • 394 Victor de Vita, III, 3-14.
  • 395 Sous Genséric et au début du règne d’Hunéric, la persécution avait été en effet surtout menée dans (...)
  • 396 Cf. la carte donnée dans Archéologie aérienne de l’Aurès, Paris, 1997, p. 267.

156Mais ce silence sur les Vandales a peut-être aussi une autre signification si on le relie au message principal du texte, l’affirmation de sa foi chrétienne par Masties, et la conviction qu’il a toujours agi avec l’appui de Dieu. La conclusion sic mecu(m) Deux egit bene éclaire, avons-nous vu, tout le texte qui la précède. Or, celui-ci, après les titres de dux et imperator, commence par un qui nunquam periuravi dont le sens religieux ne fait pas de doute, mais qui peut être plus riche qu’on ne l’a pensé. Periurare pour un chrétien signifie aussi, en effet, « renier Dieu ». Par ces mots, il faut d’abord comprendre, évidemment, « abjurer le christianisme », comme l’a noté J. Desanges392. Cependant, en un temps où les luttes au sein de l’Église étaient devenues plus importantes que le vieux conflit avec le paganisme, on peut se demander si periurare ne signifiait pas aussi abjurer l’orthodoxie chrétienne, le catholicisme. Or, si Masties vécut en 484 l’indépendance de l’Aurès, il fut nécessairement contemporain de l’autre événement, majeur, de cette année, rapporté par Procope et de nombreuses autres sources393 : le brusque changement d’échelle dans la persécution anticatholique décidé par le roi Hunéric par un édit du 24 février 484394. Désormais, alors qu’elle avait été largement épargnée jusque là395, comme la Byzacène, la Numidie (dont l’Aurès faisait partie) fut brusquement soumise à un régime de terreur. Le roi exigeait en effet la conversion forcée à l’arianisme de tous les sujets de son royaume, y compris les laïcs. Victor de Vita a décrit l’atmosphère dramatique qui suivit l’ordre royal : les évêques exilés en masse, les clercs et les moines traqués ou martyrisés, comme les sept moines de Capsa, les rebaptêmes collectifs célébrés dans des conditions absurdes et violentes, avec délivrance de certificats d’arianisme théoriquement obligatoires. Pourquoi l’Aurès au-rait-il échappé à cette folie ? P. Morizot a montré, et nous reviendrons sur ce dossier remarquable, que les églises et les traces de christianisation sont nombreuses dans le massif396, et on a depuis longtemps supposé que certains des évêques inconnus de Numidie mentionnés sur la Notitia de 484 avaient leur siège dans l’Aurès. La menace de la persécution s’y fit donc certainement sentir en février 484. Or, comment, dans ces conditions, ne pas relever l’extraordinaire coïncidence chronologique entre cette persécution et le soulèvement de l’Aurès ? Les historiens modernes, jusqu’ici, ne semblent guère y avoir songé, à la fois parce que Procope ne relie pas explicitement les deux phénomènes (mais nous savons qu’il néglige systématiquement de reconnaître la présence de « Romains » et de chrétiens dans les pays qu’il définit comme « Maures »), et parce que surtout l’Aurès était vu comme un pays très peu romanisé et christianisé. Au regard de ce que la critique textuelle nous apprend de Procope, et de ce que l’archéologie nous a révélé de l’Aurès, une hypothèse nouvelle se justifie désormais : celle d’un lien direct, de cause à effet, entre la persécution et la rupture des populations du massif avec le pouvoir vandale. Si on la retient, plusieurs singularités de l’inscription d’Arris trouvent une signification inattendue, mais logique. Ainsi le titre d’imperator, qui exprime depuis Constantin le pouvoir politique chrétien par excellence : en l’adoptant, Masties ne pouvait-il pas penser faire implicitement profession d’orthodoxie ? Et surtout l’affirmation nunquam periuravi, « je n’ai jamais parjuré », placée immédiatement à la suite : n’était-ce pas une déclaration compréhensible de tous ses contemporains pour dire « je n’ai jamais renié la foi catholique, celle qui était menacée en 484, celle au nom de laquelle je suis devenu imperator »... ?

157Certes, il n’est pas question de ramener les raisons du soulèvement de l’Aurès à cette seule explication. D’autres facteurs, propres à l’évolution des groupes berbères, ont dû jouer leur rôle. Les Maures ont probablement voulu profiter aussi des désordres et de la désorganisation introduits dans le royaume vandale par l’application de la persécution généralisée. Mais nous pensons, au regard du texte de l’inscription de Masties, qu’on ne peut écarter l’hypothèse d’une corrélation entre l’émergence d’un imperator dans un Aurès chrétien et berbéro-romain indépendant, et le déchaînement de violence anticatholique des Vandales en 484. Les cloisonnements idéologiques de l’historiographie contemporaine ne doivent plus nous aveugler. Si on admet la clef d’interprétation initiale que nous avons choisie, le lien entre la proclamation de Masties comme imperator et le passage de Procope sur le soulèvement de l’Aurès vers 484, il faut aussi accepter de prendre en compte l’ensemble du contexte africain de 484, en ne séparant plus, comme on l’a trop fait jusqu’ici, le dossier « berbère » du dossier « religieux » de la persécution vandale.

d) Masties et Vartaia

158Au terme de cette analyse, il est désormais possible de revenir sur les rapports qui pouvaient exister entre Vartaia, édificateur du monument sur lequel se trouvait l’inscription de Masties, et Ortaïas, rival de Iaudas et établi probablement, d’après notre lecture de Procope, en Maurétanie Sitifienne, au moins dans la partie méridionale de la province, au nord du Chott el Hodna. L’étude qui précède conduit à dater la mort de Masties assez longtemps avant l’arrivée des Byzantins. Si, comme nous le pensons, il devint imperator en 484, sa carrière dut s’achever vers 494 (IMPR X), date probable aussi de la rédaction de son épitaphe. Ortaïas n’apparaît que quarante ans après, ce qui, ajouté à la distance séparant Arris du Hodna, constitue un argument sérieux en faveur d’une dissociation complète des deux personnages. Pour maintenir une équivalence Vartaia/Ortaïas, une autre hypothèse demeure cependant, que nous avions déjà envisagée. En 535, en accompagnant Solomon dans l’Aurès de Iaudas, Ortaïas aurait cherché à revendiquer le massif, et il se serait alors donné comme le véritable héritier politique de Masties, qui en avait été le premier chef maure indépendant, en faisant regraver l’épitaphe de 494 complétée de deux lignes à sa propre gloire, établissant cette filiation spirituelle et politique. Nous avons vu que la construction du texte d’Arris est assez étrange, et que l’existence de deux discours distincts n’est nullement impossible. Cette solution peut donc être proposée, mais sans plus de certitude. Dans tous les cas, elle ne remet pas en cause notre conclusion principale sur la localisation de Iaudas, maître dans les années 530 de tout le massif aurasien.

5) Conclusion : l’origine berbère et romaine de l’Aurasitana manus

159L’intérêt principal de l’inscription d’Arris n’est cependant pas là. Celle-ci permet en effet surtout de restituer un passé aux Maures de l’Aurès, en en faisant d’indiscutables autochtones : Dux pendant 67 ans, Masties commanda en effet sa tribu soit à partir de 427 (494 – 67), soit même, si on admet que les titres de dux et d’imperator ne se superposèrent pas, à partir de 417. Sa maîtrise du latin, son appartenance à la religion chrétienne rendent peu probable, d’autre part, qu’il soit issu d’un territoire extérieur à l’Empire. Derrière ce personnage, nous saisissons donc un exemple de groupe berbère établi dans la province de Numidie avant l’invasion vandale, et mêlé un siècle plus tard au conflit avec les Byzantins. Cette conclusion était déjà celle à laquelle nous étions parvenu en démontrant la faiblesse de l’hypothèse de migrations massives de Berbères maurétaniens ou sahariens dans le massif. Elle aboutit à reconnaître dans les Maurousioi qui suivaient Iaudas dans les années 530, et en qui tout conduit à voir les descendants des sujets de Masties, une population singulièrement complexe, reflet de la diversité des situations sociales et culturelles qui caractérisait les habitants de l’Aurès et de ses marges au ive siècle.

  • 397 Cf. supra note 379.
  • 398 Cdt Guénin, « Inventaire archéologique du cercle de Tébessa », dans Nouvelles archives des missions (...)
  • 399 Cf. Ph. Leveau, Caesarea de Maurétanie. Une ville romaine et ses campagnes, Rome, 1984.

160Maures et Romains coexistaient depuis longtemps dans le massif, et les premiers, même si la recherche récente a eu tendance à mettre en valeur les traces de romanisation et de christianisation, n’avaient pas disparu à la veille de l’invasion vandale, en restant intégrés aux structures tribales traditionnelles. Force est en effet ici de revenir sur la romanisation de l’Aurès si chère à P. Morizot. Après avoir révélé, par une série de découvertes qui ont fait date, l’existence de plusieurs sites portant des restes de constructions ou de décor romains, avec dans un certain nombre de cas quelques inscriptions et des signes incontestables de christianisation, ce savant en est venu peu à peu à suggérer une véritable romanisation en profondeur du massif. Or, si remarquables que soient ces découvertes, il nous paraît impossible, au regard de ce qu’elles représentent pour l’instant, d’en déduire que l’Aurès possédait toutes les caractéristiques de la civilisation de l’Afrique romaine orientale, à l’instar par exemple de la Dorsale tunisienne. Aucune véritable cité, au plein sens du terme, n’y a été identifiée avec certitude397. Dans un souci compréhensible de rectifier la vision trop pessimiste de ses prédécesseurs, P. Morizot insiste beaucoup sur ses trouvailles épigraphiques ou architecturales qui prouvent que le pays n’était pas fermé au reste de la province romaine. Mais la densité de ces découvertes reste quand même sans commune mesure avec ce que le commandant Guénin, par exemple, découvrit dans la partie nord des Nemencha, qui n’était pourtant pas la région la plus urbanisée d’Afrique398. Et leur qualité est aussi, le plus souvent, loin d’être comparable. Dans ces conditions, une vision nuancée du peuplement de l’Aurès doit s’imposer : une population latinisée et christianisée s’est développée au Bas-Empire dans les vallées aurasiennes, surtout à l’ouest ; des domaines pratiquant l’oléiculture se sont constitués, en particulier à l’est ; dans les deux cas, rien n’autorise à exclure, d’un côté le maintien de petits groupes berbères sur les hauteurs ou dans des villages isolés, et de l’autre l’existence, comme en Maurétanie au sud de Caesarea399, de propriétés d’aristocrates « maures », romanisés sans pour autant avoir rompu avec leurs communautés d’origine beaucoup plus ancrées dans leur culture traditionnelle. Derrière la petite frange de la population aurasienne qui nous a laissé des documents ou des monuments « romains », il faut admettre en effet aussi, et dans tous les cas, l’existence d’une plèbe rurale indigène au service de cette élite. Or, alors que dans les campagnes des régions plus septentrionales, ce prolétariat rural, plus touché par la punicisation puis la romanisation, nous a laissé quelques documents, il est resté quasiment silencieux ici. Mais le silence dans un cas de ce type reflète bien plus souvent la faiblesse de l’acculturation que la non-existence d’une population.

  • 400 Procope, Guerre vandale, II, 20, 24.
  • 401 Cf. sur ce sujet les remarques spirituelles de G. Camps, « Rex gentium Maurorum et Romanorum », AA, (...)

161Tous ces groupes tribaux, ou restés attachés à la culture indigène, ou encore mal romanisés, ont certainement été à l’origine du mouvement de soulèvement de l’Aurès qui se produisit vers 484, et dont Iaudas fut l’héritier dans les années 530. Mais l’inscription de Masties montre qu’ils ne furent pas seuls, et surtout qu’ils n’agirent pas en purs Berbères, rejetant tout le passé « romain » de leur pays. Car l’Imperator d’Arris était chrétien, et tentait d’unifier dans un état indépendant toutes les communautés du massif, entre lesquelles les différences de culture devaient passer par une série considérable de nuances, du rude berger gétule au villageois presque urbanisé de certaines vallées. Il y réussit probablement puisqu’un demi-siècle après, Procope ne connaissait ici qu’un seul chef, Iaudas, et un seul peuple, les Maurousioi. Cette simplicité de la description de l’historien grec, qui connaissait pourtant bien l’Aurès, alors même que nous savons la diversité des populations de la région, pourrait bien, en effet, s’expliquer seulement par ce phénomène : la loyauté de tous les habitants du massif envers le pouvoir qui les avait libérés des Vandales, à un moment où l’Empire se désintéressait de l’Afrique. Sans doute dans les années 530, après un demi-siècle d’isolement de la romanité active de Proconsulaire, les différences s’étaient-elles estompées entre les éléments les plus hétérogènes des Maurousioi, au profit des moins romanisés. Sans doute également pouvait-on s’interroger sur l’évolution des chefs, de Masties à Iaudas. Ce dernier ne songeait certainement plus à rendre un quelconque hommage au nom romain. Peut-être même n’était-il plus chrétien, encore que les sources soient sur ce sujet extrêmement obscures. Procope suggère chez lui une pratique de la polygamie lorsqu’il signale que la Petra Geminianou enfermait « ses femmes »400. Mais on sait que Nubel, père de Firmus, agissait de même et il a pourtant de grandes chances d’être semblable au Flavius Nuvel qui fit bâtir à ses frais une église de la sainte Croix à Rusguniae401. D’autre part, Corippe ne dit pas un mot des croyances de Iaudas, alors qu’il s’étend longuement sur le paganisme des Laguatan. Ce silence, et la discrétion extrême de l’auteur de la Johannide sur Iaudas s’expliqueraient bien, en fait, par une appartenance du chef de l’Aurès à la religion chrétienne, inavouable pour le poète comme pour l’historien byzantin car trop en contradiction avec leur schéma de réécriture des guerres maures.

162Dans tous les cas, rien n’autorise à affirmer une disparition du christianisme, et une déromanisation totale des Aurasiens en 539. La présentation sans nuances de ces gens par Procope, comme celle des habitants des plaines de Timgad et de Bagaï et celle des Maurétaniens, s’explique seulement par la logique idéologique et politique de l’historien grec, qui lui interdisait, à la différence de Synésios de Cyrène, de reconnaître l’existence des mixobarbaroi. Mais c’est bien de ceux-ci, en définitive, qu’il faut rapprocher les Maures de l’Aurès, qui comme les hommes d’Antalas, par leur situation à l’intérieur des provinces centrales de l’Afrique romaine et leur passé, se différenciaient probablement très nettement des Laguatan.

Notes

1 Johannide, III, 184-188 : « déjà le temps accablait les malheureux [Vandales], soumis à l’âpreté des destins ; et déjà dans sa hâte il avait brisé leur royaume au bout de cent ans. Alors, pour la première fois, le Frexes s’était mis sur nos terres à incendier les villes, à dévaster les maisons, et à courir par les plaines...

2 L’invasion vandale se produisit en effet en mai 429 (cf. C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 155). Courtois considérait l’expression centeno anno comme une « approximation poétique » (ibid., p. 347 note 8), et il repoussait l’offensive d’Antalas à l’année 527. Nous montrerons plus loin les raisons assez compliquées, mais peu convaincantes, qui le conduisaient à ce choix (infra p. 570 note 22). En réalité la date de 529 est peu douteuse. Nous savons en effet que le renversement d’Hildéric fut une conséquence de la défaite de son armée contre les Maures d’Antalas (Procope, Guerre vandale, I, 9, 8). Or ce coup d’Etat, organisé par Gélimer, est clairement daté de juin 530 (cf. Courtois, Les Vandales... p. 269). Comme Corippe témoigne de la gravité de l’offensive d’Antalas, il est certain que les Vandales voulurent arrêter celle-ci rapidement. Leur défaite, qui allait causer la chute d’Hildéric, dut donc être de peu postérieure à l’offensive des Frexes en Byzacène.

3 Procope, Guerre vandale, I, 9, 3 : Durant le règne d’Hildéric, les Vandales furent vaincus en Byzacène par les Maures que commandait Antalas...

4 Johannide, III, 73-74.

5 Ch. Tissot (Géographie comparée de la province romaine d’Afrique, tome 1, p. 470) avait proposer de rapprocher les Frexes des Phrêtes évoqués par Stéphane de Byzance (Ethnika, éd. Meineke, p. 672) à partir du témoignage du grammairien Hérodien, contemporain de Marc-Aurèle : Φρήτες, έθνος Λιβουκόν. Malheureusement, on ignore totalement la localisation de ces Phrêtes. Un autre rapprochement, beaucoup plus tentant, a été naguère proposé avec les Fraxinenses, connus par une célèbre inscription d’Auzia (CIL VIII, 2615), en Maurétanie Césarienne, qui signale leur participation aux côtés des Quinquegentiani à une guerre contre les Romains (J. Desanges, Catalogue..., p. 90-91). En adoptant l’hypothèse, C. Lepelley a avancé que les Frexes pouvaient être des Berbères de Grande Kabylie parvenus en Tunisie à la faveur des troubles de l’époque vandale (Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, t. 1, p. 57). En fait, comme la suite de ce chapitre va le montrer, il est peu probable que la tribu de Guenfan, déjà connue vers 499, ait eu une origine aussi lointaine : tout au plus peut-on conclure, comme récemment J. Desanges, que « le nom des Fraxinenses pourrait être apparenté à celui des Frexes, sans qu’il faille pour autant identifier ceux-ci avec ceux-là » (« Fraxinenses », dans EB, t. XIX, Aix, 1997, p. 2934).

6 J. Partsch, proemium de l’édition MGH de la Johannide, p. ix ; Ch. Diehl, L’Afrique byzantine, p. 303 ; C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 346.

7 Sur les Frechich, cf. la synthèse récente de G. Camps et A. Martel, « Fraichich », dans EB, t. XIX, Aix, 1997, p. 2930-2933. La description ancienne la plus précieuse est celle de Ch. Monchicourt, La région du Haut Tell en Tunisie, Paris, 1913.

8 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 345-346.

9 Vita Fulgentii, V, 13 (éd./trad. G. Lapeyre, Paris, 1929, p. 32-33) : (...) lima-toque consilio procul abscedunt, ubi nulla belli nascentis opinio construendi monasterii praeberet integram facultatem... et per ignotas Africae regiones... pariter gradiuntur.

= Après avoir bien mûri leur projet, ils s’en vont au loin, là où toute possibilité de guerre leur paraissant écartée, ils pourront édifier en toute sécurité un monastère..., et à travers les régions inconnues d’Afrique, ils s’avancent ensemble.

10 F. Chatillon, « L’Afrique oubliée de C. Courtois et les « ignotae regiones » de la Vita Fulgentii », dans Revue du Moyen Age latin, 11, 1955 (1965), p. 371-388.

11 Cf, en attendant une étude plus complète à paraître, « L’Afrique et la persécution vandale », dans J.-M. Mayeur, Ch. et L. Piétri, A. Vauchez et M. Venard, Histoire du christianisme, t. 3, Paris, 1998, p. 247-278.

12 D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa, t.1, p.15, et t.2 p.347 note 81 : « A Moorish chiefdom or confederacy in Byzacium, perhaps in the Dorsal region ».

13 G. Camps, « Antalas », dans EB, t. 5, Aix, 1988, p. 706-708.

14 Références : 1 : Théveste (544) = Procope, Guerre vandale, II, 21, 18-19 ; 2 : Cillium (544) = Victor de Tunnuna, Chronique, dans MGH, a.a. tome 11, p. 201 ; 3 : Laribus (544) = Procope, Guerre vandale, II, 22, 12-20 ; 4 : Hadrumète (545) = Corippe, Johannide, IV, 30 ; 5 : Sicca Veneria (545) = Guerre vandale, II, 24, 6 ; 6 : Thacia (545) = Victor de Tunnuna p. 201 (présence très probable d’Antalas puisque la bataille suit l’arrivée de ce dernier à Sicca) ; 7 : Ad Decimum (fin 545) = Guerre vandale, II, 25, 10-12 ; 8 : Mammès (548) = Johannide, VII, 283-287 ; 9 : Junci (548) = Johannide, VII, 391-392.

15 Procope, Guerre vandale, II, 12, 30 et II, 21, 17-18 cf. supra n. 3 et chap. 3, n. 10.

16 Johannide, II, 34-35 : Finibus in Libycis suscepto pace fidelis ille fuit plenosque decem perfecerat annos.

17 Johannide, III, 383 : Erigit a nostris nascentem finibus hostem...

18 Johannide, III, 65-66.

19 Johannide, III, 176-178 :
(...) Celsisque abscondere praedam
montibus abstrusisque latebras quaerere saxis
et loca tuta parat
.
« Il prend ses dispositions pour cacher son butin dans des montagnes élevées et pour rechercher, dans des rochers profonds, des cachettes et des lieux sûrs ».

20 Johannide, III, 178-181 :
(...) Capta subsidere valle
Vandalicasque latens audet temptare phalangas.
Quantos ille duces, quantos truncaverat hostes
obsidione premens mediis in faucibus ense !
« Il ose se mettre en embuscade dans une sombre vallée et, caché, affronter les phalanges vandales. Combien de chefs, combien d’ennemis, en les pressant au milieu des gorges, n’avait-il pas fait passer par le fil de l’épée !
 ».

21 Johannide, III, 201-202

Illius adverso rumpuntur stamino facto
montibus in mediis
(à propos de Hildimer, le général vandale) : « Sa destinée est rompue par une fatalité contraire au milieu des montagnes ».

22 Procope, Guerre vandale, II, 21, 17-19. Texte déjà cité supra chap. 3 note 10.

23 Cf. supra p. 302 note 182.

24 Cf. sur le problème des Chotts, P. Trousset, « Le franchissement des Chotts dans le sud tunisien dans l’Antiquité », dans AA, t. 18, 1962, p. 45-59.

25 Sur cet épisode, cf. infra p. 631.

26 Sur cette date, cf. infra 4e partie p. 620.

27 Une carte des voies de transhumance et de nomadisme dans l’Antiquité, donnée naguère par E. Demougeot (« Le chameau dans l’Afrique du Nord romaine, dans Annales ESC, 1960 no 2, p. 233) et souvent reprise ensuite, indique un axe Tripolitaine-Gabès-Capsa-Théveste. Mais la lecture de l’apparat critique du travail d’E. Demougeot laisse penser que sa seule référence avant l’époque arabe est justement l’invasion des Laguatan en 544. Rien n’atteste d’un usage régulier de cette voie auparavant.

28 Nous revenons sur les fortifications byzantines infra p. 601. Cette liste, limitée au seul secteur montagneux des marges de la Byzacène méridionale, ne donne qu’une faible idée du nombre des constructions apparemment fortifiées et d’époque tardive qu’on trouve dans la région : cf. pour une vue complète, nécessairement imprécise faute de fouilles, les notices des feuilles 40 et 51 de l’Atlas Archéologique de l’Algérie de Gsell, et les articles suivants : R. Cagnat, « Rapport sur une mission en Tunisie (1882-1883) », dans Archives des Missions, 3e série, t. XII, 1886, surtout p. 66-90 ; H. Saladin, « Rapport sur la mission faite en Tunisie de novembre 1882 à avril 1883, dans Archives des Missions, 3e série, t. XIII, 1887, surtout p. 102-128 et p. 142-155 ; Diehl, « Rapport sur deux missions archéologiques en Afrique du Nord », dans Nouvelles Archives des Missions, IV, 1893, p. 285-434 ; Gsell, « Notes sur quelques forteresses antiques du département de Constantine », dans RSAC, 32, 1898, p. 249-297 ; Guéneau, dans BAC, 1907, p. 314-335 ; Guénin, « Inventaire archéologique du cercle de Tébessa », dans Nouvelles Archives des Missions, t. XVII, 1909, p. 75-234 ; Roux, « Les ruines des environs de Redeyef et de Moularès (sud tunisien), dans RT, 1910, p. 198-205 ; Codur, dans BAC, 1946-49, p. 583-588. Références des sites nommés : Henchir el Ktib : Saladin, dans Archives des Missions, XIII, 1887, p. 149-150 ; Henchir Tamesmida : Saladin, ibid, p. 150-154 ; Henchir Soltane : AAA f. 40 no 65 (supp.) et Guénin p. 83 ; Henchir Bou Dries : AAA f. 40 no 62 et Pringle, The Defence of Byzantine Africa p. 178-179 ; Henchir Bou Sboa : AAA f. 40 no 77 ; Henchir Djenen Khrouf : AAA f. 51 no 44 et Guénin p. 98-99 ; Ksar Sarraguia : Th. Ghalia, « Carte archéologique de Tunisie et connaissance du paysage rural antique à l’époque tardive », dans J. Desanges (éd.), Spectacles, vie portuaire, religions. Actes du Ve colloque international d’histoire et d’archéologie de l’Afrique du Nord, Avignon, 1990, Paris, 1992, p. 419-438.

29 Loi du 13 avril 534 (cf. sur cette date S. Puliatti, Ricerche sulla legislazione regionale di Giustiniano, dans Seminario giuridico della Universita di Bologna, LXXXIV, Milan, 1980, p. 59 note 1).

30 Code Justinien I, 27, 2, 1 (éd. Krueger, Berlin, 1895, p. 79) : Sancimus itaque, ut dux militum Tripolitanae provinciae in Leptimagnensi civitate sedes interim habeat. Dux vero Byzacenae provinciae et in Capsa et altera Thelepte civitatibus interim sedeat. Dux vero Numidiae provinciae in Constantiniensi civitate sedes interim habeat. Dux autem Mauritaniae provinciae in Caesariensi civitate interim sedeat. On remarquera que le mot interim est employé à chaque fois, ce qui montre que l’empereur avait conscience à ce moment d’une conquête encore inachevée. Certains manuscrits comportent le mot Lepte au lieu de Thelepte, d’où l’hypothèse avancée par quelques savants d’une mention ici de Lepti Minus, sur la côte. Mais on ne voit pas ce qui aurait justifié la soudaine promotion de cette petite ville au rang de capitale militaire, d’autant que la leçon Thelepte, retenue par Krueger, figure sur les meilleurs manuscrits.

31 Cf. infra p. 468-469.

32 Cf. l’article de G. Camps et A. Martel cité supra note 7.

33 On songe évidemment à l’exemple des Kutâma de Petite Kabylie, signalés vraisemblablement dès le IIe siècle par Ptolémée (IV, 2, 5) sous le nom de Koidamousioi, connus par une inscription (CIL VIII 8379 = 20216) du vie siècle dans la même région sous le nom d’Ucutamani, mentionnés encore au même endroit avant leur révolte qui renversa les Aghlabides au début du xe siècle, et évoqués toujours dans le même pays par Ibn Khaldûn au xive siècle.

34 Cf. la « Note sur les tribus de la Régence » d’un anonyme, parue dans RT, 1902, p. 189. Citant comme nous ce document, G. Camps et A. Martel l’ont relié à d’autres témoignages semblables recueillis par Ch. Monchicourt, pour souligner l’originalité du choix généalogique des Frechich, face à tant d’autres tribus berbères qui s’inventent une origine orientale (article Fraichich, dans EB, t. XIX, 1997, p. 2930).

35 J. Partsch, proemium de l’édition MGH de la Johannide, p. ix.

36 Cf. les rapports archéologiques cités supra note 28, ainsi que H. Camps-Fabrer, L’olivier et l’huile dans l’Afrique romaine, Alger, 1953, p. 27 ; ead., « Huile », dans EB, t. XXIII, Aix, 2000, carte p. 3523 ; D. J. Mattingly, « Oil for export ? A comparison of Libyan, Spanish and Tunisian olive oil production in the Roman empire », dans Journal of Roman Archaeology, 1, 1988, surtout p. 44-49. Un exemple méconnu de la richesse que pouvaient procurer l’agriculture et surtout l’oléiculture dans cette région est la grande villa signalée par J. Lassus à Henchir Safia (AAA f.40 no170) : cf. Libyca, VII, 1959, p. 343.

37 Cf. infra p. 534-540 et carte 17.

38 C. Courtois, L. Leschi, Ch. Perrat, Ch. Saumagne, Tablettes Albertini, Paris, 1952, p. 189-211. 22 des 34 tablettes portent le nom du roi. A relative proximité de ce secteur, à Henchir el Gousset, F. Béjaoui a découvert en 1988 une inscription attestant de travaux dans une église lors de « la 26e année du roi Thrasamund », soit en 521, encore un quart de siècle après les Tablettes Albertini (« Une église d’époque vandale à Henchir el Gousset », Africa, XIII, 1995 p. 101 et ss.).

39 Sur ces hypothèses, cf. supra p. 316 note 5.

40 Johannide, III, 152-154 : Exaltée par cet oracle extraordinaire, elle se réjouit en silence : en effet, cette tribu n’était pas importante. Cependant, tout espoir et toute crainte convergent vers lui [Antalas].

41 Johannide, III, 197-199 : Ce sont les Vandales et la Libye à la fois, Guenfan, que les destins mènent à la ruine, et des Maures ils relâchent le joug et le frein. Quand ton fils Antalas sera grand... (l’univers s’embrasera).

42 Johannide, III, 65-67 : C’est sur notre territoire qu’a surgi l’impiété qui s’est étendue au monde entier. Guenfan est la sinistre origine de ces misères, par la naissance du sauvage Antalas.

43 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 343.

44 Johannide, III, 156-170.

45 Johannide, III, 171-172 : Dès ce temps là déjà, il commence à grandir dans ces cruels larcins et à repaître de ses pillages nocturnes ceux qui le soutiennent.

46 Johannide, III, 173-176 : Puis il rassemble des hommes ; ce misérable les exhorte à l’accompagner en silence dans ses larcins au milieu des ténèbres, et il les instruit avec soin ; et c’est désormais toute une bergerie que ce voleur emporte, et même des troupeaux de bœufs.

47 Johannide, III, 178-181 : cf. traduction supra note 20. Nous avons suivi ici la leçon caeca, proposée par J. Diggle, au vers 178.

48 Johannide, III, 186-188 : traduction supra note 1. La date est fixée au vers précédent :

Iam tempus miseros fatis urgebat acerbis regnoque centeno properans jam fregerat anno.

49 G. Camps note justement que ces débuts de la carrière d’Antalas rappellent des traditions constatées dans d’autres régions méditerranéennes : « Ces actions s’inscrivent parfaitement dans la suite d’activités guerrières ou para-guerrières qu’un jeune chef se doit d’entreprendre à titre probatoire..., au Maroc ou en Sardaigne, mais aussi chez les Berbères du Sahara. Il ne s’agit là que d’actions honorables et valorisantes pour le jeune homme qui les accomplit » (« Antalas », dans EB, t. 5, Aix, 1988, p. 706). Remarquons cependant que dans le cas d’Antalas, ces « rites de passage » prirent assez vite une ampleur exceptionnelle, qui conduisit à une insurrection attestée par les autres sources.

50 Cf. Procope, Guerre vandale, I, 9, 3 : l’historien grec livre un résumé très rapide de cette période, et il ne signale les troubles qu’à partir du moment où l’armée vandale entre en action.

51 Cf. supra 1ère partie, p. 66.

52 Procope, Guerre vandale, I, 25, 2-3. Commentaire détaillé de ce texte infra p. 586-587.

53 Procope, ibid., I, 25, 4-8. Commentaire infra p. 586-593.

54 Johannide, II, 34-35. Traduction supra p. 47.

55 Johannide, II, 374-376 : Ne nous étais-tu pas toujours fidèle ? N’étais-tu pas habitué à te réjouir de nos triomphes, en bon sujet que tu étais alors ?

56 Johannide, IV, 362-364 : N’étais-je pas de votre côté ? N’ai-je pas souvent accouru ? N’ai-je pas servi sous vos ordres ? N’ai-je pas, avec prudence, livré bataille pour tes chefs, Romain ?

Ce passage pourrait suggérer qu’Antalas, non content de ne pas participer à l’insurrection de 534-535, aurait même alors servi Solomon.

57 Procope, Guerre vandale, II, 22, 7. Commentaire détaillé de ce passage infra p. 614-615.

58 Procope, Guerre vandale, II, 25, 10. Cf. infra p. 615.

59 Procope, Guerre vandale, II, 23, 26. Un détail de la Johannide confirme la modération des Maures. Le tribun Liberatus, qui raconte à Jean Troglita l’histoire de l’Afrique depuis 533, habitait lui-même Hadrumète, et il fut impliqué dans ces événements : capturé avec d’autres soldats dans la campagne voisine de la ville, il réussit à s’évader et regagna sa maison, où il retrouva son épouse indemne (Johannide, IV, 71-72).

60 Corippe (IV, 75-76) laisse entendre indirectement qu’Antalas et Stotzas eurent des partisans dans la ville. Le tribun Liberatus indique en effet que Hadrumète, rebaptisée Justinianapolis, fut reprise grâce à la pieuse trahison d’un citoyen ami :

Justinianapolis nocturnis panditur armis
proditione pia civis patefecit amicus

Il faut en déduire qu’il n’y eut pas un mouvement de foule unanime pour expulser les Maures et ouvrir les portes de la ville aux Romains.

61 Stotzas était un des gardes du corps de Martinus, l’un des chefs de foederati amenés de Constantinople par Bélisaire (Guerre vandale, I, 11, 30). Ce personnage était donc totalement étranger à l’Afrique. Il devint le chef d’une mutinerie en 536 (ibid. II, 15, 1). Vaincu en 537, il s’enfuit en Maurétanie, où il épousa la fille d’un chef local (ibid. II, 17, 35). Il revint en Byzacène dans l’hiver 544-545 à l’appel d’Antalas (ibid., II, 22, 5 et II, 23, 1). Curieusement, le chroniqueur Victor de Tunnuna le nomme seul dans son récit des combats de 544-545, omettant Antalas.

62 Procope, Guerre vandale, II, 27, 4-6 : [Le rebelle Guntarith vient de faire exécuter Aréobindos, envoyé par Justinien]. Après avoir beaucoup réfléchi, Antalas voulut se soumettre à l’empereur Justinien, et c’est pour cette raison qu’il se replia. Et apprenant que Markentios, qui commandait les troupes en Byzacène, s’était enfui dans une des îles proches de la côte, il lui envoya un émissaire pour lui dire toute l’histoire et lui faire des promesses, et il le persuada par des paroles bienveillantes de venir le rejoindre. Et Markentios resta avec Antalas dans le camp maure...

63 Johannide, VII, 481-483. L’épisode se situe lors de la retraite de la coalition dirigée par Antalas et Carcasan face à Jean Troglita, en 548. Liberatus, envoyé en éclaireur pour espionner les Maures qui campent devant Junci, constate qu’ils n’ont pas pillé la ville, qu’il décrit ainsi :

Namque jacent nullis circumdata moenia muris
praesidio munita Dei. Non turribus illam [Junci]
ardua pinnati defendunt culmina tecti.

Ce passage a été diversement interprété pour ce qu’il apprend de l’état des défenses de Junci. Selon Diehl (L’Afrique byzantine, p. 169), L. Poinssot (« Macomades – Junci », dans MSNAF, t. 81, 1944, p. 160) et Av. Cameron (« Byzantine Africa », dans Excavations at Carthage, t. VII, 1982, p. 35, et p. 41), la ville aurait été protégée par une enceinte, peut-être construite peu auparavant par Solomon. D. Pringle (The Defence of Byzantine Africa, t. 1, p. 202-205), lecteur plus attentif de Corippe, a au contraire déduit de ces vers qu’une enceinte existait, mais qu’elle était en ruine en 548. En fait, tous ces savants ont été impressionnés par le terme moenia, qu’ils ont traduit par « remparts ». Mais le mot peut signifier aussi, en particulier chez Virgile, modèle de Corippe, « la ville » en général (cf. Enéide, VI, 459). Au Bas-Empire, il évoque plus précisément les bâtiments publics de la cité : J. Durliat a noté ainsi, à propos des dédicaces de forteresses byzantines, que « le vocabulaire technique emploie plutôt muri pour les seules fortifications, et moenia pour l’ensemble des bâtiments publics d’une ville « (Les dédicaces d’ouvrages de défense..., p. 41-42). Si nous retenons ce sens à la fois poétique et administratif, les vers 481-482 perdent leur mystère, puisque Corippe oppose justement les moenia existants et l’absence de murus. Nous pensons donc qu’il faut traduire : En effet la ville gît, dépourvue de murs, défendue seulement par la protection divine. Elle n’est pas protégée par les hauteurs élevées que forment les tours aux toits couverts de tuiles. Seule l’archéologie pourrait cependant éclaircir de manière définitive ce problème des murailles de Junci au temps de Justinien. Mais les études du site ont été rares, et surtout tournées jusqu’ici vers la découverte des églises (cf. N. Duval, Les églises africaines à deux absides, t. 2, p. 227-229). Notons pourtant qu’une inscription trouvée à Sidi Gherib (J. Durliat, les dédicaces d’ouvrages de défense..., p. 62-64), à relative proximité de la ville, paraît évoquer la construction d’une fortification sous Justin II qui pourrait être celle de Junci, ce qui confirmerait la remarque de Corippe et notre interprétation sur l’absence de murus auparavant.

64 Johannide, VII, 484-485 : le prêtre apaise (ici) les tribus par la vertu de sa parole. C’est ainsi que la Grâce céleste sait disposer les esprits rebelles. L’identification de ce sacerdos, terme qui est souvent employé pour désigner aussi un évêque, à Verecundus, évêque de Junci dans les années 540, celèbre pour sa résistance à Justinien dans l’affaire des Trois Chapitres, est due à M. G. Bianco (cf. Verecundi Juncensis carmen de paenitentia, introduzione, testo critico, traduzione e commento, Naples, 1984, p. 9-15). La philologue italienne souligne à ce propos la singularité des vers de Corippe dans le cas d’un personnage aussi mal vu du pouvoir byzantin : en insistant sur le caractère miraculeux de l’action de Verecundus, sans doute le poète essayait-il de plaider sa cause et d’obtenir son pardon. De fait, plus loin Corippe répète encore que le sacerdos de Junci prie sans cesse pour le camp latin (VII, 492). Si on ignore les motivations de l’auteur de la Johannide dans cette affaire, on peut cependant se demander comment son texte fut accueilli à Constantinople. Pour M. G. Bianco, il n’est guère douteux qu’il ne fut pas apprécié, ce qui expliquerait le silence qui entoure sa carrière entre la publication de la Johannide et la mort de Justinien, et peut-être les allusions à des malheurs personnels glissées au début de l’Eloge de Justin II.

65 Johannide, I, 28 et 32-34 : Les armées barbares s’étaient enflammées d’une rage sauvage... On ne faisait plus aucune différence : nul ne put épargner les prêtres ni accorder aux vieillards épuisés l’honneur, quel qu’il fût, d’une sépulture.

66 Cf. supra p. 239-240.

67 Les seules références au paganisme pour ces groupes se trouvent en fait dans des passages très généraux de la Guerre vandale, qui peuvent se fonder sur la situation de certaines tribus seulement, dont les rites seraient abusivement étendus à tous les Maures. Ainsi en II, 8, 12-14 (et II, 12, 28) lorsque l’historien évoque le recours à la prophétie des femmes maures ; ou en II, 11, 13 lorsque les quatre chefs insurgés en Byzacène en 534-535 se vantent de leur polygamie.

68 De Aedificiis, VI, 2 à VI, 7 : sont successivement évoquées les conversions à Augila (VI, 2, 19), à Ghadamès (VI, 3, 10) et chez les Gadabitani de Tripolitaine (VI, 4, 12). Passé en Byzacène puis en Numidie, l’historien n’associe plus la mention des Maures qu’à des constructions de forteresses tournées contre eux, et jamais plus à des conversions ou à des églises nouvelles.

69 Johannide, III, 125-126 :
Africa namque suum factorem fessa rogabit
quem colit ipsa Deum, quem fas cognoscere dignos.

70 V. Zarini, « Goétique, poétique, politique : réflexions sur un passage de la Johannide de Corippe (3, 79-155) », dans J. Dion (éd.), Culture antique et fanatisme, Nancy-Paris, 1996, p. 113-140, surtout p. 135-136.

71 Cf. infra p. 534-540 et carte 17.

72 Saint Augustin, lettre 199, XII, 46 : cf. infra p. 518-523.

73 Cf. par exemple le récit de Quodvultdeus de Carthage sur une étrange découverte faite dans l’Abaritana (l’Aurès), peu avant l’invasion vandale : J’ai vu moi-même aussi dans un coin de la province avaritaine tirer de grottes et de cavernes d’antiques idoles qui y avaient été cachées de sorte que toute cette civitas avec son clergé était sous le coup d’un parjure sacrilège... (Liber promissionum, III, 45, éd. R. Braun, CCL, tome LX, p. 186).

74 Faute d’un texte explicite, il paraît en effet impossible de définir plus exactement la situation religieuse d’Antalas. Nous venons d’apporter quelques indices d’une possible christianisation, mais les indices inverses existent aussi : la consultation oraculaire de Guenfan, même fictive, peut faire référence à son paganisme, et, comme l’a suggéré M. Riedmüller, le nom du frère d’Antalas, Guarizila, pourrait être un nom théophore renvoyant au dieu Gurzil (cf. Die Johannis des Corippus als Quelle libyscher Ethnologie, Augsburg, 1919, p. 42). La très forte christianisation du pays dans lequel vivaient les Frexes nous conduit à préférer la première solution, mais sans certitude.

75 Johannide, I, 466.

76 L’implantation ancienne de sa tribu en Byzacène, ses multiples tractations avec Solomon, Stotzas, Guntarith et Artabane entre 533 et 548, et sa lettre à Justinien en 544 le laissent du moins supposer.

77 Procope écrit Κουτζίμας, Corippe Cusina (on lit parfois Cosina dans le manuscrit), Jean Malalas Κουτζίνης, Théophane Κουτζίνας. Pour des raisons de commodité, nous avons adopté la forme donnée par Corippe, Africain lui-même, et mieux familiarisé que les Grecs avec ces noms berbères. L’identité de Κουτζίνας et Cusina a été démontrée par J. Partsch dans l’introduction de son édition de la Johannide. Nous l’avons vérifiée dans notre article « Corippe et l’occupation byzantine de l’Afrique », dans AA, t. 22, 1986, p. 202.

78 Jean Malalas, Chronographia, éd. L. Dindorf, Bonn, 1831, p. 495 ; Théophane, Chronographia, éd. C. de Boor, Leipzig, 1883, t. 1, p. 238.

79 Guerre vandale, II, 10, 6 :
ώς δε ούτος όλόγος ές τών βαρβάρων τους άρχοντας ήκε, Κουτζίναν τε και Έσσδιλάσαν...

80 Jean Malalas, p. 495 :
Κουτζίνης... έπειδη ήρχε τού εθνους τών Μαύρων...

81 Théophane p. 238 :
Κουτζίνας... εξαρχος τών Μαυριτανών...

82 Johannide, III, 405-408 :
Et ruit ecce volans, aequo non Marte coactus
Maurorum ductor, miseri Solomonis amicus...
Cusina...
Cf. également ibid. VII, 263-264 :
inumerasque acies Maurorum in proelia doctor
Cusina
fidus agit.

83 Johannide, IV, 509-510 :

Hos sequitur fidus, densa stipante caterva
Cusina Massylis deducens agmina signis

84 Ce sens très large des deux mots avait déjà été noté par Gsell dans son Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, t. V, p. 102. Cf. également infra p. 448-450.

85 Johannide, III, 408.

86 J. Partsch, dans l’édition MGH de la Johannide, p. 37.

87 M. Petschenig, dans son édition de la Johannide dans les Berliner Studien, 4, Berlin, 1886.

88 J. Diggle, dans l’édition Diggle/Goodyear de la Johannide, p. 63.

89 V. Zarini, Recherches nouvelles sur l’épopée panégyrique et l’épopée hagiographique dans la latinité tardive, dossier d’habilitation soutenu en Sorbonne (Paris IV) en 1999, p. 364. Lors de la soutenance, C. Moussy a proposé à son tour une nouvelle hypothèse pour ce vers III, 408 : Mastrucatis secum...

90 La mastruca est un vêtement grossier, souvent fait de peaux de bêtes, qui est évoqué par des auteurs aussi différents que Plaute et Prudence. Comme le note V. Zarini, sa présence est « un signe infaillible de sauvagerie » qui convient à l’image générale des Maures que Corippe veut donner. Mais est-elle envisageable pour le portrait du bon Cusina, dont la mère était romaine ?

91 ILAlg, t. 1, no 3825. Gsell notait à propos de Mathacianus : « second cognomen, ou adjectif tiré d’un nom géographique ». L’hypothèse d’un ethnique avait déjà été envisagée avec prudence par J. Desanges (Catalogue... p. 111).

92 Cf. M. Euzennat et W. Seston, « Un dossier de la chancellerie romaine : la Tabula Banasitana », dans CRAI, 1971, p. 468-490 ; et M. Euzennat, « Les Zegrenses », dans Mélanges W. Seston, Paris, 1974, p. 175-186.

93 S. Chaker, « La situation linguistique dans le Maghreb antique : le berbère face aux idiomes extérieurs », dans Libyca. Anthropologie. Préhistoire, 28-29, 198081, p. 145-146.

94 Cf. infra p. 419-420.

95 Guerre vandale, II, 11, 17-19 :
κύκλον έκ τών καμήλων ταξαμενοι (...) και γυναίκας μεν ξύν τοις παισι κα-τεθευτο τούκύκλου έντος.

96 Guerre vandale, II, 8, 22 et II, 10, 2.

97 Guerre vandale, II, 25 et II, 27. En fait, Cusina est à un moment de l’année 546 aux côtés des Maures insurgés, mais c’est à l’appel du dux de Numidie Guntarith, lorsque celui-ci tente son usurpation.

98 Johannide, VII, 244-246 :
namque inter sese duri jam semina belli
saevus Ifisdaias et fidus Cusina junctis
tunc habuere odiis
.
Cf. également VII, 282, où sont mentionnées de ferae gentes aux côtés des Byzantins : or parmi ces alliés se trouve Cusina...

99 Ch. Diehl, L’Afrique byzantine, p. 316 note 1.

100 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 349-350.

101 Guerre vandale, II, 10 et II, 11. L’emplacement de Mammès a été identifié par M. Solignac (« Recherches sur les installations hydrauliques de Kairouan et des steppes tunisiennes du viie au xie siècle », dans Annales de l’Institut d’Etudes Orientales de l’Université d’Alger, 10, 1952, p. 154-161).

102 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 349-350.

103 Cf. supra p. 203-204 et infra note 108.

104 Guerre vandale, II, 11, 14-19.

105 Ibid. II, 11, 19 : Par ailleurs certains d’entre eux se tenaient tranquillement à l’affût, avec leurs chevaux, dans la montagne.

106 Guerre vandale, II, 11, 18 : leur fonction précise est... de soigner les chevaux et de s’occuper des chameaux et de la nourriture.

107 Guerre vandale, II, 12, 9.

108 Nous avons déjà étudié de manière détaillée cette question dans l’article « Les premiers raids des tribus sahariennes en Afrique et la Johannide de Corippus », dans L’armée et les affaires militaires. Actes du IVe colloque international d’histoire et d’archéologie de l’Afrique du Nord, Strasbourg, 1988, tome 2, Paris, 1991, p. 479-490.

109 Guerre vandale, II, 8, 9 : Μαυρύυσιοι δεοσοι εν τε Βυζακίω και Νουμιδία ωκηντο...

110 Guerre vandale, II, 11, 4. cf. infra note 132.

111 Guerre vandale, I, 25, 3-4 :
όσοι γαρ εν τε Μαυριτανία και Νουμιδία και Βυζακίφ Μαυρουσίων ρχον...

112 Les chameaux ne sont évoqués que dans la bataille de Mammès, en 534 ; ils sont couchés et disposés en cercle pour former un rempart épais, d’une profondeur de douze bêtes environ, au milieu duquel les hommes combattent à pied : quant aux hommes eux-mêmes, ils s’étaient logés debout, en fantassins, entre les pattes de leurs chameaux, avec pour armes un bouclier, une épée et une pique, que d’ordinaire ils lancent comme un javelot (Guerre vandale, II, 11, 19 : trad. D. Roques, p. 149). D’autres guerriers attendent à l’écart avec des chevaux. Dans la bataille de Burgaon, en 535, les chameaux ne sont plus mentionnés, mais on retrouve le partage entre ceux qui combattent à pied pour défendre le camp et ceux qui attendent avec des chevaux, pour la fuite ou la poursuite (ibid. II, 12, 7-9).

113 L’utilisation des chameaux pour former un rempart au milieu duquel se placent les fantassins maures avait déjà été décrite par Procope (Guerre vandale, I, 8, 25-28) à propos de Cabaon : ce chef de Tripolitaine avait ainsi vaincu une armée vandale envoyée contre lui au temps de Thrasamund (cf. notre article « Cabaon », dans EB, t. XI, Aix, 1992, p. 1686-1687). Corippe fait clairement allusion à cette tactique à plusieurs reprises pour les tribus de Tripolitaine : dès le catalogue du chant II, en présentant les Austur (II, 93-96), puis dans un discours de Jean (II, 396-403), et surtout dans l’évocation de la construction du camp des Laguatan en 546 (IV, 597-618) et dans le récit de la prise de ce camp (V, 421-492). Une méthode de combat identique est décrite au xive siècle par Ibn Khaldûn pour les nomades : Les Arabes et la plupart des Bédouins nomades qui pratiquent l’attaque et le repli disposent en ligne leurs chameaux et leurs animaux de bât chargés des palanquins, pour donner un centre de recueil aux combattants. C’est ce qu’ils appellent al-majbûda. On remarque que tous ceux qui appliquent ce procédé se sentent plus assurés et mieux protégés contre la surprise et la déroute (Discours sur l’Histoire universelle. Al-Muqaddima, trad. V. Monteil, Paris, 1997, p. 426-427). Il est possible également que ce dispositif soit évoqué dès le ive siècle par Végèce à propos des Ursiliani de Tripolitaine : Camelos aliquantae nationes apud veteres in acie produxerunt, ut Ursiliani intra Africam vel ceteri Mazices hodieque producunt. La difficulté est le sens à donner ici à producere : « faire avancer », ou « mettre en ligne » ?

114 Après Burgaon, affirme Procope, le nombre d’enfants capturés était tel qu’on vendait un jeune Maure pour le prix d’un mouton (Guerre vandale, II, 12, 27).

115 Procope, Guerre vandale, II, 12, 29 :

ξύν δεάρχουσι τοις σφετεροις εις Νουμιδίαν αφικομενοι ίκεται γίνονται Ίαυ-δα, ος των εν Αυρασίω Μαυρουσίων ηρχε.

116 En 546, lorsqu'il marche sur Carthage à l'appel du félon Guntarith, Procope (II, 25, 2) le présente ainsi :

ήγεΐτο δε Νουμιδων μεν Κουτζίνας τε καί Ίαύδας, Βυζακηνων δε Άντάλας...

117 Cf. Johannide, VI, 221-227 et infra p. 620-629.

118 Guerre vandale, II, 8, 21 : εσχατις χώρα...

119 C. Courtois, L. Leschi, Ch. Perrat, Ch. Saumagne, Tablettes Albertini, Paris, 1952, : no 34 b, p. 278 : ad via de camellos. Cf. sur cette voie J.-M. Lassère, Ubique populus, Paris, 1977, p. 349 note 264.

120 Cf. Procope, Guerre vandale, II, 25, 21 : Les deux chefs maures, animés l’un et l’autre par une hostilité et une malveillance mutuelles... Les épisodes illustrant cette rivalité sont nombreux : cf. infra 4e partie p. 634-637.

121 Cf. supra note 30.

122 Victor de Tunnuna, Chronique, dans MGH, a.a., tome 11, p. 196-197.

123 S. Ben Baaziz, « Les sites archéologiques de la région de Gafsa », dans L’armée et les affaires militaires. Actes du ive colloque international d’histoire et d’archéologie de l’Afrique du Nord, Strasbourg, 1988, tome 2, Paris, 1991, p. 535-548.

124 J.-P. Bonnal et P.-A. Février, « Ostraka de la région de Bir Trouch », dans Bulletin d’Archéologie Algérienne, 2, 1966-67, p. 239-249. Les mêmes auteurs signalent l’existence d’autres ostraka provenant du Djebel Onk, malheureusement inédits. C’est aussi dans la même région que fut découvert le manuscrit manichéen d’Ain Telidjen, daté peut-être du début du ve siècle (cf. F. Decret, l’Afrique manichéenne, Paris, 1978, t. 1, p. 201-203 et t. 2, p. 146-149).

125 E. Albertini, « Ostrakon byzantin de Négrine (Numidie) », dans Cinquantenaire de la Faculté d’Alger, Alger, 1932, p. 53-62.

126 P. Monceaux, « Inscriptions chrétiennes du cercle de Tébessa », dans RSAC, t. 42, 1908, p. 234-236.

127 D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa, t. 1 p. 101.

128 Johannide, VIII, 271 : dum consanguineis, genitus de matre latina... et IV, 451 : Cusina, Romanis consanguinitate propinquus.

129 On pourrait évidemment songer à un enlèvement effectué à la suite d’un raid sur une ferme ou une ville romaine autant qu’à un mariage mixte volontaire. Dans tous les cas, la mère de Cusina fut fidèle ensuite à la cause de son fils, puisque celui-ci n’hésita pas à la laisser en otage à l’usurpateur Guntarith comme gage de son alliance (cf. Procope, Guerre vandale, II, 27, 24).

130 Cf. supra p. 332-333.

131 Sur le contexte, cf. infra 4e partie p. 586-593.

132 Procope, Guerre vandale, II, 11, 4-6 :
καί ταϋτα (όρκους τε τους δεινότατους έν γραμμασι δόντες καί τούς παΐδας τους υμετέρους των (ομολογημένων ενέχυρα παρασχομενοι ; ήέπίδειξίν τινα εγνωκατε ποΐεΐσθαι, ώς υμίν ουτε Θεουουτε πίστεως ουτε της ξυγγενείας αΰιτΐϊς ουτε της σωτηρίας οίίτε αλλον οτουουν εστί τις λογος ; καίτοι, είταες το Θείον υμίν ουτως ησκηται, τίνι ξυμμαχω πιστευοντες επί τον 'Ρομαίων βασιλεα χωρείτε...

133 Ibid, II, 11, 12 :
καί τον Θεον πολεμιον σφίσι ποιουνται ουχ οί αν τα σφετερα αυτων κομιουμε-νοι εφ'ετερους χωροίεν, άλλΌσοι των αλλοτρίων επιβατευοντεξ ες κίνδυνον πολε-μον καθίστανται.

134 Ibid II, 11, 44 :
Βελισαριον δε, ος της Βανδίλων επικρατήσεως αίτιος γεγονεν, εκποδων νυν ήμίν εστηκεναι πεποίηκε το δαιμονιον.

135 L’emploi du mot daïmon dans le dernier extrait ne change rien sur ce point : Procope l’emploie en effet aussi en citant un texte d’origine byzantine, en l’occurrence une lettre de Justinien à Gélimer (Guerre vandale, I, 9, 16) : Mais puisqu’il te plaît de t’être assuré du pouvoir royal..., retires-en tout ce que la Divinité (daı¥mwn) t’en donnera... C’est là une des habitudes lexicales propres à cet auteur, dont les convictions religieuses personnelles restent assez floues.

136 Procope, Guerre vandale, II, 21, 20.

137 Guerre vandale, II, 21, 21-22.

138 Cf. infra p. 480-500.

139 Procope, Guerre vandale, I, 25, 3-8. Commentaire détaillé de ce texte infra p. 487 et 586.

140 Ibid. II, 11, 3-4 : Comment se fait-il donc que vous ayez décidé de vous dresser contre notre grand empereur et de renoncer à votre propre vie, et cela alors que vous aviez fait par écrit les serments les plus solennels et que vous nous aviez livré vos propres fils pour garantir nos conventions ? (trad. D. Roques p. 148).

141 En évoquant les cérémonies de l’automne 533, Procope indique, lorsque les Maures reçoivent des Byzantins des insignes de fonction : leurs chefs les avaient déjà obtenus des Vandales... (Guerre vandale, I, 25, 6).

142 Cf. infra p. 589-592.

143 Cf. Guerre vandale, II, 19, 5-32.

144 Johannide III, 405-408 :
et ruit ecce volans, aequo non Marte coactus
Maurorum ductor, miseri Solomoni amicus,
Romanis rebus nimiumque semper fidelis
Cusina...
Ces vers suivent l’évocation de la mobilisation des troupes romaines par Solomon, et ils précèdent l’attaque du général byzantin contre les Maures révoltés, à proximité de Théveste. Corippe et Procope ne précisent pas à cette date le point de départ de Cusina, mais l’historien grec est plus explicite lorsqu’il raconte l’alliance du chef maure avec Guntarith en 546 : Koutzinas et Iaudas commandaient les Maures de Numidie (Guerre vandale, II, 25, 2).

145 Johannide, VII, 266.

146 Cf. ici la conclusion de Procope au récit de la guerre de 539 contre Iaudas : Les Romains, après avoir pillé le camp de l’ennemi, décidèrent de ne pas abandonner l’Aurès de nouveau (Guerre vandale, II, 20, 22).

147 Jean Malalas, éd. Dindorf, p. 495. Cf. également Théophane, éd. De Boor p. 238. Les deux auteurs qualifient Cusina d'exarque (εξαρχος τν Μαυριτάνων pour Théophane), terme sur lequel nous revenons infra p. 664-666.

148 C’est-à-dire surtout en 534-535.

149 Johannide, VIII, 461-462 : l’Empire romain considère comme citoyens « latins » tous les peuples qu’il voit fidèles et soumis.

150 Cf. parmi de nombreux exemples VI, 64 : après la victoire de 546 sur les Laguatan, la foule se masse à Carthage expectans acies intrare Latinas ; ou encore VI, 166 : l’oracle d’Ammon annonce que

victor Ilaguatensis acerbo Marte Latinos conturbabit agens...

151 Cf. infra chap. 10.

152 Johannide, VIII, 268-270 : le chef lui-même est cruel et se prépare à anéantir les tribus pour le compte des Romains, et il exulte, gonflé d’orgueil par ses titres honorifiques, tandis qu’on le désigne du nom de général. Sur le sens de magister, cf. Diehl, l’Afrique byzantine, p. 124, qui souligne qu’à cette époque magister militum désignait le général en chef mais aussi, « à un degré inférieur de la hiérarchie, les commandants des divers numeri » ; cf. également D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa, tome 1, p. 70, et J. L. Teal, « The Barbarians in Justinian’s armies », dans Speculum, 40, 1965, p. 294-322, qui estime qu’en 548, Cusina « commanda un groupe de symmachoi et était aussi magister militum à la tête de troupes régulières » (p. 310 note 60).

153 Johannide, VII, 262-264 : Cependant le général se réjouit d’être au milieu des soldats romains que le plus grand prince de l’univers lui-même lui a donnés comme compagnons dans la paix et assistants dans le combat.

154 Sur cette révolte elle-même, cf. infra p. 664-668.

155 Cf. supra p. 57.

156 Johannide, VI, 268.

157 La forme ‘Iαὐδας est donnée par les meilleurs manuscrits de Procope, mais d’autres portent la leçon ‘Iάβδας (cf. éd. J. Haury, tome 1, p. 475). Curieusement, les historiens ont souvent adopté cette seconde lecture (ainsi Diehl ou Carcopino), sans véritable justification. P. Morizot, à son tour, l’a privilégiée par analogie avec un nom relevé sur une épitaphe aurasienne (« Pour une nouvelle lecture de l’elogium de Masties », dans AA, t. 25, 1989, p. 266 note 4). En fait, tous ces savants semblent négliger le témoignage de Corippe, qui donne toujours la forme Iaudas (Johannide III, 302 ; VII, 277 ; VIII, 126) et se livre même en une occasion à un jeu de mots qui ne laisse guère de doutes (II, 140 : Iam audax... avant l’évocation, sans son nom, du chef de l’Aurasitana manus...).

158 Cf. références note précédente.

159 Guerre vandale, II, 13, 13.

160 Guerre vandale, II, 13, 1 : Mais au même moment où ces événements se déroulaient en Byzacène (guerre de 535), Iaudas, le chef des Maures de l’Aurès, prenant avec lui plus de 30 000 guerriers, se mit à piller le territoire de la Numidie...

161 Ibid. II, 12, 29 : Ils partirent donc avec leurs chefs en Numidie où ils se firent les suppliants de Iaudas, qui commandait alors les Maures de l’Aurès.

162 Ibid. II, 13, 18-39.

163 Ibid. II, 19, 5 à II, 20, 30.

164 Ibid. II, 20, 21 : Quant à Iaudas lui-même, bien que frappé à la cuisse par une javeline, il réussit à fuir et se retira en Maurétanie.

165 Cf. Johannide, II, 140-161 : Iaudas à la tête de l’Aurasitana manus dans la coalition de 546 ; et Procope, Guerre vandale, II, 25, 2 : Iaudas, à la tête des Maures de Numidie, marche sur Carthage.

166 Johannide, VII, 277-278. Jean Troglita concentre des troupes à Laribus dans l’hiver 547-548 :
auxiliumque dedit rebus famulatus Iaudas
cum nato comites bis senis milibus armans
.
Le contraste est brutal entre ces 12 000 hommes amenés par Iaudas et les 100 000 qui, selon le poète, suivaient un autre allié de Jean, Ifisdaias, évoqué juste avant (vers 272). La volonté de souligner la déchéance du grand guerrier est évidente, tout comme cette épithète famulatus qu’on retrouve en VIII, 126 : et velox acies famulantis Iaudae...

167 Procope, Guerre gothique, IV, 17, 21. Sur ce texte, cf. infra p. 643.

168 Guerre vandale, II, 12, 19 :

Ίαύδα, δς των έν Αύρασίω Μαυρουσίων ήρχέ.

169 De Aedificiis, VI, 7, 3 ; Guerre vandale, II, 13, 23.

170 Guerre vandale, I, 1, 17.

171 Le stade de Procope est assez difficile à évaluer. Nous donnons ici une estimation fondée sur la valeur classique de 185 mètres, mais D. Pringle a montré que l’historien grec semble parfois se référer à un stade de 211 mètres (The Defence of Byzantine Africa, t. 2, note 24, p. 351-352).

172 Le pourtour du massif aurasien entendu dans sa définition actuelle représente environ 300 km, en excluant les Némencha.

173 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 341 note 8.

174 J. Desanges, « Un témoignage peu connu de Procope sur la Numidie vandale et byzantine », dans Byzantion, t. 33, 1963, p. 47.

175 J. Desanges, ibid. p. 68.

176 Citons, parmi divers travaux de P. Morizot où ce problème est évoqué, les articles suivants : « Aurès : époque vandale et byzantine », EB, t. VIII (Aix, 1990) p. 1103-1113, (surtout p. 1103-1105) ; « Pour une nouvelle lecture de l’elogium de Masties », AA, t. 25, 1989, notamment p. 279 ; « Economie et société en Numidie méridionale : l’exemple de l’Aurès », dans l’Africa romana VIII. Sassari, 1990, Sas-sari, 1991, p. 429-446.

177 Procope, Guerre vandale, II, 13, 26. Sur ce passage controversé, cf. J. Desanges, article cité supra note 174, p. 47 note 2.

178 Guerre vandale, II, 20, 30 :

Ζάβην τε την χώραν, ήύπερ όρος τόΑύράσιόν έστι Μαυριτανία τε ή πρώτη καλείται μητρόπόλιν Σίτιφιν εχόυσα...

179 Guerre vandale, II, 13, 27 :

είχον δέοί ταύτη Μαυρούσιοι και τήν προς έσπέραν τούΑύρασιού χώραν, πολλήν τε και αγαθήν ούσαν.

Notons toutefois que même si on comprenait, comme le fait D. Roques, ce passage par ils occupaient aussi la partie occidentale de l’Aurasion, qui est vaste et prospère, cela ne changerait rien à notre tableau du royaume de Iaudas, qui serait bien maître de tout l’actuel massif aurasien. Le texte grec nous paraît cependant pouvoir se traduire par : « la terre à l’ouest de l’Aurès » (προς έσπέραν τού Άύρα-σιου χώραν).

180 On pourrait aussi plus simplement se demander si Procope n’a pas, sans s’en rendre compte, admis un chiffre erroné tout en ayant à l’esprit un massif aux dimensions de l’Aurès actuel. Les erreurs de chiffres et d’estimation des distances sont en effet fréquentes chez lui, comme le montrent les notes de D. Roques sur le premier chapitre de La guerre vandale (traduction, Paris, 1990). Ainsi lit-on en I, 13 que le tour du Golfe d’Ionie ne demande pas moins de quatre jours : or, ce que Procope désigne par ce nom n’est rien moins que la mer Adriatique (cf. I, 9). Le chiffre donné équivaut à 150 km, alors que le pourtour de l’Adriatique est de plus de 1800 km ! Sous l’influence de nos prédécesseurs, nous supposons dans les pages qui suivent que Procope cumulait deux conceptions différentes de l’Aurasion, en tentant de les expliquer. Mais l’hypothèse de la simple erreur de chiffres, curieusement toujours écartée a priori, devrait être plus sérieusement prise en compte.

181 Victor de Vita, Historia persecutionis Africanae provinciae, I, 13 (éd. C. Halm, MGH, a.a., tome III, 1, p. 4) : Disponens quoque singulas quasque provincias, sibi Byzacenam, Abaritanam atque Getuliam et partem Numidiae reservavit...

182 Liber Promissionum, III, 45, dans R. Braun éd., Opera Quodvultdeo Carthaginiensi episcopo tributa, dans CCL, t. LX, Turnhout, 1959, p. 116 : in quadam parte Avaritanae provinciae...

183 L’identification de l’Avaritana provincia avec l’Aurès fut établie dès 1963 par J. Desanges (cf. article cité supra note 174, p. 54-55). Il n’a cessé depuis de la vérifier et de l’enrichir : cf. « Abaritana ou Avaritana provincia » dans EB, t. 1, Aix, 1984, p. 57-59, et « Une mention des Abaritani dans Arnobe ? », dans Mélanges M. Le Glay, Bruxelles, 1995, p. 95-99. Toutefois, dans un court article fondé sur des arguments essentiellement linguistiques, le P. F. Vattioni est revenu récemment sur cette interprétation, en contestant que l’adjectif Avaritana puisse être lié à un substantif Aurasius (« Abaritanus », dans AA, t. 32, 1996, p. 9-12).

184 Al-Buldân, trad. M. Hadj-Sadok sous le titre Description du Maghreb et de l’Europe au iiie/ixe siècle, Alger, 1949, p. 33.

185 Al-Masâlik wa-l-mamâlik, trad. M. Hadj-Sadok dans l’ouvrage cité note précédente, p. 11.

186 Cf. J. Desanges, « Le vicus Abaris et l’Abaritana provincia », BAC, n.s. 18 B, 1982 (1988), p. 87-94.

187 Johannide, II, 149.

188 De Aedificiis, VI, 7, 2-11 (texte et traduction de ce passage repris de J. Desanges, article cité supra note 174, p. 43-44) : όρος έστιν έν Νουμιδία, όπερ Αύρά-σιον έπικέκληται, οίον δήγης της οικουμένης έτέρώθι ώς ήκιστα ξυμβαίνει είναν. τουτο τοορος ουρανομηκες μεν έν τφ αποτομώανεχει, ές περίμετρον δεήμερών μαλιστα διηκει οδφ τριών. Καί προσιοντι μέν απροσβατον έστιν, αναβασιν ουδεμίαν οτι μηέν αποκρημνώέχον. ανω δέ γενομένω γεώδης τε ηχώρα καΐόμαλητα πεδία καΐόδοί προσηνείς, λειμώνες είίνομοι, παραδεισοι καταφυτοι δένδροις, αποματα παντα. καί πηγαί μέν αποβλυζουσαι τών τηδε σκοπέλών, γαληναδεταυδατα, και ποταμοί πληθει ροθίου έπικυρτοιΰμενοι, καί τοδηπαντών παραδοξοτατον, τα τε ληία καί ταδένδρα έν τοιίτίρτιώ ορει διπλασιον μεγέθους πέρι τον καρπον φέρουσιν ιη έν Λιβι3η τη αλλη πέφυκε γίνεσθαι. τα μέν ουν ρους το Αρασίου ταιΰτη πη έχει.

Βανδίλοι δέαυτοσυν παση Λιβιίη το κατ'αρχάς είχον, ουίς δη Μαυροιΰσιοι αφε-λομενοι τηδε ίδριΰσαντο. Μαυρουσίους δέ και Ίαυδαν, ὄς αυτών ηρχεν, έξελασας ένθένδε Ίουστινιανος βασιλειΰς, τη αλλη προσεποίησε 'Ρώμαίών αρχη. προνοησας τε ώώς μηη και αὔθις οί βαρβαροι κακουργοίεν ένταυθα ίοντες, πολεις μέν αμφί το ορος έρημους τε καΐατειχίστους το παραπαν εύιριών έτειχίσατο, Πεντεβαγαην τε λέγώ καί Φλώρεντιανην καιΒαδην τε καΐ Μηλεον και Ταμουγαδην, έτι μέντοι και φροιΰρια διίο Δαβουσίν τε και Γαιανα, φυλακτηρια δέ στρατιώτών διαρκηενταυθα καταστη-σαμενος, ουδεμίαν τοίς έκείνη βαρβαροις ελπίδα της έπί τοΑυρασιον έπιβουλης απελίπετο. Καιχώραν δέτην υπέρ τοΑυρασιον υπο Βανδίλοις ώς ηκιστα οι5σαν τους Μαυρουσίους αφείλετο. Πολεις τε ένταιϋθα ετειχίσατο δυο, την τε Φρίκην καί Σίτι-φιν.

189 J. Desanges, ibid. p. 56-59. La traduction « autour de » reste quand même la plus logique, comme vient de le rappeler N. Duval (dans N. Duval et V. Saxer, « Un nouveau reliquaire africain et l’évêché Midilensis », Syria, LXXV, 1998, p. 245-262, surtout p. 248 et p. 262).

190 Après les hésitations de J. Desanges, D. Pringle (The Defence of Byzantine Africa, tome 1, p. 64-65 et p. 104-105), P. Trousset (« Les Fines antiquae et la reconquête byzantine en Afrique », BAC, ns, 19 B, 1985, p. 367-376) et récemment N. Duval (article cité supra note précédente) ont de plus en plus nettement pris position en faveur de ces identifications, et donc pour un dispositif byzantin enserrant tout l’Aurès actuel. Seul P. Morizot, fidèle à son système, a tenté récemment de revenir sur cette interprétation, sans arguments plus décisifs que ceux de ses contradicteurs (« A propos des limites méridionales de la Numidie byzantine », résumé de communication dans BAC, ns, 25, 1996-98, p. 125).

191 De Aedificiis, VI, 7, 9.

192 Guerre vandale, II, 13, 22-28 :

τοϋτο δετόορος ήμερων μεν οδφ δέκα και τριών μάλιστα Καρχηδόνος δίεχει, με-γιστον δεάπάντων εστίν ών ήμεΐς ίσμεν. ήμερών γάρ τριών ενταϋθα εύζώνωάνδρί περίοδος εστι. Και τφ μεν ες αύτοίεναι βουλομενώδύσοδον τεεστι και δεινώς άγριον, άνώ δεήκοντι καί εν τφ ομαλεΐ γενομενώ πεδία τε φαίνεται και κρήναι πολλαί ποταμούς τε ποιούσαι και παραδείσών πολύ τι χρήμα θαυμάσιον οίον. Και ο τε σΐτος ος ενταύθα φύεται ή τε οπώρα εκάστή διπλασία τομεγεθος εστιν ήεν τη άλλη άπάση Λιβύη γίνεσθαι πεφύκεν. εστι δε και φρούρια ενταύθα πή άπήμελήμενα, τφ μή δοκεΐν (αναγκαία τοΐς ταύτη ώκήμενοις είναι. εξ οτού γαρ τοΑύράσιον Μαύρούσιοι Βανδίλούς άφείλοντο, ούδείς πώ ες αύτο πολεμιος ήλθεν ούδεες δεος τούς βαρβάρούς κατεστή-σεν, άλλά καιπολιν Ταμούγαδιν, ή προς τφ ορει εν άρχη τού πεδίού προς άνίσχοντα ήλιον πολύάνθρώπος ούσα ώκήτο, ερήμον άνθρώπών οί Μαύρούσιοι ποιήσάμενοι ες εδαφος καθεΐλον, οπώς μήενταύθα η δύνατάενστρατοπεδεύσασθαι τοίς πολεμίοις, άλλά μήδε κατά προφασιν τής πολεώς άγχι ες τοορος ίεναι. είχον δεοί ταύτη Μαύρούσιοι καί τήν προς εσπεραν τούΑύρασίού χώραν, πολλήν τε καί άγαθήν ούσαν. Και τούτών έπεκεινα Μαύρούσίών εθνή ετερα ώκήντο, ών ήρχεν Όρταίας...

193 Sur cette expansion, cf. infra p. 397.

194 Cf. notamment son tableau comparatif dans « Economie et société en Numidie méridionale : l’exemple de l’Aurès », dans L’Africa romana VIII. Sassari, 1990, Sassari, 1991, p. 441, et son livre récent, Archéologie aérienne de l’Aurès, Paris, 1997.

195 Cette conclusion a aussi l’avantage d’être plus en accord avec la mention de 30000 combattants derrière Iaudas en 535 (Guerre vandale, II, 13, 1). Ce chiffre, un des rares que donne Procope, beaucoup moins fantaisiste que Corippe dans ses évaluations, est énorme pour l’époque, et il ne peut se comprendre que si Iaudas commandait l’ensemble du massif aurasien.

196 Procope, Guerre vandale, II, 13, 5-10.

197 Guerre vandale, II, 19, 20 : Procope ne dit pas explicitement que Iaudas contrôlait ces plaines, mais le comportement de Solomon ne s’explique que si les champs de blé étaient susceptibles de nourrir les Maures.

198 Johannide, II, 140-161. Cf. supra p. 50.

199 Johannide, II, 140-143 :
Iam audax alternis surgit ab oris
adversa de parte fremens dux ille ruinas
quas illi Romana manus per vulnera Martis
ante dedit
.

200 Johannide, II, 144.

201 Procope, Guerre vandale, II, 20, 23 : On trouve dans l’Aurasion un rocher escarpé qui se dresse au milieu des précipices. Les habitants de la région le nomment le Rocher de Geminianos. On a depuis longtemps proposé d’identifier ce site avec l’actuel Djemina, au sud-ouest du massif, qui offre effectivement un abri quasi inaccessible (cf. L. Rinn, « Géographie ancienne de l’Algérie... », dans RAf, t. XXXVII, 1893, p. 297-329). P. Morizot, fidèle à sa thèse d’un Iaudas limité à l’Aurès oriental, propose d’autres localisations (cf. « Recherches sur les campagnes de Solomon dans l’Aurès », dans CRAI, 1993, p. 83-106).

202 P. Morizot, « Aurès : époque byzantine », dans EB, t. VIII, 1990, p. 1111. D’autres, comme D. Pringle (The Defence of Byzantine Africa, t. 2, note 15, p. 362), ont admis l’équivalence de la Zerquilis de Corippe avec Zerboulê, une des forteresses de Iaudas selon Procope (Guerre vandale, II, 19, 19), elle-même non localisée avec certitude, mais assurément dans l’Aurès.

203 Cf. Ptolémée, IV, 2, 6 : Badea, au sud de Thucca, ville riveraine de l’Ampsaga.

204 Un évêque a Vadis est cité en 251 : cf. J.-L. Maier, L’épiscopat de l’Afrique romaine, vandale et byzantine, Rome, 1973, p. 110.

205 Johannide, II, 156-57 : Quique Vadis tepidae messes bis tondet in anno Maurus arans, bino perstringit et hordea culmo...

206 Al-Bakrî, trad. De Slane, JA, 1859, t. 13, p. 131 : On y fait deux récoltes d’orge (cf. Corippe : hordea) chaque année, grâce aux nombreux ruisseaux qui arrosent le sol. Le phénomène des deux récoltes pour de bonnes années est encore signalé dans cette région par J. Baradez en 1949 (Fossatum Africae, Paris, 1949, p. 180 note 1).

207 Al-Bakrî, ibid. p. 131 : Parti de Tehouda, on arrive à Badis après une journée de marche... De Badis, on se rend à Guitoun Biada... A deux journées plus loin, on trouve la ville de Nefta.

208 Ch. Tissot, Géographie comparée de la province romaine d’Afrique, t. 1, p. 40.

209 Johannide, II, 147-147 :

Quaeque nefanda colunt tristis montana Navusi
desertosque locos
...

210 Johannide, II, 147-148.

211 Sur l’ensemble du dossier, cf. les deux notices de J. Desanges, « Arzuges » dans Catalogue... p. 78-80, et dans EB, t. VI, 1989, p. 950-952.

212 CIL VIII, 22763 : trois fragments d’une borne :

a) : ex aucto[ritate imp. Nervae]

Traiani [Caes. Aug.]

P. M. Tri[b. Pot...]

b) Maba

c) Arzosei

213 Sidoine Apollinaire, Carmen, V, 337 (panégyrique de Majorien) dans MGH, a.a., t.8 p.196 :

Gaetulis, Nomadis, Garamantibus Autololisque
Arzuge, Marmarida, Psyllo, Nasamone timetur
segnis, et ingenti ferrum iam nescit ab auro
.

214 Saint Augustin, Lettre 46, 1 et 5, éd. A. Goldbacher, CSEL, tome 34, 2, Vienne, 1898, p. 123 et p. 125-126 : In Arzugibus, ut audivi, decurioni, qui limiti praeest, vel tribuno solent iurare barbari iurantes per daemones suos, qui ad deducendas bastagas pacti fuerint vel aliqui ad servandas fruges ipsas, singuli possessores vel conductores solent ad custodiendas fruges suscipere quasi iam fideles epistulam decurione mittente vel singuli transeuntes, quibus necesse est per ipsos transire... Si quem misero ad Arzuges, si licet ei iuramentum accipere a barbaro illud mortale... ? La traduction donnée ici est celle de Cl. Lepelley (« Le serment païen malédiction démoniaque : Augustin devant une angoisse des chrétiens de son temps », dans Le serment I : Théories et devenir, Paris, 1991, p. 53-61).

215 A. Mandouze, Prosopographie chrétienne du Bas-Empire. I. Afrique, Paris, 1982, article « Publicola » ; Cl. Lepelley, op. cit. supra note précédente.

216 Lettre 46, éd. Goldbacher citée supra, p. 124 lignes 1, 5, 6, 9, 10, 18 ; p. 125, lignes 2, 16, 22.

217 Ibid. p. 123 ligne 15 et p. 126 ligne 1.

218 Gesta conlationis Carthaginiensis anno 411, I, 207 (éd. S. Lancel, CCL, t. 149 A, Turnhout, 1974, p. 155) : Asellicus episcopus ecclesiae catholicae municipii Tusuritani dixit... « Dico nos sic esse de Arzugibus profectos die III kalendarum maiarum » (en réponse à la déclaration de Victorianus, episcopus Aquensis).

219 Saint Augustin, Lettre 93, VIII, 24 (éd. A. Goldbacher, CSEL, t. 34, 2, Vienne, 1898, p. 469).

220 Concile de Carthage, séance du 28 août 397, dans Concilia Africae, a. 345-a. 525, éd. C. Munier, CCL, t. 149, Turnhout, 1974, p. 45 lignes 236-237 : Aurelius episcopus dixit.. Propterea quia et in Tripoli forte et in Arzuge interiacere videntur barbarae gentes...

221 Ibid. p. 189, ligne 239 : Aurelius episcopus dixit... cogitare enim debetis, fratres, quia hoc sibi et Tripolitani et Arzugitani fratres poterant exigere, si ratio pateretur. Le passage vient après une question sur les visites épiscopales en Maurétanie : Aurelius diffère sa réponse parce que la Maurétanie est placée in finibus Africae et parce qu’elle est « voisine des barbares ». Et il ajoute alors cette remarque sur les Tripolitains et les Arzugitains, dont la situation géopolitique est ainsi implicitement jugée équivalente.

222 Texte dans Patrologie Latine, tome XX, col. 1009 : Dilectissimis ac desiderabilibus fratribus et consacerdotibus Donatiano primae sedis, Januario, Felici, Palatino, Primiano, Gaiano, Januario, Victorino, et ceteris per tractum provinciae Byzacenae et Arzugitanae constitutis, Aurelius episcopus...

223 Cf. son article « Africa, B, Organisation ecclésiastique », dans Augustinus Lexicon, vol. 1, Stuttgart, 1986, col. 208.

224 Cf. supra note 222 : la lettre commence par Super Caelestii et Pelagii damnatione...

225 Ce fait essentiel et trop souvent négligé avait déjà été noté par P. Romanelli (« Le sedi episcopali della Tripolitana antica », dans Rendiconti della pontificia Accademia romana di archeologia, IV, 1926, p. 155-166) et par S. Lancel (« Africa », dans Augustinus Lexicon, vol. 1, p. 212 note 19).

226 Cf. supra notes 220 et 221.

227 S. Lancel, Actes de la conférence de Carthage en 411, tome 4, Paris, 1991, p. 1508 : la Notitia de 484 mentionne, outre ceux Tusuros et Nepta, l’évêque Habetdeus Tamallumensis en Byzacène (MGH, a.a., t. III, 1, p. 66-67 : Byzacena no 14, 48, 55) ; or les Actes de 411 montrent que le siège de Telmine pouvait être désigné par les formes Turris Tamalleni et Turris Tamalluma.

228 Le limes Tripolitanus allait théoriquement de Tacape à Telmine, en passant au sud des Chotts, puis il bifurquait vers le sud-est, du moins à en juger d’après l’Itinéraire d’Antonin (éd. O. Cuntz, Itineraria Romana, t. 1, p. 10-11) : iter quod limitem Tripolitanum per Turris Tamalleni a Tacapas Lepti Magna ducit : cf. P. Trousset, Recherches sur le limes Tripolitanus..., fig. 38.

229 L’exemple le plus remarquable étant celui des débordements de la Numidie sur les provinces voisines : cf. J. Desanges, « Permanence d’une structure indigène en marge de l’administration romaine : la Numidie traditionnelle », dans AA, t. 15, 1980, p. 77-89.

230 Concilia Africae, éd. C. Munier, CCL, t. 149, p. 45 lignes 237-238.

231 Cf. S. Lancel, Actes de la conférence de Carthage en 411, t. 1, Paris, 1972, p. 185 : « Note complémentaire no 4 : les évêchés de Tripolitaine ».

232 Sur cette évolution sémantique, cf. infra p. 448-450.

233 Ammien Marcellin, Histoire, XXVII, 6, 14 : Eupraxius, Caesariensis Maurus, magister ea tempestate memoriae constans semper legumque similis in suscepta parte justitiae permanebat.

234 Orose, Historiae adversus paganos, I, 2, 90.

235 C’est en particulier l’impression que donne parfois R. G. Goodchild, lors-qu’il conclut que « l’Arzugitana était le plateau intérieur de la Tripolitaine » et qu’elle s’étendait jusque « dans le voisinage de Lepcis Magna (cf. Goodchild et Ward-Perkins, « The limes Tripolitanus in the light of recent discoveries II », dans JRS, 1950, p. 30-31). D. J. Mattingly est d’abord plus imprécis, en définissant seulement le pays des Arzuges comme « the frontier zone of the old province of Tripolitania » (Tripolitania, p. 176). Mais il n’hésite pas, plus loin, en citant la lettre 93 de saint Augustin, à affirmer que l’évêque d’Hippone définissait la regio Arzugum comme un pays « s’étendant au sud de la Tripolitaine » (ibid. p. 176 et note 13 p. 230). Or le texte d’Augustin n’est pas aussi net. Après une citation biblique, Ubi pascis, ubi cubas in meridie ? (Cant. 1, 6) revendiquée par les Donatistes pour leur cause, il ironise en effet : si on comprend in meridie par le sud de l’Afrique, il faut songer, dit-il, aux Maximianistes, dont le schisme flambe en Byzacène et en Tripolitaine. Mais les Arzuges rivaliseront avec eux et affirmeront que cela leur appartient encore plus (Lettre 93, VIII, 24, dans CSEL, t. 34, 2, p. 469). On déduit seulement en général de ce texte que les Arzuges formaient eux aussi une secte donatiste différente (cf. P. Monceaux, Histoire littéraire de l’Afrique chrétienne, t. 4, p. 127). On peut cependant aussi comprendre, comme Mattingly, que Augustin les considère comme des gens vivant encore plus au sud que les habitants de la Byzacène et de la Tripolitaine : mais avec cette réserve évidente qu’ici, en fonction du contexte, la référence au « sud » sert surtout à désigner une région plus chaude et plus désertique que la Byzacène et la Tripolitaine, et non un territoire strictement placé au sud géographique de ces deux provinces. Augustin pouvait très bien songer à la région des Chotts et à son arrière-pays méridional, c’est-à-dire le Nefzaoua moderne.

236 Cf. J. Desanges, « Arzuges », dans EB, t. VI, Aix, 1988, p. 950-952 : Arzygius comme signum ( ?) d’un gouverneur de Numidie dans les années 240 (cf. Le Bohec, dans AA, 25, 1989, p. 202-203) et d’un correcteur de Sicile entre 312 et 324 (CIL VI, 31961), et cognomen d’un personnage de la même famille que ce dernier, consulaire d’Etrurie et d’Ombrie après 366 (CIL, VI, 31904) ; Aρζύγιοι, nom des membres d’une sodalité à Rome au Haut-Empire (IGRR, I, 42). Le succès de ce nom, s’il renvoie bien aux Arzuges d’Afrique, dans la capitale de l’Empire et parmi des membres de l’aristocratie, reste néanmoins une énigme.

237 Il ne s’agit là, cependant, que d’une hypothèse, et nous ne cherchons pas à dissimuler la difficulté suscitée par les vers de Corippe. J. Desanges, qui s’est beaucoup intéressé à la question des Arzuges, a connu sur ce point précis les mêmes hésitations : après avoir estimé en 1962 « trop large » une extension des Arzuges jusqu’à l’Aurès (Catalogue... p. 79), il a prudemment conclu en 1989 que Corippe devait évoquer par l’Arzugis « une région très périphérique » (EB, t. VI, p. 951).

238 Procope, Guerre vandale, II, 19, 19 :

oi μεν ούν πολλοί ες τε Μαυριτανους και ές τους προς μεσημβρίαν τουΛυρασίου βαρβαρους φχοντο, Ίαυδας δέξυυν Μαυρουσίων δισμυρίοις ένταυϋθα έμε-νεν.

La plupart d’entre eux se dirigèrent ainsi vers la Maurétanie et chez les barbares établis au sud de l’Aurès, mais Iaudas demeura sur place avec 20 000 Maures. Le terme « barbares » employé pour le deuxième groupe mentionné ne permet pas d’établir une différence avec l’armée fidèle à Iaudas : nous avons vu que pour Procope tous les Maures sont des « barbares ».

239 Les Némencha durent rester sous contrôle vandale encore quelques années après la chute de l’Aurès vers 484. La découverte des ostraka de Bir Trouch montre en effet que l’autorité de Gunthamund s’y exerçait encore en 493 (cf. J.-P. Bonnal et P.-A. Février, dans Bulletin d’Archéologie Algérienne, II, 1966-67, p. 239-249 : ostrakon no 2 : an(no) nono k(a)r(ta)g(inis) do(mni) R/regis Guntamundi...). Mais les troubles signalés aussitôt après dans la région et plus à l’est laissent deviner une rupture peu avant 500 : cf. infra p. 550-553. Pour la Maurétanie Sitifienne vandale, cf. notre article « Les frontières mouvantes du royaume vandale », dans X. Dupuis et Cl. Lepelley (éd.), Frontières et limites géographiques de l’Afrique du Nord antique, Paris, 1999, p. 241-263.

240 La plupart des manuscrits de Procope mentionnent ce nom avec deux s mais un des plus anciens, l’Ottobonianus 182, l’écrit sans redoublement de cette consonne (cf. les remarques de P. Morizot, « Recherches sur les campagnes de Solomon dans l’Aurès », dans CRAI, 1993, p. 83-108).

241 Procope, Guerre vandale, II, 13, 19.

242 Procope, ibid :

Massônas et Ortaïas ont des griefs contre Iaudas, όδέέ'τέρος (Όρταΐας), ότι ξύν τφ Μαστίνα, ος τών έν Μαυριτανικά βαρβάρων ήγέίτο, έξέλασαι αύτόν τέ και Μαυρουσίους ών ήρχέν έκ τής χώρας έβουλέυ-σέν, ένθα δήέκ παλαιοκήντο.

243 Procope, Guerre vandale, II, 20, 31 :

Μαυριτανίας γαρ τής έτέρας πρώτή Καισαρέΐα τυγχανέι ουσα, ουδήο Μαστί-γας ξύν Μαυρουσίοις τοις αυτου ίδρυτο ξυμπαντα ταέκέίνη χώρια κατήκοα τέ καί φοφου υποτέλή πλήν γέ δήπολέώς Καισαρέίας έχών.

244 CIL VIII, 9835 (= J. Marcillet-Jaubert, Les inscriptions dAltava, Aix, 1968, no 194) : Pro sal(ute) et incol(umitate) reg(is) Masunae gent(ium ou is) Maur (orum) et Romanor(um) castrum edific(atum) a Mas/givini pref(ecto) de Safar, Iider proc(uratore) cast/ra Severian(a) quem Masuna Altava posuit./ et Maxim(us) proc(urator) Alt(avae) perf(ecit), (anno) pp(rovinciarum ?) CCCCLXVIIII (= 508).

245 Cf. texte infra p. 399.

246 J. Carcopino, « Un empereur maure inconnu d’après une inscription latine récemment découverte dans l’Aurès », dans REA, t. 46, 1944, p. 94-120.

247 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 336.

248 J. Carcopino, « Encore Masties, l’empereur inconnu », dans RAf, t. 100, 1956, p. 339-348.

249 G. Camps, « Rex gentium Maurorum et Romanorum », dans AA, t. 20, 1984, p. 198.

250 P. Morizot, « Pour une nouvelle lecture de l’elogium de Masties », dans AA, t. 25, 1989, p. 283. Le fait que le manuscrit Ottobonianus 182 de la Guerre vandale orthographie Masônas avec un seul s ne nous paraît pas constituer, contrairement à l’avis de P. Morizot (CRAI, 1993, p. 103), un véritable argument en faveur du rapprochement avec Masuna.

251 Si Massônas était Masuna, maître d’Altava, il faudrait faire de Mastigas un souverain de la seule partie orientale des Maurétanies (la Sitifienne notamment), et placer Ortaïas dans l’Aurès même, ce qui entrerait en contradiction avec ce que l’on sait du pouvoir de Iaudas : cf. supra p. 352-361, et pour des arguments contre la thèse de Carcopino, infra p. 378-380.

252 M. Janon, « L’Aurès au VIe siècle. Note sur le récit de Procope », dans AA, t. 15, 1980, p. 350.

253 J. Carcopino, article cité supra note 246, p. 111-118 surtout.

254 P. Morizot, article cité supra note 250 (AA), p. 282-283.

255 Guerre vandale, II, 13, 28 : cf. supra note 192.

256 Guerre vandale, II, 13, 19.

257 Guerre vandale, II, 20, 30-31 : cf. supra note 243.

258 J. Carcopino, op. cit. supra note 246 (REA, 1944), p. 114 note 5, et article cité supra note 248 (RAf, 1956) p. 348 ; P. Morizot, article cité supra note 250 (AA), p. 281-282.

259 Parce que leurs recherches partent toujours de l’inscription d’Arris, dont ils cherchent à élucider le mystère.

260 P. Morizot, article cité supra note 240 (CRAI, 1993), p. 103.

261 Cf. Y. Duval, « La Maurétanie Sitifienne à l’époque byzantine », dans Latomus, 1970, p. 157-161.

262 Guerre vandale, II, 4, 27 : Μαυρούσιοι βάρβαροι.

263 De Aedificiis, VI, 4, 6 : Μαυρούσιοι βάρβαροι, οί Λευάθαι καλούμενοι...

264 La seule exception, mais qui vérifie la règle, se trouve dans le De Aedificiis, lorsque Procope évoque les Maures de Kidamê (Ghadamès ?), depuis longtemps en paix avec les Romains et qui « sont appelés pour cela pacatoi » (VI, 3, 9-11). L’usage par Procope d’un terme spécifique dans ce cas, dont il explique ensuite l’étymologie latine, confirme qu’habituellement l’historien grec n’établit pas de distinction lorsqu’il parle de « Maures ».

265 P. Morizot, « Recherches sur les campagnes de Solomon dans l’Aurès », CRAI, 1993, p. 103.

266 Guerre vandale, II, 20, 31. Cf. texte supra note 243.

267 Et on pourra, sans en exagérer l’importance, relever ici avec P. Morizot (CRAI, 1993 p. 98-99) l’intérêt du toponyme Ouartaia, dans le pays situé immédiatement au nord du Chott el Hodna.

268 Procope, De aedificiis, VI, 7, 9 :

και χώραν δετήν υπερ τò Aυρασιον ύτ,ο Βανδίλοις ώς ήκιστα ουσαν τους Μαυρουσίους φείλετο.

269 Il faut cependant noter que Procope ne nomme pas Ortaïas à propos des événements de 539 : s’il occupait seulement le sud de la Sitifienne, peut-être put-il conserver son territoire, sous contrôle (direct ou indirect) byzantin.

270 Procope, Guerre vandale, II, 13, 35-38 : Solomon et toute l’armée eurent ensemble l’intuition que leurs alliés Maures leur tendaient un piège...Les Romains soupçonnèrent que leurs alliés complotaient contre eux, et ils se laissèrent gagner par la crainte, car ils songeaient à la déloyauté, naturelle dit-on, des Maures, qui s’avive encore quand ils s’allient aux Romains... pour faire campagne contre d’autres Maures. Ortaïas n’est pas explicitement cité dans ce passage, mais comme il faisait partie des alliés de Solomon évoqués peu avant (Ortaïas était venu en allié rejoindre Solomon et les Romains (II, 13, 28), il appartenait nécessairement à l’expédition et figurait donc parmi les suspects.

271 Procope, Guerre Vandale, II, 17, 8 : Les rebelles se présentèrent en ordre dispersé, à la manière des barbares. Ils étaient suivis à peu de distance par les Maures, venus par milliers, que commandaient nombre de chefs, notamment Iaudas et Ortaïas.

272 J. Carcopino, « Encore Masties l’empereur inconnu », RAf, t. 100, 1956, p. 348 : nous détournons ici cette citation, qui s’appliquait dans l’esprit de l’auteur aux rapports de Solomon avec Mastinas.

273 Sur l’histoire des Maures de cette région, cf. également infra p. 392-396 et p. 456.

274 Guerre vandale, II, 13, 19 : ἕνθα δήκ παλαιοῦ ὤκήντο

275 Sur tous ces textes, et le destin de cette région à l’époque vandale, Cf. infra p. 395.

276 S. Chaker, « Onomastique berbère ancienne », dans BAC, ns, 19 B, 1985, p. 488.

277 Johannide, III, 66 (Guenfan) et IV, 62 (Guentan) ; V, 287 (Altisera) et VII, 435 (Altisan).

278 Cf. infra p. 401-412.

279 J. Carcopino, « Un empereur maure inconnu... », dans REA, t. 46, 1944, p. 115.

280 Cf. infra p. 398-413.

281 Pour Corippe, ceci n’est cependant vrai qu’avant la défaite maure de 546, puisque Iaudas n’est plus ensuite que le famulatus Iaudas... Cf. Johannide, II, 138-143, notamment ce vers : Tantam inde ferus nunc colligit iram !

282 Procope, Guerre vandale, II, 13, 26 : La cité de Thamugadis..., qui était bien peuplée quand elle était habitée, avait été vidée de sa population puis rasée jusqu’au sol par les Maures...

283 Guerre vandale, II, 19, 7 : [Lors de la campagne de 539 contre Iaudas, Gontharis, général byzantin] établit son camp près de la cité déserte de Bagaïs.

284 Guerre vandale, II, 13, 1 : Iaudas... se mit à piller le territoire de la Numidie et réduisit en esclavage une grande quantité d’Africains.

285 Guerre vandale, II, 13, 26.

286 C. Courtois, Timgad, antique Thamugadi, Alger, 1951, p. 20 : affirmation formulée sans références précises.

287 M. Janon, « L’Aurès au vie siècle ». Note sur le récit de Procope », AA, t. 15, 1980, p. 348. Tout le problème est que Timgad a été entièrement (ou presque) dégagée à une époque où aucune stratigraphie n’était pratiquée.

288 J. Durliat, Les dédicaces d’ouvrages de défense dans l’Afrique byzantine, Rome, 1981, no 19 et 20, p. 47-51.

289 C’est aussi l’avis de J. Lassus, La forteresse byzantine de Timgad, Paris, 1981, p. 15 : « La ville n’avait certes pas été rasée ».

290 J. Durliat, op. cit supra note 288, p. 109.

291 Procope, Guerre vandale, II, 19, 20 : Solomon, ayant appris que la plaine située autour de la cité de Timgad était pleine de grain tout juste mûr, y conduisit son armée et, après avoir établi son camp, pilla cette terre. Ensuite, après avoir tout brûlé, il revint vers la forteresse de Zerboulê [dans la montagne, où Iaudas s’était replié].

292 Cf. Cl. Lepelley, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, t. 1, p. 92-95.

293 La dernière mention historique des circoncellions semble être l’édit de persécution du roi Hunéric en 484 (dans Victor de Vita, Historia persecutionis Africanae provinciae, III, 10), qui les considère encore comme un groupe spécifique, menacé en cas de non-conversion à l’arianisme d’un tarif particulier d’amende. Cependant ce texte recopie de très près l’édit de condamnation des donatistes en 412, et il n’est pas sûr qu’il reproduise les réalités sociales de la fin du ve siècle.

294 Optat de Milev, Contra Parmenianum, III, 4 (éd. Ziwsa, CSEL, t. 26, p. 8183) : Nam cum huiusmodi hominum genus ante unitatem per loca singula vagarentur, cum Axido et Fasir ab ipsis insanientibus sanctorum duces appellarentur, nulli licuit securum esse in possessionis suis...

295 Cf. Y. Modéran, « La renaissance des cités dans l’Afrique du VIe siècle d’après une inscription récemment publiée », dans Cl. Lepelley (éd.), La fin de la cité antique et le début de la cité médiévale, Bari, 1996, p. 85-114.

296 Edition J. Durliat, Les dédicaces d’ouvrages de défense..., no 15, p. 37-42 : cf. lignes 6-7 :

Maurorum tandem recipis subducta timore
Censuram, statum, cives, ius, moenia, fastus
...
Commentaire dans l’article indiqué note précédente.

297 Procope, De Aedificiis, VI, 6, 8 et 13-15 : Il y avait un autre lieu sur la côte de Byzacène, que les indigènes appelaient Caput Vada... L’empereur Justinien décida de transformer ce lieu en une polis qui serait fortifiée par une muraille et rendue digne par d’autres aménagements d’être comptée comme une grande et riche cité. Et le projet de l’empereur fut réalisé. Un mur fut construit et avec lui une cité, et la condition rurale du lieu a été soudainement modifiée. Et les paysans ont abandonné la charrue et mènent la vie d’une communauté civique, ne passant plus leur temps en activités agrestes, mais vivant une vie urbaine ; ils passent leurs journées sur l’agora et se réunissent en une ecclesia où ils débattent de leurs affaires ; ils parlent les uns avec les autres et s’occupent de toutes les affaires propres à la dignité d’une cité.

298 Procope, De Aedificiis, VI, 5, 12-13. L’historien ajoute que la cité prit le nom de l’impératrice et devint donc Vaga Theodorias : la construction des murs équivalait en quelque sorte à une refondation.

299 J. Durliat, Les dédicaces d’ouvrages de défense, no 16 p. 43 : Aedificatus est sub piis[si]/mis dominis nostris Iustini<an>[o] / et Theodora perp(etuis) augustis, / providentia So[l]omonis, magis/tro militum, excons(ule), prafect(o) Africae et pa[tr]icius. +J. Durliat suppose avec vraisemblance que le mot murus est sous-entendu avant aedificatus.

300 Guerre vandale, II, 19, 11-14.

301 Même si le système des foggaras n’est guère attesté au nord de l’Aurès à l’époque moderne. Cf. J. Brunhes, L’irrigation dans la péninsule ibérique et dans l’Afrique du Nord, Paris, 1902.

302 M. Janon, « L’Aurès au vie siècle », AA, t. 15, 1980, p. 349.

303 Guerre vandale, II, 20, 32 : ές ήν 'Ρομαίοι ναυσι μεν είς αεί στέλλονται, πεζη δε ίέναι ουκ εισί δυνατοί Μαυρουσίων εν ταυτη ωκήμενων τη χώρα.

304 Le dossier du christianisme maurétanien à l’époque vandale et byzantine fait l’objet de deux synthèses particulières dans nos contributions au tome III de l’Histoire du christianisme dirigée par J.-M. Mayeur, Ch. et L. Piétri, A. Vauchez et M. Venard (Paris, 1998), p. 272-278 et p. 712-716. Cf. également G. Camps, « Rex gentium Maurorum et Romanorum », dans AA, t. 20, 1984, p. 183-218. On trouve des inscriptions chrétiennes à Aquae Sirenses jusqu’en 577, à Altava jus-qu’en 599 et à Pomaria jusqu’en 651. Mais il faut surtout rappeler que la Notitia provinciarum et civitatum Africae, datée du milieu des années 480, cite cent vingt évêchés en Maurétanie Césarienne (cf. un essai de carte dans Histoire du christianisme, t. III, « carte 1 », in fine).

305 Cf. texte supra note 244.

306 L’évêque Secundinus de Mina participa au concile de Carthage en 525 (sa signature est la neuvième du procès-verbal), et il y représenta l’Église maurétanienne : Bonifatius episcopus dixit... Nam et sanctum fratrem et coepiscocum nostrum Secundum, episcopum ecclesiae Minensis concilii Caesariensis, in communi conlatione nobiscum residere conspicimus, ut quamvis dura belli necessitas alios evocare prohibuerit, auctoritatem tamen sui concilii solus obtineat (texte dans Ch. Munier éd., Concilia Africae, CCL, t. 149, 1974, p. 260 et p. 271).

307 R. Riedinger (éd.), Concilium Lateranense a. 649 celebratum (Berlin, 1984), p. 67. A la demande du Pape Martin Ier, on lit le texte adressé par les évêques africains à son prédécesseur en 646 : Domino beatissimo, apostolico culmini sublimato, sancto patri patrum, Theodoro papae et summo omnium praesulum pontifici, Columbus primae sedis episcopus concilii Nomidiae, et Stephanus primae sedis episcopus concilii Bizacini, et Reparatus episcopus primae sedis concilii Mauritaniae et universi episcopi de tribus conciliis antedictis Africanae provinciae...

308 Un autre exemple est fourni par le dossier de Florentius de Lamsorti. Cet évêque, présent au concile de Carthage en 525 (Concilia Africae, CCL t. 149, p. 271, signature no 16), venait en effet d’une région (près des Monts de Belezma) alors contrôlée probablement par Iaudas (maître de l’Aurès et de ses marges vers 533) ou Ortaïas (maître du Hodna à la même époque). Sa présence prouve l’existence de communautés chrétiennes dans les territoires de ces chefs maures. Procope n’en dit naturellement pas un mot.

309 Bon résumé historiographique dans l’article de P. Morizot, « Vues nouvelles sur l’Aurès antique », CRAI, 1979, p. 309-337.

310 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 332 et 333.

311 Deux articles pionniers avaient cependant, avant la parution du livre de Courtois, déjà révélé la réalité de la pénétration romaine dans deux vallées du massif jusque-là peu explorées : J. Alquier, « Les ruines antiques de la vallée de l’Oued el Arab (Aurès) », dans RAf, t. 85, 1941, p. 31-39 ; et J. et P. Morizot, « Les ruines romaines de la vallée de l’Oued Guechtane », dans RAf, t. 92, 1948, p. 120-142.

312 Outre les articles cités dans les notes qui vont suivre, cf. plusieurs synthèses dans « Vues nouvelles sur l’Aurès antique », CRAI, 1979, p. 309-337 ; « Economie et société en Numidie méridionale : l’exemple de l’Aurès », dans A. Mastino (éd.), L’Africa romana 8. Sassari, 1990, Sassari, 1991 p. 429-446 ; « L’Aurès et l’olivier », dans AA, t. 29, 1993, p. 177-240.

313 P. Morizot, Archéologie aérienne de l’Aurès, Paris, 1997.

314 P. Morizot, « Inscriptions inédites de l’Aurès (1941-1970) », dans ZPE, t. 22, 1976, p. 164.

315 P. Morizot, ibid. p. 164.

316 P. Morizot, « Le génie auguste de Tfilzi », dans BAC, ns, 1974-1975, p. 83-90.

317 P. Morizot, « La Zaouia des Beni Barbar, cité pérégrine ou municipe latin », dans BAC, ns, 18 B, 1982, p. 31-75, et surtout p. 53-75. P. Morizot a, depuis, donné une carte de l’ensemble des traces du christianisme antique dans l’Aurès, dans Archéologie aérienne de l’Aurès, p. 267.

318 P. Morizot, « Les inscriptions de Tazembout (Aurès) : aperçu sur un village romain de haute montagne au IIIe siècle », dans BAC, ns, 20-21, 1984-85, p. 98-100 principalement.

319 P. Morizot, ibid. p. 100.

320 P. Morizot, « Economie et société en Numidie méridionale », L’Africa romana 8, p. 433.

321 E.-F. Gautier, Le passé de l’Afrique du Nord. Les siècles obscurs, Paris, 1942, p. 225-226. C. Courtois fut manifestement influencé par cette théorie lors-qu’il voulut rapprocher le nom de Iaudas de l’anthroponyme juif Judas (Les Vandales et l’Afrique, p. 341 note 7).

322 Cf. supra p. 197-201.

323 Puisque, rappelons-le, P. Morizot considère que les deux personnages n’en font qu’un, qui aurait été le chef de l’Aurès occidental dans les années 530, tandis que Iaudas dominait l’Aurès oriental. Nous avons dit pourquoi cette interprétation nous semblait indéfendable (cf. supra p. 352-361).

324 Cf. supra note 320. Un des arguments les plus intéressants de P. Morizot est l’existence, en plusieurs secteurs de l’Aurès, de bazinas funéraires dont certaines, note-t-il, paraissent construites avec des éléments de réemploi d’édifices d’époque romaine, ou en tout cas sur des sites d’occupation romaine antérieure. Pour P. Morizot, ces tombeaux seraient typiques de populations sahariennes et attesteraient d’une invasion dans l’Antiquité tardive. Malheureusement aucun de ces monuments n’a été réellement fouillé selon les critères de l’archéologie moderne, et leur typologie purement « saharienne » comme leur datation dans l’Antiquité tardive restent à vérifier.

325 Procope, Guerre vandale, II, 19, 19.

326 Notitia Dignitatum, Occ., XXV, 25 (éd. O. Seeck, p. 175). Cf. C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 84.

327 Sur la date et le contexte de cette lettre, cf. A. Mandouze (dir.), Prosopographie chrétienne du Bas-Empire. 1. Afrique, Paris, 1982, p. 134 et note 30.

328 Saint Augustin, Lettre 220, 7 (éd. A. Goldbacher, CSEL, t. 57, p. 436) : Quid autem dicam de vastatione Africae quam faciunt Afri barbari resistente nullo, dum te talis tuis necessitatibus occuparis nec aliquid ordinas, unde ista calamitas avertatur ? Quis autem crederet, quis autem timeret Bonifatio domesticorum et Africae comite in Africa constituto cum tam magno exercitu et potestate, qui tribunus cum paucis foederatis omnes ipsas gentes expugnando et terrendo pacaverat, nunc tantum fuisse barbaros ausuros, tantum progressuros, tanta vastaturos, tanta rapturos, tanta loca, quae plena populis fuerant, deserta facturos ? Qui non dicebant, quandocumque tu comitivam sumeres potestatem, Afros barbaros non solum domitos sed etiam tributarios futuros Romanae rei publicae ?

329 Saint Augustin, Lettre 220, 3.

330 La date, qui n’est pas absolument certaine, est celle retenue par O. Perler et J.-L. Maier, Les voyages de saint Augustin, Paris, 1969, p. 367-368.

331 Cf. A. Mandouze, Prosopographie Chrétienne du Bas-Empire. I, Afrique..., p. 132 ; et S. Lancel, Saint Augustin, Paris, 1999, p. 427-428.

332 Prosper, Chronica, a. 422 (éd. Mommsen, MGH, a.a., t. IX, Berlin, 1894).

333 Olympiodore, fragment 42, dans R. C. Blockley, The fragmentary classicising Historians of the Later Roman Empire, tome 2, p. 206-207. Sur la date, cf. J. R. Martindale (dir.), Prosopography of the Later Roman Empire, vol. II, Cambridge, 1980, p. 239.

334 Cette chronologie est celle retenue par la Prosopography of the Later Roman Empire citée notre précédente, p. 238-239.

335 F. Decret, « Les gentes barbarae asservies par Rome dans l’Afrique du ve siècle », dans BAC, ns, 19 B, 1985, p. 267-269.

336 Les Vandales et l’Afrique, p. 84 note 8.

337 Cf. J. Baradez, Fossatum Africae, Paris, 1949, dont la plus grande partie est consacrée à ce secteur.

338 Victor de Vita, II, 26-28 (éd. C. Halm, MGH, a.a., t. III, 1, p. 19) : Congregantur universi in Siccensem et Larensem civitates, ut illuc occurrentes Mauri sibi traditos ad heremum perduxissent.

339 Victor de Tunnuna, Chronica, dans MGH, a.a., t. XI, p. 189 : Hunericus Wandalorum rex persecutioni per totam Africam nimis insistens Tubunis, Macri et Nippis aliisque heremi partibus catholicos iam non solum sacerdotes et cuncti ordinis clericos, sed et monachos atque laicos quattuor circiter milia exiliis durioribus relegat...

340 Cf. supra note 338. P.-A. Février a proposé de ce texte une interprétation originale, en voulant retrouver derrière les Maures cités des troupes régulières de l’ancienne armée romaine, désormais passées sous contrôle vandale : pour lui, les Maures sont donc des « gendarmes » de l’Etat vandale (Approches du Maghreb romain, t. 2, Aix, 1990, p. 143).

341 On aimerait pouvoir donner un nom à ces tribus qui jusque-là avaient été des voisines instables du sud-ouest de la Numidie. Peut-être avaient-elles un rapport avec les Abannae cités par Ammien Marcellin si, comme S. Gsell (« Observations géographiques sur la révolte de Firmus », dans RSAC, t. 36, 1903, p. 39-40), on place ceux-ci au sud du Chott el Hodna, en supposant de leur part une attirance tardive pour la Numidie après une participation à la révolte maurétanienne de Firmus. Ce n’est là cependant que pure hypothèse, comme le serait un rapprochement avec les Babari Transtagnenses (« d’au-delà du Chott ») évoqués par une inscription de Caesarea de 290-292 (CIL VIII, 9324 : cf. C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 96 note 4).

342 Procope, Guerre vandale, I, 8, 5 :

Μάυρουσίων ηδη των έν τφ Αύράσίω όρέι οικημένων άποστάντων τέ άπό Βάν-δίλων κάί άυτονομων (όντων...

343 Procope, de Aedificiis, VI, 7, 5-6 :

Τά μέν οῦν ορους τοῦ Αυράσίου ταὐτη πη έχέΐ. Βάνδίλοι δέάυτοσυν πάση Λιβύη το κάτ'άρχάς έίχον, οίΐς δίη Μάυροιΰσιοι άφέλομένοι τηδέ ιδριὐσάντο.

344 P. Morizot, « Renseignements archéologiques complémentaires sur la vallée de l’Oued Mellagou (Aurès) », dans Bulletin d’Archéologie Algérienne, VII, 1, 1977-79, p. 279 note 32. Cf. également « Aurès. Epoque vandale et byzantine », EB, t. VIII, p. 1103-1105.

345 Cf. supra p. 390 et notes 312-313.

346 Cf. supra p. 391 et notes 315-317.

347 Et peut-être dans l’Aurès oriental en particulier, ce qui rejoindrait au moins une des thèses de P. Morizot.

348 Cf. supra p. 355 et note 181.

349 Procope, Guerre vandale, I, 8, 2 : [Sous le règne d’Hunéric] Le royaume des Vandales ne connut aucune guerre sauf celle qui fut menée contre les Maures. Auparavant ceux-ci s’étaient tenus tranquilles, car ils redoutaient Genséric...

350 Procope était encore en Afrique au moment de la première campagne de Solomon dans l’Aurès en 535. Or, il signale qu’il eut une conversation avec Ortaïas, un des chefs qui accompagnaient Solomon (Guerre vandale, II, 13, 29 : De la bouche de ce personnage, j’ai moi-même entendu dire...). Peut-être cependant Ortaïas s’était-il rendu à Carthage pour négocier son alliance.

351 Les clauses territoriales du traité d’Hippone, qui créa le premier Etat vandale en Afrique, sont mal connues. C. Courtois croyait que la Numidie méridionale en fut exclue, mais cette hypothèse était due à ses incertitudes sur l’Abaritana attribuée à Genséric en 442, qu’il dissociait de l’Aurès (Les Vandales et l’Afrique, p. 170-174). Rien ne s’oppose en réalité à une annexion du massif dès 435, puisque nous savons, grâce aux travaux de Courtois lui-même, que les Vandales occupèrent alors un territoire s’étendant, au minimum, de Sétif à l’ouest à Guelma à l’est.

352 Cf. sur l’histoire de la découverte, P. Morizot, « Pour une nouvelle lecture de l’elogium de Masties », dans AA, t. 25, 1989, p. 263-271 surtout.

353 « Un empereur maure inconnu d’après une inscription latine récemment découverte dans l’Aurès », REA, t. 46, 1944, p. 94-120

354 Article cité supra note 352.

355 P. Morizot (op. cit. supra note 352, p. 273) croyait l’apercevoir après les lettres IMP. Mais sur d’autres photographies, qu’il nous a lui-même aimablement communiquées, et que nous avons traitées au scanner, il apparaît nettement qu’une barre horizontale surligne non seulement ces trois lettres IMP mais également une quatrième lettre immédiatement après, qui est endommagée, mais qui doit être comme le pensait Carcopino un « R ». Nous conservons donc, encore après avoir vu un moulage, la lecture IMPR. Pour la question de la croix sur la deuxième ligne, également incertaine, cf. infra note 356. Le texte, comme le montre la photographie reproduite ici reste déconcertant par ses variations de graphie, et il a donc suscité d’autres hypothèses, notamment pour la lecture de la fin de la première ligne (cf. le débat qui suivit à Rome en novembre 1984 une communication de P.-A. Février, dans Rivista di archeologia cristiana, 1985, p. 347-349, où on envisagea une lecture FELIX au lieu de DUX). Nous ne pouvons suivre la dernière en date, de P. Morizot, qui lit maintenant LIMPP ligne 2 (ZPE, 141, 2002, p. 231-240).

356 On pourrait aussi lire « Imperator pendant seize ans » en interprétant le signe qui suit le X, non comme une croix, mais comme un episémon bau semblable à celui du chiffre précédent (LXvI), avec simplement la petite barre verticale inférieure qui serait trop relevée et le haut de la boucle supérieure qu’on admettrait disparu dans l’effritement de la pierre. Le doute subsiste ici.

357 Le mot parui fait réellement difficulté. J. Carcopino et P. Morizot privilégient le premier sens du verbe, se montrer, se manifester, mais l’absence de complément semble alors étonnante. Une solution serait de comprendre que parui éclaire aussi l’affirmation qui précède, en supposant un sic supplémentaire : et je me suis comporté [ainsi] dans la guerre comme dans la paix, c’est-à-dire je n’ai trahi la fides engagée ni dans la paix ni dans la guerre... Nous préférons toutefois la traduction présentée ci-dessus, suggérée par J. Desanges lors de notre soutenance de thèse en 1990 en prolongement de l’insistance (fortement soulignée aussi par Ch. Piétri) que nous avions mise sur le caractère très chrétien de ce texte, depuis repris et développé par ce savant dans son article cité infra note 367.

358 J. Carcopino, « Un empereur maure inconnu... », REA, t. 46, 1944, p. 102-106 particulièrement ; P. Morizot, « Pour une nouvelle lecture... », AA, t. 25, 1989, surtout p. 271-273.

359 Cf. P.-A. Février, « La tombe chrétienne et l’au-delà », dans Le temps chrétien de la fin de l’Antiquité au Moyen Age, Paris, 1984, p. 163-183

360 J. Carcopino, op. cit. supra note 358, p. 99-100.

361 J. Carcopino, ibid., p. 97-99.

362 J. Carcopino, ibid., p. 100-101. Nous ne le suivons pas, en revanche, quand il dissocie du texte de Vartaia la dernière ligne, prêtée à un soldat romain facétieux.

363 J. Carcopino, ibid. p. 106-120, surtout p. 117.

364 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 337-339.

365 P.-A. Février, « Masuna et Masties », dans AA, t. 24, 1988, p. 133-147. P.-A. Février avait déjà esquissé cette interprétation vingt ans auparavant dans une remarquable synthèse, « Evolution des formes de l’écrit à la fin de l’Antiquité et au Haut Moyen Âge », dans Tardo antico e alto medioevo. La forma artistica nell passagio dall’Antichità al medioevo, Rome, 1968 (Academia nazionale dei Lincei, quaderno 105), p. 203 note 7. Cf. aussi le résumé de communication cité supra note 355.

366 « Pour une nouvelle lecture de l’elogium de Masties », AA, 25, 1989, p. 263-284

367 J. Desanges, « A propos de Masties imperator berbère et chrétien », dans Ktéma, 21, 1996, p. 183-188.

368 Ajoutons qu’il reste de la place sur la pierre après Dux et que l’abréviation dux pour duxi ne se justifierait guère. P.-A. Février contestait aussi le développement de IMPR en Imp(e)r(ator), en soulignant son caractère anormal par rapport aux règles de l’abréviation en épigraphie classique. Mais les explications avancées par J. Carcopino (op. cit. p. 102-103) nous semblent toujours pertinentes : il y a là un indice de datation tardive, nécessairement postérieure au milieu du ve siècle.

369 C. Courtois voulait voir en Masties un responsable d’un secteur du limes : mais ces personnages portaient le titre de praepositi limitis (cf. Notitia Dignitatum, Occ. XXV, XXX, XXXI, éd. Seeck, p. 174-175 et 184-187), et leurs subordonnés ( ?) étaient des « tribuns », comme Boniface à Tubunae vers 417.

370 Cf. Johannide, VIII, 268 : [Cusina] est etiam dux ipse ferox... ; II, 141 : (Iaudas] dux... ; VI, 144 :

Carcasan omnibus unum
gentibus esse ducem linguis animisque fatentur
.

371 Cf. supra p. 350.

372 Johannide, III, 156. Cf. supra p. 326.

373 La succession des deux titres est possible aussi, mais elle ferait mourir le personnage à au moins quatre-vingt-quatorze ans, ce qui, malgré la fréquence relative de la mention de centenaires en Afrique romaine, paraît assez douteux (si on lit « imperator pendant seize ans » à la ligne 2, on arriverait même à un âge de plus de cent ans...).

374 Puisque ce personnage était le souverain de la Maurétanie, et n’avait aucun moyen d’intervenir dans l’Aurès : cf. supra p. 380.

375 Procope, Guerre vandale, I, 25, 3.

376 Cf. sur ce point P. Salama, « Economie monétaire de l’Afrique du Nord dans l’Antiquité tardive », BAC ns, 19 B, 1985, p. 198-199.

377 Procope, Guerre vandale, I, 8, 5.

378 P. Morizot avait aperçu cette solution, de loin la plus logique, mais il ne l’a pas retenue parce qu’il a voulu à tout prix identifier Vartaia à Ortaïas : ce dernier étant cité en 535 par Procope, toute mise en relation de Masties avec les événements de 484 lui a semblé dès lors impossible. Mais rien n’oblige, comme nous l’avons vu plus haut (supra p. 382) à admettre cette identification.

379 Comme Ph. Leveau, nous doutons en particulier de l’existence d’une véritable cité à l’emplacement de la Zaouia des Beni Barbar : les inscriptions de deux décurions de municipes sont plus vraisemblablement des traces de l’existence de propriétés rurales montagnardes de notables des cités périphériques du massif. De même, l’existence de magistri à Tfilzi ( ?), sur le site de l’actuelle Menaa, suggèrerait plutôt un statut de communauté subordonnée, de type castellum (cf. Ph. Leveau, « L’Aurès dans l’Antiquité », dans EB, t. 8, Aix, 1990, p. 1100-1101).

380 Supra p. 396-397.

381 CIL VIII, 9835 : cf. supra note 244. C. Zuckerman a récemment donné une nouvelle interprétation de la fin de ce texte : cf. « Epitaphe d’un soldat africain d’Heraclius servant dans une unité indigène découverte à Constantinople », dans Antiquité tardive, t. 6, 1998, p. 381-382.

382 Si l’on admet, comme il paraît logique de le faire, que Masties fut à la fin de sa vie en même temps dux et imperator, il faudrait comprendre que le premier titre se rapportait alors à ses sujets berbères, et le second à ses sujets romains.

383 Cf. supra note 356.

384 Cf. article cité supra note 367. J. Desanges avait, en fait, esquissé une première fois son interprétation, après une communication de P. Morizot, dans une intervention au Comité des travaux historiques et scientifiques le 18 mai 1987. Mais celle-ci, dont nous ignorions l’existence lors de la rédaction de notre thèse, ne donna lieu qu’à un résumé paru seulement en 1992 (BAC, n.s., Afrique du Nord, 22, années 1987-89, 1992, p. 262).

385 P. Morizot, « Pour une nouvelle lecture... », AA, 25, 1989, p. 277.

386 J. Desanges, « A propos de Masties... », Ktéma, 21, 1998, p. 186.

387 Sur cette construction De + accusatif, assez fréquente à la fin de l’Antiquité, cf. Thesaurus Linguae Latinae, V, 1, p. 43, et J. B. Hofmann et A. Szantyr, Lateinische Syntax und Stilistik, Munich, 1965, p. 264, avec des exemples s’approchant de notre inscription.

388 Il n’y avait aucune anomalie pour un potentat ou un général à proclamer fièrement qu’il avait reçu dans sa fides une communauté : recipere in fidem était une vieille procédure romaine, qui était au contraire valorisante pour celui qui l’accomplissait. Cf. infra note suivante.

389 Cf. G. Freyburger, Fides. Etude sémantique et religieuse depuis les origines jusqu’à l’époque augustéenne, Paris, 1986, p. 142-149. La citation est empruntée à A. Von Premerstein (dans PW, t. IV, 1, col. 26).

390 Sur ces deux sens, cf. l’article déjà cité de J. Desanges (Ktéma 21, 1998) p. 186-187 avec des exemples extraits de textes contemporains de l’inscription.

391 Guerre vandale, I, 25, 3-8. Cf. infra p. 487-488.

392 J. Desanges, article cité supra note 367, p. 186-187.

393 Procope, Guerre vandale, I, 8, 3-4 ; et surtout Victor de Vita, Historia persecutionis Africanae provinciae, II et III. Cf. notre chapitre « L’Afrique et la persécution vandale », dans J.-M. Mayeur, Ch. et L. Piétri, A. Vauchez, M. Venard, Histoire du christianisme, t. III, Paris, 1998, p. 247-278.

394 Victor de Vita, III, 3-14.

395 Sous Genséric et au début du règne d’Hunéric, la persécution avait été en effet surtout menée dans les régions de Proconsulaire où avaient été lotis les guerriers vandales (in sortibus Wandalorum) : cf. notre étude citée supra note 393.

396 Cf. la carte donnée dans Archéologie aérienne de l’Aurès, Paris, 1997, p. 267.

397 Cf. supra note 379.

398 Cdt Guénin, « Inventaire archéologique du cercle de Tébessa », dans Nouvelles archives des missions scientifiques et littéraires, 17, 1909, p. 75-234.

399 Cf. Ph. Leveau, Caesarea de Maurétanie. Une ville romaine et ses campagnes, Rome, 1984.

400 Procope, Guerre vandale, II, 20, 24.

401 Cf. sur ce sujet les remarques spirituelles de G. Camps, « Rex gentium Maurorum et Romanorum », AA, t. 20, 1984, p. 185.

Table des illustrations

Légende Carte 12 – L’Afrique d’Antalas.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1421/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Légende Carte 13 – L’Aurès et ses marges (ve et vie siècle).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1421/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7M
Légende Carte 14 – L’Arzugis (d’après une carte de P. Trousset, AA, 1982, p. 49).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1421/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 6,2M
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1421/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre HYPOTHÈSES SUR LA LOCALISATION DES CHEFS MAURES DE NUMIDIE ET MAURÉTANIE AU vie SIÈCLE
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1421/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende « Inscription de Masties », trouvée à Arris (AE, 1945, no 97). Musée nationale des antiquités d’Alger, Algérie (cliché Centre Camille Julian).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1421/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 955k

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540