Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique au naturel

 | 
Fabrice D’Almeida

Première partie. Un monde de gravité

Chapitre 2. L’image identitaire des parlementaires de la Belle Époque à la Seconde Guerre mondiale

Texte intégral

  • 1 Sur la lecture électoraliste du comportement politique, voir Mayer (Nonna), Perrineau (Pascal), Les (...)
  • 2 Sur cette notion voir Almeida (Fabrice d’), « Éloquence politique au xxe siècle », in Des mots en l (...)
  • 3 Percheron (Annick), La socialisation politique, Paris, Colin, 1993, 224 p.
  • 4 Parmi les travaux de cette historiographie portant sur des groupes sociaux très variés, il faut cit (...)

1Longtemps entendue par référence aux pratiques électorales, la notion de comportement en histoire revêt un autre contenu pour qui s’intéresse aux manières d’être1. Le mot renvoie aux façons de se présenter hen public. Il évoque aussi des attitudes, des façons de faire, des postures2. Ces postures sont autant de poses signifiantes pour un observateur dans une société politique donnée. Elles médiatisent un projet d’expression de soi. Volontaires dans la mesure où elles sont le fruit d’une décision de prendre la pose, elles sont aussi le produit d’ensembles de représentations : le choix des attitudes résulte de stéréotypes acquis au cours d’une éducation qui s’exerce à l’intérieur et en dehors des institutions politiques3. L’étude historique du comportement est donc une réflexion sur des pratiques observables et sur les stratégies qui les sous-tendent4.

  • 5 Goffman (Erving), La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit, 2 vol.
  • 6 Braud (Philippe), L’émotion en politique, Paris, Presses de sciences po, 1996, 257 p.
  • 7 Eckman (Paul) dir., op. cit., p. 17 sq., les auteurs insistent sur le visage comme instrument de me (...)

2Le concept sociologique de rôle5est une bonne métaphore pour exprimer combien les hommes publics construisent sciemment un personnage à usage externe qui a peu à voir avec ce qu’ils ressentent, mais doit traduire une pensée politique. Certes, il n’existe pas de maîtrise totale et les hommes, pour être politiques, n’en sont pas moins dotés d’émotions6qui transparaissent dans un geste ou un frémissement. Paul Eckman affirme qu’il est impossible pour un individu de contrôler l’ensemble de ses vecteurs d’expression7. La maîtrise de la parole exige une concentration importante. Celle du corps est si difficile qu’il paraît impossible d’en acquérir un contrôle absolu : comment veiller conjointement à son système de sudation, ses rougeurs, son regard, ses muscles, qui tous sont déclenchés par des émotions mobilisant un chaînage musculaire complexe ?

  • 8 James (William), La théorie de l’émotion, Paris, Alcan, 1903, 170 p. Voir aussi la somme de Dumas ( (...)
  • 9 Sur la rigidité du contrôle corporel au sein des élites sociales à la fin du xixe siècle, voir l’ex (...)

3Les hommes de la fin du xixe et du début du xxe siècle pensent les émotions par rapport à des états corporels et psychiques liés à une mémorisation, comme l’explique William James dans un ouvrage de 1903, synthétisant les théories du temps et préfacé par la grande autorité en matière psychologique que fut Georges Dumas8. Cette façon de concevoir le comportement resta sensiblement la même jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Seules quelques retouches influencèrent un système de poses rigide, privilégiant la retenue des émotions. Le dressage éducatif9favorisait cet impératif de présentation peu expressive. L’habitude de se confronter à des situations tendues voire violentes contribuait aussi à forger l’irénisme apparent du monde politique. Dans les deux cas, cela revenait à une préparation mentale à la retenue. Par ces procédés, l’homme politique pouvait garder l’empire sur soi, propre à limiter l’expressivité corporelle (y compris faciale). Ajoutons que les vêtements masquent un certain nombre de phénomènes expressifs, évitant, par exemple, de voir une peau se tendre ou un système pileux se hérisser sous un effort de retenue en phase critique. Il reste qu’une partie des émotions transparaît parfois imperceptiblement et l’interlocuteur le remarque.

  • 10 Nous laissons provisoirement de côté les autres sources visuelles car dans la période qui va des an (...)
  • 11 Voir Sagne (J.), L’atelier du photographe 1840-1940, Paris, Presses de la Renaissance, 1984 ; Rouil (...)

4La distance des sources photographiques n’offre pas cette possibilité de perception personnelle de l’émotion du sujet10. Cet inconvénient est compensé par la notion de pose. La pose, en photographie particulièrement, réside dans cette conscience d’être pris qui laisse aux acteurs la possibilité de rectifier parfois très légèrement leur posture pour présenter une certaine idée d’eux-mêmes. Le temps de pose devenu imperceptible à la fin des années 1880, seul subsiste risque de flou, mais le matériel est déjà très efficace. La manière de se tenir n’est donc pas strictement gouvernée par les impératifs techniques. Prendre la pose est autant une coutume, une sorte d’habitude (notamment en peinture) qu’une façon de maîtriser son image. Le fantasme de la photographie hasardeuse n’existe guère dans le domaine qui est le nôtre. La pratique de la photographie de studio était d’ailleurs fortement ritualisée jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Ceux qui venaient y poser suivaient les indications du photographe et se plaisaient à une certaine solennité de la pratique11. La construction d’un cliché a supposé la rencontre entre le sujet et son photographe puis la décision d’adopter une posture. Seul le reportage photographique dans la presse peut, au début des années 1900, laisser une place à la spontanéité. Encore un certain sens de ce que l’on doit prendre, de ce qui est significatif dans l’espace public d’alors, limite-t-il les effets du hasard.

5Le corpus de photographies de députés remplit donc une fonction de révélation de soi aux autres. Le comportement facial en est la première expression.

6L’apparence du visage est comme auparavant l’objet d’une attention particulière, dans les espaces publics. Il n’est point de hasard dans sa construction. La coupe de cheveux, le port de la barbe ou de la moustache traduisent moins les effets de la nature qu’un désir de communiquer. Sans doute un menton fuyant peut-il être corrigé par une barbe, mais cette esthétique dit bien qu’une conception de la personnalité passe à travers le physique. Ces stéréotypes corporels, acquis dès l’enfance, ont une inertie. Il convient de les étudier dans la longue durée. De même, le comportement facial en représentation, indique, dans sa répétition ou dans ses absences, l’idéal de l’homme à un moment donné.

LA MAÎTRISE DU VISAGE

7L’expressivité du visage n’est pas constante dans le temps. Une longue tradition littéraire et philosophique postulait en effet que l’homme, et en particulier l’homme de pouvoir, ne devait pas laisser transparaître ses opinions. Les plus explicites à cet égard sont les auteurs des traités de courtisanerie qui, de long temps, soutiennent l’idée que le bon courtisan, outre son calme, doit posséder suffisamment d’empire sur lui-même pour garder une expression impassible.

8L’analyse du comportement des autres invite à la prudence. Il faut évaluer sans cesse la position des interlocuteurs. Cette recherche suppose une aptitude à décrypter les attitudes, à scruter l’entourage, pour lire ses pensées sur ses traits. Dans le même temps, chacun doit prendre garde de ne pas donner à voir ses sentiments. La prudence exige un travail particulier sur soi. Elle devient dissimulation.

  • 12 Gracian (Baldassar), L’art de la prudence, Paris, Mille et Une Nuit, 1998, p. 64.

Dissimuler
Les passions sont les brèches de l’esprit. La science du plus grand usage est l’art de dissimuler. Celui qui montre son jeu risque de perdre. Que la circonspection combatte contre la curiosité. À ces gens qui épluchent de si près les paroles, couvre ton cœur d’une haie de défiance et de réserve. Qu’ils ne connaissent jamais ton goût, de peur qu’ils ne te préviennent, ou par la contradiction ou par la flatterie12.

  • 13 Muchembled (Robert), La société policée – Politique et politesse en France du xvie au xxe siècle, P (...)

9La dissimulation est donc liée à l’émergence d’une intimité. Elle est réserve. Elle n’est pas seulement la préparation négative de quelque trahison. En son for, l’homme est libre. S’il se dévoile, il perd son autonomie. L’éducation des futurs hommes politiques tient compte de ces maximes héritées de la société de cour, en particulier au xixe siècle, moment où les civilités de la bourgeoisie se modèlent sur celles de l’aristocratie13.

10Les images d’identités des Notices et portraits présentent des visages qui laissent de côté une intimité ou un état intérieur. Elles médiatisent davantage une stratégie sociale. Elles sont à la fois dissimulation et expression, une sorte de discours convenu, peu expressif, allusif.

11La régularité des photographies des chambres basses est, nous l’avons dit, après 1906, en France et en Italie. Chaque législature est l’objet d’une publication permettant de dresser une courbe des comportements faciaux. Traiter des images identitaires italiennes et françaises jusqu’à la Seconde Guerre mondiale peut paraître une gageure, pourtant il se dégage de cet ensemble une gravité commune qui en justifie le rapprochement. Le choix se comprend par l’étude pointilleuse de ces séries d’images accumulées depuis les années 1870 et dont une même patine dit la commune expérience humaine de gravité.

  • 14 Notices et portraits, 1919, p. 437 ; 1936, p. 135.
  • 15 Notices et portraits, 1936, p. 478.
  • 16 I 535 deputati..., 1924, p. 268.

12De fait, dans la continuité avec les premières expériences, le lecteur est frappé par la définition quasi négative des expressions présentées, en ce sens que la plupart des visages conservent une sorte de sérieux neutre. Les émotions y étant refoulées, le comportement facial majoritaire se définit par ses absences : ceux qui ne sourient pas ou ne froncent pas particulièrement les sourcils, qui n’appuient pas leur visage sur leur main, qui ne crispent ni leur maxillaire, ni leur front, ni la lèvre supérieure, qui ne découvrent pas leurs dents, ou ceux qui refusent de se montrer en action (en parlant, par exemple) sont une immense majorité. À l’inverse, le seul comportement, certes marginal, mais récurrent, est le sourire. Les autres sont si peu fréquents qu’ils sont de l’ordre de l’hapax. Ils éclairent la norme, par défaut. Ainsi peut-on citer le visage tendu aux sourcils froncés de Luciano Rambelli dans la Chambre de 1939. Membre du conseil national du PNF, il pose, le regard de face. Marius Moutet, quant à lui, offre un visage affable, voire souriant, en 1919, alors qu’en 1936 il arbore un air sévère avec sourcils froncés et rides sur le front14. Une sévérité si marquée est rares. De même, les airs surpris sont quasi inexistants. Une nuance presque interrogative est exceptionnellement visible : Jean Fernand-Laurent, en 1936, lève légèrement un sourcil et appuie son visage sur sa main, à la manière d’un penseur15. À la limite de la sévérité et du sérieux, l’on trouve plusieurs fois des visages plus expressifs que la simple gravité de l’homme publique. Ils laissent entrevoir un désir marqué d’affirmer solennité ou autorité. L’une de ces images, qui paraît prise sur le vif, est celle de Carlo Del Croix pour la législature de 1924. Del Croix a la bouche ouverte, comme s’il parlait ou, mieux, s’il chantait. Ses sourcils froncés donnent le sentiment d’un homme impliqué dans ses actions. Son regard légèrement hors champ peut laisser croire qu’il n’est pas seul mais participe à une action collective16. Pourtant, ses yeux sont ceux d’un aveugle ayant perdu la vue lors de l’explosion d’une bombe pendant la guerre. Il a aussi perdu ses deux mains dans le drame. Son visage ouvert ne dit rien de ses handicaps.

Écrivain, orateur, propagandiste, exaltateur du sacrifice pour la patrie et de la victoire, son premier discours prononcé à la Chambre dans la séance du 6 juin 1924, sur proposition de Mussolini, fut affiché dans toutes les villes d’Italie.

13Le commentaire de cette image par les Treves montre que le prestige de la guerre et du patriotisme est devenu un apanage du fascisme, car ce député victime de guerre a été élu sur la liste nationale des combattants fascistes. Il est d’ailleurs un orateur largement sollicité par le régime fasciste, nous y reviendrons.

14La colère pourrait se lire sur les traits de ces hommes, pourtant elle n’est guère visible. Un cas s’en approchant peut être trouvé dans l’expression de Prosper Minvielle, du groupe des républicains de gauche, qui en 1928 a la bouche légèrement tombante et une crispation de la mâchoire évoquant un mécontentement. La violence de son regard renforce le sentiment que l’homme n’est ni sévère, ni grave, mais qu’il met en scène une autre émotion. La connaissance plus immédiate du contexte de prise de ce cliché permettrait peut-être d’éclairer cette singulière attitude.

15Le dégoût ne se lit dans aucune expression. Là encore, le contexte de prise et de sélection des images explique sans doute son occultation. Toute la panoplie des émotions n’est donc pas mobilisée dans les imagiers que nous avons consultés.

  • 17 Dumas (Georges), Le sourire – Psychologie et physiologie, Paris, Alcan, 1906, 167 p. Dumas devait j (...)
  • 18 Idem, p. 12-13.
  • 19 Ibid., p. 48 et 55.
  • 20 Ibid., p. 102-103.
  • 21 Hearn (Lafcadio), « Le sourire japonais », Revue de Paris, 15 juillet 1900, p. 431-438, « le Japona (...)
  • 22 Dumas (Georges), op. cit., p. 139 sq.
  • 23 Idem, p. 148.

16Dans ce passage en revue des émotions perceptibles, il semble que seule la joie transparaisse clairement à travers les sourires, encore que cette posture, rappelons-le, soit davantage révélatrice d’un désir de signification que dévoilement de sentiments réels. Le sourire qui s’exprime sur ces images n’a rien à voir avec le rire dont Bergson a souligné le lien avec la répétition. Le rire du philosophe est sonore. La photographie éloigne de cette pensée qui pourtant à l’époque est connue de tous. Le sourire des parlementaires évoque davantage les travaux des psychologues. Georges Dumas lui-même y consacre un livre17. Pour cerner son sujet, il explique qu’il peut exister un « rire du plaisir » et un « rire du comique », puis entre dans une longue dissertation musculaire18. Le sourire correspond à la contraction musculaire faciale provenant de ces stimuli. Il dit même : « le sourire n’est pas autre chose qu’un réflexe un peu compliqué » et qu’il « semble se limiter à la face »19. Dumas en vient ensuite à approfondir les fonctions du sourire. Celui-ci peut correspondre à une sphère affective exprimant « affection », « tendresse », « reconnaissance » ; il arrive aussi, ajoute-t-il, que le sourire ne soit pas une manifestation de la joie20. S’appuyant sur un article de Lafcadio Hearn21, il évoque le « sourire de civilisation » et de politesse. Le sourire peut ainsi être automatique ou contrôlé. Il exprime des nuances de sentiments tels le dédain, l’amertume, le défi ou la résignation. Plus intéressant, Dumas voit un lien entre la joie comme « suractivité de l’appareil moteur22 » et la colère qui repose sur un phénomène similaire. À l’inverse, il note que la crainte « pétrifie » les traits. D’où sa conclusion : « la peur est à la tristesse ce que la colère est à la joie23 ». La réponse psychologique dit donc que le sourire est une forme de convenance polie ou un type de comportement renvoyant à la joie. Il est possible que les parlementaires souriants aient pensé s’inscrire dans l’une ou l’autre intention. L’étude du détail des sourires remet partiellement en cause cette vision.

Tableau 4. L’ÉVOLUTION DES SOURIRES EN ITALIE ET EN FRANCE DE 1906 À 1939

Tableau 4. L’ÉVOLUTION DES SOURIRES EN ITALIE ET EN FRANCE DE 1906 À 1939
  • 24 Archivio della Camera dei deputati, b. 146, fasc. 1707, sot. fasc. 14, grande photographie des memb (...)
  • 25 Archivio della Camera dei deputati, b. 177, fasc. 1784, sot. fasc. 9, copie d’un journal reproduisa (...)

Note 24
Note 25

17Dans les trombinoscopes, le nombre de sourires est dérisoire dans les deux pays et n’évolue guère jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Dans la Péninsule, il part de 0,9 % et atteint 3,5 % à la veille de la guerre. En France, la courbe moins linéaire démarre plus fort avec 1,9 % mais croît moins vite, s’arrêtant à 3,1 %.

  • 26 I Deputati..., 1906, p. 31.
  • 27 I Deputati..., 1913, p. 483.

18Tous ces sourires ne sont pas affectés du même sens. Ils reflètent deux sentiments distincts, souvent mêlés dans une expression. Le lecteur décèle, d’abord, une autosatisfaction, une joie contenue. Quelques exemples permettent de préciser cette nuance. Avant la Première Guerre mondiale, Eugenio Bergamesco apparaît les bras croisés avec un demi sourire et le regard légèrement décentré vers la gauche (celle du lecteur). Sa moustache masque la position de ses lèvres qu’il tient cependant fermées. Une nuance d’ironie imprègne son attitude. Son sourire dit moins une relation établie avec le public ou le photographe qu’un état intérieur. Ses bras croisés introduisent une réserve, une retenue, par rapport à l’ouverture supposée par cette timide démonstration de plaisir. La contradiction entre les deux attitudes ouvre sur un sens particulier26. En 1913, une autre nuance est visible dans le visage affable du colonel Antonio Di Giorgio27. Sa tête est légèrement tournée vers la gauche et faiblement inclinée. Ce qui donne un léger regard tombant sur le lecteur. Un fin sourire plisse ses joues. Ici, c’est une forme d’autosatisfaction, de fatuité ironique qui se dégage de la posture. Point de provocation dans cette attitude mais une sorte de distance au jugement d’autrui. Précisons que c’est moins une psychologie qui est en cause qu’une façon de se mettre en scène en privilégiant certaines qualités. Peut-être est-ce le caractère surprenant de sa victoire qui explique le choix de ce cliché, car, bien qu’élu pour la seconde fois, ce lieutenant-colonel avait d’abord éliminé un parlementaire en vue avant d’être confirmé au suffrage universel devant les candidats socialistes et radicaux. Signalons enfin une expression d’autant plus travaillée qu’elle figure sur un des derniers dessins proposés comme image d’identité pour un parlementaire. Il s’agit de celle du Marquis de Moustier, député du groupe de l’Entente républicaine et démocratique. Ce dernier pose dans une attitude décontractée, le bras appuyé sur le dossier d’une chaise. Son visage présente une sorte de sourire discret, voisin de ceux que nous venons de décrire. Ces sourires qui manifestent une forme de contentement de soi sont minoritaires.

  • 28 Une notion forgée à partir d’un cas éloigné mais qui trouve ici son utilité pour évoquer la constru (...)
  • 29 Émile-Zola (François), Zola photographe, Paris, Massin-Denoël, 1979, 480 p.
  • 30 Idem, p. 477.

19Plus souvent, le sourire donne l’impression d’une quête de sympathie qui anticipe sur les comportements généralisés après la Seconde Guerre mondiale. Le sourire instruit ainsi une relation emphatique de satisfaction mutuelle entre le sujet photographié et celui qui le regarde. D’où une difficulté pour l’interprétation historique à mesure que la familiarité avec l’appareil photographique neutralise les effets de la pose volontaire et libère des attitudes jusqu’alors assez figées. Le sourire sympathique est favorisé par l’accélération des temps de pose après 1880. Toutefois son faible usage indique une réticence à user de cette présentation de soi. Cette remarque ne concerne pas seulement le domaine politique. Les photographies de Nadar ne montrent par exemple qu’un nombre infime de sourires. Ce « marchand d’apparence28 » agit cependant dans un cadre public. Pour juger des usages familiaux de la photographie l’on peut se tourner vers Émile Zola29. Ce dernier, devenu grand amateur du nouvel art possède ses appareils et exerce ses talents sur ses proches. Les poses adoptées par sa famille et ses serviteurs montrent un monde dans lequel le sourire n’est que marginalement présent. Ce sont les enfants qui en usent. Comme s’ils ne possédaient pas encore une maîtrise suffisante pour contrôler leur joie intérieure ou leur amusement. Comme si surtout le monde adulte souhaitait les voir sourire et révéler un âge auquel on ignore encore les responsabilités. Ajoutons que sur les 31 portraits de l’auteur des Rougon-Macquart, ce dernier ne sourit jamais. De profil comme de face, il garde sempiternellement un air impassible, grave. Même quand il choisit de poser avec son béret, en artiste dans l’intimité, il conserve sa contenance30.

  • 31 Mosse (George L.), op. cit., 1999, p. 181 sq. Cette idée est développée d’après l’observation de la (...)

20Le sourire sympathique existe pourtant chez les parlementaires. C’est d’abord le doux sourire, celui d’où émane une certaine tendresse. Peu accentué, il laisse à penser une timidité de son auteur et invite à s’en rapprocher. L’un des plus remarquables est celui de cet élu de la liste nationale combattants-fascistes, Serafino Mazzolini. Son regard tourné vers le hors-champ droit renvoie à une certaine scénographie de l’idéal politique projeté vers le futur31. L’homme est donc confiant en l’avenir et invite à le suivre. Son sourire est plus accentué sur la droite. Son visage peu incliné offre un fort contraste. Les yeux sont ainsi bien visibles et grand ouverts. La douceur de l’expression est associée à une forme d’harmonie politique en gestation.

  • 32 I Deputati..., 1924, p. 298.

21Le sourire complice ou amical n’est qu’une variante de cette démarche emphatique. Celui de Marius Moutet, déjà évoqué dans son cliché de 1919, est empreint de cet éclat dans l’œil qui invite à l’humour et fait participer son observateur à une joie commune32. En Italie, le baron Giovanni Romeo Delle Torazze (costituzionale, moderato) sourit moins fortement, mais réitère la même invitation. D’autres personnalités, comme le colonel Picot du groupe d’Action républicaine et sociale, toujours dans la législature de 1919, ont un sourire franc et amical en dépit de leurs bras croisés. Ce comportement facial n’est pas l’apanage d’un groupe politique particulier. Parmi les sujets souriants, ce type d’images est celui qui revient le plus fréquemment.

  • 33 Notices et portraits..., 1919, p. 437.

22Les deux autres types sont minoritaires. Le premier, le sourire contraint voire gêné, montre que l’on peut assez aisément distinguer un sourire « vrai » d’un « faux ». Il n’apparaît qu’une fois à travers l’expression hypocrite animant les traits d’Augusto Turati, hiérarque fasciste en 192433. Pris en uniforme de fasciste, l’homme a une fossette et une tension des lèvres qui semble contredite par son regard. Son sourire trop forcé effraye, et donne à son auteur le visage d’un traître. Étrange reflet que celui-là, au point que l’on doute du sens d’une telle posture dont l’effet de connivence recherché est contredit par la dureté contenue. Les muscles mobilisés ne semblent pas exactement les mêmes que ceux activés par le sourire joyeux, en témoigne, ici, la bouche.

23Au contraire le large sourire qui laisse apparaître les dents ne souffre pas d’une telle ambiguïté. Certes, il renvoie à un stéréotype d’agressivité, maintes fois exprimé. L’acte proviendrait d’un signe d’agressivité carnassière détourné au cours de l’évolution en signe de communication pacifique. Avant 1914, nous n’avons repéré aucun sourire de ce type. Il apparaît au lendemain de la Première Guerre mondiale dans les recueils que nous avons utilisés. Dans le contexte de l’entre-deux-guerres surtout, ce sourire renvoie davantage à une présentation de soi, venue du spectacle. Car les photographies des vedettes de music-hall et de cinéma commencent à présenter des visages tout en dents avec des sourires larges. La caricature en est Maurice Chevalier. Une autre explication de cette apparition serait à chercher dans une influence relative des images venues d’Amérique. Là, les sourires dévoilaient plus souvent les dents. Enfin, si l’on veut s’en tenir à un déterminisme de la qualité de la dentition cela signifierait que l’odontologie aurait fait de formidables progrès à cette époque. Ainsi, un plus grand nombre de personnes serait en mesure d’arborer des dents saines. L’explication ne nous convainc guère dans la mesure où, lorsque, après la Seconde Guerre mondiale, le sourire photographique se généralise, les personnes dotées d’une mauvaise dentition n’hésiteront pas à la montrer. Le désir de communication serait plus fort que les défauts de constitution. Les complexes ne bloquent qu’une partie de la population.

24Au-delà de la complicité, dans le « bon » sourire, la bouche laissant voir les dents ajoute un effet de victoire ou de triomphe, une connotation de force qui serait peut-être liée à l’agressivité supposée du geste. Faut-il y voir un relâchement de la maîtrise sur soi ou bien la recherche d’une décontraction affichée ?

25Entre les deux guerres mondiales, certains clichés des trombinoscopes ne semblent pas provenir de studios, suivant des poses conventionnelles. Ils ont l’allure d’images de reportage. Enrico De Nicola, du groupe Démocratique libéral pour les élections de 1924, paraît pris sur le vif avec son large sourire et son regard posé sur le côté. Observait-il un événement comique ? Ou bien jouait-il de son charme ? La plupart de ces vues sont à la limite entre le sourire et le rire, du fait de leur caractère instantané. L’accroissement de ce type d’attitudes dans la dernière législature du fascisme traduit sans conteste une mutation nécessitant quelques explications.

  • 34 A propos de Turati et des conditions de la politique dans sa ville, voir son portrait en « contempl (...)

26La première tient à l’évolution générale des comportements qui semble admettre, en France comme en Italie, une plus grande décontraction. À ce titre les manuels de civilités d’après 1914 prônent un style « à l’américaine » qui admet des comportements moins rigides en public34.

  • 35 Voir Almeida (Fabrice d’), « Postures d’orateurs et jeux de mains dans la France de l’entre-deux-gu (...)

27En second lieu, le fait que la chambre fasciste connaisse un succès du sourire légèrement supérieur à celui constaté en France serait à rattacher à la conception particulière de l’homme en cours sous le fascisme. Celle-ci repose sur des canons de virilité qui renvoient à la force et à l’agressivité, si l’on en croit le livre de Mosse35. Dès lors le sourire « denté » serait une des formes possibles de cette virilité et validerait une conception agressive de cette posture.

28Sourire carnassier = sourire fasciste. L’équation est séduisante, mais demande un supplément d’enquête. En regardant de plus près les visages des membres de la Chambre des faisceaux et des corporations qui ont choisi cette forme, d’autres conceptions se font jour. Pour les aborder, il faut entrer plus avant dans le sens des saynètes que portent ces photographies. Car les clichés des hommes au sourire carnassier ressortent d’une mise en forme spontanéiste voire naturaliste. La moitié a d’ailleurs donné des photos qui ont été prises en activité, généralement lors d’un discours. L’on comprend que de tels clichés véhiculent une conception de l’homme d’action sans inquiétude. Le sourire introduit donc une marque d’aisance, presque de supériorité. Les « élus » qui ont choisi de poser en souriant expriment une autre logique qui les rapproche de celle du monde du spectacle. Ils espèrent séduire plus qu’ils ne cherchent une connivence. La lecture des exceptions au comportement dominant, qui reste celui de la gravité, témoigne du caractère parcellaire des hypothèses des psychologues du temps. Moins qu’une émotion ou une civilité, les clichés identitaires invitent à analyser le processus de communication à l’œuvre dans les photographies et leur façon de médiatiser des croyances politiques latentes. La neutralisation du visage dit moins une inexpressivité, le figement de la tristesse ou de la crainte, que la nécessaire réserve de l’homme grave.

29La norme est évidente jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale. Les visages des parlementaires ne sont décidément pas souriants. Leurs portraits nous disent un univers sérieux. Leur comportement facial exprime des nuances de sentiments qui composent, pris dans leur ensemble, une vision de la politique où rien n’est véritablement léger. Les élus affichent une haute idée de leur fonction et d’euxmêmes qui laisse entrevoir des éclairs d’ironie et de mépris dans le regard autant que les sourires satisfaits ou la morgue de quelques esprits forts. L’univers mental que l’on peut reconstituer à partir de ces bribes d’émotion saisies est celui d’hommes profondément persuadés que la politique est avant tout l’expression du pouvoir et qu’ils en sont les dépositaires. La violence et la douleur infligée, supposées par cette lutte incessante, mettent en tension ses détenteurs. Le rêve de réaliser un monde meilleur ne compense pas encore cette psychologie apparente.

  • 36 Léon XIII en particulier est figuré avec des airs de douceur. Les portraits officiels des papes off (...)

30La posture de ces élus serait-elle grave et douloureuse parce qu’ils savent l’importance de l’action qu’ils mènent? Sans doute. Mais ils ne sont pas les seuls à figurer le poids des décisions et la pesanteur du monde. À leur image, les autres élites, économiques ou sociales, ont des airs non moins austères. Les portraits de prélats nous montrent des hommes graves; ici, l’on interpréterait sans doute l’attitude par la pénétration de leur rôle, en relation avec la spiritualité contraignante du xixe siècle. Encore ne faut-il pas ignorer que l’iconographie catholique présente fréquemment des visages d’ecclésiastiques qui se caractérisent par une certaine douceur de l’expression, presque souriante : béate36. Là vit une logique de présentation de soi qui ne recoupe pas toujours les canons du politique. Les industriels et les banquiers ne montrent pas des faciès plus réjouissants. Ils nous semblent osciller entre l’ennui et la présomption (ici, pure subjectivité de l’historien...).

  • 37 Zeyons (Serge), Sorties d’usines en cartes postales, Paris, Les éditions de l’Atelier, 1997, 120 p. (...)

31Même les portraits d’ouvriers de la période ne s’écartent guère de ce schéma. Les photographies de famille rassemblent des visages aux airs similaires – moins fats ? – à ceux des membres de la classe dirigeante mais les traits reflètent souvent cet éclat de fierté commun à ceux qui se présentent pour la photo. Les portraits de groupe suivent le même chemin37.

  • 38 Voir Elias (Norbert), La dynamique de l’Occident, Paris, Pocket, 1990, 320 p., sur ce rapport entre (...)

32Les enfants, nous l’avons dit, paraissent moins obligés d’endosser cette attitude. Il est fréquent de trouver des petits aux traits souriants. Les photographies de bébé n’ont pas toujours la gravité désespérante des clichés de leurs parents. Il y a là sans doute un lien avec cet ordre de l’âge adulte qui supposait une certaine conduite, plus stricte dans l’espace public38.

  • 39 Voir les clichés individuels et collectifs de la famille royale pour les années 1860-1914 conservés (...)
  • 40 AP, institut Marc Sangnier, fonds photographique, album marron, np.

33Plus les enfants sont impliqués dans les jeux de pouvoir ou dans le système de représentation politique, moins leurs clichés les montrent souriants. Le cas type étant celui des princes de la maison de Savoie. Parmi les photographies où ils posent jusqu’à la Première Guerre mondiale, nous n’en avons pas trouvé où ils sourient. La presse de l’époque d’ailleurs ne recherchait pas ce type d’images des futurs souverains. Que ce soit le futur Umberto I ou son successeur, Victor Emmanuel III, les poses en uniforme ou en civil, prises depuis la petite enfance, expriment la volonté d’afficher une sagesse et une décision39. On pourrait en dire autant d’un homme comme Marc Sangnier dont les photos d’enfance rassemblées dans ses albums de famille, devenus au fil du temps des albums politiques, laissent à voir un enfant déjà dans le monde des idées, déjà la tête appuyée sur sa main droite, en un geste songeur qui rappelle le célèbre portrait de Michelet40. Pour mémoire les attitudes des frères Proust pris par Nadar ne nous présentent pas non plus des physionomies souriantes.

34Si bien que les attitudes du visage ne traduisent pas obligatoirement une conscience de classe ou une manière d’être propre à une certaine élite politique. Bornons-nous pour l’heure à pointer un léger caractère générationnel du phénomène et, ce, au double sens du terme. Le comportement facial varie à cette époque selon les âges et est davantage fermé à mesure que l’on s’installe dans le monde adulte. Le jeune homme peut ainsi être plus ouvert que les vieux leaders politiques. Et surtout, le sourire fait timidement son apparition à mesure que l’on se rapproche de la Seconde Guerre mondiale. Le phénomène connaît une ampleur plus prononcée en Italie, sans doute en raison de la remise en cause de certaines conventions sociales dues à la rupture fasciste.

35D’autres éléments présents dans les images offrent la possibilité d’évaluer avec une meilleure précision les attitudes collectives du groupe parlementaire. Les ornements faciaux sont de ceux-là. Leur étude oriente la lecture historique des visages comme indice d’une exaltation de la virilité dont la connotation évolue au fil des changements de mode.

BARBUS, MOUSTACHUS ET GLABRES

Tableau 5. PILOSITÉ FACIALE EN ITALIE ET EN FRANCE

Tableau 5. PILOSITÉ FACIALE EN ITALIE ET EN FRANCE

36Signe d’un conformisme physique, l’évolution des modes en matière de pilosité faciale révèle des courants de longue durée. Globalement, au début était le poil ; et toute l’histoire du xxe siècle a consisté en son éradication. Les chiffres pour la première moitié du siècle illustrent cette tendance générale. En France comme en Italie, il existe une mode initiale. Les parlementaires portent presque obligatoirement la barbe ou la moustache et même préfèrent jouir de ces deux attributs. Rares sont en effet ceux qui en 1906 arborent encore un collier de barbe, façon Gambetta. Plus souvent la barbe est portée vers l’avant et jointe à la moustache. L’homme politique est d’ailleurs ici proche de l’homme de la rue, encore que la moustache soit peut-être au début du siècle plus répandue à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’hémicycle.

  • 41 Muchembled (Robert), La société policée... op. cit., p. 238.
  • 42 Sous le Second Empire le terme « barbus » désigne communément les républicains. Jeanneney (Jean-Noë (...)

37À la veille de la Seconde Guerre mondiale, en revanche, la barbe a vu sa présence se réduire. Elle est très rarement portée seule et, surtout, elle n’accompagne plus la moustache. Par ailleurs, les hommes glabres commencent à abonder dans les chambres. Cette transformation forte dans l’entre-deux-guerres est assez différente de l’histoire de la barbe depuis la fin du xviiie siècle. Au fil de l’histoire institutionnelle, en effet, de fortes variations s’observent dans l’usage de cet ornement. À voir les portraits aristocratiques et royaux, l’Ancien Régime a été un âge de recul progressif de la barbe et de la moustache en France et en Italie, entre le xvie et le xviiie siècle. La Révolution française n’est guère plus propice aux barbus. L’Empire amorce une manière de retournement encore que ce qui est vrai des grognards ne l’est pas autant des dignitaires impériaux. La Restauration nous montre encore un personnel politique rasé. Avec la Monarchie de juillet reviennent les moustaches et les barbes. Elles se renforcent numériquement sous la Seconde République puis sous le Second Empire. On peut même insister sur le fait que la moustache et l’espèce de bouc de Napoléon III ont exercé une forme de pression sur l’opinion. Après 1870 la barbe républicaine l’emporte avec la moustache en prime. L’uniformité des Chambres est à cet égard frappante. Le lien entre barbe et républicanisme semble assez net puisque déjà sous l’Empire des mesures sanctionnaient les fonctionnaires aux barbes trop longues et, partant, jugées subversives. Pourtant, comment expliquer cette mode autrement que par la simple influence d’aspect de quelques figures éminentes comme Jules Ferry ou Léon Gambetta ? Il est possible d’y voir une référence à quelques figures antiques, Athéniens représentés avec de vénérables barbes ou Romains dont les statues sont parvenues jusqu’à nous et que l’on a largement remis à la mode fin xixe siècle. Cicéron a porté la barbe un temps. D’autres images ont pu avoir leur importance. Celles d’un Dieu le père barbu ont sans doute influencé ces pères de familles qui se comportent en « monarque au petit pied41 ». En Italie, de telles interprétations seraient aussi acceptables. Mais les fluctuations de la barbe y semblent moins liées à une forme de référence politique implicite. Les rois du Piémont n’ont pas véritablement donné le la en matière de pilosité. Le Grand Roi était barbu. Umberto Io aussi. Quant à Victor-Emmanuel III, il se contente de la moustache. Les souverains accompagnent les modes plutôt qu’ils ne les engendrent en l’occurrence. Côté français, il apparaît aussi que le barbe républicaine anticipe les changements de régime42. La corrélation entre élite gouvernante et imitation par les cohortes partisanes n’est donc pas aussi affirmée qu’une lecture rapide le laisserait supposer.

  • 43 Georges Mosse a fortement insisté sur la dimension construite de la virilité ; la construction du g (...)
  • 44 Sur l’idée de fragilité de l’identité masculine, voir Rauch (André), La Crise de l’identité masculi (...)
  • 45 Agulhon (Maurice), Marianne au pouvoir, Paris, Flammarion, 1989 a le premier posé le problème de la (...)
  • 46 Là aussi une symbolique féminine de la nation joue certes un rôle subalterne, mais accompagne la ré (...)

38D’autres interprétations plus anthropologiques s’esquissent. La barbe affirme la masculinité et donc dans le cadre social du xixe siècle extériorise une domination masculine43. Porter la barbe serait le corollaire du processus de virilisation et de redéfinition de l’identité masculine bousculée par la Révolution44. Symboliquement même, dans le cas français, l’affirmation visuelle de la masculinité des hommes d’État irait de pair avec la représentation féminine de la République. Le barbu pater familias, dominant cette femme fictive représentant la politique, alors même que les femmes en sont exclues45. Au fond, la virilisation serait accentuée par la IIIe République dans la mesure même où la féminité serait synonyme d’absence de pouvoir. La comparaison avec l’Italie n’invalide pas cette hypothèse car, outre-Alpes, les mêmes caractéristiques de féminisation du régime politique (on représente l’Italie sous la forme d’une femme au chef orné d’une couronne de muraille qui signifie à la fois l’Italie comme urbs et comme monarchie) et d’exclusion des femmes se retrouvent. L’Allemagne ou l’Angleterre montre des situations équivalentes46.

  • 47 Mosse (Georges L.), De la guerre au totalitarisme... op. cit. ; voir aussi du même, L’image de l’ho (...)

39Plus problématique est le retournement observé dans l’entredeux-guerres. Les femmes n’ont toujours pas le droit de vote en France et en Italie. Elles l’obtiennent, en revanche, en Allemagne et en Angleterre, sans pour autant que l’on distingue de rupture brutale dans le port de la barbe et surtout de la moustache par rapport à la France et à l’Italie. L’argument de la virilisation avancé par Mosse n’explique pas ce phénomène. Pour lui, en effet, l’entre-deux-guerres introduit une période de brutalisation de la vie politique et une banalisation de la logique guerrière, de la mort au combat47. Dans cette perspective, l’exaltation de la virilité devrait se poursuivre. Et les attributs de la masculinité se renforcer. Or, la barbe recule brutalement. Les visages glabres pullulent. Un découplage se fait jour entre la masculinité européenne et l’expression de la politique virile.

40L’étude de détail des barbes et de leur distribution dans l’échiquier politique peut-elle nous aider à comprendre ce paradoxe ? Toutes les barbes n’étant pas identiques, une recherche de distinction semble animer les parlementaires. Les choix ne doivent pas être totalement anodins et participent vraisemblablement d’une conception personnelle et institutionnelle de la présentation de soi. L’évolution des coupes n’est donc pas régulière.

  • 48 Relevé... op. cit., 1881, p. 109.
  • 49 Idem, p. 182.

41Certaines formes disparaissent rapidement. Le collier, faible numériquement, ne survit pas au début du siècle, en France comme en Italie. Les favoris connaissent une érosion progressive. Ils disparaissent finalement dans les années 1930. En 1928, un parlementaire porte encore cet attribut en France. C’est un peu de la tradition ferryste qui s’éteint avec l’abandon de cette mode. Les renouvellements caméraux jouent sans doute un rôle dans ces changements de mœurs. Mais un même individu peut modifier son apparence. Ainsi le recueil de la IIIe législature montre pour le député Silvestre Hérisson, de la Nièvre, un dessin sur lequel il apparaît affublé d’une barbe et de moustache tandis qu’une photographie sur la même page le montre avec un collier, sans moustache, au point que l’on doute qu’il s’agisse de la même personne48. L’homme serait donc passé d’un visage républicain conventionnel avec barbe et moustache à une allure gambettiste, compte tenu de l’accroissement de sa calvitie. Un de ses collègues, Félix Pradon, apparaît avec une barbe plus longue sur la photographie que sur le dessin49. Elle dut pousser entre-temps...

42Le modèle qui perdure dans le temps et s’impose selon les époques comme la référence esthétique est la petite barbe pointue. En soi, cette taille recouvre une série de formes qui sont autant de variations sur un même thème : boucs plus ou moins larges, barbiches qui débordent ou s’emballent. Disons que ces petites barbes reviennent à un ensemble de modèles portés sur le menton et taillés grossièrement en pointe. Ce type très présent depuis le Second Empire en France s’adapte au fil du temps entraînant d’infinies modulations en largeur, épaisseur et longueur. Dans tous les cas, il demeure attirant pour les parlementaires, au point d’être dominant dans les décennies qui précèdent la Grande Guerre.

43Un comptage réalisé à partir des relevés d’identités illustrés puis à l’aide des Notices et portraits montre que la variété des barbes s’est réduite au fil du temps. En 1885, les nouveaux députés élus à la IVe législature bénéficiant d’une image illustrant leur fiche d’état civil avaient des ornements pileux allant du collier (2) aux favoris (14) en passant par les petites barbes (18). Les grandes barbes abondaient au point de ne pas retenir particulièrement l’attention de l’historien. Certaines oscillaient entre les genres s’étendant latéralement comme des rouflaquettes ou remontant à l’avant, façon François-Joseph. Si l’on se situe quelques décennies plus tard, en 1928, on constate la disparition du collier, l’effondrement des favoris (1), l’accroissement des petites barbes (31) tandis que les grandes barbes renvoient désormais à des marginaux (15).

Tableau 6. APERÇU DES BARBES FRANÇAISES

Tableau 6. APERÇU DES BARBES FRANÇAISES

Nota : Les nombres des premières législatures portent seulement sur une fraction du Parlement. Le total de 1928 inclut le seul parlementaire portant la barbe seule et les 106 la déclinant avec moustache.

  • 50 Gli eletti... op. cit., 1906, p. 117.
  • 51 Des travailleurs socialistes portent ce modèle, voir 1892-1982 – PSI Novanta anni di storia, Rome, (...)
  • 52 I 508... op. cit., 1913, p. 101.

44Côté italien, le phénomène est tout aussi explicite. Les types de barbes sont moins nombreux après la Première Guerre mondiale. En 1863, lors de la parution du premier trombinoscope national, les favoris étaient courants. Il était même possible de différencier les porteurs de pattes de lapin ou de côtelettes. Tout a changé en 1906. L’uniformisation a commencé son œuvre, les favoris sont rares. Seul un député a choisi de porter un grand collier de barbe. Les tailles restent cependant encore variables. Quelques parlementaires ont adopté la mouche, cette fine barbiche portée sous la lèvre inférieure. Les grandes tendances sont ailleurs. Ce sont les barbes courtes et les moustaches longues qui reviennent le plus souvent. Original apparaît le choix de quelques députés conservateurs modérés – nous dirions libéraux pour sortir des groupes parlementaires stricts – de porter une barbe singulière. C’est le cas de Vittorio De Asarta député de Palmanova dans le Frioul50. Ce personnage cosmopolite est né à Paris de parents d’origine nobiliaire espagnole. Propriétaire terrien, il a créé une ferme modèle et s’est agrégé à l’élite provinciale italienne. Il est élu au Parlement à partir de 1897 avec un programme conservateur. Sa barbe reflète le caractère excentrique de ses origines : il la porte longue et divisée en deux rameaux. Cette coupe dite à la française était prisée par des personnalités des arts au milieu du siècle et peu avant encore le musicien Charles Gounod en entretenait une variante (il meurt en 1892). De Asarta marque ainsi son lien avec la France où pourtant ce modèle ne se repère guère en politique. Il n’est pas le seul à arborer une telle coupe en Italie51. En 1913, on trouve encore des défenseurs de cette ancienne mode52. Les autres parlementaires à grande barbe sont de mouvances politiques variées. On voit ainsi des radicaux et des constitutionnels progressistes les arborer. La plus belle se situe à la veille de la guerre : celle de l’avocat Carlo Gallini. Né en 1848, ce député appartient à la même génération que De Asarta. Il entre au Parlement peu avant lui, à l’occasion d’une élection partielle en 1895. Sa barbe est en quelque sorte le vestige d’une mode en voie de disparition à la veille de la guerre. Les Gallini et De Asarta sont des exemples probants pour interdire une interprétation de la grande barbe comme ornement de gauche.

  • 53 1892-1982 – PSI... op. cit., 1982, p. 25.
  • 54 1892-1982 – PSI... op. cit., 1982, p. 29 et 53.

45L’observation des photographies des principaux chefs socialistes du début du siècle conduit, en effet, à contester l’idée que les hommes de gauche préféreraient cette apparence. Andrea Costa, Claudio Treves, portent des moustaches identiques à celles des ministérialistes ou des radicaux. Costa venait de l’anarchisme dont la figure historique en Italie, Bakounine, portait la barbe, mais, dès l’origine, le représentant d’Imola avait rasé la sienne. Une photographie de 1874, montrant de jeunes internationalistes d’Imola, la région où Costa crée le premier parti ouvrier italien, nous montre une majorité de moustachus et, esseulés, un barbu et un glabre53. D’autres dirigeants socialistes tels Alfredo Casati, Luigi Alesini, Giuseppe Croce ou Constantino Lazzari, Antonio Vergnanini, sont moustachus. Antonio Labriola, lui, possède une minuscule barbe sous sa moustache broussailleuse. Mais on le voit aussi rasé à l’occasion d’un voyage en Allemagne54. Les barbus comme Alessandro Schiavi, Giuseppe Modigliani, Camillo Prampolini ou Filippo Turati ne sont donc pas majoritaires et pour la plupart portent une barbe de taille moyenne. Une affiche de 1901 qui montre le groupe parlementaire socialiste à la XXIe législature ne laisse voir aucune barbe longue. Il en va de même en 1913. L’a priori suivant lequel la grande barbe est l’apanage des hommes de gauche est largement faux.

  • 55 Que l’on pense simplement que les royalistes français entre 1870 et 1914 ne se distinguaient pas de (...)

46Avant 1914, les grandes barbes en France et en Italie ne symbolisent pas la gauche révolutionnaire, tant s’en faut. Le développement de la pilosité faciale n’est même pas assimilable pleinement à l’émergence de la République ou à l’achèvement du processus de nationalisation. Il était largement entamé sous l’Empire. La barbe, signe de virilité affirmé paraît même un indice du conservatisme des mœurs selon sa taille. Il n’existe plus alors de ces aristocrates à l’ancienne mode dont Tolstoï s’est plu à décrire le décalage dans Guerre et Paix, au visage glabre et poudré. La noblesse a adopté les modes de son temps et la présentation des aristocrates ne s’écarte pas de celle de leurs collègues. Le second Empire admet les barbes courtes, mais rejette les longues jugées sauvages et républicaines. Après 1870, toutes les catégories la porte. Même le putatif Henri V l’adopte. C’est donc postérieurement que s’impose l’idée du lien entre barbe et gauchisme socialiste55.

47L’une des raisons de cette projection sur l’avant-1914 d’une corrélation entre la gauche et la barbe provient sans doute du fait que plusieurs leaders barbus de l’entre-deux-guerres parmi les anciens incarnaient une sorte de tradition partisane. Filippo Turati en offre un bon exemple. Depuis le début de sa carrière politique, il porte une barbe et des moustaches. La taille de la première varie au cours des années. Sa photographie en 1924 la montre plus longue qu’en 1906. Il est à contre-courant. Tout comme Giuseppe Emanuele Modigliani, le frère de l’artiste. Sa barbe déjà longue avant 1914 s’allonge pendant l’émigration et devient très imposante dans les années 1930. Ces deux figures morales donnent à ce moment-là une vision déformée de la présentation des anciens socialistes. Leur portrait est projeté abusivement sur le passé.

48En France, il est possible d’effectuer la même démonstration. Les grandes barbes ne sont donc pas le seul apanage de la gauche et en particulier des socialistes. Ce sont les portraits de quelques grandes figures qui déplacent la problématique de la barbe alors même que cette dernière se raréfie dans le paysage humain. Ainsi, Jaurès et Guesde, barbus, fixent une esthétique du socialisme primitif français largement en décalage par rapport à la représentation nationale.

49Dans les deux pays, l’évolution doctrinale facilite la création du stéréotype d’un socialisme barbu. Les images de Karl Marx et de Friedrich Engels accroissent cette croyance. Les militants des années 1930 projettent sur leurs barbes le caractère contestataire de leur doctrine en un temps où le consensus porte à la moustache ou à la peau lisse. Nous y reviendrons.

  • 56 Thébaud (Françoise) dir., Histoire des femmes en Occident, Paris, Plon, Tome V, Le xxe siècle, 1992 (...)

50Le détour par cette croyance erronée, on l’aura compris, permet de souligner le conformisme du port de la barbe avant la Première Guerre mondiale pour mieux insister sur la banalité des croyances dont elle faisait l’objet. La barbe avant 1914 était l’appendice naturel de l’homme, de cet homme fruit d’un système politique et social basé sur la hiérarchie et des logiques de différenciation des tâches56. Loin de signifier une déviance et une marginalité, la barbe était le propre du dominant, de celui qui disposait de toutes les prérogatives socio-économiques.

  • 57 Notices et portraits, 1936, p. 298 et 308.

51Dès lors, on comprend que le simple fait d’arborer la moustache ou un visage glabre relève d’une distinction. Le meilleur exemple en est donné par les prélats. Mgr Freppel, Maurice Hulst, l’abbé Gayrard, l’abbé Lemire sont autant de figures imberbes passées sur les bancs de l’Assemblée. La soutane n’amène pas à la barbe, au contraire. Entre 1870 et 1914, elles semblent même antinomique alors que la question ne se posait pas en ces termes auparavant. Les prêtres n’auraient donc pas besoin de marquer leur importance dans le classement social (ou même d’exprimer leur sexe, comme si la tonsure rompant avec le commun était déjà un signe de distinction). L’image des Anges ces instruments du Père se superpose à celle de ces agents de l’Église. Il va de soi que ces derniers disposent d’une autorité suffisante pour ne pas avoir à la renforcer par une virilisation de leur comportement. Leur sacerdoce, exprimé par le port de la soutane, sur ces images et dans la vie courante, interfère avec la sacralité politique. Il légitime leur magistère public. Point de nécessité alors de se présenter comme le commun. Au contraire, le rejet des postures communes est le meilleur moyen de marquer une différence qui se veut une supériorité. L’anticléricalisme de leurs adversaires ne peut souiller ce qui demeure, même dans la France républicaine, une dignité. Dans les années 1930, les prêtres tels Lucien Poliman ou Jean Desgranges jouent sur les mêmes ressorts mais dans un contexte atténué par la présence forte d’individus imberbes57. Ils réalisent à un moindre degré cette logique qui autorise la présentation de parlementaires en robe, glabres, dans un monde masculinisé à outrance, où les autorités normalement constituées sont affublées de poils visibles.

52La Première Guerre mondiale marque une rupture. L’ancien système de présentation de soi est ébranlé. D’abord les imberbes font leur entrée en nombre au Parlement, sans être prélats pour autant. Il est possible que le rajeunissement dû à la guerre ait facilité ce renouvellement. Est-ce le reflet d’une remise en cause de la stricte partition des tâches entre hommes et femmes, qui se traduit par une délégitimation initiale de la virilité comme caractère fondateur de la vie publique ? N’anticipons pas. Pour l’essentiel, l’autorité reste poilue. La moustache relaie la barbe, voilà tout. Et encore doit-on être circonspect en la matière puisqu’à cette époque, de nouvelles formes de barbes sont inventées. Ainsi Italo Balbo introduit-il une innovation. Son style de barbe retient désormais l’attention au point que le public éprouve le désir de le distinguer des autres. Balbo fut même suffisamment connu – il effectue avec l’aviation italienne un tour du monde – pour que l’on attribue son nom à cette coupe qui, depuis, est entrée dans les classifications, américaines mêmes. Avec lui, le nouvel homme du fascisme commençait par la barbe. Dino Grandi, autre grand dignitaire fasciste, porta d’ailleurs une barbe proche, avec une moustache différente.

  • 58 Parmi les visages renvoyant le plus au style de l’avant-guerre, ornés d’une barbe, on relève en 191 (...)

53Pas d’innovation identique en France. En revanche, les barbes longues se raréfient et se politisent davantage. Elles sont désormais portées par les radicaux, les socialistes et plus rarement par les communistes58. Une sorte d’axe républicain communie donc dans la pilosité longue. Cela ne signifie pas que tous ces groupes sont remplis de barbus. Simplement les rares amateurs de longues barbes se trouvent d’abord dans ces partis. La droite et l’extrême droite paraissent avoir renoncé à cet attribut. Cette présentation acquiert par l’usage une connotation de gauche et de républicanisme qui lui était jusqu’alors étrangère. Le glissement sémiotique est porteur d’un idéal nostalgique en matière de direction politique. Il faut imiter les glorieux devanciers.

  • 59 Notices et portraits, 1919, p. 140.
  • 60 Voir celles d’Hervé de Lyrot et d’Anatole de Monzie encore dessinées à la veille de la Seconde Guer (...)

54L’étonnant est que la barbe n’ait pas été portée avec davantage de vigueur par ceux qui se réclamaient d’un populisme militariste car les poilus portaient généreusement la barbe et l’on eut pu y voir un signe de ralliement. Le nom même de « poilus » en France exprimait cette difficulté à maîtriser son corps et à l’entretenir comme à l’accoutumée dans le contexte guerrier. La continuité avec la guerre est de facto interrompue. Mis à part l’excentrique Balbo, les dirigeants d’extrême droite privilégient la moustache et même la peau lisse. Point d’originalité de groupe ici mais plutôt un reflet des tendances générales. Quelques traits récusent d’ailleurs cette évolution. Le marquis de Moustier qui reporte en 1919 un portrait réalisé avant-guerre trouble le jeu des analyses, apparaissant très vieille France avec ses moustaches et sa mouche59. C’est une des rares images dessinées qui figurent dans les Notices et portraits60. Comme si la noblesse de M. de Moustier répugnait à user de ce moyen encore vaguement nouveau qu’est la photographie qui, elle, nécessite une actualisation. Cependant, son camarade de groupe Maurice Barrès joue de la même ruse en donnant une photographie ancienne, mais, étant déjà moustachu, il ne détonne pas.

  • 61 Notices et portraits, p. 140 et 591.

55Les moustachus ne sont pas tous des hommes d’avant 1914. De nouveaux parlementaires des années 1930 tels Pierre Mendès France ou Marcel Boucher ont adopté cette mode61. La moustache va chez eux de pair avec la brillantine qui fait reluire les cheveux et les plaque en un ensemble impeccable. Les deux hommes n’ont cependant pas la même contenance. Le plus jeune, Mendès France, radical de 29 ans en 1936 a l’air doux mais ne sourit pas vraiment et regarde sur le côté en une posture romantique. Boucher, âgé de 45 ans en 1936, fixe le lecteur. Il sourit largement avec une dentition parfaite. Sa moustache fine ne masque pas ses lèvres, quand celle de Mendès abrite légèrement sa bouche.

  • 62 Pour un résumé de l’hypothèse religion versus magie voir Ballandier (Georges), Anthropologie politi (...)
  • 63 Goffman, Stigmates – Les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 1976, 175 p.

56Les variations infimes dans le choix des tailles dénotent des personnalités et parfois une certaine réticence à montrer ses émotions ou à les feindre. Pour cette raison, le passage de la barbe à la moustache n’est pas une révolution de mœurs. L’accroissement du nombre d’élus imberbes montre mieux le glissement qui s’opère dans l’ordre de la différenciation politique et dans les fondements de l’autorité. L’allègement de la pilosité faciale et l’accroissement marginal des sourires peuvent être traités comme un indice de changement de structure de légitimation du pouvoir. La gravitas de la fin du xixe siècle, strictement assise sur la religion civique, cède la place à une forme atténuée de celeritas, d’élan juvénile qui prétend asseoir l’autorité sur sa capacité magique à renouveler l’ordre politique62. Le caractère limité de la transformation indique que la dimension religieuse du pouvoir conserve une puissante attraction sur les masses. En ce sens, le fascisme plus en avance en matière d’innovations que les républicains français est limité par le prestige patriotique d’institutions qui lui préexistent. Quelques cas particuliers permettent de comprendre pourquoi ce changement se produit après la Grande Guerre. Cet événement a, en effet, bousculé les structures de sacralisation du pouvoir, en particulier parce que l’expérience du combat est valorisée contre celle de la délibération. Sur le corps, d’autres signes physiques acquièrent un prix supérieur à la pilosité pour exprimer la virilité : les stigmates63.

STIGMATES

  • 64 Notice et portraits, 1919, p. 35 ; 1936, p. 33.

57Avec Xavier Vallat, on comprend le rôle qu’une blessure peut jouer dans une carrière64. Énucléé à la suite d’une blessure de guerre, l’ancien combattant apparaît différemment dans les recueils de 1919 et de 1936. En 1919, il montre son beau profil ne laissant qu’entrevoir le verre opaque qui masque son œil droit perdu. Le professeur, fils d’instituteur, conserve ainsi une partie de sa juvénile apparence. Le stigmate de l’ancien combattant est en revanche plus visible en 1936. Vallat pose de face. Son regard droit fait peser sur le lecteur l’anomalie de ce borgne. Le poids de la blessure patriotique est plus fort dans cette image. En 1919, le comportement héroïque n’était qu’évoqué. En 1936, il est affiché. Doit-on voir dans cette évolution le fruit d’une banalisation de la guerre dans l’opinion, une volonté de s’appuyer davantage sur son expérience guerrière résultant de son évolution politique ?

  • 65 I 535 deputati..., 1924, p. 268 et Archivio della Camera dei deputati, b. 146, fasc. 1707, sotto fa (...)

58En Italie, il n’existe pas d’exemple équivalent, permettant de comprendre ce changement de mise en scène. Les élus borgnes ou aveugles qui y sont encore parlementaires dans les années 1930 n’ont pas fait évoluer leur pose. Carlo Del Croix, le fasciste aveugle a conservé le même cliché65. Le borgne Alessandro Gorini a lui changé de cliché entre 1924 et 1934 mais il a gardé sa pose de face. Il est clair que son bandeau, plus explicite que le verre opaque de Vallat, donne à sa figure une allure plus dramatique. Sa barbe presque de coupe à la française ajoute encore à sa distinction par rapport aux autres députés.

59Les parlementaires qui affichent leurs handicaps sur les photographies ne sont pas nombreux dans les deux pays. Avant 1914, on n’en relève aucun. Ces exceptions sont donc produites par la guerre. En 1919, en France, Vallat est le seul de son genre. La Chambre italienne de 1924 montre deux borgnes. Outre Alessandro Gorini, on trouve Cipriano Facchinetti, élu pour la première fois sur les listes du parti républicain et se réclamant des combattants. Lui aussi porte un œilleton maintenu par un bandeau.

  • 66 Notices et portraits, 1919, p. 161.

60Tout aussi rares et difficiles à voir sont les balafres. Les barbes ou les moustaches si fréquentes masquant une bonne partie du visage ; la qualité et la taille des clichés n’étant pas parfaites, la recherche des blessures est rendue aléatoire. Quelques individus toutefois laissent voir des marques provenant vraisemblablement de blessures. Balanant, député du Finistère élu pour la première fois en 1919, présente une balafre sur sa joue gauche dont l’origine est probablement militaire66.

61Cette blessure portée à la face de tous est bénigne comparée à celle des véritables stigmatisés dont le handicap ne paraît pas à l’image. Jean Fabry avait perdu une jambe au combat. Sa photographie n’en dit rien. Son identité de blessé de guerre n’affleure pas dans cette caricaturale présentation de soi qu’est la photo d’identité. Il ressemble à ses collègues. Tout comme Robert Thoumyre. Lui aussi a sacrifié sa jambe pour la France. Le lecteur d’aujourd’hui ne peut le savoir en regardant son portrait en buste.

62La photographie parlementaire restreint la perception des effets du conflit. Toute une génération de députés est marquée physiquement par la guerre. À côté de ces handicapés, en effet, on trouve d’autres blessés de guerre à l’image de César Campinchi, d’Édouard Daladier ou André Maginot ou encore Georges Rivollet quatre fois blessé et gazé au cours de la guerre, qui fut même réformé en 1916 et obtint les plus hautes distinctions militaires. Ces victimes ont tenu des postes ministériels dont au moins le ministère des Pensions.

63L’un d’entre eux, Yves Picot, s’est particulièrement occupé des Gueules cassées. Ce colonel d’infanterie élu sur les listes clemencistes a présidé le groupe des députés mutilés de guerre. Son portrait ne se distingue guère de celui de ses collègues. Toutefois, il fait partie des rares élus qui sourient. Sa moustache masque légèrement sa bouche mais sa gaieté transparaît dans le plissement de ses yeux. Sur sa veste, Picot porte des décorations. Son regard tourné vers la droite dit une sorte de confiance dans l’avenir. Ses bras croisés renforcent son allure de chef serein. Pas d’uniforme alors que sa légitimité est d’origine purement militaire, liée à la guerre achevée.

64Ces stigmates souvent absents des photographies introduisent une autre logique que celle du visible. L’image ne rend pas une façon de se mouvoir ou d’être qui, à chaque instant, rappelle à ses témoins la guerre. Les électeurs, eux, voient comment les élus se tiennent et interprètent le handicap et sa cause. Comment déduire du cliché de Del Croix qu’il est aveugle ? La photographie d’identité ne peut en rendre compte. Sa conception induit une forme de mise en conformité. Il faut que les portraits se ressemblent, qu’ils affirment l’identité collective du Parlement mais qu’ils distinguent en même temps les individus. Ainsi, l’on ne trouve jamais de photographie en pied alors que le format pleine page garantirait d’en reconnaître les sujets. Le choix collectif s’est arrêté sur une prise en buste relativement serrée sur le visage. Une forme de discipline intériorisée conduit les députés et leurs photographes à adopter un répertoire gestuel somme toute limité.

REGARDS

  • 67 Ninio (Jacques), L’empreinte des sens – Perception, mémoire, langage, Paris, Odile Jacob, éd. 1996, (...)

65Les yeux, fixés par la gélatine, conservent la force d’une volonté. Les regards des hommes politiques en photographie sont pleins d’une étincelle vitale qui transparaît malgré la qualité parfois médiocre des clichés. Peu visible, la pupille semble pourtant dégager un éclat. L’historien sans doute se trouve devant un phénomène de reconstitution dû aux caractéristiques semi-automatiques de notre perception67. L’œil cherche à lire les intentions chez ses interlocuteurs. Pour cette raison, le jeu de clair obscur des photos est réinvesti par une psychologie, presque involontairement de la part du chercheur.

66L’intensité des regards varie donc suivant les clichés et les conditions de lecture. D’autant plus que certains hommes politiques choisissent de ne pas regarder en face l’objectif. Ils sont tournés de trois quarts, voire de profil, au point que leurs orbites sont dans l’ombre. Pourtant par le jeu de ses compétences cognitives l’historien compense cette absence. Le meilleur exemple pour se rendre compte de cet automatisme est à prendre dans la peinture. L’un des tableaux les plus célèbres de la peinture sociale, Le Quarto stato de Pelizza da Volpedo montre une foule de travailleurs en marche lors d’une grève. Le peintre a délibérément choisi de ne pas fixer en détail les regards des participants, afin de ne pas individualiser l’action. Il les a, de surcroît, laissés dans l’ombre des chapeaux. Pourtant, celui qui voit cette œuvre est persuadé de lire jusque dans les yeux la détermination des grévistes. Leur allure sereine, l’évocation sommaire des traits du visage engendrent cette surinterprétation.

67En matière photographique, l’effet n’est pas non plus explicite. Car des indices facilitent la détection du regard. Peu de clichés présentent une grande ambiguïté sur la direction du regard. Par une curieuse compétence interprétative, le lecteur repère immédiatement si le regard est centré sur lui ou s’il est tourné vers l’extérieur. Le fait n’est pas sans importance. Il indique des postures différentes. Le regard centré sur l’objectif cantonne l’image dans une relation entre le photographié et celui qui le regarde, voire celui qui l’a photographié. De là vient qu’un tel cliché donne l’impression que le sujet photographié a une attention porté à son auditoire et se situe dans une logique de la conviction. Il s’implique dans l’action effectuée et par un effet de symétrie suppose une même implication chez celui qui le regarde. Regarder droit devant soi revient finalement à un choix rhétorique.

Tableau 7. REGARD DE FACE (FRANCE)

Tableau 7. REGARD DE FACE (FRANCE)

68Sur le corpus photographique qui court jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, le nombre de parlementaires au regard droit va croissant. Encore négligeable avant 1914, il s’amplifie rapidement après le conflit. Là encore, la Première Guerre mondiale débouche sur une modification des habitudes majoritaires.

Tableau 8. LE REGARD DE FACE EN ITALIE (TENDANCES)

Tableau 8. LE REGARD DE FACE EN ITALIE (TENDANCES)

69La coupure est aussi avérée en Italie. Ce changement de regard traduit une nouvelle façon de se présenter moins empruntée. Les parlementaires ont accepté une autre culture de l’image qui ressort d’une relation directe et moins d’une présentation de soi en pose. Ils présentent moins un tableau convenu qu’un aspect de leur personnalité. Avant 1914, ils ne faisaient que révéler des forces qui leur étaient extérieures. Ils étaient les catalyseurs d’un idéal. De fait, nombre de regards sont orientés vers le haut de l’image, affirmant la soumission à un ordre supérieur, une sacralité.

  • 68 Fresnault-Deruelle (Pierre), « La direction du regard, une métaphore de l’avenir dans l’imagerie po (...)

70Tourné vers l’extérieur, en effet, le regard introduit un tiers dans la relation iconique. Le rapport au lecteur s’en trouve modifié. La question de l’échange devient secondaire. L’idéal passe au premier plan. Le sujet photographié trahit l’existence d’autres valeurs dont il n’est qu’un médiateur ou un prophète. Selon qu’il regarde à gauche ou à droite, en haut ou en bas, il précise même la nature de ces idées. Sémiologiquement, ces regards sont interprétés de la manière suivante68 : vers le haut, le regard indique une croyance qui le dépasse et à laquelle il se soumet ; vers le bas, son regard signifie qu’il a reçu une puissance supérieure et en éprouve le fardeau ; à gauche, il scrute le passé et s’inquiète de ce qui pourrait advenir ; à droite, il regarde le futur dont la connotation est plutôt positive bien qu’indéterminée.

Tableau 9. ORIENTATION DU REGARD EXTÉRIEUR EN FRANCE ET EN ITALIE

Tableau 9. ORIENTATION DU REGARD EXTÉRIEUR EN FRANCE ET EN ITALIE
  • 69 On peut ajouter quelques autres hypothèses explicatives pour l’avant-Première Guerre mondiale. La d (...)
  • 70 L’interprétation par la symbolique politique reste possible : l’homme de gauche regarde à gauche. E (...)

71Si l’on observe l’évolution de la psychologie du groupe parlementaire à partir de ces indications, il semble que les Français aient connu une montée d’inquiétude assez constante dès avant la Première Guerre mondiale mais jusqu’à ce moment, elle restait minoritaire (30,2 %). Jusqu’à la Chambre Bleu horizon, les parlementaires ont manifesté leur confiance en un avenir meilleur69. Dans l’entredeux-guerres, la posture essentielle a consisté à surveiller un danger extérieur, situé à gauche. Dans ce sens, la vie politique de cette période aurait une tendance à la défensive ; le patriotisme relèverait d’une forme larvée de peur (54,4 % des regards vers la gauche en 193670). Après 1919, l’instabilité et les tensions ont brisé l’espoir. Ce trait s’ajouterait à celui d’une rhétorique voulue plus franche, compte tenu de la croissance des regards droits et des postures de face. Il existerait donc un temps du doute dans l’histoire des institutions politiques si l’on prend les regards comme témoignage d’un état collectif. La remise en cause de la gravité, dans cette étape, est encore partielle. La transformation des regards n’est que marginalement accompagnée d’une émergence du sourire. La religion civique resterait toujours la référence centrale des acteurs politiques.

72En Italie, en revanche, l’évolution est plus complexe. Outre la montée du discours direct, déjà signalée, il s’avère que les élus manifestent une plus grande confiance en l’avenir après la Première Guerre mondiale : ils sont tournés vers la droite et se posent en défenseurs d’un projet. La victoire n’explique pas seule cette montée de la confiance. L’étiage de l’inquiétude en 1934 tendrait à manifester une certaine hégémonie du régime fasciste et le fameux consensus dont il a pu jouir un temps. L’élite s’est trouvé une garantie avec Mussolini. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, on constate une remontée de l’inquiétude mais pas encore aussi forte que celle suscitée par le régime libéral, au seuil de la Première Guerre mondiale. Sans doute parce que l’armée a su montrer sa puissance en Ethiopie, ce qui n’avait pas été le cas au début du siècle. Sans doute aussi parce qu’il existe une moins grande conscience des dangers à venir.

73L’observation des personnalités de profil complète ce tableau. Cette pose est finalement assez marginale. Même en tenant compte de ceux qui ne sont pas parfaitement de profil, les parlementaires n’ont guère prisé cette manière de se présenter. Entre 1906 et 1939, en France comme en Italie le nombre de portraits de côté n’atteint jamais 10 % du total et se situe plus souvent aux alentours de 5 %. Les députés qui choisissent cette attitude ne correspondent pas à une tendance politique spécifique et ne sont pas tous issus de la même génération. Les amateurs du profil sont cependant de moins en moins nombreux à mesure que l’on s’avance dans le xxe siècle.

74Autre caractéristique étonnante, le nombre de profils tournés vers la gauche ou la droite tend progressivement à s’équilibrer. Dans le cas français, en effet, les individus étaient davantage tournés vers la droite en 1906. À partir de 1928 le profil gauche l’emporte mais très faiblement. Côté italien, la direction gauche initialement majoritaire demeure dominante mais avec un chiffre toujours moins important, au point qu’en 1934 et en 1939 les différences sont infimes, de l’ordre de l’unité.

75Le constat traduit une certaine uniformisation de la présentation de soi des députés. Il débouche aussi sur une interrogation sur la signification même du profil dans un univers où il est minoritaire. Rappelons que cette pose était intégrée, en France, dans les fiches anthropométriques depuis les années 1880, à l’initiative de Bertillon. Elle était donc réputée faciliter la reconnaissance des prévenus et leur identification. Les poses de profils se retrouvaient fréquemment sur les médailles et les monnaies. Leur caractère minoritaire dans le corpus signifie clairement l’intériorisation d’un modèle d’identification qui suppose de mieux situer les yeux et le regard. Car de profil son intensité n’est pas aussi marquée. Il est aussi affirmation de sa différence.

  • 71 AP, fonds Blum, Albums photographiques, vol. 1.

76Une image nous invite à cette réflexion. Puisée dans les albums photographiques du fonds Blum conservé à la FNSP, elle montre le jeune Blum photographié avec ses camarades de promotion à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm71. Il se tient au premier plan. Ses condisciples comme lui sont à l’âge de l’affirmation de soi.

77Or, l’un d’entre eux s’est placé de profil alors que tous les autres sont de face. Par ailleurs, tous ont choisi un signe de démarcation. Les uns se présentent coiffés, les autres fument ou adoptent des poses de matamores. Ce cliché objective une propension à se démarquer et une écriture de l’estime de soi par l’intermédiaire de détails qui, en d’autres temps, semblent anecdotiques.

  • 72 Cf. I 535 deputati..., 1924, p. 114. Sur les portraits du Duce, voir les remarques stimulantes de M (...)
  • 73 Nous reprenons ici la définition de la légitimité magique de Heusch (Luc de), op. cit., 1987, p. 22 (...)

78Le profil relève finalement du signe distinctif. Par un fait non négligeable, Mussolini choisit cette mise en place pour son portrait de 192472. Cette image officielle mérite que l’on s’y attarde tant elle s’écarte des canons alors dominants. Mussolini apparaît tourné vers la droite, en costume civil. Sa tête est penchée vers le bas et ses yeux fermés ou au moins presque clos. Il est le seul à avoir adopté une telle posture. On peut d’ailleurs l’interpréter de différentes manières en termes symboliques. C’est l’image d’un homme qui se recueille, presque un chaman se laissant pénétrer de sa capacité magique73. Ce n’est pas une pose ordinaire. L’image semble prise à son insu car ses yeux fermés disent une impuissance à concevoir la présence du photographe. Une photographie dont la pose nie l’acte photographique au nom d’une activité intérieure trop envahissante pour tenir compte de l’extérieur. C’est le discours d’un homme qui prétend ne pas se payer de mots, l’image de celui qui semble ne pas se soucier de son image. Un rôle joué comme s’il était sans objet. Au fond, ce profil mussolinien ne manifeste pas une autorité ou une légitimité, il dit une préoccupation. « Pré » dans le sens où la pellicule l’a pris alors qu’il était « occupé » à autre chose : une pensée le hante et retient son énergie. La photographie dit la concentration, la distance à la contingence : voici un prophète habité par un sens dont il connaît seul l’importance.

79Par la suite le cliché remplacé par d’autres portraits plus conventionnels où Mussolini, toujours chef du gouvernement, pose de face. Le regard tourné vers le photographe. Rien de particulier dans cette présentation de soi qui ne manifeste plus l’autorité ou la sacralité magique intériorisée. Chacun connaît le pouvoir de Mussolini. Sa légitimité admise s’adosse désormais pleinement à la religion civique qui lui préexistait et qu’il ravive. Nul besoin de la mettre en avant. D’autres dispositifs soutiennent désormais ce qui est devenu une image identitaire ministérielle et non la manifestation d’une singularité hors pair.

  • 74 Photographie de 1934.

80L’allure mussolinienne dans ces clichés parlementaires n’a guère fait d’émules. Seul un parlementaire adopte une posture qui la rappelle sans toutefois la reproduire à l’identique. C’est Alberto Verdi qui, en 1934, est tourné vers la gauche74. Il a aussi le visage baissé, comme préoccupé. Mais ses yeux ne sont pas clos. Ils scrutent un élément invisible mais suffisamment grave pour que les traits soient tendus et les sourcils légèrement froncés. Aucun autre parlementaire italien n’a choisi de rester le visage de profil penché en avant.

81En France, un cas est à signaler qui permet d’ajuster encore l’hypothèse d’une pose qui prétend être saisie sur le vif. Le portrait de L. Bazire, député de Vendée, pris à son bureau, en train de regarder une documentation, le visage légèrement incliné et surtout les yeux tournés vers le bas avec les paupières largement baissées. Le plan, plus large que dans le cas des deux portraits italiens, laisse apparaître ses bras et ses mains posées sur le bureau, la gauche soulevant même une feuille. La prise de cette image en légère contre-plongée et avec un éclairage singulier valorise une compétence acquise par l’étude et un idéal de travail.

  • 75 Weber (Max), Le savant et le politique, Paris, Plon, 1959, p. 102 pour une définition synthétique d (...)

82En termes weberiens, les poses italiennes et françaises se distinguent car les premières supposent une légitimité charismatique c’est-à-dire qui trouve le fondement de son charme en elle-même tandis que la seconde, celle de Bazire, manifesterait une légitimité rationnelle légale extérieure75.

83L’hypothèse que ces images marginales témoignent d’un problème de légitimité est soulevée par l’usage des profils. Ces derniers introduisent insensiblement une discussion sur l’autorité. La tête droite ou redressée porte une nuance. Vers le bas, le sujet laisse supposer qu’il détient une autorité. Le regard porté à hauteur médiane sous-entend une autorité extérieure au sujet, mais légitime, une figure de référence sollicitée par le sujet. Orienté vers le haut, le sujet montre son ardeur à suivre une autorité qui lui est supérieure. Dans tous les cas, le profil introduit une logique d’action distincte de celle consistant à être photographié. Son usage place l’utilisateur hors du rapport de mise en scène. Quelques rares personnalités ont accru cet effet. Le portrait de Giuseppe Valle, membre du Comité corporatif central en 1939 l’illustre. Sa bouche ouverte indique qu’il était en train de parler : il faisait vraiment autre chose.

84Le profil d’identité s’écarte donc des traditionnelles images de triomphe. Il sort des canons de la peinture par l’effet même qu’introduit l’acte photographique. Point de représentation picturale conceptualisée mais une présentation qui suppose l’accord ou le refus du sujet. Image d’identité, ces photographies de parlementaires sont aussi des clichés de représentation. Elles se situent au croisement de deux logiques distinctes : l’une qui veut donner une image conforme à l’idéologie du sujet, l’autre purement utilitaire. Rien d’étonnant alors à ce que la présence de lunettes sur les clichés ne soit pas le simple reflet du nombre de « bigleux », ou les chapeaux une manifestation de la frilosité de ceux qui les portent. Ces accessoires sont un autre moyen d’ajouter du sens ou du moins de signifier une certaine conception de sa fonction et de sa façon d’être en politique.

Tableau 10. LES ACCESSOIRES DES DÉPUTÉS EN FRANCE ET EN ITALIE

Tableau 10. LES ACCESSOIRES DES DÉPUTÉS EN FRANCE ET EN ITALIE

85L’emploi du terme accessoire renvoie au stylisme et à une certaine approche de la mode. C’est en effet ainsi que l’on nomme les petits objets ou bijoux qui, en couture, agrémentent une création. Les accessoires des parlementaires sont choisis moins consciemment même s’ils portent un sens. Ils sont relativement pauvres, si l’on s’en tient à leur buste. La cravate est si présente qu’elle finit par s’intégrer au corps de l’homme politique. Le nœud papillon, qui prend son envol au début de notre siècle, bien que plus rare ne choque pas et paraît aller de soi, selon les vêtements avec lesquels il est appareillé. Les lunettes et le chapeau sont moins répandus et donc peuvent ressortir d’une stratégie fine de la distinction dans l’enceinte parlementaire.

86Les porteurs de lunettes vont d’ailleurs croissant. Dans les premières législatures de la IIIe République, ils sont quantité négligeable. Ils oscillent entre 10 et 15 individus. C’est autour de la Première Guerre mondiale que leur nombre augmente. Ainsi, en 1919, ils forment une minorité de poids. Ces porteurs de lunettes appartiennent à tous les camps. Les modèles ne sont évidemment pas aussi variés que de nos jours. Toutefois certains sont plus discrets que d’autres. Le port de cet accessoire ne traduit pas l’affirmation d’un handicap mais renvoie à un ensemble de représentations qui relèvent de la maîtrise du savoir et de l’ordre administratif. Ce type d’analyse est moins riche d’enseignement que la comparaison dans la longue durée. Ce qui frappe, c’est la banalisation de cet instrument en France, où il finit par concerner près de 20 % de l’effectif parlementaire, alors qu’en Italie, après une phase ascendante, il connaît un recul et se stabilise à un seuil plus faible (environ 10 %).

87Le phénomène est surprenant s’il est mis en rapport avec l’évolution d’un autre accessoire, plus mondain celui-là : le chapeau. La réaction est inversée. Les Italiens en portent toujours plus jusqu’à la guerre et bien davantage que les Français. Plusieurs explications sont envisageables. La première tiendrait à une mode du chapeau mieux préservée en Italie qu’en France. Mais cette approche est purement tautologique et, au demeurant, les images hors hémicycles tendraient à réduire cette hypothèse. Pour mémoire, Léon Blum qui porte le chapeau à la ville ne le met pas pour ses clichés d’identité. Une autre explication plus convaincante peut résider dans la nature des clichés utilisés pour composer les recueils. Il semble qu’en France un plus grand nombre de prises de vue aient été réalisées pour l’occasion. En particulier parce que certains studios de photographie avait noué des liens anciens avec des députés. En Italie, en particulier en 1939, les images plus actives ont pu être effectuées ailleurs qu’en studio (bien que très minoritairement, rappelons-le). D’où des accoutrements renvoyant moins à l’intérieur, et donc le port du chapeau. Cette lecture par le contexte de prise de vue et les règles de bienséance a pour inconvénient de ne pouvoir être facilement étayée. Elle n’est toutefois pas contradictoire avec une interprétation plus générale qui renvoie au fonctionnement même des deux sociétés politiques.

  • 76 Notices et portraits..., 1936, p. 257.
  • 77 Notices et portraits..., 1919, p. 66.
  • 78 Il faut préciser qu’une personnalité comme Ybarnagaray prise plusieurs fois coiffée d’un béret basq (...)

88Il faut en effet insister sur le fait que les couvre-chefs italiens sont majoritairement militaires : casquettes d’officier, calos fascistes, chapeaux des chasseurs alpins (alpini), voire chéchias des arditi... En France, au contraire, les derniers des élus coiffés sont des civils. Des hommes de l’ancien temps comme Anatole de Monzie, né en 1876, devenu maire de Cahors puis plusieurs fois élu député à partir de 1909, continuent d’apparaître avec un chapeau sur leurs images d’identité76. Le portrait de Monzie est dessiné et il le modifie peu. Il est donc presque décalé par rapport à ses confrères par l’image et par le type de représentation choisi. Sans doute ses origines nobles le poussent-elles à rechercher des formes de distinction appuyées. Par ailleurs, plusieurs élus nés dans les années 1860-1870 conservent le chapeau dans l’entre-deux-guerres, à l’image du docteur Jean Moulinié, député de l’Aveyron né en 186877. D’autres parlementaires ont choisi de s’éloigner des canons de la profession en valorisant leur province. En 1928, Prosper Minvielle, député d’Orthez, né en 1880, apparaît avec un nœud papillon, une moustache et... un béret basque. L’homme des Basses-Pyrénées affiche donc une identité locale au cœur de la représentation nationale où il siège au sein du groupe des républicains de gauche. Plus zélé encore, Louis Mon-fort, qui n’appartient à aucun groupe, est en costume traditionnel breton. Il porte la veste et le chapeau typique de sa province, tout en ayant revêtu sous ce costume, une chemise et une cravate. L’usage du chapeau débouche finalement en France sur une forme de contestation de l’ordre national, la revendication d’identités secondaires au sein du monde parlementaire78.

  • 79 Gentile (Emilio), Il culto del littorio, Bari-Rome, Laterza, 1998, 326 p.
  • 80 Nos calculs, d’après l’imagier du studio Cardi de Milan déjà cité (Archivio della Camera dei deputa (...)

89Rien à voir avec la logique italienne des chapeaux martiaux. Pour la comprendre, il faut souligner la volonté du gouvernement Mussolini de généraliser le port des uniformes en Italie. Emilio Gentile a insisté sur cette dynamique d’uniformisation et de sacralisation parallèle sur laquelle nous reviendrons bientôt79. Bornons-nous à mentionner pour l’heure son impact sur les parlementaires. À partir des années 1930, les députés sont de plus en plus fréquemment conduits à porter l’uniforme : en 1934, 10,4 % des députés80 ; en 1939, 44 % des membres de la Chambre des faisceaux et des corporations.

90En 1939, il faut souligner l’importance prise par l’uniforme fasciste et ajouter que les corporations n’ont pas toute le même goût pour ce style. Certaines, comme celle des céréaliers, de la presse ou de la chimie, conservent un goût prononcé pour le costume de ville. Les habits du fascisme se sont finalement bien répandus dans le milieu parlementaire toujours mieux tenu par les fascistes. Toutefois, le port de l’uniforme dépend des circonstances. Plus les séances sont solennelles, plus les parlementaires doivent être vêtus avec soin. Une lettre permet d’entrevoir la complexité des situations et un goût pour le détail du cérémonial. Les fascistes tentent ainsi de substituer leur rituel à celui en place depuis l’adoption du Statuto. Il s’agit de la réponse du secrétaire général de la Chambre à la question posée par un parlementaire.

  • 81 Archivio della Camera dei deputati, b. 145, A 4, fasc. 7, lettre datée du 3 mai 1936 :
    « Onorevole G (...)

Monsieur le député, contrairement à l’information que je vous avais donnée et qui correspondait aux prescriptions précises du moment, je me vois dans l’obligation de vous prévenir que pour la séance de demain, lundi, l’uniforme fasciste est exigé (...), sans décoration81.

91Le port de l’uniforme est donc une caractéristique de plus en plus ancrée dans le monde parlementaire italien. Les photographies d’identité des députés ne font que refléter l’évolution de cette pratique et la nouvelle Chambre des faisceaux et des corporations renforce cette tendance. D’abord, elle conduit à rompre avec certaines pratiques camérales anciennes. Ainsi les autorités fascistes pensent-elles qu’il ne faut plus appeler les députés « Onorevole » comme cela se faisait depuis l’Unité. La présidence du Conseil des ministres précise même, par la plume du chef de cabinet, dans une lettre adressée au secrétaire général de la Chambre :

  • 82 Archivio della Camera dei deputati, b. 177, fasc. 1794, 18, lettre en date du 5 février 1939. « In (...)

En réponse à votre lettre du 31 janvier dernier, dans laquelle étaient posées des questions concernant la numérotation de la Législature à la suite de la création de la Chambre des faisceaux et des corporations et sur l’usage du titre « d’honorable » pour les conseillers nationaux, je vous communique que, en conformité avec des dispositions supérieures, pour la période des travaux parlementaires qui commencera le 23 mars prochain, on devra utiliser la mention : XXXe législature – Ire de la Chambre des faisceaux et des corporations. Pour les membres de la Chambre des faisceaux et des corporations, ensuite, seule la qualification de « Conseiller national » devra être utilisée sans l’attribut d’ » honorable ».
Le chef de cabinet82.

92Avec cette nouvelle Chambre, tous les conseillers nationaux sont rattachés à un groupement hiérarchisé et plusieurs d’entre eux ressortent d’activités où le port de l’uniforme est monnaie courante. Pensons à l’aviation, à la marine, aux postes... sans oublier les activités militaires et celles du parti fasciste. Rien d’étonnant à ce que ces hommes affirment leur identité par l’uniforme et, en conséquence, portent la coiffe qui la complète.

93Le port du chapeau est donc intimement lié à une conception du monde parlementaire comme une institution créant une fonction étatique plutôt que comme représentation individualisée des intérêts collectifs. À contrario, les conseillers nationaux ne portent pas de lunettes ou presque parce qu’indépendamment de la qualité de leur vue, ce n’est pas leur personne qu’ils veulent représenter mais leur fonction. Ils semblent vouloir gommer leurs caractéristiques physiques propres pour se valoriser à travers les signes collectifs.

94L’uniformisation italienne, connexe d’un processus d’embrigadement imaginé par les fondateurs du culte fasciste, est aux antipodes de ce que l’on constate en France. D’uniforme, au sens martial et institutionnel, il n’y en a point. L’uniformité du costume de ville et de la cravate n’est pas l’effet d’une directive mais le simple résultat du conformisme dominant au sein des élites politiques. Les images recueillies dans les Notices et portraits et les albums autographes rompent avec certains clichés de la mémoire parlementaire. Christophe Thivrier, le député en blouse, dont on dit que son entrée à la Chambre habillé en prolétaire fit scandale, ne dut pas heurter longtemps ses collègues parlementaires. Sa photographie d’identité le montre en costume sombre, plié aux canons de l’élite de son époque.

  • 83 A l’opposé de ce que laisse entendre Georges Suarez, « il était hirsute, débraillé, et en attendant (...)
  • 84 Notices et portraits..., 1893, Henri Jung, le comte de Tréveneuc, Louis Félix Guérin (qui porte son (...)
  • 85 Notices et portraits..., 1898, Rieunier (avec son costume d’amiral et son bicorne), Léon Félix Guér (...)

95Camille Pelletan, décrit comme un sauvage débraillé, porte un nœud large à pois et relève davantage du dandysme que du manque de soin83. Le monde des députés français est celui d’une conformité à laquelle même des groupes fortement soudés ne résistent guère. Les militaires français sont presque invisibles sur ces albums. Au plus fort des années de mobilisation nationaliste, au sein des images des législatures de 1893, 3 individus portent l’uniforme84, et, en 1898, en pleine Affaire Dreyfus, seuls deux élus85choisissent cette présentation. Après la carence s’accentue. Une exception frappe devant ce conformisme : Théodore Philippe Grenier. Ce médecin converti à l’Islam, élu lors d’une élection partielle en 1896, est vêtu à l’arabe et il est coiffé d’un turban sur sa photographie.

96La Chambre Bleu horizon n’est qu’une figure de rhétorique à travers les Notices et portraits. Pas un ancien combattant n’y figure en uniforme ! 1928 ? 1936 ? Un désert militaire. Le contraste est frappant entre la démocratie parlementaire française qui impose une norme civile et l’obsession de l’enrégimentement italien, qui chasse le vêtement civil pour imposer de nouvelles formes, une esthétique sacrée. Ces processus généraux ne sont pas ici manifestés dans toute leur solennité. Les imagiers sont une forme intermédiaire entre la présentation stricte de soi, les exigences d’une bureaucratie parfois contraignante et d’autres usages dérivés.

  • 86 Archivio della Camera dei deputati, b. 183, D 22, fasc. 3.
  • 87 Archivio della Camera dei deputati, b. 183, D 22, fasc. 3, lettre de Rossi Merighi du 12 juin 1939 (...)

97Car, ne l’oublions pas, ces clichés commencent à remplir d’autres fonctions. Les journalistes les demandent pour les publier. Des historiens ou des politistes les réclament pour leurs livres86. Le travail de propagande exige aussi ces images. La Chambre se fait intermédiaire, réclamant aux uns les images à fournir aux autres. En Italie par exemple, le secrétaire général alimente sur demande les services de propagande du Minculpop87.

  • 88 Archivio della Camera dei deputati, Permessi d’ingresso ad ex Deputati 1929-1934, un volume relié a (...)

98L’usage de la photographie croise une logique de communication et d’information dominante dans la presse. La fonction identitaire n’en disparaît pas pour autant. La Chambre continue d’utiliser ce moyen pour repérer les hommes dignes de respect. En rend compte une série documentaire originale de l’Assemblée italienne88. Il s’agit des cartes d’accès à Montecitorio. Encore sous le fascisme, le vieux palais garde ses avantages et ses privilèges. Il reste un des lieux fréquenté par les puissants et un moyen de jouir de petits bénéfices. Au dos des cartes d’accès, un rappel du règlement permet de voir ce à quoi donne droit cet objet d’intrigue.

  • 89 Idem, « Estratto della norme per l’accesso nei locali interni della Camera dei Deputati. Art. 2. – (...)

Extrait du règlement d’accès aux locaux internes de la Chambre des députés.
Art. 2. – Les anciens Députés peuvent obtenir de la Présidence de la chambre une carte d’accès aux locaux de Montecitorio.
Art. 3. – Les anciens Députés munis de carte peuvent assister aux séances publiques dans la tribune M.
Art. 4. – Aux anciens députés déclarés déchus lors du vote du 9 novembre 1926 aucune carte ne pourra être attribuée.
Art. 5. – Pendant les séances de la Chambre, l’accès au salon des pas perdus et de la buvette est interdit à tous, sans distinction, car ils restent exclusivement réservés aux députés en fonction, aux Sénateurs du royaume, aux Ministres d’État, aux Ministres et aux Secrétaires d’État.
Art. 6. – Les anciens députés peuvent accéder au couloir du bureau des postes, télégraphe et téléphone, au salon des pas perdus et à la buvette, quand la Chambre n’est pas en séance, aux promenades et aux salons du premier étage et de la bibliothèque89.

99Somme toute, ce sont des avantages négligeables. Ils constituent surtout un moyen de rester en contact avec l’élite du régime et pour certains de bénéficier des services d’une bonne bibliothèque, particulièrement en droit et en sciences économiques.

  • 90 L’usage du terme est fréquent dans ces correspondances. Il tend à montrer que c’est moins un problè (...)
  • 91 Archivio della Camera dei deputati, Permessi d’ingresso ad ex Deputati 1929-1934, pratiche dall’A a (...)
  • 92 Idem, lettre du 10 avril 1930.

100Ces cartes sont munies d’un espace réservé à une photographie. La carte ne peut être délivrée qu’après l’envoi d’un portrait. Il faut que le personnel de sécurité puisse vérifier l’identité des entrants. Surtout, elle marque la légitimité de l’autorisation d’accès, car il est vraisemblable que les membres de l’administration des chambres sont capables de se souvenir des traits des anciens parlementaires. La question pour le secrétariat général de la Chambre est d’encadrer l’accès et de le signifier par un moyen ostensible, évitant d’éventuelles impostures. L’image valide ainsi un processus de vérification. L’examen des dossiers des candidats sont, en effet, un contrôle de conformité. Les hommes du Parlement demandent des renseignements aux responsables provinciaux du parti fasciste ainsi qu’aux préfets pour s’assurer de la fidélité « au régime90 ». Les rapports évoquent un monde où la recommandation et l’honorabilité sont des valeurs tangibles. Sortir de ce schéma expose à un refus. L’un des dossiers qui le montrent le mieux est celui d’un homme qui s’est tenu à l’écart des nouveaux gouvernants : le comte Carlo Ettore Arrighoni Degli Oddi91. Les premiers rapports qui le concernent sont négatifs et les autorités locales interrogées rendent un avis défavorable. Puis, le ton change et le président de la Chambre, Giovanni Giurati, est contacté par Arturo Marescalchi, secrétaire d’État à l’Agriculture et aux Forêts92. Ce dernier insiste sur l’opportunité de donner sa carte à Arrighoni Degli Oddi. Il fait transiter sa demande par le questeur Umberto Bianchi. Giurati écrit alors à Turati pour lui expliquer la situation :

  • 93 Ibid., lettre du 22 avril 1930 de Giurati a Turati :
    « Roma, 22 aprile 1930-VIII
    Caro Turati,
    Con lett (...)

Cher Turati,
Dans une lettre du 5 août dernier, tu m’as indiqué que tu ne croyais pas opportun de concéder la carte de libre accès aux locaux de Montecitorio à l’ancien Député Conte Carlo Ettore Arrighoni Degli Oddi, peut-être sur la base d’informations fournies par le Préfet de Padoue.
Depuis cette date des faits nouveaux sont survenus.
D’éminentes personnalités s’intéressent à la concession de cette carte et au mois de mars dernier Monsieur le Député Arrighoni Degli Oddi a été reçu par son excellence le Chef du gouvernement, auquel il a offert la collection ornithologique de Cà Oddo.
Je te prie donc de réexaminer la question de la concession de la carte si instamment demandée, et je te signale que Monsieur le Député Arrighoni l’avait déjà eue au cours de la dernière législature93.

101Étonnante lettre qui voit un président de chambre, pour une décision lui appartenant théoriquement en propre, demander la permission du chef de parti, en laissant entendre le poids d’une recommandation supérieure à eux deux. La réaction de Turati ne tarde pas et, le 29 avril, il répond par l’intermédiaire du vice-secrétaire du parti, alors Achille Starace :

  • 94 Ibid., lettre du 29 avril 1930 de Starace à Giurati, « nulla osta da parte nostra che all’ex Deputa (...)

Rien ne s’oppose pour nous à ce qu’une carte de libre accès aux locaux de Montecitorio soit accordée à l’ancien Député CARLO ETTORE ARRIGHONI Degli Oddi94.

  • 95 Ibid., dépêche de l’agence Stefanini du 23 avril 1930. Noter le comique de cette agence de presse d (...)
  • 96 Ibid., lettre manuscrite d’Arrighoni degli Oddi, du 6 mai 1930.

102Outre le cadeau à Mussolini, Arrighoni degli Oddi avait soigné son entrée en grâce en affrétant un train de propagande pour la campagne de valorisation des industries de l’agriculture et de la pêche. Le nouveau don contenait des films réalisés par l’institut LUCE et servait de support à des conférences ouvertes au public. Il devait même présenter cette initiative personnellement au chef du gouvernement95. Comme les autres demandes accueillies favorablement, la procédure s’achève par celle de 2 photographies que l’intéressé retourne prestement à la questure96.

103Les images s’écartent par certaines caractéristiques de celles des parlementaires en poste. Sur 147 cartes délivrées, seulement 3 montrent un homme en uniforme. Un seul d’entre eux a donné un portrait où il apparaît en costume fasciste. Trente-quatre seulement sont imberbes, soit moins qu’au Parlement où déjà à ce moment les glabres s’imposent. Vingt-quatre portent des lunettes ce qui dépasse les statistiques de la Chambre. En termes de génération, cette population est décalée. Elle se rapproche davantage des hommes du début des années 1920 que des années 1930. Elle a conservé des habitudes visuelles dépassées. Toutefois, ces anciens n’ont pas donné les mêmes images que celles du temps de leur splendeur. Treize d’entre eux sourient. Ils se rapprochent des habitudes nouvelles. Ils démontrent les chevauchements de la présentation de soi en cours dans l’univers politique. Le monde pur de la gravité qu’ils représentent adopte imperceptiblement d’autres manières d’être. L’on conserve une certaine virilisation du corps par la barbe, tout en s’ouvrant à de nouvelles poses, moins guindées.

  • 97 Ce document policier fut aussi illustré pour faciliter l’action des forces de l’ordre.

104Ces dossiers manifestent aussi le rapport désormais solidement établi entre, d’une part, la connaissance d’un visage, la photographie d’identité, et, de l’autre, la valeur idéologique d’un individu. On la retrouve dans le cadre plus austère du Casellario politico centrale97. Les fiches anciennes sont actualisées par le régime fasciste et, désormais, autant que possible alimentées en images. Il arrive ainsi qu’un même personnage ait plusieurs portraits selon son âge ou les changements de ceux qui se chargent de sa surveillance. Il faut reconnaître les amis autant que les adversaires. L’outil se veut un élément supplémentaire dans la rationalisation des rapports politiques. Le cliché individualise. La série de clichés rend une forme d’uniformité de statut.

TRACES DE CORPS

105Le corps des parlementaires répond aux mêmes contraintes que le visage pour restituer des caractéristiques individuelles et créer une identité collective à travers les séries photographiques. Isolé dans un cadre, il dit l’embonpoint des uns, la maigreur des autres ou un entre-deux. Les incapacités physiques sont estompées. La taille n’est plus une donnée objective. Qui est grand, en gros plan ? Qui est petit, vu de près ? Comment comprendre alors l’étonnante uniformité des plans ? Nul n’est pris en pied, après les années 1890, quand le travail de collation d’images devient systématique. Les plans dits aujourd’hui américains ne sont pas utilisés et même les plans à la taille sont assez rares. Le buste est la règle, implicite et curieuse. Pourquoi ? Le choix peut s’expliquer par la nécessité de cadrer serré afin de réaliser des tirages de dimension restreinte. Un ancien modèle de représentation est ainsi pérennisé. Le port de tête joue un rôle important car il demeure l’un des derniers indices de la tenue corporelle. Le menton saillant et son allure de défi ou le profil tête baissée en sont les variantes les plus caractéristiques. C’est peu pour dire ses ambitions ou exprimer ses goûts.

106Quelques hommes politiques cherchent des moyens d’affiner leur image. Ils jouent sur les mouvements des bras et des mains, ultimes outils de communication. Les usages des membres supérieurs sont peu nombreux. Quelques familles de gestes se distinguent : les bras croisés ; le bras appuyé ou accoudé ; la tête posée sur la main ; la main tenant un objet. Hormis ces quelques variantes, point d’initiative. Ces figures introduisent d’autres jeux de valeurs dans les clichés que ceux que nous avons abordés jusqu’à présent et indiquent les rôles que certains parlementaires entendent jouer. Leur repérage n’est pas aisé car le cadrage serré nuit à la détection des attitudes corporelles. C’est particulièrement le cas lors des législatures italiennes de 1934 et de 1939 : les imagiers ne permettent pas de repérer les mouvements des bras. Le cadrage serré ne laisse voir que le cou et l’amorce du buste. En France, au contraire, en 1936, l’on peut encore voir les attitudes corporelles.

  • 98 Dans le cadre scolaire du début du siècle, cette posture était celle demandée aux enfants pour se c (...)

107Les bras croisés sont, et de loin, la pose dominante. Ils sont partagés par toutes les tendances politiques. Cette façon de se tenir n’est pas spécifique d’une prise de face. Les parlementaires se tiennent plutôt légèrement de côté. La perception de cette attitude n’est rendue possible que par un cadrage plus large que le buste. D’autres élus peuvent ainsi l’avoir choisie sans qu’un observateur puisse le remarquer. Ce geste marque une certaine réserve en même temps qu’une attente placide ; il accompagne souvent les refus dans les images du xixe siècle. Il revient donc à l’affirmation pacifique de l’autorité98. Il est parfois tempéré par l’esquisse d’un sourire comme le montrent les deux attitudes parallèles de l’Italien Eugenio Bergamasco (1898, p. 31) et du colonel Picot (1919, p. 191), bien que le premier soit tourné vers la gauche et le second vers la droite. Ce sourire semble une ouverture alors que l’attitude générale dit le retrait. Point d’invite en revanche dans la figure austère et grave du prélat Weterlé, pris assis, les bras croisés (1919, p. 427). Ici, l’autorité est surdéterminée par le comportement facial, la pose et l’habit : le parlementaire est homme de pouvoir.

108Très différents sont les clichés où un député tient sa main sur le côté de son visage. Tantôt la tête semble appuyée, surtout si la main se place sous le menton, tantôt elle paraît retenir la main. Le geste évoque le penseur de Rodin. La pose est assez fréquente au début du siècle et se retrouve assez largement en France dans l’entre-deuxguerres. Alfred Oberkirch, député de Sélestat, la conserve durant toutes les législatures après sa prime élection, en 1919 : il donne encore la même photo en 1936 ! Un fasciste comme Luigi Russo est en identique posture dans le noticiaire de 1924. Les deux hommes sont nés à huit ans d’intervalle : 1876 pour le premier, 1884 pour le second. Le choix donne une allure intellectuelle ou soucieuse. Une manière de marquer un esprit songeur. Les cadrages adoptés en 1934 et 1939 auraient permis de relever une reconduction de cette pose. Pourtant aucun des élus italien ne l’arbore. La pose tombe donc en désuétude alors que le fascisme s’assoit dans les années 1930. Bien évidemment, une explication par le seul anti-intellectualisme du fascisme ne suffit pas. Il est vraisemblable qu’une certaine manière de poser assis, en recherchant un effet visuel pesant se soit raréfiée. D’ailleurs en France aussi, en 1936, seuls cinq parlementaires conservent des mains visibles sur les images alors que la proportion en 1919 était plus grande : 11 avaient les bras visibles, appuyés sur leur jambe ou le long du corps, 33 les bras croisés et 4 appuyaient leur visage sur leur main. La gestuelle semble donc se réduire sous l’effet de la stéréotypie des prises de photographie et du cadrage. Le visage gomme la main et fait disparaître certaine tactique visuelle ou inattention.

  • 99 Almeida (Fabrice d’), « Postures d’orateurs et jeux de mains dans la France de l’entre-deux-guerres (...)

109Les députés de 1919 avaient marqué un renouvellement des manières de se présenter même marginalement. C’est d’ailleurs dans cette législature que l’on observe la plus grande variété de postures. Comme si dans l’après-guerre le personnel avait voulu affirmer sa spécificité. C’est ainsi que plusieurs parlementaires, L. Bazire (élu pour la première fois en 1919), Henri Galli (élu en 1914 et réélu en 1919), Paul-Boncour (élu en 1909), ou Raynaud (élu en 1906) avaient choisi de poser derrière leur bureau suivant une formule qui se répète en France jusqu’à nos jours, mais qui reste rare dans les années 1930. Joseph Ghensi, lui, posait ses mains sur ses jambes (p. 180). Bras appuyés sur des sièges ou sur le côté... L’exigence de raideur corporelle semble moins grande, comme en écho des affirmations des manuels de savoir vivre qui évoquent un relâchement des comportements à cette époque99. Pourtant, tout n’est pas visible et l’on ne relève pas de grands écarts entre ces images.

110Même les très rares objets tenus par les députés sont anodins. Des stylos, quelques feuilles. Un cigare fait son apparition, en 1928, dans la main d’Henri Philippotaux, né en 1866 et élu pour la première fois en 1919 dans la circonscription de Rocroi (p. 39). Joseph Paul-Boncour avait laissé voir sa cigarette alors qu’il était à sa table de travail. La solennité de l’acte photographique limite les écarts comportementaux. L’on sent une norme agir sourdement sur les députés. Ils habitent une dignité. Leur sérieux est longtemps l’expression qu’ils croient être la plus propre à honorer leur charge. Collectivement, ils expriment un pouvoir conscient de peser sur la vie des autres et qui ne se satisfait pas de légèreté.

111Leur corps s’inscrit dans la construction des manières d’être. Le sens des postures des parlementaires ne s’isole guère de la façon commune de marquer une attente ou d’afficher ses croyances. Il s’ancre dans une logique de la politique comme expression d’un culte et création d’une sacralité. Or, ces grands rites ne ressortent pas du même moule en France et en Italie, après 1919. Ils partent d’un socle commun qui évolue vers des formes spécifiques. D’où des attitudes différentes et un glissement des civilités qui caractérise un temps de l’histoire occidentale.

  • 100 Heusch (Luc de), op. cit., 1987.

112Les images identitaires des parlementaires portent donc une certaine représentation collective de la souveraineté. Utilitaire dans sa première expression française, le trombinoscope finit par donner l’image fidèle de ce que la représentation nationale veut exprimer de son rôle politique et social. Il devient une institution symbolique. Les parlementaires de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle choisissent d’être graves, comme l’étaient jadis les sénateurs romains. La gravité affichée dans la présentation de soi révèle la solidité de la croyance collective dans la légitimité du pouvoir parlementaire. Ce dernier s’adosse à une conception du sacré qui, dans les deux pays, est liée à la religion civique. Ce phénomène ne résulte pas uniquement du travail de construction entrepris par les élites d’après 1870 en France et en Italie. Il tire ses origines du processus qui, dès la fin du xviiie siècle, a conduit les dirigeants politiques à forger un langage symbolique propre à ouvrir les peuples à la politique. La théorie de la représentation portait en germe une mère patrie sacralisée. À tous, le culte patriotique impose un comportement qui n’est guère troublé avant la Première Guerre mondiale. Le conflit introduit un hiatus. La crise civique est sensible dans la réécriture partielle de la présentation de soi. La légitimation nouvelle affleure, qui prétend trouver dans la jeunesse et dans l’élan guerrier une source de sacré. La sagesse et la gravité de l’homme mûr sont secouées. Cette légitimité d’essence magique, cette celeritas pour reprendre l’expression de Dumézil relu par Heusch, est plus perceptible en Italie qu’en France100. Elle ne fait cependant qu’ébranler le système de la gravité sans l’abattre car elle s’inscrit dans une actualisation par l’extrême de la religion civique : le culte des morts reste la référence suprême. Le poids de la liturgie est donc la clé explicative des comportements politiques opératoire jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Les rituels agissent les hommes qui les reproduisent.

Notes

1 Sur la lecture électoraliste du comportement politique, voir Mayer (Nonna), Perrineau (Pascal), Les comportements politiques, Paris, Colin, 1992, 164 p. ; plus généralement la notion est travaillée en sciences politiques à travers Grawitz (Madeleine), Leca (Jean), Traité de science politique, Paris, PUF, 1985, 4 vol. ; en histoire, le comportement est passé au crible des cultures politiques, sur cette lecture, voir Berstein (Serge) dir., Les cultures politiques en France, Paris, Seuil, 1999, 408 p. ; en anthropologie aussi la définition du comportement comme forme première d’expression de la culture dans Geertz (Clifford), « La description dense – Vers une théorie interprétative de la culture », Enquête, no 6, 1998, p. 73105 ; pour un bilan des cultures politiques comme instrument d’analyse des comportements, voir Cefaï (Daniel) dir., Cultures politiques, Paris, PUF, 2001, 525 p.

2 Sur cette notion voir Almeida (Fabrice d’), « Éloquence politique au xxe siècle », in Des mots en liberté – Mélanges Maurice Tournier, Paris, ENS éditions, 1998, p. 145 sq. Voir aussi, Ambroise-Rendu (Anne-Claude), Edelman (Nicole), d’Almeida (Fabrice) dir., Des gestes en histoire – Formes et signification des gestualité médicale, guerrière et politique, Paris, Seli Arslan, 2006, 222 p.

3 Percheron (Annick), La socialisation politique, Paris, Colin, 1993, 224 p.

4 Parmi les travaux de cette historiographie portant sur des groupes sociaux très variés, il faut citer Audoin-Rouzeau (Stéphane), L’enfant de l’ennemi, Paris, Aubier, 1995, 222 p. qui expose les a priori raciaux sous-jacents à l’acceptation de l’infanticide pendant la guerre. Voir aussi Virgili (Fabrice), La France virile – Les femmes tondues à la Libération, Paris, Payot, 2000, 392 p. dont l’analyse engage une lecture anthropologique de l’époque.

5 Goffman (Erving), La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit, 2 vol.

6 Braud (Philippe), L’émotion en politique, Paris, Presses de sciences po, 1996, 257 p.

7 Eckman (Paul) dir., op. cit., p. 17 sq., les auteurs insistent sur le visage comme instrument de mensonge, malgré les dispositions biologiques à l’expression des émotions. Mais le visage n’est qu’une partie du corps, dont la maîtrise est difficile.

8 James (William), La théorie de l’émotion, Paris, Alcan, 1903, 170 p. Voir aussi la somme de Dumas (Georges), Nouveau traité de psychologie, Paris, PUF, 1930, 8 vol., en particulier, le vol. VII rédigé par Blondel sur « la personnalité » et les tomes II et III de Dumas sur les « émotions » et « l’expression des émotions ». Sur la psychologie avant la psychanalyse, voir Ellenberger (Henri F.), Médecines de l’âme – Essai d’histoire de la folie et des guérisons psychiques, Paris, Fayard, 1995, 550 p. ; voir aussi l’analyse conduite à partir du monde onirique et dans laquelle s’exprime aussi un rapport entre corps et psychisme, Ripa (Yannick), Histoire du rêve, Paris, Pluriel, 1988, 275 p. La psychanalyse a posé les problèmes en termes différents minoritaires au début du siècle, voir pour la dimension historique Roudinesco (Elisabeth), Dictionnaire de la psychanalyse, Paris, Fayard, 1999, 1213 p. ; Chemouni (J.), Histoire du mouvement psychanalytique, Paris, PUF, 1990, 128 p. ; Perron (Roger), Histoire de la psychanalyse, Paris, PUF, 1988, 128 p. ; Fages (Jean-Baptiste), Histoire de la psychanalyse après Freud, Paris, Odile Jacob, éd. 1996, 362 p. Sur le plan politique, l’interprétation freudienne a fait l’objet d’une synthèse Dadoun (Roger), Psychanalyse politique, Paris, PUF, 1995, 128 p.

9 Sur la rigidité du contrôle corporel au sein des élites sociales à la fin du xixe siècle, voir l’exemplarité du cas allemand, Miller (Alice), C’est pour ton bien, Paris, Aubier, 1984, 320 p.

10 Nous laissons provisoirement de côté les autres sources visuelles car dans la période qui va des années 1870 à la Deuxième Guerre mondiale, l’identité passe prioritairement par la photographie. En revanche, les images d’informations, nous le verrons, connaissent une diversification précoce.

11 Voir Sagne (J.), L’atelier du photographe 1840-1940, Paris, Presses de la Renaissance, 1984 ; Rouillé (André), L’Empire de la photographie – Photographie et pouvoir bourgeois 1836-1870, Paris, Le Sycomore, 1982 ; des processus identiques sont observables quand la photographie reste occasionnelle et donc encore chargée d’une particulière autorité, voir Werner (Jean-François), « Produire des images en Afrique : l’exemple des photographes de studio », Cahiers d’études africaines, no 141-142 : Images, 1996, p. 81-112.

12 Gracian (Baldassar), L’art de la prudence, Paris, Mille et Une Nuit, 1998, p. 64.

13 Muchembled (Robert), La société policée – Politique et politesse en France du xvie au xxe siècle, Paris, Seuil, 1998, p. 244 sq. Voir dans le cas italien une certaine forme de rapprochement entre les anciens patriciats, les nouvelles élites et une lecture aristocratique du comportement que nous analysons dans « Comment meurent les patriciats ou la noblesse urbaine des Marches devant l’Italie unitaire », in Petitfrère (Claude) dir., Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’antiquité au xxe siècle, Tours, Université de Tours, 1999, p. 173-185.

14 Notices et portraits, 1919, p. 437 ; 1936, p. 135.

15 Notices et portraits, 1936, p. 478.

16 I 535 deputati..., 1924, p. 268.

17 Dumas (Georges), Le sourire – Psychologie et physiologie, Paris, Alcan, 1906, 167 p. Dumas devait jouer un rôle non négligeable dans la normalisation des comportements au cours du premier conflit mondial, voir Becker (Annette), « Guerre totale et troubles mentaux », Annales HSS, janvier-février 2000, no 1, p. 135-151.

18 Idem, p. 12-13.

19 Ibid., p. 48 et 55.

20 Ibid., p. 102-103.

21 Hearn (Lafcadio), « Le sourire japonais », Revue de Paris, 15 juillet 1900, p. 431-438, « le Japonais sourit jusque dans la mort ». Un beau stéréotype culturalo-racial.

22 Dumas (Georges), op. cit., p. 139 sq.

23 Idem, p. 148.

24 Archivio della Camera dei deputati, b. 146, fasc. 1707, sot. fasc. 14, grande photographie des membres de la XXIX législature (1934), réalisée par le studio Cardi (Milan).

25 Archivio della Camera dei deputati, b. 177, fasc. 1784, sot. fasc. 9, copie d’un journal reproduisant les portraits des membres de la nouvelle Chambre des faisceaux et des corporations. Il manque plusieurs portraits mais le corpus semble suffisant pour se faire une idée de l’évolution des comportements faciaux et des manières de se présenter. Il faut noter que la Chambre qualifie la nouvelle institution de « XXXe legislatura », ce qui marque une continuité dans la conception parlementaire. Le fascicule rapportait les ordonnancements pour l’inauguration de la nouvelle Chambre en date du 23 mars 1939. Le placement de ces feuilles sans doute publiées dans un journal ou dans une série de fascicules témoigne du désir du personnel de la Chambre de reconnaître les nouveaux venus et d’éviter les impairs. Le service et ses civilités sont maintenus sous le fascisme en dépit des discours de changement des mœurs et de modernisation de la politesse des hiérarques.

26 I Deputati..., 1906, p. 31.

27 I Deputati..., 1913, p. 483.

28 Une notion forgée à partir d’un cas éloigné mais qui trouve ici son utilité pour évoquer la construction photographique de l’image politique, voir Ouedraogo (Jean-Bernard), « La figuration des identités sociales » art. cit., 1996, p. 25-50.

29 Émile-Zola (François), Zola photographe, Paris, Massin-Denoël, 1979, 480 p.

30 Idem, p. 477.

31 Mosse (George L.), op. cit., 1999, p. 181 sq. Cette idée est développée d’après l’observation de la société politique allemande entre les deux guerres. On trouve aussi quelques remarques sur l’Italie. Voir le livre du même auteur L’image de l’homme – L’invention de la virilité moderne, Paris, Abbeville éd., 1997, 216 p. Pour une réflexion plus générale sur la différenciation sexuelle et ses effets sur l’organisation des sociétés, voir Mead (Margaret), L’un et l’autre sexe, Paris, Gallimard, Folio, 1988 [1948], 442 p. ; Héritier (Françoise), Masculin/Féminin – La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996, 332 p.

32 I Deputati..., 1924, p. 298.

33 Notices et portraits..., 1919, p. 437.

34 A propos de Turati et des conditions de la politique dans sa ville, voir son portrait en « contemplatif » par Chiarini (Roberto), L’Armonia e l’ardimento – L’ascesa del fascismo nella Brescia di Augusto Turati, Milan, Franco Angeli, 1988, p. 232 sq.

35 Voir Almeida (Fabrice d’), « Postures d’orateurs et jeux de mains dans la France de l’entre-deux-guerres », in Ménard (Michel) et Duprat (Annie) dir., Histoire, images, imaginaires, Presses universitaires du Maine, 1998, p. 451-461.

36 Léon XIII en particulier est figuré avec des airs de douceur. Les portraits officiels des papes offrent là une source de choix.

37 Zeyons (Serge), Sorties d’usines en cartes postales, Paris, Les éditions de l’Atelier, 1997, 120 p. Voir aussi Rouillé (André), « Les images photographiques du monde du travail sous le Second Empire », ARSS, no 54, 1984, p. 31-43.

38 Voir Elias (Norbert), La dynamique de l’Occident, Paris, Pocket, 1990, 320 p., sur ce rapport entre style de conduite et espace public. Une autre approche peut être trouvée dans les réflexions sur le disciplinement des corps de Foucault (Michel), Surveiller et punir... op. cit., p. 138 sq.

39 Voir les clichés individuels et collectifs de la famille royale pour les années 1860-1914 conservés à l’Archivio del Museo centrale del Risorgimento (Rome) et de la Fondation Umberto II e Maria José di Savoia (Lausanne), publiés depuis dans Il Parlamento italiano, Milan, Nuova CEI-Camera dei deputati, vol. 6 : 18881901 Crispi e la Crisi di fine Secolo, 673 p. Voir particulièrement p. 361-384 l’album de famille d’Umberto I. Rappelons que le portrait peint officiel du roi nous le montre presque stupéfait, les yeux grands ouverts, dans son uniforme d’apparat.

40 AP, institut Marc Sangnier, fonds photographique, album marron, np.

41 Muchembled (Robert), La société policée... op. cit., p. 238.

42 Sous le Second Empire le terme « barbus » désigne communément les républicains. Jeanneney (Jean-Noël), L’actualité du passé – Concordance des temps, Paris, Le Seuil, 1991, 375 p.

43 Georges Mosse a fortement insisté sur la dimension construite de la virilité ; la construction du genre féminin ne serait pas compréhensible sans l’élaboration contraire du masculin. Mosse (Georges L.), op. cit., 1997.

44 Sur l’idée de fragilité de l’identité masculine, voir Rauch (André), La Crise de l’identité masculine 1789-1914, Paris, Hachette, 2000, 297 p.

45 Agulhon (Maurice), Marianne au pouvoir, Paris, Flammarion, 1989 a le premier posé le problème de la symbolique de Marianne en termes de psychologie sociale.

46 Là aussi une symbolique féminine de la nation joue certes un rôle subalterne, mais accompagne la résistance à promouvoir les femmes en politique.

47 Mosse (Georges L.), De la guerre au totalitarisme... op. cit. ; voir aussi du même, L’image de l’homme... op. cit.

48 Relevé... op. cit., 1881, p. 109.

49 Idem, p. 182.

50 Gli eletti... op. cit., 1906, p. 117.

51 Des travailleurs socialistes portent ce modèle, voir 1892-1982 – PSI Novanta anni di storia, Rome, PSI, 1982, p. 105.

52 I 508... op. cit., 1913, p. 101.

53 1892-1982 – PSI... op. cit., 1982, p. 25.

54 1892-1982 – PSI... op. cit., 1982, p. 29 et 53.

55 Que l’on pense simplement que les royalistes français entre 1870 et 1914 ne se distinguaient pas de ce point de vue de leurs collègues républicains ou radicaux. Le pseudo Henri V n’a-t-il pas, lui-même, porté la barbe ?

56 Thébaud (Françoise) dir., Histoire des femmes en Occident, Paris, Plon, Tome V, Le xxe siècle, 1992, Scott (Joan), La citoyenne paradoxale, Paris, Albin Michel, 1998, 286 p. ; Riot-Sarcey (Michèle), La démocratie à l’épreuve des femmes : trois figures critiques du pouvoir 1830-1848, Paris, 1994, 365 p. ; Femmes dans la cité 1815-1871, Paris, Creaphis, 1997, 574 p. ; sur les comportements marginaux, Edelman (Nicole), Voyantes, guérisseuses et visionnaires en France 17851914, Paris, Albin Michel, 1995, 280 p.

57 Notices et portraits, 1936, p. 298 et 308.

58 Parmi les visages renvoyant le plus au style de l’avant-guerre, ornés d’une barbe, on relève en 1919 les radicaux Paul Laffont (p. 46) ; Paul Bluysen (p. 623) avec une amorce de barbe à la française) ; en 1936 parmi les socialistes Marx Dormoy (p. 16) ; parmi les radicaux, Camille Perfetti (p. 283) ; chez les communistes, Alexandre Prachay (p. 533).

59 Notices et portraits, 1919, p. 140.

60 Voir celles d’Hervé de Lyrot et d’Anatole de Monzie encore dessinées à la veille de la Seconde Guerre mondiale, Notices et portraits, 1936, p. 199, 257.

61 Notices et portraits, p. 140 et 591.

62 Pour un résumé de l’hypothèse religion versus magie voir Ballandier (Georges), Anthropologie politique, Paris, PUF, 1967, p. 133 sq. Le lien entre pouvoir et légitimité religieuse à été fortement travaillé par Heusch (Luc de), Rois nés d’un cœur de vache, Paris, Gallimard, 1982, 538 p.

63 Goffman, Stigmates – Les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 1976, 175 p.

64 Notice et portraits, 1919, p. 35 ; 1936, p. 33.

65 I 535 deputati..., 1924, p. 268 et Archivio della Camera dei deputati, b. 146, fasc. 1707, sotto fascicolo 14, photographie du Studio photografico Cardi (Mila-no).

66 Notices et portraits, 1919, p. 161.

67 Ninio (Jacques), L’empreinte des sens – Perception, mémoire, langage, Paris, Odile Jacob, éd. 1996, 314 p.

68 Fresnault-Deruelle (Pierre), « La direction du regard, une métaphore de l’avenir dans l’imagerie politique », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 22, janvier-mars 1991, p. 117-119. Nous écartons pour l’analyse de nos séries l’hypothèse de retournement involontaire des images par un technicien et, sans préjuger d’une quelconque intentionnalité individuelle, évidente à nos yeux, nous cherchons à évaluer l’effet collectif de ces représentations. Ajoutons qu’il s’agit là d’une tentative d’interprétation d’un comportement de groupe provenant d’une somme de décisions individuelles ayant chacune leur part d’arbitraire.

69 On peut ajouter quelques autres hypothèses explicatives pour l’avant-Première Guerre mondiale. La droite représentait aussi la direction de l’Alsace-Lorraine que la France voulait reconquérir et si l’ennemi se trouvait dans cette direction, son attitude était prévisible, frontale en quelque sorte. Le regard à gauche d’avant 1914 pouvait évoquer des regrets ou la nostalgie pour une passé rassurant.

70 L’interprétation par la symbolique politique reste possible : l’homme de gauche regarde à gauche. Elle laisse cependant entière la question de cette psychologie sociale révélée par les séries de regards.

71 AP, fonds Blum, Albums photographiques, vol. 1.

72 Cf. I 535 deputati..., 1924, p. 114. Sur les portraits du Duce, voir les remarques stimulantes de Malvano (Laura), « ‘I ritratti del Duce sono migliaia’ : note per una storia dei ritratti del duce », Dialoghi di storia dell’Arte, no 7, déc. 1998, p. 138-145.

73 Nous reprenons ici la définition de la légitimité magique de Heusch (Luc de), op. cit., 1987, p. 220 sq. « La magie tend au maléfice... » le mot fait mouche s’agissant de Mussolini. Nous laissons ici de côté la judicieuse analyse du chamanisme comme religion effectuée par Perrin (Michel), Le Chamanisme, Paris, PUF, 1995, 128 p.

74 Photographie de 1934.

75 Weber (Max), Le savant et le politique, Paris, Plon, 1959, p. 102 pour une définition synthétique du concept.

76 Notices et portraits..., 1936, p. 257.

77 Notices et portraits..., 1919, p. 66.

78 Il faut préciser qu’une personnalité comme Ybarnagaray prise plusieurs fois coiffée d’un béret basque, en particulier comme ministre du Maréchal Pétain, n’a pas rendu un cliché de ce type pour illustrer les Notices et portraits.

79 Gentile (Emilio), Il culto del littorio, Bari-Rome, Laterza, 1998, 326 p.

80 Nos calculs, d’après l’imagier du studio Cardi de Milan déjà cité (Archivio della Camera dei deputati, b. 146, fasc. 1707, sf. 14). Ces décomptes sont parfois difficiles car on ne possède que le col et les épaules pour juger de la coupe des vêtements. Nous n’avons retenu que les formes véritablement susceptibles d’être reconnues comme telles par les épaulettes, les marques de distinction de corps ou encore le style. Les autres ont été écartées comme douteuses ou comme vêtements ordinaires.

81 Archivio della Camera dei deputati, b. 145, A 4, fasc. 7, lettre datée du 3 mai 1936 :
« Onorevole Gentilissimo,
A modificazione della informazione da me dataLe e che corrispondeva alle precise disposizioni del momento (souligné par lui), mi corre l’obbligo di avvertirLa che per la seduta di domani, lunedi, è prescritta la divisa fascista (orbace o non) senza decorazioni.
Devoti ossequi Firmato : Rossi merighi ».

82 Archivio della Camera dei deputati, b. 177, fasc. 1794, 18, lettre en date du 5 février 1939. « In relazione alla Vostra lettera del 31 gennaio scorso, con la quale si propongono quesiti circa la numerazione delle legislature a seguito della istituzione della Camera di Fasci e delle Corporazioni e circa l’attribuzione del titolo di ‘Onorevole’ ai Consiglieri nazionali, si comunica che, in conformità a Superiori disposizioni, per il periodo dei lavori parlamentari che avrà inizio il 23 marzo p.v. dovrà usarsi l’indicazione : XXXa legislatura – 1a della Camera dei Fasci e delle Corporazioni. Per i componenti della Camera dei Fasci e delle Corporazioni, poi, dovrà essere usata solo la qualifica di ‘Consigliere nazionale’ senza l’attributo di ‘Onorevole’.
IL CAPO DI GABINETTO ».

83 A l’opposé de ce que laisse entendre Georges Suarez, « il était hirsute, débraillé, et en attendant l’heure de l’absinthe suçait ses doigts pleins d’encre », cité dans Abélès (Marc), Un Ethnologue à l’Assemblée... op. cit., p. 80.

84 Notices et portraits..., 1893, Henri Jung, le comte de Tréveneuc, Louis Félix Guérin (qui porte son képi, confirmant le lien entre couvre-chef et uniforme).

85 Notices et portraits..., 1898, Rieunier (avec son costume d’amiral et son bicorne), Léon Félix Guérin.

86 Archivio della Camera dei deputati, b. 183, D 22, fasc. 3.

87 Archivio della Camera dei deputati, b. 183, D 22, fasc. 3, lettre de Rossi Merighi du 12 juin 1939 adressée au directeur général de la propagande au ministère de la Culture populaire. Il lui envoie en annexe des photographies de parlementaires et leurs notices biographiques. La demande était occasionnée par la préparation d’un livre illustré sur les plus éminentes personnalités italiennes par le professeur allemand Jerra, lequel était passé par le Duce pour soutenir sa demande... D’autres clichés devaient être envoyés par le ministère des Corporations, sollicité cette fois par la Chambre, très zélée. L’image photographique du député paraît se publiciser et ne plus lui appartenir en propre.

88 Archivio della Camera dei deputati, Permessi d’ingresso ad ex Deputati 1929-1934, un volume relié avec plusieurs dossiers : liste des députés autorisés du 1er janvier 1930 au 31 décembre 1933 (classée par ordre alphabétique avec indication des professions ; 39 admis dont 3 professeurs ; 15 refusés dont 2 professeurs et, parmi les rejetés, on trouve par exemple Nicola Bombacci, sans doute plus tenté par les fonds documentaires que par la promiscuité fasciste) ; liste des ex-députés ayant demandé une autorisation en 1929 ; registre des cartes attribuées pendant la XXVIIIe législature ; dossier d’archives des demandes de cartes de A à L accordées du 1er janvier 1930 au 1er janvier 1934. Le second volume de M à Z n’est pas joint. Là s’arrête ce fonds si révélateur des pratiques de recommandation du régime et d’une certaine logique de délimitation des identités politiques. Les autres législatures ne semblent pas avoir été conservées, à moins qu’elles n’aient été endommagées et détruites. Cet ensemble documentaire est très riche et présente l’avantage d’avoir conservé les doubles des cartes d’accès. C’est donc un petit corpus à mettre en contrepoint des trombinoscopes officiels des députés. La citation se trouve au dos des cartes d’accès.

89 Idem, « Estratto della norme per l’accesso nei locali interni della Camera dei Deputati. Art. 2. – Agli ex Deputati puo’ essere concesa dal Presidente della Camera una tessera per l’accesso nei locali di Montecitorio.
Art. 3. – Gli ex Deputati muniti di tessera potranno assistere alle sedute pubbliche dalla Tribuna M.
Art. 4. – Agli ex Deputati dichiarati decaduti nella tornata del 9 novembre 1926 non potrà essere concessa la tessera.
Art. 5. – Nelle ore in cui la Camera tiene seduta, a tutti indistintamente, è vietato l’ingresse nel salone dei passi perduti e nella buvette, che restano esclusivamente riservati per i Deputati in carica, per iSenatori del Regno, per i Ministri segretari di Stato, i Ministri di Stato e i Sottosegretari di Stato.
Art. 6. – È consentito agli ex Deputati di accedere ai corridori dell’ufficio postale, telegrafico e telefonico, al salone dei passi perduti e alla buvette nelle ore in cui la Camera non tiene seduta, agli ambulacri ed ai saloni del primo piano ed alla biblioteca ».

90 L’usage du terme est fréquent dans ces correspondances. Il tend à montrer que c’est moins un problème strict d’adhésion au fascisme qui est en cause plutôt que les relations avec le système normatif fasciste et les autres composantes du pouvoir. En un sens, le but est de voir si le candidat menace ou soutient l’équilibre des pouvoirs alors en place. Voir par exemple Archivio della Camera dei deputati, Permessi d’ingresso ad ex Deputati 1929-1934, pratiche dall’A alla L delle tessere rilasciate dal Io gennaio 1930 al Io gennaio 1934, dossier Geatano Facchinetti, lettre de la Federazione fascista Forlivese, 8 octobre IX [1931], « Ultimamente avrebbe mostrato sentimenti clericali, ma non contrari al Regime ».et lettre du préfet de Forli du 11 juin 1931 « ha sempre dimostrato simpatia per il Regime ». L’usage de la capitale conduit à penser que ce n’est pas seulement le fascisme doctrine ou parti qui est en cause mais bien comme le souligne Emilio Gentile un projet fusionnel de l’État et du fascisme qui forge, par dérives successives, le totalitarisme dans sa voie italienne. Voir Gentile (Emilio), La Via Italiana al totalitarismo – Il partito e lo Stato nel regime fascista, Rome, NIS, 1995, 321 p.

91 Archivio della Camera dei deputati, Permessi d’ingresso ad ex Deputati 1929-1934, pratiche dall’A alla L delle tesere rilasciate dal Io gennaio 1930 al Io gennaio 1934, dossier Arrighoni Degli Oddi.

92 Idem, lettre du 10 avril 1930.

93 Ibid., lettre du 22 avril 1930 de Giurati a Turati :
« Roma, 22 aprile 1930-VIII
Caro Turati,
Con lettera del 5 agosto s.a. mi comunicavi che non ritenevi opportuno concedere la tessera di libero accesso ai locali di Montecitorio all’ex Onorevole Conte Carlo Ettore Arrighoni degli Oddi, forse in base alle informazioni fornite del Prefetto di Padova.
Da tale data ad oggi sono intervenuti fatti nuovi.
Eminenti personalità si interesano per la concessione di detta tessera e nello scorso mese di marzo l’On. Arrighoni degli Oddi è stato ricevuto da S.E. il Capo del Governo, al quale egli ha fatto offerta della collezione ornitologica di Cà Oddo.
Ti prego di riesaminare la questione sulla concessione della tessera con tan-ta insistenza richiesta, e ti avverto che l’On. Arrighoni l’aveva avuta già nella passata legislatura.
grazie e cordiali saluti ».

94 Ibid., lettre du 29 avril 1930 de Starace à Giurati, « nulla osta da parte nostra che all’ex Deputato CARLO ETTORE ARRIGONI degli Oddi, sia rilasciata la tessera di libero accesso ai locali di Montecitorio ».

95 Ibid., dépêche de l’agence Stefanini du 23 avril 1930. Noter le comique de cette agence de presse dont l’adresse est : via Propaganda.

96 Ibid., lettre manuscrite d’Arrighoni degli Oddi, du 6 mai 1930.

97 Ce document policier fut aussi illustré pour faciliter l’action des forces de l’ordre.

98 Dans le cadre scolaire du début du siècle, cette posture était celle demandée aux enfants pour se calmer, pour attendre, pour être sage. Il est possible donc que cette attitude parlementaire vienne de leur enfance.

99 Almeida (Fabrice d’), « Postures d’orateurs et jeux de mains dans la France de l’entre-deux-guerres », in Ménard (Michèle), Duprat (Annie) dir., Histoire, Images, imaginaires (fin xvie siècle-début xxe siècle), Le Mans, Université du Maine, 1998, p. 451-461.

100 Heusch (Luc de), op. cit., 1987.

Table des illustrations

Titre Tableau 4. L’ÉVOLUTION DES SOURIRES EN ITALIE ET EN FRANCE DE 1906 À 1939
Légende Note 24Note 25
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1281/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 5. PILOSITÉ FACIALE EN ITALIE ET EN FRANCE
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1281/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 6. APERÇU DES BARBES FRANÇAISES
Légende Nota : Les nombres des premières législatures portent seulement sur une fraction du Parlement. Le total de 1928 inclut le seul parlementaire portant la barbe seule et les 106 la déclinant avec moustache.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1281/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 7. REGARD DE FACE (FRANCE)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1281/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 8. LE REGARD DE FACE EN ITALIE (TENDANCES)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1281/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 9. ORIENTATION DU REGARD EXTÉRIEUR EN FRANCE ET EN ITALIE
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1281/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 10. LES ACCESSOIRES DES DÉPUTÉS EN FRANCE ET EN ITALIE
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1281/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540