Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle)

 | 
Yves Modéran

Deuxième partie. Les Maures de l’extérieur et le problème des néoberbères

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 Johannide, II, 85-112.
  • 2 Avec des formes très variables : Ilaguas (I, 478 et IV, 374), Hilaguas (II, 87, 96, 106, 210, 345), (...)
  • 3 Cf. Johannide, II, 87-88 : Ilaguas innumeris milibus...
  • 4 Johannide II, 109 : Ierna ferox his ductor erat Gurzilque sacerdos. VIII, 302-304 :
    (...) Producunt (...)
  • 5 Johannide, I, 480-482 ; V, 178-180 ; VII, 530-533.
  • 6 Johannide, VI, 108
  • 7 Quatre occurrences seulement du mot dans le De bello Gildonico par exemple.
  • 8 Horrida gens : Johannide, II, 102 ; saeva gens : ibid. II, 345 ; raptor iniquus : VI, 279.
  • 9 Cf. infra p. 303-308.

1Les peuples « syrtiques » représentent dans le catalogue de Corippe une masse d’une grande diversité, qui recouvre d’importantes inégalités entre les groupes mentionnés. Cependant le poète lui-même n’a pas caché que certains éléments jouaient à ses yeux un rôle plus déterminant que d’autres dans cet ensemble, et avant tout les Laguatan. Ce peuple occupe en effet dans la Johannide, mais aussi dans la Guerre vandale de Procope, une position exceptionnelle. Dans l’œuvre de Corippe, cette suprématie se perçoit d’abord par un simple calcul des développements consacrés à chaque unité : avec 28 vers1, l’union des Laguatan et des Austur représente ainsi à elle seule 20 % du catalogue du chant II. Mais cette mise en valeur n’est pas propre à ce seul passage : elle se retrouve dans tout le poème. Après le terme Maurus, à valeur très générale, le mot Laguatan, sous ses différentes formes, est l’ethnique le plus fréquemment cité2 : 31 occurrences contre 5 Frexes, 5 Ifuraces, 5 Naffur etc. De la même manière, les Laguatan se voient attribuer souvent des caractéristiques particulièrement redoutables et effrayantes. Ils ont d’innombrables milliers d’hommes3 ; leur chef est le prêtre du dieu Gurzil, dont ils sont les adeptes les plus fervents, manifestant ainsi un paganisme fanatique4. Leur passé accentue leur barbarie : à trois reprises, le poète leur fait rappeler un échec cinglant qu’ils auraient infligé à l’empereur Maximien, et dont ils s’enorgueillissent bruyamment5. Cette opposition séculaire à Rome leur vaut parfois d’être désignés par l’expression nunquam superatus Ilaguas6. Elle leur vaut aussi une série de qualificatifs très évocateurs. Corippe utilise peu le mot barbarus, probablement parce qu’il ne le jugeait pas assez fort. Il y avait eu en effet dans l’Empire, depuis le ive siècle, de « bons barbares », comme Stilicon, tant loué par Claudien, qui est un des modèles de Corippe et qui use lui même rarement du mot7. Vis-à-vis des Laguatan, la Johannide emploie donc un vocabulaire plus brutal. Ceux-ci sont une horrida gens, issue elle-même d’une saeva gens ; leur peuple se comporte en raptor iniquus, et multiplie incendies et massacres8. Le poète va même plus loin, en faisant parfois de leur nom un mot générique, synonyme de sauvage, qu’il applique à l’ensemble des Maures, et en particulier à Antalas9. Certes cet acharnement ne touche pas que les seuls Laguatan dans le poème, mais il accentue un portrait plus vigoureusement inquiétant que les autres.

  • 10 Johannide, II, 87-97 et 109-112 (texte supra p. 45).

2L’originalité de ces Laguatan, et l’importance que leur accordent Corippe et Procope, ont depuis longtemps été notées par les historiens, qui ont aussi remarqué plusieurs particularités qui les singularisaient très nettement par rapport aux autres Maures. Le texte de Corippe montre d’abord qu’ils formaient au vie siècle une sorte de double tribu, en étant très étroitement associés aux Austur. Le poète est sur ce sujet très explicite dans son catalogue du chant II10 :

L’Ilaguas jamais vaincu se rassemble avec d’innombrables milliers d’hommes et, dans son vol, terrorise le monde entier. Le cruel Austur, lâchant la bride à ses coursiers, le suit, confiant dans ses forces ; il est courageux sous les armes et ses effectifs dépassent la mesure. Car le belliqueux Austur, inquiet à l’idée d’engager en plaine des combats hasardeux, établit des remparts et des retranchements formés de chameaux attachés, et dispose en un cercle protecteur serré un bétail varié pour entortiller dans ces obstacles l’ennemi au combat, et le terrasser alors qu’il est embarrassé. Alors, en courant, le cruel Ilaguas anéantit en les abattant dans ces remparts étroits les escadrons... Le fougueux Ierna était leur chef et le prêtre de Gurzil. Ces tribus rapportent que le père de ce Gurzil est Ammon porteur de cornes, et qu’une génisse farouche est sa mère : si grande est la folie de ces esprits aveugles...

  • 11 Johannide, II, 344-348.

3Nulle part ailleurs dans le catalogue ou dans le reste de la Johannide on ne retrouve d’association aussi étroite entre deux tribus, dont le succès au combat dépendrait uniquement de la totale complémentarité, et qui n’auraient surtout qu’un seul chef. Le lien ici décrit dépasse visiblement la simple alliance ou même la confédération : pour Corippe, Austur et Ilaguas étaient véritablement deux tribus-sœurs, ce que confirme la suite du poème. Lorsque Récinaire propose à Jean Troglita, dans un autre passage-clef de la Johannide, une ligne de conduite vis-à-vis des Maures, établissant la distinction entre Maures de l’intérieur et Maures de l’extérieur, ses exemples sont en effet très significatifs11 :

Nostris discedat ab oris
ille furens Austur saevae seu gentis Ilaguas.
Principis ipse jugum solite sufferre coactus
subjecta cervice vehat. Si cesserit ille
omnia salva fient.

  • 12 D’abord notée brièvement par Partsch (proemium p. xiii), l’association étroite des deux tribus a ét (...)
  • 13 La liste des mentions attestées des deux tribus figure infra p. 165. Seule en fait leur présence au (...)

4Pour évoquer la soumission attendue des Maures de l’intérieur, un personnage sert de symbole, Antalas ; mais pour définir la politique inverse, l’expulsion des Maures de l’extérieur, c’est à un double ethnonyme que recourt le poète : Austur seu Ilaguas. La formule suffit à souligner la nature particulière de ce peuple. Comme Partsch l’avait pressenti, et comme surtout D. J. Mattingly l’a nettement établi12, Austur et Laguatan formaient donc en fait un seul groupe. Or, ces deux noms, une fois réunis, reconstituent une des plus étonnantes séquences de l’histoire berbère. Sous les formes Austuriani, Ausourianoi, Levathai, ou Lawâta à l’époque arabe, ils peuvent en effet être suivis du ive au xve siècle13, mais avec trois particularités remarquables.

  • 14 Ammien Marcellin, XXVIII, 6, 1-30 (allusion aussi en XXVI, 4-5). La chronologie de ces événements r (...)
  • 15 Cf. par exemple les plaintes de Synésios sur l’inefficacité des forces impériales face à ces tribus (...)

5La première est leur apparition soudaine. Avant qu’Ammien Marcellin ne raconte leurs trois raids successifs contre les cités de Tripolitaine dans les années 36014, aucun auteur ne semble avoir connu de tribus Austur(iani) ou Laguatan. Elles sont totalement absentes des nomenclatures de Pline l’Ancien et de Ptolémée, comme de la Table de Peutinger. Le silence de ces documents est d’autant plus déconcertant que, dès leur première intervention, les deux tribus semblent perturber gravement l’existence des cités africaines. Ce comportement violent est un second aspect remarquable de leur histoire. Elles lancent au ive et au ve siècle des attaques brutales sur la Cyrénaïque et la Tripolitaine, très souvent couronnées de succès, les Romains semblant incapables de les arrêter15. Plus tard, elles seront, comme nous l’avons vu, à la tête des coalitions qui harcèleront les Byzantins dans les années 543-548. Les textes, et en particulier le catalogue de Corippe, signalent alors leur habitude de combattre derrière un rempart de chameaux, et ils soulignent leur paganisme invétéré. En bref, elles donnent l’impression d’avoir échappé à toute influence romaine, et d’être devenues ainsi les responsables essentielles des difficultés de l’Empire, non seulement sur le territoire de l’actuelle Libye, mais aussi peu à peu dans toute l’Afrique.

  • 16 Siège de Laribus en 544 raconté par Procope, Guerre Vandale, II, 22, 18-20. Prise d’Hadrumète : Cor (...)

6Nous rencontrons en effet ici leur troisième caractère original : signalées au ive siècle en Tripolitaine, elles se retrouvent, au temps de Corippe, à l’assaut d’Hadrumète en Byzacène, et de Laribus en Proconsulaire. Plus tard, les textes arabes les mentionnent dans l’Aurès, et finalement jusqu’au Maghreb occidental16.

  • 17 L’expression « grands nomades chameliers » appliquée aux Laguatan est très ancienne : fréquente sou (...)
  • 18 Les expressions « Paléoberbères » et « Néoberbères » ont été forgées par G. Camps. La plus ancienne (...)
  • 19 Le schéma ici résumé est celui qu’a plusieurs fois exposé G. Camps : sous une forme incomplète dès (...)
  • 20 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 104. G. Camps n’a jamais repris cette expression et, com (...)
  • 21 G. Camps, Berbères... p. 127 : « Ces nomades chameliers vont balayer des plaines méridionales la vi (...)

7Origine mystérieuse, comportement violent, progression vers l’ouest, ces trois éléments n’ont pas été isolés par les historiens, mais au contraire assemblés. Ils ont constitué depuis plus d’un siècle les matériaux essentiels d’un ambitieux schéma que nous appellerons la théorie des migrations néoberbères. Selon cette théorie, les Austuriani et les Laguatan, possesseurs de chameaux ayant effectué de larges déplacements, devraient être définis comme des « grands nomades chameliers17 ». En tant que tels, ce seraient des Néoberbères18, car, si le chameau était connu depuis longtemps en Afrique du Nord, le grand nomade constituerait une nouveauté liée à l’émergence de nos deux tribus. Celles-ci auraient surgi des déserts libyo-égyptiens à la fin du iiie siècle. Bientôt suivies par d’autres groupes identiques (dont beaucoup figureraient dans le catalogue de Corippe), elles auraient submergé progressivement les anciens peuples berbères (les Paléoberbères), leur imposant leur pouvoir et leur genre de vie, dans les provinces orientales d’abord, puis dans le Maghreb central à partir du vie siècle19. Car, et c’est le point central de la théorie, les grands nomades chameliers auraient eu une tendance pluriséculaire à émigrer vers l’ouest, en vertu de ce que C. Courtois définit comme « un mystérieux appel20 ». Leur action aurait donc en définitive influencé l’évolution de toute l’Afrique du Nord dans l’Antiquité tardive. Plus particulièrement, elle expliquerait une mutation fondamentale de ces régions vers la fin de l’Antiquité, le recul de la sédentarité et l’expansion du nomadisme21. La responsabilité de ces phénomènes incomberait, du fait des grandes migrations, non aux Berbères traditionnels que les Romains appelaient Gétules, Maures ou Numides, mais à ces Néoberbères profondément étrangers et bien plus redoutables. Ceux-ci auraient donc eu, en vertu de la théorie des migrations, un rôle historique majeur.

  • 22 Cf. exemples infra p. 138-143.

8Cette théorie a pris peu à peu une telle ampleur qu’il est devenu courant d’évoquer la situation du groupe maure « syrtique » distingué par Corippe uniquement à travers elle. Pour la plupart des auteurs récents, les coalitions animées par Ierna en 544-546 et Carcasan en 547-48 auraient été ainsi dominées par les grands nomades chameliers, engagés dans le long processus d’une migration dévastatrice vers l’ouest22. En abordant l’étude de ces tribus libyennes, nous ne pouvions ignorer cette interprétation, presque unanimement acceptée aujourd’hui, et dont les implications historiques sont considérables, puisqu’elle fait des Laguatan et de leurs associés des peuples restés totalement à l’écart de la romanité : tout notre chapitre sera donc d’abord organisé par rapport à cette théorie. Mais il le sera de façon critique.

  • 23 Deux monographies ont été consacrées, avant notre enquête, à cette question : une Ph. D. de M. T. J (...)

9Très souvent affirmée, la théorie des migrations présente en effet la singulière originalité de ne reposer que sur l’exemple quasi unique des Austuriani et des Laguatan. Si parfois quelques autres exemples sont cités pour étayer tel ou tel point, l’ensemble du raisonnement ne s’appuie que sur ces deux tribus, parce que ce sont les seules dont la destinée puisse être suivie avec certitude sur plusieurs siècles. Or, et notre projet trouve ici sa justification, comme nous l’avions annoncé dès l’introduction, aucune étude spécifique n’a permis jusqu’à présent de vérifier les trois postulats de la théorie des migrations pour ces peuples23 : leur origine lointaine, leur caractère de Néoberbères, leur migration vers l’ouest, ceci tout au moins pour l’Antiquité tardive, qui nous intéresse avant tout. Il est pourtant bien évident que toute la thèse repose sur ces trois éléments, et d’abord sur le phénomène migratoire.

10Ces constatations ont déterminé la problématique et le plan de cette partie essentielle de notre recherche. La question étant finalement autant historiographique qu’historique, nous avons estimé nécessaire, dans un premier temps, de nous interroger sur les sources, les étapes, et les implications générales de la théorie des migrations, afin d’en comprendre l’extraordinaire succès. Cette enquête permettait simultanément de relever les différents arguments avancés par les défenseurs de cette théorie. La discussion de ces arguments, par leur confrontation avec l’ensemble de la documentation sur les Austuriani et les Laguatan, pour la première fois assemblée et analysée systématiquement, a formé la suite logique de ce travail, et le chapitre essentiel de notre étude. La question centrale était ici de déterminer ou non l’existence de l’origine et du mouvement migratoires prêtés aux deux tribus, et de là, de juger la valeur de la notion de Néoberbères. Les résultats de cette enquête ont été surprenants, puisqu’ils nous ont conduit à remettre en question l’essentiel du schéma migratoire pour l’Antiquité tardive. Cette conclusion, privant de sa substance la notion de « Néoberbères », a paru cependant encore incomplète. Si les Austuriani et les Laguatan n’étaient pas des Néoberbères, et s’ils n’avaient pas affecté le destin des régions centrales du Maghreb à la fin de l’Antiquité, le problème se posait, en effet, de découvrir leur véritable origine, leur nature, et le sens de leur action à cette époque, en particulier dans les guerres du temps de Corippe. Seules des réponses satisfaisantes à ces questions pouvaient confirmer les premiers résultats de notre enquête. La recherche de ces réponses constitue l’objet des deux derniers chapitres de cette partie, qui éclairera d’un jour nouveau le groupe « syrtique » tant mis en valeur par Corippe.

Notes

1 Johannide, II, 85-112.

2 Avec des formes très variables : Ilaguas (I, 478 et IV, 374), Hilaguas (II, 87, 96, 106, 210, 345), Ilasguas (VI, 108, 195, 238, 437, 454, 462, 469, 604 ; VII, 383 ; VIII, 580, 647), Laguantan (I, 467 et VII, 535), Laguatan (VI, 278), Laguanta (IV, 48), Ilaguaten (V, 153), Ilaguatensis (VI, 166), Languatan (IV, 629 ; V, 171 ; VIII, 434 et 501), Languantan (IV, 85 et VIII, 474), Languentan (I, 144). Cette liste est plus complète que celle de Partsch (proemium de l’édition MGH), mais elle élimine la forme Leucada (III, 294) qui correspond à un nom de lieu. Derrière la diversité des formes, on reconnaît deux variantes essentielles, Ilaguas et Laguantan, dont la différence n’est due qu’à l’emploi occasionnel du « i » initial, qui n’est autre que la marque du pluriel en berbère. La même tribu est appelée par Procope Leuathai, par suite d’une hésitation habituelle chez les Gréco-Latins sur la transcription du son berbère gua/oua. Les Arabes comprendront Lawâta ou Luwâta : cf. sur le passage gua berbère/wa arabe l’article de T. Lewicki, « On some Libyan ethnics in Johannis of Corippus », dans Rocznyk Orientalistyczny, 15, 1948, p. 118 particulièrement. Parce que notre principale source est Corippe, nous avons adopté ici comme D. J. Mattingly (« The Laguatan, a Libyan tribal confederation in Late Roman Empire », Libyan Studies, 1983, p. 96-108) la forme Laguatan, qui représente une moyenne entre toutes les variantes connues (même si statistiquement elle n’est pas la plus fréquente dans la Johannide). Sur une étymologie berbère possible du nom (la-{war ou LWN : « foncé », « sombre », d’où les « hommes à la peau bronzée »), cf. D. J. Mattingly, « Laguatan », dans Encyclopédie Berbère, éd. provisoire, cahier no 40, Aix, 1987, p. 13.

3 Cf. Johannide, II, 87-88 : Ilaguas innumeris milibus...

4 Johannide II, 109 : Ierna ferox his ductor erat Gurzilque sacerdos. VIII, 302-304 :
(...) Producunt pecudes altaria circum
Et fundunt miserum rivis per prata cruorem
Hi mactant Gurzil...

5 Johannide, I, 480-482 ; V, 178-180 ; VII, 530-533.

6 Johannide, VI, 108

7 Quatre occurrences seulement du mot dans le De bello Gildonico par exemple.

8 Horrida gens : Johannide, II, 102 ; saeva gens : ibid. II, 345 ; raptor iniquus : VI, 279.

9 Cf. infra p. 303-308.

10 Johannide, II, 87-97 et 109-112 (texte supra p. 45).

11 Johannide, II, 344-348.

12 D’abord notée brièvement par Partsch (proemium p. xiii), l’association étroite des deux tribus a été pour la première fois réellement et à juste titre soulignée par D. J. Mattingly (« The Laguatan... », Libyan Studies, 1983, p. 96-108).

13 La liste des mentions attestées des deux tribus figure infra p. 165. Seule en fait leur présence au temps de Maximien pose problème. Corippe fait trois fois référence à une campagne manquée du tétrarque contre les Laguatan (I, 480-482 ; V, 178-180 ; VII, 530-533), la dernière étant la plus précise :
(...) Nec Maximianus apertas
his potuit conferre manus, cum sceptra teneret
Romani princeps populi victorque per omnes
Poenorum gentes bellis transiret acerbis.
Il paraît logique de rattacher ces allusions à l’expédition de Maximien en Afrique en 297-298, tournée d’abord contre les Quinquegentiani de Maurétanie Césarienne. Mais à part une vague allusion d’Eumène (Panégyriques latins, V : discours pour la restauration des écoles d’Autun, XXI, 1-3 ) aux champs de Libye dévorés par la soif que parcourt l’empereur lançant la foudre sur les Maures écrasés, aucun document n’offre de références, ni même d’indices qui vérifient l’existence de cette campagne en Tripolitaine. Ce silence, remarquable en particulier dans le panégyrique de Maximien et Constantin en 307, où seule la victoire en Maurétanie est signalée, a conduit beaucoup d’historiens à mettre en doute le témoignage de Corippe (cf. en dernier lieu R. Rebuffat, « Maximien en Afrique », Klio, 74, 1992, p. 371-379 ).

14 Ammien Marcellin, XXVIII, 6, 1-30 (allusion aussi en XXVI, 4-5). La chronologie de ces événements reste incertaine : cf. Cl. Lepelley, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, t. 2, p. 357. La première mention sûre des Austuriani semble se rapporter chez Ammien à l’année 363, mais il faut prendre garde à ce que dit cet auteur lui-même de la tribu : Quelques temps domptés, ils retombèrent dans les agitations qui leur sont naturelles (XXVIII, 6, 2). L’attaque de 363 n’était donc pas la première. De fait, une inscription gravée entre 355 et 363 en l’honneur du gouverneur Flavius Nepotianus à Lepcis mentionne déjà l’arrogance des barbares (IRT 565) dominée par le gouverneur, qui a ainsi préservé ( !) la cité ab omni hostile incursione : tout ceci paraît bien concerner aussi les Austuriani.

15 Cf. par exemple les plaintes de Synésios sur l’inefficacité des forces impériales face à ces tribus en Cyrénaïque : commentaire dans D. Roques, Synésios de cyrène et la Cyrénaïque du Bas-Empire, Paris, 1987, p. 279-284.

16 Siège de Laribus en 544 raconté par Procope, Guerre Vandale, II, 22, 18-20. Prise d’Hadrumète : Corippe nomme les Laguatan (Johannide, IV, 48) mais Procope ne confirme pas (cf. infra p. 619-624). Aurès et Maroc : Al-Bakrî, trad. De Slane, JA, 1859, p. 395 et p. 329.

17 L’expression « grands nomades chameliers » appliquée aux Laguatan est très ancienne : fréquente sous la plume de E.F. Gautier, qui en fait le titre de deux de ses chapitres (Le passé de l’Afrique du Nord. Les siècles obscurs, Paris, 1942, p. 188-244), elle a été reprise par C. Courtois (Les Vandales et l’Afrique p. 349-351) et G. Camps (Berbères. Aux marges de l’histoire, Toulouse, 1980, p. 125).

18 Les expressions « Paléoberbères » et « Néoberbères » ont été forgées par G. Camps. La plus ancienne occurrence du premier nom semble se trouver dans un article de 1968 (G. Camps, « Mouvements de populations et civilisations préhistoriques et protohistoriques au Sahara depuis le Xe millénaire », dans Revue d’histoire et de Civilisation du Maghreb, 5, 1968, p. 7-11). Le second n’apparaît à notre connaissance qu’en 1980, dans la grande synthèse Berbères. Aux marges de l’histoire, citée supra, à la p. 128.

19 Le schéma ici résumé est celui qu’a plusieurs fois exposé G. Camps : sous une forme incomplète dès 1961 dans un passage de sa thèse (Aux origines de la Berbérie. Monuments et rites funéraires prothistoriques, Paris, 1961, p. 33), puis à plusieurs reprises à partir de 1980 (Berbères..., p. 124-128). Certes, G. Camps n’a jamais conçu ce schéma à la manière d’une « théorie », mais sa répétition dans nombre de ses travaux depuis vingt ans, pour expliquer des problèmes différents du passé du Maghreb (cf. ainsi l’article « Branès », dans EB, tome XI, 1991, p. 1609-1610), aboutit à cela.

20 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 104. G. Camps n’a jamais repris cette expression et, comme il nous l’a fait remarquer à deux reprises lors de la soutenance de nos thèses en 1990 et 1996, il a toujours évité d’employer le terme de « migration ». Mais en évoquant un déplacement durable et massif des Laguatan et autres Zénètes « de la Cyrénaïque vers le Maghreb central », et en faisant de ce mouvement « une de ces pulsations qui, depuis la Préhistoire, conduit toujours au Maghreb des populations venues de l’Est » (Berbères..., 1980, p. 125), il a bien, en fait, décrit une « migration »... Au demeurant, comme on le verra ensuite, notre désaccord avec lui est plus d’ordre chronologique que conceptuel : c’est d’abord l’existence de ce mouvement avant la conquête arabe qui nous semble contestable.

21 G. Camps, Berbères... p. 127 : « Ces nomades chameliers vont balayer des plaines méridionales la vie sédentaire et l’agriculture que l’organisation du limes avait seule rendues possibles ».

22 Cf. exemples infra p. 138-143.

23 Deux monographies ont été consacrées, avant notre enquête, à cette question : une Ph. D. de M. T. Jerary, présentée à l’Université du Wisconsin en 1976 sous le titre The Luwata. Prolegomena, source book, and preliminary study : la partie proprement historique de ce travail, resté inédit et très difficile d’accès, a été jugée par Av. Cameron « not satisfactory » (« Byzantine Africa. The literary evidence », Excavations at Carthage, 7, 1978, p. 40 note 99) ; et l’article de D. J. Mattingly, « The Laguatan. A Libyan tribal confederation in Late Roman Empire », Libyan Studies, 1983, p. 96-108, dont les conclusions ont été reprises dans la thèse du même savant, Tripolitania, Londres, 1995, p. 173-175.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540