Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Offices et papauté (XIVe-XVIIe siècle)

 | 
Armand Jamme
, 
Olivier Poncet

II. Charges et offices

Les serviteurs du cardinal-neveu Scipione Borghese et le service du pape, 1605-16211

Birgit Emich et Wolfgang Reinhard

Texte intégral

  • 1 Cette contribution, traduite par Gudrun Reinhard et Marie Ha Duy, est fondée sur des recherches co (...)
  • 2 M. Laurain-Portemer, Absolutisme et népotisme. La surintendance de l’État ecclésiastique, dans Bib (...)
  • 3 Cf. M. Laurain-Portemer, Ministériat, finances et papauté au temps de la Réforme catholique, dans (...)
  • 4 J. Semmler, Das päpstliche Staatssekretariat in den Pontifikaten Pauls V.
  • 5 W. Reinhard, Freunde..., cit. n. 3, p. 62.
  • 6 W. Reinhard, Papstfinanz und Nepotismus unter Paul V. (1605-1621). Studien und Quellen zur Struktu (...)

1Le surintendant de l’État ecclésiastique, en règle générale un neveu du pape régnant promu cardinal, recevait lors de sa nomination par un bref des pleins pouvoirs très étendus. Il est en quelque sorte devenu le vice-roi du pape pour les affaires de l’État ecclésiastique et pour la diplomatie2. Pour cette raison Madelaine Laurain-Portemer a tiré la conclusion, un peu prématurée, que les neveux des papes avaient utilisé ces pleins pouvoirs largement et d’une manière très indépendante. Mais la plupart du temps ce sont des exceptions, qui ne concernent du reste que les neveux de papes faibles3. Josef Semmler a confirmé au contraire dans ses recherches sur le secrétariat d’État de Paul V les observations déjà connues d’autres pontificats, en constatant que le cardinal-neveu Scipione Caffarelli Borghese était et restait le destinataire des lettres arrivant de l’État ecclésiastique et des nonciatures apostoliques et qu’il signait aussi la masse de la correspondance active, mais que malgré cela c’était le pape qui dirigeait la politique avec le secrétaire en chef du secrétariat d’État, tandis que le cardinal-neveu se retirait à la longue et de plus en plus des affaires4, à ce qu’on disait pour s’adonner à ses intérêts culturels. La fonction politique du cardinal-neveu était donc réduite à celle d’un signataire qui prenait ainsi la responsabilité formelle des décisions et des manifestations du pape, lesquelles restaient révisables dans le sens d’une administration bureaucratique moderne. Ces écrits n’avaient plus le caractère d’irréversibilité des documents du gouvernement pré-moderne issus de la justice comme les bulles et brefs des papes5. Puisque ce service pour le pouvoir papal ne devait pas être nécessairement accompli par un parent du pape, il semble que la vraie fonction du cardinal-neveu était surtout d’accumuler sous le prétexte de cette tâche le plus possible de revenus de bénéfices et de les transmettre à la dynastie familiale6.

  • 7 B. Emich, Bürokratie..., cit. n. 1, p. 38.

2On a l’impression que tout cela conduit alors à l’antagonisme bien connu : d’une part les fonctions administratives au service du pape et dans l’intérêt public – d’autre part la corruption dans l’intérêt privé de la famille papale. Pourtant une analyse détaillée des documents et du personnel montre qu’une telle vue dichotomique d’intégrité bureaucratique et de corruption népotiste n’est plus acceptable, même si l’on veut admettre que le concept de « corruption », est un peu anachronique, étant donné l’obligation d’une représentation quelque peu fastueuse7. Les serviteurs du pape étaient en même temps les serviteurs du cardinal-neveu ou inversement. Changer de service entre les deux maîtres était assez normal. Et tout ce qu’on faisait au service du cardinal-neveu n’était pas contradictoire avec le service de la papauté, et inversement. Certainement il y avait des intérêts incompatibles et des opinions différentes entre l’oncle et le neveu ; mais c’étaient plutôt de rares exceptions grâce à une sorte de division des tâches politiques.

  • 8 Cf. aussi les listes très détaillées chez B. Emich, Bürokratie..., cit. n. 1 ; dans le même ouvrag (...)

3La correspondance de Scipione Borghese dans le Fonds Borghese et dans d’autres fonds des Archives et de la Bibliothèque du Vatican8 laisse apparaître trois rôles différents que le cardinal-neveu avait à jouer sur la scène romaine. D’abord il était Sopraintendente dello Stato ecclesiastico, il gérait toute la correspondance officielle du secrétariat d’État et des congrégations administratives de l’État und Gregors XV. 1605-1623, Fribourg-en-Brisgau, 1969 (Römische Quartalschrift, Supplementheft, 33), 49-51. ecclésiastique sous sa direction, en particulier celle de la Consulta et du Buon Governo, qui étaient sous sa direction en sa qualité de préfet. En outre l’autorité de sa signature était parfois demandée aussi par d’autres instances même proprement ecclésiastiques, où normalement il ne jouait aucun rôle. Deuxièmement, il était chargé de toute la correspondance de patronage avec des fonctionnaires et d’autres personnes, concernant les questions de protection. Il s’occupait surtout de recevoir et de délivrer les lettres de recommandation pour le placement dans un office et pour beaucoup d’autres choses. L’obligation de prendre soin de la clientèle de la famille Borghese n’était pas du tout une affaire privée du neveu et elle n’était non plus en contradiction avec les intérêts du gouvernement du pape. Au contraire, dans la plupart des cas il était même effectué au service du pouvoir papal. Troisièmement, il existe encore une autre catégorie de correspondance, que nous pourrions caractériser par le mot « privée » faute d’un meilleur terme. Celle-ci était essentiellement relative à la gestion des biens et des intérêts financiers du cardinal et de la famille Borghese, mais aussi à tous ses intérêts culturels en sa qualité de collectionneur d’art et mécène. Pour comprendre la façon dont le pape était servi dans ces circonstances, il est très éclairant d’envisager les différents bureaux dont Scipione Borghese se servait alternativement pour ces diverses tâches, ainsi que les rapports de dépendance ambigus et changeants, dans lesquels se trouvait le personnel entre le pape et son neveu.

4Le secrétariat d’État entretenait la correspondance avec les diplomates du pape d’une part, avec les gouverneurs des provinces de l’État ecclésiastique d’autre part, pourvu qu’ils aient le rang d’un cardinal légat comme à Bologne et à Ferrare. La correspondance passive était adressée à Borghese, la correspondance active portait sa signature. Il semble que au début de sa carrière Borghese a étudié et trié personnellement les lettres arrivant des nonciatures et des légations. Muni de quelques-unes d’entre elles, il se rendait chez son oncle le pape, lui en présentait le contenu et notait les décisions de celui-ci au verso de la lettre, si Paul V ne voulait pas les examiner lui-même. Après cela le secrétaire en chef du secrétariat d’État formulait la réponse comme pour la plupart de la correspondance passive, que Borghese lui donnait directement et qu’il discutait immédiatement avec le pape. Après 1609 ou 1610 pourtant, le cardinal-neveu se retira totalement de ces affaires, comme cela a été dit, et s’en tint à signer la correspondance active. Désormais la politique en règle générale était négociée directement entre le pape et le secrétaire en chef, ce qui avait à la longue pour conséquence que celui-ci pouvait prendre aussi formellement la tête du secrétariat d’État, devenir indépendant, et enfin avec le titre de cardinal secrétaire d’État remplacer le cardinal-neveu au premier rang de la curie romaine. À l’époque de Borghese pourtant il n’y avait pas encore une séparation stricte des affaires. Jusqu’en 1616 le secrétariat d’État avait encore la part majeure de la correspondance de patronage, dont nous parlerons plus tard.

5Comme « vice-roi » de l’État ecclésiastique le cardinal-neveu était automatiquement aussi le préfet des congrégations relevant de cette compétence, en particulier de la Consulta, qui s’occupait de la juridiction des governatori locaux à côté ou parfois sous la direction d’un cardinal légat. En deuxième lieu il faut parler de la congrégation du Buon Governo, chargé du contrôle du régime financier des communes. En plus il y avait des congrégations administratives spécialisées parfois permanentes ou seulement temporaires comme la Congregazione delle acque, continuellement occupée des problèmes des constructions hydrauliques dans la plaine du Pô. Les séances des congrégations avaient lieu dans les appartements du cardinal-neveu, et les décisions étaient aussi prises sous sa présidence. Néanmoins, même ici, les secrétaires jouaient le rôle le plus important, surtout en raison de leur forte expérience. C’étaient eux qui présentaient à la congrégation concernée les lettres reçues et ils préparaient aussi la réponse. Mais surtout ils travaillaient, de même que les secrétaires en chef du secrétariat d’État directement, avec le pape. Car le gouvernement fonctionnait toujours encore d’après le principe du rescriptum, c’est-à-dire que l’administration réagissait seulement en réponse aux demandes des sujets, les memoriali ou suppliche. Ces requêtes étaient normalement adressées au souverain pontife lui-même et celui-ci les répartissait à l’aide de son segretario de’ memoriali aux différents bureaux, c’est-à-dire, aux secrétaires qui devaient les examiner et rédiger une réponse. D’autre part c’était aussi leur devoir de présenter au pape les décisions des congrégations quand elles avaient une certaine importance, afin que celui-ci puisse donner son consentement. S’il était nécessaire de délivrer un bref de gratis, les secrétaires devaient s’occuper du brouillon et de la rédaction au net dans le Secrétariat des Brefs. Même si son préfet s’appelait aussi Scipione Borghese, c’était le secrétaire des Brefs qui travaillait en toute indépendance depuis longtemps. Encore une fois on découvre dans les actes que les décisions se faisaient au niveau des secrétaires et que la participation du cardinal-neveu était surtout protocolaire et formelle, bien sûr seulement tant qu’il ne s’agissait pas des affaires de patronage ou même des intérêts privés des Borghese.

  • 9 Chr. Weber, Senatus Divinus. Verborgene Strukturen im Kardinalskollegium der frühen Neuzeit (1500- (...)
  • 10 B. Emich, Bürokratie..., cit. n. 1, p. 250 n. 126.
  • 11 Ibid., p. 254.

6Les décisions importantes de la Chambre apostolique dans les questions financières et économiques étaient parfois aussi signées par le cardinal-neveu, de même qu’il intervenait par le biais du secrétariat d’État dans la correspondance entre le haut commandement de l’armée pontificale et les commandants locaux. Mais il semble aussi qu’il n’avait que peu affaire avec les problèmes concrets dans ce domaine comme avec ceux des autorités ecclésiastiques au sens propre comme par exemple la Pénitencerie, dont il était tout de même le chef avec le titre de grand-pénitencier. Pourtant il y avait des interférences très significatives. Dans tout le domaine ecclésiastique, le cardinal Gian Garzia Millino jouait un rôle central comme homme de confiance particulier de Paul V, qu’on pouvait presque comparer avec celui du cardinal-neveu dans le domaine séculier. D’après nos critères contemporains, Millino était un parent plutôt éloigné du pape et du neveu, mais du point de vue de l’époque, un parent assez proche9. Comme secrétaire de l’Inquisition et préfet de la Congrégation du Concile, Millino était le chef des deux dicastères les plus importants. En outre, il était dans le même temps membre des congrégations pour les Évêques et les Réguliers, pour l’Index, pour les Rites et de la Signatura di grazia10. Mais quand il avait par exemple besoin de l’assistance des légats et des nonces, il pouvait préparer les textes nécessaires, lesquels étaient toutefois rédigés au secrétariat d’État par ordre du pape et soussignés par Scipione Borghese. Vole Nostro Signore che il Signor Cardinale padrone scriva al Vescovo di Ventimiglia Visitatore Apostolico in Corsica ; avec ces mots une note de Millino informe le secrétaire en chef en lui donnant des instructions détaillées11.

  • 12 J. Semmler, Das päpstliche Staatssekretariat..., cit. n. 4, p. 119 sq.

7Il ressort finalement l’image d’une bureaucratie qui sans doute n’était pas encore très développée mais qui était pourtant un instrument assez professionnel et pertinent au service de la papauté. Elle n’avait besoin que de la seule signature d’un chef dont l’autorité reposait, comme à l’ordinaire dans la période pré-moderne, sur la consanguinité et sur la faveur du souverain. Tout cela est vrai. Mais c’est seulement la moitié de la vérité. D’abord on veillait soigneusement à placer partout dans les positions clés jusqu’aux secrétaires, des parents ou du moins des clients du pape et de la famille Borghese. La où cela n’était pas possible, à défaut de disposer de clients qualifiés, on essayait, pour compenser, de s’attacher les fonctionnaires déjà en charge à la clientèle des Borghese. Pour cela on pouvait par exemple les gratifier de revenus ecclésiastiques ou leur accorder d’autres preuves de faveur et aussi entretenir l’espérance de réaliser finalement par la protection du pape ou du cardinal-neveu le rêve de chaque curialiste : obtenir la promotion au cardinalat. N’était-ce pas vrai pour le secrétaire en chef, Lanfranco Margotti, qui malgré sa famille très modeste et son attachement originel à la cour d’un cardinal des Aldobrandini, famille ennemie des Borghese, atteignit finalement ce but en 1610 ?12

  • 13 M. Weber, Wirtschaft und Gesellschaft. Grundriß der verstehenden Soziologie, Tübingen, 1956, p. 16 (...)
  • 14 W. Reinhard, Mikropolitik dicht beschrieben. Aufzeichungen des römischen Sekretärs Vincenzo Bilott (...)

8Si on regarde de plus près, il faut reconnaître que ce qui primait n’était pas encore la loyauté abstraite des fonctionnaires modernes pour l’institution État ou papauté, mais plutôt, après comme avant, la fidélité concrète du serviteur envers son maître13, le pape ou le cardinal-neveu, et cette fidélité était fondée et stabilisée par des dons reçus et rendus. Vincenzo Bilotta, segretario de’ memoriali jusqu’en 1606, en outre homme de confiance de Borghese, puis de 1606 à 1609 secrétaire des chiffres, un poste de confiance particulier au secrétariat d’État, parle dans son carnet intime non seulement très franchement des peurs et des difficultés vécues dans les relations très problématiques d’un serviteur placé dans une situation exposée, mais il laisse aussi entendre, que la position officielle dans l’appareil bureaucratique et l’attachement personnel au patron vont de pair14.

9Pour cette raison, diriger les relations avec les clients du réseau Borghese était une des plus importantes tâches du cardinal-neveu et d’une portée décisive non seulement pour cette famille mais aussi pour le fonctionnement de tout le système du pouvoir pontifical. Le cardinal padrone, un titre qui démontre clairement son rôle, ne se retirait pas du tout des affaires concernant la politique du personnel, la distribution des postes et des faveurs, les lettres de recommandation. Au contraire, sa correspondance montre qu’il s’occupait intensément de ces questions, prenait personnellement des décisions, ou amenait le pape à prendre des décisions. Les réponses concernant ces affaires furent rédigées au secrétariat d’État mais le secrétaire en chef ne s’occupait pas du contenu. Il n’avait qu’à formuler un texte suivant les notes inscrites au verso de la lettre. D’abord Borghese élabora lui-même ces notes, mais rapidement ce travail revint à son auditeur ; le premier fut Michelangelo Tonti, puis à partir de 1608 Domenico Rivarola, puis en 1611, lorsque Rivarola reçut comme Tonti avant lui, le chapeau rouge, ce fut Francesco Maria Franceschini, et après sa mort en 1612, le très capable Francesco Cennini. Il est évident que la correspondance de patronage augmentait très vite et que le cardinal-neveu n’était plus capable de la gérer personnellement.

  • 15 D’après B. Emich, Bürokratie..., cit. n. 1, p. 307, on peut définir précise ment comme sujets du s (...)
  • 16 B. Emich, Bürokratie..., cit. n. 1, p. 87.

10Une partie de cette correspondance a éte transférée par les auditeurs, selon toute apparence un peu arbitrairement15, à un secrétariat privé du cardinal-neveu, d’abord assuré par Angelo Corradi. De 1607 à 1616, Pietro Campori en était chargé ; depuis 1610, il était aussi, en qualité de maggiordomo du cardinal, responsable des bien fonciers et des revenus de celui-ci. Lorsque Campori, l’homme de confiance le plus important du cardinal-neveu, reçut aussi le chapeau rouge, on entreprit en septembre 1616 une réorganisation. Stefano Pignatelli prenait la responsabilité des affaires économiques du maggiordomo, tandis que la correspondance de patronage au sens plus large, qui était jusqu’alors partagée entre le secrétariat d’État et le secrétariat privé, fut regroupée dans un nouveau « secrétariat de patronage » dirigé par Ottavio Bacci, dont existe une série de registres à part16.

  • 17 V. Reinhardt, Kardinal Scipione Borghese..., cit. n. 6, p. 439 e 523.
  • 18 W. Reinhard, Amici e creature. Politische Mikrogeschichte der römischen Kurie im 17. Jahrhundert, (...)

11Selon toute apparence être au service du cardinal-neveu passait pour être au service du pape. Pour les serviteurs bien appréciés du cardinal-neveu comme Tonti, Rivarola, Campori ou Pignatelli il n’était pas trop difficile de devenir cardinal et de continuer ainsi sa carrière au service direct du pape. Mais être au service du pape pouvait aussi être compris comme être au service du cardinal-neveu. Vincenzo Bilotta pouvait travailler comme secrétaire des chiffres pour le pape, et être en même temps tout naturellement l’homme de confiance et un collaborateur intime du cardinal-neveu. Les nonces de Turin et de Naples avec les fonctionnaires de leurs nonciatures étaient de leur côté naturellement chargé de l’administration des abbayes que Borghese possédait dans ces pays17. Le nonce de Bruxelles devait ainsi fournir des gobelins, des tableaux et des animaux pour le parc du cardinal-neveu18 – mais le nom de ce nonce était Guido Bentivoglio et c’était le frère du plus important client des Borghese à Ferrare.

12En conclusion il faut constater, que, pour comprendre le système du pouvoir papal il est nécessaire d’intégrer dans les recherches non seulement les fonctions très complexes du cardinal-neveu mais aussi celles de ses serviteurs, même dans des fonctions qui semblent être privées.

Notes

1 Cette contribution, traduite par Gudrun Reinhard et Marie Ha Duy, est fondée sur des recherches conduites par Wolfgang Reinhard pendant une trentaine d’années et en particulier sur la thèse de Birgit Emich, Bürokratie und Nepotismus unter Paul V. (1605-1621). Studien zur frühneuzeitlichen Mikropolitik in Rom, Stuttgart, 2001 (Päpste und Papsttum, 30).

2 M. Laurain-Portemer, Absolutisme et népotisme. La surintendance de l’État ecclésiastique, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 131, 1973, p. 487-568.

3 Cf. M. Laurain-Portemer, Ministériat, finances et papauté au temps de la Réforme catholique, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 134, 1976, p. 396-405, à l’opposé de W. Reinhard, Nepotismus. Der Funktionswandel einer papstgeschichtlichen Konstante, dans Zeitschrift für Kirchengeschichte, 86, 1975, p. 145185 (réimpr. dans Id., Papauté, confessions et modernité, Paris, 1998 (Recherches d’histoire et de sciences sociales, 81), p. 59-98), part. p. 168-171, et la réplique de W. Reinhard, Freunde und Kreaturen. « Verflechtung » als Konzept zur Erforschung historischer Führungsgruppen. Römische Oligarchie um 1600, Munich, 1979, p. 61 n. 141.

4 J. Semmler, Das päpstliche Staatssekretariat in den Pontifikaten Pauls V.

5 W. Reinhard, Freunde..., cit. n. 3, p. 62.

6 W. Reinhard, Papstfinanz und Nepotismus unter Paul V. (1605-1621). Studien und Quellen zur Struktur und zu quantitativen Aspekten des päpstlichen Herrschaftssystems, 2 vol., Stuttgart, 1974 (Päpste und Papsttum, 6); V. Reinhardt, Kardinal Scipione Borghese (1605-1633). Vermögen, Finanzen und sozialer Aufstieg eines Papstnepoten, Tübingen, 1984 (Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Rom, 58); B. Emich, Bürokratie..., cit. n. 1, p. 36-38.

7 B. Emich, Bürokratie..., cit. n. 1, p. 38.

8 Cf. aussi les listes très détaillées chez B. Emich, Bürokratie..., cit. n. 1 ; dans le même ouvrage, voir les réflexions sur la documentation évoquée par la suite.

9 Chr. Weber, Senatus Divinus. Verborgene Strukturen im Kardinalskollegium der frühen Neuzeit (1500-1800), Francfort, 1996 (Beiträge zur Kirche- und Kulturgeschichte, 2), p. 114 n. 323.

10 B. Emich, Bürokratie..., cit. n. 1, p. 250 n. 126.

11 Ibid., p. 254.

12 J. Semmler, Das päpstliche Staatssekretariat..., cit. n. 4, p. 119 sq.

13 M. Weber, Wirtschaft und Gesellschaft. Grundriß der verstehenden Soziologie, Tübingen, 1956, p. 167.

14 W. Reinhard, Mikropolitik dicht beschrieben. Aufzeichungen des römischen Sekretärs Vincenzo Bilotta 1607-1610, dans W. Paravicini et al. (éd.), Italia et Germania. Liber Amicorum Arnold Esch, Tübingen, 2001, p. 401-422.

15 D’après B. Emich, Bürokratie..., cit. n. 1, p. 307, on peut définir précise ment comme sujets du secrétariat privé seulement les affaires de l’archevêché de Bologne, qui pendant quelque temps était dans les mains de Borghese et celles de son protectorat sur l’ordre de Camaldoli.

16 B. Emich, Bürokratie..., cit. n. 1, p. 87.

17 V. Reinhardt, Kardinal Scipione Borghese..., cit. n. 6, p. 439 e 523.

18 W. Reinhard, Amici e creature. Politische Mikrogeschichte der römischen Kurie im 17. Jahrhundert, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 76, 1996, p. 308-334, part. p. 331.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540