Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Malte, frontière de chrétienté (1530-1670)

 | 
Anne Brogini

Deuxième partie. Une frontière épanouie (1575-1635)

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

« La bonne frontière ?... Naturelle mais effacée, ouverte mais protectrice, lieu d’échanges et de contacts, de conciliabules et de rencontres, bref, idéale ! ».
Michel Foucher, Fronts et frontières,
Fayard, Paris, 1991, p. 9.

1Issue de la guerre et vouée à la césure, la frontière maltaise à partir de la fin du xvie siècle s’était brusquement ouverte à des échanges qui, s’ils n’étaient pas nouveaux et avaient existé au xvie siècle, voire au Moyen Âge, devaient rapidement dominer toute l’économie et la société insulaires. À partir de 1575, le destin maltais prenait un virage décisif, dont la courbe épousait harmonieusement la nouvelle conjoncture méditerranéenne.

  • 1 Bernard Vincent, « Philippe II et l’Afrique du Nord », in Felipe II (15271598). Europa y la monarq (...)
  • 2 F. Braudel, « Les Espagnols et l’Afrique du Nord... », art. cit., p. 33.

2Comme le souligne Bernard Vincent1, l’année 1574 avait constitué, plus encore que celle de 1577, qui marquait la négociation de la trêve hispano-turque et qui avait été retenue par Fernand Braudel2, la véritable échéance de la politique guerrière de Philippe II, le long de sa frontière avec l’Islam. La perte de Tunis en 1574 portait en germe l’événement de la pacification des rapports entre les grands empires qui s’étaient jusqu’alors partagé la Méditerranée. À Malte même, l’année 1574-75 devait également marquer une rupture nette. D’une part, l’achèvement de la construction de La Valette donnait une impulsion nouvelle au milieu portuaire, la jeune capitale attirant à elle de nombreux habitants, d’origine maltaise ou étrangère, qui profitaient de la suspension de la guerre classique en Méditerranée pour venir y pratiquer course et commerce. D’autre part, l’installation en 1574 du Saint-Office romain, dont l’activité s’imposa dans le port dès l’année suivante, introduisait un contrôle inédit de la vie religieuse et sociale de l’île, et contrebalançait l’ouverture portuaire par une répression sévère de toutes les dissidences et la formation des esprits dans la peur et le refus de tous les non catholiques.

3Dans son nouvel épanouissement, la frontière maltaise devait vivre dès le xviie siècle, selon un double mouvement d’ouverture économique et sociale, et de clôture religieuse et mentale. Dans une Méditerranée désormais plus incertaine, où les conflits directs entre les deux empires avaient cessé et où pénétraient des acteurs du Nord étrangers à l’ancienne rivalité des civilisations, devaient se développer les activités de commerce et de course, cette dernière jouant sur les deux tableaux de la guerre (par l’appropriation du butin) et du commerce (par la revente de celui-ci). Devenue un État corsaire important, gouverné par un groupe allogène qui regroupait plusieurs composantes « nationales » autour d’une définition sociale commune (la noblesse), Malte allait vivre essentiellement dans la première moitié du xviie siècle de la razzia et du butin.

4L’essor des échanges corsaires et marchands accentuait d’une part le lien vital reliant Malte à la Sicile, son principal centre de ravitaillement alimentaire et plus particulièrement à Messine, place essentielle de reventes des prises et des esclaves, et d’autre part posait les jalons de relations commerciales durables avec la rive sud, barbaresque et levantine. Le port de Malte attirait ainsi à lui une masse d’acteurs insulaires ou étrangers, prêts à investir leur personne et leur fortune dans la course et dans le commerce qui en découlait. Des hommes de toutes origines et de toutes nationalités, y compris des musulmans et des juifs libres porteurs de saufs-conduits magistraux, devaient se côtoyer désormais dans un espace portuaire vivant et cosmopolite.

5En réponse à une telle ouverture, qui rendait plus délicate la perception de la transgression et du reniement, les autorités religieuses de l’île (l’Ordre, l’Inquisition, les divers ordres monastiques) établirent un contrôle permanent de la population, sur un plan religieux et social, et maintinrent celle-ci dans une orthodoxie religieuse stricte, par le biais de la condamnation, affichée de façon presque ostentatoire, de ces passeurs de frontières qu’étaient les renégats, et de tous ceux qui, dans l’île, pouvaient être tentés par l’hérésie, « mahométane » ou autre. Au développement multiforme et anarchique des échanges commerciaux et des contacts interculturels et interethniques, qui constituait la réalité de la vie quotidienne, devait s’opposer l’affirmation d’une identité catholique érigée en ligne de défense contre l’omniprésence de l’autre et des tentations qu’il portait en lui.

Notes

1 Bernard Vincent, « Philippe II et l’Afrique du Nord », in Felipe II (15271598). Europa y la monarquía católica, I, Parteluz, 1998, p. 971.

2 F. Braudel, « Les Espagnols et l’Afrique du Nord... », art. cit., p. 33.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540