Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Offices et papauté (XIVe-XVIIe siècle)

 | 
Armand Jamme
, 
Olivier Poncet

III. Carrières et destins

Cardinaux et chancelleries pendant la papauté d’Avignon : une voie royale vers les honneurs ?1

Pierre Jugie

À la mémoire de Jean Coste, complice ès-érudition

Texte intégral

  • 1 Voir la liste des abréviations utilisées dans le texte et les notices figurant en annexe, p. 677-67 (...)
  • 1 Mai 1992, 207p. dactylographiées; transmis pour examen à l’Académie des inscriptions et belles-lett (...)
  • 2 P. Jugie, Les cardinaux issus de l’administration royale française: typologie des carrières antérie (...)

1L’appel à communication pour la présente table ronde offrait l’occasion de reprendre et de mettre à jour les résultats de mon Mémoire inédit de l’École française de Rome, «Chancelleries et cardinalat pendant la papauté d’Avignon1», dont les conclusions furent présentées lors d’une réunion du Circolo medievistico romano en mai 1992. Les résultats d’une recherche antérieure, sur les carrières dans l’administration royale française des futurs cardinaux de la papauté d’Avignon2, m’ont incité à élargir mon champ d’investigation, tout en me concentrant sur un domaine bien spécifique: le monde des chancelleries. Plus que d’une synthèse, il s’agit ici d’un état, le plus précis possible, des cardinaux ayant exercé, à un moment ou un autre de leur carrière, une fonction au sein d’une chancellerie, qu’elle fût pontificale, royale ou princière, et des relations entretenues entre les cardinaux, leur entourage et la Chancellerie pontificale.

  • 3 Voir R.-H. Bautier, Chancellerie et culture, et N. Pons, Les chancelleries parisiennes sous les règ (...)

2Le xive siècle est le repère chronologique essentiel. Toutefois, une enquête similaire n’ayant pas encore été menée pour la période antérieure, l’examen, ne serait-ce que succinct, de la situation au xiiie siècle s’est imposé comme une évidence. Le terminus a quo a été fixé «abusivement» en 1305, à l’avènement de Clément V, non que l’on ignore que la Curie ne se fixa à Avignon qu’en 1309, mais parce que l’élection de Bertrand de Got, le transfert tardif des services de la Curie auprès du nouvel élu et les prémices de son installation hors de l’Italie eurent des répercussions sur le recrutement des curialistes, avant même la stabilisation de celle-ci sur les bords du Rhône. L’autre limite chronologique nous est fixée par le Grand Schisme. On a parfaitement conscience de l’ambiguïté d’une telle césure: si le «scandale» du schisme bouleversa la Curie, il amena aussi le pape avignonnais et les cardinaux de son obédience à recruter un nouveau personnel de chancellerie après l’abandon de l’Italie, où nombre de secrétaires (parmi les meilleurs) préférèrent demeurer désormais. C’est également le moment crucial à partir duquel, stimulés comme par un sursaut d’orgueil, les Jean de Montreuil, Nicolas de Clamanges et Gontier Col (pour ne citer qu’eux) commencèrent à donner ses lettres de noblesse à ce que l’on reconnaît désormais comme le premier humanisme français, partagé entre Paris et Avignon3. Or ce domaine a, justement, été privilégié jusqu’à maintenant, au détriment de l’étude des chancelleries cardinalices avignonnaises.

L’HÉRITAGE DU xiiie SIÈCLE (1216-1305)

  • 4 La bibliographie est abondante et l’historiographie a été largement renouvelée depuis trente ans, e (...)
  • 5 Pour un bilan provisoire des recherches relatives au personnel de la Curie, voir A. Paravicini Bagl (...)

3Il n’est pas nécessaire de rappeler ici l’importance du rôle joué par les chancelleries des États souverains dans l’histoire institutionnelle et politique de la fin du Moyen Âge4. Bien que tout à fait conscient de ce phénomène, j’ai été contraint de me limiter, pour le xiiie siècle, aux rapports des futurs cardinaux avec la seule chancellerie pontificale. Pour plus de clarté, on examinera les différents offices qui constituent cette dernière, du vice-chancelier au scribe des lettres apostoliques5.

Vice-chancelier

  • 6 Selon T. Frenz (Documenti pontifici, p. 62), le vice-chancelier est toujours un cardinal à partir d (...)
  • 7 P.-M. Baumgarten, Von der apostolischen Kanzlei..., p. 72-87; G.-F Nüske, Untersuch. Kanzlei, I, p. (...)
  • 8 G.-F Nüske, Untersuch. Kanzlei, I, p. 59-60.

4Ce n’est qu’à partir de 1325 que la charge de vice-chancelier revient d’office à un cardinal en titre6. Au xiiie siècle, plus précisément depuis Honorius III (1216), le titulaire de la (vice-)chancellerie ne saurait être un cardinal. Mais la fonction est une des voies d’accès au cardinalat. Entre 1216 et 1305, la charge fut occupée par vingt personnages différents7. Sept accédèrent au cardinalat (Sinibaldo Fieschi, le pape Innocent iv, Giordano Pironti, Pietro Peregrosso, Jean Lemoine, Giovanni da Castrocielo, Pietro da Priverno (ou Piperno) et Riccardo Petroni da Siena). Si leur promotion ne fut pas uniquement due aux qualités dont ils firent preuve dans l’exercice de leur fonction, ce nombre n’en est pas moins remarquable. D’autre part, Giovanni Leccacorvo da Piacenza fut, de 1254 à 1260, chapelain du cardinal Ottobono Fieschi (le pape Adrien v), avant d’assumer la charge de vice-chancelier de 1272 à 12748.

Référendaire

  • 9 B. Barbiche, Le personnel de la Chancellerie, p. 119.
  • 10 G.-F. Nüske, Untersuch. Kanzlei, I, p. 143-144.

5Cette charge, instituée en 1294 par Boniface viii pour Pedro Rodriguez, son chapelain du temps où il était cardinal (1292), ne faisait pas stricto sensu partie de la Chancellerie9. Son détenteur avait cependant de facto un rôle dans le processus d’élaboration des lettres. Il ne dépendait que du pape, dont il était un homme de confiance très proche. Pour la fin du xiiie et une partie du xive siècles, le référendaire est relativement difficile à identifier, car il ne se prévaut que rarement de son titre. Pedro Rodriguez fut, quant à lui, promu cardinal évêque de Sabine en 130210.

Notaires du pape

  • 11 Sur les notaires du pape (qu’il ne faut pas confondre avec les notaires publics apostoliques ou imp (...)
  • 12 G.-F. Nüske, Untersuch. Kanzlei, I, p. 84.
  • 13 Ibid., p. 84-86.
  • 14 Ibid., p. 96-98.
  • 15 Ibid., p. 105-107.

6À partir de la seconde moitié du xiiie siècle, à l’accroissement de l’autorité du vice-chancelier correspondit l’amenuisement de celle des notaires du pape, encore diminuée par l’institution du référendaire11. Des notaires de la Chancellerie (six à huit, simultanément en fonction), quatre seulement devinrent cardinaux: outre Giordano Pironti, déjà cité comme vice-chancelier, Benedetto Caetani (le pape Boniface viii), Bernard de Languisel et Guillaume de Mandagout, tous personnages de premier plan. Parmi les notaires, seuls quelques-uns étaient ou devinrent familiers de cardinaux: Adinolfo da Supino, chapelain de Francesco Caetani12, Alberto da Parma, chapelain de Stephan Bancsa (Hungarus)13, Benedetto d’Aquino, chapelain de Giordano Pironti cité plus haut14, et Guala da Vercelli, chapelain de Sinibaldo Fieschi déjà cité15.

Auditeurs des lettres contredites

  • 16 A. Paravicini Bagliani, Cardinali di curia, p. 273-278.
  • 17 Ibid., p. 354-355.
  • 18 G.-F. Nüske, Untersuch. Kanzlei, I, p. 135-137. F. Liotta, Baisio (Guido da), dans Diz. Biog. Ital.(...)

7Parmi les auditeurs des lettres contredites devenus cardinaux, relevons, outre Sinibaldo Fieschi, Goffredo da Trani16, Gerardo Bianchi da Parma (cousin d’Alberto da Parma et chapelain, comme lui, de Stephan Bancsa), d’abord scribe de la Chancellerie sous Innocent iv, puis auditeur17. D’autre part, Guido da Baisio, le grand juriste bolonais, fut chapelain de Gerardo Bianchi da Parma, avant d’être auditeur de 1304 à sa mort en 131318.

Scribes

  • 19 B. Schwarz, Schreiberkollegien, p. 73-74.

8Depuis les travaux de Brigide Schwarz, un éclaircissement fondamental a été apporté à la connaissance de la structure collégiale du groupe des scribes de la Chancellerie, nettement influencée par celle du notariat des communes de l’Italie du Nord et du Centre. Ces scriptores n’étaient en rien des «fonctionnaires» de la Chancellerie, mais des membres d’une corporation sui generis jouissant du monopole du grossoiement des actes pontificaux19.

  • 20 G.-F. Nüske, Untersuch. Kanzlei, II, p. 419.
  • 21 B. Barbiche, Scripores Boniface viii, p. 170-171.

9L’effectif théorique des scribes simultanément en fonction semble n’avoir pas été supérieur à la centaine au cours du xiiie siècle20. Bernard Barbiche a montré que, sous Boniface viii, 90 scribes sont connus, la moyenne annuelle de ceux effectivement en activité variant de 41 à 4921. Un seul scribe parvint au cardinalat, après être passé, du reste, par l’audience des lettres contredites: Gerardo Bianchi da Parma.

10Entre 1216 et 1305, 13 ecclésiastiques occupèrent une fonction à la Chancellerie pontificale avant d’accéder au cardinalat. La charge de vice-chancelier vit passer 7 d’entre eux, donc plus de la moitié. Ce chiffre est, somme toute, assez faible. L’interdiction faite, et respectée dans la pratique, de nommer un cardinal à la tête de la Chancellerie, n’empêchait nullement d’y faire une carrière couronnée par l’obtention du chapeau rouge. Mais ce n’est pas la voie «royale». Ce désintérêt relatif pour la Chancellerie est-il également sensible au sein des familiae cardinalices?

Les familiers cardinalices exerçant un office de scribe à la Chancellerie pontificale (ou à la Pénitencerie) au xiiie siècle22

  • 22 Cette étude précise est rendue possible grâce à l’immense travail accompli par Gerd-Friedrich Nüske (...)

11Les rapports réciproques entre familiers cardinalices et Chancellerie pontificale ne peuvent certes pas être examinés sous le même angle que pour les cardinaux eux-mêmes. Pour obtenir des conclusions valides, il faudrait connaître parfaitement toute la carrière curiale des personnages recensés, ceci afin de déterminer si chacun devint scribe alors qu’il était familier cardinalice, ou vice versa et, dans le cas des notaires de cardinaux exerçant une fonction de scribe à la Chancellerie, s’ils grossoyèrent simultanément des actes cardinalices et des bulles pontificales.

  • 23 En voici la liste (avec le no de notice se trouvant dans l’annexe 1 et le nom du cardinal): Accursi (...)
  • 24 Michael de Leodio (152, Hugues de Saint-Cher).
  • 25 Bernard Bardonier (25), Gualterus (61), Johannes de Monte Caprello (120), Petrus de Supino (187), S (...)
  • 26 Andreas de Ytro (9), Benedictus de Aquino (20), Blasius notarii de Sugio (32), Jacobus de Sanctis ( (...)
  • 27 Accursius (1), Galganus de Sala (50), Gibertus de Parma (57), Johannes de Gallicano (108), Johannes (...)

12Pour 1216-1304, j’ai pu recenser 33 scribes de la Chancellerie23 et 1 scribe de la Pénitencerie24 qui furent familiers de cardinaux. Trois seulement sont connus comme notaires de leur maître: Bernard Bardonier de Carcassonne (Giacomo Savelli), Johannes de Verulis (Giovanni Boccamazza) et Silvester de Adria (Tommaso d’Ocre). Pour 7 de ces 34 scribes, nous n’avons absolument aucune preuve de leur activité effective à la Chancellerie25. En contrepoint, on relève 13 clercs pour lesquels on est certain qu’ils ont grossoyé à un moment où ils faisaient partie d’une familia26; parmi ceux-ci, 2 seulement des 3 notaires de cardinaux (Verulis et Adria). Enfin, 7 des 34 scribes paraissent bien être passés du service d’un cardinal à la Chancellerie27. Ces résultats sont délicats à interpréter. Ces clercs étaient-ils d’abord des scribes qu’était venu honorer un titre, et les avantages de familier cardinalice, et qui faisaient bénéficier ensuite leur nouveau patron de services à la Chancellerie? Ou bien furent-ils nommés grâce à leur patron, et tout en restant à son service, à une charge de scribe? La première solution semble la plus claire, et tendrait à infirmer (pour cette époque au moins) la thèse de l’attribution de charge simplement honorifique de scribe, thèse dont Brigide Schwarz avait déjà dénoncé l’invalidité. Élément non négligeable pour l’étude des chancelleries cardinalices, le passage d’un certain nombre de scribes au sein de la maison d’»un prince de l’Église» eut certainement pour origine l’affectation au service du cardinal pour le temps d’une légation, quelquefois fort longue.

  • 28 Sur les procureurs, cas particulier, voir en dernier lieu, bien que relatif à l’époque postérieure, (...)

13Signalons enfin quelques très rares cas de scribes, familiers cardinalices, honorés du titre supplémentaire de familier de Charles Ier d’Anjou, roi de Naples (Gerardo Bianchi da Parma), de clerc de Charles II (Stephanus de Sancto Georgio) ou d’Édouard Ier, roi d’Angleterre (le même, qui lui servit également de procureur)28.

  • 29 Je signalerai ici le cas de Guglielmo Longhi († 1319) qui fut chancelier de Charles II de Naples av (...)

14Une recherche systématique pour le xiiie siècle des fonctions éventuelles exercées par de futurs cardinaux ou des cardinaux en titre au sein des chancelleries des États souverains, des principautés ou seigneuries importantes n’a malheureusement pas pu être menée29. Une telle entreprise, qui offrirait des éléments de comparaison, serait fructeuse.

15Le tableau des relations entretenus par les cardinaux, avant leur élévation à la pourpre et après celle-ci par le biais de leurs familiers, avec la Chancellerie pontificale laisse entrevoir un désintérêt, une certaine distance vis-à-vis de cette dernière. Ne doit-on pas s’en étonner s’agissant d’un organe de la Curie aussi important et efficace que la Chancellerie? Ne serait-ce pas, justement, un indice d’une certaine surévaluation du degré de développement de celle-ci? Ce constat, en tout état de cause, montre un relatif décalage entre l’appréhension de ce développement par le milieu cardinalice et sa réalité effective. L’étude des rapports entre chancelleries et cardinaux au xive siècle en offre-t-elle une contre-épreuve?

CHANCELLERIES ET CARDINAUX PENDANT LA PAPAUTÉ D’AVIGNON

  • 30 Outre la bibliographie donnée plus haut, il convient de se référer aux actes du colloque organisé p (...)
  • 31 En attendant l’achèvement de l’ouvrage annoncé note 1, on voudra bien se référer au Mémoire précité (...)

16Le xive siècle se prête plus que le précédent à l’étude, d’une part des chancelleries cardinalices, d’autre part des rapports entre cardinalat et chancellerie; pour une raison évidente: l’abondance des sources, encore qu’il faille nuancer cette remarque, qui ne concerne pas la documentation émanée directement des chancelleries cardinalices. D’autre part, la connaissance très approfondie de la Chancellerie pontificale, de son organisation, de ses modes de travail, de ses personnels, de ses archives, offre désormais à l’historien des institutions et au diplomatiste un domaine de comparaison parfaitement fiable30. Laissant de côté l’examen des chancelleries cardinalices au xive siècle31, nous suivrons la même démarche que précédemment, en tentant d’offrir une synthèse de nos connaissances actuelles sur les relations des cardinaux avignonnais avec les milieux des chancelleries pontificale, royales ou princières, voire seigneuriales.

Cardinalat et Chancellerie de l’Église romaine

17Le xive siècle est sans nul doute celui pendant lequel les revendications oligarchiques des cardinaux et du Sacré Collège se sont le plus vivement manifesté. La main-mise sur certains organes administratifs essentiels en est une preuve éclatante. Mais les rapports des cardinaux et des prétendants au chapeau rouge avec la Chancellerie ne se limitent pas, il s’en faut de beaucoup, à la strate supérieure de cet organisme.

Vice-chancelier (et lieutenant)

  • 32 P.-M. Baumgarten, Von der apostolischen Kanzlei, p. 90-91. Notons que l’auteur donne par erreur le (...)
  • 33 F.-J. Felten, Arnaud Nouvel, doctor legum, moine de Boulbonne, abbé de Fontfroide et cardinal (†131 (...)
  • 34 P.-M. Baumgarten, Von der apostolischen Kanzlei, p. 94-96.
  • 35 P. Rabikauskas, Chancellerie pontificale, dans Dictionnaire historique de la papauté, éd. P. Levill (...)
  • 36 Gaucelme assuma de 1327 à sa mort en 1348 l’importante fonction de grand pénitencier.
  • 37 Baumgarten, Von der apostolischen Zauglei, p. 98. Sur ce personnage voir P. Jugie, Un Quercynois à (...)

18Jusqu’à la nomination de Pierre des Prés comme vice-chancelier en 1325, les papes continuèrent de récompenser quelques-uns des titulaires de la Chancellerie par l’octroi de la pourpre, usage de la Curie du second xiiie siècle. Après les flottements au sein de celle-ci consécutifs à l’élection comme pape de Bertrand de Got et au temps nécessaire pour remettre en route les services, c’est Pierre Arnaud, abbé de Sainte-Croix de Bordeaux que Clément V désigna le 8 août 1305 comme vice-chancelier et qu’il fit cardinal dès le 15 décembre suivant. Il n’exerça ses fonctions qu’une année, puisqu’il mourut le 4 septembre 130632. Arnaud Nouvel, abbé cistercien de Fontfroide au diocèse de Narbonne, nommé en septembre 1307, ne reçut le chapeau rouge que le 19 décembre 1310 et continua son office jusqu’au 15 septembre 131633. Quand il eut besoin d’un suppléant, entre juin 1312 et mars 1314, Jacques Duèse fut choisi; n’avait-il pas été chancelier de Charles II d’Anjou, roi de Naples, en 1308? Celui-ci devint cardinal de San Vitale le 24 décembre 1312, puis évêque de Porto, en mai 1313, avant de ceindre la tiare en 1316 sous le nom de Jean xxii34. Du reste, il ne perdit pas de vue les intérêts de la chancellerie pontificale, puisqu’il promulgua, en 1331, la constitution Paterfamilias réorganisant la procédure d’expédition des documents par la chancellerie35. Il nomma dès le 15 septembre 1316 son compatriote Gaucelme de Jean, vice-chancelier, fait cardinal le 18 décembre. Sa charge prit fin le 9 janvier 131936. Tout comme Arnaud Nouvel, il dut s’absenter de la Curie pour une légation en Angleterre, avec Luca Fieschi (du 17 mars 1317 au 5 novembre 1318) et fut alors remplacé par un autre Quercynois, faisant fonction de régent par intérim, Bertrand du Pouget37. Ce choix, qui peut paraître un détail dans une telle documentation, prend toute sa valeur si l’on songe que Bertrand était cardinal depuis le 18 décembre 1316. C’est en somme la toute première fois que la Chancellerie est confiée directement à un cardinal en titre.

  • 38 Sur la date exacte de sa mort, voir P.-M. Baumgarten, Über einige päpstliche Kanzleibeamte des 13. (...)
  • 39 Ibid., p. 51.
  • 40 P.-M. Baumgarten signale qu’après la mort de Pierre Tessier, selon les dires des procureurs aragona (...)

19Gaucelme de Jean devant repartir pour une autre légation (le 20 mars 1319, en Flandre), Jean xxii décida d’abandonner le principe d’un vice-gérant et nomma Pierre Tessier, abbé de Saint-Sernin de Toulouse, le 23 mai 1319. En poste jusqu’à sa mort le 22 mars 132538, il fut promu cardinal le 20 décembre 1320. Il paraît bien avoir été secondé, au moins occasionnellement, dès 1320 par Pierre des Prés39, amené à lui succéder le 20 avril 1325, alors qu’il avait été promu lui aussi en 1320. Après le précédent temporaire de Bertrand du Pouget, c’était la première fois qu’un vice-chancelier était choisi directement au sein du Sacré Collège40. Cet usage fut renouvelé pour son successeur Pierre de Monteruc en 1361.

  • 41 B. Guillemain, La cour pontificale, p. 309.
  • 42 Voir en dernier lieu à ce sujet l’étude de Ralf Lützelschwab dans ce volume.

20Comme Bernard Guillemain l’avait remarqué, le choix de 1325 marque donc un tournant dans l’histoire de la Chancellerie de la fin du Moyen Âge41. Plus peut-être que sur l’intention affirmée des premiers papes d’Avignon de nommer à ce poste clef un parent proche, ne faut-il pas surtout insister sur la montée en puissance du pouvoir du Sacré Collège et de ses membres42?

  • 43 Outre l’article cité de H. Gilles, Juristes languedociens au service de la papauté, dans La papauté (...)
  • 44 P.-M. Baumgarten, Von der apostolischen Kanzlei, p. 105-107.
  • 45 B. Guillemain le compte parmi les anciens auditeurs des lettres contre dites ayant été honorés de l (...)
  • 46 P.-M. Baumgarten, Von der apostolischen Kanzlei, p. 107-109 et 123-126; Urbain v, Lettres communes, (...)

21Pierre des Prés fut vice-chancelier pendant trente-six ans, de 1325 à sa mort le 30 septembre 1361, c’est-à-dire sous les papes Jean xxii, Benoît xii, Clément vi et Innocent vi43. Pendant son cancellariat, il fut suppléé, entre le 25 août 1342 et le 4 avril 1343 – soit pendant le temps de la légation pacificatrice auprès des rois de France et d’Angleterre qu’il accomplit conjointement avec Annibaldo Caetani di Ceccano – par l’abbé de Saint-Florent de Saumur, Élie de Saint-Yrieix, gérant de l’office du vice-chancelier44. Ce docteur en droit canonique, abbé en 1335, fut récompensé par l’évêché d’Uzès en 1344, avant d’être fait cardinal en 135645. Pierre de Monteruc, après avoir été notaire du pape, et alors qu’il était déjà cardinal prêtre de Santa Anastasia depuis 1356, fut nommé vice-chancelier à partir du 29 juin 1361. Il exerça cette lourde charge jusqu’à sa mort le 30 mai 138546.

  • 47 J. Verger, Monteruc, p. 538.
  • 48 Urbain v, Lettres communes, 12, p. 10, n. 16.

22L’analyse des suppliques et lettres communes d’Urbain v et des lettres communes de Grégoire xi a amené M. et A.-M. Hayez à nuancer fortement l’hypothèse de J. Verger selon lequel Monteruc aurait «nettement séparé sa fonction de vice-chancelier et sa vie personnelle de prince de l’Église47». Selon ces sources, en effet, sur 55 scribes de la chancellerie se réclamant d’une «familiarité» (21 cardinaux apparaissant comme protecteurs), 12 sont des familiers de Monteruc48. Récapitulons: 9 personnages sur les 134 cardinaux de la papauté d’Avignon ont dirigé, en titre ou par intérim, la chancellerie pontificale.

Référendaires

  • 49 G. Battelli, Supplica originale Urbano v, p. 280-282. Voir également G. Mollat, Grimoard (Anglic de (...)
  • 50 B. Guillemain, La cour pontificale, p. 312 et surtout G. Battelli, Supplica originale Urbano v, p. (...)
  • 51 Y. Chassin de Guerny, Flandin, alias Flandrin (Pierre), dans DBF, 13, 1975, col. 1473-1474. C’est l (...)
  • 52 G. Mollat, Guy de Malsec, dans DHGE, xxii, 1988, col. 1278-1279; M. Hayez, Les réserves spéciales d (...)
  • 53 B. Guillemain, La cour pontificale, p. 313; G. Mollat, Guillaume Noëllet, dans DHGE, xxii, 1988, co (...)
  • 54 B. Guillemain, La cour pontificale, p. 313.
  • 55 Loc. cit. et M. Hayez, Les réserves spéciales de bénéfices..., p. 239; H. Millet, Le cardinal Marti (...)

23Détenteurs d’une charge de haute responsabilité impliquant des rapports constants avec le souverain pontife, les référendaires de la papauté d’Avignon sont presque tous devenus cardinaux: Anglic Grimoard, abbé de Saint-Pierre de Die en 1352, évêque d’Avignon le 12 décembre 1362, référendaire en 1362-1364, fait cardinal par son frère Urbain v, le 18 septembre 136649; Pierre de Banhac, abbé de Montmajour, référendaire en 1363-1364, cardinal le 22 septembre 136850; Pierre Flandin, auditeur des causes apostoliques et chapelain en 1367, lieutenant du camérier de Grégoire xi en 1370, référendaire pendant toute l’année 1371, cardinal le 30 mai 137151; Gui de Malsec, évêque de Poitiers en 1371, référendaire de 1371 à 1376, cardinal le 20 décembre 137552; Guillaume Noëllet, auditeur des causes apostoliques en 1366, archidiacre de Chartres en 1369, référendaire en 1371, cardinal le 30 mai 137153; Pierre de Vergne, archidiacre de Rouen, auditeur des causes apostoliques et référendaire lorsqu’il fut créé cardinal le 30 mai 137154. On ajoutera, pour mémoire seulement, Martín de Zalba, auditeur des lettres contredites en 1375, chancelier du royaume de Navarre en 1376, référendaire, après l’arrivée de la Curie à Rome, en avril 1377, cardinal de Clément vii en 138455. Ils sont donc 6 (sans compter Zalba) tous créés par Urbain v ou Grégoire xi, sur 134 cardinaux.

Notaires

  • 56 P. Zutschi, dans son bilan relatif aux notaires du pape au xive siècle, est arrivé au nombre de 16 (...)
  • 57 Ibid., p. 678.
  • 58 B. Guillemain, La cour pontificale, p. 314-318. Voir en dernier lieu P. Rabi kauskas, La parte sost (...)

24Même si le petit groupe des notaires du pape – ils ne sont jamais plus de 6 ou 7 en fonction simultanément56 – a perdu la place essentielle qu’il occupait au xiiie siècle aux côtés du vice-chancelier – au profit de ce dernier, du rescribendaire, de la corporation des scribes des lettres apostoliques – il n’en reste pas moins vrai que, comme l’écrit P. Zutschi, «au xive siècle, la charge de notaire reste prestigieuse, souvent étroitement associée à la personne du pape57». L’allègement progressif des missions concrètement exercées par les notaires du pape au sein de la chancellerie leur accordait une plus grande latitude pour jouer de leur influence à l’intérieur ou à l’extérieur de la Curie. La charge est donc toujours recherchée, par tradition en quelque sorte, par les fils des grandes familles romaines, mais aussi, désormais par les ambitieux parents des papes et des cardinaux français58.

  • 59 F. Allegrezza, Organizzazione del potere e dinamiche familiari. Gli Orsini agli inizi del Quattroce (...)
  • 60 A. Paravicini Bagliani, Colonna (Giovanni), dans Diz. Biog. Ital., XXVII, p. 333-337.
  • 61 P. Zutschi, The office of notary..., p. 674.
  • 62 A. Rehberg, Kirche und Macht im römischen Trecento. Die Colonna und ihre Klientel auf dem kurialen (...)

25Parmi les Romains, nous trouvons Rinaldo di Giacomo di Napoleone Orsini, notaire dès 1329 et qui occupait encore cette charge à sa promotion le 17 décembre 135059; Giovanni di Stefano Colonna, notaire en 1316 et cardinal le 18 décembre 1327 (dans la familia duquel séjourna François Pétrarque)60; Jacopo Orsini reçu notaire le 23 juin 1366 et encore en charge lors de sa promotion le 30 mai 137161; Stefano (v) di Stefano Colonna, chanoine de Saint-Donatien de Bruges en 1347, plus connu comme prévôt de Saint-Omer (1349), notaire du pape à partir de 1372, créé cardinal par Urbain vi le 18 septembre 1378 et mort sans avoir reçu de titre avant le 16 novembre62.

  • 63 G.-F. Nüske, Untersuch. Kanzlei, I, p. 109-111.
  • 64 Il a été très souvent confondu avec son homonyme archevêque de Sens, mort en 1385. Il fut auditeur (...)
  • 65 Donné comme notaire dans B. Guillemain, La cour pontificale, p. 316, mais sans indication de sa sou (...)
  • 66 J. Verger, Monteruc, p. 516-517; P.-M. Baumgarten, Von der apostolischen Kanzlei, p. 107. Voir au-d (...)
  • 67 Le 29 décembre 1359, un motu proprio lui confirma, alors qu’il était notaire du pape, la collation (...)

26Parmi les Français, Guillaume de Mandagout, brillant juriste, notaire du pape de 1291 à sa nomination à l’archevêché d’Embrun en 1295, cardinal le 24 décembre 131263; Adhémar Robert, notaire lors de sa promotion le 20 septembre 134264; Guillaume Ier d’Aigrefeuille, notaire en 1346 à vingt-sept ans, archevêque de Saragosse en 1347 puis cardinal le 17 décembre 1350; son neveu Guillaume II d’Aigrefeuille, reçu notaire à son tour le 14 juillet 1365 à vingt-six ans, cardinal le 12 mai 1367; Audoin Aubert, cardinal le 15 février 135365; son neveu Étienne II Aubert, notaire en 1359-1360, évêque de Carcasonne, puis cardinal le 17 septembre 1361; Pierre de Monteruc, chapelain et notaire du pape de 1353 à 1355, évêque de Pampelune (22 novembre 1355), cardinal le 23 décembre 1356, et enfin vice-chancelier le 29 juin 136166; Robert de Genève, notaire à quinze ans dès décembre 1359, évêque de Thérouanne en 1361, cardinal le 30 mai 1371 (le pape d’Avignon Clément vii)67. Ce sont donc 12 notaires du pape qui devinrent cardinaux.

Auditeurs des lettres contredites

  • 68 H. Gilles, Juristes languedociens au service de la papauté..., p. 116-117.
  • 69 B. Guillemain, La cour pontificale, p. 320.
  • 70 Ibid., p. 319. Voir ci-dessus n. 55.

27Bertrand de Déaux, éminent juriste, occupa cette charge de 1322 à 1338 et rédigea les constitutions de l’audience en 1327 et 1333. Archevêque d’Embrun, il fut promu cardinal le 18 décembre 133868. Il faut ensuite attendre Pierre de Sortenac pour voir un futur cardinal à l’audience. Évêque de Viviers en 1374, il assuma la fonction d’auditeur en 1375, remit à jour les constitutions de Déaux et fut récompensé par le chapeau rouge le 20 décembre 137569. Bien que créé cardinal en 1384, l’on me permettra de citer, pour mémoire uniquement, son successeur Martín de Zalba, à qui échut la charge de référendaire en 137770. Deux auditeurs des lettres contredites devinrent donc cardinaux avant 1378.

Scribes de la Chancellerie ou de la Pénitencerie familiers de cardinaux

  • 71 Cette question n’a pas donné lieu à une recherche approfondie; B. Guillemain n’y a consacré que que (...)

28Si pour le xiiie siècle nous n’avons trouvé qu’un seul scribe de la Chancellerie promu cardinal après une longue carrière curiale, cette exception ne se rencontre pas du tout pendant la papauté d’Avignon. En revanche, les relations entre scribes de la Chancellerie ou de la Pénitencerie et maisons cardinalices ont pris des proportions majeures et se posent dans des termes différents. C’est l’un des aspects, indirects, des rapports entre cardinalat et Chancellerie que nous ne pouvons négliger71.

  • 72 Ibid., p. 40 et 51.

29L’effectif théorique des scribes de la Chancellerie varia sensiblement au xive siècle: Clément v l’abaissa, en 1310, de 110 à 90; Jean xxii fit de même en 1331 (70); il remonta à 101 sous Urbain v et se stabilisa à 100 sous Boniface ix. Pendant le même temps celui des scribes de la Pénitencerie passa de 21 à 12 sous Clément v, puis remonta à 24 sous Clément vi, effectif conservé sous Boniface ix72.

  • 73 Une notice succincte a été rédigée pour chacun (Annexe no 1).

30Les dépouillements que j’ai pu effectuer m’ont permis de recenser, pour la période 1305-1378, 179 personnes ayant eu une fonction clairement définie au sein des «bureaux d’écriture» des cardinaux (89), ou ayant exercé une mission à la Chancellerie ou aux écritures de la Pénitencerie, tout en appartenant à une familia cardinalice, à quelque titre que ce soit (90)73. L’équilibre entre les deux grandes catégories est très net.

  • 74 La distinction entre «notaire» et «secrétaire» est parfois difficile et a pu amener à la création d (...)

31Si l’on retient comme critère de classement le rang le plus élevé atteint au sein du premier groupe74, celui des «bureaux d’écriture» des cardinaux (légats ou non), l’on trouve les résultats suivants, sur 89 individus:

  • 12 ont exercé les fonctions de chancelier d’un cardinal;

  • 26 sont simples «scribes» (scriba ou scriptor) de leur maître;

  • 37 portent le titre de notaire (notarius) du cardinal (et non pas seulement notaire public) et

  • 45 sont désignés comme secrétaires (secretarius) du cardinal.

32Sur les 90 ayant exercé à la Chancellerie ou à la Pénitencerie:

    • 75 Bindo Fesulani (no 31), Jacobus Francisci de Patrica (no 84), Johannes Choati (no 100).

    3 sont passés, à un moment de leur carrière, à la fois à la Chancellerie et à la Pénitencerie75;

  • 10 uniquement à la Pénitencerie (dont 7 scribes, 1 «chancelier», 1 notaire et 1 garde du sceau et enregistreur).

  • 77 uniquement à la Chancellerie, qui, en tenant compte des cumuls possibles (scribe et taxateur, abréviateur et scribe, etc), se répartissent ainsi:

      • 71 simples scribes;

      • 6 secrétaires du pape;

      • 8 taxateurs;

      • 15 abréviateurs;

      • 15 exerçant une fonction particulière ou indéterminée.

33Enfin, parmi les titulaires d’une charge à la Chancellerie ou à la Pénitencerie, 65 familiers de cardinaux ne portent aucun titre au sein de la familia en rapport avec les métiers d’écriture, mais sont simple familier, chapelain, chambrier, trésorier, confesseur, médecin, etc.

  • 76 Bartolomeo Prignano (18), Guido Garini (63), Johannes Barilleti (90), Johannes Bellihominis (91), J (...)
  • 77 Voir plus haut, p. 661-662.
  • 78 Egidius Johannis Waspardi (44), Jacobus de Abbatisvilla (78), Johannes Gaufredi (109).
  • 79 Tenetor de Reate (211).
  • 80 Johannes de Sumabrio (136).
  • 81 Johannes Choati (100), Johannes Paumardi (127).

34S’il paraît normal que les notaires et secrétaires arrivent en tête puisque leur repérage a été ma priorité, il est intéressant de constater que le deuxième groupe est formé des chapelains. Ce que j’avais vu se dessiner pour la chancellerie de Gui de Boulogne semble se confirmer en élargissant la perspective: un lien privilégié entre chapelains et chancellerie. D’autre part, exceptés les camériers, la proportion de membres de la chambre et du service personnel du cardinal est bien faible. Mais, sur des chiffres aussi bas peuvent interférer d’autres éléments, tels que tout simplement l’appartenance ex officio à la maison du cardinal vice-chancelier. C’est ainsi que 18 officiers de la Chancellerie se trouvent être par ailleurs de la familia du cardinal vice-chancelier Monteruc76 – confirmant et même accentuant la tendance signalée par M. et A.-M. Hayez77 –, 3 de Des Prés78 et 1 pour Pierre Arnaud79, ou du cardinal grand pénitencier: 1 pour Bérenger Frédol l’ancien80 et 2 pour Jean de Cros81. Ces résultats sont difficiles à interpréter tant que l’on ne disposera pas d’une synthèse sérieuse chiffrée sur les maisons cardinalices pendant toute la papauté d’Avignon.

  • 82 B. Guillemain, La cour pontificale, p. 264.
  • 83 Voir un état détaillé des différents cumuls dans B. Schwarz, Schreiberkollegien, p. 58-64.

35«Pour un clerc [familier de cardinal], l’office le moins malaisé à obtenir était celui de scribe à la Chancellerie82», comme l’a dit Bernard Guillemain. On ne s’étonnera donc pas de voir de si nombreux familiers de cardinaux à ce poste. Mais y exerçaient-ils vraiment leurs talents? Nous disposons d’un assez fiable instrument de mesure: les regestes des actes pontificaux originaux, premiers résultats du fameux censimento Bartolini, qui nous permettent de savoir si nos détenteurs du titre de scribes ont, à un moment où un autre, effectivement grossoyé en Chancellerie. D’après mes calculs, sur les 71 scribes familiers de cardinaux, seuls 36 ont effectivement grossoyé. Cette proportion (la moitié seulement), même corrigée en tenant compte des aléas de la conservation ou de l’identification d’un sigle, est assez faible. Le phénomène est peut-être accentué par le cumul, qui rend plus difficile l’éventualité de trouver trace d’une activité réelle. En effet, malgré certaines interdictions portées au règlement des services, le cumul de deux charges curiales, voire plus, était de mise au sein du collège des scribes de la Chancellerie pontificale83. D’autre part, une charge n’ayant rien d’honorifique au départ le devenait facilement du fait des circonstances de la carrière. À plus forte raison pour des familiers de cardinaux amenés relativement souvent pour certains à suivre leur maître dans une longue légation. Un cas, extrême sans doute, illustrera parfaitement mon propos. Comment s’étonner que Gilles d’Oulchy, qui fut scribe, puis temporairement trésorier, du cardinal légat Gil Alvarez de Albornoz en Italie, ensuite camérier de trois cardinaux successifs, qu’il accompagna au cours de leurs légations en Italie, France, Angleterre et Allemagne, n’ait pas laissé de trace de son hypothétique travail de scribe dont il détenait le titre? Simone della Tenca d’Arezzo, par exemple, qui exerça sa charge de scribe de 1294 à 1326, comme le prouve les mentions hors teneur sur de nombreuses bulles, puis se retira à Vérone où il avait obtenu un riche canonicat – il semble avoir été attiré par la très belle bibliothèque capitulaire – conserva jusqu’à sa mort en 1338, le titre de scriptor pape. Il eût été indécent de retirer, sous prétexte que ce très fidèle serviteur de plusieurs papes et d’un cardinal voulait se retirer pour convenance personnelle dans une ville où il détenait un canonicat – alors que, par ailleurs, l’obligation de résidence était si souvent transgressée – un titre qu’il n’avait pas usurpé. Il est bien difficile, on le voit, de trouver une explication convaincante à des questions aussi ardues. La situation sera bien plus claire au xve siècle. De quelque nature qu’ait pu être la charge des scribes familiers de cardinaux, il est indéniable que des liens étroits de clientélisme, mais aussi d’émulation réciproque existaient entre Chancellerie pontificale et maisons cardinalices.

36Revenons aux cardinaux eux-mêmes et à leurs relations avec d’autres chancelleries.

CARDINALAT ET CHANCELLERIES ROYALES OU PRINCIÈRES

37Nombreux furent les prélats qui exercèrent une fonction, souvent de premier plan, dans les chancelleries des États ou des principautés laïques. Plusieurs durent même à leur ancienne fonction l’obtention du chapeau rouge. On ne s’étonnera pas de l’absence de la chancellerie impériale dans cette étude, aucun prélat de l’entourage du roi des Romains ou de l’Empereur n’ayant été promu cardinal au cours de la période.

La Chancellerie royale française

  • 84 G. Tessier, Diplomatique royale française, Paris, 1962, p. 137.

38La Chancellerie royale française fut au xive siècle le lieu le plus propice aux relations avec les futurs cardinaux. Sur les 21 «princes de l’Église» qui, à un moment ou à un autre de leur carrière, furent au service de l’administration royale française, centrale ou locale (soit 15,7 % des effectifs du Sacré Collège), 6 occupèrent le poste le plus élevé de la Chancellerie, celui de garde des sceaux ou chancelier, au deuxième rang de la hiérarchie des grands officiers de la couronne après le connétable84.

  • 85 L. Perrichet, La Grande Chancellerie de France des origines à 1328, Paris, 1912, p. 153, 177-178, 1 (...)

39Étienne de Suisy, archidiacre de Bruges, fut nommé garde des sceaux vraisemblablement après la mort de Pierre Flote et apparaît avec ce titre en juin 1303. Créé cardinal le 15 décembre 1305, il semble avoir continué de tenir son office jusqu’à la nomination de Guillaume de Nogaret, le 22 septembre 1307 – le juriste Pierre de Belleperche, doyen de Paris, ayant assuré l’intérim à partir de 130685. La délicate affaire des Templiers, dans laquelle il joua un rôle important, pourrait expliquer qu’il ne se démit pas des sceaux après sa promotion.

  • 86 P. Jugie, Les cardinaux issus de l’administration royale française..., p. 164, 173-174. Malgré la v (...)

40Vient ensuite Pierre d’Arrabloy, ancien chancelier de Philippe, comte de Poitiers (Philippe V), garde des sceaux de France du 12 juillet au 17 décembre 1316, date de sa promotion cardinalice86.

  • 87 Ibid., p. 164-166 et 176; É. Lalou, Chappes (Pierre de), dans Lexikon des Mittelalters, II, 1983, c (...)

41Pierre de Chappes lui succéda de décembre 1316 à janvier 1321. Il abandonna sa charge lorsqu’il devint évêque d’Arras et dut attendre le 18 décembre 1327 pour recevoir le chapeau87.

  • 88 R.-H. Bautier, Recherches sur la chancellerie royale au temps de Philipe VI, dans Bibliothèque de l (...)

42Pierre de La Forêt, ancien protégé de Jean de Cherchemont, chancelier de France, auquel il devait ses débuts, fit entre 1347 et 1349 ses preuves comme chancelier de Jean, duc de Normandie (le futur roi Jean II le Bon), avant d’être nommé chancelier de France, juste après la mort de Firmin de Coquerel, le 31 octobre 1349. Évêque de Tournai (1349), puis de Paris (1350), archevêque de Rouen (1352), cet homme auquel revint le mérite de réorganiser et de stabiliser les services de la Chancellerie, dut à l’intercession réitérée de la cour de France d’être fait cardinal le 23 décembre 1356. Sur ordre exprès du roi Jean, il alla restituer les sceaux à Bordeaux, où le roi se trouvait détenu, avant le 20 janvier 1357. Par l’ordonnance de mars 1357, les États Généraux le révoquèrent en même temps que les anciens conseillers les plus écoutés du roi prisonnier. En abandonnant la Chancellerie, il ne faisait que suivre l’usage88.

  • 89 P. Jugie, Les cardinaux issus de l’administration..., p. 167, 174-175.

43Son successeur, Gilles III Aycelin de Montaigut, évêque de Thérouanne, chancelier du roi Jean pendant sa captivité en Angleterre, ne put exercer pleinement sa charge du fait de la nomination par Charles, duc de Normandie, le 18 mars 1358, de Jean de Dormans comme «chancelier de la régence». Il lui abandonna d’ailleurs les sceaux dès sa promotion au cardinalat, le 17 septembre 136189.

  • 90 L. Carolus-Barré, Le cardinal Jean de Dormans, «principal conseiller» de Charles V, d’après son tes (...)

44Jean de Dormans eut un singulier parcours. Après avoir été chancelier personnel de Charles, duc de Normandie (1357-1358), il fut nommé par ce dernier «chancelier de la régence», le 18 mars 1358, mais ne succéda officiellement à Aycelin qu’en 1361. Créé cardinal le 22 septembre 1368, il ne se démit pas de sa charge – jugée jusque-là incompatible avec le cardinalat –, et garda les sceaux jusqu’au 21 février 1372. Il finit toutefois par les transmettre à son frère, Guillaume, élu à sa place, tout en restant au Grand Conseil. Mais, dès la mort de Guillaume, le 11 juillet 1373, il les reprit et les conserva jusqu’à son décès, le 7 novembre 137390. Pendant cinq ans, Jean de Dormans résida hors de la Curie – sans que son absence fût continûment justifiée par une légation – et qui plus est en exerçant l’une des fonctions les plus importantes d’un État souverain. Ceci signale un changement dans la perception de la nature du cardinalat, quelques années seulement avant l’éclatement du Grand Schisme. Il n’est pas inutile de rappeler le rôle éminent que joua un Jean de La Grange au sein du conseil du roi de France et l’implication de premier ordre qu’il eut dans le déclenchement du Schisme.

  • 91 H. Gilles, Le clergé méridional entre le roi et l’Église, dans Cahiers de Fanjeaux, 7, Les évêques, (...)

45Pour être complet, on n’omettra point de citer la fonction de garde du sceau de la sénéchaussée de Toulouse qu’exerça en 1321 Étienne Aubert, au début d’une carrière qui le mena au cardinalat et au souverain pontificat sous le nom d’Innocent VI91.

  • 92 [Un oubli doit être comblé: Pierre Ier Bertrand apparaît, le 5 avril 1317, avec le titre de clerc d (...)

46Récapitulons: occupèrent une charge à la Chancellerie royale française 6 futurs cardinaux, auxquels s’ajoute le cas d’ Étienne Aubert. La Chancellerie des derniers Capétiens demandait une solide formation, la plus grande confiance du roi, de l’entregent, de l’efficacité et de la souplesse. Mais elle menait très sûrement au cardinalat, même si, pour certains (un Gilles Aycelin ou un Pierre de La Forêt, par exemple) le parcours, plus politique du reste que proprement administratif, offrait bien des embûches. L’on voit ainsi s’affronter les La Forêt, Aycelin et Dormans, qui cherchent par le biais de groupes de pression politique à évincer leurs adversaires potentiels. Il est, en effet, aisé de constater que l’un des enjeux de l’accession à la chancellerie n’était autre que la promotion cardinalice. Il faut, en outre, remarquer que les carrières en chancellerie de ces personnages se sont déroulées uniformément pendant tout le xive siècle. Aucun de ces cardinaux n’assuma par la suite la responsabilité de vice-chancelier de l’Église romaine, les deux titulaires, Pierre des Prés et Pierre de Monteruc, ayant eu chacun une carrière exceptionnellement longue et stable92.

La Chancellerie royale anglaise

  • 93 La seule notice importante relative à ce personnage est celle de J.-A. Robinson, Simon Langham, abb (...)
  • 94 On retiendra en particulier les faits suivants: en 1363, réaffirmation et application du Statute of (...)
  • 95 W.-M. Ormrod, Accountability and collegiality: the English royal secretariat in the mid-fourteenth (...)

47Un seul personnage exerça des fonctions à la chancellerie du roi d’Angleterre avant de devenir cardinal, Simon Langham93. Moine en 1339, abbé de Saint-Pierre de Westminster en 1349, il devint évêque de Londres en 1361, puis d’Ely en 1362, et enfin, après la mort de Si-mon Islip, archevêque de Canterbury (24 juillet 1366 au 28 novembre 1368). Parallèlement, il mena une carrière administrative et politique de premier plan: Édouard III le fit Trésorier du royaume d’Angleterre, le 21 novembre 1360, puis chancelier d’Angleterre, le 19 février 1363. Il resta en poste jusqu’à l’automne 1367, avant d’être créé cardinal, le 22 septembre 1368. Il eut, dans cette charge, éminemment politique, à affronter des situations très difficiles, devant ménager les intérêts de l’ Église et faire admettre les décisions politiques royales, dont le but était principalement de donner satisfaction aux Lords et aux Communes pour en obtenir le vote des dépenses de guerre, et pousser ainsi le pape à la négociation94. Il ne semble pas, du reste, que le roi ait beaucoup apprécié sa promotion au cardinalat, à laquelle il ne prit manifestement aucune part. L’on doit, en outre, nuancer le rôle de Langham: même si, théoriquement, le chancelier d’Angleterre reste le plus haut officier du royaume et le principal conseiller du roi, le développement du «privy seal» à partir du milieu du xive siècle retira au chancelier une part importante de son pouvoir, surtout sur le contrôle des finances. Or de 1363 à 1367 le «keeper of the privy seal» ne fut pas Langham, mais William Wykeham95.

  • 96 «La légitimation religieuse de l’État moderne», communication au colloque Rome et l’État moderne eu (...)

48Le parallèle avec Pierre de La Forêt, Gilles Aycelin et Jean de Dormans est ici fort intéressant, à la différence que Langham ne paraît pas s’être occupé particulièrement du fonctionnement de la chancellerie royale elle-même. Rappelons avec Jean-Philippe Genet, qu’au xive siècle en Angleterre encore plus qu’en France la «hiérarchie supérieure du personnel ecclésiastique est intimement liée à l’administration royale»96.

Chancelleries du royaume de Naples et des royaumes espagnols

  • 97 M. Hayez, Cabassole (Philippe), dans Diz. Biog. Ital., XV, 1972, p. 678-681.

49Au sein des autres chancelleries royales on relève des noms prestigieux. Jacques Duèse, rappelons-le, s’était vu confier la chancellerie du royaume de Naples par le roi Charles II d’Anjou en 1308. Le Provençal Philippe Cabassole, juriste renommé lui aussi, fin lettré et ami de Pétrarque, fut désigné, dans le testament du roi Robert d’Anjou du 16 janvier 1343, comme vice-chancelier et membre du Conseil de régence de la jeune reine Jeanne de Naples et promu chancelier le 15 novembre suivant. Bien que confirmé dans son poste à la majorité de la reine (20 mai 1345), il en fut démis en 1346, vraisemblablement à l’instigation du nouveau mari de celle-ci, Louis de Tarente. Patriarche de Jérusalem en 1361, vicaire général d’Avignon lors du transfert de la Curie à Rome en 1367, Urbain v le fit cardinal le 22 septembre 1368 et le chargea par la suite de missions délicates97.

  • 98 I. Ostolaza Elizondo, La cancillería y otros organismos de expedicion de documentos durante el rein (...)
  • 99 M.-J. Sanz Fuentes, Cancilleria y cultura en la Castilla de los siglos xiv y xv, dans Cancelleria e (...)

50Quant à la péninsule ibérique, elle est représentée par trois ecclésiastiques éminents. Pedro [Ier] Gómez Barroso, homme d’une très grande culture, exerça la fonction de Notario mayor de Tolède du temps de la minorité d’Alphonse xi de Castille – d’après l’ordonnance de Valladolid de 1312 qui réorganisa l’ensemble de l’administration royale, la chancellerie avait à sa tête un chancelier, assisté de quatre notarios mayores pour les royaumes de Castille, de Léon, de Tolède et d’Andalousie98. Pedro Gómez Barroso devint évêque de Carthagène en 1326 et enfin cardinal le 18 décembre 132799.

  • 100 M.-J. Sanz Fuentes, Cancilleria y cultura..., p. 189.
  • 101 E. Dupré Theseider, Albornoz (Egidio de), dans Diz. Biog. Ital., II, 1960, p. 45-53.

51Le deuxième personnage est plus célèbre: Gil Alvarez de Albornoz, archidiacre de Calatrava et membre du conseil royal de Castille dès 1335, reçut du roi Alphonse xi la chancellerie en 1338. Il devint en même temps archevêque de Tolède et primat d’Espagne. Il fit montre de ses compétences dans la rédaction de l’Ordenamiento de Alcalá en 1348, qui fut le «moteur pour la modernisation administrative du royaume de Castille et Léon100». Créé cardinal le 17 décembre 1350, il donna la mesure de son talent politique dans la reconquête de l’État pontifical101. Quoi d’étonnant à ce qu’il ait été doté d’une chancellerie de légat de premier ordre!

  • 102 S. Garcia Larragueta, Los cancilleres del reino de Navarra desde Martín de Zalba hasta Juan de Beau (...)

52Enfin, bien qu’il ait été nommé cardinal en 1384, mentionnons pour mémoire – sans le prendre en compte dans nos calculs – Martín de Zalba, dont le cas illustre de belle manière le «va et vient» entre la Curie et les États: auditeur des lettres contredites en 1375, puis chancelier du royaume de Navarre en 1376, il revint à la Curie comme référendaire de Grégoire XI en avril 1377102.

53Cela fait donc un total de 4 personnes sur 134 cardinaux.

Chancelleries des duchés et comtés

  • 103 Voir ci-dessus, note 86.
  • 104 Ibid.
  • 105 Voir ci-dessus, note 90.
  • 106 B. Guillemain, La cour pontificale, p. 173, 190, 200 et 211; B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les papes (...)
  • 107 A. Coville, La vie intellectuelle dans les domaines d’Anjou-Provence de 1380 à 1435, Paris, 1941, p (...)

54Les duchés et comtés ne furent pas en reste. Pierre d’Arrabloy était déjà chancelier du comte de Poitiers, Philippe, lorsqu’il reçut, comme on vient de le voir, la garde des sceaux de France le 12 juillet 1316103. Pierre de La Forêt chancelier de Jean, duc de Normandie (Jean II le Bon), en 1347-1349, prit les sceaux de France en 1349104. Jean de Dormans fut chancelier de Charles, duc de Normandie et dauphin de Viennois, du 22 août 1357 au mois de septembre 1361, date à laquelle il fut remplacé dans cette charge par son propre frère Guillaume, alors qu’il prenait désormais la chancellerie de France105. Le Breton Hugues de Montrelais, évêque de Tréguier (1354), puis de Saint-Brieuc (1357), fut chancelier du duc de Bretagne, Jean iv, de 1366 à 1369, avant de recevoir la pourpre le 20 décembre 1375106. Guillaume de Chanac, alors abbé de Saint-Florent de Saumur et avant de devenir cardinal (31 mai 1371), exerça quelque temps l’office de chancelier de Louis Ier, duc d’Anjou, entre 1354 et 1360. Bien que cardinal, il en assura ensuite l’intérim de juillet 1382 à mars 1383, gardant les sceaux d’Anjou en l’absence du titulaire Jean Le Fèvre107. Le total s’élève donc à 5 futurs cardinaux sur 134. Il n’est pas indifférent de noter que dans 4 cas sur 5 il s’agit d’apanages ou assimilés de la Couronne de France. Nous sommes, en quelque sorte, dans le sillage de celle-ci.

CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES

55Sur un total de 134 cardinaux créés entre 1305 et 1378, j’ai pu retrouver trace de rapports directs, précis et certains avec le milieu des chancelleries pour un total de 41 personnages, qui, avec les multiples étapes parcourues par certains dans plusieurs chancelleries successives ou au sein de la chancellerie pontificale, ont offert 46 occurrences pour 1305-1378. Ces 41 personnages se répartissent de la manière suivante: 29 pour la chancellerie pontificale (9 vice-chanceliers ou gérant de la chancellerie; 6 référendaires; 12 notaires du pape et 2 auditeurs des lettres contredites); 12 pour les chancelleries royales (7 pour la France; 2 pour le royaume de Naples; 2 pour la Castille; 1 pour l’Angleterre); 5 pour les chancelleries des duchés et comtés du royaume de France.

  • 108 On peut avoir quelques doutes sur le rôle effectif de Robert de Genève, comme notaire du pape à qui (...)

56Le bilan qui précède est, dans sa fastidieuse énumération, extrêmement éloquent. Pas moins de 29 cardinaux ou futurs cardinaux occupèrent, à un moment ou à un autre de leur carrière, une fonction au sein de la Chancellerie pontificale. Le nombre a doublé par rapport au xiiie siècle, où il atteignait le total de 13 personnes. Cela représente environ 21,6 % du total. Aucun autre grand service administratif de la Curie n’a, à ma connaissance, vu défiler tant de cardinaux ou de futurs cardinaux. S’ils ne s’arrêtent pas aux tâches de stricte exécution technique comme celle des scribes, ces officiers voués à une brillante carrière font ainsi la preuve de leurs compétences d’administrateurs, à l’école d’un des rouages les plus compliqués de la Curie. Il est également à noter qu’ils y sont introduits généralement jeunes et que, sauf exception108, ils ne se contentent pas de porter un titre prestigieux. Pour un certain nombre d’entre eux, la fonction en chancellerie précède immédiatement la promotion cardinalice (4 référendaires sous Grégoire xi; 5 notaires du pape).

57Pour répondre à la question quelque peu provocatrice, qui figure dans le titre de cette communication, il est donc indéniable que la Chancellerie pontificale a été une «pépinière» de futurs cardinaux. Même si la «voie royale et princière» n’est pas négligeable, il est plus logique de parler d’une «voie curiale».

  • 109 Les historiens sont encore partagés sur ce point (P. Rabikauskas, Chancellerie pontificale, dans Di (...)

58Il conviendrait, certes, de nuancer ce tableau général en tenant compte des évolutions importantes que connut la Chancellerie au cours du xive siècle. Face à l’accroissement exponentiel des lettres expédiées un renforcement bureaucratique des rouages se fit de plus en plus sensible. Les procédures sans cesse plus compliquées tendirent, comme on le sait, à accentuer le caractère purement technique de ces bureaux. D’autre part, la Chambre apostolique joua un rôle accru dans l’expédition des actes, en particulier des lettres curiales et secrètes, relevant des secrétaires du pape109. Le champ d’investigation du présent travail était, cependant, celui de la «chancellerie». Plus technique et moins politique: ne retrouve-t-on pas là l’une des caractéristiques de la papauté d’Avignon?

59Le passage, quelquefois prolongé, de 12 futurs cardinaux au sein des chancelleries des rois de France (7), de Naples (2), de Castille (2), d’Angleterre (1), de plusieurs ducs et comtes du royaume de France (5), prouve que le phénomène n’est pas circonscrit à la Curie romaine. Les premières sont, de fait, d’un grand dynamisme et en plein développement, voire mutation. Le cas français est le résultat d’un contexte très particulier, révélateur des relations parfois ambiguës entre la cour des Valois et les souverains pontifes. Au-delà des aspects politiques fondamentaux – le cas de Jean de Dormans marquant un tournant dans la conception même de la souveraineté du pouvoir –, s’opérèrent ainsi inévitablement des échanges intellectuels et techniques de premier ordre. Ces cardinaux, dont certains ont fait preuve de très grandes qualités d’organisateurs (un La Forêt, un Dormans, un Albornoz) ont été l’un des moteurs de ce mouvement, à un moment clé de l’affirmation des sentiments nationaux.

60Les cas de cumul de la fonction de chancelier du roi de France (Étienne de Suisy, Pierre de Chappes et surtout Dormans) ou du duc d’Anjou (Chanac) et du chapeau, même s’ils sont rares, sont un indice de cette mutation du concept même de souveraineté à la fin du Moyen Âge. En tout état de cause, leurs carrières illustrent ces passerelles que l’on sent bien établies entre les États souverains et la Curie.

  • 110 T. Frenz, Zum Problem der Reduzierung der Zahl der päpstlichen Kanzleischreiber nach dem Konzil von (...)

61Le déclenchement du Schisme de 1378, la nécessité pour le pape romain de reconstituer rapidement une nouvelle chancellerie – l’essentiel des bureaux étant restés à Avignon – les luttes des deux obédiences, la délicate «fusion» des services sous Martin v110, montrent que le Grand Schisme ouvrit, du point de vue de la Chancellerie, comme de tous les organes centraux de l’Église, de nouvelles perspectives. De nombreuses pistes de recherche restent encore à explorer et ce travail n’a d’autre ambition que de dresser un état des lieux. Il conviendrait notamment d’élargir la réflexion dans le temps, jusqu’à la Renaissance, sur les traces de Thomas Frenz, de s’interroger sur les atouts plus personnels (formation universitaire, liens de famille avec le pape et les cardinaux), et surtout de mettre en perspective ces résultats en les comparant avec des études similaires relatives à d’autres grands organes de la Curie, comme la Chambre ou la Pénitencerie.

Annexes

ABRÉVIATIONS

Baluze-Mollat = É. Baluze, Vitae paparum Avenionensium, éd. G. Mollat, Paris, 1914-1927, 4 vol.

Barbiche, Actes pontificaux = B. Barbiche, Les actes pontificaux originaux des Archives nationales de Paris, Cité du Vatican, 1975-1982, 3 vol.

Barbiche, Le personnel de la Chancellerie = B. Barbiche, Le personnel de la Chancellerie pontificale aux xiiie et xive siècles, dans F. Autrand (éd.), Prosopographie et genèse de l’État moderne. Actes de la table ronde CNRS-École normale supérieure de jeunes filles (Paris, 22-23 octobre 1984), Paris, 1986, p. 117-130.

Baumgarten, Von der apostolischen Kanzlei = P.-M. Baumgarten, Von der apostolischen Kanzlei. Untersuchungen über die päpstlichen Tabellionen und die Vizkanzler der Heiligen Römischen Kirche im xiii., xiv. und xv. Jahrhundert, Cologne, 1908.

Bautier, Chancellerie et culture = R.-H. Bautier, Chancellerie et culture au Moyen Âge, dans Cancelleria e cultura nel Medio Evo, p. 1-75.

Bresc, Correspondance Pierre Ameilh = H. Bresc (éd.), La correspondance de Pierre Ameilh, archevêque de Naples puis d’Embrun (1363-1369), Paris, 1972.

Cancelleria e cultura nel Medio Evo = Cancelleria e cultura nel Medio Evo. Commun. present. nelle giornate di studio della Comm. intern. di Diplomatica (Stoccarda, 29-30 agosto 1985). xvi Congresso Intern. di Scienze Storiche, éd. G. Gualdo, Cité du Vatican, 1990.

Clément vi, Suppl. (AVB, 1) = Suppliques de Clément vi (1342-1352), éd. U. Berlière, Rome-Bruxelles, 1906 (Analecta Vaticano Belgica, 1).

Clément vii, Lettres. (AVB, 12) = Lettres de Clément vii (1378-1379), éd. K. Hanquet et U. Berlière, Rome-Bruxelles, 1934 (Analecta Vaticano Belgica, 12).

Clément vii, Suppl. (AVB, 13) = Suppliques et lettres de Clément vii (1379-1394), éd. H. Nélis, Rome-Bruxelles, 1934 (Analecta Vaticano Belgica, 13).

Courtel, Cardinaux limousins = A.-L. Courtel, Les clientèles des cardinaux limousins en 1378, dans MEFRM, 89-2, 1977, p. 889-944.

Dykmans, Annibal de Ceccano = M. Dykmans, Le cardinal Annibal de Ceccano (vers 1282-1350). Étude biographique et testament du 17 juin 1348, dans Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, 43, 1973, p. 145-344.

Fonctionnement administratif de la papauté d’Avignon = Aux origines de l’État moderne: le fonctionnement administratif de la papauté d’Avignon. Actes de la table ronde de l’École française de Rome (Avignon, 22-24 janvier 1988), Rome, 1990.

Frenz, Documenti pontifici = T. Frenz, I documenti pontifici nel medioevo e nell’età moderna, ed. ital. S. Pagano, Cité du Vatican, 1989.

Glénisson-Mollat, Albornoz = J. Glénisson et G. Mollat, Gil Albornoz et Androin de la Roche (1353-1367). Correspondance des légats et vicaires généraux, Paris, 1964.

Göller, Konzepte Guido von Bologna = E. Göller, Aus der Kanzlei der Päpste und ihrer Legaten, II: Konzepte aus der Kanzlei des Kardinallegaten Guido von Bologna, dans Quellen und Forschungen, 10, 1907, p. 319-324.

Grégoire xi, Let. (AVB) = Lettres de Grégoire xi (1370-1378), éd. C. Tihon, Rome-Bruxelles, 1958-1975, 4 vol. (Analecta Vaticano Belgica, 11, 20, 25, 28).

Grégoire xi, Let. com. = Grégoire xi (1370-1378). Lettres communes, par A. M. Hayez, avec la collab. de J. Mathieu et M.-F. Yvan, Rome, en cours, 3 vol. publiés pour la 1ère année du pontificat en 1992-1993; pour les années II à v, voir la Banque de données informatiques du Centre d’étude de la Papauté d’Avignon (C.N.R.S.-I.R.H.T./E.F.R./Conseil général de Vaucluse) au palais des papes d’Avignon.

Guillemain, La cour pontificale = B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon, 1309-1376: étude d’une société, Paris, 1962 (réimpr. 1966).

Innocent vi, Suppl. (AVB, 5) = Suppliques d’Innocent vi, éd. U. Berlière, Rome-Bruxelles, 1911 (Analecta Vaticano Belgica, 5).

Jean xxii, Let. com. = Jean xxii (1316-1334), Lettres communes, éd. G. Mollat, Paris, 1904-1947, 16 vol. (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 3e série).

MEFRM = Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge.

Millet, Chanoines de Laon = H. Millet, Les chanoines du chapitre cathédral de Laon, 1272-1412, Rome, 1982.

Mollat, Contribution Sacré collège = G. Mollat, Contribution à l’histoire du Sacré collège de Clément v à Eugène iv, dans Revue d’Histoire Ecclésiastique, 46, 1951, p. 22-112, 566-574.

Nüske, Untersuch. Kanzlei = G.-F. Nüske, Untersuchungen über das Personal der päpstlichen Kanzlei (1254-1304), dans Archiv für Diplomatik, 20, 1974, p. 39-240 [1re patie] et 21, 1975, p. 248-431 [2e partie].

Paravicini Bagliani, Cardinali di curia = A. Paravicini Bagliani, Cardinali di curia e familiae cardinalizie dal 1227 al 1254, Padoue, 1972, 2 vol.

Paravicini Bagliani, Testamenti cardinali = A. Paravicini Bagliani, I testamenti dei cardinali del Duecento, Rome, 1980.

SB = Schedario Baumgarten, Descrizione diplomatica di bolle e brevi originali da Innocenzo III a Pio ix, riproduzione anastatica con indici a cura di S. Pagano, 4 vol., Cité du Vatican, 1965-1986.

Schwarz, Schreiberkollegien = B. Schwarz, Die Organisation kurialer Schreiberkollegien von ihrer Entstehung bis zur Mitte des 15. Jahrhunderts, Tübingen, 1972.

Trenchs, La cancillería de Albornoz = J. Trenchs Odena, La cancillería de Albornoz, como legado pontificio, dans Anuario de Estudios Medievales, 9, 1974-1979, p. 469-505.

URA 1011, Fichier Boniface viii = Unité de Recherche Associée 1011 CNRS-École française de Rome, Fichier informatisé «L’entourage pontifical à l’époque de Boniface viii», par T. Boespflug, Rome, Palais Farnèse.

Urbain v Suppl. (AVB, 7) = Suppliques d’Urbain v (1362-1370), éd. A. Fierens, Rome-Bruxelles, 1924 (Analecta Vaticano Belgica, 7).

Urbain v, Let. com. = Urbain v (1362-1370). Lettres communes, par M. H. Laurent, P. Gasnault, M. et A.-M. Hayez, J. Mathieu et M.-F. Yvan, Paris, puis Rome, 1954-1989 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 3e série), 12 vol.

Urbain v, Suppl. infor. = Référence de la banque de données informatiques analysant les suppliques d’Urbain v, réalisée par A.-M. Hayez, J. Mathieu et M.-F. Yvan, Unité de Recherche Associée 1011 CNRS-École française de Rome (Avignon, Palais des Papes).

Verger, Monteruc = J. Verger, L’entourage du cardinal Pierre de Monteruc (1356-1385), dans MEFRM, 85, 1973, p. 515-546. Williman Right of spoil = D. Williman, The right of spoil of the popes of Avignon, 1316-1415, Philadelphie, 1988.

ADDENDUM ET CORRIGENDUM

Alors que ce texte était en épreuves, deux personnages, un référendaire et un notaire, ont pu être retrouvés:

  • Simone da Borsano, archevêque de Milan, référendaire de Grégoire xi dans les années 1371-1375, cardinal le 20 décembre 1375. Cf. H. Gilles, La vie et les œuvres de Gilles Bellemère, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 124, 1966, 44, n. 5 et B. Guillemain, La cour pontificale, p. 312-313.

  • Pierre Roger de Beaufort, nommé notaire du pape à dix-huit ans par son oncle Clément vi, le 21 août 1347, charge qu’il garda jusqu’à son élévation au cardinalat en 1348. Cf. Clément vi, Lettres... se rapportant à la France, II, Paris, 1961, no 3411 et Baluze-Mollat, I, p. 269. B. Guillemain, La cour pontificale, ne le mentionne pas parmi les notaires du pape.

Ces acquisitions modifient les statistiques en conséquence: les référendaires sont 7 (au lieu de 6, supra p. 663 et 675) et les notaires 13 (au lieu de 12, supra, p. 664 et 675). L’ensemble des personnages des chancelleries monte à 43 occurrences dont 31 pour la seule chancellerie pontificale. Les cardinaux sont 31 à être passés par la Chancellerie, soit 23,13 % (au lieu de 21,6 % supra p. 675), c’est à-dire plus du double par rapport au xiiie siècle.

Notes

1 Mai 1992, 207p. dactylographiées; transmis pour examen à l’Académie des inscriptions et belles-lettres et déposé à la Bibliothèque de l’École française de Rome. Je tiens d’emblée à remercier toutes celles et tous ceux qui, par leur aide, leurs critiques et leurs encouragements, ont permis la réalisation dans un premier temps du mémoire, puis de sa mise à jour, en particulier mes maîtres, Robert-Henri Bautier et Bernard Guenée, ainsi que François Bougard, Jacques Dalarun et André Vauchez. Je prépare la publication pour la Collection de l’École française de Rome du gros dossier relatif au fonctionnement institutionnel et diplomatique de la chancellerie du cardinal Gui de Boulogne (1316-1373), qui formait le cœur de ce Mémoire. De ce travail, je ne retiendrai ici que la partie prosopographique, mettant l’accent sur les carrières des futurs cardinaux dans leurs rapports avec le milieu des chancelleries. Figurent en annexe les brèves notices biographiques du personnel des «chancelleries» cardinalices de cette période et des familiers de cardinaux ayant exercé une charge à la Chancellerie ou à la Pénitencerie apostoliques entre 1216 et 1378.

2 P. Jugie, Les cardinaux issus de l’administration royale française: typologie des carrières antérieures à l’accession au cardinalat (1305-1378), dans Crises et réformes dans l’Église de la réforme grégorienne à la préréforme. Actes du 115e Congrès national des sociétés savantes (Avignon, 1990), Paris, 1991, p. 157-180.

3 Voir R.-H. Bautier, Chancellerie et culture, et N. Pons, Les chancelleries parisiennes sous les règnes de Charles vi et Charles vii, dans Cancelleria e cultura nel Medio Evo, p. 137-168, p. 147-149.

4 La bibliographie est abondante et l’historiographie a été largement renouvelée depuis trente ans, en particulier grâce aux ouvrages suivants: Landesherrliche Kanzleien im Spät Mittelalter, Referate zum vi. Internationalen Kongress für Diplomatik, Munich, 1983, Munich, 1984 (Münchener Beiträge zur Mediävistik und Renaissance-Forschung, 35); Cancelleria e cultura nel Medio Evo; Kanzlei, dans Lexikon des Mittelalters, 5, 1991, col. 911-925; Écrit et pouvoir dans les chancelleries médiévales: espace français, espace anglais, Actes du colloque intern. de Montréal, 7-9 sept. 1995, Louvain-la-Neuve, 1997 (F.I.D.I.E.M., Textes et études du Moyen Âge, 6). Pour le long xiie siècle et les cardinaux, S. Weiss, Die Legatenurkunde des 11. und 12. Jahrhunderts zwischen Papst-und Herrscherurkunde, dans P. Herde et H. Jacobs (dir.), Papsturkunde und europäisches Urkundenwesen. Studien zur ihrer formalen und rechtlichen Kohärenz vom 11. bis 15. Jahrhundert, Cologne-Weimar-Berlin, 1999 (Archiv für Diplomatik, Beihefte 7), p. 27-38.

5 Pour un bilan provisoire des recherches relatives au personnel de la Curie, voir A. Paravicini Bagliani, Il personale della Curia romana preavignonese: bilancio e prospettive di ricerca, dans Proceedings of the Sixth internat. congress of medieval canon law, Série C, Monumenta Juris canonici, 7, 1985, p. 391-410. La bibliographie relative à la Chancellerie pontificale au Moyen Âge est, quant à elle, extrêmement abondante. Pour un état récent des recherches et une très ample bibliographie, voir T. Frenz, Documenti pontifici, 1989, p. 61-93. Pour le xiiie siècle, les ouvrages de référence sont H. Bresslau [et collab. de H.-W. Klewitz], Handbuch der Urkundenlehre für Deutschland und Italien, 2 vol. , Leipzig-Berlin, 1912-19602 (réimpr., Berlin, 1968-1969), également en traduction italienne, Manuale di diplomatica per la Germania e l’Italia, trad. de A.-M. Voci-Roth, Rome, 1998 (Pubbl. degli Archivi di Stato, Sussidi 108) et P. Herde, Beiträge zum päpstlichen Kanzlei und Urkundenwesen im 13. Jahrhundert, 2e éd. revue et augmentée, Kallmüntz, 1967, mais P.-M. Baumgarten, Von der apostolischen Kanzlei reste toujours valable pour les carrières des principaux personnages.

6 Selon T. Frenz (Documenti pontifici, p. 62), le vice-chancelier est toujours un cardinal à partir de 1320. Ce n’est qu’à partir de 1325 que la charge est confiée d’office à un membre du Sacré Collège; en 1320, elle fut attribuée à Gaucelme de Jean, qui ne fut promu cardinal qu’ensuite.

7 P.-M. Baumgarten, Von der apostolischen Kanzlei..., p. 72-87; G.-F Nüske, Untersuch. Kanzlei, I, p. 58-84.

8 G.-F Nüske, Untersuch. Kanzlei, I, p. 59-60.

9 B. Barbiche, Le personnel de la Chancellerie, p. 119.

10 G.-F. Nüske, Untersuch. Kanzlei, I, p. 143-144.

11 Sur les notaires du pape (qu’il ne faut pas confondre avec les notaires publics apostoliques ou impériaux), voir en dernier lieu P.-N. Zutschi, The office of notary in the papal chancery in the mid-fourteenth century, dans K. Borchardt et E. Bünz (éd.), Forschungen zur Reichs-, Papst- und Landesgeschichte Peter Herde zum 65. Geburtstag... dargebracht, Stuttgart, 1998, p. 665-683. On notera pourtant que, dans l’esprit d’un homme si bien informé des affaires curiales que le cardinal Pietro Colonna, la carrière de notaire du pape était suffisamment importante pour qu’il en fasse l’un des repères chronologiques clés de son mémoire de 1306 contre Boniface viii, distinguant «ante notariatum suum et post, ante cardinalatum suum et post, ante promotionem suam ad hunc suum ultimum statum et post» (Boniface viii en procès. Articles d’accusation et dépositions des témoins (1303-1311), éd. J. Coste, Rome, 1995, p. 300, no [84]).

12 G.-F. Nüske, Untersuch. Kanzlei, I, p. 84.

13 Ibid., p. 84-86.

14 Ibid., p. 96-98.

15 Ibid., p. 105-107.

16 A. Paravicini Bagliani, Cardinali di curia, p. 273-278.

17 Ibid., p. 354-355.

18 G.-F. Nüske, Untersuch. Kanzlei, I, p. 135-137. F. Liotta, Baisio (Guido da), dans Diz. Biog. Ital., v, 1963, p. 293-297.

19 B. Schwarz, Schreiberkollegien, p. 73-74.

20 G.-F. Nüske, Untersuch. Kanzlei, II, p. 419.

21 B. Barbiche, Scripores Boniface viii, p. 170-171.

22 Cette étude précise est rendue possible grâce à l’immense travail accompli par Gerd-Friedrich Nüske (Untersuch. Kanzlei), qui couvre précisément la période qui nous intéresse (1216-1304) et les travaux de l’ex-Unité de Recherche Associée 1011 (CNRS-École française de Rome): «L’entourage pontifical à l’époque de Boniface VIII», fichier informatisé sous la responsabilité de Thérèse Boespflug.

23 En voici la liste (avec le no de notice se trouvant dans l’annexe 1 et le nom du cardinal): Accursius (1, Ottaviano Ubaldini), Alberto da Parma (5, Simone Paltanieri), Andreas de Ytro (9, Giordano Pironti), Benedetto d’Aquino (20, Giordano Pironti), Benedetto da Fumone (22, Matteo Rosso Orsini), Bernard Bardonier de Carcassonne (25, Giacomo Savelli), Blasius notarii Mathei de Sugio (32, Jean Lemoine), Dominicus Leonardi de Penestre (40, Jacopo Colonna et Pietro Colonna), G. de Setia (49, Jean Lemoine), Galganus de Sala (50, Ottobono Fieschi), Gerardo Bianchi da Parma (55, Bancsa), Gibertus [Petri Bertrami] de Parma (57, Ottobono Fieschi), Gualterus (61, Jean de Tolède), Jacobus de Sanctis (87, Giovanni Gaetano Orsini), Johannes Andreucii de Assisio (89, Matteo Rosso Orsini), Johannes de Gallicano (108, Jacopo et Pietro Colonna), Johannes de Guarcino (112, Ancher Pantaléon), Johannes Laurentii de Pontecurvo (115, Matteo Rosso Orsini), Johannes de Monte Caprello (120, Riccardo Annibaldi), Johannes Parmensis de Palaxano (126, Gerardo Bianchi da Parma), Johannes Salvaticus (126, Giovanni Gaetano Orsini), Johannes de Verulis (140, Giovanni Boccamazza), Mathaeus de Babuco (148, Pietro Capocci), Nicolaus dictus Caputius (157, Pietro Capocci), Nicolaus Reatinus (162, Hugues de Saint-Cher), Petrus Ascibilis de Setia (170, Pietro Colonna), Petrus Bonegentis de Genezano (172, Pietro Peregrosso), Petrus de Supino (187, Ottone da Tonengo), Silvester de Adria (204, Tommaso d’Ocre), Simone di Rieti (206, Matteo Rosso Orsini), Simon Romeus [Romanus] (207, Ottaviano Ubaldini), Stephanus de Sancto Georgio (210, Hugues d’Evesham).

24 Michael de Leodio (152, Hugues de Saint-Cher).

25 Bernard Bardonier (25), Gualterus (61), Johannes de Monte Caprello (120), Petrus de Supino (187), Simon Romeus (207), Stephanus de Sancto Georgio (210) et Michael de Leodio (152). On notera la présence d’un des notaires de cardinaux, Bernard Bardonier.

26 Andreas de Ytro (9), Benedictus de Aquino (20), Blasius notarii de Sugio (32), Jacobus de Sanctis (87), Johannes de Gallicano (108), Johannes Laurentii de Pontecurvo (115), Johannes Parmensis de Palaxano (126), Johannes Salvaticus (126), Johannes de Verulis (140), Nicolaus Reatinus (162), Petrus Bonegentis de Genezano (172) et Silvester de Adria (204).

27 Accursius (1), Galganus de Sala (50), Gibertus de Parma (57), Johannes de Gallicano (108), Johannes Parmensis (126), Johannes de Verulis (140) et Petrus de Supino (187).

28 Sur les procureurs, cas particulier, voir en dernier lieu, bien que relatif à l’époque postérieure, B. Barbiche, Les procureurs des rois de France à la cour pontificale d’Avignon, dans Fonctionnement administratif de la papauté d’Avignon, p. 81-115.

29 Je signalerai ici le cas de Guglielmo Longhi († 1319) qui fut chancelier de Charles II de Naples avant de devenir cardinal en 1294 sur intercession de ce roi (A. Paravicini Bagliani, Testamenti cardinali, p. 90-92).

30 Outre la bibliographie donnée plus haut, il convient de se référer aux actes du colloque organisé par l’École française de Rome en 1988 (Fonctionnement administratif de la papauté d’Avignon).

31 En attendant l’achèvement de l’ouvrage annoncé note 1, on voudra bien se référer au Mémoire précité, «Chancelleries et cardinalat pendant la papauté d’Avignon», chap. Étude institutionnelle et diplomatique, p. 19-50 et annexes nos 3-5, p. 148-204.

32 P.-M. Baumgarten, Von der apostolischen Kanzlei, p. 90-91. Notons que l’auteur donne par erreur le 14 septembre 1305 pour la promotion cardinalice.

33 F.-J. Felten, Arnaud Nouvel, doctor legum, moine de Boulbonne, abbé de Fontfroide et cardinal (†1317), dans Les Cisterciens de Languedoc (xiiie-xive siècle), Cahiers de Fanjeaux, 21, 1986, p. 205-234, en part. p. 212, 214 et 222.

34 P.-M. Baumgarten, Von der apostolischen Kanzlei, p. 94-96.

35 P. Rabikauskas, Chancellerie pontificale, dans Dictionnaire historique de la papauté, éd. P. Levillain, Paris, 1994, p. 334.

36 Gaucelme assuma de 1327 à sa mort en 1348 l’importante fonction de grand pénitencier.

37 Baumgarten, Von der apostolischen Zauglei, p. 98. Sur ce personnage voir P. Jugie, Un Quercynois à la cour pontificale d’Avignon: le cardinal Bertrand du Pouget (v. 1280-1352), dans La papauté d’Avignon et le Languedoc (1316-1342), Cahiers de Fanjeaux, 26, 1991, p. 69-94. Cette fonction, pourtant importante, avait échappé à mes investigations. Il ne semble pas inutile de rappeler que Bertrand du Pouget avait commencé sa carrière curiale, en 1311 au moins, comme familier de Jacques Duèse, alors évêque d’Avignon, et qu’il eut donc l’occasion de s’initier au fonctionnement de la Chancellerie entre juin 1312 et mars 1314, pendant la suppléance mentionnée ci-dessus (ibid., p. 70-71). Rien ne semble avoir été laissé au hasard.

38 Sur la date exacte de sa mort, voir P.-M. Baumgarten, Über einige päpstliche Kanzleibeamte des 13. und 14. Jahrhunderts, dans Kirchengeschichte. Festgabe für A. de Waal, Rome, 1913 (Römiche Quartalschrift, Supplementheft, xx), p. 49).

39 Ibid., p. 51.

40 P.-M. Baumgarten signale qu’après la mort de Pierre Tessier, selon les dires des procureurs aragonais en Curie, le pape aurait voulu désigner comme vice-chancelier un certain Johan Darpadola, qui ere en la casa del rey de França per lo papa procurador. Il avouait n’avoir pu identifier ce personnage (Von der apostolischen Kanzlei, p. 103). Henri Gilles a su reconnaître sous ce nom Jean d’Arpadelle, enquêteur pour le compte du roi à Bazas en 1312, lieutenant du juge des appeaux civils de la sénéchaussée de Toulouse en 1314, qui se mit au service de Jean xxii et de Benoît xii. Chanoine de Paris, il introduisit en 1324-1325 l’étude des Extravagantes à l’université de Paris. Il mourut évêque de Fréjus en 1343 (H. Gilles, Le clergé méridional entre le roi et l’Église, dans Les évêques, les clercs et le roi (1250-1300), Cahiers de Fanjeaux, 7, 1972, p. 402, 404, 415-416). L’auteur donne cependant la date erronée de 1338 pour la nomination manquée de Jean comme vice-chancelier. Pierre des Prés avait lui aussi commencé sa brillante carrière comme juge des appeaux civils de Toulouse en 1316 (ibid., p. 397). Enfin, Étienne Aubert (futur pape Innocent vi), fit ses débuts comme lieutenant du juge en 1321 (ibid., p. 394).

41 B. Guillemain, La cour pontificale, p. 309.

42 Voir en dernier lieu à ce sujet l’étude de Ralf Lützelschwab dans ce volume.

43 Outre l’article cité de H. Gilles, Juristes languedociens au service de la papauté, dans La papauté d’Avignon et le Languedoc (1316-1342), Cahiers de Fanjeaux, 26, 1991, H. Gilles fait le point sur les œuvres connues de Des Prés, p. 113-115.

44 P.-M. Baumgarten, Von der apostolischen Kanzlei, p. 105-107.

45 B. Guillemain le compte parmi les anciens auditeurs des lettres contre dites ayant été honorés de la pourpre (La cour pontificale, p. 196, n. 78). Il ne cite pas sa source, mais il est aisé de voir que l’information a été extraite de la courte notice de Baluze-Mollat, iv, p. 447-448. Or la source (Gilles Bellemère) donnée par Baluze a été ici mal interprétée. L’ambiguïté de la phrase sic servatum fuit magno tempore in cancelleria, etiam per dominum Uticensem, tunc abbatem Sancti Florentii, s’estompe quand on sait qu’Élie fut lieutenant de Pierre des Prés. Notons, du reste, que P. Herde ne l’a pas retenu dans sa remarquable étude sur l’Audience des lettres contredites (Audientia litterarum contradictarum. Untersuchungen über die päpstliche Delegationgerichtsbarkeit vom 13. bis zum Beginn des 16. Jahrhunderts, Tübingen, 1970). Voir la notice d’Y. Chaussy, Hélie de Saint-Yrieix, dans DHGE, XXIII, 1989, col. 903-904.

46 P.-M. Baumgarten, Von der apostolischen Kanzlei, p. 107-109 et 123-126; Urbain v, Lettres communes, 12, p. 9-11. En fait, il fut empêché d’exercer pratiquement son office de septembre 1376 au 6 août 1379, d’abord parce qu’il n’avait pas suivi Grégoire xi à Rome, ensuite à cause de l’éclatement du Grand Schisme. S’étant rallié à Clément vii, il retrouva la Chancellerie. Entre-temps, ce sont des vice-régents qui en assurèrent la direction effective à Rome: Bartolomeo Prignano jusqu’à son élection comme pape sous le nom d’Urbain vi, les 8 et 9 avril 1378 (voir notice 18 dans l’Annexe 1), puis, Niccolò Brancaccio, de septembre à novembre 1378, et enfin, Gilles Bellemère, de décembre à juillet 1379.

47 J. Verger, Monteruc, p. 538.

48 Urbain v, Lettres communes, 12, p. 10, n. 16.

49 G. Battelli, Supplica originale Urbano v, p. 280-282. Voir également G. Mollat, Grimoard (Anglic de), dans DHGE, xxii, 1988, col. 279-281 (la fonction de référendaire n’y est pas mentionnée).

50 B. Guillemain, La cour pontificale, p. 312 et surtout G. Battelli, Supplica originale Urbano v, p. 280-282.

51 Y. Chassin de Guerny, Flandin, alias Flandrin (Pierre), dans DBF, 13, 1975, col. 1473-1474. C’est le premier référendaire apparaissant sur le registre des réserves, signalé et remarquablement étudié par M. Hayez (Les réserves spéciales de bénéfices sous Urbain v et Grégoire xi, dans Fonctionnement administratif de la papauté d’Avignon, p. 239-240).

52 G. Mollat, Guy de Malsec, dans DHGE, xxii, 1988, col. 1278-1279; M. Hayez, Les réserves spéciales de bénéfices..., p. 239.

53 B. Guillemain, La cour pontificale, p. 313; G. Mollat, Guillaume Noëllet, dans DHGE, xxii, 1988, col. 672-673.

54 B. Guillemain, La cour pontificale, p. 313.

55 Loc. cit. et M. Hayez, Les réserves spéciales de bénéfices..., p. 239; H. Millet, Le cardinal Martin de Zalba († 1403) face aux prophéties du Grand Schisme d’Occident, dans MEFRM, 98, 1986, p. 265-293.

56 P. Zutschi, dans son bilan relatif aux notaires du pape au xive siècle, est arrivé au nombre de 16 notaires attestés dans les protocoles des consistoires pour les années 1329-1347 et 14 pour le pontificat d’Urbain V (The office of notary..., p. 665-666).

57 Ibid., p. 678.

58 B. Guillemain, La cour pontificale, p. 314-318. Voir en dernier lieu P. Rabi kauskas, La parte sostenuta dalla cancelleria nelle concessioni papali delle grazie, dans Fonctionnement administratif de la papauté d’Avignon, p. 223-236, à la p. 228 (corrigeant la liste des notaires du pape donnée dans l’index des Lettres communes d’Urbain V) et P. Zutschi, art.cit

59 F. Allegrezza, Organizzazione del potere e dinamiche familiari. Gli Orsini agli inizi del Quattrocento, Rome, 1998 (Nuovi studi storici, 44), p. 61, n. 61.

60 A. Paravicini Bagliani, Colonna (Giovanni), dans Diz. Biog. Ital., XXVII, p. 333-337.

61 P. Zutschi, The office of notary..., p. 674.

62 A. Rehberg, Kirche und Macht im römischen Trecento. Die Colonna und ihre Klientel auf dem kurialen Pfründenmarkt (1278-1378), Tübingen, 1999, p. 433-434, no C. 46.

63 G.-F. Nüske, Untersuch. Kanzlei, I, p. 109-111.

64 Il a été très souvent confondu avec son homonyme archevêque de Sens, mort en 1385. Il fut auditeur des causes du Palais apostolique avant de devenir notaire (B. Guillemain, La cour pontificale, p. 317).

65 Donné comme notaire dans B. Guillemain, La cour pontificale, p. 316, mais sans indication de sa source. Aucune notice biographique consultée ne l’a confirmé.

66 J. Verger, Monteruc, p. 516-517; P.-M. Baumgarten, Von der apostolischen Kanzlei, p. 107. Voir au-dessus.

67 Le 29 décembre 1359, un motu proprio lui confirma, alors qu’il était notaire du pape, la collation à lui faite par le cardinal Gui de Boulogne, son oncle, durant sa légation dans la péninsule ibérique, de l’archiprêtré de Livradois au diocèse de Clermont, vacant par le décès en Espagne de Guillaume Coynde, familier de longue date du cardinal (ASV, Reg. suppl. 32, fol. 249).

68 H. Gilles, Juristes languedociens au service de la papauté..., p. 116-117.

69 B. Guillemain, La cour pontificale, p. 320.

70 Ibid., p. 319. Voir ci-dessus n. 55.

71 Cette question n’a pas donné lieu à une recherche approfondie; B. Guillemain n’y a consacré que quelques lignes, très générales. Nous ne disposons pas pour le xive siècle d’étude comparable à celles de P. Herde et de G.-F. Nüske pour le siècle précédent. Seule B. Schwarz a fait un relevé le plus complet possible des scribes de ces deux dicastères, mais son travail, du début du xiiie siècle au début du xve siècle, a une vocation plus statistique que prosopographique. Très peu de personnages sont précisément repérables dans son ouvrage qui donne la priorité au sériel (Schreiberkollegien, p. 64-65).

72 Ibid., p. 40 et 51.

73 Une notice succincte a été rédigée pour chacun (Annexe no 1).

74 La distinction entre «notaire» et «secrétaire» est parfois difficile et a pu amener à la création de quelques doublons.

75 Bindo Fesulani (no 31), Jacobus Francisci de Patrica (no 84), Johannes Choati (no 100).

76 Bartolomeo Prignano (18), Guido Garini (63), Johannes Barilleti (90), Johannes Bellihominis (91), Johannes de Brolio (93), Johannes de Burgo (94), Jean Le Soyeur (116), Johannes Mercerii (118), Johannes de Nivella (123), Johannes de Rodano (131), Johannes de Viridario (142), Martinus de Chastres (146), Nicolaus Clementis (158), Petrus de Mossiaco (177), Petrus Radulphi (181), Pontius Beraldi (191), Raymundus de Colandris (194), Thomas de Brancis (215).

77 Voir plus haut, p. 661-662.

78 Egidius Johannis Waspardi (44), Jacobus de Abbatisvilla (78), Johannes Gaufredi (109).

79 Tenetor de Reate (211).

80 Johannes de Sumabrio (136).

81 Johannes Choati (100), Johannes Paumardi (127).

82 B. Guillemain, La cour pontificale, p. 264.

83 Voir un état détaillé des différents cumuls dans B. Schwarz, Schreiberkollegien, p. 58-64.

84 G. Tessier, Diplomatique royale française, Paris, 1962, p. 137.

85 L. Perrichet, La Grande Chancellerie de France des origines à 1328, Paris, 1912, p. 153, 177-178, 181-182, 186-188, 198 et 323-324 (notice biographique détaillée) et G. Mollat, Étienne de Suzy, dans DHGE, XV, 1963, col. 1265-1267.

86 P. Jugie, Les cardinaux issus de l’administration royale française..., p. 164, 173-174. Malgré la vacance du cancellariat, il porta le titre de «chancelier de France», par égard pour son ancienne fonction de chancelier du comte de Poitiers.

87 Ibid., p. 164-166 et 176; É. Lalou, Chappes (Pierre de), dans Lexikon des Mittelalters, II, 1983, col. 1715. Garde des sceaux, il se dit, par abus, chancelier de France.

88 R.-H. Bautier, Recherches sur la chancellerie royale au temps de Philipe VI, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 123, 1965, p. 342, 360-361, 363; P. Jugie, Les cardinaux issus de l’administration..., p. 162, 164, 177-178; R.-H. Bautier, Le sceau royal dans la France médiévale, p. 553-554.

89 P. Jugie, Les cardinaux issus de l’administration..., p. 167, 174-175.

90 L. Carolus-Barré, Le cardinal Jean de Dormans, «principal conseiller» de Charles V, d’après son testament et les archives du Vatican, dans Mélanges d’Archéologie et d’Histoire, 52, 1935, p. 314-363; É. Lalou, Dormans (Jean de), dans Lexikon des Mittelalters, III, 1986, col. 1316-1317. Du fait qu’il fut nommé alors que le pape était en Italie et que lui-même occupait la charge de chancelier du roi de France, charge qu’il n’abandonna pas pour autant, il semble bien qu’il ne soit jamais entré à la Curie une fois nommé cardinal. Il ne fut pas présent lors du conclave consécutif à la mort d’Urbain V. Du reste, toutes les lettres secrètes ou curiales qui lui furent adressées portaient dans leur adresse «Jean, cardinal des SS. Quattro Coronati, demeurant dans le royaume de France», ou «à Paris». Aux termes du droit canonique, il fallait pourtant qu’il ait bénéficié de l’aperitio oris faite par le pape, pour jouir des droits et prérogatives des cardinaux. Sa présence à la Curie eût donc été indispensable. Il ne reçut le chapeau de cardinal que le 3 février 1369, au Louvre, remis au nom du pape par Guillaume de Melun, archevêque de Sens, et ne porta le titre presbytéral des SS. Quattro Coronati qu’à partir du 27 juin 1369.

91 H. Gilles, Le clergé méridional entre le roi et l’Église, dans Cahiers de Fanjeaux, 7, Les évêques, les clercs et le roi, 1972, p. 394-396, 409, 411-412.

92 [Un oubli doit être comblé: Pierre Ier Bertrand apparaît, le 5 avril 1317, avec le titre de clerc du roi Philippe v et chancelier de la reine Jeanne de Bourgogne, dont il sera l’un des exécuteurs testamentaires en 1330 (Arch. nat., Reg. du Trésor des chartes, II: Règnes des fils de Philippe le Bel, Ire partie, p. 97, no 423). Il n’est pas pris en compte dans les statistiques]. Qu’il me soit permis de mentionner ici un fait singulier relatif à un cardinal de la papauté d’Avignon, Andrea Ghini de’ Malpigli, autrement connu sous le nom d’André de Florence. Un document relatif aux négociations de la guerre de Saint-Sardos, de 1323-1325, édité par Pierre Chaplais (The war of Saint-Sardos (1323-1325). Gascon correspondence and diplomatic documents, Londres, 1954, p. 176) porte l’information suivante, extraite du compte rendu que les ambassadeurs anglais firent des négociations tenues d’août 1323 à mai 1325: «Creaunce des messages le roi de France qi vindrent a Pikering. Primerement le dit roi de France, au mois de septembre l’an de grace Mil CCC XXIII et du regne ledit roi d’Engleterre XVIIeme, envea ses lettres de credence au dit roi d’Engleterre desouz les noms de meistre Andreu de Florence, sire del une leye et del autre et gardein du privé seal ledit roi de France, et par Mons’ Hugh’ de Boville, un de ses chamberleyns, (...)». Suivent les lettres de créance, dans lesquelles les envoyés du roi de France ne déclinent pas leurs titres. Cette ambassade est très bien connue par ailleurs (J. Viard, Les journaux du Trésor de Charles iv le Bel, Paris, 1917, nos 4357-4358). Mais dans aucun des actes officiels de l’administration royale Andrea Ghini ne porte le titre de «garde du sceau privé du roi» qui lui est donné ici. Il ne porte que celui de «clerc du roi». Il est d’autre part certain que maître André fut effectivement docteur dans les deux droits. Pourquoi douter a priori d’un texte qui contient au moins la moitié d’informations exactes? Le silence ne prouve rien et la prudence s’impose. Une autre explication vient à l’esprit: une erreur par agglutination, le titre de garde du sceau privé s’appliquant en fait à Hugues de Bouville, le chambellan (je remercie Élisabeth Lalou de cette amicale suggestion). C’était, en effet, un chambellan, en général le premier chambellan, qui avait l’honneur de porter le sceau du secret (R.-H. Bautier, Le sceau royal dans la France médiévale, p. 551-552 [de la réimpr.]). Or Hugues II de Bouville, fils d’un chambellan de Philippe le Bel, était chambellan depuis 1310 (J. Viard, op. cit., col. 14 no 53). Le document porte cependant non pas «sceau du secret», mais «privé seal» du roi, c’est-à-dire son signet, qu’il gardait en principe toujours avec lui. Peut-être est-ce une déformation, sous la plume d’un clerc anglais, du «privy seal» de l’administration royale anglaise. D’autres mentions, plus précises permettront peut-être un jour d’identifier clairement les fonctions d’Andrea Ghini. Son cas n’a pas, pour l’instant, été retenu dans cet exposé.

93 La seule notice importante relative à ce personnage est celle de J.-A. Robinson, Simon Langham, abbot of Westminster, dans The Church Quarterly Review, 66, 1908, p. 339-366; M. Harvey, The household of cardinal Longham, dans Journal of ecclesiastical history, 47, 1996, p. 18-44.

94 On retiendra en particulier les faits suivants: en 1363, réaffirmation et application du Statute of provisors de 1351 et du Statute de Præmunire de 1353, véritables affronts faits à l’autorité pontificale; puis, en 1366, refus des décisions pontificales et menace de ne plus payer le denier de saint Pierre.

95 W.-M. Ormrod, Accountability and collegiality: the English royal secretariat in the mid-fourteenth century, dans Écrit et pouvoir dans les chancelleries médiévales: espace français, espace anglais, Actes du colloque intern. de Montréal, 7-9 sept. 1995, Louvain-la-Neuve, 1997, p. 55-85.

96 «La légitimation religieuse de l’État moderne», communication au colloque Rome et l’État moderne européen: une comparaison typologique, Rome, 31 janvier-2 février 2002.

97 M. Hayez, Cabassole (Philippe), dans Diz. Biog. Ital., XV, 1972, p. 678-681.

98 I. Ostolaza Elizondo, La cancillería y otros organismos de expedicion de documentos durante el reinado de Alfonso XI [de Castilla] (1312-1350), dans Anuario de Estudios Medievales, 16, 1986, p. 155.

99 M.-J. Sanz Fuentes, Cancilleria y cultura en la Castilla de los siglos xiv y xv, dans Cancelleria e cultura nel Medio Evo, p. 189; I. Sanz, Sinodos de la iglesia de Cartagena-Murcia en el siglo xiv, dans Hispania Sacra, 38, 1988, p. 20-21. Il fut écolâtre de Tolède et écrivit un traité de théorie politique intitulé Libro de los Consejos y Consejeros.

100 M.-J. Sanz Fuentes, Cancilleria y cultura..., p. 189.

101 E. Dupré Theseider, Albornoz (Egidio de), dans Diz. Biog. Ital., II, 1960, p. 45-53.

102 S. Garcia Larragueta, Los cancilleres del reino de Navarra desde Martín de Zalba hasta Juan de Beaumont (siglos xiv-xv), dans Cancelleria e cultura nel Medio Evo, p. 241-243.

103 Voir ci-dessus, note 86.

104 Ibid.

105 Voir ci-dessus, note 90.

106 B. Guillemain, La cour pontificale, p. 173, 190, 200 et 211; B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les papes et les ducs de Bretagne. Essai sur les rapports du Saint-Siège avec un État, Paris, 1928, à l’index et M. Jones, The chancery of the duchy of Britany from Peter Mauclerc to duchess Anne, 1213-1514, dans Landesherrliche Kanzleien im Spät Mittelalter..., vol. 2, p. 722.

107 A. Coville, La vie intellectuelle dans les domaines d’Anjou-Provence de 1380 à 1435, Paris, 1941, p. 111 et 114.

108 On peut avoir quelques doutes sur le rôle effectif de Robert de Genève, comme notaire du pape à quinze ans!

109 Les historiens sont encore partagés sur ce point (P. Rabikauskas, Chancellerie pontificale, dans Dictionnaire historique de la papauté, éd. P. Levillain, Paris, 1994, p. 334-335 et P. Gasnault L’élaboration des lettres secrètes des papes d’Avignon: Chambre et Chancellerie, dans Fonctionnement administratif de la papauté d’Avignon, p. 209-222).

110 T. Frenz, Zum Problem der Reduzierung der Zahl der päpstlichen Kanzleischreiber nach dem Konzil von Konstanz, dans W. Schlögl et P. Herde (éd.), Grundwissenschaften und Geschichte. Festschrift für Peter Acht, Kallmünz, 1976, p. 256-273.

Notes de fin

1 Voir la liste des abréviations utilisées dans le texte et les notices figurant en annexe, p. 677-679.

Auteur

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540