Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique au naturel

 | 
Fabrice D’Almeida

Illustrations

Texte intégral

Fig. 1 – Fiche d’identité du baron de Plazanet avec ses deux illustrations, gravure et photographie, extraite du Relevé des Députés, IVe législature, 1889.

Fig. 2 et 3 – Deux portraits de Xavier Vallat en 1919 et 1936. Sur la première, la pose de profil permet de masquer l’œil borgne, grâce à une lentille opaque qui évoque un monocle. En 1936, les profils se raréfient et le député préfère une pose de face, accentuant la perte de son œil. Un indice du retour de la culture d’ancien combattant dans les années 1930. Extraits des Notices et portraits.

Fig. 4 – Tirée des Notices et portraits de 1932, la photographie de Pierre Mendès-France montre que les députés sont aussi sensibles aux modes. Les cheveux gominés et la moustache sont caractéristiques de la période.

Fig. 5 – Ludovic-Oscar Frossard portant ses lunettes pour les Notices et portraits de 1936.
À noter la pose de profil, peu répandue à l’époque.

Fig. 6 et 7 – Dessins extraits du livre d’Arrighi (Cletto), I 450 Deputati…, premier recueil illustré de notices des parlementaires du royaume d’Italie. Le général Cuchiarri (fig. 6) est un des rares députés représentés en uniforme, entouré de fumée de poudre à canon. Les généraux préfèrent le vêtement civil dans les chambres d’avant le Première Guerre mondiale. La posture du polémiste Guerazzi (fig. 7) renvoie à l’intellectualité, avec le coude appuyé sur un livre. À noter l’usage de caractères particuliers pour écrire son nom, avec des pointes qui donnent une allure méphistophélique.

Fig. 8 et 9 – Recto et verso de la carte d’accès à Montecitorio pour les anciens parlementaires. Elle est l’objet de petites intrigues, car elle permet de rester en contact avec le milieu politique et de profiter des facilités de la buvette et de la bibliothèque.

Fig. 10 à 13 – Illustrations d’articles issus des journaux municipaux Milano (fig. 10 et 11) et Napoli (fig. 12 et 13). La famille royale est très présente dans l’imagerie de la période fasciste. La princesse de Piémont (fig. 10), épouse du prince héritier, représente une vision séductrice, tandis que le roi Victor Emmanuel III (fig. 11), véritable symbole du régime avec Mussolini, garde un maintien digne et grave ; il privilégie le port de l’uniforme. La naissance de la princesse Maria Pia, fille du prince et de la princesse de Piémont, est largement fêtée par la presse qui présente son berceau solennel, tel un trône.

Fig 14 a, b et c – Mussolini reproduit lui aussi sur les journaux Capitolium et Milano (a et b). Dans les années 1930, les prises de face se multiplient, alors qu’en 1924 sa photographie officielle le montrait de profil, regardant vers le bas, comme s’il méditait sur une vérité profonde (c).

Fig. 15 – Les portraits assis se raréfient dans les années 1930, quand le Duce a moins besoin « d’asseoir » son image d’homme d’État.

Fig. 16 – Italo Balbo dans Milano. L’exploit aéronautique de Balbo lui vaut une place différente de celle des autres hiérarques, surtout visibles lors des cérémonies usuelles du régime fasciste.

Figures de sourire de personnalités politiques actuelles. Portraits officiels de députés italiens : Fausto Bertinotti (17), Silvio Berlusconi (18), Gianfranco Fini (19), Wladimiro Guadagno dit Vladimir Luxuria (20), Alessandra Mussolini (21), Anna Finocchiaro (22). À noter que Berlusconi conserve le même cliché depuis 1994. Vladimir Luxuria fait partie de ces parlementaires chocs, qui telle la Cicciolina ont donné à la Chambre des députés italienne une attraction médiatique pour d’autres motifs que strictement partisans. Leur présence justifie les écarts et les saillances émotionnelles où s’illustrent des élus, à l’instar d’Alessandra Mussolini, connue pour son franc-parler. Gianfranco Fini use d’un sourire plus sobre sur sa photographie officielle que sur ses affiches électorales. Un indice du décalage entre les habitudes institutionnelles et les attitudes médiatiques.

Des portraits officiels de personnalités politiques françaises en 2007. Les députés Bernard Accoyer (23), Christine Boutin (24), Nadine Morano (25), Jack Lang (26) et les sénatrices Lucette Michaux-Chevry (27), Alima Boumediene-Thiery (28). Le classicisme des mises en scène et des vêtements maintient une allure bourgeoise à la représentation élective. Les sourires et les coupes de cheveux introduisent de la variété dans un univers de conformisme esthétique. Jack Lang a renoncé depuis longtemps au col mao.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Fiche d’identité du baron de Plazanet avec ses deux illustrations, gravure et photographie, extraite du Relevé des Députés, IVe législature, 1889.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1298/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,0M
Légende Fig. 2 et 3 – Deux portraits de Xavier Vallat en 1919 et 1936. Sur la première, la pose de profil permet de masquer l’œil borgne, grâce à une lentille opaque qui évoque un monocle. En 1936, les profils se raréfient et le député préfère une pose de face, accentuant la perte de son œil. Un indice du retour de la culture d’ancien combattant dans les années 1930. Extraits des Notices et portraits.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1298/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende Fig. 4 – Tirée des Notices et portraits de 1932, la photographie de Pierre Mendès-France montre que les députés sont aussi sensibles aux modes. Les cheveux gominés et la moustache sont caractéristiques de la période.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1298/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 5 – Ludovic-Oscar Frossard portant ses lunettes pour les Notices et portraits de 1936.À noter la pose de profil, peu répandue à l’époque.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1298/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 6 et 7 – Dessins extraits du livre d’Arrighi (Cletto), I 450 Deputati…, premier recueil illustré de notices des parlementaires du royaume d’Italie. Le général Cuchiarri (fig. 6) est un des rares députés représentés en uniforme, entouré de fumée de poudre à canon. Les généraux préfèrent le vêtement civil dans les chambres d’avant le Première Guerre mondiale. La posture du polémiste Guerazzi (fig. 7) renvoie à l’intellectualité, avec le coude appuyé sur un livre. À noter l’usage de caractères particuliers pour écrire son nom, avec des pointes qui donnent une allure méphistophélique.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1298/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 6,6M
Légende Fig. 8 et 9 – Recto et verso de la carte d’accès à Montecitorio pour les anciens parlementaires. Elle est l’objet de petites intrigues, car elle permet de rester en contact avec le milieu politique et de profiter des facilités de la buvette et de la bibliothèque.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1298/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 5,1M
Légende Fig. 10 à 13 – Illustrations d’articles issus des journaux municipaux Milano (fig. 10 et 11) et Napoli (fig. 12 et 13). La famille royale est très présente dans l’imagerie de la période fasciste. La princesse de Piémont (fig. 10), épouse du prince héritier, représente une vision séductrice, tandis que le roi Victor Emmanuel III (fig. 11), véritable symbole du régime avec Mussolini, garde un maintien digne et grave ; il privilégie le port de l’uniforme. La naissance de la princesse Maria Pia, fille du prince et de la princesse de Piémont, est largement fêtée par la presse qui présente son berceau solennel, tel un trône.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1298/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 718k
Légende Fig 14 a, b et c – Mussolini reproduit lui aussi sur les journaux Capitolium et Milano (a et b). Dans les années 1930, les prises de face se multiplient, alors qu’en 1924 sa photographie officielle le montrait de profil, regardant vers le bas, comme s’il méditait sur une vérité profonde (c).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1298/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende Fig. 15 – Les portraits assis se raréfient dans les années 1930, quand le Duce a moins besoin « d’asseoir » son image d’homme d’État.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1298/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 16 – Italo Balbo dans Milano. L’exploit aéronautique de Balbo lui vaut une place différente de celle des autres hiérarques, surtout visibles lors des cérémonies usuelles du régime fasciste.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1298/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Figures de sourire de personnalités politiques actuelles. Portraits officiels de députés italiens : Fausto Bertinotti (17), Silvio Berlusconi (18), Gianfranco Fini (19), Wladimiro Guadagno dit Vladimir Luxuria (20), Alessandra Mussolini (21), Anna Finocchiaro (22). À noter que Berlusconi conserve le même cliché depuis 1994. Vladimir Luxuria fait partie de ces parlementaires chocs, qui telle la Cicciolina ont donné à la Chambre des députés italienne une attraction médiatique pour d’autres motifs que strictement partisans. Leur présence justifie les écarts et les saillances émotionnelles où s’illustrent des élus, à l’instar d’Alessandra Mussolini, connue pour son franc-parler. Gianfranco Fini use d’un sourire plus sobre sur sa photographie officielle que sur ses affiches électorales. Un indice du décalage entre les habitudes institutionnelles et les attitudes médiatiques.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1298/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Des portraits officiels de personnalités politiques françaises en 2007. Les députés Bernard Accoyer (23), Christine Boutin (24), Nadine Morano (25), Jack Lang (26) et les sénatrices Lucette Michaux-Chevry (27), Alima Boumediene-Thiery (28). Le classicisme des mises en scène et des vêtements maintient une allure bourgeoise à la représentation élective. Les sourires et les coupes de cheveux introduisent de la variété dans un univers de conformisme esthétique. Jack Lang a renoncé depuis longtemps au col mao.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1298/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540