Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique au naturel

 | 
Fabrice D’Almeida

Remerciements

Texte intégral

1Achever cet ouvrage n’a pas été sans difficulté. Je n’aurais pu y parvenir si M. le Professeur Marc Lazar n’avait accepté de me soutenir. Je veux lui exprimer ici toute ma reconnaissance. Mme Laurence Bertrand-Dorléac, MM. Marc Abélès, Christian Delporte, Alceo Riosa et Jean-François Sirinelli, en participant au jury d’habilitation à diriger des recherches auquel ce travail était destiné, m’ont fait un honneur dont je les remercie vivement.

2Mais une enquête ne se limite pas à son terme, aussi solennel soit-il. Au cours des années passées à glaner des éléments pour construire mes hypothèses, mes dettes n’ont cessé de s’accroître envers des amis et des collègues. En les signalant ici, j’espère alléger un peu le poids de ma conscience. Je songe d’abord à ceux qui m’ont aidé à déterminer les fonds les plus significatifs pour ce travail, en particulier Mme Odile Gaulthier-Voituriez, qui dirigeait alors les archives du CHEVS. Là, Mme Carole Gautier et Mme Dominique Parcollet ont aussi contribué à la réussite de l’entreprise, tout comme la famille La Rocque qui m’autorisa l’accès aux archives déposées à Sciences Po. À la bibliothèque administrative de la ville de Paris, M. Pierre-Alain Tilliette fut un soutien constant et devança même mes demandes. Que dire à M. Frédéric Cépède de l’OURS sinon que nos discussions ont souvent influencé ma lecture au-delà des contours du mouvement socialiste. D’autres camarades de l’office, en particulier M. Denis Lefebvre, n’ont pas hésité à m’adresser des pièces utiles pour la réflexion. À l’institut Marc Sangnier, ce fut Mme Marie-Louise Gaulthier-Voituriez qui nous servit de cicerone. À Rome, Mme Livia Nardelli, secrétaire générale de l’institut Luigi Sturzo, prit sur elle de nous ouvrir le fonds Gronchi non encore inventorié, ainsi que de nous laisser libre accès à des collections de revues et d’ouvrages. M. Andrea Ciampani sait quel bonheur fut pour moi cette aubaine, lui qui m’avait incité à m’y rendre, fort de sa recommandation. À la bibliothèque et aux archives du RPF, un accueil non moins sympathique me fut réservé par Mme Catherine Trouiller et M. Guillaume Papazoglou.

3Indéniablement, l’AFP m’a accordé un soutien considérable. Les archives photographiques m’avaient été signalées par une ancienne Nanterroise, Mme Jade Montané, que je remercie de son amitié sans faille. Hélène Morinière et ses collaboratrices me permirent d’y séjourner plusieurs mois, passant du scepticisme à l’étonnement et à la complicité. Sans leur aide, aurais-je même compris les incidences du système de classement des documents ? Leurs homologues de l’ANSA ne furent pas aussi tolérants. Seul M. Mario Eramo, le chef de service, était disposé à soutenir ce travail. À son unique volonté, je dois d’avoir pu entrer quelques heures sur le serveur numérique de l’agence. On comprendra que ce fut peu. Pour contourner cet obstacle, ce fut encore l’AFP l’outil le plus sûr, mais, d’autres amis trouvèrent aussi des biais pour combler les vides. À Milan, M. Maurizio Antonioli m’ouvrit les portes de la fondation Kuliscioff-Pollotti. M. Alberto Giorgi, vrai connaisseur de l’art contemporain, me recommanda à la bibliothèque Bertarelli. Je salue sa mémoire. Son fils Gian Maria me fit profiter de ses connaissances de photographe. L’amitié, encore, me conduisit à interroger M. Stefano Caretti sur les fonds iconographiques de l’Association nationale Sandro Pertini. Je crois avoir profité de ses conseils. Piero Craveri me poussa en direction de l’institut Luce, me confiant des films d’actualités et me signalant l’inventaire précis des actualités. Je dois aussi beaucoup à tous les témoins rencontrés au fil des ans et notamment à Mme Noëlle Herrenschmidt, à M. Morin, et au regretté Paolo Ungari.

4Des discussions me conduisirent aussi à modifier mon point de vue. M. Emilio Gentile le sait, lui, qui m’entendit et m’encouragea, tout en m’accordant une magistrale leçon sur les institutions monarchiques au temps du fascisme. La confiance de M. Maurizio Ridolfi me permit d’exposer mes hypothèses en Italie. M. Andrea Baravelli me signala les constats similaires qu’il avait pu mener dans son enquête comparée entre France et Italie sur la mémoire de la Grande Guerre. M. Gaetano Quagliariello renforça ma lecture institutionnelle et me soutint aux heures incertaines de la rédaction, gardant le calme des grands capitaines. M. Philippe Boutry fut, avec M. Sylvain Piron, mon introducteur à la compréhension du sacré.

5Les séminaires où j’ai pu exposer les composantes de ce travail ne furent pas moins utiles. Parmi ceux qui m’ont sollicité se trouvaient Mmes Marie-Anne Matard-Bonucci, Agnès Chauveau, Cécile Méadel, Messieurs Jean-Noël Jeanneney, Anthony Rowley dont j’ai retenu les remarques.

6Le soutien de MM. Serge Berstein, Pierre Milza et Jean-Yves Mol-lier m’a permis de conserver ma sérénité au plus fort de mes doutes. À Rome, M. Jean-Pierre Darnis me fut un inestimable conseiller. L’amitié de Mmes Florence Amalou, Sidonie Vilette et Gabrielle Muc, de MM. Lucas Delattre, David El Kenz, Jean-Claude Herrenschmidt et Charles Ruban m’a autorisé le test sans risque de mes hypothèses.

7À M. Henry Rousso, je veux ici payer ma dette la plus ancienne pour m’avoir si aimablement reçu quand ma démarche était encore hésitante. J’ai contracté la plus récente auprès de Mmes Amélie Alexis et Lydwine Palix si patientes face à mes incertitudes administratives. À mes collègues de l’Université de Paris X-Nanterre, de l’Université Paris II et de l’Institut d’histoire du temps présent qui ont accepté d’entendre mes arguments et qui ont encouragé ma démarche, je dis mon plaisir à travailler avec eux.

8À tous, merci.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540