Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique au naturel

 | 
Fabrice D’Almeida

Première partie. Un monde de gravité

Introduction à la première partie

Texte intégral

  • 1 Mosse (George L.), De la Grande Guerre au totalitarisme – La brutalisation des sociétés européennes(...)
  • 2 Mosse (George L.), L’image de l’homme – L’invention de la virilité moderne, Paris, Presse Pocket, 1 (...)

1Le xixe siècle fut celui du mythe de guerre1. Un mythe qui résiste jusqu’à la fin des années 1950 quand, effrayés par la mort atomique, les peuples commencent à craindre la guerre, synonyme d’apocalypse. Le culte belliciste exerçait un poids sur la perception de l’homme. La conception de la virilité allait de pair avec la mythologie guerrière surgie de la grande Révolution2.

  • 3 Les travaux sur les rassemblements de masse ont souligné cette dimension, voir Ozouf (Mona), La Fêt (...)
  • 4 Arrasse (Daniel), La guillotine et l’imaginaire de la terreur, Paris, Flammarion, 1987, 214 p.

2Selon nous, la politisation démocratique de masse a nécessité la construction d’une figure de l’élite gouvernante compatible avec l’idéologie révolutionnaire belliciste. De ce point déterminant découle une série d’hypothèses supposant une certaine lecture de la fin du xviiie et du début du xixe siècle. La conséquence première fut l’entrée dans une civilisation politique partagée entre violence collective et consentement personnel : l’élu, à l’âge du mythe de guerre, devint l’arbitre de la mort de ses concitoyens. La Révolution française, en effet, avait assigné à l’homme politique la tâche impérative de garantir les libertés publiques ; pour remplir sa fonction, le dépositaire de la souveraineté pouvait exiger le sacrifice de ses mandants. La délégation de pouvoir était une austère délégation d’autorité dans la perspective hobbesienne. Pour accomplir sa tâche, l’élu se coulait dans le lit d’une religion d’État. Adossé à l’existence d’un au-delà, il résolvait par la ritualisation l’interrogation sur le sens de la vie. Réunions de masse, symboles grandioses et cimetières visités par les autorités publiques ont été les signes manifestes de cette croyance3. La politique était sacrée. Celui qui mourrait pour elle avait bien mérité de la patrie une place dans le paradis national. La patrie, le mot contenait l’amour des siens et le respect de l’État. L’exercice d’un mandat public devint une sorte de sacerdoce répondant à des codes de conduite très spécifiques. Les députés tous les premiers ont revêtu cette charge. N’était-ce pas eux qui déclaraient la guerre ou ratifiaient la paix ? N’avaient-ils pas le pouvoir de voter la levée en masse ou de définir les contours des armées ? Ils portaient le lourd fardeau de la liberté collective et de la mort de ses défenseurs ou de ses adversaires. La guillotine est devenue le symbole de cette machinerie politique à l’imaginaire douloureux4. Rien de ludique dans ce travail, dont la puissante dignité courbait les hésitants et les craintifs, brisait l’échine des faibles. Le comportement des parlementaires était grave et retenu. Harassante emprise d’un gouvernement collectif dont le peuple entier attendait le salut. Cruel peuple qui déléguait ses pouvoirs en espérant voir surgir des surhommes par la seule transmutation de l’entrée en charge. La collectivité civique confondait le poids de la religion séculière intériorisée et les capacités magiques dont seuls disposent les chefs charismatiques.

3Les simples élus n’avaient rien de commun avec des chefs d’exception. Ils se contentaient de reproduire des comportements bienséants, tenant leur rang aux yeux du monde. L’homme public pouvait, en effet, rire sous cape, se détendre au bordel, s’amuser aux jeux et, même, se griser au banquet. Dans le rituel public, il retrouvait sa dignité, bombait le torse quand pleuvaient les injures et se montrait à la hauteur de l’importance de ses décisions, en affichant un visage sérieux, nuancé de tragique.

  • 5 Mosca (Gaetano), Elementi di scienza politica, Turin, Fratelli Bocca, 1923, 514 p.

4Sa fonction induisait un comportement, nécessitant une mise en scène et finalement une image. Il fallut trouver des supports propres à le représenter et tenter de les maîtriser. Ce cheminement fut long. Il a supposé la création de genres d’images spécifiques : des portraits (trombinoscopes) aux images de reportage. L’élu dut aussi respecter la dimension liturgique de son magistère, sa puissance cultuelle. L’ébranlement de la Première Guerre mondiale et la montée d’une pensée populiste ont permis un assouplissement de la norme comportementale de la « classe politique5 ». L’âge de la gravité publique essuya ainsi les premières atteintes à la civilité dans un entre-deux-guerres teinté de brutalité.

Notes

1 Mosse (George L.), De la Grande Guerre au totalitarisme – La brutalisation des sociétés européennes, [1990], Paris, Hachette littératures, 1999, 294 p.

2 Mosse (George L.), L’image de l’homme – L’invention de la virilité moderne, Paris, Presse Pocket, 1999, 216 p.

3 Les travaux sur les rassemblements de masse ont souligné cette dimension, voir Ozouf (Mona), La Fête révolutionnaire 1789-1799, Paris, Gallimard, 1976, 340 p. Voir aussi Ihl (Oliver), La Fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996, 402 p. ; Isnenghi (Mario), L’Italia in Piazza... op. cit. ; Corbin (Alain), Gérome (Noelle), Tartakowsky (Danièle), Les usages politiques des fêtes, Paris, Presse de la Sorbonne, 1995, 438 p. ; pour une lecture spatiale, Boutier (Jean), Boutry (Philippe), Atlas de la Révolution française, Paris, EHESS, 1995, 136 p.

4 Arrasse (Daniel), La guillotine et l’imaginaire de la terreur, Paris, Flammarion, 1987, 214 p.

5 Mosca (Gaetano), Elementi di scienza politica, Turin, Fratelli Bocca, 1923, 514 p.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540