Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle)

 | 
Yves Modéran

Deuxième partie. Les Maures de l’extérieur et le problème des néoberbères

Chapitre 7. La conquête des plateaux libyens (ive-vie siècle)

Texte intégral

  • 1 Cf. supra 2e partie, introduction, note 13.

1Originaires des oasis syrtiques, les Austuriani et les Laguatan devinrent, aux dires de Corippe, une source de difficultés pour les Romains à partir de la fin du iiie siècle. Les trois allusions de l’auteur de la Johannide à l’échec de Maximien contre ces tribus, qui devrait se placer en 298, sont cependant trop brèves et trop vagues pour permettre un véritable commentaire1 ; on ne peut donc envisager réellement leur histoire qu’à partir du ive siècle. Or, nous avons, en entreprenant l’étude critique de la théorie des migrations, démontré que dès lors, et jusqu’à la conquête islamique au moins, elles ne quittèrent presque jamais l’actuel territoire libyen, se manifestant alternativement en Tripolitaine et en Cyrénaïque, où elles acquirent peu à peu une influence dominante. Ce sont donc les étapes et les modalités de cette conquête des plateaux libyens qu’il nous faut maintenant examiner, en commençant par présenter le contexte dans lequel Austuriani et Laguatan allaient intervenir. Cette étude est en effet indispensable pour la connaissance de l’identité culturelle des deux groupes, dans la mesure où ceux-ci ont progressivement assimilé des populations indigènes provinciales et pris le contrôle de leurs terres.

A – TRIPOLITAINE ET CYRÉNAÏQUE AU ive SIÈCLE

1) Le contexte géographique et archéologique

  • 2 D. J. Mattingly, Tripolitania, Londres, 1995, notamment les cartes des p. xviii-xix, 78 et 139. I. (...)
  • 3 D. J. Mattingly, « Farmers and Frontiers. Exploiting and defending the countryside of Roman Tripoli (...)

2Les travaux de D. J. Mattingly, et plus récemment d’I. Sjöström2, nous permettent de disposer désormais de cartes archéologiques de la Tripolitaine, qui révèlent bien les disparités de la mise en valeur de cette province au Haut-Empire. Ces disparités s’expliquent d’abord en fonction des conditions naturelles. La région est enserrée par trois grands ensembles désertiques qui en festonnent les limites : à l’ouest, le Grand Erg Oriental et ses célèbres dunes ; au sud, la Hamada el Hamra, immense plateau rocailleux sans vie ; à l’est, les plaines du désert syrtique. A l’intérieur de cette tenaille de la sécheresse, se distinguent trois régions d’occupation humaine, marquées par un essaimage de sites plus ou moins compact. La plaine côtière d’abord, de Tacape à Lepcis, avec toutes les grandes cités de la province, mais dont les conditions pluviométriques, en général difficiles, et la densité du peuplement, sont très variables. En second lieu la montagne, le Gebel, ensemble allongé de largeur relativement modeste, constitué surtout de collines et de plateaux, ces derniers donnant brutalement sur les plaines septentrionales par un escarpement rocheux. Les précipitations y sont plus favorables, particulièrement dans l’arrière-pays de Lepcis, mais sans jamais atteindre, aujourd’hui du moins, 400 mm/an. Enfin, le prédésert, revers méridional et surtout marge orientale du Gebel, caractérisé par de nombreuses vallées trouant un plateau d’altitude modeste : ce sont les fameux « wadis » de l’est tripolitain, Sofeggin, Zemzem et Bei el-Kébir, aux très nombreux sites antiques, malgré une pluviométrie actuelle oscillant entre 25 et 150 mm/an. En somme, comme le remarque D. J. Mattingly, This is and was a marginal zone for traditional Mediterranean agriculture...3

Carte 7 – Pluviométrie de la Tripolitaine et de la Cyrénaïque (d’après D. Roques).

  • 4 La parution de la thèse de D. J. Mattingly rend maintenant dépassées, en matière archéologique, les (...)
  • 5 Outre D. J. Mattingly, Tripolitania, p. 144-153 et p. 202-209, cf. les nom breux articles parus dan (...)
  • 6 M. Van der Veen, « The Unesco Libyan Valley Survey X : Botanical evidence for ancient farming in th (...)
  • 7 O. Brogan et D. J. Smith, Ghirza, Tripoli, 1985, p. 262 : (...) exhibuit sacrificia (p)arentaliorum (...)

3Ce fut pourtant une riche province. La prospérité des cités et des villas côtières l’atteste, autant que le nombre très élevé des fermes dans l’intérieur4. Dans la plaine côtière, et surtout le Gebel oriental (au sud de Lepcis), le blé et l’olivier semblent avoir été les principales sources de richesses, grâce à la pluviométrie plus favorable. Dans le pré-désert, la densité de l’occupation humaine ne s’explique que par les aménagements ingénieux et variés qui furent adoptés pour exploiter au mieux les maigres et irrégulières ressources en eau. Citernes, barrages, murets canalisant ou retenant l’écoulement des pluies orageuses, permirent la mise en culture des fonds de vallées et une production étonnamment diversifiée5 : les examens des pollens retrouvés sur ces sites ont révélé la présence d’orge, de blé, mais aussi de lentilles, de figuiers, d’oliviers, d’amandiers6. L’élevage jouait également un grand rôle dans l’activité des « fermiers du désert », comme le prouve une inscription de Ghirza qui évoque le sacrifice de cinquante et un taureaux et de trente-huit chèvres à l’occasion d’une seule célébration religieuse7.

  • 8 G. di Vita-Evrard, « Quatre inscriptions du Djebel Tarhuna : le territoire de Lepcis Magna », dans (...)
  • 9 D. J. Mattingly, « Olive Oil Production in Roman Tripolitania », dans Buck et Mattingly, Town and C (...)

4La question principale pour nous est de savoir qui travaillait ces terres sablonneuses, et dans quel rapport avec les Romains. Il faut, pour l’aborder, distinguer plaine côtière et Gebel d’une part, prédésert de l’autre. Le premier ensemble dépendait en effet pour l’essentiel, et de manière étroite, des grandes cités littorales. La découverte de plusieurs bornes a permis ainsi d’évaluer le territoire de Lepcis à près de 4 000 km28. Les centaines de pressoirs retrouvés sur cet espace, et sa faible urbanisation, ont conduit D. J. Mattingly à conclure à une division prédominante en grands domaines aux mains de l’aristocratie lepcitaine9. Plus que par un grand commerce transaharien, souvent évoqué par les auteurs modernes mais impossible à vérifier, la prospérité des cités côtières venait donc de leur terroir, immense et exploité d’abord à des fins d’exportation, comme le confirme l’étude des amphores. Ce système est apparu très tôt, dès au moins le premier siècle avant J.-C., à l’initiative de l’élite punicisée des cités.

Carte 8 – La Libye au temps des premières incursions des Austuriani (ive siècle).

  • 10 D. J. Mattingly, « Libyans and the limes : culture and society in Roman Tripolitania », AA, 23, 198 (...)
  • 11 R. G. Goodchild, « Roman Sites on the Tarhuna Plateau of Tripolitania », dans le recueil des articl (...)

5Celle-ci, tout en conservant de nombreux traits de ses origines, se romanisa progressivement sous l’Empire. En revanche, les inscriptions du Gebel montrent que les campagnes restèrent surtout peuplées de Berbères, assez fortement punicisés, et peu latinisés10. Deux indices témoignent du maintien d’une puissante originalité culturelle chez ces populations pourtant totalement intégrées à la province romaine. L’onomastique d’abord, avec une nette domination des noms libyens ou puniques ; la religion ensuite, marquée en particulier par le succès du culte d’Ammon. Plusieurs sanctuaires de ce dieu sont ainsi connus pour l’époque du Haut-Empire, comme celui de Ras el Haddagia, sur le plateau de Tarhuna, à la limite méridionale du territoire propre de la cité de Lepcis Magna, qui fut construit sous Tibère11.

  • 12 Synthèse très commode de D. J. Mattingly, « New perspectives on the agricultural development of Geb (...)
  • 13 Les recherches de O. Brogan furent ici décisives. Cf. notamment ses articles « First and second cen (...)
  • 14 Céramique : J. N. Dore, « Settlement chronology in the pre-desert zone : the evidence of fine ware  (...)
  • 15 D. J. Mattingly, « Libyans and the limes », AA, 23, 1987, p. 71-94, et Tripolitania, Londres, 1995, (...)

6Au delà du Gebel et de la zone d’influence des cités, d’autres groupes avaient commencé également très tôt la mise en valeur du pré-désert12. Il est en effet certain maintenant que dès la deuxième moitié du premier siècle des fermes ouvertes, construites en opus africanum, s’établirent dans les fonds des vallées du Wadi Sofeggin et du Wadi El Amud, en Tripolitaine orientale13. Le mouvement s’étendit ensuite au Wadi Zemzem et à ses affluents, et au Wadi Bei el Kebir. Plus modeste, l’activité de ces paysans du prédésert permettait cependant de dégager des surplus, et leur assurait une relative intégration à l’économie monétaire. Cette hypothèse se fonde en particulier sur la présence en beaucoup de sites de céramique fine, sur le nombre étonnant des pressoirs, et surtout sur la richesse des mausolées, en particulier à Ghirza14. Plus encore que dans le Gebel, les habitants du pré-désert se révèlent, cependant, peu romanisés : leur punicisation est très inégale, et leur culture reste avant tout libyque15.

  • 16 R. Rebuffat, « Recherches dans le désert de Libye », CRAI, 1982, p. 188-189 ; R. Rebuffat, « Les fe (...)

7Une situation identique, mais à une échelle plus réduite, se retrouve dans les vallées de la côte syrtique. Les prospections de R. Rebuffat et de M. Reddé y ont surtout mis en valeur un habitat en hameaux, probablement aux mains de Berbères sédentarisés16. Cultivant l’orge et en exportant une certaine quantité, ceux-ci étaient capables, comme leurs voisins occidentaux, d’acheter de la céramique fine et de participer ainsi, sous une forme modeste, à l’économie méditerranéenne.

8En Cyrénaïque, où les prospections n’ont pas eu le caractère systématique adopté en Tripolitaine, nos connaissances sont encore très incomplètes. Le paysage est ici caractérisé par la succession, du nord au sud, de deux plateaux, l’un d’environ 250-300m d’altitude, l’autre en moyenne à 600m, séparés par deux escarpements à peu près parallèles au rivage. Le second plateau culmine, à 25 km au sud de Cyrène, à 870m, puis descend en pente douce vers l’intérieur de la péninsule : 500m à 40 km, 250m à 70 km, 125m à 180 km. Les deux plateaux constituent des ensembles relativement privilégiés sur le plan pluviométrique, avec des précipitations annuelles supérieures à 300mm. Cependant, le premier gradin, abrité des vents du sud, et recevant l’eau des sources descendant du niveau supérieur, est le plus avantagé et le plus fertile.

  • 17 F. Chamoux, Cyrène sous la monarchie des Battiades, Paris, 1953 ; A. La-ronde, Cyrène et la Cyrénaï (...)
  • 18 Diodore de Sicile, II, 49 ; cf. le commentaire de F. Chamoux, dans Cirene e i Libyi, Quaderni di Ar (...)

9Les recherches de F. Chamoux pour l’époque grecque classique, d’A. Laronde pour l’époque hellénistique, et de D. Roques pour le Bas-Empire, ont montré une grande permanence des modes de mise en valeur sur cet espace17. Sur le premier gradin dominaient les champs complantés d’arbres fruitiers, la vigne et les fleurs. Le haut plateau, plus sec, était une zone de culture extensive des céréales et d’élevage. Très tôt, l’ensemble de ces hautes terres se trouva sous le contrôle des Grecs des cités de la Pentapole, qui en dirigèrent la mise en valeur. Il ne semble pas, cependant, que ceux-ci s’approprièrent la totalité du second gradin. Cette région présente en effet une densité de sites antiques assez modeste, qui conduit à supposer qu’elle resta en partie peuplée de Berbères agriculteurs et pasteurs. Telle devait être aussi la situation du versant sud, sorte de pré-désert plus modeste que son équivalent tripolitain, et qui nous est encore très mal connu. Faute d’enquêtes archéologiques systématiques, on ne peut que supposer ici la présence d’une population berbère, peut-être ces Libyens pasteurs évoqués par Diodore de Sicile, pacifiques et liés aux sédentaires du haut plateau18.

  • 19 Cf. supra p. 217-219.
  • 20 Depuis notre première thèse de 1990 (qui lui fut remise), E. Fentress a, à son tour, attiré l’atten (...)
  • 21 M. Luni, « Il santuario rupestre libyo delle immagini a Slonta (Cirenaica), dans Cirene e i Libyi, (...)

10Dans tous les cas, le maintien à l’époque romaine de groupes toujours attachés à une culture traditionnelle berbère paraît très probable, compte tenu de l’existence au début du Ve siècle de ceux que Synésios appelle les mixobarbares et qui étaient voisins des cités19. Le phénomène nous semble particulièrement mis en évidence par la grotte-sanctuaire de Slonta (fig. 2). Située sur les franges du pré-désert, mais dans une vallée encore bien arrosée, dans une région de frontière climatique donc, elle témoigne de la persistance de croyances religieuses indigènes aux environs du iiie siècle de notre ère. Le dernier commentateur de ce site souvent méconnu20, M. Lu-ni, tout en relevant un certain nombre d’influences romaines, a proposé de l’identifier à un necromanteion, fréquenté selon lui par des Asbystes, un des peuples voisins des Nasamons au temps d’Hérodote21. Même si cette interprétation reste discutable, le caractère indigène du sanctuaire et de ses sculptures constitue un indice attestant la présence de populations de culture berbère dans cette région après le Haut-Empire. La nature de celles-ci, leur implantation, et leur degré de romanisation, ou d’hellénisation, demeurent cependant très obscurs. Notre étude insistera donc par nécessité sur l’exemple tripolitain, du reste le plus important pour l’histoire des Austuriani et des Laguatan entre le ive et le vie siècle.

2) Le contexte militaire

  • 22 R. Rebuffat, « L’arrivée des Romains en Tripolitaine intérieure », dans BAC, 19B, 1983, p. 249-256.
  • 23 Synthèse commode de R. Rebuffat dans son article « Bu Njem », dans EB, t. XI, Aix, 1992, p. 1626-16 (...)
  • 24 R. Rebuffat, « Au-delà des camps romains d’Afrique mineure, renseignement, contrôle, pénétration », (...)
  • 25 D. J. Mattingly, « Two inscriptions from Gueriat el Garbia », Libyan Studies, 16, 1985, p. 67-75 ; (...)
  • 26 Brillante synthèse de D. J. Mattingly sur l’ensemble du dispositif militaire du Haut-Empire dans Tr (...)

11Dans deux secteurs de Tripolitaine, le pré-désert et la plaine syrtique, le IIIe siècle marqua, nous l’avons vu, un tournant assez brutal, caractérisé d’abord par le spectaculaire effort entrepris par Septime Sévère pour mettre en place un dispositif militaire de grande ampleur. Le prédésert fut enserré par un réseau de grandes forteresses, notamment celles de Ghériat el Gharbia et de Bu Njem, de fortins et de postes avancés22. L’établissement de Bu Njem est désormais célèbre, grâce aux fouilles de R. Rebuffat, qui en ont fait, comme on l’a écrit récemment, un des camps les mieux connus de l’ensemble du monde romain23. Les troupes s’y installèrent en 201, et en firent la base de départ de plusieurs expéditions dans les années qui suivirent. Après 205, l’occupation se stabilisa, dans un contexte apparemment plus paisible. La forteresse devint alors la tête d’un réseau de surveillance du désert qui s’étendit au moins jusqu’à Zella, où un poste fut créé24. A Ghériat, le processus d’établissement et la chronologie semblent avoir été identiques, avec une garnison probablement supérieure25. Ailleurs, à Aïn Wif, à Zerzi ou à Gasr Duib, le nouveau dispositif se fonda sur la construction ou le développement de forts de taille plus modeste. Un effort semblable fut entrepris, à la même époque, pour couvrir la Tripolitaine occidentale, avec les forteresses de Ghadamès, de Remada et de Ras el Aïn26.

Fig. 2 – Le sanctuaire de Slonta (d’après M. Luni).

  • 27 Histoire Auguste, Vita Severi, XVIII, 3.
  • 28 Sur le texte de Ghériat, cf. X. Loriot, « Une dédicace à Gordien provenant de Gheria el Garbia », d (...)
  • 29 Cf. R. Rebuffat, « Les fermiers du désert », op. cit. supra note 16, p. 61.
  • 30 Cf. D. J. Mattingly, Tripolitania, p. 202-209.

12L’ensemble voulait, de toute évidence, répondre à une menace, mais les textes nous informent très mal sur la nature de celle-ci. Notre seule source pour l’époque sévérienne est un passage de l’Histoire Auguste, dans la Vita Severi, considérée en général comme une des dernières « bonnes vies », aux informations fiables : elle signale que Septime Sévère « rendit la sécurité à la Tripolitaine, d’où il était originaire, en écrasant des tribus très belliqueuses » (Tripolim, unde oriundus erat, contusis bellicosissimis gentibus securissimam reddidit27). Une génération plus tard, deux inscriptions trouvées dans des forteresses révèlent le maintien d’un danger berbère : en 239, il est question à Ghériat d’une guerre (bellum), et entre 244 et 246, à Gasr Duib, d’incursiones barbarorum28. Si tout cela reste imprécis, une certitude s’impose pourtant : le dispositif militaire romain correspondait à un réel problème, qu’il ne parvenait pas à régler. Dans ces conditions, dans les régions les plus éloignées des trois cités, on ne peut s’étonner que les choses finirent par se précipiter. Nous en avons deux indices : les fermes des vallées de la Syrte furent abandonnées au cours de ce troisième siècle, sauf sur la côte29, et dans les wadis du pré-désert, elles demeurèrent en place, mais au prix d’une transformation en ouvrages fortifiés30.

  • 31 R. G. Goodchild et J. B. Ward Perkins, « The Limes Tripolitanus in the light of recent discoveries, (...)
  • 32 Cf. les travaux de O. Brogan cités supra note 13. Synthèse de D. J. Mattingly, « Farmers and Fronti (...)
  • 33 O. Brogan, « Some ancient sites in eastern Tripolitania », Libya Antiqua, 1977, p. 93-130.
  • 34 A. F. Elmayer, « The centenaria of Roman Tripolitania », dans Libyan Studies, 16, 1985, p. 77-84. T (...)

13R. G. Goodchild avait interprété ce mouvement de fortification, très spectaculaire, comme le fruit d’une politique des Sévères, en arrière de la ligne des forteresses, dont certaines auraient servi de modèle architectural31. Les recherches récentes des archéologues britanniques ont profondément modifié ce jugement. En fait, la majorité des gsur ont, semble-t-il, été le produit d’une transformation spontanée des anciennes fermes ouvertes. Ce sont les propriétaires eux-mêmes qui ont décidé, le plus souvent, les réaménagements de leurs bâtiments pour leur propre sécurité32. O. Brogan a noté à cet égard que certains gsur avaient été édifiés sur les limites des domaines, ce qui suggère une fonction principale de défense des établissements privés33. Les interprétations récentes de plusieurs inscriptions latino-puniques proposées par E. Elmayer confirmeraient cette hypothèse, y compris pour des constructions désignées par les textes comme des centenaria. Le cas le plus significatif est celui de Wadi el Bir, dans le Wadi Sofeggin, où un certain Flavius et son fils Macrinus, « propriétaires », déclarent avoir fait un centenarium « pour garder et protéger toute la région34 ». Des exemples de ce genre durent se multiplier après le retrait des grandes garnisons romaines du pré-désert oriental. Bu Njem fut en effet évacué entre 259 et 263, et son réseau de surveillance du désert disparut en même temps. Ghériat subit un sort identique dans le même demi-siècle.

  • 35 R. G. Goodchild, « The Romano-Libyan cemetary at Bir ed Dreder », dans id., Libyan Studies, Londres (...)
  • 36 R. Rebuffat, « Une zone militaire et sa vie économique : le limes de Tripolitaine », dans Armées et (...)

14A la fin du iiie siècle, il semble donc que la population des wadis situés à l’est du Gebel ne disposait plus de troupes romaines, et que la défense du territoire reposait uniquement sur les ressources locales. C’est en particulier ce que laisserait supposer, selon R. G. Goodchild, le cimetière de Bir ed Dreder. Sur ce site, placé à la limite du prédésert et de la Hamada el Hamra, ont été découvertes une vingtaine d’inscriptions funéraires qui rappellent la mémoire de personnages de nom libyen, mais portant souvent en même temps le gentilice Flavius et un titre de tribunus. R. G. Goodchild a identifié en eux des chefs de fédérés, chargés par Rome de la défense de la région, et il a estimé que leur titre était surtout honorifique35. Cette interprétation du terme tribunus reste discutée : R. Rebuffat, par exemple, estime que les tribuni de Bir ed Dreder appartenaient officiellement à l’armée romaine, même s’ils se trouvaient à la tête d’unités formées d’hommes dont ils étaient, dès l’origine, les chefs traditionnels36.

  • 37 Notitia Dignitatum, éd. O. Seeck, Berlin, 1876 : Occ. XXXI. Dux provinciae Tripolitanae... Liste de (...)
  • 38 P. Trousset, Recherches sur le limes Tripolitanus..., Paris, 1974. A compléter, pour ce secteur occ (...)
  • 39 Cf. le recueil des articles de R. G. Goodchild, Libyan Studies, Londres, 1976.
  • 40 En reprenant récemment le dossier, D. J. Mattingly (Tripolitania, p. 187-193) a proposé, sur une su (...)
  • 41 Cf. D. J. Mattingly, Tripolitania, p. 191-194 particulièrement. Ce savant estime que le plan rigour (...)

15La Notitia Dignitatum devrait nous aider à élucider ce mystère : elle signale en effet, encore au début du ve siècle, une série de praepositi limitis placés sous l’autorité du dux de la province, dans ce qui pourrait être, pour partie au moins, la Tripolitaine orientale37. Malheureusement, plus de la moitié des postes du limes Tripolitanus mentionnés sur ce document ne sont pas identifiés. D’ouest en est, on suit assez bien la frontière, de Bezereos, dans le sud tunisien, à Tentheos, dans le Djebel Nafusa, et on connaît aussi son état d’entretien : les recherches de P. Trousset en Tunisie38 et de R. G. Goodchild en Libye39 ont montré la continuité de l’occupation et de l’utilisation du système défensif par les troupes romaines jusqu’à l’invasion vandale. Mais au delà de Tentheos, dans la partie orientale de la Tripolitaine, tout devient incertain avant la mention du limes Maccomadensis, qu’il faut identifier à la région de Sirte, sur la côte : on ignore où situer les praepositi limitis Madensis, Tintiberitani, Bubensis, Mamucensis, Balensis, Varensis et Sarcitani40. Ponctuaient-ils une frontière qui s’infléchissait brutalement vers la mer, comme le croyait Courtois ? Ou bien continuaient-ils à défendre le prédésert ? Malgré de multiples prises de position depuis quarante ans, rien ne permet aujourd’hui de trancher. Nous savons seulement que les postes avancés de Gheriat et Bu Njem ont été évacués dans la deuxième moitié du iiie siècle et que rien ne paraît les avoir remplacés. Plus au nord, l’archéologie a aussi révélé l’existence de petites forteresses, du type quadriburgus, apparemment datables du Bas-Empire, comme à Gasr Bularkan/Mselletin ; mais on ne sait exactement qui les occupait41. En fait, c’est vraiment le statut de tout le pays à l’est d’une ligne Tentheos-Tubactis, en dehors de la zone côtière, qui reste inconnu, empêchant dès lors tout jugement assuré sur la situation politique des populations berbères qui se trouvaient dans ce secteur.

  • 42 Synthèse et nombreux plans dans G. D. B. Jones, « The Libyan Valley Survey : the development of set (...)
  • 43 O. Brogan et D. J. Smith, Ghirza, Tripoli, 1985. D. J. Mattingly, Tripolitania, p. 206-207.
  • 44 O. Brogan, « Some ancient sites in eastern Tripolitania », dans Libya antiqua, 13-14, 1977, p. 126  (...)

16Mais dans tous les cas, romain ou « indigène », le système nouveau paraît avoir été relativement efficace. L’organisation intérieure de beaucoup de fermes fortifiées révèle une population nombreuse : très souvent, en effet, celles-ci ne se réduisent pas un simple gasr de défense, mais comprennent aussi, autour de ce dernier, d’importantes dépendances (fig. 3), accueillant certainement des groupes de travailleurs liés au propriétaire42. L’étude des monuments de Ghirza a même conduit O. Brogan à parler d’une véritable prospérité de la région au ive siècle : les mausolées révèlent alors sur ce site l’existence d’une série de riches propriétaires, apparemment peu latinisés, et de culture essentiellement berbère43. Les prospections du Wadi Maymun et du Wadi Mimun, en livrant une grande quantité de céramique fine du ive siècle, ont confirmé ce jugement. Selon l’archéologue britannique, il faudrait finalement considérer que le ive siècle fut, en Tripolitaine orientale, la période la plus florissante44.

Fig. 3 – Ferme fortifiée (gasr) et habitat périphérique (Antiquité tardive) dans le Wadi Umm el Agerem (d’après G. B. Jones).

  • 45 D. Roques, Synésios de Cyrène et la Cyrénaïque du Bas-Empire, Paris, 1987, p. 217-220.
  • 46 R. G. Goodchild, « Libyan forts in South-West Cyrenaïca », repris dans Libyan Studies, Londres, 197 (...)

17En Cyrénaïque, nos connaissances sont à nouveau beaucoup plus réduites. Selon D. Roques, la province serait restée parfaitement calme et prospère jusqu’en 405, à l’exception de l’attaque isolée des Marmarides entre 268 et 27045. Mais ce jugement dépend en grande partie de l’absence d’études sur le pré-désert cyrénéen. Il faut, en sens inverse, signaler que les nombreuses fortifications de la plaine occidentale, entre Berenike et la Syrte, ont été attribuées par R. G. Goodchild au ive siècle46. Un parallèle n’est donc pas impossible avec la situation de la Tripolitaine, au moins dans cette région.

3) Le contexte ethnique : les Maures de Libye aux iiie et ive siècles

  • 47 Cf. supra p. 83-104.
  • 48 Ce tableau a déjà été en partie esquissé dans les chapitres précédents, lorsque fut abordé le probl (...)

18Il faut maintenant essayer de donner des noms aux groupes maures dont la présence, mais aussi la diversité, nous sont révélées par l’archéologie juste avant les grandes attaques des Austuriani et des Laguatan. Pour élaborer ce tableau ethnographique de la Libye du milieu du ive siècle, la Cosmographia de Julius Honorius constitue, par sa date et son propos, un point de départ obligé47, que ne peuvent que compléter les autres sources, toujours plus ponctuelles48. Mais un tableau construit suivant la logique de ce texte, simple liste accompagnée de localisations, n’aurait guère d’intérêt. Les populations que nous cherchons à identifier ici sont en effet celles que submergeront bientôt, à partir des années 360, les Austuriani et les Laguatan. Même si, comme nous venons de le voir, le tracé et l’existence même des frontières provinciales dans leur partie méridionale en Tripolitaine et en Cyrénaïque s’avèrent souvent obscurs, l’intelligence de ce phénomène suppose donc que soit clairement précisée, vers le milieu du ive siècle, la situation par rapport au pouvoir romain des groupes berbères en question.

a) Les Maures de l’extérieur

  • 49 Nous ne voyons pas, notamment en fonction du témoignage de Julius Honorius, ce qui autorise D. Roqu (...)
  • 50 Julius Honorius, dans Riese, Geographi latini minores, p. 54 et p. 53.
  • 51 Cf. supra ch. 6.

19On commencera, dans cette perspective et pour mémoire, par ceux qui, comme les Austuriani et les Laguatan, étaient indiscutablement en dehors des frontières romaines. Les Marmarides, placés entre Cyrénaïque et Egypte, et encore redoutables entre 268 et 270 pour les Cyrénéens, étaient, au moins pour partie, de ce type49, mais leur position géographique dut les conserver longtemps à l’abri des envahisseurs qui nous intéressent. Après eux, Julius Honorius cite les Nasamons50. Derrière ce nom, au milieu du ive siècle, se cachaient, nous l’avons vu, les fractions survivantes du grand peuple décimé sous Domitien et réfugiées au sud de la Grande Syrte et vers Augila, parmi lesquelles allaient émerger peu après les Austuriani et les Laguatan : ceux-ci n’étaient cependant peut-être pas les seuls héritiers de la grande tribu51, et ils ont pu ensuite vassaliser ou incorporer d’autres tribus-sœurs.

  • 52 Cf. G. Camps, « Massinissa », dans Libyca, t. 8, 1960, p. 26-29.
  • 53 Expositio totius mundi et gentium, 62 (éd. J. Rougé, Paris, 1966) :

20Deux textes situent au ive siècle, dans la même région du fond de la Grande Syrte, un autre groupe berbère, les Mazices. Ce nom, sous la forme Imazighen, est aujourd’hui l’ethnique collectif revendiqué par presque toutes les communautés berbères. Dans l’Antiquité, il était porté par plusieurs tribus assez nettement éloignées les unes des autres, mais qui semblent l’avoir utilisé chacune comme ethnonyme particulier52. Or, selon l’Expositio totius mundi et gentium, des Mazices, définis comme membres d’une barbarorum prava gens, vivaient en 359 entre l’Afrique (dans lequel le texte inclut la Tripolitaine), et la Pentapole, « dans un grand pays désert »53. C’est de toute évidence la même tribu que Philostorge évoque un peu plus tard, en l’associant aux Auxorianoi (les Austuriani), pour des raids menés entre 395 et 399 :

  • 54 Philostorge, Histoire ecclésiastique, XI, 8 (éd. J. Bidez, p. 138 ; trad. D. Roques, Synésios de Cy (...)

Les Maziques et les Auxuriens, qui vivent entre la Libye (Pentapole et Marmarique) et l’Afrique, désolèrent à l’est la Libye et ne détruisirent pas une partie peu importante de l’Egypte ; lançant des attaques à l’ouest, ils y commirent des actes à peu près analogues54.

  • 55 Rappelons aussi que Végèce, en évoquant des tribus qui, intra Africam, utilisent les chameaux, ment (...)

21La localisation est imprécise, mais les termes employés pour qualifier ce peuple, son comportement, et son association aux Austuriani nous conduisent à le situer assez loin du rivage, hors des frontières romaines55. Peut-être faudrait-il en rapprocher plusieurs des groupes cités plus tard par Corippe à la suite des Laguatan.

  • 56 Célèbre épisode, rapporté par Tacite (Histoires, IV, 50), qui vit en 69 de notre ère les habitants (...)
  • 57 Cf. C. M. Daniels, The Garamantes of Southern Libya, Cambridge, 1970, et un bilan plus récent du mê (...)
  • 58 Cf. par exemple ce bref compte-rendu : die s(upra) s(cripto) intr[oierunt Garaman]tes ferentes hor[ (...)
  • 59 R. Marichal, ibid, no 147, p. 242-244.
  • 60 Pour tous ces textes tardifs, cf. supra chap. 6 note 12.
  • 61 Orose, Histoires contre les païens, I, 2, 90-91 (éd. M-P. Arnaud-Lindet, Paris 1990) :
  • 62 Orose, ibid, I, 2, 87-88 :
    Libya Cyrenaica et Pentapolis... post se habet usque ad oceanum meridianu (...)

22Après eux viennent chez Julius Honorius les Garamantes, probablement le peuple africain le plus célèbre et la plus souvent cité de toute la littérature ancienne. Connus eux-aussi depuis Hérodote, ils habitaient les oasis du Fezzan, dont Garama (Djerma), mais circulaient dans tout le Sahara libyen, en étant capables au premier siècle de menacer directement les cités côtières de Tripolitaine56. A en croire les découvertes archéologiques faites au Fezzan, leurs relations avec les Romains semblent être devenues plus pacifiques ensuite, fondées sur un commerce de marchandises les plus variées57. Les ostraka qui conservent les archives du fort de Bu Njem montrent la poursuite dans les années 253-260 de ces rapports paisibles58. Le maintien du prestige et de la puissance des Garamantes paraît être resté alors intact, si l’on en croit un des passages, à dater également de l’époque de Valérien et Gallien, de ce que R. Marichal appelle « l’album » de Golas (Bu Njem) : maiores sunt Garama[ntes]59. Les témoignages sont plus rares ensuite, mais sans équivoque, comme nous l’avons vu. Outre diverses allusions plus ou moins littéraires, trois auteurs du Bas-Empire, dans des digressions géographiques, évoquent les Garamantes comme un peuple toujours établi de leur temps dans le Sahara libyen. Ammien Marcellin les situe ainsi avec divers groupes « au midi de l’Egypte ». Ils habitaient supra Tripolim Afrorum selon un texte de l’Ambrosiaster. Enfin et surtout, Orose les nomme comme point de repère pour délimiter la Tripolitaine (Tripolitania provincia... habet a meridie barbaros Gaetulos, Natabres et Garamantas usque ad oceanum Aethiopicum pertigentes60), dans un passage qui a le grand intérêt aussi de localiser clairement en dehors de la province, donc de l’Empire, deux autres peuples. Les indications d’Orose ne se rapportent, en effet, qu’à des éléments extérieurs qui permettent de dessiner les frontières de la Tripolitaine : il a pris comme repères juste avant « au nord la mer de Sicile ou plutôt la mer Adriatique et la petite Syrte », et il nommera aussitôt après dans la même perspective « la Byzacène et le lac des Salines » (le Chott el Djérid)61. Aucun doute n’est donc possible sur le plan administratif. La remarque est évidemment banale pour ce qui concerne les Gara-mantes, et suggère qu’aux yeux d’Orose leur foyer restait le Fezzan. Comme le prêtre espagnol les a mentionnés aussi, dans un autre passage, au sud de la Cyrénaïque, il se peut cependant que son témoignage ait enregistré le maintien de leurs déplacements sur toutes les routes caravanières de la Libye intérieure62. Mais ils restèrent toujours à l’écart des grandes offensives des Austuriani et des Laguatan.

Carte 9 – Les trois cercles des Maures dans la Libye du Bas-Empire.

  • 63 Table de Peutinger, segment VII, 2 (Bagigetuli) et segment VIII, 3 (Gnadegetuli et Nigizegetuli) ; (...)
  • 64 J. Desanges (Catalogue... p. 122-123) propose une localisation « dans la région des chotts orientau (...)

23Le passage d’Orose est plus intéressant pour les deux autres peuples mentionnés, beaucoup plus mal connus. Les Gétules cités ici sont un des nombreux groupes qui portaient cet ethnique, peut-être les mystérieux Gnade Getuli et Nigize Getuli que la Table de Peutinger place assez loin du rivage, au sud de la grande Syrte, et qui étaient de toute évidence des Sahariens63. Les Natabres, totalement ignorés du reste des sources antiques, devaient être du même type, en se situant peut-être cette fois à l’ouest des Garamantes64.

b) Les Maures des frontières

  • 65 Cf. supra p. 217-219.
  • 66 Cf. pour tout ce dossier les références données supra p. 217-219.

24Tous les peuples aperçus jusqu’ici constituaient un premier cercle de Maures, nettement extérieurs à la province, et dispersés autour de ses limites. Ils se différenciaient en cela d’un deuxième groupe de tribus, établies à proximité immédiate ou sur les marges de celle-ci. Ces tribus formaient un second cercle avec lequel, pour les Romains des cités, les relations étaient plus fréquentes et plus pacifiques. Parmi elles, devaient figurer d’abord, en commençant par l’est, divers éléments issus du grand peuple des Maces65. Nous avons vu que jusqu’au IIIe siècle leur localisation avait été à peu près stable, à l’ouest des Nasamons, sur le rivage de la grande Syrte entendue de manière large, des autels des Philènes à la Tripolitaine proprement dite. Peu avant 235, la Chronique de saint Hippolyte en fait encore le peuple des Syrtes par excellence avec les Nasamons et les mystérieux Tautameos ; ils étaient vraisemblablement à ce moment encore sous le contrôle direct des Romains. Il est beaucoup plus difficile ensuite de suivre leur histoire. Une fois éliminés le Liber Generationis et tous les autres avatars de la Chronique, qui ne peuvent être considérés comme des sources reflétant l’ethnographie africaine du Bas-Empire, il n’est plus fait mention d’eux dans la Syrte proprement dite, et ils sont en particulier complètement inconnus de Julius Honorius. Ce silence du géographe n’implique pourtant pas qu’ils aient disparu. Nous avons vu, en effet, que Julius Honorius retient en priorité les grandes tribus, et celles qui au ive siècle étaient perçues par l’Empire comme des entités manifestement étrangères. Si les Maces ont éclaté en petites unités, et s’ils se sont partiellement, au moins, romanisés, leur absence dans la Cosmognaphia devient normale. C’est, entre autre, ce qui conduit à penser que les mixobarbares évoqués par Synésius au début du ve siècle sous le nom de Maketai, comme les Makai à qui l’Edit d’Anastase accorde un statut privilégié moins d’un siècle après, étaient en réalité des fractions maces, simplement désormais décalées vers l’est66.

  • 67 Cf. la synthèse de R. Rebuffat, « Les fermiers du désert », dans l’Africa romana 5, Sassari, 1988, (...)
  • 68 D. J. Mattingly, (Tripolitania, p. 32-33 ), fidèle à son système, estime que les Maces formaient ju (...)

25Etaient-elles, au Bas-Empire, les seules à avoir survécu ? La réponse à cette question est liée en grande partie au problème de l’émergence des Austuriani et des Laguatan. Au début du vie siècle, la plaine syrtique était passée sous le contrôle de ces tribus. Au ive siècle, la situation est beaucoup plus incertaine : les fermes indigènes découvertes lors des missions archéologiques françaises récentes, et qui appartenaient probablement à des groupes maces, semblent avoir été abandonnées après le iiie siècle67, mais cela ne prouve pas un changement ethnique. Pour l’instant, et faute de documents, la situation des anciens Maces au ive siècle reste cependant énigmatique68.

Fig. 4 – Bas-relief de la tombe « N » de Ghirza (d’après O. Brogan et D.-J. Smith).

  • 69 Cf. supra p. 254-256.
  • 70 Cf. désormais la thèse de V. Brouquier-Reddé, Temples et cultes en Tripolitaine, Paris, 1992, p. 24 (...)
  • 71 Sur cette société, cf. D. J. Mattingly, « The Gasr Society », dans Tripolitania, p. 205-209.
  • 72 IRT, 898. cf. O. Brogan et D. J. Smith, Ghirza, p 151.
  • 73 O. Brogan et D. J. Smith, ibid. p. 223-224, p. 231 (et note 61 p. 233), et planches 63 et 78.
  • 74 Cf. infra p. 485-500.

26Plus à l’ouest commençait le pays des « wadis » de Tripolitaine orientale, au ive siècle parsemé de fermes « fortifiées » et peuplé, nous l’avons vu, d’une population sédentaire berbère, superficiellement et très incomplètement punicisée puis romanisée69 : les inscriptions latino-puniques et les particularités de la vie religieuse locale, tournée vers des dieux indigènes très différents de ceux adorés dans les cités du littoral70, en témoignent, tout comme les mausolées découverts à Ghirza. Certes, aucun texte n’atteste formellement du maintien de la structure tribale parmi ces « fermiers du désert », mais divers indices bien mis en valeur par les archéologues britanniques autorisent à croire en sa permanence : l’organisation de l’habitat, les parentés rappelées sur les inscriptions et les similitudes onomastiques suggèrent assez clairement un partage du territoire et du pouvoir en unités claniques sinon tribales71. Le document le plus significatif est cependant un bas-relief de Ghirza (fig. 4), fixé sur un tombeau daté du ive siècle érigé, selon son inscription en latin, par (ou pour) M(archius) Chullam et Varnychsin, père et mère de Marchius Nimmire et de (M ?)accurasan, qui dépensèrent pour eux 45600 folles72. L’image montre, dominant les autres, un chef assis sur une sorte de chaise curule, tenant deux objets dans les mains, apparemment une coupe et un rouleau de papyrus, avec immédiatement derrière lui, mais plus petit, un dignitaire vêtu d’une longue robe, couvert d’une haute coiffe, et porteur d’un long bâton. Aux deux extrémités figurent des serviteurs porteurs d’offrandes73. Il n’est guère possible de limiter l’interprétation de cette scène à la seule sphère des relations privées : de toute évidence, c’est un pouvoir politique qui est ici célébré, avec des insignes de commandement qui peuvent être berbéro-puniques, comme le long bâton, mais dont un au moins, la chaise curule, est manifestement romain. La tentation est donc grande d’identifier ce notable de Ghirza aux princes et préfets de tribus investis par Rome en Numidie ou en Maurétanie, qui recevaient, comme nous le verrons plus loin, des insignes assez semblables74.

  • 75 R. Rebuffat, « Les fermiers du désert », cité supra note 67, p. 35-43.
  • 76 Cf. supra p. 95-96.

27Si les populations des gsur de Tripolitaine orientale vivaient en tribus, celles-ci n’ont pas dû totalement échapper à l’attention des géographes et historiens romains, et nous devrions pouvoir leur donner un nom. R. Rebuffat considère qu’il s’agissait encore de Maces, qui auraient ici poursuivi leur existence sans troubles majeurs avant le ve siècle75. Mais l’hypothèse ne peut se fonder sur aucun texte postérieur à Ptolémée, et elle suppose le maintien d’une cohésion et d’une extension considérables de ce peuple. Il semble plutôt que les tribus de ces régions, autrefois peut-être issues des Maces, formaient au ive siècle des entités indépendantes, dont une au moins, déjà rencontrée76, s’avère assez aisément identifiable : les Beitani. Cité par Julius Honorius et localisé à proximité de l’oued el Kebir (flumen Be), ce groupe ne devait guère être éloigné de Bu Njem, dont il fréquentait peut-être les temples voués aux dieux indigènes puisque l’archéologie a montré qu’ils étaient encore occupés au ive siècle. Il réunissait donc au moins une partie des populations des vallées cultivées du prédésert, dans une situation administrative de relative autonomie. Sans doute ces Beitani entretenaient-ils, comme on le pense pour les gens de Ghirza, des relations régulières avec les autorités provinciales, qui leur reconnaissaient une sorte d’investiture pour la défense avancée de la Tripolitaine. Leur autonomie n’en était pas moins réelle : on ne comprendrait pas, autrement, la facilité des raids des Austuriani, qu’aucun obstacle, nous le verrons, ne semble avoir arrêtés entre le fond de la grande Syrte et Lepcis Magna.

  • 77 Sur les tribus de ce secteur, cf. déjà P. Trousset, Recherches sur le limes Tripolitanus, Paris, 19 (...)
  • 78 Cf. supra chap. 3 note 198. Outre le catalogue du chant II, la tribu apparaît à plusieurs reprises (...)
  • 79 Ptolémée, IV, 3, 6 (Astakoures près des Nigitimi, eux-mêmes à situer non loin du golfe de Gabès) ; (...)
  • 80 En 547, après avoir établi la paix avec les Astrices dont il venait de traverser le territoire (Joh (...)

28La partie centrale de la province incluait le Djebel Nafusa puisque le limes suivait apparemment une route Remada-Dehibat-Tentheos. Or au sud de ce dernier commençait aussitôt la très inhospitalière Hammada el Hamra, dans laquelle ne pouvait se trouver aucune peuplade d’importance, que ce soit loin ou à proximité de la frontière. Vers l’ouest en revanche, divers indices témoignent de la présence de nombreuses tribus, installées près des postes du limes Tripolitanus, du Chott el Djérid à Remada (Tillibari)77. Plusieurs de ces tribus du « second cercle » ne sont pas explicitement attestées au ive siècle, mais elles peuvent néanmoins être prises en compte ici par comparaison de témoignages antérieurs et postérieurs. Lorsqu’en effet dans un même espace un groupe est mentionné au IIe siècle par Ptolémée et au vie siècle par Corippe, il paraît légitime de supposer qu’il existait aussi au ive siècle, seul le hasard de la documentation, et probablement ses dimensions réduites l’ayant alors maintenu dans l’ombre. Dans cette hypothèse, plusieurs des tribus citées par Corippe dans la partie centrale de son catalogue vont ici retrouver une histoire. Peuvent ainsi être recensés d’abord les Astakhoures de Ptolémée, devenus Astrices pour Corippe78. Probablement nomade ou semi-nomade, cette tribu circulait entre le Sahara libyen, où Ptolémée la cite une première fois, et la région des Chotts, où il l’évoque ensuite79. Au vie siècle, Corippe signale sa présence, vers 546-547, non loin de Mareth, dans un passage suggérant qu’elle était fort mobile80. A l’apogée de l’empire, lorsque le limes Tripolitanus fut constitué, ses déplacements devaient être strictement contrôlés mais non empêchés, puisque, dans ce système de frontière « poreuse » défini par P. Trousset, le but des Romains était plus de canaliser et de surveiller les nomades que de les couper absolument des régions septentrionales. On peut donc avancer au ive siècle pour ce groupe une position de part et d’autre de l’axe frontalier Telmine-Remada, avec des mouvements réguliers.

  • 81 Hérodote, IV, 178 ; Ptolémée, IV, 3, 6 ; Corippe, Johannide, II, 410 (Mecales) et II, 75 (Imaclas). (...)
  • 82 En fait, les indications de Ptolémée sont peu claires. Nous suivons ici les hypothèses de J. Desang (...)
  • 83 D. J. Mattingly interprète différemment l’histoire de ces groupes. Fidèle à sa grille de lecture «  (...)

29Assez similaire devait être le cas de deux tribus identifiables selon la même méthode. A la suite de J. Desanges, on peut en effet rapprocher les Makhlues d’Hérodote, les Makhrues de Ptolémée et les Mecales (ou Imaclas) de Corippe81. Le poète africain nomme ce groupe, comme nous l’avons vu, après les Astrices et avant Gallica, un site proche de Mareth, et Tillibari (Remada). Cette localisation en Tripolitaine occidentale, si elle s’accorde avec les indications d’Hérodote qui place ses Makhlues au sud du Chott el Djérid, est cependant un peu contredite par Ptolémée, pour qui les Makhrues habitaient les steppes de Byzacène, nettement plus au nord82. Un déplacement vers le sud, à l’époque de Trajan (date de la documentation du géographe), paraît possible car c’est alors que débuta vraiment la mise en valeur systématique de la Byzacène. Compte tenu du maintien au ive siècle du limes sur l’axe Turris Tamalleni (Telmine)-BezereosTalalati-Tillibari, nous serions enclin à donner à cette tribu une position très proche de celle des Astrices, avec probablement les mêmes déplacements saisonniers sous le contrôle des autorités romaines83.

  • 84 Epitome rei militaris, III, 23 (éd. H. D. Blume, 1967) :
    Camelos aliquantae nationes apud veteres in (...)
  • 85 Nous ne voyons pas où D. J. Mattingly a pu noter que Végèce les présentait comme a desert tribe of (...)
  • 86 Johannide, II, 75 (catalogue des tribus insurgées en 546 : cf. supra p. 45), et VI, 389-393 :
    Proxim (...)

30Les Ursiliani ne devaient guère différer de ces deux groupes. Leur existence est formellement attestée au ive siècle par un texte de Végèce84. L’auteur de l’Epitome rei militaris ne donne aucune localisation précise (intra Africam...)85, mais un rapprochement presque évident des Ursiliani avec les Urceliani de Corippe permet une hypothèse. Le poète cite en effet ces derniers entre les Astrices et les Imaclas (Mecales)86 : cela nous conduit à nouveau dans la même région de Tripolitaine occidentale. Comme Végèce considère les Ursiliani comme un exemple de tribu chamelière, une forme de nomadisme doit aussi être envisagée, qui pouvait se traduire par une circulation le long du limes, du Chott el Djérid à Remada, avec un passage périodique et contrôlé dans certaines zones pastorales situées en deçà de la frontière.

31On parvient ainsi à recenser au ive siècle au moins une dizaine de tribus sur le territoire de l’actuelle Libye, les unes nettement extérieures aux frontières romaines, avec des groupes totalement autonomes, les autres voisines de la province, en symbiose avec le système frontalier romain. Existait-il un troisième cercle, qui réunirait cette fois des peuples véritablement établis officiellement en permanence à l’intérieur de la province, en deçà d’un limes effectivement tenu par des troupes romaines ?

c) Des Maures de l’intérieur en Tripolitaine ?

  • 87 Cf. supra p. 95-96 et 103-108.
  • 88 Cf. supra p. 103-104.
  • 89 Sur cette interprétation, qui reste évidemment hypothétique, cf. supra p. 107.
  • 90 Cf. infra p. 479-482 sur la situation de ces « Maures de l’intérieur » dans les provinces occidenta (...)

32On imagine mal cette situation dans la vaste khôra cultivée des grandes cités côtières, toujours dynamique au ive siècle, et où aucun document ne signale une présence tribale. L’hypothèse est plus envisageable pour la Djeffara, mais celle-ci, au demeurant très aride, devait plutôt être laissée certains moments de l’année à des peuples comme les Astrices ou les Mecales, à la suite de mouvements canalisés et contrôlés depuis la zone frontalière par les Romains. En fait, le seul espace pour lequel l’hypothèse d’un troisième cercle maure apparaît réellement possible se situe dans le Djebel Nafusa. Malheureusement notre documentation ne permet au mieux, pour le ive siècle, que d’identifier un seul groupe dans ce cas : ce sont les Gurbissenses de Julius Honorius. Nous avons vu que cette tribu était placée par le géographe en Tripolitaine87. Si on admet, comme cela paraît logique, qu’il s’agit de la population du mons Gurbessa du même Julius Honorius, on conclura aussi que les Gurbissenses étaient des montagnards de Tripolitaine. Or on ne voit guère dans cette région que le Djebel Nafusa qui puisse constituer un ensemble de reliefs susceptible d’intéresser le géographe et d’être mis sur le même plan, dans sa liste, que l’Atlas marocain et le mons Ferratus de Grande Kabylie. Mais surtout, comme nous l’avons montré, il faut probablement aussi identifier le mons Gurbessa et les Gurubi montana de Corippe88. Les Maures qui habitaient ces lieux au vie siècle sont, en effet, cités par le poète au milieu d’une liste de groupes qui appartenaient à la partie occidentale de la Tripolitaine. Les plus proches voisins des gens de Gurubi étaient d’ailleurs, à en croire Corippe, les habitants d’Ifera. Ce nom, qui pourrait être apparenté au mot berbère ifru, qui désigne la grotte, conviendrait bien au paysage du Djebel Nafusa ou de son prolongement occidental, le Djebel Dahar. Il évoque aussi irrésistiblement le nom moderne de Yefren, lui-même issu d’ifru, et qui est celui d’une agglomération bien connue du Djebel Nafusa89. Ce faisceau d’indices nous conduit à placer au cœur du massif les Gurbissenses du ive siècle, donc à l’intérieur de la province, en deçà de la route frontalière qui se prolongeait au moins jusqu’à Tentheos. Cette tribu se trouvait peut-être ainsi dans la même situation administrative que beaucoup de groupes équivalents de Maurétanie Césarienne : enclavés dans un pays contrôlé par des postes militaires romains, avec des chefs autonomes, mais partiellement romanisés et en relations suivies avec le gouverneur local90. Etait-ce une exception dans la Tripolitaine du ive siècle ? Aucune source ne permet d’en décider.

  • 91 Code Théodosien, VII, 15, 1 : constitution du 29 avril 409 à Gaudentius, vicaire d’Afrique : Les su (...)

33Au total, cette répartition des tribus de Tripolitaine en trois cercles constitue une typologie définie à la fois par des positions géographiques et des situations politiques. Le premier cercle, celui des peuples extérieurs et plus ou moins lointains, se caractérise par l’indépendance complète des Maures concernés, donc éventuellement par leur capacité à menacer la province : c’est de lui que sortiront les Austuriani. Le second cercle réunit les peuples des frontières, installés sur les marges de la province : soit dans la zone du limes elle-même, et il s’agit alors d’unités souvent au service de Rome, formant certains des groupes de gentiles évoqués encore par une loi de 40991 ; soit à proximité immédiate, avec des groupes de nomades ou de semi-nomades dont les officiers du limes contrôlaient les mouvements, en les laissant parfois entrer à l’intérieur du territoire tripolitain. Ce sont ces peuples que les Austuriani vont progressivement submerger et vassaliser à partir du ive siècle. Enfin le troisième cercle est celui des tribus officiellement installées à l’intérieur des frontières romaines, conservant leur particularité tribale, mais moins autonomes et plus perméables à certaines formes de romanisation : leur existence, et leur originalité même en Tripolitaine sont incertaines.

  • 92 Cf. supra p. 258-261.
  • 93 R. Rebuffat, « Les centurions de Gholaia », dans l’Africa romana 2. Atti del II convegno di studio, (...)
  • 94 C. M. Daniels, « Excavation and Fieldwork amongst the Garamantes », dans Libyan Studies, 20, 1989, (...)
  • 95 Cf. supra p. 267. Peut-être faut-il, en fait, soupçonner derrière les troubles mentionnés à Ghériat (...)

34Cette typologie, dont tout indique qu’elle était prise en compte par l’administration romaine, permettait finalement à celle-ci de gérer avec souplesse ses relations avec les Berbères et d’assurer ainsi une paix qui, le plus souvent, semble avoir encore largement caractérisé la vie de la province dans le siècle qui a suivi l’évacuation de Bu Njem. Pour la première moitié du iiie siècle, nous avons vu, en effet, combien les menaces, épisodiques, demeuraient obscures92. Les textes de Ghériat et de Gasr Duib suggéreraient, selon R. Rebuffat, une possible pression des Garamantes, que le camp de Ghadamès aurait eu aussi pour mission de surveiller93. Le problème est que les Garamantes semblent plutôt paisibles à cette époque, à en juger du moins par les ostraka de Bu Njem. Certes, les fouilles de C. M. Daniels dans les tombes de Saniat ben Howedi, au cœur du Fezzan, ont révélé une grande richesse en matériel céramique romain des deux premiers siècles, et un net appauvrissement à partir du IIIe siècle94. Mais ces travaux restent isolés, et ils ne permettent pas, à eux seuls, de déduire l’apparition d’une agressivité nouvelle des Garamantes à ce moment95.

35En revanche, au ive siècle, un ennemi est clairement désigné : les Austuriani, dénoncés par plusieurs textes en Tripolitaine et en Cyrénaïque, semblent représenter un facteur nouveau de désordre dans le contexte libyen. Nous avons déjà suggéré, en montrant qu’ils étaient probablement issus des Nasamons, qu’ils ne pouvaient, par ce fait même, être totalement inconnus des populations du prédésert tripolitain ou cyrénéen. D’autres indices qu’il nous faut désormais examiner, confirment que les raids de 363367 ne représentaient pas le premier contact entre les fermiers du désert et les « pillards syrtiques » : il existait des contacts depuis longtemps entre le premier et le deuxième cercle des Maures.

B – LES AUSTURIANI ET LES PROVINCES LIBYENNES AU TEMPS D’AMMIEN ET DE SYNÉSIOS

1) Ammien Marcellin et les raids des années 363-367

  • 96 M.-A. Marié souligne à ce sujet que Ammien « a dû avoir connaissance du rapport établi (après la mo (...)

36Ammien Marcellin est notre seule source sur les événements de 363-367 en Tripolitaine, mais il a l’avantage d’avoir probablement recueilli ses informations auprès de témoins directs96 : si on peut le soupçonner d’arrière-pensées par l’insistance mise sur cette affaire, la qualité de ses informations ne paraît donc pas pouvoir être remise en cause. Or, elles se révèlent d’une richesse insoupçonnée. Nous avons déjà noté que son récit confirmait une localisation des Austuriani dans les régions du sud de la Grande Syrte, et qu’il laissait deviner que les Lepcitains, en 363, étaient déjà habitués à leur agressivité. Un autre passage, en évoquant les causes du raid de 363, permet de préciser les rapports qui existaient, en temps normal, entre les communautés :

  • 97 Ammien Marcellin, Histoires, XXVIII, 6, 2-4 :
    [Austoriani] (in) genuinos turbines revoluti sunt. (.. (...)

[Les Austuriani] retombèrent dans les agitations qui leur sont naturelles... Un des leurs, nommé Stachao, parcourant notre territoire à la faveur de la paix qui régnait alors, se livrait en toute liberté à certains agissements contraires aux lois. Voici quel en était le plus marquant : il travaillait, en recourant à toute espèce de manœuvres frauduleuses, à livrer la province par trahison, comme l’enseignèrent des indices tout à fait dignes de foi ; aussi mourut-il par le supplice du feu...97 [Pour venger sa mort, les Austuriani attaquèrent ensuite].

  • 98 Saint Augustin, Lettres 46 et 47. Ces textes ont été traduits et commentés de nombreuses fois, nota (...)
  • 99 Nous nous séparons ici de R. G. Goodchild qui estimait que les faits évoqués dans ces lettres se si (...)

37Deux informations essentielles et méconnues ressortent de ce texte. On y découvre d’abord qu’un Austur pouvait, en temps de paix, circuler très librement dans la province (in otio nostra peragrando licentius agebat). Il existait donc des relations entre ces gens et les Romains, ou au moins les paysans des campagnes tripolitaines. Ces relations font aussitôt songer aux entrées de « barbares » dans les provinces pour y louer leurs services qu’évoque une lettre d’un propriétaire africain, Publicola, adressée vers l’extrême fin du ive siècle à saint Augustin98. Ces déplacements se situaient dans le pays des Arzuges, qu’il faut localiser, nous le verrons, autour des Chotts du sud tunisien, sur les marges de la Byzacène99, et ils fournissaient régulièrement aux Romains des conducteurs de charrois, des guides et des gardiens pour les récoltes. Dans le cas des Austuriani, le phénomène devait être plus intermittent et plus modeste : Stachao a pu être un nomade qui livrait quelques marchandises, ou qui bénéficiait d’une autorisation de pacage pour ses bêtes. En tout cas, sa présence ne semblait pas anormale.

38Le texte suggère, d’autre part, qu’il n’existait pas de barrière ni de différences importantes entre les Austuriani et les indigènes de l’intérieur. Comment comprendre autrement, en effet, l’allusion au complot et à la trahison pour livrer la province ? On ne peut parler réellement d’espionnage : la position des troupes romaines, au demeurant assez peu nombreuses, était connue de tous puisque la circulation, aux dires d’Ammien, était libre. Que peuvent alors être ces « moyens frauduleux » (omni fallaciarum via) pour livrer la province par trahison (provinciam prodere) si ce n’est une tentative d’alliance avec certains provinciaux ? La peine subie par le malheureux Stachao, le bûcher, était en effet celle réservée aux ennemis de l’Etat pour ce type d’action. Le rapprochement entre le texte d’Ammien et une loi de Constantin du 28 avril 323, reprise au Code Théodosien (VII, 1,1), est sur ce point éclairant :

Si quis barbariis scelarata factione facultatem depraedationis in Romanos dederit vel si quis alio modo factam diviserit, vivus amburatur.
[Si quelqu’un donne aux barbares, par une intrigue criminelle, la possibilité de faire du pillage dans l’empire, ou si quelqu’un, d’une autre manière, partage le butin ainsi fait, qu’il soit brûlé vif].

  • 100 Cf. supra p. 218.

39Cette affaire laisse donc deviner des possibilités de complicités intérieures pour les Austuriani, ce qui implique des rapports avec les habitants du prédésert et peut-être du Gebel. Ce sont les mêmes rapports que suggérait Synésios à propos des raids des Ausourianoi en Cyrénaïque un demi-siècle après. Il signale en effet que la nouvelle de la désorganisation et de l’affaiblissement des troupes romaines de la province passa « chez les barbares » par l’intermédiaire des Macètes « mixobarbares »100. Or ceux-ci, nous l’avons montré, étaient de toute évidence des Berbères du prédésert ou du haut plateau, voisins des Pentapolitains. La transmission des nouvelles, sans signifier la participation au pillage, témoigne par contre de l’existence de relations entre les deux groupes.

  • 101 R. G. Goodchild, Libyan Studies, p. 31 : « The great invasions of 363... could scarcely have occurr (...)
  • 102 IRT 871. Texte relu et interprété par J. Reynolds à la suite d’une note de Goodchild, dans le recue (...)

40De façon générale, R. G. Goodchild avait déjà remarqué que la répétition des raids sur la Tripolitaine entre 363 et 367 aurait difficilement pu avoir lieu sans la négligence, ou la bienveillance, des habitants des fermes fortifiées du pré-désert et des tribuni chargés de la défense de la province101. La complicité occasionnelle des uns et des autres est, de fait, peut-être attestée par une inscription du plateau de Tarhuna, assez près de Lepcis. Ce texte, lacunaire et non daté, est attribué à l’époque tardive. Il évoque la construction d’une fortification sous l’effet d’incursi(o)nes barbarorum seu gentilium. Selon une hypothèse très vraisemblable de J. Reynolds, les barbari pourraient correspondre aux Austuriani, et les gentiles aux groupes placés à la limite du prédésert, à qui était confiée théoriquement la protection de la province102. Tout ceci conduit à penser que ce qui est pour nous la première apparition des Austuriani, en 363, ne l’était probablement pas pour les paysans de Tripolitaine. Les uns et les autres se connaissaient depuis longtemps.

2) Fermiers du désert et Austuriani au ive siècle

  • 103 Synésios, Catastase II (éd. Terzaghi, Rome, 1944, p. 290).
  • 104 Johannide, VIII, 300-310 : cérémonies religieuses des Maures à la veille de la bataille contre Jean (...)
  • 105 A. Di Vita, « La diffusione del cristianesimo nell’interno della Tripolitania attraverso i monument (...)
  • 106 O. Brogan et D. J. Smith, Ghirza, p. 80-92 et p. 243-257.
  • 107 Cf. R. Rebuffat, « Divinités de l’oued Kébir (Tripolitaine) », dans L’Africa romana VII, Atti del V (...)

41Leurs relations étaient, en particulier, favorisées par des croyances religieuses similaires. Le paganisme des Austuriani et des Laguatan est en effet manifeste tout au long de leur histoire. Synésios, au début du ve siècle, affirme qu’ils volent « les vases mystiques » consacrés aux cérémonies de la religion chrétienne, pour les faire « servir aux démons dans une contrée ennemie »103. Corippe, au milieu du vie siècle, décrit leurs sacrifices sanglants à des divinités « monstrueuses »104. Or, les habitants du prédésert tripolitain semblent avoir partagé ce paganisme dans l’Antiquité tardive. Comme le montre la carte 10, si les églises et les traces de christianisation sont relativement nombreuses dans le Gebel, elles sont, par contre, très rares dans les wadis de Tripolitaine orientale. Deux basiliques seulement ont ainsi été découvertes dans le bassin oriental du Wadi Sofeggin, aucune dans le bassin occidental, ni dans les wadis Zemzem et Bei el Kébir105. En revanche, les signes de paganisme sont nombreux dans ces régions, tels le grand temple de Ghirza106, ou les deux temples construits par la garnison de Bu Njem à l’extérieur du camp, et qui continuèrent à être fréquentés après son départ dans la deuxième moitié du iiie siècle107.

  • 108 R. Rebuffat, ibid., p. 147.
  • 109 R. Rebuffat, « Bu Njem 1971 », dans Libya Antiqua, XI-XII, 1974-75, p. 215220, avec l’inscription p (...)

42Il est possible de reconnaître plus précisément au moins trois cultes communs aux pillards syrtiques et aux fermiers du désert. En premier lieu venait la religion d’Ammon, dont nous avons vu déjà la place qu’elle tenait chez les Nasamons et leurs héritiers Austuriani et Laguatan. Peu d’indices attribuables avec certitude au Bas-Empire peuvent attester d’une ferveur semblable chez les populations du prédésert, mais elle paraît probable, au regard du passé, et aussi parce que dans un cas au moins, à Bu Njem, la fréquentation d’un temple du grand dieu est assurée pour le ive siècle108. Le culte de Mars Canaphar, bien que plus mystérieux, révèle également une dévotion commune. Au iiie siècle, un temple fut édifié à ce dieu par la garnison de Bu Njem à l’extérieur du camp, ce qui implique qu’il était révéré aussi par les indigènes des environs109. Or, Corippe nomme parmi les dieux des tribus insurgées derrière Carcasan et les Laguatan en 548 un dieu

  • 110 Johannide, VIII, 305-306.

Sinifere, quem Mazax numina Martis
accipit atque deum belli putat esse potentem110.

43Le rapprochement entre les deux noms a été proposé par R. Rebuffat, et paraît très convaincant : il met en valeur une communauté de culte dans le désert qui ignorait les frontières politiques.

  • 111 Johannide, II, 110-111.

44La même conclusion s’impose enfin et surtout pour ce qui concerne la religion de Gurzil. Ce dieu était devenu, au vie siècle, le grand dieu des Maures en guerre contre les Byzantins. Selon Corippe, il était issu de l’union d’Ammon et d’une génisse farouche111 :

Huic referunt gentes pater est quod corniger Ammon
bucula torvo parens.

  • 112 Johannide, II, 405-406 (effigie de bois) et V, 501-502 (effigie de métal).

45On le représentait par une effigie sculptée, de bois ou de métal112. En liaison peut-être avec son ascendance, le taureau jouait un grand rôle dans son culte. C’est ce que suggère, en particulier, un curieux passage de la Johannide, situé dans le récit de la première bataille entre les Byzantins et la coalition maure en 546. Les deux armées sont face à face lorsque,

  • 113 Johannide, V, 22-26. Nous suivons ici au vers 26 (numine) Partsch plutôt que Diggle et Goodyear (nu (...)

*** magica taurus dimittitur arte
Maurorum e medio, taurus quem Ierna sacerdos
atque idem gentis rectorum maximus auctor
finxerat, Ammonii signantem numine Gurzil
omina prima suis113.

Carte 10 – Traces de christianisation en Tripolitaine centrale et orientale.

  • 114 L’idée remonte au moins à Tauxier (« la religion des taureaux divins en Afrique », dans RAf, t. 21, (...)
  • 115 Virgile, Enéide, I, 345-346.
  • 116 Johannide, V, 30-31 :
    hunc (taurum) sequitur Romanus eques tremulumque sub armo
    missile contorquens m
    (...)
  • 117 Johannide, VIII, 302-304 : Ils conduisent des animaux près des autels et font couler à flots le san (...)

46On déduit souvent de ce texte, lacunaire et difficile, que Gurzil était un dieu taureau114. La référence virgilienne aux prima omina, « les premiers auspices de l’hymen »115, et le sort inévitable de ce taureau, abattu peu après116, ne paraissent cependant pas conduire nécessairement à cette interprétation. Le taureau n’est peut-être, en réalité, qu’un élément sacrificiel dans les rituels spécifiques du culte de Gurzil. Nous savons en effet que des animaux étaient sacrifiés en son honneur, comme Corippe l’indique ailleurs117 :

Producunt pecudes altaria circum
et fundunt miserum rivis per prata cruorem.
Hi mactant Gurzil...

  • 118 La liste est longue de ces prétendus Gurzil. Citons notamment : l’idole du musée d’Alger dans laque (...)
  • 119 Johannide, V, 23.
  • 120 R. Rebuffat se demande ainsi si le dieu Vanammon, honoré par un temple à Bu Njem, et dont le nom pe (...)
  • 121 Selon A. F. Elmayer, une inscription néo-punique attesterait aussi du culte de Gurzil à Lepcis Magn (...)
  • 122 Al-Bakrî, trad. De Slane, JA, 1858, p. 443-444.

47Toutes les identifications proposées pour telle ou telle divinité cornue avec Gurzil nous semblent donc, au regard de ces textes, très aventureuses118. Dans tous les cas, dieu-taureau ou pas, Gurzil était, d’après la Johannide, la divinité par excellence des Austuriani et des Laguatan, et le chef des deux tribus, Ierna, était en même temps son prêtre, titre qui lui est encore attribué au chant V (Ierna sacerdos119). Or plusieurs indices suggèrent que le même Gurzil était déjà révéré en Tripolitaine intérieure par les habitants du pré-désert120, à un moment, le ive siècle, où les Austuriani n’effectuaient encore que des apparitions intermittentes121. Ghirza semble, en particulier, avoir été alors un foyer de cette religion. Ce site du Wadi Zemzem, qui porte un nom très proche de celui de la divinité, était en effet le lieu d’un culte païen encore au xie siècle d’après Al-Bakrî. Décrivant la route de Tripoli à Waddan, le géographe arabe précise qu’à mi-chemin environ, à trois jours de marche de Waddan, « on rencontre une idole de pierre dressée sur une colline et appelée Guerza ». Et il ajoute que jusqu’à son époque, « les tribus berbères des environs lui offrent des sacrifices ; elles lui adressent des prières pour obtenir la guérison de leurs maladies et lui attribuent le pouvoir de faire accroître leurs richesses »122. Les indications géographiques fournies et l’identité des noms incitent fortement à identifier ce lieu avec Ghirza. Il est donc tentant aussi de retrouver Gurzil dans l’idole de pierre, aux pouvoirs très larges, des Berbères du xie siècle, et de faire de Ghirza un établissement à la fois éponyme et centre de culte. L’hypothèse, depuis longtemps formulée, pourrait être renforcée, selon D. J. Mattingly, par les découvertes faites sur le site.

  • 123 Cf. D. J. Mattingly, « Libyan and the limes », AA, 23, 1987, p. 89-90 ; et O. Brogan et D. J. Smith (...)
  • 124 R. Rebuffat, « Les fermiers du désert », L’Africa romana 5, Sassari, 1987, p. 59.

48Un bas-relief de mausolée montre ainsi un sacrifice de taureau. Une inscription tardive évoque également le sacrifice de cinquante et un taureaux et trente-neuf chèvres à l’occasion d’une fête religieuse. Enfin, un temple païen, de dimensions inhabituelles dans la région, a livré une vingtaine d’autels votifs apparemment contemporains de l’apogée du site, au ive siècle. Tous ces éléments réunis ont conduit l’archéologue britannique à considérer Ghirza comme un important centre du culte de Gurzil au Bas-Empire123. R. Rebuffat a exprimé le même avis, en concluant que le culte de ce dieu « constitue un indice très intéressant sur la similitude culturelle entre Maces et Laguatan »124.

49Les signes de familiarité entre les deux groupes, que nous avons mis en valeur dans la première partie de ce chapitre, ne rendent pas ces similitudes surprenantes : elles les complètent au contraire parfaitement. Les points communs étaient nombreux entre les Austuriani et les habitants du prédésert au ive siècle, ce qui confirme l’hypothèse développée au chapitre précédent. Les Nasamons avaient été pendant longtemps les voisins des Maces ; les deux peuples se connaissaient bien, et les fractions détachées des premiers, célèbres par leur nomadisme, fréquentaient occasionnellement, depuis longtemps probablement, le prédésert tripolitain et cyrénéen.

  • 125 Cf. sur ce facteur les remarques de D. Roques, Synésios de Cyrène et la Cyrénaïque du Bas-Empire, P (...)
  • 126 Ammien, XXVIII, 6, 5.
  • 127 Cf. supra chap. 6, note 8, et D. Roques, op. cit., p. 235-264.

50Certes, les récits d’Ammien Marcellin et de Synésios ne laissent aucun doute sur le comportement des Austuriani lorsqu’ils pénétraient en bandes armées dans les territoires provinciaux au ive siècle : ils s’y manifestaient avant tout par des actes de pillage, se pressant d’emporter vers leurs repaires objets précieux, bétail et captifs. Si les cités côtières étaient apparemment les plus visées, le prédésert dut subir aussi les conséquences de ces expéditions, peut-être au départ provoquées par des années de sècheresse excessive125. La multiplication des fermes fortifiées fut un mode de réponse à ces agressions, qui contribua à maintenir une certaine prospérité dans la région jusqu’au début du ve siècle. Mais seule une action militaire prolongée contre les pillards aurait pu assurer à long terme le statuquo. Or, Ammien Marcellin et Synésios mettent précisément en cause à cette époque la passivité de l’armée romaine. Celle-ci apparaît même souvent impliquée indirectement dans le déclenchement des raids. En Tripolitaine, après la première razzia de 363, c’est le refus du comte Romanus d’engager ses troupes sans la contribution demandée aux provinciaux qui encourage ainsi les Austuriani à répéter leurs assauts126. En Cyrénaïque, Synésios ne cesse de dire entre 405 et 411 qu’avec des chefs énergiques, et très peu de soldats vraiment dignes de ce nom, la menace barbare disparaîtrait127. Le début des hostilités en 405 était d’ailleurs, selon lui, dû avant tout au comportement irresponsable du gouverneur local. Les signes annonciateurs de graves difficultés existaient donc dès ce moment.

  • 128 C. Courtois avait justement pressenti que le silence de Victor de Vita sur la Tripolitaine dans sa (...)
  • 129 Procope, Guerre vandale, I, 6, 9 : Enfin Herakleios avait été envoyé de Byzance dans la Tripolis de (...)

51L’incapacité des forces impériales, et les liens anciens existant entre les fermiers du désert et les Austuriani, eurent de fait des conséquences rapidement décisives sur le destin des provinces libyennes, aggravées probablement encore par la conquête vandale. Si en Cyrénaïque la situation politique semble avoir peu évolué au ve siècle, le destin de la Tripolitaine fut alors nécessairement tout autre, puisqu’il aboutit au tableau désastreux dressé par Corippe et Procope au début du vie siècle. Les sources sont malheureusement extrêmement pauvres sur l’évolution de la province au temps des souverains germaniques. Elle passa probablement sous leur contrôle dès la fin 439128, mais elle n’est guère mentionnée ensuite qu’à propos de l’expédition byzantine lancée vers 470 par l’empereur Léon129. L’ordre ancien était peut-être encore maintenu à ce moment. En revanche, un demi-siècle après, lorsque Procope l’évoque à nouveau, juste avant le retour de l’empire d’Orient, tout était changé : les cités côtières elles-mêmes étaient désormais directement confrontées à la pression maure. Aucun document n’éclairant ces cinquante années apparemment décisives, il faut se résigner à porter notre attention directement sur l’époque de la reconquête byzantine, pour tenter de cerner les transformations subies alors par les populations du pré-désert et du Gebel.

C – L’ÉTABLISSEMENT DES AUSTURIANI ET DES LAGUATAN DANS LE PRÉDÉSERT (Ve-VIe SIÈCLE)

1) Le témoignage de Procope

52Dans les premières années de la domination byzantine en Afrique, les Austuriani et les Laguatan paraissent avoir acquis sur la Tripolitaine intérieure un contrôle à la fois très large et reconnu, depuis un certain temps déjà, par les Romains. Cette situation est bien révélée, en particulier, par le récit de Procope sur les origines de la grande guerre maure de 544-548.

  • 130 Procope, Guerre vandale, II, 21, 2-5 : Μαυρούσιοι δεοί Λευάθαι καλουμενοι στρατφ μεγάλιρ ές Λεπτίμα (...)

53En 543, l’empereur Justinien décida de nommer dux de Tripolitaine Sergius, neveu du magister militum Solomon, alors son représentant à Carthage. A peine établi dans ses fonctions, Sergius reçut la visite d’une délégation maure, ainsi racontée par Procope130 :

Les Maures appelés Leuathai se rendirent avec une grande armée à Lepcis Magna pour voir Sergius, répandant la rumeur qu’ils étaient venus pour que Sergius puisse leur donner les cadeaux et les insignes de fonction auxquels ils étaient accoutumés et confirmer ainsi la paix. Mais Sergius, persuadé par Pudentius, un habitant de la Tripolitaine... reçut dans la cité un groupe de quatre-vingt barbares, leurs personnages les plus importants, en promettant de donner satisfaction à toutes leurs demandes. Mais il ordonna au reste des Leuathai de demeurer dans les faubourgs. Ensuite, après avoir donné à ces hommes des garanties concernant la paix, il les invita à un banquet (...). Mais quand ils commencèrent à discuter avec lui, ils rappelèrent de nombreux griefs contre les Romains, et dirent en particulier que leurs récoltes avaient été injustement pillées... [Sergius les fait massacrer ; un seul s’échappe et rejoint les autres à l’extérieur de la ville. C’est le début d’un conflit sanglant qui durera plus de quatre années].

  • 131 Cf. Procope, Guerre vandale, I, 25, 2-8 et II, 11, 9-12. Commentaire de ces textes et étude de la s (...)
  • 132 Procope, De Aedificiis, VI, 4, 6 : Lorsque l’empereur Justinien détenait déjà le pouvoir impérial, (...)
  • 133 Procope, Guerre vandale, II, 5, 10 : Et plus tard, Bélisaire envoya aussi une armée en Tripolitaine (...)
  • 134 Procope, Guerre vandale, I, 10, 22. Cf. infra note suivante.
  • 135 Pendant ce temps, Pudentius, un habitant de la Tripolitaine en Afrique, (Τρίπολιν δέτήν έν Λιβύη τω (...)
  • 136 Cf. supra note 133.
  • 137 Procope, Guerre vandale, II, 21, 3 : cf. supra note 130.
  • 138 Procope, ibid., II, 21,13 : Quand ils (les Levathai) s’approchèrent de la cité de Leptis Magna, Ser (...)
  • 139 Procope, ibid., II, 21, 15.
  • 140 Cf. supra note 8.

54Deux traits essentiels de la situation nouvelle des Laguatan au vie siècle apparaissent dans ce texte. Ils sont décrits d’abord comme des occupants réguliers de l’intérieur de la Tripolitaine, et non plus comme des pillards venus du désert et pressés d’y retourner, leur butin fait. En témoignent la manière dont ils se rendent en masse, en toute tranquillité, dans les faubourgs de Lepcis Magna, comme l’allusion à des récoltes injustement pillées par les Romains. Leur demande de renouvellement de cadeaux et d’insignes suppose d’autre part des rapports déjà anciens avec les autorités installées dans la capitale provinciale. Or, la comparaison de ce passage avec un autre texte de Procope, qui décrit une procédure identique suivie en 533 entre Solomon et les tribus de Byzacène et de Numidie, montre que ces cérémonies d’investiture par les insignes et les cadeaux impliquaient pour les Maures un engagement de paix, mais aussi pour les Romains une reconnaissance de l’autorité des chefs maures sur des territoires inclus dans l’empire131. Tel était aussi l’enjeu probable de la rencontre de Lepcis en 543. Il n’est pas possible de déterminer exactement l’étendue géographique des zones sous le contrôle des Laguatan à ce moment, mais plusieurs indices suggèrent qu’elles n’étaient plus très éloignées de la côte. Les Leuathai avaient, en effet, été capables une fois, entre 527 et 533, de piller Lepcis Magna132. Dans l’hiver 533-534, ils menaçaient encore les cités de Tripolitaine, à peine réoccupées par les forces impériales133. L’attitude des Romains dans les années suivantes témoigne aussi, indirectement, de cette proximité. S’ils ont pillé les récoltes de la tribu en temps de paix, avant l’installation de Sergius, c’est très vraisemblablement qu’un contentieux territorial existait, et qu’ils espéraient profiter de la restauration impériale pour faire reculer les Maures. L’histoire de Pudentius illustre, sur un plus long terme, le même projet. Ce personnage, plusieurs fois évoqué par Procope et défini comme un « homme de Tripolitaine »134, semble avoir été un des chefs de l’aristocratie locale. C’est lui en effet qui, en 533, prit l’initiative de soulever les cités de la province contre les Vandales et d’appeler les Byzantins135. Dans l’hiver suivant, il assura la défense de la Tripolitaine aux côtés de l’officier byzantin Tattimuth136. En 543, il paraît être un des proches de Sergius, puisqu’il lui suggère les modalités de la rencontre avec les Leuathai137. Le massacre des délégués perpétré, il commande aux côtés du dux les troupes qui résistent à l’assaut des Maures et réussissent ensuite à s’emparer de leur camp138. C’est alors, précise Procope, que possédé d’un esprit de folle audace, il fut tué139. Il est regrettable que Corippe ne nous donne aucune information complémentaire à son propos, car Pudentius exprime probablement très bien ce que devaient être les sentiments de beaucoup des Romains de Tripolitaine. Le soulèvement de 533 est en particulier, sur ce point, extrêmement révélateur à nos yeux. Seule en Afrique, la Tripolitaine s’est insurgée spontanément et avant même que l’expédition de Bélisaire vers Carthage ne quitte Constantinople, à un moment où rien ne garantissait la défaite vandale. Les motivations de Pudentius et de ceux qui le suivirent devaient être singulièrement fortes, car rien de tel ne se produisit à Carthage ou à Hadrumète. Or, que pouvaient être ces motivations sinon la volonté de desserrer la pression des Laguatan, qui avaient été jusqu’à s’emparer temporairement de Lepcis entre 527 et 533 ? L’acharnement de Pudentius dans la bataille où il trouva la mort, assimilé à une folie par Procope, révèle chez lui une haine féroce des Maures. Si, comme toute sa carrière le laisse supposer, il appartenait à l’aristocratie romaine locale, il était très certainement propriétaire terrien. Nous savons que le territoire des cités et les domaines des aristocrates s’étendaient fort loin vers le Gebel140. De toute évidence, une partie en était occupée par les Laguatan en 533. Dès lors, le comportement de Pudentius et de ceux qui le suivaient s’explique aisément, et des actes comme le soulèvement de 533 ou la destruction des récoltes maures en 543 prennent toute leur signification.

  • 141 O. Brogan et D. J. Smith, Ghirza, Tripoli, 1985, p. 85 et p. 232.
  • 142 D. J. Mattingly, Tripolitania, p. 215.
  • 143 Procope, De Aedificiis, VI, 2, 15-20 : cf. infra p. 647-648. Le texte ne mentionne pas explicitemen (...)

55Si les Laguatan sont ainsi devenus les voisins redoutables des Romains des cités de Tripolitaine, il faut supposer qu’ils ont imposé leur autorité à une partie des habitants du prédésert et du Gebel. De fait, une confirmation de cette hypothèse nous est fournie par les fouilles de Ghirza : centre probable du culte de Gurzil dès le IVe siècle au moins et, comme tel, objectif particulièrement fascinant pour les Laguatan, le site porte des traces d’incendie approximativement datables du milieu du vie siècle. O. Brogan141, puis D. J. Mattingly142 ont rapproché ces constatations de la défaite catastrophique des Laguatan en 548 : victorieux, les hommes de Justinien auraient cherché à briser à long terme la puissance de leurs adversaires en dévastant le cœur de leur territoire. Procope nous apprend qu’ils allèrent jusqu’à détruire les temples d’Augila pour y répandre le christianisme143. Ghirza était, dans cette logique, sur leur route, et l’incendie a toutes les chances d’être le résultat de leur intervention. Si l’on admet cette hypothèse, il faut donc reconnaître en Ghirza une des capitales, nouvelle, des Laguatan, ce qui témoignerait de leur mainmise sur les wadis de Tripolitaine orientale.

2) Corippe et les Maures du prédésert libyen

  • 144 Cf. supra p. 108. Pour D. J. Mattingly, ces peuples de Tripolitaine occidentale, comme les tribus d (...)
  • 145 Johannide, II, 85-86.

56La Johannide de Corippe permet de préciser plus exactement leur situation au milieu du vie siècle, et leurs rapports avec les autochtones du prédésert. Corippe, dans son catalogue des tribus insurgées en 546, distingue, nous l’avons vu, trois groupes. Après Antalas, chef des Frexes, il énumère d’abord une série de peuples dont la plupart appartiennent à la Tripolitaine occidentale, les derniers cités étant les gens de Tillibari, place bien connue du limes, aujourd’hui Remada144. Dans ce deuxième groupe, un second ensemble commence au vers 85, distingué du précédent par la phrase145

Nuntius extremas Libyae transvectus in oras
convocat indomitas extrema ad proelia gentes.

  • 146 Johannide, II, 113-119. Cf. traduction supra p. 49.

57Sont alors cités les Ilaguas et l’Austur, mais aussi, sans transition, et donc associés à eux directement dans l’esprit du poète, plusieurs peuples146 :

Ifurac infestis venit consultus in armis.
Hic pedes insignis clipeo telisque resultat
et mucrone potens, saevum dum tendit in hostem.
Muctuniana manus calidis descendit ab oris,
quae Tripolis deserta colit. Gadabisque maligna
mittit ab arce viros, et saevis moenibus horrens
Digdiga acies dedit improba ripis.

  • 147 Cf. supra p. 49.

58Suivent trois vers, difficiles de lecture sur le manuscrit, qui évoquent un peuple des lagunes (stagna), au nom très incertain147, et, après lui les Barcéens. Le troisième groupe, commandé par Iaudas, est ensuite soigneusement distingué.

59Corippe paraît donc considérer comme appartenant à un même ensemble les cinq peuples cités ici, en association (mais pas nécessairement en confédération) avec les Laguatan. Or, il est possible de localiser, avec une relative précision, ces cinq peuples.

  • 148 Corippe, Johannide, III, 409-410.
  • 149 A la suite du massacre de Lepcis : cf. supra p. 289.

60Le cas des Ifuraces est le plus difficile. Ils ne sont connus, en effet, que par la Johannide, et leur nom ne paraît pouvoir être rapproché d’aucun des nombreux ethnonymes africains fournis par les autres sources antiques. Mais, heureusement, Corippe leur donne dans son poème un rôle important, et il livre ainsi à leur propos quelques informations utiles. Ils apparaissent pour la première fois en 544, parmi les tribus alliées que conduit à Solomon Pelagius, qui Tripolis tunc ductor erat148. Ce personnage, à qui le poète évite d’attribuer un titre officiel, était alors le remplaçant théoriquement temporaire de Sergius, dux en 543 mais réfugié à Carthage depuis que les Laguatan s’étaient insurgés149. Pelagius, qui pouvait auparavant être un tribun, exerçait les fonctions du dux et avait donc, parmi ses charges, la tâche de continuer à assurer la négociation des traités avec les tribus pacifiées de la province, et leur mise en œuvre en cas de conflit. La présence des Ifuraces à ses côtés et dans l’armée de Solomon ne peut s’expliquer que par l’existence d’un accord de ce genre, du même type que celui que les Laguatan étaient venus renégocier à Lepcis en 543. On conclura dès lors, sans risque, que cette tribu dépendait du dux de Tripolitaine et résidait dans la zone où il exerçait son autorité. Elle pouvait, en théorie, être très éloignée de Lepcis, mais l’urgence et la violence du soulèvement empêchent de penser que les Byzantins aient eu, à cette époque, les moyens de contacter des alliés très lointains, si d’ailleurs ils en avaient. Dès lors, c’est donc plutôt en Tripolitaine même qu’il faut localiser ces Ifuraces.

  • 150 Johannide, III, 412 : (Pelagius) Ifuraces fictos suscepit nescius artis : « Pelagius, ignorant leur (...)
  • 151 Il faut en effet supposer que les Ifuraces sont compris parmi les « amis » qui, selon Corippe, trah (...)
  • 152 Johannide, VI, 115-116 : Carcasan s’adressant aux Ilaguas et évoquant leur défaite :
    Non ita vult Am (...)
  • 153 Johannide, VI, 142-144 :
    (...) cuncti clamore sequuntur
    Carcasanque fremunt, Carcasan omnibus unum
    gen
    (...)

61Or, les événements ultérieurs laissent aussi supposer qu’ils devaient être très liés aux Laguatan. Déjà en 543-544, leur attitude était apparue ambiguë au sein de l’armée de Solomon : c’étaient, dit Corippe, des alliés douteux, venus avec Pelagius par ruse, pour trahir les Romains au bon moment et les désorganiser en pleine bataille150. C’est effectivement ce qui arriva, mais peut-être en réalité à la suite d’une décision improvisée au regard de l’évolution du combat151. En 546, en tout cas, toute incertitude avait disparu : ils sont cités de manière significative dans la liste des insurgés, les premiers nommés après les hommes de Ierna. Par la suite, après la mort de ce dernier, ce sont eux qui reprennent le flambeau de la révolte : leur chef Carcasan rallie les Laguatan fugitifs en invoquant Ammon et Gurzil, qu’il considère manifestement comme étant aussi ses dieux152. Et c’est lui qui, finalement, prend, en 547-548, la tête de la nouvelle coalition maure, dans laquelle les Laguatan conservent un rôle majeur153.

  • 154 J. Desanges, Catalogue... p. 99.
  • 155 Cf. Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, t. V, p. 4 ; idée reprise par G. Camps, « Recher (...)
  • 156 Cf. J. Dubief, « Les Ifôghas de Ghadamès, chronologie et nomadisme », dans IBLA (Tunis), tome XI, 1 (...)

62Tout ceci témoigne de liens particuliers entre les deux peuples, qui peuvent exprimer un relatif voisinage géographique. Cependant Corippe définit l’Ifurac comme un fantassin (pedes) avant tout, qui combat avec une épée et un bouclier, et non sur des chevaux ou derrière des chameaux comme le Laguatan. Comme l’a remarqué J. Desanges, ces détails conviendraient bien à des montagnards154. Il faudrait alors voir en eux, compte-tenu des indications relevées précédemment, des habitants du Gebel tripolitain, dans sa partie la plus orientale. Cependant cette hypothèse n’a que rarement été envisagée car, depuis longtemps, nombre d’historiens ont estimé que ces Ifuraces étaient en réalité identiques aux Ifôghas de l’Adrar, un massif montagneux situé en plein Sahara, à 2 000 km au sud de Lepcis155. La distance, énorme, rend quelque peu insolite ce rapprochement, mais le recours à des documents médiévaux, qui attestent de la présence de tribus Ifôghas à Ghadamès au xve siècle, a paru suffisant pour le fonder156. Malgré la similitude phonétique des formes Ifurac/Iforas, nous le trouvons cependant très fragile. Qualifier de pedites des combattants venus de Ghadamès est assez singulier. La région reste, d’autre part, fort éloignée de Lepcis, où résidait certainement Pelagius en 544 lorsqu’il dut mobiliser ses alliés. Enfin, l’hypothèse néglige une donnée essentielle des textes médiévaux : ils affirment en effet que les Ifôghas de Ghadamès au xve siècle venaient eux-mêmes de l’Adrar ! Certes, on pourra toujours supposer, pour sauver le rapprochement onomastique, une fuite à l’époque byzantine des Ifuraces du Gebel vers l’Adrar, puis au Moyen Âge un fractionnement du groupe, avec retour de certaines tribus au xve siècle vers Ghadamès. Cela nous semble néanmoins fort compliqué : n’est-t-il pas plus simple d’envisager un phénomène, très courant au demeurant chez les Berbères, de duplication d’un ethnique sans réelle parenté des deux ensembles qui le portent... ?

Carte 11 – Les groupes maures de la Libye orientale au temps de Corippe.

  • 157 T. Lewicki, « On some Libyan ethnics in Johannis of Corippus », dans Rocznyk Orientalistyczny, 15, (...)

63T. Lewicki a proposé une autre piste de recherche157. Le savant polonais distingue dans le nom Ifurac un préfixe i, marque du pluriel en berbère, et un ethnique Furac, qui remis au singulier devrait donner Faruc/Farug. Il note alors l’existence d’un toponyme Al Farug au Moyen Âge, situé par les sources sur la côte entre Medina Soltan et Adjdabiya : pour lui, les Ifuraces seraient donc un peuple syrtique comme les autres, très proches des Laguatan. Cela n’explique cependant pas les particularités du mode de combat prêtées par Corippe à ce peuple. Surtout, l’interprétation du nom Al Farug s’avère très fragile : comme G. Camps nous l’a fait remarquer, le mot a un sens banal en arabe qui peut très bien être à l’origine du toponyme. Dans ces conditions, nous préférons, avec prudence, revenir à une localisation dans le Djebel tripolitain.

  • 158 Cf. par exemple Procope, De Aedificiis, VI, 3, 12 : La Tripolitaine est à 22 jours de voyage de la (...)
  • 159 T. Lewicki, op. cit. supra note 157, p. 114-122.
  • 160 Ibn Khurdâdhbah, éd./trad. De Goeje, Leyde, 1887, p. 62.

64Les autres groupes cités par Corippe posent un peu moins de problèmes. La Muctuniana manus habitait les « déserts de Tripolitaine ». L’expression est vague mais a le mérite, en citant le nom de la province, de limiter le champ des hypothèses. Comme ses contemporains, le poète entendait en effet le mot Tripolis avec un sens relativement plus restreint que celui que nous donnons aujourd’hui au terme « Tripolitaine ». C’était avant tout le pays des « trois cités », qui incluait le prédésert, probablement évoqué dans le texte par l’expression ab oris calidis, mais pas la plaine syrtique158. En fonction de sa position dans le catalogue de Corippe, la tribu devait donc se situer soit dans les wadis du prédésert oriental, soit, à la rigueur, au sud de Lepcis. T. Lewicki a cependant, à nouveau, tenté de préciser cette localisation159 à l’aide d’un texte d’Ibn Khurdâdhbah, qui signale un lieu-dit Al M.G.T.NY entre Tripoli et Lebda160. L’orientaliste polonais propose de lire ce nom Al M(u)gt(u)ni, et de séparer l’article défini al et le nom Mugtun. Or, si l’on admet, comme d’autres exemples nous y incitent, que la Muctuniana manus de Corippe est le développement, avec un suffixe –ianus, d’un ethnique Muctun, un rapport pourrait être établi entre les deux noms. Une localisation des alliés des Laguatan à proximité des grandes cités de Lepcis (Lebda) et Oea (Tripoli) serait dès lors, selon T. Lewicki, une conclusion logique.

65La difficulté de ce raisonnement, fort séduisant dans sa partie ethnolinguistique, est d’ordre purement historique : il paraît difficile d’admettre que dès 546 la Muctuniana manus ait pu être, au cœur de la Tripolitaine, aussi près du rivage et des grandes cités, et donc plus menaçante encore que les Laguatan. La place assez modeste qu’elle tient dans la Johannide ne conduit guère à conclure en ce sens.

  • 161 Ptolémée, IV, 3, 6 ; cf. J. Desanges, Catalogue p. 116-117.
  • 162 Une troisième hypothèse, suggérée également par J. Desanges, est aussi envisageable : elle rapproch (...)

66L’hypothèse, déjà signalée, de J. Desanges, qui propose un rapprochement avec les Moukhtousii de Ptolémée, est également séduisante sur le plan philologique, mais se heurte à d’autres difficultés161. Le géographe grec semble, en effet, situer plutôt les Moukhtousii dans l’arrière-pays du rivage de la Petite Syrte, à l’ouest de la Tripolitaine : or le catalogue de Corippe nomme les Muctuniens après les Laguatan, dans une progression d’ouest en est qui nous éloigne nettement de la Petite Syrte. Si l’on postule la stabilité de la tribu, le rapprochement s’avère impossible. Mais il est possible aussi de réunir les informations recueillies sur les trois noms cités ici, Moukhtousii, Muctuniani, et Mugtun, indiscutablement parents, et de reconstituer un déplacement, plausible cette fois car logique et raisonnable, d’une seule et même tribu sur sept siècles : de la Petite Syrte vers le sud-est tripolitain, le long de la frontière provinciale, à l’époque romaine, vandale et byzantine, puis du sud-est tripolitain vers les cités du littoral après l’effondrement de l’Empire. Comme les Laguatan, les Moukhtusii/Muctuniens n’auraient fait par là que manifester leur attirance pluriséculaire pour le pays riche le plus proche qu’ils connaissaient, le terroir des trois cités d’Oea, Sabratha et Lepcis Magna162.

  • 163 Procope, De Aedificiis, VI, 4, 12 : : τούς τε πλησιοχώρους αυτη βαρβάρους, οΐ Γαδαβιτανοί επικαλούν (...)
  • 164 J. Desanges supposait que Gadabis n’était peut-être en réalité que Ghadamès (Catalogue... p. 91). M (...)
  • 165 L’expression vicinis ripis pour présenter Digdiga après Gadabis (Johannide, II, 119) conduit à priv (...)
  • 166 Cf. infra p. 653-654.

67Les gens de Gadabis, nommés ensuite par Corippe, ne devaient guère être éloignés de la Muctuniana manus. Procope, dans le paragraphe du De Aedificiis consacré à la Tripolitaine, note en effet, après la description de Lepcis163 : Les barbares qui vivent tout près, ceux que l’on appelle Gadabitanoi, qui jusqu’à ce temps s’étaient totalement adonnés à ce que l’on nomme la forme grecque de l’athéisme, il [Justinien] en a fait maintenant de zélés chrétiens. La proximité de Lepcis, même imprécise, oblige à placer Gadabis en Tripolitaine164, dans l’arrière-pays des cités côtières ou dans le prédésert oriental165. Comme les deux groupes précédents, cette tribu appartenait donc probablement au Bas-Empire à ces populations maures plus ou moins punicisées des marges ou de l’intérieur de la province. Leur évangélisation, réalisée sous Justinien, fut très probablement une conséquence de la victoire décisive de Jean Troglita en 548 : elle témoigne, comme la destruction de Ghirza et des temples d’Augila, de la politique résolue des Byzantins de conserver le pays, en tentant d’éliminer les menaces par une action préventive menée en profondeur166.

  • 167 Itinéraire d’Antonin, 65, éd. Parthey et Pinder, Berlin, 1848, p. 30 ; R. G. Goodchild, « Medina Su (...)
  • 168 Table de Peutinger, segment VIII, 1.
  • 169 L. Cerrata, Sirtis, Avellino, 1933, p. 220-224.
  • 170 L. Cerrata, ibid., photos p. 222-223.
  • 171 Cf. supra p. 257.
  • 172 D. J. Mattingly, Tripolitania, p. 175.

68Le cas des guerriers de Digdiga, cités après, est un peu différent. Les documents routiers du Haut-Empire permettent en effet de les localiser, sans hésitation, beaucoup plus à l’est de Lepcis. D’une part, l’Itinéraire Antonin situe une station appelée Digdica, de toute évidence la même que Corippe, entre Iscina et Tugulus, deux sites bien identifiés depuis une étude de R. G. Goodchild167 : le premier correspond à la ville médiévale de Sort, l’actuelle Medina Sultan, et le second occupait l’emplacement du moderne Gasr Haddadia. Or, la Table de Peutinger donne les mêmes indications, mais avec des précisions supplémentaires : Iscina y porte la mention locus Judaeorum Augusti, et Digdida (sic) le titre municipium Selorum168. En combinant toutes ces informations et une prospection sur le terrain, L. Cerrata a pu placer Digdiga dans le Wadi Hariga, dans la plaine syrtique, à environ 10 km de la côte, 250 km à l’est de Bu Njem, et 450 km à l’est de Lepcis Magna169. Il s’agit donc d’un groupe issu d’un milieu différent, mais dont l’histoire dans l’Antiquité tardive n’est pas sans ressemblances avec celle des peuples envisagés précédemment. L. Cerrata a retrouvé en effet à Digdiga un grand nombre de ruines : fragments de colonnes, restes de murs, de citernes et de barrages, qui prouvent que le site appartenait à cette civilisation des paysans de la Syrte170. Celle-ci a, depuis, fait l’objet des prospections de R. Rebuffat et M. Reddé, qui ont conclu à son intégration au monde romain au Haut-Empire171. L’expression Municipium Selorum suggère le passage à Digdiga d’une structure tribale (celle des Seli, également évoqués plus à l’ouest à Macomades Selorum) à un modèle civique qui dut cependant connaître une vie brève : l’abandon des fermes du pays au iiie siècle est certain, et il a vraisemblablement entraîné le dépérissement de la cité et le retour à un mode d’organisation plus traditionnel. Il est à noter cependant que Corippe évite à propos de Digdiga tout emploi du mot gens, et que, comme pour Gadabis, il préfère évoquer un lieu fortifié d’où partent les Maures : ceux de Gadabis s’élancent ab arce, et ceux de Digdiga depuis ses saeva moenia. Ces Maures avaient donc peut-être conservé certains restes de leur vie passée, mais ils n’avaient, pour autant, pu échapper à l’avancée des Laguatan : plus proches que tous les autres d’Augila, les anciens Seli avaient au vie siècle de toute évidence été, sinon absorbés comme le pense D. J. Mattingly172, du moins vassalisés par les héritiers des Nasamons. Leur histoire révèle, en tout cas, que même au sein de la coalition syrtique les niveaux de culture et d’approche de la romanité pouvaient être très variés.

  • 173 Virgile, Enéide, IV, 43-44 :
    Hinc deserta siti regio lateque furentes
    Barcaei
    ...
  • 174 Mise au point sur l’histoire de Barke dans A. Laronde, Cyrène et la Cyrénaïque hellénistique, Paris (...)
  • 175 A. Laronde, ibid., p. 460.
  • 176 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, V, 32.
  • 177 Cf. D. Roques, Synésios de Cyrène et la Cyrénaïque du Bas-Empire, Paris, 1987, p. 340. D. Roques ra (...)
  • 178 Ibn Khurdâdhbah,trad. De Goeje, Leyde, 1887, p. 65.
  • 179 Cf. infra p. 780-783.
  • 180 Cet usage adopté par les Arabes avait peut-être gagné depuis peu les Byzantins : selon le chronique (...)

69La mention des Barcéens à la fin de la liste de Corippe pourrait troubler et paraître insolite, voire douteuse si l’on se souvient que ce nom figure dans l’Enéide, modèle avoué de la Johannide173. Mais la mention des mixobarbares par Synésios au début du ve siècle, et les incursions répétées des Austuriani en Cyrénaïque dans les décennies suivantes nous incitent à ne pas supposer ici une fantaisie poétique : une présence maure dans la région au VIe siècle est plus que probable. La difficulté vient plutôt de l’ethnique utilisé par Corippe. Barcaei renvoie en effet à la ville de Barké, située sur le premier plateau cyrénéen, à moins de 20 km de la mer. Florissante à l’ère classique, cette cité déclina rapidement ensuite174. Dès l’époque hellénistique, elle fut totalement supplantée par son port, Ptolémaïs, qui devint plus tard la capitale de la province romaine175. Au premier siècle, cette évolution avait atteint son terme, du moins si l’on prend à la lettre la manière dont Pline évoque Ptolémaïs : Ptolémaïs, antico nomino Barce, écrit-il176, laissant supposer la disparition de Barké. En fait, une agglomération devait au moins subsister, car le site, au centre d’une conque de terre rouge fertile et assez bien dotée en précipitations, était au cœur de la Pentapole. Au Bas-Empire, il resurgit en tout cas dans les sources : Barké est alors un évêché, dont trois titulaires au moins sont connus : Zopyros vers 325, Zénobios en 431, et Théodoros en 449177. La ville, ou la cité, a-t-elle pu péricliter rapidement ensuite, pour devenir un centre tribal avant 546 ? L’hypothèse paraît peu vraisemblable, tout comme celle qui, dans la logique de P.-A. Février, avancerait que des paysans hellénisés et christianisés d’une cité de Barké toujours vivante auraient rejoint les Laguatan... La Cyrénaïque ne connut pas la conquête vandale et ses effets perturbateurs, et même si la province byzantine ne conserva probablement pas la prospérité des siècles antérieurs, on imagine mal qu’elle se soit réduite au point de perdre même la conque de Barké, si proche du littoral. En fait, il faut plutôt supposer que Corippe, en parlant de Barcéens, voulait évoquer les Berbères de Cyrénaïque en général, quelle que soit leur localisation. Il cédait peut-être, en procédant ainsi, à la tentation d’user d’un terme auquel Virgile déjà avait donné une connotation barbare. Mais il reprenait peut-être aussi un usage africain. Plusieurs textes arabes donnent en effet, dès le moment de la conquête, le nom de Barka à l’ensemble de la péninsule de Cyrénaïque. Ibn Khurdâdhbah évoque ainsi « le pays de Barka, nommé par les Rûm Antâbulus, ce qui signifie les cinq villes »178. Antâbulus est la version arabe de Pentapolis, terme fréquemment employé à l’époque romaine pour désigner la province en général. Dès le début de l’époque musulmane, le mot correspondait donc à un territoire beaucoup plus vaste que la seule région de Barké. Or ce sens large n’a pas été adopté arbitrairement par les conquérants, puisqu’ils connaissaient aussi le mot Antâbulus. Ce dernier était d’usage courant chez les Byzantins. Il est très probable que Barké jouait alors le même rôle, avec la même fonction, dans le vocabulaire des Berbères locaux : comme ceux-ci furent les premiers soumis par les Arabes dans la région179, leur usage passa directement aux Arabes, qui le conservèrent180. Ainsi, les Barcaei de Corippe pourraient bien être les Maures de Cyrénaïque au sens large, ainsi qu’ils se désignaient eux-mêmes, le soin mis par l’auteur de la Johannide à nommer chaque peuple par son ethnique propre apportant une explication suffisante à un tel choix terminologique.

70Tous les peuples associés par Corippe aux Austuriani et aux Laguatan occupaient donc des zones situées à l’intérieur de l’actuel territoire libyen, et plus précisément, pour la plupart d’entre eux, dans la Tripolitaine. Cette localisation, et certains caractères qui les caractérisent, permettent de les identifier, pour une large part au moins, à des descendants des anciens cultivateurs du Gebel et du prédésert, progressivement libérés du contrôle romain entre le iiie et le ve siècle. Les Austuriani et les Laguatan, qu’ils connaissaient déjà depuis longtemps, se sont installés au milieu d’eux au cours du ve siècle, selon des modalités dont nous ignorons les péripéties. Lorsque les Byzantins occupèrent la Tripolitaine, ils durent constater la situation et négocièrent avec les différentes tribus, y compris avec les dernières arrivées.

3) Laguatan et Maures du prédésert : une confédération ?

  • 181 Procope, Guerre vandale, II, 21, 14 : après le massacre de leurs 79 délégués, Sergius repousse les (...)
  • 182 Corippe, Johannide, II, 91-95 : description du camp de l’Austur, avec un rempart de chameaux et un (...)
  • 183 Cf. supra p. 289-292.

71Celles-ci, que Procope nomme simplement les Leuathai, possédaient à cette époque un genre de vie qui rappelait le grand nomadisme. Femmes, enfants et bétail accompagnaient ainsi la délégation qui se rendit à Lepcis en 543 pour rencontrer Sergius181. Plus tard, en 546, leur invasion de la Byzacène se fit pareillement avec tous les membres des familles, et un bétail diversifié réunissant chameaux, bœufs et brebis182. Mais tout cela n’autorise pas, pour autant, à les définir encore comme de grands nomades chameliers, semblables aux Touaregs futurs. Les hommes de Ierna revendiquaient comme leurs les plateaux tripolitains, dont ils avaient repris à leur compte la mise en culture183. Il faut se les représenter donc plutôt comme des pasteurs transhumants qui avaient imposé aux sédentaires du pré-désert le passage régulier de leurs troupeaux dans certaines zones, et qui pratiquaient à côté, ou contrôlaient, une agriculture saisonnière. L’alternative subsiste sur ce dernier point, car les rapports des Laguatan avec les anciens occupants des fermes fortifiées restent obscurs. En s’installant en Tripolitaine intérieure, se sont-ils substitués aux anciens propriétaires et ont-ils faits des gsur leurs points d’attache saisonniers ? Ou bien se sont-ils contentés d’effectuer des prélèvements réguliers sur la production locale ? Les textes ne nous apprennent rien sur ce sujet, et l’archéologie ne permet guère d’obtenir des informations significatives.

  • 184 D. J. Mattingly avait d’abord présenté sa théorie sur la structure confédérale étendue des Laguatan (...)
  • 185 D. J. Mattingly s’appuie essentiellement, sur le plan théorique, sur les travaux de l’ethnologue co (...)

72Dans tous les cas, cependant, il nous semble que le rôle des Laguatan ne doit pas être exagérément grossi. Le texte de Corippe montre qu’ils n’avaient pas assimilé tous les Berbères de Tripolitaine, dont on reconnaissait encore bien les ethnonymes particuliers, et avec qui on avait négocié des traités particuliers : si les Laguatan estimaient, à juste titre, les accords rompus en 544, les Ifuraces restaient encore liés avec Pelagius et Solomon à la même date. Certes, en 546, un commandement suprême réunit toutes les tribus de Tripolitaine sous l’autorité du seul chef des Laguatan, Ierna, mais il s’agissait alors d’une situation exceptionnelle : rien n’autorise à dire que les Laguatan avaient absorbé tous les Berbères de l’actuel territoire libyen au vie siècle. Nous nous opposons donc ici à D. J. Mattingly184, pour qui la plupart des tribus citées en 544-548 se seraient reconnues sous le nom unique de Laguatan, en fonction d’une structure confédérale, un modèle que l’archéologue britannique emprunte aux ethnologues contemporains et dans lequel les particularismes tribaux sont transcendés par des liens socio-politiques plus ou moins souples pour définir un seul peuple, avec un groupe dominant185. De telles constructions existent dans l’Antiquité, mais l’argumentation avancée pour l’appliquer à la Tripolitaine du vie siècle ne nous paraît pas convaincante.

  • 186 Procope, Guerre vandale, II, 21, 2 (cité supra p. 289) ; ou II, 28, 47 : la guerre de 547-548 fut d (...)
  • 187 Procope, ibid., II, 21, 3 (cité supra, note 130).

73D. J. Mattingly se fonde en effet avant tout sur deux détails fournis par le texte de Procope. Il note d’abord que dans la Guerre vandale l’historien grec ne cite qu’un seul ethnonyme, Leuathai, pour évoquer les Maures de Tripolitaine insurgés en 543-548, alors que Corippe en donne, au même moment, plus d’une quinzaine186. Il remarque aussi, ensuite, que Procope attribue en 543 quatre-vingt chefs aux Leuathai venus rencontrer Sergius, un chiffre énorme, incompréhensible si on le rapporte à un seul peuple187. Ces deux éléments, assemblés, lui paraissent ne s’expliquer que par une structure confédérale. Corippe, poète avant tout, aurait cherché à distinguer, artificiellement, les fractions de celle-ci, alors que Procope, plus fiable, en aurait retenu l’essentiel : une union étroite de tribus regroupées derrière un ethnique commun.

  • 188 Cf. par exemple Guerre vandale, II, 13, 19, où Iaudas, Massonas, Mephanias et Ortaïas sont simpleme (...)

74L’interprétation est séduisante, mais trahit à nouveau une absence d’étude critique et de prise en compte des spécificités de la Guerre vandale et de la Johannide. Son premier fondement est faussé par le fait que Procope ne donne pas non plus de noms particuliers aux peuples de Byzacène, de Numidie et de Maurétanie, dont il évoque pourtant les différents chefs188. Leuathai n’est pas, en effet, l’unique ethnonyme procopien de Tripolitaine, mais l’unique ethnonyme procopien de toute l’Afrique dans la Guerre vandale ! Comme nous l’avons montré dès le début de ce livre, l’historien grec n’a aucun intérêt particulier pour l’ethnographie barbare, et lui prêter une attention spéciale pour un phénomène confédéral dans une région est très audacieux. En réalité, s’il a retenu le nom des Leuathai, c’est parce qu’ils furent, à ses yeux à chaque fois, en 533 comme en 543, les premiers Maures insurgés contre la présence byzantine, et aussi ensuite, dans la guerre, les adversaires les plus farouches de l’Empire.

  • 189 L’historien grec utilise habituellement ce mot άρχον pour évoquer les chefs maures : cf. ainsi II, (...)
  • 190 Guerre vandale, II, 21, 3.
  • 191 Corippe, Johannide, VI, 404-405.

75Quant à la composition de la délégation reçue par Sergius en 543, c’est abusivement selon nous que Mattingly l’interprète comme une immense assemblée confédérale. Procope, en effet, ne parle pas de chef (άρχοντες)189 mais de notables190 (όγδοήκοντα μεν των βαρβάρων τους μάλιστα δοκίμους). Or, au moment où cette entrevue se tint, les Laguatan étaient encore en paix avec les Romains. Dans de telles circonstances, l’organisation du pouvoir au sein d’un peuple maure pouvait s’avérer relativement lâche et être exercée par une assemblée de chefs des clans (les familiae nommées à propos des Zegrenses sur la Table de Banasa, ou les afhad des Kutâma au ixe siècle), auxquels l’expression μάλιστα δοκίμους conviendrait bien. Une situation de ce type est précisément décrite par Corippe à propos des Astrices du sud tunisien en 547-548, lorsqu’ils demeurent à l’écart de la seconde grande guerre maure. Jean Troglita, le général byzantin, marchant contre Carcasan, traverse leur territoire : les Astrices s’inquiètent alors et lui envoient une délégation pour obtenir confirmation du traité et de la paix précédemment établis, avec cette déclaration191 :

Tua foedera patres
gentis amant optantque simul...

76Ce gouvernement des patres gentis dans une tribu en paix pouvait être identique chez les Laguatan en 543, avant que la guerre ne les conduise à faire du prêtre Ierna leur chef suprême, et il est logique dans ces conditions que ce soit aussi dans leur cas un groupe de notables, et non un chef, qui ait été envoyé pour négocier avec Sergius. Le témoignage de Procope à lui seul ne peut donc attester d’un phénomène confédéral large chez les Berbères de Tripolitaine.

77Mais D. J. Mattingly argue aussi de certains passages de la Johannide à l’appui de sa thèse. Il remarque en effet qu’à plusieurs reprises Corippe semble donner un sens très large à l’ethnonyme Laguatan, en y incluant un grand nombre de tribus. Ainsi au début du poème, lorsqu’il montre Justinien donnant, à Constantinople, ses dernières instructions à Jean Troglita (546) :

  • 192 Johannide, I, 143-144.

Ac miseros solitis releva virtutibus Afros
Laguatanque acies armis prosterne rebelles192

  • 193 Johannide, VI, 166-167.

78Or, les rebelles ne sont pas à ce moment la seule tribu des Laguatan, mais une coalition bien plus vaste, décrite peu après dans le fameux catalogue du chant II. De même, au chant VI, alors que l’Ifurac Carcasan prend la tête d’une nouvelle révolte, une prédiction annonce193 :

Victor Ilaguatensis acerbo Marte Latinos
conturbabit agens...

A Carthage, au même moment, on apprend que :

  • 194 Johannide, VI, 238.

Victus bella movet rursum vincendus Ilaguas194

  • 195 Johannide, VIII, 474.
  • 196 Johannide, VIII, 647.

79De même encore, au chant VIII, la bataille finale entre les deux armées est longtemps incertaine, et le poète écrit Laguatan jam victor erat195, avant de finir son poème par la description de la victoire sur le victus Ilaguas196.

  • 197 Cf. supra notre commentaire du catalogue du chant II, p. 51-61.
  • 198 Johannide, I, 466-467
  • 199 Johannide, IV, 374.
  • 200 Cf. Johannide, II, 42-43 :
    Hunc (Antalas) consanguineis sequitur densissima turmis
    Frexes
    ...
    et III, 3 (...)
  • 201 Procope, Guerre vandale, II, 21, 16-18 (pour 544) ; et II, 28, 47 (pour 547-548) : χρόνωδέυστερον o (...)
  • 202 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 345.

80Pour D. J. Mattingly, ces emplois, indiscutablement abusifs, de l’ethnique Laguatan (sous ses différentes formes) s’expliqueraient simplement par la structure confédérale qui prévalait en Libye au vie siècle. Mais l’archéologue britannique ne paraît pas remarquer que cette explication conduirait à donner au phénomène confédéral une dimension démesurée. Corippe, quand il use ainsi du nom Laguatan dans un sens large, ne se limite pas toujours, en effet, à la Tripolitaine. Lorsqu’il fait désigner en 546 à Justinien l’ennemi par l’expression acies Laguatan, l’armée maure ainsi désignée correspond à toute la coalition décrite au catalogue du chant II, c’est-àdire avec toutes les tribus de Tripolitaine, mais aussi celles de Byzacène et de Numidie197 ! On voit mal comment démontrer que tous ces gens se seraient, eux, reconnus sous le nom de Laguatan en vertu d’une structure confédérale du type de celle supposée par Mattingly, avec ses caractères bien précis. D’autres exemples, encore plus contradictoires, apparaissent d’ailleurs dans la Johannide, à propos d’Antalas. Celui-ci, chef suprême des insurgés aux côtés de Ierna en 546, est présenté à un moment comme le Laguatan gentis acerbae ductor magnanimus198, et il parle de « ses Laguatan » (noster Ilaguas199). Une lecture naïve de ces vers conduirait à faire d’Antalas lui-aussi un Laguatan. En fait, nous l’avons vu, il en est évidemment radicalement différent. La liste des tribus du chant II le distingue nettement : il dirige les Frexes de Byzacène, et appelle à l’aide, seulement en 544, les lointains Laguatan200. Et Procope, pourtant si imprécis sur ces questions, est dans ce cas sans ambiguïté : il oppose, à deux reprises, les Maures d’Antalas, établis en Byzacène, aux Leuathai de Tripolitaine201. Cette lecture naïve fut pourtant celle de C. Courtois, qui édifia à partir d’elle une de ces théories imaginatives dont il était coutumier. Il différencia des Laguatan nomades et des Laguatan montagnards (ceux d’Antalas), justifiant son interprétation ainsi : « tandis que Procope, en bon Grec qu’il était, n’a retenu que l’évidente conjonction des adversaires de l’empire, Corippe, mieux au fait des conceptions indigènes, s’est tout simplement placé dans la perspective mystérieuse des traditions berbères »202.

  • 203 Johannide, VIII, 647-649.

81Cette interprétation est tout à fait caractéristique, comme celle de Mattingly, des dangers d’une utilisation trop hâtive des informations de la Johannide, dans une perspective excessivement positiviste. Les apparentes ambiguïtés du poème ne peuvent, en réalité, être éclairées par le recours à des modèles ethnologiques contemporains ou à des traditions indigènes définies d’emblée comme « mystérieuses », mais seulement par une étude critique de son texte, prenant en compte toute l’originalité de la vision et du projet de Corippe. Or, notre premier chapitre l’a montré, le poète poursuivait un double but : faire prendre conscience à ses compatriotes africains de la gravité de la menace maure, longuement décrite, pour mieux les rallier ensuite au pouvoir byzantin. Dans cette perspective, il n’a de cesse, en opposition à la virtus et la pietas romaines, de mettre en valeur la cruauté et la barbarie des Maures, qu’il résume souvent par le nom des Laguatan. Ceux-ci étaient en effet, de tous les adversaires des Byzantins, les plus redoutables : à l’origine de la guerre et à la tête de la coalition ensuite, premier groupe maure de Tripolitaine à envahir en masse la Byzacène, fanatiquement païens par leur culte de Gurzil, ils représentent dans la Johannide l’élément le plus porteur d’exotisme et de barbarie. Pour Corippe, qui n’entendait pas seulement composer une œuvre d’art mais aussi un texte de propagande, utiliser leur nom chaque fois qu’il avait à évoquer les insurgés en général était extrêmement habile. Combinant en de telles occasions procédé poétique et artifice politique, il réalisait parfaitement le but qu’il s’était assigné. Seule cette explication permet de résoudre l’énigme, en apparence déconcertante, de l’alternance des vers où Laguatan possède indiscutablement un sens ethnographique précis, et de ceux où il revêt au contraire une signification extrêmement large. Dans la liste des tribus du chant II, c’est le premier sens qui prévaut ainsi, parce que le contexte est celui d’une description minutieuse des groupes coalisés. La même interprétation s’applique aux derniers vers du poème, lorsque sont évoqués les vaincus gisant dans les sables d’Afrique203 :

Poenas dat victus Ilaguas
Ifuracumque acies et mixto [Naffure] Frexes
dant animas gladiis.

  • 204 Cf. ainsi Johannide, VI, 166-172 (oracle d’Ammon dans l’hiver 546-547) :
    Victor Ilaguatensis acerbo (...)
  • 205 Cf. infra p. 448-450.

82En revanche, lorsqu’il s’agit d’évoquer le Maure insurgé sans que des précisions soient nécessaires, le second sens se manifeste aussitôt. Antalas, chef de l’armée maure, mais aussi objet de la haine la plus féroce de la part de Corippe parce qu’il a trahi son alliance avec l’Empire, devient ainsi très naturellement un chef des Laguatan. Ceux-ci n’étaient en 546 qu’une unité de l’immense armée, venue des trois provinces de Tripolitaine, Byzacène et Numidie, qu’il commandait avec Ierna : leur nom est cependant seul retenu, parce qu’il permet d’accentuer la noirceur du personnage. De la même façon, l’Ifurac Carcasan devient lui aussi ensuite le chef des Laguatan204 (qui n’étaient pourtant, à nouveau, qu’un élément de sa coalition), parce que ce nom seul était bien plus parlant au public africain que tous les autres. Corippe, au fond, réinventait ainsi un phénomène de dérive sémantique qui avait déjà affecté, dans les siècles précédents, le mot Maurus : d’abord associé à un peuple occidental précis, célèbre pour son caractère authentiquement indigène et peu romanisé, il avait ensuite peu à peu servi à désigner tous les Berbères restés en dehors de la romanité, quelle qu’ait été leur localisation205.

  • 206 Cette question fait l’objet de notre 5e partie, infra p. 767-778.

83Pour revenir à notre propos initial, l’hypothèse de la formation d’une confédération, avec les liens sociopolitiques spécifiques qu’implique une telle structure dans le monde berbère moderne, réunissant autour des Laguatan et derrière leur nom la quasi-totalité des tribus de Tripolitaine et Cyrénaïque au VIe siècle, ne nous semble pas correspondre aux données des textes de Procope et de Corippe. Le terme Laguatan désignait à cette époque un groupe déjà puissant, qui réunissait les Austuriani, les Laguatan proprement dits, et peut-être d’autres fractions des anciens Nasamons. Ce groupe était probablement lié depuis un moment avec les cinq peuples que l’auteur de la Johannide place à sa suite, et l’on peut, si l’on veut, parler de confédération, mais sans que les particularismes de chacun se soient effacés. Quant aux nombreuses tribus de Tripolitaine occidentale citées auparavant dans le catalogue du chant II, leur autonomie était probablement totale. Les grands regroupements accompagnés d’assimilations onomastiques sont, en Libye, une réalité que les sources arabes n’attestent clairement qu’au moment de la conquête, un siècle à un siècle et demi plus tard206. Ils n’étaient qu’embryonnaires dans la première moitié du vie siècle. En revanche, à cette époque comme auparavant, en des circonstances précises, guerres contre les Romains avant tout, de très nombreuses tribus d’une même région pouvaient temporairement s’unir derrière celle qui était la plus puissante : telle était, entre autres, la source de la célébrité des Laguatan en 546.

84Nous aboutissons ainsi, au total, à une définition de l’ensemble « syrtique » placé par Corippe au cœur de son catalogue des Maures assez différente de celle de nos prédécesseurs. Ses éléments les plus remarquables, les Austuriani et les Laguatan, issus des anciens Nasamons, étaient des peuples principalement pasteurs et nomades, ou semi-nomades, qui avaient en grande partie échappé à l’emprise de Rome depuis le iiie siècle. Mais, restés païens et se livrant parfois à des raids de pillage, ils étaient aussi depuis longtemps voisins des provinces de Tripolitaine et de Cyrénaïque, et ils entretenaient des relations avec les populations berbères et partiellement romanisées qui habitaient les plateaux mieux arrosés du Gebel tripolitain et cyrénéen. Loin de se livrer à un lent et régulier mouvement de migration vers l’ouest, ils cherchèrent en réalité constamment à pénétrer sur ces terres dont ils savaient la richesse. Profitant de l’affaiblissement de l’Empire, ils réussirent d’abord à occuper le pré-désert de Tripolitaine au cours du ve siècle, et parvinrent probablement à vassaliser alors certaines des populations berbères de ces régions, avant d’exercer une pression de plus en plus forte sur le territoire des cités côtières.

85Les Byzantins semblent avoir accepté cette situation dans un premier temps : ils établirent des rapports avec les Laguatan et reconnurent leur présence dans la région. Mais, certainement influencé par l’aristocratie locale, le dux Sergius remit en question cet équilibre en 543. Dès lors, les Maures reprirent l’initiative, et, aidés d’autres tribus, ils osèrent mener des raids jusque dans les provinces du nord. Ces expéditions restèrent cependant exceptionnelles, et la victoire des Byzantins en 548 aboutit au refoulement des Laguatan vers la Grande Syrte. Ainsi, et c’est notre conclusion essentielle, si ces tribus possédaient certainement une personnalité culturelle peu marquée par la romanité, rien ne permet en revanche de leur attribuer un rôle prédominant dans l’évolution des provinces septentrionales. En fait, tout indique que les changements constatés en Maurétanie et en Numidie à partir du Ve siècle, en particulier dans les régions du sud, furent dus non à des envahisseurs « néo-Berbères », mais à l’action des populations maures autochtones. C’est à l’étude de ces populations, que nous proposons d’appeler les « Maures de l’intérieur », et que Corippe distinguait nettement des Laguatan, qu’il faut donc maintenant nous consacrer.

Notes

1 Cf. supra 2e partie, introduction, note 13.

2 D. J. Mattingly, Tripolitania, Londres, 1995, notamment les cartes des p. xviii-xix, 78 et 139. I. Sjöeström, Tripolitania in transition : Late Roman to Early Islamic Settlement, Alsershot, 1993, avec un catalogue des sites p. 124-310. Nous donnons ici ces références, les plus récentes, mais cette partie de notre livre fut écrite avant la publication des deux ouvrages en question. Les notes renverront donc souvent à des articles (publications de fouilles ou de prospections) antérieurs à ces synthèses, qui ne seront citées que chaque fois qu’elles apportent un éclairage réellement supplémentaire.

3 D. J. Mattingly, « Farmers and Frontiers. Exploiting and defending the countryside of Roman Tripolitania », dans Libyan Studies, 20, 1989, p. 143.

4 La parution de la thèse de D. J. Mattingly rend maintenant dépassées, en matière archéologique, les références antérieures sur ce sujet. Cf. notamment ses chapitres 6 et 7 (Tripolitania, Londres, 1995, p. 116-159) Pour un exemple détaillé, celui d’Oea, cf. aussi H. Pavis d’Escurac, « Pour une étude sociale de l’Apologie d’Apulée », AA, 8, 1974, p. 89-101.

5 Outre D. J. Mattingly, Tripolitania, p. 144-153 et p. 202-209, cf. les nom breux articles parus dans les années 80 dans la revue Libyan Studies, qui rendaient compte des recherches menées dans le cadre du programme « Unesco Libyan Valleys Survey ». Un bilan exhaustif de ces enquêtes a paru après l’achèvement de notre livre : G. Barker et D. J. Mattingly, Farming the desert. The Unesco Libyan Valleys Archaeological Survey, 2 vol., Paris, Tripoli, Londres, 1996 (important c.r. de P. Trousset dans Journal of Roman Archaelogy, 12, 1999, p. 763-772). Une synthèse claire sur les problèmes hydrauliques a également été donnée par G. Barker, « The Unesco Libyan Valleys Survey : developping methodologies for investigating ancient flood water farming », dans Mattingly et Buck (éd.), Town and Country in Roman Tripolitania, BAR, int. Ser., 274, 1985, p. 291-307.

6 M. Van der Veen, « The Unesco Libyan Valley Survey X : Botanical evidence for ancient farming in the pre-desert », Libyan Studies, 16, 1985, p. 15-28.

7 O. Brogan et D. J. Smith, Ghirza, Tripoli, 1985, p. 262 : (...) exhibuit sacrificia (p)arentaliorum tauros n LI quinquaginta e(t unum) capros (n) (XX)XVIII tri(ginta) (o)to...

8 G. di Vita-Evrard, « Quatre inscriptions du Djebel Tarhuna : le territoire de Lepcis Magna », dans Quaderni di archeologia della Libya, 10, 1979, p. 67-98. Evaluation chiffrée de D. J. Mattingly dans « The Olive Boom. Oil surpluses, wealth and power in Roman Tripolitania », Libyan Studies, 19, 1988, p. 28-29. Carte de l’étendue des cités dans le livre du même auteur, Tripolitania, p. 76.

9 D. J. Mattingly, « Olive Oil Production in Roman Tripolitania », dans Buck et Mattingly, Town and Country in Roman Tripolitania, 1985, p. 291-307 ; et Mattingly, Tripolitania, p. 138-140.

10 D. J. Mattingly, « Libyans and the limes : culture and society in Roman Tripolitania », AA, 23, 1987, p 71-94, surtout p. 75-83 ; et Tripolitania, p. 160-170.

11 R. G. Goodchild, « Roman Sites on the Tarhuna Plateau of Tripolitania », dans le recueil des articles du même savant, Libyan Studies, Londres, 1976, p. 79-84.

12 Synthèse très commode de D. J. Mattingly, « New perspectives on the agricultural development of Gebel and pre-desert in Roman Tripolitania », dans Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 41-42, 1986, p. 45-65.

13 Les recherches de O. Brogan furent ici décisives. Cf. notamment ses articles « First and second century settlement in the Tripolitan desert », dans Libya in History, Proceeding of a conférence held at the Faculty of Arts, University of Libya, Benghazi, 1971, p. 121-130 ; et « Some ancient sites in Eastern Tripolitania », Libya antiqua, 13-14, 1977, p. 93-129.

14 Céramique : J. N. Dore, « Settlement chronology in the pre-desert zone : the evidence of fine ware », dans Buck et Mattingly, Town and Country in Roman Tripolitania, 1985, p. 107-125 ; Pressoirs : D. J. Mattingly, « Olive oil production in Roman Tripolitania », ibid. p. 27-46 ; Pour Ghirza, cf. O. Brogan et D. J. Smith, Ghirza, Tripoli, 1985.

15 D. J. Mattingly, « Libyans and the limes », AA, 23, 1987, p. 71-94, et Tripolitania, Londres, 1995, p. 162-166.

16 R. Rebuffat, « Recherches dans le désert de Libye », CRAI, 1982, p. 188-189 ; R. Rebuffat, « Les fermiers du désert », dans L’Africa romana 5, Sassari, 1987, Sassari, 1988, p. 33-68 ; M. Reddé, Prospection des vallées du nord de la Libye (19791980). La région de Syrte à l’époque romaine, Paris, 1988.

17 F. Chamoux, Cyrène sous la monarchie des Battiades, Paris, 1953 ; A. La-ronde, Cyrène et la Cyrénaïque hellénistique, Paris, 1987 ; D. Roques, Synésios de Cyrène et la Cyrénaïque du Bas-Empire, Paris, 1987. Une synthèse mettant en valeur les permanences en matière économique a été donnée par A. Laronde, « La vie agricole en Libye jusqu’à l’arrivée des Arabes », dans Libyan Studies, 20, 1989, p. 27-34.

18 Diodore de Sicile, II, 49 ; cf. le commentaire de F. Chamoux, dans Cirene e i Libyi, Quaderni di Archeologia della Libya, 12, 1987, p. 61.

19 Cf. supra p. 217-219.

20 Depuis notre première thèse de 1990 (qui lui fut remise), E. Fentress a, à son tour, attiré l’attention sur Slonta dans son essai (publié avec M. Brett), The Berbers, Oxford-Cambridge (Mass.), 1996, p. 35-36.

21 M. Luni, « Il santuario rupestre libyo delle immagini a Slonta (Cirenaica), dans Cirene e i Libyi, Quaderni della Archeologia della Libya, 12, 1987, p. 415-458.

22 R. Rebuffat, « L’arrivée des Romains en Tripolitaine intérieure », dans BAC, 19B, 1983, p. 249-256.

23 Synthèse commode de R. Rebuffat dans son article « Bu Njem », dans EB, t. XI, Aix, 1992, p. 1626-1642.

24 R. Rebuffat, « Au-delà des camps romains d’Afrique mineure, renseignement, contrôle, pénétration », dans Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt, II, 10, 2, p. 474-513.

25 D. J. Mattingly, « Two inscriptions from Gueriat el Garbia », Libyan Studies, 16, 1985, p. 67-75 ; et Tripolitania, p. 92-95.

26 Brillante synthèse de D. J. Mattingly sur l’ensemble du dispositif militaire du Haut-Empire dans Tripolitania, p. 77-89. Pour la partie occidentale, cf. aussi P. Trousset, Recherches sur le limes Tripolitanus, du Chott el-Djérid à la frontière tuniso-libyenne, Paris, 1974 ; et R. Rebuffat, « A propos du limes Tripolitanus », dans Revue Archéologique, 1980, p. 105-124.

27 Histoire Auguste, Vita Severi, XVIII, 3.

28 Sur le texte de Ghériat, cf. X. Loriot, « Une dédicace à Gordien provenant de Gheria el Garbia », dans BSNAF, 1971, p. 342-346. Sur Gasr Duib, texte dans IRT, 880, et commentaire de G. Di Vita-Evrard, « Gasr Duib : construit ou reconstruit sous les Philippes ? », dans L’armée et les affaires militaires. Actes du IVe Colloque international d’histoire et d’archéologie de l’Afrique du Nord, Strasbourg, 1988, tome II, Paris, 1991, p. 427-444.

29 Cf. R. Rebuffat, « Les fermiers du désert », op. cit. supra note 16, p. 61.

30 Cf. D. J. Mattingly, Tripolitania, p. 202-209.

31 R. G. Goodchild et J. B. Ward Perkins, « The Limes Tripolitanus in the light of recent discoveries, I », repris dans Goodchild, Libyan Studies, Londres, 1976, p. 17-34.

32 Cf. les travaux de O. Brogan cités supra note 13. Synthèse de D. J. Mattingly, « Farmers and Frontiers », dans Libyan Studies, 20, 1989, p. 141-143.

33 O. Brogan, « Some ancient sites in eastern Tripolitania », Libya Antiqua, 1977, p. 93-130.

34 A. F. Elmayer, « The centenaria of Roman Tripolitania », dans Libyan Studies, 16, 1985, p. 77-84. Texte de l’inscription et traduction p. 82-83.

35 R. G. Goodchild, « The Romano-Libyan cemetary at Bir ed Dreder », dans id., Libyan Studies, Londres, 1976, p. 59-71.

36 R. Rebuffat, « Une zone militaire et sa vie économique : le limes de Tripolitaine », dans Armées et fiscalité dans le monde antique, Paris, 1976, p. 412-414. Après un nouvel examen du site et des inscriptions, D. J. Mattingly estime dans sa thèse (Tripolitania p. 195-197) que le cimetière de Bir ed Dreder appartenait à un groupe tribal local, dont certains des membres devaient servir les Romains à titre de Gentiles, associés par un traité à la défense de la frontière.

37 Notitia Dignitatum, éd. O. Seeck, Berlin, 1876 : Occ. XXXI. Dux provinciae Tripolitanae... Liste de 14 Praepositi limitis.

38 P. Trousset, Recherches sur le limes Tripolitanus..., Paris, 1974. A compléter, pour ce secteur occidental, par M. Euzennat, « Quatre années de recherches sur la frontière romaine en Tunisie du Sud », CRAI,1972, p. 1-27, et par R. Rebuffat, « A propos du limes Tripolitanus », Revue Archéologique, 1980, p. 105-124.

39 Cf. le recueil des articles de R. G. Goodchild, Libyan Studies, Londres, 1976.

40 En reprenant récemment le dossier, D. J. Mattingly (Tripolitania, p. 187-193) a proposé, sur une suggestion de J. Peyras et P. Trousset (AA, 1988, p. 197-198) une identification nouvelle pour le limes Madensis, qui serait à mettre en relation avec le lieu-dit Ad Amadum, mentionné par l’Itinéraire d’Antonin au sud de Remada. Ce limes serait donc à l’ouest de Thenteos, ce qui ne règle pas le problème du secteur oriental. R. Marichal (Les ostraka de Bu Njem, Tripoli, 1992, p. 75 et 106-107) a également avancé, de manière plus hypothétique, un rapprochement du limes Sarcitani avec le fort non localisé, mais relié à Bu Njem, de Secedi.

41 Cf. D. J. Mattingly, Tripolitania, p. 191-194 particulièrement. Ce savant estime que le plan rigoureux d’un fort comme Gasr Bularkan, du type quadriburgus, est un indice probant of the continued presence of some regulars troops in eastern Tripolitania at a late date (p. 194).

42 Synthèse et nombreux plans dans G. D. B. Jones, « The Libyan Valley Survey : the development of settlement survey », dans Buck et Mattingly (éd.), Town and Country in Roman Tripolitania, Oxford, 1985, p. 263-289. Exemples et réflexions plus larges de D. J. Mattingly, Tripolitania, p. 202-209.

43 O. Brogan et D. J. Smith, Ghirza, Tripoli, 1985. D. J. Mattingly, Tripolitania, p. 206-207.

44 O. Brogan, « Some ancient sites in eastern Tripolitania », dans Libya antiqua, 13-14, 1977, p. 126 : The fourth century, to judge by the large quantities of good Roman pottery found throughout the region and the many fine building which go with it, was, in fact, one of considerable prosperity in our area and in other parts of the pré-desert.

45 D. Roques, Synésios de Cyrène et la Cyrénaïque du Bas-Empire, Paris, 1987, p. 217-220.

46 R. G. Goodchild, « Libyan forts in South-West Cyrenaïca », repris dans Libyan Studies, Londres, 1976, p. 173-186.

47 Cf. supra p. 83-104.

48 Ce tableau a déjà été en partie esquissé dans les chapitres précédents, lorsque fut abordé le problème de l’origine des Austuriani et des Laguatan, mais de manière nécessairement incomplète, et sans mise en relation avec les données archéologiques (cf. supra 1ère partie p. 93-96, et 2e partie p. 213-229).

49 Nous ne voyons pas, notamment en fonction du témoignage de Julius Honorius, ce qui autorise D. Roques à écrire qu’après leur défaite des années 268-270, les Marmarides « ont totalement disparu » (Synésios de Cyrène et la Cyrénaïque du Bas-Empire, p. 218). Sur la théorie finalement assez semblable de D. J. Mattingly, qui suppose une vassalisation précoce des Marmarides par les Laguatan, cf. supra p. 156. Ce n’est qu’à l’époque arabe, dans des documents qui remontent au mieux au VIIe siècle, que des Laguatan sont signalés à l’est de la Cyrénaïque.

50 Julius Honorius, dans Riese, Geographi latini minores, p. 54 et p. 53.

51 Cf. supra ch. 6.

52 Cf. G. Camps, « Massinissa », dans Libyca, t. 8, 1960, p. 26-29.

53 Expositio totius mundi et gentium, 62 (éd. J. Rougé, Paris, 1966) :

Deinde post Africae omnem regionem adiacet et deserta terra maxima in austri partibus : ubi aiunt in minima parte ipsius deserti habitare barbarorum pravam gentem quae sic vocatur Mazicum et Aethiopum. Post hos invenitur regio Pentapolitana...

54 Philostorge, Histoire ecclésiastique, XI, 8 (éd. J. Bidez, p. 138 ; trad. D. Roques, Synésios de Cyrène et la Cyrénaïque du Bas-Empire, p. 33).

55 Rappelons aussi que Végèce, en évoquant des tribus qui, intra Africam, utilisent les chameaux, mentionne conjointement les Ursiliani et ceteri Mazices (Epitome de rei militaris, III, 23).

56 Célèbre épisode, rapporté par Tacite (Histoires, IV, 50), qui vit en 69 de notre ère les habitants d’Oea faire appel aux Garamantes pour régler leur différend avec les gens de Lepcis.

57 Cf. C. M. Daniels, The Garamantes of Southern Libya, Cambridge, 1970, et un bilan plus récent du même auteur, « Excavation and fielwork amongst the Garamantes », Libyan Studies, 20, 1989, p. 45-61 ; D. J. Mattingly, Tripolitania, p. 33-37. Une nouvelle série de campagnes de fouilles a été lancée depuis 1997.

58 Cf. par exemple ce bref compte-rendu : die s(upra) s(cripto) intr[oierunt Garaman]tes ferentes hor[deum] : muli n(umero) jii et asinos jiii... (R. Marichal, Les ostraka de Bu Njem, Tripoli, 1993, no 72, p. 178-179).

59 R. Marichal, ibid, no 147, p. 242-244.

60 Pour tous ces textes tardifs, cf. supra chap. 6 note 12.

61 Orose, Histoires contre les païens, I, 2, 90-91 (éd. M-P. Arnaud-Lindet, Paris 1990) :

ab occasu Byzacium usque ad lacum salinarum...

62 Orose, ibid, I, 2, 87-88 :
Libya Cyrenaica et Pentapolis... post se habet usque ad oceanum meridianum gentes Libyoaethiopum et Garamantum.

63 Table de Peutinger, segment VII, 2 (Bagigetuli) et segment VIII, 3 (Gnadegetuli et Nigizegetuli) ; J. Desanges soupçonne un décalage abusif de ces groupes vers l’est (cf. Catalogue..., p. 150 et p. 154-155). On peut penser aussi que, à la même époque, certains Gétules étaient très proches de la province et pouvaient occasionnellement y pénétrer, ce qui les placerait dans notre deuxième cercle. D’autre part, il y avait eu aussi, dans le passé, des Gétules à proximité même des côtes, comme en témoignent Strabon (XVII, 3, 9), Florus (II, 31) et le lieu dit Getullu cité par la Table de Peutinger (segment VII, 3 : à l’est d’Oea). Mais il nous paraît peu probable que de tels groupes aient conservé leur originalité dans cette partie de la Tripolitaine jusqu’au IVe siècle. Le nom même de Gétules pose, de manière générale, un important problème. J. Desanges, comme S. Gsell, lui attribue une très large signification : il ne s’agirait ni d’une ethnie, ni d’un groupe singularisé par son genre de vie nomade, mais plutôt d’un ensemble de populations distinctes d’abord par leur situation en marge des Etats berbères puis des provinces romaines (article « Gétules », dans EB, t. XX, Aix, 1998, p. 3063-3065). D. J. Mattingly préfère, non sans prudence, retrouver sous le nom de Gétules, au moins dans le cas tripolitain, un ensemble de plusieurs grandes confédérations tribales, parmi lesquelles il place les tribus de Ghadamès, du Nefzaoua et du Dahar, et même de la Gefara et du Djebel (Tripolitania, p. 29-32).

64 J. Desanges (Catalogue... p. 122-123) propose une localisation « dans la région des chotts orientaux ». Nous adoptons ici une interprétation assez voisine de celle de C. Courtois (Les Vandales et l’Afrique, p. 93 note 7).

65 Cf. supra p. 217-219.

66 Cf. pour tout ce dossier les références données supra p. 217-219.

67 Cf. la synthèse de R. Rebuffat, « Les fermiers du désert », dans l’Africa romana 5, Sassari, 1988, p. 61.

68 D. J. Mattingly, (Tripolitania, p. 32-33 ), fidèle à son système, estime que les Maces formaient jusqu’au début du ive siècle au moins une très vaste confédération unissant, outre les groupes attestés sous ce nom, les Cissipades et les Machlyes de Pline (VII, 15), les Samamukii et les Elaeones de Ptolémée, les Seli de la Table de Peutinger et les Tautamei du Liber Generationis. L’hypothèse est envisageable pour le premier et le troisième groupe, mais les Seli, dont les Elaeones étaient peut-être une fraction (cf. J. Desanges, Catalogue... p. 88), ont pu être autonomes. Les Machlyes de Pline sont, quant à eux, très probablement les Makhlues d’Hérodote, placés par erreur dans la Grande Syrte (cf. J. Desanges, Catalogue p. 107). Enfin, nous avons dit plus haut nos doutes sur l’identité des Tautamei, (supra chap. 6 note 56).

69 Cf. supra p. 254-256.

70 Cf. désormais la thèse de V. Brouquier-Reddé, Temples et cultes en Tripolitaine, Paris, 1992, p. 249-265 et p. 305-308.

71 Sur cette société, cf. D. J. Mattingly, « The Gasr Society », dans Tripolitania, p. 205-209.

72 IRT, 898. cf. O. Brogan et D. J. Smith, Ghirza, p 151.

73 O. Brogan et D. J. Smith, ibid. p. 223-224, p. 231 (et note 61 p. 233), et planches 63 et 78.

74 Cf. infra p. 485-500.

75 R. Rebuffat, « Les fermiers du désert », cité supra note 67, p. 35-43.

76 Cf. supra p. 95-96.

77 Sur les tribus de ce secteur, cf. déjà P. Trousset, Recherches sur le limes Tripolitanus, Paris, 1974, p. 22-24.

78 Cf. supra chap. 3 note 198. Outre le catalogue du chant II, la tribu apparaît à plusieurs reprises au chant VI de la Johannide (vers 391, 404, 431, 454, 464).

79 Ptolémée, IV, 3, 6 (Astakoures près des Nigitimi, eux-mêmes à situer non loin du golfe de Gabès) ; et IV, 6, 6 (Astakouri, proches des « gorges garamantiques »). Si la tribu est la même, il faut lui attribuer une nomadisation sur de grandes distances, du Fezzan aux Chotts tunisiens (cf. J. Desanges, Catalogue... p. 80-81 et « Astakoures/Astakouri », dans EB, t. VII, Aix, 1989, p. 1004).

80 En 547, après avoir établi la paix avec les Astrices dont il venait de traverser le territoire (Johannide, VI, 391-436), Jean, à la poursuite des Laguatan, reprend sa marche vers le sud. Mais plus tard, des éclaireurs byzantins aperçoivent des feux dans la nuit et ils s’interrogent :
seu fessus Ilaguas
conversus post tega redit, seu proxima tendit
Astricum gens castra locit
.
Cette hésitation est significative : si l’on supposait que les Astrices pouvaient avoir établi leur camp à proximité, alors qu’on avait dépassé « leur territoire », c’est que cette tribu était connue pour ses déplacements. Ce nomadisme expliquerait alors aussi pourquoi, dans le catalogue du chant II, ils sont introduits par la formule ab oris longis (II, 74).

81 Hérodote, IV, 178 ; Ptolémée, IV, 3, 6 ; Corippe, Johannide, II, 410 (Mecales) et II, 75 (Imaclas). Cf. J. Desanges, Catalogue, p. 107-108 et cartes 4 et 6.

82 En fait, les indications de Ptolémée sont peu claires. Nous suivons ici les hypothèses de J. Desanges (cf. supra note précédente).

83 D. J. Mattingly interprète différemment l’histoire de ces groupes. Fidèle à sa grille de lecture « confédérale », il distingue les Mecales des Makhlues et des Makhrues, pour faire de ces derniers des fractions des Gétules, tandis que les Me-cales seraient une fraction des Laguatan, nécessairement établie plus à l’est (Tripolitania, p. 27 et p. 175). En fait, rien n’autorise à relier cette tribu aux Laguatan, sinon l’alliance qui, comme les tribus de Byzacène, les unira en 544-548.

84 Epitome rei militaris, III, 23 (éd. H. D. Blume, 1967) :
Camelos aliquantae nationes apud veteres in acie produxerunt, ut Ursiliani intra Africam vel ceteri Mazices hodieque producunt.

85 Nous ne voyons pas où D. J. Mattingly a pu noter que Végèce les présentait comme a desert tribe of Syrtica (Tripolitania p. 175). L’erreur est d’importance puisque, les rapprochant ensuite de l’Urceliana manus de Corippe, évoquée en Tripolitaine occidentale, il en conclut qu’il y a là une additionnal reason for identifying them as a migratory Laguatan tribe (sic, p. 175).

86 Johannide, II, 75 (catalogue des tribus insurgées en 546 : cf. supra p. 45), et VI, 389-393 :
Proxima se junxit, sed tunc male fida, Latinis
Urceliana manus, Romanis addita fatis.
Astrices illis longo jam tempore
terris horrentes habuere domus...
A ce moment (547), Jean pourchasse les Laguatan dans la petite Syrte. Le texte suggère clairement la proximité géographique des Astrices et des Urceliani.

87 Cf. supra p. 95-96 et 103-108.

88 Cf. supra p. 103-104.

89 Sur cette interprétation, qui reste évidemment hypothétique, cf. supra p. 107.

90 Cf. infra p. 479-482 sur la situation de ces « Maures de l’intérieur » dans les provinces occidentales.

91 Code Théodosien, VII, 15, 1 : constitution du 29 avril 409 à Gaudentius, vicaire d’Afrique : Les superficies de terres qui avaient été concédées aux gentiles par la prévoyance humaine des anciens en vue de l’entretien et de la consolidation du limes et du fossatum, puisque nous voyons que certtains hommes les détiennent..., qu’ils sachent qu’ils doivent appliquer leur dévouement à l’entretien du fossatum et à la garde du limes avec zèle et activité, tout comme ceux que les temps anciens avaient assignés à cet ouvrage... (trad. A. Chastagnol, La fin du monde antique, Paris, 1976, p. 223). Les gentiles sont également évoqués à la même époque dans une autre loi (Code Théodosien, XI, 30, 62, du 22 juillet 405, à Diotimus, proconsul d’Afrique) qui est relative à leur droit de faire appel au tribunal du proconsul, directement ou par l’intermédiaire de leurs préfets (cf. sur ce texte, infra p. 482-483 et 500). La situation de ces soldats indigènes a été souvent commentée, jadis par J. Baradez notamment (Fossatum africae, Paris, 1949, p. 30), et plus récemment par les archéologues britanniques spécialistes de la Libye : nous avons vu ainsi que D. J. Mattingly assimile à ces groupes les tribuni de Bir ed Dreder (supra note 36).

92 Cf. supra p. 258-261.

93 R. Rebuffat, « Les centurions de Gholaia », dans l’Africa romana 2. Atti del II convegno di studio, Sassari, 1984, Sassari, 1985, p. 233.

94 C. M. Daniels, « Excavation and Fieldwork amongst the Garamantes », dans Libyan Studies, 20, 1989, p. 50.

95 Cf. supra p. 267. Peut-être faut-il, en fait, soupçonner derrière les troubles mentionnés à Ghériat et à Gasr Duib des raids isolés de certains de ces Gétules évoqués au sud de la Tripolitaine par la Table de Peutinger (cf. supra p. 203).

96 M.-A. Marié souligne à ce sujet que Ammien « a dû avoir connaissance du rapport établi (après la mort de Valentinien Ier) par le vicaire et le proconsul d’Afrique qui faisait enfin la lumière sur les événements de Lepcis » (édition CUF d’Ammien, livres XXVI-XXVIII, Paris, 1984, p. 298 note 451).

97 Ammien Marcellin, Histoires, XXVIII, 6, 2-4 :
[Austoriani] (in) genuinos turbines revoluti sunt. (...) Stachao quidam nomine popularis eorum, ut in otio nostra peragrando, licentius agebat quaedam vetita legibus, inter quae illud potius eminebat, quod provinciam omni fallaciarum via prodere conabatur, ut indicia docuere verissima ; quocirca supplicio flammarum absumptus est.

98 Saint Augustin, Lettres 46 et 47. Ces textes ont été traduits et commentés de nombreuses fois, notamment par R. Thouvenot (« Saint Augustin et les païens », dans Hommage à Jean Bayet, Bruxelles, 1964, p. 682-690) et plus récemment par Cl. Lepelley (« Le serment païen malédiction démoniaque : Augustin devant une angoisse des chrétiens de son temps », dans Le serment, tome 1, Théories et devenir, Paris, éd. du CNRS, 1991, p. 53-61). Cf. notamment 46, 1 : Chez les Arzuges, à ce que j’ai entendu dire, les barbares ont la coutume de prêter serment au décurion qui commande le limes ou au tribun, et ils jurent par leurs démons, quand ils concluent des engagements pour accomplir des transports ou pour garder les récoltes. Des propriétaires fonciers ou des fermiers ont l’habitude de les accueillir comme des gens déjà dignes de confiance pour assurer la garde des récoltes, quand le décurion leur a envoyé une lettre ; les voyageurs qui doivent traverser leur pays en les prenant comme guides font de même... (trad. Cl. Lepelley). Nous revenons sur ces textes infra p. 364-373.

99 Nous nous séparons ici de R. G. Goodchild qui estimait que les faits évoqués dans ces lettres se situaient en Tripolitaine centrale ou même orientale (« The limes Tripolitanus II », dans Journal of Roman Studies, 1950, p. 30-38, repris dans Libyan Studies, Londres, 1976, p. 35-45). Le débat porte en fait essentiellement sur un passage d’Orose et une expression de la lettre 93 de saint Augustin : cf. infra p. 371-373.

100 Cf. supra p. 218.

101 R. G. Goodchild, Libyan Studies, p. 31 : « The great invasions of 363... could scarcely have occurred without neglect or even connivance on the part of the limitanei ».

102 IRT 871. Texte relu et interprété par J. Reynolds à la suite d’une note de Goodchild, dans le recueil des travaux de ce savant, Libyan Studies, Londres, 1976, p. 112.

103 Synésios, Catastase II (éd. Terzaghi, Rome, 1944, p. 290).

104 Johannide, VIII, 300-310 : cérémonies religieuses des Maures à la veille de la bataille contre Jean Troglita, en particulier en l’honneur du dieu Mastiman,
(...) cui sanguine multo
humani generis mactatur victima pesti.
Pro scelus infaustum !

105 A. Di Vita, « La diffusione del cristianesimo nell’interno della Tripolitania attraverso i monumenti e sue sopravvivenze nella Tripolitania araba », dans Quaderni di archeologia della Libya, 5, 1967, p. 121-142, avec carte p. 123. Une des deux églises du prédésert oriental, à Souk el Oti, a fait l’objet de fouilles récentes (1989) : cf. D. A. Welsby, « Unesco Libyan Valley Survey XXIV : A late Roman and Byzantine Church at Souk el Awty in the Tripolitanian pre-desert », dans Libyan Studies, 22, 1991, p. 61-80.

106 O. Brogan et D. J. Smith, Ghirza, p. 80-92 et p. 243-257.

107 Cf. R. Rebuffat, « Divinités de l’oued Kébir (Tripolitaine) », dans L’Africa romana VII, Atti del VII convegno di studio, Sassari, 1989, Sassari, 1990, p. 119-159.

108 R. Rebuffat, ibid., p. 147.

109 R. Rebuffat, « Bu Njem 1971 », dans Libya Antiqua, XI-XII, 1974-75, p. 215220, avec l’inscription p. 219-220 : Deo Marti Canapphari aug(usto)..., datée de 225 ; id., « Bu Njem 1972 », Libya antiqua, XII-XIV, 1976-77, p. 51-54. Synthèse très claire du même auteur dans son article « Bu Njem », dans EB, t. XI, Aix, 1992, p. 1626-1642.

110 Johannide, VIII, 305-306.

111 Johannide, II, 110-111.

112 Johannide, II, 405-406 (effigie de bois) et V, 501-502 (effigie de métal).

113 Johannide, V, 22-26. Nous suivons ici au vers 26 (numine) Partsch plutôt que Diggle et Goodyear (numina), dont la correction nous paraît obscurcir le texte. Traduction : par un procédé magique, un taureau, que Ierna, prêtre et en même temps le plus grand chef des chefs de tribu, avait dressé et qui marquait, par la volonté divine d’Ammon, les premiers présages de l’alliance de Gurzil avec les siens, est lâché depuis les rangs maures. L’interprétation de V. Brouquier-Reddé (Temples et cultes de Tripolitaine, Paris, 1993, p. 218), qui traduit « le taureau... façonné comme symbole de la divinité d’Ammon », ne tient pas compte du contexte du passage dans la Johannide : il s’agit d’un véritable taureau.

114 L’idée remonte au moins à Tauxier (« la religion des taureaux divins en Afrique », dans RAf, t. 21, 1877, p. 185-197), mais on la retrouve encore par exemple chez A. F. Elmayer, qui parle de « the bull-god Gurzil » (Libyan Studies, 13, 1982, p. 49).

115 Virgile, Enéide, I, 345-346.

116 Johannide, V, 30-31 :
hunc (taurum) sequitur Romanus eques tremulumque sub armo
missile contorquens mediis prostravit harenis
.

117 Johannide, VIII, 302-304 : Ils conduisent des animaux près des autels et font couler à flots le sang lamentable à travers les prés. Ceux-ci honorent Gurzil...

118 La liste est longue de ces prétendus Gurzil. Citons notamment : l’idole du musée d’Alger dans laquelle Berbrugger proposait de voir « Gourzil, fils de Jupiter Hammon » (RAf, t. 2, 1857, p. 371), alors qu’il s’agit en fait d’un dieu à cornes de bélier, comme l’avait bien vu G. Doublet (Musées et collections archéologiques de l’Algérie. Musée d’Alger, Paris, 1890, p. 68 et planche IV no 6) ; « le dieu au chef cornu de Banasa », publié comme un possible Gurzil par H. Morestin (Hesperis-Tamuda, II, 1961, p. 337-344), mais uniquement en vertu de la théorie des migrations ; ou encore le « curieux hermès double du musée du Vatican montrant les têtes d’Ammon et d’une divinité à cornes de taureau », qui pourrait être selon J. Leclant « Gurzil, dieu-taureau adoré par les Maures, fils d’Ammon et d’une génisse » (Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae, t. I, 1, p. 688, description p. 682 et planche 551, no 156, dans le t. I, 2) : en réalité, cet hermès double a toutes les chances d’être une représentation d’Ammon et d’Alexandre le Grand (nous nous proposons de revenir dans une publication séparée sur cette question des prétendus Gurzil).

119 Johannide, V, 23.

120 R. Rebuffat se demande ainsi si le dieu Vanammon, honoré par un temple à Bu Njem, et dont le nom peut signifier « fils d’Ammon » n’était pas en réalité Gurzil (cf. « Divinités de l’oued Kébir », dans L’Africa romana 7, Sassari, 1989, p. 141).

121 Selon A. F. Elmayer, une inscription néo-punique attesterait aussi du culte de Gurzil à Lepcis Magna, en l’associant peut-être à Saturne (« The Libyan God Gurzil », Libyan Studies, 13, 1982, p. 49-50). Mais cette lecture a été fortement contestée.

122 Al-Bakrî, trad. De Slane, JA, 1858, p. 443-444.

123 Cf. D. J. Mattingly, « Libyan and the limes », AA, 23, 1987, p. 89-90 ; et O. Brogan et D. J. Smith, Ghirza, Tripoli, 1985, p. 182 (inscription), p. 80-92 et 243-257 (temple et autels votifs) et planche 52c (bas-relief du sacrifice d’un taureau).

124 R. Rebuffat, « Les fermiers du désert », L’Africa romana 5, Sassari, 1987, p. 59.

125 Cf. sur ce facteur les remarques de D. Roques, Synésios de Cyrène et la Cyrénaïque du Bas-Empire, Paris, 1987, p. 285-290.

126 Ammien, XXVIII, 6, 5.

127 Cf. supra chap. 6, note 8, et D. Roques, op. cit., p. 235-264.

128 C. Courtois avait justement pressenti que le silence de Victor de Vita sur la Tripolitaine dans sa présentation du traité de 442 entre Genséric et l’Empire n’était pas probant. Mais il limitait l’extension du pouvoir vandale à la partie occidentale de la province, jusqu’à Oea, par suite d’une confusion sur le sens du mot Tripolis employé par Procope. En réalité, comme nous l’avons signalé dès 1988, l’historien grec évoque toute la province par ce nom, et non la seule Tripoli moderne (cf. notre article « Les premiers raids des tribus sahariennes en Afrique et la Johannide de Corippus », dans L’armée et les affaires militaires. Actes du IVe colloque international d’histoire et d’archéologie de l’Afrique du Nord, Strasbourg, 1988, Paris, 1991, p. 480-483 surtout). Sur l’évolution des frontières vandales, cf. notre article, « Les frontières mouvantes du royaume vandale », dans Cl. Lepelley et X. Dupuis éd., Frontières et limites géographiques de l’Afrique du Nord antique, Paris, 1999, p. 248-249 pour la Tripolitaine. En fait, nous ne pouvons, à partir des textes, formuler de déductions sur le contrôle vandale que pour la zone côtière : le destin de l’arrière-pays des trois cités, jusqu’au Djebel Nafusa, est très obscur dans ces années 439-533.

129 Procope, Guerre vandale, I, 6, 9 : Enfin Herakleios avait été envoyé de Byzance dans la Tripolis de Libye. Après avoir vaincu les Vandales de la région, il avait pris les cités facilement, et après avoir laissé là sa flotte, avait par voie de terre conduit son armée à Carthage. Procope situe cet épisode méconnu, et qui paraît extraordinaire par sa marche sur Carthage, avant l’expédition navale de Basiliscus de 468. Il vaut mieux ici suivre Théophane, Chronographia, a. 5963 (éd. De Boor, t. 1, p. 117), qui donne une version plus précise et plus mesurée de ces événements qu’il place deux ans plus tard : Durant cette année [470], l’empereur Léon envoya contre Genséric Herakleios d’Edesse, le fils de l’ex-consul Florus, et l’Isaurien Marsos, deux hommes énergiques, avec une armée réunie depuis l’Egypte, la Thébaïde et le désert. Après avoir attaqué les Vandales par surprise, ceux-ci reprirent la Tripolis et beaucoup d’autres cités de Libye et harcelèrent Genséric bien plus que la flotte de Basiliscos ne l’avait fait, de sorte que le roi décida d’envoyer une ambassade de paix à l’empereur Léon. Elle fut acceptée par Léon, qui avait besoin à cette époque de Basiliscos, d’Herakleios et de Marsos à cause d’un complot contre Aspar. Dans les deux cas, et surtout au regard du second texte, il paraît clair que les Vandales contrôlaient la Tripolis entière, c’est-à-dire pour ces auteurs d’abord les trois cités côtières.

130 Procope, Guerre vandale, II, 21, 2-5 : Μαυρούσιοι δεοί Λευάθαι καλουμενοι στρατφ μεγάλιρ ές Λεπτίμαγναν πολιν παρ'αυτον ί'κοντο, επιθρυλλουντες οτι δή τουτου έ'νεκα ήκοιεν, οπως οΣεργιος δωρα τε καίξυμβολα σφίσι τνομιζομενα δους την είρήνήν κρατυνήται. Σέργιος δε Πουδέντίφαναπεισθέις, Τριπολίτη ανδρί, ου-περ εν τοις εμποσθεν λογοις εμνήσθήν ατε κατ'αρχας του Βανδιλικου πολεμου Ίουστινιανφ βασιλεΐ επί Βανδίλους υπήρετήσαντος, ογδοήκοντα μεν των βαρβαρων τους μαλιστα δοκίμους τη πολει εδεξατο, απαντα επιτελεσειν υποσχόμενος τααίτου-μενα, τους δεαλλους εν τφ προαστείωμενειν εκελευσε. Τουτοις δήή τοις ογδοήκοντα πίστεις αμφί τη ειρήνη παρασχομενος, ουτω δ-ήανυτοιίς επί θοίνήν εκαλεσε... επειδή τε αυτφ ες λóγους ήλθον, αλλα τε 'Ρωμαίοις επεκαλουν εγκλήματα καίταλήια σφί-σιν ουδεον δήιωσαι.

131 Cf. Procope, Guerre vandale, I, 25, 2-8 et II, 11, 9-12. Commentaire de ces textes et étude de la signification de ces cérémonies infra p. 586-593.

132 Procope, De Aedificiis, VI, 4, 6 : Lorsque l’empereur Justinien détenait déjà le pouvoir impérial, mais avant qu’il ait entrepris la guerre vandale, les Maures barbares, ceux qui sont appelés Levathai, renversèrent l’autorité des Vandales, alors maîtres de l’Afrique, et vidèrent Leptis Magna de ses habitants.

133 Procope, Guerre vandale, II, 5, 10 : Et plus tard, Bélisaire envoya aussi une armée en Tripolitaine (ές Τρίπολιν) pour Pudentius et Tattimuth, qui étaient là-bas pressés par les Maures, et il renforça ainsi l’autorité romaine dans cette région.

134 Procope, Guerre vandale, I, 10, 22. Cf. infra note suivante.

135 Pendant ce temps, Pudentius, un habitant de la Tripolitaine en Afrique, (Τρίπολιν δέτήν έν Λιβύη των τις έπιχωρίων Πουδέντιος...) provoqua la révolte de cette région contre les Vandales ; s'adressant à l'empereur, il demanda qu'il lui envoie une armée car, disait-il, il soumettrait la région à son autorité sans difficulté. Et (Justi-nien) lui envoya Tattimuth et une petite armée. Pudentius se joignit à lui et, en l'ab- sence des Vandales, il prit possession de la région et la soumit à l’autorité de l’empereur.

136 Cf. supra note 133.

137 Procope, Guerre vandale, II, 21, 3 : cf. supra note 130.

138 Procope, ibid., II, 21,13 : Quand ils (les Levathai) s’approchèrent de la cité de Leptis Magna, Sergius et Pudentius les affrontèrent avec toute leur armée.

139 Procope, ibid., II, 21, 15.

140 Cf. supra note 8.

141 O. Brogan et D. J. Smith, Ghirza, Tripoli, 1985, p. 85 et p. 232.

142 D. J. Mattingly, Tripolitania, p. 215.

143 Procope, De Aedificiis, VI, 2, 15-20 : cf. infra p. 647-648. Le texte ne mentionne pas explicitement la destruction des temples, mais en parlant de la conversion « de toute la population » et de la « transformation de ses anciennes coutumes » il suggère clairement que cela eut lieu.

144 Cf. supra p. 108. Pour D. J. Mattingly, ces peuples de Tripolitaine occidentale, comme les tribus d’Antalas en Byzacène, appartenaient aussi dès avant 544 à la grande confédération Laguatan (Tripolitania, p. 175 ; cf. aussi « The Laguatan... », Libyan Studies, 1983, p. 96-108). Cette thèse est discutée infra p. 303-309. En fait, en dehors de tout lien confédéral permanent, il n’est même pas sûr que les Laguatan dominaient ou même fréquentaient la Tripolitaine occidentale dans les années 540. Deux exemples prouvent en effet que les tribus locales conservaient alors leur entière autonomie : les Imaclas/Mecales suivirent en 544 le dux Pelagius, alors que les Laguatan étaient insurgés ; les Astrices, apparemment sans aucun rapport avec les Laguatan qui se révoltaient au même moment, vinrent en délégation proposer un accord de paix à Jean Troglita en 547.

145 Johannide, II, 85-86.

146 Johannide, II, 113-119. Cf. traduction supra p. 49.

147 Cf. supra p. 49.

148 Corippe, Johannide, III, 409-410.

149 A la suite du massacre de Lepcis : cf. supra p. 289.

150 Johannide, III, 412 : (Pelagius) Ifuraces fictos suscepit nescius artis : « Pelagius, ignorant leur talent, accueillit (dans son armée) des Ifuraces habiles à feindre ». Ce vers est typique de certains passages de la Johannide, où le poète nous livre des informations importantes sous une forme allusive et extrêmement concise.

151 Il faut en effet supposer que les Ifuraces sont compris parmi les « amis » qui, selon Corippe, trahirent Solomon lorsque la bataille devint favorable aux Maures : cf. Johannide, III, 442-443 :
Martis non more furens nullus iam rebus amicus mansit sed praedam rapiens per bella cucurrit omnis amica manus...

152 Johannide, VI, 115-116 : Carcasan s’adressant aux Ilaguas et évoquant leur défaite :
Non ita vult Ammon, non iam qui
numina Gurzil sic violata dolet

153 Johannide, VI, 142-144 :
(...) cuncti clamore sequuntur
Carcasanque fremunt, Carcasan omnibus unum
gentibus esse ducem linguis animisque fatentur

154 J. Desanges, Catalogue... p. 99.

155 Cf. Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, t. V, p. 4 ; idée reprise par G. Camps, « Recherches sur les origines des cultivateurs noirs du Sahara », dans Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 7, 1970, p. 37.

156 Cf. J. Dubief, « Les Ifôghas de Ghadamès, chronologie et nomadisme », dans IBLA (Tunis), tome XI, 1948, p. 141-159. Et J. Desanges, Catalogue... p. 99-100.

157 T. Lewicki, « On some Libyan ethnics in Johannis of Corippus », dans Rocznyk Orientalistyczny, 15, 1948, p. 123.

158 Cf. par exemple Procope, De Aedificiis, VI, 3, 12 : La Tripolitaine est à 22 jours de voyage de la Pentapole pour un voyageur au pas alerte. L’auteur indiquant dans la Guerre vandale (I, 1, 17) qu’une journée de voyage équivaut à 210 stades, soit la distance d’Athènes à Mégare, c’est-à-dire environ 36 km, la Tripolitaine se trouverait donc selon lui à 800 km de la Pentapole. Or Procope signale aussi que la dernière cité de la Pentapole vers l’ouest est Boreion (De Aedificiis, VI, 2, 11). Reportées sur une carte, ces indications permettent de faire débuter la Tripolis de Procope à une cinquantaine de km à l’est de Lepcis.

159 T. Lewicki, op. cit. supra note 157, p. 114-122.

160 Ibn Khurdâdhbah, éd./trad. De Goeje, Leyde, 1887, p. 62.

161 Ptolémée, IV, 3, 6 ; cf. J. Desanges, Catalogue p. 116-117.

162 Une troisième hypothèse, suggérée également par J. Desanges, est aussi envisageable : elle rapproche la Muctuniana manus des Muduciuvii, dont le territoire fut séparé de celui des Zamucii dans la région de Sirte en 87. Cette localisation correspond peut-être mieux à ce que suggère l’ordre du catalogue de Corippe, qui cite deux vers plus loin Digdiga, bien situé dans la plaine syrtique ; mais le rapprochement des racines Muduci/Muctu n’est pas sûr.

163 Procope, De Aedificiis, VI, 4, 12 : : τούς τε πλησιοχώρους αυτη βαρβάρους, οΐ Γαδαβιτανοί επικαλούνται, κατακόρώς ες τοδε τού χρόνου την Ελληνική ν καλου-μενην αθείαν δοξαζοντας, Χριστιανους διεπραξατο γενέσθαι τανύν προθυμίατη παση.

164 J. Desanges supposait que Gadabis n’était peut-être en réalité que Ghadamès (Catalogue... p. 91). Mais Procope, en évoquant les gens de Kidamê (Ghadamès), affirme qu’ils étaient en paix avec les Romains depuis longtemps (De Aedificiis, VI, 3, 10) et qu’ils conclurent un traité avec Justinien ; or, Corippe cite les Gadabitani parmi les insurgés de 546, ce qui rend en principe impossible une identité des deux groupes : cf. infra 4e partie p. 659.

165 L’expression vicinis ripis pour présenter Digdiga après Gadabis (Johannide, II, 119) conduit à privilégier une localisation assez nettement à l’est de Lepcis.

166 Cf. infra p. 653-654.

167 Itinéraire d’Antonin, 65, éd. Parthey et Pinder, Berlin, 1848, p. 30 ; R. G. Goodchild, « Medina Sultan (Charax, Iscina, Sort) », dans le recueil Libyan Studies, Londres, 1976, p. 133-142.

168 Table de Peutinger, segment VIII, 1.

169 L. Cerrata, Sirtis, Avellino, 1933, p. 220-224.

170 L. Cerrata, ibid., photos p. 222-223.

171 Cf. supra p. 257.

172 D. J. Mattingly, Tripolitania, p. 175.

173 Virgile, Enéide, IV, 43-44 :
Hinc deserta siti regio lateque furentes
Barcaei
...

174 Mise au point sur l’histoire de Barke dans A. Laronde, Cyrène et la Cyrénaïque hellénistique, Paris, 1987, p. 59-62.

175 A. Laronde, ibid., p. 460.

176 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, V, 32.

177 Cf. D. Roques, Synésios de Cyrène et la Cyrénaïque du Bas-Empire, Paris, 1987, p. 340. D. Roques rappelle également (p. 96) l’existence d’un personnage plus énigmatique, Dignianus, qui aurait été « métropolite de Barka » ( ?) sous Licinius ( ?). Il considère de manière générale Barké comme « un évêché de campagne » (p. 337 et p. 340).

178 Ibn Khurdâdhbah,trad. De Goeje, Leyde, 1887, p. 65.

179 Cf. infra p. 780-783.

180 Cet usage adopté par les Arabes avait peut-être gagné depuis peu les Byzantins : selon le chroniqueur Nicéphore le Patriarche (éd. Bekker, Bonn, 1837, p. 28), lors de l’attaque arabe sur l’Egypte en 641, un appel aurait en effet été lancé à Jean, stratège de Barka. Mais, comme l’avait remarqué R. G. Goodchild (Antiquity, 41, 1967, p. 120-121, note), cette expression semble anachronique et a pu être inspiré à Nicéphore par le vocabulaire arabe en vigueur à son époque (début du ixe siècle).

181 Procope, Guerre vandale, II, 21, 14 : après le massacre de leurs 79 délégués, Sergius repousse les Levathai, installés près de Lepcis et s’empare de leur camp, capturant femmes et enfants.

182 Corippe, Johannide, II, 91-95 : description du camp de l’Austur, avec un rempart de chameaux et un bétail varié (pecus varium) ; id., VI, 82-86 : défilé des captifs maures à Carthage, avec femmes et enfants sur les chameaux. Mais le passage le plus significatif sur ce sujet est le récit de la prise du camp de Ierna en 546 (V, 430-433) : Une Gétule abattue tomba à la renverse avec ses deux enfants, et les bagages détachés s’effondrèrent sur eux ; un couffin, et une pierre au moyen de laquelle on écrase le blé tombèrent (sur eux) : le poète évoque de toute évidence ici une meule portable en pierre (lapisque / quo Cererem frangit), d’un type encore courant dans les régions sahariennes à l’époque moderne, et qui était effectivement chargée sur les chameaux : cf. L. Geslin, « Le moulin à main en Afrique du Nord », dans Bulletin de la Société de Géographie et d’Archéologie d’Oran, t. 62, 1941, p. 29-44, qui signale que ces meules portatives, « faciles à transporter à dos d’âne ou de chameau », ont un poids « de dix-huit à trente-sept kilos » (p. 32).

183 Cf. supra p. 289-292.

184 D. J. Mattingly avait d’abord présenté sa théorie sur la structure confédérale étendue des Laguatan dans son article « The Laguatan, a Libyan tribal confederation in the Late Roman Empire », dans Libyan Studies, 14, 1983, particulièrement p. 96-97 et p. 100. Il l’a ensuite appliquée à d’autres groupements et à d’autres époques de l’histoire de la Libye antique dans son livre Tripolitania, Londres, 1995, notamment p. 19-37 et p. 173-176.

185 D. J. Mattingly s’appuie essentiellement, sur le plan théorique, sur les travaux de l’ethnologue contemporain E. Gellner : cf. notamment Saints of the Atlas, Londres, 1969, et le recueil édité par E. Gellner avec C. Micaud, Arabs and Berbers. From tribe to nation in North Africa, Londres, 1973. La réalité du système segmentaire ne fait évidemment aucun doute pour nous, d’autant que la complexité des structures tribales berbères de l’Antiquité, de la domus à la confédération, a depuis longtemps été mise en valeur, de la synthèse de Gsell à la publication par M. Euzennat et W. Seston de la Table de Banasa. Le problème ici est simplement de fixer les limites du modèle confédéral dans le cas des tribus berbères des années 530-550.

186 Procope, Guerre vandale, II, 21, 2 (cité supra p. 289) ; ou II, 28, 47 : la guerre de 547-548 fut due, selon lui, au retour des Levathai, seuls nommés.

187 Procope, ibid., II, 21, 3 (cité supra, note 130).

188 Cf. par exemple Guerre vandale, II, 13, 19, où Iaudas, Massonas, Mephanias et Ortaïas sont simplement des Maurousioi.

189 L’historien grec utilise habituellement ce mot άρχον pour évoquer les chefs maures : cf. ainsi II, 11, 15, à propos des quatre chefs qui déclenchent la révolte en Byzacène en 534.

190 Guerre vandale, II, 21, 3.

191 Corippe, Johannide, VI, 404-405.

192 Johannide, I, 143-144.

193 Johannide, VI, 166-167.

194 Johannide, VI, 238.

195 Johannide, VIII, 474.

196 Johannide, VIII, 647.

197 Cf. supra notre commentaire du catalogue du chant II, p. 51-61.

198 Johannide, I, 466-467

199 Johannide, IV, 374.

200 Cf. Johannide, II, 42-43 :
Hunc (Antalas) consanguineis sequitur densissima turmis
Frexes
...
et III, 393 et 395-396 :
(Antalas) misit ad extremas Libyae sitientis harenas (...)
(...) populosque malignos
edocuit nostrisque implevit cladibus aures
.

201 Procope, Guerre vandale, II, 21, 16-18 (pour 544) ; et II, 28, 47 (pour 547-548) : χρόνωδέυστερον oi Λευάθαι αθις στρατφ μεγαλωέκ των έπΙ Τριπόλεως χωρίων ές Βυζακιον αφικόμενοι τοις αμφιτόν Άνταλαν ξυνέμιξαν. (Mais plus tard les Levathai revinrent avec une grande armée depuis la Tripolitaine jusqu'en Byzacène et unirent leurs forces à Antalas).

202 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 345.

203 Johannide, VIII, 647-649.

204 Cf. ainsi Johannide, VI, 166-172 (oracle d’Ammon dans l’hiver 546-547) :
Victor Ilaguatensis acerbo Marte Latinos
conturbabit agens. Aeterno tempore Mazax
Byzacii campos magna virtute tenebit.
Tunc erit alma quies. Celsas Carthaginis arces
Carcasan ductor portis ingressus apertis,
altior et placidus, populo comitante feretur
urbem per mediam
.
« Le Laguatan victorieux, en livrant un dur combat, mettra en déroute les Romains. Grâce à sa grande vaillance, le Mazax occupera pour l’éternité les plaines de Byzacène. Alors règnera un calme bienfaisant. Le chef Carcasan, entré par les portes grandes ouvertes dans la haute citadelle de Carthage, sera conduit, majestueux et paisible, au centre de la ville avec le concours du peuple ».
On remarquera ici l’alternance Ilaguatensis/Mazax pour désigner la coalition dirigée par Carcasan : la valeur très générale du deuxième terme laisse deviner le sens très large du premier.

205 Cf. infra p. 448-450.

206 Cette question fait l’objet de notre 5e partie, infra p. 767-778.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1418/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Légende Carte 7 – Pluviométrie de la Tripolitaine et de la Cyrénaïque (d’après D. Roques).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1418/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Carte 8 – La Libye au temps des premières incursions des Austuriani (ive siècle).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1418/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende Fig. 2 – Le sanctuaire de Slonta (d’après M. Luni).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1418/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 6,6M
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1418/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Légende Fig. 3 – Ferme fortifiée (gasr) et habitat périphérique (Antiquité tardive) dans le Wadi Umm el Agerem (d’après G. B. Jones).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1418/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Légende Carte 9 – Les trois cercles des Maures dans la Libye du Bas-Empire.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1418/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 4 – Bas-relief de la tombe « N » de Ghirza (d’après O. Brogan et D.-J. Smith).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1418/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Carte 10 – Traces de christianisation en Tripolitaine centrale et orientale.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1418/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Carte 11 – Les groupes maures de la Libye orientale au temps de Corippe.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1418/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540