Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique au naturel

 | 
Fabrice D’Almeida

Sources

Texte intégral

1– SOURCES ÉCRITES

Les sources écrites ont permis de comprendre les procédures de création des images et d’aborder la question des protocoles.

Ao) Archives

Archives publiques

Ce sont pour l’essentiel les archives parlementaires qui nous ont aidé à reconstituer le parcours des images identitaires ainsi que les changements de fonction de l’image dans la politique officielle et rituelle.

L’Archivio della Camera dei deputati

Nous avons repéré des dossiers évoquant les séances officielles comme par exemple : Archivio della Camera dei deputati, b. 177, fasc. 1784, sottofasc. 9, Processo verbale della seduta reale dell’11 agosto 1900. La série b 177 contient d’autres documents utiles pour la perception des habitudes de la Chambre en séance. Nous avons ensuite étudié la place des images identitaires, en particulier sous l’administration fasciste : Archivio della Camera dei deputati, Permessi d’ingresso ad ex Deputati 1929-1934, pratiche dall’A alla L delle tessere rilasciate dal Io gennaio 1930 al Io gennaio 1934, dossier Arrighoni Degli Oddi. Ce dernier fonds contenait des demandes de personnalités tout à fait intéressantes et pourrait servir à qui voudrait analyser la fonction de la Chambre dans cette période. Pour comparer avec la France, nous avons utilisé les fiches personnelles : Archivio della Camera dei deputati, Rome, Schede anagrafiche, 1913. Les autres séries dans lesquelles nous avons puisé sont les suivantes : buste 139, 145, 146, 156, 177, 183. Signalons les buste 1-2 (archivio storico, questura), 20 (sur le déménagement à Florence en 1864), 21 (le déménagement à Rome, cette fois).

Les archives de l’Assembleé nationale

L’organisation des services de l’Assemblée est telle que le service des archives ne contient pas forcément les pièces les plus importantes. En fait, il rassemble de nombreux imprimés alors que les archives de la questure, pour ne citer qu’elles, possèdent tous les documents relatifs au fonctionnement interne. Toutefois, une pièce importante est aux archives. Il s’agit des ancêtres du trombinoscope. Leur titre est : « Relevé des députés élus au cours de la législature indiquant leur état civil et leurs qualités ». Ces documents couvrent la période 1873-1906 à raison d’un relevé par législature. Ce sont deux ou trois volumes classés alphabétiquement. L’autre source que nous souhaitons un jour étudier systématiquement est faite des comptes-rendus des décisions du bureau de l’Assemblée. Nous avons ici seulement cherchéà comprendre quelques décisions de la Chambre. Voir Procès verbaux des délibérations du bureau, Chambre des députés, secrétariat général de la Présidence, manuscrit, un volume couvre en général une période de cinq ans.

Archives privées

L’usage des archives privées écrites a surtout servi dans ce travail à mettre en évidence le fonctionnement de la notion de propagande dans l’univers politique. Nous avons donc dépouillé les archives des secteurs « propagande » des grands partis de l’après-guerre jusqu’aux années 1970. Ces fonds étaient partagés entre :

La Fondation nationale des sciences politiques (CHEVS).

Les séries suivantes correspondant à des forces partisanes : AP, FNSP, MRPS pour le MRP ; AP, FNSP, RA pour le Parti radical.

L’Institut Charles de Gaulle

Nous avons pu y dépouiller les fonds du RPF en matière de propagande BK, de grands ressemblements, de mouvements de jeunesse BJ, le fonds BO région parisienne dans lequel la propagande tient une large place. En outre, la collection des journaux du RPF est disponible sur place et rend de grands services pour comprendre ce mouvement.

OURS

Les archives de l’OURS sont dépositaires des fonds de la SFIO. Nous avons privilégié quelques documents du fonds propagande et du fonds Guy Mollet, notamment pour aborder la question des finances partisanes. Les documents préparatoires des congrès et les sténographies contiennent par ailleurs des rapports détaillés sur les opérations de propagande même s’ils ne rendent compte que des opérations nationales.

Parti communiste français

Nous avons travaillé au service de documentation et à l’Institut d’étude marxiste. Nous avons pour l’essentiel trouvé des publications rares et notamment les versions clandestines de L’humanité pendant la Seconde Guerre mondiale.

Bo) Livres

Nous n’avons retenu ici que les ouvrages cités comme sources dans ce travail. Mais la littérature politicienne sur le comportement, la propagande, les rituels va au-delà. J’ai, par exemple, omis de citer dans le texte un livre aussi éclairant que La Rocque (Lt Colonel), Service public, Paris, Grasset, 1934, 272 p. Il en va de même de nombre de livres de dirigeants politiques que je n’ai pas exploités dans la rédaction pour ne pas alourdir le volume mais qui ont largement inspiré ce travail.

Angelie (Claude), Mesnier (Stéphanie), Chirac Père & fille, Paris, Grasset, 2000, 161 p.

Botton-Noir (Anne-Valérie), Il vaut mieux perdre sa fille que les élections, Flammarion, 2001, 200 p.

Burel (Paul), Tatu (Natacha), Martine Aubry – Enquête sur une énigme politique, Paris, Calmann-Lévy, 1997, 272 p.

Chopine (Paul), Six ans chez les Croix-de-feu, Paris, Gallimard, 1935.

Gencé (Comtesse de), Savoir-vivre et nouveaux usages mondains, Paris, Albin Michel, éd. 1935, 436 p.

Giscard d’Estaing (Valéry), Le pouvoir et la vie, Paris, Compagnie 12, 1994-1998, 2 vol.

Guigou (Elisabeth), Être femme en politique, Paris, Plon, 1997.

Herrenschmidt (Noëlle), Poupard (Paul), Carnets du Vatican, Paris, Albin Michel, 1999, np.

Hitler (Adolf), Mein Kampf – Mon combat, Paris, Nouvelles éditions latines, éd. 1979.

Hoog (Georges), Le Sillon à Rome 8-12 septembre 1904, Paris, Le Sillon, 1904, 44 p.

Leclercq (Florent), Sauvage (Pascale), Paris à tout prix – Histoire secrète d’une élection, Paris, Le Seuil, 2001, 295 p.

Hearn (Lafcadio), « Le sourire japonais », Revue de Paris, 15 juillet 1900, p. 431-438.

L’école élémentaire du Parti communiste français, Paris, PCF, 8 leçons, 19441945, 9 vol.

L’école élémentaire du PCF, Section nationale d’éducation du PCF, 1936, 24 p.

Lussu (Emilio), Lettere (1930-1937), Rome, Quaderni della FIAP, [1975], 100 p.

Montanelli (Indro), Spadolini presidente, sl, supplément à Rassegna repubblicana, no 6, 6-6-83, 96 p.

Sarti (Telesforo), Il parlamento italiano nel cinquantenario dello Statuto – Profili e cenni biografici di tutti senatori e deputati vincenti, Rome, Tip. agostiniana, 1898, 592 p.

Séguéla (Jacques), Ne dites pas à ma mère que je suis dans la publicité... elle me croit pianiste dans un bordel, Paris, Flammarion, 1979, 273 p.

Sorel (Georges), Réflexions sur la violence, Paris, Rivière, éd. 1930, 458 p. Tocqueville (Alexis de), De la démocratie en Amérique, Paris, Folio, éd. 1997, 2 vol.

Co) Autres imprimés

La presse écrite a fait l’objet de sondages pour évaluer l’espace accordé à des rencontres ou des événements insolites telle l’étrange confrontation entre femmes politiques sur un plateau de la télévision publique italienne : Longo (Alessandra), « Alessandra la dura : ‘Mi ha aggredito per il nome che ho’ », La Repubblica, 31 janvier 2001 ou Serra (Michele), « La ministra sul ring di Vespa », La Repubblica, 31 janvier 2001. J’ai surtout utilisé des quotidiens d’information générale : Le monde, Le figaro, Libération, La Repubblica, Il corriere della sera. Deux quotidiens régionaux ont fait l’objet de sondages : Il messagero de Rome et Le Parisien.

2 – SOURCES PHOTOGRAPHIQUES

Elles sont l’armature de ce travail. Nous avons distingué selon les lieux de conservation et de diffusion. Ici sont regroupées les grandes séries à partir desquelles nous avons réalisé des comptages pour estimer la place relative des comportements dans un contexte donné.

Ao) Archives photographiques

La notion d’archives photographiques reflète le changement de statut de la photographie qui naguère avait un côté expérimental et aujourd’hui a acquis la légitimité des vieux papiers à mettre à l’écart. Toutefois, il faut souligner que, contrairement aux documents écrits, les photographies tardent à être inventoriées et sont souvent considérées par les archivistes comme des éléments secondaires, au point que parfois ils négligent même de les inventorier. Les agences photo ont l’avantage d’avoir une organisation efficace pour rentabiliser ce qui est leur fonds de commerce. D’ou` leur réticence face au chercheur qui ne paye pas. L’AFP, elle, s’est montré d’une coopération remarquable, alors même qu’elle possède un des fonds les plus riches.

Archives d’agences

Le fonds manuel de l’AFP a été exploité dans tous les domaines thématiques relatifs à la politique en France et en Italie. Plus on avance dans le temps, plus ils sont étoffés :

  • avant 1945, boîtes élections, gouvernements, politique, manifestation pour l’Italie et aussi le fonds Vatican et le fonds sur les villes (idem pour l’Allemagne).
  • 1945-1978, boîtes élections, gouvernement, Assemblée nationale, manifestations, armée.
  • 1978-1985, le classement change et l’on se trouve désormais en présence de fiches correspondant à des reportages. L’inventaire papier permet de sélectionner à partir d’un descriptif ce que l’on cherche.
  • 1985, les reportages sont en accès direct avec classement chronologique. Nous avons pris les séries gouvernement, élections, Assemblée, nationales, partis et mouvements politiques, syndicats, manifestation.

Dans ces dossiers manuels il faut préciser l’importance des dossiers biographiques que nous avons seulement sondé, en particulier pour chercher des images en provenance d’Italie. Sur l’Italie d’ailleurs l’AFP reçoit des services de l’ANSA. Il existe plusieurs boıˆtes concernant la vie italienne depuis la Seconde Guerre mondiale et des reportages classés comme ceux de la France.

Ponctuellement, nous avons pu voir des clichés chez Roger-Viollet, Keystone et Magnum. Dans cette dernière agence, il existe des clichés remarquables, parfois décalés, sur les personnalités politiques. Mais les fonds sont plus riches sur d’autres sujets, en particulier sur les guerres.

Archives privées

L’opportunité nous a été donnée de dépouiller les archives photographiques possédées par des fonds non spécialisés. Ce sont des lieux de conservation plus ou moins excentriques.

En Italie :

AP fondation Kuliscioff, Milan.

AP fondation Polotti, Milan.

Ces deux fondations forment un seul lieu et rassemble la collection de Polotti qui avait créé la fondation Kuliscioff. Nous avons trouvé des collections de photographies classées dans un meuble gris avec des images de socialistes et d’autres partis. Une collection de photographies de groupe de fascistes est réunie dans un épais album marron et donne la mesure du caractère rituel des destructions de Maisons du peuple. S’y ajoutent aussi des séries illustrées et des couvertures de livre, sans omettre quelques beaux portraits muraux dont un d’Anna Kuliscioff.

Raccoltà Bertarelli, Milan : cette collection privée se trouve aujourd’hui dans le Castello sforzesco. Nous avons dépouillé les ensembles suivants, dans lesquels se trouvent des illustrations photographiques :

Cartoline commemorative,

Volantini pubblicità, propaganda

Volantini politico-sociale

Istituto Luigi Sturzo, Rome : dans ce sanctuaire démocrate chrétien, toutes les collections utiles n’ont pas été inventoriées. C’est donc grâce à son administratrice, Madame Nardini, que nous avons pu accéder à ces documents presque clandestins :

Fonds Gronchi. Il est composé de documents bruts telle une boîte de photographies électorales, une valise de films... et surtout des albums, cadeaux protocolaires pour les visites officielles de l’ancien chef d’État. La liste de ces albums, généralement non paginés et reliés sommairement, est la suivante :

Bonn 6-9 XII 1956, snlnd, np.

Elezione del Presidente della Repubblica, Roma, Repubblica italiana, 1955, np.

Giuramento del Presidente della repubblica, Roma, Repubblica italiana, 1955, np.

Visit to the United States of America, [1956], np.

Omaggio di Robert F. Wagner Mayor of New York City march 14 1956, New York, 1956, np.

Offerto dal Segretario generale delle nazione unite, mars 1956, np.

All’Exmo senor Presidente de la Republica de Italia Profesor Giovanni Gronchi recuerdo de su visita a la Republica Argentina dal 10 al 17 de abril de 1961, don de Arturo Fonfizi président de la République d’Argentine, np.

Visit of his Excellency Giovanni Gronchi president of the Italian Republic to the United States of America february-march 1956, imprimé, Washington, np. « from his good friend Dwight Eisenhower [signature manuscrite] ».

Biblioteca di Storia moderna e contemporanea, Rome, outre les photographies murales citées dans le texte, la bibliothèque conserve une collection de photographies anciennes et quelques plaques de verre.

En France :

AP, FNSP, nous avons dépouillé les fonds photographiques liés aux archives de diverses personnalités politiques : Blum, La Rocque, Monerville, Parodi, Sainteny. Les plus utiles ont été les fonds Blum, La Rocque et Monerville.

AP, institut Marc Sangnier : le fonds photographique est réparti entre des cartons comprenant des enveloppes et des photographies en vrac, des plaques de verre qui ont été tirées et dont les copies forment un album et deux séries d’albums classés chronologiquement. Le bâtiment lui-même est décoré de photos anciennes et mérite une visite.

OURS : parmi les fonds d’archives se trouvent de nombreuses séries photographiques sur l’entre-deux-guerres et les années 1950. Le fonds Jean Biondi contient un dossier sur le Front populaire avec des pochettes de photos. Par ailleurs, il existe un fonds photo qui provient de la documentation du Populaire. Il est composé de tirages papier parfois en provenance d’agences ou d’institutions, notamment des partis socialistes étrangers. Il est classé par ordre alphabétique, ce qui facilite l’identification de personnalités sur les images.

Bo) Séries photographiques imprimées

Publications institutionnelles

France

Ces grandes séries sont d’abord les fameux Notices et portraits que nous avons consultés au service des archives de l’Assemblée nationale. Le premier est :

Résumé général des travaux législatifs de la Chambre des députés depuis la mise en vigueur des lois constitutionnelles de 1875 jusqu’à la réunion de la neuvième législature (du 8 mars 1876 au 31 mai 1906), Paris, Imprimerie de la Chambre des députés, 1908, 1257 p.

Nous avons dépouillé toute la série depuis cet aïeul. De là proviennent la plupart de nos statistiques. Nous avons comparé avec certains trombinoscopes du Sénat, dont le premier :

Sénat – Notices et portraits, Paris, Moreau-frères, 1910, np.

Toujours à l’Assemblée nationale, mais à la bibliothèque cette fois, nous avons étudié la collection Barodet en particulier depuis qu’elle se compose de fac-similés des tracts (1978).

L’Assemblée a publié des hommages illustrés :

Pierre Mendès France, Paris, Assemblée nationale, 1994 38 p.

André Malraux et le Parlement, Paris, Assemblée nationale, 1996, 24 p.

Georges Pompidou 1911-1974, Paris, Assemblée nationale, 1994, 32 p.

Michel Debré 1912-1996, Paris, Assemblée nationale, 1997, 32 p.

Une publication officielle mise à jour à chaque événement la concernant, Les portraits des chefs d’État, La documentation française, sd, np, présente l’ensemble des portraits officiels depuis le début de la République.

Ala ville de Paris, il existe des albums de visites mais ce ne sont pas à proprement parler des séries. Voir par exemple, Relation officielle du voyage et des réceptions des délégués de la ville de Turin à Paris et des délégués du Conseil municipal de Paris à Rome, Florence et Turin, Paris, Imprimerie nationale, 1913, 546 p.

Italie

Quelques publications occasionnelles fournissent des reportages photographiques importants pour le sens de la période :

Documentazione fotografica delle piu` importante opere di trasformazione edilizia e di sistemazione archeologica volute dal Duce per il maggiore splendore di Roma, Rome, Governatore di Roma, Ufficio propaganda, gennaio-marzo XVI – 1938, 128 p.

Mais l’essentiel se trouve à la bibliothèque de la Chambre des députés de Rome ou` sont réunis tous les Notices et portraits depuis la création du Parlement. Outre les publications privées étudiées plus loin sont conservées celles de la Chambre. Depuis les années 1960, il existe un Elenco dei deputati.

I deputati della IV legislatura, Roma, Camera dei deputati, segretariato generale, servizio prerogative e immunità, 15 gennaio 1966, np. Et son nom a changé depuis les années 1980 ou` il est devenu l’Elenco fotografico dei deputati.

Vient ensuite un produit ré alisé par une entreprise privé e sur commande de la Chambre des députés :

Il parlamento italiano, Milan, Nuova CEI-Camera dei deputati, 19881993, 22 vol.

Cette série contient environ 10 000 illustrations, sur la vie politique depuis les débuts du parlement d’Italie. La sélection inclut des fonds privés très nombreux, dont la liste est donnée en fin de volume. Cet ensemble a été pour nous une mine documentaire.

Initiatives privées et livres d’images

Almanachi

En Italie, les partis politiques ont longtemps publié des almanachs richement illustrés. C’est le cas des partis communistes et socialistes pour lesquels cette source fut précieuse tant pour la fin du siècle que pour les années 1970-1980 ou` ils connurent une période faste.

Plusieurs publications fondamentales pour ce travail sont dues à des entreprises éditoriales privées. D’abord les publications comme :

  • Gli Eletti alla rappresentazione nazionale per la XXII Legislatura, Rome, sne, 1906, 388 p.

Puis celles des frères Treves :

  • 26 ottobre-2 novembre 1913 – Le prime al suffragio universale – Biografie e ritratti, Milan, Fratelli Treves, 1914, 520 p.
  • I 535 deputati al parlamento per la XXVII legislatura – Elezioni generali del 6 aprile 1924 col collegio unico nazionale e 15 circoscrizioni elettorali (legge elettorale politica testo unico 31 dicembre 1923 no 2694) – Biografie e ritratti, Milan, Fratelli Treves, 1924, 547 p.

Après la Seconde Guerre mondiale, La Navicella remplit la même fonction semi-officielle. Voir par exemple :

  • La consulta nazionale – I deputati alla Costituente, Roma, La Navicella, [ristampa 1946].

À ces publications directement liées à l’activité de partis ou d’institutions, il faut ajouter quelques livres très illustrés :

Alfred Oberkirchs 1876-1947 – Un médecin alsacien dans la tourmente politique, Mulhouse, Société savante d’Alsace et des régions de l’Est, 1990, 80 p.

Branca (É ric), De Gaulle, Paris, éd. Molière, 2000.

Cartier (Raymond), La Seconde Guerre mondiale, Paris, Larousse-Paris-Match, 1962, 2 vol.

Hanoteaux (Gabriel), Histoire de la guerre de 1914, Paris, Gounouilhoux, 1914-1920, 16 vol.

Hommage à André Boulloche, Montbéliard, Revue municipale, no spécial, mars 1979, 143 p.

Il cuore d’Italia, Rome, A. Libman & Co., sd, np. [30 f.]

Nizza (Enzo) éd., Autobiografia del fascismo, Milan, La Pietra, 1962.

Je passe sur quantité de livres d’histoire illustrés dont certains figurent dans la bibliographie et sur les magazines d’histoire qui proposent des illustrations de qualité et qu’il m’est arrivé de feuilleter plus que de dépouiller :

Histoire, Historia, Clés pour l’histoire en France et Storia e dossier pour citer les principaux.

Extraordinaires sont certaines encyclopédies historiques comme le Journal de la France des éditions Historia-Tallandier, qui en 12 volumes propose une chronique de l’histoire de France jusqu’aux années 1960. S’y ajoute le Journal de la guerre en 8 volumes.

Co) Fonds numériques

Nous avons bénéficié de l’existence de fonds d’images numérisés, parfois consultables par Internet comme l’AFP et la petite partie des images numériques de Roger-Viollet. La base de données de Corbis est un immense réservoir de consultation commode mais lente. Pour l’ANSA, nous n’avons pu faire la consultation que sur place. Quelques chiffres pour faire comprendre la difficulté de travailler des corpus d’images à croissance exponentielle dans le temps, en comptant le nombre de clichés disponibles pour quelques présidents italiens : Einaudi (16), Cossiga (243), Scalfaro (5210), Ciampi moins d’un an après son élection (3573). Sur le site de la RAI, la documentation politique peut être complétée par des photographies de plateau et des images d’acteurs et de chanteurs.

3 – PÉRIODIQUES, PRESSE ILLUSTRÉE ET SOURCES GRAPHIQUES

Ao) Les journaux municipaux

Le choix de tester une dimension locale dans la réflexion nous a conduit à suivre des magazines municipaux.

En Italie

Ils ont couvert pour l’essentiel la période de l’entre-deux-guerres et leur lecture nous a conduit àréévaluer la place du roi dans le fascisme dont il fut indéniablement une figure de proue. Il perdit ainsi la monarchie en pensant faire survivre à travers sa personne les feux de la royauté.

Nous avons cité dans Capitolium les articles illustrés suivants :

« Al Fiume », Capitolium, juillet 1939, p. 343-352.

« La festa della scuola », Capitolium, octobre 1937, p. 553

Clementi (Filippo), « Prospero Colonna », Capitolium, septembre 1937, p. 461-468.

Cremonesi (Filippo), « Victor Emmanuele III », Capitolium, 1926-1927, p. 78.

Forni (Mario), « Trionfo di giovinezza », Capitolium, 1933, p. 473-476.

Giglioli (G. Q.), « Piero Colonna e il suo amore per Roma monumentale », Capitolium, août 1937, p. 365-370.

Mariani (Valerio), « Una scuola di danze classiche a Roma », Capitolium, 1928-1929, p. 255-261 et les autres scènes de groupe p. 258-259.

Mulè (F. P.), « La parola al piccone », Capitolium, octobre 1934, p. 465-468.

Ricci (Raffaello), « Le colonie climatiche », Capitolium, 1927-1928, p. 581-594.

Sartorio (Marga), « Tutta l’Italia presente », Capitolium, 1930, p. 56-69.

Serafini (I.), « La scuola aperta Rosa Mussolini », Capitolium, 1929, p. 587.

Dans Milano

« 1000 avangardisti di Milano al campo Dux di via Duillio », Milano, septembre 1933, p. 422-423.

« Il ‘Cambio della guardia’ a Palazzo del Governo », Milano, juin 1935, p. 336.

Cappellini (Arnaldo), « Il primo convegno di politica estera a Milano – L’attività dell’istituto per gli studi di politica internazionale », Milano, octobre 1936, p. 339-342.

Grasselli (Generale Ettore), « L’anima guerriera di Milano », Milano, mai 1938, p. 193-201.

Marini (Gianfranco), « Gli asili infantile di Milano », Milano, juillet 1928, p. 39-45.

Mazzucato (Piero), « Fotografi sconosciuti della città non conosciuta », Milano, janvier-février 1936, p. 10-17.

Pasetti (Aldo), « 28 ottobre 1922-28 ottobre 1934 – Le giornate milanesi della rivoluzione fascista », Milano, octobre 1934, p. 497-502.

Passetti (Aldo), « Il XII annuale dell’occupazione di Palazzo marino », Milano, 1934, p. 367-369.

Signa, « La scala a Monaco ed a Berlino – Cronaca di una serie di trionfi », Milano, juin 1937, p. 287-296.

Dans Napoli

« Curiosità storiche – Il canavale del 1876 », Napoli, janvier 1929, p. 31-34.

« Curiosità storiche – Maria Cristina di Savoia – La Santa », Napoli, février 1929, p. 27-28.

« I Napoletani accademici d’Italia », Napoli, mars 1929, p. 32 sq.

« La prima mostra agricola – Il grande successo », Napoli, juillet-août 1933, p. LXXXIII sq.

« Le colonie montagne e marine allestite dalla federazione fascista », Napoli, juillet 1931, p. 31 sq.

En France, l’essentiel des journaux municipaux ont pris une importance dans la mise en scène du personnel politique dans les années 1960 et 1980. Jusqu’alors les villes qui en possédaient un illustréétaient rares. Nous avons été aidé dans cette tâche par la confection de courts mémoires documentaires par des étudiants d’infocom de Paris X-Nanterre que nous remercions. Bourdeau (Élodie), Louveciennes, 15 p. ; Collas (Alain), Saint-Ouen, 11 p. ; Le Maguet (Isabelle), Rueil-Malmaison, 11 p. ; Kang (Viviane), Puteaux, 13 p. ; Douangamath (Victor), Bois-Colombes, manuscrit, 20 p. ; Cabuil (Coralie), Pau, manuscrit, 16 p. ; Lambart (Typhaine), Gentilly, manuscrit, 16 p. ; Bouteille (Julien), Courbevoie, 10 p. ; Tremblay (Mélanie), Choisy-le-Roy, 11 p. ; Thoirey (Marine), Saint-Denis, 7 p. ; Savournin (Brigitte), Chaville, 16 p. ; Revert (Bruno), Houilles, 7 p. ; Cachet (Graziella), Aulnay, 19 p. Nous avons pour notre part dépouilléen tout ou partie les journaux des villes de Paris (sous leur différentes formes du bulletin d’arrondissement à Paris le magazine), Nantes, Lyon, Marseille et, plus petits, d’Antony, de Sceaux et du Plessis-Robinson.

Bo) Presse illustrée

Généraliste

Nous n’avons pas effectué de dépouillement complet de la presse généraliste illustrée mais seulement utilisé des journaux pour tester le décalage par rapport aux archives photographiques. Parmi ces tests figurent le dépouillement de quelques années de L’Illustration, 1877, 1889, 1914, 1932. L’Illustrazione italiana, 1900 pour raison de disponibilitéà la BDIC, la Domenica del Corriere, quelques numéros épars, pour la même raison ainsi que L’illustrazione fascista d’une évidente richesse photographique. La lecture de cette presse illustrée de dessins initialement puis progressivement de photographies a montré des similitudes avec les tendances générales observées. Après 1945, nous avons consulté Paris-Match principalement sous la IVe République et après les années 1970 pour vérifier que la façon de montrer l’intimité des familles des hommes politiques avait bien changé. Une étude supplémentaire devrait être menée sur ce seul thème, tant il est riche.

Partisane

Le dépouillement des publications partisanes s’imposait comme un complément naturel des archives écrites. Plusieurs titres nous ont donc livré des éléments sur le fonctionnement des organisations en matière de police des comportements dans l’après-1945. Les titres cités dans le cours du texte sont assez représentatifs du ton général de ces publications, Bulletin intérieur de la SFIO, Cronache sociali, Orientamenti, Rassemblement, Militant, La vie du parti...

Co) Sources graphiques

Le dessin et la peinture furent aux origines des tentatives de représentation de la souveraineté. Dans le cas du parlement italien, ce fut le dessin qui fournit l’occasion du premier Notices et portraits unitaire :

  • Arrighi (Cletto), I 450 deputati del presente e i deputati dell’avvenire per una società di egregi uomini politici, letterati e giornalisti, Milan, Tip. degli Autori-Editori, 1863, 7 vol.

En France, un ensemble de gravures ont étéréunies pour former a posteriori les Notices et portraits :

Notices et portraits des députés à la Constituante, Paris, Assemblée nationale, 1989.

Fondation Polotti, Milan : une belle collection d’affiches. La série de la RSI est très complète. Les affiches socialistes sont aussi très nombreuses et de belle facture.

À la Bibliothèque nationale, Cabinet des estampes, nous avons vu les collections microfilmées qui proposent des compilations d’images depuis la fin du xixe siècle mais s’arrêtent rarement à la Seconde Guerre mondiale (série QC).

Musée d’histoire contemporaine (BDIC) : le fonds d’affiches politiques est maintenant proposé sous forme de diapositives dont la consultation est aisée. Sans doute est-ce une des meilleures collections de pièces politiques en France. Le fonds photographique militaire nous a été moins utile.

Musée de la publicité, UCADE : le fichier informatique est commode et l’on peut trouver des spots publicitaires en plus des affiches sous forme de diapositives.

Sans oublier les catalogues des grandes expositions historiques du Centre Beaubourg et du Musée d’histoire contemporaine, qui fonctionnent comme de véritables banques d’images et d’objets.

4 – SOURCES AUDIOVISUELLES

Ao) Actualités filmées

Sélections de journaux

Nous n’avons pu, pour des raisons matérielles, consulter les actualités filmées italiennes dans leur intégralité, tant s’en faut. Le professeur Piero Craveri nous a permis de voir une sélection riche de documents sur la période 1945-1948 composée de films de la Settimana Income. Nous avons par ailleurs consulté la banque de données exhaustive de l’Institut Luce, sur son site Luce.it. Grâce aux titres et aux résumés, l’analyse tirée des revues municipales italiennes est confirmée, en particulier sur la place accordée aux dignitaires de l’Italie.

Dans le cas français, le Forum des images propose des sélections d’actualités des grandes agences cinématographiques : Gaumont, É clair, Actualités françaises et France actualités. L’échantillon que nous avons sélectionné comprend les années électorales depuis 1900 et les actualités des deux guerres mondiales. Ce fonds est extraordinairement riche et donne toute la mesure de ce que l’image mobile peut apporter, même pour le début du siècle. Les actualités de la Première Guerre mondiale, par exemple, aident à comprendre ce qu’a signifié corporellement l’éducation des hommes àla guerre et combien au lendemain du conflit existe une population puissante, musculairement. Ajoutons que le moteur de recherche facilite la sélection des documents. Après 1975, malheureusement, cette source a disparu.

Documentaires

Les documentaires que nous avons utilisés proviennent du Forum des images comme ce reportage de 1900 réalisé par Thomas Edison (vdp 5047) et ou` les passants jettent un regard étonné à l’opérateur. L’un des plus récents était celui de Georges Goldman sur les élections de 1995. En 11 minutes, il donnait l’atmosphère le jour des résultats des élections présidentielles.

À l’Institut culturel italien, nous avons trouvé de nombreux documentaires sur l’histoire politique italienne dont une gigantesque collection produite par l’Institut Luce avec des textes rédigés par Valerio Castronovo, Renzo De Felice et Pietro Scoppola. Quilici (Folco) réal., Storia d’Italia del XXo Secolo, Ist. Luce, Rome, sd, 40 cassettes. Chacune dure 30 min. Le découpage est chronologique, mise à part la première cassette qui propose une présentation générale.

Bo) Fictions cinématographiques

Le Forum des images fut pour nous le moyen de revoir certains films. D’autres ont été loués ou peuvent être vus au Centre culturel italien qui possède une bonne vidéothèque. Les films cités sont :

Chaplin (Charles) réal., Le dictateur (The Great Dictator), United Artists, 1940, 126 mn.

Costa-Gavras (Constantin) réal., Z, Jacques Perrin, 1968, coul., 125 min.

Luchetti (Daniele), Il portaborse, Nanni Moretti/Nella Banfi, 1991, coul, 90 min.

Monicelli (Mario), Vogliamo i colonelli, Dean Film, 1973, coul., 103 min.

Risi (Dino) réal., I mostri, Fairfilm, 1963, nb, 112 min.

Rossellini (Roberto) réal., Il general della Rovere, Morris Ergas/Zebra film, 1959, 137 min.

Scola (Ettore) réal., Una giornata particolare, Carlo Ponti, 1977, 105 min.

Tchernia (Pierre) réal., La gueule de l’autre, Gibé Film/Sara Film, 1979, coul., 100 min.

Verneuil (Henri) réal., I comme Icare, V. Film/SFP/Antenne 2, 1979, coul., 120 min.

Co) Programmes télévisés

Au Forum des images, nous avons vu des extraits de journaux notamment de Télébocal, une télévision locale qui s’intéresse entre autres à la politique et rapporte les manifestations de toute couleur. Se trouvent aussi des documentaires télévisés comme celui de Serge Moati, Chroniques de mars, 1986, couleur, 107 min. Cet échantillonnage, restreint par rapport à ce que propose l’Inathèque, nous a permis d’aller à l’essentiel.

Pour l’Italie, nous avons utilisé le site des archives de la RAI qui propose des listes d’émissions et offre quelques résumés. À l’IEP de Paris, le service audiovisuel enregistre sur demande des émissions et a conservé des programmes anciens mettant en scène des leaders célèbres (Pertini, Berlinguer). Un fonds court mais de qualité.

Do) Entretiens

Une partie des entretiens qui nous ont été utiles pour cette recherche ont déjàété publiés en particulier dans Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 22, janv.-mars 1991. D’autres ont été exploités dans un article « Photographie et censure », in Laurent Gervereau, Jean-Pierre Rioux, Benjamin Stora dir. : La France en guerre d’Algérie, Paris, BDIC-Musée d’histoire contemporaine, 1992, p. 216-227. Nous avons ajouté deux entretiens de nature différente. D’abord avec M. Morin, photographe du Sénat, nous avons passé un long après-midi ensemble, voici deux ans. Il me fit visiter le studio du Sénat et nous avons discuté des conditions du travail de photographe d’assemblée. Ensuite avec Noëlle Herrenschmidt, à laquelle me lie une solide amitié, j’ai vécu comme une sorte d’immersion ethnologique, recueillant sans cesse des informations sur ses méthodes de travail et discutant longuement et régulièrement sur ce que le dessin de reportage veut dire. Ces deux entretiens supplémentaires m’ont aidéà penser la prise d’image au même titre que les ouvrages de photographes ou ceux nourris de témoignages de reporters sur leur travail. Enfin, cette recherche en 1997 avait bénéficié du témoignage d’un grand savant qui m’avait encouragéet éclairé sur les comportements politiques : Paolo Ungari. Je regrette sa disparition.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540