Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Malte, frontière de chrétienté (1530-1670)

 | 
Anne Brogini

Première partie. Naissance et affirmation d’une frontière (1530-1575)

Chapitre IV. Les événements fondateurs d’une île-frontière

Texte intégral

  • 1 P. Toubert, « L’historien, sur la frontière », art. cit., p. 221.

« La frontière apparaît [...] comme l’un des lieux de mémoire les plus aptes à un travail de l’imaginaire collectif... »1.

1Tripoli perdu et Gozo ravagée en 1551, Malte assiégée en 1565, La Valette quasiment achevée en 1575... En un quart de siècle, trois grands événements se produisirent qui devaient affecter intimement et transformer l’Ordre et l’île, les chevaliers et les Maltais. Jusqu’à ces événements particuliers, l’île, située à la césure entre des rives ennemies, au cœur même du conflit de civilisations, avait vécu au rythme de l’histoire de la Méditerranée. Certes, Malte présentait déjà quelques traits spécifiques aux lieux frontaliers, faits de répulsion et d’attirance entre peuples opposés, de contacts humains ou marchands et de crispations identitaires fortes. L’installation de l’Ordre avait encore renforcé cette cristallisation insulaire contre l’ennemi musulman, en rendant plus manifeste la frontière dans l’archipel maltais, par le biais d’activités militaires et corsaires en Méditerranée et par celui de la fortification, qui permettait de rattraper le retard maltais et d’engager l’île dans le vaste mouvement méditerranéen de fortification du milieu du xvie siècle. Ces activités ne suffisaient pas encore à distinguer véritablement Malte des autres points de la frontière méditerranéenne.

  • 2 F. J. Turner, La frontière dans l’histoire des États-Unis... cit., p. 45.
  • 3 P. Toubert, « L’historien, sur la frontière », art. cit., p. 226.
  • 4 P. Toubert, « L’historien, sur la frontière », art. cit., p. 221 ; J. Kotek (dir.), L’Europe et ses (...)

2Mais la razzia de Gozo en 1551, le siège de Malte en 1565 et la construction de La Valette furent des événements exclusivement maltais, qui distinguèrent l’île de ses voisines et qui contribuèrent véritablement à fonder son identité de lieu de frontière de chrétienté. Cette transformation de Malte exigeait alors trois éléments fondamentaux, dont la combinaison harmonieuse devait se réaliser au cours de ce quart de siècle, menant à terme la lente évolution qui tendait à faire basculer Malte du statut d’île à la frontière à celui d’île-frontière : d’abord l’idée et la réalité d’un danger2, qui devait toucher directement l’archipel maltais par deux fois, en 1551 et surtout en 1565 ; ensuite, un investissement important de la puissance publique3, qui s’était déjà manifesté par un vaste mouvement de fortifications portuaires et que l’Ordre allait renouveler au lendemain du siège de 1565 ; enfin, un rapide travail de mythification d’une histoire, qui pouvait transfigurer en symbole la simple réalité4.

MALTE EN DANGER : LA PERTE DE TRIPOLI ET LA RAZZIA DE GOZO

  • 5 F. J. Turner, La frontière dans l’histoire des États-Unis... cit., p. 45.

« Le sentiment et la réalité de danger sont à la base de la structuration de la frontière »5.

3Depuis 1530 et jusqu’en 1551, le danger musulman était demeuré extérieur à Malte et l’Ordre n’avait été en contact avec les Turcs et les Barbaresques que par des combats interposés ou par des contacts de course. Si les chevaliers avaient vécu dans une attente fébrile, à la fois souhaitée et redoutée, de la venue de l’ennemi, ils se trouvèrent en 1551 complètement pris au dépourvu par la puissance de l’attaque musulmane et par leur propre déroute, qui révélait la grande faiblesse de leurs positions.

TRIPOLI : LIEU DE GUERRE OU LIEU DE VIE ?

4L’année 1551 fut incontestablement un tournant d’importance, aussi bien pour la vie de l’Ordre, désormais recentré de force sur l’archipel dont il ne voulait pas, que pour celle des habitants qui prenaient conscience que les chevaliers constituaient le seul rempart efficace pour eux contre les attaques musulmanes qu’ils avaient subies maintes fois par le passé. Les chevaliers avaient pris possession de Malte à contre-cœur. Le souvenir et le désir de récupérer Rhodes, ainsi que l’aspect désolé de l’archipel maltais avaient toujours entretenu chez eux un fort désir de départ. Leurs archives regorgent d’ailleurs d’informations concernant les atermoiements de l’Ordre quant à son choix de résidence définitive entre Malte et Tripoli ; entre 1530 et 1551, il fut en permanence partagé entre ses deux résidences, et ne manifesta guère d’attachement pour Malte.

  • 6 A. P. Vella, « The relations between the Order of Malta and Tripoli », art. cit., p. 365.
  • 7 AOM 287, f° 65v. (« si e supplicato che la Religione si trausferica in Tripoli, hano ordinato che i (...)
  • 8 AOM 287, f° 66r.
  • 9 AOM 287, f° 66r.

5Ce fut lors du Chapitre général de 1548, que l’Ordre considéra officiellement la possibilité d’établir le Couvent à Tripoli plutôt qu’à Malte. Plusieurs chevaliers, dont le gouverneur du préside et futur Grand Maître La Valette, s’accordaient à préférer une installation dans le préside plutôt que dans l’archipel trop pauvre6. La décision fut donc prise par le Chapitre général de transférer le Couvent de Malte à Tripoli en l’espace de trois ans : en 1548, devaient être expédiés cinquante chevaliers et 260 soldats en compagnie du nouveau gouverneur, puis l’année suivante, cent chevaliers supplémentaires devaient les rejoindre. L’Ordre disposait ainsi de trois ans pour choisir sa résidence définitive, et si Tripoli s’avérait tenable, il choisirait sans remords d’abandonner Malte7. En prévision de cette installation, un règlement sévère, semblable à celui qui régissait déjà la vie portuaire à Malte, fut édicté, pour définir le rôle de chacun dans le préside. Ainsi, la vente de nourriture ne devait plus relever que de l’Ordre et aucun marchand ou corsaire ne pouvait venir vendre librement ses produits à l’intérieur de Tripoli, sans une autorisation spéciale du Grand Maître. En outre, personne hormis le personnel des Fours de la Religion, ne pouvait désormais moudre le grain et préparer ou vendre du pain à Tripoli (sauf bien sûr pour un usage strictement personnel)8. Enfin, le ravitaillement du Castello où devait résider l’Ordre se ferait par l’intermédiaire de Maures libres vivant à Tripoli, possédant le privilège de tenir des boutiques où les chevaliers pourraient se ravitailler denrées diverses9.

  • 10 AOM 420, f° 217v., 8 janvier 1547.

6La décision du Chapitre général ne venait que confirmer un intérêt nouveau de l’Ordre pour son préside, sensible depuis le milieu des années 1540, qui résultait d’une part de la pression barbaresque en Afrique du Nord et surtout du rôle fondamental que jouaient les présides aux yeux des chevaliers. En 1547, le Grand Maître, inquiet des menaces que faisaient peser sur Tripoli Mûrad Agha et Dragut, remarquait dans sa lettre que si Tripoli tombait aux mains des musulmans, saria evidentissimo danno et perdita non solo per il Regno di Sicilia et dela Calabria ma anchora universalmente per tutta la christianita10. Les présides, et donc Tripoli, représentaient en effet la frontière repoussée en terre musulmane, le rempart lointain garantissant la protection et la survie de la chrétienté. L’Ordre avait participé aux expéditions de Charles Quint contre Tunis et Alger, et baignait pleinement à cette époque dans un mythe de croisade, dont les présides symbolisaient à la fois le but et le moyen. Plus que Malte, trop proche de la Sicile et de la rive chrétienne, c’était bel et bien Tripoli qui constituait aux yeux des chevaliers la protection nécessaire du Mezzogiorno et de toute l’Europe chrétienne. Il était alors naturel pour eux de privilégier la défense de la place-forte, d’autant plus fragile qu’elle était en terre ennemie, plutôt que celle de l’archipel maltais.

  • 11 F. Braudel, « Les Espagnols et l’Afrique du Nord... », art. cit., p. 74.
  • 12 AOM 422, ff° 222v.-223r.
  • 13 Charles Monchicourt, « Épisodes de la carrière tunisienne de Dragut », in Cahiers de Tunisie, 19, 1(...)
  • 14 AOM 421, f° 218r., 9 août 1548.
  • 15 AOM 422, ff° 215v.-216r., 16 février 1551.
  • 16 AOM 422, ff° 204v.-205r., 12 février 1550.

7Cependant, entre 1548 et 1550, les attaques musulmanes touchèrent de très près les présides : en 1550, Dragut s’emparait de Monastir, puis de Mahdia dont il fut chassé à la fin de l’année par les Espagnols conduits par Andrea Doria11 et soutenus par les quatre galères de Malte12. Puis au mois d’avril, les Espagnols, toujours conduits par Doria, tentèrent de déloger Dragut de l’île de Jerba oùil s’était réfugié. Après une évasion spectaculaire, par le creusement d’un canal au travers des sèches au sud de l’île, qui lui permit de sauver sa flotte, le chef corsaire se soumit à la Porte et rejoignit au mois de mai 1551 Nègrepont, où se concentraient les forces navales turques sous le commandement de Sinan Pacha13. Dans ce nouveau contexte, les chevaliers choisirent de reporter la décision du Chapitre général concernant une installation imminente dans le préside, et centrèrent leurs efforts sur la défense de Tripoli. Encore une fois, l’Ordre n’hésita pas à en appeler aux puissances européennes, et en août1548, il réclamait au roi d’Espagne la venue de 5 000 soldats recrutés dans les Royaumes de Naples et de Sicile, destinés à défendre Tripoli contre les attaques de Mûrad Agha14. De même, en 1551, cinquante soldats furent recrutés à Messine et emmenés à bord des galères de Malte jusqu’à Tripoli15. Le Grand Maître recourut également à l’envoi régulier de soldats maltais et de chevaliers, pour aider à la défense du préside, comme en février 1550, lorsque quarante chevaliers de secours furent expédiés à Tripoli16.

8Mais en 1551, les défenses de l’Ordre à Malte et à Tripoli semblaient dérisoires. Au milieu de l’année, la flotte ottomane, commandée par Sinan Pacha, Dragut et Salah raïs d’Alger, pénétrait en Méditerranée centrale, puis longeait les côtes siciliennes. A défaut de Mahdia récemment perdue et au siège de laquelle Sinan Pacha se refusait, c’étaient les possessions des chevaliers qui étaient directement menacées. Sur la route conduisant la flotte à Tripoli, l’archipel se présentait comme une cible de choix.

LE TOURNANT DE 1551

Le débarquement à Malte et la razzia de Gozo

  • 17 AOM 422, ff° 223v.-224r., 6 juillet 1551.
  • 18 C. Monchicourt, « Dragut, amiral turc (juin 1551-avril 1556) », in Revue tunisienne, 1ère année, n° (...)

9Malte avait été informée du nouveau « péril turc » qui la menaçait dès le début de l’été 1551. En juillet, le chevalier Georges de Saint-Jean avait été chargé de se rendre à Messine, puis de patrouiller dans les eaux siciliennes et calabraises, afin de collecter des informations exactes quant à la venue éventuelle d’une flotte ennemie. Le chevalier rapporta à l’Ordre qu’une importante flotte avait quitté Istanbul et se dirigeait vraisemblablement en Méditerranée centrale contre Malte ou Tripoli17. Après confirmation de ces nouvelles par le vice-roi de Sicile, dont la cité d’Augusta venait d’être incendiée18, le Grand Maître Juan de Homedès se résolut à organiser la défense de l’archipel et du préside.

  • 19 AOM 88, f° 91r., 4 mai 1551.
  • 20 AOM 88, f° 92v., 3 août 1551 (la date diffère car l’Ordre rappelle ce qui s’est passé le mois précé (...)
  • 21 Ces 30 000 écus d’or ne furent finalement prélevés qu’en octobre 1551 (cf AOM 88, f° 99r., 12 octob (...)
  • 22 AOM 88, f° 93r., 4 août 1551 (« in munienda ac arce et insula Melitæ quod castro Tripolis, ac in co (...)
  • 23 AOM 88, f° 92v., 16 juillet 1551.

10Des mesures élémentaires de protection furent prises à la hâte : les esclaves musulmans furent sévèrement contrôlés et les argousins reçurent ordre de ne pas laisser plus de 70 esclaves à bord des galères amarrées dans le port19. Puis au début du mois de juillet, l’Ordre donna autorisation aux femmes, aux enfants et à toutes les personnes inaptes au combat, de quitter Malte pour gagner les ports siciliens de Syracuse et de Licata où devaient les conduire les navires de l’Ordre20. Quelques jours plus tard, le Conseil vota le prélèvement de 30 000 écus d’or sur l’ensemble des commanderies21, pour aider au recrutement de nombreux soldats et au soutien d’un siège contre la flotte turque présente en Méditerranée centrale22. En fin, devant l’imminence du combat, le 16 juillet, le Grand Maître prononça un discours à Birgù, par lequel il exhortait ses chevaliers à opposer la plus grande résistance à l’ennemi venu ad expugnandum et extirpandum hanc religionem et militiam hierosolomitanam23.

  • 24 AOM 88, ff° 93r.-93v., 6 août 1551, lettre du Grand Maître au roi de France (« Sire, l’armée du Gra (...)
  • 25 AOM 88, f° 94r., 12 août 1551, lettre du Grand Maître au roi d’Espagne (« La dicha armada ala cala (...)
  • 26 AOM 88, f° 94r.
  • 27 Bosio, III, p. 302.
  • 28 Bosio, III, p. 303 (« Dradut dimostrava che la presa di quel castello era sicurissima »).

11Deux lettres magistrales expédiées en août, l’une au roi de France et l’autre au roi d’Espagne, qui relatent par le menu le siège de Mdina et la razzia de Gozo, nous renseignent précisément sur les événements qui se déroulèrent entre le 18 et le 30 juillet 1551. Une flotte ottomane, grosse de 150 navires, aborda donc l’archipel le 18 juillet et y demeura treize jours24. Elle tenta d’abord de débarquer dans le port de Malte, mais devant la résistance qu’opposèrent les chevaliers à Birgù, elle longea la côte septentrionale de l’île et mouilla dans la baie de Saint-Paul, où furent déchargées toutes les pièces d’artillerie. L’armée gagna ensuite par voie de terre la cité de Mdina, qu’elle assiégea en vain. La défense de la cité était assurée par le chevalier de Villegagnon, qui s’était déjà illustré lors de l’infructueuse expédition d’Alger en 1541. Échouant au siège de Mdina, l’armée musulmane rebroussa chemin au bout de quelques jours25. Les véritables raisons de ce départ précipité ne sont pas claires et l’Ordre lui-même témoigne dans ses lettres de son désarroi, imputant le repli musulman soit à la forte chaleur qui sévissait dans l’île, soit à l’extrême rudesse des routes et de la terre maltaises26. Bosio insiste, quant à lui, sur l’admirable défense de Mdina et du chevalier de Villegagnon27 ; sans aucun doute, l’armée turque ne s’était pas attendue à une défense aussi vaillante de Birgù et de Mdina. Elle songea alors à l’emporter plus aisément dans l’îlot de Gozo faiblement protégé par la citadelle centrale, tenue seulement par une petite garnison28.

  • 29 AOM 88, f° 94r. (« ...fue a los vinte dos ala ysla del Gozo... »)
  • 30 Bosio, III, p. 304.
  • 31 AOM 88, f° 93v. (« ...elle a priz tous les habitants dudit Gozo et a depopulé du tout l’isle... »).
  • 32 Bosio, III, p. 305.
  • 33 S. Fiorini, « The resettlement of Gozo after 1551 », in Melita historica, vol. IX, n° 3, 1986, p. 2 (...)

12Quelle que fût la raison, la flotte musulmane quitta finalement Malte le 22 juillet par la cale de saint-Paul29 et parvint aux portes de la citadelle de Gozo le 24 du même mois30, où fut entamé un siège qui s’acheva deux jours plus tard par la chute de la cité. Les musulmans détruisirent les remparts et emmenèrent en esclavage la quasitotalité de la population gozitaine, soit environ 5 000 personnes, hommes, femmes et enfants confondus31. Ils ne laissèrent libres qu’une quarantaine de vieillards chargés d’instruire par la suite l’Ordre de ce qu’il était survenu dans l’île32. En quelques jours, la population de Gozo était passée de plus de 5 000 habitants à une centaine de survivants environ. Par la suite, l’île ne devait être repeuplée que progressivement, tout au long de la seconde moitié du xvie siècle, par des vagues de migrations de Maltais et de Siciliens33.

  • 34 AOM 88, f° 94r.
  • 35 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 239.
  • 36 AOM 88, f° 94r.

13Dans la matinée du 30 juillet, la flotte turque abandonnait enfin les rivages de l’archipel maltais pour faire voile vers la Tripolitaine34. L’Ordre qui avait espéré un moment que ce départ signifiait un retrait des navires vers Istanbul35, déchanta dès que le corps expéditionnaire débarqua à Zuara et à Tajura, à l’ouest et à l’est de Tripoli36. Dans le préside, chevaliers et soldats se préparaient à subir l’assaut.

La perte de Tripoli

  • 37 AOM 422, f° 224r., 6 juillet 1551.
  • 38 AOM 88, f° 70v., 6 octobre 1550.
  • 39 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 239.
  • 40 AOM 88, f° 94r.
  • 41 AOM 88, f° 94v.

14Tripoli était en état de guerre depuis l’annonce de la venue en Méditerranée centrale de la flotte ottomane. Le 6 juillet déjà, le Conseil avait voté l’envoi de quelques garnisons de soldats maltais pour ravitailler le préside, en prévision d’une attaque37. Le gouverneur Gaspard de Valliers, chevalier de la Langue d’Auvergne, en fonction depuis le 6 octobre 155038, avait donc bénéficié d’un certain laps de temps pour organiser la défense de la place, assurée par trente chevaliers et 630 mercenaires calabrais et siciliens recrutés au dernier moment39. Le préside fut informé de l’arrivée des Turcs grâce à un brigantin chrétien présent au large de la côte barba resque40. Nous savons par une missive inquiète du gouverneur au Grand Maître, datée du 8 août, que les forces musulmanes débutèrent le siège le 5 août en prenant le préside en tenaille41. Le siège fut fort rapide : les assaillants purent sans difficultés creuser des tranchées d’approche et mettre sur pied trois batteries de douze pièces contre le fragile Castello. Les soldats du fort se mutinèrent et imposèrent aux chevaliers et au gouverneur la capitulation le 14 aoû t 1551.

  • 42 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 240.
  • 43 Bosio, III, p. 314.
  • 44 AOM 88, f° 95r., 31 août 1551.
  • 45 AOM 88, f° 101r., 3 novembre 1551.
  • 46 AOM 88, f° 101r., 4 novembre 1551.

15Après engagement des pourparlers, les chevaliers obtinrent la liberté et la vie sauve en échange de leur complète reddition et surtout grâce à l’intervention de l’ambassadeur de France en Turquie, d’Aramon42. Selon Bosio, les soldats furent laissés sur place en punition de leur indiscipline, cependant que les chevaliers regagnaient Malte à bord de la galère de l’ambassadeur43. En réponse au désastre, le Grand Maître ordonna sur le champ une enquête pour déterminer les responsabilités de chacun dans la défaite44. L’enquête achevée en novembre 1551 conclut à l’entière culpabilité du gouverneur de Valliers et de ses assistants, le Lieutenant Fra Simone Sosa et le Trésorier Don Pedro de Hererra45. Le 4 novembre, les trois chevaliers étaient condamnés à la perte publique de l’habit et de leur dignité46.

  • 47 AOM 88, f° 103r., 17 novembre 1551.
  • 48 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 240.
  • 49 AOM 88, f° 103r.
  • 50 AOM 88, f° 101v., 9 novembre 1551.
  • 51 Abbé de Vertot, Histoire des Chevaliers Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem appelés depuis Chev (...)

16La condamnation des chevaliers se fit dans un climat de débats passionnés, où l’Ordre tentait de se justifier des accusations qui lui avaient été portées d’avoir délibérément abandonné Tripoli aux musulmans. Il avait en effet été révélé que l’ambassadeur d’Aramon avait laissé entendre au roi de France que la faiblesse de la défense du préside avait été volontaire, pour soulager l’Ordre du poids militaire et financier que représentaient l’entretien et la garde de Tripoli47. Dans les faits, rien ne prouve que l’ambassadeur de France prononça ces critiques48, mais le Grand Maître jugea utile de se laver de ces soupçons par une lettre adressée à Henri II, le 17 novembre 155149. Du reste, l’Ordre se trouvait lui-même en telle effervescence que la condamnation des responsables n’apaisa aucunement les tensions. Bien au contraire, des clans s’étaient constitués, qui soutenaient ou bien attaquaient les chevaliers condamnés, au point que le Grand Maître fut contraint d’ordonner qu’aucun membre de l’Ordre ne pût s’opposer, par la parole ou par les actes, à la décision du Conseil de priver de leur habit les coupables. En cas d’infraction, le membre incriminé encourait la peine d’un an de prison ferme sans rémission et de la perte de deux ans d’ancienneté dans l’Ordre50. Quelle que fussent les raisons invoquées, financières (l’avarice du Grand Maître d’Homedès51) ou militaires et stratégiques (le gouverneur de Valliers se révéla piètre chef de guerre, et les soldats recrutés en hâte étaient de médiocre qualité), il apparaissait évidemment très étrange, au regard des archives, que l’Ordre eût souhaité la perte de son préside. En réalité, l’échec de 1551 fut perçu comme une véritable catastrophe par les chevaliers qui avaient sincèrement envisagé la possibilité quelques années plus tôt de s’établir à Tripoli plutôt qu’à Malte.

  • 52 A. Dupront, Le mythe de Croisade... cit., p. 126.

17Vingt ans durant, l’Ordre avait été physiquement et mentalement partagé entre son archipel et son préside. Ases yeux, Tripoli offrait l’avantage de symboliser l’avancée de la terre chrétienne en terre infidèle : à l’instar des possessions des Croisés au Levant, les présides représentaient un nouvel outremer, de nouvelles places fortes sises de l’autre côté de la mer. Ces bouts de frontières que constituaient les présides étaient le reflet de l’époque bénie d’une Croisade offensive52, d’une Reconquista en perpétuel mouvement. De leur long passé de croisade et de frontière, les chevaliers avaient conservé le désir tenace d’œuvrer toujours à porter en avant la frontière chrétienne en terre infidèle, par la défense de Tripoli par exemple, ne se résignant qu’à contre-cœur à la stabiliser sur Malte. La conservation de Tripoli apparaissait pour l’Ordre comme un écho lointain de son maintien à Rhodes, au cœur même d’une Méditerranée musulmane. Dans ces conditions, la perte du préside ne pouvait qu’être un choc terrible pour les chevaliers, qui revivaient en lui le traumatisme de 1522 : l’échec de 1551, reflet du basculement d’une croisade offensive à une croisade défensive, concrétisait définitivement l’éviction de l’Ordre des terres et des mers musulmanes.

  • 53 Michel Winock, « Qu’est-ce qu’un événement ? », in L’Histoire, 268, septembre 2002, p. 32-37.

18En ce sens, l’attaque combinée de l’archipel et du préside en 1551 constitua bien un « événement »53 lourd de conséquences. Plongé dans la plus grande indécision quant au lieu de résidence définitive de son Couvent, l’Ordre avait été surpris par l’intensité de l’offensive musulmane. En quelques semaines, il perdit un préside, une grande partie des habitants de l’archipel maltais, et prit conscience de son extrême fragilité. Dans le même temps, ce terrible revers le recentrait brutalement sur sa dernière terre ; en le privant de Tripoli, les musulmans mettaient involontairement fin à l’embarras consécutif au choix de résidence et engendraient une nouvelle prise de possession de l’archipel par l’Ordre. Par un curieux paradoxe, ce fut donc plus sous la contrainte musulmane de 1551 que par le don impérial de 1530 que l’Ordre hérita véritablement de Malte. A partir de 1551, tout avait basculé : prenant conscience qu’il ne quitterait jamais plus son île, l’Ordre pouvait désormais lui donner sa véritable ampleur. Trois ans plus tard, en 1554, l’ » affaire » de Mahdia venait d’ailleurs confirmer cette nouvelle orientation de l’Ordre et de Malte.

L’AFFAIRE DE MAHDIA (1554)

  • 54 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 231.
  • 55 AOM 424, ff° 220r.-220v., 13 janvier 1554.

19Dès après la perte de leur préside, les chevaliers s’étaient préoccupés de maintenir désormais, et à tout prix, leur dernière possession, Malte. L’année 1552 inaugurait par conséquent un temps de fortification intensive de l’île destinée à garantir une protection efficace au Couvent et à l’archipel. Du côté espagnol, la perte de Tripoli avait été très mal vécue ; en 1553, après que les soldats de Charles Quint, aidés des chevaliers de Malte, eurent enlevé à Dragut la place musulmane de Mahdia54, l’Empereur souhaita offrir une nouvelle fois à l’Ordre un préside, en compensation de celui qu’il avait perdu. Cette nouvelle plongea toutefois les chevaliers dans l’embarras. Le 13 janvier 1554, le chevalier Leone Strozzi recevait du Grand Maître l’ordre de se rendre à Mahdia, en compagnie de 7 chevaliers, dont l’ancien gouverneur de Tripoli, Jean de La Valette, pour inspecter le nouveau préside espagnol55. Les huit commissaires avaient pour consigne de dresser un compte rendu précis au Conseil des fortifications de Mahdia, ainsi que du nombre de soldats, d’armes et de munitions nécessaires à une éventuelle tenue et défense du lieu.

  • 56 Bosio, III, p. 348 (« ...E paruto essendo a tutti, così per l’incommodità del luogo, come per le de (...)
  • 57 AOM 424, f° 226v., 12 février 1554.

20Le 30 janvier 1554, les commissaires se présentèrent devant le Conseil de l’Ordre et le rapport qu’ils firent acheva de conforter le Couvent dans sa décision de ne pas accepter l’offre impériale. Compte tenu de l’incommodità del luogo, privé de presque toute structure militaire de défense, et surtout des deboli forze della Religione, les commissaires concluaient à une impossibilité totale pour l’Ordre de prendre en charge la défense du nouveau préside56. Après délibération, le Conseil vota à l’unanimité le refus de Mahdia, avançant comme raisons principales que le préside était trop faiblement protégé et que l’Ordre non poteva tener militariamente quest’Isola di Malte con un’altra città, au risque de perdre de nouveau face à un assaut musulman57.

  • 58 AOM 88, f° 189r., 12 février 1554.
  • 59 AOM 424, f° 227r. (« ...il sito della città ha bisogno di molti riparationi... alle quali la Religi (...)
  • 60 AOM 424, f° 227v.
  • 61 Bosio, III, p. 349.
  • 62 AOM 424, f° 228v.
  • 63 AOM 424, ff° 230r.-230v., 10 mars 1554.
  • 64 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 231.

21Le 12 février, le Grand Maître donna consigne au chevalier Alonso de Solis, ambassadeur de l’Ordre auprès de la Cour d’Espagne, de faire savoir à l’Empereur que le Conseil refusait l’offre de Mahdia58. Il devait également lui remontrer que le préside exigeait trop de réparations59 et que pour le tenir, il faudrait, outre construire deux remparts, un cavalier et un port plus grand, ainsi que maintenir sur place une garnison de 900 à 1 000 soldats60. L’Ordre se trouvait dans l’incapacité financière de soutenir deux fronts face aux musulmans : en 1554, alors que les recettes des responsions s’élevaient à 67 700 écus61, les dépenses occasionnées par la gestion de l’Ordre lui-même (Sacrée Infirmerie, Église conventuelle, aumônes aux pauvres) et par le souci militaire (entretien de la flotte, construction des remparts de Senglea et des forteresses de Saint-Michel et de Saint-Elme, soldes du personnel militaire) se montaient à 111 122 écus62, soit un déficit de plus de 43 000 écus ! Finalement, le 10 mars, l’ambassadeur de l’Ordre quittait Malte pour se rendre à la cour d’Espagne, dans le but de refuser Mahdia et de présenter les excuses du Grand Maître à Charles Quint63. Après le refus des chevaliers, la place devait être rapidement démantelée et ses remparts détruits ; le 4 juin, les troupes qui l’occupaient étaient repliées sur la Sicile64.

22L’ » affaire » de Mahdia aurait pu, à première vue, sembler assez banale ; un Ordre en butte à plusieurs difficultés humaines et financières dans son fief, refusait poliment l’offre impériale de prendre en charge la défense d’un préside africain. Toutefois, ce refus, et plus encore la date – 1554 – à laquelle il eut lieu, étaient bel et bien révélateurs d’un nouvel état d’esprit de l’Ordre et de l’importance nouvelle revêtue par l’archipel maltais en Méditerranée. Tout d’abord, les chevaliers échaudés par l’échec de 1551, pensaient désormais que l’Ordre devait se centrer sur un établissement unique, ce qui permettrait de le défendre au mieux. La perte de Tripoli avait immédiatement contraint l’Ordre à s’intéresser véritablement à Malte, à s’en soucier, et donc à tenter d’en combler les failles par des travaux de fortification qui en 1554, étaient déjà bien entamés.

23Mais surtout, l’ » affaire » de Mahdia révélait la nouvelle dimension prise par l’archipel maltais. En cas de perte totale des présides, Malte était géographiquement et stratégiquement située en frange de l’Europe chrétienne, constituant la bordure méridionale la plus avancée face à la rive ennemie. Malte revêtait ainsi l’apparence d’un nouveau préside à défendre pour ses chevaliers. Illustrant le basculement sensible, depuis la fin du Moyen  e, d’une croisade offensive à une croisade plus défensive, où l’intérêt militaire chrétien n’était plus de se porter en territoire infidèle, mais plutôt de conserver absolument les premiers lieux de contacts avec les musulmans, cette valorisation nouvelle de l’archipel faisait de lui un des points de contact et de troubles essentiels entre les rives de Méditerranée occidentale. Le refus de l’Ordre de reprendre pied en Afrique du Nord constituait ainsi un des éléments involontaires et obligatoires à la fois, qui permettaient la transformation de Malte d’une île en bordure de la rive chrétienne en un lieu de défense crucial de l’Europe et, de ce fait, en une cible privilégiée pour les Turcs et les Barbaresques. La menace suprême devait d’ailleurs se concrétiser dix ans plus tard, lors du fameux siège de 1565.

MALTE EN SURSIS : LE « GRAND SIÈGE » (18 MAI – 8 SEPTEMBRE 1565)

  • 65 Jacques Godechot, Histoire de Malte, Paris, 1962, p. 45.
  • 66 M. Fontenay, « Le développement urbain du port de Malte du xvie au xviiie siècle », in REMMM, 71[Le (...)
  • 67 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 319.

« Verdun du xvie siècle »65, « Stalingrad de l’époque »66, « l’un des très grands événements du siècle »67.

24Les expressions ne manquent pas pour illustrer l’importance du siège de Malte dans l’histoire méditerranéenne du xvie siècle et pour désigner ce qui fut par excellence, l’événement fondateur de Malte comme frontière de chrétienté.

LES PRÉMICES DU CONFLIT

Les motivations ottomanes

  • 68 Bosio, III, p. 488 (« ...E Dragut particolarmente temendo d’esser di nuovo assalito, e da Tripoli e (...)
  • 69 Bosio, III, p. 488.

25Pourquoi les Turcs s’en prirent-ils à Malte en 1565 ? Les auteurs modernes ne semblent pas s’accorder complètement sur les motivations du Sultan et sur la responsabilité de chacun des acteurs. Selon Bosio, ce furent essentiellement les Barbaresques, avec en tête Dragut, roi de Tripoli, et Hasan Pacha, roi d’Alger, qui poussèrent le Sultan à entreprendre une nouvelle expédition contre les chevaliers de Saint-Jean. Dragut surtout aurait manifesté une grande inquiétude après la prise du Peñon de Velez par le vice-roi de Sicile Don Garcia de Toledo, quant à de nouvelles expéditions espagnoles en Afrique du Nord, craignant d’être délogé de Tripoli ou de Jerba68. Les Barbaresques auraient donc souhaité se débarrasser de l’Ordre dont l’activité navale représentait une menace pour le bon développement de la course barbaresque69.

  • 70 Bosio, III, p. 489.
  • 71 NLM, Ms 9, La Historia di Malta, nuovamente composta in ottava rima per Antonio Pugliese, Venise, 1 (...)

26Pourtant, Bosio apporte une certaine modération quant à l’attitude de Dragut : soucieux d’assurer sa position sur le littoral africain, le chef corsaire aurait préféré une attaque de La Goulette, plus stratégiquement centrée sur les forces espagnoles et plus facilement abordable que Malte, pourvue de forteresses et da gente ostinata, da una testa di ferro che sperare non si poteva di vincerla70. L’idée d’une certaine réticence de Dragut fut reprise par d’autres auteurs de l’époque, comme Antonio Pugliese, qui publia à Venise en 1585 une Historia di Malta71, où la responsabilité du siège de Malte incombait exclusivement à Soliman. Dragut y était montré franchement inquiet devant les desseins impériaux, et faisait valoir au Sultan que l’île était trop protégée et qu’il craignait d’être tué au cours du siège :

  • 72 NLM, Ms 9, La Historia di Malta..., p. 501 (traduction de l’auteur) :
    « ...Disse Dragutto con parole (...)

Dragut dit prudemment [...]
Si je vais à Malte, je trouverai la mort
En pure vérité, sans mensonge
La Cité est protégée, l’île est forte
Elle est pourvue de soldats et d’une forte artillerie...72.

27Écrits après la victoire maltaise, alors que leurs auteurs savaient pertinemment que Dragut avait péri lors d’un assaut à Malte, ces récits ne sont évidemment pas très fiables. L’appréhension morbide du chef corsaire et la vision qu’il a de sa future mort, est partie prenante de la mythification du siège de Malte, où l’ennemi par excellence, qui était indubitablement un des plus célèbres chefs corsaires de l’époque et surtout celui qui avait repris Tripoli aux chevaliers, s’incline devant la puissance de la résistance maltaise.

  • 73 Arnold Cassola, The Great Siege of Malta (1565) and the Istanbul State Archives, Malte, 1995.
  • 74 Diego de Haedo, Histoire des rois d’Alger, Paris, 1999 ; F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 320
  • 75 Archives d’État d’Istanbul, Entrée 565, lettre de Soliman à Hasan, beylerbey d’Alger, sans date (su (...)
  • 76 Archives d’État d’Istanbul, Entrée 868, lettre de Soliman au Khan de Crimée, sans date (datée par l (...)

28À l’heure actuelle, l’étude des Archives d’État d’Istanbul menée par Arnold Cassola73, permet d’affiner la vision des auteurs modernes et d’avoir une connaissance très précise des intentions du Sultan et de son désir d’attaquer Malte. À la fin de l’année 1564 – et non pas en hiver comme le dit Haëdo74 –, une lettre du Sultan adressée au beylerbey d’Alger, témoignait de la volonté impériale de s’en prendre aux « Maltese who have already blocked the route utilized by Muslim pilgrims and merchants in the East Mediterranean, on their way to Egypt »75. Une autre lettre, adressée au Khan de Crimée dans le courant du mois de mars 1565, confirmait la destination de la flotte turque et le désir de punir Malte des attaques corsaires à l’encontre des « Muslim pilgrims and merchants »76. Comme au temps de Rhodes, la course de l’Ordre s’exerçait en effet le long des routes traditionnelles de commerce de l’Empire ottoman, qui correspondaient également à celles du pèlerinage vers La Mecque. Les galères de l’Ordre se plaçaient ainsi en embuscade le long de la caravane d’Alexandrie, ou bien le long du littoral africain, d’Alexandrie à Tripoli, Tunis et Alger. Le siège de Malte s’inscrivait donc dans la lignée d’une longue lutte turque menée, certes contre la rive chrétienne, mais également contre les ravages de la course – qui prirent toute leur ampleur au début du siècle suivant – sur le commerce traditionnel.

La préparation à Malte

  • 77 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 320.
  • 78 BMA (Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence), Ms 1090, Relatione della diffesa di Malta attacata da (...)
  • 79 BAV, Urb. Lat. 815, Cause dell’impresa di Malta del 65 et tutto il fatto sotto brevità, f° 385r. De (...)

29En Méditerranée occidentale, les côtes chrétiennes furent certainement informées de la possibilité d’une nouvelle attaque turque dès 1564. À la fin de l’année, Maximilien d’Autriche informait déjà l’ambassadeur vénitien de la sortie prochaine d’une armada turque en Méditerranée, puis au début de janvier 1565, le vice-roi de Sicile estimait que l’attaque se produirait au mois d’avril77. À Malte même, selon l’anonyme Relatione della diffesa di Malta attacata da Turchi, les préparatifs de guerre ottomans et l’attaque de l’archipel auraient été connus dès le mois de novembre 156478. Les archives maltaises ne se font l’écho d’aucune crainte de l’Ordre quant à un danger turc à la fin de l’année 1564, mais nous savons que les chevaliers eurent vent du danger à cette époque par des navires maltais partis en reconnaissance au large des possessions vénitiennes79.

  • 80 AOM 91, f° 143v., 19 janvier 1565.
  • 81 AOM 91, f° 144r., 10 février 1565 ; Bosio, III, p. 495.

30Le fait est que l’Ordre entreprit de s’intéresser sérieusement aux menaces ottomanes dès le milieu du mois de janvier 1565, prenant les mesures nécessaires dans l’éventualité d’un siège. Le 19 janvier, le Conseil chargeait ainsi des commissaires d’organiser le recrutement de nouveaux soldats dans les Royaumes de Naples et de Sicile, et dans le sud de la péninsule italienne, pour renforcer la défense du port ; dans le même temps, des chevaliers étaient chargés d’inspecter les citernes de Birgù et de Senglea, pour vérifier leur niveau d’eau potable et les ravitailler si besoin était80. Au mois de février, le Grand Maître Jean Parisot de La Valette et le Conseil exigeaient des commanderies le versement de 30 000 écus supplémentaires, destinés au financement immédiat des préparatifs militaires81.

  • 82 AOM 430, f° 266v., 23 mars 1565.
  • 83 Bosio, III, p. 500 ; E
  • 84 Ernle Bradford, The Great Siege. Malta, 1565, Londres, 1964, p. 46 (1ère édition en 1961).

31Puis au milieu du mois de mars, la tension commença véritablement de croître, après qu’un chevalier, revenu de surveillance en mer Ionienne, avait confirmé les craintes de l’Ordre quant à une attaque dirigée contre Malte82. Devant le danger qui se précisait à l’encontre de l’archipel, le vice-roi de Sicile, Don Garcia de Toledo, entreprit un voyage à Malte dans le courant du mois de mars, pour se rendre compte par lui-même des besoins de l’Ordre en cas de siège. Le vice-roi inspecta les fortifications et assura au Grand Maître un soutien indéfectible en cas d’attaque, pour le mois de juin 156583 ; dès la fin du mois de mars, l’Ordre savait donc qu’il ne devait compter que sur ses propres forces, du moins jusqu’en juin, pour soutenir l’assaut ottoman84.

  • 85 AOM 430, f° 266v.
  • 86 AOM 91, f° 150r., 10 avril 1565.
  • 87 AOM 91, f° 151r., 17 avril 1565.
  • 88 AOM 91, f° 152r., 9 mai 1565.

32La série de mesures qui furent prises au fil des jours, entre la fin du mois de mars et le début du mois de mai, reflète bien la hâte d’un Ordre soucieux de préparer au mieux son île à la résistance. Le 23 mars, le Grand Maître s’empressa de faire revenir dans l’île les chevaliers présents en Europe ; dans l’impossibilité d’obéir aux injonctions magistrales, les chevaliers des Prieurés de Lombardie, de Vénétie, de Pise et de Capoue, envoyèrent de fortes sommes d’argent pour pallier leur absence et soutenir l’effort de guerre. Le Grand Maître accepta l’argent, mais conjura les chevaliers de rejoindre l’île au plus vite, pour parer à une attaque qu’il tenait désormais pour imminente85. Le 10 avril, le Conseil ordonna aux argousins de vérifier que les servants d’armes et les serviteurs de l’Ordre étaient aptes au maniement des armes, cependant que toutes les personnes inaptes au combat (femmes, enfants, vieillards) pouvaient quitter Malte à bord des navires de l’Ordre et se réfugier en Sicile. De la même manière, des commissaires avaient consigne d’expulser de l’archipel tous les musulmans et les juifs libres, et de surveiller très étroitement les esclaves86. Le 17 avril, d’autres commissaires eurent pour tâche de recenser toutes les réserves de nourriture, d’eau et d’armes que possédait l’Ordre dans le port et de vérifier qu’elles permettraient de soutenir un siège87. Les réserves ayant été jugées insuffisantes, les commissaires furent envoyés le 9 mai dans les campagnes, pour prélever la nourriture manquante (orge, blé, légumes et fruits, bétail) sur les récoltes et sur les réserves des paysans, afin de la transporter à Birgù88.

  • 89 A. Cassola, The Great Siege of Malta... cit., p. 46. L’auteur s’appuie sur un manuscrit turc (le Re (...)
  • 90 Bosio, III, p. 501.
  • 91 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 321.
  • 92 BAV, Urb. Lat. 815, f° 386v.
  • 93 Martin Croua, Brief Discours du Siege et oppugnation de l’Ile de Malte. Contenant l’Histoire de ce (...)
  • 94 Bosio, III, p. 512.
  • 95 BAV, Urb. Lat. 815, f° 386v.
  • 96 Bosio, III, p. 513.

33De son côté, la progression de la flotte turque fut extrêmement rapide. Partie d’Istanbul le 29 mars 156589, elle navigua en direction de Galipolli au début du mois d’avril90, avant d’emprunter le canal de Nègrepont au milieu du même mois, où elle était rejointe par une trentaine de galères, tandis que 150 navires musulmans l’attendaient à Chio91. Le 3 mai, elle longeait la Morée92 et le 17 mai, elle passait le Cap Passaro93. Le 18 mai, en début d’après-midi, elle se trouvait à Malte94 et débarquait le lendemain ses troupes à Marsaxlokk95. La population maltaise fut prévenue de l’arrivée de la flotte ennemie par trois coups de canon tirés depuis le fort Saint-Elme, auxquels répondirent ceux de Saint-Michel, puis ceux de Mdina et de Gozo96. Partagés entre crainte et détermination, insulaires et chevaliers s’apprêtaient à subir l’assaut.

LES FORCES EN PRÉSENCE

  • 97 AOM 91, f° 153r., 28 juin 1565.

34Déterminer le nombre exact de combattants de part et d’autre n’est pas aisé encore aujourd’hui. Entre mai et septembre 1565, les archives de l’Ordre sont presque absolument muettes : dès le commencement du siège, le Conseil ne fut plus réuni et fut même officiellement suspendu le 28 juin 1565, jusqu’à la fin des hostilités97. Les sections Libri Conciliorum et Libri Bullarum ne donnent de ce fait aucun renseignement quant au déroulement du siège ou au nombre de combattants. La plupart des informations concernant les quatre mois de siège doivent être extraites de récits chrétiens et maniées avec la plus extrême prudence : certains textes ont en effet été écrits plusieurs années après les événements, et tous, sans exception, se montrent plus ou moins apologétiques à l’égard des chevaliers et, plus rarement, des Maltais.

  • 98 Catherine Desportes, Le Siège de Malte. La grande défaite de Soliman le Magnifique (1565), Paris, 1 (...)
  • 99 Joseph Peretti, « Du Vray Discours de la guerre et siège de Malte par les Turcz ou la première rela (...)

35En outre, le siège de Malte a été vulgarisé par maints ouvrages contemporains de qualité moyenne, voire médiocre, qui se contentent de résumer les auteurs modernes, sans jamais vérifier leurs dires ou même les citer98. Une littérature hagiographique facile et peu réaliste se maintient de nos jours encore, alimentée quelquefois par le désir douteux de lire dans la victoire chrétienne sur les musulmans, celle de la « noble cause de l’Humanité et de la Civilisation » sur la « barbarie »99. Déchiffrer, au fil de tous ces textes passés et présents, la réalité du siège peut de ce fait apparaître malaisé, et exige nécessairement certaines précautions.

  • 100 BAV, Urb. Lat. 815, f° 385r. ; Vincenzo Laurenza, « Il Grande Assedio di Malta in un manoscritto ca (...)
  • 101 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 3.
  • 102 BMA, Ms 1090, p. 2.
  • 103 NLM, Ms 9, p. 502.
  • 104 Bosio, III, p. 511.
  • 105 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación de todo lo que el anno de MDLXV ha succedido en la Isla d (...)
  • 106 Luis de Medies, La jornada de Malta dirijada al muy alto y serinisimo señor Emanuel Filibert, Duque (...)
  • 107 Hipólito Sans, La Maltea, Valence, 1582, étudiée par A. Cassola, The 1565 Great Siege of Malta and (...)

36Dès lors, quelles étaient grosso modo les forces de chaque camp ? En ce qui concerne les musulmans, les écrits se contredisent beaucoup et oscillent entre 20 000 et presque 50 000 hommes. Si quelques textes n’attribuent à la flotte « que » 20 000 hommes et 180 voiles (20 000 selon deux relations anonymes100, 21 000 selon Martin Croua101), d’autres estiment les forces musulmanes à 30 000 hommes environ102 et un peu plus de 200 navires, cependant que certains auteurs ne craignent pas de dénombrer plus de 230 voiles, comme Antonio Pugliese103, ou de gonfler les chiffres jusqu’à 38 000 hommes selon Bosio104, plus de 40 000 selon Balbi de Correggio105, 45 000 environ selon Luis de Medies106, voire 47 400 selon Hipólito Sans107.

  • 108 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 28r.
  • 109 BMA, Ms 1090, p. 3.
  • 110 Bosio, III, p. 505-509 (61 chevaliers de la Langue de Provence et 15 servants d’armes ; 25 chevalie (...)
  • 111 Bosio, III, p. 516.
  • 112 Bosio, III, p. 516.

37L’estimation des forces chrétiennes apparaît en revanche moins aléatoire. Les textes s’accordent sur un total d’un peu moins de 10 000 hommes aptes au combat, exception faite de Balbi de Correggio, qui évalue les forces chrétiennes à 6 100 hommes seulement108. Selon la Relatione della diffesa di Malta attacata da Turchi, la défense de Malte était assurée par 500 chevaliers, 1 300 soldats étrangers (français, allemands, espagnols et napolitains) recrutés par l’Ordre en Europe et dans les Royaumes de Sicile et de Naples, ainsi que 500 soldats au service permanent de l’Ordre, et enfin 6 000 Maltais valides recrutés dans tous les casaux de l’île109. Giacomo Bosio est encore plus précis dans ses chiffres : aux 513 chevaliers et 64 servants d’armes110, assistés de 700 soldats, marins et hommes d’équipage au service ordinaire de l’Ordre, venaient s’ajouter 1 100 soldats étrangers et maltais, répartis en trois compagnies de défense des forts Saint-Elme et Saint-Michel (150 hommes par fort), de Birgù (500 hommes) et de Senglea et Bormula (300 hommes)111. Enfin, 5 010 Maltais furent réquisitionnés dans tous les casaux de l’île, soient 560 hommes dans celui de Sainte-Catherine, 1 500 dans ceux de Mdina, Rabat et Zebbug, 680 pour Birkirkara et Qormi, 560 pour Birmifsud, autant pour Zurrieq et pour Siggiewi, et enfin 590 pour Naxxar112.

  • 113 Raoul James Dunbar Cousin, A Diary of the Siege of Saint-Elmo, Malte, 1955, p. 25 ; F. Braudel, La (...)
  • 114 C. Desportes, Le Siège de Malte... cit., p. 65.

38À l’heure actuelle, il semble que 25 000 à 30 000 hommes maximum constituent une estimation raisonnable des forces musulmanes, turques et barbaresques113, bien que certains ouvrages peu fiables scientifiquement maintiennent encore les chiffres hauts de 40 000 personnes et plus114. Quant aux chrétiens, le chiffre de 10 000 hommes maximum, avancé par la majorité des récits de l’époque, semble tout-à-fait acceptable. Jusqu’aux derniers moments du siège, où arrivèrent des troupes fraîches de Sicile, la proportion fut donc d’un soldat chrétien pour trois musulmans environ.

LES GRANDES PHASES DU CONFLIT

39Le siège dura quatre mois, du 18 mai au 8 septembre, qui furent marqués à la fois par des affrontements au cœur de l’île et, pour une grande majorité, dans le petit espace portuaire. Se succédèrent donc de multiples assauts le long des remparts urbains de Birgù et Senglea, et de nombreuses attaques contre les trois forts de l’Ordre, marquées cependant par un tournant qui se produisit lors de la prise, le 23 juin, du fort Saint-Elme. Le siège de Malte se partageait ainsi en deux grandes périodes ; il y eut un « avant-Saint-Elme » et un « après-Saint-Elme ».

Le siège et la chute du fort Saint-Elme (fin mai-23 juin)

  • 115 T. Pickles, Malta 1565... cit., p. 26.

40Il fallut deux jours à la flotte musulmane pour débarquer ses hommes : la plus grande partie fut installée dès le 19 mai dans la baie de Marsaxlokk, située non loin du port, sur le flanc ouest de l’île, cependant qu’une partie des navires longeait la côte sud et débarquait de nouvelles troupes le jour suivant, dans la baie de Ghain Tuffieha, plus proche de Mdina115.

  • 116 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 2.
  • 117 NLM, Ms 9, La Historia di Malta... cit., p. 503.
  • 118 BMA, Ms 1090, p. 5 ; M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 5.
  • 119 BMA, Ms 1090, p. 7.

41Les soldats de Marsaxlokk entamèrent immédiatement une marche vers le casal de Zejtun, sur la route de Birgù, où ils furent attaqués par surprise par quelques centaines de chevaliers et de soldats espagnols sortis du village116. Aux dires des contemporains, pour qui évidemment la bravoure d’un chrétien – a fortiori d’un chevalier – valait largement celle de plusieurs musulmans, il y eut lors de ce premier affrontement cento Turchi di vita privati pour seulement dui christiani ammazzati117. Les musulmans se dirigèrent ensuite vers le bourg de Marsa avant de se déployer dans le port et d’encercler les troupes chrétiennes, sur le Mont Sciberras et tout autour des remparts de Birgù et de Senglea. Ils devaient à la fin du mois de mai être renforcés par des troupes fraîches conduites par six galères commandées par Euch Ali118, puis par treize galères de Dragut, arrivées le 2 juin à Malte119.

  • 120 Luis de Miedes, La Jornada de Malta... cit., f° 47r., in A. Berthelot, Le Siège de Malte... cit., p (...)
  • 121 Q. Hughes, The building of Malta... cit., p. 15
  • 122 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 31r.
  • 123 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 4.
  • 124 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 10.
  • 125 SMOM (Sovrano Militare Ordine di Malta), Copie de plusieurs missives escrites et envoyées de Malte (...)

42L’objectif principal de l’armée était, à ce moment-là, le fort Saint-Elme, seule forteresse du Mont Sciberras ; la prise du fort permettrait de contrôler l’entrée du port120, et surtout laisserait libres les batteries musulmanes qui pourraient dès lors bombarder sans peine Birgù et Senglea depuis le Mont occupé, réalisant de la sorte la prédiction faite par l’ingénieur Ferramolino à l’Ordre en 1541121. Le fort Saint-Elme était alors tenu par une garnison de 150 hommes, sous le commandement du Capitaine Fra Luigi Broglia, et de son Lieutenant Fra Gian Giacomo Parpaglia, tous deux membres de la Langue d’Italie122. Entre la fin mai et jusqu’à la fin du mois suivant, les entreprises musulmanes se centrèrent presque exclusivement sur le fort Saint-Elme. Le 27 mai, quinze pièces importantes d’artillerie étaient déjà en pleine activité et un bastion était en cours de construction à l’opposé du fort123. Les assiégés devaient pendant un mois être bombardés de façon quasi-ininterrompue, et les témoins rapportèrent tous dans leurs récits la frayeur et la lassitude qui résultaient de cette cannonade persistante. Selon Martin Croua, Saint-Elme reçut en un mois quelques 14 000 tirs d’artillerie, qui abattirent progressivement tous les murs de la forteresse124. Dans une lettre à sa famille relatant les événements, le chevalier Don François de Juvara dénombra quant à lui 19 000 coups de canon tirés contre le fort, et cela sçay-je pour certain, car j’en ay moy mesme tenu et escrit le compte125.

Carte 5 – L’arrivée de la flotte turque à Malte.

  • 126 Balbi de Correggio, La Verdadera Relacíon... cit., f° 37v.
  • 127 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 38r.
  • 128 Voir chapitre III.
  • 129 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 5.
  • 130 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 6 ; R. J. D. Cousin, A Diary of the Siege of Saint-El (...)

43La pression de l’artillerie turque était telle, que le 26 mai, le capitaine du fort envoya le chevalier Juan de la Cerda à Birgù, prévenir le Grand Maître que le fort ne pourrait soutenir longtemps les assauts126. Jean de La Valette exhorta les chevaliers à la résistance et expédia en renfort 200 soldats, sans chevalier, pour aider à soutenir les assauts127, mais au début du mois de juin, les positions turques avaient effectivement bien avancé : le 3 juin, la fortification extérieure, construite en avant de Saint-Elme en 1556 et qui surveillait la baie de Marsamxett128, avait été enlevée de haute lutte129, laissant libre champ à l’artillerie de Dragut installée sur la pointe du port de Marsamxett. Au début de juin, le fort Saint-Elme était ainsi entièrement encerclé par les forces musulmanes, installées à la fois au débouché de Marsamxett et sur le Mont Sciberras. Les musulmans avaient travaillé à rehausser de plusieurs mètres le ravelin pris quelques jours plus tôt, au point qu’il dominait désormais le fort et permettait de mener de nouvelles offensives130.

  • 131 R. J. D. Cousin, A Diary of the Siege of Saint-Elmo... cit., p. 123.
  • 132 R. J. D. Cousin, A Diary of the Siege of Saint-Elmo... cit., p. 92.
  • 133 Abbé de Vertot, Histoire des Chevaliers... cit., Tome IV, p. 502.

44La vie dans Saint-Elme était devenue intenable : l’eau et les vivres commençaient à manquer et les soldats bombardés en permanence n’avaient pas souvent le temps d’envoyer les blessés à la Sacrée Infirmerie de Birgù, ou bien d’enterrer les morts dont les corps pourrissaient parfois au sein même du fort131. En conséquence, le 8 juin, une cinquantaine de chevaliers et de nombreux soldats maltais et étrangers se révoltèrent pour exiger du Capitaine l’abandon de Saint-Elme132. De nouveau, un émissaire fut dépêché d’urgence auprès de La Valette, pour prévenir que la défense du fort s’avérait désormais impossible et que tous ceux qui s’y trouvaient allaient périr. Le Grand Maître témoigna alors de son extrême sens politique et de sa force de caractère. Par un long discours à l’émissaire, qui fut rapporté ensuite aux hommes du fort, il interdit formellement l’abandon du fort à tous les hommes valides et fit valoir que Saint-Elme devait tenir le plus longtemps possible pour assurer le salut entier de l’Isle et de tout l’Ordre133.

  • 134 Bosio, III, p. 516. Sur 7 500 combattants environ, il y avait environ 5 500 Maltais en armes.

45Que le Grand Maître eût proféré ou non ces paroles rapportées par toutes les relations n’importe pas vraiment ; le fait est qu’il prononça réellement un discours aux chevaliers et aux soldats de Saint-Elme, les appelant chacun à la résistance, et galvanisant leur courage au point qu’ils décidèrent tous de demeurer dans la forteresse et de la défendre jusqu’à leur mort. En mêlant le salut de l’Ordre à celui de Malte, le Grand Maître exprimait ce qui se produisit réellement pendant les quatre mois de siège : l’union sacrée entre les chevaliers et les Maltais, dans une défense commune de l’archipel contre les musulmans. Car bien qu’occultés dans les récits de l’époque au profit de la seule gloire de l’Ordre, les Maltais, qui constituaient environ 70 % des troupes chrétiennes134, se battirent avec fougue contre les musulmans, dans le désir de défendre à la fois leur terre et leur religion, ferments de leur identité. Ils n’oubliaient pas non plus l’aventure malheureuse de Gozo en 1551 et le sort réservé aux insulaires emmenés en esclavage. Les soldats maltais du fort Saint-Elme combattirent ainsi jusqu’à la fin, sans faillir, aux côtés des chevaliers. En meneur d’hommes incontestable, La Valette avait saisi l’opportunité de soutenir ses troupes en mettant en valeur l’alliance de tous les chrétiens, membres de l’Ordre et insulaires, contre les Infidèles.

  • 135 NLM, Ms 9, La Historia di Malta... cit., p. 504 ; BMA, Ms 1090, Relatione della diffesa di Malta... (...)
  • 136 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 7.
  • 137 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 10.
  • 138 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 55r.

46En dépit de la vaillance des combattants, les dernières résistances devaient bientôt céder dans la seconde moitié du mois de juin. Deux grands assauts se succédèrent, le 16 juin, puis le 22 juin, qui durèrent bien quatre à cinq heures chacun135 – voire une journée entière, selon Martin Croua136 – et eurent finalement raison du fort. Le 23 juin, Saint-Elme était aux mains des musulmans et la bannière de l’Ordre était remplacée par celle des Turcs. De tous les défenseurs, Maltais et membres de l’Ordre, n’y resta nul en vie, tant valeureusement se défendirent137 ; seuls deux ou trois soldats parvinrent à prendre la fuite et à gagner Birgù à la nage en traversant le port138.

  • 139 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 58v.
  • 140 Abbé de Vertot, Histoire des Chevaliers... cit., tome IV, p. 525.

47Dans l’espoir de décourager les chevaliers et les habitants de Birgù et de Senglea, les musulmans clouèrent sur des planches les corps de certains chevaliers et soldats morts, unos sin estrañas, otros sin cabeza y otros abierto por medio, et les jetèrent dans le port, oùun courant devait les porter jusqu’à Birgù139. Les narrateurs chrétiens s’émurent fortement de cet épisode, maintes fois rapporté, qui était en réalité une manifestation, assez ordinaire à cette époque, de la violence guerrière ; en conséquence de quoi, les récits présentaient tous la réponse, tout aussi féroce, du Grand Maître comme une juste punition. En représailles donc, Vertot rapporte que La Valette, pour apprendre au Bacha à ne pas faire la guerre en bourreau, sur le champ, fit égorger tous les prisonniers turcs et, par le moyen du canon, et en place des boulets, il en fit jeter les têtes toutes sanglantes jusque dans leur camp140.

  • 141 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 10.
  • 142 Bosio, III, p. 574.
  • 143 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., ff° 56r.-57v.

48La défense de Saint-Elme avait coûté la vie à plus de 500 soldats maltais et étrangers141– 1200 selon Bosio142, enclin à l’emphase – et à 124 membres de l’Ordre (107 chevaliers, 15 servants d’armes et 2 chapelains)143. Sans verser dans l’hagiographie, il est aujourd’hui encore difficile de ne pas admirer le courage des défenseurs du fort Saint-Elme ; la résistance du fort permit au Couvent d’assurer entièrement ses défenses à Birgù et Senglea, pour mieux soutenir les futurs assauts musulmans qui ne pouvaient plus, après le 23 juin, que se tourner vers les deux petites cités. Il est impossible d’affirmer véritablement que le siège aurait tourné au désavantage des chrétiens si Saint-Elme était tombé plus tôt, mais il est certain que l’endurance des soldats qui défendaient le fort, constitua un répit salutaire au Couvent et aux cités de Birgù et de Senglea, qui, dans l’attente du secours sicilien promis, n’eurent à subir réellement « que » deux mois et demi de siège véritable, de la fin juin au début du mois de septembre.

Les sièges de Birgù et de Senglea (fin juin-8 septembre)

  • 144 BMA, Ms 1090, Relatione della diffesa di Malta...cit., p. 14 ; NLM, Ms 9, La Historia di Malta..., (...)
  • 145 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 57v.

49Une fois Saint-Elme pris, les musulmans espérèrent peut-être un temps en une reddition de l’Ordre ; deux relations évoquent en effet l’envoi d’un ambassadeur turc auprès du Grand Maître, qui refusa absolument de se soumettre144. L’ambassade ne peut être confirmée, mais il est certain que La Valette, après avoir écrit une lettre à Don Gracia de Toledo pour l’informer de esta disgracia et enjoindre les chevaliers présents en Sicile de regagner Malte au plus vite145, dut réconforter tous ses hommes désespérés par la chute de Saint-Elme.

  • 146 AOM 88, f° 92v., 16 juillet 1551.
  • 147 Bosio, III, p. 578.
  • 148 Vertot, Histoire des Chevaliers... cit., vol. V, p. 2-3.
  • 149 Vertot, Histoire des Chevaliers... cit., vol. V, p. 4.

50Il prononça très certainement un discours aux chevaliers et aux habitants de Birgù et de Senglea pour les exhorter à la résistance, comme Don Juan d’Homedès l’avait déjà fait en 1551146. À en croire les récits qui rapportent les paroles magistrales, La Valette aurait d’abord encensé le courage de tous les morts de Saint-Elme, tués au cours d’une cosi santa et cosi giusta guerra, per gloria del nome di Christo147, avant de réconforter les assiégés en leur remontrant que l’armée musulmane s’affoibliroit encore tous les jours par des flux de sang et par d’autres maladies contagieuses dont elle estoit attaque148. Puis il les aurait tous encouragés àrésister définitivement aux assaillants, de ses chevaliers aux simples soldats et citadins, parcourant tous les postes et leur adressant la parole avec une douce familiarité149.

  • 150 NLM, Ms 9, La Historia di Malta... cit., p. 511.
  • 151 Vertot, Histoire des Chevaliers... cit., vol. V, p. 4.

51Le récit d’Antonio Pugliese témoigne également de la présence constante de La Valette auprès des soldats, et des mots de réconfort ou d’encouragement qu’il dispensait à chacun : E lo gran Maestro sempre era in persona / Per la muraglia a confortar soldati150. Comme au moment crucial de la révolte de Saint-Elme, le Grand Maître témoignait encore une fois d’une grande force de caractère, d’une aptitude certaine au commandement, et de sa capacitéà remobiliser des hommes lassés par un siège déjà long de plus d’un mois. En se souciant autant du peuple maltais que de ses chevaliers, en les traitant de manière égale, avec la même douce familiarité151 propre aux grands chefs de guerre unanimement reconnus, suivis et aimés de leurs soldats, il se présentait à tous comme le chef absolu à la fois d’un Ordre et d’une île en danger.

  • 152 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 59r.
  • 153 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 60v.
  • 154 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 13.
  • 155 Balbi de Coreggio, La Verdadera Relación... cit., f° 80r.

52Les combats reprirent le 26 juin, les musulmans centrant désormais leurs efforts sur les remparts des cités et sur le fort Saint-Michel, qui devaient être bombardés régulièrement152. Au début du mois de juillet, l’excroissance urbaine de Bormula avait été entièrement ravagée par les bombardements, tandis que des chevaliers et des soldats s’y rendaient parfois pour surprendre les lignes ennemies153. L’été durant, les cités de Birgù et de Senglea essuyèrent maints assauts qui exigeaient une surveillance constante des brêches des remparts, et un travail harassant pour les habitants, de réparation des fréquentes destructions154, sous la direction de l’ingénieur Evangelista Menga et de son jeune assistant, le Maltais Girolamo Cassar155, futur architecte de l’Ordre.

  • 156 M. Monterisi, Storia politica e militare del Sovrano Ordine di San Giovan ni... cit., p. 88-89.
  • 157 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 68v.
  • 158 M. Monterisi, Storia politica e militare... cit., p. 93.
  • 159 Bosio, III, p. 611 (« ...l’inventione d’ una cassa di tavole, alquanto più lunga della persona sua, (...)

53Les attaques musulmanes visaient également l’entrée du port des galères, et les canonniers postés sur le Mont Sciberras avaient pour consigne de détruire le pont construit à la hâte par les Maltais pour relier Birgù à Senglea. Ce pont de bois sur l’eau, bâti sur ordre de La Valette par l’ingénieur Menga156, permettait aux hommes de mieux défendre les deux cités, en faisant passer rapidement des hommes valides lors d’attaques soudaines, ou bien de transporter plus commodément blessés, vivres, armes et munitions. Il fut notamment sauvé au milieu du mois de juillet par une petite troupe de Maltais de la garnison de Bormula, qui attaqua et repoussa les Turcs157. Pour pénétrer dans le port, les musulmans tentèrent à leur tour d’édifier un pont en bois, à partir de mâts et d’antennes de galères. Le Grand Maître confia la responsabilité de détruire la construction ennemie à Menga et à Girolamo Cassar158. Protégé d’une sorte d’armure faite de terre et de laine, Girolamo Cassar se fit descendre par une poulie, le long des remparts, sur les lieux criblés par les balles, pour prendre les mesures des tirs d’artillerie à effectuer depuis Birgù et Senglea, pour parvenir à détruire le pont musulman159 !

  • 160 Bosio, III, p. 585-586.
  • 161 BAV, Urb. Lat. 815, f° 387r. ; BMA, Ms 1090, Relatione di Malta..., p. 17 ; Balbi de Correggio, La (...)
  • 162 BMA, Ms 1090, Relatione della diffesa di Malta..., p. 17.
  • 163 E. Bradford, The Great Siege... cit., p. 135.

54Puis, dans le courant de l’été, les deux camps furent renforcés par l’arrivée de troupes fraîches. Le 30 juin, un piccolo soccorso de 42 chevaliers160 et de quelque 600 soldats volontaires siciliens, espagnols, et même allemands et anglais, envoyés par le vice-roi de Sicile arriva fort opportunément pour grossir les rangs des assiégés161. Au milieu de juillet, le roi d’Alger parvenait à Malte avec sept galères et une galiote chargées de soldats162, soutenant les troupes clairsemées par les combats et les épidémies, privées pour certaines du commandement de leur chef Dragut, mort le 23 juin163.

  • 164 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 11-12.
  • 165 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 90v.
  • 166 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 322.
  • 167 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., ff° 93r.-93v.
  • 168 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 81r.

55Deux offensives d’importance furent alors menées par les musulmans les 6-7 aoû t et les 20-22 aoû t contre le fort Saint-Michel, pour tenter de s’emparer de Senglea164. Ce ne fut que grâce à l’intervention du Grand Maître en personne sur les brèches du bastion de Castille165, et à une sortie de la cavalerie de Mdina, qui attaqua par surprise les arrières turcs, que la ville résista le 7 août166, au prix de 2 000 morts du côté musulman et d’une cinquantaine de chevaliers du côté chrétien167 (les relations omettent souvent de décompter les morts maltais !). La seconde offensive fut également repoussée. A la fin de l’été, chrétiens et musulmans étaient réduits à leurs dernières extrémités : blessés et morts se comptaient par milliers tandis que les maladies et le manque de vivres contribuaient encore à l’épuisement des hommes. Le secours espagnol, tant espéré par le Grand Maître et les chevaliers pour la fin du mois de juillet, n’était toujours pas arrivé, au point que La Valette avait prévenu ses hommes de aguardar soccoro del omnipotente Dios168 uniquement.

La victoire maltaise

  • 169 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 323.
  • 170 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 116v.
  • 171 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 14.
  • 172 Bosio, III, p. 667.
  • 173 BMA, Ms 1090, p. 24.
  • 174 Bosio, III, p. 704-705 ; Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., p. 121v.

56Ce fut finalement au début de septembre, après de longs mois d’organisation et maints retards (le mauvais temps empêcha les galères de gagner Malte à la fin du mois d’août169), que la flotte de Don Garcia de Toledo parvint à Malte. Elle débarqua 10 000 hommes environ aux dires de Balbi de Correggio170, 9 000 selon Martin Croua171, moins de 9 000 pour Bosio, qui dénombre quelque 1 800 chevaliers de différentes Langues et près de 7 000 aventuriers et soldats volontaires ou enrôlés, espagnols, italiens, allemands, français172, 8 500 selon la Relatione di Malta attacata da Turchi, parmi lesquels 200 chevaliers, 300 marins et 8 000 soldats espagnols et italiens173. Le gran soccorso débarqua dans l’île le 7 septembre. Les musulmans, déjà épuisés par quatre mois de siège qui leur avaient été dans l’ensemble défavorables, se retirèrent progressivement, et le 12 septembre, toute l’armée avait quitté l’archipel. Deux jours plus tard, le 14 septembre, la flotte de Don Garcia de Toledo pénétrait en grande pompe dans le port ravagé de Malte et était officiellement accueilli par le Grand Maître et les soldats victorieux174.

  • 175 SMOM, Copie de plusieurs missives... cit., Lettre du chevalier Don François de Juvara à sa famille, (...)
  • 176 Vincenzo Laurenza, « Il Grande Assedio di Malta in un Manoscritto cassinese del Cinquecento », art. (...)
  • 177 Bosio, III, p. 711.
  • 178 Bosio, III, p. 711.
  • 179 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 127v.

57Le siège représenta un lourd tribut à payer pour les deux parties. Bien que sujettes à des évaluations discordantes et parfois fantasques, les pertes musulmanes apparaissent les plus fortes. Le chiffre le moins élevé revient au chevalier Don François de Juvara, qui évoque 11 500 décès du côté musulman ; mais il est à rapporter à celui de l’armée que le chevalier estime à 19 000 hommes, ce qui donne une proportion énorme de 60,5 % de morts musulmans175. Un manuscrit anonyme avance, quant à lui, le nombre impressionnant de 26 000 tués176, tandis qu’à en croire Bosio, près de 15 000 musulmans trouvèrent la mort durant le siège177. Du côté chrétien, la ponction humaine fut également lourde. Les mois de siège avaient coûté la vie à 9 000 personnes, dont 3 000 hommes de guerre (chevaliers, servants d’armes et soldats maltais ou étrangers), les autres morts, selon Bosio, étant des civils, femmes et enfants essentiellement, morts de blessures, de maladie ou de faim178. Balbi de Correggio évalue quant à lui, le nombre de défunts à plus de 10 000 : 256 membres de l’Ordre (217 chevaliers, 32 servants d’armes, 7 chapelains), 7 000 Maltais (hommes, femmes et enfants), 2 500 soldats de toutes nationalités et 500 esclaves de l’Ordre179.

  • 180 SMOM, Copie de plusieurs missives escrites et envoyées de Malte... cit., f° 15v., 19 septembre 1565
  • 181 AOM 430, f° 278v., 15 janvier 1566.

58En outre, les dégâts matériels dans l’île étaient considérables. Un témoin anonyme rapportait qu’au milieu du mois de septembre, les bresches du bourg [Birgù] et du fort sainct Michel sont si grandes, si basses et tellement esplanées que les chariots chargez y peuvent entrer180. Le rapport que l’Ordre fit au roi d’Espagne en janvier 1566 insista également sur le fait que les forts Saint-Elme et Saint-Michel avaient été presque entièrement détruits et que les remparts de Birgù avaient été extrêmement endommagés par les bombardements ; en outre l’île apparaissait complètement arruinada, tandis que el numero de nuestras gente era en gran manera disminuido, la muniçion acabada, la artilleria inutil y gastada181.

  • 182 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 324.
  • 183 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 325.
  • 184 AOM 91, f° 157v., 10 octobre 1565.
  • 185 AOM 91, f° 167r., 14 décembre 1565.
  • 186 AOM 91, f° 166v., 30 décembre 1565.
  • 187 AOM 91, f° 167v., 3 mars 1566.
  • 188 AOM 91, f° 172r., 3 avril 1566.
  • 189 Vertot, Histoire des Chevaliers..., tome V, p. 112.
  • 190 NLM, Ms 17, Notitia della spada mandata al Gran Maestro Valletta l’anno 1566 da Filippo Secondo Rè (...)
  • 191 NLM, Ms 17, p. 254.

59Mais en dépit des pertes et des destructions, le siège était une victoire éclatante des chevaliers, dont l’écho se propagea rapidement dans toute l’Europe : le 12 septembre, la nouvelle parvenait à Naples, le 19 à Rome et au début du mois d’octobre, à Istanbul182. Le Grand Maître et tous les chevaliers étaient considérés comme les nouveaux héros de la croisade contre les Infidèles ; à Rome, oùle Pape ne pardonnait pas au roi d’Espagne et au vice-roi de Sicile la lenteur de leur flotte de secours, on attribuait la victoire uniquement à Dieu et à l’Ordre183. Le 10 octobre 1565, le pape avait envoyé un bref au Grand Maître pour le féliciter de sa victoire sur les Turcs184 ; le 14 décembre, le roi de France écrivait également pour les mêmes raisons185, puis ce fut le tour de l’Empereur Maximilien II le 30 décembre186. Enfin, le 3 mars, Philippe II envoyait une lettre au Grand Maître187, puis le 3 avril, le roi du Portugal faisait de même188. La Valette devenait brusquement le héros par excellence de toute la chrétienté et, pour récompense de sa bravoure et de son génie militaire, le Pape lui offrit le cardinalat, que le Grand Maître refusa189. Quant à Philippe II, il lui fit don en 1566, d’une épée et d’un poignard dotés de poignées en or massif, ainsi que d’une ceinture également en or190. Le Grand Maître ordonna que ces trésors fussent rangés parmi les biens les plus précieux de l’Ordre, comme témoignage de la grande victoire du siège et de la bonté du roi d’Espagne191.

60L’héroïsme indubitable des chevaliers, des soldats et de la population maltaise expliquait d’une part le qualificatif de « Grand Siège ». Mais en même temps, ce siège fut « grand » par toutes les conséquences qu’il devait avoir ; événement capital de l’histoire méditerranéenne, il devenait également, par sa victoire et sa mythification immédiate, un des éléments-clés de la dimension nouvelle de Malte en tant qu’île-frontière de la chrétienté.

DELARÉ ALITÉ AU MYTHE : LA PORTÉ EDU « GRAND SIÈ GE »

61La portée du siège fut immense. Il fut présenté rapidement comme le symbole à la fois de la solidarité de deux parties (l’Ordre et l’île) désormais unies dans une même histoire, et de la lutte de tous les chrétiens pour la défense de leur foi. Guerriers de Dieu, les chrétiens morts à Malte avaient sanctifié la terre exposée au danger et défendue par leur sang. La sanctification, l’héroïsation, le souvenir englobaient ainsi à la fois l’Ordre, les Maltais et l’île dans un même élan de souvenir et de glorification.

L’Ordre, défenseur de la terre chrétienne

a) Une nécessaire victoire pour l’Ordre

  • 192 A. P. Vella, « La missione di Pietro Dusina... », art. cit, p. 174.
  • 193 Gio Battista Abela, Della descrittione di Malta, isola del mare siciliano, éd. Paolo Bonacota, Malt (...)
  • 194 Alphonse Dupront, Le mythe de Croisade, II, Paris, 1997, p. 575.
  • 195 BMA, Ms 1094, Relazione della Religione Gerosolomitana di Malta dell’anno 1630, p. 32.

62Moines-soldats défenseurs de la frontière chrétienne et porteurs d’un long passé de croisade, les chevaliers luttaient naturellement contre les « Infidèles ». Issus de la plus vieille aristocratie européenne, ils possédaient par leur naissance toutes les vertus chevaleresques, mises en relief par les récits de l’époque : les adjectifs de nobile, de nobilissimo192, ou encore l’expression più nobile sangue della Christianità193 caractérisaient toujours les chevaliers de Malte. Cette insistance des textes n’était évidemment pas innocente et participait pleinement à l’expression même du mythe de croisade : la croisade étant l’apanage de la chevalerie, le véritable soldat du Christ était évidemment le chevalier194, c’est-à-dire l’homme qui se définissait par la pureté de ses origines, la sincérité de sa foi, la grandeur de son courage, en un mot, par la vertu. Les récits modernes faisaient dès lors de l’Ordre de Malte le symbole parfait de la chevalerie et des virtù christiane ne quali sono esercitati e continuamente s’esercitano li Religiosi195.

63Favorisant une mise en scène du récit, et suscitant à la fois l’admiration de l’auteur et des lecteurs, le courage pur et spectaculaire sont une des vertus les plus souvent exaltées par les textes chrétiens relatant le siège de Malte. Ainsi, lorsqu’un ambassadeur du camp musulman se présenta sous les remparts de Birgù pour proposer aux chevaliers de se retirer sains et saufs et de laisser l’île aux mains des Ottomans, le Grand Maître aurait refusé avec superbe :

  • 196 Nom de l’envoyé turc.
  • 197 NLM, Ms 9, La Historia di Malta..., p. 508 (traduction de l’auteur) :
    O car Bassano mio n’hai inteso (...)

Ô mon cher Bassano196 n’as-tu pas entendu dire
Qu’une belle mort dans l’action honore la vie ?
Mais de cette ambassade, je n’ai pas besoin
Mieux vaut mourir que vivre dans la honte197.

  • 198 BMA, Ms 1090, Relazione della diffesa di Malta..., p. 9.
  • 199 SMOM, Copie de plusieurs missives... cit., f° 11r.
  • 200 BMA, Ms 1090, Relatione della diffesa..., p. 24.

64La fermeté chevaleresque de La Valette est présentée ici comme l’unique motivation de la résistance de l’Ordre. Les chevaliers étaient réputés, à juste titre d’ailleurs, pour leur extrême bravoure au moment des combats et leur aptitude à se défendre jusqu’à la mort. Les récits se montrent ainsi toujours unanimes pour saluer la valeur guerrière des chevaliers : tous évoquent généralement un nombre impressionnant de morts musulmans pour seulement quelques chevaliers ou chrétiens tués lors d’un assaut. De fait, une relation témoignait que lors d’un assaut, pendant le mois de juin, i Nemici furono ribattuti con molti morti. De cristiani ne morı` un Cavalliere con sette o otto soldati198 ; un chevalier précisait quant à lui, dans une lettre à sa famille, que l’artillerie seule a tué la plupart de nos gens de guerre : car au combat de main à main, un des nostres vault bien quatre Turqs199 ; un autre récit encore évoque lors d’une bataille, la morte di nemici più di 500, senza morto de nostri200...

  • 201 SMOM, Copie de plusieurs missives... cit., f° 11r.
  • 202 Bosio, III, p. 578, (« in cosi santa et giusta guerra, per gloria del nome di Christo, per testimon (...)
  • 203 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 91v.

65Les récits du siège insistent donc tous sur une très nette supériorité chrétienne, puisque les affrontements se soldaient régulièrement par un faible nombre de chrétiens morts pour une quantité incalculable de musulmans tués, et surtout sur l’incontestable supériorité des chevaliers de l’Ordre, qui valent chacun quatre Turqs201 ! Les chevaliers s’illustraient ainsi par leur excellence en actes, leur vaillance inégalée et leur maîtrise absolue de l’art de la guerre. Mais cette ardeur guerrière n’était rien sans la certitude et le bonheur de mourir pour le Christ. Le discours de La Valette à ses hommes, rapporté par Bosio, reflétait bien le sentiment des assiégés de se battre pour le triomphe de leur foi. Les combattants de Saint-Elme avaient péri « pour une juste et sainte guerre, pour la gloire du nom du Christ, en témoignage de leur foi, pour le bénéfice de la chrétienté et pour la défense de l’Ordre »202. Leur mort rachetait et honorait ainsi leur vie passée et leur assurait une vie éternelle dans l’Au-delà. La relation de Balbi de Correggio souligne également cette certitude chrétienne du soutien divin : selon l’auteur, les victoires des assiégés étaient toujours due mas por divino soccoro que por humanas fuerças203.

  • 204 BAV, Vat. Urb. 854, f° 543v. ; BMA, Ms 1095, Lettera del Gran Maestro di Malta a Papa Pio V, p. 7 ( (...)
  • 205 Vertot, Histoire des chevaliers... cit., tome IV, p. 522.
  • 206 BMA, Ms 1094, Relatione dell’isola di Malta, p. 12.

66Chevaliers et soldats pouvaient alors se surpasser dans leurs actions de bravoure, convaincus que Dieu les soutenaient dans leur juste lutte. Les vertus guerrières s’accompagnaient d’un esprit de sacrifice, indissociable du mythe de croisade. Dans une lettre adressée au Pape en 1568, Jean de La Valette décrivait son bonheur d’avoir vu couler le sang de ses chevaliers pour la défense des cités maltaises en péril : Ma che giova a noi tutto... il sangue che in tanta abondanza ha bagnato queste muraglie et queste strade204. C’était en effet par le sacrifice et le bonheur de mourir pour sa foi que la guerre prenait sa dimension de croisade et que les hommes devenaient plus que des hommes par un généreux mépris de la mort205. Ils étaient désormais come si può vedere da quelli che racontano storie206, c’est-à-dire semblables aux héros des chansons de geste.

67Cependant, la seule exaltation par les récits de l’héroïsme des chevaliers, ne doit pas masquer la véritable raison de la détermination farouche de l’Ordre à défendre Malte. Durant quatre mois, les chevaliers avaient certes résisté par bravoure (les morts de Saint-Elme le prouvaient bien), mais également par un désir de revanche sur l’échec rhodien. L’Ordre ne voulait pas abandonner Malte comme il avait abandonné Rhodes en 1522. La perte de Rhodes constituait toujours la blessure secrète des chevaliers, la faute que chacun portait en lui et devait racheter aux yeux de l’Occident comme à ses propres yeux. L’éviction de l’île orientale, et surtout les années d’errance qui suivirent, avaient témoigné de la grande difficulté pour l’Ordre de retrouver un lieu où poursuivre son existence. De ce fait, en 1565, le Grand Maître, les chevaliers, les servants d’armes, les chapelains, tous savaient pertinemment qu’un échec à Malte annoncerait à brève échéance la disparition de l’Ordre. Dans leur combat désespéré, ils étaient soutenus par leur Grand Maître, dont le rôle fut déterminant : Jean Parisot de La Valette.

b) Le rôle du Grand Maître Jean Parisot de La Valette

  • 207 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación..., f° 17r. ; Arnold Cassola, The 1565 Great Siege of Mal (...)
  • 208 H. J. S. Sire, The Knights of Malta... cit.,p. 282.
  • 209 C. Sanminiatelli Zabarella, Lo Assedio di Malta... cit., p. 81.

68On ne peut évoquer le siège de Malte sans parler de celui qui le soutint et que la victoire auréola de gloire. En 1565, les récits le présentent comme un homme âgé de sesenta y siete años207, qui serait donc né en 1498. La fonction de Grand Maître était en effet attribuée à des chevaliers qui avaient fait leurs preuves dans l’Ordre et qui la conservaient jusqu’à leur mort ; les Grands Maîtres étaient en général tous d’un certain âge au moment de leur élection. En réalité, les auteurs actuels s’accordent plutôt à penser que La Valette était né en 1494, dans le Sud Ouest de la France, et qu’il était donc au moins âgé de 71 ans au moment du siège208. Il serait entré dans la Langue de Provence de l’Ordre de Rhodes en 1515209.

  • 210 Arnold Cassola, The 1565 Great Siege of Malta and Hipólito Sans’s La Maltea... cit., p. 101.
  • 211 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación..., f° 17r.
  • 212 Vertot, Histoire des chevaliers..., III, p. 384.
  • 213 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación..., f° 17v.
  • 214 Carlo Sanminiatelli Zabarella, Lo Assedio di Malta (18 maggio-8 settembre 1565), Turin, 1902, p. 87
  • 215 AOM 86, f° 73r., 8 août 1538.

69Les récits modernes sont enclins à encenser de concert les nombreuses vertus du Grand Maître La Valette. C’est un homme valeroso, grave y prudente que nous décrit Hipo´lito Sans210, robusto, devoto buen religioso, de gran memoria, de saber y intelligencia aux dires de Balbi de Correggio211, et surtout un sage politique plein de fermeté à en croire Vertot212. Ces écrits construisent ainsi après le Siège une véritable légende de celui qui parvint à resistir al impetu cruelissimo de Soliman213 ; et dans la lignée de ces récits, certains ouvrages plus récents ne craignent pas d’alimenter le mythe en décrivant l’homme comme un solitaire, accompagné d’une lionne domestique couchée au pied de son lit, qu’il aurait un jour capturée sur une galère barbaresque prise en course214. Les archives apportent parfois un bémol à ces descriptions louangeuses et trahissent une réalité plus ordinaire : au même titre que d’autres chevaliers, La Valette pouvait faire preuve d’une violence toute nobiliaire, et en aoû t 1538, il fut condamné par le Conseil à quatre mois d’emprisonnement à Rabat de Gozo, pour s’être violemment battu avec un autre membre de l’Ordre215.

  • 216 AOM 87, f° 77v., 6 avril 1546.
  • 217 Abbé de Vertot, Histoire des Chevaliers..., III, p. 391-392.
  • 218 AOM 287, f° 65v., Chapitre Général de 1548.

70Il est indéniable toutefois que le futur Grand Maître fit une carrière brillante au sein de l’Ordre, au point d’être élu en avril 1546216, gouverneur de Tripoli pour trois ans. Comme tout chevalier avant 1551, La Valette souhaitait avec vigueur que le Couvent fût établi à Tripoli217, c’est-à-dire dans cet outremer qui nourrissait encore le mythe d’une croisade offensive et d’une permanence de l’Ordre au cœur des possessions territoriales et maritimes musulmanes. La Valette fut ainsi en 1548 à l’origine des discussions du Conseil quant à une installation définitive de l’Ordre à Tripoli.218

  • 219 AOM 423, f° 186v., 4 août 1552.
  • 220 AOM 89, f° 2v., 10 avril 1554.

71Le parcours individuel de Jean de La Valette résonne tout au long de cette période comme un écho persistant de l’évolution de l’Ordre lui-même. Il vécut très douloureusement la perte de Tripoli en 1551 : on le retrouve d’ailleurs responsable, aux côtés de Leone Strozzi, de la désastreuse entreprise de Zuara menée en août 1552 pour récupérer le préside219. L’échec de l’entreprise eut pour conséquence sa captivité par les Barbaresques et il demeura un peu plus d’un an esclave sur les galères musulmanes, avant d’être racheté par l’Ordre en 1554. Cette même année, qui fut celle du refus de Mahdia, fut celle de la création de la fonction de Capitaine général des galères, que le Conseil offrit à La Valette en récompense de ses services220. Cette fonction nouvelle et importante permettait à son détenteur de commander à la branche la plus importante de la Marine de l’Ordre, et offrait l’occasion aux chevaliers de donner une nouvelle puissance aux Langues françaises, en diminuant l’influence de l’Amiral, qui, depuis la donation de Malte par Charles Quint, devait être recruté parmi les chevaliers de la Langue d’Italie.

  • 221 AOM 89, f° 120r., 21 août 1557.
  • 222 AOM 92, f° 91r., 21 août 1568.
  • 223 AOM 90, f° 19v., 17 juin 1558.
  • 224 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 90v. Il fut blessé lors de son combat à Birgù (...)

72Finalement, le 21 aoû t 1557, le Conseil porta à l’unanimité Jean Parisot de La Valette, âgé de 64 ans, à la fonction suprême de Grand Maître de l’Ordre221, qu’il occupa jusqu’à sa mort, en août 1568222. A cette époque, les objectifs du nouveau Grand Maître avaient changé profondément : moins d’un an après son élection, au mois de juin 1558, il envisagea la construction d’une nouvelle cité fortifiée sur le Mont Sciberras, renouant ainsi avec les anciens projets soumis au Conseil par les ingénieurs, et témoignant d’un désir sensible d’implanter désormais solidement son Couvent dans l’île de Malte223. Le siège de 1565 l’empêcha de mener à terme son nouveau projet, mais permit à sa forte personnalité de s’exprimer pleinement ; au cours des quatre mois de siège, et surtout aux moments cruciaux de la chute de Saint-Elme, il se montra d’une force de caractère peu commune et d’une aptitude certaine, exaltée à l’unisson par les textes, à remobiliser chevaliers, soldats et civils de toutes origines et nationalités. Ce fut bien lui qui soutint le courage de tous les défenseurs, chevaliers comme Maltais, les exhortant à s’unir dans la défense commune de leur foi et de leur terre et les guidant lui-même au combat, où il fut blessé en août 1565224.

  • 225 AOM 91, f° 164r., 28 mars 1566.
  • 226 Bosio, III, p. 819.
  • 227 Bosio, III, p. 819.

73Alors que l’Ordre se refusait – et se refusa toujours par la suite – à intégrer en son sein la noblesse maltaise et qu’il n’avait jusqu’alors que moyennement employé les insulaires dans ses expéditions méditerranéennes guerrières et corsaires, le Grand Maître exprima pour la première fois, par ses mots et par ses actes, la communion véritable qui s’opéra au cours du siège et qui devait désormais souder intimement l’Ordre et l’île de Malte. Chef héroïque de chevaliers européens et de civils ou de soldats maltais, il était devenu, à la faveur de ces quatre mois de lutte, le symbole de la synthèse entre un Ordre et une île qui, jusqu’alors porteurs en eux-mêmes d’expériences différentes de la frontière, allaient désormais se compléter inévitablement. Une fois le siège achevé, le Grand Maître résolut d’enraciner de manière définitive le Couvent dans le sol maltais sanctifié par la victoire ; en mars 1566, il posait officiellement la première pierre de construction sur le Mont Sciberras de la nouvelle capitale225 censée accueillir les chevaliers, les Rhodiens et les Maltais, ainsi que tous les nouveaux arrivants qui souhaiteraient s’y établir. La construction de la nouvelle cité devait être l’expression concrète de la victoire maltaise et de la nouvelle union entre l’Ordre et l’île, et témoigner aux yeux de tous, par sa monumentalité et ses remparts, de l’incarnation de la frontière chrétienne. A la mort du Grand Maître en 1568, les récits affirment que toute l’île le pleura, les membres de l’Ordre aussi bien que les Maltais et que d’anciens Rhodiens encore vivants226. Cette union dans le chagrin reflète encore une fois la fusion qui s’était réalisée pendant le siège entre l’île et l’Ordre, et que le Grand Maître avait contribué à exprimer. Sanctifié pour cela, il aurait même été prévenu par Dieu de l’imminence de sa mort, sous la forme d’un horrendo strepito e romore, quasi come un gran gazarra d’archibusate227.

74Bien que loués à profusion par les récits modernes, l’Ordre et La Valette ne furent pourtant pas les seuls à défendre Malte au nom de leur foi. Bon nombre de chrétiens, en premier lieu des Maltais évidemment, mais également des hommes originaires de toute l’Europe occidentale, aidèrent, au nom de Dieu, à la défense de l’île. De sorte que la victoire de Malte fut celle de tous les chrétiens morts pour elle, avant de devenir celle de toute la chrétienté.

Une victoire de tous les chrétiens

  • 228 Bosio, III, p. 513.

75La glorification de l’Ordre par les récits modernes ne doit pas occulter l’âpre détermination dont témoignèrent les Maltais pour défendre leur île. Bosio l’évoque brièvement, au détour d’une phrase, qui révèle l’état d’esprit des insulaires menacés et l’union de tous les combattants, chevaliers, soldats, insulaires, dans la défense à la fois de la religion chrétienne et de la terre maltaise : Però i Cavalieri, i Soldati e i Maltesi più pratichi et all’armi atti e avezzi... mostravano evidenti segni d’allegrezza della bell’occasione che se gli presentava di combattere contra Infedeli, per gloria di Dio, per diffesa della Santa Fede e della Propria Patria228.

  • 229 Bosio, III, p. 516.
  • 230 Bosio, III, p. 711.
  • 231 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 127v.

76A l’instar des hommes de guerre professionnels que sont les soldats et les chevaliers, les Maltais se révélaient un appui non négligeable, et constituèrent l’atout principal des forces chrétiennes. Toujours selon Bosio, sur les 7 500 combattants chrétiens qui ne faisaient pas partie de l’Ordre, 5 500 étaient des Maltais recrutés dans toute l’île, soit une proportion très forte de 73,3 % des soldats229. Les Maltais, nous l’avons vu, se battirent courageusement auprès des chevaliers, mourant à leurs côtés dans de nombreuses offensives. Le nombre de morts maltais, tués au combat ou décédés des suites de famine ou de maladies, varie assez peu dans les relations modernes : un peu plus de 6 000 personnes pour Bosio, hommes, femmes et enfants confondus230, 7 000 personnes pour Balbi de Correggio231.

  • 232 S. Fiorini, « Demographic growth and the urbanization of the maltese countryside to 1798 », art. ci (...)
  • 233 S. Fiorini, « Demographic growth... », art. cit., p. 302.

77Il est difficile d’évaluer le nombre total d’habitants à Malte au moment du siège ; ce n’est qu’à partir de la fin du siècle, afin de justifier l’importation grandissante de grains de Sicile, que l’Ordre organisa des recensements précis de la population insulaire. Mais, attendu que le nombre de Maltais s’élevait à 22 000 environ en 1535232, il apparaît probable que trente ans plus tard, au milieu des années 1560, il se soit élevé à environ 25 000 personnes au minimum. La mort des 7 000 Maltais décomptés par les récits, rapportée à ce total approximatif, donne ainsi une proportion de 28 % de la population insulaire qui aurait péri durant les quatre mois de siège. Cette proportion est peut-être plus faible que la réalité : une statistique, trouvée dans les Archives Vaticanes, décomptait en 1568, 10 120 habitants à Malte233, ce qui tendrait à montrer que la moitié de la population environ serait morte au cours du siège où durant les mois qui suivirent, de famine et de maladie.

  • 234 AOM 430, f° 272r., 28 septembre 1565.
  • 235 AOM 430, f° 275r., 21 octobre 1565.

78Les exemples de la vaillance des insulaires ne manquent pas. En septembre 1565, le Grand Maître rédigea une attestation de bravoure militaire pour le Maltais Masi Bertolo, citoyen de Birgù , qui se battit sous le commandement de l’Ordre dès le 18 mai et défendit son île jusqu’aux derniers jours du siège234 ; de la même manière, en octobre, Biasio Ramondo, natif du casal de Naxxar, recevait une attestation pour le récompenser d’avoir quitté son village pour venir s’engager dans la compagnie de Birgù et se battre aux côtés des habitants du port235. Pas un insulaire ne déserta Saint-Elme avant sa chute ; ce fut un bataillon de Maltais qui sauva le pont reliant Birgù à Senglea, et ce fut également grâce à l’ingéniosité et à la bravoure d’un ingénieur maltais, Girolamo Cassar, que les chrétiens purent bombarder le pont musulman en construction dans le port...

  • 236 AOM 430, ff° 269v.-272r., 25 septembre-3 octobre 1565.
  • 237 AOM 430, ff° 274v.-275r., 9 octobre-24 octobre 1565.
  • 238 AOM 430, f° 269v.
  • 239 AOM 430, f° 270r.
  • 240 AOM 430, f° 274v.
  • 241 AOM 430, f° 270r.
  • 242 AOM 430, f° 271r., Henri de Lorcher, simple soldat engagé pour défendre Malte des musulmans. Il se (...)
  • 243 AOM 430, f° 270r., Antoine d’Embun, simple soldat, venu par ses propres moyens rejoindre Malte mena (...)

79Mais la résistance de Malte fut également celle de tous les chrétiens venus d’Europe. En témoignent les nombreuses attestations magistrales accordées par La Valette aux mois de septembre236 et d’octobre237 1565, à plusieurs hommes qui combattirent à Malte. Certains étaient originaires de péninsule italienne, comme Francesco Lo Grugno, arrivé à Malte le 14 mai238, ou bien Scipione di Sangro de Naples, arrivé au début du mois de mai239, ou encore de Sicile, comme Pietro Gambigallo de Modica, simple soldat venu au début du siège240 ; d’autres de la péninsule ibérique, comme Don Diego de Castille venu dans l’île au début de l’été par ses propres moyens241 ; d’autres encore venaient d’Allemagne242 ou de France243...

  • 244 A. Bazzana, P. Guichard, P. Sénac, « La frontière dans l’Espagne médiévale... », art. cit., p. 57.

80Les mois de siège favorisèrent donc l’émergence d’une solidarité chrétienne entre Maltais, chevaliers et soldats ou aventuriers de toutes origines. « La situation de frontière est à l’origine d’une mentalité distincte. Il existe des liens de solidarités propres car la sécurité dépend de l’union de tous »244. Le siège, comme auparavant la razzia de Gozzo, avait porté dans le cœur même de l’île le péril musulman et imprégné sa marque dans les esprits des habitants. Face au danger musulman, une union sacrée, qui transcendait toute nationalité et de tout statut social, s’était constituée entre les chrétiens au combat, et plus particulièrement entre les chevaliers et les Maltais, qui permit la fusion entre l’Ordre et l’île. Dorénavant, Malte et l’Ordre ne devait plus constituer qu’un tout indissociable. Ce qui avait été à l’origine deux parties étrangères l’une à l’autre étaient devenues solidaires dans la conjoncture particulière des quatre mois du siège. Les insulaires acceptaient désormais le gouvernement de l’Ordre comme celui-ci admettait de concevoir Malte comme son lieu de vie définitif ; car la victoire du siège, encensée par les textes, favorisait une assimilation de l’Ordre à l’île, et de l’île à l’Ordre, dans une même glorification. Ce n’était pas un hasard d’ailleurs, si à ce moment-là, l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, dit Ordre de Rhodes, prenait son nouveau nom officiel d’ » Ordre de Malte ».

La nouvelle dimension de Malte

  • 245 Vertot, Histoire des Chevaliers... cit., tome V, p. 115.

81Le siège constituait un élément-clé du long processus d’appropriation de Malte par l’Ordre et d’assimilation de l’île à l’Ordre. Déjà, l’ » affaire de Mahdia » en 1554 avait révélé le souci nouveau de l’Ordre de préférer, même à contre-cœur, son île fragile à un préside africain trop difficilement défendable ; mais bien plus que la donation de l’Empereur, et plus encore que la perte de Tripoli, ou le refus de Mahdia, ce fut véritablement leur victoire en 1565 qui unit les chevaliers à leur île. Rien désormais ne pouvait déterminer l’Ordre à quitter Malte, et, selon Vertot, lorsque ses conseillers suggérèrent à La Valette de retirer le Couvent en Sicile, car Malte ne pourrait être défendue correctement d’un nouvel assaut, le Grand Maître excité par la gloire qu’il venoit d’acquerir dans Malthe, resolut de s’ensevelir sous ses ruines plutôt que de l’abandonner245.

  • 246 AOM 91, f° 159r., 5 janvier 1566 ; AOM 430, f° 284v., 6 mars 1566 ; AOM 431, f° 232r., 8 avril 1566 (...)
  • 247 S. Paoli, Codice Diplomatico del Sacro Militare Ordine Gerosolomitano... cit., p. 222-223.
  • 248 S. Paoli, Codice Diplomatico... cit., p. 224.

82En réalité, l’Ordre n’envisagea pas le moins du monde de quitter Malte après le siège. L’erreur des chroniqueurs venait d’une lettre écrite délibérément par La Valette au pape, dans laquelle le Grand Maître faisait valoir l’incapacité matérielle de l’Ordre à défendre encore une fois Malte, au moment même où le péril turc ne semblait pas s’amoindrir. Pendant tout l’hiver 1566, les polices des mers de l’Ordre informaient en effet régulièrement les vice-rois et le Saint-Siège de nouveaux préparatifs ottomans à Istanbul et de la possibilité d’une nouvelle attaque de Malte246. Dans sa missive, le Grand Maître prévenait donc le pape que le Couvent, n’ayant les ressources nécessaires à la défense de son île, envisageait de laisser Malte pour s’établir en Sicile. L’astuce se révéla efficace, puisque le 22 mars 1566, le pape expédia un bref à l’Ordre pour le féliciter encore une fois de sa victoire et l’enjoindre à ne pas quitter Malte, lui octroyant des subsides pour l’aider à financer la construction d’une nouvelle cité militaire247. Puis, le même jour, le pape envoyait également une lettre au roi d’Espagne pour lui demander de prêter une assistance financière aux chevaliers, dans le but de les empêcher de déserter leur île248.

83Le prestige de la victoire chrétienne, bien que centré sur l’Ordre, avait en effet rejailli inévitablement sur le peuple maltais et sur le petit archipel. La cité de Birgù, qui avait résisté aux assauts de l’été, fut rebaptisée « Vittoriosa », en mémoire de la victoire obtenue sur les musulmans et de la vaillance de ses habitants au cours du siège.

  • 249 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación..., ff° 22r.-22v. (« con la presa de Malta nos resultaria (...)

84Les chevaliers témoignaient ainsi de leur fierté de vivre dans une île qui avait repoussé seule la vague musulmane, et ne songeaient plus à l’abandonner. Aux yeux des chevaliers et de tous les chrétiens, Malte apparaissait comme une nouvelle terre sainte qui avait résisté aux Infidèles et sauvé le monde chrétien. C’est la relation de Balbi de Correggio qui reflète au mieux l’impact qu’eut le siège sur l’état d’esprit des hommes de l’époque. Il place des paroles extrêmement révélatrices dans la bouche de Soliman, prononçant un discours à ses pachas : c’était seulement par la prise de Malte que les musulmans pourraient prendre possession de la Sicile, puis de la Hongrie, de l’Allemagne, jusqu’à étendre los limites de nuestro señ orio por todo lo que se sabe de la tierra249.

  • 250 Gio Antonio Viperano, De Bello Melitense Historia, Perusa, 1567, p. 4.

85L’Ordre n’était donc plus le seul bouclier opposant une ferme résistance au « péril turc » : Malte, reflet de l’Ordre, son double, son image fusionnelle, devenait, par le biais de sa sanctification, la Terre Sainte, le rempart concret pour les chrétiens menacés. Le bouclier humain des chevaliers, militaire et religieux de l’Ordre, s’était fondu dans un rempart insulaire et physique. L’union se concrétisait entre des hommes protecteurs du monde chrétien et un territoire, à la fois repère tangible et barrière physique contre l’avancée musulmane. Désormais, quiconque s’emparait de Malte se rendait maître de l’ensemble des terres chrétiennes, avant de dominer tout le monde connu. Malte était devenu véritablement le préside de la Sicile, le rempart de l’Italie et la frontière de toute la chrétienté(Siciliæ presidium, Italiæ propugnaculum et Imperii Christiani finem)250.

  • 251 Nora Berend, « Hungary, the “Gate of Christendom” », in David Abulafia, Nora Berend (dir.), Medieva (...)
  • 252 N. Berend, « Hungary, the “Gate of Christendom” », art. cit., p. 214.

86Ce glissement sémantique progressif, qui bascule des hommes défenseurs à un territoire rempart, plus concret et matérialisable dans l’esprit des contemporains, n’était ni nouveau, ni spécifique à Malte. A l’époque médiévale, la Hongrie connut la même évolution : tandis qu’au xiiie siècle, ses défenseurs, les chevaliers Teutoniques, étaient appelés propugnaculum du Royaume face aux ennemis251, le terme désigna peu à peu le royaume lui-même, sous la double influence du pouvoir central et des chroniqueurs. Au xve siècle, c’était désormais la Hongrie, et non plus seulement les Teutoniques, qui était devenue la frontière de la chrétient252. D’humaine, la frontière était devenue territoire. De la même manière, la frontière maltaise l’emportait tout naturellement sur le bouclier humain des chevaliers cependant que l’île remplaçait peu à peu l’Ordre dans la concrétisation de la frontière. La lente évolution qui, depuis un demi-siècle, faisait basculer Malte du simple statut d’île sur la frontière à celui d’île-frontière, avait pris, à la faveur du siège, un virage décisif. Malte, en tant que terre, était sur le point de devenir le véritable rempart de l’Europe contre la civilisation ennemie, la frontière par excellence de la chrétienté, celle dont dépendait désormais le sort de toutes les populations chrétiennes.

87Il ne manquait plus qu’une manifestation physique de cette évolution, une preuve matérielle de sa résistance et de sa victoire sur les Turcs : la construction de La Valette devait être le témoignage inscrit dans le sol même de Malte, de la victoire chrétienne sur les Infidèles. Plus qu’une simple création urbaine, la construction de La Valette était un acte politique.

LA CONSTRUCTION D’UNE VILLE-SYMBOLE : LA VALETTE

LA CITTÀ NOVA

88Entre 1566, où fut posée officiellement la première pierre, et 1571, lorsque l’Ordre s’installa dans sa nouvelle capitale, la péninsule du Mont Sciberras ne fut qu’un vaste chantier d’où émergeaient rapidement les remparts et les constructions. Toutefois, les projets de construction d’une cité à cet endroit du port n’étaient pas nouveaux.

Les premiers projets de construction

  • 253 Bosio, III, p. 198-199.
  • 254 AOM 90, f° 19v., 17 juin 1558.
  • 255 AOM 90, f° 13v., 17 juin 1558.
  • 256 Roger de Giorgio, A City by an Order, Malte, 1998, p. 51.
  • 257 AOM 90, f° 39r., 3 décembre 1558.
  • 258 R. de Giorgio, A City by an Order... cit. p. 49.

89Déjà, dans son rapport à l’Ordre en 1541, l’ingénieur Ferramolino déplorait l’absence de construction sur le Mont Sciberras et proposait, pour protéger au mieux le Couvent et l’entrée du port, d’édifier une cité fortifiée sur la péninsule253. Les événements de 1551 posèrent par la suite, avec une acuité nouvelle, le problème du Mont Sciberras ; suivant les conseils des ingénieurs, mais ne disposant ni de temps, ni de fonds suffisants pour financer la construction d’une ville entière, le Grand Maître d’Homedès avait ordonné la construction du fort Saint-Elme. Mais les efforts militaires de l’Ordre avaient surtout concerné pendant plusieurs années les cités de Birgù et de Senglea. Ce fut donc sous le magistère de Jean de La Valette que resurgit l’idée de fonder une cité sur le Mont Sciberras. Le 17 juin 1558, le Conseil et le Grand Maître prenaient pour la première fois la décision de faire edificare nova civitate super montem Sancti Elmi254. En même temps, l’Ordre réclamait au duc d’Urbin la venue d’un nouvel ingénieur, Bartolomeo Genga, pour prendre en charge les travaux portuaires et concevoir les plans de la future cité255. L’ingénieur soumit au Grand Maître le projet d’une ville ceinte de remparts, couvrant entièrement le Mont, et séparée du fort Saint-Elme par un espace vierge256. Le plan fut accepté le 3 décembre 1558 par le Conseil257, mais l’ingénieur Genga mourut le mois suivant et les travaux ne purent être entrepris258.

  • 259 AOM 429, f° 240v., 10 juillet 1561.
  • 260 AOM 429, f° 241r., 10 juillet 1561.
  • 261 AOM 91, f° 85r., 18 novembre 1562.
  • 262 Bosio, III, p. 454.

90La Valette n’abandonnait pas pour autant son projet de construction, et, après quelques années marquées par les travaux de fortification de Birgù et de Senglea, le Conseil émit encore une fois, au mois de juillet 1561, le souhait d’edificar nuova cita nel luego et monte di Santo Elmo, sito assai inespugnabile et forte per resister a qualsivoglia rabia d’Infideli259. Le chevalier Pedro de Nuca fut envoyé auprès du Saint-Siège pour faire connaître les ambitions de l’Ordre, montrer les plans de Genga, et obtenir du Pontife les subsides nécessaires au financement du projet260. L’ambassade du chevalier eut des résultats positifs et le pape accepta d’accorder privilège et indulgence plénière pour la construction de la nouvelle ville le 18 novembre 1562261. Pendant ce temps, le Grand Maître réclamait également la venue d’un nouvel ingénieur, pour remplacer Bartolomeo Genga disparu prématurément ; ce fut le duc de Florence Cosme de Médicis qui expédia à Malte son propre ingénieur, Baldassare Lanci, débarqué dans l’île au mois de mars 1562262. Lanci confirma les dires des ingénieurs précédents et apporta la certitude à l’Ordre que le

  • 263 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 42-43.

91Mont Sciberras était le lieu le plus approprié pour abriter le Couvent263.

  • 264 Q. Hughes, « The planned city of Valletta », in L’architettura a Malta dalla Preistoria all’Ottocen (...)
  • 265 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 43.

92Lanci dressa de nouveaux plans de construction, qui n’étaient pas sans rappeler ceux de Bartolomeo Genga. Les historiens semblent s’accorder pour estimer que la gravure de Braun et Hogenberg (in Civitates Orbis Terrarum) de 1572 représenterait les plans de construction de Baldassare Lanci264. Comme pour les projets antérieurs, les remparts de la cité ne devaient pas inclure le fort Saint-Elme. L’ingénieur calcula en outre, que les remparts de la cité pouvaient être élevés en quatre mois, si l’Ordre pouvait investir immédiatement 20 000 écus265. Cette fois encore pourtant, les travaux ne furent pas entrepris. Les rumeurs de la venue d’une flotte turque et les menaces des Barbaresques en Méditerranée centrale ne cessant de s’amplifier, le Grand Maître abandonna l’idée de construire une nouvelle ville, pour se consacrer exclusivement à la sécurité des cités portuaires et des forts déjà bâtis. Ce ne fut donc qu’à la fin du siège que le projet de construction redevint d’actualité ; la chute du fort Saint-Elme, et surtout l’installation de l’armée musulmane sur le Mont Sciberras, dans le centre même du port, en face de Birgù où vivait le Couvent, avait révélé la nécessité de construire de nouvelles fortifications sur la péninsule, pour éviter dorénavant toute pénétration et tout contrôle du port par une flotte ennemie.

Le projet de Laparelli

  • 266 AOM 430, f° 279v., 15 janvier 1566.
  • 267 Michael Ellul, « Francesco Laparelli da Cortona and the fortifications of Valetta (Malta) », in L’a (...)
  • 268 Q. Hughes, The building of Malta... cit., p. 22.
  • 269 M. Ellul, « Francesco Laparelli da Cortona and the fortifications of Valetta (Malta) », in L’archit (...)
  • 270 AOM 430, f° 267v., 28 décembre 1565.
  • 271 NLM, Ms 91, f° 151r. Le manuscrit précise qu’Evangelista Menga était ingénieur résidant à Malte, au (...)

93Au début de l’année 1566, l’Ordre dépêchait à Madrid le chevalier Antonio Maldonado, pour annoncer à Philippe II qu’un nouvel ingénieur, Francesco Laparelli, au service du pape, devait se rendre à Malte pour dresser les plans de la nouvelle cité et organiser les lourds travaux de reconstruction du port266. Celui-ci n’avait rien d’un inconnu à l’époque. Néà Cortona (Toscane) en 1521, Laparelli avait d’abord été au service de Cosme de Médicis – il avait notamment fortifié sa propre ville sur demande du duc – avant d’être introduit au-près du pape en 1560267. A Rome, il fut l’assistant de Michel Ange268, avant de s’illustrer dans la réfection du fort Saint-Ange, dirigeant les travaux de construction de nouveaux contreforts et bastions, et la réparation de remparts écroulés269. En 1565, ses travaux à Rome étaient achevés, lorsqu’il accepta de partir pour Malte et de prendre en charge la construction de la nouvelle capitale de l’Ordre. Parti de Rome le 11 novembre 1565, il parvint dans l’île le 28 décembre270 ; il visita le site prévu pour la construction en compagnie du Grand Maître, des commissaires et des ingénieurs résidents qui s’étaient déjà illustrés durant le siège, Evangelista Menga et Girolamo Cassar271.

  • 272 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 51.
  • 273 Codex Laparelli, ff° 6r.-9r., cité par R. de Giorgio, A City by an Order... cit., p. 227.
  • 274 AOM 430, f° 279v., 15 janvier 1566.

94Dans son rapport présenté au Conseil le 3 janvier 1566, Laparelli conçut un plan de la ville et des remparts très voisins de ceux envisagés par ses prédécesseurs, prévoyant de terminer la cité à une cinquantaine de mètres du fort Saint-Elme. Il prévoyait d’abord quatre mois de travaux ininterrompus pour la reconstruction de Birgù et de Senglea, qui avaient été presque entièrement détruites pendant le Siège. Puis il s’engageait à bâtir les remparts de la nouvelle cité en trois mois également (c’est-à-dire un mois de moins que ne l’avait prévu Baldassare Lanci en 1562), à condition toutefois de disposer de 3 000 hommes pour casser les pierres et transporter les matériaux, ainsi que de 100 maçons formés et de 400 travailleurs manuels pour les assister272. Le Conseil se montra si effrayé par la quantité de personnel et d’argent nécessaire à l’ensemble des travaux que Laparelli lui fit valoir que la construction d’une nouvelle cité coûterait certainement moins cher à l’Ordre que la réfection et le réaménagement de Birgù et de Senglea. Toutefois, aucune décision ne fut prise par le Conseil avant un second rapport de l’ingénieur présenté le 13 janvier. Cette fois, Laparelli disait ne pouvoir mener son projet de construction à terme en trois mois qu’en disposant de 3 600 sapeurs, assistés d’environ un millier de maçons et ouvriers, qui travailleraient nuit et jour pour far ripari di terra, far fossi, far fianchi, terrapieni, cavalieri e piazze di più sorte273, et de 3 000 soldats pour protéger le chantier274 !

  • 275 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 54.
  • 276 M. Ellul, « Francesco Laparelli da Cortona and the fortifications of Valetta », in L’architettura a (...)
  • 277 Bosio, III, p. 739-740.
  • 278 Bosio, III, p. 741 ; R. de Giorgio, A City by an Order... cit.,p. 72.
  • 279 AOM 91, f° 164r., 28 mars 1566.

95Le nouveau rapport contribua à diviser extrêmement l’Ordre quant à la réalisation du projet et à son financement. De nombreux chevaliers étaient partisans d’une construction moins massive, qui ne couvrirait pas la totalité du Mont Sciberras, car la réalisation du projet de Laparelli supposait le rassemblement d’une somme énorme de 235 000 écus pour la seule édification des remparts en 3 mois275. La confusion était telle dans le Couvent que le Conseil se résolut à demander assistance au vice-roi de Sicile, qui expédia son propre ingénieur, Gabrio Serbelloni. Celui-ci, qui avait été un temps le patron de Laparelli et l’avait introduit auprès du pape276, arriva à Malte en mars 1566, et approuva le plan de son ancien assistant, envoyant une missive au vice-roi pour l’en informer, et incitant l’Ordre à accepter le projet de construction277. Le 14 mars 1566, le Conseil adopta la proposition de Laparelli278, et le 28 mars, la première pierre était officiellement posée par le Grand Maître Jean de la Valette en présence de tous les membres de l’Ordre279. Les travaux pouvaient débuter.

La construction de la cité

96La construction de la nouvelle cité supposait de fortes sommes d’argent et un personnel extrêmement nombreux. L’Ordre ne pouvant mettre au service de Laparelli que 3 000 hommes, la décision fut prise de recourir à l’aide des puissances chrétiennes pour se ravitailler en hommes, argent et matériel.

  • 280 AOM 91, f° 159r., 15 janvier 1566.
  • 281 AOM 430, f° 279r., 15 janvier 1566.
  • 282 AOM 430, f° 279v., 15 janvier 1566
  • 283 AOM 430, f° 280r., 15 janvier 1566 (« ...Finalmente... el enemigo viniese tan poderoso como por tod (...)

97Le 15 janvier 1566, soient deux jours après la présentation du second projet, deux chevaliers avaient déjà été dépêchés en toute hâte auprès du roi d’Espagne et du vice-roi de Sicile280. Ils étaient chargés de faire valoir les nouvelles menaces que la flotte turque faisait peser non solamente su Malte ma anco la Goleta281 et le danger en lequel se trouvait l’Ordre si son île n’était pas de nouveau protégée. Les chevaliers réclamaient la possibilité d’embaucher en Sicile les sapeurs et les soldats demandés par Laparelli, ainsi que le privilège, pendant tout le temps que dureraient les travaux de fortification, de ne payer que 2 taris l’embarquement d’une salme de froment, au lieu des 6 taris ordinaires que le vice-roi leur avait imposés282. Dans le cas où Philippe II refuserait, le Grand Maître faisait savoir que l’Ordre était tout disposé à quitter définitivement Malte, faute de ne plus pouvoir la défendre correctement283.

  • 284 Pierre Lavedan, « La Valette : son plan, sa place au xvie siècle », in L’architettura a Malta dalla (...)
  • 285 AOM 430, f° 283v., 22 février 1566.
  • 286 AOM 431, f° 232r., 8 avril 1566.
  • 287 AOM 430, f° 284v., 6 mars 1566.
  • 288 AOM 431, ff° 232v.-233r., 6 mai 1566.
  • 289 AOM 92, f° 169r., 10 septembre 1569.

98Des missives similaires furent également expédiées au pape, au roi de France et à celui du Portugal, ainsi qu’au vice-roi de Naples, et furent pour la plupart suivies de dons : tandis que le roi de France débloquait la somme de 120 000 livres tournois pour soutenir l’effort de construction, Philippe II expédiait 90 000 livres au Grand-Maître284. Le 22 février 1566, le vice-roi de Sicile avait donné son autorisation pour le recrutement dans le royaume des 300 premiers soldats et maçons285, puis le 8 avril, 200 nouveaux soldats furent enrôlés par l’Ordre286. Quant au vice-roi de Naples, il permit à l’Ordre d’embaucher dans son royaume 300 maçons au mois de mars 1566287. Puis en mai 1566, un chevalier fut envoyé à Palerme, Naples et Rome pour recueillir 30 000 écus d’or offerts à la fois par le pape et les vice-rois288. Le pape devait du reste fournir de nouveau 30 000 écus en 1569, pour aider l’Ordre à terminer les travaux sur le Mont Sciberras289.

  • 290 AOM 431, ff° 41r.-41v., 11 décembre 1567.
  • 291 AOM 432, ff° 268v.-269r., 24 janvier 1570.
  • 292 AOM 433, f° 252v., 9 septembre 1570.
  • 293 AOM 434, f° 257v., 24 avril 1573.

99Pendant tout le temps que durèrent les travaux, l’Ordre put ainsi régulièrement embaucher du personnel dans les royaumes de Naples et de Sicile. En 1567, il recrutait à Naples, en Sicile, dans les Pouilles et en Calabre, 900 soldats et maçons pour hâter la construction et remplacer les hommes malades ou blessés290 ; en 1570, 300 soldats supplémentaires de Naples et de Sicile étaient enrôlés d’urgence en prévision d’un nouveau danger turc291 et pour surveiller journellement le site, le Grand Maître ayant désormais porté à 160 le nombre de soldats pour protéger les travaux (au lieu de 75 en 1568 et de 40 en 1567)292 ; en 1573, c’étaient 2 500 hommes qui étaient engagés par l’Ordre en Sicile, pour achever les dernières constructions de La Valette et assurer la défense de la cité293...

  • 294 AOM 91, f° 174r., 18 septembre 1566.
  • 295 AOM 91, f° 179v., 30 décembre 1566 ; AOM 91, f° 181r., 5 février 1567.
  • 296 AOM 91, f° 181r., 14 février 1567.

100Les ambitions de Laparelli furent comblées : au milieu de l’été 1566, la ceinture de remparts était entièrement construite et encerclait le Mont Sciberras. Puis à partir de l’automne, les travaux concernèrent le creusement de citernes dans la cité294, l’édification de la première église de l’Ordre, Notre-Dame de la Victoire, qui fut accolée au cavalier Saint-Jacques, et des bâtiments principaux du Couvent (la Sacrée Infirmerie et le Palais du Grand Maître, situé au centre de la cité). Au cours de l’hiver 1567, des commissaires furent chargés de distribuer les terrains du Mont Sciberras aux futurs pro-priétaires religieux et laïcs qui allaient habiter la nouvelle capitale295. A ce moment-là, les travaux de construction des édifices urbains étaient déjà bien entamés, et le Conseil décida, le 14 février, d’accoler désormais au nom de La Valette, donné à la capitale en l’honneur du Grand Maître qui en avait ordonné la construction, le qualificatif d’Humilissima296.

  • 297 R. de Giorgio, A City by an Order... cit.,p. 103-104.
  • 298 Giovanni Mangion, « Girolamo Cassar, architetto maltese del Cinquecento », in Melita historica, vol (...)
  • 299 AOM 92, f° 91r., 21 août 1568.
  • 300 AOM 92, f° 96v., 27 août 1568.
  • 301 Lorenzo Schiavone, « Il primo albergo d’Italia a Valletta e i primi contributi per la sua costruzio (...)
  • 302 AOM 432, ff° 250r.-250v., 23 avril 1569 (« ...Gieronimo Cassar Maltese confrate di nostra Religione (...)
  • 303 AOM 92, ff° 141r.-142r., 12 mai 1569.

101Les travaux devaient se poursuivre sous les ordres de Laparelli jusqu’en 1568297, date de son retour en Italie. La direction des constructions fut alors confiée à l’ingénieur maltais, Girolamo Cassar, qui s’était déjà illustré pendant le siège comme assistant d’Evangelista Menga et qui avait assité Laparelli pendant tout son séjour à Malte298. Cette même année, Jean de La Valette mourait299, et le nouveau Grand Maître, Pietro del Monte, élu le 27 août 1568300, manifestait le désir de hâter l’édification des Auberges, pour transférer au plus vite le Couvent dans sa nouvelle capitale301. En récompense des services rendus par Cassar pendant le Siège, le nouveau Grand Maître offrit à celui-ci en 1569 la dignité de frère servant d’armes de la Langue d’Italie, et lui octroya une bourse d’étude pour entreprendre un voyage à Rome, Naples et dans plusieurs autres cités de la péninsule, dans le but de se familiariser avec les nouveautés architecturales des édifices italiens, qui pourraient être introduites à La Valette302. Dans le même temps, mettant à profit l’absence de l’ingénieur, le Conseil édictait le 12 mai un règlement concernant l’assignation des terrains et des maisons déjà construites, leur prix d’achat pour les membres de l’Ordre et les insulaires, ainsi que la vie quotidienne des religieux et des laïcs au sein de la nouvelle cité303. L’acquisition ou la revente de terrains devait notamment être obligatoirement soumise à l’approbation des commissaires délégués par le Conseil.

  • 304 G. Mangion, « Girolamo Cassar, architetto maltese... », art. cit., p. 194.
  • 305 G. Darmanin Demajo, « L’Albergia della Lingua d’Alemagna », in Archivio storico di Malta, Anno IV, (...)
  • 306 AOM 433, f° 84r., 8 juin 1570 ; G. Darmanin Demajo, « L’Albergia della Lingua d’Alvernia e la cappe (...)
  • 307 AOM 92, f° 220v., 3 novembre 1570.
  • 308 AOM 93, f° 6r., 5 mars 1571.
  • 309 R. de Giorgio, A City by an Order... cit.,p. 154.
  • 310 AOM 93, f° 63v., 30 mai 1572.
  • 311 G. Darmanin Demajo, « Le Albergie delle Lingue iberiche e le loro chiese nazionali », in Archivio s (...)

102Au retour de Girolamo Cassar, à la fin de l’année 1569304, les travaux, qui avaient été ralentis pendant son absence, reprirent sous son entière autorité. La construction des Auberges débuta dès l’année suivante, en 1570 : le 15 mai, la Langue d’Allemagne débutait la construction de son Auberge305, puis le 8 juin, la Langue d’Auvergne réclamait à ses membres le versement d’une somme de 2 000 écus pour entamer les travaux306, cependant que le 3 novembre 1570, la Langue de France prélevait sur ses commanderies la taxe nécessaire au financement de la construction de son Auberge307. En 1571, les travaux concernèrent l’Auberge d’Italie308, qui devaient être entièrement édifiée en avril 1572309 ; la Langue d’Aragon ne connut pas cette chance : entamée en 1571, la construction de son Auberge n’était pas encore achevée au milieu de l’année suivante, puisque l’Ordre réclamait le versement d’une nouvelle taxe imposée aux commanderies de la Langue310. Quant à l’Auberge de Castille, sa construction fut entreprise également en 1571, puis achevée deux ans plus tard, en 1573311.

  • 312 AOM 93, ff° 6v.-7r., 18 mars 1571.
  • 313 Bosio, III, p. 871.
  • 314 AOM 93, f° 56r., 14 avril 1572.
  • 315 AOM 95, ff° 132r.-132v., 17 février 1579. Il s’agit de la copie de la lettre du Pape Grégoire XIII, (...)
  • 316 Paolo Collura, « Le due missioni di Mons. Ludovico de Torres in Malta (1578-1579) », in Archivio st (...)

103En mars 1571, tandis que la construction de toutes les Auberges était ébauchée, voire en cours d’achèvement, le Conseil et le Grand Maître prirent la décision de transférer officiellement le Couvent dans sa nouvelle ville312. On peut évidemment supposer que les premiers mois de vie à La Valette, alors que la cité était encore un vaste chantier, s’apparentèrent à un campement semblable à celui que l’Ordre avait déjà connu à son arrivée en Birgù en 1530 : par exemple, les chevaliers ne logeaient pas dans leur Auberge en construction, mais s’abritaient sous des toiles tendues entre quelques piquets313. De même, la vie religieuse du Couvent s’organisait encore autour de l’Église Notre-Dame de la Victoire, puisque la construction de l’Église conventuelle, au centre de la ville et à proximité du Palais Magistral, ne débuta qu’en avril 1572314. Nous savons par une lettre du pape au Grand Maître, datée du 12 juillet 1577, que l’Église de Saint-Jean fut achevée en 1577315. Elle fut inaugurée le 10 février 1578 par l’envoyé pontifical, l’archevêque Ludovico de Torres316.

  • 317 AOM 93, f° 15r., 8 novembre 1574.
  • 318 G. Mangion, « Girolamo Cassar, architetto maltese... », art. cit., p. 195.
  • 319 AOM 94, f° 107v., 7 avril 1576.

104La construction de La Valette s’acheva donc vraisemblablement au milieu de la décennie 1570. Les archives n’évoquent plus aucune construction nouvelle dans la capitale maltaise à partir de 1575, mais uniquement des aménagements d’édifices, comme ce fut le cas pour la Langue de France, qui, mécontente des dimensions de son Auberge, réclama en 1574, la possibilité de la faire agrandir317. En 1576, les Auberges étaient toutes construites318, et Girolamo Cassar centrait désormais son attention sur le creusement d’un Grand Fossé, destiné à isoler la capitale du reste du Mont Sciberras, afin de garantir une protection maximale319. Les travaux de construction de La Valette avaient duré dix ans environ, au cours desquels la ville était devenue, aux yeux des Maltais et des chevaliers, comme à ceux de tous les chrétiens d’Europe, plus qu’une simple ville, un véritable symbole.

LA VALETTE, VILLE-FRONTIÈRE

105La nouvelle capitale de Malte était la représentation de la frontière : construite pour la matérialiser, pour l’imprimer dans le sol maltais et pour la symboliser aux yeux de tous, La Valette présentait les caractéristiques propres à toutes les villes-frontière. C’était une ville militaire, ce que son apparence et ses remparts reflétaient, fortement dominée par les gens de guerre qu’étaient les chevaliers et les soldats.

La ville-rempart

  • 320 L. Febvre, « Frontière : le mot et la notion », art. cit., p. 13.
  • 321 L. Febvre, « Frontière : le mot et la notion », art. cit., p. 11.

106« Une ville munie de remparts fait face à l’ennemi. Elle fait frontière... »320. Depuis l’époque médiévale, le mot front, dont dérive de lui de frontière, recoupait deux réalités en apparence distinctes, mais qui se complétaient : un premier sens architectural (il désignait alors une simple façade de maison ou d’église) et un second purement militaire (une ligne de front rangée en bataille, faisant face à l’ennemi). La symbiose la plus réussie de ces deux réalités ne pouvait alors être que la ville, qui, par son apparence fortifiée, constituait en elle-même une frontière face à un ennemi potentiel321.

107À Malte, la construction de La Valette devait concrétiser cette symbiose parfaite, par la manifestation d’un souci très prononcé, chez les chevaliers comme chez les ingénieurs militaires, de faire correspondre dans la nouvelle capitale, un idéal architectural et urbanistique avec une perfection militaire. Le choix du plan ainsi que celui de l’introduction des dernières innovations techniques de construction militaires, fondées sur l’utilisation du système bastionné, témoignait de la synthèse qui se réalisa à La Valette entre les conceptions « idéales » d’urbanisme et de construction guerrière héritées de l’Italie de la Renaissance.

  • 322 Denis Menjot, « La ville-frontière : un modèle d’urbanisation ? », in Les villes-frontière. Moyen  (...)
  • 323 Q. Hughes, Fortress. Architecture and Military History of Malta... cit.,p. 56-57.
  • 324 P. Lavedan, « La Valette : son plan, sa place au xvie siècle », in L’architettura a Malta... cit., (...)

108Tout dans l’aspect de La Valette, qu’il s’agît de son plan en damier, de ses hauts remparts et de ses nombreux bastions, trahissait une « fonction militaire hypertrophiée, car la frontière est toujours potentiellement dangereuse »322. Le choix du plan résulta de la réflexion des architectes italiens qui, au milieu du xvie siècle, visaient à la construction de cités idéales militaires, organisées selon deux types de plan : le plan radioconcentrique hérité de Filarète323 et le plan hippodamé en redécouvert à la Renaissance, en même temps que la perspective. Le plan radioconcentrique était au milieu du xvie siècle très apprécié des ingénieurs militaires de la péninsule, qui estimaient que le plan parfait d’une forteresse urbaine demeurait celui de Sforzinda, c’est-à-dire une toile d’araignée, pourvue d’une place centrale circulaire (ou de forme hexagonale ou octogonale) où aboutissaient toutes les rues et d’où les défenseurs pouvaient se porter directement vers les points menacés324. Ce principe devait d’ailleurs être appliqué au xviie siècle sur la frontière franco belge à Philippeville, à Mariembourg et à Rocroi. Quant au plan en damier, il s’agissait d’un quadrillage de rues organisées autour de deux axes principaux, à la croisée desquels était percée une place centrale carrée. Ces deux schémas de construction urbaine furent également utilisés pour l’édification des villes militaires dans l’Europe moderne.

  • 325 P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme. III. Humanisme et temps modernes, Paris, 1941, p. 87-88.
  • 326 P. Lavedan, « La Valette : son plan, sa place au xvie siècle », in L’architettura a Malta... cit., (...)

109A Malte, Francesco Laparelli fit le choix délibéré de privilégier le plan hippodaméen sur le plan radioconcentrique, à cause des contraintes physiques du site325. La cité était en effet située sur un éperon rocheux qui, à son sommet, surplombait la mer d’une soixantaine de mètres et qui sur ses bordures, demeurait encore élevé de vingt mètres environ ; la presqu’île était en outre large de 750 mètres environ et longue de plus d’un kilomètre. Le sol était en forte pente, et Laparelli aurait souhaité le niveler, mais le travail eût été trop coûteux pour l’Ordre326. Évidemment, le choix du plan en damier ne résultait pas que de la contrainte physique, bien qu’il eût été difficile d’envisager un plan circulaire sur un site aussi long et étroit. La nouvelle capitale de l’Ordre devait être une cité militaire parfaite, et le plan urbain devait donc correspondre aux plus récentes réflexions architecturales et urbanistiques de l’époque, en même temps qu’être fonctionnel et efficace en cas de danger. Le plan en damier présentait le double avantage de répondre aux impératifs militaires de l’Ordre et de pouvoir être édifié aisément sur le site accidenté du Mont Sciberras. Les rues droites et larges qui se coupaient perpendiculairement, organisées autour de la rue principale (la Strada Reale) qui reliait la Porta Reale au fort Saint-Elme, facilitaient le passage des soldats et des canons en cas d’attaque. De même, peu de monuments et de places publiques furent envisagés, pour ne pas gêner le mouvement des soldats dans l’éventualité d’un siège.

  • 327 AOM 94, f° 107v., 7 avril 1576.

110Mais plus encore que le plan, les remparts et les bastions qui encerclaient et protégeaient la ville, reflétaient son rôle essentiellement militaire. Douze bastions furent construits pour soutenir l’enceinte urbaine, dont deux, les bastions Saint-Jean et Saint-Jacques, destinés à assurer la surveillance de la Porta Reale, étaient renforcés par deux cavaliers portant les mêmes noms. La hauteur impressionnante des remparts, accentuée sur le flanc occidental de La Valette, par le creusement d’un Grand Fossé, entamé en 1576327, permettait, outre de protéger efficacement la cité, de témoigner aux yeux des habitants des deux rives, de l’aspect désormais imprenable de la forteresse chrétienne.

Une ville dominée par les militaires

  • 328 AOM 93, f° 152r., 15 août 1573.

111Au milieu de l’été 1573, soit deux ans après l’installation officielle du Couvent à La Valette, le Conseil avait attribué à chaque Langue son poste de combat dans la cité328. Le long du rempart bordant le Grand Port, trois Langues assuraient la défense : la Langue de France avait charge de défendre le rempart Saint-Jacques et son cavalier ; puis la Langue d’Italie patrouillait du bastion Saints Pierre et Paul, jusqu’au bastion Sainte-Barbara ; ensuite venait la Langue de Castille et du Portugal qui défendait le rempart jusqu’au bastion de Saint-Lazare. Du côté du Mont Sciberras, la Langue de Provence protégeait le bastion Saint-Jean et son cavalier ; enfin, le long du port de Marsamxett, la Langue d’Auvergne devait protéger le rempart Saint-Michel, tandis que la Langue d’Aragon surveillait jusqu’à l’Arsenal ; enfin, la Langue d’Allemagne assurait la défense du rempart depuis le bastion Saint-Sébastien jusqu’au fort Saint-Elme.

Document 4 – Les postes de combat des Langues et les principaux bâtiments de La Valette.

  • 329 A. Luttrell, « Malta and Rhodes », art. cit., p. 268.
  • 330 AOM 92, f° 141r., 12 mai 1569.
  • 331 R. de Giorgio, A City by an Order... cit.,p. 150-158.

112Pour garantir une protection plus rapide et plus performante, les Auberges furent construites à proximité des bastions et des remparts que chaque Langue devait protéger, à l’exception de celle de Castille, plus éloignée de son lieu de défense. Le temps de mobilité des soldats et des chevaliers était alors diminué en cas d’attaque, et ils pouvaient gagner plus aisément leur lieu de combat respectif. Toutefois, cette nouvelle disposition des Auberges, qui résultait entièrement de la dimension militaire de la nouvelle cité, représentait une nouveauté d’importance dans le fonctionnement de l’Ordre. Depuis Rhodes en effet, le Couvent avait pour habitude de résider au sein d’un Collachium, qui isolait matériellement (par un mur à Rhodes) ou symboliquement (par des signets de pierre à Birgù329) les religieux de la population insulaire et laïque. Or en 1573, pour la première fois dans l’histoire de l’Ordre, le Collachium n’exista pas à La Valette, les Auberges du Couvent étant éclatées auprès des nombreux bastions de la capitale. L’Ordre, à l’origine, n’avait pourtant pas souhaité la disparition du Collachium à La Valette ; en 1569, le Conseil avait prévu l’existence d’un Collachio per li Religiosi, qui grouperait les lieux nécessaires à la vie de l’Ordre330, c’est-à-dire l’Église conventuelle, la Sacrée Infirmerie, le Palais magistral, le Commun Trésor, la Chancellerie, les Fours et les Auberges des Langues... Mais les préoccupations militaires, à un moment où le péril turc était en recrudescence et à la veille de la bataille de Lépante, devaient bientôt l’emporter sur l’organisation traditionnelle du Couvent ; les Auberges, dont la construction débuta en 1570331, furent donc finalement édifiées en divers endroits de La Valette.

113Cet éclatement nouveau du Collachium, bien que lié à des soucis militaires, était la dernière manifestation, sans doute involontaire, de la priorité donnée désormais par l’Ordre à une défense commune de la frontière et de l’île par tous les habitants. En effet, la césure urbaine, dont témoignait la marque symbolique du Collachium à Birgù, avait longtemps résonné comme un écho de la fracture existant entre un Ordre et une île qui, à l’origine, ne se désiraient pas l’un l’autre. Mais dans le nouveau contexte né du siège, où s’étaient affirmées une union et une solidarité nouvelles entre les chevaliers et les insulaires, le Collachium n’avait plus lieu d’être : la césure entre chevaliers et insulaires, soldats et civils, ne pouvait plus exister au cœur même de la nouvelle cité. Cette nouvelle union de tous les citadins, quelle que fût leur origine ou leur condition sociale, était la manifestation officielle de la prolongation de l’union sacrée qui s’était réalisée pendant le siège, et qui soudait désormais tous les habitants de la frontière chrétienne contre la rive musulmane.

114L’éclatement du Collachium avait également pour conséquence une omniprésence de l’Ordre, dans toute la cité. Les chevaliers et les soldats n’étaient plus seulement rassemblés dans un quartier spécifique (hormis l’exception du fort Saint-Elme à l’extrémité de la cité), mais disséminés dans la ville. Mieux encore, la fonction militaire devait certainement favoriser la constitution de quartiers autour des remparts défendus par chaque Langue. Nous pouvons supposer qu’autour de chaque bastion tenu par une Langue, se greffait un quartier militaire, avec des soldats au service de la Langue en question, qui étaient employés par l’Ordre (et donc résidaient dans l’île), ou bien recrutés pour un temps limité dans les Royaumes de Sicile et de Naples et mis à disposition des Langues. En cas d’attaque, les habitants des quartiers ainsi constitués sous l’autorité éclatée de l’Ordre, savaient qu’ils pouvaient trouver refuge ou bien se mettre au service de la Langue et du bastion le plus proche de leur lieu de résidence.

  • 332 María Conceptión Quintanilla Raso, « Adaptation et évolution d’une société urbaine de frontière : C (...)
  • 333 Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede [dorénavant ACDF], St. St. HH 3-b, f° 1392r (...)

115La sur-représentation de la gent militaire était donc une des caractéristiques de La Valette. À l’instar de toutes les villes-frontière, comme par exemple les cités castillanes de la frontière de Grenade au Moyen Âge où les habitants se répartissaient en fantassins et cavaliers332, la prépondérance sociale, politique et économique des militaires dans la capitale maltaise était écrasante. Les quartiers nés autour des bastions et des Langues, vivaient alors certainement en grande partie pour le service des militaires : la fréquentation très forte de prostituées le long des remparts et des bastions où sont postés soldats et chevaliers333 en est une illustration. Ville militaire idéale, dominée par les hommes de guerre, construite par eux et pour eux, La Valette était également la manifestation du souvenir de la victoire chrétienne sur les Turcs, et de l’union entre l’Ordre et son île. La construction de la capitale, qui se fondait dans la continuité des fortifications portuaires, permettait à l’Ordre de s’approprier le littoral maltais jusqu’à le faire sien, et soudait l’assimilation définitive entre l’Ordre et Malte qui désormais ne faisaient plus qu’un. La nouvelle cité devenait ainsi une ville-symbole, porteuse de souvenirs et d’une grande dimension affective pour les chrétiens.

Ville-souvenir, ville-symbole : la sacralisation de La Valette

  • 334 Joël Koteck (dir.), L’Europe et ses villes-frontières, Bruxelles, 1996, p. 24.

116La Valette avait été placée sous le patronage du souvenir, qui est toujours intimement liéà la frontière. « Les terres de frontière peuvent nourrir rêves, mystiques du souvenir... » souligne le géographe Joël Koteck au sujet des villes-frontière européennes actuelles334. Les espaces frontaliers sont en effet âprement revendiqués, au nom d’un passé historique dans lequel ils appartenaient à un peuple ou à un autre, voire au nom de la survie d’un É tat, d’une nation ou d’une rive. Par le siège, les musulmans avaient exprimé leur désir de voir redevenir musulmane une terre dont ils gardaient en mémoire qu’elle leur avait un temps appartenu, et dont les habitants, surtout les chevaliers, représentaient une menace pour le bon fonctionnement corsaire et économique de leur rive. Pour les chrétiens, le souvenir de la victoire avait d’autant plus imprégné le sol du Mont Sciberras, où fut édifiée La Valette, qu’il était tombé aux mains des musulmans avec la chute du fort Saint-Elme.

  • 335 Q. Hughes, The Building of Malta... cit.,p. 58.
  • 336 Miguel Àngel Ladero Quesada, « Réalité et imagination : la perception du monde islamique en Castill (...)

117La construction de la capitale devait donc porter témoignage de la victoire maltaise de 1565 sur les musulmans. Pour ce faire, après l’édification de la ceinture de remparts, au milieu de l’été 1566, la première construction au sein des murs concerna celle de l’Église de Notre-Dame de la Victoire335. Elle fut édifiée sur le flanc même du cavalier Saint-Jacques et était de la sorte intégrée à la ligne de fortification qui protégeait la ville. Par sa portée symbolique et par son emplacement stratégique au flanc des remparts, cette église était un symbole à la fois religieux et militaire, qui exprimait le souvenir de la Croisade. Placée dès sa naissance sous le patronage de la croisade, la cité de La Valette devenait donc la manifestation concrète et symbolique de la frontière chrétienne. Car on le sait, la frontière est intimement liée à la croisade, qui est le vecteur essentiel de sa marche en avant et de son imprégnation dans le sol, que ce soit en Terre Sainte ou dans l’Espagne de la Reconquista336. A Malte, la croisade s’exprima par la résistance au siège d’abord, puis par l’enracinement dans le sol maltais, de la frontière matérialisée par La Valette.

  • 337 AOM 439, ff° 273r.-273v., 28 juin 1581.
  • 338 Lucio Maiorano, Matteo Perez d’Aleccio, pittore ufficiale del Grand Assedio di Malta, Lupo Edizioni (...)
  • 339 AOM 439, f° 273r.

118L’Église de Notre-Dame de la Victoire n’était pas le seul bâtiment de la cité à porter témoignage du Grand Siège. Le Palais du Grand Maître fut lui-aussi entièrement décoré de fresques commémorant les grandes étapes du siège, exécutées par le peintre italien Matteo Perez d’Aleccio337. Né à Alezio en 1547, Matteo Perez s’était établi à Rome en 1566 et travaillait au service du Saint-Siège depuis 1573338. Lorsque l’Ordre demanda au pape un peintre pour décorer le Palais magistral, Grégoire XIII leur recommanda et leur dépêcha Matteo Perez d’Aleccio ; celui-ci débarqua à Malte en 1576 et y demeura jusqu’en 1581339. Durant les cinq années de son séjour, il se chargea de la décoration de trois salles du Palais magistral. La salle des Pages et celle des Ambassadeurs furent ornées de fresques rappelant divers épisodes de la vie des Hospitaliers en Terre Sainte et à Rhodes. Quant à la salle du Conseil, où l’Ordre se réunissait régulièrement, la décoration était composée de douze fresques retraçant les grandes étapes du siège ; chacune est encadrée de deux figures allégoriques féminines représentant les vertus des chevaliers (la Religion, l’Espérance, la Foi, la Tempérance, la Fortune, la Justice, la Prudence, la Gloire, la Victoire, la Vertu, la Patience, la Noblesse...).

119La fresque suivante est la deuxième des douze fresques. Elle représente l’arrivée des troupes musulmanes dans l’espace portuaire, le 20 mai 1565 et l’attaque que subit le casal Zejtun. Nous voyons parfaitement la grande différence entre les forces chrétiennes, faiblement concentrées sur les cités de Birgù et de Senglea ainsi que dans le fort Saint-Elme, et l’imposante flotte musulmane, dont les navires et les galères, visibles à l’arrière-plan, n’ont pas encore débarqué tous leurs combattants. Le principal intérêt de cette scène tient à l’ouverture du ciel dans le coin supérieur gauche, qui dévoile la présence de six personnages. Au centre, se trouve Dieu ; àsa droite, le Christ tenant un globe surmonté d’une croix ; autour du couple divin, agenouillés, se tiennent les quatre intercesseurs en faveur des chrétiens. Les protecteurs de l’Ordre sont d’une part saint Jean-Baptiste, dont le bras gauche désigne la mauvaise fortune des chevaliers, et d’autre part saint Pierre, qui se tient les bras en croix en signe de prière et qui symbolise le soutien apporté par le Saint-Siège à tous les croisés et à l’Ordre en particulier (le pape envoya en effet une flotte de secours qui rejoignit celle de l’Espagne). Aux pieds du Christ, se trouvent la Vierge et sainte Catherine qui intercèdent en faveur de tous les chrétiens menacés ; sainte Catherine symbolise en effet le casal Zejtun (nommé également Santa Cattarina) qui vient d’être attaqué par l’armée musulmane.

Le soutien divin à Malte assiégée. – La smontata dell’armata a Marsascirocco, e come riconosce le fortezze di Borgo e Isola,a di 20 Maggio 1565, Salle du Conseil, Palais du Grand Maître, La Valette.

120Cette fresque est la seule à mettre en représentation un appui divin. L’apparition de Dieu, du Christ, de la Vierge et des saints, est un moyen pour le peintre de témoigner du rôle du soutien divin dans la victoire chrétienne de 1565. Comme au temps des Croisades, le combat de l’Ordre et des chrétiens était saint ; les chevaliers furent et demeurent encore le bras armé du Christ contre les Infidèles. La représentation picturale de la théophanie a de ce fait une portée symbolique : elle contribue à rattacher la nouvelle capitale à une protection divine qui, depuis le siège, s’est étendue aux chevaliers, à la terre maltaise, et par voie de conséquence au symbole urbain de leur union qu’est La Valette.

  • 340 NAM, Magna Curia Castellania, Registro Revelationis Mancipiorum, Volumo unico 133 (1588-1617), f° 4 (...)
  • 341 NAM, Magna Curia Castellania, RRM 133, f° 18v., 1er avril 1589.
  • 342 NAM, Magna Curia Castellania, RRM 133, f° 64v., 25 juin 1605.
  • 343 NAM, Magna Curia Castellania, RRM 133, f° 62v., 10 janvier 1605.
  • 344 NAM, Magna Curia Castellania, RRM 133, f° 64v., 25 juin 1605.
  • 345 NAM, Magna Curia Castellania, RRM 133, f° 81r., 31 octobre 1609.
  • 346 NAM, Magna Curia Castellania, RRM 133 f° 81v., 8 avril 1610.

121Il n’était pas étonnant alors de constater l’attachement fervent dont jouissait la nouvelle capitale auprès des membres de l’Ordre et des insulaires, mais également auprès de tous les chrétiens d’Europe. Dès la fin du xvie siècle, des Européens de toutes nationalités venaient à Malte dans le but de veder la nuova città, selon leur déclaration aux douanes du Grand Port : ainsi, en 1588 et en 1589, un Espagnol340 et un Allemand341 s’étaient embarqués depuis la Sicile, pour gagner Malte, dans le but de visiter La Valette ; puis en 1605, un Napolitain, Martino Parmeri342, et un Sicilien de Catane343 et un autre de Modica344 étaient venus pour le plaisir de visiter le port de Malte et La Valette ; enfin, dans les années 1609-1610, trois nouveaux « touristes », deux Italiens de Pise et de Calabre345, et un Sicilien346, se présentèrent dans le même but...

  • 347 Jean-Paul Bonnin, « L’escale urbaine. Les villes vues par les pèlerins de Jérusalem aux xvie et xvi (...)
  • 348 Privat de Fontanilles, Malthe ou l’Isle-Adam, dernier Grand Maître de Rhodes et premier Grand Maîtr (...)
  • 349 AOM 446, f° 209v., 18 novembre 1591.
  • 350 AOM 449, f° 254r., 30 avril 1595.
  • 351 AOM 461, f° 300v., 6 mars 1624.
  • 352 AOM 453, ff° 301v.-302r., 16 juin 1601.
  • 353 AOM 456, f° 274v., 2 avril 1608.

122Mais plus encore qu’un lieu de visite et de curiosités, La Valette dès la fin du xvie siècle, devint une escale importante sur le pèlerinage conduisant en Terre Sainte. Une étude de Jean-Paul Bonnin montre qu’à partir du début du xviie siècle, la route empruntée par les pèlerins partis de Marseille, fait désormais une halte à Malte347, permettant aux chrétiens de découvrir en La Valette, le rempart des Chrétiens348. Ainsi, en 1591, un ecclésiastique de Paris, Guillaume Gonor, fit escale à Malte349 ; en 1595, ce fut au tour d’un laïc français, Daniel Orsinoux, de faire halte dans l’île sur la route le conduisant au Saint-Sépulcre350 ; puis en 1624, un Vénitien nommé Gabriele Benerio fit un détour par Malte avant de gagner le Levant351. Certains, comme le Monégasque Giacomo Serigardo en 1601352, profitaient de leur escale pour faire un pèlerinage à la grotte de saint Paul ; d’autres choisissaient de visiter les nombreuses églises de l’île et la grotte de saint Paul de Rabat, comme le fit en 1608, l’Allemand Gorgio Hurg353. La transformation de Malte en escale de pèlerinage renforçait encore les liens entre l’île sanctifiée par le siège et la Terre Sainte.

  • 354 NLM, Ms 23, f° 264r .
  • 355 Gio Battista Leoni, Relazione dell’isola di Malta e dei suoi Cavalieri con la elezione del loro Gra (...)
  • 356 Gio Francesco Abela, Della Descrittione di Malta, éd. Paolo Bonacota, Malte, 1647, p. 11.
  • 357 Bosio, III, p. 872.
  • 358 Pietro Dusina, Discorso di Malta, édité par Andrew Paul Vella, « La missione di Pietro Dusina a Mal (...)
  • 359 Leopoldo Sandri, « Due Relazioni inedite sull’Isola di malta (secolo xvi e secolo xix) », in Archiv (...)
  • 360 Bosio, III, p. 872.
  • 361 G. B. Leoni, Relazione dell’isola di Malta... cit., p. 32.
  • 362 G .F. Abela, Della Descrittione di Malta... cit.,p. 11.

123Enfin, l’attachement des chrétiens à la ville-frontière était alimenté par les nombreux récits connus ou anonymes, qui se montraient unanimes dans leurs descriptions louangeuses de La Valette. L’envoyé pontifical Visconti, en visite à Malte en 1582, soulignait que la construction de la nouvelle capitale avait été faite con meraviglioso artificio, vicino alla perfettione354 ; pour un autre envoyé, Gio Battista Leoni, La Valette était en 1572, pourvue de costruzioni et macchine miravigliosi355, tandis que Gio Francesco Abela allait dans le même sens en soulignant au milieu du xviie siècle, la beauté architecturale des magnifiche fabbriche pubbliche e private356. Giacomo Bosio, enfin, portait aux nues la beauté architecturale de La Valette qui, à son sens, non cedeva ad alcuna città d’Italia357. La puissance militaire était également encensée, par l’utilisation courante de termes comme inespugnabile, employé par Pietro Dusina en 1574358 et par un récit anonyme de la fin du xvie siècle359, voire même la più inespugnabile fortezza del mondo360 à en croire Bosio, qui a les superlatifs faciles, ou bien encore invincibile361 qu’on trouve chez Gio Battista Leoni. Gio Francesco Abela, quant à lui, décrit plus sobrement la capitale comme une città fortissima362, parfaitement apte àdéfendre l’île et le monde chrétien.

  • 363 G. F. Abela, Della Descrittione di Malta... cit., p. 11.
  • 364 NLM, MS 23, f° 264v.
  • 365 Bosio, III, p. 872.

124L’admiration pour La Valette, « cité idéale » du xvie siècle, synthèse harmonieuse entre les théories urbanistiques et militaires de la Renaissance, se double alors dans les textes d’une glorification de la cité en tant qu’antemurale del Christianesimo363. Un récit précise d’ailleurs che sia piuttosto veduto nascere che fabricare questa città364, introduisant l’idée d’une naissance miraculeuse de la capitale, qui serait surgie du sol maltais, comme par volonté divine. Le rattachement au divin est encore plus explicite dans l’ouvrage de Bosio, qui souligne que la perfection de La Valette ne pouvait être que le résultat de la Divina Gratia365. Cette certitude du soutien divin renforçait encore, s’il était besoin, le lien tissé entre la capitale-frontière et le souvenir de la croisade. La Valette était donc désormais, aux yeux des chrétiens, plus qu’une simple création humaine : édifiée ex-nihilo, elle apparaissait comme un produit divin, qui ancrait définitivement dans le sol maltais la frontière de la chrétienté.

CONCLUSION

125En un quart de siècle, trois événements-fondateurs s’étaient donc produits au sein de l’archipel maltais, qui avaient contribué à accélérer, puis à achever, le long processus, entamé depuis l’installation de l’Ordre, du basculement d’une île en bordure à une île frontière. Ces trois événements concrétisaient en effet tout ce qui permettait la naissance et l’affirmation d’une frontière et d’un lieu frontière : d’abord, le danger, sans lequel la frontière n’est pas, puis la fortification, qui matérialise et symbolise la menace et la défense d’une terre, enfin un imaginaire qui aide à transfigurer en mythe la réalité.

126Jusqu’à la razzia de Gozo en 1551, et surtout jusqu’au siège de Malte en 1565, le danger musulman était demeuré extérieur à l’archipel et aux Maltais. Certes, il existait de manière diffuse depuis le Moyen Âge, l’archipel ayant souvent été soumis à des incursions et des razzias musulmanes contre lesquelles ils n’avait pas les moyens humains, militaires et financiers de lutter. Mais à partir de l’installation de l’Ordre, le danger n’avait plus touché directement Malte, et les conflits entre les Turcs ou les Barbaresques et les chevaliers ou les soldats et corsaires maltais, avaient eu lieu hors du territoire insulaire, en mer ou en terre musulmane. Or, en 1551 et en 1565, le danger avait été brutalement (et longuement, dans le cas du siège) porté au cœur même de Malte, faisant ainsi prendre conscience aux membres de l’Ordre et aux insulaires de la fragilité de leur lieu de vie et de la nécessité de le défendre absolument.

127La construction de La Valette, qui constituait la dernière étape de la fortification portuaire maltaise du xvie siècle, exprimait alors ouvertement la puissance nouvelle de l’île et matérialisait par ses remparts la césure désormais existante entre la rive musulmane et la rive chrétienne. Car la nouvelle capitale différait des anciennes fortifications par la symbolique qui s’y rattachait ; elle était la concrétisation physique et mythique de la frontière maltaise.

128En liaison constante avec la résistance au danger et avec la construction de La Valette, la mythification était bien le dernier élément qui contribuait à fonder le nouveau statut de Malte en tant que frontière du monde chrétien. Jusqu’alors, le mythe ne concernait pas proprement l’île. Il concernait l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem et avait quelque peu souffert de la perte de Rhodes en 1522, puis de celle de Tripoli en 1551. La résistance farouche des Maltais et des chevaliers lors du siège, alors que Malte avait failli disparaître, suivie de la construction de La Valette qui était l’expression même de cette victoire, avait créé pleinement le mythe de Malte. Dans le dernier quart du xvie siècle, l’île qui n’était jusqu’alors qu’en bordure de la rive européenne, était enfin devenue « Malte », la frontière par excellence de la chrétienté.

Notes

1 P. Toubert, « L’historien, sur la frontière », art. cit., p. 221.

2 F. J. Turner, La frontière dans l’histoire des États-Unis... cit., p. 45.

3 P. Toubert, « L’historien, sur la frontière », art. cit., p. 226.

4 P. Toubert, « L’historien, sur la frontière », art. cit., p. 221 ; J. Kotek (dir.), L’Europe et ses villes-frontières, Bruxelles, 1996, p. 24.

5 F. J. Turner, La frontière dans l’histoire des États-Unis... cit., p. 45.

6 A. P. Vella, « The relations between the Order of Malta and Tripoli », art. cit., p. 365.

7 AOM 287, f° 65v. (« si e supplicato che la Religione si trausferica in Tripoli, hano ordinato che in primo anno si mandino in detto luogo cinquanta cavallieri et un governatore [...] con ducento sessanta soldati in circa [...] in la seguente annata si potrano mandare et accrescer fino a numero di cento cavallieri, et consequisamente [...] fino che la Religione fusse in detto luoco »).

8 AOM 287, f° 66r.

9 AOM 287, f° 66r.

10 AOM 420, f° 217v., 8 janvier 1547.

11 F. Braudel, « Les Espagnols et l’Afrique du Nord... », art. cit., p. 74.

12 AOM 422, ff° 222v.-223r.

13 Charles Monchicourt, « Épisodes de la carrière tunisienne de Dragut », in Cahiers de Tunisie, 19, 1er-2e trimestres 1971, p. 225-226 (réédition de l’article publié in Revue tunisienne, 1918).

14 AOM 421, f° 218r., 9 août 1548.

15 AOM 422, ff° 215v.-216r., 16 février 1551.

16 AOM 422, ff° 204v.-205r., 12 février 1550.

17 AOM 422, ff° 223v.-224r., 6 juillet 1551.

18 C. Monchicourt, « Dragut, amiral turc (juin 1551-avril 1556) », in Revue tunisienne, 1ère année, n° 2, n.s., 2e trimestre 1930, p. 110.

19 AOM 88, f° 91r., 4 mai 1551.

20 AOM 88, f° 92v., 3 août 1551 (la date diffère car l’Ordre rappelle ce qui s’est passé le mois précédent).

21 Ces 30 000 écus d’or ne furent finalement prélevés qu’en octobre 1551 (cf AOM 88, f° 99r., 12 octobre 1551).

22 AOM 88, f° 93r., 4 août 1551 (« in munienda ac arce et insula Melitæ quod castro Tripolis, ac in conducendis militibus pro eorum defensione et custodia ratione classis turcharum que proximis diebus hanc insulam obsedit et oppugnavit, et semper in nostris maribus navigat [...] Magnus Magister et Venerandum Consilium ordinaverunt et statuerunt ac imposuerunt et imponunt pensionem sive impositio nem triginta millium scutorum auri »).

23 AOM 88, f° 92v., 16 juillet 1551.

24 AOM 88, ff° 93r.-93v., 6 août 1551, lettre du Grand Maître au roi de France (« Sire, l’armée du Grand Turc arriva icy le 18 du passé en nombre de cent ciquante voiles et a demeuré en ceste Isle de Malte et du Goze lespace de treze jours non sans grand dommaige et detriment »).

25 AOM 88, f° 94r., 12 août 1551, lettre du Grand Maître au roi d’Espagne (« La dicha armada ala cala de San Pablo que es a ocho millas de aquien la mes-ma ysla y sacaron algunas pieças de artilleria en tierra y commençaron de llevarlas hazia la ciudad de Malta que es a seys o siete millas de donde la armada estava »).

26 AOM 88, f° 94r.

27 Bosio, III, p. 302.

28 Bosio, III, p. 303 (« Dradut dimostrava che la presa di quel castello era sicurissima »).

29 AOM 88, f° 94r. (« ...fue a los vinte dos ala ysla del Gozo... »)

30 Bosio, III, p. 304.

31 AOM 88, f° 93v. (« ...elle a priz tous les habitants dudit Gozo et a depopulé du tout l’isle... »).

32 Bosio, III, p. 305.

33 S. Fiorini, « The resettlement of Gozo after 1551 », in Melita historica, vol. IX, n° 3, 1986, p. 214 et p. 216-221.

34 AOM 88, f° 94r.

35 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 239.

36 AOM 88, f° 94r.

37 AOM 422, f° 224r., 6 juillet 1551.

38 AOM 88, f° 70v., 6 octobre 1550.

39 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 239.

40 AOM 88, f° 94r.

41 AOM 88, f° 94v.

42 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 240.

43 Bosio, III, p. 314.

44 AOM 88, f° 95r., 31 août 1551.

45 AOM 88, f° 101r., 3 novembre 1551.

46 AOM 88, f° 101r., 4 novembre 1551.

47 AOM 88, f° 103r., 17 novembre 1551.

48 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 240.

49 AOM 88, f° 103r.

50 AOM 88, f° 101v., 9 novembre 1551.

51 Abbé de Vertot, Histoire des Chevaliers Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem appelés depuis Chevaliers de Rhodes et aujourd’hui Chevaliers de Malthe, éd. J. F. Quillau, Paris, 1753, p. 207.

52 A. Dupront, Le mythe de Croisade... cit., p. 126.

53 Michel Winock, « Qu’est-ce qu’un événement ? », in L’Histoire, 268, septembre 2002, p. 32-37.

54 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 231.

55 AOM 424, ff° 220r.-220v., 13 janvier 1554.

56 Bosio, III, p. 348 (« ...E paruto essendo a tutti, così per l’incommodità del luogo, come per le deboli forze della Religione, che fosse cosa difficilissima, anzi dal tutto impossibile, ch’ella potesse e dovesse [...] difendere questa città... »).

57 AOM 424, f° 226v., 12 février 1554.

58 AOM 88, f° 189r., 12 février 1554.

59 AOM 424, f° 227r. (« ...il sito della città ha bisogno di molti riparationi... alle quali la Religione non puotrebbe supplire... »).

60 AOM 424, f° 227v.

61 Bosio, III, p. 349.

62 AOM 424, f° 228v.

63 AOM 424, ff° 230r.-230v., 10 mars 1554.

64 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 231.

65 Jacques Godechot, Histoire de Malte, Paris, 1962, p. 45.

66 M. Fontenay, « Le développement urbain du port de Malte du xvie au xviiie siècle », in REMMM, 71[Le carrefour maltais], 1994 / 1, p.96.

67 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 319.

68 Bosio, III, p. 488 (« ...E Dragut particolarmente temendo d’esser di nuovo assalito, e da Tripoli e dalle Gerbe discacciato... »).

69 Bosio, III, p. 488.

70 Bosio, III, p. 489.

71 NLM, Ms 9, La Historia di Malta, nuovamente composta in ottava rima per Antonio Pugliese, Venise, 1585, p. 500-520. Nous utilisons le manuscrit de la National Library of Malta, qui est une copie non datée de l’ouvrage de Pugliese.

72 NLM, Ms 9, La Historia di Malta..., p. 501 (traduction de l’auteur) :
« ...Disse Dragutto con parole accorte [...]
S’io vado a Malta acquisterò la norte
Con chiara verità senza bugia
Munita è la Città, l’Isola è forte
Ha gente d’arme e grande artiglieria... »

73 Arnold Cassola, The Great Siege of Malta (1565) and the Istanbul State Archives, Malte, 1995.

74 Diego de Haedo, Histoire des rois d’Alger, Paris, 1999 ; F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 320.

75 Archives d’État d’Istanbul, Entrée 565, lettre de Soliman à Hasan, beylerbey d’Alger, sans date (supposée par l’auteur avoir été écrite entre le 2 et le 30 Cemaziyelevvel 972, soit entre le mois de décembre 1564 et le mois de janvier 1565), traduction du turc par A. Cassola, The Great Siege of Malta... cit., p. 19.

76 Archives d’État d’Istanbul, Entrée 868, lettre de Soliman au Khan de Crimée, sans date (datée par l’auteur du 18 Sa’ban ou du 23 Sa’ban 972, soit du 18 mars ou du 23 mars 1565), traduction du turc à l’anglais, in A. Cassola, The Great Siege of Malta... cit., p. 20-21.

77 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 320.

78 BMA (Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence), Ms 1090, Relatione della diffesa di Malta attacata da Turchi, p. 1.

79 BAV, Urb. Lat. 815, Cause dell’impresa di Malta del 65 et tutto il fatto sotto brevità, f° 385r. Deux galiotes maltaises en reconnaissance à Zante informèrent l’Ordre du passage de la flotte ottomane.

80 AOM 91, f° 143v., 19 janvier 1565.

81 AOM 91, f° 144r., 10 février 1565 ; Bosio, III, p. 495.

82 AOM 430, f° 266v., 23 mars 1565.

83 Bosio, III, p. 500 ; E

84 Ernle Bradford, The Great Siege. Malta, 1565, Londres, 1964, p. 46 (1ère édition en 1961).

85 AOM 430, f° 266v.

86 AOM 91, f° 150r., 10 avril 1565.

87 AOM 91, f° 151r., 17 avril 1565.

88 AOM 91, f° 152r., 9 mai 1565.

89 A. Cassola, The Great Siege of Malta... cit., p. 46. L’auteur s’appuie sur un manuscrit turc (le Registre de la Campagne de Malte) des Archives d’État d’Istanbul, qui retrace les grands moments du siège de Malte.

90 Bosio, III, p. 501.

91 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 321.

92 BAV, Urb. Lat. 815, f° 386v.

93 Martin Croua, Brief Discours du Siege et oppugnation de l’Ile de Malte. Contenant l’Histoire de ce qui s’est fait depuis l’arrivée jusques à la retraite et fuyte de l’armée du Grand Turc Soliman en l’an MDLXV, Anvers, 1565, p. 2.

94 Bosio, III, p. 512.

95 BAV, Urb. Lat. 815, f° 386v.

96 Bosio, III, p. 513.

97 AOM 91, f° 153r., 28 juin 1565.

98 Catherine Desportes, Le Siège de Malte. La grande défaite de Soliman le Magnifique (1565), Paris, 1999 (ouvrage de très faible qualité où l’auteur se contente de résumer, sans jamais les citer ou les vérifier, les auteurs modernes) ; Tim Pickles, Malta 1565. Last battle of the Crusades, Oxford, 1998 (cet ouvrage est en réalité un guide pour un jeu de rôle ; il n’est donc pas fiable scientifiquement sur certains points, mais extrêmement clair en ce qui concerne les stratégies guerrières des musulmans et des chrétiens au cours du siège).

99 Joseph Peretti, « Du Vray Discours de la guerre et siège de Malte par les Turcz ou la première relation du Grand Siège publiée en France », in Melita historica, vol. IV, n° 2, 1965, p. 132. Je cite ici la phrase finale de l’article : « Qu’il nous soit permis de saluer une fois de plus la mémoire des braves de toutes les nations qui, unis dans un même idéal de Foi et de Justice, ont donné jusqu’à la dernière goutte de sang pour la noble cause de l’Humanité et de la Civilisation ».

100 BAV, Urb. Lat. 815, f° 385r. ; Vincenzo Laurenza, « Il Grande Assedio di Malta in un manoscritto cassinese del Cinquecento », in Archivum Melitense, vol. IX, n° 2, p. 8 (manuscrit Annali Casinensi, Cod. Casin. 682 QQ, ff° 483r.-485r.).

101 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 3.

102 BMA, Ms 1090, p. 2.

103 NLM, Ms 9, p. 502.

104 Bosio, III, p. 511.

105 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación de todo lo que el anno de MDLXV ha succedido en la Isla de Malta, de antes que llegasse l’armada sobre ella de Soliman Gran Turco, éd. Pedro Reigner, Barcelona, 1568, f° 25v.

106 Luis de Medies, La jornada de Malta dirijada al muy alto y serinisimo señor Emanuel Filibert, Duque de Saboya, 1565, f° 18r., manuscrit du Mans édité par André Berthelot, Le Siège de Malte par les Turcs en 1565. Présentation et édition du manuscrit du Mans, Thèse de Doctorat de 3e cycle, Paris-Sorbonne, 1971, p. 16. Luis de Medies évaluait le nombre de combattants à plus de 50 000 hommes, dont quelques milliers durent être renvoyés, faute de munitions suffisantes.

107 Hipólito Sans, La Maltea, Valence, 1582, étudiée par A. Cassola, The 1565 Great Siege of Malta and Hipólito Sans’s La Maltea, Malte, 1999, p. 47.

108 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 28r.

109 BMA, Ms 1090, p. 3.

110 Bosio, III, p. 505-509 (61 chevaliers de la Langue de Provence et 15 servants d’armes ; 25 chevaliers de la Langue d’Auvergne et 14 servants d’armes ; 57 chevaliers de la Langue de France et 24 servants d’armes ; 155 chevaliers de la Langue d’Italie et 5 servants d’armes ; 88 chevaliers de la Langue d’Aragon ; 1 chevalier de la Langue d’Angleterre ; 14 chevaliers de la Langue d’Allemagne ; 68 chevaliers de la Langue de Castille et 6 servants d’armes).

111 Bosio, III, p. 516.

112 Bosio, III, p. 516.

113 Raoul James Dunbar Cousin, A Diary of the Siege of Saint-Elmo, Malte, 1955, p. 25 ; F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 322 ; E. Bradford, The Great Siege... cit., p. 50 ; Joseph Galea, « The Great Siege of Malta from a turkish point of view », in Melita historica, vol. IV, n° 2, 1965, p. 113.

114 C. Desportes, Le Siège de Malte... cit., p. 65.

115 T. Pickles, Malta 1565... cit., p. 26.

116 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 2.

117 NLM, Ms 9, La Historia di Malta... cit., p. 503.

118 BMA, Ms 1090, p. 5 ; M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 5.

119 BMA, Ms 1090, p. 7.

120 Luis de Miedes, La Jornada de Malta... cit., f° 47r., in A. Berthelot, Le Siège de Malte... cit., p. 36.

121 Q. Hughes, The building of Malta... cit., p. 15

122 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 31r.

123 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 4.

124 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 10.

125 SMOM (Sovrano Militare Ordine di Malta), Copie de plusieurs missives escrites et envoyées de Malte par le Seigneur grand Maistre, et autres chevaliers de Sainct Iehan de Hierusalem, a nostre Sainct Pere et autres Seigneurs, depuis le unzieme iusques au vint et deuzieme de Septembre : portant advis par le menu de la honteuse deparrie de l’armée Turquesque et de l’honnorable victoire des fideles et chevalereux chrestiens, A Paris, pour Jean Dallier Libraire, 1565, f° 13r. Il s’agit d’une photocopie d’un manuscrit se trouvant au British Museum (réf. 1313, c/3 33).

126 Balbi de Correggio, La Verdadera Relacíon... cit., f° 37v.

127 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 38r.

128 Voir chapitre III.

129 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 5.

130 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 6 ; R. J. D. Cousin, A Diary of the Siege of Saint-Elmo... cit., p. 85.

131 R. J. D. Cousin, A Diary of the Siege of Saint-Elmo... cit., p. 123.

132 R. J. D. Cousin, A Diary of the Siege of Saint-Elmo... cit., p. 92.

133 Abbé de Vertot, Histoire des Chevaliers... cit., Tome IV, p. 502.

134 Bosio, III, p. 516. Sur 7 500 combattants environ, il y avait environ 5 500 Maltais en armes.

135 NLM, Ms 9, La Historia di Malta... cit., p. 504 ; BMA, Ms 1090, Relatione della diffesa di Malta... cit., p. 11.

136 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 7.

137 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 10.

138 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 55r.

139 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 58v.

140 Abbé de Vertot, Histoire des Chevaliers... cit., tome IV, p. 525.

141 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 10.

142 Bosio, III, p. 574.

143 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., ff° 56r.-57v.

144 BMA, Ms 1090, Relatione della diffesa di Malta...cit., p. 14 ; NLM, Ms 9, La Historia di Malta..., p. 507.

145 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 57v.

146 AOM 88, f° 92v., 16 juillet 1551.

147 Bosio, III, p. 578.

148 Vertot, Histoire des Chevaliers... cit., vol. V, p. 2-3.

149 Vertot, Histoire des Chevaliers... cit., vol. V, p. 4.

150 NLM, Ms 9, La Historia di Malta... cit., p. 511.

151 Vertot, Histoire des Chevaliers... cit., vol. V, p. 4.

152 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 59r.

153 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 60v.

154 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 13.

155 Balbi de Coreggio, La Verdadera Relación... cit., f° 80r.

156 M. Monterisi, Storia politica e militare del Sovrano Ordine di San Giovan ni... cit., p. 88-89.

157 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 68v.

158 M. Monterisi, Storia politica e militare... cit., p. 93.

159 Bosio, III, p. 611 (« ...l’inventione d’ una cassa di tavole, alquanto più lunga della persona sua, in modo ripiena... cioè parte di terra, e parte d’arbagio, accioche restase più leggerae movibile... »).

160 Bosio, III, p. 585-586.

161 BAV, Urb. Lat. 815, f° 387r. ; BMA, Ms 1090, Relatione di Malta..., p. 17 ; Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., p. 62v.

162 BMA, Ms 1090, Relatione della diffesa di Malta..., p. 17.

163 E. Bradford, The Great Siege... cit., p. 135.

164 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 11-12.

165 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 90v.

166 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 322.

167 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., ff° 93r.-93v.

168 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 81r.

169 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 323.

170 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 116v.

171 M. Croua, Brief Discours du Siege... cit., p. 14.

172 Bosio, III, p. 667.

173 BMA, Ms 1090, p. 24.

174 Bosio, III, p. 704-705 ; Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., p. 121v.

175 SMOM, Copie de plusieurs missives... cit., Lettre du chevalier Don François de Juvara à sa famille, 13 septembre 1565, f° 11v.

176 Vincenzo Laurenza, « Il Grande Assedio di Malta in un Manoscritto cassinese del Cinquecento », art. cit., p. 9.

177 Bosio, III, p. 711.

178 Bosio, III, p. 711.

179 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 127v.

180 SMOM, Copie de plusieurs missives escrites et envoyées de Malte... cit., f° 15v., 19 septembre 1565.

181 AOM 430, f° 278v., 15 janvier 1566.

182 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 324.

183 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 325.

184 AOM 91, f° 157v., 10 octobre 1565.

185 AOM 91, f° 167r., 14 décembre 1565.

186 AOM 91, f° 166v., 30 décembre 1565.

187 AOM 91, f° 167v., 3 mars 1566.

188 AOM 91, f° 172r., 3 avril 1566.

189 Vertot, Histoire des Chevaliers..., tome V, p. 112.

190 NLM, Ms 17, Notitia della spada mandata al Gran Maestro Valletta l’anno 1566 da Filippo Secondo Rè di Spagna, p. 252.

191 NLM, Ms 17, p. 254.

192 A. P. Vella, « La missione di Pietro Dusina... », art. cit, p. 174.

193 Gio Battista Abela, Della descrittione di Malta, isola del mare siciliano, éd. Paolo Bonacota, Malte, 1647, Avertissement au lecteur.

194 Alphonse Dupront, Le mythe de Croisade, II, Paris, 1997, p. 575.

195 BMA, Ms 1094, Relazione della Religione Gerosolomitana di Malta dell’anno 1630, p. 32.

196 Nom de l’envoyé turc.

197 NLM, Ms 9, La Historia di Malta..., p. 508 (traduction de l’auteur) :
O car Bassano mio n’hai inteso dire
Ch’un bel morir fretta la vita honora
Ma questa imbascieria non mi bisogna
Meglio è morir che viver con vergogna

198 BMA, Ms 1090, Relazione della diffesa di Malta..., p. 9.

199 SMOM, Copie de plusieurs missives... cit., f° 11r.

200 BMA, Ms 1090, Relatione della diffesa..., p. 24.

201 SMOM, Copie de plusieurs missives... cit., f° 11r.

202 Bosio, III, p. 578, (« in cosi santa et giusta guerra, per gloria del nome di Christo, per testimonio della sua Santa Fede, per beneficio della Christiana Reppublica, e per difesa della Religione »).

203 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 91v.

204 BAV, Vat. Urb. 854, f° 543v. ; BMA, Ms 1095, Lettera del Gran Maestro di Malta a Papa Pio V, p. 7 (copie du manuscrit précédent).

205 Vertot, Histoire des chevaliers... cit., tome IV, p. 522.

206 BMA, Ms 1094, Relatione dell’isola di Malta, p. 12.

207 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación..., f° 17r. ; Arnold Cassola, The 1565 Great Siege of Malta and Hipólito Sans’s La Maltea... cit.,p. 101.

208 H. J. S. Sire, The Knights of Malta... cit.,p. 282.

209 C. Sanminiatelli Zabarella, Lo Assedio di Malta... cit., p. 81.

210 Arnold Cassola, The 1565 Great Siege of Malta and Hipólito Sans’s La Maltea... cit., p. 101.

211 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación..., f° 17r.

212 Vertot, Histoire des chevaliers..., III, p. 384.

213 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación..., f° 17v.

214 Carlo Sanminiatelli Zabarella, Lo Assedio di Malta (18 maggio-8 settembre 1565), Turin, 1902, p. 87.

215 AOM 86, f° 73r., 8 août 1538.

216 AOM 87, f° 77v., 6 avril 1546.

217 Abbé de Vertot, Histoire des Chevaliers..., III, p. 391-392.

218 AOM 287, f° 65v., Chapitre Général de 1548.

219 AOM 423, f° 186v., 4 août 1552.

220 AOM 89, f° 2v., 10 avril 1554.

221 AOM 89, f° 120r., 21 août 1557.

222 AOM 92, f° 91r., 21 août 1568.

223 AOM 90, f° 19v., 17 juin 1558.

224 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 90v. Il fut blessé lors de son combat à Birgù, sur le rempart de Castille.

225 AOM 91, f° 164r., 28 mars 1566.

226 Bosio, III, p. 819.

227 Bosio, III, p. 819.

228 Bosio, III, p. 513.

229 Bosio, III, p. 516.

230 Bosio, III, p. 711.

231 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación... cit., f° 127v.

232 S. Fiorini, « Demographic growth and the urbanization of the maltese countryside to 1798 », art. cit., p. 297-298.

233 S. Fiorini, « Demographic growth... », art. cit., p. 302.

234 AOM 430, f° 272r., 28 septembre 1565.

235 AOM 430, f° 275r., 21 octobre 1565.

236 AOM 430, ff° 269v.-272r., 25 septembre-3 octobre 1565.

237 AOM 430, ff° 274v.-275r., 9 octobre-24 octobre 1565.

238 AOM 430, f° 269v.

239 AOM 430, f° 270r.

240 AOM 430, f° 274v.

241 AOM 430, f° 270r.

242 AOM 430, f° 271r., Henri de Lorcher, simple soldat engagé pour défendre Malte des musulmans. Il se rendit dans l’île avec une compagnie de soldats avant le début du siège et se battit courageusement pendant quatre mois.

243 AOM 430, f° 270r., Antoine d’Embun, simple soldat, venu par ses propres moyens rejoindre Malte menacée, le 7 mai 1565.

244 A. Bazzana, P. Guichard, P. Sénac, « La frontière dans l’Espagne médiévale... », art. cit., p. 57.

245 Vertot, Histoire des Chevaliers... cit., tome V, p. 115.

246 AOM 91, f° 159r., 5 janvier 1566 ; AOM 430, f° 284v., 6 mars 1566 ; AOM 431, f° 232r., 8 avril 1566 ; AOM 431, f° 232r., 27 avril 1566.

247 S. Paoli, Codice Diplomatico del Sacro Militare Ordine Gerosolomitano... cit., p. 222-223.

248 S. Paoli, Codice Diplomatico... cit., p. 224.

249 Balbi de Correggio, La Verdadera Relación..., ff° 22r.-22v. (« con la presa de Malta nos resultarian muchos bienes y grandezas pues correriamos todos aquellos mares de Poniente, con mucha nuestra reputacion y daño de nuestros enemigos : y aun conel tiempo nos apoderariamos de Sicilia fertilissimo, granero de los ya potentissimos Romanos, en otro tiempo dominadores de todo lo que posseemos agora por la gracia del altissimo Dios y meritos del gran propheta Mahoma. Assi que por Italia, y por Ungria hariamos cruda guerra a nuestros enemigos hasta ganarles el otro grande imperio de Alemaña y estenderiamos los limites de nuestro señorio por todo lo que se sabe de la tierra »).

250 Gio Antonio Viperano, De Bello Melitense Historia, Perusa, 1567, p. 4.

251 Nora Berend, « Hungary, the “Gate of Christendom” », in David Abulafia, Nora Berend (dir.), Medieval Frontiers : Concepts and Practises, Ashgate, 2002, p. 209.

252 N. Berend, « Hungary, the “Gate of Christendom” », art. cit., p. 214.

253 Bosio, III, p. 198-199.

254 AOM 90, f° 19v., 17 juin 1558.

255 AOM 90, f° 13v., 17 juin 1558.

256 Roger de Giorgio, A City by an Order, Malte, 1998, p. 51.

257 AOM 90, f° 39r., 3 décembre 1558.

258 R. de Giorgio, A City by an Order... cit. p. 49.

259 AOM 429, f° 240v., 10 juillet 1561.

260 AOM 429, f° 241r., 10 juillet 1561.

261 AOM 91, f° 85r., 18 novembre 1562.

262 Bosio, III, p. 454.

263 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 42-43.

264 Q. Hughes, « The planned city of Valletta », in L’architettura a Malta dalla Preistoria all’Ottocento, Rome, 1970, p. 317 ; R. de Giorgio, A City by an Order... cit., p. 54 ; A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 42.

265 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 43.

266 AOM 430, f° 279v., 15 janvier 1566.

267 Michael Ellul, « Francesco Laparelli da Cortona and the fortifications of Valetta (Malta) », in L’architettura a Malta dalla Preistoria all’Ottocento... cit., p. 345-347.

268 Q. Hughes, The building of Malta... cit., p. 22.

269 M. Ellul, « Francesco Laparelli da Cortona and the fortifications of Valetta (Malta) », in L’architettura a Malta dalla Preistoria all’Ottocento... cit., p. 347.

270 AOM 430, f° 267v., 28 décembre 1565.

271 NLM, Ms 91, f° 151r. Le manuscrit précise qu’Evangelista Menga était ingénieur résidant à Malte, au service de l’Ordre, percevant un salaire mensuel de 300 écus. Il avait également le privilège de quitter définitivement Malte s’il le désirait.

272 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 51.

273 Codex Laparelli, ff° 6r.-9r., cité par R. de Giorgio, A City by an Order... cit., p. 227.

274 AOM 430, f° 279v., 15 janvier 1566.

275 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 54.

276 M. Ellul, « Francesco Laparelli da Cortona and the fortifications of Valetta », in L’architettura a Malta dalla Preistoria all’Ottocento... cit.,p. 346-347.

277 Bosio, III, p. 739-740.

278 Bosio, III, p. 741 ; R. de Giorgio, A City by an Order... cit.,p. 72.

279 AOM 91, f° 164r., 28 mars 1566.

280 AOM 91, f° 159r., 15 janvier 1566.

281 AOM 430, f° 279r., 15 janvier 1566.

282 AOM 430, f° 279v., 15 janvier 1566

283 AOM 430, f° 280r., 15 janvier 1566 (« ...Finalmente... el enemigo viniese tan poderoso como por todo el mundo la fama es divulgada... se nos ostros no pudiesemos haver todas las cosas necessarias... seriamos foçados a perdernos o retirarnos por la salud nuestra... »).

284 Pierre Lavedan, « La Valette : son plan, sa place au xvie siècle », in L’architettura a Malta dalla Preistoria all’Ottocento... cit.,p. 337.

285 AOM 430, f° 283v., 22 février 1566.

286 AOM 431, f° 232r., 8 avril 1566.

287 AOM 430, f° 284v., 6 mars 1566.

288 AOM 431, ff° 232v.-233r., 6 mai 1566.

289 AOM 92, f° 169r., 10 septembre 1569.

290 AOM 431, ff° 41r.-41v., 11 décembre 1567.

291 AOM 432, ff° 268v.-269r., 24 janvier 1570.

292 AOM 433, f° 252v., 9 septembre 1570.

293 AOM 434, f° 257v., 24 avril 1573.

294 AOM 91, f° 174r., 18 septembre 1566.

295 AOM 91, f° 179v., 30 décembre 1566 ; AOM 91, f° 181r., 5 février 1567.

296 AOM 91, f° 181r., 14 février 1567.

297 R. de Giorgio, A City by an Order... cit.,p. 103-104.

298 Giovanni Mangion, « Girolamo Cassar, architetto maltese del Cinquecento », in Melita historica, vol. VI, n° 2, 1973, p. 192.

299 AOM 92, f° 91r., 21 août 1568.

300 AOM 92, f° 96v., 27 août 1568.

301 Lorenzo Schiavone, « Il primo albergo d’Italia a Valletta e i primi contributi per la sua costruzione », in Melita historica, vol. X, n° 1, 1988, p. 89.

302 AOM 432, ff° 250r.-250v., 23 avril 1569 (« ...Gieronimo Cassar Maltese confrate di nostra Religione et uno delli nostri architettori parte con buona licentia da questa nostra Citta di Malta per esser a piu luoghi d’Italia a veder alcuni edificii massime in Roma, Napoli et in altre parti dove sono perfettissimi et degni d’imitatione... »).

303 AOM 92, ff° 141r.-142r., 12 mai 1569.

304 G. Mangion, « Girolamo Cassar, architetto maltese... », art. cit., p. 194.

305 G. Darmanin Demajo, « L’Albergia della Lingua d’Alemagna », in Archivio storico di Malta, Anno IV, vol. IV, 1934, p. 67.

306 AOM 433, f° 84r., 8 juin 1570 ; G. Darmanin Demajo, « L’Albergia della Lingua d’Alvernia e la cappella d’Alvernia in S. Giovanni », in Archivio storico di Malta, Anno II, vol. I, 1931, p. 204.

307 AOM 92, f° 220v., 3 novembre 1570.

308 AOM 93, f° 6r., 5 mars 1571.

309 R. de Giorgio, A City by an Order... cit.,p. 154.

310 AOM 93, f° 63v., 30 mai 1572.

311 G. Darmanin Demajo, « Le Albergie delle Lingue iberiche e le loro chiese nazionali », in Archivio storico di Malta, Anno III, vol. I, 1932, p. 75.

312 AOM 93, ff° 6v.-7r., 18 mars 1571.

313 Bosio, III, p. 871.

314 AOM 93, f° 56r., 14 avril 1572.

315 AOM 95, ff° 132r.-132v., 17 février 1579. Il s’agit de la copie de la lettre du Pape Grégoire XIII, écrite au Grand Maître le 12 juillet 1577, pour le prévenir que, l’Église conventuelle étant achevée, elle serait inaugurée l’année suivante par un envoyé pontifical.

316 Paolo Collura, « Le due missioni di Mons. Ludovico de Torres in Malta (1578-1579) », in Archivio storico di Malta, Anno VIII, 1937, p. 34.

317 AOM 93, f° 15r., 8 novembre 1574.

318 G. Mangion, « Girolamo Cassar, architetto maltese... », art. cit., p. 195.

319 AOM 94, f° 107v., 7 avril 1576.

320 L. Febvre, « Frontière : le mot et la notion », art. cit., p. 13.

321 L. Febvre, « Frontière : le mot et la notion », art. cit., p. 11.

322 Denis Menjot, « La ville-frontière : un modèle d’urbanisation ? », in Les villes-frontière. Moyen Âge, Temps Modernes, Paris, 1996, p. 10.

323 Q. Hughes, Fortress. Architecture and Military History of Malta... cit.,p. 56-57.

324 P. Lavedan, « La Valette : son plan, sa place au xvie siècle », in L’architettura a Malta... cit., p. 340.

325 P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme. III. Humanisme et temps modernes, Paris, 1941, p. 87-88.

326 P. Lavedan, « La Valette : son plan, sa place au xvie siècle », in L’architettura a Malta... cit., p. 338.

327 AOM 94, f° 107v., 7 avril 1576.

328 AOM 93, f° 152r., 15 août 1573.

329 A. Luttrell, « Malta and Rhodes », art. cit., p. 268.

330 AOM 92, f° 141r., 12 mai 1569.

331 R. de Giorgio, A City by an Order... cit.,p. 150-158.

332 María Conceptión Quintanilla Raso, « Adaptation et évolution d’une société urbaine de frontière : Cordoue à la fin du xve siècle », in D. Menjot (dir.), Les villes-frontière... cit., p. 215.

333 Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede [dorénavant ACDF], St. St. HH 3-b, f° 1392r., 4 mai 1658. La prostitution le long des remparts de La Valette ou aux abords du fort Saint-Elme existe en réalité dès la fin du xvie siècle.

334 Joël Koteck (dir.), L’Europe et ses villes-frontières, Bruxelles, 1996, p. 24.

335 Q. Hughes, The Building of Malta... cit.,p. 58.

336 Miguel Àngel Ladero Quesada, « Réalité et imagination : la perception du monde islamique en Castille au cours du bas Moyen Âge », in G. Jehel (dir.), Orient et Occident ixe-xve siècles... cit. p. 152.

337 AOM 439, ff° 273r.-273v., 28 juin 1581.

338 Lucio Maiorano, Matteo Perez d’Aleccio, pittore ufficiale del Grand Assedio di Malta, Lupo Edizioni, Alezio, 2 000, p. 15.

339 AOM 439, f° 273r.

340 NAM, Magna Curia Castellania, Registro Revelationis Mancipiorum, Volumo unico 133 (1588-1617), f° 4v., 24 novembre 1588.

341 NAM, Magna Curia Castellania, RRM 133, f° 18v., 1er avril 1589.

342 NAM, Magna Curia Castellania, RRM 133, f° 64v., 25 juin 1605.

343 NAM, Magna Curia Castellania, RRM 133, f° 62v., 10 janvier 1605.

344 NAM, Magna Curia Castellania, RRM 133, f° 64v., 25 juin 1605.

345 NAM, Magna Curia Castellania, RRM 133, f° 81r., 31 octobre 1609.

346 NAM, Magna Curia Castellania, RRM 133 f° 81v., 8 avril 1610.

347 Jean-Paul Bonnin, « L’escale urbaine. Les villes vues par les pèlerins de Jérusalem aux xvie et xviie siècles », in Cahiers de la Méditerranée [Paysages urbains (xvie-xxe siècles)], 60, juin 2000, p. 34.

348 Privat de Fontanilles, Malthe ou l’Isle-Adam, dernier Grand Maître de Rhodes et premier Grand Maître de Malthe, 1749, chant premier 1-2, cité par Alain Blondy, « L’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, Rhodes et Malte, de 1530 à 1798 : une perception polysémique », in María Dolores Burdeus, Elena Real i Joan Verdegal (dir.), Las Ordenes Militares : realidad e imaginario, Madrid, 2000 (Publicacions de la Universitat Jaume I. Col.lecció Humanitats, 2), p. 44.

349 AOM 446, f° 209v., 18 novembre 1591.

350 AOM 449, f° 254r., 30 avril 1595.

351 AOM 461, f° 300v., 6 mars 1624.

352 AOM 453, ff° 301v.-302r., 16 juin 1601.

353 AOM 456, f° 274v., 2 avril 1608.

354 NLM, Ms 23, f° 264r .

355 Gio Battista Leoni, Relazione dell’isola di Malta e dei suoi Cavalieri con la elezione del loro Gran Maestro, del Signor Gio Battista Leoni, édité par Pompeo Falcone dans « Una Relazione di Malta sulla fine del Cinquecento », art. cit., p. 32.

356 Gio Francesco Abela, Della Descrittione di Malta, éd. Paolo Bonacota, Malte, 1647, p. 11.

357 Bosio, III, p. 872.

358 Pietro Dusina, Discorso di Malta, édité par Andrew Paul Vella, « La missione di Pietro Dusina a Malta nel 1574 », art. cit., p. 182.

359 Leopoldo Sandri, « Due Relazioni inedite sull’Isola di malta (secolo xvi e secolo xix) », in Archivio storico di Malta, Anno IX, 1938, p. 217.

360 Bosio, III, p. 872.

361 G. B. Leoni, Relazione dell’isola di Malta... cit., p. 32.

362 G .F. Abela, Della Descrittione di Malta... cit.,p. 11.

363 G. F. Abela, Della Descrittione di Malta... cit., p. 11.

364 NLM, MS 23, f° 264v.

365 Bosio, III, p. 872.

Table des illustrations

Légende Carte 5 – L’arrivée de la flotte turque à Malte.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/118/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Document 4 – Les postes de combat des Langues et les principaux bâtiments de La Valette.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/118/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Le soutien divin à Malte assiégée. – La smontata dell’armata a Marsascirocco, e come riconosce le fortezze di Borgo e Isola,a di 20 Maggio 1565, Salle du Conseil, Palais du Grand Maître, La Valette.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/118/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 740k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540