Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique au naturel

 | 
Fabrice D’Almeida

Première partie. Un monde de gravité

Chapitre 1. La représentation collective de la souveraineté

Les « trombinoscopes » parlementaires

Texte intégral

  • 1 Sur cette rupture en termes de représentations voir François Furet, Penser la Révolution française(...)
  • 2 Boutier (Jean), Dewerpe (Alain), Nordmann (Daniel), Un tour de France royal, Paris, Flammarion, 19 (...)
  • 3 Rosanvallon (Pierre), Le peuple introuvable – Histoire de la représentation démocratique en France(...)

1L’image de l’homme politique moderne rompt avec les logiques de l’Ancien Régime1. Les Assemblées, en multipliant les représentants du pouvoir politique, lacèrent la tradition de l’incarnation monarchique. Le visage du roi était unique et connu de tous, d’un bout à l’autre du territoire par la monnaie, la gravure et les visites, quand le besoin s’en faisait sentir (que l’on songe au voyage de Charles IX2). Dépositaire de la légitimité, le successeur d’Hugues Capet s’appuyait sur une religion pluriséculaire. La souveraineté royale cède la place à une souveraineté collective, encore inédite en France, et, pour quelques années supplémentaires, en Italie : celle des Chambres. La représentation parlementaire possède des caractères spécifiques. Elle est élective et collective ; elle s’installe sans la légitimité d’une religion ancienne, pire, elle est en conflit avec les anciens pouvoirs spirituels. Elle oblige les citoyens à chercher d’autres moyens de connaître leurs dirigeants et contraint ces mêmes dirigeants à livrer un portrait d’eux-mêmes3.

  • 4 Cottret (Bernard) dir., Partis et factions dans l’Angleterre du premier xviiiesiècle, Paris, Press (...)

2Une image identitaire s’impose pour définir les élus individuellement et le pouvoir collectif des assemblées. Une telle image ne naît pas avec les premiers régimes représentatifs. Les Chambres anglaises, par exemple, sont assez falotes pour que le roi et ses ministres gardent l’attention encore au xviiie siècle4. Les portraits de quelques hommes célèbres circulent sous forme de gravures et de dessins, par l’imprimé. Les révolutions américaine et française hâtent l’idée de montrer les personnalités saillantes puis engendrent le projet de peindre toute la représentation, nationale ici, fédérale là-bas. La Législative a son trombinoscope fait des gravures représentant de profil les héros du temps. Mais ces prémisses sont limitées à des éditions restreintes. Les images sont souvent vendues à l’unité. En Italie, un tel projet n’a pas de sens avant l’Unité. En France, l’Empire, la Restauration et la succession des régimes jusqu’à la IIIe République fragilisent la glorification de l’identité parlementaire et brisent le désir utilitariste de faire connaître les mandataires.

3Pour que naisse véritablement l’image identitaire de la politique collective, il fallait en finir avec l’émiettement des États et la cascade des régimes. C’est chose faite dans la seconde moitié du xixe siècle. Un instrument incontestable pour fixer les faciès sur le papier à défaut de marbre devenait nécessaire. L’invention photographique remplit cette condition essentielle.

4L’émergence tardive et lente de l’image identitaire des régimes parlementaires français et italien est l’enjeu de ce chapitre. Avec la photographie, en effet, une relation nouvelle s’établit entre les hommes politiques et les électeurs. Les visages des gouvernants sont maintenant l’objet d’une empreinte, reproductible, presque expérimentale. La définition du pouvoir se démultiplie dans les regards des élus et s’exprime dans des comportements que le peuple scrute avec un sentiment de vérité. Ainsi le premier trombinoscope ayant le projet de définir l’identité nationale par celle des représentants de la nation est-il lié à l’unité italienne. En France, l’image identitaire endosse une dimension administrative. Elle seconde les fonctionnaires qui servent le Parlement et s’élabore à partir d’une conception anthropométrique du repérage social. La logique italienne et celle de la France finissent par se rejoindre par la force du rayonnement hexagonal. Le portrait politique y gagne une fonction d’incarnation nouvelle. Il exerce une influence sur la culture politique des images.

PREMIÈRE MISE EN FORME DU PARLEMENTAIRE ITALIEN

  • 5 Arrighi (Cletto), I 450 deputati del presente e i deputati dell’avvenire per una società di egregi (...)

5En Italie, pour la première fois en 1863, un livre est consacré à l’ensemble des parlementaires du royaume. Il résulte d’une entreprise privée menée par Cletto Arrighi5. L’ouvrage initialement composé de 7 volumes propose des notices biographiques inégalement détaillées selon les députés. Surtout, des illustrations ornent certaines notices. Ce sont des gravures assez réalistes. Elles ont vraisemblablement été effectuées d’après photographie, cas alors fréquent. La conception de l’ensemble démontre le désir de jouer sur les images en série.

  • 6 Idem, p. 3-6.
  • 7 Voir sur ce débat en Italie, Pombeni (Paolo), « La rappresentanza politica », in Romanelli (R.) di (...)
  • 8 Le Statuto est ainsi élément d’un culte civique que révèle sa célébration après l’Unité, Tobia (Br (...)
  • 9 Arrighi (Cletto), I 450 deputati... op. cit.

6Pour justifier son entreprise, Arrighi rédige une brève introduction. Son ambition est triple. Il veut d’abord « honorer » le Parlement6. C’est, dit-il, le premier véritable Parlement italien qui va se réunir à Florence et les députés ne représentent plus une principauté mais l’ensemble de la nation. Une théorie de la souveraineté sous-tend son propos7. Dans son esprit, le roi n’est pas le seul et véritable détenteur de la souveraineté. Ce sont les représentants du peuple qui l’exercent à ses côtés. Leur rendre hommage revient donc à glorifier le peuple italien, au-delà des élus. Le sentiment constitutionnaliste de cet homme filtre dans cette claire célébration du parlementarisme8. Il aborde ensuite son deuxième objectif qui est d’informer ses lecteurs9. Il insiste sur la nécessité de se faire une idée juste des représentants du peuple afin de comprendre leur action. La personne conditionne la décision. Enfin, il aborde la question de la vérité, espérant contribuer par son ouvrage à la faire éclater. À aucun moment, il ne justifie la nécessité d’accompagner ses notices par une illustration ni pourquoi certains parlementaires ont joui d’un portrait et d’autres pas. Pour lui, cela va de soi, même si ses raisons nécessitent quelques éclaircissements.

7Sur les 450 députés présentés, en effet, seuls cent bénéficient d’une illustration. Différentes considérations ont dû entrer en ligne de compte. Le prix d’abord : les illustrations sont chères à produire, à reproduire, et alourdissent un ensemble déjà très volumineux. Toutes occupent une pleine page. Ce motif économique est le plus crédible, vu le chiffre rond d’illustrations qui signale un parti pris. L’accès à des documents permettant de représenter l’élu n’est pas non plus à négliger. Il fallait pouvoir retrouver les images de personnalités parfois inconnues à l’échelle nationale ; a contrario, il est manifeste que les principaux chefs politiques ont bénéficié un traitement privilégié, tant dans la pagination que pour les illustrations. La présentation de Rattazzi, par exemple, montre le souhait de combler une attente supposée des lecteurs :

  • 10 Idem, notice 207, vol. 2, p. 339 sq. « Ecce homo. E venuta la sua volta.
    Uno biografo che non avess (...)

« Ecce homo ». Son tour est venu.
Un biographe qui n’aurait pas, comme nous, le buste triplement couvert de bronze pourrait s’effrayer de mettre la main à cette biographie, laquelle est destinée à ne contenter personne, bien qu’elle soit écrite avec impartialité. Il n’y a peut-être aucun autre homme dont il s’est dit tant de bien et tant de mal que Ratazzi10.

8On sent la jubilation de l’auteur qui se lance dans un morceau de bravoure. Il est donc probable que pour réduire les coûts et le travail, Arrighi a décidé de se limiter aux cent personnages les plus importants à ses yeux, les plus excitants à traiter.

  • 11 Ibid., vol. IV, p. 43 ou notice 143. Prescetto se tient derrière un bureau, le bras gauche posé su (...)

9Ces hommes (car ce sont tous des hommes, les femmes étant exclues de la représentation nationale et du vote, à l’exception des rares bénéficiaires du vote comme chefs de famille), ces hommes sont tous pris dans une « pose ». Certains, comme le général Federico Prescetto, donnent l’impression de s’être interrompus dans une activité pour se laisser croquer par le dessinateur11. La plupart cependant ont choisi leur pose, à moins que le graphiste n’ait imaginé de les mettre en scène en construisant leur personnage.

10Le cadre, tantôt un bureau, des colonnades ou un vase au second plan, est composé pour simuler les salles attenantes à l’hémicycle. Comme si ces parlementaires avaient été saisis dans le quotidien de leur activité, ce qui n’est pas impossible. Il évoque aussi les décors photographiques peints dont disposent les studios de cette époque et dont l’objectif est esthétique. Seule une image s’écarte de ce schéma, celle du général Domenico Cucchiari. Il est représenté nimbé de fumée. Les lettres de son nom tremblent comme si elles avaient résisté à un tir de canon. L’insistance sur son rôle dans la bataille de San Martino démontre le surcroît de prestige dont bénéficient, dans cet ouvrage, les hommes de guerre. Son héroïsme n’est pas de même nature que celui de ses collègues. Il ne réside pas dans l’exercice de la souveraineté mais dans la fureur de la bataille. Le mythe de l’unité guerrière de la Péninsule joue pleinement.

  • 12 Archivio della Camera dei deputati, Rome, trasferimenti da Firenze 1864, busta 21 lettres sur les (...)
  • 13 Archivio della Camera dei deputati, Rome, trasferimenti da Firenze 1864, busta 20, l’inventaire mo (...)

11Pourtant, les éléments de décor rappellent une Chambre idéale, avec ses colonnades, ses bureaux, ses clins d’œil antiques, si fréquents dans la littérature italienne. Or, le parlement de 1864 voit aussi le premier déménagement de l’ancienne Chambre du Piémont vers Florence, avant celui qui suit le 20 septembre 1870 pour Rome. En 1864, l’opération est inédite pour la bureaucratie camérale et, l’on peut le penser, pour les commentateurs de la vie politique. Le livre d’Arrighi intervient à la fin d’un monde. Aussi ses références s’inscrivent-elles dans le cadre d’une relégitimation d’une institution qui s’apprête à prendre de nouveaux atours dans un palais inconnu12. L’inventaire du déménagement extrêmement précis, chaque objet étant étiqueté, montre l’existence d’éléments de décors reproduits dans les images, tels les vases, les bureaux et les fauteuils. Leur profusion même interdit toute vérification13. La description permet de penser que les parlementaires ont été situés dans un décor semblable à celui de la Chambre sans indiquer de localisation précise. Seule certitude, les graphistes n’ont pas représenté les hommes à la tribune mais en coulisse : point d’orateurs en conflit avec des opinions divergentes ; une communion muette dans la nécessité de la représentation nationale.

12Le décor, l’arrière-plan aussi bien que les éléments mobiliers visibles dans les dessins, remplit donc une fonction symbolique. Il introduit différents types de légitimité dans l’activité politique en même temps qu’il est l’occasion d’asseoir une posture et d’assurer une certaine dignité au sujet.

13Assis, les parlementaires oscillent entre l’autorité acquise et le travail de l’homme d’État. Ici une combinaison de stéréotypes facilite le repérage catégoriel : 1o) devant un bureau avec des feuilles ou un livre, le parlementaire semble saisi en cours d’élaboration du travail législatif ; 2o) le regard tourné vers le hors champ droit, il rêve au destin de l’Italie ou mûrit un grand dessein.

  • 14 Barthes (Roland), Le système de la mode, Paris, Seuil, 1967, 326 p., le shifter comme signe permet (...)

14Debout, le livre remplit toujours son rôle d’introduction au travail et à la pensée. Les colonnades ou les vases sur lesquels ils s’appuient les députés sont des shifters14 qui basculent immédiatement le lecteur dans le système de l’allégorie poétique. Ils situent l’homme politique dans une dimension plus spéculative. À l’inverse, la main posée sur le dossier d’un fauteuil ou une table maintient dans une logique de service de l’État interrompu le temps d’une prise. Les feuilles conservées à la main et les yeux levés au ciel renvoient de nouveau à la poésie, et la lecture de la notice de Bertolami, présentée avec cette apparence romantique, évoque son activité de poète.

15Toutes les gravures ne répondent pas à une même préoccupation de leur auteur. L’unité de style laisse place à quelques variations : 4 députés sur 100 sont représentés seulement en buste ; 32 sont assis (sur 96 pris en plan américain) ; 3 élus (Cucchiari, La Marmora, De Sonnaz) sont représentés en uniforme alors que d’autres généraux (Prescetto) n’en sont pas vêtus.

16La plupart des poses sont orientées de trois quarts. Rares sont les parlementaires de profil ou de face, sans ambiguïté. Le corps part dans un sens tandis que le regard emprunte une autre direction. Cette complexité gestuelle nuit à une définition stricte de la direction du regard et de l’orientation du visage. En excluant les postures complexes on obtient le tableau suivant.

Tableau 1. ORIENTATION DU VISAGE ET DU REGARD

Tableau 1. ORIENTATION DU VISAGE ET DU REGARD

17La position de face domine. Elle est toutefois minoritaire si l’on considère l’ensemble des illustrations qui se répartissent entre un nombre de poses très variées.

18Des récurrences cependant apparaissent. Le portrait robot de l’élu, tel qu’il se présente aux sujets de l’Italie risorgimentale, en découle. L’homme ne rit pas. Seul Raffaele Conforti, représenté en buste, garde un sourire aux lèvres ; il regarde de face le dessinateur. Les rides sur ses joues ne laissent guère de doute sur ce comportement facial. Trois autres parlementaires présentent un air ambigu où l’on distingue l’amorce d’un sourire mais si légèrement que l’on peut en douter. La notice de Conforti donne un faible éclairage pour comprendre la raison pour laquelle, seul entre tous, il est distingué par un sourire. Le texte insiste sur son âge avancé et sur son origine napolitaine. Conforti est défini comme un adversaire de valeur, rusé, posant par là une certaine distance ironique au grand homme. Le sourire ne serait donc pas une distinction positive : il contiendrait une dimension critique, le caractère désabusé d’un vieux routier de l’Assemblée. L’aspect minoritaire de cette présentation, en tous les cas, dit assez que l’image officielle s’associe avant tout à la gravité.

  • 15 A propos de la statue de Napoléon III et de ses déboires pour trouver sa place dans Milan, voir To (...)

19La pilosité du visage soutient l’image d’une virilité grave. Sept parlementaires sur les cent illustrés sont glabres. Parmi ceux qui ne portent pas la barbe, plusieurs professions sont représentées : le choix ne semble pas inhérent à un statut social particulier. Tous les autres parlementaires (93 donc) portent la moustache, la barbe ou les favoris. La mode des hommes politiques est à l’unisson de celle du reste de la population telle qu’elle apparaît dans l’imagerie populaire italienne de la seconde moitié du xixe siècle. On retrouve ainsi des coupes qui sont autant de références à des modèles culturels. La barbiche Napoléon III connaît un vif succès car l’alliance avec la France est encore proche. Le désamour viendra plus tard15. La barbe large est moins caractéristique d’un groupe politique. De même l’absence de barbe.

  • 16 Arrighi (Cletto), op. cit., notice 111, vol. 2, p. 161.

20Par exemple, Guerazzi, publiciste célèbre en son temps, nous apparaît imberbe16. Il semble adopter une posture identique à celle de Michelet, photographié par Nadar. L’influence cependant n’est pas certaine. Il est ainsi difficile d’établir une corrélation entre posture, phénomènes de mode et choix politique, alors que, dans le contexte, de l’époque ces signes produisent un sens. De même, les autres poses qui rappellent des tableaux célèbres ne sont pas imputables à une éthique mais davantage à une esthétique. S’en dégagent des éléments anthropologiques.

21Le plus clair, bien sûr, renvoie à une certaine visibilité de la virilité. Le système pileux porte un idéal de force et marque la différenciation homme-femme dans la pratique quotidienne. La forme de la barbe, l’attitude, les vêtements, la direction du regard esquissent une sensibilité voire une psychologie.

22Il en est de même pour le port des lunettes. De prime abord, il affirme l’intellectualité. Pourtant, les lunettes sont aussi considérées comme un signe de vieillesse et de faiblesse durant cette période. Il est donc probable que les élus ne cherchent pas systématiquement à les mettre en scène, voire qu’ils évitent de les montrer. Six députés les portent sur le visage, deux les tiennent à la main, un les laisse pendre à une chaîne, deux possèdent un monocle : environ 10 % des élus en font montre alors que le chiffre devrait se situer au-delà, compte tenu de l’âge des représentants.

23Si bien que la figure du parlementaire telle qu’elle apparaît dans ce livre révèle l’existence d’un code dominant de mise en scène de soi. La politique doit répondre à une forme de gravité. Il ne faut pas sourire mais garder un air sérieux, affairé ou même rester impassible. Les fondements de cette posture se trouvent dans une exaltation du combat. La lecture des notices renforce cette idée. Arrighi dresse ainsi l’éloge de Guerazzi, qui fut un véritable agitateur au service de l’unité italienne, en le comparant aux Bersaglieri. La métaphore se justifie car les Bersaglieri sont un corps d’élite qui, lors des batailles, luttent en avant du front puis rejoignent le corps de troupe au moment de l’affrontement corps à corps. Le choix n’est pas anodin non plus que la mise en scène de Cucchiari avec son auréole de fumée. Le prestige guerrier est l’horizon indépassable de l’auteur du livre et au-delà pour des hommes de son époque.

24La gravité, toutefois, n’est pas exclusivement réservée à l’homme de guerre. Elle est exploitée sous une forme différente, mâtinée de romantisme, dans l’autre type sous-jacent à ces dispositifs : celui de l’homme de lettres. À lui, la légitimité ne vient pas du courage exprimé dans la lutte, mais manifeste la présence d’une inspiration supérieure qui justifie le travail accompli. L’homme de lettres et le poète sont ainsi les porteurs de la nouvelle foi dans le royaume d’Italie. Ce prestige visible dans le dessin n’est pas toujours sensible dans le texte d’Arrighi.

  • 17 Arrighi (Cletto), op. cit., notice 68, p. 167 sq.

25L’une des images les plus romantiques nous montre le député Gregorio Ugdulena17, debout, appuyé à un vase, le regard perdu dans le hors champ supérieur droit. La pose dit une sorte de poésie détachée. Le commentaire, en revanche, avec une ironie mordante présente le député de Marsala comme un arriviste hypocrite : sa connaissance des lettres n’a servi qu’à le hisser au rang de prêtre dont il a abusé pour faire carrière au service de Ferdinand II avant de se rallier in extremis au garibaldisme.

26Texte et image ne sont pas toujours complémentaires. Le statut de la figuration n’est pas critique. L’image veut refléter une physionomie, honnêtement, plutôt qu’interpréter un faciès. Ce dessin-là s’éloigne de la caricature et se rapproche de la photographie.

  • 18 Bourdieu (Pierre), La distinction – Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979, 666 p.

27Ce premier trombinoscope à visée sérielle produit une image homogénéisant la représentation parlementaire. Les nuances de mise en scène (lunettes ou pas, assis ou debout...) indiquent des tendances secondaires de comportement mais fondamentalement les députés portent presque tous les costumes de l’élite, tantôt spécifiés dans le cas des militaires, tantôt occultés dans le cas des ecclésiastiques. S’instaure le profil d’une « classe politique » uniformisée par le service public. Cette identité collective prend le pas sur les effets de personne et, par la force d’une technique de représentation identique pour tous, induit une cohésion de groupe pourtant mise à rude épreuve par les effets de la concurrence partisane naissante. Au fond, les éléments de distinguo se muent en signes de distinction, dans les deux sens du terme18.

DU PORTRAIT DU ROI AUX TABLEAUX COLLECTIFS

28La figuration des parlementaires de la nouvelle Italie remplit plusieurs fonctions : incarnation, différenciation sociale, spécifications collectives... Elle retrouve finalement une tradition ancienne de mise en scène du pouvoir. Celui qui le détient est celui qui en possède les attributs. La fonction du portrait reviendrait donc à une simple mise en valeur de la majesté. Un retour sur le passé est nécessaire pour s’assurer de ce phénomène.

  • 19 Francastel (P. & G.), La figure et le lieu – L’ordre visuel du Quattrocento, Paris, Gallimard, 196 (...)
  • 20 Marin (Louis), Le Portrait du roi, Paris, Minuit, 1981, 300 p. Voir aussi du même auteur, De la re (...)

29Le portrait politique appartient à une longue tradition d’œuvres réalisées afin de donner la plus grande magnificence au détenteur du pouvoir19. Sous l’Antiquité déjà les pièces de monnaies remplissaient une fonction de propagande quand elles étaient ornées du visage du souverain orné de symboles prestigieux. Il en va de même de la statuaire. Le Moyen Âge poursuit ces pratiques. L’Ancien Régime devait même les accentuer à travers la stratégie du Roi Soleil tel que Louis Marin l’a décrite20. Toute la symbolique palatiale et l’usage royal des artistes avaient pour fonction d’assurer au roi une place centrale dans le dispositif visuel. La Révolution n’arrête pas ce processus. Elle en modifie toutefois l’une des données fondamentales : le monarque n’est plus le seul désormais à bénéficier d’une stratégie de l’image. D’autres personnalités politiques entrent en concurrence avec lui. Les parlementaires tous les premiers.

  • 21 Baecque (Antoine de), « David ou la lutte des corps », L’Image fixe, no 4, décembre 1992, p. 6.

30Le tableau le plus emblématique de cette mutation est le Serment du jeu de Paume de David. Le peintre commence cette œuvre de sa propre initiative. Son travail suscite, à partir d’octobre 1790, l’intérêt des Jacobins puis de l’Assemblée nationale qui décide, en septembre 1791, d’en financer l’achèvement. Son ambition, dit Antoine de Baecque, est de basculer, « du beau idéal au politique idéal21 », de réaliser une œuvre à la fois idéalisée et fidèle de cet épisode fondateur de la Révolution. Si bien que c’est un corps de députés qui est représenté plutôt qu’une somme d’individualités. La métaphore corporelle permet de saisir la collectivité. Le peintre a modifié le décor et la disposition des acteurs afin, par exemple, de mettre en scène le peuple aux fenêtres. Les portraits des principaux délégués sont précis et fidèles. Les élus plus modestes ont conservé un anonymat de foule qui exprime l’approbation d’ensemble.

  • 22 Certains tableaux ont ainsi été portés sur les murs de la Chambre comme cet hémicycle agité où Jau (...)

31Tableau d’un événement historique devenu événement à son tour, l’œuvre de David marque la naissance de l’ambition de représenter une collectivité pour figurer le nouveau pouvoir des assemblées. Ces dernières passent alors régulièrement commande à des artistes. Les chambres des députés du début du xixe siècle deviennent ainsi un sujet pictural classique. Les hémicycles sont l’objet de l’attention des peintres pompiers22. Tantôt ils sont représentés de face, comme si le peintre se plaçait en position de président de séance, tantôt (et c’est le cas le plus fréquent) on perçoit les députés de côté. Les traits des personnalités sont représentés assez fidèlement même si, par une curieuse fiction, leurs postures sont tout exprès conçues pour laisser voir leur visage.

  • 23 Gisèle Freund, Photographie et société, Paris, Le Seuil, 1974, 220 p.

32Ces mises en scènes retrouvent finalement un genre classique, celui que Rembrandt avait déjà magnifiquement illustré dans La Ronde de nuit. Il s’agit de figurer aussi fidèlement que possible les membres d’un groupe commanditaire d’une image. Le portrait de corps nécessite une mise en scène collective et une fidélité des traits des participants. La difficulté de cette tâche réside dans l’obligation de reproduire le groupe avec un temps de pose souvent trop court pour l’exécution. Ce fut la raison pour laquelle David Octavius Hill chercha une méthode pour conserver les visages d’une assemblée religieuse. En partant de la photographie, il utilisa pour la première fois un négatif23. Le genre est donc à comprendre dans une logique de mise en scène d’un idéal collectif, mais les visages doivent être très ressemblants, faute de quoi l’on encourt le mécontentement du public.

  • 24 Voir la toile présentée dans Député-Députés, Paris, Assemblée nationale, 1990, p. 52.

33Outre l’héroïsation collective du Parlement, très tôt, une production graphique qui illustre les qualités individuelles des députés, se distingue. Deux types différents de travaux se cohabitent. Les premiers correspondent aux dispositifs de valorisation d’une personnalité politique. L’imagerie populaire montre ainsi les héros de l’unité italienne ou les acteurs tragiques de la vie politique française dans leurs grandes actions. Le député Baudin, victime du coup d’État de Louis Napoléon Bonaparte en 1851 et pour lequel fut lancée par les républicains une grande souscription, entre ainsi dans le Panthéon pictural sous la IIIe République24. Une imagerie semblable à celle d’Épinal diffuse de part et d’autre des Alpes les actes les plus courageux des députés lors des grandes convulsions historiques.

  • 25 Sur les caricaturistes de la IIIe République, voir la seule histoire complète du dessin et de la p (...)
  • 26 Sur le rapport entre histoire et caricature voir Annie Duprat, L’histoire de France à travers la c (...)

34Le second type d’images renvoie à une lecture plus routinière de l’activité parlementaire. Ce sont des dessins et des caricatures qui représentent les élus à la Chambre soit à la tribune soit assis à leur banc. Ici les caricaturistes jouent un rôle d’importance dans la construction de l’image graphique des parlementaires25. L’exercice devient, en effet, classique dans les journaux de restituer le débat en défigurant ses acteurs. Les positions politiques sont tournées en dérision à partir de l’attitude de ceux qui les professent. Cette histoire de la caricature parlementaire qui se déploie à partir de la Restauration26 reste soumise à un événementiel politique. Elle dépend de l’action qui se déroule dans les hémicycles pour créer ses effets comiques. Les revues, comme le Charivari ou la Caricature, remettent ainsi en cause le travail de légitimation entrepris par les parlementaires depuis la Révolution. Indirectement, elles exercent cependant un effet bénéfique en plaçant ces hommes politiques sur le même plan que le souverain qui souffre de la violence de la critique et prend des mesures capables d’étouffer cette pratique à partir de 1835.

  • 27 Voir Honoré Daumier, Paris, RMN, 2000, 79 p. et Daumier 1808-1879, RMN, 1999, 600 p.

35La personnalité de Daumier est celle qui domine les caricaturistes de cette première génération27. La multiplicité des thèmes qu’il traite, de l’éducation à la justice en passant par la vie quotidienne, fait de la politique un sujet parmi d’autres et semblerait en limiter l’impact. Le choix du portrait-charge qu’il effectue fréquemment s’accompagne aussi d’un comique de situation pleinement exploité s’agissant des députés. L’art de Daumier, même s’il s’exerce dans une direction différente des gravures légitimant les parlementaires, a toutefois un point commun avec elles. Il part d’une lecture objective des traits pour modifier ensuite l’expression suivant une psychologie du visage.

  • 28 Daumier... op. cit., 1999, p. 83.

36Les figurations poursuivent donc un objectif qui ne relève pas seulement de l’humour. Le dessin prétend diffuser une connaissance de la personnalité visée, sa psychologie. Il est à la fois discours outré et report du visible, du tangible. Toute l’ambiguïté de ce travail réside dans la nécessité pour le graphiste de réaliser une œuvre ressemblante en dépit même de l’injure portée au trait. Le jeu de la reproduction-déformation est censé renforcer l’adéquation entre la psychologie et l’apparence. L’une de ses images les plus violentes contre Louis-Philippe part de cette logique en figurant Hier, aujourd’hui et demain le visage du souverain qui passe d’un air bonhomme à l’aigreur en vieillissant. Le dessin réalisé en 1834 exprime ce lien étrange entre l’invention et la réalité28. Il explique son caractère insupportable pour le roi qui poursuit le dessinateur de sa vindicte. Daumier et ses collègues construisent ainsi le monde entre les virtualités de l’idéologie et les nécessités de la connaissance humaine.

37L’homme politique ne demeure pas inactif face à ces possibilités opposées de construction de son image. Daumier est poursuivi pour ses outrages envers le roi. En Italie, jusqu’à l’unité, le statut de la presse et des caricaturistes qui commencent à y travailler est fragile.

38La censure dépend des États et limite les effets de la satire. Le développement de ce secteur n’est donc pas continu, à la différence de celui du dessin d’information.

  • 29 Voir Ambroise-Rendu (Anne-Claude), « Du dessin de presse à la photographie (1878-1914) : histoire (...)

39L’Illustration qui naît en 1843, en effet, inaugure en France un modèle dans lequel l’information écrite est complétée par des images. Destiné à un public élargi, ce journal devient une sorte de laboratoire d’une culture visuelle populaire. Les reportages et les nouvelles sont illustrés par des gravures. D’abord inventées au regard des articles, à partir des années 1850 et surtout 1870, ces images sont construites d’après photographie. Le dessin se moule sur ce modèle graphique29. L’attention portée aux événements spectaculaires conduit à produire des illustrations pour rendre compte des grands événements politiques. Les parlementaires comme les autres dirigeants sont donc régulièrement mis en scène dans ces images. En Italie, L’Illustrazione italiana remplit une fonction similaire malgré sa création plus tardive. The Graphic en Angleterre exerça un magistère identique. Chaque pays connaît une même aspiration à visualiser davantage son personnel politique et les actes historiques.

  • 30 Cf. Girault (René), La diplomatie européenne au xixesiècle, Paris, Colin, éd. 1997, 286 p.

40Ces journaux s’appuient sur une technique de gravure qui après la lithographie de Senefelder passe sur des supports métalliques très précis. La précision des traits y gagne par rapport aux anciennes gravures sur bois, même si dans le cas français les images d’Épinal recourent encore à ce support. Les ministres des Affaires étrangères connaissent ainsi une célébrité visuelle internationale car les graveurs et la presse célèbrent particulièrement une activité diplomatique intense dans une période où le concert des nations est un mode de régulation des relations entre États30.

41L’entreprise éditoriale d’un Arrighi n’est donc pas aussi hasardeuse qu’elle y paraît. Elle s’insère dans une œuvre de vulgarisation de la politique entreprise de long temps mais accélérée depuis la Révolution et amplifiée depuis 1830 par les progrès de la presse. Il est toutefois particulièrement remarquable que la logique de l’illustration ne soit pas avancée avec une justification quant à son utilité sociale. Elle est posée comme un supplément de qualité, voire de divertissement, sans que jamais sa légitimité en tant que source d’information n’intervienne. Elle contient cependant un implicite qui consiste à présenter les visages des hommes pour exprimer les passions qui les animent. Le polygraphe dévoile les âmes. Arrighi, en omettant de préciser ses choix iconiques, laisse le lecteur tirer ses propres conclusions. Loin de la psychologie, son intérêt va d’abord aux actions, livrées dans la notice. L’image rassure le lecteur sur leur origine : les portraits donnent l’impression que l’auteur a rencontré tous les protagonistes ; ils complètent la compréhension d’un personnage. Cette première initiative privée nationale italienne restait un système ouvert. D’autres liens pouvaient germer entre les élus et le public des curieux.

L’ÉMERGENCE DU MODÈLE FRANÇAIS DES NOTICES ET PORTRAITS

42Le titre est technique : Relevé par ordre alphabétique des députés élus (pour la première fois) pendant la première législature du 20 février 1876 au 25 juin 1877, indiquant leur état civil et leurs qualités. Le volume massif relie avec soin un ensemble de fiches individuelles. Il est manuscrit. Les encres varient selon les auteurs des textes, de même que les plumes. La calligraphie charge d’émotion la lecture des noms des hommes les plus célèbres. Cet exemplaire conservé aux archives de l’Assemblée nationale se présente ainsi comme un outil administratif autant qu’un instrument de certification bureaucratique.

43Son rôle semble avoir été double. D’abord il s’agissait d’avoir un exemplaire du parafe des parlementaires pour éviter les faux dans la gestion quotidienne de la Chambre. Ensuite, ce relevé était le seul formulaire d’inscription véritablement rempli par les nouveaux députés, hors de toute procédure policière. L’administration de la Chambre en la personne du secrétaire général posait cette faible emprise sur une personne au service de laquelle elle allait se placer. La reliure des feuillets épars en un volume atteste du caractère pratique de l’instrument. Les pièces étaient vraisemblablement rassemblées pour en faciliter la consultation. Les huissiers ou les autres agents directement au contact des députés devaient y avoir accès. Ce premier volume est folioté comme un livre de comptes. Chaque page correspond à une fiche.

  • 31 Archives de l’Assemblée nationale, Paris, Relevé des députés élus au cours de la Ve législature in (...)

44Point d’obligation pour les parlementaires de donner une image. Seule compte l’authentification de l’autographe. Certains députés s’offusquent d’avoir ainsi une fiche à remplir alors qu’ils sont élus depuis plusieurs législatures. C’est le cas d’Horace de Choiseul, de Corse, qui rageusement écrit en travers de la feuille « député depuis 1869 »31. Dans le même volume, la fiche de Clemenceau ne montre que sa photo sans autre précision. D’autres parlementaires n’hésitent pas à remplir leur fiche plus que de raison. La fiche d’Alfred Leconte (Indre) ne possède aucune illustration, mais elle est couverte d’une véritable notice d’une page environ manuscrite. Sa conclusion avant la signature :

  • 32 Idem, verso de la fiche.

Il a le bon esprit de prendre la vie et ses incidents avec sa philosophie patiente et gaie en continuant ses études, ses travaux et son dévouement constant à la démocratie.
A. Leconte
Député de l’Indre
Pharmacien de 1re classe exerçant
Homme de lettres, etc.32.

  • 33 Relevé..., IVelégislature, p. 143 (145 mention manuscrite).

45À cette même rubrique « qualités », Jaurès avait avec humour répondu « Célibataire33 ». La plupart des parlementaires la remplissent en indiquant leurs titres et les fonctions politiques qu’ils occupent. Le tout tient en quelques lignes et n’offre que peu de place à l’anecdote. La présentation de soi est donc sobre, réduite à ce que les parlementaires pensent être les besoins des fonctionnaires de la Chambre : la professionnalisation du personnel politique commence. Elle ne s’encombre que du nécessaire.

46Pourtant, dès 1876, des visages de parlementaires ornent les fiches. La proportion de fiches illustrées va d’ailleurs croissant jusqu’à la IIIe législature, puis semble stagner en pourcentage tout en continuant à augmenter en valeur absolue (de 84 fiches illustrées à 114), avant de connaître une chute brutale lors de la Ve législature (avec cette fois une baisse en valeur absolue à 100 fiches) et une remontée spectaculaire ensuite. Au-delà, les VIIIe et IXe législatures ne sont pas du tout illustrées tandis qu’après 1906 le système tombe en désuétude avec la création des Notices et portraits. Le tableau suivant permet de visualiser ces données.

Tableau 2. LA PART DES FICHES ILLUSTRÉES DE NOUVEAUX DÉPUTÉS

Tableau 2. LA PART DES FICHES ILLUSTRÉES DE NOUVEAUX DÉPUTÉS

47Précisons que l’attention portée aux nouveaux députés montre le caractère strictement administratif de l’inscription. Le système électoral engendre un renouvellement régulier des parlementaires. Avec les images sur les fiches, les huissiers peuvent les reconnaître. L’illustration n’est donc aucunement ludique. Elle ressort d’une civilité qui suppose la déférence la plus grande envers ceux qui détiennent une parcelle de souveraineté et dont l’humeur peut affecter la situation des employés de la Chambre. La qualité des illustrations nous renseigne sur leur origine et sur la manière dont elles ont pu progressivement gagner leur place, à côté du très officiel état civil.

Tableau 3. LA RÉPARTITION DES TECHNIQUES D’ILLUSTRATION

Tableau 3. LA RÉPARTITION DES TECHNIQUES D’ILLUSTRATION

48La photographie s’impose lentement. Dès la première législature, en 1876, quelques députés ont fourni au secrétariat général du Parlement des images en leur possession. Ce sont de petits clichés, de forme parfois ovale, qui montrent le visage du nouvel élu... Afin de compenser cette faiblesse d’information, un employé de la Chambre a collé sur les fiches des dessins très précis empruntés à la presse ou à un trombinoscope imprimé, privé. Ces « gravures » (nous les avons désignées ainsi à cause du style qu’elles évoquent et sans préjugé de leur mode de fabrication) sont particulièrement nombreuses lors de la IVe législature (élue en 1885). Elles sont aussi collées sur des pages pour lesquelles les députés ont fourni une photo. À partir de la Ve législature, elles reculent puis disparaissent.

  • 34 Relevé..., IIIelégislature, fiche 109.
  • 35 Relevé..., IVelégislature, fiche 22.
  • 36 Idem, fiche 243.

49La comparaison des dessins et des photographies offre peu de différences quant à la présentation du député. On y retrouve généralement les mêmes attributs : barbe, moustache, lunettes et vêtements. Trois cas témoignent de ces différences fines. Hérisson apparaît avec un collier sur sa photographie34. Il semble reproduire l’apparence de Gambetta. Sur la gravure, en revanche, il porte des moustaches, des lunettes et sa barbe est taillée plus court. Burdeau ne porte pas de lunettes sur la gravure tandis qu’il en est affublé sur la photographie35. Le colonel Baron de Plazanet est présenté en uniforme sur sa gravure et en redingote civile sur la photographie. Son statut de retraité peut expliquer le décalage entre une image ancienne et une photo plus récente36. Ces différences traduisent vraisemblablement un retard des images publicisées par le dessin ou elles résultent de choix de clichés différents de ceux donnés d’ordinaire. Ces exemples sont insuffisants pour tirer des enseignements sur les connotations de l’un ou l’autre support en matière de présentation de soi. L’usage indifférent des lunettes sur la gravure et la photographie indique un statut médiatique équivalent et non une spécialisation de la gravure comme image de presse et de la photographie comme instrument semi-privé. On se situe en un temps où la photo s’inscrit davantage dans la sphère publique.

  • 37 Relevé..., VIelégislature, np.

50Son triomphe à partir de la Ve législature va dans ce sens. Après 1889, le document se modifie. Ce ne sont plus uniquement les députés nouvellement élus (le système des candidatures multiples cessant, les élections partielles sont moins fréquentes) qui remplissent une fiche. Désormais, tous les parlementaires subissent ce traitement bureaucratique. Certains s’en offusquent de nouveau, jugeant y avoir déjà suffisamment souscrit. Jules Roche fulmine : « vous devez l’avoir depuis 1882 ; – je ne crois pas que rien ait changé37 ». Il pensait sans doute enrichir un fichier permanent, ignorant l’usage d’un livre par législature. Ce qui indique que le fichier avait une fonction de consultation éphémère et ne constituait pas une institution permanente de la Chambre.

51L’adoption d’une fiche par député accompagne la mutation du système électoral (avec ses élections partielles presque en permanence) et va de pair avec la généralisation d’un type d’illustration qui touche presque tous les parlementaires : la reproduction d’un cliché paru ailleurs (dans la presse ?) avec une courte notice. Le changement de destination du fichier est sanctionné. Il devient un véritable trombinoscope. Les huissiers en usent vraisemblablement pour s’habituer au visage des élus en début de législature. C’est en outre un document de référence pour s’assurer que ceux qui votent et signent sont bien les députés, dans un contexte où de nouveaux élus arrivent en cours de législature. Ce choix a l’avantage d’éviter de déranger ces derniers pour obtenir leur image ou s’y habituer. Un fonctionnaire de la Chambre joue les sentinelles en préparant cet instrument propre à l’information de ses collègues.

52Les photographies empruntées au support imprimé deviennent dès lors prépondérantes. Leur implantation s’effectue non seulement aux dépens du dessin mais aussi du nombre de fiches non illustrées. Lors de la VIe législature, 99 n’étaient pas illustrées et 39 avait un cadre imprimé sans photographie. À l’occasion de la VIIe législature (1898-1902), les chiffres sont respectivement de 65 non illustrées et 45 avec un cadre vide. L’imprimé impose donc sa règle au point que l’employé a préféré reporter une vignette sans rien à l’intérieur plutôt que de laisser la page vide. Sans doute était-ce pour lui le moyen d’indiquer la défaillance de sa source et non son incapacité à reproduire l’image, ce qui tendrait à prouver que la tâche était accomplie par un subalterne et non par le secrétaire général de la Chambre comme le laisserait supposer la présentation. Le secrétaire général de la Chambre a d’ailleurs sa propre fiche avec sa photo, à partir de la VIe législature. Lui non plus ne doit pas être ignoré du petit personnel. À moins qu’il ne s’identifie à l’institution qu’il dirige. La hiérarchie ouvre droit à l’image.

  • 38 Voir Célébrités à l’affiche, Lausanne, Conti, 1989, p. 6. Le catalogue d’une exposition tenue à l’ (...)

53Ainsi, les années 1890 voient une transformation du Relevé en un outil plagié sur un support extérieur à la Chambre : est-ce l’influence de la presse ou celle de titres comme Le Trombinoscope, Les hommes d’aujourd’hui, Les Contemporains où le dessin remplit un office similaire38. L’image des parlementaires échappe un moment à leur institution, puisqu’il est nécessaire de recourir à des fournisseurs extérieurs. Le travail de figuration n’est pas pensé à partir d’un document jugé administratif et/ou anodin. La perte de la maîtrise de la représentation est provisoire.

54L’adaptation du support indique l’avance prise par l’initiative privée à partir de la VIe législature qui commence en 1893. D’une part, il devient techniquement facile de publier des photographies dans la presse et dans l’édition avec la généralisation des techniques de pelliculage de bois. L’illustration peut ainsi présenter un nouveau visage à ses lecteurs à partir de 1891 en multipliant les publications de clichés. D’autre part, l’attention du public est de nouveau polarisée sur la Chambre où se jouent des débats d’une nouvelle ampleur provoqués par l’Affaire Dreyfus.

55Les caricaturistes retrouvent, comme Caran d’Ache, le devant de la scène ; les images satiriques prolifèrent. Ce graphisme ironique triomphant accélère le changement de fonction du dessin et, inversement, précise les contours de l’implantation photographique. L’histoire de la photographie elle-même explique comment s’effectue un partage des rôles entre ces deux techniques à la fin du xixe siècle. La photographie dont l’empire est allé croissant apporte au public une démarche systématique et policière qui relègue le dessin dans le territoire de la subjectivité ; elle s’octroie l’objectivité.

UN DÉTOUR PAR L’HISTOIRE DE LA PHOTOGRAPHIE

  • 39 Freund (Gisèle), op. cit. ; Rouillé (André), Le Magny (Jean-Paul), Histoire de la photographie Par (...)

56Gisèle Freund fait remonter les débuts de la photographie au physionotrace de Gilles-Louis Chrétien et évoque à cette occasion une mutation des goûts de la bourgeoisie et de l’aristocratie françaises, en quête d’un moyen économique de parvenir à un objet de luxe : le portrait39. Il est clair aussi que la notion sous-jacente à sa réflexion est bien celle d’empreinte puisqu’elle en vient peu après à évoquer les premières initiatives véritables menées par Niepce et Daguerre. Les daguerréotypes réalisés dès 1831 facilitent les portraits. De la peinture, le portrait photographique hérite une aura intellectuelle et une dimension artistique. Mais, comme empreinte, il établit un rapport particulier avec l’immanence, comme si une fraction de l’être survivait dans cette trace. Il faudrait ici penser un rapport plus étroit avec les antiques masques mortuaires.

  • 40 Freund (Gisèle), op. cit.
  • 41 Clichés qui ornent la Biblioteca di Storia moderna e contemporanea de Rome.

57L’événement devient rapidement l’enjeu de la photographie. Avec lui, le statut des photographes s’enrichit. Outre les hommes de studio apparaissent les reporters, amateurs puis professionnels. En 1843, en effet, un premier cliché de nature à la fois commémorative et informative est réalisé à l’occasion du traité entre la France et la Chine40. Désormais la photographie est jugée capable de rendre compte des événements historiques. Elle retrouve une autre dimension de l’art pictural : la peinture bataille. Il s’agit à la fois de rendre compte des combats et des paysages. Un des clichés les plus anciens de ce genre est, en Italie, la splendide composition qui montre l’état du siège de Rome en 1848 avec les fortifications et les ruines environnantes41. Côté français, ce sont les reportages sur la guerre de Crimée qui vont amener l’opinion à se pencher sur la photographie via la presse.

58Deux limites contraignent cependant le développement de la photographie de presse. D’une part, la qualité d’impression et les techniques de reproduction sont insuffisantes pour garantir la diffusion de ce moyen dans les journaux. D’autre part, le matériel photographique encore très pesant et statique ne permet pas des déplacements rapides aux reporters. Ajoutons que le temps de pose qui avoisine les 15 secondes n’est pas propre à saisir les combats mais plutôt les cadavres restés au sol. Les images célèbres de la guerre de Sécession américaine qui parviennent en Europe dans les années 1860 illustrent cette difficulté autant que les morts pris en Crimée par Fenton.

59Le système photographique sert désormais de support à la réflexion des journalistes. Il se situe en deçà de la publication dans la mesure où la technique tarde à permettre la reproduction directe dans les pages des journaux. Les photographes utilisent leur instrument dans une perspective réaliste. Jacob Rees inaugure ainsi le genre social qui fleurit aux États-Unis.

  • 42 Barbier (Frédéric), Bertho Lavenir (Catherine), Histoire des médias de Diderot à Internet, Paris, (...)
  • 43 Voir Palmer (Michael), Des petits journaux aux grandes agences : naissance du journalisme moderne (...)

60La politique pénètre cette nouvelle imagerie. Elle est objet de clichés. Les grandes cérémonies sont photographiées autant que les batailles. L’image documentaire est aussi constituée par les sociétés géographiques et anthropologiques42. Elle fournit matière à réflexion pour les folkloristes et l’occasion d’une démarche conservatoire d’un état du paysage. Il faut comprendre en ce sens les collections d’images de villes qui sont aussi exploitées sous forme de cartes postales, entre 1880 et 1914. Les rédacteurs utilisent cette matière nouvelle pour ajouter des détails aux dépêches d’agences qui, comme Havas, acquièrent une place déterminante dans la construction de l’information43.

  • 44 Delporte (Christian), Les journalistes en France 1880-1950 – Naissance et construction d’une profe (...)
  • 45 Ambroise-Rendu (Anne-Claude), « Du dessin de presse à la... ». art. cit.

61À partir de 1885, progressivement des techniques de simili gravure par pelliculage de bois permettent de publier les photographies directement dans les journaux. L’innovation technique se diffuse à une vitesse variable selon les pays44. La France dans ce domaine va particulièrement vite. Dès le 25 juillet 1891, l’Illustration publie son premier véritable cliché. Anne-Claude Anbroise-Rendu a montré comment ce type d’image conquiert les revues d’information illustrées et domine largement au moment de la Première Guerre mondiale45. En 1908 la création du journal La Vie illustrée marque un pas supplémentaire vers l’information par l’image. Pierre Lafitte, puis Félix Juven, créent en 1910 respectivement un quotidien (Excellsior) et un hebdomadaire (Le Miroir). Les deux publications obtiennent un succès de vente puis le premier monte à 100 000 exemplaires et le second à 400 000.

62Ce développement de l’image comme reproduction et illustration de l’événement va de pair avec la commercialisation, grâce aux travaux d’Eastman aux États-Unis, d’appareils portables qui utilisent de la pellicule et non plus des plaques. La mobilité des appareils facilite celle des photographes et les premières agences commencent à exploiter le nouveau marché, tandis que les journaux embauchent des professionnels pour nourrir leurs pages.

63La conquête de la presse par les images-empreintes traduit une croyance dominante en Italie et en France, selon laquelle la photographie offre un effet supplémentaire par rapport au texte. La plus-value de l’image est souvent réduite à un effet de vérité. Dans le cas de la construction des images des parlementaires français et italiens, une autre logique a joué qui trouve ses origines dans le développement de la photographie administrative.

  • 46 Morello (Paolo), Briganti, fotografia e malavita nella Sicilia dell’Ottocento, Palermo, Sallerio, (...)
  • 47 Il parlamento italiano, vol. II, p. 129-130.
  • 48 Nous empruntons cette expression à Ouedraogo (Jean-Bernard), « La figuration photographique des id (...)

64Dès les années 1860, en effet, on constate que la photographie passe au service des administrations en France comme en Italie. L’usage est essentiellement documentaire et conservatoire. Mais la photo joue aussi un rôle probatoire. Elle est plusieurs fois citée par des tribunaux pour obtenir des condamnations, en particulier dans des affaires de duel et de flagrant délit. La dimension documentaire touche les services de police qui, à leur tour dès les années 1860, demandent l’aide des photographes. En Italie, la traque des bandits siciliens passe par la diffusion de leur portrait auprès des brigades de police46. Des portraits des détenus les plus dangereux sont pris et les criminels sont désormais l’objet d’une attention visuelle. Une procédure similaire existe aux États-Unis pour les mises hors-la-loi et les annonces de primes. Le portrait administratif est sobre et l’on voit ces visages de face, le regard un peu perdu. La gravité des mines doit provenir aussi des conditions de prises, sous la contrainte dans un poste de carabiniers ou une prison. Dans le cas sicilien, ce système actif se double de prises de clichés pour montrer l’efficacité des services. Ainsi les bandits tués sont-ils pris en photo pro memoriam. La pose change. Par un effort esthétique, les photographes ont rarement laissé les cadavres dans leur état naturel. Ils leur ont fait adopter une pose. Les morts semblent dormir, allongés sur le côté ou adossés à une pierre ou un arbre. Leurs armes sont posées à leur côté. Tout rappelle le chasseur endormi. Ce ne sont pas des combattants qui sont présentés. Les photos ont une fonction d’identification car elles seront exposées aux familles autant qu’au pouvoir pour prouver l’efficacité du système policier. Certaines sont reprises par la presse, en gravure47. L’on comprend alors le désir de détacher le mort des conditions de sa disparition afin de ne pas attiser les désirs de vendetta et de restaurer une apparence de sérénité. Là comme ailleurs les photographes restent des « marchands d’apparence »48.

  • 49 Sur la validation du procédé d’identification par les forces de police, voir Thorwald (Jürgen), La (...)

65Les services de police français s’emparent de la photographie à leur tour pour diffuser les visages de criminels et progressivement en viennent à l’intégrer dans le système de l’anthropométrie imaginé par Bertillon49. Ici, la photo se situe moins dans l’orbite de la preuve que dans la logique de l’identification. L’administration pose l’image dans une dimension nouvelle qui l’écarte à la fois de l’art et de l’événement.

66Cette logique identitaire explique en grande partie le déploiement de services photographiques pendant la Première Guerre mondiale. Leur rôle n’est pas simplement de fournir des clichés à la presse. Leur fonction est de préserver la mémoire des combattants et des conditions de combat. Les clichés promeuvent cette fois une identité collective, celle des hommes de guerre au service de la nation. Les portraits de soldats des corps d’armée engagés qui se multiplient ont donc une fonction qui dépasse le témoignage : ils posent l’acte de guerre comme production même de l’existence. Être photographié en soldat, c’est afficher son statut d’homme.

  • 50 Le phénomène nous semble parallèle à ce disciplinement des corps qu’analyse Foucault (Michel), Sur (...)

67L’innovation essentielle du monde bureaucratique réside cependant ailleurs que dans la connotation des prises de vues. Pour l’administration, seule importe la nécessité de reconnaître le sujet, tant pour l’imposition de ses devoirs que pour la jouissance de ses droits. Posséder une image dénuée d’émotion est indispensable pour le bureaucrate. Ce dernier pourra projeter sur ce masque les comportements faciaux auxquels il est habitué. À lui d’actualiser le cliché au gré des circonstances. L’impassibilité ou la gravité ne sont pas les signifiants d’une posture mentale mais simplement le résultat d’un projet de classement qui suppose la création d’un étalon visuel commun. Toutes les administrations policières et pénitentiaires, qui adoptent ce système dès la fin du xixe siècle, l’ont conservé presque en l’état tant il correspond à une forme de discipline des faciès propre à leur fonctionnement administratif50. D’ailleurs, le contexte pénitentiaire invite peu les prisonniers à manifester leurs émotions. Les services d’identité judiciaire qui prennent les clichés effectuent leur travail au début de la prise en charge, à un moment où leur « client » est encore sous le coup de l’arrestation. Dans ce cas extrême, la situation ajoute une nuance à l’impassibilité.

LE CHOIX D’UN PHOTOGRAPHE

68La situation du monde judiciaire s’éloigne de celle des députés. Point de laboratoire photographique parlementaire. Les élus choisissent eux-mêmes leur photographe. Le bénévolat favorise même une large dispersion des faveurs. La liste des studios et laboratoires impliqués dans cette production tourne autour d’une centaine en France. Leur nombre se réduit progressivement au point de parvenir à des monopoles après la Seconde Guerre mondiale.

69Au xixe siècle, les photographes des parlementaires sont des professionnels dont le rôle se situe à la limite de la recherche technologique et de la quête artistique. Précisons que leur identité ne nous est connue qu’à partir d’un certain niveau d’institutionnalisation de la profession et des trombinoscopes eux-mêmes. Ainsi, en France, la première mention des photographes intervient seulement avec la transformation en publication en 1908. Dans les Notices et portraits, on trouve en dernière page la mention suivante :

  • 51 Résumé général des travaux législatifs de la Chambre des députés depuis la mise en vigueur des loi (...)

Note – Les portraits insérés dans le présent recueil ont été gravés d’après les photographies de M. Pepper, à l’exception des portraits ci-après énumérés qui ont été reproduits d’après des photographies données par les députés eux-mêmes51.

70La liste suit, montrant que la pratique du portrait était fort répandue dans les milieux politiques, tant à des fins privées que professionnelles, afin de répondre à d’éventuelles requêtes de mandants, de journaux et de proches.

71Le même constat peut être dressé en ce qui concerne le Sénat qui, en 1910, adopte le système des Notices et portraits. On y retrouve une formule proche de celle de la Chambre, mais les éditeurs commerciaux du volume sont aussi photographes.

  • 52 Sénat – Notices et portraits, Paris, Moreau frères, 1910, np.

Les photographies contenues dans ce volume ont été faites par MM. Moreau frères. Certaines photographies qui ont été données par MM. les Sénateurs proviennent de chez... [Suit la liste]52.

  • 53 Mosca (Gaetano), Elementi di scienza politica, [1896], Turin, Bocca, 1923, 514 p.

72Les maisons s’occupant de politique participent d’un milieu qui est celui de la « classe politique » pour reprendre l’expression de Gaetano Mosca53. Les fournisseurs du Sénat, se rapprochent en effet de ceux des députés.

  • 54 Freund (Gisèle), op. cit., p. 44-45. Voir aussi pour une reconstitution mondaine la galerie de por (...)
  • 55 Grapeloup-Roche (Philippe), « De Nadar à Kieslowski », in Autrement, no 148, Le Visage, octobre 19 (...)

73Parmi les photographes se trouve celui qui donne le ton en matière de portrait et pèse sur la définition des critères de la profession à cette époque : Félix Tournachon dit Nadar54. Son style dit une époque du portrait. Plusieurs parlementaires, toutes tendances politiques confondues, se sont fait prendre par lui : parmi les députés, Bouctout, Brisson (Henri), Du Halgouet, Jaurès, Millerand, Mun... Nadar se situe à un niveau intermédiaire entre le technicien d’élite et l’artiste. Technicien car il est l’inventeur de plusieurs avancées en matière de photographie. Il crée la photo aérienne en s’élevant en ballon ; il utilise le premier la lumière artificielle pour réduire le temps de pose. Sa longévité en fait le passeur de la génération expérimentale à celle des reporters déjà à la recherche du scoop pour échapper à une routine technique. Il préfère cependant prendre la posture de l’artiste. Le milieu dans lequel il évolue est celui d’une avant-garde. Il reçoit dans son atelier les peintres naturalistes puis impressionnistes. Il fréquente Baudelaire. Nadar est aussi un homme de l’élite, « du tout Paris ». Proche des républicains, il ouvre cependant son studio à la noblesse parisienne. Sa maîtrise lui permet d’obtenir une grande précision dans la prise de vue et dans les tirages. Ses portraits sont donc posés. Il les effectue dans son studio après avoir discuté avec l’intéressé pour se rendre compte de la mise en scène la plus propre à restituer l’esprit du modèle55. Il existe donc une « façon Nadar » qui produit autant qu’elle reproduit l’art de son temps. De fait, nous y reviendrons, en dépit de la variété des choix artistiques, les postures adoptées dans les images des députés ont des points communs si forts qu’ils font ressentir une époque.

  • 56 Un roman de Tahar Ben Jelloun a encore défrayé la chronique en 1999.

74Du côté italien, le travail d’identification à partir du style d’un photographe est rendu presque impossible par l’absence de crédit photographique. Les députés fournissent les clichés à moins que les éditeurs eux-mêmes ne réunissent la documentation sans se préoccuper des auteurs des clichés... En France et en Italie, les photographes ne semblent pas jouir de la même légitimité d’auteur. La France, berceau de la photographie, a sans doute précocement conçu l’idée d’une propriété intellectuelle de la photographie, comparable à la propriété industrielle, tant l’aspect expérimental a prévalu au départ. Ajoutons que c’est aussi en France que les auteurs de romans parviennent à fonder le droit d’auteur alors qu’en Italie les éditions pirates pullulent encore à la fin du xixe siècle pour ne rien dire d’exemples plus récents56. Le fonctionnement privé du modèle italien a sans doute joué un rôle dans cette attention forte pour le sujet photographié et négligeable pour l’auteur du cliché. La conséquence est qu’entre les éditeurs privés et les photographes anonymes l’image identitaire de la représentation politique italienne échappe à tout contrôle, y compris à celui des détenteurs de la souveraineté.

L’ÉLABORATION D’UN IMAGIER PRIVÉ

75L’administration de la Chambre des députés italienne n’a pas jugé bon de composer un outil comparable à celui des parlementaires français. Les fiches personnelles remplies par les élus remplissent une pure fonction d’état civil et ne sont pas devenues une aide à l’identification physique du parlementaire. La fiche comporte d’ailleurs une présentation qui en expose les motivations :

  • 57 Voir Archivio della Camera dei Deputati, Rome, Schede anagrafiche, on trouve cette mention par exe (...)

Le soussigné prie Votre Honneur de lui renvoyer remplie la présente fiche instamment car elle sert à constater la validité de la signature, pour reconnaître à qui revient l’antériorité en cas d’égalité des votes, pour préciser les titres, les qualités, etc.... et pour la réalisation de l’annuaire général des Députés.
Le secrétaire général
C. Montalcini57.

76L’authentification est le but des fiches encore remplies de nos jours en France comme en Italie. Mais le rôle d’identification administrative, nous l’avons dit, ne se retrouve pas dans la Péninsule

  • 58 Sarti (Telesforo), Il parlamento italiano nel cinquantenario dello Statuto – Profili e cenni biogr (...)

77Là, en effet, à la suite d’Arrighi, d’autres maisons d’édition ont entrepris de présenter les députés aux protagonistes de la vie politique, élus ou électeurs. Une fois écartés les recueils strictement textuels, tel celui de Telesforo Sarti, les Parlements ont fait l’objet de publications avec photographies en continuité à partir du début du siècle58.

  • 59 Archivio della Camera dei Deputati, Rome, Schede anagrafiche, 1913 fiches Turati sans mention d’ » (...)
  • 60 Ils furent notamment les éditeurs d’Emilio Salgari.

78Dès 1906 paraît, en effet, un ouvrage illustré qui propose des clichés de presque tous les parlementaires. Le classement par collège électoral montre le désir de privilégier une géographie plutôt qu’un système partisan encore balbutiant ou un itinéraire individuel. Les notices ne sont pas systématiques et contiennent des informations inégales selon les députés. La consultation des documents de la Chambre des députés ne devait guère les aider car les parlementaires étaient très fantasques dans leur manière de remplir leur fiche individuelle (certains ignorent une rubrique, d’autres font des réponses partielles59). Ils rechignent apparemment à subir la bureaucratie au-delà de l’indispensable : le nom et la signature. L’information s’en ressent. D’où la recherche d’un nouveau mode d’élaboration de la documentation mise au point par une maison d’édition coutumière des productions de masse : Fratelli Treves60. Cette entreprise lance à partir de 1909 une publication régulière jusqu’en 1924. Chaque législature fait l’objet d’un volume. Le système est construit par référence explicite à l’expérience française comme le trahit le long extrait tiré de la préface à l’édition de 1913 qui éclaire l’ensemble du projet :

  • 61 I 508 Deputati al parlamento per la XXIV legislatura – Elezioni generali del 26 ottobre-2 novembre (...)

Ce volume de biographies et de portraits de parlementaires, qui fut accueilli très favorablement il y a quatre ans, quand il vit la lumière pour la première fois après les élections générales des 7 et 14 mars 1909, reparaît aujourd’hui, après les élections générales du 26 octobre et du 2 novembre 1913, d’autant plus à propos que ces élections ont été effectuées au suffrage universel accordé même aux analphabètes, en Italie, au terme de la loi (texte unique) du 26 juin 1913.
Pour élaborer ce volume, nous nous sommes tenus aux normes objectives suivies pour le volume de 1909.
À la mention du parti politique fondamental auquel chaque élu appartient (constitutionnel modéré ; constitutionnel catholique ; progressiste ; radical ; républicain officiel ou indépendant ; socialiste réformiste, officiel, syndicaliste ou indépendant), nous avons ajouté l’indication de la position par rapport au gouvernement Giolitti (majorité, opposition), une telle classification n’étant pas aléatoire grâce aux informations recueillies pendant la campagne électorale, et grâce aux indications du premier vote politique donné par la nouvelle Chambre le 18 décembre 1913... S’il devait y avoir des changements ce serait au temps, à messieurs les députés... et aux lecteurs de préciser la nouvelle position, qui est éphémère et susceptible de bien des surprises. (...)
Les données statistiques enregistrées pour chaque collège (inscrits, votants, votes obtenus par l’élu) sont extraites des informations communiquées pour chaque collège par l’Agence Stefani et publiées dans le Journal officiel du Royaume, et ensuite inscrites dans le Manuel des députés pour l’actuelle législature. Là où il y eut un second tour de scrutin, le nombre de voix est celui obtenu par les candidats en ballottage.
Pour chaque collège, nous avons conservé le chiffre de 1909 des inscrits, à gauche en haut, des votants à droite en haut, et des voix obtenues par l’élu à gauche en bas, en y ajoutant celui de 1913, pour donner ainsi des éléments de comparaison entre le suffrage limité et le suffrage universel. Les votes obtenus en 1909 se réfèrent généralement à la circonscription, sans attention particulière pour la personne, qui changea en 1913 dans 125 collèges.
Les données biographiques ont été contrôlées avec la plus grande attention sur de précédentes publications, sur la documentation officielle et aussi sur des informations directes ; mais affirmer l’âge des députés est aussi difficile et délicat que dans le cas des belles femmes : le champ est donc ouvert à tous les rectificatifs. Non moins difficile est l’obtention des portraits de tous les élus ; si bien que le résultat obtenu est merveilleux : sur 508 (alors qu’avec les élections multiples, les élus, en réalité n’ont été que 504 personnes) il en manque seulement huit – chiffre minime que nous n’avons pu éviter que par l’obstiné refus tacite des sollicités. Si leurs portraits nous parviennent par un moyen quelconque, ils serviront lors d’une prochaine édition. Mais ici, nous sommes heureux de constater que dans une semblable tentative de faire un volume de ce type il y a 26 ans, 133 portraits manquaient ; et dans un volume identique publié par la Chambre des députés française, sur 591 élus 43 portraits manquaient. Dans notre volume de 1909 on notait 23 absents : dans celui-ci il n’en manque, nous l’avons dit, que huit. C’est un beau progrès !... (...)
Au fil des pages les élus pour la première fois sont signalés par* à côté de leur nom ; et dans l’index les huit députés sans images sont marqués d’un*.
Pour le reste, il appartient au lecteur de signaler à chaque page les transformations survenues et les événements notables de la vie parlementaire de messieurs les députés, nos annotations et vérifications s’arrêtant à la date de rédaction de cette préface. Milan, 24 janvier 191461.

79L’influence française se ressent dans la référence aux lacunes de la dernière édition et dans la dénomination même du livre adaptation des Notices et portraits en Biographies et portraits.

80Au-delà, le volume se veut un instrument vivant. À l’apport de ses informations le lecteur doit ajouter ses propres remarques. De même est affirmée la nécessité de compléter l’ouvrage lors d’une prochaine édition. Le propos technique esquisse finalement le portrait du lecteur attendu par les éditeurs. Deux profils sont perceptibles, presque de façon contradictoire. D’abord s’impose celui du professionnel de la politique. Le caractère précis de l’ouvrage plaide pour cette lecture. Il s’agit de maîtriser la connaissance des collèges électoraux dans la perspective de prochains scrutins. L’adoption de l’indemnité parlementaire et le système, déjà en partie existant, d’attribution des hauts postes administratifs par la recommandation politique (lottizzazione) expliquent l’intérêt d’une élite impliquée par ces questions. Une frange des décideurs économiques s’y ajoute. Vient ensuite un autre public spécialisé, celui des journalistes et des savants, qui dès cette époque tentent de bâtir un savoir politique. La géographie partisane trouve à travers ce livre une source efficace. La présence des portraits intervient davantage pour le second public.

  • 62 Un phénomène constaté aussi par Phélippeau (Éric), « Sociogenèse de la profession politique » in G (...)

81L’honneur de l’institution, comme le disait en 1864 Cletto Arrighi, est devenu secondaire. Comptent désormais des critères qui reflètent la professionnalisation de la politique. Le lien entre homme public et territoire est souligné62. Une triple adéquation s’affirme dans chaque notice : un homme, un itinéraire, un collège électoral. La logique du fief politique perce. L’espace est découpé en autant de potentats. Les portraits ont, dès lors, une fonction plus immédiate. Ils facilitent la reconnaissance de l’élu, soit pour le rencontrer, comme dans le cas des journalistes ou des administrateurs, soit par curiosité afin de se projeter sur ceux qui animent la chronique politique. L’on songe alors à un auditoire plus large de curieux, une bonne société informée. C’est la perspective clientéliste déclinée au mode indirect qui joue dans cette curiosité. Le processus de médiatisation de l’espace public par l’image pose ses premiers jalons.

82Dans l’Italie libérale, le Parlement est au centre de la vie politique. Les députés sont fréquemment pris en photo à l’occasion de cérémonies ou d’événements politiques. La presse les rapporte avec des illustrations. De même, les élus s’intègrent dans une chronique mondaine qui progressivement possède ses titres illustrés. Les albums parlementaires avec leur iconographie participent de cette frénésie en donnant aux lecteurs les moyens de comprendre ce qui se passe sur d’autres images.

83Les élus sont conscients de cette évolution, si l’on en croit la « préface » ; ils ont largement contribué à fournir les données et les portraits nécessaires à la confection du volume. Il en va de même côté français où l’initiative est publique, cette fois.

84La VIIIe législature (1902-1906) ne voit pas de mise à jour iconique du relevé d’état civil. Le personnel de la Chambre n’a plus jugé opportun d’illustrer les registres. L’idée a-t-elle paru saugrenue ou le fonctionnaire qui s’en occupait a-t-il changé de service ? Était-ce devenu un travail trop lourd ? Désormais le relevé a la même fonction qu’en Italie, un simple moyen d’identifier la signature et de mettre a jour l’état civil. Ce système ne paraît pourtant pas satisfaire les exigences de la Chambre. La IXe législature est l’occasion d’adopter d’un mode nouveau de présentation des députés. Un document inédit voit le jour :

  • 63 Résumé général... op. cit., 1908, page de garde.

Ce recueil a été préparé en exécution de l’arrêté du bureau de la Chambre des députés du 16 novembre 1906. Il ne peut être mis en vente63.

  • 64 Procès verbaux des délibérations du bureau, no 17, du 29 juin 1904 au 13 janvier 1910, Chambre des (...)

85Le procès verbal de la délibération du bureau de la Chambre laisse entrevoir que cette décision a servi de prétexte pour réformer le service des procès verbaux. En son sein, un nouveau bureau s’ouvrait pour faire les expéditions de la loi (travail déjà effectué auparavant mais dont l’ampleur avait cru proportionnellement au nombre de textes de loi) et établir un recueil « contenant avec les portraits, le nombre de voix obtenues par chaque membre dans les différentes élections, ainsi que le résumé individuel des travaux législatifs64 ». La décision est adoptée. Elle laisse percer un désir de montrer le travail de chaque député, de faciliter le repérage de ses spécialités et l’ampleur de son activité.

86L’ouvrage qui paraît en 1908 résulte ainsi d’une action volontaire des parlementaires (la proposition provenait des questeurs), inspirés ou secondés par l’administration de la Chambre. Le relevé a son successeur. L’uniformisation des fiches limite désormais les longues notices professionnelles rédigées par quelques députés zélés. L’attention se concentre sur l’illustration qui occupe la plus grande partie de la page. Les informations écrites paraissent secondaires. L’outil est gracieusement offert à ceux qui en ont besoin : quelques administrations, la presse à n’en pas douter, et surtout le personnel de la Chambre. La logique de reconnaissance poursuit son œuvre. Ici, en revanche, pas de pensée pour le lectorat amateur. Le politique français n’éprouve pas le besoin de se référer à un en-dehors. Il accepte la médiatisation et une première personnalisation collective de la souveraineté, voire du pouvoir, compte tenu du rôle des Chambres, mais se tient en deçà de la construction d’une identité faciale à usage du vulgaire. La tradition administrative et l’antériorité d’un outil interne peuvent aisément expliquer le choix d’une diffusion, pour l’heure, limitée. Chaque député accède directement à la presse. À lui de se faire connaître plutôt qu’aux lecteurs de le reconnaître. Le Résumé général demeure un outil de présentation de la souveraineté ; il n’est pas un insigne de la représentation du souverain.

87La gestion bureaucratique du « trombinoscope » explique l’absence de débat parlementaire sur sa légitimité. Les groupes parlementaires de toutes tendances se soumettent à cette exigence dont ils pressentent la commodité. Les clichés des élus manquants relèvent davantage de la négligence ou d’un désir de distinction que d’une décision liée à l’activité politique.

88En Italie, en revanche, la dimension privée de l’entreprise des frères Treves gêne au départ certains parlementaires. Elle subit aussi les contrecoups de la vie politique troublée d’après la Première Guerre mondiale. La préface de 1924 l’explicite.

  • 65 I 535 Deputati al parlamento per la XXVII legislatura – Elezioni generali del 6 aprile 1924 col co (...)

La partie iconographique n’était pas complète car manquaient les portraits d’un certain nombre de députés réfractaires à la photographie et que nous nous promettions de séduire, à l’ouverture de la Chambre, avec quelque manœuvre ou embuscade semi-parlementaire. Malheureusement la soudaine clôture de la Chambre, à la suite de l’assassinat de Matteotti et du retrait sur l’Aventin, finit par éventer notre dessein. Manquent aussi à notre collection les portraits d’environ une vingtaine de députés, en grande partie inscrits au Parti communiste, parce que les nouveaux élus communistes ont obéi à un mot d’ordre de l’exécutif de Moscou, de ne pas se prêter aux objectifs... photographiques des publicistes bourgeois65.

  • 66 Sur ce sujet, en France et en Italie, voir Baravelli (Andrea), La Memoria della guerra nelle campa (...)

89Le refus communiste imputé à la volonté de Moscou et la prétention à circonvenir amicalement les députés manquants disent assez que l’entreprise est proche du Parlement, qu’elle ressort d’un milieu. Les éditeurs y font passer une vision fédératrice des opinions politiques du temps. Leur position, sans être philofasciste, témoigne cependant d’une prudence mercantile et d’un certain goût pour l’ordre dont se fait l’écho le paragraphe consacré aux députés morts. Ce passage montre le poids déterminant de la culture de guerre dans cette période66. S’y exprime l’adhésion au culte patriotique. L’ouvrage supposé politiquement neutre débouche finalement sur l’exaltation de certaines valeurs dominantes mais inégalement célébrées par les différents partis politiques. Il en va ainsi du jeunisme latent de certaines formules.

  • 67 Idem, « Su questa Camera, composta di tante fiorenti e balde giovinezze rappresentanti la nuova It (...)

Sur cette Chambre composée de tant de hardis et illustres jeunes représentants de la nouvelle Italie, jaillie de la Victoire, un voile de tristesse est tombé. La disparition tragique du député unitaire Giacomo Matteotti, qui a si profondément ému l’esprit public, en particulier à cause des circonstances dans lesquelles elle s’est déroulée, et l’assassinat du député fasciste Armando Casalini portent une note de deuil dans les pages d’ordinaires sereines de cette publication. La noble existence d’un autre jeune député, l’honorable [formule de politesse pour les parlementaires] Mario Gioda, député fasciste de Turin, fut aussi brisée par une mort prématurée67.

90Matteotti est encore cité plus loin pour expliquer les problèmes posés par sa succession compte tenu du fait qu’il avait été élu dans deux circonscriptions. La mise en parallèle de son assassinat avec celui d’un député fasciste tend à renvoyer dos-à-dos fascistes et antifascistes, de peur de perdre un marché ? De même, le caractère alambiqué des formules pour signifier son assassinat par les séides de Mussolini donne une image peu reluisante des éditeurs. La « sérénité » évoquée à propos de leur travail a des airs de démission.

91Le cours pris par la vie politique italienne à partir de cette date invalide l’entreprise des Treves. La dissolution des partis et le système d’élection avec liste unique changent la donne et affaiblissent la viabilité d’une publication d’un autre temps. Le Parlement change d’image et même de nom devenant, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, une Chambre des faisceaux et des corporations. Le portrait des parlementaires n’a plus le même sens, nous y reviendrons.

92Côté français, en revanche, le système bureaucratique caméral poursuit son œuvre. Chaque législature, à partir de 1906, est l’objet d’une publication dans laquelle sont regroupés les portraits des députés et sont données des indications sur leur état civil et leur position politique. L’image des parlementaires se construit en même temps que celle du Parlement se dégrade. L’outil trombinoscopique devient une référence routinière.

IDENTITÉ ET ÉMOTION

  • 68 L’âge d’or du dessin de prese se situe pour Christian Delporte dans l’entredeux-guerres, voir Delp (...)

93La prime histoire de la mise en scène des parlementaires révèle la soif de fixer les identités politiques, de lier l’individu à sa position électorale (1876-1898). Cette identité se décline à travers deux modalités distinctes de mise en forme du politique. Le choix français illustre la création d’un code autoréférencé au sein d’une institution. La légitimité n’est pas le fondement de la collation des images. Point de souhait affirmé de rendre hommage au député mais l’objectif de servir, dans un système bureaucratique et dans un champ politique restreint, aux serviteurs du pouvoir. Le portrait, alors, hérite en partie seulement de l’incarnation du politique. La transformation de l’objet en un imprimé (1906) à diffusion publique en change le sens. Le Parlement impose une norme de présentation qu’il porte indirectement à l’électeur par voie de presse et qu’admettent les sénateurs. Le gouvernement ne bénéficie de rien d’équivalent. Le monisme de la IIIe République s’exprime aussi dans cette symbolique particulière. Les initiatives privées ne tiennent pas face à la concurrence de l’État. Seuls quelques journaux continuent de présenter aux citoyens les visages des élus. Le débat symbolique quitte la photographie et se poursuit par l’intermédiaire d’un dessin satirique qui connaît en Europe un essor fantastique alors que son recul dans les journaux illustrés d’information générale pouvait en faire craindre la disparition68.

  • 69 Le cas le plus caricatural de ce paradoxe entre l’énoncé d’une situation crapuleuse et le désir de (...)

94Tout autre est l’optique italienne. D’emblée, un lien est établi entre initiative éditoriale et légitimation de la Chambre des députés. L’outil biographique et le visuel qui l’accompagne doivent montrer la qualité éminente de la représentation nationale. Le style emphatique des notices se maintient jusque dans la rédaction, pourtant laconique, des productions Treves. Les titres, les qualités, les actions civiles et militaires construisent une image prestigieuse du parlementaire. La documentation fournie par les élus ou empruntée à des articles de presse conserve une certaine honnêteté, noyée par le sens des épopées politiques69. La Chambre sort grandie de l’accumulation de ces destins d’exception voués à la chose publique. L’outil privé construit une légitimité externe à l’organe parlementaire mais dont les députés ont compris l’enjeu et le sens au point d’accepter de le nourrir toujours plus précisément. Le bref refus communiste de 1924 n’est d’ailleurs pas entériné dans le temps. Après le ventennio fasciste, les députés communistes participent de bon cœur à ces volumes. La notion de service est donc secondaire. Prime l’affirmation de l’institution politique qui synthétise le rêve de la nouvelle Italie d’une communauté de citoyens fédérée par ses représentants venus de toutes les régions.

95La distinction s’efface cependant si l’on sort de ces deux séries documentaires complémentaires pour lire la presse ou regarder d’autres documents iconographiques à destination des masses. Les parlementaires des deux pays souhaitent accroître la visibilité de leur institution et l’immergent dans la symbolique de l’État. Leur identité se coule alors dans un projet générique de sacralisation de la politique.

  • 70 Publié en 1891 en anglais, le livre d’Oscar Wilde dispose déjà de plusieurs éditions en France en (...)
  • 71 Courtine (Jean-Jacques), Haroche (Claudine), Histoire du visage – Exprimer et taire ses émotions ((...)

96Avant de l’aborder, une seconde question se pose. Elle renvoie au lien qui existe entre l’identité comme mode de reconnaissance d’un visage et la signification de ce même visage pour son interlocuteur. En clair, les émotions font-elles partie des attentes des lecteurs ? Rappelons-le, la période est à l’invention des sciences. La diffusion d’un darwinisme larvé et sa rencontre avec une théorie raciale à usage du vulgaire aboutit à l’émergence d’une représentation latente, au terme de laquelle le physique révèle davantage que l’esthétique. Il exprime l’âme inconsciemment. Une des illustrations de ce fantasme de l’image reflet de la moralité se trouve dans le Portrait de Dorian Gray qui, bien qu’anglais, est publié en France et en Italie où il devient un classique70. La littérature populaire va plus loin encore. Que l’on songe à Chéri Bibi dont le drame repose sur le fait qu’un être malsain possède un visage d’ange et inversement qu’un ange soit pourvu d’une face de crapule. Les stéréotypes physiques forment un répertoire propre à effrayer la population. La morphopsychologie ne fait qu’amplifier un courant populaire de croyances sur le lien entre visage et pensées profondes71.

97La demande de photographie ne signifie pas seulement une curiosité pittoresque pour les visages des élus. Elle doit être comprise comme une volonté de faciliter la connaissance intime du parlementaire par ses mandants. Elle est le produit d’une époque qui voit se développer la politique de masse par l’adoption du suffrage universel dans les deux pays. Certes, en France, la conquête est ancienne et remonte à 1848 alors qu’en Italie elle est plus récente (1912 voire 1919). Mais ses conséquences se font véritablement sentir, là comme ailleurs dans les deux dernières décennies du xixe siècle, après la création par les socialistes d’organisations de masse qui suscitent une réaction identique chez leurs adversaires. Les orateurs qui sillonnent les pays portent physiquement une présence politique. La construction de l’influence suppose une visibilité des chefs. Elle passe par toute une bimbeloterie de parti et notamment les cartes postales. Elle a pour effet d’orienter l’intérêt des électeurs vers une proximité putative, une connaissance personnelle rendue impossible par la multiplication des électeurs et des scrutins. Seule la photographie, avec sa dimension identitaire et reproductible, permet de coupler cette présence-absence en psychologisant une figure d’homme politique. L’information faciale va plus loin que la reconnaissance des traits. Elle affranchit l’élu de la contrainte temporelle en lui permettant d’apparaître sous un jour favorable dans l’espace et dans le temps. L’investissement photographique est stratégique. Il ouvre sur la perspective d’une manière d’être de l’individu qui dépasse les contingences immédiates. Il crée une forme de transparence et freine le vieillissement. Pour l’homme du xxe siècle, l’empreinte photographique immortalise un état physique et un état d’âme. Ce préjugé n’a pas peu d’importance. Prendre la pose est désormais une opération lourde de conséquence pour soi et pour l’avenir. La posture adoptée n’est pas le fruit du hasard. Ici, la notion d’incarnation revient au premier plan. Elle permet se souligner la dimension personnelle qui se crée entre un élu dépositaire d’une souveraineté et ses électeurs. En fixant l’homme, l’image identitaire photographique rend possible un nouveau questionnement sur la politique et ses acteurs. Les citoyens exercent un contrôle sur les manières d’être dans l’espace public, une police des mœurs, qui contraint les hommes politiques à chercher la présentation de soi la plus légitime, la plus conforme à leurs attentes. L’élite partisane se coule ainsi dans l’apparence des dominants.

Notes

1 Sur cette rupture en termes de représentations voir François Furet, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard, 1985, 315 p. ; Ozouf (Mona), L’homme régénéré – Essai sur la Révolution française, Paris, Gallimard, 1989, 239 p.

2 Boutier (Jean), Dewerpe (Alain), Nordmann (Daniel), Un tour de France royal, Paris, Flammarion, 1984, 409 p.

3 Rosanvallon (Pierre), Le peuple introuvable – Histoire de la représentation démocratique en France, Paris, 1998, 379 p., pose le problème du double sens du mot représentation en politique. D’abord un système de délégation de pouvoir, ensuite une question d’image du pouvoir. Il ne pousse cependant pas la question de l’image jusqu’à celle de la figuration. La représentation suppose en effet que l’on attribue une forme au pouvoir dont le contour n’est pas seulement institutionnel mais aussi symbolique. L’incarnation monarchique limitait essentiellement cette question à la personne du souverain. Avec l’avènement démocratique, les contours de la figuration-représentation dépendent du sens donné à cette dernière. Les systèmes politiques oscillent entre construire une image du pouvoir comme simple reprise de ses détenteurs à un moment donné ou élaborer une imagerie spécifique (des symboles, des allégories...) en tant que mode de sélection de certaines figures susceptibles de refléter le corps civique. Rosanvallon avait d’ailleurs soulevé ce problème de représentation à propos du suffrage universel, voir Le sacre du citoyen – Histoire du suffrage universel, Paris, Gallimard, 1992, 490 p.

4 Cottret (Bernard) dir., Partis et factions dans l’Angleterre du premier xviiie siècle, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, éd. 1991, 179 p.

5 Arrighi (Cletto), I 450 deputati del presente e i deputati dell’avvenire per una società di egregi uomini politici, letterati e giornalisti, Milan, Tip. degli Autori-Editori, 1863, 7 vol. Le tout est relié en 3 tomes et repaginé à la main à la Biblioteca della Camera dei deputati.

6 Idem, p. 3-6.

7 Voir sur ce débat en Italie, Pombeni (Paolo), « La rappresentanza politica », in Romanelli (R.) dir., Storia dello Stato italiano dall’Unità a oggi, Rome, Donzelli, 1995, p. 71 sq.

8 Le Statuto est ainsi élément d’un culte civique que révèle sa célébration après l’Unité, Tobia (Bruno), Una patria per gli italiani... op. cit., dans le chapitre 1 insiste sur la dimension populaire des fêtes du Statuto entre 1872 et 1874 avec feu de joie et spectacle pyrotechnique.

9 Arrighi (Cletto), I 450 deputati... op. cit.

10 Idem, notice 207, vol. 2, p. 339 sq. « Ecce homo. E venuta la sua volta.
Uno biografo che non avesse, come noi, di triplice bronzo corazzato il petto, paventerebbe di metter mano a questa biografia, la quale è destinata a non accontentar nessuno, per quanto sia scritta con imparzialità... Anzi, precisamente perché è scritta con imparzialità. Non c’è forse un altr’uomo al mondo di cui più del Rattazzi siasi detto bene e male ».

11 Ibid., vol. IV, p. 43 ou notice 143. Prescetto se tient derrière un bureau, le bras gauche posé sur une feuille, comme s’il avait lâché son stylo et placé sa main droite sur sa jambe pour prendre la pose. À moins que le graveur n’ait simplement copié une photographie qui lui serait parvenue...

12 Archivio della Camera dei deputati, Rome, trasferimenti da Firenze 1864, busta 21 lettres sur les travaux de construction de la nouvelle salle (aula). On y trouve aussi les traces du concours pour le déménagement du 15 mai 1865. Le dossier 2 expose les tractations avec les chemins de fer au terme de la loi pour le déménagement de la capitale du royaume en date du 11 décembre 1864.

13 Archivio della Camera dei deputati, Rome, trasferimenti da Firenze 1864, busta 20, l’inventaire montre une feuille par meuble. On y trouve des sièges, des tapis, des sofas et des montants dont je ne saurais dire s’il s’agit de ces colonnes décoratives visibles dans les dessins. Y figurent aussi des vases. Des tables oblongues couvertes sont décrites comme les bureaux des députés.

14 Barthes (Roland), Le système de la mode, Paris, Seuil, 1967, 326 p., le shifter comme signe permettant de basculer d’un système de signification à un autre. Le concept vient de Jacobson. Sur l’usage anthropologique de cette notion, voir Augé (Marc), Domaines et châteaux, Paris, Seuil, 1989, p. 31 sq.

15 A propos de la statue de Napoléon III et de ses déboires pour trouver sa place dans Milan, voir Tobia (Bruno), Una patria per gli Italiani... op. cit. Le chapitre sur l’aménagement de Milan montre la concurrence entre une droite encore pro-française et une gauche qui se réfère à Garibaldi.

16 Arrighi (Cletto), op. cit., notice 111, vol. 2, p. 161.

17 Arrighi (Cletto), op. cit., notice 68, p. 167 sq.

18 Bourdieu (Pierre), La distinction – Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979, 666 p.

19 Francastel (P. & G.), La figure et le lieu – L’ordre visuel du Quattrocento, Paris, Gallimard, 1967, 362 p.

20 Marin (Louis), Le Portrait du roi, Paris, Minuit, 1981, 300 p. Voir aussi du même auteur, De la représentation, Paris, Seuil-EHESS, 1993, 396 p.

21 Baecque (Antoine de), « David ou la lutte des corps », L’Image fixe, no 4, décembre 1992, p. 6.

22 Certains tableaux ont ainsi été portés sur les murs de la Chambre comme cet hémicycle agité où Jaurès harangue les parlementaires, visible dans la salle Colbert.

23 Gisèle Freund, Photographie et société, Paris, Le Seuil, 1974, 220 p.

24 Voir la toile présentée dans Député-Députés, Paris, Assemblée nationale, 1990, p. 52.

25 Sur les caricaturistes de la IIIe République, voir la seule histoire complète du dessin et de la prosopographie, Delporte (Christian), Dessinateurs de presse et dessin politique en France, des années 1920 à la Libération, Thèse de l’IEP de Paris, sous la direction de René Rémond, 1991, 4 vol. Pour un point de vue italien, court et éclectique, Rubiu (Vittorio), La Caricatura, Firenze, Sansoni, 1973, 120 p.

26 Sur le rapport entre histoire et caricature voir Annie Duprat, L’histoire de France à travers la caricature ; Gervereau (Laurent), « Le dessin d’actualité dans l’histoire », in De De Gaulle à Mitterrand – Trente ans de dessin d’actualité en France, Paris, BDIC-Musée d’histoire contemporaine, 1989, p. 11-29.

27 Voir Honoré Daumier, Paris, RMN, 2000, 79 p. et Daumier 1808-1879, RMN, 1999, 600 p.

28 Daumier... op. cit., 1999, p. 83.

29 Voir Ambroise-Rendu (Anne-Claude), « Du dessin de presse à la photographie (1878-1914) : histoire d’une mutation technique et culturelle », RHMC, no 39-1, janvier-mars 1992, p. 6-27.

30 Cf. Girault (René), La diplomatie européenne au xixe siècle, Paris, Colin, éd. 1997, 286 p.

31 Archives de l’Assemblée nationale, Paris, Relevé des députés élus au cours de la Ve législature indiquant leur état civil et leurs qualités, Ve législature 22 septembre 1889-20 août 1893, vol. I, np.

32 Idem, verso de la fiche.

33 Relevé..., IVe législature, p. 143 (145 mention manuscrite).

34 Relevé..., IIIe législature, fiche 109.

35 Relevé..., IVe législature, fiche 22.

36 Idem, fiche 243.

37 Relevé..., VIe législature, np.

38 Voir Célébrités à l’affiche, Lausanne, Conti, 1989, p. 6. Le catalogue d’une exposition tenue à l’Hôtel Forney.

39 Freund (Gisèle), op. cit. ; Rouillé (André), Le Magny (Jean-Paul), Histoire de la photographie Paris, Larousse, 1998, 296 p. ; Rouillé (André), La photographie en France – Textes et controverses : une anthologie 1816-1871, Paris, Macula, 1988, 549 p. Voir aussi Barret (André), Nadar – Portraits de ses contemporains, Paris, Julliard, 1994, 149 p. Pour une analyse sémiotique, Barthes (Roland), L’Obvie et l’obtus, Paris, Le seuil, 1982, 286 p. ; Sur le rapport au public, voir Bourdieu (Pierre) dir., Un art moyen, Paris, Minuit, 1965, 360 p. qui montre comment la vulgarisation de l’usage de la photographie engendre des changements dans la représentation de ses usages. Sur le développement de la notion d’empreinte et ses incidences en sociologie voir Maresca (Sylvain), L’Autoportrait – Six agricultrices en quête d’images, Toulouse, Université du Mirail, 1991 ; La photographie : un miroir des sciences sociales, Paris, L’Harmattan, 1997, 267 p.

40 Freund (Gisèle), op. cit.

41 Clichés qui ornent la Biblioteca di Storia moderna e contemporanea de Rome.

42 Barbier (Frédéric), Bertho Lavenir (Catherine), Histoire des médias de Diderot à Internet, Paris, Colin, 1996, p. 168-169. Sur cette dimension, voir les collections de la Société de géographie à Paris ou celles de la fondation Albert Kahn. Voir dans le cas italien la réflexion ouverte par Triulzi (Alessandro) dir., Fotografia e storia dell’Africa – Atti del convegno internazionale Napoli-Roma 9-11 settembre 1992, Naples, IUO, 1995, 266 p. Sont explorées ces sources lointaines du xixe siècle et les images plus récentes.

43 Voir Palmer (Michael), Des petits journaux aux grandes agences : naissance du journalisme moderne 1863-1914, Paris, Aubier, 1983, 350 p.

44 Delporte (Christian), Les journalistes en France 1880-1950 – Naissance et construction d’une profession, Paris, Seuil, 1999, p. 74-78. Voir aussi, sur la lente conquête de la presse par l’image, Martin (Marc), Médias et journalistes de la République, Paris, Odile Jacob, 1997, p. 174-177.

45 Ambroise-Rendu (Anne-Claude), « Du dessin de presse à la... ». art. cit.

46 Morello (Paolo), Briganti, fotografia e malavita nella Sicilia dell’Ottocento, Palermo, Sallerio, 1999, 162 p.

47 Il parlamento italiano, vol. II, p. 129-130.

48 Nous empruntons cette expression à Ouedraogo (Jean-Bernard), « La figuration photographique des identités sociales : valeurs et apparences au Burkina Faso », Cahiers d’études africaines, no 141-142, 1996, p. 25-50.

49 Sur la validation du procédé d’identification par les forces de police, voir Thorwald (Jürgen), La grande aventure de la criminologie, Paris, Albin Michel, 1967, p. 25-37, particulièrement les réflexions sur le « portrait parlé » imaginé par Bertillon pour décrire les criminels et faciliter l’identification. La photographie n’est pas seulement présente sur la fiche signalétique dans la procédure d’identification. Bertillon inventa aussi un support pour appareil photographique afin de prendre des clichés des corps sur les lieux de crime.

50 Le phénomène nous semble parallèle à ce disciplinement des corps qu’analyse Foucault (Michel), Surveiller et Punir – Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 135 sq.

51 Résumé général des travaux législatifs de la Chambre des députés depuis la mise en vigueur des lois constitutionnelles de 1875 jusqu’à la réunion de la neuvième législature (du 8 mars 1876 au 31 mai 1906), Paris, Imprimerie de la Chambre des députés, 1908, 1257 p.

52 Sénat – Notices et portraits, Paris, Moreau frères, 1910, np.

53 Mosca (Gaetano), Elementi di scienza politica, [1896], Turin, Bocca, 1923, 514 p.

54 Freund (Gisèle), op. cit., p. 44-45. Voir aussi pour une reconstitution mondaine la galerie de portraits suivante Nadar (Paul), Le monde de Proust, Paris, CNMHS, 1991, 125 p.

55 Grapeloup-Roche (Philippe), « De Nadar à Kieslowski », in Autrement, no 148, Le Visage, octobre 1994, p. 138.

56 Un roman de Tahar Ben Jelloun a encore défrayé la chronique en 1999.

57 Voir Archivio della Camera dei Deputati, Rome, Schede anagrafiche, on trouve cette mention par exemple en 1913, « Il sottoscritto prega la S. V. On. di rimandargli riempita sollecitamente la presente scheda che occorre per constatare l’identità della firma, per riconoscere a chi spetti la precedenza in caso di parità di voti, per riscontrare i titoli, la qualità, ecc., e per la compilazione dell’Elenco generale dei Deputati.
Il Segretario generale
C. Montalcini ».

58 Sarti (Telesforo), Il parlamento italiano nel cinquantenario dello Statuto – Profili e cenni biografici di tutti Senatori e Deputati vincenti, Rome, Tip. agostiniana, 1898, 592 p.

59 Archivio della Camera dei Deputati, Rome, Schede anagrafiche, 1913 fiches Turati sans mention d’ » emploi au moment de l’élection » ni « date de naissance » ou même d’adresse à Rome (amorcée puis rayée). Sidney Sonnino laisse les rubriques « titres professionnels » et « emploi au moment de l’élection » vides.

60 Ils furent notamment les éditeurs d’Emilio Salgari.

61 I 508 Deputati al parlamento per la XXIV legislatura – Elezioni generali del 26 ottobre-2 novembre 1913 – Le prime al suffragio universale – Biografie e ritratti, Milan, Fratelli Treves, 1914, 520 p. voir « Prefazione » :
« Questo volumetto di biografie e ritratti parlamentari, che fu accolto con cosi largo favore, quattro anni sono, quando vide la luce la prima volta dopo le elezioni generali del 7 e 14 marzo 1909, riappare ora, dopo le elezioni generali del 26 ottobre e del 2 novembre 1913, tanto più giustamente che queste elezioni sono state fatte col suffragio universale, accordato, in Italia, anche agli analfabeti dalla legge (testo unico) del 26 giugno 1913.
Nel compilare questo volumetto ci siamo attenuti alle norme obbiettive seguite nel volumetto del 1909.
All’indicazione del partito politico fondamentale a cui ciascun eletto appartiene (costituzionale moderato, costituzionale cattolico ; progressista, radicale ; repubblicano (ufficiale od indipendente) ; socialista (riformista, od ufficiale, o sindacalista, od indipendente) (sic.), abbiamo aggiunta la indicazione dell’atteggiamento di fronte al ministero Giolitti (ministeriale, opposizione) tale classificazione non essendo difficile, sia per le notizie raccolte durante la campagna elettorale, sia dopo il primo voto politico dato dalla nuova Camera il 18 dicembre 1913... Se vi saranno poi mutamenti, provvederanno il tempo, i signori deputati... ed i lettori a precisare un atteggiamento, che è sempre occasionale ed è suscettibile di molte sorprese (...).
I dati statistici registrati per ciascun Collegio (inscritti, votanti, voti ottenuti dall’eletto) sono desunti dalle notizie comunicate per ogni collegio dall’Agenzia Stefani e pubblicate nella Gazetta Ufficiale del Regno, e poi referite nel Manuale dei Deputati per la legislatura attuale. Dove vi fu secondo scrutinio il numero dei votanti è quello dei presentatisi nel ballotaggio.
Per ogni collegio abbiamo conservato le cifre del 1909 degli’inscritti, a sinistra in alto, dei votanti a destra il alto, e dei voti ottenuti dall’eletto a sinistra in basso, aggiugendovi quelle del 1913, per offrire cosi gli elementi di confronto del suffragio limitato con quello universale. I voti ottenuti nel 1909 si riferiscono all’eletto in genere, senza riferimento particolare alla persona, nel 1913 mutata in 125 collegi.
I dati biografici sono stati controllati con la maggior diligenza su precedenti pubblicazioni, su documenti ufficiali ed anche su notizie particolari dirette ; ma accertare l’età dei deputati e difficile e delicato quanto lo è per le belle signore : è quindi aperto il campo a tutte le rettifiche. Poco meno difficile è l’ottenere i ritratti di tutti gli eletti ; sicchè è meraviglioso il risultato ottenuto : che sopra 508 (mentre per le elezioni multiple, gli eletti, in realtà, non sono stati come persone, che 504) ne manchino solamente otto – cifra minima, che non siamo riusciti ad evitare stante il pertinace tacito rifiuto dei sollecitati. Se ci arriveranno da qualche parte, serviranno per un’altra edizione. Ma qui ci piace notare che in un tentativo di volume come questo, fatto ventisei anni sono, mancavano 133 ritratti ; e in un volumetto consimile fatto a Parigi per la Camera francese, su 591 deputati mancano 43 ritratti. Nel nostro volumetto del 1909 ne mancavano 23 : in questo non ne mancano, abbiamo detto, che otto. E un bel progresso !... (...)
Il resto ai lettori, che protranno segnare ad ogni pagina le mutazioni e le vicende meritevoli di nota nella vita parlamentare dei signori deputati, le nostre annotazioni ed accertamenti arrivando fino alla data di questa prefazione.
Milano, 24 gennaio 1914 ».

62 Un phénomène constaté aussi par Phélippeau (Éric), « Sociogenèse de la profession politique » in Garrigou (Alain), Lacroix (Bernard) dir., Norbert Elias – La politique et l’histoire, Paris, La Découverte, 1997, p. 239-289 ; Pourcher (Yves), 1991, « Tournée électorale », L’Homme, 119, juil.-déc., XXXI (3), p. 61-79.

63 Résumé général... op. cit., 1908, page de garde.

64 Procès verbaux des délibérations du bureau, no 17, du 29 juin 1904 au 13 janvier 1910, Chambre des députés, secrétariat général de la Présidence, manuscrit, fo 87-88.

65 I 535 Deputati al parlamento per la XXVII legislatura – Elezioni generali del 6 aprile 1924 col collegio unico nazionale e 15 circoscrizioni elettorali (legge elettorale politica testo unico 31 dicembre 1923 no 2694) – Biografie e ritratti, Milan, Fratelli Treves, 1924, 547 p. « Prefazione », « Questo volumetto, che comprende i deputati eletti il 6 aprile 1924, era quasi completo specialmente nella parte biografica per l’apertura della Camera seguita il 24 maggio. Non del tutto completa era la parte iconografica, chè mancavano i ritratti di un certo numero di deputati renitenti alla fotografia e che ci ripromettevamo di sedurre, a Camera aperta, con qualche abile manovra o imboscata semiparlamentare. Senonchè l’improvvisa chiusura della Camera, in seguito al misfato Matteotti e al ritiro delle opposizioni sull’Aventino, vene a sventare il nostro disegno. Mancano cosi alla nostra collezione i ritratti di circa una ventina di deputati, dei quali in gran parte quelli iscritti al Partito Comunista, quasichè i neodeputati comunisti abbiano ubbidito a una parola d’ordine dell’esecutivo di Mosca, di non prestarsi cioè agli obbietivi... fotografici dei pubblicisti borghesi ».

66 Sur ce sujet, en France et en Italie, voir Baravelli (Andrea), La Memoria della guerra nelle campagne elettorale del primo dopoguerra, thèse de doctorat, sous la direction de Gaetano Quagliariello, Université de Bologne, mars 2001, 450 p.

67 Idem, « Su questa Camera, composta di tante fiorenti e balde giovinezze rappresentanti la nuova Italia uscita della Vittoria, è sceso il velo della tristezza. La tragica scomparsa del deputato unitario Giacomo Matteotti, la quale commosse cosi profondamente lo spirito pubblico anche per le circonstanze in cui si svolse, e l’assassinio del deputato fascista Armando Casalini portano una nota luttuosa nelle pagine consuetamente serene di questa pubblicazione. Da morte prematura fu colpita anche la nobile esistenza di un altro giovane deputato, l’onorevole Mario Gioda, deputato fascista di Torino ».

68 L’âge d’or du dessin de prese se situe pour Christian Delporte dans l’entredeux-guerres, voir Delporte (Christian), Dessinateurs de presse et dessin politique en France des années 1920 à la Libération... op. cit., 1991, vol. 1.

69 Le cas le plus caricatural de ce paradoxe entre l’énoncé d’une situation crapuleuse et le désir de rendre compte d’une expérience valorisante est fourni par la notice de Nunzio Nasi du noticiaire de la maison Treves, I 508 Deputati al parlamento per la XXIV legislatura... op. cit., 1913, p. 492. « Avvocato ; gia prof. di econom. polit. nell’Istituto tecnico di Trapani ; eletto la prima volta nelle elez. gen. del 1886. Ministro per le Poste e telegr. nel gab. Pelloux dal 29 giu. 1897 al 14 ma. 1899, poi dell’Istri. nel gab Zanardelli dal 13 feb. 1901 al 29 ott. 1903 ; inquisito nel 1905, per peculato, e condannato dal Senato, Alta Corte di Giustizia, il 24 feb. 1908 a 11 mesi e 20 giorni di reclus. ed all’interdiz. dai pubblici uffizi per 4 anni e 2 mesi ; ma dal mag. 1905 ad ora rieletto e sempre annullato dalla Camera, più di dieci volte ; ora rieletto anche a Palermo I e Caltanissetta. Qui a Trapani contro Gius. Fontana (voti 1707) e Gius. Montalto (voti 2140) ». On aurait pu imaginer un résumé ménageant moins le député sans cesse invalidé.

70 Publié en 1891 en anglais, le livre d’Oscar Wilde dispose déjà de plusieurs éditions en France en 1904 et en Italie en 1905. L’Allemagne n’est pas en retard dans ce mouvement.

71 Courtine (Jean-Jacques), Haroche (Claudine), Histoire du visage – Exprimer et taire ses émotions (xvie-début xixe siècle), Paris, Payot, 1994, 287 p.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. ORIENTATION DU VISAGE ET DU REGARD
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1280/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Tableau 2. LA PART DES FICHES ILLUSTRÉES DE NOUVEAUX DÉPUTÉS
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1280/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Tableau 3. LA RÉPARTITION DES TECHNIQUES D’ILLUSTRATION
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1280/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540