Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Malte, frontière de chrétienté (1530-1670)

 | 
Anne Brogini

Troisième partie. Une frontière éclatée (1635-1670)

Chapitre X. L’ordre de malte et la nostalgie du péril turc

Texte intégral

  • 1 « ...Non lasciando d’incontrare si buona occasione per essercitar il nostro instituto di far la gue (...)

« Ne pouvant laisser échapper une si bonne occasion de faire la guerre aux Infidèles et ennemis du Christ, nous vous ordonnons de vous rendre en cette cité et, avec l’honneur qui convient au nom de la Religion, d’y offrir à la Sérénissime et à cet illustre Sénat toutes nos forces, et particulièrement l’escadre de nos galères... »1.

1Pour les Hospitaliers, l’éclatement de l’unité de la rive chrétienne avait bouleversé leur traditionnelle conception de l’affrontement des civilisations, qui exigeait le heurt frontal de deux ensembles unis, le monde musulman et la chrétienté dont ils défendaient les intérêts et soutenaient l’idéal de guerre sainte. De par leur condition de chevaliers, il leur était impossible de trouver une réponse autre que guerrière au trouble consécutif aux conflits européens qui les affectait : leur exutoire donc consista en une revivification du danger ottoman. Entre 1635 et 1670, l’Ordre se préoccupa essentiellement de fortifier son île, en prévision d’hypothétiques sièges, et participa longuement à la guerre de Candie, qui opposait les Ottomans à la République de Venise, soutenue occasionnellement par les galères du pape.

  • 2 Molly Greene, Kandiye, 1669-1720. The formation of a merchant class, Ph. D., Princeton University, (...)
  • 3 Citons de nouveau le colloque Venezia e Creta [Atti del Convegno internazionale di studi (Iraklion- (...)
  • 4 Michel Lassithiotakis, « “L’isola di Candia, più d’ogn’altra lontana”. Aspects matériels et culture (...)
  • 5 Victor Mallia-Milanes, Venice and Hospitaller Malta (1530-1798). Aspects of a Relationship, Malte, (...)
  • 6 Michel Fontenay, « L’Empire ottoman et le risque corsaire au xviie siècle », in Revue d’Histoire mo (...)

2Assez peu d’études concernent la guerre de Candie. Outre la thèse de Molly Greene, qui étudie du reste la Crète ottomane et non pas chrétienne2, il faut se référer aux plus récents travaux vénitiens3. Tout récemment, un ouvrage collectif dirigé par Nicolas Vatin et Gilles Veinstein présente l’intérêt de réfléchir sur les cas d’Insularités ottomanes et de présenter une étude sur la Crète vénitienne4. En ce qui concerne l’historiographie maltaise, elle est plutôt avare en renseignements sur Malte à cette époque, ou bien sur l’investissement de l’Ordre dans la guerre vénéto-turque, exception faite de l’ouvrage de Victor Mallia-Milanes5 sur les rapports entre les chevaliers et la République à l’époque moderne. Les travaux les plus intéressants demeurent donc ceux de Michel Fontenay, qui, au travers des grandes phases de l’activité corsaire maltaise, donne une bonne analyse du rôle de la guerre de Candie dans le regain de la course, et par conséquent, de sa condamnation par les puissances européennes à plus ou moins long terme6.

3En dépit des manques historiographiques, une étude de la participation de l’Ordre à la guerre de Candie s’esquisse d’autant plus facilement que les archives des chevaliers se révèlent extrêmement riches en ce qui concerne les expéditions annuelles que menèrent les galères, ou bien l’effort financier considérable que représentèrent en même temps la nouvelle vague de fortifications insulaires et le soutien apporté à Venise pendant un quart de siècle.

LES NOUVELLES FORTIFICATIONS INSULAIRES

  • 7 Ce terme tout-à-fait approprié est emprunté à Michel Fontenay in « Le développement urbain du port (...)
  • 8 Alexander H. de Groot, « The Ottoman Threat in Europe, 1571-1800 : Historical Fact or Fancy ? », in (...)

4Dès le milieu des années 1630, l’Ordre, qui avait un peu négligé la protection de son île au moment où le péril turc avait été le plus pressant, se montra désormais pris d’une véritable « obsidionite »7 concernant un éventuel danger musulman et la faiblesse de ses fortifications insulaires. Certes, l’Empire ottoman avait conservé au milieu du xviie siècle une puissance navale encore efficace et une nocivité certaine sur mer grâce aux Barbaresques8, mais le péril n’avait plus l’intensité du siècle précédent et ne pouvait raisonnablement susciter l’appréhension d’un nouveau Grand Siège. Pourtant, une nouvelle vague de fortifications portuaires et insulaires caractérisa Malte durant les années 1635-1670 : le Grand Port fut abrité par trois grandes lignes de rempart autour de La Valette, Senglea et Vittoriosa, cependant que de nouvelles tours de guet littorales étaient édifiées à la hâte dans tout l’archipel.

LA DÉFENSE DE LA VALETTE : LA FLORIANA

L’œuvre de Floriani

  • 9 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 230-231.
  • 10 AOM 256, f° 122r., 16 février 1635.
  • 11 AOM 111, f° 119v., 18 février.
  • 12 V. Borg, p. 140, Lettre du 11 mars 1635.
  • 13 V. Borg, p. 152, Lettre du 12 mai 1635.

5En dépit des conflits réguliers qui opposaient entre 1625 et 1639 les Ottomans aux Perses pour le contrôle des provinces orientales de l’Empire9, des rumeurs parvenaient à l’Ordre depuis le début des années 1630 concernant le regroupement d’une potente e nemica armata10 et la possibilité d’un assaut turc mené contre Malte. Outre les archives, la correspondance de l’Inquisiteur de Malte de l’époque, Fabio Chigi (qui devait être élu pape sous le nom d’Alexandre VII en 1655), éditée par Vincent Borg en 1967, apporte des informations précieuses sur cette nouvelle vague de fortifications portuaires maltaises. Au début de l’année1635, les chevaliers et l’Inquisiteur étaient tous persuadés qu’une attaque musulmane était imminente : le 18 février, le Conseil avait ordonné à tous les chevaliers demeurés en Europe de regagner Malte au plus vite pour assurer une éventuelle défense11, tandis que le 11 mars, l’Inquisiteur écrivait au Cardinal Barberini, à Rome, que vengono confirmationi che l’armata turchesca si affreti per escire a danni di questa isola12. Quelques mois plus tard, en mai, l’Inquisiteur informa Rome que les rumeurs étaient infondées, mais que l’Ordre souhaitait désormais renforcer ses fortifications portuaires13, qui n’avaient guère connu de nouveaux aménagements depuis la fin du xvie siècle.

  • 14 AOM 256, f° 123v., 2 mars 1635.
  • 15 AOM 256, f° 124v., 4 mars 1635.
  • 16 AOM 465, ff° 290v.-291r., 3 juin 1635.
  • 17 AOM 256, f° 124v., 4 mars 1635.

6Des commissaires furent dépêchés au début du mois de mars 1635, pour inspecter les fortificationi e munitioni di questa piazza14. Le rapport conclut à la nécessité de renforcer les remparts urbains et de procéder à de nouvelles fortifications portuaires. Le 4 mars, le Conseil réclama le commencement de travaux et l’établissement de mesures de protection plus strictes dans les cités de Mdina, de Senglea et de Vittoriosa15. Les murailles de Mdina devaient ainsi être consolidées au plus vite, et les habitants de Rabat et des campagnes environnantes pouvaient être recrutés comme main d’œuvre. En juin 1635, les travaux de restauration des remparts de Mdina étaient si bien avancés que les jurats de la cité supplièrent l’Ordre de travailler également à la fortification de Rabat16. Dans le même temps, l’Ordre se souciait de la sécurité du Grand Port : le Grand Maître ordonna que les portes de Senglea fussent systématiquement fermées à clef la nuit, et que le fossé séparant la cité de Bormula fût récuré et approfondi ; les parapets les plus exposés du fort Saint-Michel et de la ceinture urbaine devaient être rehaussés. Enfin, à Vittoriosa, la porte défendue par la Langue d’Auvergne devait être renforcée par de nouvelles pièces de fer plus solides17.

  • 18 AOM 256, f° 125r., 15 mars 1635.
  • 19 V. Borg, p. 168, Lettre du 10 septembre 1635.
  • 20 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 72.
  • 21 S. Spiteri, Fortresses of the Knights... cit., p. 281.

7La décision la plus importante fut le vote unanime, par le Conseil, de la réclamation de la venue d’un nouvel ingénieur, pour inspecter les fortifications et dresser le plan des futures constructions portuaires. Dans la foulée, le 15 mars, les chevaliers ordonnèrent, afin de financer l’ingénieur et le commencement des travaux, le prélèvement de 12 000 écus d’or sur les commanderies, dont la moitié devait être retenue exclusivement sur la Langue d’Italie18. Au mois de mai 1635, le pape accepta d’envoyer à l’Ordre un de ses ingénieurs, Pietro Paolo Floriani, qui débarqua dans l’île le 1er septembre19. Celui-ci n’était pas un inconnu : il avait travaillé une dizaine d’années, entre 1617 et1626, au service du roi d’Espagne, avant de se mettre à celui du pape en 1627 et d’être envoyé à Malte en 163520. Peu de temps après son arrivée, le 17 octobre 1635, Floriani présenta au Conseil le plan d’une fortification bastionnée sur le Mont Sciberras, destinée à assurer une protection plus efficace à La Valette, dont les hauts remparts n’étaient plus adaptés aux nouvelles techniques de guerre21.

  • 22 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 74.
  • 23 BAV, Barb. Lat. 6697, f° 73r., 27 décembre 1635.

8Le projet de Floriani fit l’objet de critiques nourries de la part des chevaliers qui craignaient que la durée des travaux ne fût trop longue, le coût trop exorbitant et que la ligne de fortification, trop étendue ne s’avérât impossible à défendre en cas de siège, faute de personnel militaire suffisant. Floriani assura qu’avec l’aide de 2 000 à 3 000 travailleurs journaliers, la ligne de fortification pouvait être achevée au mois de juin 1636 ; quant au coût, l’ingénieur promit qu’il serait inférieur aux craintes des membres de l’Ordre22. Finalement, après bien des discussions, le Conseil, poussé par le Grand Maître Antoine de Paule qui soutenait le projet, vota en faveur du plan de Floriani au milieu du mois de décembre 1635 : une lettre de l’ingénieur au Cardinal Barberini datée du 27 décembre, nous renseigne sur les délibérations houleuses qui agitèrent le Conseil, et sur le fait que le projet de fortification fut voté par 35 voix contre 1423.

  • 24 AOM 256, f° 129r., 24 avril 1635.
  • 25 BAV, Barb. Lat. 6697, f° 76r., 28 janvier 1636.
  • 26 BAV, Barb. Lat. 6697, f° 77r., 8 avril 1636.
  • 27 V. Borg, p. 206, Lettre du 3 mai 1636.

9Les travaux débutèrent dès le mois de janvier 1636. Le Grand Maître mit à la disposition immédiate de l’ingénieur quelques 600 esclaves de terre qui, depuis 1635 étaient déjà employés à la restauration des remparts urbains et au curetage du Grand Fossé de La Valette24. La correspondance entre Floriani et le Cardinal Francesco Barberini, conservée à la Bibliothèque Vaticane, nous informe de l’avancement régulier de la fortification : le 26 janvier 1636, Floriani écrivait qu’il avait déjà effectué le tracé des constructions et que le creusement du terrain débutait25. Début avril, l’ingénieur décrivait son travail comme miraviglioso26, et le mois suivant, le 3 mai, l’Inquisiteur Fabio Chigi mentionnait dans une lettre à Barberini l’espoir de l’ingénieur de voir son ouvrage achevé au mois de juin 163627.

  • 28 AOM 256, f° 143r., 3 avril 1635.
  • 29 V. Borg, p. 223, Lettre du 30 août 1636.
  • 30 V. Borg, p. 229, Lettre du 17 octobre 1636.

10Les espérances de Floriani ne furent pas comblées et les travaux, au milieu de l’année 1636, étaient encore en cours, faute de liquidités. Le 3 avril, le Conseil vota le prélèvement de deux nouvelles taxes, l’une de 50 000 écus qui devait être prélevée sur la population laïque maltaise, et l’autre de 5 000 écus, qui devait être payée par le clergé de l’archipel28. En conséquence, les travaux reprirent : le 30 août 1636, une lettre de Fabio Chigi évoque le rapport satisfait, concernant le bon avancement de son œuvre, que l’ingénieur avait fait au nouveau Grand Maître Jean-Paul de Lascaris Castellar (1636-1657)29. Une dernière missive de Chigi nous informe qu’ à la fin du mois de septembre, se ne ritorno` il signore colonnello Floriani, dopo 13 mesi di habitatione in questa isola, ne quali ha veduto sorgere un recinto di una nuova citt à, con una fronte quasi inespugnabile30. Toutefois, à peine achevée, la Floriana subit une nouvelle vague de critiques de la part de tous les membres de l’Ordre qui s’étaient dès l’origine, opposés au projet de son concepteur : ceux-ci soulignaient la quasi-impossibilité de défendre les remparts beaucoup trop longs, qui couvraient la moitié du Mont Sciberras, et des bastions trop nombreux (14 au total).

  • 31 AOM 257, f° 37v., 20 septembre 1639.
  • 32 V. Borg, p. 328, Lettre du 10 novembre 1637.
  • 33 AOM 256, f° 164r., 8 avril 1637.
  • 34 V. Borg, p. 412, Lettre du 15 novembre 1638.
  • 35 AOM 256, f° 181r., 26 novembre 1638.
  • 36 AOM 257, f° 47r., 1er avril 1640.

11Déchiré par de nombreuses querelles, le Conseil envisagea plusieurs fois de demolire le fortificationi florianæ31 et d’en construire de nouvelles, en imposant de nouveau la population de l’archipel32. En 1637, les chevaliers firent appel à un ingénieur au service du Grand Duc de Toscane, Cantagallina, mais celui-ci n’était pas disponible pour se rendre à Malte33. L’année suivante, ils s’en remirent au pape, qui leur envoya un de ses ingénieurs, Vincenzo Maculano da Firenzuola, qui débarqua dans l’île le 10 novembre 163834 et procéda à un examen minutieux des fortifications de Floriani. Le 26 novembre, il fit son rapport au Conseil, jugeant le travail de son prédécesseur non necessario mais bien réalisé. Selon lui, la faiblesse principale du port tenait plutôt aux Trois-Cités (Vittoriosa, Senglea et Bormula) mal défendues, qu’ à La Valette : Vittoriosa et Senglea s’abritaient en effet derrière d’anciens remparts construits au siècle précédent, tandis que Bormula ne jouissait d’aucune protection35. Le rapport ne satisfit pas l’Ordre : il s’empressa de réclamer un nouvel avis de la part du marquis Giovanni di Medici di Sant’Angelo, qui était au service du Grand Duc de Toscane, et qui accepta de se rendre à Malte en 1640. Le 1er avril, il présenta un rapport au Conseil par lequel il faisait valoir que l’Ordre ne devait absolument pas détruire la Floriana, mais plutôt l’achever à l’aide de menus aménagements destinés à la perfectionner36.

L’expression d’un mécontentement maltais

  • 37 V. Borg, p. 328, Lettre du 10 novembre 1637.
  • 38 G. Wettinger, « Early maltese popular attitudes to the government of the Order of St John », in Mel (...)

12L’entêtement de l’Ordre à vouloir abattre sa récente fortification paraît fort singulier. À une époque où il se trouvait en position difficile du fait de la guerre franco-espagnole et où certaines de ses commanderies, victimes des conflits européens ou spoliées par les puissances, lui rapportaient moins d’argent, il envisageait de dépenser inutilement sa fortune et celle des Maltais à la destruction, puis à la reconstruction de nouveaux remparts ! Cette attitude incongrue n’échappa pas aux Maltais, rendus furieux par l’éventualité d’une nouvelle imposition destinée au financement d’une fortification déjà existante. La correspondance de Fabio Chigi apporte la preuve de ce mécontentement : à l’annonce du prélèvement d’une nouvelle taxe, plusieurs casaux s’insurgèrent au mois de septembre 163737. La révolte débuta à Zejtun, sous l’influence des prêtres des villages de Zejtun, de Marsa, ainsi que du prêtre de la paroisse de Birkirkara, Don Filippo Borg, lettré maltais, artisan irréprochable de la Réforme Catholique à Malte et consultore du Saint-Office38. Les meneurs de la révolte incitèrent les habitants à marcher sur le port en procession, en portant un crucifix et une statue du saint de leur village, pour témoigner de leur indignation.

  • 39 Godfrey Wettinger en est persuadé (G. Wettinger, « Early maltese popular attitudes... », art. cit., (...)
  • 40 G. Wettinger, « Early maltese popular attitudes... », art. cit., p. 271-278 (édition de la Relazion (...)
  • 41 G. Wettinger, « Early maltese popular attitudes... », art. cit., p. 272.
  • 42 G. Wettinger, « Early maltese popular attitudes... », art. cit., p. 272-273.
  • 43 V. Borg, p. 305.
  • 44 A. Hoppen, « Military priorities and Social realities in the Early Modern Mediterranean : Malta and (...)

13Dans le même temps, une Relazione anonyme, sans doute écrite par Don Filippo Borg39, circula parmi la population et fut expédiée au pape40. Elle accusait directement l’Ordre de ne pas gouverner correctement son archipel et incitait la population à affirmer son indépendance, conformément aux anciens privilèges que Malte avait obtenus aux époques angevine et aragonaise. La Relazione appelait les habitants à modeler leur comportement sur celui qu’avait adopté la noblesse de l’île en 1530, lorsque certains de ses membres avaient préféré gagner la Sicile plutôt que de supporter l’autorité des chevaliers (« ...dopo la venuta della Religione in Malta, tutta la nobilt à per non stare sotto l’obedienza della Religione si è partita in diverse citt àdi Sicilia... »)41. Enfin, la Relazione déplorait que les habitants fussent soumis régulièrement à des taxes imposées par l’Ordre, au point qu’ils souffraient de la faim de manière chronique (« ...le tante tasse che li vengono imposte giornalmente che non si resta al misero popolo afflitto che la pelle e le ossa »)42. Furieux, le Grand Maître accusa directement Don Filippo Borg d’être l’auteur du pamphlet et d’échauffer les esprits contre l’Ordre ; il se heurta cependant à l’autorité de l’Inquisiteur Fabio Chigi, soucieux de protéger le membre de son personnel43. Enfin, devant l’agitation populaire, les chevaliers se trouvèrent dans l’incapacité d’effectuer le prélèvement financier dont ils avaient besoin44.

14L’ampleur inattendue du mécontentement était bien révélatrice d’un nouveau climat insulaire : jamais auparavant, la population n’avait rechigné à subvenir aux besoins de l’Ordre en matière de protection de l’archipel. Certes, au cours du xvie siècle, elle avait été peu sollicitée, l’Ordre assumant seul une grande partie des dépenses ; mais la raison tenait surtout au danger qu’avait fait peser sur l’archipel la puissance ottomane et barbaresque au fil du xvie et durant les premières décennies du xviie siècle. Aux attaques de 1551 et de 1565, avaient succédé le débarquement turc de 1614 et l’intense activité corsaire barbaresque qui nuisait au ravitaillement régulier de Malte et de l’Ordre. Dans ce contexte houleux, la nécessité de fortifier et de protéger l’archipel avait paru incontournable à une population souvent affamée, qui devait une grande partie de son approvisionnement aux relations des chevaliers avec la Sicile et à leurs diverses courses méditerranéennes.

15Toutefois, à partir du milieu du xviie siècle, la contribution financière de la population s’était accrue alors que le danger musulman s’était amenuisé : Malte n’avait plus eu à souffrir de représailles ottomanes, et les corsaires chrétiens travaillaient aussi bien que les Barbaresques, sinon mieux, à l’affaiblissement de la course ennemie et à l’enrichissement de l’archipel. Les campagnes, que l’on sait pauvres du fait de la grande vague d’exode rural qui caractérisa le xviie siècle (comme en témoignent les registres de mariages des paroisses du port), vivaient désormais moins dans l’inquiétude du Turc que dans celle de se nourrir convenablement et se montraient de ce fait peu disposées à soutenir les ambitions militaires d’un Ordre en mal de croisade. En ce milieu du xviie siècle, même en plein cœur de Malte, le temps n’était décidément plus à la guerre sainte contre l’Infidèle et à l’union indéfectible des insulaires avec les chevaliers, qui avaient caractérisé l’époque du Grand Siège. La nouvelle colère qui grondait dans les campagnes résonnait pour les chevaliers comme un écho désagréable de celle des marchands du Grand Port lassés de la course.

  • 45 AOM 257, f° 194r., 7 février 1645. Le Conseil ordonne que pour hâter l’achèvement de la Floriana, l (...)

16Cette menace inhabituelle, ajoutée aux critiques favorables des ingénieurs concernant la fortification de Floriani, incita l’Ordre à ne pas donner suite à son projet de démolition et à se contenter de poursuivre la construction de la Floriana (qui dura jusqu’en 164545). Parallèlement, il centra désormais son intérêt sur les cités mal protégées de Senglea, Vittoriosa et Bormula : l’édification de deux lignes de fortifications, la Santa Margherita et la Cotonera, occupa ainsi tout le second xviie siècle.

LA PROTECTION DES TROIS-CITÉS

La Santa Margherita

  • 46 S. Fiorini, « Demographic growth and the urbanization of the Maltese countryside... », art. cit., p (...)
  • 47 AOM 256, f° 181r., 26 novembre 1638.
  • 48 AOM 256, f° 182r., 2 décembre 1638.

17La décision prise en 1566 de construire une cité fortifiée sur le Mont Sciberras et d’y transférer le Couvent n’avait pas résolu le problème de la défense de la partie orientale du port. Au lendemain du siège, les chevaliers s’étaient contentés de réparer les remparts de Vittoriosa (Birgu) et de Senglea qui avaient beaucoup souffert de quatre mois de canonnade. Au fil du xviie siècle, le développement du port et l’apparition de l’excroissance urbaine de Bormula avaient fait sentir plus fortement la nécessité d’assurer une meilleure protection aux habitants des Trois-Cités, qui dans les années 1630 regroupaient désormais 9 900 habitants environ, soit plus que La Valette (8 601 habitants en 1632)46. L’ingénieur Vincenzo Maculano da Firenzuola, au service du pape, débarqué à Malte à la fin de l’année 1638, soumit le 26 novembre un projet de construction d’un large rempart destiné à assurer une meilleure protection aux trois cités à la fois47. Le rempart pouvait être édifié sur la colline Santa Margherita qui surplombait Bormula ; aux dires de l’ingénieur, la construction ne devait pas excéder 70 000 écus. Le 2 décembre, le Conseil séduit approuva le projet et vota le commencement des travaux48.

  • 49 AOM 256, f° 182v., 8 décembre 1638.
  • 50 AOM 257, f° 4r., 12 janvier 1639.
  • 51 AOM 257, f° 4r., 17 janvier 1639.
  • 52 AOM 257, f° 6v., 25 février 1639.
  • 53 AOM 257, f° 10v., 30 mars 1639.
  • 54 AOM 257, f° 36v., 14 septembre 1639.
  • 55 AOM 257, f° 37v., 20 septembre 1639.
  • 56 AOM 257, f° 14r., 16 mai 1639.

18Quelques jours plus tard, le 8 décembre, une taxe de 70 000 écus fut imposée (peut-être par crainte d’une nouvelle contestation populaire ?) uniquement aux commanderies de l’Ordre : l’argent était destiné au financement de trois ravelins le long des remparts de La Valette, et surtout à la construction de la nouvelle ligne de rempart Santa Margherita, qui portait le nom de la colline sur laquelle elle devait être érigée49. Les travaux débutèrent au début de l’année 163950, et le 17 janvier, l’ingénieur Firenzuola quittait Malte pour regagner Rome51. Plusieurs inspections par des commissaires témoignent du bon avancement de la fortification au cours des mois de février52 et de mars 163953. Au mois de septembre, les fossés de la Santa Margherita étaient déjà presque tous creusés, et les maçons pouvaient entamer la construction des ravelins sur les remparts de La Valette54. L’Ordre avait obtenu le retour à Malte de Firenzuola, pour diriger l’édification des bases des murailles55. Mais la fortification coûtait plus cher que ne l’avait prévu Firenzuola et en mai 1639, le Conseil fut contraint d’exiger un nouveau prélèvement sur les commanderies de 122 000 écus, somma che per l’ordinatione del Commun ærario vien data a facolt à potersi imporre e distribuire sopra li medesimi beni ogni volta che vi sia pericolo d’assedio56.

  • 57 AOM 257, f° 46r., 26 mars 1640.
  • 58 AOM 257, f° 47v., 1er avril 1640.
  • 59 AOM 470, f° 260r., 18 février 1640.
  • 60 AOM 470, f° 260v.

19Au début de l’année suivante, en 1640, un nouvel ingénieur, le marquis Giovanni di Medici di Sant-Angelo, fut réclamé par le Grand Maître au Grand Duc de Toscane, pour contrôler les travaux après le départ définitif de son prédécesseur57. Lors de son inspection, en mars 1640, la Santa Margherita était déjà à moitié édifiée et l’ingénieur la jugea suffisante pour garantir la protection des Trois Cités. Considérant toutefois le mauvais état des remparts de Vittoriosa et de Senglea, il conseilla à l’Ordre de construire deux ravelins autour de la porte d’entrée de Vittoriosa et de rehausser les murailles de Senglea trop basses pour protéger correctement la cité des coups de canon58. Ace moment-l à, le Trésor était en manque de fonds, puisque la taxe de 50 000 écus réclamée en 1637 au peuple maltais n’avait jamais été versée : faisant appel au pape, l’Ordre obtint un bref permettant de la prélever en 164059, mais de manière indirecte, pour ne pas alerter la population, par la hausse du prix de marchandises diverses (froment, orge, légumes, fruits, vin, viande, poisson, huile)60.

  • 61 AOM 470, f° 261r., 11 juin 1643.
  • 62 AOM 257, f° 62v., 16 janvier 1641.
  • 63 AOM 257, ff° 128r.-128v., 4 février 1643.
  • 64 AOM 257, f° 149v., 14 décembre 1643.
  • 65 AOM 257, f° 153v., 23 janvier 1644.
  • 66 AOM 258, f° 67r., 9 août 1646.
  • 67 AOM 258, ff° 69v.-70r., 22 octobre 1646.
  • 68 AOM 258, f° 70r.

20Le versement de la taxe prit trois ans et en juin 1643, le Commun Trésor certifia qu’il avait bien récolté les 50 000 écus nécessaires aux fortifications61. Dans l’attente de l’obtention de la somme, l’Ordre avait cherché d’autres moyens d’approvisionner ses caisses : le 16 janvier 1641, le Conseil proposa de battre monnaie et de frapper 20 000 écus de 4 tari pour subvenir aux besoins immédiats du Couvent62. Cette décision fut la première d’une longue série, la Religion ayant souvent recours à cet expédient durant la décennie 1640. Ainsi, en février 1643, 109 000 écus de 6 tari furent réclamés pour compenser les dépenses ordinaires qu’exigeaient les fortifications et la vie à Malte (Infirmerie, paiement des soldats, construction du nouveau lazaret...)63. En décembre 1643, 30 000 écus furent frappés pour la poursuite des travaux portuaires64 et en janvier 1644, l’Hôtel des Monnaies de Malte battit 30 000 écus de 12 tari pour le financement des fortifications de Gozo65. Enfin, en 1646, le Conseil se lamentait de ce que, si la Floriana était déjà entièrement édifiée, la Santa Margherita ne l’était encore qu’ à moitié ; afin de rendre le Tre Citt à inespugnabile et de hâter la construction de la ligne fortifiée, il réclama au Trésor 100 000 nouveaux écus, qui devaient suffire à parachever tous les travaux en cours66. Cette somme exorbitante fut en grande partie prélevée sur les commanderies ; le reste fut emprunté pour moitié au Saint-Siège et à la République de Gênes, et pour une autre moitié produit par l’Hôtel des Monnaies67. La même année, l’Ordre se plaignait que ses créanciers se montraient trop gourmands : depuis 1640, les fonds alloués par Rome et par Gènes s’élevaient à 109 000 écus dont l’intérêt de remboursement était chaque année de 5 700 écus !68

  • 69 AOM 258, f° 67r., 9 août 1646.
  • 70 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 139.

21La démesure des fonds qu’exigeait l’achèvement de la Santa Margherita épuisait inévitablement le Commun Trésor, cependant que la lenteur des travaux lassait les chevaliers. En 1646, un rapport de chevaliers-commissaires avait en effet démontré que le rempart n’était encore qu’ à moitié construit, et qu’en sept années de travaux ininterrompus, trois bastions seulement (Firenzuola, Santa Margherita, Santa Elena) ayant été érigés69. Préoccupé par la guerre de Candie qui venait de débuter, le Couvent abandonna alors progressivement le projet et la Santa Margherita demeura incomplète jusqu’au début du xviiie siècle, où les travaux reprirent pour achever la construction70.

Document 6 – Les fortifications de la Santa Margherita et de la Cotonera.

La Cotonera

  • 71 AOM 258, f° 41v., 3 septembre 1645.
  • 72 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 289.
  • 73 AOM 260, f° 60v., 6 juin 1659.
  • 74 AOM 260, f° 38r., 18 juin 1658.
  • 75 AOM 261, f° 22r., 5 mai 1665 et f° 27r., 28 juillet 1665.
  • 76 AOM 261, f° 42v., 15 mars 1666.

22L’interruption, au moment de la guerre de Candie, de la construction de la Santa Margherita ne signifiait pas pour autant que le souci d’une meilleure protection portuaire s’était amoindri pour les chevaliers. Vingt années durant, les travaux concernèrent plutôt l’édification de multiples tours de guet, et se poursuivirent mollement dans le Grand Port, sous la direction d’un ingénieur français, Médéric Blondel des Croisettes, résident permanent à Malte entre 164571 et 1698, qui fut fait chevalier de grâce72 et qui était rémunéré par le Trésor 30 écus par mois73. En juin 1658, le fort Saint-Ange fut entièrement réaménagé et tous ses remparts défectueux reconstruits, pour la somme de 10 000 écus que payèrent les commanderies74. Plus tard, durant l’été 1665, Blondel dirigea les travaux de réfection de l’enceinte et de la porte d’entrée principale de Vittoriosa75. Enfin, en 1666, il fut chargé de l’édification d’un ravelin sur la Floriana, destiné à améliorer la défense de La Valette76.

  • 77 AOM 261, f° 131v., 27 mars 1669.
  • 78 AOM 261, f° 161v., 2 avril 1670.
  • 79 AOM 261, ff° 163v.-164r., 13 mai 1670.

23Cependant, ces travaux avaient été de simples aménagements, qui ne possédaient pas l’ampleur de ceux qui avaient été menés avant la guerre de Candie. Il fallut donc attendre l’année de la chute de l’île, en 1669, pour que des constructions d’importance fussent de nouveau conduites sous le magistère de Nicolas Cotoner (16631680). Dès le mois de mars 1669, l’Ordre fit appel à un nouvel ingénieur, Antonio Maurizio di Valperga, qui se trouvait au service du duc de Savoie : le Grand Maître souhaitait une nouvelle inspection de la Floriana et de la Santa Margherita inachevée, et exigeait de l’ingénieur la proposition d’un projet de construction inédit77 Arrivé à Malte au début de l’année 1670, Valperga soumit un plan de fortification au Conseil le 2 avril de la même année : le rempart prévu, érigé encore une fois sur la colline Santa-Margherita, devait ceindre très largement les Trois-Cités, et englober la Santa Margherita qui ne les protégeait pas, puisqu’elle n’avait pas été entièrement construite. En outre, l’ingénieur proposa à un Couvent satisfait d’ajouter des fortifications à la Floriana, dans le but de moderniser la construction78. Enfin, Valperga s’était intéressé aux fortifications de Gozo et proposait d’élargir l’enceinte de la Citadella de Rabat, afin d’assicurare quei popoli dall’invasione de Turchi par l’accueil d’un plus grand nombre d’insulaires en cas d’assaut musulman79.

  • 80 AOM 261, f° 166r., 31 mai 1670.
  • 81 AOM 261, f° 162r., 8 avril 1670.
  • 82 AOM 261, f° 162r.
  • 83 AOM 261, f° 166r., 10 juin 1670.
  • 84 AOM 261, f° 166r.
  • 85 AOM 261, f° 169v., 28 août 1670.
  • 86 AOM 261, f° 171v., 16 novembre 1670.

24Le 31 mai 1670, le Conseil, qui avait adopté les projets de l’ingénieur, ordonna le prélèvement de 100 000 écus d’or sur ses commanderies ; conscient toutefois de la pénurie monétaire en laquelle se trouvait l’Ordre, du fait de sa participation active à la guerre vénétoturque, il envisagea de réclamer une assistance financière au pape80. Le Grand Maître proposa même de payer de ses deniers la construction, en versant 100 écus par mois durant tout le temps nécessaire à l’édification de la future ligne fortifiée81. En l’honneur de la décision magistrale, le Conseil décida de baptiser le rempart du nom du Grand Maître : la Cotonera82. Il fut également décidé que, dans l’attente de la réception du prélèvement qui avait été voté en mai, le Trésor verserait 8000 écus par mois (soit 96 000 écus par an) tout au long des travaux83. Le 10 juin 1670, le tracé du rempart fut entamé, sous la direction de Valperga84, et le 28 août, la première pierre de la Cotonera fut officiellement posée par le Grand Maître, en présence de tous les chevaliers85. À la fin de l’année, le tracé était terminé et les travaux de construction pouvaient véritablement débuter : le 16 novembre, l’ingénieur Valperga put quitter Malte pour rejoindre la cour de Savoie, escorté par les galères de l’Ordre jusqu’ à Naples86.

  • 87 AOM 261, f° 177r., 25 mai 1671.
  • 88 AOM 261, f° 166r., 15 juin 1670.
  • 89 S. Spiteri, Fortresses of the Knights... cit., p. 302.
  • 90 S. Spiteri, Fortresses of the Knights... cit., p. 297.
  • 91 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 133.

25L’édification de la Cotonera occupa toute la décennie 1670 et coûta à l’Ordre des sommes folles, qui eussent amplement suffi à l’achèvement de la Santa Margherita : aux 96 000 écus annuels versés par le Trésor, aux 100 écus annuels donnés par le Grand Maître et à la taxe de 100 000 écus réclamée en 1670, s’était ajoutée en 1671 la vente d’une forêt française, qui avait rapporté 300 000 livres tournois87. L’argent dépensé était d’autant plus mal supporté par le Couvent que d’autres constructions étaient en cours : en 1670, le chevalier Gio Francesco Ricasoli, de la Langue d’Italie, avait fait don à l’Ordre de 20 000 écus pour entamer la construction d’un fort à l’embouchure du port, sur une langue de terre située en face du fort Saint-Elme. Le fort devait porter le nom et les armes de Ricasoli, en mémoire de l’attione così pia, così esemplare e così generosa du donateur88. En conséquence, à la mort de Nicolas Cotoner en 1680, son successeur, le Grand Maître Gregorio Carafa de la Langue d’Italie (1680-1690) ordonna la suspension immédiate de la construction de la Cotonera, qui était suffisamment édifiée pour assurer la protection nécessaire aux Trois-Cités. Une telle décision soulagea immédiatement le Trésor, qui n’avait plus pour l’heure, qu’à financer l’édification du fort Ricasoli, qui ne s’acheva pas avant 169889. Comme la Santa Margherita avant elle, la Cotonera demeura donc en partie inachevée : le rempart était édifié, mais les ravelins et les fortifications secondaires n’étaient pas tous construits90. L à encore, ils le furent au début du xviiie siècle91.

LE SECOND ESSOR DES FORTIFICATIONS LITTORALES

26Dès après son accession au pouvoir, le Grand Maître Jean-Paul de Lascaris Castellar (1636-1657) redonna son impulsion au mouvement de fortification littorale, qui avait été interrompu après la mort d’Alof de Wignacourt, en 1622.

Carte 10 – Les fortifications littorales (1635-1660).

  • 92 AOM 260, f° 63v., 28 octobre 1659.
  • 93 AOM 258, f° 106r., 15 décembre 1647.
  • 94 AOM 258, f° 174v., 25 avril 1649.
  • 95 AOM 259, f° 53v., 22 octobre 1652.

27Un rapport de 1659 nous informe que Lascaris ordonna la construction de sept tours de guet, qui furent exclusivement financées par le Commun Trésor92. Trois d’entre elles devaient assurer la protection du littoral méridional de Malte : Ghain Tuffieja et Lippija, construites en 1637, ainsi que Wied iz-Zurrieq (également nommée Ta Xutu dans les archives), dont la construction fut décidée en décembre 164793 et qui, comme son nom l’indique, se situe à faible distance du casal de Zurrieq. Une autre tour, San Giorgio, édifiée en 1637, surveillait la baie de Saint-Julien, non loin du Grand Port, tandis que la Tour Nadur, située plus au cœur de l’île, assurait une protection à Mdina et à Rabat. Puis, le 25 avril 1649, le Grand Maître réclama l’édification et l’armement d’une nouvelle tour de guet, la Santa Agata, qui surplomberait la baie de Mellieha, dont la protection, jusqu’alors inexistante, permettait d’assister la tour de Comino et d’assurer un meilleur contrôle du passage des navires corsaires dans le canal entre Malte et Gozo94. Enfin, en 1652, une tour fut érigée à Gozo, au lieu-dit Dwejra, pour protéger la côte occidentale de l’île et surveiller le movimentoi dei vasselli corsali e barbareschi95.

  • 96 AOM 260, ff° 31v.-32v., 31 mars 1658.
  • 97 AOM 260, f° 32r.
  • 98 AOM 260, f° 31v.
  • 99 AOM 260, f° 32v.
  • 100 AOM 260, f° 60v., 6 juin 1659.
  • 101 AOM 260, f° 63r., 7 juillet 1659.

28À la mort de Lascaris, Martin de Redin (1657-1660) de la Langue d’Aragon poursuivit la fortification côtière et le 31 mars 1658, dans son ardente volont à di servire a Sua Divina Maest à in questo porto, proposa au Conseil de financer lui-même la construction d’une douzaine de tours de guet96. Il fut prévu que la première tour serait construite au-dessus de la baie de Mellieha, toujours dans le souci de surveiller les éventuels agissements des corsaires dans le canal de Gozo ; par la suite, les constructions devaient suivre le littoral jusqu’ à Zurrieq97. Le Grand Maître exigeait également une meilleure tenue des tours : jusqu’ à présent, la garde n’était assurée que par des paysans de l’île, qui faisaient volontairement le guet à tour de rôle la nuit, après avoir travaillé au champ la journée entière98. Par conséquent, la sécurité de l’archipel en pâtissait et Martin de Redin ordonna que désormais, chaque tour fût tenue en permanence par quatre paysans qui seraient déchargés des travaux des champs et qui percevraient un salaire de 2 écus par mois. Les quatre hommes, armés d’un mousquet chacun, étaient obligatoirement soumis à l’autorité d’un représentant de l’Ordre, bombardier ou chevalier99. Les douze tours littorales furent effectivement construites en un temps record de deux ans et demi, sous la direction de l’architecte français Médéric Blondel, au service de l’Ordre100, pour la somme non négligeable de 6 428 écus de 12 tari101.

  • 102 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 179.

29Toutefois, à la mort du Grand Maître Redin en 1660, ses successeurs, Raphaël Cotoner (1660-1663) et Nicolas Cotoner (1663-1680) suspendirent tous les travaux côtiers pour concentrer, à partir de la fin de la guerre de Candie, les efforts de construction sur l’espace portuaire. Encore une fois, ce ne fut qu’au siècle suivant que l’Ordre put achever sa grande œuvre de fortification littorale102. Du reste, à partir du milieu du xviie siècle, l’Ordre avait trouvé dans l’assistance aux Vénitiens une expression plus glorieuse de sa nostalgie de la croisade et du péril turc. Le soutien actif à la République se traduisit pour l’Ordre par des combats navals en Méditerranée orientale, et des affrontements terrestres sur le territoire crétois, mais également par une pratique accrue de la course, qui connut à cette époque un nouveau dynamisme.

LA GUERRE DE CANDIE, OU LA CROISADE REVIVIFIÉE

  • 103 A. Papadia-Lala, « I Greci fra Venezia e i Turchi nell’arco della lunga dura-ta », in G. Motta (dir (...)

30Cinquième conflit vénéto-turc103, la guerre de Candie opposa vingt-cinq années durant (1645-1669) l’Empire ottoman à Venise, soutenue régulièrement par l’Ordre, épisodiquement par le pape, exceptionnellement par les rois d’Espagne et de France. Mais les discordes entre la République et la Porte étaient bien antérieures à la guerre, et chaque fois, l’Ordre de Malte y endossa une responsabilité évidente, contribuant en permanence, directement comme indirectement, à la dégradation des rapports entre les deux partenaires.

AUX ORIGINES DU CONFLIT

  • 104 Molly Greene, Kandiye, 1669-1720. The formation of a merchant class, Ph.D., Princeton University, 1 (...)
  • 105 Voir la première partie de ce chapitre.

31Tout d’abord, Venise essuyait depuis longtemps déjà le mécontentement ottoman concernant l’activité incessante, au large de la Crète et dans toute la Mer Égée, des corsaires maltais qui arraisonnaient les bâtiments musulmans le long de la « caravane d’Alexandrie ». Au début des années 1640, ce mécontentement s’était accru : en 1639, le provveditore generale de Crète avait informé le Sénat que les attaques régulières des chevaliers de Saint-Étienne et surtout de Malte irritaient tellement le sultan qu’elles pouvaient devenir une excuse pour entreprendre un assaut contre la Crète104. La République avait en conséquence exigé immédiatement des Hospitaliers l’interruption de la course maltaise105.

  • 106 M. Greene, Kandiye, 1669-1720... cit., p. 10.
  • 107 AOM 256, f° 164v., 2 mai 1637.
  • 108 AOM 256, ff° 179r.-179v., 2 novembre 1638.
  • 109 AOM 256, f° 179v.

32Mais en 1639, l’exaspération du sultan ne résultait pas seulement des dommages dont pâtissaient ses navires : l’année précédente, l’entreprise de la Valone avait constitué un incident notable qui avait envenimé les relations vénéto-turques. L’affaire avait débuté par des incursions barbaresques en Mer Ionienne et le long de la côte calabraise en 1637106 ; réclamant le soutien des galères maltaises, qui se mirent à son service en mai de la même année107, la flotte vénitienne les pourchassa jusqu’au port ottoman de la Valone (actuelle Vlora en Albanie) où ils trouvèrent refuge. L’Ordre proposa alors d’attaquer le port et de capturer les navires corsaires : à la fin de l’année 1638, la flotte vénitienne pénétra dans la Valone et captura quinze des seize bâtiments de course108. Informé de la victoire, l’Ordre, profitant de l’occasion pour mener une nouvelle lutte contre les musulmans, dépêcha immédiatement ses galères au secours des Vénitiens109.

  • 110 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 234.
  • 111 M. Monterisi, Storia politica e militare del Sovrano Ordine di San Giovanni... cit., p. 159.
  • 112 AOM 259, f° 101r., 19 octobre 1654.
  • 113 AOM 259, f° 142r., 17 janvier 1656.
  • 114 AOM 259, f° 164v., 14 février 1656.

33Naturellement, la pénétration des navires vénitiens dans la Valone fut perçue par les Ottomans comme une invasion et comme une rupture du traité de paix qui les liait à la République depuis 1573. Cependant, le mécontentement du sultan ne visait pas seulement Venise : durant l’affaire de la Valone, les chevaliers de Malte avaient joué un rôle de premier plan, en soutenant directement la flotte vénitienne, et attiraient de plus en plus le regard d’une Porte déjà bien lasse de leurs activités corsaires en Méditerranée orientale. En 1638, le conflit fut évité, l’Empire ottoman étant à cette époque fort occupé par la guerre qu’il menait depuis seize ans contre la Perse110 ; il n’en alla pas de même en 1645, au lendemain de la capture par les galères de Malte d’un bâtiment turc qui portait à son bord une favorite du sultan Ibrahim Ier et son fils âgé de quelques années, Osman111. Conscients de la valeur du jeune captif, les chevaliers le confièrent à un couvent des Dominicains du port112, où il fut instruit de la religion catholique : en janvier 1656, Osman demanda à se convertir113 et le mois suivant, en février, il fut officiellement baptisé à l’église conventuelle de Saint-Jean de La Valette, sous le nom de Dominique114. L’Ordre nourrissait l’espoir secret de mettre un jour sur le trône impérial un sultan catholique...

  • 115 AOM 257, ff° 190v.-191r., 21 janvier 1645.
  • 116 AOM 258, f° 28v., 9 juillet 1645 (police des mers d’un chevalier au large de Navarin).
  • 117 AOM 257, f° 191r., 21 janvier 1645.
  • 118 AOM 257, f° 199r., 23 février 1645.
  • 119 AOM 257, f° 213v., 6 mai 1645.

34Quoi qu’il en soit, la responsabilité directe des Hospitaliers dans la capture de 1644 est la raison principale pour laquelle, plusieurs mois durant, l’Ordre pensa que Malte serait directement visée par d’éventuelles représailles ottomanes. Venise elle-même ne pensait pas autrement, lorsque le 21 janvier 1645, le doge expédia au Grand Maître un avis concernant la possibilité d’une attaque turque dirigée contre la chrétienté et vraisemblablement contro Malta115. Jusqu’au mois de juillet, où l’Ordre acquit la certitude que les Turcs faisaient route vers la Crète116, Malte vécut dans l’angoisse et dans l’attente fébrile d’un nouveau siège. Dès la fin du mois de janvier, les chevaliers exigèrent et obtinrent des vice-rois de Sicile et de Naples l’exportation vers l’archipel de 4 000 à 6 000 salmes de froment supplémentaires, pour assurer le ravitaillement de la population assiégée117. En février, un ambassadeur fut envoyé auprès du roi d’Espagne pour réclamer l’achat à crédit d’armes et de munitions dans les royaumes de la péninsule italienne118. Au mois de mai encore, un chevalier fut dépêché en toute hâte à Gênes et à Livourne, pour y faire acquisition de munitions (balles, poudre, salpêtre), d’armes et de canons119.

  • 120 AOM 471, f° 248r., 28 février 1645.
  • 121 AOM 471, f° 250r., 12 mars 1645.
  • 122 AOM 257, ff° 197r.-197v., 22 février 1645.
  • 123 AOM 257, f° 210r., 15 avril 1645.
  • 124 AOM 257, f° 212r., 23 avril 1645.
  • 125 AOM 257, f° 213v., 6 mai 1645.
  • 126 AOM 257, f° 206r., 21 mars 1645.
  • 127 AOM 257, f° 206v., 26 mars 1645.

35Surtout, l’Ordre prépara la population à l’éventualité d’un siège. Au mois de février, afin de provedere alla difesa di queste isole e fortezze contro la potentissima armata che il Turco prepara, 400 à 500 soldats furent recrutés par des commissaires dans les royaumes de Naples et de Sicile, pour une durée de 6 mois120. Puis au mois de mars, 200 autres soldats furent enrôlés à Rome et en Toscane, après autorisation du pape et du Grand-Duc de Toscane121. Dans le même temps, la population du port fut préparée au combat : La Valette fut divisée en quatre quartiers où tous les hommes valides, armés de mousquets, furent placés sous le commandement d’un ou de deux chevaliers. Étant donnée leur taille plus réduite, les Trois-Cités furent, quant à elles, divisées chacune en deux quartiers pour assurer une défense performante122. L’Ordre décida même de mettre à contribution toute la population de l’île et en mars 1645, plusieurs bataillons, composés chacun de 60 hommes, furent constitués après le recrutement de tout insulaire en âge de combattre123. Le 23 avril, le Conseil ordonna que la chaîne fermant le port fût remise en place124 et au mois de mai, des chevaliers furent chargés de recruter tous les aventuriers du Grand Port et de les convaincre de s’engager au service de l’Ordre, contre les musulmans125. Enfin, le 21 mars, le Conseil exigea l’expulsion immédiate de tous les juifs et les musulmans libres, qui reçurent consigne de quitter Malte et de regagner leur pays126. Le Conseil soulignait que l’objectif de cette mesure était d’éviter que les Infidèles possano dar notitia dello stato di queste piazze alli nemici127.

  • 128 AOM 257, f° 210r., 18 avril 1645.
  • 129 AOM 257, f° 211v., 23 avril 1645.
  • 130 AOM 257, f° 313v., 8 mai 1645.
  • 131 AOM 258, f° 5r., 10 mai 1645.
  • 132 AOM 258, ff° 19r.-19v., 8 juin 1645.
  • 133 AOM 258, f° 16v., 29 mai 1645.
  • 134 AOM 257, f° 24r., 16 juin 1645.
  • 135 AOM 257, f° 28v., 9 juillet 1645.
  • 136 Gino Benzoni, « Morire per Creta », in Venezia e Creta... cit., p. 156.

36Outre les préparatifs militaires dans l’île, les chevaliers multipliaient les polices des mers, afin de se tenir informés de l’avancée de la flotte ottomane et de son éventuelle destination. Au mois d’avril, un Grec de Malte, Giorgio Latino, avait expédié une missive au Grand Maître depuis Zante pour confirmer l’armement d’une flotte turque de grosse importance128. Quelques jours plus tard, le 23 avril, un capitaine maltais envoyé en reconnaissance affirma que la flotte devait bientôt quitter Istanbul pour se diriger sur Malte129. En outre, le 8 mai, une police des mers au large de la Barbarie apporta l’information que sept galères de Bizerte et trois de Tripoli, ainsi que dix navires de Tunis et une trentaine d’Alger, devaient bientôt grossir les rangs de la flotte turque130. Finalement, le 10 mai, le Conseil reçut un avis vénitien l’informant que la destination de l’armée n’était sans doute pas Malte, mais l’île de Candie ; Venise n’était cependant pas totalement sûre et conseillait au vice-roi de Sicile et à l’Ordre de demeurer sur leurs gardes131. Une nouvelle police des mers conduite à la fin du mois par un chevalier confirma, en dépit des multiples appels à la prudence de la part de Giorgio Latino, le Grec maltais dépêché à Zante132, que la République était désormais sur le pied de guerre133. Au milieu du mois de juin, à en croire Giorgio Latino, la flotte mouillait encore à Navarin134 ; enfin, le 9 juillet, l’Ordre apprit que l’armée se composait de 83 galères et de 230 navires de toutes tailles, et qu’elle avait débarqué à Candie135. En tout, 90 000 musulmans entreprenaient le siège de l’île136.

  • 137 Ioanna Steriotou, « Le fortezze del Regno di Candia. L’organizzazione, i progetti, la costruzione » (...)
  • 138 M. Greene, Kandiye, 1669-1720... cit., p. 12.

37Au début de l’été 1645, tout danger était donc définitivement écarté pour Malte. Mais avait-elle été réellement menacée ? Sans doute, les Ottomans hésitèrent-ils un temps à s’attaquer à l’île des chevaliers, dont la course en Méditerranée orientale faisait des ravages et qui avaient été plus ou moins directement impliqués dans les affaires de 1638 et de 1644. Mais les Turcs avaient conscience du faible intérêt que revêtait un nouveau siège de Malte : non seulement l’île était désormais imprenable grâce à ses nombreuses fortifications, ce qui laissait supposer un échec identique à celui de 1565, mais elle était située bien trop près de la péninsule italienne et des possessions espagnoles. Bien plus aisée et avantageuse apparaissait alors la conquête de la Crète. D’abord parce qu’elle semblait assez faiblement tenue par Venise, ses fortifications n’ayant pas l’ampleur de celles de Malte. Hormis les trois principales cités, Sitia, La Canée et Candie, à l’abri d’anciens remparts qui avaient été rénovés aux xvie et xviie siècle137, le reste de l’île était peu protégé ; surtout, les forteresses crétoises semblaient mal entretenues et plus faciles à assiéger que celles de Malte138.

38L’autre raison qui justifiait l’intérêt des Turcs pour le royaume de Candie était sa situation en Méditerranée orientale. La prise de la Crète était la conséquence logique de la politique, menée depuis le début du xvie siècle, d’unification du bassin oriental sous l’exclusive domination turque : après Rhodes en 1522 et Chypre en 1570, il ne manquait plus que d’évincer les Vénitiens de Crète pour que la Méditerranée orientale fût véritablement purgée de la présence latine. En outre, les Turcs avaient bien conscience que l’île servait de halte stratégique aux corsaires latins, et particulièrement maltais, pour les ravitaillements en nourriture ou en eau douce. Le passage de la Crète sous autorité musulmane constituerait ainsi une gêne indéniable aux chevaliers et aux corsaires maltais qui agressaient régulièrement les lignes commerciales ottomanes.

  • 139 Ibid., p. 13.
  • 140 Ugo Tucci, « Il commercio del vino nell’economia cretese », in Venezia e Creta... cit., p. 202.
  • 141 U. Tucci, « Il commercio del vino... », art. cit., p. 206.

39De son côté, Venise devait défendre avec acharnement son royaume : la République, qui avait déjà extrêmement mal vécu la perte de Chypre que, pourtant, elle ne possédait pas depuis longtemps puisqu’elle appartenait aux Lusignan, ne pouvait se résigner à abandonner une île dont elle était propriétaire depuis cinq siècles. La Crète avait en effet été cédée aux Vénitiens en 1204, au cours de la quatrième croisade, par Boniface de Montferrat qui l’avait lui-même obtenue du fils de l’Empereur byzantin déposé, Isaac II, pour inciter les Latins à soutenir son père et à le replacer sur le trône impérial139. À la fin du Moyen Âge, la Crète faisait partie d’un vaste domaine économique dominé par Venise en Méditerranée orientale, et l’île fournissait à la République du vin doux de bonne qualité destiné à l’exportation. À la fin du xvie siècle, des centaines de tonneaux étaient expédiés depuis La Canée vers les Flandres140 ; pourtant, au milieu xviie, le commerce crétois connaissait déjà la concurrence des vins français et espagnols (notamment vins doux de Madère et de Malaga), extrêmement appréciés des Anglais141.

  • 142 assimo Costantini, « I galioni di Candia », in Venezia e Creta... cit., p. 214.
  • 143 G. Benzoni, « Morire per Creta », in Venezia e Creta... cit., p. 168.

40Mais plus que les potentialités économiques de l’île, c’était son rôle en Méditerranée que Venise défendait : depuis la chute de Chypre, la Crète était devenue la principale île levantine vénitienne. Elle n’était pas seulement l’un des derniers et prestigieux vestiges d’un empire déclinant, mais était bel et bien considérée comme le premier « antemurale della cristianit à » face à l’Empire turc142. Selon Gino Benzoni, telle était la véritable raison pour laquelle les Vénitiens acceptèrent, plus de vingt ans durant, de mourir pour la Crète, au cours d’une nouvelle croisade menée contre l’Infidèle143.

L’ORDRE DANS LA GUERRE

  • 144 AOM 258, f° 31v., 20 juillet 1645.
  • 145 AOM 258, f° 31v.

41Pourquoi l’Ordre de Malte s’investit-il tellement à Candie ? Si les enjeux des Turcs et des Vénitiens paraissaient extrêmement clairs, il n’en allait pas de même pour ceux des chevaliers. Quel bénéfice pouvaient-ils retirer d’une guerre qui n’était pas la leur et qui ne concernait pas leur territoire ? Nous trouvons une réponse dans la missive qu’expédia le Grand Maître à Naples, le 20 juillet 1645, après que le Conseil eut appris le débarquement de l’armée ottomane, le 23 juin, et le commencement du siège de La Canée. Jean-Paul de Lascaris-Castellar proposait au vice-roi d’organiser le secours de Venise et de Candie, per servitio di tutta la Christianit à in opporsi alli progressi del commune nemico con far alcuna giunta di galere per questo effetto144. Le Grand Maître soulignait qu’en cas d’alliance souhaitée par les puissances chrétiennes (le pape, le roi d’Espagne ou les vice-rois de Naples et de Sicile), la flotte maltaise était à leur service pour mener la perpetua ed ordinaria guerra contro gli Infedeli145. É branlé par les querelles qui déchiraient au même moment l’Europe chrétienne, perturbé par la guerre franco-espagnole, l’Ordre se réfugiait ainsi dans l’espoir de voir renaître une Sainte-Ligue, qui porterait les troupes chrétiennes désormais réunies vers une nouvelle victoire de Lépante. La guerre de Candie, véritable exutoire à son désarroi, écho lointain de son ancien combat pour la conservation de Rhodes, était pour lui la renaissance offensive d’une Croisade jamais abandonnée.

  • 146 AOM 258, ff° 49r.-51r., 2 janvier 1646.
  • 147 AOM 258, f° 50r.
  • 148 AOM 258, f° 77r., 26 mars 1647.

42Cependant, les temps et les enjeux des pays chrétiens avaient changé, à l’insu des chevaliers pourrait-on dire. En 1645, aucune puissance européenne, exceptée la papauté, ne répondit à l’appel de Malte. La déception de l’Ordre est nettement perceptible dans les lettres qu’il expédie au Saint-Siège durant les premières années du conflit : le 2 janvier 1646146, le Grand Maître soulignait que pour permettre l’union des chrétiens et la constitution d’une grande armée chrétienne, il fallait impérativement restaurer la paix entre les États européens (« Per far unione di una armata considerabile per poter scorrere a qualsivoglia parte che dal nemico sia attacata, sarebbe necessaria la pace universale tra i Principi christiani... »). La lettre implorait ensuite le pape d’œuvrer, par l’intermédiaire de ses nonces, à l’établissement d’une trêve entre les royaumes de France et d’Espagne, au moins dans le bassin méditerranéen, afin que la chrétienté pût de nouveau, comme elle l’avait fait tant de fois par le passé, opposer aux Turcs un front uni et puissant (« ...potrebbe Sua Santit à procurare fra tante per mezzo delli suoi nuntii una tregua, almeno nel mar mediterraneo, fra le due corone di Francia e di Spagna, rappresentandoli il pericolo in che si trova il Christianesimo tutto senza forza... »)147. L’année suivante encore, après l’aide que l’Ordre avait déjà apportée par deux fois à Candie, les chevaliers laissaient percer leur amertume devant l’affaiblissement des forces vénitiennes, qui n’étaient pas soutenues par les puissances chrétiennes trop occupées à se faire la guerre entre elles148.

  • 149 AOM 258, f° 77v., 26 mars 1647.
  • 150 AOM 258, ff° 40r.-40v., 14 août 1645 ; AOM 258, ff° 56v.-57r., 7 mai 1646 ; AOM 258, ff° 84r.-84v., (...)
  • 151 AOM 259, f° 45r., 14 mai 1652.
  • 152 AOM 258, ff° 136v.-137v., 3 juin 1648 ; AOM 259, ff° 10r.-10v., 6 juillet 1651 ; AOM 259, ff° 95v.- (...)
  • 153 AOM 260, ff° 124r.-125v., 18 mai 1662.
  • 154 AOM 258, f° 77v., 26 mars 1647 ; AOM 258, ff° 182v.-183v., 15 juin 1649.
  • 155 AOM 259, ff° 10r.-10v., 6 juillet 1651 ; AOM 259, ff° 95v.-97r., 24 juin 1654 ; AOM 261, ff° 108r.- (...)
  • 156 AOM 258, ff° 136v.-137v., 3 juin 1648 ; AOM 258, ff° 182v.-183v., 15 juin 1649 ; AOM 259, ff° 44v.- (...)

43Après cette date, l’Ordre parut se résigner à incarner l’unique secours, secondé parfois par la flotte pontificale, de la chrétienté en lutte contre l’Infidèle ; du moins, les archives ne se font-elles plus l’écho de récriminations à l’encontre des puissances européennes. Au contraire, le 26 mars 1647, le Conseil soulignait désormais que, l’instituto della Religione essendo di far guerra a nemici di nostra Santa Fede, l’escadre des galères de Malte serait en permanence prête à secourir Candie, toutes les fois que Vénitiens en feraient la demande149. De sorte qu’entre 1645 et 1669, la flotte de l’Ordre se mit au service de la République et mena sans relâche une guerre ouverte contre les Ottomans. En règle générale, ses galères demeuraient tout l’été au service des Vénitiens, et rentraient à Malte à la fin du mois de septembre ou au début du mois d’octobre. Chaque année, entre la fin du printemps et le milieu de l’été150, l’escadre des six galères, puis des sept après le financement par le Grand Maître Lascaris de la construction d’une nouvelle galère en 1651151, quittait Malte pour Messine, où souvent l’attendait la flotte du pape152, exceptionnellement celle d’une autre puissance chrétienne (celle de Gènes en 1662153) avant de faire voile vers Cirigo, où elle se plaçait sous autorité de la République154 ; de l à, la flotte gagnait la Méditerranée orientale, où elle pouvait soit débarquer des soldats en Crète pour soutenir la résistance vénitienne155, soit poursuivre vers le Levant, pour attaquer galères et bâtiments turcs156. Durant toute la guerre, en fonction des préférences vénitiennes ou de leurs propres intérêts, les chevaliers menèrent donc à la fois leur habituelle activité de course au Levant et de véritables combats navals ou terrestres.

La course dynamisée

a) La réactivation du corso

44La guerre de Candie constitua véritablement un nouveau souffle pour la course maltaise qui connaissait une certaine stagnation depuis les années 1630. Considéré comme une poursuite de la croisade, le soutien aux Vénitiens revivifiait le corso, cette course menée au nom de sa foi. En conséquence, la participation des chevaliers à l’activité corsaire connut un essor remarquable entre 1645 et 1669.

  • 157 M. Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ?... », art. cit., p. 375 (ils représentèrent (...)
  • 158 Voir Partie II, Chapitre VI.

45Depuis le début du xviie siècle, les membres de l’Ordre avaient en moyenne représenté seulement 30 % environ des corsaires maltais157 ; les chevaliers préféraient souvent faire office d’armateurs et de commanditaires et confier leur navire et leur patente à des laïcs158. Durant la décennie 1635-1645, cette proportion avait même encore diminué, la course maltaise apparaissant véritablement dominée par les laïcs maltais et étrangers : avec 32 départs en course sur 116, les membres de l’Ordre (chevaliers et servants d’armes), représentaient seulement 27,5 % des corsaires (voir Tableau). La tendance pourtant s’inversa nettement à la faveur de la guerre.

Tableau 14. LES PATENTES DE COURSE PRIVÉE À MALTE (1635-1675)

Tableau 14. LES PATENTES DE COURSE PRIVÉE À MALTE (1635-1675)

Source : AOM 465 à 482 et AOM 256 à 261

Graphique 4 – L’évolution des départs en course privée (1635-1675).

  • 159 Décompte des courses réalisé dans les séries Libri Bullarum (AOM 471 à 482) et Libri Conciliorum St (...)

46Le graphique témoigne de la hausse sensible du nombre de départs en course de chevaliers et de servants d’armes. De fait, entre 1645 et 1675, les membres de l’Ordre totalisèrent 117 départs sur 242, soit presque la moitié (48,4 %). Ce fut d’ailleurs au moment le plus fort de la guerre, dans les années 1655-1669, que les religieux dominèrent la course de l’île, avec 57 départs sur 112, soit une proportion inhabituelle de 50,9 % des départs de navires. Si l’on ajoute à ces départs la course publique que l’Ordre mena intensément, dépêchant tous les étés son escadre en Méditerranée orientale, on se rend compte que l’activité corsaire fut largement menée par les chevaliers tout au long de la guerre de Candie. L’inversion de tendance ne fut pourtant que conjoncturelle, et dès les années 1670-1675, les corsaires laïcs étaient de nouveau plus nombreux que les religieux, et totalisaient, comme avant 1645, les 2/3 des départs environ (60,8 %, soit 28 départs sur 46). La guerre de Candie eut également des conséquences sur la destination des courses : le Levant, qui avait toujours été dominant dans la course maltaise et surtout dans les courses de l’Ordre, devint la destination privilégiée de tous les corsaires. Entre 1645 et 1670, sur 207 courses tant publiques que privées, il représenta 75,8 % des destinations (157 sur 207), alors qu’au cours de la décennie précédente, il n’avait totalisé « que » 65,5 % des départs (78 départs sur 119)159.

  • 160 AOM 258, ff° 84r.-84v., 20 juin 1647.
  • 161 AOM 258, ff° 182v.-183v., 15 juin 1649.
  • 162 AOM 259, ff° 117r.-118r., 15 avril 1655.
  • 163 AOM 260, ff° 34v.-36r., 20 avril 1658.

47Le nouveau dynamisme de la course de l’Ordre se manifesta dès les premières années de soutien aux Vénitiens : entre 1645 et 1654, la flotte des galères multiplia les chasses et les captures de navires musulmans au large de Candie et dans toute la mer Egée. Le 20 juin 1647 par exemple, le Grand Maître donna comme consigne au chevalier Henri de Merle Beauchamps de soutenir les Vénitiens non pas en débarquant des hommes en Crète, où sévissait la peste à cette époque, mais en coursant plutôt les bâtiments ottomans160. En 1649, les instructions magistrales étaient encore plus claires : la flotte devait éviter la Crète et sostenere exclusivamente i Venetiani nel mare, par la pratique de la course au Levant161. De même, en avril 1655, l’escadre des galères mena jusqu’au mois de juillet une course punitive, afin de riuscir con qualche frutto in servitio della Religione et à danno d’Infideli in parti di Levante, contre tous les navires musulmans que le contexte militaire avait rendus plus hardis162. À partir de cette année-l à, et jusqu’ à la fin du conflit (sauf en 1668 et 1669, où les chevaliers se battirent en Crète) la mention de course devint annuelle : comme au siècle précédent, la défense de la chrétienté passait aussi bien par la guerre que par la course. Les galères étaient même chargées d’apporter leur protection à tout navire corsaire maltais rencontré sur leur route : en 1658, le Grand Maître ordonna à la flotte de l’Ordre d’escorter les corsaires portant patente maltaise, afin de les protéger d’une éventuelle attaque musulmane163.

  • 164 AOM 472, f° 251r., 21 juillet 1647.
  • 165 AOM 473, f° 254r., 9 septembre 1650.
  • 166 AOM 260, f° 87r., 16 octobre 1660.

48Car les corsaires privés patrouillaient en grand nombre au large de la Crète. Le premier d’entre eux, le Maltais Antonio Borg, quitta Malte le 21 juillet 1647, muni d’une patente lui permettant d’aller a danno d’Infedele, à la fois au large de la Crète et dans tout le Levant164. Perçue comme un soutien apporté aux flottes chrétiennes, la course des laïcs fut favorisée par l’Ordre, surtout lorsqu’elle avait pour destination les abords de la Crète ou de ses îles voisines (Cirigo, Santorin, Karpathos...). En 1650 par exemple, le corsaire français résidant à Malte, Maximilien Didier, reçut comme instruction de patrouiller plusieurs jours avec son navire aux environs de la Crète, avant de se diriger vers Alexandrie qui était pourtant le but principal de sa course165. De même en 1660, le corsaire maltais Gratio Attard obtint du Grand Maître une patente pour pratiquer la course exclusivement au large de la Crète et de Karpathos ; l’Ordre l’autorisa à partir eu égard aux grandi servitii per la Religione e la christianit à che rendono i corsali166.

  • 167 AOM 469, f° 276r., 8 octobre 1641.
  • 168 AOM 469, f° 276r., 8 octobre 1641.
  • 169 AOM 469, f° 255v., 15 novembre 1639.
  • 170 AOM 469, f° 264v., 4 septembre 1640.
  • 171 AOM 470, f° 270r., 16 janvier 1644.
  • 172 AOM 471, f° 267r., 29 juillet 1646.
  • 173 AOM 472, f° 270r., 21 septembre 1648.
  • 174 AOM 474, f° 148r., 16 août 1654.
  • 175 AOM 6526, f° 19v., 8 avril 1656 (quarantaine de la cargaison).
  • 176 AOM 471, f° 267r., 29 juillet 1646.
  • 177 AOM 6526, f° 10r., 21 mai 1655.
  • 178 AOM 481, f° 265v., 3 juin 1668.

49Certains corsaires se spécialisèrent même dans les expéditions aux environs de la Crète, comme ce fut le cas des frères Zervos, greci di Cefalonia domiciliati in quest’isola di Malta dans les années 1630167. Avant la guerre, ils avaient déjà plusieurs fois exercé leurs talents de corsaires en Méditerranée orientale : à bord d’un brigantin de 10 bancs qu’ils partageaient, Alexandros était parti une fois en octobre 1641168, tandis que Stammatos avait reçu trois patentes magistrales, en novembre 1639169, septembre 1640170 et janvier 1644171. Puis, après le déclenchement de la guerre de Candie, Stammatos se spécialisa véritablement dans une activité corsaire menée au large de l’île vénitienne : par trois fois, en 1646172, 1648173, en 1654174 et 1655175 il navigua à destination de l’isola di Candia o altre parti di Levante per exercendere la corsa a danno d’Infidele176. Bien évidemment, ainsi que le soulignait la patente, son champ de course n’était nullement circonscrit aux abords de la Crète et il jouissait de toute latitude pour s’aventurer plus avant en Méditerranée orientale : lors de son retour en 1655, il déposa d’ailleurs en quarantaine au lazaret des marchandises diverses (riz, café, noix et noisettes, dattes, prunes, lin) qui avaient été prises sur un bâtiment turc au large de Damiette177. Au début des années 1660, nous perdons la trace de Stammatos et d’Alexandros Zervos : il semble que ce soit leur descendant, Tommaso Zervos, qui ait repris les activités corsaires, puisqu’il reçoit une patente en juin 1668 pour se rendre à Candie178.

  • 179 AOM 481, f° 251r., 25 août 1667.
  • 180 AOM 481, f° 276v., 31 octobre 1668.
  • 181 AOM 481, f° 277r., 31 octobre 1668.
  • 182 AOM 481, f° 265v., 3 juin 1668.
  • 183 AOM 481, f° 265v., 3 juin 1668.
  • 184 AOM 481, f° 277r., 31 octobre 1668.
  • 185 AOM 481, f° 277r., 31 octobre 1668.
  • 186 AOM 481, f° 277r., 31 octobre 1668.
  • 187 AOM 481, f° 277r., 31 octobre 1668.
  • 188 AOM 482, f° 250r., 20 avril 1669.
  • 189 AOM 481, f° 277r., 31 octobre 1668 (Francis Dagliott, Philippe Martin, Louis Audibert, Agostino Fab (...)
  • 190 AOM 261, ff° 109v.-110r., 20 octobre 1668 (rapport au Conseil par le Capitaine général des galères)
  • 191 M. Fontenay, « L’Empire ottoman et le risque corsaire au xviie siècle », in Revue d’Histoire modern (...)

50Enfin, pendant les dernières années du conflit (1667-1669), au moment où les chevaliers étaient entièrement occupés par une défense à la fois terrestre et maritime de la Crète, les patentes de course des corsaires privés à destination de l’île se multiplièrent. En deux ans, sur 14 départs de corsaires laïcs, pas moins de 10 patentes concernèrent un départ pour la Crète. Qu’ils fussent étrangers, comme Nicolo di Giacomo179 de la péninsule italienne, François Daillot180 et Philippe Martin181 de Marseille, ou bien Maltais, à l’instar d’Antonio Greg182, Tommaso Zervos183, Agostino Fabro184, Giorgio Russano185, Baldassare Napulone186, Louis Audibert187 et Vincenzo Greg188, ils partirent tous en course dans les environs de la Crète. Six d’entre eux, qui prirent la mer le 31 octobre 1668, s’étaient d’ailleurs proposés pour soutenir au besoin l’escadre des galères maltaises contre la flotte ottomane189. Le phénomène n’était pas nouveau : au mois d’août 1668 déjà, cinq navires corsaires maltais étaient venus rejoindre la flotte chrétienne au large de Candie, et avaient participé à la bataille contre les Ottomans190. En stimulant l’activité corsaire de l’archipel, la guerre de Candie avait ainsi favorisé la constitution de véritables petites escadres corsaires, qui pouvaient se mettre au service des flottes chrétiennes et s’opposer à l’armée musulmane191.

b) Les excès de la course

  • 192 AOM 260, ff° 31r.-31v., 28 mars 1658.
  • 193 AOM 261, f° 26v., 2 juillet 1665.
  • 194 AOM 261, f° 29r., 3 septembre 1665.

51La dimension économique de la course ne s’effaçait pas pour autant durant le conflit ; en témoignent les nombreux conseils donnés par le Grand Maître à ses chevaliers concernant la capture du plus grand nombre possible de navires et d’esclaves, dans le but de renflouer les caisses du Commun Trésor ou de ravitailler l’île qui souffrait de disette. En 1658 par exemple, un corsaire maltais parti au Levant, revint avec une cargaison de riz, dont une partie fut prélevée par l’Ordre, pour le ravitaillement de l’isola che si trova in grande penuria192. Attaquant sans relâche les navires qui empruntaient la route d’Alexandrie à Istanbul et celle d’Alexandrie aux divers ports barbaresques, les corsaires maltais arraisonnaient tout bâtiment chargé de marchandises193. Pour ne citer qu’un exemple, en 1665, les sept galères gagnèrent la Crète en longeant d’abord la côte africaine jusqu’au Cap Bon André. Après deux mois de course, elles capturèrent quatre navires ottomans, dont deux, au large de Candie, qui étaient chargés d’armes, de munitions et de poudre, et deux autres au large de Paxos et de Sapienza, qui transportaient divers produits. Une grande partie du butin fut vendue à Messine, rapportant 16 348 écus de 12 tari au Trésor ; le reste, dont les armes et les munitions, fut rapporté à Malte194.

  • 195 AOM 260, ff° 74v.-75r., 8 avril 1660.
  • 196 Voir Partie II, Chapitre VII.
  • 197 M. Fontenay, « L’Empire ottoman et le risque corsaire au xviie siècle », art. cit., p. 195-196.
  • 198 G. Wettinger, Slavery in the Islands of Malta and Gozo... cit., p. 244.

52Le Grand Maître conseillait toujours à ses corsaires de rapporter à Malte le bien le plus rentable, qui se revendait le mieux et que les galères étaient le mieux à même de s’emparer par ces temps de guerre et de batailles navales : les esclaves. En 1660, consigne fut donnée à l’escadre de catturare il piu gran numero di schiavi infedeli pour ravitailler gratuitement les chiourmes de l’Ordre195. La vente et le rachat des captifs étaient, nous l’avons déjà vu196, une activité fortement lucrative : les registres de la Quarantaine du lazaret de Malte qui commencent en 1654, révèlent ainsi qu’entre 1654 et 1674, près de 4 000 esclaves furent capturés au Levant et ramenés à Malte, dont 1 141 furent pris par les galères de l’Ordre, soit une moyenne de 200 par an197. Le prix moyen des esclaves s’élevant à environ 145 écus de 12 tari dans les années 1660198, le profit financier réalisé au cours de la guerre de Candie, qui favorisait les captures d’esclaves, apparaissait alors considérable. Pour peu que l’Ordre n’eût vendu que la moitié des 1 141 esclaves que ses galères ramenèrent, le Trésor engrangea une somme de plus de 82 000 écus !...

  • 199 AOM 260, ff° 125r.-125v., 18 mai 1662.
  • 200 AOM 260, f° 125v.

53Le commerce des esclaves était si lucratif qu’il engendrait bien souvent des abus et des fraudes. En 1662, le Conseil se plaignit de ce que les corsaires, laïcs comme religieux, vendaient régulièrement à Messine des esclaves pour leur propre compte sans en informer le Trésor ; en outre, ces mêmes corsaires achetaient souvent des captifs pour leur service personnel, dont ils ne déclaraient pas ensuite la possession à l’Ordre, qui ne pouvait de ce fait contrôler le nombre de musulmans et de juifs présents à Malte199. Le Grand Maître interdit désormais à tous les corsaires de vendre les captifs à Messine ou d’en acheter, exception faite des femmes et des enfants de moins de 12 ans qui n’étaient d’aucune utilité et que l’on pouvait vendre ou acheter sans en référer au Trésor. Si les officiers de la douane portuaire découvraient une nouvelle fraude, les corsaires (même chevaliers) devaient être condamnés à 100 écus d’amende à verser immédiatement au Commun Trésor200.

  • 201 AOM 6526, f° 64r., 7 mai 1660.
  • 202 AOM 6526, f° 174v., 7 mai 1669.
  • 203 AOM 6526, f° 194v., 15 juillet 1670.

54L’avide quête d’un profit que faisait miroiter la course engendrait d’autres excès que la simple fraude d’esclaves. Dans les années 1660, au moment de son pic d’intensité, la course maltaise se déchaîna véritablement en Méditerranée orientale, prenant même pour cible les bâtiments chrétiens, voire maltais. En 1660, la tartane de Marco Allegri, qui faisait du commerce entre Malte et la Crète et qui rapportait dans l’archipel une cargaison de riz, de tabac, de lin et de laine, fut capturée par le brigantin du chevalier Cardana, de la Langue d’Italie201. En 1669, deux navires de commerce maltais, propriété des marchands Antonio Rizzi et Andrea Saliba, furent arraisonnés au large de Malte par les brigantins des corsaires maltais Bartolomeo Burlo et Vincenzo Greg202. Enfin, en juillet 1670, le navire du marchand Benedetto Galdes, de Senglea, fut pris par le brigantin du corsaire Lorenzo Burlo, alors qu’il revenait de Jerba203.

  • 204 AOM 6526, f° 75r., 12 mai 1661.
  • 205 AOM 6526, f° 75r., 15 mai 1661.
  • 206 AOM 6256, f° 87r., 23 mai 1662.
  • 207 AOM 6526, f° 88r., 29 mai 1662.
  • 208 AOM 6526, f° 92r., 1er juin 1662.
  • 209 AOM 6526, f° 139r., 3 avril 1666.

55Plus encore que les bateaux maltais, c’étaient les bâtiments de commerce français qui pâtissaient du nouveau dynamisme de la course de l’archipel. Les registres de la Quarantaine témoignent qu’en cinq ans seulement (1661-1666), six navires marseillais furent capturés par des corsaires maltais, religieux ou laïcs, en Méditerranée orientale. Au mois de mai 1661, les navires des marchands François Olivier204 et Gaspard Guiraud205 furent arraisonnés par des chevaliers sur leur retour d’Alexandrie et leur cargaison entièrement prise par l’Ordre. Au cours du printemps 1662, ce furent trois vaisseaux qui furent ramenés à Malte et pillés. Le 23 mai, la saïque du marchand marseillais André Robert, qui avait été arraisonnée au large de Zante, fut escortée à Malte par le chevalier Jean Droglie de Sainte-Claire : la cargaison, embarquée à Damiette et composée de lin, de riz, de lentilles, de fèves, de dattes et de café, fut entièrement confisquée par le Trésor après la quarantaine206. Quelques jours plus tard, le 29 mai, le vaisseau d’un autre marchand, Antoine Bremon, fut capturé au large de Castellorizo, peu de temps après son départ d’Égypte ; cette fois, le brigantin était commandé par un corsaire maltais, pour le service d’un chevalier de la Langue de Provence207. Même scénario encore le 1er juin, lorsqu’un vaisseau marseillais fut conduit à Malte, après avoir été capturé au large d’Alexandrie par un chevalier208. Enfin, en 1666, le chevalier Alexandre de Buliers captura au Levant un navire de commerce marseillais qui venait de quitter Alexandrie, chargé de produits de luxe (étoffes, soieries, épices)209.

  • 210 Voir la première partie de ce chapitre.

56L’énumération des prises de navires maltais ou français ne doit pas masquer une réalité où les captures en Méditerranée orientale de divers bateaux chrétiens, grecs, vénitiens ou anglais étaient extrêmement nombreuses210. En somme, il n’y avait guère de différences entre le premier temps corsaire maltais des années 1605-1625 et le second des années 1655-1670. Bien que toujours pratiquée au nom de louables idéaux, tels que la défense de la foi et le soutien d’une chrétienté menacée, la course était constamment source d’abus. L’appât du gain, l’aisance avec laquelle étaient arraisonnés, au moyen d’un ou plusieurs navires légers et rapides, les lourds bâtiments chargés de marchandises orientales, les profits que dégageaient la vente des butins et des esclaves ; tout cela était cause que la course se transformait bien vite en une activité prédatrice, dont souffraient toutes les lignes commerciales, y compris chrétiennes. Ces excès paraissaient supportables dans les années 1620, parce que considérés comme de simples bévues ; ils ne l’étaient plus un demi-siècle plus tard. Les puissances européennes, étrangères à la croisade crétoise, et particulièrement la France, ne percevaient désormais plus que l’aspect négatif d’un corso qui s’avérait plus dangereux pour leurs intérêts économiques que les « Infidèles » avec lesquels elles signaient traités de paix et capitulations.

La participation aux combats

57L’activité corsaire ne fut cependant pas l’unique moyen que les Hospitaliers employèrent pour porter secours à la Sérénissime. La guerre de Crète consista également en une succession de batailles navales en Méditerranée orientale et de combats terrestres dans l’île, auxquels l’Ordre prit chaque fois part, et dont les plus notables furent relatés avec force détails devant le Conseil, avant d’être célébrés par des festivités d’envergure dans le port maltais.

  • 211 M. Greene, Kandiye, 1669-1720... cit., p. 12.
  • 212 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 238.

58Les premiers temps avaient été favorables aux Ottomans : La Canée était tombée en leur possession le 18 août 1645, après seulement un mois de siège, tandis qu’en novembre 1646, la cité de Retimo était également prise211. Au bout de deux ans, deux des principales villes de Crète se trouvaient donc sous autorité musulmane et les Turcs envisageaient d’assiéger Candie. Ils devaient toutefois se heurter à une farouche résistance : la cité ne fut prise qu’en septembre 1669 et sa chute marqua la fin du conflit. Son siège, qui occupa presque toutes les années de guerre, coûta la vie à près de 30 000 chrétiens et 100 000 musulmans, et attira l’attention (à défaut du soutien) de toute l’Europe. Des étapes importantes du conflit se déroulaient également sur mer, particulièrement au débouché du détroit des Dardanelles, où la flotte de la République tentait de bloquer l’armée ottomane. Après une série d’escarmouches de faible ampleur au cours des années 1645-1650, l’Ordre participa à la première véritable victoire chrétienne des Dardanelles, où la flotte vénitienne était parvenue, au mois de mars 1651, à arrêter l’avancée musulmane. Au mois de juin, elle infligea une sévère défaite aux Turcs, qui prirent leur revanche en mai 1654212.

  • 213 AOM 259, ff° 175r.-175v., 17 juillet 1654.
  • 214 AOM 259, ff° 176v.-178r., 31 juillet 1654.
  • 215 AOM 259, f° 176v.
  • 216 AOM 259, f° 175r.
  • 217 G. Benzoni, « Morire per Creta », in Venezia e Creta... cit., p. 157.
  • 218 AOM 259, f° 176v.
  • 219 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 242.

59Le plus grand succès fut, sans conteste, celui obtenu encore une fois au débouché des Dardanelles, les 26-28 juin 1656, lorsque la flotte vénitienne et maltaise défit entièrement celle des Ottomans. Deux rapports extrêmement détaillés, faits de vive voix au Conseil par le chevalier Don Giorgio Carafa les 17 juillet213 et 31 juillet 1656214, nous apportent toutes les précisions souhaitées. La flotte turque était composée de 82 bâtiments, parmi lesquels 43 galères, 11 galéasses et 28 vaisseaux215 ; de leur côté, les chrétiens alignaient les 7 galères de Malte, une vingtaine de galères vénitiennes, 4 galères sottile et plusieurs navires de petite taille216, sous le commandement du fameux Lazzaro Mocenigo217. Le choc des navires fut tel, que les soldats se battirent trois jours durant au corps- à-corps, non potendo discernere in quel punto i Christiani da Turchi218. La victoire permit aux Vénitiens de se rendre maîtres des Détroits et d’exercer un blocus sur Istanbul219.

  • 220 AOM 259, f° 177v.
  • 221 AOM 475, f° 188v., 8 septembre 1656.
  • 222 AOM 259, f° 175v.
  • 223 AOM 259, f° 178r.
  • 224 AOM 259, f° 176v., 31 juillet 1656.
  • 225 AOM 259, f° 178v., 31 juillet 1656.
  • 226 AOM 259, ff° 175v.-176r., 17 juillet 1656.
  • 227 Paolo Piccolomini, Corrispondenza tra la Corte di Roma e l’Inquisitore di Malta durante la guerra d (...)
  • 228 AOM 260, ff° 6r.-6v., 24 mai 1657.

60Plus de quatre mille esclaves chrétiens furent libérés par les galères chrétiennes, dont 1 200 environ par celles de Malte : les Vénitiens en réclamèrent à l’Ordre une partie, pour le service de la République, mais le chevalier Carafa refusa avec hauteur, rappelant que les Hospitaliers andavano a danno de Turchi non meno per esser nemici dalla Santa Fede, che per sollievo dei poveri Cattolici ridotti in schiavitù220. Débarqués à Malte, les anciens esclaves reçurent tous un sauf-conduit du Grand Maître leur permettant de regagner sans danger leur pays221. Dans le même temps, les chrétiens capturèrent 950 esclaves musulmans, prirent à l’ennemi 76 canons et de nombreuses pièces d’artillerie, ainsi que toutes les cargaisons de poudre, de riz et de froment222. Onze navires musulmans furent arraisonnés, dont 8 galères (qui portaient chacune 3 à 4 canons), 2 galéasses, chargées de 13 et de 20 canons chacune, et enfin une galère bâtarde qui était pourvue de 11 canons223. De retour à Malte le 31 juillet 1656, la flotte fut accueillie en grande pompe : un gardien du port fut envoyé à sa rencontre pour lui demander d’attendre les tirs de canons destinés à l’accueillir. Plusieurs salves d’artillerie accompagnèrent ensuite l’avancée de la flotte dans le Grand Port224. Le Grand Maître félicita en personne tous les équipages des galères qui s’étaient illustrés durant le combat et leur offrit une partie du butin (argent, riz, marchandises diverses, armes). Seuls les canons, le matériel de galères et le froment furent récupérés par le Commun Trésor225. Quant à l’artisan de la victoire, le Capitaine général des galères Don Giorgio Carafa, Bailli de La Rocella (Prieuré de Capoue), qui avait apporté à la Religione immortal gloria e per la persona sua immarcescibile corona, le Conseil lui fit don de la commanderie de Maruggio dans le Prieuré de Barletta226. Dans le courant de l’été, le Doge expédia plusieurs lettres de félicitations et de remerciements au Grand Maître227 ; enfin, l’année suivante, le 24 mai 1647, l’Ordre reçut une lettre du roi d’Espagne le félicitant de sa victoire et de son soutien aux Vénitiens228.

  • 229 AOM 260, ff° 11r.-11v., 18 août 1647.
  • 230 AOM 260, ff° 18r.-18v., 19 septembre 1657.
  • 231 G. Benzoni, « Morire per Creta », art. cit., p. 158.

61Cette année-l à, la participation de l’Ordre fut tout aussi honorable. Au mois de juillet, les galères maltaises, accompagnées cette fois de celles du pape (au nombre de cinq) remportèrent un nouveau succès dans les Dardanelles. Assaillie par la flotte ottomane et bombardée par les batteries des côtes anatoliennes, l’armée chrétienne se scinda en deux parties, dont l’une poursuivait sur place le combat et l’autre se mit en embuscade au large de Troie, pour guetter le passage des navires musulmans. Certes, le combat fut meno glorioso que celui de 1656, ainsi que le soulignait le rapport fait au Conseil le 18 août, mais l’Ordre n’en rapporta pas moins à Malte un butin important, composé de 47 esclaves musulmans, de 7 gros canons de bronze et de multiples pièces d’artillerie plus petites229. À leur arrivée dans le port, le 19 septembre 1647, les galères furent accueillies par des salves d’artillerie tirées depuis La Valette et les Trois-Cités ; de nouveau, une messe fut prononcée à l’église conventuelle de Saint-Jean, puis une procession et des festivités populaires se déroulèrent dans la journée230. La victoire vénitienne fut cependant de courte durée : le 31 août, les Ottomans étaient parvenus à récupérer Tenedo, puis ils chassèrent les chrétiens de Limnos au mois de novembre, reprenant ainsi le contrôle des Détroits et libérant les Stambouliotes que le blocus vénitien menaçait de disette231. Nous ne trouvons aucun écho de cet échec dans les archives maltaises : l’Ordre ne s’en souciait guère, puisque ses navires ne se trouvaient pas sur le lieu du combat.

  • 232 AOM 260, ff° 88r.-88v., 22 octobre 1660.
  • 233 AOM 260, f° 88v.

62La participation militaire des Hospitaliers ne se cantonnait pas à des expéditions maritimes et pouvait également consister en un soutien aux troupes vénitiennes en territoire crétois. Ainsi, le 9 septembre 1660, chevaliers et soldats de Malte s’illustrèrent dans la reconquête de deux forts tenus par les Turcs, ceux de Suda et de La Pi-corne, puis dans le siège de ce dernier par les Ottomans. Après la prise de La Picorne, les habitants grecs avaient, dans la crainte d’une riposte musulmane, supplié les chevaliers de ne pas les abandonner ; le 10 septembre, Grecs et Latins s’unirent donc, mais en vain, dans la défense du fort contre une armée de 6 000 soldats232. Le rapport fait au Conseil le mois suivant concluait sobrement que tous ces Messieurs les chevaliers ont contribué dans ce rencontre de tout ce que l’on pouvoit attendre de gens d’honneur233.

  • 234 AOM 261, ff° 68v.-69v., 28 avril 1667.
  • 235 P. Piccolomini, Corrispondenza tra la Corte di Roma e l’Inquisitore di Malta..., in Archivio storic (...)
  • 236 AOM 261, ff° 81r.-84r., 22 octobre 1667.
  • 237 AOM 261, f° 83r.

63Dans les dernières années de la guerre, en 1667-1669, l’Ordre donna la pleine mesure de son investissement militaire. La situation s’était dégradée pour les Vénitiens et à la fin avril 1667, le Conseil craignait que les galères ne trouvassent Candie déjà perdue234. Effectivement, la flotte, qui parvint en Crète au mois de juillet, escortée de celle du pape qu’elle avait attendu un long mois à Messine, trouva la cité de Candie en position extrêmement délicate : bombardée jour et nuit par les canons turcs, elle était assiégée par quelque 60 000 soldats. Les forces chrétiennes, quant à elles, ne s’élevaient qu’à 5 000 hommes ; mais la flotte vénitienne, composée de 32 galères et de 2 galéasses, assurait en même temps des rondes de surveillance autour de la Crète, pour éviter tout débarquement de nouvelles troupes, et menait des incursions régulières en Méditerranée orientale contre les navires ottomans235. Parvenues à Candie, les escadres maltaise et romaine débarquèrent de nombreux soldats et chevaliers volontaires pour soutenir les assiégés236. Puis, durant tout le mois d’août, elles assurèrent le ravitaillement des Vénitiens en biscuits et denrées diverses, et s’associèrent à eux pour pourchasser tout navire musulman qui s’aventurerait à proximité de l’île en danger237.

  • 238 AOM 261, ff° 93v.-94r., 11 février 1668.
  • 239 AOM 261, ff° 99v.-100v., 2 mai 1668.
  • 240 AOM 261, ff° 102v.-103v., 14 août 1668.
  • 241 AOM 261, ff° 109r.-111v., 20 octobre 1668 (rapport au Conseil par le Capitaine général des galères)
  • 242 AOM 261, ff° 109v.-110r.
  • 243 AOM 261, f° 111r.
  • 244 AOM 261, f° 111v.

64L’année suivante, en 1668, la pression turque s’accentua encore et le 11 février, le Grand Maître recevait une lettre désespérée du Doge, datée de décembre 1667, qui l’informait que Candie était désormais extrêmement menacée et que les Ottomans préparaient une nouvelle flotte d’une quarantaine de galères, pour venir à bout de la résistance vénitienne238. Au mois de mai, le Capitaine général des galères, Fr à Clemente Acarriggi, conduisit les sept galères per servitio di Dio e della Christianit à jusqu’ à Messine, où celles du pape devaient le rejoindre, puis jusqu’en Crète239. À leur arrivée, les chevaliers constatèrent les dégâts : en un an, le siège de Candie avait déjà coûté la vie à 30 000 hommes, chrétiens et musulmans confondus (selon le rapport expédié par le Capitaine général à Malte en août)240 et les combats firent rage durant tout l’été 1668. Tout juillet durant, Vénitiens et chevaliers de Malte défendirent à grand-peine la porte principale de la cité, assaillie constamment par les Turcs241. Le 12 août, la flotte vénitienne, grosse de 15 galères, 5 galéasses et 12 vaisseaux, escortée des galères du pape et de celles de l’Ordre (auxquelles s’étaient ralliés cinq navires corsaires maltais), prit la direction de Suda pour bombarder les positions ottomanes. Mais à la fin du mois, une nouvelle flotte musulmane, composée de 48 galères, mouillait au large de Candie et débarquait 3 000 hommes242. Aux environs du 5 septembre, l’armée de secours vénitienne parvint enfin en vue de la Crète et fit voile vers Candie pour attaquer la flotte turque243. Pendant ce temps, les galères maltaises se chargeaient du ravitaillement régulier des assiégés en biscuits et denrées, ainsi qu’en armes et munitions depuis la Sicile. Elles demeurèrent au service des Vénitiens tout le mois de septembre et ne regagnèrent pas Malte avant la mi-octobre244.

  • 245 AOM 261, f° 108r., 20 octobre 1668.
  • 246 AOM 261, f° 108v.
  • 247 AOM 261, ff° 121v.-122r., 12 janvier 1669.

65À ce moment-l à, la situation s’était encore aggravée, et au début du mois d’octobre 1668, si ritrovava la citt à di Candia strettissimamente assediata dal Gran Vizir dell’Impero Ottomano con validissime forze245. Le 27 octobre, l’Ordre expédia un vaisseau et une tartane chargés de 500 cantars de poudre, 1 000 cantars de biscuits, 100 cantars de plomb et 300 soldats maltais enrôlés de force. Le Conseil promit également à tous les chevaliers volontaires pour aller se battre au service de Venise qu’ils seraient exemptés d’une caravane (sur les quatre obligatoires), et dans le cas où ils accepteraient de demeurer plus de six mois à Candie, ils seraient exemptés de deux caravanes. Soixante chevaliers acceptèrent ainsi de partir246. Deux chirurgiens de la Sacrée Infirmerie et deux aumôniers partirent également avec les troupes, pour assister les soldats maltais et vénitiens durant les batailles. Ce petit secours apporta un répit aux chrétiens : les hommes valides remplacèrent les blessés cependant que munitions et provisions ravitaillèrent une population réduite aux dernières extrémités247.

  • 248 G. Galasso (dir.), Storia d’Italia. La Repubblica di Venezia nell’età moderna... cit., p. 126.
  • 249 Charles Gérin, « Le pape Clément IX et l’expédition des Français à Candie en 1669 », in Revue des q (...)

66La Crète vénitienne vivait pourtant ses dernières heures. Devant l’intensification de la pression ottomane, les puissances européennes semblèrent prendre conscience de la situation. Le duc de Savoie expédia 500 soldats à Candie. De son côté, le pape dont la flotte avait plusieurs fois soutenu la République, offrit 500 000 écus prélevés sur les États pontificaux et permit en 1668 aux Vénitiens d’enrôler 700 hommes sur ses terres248. Dans le même temps, le pontife œuvrait sans relâche à mobiliser la France et l’Espagne, dans l’espoir de dresser une armée de 20 000 hommes de pied pour défendre la chrétienté menacée. Clément IX se heurta pourtant à la réticence des deux puissances : l’Espagne refusa de se battre aux côtés de la France, sauf si celle-ci promettait de ne plus l’attaquer, et la France repoussa l’éventualité, alléguant des préparatifs de guerre dans les Pays-Bas249.

  • 250 C. Gérin, « Le pape Clément IX... », art. cit., p. 25.
  • 251 AOM 261, f° 124r., 4 février 1669.
  • 252 AOM 261, ff° 133v.-134r., 6 mai 1669.
  • 253 AOM 261, ff° 153r.-154r., 17 octobre 1669 (rapport du Capitaine général des galères au Conseil).
  • 254 AOM 261, ff° 154v.-155r., 13 octobre 1669.
  • 255 C. Gérin, « Le pape Clément IX... », art. cit., p. 42.
  • 256 C. Gérin, « Le pape Clément IX... », art. cit., p. 54.

67Finalement, un secours français de 6 000 soldats et nobles fut tout de même constitué en janvier 1669, mais Louis XIV refusa que les navires arborassent le pavillon français, afin de ne pas offenser les Ottomans250. Le 4 février, la flotte, composée de 15 vaisseaux et de 14 galères, menés par le duc de Noailles, faisait escale à Malte, où elle se ravitailla en biscuits avant de poursuivre sa route251. Au mois de mai, l’escadre maltaise prit à son tour le chemin de Candie, après s’être ralliée aux galères pontificales à Messine252. Le 27 juin, les trois flottes quittèrent Zante et firent voile de concert vers la Crète qu’elles abordèrent au début du mois de juillet 1669253. Il ne restait plus beaucoup de défenseurs valides dans la cité de Candie à ce moment-l à ; nombre de chevaliers et de soldats maltais, qui avaient constitué le bataillon de secours à la fin de l’année précédente, avaient péri au cours des assauts répétés qui s’étaient déroulés entre décembre 1668 et février 1669254. Mais à peine débarquées, les responsables militaires ne parvinrent pas à se mettre d’accord sur les décisions à prendre ; en outre, les nobles français refusèrent avec hauteur de se soumettre aux ordres des Vénitiens. Le duc de Noailles organisa ainsi de manière indépendante deux sorties contre les assiégeants, dont la dernière se solda par un échec et de lourdes pertes humaines. Les Français décidèrent alors de quitter la place ; le 20 août, à l’ébahissement et au désespoir des Vénitiens, les troupes embarquèrent et quittèrent Candie255. Le roi de France blâma l’abandon de Candie et le duc de Noailles fut publiquement disgracié256.

  • 257 AOM 261, f° 155v.
  • 258 AOM 261, f° 155v.
  • 259 G. Galasso (dir.), Storia d’Italia. La Repubblica di Venezia nell’età moderna... cit., p. 127.
  • 260 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 244.

68Le rapport que fit le Capitaine général des galères au Conseil, au mois d’octobre 1669, atténue quant à lui la responsabilité des Français dans la chute de Candie, soulignant qu’ils difesero bravamente il loro posto et imputant leur départ au fait que la flotte ne devait demeurer qu’un temps limité en Crète (« ...era avvicinato il tempo a loro prescritto... »)257. La raison tient au fait que les chevaliers profitèrent du départ des Français pour envisager leur propre retour à Malte ; quelle que fût la raison (lassitude des soldats ou conscience que le combat était désormais vain ?), la flotte de l’Ordre quitta précipitamment Candie le 22août1669, abandonnant les assiégés à leur sort. Il est vrai qu’en un mois et demi de guerre, les troupes avaient déjà perdu 180 soldats et 27 chevaliers, sans compter les nombreux blessés et malades258. À Candie, après le départ des flottes chrétiennes, la résistance ne dura plus très longtemps : le 27 septembre 1669, la République et la Porte concluaient enfin la paix259. Venise avait perdu son royaume de Crète ; elle conservait uniquement dans l’île Suda, Spinalonga et Carabousa260.

Les conséquences de la guerre

  • 261 AOM 261, ff° 154v.-155v., 13 octobre 1669.
  • 262 AOM 261, f° 144r., 23 juin 1669.

69Au terme du long conflit, l’Ordre avait à panser ses plaies : non seulement son investissement aux côtés de Venise lui avait coûté cher financièrement et humainement, mais son activité corsaire était désormais bel et bien critiquée. En ce qui concerne les vingt cinq ans de guerre, le bilan des pertes humaines est impossible à évaluer pour l’Ordre et pour Malte, car nous ne disposons que d’informations partielles. Les deux dernières années du siège de Candie (1668-1669) furent particulièrement meurtrières et coûtèrent la vie à plus de 40 % des effectifs maltais : sur les 800 soldats de l’île débarqués à Candie en octobre 1668 et en juillet 1669, 330 périrent de blessures et de maladies. En outre, 57 chevaliers sur une centaine avaient également trouvé la mort, soit presque la moitié des combattants261. Ces années furent certainement exceptionnelles, mais les pertes humaines durent vraisemblablement être aussi lourdes au moment des batailles navales des Dardanelles, surtout pendant celle de 1656, où le combat au corps- à-corps dura trois jours entiers. Quoi qu’il en soit, en 1669, le Conseil prit la décision de verser à toutes les numerose vedove dei soldati maltesi morti nell’isola di Candia un écu par mois et de leur distribuer six pains journaliers, pour leur subsistance262. Entraînée contre son gré (les 300 Maltais enrôlés à la fin de l’année 1668 l’avaient été de force !) dans le sillage des chevaliers, la population maltaise avait finalement payé un tribut relativement élevé à une île et à une guerre qui n’étaient pas les siennes.

  • 263 AOM 258, ff° 199r.-199v., 8 octobre 1649.
  • 264 AOM 258, f° 199r., 8 octobre 1649.

70La participation qui coûta le plus à l’Ordre fut incontestablement son investissement financier. En une époque où le Trésor manquait déjà de fonds, en raison des spoliations régulières des commanderies par les puissances européennes en guerre et surtout à cause des fortifications portuaires qui avaient occupé la décennie précédant le déclenchement de la guerre, l’Ordre devait, plus de vingt ans durant, financer sa participation militaire et corsaire en Crète. En 1649, après seulement quatre années de guerre, les dépenses pour l’entretien des galères et pour leur armement annuel s’élevaient déjà à plus de 40 000 écus263. Certes, le Grand Maître Lascaris offrit de contribuer personnellement au financement des expéditions en Crète, par le versement de 10 000 écus par an pendant trois ans264, mais cela ne suffit pas à éponger le déficit du Trésor.

  • 265 AOM 259, ff° 36v.-37r., 9 août 1652.
  • 266 AOM 259, ff° 38r.-38v., 21 août 1652.
  • 267 AOM 259, ff° 78r.-78v., 15 septembre 1653.
  • 268 AOM 259, f° 131v., 13 septembre 1655.

71Durant toute la décennie 1650, l’impécuniosité de l’Ordre exigea le recours aux derniers expédients. En 1652, les recettes étant largement inférieures aux dépenses, le Conseil prit la décision de créer une nouvelle taxe sur les commanderies : pendant toute la guerre, les Langues devaient verser chaque année 12 000 écus supplémentaires, destinés à l’entretien des soldats et des navires de guerre265. Certains prieurés de la Langue d’Italie proposèrent même de verser un supplément pour l’année 1652 : le prieuré de Capoue offrit la somme de 8 000 ducats, celui de Messine 6 000 ducats et celui de Venise 10 000 ducats266. La quête désespérée de subsides contraignit les Hospitaliers à déboiser une partie de leurs territoires. En 1653, tous les grands arbres d’une partie de la forêt de l’Estérel, située entre Cannes et Fréjus et propriété de la Langue de Provence, furent coupés et vendus à des particuliers, pour le prix de 40 à 50 sous le tronc267. En 1655, ce fut le tour des commanderies de la Langue de France ; la taille des arbres rapporta cette fois la somme non négligeable de 89 189 livres tournois268.

  • 269 AOM 259, f° 126v., 13 août 1655.
  • 270 AOM 260, f° 6r., 15 mai 1657.
  • 271 AOM 260, ff° 74v.-75r., 8 avril 1660.
  • 272 AOM 260, ff° 127v.-128v., 26 mai 1662.

72Dans le même temps, les créances de l’Ordre s’alourdissaient. En 1655, elles se montaient à plus de 100 000 écus prêtés par les Génois ; en conséquence, la totalité des reponsions des Langues de Castille et d’Aragon fut réservée cette année-l à au remboursement d’une partie de la dette269. Pour soulager les commanderies, le Conseil prit la décision de financer désormais la flotte par la revente du plus grand nombre de prises de course ou de guerre réalisées en Crète : ainsi, en 1657, après la glorieuse victoire des Dardanelles, le Trésor vendit tous les navires (galères, galéasses et mahons) qui avaient été capturés par la flotte maltaise. L’argent récupéré devait être réinvesti dans la guerre270. Cette décision est vraisemblablement à l’origine de la demande faite aux chevaliers en 1660, qui fut par la suite renouvelée chaque année, de catturare il piu gran numero di navili e di schiavi infedeli, qui, par leur revente, laissaient augurer des rentrées d’argent substantielles271. Mais le principal moyen dont l’Ordre disposait pour rembourser ses créanciers et subvenir aux besoins de sa flotte, était sans conteste d’augmenter la masse monétaire en battant monnaie. Il avait déjà régulièrement usé de ce procédé pour assurer le financement de la Floriana, et continua tout au long de la guerre de Candie. Entre 1646 et 1656, 78 255 écus furent frappés à l’Hôtel des Monnaies de La Valette ; puis, pour toute la décennie 1660, le Trésor estima nécessaire d’en frapper encore 25 000272.

73La guerre de Candie avait ainsi plus coûté à l’Ordre qu’elle ne lui avait rapporté. Quant aux profits parfois substantiels dégagés par la course, ils ne suffisaient pas du tout à financer l’effort militaire ; pire encore, ils étaient l’objet d’une critique de plus en plus sévère de la part des marchands de Malte et des autres puissances européennes. Dans les années 1660, la course de l’île était en effet devenue paradoxale : il n’était pas rare que des navires de commerce maltais fussent arraisonnés par des navires de course maltais. Le sursaut corsaire plaçait brusquement l’Ordre en porte- à-faux vis- à-vis des puissances méditerranéennes : dans le nouveau contexte de désunion chrétienne, la course, par l’embarras qu’elle causait au commerce, apparaissait essentiellement comme un combat d’un autre âge qui nuisait aux capitulations et aux traités conclus avec la Porte ou avec les Régences barbaresques. À peine la trêve avait-elle été conclue en 1669, que la France, déterminée à afficher désormais une suprême indifférence à l’égard de la chrétienté et des dangers qu’elle pouvait encourir, s’était en effet empressée de renouer avec Istanbul des liens diplomatiques qui s’étaient un peu distendus au moment de son intervention en Crète et que la fondation de la Compagnie du Levant en 1670 rendait nécessaires.

  • 273 Mongi Smida, Aux origines du commerce français en Tunisie. Les traités capitulaires, Sud Editions, (...)
  • 274 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 245-246.

74En 1673, les Capitulations furent renouvelées, avec abaissement des droits de douane de 5 % à 3 % pour les marchands français ; désormais, les rapports entre Ottomans et Français furent toujours bons. Le commerce avec les Régences barbaresques occupait également l’attention du royaume : en 1665, en 1672 et en 1685, la France renouvela successivement ses Capitulations avec Tunis273. Face à elle, la monarchie catholique affichait sa faiblesse au moment du débarquement français en Sicile en 1675, et s’avérait dorénavant impuissante à mener de nouveau une politique d’envergure en Méditerranée. Quant aux autres puissances européennes, elles cherchaient elles-aussi à maintenir leurs liens commerciaux avec l’Empire ottoman : les Anglais connaissaient l’avantage de n’avoir à aucun moment participé à la guerre de Candie et leurs Capitulations furent renouvelées aisément en 1662 et 1673, assurant la prospérité de la Levant Company. Enfin, les Hollandais, dont l’essentiel du trafic s’effectuait à Smyrne, avaient également obtenu le renouvellement de leurs Capitulations en 1668 avec des avantages aussi intéressants que ceux des Anglais274.

  • 275 M. Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ?... », art. cit., p. 375.

75Aux yeux de toutes ces puissances, l’investissement corsaire et militaire de l’Ordre de Malte pour la défense de la chrétienté constituait dès lors une gêne véritable : Louis XIV le comprit parfaitement qui demanda instamment au Grand Maître de faire cesser la course des Français à Malte en 1679, pour ne plus troubler les relations entre le royaume et la Porte. Au lendemain de l’interdiction, la pratique corsaire chuta brutalement, les Français étant en effet majoritaires, aussi bien parmi les chevaliers que parmi les laïcs, dans la course de l’île. Entre 1675 et 1700, seuls 44 départs en course eurent lieu, dont 4 seulement par des membres de l’Ordre275 ; même si la course maltaise reprit au xviiie siècle, elle ne connut plus jamais l’intensité qu’elle avait eue au siècle précédent.

76Mais qu’il eût été ou non conscient, avant la condamnation de la course, du désavœu des grandes puissances à l’égard de ses activités et de leur détachement progressif de la défense de la chrétienté, l’Ordre ne modifia nullement son attitude. Il cherchait dans une pratique guerrière désormais désuète une réponse à son désarroi et à la désunion des États européens, glorifiant son activité à Malte même, par une mise en scène de ses activités corsaire et militaire.

LA GLORIFICATION DE L’ACTIVITÉ MILITAIRE

Les fêtes et commémorations

77Dans les années 1650-1670, le souci manifesté par les chevaliers d’encenser leurs activités militaires faisait écho à celui qui avait caractérisé la fin du xvie siècle : après 1565, la construction de La Valette, placée sous le patronage de la croisade, puis la décoration du nouveau palais magistral par des fresques commémorant le Grand Siège avaient affiché de façon presque ostentatoire la nouvelle réalité de la frontière maltaise. Un siècle plus tard, en liaison avec la guerre de Candie, on assiste de nouveau à ce désir, qui semble à ce moment-l à légèrement en décalage avec le nouveau contexte européen, d’affirmer de manière offensive de la frontière guerrière, au moyen à la fois de commémorations nombreuses et du projet de redécoration de l’église conventuelle de Saint-Jean, à La Valette.

  • 276 AOM 259, f° 176v., 31 juillet 1656.
  • 277 AOM 259, f° 179r., 2 août 1656.
  • 278 AOM 260, ff° 18r.-18v., 19 septembre 1657.

78Chaque victoire en Méditerranée orientale faisait l’objet de festivités populaires organisées par l’Ordre, dans le but de commémorer ses victoires et sans doute aussi dans celui de souder, comme auparavant, le peuple de l’île et son suzerain : il suffit de se rappeler les fêtes qui se déroulèrent dans le Grand Port après les deux batailles des Dardanelles. En 1656, des feux d’artifice avaient été tirés depuis La Valette et les Trois-Cités dans la nuit du 31 juillet au 1er août276 puis le 2 août, une messe fut célébrée à l’église Saint-Jean de La Valette en l’honneur de la victoire. Elle fut suivie d’une procession dans tout le port durant laquelle on exhiba la relique de saint Jean-Baptiste. Des distributions gratuites de pain et de vin accompagnèrent le déroulement de festivités dans tout l’ensemble portuaire277. Le même scénario se déroula l’année suivante, en 1657 : dès l’arrivée dans le port, les galères avaient été accueillies par des salves d’artillerie, puis une messe avait été prononcée à l’église conventuelle de Saint-Jean, qui fut suivie d’une procession et de festivité278.

  • 279 AOM 261, ff° 27r.-27v., 28 juillet 1665.
  • 280 AOM 261, f° 27r.

79Mais la plus grande fête fut assurément celle, en 1665, du centenaire du Grand Siège. Le Conseil commença de se soucier de l’organisation dès la fin du mois de juillet 1665, manifestant le désir de célébrer au mieux, le 8 septembre, la vittoria detto giorno ottenuta dalla Religione nostra dalli Turchi279. Si les travaux menés dans l’église conventuelle étaient enfin achevés, une somptueuse messe de commémoration pourrait y être célébrée. Dans le cas contraire, la messe aurait lieu dans l’altra santa chiesa della citt à Valletta, à savoir l’église Notre-Dame de la Victoire280. Il était également prévu que fût tirée une salve gigantesque d’artillerie impressionnante depuis les forts Saint-Elme et Saint-Ange, tandis que les galères et toutes les rues du Grand Port devaient être illuminées par des lampions. Enfin, des défilés de soldats eurent lieu à La Valette et des festivités populaires eurent lieu durant la journée.

La redécoration de l’église de Saint-Jean

80Soucieux de sa renommée, l’Ordre n’avait jamais hésité à faire appel aux artistes étrangers. Nous avons vu que nombre d’architectes italiens avaient apporté leur aide aux ambitions des chevaliers en matière de fortification et d’aménagement de leur archipel. Il en alla de même pour les peintres, dont les plus célèbres offrirent à l’île des œuvres importantes concernant l’image que les Hospitaliers avaient d’eux-mêmes et qu’ils souhaitaient laisser aux chrétiens. Citons les trois Italiens qui furent les peintres officiels de l’Ordre aux xvie et xviie siècles : Matteo Perez d’Aleccio, Le Caravage et Mattia Preti.

  • 281 Lucio Maiorano, Matteo Perez d’Aleccio, pittore ufficiale del Grande Assedio di Malta, Alezio, 2000 (...)
  • 282 AOM 102, f° 78r., 27 juillet 1607.
  • 283 AOM 103, f° 21v., 9 octobre 1608 (Caravage s’est évadé du fort Saint-Ange où il était prisonnier le (...)
  • 284 Dominique Ponnau, « Caravage à Malte », in Le Monde de la Bible, numéro spécial Malte et ses cheval (...)

81Matteo Perez d’Aleccio avait été chargé de décorer entre 1576 et 1581 trois salles du nouveau Palais Magistral de La Valette281. Le Caravage arriva quant à lui à Malte en juillet 1607282 où il ne demeura pas plus d’une année283 au cours de laquelle il fut fait chevalier de grâce par le Grand Maître en reconnaissance de son art. Durant son court séjour, il peignit plusieurs toiles : la fameuse Décollation de saint Jean-Baptiste en 1608 (qui se trouve actuellement dans la sacristie de l’église Saint-Jean de La Valette), les portraits du Grand Maître Alof de Wignacourt (Ritratto di un Cavaliere di Malta et Ritratto di Alof Wignacourt in armatura, exécutés tous deux en 1608), ou encore un San Girolamo, que l’on peut admirer dans le Musée de la cathédrale Saint-Jean de La Valette284. Mais (faute de temps peut-être, ou bien l’époque s’y prêtait moins ?), il ne fut pas demandé au Caravage de travailler à des œuvres destinées à célébrer les activités militaires de l’Ordre, comme l’avait fait Matteo Perez d’Aleccio et surtout comme le fit plus tard Mattia Preti, lorsqu’il prit en charge la redécoration de l’Église de Saint-Jean.

  • 285 Dominic Cutajar, L’Église de Saint-Jean, La Valette, Malte, 1999, p. 9.
  • 286 John Gash, « Painting and Sculpture in Early Modern Malta », in V. Mallia Milanes (dir.), Hospitall (...)

82En 1660, après l’élection du nouveau Grand Maître Rafael Cotoner, le Conseil avait en effet pris la décision de redécorer l’intérieur de son église conventuelle, car celle-ci, construite à la fin du xvie siècle, présentait un aspect austère qui semblait s’accorder de moins en moins sur un plan politique avec l’opulence d’un Ordre triomphant, et sur un plan artistique avec l’explosion du mouvement baroque285. Pour mener à bien les travaux, les chevaliers en appelèrent au peintre Mattia Preti (1613-1699) ; celui-ci était déjà connu en péninsule italienne au moment où il vint à Malte en 1659, puis en 1660. Né en Calabre, il s’était installé à Rome dès 1630 et s’était notamment illustré dans la décoration murale de l’église San Andrea della Valle, entre 1650 et 1653. Membre de l’Ordre (il était frère servant) depuis 1642, il fut fait chevalier de grâce par le Grand Maître en remerciement pour l’œuvre qu’il mena à Malte entre 1661 (date de son installation dans l’île) et 1699 (date de sa mort à La Valette)286.

  • 287 AOM 261, ff° 16v.-17 r., 3 mars 1665.
  • 288 AOM 261, f° 29v., 11 septembre 1665.
  • 289 AOM 261, ff° 43r.-43v., 7 avril 1666.
  • 290 AOM 261, f° 43v., 7 avril 1666.
  • 291 AOM 261, f° 43r., 7 avril 1666.
  • 292 AOM 261, f° 43v.

83La redécoration de l’église occupa entièrement les années 16611666. Elle devait être flamboyante, pour refléter au mieux la toute-puissance et la grandeur d’un Ordre en plein apogée. Reflet du baroque triomphant, la décoration était surchargée. En ce qui concernait le chœur, le Conseil demanda en mars 1665 qu’il fût décoré de marbres di molti colori sculptés à la manière du Bernin287. Une statue en marbre du baptême du Christ par saint Jean-Baptiste fut réclamée au sculpteur maltais Melchiore Gafà288. La statue devait être surmontée d’un décor sculpté en bois doré à l’or fin, représentant le Saint-Esprit émergeant au sein de volutes de nuages, parce que l’or, matière dont l’éclat ne se ternit pas, apparaissait comme le matériau idéal pour exprimer de manière éternelle la gloire de l’Ordre et du Grand Maître Cotoner (« ...splendore materia per se stessa eterna vien a conservarsi eternamente la gloriosa memoria di Vostra Eccellenza e della Sacra Religione... »)289. Melchiore Gafà proposa également de rehausser l’accès au chœur de quatre marches en marbre rose veiné de blanc et de gris ; au-dessus, de part et d’autre de la niche où se trouvait la statue, des putti en bois doré côtoyaient les armes de Nicolas Cotoner et le blason de la Religion, également en bois doré à la feuille290. Le projet enthousiasma le Grand Maître qui offrit en récompense au sculpteur une lourde chaîne en or pur, ainsi qu’une médaille en or d’une valeur de 100 écus291. Le Couvent mit sur le champ la somme de 15 000 écus d’or à disposition du sculpteur qui était chargé d’effectuer les travaux à Rome, où il était plus aisé de faire venir les meilleurs marbres et les décorations nécessaires. Malade, Melchiore Gafà obtint du Grand Maître de confier son projet à ses élèves et de simplement diriger les travaux292.

84Au même titre que le chœur, la nef fut entièrement rénovée. Le peintre Mattia Preti avait pour ambition de retracer le long de la voûte, en six doubles registres, le cycle entier de la vie de saint Jean-Baptiste, de sa naissance miraculeuse à sa décollation. Mais ce ne sont pas tant ces fresques qui nous intéressent que celles qu’il peignit au-dessus de la porte d’entrée et au-dessus du chœur : celles-ci n’ont pas pour but d’encenser le saint-patron des Hospitaliers mais bien les activités militaires et corsaires de l’Ordre en Méditerranée.

85La première fresque (Pl. II), qui encadre la fenêtre située au-dessus de l’entrée dans l’église, se divise en trois scènes. Les deux scènes situées de part et d’autre de la fenêtre témoignent des activités qui fondent l’identité même des Hospitaliers : à gauche, l’assistance aux malades, symbolisée par le Grand Maître Cotoner donnant du pain à un homme souffrant ; à droite, l’œuvre militaire, symbolisée par le tableau d’une galère que nous désigne d’une main le Grand Maître. La dimension guerrière est d’ailleurs dominante dans la fresque et nous discernons en arrière-plan des remparts et une échauguette qui représentent vraisemblablement le port de Malte, tandis que de nombreux corps de chevaliers en habit de guerre (rouge à croix blanche) gisent au sol. La bataille est en réalité achevée, comme en témoigne la troisième scène qui domine l’ensemble et surplombe la fenêtre : elle représente une Victoire en armure, brandissant dans sa main droite une épée et dans sa main gauche l’étendard de l’Ordre, rouge à croix blanche. La Victoire piétine résolument ses ennemis vaincus : un Barbaresque à gauche, reconnaissable au turban et à la longue barbe, un Turc au centre, identifiable par son crâne rasé orné d’une touffe de cheveux, et un Noir à droite, portant le turban. Un angelot, placé à la droite de la Victoire, tient entre ses mains les chaînes qui doivent bientôt enserrer les chevilles des Infidèles vaincus, lorsqu’ils seront esclaves à Malte.

86Mais cette première fresque ne serait rien sans son pendant, qui lui fait face et orne le chœur (Pl. III). La seconde fresque porte aux nues, dans son sens littéral, le triomphe militaire de l’Ordre : incarné par son saint-patron, l’Ordre est accueilli par Dieu. Au centre de la scène, dans une trouée dorée du ciel au cœur de nuages moutonnants, la Trinité est représentée. À la droite du Christ, qui étend la main dans un geste protecteur et accueillant, saint Jean-Baptiste, portant dans sa main droite l’étendard de l’Ordre, est en pleine ascension. En quelque sorte conclusion de la première fresque et de toutes celles de la nef qui retracent la vie du saint, la scène du chœur reflète une double reconnaissance divine : celle de Jean-Baptiste, pour la vie sainte qu’il a menée, et surtout celle de l’Ordre, pour l’œuvre sainte qu’il mène en Méditerranée en pratiquant la course et en menant une guerre perpétuelle aux Infidèles. Témoignages d’une puissance et d’une gloire éclatantes, d’une assurance nobiliaire toujours vivace et d’une certitude encore forte de se battre pour la gloire du Christ et la défense de la rive chrétienne, les fresques de Mattia Preti apparaissaient en même temps comme l’esquisse du souvenir d’une réalité militaire et chevaleresque qui commençait à se fissurer dans la nouvelle réalité méditerranéenne de la fin du xviie siècle.

CONCLUSION

87Au cours du second xviie siècle, la désunion toujours plus nette de la chrétienté avait eu pour conséquence d’affecter sensiblement la frontière maltaise. Déstabilisé par les enjeux contradictoires des puissances catholiques dont il dépendait le plus étroitement (l’Espagne, la France et le Saint-Siège) et menacé dans son intégrité territoriale par les ambitions foncières ou par les prélèvements financiers des États modernes en construction, l’Ordre chercha refuge dans un effort désespéré pour ranimer l’ancienne unité de la rive chrétienne et recréer le contexte méditerranéen qui avait jusqu’ à présent assuré sa survie et sa modernité. Recherchant dans la guerre et la course une solution à son désarroi, il affichait de nouveau ostensiblement une frontière maltaise militaire par la réactivation du péril musulman, qui justifiait à la fois le nouvel élan des fortifications insulaires et sa participation active à la guerre de Candie.

Pl. II

Pl. II

L’Ordre triomphant des Infidèles – Église Saint-Jean, La Valette, fresque de Mattia Preti.

Pl. III

Pl. III

La reconnaissance divine de l’Ordre – Église de Saint-Jean, La Valette.

88Cependant, cette réponse inadaptée était porteuse de troubles inattendus. Au mécontentement généralisé des puissances, dont les intérêts économiques étaient menacés par le regain d’activité de la course maltaise, répondait celui, inédit, de ses vassaux : pour la première fois, les Maltais contestaient une course nuisible au développement du commerce insulaire et refusaient de contribuer financièrement à la construction de remparts dont l’inutilité semblait d’autant plus évidente que le danger ottoman s’était amenuisé en Méditerranée occidentale. Doublement en décalage avec le monde chrétien et avec son île, l’Ordre, du fait de son identité nobiliaire, guerrière et religieuse ne pouvait toutefois apporter de réponse adéquate aux bouleversements qui l’affectaient, en un temps où le développement du commerce poussait les puissances à signer des capitulations et des traités de paix avec la rive ennemie. Car non seulement la guerre de Candie et le combat des chevaliers n’avaient pas recréé l’union chrétienne espérée, mais la réaffirmation militaire de la frontière allait à l’encontre de l’évolution progressive de celle-ci vers un éclatement, dans l’affirmation des intérêts économiques des différents États modernes. Au sein de cette maturation frontalière, Malte se détachait progressivement des soucis guerriers des Hospitaliers en mal de croisade, par le développement de son commerce, encouragé par la construction d’un nouveau lazaret.

Notes

1 « ...Non lasciando d’incontrare si buona occasione per essercitar il nostro instituto di far la guerra a gl’Infedeli e inimici di Christo, vi ordiniamo à conferirvi alla sudetta città e quivi, con l’honorevolneza che si conviene in nome di tutta la Religione, offerire a quella Serenità et illustro Senato tutte le nostre forze et particolarmente la squadra delle nostre galere... » ; AOM 256, f° 179r., 2 novembre 1638, Instructions concernant l’attaque de la Valone.

2 Molly Greene, Kandiye, 1669-1720. The formation of a merchant class, Ph. D., Princeton University, 1993. Citons également un article récent de Molly Greene qui dresse une comparaison utile entre la Crète ottomane et vénitienne : M. Greene, « Ruling an island without a navy. A comparative view of Venetian and Ottoman Crete », in Oriente moderno, XX (LXXXI), n° 1, 2001, p. 193-207.

3 Citons de nouveau le colloque Venezia e Creta [Atti del Convegno internazionale di studi (Iraklion-Chanià, 30 sept.-5 oct. 1997)], Venise, 1998.

4 Michel Lassithiotakis, « “L’isola di Candia, più d’ogn’altra lontana”. Aspects matériels et culturels de l’insularité en Crète à la fin de l’époque vénitienne (1570 env.-1669) », in Nicolas Vatin, Gilles Veintein (dir.), Insularités ottomanes, Paris, 2004, p. 43-67.

5 Victor Mallia-Milanes, Venice and Hospitaller Malta (1530-1798). Aspects of a Relationship, Malte, 1992.

6 Michel Fontenay, « L’Empire ottoman et le risque corsaire au xviie siècle », in Revue d’Histoire moderne et contemporaine, tome XXXII, avril-juin 1985, p. 185-208 ; M. Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ? Les chevaliers de Malte dans le corso méditerranéen au xviie siècle », in Revue d’Histoire moderne et contemporaine, tome XXXV, juillet-septembre 1988, p. 361-384 ; M. Fontenay, « Les missions des galères de Malte (1530-1798) », in Michel Vergé-Franceschi (dir.), Guerre et commerce en Méditerranée (ixe-xxe siècles), Paris, 1991, p. 103-122.

7 Ce terme tout-à-fait approprié est emprunté à Michel Fontenay in « Le développement urbain du port de Malte du xvie au xviiie siècle », REMMM, 71, 1994/1, p. 97.

8 Alexander H. de Groot, « The Ottoman Threat in Europe, 1571-1800 : Historical Fact or Fancy ? », in Victor Mallia-Milanes (dir.), Hospitaller Malta... cit., p. 243.

9 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 230-231.

10 AOM 256, f° 122r., 16 février 1635.

11 AOM 111, f° 119v., 18 février.

12 V. Borg, p. 140, Lettre du 11 mars 1635.

13 V. Borg, p. 152, Lettre du 12 mai 1635.

14 AOM 256, f° 123v., 2 mars 1635.

15 AOM 256, f° 124v., 4 mars 1635.

16 AOM 465, ff° 290v.-291r., 3 juin 1635.

17 AOM 256, f° 124v., 4 mars 1635.

18 AOM 256, f° 125r., 15 mars 1635.

19 V. Borg, p. 168, Lettre du 10 septembre 1635.

20 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 72.

21 S. Spiteri, Fortresses of the Knights... cit., p. 281.

22 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 74.

23 BAV, Barb. Lat. 6697, f° 73r., 27 décembre 1635.

24 AOM 256, f° 129r., 24 avril 1635.

25 BAV, Barb. Lat. 6697, f° 76r., 28 janvier 1636.

26 BAV, Barb. Lat. 6697, f° 77r., 8 avril 1636.

27 V. Borg, p. 206, Lettre du 3 mai 1636.

28 AOM 256, f° 143r., 3 avril 1635.

29 V. Borg, p. 223, Lettre du 30 août 1636.

30 V. Borg, p. 229, Lettre du 17 octobre 1636.

31 AOM 257, f° 37v., 20 septembre 1639.

32 V. Borg, p. 328, Lettre du 10 novembre 1637.

33 AOM 256, f° 164r., 8 avril 1637.

34 V. Borg, p. 412, Lettre du 15 novembre 1638.

35 AOM 256, f° 181r., 26 novembre 1638.

36 AOM 257, f° 47r., 1er avril 1640.

37 V. Borg, p. 328, Lettre du 10 novembre 1637.

38 G. Wettinger, « Early maltese popular attitudes to the government of the Order of St John », in Melita Historica, VI, 1974, p. 258.

39 Godfrey Wettinger en est persuadé (G. Wettinger, « Early maltese popular attitudes... », art. cit., p. 257).

40 G. Wettinger, « Early maltese popular attitudes... », art. cit., p. 271-278 (édition de la Relazione, qui se trouve à la National Library of Malta).

41 G. Wettinger, « Early maltese popular attitudes... », art. cit., p. 272.

42 G. Wettinger, « Early maltese popular attitudes... », art. cit., p. 272-273.

43 V. Borg, p. 305.

44 A. Hoppen, « Military priorities and Social realities in the Early Modern Mediterranean : Malta and its fortifications », in Hospitaller Malta... cit., p. 419.

45 AOM 257, f° 194r., 7 février 1645. Le Conseil ordonne que pour hâter l’achèvement de la Floriana, les habitants du Grand Port soient assignés aux travaux de construction un jour par semaine.

46 S. Fiorini, « Demographic growth and the urbanization of the Maltese countryside... », art. cit., p. 304.

47 AOM 256, f° 181r., 26 novembre 1638.

48 AOM 256, f° 182r., 2 décembre 1638.

49 AOM 256, f° 182v., 8 décembre 1638.

50 AOM 257, f° 4r., 12 janvier 1639.

51 AOM 257, f° 4r., 17 janvier 1639.

52 AOM 257, f° 6v., 25 février 1639.

53 AOM 257, f° 10v., 30 mars 1639.

54 AOM 257, f° 36v., 14 septembre 1639.

55 AOM 257, f° 37v., 20 septembre 1639.

56 AOM 257, f° 14r., 16 mai 1639.

57 AOM 257, f° 46r., 26 mars 1640.

58 AOM 257, f° 47v., 1er avril 1640.

59 AOM 470, f° 260r., 18 février 1640.

60 AOM 470, f° 260v.

61 AOM 470, f° 261r., 11 juin 1643.

62 AOM 257, f° 62v., 16 janvier 1641.

63 AOM 257, ff° 128r.-128v., 4 février 1643.

64 AOM 257, f° 149v., 14 décembre 1643.

65 AOM 257, f° 153v., 23 janvier 1644.

66 AOM 258, f° 67r., 9 août 1646.

67 AOM 258, ff° 69v.-70r., 22 octobre 1646.

68 AOM 258, f° 70r.

69 AOM 258, f° 67r., 9 août 1646.

70 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 139.

71 AOM 258, f° 41v., 3 septembre 1645.

72 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 289.

73 AOM 260, f° 60v., 6 juin 1659.

74 AOM 260, f° 38r., 18 juin 1658.

75 AOM 261, f° 22r., 5 mai 1665 et f° 27r., 28 juillet 1665.

76 AOM 261, f° 42v., 15 mars 1666.

77 AOM 261, f° 131v., 27 mars 1669.

78 AOM 261, f° 161v., 2 avril 1670.

79 AOM 261, ff° 163v.-164r., 13 mai 1670.

80 AOM 261, f° 166r., 31 mai 1670.

81 AOM 261, f° 162r., 8 avril 1670.

82 AOM 261, f° 162r.

83 AOM 261, f° 166r., 10 juin 1670.

84 AOM 261, f° 166r.

85 AOM 261, f° 169v., 28 août 1670.

86 AOM 261, f° 171v., 16 novembre 1670.

87 AOM 261, f° 177r., 25 mai 1671.

88 AOM 261, f° 166r., 15 juin 1670.

89 S. Spiteri, Fortresses of the Knights... cit., p. 302.

90 S. Spiteri, Fortresses of the Knights... cit., p. 297.

91 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 133.

92 AOM 260, f° 63v., 28 octobre 1659.

93 AOM 258, f° 106r., 15 décembre 1647.

94 AOM 258, f° 174v., 25 avril 1649.

95 AOM 259, f° 53v., 22 octobre 1652.

96 AOM 260, ff° 31v.-32v., 31 mars 1658.

97 AOM 260, f° 32r.

98 AOM 260, f° 31v.

99 AOM 260, f° 32v.

100 AOM 260, f° 60v., 6 juin 1659.

101 AOM 260, f° 63r., 7 juillet 1659.

102 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 179.

103 A. Papadia-Lala, « I Greci fra Venezia e i Turchi nell’arco della lunga dura-ta », in G. Motta (dir.), I Turchi, il Mediterraneo e l’Europa... cit., p. 188.

104 Molly Greene, Kandiye, 1669-1720. The formation of a merchant class, Ph.D., Princeton University, 1993, p. 9.

105 Voir la première partie de ce chapitre.

106 M. Greene, Kandiye, 1669-1720... cit., p. 10.

107 AOM 256, f° 164v., 2 mai 1637.

108 AOM 256, ff° 179r.-179v., 2 novembre 1638.

109 AOM 256, f° 179v.

110 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 234.

111 M. Monterisi, Storia politica e militare del Sovrano Ordine di San Giovanni... cit., p. 159.

112 AOM 259, f° 101r., 19 octobre 1654.

113 AOM 259, f° 142r., 17 janvier 1656.

114 AOM 259, f° 164v., 14 février 1656.

115 AOM 257, ff° 190v.-191r., 21 janvier 1645.

116 AOM 258, f° 28v., 9 juillet 1645 (police des mers d’un chevalier au large de Navarin).

117 AOM 257, f° 191r., 21 janvier 1645.

118 AOM 257, f° 199r., 23 février 1645.

119 AOM 257, f° 213v., 6 mai 1645.

120 AOM 471, f° 248r., 28 février 1645.

121 AOM 471, f° 250r., 12 mars 1645.

122 AOM 257, ff° 197r.-197v., 22 février 1645.

123 AOM 257, f° 210r., 15 avril 1645.

124 AOM 257, f° 212r., 23 avril 1645.

125 AOM 257, f° 213v., 6 mai 1645.

126 AOM 257, f° 206r., 21 mars 1645.

127 AOM 257, f° 206v., 26 mars 1645.

128 AOM 257, f° 210r., 18 avril 1645.

129 AOM 257, f° 211v., 23 avril 1645.

130 AOM 257, f° 313v., 8 mai 1645.

131 AOM 258, f° 5r., 10 mai 1645.

132 AOM 258, ff° 19r.-19v., 8 juin 1645.

133 AOM 258, f° 16v., 29 mai 1645.

134 AOM 257, f° 24r., 16 juin 1645.

135 AOM 257, f° 28v., 9 juillet 1645.

136 Gino Benzoni, « Morire per Creta », in Venezia e Creta... cit., p. 156.

137 Ioanna Steriotou, « Le fortezze del Regno di Candia. L’organizzazione, i progetti, la costruzione », in Venezia e Creta... cit., p. 300.

138 M. Greene, Kandiye, 1669-1720... cit., p. 12.

139 Ibid., p. 13.

140 Ugo Tucci, « Il commercio del vino nell’economia cretese », in Venezia e Creta... cit., p. 202.

141 U. Tucci, « Il commercio del vino... », art. cit., p. 206.

142 assimo Costantini, « I galioni di Candia », in Venezia e Creta... cit., p. 214.

143 G. Benzoni, « Morire per Creta », in Venezia e Creta... cit., p. 168.

144 AOM 258, f° 31v., 20 juillet 1645.

145 AOM 258, f° 31v.

146 AOM 258, ff° 49r.-51r., 2 janvier 1646.

147 AOM 258, f° 50r.

148 AOM 258, f° 77r., 26 mars 1647.

149 AOM 258, f° 77v., 26 mars 1647.

150 AOM 258, ff° 40r.-40v., 14 août 1645 ; AOM 258, ff° 56v.-57r., 7 mai 1646 ; AOM 258, ff° 84r.-84v., 20 juin 1647 ; AOM 258, ff° 136v.-137v., 3 juin 1648 ; AOM 258, ff° 182v.-183v., 15 juin 1649 ; AOM 258, ff° 219r.-219v., 4 juin 1650 ; AOM 259, ff° 10r.-10v., 6 juillet 1651 ; AOM 259, ff° 44v.-46r., 14 mai 1652 ; AOM 259, ff° 67r.-69r., 30 avril 1653 ; AOM 259, ff° 95v.-97r., 24 juin 1654 ; AOM 259, ff° 117r.-118r., 15 avril 1655 ; AOM 259, ff° 169r.-170v., 29 avril 1656 ; AOM 260, ff° 2v.-4r., 16 avril 1657 ; AOM 260, ff° 34v.-36r., 20 avril 1658 ; AOM 260, ff° 59r.-60r., 23 mai 1659 ; AOM 260, ff° 74v.-75v., 8 avril 1660 ; AOM 260, ff° 100v.-102r., 30 mai 1661 ; AOM 260, ff° 124r.-125v., 18 mai 1662 ; AOM 260, ff° 152v.-153v., 13 avril 1663 ; AOM 260, f° 194v., 9 juin 1664 ; AOM 261, ff° 22r.-24r., 7 mai 1665 ; AOM 261, ff° 45r.-46v., 8 mai 1666 ; AOM 261, ff° 68v.-69v., 28 avril 1667 ; AOM 261, ff° 99v.-100v., 2 mai 1668 ; AOM 261, ff° 133v.-134v., 6 mai 1669.

151 AOM 259, f° 45r., 14 mai 1652.

152 AOM 258, ff° 136v.-137v., 3 juin 1648 ; AOM 259, ff° 10r.-10v., 6 juillet 1651 ; AOM 259, ff° 95v.-97r., 24 juin 1654 ; AOM 259, ff° 169r.-170v., 29 avril 1656 ; AOM 260, ff° 34v.-36r., 20 avril 1658 ; AOM 260, ff° 59r.-60r., 23 mai 1659.

153 AOM 260, ff° 124r.-125v., 18 mai 1662.

154 AOM 258, f° 77v., 26 mars 1647 ; AOM 258, ff° 182v.-183v., 15 juin 1649.

155 AOM 259, ff° 10r.-10v., 6 juillet 1651 ; AOM 259, ff° 95v.-97r., 24 juin 1654 ; AOM 261, ff° 108r.-108v., 20 octobre 1668.

156 AOM 258, ff° 136v.-137v., 3 juin 1648 ; AOM 258, ff° 182v.-183v., 15 juin 1649 ; AOM 259, ff° 44v.-46r., 14 mai 1652 ; AOM 259, ff° 169r.-170v., 29 avril 1656 ; AOM 260, ff° 74v.-75v., 8 avril 1660.

157 M. Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ?... », art. cit., p. 375 (ils représentèrent 40 % des corsaires entre 1600 et 1625, puis 36 % durant la période suivante, 1625-1650).

158 Voir Partie II, Chapitre VI.

159 Décompte des courses réalisé dans les séries Libri Bullarum (AOM 471 à 482) et Libri Conciliorum Status (AOM 259 à 261).

160 AOM 258, ff° 84r.-84v., 20 juin 1647.

161 AOM 258, ff° 182v.-183v., 15 juin 1649.

162 AOM 259, ff° 117r.-118r., 15 avril 1655.

163 AOM 260, ff° 34v.-36r., 20 avril 1658.

164 AOM 472, f° 251r., 21 juillet 1647.

165 AOM 473, f° 254r., 9 septembre 1650.

166 AOM 260, f° 87r., 16 octobre 1660.

167 AOM 469, f° 276r., 8 octobre 1641.

168 AOM 469, f° 276r., 8 octobre 1641.

169 AOM 469, f° 255v., 15 novembre 1639.

170 AOM 469, f° 264v., 4 septembre 1640.

171 AOM 470, f° 270r., 16 janvier 1644.

172 AOM 471, f° 267r., 29 juillet 1646.

173 AOM 472, f° 270r., 21 septembre 1648.

174 AOM 474, f° 148r., 16 août 1654.

175 AOM 6526, f° 19v., 8 avril 1656 (quarantaine de la cargaison).

176 AOM 471, f° 267r., 29 juillet 1646.

177 AOM 6526, f° 10r., 21 mai 1655.

178 AOM 481, f° 265v., 3 juin 1668.

179 AOM 481, f° 251r., 25 août 1667.

180 AOM 481, f° 276v., 31 octobre 1668.

181 AOM 481, f° 277r., 31 octobre 1668.

182 AOM 481, f° 265v., 3 juin 1668.

183 AOM 481, f° 265v., 3 juin 1668.

184 AOM 481, f° 277r., 31 octobre 1668.

185 AOM 481, f° 277r., 31 octobre 1668.

186 AOM 481, f° 277r., 31 octobre 1668.

187 AOM 481, f° 277r., 31 octobre 1668.

188 AOM 482, f° 250r., 20 avril 1669.

189 AOM 481, f° 277r., 31 octobre 1668 (Francis Dagliott, Philippe Martin, Louis Audibert, Agostino Fabro, Giorgio Russano et Baldassare Napulone).

190 AOM 261, ff° 109v.-110r., 20 octobre 1668 (rapport au Conseil par le Capitaine général des galères).

191 M. Fontenay, « L’Empire ottoman et le risque corsaire au xviie siècle », in Revue d’Histoire moderne et contemporaine, XXII, avril-juin 1985, p. 188.

192 AOM 260, ff° 31r.-31v., 28 mars 1658.

193 AOM 261, f° 26v., 2 juillet 1665.

194 AOM 261, f° 29r., 3 septembre 1665.

195 AOM 260, ff° 74v.-75r., 8 avril 1660.

196 Voir Partie II, Chapitre VII.

197 M. Fontenay, « L’Empire ottoman et le risque corsaire au xviie siècle », art. cit., p. 195-196.

198 G. Wettinger, Slavery in the Islands of Malta and Gozo... cit., p. 244.

199 AOM 260, ff° 125r.-125v., 18 mai 1662.

200 AOM 260, f° 125v.

201 AOM 6526, f° 64r., 7 mai 1660.

202 AOM 6526, f° 174v., 7 mai 1669.

203 AOM 6526, f° 194v., 15 juillet 1670.

204 AOM 6526, f° 75r., 12 mai 1661.

205 AOM 6526, f° 75r., 15 mai 1661.

206 AOM 6256, f° 87r., 23 mai 1662.

207 AOM 6526, f° 88r., 29 mai 1662.

208 AOM 6526, f° 92r., 1er juin 1662.

209 AOM 6526, f° 139r., 3 avril 1666.

210 Voir la première partie de ce chapitre.

211 M. Greene, Kandiye, 1669-1720... cit., p. 12.

212 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 238.

213 AOM 259, ff° 175r.-175v., 17 juillet 1654.

214 AOM 259, ff° 176v.-178r., 31 juillet 1654.

215 AOM 259, f° 176v.

216 AOM 259, f° 175r.

217 G. Benzoni, « Morire per Creta », in Venezia e Creta... cit., p. 157.

218 AOM 259, f° 176v.

219 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 242.

220 AOM 259, f° 177v.

221 AOM 475, f° 188v., 8 septembre 1656.

222 AOM 259, f° 175v.

223 AOM 259, f° 178r.

224 AOM 259, f° 176v., 31 juillet 1656.

225 AOM 259, f° 178v., 31 juillet 1656.

226 AOM 259, ff° 175v.-176r., 17 juillet 1656.

227 Paolo Piccolomini, Corrispondenza tra la Corte di Roma e l’Inquisitore di Malta durante la guerra di Candia (1645-1669), in Archivio storico italiano, V, tome XLV, 1910, p. 354, Lettre de l’Inquisiteur du 30 septembre 1656.

228 AOM 260, ff° 6r.-6v., 24 mai 1657.

229 AOM 260, ff° 11r.-11v., 18 août 1647.

230 AOM 260, ff° 18r.-18v., 19 septembre 1657.

231 G. Benzoni, « Morire per Creta », art. cit., p. 158.

232 AOM 260, ff° 88r.-88v., 22 octobre 1660.

233 AOM 260, f° 88v.

234 AOM 261, ff° 68v.-69v., 28 avril 1667.

235 P. Piccolomini, Corrispondenza tra la Corte di Roma e l’Inquisitore di Malta..., in Archivio storico italiano, V, tome XLV, 1912, p. 44, Lettre de l’Inquisiteur du 13 août 1667 (à partir d’un rapport expédié par le Capitaine général des galères à l’Ordre).

236 AOM 261, ff° 81r.-84r., 22 octobre 1667.

237 AOM 261, f° 83r.

238 AOM 261, ff° 93v.-94r., 11 février 1668.

239 AOM 261, ff° 99v.-100v., 2 mai 1668.

240 AOM 261, ff° 102v.-103v., 14 août 1668.

241 AOM 261, ff° 109r.-111v., 20 octobre 1668 (rapport au Conseil par le Capitaine général des galères).

242 AOM 261, ff° 109v.-110r.

243 AOM 261, f° 111r.

244 AOM 261, f° 111v.

245 AOM 261, f° 108r., 20 octobre 1668.

246 AOM 261, f° 108v.

247 AOM 261, ff° 121v.-122r., 12 janvier 1669.

248 G. Galasso (dir.), Storia d’Italia. La Repubblica di Venezia nell’età moderna... cit., p. 126.

249 Charles Gérin, « Le pape Clément IX et l’expédition des Français à Candie en 1669 », in Revue des questions historiques, Paris, 1879, p. 24.

250 C. Gérin, « Le pape Clément IX... », art. cit., p. 25.

251 AOM 261, f° 124r., 4 février 1669.

252 AOM 261, ff° 133v.-134r., 6 mai 1669.

253 AOM 261, ff° 153r.-154r., 17 octobre 1669 (rapport du Capitaine général des galères au Conseil).

254 AOM 261, ff° 154v.-155r., 13 octobre 1669.

255 C. Gérin, « Le pape Clément IX... », art. cit., p. 42.

256 C. Gérin, « Le pape Clément IX... », art. cit., p. 54.

257 AOM 261, f° 155v.

258 AOM 261, f° 155v.

259 G. Galasso (dir.), Storia d’Italia. La Repubblica di Venezia nell’età moderna... cit., p. 127.

260 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 244.

261 AOM 261, ff° 154v.-155v., 13 octobre 1669.

262 AOM 261, f° 144r., 23 juin 1669.

263 AOM 258, ff° 199r.-199v., 8 octobre 1649.

264 AOM 258, f° 199r., 8 octobre 1649.

265 AOM 259, ff° 36v.-37r., 9 août 1652.

266 AOM 259, ff° 38r.-38v., 21 août 1652.

267 AOM 259, ff° 78r.-78v., 15 septembre 1653.

268 AOM 259, f° 131v., 13 septembre 1655.

269 AOM 259, f° 126v., 13 août 1655.

270 AOM 260, f° 6r., 15 mai 1657.

271 AOM 260, ff° 74v.-75r., 8 avril 1660.

272 AOM 260, ff° 127v.-128v., 26 mai 1662.

273 Mongi Smida, Aux origines du commerce français en Tunisie. Les traités capitulaires, Sud Editions, Tunis, 2001, p. 26.

274 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 245-246.

275 M. Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ?... », art. cit., p. 375.

276 AOM 259, f° 176v., 31 juillet 1656.

277 AOM 259, f° 179r., 2 août 1656.

278 AOM 260, ff° 18r.-18v., 19 septembre 1657.

279 AOM 261, ff° 27r.-27v., 28 juillet 1665.

280 AOM 261, f° 27r.

281 Lucio Maiorano, Matteo Perez d’Aleccio, pittore ufficiale del Grande Assedio di Malta, Alezio, 2000, p. 36-40 et p. 54.

282 AOM 102, f° 78r., 27 juillet 1607.

283 AOM 103, f° 21v., 9 octobre 1608 (Caravage s’est évadé du fort Saint-Ange où il était prisonnier le 6 octobre 1608).

284 Dominique Ponnau, « Caravage à Malte », in Le Monde de la Bible, numéro spécial Malte et ses chevaliers, n° 152, juillet-août 2003, p. 47-51.

285 Dominic Cutajar, L’Église de Saint-Jean, La Valette, Malte, 1999, p. 9.

286 John Gash, « Painting and Sculpture in Early Modern Malta », in V. Mallia Milanes (dir.), Hospitaller Malta... cit., p. 557.

287 AOM 261, ff° 16v.-17 r., 3 mars 1665.

288 AOM 261, f° 29v., 11 septembre 1665.

289 AOM 261, ff° 43r.-43v., 7 avril 1666.

290 AOM 261, f° 43v., 7 avril 1666.

291 AOM 261, f° 43r., 7 avril 1666.

292 AOM 261, f° 43v.

Table des illustrations

Légende Document 6 – Les fortifications de la Santa Margherita et de la Cotonera.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/130/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Carte 10 – Les fortifications littorales (1635-1660).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/130/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Tableau 14. LES PATENTES DE COURSE PRIVÉE À MALTE (1635-1675)
Légende Source : AOM 465 à 482 et AOM 256 à 261
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/130/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Graphique 4 – L’évolution des départs en course privée (1635-1675).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/130/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Pl. III
Légende La reconnaissance divine de l’Ordre – Église de Saint-Jean, La Valette.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/130/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 592k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540