Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle)

 | 
Yves Modéran

Première partie. Les Maures au début du VIe siècle : identité et histoire

Chapitre 2. Le catalogue des tribus de la Johannide

Texte intégral

  • 1 Le seul chapitre de Diehl spécifiquement consacré aux Maures (L’Afrique byzantine p. 301-319) est a (...)
  • 2 Le texte latin donné ici est celui adopté par V. Zarini dans sa thèse Berbères ou barbares ? Recher (...)

1Si les passages décrivant la gens innumera Maurorum sont nombreux dans la Johannide, il en est cependant un qui, par son ampleur et sa nature, tient lieu de véritable inventaire ethnographique. Au début du chant II, en environ cent quarante vers, Corippe entreprend en effet de donner la liste de tous les groupes qui formaient l’acies maurusia insurgée contre l’Empire au moment de l’arrivée de Jean Troglita en 546. Ce texte, unique en son genre par sa précision, constitue pour l’historien soucieux de mieux connaître le monde berbère du vie siècle un point de départ obligé. Diehl et Courtois l’avaient compris et en ont fait le support majeur de leurs tableaux des peuples maures1. Elaboré par un témoin apparemment bien informé, il représente évidemment une base de départ séduisante. Cependant, outre les nombreuses difficultés de traduction qui le caractérisent, son utilisation n’est possible que si un certain nombre de précautions méthodologiques sont prises. Deux recherches préliminaires sont en particulier indispensables : l’une sur le contexte historique de ce catalogue, l’autre sur sa place et sa fonction dans la Johannide. Ce sont ces problèmes qui seront d’abord examinés ici, avant une étude de la logique du classement suivi par Corippe et une discussion de la pertinence de l’interprétation du phénomène maure proposée par le poète2.

1– TEXTE ET TRADUCTION (II, vers 23-161)

a) texte

23 Quis mihi tot populos gentesque et proelia vates Ordinet arte nova ? Tu, Iustiniane, favendo

25 Cuncta doce : admisce blanda dulcedine Musam. Temperet insuetis nutant quae carmina verbis, Nam fera barbaricae latrant sua nomina linguae. Primus init bellum, fraterna morte coactus, Maurorum princeps, Romanis subditus olim

30 Principibus, gratus ducibus fidusque magistris, Antalas ; diramque movens in proelia dextram Erexit furiale fremens, qua turbidus omnes Impulit armatas bellorum ad praemia gentes. Finibus in Libycis suscepta pace fidelis

35 Ille fuit plenosque decem perfecerat annos. Heu, ducis ignari quale indiscretio bellum Movit et extinctas fecit recalescere flammas ! Tunc furor incerti posuit plantaria Martis ; Perfidiae crimen vel tantae semina mortis

40 Ira dedit. Gentes Libyae commovit amaras Acrior et totum turbavit cladibus orbem. Hunc consanguineis sequitur densissima turmis Frexes et tumida laudat cervice regentem, Fortis gens et dura viris, bellique tumultu

45 Effera, seu pedes it campis praesumpta per hostes, Sive frementis equi pulsat calcaribus armos. Inde leves equitum turmae comitante Sidifan Arma ferunt. Saevus medium volat ille per agmen, Fisus equo, armatasque movet pulsatque phalangas,

50 Acer, et indomitus latos discurrit in agros. Hinc Sinusdisae volitant per bella cohortes, Silvacae truces et saevus Naffur in armis, Silcadenitque ferus, celsis qui in devia silvis Bella dolis metuenda parat, conterritat hostes

55 Fraude loci caecisque furens praefertur in ausis ; Qui Gurubi montana colunt vallesque malignas, Mercurios colles et densis Ifera silvis ; Quis gravis Autiliten, patris non mollior ausis, Praefectus bellique comes nullique fidelis

60 Ibat et ingentes scelerum lavabat habenas, Succendens praedansque ferox mactansque trahensque ; Silvaizan Macaresque vagi, qui montibus altis Horrida praeruptis densisque mapalia silvis Obiectae condunt securi rupis ad umbram ;

65 Et quis flumineis fontes interserit undis, Silzactae Caunesque leves, qua montis ab alto Dirigit incurvis amnem per gramina ripis, Vadara, quem planos currentem fundit in agros ; Quas Agalumnus alit, venere ad proelia gentes,

70 Nubibus in mediis celsum qui ferre cacumen Cernitur, et lati sustentans sidera caeli Macubius, gravidis quasque***miserrima culmis Dumosae nutrit perstringens hordea terrae Sascar ; et accitus longis convenit ab oris

75 Astrices, Anacutas, Urcelianus, Imaclas, Zersilis artatis aluit quos horrida campis Immitit, polluta viros mox Gallica tristes ; Nec cessant populos infausti mittere campi Quos +Talanteis+ nutrix suscepit ab arvis

80 Tillibaris iunctasque mari quis tendit harenas Marta mali genetrix. Tristes quos cernere campos Vitasset Romana manus, ni fata dedissent Invida saepe, bonis licet, ultima rumpere fila. Sic tibi, Summe Pater, placuit, sic iussa ferebant.

85 Nuntius extremas Libyae transvectus in oras Convocat indomitas externa ad proelia gentes. Convenit innumeris nunquam superatus Ilaguas Milibus et totum volitans conterritat orbem. Cornipedum saevus laxatis Austur habenis

90 Viribus hunc sequitur fidens, et fortis in armis Et numero superante modum. Nam belliger Austur, Sollicitus dubias campis committere pugnas, Collocat astrictis muros fossasque camelis Atque pecus varium densa vallante corona

95 Ponit, ut obicibus pugnantes implicet hostes Ambiguosque premat. Currens tunc saevus Ilaguas Mactat in angustis prosternens agmina muris Et campos securus adit, sequiturque premitque Caede nova miserumque furit vastator in agmen.

100 Est aries illis infandi machina belli Comptaque dispositis ponunt tentoria signis, Horrida gens et dura viris audaxque triumphis Innumeris, nullo bellis quae tempore cessat, Impia, crudelis. Nullas timet ille ruinas,

105 Sed decuit timuisse tamen, seu iure decebit Paenitat saevisse diu. Nam fortis Ilaguas Quondam per latos prostatus vulnere campos Funera saeva dedit, praedis bellisque pepercit. Ierna ferox his ductor erat Gurzilque sacerdos.

110 Huic referunt gentes pater est quod corniger Ammon, Bucula torva parens : tanta est insania caecis Mentibus ! Ah, miseras fallunt sic numina gentes ! Ifurac infestis venit consultus in armis. Hic pedes insignis clipeo telisque resultat

115 Et mucrone potens, saevus dum tendit in hostem. Muctuniana manus calidis descendit ab oris, Quae Tripolis deserta colit : Gadabisque maligna Mittit ab arce viros, et saevis moenibus horrens Digdiga vicinis acies dedit improba ripis.

120 Tunc vel arundineis verrunt qui stagna phaselis Conveniunt populi, qui currunt arte per aequor, Infixos tremulis iactantes piscibus hamos. Barcaei solito currunt saevire furore ; Deservere suas et nostras quaerere terras

125 Incipiunt. His arma furor bellumque ministrat Et genus acre viris, clipeos gladiosque minaces, Non solito vinctos lateri, sed circulus ambit Praestringens modicum, complexus bracchia gyro, Vaginasque aptant nudis pendere lacertis.

130 Nec tunicae manicis ornant sua bracchia Mauri ; Insita non ullis stringuntur cingula bullis, Discinctique feras agitant in proelia turmas, Binaque praevalido portant hastilia ferro. Horrida sustrictis dependens stragula membris

135 Ex humeris demissa iacet ; tunc lintea taetrum Palla caput stringit, nodo suffulta tenaci, Crudaque sub nigra calcatur Maurica planta.

Marmaridas gentes tot pertulit Africa gentis. Quis miseram superesse putet ? Non sufficit istud,

140 O Superi ! Iam audax alternis surgit ab oris Adversa de parte fremens dux ille ruinas, Quas illi Romana manus per vulnera Martis Ante dedit : tantam inde ferus nunc colligit iram ! Innumerae gentes illum comitantur euntem,

145 Quae Gemini Petram, quae Zerquilis horrida rura, Quaeque nefanda colunt tristis montana Navusi Desertosque locos, nutrit quos horrida tellus Arzugis infandae (veteres sic nomine dicunt). Aurasitana manus celsis descendit ab oris.

150 Non pedes illa potest acies in bella venire, Praevalide sed pugnat eques. Tunc lancea duplex Iuniperum ferro validam suffigit acuto, Cetraque saepe levis duro iacet horrida dorso Aut lateri suspensa cadit ; substrictus at ipse

155 Mucro fulmineus laevo dependet ab armo. Quique Vadis tepidae messes bis tondet in anno Maurus arans, bino perstringit et hordea culmo, Heu, furit in sicca Phoebi candentis harena. Quantus amor praedae ! Toleratur fervidus ardor Sufferturque fames terrarum aestusque sitisque

161 Martis amore feri turpisque cupidine lucri.

b) Traduction

2Longuement discutée depuis près de quinze ans avec V. Zarini, la traduction ici présentée du catalogue des tribus maures est sur de nombreux points proche de la version adoptée par ce savant dans sa thèse, tout en restant cependant originale. Le catalogue de Corippe est en effet un long et parfois laborieux exercice d’écriture poétique, inspiré de la liste des chefs italiens du livre VII de l’Enéide, mais qui se fonde sur une onomastique, une ethnonymie et une toponomastique berbères qui se prêtaient fort mal à une telle performance, comme il le reconnaît d’ailleurs lui-même dès le début. Le résultat, dans lequel V. Zarini voit à juste titre un des « morceaux de bravoure » de la Johannide, est un texte souvent fort difficile à traduire ou même à comprendre, et qui inévitablement ne peut toujours susciter chez le spécialiste des littératures anciennes et chez l’historien des Berbères des interprétations identiques. En sacrifiant parfois l’élégance, nous avons donc choisi de donner ici une version incluant un certain nombre de choix personnels, certains d’ailleurs différents de ceux que nous avions adoptés naguère, et qui ont seulement l’avantage d’exprimer au mieux l’état ultime ( ?) de notre réflexion d’historien.

3« Quel poète inspiré pourrait mettre en ordre pour moi, par un art nouveau, tant de peuples, de tribus, et de combats ? Toi, Justinien, en m’aidant, enseigne-moi tout ! Adjoins-moi une Muse au charme caressant. Qu’elle harmonise des vers que des mots inhabituels font chanceler : car, par ses noms sauvages, la langue barbare ressemble à des aboiements.

4[28] Le premier, Antalas, prince des Maures, autrefois soumis aux empereurs romains, agréable aux gouverneurs, fidèle aux généraux, commença la guerre, poussé par la mort de son frère. Engageant au combat son bras inflexible, il le dressa en un grondement furieux par lequel, tout agité, il poussa les tribus cuirassées d’airain vers les dépouilles promises par la guerre. Ayant [jadis] accepté la paix, il avait été fidèle à l’intérieur des frontières de la Libye, et il avait passé [ainsi] dix années complètes. Hélas ! Quelle guerre le manque de discernement d’un chef ignorant déclencha en faisant renaître des flammes éteintes ! La fureur jeta alors les semences d’un combat incertain. La colère apporta une accusation de grande perfidie ou plutôt les germes de la mort. Antalas, soudain plus ardent, mit en mouvement les tribus libyennes aigries et bouleversa le monde entier par ses massacres. Les Frexes aux rangs très serrés, dont les escadrons sont issus du même sang que lui, l’accompagnent et, la tête gonflée d’orgueil, acclament leur chef. C’est une tribu courageuse, aux hommes endurcis, et sauvage dans la mêlée des combats, soit que, en plaine, elle avance à pied, présomptueuse, à travers les ennemis, soit qu’elle presse de ses éperons les flancs de chevaux frémissants.

5[47] A partir de ce moment, des escadrons légers de cavalerie, sous la conduite de Sidifan, prennent les armes. Ce chef cruel vole au milieu de son armée, confiant dans son cheval. Avec fougue, il met en mouvement et pousse ses phalanges armées, et, indomptable, parcourt en tous sens les vastes campagnes.

6[51] Dès lors, les cohortes des Sinusdisae, les Silvacae farouches, et le Naffur cruel sous les armes, volent au combat ; [arrivant avec eux,] le Silcadenit sauvage, qui prépare dans les hautes forêts, sur des chemins de traverse, des guerres que l’emploi des ruses rend redoutables, terrorise les ennemis en les trompant sur les lieux et fou furieux se porte en avant dans les coups d’audace qu’il entreprend en cachette. [Avec eux aussi,] ceux qui habitent les montagnes et les vallées maléfiques de Gurubi, les collines de Mercure, et Ifera aux forêts touffues. [Avec eux également,] ceux que commandait le brutal Autiliten, pas plus tendre que son père dans ses coups d’audace, qui s’était associé à cette guerre sans être fidèle à personne, et qui marchait et lâchait sans mesure la bride au crime, allumant des incendies, se livrant au pillage dans sa férocité, immolant et emportant tout avec lui. [Avec eux encore,] les Silvaizan et les Macares nomades, qui, au sommet de monts à pic et dans des forêts touffues, établissent leurs affreuses cabanes, tranquilles à l’abri des parois protectrices. [Avec eux enfin,] les Silzactae et les Caunes agiles, chez qui le Vadara fait serpenter ses eaux semblables à celles d’un fleuve et par le territoire desquels, du haut de la montagne, il dirige parmi les herbages un cours d’eau aux rives sinueuses dont il répand le courant dans les plaines.

7[69] Et vinrent au combat les tribus que nourrissent l’Agalumnus, que l’on voit porter au milieu des nuages sa cime élevée, et le Macubius qui soutient les astres du vaste ciel, et celles que nourrit de lourds épis la très misérable Sascar, qui met en bottes l’orge d’une terre broussailleuse. Et, appelés de lointains rivages, les Astrices, les Anacutas, l’Urcelianus et les Imaclas se rassemblent. L’horrible Zersilis envoie ceux qu’elle a nourris dans ses plaines étroites, et Gallica, bientôt souillée, ses hommes sinistres. Et de funestes plaines ne cessent d’envoyer les peuples que Tillibaris la nourricière accueillit depuis les champs Talantéens, ainsi que ceux chez qui Marta, origine d’une calamité, étend ses sables voisins de la mer. Ces sinistres plaines, l’armée romaine aurait évité de les voir si les destins, souvent jaloux, même des gens de bien, n’avaient décidé, pour en finir, de rompre le fil de sa vie. Tel fut, Père Suprême, ton bon plaisir, tels étaient Tes ordres.

8[85] Un messager qui s’était transporté jusqu’aux limites extrêmes de la Libye appelle des tribus indomptables à des combats hors de leur territoire. L’Ilaguas jamais vaincu se rassemble en d’innombrables milliers d’hommes, et, dans son vol, il terrorise le monde entier. Courageux sous les armes, avec des effectifs qui dépassent la mesure, le cruel Austur, lâchant la bride à ses coursiers, et confiant dans ses forces, l’accompagne. Car le belliqueux Austur, inquiet à l’idée d’engager en plaine des combats hasardeux, établit des remparts et des retranchements formés de chameaux attachés, et il dispose en un cercle protecteur serré un bétail varié, pour entortiller dans ces obstacles les ennemis qui le combattent et les attaquer alors qu’il sont embarrassés. Alors en courant le cruel Ilaguas tue, en les abattant dans ces remparts étroits, les troupes [ennemies], et il se dirige [ensuite] dans la plaine en toute sécurité et poursuit et écrase en un nouveau massacre ces malheureuses troupes sur lesquelles il déchaîne sa furie dévastatrice. Ils se servent du bélier comme machine dans leur guerre abominable, et ils installent en bon ordre leurs tentes, après avoir disposé leurs étendards. C’est une tribu épouvantable, aux hommes rudes, rendue audacieuse par des triomphes innombrables, impie, cruelle, et qui ne cesse jamais de faire la guerre ; elle ne craint aucun désastre, mais elle aurait pu avoir des craintes, et aura lieu à juste titre de se repentir d’avoir longtemps sévi ! Car, le vaillant Ilaguas, un jour, abattu par les blessures reçues dans les vastes plaines, eut à subir un massacre cruel et cessa ses pillages et ses guerres. Le fougueux Ierna était leur chef, en même temps que le prêtre de Gurzil. Ces tribus rapportent que le père de ce Gurzil est Ammon porteur de cornes, et qu’une génisse farouche est sa mère. Si grande est la folie de ces esprits aveugles ! Ah, c’est ainsi que les dieux trompent ces malheureuses tribus !

9[113] L’Ifurac avisé arrive avec ses armes hostiles. C’est un fantassin remarquable, qui fait retentir son bouclier et ses traits, vigoureux à l’épée lorsqu’il se dirige vers un ennemi cruel. L’armée Muctunienne, qui habite les déserts de Tripolitaine, descend de ses contrées brûlantes. La perfide Gadabis envoie ses hommes depuis sa citadelle, et la détestable Digdiga, hérissée de remparts cruels, a lâché ses armées sur les rivages voisins. Alors se rassemblent aussi les peuples qui balaient les lagunes sur leurs esquifs de roseau, eux qui parcourent habilement la plaine liquide en jetant des hameçons auxquels sont fixés des poissons qui frétillent. Les Barcéens, comme d’habitude, veillent à déchaîner leur fureur. Ils ont déserté leurs terres et commencent à chercher à prendre les nôtres. La fureur belliqueuse et la violence naturelle de leur race fournissent à ces hommes leurs armes ; chez eux, les boucliers et les glaives menaçants ne sont pas portés, comme c’est l’habitude, attachés au flanc, mais un bracelet en forme de cercle entoure leurs bras en les serrant légèrement, et ils laissent pendre les fourreaux aux bras nus. Les Maures n’ornent pas leurs bras des manches d’une tunique ; ils n’ont pas de ceinturons incrustés de boutons et c’est la tunique flottante qu’ils mènent au combat leurs sauvages escadrons, en portant deux javelots au fer très redoutable. Une couverture rugueuse, suspendue à leurs membres grêles, descend et traîne depuis leurs épaules ; une toile de lin, maintenue par un nœud solide, serre leur tête hideuse, et la plante de leurs pieds bronzés s’appuie sur la grossière sandale maure.

10[138] Voilà toutes les tribus Marmarides que l’Afrique eut à supporter durant ces guerres. Qui penserait que la malheureuse y survécût ? Mais cela ne suffit pas. Oh, dieux du ciel ! Déjà depuis d’autres contrées, du côté opposé, se dresse ce chef plein d’audace, grondant contre les désastres que l’armée romaine lui infligea autrefois à travers les meurtrissures d’une guerre. A cause de cela, ce sauvage accumule maintenant tant de fureur ! D’innombrables tribus l’accompagnent dans sa marche : celles qui habitent le rocher de Gemini, celles qui habitent les rudes campagnes de Zerquilis, celles qui demeurent sur les funestes montagnes du sinistre Navusius et ses lieux déserts, et celles que nourrit la rugueuse terre de l’abominable Arzugis (les anciens l’appellent de ce nom). L’armée aurasienne descend de son haut pays. Cette armée ne peut aller à la guerre à pied, mais elle combat avec grande vigueur à cheval. Ses deux lances sont formées d’un morceau de fer aigu fixé à une solide tige de genévrier ; souvent un bouclier de cuir léger et rugueux repose sur leur dos rude, ou retombe suspendu à leur flanc ; l’épée elle-même, petite mais meurtrière, pend à leur bras gauche. Le Maure laboureur, qui deux fois dans l’année coupe les moissons de la tiède Vadis, et deux fois lie son orge par la tige, déchaîne lui aussi, hélas, sa fureur sur le sable sec sous un soleil incandescent. Quel amour du butin ! Il supporte la chaleur ardente et souffre la faim, le feu brûlant de ces terres et la soif, par amour de la sauvagerie de la guerre, et par désir d’un profit ignoble ».

2 – LE CONTEXTE DU CATALOGUE

11Le contexte de cet étonnant exposé ethnographique ne peut être compris sans que soit d’abord précisée la position qu’il occupe dans la construction du poème. Au chant I, Corippe a expliqué comment Jean Troglita fut investi par Justinien du commandement de l’armée d’Afrique pour affronter la grande révolte maure déclenchée en 543-544, et comment il aborda cette province. Arrivé à Carthage, le général mit aussitôt son armée en marche. Alors qu’il prenait le chemin de la Byzacène, il rencontra les envoyés du chef maure Antalas. Après les avoir éconduits, il harangua ses soldats, leur indiquant les dispositions à prendre pour poursuivre leur marche. Sans transition, le chant II commence alors par l’évocation d’un repli général des Maures vers des régions montagneuses et boisées, repli provoqué ab hoste. Corippe s’interrompt à ce moment et, invoquant l’assistance des poètes disparus, de Justinien et des Muses, il entreprend la description des populi et des gentes barbares : c’est notre catalogue. Au terme de celui-ci, il reprend le récit interrompu et évoque les premiers combats entre l’armée romaine et les Maures, qu’elle a fini par rejoindre. Une deuxième coupure intervient alors : lors d’une veillée précédant la bataille, Jean Troglita se fait raconter par le tribun Liberatus les malheurs de l’Afrique depuis la reconquête de 533 (chant III et début du chant IV). Le récit recommence ensuite par une longue description de la grande bataille opposant enfin Jean Troglita et les Maures qu’il poursuivait (fin du chant IV et chant V).

  • 3 Pour Lucain, cf. par exemple la liste des alliés de Juba dans Pharsale, 676681 ; pour Silius Italic (...)
  • 4 Seuls deux noms de la liste du chant II de Corippe figurent chez des poètes antérieurs : les Barcée (...)
  • 5 Ces noms sont commentés pour la plupart dans la suite de notre étude. Nous ne donnerons donc ici qu (...)

12Malgré la complexité de cette première partie de la Johannide (les trois autres chants, VI à VIII, racontent une seconde guerre, immédiatement postérieure), il apparaît donc clairement que le catalogue du chant II se rapporte à la coalition que Jean eut à affronter dès son débarquement, que nous savons dater, par les autres sources, de 546. C’est un premier acquis essentiel à l’interprétation du texte. Certes, celui-ci, par sa longueur, et le grand nombre de groupes maures cités, peut surprendre. On pourrait même être tenté, compte tenu de la nature poétique de l’œuvre, de le rapprocher de certaines listes fantaisistes de peuples barbares figurant dans les poèmes de Lucain, de Silius Italicus ou de Claudien3. Mais deux arguments s’opposent à une mise en doute excessive de la valeur documentaire du catalogue. C’est d’abord l’originalité des noms livrés par Corippe, qui sont pour la plupart inconnus de ses modèles4tout en étant, pour certains, connus par d’autres sources non poétiques5. Ce sont surtout les circonstances historiques, telles que Procope nous les rapporte dans la guerre Vandale.

  • 6 Procope, Guerre vandale, II, 24-28.
  • 7 Ces Maures venaient de Byzacène (Antalas) et de Numidie (Cusina et Iaudas). Cf. Procope, Guerre van (...)
  • 8 Selon Procope (Guerre gothique, III, 31, 2-7), Artabane, après sa nomination au commandement des ar (...)
  • 9 Jean Troglita est arrivé pendant l’été 546, et non dans l’hiver 546-547 : cf. infra p. 626-628.
  • 10 Procope, Guerre vandale, II, 25, 10. Sur cet épisode, cf. infra p. 329 et p. 624.
  • 11 Cf. Procope, Guerre vandale, II, 25, 21 : Les deux chefs maures, animés l’un et l’autre par une hos (...)
  • 12 Sur Iaudas, cf. infra p. 350-352. La fuite en Maurétanie est signalée par Procope (Guerre vandale, (...)
  • 13 Procope, Guerre vandale, II, 25, 2 : A la tête des Maures de Numidie se trouvaient Koutzinas et Iau (...)

13L’historien grec donne en effet un long récit des événements survenus en Afrique dans les mois qui précédèrent l’arrivée de Jean Troglita6. Or ceux-ci témoignent de la gravité extrême de la crise vécue alors par les Byzantins. Le général en chef Areobindus, dépassé par la révolte maure déclenchée depuis 544 par Antalas et les Laguatan, a été assassiné par le dux de Numidie Guntarith. Celui-ci, pour réaliser son coup d’Etat, a fait appel aux Maures, les laissant s’installer aux portes de Carthage7. Mais il a été lui-même abattu très vite par un autre général, Artabane, lequel, bien qu’investi du commandement par Justinien, a préféré rapidement se faire rappeler à Constantinople8. Lorsqu’arrive Jean Troglita, le pouvoir byzantin en Afrique est donc depuis près d’un an9soumis aux vicissitudes les plus diverses. Les Maures n’ont plus véritablement eu d’adversaires. Au contraire, on les a même conviés à participer au dépeçage des provinces : aux dires de Procope, Guntarith proposa à Antalas la Byzacène contre la reconnaissance de son propre pouvoir sur le reste de l’Afrique10. Rien d’étonnant, dans ces conditions, à ce qu’un grand nombre de tribus se soient jointes à une coalition qui semblait alors triomphante. Deux exemples illustrent bien le phénomène. Le chef Cusina avait soutenu les Byzantins au début de la révolte et combattu à leurs côtés en 544 ; il répondit pourtant lui aussi à l’appel de Guntarith deux ans après, s’associant un temps avec Antalas, pour lequel il semble avoir eu en général peu de sympathie11. Il fut alors accompagné d’un autre personnage, au comportement encore plus significatif. Iaudas dominait l’Aurès dans les années 530 et participa au soulèvement de 535. Le général en chef byzantin de l’époque, Solomon, lança en 539 une expédition contre lui ; vaincu, blessé et isolé, Iaudas dut s’enfuir en Maurétanie12. En 544, il fut absent des premiers temps de l’insurrection, l’Aurès ayant été attentivement surveillé dans les années précédentes. Il resurgit seulement en 546, précisément au moment du coup d’Etat de Guntarith, et Corippe l’évoque clairement dans le catalogue en citant le chef autrefois vaincu de l’Aurasitana manus13. Ce retour en force dans l’Aurès d’un homme que les Byzantins s’étaient efforcés d’éloigner à tout jamais démontre bien qu’en 546 la révolte paraisait irrésistible, et était ainsi capable de rallier les plus indécis ou les plus affaiblis.

  • 14 Les Maures ne s’étaient jamais jusque-là approchés des murs de Carthage. Mais le texte de Procope s (...)
  • 15 Sur ce rapprochement, cf. J. Desanges, Catalogue..., p. 113-114. Les variations du poète dans l’uti (...)
  • 16 Cf. Johannide III, 410-411 : sed gentiles durosque Mecales secum ad bella trahens...
    Corippe affirme (...)
  • 17 Cf. Johannide VI, 391-407. Sur cet épisode, cf. infra p. 638.

14La composition et la diversité du catalogue des tribus du chant II peuvent donc s’expliquer aisément par le contexte historique, qui finalement constitue un argument en faveur de l’authenticité de ce document. Cependant, ce contexte historique doit aussi nous inciter à la prudence quant à la manière d’utiliser le catalogue. Il serait en effet abusif de faire de tous les groupes cités des participants à l’ensemble des révoltes maures du vie siècle. Les circonstances de 546 étaient réellement exceptionnelles. Jamais le pouvoir vandale ou byzantin ne fut à ce point affaibli14. Jamais on ne vit comme à ce moment un général en chef proposer aux Maures la cession d’une province entière, et non des moindres. En fait, nombre de tribus nommées dans le catalogue peuvent avoir été jusque-là paisibles, et n’avoir rejoint l’insurrection que sous la pression des événements, parce que le pouvoir romain semblait sur le point de s’effondrer. Deux exemples fournissent des indices en faveur d’une telle hypothèse. Les Imaclas sont probablement identiques aux Mecales cités au chant III, le « i » initial étant la marque du pluriel berbère, utilisé irrégulièrement par Corippe15. Cette tribu apparaît en 544 alliée à Solomon, combattant aux côtés des Byzantins une coalition pourtant déjà fort développée16. Nommée dans le catalogue de 546, elle disparaît ensuite, et ne semble pas avoir été partie prenante de la seconde grande révolte maure, en 547-548. Sa participation aux troubles se révèle ainsi très limitée. Aussi significative est l’attitude des Astrices. Figurant dans le catalogue, ils sont à nouveau mentionnés en 547 : mais ils n’appartiennent plus, cette fois, à une coalition maure. Jean Troglita les rencontre alors qu’il traverse leur territoire, et les Astrices cherchent à le voir pour renouveler des accords de paix, selon les procédures les plus traditionnelles17. Tout suggère qu’ils étaient alors paisibles et que leur engagement dans des insurrections n’était pas systématique.

15L’histoire de ces deux groupes met ainsi en valeur le danger de toute extrapolation à partir de la liste du chant II de la Johannide. Ces réserves exprimées, il reste que cette liste recense probablement, étant donné les circonstances, la quasi-totalité des communautés définies comme Maures au Maghreb oriental et qui étaient susceptibles de s’opposer au pouvoir byzantin. A ce titre, elle constitue donc un document irremplaçable sur le monde berbère au vie siècle.

3 – UN CATALOGUE POLITIQUE ET NON UNIQUEMENT ETHNOGRAPHIQUE

  • 18 C. Courtois, les Vandales et l’Afrique, p. 348 note 7. J. Desanges, Catalogue des tribus africaines (...)
  • 19 Ces tribus sont les suivantes : Frexes, Sinusdisae, Silvacae, Naffur, Silcadenit, populations d’Ife (...)

16Fort célèbre, ce catalogue a jusqu’à présent surtout été interprété et exploité par les historiens modernes comme un fichier. Il était donc décomposé en autant d’unités qu’il comportait de noms, chacune faisant l’objet d’un commentaire particulier. Cette méthode, employée par exemple par C. Courtois ou J. Desanges18, comporte cependant une faiblesse majeure. Une part importante des tribus citées par Corippe est en fait complètement inconnue par ailleurs19. Or, disséquer le catalogue à la manière d’un fichier revient à mettre sur un pied d’égalité des groupes pouvant en réalité être d’importance très inégale. Cela conduit surtout à négliger des associations ou des oppositions voulues ou suggérées par le poète, qui peuvent apporter un éclairage décisif sur des peuples autrement mal connus. Cette méthode incite finalement à considérer le texte de la Johannide comme un simple inventaire du type de ceux que nous livrent les cosmographes tardifs comme Julius Honorius. Mais Corippe ne peut être assimilé à de tels auteurs. Sa liste n’est pas une simple énumération. Elle possède une structure en réalité fort complexe, comporte des regroupements bien marqués, et se caractérise par une grande inégalité dans les développements consacrés aux différents ensembles maures. C’est pourquoi une analyse de la logique interne de ce passage, et de la signification générale que Corippe a voulu lui donner au sein du poème, est nécessaire avant toute étude particulière des peuples cités.

a) L’interprétation traditionnelle et ses conséquences

  • 20 J. Partsch, Proemium de l’édition M.G.H. de la Johannide, p. viii-xv. Ch. Diehl, L’Afrique byzantin (...)
  • 21 Diehl, l’Afrique byzantine, p. 303-305 : « Plus au nord encore, et jusque dans l’intérieur de la pr (...)

17Le lecteur moderne attend presque naturellement d’un catalogue de peuples qu’il soit organisé selon une logique géographique. La plupart des historiens qui s’y sont intéressés, estimant que Corippe avait artificiellement inséré dans son œuvre un véritable inventaire ethnographique, ont implicitement admis une telle logique de composition. Plus précisément, en se fondant sur un certain nombre de noms bien connus, Partsch d’abord, puis Diehl sous son influence20, ont cru découvrir un classement provincial orienté d’est en ouest, jusqu’au vers 137. Cette interprétation se basait sur des repères jugés sûrs. Antalas, premier nommé, est localisé en Byzacène par Procope : ses Frexes devaient être rapprochés des Frechich de l’époque moderne, placés entre Thala et Kasserine. A ses côtés, et grossièrement ses voisins ( !), on identifiait les habitants des montagnes de Gurubi et des collines de Mercure comme des proches de la cité romaine de Curubis dans le Cap Bon, lui-même appelé dans l’Antiquité promunturium Mercurii. Pour les noms suivants, l’incertitude était grande. Mais comme apparaissaient au vers 74 les Astrices, situés dans le sud tunisien parce que rapprochés des Astakhoures cités par Ptolémée (IV, 3, 6), on estimait que toutes les tribus évoquées entre Gurubi et les Astrices devaient habiter la Proconsulaire et la Byzacène21. La formule et accitus longis convenit ab oris, précédant la mention des Astrices et des groupes suivants, était ensuite, à cet égard, perçue comme une rupture, introduisant des peuples sahariens. De fait on connaissait sur le limes Tripolitanus, dans l’extrême sud tunisien actuel, Tillibari et Talalati ( ?), cités par Corippe après les Astrices.

18Une seconde rupture était ensuite distinguée au vers 85, avec l’évocation d’un émissaire se portant in oras extremas Libyae. Certains noms cités alors sont en effet localisés en Tripolitaine, comme les Ilaguas et les Austur, d’autres sur la grande Syrte comme Digdiga, ou en Cyrénaïque comme les Barcéens. Le poète aurait donc suivi grossièrement une progression géographique d’est en ouest, du Cap Bon à la Cyrénaïque. Celle-ci aurait été seulement rompue, sans que l’on sache pourquoi, par la mention finale d’un groupe occidental aurasien (vers 137-161).

  • 22 D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa, tome 1, p. 15.

19De cette lecture se dégageait une conclusion commune à Partsch, Diehl et Courtois, et que plus récemment D. Pringle a reprise sans nuances22 : on rencontrait en fait au vie siècle des tribus maures établies dans toutes les provinces africaines, même les mieux romanisées, et jusqu’aux abords de Carthage, dans le Cap Bon. Or, nous l’avons dit plus haut, les progrès de la connaissance de l’Afrique tardive apportés par l’archéologie et l’épigraphie ont rendu cette interprétation de plus en plus étrange : comment la concilier en effet avec l’image généralement admise désormais d’une Afrique orientale prospère au ive siècle, connaissant peut-être alors l’apogée de la romanisation, et, pour certains, de toute évidence presque entièrement « déberbérisée » ?

  • 23 Théorie à laquelle est consacrée notre deuxième partie, infra p. 131-152.
  • 24 P. Morizot, article « Aurès », dans Encyclopédie Berbère (EB), t. VIII, 1990, p. 1105.
  • 25 P. Morizot, « Economie et société en Numidie méridionale », dans L’Africa romana VIII, Sassari, 199 (...)
  • 26 J. Durliat, compte-rendu de l’édition Diggle/Goodyear de la Johannide, dans Cahiers de Tunisie, 19, (...)
  • 27 P.-A. Février, « Le Maure ambigu ou les pièges du discours », dans BAC, ns, 19 B, 1985, p. 301.
  • 28 Entretiens à l’Ecole Française de Rome en 1988-89 et début 1990.
  • 29 P.-A. Février, Approches du Maghreb romain, t. 2, Aix, 1990, p. 156.

20Sans que soit jamais posé clairement ce problème pourtant essentiel, deux écoles se sont néanmoins esquissées au cours des dernières années pour lui offrir une réponse. La première est représentée par P. Morizot, et s’appuie de manière plus ou moins avouée sur la théorie des migrations néo-berbères23 : étudiant le cas des Maures de l’Aurès évoqués par Procope et Corippe, ce savant écrit en effet qu’il s’agit « d’intrus », de « nouveaux venus »24, « d’éléments libyques peu pénétrés de civilisation romaine, tels que les Levathae »25. En bref, le témoignage de Procope et de Corippe serait indiscutable, mais il refléterait une situation toute récente, un repeuplement berbère du Maghreb oriental consécutif à des mouvements migratoires survenus au ve ou au début du vie siècle. Toute différente est la position de P.-A. Février et de J. Durliat, qui renversent complètement la perspective. Admettant d’emblée les localisations traditionnelles proposées pour les tribus du catalogue de Corippe, même les plus étranges, ces deux savants choisissent plutôt de mettre en cause le sens même du mot Maure chez Corippe. Pour J. Durliat, les Maures de Gurubi sont bien des habitants du Cap Bon, mais ils ne peuvent être réellement des Berbères non romanisés organisés en tribus. Il propose de voir en eux des paysans travaillant sur des domaines de l’aristocratie et révoltés peut-être pour des raisons fiscales26. Allant plus loin que ce qui, chez J. Durliat, ne se voulait encore qu’une hypothèse, P.-A. Février, en 1983, en parlant d’un « Maure ambigu », en est venu à remettre en cause l’ensemble du témoignage du poète sur ce sujet. Pour lui, il ne serait pas impossible, en effet, que « l’Afer et le Maurus soient les deux faces d’une même réalité, que l’occasion d’une guerre, et un genre littéraire, celui de l’épopée, ont conventionnellement forcé à séparer »27. Cette idée, qu’il nous opposa de plus en plus vigoureusement lors de divers entretiens28, le conduisit finalement, dans son ultime ouvrage, à conclure de manière radicale que du poème de Corippe il n’y a peut-être à retenir qu’un témoignage sur le genre épique dans la littérature latine tardive, un souvenir de combats transfigurés, mais en tout cas presque jamais une description utile à l’historien. La Johannide de Corippe est pour le Maghreb ce que la Chanson de Roland a pu être pour l’Occident chrétien29...

21Nous aurons longuement à revenir sur cette condamnation sans appel qui eut le mérite de poser la première, par-delà les problèmes de géographie historique et d’histoire événementielle, la question essentielle de la définition du Maure au vie siècle. Mais avant de contester dans le détail la thèse de P.-A. Février, il est déjà possible de souligner d’emblée son étonnante contradiction interne. Toute sa relecture est partie en effet de l’étrangeté que représentait à ses yeux la présence de Maures en Byzacène et jusque dans le Cap Bon. Or il s’agit là d’une donnée du seul Corippe, que P.-A. Février admet sans discussion, et qui fonde ensuite tous ses doutes sur le sens du mot « Maure » chez le poète, et de là sur la valeur historique de ce même poète : si bien qu’en fait, emporté par la fougue que lui connaissaient bien ses amis, il construit sans s’en apercevoir sur l’acceptation du témoignage de Corippe sa négation de ce même témoignage ! C’est déjà, à nos yeux, un vice fondamental de sa démonstration, mais qui révèle surtout un oubli méthodologique essentiel. Avant toute discussion sur la valeur globale de la Johannide, il était nécessaire en effet de réexaminer un à un, par une étude critique, chacun des éléments de son témoignage, et en particulier les indications géographiques et la structure du catalogue des Maures qui y figurent. Car, comme nous allons le voir maintenant, les identifications et les localisations couramment admises, et sur lesquelles P.-A. Février s’est si facilement précipité, sont loin d’être toutes réellement fondées.

b) Le but de Corippe

  • 30 La thèse d’un plan géographique a d’ailleurs été ruinée, de manière curieusement inconsciente, par (...)
  • 31 Johannide, III, 186-188 :
    Tunc primum in nostris urbes succendere terris et populare casas et campis (...)
  • 32 Cf. notre article « Corippe et l’occupation byzantine de l’Afrique », dans AA, t. 22, 1986, p. 209- (...)

22En premier lieu, contrairement à une interprétation trop souvent répétée, il est manifestement erroné d’affirmer que le texte de Corippe s’organise selon une logique uniquement spatiale : si en effet, à l’intérieur de certains des ensembles qu’il distingue, on peut apercevoir une progression géographique, son plan général, en revanche, n’est pas géographique30, mais chronologique et politique, pour ne pas dire polémique. Il débute par une notation temporelle, primus init bellum, qui a avant tout pour but de mettre en valeur de manière négative Antalas. Ce procédé se retrouve exactement au chant III lorsque le tribun Liberatus raconte le passé de l’Afrique et commence par accuser Antalas : tunc primum... Frexes31. Les attaques contre Antalas sont, en fait, un leitmotiv de la Johannide32. Ce personnage, chef de la tribu des Frexes, était en effet un chef maure établi et reconnu à l’intérieur de la riche province de Byzacène. Allié fidèle des Byzantins depuis leur débarquement, il avait brusquement rompu avec l’Empire en 544, en prenant la tête d’une immense coalition rebelle incluant les nomades Laguatan de Tripolitaine. A cause de cela, Corippe, comme probablement tous les Africains latinisés, considérait Antalas comme un traître et voyait en lui le principal responsable des ravages commis par l’invasion des Sahariens. Il n’est donc pas surprenant que la liste du chant II commence par lui. Mais cette manière de débuter montre clairement que Corippe ne va pas présenter ensuite un inventaire purement érudit dans une perspective géographique. Dès le départ est soulignée la responsabilité politique et chronologique du chef des Frexes, donnant le ton de l’ensemble du passage.

23Après les Frexes, les groupes qui suivent sont introduits par deux mots significatifs : inde (vers 47), et hinc (vers 51). Ces deux conjonctions sont évidemment placées par référence au primus qui ouvrait le catalogue, et elles doivent se traduire par une expression temporelle comme à partir de ce moment... Le poète met en valeur le fait que ces peuples se sont insurgés après Antalas, et à cause de lui. Suit une longue liste, que rien ne va véritablement interrompre dans sa perspective chronologique et politique jusqu’au vers 137. On pourrait penser, comme Partsch, que des ruptures apparaissent au vers 74, lorsque les Astrices sont présentés « dans de lointaines contrées », et au vers 85, lorsque les Ilaguas sont situés extremas Libyae in oras. En fait, ces deux vers sont effectivement originaux, mais d’abord par la mention d’envoyés d’Antalas. Trop préoccupés d’attribuer à Corippe un plan géographique, les historiens ont négligé ces indications que le poète privilégiait visiblement : les Astrices, Anacutas, Urcelianus et Imaclas sont en effet « mandés » (accitus) par Antalas. De même, les Ilaguas et ceux qui les suivent sont « convoqués » par le même personnage (convocat...). L’accent est mis avant tout sur la responsabilité fondamentale d’Antalas, lien essentiel entre les divers éléments de cette partie du catalogue. Les indications de « lieux éloignés » ne sont certes pas sans signification ; mais il faut les lire pour ce qu’elles sont : des précisions topographiques attachées à telle ou telle tribu, comme ailleurs la mention des forêts ou des montagnes, et non des charnières fondamentales dans la perspective d’un classement géographique.

  • 33 Virgile, Enéide, VII, 641-817. Cf. sur ce texte les remarques de V. Zarini, Berbères ou barbares ?, (...)

24Cette interprétation, la seule en accord avec la préoccupation politique essentielle de la Johannide, est aussi la plus logique d’un point de vue littéraire : comme V. Zarini nous l’a rappelé en effet, Corippe imite ici Virgile33et son catalogue des ennemis italiens d’Enée au chant VII de l’Enéide, qui n’est précisément pas construit selon un ordre géographique. Mais elle est lourde de conséquences pour l’identification des tribus citées. Elle conduit en particulier à remettre en cause les localisations généralement attribuées au groupe des tribus inconnues citées entre les Frexes et les Astrices. Aucune proximité géographique n’est imposée par leur mention après Antalas : il s’agit seulement, dans l’esprit du poète, des peuples qui se sont insurgés immédiatement après ce personnage, et à cause de lui. Au contraire même, cette logique inviterait plutôt à les associer aux tribus qui suivent, comme les Astrices. Ceux-ci ne peuvent, de même, être séparés des Ilaguas et de ceux qui les accompagnent : tous sont en effet toujours définis d’abord comme ceux qui ont été entraînés dans la révolte par Antalas, et appelés par lui.

25En revanche, l’unité de la liste se rompt clairement au vers 138. Le poète introduit là, pour la première fois depuis le début, une conclusion : « Voilà toutes les tribus marmarides que l’Afrique eut à supporter durant ces guerres »... L’expression englobe de toute évidence la totalité des groupes nommés précédemment et qui s’étaient révoltés à la suite d’Antalas. Tous les commentateurs avaient aperçu cette rupture et reconnu ensuite un passage à une autre région, mais sans expliquer le changement d’orientation ainsi soudain institué. Or le principe d’organisation que nous venons de mettre en valeur éclaircit ce mystère. Relisons les vers par lesquels Corippe commence son nouveau paragraphe :

  • 34 Johannide, II, 140-143. Les allusions de Corippe sont très précisément éclairées par Procope : Iaud (...)

Déjà se dresse ce chef plein d’audace..., grondant contre les désastres que l’armée romaine lui infligea autrefois... A cause de cela ce sauvage accumule maintenant tant de fureur !34.

26Il n’est plus du tout question ici d’Antalas. Iaudas, le chef de l’Aurès auquel il est fait allusion, bien connu pour sa lutte contre l’Empire en 534-539, est présenté comme un insurgé indépendant. Il se révolte pour des raisons personnelles, sans avoir été appelé par le chef des Frexes. Il est donc normal qu’une rupture ait été introduite au vers 138, avec une conclusion : l’énumération de ceux qui s’étaient, selon le poète, insurgés à cause du chef des Frexes était achevée. Mais cette explication, en levant le mystère d’une subite réorientation vers l’ouest du catalogue des tribus, confirme bien en même temps que celui-ci était organisé avant tout selon une logique politique.

27Le catalogue n’est donc pas un simple inventaire ethnographique : c’est d’abord un récit, politiquement très orienté, de la coalition de trois forces rebelles : celle de l’Aurasien Iaudas, celle d’Antalas, et celle d’une nébuleuse de groupes qualifiés de Marmarides, dont Corippe présente le soulèvement comme une conséquence de la révolte d’Antalas. Cette première analyse simplifie déjà considérablement notre problème, en saisissant la logique interne du catalogue et en mettant en valeur ses véritables divisions.

  • 35 L’identité de cette tribu avec les Astakoures mentionnés par Ptolémée (IV, 3, 6) est très probable. (...)

28Des trois grands groupes maures distingués par Corippe, deux ne présentent en réalité aucune difficulté d’identification et de localisation. A cette époque, les tribus commandées directement par Antalas étaient, aux dires de Procope, toutes localisées en Byzacène, et nous verrons qu’elles se situaient précisément dans le sud-ouest de cette province. Iaudas, de son côté, est toujours défini par le même Procope comme le maître de l’Aurasion, et les groupes qui le suivaient venaient du massif lui-même ou de ses marges. Le grand problème reste donc celui posé par le groupe central, et plus précisément par la première moitié de ce groupe. Si, en effet, à partir des Astrices35nous savons localiser les tribus mentionnées en Tripolitaine, sur la côte syrtique, ou en Cyrénaïque, en revanche aucun des dix-sept noms, patronymes, toponymes, hydronyme ou ethnonymes qui précèdent ne nous est connu en dehors de la Johannide. Il y a là une véritable énigme, sur laquelle beaucoup a déjà été écrit, sans que s’impose vraiment une solution. Il nous faut pourtant tenter de l’éclaircir tout de suite car, sans localisation, tout essai d’approfondissement sur l’histoire et la civilisation de ces groupes berbères serait voué à l’échec. Malheureusement, la tâche est ici d’une exceptionnelle complexité.

Notes

1 Le seul chapitre de Diehl spécifiquement consacré aux Maures (L’Afrique byzantine p. 301-319) est ainsi un commentaire rapide de ce catalogue, inspiré par le travail (remarquable pour l’époque) de Partsch (proemium de l’édition M.G.H. de la Johannide, p. viii-xiv). C. Courtois a résumé pour l’essentiel le même texte dans une longue note de sa thèse (Les Vandales et l’Afrique, p. 348 note 7).

2 Le texte latin donné ici est celui adopté par V. Zarini dans sa thèse Berbères ou barbares ? Recherches sur le livre second de la Johannide de Corippe, Nancy-Paris, 1997, p. 100-105, avec une disposition topographique (paragraphes) qui nous est cependant propre. Dès le début de notre collaboration, et jusqu’à l’achèvement de sa thèse, V. Zarini nous a toujours communiqué les modifications qu’il croyait nécessaires par rapport aux éditions antérieures, tandis que nous lui faisions part, parallèlement, de l’évolution de nos interprétations sur la logique interne et la signification historique de ce catalogue.

3 Pour Lucain, cf. par exemple la liste des alliés de Juba dans Pharsale, 676681 ; pour Silius Italicus, la référence est la nomenclature des alliés de Carthage dans La guerre punique, III, 265-320 ; pour Claudien, cf. notamment la liste des complices de Gildon dans le De consulatu Stilichonis, I, 248-258 et 351-357. On pourrait aussi citer la série, également largement fictive, des alliés de Genséric dans le Panégyrique de Majorien (vers 335-336) de Sidoine Apollinaire (éd. A. Loyen, tome 1, Paris, 1960, p. 41).

4 Seuls deux noms de la liste du chant II de Corippe figurent chez des poètes antérieurs : les Barcéens, cités par Virgile (Enéide, IV, 42-43 : Lateque furentes Barcaei), et les habitants de l’Arzugis, évoqués par Sidoine Apollinaire (Panégyrique de Majorien, vers 336).

5 Ces noms sont commentés pour la plupart dans la suite de notre étude. Nous ne donnerons donc ici que les références pour les peuples qui font l’objet d’une mention certaine dans des sources non poétiques, ou qui sont clairement identifiés : – Macares : cf. les Macarii dans la Chronique Alexandrine 105 (éd. Mommsen, M.G.H., a.a. t. IX p. 101), dans une liste de peuple africains, à côté des Nasamons de la Syrte. – Astrices : cf. les Astakures cités par Ptolémée (IV, 3, 6) en Tripolitaine occidentale (cf. infra note 35). – Urcelianus : cf. les Ursiliani mentionnés par Végèce (III, 23) et présentés comme un peuple chamelier in Africa. – Tillibaris : station du limes Tripolitanus, aujourd’hui Remada (cf. infra p. 108). – Ilaguas : ce sont les Levathai de Procope (cf. infra p. 123). – Austur : cf. les Austuriani cités par Ammien Marcellin et les Ausourianoi de Synésios (infra p. 124-126). – Muctuniana manus : à rapprocher des Moukhtousii de Ptolémée (IV, 3, 6) cf. infra p. 296-298). – Gadabis : cf. les Gadabitani cités par Procope en Tripolitaine (De Aedificiis, VI, 4, 12). – Digdiga : cf. Digdica, sur la Table de Peutinger (segment VIII, 1-2, près de la Grande Syrte). – Rocher de Gemini : cf. la Petra Geminianou de Procope, un pic de l’Aurès (Guerre vandale, IV, 20, 23). – Arzugis : cf. les Arzuges, connus de nombreux textes d’origine ecclésiastique du ive et du ve siècle (infra p. 364-374). – Vadis : identique à Badès, site de la bordure sud-est de l’Aurès (cf. infra p. 363).

6 Procope, Guerre vandale, II, 24-28.

7 Ces Maures venaient de Byzacène (Antalas) et de Numidie (Cusina et Iaudas). Cf. Procope, Guerre vandale, II, 25, 1-3 et 44.

8 Selon Procope (Guerre gothique, III, 31, 2-7), Artabane, après sa nomination au commandement des armées d’Afrique, ne voulait être rappelé dans la capitale que parce qu’il souhaitait épouser Préjecta, nièce de l’impératrice Théodora.

9 Jean Troglita est arrivé pendant l’été 546, et non dans l’hiver 546-547 : cf. infra p. 626-628.

10 Procope, Guerre vandale, II, 25, 10. Sur cet épisode, cf. infra p. 329 et p. 624.

11 Cf. Procope, Guerre vandale, II, 25, 21 : Les deux chefs maures, animés l’un et l’autre par une hostilité et une malveillance mutuelles... Ils se mirent de fait très vite à comploter l’un contre l’autre, Antalas négociant avec Guntarith, et Cusina avec Areobindus.

12 Sur Iaudas, cf. infra p. 350-352. La fuite en Maurétanie est signalée par Procope (Guerre vandale, II, 20, 21).

13 Procope, Guerre vandale, II, 25, 2 : A la tête des Maures de Numidie se trouvaient Koutzinas et Iaudas...

14 Les Maures ne s’étaient jamais jusque-là approchés des murs de Carthage. Mais le texte de Procope sur les événements de 546 est très précis et ne laisse aucun doute. Cf. notamment Guerre vandale II, 25, 12 : Peu de temps après, les barbares marchèrent à vive allure directement sur Carthage. Ils s’arrêtèrent d’abord dans la place nommée Dekimon (à 10 milles de la ville, là où Gélimer avait été vaincu par Bélisaire en 533) où ils installèrent leur camp, puis ils la quittèrent le lendemain pour continuer leur progression.

15 Sur ce rapprochement, cf. J. Desanges, Catalogue..., p. 113-114. Les variations du poète dans l’utilisation du « i » apparaissent clairement dans son évocation des Laguatan, appelés successivement Ilaguas (par exemple en I, 478), Laguantan (cf. I, 467), ou Ilaguaten (V, 153).

16 Cf. Johannide III, 410-411 : sed gentiles durosque Mecales secum ad bella trahens...
Corippe affirme cependant que les Mecales avaient l’intention de trahir Solo-mon dès avant la bataille. La coalition ennemie réunissait Antalas et les Laguatan.

17 Cf. Johannide VI, 391-407. Sur cet épisode, cf. infra p. 638.

18 C. Courtois, les Vandales et l’Afrique, p. 348 note 7. J. Desanges, Catalogue des tribus africaines de l’antiquité classique à l’ouest du Nil, Dakar, 1962. Notre remarque n’est évidemment nullement une critique à l’égard de ce dernier ouvrage, dont le titre même indique qu’il ne pouvait traiter Corippe autrement, et qui s’avère à tous égards toujours extrêmement précieux.

19 Ces tribus sont les suivantes : Frexes, Sinusdisae, Silvacae, Naffur, Silcadenit, populations d’Ifera et de Gurubis, Silvaizan, Silzactae, Caunes, populations de l’Agalumnus, du Macubius et de Sascar, Anacutas, Imaclas, Ifuraces, populations de Zerquilis et du Navusi. Nous allons proposer infra des hypothèses pour identi fier ces groupes, mais notre remarque a pour but ici de souligner qu’aucun texte ancien ne donne leur nom sous cette forme. Nous verrons en effet que les rapprochements tentants entre les Frexes et les Fraxinenses, les Caunes et les Kauni, les Ifuraces et les Ifoghas, les Navusi et les Nafûsa, Gurubis et Curubis, Zerquilis et Zerboulê, le Vadara et le Bagradas, sont vraisemblablement à rejeter.

20 J. Partsch, Proemium de l’édition M.G.H. de la Johannide, p. viii-xv. Ch. Diehl, L’Afrique byzantine, p. 301-308.

21 Diehl, l’Afrique byzantine, p. 303-305 : « Plus au nord encore, et jusque dans l’intérieur de la province proconsulaire, les régions montagneuses abritaient des tribus remuantes et mal soumises » (p. 304). Diehl cite parmi celles-ci les Caunes et les Silzactae, riverains (selon lui) du Bagradas (qu’il identifie en effet au Vadara). Mais il n’explique pas pourquoi Corippe serait passé ainsi du sud de la Byzacène à la Proconsulaire centrale, avant de redescendre brusquement vers la Tripolitaine.

22 D. Pringle, The Defence of Byzantine Africa, tome 1, p. 15.

23 Théorie à laquelle est consacrée notre deuxième partie, infra p. 131-152.

24 P. Morizot, article « Aurès », dans Encyclopédie Berbère (EB), t. VIII, 1990, p. 1105.

25 P. Morizot, « Economie et société en Numidie méridionale », dans L’Africa romana VIII, Sassari, 1990, Sassari, 1991, p. 433.

26 J. Durliat, compte-rendu de l’édition Diggle/Goodyear de la Johannide, dans Cahiers de Tunisie, 19, 1971, p. 280-281.

27 P.-A. Février, « Le Maure ambigu ou les pièges du discours », dans BAC, ns, 19 B, 1985, p. 301.

28 Entretiens à l’Ecole Française de Rome en 1988-89 et début 1990.

29 P.-A. Février, Approches du Maghreb romain, t. 2, Aix, 1990, p. 156.

30 La thèse d’un plan géographique a d’ailleurs été ruinée, de manière curieusement inconsciente, par tous les savants qui ont voulu situer les tribus citées après Antalas et avant les Astrices dans le Cap Bon, la vallée de la Medjerda, ou même en Maurétanie (rapprochement des hommes du Macubius et des Malkoubioi de Ptolémée : cf. infra chap. 3 note 199).

31 Johannide, III, 186-188 :
Tunc primum in nostris urbes succendere terris et populare casas et campis currere Frexes coeperat, infensasque ausus committere pugnas.
Ce passage évoque les débuts de la révolte maure sous le règne du roi vandale Hildéric, vers la fin des années 520.

32 Cf. notre article « Corippe et l’occupation byzantine de l’Afrique », dans AA, t. 22, 1986, p. 209-210 particulièrement.

33 Virgile, Enéide, VII, 641-817. Cf. sur ce texte les remarques de V. Zarini, Berbères ou barbares ?, Nancy, 1997, p. 17-18 avec la bibliographie.

34 Johannide, II, 140-143. Les allusions de Corippe sont très précisément éclairées par Procope : Iaudas, vaincu en 539 à Toumar dans l’Aurès, fut blessé par un coup de lance (Guerre vandale, II, 10, 21) ; peu après, les Byzantins s’emparèrent sur la Petra Gemini de ses femmes et de ses trésors (ibd. II, 20, 23-29).

35 L’identité de cette tribu avec les Astakoures mentionnés par Ptolémée (IV, 3, 6) est très probable. Sur ces derniers, cf. J. Desanges, Catalogue... p. 80-81, et EB, t. VII, 1989, p. 1004-1005 : apparemment nomades, les Astakoures devaient se situer au iie siècle, au moins en été, au sud de Gightis. Pour les noms qui suivent sur la liste de Corippe, cf. infra p. 109 le tableau général de localisation des tribus.

© Publications de l’École française de Rome, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540