Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle)

 | 
Yves Modéran

Troisième partie. Les Maures de l’intérieur

Introduction à le troisième partie

Texte intégral

  • 1 Johannide, III, 65-66 :
    finibus in nostris orta est quae crevit in orbe
    impietas...
    (à propos d’Antal (...)

1Aux peuples « syrtiques » qui envahirent les campagnes de la Byzacène et de la Proconsulaire, la véritable Afrique selon lui, Corippe oppose, au milieu du vie siècle, ceux qui vécurent précisément à l’intérieur de cette Afrique, in nostris finibus1. Ces Maures de l’intérieur sont représentés dans la Johannide par trois personnages principalement. Le plus célèbre, et le seul ainsi explicitement désigné, est Antalas, chef des Frexes, établi en Byzacène. Mais au même ensemble se rattachent également Cusina, installé d’abord en Byzacène, puis en Numidie, et Iaudas, toujours localisé lui aussi à l’intérieur de cette dernière province.

  • 2 Cf. par exemple C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 350.
  • 3 Interprétation encore reprise récemment par P. Morizot, par exemple dans « Economie et société en N (...)
  • 4 Ainsi C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 340-346.

2La singularité de ces différents personnages et leurs similitudes ont en partie été dissimulées par Corippe, et elles ont ainsi souvent échappé aux historiens modernes. Antalas fut fréquemment perçu comme un cousin des Laguatan, parce que l’auteur de la Johannide lui donnait parfois ce nom. De même, les hommes de Cusina, parce qu’ils avaient utilisé des dromadaires lors de la révolte de 534, étaient automatiquement assimilés à des nomades récemment arrivés de Tripolitaine2. Quant aux guerriers de Iaudas, ils se voyaient attribuer des origines assez peu différentes. Pour certains, il s’agissait de Gétules d’au-delà du limes numidien, récemment installés3. Pour d’autres, ils représentaient l’exemple-type des montagnards irréductibles, depuis toujours réfractaires à la romanisation4. Or, Antalas, Cusina, et Iaudas, alliés des Romains ou insurgés selon les moments, n’apparaissent jamais dans la Johannide ou la Guerre vandale comme des envahisseurs ou d’éternels Jugurtha. Au contraire, réexaminées sans a priori, les sources révèlent chez eux une familiarité ancienne avec la romanité et une complexité culturelle qui les distinguent nettement des Laguatan et de leurs associés.

3C’est à mettre en valeur cette réalité méconnue, puis à l’expliquer que sera consacrée toute notre troisième partie. Après un premier chapitre qui tentera de tracer un profil culturel et politique des trois groupes au vie siècle, avec pour chacun un essai préalable de localisation le plus précis possible, nous esquisserons une première synthèse, qui résumera toutes les spécificités de ces populations par rapport aux tribus « syrtiques », mais qui s’interrogera aussi sur les points communs entre les unes et les autres, afin de comprendre la définition unique du Maurus sous-entendue par les sources du vie siècle. Deux autres chapitres tenteront ensuite d’approfondir l’enquête, en essayant de découvrir les sources de l’originalité de ces Maures de l’intérieur : le projet nous conduira à la fois à un tableau de l’environnement politique, économique, social et religieux dans lequel vivaient ces peuples avant leur révolte, et à une profonde plongée dans leur passé, jusqu’au ive siècle au moins. Au terme de ces difficiles investigations, un dernier chapitre proposera enfin un essai de reconstitution de l’évolution de leurs populations au cours de l’époque vandale, afin d’expliquer exactement la situation constatée par Corippe et Procope.

Notes

1 Johannide, III, 65-66 :
finibus in nostris orta est quae crevit in orbe
impietas...
(à propos d’Antalas).

2 Cf. par exemple C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 350.

3 Interprétation encore reprise récemment par P. Morizot, par exemple dans « Economie et société en Numidie méridionale : l’exemple de l’Aurès », L’Africa romana 8, Sassari, 1991, p. 433.

4 Ainsi C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 340-346.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540