Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Malte, frontière de chrétienté (1530-1670)

 | 
Anne Brogini

Deuxième partie. Une frontière épanouie (1575-1635)

Chapitre V. La Méditerranée incertaine

Texte intégral

  • 1 Fernand Braudel, La Méditerranée..., II, p. 429.

« Brusquement, les deux monstres politiques de Méditerranée, l’Empire des Habsbourg et celui des Osmanlis, renoncent à la lutte... ».1

  • 2 Ömer Lufti Barkan, « Le déclin de Venise dans ses rapports avec la décadence de l’Empire ottoman » (...)
  • 3 Aspetti e cause della decadenza economica veneziana nel secolo xvii : atti del convegno (27 giugno (...)
  • 4 M. Fontenay, « The Mediterranean, 1500-1800 : Social and Economic Perspectives », in V. Mallia-Mil (...)

1Évoquer en un chapitre la « crise » du bassin méditerranéen à la fin du xvie siècle et au début du xviie siècle peut sembler une gageure, étant donné le nombre d’études qui ont déjà été publiées sur ce sujet : peu ou pas de livres, mais de nombreux articles évoquant la décadence de l’Empire ottoman2, ou encore celle des anciens grands pôles méditerranéens, particulièrement Venise3, affectés par une longue crise conjoncturelle qui eut des retombées financières, économiques et sociales4. Ces travaux se rattachent à la tendance historiographique de l’histoire économique qui domina les années 1950-1970. Ils sont donc spécifiquement centrés sur une analyse économique et financière de la crise méditerranéenne, et privilégient l’étude de l’insertion progressive des puissances du Nord de l’Europe, dans laquelle ils décèlent la preuve qu’une nouvelle compétition économique entre les États qui tend à remplacer la traditionnelle rivalité entre les religions.

  • 5 Natividad Planas, Pratiques de pouvoir au sein d’une société frontalière. Le voisinage de Majorque (...)

2Les travaux les plus récents sur la Méditerranée et sur les espaces frontaliers ont affiné encore cette analyse. L’étude de Natividad Planas en 2001, sur l’archipel baléare au xviie siècle, témoigne par exemple de ce que les acteurs frontaliers pouvaient bien parfois préférer le maintien des contacts avec le traditionnel ennemi musulman, mieux connu, à l’établissement de relations avec les nouveaux acteurs du Nord, dangereux sur les plans économique et religieux. Mais dans l’ensemble, et en dépit de la multiplicité nouvelle des fronts religieux, politiques et économiques, l’ancienne opposition de civilisation perdurait, entremêlée dorénavant avec les rivalités intermittentes de l’Espagne avec les autres puissances européennes5.

  • 6 N. Planas, Pratiques de pouvoir au sein d’une société frontalière... cit., p. 45-46.
  • 7 M. Fontenay, « Les missions des galères de Malte : 1530-1798 », in Michel Vergé-Franceschi (dir.), (...)

3La course, bien que pratiquée largement par des aventuriers de toutes origines, demeurait alors bien le dernier moyen des peuples méditerranéens, et surtout de l’Espagne, chantre permanent de la croisade, de poursuivre la lutte contre l’Infidèle, en un moment ou`la péninsule était en paix officielle avec l’Empire ottoman6. Mais par l’attaque constante des routes et des sujets de la Sublime Porte, la course chrétienne devait se révéler un élément involontaire de la pénétration des acteurs du Nord, moins menacés que les Grecs ou les Levantins dans le transport des biens et des hommes, au détriment d’une Europe du Sud, essoufflée et en retard sur la modernité7. En conséquence, la concurrence économique entre pays méditerranéens et pays du Nord au début du siècle, bien qu’aiguisée par la crise conjoncturelle qui affectait la Méditerranée, ne l’emportait donc pas nécessairement sur l’ancien conflit, mais tendait plutôt à cohabiter avec lui.

  • 8 Jacques Revel, « La crise du xviie siècle en Méditerranée », in La France et la Méditerranée : vin (...)
  • 9 Molly Greene, « Beyond the Northern Invasion : the Mediterranean in the Seventeenth Century », in (...)
  • 10 M. Greene, « Beyond the Northern Invasion... », art. cit., p. 45.
  • 11 M. Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ? Les chevaliers de Malte dans le « corso » (...)

4En outre, l’incapacité notable d’un pouvoir musulman ou chrétien à dominer les voies commerciales au début du xviie siècle, comme cela se produisait au siècle précédent, a longtemps encouragé une vision dépréciée du bassin méditerranéen de cette époque, perçu comme anarchique. Il faut attendre des travaux plus récents, par exemple ceux de Jacques Revel8 en 1990 et de Molly Greene9 en 2002, pour considérer désormais la Méditerranée de cette époque comme un espace, non pas réellement en crise, mais en transition, plongé dans l’incertitude du basculement progressif d’une opposition dichotomique, à la fois religieuse et militaire, entre deux civilisations à un conflit pluriel, plus économique et politique, entre divers États10. Mais la fragmentation des anciennes autorités sur le commerce méditerranéen, et la pollution de celui-ci par l’activité corsaire triomphante, n’excluait en rien l’émergence, ou la perpétuation de petits pouvoirs, à l’exemple de celui des Grecs, principaux transporteurs maritimes de l’Empire ottoman dans la première moitié du siècle11.

5Cette idée de transition méditerranéenne au premier xviie siècle nous intéresse évidemment car elle est la clé de lecture de l’évolution de la frontière maritime et maltaise. Notre objet n’est donc pas ici de décrire simplement le caractère incertain de l’espace méditerranéen, mais de montrer comment, en liaison avec cette « crise », la fin de l’unité des rives a pu modifier les relations entre les civilisations, et affecter la frontière maritime et l’histoire de Malte. Point crucial de la frontière, l’île n’avait jusqu’alors vécu que pour incarner matériellement et symboliquement la césure absolue entre les rives. Dans le nouveau contexte d’instabilité du xviie siècle, la frontière maltaise devait ainsi s’épanouir, par une multiplicité de contacts humains et commerciaux, et par son franchissement de plus en plus aisé d’acteurs insulaires ou étrangers, chrétiens comme musulmans. Ce développement incontrôlé des échanges ne pouvait qu’exiger une surveillance étroite des transgressions de tous ordres, et plus particulièrement religieuses.

6À l’heure ou` la frontière n’existait plus seulement par la guerre et était déjà physiquement inscrite dans le sol maltais, elle devait continuer à vivre de sa nouvelle porosité humaine et économique, tout en s’imprimant dans l’esprit des contemporains, par le maintien de sa clôture religieuse et idéologique.

LE FRANCTIONNEMENT DES RIVES

7La Méditerranée du dernier quart du xvie siècle et de la première moitié du xviie siècle était un espace nouvellement en paix, plongé dans l’incertitude d’échanges encore hostiles (la course) et de contacts plus pacifiques (le commerce). Les empires qui avaient jusqu’alors dominé l’espace et s’étaient heurtés régulièrement durant un siècle, s’en désintéressaient désormais, portant leurs regards vers d’autres confins territoriaux et laissant place libre à des acteurs nouveaux, originaires des rivages du Nord de l’Europe et indifférents au souvenir des anciennes luttes. La paix méditerranéenne avait pour conséquence une dislocation progressive de l’unité des rives et le déclin progressif des puissances traditionnelles, parmi lesquelles l’Espagne et les pôles organisateurs de la péninsule italienne.

LE DÉCLIN DES ANCIENNES PUISSANCES

L’Espagne débordée

  • 12 Geoffrey Parker, « Spain, her ennemies and the revolt of the Netherlands (1559-1648) », in Past an (...)
  • 13 Lucien Bély, Yves-Marie Bercé, Jean Meyer, René Quatrefages, Guerre et paix dans l’Europe du xviie(...)

8L’histoire de l’Espagne entre la fin du xvie siècle et le milieu du xviie siècle est marquée par une longue série de conflits12, qui l’opposèrent successivement au Portugal (en 1580), aux protestants des Pays-Bas septentrionaux (de 1568 à 1609, puis de 1621 à 1648) et d’Allemagne (durant la guerre de Trente Ans), à la France (de 1585 à 1597, puis entre 1635 à 1659) et à l’Angleterre (de 1587 à 1604, et en 1625)13. Aces conflits extérieurs s’ajoutaient des problèmes d’unité intérieure, en liaison avec la dissidence catalane en 1640 et 1652 et le détachement du Portugal après 1640. Ces luttes consistèrent d’abord en un investissement direct de la couronne, pour accroître son territoire (au Portugal) ou bien défendre son autorité sur des provinces insurgées (dans les Pays-Bas septentrionaux), mais également en un soutien financier, humain et matériel important à tous les conflits qui ébranlaient l’Empire allemand (batailles avec les Ottomans, guerre de Trente Ans).

  • 14 M. Fontenay, « The Mediterranean, 1500-1800 : Social and Economic Perspectives », in V. Mallia-Mil (...)
  • 15 Henry Kamen, « The Thirty Years’ War and the crises and revolutions of Seventeenth-Century Europe  (...)

9Il est ainsi frappant de constater que durant un demi-siècle, l’Espagne connut un état de guerre quasi-chronique. Ce n’était pas une nouveauté : la péninsule ibérique avait déjà connu la guerre au xvie siècle en Méditerranée. Mais en ce premier xviie siècle, le contexte européen était très différent : plus que jamais déchirée par des querelles religieuses qui ne s’étaient pas effacées au siècle précédent et qui atteignaient directement l’Espagne, l’Europe était bouleversée par une crise économique et sociale qui affectait beaucoup les pays catholiques14, les États protestants de Provinces-Unies et d’Angleterre vivant au même moment la montée en puissance de leur modèle économique15. Dans cette conjoncture, l’économie de l’Espagne, ainsi que celle de ses possessions méditerranéennes qu’étaient les royaumes de Naples et de Sicile, devaient souffrir durablement. L’ancienne puissance prenait à ce moment-là sur les jeunes États du Nord un retard qu’il lui serait bientôt impossible à combler.

  • 16 Joseph Pérez, L’Espagne de Philippe II, Paris, 1999, p. 308.
  • 17 J. Pérez, L’Espagne de Philippe II... cit., p. 315-316.

10Pour parer à la nouvelle instabilité européenne, l’urgence résidait désormais dans une paix avec les Ottomans. Il était en effet difficile de lutter sur plusieurs fronts et l’Espagne devait sélectionner ses ambitions militaires. Depuis 1576, dix-sept provinces des Pays-Bas s’étaient révoltées pour former une confédération réclamant le départ des troupes étrangères, la liberté de culte et la suspension des placards destinés à lutter contre l’hérésie16. Les insurgés avaient trouvé en Guillaume d’Orange un nouveau chef et en 1581, les représentants de Brabant, d’Utrecht, des Flandres, de Gueldre, de la Hollande et de la Zélande avaient déclaré Philippe II déchu de ses droits sur les Pays-Bas. Guillaume d’Orange était fait comte souverain de Hollande et de Zélande et confirmait son autorité sur les Pays-Bas indépendants, qui devaient bientôt devenir, au milieu des années 1580, la république des sept Provinces-Unies17.

  • 18 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 432-433.
  • 19 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 434.
  • 20 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 156.

11La paix en Méditerranée apparaissait alors comme une nouvelle nécessité pour l’Espagne. Dans le courant de l’année 1577, une trêve fut négociée entre Philippe II et Sélim II, puis fut officiellement signée en février 1578, pour une durée d’un an. Cette suspension des hostilités était en réalité, souhaitée depuis quelque temps par la Monarchie catholique. En 1569-1570 déjà, l’Espagne avait tenté, sans résultat, de conclure une trêve avec les Ottomans18. Deux ans plus tard, en dépit de la défaite turque de Lépante, les relations diplomatiques entre les puissances n’avaient pas été rompues, et Don Juan d’Autriche entretenait une correspondance suivie avec le sultan19. Au milieu des années 1570, les puissances méditerranéennes aspiraient décidément à la paix. Ce n’était pas un hasard, d’ailleurs, si en 1573, lasse de perdre ses bénéfices économiques en luttant contre un ennemi qu’elle ne pouvait vaincre, Venise avait préféré signer une nouvelle trêve avec la Porte, désertant la Sainte-Ligue, et acceptant la perte de Chypre et les lourdes clauses du vainqueur20.

  • 21 Samuel Fettah, Les limites de la cité. Espace, pouvoir et société à Livourne au temps du port fran (...)
  • 22 N. Planas, Pratiques de pouvoir au sein d’une société frontalière... cit., p. 44.

12En 1578 toutefois, la paix espagnole fut mieux tolérée par l’Europe que celle des Vénitiens : les temps avaient bien changé et nul ne songeait plus à crier à la trahison, à la nouvelle d’une Espagne déposant les armes contre le traditionnel ennemi de la chrétienté. C’est que cette paix était nécessaire, et non pas désirée. Elle était le résultat du nouveau contexte européen, plutôt que d’un abandon par l’Espagne de sa croisade contre les « ennemis de la foi ». Bien qu’en trêve avec les Ottomans, l’Espagne du xviie siècle n’était pas prête à assumer une ouverture de ses territoires aux musulmans, comme devait le faire le Grand-Duché de Toscane en 1593, en autorisant les marchands étrangers, juifs et musulmans, à s’installer à Pise et dans le port de Livourne21. Championne de la croisade, l’Espagne se devait de préserver absolument son identité religieuse de toute contamination, par l’interdiction absolue d’accès de son royaume à toute personne professant une autre foi que la foi catholique. Enfin, le maintien de la belligérance avec les Turcs, en dépit d’éventuelles trêves, représentait une source de revenus non négligeable au xviie siècle, la Papauté ayant maintenu pour la couronne le privilège de conserver les aumônes obtenues au bénéfice de la croisade par la concession d’indulgences22. La lutte contre les musulmans, reléguée au second plan par les affaires européennes et atlantiques, devait donc être maintenue par l’Espagne tout au long du siècle, par l’unique biais possible qu’était la course.

  • 23 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 462.
  • 24 G. Parker, « Spain, her ennemies and the revolt of the Netherlands... », art. cit., p. 87.
  • 25 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 467.
  • 26 Ömer Lufti Barkan, « L’Empire ottoman face au monde chrétien au lendemain de la bataille de Lépant (...)
  • 27 F. Braudel, Pierre Jeannin, Jean Meuvret, Ruggiero Romano, « Le déclin de Venise au xviie siècle » (...)

13Les affaires d’Europe constituaient toutefois les premiers soucis de la couronne. En 1578, la mort du roi Sébastien à la bataille d’Alcazar Kébir, au Maroc, faisait du Portugal une proie facile pour le royaume d’Espagne23. Ordonnant à ses troupes de quitter en masse les Flandres, Philippe II entreprit une brève et victorieuse campagne militaire24 : en 1580, l’Espagne s’emparait du Portugal et le roi pouvait désormais délaisser Madrid pour établir deux années durant sa résidence à Lisbonne, tournant ostensiblement le dos à la Méditerranée et rattachant le cœur de son Empire à l’océan25. Le basculement vers l’Atlantique se confirmait encore dans l’investissement complet de l’Espagne dans l’extraction et la consommation des richesses américaines. L’argent américain inondait la Méditerranée et se propageait à la fin du xvie siècle jusqu’à l’Empire ottoman en crise financière, ou` le réal espagnol était apprécié comme étant une des seules monnaies saines26. Cet apaisement était pourtant de courte durée : les années 1620 marquèrent en Méditerranée un ralentissement des arrivées de métaux précieux, et particulièrement du métal blanc d’Amérique. L’Espagne devait donc se trouver rapidement, dans le premier tiers du xviie siècle, dans une extrême nécessité financière27.

  • 28 G. Parker, « Spain, her ennemies and the revolt of the Netherlands... », art. cit., p. 88-89.
  • 29 G. Parker, « Spain, her ennemies and the revolt of the Netherlands... », art. cit., p. 89.
  • 30 G. Parker, « Spain, her ennemies and the revolt of the Netherlands... », art. cit., p. 89-90.

14Cependant, le problème flamand n’était pas résolu et devait même s’envenimer après l’intrusion de l’Angleterre, qui apportait son soutien en 1585 aux provinces protestantes. L’apparition de cet ennemi supposait la mobilisation de nouvelles sommes d’argent, de troupes fraîches et de matériels performants. Entre 1585 et 1589, les dépenses espagnoles pour la lutte navale contre les Anglais s’élevèrent à plus de 50 millions de florins, soit le double de ce qui avait déjà été dépensé pour la guerre en Flandres entre 1578 et 1585 !28 Cet investissement formidable ne devait guère porter ses fruits : en 1587, l’Invincible Armada était fortement endommagée par Francis Drake, avant d’être entièrement détruite en 158829... Dans le même temps, les intérêts espagnols se tournèrent également vers la France, déchirée par les guerres de religion. Depuis 1585, l’argent ibérique visait à soutenir la lutte de la Ligue contre les prétentions au trône du futur Henri IV, et dans les années 1590, la grande majorité des dépenses du royaume concernèrent exclusivement les affaires françaises : 139 millions de florins furent ainsi destinés au soutien des Ligueurs entre 1590 et 1598, ce qui représentait évidemment une saignée considérable pour les finances espagnoles30 !

15Les dépenses de la couronne ne cessèrent pas après la signature de la paix avec la France en 1598, puis avec l’Angleterre en 1604. Tenue à la fois par les liens dynastiques et par son ancienne tradition de croisade contre l’Infidèle, l’Espagne, depuis le milieu des années 1590, soutenait aussi financièrement et matériellement la lutte des

16Impériaux contre les Ottomans pour le contrôle de la Hongrie. Le conflit s’éternisa jusqu’en 1606, ou` fut enfin signée une paix entre les Habsbourg et le sultan Ahmed Ier, qui devait durer cinquante ans. Mais celle-ci devait encore être suivie d’une guerre européenne et d’un nouvel investissement militaire espagnol d’importance. Les querelles religieuses, qui ne s’étaient pas éteintes à l’orée du xviie siècle, empoisonnaient encore une fois la politique des Habsbourg : commencée par une insurrection de la noblesse protestante allemande contre la politique catholique de l’Empire, soutenue par la couronne espagnole, la guerre de Trente Ans (1618-1648) représenta un effort financier et militaire considérable pour l’Espagne, qui connaissait au même moment les affres du manque monétaire. Cette fois encore, le pays, mais également les royaumes espagnols de la péninsule italienne, furent mis à contribution, à un moment ou` ils pâtissaient d’une grave instabilité-économique et sociale. Car en ce premier xviie siècle, les anciennes puissances de la péninsule italienne, la Sicile, le royaume de Naples, Venise, connaissaient, au même titre que l’Espagne, un affaiblissement certain.

Les problèmes de la péninsule italienne

17La pression humaine et matérielle qui s’exerça sur les royaumes de Naples et de Sicile, pour le soutien de la couronne espagnole qui se trouvait en état de guerre permanent, apparut d’autant plus lourde à supporter qu’ils subissaient tous deux les retombées inévitables d’une conjoncture méditerranéenne défavorable, cumulée à des crises frumentaires et à des épidémies de peste, dont la plus violente fut celle de 1630. Dans le sillage de l’Espagne, les royaumes souffraient alors cruellement du manque monétaire, accru par les prélèvements qu’exigeait la couronne pour le financement de ses activités militaires.

  • 31 Luigi de Rosa, « Crise financière, crise économique et crise sociale : le royaume de Naples et la (...)
  • 32 L. de Rosa, « Crise financière, crise économique et crise sociale... », art. cit., p. 178.
  • 33 L. de Rosa, « Crise financière, crise économique et crise sociale... », art. cit., p. 196.

18Durant la guerre de Trente Ans, le royaume de Naples connut ainsi une véritable hémorragie financière, en plus des diverses fournitures en navires, hommes, chevaux et armes qui lui étaient régulièrement prélevées. Les ponctions crurent de manière continue pendant toute la durée du conflit, au point qu’il sortait plus d’argent du royaume qu’il n’en entrait dans les années 1630-1640, et que les problèmes économiques et sociaux s’exaspérèrent31. La rareté de la monnaie avait encore été accentuée par une faillite en 1622, qui avait touché presque toutes les banques publiques napolitaines32 ; au milieu des années 1630, l’État napolitain était en banqueroute progressive cependant que l’inflation galopante affectait tous les secteurs de l’économie. Quant à la population paysanne du royaume, souvent ruinée, elle cherchait à échapper au prélèvement de l’impôt, parfois par la force et la violence33.

  • 34 M. Aymard, « Il bilancio d’una lunga crisi finanziaria », in Rivista storica italiana, vol. LXXXIV (...)
  • 35 M. Aymard, « Il bilancio d’una lunga crisi finanziaria », art. cit., p. 988.
  • 36 G. Galasso (dir.), Storia d’Italia. La Sicilia... cit., p. 232-234.
  • 37 M. Aymard, « Chiourmes et galères dans la seconde moitié du xvie siècle », in G. Benzoni (dir.), I (...)
  • 38 G. Galasso (dir.), Storia d’Italia. La Sicilia... cit., p. 275-276.
  • 39 Ludwig Beutin, « La décadence économique de Venise considérée du point de vue nord-européen », in (...)
  • 40 F. Braudel, P. Jeannin, J. Meuvret et R. Romano, « Le déclin de Venise au xviie siècle », art. cit (...)
  • 41 L. Beutin, « La décadence économique de Venise considérée du point de vue nord-européen », art. ci (...)
  • 42 Ralph Davies, « Influences de l’Angleterre sur le déclin de Venise au xviie siècle », in Aspetti e (...)

19Comme celui de Naples, le royaume de Sicile devait également soutenir l’effort de guerre espagnol, par l’approvisionnement en argent, hommes, armes et nourriture34. En 1619, l’Espagne avait demandé 0 la Sicile le versement d’un million de ducats, soit en monnaie sicilienne 1,2 million d’écus de 12 tari35. L’île souffrait toutefois de troubles importants depuis la fin du xvie siècle : à la peste, apparue en 1575 et quasi-endémique durant une décennie, s’était ajoutée une grave crise frumentaire en 1589-1591 qui avait occasionné une importante famine36. Le déficit financier, déjà sensible au milieu des années 1570, s’accroissait régulièrement, en même temps que se développait une longue crise économique et sociale. A l’aube du xviie siècle, les campagnes de Sicile, et plus largement de la péninsule italienne, étaient affectées. Dans tout le royaume, la dégradation considérable des conditions de vie des paysans accroissait le brigandage et l’insécurité quotidienne, au point que les procès inquisitoriaux de l’époque, qui révèlent une augmentation sensible des condamnations à l’encontre des divers « escurridores de campagna » ou « ladrones de campagna », sont un reflet fidèle de cette crise du monde rural37. Et dans ce nouveau contexte, l’ancienne prééminence du blé sicilien déclinait peu à peu en Méditerranée38. Une autre ancienne puissance méditerranéenne devait, au fil du xviie siècle, perdre de son autorité : Venise, déjà affaiblie par les guerres successives qui l’avaient opposée aux Turcs au fil du siècle précédent39, amorçait son déclin. Depuis toujours et dès après la paix de 1573, la hantise vénitienne avait été de se maintenir exclusivement sur le marché turc, qui connaissait au xviie siècle de sérieuses difficultés. Le déclin vénitien était ainsi étroitement lié à celui de l’Empire ottoman40. Le pavillon de la République n’était plus aussi respecté et ses routes et navires étaient désormais constamment pillés par des corsaires barbaresques ou chrétiens. Ce péril constant exigeait des frais d’assurance toujours plus coûteux et le recours aux convois ou à la navigation escortée. La chute de Venise était totale dans le domaine de la navigation et dès le début du xviie siècle, la République achetait ses navires à l’Angleterre et à la Hollande41. Enfin, sur le plan économique, la verrerie commençait à subir la concurrence de la production française, tandis que dans les années 1600-1620, la draperie vénitienne était entièrement submergée par le flot des tissus anglais et hollandais peu onéreux42.

  • 43 F. Braudel, « Le siècle des Génois s’achève-t-il en 1627 ? », in Autour de la Méditerranée... cit. (...)
  • 44 Gigliola Pagano de Divitiis, « Il Mediterraneo nel xvii secolo : l’espansione commerciale inglese (...)

20Le premier xviie siècle témoignait ainsi d’un net affaiblissement de la rive chrétienne, ou` les anciens pôles dominants, sans prendre conscience de l’usure ou de la perte progressive des richesses qu’ils avaient accumulées au siècle précédent, étaient désormais accaparés chacun par leurs propres préoccupations religieuses, militaires, économiques et sociales. L’Espagne, la Sicile, Naples, Venise, la Toscane, qui, rappelons-le, avait ouvert Livourne à tous les marchands étrangers, ou encore Gênes, dont les banquiers, qui subissaient de plein fouet les banqueroutes espagnoles43, étaient remplacés par ceux d’Amsterdam44, n’avaient donc plus la force, le temps ou la volonté, en ces temps de crises, d’arborer un front soudé face à un Empire ottoman, qui ne représentait plus à cette heure l’ennemi fondamental qu’il avait été au siècle précédent.

21La fin du traditionnel conflit entre Islam et chrétienté, les nouveaux soucis des États, leurs nouvelles ambitions territoriales et leurs efforts désespérés pour s’imposer dans le contexte difficile de la Méditerranée, apparaissaient alors comme autant de déchirures qui contribuaient à effriter l’ancienne unité du bloc chrétien, et qui favorisaient progressivement la pénétration sur la scène maritime d’acteurs étrangers venus du Nord.

The Northern Invasion45

  • 45 Molly Greene, « Beyond the Northern Invasion : the Mediterranean in the Seventeenth Century », in (...)
  • 46 R. Davies, « Influences de l’Angleterre sur le déclin de Venise au xviie siècle », art. cit., p. 1 (...)
  • 47 R. Mantran, « La navigation vénitienne et ses concurrentes en Méditerranée orientale aux xviie et (...)

22Dans l’incertitude du premier xviie siècle, ou` aucune puissance n’était encore assez forte pour imposer son ordre, la Méditerranée s’était ouverte brusquement aux jeunes États dynamiques du Nord de l’Europe, moins embarrassés que les « vieux » pays méditerranéens, pour s’outiller et forger les instruments techniques et matériels qui leur offraient la conquête des mers. Le bassin méditerranéen était attractif pour les Hollandais, les Français et les Anglais : ils y avaient toujours acheté les produits qui leur faisaient défaut, comme les épices, le sucre, ou les textiles orientaux et italiens46, mais se montraient désormais désireux d’éviter les traditionnels intermédiaires italiens et espagnols en étendant leur propre commerce aux ports et aux routes de l’Empire ottoman. Ce devait être chose faite, par la signature de capitulations en 1579 et 1597 pour l’Angleterre, et en 1612 pour la Hollande47.

  • 48 Ruggiero Romano, « Tra XVI e XVII secolo. Una crisi economica : 16191622 », in Rivista storica ita (...)
  • 49 Immanuel Wallerstein, « Dutch hegemony in the Seventeenth Century world-economy », in M. Aymard (d (...)
  • 50 Jean-Claude Boyer, « Le capitalisme hollandais et l’organisation de l’espace dans les Provinces-Un (...)
  • 51 R. Davies, « Influences de l’Angleterre sur le déclin de Venise au xviie siècle », art. cit., p. 2 (...)

23Le tour de force des puissances du Nord consista en une asphyxie progressive de la Méditerranée. Cette asphyxie devait se produire de manière directe, par la maîtrise à la source, c’est-à-dire en Orient, des produits qui transitaient jusqu’alors par l’Empire Ottoman, puis par celle des acteurs méditerranéens traditionnels comme Venise, Gênes, ou les marchands levantins ; mais également de manière indirecte, par une supériorité technique des Hollandais et des Anglais qui leur assurait une domination navale et une entrée décisive dans la course méditerranéenne48. Les navires hollandais alliaient ainsi la performance des nouvelles techniques navales et une grande solidité à un faible coût attractif49. Hollandais et Anglais attachaient aussi beaucoup d’importance à la rapidité de manœuvre et à la puissance défensive des bateaux. Ces qualités, qui en faisaient les navires plus sûrs de l’époque, avaient permis aux compagnies commerciales hollandaises de s’imposer au début du siècle dans les Indes Orientales et dans les Indes Occidentales50. Au milieu des années 1620 déjà, les Anglais et surtout les Hollandais tenaient le commerce, en Orient, des épices les plus précieuses (clous de girofle, noix de muscade, macis pour les Hollandais, poivre pour les Anglais) et entravaient de la sorte le trafic du Levant venant de l’Est, privant à la fois l’Empire ottoman et les pays méditerranéens de leurs voies séculaires de ravitaillement en denrées rares51.

  • 52 M. Aymard, « Chiourmes et galères dans la seconde moitié du xvie siècle », art. cit., p. 89-90.

24Les progrès techniques des Hollandais et des Anglais eurent également des conséquences sur la course méditerranéenne, en favorisant un bouleversement des habitudes corsaires traditionnelles. Grâce à leurs navires ronds et de haut bord (les bertons) qui pouvaient affronter la haute mer et les mauvaises conditions climatiques, les corsaires du Nord pratiquaient désormais la course tout au long de l’année, et non plus uniquement l’été, razziant par surprise toutes les naves musulmanes et chrétiennes chargées de marchandises et d’hommes. Cette nouvelle course permanente en Méditerranée, qui se partageait entre le départ des galères et des petits navires pendant les mois d’été, et celui des navires de haut bord en hiver, devait se déchaîner complètement entre 1590 et 1620, contre tous les trafics pacifiques, aussi bien musulmans que chrétiens (la caravane d’Alexandrie, le blé de Sicile et évidemment, les lignes du commerce vénitien)52.

  • 53 R. Davies, « Influences de l’Angleterre sur le déclin de Venise au xviie siècle », art. cit., p. 2 (...)
  • 54 Salvatore Bono, Les corsaires en Méditerranée, Paris, 1998, p. 99.

25Car la confusion, qui s’était créée en Méditerranée pendant les années de la lutte anglo-hollandaise contre l’Espagne et qui se poursuivait au début du xviie siècle, laissait libre champ aux corsaires de toutes origines. Le danger, originellement représenté par des corsaires musulmans se démultipliait par la présence de corsaires protestants, c’est-à-dire hérétiques aux yeux des pays catholiques méditerranéens, voire apostats. Des pirates anglais, français, hollandais, écossais, allemands, mécontents, hors-la-loi ou aventuriers en quête de fortune, qui ne pouvaient plus porter leur butin dans les ports des États chrétiens qui faisaient progressivement la paix entre eux, se tournaient en effet vers les ports barbaresques53. L’un après l’autre, de célèbres corsaires renégats, Danser, Sanson, Ward, se mirent à la solde des chefs barbaresques de Tunis, de Tripoli et d’Alger54. Vingt ans durant, entre 1600 et 1620, les renégats du Nord de l’Europe firent ainsi leur fortune en enseignant aux Barbaresques à moderniser leur flotte sur le modèle français et anglais, et contribuèrent à la désorganisation d’une Méditerranée devenue la proie des corsaires.

26L’intrusion des puissances du Nord, qui découlait et s’ajoutait à la faiblesse nouvelle de l’Espagne et des pôles italiens, constituait bien le dernier élément d’instabilité et de morcellement de la rive chrétienne en Méditerranée, aussi bien sur le plan politique et économique, que sur le plan religieux, par la présence de plus en plus importante du protestantisme, qui témoignait aux yeux de tous de la fracture profonde de l’Europe, et par celle du reniement, qui symbolisait le danger fondamental d’une chrétienté affaiblie par sa désunion. Cependant, la rive septentrionale n’était pas la seule à souffrir du nouveau contexte du xviie siècle : au sud, le destin de l’Empire ottoman et celui des Régences barbaresques tendait de plus en plus à la divergence. Tandis que l’Empire turc s’enlisait dans une longue crise politique, économique, militaire et sociale, les pôles barbaresques connaissaient un redressement spectaculaire de leur puissance vacillante.

LA DÉSUNION PROGRESSIVE DE LA RIVE SUD

L’affaiblissement de l’Empire ottoman

27À partir de la fin du xvie siècle, l’Empire ottoman connaissait à peu près la même évolution que son ancien ennemi espagnol. Occupé pendant trente ans par des guerres longues et coûteuses qui reportaient ses intérêts vers ses confins territoriaux et orientaux, et qui le détournaient des affaires méditerranéennes, il devait également subir les lourdes conséquences de la crise qui affectait l’ensemble du bassin maritime au début du xviie siècle.

  • 55 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 156-157.
  • 56 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 228.

28La mort de Sélim II en 1574, contemporaine de la reprise de Tunis, avait coïncidé avec la suspension de l’investissement militaire turc en Méditerranée : sous les règnes des sultans suivants, Murâd III (1574-1595) et Mehmed III (1595-1603), les intérêts ottomans ne devaient plus toucher à la mer, mais se centrer exclusivement sur les frontières orientales et terrestres de l’Empire55. Entre 1574 et 1590, une longue guerre avec la Perse aboutit d’abord à des succès spectaculaires, dont la conquête successive de la Géorgie et de l’Azerbaïdjan, qui devaient en réalité être bien vite perdus, à l’occasion d’un nouveau conflit en 1603-1604. Les préoccupations militaires concernèrent également les confins européens : en 1592, le sultan entamait une guerre contre les Impériaux aux frontières de la Bosnie, puis de la Hongrie, enjeu principal du conflit, en même temps que la suzeraineté de l’un ou l’autre Empire sur les provinces de Moldavie et de Valachie56. La guerre dura jusqu’à la signature d’une paix de cinquante ans avec les Habsbourg, en 1606.

  • 57 Seyfettin Gürsel, L’Empire ottoman face au capitalisme, Paris, 1987, p. 78.
  • 58 J.-C. Boyer, « Le capitalisme hollandais et l’organisation de l’espace dans les Provinces-Unies », (...)

29La longueur des conflits, la mobilisation massive en hommes, armes et nourriture qu’ils exigeaient, avaient évidemment des conséquences d’autant plus désastreuses sur les finances de l’Empire que celui-ci était touché par une grave crise économique depuis la fin du xvie siècle. La faiblesse intrinsèque de l’Empire ottoman, qui expliquait l’amorce de sa décadence au xviie siècle, venait de ce qu’il n’avait jamais contrôlé que les voies commerciales les plus importantes de l’époque (de l’Orient vers la Méditerranée) et non pas le commerce lui-même. Les zones (Orient et Occident) qui constituaient les pôles des flux de marchandises lui échappaient donc complètement57. Cela n’avait pas constitué une gêne jusqu’alors ; mais la maîtrise nouvelle du commerce oriental et occidental par les puissances du Nord, ôtait à l’Empire une de ses principales sources de revenus. Désormais, ces jeunes États, impliqués plus directement que ceux de Méditerranée dans la nouvelle économie atlantique, étaient en train de subjuguer l’ancienne économie méditerranéenne par leur puissance financière et la supériorité de leur organisation capitaliste de production et de commerce58.

  • 59 Cemal Kafadar, « Les troubles monétaires de la fin du xvie siècle et la prise de conscience ottoma (...)
  • 60 S. Gürsel, L’Empire ottoman face au capitalisme, cit., p. 88.
  • 61 Ömer Lufti Barkan, « Le déclin de Venise dans ses rapports avec la dé cadence économique de l’Empi (...)
  • 62 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 239.
  • 63 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 238-239.

30Au sein de l’Empire, la crise devait se traduire par une inflation galopante59, et les prix alimentaires à Istanbul crurent de manière spectaculaire entre 1590 et 162560. L’inflation avait évidemment des conséquences désastreuses sur la société turque, par l’émergence de nouveaux riches et par le paupérisme des catégories sociales moyennes et de la paysannerie61. Contraints de vendre leur terre et de devenir ouvriers agricoles, les paysans des campagnes se révoltèrent maintes fois au cours du premier xviie siècle62. Enfin, l’instabilité sociale et politique de l’Empire était encore renforcée par les révoltes de l’armée, et tout particulièrement des janissaires, privés, du fait de la fin des grandes campagnes au début du xviie siècle, de leurs sources essentielles de butin et de revenus. Les dépenses constantes pour une armée toujours plus importante en nombre de soldats (64 150 soldats en 1635 alors que l’Empire n’en comptait que 48 000 en 1595) comme en poids social et politique, grevaient lourdement le Trésor impérial, engendrant la stagnation, voire la diminution des salaires et alimentant le mécontentement militaire63.

  • 64 R. Mantran, « La navigation vénitienne et ses concurrentes en Méditerranée orientale aux xviie et (...)

31La mise en retrait progressive de l’Empire ottoman, certes encore insensible aux Européens toujours hantés par le souvenir du danger turc, expliquait le manque d’intérêt des Ottomans pour la Méditerranée. En paix avec les puissances chrétiennes, signant de nouvelles capitulations avec la France en 1569, 1581 et 160464, ainsi qu’avec l’Angleterre et la Hollande, les Ottomans étaient trop occupés par leurs conquêtes extérieures et par leurs problèmes internes pour se soucier du devenir de la rive musulmane en Méditerranée, surtout dans sa partie occidentale. Les relations avec les Régences barbaresques devaient inévitablement se distendre, cependant que les pôles portuaires de Tunis, d’Alger et de Tripoli, connaissaient une nouvelle splendeur corsaire.

L’activité des Barbaresques

  • 65 Godfrey Fisher, Barbary Legend. War, Trade and Piracy in North Africa (1515-1830), Oxford, 1957.
  • 66 Peter Earle, Corsairs of Malta and Barbary, Londres, 1970.
  • 67 Taoufik Bachrouch, Formation sociale barbaresque et pouvoir à Tunis au xviie siècle, Tunis, 1977.
  • 68 Salvatore Bono, I corsari barbareschi, Turin, 1964.
  • 69 Pierre Boyer, La vie quotidienne à Alger à la veille de l’intervention française, Paris, 1963.
  • 70 Michel Fontenay et Alberto Tenenti, « Course et piraterie méditerranéenne de la fin du Moyen Age a (...)

32L’histoire des provinces africaines de l’Empire ottoman au xviie siècle a été le sujet de multiples ouvrages dans les années 1960-1970, centrés évidemment sur la course qui était la principale activité des capitales portuaires d’Alger, de Tunis et de Tripoli. Ces études furent menées par des historiens de nationalités diverses : des Anglais comme Godfrey Fisher65 ou Peter Earle66, des Tunisiens comme Taoufik Bachrouch67, des Italiens comme Salvatore Bono68, ou encore des Français, à l’exemple de Pierre Boyer69 et Michel Fontenay70. Il ne reste plus guère à apprendre de la course barbaresque aujourd’hui, mais elle nous intéresse essentiellement dans le rôle qu’elle joua au xviie siècle sur le devenir de la frontière maltaise, qui fut à la fois maintenue sur un plan militaire et modifiée par tous les échanges nés de la pratique corsaire.

  • 71 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 405.
  • 72 Moulay Belhamissi, Marine et marins d’Alger (1518-1830), II, Alger, 1996, p. 122-123.
  • 73 Sadok Boubaker, La Régence de Tunis au xviie siècle : ses relations commerciales avec les ports de (...)

33Car l’originalité des provinces du Maghreb tenait à leur proximité avec la rive chrétienne qui engendrait des effets contradictoires. D’une part, et tandis que l’Empire ottoman était en paix avec les pays méditerranéens, la menace chrétienne au Maghreb était permanente, du fait du maintien des implantations côtières espagnoles, et fut même ravivée lors des expulsions des Morisques, dont la dernière vague parvint en Algérie et en Tunisie en 160971. La proximité du danger chrétien était ainsi une des principales raisons d’une course musulmane, exclusivement maghrébine : venger les musulmans d’Espagne, riposter à la course chrétienne et lutter contre la prépondérance économique de l’Europe en Méditerranée, telles étaient finalement les motivations essentielles de la course barbaresque72. D’autre part, la présence en Barbarie de représentants de la rive chrétienne favorisait des échanges de nature plus pacifique, par le développement d’un « vrai » commerce de marchandises, qui venait s’ajouter à celui, déjà très lucratif, du rachat des captifs73.

  • 74 Taoufik Bachrouch, Formation sociale barbaresque... cit., p. 62-63.
  • 75 T. Bachrouch, Formation sociale barbaresque et pouvoir à Tunis... cit., p. 63.
  • 76 Paul Sebag, Tunis au xviie siècle. Une cité barbaresque au temps de la course, Paris, 1989, p. 112 (...)
  • 77 Mohammed-Hadi Chérif, « Introduction de la piastre espagnole (« ryal ») dans la Régence de Tunis a (...)

34Libérée des forces de contraintes inhérentes à la guerre et à la domination des empires espagnol et ottoman au xvie siècle, la course devait ainsi être élevée, à Alger et à Tunis, au rang d’une entreprise gouvernementale aux nombreuses incidences politiques, économiques et sociales. Les Turcs installés dans les provinces, ainsi que n’importe quel aventurier musulman ou renégat, trouvaient dans la course un moyen supplémentaire de courir fortune, tandis que le gouvernement provincial dont ils étaient l’assise militaire, se gardait bien de les contrarier74. À Tunis, le gouvernement se satisfaisait pleinement du dynamisme de l’activité corsaire qui palliait les manques financiers, à une époque ou` les premiers deys s’efforçaient de renforcer leur autorité par des largesses à leur clientèle, et ou` l’autorité de la capitale ne s’étendait pas encore aux campagnes, ce qui occasionnait des difficultés pour le prélèvement des impôts75. En outre, la course, qui représentait un moyen peu coûteux de ravitailler les ports en matériel et marchandises, apportait à Tunis, Alger et Tripoli de la monnaie espagnole (real) ou européenne plus saine que celle des provinces, dont le système monétaire se dépréciait en même temps que le numéraire ottoman76. L’orientation européenne des liens matériels de la Tunisie, révélée par le triomphe de la piastre espagnole dans le pays, constituait ainsi un frein déjà sensible à l’allégeance orientale aux Osmanlis77, qui devait se concrétiser bientôt sur un plan politique.

  • 78 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 414.
  • 79 P. Sebag, Tunis au xviie siècle... cit., p. 14-15.
  • 80 R. Mantran, « L’évolution des relations entre la Tunisie et l’Empire ottoman du xvie au xixe siècl (...)

35L’indépendance progressive de la province de Tunis fut en effet liée à la montée en puissance du pouvoir beylical. Othman Dey avait institué la fonction de bey de la mahalla (qu’il n’exerça pas) qui devait faire régner l’ordre dans la province et prélever l’impôt78. Mais la fonction du bey entra rapidement en conflit avec celle du dey, qui s’exerçait essentiellement sur la capitale et sur les janissaires. Finalement, dans les années 1620-1630, le bey Mûrâd Kursu, également pacha, parvint à transmettre la fonction beylicale à son fils, fondant de la sorte une dynastie qui devait tenir la Tunisie jusqu’au début du xviiie siècle79, en dépit du maintien de la fonction de dey et de celle, purement honorifique, de pacha, qui dépendaient toutes deux de la Porte80. En Tripolitaine, l’évolution fut sensiblement la même que dans la province de Tunis, et tendit à une distanciation progressive des Barbaresques, suffisamment puissants de par leur activité corsaire, de la Porte. À Tripoli, le détachement politique à l’égard de l’Empire se produisit lors d’une révolte des janissaires en 1609, qui chassèrent le beylerbey, représentant du sultan, pour mettre au pouvoir un de leurs chefs. Cette fois encore, l’autorité sur la province africaine échappait à la Porte, qui ne la contrôlait plus directement et devait en passer par le pouvoir des beys à partir du xviiie siècle.

36L’activité corsaire et l’affirmation d’une certaine indépendance des Barbaresques à l’égard de la Porte étaient bien des facteurs déterminants dans l’évolution des rapports entre les rives au xviie siècle. Par la représentation de la permanence du danger guerrier, la course barbaresque justifiait encore l’existence d’une frontière militaire. Mais dans le même temps, les échanges particuliers qu’elle engendrait, pour revendre les surplus des prises, les navires et les captifs, qu’il était parfois plus profitable de négocier en terre d’Islam que dans les ports chrétiens, animaient différemment la frontière, la rendant poreuse et plus accessible aux franchissements des hommes et des marchandises.

37En outre, la désunion toujours plus évidente de la rive musulmane s’accordait pleinement avec le fractionnement du bloc chrétien, et avait pour conséquence la signature d’accords commerciaux ou de traités pacifiques entre divers États européens et les différents ports d’Afrique du Nord. Il n’était plus nécessaire de passer par l’Empire ottoman, pour développer le commerce avec les Barbaresques, et leur faire la guerre n’était plus synonyme d’un affront déclaré à la Porte. L’amorce d’un éclatement synchronique des rives créait ainsi une multiplicité de fronts, et un épanouissement original de la frontière entre les civilisations.

LE DEVENIR DE LA FRONTIÈ RE MALTAISE

38La frontière est un processus. Par cela, elle naît ; par cela également, elle survit aux évolutions contextuelles qui l’affectent. Cette idée d’une permanence du processus frontalier, aujourd’hui admise par les historiens, n’apparaissait pourtant pas si évidente avant l’apport et la découverte de l’historiographie anglo-saxonne.

  • 81 D. Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire (xvie-xixe siècles), Paris, 1998.
  • 82 John Mann, « The frontier of the principate », in ANRW, II, 1, p. 508-531.

39Nous avons déjà illustré en première partie le processus militaire de naissance des frontières, que l’historiographie européenne a maintes fois étudié. Depuis l’article de Lucien Febvre en 1928, jusqu’au récent ouvrage de Daniel Nordman sur la structuration et la définition spatiale de l’État français à l’époque moderne, les ouvrages français reflètent souvent cette évolution : avec le temps, les zones-frontières deviennent des lignes de démarcations, et les espaces se muent en territoires81. Guerres et conquêtes sont ainsi à l’origine de l’inscription dans un sol d’une césure, rendue bientôt officielle par des cartes ou des traités diplomatiques, qui achèvent le processus frontalier et transforment la frontière en limite. Conséquence d’un processus militaire d’expansion, dont elle reflète le coup d’arrêt par l’impossibilité des puissances à s’imposer finalement l’une à l’autre82, la frontière est la représentation, ancrée dans un espace de confrontations, de l’aboutissement de ce processus. En s’enracinant dans un lieu, sur un plan matériel (par des remparts), humain (par la présence de soldats) et symbolique (par sa représentation dans des cartes ou dans des textes), la frontière porte ouvertement témoignage de son essence même, qui la voue à la rupture. Elle existe pour circonscrire, définir, séparer, et semble destinée uniquement à cela.

40Au lendemain de la paix signée entre les Espagnols et les Ottomans, en 1578, la frontière maltaise était ainsi parvenue au terme de son processus de construction. Engendrée par l’affrontement entre les rives et par le danger porté en son sein, inscrite dans le sol insulaire par les fortifications et par la construction d’une capitale militaire et symbolique, la frontière maltaise était devenue la césure par excellence qui paraissait séparer à jamais les civilisations. Cependant, le nouveau contexte de morcellement des rives, ainsi que la multiplicité des fronts entre pays européens et cités musulmanes qui en découlait, avaient plongé le bassin méditerranéen dans une certaine confusion. L’unité des anciennes rives et l’affrontement des civilisations avaient jusqu’alors imposé un ordre commode, ou` l’ennemi, facilement identifiable, était celui qui croyait en un autre Dieu et qui résidait de l’autre côté de la frontière. Mais au xviie siècle, la cessation progressive des activités guerrières, puis le moindre intérêt simultané des Ottomans et de l’Espagne pour la Méditerranée, avaient ouvert des brèches en lesquelles s’étaient engouffrés des étrangers venus du Nord, indifférents au souvenir des anciennes luttes, qui n’hésitaient donc pas à franchir la frontière physiquement, par la pratique des nouveaux échanges corsaires et commerciaux, ou idéologiquement, par une apostasie et leur mise au service des Barbaresques.

41Dans le contexte maritime de transition, le devenir de la frontière maltaise devait être celui de toutes les frontières. C’est grâce à l’apport novateur de l’historiographie anglo-saxonne, et tout particulièrement américaine, qui est aujourd’hui couramment admise par les historiens, que nous pouvons analyser les transformations de notre frontière insulaire. Les auteurs anglo-saxons ont en effet été les premiers à s’interroger sur la possibilité d’une permanence du processus frontalier, qui, loin de s’achever dans la démarcation territoriale et dans la fin d’un contexte d’affrontements entre deux civilisations hostiles, comme c’est le cas dans la Méditerranée du début du xviie siècle, survit par le mouvement permanent qui l’impulse et la transforme. L’histoire des frontières devient alors celle de leur constante évolution.

  • 83 F.-J. Turner, La frontière dans l’histoire des États-Unis, 1893, traduction française, Paris, 1963 (...)
  • 84 W. P. Webb, The Great Frontier, Austin, 1964 (première édition en 1951), p. 6-7.

42C’est la raison pour laquelle l’historiographie américaine, dans la lignée de l’ouvrage fondateur de Frederick Jackson Turner83, s’est moins intéressée à la frontière elle-même qu’aux hommes de la frontière et à la constitution d’une société particulière, qui assurent véritablement au nouveau lieu-frontière sa dynamique et sa constante modernité. L’ancien processus militaire se mue ainsi en un processus d’attraction humaine et économique ; l’histoire de la frontière devient celle de l’essor de relations marchandes dominée par l’installation de nouveaux acteurs. Poursuivant l’analyse de Turner, Walter Prescott Webb montre la complexité de la frontière qui existe plus comme une zone invitant à l’accès que comme une invraisemblable ligne d’arrêt84.

  • 85 Charles R. Whittaker, Les frontières de l’Empire romain, trad. française, Paris, 1989.

43Jusqu’aux plus récents travaux, et particulièrement dans le bel ouvrage de Charles Whittaker sur les frontières de l’Empire romain, l’historiographie a donc conféré à la frontière 85une épaisseur charnelle originale, en plaçant son devenir mouvant dans les parcours d’hommes, dans les contacts humains et dans ses multiples passages ou transgressions. La poursuite du processus frontalier se fait dès lors grâce à une interaction permanente entre des peuples à la fois rivaux et complémentaires, qui ont d’autant plus besoin l’un de l’autre, à la fois sur un plan économique et sur un plan identitaire, que le processus militaire s’est estompé.

44Il est frappant de constater à quel point la dynamique frontalière de Malte coïncide, en ce début de xviie siècle, avec l’appréhension anglo-saxonne des frontières. Loin de demeurer paralysée par l’incertitude nouvelle du bassin méditerranéen, l’île y répond par une activité-débordante. La course, qui représente à la fois une réponse au danger barbaresque croissant et un moyen vital de justifier son existence, est d’abord l’enjeu principal de l’île-frontière. Mais par la capture à peu de frais de biens matériels, de marchandises et d’hommes, la course nécessite des ports ou` revendre les surplus et les denrées non périssables. Un intense trafic de ventes et de rachats d’esclaves et de produits contribue à tisser des liens nouveaux entre les rives, dont Malte devient un nœud central et actif. Les relations économiques nées de la course viennent se greffer en outre sur un commerce qui avait toujours existé et qui, par la multiplicité nouvelle des contacts, commence à se développer pleinement.

  • 86 Jean Heffer, « Le Pacifique, dernière frontière ? », in Les mythes de l’Ouest américain. Visions e (...)

45Cette évolution dynamique et attractive sur les plans humain et économique, accentue évidemment la perméabilité de la frontière maltaise, en favorisant un foisonnement d’échanges difficilement contrôlables. Une excellente étude de Jean Heffer sur l’histoire des relations entre l’Amérique et le Japon dans l’Océan Pacifique du xxe siècle, témoigne également de cet épanouissement original de la frontière maritime, qui se caractérise, à la fin du temps de la guerre offensive, par une intensification des échanges entre les rives accompagnée d’un accroissement des peurs primitives et des réactions xénophobes86.

  • 87 Pour ne citer que quelques travaux : Jean Gautier Dalché, « Islam et Chrétienté en Espagne au xiie(...)

46Car une frontière poreuse redevient source de danger identitaire, dès lors que les franchissements frontaliers humains peuvent déboucher sur de véritables transgressions de civilisation. La dynamique attractive de la frontière va donc nécessairement de pair avec un processus de redéfinition identitaire et de contrôle rigoureux. Les études menées par les historiens de la péninsule ibérique au Moyen Âge87, ont depuis longtemps mis au jour le rôle de l’appartenance religieuse dans la définition identitaire de soi et de l’autre, ainsi que dans le maintien d’une frontière de civilisation immuable. Par-delà les parcours individuels, le contrôle religieux inscrit définitivement la césure dans les esprits de tous ceux qui franchissent ou non la frontière.

47Propriété de la couronne espagnole, la frontière de Malte au xviie siècle obéit aux mêmes dynamiques de contrôle religieux que la péninsule ibérique des époques médiévale et moderne. Le catholicisme, qui avait toujours été un des éléments de construction de l’identité insulaire, est revivifié en tant que symbole primordial de la séparation avec la rive musulmane, par une éducation religieuse et une punition absolue de toutes les « hérésies », protestantes ou mahométanes. Ainsi, entre la fin du xvie siècle et le milieu du xviie siècle, la frontière maltaise s’épanouissait pleinement, dans un nouvel équilibre de forces d’ouvertures humaines et économiques, et de clôture religieuse et mentale.

Notes

1 Fernand Braudel, La Méditerranée..., II, p. 429.

2 Ömer Lufti Barkan, « Le déclin de Venise dans ses rapports avec la décadence de l’Empire ottoman », in Decadenza economica veneziana nel secolo xvii, Venise-Rome, 1961, p. 275-279 ; Ö. L. Barkan, « L’Empire ottoman face au monde chrétien au lendemain de la bataille de Lépante », in Gino Benzoni (dir.), Il Mediterraneo nella seconda metà del ’500 alla luce di Lepanto, Florence, 1974, p. 95-107 ; Robert Mantran, « L’Empire ottoman et le commerce asiatique aux xvie et xviie siècles », in Islam and the Trade of Asia : a colloquium Pub. under the auspices of the Near Eastern history group Oxford and the Near East Center, University of Pennsylvania, Oxford, 1970, p. 169-179 (réédité in R. Mantran, L’Empire ottoman du xvie au xviiie siècle, Variorum Reprints, Londres, 1984) ; Seyfettin Gürsel, L’Empire ottoman face au capitalisme, Paris, 1987.

3 Aspetti e cause della decadenza economica veneziana nel secolo xvii : atti del convegno (27 giugno-2 luglio 1957), Venise-Rome, 1961.

4 M. Fontenay, « The Mediterranean, 1500-1800 : Social and Economic Perspectives », in V. Mallia-Milanes (dir.), Hospitaller Malta... cit., p. 72.

5 Natividad Planas, Pratiques de pouvoir au sein d’une société frontalière. Le voisinage de Majorque et ses îles adjacentes avec les terres d’Islam au xviie siècle, Thèse de doctorat de civilisation espagnole, Institut universitaire européen, Florence, 2000, p. 34 et p. 88-90.

6 N. Planas, Pratiques de pouvoir au sein d’une société frontalière... cit., p. 45-46.

7 M. Fontenay, « Les missions des galères de Malte : 1530-1798 », in Michel Vergé-Franceschi (dir.), Guerre et commerce en Méditerranée (ixe-xxe siècle), Paris, 1991, p. 117.

8 Jacques Revel, « La crise du xviie siècle en Méditerranée », in La France et la Méditerranée : vingt-sept siècles d’interdépendance, Leiden, 1990.

9 Molly Greene, « Beyond the Northern Invasion : the Mediterranean in the Seventeenth Century », in Past and present, 174, 2002, p. 42-71.

10 M. Greene, « Beyond the Northern Invasion... », art. cit., p. 45.

11 M. Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ? Les chevaliers de Malte dans le « corso » méditerranéen au xviie siècle », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, XXXV, 1988, p. 368.

12 Geoffrey Parker, « Spain, her ennemies and the revolt of the Netherlands (1559-1648) », in Past and present, 49, 1970, p. 73.

13 Lucien Bély, Yves-Marie Bercé, Jean Meyer, René Quatrefages, Guerre et paix dans l’Europe du xviie siècle, II, Paris, 1991.

14 M. Fontenay, « The Mediterranean, 1500-1800 : Social and Economic Perspectives », in V. Mallia-Milanes (dir.), Hospitaller Malta... cit., p. 76-77.

15 Henry Kamen, « The Thirty Years’ War and the crises and revolutions of Seventeenth-Century Europe », in Past and present, 39, 1968, p. 35.

16 Joseph Pérez, L’Espagne de Philippe II, Paris, 1999, p. 308.

17 J. Pérez, L’Espagne de Philippe II... cit., p. 315-316.

18 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 432-433.

19 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 434.

20 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 156.

21 Samuel Fettah, Les limites de la cité. Espace, pouvoir et société à Livourne au temps du port franc (xviie-xixe siècle), Thèse de doctorat d’histoire, Université d’Aix-Marseille, 1999, p. 33.

22 N. Planas, Pratiques de pouvoir au sein d’une société frontalière... cit., p. 44.

23 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 462.

24 G. Parker, « Spain, her ennemies and the revolt of the Netherlands... », art. cit., p. 87.

25 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 467.

26 Ömer Lufti Barkan, « L’Empire ottoman face au monde chrétien au lendemain de la bataille de Lépante », in Gino Benzoni (dir.), Il Mediterraneo nella seconda metà del ’500... cit., p. 100-101.

27 F. Braudel, Pierre Jeannin, Jean Meuvret, Ruggiero Romano, « Le déclin de Venise au xviie siècle », in Aspetti e cause della decadenza economica veneziana... cit., p. 25.

28 G. Parker, « Spain, her ennemies and the revolt of the Netherlands... », art. cit., p. 88-89.

29 G. Parker, « Spain, her ennemies and the revolt of the Netherlands... », art. cit., p. 89.

30 G. Parker, « Spain, her ennemies and the revolt of the Netherlands... », art. cit., p. 89-90.

31 Luigi de Rosa, « Crise financière, crise économique et crise sociale : le royaume de Naples et la dernière phase de la guerre de Trente ans (1630-1644) », in Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, 4, 1974, p. 176-177.

32 L. de Rosa, « Crise financière, crise économique et crise sociale... », art. cit., p. 178.

33 L. de Rosa, « Crise financière, crise économique et crise sociale... », art. cit., p. 196.

34 M. Aymard, « Il bilancio d’una lunga crisi finanziaria », in Rivista storica italiana, vol. LXXXIV, fasc. IV, dicembre 1972, p. 990.

35 M. Aymard, « Il bilancio d’una lunga crisi finanziaria », art. cit., p. 988.

36 G. Galasso (dir.), Storia d’Italia. La Sicilia... cit., p. 232-234.

37 M. Aymard, « Chiourmes et galères dans la seconde moitié du xvie siècle », in G. Benzoni (dir.), Il Mediterraneo nella seconda metà del ’500... cit., p. 82.

38 G. Galasso (dir.), Storia d’Italia. La Sicilia... cit., p. 275-276.

39 Ludwig Beutin, « La décadence économique de Venise considérée du point de vue nord-européen », in Aspetti e cause della decadenza economica veneziana... cit., p. 102.

40 F. Braudel, P. Jeannin, J. Meuvret et R. Romano, « Le déclin de Venise au xviie siècle », art. cit., p. 46.

41 L. Beutin, « La décadence économique de Venise considérée du point de vue nord-européen », art. cit., p. 95.

42 Ralph Davies, « Influences de l’Angleterre sur le déclin de Venise au xviie siècle », in Aspetti e cause della decadenza economica veneziana... cit., p. 206-207.

43 F. Braudel, « Le siècle des Génois s’achève-t-il en 1627 ? », in Autour de la Méditerranée... cit., p. 434.

44 Gigliola Pagano de Divitiis, « Il Mediterraneo nel xvii secolo : l’espansione commerciale inglese e l’Italia », in Studi storici, 27, 1986, p. 119.

45 Molly Greene, « Beyond the Northern Invasion : the Mediterranean in the Seventeenth Century », in Past and present, n° 174, 2002, p. 42-71.

46 R. Davies, « Influences de l’Angleterre sur le déclin de Venise au xviie siècle », art. cit., p. 185.

47 R. Mantran, « La navigation vénitienne et ses concurrentes en Méditerranée orientale aux xviie et xviiie siècles », in Robert Mantran, L’Empire ottoman du xvie au xviiie siècle, Londres, 1984, p. 376 (réédition d’un article paru in Mediterraneo e Oceano Indiano : atti del VI Colloquio internazionale di storia marittima, 1962, Florence, 1970).

48 Ruggiero Romano, « Tra XVI e XVII secolo. Una crisi economica : 16191622 », in Rivista storica italiana, vol. LXXIV, fasc. III, sept. 1962, p. 491.

49 Immanuel Wallerstein, « Dutch hegemony in the Seventeenth Century world-economy », in M. Aymard (dir.), Dutch capitalism and world capitalism, Cambridge-Paris, 1982, p. 109.

50 Jean-Claude Boyer, « Le capitalisme hollandais et l’organisation de l’espace dans les Provinces-Unies », in M. Aymard (dir.), Dutch capitalism... cit., p. 114.

51 R. Davies, « Influences de l’Angleterre sur le déclin de Venise au xviie siècle », art. cit., p. 213.

52 M. Aymard, « Chiourmes et galères dans la seconde moitié du xvie siècle », art. cit., p. 89-90.

53 R. Davies, « Influences de l’Angleterre sur le déclin de Venise au xviie siècle », art. cit., p. 214.

54 Salvatore Bono, Les corsaires en Méditerranée, Paris, 1998, p. 99.

55 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 156-157.

56 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 228.

57 Seyfettin Gürsel, L’Empire ottoman face au capitalisme, Paris, 1987, p. 78.

58 J.-C. Boyer, « Le capitalisme hollandais et l’organisation de l’espace dans les Provinces-Unies », art. cit., p. 20.

59 Cemal Kafadar, « Les troubles monétaires de la fin du xvie siècle et la prise de conscience ottomane du déclin », in Annales ESC, n° 2, mars-avril 1991, p. 385.

60 S. Gürsel, L’Empire ottoman face au capitalisme, cit., p. 88.

61 Ömer Lufti Barkan, « Le déclin de Venise dans ses rapports avec la dé cadence économique de l’Empire ottoman », in Aspetti della decadenza economica veneziana... cit., p. 276-277.

62 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 239.

63 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 238-239.

64 R. Mantran, « La navigation vénitienne et ses concurrentes en Méditerranée orientale aux xviie et xviiie siècles », art. cit., p. 376.

65 Godfrey Fisher, Barbary Legend. War, Trade and Piracy in North Africa (1515-1830), Oxford, 1957.

66 Peter Earle, Corsairs of Malta and Barbary, Londres, 1970.

67 Taoufik Bachrouch, Formation sociale barbaresque et pouvoir à Tunis au xviie siècle, Tunis, 1977.

68 Salvatore Bono, I corsari barbareschi, Turin, 1964.

69 Pierre Boyer, La vie quotidienne à Alger à la veille de l’intervention française, Paris, 1963.

70 Michel Fontenay et Alberto Tenenti, « Course et piraterie méditerranéenne de la fin du Moyen Age au début du xixe siècle », in Course et piraterie [XVe Colloque international d’histoire maritime], Paris, 1975, p. 78-136 ; M. Fontenay, « Los fenomenos corsarios en la « periferizacion » del Mediterraneo en el siglo xvii », in Desigualdad y Dependencia. La periferización del Mediterráneo Occidental (s. xii-xix), Murcie, 1984, p. 116-121 ; M. Fontenay, « La place de la course dans l’économie portuaire : l’exemple de Malte et des ports barbaresques », in Simonetta Cavaciocchi (dir.), I porti come impresa economica, Florence, 1985, p. 843-879.

71 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 405.

72 Moulay Belhamissi, Marine et marins d’Alger (1518-1830), II, Alger, 1996, p. 122-123.

73 Sadok Boubaker, La Régence de Tunis au xviie siècle : ses relations commerciales avec les ports de l’Europe méditerranéenne, Marseille et Livourne, Zaghouan, 1987 [Centre d’Études et de recherches ottomanes morisco-andalouses].

74 Taoufik Bachrouch, Formation sociale barbaresque... cit., p. 62-63.

75 T. Bachrouch, Formation sociale barbaresque et pouvoir à Tunis... cit., p. 63.

76 Paul Sebag, Tunis au xviie siècle. Une cité barbaresque au temps de la course, Paris, 1989, p. 112-114.

77 Mohammed-Hadi Chérif, « Introduction de la piastre espagnole (« ryal ») dans la Régence de Tunis au début du xviie siècle », in Cahiers de Tunisie, 1968, p. 53.

78 R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman... cit., p. 414.

79 P. Sebag, Tunis au xviie siècle... cit., p. 14-15.

80 R. Mantran, « L’évolution des relations entre la Tunisie et l’Empire ottoman du xvie au xixe siècle », in Les Cahiers de Tunisie, n° 26-27, 7e année, 2e-3e trim. 1959, p. 324.

81 D. Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire (xvie-xixe siècles), Paris, 1998.

82 John Mann, « The frontier of the principate », in ANRW, II, 1, p. 508-531.

83 F.-J. Turner, La frontière dans l’histoire des États-Unis, 1893, traduction française, Paris, 1963, p. 95-97.

84 W. P. Webb, The Great Frontier, Austin, 1964 (première édition en 1951), p. 6-7.

85 Charles R. Whittaker, Les frontières de l’Empire romain, trad. française, Paris, 1989.

86 Jean Heffer, « Le Pacifique, dernière frontière ? », in Les mythes de l’Ouest américain. Visions et révisions, Nanterre, 1993, p. 90-93.

87 Pour ne citer que quelques travaux : Jean Gautier Dalché, « Islam et Chrétienté en Espagne au xiie siècle : contribution à l’étude de la notion de frontière », in Hespéris, XLVII, 1959, p. 183-217 ; André Bazzana, Pierre Guichard, Philippe Sénac, « La frontière dans l’Espagne médiévale », in Castrum 4. Frontière et peuplement dans le monde méditerranéen au Moyen Âge, Rome-Madrid, 1992 (Collection de l’École française de Rome, 105/4), p. 35-59 ; Mariá Concepción Quintanilla Raso, « Adaptation et évolution d’une société urbaine de frontière : Cordoue à la fin du XVe siècle », in Denis Menjot (dir.), Les villes-frontière. Moyen Âge, Époque moderne, Paris, 1996, p. 209-226 ; Eduardo Manzano Moreno, « The Creation of a Medieval Frontier : Islam and Christianity in the Iberian Peninsula, Eight to Eleventh Centuries », in Daniel Power, Naomi Standen (dir.), Frontiers in Question. Eurasian borderlands, 700-1700, Londres, 1999 ; P. Sénac, La Frontière et les hommes (viiie-xiie siècles). Le peuplement musulman au nord de l’Èbre et les débuts de la Reconquête aragonaise, Paris, 2000 ; Ann Christys, « Crossing the Frontier of Ninth-Century Hispania », in David Abulafia, Nora Berend (dir.), Medieval Frontiers : Concepts and practices, Ashgate, 2002, p. 40-52.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540