Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Malte, frontière de chrétienté (1530-1670)

 | 
Anne Brogini

Conclusion générale

Texte intégral

1Au fil de cette étude, la frontière maltaise a été moins appréhendée comme une ligne de démarcation entre deux mondes hostiles que comme une zone dominée par l’ambivalence de relations entre deux espaces à la fois antagonistes et interdépendants. Il s’agissait en effet de saisir la réalité multiforme d’une frontière rendue plus complexe du fait d’un contexte particulier, d’une situation d’insularité et d’un ancrage ancien, dans l’histoire de l’archipel, de certaines singularités linguistiques et religieuses qui constituaient déjà des germes d’identité. Pour cela, la période retenue des xvie et xviie siècles, qui correspond à une réactivation de la frontière méditerranéenne du fait de l’affrontement des rives, unies sous l’autorité politique d’un empire, permit de cerner au mieux les étapes de la constitution et du fonctionnement de la frontière méditerranéenne et maltaise.

2Avant même le xvie siècle, l’archipel maltais portait en lui la contradiction propre aux lieux frontaliers, faite de répulsion et d’attirance entre peuples rivaux, d’oppositions identitaires tranchées et de contacts humains ; à un mélange culturel et linguistique faisait contrepoids une identification extrêmement forte à la religion catholique, principal élément de sa distinction face à la rive ennemie. Mais en dépit de ces particularités, la frontière maltaise était réellement née du contexte méditerranéen du xvie siècle, qui avait permis l’installation sur son sol de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem et par voie de conséquence, l’avait placée définitivement dans le camp espagnol. La revivification de la frontière méditerranéenne se faisait le long d’une ligne mouvante nord-sud qui correspondait, pour le centre de l’espace maritime aux îles et aux littoraux espagnols ou italiens, et plus au sud, aux présides africains disputés régulièrement aux musulmans par les Espagnols. Quant à la présence vénitienne, le long de la côte orientale de l’Adriatique, dans les îles ioniennes et dans la mer Égée, elle illustrait également cette interpénétration étroite qui jouait en faveur, tour à tour, de la guerre et de la paix.

3Au sein de ce contexte, Malte était rapidement devenue un important point de frictions entre les rives. Partenaire contrainte d’un Ordre qui ne la désirait pas, elle fut propulsée sur la scène méditerranéenne par la participation militaire des Hospitaliers à toutes les entreprises espagnoles et par leur activité guerrière et corsaire menée aussi bien au Levant qu’au large de la côte barbaresque. L’exposition nouvelle de l’île aux regards musulmans accusait sa faiblesse, nécessitant une fortification intensive, et fut à l’origine d’épisodes militaires marquants – la razzia de Gozo en 1551 et le « Grand Siège » de 1565 – et de la construction d’une cité idéale, La Valette. La combinaison de tous ces facteurs avait permis l’émergence et l’enracinement dans le sol d’une frontière militaire, politique, idéologique, en un mot, contextuelle.

4Dans cette naissance de la frontière maltaise, comme plus tard dans son épanouissement et son éclatement, il ne faut surtout pas sous-estimer le rôle essentiel joué par l’Ordre. Car c’est lui qui construisit véritablement Malte comme rempart de la chrétienté. De même, ce fut sous son impulsion que l’île se convertit en centre corsaire majeur, pendant de l’Alger barbaresque, avant de s’ouvrir aux échanges commerciaux engendrés à la fois par la course et par la présence des chevaliers, dont les commanderies ravitaillaient le Couvent et dont les relations avec le roi d’Espagne et les vice-rois de Naples et de Sicile garantissaient un approvisionnement en denrées diverses à un archipel qui en avait été jusqu’alors relativement dépourvu. Maître de ses vassaux, l’Ordre était à l’origine des patentes octroyées à quiconque désirait tenter la fortune, par la pratique de la course, comme par celle du commerce des hommes et des marchandises, en terre chrétienne aussi bien qu’en terre d’Islam.

5Enfin, ce fut encore une fois sous son influence que s’établit dans le port l’Inquisition romaine, destinée à contrôler la vie religieuse d’une île désormais exposée au danger de l’autre et de toutes les tentations qu’il portait en lui. Nouveaux venus et insulaires, protestants et apostats, sorciers et blasphémateurs comparaissaient devant un tribunal d’autant plus actif que l’ouverture de Malte fragilisait sa frontière et que les relations marchandes tissées entre les habitants de l’île et les représentants des autres rives, cumulées au danger de la course et de l’esclavage, tendaient à estomper le sentiment du contraste entre les civilisations.

6Ce qui frappe le plus à l’étude des archives maltaises, c’est assurément la synchronie entre l’histoire de l’île et celle de la Méditerranée. Durant les deux siècles étudiés, l’évolution de la frontière insulaire a épousé parfaitement la courbe de celle de la frontière méditerranéenne, qu’elle contribuait à symboliser. Née du contexte guerrier du xvie siècle, elle s’était épanouie au siècle suivant dans un espace maritime où les anciens affrontements s’incarnaient désormais dans des relations originales, à la fois encore tendues, du fait du développement de la guerre de course, et déjà plus pacifiques, grâce à l’essor du commerce, favorisé par la signature de capitulations et de traités de paix avec la rive musulmane. Plus avant dans le siècle, la frontière maltaise, déséquilibrée par les évolutions d’une Méditerranée où s’affirmaient les intérêts commerciaux des États modernes, reflétait et participait en même temps à l’éclatement des anciens empires, par la dissociation progressive des intérêts entre un Ordre s’élançant au secours de Venise, et une société insulaire indifférente aux tentatives de réactivation de la croisade et soucieuse d’ouvrir son port aux nouveaux acteurs marchands des deux rives.

7Car plus encore qu’un simple écho des réalités méditerranéennes, Malte en fut un des acteurs, par sa participation aux guerres du xvie siècle, puis par son activité dans la course et dans le commerce, qui attira nombre de marchands disposés à participer au développement de nouveaux réseaux d’échanges qui liaient de plus en plus intimement les représentants de civilisations ennemies et partenaires. Cette insertion de l’île sur une scène plus vaste était encore une fois l’œuvre de l’Ordre, qui avait tiré profit de la modernité méditerranéenne des xvie et premier xviie siècles où s’était réactualisée une frontière offensive. Ce ne fut qu’à partir du second xviie siècle que les chevaliers parurent brusquement se dessaisir de la nouvelle modernité économique qui était en train d’émerger. Déconcertés par les divergences politiques, territoriales, économiques, apparues au sein de l’Europe chrétienne entre les puissances en structuration, les Hospitaliers, victimes de l’archaïsme inhérent à leur condition d’ordre médiéval religieux et guerrier, s’étaient réfugiés dans une réactivation militaire de la frontière, par la participation à la guerre de Candie et par la construction de fortifications portuaires désormais inutiles. L’Ordre venait de manquer le virage de la modernité méditerranéenne, fondée sur l’ouverture économique, qu’au même moment la société insulaire prenait en douceur. La frontière maltaise, façonnée par l’Ordre, lui échappait.

  • 1 A. Blondy, L’Ordre de Malte au xviiie siècle... cit., p. 71.

8Étrange destinée pour un Ordre composé d’hommes de la frontière, qui fondèrent celle de Malte et lui assurèrent sa plénitude. Mais c’est dans son fonctionnement même que nous trouvons une réponse : suzerain, il n’a jamais considéré la population insulaire autrement que comme vassale et a toujours refusé par conséquent d’intégrer en son sein la noblesse maltaise et de lui créer une Langue propre. Si plusieurs Maltais purent entrer dans l’Ordre et pour certains-même devenir chevaliers de grâce, nul noble de l’île ne put revendiquer le privilège d’être chevalier de justice au même titre que les représentants de la noblesse européenne. L’insuffisance d’extraction des nobles maltais n’était pas seule en cause ; leur exclusion permettait à l’Ordre d’éviter le danger éventuel de la constitution d’un pouvoir des Maltais dans les Langues qui aurait pu déboucher sur un pouvoir national1. De ce fait, en dépit de liens tissés avec certains nobles et anoblis, avec quelques corsaires et marchands du port, l’Ordre n’était pas lié véritablement à la société qu’il commandait. Bien qu’il eût fondé la frontière maltaise, il en avait manqué l’imprégnation identitaire qui devait caractériser la population de l’île au xviie siècle. Du reste, son nom même reflétait son ambiguïté : il était Ordre « de Malte », et non pas « Maltais », comme le devinrent tous les étrangers qui, en s’installant, assimilèrent la conscience frontalière de l’île tout au long de l’époque moderne.

  • 2 Michel Foucher, Fronts et frontières, Paris, 1991, p. 9.
  • 3 P. Toubert, « L’historien, sur la frontière », in L’Histoire grande ouverte. Hommages à Emmanuel L (...)

9Toutefois, dans sa synchronie avec l’histoire méditerranéenne et dans la présence de l’Ordre, Malte avait puisé sa perfection frontalière. Car elle fut bien aux xvie et xviie siècles une frontière « idéale » au sens où l’entendait Michel Foucher, c’est-à-dire « naturelle mais effacée, ouverte mais protectrice, lieu d’échanges et de contacts, de conciliabules et de rencontres »2. Idéale, la frontière maltaise le fut presque trop ; elle répond à toutes les définitions données par les sciences sociales, au point que notre étude paraît à certains moments se calquer presque sur les grilles d’analyse. De fait, lorsque Pierre Toubert3 définit la frontière « parfaite » comme étant celle qui parvient à se protéger et à se maintenir, à la faveur d’une bonne utilisation du milieu, par une juste prise en compte des « facteurs naturels », et à la faveur d’une utilisation constante de la force de l’État, c’est-à-dire de la capacité du pouvoir à « tenir » sa frontière, comment ne pas songer irrésistiblement à Malte ?

  • 4 M. Fontenay, « Le développement urbain du port de Malte... », art. cit., p. 91.

10L’Ordre avait effectivement saisi les « atouts naturels » d’un des meilleurs ports de la Méditerranée4, que la profondeur rendait accessible à tous les gros navires, et les avait exploités grâce à une mise en défense qui le protégeait de toute attaque ennemie, et grâce à la construction d’un lazaret qui développait ses potentialités économiques aux yeux des marchands européens et tout particulièrement français. Mais surtout, l’Ordre, qui disposait de toute autorité sur son fief, parvint à « tenir », c’est-à-dire à faire vivre et à faire évoluer au fil des bouleversements contextuels qui affectaient la Méditerranée, la frontière insulaire qu’il avait contribué à faire émerger. Car même au moment où il n’incarna plus réellement la frontière, et en dépit de son départ en 1798, l’Ordre avait donné à Malte et à sa société les cadres nécessaires à sa survie : il avait posé les bases solides d’une ouverture économique qui devait être la sienne au xviiie siècle, et surtout, il avait conforté les aspirations d’une population soucieuse de préserver la pureté de son catholicisme, en imposant un contrôle religieux et social auquel il était presque impossible d’échapper.

11Car la réalité maltaise tranche nettement sur celle des autres îles de la frontière que furent par exemple en Méditerranée occidentale les Baléares ou la Sicile. Malte fut en effet frontière à l’excès. Excessivement militaire, elle présente de nos jours encore les traits d’un visage modelé par les remparts et les fortifications urbaines ou littorales, édifiés tout au long de notre période, y compris en un temps où le « péril turc » à l’encontre l’île ne se justifiait plus. Excessivement corsaire, elle devint en quelques années, sans doute le plus important centre de la course chrétienne. Excessivement ouverte aux échanges humains et marchands, plus du tiers de sa population portuaire était étrangère au xviie siècle ; quel autre port de Méditerranée aussi petit que le sien pouvait se prévaloir d’une telle proportion ?... Enfin excessivement intolérante, l’île vivait dans un refus absolu de l’autre qui avait modelé un cosmopolitisme singulier, hermétique à la différence religieuse.

12Une telle exacerbation frontalière résulte vraisemblablement de deux facteurs étroitement liés : d’une part, de l’extrême petitesse de l’île et d’autre part, de la sur-représentation des religieux. En comparaison avec les autres îles de Méditerranée occidentale, Malte est un archipel quasi-lilliputien : l’île principale mesure 27 km de long et 14,5 km de large, tandis que Gozo mesure 14 km de long et 7 km de large. Il était peuplé au xviie siècle d’environ 45 000 habitants, groupés dans des villages tenus étroitement par le clergé, et près de la moitié de la population résidait dans le petit milieu portuaire dominé par l’Ordre et par le Saint-Office assistés du clergé. Dans un espace aussi étroit, le contrôle religieux et social ne pouvait que se révéler extrêmement aisé ; ainsi, la multiplicité des échanges humains et marchands, qui constituait la réalité insulaire, était facilement contrebalancée par une affirmation intransigeante du catholicisme et par un contrôle social diffus et efficace.

  • 5 P. Toubert, « L’historien, sur la frontière », art. cit., p. 229.

13Mais plus que tout, la permanence des caractères frontaliers tenait au fait que Malte aux xvie et xviie siècles ne fut pas une simple frontière. Sous l’ancrage territorial affleuraient des frontières anciennes et fixes, liées à une langue, à une religion et à une conscience profonde de vivre en marge des Infidèles. Malte ne fut pas uniquement une frontière politique : elle naquit « frontière de chrétienté », c’est-à-dire frontière de civilisation. Telle est bien la raison pour laquelle elle survécut aux bouleversements de la Méditerranée, au fractionnement de l’Europe chrétienne et à son propre éclatement, lorsque commencèrent à diverger les intérêts de l’Ordre et ceux des marchands. Car si les frontières politiques sont mouvantes et temporelles, les frontières linguistiques, culturelles, religieuses frémissent et subsistent en dépit des évolutions contextuelles5. L’éclatement des rives méditerranéennes ne fut qu’intérieur ; dans leurs rapports entre elles, le sentiment de la césure entre les civilisations persista. Demeurait ainsi l’ancienne fracture parfois surmontée, parfois déplacée et prétendument abolie, comme ce fut le cas au moment de la colonisation, mais jamais disparue, jamais estompée et par conséquent, toujours prête à resurgir.

  • 6 N. Berend, « Hungary, the “Gate of Christendom” », art. cit., p. 214.

14À Malte, l’histoire du processus frontalier aux xvie et xviie siècles avait été celle d’une révolution. Issue des hommes, en lesquels elle s’incarnait par le biais d’une conscience frontalière partagée par les chevaliers et par les Maltais, fondée sur une religion et sur une identité propre – insulaire pour les uns, nobiliaire pour les autres –, la frontière s’était enracinée dans un territoire à la faveur du contexte méditerranéen du xvie siècle et de la fortification du port6. Puis, par l’attachement des habitants à leur terre sanctifiée, par l’adhésion progressive des nouveaux venus à tous les éléments constitutifs de l’identité insulaire (une religion, une langue, une histoire) qui devaient devenir ceux de la nation maltaise, et surtout par leur fusion au sein d’une société marquée par un quotidien fait d’ouverture économique et de clôture religieuse et mentale, la frontière s’était ancrée au plus profond des esprits. La révolution frontalière s’achevait ainsi dans l’imprégnation d’une société tout entière. Transcendant le territoire, la frontière redevenait ce qu’elle avait toujours été : humaine, c’est-à-dire immatérielle et ineffaçable.

Notes

1 A. Blondy, L’Ordre de Malte au xviiie siècle... cit., p. 71.

2 Michel Foucher, Fronts et frontières, Paris, 1991, p. 9.

3 P. Toubert, « L’historien, sur la frontière », in L’Histoire grande ouverte. Hommages à Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris, 1997, p. 230.

4 M. Fontenay, « Le développement urbain du port de Malte... », art. cit., p. 91.

5 P. Toubert, « L’historien, sur la frontière », art. cit., p. 229.

6 N. Berend, « Hungary, the “Gate of Christendom” », art. cit., p. 214.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540