Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Malte, frontière de chrétienté (1530-1670)

 | 
Anne Brogini

Première partie. Naissance et affirmation d’une frontière (1530-1575)

Conclusion de partie

Texte intégral

1Petite île en lisière de l’Europe, située entre la Sicile et l’Afrique du Nord, Malte était au cours du xvie siècle, entièrement sortie du confinement auquel l’avaient condamnée depuis l’époque médiévale sa fragilité et son manque de richesses, pour devenir une des plus importantes frontières de la chrétienté. Ce bouleversement se produisit en un demi-siècle seulement, et résultait de la combinaison entre un contexte méditerranéen particulier et des caractéristiques originales, propres pour certaines à l’île et pour d’autres à l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

2Les deux partenaires forcés, dont l’histoire se mêla à partir de 1530, présentaient chacun des potentialités particulières qui, dans le contexte méditerranéen du xvie siècle, dominé par l’affrontement des rives, se révélèrent parfaitement complémentaires. Anciens hommes de la Croisade, héritiers d’une tradition de lutte contre les Infidèles, les chevaliers portaient déjà en eux-mêmes une longue expérience individuelle et collective de la frontière chrétienne. Riches de ce passé et d’une puissance foncière considérable, ils désiraient ardemment une nouvelle terre pour les accueillir, dans laquelle ils pourraient s’ancrer définitivement, afin de racheter leur éviction de Rhodes en 1522. De son côté, Malte présentait également les traits propres à tout lieu frontalier : un mélange de répulsion et d’attirance entre peuples rivaux, ainsi que des contacts humains ou marchands compensés par une forte crispation identitaire et religieuse. Il ne lui manquait que la puissance, la richesse, ainsi qu’un passé militaire et une pratique guerrière que l’Ordre apportait avec lui. L’archipel maltais et son futur suzerain étaient mûrs pour cohabiter.

3Cette cohabitation débuta par la guerre en Méditerranée, à laquelle l’Ordre, en tant que soutien de l’Empereur et des puissances chrétiennes, participa de manière multiforme, contribuant à immiscer progressivement son île au cœur de l’histoire méditerranéenne et à en faire un point de mire pour les deux rives. Cette exposition nouvelle de Malte aux regards musulmans accusait sa fragilité et nécessitait une mise en défense que l’Ordre entreprit grâce à un investissement humain, financier et technique considérable. En moins d’un demi-siècle, l’île démunie était devenue le symbole parfait des techniques de fortifications les plus modernes et les plus efficaces : la frontière maltaise, émergée avec la guerre, avait commencé à se matérialiser dans le sol insulaire.

4Enfin, dans la seconde moitié du siècle, la coïncidence de trois événements-fondateurs qui étaient la quintessence de tout ce qui s’était produit auparavant avait apporté la dernière pierre à l’édifice de l’île-frontière. Le danger, porté pour la première fois depuis 1530, au sein même de l’archipel en 1551 puis en 1565, fut à l’origine d’une nouvelle union entre les chevaliers et les insulaires qui transcendait les éventuelles divergences, ainsi que d’une acceptation mutuelle d’un Ordre et d’une île qui avaient le sentiment désormais de ne plus faire qu’un. Expression de cette union sacrée, reflet du triomphe de la croisade, matérialisation concrète et symbolique de la permanence de la chrétienté à Malte, la construction de La Valette enracinait dans le sol de l’île la césure entre les civilisations. Enfin, le travail de glorification et de sanctification, œuvre commune des autorités chrétiennes, des chroniqueurs et des témoins, constitua le dernier élément-clé de la transfiguration définitive de Malte en parfaite frontière de chrétienté.

5Conçue pour distinguer et pour concrétiser le bornage militaire de l’Europe, la frontière maltaise était donc née de la guerre et vouée à demeurer close. Mais les frontières sont toujours par essence mouvantes et controversées ; même ancrées dans un sol, elle ne sont jamais totalement hermétiques et favorisent au contraire certains échanges humains et marchands. Une telle dualité ne pouvait pas ne pas caractériser la frontière maltaise et l’amorce d’un bouleversement se dessinait dans le fonctionnement de sa nouvelle capitale-frontière. En même temps qu’elle matérialisait la frontière, La Valette était un port appelé à être habité et peuplé, destiné aux échanges maritimes. Au lendemain même de sa construction, il devint attractif pour les Maltais d’abord, pour des Européens de toutes origines ensuite, qui venaient le visiter, y chercher aventure ou y faire des affaires. Dans un contexte méditerranéen nouveau, à la fin du xvie siècle, ou` les grands conflits militaires cédaient le pas à des échanges d’une autre nature, commerciaux, ou bien toujours belliqueux mais profitables économiquement (la course), la frontière maltaise, symbolisée par sa nouvelle capitale, s’ouvrait progressivement à l’autre. Le xvie siècle avait été marqué par l’émergence et l’enracinement d’une frontière dans le sol maltais ; le xviie siècle allait porter témoignage de son fonctionnement et de ses oscillations permanentes entre ouverture et clôture.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540