Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Offices et papauté (XIVe-XVIIe siècle)

 | 
Armand Jamme
, 
Olivier Poncet

III. Carrières et destins

Entre le séjour et l’intégration : les officiers étrangers en Comtat Venaissin (1352-1433)

Germain Butaud

Texte intégral

  • 1 B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon (1309-1376), étude d’une société, Paris, 1962 (Biblio (...)
  • 2 Pour le renouvellement de la population avignonnaise, voir en particulier : C. Gros-Hayez, Tableau (...)
  • 3 La cour des papes d’Avignon au temps du Schisme a été très peu étudiée jusqu’à présent. Les quelqu (...)

1Le cosmopolitisme d’Avignon au temps des papes est connu. La cité vit en quelques années sa population tripler. Elle accueillit des migrants d’origines variées, principalement issus du royaume de France, du Limousin en particulier, et d’Italie1. Sous le pontificat de Clément VII, la cour avignonnaise conserva une grande partie de son pouvoir d’attraction et un durable courant migratoire s’établit entre la région savoyarde et la cité rhodanienne2. La cour de Benoît XIII en revanche fut de moindre envergure : le déclin ne fut pas contrebalancé par la venue de nombreux Ibériques3. Il n’empêche que pendant toute la période où des papes résidèrent à Avignon (jusqu’en 1403), leur entourage fut d’une profonde diversité. Cette ouverture sur l’extérieur, la cité des papes la conserva au cours du xve siècle pour plusieurs raisons, du fait du séjour de grands prélats, de son université, de ses liens avec l’Italie.

  • 4 En effet, d’après mes calculs, il y avait 4 officiers originaires des terres d’Église sur 104 dans (...)

2Les étrangers étaient ainsi une composante majeure de la population avignonnaise. Ils formaient la quasi-totalité de la cour pontificale. Les Avignonnais d’origine et les Comtadins, on le sait, n’intégraient qu’exceptionnellement l’entourage des souverains pontifes. Toutefois, le Schisme semble avoir amené les papes à faire appel à eux plus souvent4.

  • 5 J. Chiffoleau, Les justices du pape. Délinquance et criminalité dans la région d’Avignon au xive s (...)

3Au sein de cet environnement pontifical, le personnel administratif des terres citramontaines de l’Église a jusqu’ici relativement peu attiré l’attention des historiens. L’étude des juristes actifs à Avignon et dans les trois judicatures du Comtat Venaissin mériterait d’être poursuivie, dans la lignée des recherches de Jacques Chiffoleau5. Il faudrait également mener une recherche prosopographique sur les viguiers d’Avignon, la plus prestigieuse charge laïque de la ville.

4Nous tenterons ici d’étudier les officiers qui administraient le Comtat et spécifiquement les officiers étrangers, durant une période assez longue, de 1352 à 1433, soit du début du pontificat d’Innocent VI à la prise en main du pays par le cardinal Pierre de Foix au nom d’Eugène IV. Avignon passa du statut de capitale de la Chrétienté (1352-1378), à celui de centre d’une obédience schismatique (1379-1403), pour être enfin confiée à des vicaires apostoliques, pendant et après le Schisme (1403-1433). Toute cette période est marquée par l’omniprésence de la guerre.

  • 6 Ces officiers sont mentionnés, à quelques exceptions près, dans les annexes prosopographiques de m (...)

5Un travail sur des sources hétérogènes a permis de recenser un ensemble de 235 officiers actifs en Comtat Venaissin pendant ces années6. Parmi eux, 30 sont d’origine indéterminée, 121 sont étrangers, 84 sont originaires du Comtat ou d’Avignon. Les officiers étrangers représentaient donc environ la moitié des officiers en poste en Comtat.

  • 7 Ce personnel était pour l’essentiel connu depuis les recherches de C. Faure, Étude sur l’administr (...)

6L’analyse peut être affinée. La haute administration, c’est-à-dire le recteur du Comtat, ses remplaçants, vice-recteurs ou lieutenants, le trésorier du Comtat et le capitaine général, est représentée par un ensemble de 51 individus7. À ce niveau, la présence étrangère était prépondérante : 42 étrangers, contre 4 Comtadins et 5 officiers dont l’origine demeure incertaine.

  • 8 Les officiers de Montélimar sont compris dans ces chiffres car cette ville, bien qu’en dehors du C (...)

7L’autre catégorie d’officiers, qui n’a jusque là pratiquement pas été étudiée, est celle des agents locaux de l’autorité publique. Il s’agit des viguiers, bailes, capitaines et châtelains, en charge dans la quinzaine de localités sous domination directe de la papauté8. Les résultats sont incomplets du fait de l’actuelle rareté des archives de la cour rectorale, qui nommait ces officiers. À ce niveau administratif, les étrangers jouaient un rôle équivalent à celui des nobles du Comtat. En effet, sur un total de 184 officiers de cette catégorie, 79 sont étrangers, 80 comtadins ou avignonnais et 25 d’origines incertaines.

8On s’interrogera d’abord sur les régions d’origine des officiers étrangers, avant de cerner leur recrutement et les différents types de carrières repérables à travers les sources. Les liens de diverses natures qu’ils établirent avec la cour pontificale les justifient souvent. Enfin, nous examinerons les destinées, individuelles, familiales, de ceux qui s’installèrent dans le Comtat Venaissin. L’enquête permet d’observer toute la variété d’un groupe d’officiers, composé de courtisans, d’étrangers de passage, de nobles en voie d’intégration, d’individus isolés ou soutenus par tout un réseau familial.

LES ORIGINES GÉOGRAPHIQUES

  • 9 ASV, Collect. 263, fol. 185r, 14 juin 1367 ; AC [Archives communales] de Carpentras, CC 155, fol. (...)
  • 10 C. Faure, Étude sur l’administration du Comtat Venaissin... cit. n. 7, p. 181 ; ADV [Archives dépa (...)
  • 11 ADV, 3 E 8/274, fol. 97v-98r, 6 septembre 1392 : nomination comme viguier de Cavaillon ; Ibid., fo (...)
  • 12 Il fut recteur de 1410 à 1422, puis en 1424-1425, enfin en 1432-1433. (ADV, B 7, fol. 65r-67r, 10 (...)
  • 13 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer unter den Päpsten Urban V. und Gregor XI. (136 (...)

9La région d’origine des officiers étrangers est connue pour 91 individus sur 121. On note, en premier lieu, le faible nombre des officiers venant des régions limitrophes du Comtat Venaissin. On ne compte ainsi que deux Provençaux dans tout le corpus ! Jacques Albe, seigneur de Roquemartine, capitaine d’Avignon et du Comtat entre 1367 et 13709 et l’abbé de Montmajour, Jean Hugolen, vice-recteur, puis recteur en 1407-140810. Du Languedoc oriental étaient issus cinq officiers territoriaux. Le mieux connu est Charles de Aussac, du diocèse de Maguelonne, qui fut à deux reprises viguier de Cavaillon (1393-1395, 1411-1420), la ville dont était originaire son épouse11. Le Dauphiné est la région la mieux représentée avec sept officiers. Jean de Poitiers, évêque de Valence et de Die, occupa le poste de recteur du Comtat de façon répétée entre 1410 et 143312. Il était issu de la famille des comtes de Valentinois et de Diois, dont un des membres avait été recteur en 1371-1374 : Aymar VI, beau-frère de Grégoire XI, du fait de son mariage avec Alix Roger en 134413.

10Cela fait donc 14 officiers issus des régions proches du Comtat. C’est peu en comparaison des 53 officiers venant des pays dont les papes avignonnais étaient originaires : soit 12 Limousins, 23 Savoyards et 18 Ibériques, que l’on retrouve à tous les niveaux de la hiérarchie administrative.

  • 14 A. Jamme, Pouvoir, honneur ou profit. Les milieux laïcs d’Outremont dans l’Italie pontificale (deu (...)
  • 15 ADV, B 471, fol. 115v.
  • 16 Il laissait deux fils, Pierre et Étienne (ADV, Palais de justice de Carpentras, 3 E 26/87, fol. 27 (...)
  • 17 Pierre La Plou, fils du chevalier Jourdan La Plou, du village de Saint-Germain en Limousin, fut tr (...)
  • 18 A. Jamme, Pouvoir, honneur ou profit... cit. n. 14, p. 163, 16 février 1375.
  • 19 ADV, B 471, fol. 155v, 11 mars 1377 ; ibid., fol. 162r, 11 octobre 1378 ; A. Jamme, Pouvoir, honne (...)

11Sous le pontificat de Grégoire XI, le sergent d’armes Pierre d’Enrocha, natif de Turenne, servit comme capitaine de Valréas face aux compagnies bretonnes, en 1374-1375 ; il avait auparavant servi l’Église en Italie14. Un autre Limousin, Gilbert Amalvin, de Malemort-sur-Corrèze, châtelain de Visan et de Grillon entre 1373 et 137515, resta en Comtat après son service et fit son testament dans le palais épiscopal de Carpentras en 137916. Il était en effet lié à l’évêque limousin, Pierre La Plou, dont l’entourage faisait carrière à la cour pontificale17. Quant à Guillaume Austorgue, qui avait été nommé en 1375 châtelain de Cingoli dans la Marche d’Ancône18, il obtint bien vite du recteur Guillaume Roger de Beaufort (1376-1379), qui devait être son protecteur, la fonction de baile à Lapalud-Pierrelatte en 1377. L’année suivante, il était viguier de Pernes, charge dans laquelle il fut confirmé par Clément VII19.

  • 20 C. Faure, Étude sur l’administration du Comtat Venaissin... cit. n. 7, p. 178.
  • 21 Ces personnages bénéficient de bonnes notices généalogiques dans E. A. de Foras, F.-C. de Marescha (...)
  • 22 À l’apogée de la guerre contre Raymond de Turenne, Hugues de Clarafond fut détaché à la garde du c (...)
  • 23 ASV, Collect. 268, fol. 60v, 122v ; E. A de Foras, Armorial et nobiliaire de l’ancien duché de Sav (...)
  • 24 ASV, Intr. et Exit. 355, fol. 71v, février 1382 ; Intr. et Exit. 338, fol. 123r, octobre 1384.

12Les officiers originaires de la région genevoise sont nombreux naturellement sous le pontificat de Clément VII. Citons tout d’abord Odon de Villars, originaire des Dombes, recteur de 1390 à 139320, ainsi que les trois capitaines généraux qui assurèrent, en alternance, entre 1383 et 1393, la défense du pays : Girard d’Arlod, Nicod de Hauteville et Girard de Ternier21. Parmi les officiers locaux, évoquons, les frères Hugues et Jean de Clarafond en poste à Vaison-la-Romaine22, ainsi que François de Candie, chevalier de Rumilly, vidomne de Genève, puis châtelain de Visan23. Jacques de Candie, un parent, était à la même époque écuyer de Clément VII24.

  • 25 AC de Carpentras, BB 22, fol. 30r, 9 octobre 1395 : mentionné comme recteur ; ASV, Intr. et Exit. (...)
  • 26 ADV, B 7, fol. 106v-107r, 1er septembre 1397 : nomination comme recteur. Il perdit le pouvoir avec (...)
  • 27 ADV, B 7, fol. 110v-111r, 26 août 1408 : nomination comme recteur ; C. Faure, Étude sur l’administ (...)
  • 28 Juan de Fenestris fut capitaine d’Entraigues (cf. note 47 ci-dessous) ; Pedro de Fones lui succéda (...)

13Sous Benoît XIII, les mêmes tendances s’observent. Le pape désigna comme recteur trois de ses parents : Gaston de Moncada (1395-1397)25, Anton de Luna (1397-1398, 1404-1406 ?)26, puis Rodrigo de Luna (1408-1410)27. D’autres Ibériques exercèrent diverses fonctions à Entraigues et à Pernes28.

  • 29 ADV, B 9, fol. 98r ; P. Pansier, Les Boucicaut à Avignon, 1371-1490, Avignon, 1933, p. 76 ; J.-A. (...)
  • 30 Sur ce personnage, voir la notice d’A. Olivieri dans Dizionario biografico degli Italiani, XXVII, (...)
  • 31 Voir la supplique des Comtadins adressée au Concile de Bâle (J. Girard, Les États du Comtat Venais (...)
  • 32 F. Baron, Le cardinal Pierre de Foix le Vieux (1386-1464) et ses légations, Amiens, 1920, p. 69-75

14Les papes avaient donc pour habitude d’employer leurs parents dans la haute administration du Comtat, et des compatriotes dans les charges locales. Après le retour de la papauté en Italie, cette tendance disparut. On connaît certes un écuyer de Martin V, originaire de Vérone, Pellegrino de Brunellis, qui vint en Comtat vers 1420, devint viguier d’Avignon (1426-1427), puis capitaine de Mornas (1431-1433) et finit par s’établir à Carpentras29. Mais quand Eugène IV prétendit disposer des offices à sa guise, il rencontra une ferme opposition. La désignation de son neveu, Marco Condulmer30, aux différents postes clefs, de vicaire des terres de l’Église, de recteur du Comtat et d’évêque d’Avignon fit scandale, d’autant plus qu’elle s’accompagnait de l’arrivée en Comtat de jeunes Italiens qui remplaçaient les officiers du pays31. Avignonnais et Comtadins firent appel au concile de Bâle et chassèrent Marco Condulmer et les siens. La crise ne fut résolue que par l’expédition armée du cardinal de Foix qui, aidé de ses frères, rétablit l’autorité d’Eugène IV en mai 143332.

  • 33 A. Lutrell, Juan Fernández de Heredia at Avignon : 1351-1367, dans El Cardenal Albornoz y el Coleg (...)
  • 34 A. Jamme, Pouvoir, honneur ou profit... cit. n. 14, p. 152, 28 déc. 1360 : nomination comme capita (...)
  • 35 J.-B. Bouillet, Nobiliaire d’Auvergne, III, Clermont-Ferrand, 1848, p. 341.
  • 36 ADV, B 7, fol. 104v-105v ; C. Faure, Étude sur l’administration du Comtat Venaissin... cit. n. 7, (...)
  • 37 A. Jamme, Pouvoir, honneur ou profit..., p. 297. Pour ses offices locaux, voir plus bas à la note (...)
  • 38 G. Mollat, Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, XIII, Paris, 1956, col. 799-8 (...)
  • 39 ADV, B 9, fol. 32r-132v, 23 octobre 1425 : nomination comme recteur par Martin V ; P. Pansier, Un (...)

15Mais cette correspondance, naturelle, entre l’origine des papes et celle de leurs officiers, n’est pas une règle absolue et il y eut toujours des carrières obéissant à d’autres logiques. L’hospitalier Juan Fernandez de Heredia remplit la charge importante de capitaine du Comtat sous des papes limousins33. Pendant une de ses absences, un chevalier du diocèse d’Agen, Hugues de Pujols, le remplaça (1360-1361)34. Pons de Langeac était issu d’une importante famille d’Auvergne, qui tenait le sénéchalat d’Auvergne35. Il fut recteur du Comtat à deux reprises en 1393-1394 et 1402-140336. A un autre niveau, un homme d’armes comme Bernard d’Aurayca, du diocèse de Comminges, qui avait servi en Italie, fut reçu maître-huissier en 1385, puis exerça diverses charges locales37. Son parcours illustre un phénomène remarquable durant le pontificat de Clément VII : l’entrée dans l’hôtel du pape de nombreux militaires expérimentés. Certains officiers restèrent actifs bien après le trépas du pape qui avait favorisé leur carrière. On connaît l’extrême longévité du camérier originaire du Genevois, François de Conzié, qui conserva sa charge de 1383 à sa mort en 143138 ! Pierre Cotini, évêque de Montauban, puis de Castres, et recteur du Comtat de 1425 à 1431 était un de ses proches39.

  • 40 Pour la seconde moitié du xive siècle, nous n’avons pu repérer comme officier local que le chevali (...)
  • 41 Il s’agit de Giovanni de Cario, juriste de Pavie, 8 mai 1353 (Innocent VI (1352-1362). Lettres sec (...)
  • 42 Matteo di Giovanni, un changeur de Florence habitant Carpentras, fut trésorier par intérim de juin (...)
  • 43 AC de Carpentras, BB 50, fol. 26r, pièce entre les folios 25 et 26, mention de son office de févri (...)

16Il faut conclure à une grande hétérogénéité du milieu des officiers actifs en Comtat. Existe toutefois une différence notable par rapport aux officiers de la cour pontificale : le peu de poids des Italiens. On recense à peine 10 Italiens sur 121 officiers40. La plupart exercèrent en outre des fonctions éphémères : on dénombre un réformateur du Comtat en 135341, un lieutenant du trésorier provincial en 137242, et un recteur, en charge quelques mois en 1425, Jacopo de Camplo, évêque de Carpentras43. Il y a ainsi un contraste net entre le Comtat où les Italiens étaient rares au sein du personnel administratif et Avignon où ils étaient nombreux, à la curie, dans l’entourage des cardinaux ou dans la marchandise.

RECRUTEMENTS ET PROFILS DE CARRIÈRE

  • 44 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1362-1378)... cit. n. 13, p. 573, 606 ; AS (...)
  • 45 ASV, Intr. et Exit. 360, fol. 154v, 3 octobre 1386 ; Intr. et Exit. 367, fol. 172v, 10 juin 1391, (...)

17Les hommes qui servaient le pape en Comtat n’avaient pas toujours des relations très étroites avec le pouvoir apostolique. De nombreux officiers servaient comme simples mercenaires. C’est le cas sans doute de plusieurs individus qui ne sont pour nous que des noms. Brunet de Rocha, du diocèse de Lectoure, fut capitaine de Mornas en 1375-137644. Après avoir servi dans la compagnie de Girard d’Arlod en 1386, Richard de Saint-Rémy fut capitaine d’Entraigues entre 1391 et 139345. Si de tels offices ne constituaient qu’un emploi temporaire au sein d’une carrière toute militaire, il serait cependant faux de penser que les hommes de guerre n’étaient que de passage en Comtat. Comme nous le verrons, à l’époque de Clément VII, quelques-uns s’y implantèrent.

  • 46 Il s’agit de Fernando Gonzalez à Bonnieux, de Pedro Martinez de Heredia à l’Isle-sur-la-Sorgue et (...)
  • 47 ADV, C 134, fol. 45r ; ASV, Intr. et Exit. 374, fol. 49r ; Collect. 271, fol. 46r, 79r.
  • 48 En latin : de Tribus Vallibus.
  • 49 1er août 1385 (U. Chevalier, Cartulaire municipal de la ville de Montélimar, Montélimar, 1871, p. (...)
  • 50 ASV, Collect 457, fol. 106r, 27 avril 1386.
  • 51 Il servit pendant un an en 1391-1392 comme capitaine de Pierrelatte et fut nommé viguier de Bonnie (...)

18D’autres agents locaux devaient leur nomination au grand officier du Comtat dont ils étaient les serviteurs. En 1358, Juan Fernandez de Heredia, qui organisait la défense du pays comme capitaine général, nommait trois Ibériques capitaines de Bonnieux, Cavaillon et l’Isle-sur-la-Sorgue46. De la même manière, Juan de Fenestris, capitaine d’Entraigues en 1396-1398, était à l’origine un écuyer du recteur Gaston de Moncada47. Guillaume de Trevaus48, d’Yverdon au bord du lac de Neuchâtel, était pour sa part un familier du recteur Henry de Sévery49. Il fut intégré au corps des sergents d’armes de Clément VII grâce à la recommandation du comte de Savoie50. Puis, il retourna dans l’administration locale et demeura en Comtat51.

  • 52 ASV, Collect. 265, fol. 158r, 182r.
  • 53 Sa filiation peut être précisée en combinant les indications se trouvant dans E. A de Foras, Armor (...)

19Faire partie de l’entourage de grands personnages pouvait aussi déboucher sur un poste d’officier local. Jean Chaule, capitaine de Bollène en 1374-1375, est signalé comme écuyer de l’archevêque de Rouen52. Étienne de Menthonnay, longtemps capitaine de Mornas, était l’un des neveux du cardinal Jacques de Menthonnay et fut écuyer du comte Pierre de Genève avant de servir Clément VII53.

  • 54 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer unter Benedickt XII., Klemens VI. und Innocenz (...)
  • 55 Ibid., p. 203, 530, 727, 758, 792, 821.
  • 56 ASV, Collect. 262, fol. 71v, 147v.
  • 57 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1362-1378)... cit. n. 13, p. 358; ASV, Col (...)
  • 58 Robert fut nommé viguier de Malaucène par lettre du camérier du 27 juillet 1374 (ADV, B 471, fol. (...)
  • 59 R.-C. Logoz, Clément VII (Robert de Genève). Sa chancellerie et le clergé romand au début du Grand (...)

20Cependant, le cas de figure le plus récurrent est celui des individus qui étaient déjà pleinement intégrés à la cour pontificale avant d’exercer un office comtadin. Des membres du personnel de garde et d’honneur des papes (sergents d’armes, huissiers, écuyers) étaient en effet communément détachés pour défendre les forteresses du Comtat. Au début de l’année 1358, Innocent VI affecta six de ses sergents d’armes à la garde des châteaux de Saumane, Mornas, Noves et Sorgues, ces deux derniers recevant chacun deux sergents54. Boson Quintin, sergent d’armes depuis 1342, qui avait servi à Noves en 1358, fut capitaine de Mornas en 1361-136255. Le plus souvent, les officiers restaient en poste quelques années. Le maître-huissier Maurice de Vassinhac fut baile de Lapalud-Pierrelatte en 1356-1358 pour le moins56 ; le sergent d’armes Guinot de la Bordonia fut châtelain et capitaine de Monteux de 1373 à 137557. Robert de Charlus (Carlussio), alias de Bayl, maître-huissier du diocèse de Limoges, devint viguier de Malaucène en 1374, après plus de trente ans de service en curie58. À l’inverse, François, alias Le Camus, de Chenay assuma les fonctions de viguier de Pernes en 1379, de châtelain de Visan en 1388-1391, avant de devenir châtelain du palais apostolique59.

  • 60 ASV, Intr. et Exit. 369, fol. 101r. ; Intr. et Exit. 370, fol. 63r ; Intr. et Exit. 371, fol. 84v, (...)
  • 61 Vassinhac est un lieu-dit de la commune de Collonges-la-Rouge, Corrèze.
  • 62 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1335-1362)... cit. n. 54, p. 486, 817 ; Id (...)
  • 63 A.-M. Hayez, À la cour pontificale d’Urbain V. Réceptions et déplacements, dans Annuaire de la Soc (...)
  • 64 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1335-1362)..., p. 727, 751; ASV, Collect. (...)

21Le Comtat entrait dans le champ d’exercice des officiers curiaux, de façon plus ou moins marquée. Si la plupart n’exerçait qu’une charge temporaire, quelques-uns eurent des carrières plus riches, caractérisées soit par des missions successives et de même nature dans diverses localités, soit par le cumul de nombreuses fonctions. Bernard d’Aurayca, maître-huissier de Clément VII, fut successivement capitaine de Pierrelatte (1392), capitaine de Saumane (1394), puis viguier de Cavaillon (vers 1401)60. Le limousin Barthélemy de Vassinhac61, sergent d’armes en 1352, occupa la fonction de maître de la cuisine de 1361 à 137662. Il est presque certain qu’il faisait avec son épouse Catherine Ricane, commerce de vaisselle à Avignon, car l’on a trouvé un important trésor de céramique à proximité de sa demeure63. Parallèlement à cet enracinement avignonnais, il fit carrière à Saumane. Député à deux reprises à la garde du château, en 1358 et 1360, il défend encore quinze ans plus tard cette localité contre les compagnies bretonnes64. Fort probablement, les papes en avaient fait le châtelain de cette forteresse secondaire.

  • 65 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1335-1362)..., p. 816, 15 janvier 1362 ; I (...)
  • 66 ASV, Intr. et Exit. 369, fol. 125r, 20 juillet 1392 ; Intr. et Exit. 371, fol. 87r ; ADV, C 134, f (...)
  • 67 E. A. de Foras, Armorial et nobiliaire de l’ancien duché de Savoie... cit. n. 21, II, p. 410 ; R.- (...)
  • 68 ASV, Collect. 457, fol. 105v, 28 juin 1385.
  • 69 ASV, Collect. 268, fol. 60r, 122r, 194r ; ADV, C 132, fol. 52v ; ASV, Intr. et Exit. 356, fol. 109 (...)
  • 70 ADV, B 7, fol. 76v, 16 janvier 1392 : nomination par François de Conzié ; ASV, Instr. Misc. no 367 (...)
  • 71 ADV, B 7, fol. 71r-71v, 10 sept. 1390 : nomination comme sous-viguier de Carpentras par François d (...)

22Les serviteurs de la papauté faisaient parfois des offices une affaire de famille. Le sergent d’armes quercynois Bertrand de Falgayras conserva son office de châtelain de Sorgues de 1362 à 138965 et son fils Bertrand, alias Tandon, lui succéda de 1392 à 139866. Une telle pérennité dans l’exercice d’une charge locale est exceptionnelle avant le pontificat de Clément VII. Nicod de Foras, viguier de Mormoiron de 1379 à 1392, fut dans le même temps, à partir de 1382, châtelain du palais des papes67. Son neveu Humbert, sergent d’armes68, l’assista à partir de 1385 dans l’entretien de l’artillerie et des arbalètes du palais apostolique. Très tôt, Humbert remplaça également son oncle à Mormoiron. Lorsqu’en 1389, Nicod rentra en Savoie, il désigna officiellement son neveu comme lieutenant69. À la mort de Nicod, en 1392, Humbert fut tout naturellement nommé viguier de Mormoiron par le camérier, charge qu’il tint jusqu’en 139570. À partir de 1390, il fut en outre sous-viguier de Carpentras où il résidait71. Bref pendant seize ans, la viguerie de Mormoiron avait été exercée par la même famille, qui était en même temps bien présente en curie.

  • 72 ADV, B 7, fol. 91r-91v, 18 déc. 1381.
  • 73 ASV, Intr. et Exit. 337, fol. 83v.
  • 74 ASV, Collect. 457, fol. 103v, 4 août 1386.
  • 75 ADV, 3 E 45/1360, aux dates du 3 mai 1415 et du 10 février 1416.
  • 76 Il fut d’abord, entre décembre 1390 et mars 1392, capitaine de Mornas pour le comte de Genève, car (...)

23À partir du Schisme, la papauté favorisa des situations de ce type en inféodant des parties du domaine ou en nommant des officiers à titre viager. Filippo Corsini, frère du cardinal de Florence, reçut ainsi en 1381 Monteux comme capitaine à vie72. Cairanne fut inféodé vers 1390 à Louis de Montjoie, le maréchal de la cour et neveu de Clément VII. Guillaume Foret en devint le viguier. Originaire de Montbéliard, ce noble était écuyer de Montjoie depuis au moins 1384, quand il se rendit en Italie auprès de son maître73. Clément VII en fit un de ses huissiers majeurs74. Jusqu’en 1416 au moins, Cairanne resta sous son contrôle, même s’il se fit remplacer par un lieutenant et résidait à Mornas et à Orange75. À la même époque, Étienne de Menthonnay exerçait la charge de capitaine de Mornas et il le resta, en percevant les revenus de ce village, jusqu’à son décès en 141476.

  • 77 A. Jamme, Bâtardise et patrimoine : les débuts dans la vie d’Antoine de La Sale, 1386-1411, dans B (...)
  • 78 ADV, B 7, fol. 105v-106v, décembre 1394.
  • 79 La bulle de Clément VII concédant Pilles à Pierre Gandelin est du 20 mai 1394 (A. Jamme, Pouvoir, (...)

24Par ailleurs, une poignée de localités comtadines passèrent sous le contrôle de capitaines mercenaires qui avaient servi la papauté avignonnaise en Italie. Bernard de La Sale reçut en octobre 1381 le fief d’Oppède auquel il ajouta celui de Malaucène en mai 138677. Après sa mort, ce fut le condottiere Bernardon de Serres qui fut fait seigneur de Malaucène78, tandis que Pierre Gandelin, l’ancien défenseur du château Saint-Ange, fut désigné comme administrateur de Pilles79. Ce type de concessions avait certes des inconvénients, mais il permettait à la papauté de rembourser ses dettes à l’égard de personnages devenus influents, tout en la dégageant des charges de la défense.

25Dans l’ensemble, le pouvoir apostolique n’eut pas une politique univoque dans le recrutement des officiers étrangers en Comtat Venaissin. Si ceux-ci étaient souvent originaires du même pays que le souverain pontife et membres de sa Maison, il ne s’agissait que d’une tendance et non d’un profil-type. Les papes déléguaient aussi la nomination de leurs agents locaux à leurs grands officiers, dont l’entourage et ceux des puissants de la cour étaient mis à contribution. Pour les charges locales notamment, il ne faut pas oublier d’ailleurs, comme nous l’avons indiqué, qu’il y avait une alternance entre étrangers et Comtadins.

SÉJOUR ET IMPLANTATION DES OFFICIERS ÉTRANGERS EN COMTAT VENAISSIN

  • 80 Voir G. Butaud, Guerre et vie publique en Comtat Venaissin... cit. n. 6, p. 960-978, 1023-1025, 10 (...)

26Pour une majorité d’étrangers en poste dans le Comtat, l’office n’impliquait qu’un séjour de courte durée dans la forteresse ou la localité d’affectation. C’est ce que tend à montrer la documentation, notariale ou municipale, quand elle est dense, comme pour Carpentras, Cavaillon, Pernes et Oppède80. La présence fréquente de lieutenants nous incline même à supposer que les officiers installés à Avignon, comme les membres de la Maison du pape, n’exerçaient que par à-coups leur office comtadin, se rendant sur place pour les affaires importantes, ou quand le contexte militaire était troublé. Les étrangers qui avaient le moins de liens avec la cour pontificale étaient, de façon presque paradoxale, ceux qui résidaient le plus dans la localité qui leur était confiée. Certains offices, pratiquement des sinécures, n’étaient exercés que par intermittence, tandis que d’autres étaient décisifs dans le destin de l’officier et de sa famille.

  • 81 ADV, AC de Châteauneuf-du-Pape, AA 1, septembre-décembre 1387. L’identification de ces femmes de m (...)

27Ces officiers étrangers étaient parfois rejoints par leurs épouses. Jean de Poncin, capitaine de Châteauneuf-du-Pape, fit même construire un banc pour sa femme Marguerite dans l’église de ce château. Mais, en son absence, des femmes de mauvaise réputation (nonnulle mulieres infames) venaient s’y asseoir pour entendre la messe, au grand scandale des honnêtes dames de la localité. Les habitants demandèrent au capitaine de bien vouloir le faire retirer durant l’absence de son épouse. Devant son refus, ils détruisirent le banc de la discorde, un coup de force qui donna lieu à des poursuites judiciaires annulées par le camérier François de Conzié en 138781. Cet incident, plus qu’anecdotique, signale la distance sociale qui demeure entre officiers et sujets du pape.

  • 82 Aujourd’hui Pesteils, Cantal, commune de Polminhac. Guy, dans une cédule autographe, signait Peste (...)
  • 83 ADV, B 471, fol. 120r-120v, 2 septembre 1376. Dans les faits, il partagea ces ressources, ainsi qu (...)
  • 84 ADV, 10 G 23, 6 mai 1385.
  • 85 ADV, 3 E 38/17, fol. 23v-24v, 27 octobre 1386.
  • 86 ADV, 3 E 38/18, fol. 4v-5v ; 3 E 38/25, fol. 26v ; 3 E 38/30, fol. 8v-9r. Sur ses acquisitions à M (...)

28Un certain nombre d’officiers étrangers firent l’acquisition de seigneuries en Comtat. Le recteur Odon de Villars était, par sa femme, Alix des Baux, maître de Caromb. Guy de Pesteil, un chevalier limousin apparenté aux Roger82, reçut en 1376 la garde et le gouvernement de Bonnieux et de la Valmasque, avec leurs revenus et l’exercice de la justice83. En 1385, il échangea avec le chapitre Saint-Didier sa maison avignonnaise contre la part de coseigneurie de Maubec que détenait le chapitre84 ; cela faisait de lui le principal coseigneur du village. Il entreprit aussitôt d’importants travaux pour renforcer le château85. Et dans les années qui suivirent, il ne cessa d’investir à Maubec, mais aussi à Lagnes et à Ménerbes, dont il devint le principal coseigneur86. Bref, Guy de Pesteil préféra s’implanter dans le Comtat plutôt que de demeurer à Avignon.

  • 87 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1362-1378)..., p. 494, 14 décembre 1373. S (...)
  • 88 Il fut reçut sergent d’armes le 1er janvier 1382 (ASV, Collect. 457, fol. 107v).
  • 89 Il hérita de noble Jean Textoris (ADV, B 7, fol. 74r-75v, 8 octobre 1383, investiture le 22 octobr (...)
  • 90 La dot était de 250 florins, à raison de 30 florins payables tout de suite, 15 florins à la Saint- (...)
  • 91 Baile de Cabrières-d’Avignon en 1408 et baile d’Oppède pendant quelques temps en 1409 (ADV, 3 E 38 (...)
  • 92 Il est signalé en Comtat en 1399 comme homme d’armes, puis comme baile de Lagnes en 1409, 1411 et (...)

29Même de modestes serviteurs du pape firent le choix d’une intégration comtadine. En 1373, le noble Jean de Gardelle, du diocèse d’Agen, n’était encore qu’un familier de Bertrand Falgayras senior, châtelain de Sorgues87. Mais, il devint ensuite sergent d’armes, puis châtelain d’Oppède en 1393-139488. A partir d’octobre 1383, Jean de Gardelle s’implanta à Lagnes, dont la seigneurie était divisée entre le pape et plusieurs coseigneurs laïcs89. Quinze ans plus tard, il renforçait sa position en se mariant avec Vérane, fille du coseigneur Rayne de Lagnes90 ; ce qui ne l’empêcha pas de continuer à servir le pape comme baile à Cabrières, puis Oppède91. Son proche parent, Astorg de Gardelle vint le rejoindre à Lagnes, où il reçut quelques responsabilités92.

  • 93 Nous n’avons pas pu identifier le lieu de Donis, indiqué par le patronyme et aussi comme la terre (...)
  • 94 ASV, Intr. et Exit. 367, fol. 176v, 213r ; Intr. et Exit. 369, fol. 49r, juillet-décembre 1391.
  • 95 L’épouse était Barthélemie, fille de feu Jean Bertholot de Valréas, qui apportait en dot 600 flori (...)
  • 96 G. Butaud, Guerre et vie publique en Comtat Venaissin... cit. n. 6, p. 750-751, 1075-1076.
  • 97 On a conservé son testament du 29 novembre 1447 (ADV, 3 E 71/225, fol. 117r-123r) et un codicille (...)
  • 98 ADV, C 91 ; 3 E 45/1363, 26-29 octobre 1434.
  • 99 Hugues se maria en 1394 à Valréas avec Amblarone, fille de feu Jean Boissière, un noble habitant R (...)
  • 100 ASV, Intr. et Exit. 367, fol. 72v, 118r ; Intr. et Exit. 370, fol. 153r, septembre 1393 ; Chartes (...)
  • 101 ADV, 3 E 71/209, 19 mai 1413.

30Pour certains individus, le mariage avec une femme du Comtat constituait un véritable tournant. Cela caractérise tout particulièrement la trajectoire des gens de guerre savoyards, venus servir Clément VII. Arrivé en 1390 dans le Comtat, Philippon de Dons93 servit sous Girard d’Arlod avant de devenir capitaine de Réauville, une localité sous domination provençale94. Dès juillet 1391, il épousait la fille d’un bourgeois de Valréas ; le recteur Odon de Villars assistait en personne à la cérémonie95. Notre homme devint l’une des plus importantes personnalités de Valréas, du fait de sa puissance foncière (un des coseigneurs du lieu), de sa charge de capitaine (dès 1395 et encore en 1430), de son appartenance au conseil de ville, enfin, quoique cette donnée soit difficilement prévisible, grâce à son extraordinaire longévité96. Il échappa en effet à plusieurs épidémies de peste et ne mourut qu’en 144997. Son frère lui emboîta le pas. Guigues de Dons s’installa, lui aussi, en Comtat, après avoir épousé une noble de Faucon98. Les frères Jean et Hugues de Clarafond, après avoir défendu Vaison, se marièrent et s’établirent dans la région99 ; de même, Pierre de Saint-Brion, qui après son service sous Girard de Ternier en 1390-1391 devint capitaine de Visan de 1393 à 1411 au moins100 et épousa à une date inconnue, Françoise, fille d’un notable de Valréas, Pierre Merchand101. Nombreux furent donc les Savoyards à se fixer dans la judicature de Valréas.

  • 102 ADV, 3 E 70/505, fol. 1v, 29 mars 1395 ; 3 E 70/507, fol. 59v-60r, 1er décembre 1397. Son service (...)
  • 103 ADV, 3 E 70/505, fol. 4v ; 3 E 70/507, fol. 59v-60r.
  • 104 La Merlée est une maison forte située dans la commune de Saint-Julien-la-Vêtre, Loire, cant. de No (...)
  • 105 La parenté est évoquée en 1392 (ASV, Intr. et Exit. 370, fol. 52r).
  • 106 Il servit avec vingt hommes d’armes à partir du 29 août 1386 jusqu’en novembre suivant, puis avec (...)
  • 107 ASV, Intr. et Exit. 366, fol. 185v, 8 août 1390 ; Intr. et Exit. 366, fol. 166v.
  • 108 ASV, Intr. et Exit. 369, fol. 45v, 55r, 63r, 97v ; Intr. et Exit. 370, fol. 52r.
  • 109 Cet achat représentait la forte somme de 6 300 florins (ADV, B 7, fol. 115r-115v, 24 novembre 1391 (...)
  • 110 ADV, 3 E 38/24, fol. 8v, 10 janvier 1396, fol. 19r, 14 mars 1396, fol. 39v, 26 mai 1396.

31La solidarité entre frères est courante. Robert de Affio, sergent d’armes, puis châtelain de Vaison en 1395-1397102, s’appuyait sur son frère, Robert, prieur et seigneur du village voisin de Saint-Romainen-Viennois103. L’exemple des La Merlée, originaires du Forez104, est plus probant encore. Ils étaient apparentés au cardinal Jean de Murol, qui fut à l’origine de leur fortune105. Hugues, dit Le Mastin, était en 1386, capitaine de vingt lances, en 1389 de trente106. Il fut ensuite reçu écuyer de Clément VII107. En 1391, à l’occasion d’un nouvel assaut contre les positions de Raymond de Turenne, il vint à nouveau servir en Comtat108. Une fois les opérations terminées, au lieu de rentrer chez lui vivre de sa solde, il fit l’acquisition du village de Robion109. Sa mort vers 1395 aurait pu faire avorter son projet d’insertion locale. Ce ne fut pas le cas, car Hugues laissait un fils mineur, François, sur lequel Thomas de la Merlée, frère du défunt, trésorier du Comtat de 1398 à 1403 puis de 1412 à 1425, veilla et auquel il transmit la seigneurie de Robion à sa majorité110.

  • 111 Voir la généalogie de cette famille dressée par le chevalier de Courcelles (Histoire généalogique (...)
  • 112 Robert de Vassinhac, dont la filiation est inconnue, fut damoiseau de 1352 à 1360 (K.-H. Schäfer, (...)
  • 113 On connaît toutefois un Odinet de Vassinhac, qui résilia son office de sergent d’armes le 16 juill (...)
  • 114 Il intervient comme habitant de Saumane dans plusieurs actes des années 1377-1378 (ADV, 3 E 38/5, (...)
  • 115 ASV, Collect. 457, fol. 102r, 3 décembre 1383 ; Intr. et Exit. 369, fol. 92r, 104v ; Intr. et Exit(...)
  • 116 Il est attesté en Comtat en octobre 1417 (ADV, B 9, fol. 70r). Mais il finit sa vie en Limousin et (...)

32Revenons à Barthélemy de Vassinhac, maître de la cuisine du pape et gardien de Saumane. Sa famille forma un véritable « clan » à la cour d’Innocent VI, auquel ils étaient, semble-t-il, apparentés111. Quatre Vassinhac se trouvèrent dans les services de garde et d’honneur ; deux devinrent abbés de Saint-Sernin de Toulouse et de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon112. Mais seul Barthélemy de Vassinhac fit souche113 : il se retira à Saumane au lieu de suivre Grégoire XI en Italie114. Un de ses fils, Éblot, lui succéda comme sergent d’armes de Clément VII et capitaine de Saumane en 1392 et 1393115. Il mourut jeune en laissant un héritier, Eutrope, qui resta un temps en Comtat avant de retourner en Limousin116.

  • 117 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1362-1378)..., p. 18, 24 novembre 1362.
  • 118 Il décéda le 1er septembre 1404 (ADV, 3 E 33/64, 2e cahier, fol. 26r).
  • 119 Voir un codicille du 5 juillet 1402 (ADV, 3 E 1/55, fol. 41v). Géraud de Belpech est l’un des rare (...)

33Les Falgayras, père et fils, qui tinrent la charge de châtelain du palais de Sorgues pendant près de trente ans, firent venir du Quercy frère et sœur. Bernard, prieur de Fournès en 1362, fut clavaire de Saint-Laurent-des-Arbres117. Plus tard chanoine de Cavaillon, il mourut dans la petite cité épiscopale en 1404118. Quant à Audiarde de Falgayras, elle épousa un sergent d’armes, originaire du Quercy, Géraud de Belpech ; un bel exemple d’endogamie sociale et géographique. Elle finit sa vie à Cavaillon auprès de son frère chanoine119

  • 120 Renaud, évêque d’Autun et trésorier du pape, et son frère Pierre Maubernard, viguier d’Avignon, mo (...)
  • 121 ADV, 3 E 38/4, fol. 39v, 64v, 67v. Jean fit son testament en 1376, peut-être avant de partir en It (...)
  • 122 Il est aussi dit de Furnis Calidis. Son père s’appelait Hélie, son frère Phi-lippe, doyen de Saint (...)
  • 123 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1335-1362)..., p. 821, 21 mai 1362 ; Id., (...)
  • 124 ADV, 3 E 38/6, fol. 13r. Aymar et Georges Folcoaud sont les héritiers de Philippa dans son testame (...)
  • 125 Le remariage de Philippa est antérieur au 3 décembre 1398 (ADV, 3 E 38/ 76, fol. 25r, 36v). De ce (...)

34Dans un cas enfin, on peut sans nul doute parler d’une « filière » d’intégration utilisée successivement par plusieurs serviteurs de la papauté. Le dépouillement de la riche série de registres de notaires de Velleron dévoile trois mariages entre la famille seigneuriale des Astoaud et des nobles étrangers. Le chevalier Jean Maubernard, d’Allassac en Limousin, fils d’un viguier d’Avignon et neveu d’un trésorier du pape120, épousa Cécile Astoaud en 1374. Leurs enfants firent leur vie en Comtat121. L’oncle de Jean Maubernard, Aymar Folcoaud, de Turenne122, clavaire et châtelain de Châteauneuf-du-Pape de 1362 à 1368 environ, puis clavaire de la cour temporelle d’Avignon en mars 1371123, épousa Philippa Astoaud avant 1378. Il s’installa à Velleron et eut un fils, Georges124. Philippa se remaria avec un certain Jean Raynard, alias de la Croix, du Périgord, dont on ne connaît cependant pas les fonctions dans l’entourage pontifical125. Mais le fait est que trois étrangers attirés par la papauté avignonnaise firent souche à Velleron. L’exercice de charges en Comtat est une composante importante du phénomène d’immigration nobiliaire qui caractérise les terres citramontaines de l’Église au bas Moyen Âge.

35Le groupe social qui a été l’objet de notre étude mérite en conclusion d’être mis en relation avec des milieux sociaux plus vastes : ceux de la cour pontificale et des élites locales dont il se trouve en quelque sorte à la croisée.

36La diversité d’origine des étrangers en poste dans le Comtat reflète d’abord l’ouverture de la société pontificale et l’attraction qu’elle pouvait exercer auprès des laïcs. Ce phénomène est corroboré plus généralement par l’examen du personnel de garde et d’honneur des papes, le profil des viguiers d’Avignon et le recrutement des armées, en particulier à l’époque de Clément VII.

37Mais dans le même temps, il ne faudrait pas se méprendre sur le rôle du Comtat dans la vie du personnel curial. S’il y avait des échanges entre la cour des papes et le personnel administratif des terres de l’Église, seule une minorité des serviteurs du pape avait de réels intérêts hors d’Avignon. Du fait de la petite taille du Venaissin, de l’activité des nobles locaux et de la durée de certains offices, peu de charges publiques étaient ouvertes. Or la cour des papes est à l’inverse connue pour son envergure et son fort renouvellement, la rotation de son personnel. Des individus pouvaient par ailleurs faire le choix de ne se fixer qu’à Avignon et de négliger le pays environnant, comme le montre l’exemple des Aigrefeuille. Le Comtat n’était pas un passage obligé pour le personnel curial. Mais il a joué un rôle, jusque-là mésestimé, dans le fonctionnement de la société pontificale ; il offrait des perspectives de carrière et d’intégration.

38Du point de vue de la vie publique comtadine enfin, les officiers étrangers participèrent au renouvellement des élites. Même si les implantations furent limitées, elles ont une forte signification sociale car elles concernaient des individus détenant un pouvoir et s’intégrant à la noblesse dans les villes et les villages. Au début du xve siècle, ces nouveaux nobles du Comtat comptaient, notamment dans les affaires militaires : ils étaient les premiers à se mobiliser pour défendre leur pays d’adoption.

Notes

1 B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon (1309-1376), étude d’une société, Paris, 1962 (Bibliothèque des Écoles francaises d’Athènes et de Rome, 201).

2 Pour le renouvellement de la population avignonnaise, voir en particulier : C. Gros-Hayez, Tableau social d’une ancienne capitale de la Chrétienté : Avignon, 1390-1430, dans Crises et réformes dans l’Église, de la réforme grégorienne à la pré-réforme. Actes du 115e Congrès national des sociétés savantes, Avignon, 1990, Paris, 1991, p. 251-258.

3 La cour des papes d’Avignon au temps du Schisme a été très peu étudiée jusqu’à présent. Les quelques remarques que je fais à son sujet découlent du registre des curiales (qui porte sur les deux pontificats) et des livres de compte de la Chambre apostolique des années 1379-1404 (ASV, Cam. Ap., Collect. 457 ; Intr. et Ex. 337, 338, 353-375 ; Reg. Aven. 321).

4 En effet, d’après mes calculs, il y avait 4 officiers originaires des terres d’Église sur 104 dans les services de garde et d’honneur de Grégoire XI, 44 Comtadins sur 427 sous Clément VII (soit 10,3 %) et 19 sur 163 sous Benoît XIII (soit 11,7 %).

5 J. Chiffoleau, Les justices du pape. Délinquance et criminalité dans la région d’Avignon au xive siècle, Paris, 1984.

6 Ces officiers sont mentionnés, à quelques exceptions près, dans les annexes prosopographiques de ma thèse à laquelle je renvoie : Guerre et vie publique en Comtat Venaissin et à Avignon (vers 1350-vers 1450), Université de Nice-Sophia Antipolis, 2001, volume 4.

7 Ce personnel était pour l’essentiel connu depuis les recherches de C. Faure, Étude sur l’administration du Comtat Venaissin du xiiie au xve siècle (1229-1417), Paris-Avignon, 1909. Mais nous avons prolongé l’enquête jusqu’en 1433 et complété en étudiant les lieutenants du recteur et les capitaines généraux du Comtat. Il y a très peu de lacunes dans la liste constituée.

8 Les officiers de Montélimar sont compris dans ces chiffres car cette ville, bien qu’en dehors du Comtat, était une possession pontificale.

9 ASV, Collect. 263, fol. 185r, 14 juin 1367 ; AC [Archives communales] de Carpentras, CC 155, fol. 17r, 22 juin 1370. Afin d’alléger les notes, je ne donnerai pas ici toutes les références justifiant de l’exercice d’un office, mais seulement la première et la dernière mention.

10 C. Faure, Étude sur l’administration du Comtat Venaissin... cit. n. 7, p. 181 ; ADV [Archives départementales de Vaucluse], B 7, fol. 121v-122r, 31 mai 1407 : nomination comme vice-recteur ; 3 E 8/198, fol. 211r, 11 mai 1408 : mentionné comme recteur.

11 ADV, 3 E 8/274, fol. 97v-98r, 6 septembre 1392 : nomination comme viguier de Cavaillon ; Ibid., fol. 22v, 4 oct. 1395 ; 3 E 8/281, 7 février 1411 ; AC de Carpentras, BB 46, fol. 66v, 29 octobre 1420. Il se maria avec noble Jacquette Carbonel par contrat du 21 juin 1397 (3 E 3/57, fol. 23v-24v).

12 Il fut recteur de 1410 à 1422, puis en 1424-1425, enfin en 1432-1433. (ADV, B 7, fol. 65r-67r, 10 avril 1410 : première nomination comme recteur ; fol. 111v-112v, 20 août 1422 : nomination d’un régent pour le remplacer ; AC de Carpentras, BB 48 bis, fol. 27v, 21 février 1424 : mentionné recteur ; J. Chevalier, Essai historique sur l’Église et la ville de Die, II, Valence, 1896, p. 334, 18 juin 1425 : fin de son office ; ADV, B 9, fol. 156v-157r, 29 juillet 1432 : nomination comme recteur par le cardinal Alfonso Carillo). Voir également C. Faure, Étude sur l’administration du Comtat Venaissin... cit. n. 7, p. 179 ; Ch. Cottier, Notes historiques concernant les recteurs du ci-devant comté Venaissin, Carpentras, 1806, p. 116, 124 et J. Brun-Durand, Dictionnaire biographique et biblio-iconographique de la Drôme, II, Grenoble, 1901, p. 256-258.

13 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer unter den Päpsten Urban V. und Gregor XI. (1362-1378), Paderborn, 1937, p. 366 ; C. Faure, Étude sur l’administration du Comtat Venaissin..., p. 178 ; J. Brun-Durand, Dictionnaire..., II, p. 250-252.

14 A. Jamme, Pouvoir, honneur ou profit. Les milieux laïcs d’Outremont dans l’Italie pontificale (deuxième moitié du xive siècle), Thèse inédite, Université de Paris IV-Sorbonne, 1999, p. 167-168 ; K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1362-1378)..., p. 570, 605, 607; ADV, B 471, fol. 142v; ASV, Collect. 265, fol. 157r, 162r, 167r.

15 ADV, B 471, fol. 115v.

16 Il laissait deux fils, Pierre et Étienne (ADV, Palais de justice de Carpentras, 3 E 26/87, fol. 27v-29v, testament du 2 septembre 1379, et deux codicilles des 13 septembre et 8 octobre 1379).

17 Pierre La Plou, fils du chevalier Jourdan La Plou, du village de Saint-Germain en Limousin, fut transféré de l’évêché d’Alès à celui de Carpentras en 1376 et resta évêque jusqu’en 1398, J. Fornery, Histoire du Comté Venaissin et de la ville d’Avignon, III, Avignon, 1909, p. 209-210. Son frère prénommé également Pierre fut un des damoiseaux de Grégoire XI (ASV, Collect. 457, fol. 21r ; K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1362-1378)..., p. 367, 502, 580, 601, 655). Il fut ensuite sergent d’armes de Clément VII et resta à Carpentras où il fit son testament (ASV, Collect. 457, fol. 111r, 11 juin 1379 ; ADV, Palais de justice de Carpentras, 3 E 26/77, fol. 155r-157v, 15 février 1397). Un autre frère, Guillaume, fut intégré à la Maison du pape comme huissier majeur le 3 janvier 1371, puis privé de gages en novembre 1372, tout en restant officier (K.H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1362-1378)..., p. 367, 599; ASV: Collect. 457, fol. 9r, 21r). Il devint ensuite écuyer d’honneur de Benoît XIII (Collect. 457, fol. 259v, 2 novembre 1394).

18 A. Jamme, Pouvoir, honneur ou profit... cit. n. 14, p. 163, 16 février 1375.

19 ADV, B 471, fol. 155v, 11 mars 1377 ; ibid., fol. 162r, 11 octobre 1378 ; A. Jamme, Pouvoir, honneur ou profit..., p. 163. Il devint sergent d’armes de Clément VII en 1381 (ASV, Collect. 457, fol. 104r, 31 mai 1381).

20 C. Faure, Étude sur l’administration du Comtat Venaissin... cit. n. 7, p. 178.

21 Ces personnages bénéficient de bonnes notices généalogiques dans E. A. de Foras, F.-C. de Mareschal et P. de Viry, Armorial et nobiliaire de l’ancien duché de Savoie, Grenoble, 1863-1938, I, p. 71 ; VI, p. 56-57 (Arlod) ; III, p. 200-201 (Hauteville) ; V, p. 517 (Ternier). Pour le détail de leurs services militaires en Comtat, voir G. Butaud, Guerre et vie publique en Comtat Venaissin... cit. n. 6, p. 980, 984-986, 996, 1007-1008.

22 À l’apogée de la guerre contre Raymond de Turenne, Hugues de Clarafond fut détaché à la garde du château de Vaison. Il assuma cette fonction au début de l’année 1389, puis de février 1390 à février 1393. Son frère Jean prit la relève jusqu’à l’été 1394 (ASV, Intr. et Exit. 365, fol. 69v, 100v, 127r, 31 décembre 1388-avril 1389 ; Intr. et Exit. 366, fol. 91r, 200v ; Intr. et Exit. 370, fol. 81r, 85v, 159v ; Intr. et Exit. 371, fol. 79v, 87v).

23 ASV, Collect. 268, fol. 60v, 122v ; E. A de Foras, Armorial et nobiliaire de l’ancien duché de Savoie..., I, p. 301.

24 ASV, Intr. et Exit. 355, fol. 71v, février 1382 ; Intr. et Exit. 338, fol. 123r, octobre 1384.

25 AC de Carpentras, BB 22, fol. 30r, 9 octobre 1395 : mentionné comme recteur ; ASV, Intr. et Exit. 374, fol. 97v, 101v, décès entre le 19 et le 31 mai 1397.

26 ADV, B 7, fol. 106v-107r, 1er septembre 1397 : nomination comme recteur. Il perdit le pouvoir avec la soustraction d’obédience en septembre 1398 ; de nouveau recteur en février 1404 et ce jusqu’en 1406 au moins (C. Faure, Étude sur l’administration du Comtat Venaissin..., p. 178-179 ; ADV, C 6, fol. 17v, 18 novembre 1406). Sur son lien de parenté avec Benoît XIII, voir F. de Moxó y Montoliu, La casa de Luna (1276-1348). Factor politico et lazos de sangre en la ascensión de un linaje aragonés, Münster, 1990, tableau généalogique V.

27 ADV, B 7, fol. 110v-111r, 26 août 1408 : nomination comme recteur ; C. Faure, Étude sur l’administration du Comtat Venaissin..., p. 179. En 1410-1411, lors de la Guerre des Catalans, il fut l’un des défenseurs du palais apostolique. Sur son ascendance, voir F. de Moxó y Montoliu, La casa de Luna (1276-1348)..., tableau généalogique VII.

28 Juan de Fenestris fut capitaine d’Entraigues (cf. note 47 ci-dessous) ; Pedro de Fones lui succéda en 1404-1405 (ADV, C 141, fol. 43r ; AC d’Entraigues, BB 1, fol. 31r, 26 mars 1405) ; Rodrigo de Logran, du diocèse de Saragosse, maître-huissier de Benoît XIII, fut pour sa part capitaine de Pernes en 1395-1398 et en 1405-1408 (ASV, Collect. 457, fol. 267r ; AC de Pernes-les-Fontaines, CC 21, 4e cahier, 1395-1396, fol. 8v, 1er cahier, 1398-1399, fol. 2v, 7r ; registre principal, fol. 15r ; CC 22, 1405-1406, fol. 1r ; AA 1, no 3).

29 ADV, B 9, fol. 98r ; P. Pansier, Les Boucicaut à Avignon, 1371-1490, Avignon, 1933, p. 76 ; J.-A. Pithon-Curt, Histoire de la noblesse du Comté Venaissin, I, Paris, 1743, p. 191.

30 Sur ce personnage, voir la notice d’A. Olivieri dans Dizionario biografico degli Italiani, XXVII, Rome, 1982, p. 765-766.

31 Voir la supplique des Comtadins adressée au Concile de Bâle (J. Girard, Les États du Comtat Venaissin depuis leurs origines jusqu’à la fin du xvie siècle, dans Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 2e s., 7, 1907, p. 168).

32 F. Baron, Le cardinal Pierre de Foix le Vieux (1386-1464) et ses légations, Amiens, 1920, p. 69-75.

33 A. Lutrell, Juan Fernández de Heredia at Avignon : 1351-1367, dans El Cardenal Albornoz y el Colegio de España, Studia Albornotiana, 11, Saragosse, 1972, p. 289-316, repris dans The Hospitallers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West. 1291-1440, Londres, 1978.

34 A. Jamme, Pouvoir, honneur ou profit... cit. n. 14, p. 152, 28 déc. 1360 : nomination comme capitaine du Comtat ; AC de Carpentras, BB 4, fol. 56v, 16 avril 1361.

35 J.-B. Bouillet, Nobiliaire d’Auvergne, III, Clermont-Ferrand, 1848, p. 341.

36 ADV, B 7, fol. 104v-105v ; C. Faure, Étude sur l’administration du Comtat Venaissin... cit. n. 7, p. 178 ; AC de Carpentras, BB 29, fol. 8v, 19 novembre 1402 ; ADV, Palais de justice de Carpentras, 3 E 26/81, fol. 286r ; ADV, C 139, fol. 48v, mars 1403.

37 A. Jamme, Pouvoir, honneur ou profit..., p. 297. Pour ses offices locaux, voir plus bas à la note 60.

38 G. Mollat, Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, XIII, Paris, 1956, col. 799-800.

39 ADV, B 9, fol. 32r-132v, 23 octobre 1425 : nomination comme recteur par Martin V ; P. Pansier, Un fragment de chronique avignonnaise de 1431 et 1432, dans Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 1930, p. 78-79, 86 (décès peu avant le 15 décembre 1431).

40 Pour la seconde moitié du xive siècle, nous n’avons pu repérer comme officier local que le chevalier sicilien Benvenuto de Agriffeo, capitaine de Carpentras en 1374-1375 (ASV, Collect. 265, fol. 157v, 172v, 173r, 173v, 174r).

41 Il s’agit de Giovanni de Cario, juriste de Pavie, 8 mai 1353 (Innocent VI (1352-1362). Lettres secrètes et curiales, éd. P. Gasnault et M.-H. Laurent, II, Paris-Rome, 1960, no 277, 278, 279, 280, 281).

42 Matteo di Giovanni, un changeur de Florence habitant Carpentras, fut trésorier par intérim de juin à novembre 1372 (C. Faure, Étude sur l’administration du Comtat Venaissin... cit. n. 7, p. 182).

43 AC de Carpentras, BB 50, fol. 26r, pièce entre les folios 25 et 26, mention de son office de février 1425 à sa mort, avant le 13 décembre 1425.

44 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1362-1378)... cit. n. 13, p. 573, 606 ; ASV, Collect. 264, fol. 282r ; Collect. 265, fol. 159r.

45 ASV, Intr. et Exit. 360, fol. 154v, 3 octobre 1386 ; Intr. et Exit. 367, fol. 172v, 10 juin 1391, entrée en charge à Entraigues ; Intr. et Exit. 370, fol. 91v, 25 mars 1393.

46 Il s’agit de Fernando Gonzalez à Bonnieux, de Pedro Martinez de Heredia à l’Isle-sur-la-Sorgue et d’Alvaro Noys à Cavaillon (ASV, Collect. 262, fol. 235v-271r).

47 ADV, C 134, fol. 45r ; ASV, Intr. et Exit. 374, fol. 49r ; Collect. 271, fol. 46r, 79r.

48 En latin : de Tribus Vallibus.

49 1er août 1385 (U. Chevalier, Cartulaire municipal de la ville de Montélimar, Montélimar, 1871, p. 209).

50 ASV, Collect 457, fol. 106r, 27 avril 1386.

51 Il servit pendant un an en 1391-1392 comme capitaine de Pierrelatte et fut nommé viguier de Bonnieux en 1400 (ASV, Intr. et Exit. 367, fol. 160v ; Intr. et Exit. 369, fol. 94v ; ADV, B 7, fol. 117v-118r). En 1413, il habitait Pernes avec son épouse Catherine du Chastel, héritière d’une famille de coseigneurs de Nyons, quand celle-ci vendit ses droits seigneuriaux (C. Brechet, Pages d’histoire nyonsaise, Taulignan, 2e édition, 1990, p. 91-92).

52 ASV, Collect. 265, fol. 158r, 182r.

53 Sa filiation peut être précisée en combinant les indications se trouvant dans E. A de Foras, Armorial et nobiliaire de l’ancien duché de Savoie... cit. n. 21, III, p. 471, et dans le testament du cardinal, L. Duhamel, Testament du cardinal Jacques de Montenay (28 avril 1391), dans Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 1916, p. 155. Étienne était le fils d’Aymon de Menthonnay, un frère du cardinal qui nomma toutefois comme héritier de premier rang ses deux neveux nés d’un autre frère. Sur les liens d’Étienne de Menthonnay avec le comte de Genève, voir ASV, Intr. et Exit. 369, fol. 63r.

54 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer unter Benedickt XII., Klemens VI. und Innocenz vi. (1335-1362), Paderborn, 1914, p. 727.

55 Ibid., p. 203, 530, 727, 758, 792, 821.

56 ASV, Collect. 262, fol. 71v, 147v.

57 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1362-1378)... cit. n. 13, p. 358; ASV, Collect. 264, fol. 115v, 199v; Collect. 265, fol. 157v, 177r, 177v.

58 Robert fut nommé viguier de Malaucène par lettre du camérier du 27 juillet 1374 (ADV, B 471, fol. 101r-101v). Il avait auparavant été nommé par Grégoire XI notaire et tabellion à vie de la cour de l’Isle, le 2 janvier 1372, charge confirmée par Clément VII, le 15 septembre 1379 (C. Faure, Étude sur l’administration du Comtat Venaissin..., p. 61). Son service comme maître-huissier est attesté de 1342 à 1381 (K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1335-1362)..., p. 201, 793 ; Id., Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1362-1378)..., p. 18, 654 ; ASV, Collect. 457, fol. 12v ; Intr. et Exit. 354, fol. 95v). Il se pourrait qu’il soit le même que le Robert Chaslus, alias de Bal, du diocèse de Limoges, reçu maître-huissier de Benoît XIII, le 3 octobre 1394 (ASV, Collect. 457, fol. 266r). Si c’est le cas, il s’agirait de la plus longue carrière laïque au service des papes : 52 ans au minimum !

59 R.-C. Logoz, Clément VII (Robert de Genève). Sa chancellerie et le clergé romand au début du Grand Schisme (1378-1394), Lausanne, 1974, p. 236 ; ADV, B 6, fol. 149r, 150r, 151r, 157v, 158r ; ASV, Intr. et Exit. 369, fol. 135v ; Intr. et Exit. 370, fol. 129v ; Intr. et Exit. 371, fol. 70r, 72r.

60 ASV, Intr. et Exit. 369, fol. 101r. ; Intr. et Exit. 370, fol. 63r ; Intr. et Exit. 371, fol. 84v, 85v ; A. Jamme, Pouvoir, honneur ou profit... cit. n. 14, p. 297 ; ADV : 3 E 33/60, 20 mars 1401.

61 Vassinhac est un lieu-dit de la commune de Collonges-la-Rouge, Corrèze.

62 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1335-1362)... cit. n. 54, p. 486, 817 ; Id., Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1362-1378)..., p. 18, 367, 679.

63 A.-M. Hayez, À la cour pontificale d’Urbain V. Réceptions et déplacements, dans Annuaire de la Société des amis du palais des papes, 1986-1987, p. 18 n. 30.

64 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1335-1362)..., p. 727, 751; ASV, Collect. 265, fol. 159r, 195v.

65 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1335-1362)..., p. 816, 15 janvier 1362 ; Id., Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1362-1378)..., p. 145, 184, 373, 622 ; C. Faure, Étude sur l’administration du Comtat Venaissin..., p. 62 ; ASV, Collect. 265, fol. 149v ; Intr. et Exit. 362, fol. 104r, 21 février 1389.

66 ASV, Intr. et Exit. 369, fol. 125r, 20 juillet 1392 ; Intr. et Exit. 371, fol. 87r ; ADV, C 134, fol. 43r ; ASV, Intr. et Exit. 375, fol. 56r, 23 février 1398.

67 E. A. de Foras, Armorial et nobiliaire de l’ancien duché de Savoie... cit. n. 21, II, p. 410 ; R.-C. Logoz, Clément VII (Robert de Genève)... cit. n. 59, p. 236 ; ASV, Intr. et Exit. 356, fol. 109v ; Intr. et Exit. 365, fol. 62r, 87v, 88r.

68 ASV, Collect. 457, fol. 105v, 28 juin 1385.

69 ASV, Collect. 268, fol. 60r, 122r, 194r ; ADV, C 132, fol. 52v ; ASV, Intr. et Exit. 356, fol. 109v ; Intr. et Exit. 338, fol. 94r, 106r, 118r ; Intr. et Exit. 359, fol. 61r, 159v, 162v ; Intr. et Exit. 360, fol. 51v, 104v, 117r, 128r ; Intr. et Exit. 362, fol. 53v, 134r, 137r, 143v ; Intr. et Exit. 365, fol. 62r, 87v, 88r, 169r ; Intr. et Exit. 366, fol. 121r.

70 ADV, B 7, fol. 76v, 16 janvier 1392 : nomination par François de Conzié ; ASV, Instr. Misc. no 3670, 18 août 1395.

71 ADV, B 7, fol. 71r-71v, 10 sept. 1390 : nomination comme sous-viguier de Carpentras par François de Conzié ; 3 E 38/73, fol. 43r, 24 déc. 1394. Humbert de Foras figure parmi les contribuables de Carpentras en 1394 (AC de Carpentras, CC 22, fol. 9v).

72 ADV, B 7, fol. 91r-91v, 18 déc. 1381.

73 ASV, Intr. et Exit. 337, fol. 83v.

74 ASV, Collect. 457, fol. 103v, 4 août 1386.

75 ADV, 3 E 45/1360, aux dates du 3 mai 1415 et du 10 février 1416.

76 Il fut d’abord, entre décembre 1390 et mars 1392, capitaine de Mornas pour le comte de Genève, car cette localité avait été cédée par le pape à son frère. Ensuite, Étienne de Menthonnay fut capitaine à vie de Mornas pour le pape (ASV, Intr. et Exit. 367, fol. 75r ; Intr. et Exit. 369, fol. 70r, 141r ; Instr. Misc. no 3657 ; R.-C. Logoz, Clément VII (Robert de Genève)... cit. n. 59, p. 236 ; C. Faure, Étude sur l’administration du Comtat Venaissin..., p. 114.

77 A. Jamme, Bâtardise et patrimoine : les débuts dans la vie d’Antoine de La Sale, 1386-1411, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 123, 1995, p. 164, n. 16.

78 ADV, B 7, fol. 105v-106v, décembre 1394.

79 La bulle de Clément VII concédant Pilles à Pierre Gandelin est du 20 mai 1394 (A. Jamme, Pouvoir, honneur ou profit..., p. 187).

80 Voir G. Butaud, Guerre et vie publique en Comtat Venaissin... cit. n. 6, p. 960-978, 1023-1025, 1034-1038.

81 ADV, AC de Châteauneuf-du-Pape, AA 1, septembre-décembre 1387. L’identification de ces femmes de mauvaise renommée pose également problème. Il semble un peu forcé d’y voir des prostituées, mais cela n’est pas à exclure totalement, puisqu’une petite garnison était affectée à Châteauneuf.

82 Aujourd’hui Pesteils, Cantal, commune de Polminhac. Guy, dans une cédule autographe, signait Pestel. Il était le fils d’Aimery de Pesteil, marié à Flore de Besse, nièce de Clément vi (BnF, Pièces Originales no 2246, 50 930, fol. 34v-35r ; cf. J.-B. Bouillet, Nobiliaire d’Auvergne, V, Clermont-Ferrand, 1851, p. 82-85). Un codicille de son testament, du 7 octobre 1403, est conservé aux ADV, 3 E 38/28, fol. 19v-23r.

83 ADV, B 471, fol. 120r-120v, 2 septembre 1376. Dans les faits, il partagea ces ressources, ainsi que celles de Maubec, avec le Sacré Collège, ce qui fut confirmé par Clément VII (ASV, Collect. 264, fol. 347v, 353r ; Collect. 266, fol. 123r-123v).

84 ADV, 10 G 23, 6 mai 1385.

85 ADV, 3 E 38/17, fol. 23v-24v, 27 octobre 1386.

86 ADV, 3 E 38/18, fol. 4v-5v ; 3 E 38/25, fol. 26v ; 3 E 38/30, fol. 8v-9r. Sur ses acquisitions à Ménerbes et à Lagnes (ASV, Collect. 271, fol. 179v ; Collect. 272, fol. 171r ; ADV, 3 E 1/55, fol. 120v-122r ; 3 E 38/31, fol. 23v-24v ; 3 E 33/25, fol. 16r-18v).

87 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1362-1378)..., p. 494, 14 décembre 1373. Ses liens avec les Falgayras furent durables. Trente ans plus tard, il était un des exécuteurs testamentaires d’Audiarde de Falgayras (ADV, 3 E 1/55, fol. 41v ; voir note 119).

88 Il fut reçut sergent d’armes le 1er janvier 1382 (ASV, Collect. 457, fol. 107v).

89 Il hérita de noble Jean Textoris (ADV, B 7, fol. 74r-75v, 8 octobre 1383, investiture le 22 octobre 1383).

90 La dot était de 250 florins, à raison de 30 florins payables tout de suite, 15 florins à la Saint-Michel, puis 15 florins chaque année jusqu’à extinction de la dette (ADV, 3 E 38/9, fol. 22v-24r, 10 août 1398).

91 Baile de Cabrières-d’Avignon en 1408 et baile d’Oppède pendant quelques temps en 1409 (ADV, 3 E 38/32, fol. 53v, 31 mai 1408 ; 3 E 38/34, fol. 2r, 27 décembre 1409). Jean devait avoir plus de soixante ans quand il prêta hommage à Jean de Poitiers en 1412 (B 9, fol. 8r-8v, 19 avril 1412).

92 Il est signalé en Comtat en 1399 comme homme d’armes, puis comme baile de Lagnes en 1409, 1411 et 1412 (ADV, 3 E 33/59, fol. 9v-10r ; 3 E 38/104, fol. 16v, 56v, 75r).

93 Nous n’avons pas pu identifier le lieu de Donis, indiqué par le patronyme et aussi comme la terre paternelle, dans un codicille de 1398 de Philippon de Dons (ADV, 3 E 71/204, fol. 33r). Mais cet acte mentionne un prêtre de Yonis en Savoie (3 E 71/204, fol. 30v). De plus, on connaît une famille de Dons dans cette région (E. A. de Foras, Armorial et nobiliaire de l’ancien duché de Savoie..., VI, p. 55).

94 ASV, Intr. et Exit. 367, fol. 176v, 213r ; Intr. et Exit. 369, fol. 49r, juillet-décembre 1391.

95 L’épouse était Barthélemie, fille de feu Jean Bertholot de Valréas, qui apportait en dot 600 florins, deux maisons et des terres (ADV, 3 E 71/196, fol. 38v-43v, 26 juillet 1391).

96 G. Butaud, Guerre et vie publique en Comtat Venaissin... cit. n. 6, p. 750-751, 1075-1076.

97 On a conservé son testament du 29 novembre 1447 (ADV, 3 E 71/225, fol. 117r-123r) et un codicille du 15 juillet 1448 (3 E 71/234, fol. 127v-129v). Sa mort date de 1449, peu avant sans doute le codicille de son épouse Barthélemie (3 E 71/235, 8 juillet 1449). Il laissait son épouse, une fille qui était moniale, Dauphine, et une petite-fille, Sanseta, mariée et héritière du vaste patrimoine qu’il avait accumulé.

98 ADV, C 91 ; 3 E 45/1363, 26-29 octobre 1434.

99 Hugues se maria en 1394 à Valréas avec Amblarone, fille de feu Jean Boissière, un noble habitant Rochegude (ADV, 3 E 71/199, 12 mai 1394). Jean de Clarafond fut l’époux de Vérane, fille de noble Guillaume de Rossatio d’Orange et de Bilette Cabassole (3 E 33/101, fol. 121v).

100 ASV, Intr. et Exit. 367, fol. 72v, 118r ; Intr. et Exit. 370, fol. 153r, septembre 1393 ; Chartes et documents de l’abbaye Notre-Dame d’Aiguebelle, Lyon, 1954, p. 393, 27 octobre 1411.

101 ADV, 3 E 71/209, 19 mai 1413.

102 ADV, 3 E 70/505, fol. 1v, 29 mars 1395 ; 3 E 70/507, fol. 59v-60r, 1er décembre 1397. Son service de sergent d’armes est documenté de 1374 à 1384, K.H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1362-1378)..., p. 512, 602, 654 ; ASV, Intr. et Exit. 354, fol. 93r ; Intr. et Exit. 337, fol. 57r.

103 ADV, 3 E 70/505, fol. 4v ; 3 E 70/507, fol. 59v-60r.

104 La Merlée est une maison forte située dans la commune de Saint-Julien-la-Vêtre, Loire, cant. de Noirétable (C.-L. Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, Strasbourg, 1979, p. 1049-1050).

105 La parenté est évoquée en 1392 (ASV, Intr. et Exit. 370, fol. 52r).

106 Il servit avec vingt hommes d’armes à partir du 29 août 1386 jusqu’en novembre suivant, puis avec quinze lances jusqu’en janvier 1387 (ASV, Intr. et Exit. 360, fol. 136r, 142v, 149r, 163r ; ASV, Intr. et Exit. 362, fol. 50v, 55v, 66v, 69v, 80v). Il servit quinze jours à partir du 10 février 1389 (ASV, Intr. et Exit. 365, fol. 100r).

107 ASV, Intr. et Exit. 366, fol. 185v, 8 août 1390 ; Intr. et Exit. 366, fol. 166v.

108 ASV, Intr. et Exit. 369, fol. 45v, 55r, 63r, 97v ; Intr. et Exit. 370, fol. 52r.

109 Cet achat représentait la forte somme de 6 300 florins (ADV, B 7, fol. 115r-115v, 24 novembre 1391). Avec 500 florins supplémentaires, il fit l’acquisition d’une part de la coseigneurie des Taillades (B 7, fol. 116r-116v).

110 ADV, 3 E 38/24, fol. 8v, 10 janvier 1396, fol. 19r, 14 mars 1396, fol. 39v, 26 mai 1396.

111 Voir la généalogie de cette famille dressée par le chevalier de Courcelles (Histoire généalogique et héraldique des Pairs de France, IX, Paris, 1828, de Vassinhac, p. 9-18). On a fait l’hypothèse que Gautier Aubert, neveu du pape, avait épousé une Vassinhac. Deux membres d’une autre branche de la famille, Étienne et Guy, étaient écuyers du futur Innocent VI en 1338-1341, (D. Williman, Calendar of the Letters of Arnaud Aubert, camerarius apostolicus, 1361-1371, Toronto, 1992, p. 12).

112 Robert de Vassinhac, dont la filiation est inconnue, fut damoiseau de 1352 à 1360 (K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1335-1362)..., p. 529, 756). Maurice, qui occupa la charge de baile de Lapalud-Pierrelatte fut maître-huissier durant la même période et devint maître de la cuisine en 1360 (Ibid., p. 530, 700, 748, 755). Son frère, Audoin eut une carrière plus longue comme sergent d’armes, puis comme maître-huissier de 1360 à 1376. Il servit également Urbain v en Italie (Ibid., p. 597, 654, 757 ; Id., Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1362-1378)..., p. 367, 600, 654 ; A. Jamme, Pouvoir, honneur ou profit..., p. 126). Sur Ramnoux de Vassinhac, abbé de Saint-Sernin, voir D. Williman, Calendar of the Letters of Arnaud Aubert..., p. 380 et sur Guy de Vassinhac, abbé de Saint-André de Villeneuve (1362-1380), M. Hayez, L’abbaye Saint-André de Villeneuve à l’époque des papes d’Avignon, dans L’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon : histoire, archéologie, rayonnement, Mane, 2001 (Les cahiers de Salagon, 4), p. 167-168.

113 On connaît toutefois un Odinet de Vassinhac, qui résilia son office de sergent d’armes le 16 juillet 1379 (ASV, Collect. 457, fol. 103v). Etait-ce Audoin ou son fils ?

114 Il intervient comme habitant de Saumane dans plusieurs actes des années 1377-1378 (ADV, 3 E 38/5, fol. 18v, 21 mars 1377, fol. 31v ; 3 E 38/6, fol. 12r, 16r-19r, 23 mars 1378).

115 ASV, Collect. 457, fol. 102r, 3 décembre 1383 ; Intr. et Exit. 369, fol. 92r, 104v ; Intr. et Exit. 370, fol. 118r.

116 Il est attesté en Comtat en octobre 1417 (ADV, B 9, fol. 70r). Mais il finit sa vie en Limousin et sa veuve prêta hommage au vicomte de Turenne en 1431 (de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique... cit. n. 111, IX, de Vassinhac, p. 17).

117 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1362-1378)..., p. 18, 24 novembre 1362.

118 Il décéda le 1er septembre 1404 (ADV, 3 E 33/64, 2e cahier, fol. 26r).

119 Voir un codicille du 5 juillet 1402 (ADV, 3 E 1/55, fol. 41v). Géraud de Belpech est l’un des rares officiers dont on connaît très précisément la durée de la carrière en curie : il fut reçu sergent d’armes le 2 mars 1352 et décéda le 19 février 1374 (B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon... cit. n. 1, p. 432 n. 425).

120 Renaud, évêque d’Autun et trésorier du pape, et son frère Pierre Maubernard, viguier d’Avignon, moururent en même temps, en juillet 1361, de la peste (N. Coulet, Le livre de raison de Guillaume de Rouffilhac, dans Genèse et débuts du Grand Schisme d’Occident (1362-1394), Avignon, septembre 1978, Paris, 1980, p. 81 ; D. Williman, Calendar of the Letters of Arnaud Aubert... cit. n. 111, p. 96) ; sur la filiation de Jean, voir ASV, Collect. 265, fol. 301r-301v.

121 ADV, 3 E 38/4, fol. 39v, 64v, 67v. Jean fit son testament en 1376, peut-être avant de partir en Italie, mais décéda seulement en 1407, en laissant deux fils, Guillaume et Philippon (3 E 38/12, fol. 36r-37v, 24 septembre 1376 ; 3 E 38/78, fol. 90v, 99v, 18 février et 12 mars 1407).

122 Il est aussi dit de Furnis Calidis. Son père s’appelait Hélie, son frère Phi-lippe, doyen de Saint-Pierre d’Avignon (ADV, 3 E 38/4, fol. 67v ; 3 E 38/11, fol. 44r).

123 K.-H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1335-1362)..., p. 821, 21 mai 1362 ; Id., Die Ausgaben der Apostolichen Kammer... (1362-1378), p. 368, 1er mars 1371 ; ADV, AC de Châteauneuf-du-Pape, AA 1, 10 avril 1368.

124 ADV, 3 E 38/6, fol. 13r. Aymar et Georges Folcoaud sont les héritiers de Philippa dans son testament du 4 octobre 1390 (3 E 8/269, fol. 62r-64v).

125 Le remariage de Philippa est antérieur au 3 décembre 1398 (ADV, 3 E 38/ 76, fol. 25r, 36v). De ce mariage naquirent deux fils, Jeannet et Antoine de la Croix (3 E 38/78, fol. 64r, 3 janvier 1407).

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540