Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique au naturel

 | 
Fabrice D’Almeida

Troisième partie. La vie devant soi

Chapitre 8. Une fiction de naturel

Texte intégral

  • 1 Cette expression revient dès qu’un homme public est mis en examen. Les discussions sur le sentimen (...)

1À l’image, le comportement des hommes politiques perd sa singularité. Les clichés se multiplient où paraissent des attitudes communes, voire vulgaires. La banalisation de la figure de l’homme politique atteste le recul de la dignité inhérente à la fonction. Les dirigeants n’hésitent pas à affirmer qu’ils sont des « hommes comme tout le monde », « des personnes vraies ». De près, leurs attitudes se rapprochent de celles de l’homme de la rue. Les signes de distinction ne sont plus très nets, en dépit des marques de respect que reçoivent nombre d’élus. Un bon homme politique dans la sagesse populaire « ne se croit pas », « n’a pas pété les plombs », « ne se la raconte pas » ou, en version journalistique, « ne se pense pas au-dessus des lois1 »... Autant d’expressions que le chercheur peut entendre en se promenant dans telle section de parti ou telle réunion publique. Un homme simple, abordable, sympathique : voilà la représentation de l’élu idéal de nos jours. Aux rebours de ce penchant, des éditorialistes tombés dans la démagogie fustigent ceux qui ont perdu le contact avec le peuple, qui vivent dans une bulle, qui sont éloignés des masses.

  • 2 Voir les figures d’entrepreneurs actuels dans Vidal (Florence), Histoire industrielle de l’Italie (...)
  • 3 Sur l’appréciation des dirigeants en termes de comportement, on trouve une réflexion dans les arti (...)

2La banalisation attendue des élites politiques recoupe certains fantasmes plus généraux sur l’ensemble des groupes dominants. Une étude similaire sur les chefs d’entreprise présenterait la figure du bon patron avec des traits voisins de celle des élus2. S’y ajouterait vraisemblablement une exigence de civilité souvent ressentie comme lacunaire dans la plupart des systèmes industriels3.

3Sans doute est-ce le signe qu’une référence supérieure, commune à la plupart des activités sociales, est en train d’émerger et de fonder un nouveau système de transcendance. De fait, la fiction de naturel gagne toutes les strates de la société car elle repose sur l’espoir de transparence qui accompagne la « publicitarisation » et la médiatisation. Au-delà, elle révèle la valeur ultime attribuée à la nature dans sa dimension la plus écologique.

  • 4 Nous partons ici d’une lecture individualiste du travail philosophique de Sloterdijk (Peter), La d (...)

4La philosophie naturaliste a créé une ontologie sommaire à usage individuel4. Être naturel, c’est admettre le monde tel qu’il est en refusant une domestication de soi. C’est implicitement se reconnaître une parcelle infime d’un univers dont l’évolution échappe à ceux qui la vivent. Être naturel, toujours dans la fiction, revient à refuser toute idéologie pour privilégier une pragmatique. Être naturel, c’est finalement être soi-même, pour résumer le tout en un truisme bien ancré dans la pensée collective. Accepter de montrer des attitudes communes revient, en quelque sorte, à prouver que rien n’est masqué aux yeux du monde. La force de l’évidence soutient le moindre acte accompli.

5En plongeant dans les corpus d’images récentes, l’historien est en effet frappé par l’émergence de types longtemps considérés comme subalternes, inutilisables et qui n’étaient pas retenus par les reporters. Ce sont d’abord des prises de vue qui montrent l’environnement des hommes politiques, non pas comme un monde achevé, complet, mais, au contraire, comme un environnement éphémère, provisoire. Elles illustrent que la politique est une forme désenchantée et non pas un monde tombé du ciel. Ce sont ensuite des images où des attitudes inédites apparaissent, des mimiques singulières, ou l’expression de relations particulières entre des individus.

6La dignité échappe à ces clichés. Elle oriente moins les manières de se tenir et de se présenter. Compte davantage la capacité à donner l’impression que l’élu agit de la même façon en public et en privé. Car l’exigence des électeurs est de parvenir à percer la véritable personnalité des hommes publics grâce au flot d’images en circulation.

7De ce fait, la limite entre espace public et espace privé se trouve contestée. La fiction du naturel suppose, en effet, que dans la sphère publique des éléments d’ordre privé voire intime soient perceptibles. La franchise ou l’honnêteté se donnent à voir dans le dévoilement putatif des goûts et surtout des sentiments. Dans le contact avec les chasseurs d’images, les tabous reculent. Certains clichés, naguère improbables, sont légitimes. La palette des sentiments exprimés se diversifie : à la joie et à la tristesse s’ajoutent du dépit, de l’aigreur, de la tendresse, du dégoût, de l’hystérie, de l’agressivité, de la peur, du défi, du courage... Les élans du cœur sont moins maîtrisés. Les impératifs de contenance, de réserve et d’impassibilité, hérités des manuels de courtisanerie qui avaient fondé la civilité, sont bouleversés.

8Le monde privé conserve ses droits sur quelques terrains. La demeure familiale des hommes politiques est parfois montrée, mais elle reste pour l’essentiel un thème extrêmement contrôlé par les élus. Ce sont eux qui invitent la presse à y venir et décident de mettre en scène leur résidence. Il faut toutefois préciser que le phénomène tend à se développer et à faire du domicile un décor habile pour composer une personnalité. Le découplage privé/public au regard de l’iconographie perd donc progressivement en consistance.

9L’historien peut ainsi voir comment se construit une lecture publique de l’intimité et inversement une lecture privée des espaces civiques. Elle n’est pas tout à fait nouvelle. Déjà à la fin du xixe siècle, les journaux populaires aimaient à montrer les souverains et certains grands personnages dans un univers familial, conçu en partie seulement comme une instance de représentation. Les photos de famille se voulaient l’expression d’une sorte de relation personnelle à usage du public, quand il s’agissait des Savoie-Carignan ou des Bourbons.

  • 5 Quilici (Folco) réal, Storia dell’Italia... Il regime fascista...
  • 6 Lefebvre (Denis), Guy Mollet le mal aimé, Paris, Plon, 1992, 563 p.

10Les domiciles des hommes célèbres étaient aussi les sujets d’une curiosité indépendante du culte dont ils étaient l’objet. La presse en donnait des illustrations quand ces grandes personnalités lui en ouvraient l’accès. Dans l’entre-deux-guerres, les demeures de dirigeants comme Poincaré ou Clemenceau étaient connues et vues. En Italie, la maison d’enfance de Mussolini devint une sorte de musée personnel, de son vivant5. Après 1945, le phénomène s’est poursuivi et amplifié sous l’effet notamment du développement d’une presse spécialisée dans la vie des personnalités célèbres. Antoine Pinay paraissait dans la presse, en famille. Guy Mollet aussi savait jouer de cette corde personnelle, en dépit de sa discrétion6. Depuis les années 1980, le mouvement s’est accentué : l’activité dans l’espace public est difficilement possible sans allusion à la vie privée.

  • 7 Les principaux livres dont la finalité est d’animer les conversations et les déjeuners d’affaires (...)

11Les journalistes ont bien compris ce processus. Ils utilisent l’arsenal dramatique des relations individuelles pour vendre leurs livres sur les hommes politiques. Le succès du Rouge et le noir, ou La haine tranquille sur les relations entre François Mitterrand et Michel Rocard, sans oublier les publications sur la trahison d’Édouard Balladur, relève de cette épistémè7. Le genre n’est pas nouveau. La petite histoire s’est nourrie longtemps de ces préoccupations. L’innovation provient davantage de la légitimité acquise par ces sujets. Ramenés à des rapports psychologiques généralisables, ces textes acquièrent même le prestige des analyses de sciences humaines.

  • 8 Crozier (Michel), Friedberg (Erhard), L’acteur et le système, Paris, Le Seuil, 1977, 436 p., défin (...)

12L’activité politique finit par perdre ses contours institutionnels. Elle se définit par des actions personnelles plutôt que par la dimension gouvernementale. Le pouvoir ne qualifie plus en lui-même les individus8. L’investissement d’un individu dans la course partisane définit mieux son implication dans la politique.

13Les stratégies comportementales, que nous avons observées, s’inscrivent dans une présentation de soi soumise à des impératifs de mode, à des intentions démagogiques et à des considérations idéologiques. Tous les hommes politiques, en effet, n’élaborent pas de manière identique l’équilibre entre une certaine présentation de soi et un projet doctrinal. Certains privilégient la transparence dans leur discours et tolèrent les immixtions fréquentes des reporters. D’autres, au contraire, prétendent maintenir une part de discrétion et sont poussés à contenir la pression médiatique. Tous n’étant pas aussi prestigieux et reconnus, ces deux postures ne leur sont pas également offertes. Puissant, l’homme politique même discret prend l’habitude de subir la présence des reporters. Inconnu, un élu ambitieux doit attirer l’attention, quitte à sacrifier une partie de la vie de ses proches et quand bien même il serait désireux de ne pas ouvrir sa vie privée.

  • 9 Paris-Match, 22 août 1987.
  • 10 Voir sur ce journal Eveno (Patrick), Le Monde 1944-1995 - Histoire d’une entreprise de presse, Par (...)
  • 11 Landowski (Éric), La société réfléchie... op. cit., classe Le Monde dans la catégorie sémiotique d (...)
  • 12 Georges (Pierre), « Une bien belle photo », Le Monde, 8 janvier 1999, résume les positions contrad (...)

14La présentation de soi ne relève donc pas d’un rapport univoque au monde des médias. Ces derniers d’ailleurs n’ont pas les mêmes appétits en matière d’images politiques. Les désirs de la rédaction de Paris-Match9 d’obtenir des photographies des dirigeants politiques dans un cadre privé contrastent avec ceux de la rédaction du Monde10 dont l’ambition est de proposer des clichés institutionnalisant ses sujets11. Le premier fait paraître avec délices les photographies de Jacques Chirac écoutant son walkman avant d’autoriser, sur la proposition de sa fille, le financement d’un concert exceptionnel de Madonna au parc de Sceaux. Le maire de Paris se montrait dans le jardin de son hôtel particulier en baskets, jean et socquettes noires. Le second devait publier un portrait de Lionel Jospin assis sur un fauteuil dans une pose si digne qu’une partie de la rédaction s’émut de la présidentialisation du leader de la gauche, par cette image12.

15Dans le domaine télévisuel, la tension entre l’approche des personnalités politiques et l’information institutionnelle, privilégie des plans où l’intimité se limite à des signes de connivence parfois non commentés. Le double jeu des stratégies individuelles et des intérêts des médias construit la fiction d’un personnel politique dont le choix des gestes et des postures s’effectue sans fard, au vu de tous, à l’exclusion de toute tricherie sur l’apparence ou les manières d’être. Comme si les hommes politiques étaient guidés par leur nature. Comme si les civilités et la symbolique étaient de minces filtres que l’œil des citoyens corrigeait sans peine.

  • 13 Almeida (Fabrice d’) dir., L’éloquence politique en France et en Italie de 1870 à nos jours, Rome, (...)

16Ce naturalisme appliqué à la politique n’est pas nouveau. Déjà au xixe siècle, certains théoriciens définissaient des types d’hommes politiques selon leur physique et selon la gestuelle rapportée particulièrement à l’éloquence13. La sécularisation de la politique, accélérée dans l’entre-deux-guerres par la toute-puissance du pouvoir fondant sa propre sacralité, a facilité, une fois ce système discrédité par ses excès, l’émergence d’une conception du civisme non plus référé à un au-delà sacrificiel et patriotique mais bel et bien inscrite par rapport aux êtres de ce monde. La transcendance politique est passée par la voie de la réussite personnelle et des qualités individuelles. La carrière muée en profession a rompu avec la dimension sacerdotale et liturgique en imposant une lecture de la politique telle une activité construite parmi d’autres, suivant des modes et des méthodes partagées précisément avec les autres activités publiques.

  • 14 Costa-Gavras (Constantin) réal., Z, Jacques Perrin, 1968, coul., 125 min.
  • 15 Verneuil (Henri) réal., I comme Icare, V. Film/SFP/Antenne 2, 1979, coul., 120 min.
  • 16 Tchernia (Pierre) réal., La Gueule de l’autre, Gibé Film/Sara Film, 1979, coul., 100 min.

17S’y ajoute le travail spécifique des forces issues de la contestation. Elles construisirent une figure de l’élu idéal rejetant l’autoritarisme et refusant de singer les élites économiques et militaires. Le cinéma de gauche et d’extrême gauche a beaucoup joué avec ce stéréotype du héros en rupture. Z de Costa-Gavras est un de ces personnages d’exception. Le député est assassiné parce qu’il menace, grâce à sa popularité, les intérêts des puissants14. Le film, même s’il parlait de la Grèce, fut produit par Jacques Perrin et connut un immense succès lors de sa sortie en France en 1968. Un thème similaire fut repris par Henri Verneuil dans I comme Icare, en 1979. Montand y campait cette fois le rôle du procureur enquêtant sur la mort d’un président de la République assassiné parce qu’il refusait de suivre les intérêts des services secrets corrompus15. La même année, Pierre Tchernia avançait une critique de la politique comme accumulation de clowneries en confiant à Michel Serrault le rôle d’un sosie remplaçant son frère obligé de se cacher pour échapper à la poursuite de ses anciens complices16. Martial Perrin, le chef des Conservateurs indépendants de progrès, cachait une sexualité outrancière, tout en cuir, chaînes et moto, sous des airs rigoristes. Son sosie et cousin Gilbert Brossard, acteur raté, transformait les meetings en tour de chant et triomphait dans un face-à-face présidentiel en donnant la recette du pot-au-feu.

  • 17 Risi (Dino) réal., I Mostri, Fairfilm, 1963, nb, 112 min.
  • 18 Monicelli (Mario), Vogliamo i colonelli, Dean Film, 1973, coul., 103 min.
  • 19 Luchetti (Daniel), Il Portaborse, Nanni Moretti/Nella Banfi, 1991, coul, 90 min.

18La dénonciation des coulisses de la politique se retrouvait à l’identique en Italie. Au seuil du mai larvé, Dino Risi, dans Les monstres, mettait en scène un politicien catholique corrompu cherchant à échapper à un général et retardant leur rencontre afin de rendre caduque la dénonciation d’irrégularités17. Ugo Tognazzi dans la peau de ce personnage de Tartuffe passait de la bonhomie à l’agressivité. Dix ans plus tard, le thème du complot fut exploité à rebours par Mario Monicelli dans Nous voulons les colonels18. L’une des meilleurs critiques des pratiques des seigneurs de la politique est cependant plus tardive. Elle provoqua un scandale car plusieurs personnalités partisanes, du PSI et du PRI, se sentirent visées19. Il s’agit du Porteur de serviette de Daniele Luchetti. Nanni Moretti y campe le ministre de l’Industrie Cesare Botero, véritable chef de clan, prétendant réformer et moderniser le pays, mais se livrant à des trafics d’influence et même à la fraude électorale. Luciano, engagé pour écrire ses discours, finit par être écœuré par ce personnage derrière lequel il voit se profiler un nouveau fascisme. Lors de son plus long discours au Parlement, qui avait duré onze heures, le ministre avait déclaré qu’il n’aimait pas « les hommes gris, les hommes en gris ». Signe que la façon de se vêtir pouvait, pour lui aussi, être un programme.

19Dans les partis écologistes, en France comme en Italie, le costume cravate jugé signe d’agrégation aux élites est largement rejeté au début des années 1970. Les trotskistes eux aussi montraient un penchant pour les modes décalées. À Lutte ouvrière il n’était pas pensable de reprendre le même vêtement que celui des cadres. Employée de banque, Arlette Laguiller soignait la modestie de son apparence. L’existence de ces secteurs, certes minoritaires, de contestation de l’habit de l’élite a fragilisé l’art du paraître au nom de l’impératif de simplicité. Sans aller jusqu’au nudisme, nul ne devait trop soigner sa présentation.

20Désacralisation, « publicitarisation », banalisation, naturalisation, telles sont les étapes qui ont jalonné le parcours du désenchantement de la politique. Elles débouchent sur une construction de la vie partisane en forme de machinerie possédant ses coulisses et un décor dans lequel chacun se meut avec ses attitudes propres, dévoilant ses sentiments et finalement ses affections. La démystification réévalue in fine l’intimité, miroir supposé de la sincérité.

LES COULISSES DE LA VIE PARTISANE

  • 20 Isnenghi (Mario), L’Italia in piazza... op. cit.

21Les salles des fêtes, de spectacles, les stades, les palais des congrès, les halls d’exposition, sont des enceintes dont la polyvalence permet aussi bien la célébration de cérémonies religieuses que de réunions politiques. S’y ajoutent des installations provisoires que les organisateurs de rassemblement louent pour l’occasion : tentes, chapiteaux, gradins... Les infrastructures sont adaptées à la nature des manifestations et parfois aussi conditionnent la forme qu’elles peuvent revêtir. Elles composent le décor des grands rassemblements partisans et des regroupements de militants. Leur nombre s’est multiplié depuis la Seconde Guerre mondiale. Dans le cas de l’Italie, ce constat est particulièrement net. Au contrôle fasciste de l’espace public s’est, en deux années, substituée une complète liberté de réunion. Mario Isnenghi avait souligné ce retour sur les places des démocrates italiens20. La rue et les places sont redevenues les enjeux d’expression partisane. Le parvis du Dôme à Milan est constamment utilisé par des partis. Un jour, les photographes s’y rendent pour couvrir un meeting démocrate chrétien, puis un autre pour y observer les communistes ou encore les hommes du PSI. Même la place Navone, à Rome, fut le théâtre de manifestations d’extrême gauche sévèrement réprimées et de rassemblements en l’honneur d’Almirante, sans violence policière cette fois.

22Les réunions dans des espaces couverts connaissent des usages identiques. Les théâtres, par exemple, sont réputés être des lieux de rencontre par affinités politiques. Les socialistes et les communistes se retrouvaient souvent après 1945 dans le théâtre Adriano, à Rome. Dans les années 1970, transformé en cinéma, il commença à avoir la réputation d’être un lieu de rencontre des jeunes néo-fascistes. Les stades n’ont pas échappé non plus à de grands rassemblements partisans.

23Longtemps, l’iconographie s’est contentée de les reproduire comme des éléments secondaires de la geste partisane. Rares étaient les partis ou les journaux qui jugeaient nécessaire de garder la mémoire des installations de ces éphémères monuments à la gloire d’un engagement. Quelques films d’actualités illustrent la construction d’estrades pour des événements politiques nationaux. Peu de chose en vérité, comparé aux reportages sur l’érection des solides bâtiments d’État ou des monuments nationaux. Les installations à durée limitée suscitaient un intérêt qui ne l’était pas moins. Depuis les années 1970, une mue s’est opérée. La fierté du travail militant a cédé la place à l’industrie de quelques entreprises et surtout au dévouement des services municipaux, dans le travail d’installation du matériel des meetings. Les congrès, par exemple, sont organisés dans les fiefs des partis. De ce fait, ils bénéficient de la puissance des collectivités territoriales qui en facilitent la tenue. Les mairies ont, de longues dates, rempli cet office. S’y ajoutent maintenant certains conseils généraux, provinces italiennes ou régions.

  • 21 Voir par exemple AFP, fonds manuel, 10-05-85, planches contacts sur la préparation de la salle au (...)
  • 22 AFP, fonds manuel, 20-11-1997, l’image montre un technicien travaillant près d’un établi, là où bi (...)
  • 23 AFP, fonds manuel, 11-11-94, Jacques Demarthon/jd/mg Charleville-Mézières, Ardennes « un militant (...)

24Les chaises empilées dans d’immenses salles vides composent le premier tableau de ces vues sur un événement annoncé21. Quelques personnes se perdent dans ces espaces démesurés. Pylônes et câbles jonchent le sol. La structure du décor change peu. Une scène ou une estrade se distingue du parterre où l’on attend les participants. Elle est provisoirement le théâtre des exploits des techniciens22. Des barrières mobiles attendent ici ou là. Les planches contacts donnent la dimension active de l’installation. Les banderoles et/ou les écrans viennent parfaire le décor de salle. Les expériences lointaines des socialistes ou des Croix de feu ne sont pas démodées autant qu’elles pourraient le paraître. De nos jours encore, quelques slogans ornent les murs et des drapeaux ou des fanions y ajoutent une touche de couleur. Le lieu des débats n’est pas le seul à être arrangé. La buvette retient aussi l’attention des photographes. Derrière l’image insolite d’une bouteille géante en carton, tenue par un militant, lors d’un congrès des Verts, l’historien devine l’attention précise pour la chère23.

  • 24 Voir le livre qui reprend une grande partie des conclusions de l’émission, Saint Afrique (Lorrain (...)

25La construction des décors tend à renverser l’intérêt du spectateur qui confronte ces images de préparation avec celles du produit fini. Les télévisions privilégient ce type d’images dans les journaux. En revanche, il arrive que des magazines évoquent cette préparation lors de reportages consacrés à des militants zélés ou quand ils se penchent sur la question des scénographies politiques. Ce fut le cas du reportage d’ » Envoyé spécial » consacré à Jean-Marie Le Pen en 1997. Son ancien conseiller en communication, Lorrain de Saint Afrique, expliquait comment avaient été testées différentes scénographies pour valoriser le président du Front national24.

  • 25 AFP, fonds manuel, 10-07-97, congrès de Bordeaux, notamment les pins’s au début.
  • 26 AFP, fonds manuel, 20-11-1997, Emmanuel Pain/p/sc, « une femme apporte des dizaines de bouquets de (...)

26Le basculement sur les coulisses modifie la vision de la symbolique politique. Les pin’s par exemple se multiplient au début des années 1990. Au congrès de Bordeaux, en 1997 par exemple, ils sont mis en vente au début du rassemblement25. Chez les socialistes, on voit aussi les roses arriver en chariot26. Elles sont ensuite placées sur des paniers, données ou vendues plus souvent aux militants. Elles ne paraissent plus les marques d’une immanence politique, mais rappellent l’existence d’un marché connexe : la consommation de politique.

27Dans ce décorum, dont la pacotille n’échappe plus à personne, les meetings politiques prennent une dimension humaine. La lecture traditionnelle des congrès s’en trouve modifiée. Ceux-ci, en effet, sont largement illustrés par des images d’orateurs derrière leur pupitre ou de dignitaires siégeant à une tribune où apparaissent leurs noms. Ces illustrations pourraient concerner n’importe quel rassemblement. Seules les légendes en précisent l’origine et éventuellement l’insertion dans l’intrigue politique. Ce tout-venant de l’imagerie congressiste inclut des clichés avec une foule anonyme, assise derrière des tables ou sur des fauteuils. La collectivité militante est ainsi vouée à l’applaudissement et à l’exaltation du message transmis. Elle échappe au sentiment et se maintient dans une perspective maîtrisée de la vie publique.

28Le passage des reporters en coulisse rompt avec cette lecture ancienne. Il permet de réintroduire une chronologie de ces clichés sans âme. D’abord, les cameramen et les photographes couvrent les arrivées des leaders. Les hommes célèbres sont l’objet de l’attention des militants qui se tiennent aux abords de l’enceinte, les ovationnent et même leur demandent des autographes. Un air de show business colore ces gestes et décale l’image des dirigeants dans une dimension médiatique plutôt que militante. Dans la salle, les reporters s’intéressent aussi aux dirigeants politiques inactifs. Certains, assis en position de spectateurs, écoutent leurs collègues. D’autres à la tribune se laissent distraire dans des apartés. La publication dans la presse ou la diffusion à l’écran donne un caractère moins strict à la poursuite du débat politique et banalise les comportements. La passivité, les difficultés de concentration, ne sont-elles pas le propre de tous les auditeurs ? Là ne s’arrête pas le renouveau. Le public lui-même n’est plus cantonné au rôle de mobilier humain : des plans rapprochés donnent une idée de son engagement dans le débat.

  • 27 AFP, fonds manuel, série PS-Congrès, « Rennes : le congrès de crise », 1903-90, photo no 007, prop (...)
  • 28 Idem, 18-03-90, image no 8 sur le fil.
  • 29 Ibid., 18-03-90.

29Au congrès de Rennes, en 1990, la colère des militants devant l’échec de la commission des résolutions à réaliser la synthèse clôt un reportage réalisé dans les règles de l’art naturel. Les premières images, diffusées sur le fil, montraient l’installation des tables et des bancs par des ouvriers indéterminés. Puis la photographie de la salle à l’ouverture du congrès posait le décor. Parmi les portraits des protagonistes, l’on voyait des clichés conventionnels du discours de Michel Rocard à la tribune ou de Pierre Mauroy faisant une déclaration aux congressistes, une rose à la main. L’interview de Laurent Fabius après les négociations restait une image classique. Venaient ensuite des prises plus originales : Lionel Jospin s’en prenant aux journalistes avant son propre discours (« Lionel Jospin a un geste d’humeur vis-à-vis de la presse27 ») et, donc, la colère des militants. Ces derniers montraient leur mécontentement et conspuaient Laurent Fabius pendant son discours lors de la dernière journée. Là, ils apparaissent une main serrée, le pouce baissé, la bouche huant pour dire leur désaveu à la manière de l’ancienne plèbe romaine28. L’image de congressistes chantant L’Internationale était muée en une illustration du mécontentement : le poing levé ressemblait trop au pouce baissé29.

30L’affrontement entre tendances est ramené à l’expression de sentiments humains plutôt qu’à une information sur les contenus. À l’image, opposants et mécontents ne sont pas qualifiés et manifestent une identité collective troublée. La photographie insiste sur la dimension psychologique au risque de tarir son impact symbolique.

  • 30 AFP, fonds manuel, 12-09-97, Joël Robine/sb/mp, « un couple s’embrasse alors qu’il déambule dans l (...)
  • 31 AFP, fonds manuel, 12-09-98, Thomas Coex/nf, « une femme avec ses enfants est aux prises avec la b (...)

31L’écriture iconique des autres types de rassemblements traduit des préoccupations similaires. Les fêtes partisanes ou les meetings de campagne sont lus avec un naturalisme voisin. Les partis privilégiant parfois les divertissements, les images rendent compte du fatras des activités. Stands évoquant ceux des fêtes de charité de la droite de l’entre-deux-guerres, buvettes, projections, concerts (parfois improvisés) ou expositions assoient la lecture matérialiste de la politique. Mieux encore, les participants sont saisis dans des scènes quotidiennes. De la fête de L’Humanité, les reporters de l’AFP retiennent, à côté d’images de dirigeants comme Georges Marchais ou Robert Hue, des adolescents qui s’embrassent30 ou les tracas d’une mère se débattant avec une poussette embourbée31.

32À l’évidence, l’œil des reporters a évolué au rythme de l’information. Les cameramen et les photographes traquent d’autres faits que les attitudes officielles. Les hommes politiques semblent parfois dépassés par ce changement.

  • 32 AFP, fonds manuel, 28-06-98, Joël Saget/gl.
  • 33 AFP, fonds manuel, 27-06-98. Une série de trois images fut proposée sur le fil. Jacques Chirac man (...)

33Lors du premier rassemblement de l’Alliance (1re fête départementale de l’Alliance dans les Yvelines, à Port-Marly, en 1998), éphémère coalition imaginée pour fédérer les droites françaises, les militants du RPR avaient soigné l’organisation et réalisé des banderoles au nom des gloires de la droite. Le déroulement proche de celui déjà observé chez les socialistes commençait par l’accueil des leaders qui, comme Philippe Séguin ou Édouard Balladur, signèrent des autographes (à l’époque on n’en demandait pas à Nicolas Sarkozy)32. Ils avaient aussi préparé des maillots de l’équipe de France au nom des chefs de parti présents : Philippe Séguin, François Léotard, Alain Madelin et Nicolas Sarkozy. Satisfaits et souriants, les dirigeants exhibaient leur cadeau à la tribune en cette période de gloire de l’équipe nationale33. Le vedettariat politique épousait la popularité sportive.

34Les débats s’étirant en longueur, les reporters prirent quelques images classiques de la tribune. Sur certaines, l’ennui gagnait les leaders. Cependant, les interruptions de séances rompaient la monotonie : Léotard souriait au bras d’une belle militante, Séguin recevait des fleurs, acclamé par les militants portant des canotiers, et surtout le groupe de musique, avec ses danseuses dénudées à souhait, réchauffa l’atmosphère de la rencontre. Ces dernières vues ne furent pas diffusées prioritairement par l’AFP...

35Toutes ces images produisent un effet de désenchantement de la politique. Le décorum, dépouillé de ses mystères, devient le cadre de comportements sans liturgie, dictés par des impératifs matériels et par la seule psychologie d’un personnage. L’espace politique ramené à une scène dont on voit les coulisses exalte l’humanité. Le corps de l’homme politique devint l’objet de l’attention. Sporadiquement d’abord pour souligner la performance de certains élus, les journalistes ouvrent cette voie. Elle creuse bientôt le sillon que suivent les gens d’images. Dans les attitudes qu’ils rapportent, une psychologie se devine. La gestuelle est enjeu d’interprétations dont la finalité est l’exercice civique.

TICS ET MIMIQUES

36Les hommes politiques ne prennent plus des poses aussi conventionnelles qu’au premier temps des images identitaires et des reportages. Aujourd’hui, s’ils posent, c’est en adoptant une posture active lors d’une interview ou dans le cadre plus restreint de l’imagerie officielle. Occasionnellement, un magazine peut rechercher un portrait posé pour créer un effet particulier.

37Les grands photographes comme Richard Avedon, Gisèle Freund ou plus récemment Raymond Depardon, voire Oliviero Toscani, ont gardé à ce genre sa valeur exemplaire et sa capacité émotive. Les lecteurs en ressentent l’effet en lisant leurs journaux ou en croisant des affiches publicitaires.

  • 34 AFP, fonds manuel, 29-05-90, Pierre Guillaud/ao, une image prise devant l’Assemblée nationale, en (...)
  • 35 Par exemple Alain Juppé y est contraint lors d’un meeting où une horde de photographes se tient de (...)
  • 36 AFP, fonds manuel, 21-03-90, on peut lire ce compte rendu de reportage : « Fabius voulant à tout p (...)

38Hormis ces clichés spécifiques, le reportage et la prise des sujets en action a modifié les perceptions des comportements politiques. Sans cesse entourées par une armada de chasseurs d’images, les vedettes partisanes ont parfois du mal à garder leur empire sur elles-mêmes. Au détour d’une vue, l’historien perçoit une lueur de mécontentement face à la présence d’un objectif. Jacques Chirac discutant avec Roger Romani, à l’issu d’un comité de coordination de l’opposition en 1990, laissait percer son agacement34. Lionel Jospin, de son côté, au congrès de Rennes avait même invectivé la presse accusée d’empoisonner l’atmosphère. Difficile dans ce cadre de ne pas dévoiler toutes ses conversations. Pour éviter d’être piégés par le son, les hommes politiques mettent leur main devant leur bouche quand ils font une remarque vraiment confidentielle et que des journalistes se tiennent près d’eux35. D’où la tentation d’échapper à la meute médiatique en empruntant des chemins détournés. Les journalistes essayent d’anticiper ces fuites en nouant des alliances sur le terrain36.

  • 37 ANSA, fond numérique, 1998.
  • 38 ANSA, fond numérique, 18-10-98.

39Plus souvent, les relations sont bonnes et c’est avec grâce que les hommes politiques se laissent suivre et filmer lors de leurs apparitions publiques. Francesco Cossiga, venu au congrès de Forza Italia en 1998, est entouré d’une foule de journalistes et semble ne s’apercevoir de rien37. Il en va de même lors de sa rencontre avec le juge Antonio Di Pietro à la Fête des valeurs, la même année38. Les reporters se plient à toutes les contraintes pour réaliser leurs prises. Si l’homme politique est assis dans un fauteuil, il n’est possible de le prendre de face ou en légère contre-plongée qu’en s’agenouillant devant lui. Cela suppose qu’il ait pris place dans une travée suffisamment large. Les bons organisateurs de congrès doivent ainsi prévoir d’installer les VIP au premier rang. Quand rien n’est prévu, les photographes se tassent contre les murs, demandent à s’installer en coulisse, se glissent sur des rampes d’éclairage... Pris par leur travail, les journalistes tombent dans les escaliers, bousculent les passants, renversent des tables ou des objets. Bonhommes, les leaders se moquent d’eux ou les aident. Une connivence amusée les unit parfois. Ces saillies ne sont toutefois pas permanentes. L’étonnant est que l’ensemble de l’élite partisane parvient à poursuivre ses activités comme si de rien n’était et, mieux, finit par oublier la présence des fâcheux. Les réalisateurs font discrètement signe au chef opérateur de lancer les caméras, les photographes ajustent leur « shoot » l’air de rien. Dès lors, les attitudes des visages ne sont plus empreintes de la même impassibilité. Ils se laissent parfois surprendre.

  • 39 Sur ce chapitre, l’AFP est moins cruelle que d’autres agences qui, perfides, mettent ces images à (...)

40La première de ces baisses de vigilance est bien sûr le sommeil. Fatigués par leurs emplois du temps surchargés, les ministres, les parlementaires ou les responsables de parti politique, s’endorment parfois au cours de réunions publiques. Des hommes comme Raymond Barre ont acquis même une solide réputation de dormeurs, surpris qu’ils ont été dans cette attitude à l’Assemblée nationale ou ailleurs39. Ils n’en conservent pas moins l’audience d’une importante fraction du corps civique, signe que le sommeil ne déclasse pas tous ceux qui s’y adonnent.

  • 40 ANSA, fonds numérique, 1997.
  • 41 AFP, fonds manuel, 15-10-95, Jacques Demarthon/mp/mg
  • 42 AFP, fonds manuel, gouvernement.
  • 43 AFP, fonds manuel, 27-06-98, Joël Saget, planche contact.
  • 44 Qu’il suffise de rappeler que, pour l’heure, nul n’a encore jugé utile de nous infliger des hommes (...)

41Plus fugitifs, d’autres gestes retiennent parfois l’attention des agenciers. Un élu s’essuyant le visage, par exemple, est une image courante. En Italie, de tels clichés de Craxi, de Berlusconi ou de Bossi, entre autres, sont courants, tant la chaleur conjuguée du climat et des éclairages incite à ce geste40. En France, « le Premier ministre, Alain Juppé au côté du président de l’Assemblée nationale, Philippe Séguin, s’essuie le visage à la fin du discours de clôture des assises du RPR, le 15 octobre à Chessy, au cours desquelles il a été élu président du mouvement gaulliste41 ». Le geste donne une impression de lassitude, mais a contrario exprime l’effort de la prise de parole. Charles Pasqua, quant à lui, à l’issue du conseil des ministres manifestait son soulagement en gonflant ses joues tout en soufflant42. D’autres lâchent un mot grossier et se reprennent trop tard. Une colère éclate. Ces images volées d’une décompression face aux tensions de l’activité politique ne se multiplient pas à l’infini. Certaines sont écartées par les agences qui les considèrent comme de peu d’intérêt. Philippe Séguin crispant douloureusement son visage avant de s’essuyer le front sur la scène du meeting de l’Alliance à Port-Marly n’est pas passé sur le fil43. De même que les clichés où il relit son intervention avant de prendre la parole. Une forme de respect subsiste encore qui conduit les journalistes à l’autocensure : les images jugées trop dégradantes physiquement et non moralement sont ainsi laissées de côté44.

42L’étonnant est que ces images fixes ou mobiles rapportent des attitudes automatiques et des réflexes qui sont autant de tics. Les spectateurs ne s’en soucient pas au premier abord. Seules les marques individuelles évidentes retiennent l’attention de l’œil comme de l’oreille : le zézaiement d’Edgar Faure, le nasillement de Chaban-Delmas... Les humoristes, les imitateurs surtout, ont renforcé l’attention pour ces petites marques de fabrique.

43Thierry Le Luron, en 1971, était ainsi invité au journal télévisé pour se gausser du Premier ministre d’alors, Jacques Chaban-Delmas. Vu de nos jours, l’exercice paraît bien pompeux, mais les sonorités sont justes. Le seul accessoire nécessaire à recréer l’atmosphère était pour Le Luron une paire de lunettes. Le développement du genre depuis cette époque conduit les téléspectateurs à exercer un autre regard sur les hommes publics. Le Luron, toujours, imitant François Mitterrand, fit prendre conscience à tous de l’étrange manière de cligner des yeux du dirigeant socialiste ainsi que de sa lippe tombante. Il n’épargna guère Jacques Chirac qu’il dépeignit en 1981 comme un obsédé de la force, tirant sur la commissure de ses lèvres pour souligner son agressivité. Le claquement de langue de Giscard, les intonations tonitruantes de Georges Marchais, ont fini par influencer l’écoute des citoyens. Georges Marchais vieillissant était écouté comme sa propre caricature. Sa perte de crédibilité doit beaucoup à ce jeu critique des chansonniers.

  • 45 Derville (Grégory), « Le discours du ‘Bébête Show’ de TF1 : populaire ou populiste ? », Mots, no 4 (...)

44La dénonciation des tics a gagné en virulence avec le développement des marionnettes. Le « Bébête Show » de Jean Amadou et Jean Roucasse fut la première émission du genre45. Les voix des personnages, empruntés au Muppet Show, étaient confiées à des imitateurs. Une symbolique animalière simple était censée restituer la mentalité des personnalités politiques. En fait, des stéréotypes primaires assuraient un humour racoleur en dépit du cinglant de certaines remarques. Le succès dura près de dix ans avec des reconductions d’élection en élection, tant ce programme se voulait une dénonciation de l’avidité de pouvoir des gouvernants. François Mitterrand appelé Kermiterrand était une grenouille mégalomane et rusée dominant ce royaume des animaux. Jacques Chirac rebaptisé Black Jack était représenté comme une sorte de vautour agressif et intrigant. Raymond Barre, l’ours Barzy, plein de componction, s’endormait fréquemment. La malheureuse Édith Cresson était interprétée par une panthère surnommée À ma botte et qui déployait des charmes de courtisane pour parvenir à ses fins. Une culture de « Beauf », dirait Cabu à travers le personnage créé pour Le Canard enchaîné.

  • 46 Collovald (Annie), Neveu (Érik), « Les ‘Guignols’ ou la caricature en abîme », Mots, no 48, sept. (...)

45La seconde génération de marionnettes, les Guignols, lancée par Canal +, était inspirée d’une autre émission américaine46. La réussite fut éclatante et la presse laissa même entendre que l’élection de Jacques Chirac à la présidence de la République devait beaucoup à la sympathie engendrée par sa figurine de... looser. L’intérêt de ces personnages est qu’ils ne se contentent pas de grossir les traits comme le font les dessinateurs, mais qu’ils prétendent rendre les postures et la gestuelle de leur modèle, grâce à leur mobilité. Les proportions de leurs membres sont indicatives de ce qui compte aujourd’hui dans la perception des personnages publics. Leur tête est très grande par rapport à leur corps. Ce procédé permet de substituer pour certaines scènes un acteur portant le masque de la marionnette. Les bouches sont mobiles, ainsi que les yeux, les mouvements de sourcils, inexistants. Les bras et les mains disproportionnés peuvent matérialiser des actions. Bernadette Chirac se définit autant par sa coupe de cheveux que par sa manière de tenir pressé contre elle son sac à main. Sa marionnette ne devait pas connaître de postures injurieuses et perdit de son impact au fil du temps car elle se trouvait en décalage par rapport à la transformation de l’image de l’épouse du chef d’État dans l’opinion. Elle ne fut pas la seule à être brocardée. Les socialistes et leur secrétaire Lionel Jospin se débattaient avec des touillettes à café, tant les scénaristes leur prêtaient un manque d’idées, avant la victoire électorale de 1997.

46La disproportion de la tête et des membres supérieurs ne définit pas uniquement l’exercice de la caricature. Elle montre aussi qu’à la télévision le corps communique principalement par ces deux moyens. S’y ajoutent le port de tête et la position du dos. Voûté, il indique la peur et la soumission pour les humoristes, droit il induit une domination. À l’écran, les marionnettes malmenées se recroquevillent sur elles-mêmes. Là aussi, le comportement est pensé comme le résultat direct de la psychologie.

47Ces représentations comiques du personnel politique reposent sur un principe d’outrance distinct de celui guidant le comportement en public. Les marionnettes affichent des ambitions obsessionnelles, des sentiments, du dépit et la violence des engagements. Dans la vie, les hommes politiques révèlent moins clairement leur pensée par rapport à leurs concurrents. Jacques Chirac ne dirait jamais : « Deux ans, putain, deux ans », comme son personnage, hypnotisé par le lénifiant Édouard Balladur en 1993.

NATUREL ET DÉCONTRACTION

48La fiction de naturel construite par les leaders repose, elle, sur l’escamotage de certains sentiments qui contredisent un impératif de simplicité des dirigeants politiques. Ainsi, l’avidité ou la mesquinerie ne s’expriment pas. Les sentiments négatifs sont écartés. Seule la violence et, secondairement, la haine peuvent affleurer. Plus souvent, un comportement facial de convenance couvre une réaction spontanée. Combien de défaites électorales sont saluées par un sourire figé.

49Le naturel est donc passé au crible des émotions collectives. Il délimite un comportement qui, à défaut d’être impassible, conserve une certaine distance à soi. La clé de cette attitude est la décontraction. Celle-ci, dans les corpus iconiques, se définit comme une manière de se tenir en public sans manifester la dignité dont on est revêtu. Être décontracté, c’est être capable de s’adapter à toutes les circonstances de la vie militante et de faire preuve de bonne humeur avec la base.

50La manifestation de ce type d’attitudes n’est pas récente. Déjà, dans l’entre-deux-guerres, l’habitude de « tomber la veste » en certaines circonstances et de n’être pas bégueule se percevait. Ces images étaient cependant peu nombreuses et correspondaient à des moments exceptionnels de la vie partisane (un congrès ou une réunion dans une ville du Sud, par grande chaleur). La décontraction a gagné aujourd’hui la plupart des temps, et des manifestations inédites ont été forgées pour favoriser la prise d’images de ce type et corriger la gravité éventuelle des élus.

  • 47 AFP, fonds manuel, 3-09-91 Gérard Julien/gj/sb, Ramatuelle, « les trois prédécesseurs d’Édith Cres (...)
  • 48 AFP, fonds manuel, 1-09-94, le Pradet (Var), lors d’une université d’été des jeunes démocrates soc (...)
  • 49 AFP, fonds manuel, 28-08-91, Gérard Julien/gj/fh, à la Garde-Freinet pour l’Université d’été des j (...)
  • 50 AFP, fonds manuel, 28-08-89, Gabriel Bouys/gb-sb, Emmanuelli au second plan n’est cependant pas tr (...)
  • 51 AFP, fonds manuel, 1-09-90, Boris Horvat/mcde Touquet.

51Les universités d’été des grands partis relèvent à l’évidence de cette stratégie de médiatisation du comportement politique. Elles rassemblent les élites et les mouvements de jeunesse des partis. Il est curieux de voir le systématisme avec lequel les cadres partisans, d’ordinaire imperturbablement vêtus de leur costume de ville, quittent la veste et la cravate. La conversion semble naturelle quand le polo se substitue à la chemise ou qu’un tricot est enfilé. Elle est comique en revanche quand le changement d’apparence (look) s’est effectué à la hâte, sans doute pendant le transport en voiture, si ce n’est plus tard encore. Se conformant à ce rite d’agrégation à la jeunesse, Laurent Fabius quitte la cravate en public, devant ses camarades, lors de l’université de Ramatuelle47. L’air jovial, il rejoint ainsi, par la chemise blanche, Pierre Mauroy et Michel Rocard qui avaient déjà adopté une tenue décontractée. Même les personnages les plus en vue comme Lionel Jospin ou Jacques Chirac se prêtent de bonne grâce à ce « relookage ». Certains, tel René Monory, ont l’air embarrassé sans cravate tant leur chemise n’a pas été choisie pour un port aussi désinvolte48. Il en va de même pour Raymond Barre49. Ils prennent pourtant le pli. La tendance s’est accentuée au fil du temps. À l’aube des années 1990, certains dirigeants n’avaient pas encore pris la mesure de ce changement d’habitude. Henri Emmanuelli, en 1989, conservait une cravate pour parler avec les jeunes du PS, tout en fumant une cigarette50. De même, Léonce Deprez, Jacques Toubon et André Santini, qui plantaient chacun un arbre, le 1er septembre 1990 au Touquet, avaient conservé leur cravate en maniant la pelle pour honorer les jeunes sociaux-libéraux51. Le conformisme anticravate les rattrape bientôt tous.

  • 52 AFP, fonds manuel, 04-09-92, Pierre Bessard/pb/eb.

52Une fois endossé l’habit intervient la question de l’attitude à tenir. Ici, le rire est de rigueur et même les gestes habituels de la civilité doivent être effectués avec un style différent. Gilles de Robien serre la main de Willy Dimeglio à la façon des sportifs, à la Plagne, en 1992, lors de « l’université politique d’été du Parti républicain52 », devant « Ladislas Poniatowski, porte-parole du PR et député de l’Eure, Hervé Novelli, secrétaire général du PR (...), Gérard Longuet, Philippe Vasseur [plutôt Bernard Bosson, selon nous] député du Pas-de-Calais ».

  • 53 AFP, fonds manuel, 02-07-94, Rocard entouré de danseurs brésiliens à la fête socialiste du Bourget (...)
  • 54 AFP, fonds manuel, 30-09-89, René Jean, journées parlementaires du RPR, Charles Pasqua et Bernard (...)
  • 55 AFP, fonds manuel, 13-05-97, Joël Robine/jr, à Dole où Jospin était venu soutenir la campagne de s (...)

53Dans ce contexte moins formel, le sourire va jusqu’à la franche gaieté, à l’éclat de rire. Certains s’autorisent des facéties. Ils adoptent les chapeaux de circonstance et offrent de bonnes images aux photographes : canotier, casquette, béret... Tout un folklore. D’autres encore se livrent à des jeux inédits. Ici, bien sûr, les fêtes partisanes sont les lieux les plus indiqués pour briller. Savoir tirer à la carabine comme Henri Emmanuelli est un avantage. Savoir danser aussi53. Le plus simple est encore de faire une promenade sur l’eau, tant les partis se plaisent à se retrouver dans des stations balnéaires ou sur les rives d’un fleuve. Charles Pasqua et Bernard Pons sur le bassin d’Arcachon54, Lionel Jospin (morne, le mal de l’eau ?) et Dominique Voynet (souriante) sur le canal du Rhin55 saluent leurs amis comme d’autres avant eux.

  • 56 ANSA, fonds numérique, sd. Cliché des années 1970.
  • 57 AFP, fonds manuel, 31-08-89, Eric Cabanis/ec/vc, Léotard boit un café avec Méhaignerie sur une tab (...)
  • 58 Témoignage de M. Morin, photographe du Sénat, mars 1998.
  • 59 AFP, fonds manuel, 15-11-91, Pascal Guyot/mcd.
  • 60 AFP, fonds manuel, 24-04-94, Joël Saget/gl, « Dans le cadre du 9e congrès du CDS, ce 24-25 avril à (...)

54Cet air bon enfant du personnel politique devient celui des bons vivants en matière de table. Mille fois soulignée, cette vérité française doit être rappelée : un élu doit savoir tenir la chair et la boisson. Innombrables sont les libations proposées et les banquets, dîners, déjeuners, petits-déjeuners, pots, cocktails... auxquels sont conviés les élus. Innombrables sont donc les photographies de ces moments de restauration. Le café en Italie remplit une fonction symbolique forte. Il est à la fois signe de virilité et orgueil national. Il existe des photographies nombreuses de cadres partisans buvant une tasse de café. Bettino Craxi est pris debout, tasse à la main56. Ce geste courant se retrouve en France. François Léotard, le bras gauche cassé, en savourait une tasse en compagnie de Pierre Méhaignerie57. La tolérance pour les boissons alcoolisées est moins grande. Les hommes politiques redoutent d’être taxés d’ivrognerie et tentent autant que possible de limiter les images où ils tiennent un verre à la main. Au service photographique du Sénat, ce type d’images est systématiquement ignoré ou censuré58. Les photographies de réceptions ne sont mises en circulation que lorsque les protagonistes ont les mains vides. Dans les fonds, des clichés subsistent cependant quand le sujet s’y prête et accompagne un mouvement d’opinion. Ainsi, Charles Millon, Alain Mérieux et Jacques Chirac ne craignirent pas de se laisser photographier alors qu’ils « goûtent le Beaujolais nouveau une semaine avant sa commercialisation le 15 nov., à l’occasion de la ‘semaine du rassemblement’ organisée par le RPR du Rhône59 ». Ailleurs, des bouteilles sont dédicacées à des leaders en forme de clin d’œil60.

55Ces bons convives que sont les politiciens partagent aussi les joies de la table. La tradition des images de banquet n’est certes pas nouvelle. Le changement vient de la nature des clichés qui les illustrent. Au début du siècle, l’image du banquet était une photographie de groupe, posée. La salle se distinguait avec sa masse de participants et la dimension politique de l’acte nutritionnel se résolvait dans le collectif. L’entre-deux-guerres avait conservé cet angle, y ajoutant des plans rapprochés des dirigeants. Encore dans les années 1970, les photographes travaillaient en début ou en fin de repas, pour ne pas lasser les convives. Depuis la fin des années 1980, l’attention porte même sur la manière de manger. La mastication est entrée dans l’iconographie. Charles Millon mord à pleines dents dans son sandwich, en gros plan. Alain Juppé choisit ses petits fours sans souci des regards, en compagnie de Nicolas Sarkozy et de Jean-Claude Gaudin qui les accueille à Marseille. Pierre Mauroy, les couverts à peine posés, est figé sur la gélatine.

  • 61 AFP, fonds numérique, série prise le 15-05-97.
  • 62 Forum des images, film de Calmette (Joël), Jospin 97 – Chronique d’une campagne, [France 3], 54 mi (...)

56Dans tous les cas, le visage doit rester ouvert, en dépit de la rage sourde qui se devine chez ceux dont l’intimité alimentaire est violée. La mise en scène de certaines images confond l’historien. Au cours d’un meeting de soutien à Élisabeth Guigou lors de la préparation des législatives de 1997, Lionel Jospin se laisse photographier en plein pique-nique avec la future Garde des Sceaux et Marie-Claire Mendès France61. Tous trois sont assis sur une couverture posée sur le sol et mangent un repas froid. Sur une image, Élisabeth Guigou sert un verre d’eau au dirigeant socialiste. Au second plan, on aperçoit une foule d’hommes debout dont certains les regardent. Une tension émerge de cette image qui oscille entre le zoo et la réserve animalière. Les visages crispés de Jospin et Guigou gomment l’allégresse champêtre qui devait se dégager de cette scène sans doute sortie du cerveau aventureux de quelque conseiller en communication. La chemise de l’un et le T-shirt de l’autre sont incongrus dans ce contexte. Après cet aller-retour avignonnais, dans la journée, à 19 heures, le secrétaire du PS tient un rassemblement au Zénith avec les jeunes socialistes62. Il avoue avoir été fatigué par le voyage et quand un de ses collaborateurs lui dit : « C’était bien, je crois ? », sa réponse laisse entendre fatigue et lassitude pour cette escapade en terre des Papes.

  • 63 Pour une lecture ironique des rôles de la campagne municipale, Leclercq (Florent), Sauvage (Pascal (...)
  • 64 AFP, fonds manuel, 23-09-95, Gérard Julin/se/mn, à l’image : un chef opérateur se délecte en prena (...)

57Passée à table, la décontraction a transformé l’acte de nutrition solennelle du banquet en une multitude d’occasions où les hommes politiques côtoient leurs concitoyens. La buvette d’un congrès, un café, une brasserie, sont autant de lieux où exercer leur charme. Cette pratique diffère selon les temps de la vie politique. En période de campagne électorale, les candidats participent aux réunions publiques et se restaurent avec les militants. Ils visitent les lieux publics, et les cafés, les brasseries, sont de ceux-là. Le candidat y salue les présents et essaye de laisser une bonne opinion à sa sortie. Impossible de refuser une boisson ou de « goûter un morceau ». Plus durable, une forme de communication institutionnelle impose aux élus de participer à tous les événements à forte résonance dans l’espace civique où ils se meuvent. Les comices agricoles voient la venue du conseiller général ou du député, selon leur ampleur. Au sommet, la Foire de Paris et le Salon de l’agriculture attirent le chef de l’État, le Premier ministre et d’autres personnalités d’envergure nationale. Montrer sa capacité à se mouvoir avec aisance et détente dans ce cadre, croquer ici un produit du terroir et là une spécialité locale, en signe de bonne volonté, est une épreuve qui assure la validation d’un talent de vrai démagogue. Jacques Chirac s’est ainsi taillé une solide réputation de bon vivant dans les salons de l’agriculture. Pour les élections à la mairie de Paris, les candidats se rendaient au parc des Princes voir le PSG63. Dans le cadre plus restreint des réunions partisanes, universités d’été et autres congrès fédéraux, nationaux ou fêtes, l’exercice est plus discret, encore qu’il ressemble furieusement à une partie de sport. Jean-Marie Le Pen sait le mener avec le sérieux des chefs. Lors de la fête Bleu Blanc Rouge, chaque année, il fait sa tournée des popotes. En 1995, entouré de ses gardes du corps, sous l’œil d’une caméra, il humait un pot-au-feu et s’en félicitait, au risque de tacher sa veste et sa cravate pendante64. Lionel Jospin en visite dans sa circonscription arrosait un méchoui devant les objectifs.

  • 65 Forum des images, film cité de Joël Calmette, Jospin 97.

M. Jospin !
M. Jospin, un regard ?
Non, les vrais professionnels se concentrent sur ce qu’ils font.
Allez, un regard. Un regard.
Bon pour vous faire plaisir65.

58La plaisanterie fait sourire. Lionel Jospin devine l’aspect insolite de sa posture : en costume, en train d’arroser le mouton. Chacun sait quand l’image sera bonne et l’impact qu’elle peut avoir. Créer la surprise, amuser les électeurs...

  • 66 La psychologie sociale spontanée du personnel politique n’a pas encore fait l’objet d’une véritabl (...)

59La logique de décontraction repose, en effet, sur une stratégie clairement exprimée par les hommes politiques qui consiste à jouer la proximité avec les électeurs. Être proche des électeurs, c’est montrer des préoccupations et des activités identiques à celles de l’homme du commun. À n’en pas douter, cette reproduction des actes moyens s’ancre dans une croyance tacite en des lois de l’imitation. Se devine une application lointainement dérivée de l’œuvre de Tarde et de Le Bon66. Le plus sûr moyen de canaliser la foule est de lui donner l’impression de lui appartenir. De lui parler simplement.

60Le jeu de l’imitation se retourne. Les politesses populaires deviennent la règle à l’heure où la dignité politique ne gouverne plus la civilité.

LA PROXIMITÉ AVEC LES CITOYENS

61Pour se rapprocher des citoyens, les élus utilisent une foule d’imprimés plus ou moins coûteux et efficaces. Certaines de ces publications sont destinées à un vaste public, parfois la totalité d’une population électorale.

62Les journaux municipaux en sont un bon exemple. Ils ont bien changé depuis l’entre-deux-guerres. D’abord repris comme organes partisans dans certaines villes après 1945, ils ont souvent été animés par les communistes. Le RPF en 1947 devait aussi inciter ses membres à produire de telles revues. Leur parution irrégulière ne leur a guère donné de visibilité. Dans les années 1960, d’autres tentatives intervinrent à l’initiative de maires cherchant à promouvoir leur politique municipale et ayant obtenu le soutien des entreprises de leur ville. Ces journaux généralement financés par la publicité se sont peu pérennisés.

  • 67 L’étude des journaux municipaux a été facilitée par le travail qu’ont effectué plusieurs étudiants (...)

63Le vrai redémarrage de la presse municipale se situe à la fin des années 1970 et au début des années 198067. Il est indéniablement lié à l’émergence des théories de communication politique et le journal est avant tout pensé dans une perspective électorale, afin de rendre crédible la politique municipale.

64Le phénomène n’est pas spécifique à la France. Plusieurs municipalités italiennes publient des journaux équivalents, mais leur impact y est sans doute moindre à cause de la puissance de la presse locale. En aucun cas, les titres municipaux ne parviennent à nouer une relation d’information similaire à celles qu’ont obtenues plusieurs municipalités françaises avec leurs lecteurs. La loi Sapin depuis 1991 a contraint ces titres à un équilibre politique en période électorale. Ils doivent placer autant d’images de la majorité que de l’opposition. Pour cette raison, les maires réduisent leur place à l’image durant les années électorales plutôt que de hisser à parité les candidats d’une opposition méconnue.

65Ces supports sont, malgré cette restriction, largement ouverts à l’image. La photographie y prédomine. Les rares dessins qui s’y trouvent sont des caricatures humoristiques ou les portraits d’une personnalité. Ces publications se regroupent en deux types : de véritables magazines avec un format proche du A4, un papier glacé et une large place faite à la couleur ; des tabloïds sur papier journal (plus ou moins ferme et épais) avec des pages bichromes et des photographies à dominante noir et blanc. Le budget municipal n’est pas seul en cause dans le choix de la formule. Elle réalise un ajustement entre la vision que le maire se fait de son mandat et l’antériorité du titre par rapport à son élection. Dans tous les cas, ces organes sont des instruments essentiels de la stratégie de proximité des élus. Leur impact est tel que plusieurs députés ont plagié ces supports et créé des journaux de circonscription afin d’exercer une influence sur l’électorat entre les campagnes législatives. Tous n’ont pas les moyens de les financer. Y parviennent ceux qui savent alimenter leurs comités de soutien. Les présidents de syndicats urbains, depuis quelques années, se livrent aussi à l’exercice.

66L’ensemble de ces publications reflètent la conception moyenne que les élus se font de leur comportement et ce qu’ils espèrent voir retenu par leurs mandants. Eux aussi peaufinent leurs stratégies loin des états-majors parisiens, avec l’espoir de glaner des suffrages. Tous pourtant utilisent des procédés similaires pour des raisons évidentes. Ces feuilles locales se copient les unes les autres. Elles sont conçues par un personnel administratif qui souvent recourt à des prestataires de services employés par ailleurs. Dans le cas des images cependant, il convient de préciser que les municipalités ont parfois un photographe officiel dont le rôle consiste à conserver la mémoire visuelle des événements. Il est le fournisseur attitré du journal.

67L’image des élus de la majorité, et particulièrement des maires, est très valorisée. Depuis le milieu des années 1980, les journaux que nous avons consultés ont un éditorial signé par l’élu, illustré par sa photographie en guise de signature. Cette image identitaire est une sorte de portrait officiel qui peut se retrouver sur d’autres supports, notamment les affiches urbaines rappelant les heures de consultation ou de réception des édiles.

68La tactique de proximité est lisible ailleurs, dans les pages consacrées à l’activité des élus. Elles rassemblent une série de clichés où le maire apparaît lors des manifestions officielles qu’il a présidées. Ces pages baptisées « l’agenda du Maire » ou « le maire et vous » ou encore « les participations du maire » illustrent la manière dont les maires travaillent le terrain municipal pour s’assurer le soutien de leurs concitoyens. La tenue varie d’ailleurs au gré des occasions. S’agit-il d’une visite à la maison de retraite ou d’un repas de fête avec des personnes âgées, le maire vient dans le costume cravate traditionnel et se promène entre les tables. S’il se rend dans les écoles, il conserve son costume, mais préfèrera être photographié au milieu des enfants, assis à l’une des tables de classe. En visite à la fête du village, un jour d’été, il tombe la cravate et s’amuse avec ceux qui l’entourent. Avec les sportifs, indifférents au costume, il pose le pied sur une balle ou passe le bras sur l’épaule d’un athlète. Enfin, dans les rares cérémonies officielles, tel le 11 novembre, il revêt son écharpe et se coule dans la foule des anciens combattants et des autorités constituées.

  • 68 Raccoltà Bertarelli, Milan, volantini, busta 1984..., tracts de 1985.
  • 69 Idem, tract du Movimento popolare, 1985.

69Dans les documents électoraux locaux italiens apparaît la même volonté d’intégrer l’ensemble des électeurs. Luigi Venzoni, un démocrate chrétien candidat à Milan, en 1995, se montrait sur son tract de campagne en compagnie de quatre figures d’électeurs-types souriants68. Ce jeu se retrouve dans d’autres documents postérieurs avec des séquences photographiques ou par le biais d’une foule dont on voit les participants69. Les sourires des électeurs font écho à ceux des candidats.

  • 70 Montanelli (Indro), Spadolini Presidente, sl, supplément a Rassegna Repubblicana, no 6, 6-6-83, 96 (...)
  • 71 Idem, p. 63.
  • 72 AFP, fonds numérique, septembre 1997.

70Les élus nationaux et les dirigeants de parti produisent les mêmes attitudes à l’échelle nationale. Giovanni Spadolini, dans un fascicule résultant d’un entretien avec Indro Montanelli, était présenté sur une série de photos suivant la logique de proximité. Sur l’une, la légende soulignait « Spadolini festaggiato dai bambini70 » et plus loin, sur une autre, avec des enfants et des adultes, « altre espressione di consenso e di solidarietà71 ». L’important est donc d’être vu avec le public. Les ministres de l’Éducation nationale ou leurs secrétaires d’État s’exercent à la promiscuité estudiantine, assis au fond de la classe comme Ségolène Royal ou Claude Allègre visitant des collèges72. Ailleurs, sur les marchés, chacun s’essaye à sympathiser avec des personnes âgées, à plaisanter avec les commerçants.

71L’exercice n’est pas aussi simple qu’il y paraît et suppose une clairvoyance. Lors de sa campagne régionale en 1992, Élisabeth Guigou est piégée par sa tête de liste, Bernard Tapie. Alors qu’ils visitent Carpentras ensemble, Tapie l’interpelle en lui disant qu’une charmante vieille dame souhaite lui être présentée.

  • 73 Guigou (Élisabeth), Être femme en politique, Paris, Plon, 1997, p. 103-104.

Je rejoignis Bernard Tapie sur le seuil d’une boutique où en effet une vieille dame, yeux clairs, cheveux blancs, chemisier de dentelle, m’embrassa, et me dit combien elle était heureuse de recevoir notre visite et de m’entretenir dans son magasin.
Hélas pour moi, c’était un magasin de lingerie féminine. Les militants sur ordre de Bernard Tapie, étaient restés dehors, les photographes seuls se trouvaient là. Je me retrouvai au milieu de petites culottes, que l’adorable vieille dame exhibait avec fierté. Bernard Tapie en saisit une, la brandit devant les flashes des photographes et me lança : « Allez ne fais pas cette tête ! ». Piégée, suffoquée par la désinvolture canaille de Tapie [...], je restai là sans réagir, paralysée par la surprise, la colère et le désarroi, sous les flashes crépitants des photographes.
Au milieu des petites culottes, ce jour-là, j’ai compris beaucoup de choses. D’abord il faut toujours réagir. Par l’humour si possible – mais il faut être très aguerri pour en avoir dans ce genre de situation –, à défaut par l’esclandre ou la colère. Ensuite que l’on ne peut compter que sur soi-même car les militants les plus dévoués, dans ce type de situations, se transforment en spectateurs. Enfin, que la politique politicienne, qui atteint son paroxysme dans les campagnes électorales, est d’abord et avant tout une question de rapport de force, et que sur le terrain de la grivoiserie gauloise une femme est toujours en position de faiblesse73.

  • 74 ANSA, fonds numérique 1998.
  • 75 AFP, fonds manuel, 5-06-92.

72La leçon de comportement explicite la nécessité de savoir prendre les choses avec bonhomie. Les femmes s’essayent à l’exercice et jouent aussi de la proximité avec les électeurs. Sur le terrain italien, elles se livrent à des exercices comparables à ceux des hommes, se rapprochant des sportifs pour obtenir des voix. Irene Pivetti, par exemple, était photographiée tandis qu’elle donnait le coup d’envoi à un match de football à Milan74. Élisabeth Guigou, elle-même, se fit prendre en compagnie de son fils Édouard qu’elle protégeait de son châle pendant un match de tennis à Roland Garros75.

  • 76 ANSA, fonds numérique, 26-07-99.

73La participation sportive, naguère signe de virilité, est devenue un indice d’agrégation sociale et le reflet de mœurs généralisées. L’obsession des dirigeants italiens à se montrer en vélo se situe dans cette perspective à laquelle s’ajoute indéniablement la volonté d’afficher une action en faveur de l’écologie. Romano Prodi illustre bien ces deux logiques. Réputé amateur de vélo, il manifeste sa sortie de charge en partant faire une promenade avec son équipement de cycliste (moulant) sous le regard amusé des photographes. Devenu président de la commission, il prend son vélo pour participer à une journée antipollution. Le président Ciampi lui aussi a joué sur le lien entre plaisir et vie saine. À l’ANSA, plus d’une dizaine d’images le montrent à bicyclette dans des circonstances variées. La plus cocasse le présente accompagnant sa femme qui marche, tandis qu’il lui parle en roulant sur son vélo76. Il existe bien, ici ou là, une image de leaders s’exerçant à une véritable pratique sportive : Amato en tennisman au club d’Orbetello, la raquette à la main ; Veltroni, jouant au football, tout sourire ; Sarkozy aussi... Ces clichés moins nombreux sont remplacés par des images où le politique s’associe au sport.

74Ce n’est plus l’action en sportif qui prime mais le goût du sport à la manière des tifosi. L’effet symbolique du maillot d’une équipe de foot ou d’un ballon dédicacé est le plus fort. Ces deux cas disent que l’homme politique est un supporter, un passionné. Giuliano Amato devait comme d’autres jouir de ce moment : un ballon dédicacé par l’équipe d’Italie lui fut offert par le défenseur Maldini à la veille du championnat d’Europe que la France emporta de justesse devant la squadra azzura. Se fait jour une culture sportive qui s’ajoute à la décontraction pour composer l’esthétique actuelle.

75Les gestes de victoire par exemple ne sont plus guère éloignés d’une sphère d’activité à une autre. Certains dirigeants essayent d’imposer les leurs au risque de subir un décalage d’avec leurs troupes. Ce fut le cas de Michel Rocard, s’obstinant à faire le V de la victoire dans les meetings lorsqu’il était secrétaire du PS alors même que son parti allait mal et que la seule victoire dont il pouvait se vanter était de triompher au sein d’un appareil ébranlé par la fin du règne mitterrandien. Avant comme après, au sein du parti socialiste, la clôture des congrès se faisait par le salut sur la scène des dirigeants nationaux qui se donnaient la main et les levaient ensemble, en signe de bonne intelligence. La même mise en scène se retrouve dans les partis de droite. Elle prend alors un air de théâtre et rappelle la révérence des sociétaires de la Comédie-Française. Jean-Marie Le Pen, lui, fait un autre choix. Il reprend les bras levés en signe de victoire de Charles De Gaulle mais les plie et les tend, comme une adaptation du piston imaginé en tennis par Jimmy Connors.

76L’étrange est que la politique manifeste sa joie avec autant d’exubérance. La célébration de la victoire électorale de 1974 a été une première ébauche de fête de masse. Celle de 1981 avait été anticipée, et, place de la Bastille, les discours le disputaient à la musique et déjà (comment avaient-ils su ?) les marchands ambulants de pain et de saucisses étaient là. En 1988, rien ne fut tout à fait pareil. La victoire de Jacques Chirac réveilla la France qui, dans la rue, semblait toute entière fêter l’événement. Tout cela ressemble à s’y méprendre aux éclats tonitruants des rassemblements pour la demi-finale et la finale de l’équipe de France de football en 1998 et lors de l’Euro 2000. La politique n’est donc pas singulière dans cette manière d’afficher son plaisir et de servir de prétexte à la liesse. L’homme politique ne symbolise plus l’autorité terrible, mais il est devenu un des médiateurs des joies collectives. La responsabilité s’estompe derrière la gaieté commune.

77Le jeu de proximité et de miroir entre mandataires et mandants pèse sur les actions attendues des élus dans l’espace public. Il soutient la lecture psychologisante des comportements partisans. La vie privée de l’homme public en vient par ce biais à être considérée comme un des lieux où s’exprime sa personnalité. Elle sert de garantie à de putatives qualités humaines. Exhiber sa famille est un moyen comme un autre de se faire connaître de l’opinion et d’accréditer l’idée selon laquelle un individu est le même partout, est lui-même, est « naturel ».

INTIMITÉS, HUMANITÉ

78Les élections présidentielles au scrutin majoritaire devaient selon le général De Gaulle favoriser le choix pour une personnalité plutôt que pour un parti, voire pour un programme. La tendance à rechercher autant que possible une connaissance intime des candidats aurait donc dû être spécifique à la nature présidentialiste du régime. Les États-Unis, avec leur régime présidentiel, donnent d’ailleurs une illustration de la tendance à la personnalisation qui résulte des confrontations face à face. Pourtant, la même évolution se retrouve en Italie ou en Angleterre, en dépit de la structure parlementaire des institutions. Dans la Péninsule, cette évolution est d’ailleurs antérieure à l’introduction du scrutin majoritaire.

  • 77 Raccoltà Bertarelli, Milan, volantini, busta 1983, tract de 1983.

79Les qualificatifs employés sur les affiches des candidats locaux y ont tôt mis en avant des qualités individuelles. Pour ne prendre qu’un exemple, une candidate du Parti libéral à Milan avait choisi pour seul slogan sur son portrait pleine page « Ludina Barzini, una donna dinamica e combattiva77 ». La personnalisation excessive de ce type de propos engendre une obsession pour l’humain. Autour de cette dernière notion se construit un discours désenchanté de légitimation des qualités partisanes. L’exaltation de l’humain se fonde sur un ordre terrestre sans logique supérieure. Seule compte la pratique, car c’est là qu’un individu prouve ce dont il est capable. En respectant des procédures communes à toutes les activités, il s’assure des avantages. Sa réussite est censée se vérifier dans chaque aspect de son existence, dans la vie intime comme dans la vie publique.

  • 78 Collection Barodet – Programmes électoraux, Paris, Assemblée nationale, [1988], p. III.

80Les professions de foi des candidats aux élections législatives, spécialité française, offrent de bons exemples de cette volonté d’appuyer son ascension partisane sur une écriture performante de sa vie de famille. Rappelons que la collection Barodet est un des plus vieux outils de rationalisation de l’activité politique. Barodet avait proposé en 1881 de réunir les professions de foi des députés afin que les électeurs puissent leur demander des comptes sur leurs décisions au Parlement. Sa vision revenait à une sorte de contrat de législature entre mandant et mandataires. La proposition fut adoptée le 7 février 1882. Chaque législature, une commission parlementaire est désignée par la Chambre pour mener à bien cette tâche. Le système a été peu modifié. Longtemps le texte fut privilégié. Les raisons techniques n’étaient pas la seule cause de l’absence d’images. Une certaine conception de la raison politique supposait que le programme ne pouvait être qu’écrit, tout comme la doctrine. Jusqu’en 1973 donc, une version allégée des tracts était proposée à la lecture. Brusquement, la conception change. Ce seront désormais des fac-similés « des circulaires électorales envoyées par les députés élus à leurs électeurs, tant au premier qu’au deuxième tour78 » qui seront collationnés. C’est encore le cas aujourd’hui même si la commission avance lentement.

81Les documents présentés illustrent bien l’introduction massive de la logique publicitaire des décennies 1970 et 1980. La part de texte recule au profit des photographies et d’un graphisme décoratif (l’écriture manuscrite servant de griffe et de dessin). L’influence d’agences publicitaires et de cabinets spécialisés en communication politique se ressent à travers l’uniformisation des mises en page et l’usage de caractères chers aux graphistes, en particulier le futura et, plus rarement, le bodoni poster.

  • 79 Barodet, 1993, np.

82Les professions de foi sont l’occasion d’une présentation de soi officielle. La plupart des candidats l’ont entendue comme une manière d’indiquer leur identité physique. Les portraits dominent, en pied, en plan américain, en buste aussi comme sur les Notices et portraits. Se retrouve la volonté d’afficher son activité. Jean-Marie Caro, en 1978, était pris derrière un bureau, le stylo à la main, visage souriant, regard de face. Une posture classique qui sent trop la pose quand elle est mal étudiée. Jean Royer se piégeait ainsi tout seul en 1993. Le regard de face, il feignait d’écrire, mais son stylo survolait un mémoire recouvert d’une feuille plastique sur laquelle sa bille ne pouvait marquer. Le slogan fait sourire au regard de cette supercherie : « un député intègre, actif et efficace79 ». Plus fine, Véronique Neiertz évitait un tel écueil en se contentant de tenir un feutre à la main sur laquelle elle appuyait son menton.

  • 80 Barodet, 1978.
  • 81 Voir par exemple, Raccoltà Bertarelli, Milan, busta 1984..., tract du PSDI, 1985 « il futuro di Mi (...)
  • 82 Barodet, 1986, liste union de l’opposition républicaine, « Une équipe pour la Corrèze avec Jean Ch (...)

83Les parlementaires profitent de la présence de leur suppléant pour affirmer des qualités humaines et notamment la camaraderie. René Feït, député giscardien, passait ainsi le bras sur l’épaule de Jean-Louis Crestin Billet, les deux hommes souriant largement tandis que le slogan martelait « une équipe unie, dynamique, compétente80 ». La main sur l’épaule se retrouve aussi en Italie pour signifier l’amitié, la fraternité en campagne électorale81. La logique d’équipe est accentuée, en France, en 1986, avec la mise en place du scrutin proportionnel. La personnalisation est menacée par le système des listes qui suppose une action concertée des candidats et des portraits de groupe. Le RPR avec sa campagne « Vivement demain » a trouvé le moyen de décliner le principe de la course collective. Dans les différentes circonscriptions, les candidats ont repris ce concept82. D’autres ont choisi une pose moins dynamique mais tout aussi significative de l’équipe. Le gouvernement Fabius n’a-t-il pas aussi donné l’exemple en se tenant derrière le Premier ministre assis sur une affiche officielle du PS ? Moins soucieux de rechercher une attitude officielle, certains députés se sont entourés de militants anonymes. François Léotard, par exemple, reprenait, sur sa profession de foi, la même photographie que pour son affiche. Tourné vers la gauche, il désignait de la main un élément hors champ à un jeune homme et à une jeune fille. La disposition rappelait les affiches du président Mao invitant le peuple chinois à l’effort de la Révolution culturelle. Ce procédé de mise en scène conjugue éducation et amitié. Il permet d’introduire une certaine proximité avec les habitudes des électeurs et de situer les élus dans le peuple de leur parti. Cette logique est amplifiée, en 1993, par Éric Raoult, qui n’hésite pas à se montrer presque anonyme dans une foule sérieuse avec pour seul texte « L’union fait la France – Dimanche votez ».

  • 83 Barodet, 1993.

84Le véritable terme de ce parcours, dans les professions de foi, n’est toutefois pas celui-là. La rupture en 1993 vient du choix de certains parlementaires d’illustrer leur vie privée. Le fait n’est pas inédit. Dans leur profession de foi textuelle, pendant les décennies antérieures, les élus rappelaient leur état civil et même insistaient sur leur goût pour la famille. Surprend, en revanche, la pose dans le cadre de la demeure familiale. Les trois clichés choisis par Marc Le Fur pour illustrer son tract indiquent l’insertion de la tactique de l’intimité dans un discours à usage public. La première, en buste, le montre de face, regard droit en costume cravate. La deuxième, en dessous, présente sa femme assise sur un fauteuil, souriant avec douceur, un de ses bambins sur les genoux. Son mari se tient un genou en terre et s’appuie sur un second fauteuil où sont assis ses deux autres enfants. Le père sourit, une main protectrice posée sur sa petite fille. La troisième, au bas de la page, voit Marc Le Fur conversant de profil avec Édouard Balladur. Moralité : le candidat est partout le même. Le dernier mot se trouve dans la lettre manuscrite de soutien signé par Balladur « Marc Le Fur est un homme qui mérite la confiance83 ». Un choix similaire était fait par François Grosdidier, candidat RPR en Moselle. En bas, son portrait (environ 1/6e de page) conventionnel : de face, avec ses lunettes, souriant, bien peigné. Dans le coin opposé en haut, il tenait une petite fille agitée dans ses bras, les cheveux ébouriffés, sans lunettes, l’air souriant et légèrement embarrassé. Sa biographie comme celle de Le Fur rappelait le nombre de ses enfants : deux.

85L’usage des enfants ne relève pas seulement de la classique symbolisation de l’avenir. C’était, par exemple, le cas dans l’affiche de 1988 où la main de Jacques Séguéla tenait celle de sa toute petite fille dans Génération Mitterrand ou encore, comme le faisait Ber-nard Leroy parmi les professions de 1993. Non, cette pratique introduit l’idée qu’il est légitime de montrer ses proches, que l’intimité dévoilée est le signe d’une humanité supérieure. La construction de l’image se situe à la croisée du public et du privé. Elle explique aussi que les médias aient cru bon de montrer des images où, même en public, les hommes politiques expriment leurs sentiments ou plus simplement leur normalité.

86L’une des premières parmi ces images est celles de Charles De Gaulle marchant sur la lande irlandaise, loin des agitations du pouvoir. À son époque, le cliché disait la retraite de l’homme politique et la fin d’un parcours effectuée aux yeux du monde. Plus près de nous, des reportages plongent l’historien dans l’isolement d’un individu au cours d’une mobilisation collective.

  • 84 AFP, fonds manuel, 26-09-95, Georges Bobet/gg-gl.

Michel Rocard fume une cigarette dans un moment de détente avant de rejoindre une réunion de travail à l’espace Van Gogh à Arles le 26 septembre où se déroulent les journées parlementaires du Parti socialiste84.

87L’homme est seul, les bras presque crispés, la main tenant la cigarette proche de la bouche. Le visage, de profil, a les yeux plissés sous l’éclat de la lumière. « Perdu dans ses pensées » est le thème du cliché. La réflexion invite à constater la concentration nécessaire, hors du bruit du monde pour préparer ses apparitions. Depuis les années 1980 et, en particulier dans la dernière décennie du siècle, les hommes politiques sont traités comme des acteurs. Les journalistes comme les réalisateurs qui les suivent ouvrent une brèche dans le secret de leur préparation. La prise de parole n’est pas un événement anodin, même pour ces champions de la rhétorique que sont les grands leaders nationaux. Pour être bon, ils doivent affiner leur texte, le posséder. La comparaison avec les acteurs s’arrête à cette différence que le texte politique change rapidement et nécessite de constantes actualisations qui limitent son apprentissage par cœur. Les hommes politiques sont donc dans la position d’acteurs faisant une lecture, c’est-à-dire ayant préparé le texte mais ne le connaissant pas totalement. Les plus importants ont eu une trame préparée par des collaborateurs. Ils l’ajustent et la nuancent en consultant d’autres conseillers. Ensuite, ils se concentrent avant d’entrer en scène.

  • 85 Forum des images, film de Serge Moati, Chroniques de mars, 1986.

88Existe ainsi une étape qui s’apparente au passage dans une loge. Dans les Chroniques de Mars de Serge Moati, réalisé en 1986, ce moment était peut-être pour la première fois visible en détail85. Moati avait choisi de suivre avec une vidéo de 8 mm trois candidats : Laurent Fabius, Premier ministre socialiste, Lionel Jospin, secrétaire du PS et Philippe Séguin, député RPR des Vosges. Chacun d’eux était observé dans la perspective de la campagne. Des séquences de porte-à-porte derrière Philippe Séguin alternaient avec de grands meetings où les deux chefs de file de la gauche socialiste tenaient le devant de la scène. Des scènes de préparation des discours et de rodage des arguments devant quelques collaborateurs alimentaient aussi l’image : Jospin s’entretenait longuement avec Delanoë et questionnait aussi le bureau de son parti sur sa stratégie. Laurent Fabius, en avion pour Toulouse, évoquait avec Catherine Lara le discours qu’il s’apprêtait à prononcer et lui confiait son désir d’y insérer les paroles d’une chanson de Barbara, ce qu’il fit. Avant le dernier grand rassemblement de la campagne, à Toulouse, Moati montrait Fabius arrivant dans le palais des congrès, dînant avec le fédéral local, accueillant au cours du repas Lionel Jospin avec lequel il discutait courtoisement en finissant leur plat. Puis, la conversation cessait et les deux hommes, chacun dans un coin, revoyait son texte, très studieux, dans un calme à peine troublé par le troisième convive tournant les pages de son journal. Ce film de 1986 ménage une vision honorable de la politique. Les hommes de gauche semblent connaître à l’avance la victoire de la droite et tenter d’en limiter l’ampleur. La grille d’analyse des comportements postule du sérieux, de la finesse et de l’engagement. Même dans la défaite, les dirigeants restent dignes, sans démagogie. L’humour est limité à des scènes de face-à-face avec des électeurs pour Philippe Séguin et à des moments de détente comme ce dîner toulousain où Jospin raconte le tournage du spot de la campagne officielle.

89Onze ans plus tard, dans le film de Joël Calmette, Jospin 97 – Chronique d’une campagne (les deux titres bâtis sur le mot « chronique » témoignent des ambitions similaires des auteurs), l’attention se concentre dès le départ sur la figure du candidat socialiste à l’élection législative. Jospin est vu aussi dans ses loges successives. Comme en 1986, quelques scènes de maquillage pour un tournage sont mises en boîte. Puis la préparation collective des discours et la phase de reprise et de concentration. La caméra s’attarde davantage sur des détails précis :

  • 86 Calmette (Joël) réal., film cité.

Jospin : Pourquoi veux-tu m’apporter mon texte sur scène ?
Manuel Vals : Pour que tu aies les mains libres.
– C’est compliqué. Une voix : Mets-le dans ta poche. Jospin : Donne-moi mon texte. [Il le prend et le met dans sa poche]86.

90À la fin d’une prestation, Lionel Jospin sort de scène hâtivement ; il enlève sa veste. Ses vêtements sont trempés de sueur. Il change de chemise hors caméra, mais le tournage de la soirée montre que la chemise bleue est maintenant blanche. Encore avant un meeting, Sylviane, sa femme, qui fut aussi un temps son attaché de presse, discute avec un collaborateur qui l’engage à changer la cravate de son mari. Réponse de l’épouse : « Ça ne lui va pas. [...] Vous me faites suer avec vos histoires de cravate ».

91La figure du candidat est dépouillée de ses derniers mystères. L’approche est professionnelle mais sans fard puisque le maquillage comme les artifices de préparation sont offerts au regard des téléspectateurs de FR3 qui a coproduit ce documentaire. Jospin plaisante en permanence. En 1986, rien de tel.

92Le contraste entre les deux documents montre que le dévoilement de la politique s’est opéré en une dizaine d’années. Le public a glissé d’une réflexion publicitaire à un fantasme de naturel fondé sur l’hypothèse de la transparence. Mais la comparaison débouche aussi sur une mise en perspective de la personnalité des hommes filmés. De Jospin en 1986, le réalisateur donne l’image d’un fonceur, détendu ; Laurent Fabius en sort avec l’aura d’un intellectuel mélancolique, volontaire, humaniste. Une sourde rivalité se devine dans les rapports entre les deux hommes par un excès de maîtrise de soi et de courtoisie affectée. Philippe Séguin paraît désabusé et porter une profonde tristesse et inquiétude, face à la politique, voire à la vie. En 1997, la lecture de Jospin a totalement changé. Il est encore présenté comme un fonceur, un chef d’équipe. Mais Calmette lui ajoute une facette de boute-en-train, un talent comique et imperturbable dans les scènes en dehors de la tribune qui tempère la gravité affichée dans les discours électoraux et les apparitions télévisées.

93L’évolution dit le glissement de la représentation du politique et comment la dimension décontractée et ludique ne doit plus être séparée de la dignité dans l’évaluation des hommes publics. Elle dit aussi que le regard des réalisateurs pèse sur la perception de la politique. Car Laurent Fabius n’était pas un doux rêveur en 1986, ni Philippe Séguin une gentille chiffe molle. Quant à Jospin, il avait déjà le sens de l’humour.

  • 87 Morin (Edgar) dir, La rumeur d’Orléans, Paris, Le Seuil, 1969, 256 p.

94Une telle construction invite à penser que les journalistes français pratiquent une écriture des hommes publics par un jeu d’opposition et de contrastes, tout comme leurs collègues italiens. Ces derniers ont bâti l’opposition schématique entre Berlusconi et ses opposants de gauche. En France, la fable serait : le modeste Séguin face à l’immense Fabius ; le rigoriste Jospin face au truculent Chirac. La mystification est séduisante, d’autant plus que des rumeurs renforcent la lecture clés en main des comportements : le même mécanisme que celui décrit par Edgar Morin se vérifie en politique (mon cousin a un copain qui travaille pour ; un ami d’un ami sait que ; un proche conseiller disait à mon collègue...)87. Michel Rocard connut une déformation similaire dans l’appréhension de son comportement. Durant son passage à la tête du gouvernement, les photographies de l’AFP ont privilégié les prises où il était en posture d’écoute, une main crispée sur le visage. Son sourire était contraint, gêné. Un naturel anxieux en émanait, à l’instar de cette vision d’un homme seul, fumant sa cigarette à l’abri d’un pilier, tandis que s’achève l’été.

  • 88 Sa biographie renforce singulièrement cette réputation en lui donnant des fondements psychologique (...)

95Les représentations illustrent les changements de l’époque, mais modifient la réalité comportementale. Le naturel politique à l’image est fiction. L’historien tente de le corriger par des témoignages et, par goût du défi, s’essayerait volontiers à dresser le portrait psychologique de ceux qui nous gouvernent. Il retient alors quelques stéréotypes qui composent des styles différents. Jospin a certes le sens de l’humour, mais il serait nuancé d’un rigorisme protestant (absolument invisible à l’image). Jacques Chirac n’a pas moins d’humour ; il y ajouterait la truculence corrézienne. Les deux hommes au sortir des images paraissent disposer d’atouts similaires dans la course au pouvoir, même si les rôles qu’ils endossent diffèrent : le travailleur modeste ; le sage du sommet (pas trop vieux encore espère-t-il). Le type d’humour d’un Séguin s’en distingue. Il est retenu et grinçant. Son profil est sans cesse ramené à une neurasthénie sous-jacente. Édouard Balladur manquerait singulièrement d’humour et serait d’une sourde violence (« un tonton-macoute », aurait dit Charles Pasqua). Séduisant dans l’intimité d’une conversation intellectuelle. Déconcertant en public. Martine Aubry serait dure, brutale88...

96La tentation même de dresser ces portraits dit assez comment la politique a dérivé de son objectivité doctrinale vers une subjectivité sociale. Car dans cette psychologie personnelle se projettent les idéaux de classe, les rêves de trouver dans le candidat un homme qui ressemble à ses concitoyens.

  • 89 Angelie (Claude), Mesnier (Stéphanie), Chirac père et fille, Paris, Grasset, 2000, 161 p.

97Comment s’étonner dès lors que les conjoints soient l’objet d’une attention croissante ? Que la famille soit l’enjeu d’hypothèses presque malsaines ? Un livre paru en 2000 intitulé Chirac père et fille a ainsi introduit l’hypothèse d’une relation de domination-fascination entre le Président et sa fille Claude89. L’accueil fait à cet ouvrage et son succès commercial témoignent de l’engouement pour des questions qui, pour être anciennes, n’en prennent pas moins de nos jours une acuité particulière. Le sujet des enfants engage la réputation politique. Ils sont suivis par la presse et constituent une arme de commercialisation non négligeable.

  • 90 Voir AFP, fonds numérique, 1974.
  • 91 Idem, 1977.
  • 92 Dans le cas des enfants Chirac, une négociation avec la presse est vraisemblable car seule Claude (...)

98L’usage des enfants Chirac90 n’était d’ailleurs pas nouveau et, dans une certaine mesure, il s’insère dans un phénomène de génération : Giscard utilisait sa fille pour ses affiches de campagne en 1974 ; Mitterrand montrait volontiers ses garçons. Le jeune Premier ministre, Jacques Chirac, effectua donc des poses avec sa fille cadette sur la plage des vacances au mois d’août 1974. Le premier vote de sa fille aînée fut couvert lui aussi. Elle était accompagnée de son père et de sa mère et se tenait timide devant l’urne91. Elle avait 18 ans. D’autres clichés laissent entrevoir Claude mûrie participant aux arbres de Noël de la ville de Paris, en famille. Toutefois cette mobilisation n’est pas sans risque, dans la mesure où le conseiller en communication du chef de l’État qu’elle est devenue s’expose naturellement à des attaques visant non plus un homme public mais un groupement professionnel. D’où un possible désaveu du jeu de cette paternité publique idyllique92.

  • 93 Botton-Noir (Anne-Valérie), Il vaut mieux perdre sa fille que les élections, Flammarion, 2001, 200 (...)

99La confession de la fille de Michel Noir sur les vicissitudes de ses relations familiales a démontré que, là encore, l’homme politique jouant le rôle du père entretient une fiction à usage médiatique et expose ce qu’il croit nécessaire à sa réussite93. La soudaineté du changement d’affects n’a rien d’étonnant dans un monde où les relations « vraies » sont devenues le leitmotiv des médias au point de susciter des émissions de caméra-vérité.

  • 94 Portrait paru en dernière page en 2001.
  • 95 Interview, Journal télévisé, France 2, juin 1997.

100Ceux qui partagent la vie des hommes et des femmes d’État sont scrutés moins brutalement que les enfants quand ils sont exposés. Simone Veil devait récemment rendre hommage à son mari dans un article paru dans Libération94. Elle y rappelait que l’étiquette méconnaissait les maris alors qu’elle soignait les épouses des ministres. Il avait fallu l’intervention « personnelle » de Valéry Giscard d’Estaing, alors président de la République, pour que l’étiquette cède à la courtoisie. Élisabeth Guigou, nommée ministre de la Justice, fut l’objet d’une attention identique. Discret, son mari parlait de sa carrière sans insister95. D’autres personnages ont eu moins de chance. Anne Sinclair jugea bon de cesser son émission politique quand son époux, Dominique Strauss-Kahn, devint ministre de l’Économie et des Finances. Cette éclipse était plus conforme aux usages masculins de la politique.

  • 96 ANSA, fonds numérique.

101Les « first ladies », pour leur part, sont des objets de curiosité. Les journalistes se font un plaisir de les photographier dans les cérémonies officielles et d’insister sur leurs activités. En Italie, nombre de clichés officiels de la présidence montrent les discussions entre les épouses des présidents et celles de leurs hôtes. Là encore, la curiosité fut déchaînée par la relation qui unissait Oscar Luigi Scalfaro avec sa fille. Veuf, le président de la République italienne avait élevé sa fille seul, et lui confiait le rôle de première dame de l’État dans le rituel républicain. Elle l’a soutenu pendant sa présidence. Plusieurs images protocolaires la montrent occupant le rôle traditionnellement dévolu aux épouses de chef d’État. Elle a notamment reçu des dirigeants étrangers, participé à des dîners de gala et même suivi des cérémonies militaires. Sa présence, soulignée par la presse, indique que le rituel politique a progressivement construit une place pour les compagnes des chefs d’État. La famille est d’ailleurs remarquée lors de l’intronisation : des photographies privilégient la tribune d’invités où se pressent la famille et les amis ; la cessation des activités n’est pas moins replacée dans ce contexte semi-privé. Sans doute la plus célèbre vue du « couple » Scalfaro est-elle celle qui a marqué la fin du mandat présidentiel96. La fille tenait dans ses mains le visage de son père, pour le consoler après qu’il avait mis fin à ses fonctions. Elle arborait une sorte de sourire fier et semblait inverser les rôles.

102Dans le cas de la République italienne, l’épouse du président de la République remplit une fonction visuelle plus importante que celle du président du Conseil. Elle incarne une forme de convivialité qui rappelle les fastes monarchiques. La coutume voulait qu’elle soit appelée par son prénom précédé du mot « dona » un peu à la manière des nobles anglo-saxonnes ou espagnoles. Certaines préféraient souligner le caractère personnel de leur trajectoire et affirmer leur individualité. Ce fut notamment le cas de Madame Pertini que la presse mentionnait sous son nom de résistante et de journaliste : Carla Voltolina.

103L’usage du terme de « first lady » est devenu courant en Italie. En France, il reste cantonné à ses usages extérieurs. L’on préfère appeler ses épouses par leurs nom et prénom. Anne-Aymone Giscard d’Estaing, Danièle Mitterrand, Bernadette Chirac, ont chacune joui d’une place assez importante à l’image. La télévision leur a accordé un rôle secondaire mais régulier, en tant qu’épouse du chef de l’État. Les agences photographiques leur réservent sans aucun doute un espace plus grand encore. Cette documentation permet de tenter de replacer le comportement de ces femmes dans les interrogations qui sont les nôtres. D’abord les épouses de gouvernant remplissent une fonction protocolaire officielle. Elles sont mises en scène dans les grandes réceptions et il est clair qu’elles contribuent à l’organisation d’une partie des cérémonies. À cet égard, les reportages télévisuels font pénétrer dans les coulisses et conduisent les spectateurs à projeter sur ces grandes dames de hautes tâches ménagères comme préparer les menus et les plans de table. On imagine cependant qu’elles bénéficient en l’occurrence de la puissante expérience des chefs du protocole et de leurs services...

104Dans les réceptions proprement dites, leur comportement est régi par une politesse étrange faite de courtoisie, tempérée par les règles de prééminence des élus (hommes) sur les non-élues (femmes). Précisons que la situation est la même mais inversée quand ce sont des femmes qui occupent les fonctions officielles et que leur mari les accompagne. Toutefois, en France et en Italie, ces cas sont moins fréquents, pour l’instant.

105Ces images de réceptions en public ne s’écartent guère des visions traditionnelles des hommes ou des femmes publics. Les « first ladies » sont donc souriantes, mais assimilées aux dépositaires de la souveraineté, elles en adoptent la componction et les gestes relativement lents et solennels.

106Un second type documentaire induit une implication moins publique et ouvre sur une lecture de ces femmes comme des agents autonomes. Leurs bonnes œuvres les valorisent et sont l’occasion d’attirer sur le couple présidentiel sympathie et estime. Telle Bernadette Chirac et son aide au milieu hospitalier avec la grande opération Pièces jaunes, la plupart des premières dames s’emploient à agir pour les déshérités. D’où une popularité qui leur vaut de pouvoir soutenir les ambitions politiques de leur clan partisan. Ainsi, lors des dernières élections présidentielles, l’épouse de Jacques Chirac participa-t-elle à cinq réunions pour appuyer des amis qui le lui avaient demandé. À travers elle, chacun lisait l’appui de la présidence.

107Enfin, plus rares, les marques d’affection et les signes d’intelligence et de proximité entre les couples célèbres. De même, les images de loisirs parfois mobilisées dans les rétrospectives restent difficiles à trouver. Là sans doute persiste un tabou qui exprime la limite, la légitime interrogation sur le leader et le voyeurisme. En France, les relations amoureuses ne sont pas l’objet d’une curiosité particulière de la part des médias, par accord tacite avec le personnel politique. En Italie, un silence presque similaire se retrouve.

  • 97 Sarraut (Marion) réal., Bernadette Chirac, France 3, diffusion le 12 juillet 2001.

108Une émission récente sur Bernadette Chirac entrouvre, à la façon de la presse populaire, la question des relations de couple, tout en passant à la trappe la réalité familiale97. Fugitivement une intimité complice était entrevue dans la révélation du surnom que le président Chirac donne à son épouse : « la tortue » : « La tortue est, disait-il, un animal familier, sympathique, intelligent (...). Elle a gagné par rapport au lièvre ». Sa femme, dans la même émission, répondait « Moi, je suis la femme du bulldozer. Il faut que je résiste ». Elle se demandait si elle avait été l’épouse idéale pour son mari et finissait : « Ç’aurait été probablement bien pour lui d’être avec une femme comme une explosion de joie ».

109L’imagerie officielle tait les relations de cœur autres que celles tolérées par les hommes politiques. Seule la révélation de la double famille de François Mitterrand a rompu avec cette dimension. Les livres à scandale, évoqués plus haut, semblent indiquer que désormais le caractère lisse de l’intimité familiale ne va plus de soi. A contrario, une certaine discrétion entoure les relations homosexuelles y compris pour ceux qui se déclarent ouvertement gays. Durant la campagne municipale de 2001, en effet, nul ne mit un accent particulier sur cette dimension de la vie de Bertrand Delanoë.

  • 98 Giuseppe D’Avanzo, « Il filosofo di palazzo Madama », La Repubblica, 31 mai 2001, « Nel 1994, per (...)

110La tentation est grande d’évoquer une américanisation des mœurs politiques hexagonales. Rien ne l’atteste pourtant. Car les publications psychologisantes, comme la nouvelle présentation de l’intimité, s’inscrivent dans l’évolution des systèmes de croyance. Elles nourrissent un changement de nature de la réflexion politique, mais n’alimentent pas encore le débat politique lui-même. Le naturel, confondu avec l’intime, est ainsi une référence exogène à la classe politique. En comparant avec les stars du show business, l’historien constate que ce caractère fut précoce pour les vedettes de la chanson. Le naturel s’est donc imposé aux élus. Ils n’en sont pas les artisans réguliers, mais en l’espèce suivent la tendance, tentant par moment d’en infléchir le cours. En 1985, Jack Lang venant à la Chambre dans un costume de Thierry Mugler à col Mao, sans cravate, fut de ceux-là. De même en alla-t-il quand Carlo Scognamiglio vint conquérir le Sénat les mains dans les poches en 199498. Les protestations soulevées lors de ces épisodes expriment les résistances à la politique naturalisée. Pour l’heure, la correspondance entre personnalité intime et personnalité publique conserve encore une distance relative, en France et en Italie. Toutefois, l’évolution accélérée de la mise en forme de la politique vers le naturel laisse penser que des débats comparables à ceux suscités par l’affaire Clinton-Lewinski y seront un jour possible.

111La polémique politique glissera alors de la gestion des affaires de la cité vers la mise en parallèle de performances individuelles, achevant de réduire l’autonomie lentement acquise par l’espace public. Ce scénario extrémiste n’est toutefois pas encore écrit. La politique conserve d’importantes ressources de dignité. Comme la religion, elle reste un point de référence fondamental dans les moments de crises. Alors, la gravité reparaît. Nul ne la conteste car, dans la tragédie, elle est naturelle.

Notes

1 Cette expression revient dès qu’un homme public est mis en examen. Les discussions sur le sentiment d’impunité de la classe politique rejoignent l’idée que la détention du pouvoir ne doit désormais plus engendrer de différence visible avec ceux qui le délèguent. La tolérance par rapport au débordement naturel de ceux qui sont sous pression dans l’exercice de leur fonction s’est considérablement réduite. Le débat sur le harcèlement moral dans les entreprises, souvent transposé sous une forme dérivée de la lutte de classe – les petits sont harcelés par leurs supérieurs –, rejoint cette tendance nouvelle des sociétés démocratiques à restreindre la lisibilité et les caractéristiques secondaires de la domination.

2 Voir les figures d’entrepreneurs actuels dans Vidal (Florence), Histoire industrielle de l’Italie de 1860 à nos jours, Paris, Seli Arslan, 1998, p. 211-219 où l’épopée économique devient aussi une aventure personnelle.

3 Sur l’appréciation des dirigeants en termes de comportement, on trouve une réflexion dans les articles pionniers de Michel Crozier et en particulier dans « Les relations humaines au sein de la direction dans un système d’organisation bureaucratique », article publié en 1961 et repris dans Crozier (Michel), op. cit., p. 66-109.

4 Nous partons ici d’une lecture individualiste du travail philosophique de Sloterdijk (Peter), La domestication de l’être, Paris, Mille et une nuits, 2000, 114 p. Voir particulièrement p. 20 sq., le rapport entre l’homme et l’animal chez Martin Heidegger.

5 Quilici (Folco) réal, Storia dell’Italia... Il regime fascista...

6 Lefebvre (Denis), Guy Mollet le mal aimé, Paris, Plon, 1992, 563 p.

7 Les principaux livres dont la finalité est d’animer les conversations et les déjeuners d’affaires composent un véritable genre éditorial « journalistico-mondain ». Une approche de ce type d’ouvrages dans sa veine technocratique se trouve dans Le Bart (Christian), Neveu (Erik), « Quand des énarques se font écrivains : un art du ‘Grand Écrit’ », Mots, no 54, mars 1998, p. 9-26. Pour les livres cités, voir Nay (Catherine), Le rouge et le noir, Paris, Grasset, 1984, 390 p. ; Schneider (Robert), La haine tranquille, Paris, Le Seuil, 1992, 279 p. ; Brigouleix (Bernard), Histoire secrète des années Balladur, Paris, Albin Michel, 1995, 304 p.

8 Crozier (Michel), Friedberg (Erhard), L’acteur et le système, Paris, Le Seuil, 1977, 436 p., définissaient le pouvoir comme une relation et non plus comme une ressource située en des lieux précis.

9 Paris-Match, 22 août 1987.

10 Voir sur ce journal Eveno (Patrick), Le Monde 1944-1995 - Histoire d’une entreprise de presse, Paris, Le Monde éditions, 1996, 540 p. ; Thibau (Jacques), Le Monde, histoire d’un journal, un journal dans l’histoire, Paris, Plon, éd. 1996, 538 p.

11 Landowski (Éric), La société réfléchie... op. cit., classe Le Monde dans la catégorie sémiotique des journaux officiels. Voir aussi l’usage des temps commentatifs, qui en fait un quotidien objectivant.

12 Georges (Pierre), « Une bien belle photo », Le Monde, 8 janvier 1999, résume les positions contradictoires.

13 Almeida (Fabrice d’) dir., L’éloquence politique en France et en Italie de 1870 à nos jours, Rome, École française de Rome, 2001, 330 p.

14 Costa-Gavras (Constantin) réal., Z, Jacques Perrin, 1968, coul., 125 min.

15 Verneuil (Henri) réal., I comme Icare, V. Film/SFP/Antenne 2, 1979, coul., 120 min.

16 Tchernia (Pierre) réal., La Gueule de l’autre, Gibé Film/Sara Film, 1979, coul., 100 min.

17 Risi (Dino) réal., I Mostri, Fairfilm, 1963, nb, 112 min.

18 Monicelli (Mario), Vogliamo i colonelli, Dean Film, 1973, coul., 103 min.

19 Luchetti (Daniel), Il Portaborse, Nanni Moretti/Nella Banfi, 1991, coul, 90 min.

20 Isnenghi (Mario), L’Italia in piazza... op. cit.

21 Voir par exemple AFP, fonds manuel, 10-05-85, planches contacts sur la préparation de la salle au congrès de Toulouse. Les palettes de chaises et en fond le slogan du PS « 86 : confirmer le progrès ». Voir aussi AFP, fonds manuel, 14-0390 préparation de la salle au congrès de Rennes.

22 AFP, fonds manuel, 20-11-1997, l’image montre un technicien travaillant près d’un établi, là où bientôt un pupitre accueillera les orateurs.

23 AFP, fonds manuel, 11-11-94, Jacques Demarthon/jd/mg Charleville-Mézières, Ardennes « un militant porte une bouteille factice pour la buvette du théâtre où s’ouvre, le 11 novembre, l’assemblée générale annuelle du mouvement écologiste des « Verts ».

24 Voir le livre qui reprend une grande partie des conclusions de l’émission, Saint Afrique (Lorrain de), Fredet (Jean-Gabriel), Dans l’ombre de Le Pen, Paris, Hachette Littératures, 1998, 260 p.

25 AFP, fonds manuel, 10-07-97, congrès de Bordeaux, notamment les pins’s au début.

26 AFP, fonds manuel, 20-11-1997, Emmanuel Pain/p/sc, « une femme apporte des dizaines de bouquets de roses au parc des expositions de Penfeld, le 20 novembre à Brest, à la veille du congrès du Parti socialiste ».

27 AFP, fonds manuel, série PS-Congrès, « Rennes : le congrès de crise », 1903-90, photo no 007, proposée en tirage aux clients. Le traitement de cette humeur est à rapprocher de la perte de sang-froid lors de la controverse avec la journaliste du Monde à l’hiver 2001.

28 Idem, 18-03-90, image no 8 sur le fil.

29 Ibid., 18-03-90.

30 AFP, fonds manuel, 12-09-97, Joël Robine/sb/mp, « un couple s’embrasse alors qu’il déambule dans les allées du parc de la Courneuve, où s’ouvre, ce 12 septembre, la fête annuelle du quotidien communiste L’Humanité ». Le baiser est pris entre deux pancartes : à gauche « frites » et à droite « adhésions au PCF ».

31 AFP, fonds manuel, 12-09-98, Thomas Coex/nf, « une femme avec ses enfants est aux prises avec la boue dans les allées du parc de La Courneuve, le 12 septembre, lors du deuxième jour de la fête de L’Humanité, édition 1998 ».

32 AFP, fonds manuel, 28-06-98, Joël Saget/gl.

33 AFP, fonds manuel, 27-06-98. Une série de trois images fut proposée sur le fil. Jacques Chirac manifesta la même satisfaction en recevant un maillot numéro 23 de la part des membres de l’équipe de France.

34 AFP, fonds manuel, 29-05-90, Pierre Guillaud/ao, une image prise devant l’Assemblée nationale, en marge de la réunion.

35 Par exemple Alain Juppé y est contraint lors d’un meeting où une horde de photographes se tient devant lui et son voisin Jacques Chirac. Voir AFP, fonds manuel, 1-10-89, René Jean, lors des assises parlementaires du RPR tenues à Arcachon.

36 AFP, fonds manuel, 21-03-90, on peut lire ce compte rendu de reportage : « Fabius voulant à tout prix éviter les journalistes j’ai été obligé de me mettre en pool avec Reuter pour couvrir les deux entrées ». Résultat, il faut demander les photographies à Reuter.

37 ANSA, fond numérique, 1998.

38 ANSA, fond numérique, 18-10-98.

39 Sur ce chapitre, l’AFP est moins cruelle que d’autres agences qui, perfides, mettent ces images à la disposition du public. Dans le cas de Raymond Barre, une planche contact qui le montrait endormi à l’Assemblée nationale ne fut pas proposée sur le fil.

40 ANSA, fonds numérique, 1997.

41 AFP, fonds manuel, 15-10-95, Jacques Demarthon/mp/mg

42 AFP, fonds manuel, gouvernement.

43 AFP, fonds manuel, 27-06-98, Joël Saget, planche contact.

44 Qu’il suffise de rappeler que, pour l’heure, nul n’a encore jugé utile de nous infliger des hommes politiques aux toilettes... Pourtant le sujet a pu ailleurs engendrer une véritable crise politique. Le prince de Hanovre fut ainsi saisi par un photographe alors qu’il urinait sur le pavillon de la Turquie à l’Exposition universelle 2000. Le trait fut considéré comme une provocation délibérée. L’affaire fut heureusement vite oubliée malgré son caractère cocasse.

45 Derville (Grégory), « Le discours du ‘Bébête Show’ de TF1 : populaire ou populiste ? », Mots, no 48, sept. 1996, p. 115-126.

46 Collovald (Annie), Neveu (Érik), « Les ‘Guignols’ ou la caricature en abîme », Mots, no 48, sept. 1996, p. 87-111.

47 AFP, fonds manuel, 3-09-91 Gérard Julien/gj/sb, Ramatuelle, « les trois prédécesseurs d’Édith Cresson à la tête du gouvernement socialiste, Pierre Mauroy (D), premier secrétaire du parti, Laurent Fabius (C), président de l’Assemblée nationale et Michel Rocard (D), plaisantent avant l’intervention de Laurent Fabius à l’université d’été du parti socialiste ».

48 AFP, fonds manuel, 1-09-94, le Pradet (Var), lors d’une université d’été des jeunes démocrates sociaux.

49 AFP, fonds manuel, 28-08-91, Gérard Julien/gj/fh, à la Garde-Freinet pour l’Université d’été des jeunes Européens, Élisabeth Guigou, lunettes de soleil sur le front, avait rencontré un Raymond Barre affable sans cravate. Jeunesse oblige.

50 AFP, fonds manuel, 28-08-89, Gabriel Bouys/gb-sb, Emmanuelli au second plan n’est cependant pas trop décalé par rapport aux adolescents alanguis par la chaleur albigeoise.

51 AFP, fonds manuel, 1-09-90, Boris Horvat/mcde Touquet.

52 AFP, fonds manuel, 04-09-92, Pierre Bessard/pb/eb.

53 AFP, fonds manuel, 02-07-94, Rocard entouré de danseurs brésiliens à la fête socialiste du Bourget. Son sourire oscille entre la gêne et l’amusement.

54 AFP, fonds manuel, 30-09-89, René Jean, journées parlementaires du RPR, Charles Pasqua et Bernard Pons s’embarquent pour une promenade en bateau en saluant les compagnons.

55 AFP, fonds manuel, 13-05-97, Joël Robine/jr, à Dole où Jospin était venu soutenir la campagne de son alliée de la gauche plurielle.

56 ANSA, fonds numérique, sd. Cliché des années 1970.

57 AFP, fonds manuel, 31-08-89, Eric Cabanis/ec/vc, Léotard boit un café avec Méhaignerie sur une table à l’extérieur, le bras gauche dans le plâtre, lunettes de soleil sur le nez. Les deux hommes sont en simple chemise à manches courtes. Simone Veil discutait en robe à fleurs et collier de perles avec de jeunes militants.

58 Témoignage de M. Morin, photographe du Sénat, mars 1998.

59 AFP, fonds manuel, 15-11-91, Pascal Guyot/mcd.

60 AFP, fonds manuel, 24-04-94, Joël Saget/gl, « Dans le cadre du 9e congrès du CDS, ce 24-25 avril à Rouen, ont été débouchées les bouteilles de cidre de la cuvée 1994, dont les étiquettes ont été imprimées aux effigies caricaturées de Pierre Méhaignerie (G), président sortant, Dominique Baudis (C), tête de liste UDF-RPR aux élections européennes et Bernard Bosson, nouveau président du CDS, élu par les militants, qui prendra ses fonctions en décembre ».

61 AFP, fonds numérique, série prise le 15-05-97.

62 Forum des images, film de Calmette (Joël), Jospin 97 – Chronique d’une campagne, [France 3], 54 min, couleur.

63 Pour une lecture ironique des rôles de la campagne municipale, Leclercq (Florent), Sauvage (Pascale), Paris à tout prix – Histoire secrète d’une élection, Paris, Le Seuil, 2001, 295 p. et p. 233-234 sur le passage au Parc des Princes. Le livre reprend une émission de télévision produite par Canal +.

64 AFP, fonds manuel, 23-09-95, Gérard Julin/se/mn, à l’image : un chef opérateur se délecte en prenant sa bonne image et le perchman appliqué tire la langue, pris dans son travail.

65 Forum des images, film cité de Joël Calmette, Jospin 97.

66 La psychologie sociale spontanée du personnel politique n’a pas encore fait l’objet d’une véritable étude. Elle part sans doute des prémisses de Tarde et Le Bon, rebondit sur le travail d’Elias Canetti et atterrit sur des techniques de vente croisées dans les relations avec les conseillers en communication.

67 L’étude des journaux municipaux a été facilitée par le travail qu’ont effectué plusieurs étudiants de licence et de maîtrise en Sciences de l’information et de la communication de l’Université de Paris X. Leurs courts rapports (entre 10 et 20 pages) nous ont permis de bâtir cette synthèse. Ils sont consultables sur demande. Bourdeau (E´ lodie), Louveciennes, 15 p. ; Collas (Alain), Saint-Ouen, 11 p. ; Le Maguet (Isabelle), Rueil-Malmaison, 11 p. ; Kang (Viviane), Puteaux, 13 p. ; Douangamath (Victor), Bois-Colombes, manuscrit, 20 p. ; Cabuil (Coralie), Pau, manuscrit, 16 p. ; Lambart (Typhaine), Gentilly, manuscrit, 16 p. ; Bouteille (Julien), Courbevoie, 10 p. ; Tremblay (Mélanie), Choisy-Le-Roy, 11 p. ; Thoirey (Marine), Saint-Denis, 7 p. ; Savournin (Brigitte), Chaville, 16 p. ; Revert (Bruno), Houilles, 7 p. ; Cachet (Graziella), Aulnay, 19 p. Nous avons pour notre part dépouillé en tout ou partie les journaux des villes de Paris (sous leur différentes formes du bulletin d’arrondissement à Paris le Magazine), Nantes, Lyon, Marseille et plus petit d’Antony, de Sceaux et du Plessis-Robinson. Le déséquilibre documentaire au profit de la région parisenne s’explique par la proximité de ces sources.

68 Raccoltà Bertarelli, Milan, volantini, busta 1984..., tracts de 1985.

69 Idem, tract du Movimento popolare, 1985.

70 Montanelli (Indro), Spadolini Presidente, sl, supplément a Rassegna Repubblicana, no 6, 6-6-83, 96 p. voir p. 12.

71 Idem, p. 63.

72 AFP, fonds numérique, septembre 1997.

73 Guigou (Élisabeth), Être femme en politique, Paris, Plon, 1997, p. 103-104.

74 ANSA, fonds numérique 1998.

75 AFP, fonds manuel, 5-06-92.

76 ANSA, fonds numérique, 26-07-99.

77 Raccoltà Bertarelli, Milan, volantini, busta 1983, tract de 1983.

78 Collection Barodet – Programmes électoraux, Paris, Assemblée nationale, [1988], p. III.

79 Barodet, 1993, np.

80 Barodet, 1978.

81 Voir par exemple, Raccoltà Bertarelli, Milan, busta 1984..., tract du PSDI, 1985 « il futuro di Milano è il nostro », le candidat pose la main sur l’épaule d’une jeune militante anonyme, sur fond de Duomo.

82 Barodet, 1986, liste union de l’opposition républicaine, « Une équipe pour la Corrèze avec Jean Charbonnier ». Ce dernier, tout sourire parmi les autres, soutien de la tête de liste Jacques Chirac.

83 Barodet, 1993.

84 AFP, fonds manuel, 26-09-95, Georges Bobet/gg-gl.

85 Forum des images, film de Serge Moati, Chroniques de mars, 1986.

86 Calmette (Joël) réal., film cité.

87 Morin (Edgar) dir, La rumeur d’Orléans, Paris, Le Seuil, 1969, 256 p.

88 Sa biographie renforce singulièrement cette réputation en lui donnant des fondements psychologiques et familiaux, Burel (Paul), Tatu (Natacha), Martine Aubry – Enquête sur une énigme politique, Paris, Calmann-Lévy, 1997, 272 p.

89 Angelie (Claude), Mesnier (Stéphanie), Chirac père et fille, Paris, Grasset, 2000, 161 p.

90 Voir AFP, fonds numérique, 1974.

91 Idem, 1977.

92 Dans le cas des enfants Chirac, une négociation avec la presse est vraisemblable car seule Claude fait l’objet d’un suivi régulier tandis que sa sœur aînée est laissée à sa tranquillité.

93 Botton-Noir (Anne-Valérie), Il vaut mieux perdre sa fille que les élections, Flammarion, 2001, 200 p.

94 Portrait paru en dernière page en 2001.

95 Interview, Journal télévisé, France 2, juin 1997.

96 ANSA, fonds numérique.

97 Sarraut (Marion) réal., Bernadette Chirac, France 3, diffusion le 12 juillet 2001.

98 Giuseppe D’Avanzo, « Il filosofo di palazzo Madama », La Repubblica, 31 mai 2001, « Nel 1994, per un solo voto, il centrodestra promosse alla presidenza del Senato Carlo Scognamiglio. Il discorso di Scognamiglio lo si afferra nel fondo della memoria per la non-chalance con cui tenne la giacca sbottonata e sbarazzina, la mano mollemente in tasca : per dettagli estetici, vaghi. Per dirla tutta, superflui ».

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540