Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Malte, frontière de chrétienté (1530-1670)

 | 
Anne Brogini

Première partie. Naissance et affirmation d’une frontière (1530-1575)

Chapitre III. La mise en chantier des fortifications

Texte intégral

  • 1 Pierre Toubert, « L’historien, sur la frontière », art. cit., p. 226.

« La zone frontalière est donc par essence une région de surinvestissement de la puissance publique... »1.

  • 2 P. Toubert, « Frontière et frontières : un objet historique », art. cit., p. 16.

1L’efficacité des lieux de frontière tient généralement à leur adaptation à l’état contemporain des techniques de guerre offensive et défensive2. Ils posent le problème récurrent de leur protection, qui doit être la plus optimale possible, à la fois par l’activité militaire et par la mise en défense. Ace titre, Malte devait être fortifiée dans le double but de résister aux attaques ennemies et d’affirmer à chacune des rives la preuve de son existence et de son efficacité.

2Presque entièrement dépourvue de fortifications au début du xvie siècle, l’île vivait depuis le Moyen Âge sur la défensive et dans la crainte des razzias musulmanes. Les autorités politiques maltaises n’avaient en effet jamais possédé de moyens financiers, techniques et humains suffisants pour consolider les littoraux. Dès son installation, l’Ordre avait également pris conscience de cette faiblesse, mais à la différence des « Universités », il était tenu, de par son serment de vassalité, d’assurer la défense de son fief. Pour ce faire, il possédait en tant qu’ordre guerrier, une bonne connaissance des techniques militaires, des contacts avec les ingénieurs les plus célèbres de l’époque, et disposait surtout des moyens financiers nécessaires aux grands travaux.

  • 3 Quentin Hughes, The building of Malta during the period of the Knights of St. John of Jerusalem (1 (...)
  • 4 Alison Hoppen, « The Knights Hospitallers and the defend of Malta », in Annales de l’Ordre souvera (...)
  • 5 Stefen C. Spiteri, Fortresses of the Knights, Malte, 2001.
  • 6 L’architettura a Malta dalla Preistoria all’Ottocento [Atti del XV Congresso di Storia dell’Archit (...)
  • 7 Roger de Giorgio, A City by an Order, Malte, 1985.

3Les travaux concernant les fortifications maltaises sont extrêmement nombreux et sont le fait d’historiens anglais et maltais. Aux études déjà anciennes de Quentin Hughes3, il faut ajouter celles, plus récentes et plus complètes, d’Alison Hoppen4 qui demeure une référence essentielle pour tout ce qui a trait aux fortifications de l’archipel, et de Stefen Spiteri5, qui dresse un état très précis de toutes les fortifications menées par l’Ordre de Saint-Jean au cours de son histoire méditerranéenne. Citons également le très utile colloque sur l’architecture maltaise depuis la préhistoire jusqu’au xixe siècle6, qui groupe plusieurs articles intéressants sur La Valette et les techniques de fortifications à l’époque des chevaliers. Enfin, nous pouvons évoquer le travail complet de Roger de Giorgio7 sur la construction de la cité de La Valette à la fin du xvie siècle. Notre objet dans ce chapitre ne consiste évidemment pas à résumer l’ensemble de ces études, qui sont du reste essentiellement descriptives, mais plutôt à analyser les fortifications comme une manifestation à la fois défensive et offensive de la frontière insulaire en construction.

  • 8 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 189.

4Au xvie siècle, Malte suivait en effet l’évolution générale des terres chrétiennes qui « se hérissent de forteresses face à l’Islam »8, et ou` la révolution du système bastionné permettait aux remparts de résister désormais aux feux de l’artillerie. Les travaux de construction ne furent toutefois pas d’égale intensité entre 1530 et 1575, du fait de l’indécision des chevaliers quant à leur résidence définitive à Tripoli ou à Malte, et du fait des événements militaires en Méditerranée, qui pouvaient freiner ou hâter les constructions. En un demi-siècle cependant, l’île de Malte devint une forteresse imprenable de l’Europe chrétienne.

LES CONDITIONS DES FORTIFICATIONS

LE CONTEXTE MÉ DITERRANÉ EN DES FORTIFICATIONS

5L’extraordinaire poussée de fortifications à Malte était liée d’abord à un contexte général d’évolution des techniques de guerre et de mise en défense de toutes les îles et tous les rivages chrétiens de la Méditerranée occidentale. L’arrivée de l’Ordre à Malte était à peu près contemporaine de la diffusion d’un nouveau système de protection qui s’était développé à la fin du Moyen Âge, le bastion. En 1530, le bastion était devenu un élément fondamental du dispositif militaire de défense en Europe, permettant de contrer les attaques d’artillerie et de répondre à l’utilisation massive du nouvel outil militaire qu’était le canon.

  • 9 Jean-François Pernot, « L’ingénieur moderne, les frontières et la défense », in C. Sodini (dir.), (...)

6Le bastion était une plate-forme en avant de la ligne de fortification, dont la forme la plus usitée au xvie siècle était celle d’un pentagone irrégulier, avec deux faces se touchant par un angle saillant, deux flancs et un dernier pan de mur ouvert sur l’intérieur du fort ou de la cité. Le bastion permettait d’abandonner la traditionnelle défense verticale qui avait longtemps prévalu à l’époque médiévale, pour des murs construits dans le but de dévier les tirs de canon. Il excluait en outre les angles morts et s’intégrait dans un ouvrage conçu avec un plan de circulation interne permettant une défense rationnelle9. L’atout principal du bastion polygonal résidait dans sa facilité de construction, qui justifia sa diffusion rapide dans toute l’Europe moderne et tout particulièrement le long des littoraux chrétiens du sud.

  • 10 Antoine-Marie Graziani, « Les ouvrages de défense en Corse contre les Turcs (1530-1650) », in La g (...)
  • 11 A.-M., Graziani, « Les ouvrages de défense en Corse... », art. cit., p. 84-85.
  • 12 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 177.
  • 13 Maria Raffaela Pessolano, « Il porto di Napoli nei secoli xvi-xviii », in Giorgio Simoncini (dir.) (...)
  • 14 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 178.

7La frange littorale méditerranéenne de l’Europe, dangereusement exposée aux razzias musulmanes et à un « péril turc » accru depuis la défaite chrétienne de Prévéza en 1538, devait en effet se doter au cours du xvie siècle d’un dispositif de protection impressionnant, fondé sur le nouveau système de fortification. Un peu partout, dans le sud de la péninsule italienne, en Sicile, en Corse, en Sardaigne, des travaux d’aménagement débutaient selon un double objectif de fortification des ports et d’aménagement de lignes de tours de guet côtières. En Corse, en réponse aux incursions barbaresques, des dizaines de tours de guet étaient hâtivement bâties à partir de 1530, le long du Cap Corse, dans la plaine del Campo dell’Oro, ou encore à proximité de la plaine de Liamone10. Des ingénieurs furent régulièrement requis pour prendre en charge les travaux de rénovation des anciennes places, de construction des nouvelles, et d’édification d’un système complet de défense. Au début des années 1540, un nouveau fort assurait ainsi une meilleure protection de Calvi, cependant que des travaux étaient entrepris dès 1551 pour fortifier Sartène et protéger le littoral des attaques de Dragut11. Dans tout le Mezzogiorno également, des travaux de fortification débutaient pour protéger les rives des royaumes de Naples et de Sicile. Le vice-roi de Naples, Pietro di Toledo, entreprit les fortifications de Reggio, Castro, Otrante, Leuca, Gallipoli, Brindisi, Monopoli, Trani, Barletta, Manfredonia, Vieste12 et surtout Naples, qui devait devenir un port solidement surveillé et pourvu d’un arsenal de fortes capacités13. Les travaux se poursuivirent au milieu du xvie siècle, pour répondre au danger que faisaient peser les razzias corsaires14.

  • 15 Giorgio Simoncini, « La Sicilia marittima tra xv e xix secolo », in G. Simoncini (dir.), Sopra i p (...)
  • 16 G. La Mantia, « La Sicilia e il suo dominio nell’Africa settentrionale dal secolo xi al xvi », in (...)
  • 17 Rodolfo Santoro, « Fortificazioni bastionate in Sicilia (xv e xvi secoli) », in Archivio storico s (...)
  • 18 G. Galasso (dir.), Storia d’Italia. La Sicilia...cit., p. 158.
  • 19 R. Santoro, « Fortificazioni bastionate in Sicilia... », art. cit., p. 196-198.
  • 20 R. Santoro, « Fortificazioni bastionate in Sicilia... », art. cit., p. 178.

8Dans le même temps, sous l’impulsion des vice-rois de Sicile Simone Ventimiglia (1534-1535) et Ferrante Gonzaga (1535-1543), les travaux de fortification, qui avaient connu un certain fléchissement dans les années 1520, reprenaient de manière plus intense15. Dès sa nomination, Ferrante Gonzaga s’était soucié de la défense des littoraux et avait financé la construction de 137 tours de guet dans les parties orientale et méridionale de l’île, per frenare le incursioni dei corsari che infestevano la Sicilia16. Il s’employait également à assurer la défense des ports les plus importants : Palerme (dont les remparts furent renforcés dès 1533)17, Milazzo, Trapani pour la côte nord, Messine, Syracuse, Augusta et Catane pour la côte est18. Parmi ceux-ci, la ville de Messine, en tant que lieu de stationnement des flottes chrétiennes, sicilienne, espagnole, pontificale, maltaise, fut l’objet d’une attention toute particulière. À l’embouchure du port, sur la langue de terre arrondie, nommée San Salvatore, fut édifié un fort contrôlant les entrées et les sorties des navires ; simultanément, la cité était entièrement ceinte de nouveaux remparts, qui venaient s’achever sur le port, de part et d’autre du fort San Salvatore19. Les travaux furent réalisés par plusieurs architectes, dont le Bergamasque Antonio Ferramolino, présent à Messine dès 153320, et qui devait s’illustrer également dans les travaux réalisés à Malte dès 1535.

  • 21 Corrado Gallo, « Momenti ed aspetti della politica difensiva del Vicerè de Vega in Sicilia », in A (...)
  • 22 Lorenzo Mannino, « Le incursioni barbaresche nell’Italia meridionale nel ’500 e nel ’600 », in Per (...)

9La constante menace musulmane, surtout dans les années 1550 ou` plusieurs présides de l’Afrique du Nord – Tripoli, Mahdia – étaient désormais sous l’autorité de Dragut, faisait craindre une invasion imminente de la Sicile et motiva le grand effort de fortifications accompli par le vice-roi De Vega, successeur immédiat de Ferrante Gonzaga. Sous l’impulsion de l’ingénieur Pietro Prato21, futur ingénieur de l’Ordre à Malte, les fortifications de Messine, Taormine, Catane, Agrigente, Trapani, Palerme, Milazzo et Mazara, ainsi que certaines localités intérieures comme Castrogiovanni (aujourd’hui Enna), Piazza Armerina, Nicosia et Mistretta, furent érigées ou consolidées22.

  • 23 A. Hoppen, The Fortification of Malta by the Order of Saint John (15301798), Malte, 1999 (1ère édi (...)

10En avant-poste de la Sicile, Malte ne pouvait échapper à ce vaste mouvement et devait bénéficier, du fait de son retard, des systèmes de défense, des techniques de construction les plus performants et des ingénieurs les plus efficaces. À Malte, toute la fortification fut dominée par l’utilisation d’un système défensif bastionné, efficace et rapide à construire, qui permit de rattraper le retard de l’île en matière de mise en défense23. Pour ce faire, l’Ordre n’avait d’autre choix qu’un surinvestissement financier, technique et humain. En moins d’un demi-siècle, un effort considérable fut fourni.

LE RÔLE DE L’ORDRE

Le financement des travaux

  • 24 A. Hoppen, The Fortifications of Malta... cit., p. 242.
  • 25 AOM 417, f° 271r., 12 décembre 1539.
  • 26 AOM 419, f° 216r., 9 novembre 1543.
  • 27 AOM 423, ff° 206v.-207r., 25 janvier 1552.

11Le financement des fortifications représenta au cours du siècle une ponction très forte sur les revenus de l’Ordre. Un budget particulier, régulièrement alimenté par un prélèvement variable sur les responsions, constituait la Cassa della fortificazione chargée du paiement et du contrôle des travaux24. Il est malheureusement impossible de dresser une évaluation globale du coût des fortifications car les comptes de la Caisse de fortification sont introuvables ; il apparaît indéniable que l’investissement de l’Ordre dans la fortification de son île fut énorme. Pour ravitailler sa caisse de financement, l’Ordre avait la possibilité de payer lui-même les travaux, ou bien de recourir à des fonds extérieurs en sollicitant l’aide des puissances chrétiennes. La plus grosse part du budget des fortifications de l’Ordre venait évidemment de ses commanderies. Elle correspondait souvent à la totalité des fonds de certaines Langues : par exemple, les responsions de la Langue d’Allemagne furent par deux fois, en 153925 et en 154326, entièrement utilisés pour financer les constructions à Tripoli et Malte. De la même manière, en 1552, sur la demande du Grand Maître français Claude de la Sengle, le Conseil vota à l’unanimité l’utilisation complète des responsions de toutes les commanderies françaises pour soutenir l’effort de guerre et la reprise des fortifications à Malte27.

  • 28 AOM 92, f° 220v., 3 novembre 1570.
  • 29 AOM 93, f° 6r., 5 mars 1571.
  • 30 AOM 93, f° 63v., 30 mai 1572.
  • 31 AOM 95, f° 246v., 4 avril 1581.

12Lorsque cet apport financier ne suffisait pas, l’Ordre avait recours au prélèvement de taxes extraordinaires sur ses commanderies. L’investissement des Langues dépendait de leurs capacités au moment de la demande, ou bien de la nature des travaux. Pour des travaux précis qui ne concernaient qu’une Langue en particulier, le paiement était demandé seulement aux commanderies de la Langue en question. La construction des Auberges de la nouvelle cité de La Valette fut de la sorte financée par leurs Langues respectives : en 1570, la Langue de France paya une taxe pour la construction de son Auberge28, en 1571, ce fut le tour de la Langue d’Italie29, puis en 1572, des Langues d’Aragon et de Castille30, cependant qu’en 1581, les prieurés de Toulouse et de Saint-Gilles étaient sollicités pour hâter l’achèvement des travaux de l’Auberge de Provence31...

  • 32 AOM 88, ff° 98v.-99v., 12 octobre 1551.
  • 33 AOM 88, f° 107r., 8 janvier 1552.
  • 34 AOM 90, f° 19r., 17 juin 1558.
  • 35 AOM 91, f° 25r., 21 juin 1561.
  • 36 AOM 91, f° 78r., 18 septembre 1562.
  • 37 AOM 91, f° 144r., 10 février 1565 ; Bosio, III, p. 495 : « il Consiglio [...] impose sopra tutti i (...)
  • 38 AOM 88, ff° 98v.-99v., 12 octobre 1551 ; AOM 91, f° 78r., 18 septembre 1562.
  • 39 AOM 90, f° 19r., 17 juin 1558 ; AOM 91, f° 25r., 21 juin 1561 ; AOM 91, f° 144r., 10 février 1565.

13Mais en général, depuis la perte de Tripoli et la razzia de Gozo au milieu du siècle, qui avaient entraîné un brusque essor de la fortification, toutes les Langues étaient également imposées pour financer les travaux. Ainsi, en 1551, pour la première fois, le Grand Maître Juan de Homedès avait ordonné que 30 000 écus supplémentaires fussent recueillis sur l’ensemble des Langues, exceptées la Langue d’Allemagne, en manque de ressources, et celle d’Angleterre qui avait disparu32. Les premières sommes recueillies devaient permettre d’entamer la construction du fort Saint-Elme, au mois de janvier 155233. Ces prélèvements extraordinaires se multiplièrent avec l’avancée des travaux, au point de devenir réguliers. De sorte qu’en 155834, puis en 156135, 156236 et 156537, l’Ordre réclama chaque fois le versement par ses commanderies de 30 000 écus supplémentaires, pour l’exclusif financement de la fortification de l’île. En règle générale, l’urgence des travaux imposait aux Langues un temps relativement court, de sept38 à douze mois39, pour s’a quitter entièrement de leur paiement.

  • 40 AOM 92, f° 26v., 2 septembre 1567 ; Bosio, III, p. 800 : « ...il Gran Maestro levò dal collo a tut (...)
  • 41 AOM 93, f° 68r., 11 juillet 1572 ; Dal Pozzo, I, p. 62.

14Les taxes extraordinaires pouvaient pourtant se révéler insuffisantes et l’Ordre se trouvait contraint de recourir aux dernières nécessités. Ce fut le cas en 1567, lorsque, impuissant à assurer la construction des bâtiments de la nouvelle cité de La Valette, il demanda à tous ses membres de se dépouiller de leurs bijoux et croix d’or ou d’argent, pour les transformer en monnaie40. Pareillement, en 1572, l’Ordre aux abois se trouvait dans l’obligation de renflouer les caisses de son Trésor en vendant trois de ses grandes forêts françaises (dont la commanderie de Vandenure et celle de Troyes) pour financer la construction de La Valette. La vente des trois commanderies rapporta la coquette somme de 30 000 écus41.

  • 42 AOM 431, ff° 232v.-233r., 6 mai 1566.
  • 43 AOM 431, f° 217r., 24 octobre 1567.
  • 44 AOM 92, f° 169r., 10 septembre 1569.
  • 45 AOM 431, f° 248v., 12 février 1567.
  • 46 AOM 431, f° 266v., 19 juillet 1567.
  • 47 AOM 433, f° 252v., 9 septembre 1570.

15Enfin, outre tous les prélèvements ordinaires et extraordinaires sur les commanderies, l’Ordre avait toujours la possibilité dont il usait sans vergogne, de faire appel aux financements extérieurs. Ses interlocuteurs privilégiés demeuraient les vice-rois de Naples et de Sicile ainsi que le Saint-Siège. Par exemple, en 1566, un chevalier fut envoyé par le Conseil auprès des cours de Sicile et de Naples, et auprès du Pape, pour demander une aide financière. Le chevalier avait pour consigne de revenir à Malte chargé de 30 000 écus d’or, prélevés pour moitié sur les commanderies d’Italie et pour moitié offerts par les vice-rois et par le Pape42. L’année suivante, l’accélération des fortifications et de la construction de La Valette nécessitait la somme de 50 000 écus, que des commissaires avaient ordre de prélever en partie sur les commanderies, tandis qu’un peu moins de la moitié de la somme devait être versée par le vice-roi de Naples et par le Pape43. Enfin, en 1569, le Pape offrait 30 000 écus à l’Ordre pour aider à la construction de La Valette44. D’autres princes chrétiens pouvaient également se montrer généreux donateurs. En août 1566, le roi Sébastien du Portugal offrit 30 000 cruzados, pour aider à la construction de La Valette45. Pareillement, en 1567, le roi de France Charles IX accorda à l’Ordre, pour l’aider dans ses travaux, la somme de 55 000 livres tournois, qui furent prélevées graduellement, à raison de 35 000 livres en 156746, puis de 20 000 livres en 157047.

16L’investissement de l’Ordre en moins d’un demi-siècle, avait donc été très important et avait souvent représenté pour lui un gouffre financier : il n’avait pas hésité, dans les conjonctures plus difficiles, à mettre en vente ses propres terres pour mener à bien ses travaux. En outre, durant tout le xvie siècle, aucune taxe importante ne fut prélevée sur le peuple maltais trop pauvre ; l’investissement de celui-ci dans l’aménagement et la défense de son île consista exclusivement en une participation humaine. Les fortifications nécessitaient en effet un investissement matériel et humain important ; elles imposaient une organisation sans faille, pour ravitailler les chantiers en matériaux de construction et pour gérer une main d’œuvre nécessairement importante, composée d’ingénieurs italiens, de maçons maltais et étrangers, de soldats, de forçats et d’esclaves, qu’il fallait nourrir, héberger ou rémunérer.

Les moyens humains

a) Le personnel d’encadrement : ingénieurs et maîtres d’œuvre

  • 48 A. Hoppen, The Fortifications of Malta... cit., p. 285-289.
  • 49 AOM 432, f° 250v., 25 avril 1569. À cette date, Girolamo Cassar était déjà membre et architecte of (...)
  • 50 Bosio, III, p. 140 et p. 198.
  • 51 AOM 422, f° 225r., 12 août 1551.
  • 52 AOM 90, f° 13v., 17 juin 1558.
  • 53 AOM 428, f° 268v., 16 juin 1559.

17Au sein du personnel au service de l’Ordre, les ingénieurs tenaient une place de premier plan. Ils étaient pour une forte majorité originaires de la péninsule italienne, et sur les 14 ingénieurs employés à Malte entre 1530 et 158048, 13 était italiens et un seul, le célèbre Girolamo Cassar49, était maltais. Ils étaient pour la plupart envoyés par le vice-roi de Sicile (Antonio Ferramolino venu à Malte en 153550, Pietro Prato venu en août 155151), par le pape (Francesco Laparelli, venu en 1566) ou par le roi d’Espagne (tous les ingénieurs envoyés pour inspecter l’avancement des travaux de La Valette, après 1566). Certains relevaient également de princes italiens, comme Bartolomeo Genga envoyé à Malte en juin 1558 par le duc d’Urbin52, ou bien Baldassare Lanci, envoyé en juin 1559 par le duc de Florence53.

  • 54 A. Hoppen, The Fortifications of Malta... cit., p. 218-219.
  • 55 AOM 88, f° 110r., 22 février 1552.

18Tous ces ingénieurs n’étaient pas nécessairement employés ou rémunérés par l’Ordre, et demeuraient généralement au service de leur employeur principal. Certains pouvaient toutefois être directement au service des chevaliers, comme Evangelista Menga, qui, en tant qu’ingénieur résident, était rémunéré 300 écus par an entre 1560 et 1567, ou le célèbre Francesco Laparelli qui percevait un salaire plus élevé de 800 écus par an durant tout son séjour à Malte, de juin 1566 au mois d’avril 156854. Les ingénieurs étaient les chefs des travaux et l’Ordre veillait scrupuleusement à leur bonne installation dans l’île, ou au respect qui leur était dû. Après une querelle entre un chevalier et l’ingénieur Pietro Prato en février 1552, le Conseil condamna le chevalier à plusieurs mois de prison pour s’être opposé à l’ingénieur et avoir de la sorte nui à son travail55.

  • 56 AOM 88, f° 123v., 11 août 1552.

19Les ingénieurs avaient pour charge de visiter les sites, d’établir les plans de construction et de surveiller les premiers avancements des travaux. Ils étaient secondés dans cette tâche par des commissaires aux fortifications, qui étaient des chevaliers élus par le Conseil, responsables de la surveillance de la besogne. Ainsi, en 1552, trois commissaires avaient été délégués par le Conseil et le Grand Maître pour inspecter l’avancement des travaux sur le fort Saint-Michel et le bon fonctionnement du chantier56. Car l’immense chantier que fut le port de Malte au xvie siècle supposait évidemment une main d’œuvre en grand nombre, commandée par des chefs de travaux.

  • 57 A. Hoppen, « Military priorities and social realities in the early modern Mediterranean : Malta an (...)
  • 58 AOM 419, f° 212v., 12 octobre 1543.
  • 59 AOM 419, f° 213v.
  • 60 AOM 419, f° 213v.
  • 61 A. Luttrell, « Malta and Rhodes », in V. Mallia-Milanes (dir.), Hospitaller Malta... cit., p. 262.
  • 62 AOM 89, f° 34r., 5 février 1555.

20La fonction de maestro d’opere, qui était très recherchée car importante57, consistait en l’organisation du travail des nombreux maçons et employés du chantier. C’était un Rhodien, Nicolas Flevari, qui fut le premier maître d’œuvre de l’Ordre à Malte. Il avait abandonné sa famille à Rhodes en 1522, pour suivre l’Ordre dans son exil, remplissait la fonction de maître d’œuvre en 1543 et était chargé par le Grand Maître de former, avec l’aide de certains maçons spécialisés, plusieurs esclaves au travail de construction de forteresses, de terrasses, de routes et de citernes58. La fonction de maître d’œuvre était évidemment moins rémunératrice que celle d’ingénieur, et au milieu des années 1540, Nicolas Flevari touchait un salaire de 5 écus par mois et 3 salmes de blé, qu’il jugeait d’ailleurs fort insuffisant59. Ayant menacé le Conseil de regagner son île natale s’il n’était pas augmenté, il obtint gain de cause et un écu de plus par mois60, avant d’être nommé par l’Ordre protomaestro de l’architecture en 154761. En 1555, il était toujours en activité, comme assistant direct de l’ingénieur Nicolò Bellavanti sur les remparts de l’Isola de la Sengle62.

b) La main d’œuvre

  • 63 A. Hoppen, The Fortifications of Malta... cit., p. 228, n. 36, qui s’appuie sur le Codex Laparelli (...)
  • 64 AOM 88, f° 107v., 23 janvier 1552 : » che con ogni diligentia vadano per tut-ta l’isola et faccian (...)

21Les hommes employés sur les chantiers de Malte étaient très nombreux : à la fin des années 1560, près de 4 000 ouvriers travaillaient journellement à la construction de La Valette, selon l’estimation de l’ingénieur Laparelli63. Sachant que la population de l’île à cette période s’élevait à environ 25 000 âmes, on perçoit la mobilisation humaine que représentèrent les travaux de fortifications ! La main d’œuvre locale était employée en priorité et généralement contrainte de s’exécuter. Des commissaires étaient régulièrement envoyés pour recenser tous les habitants du port et de l’île aptes aux travaux manuels, qui étaient enrôlés de force : en janvier 1552 par exemple, deux chevaliers parcoururent Malte pour dresser le compte de tous les hommes valides, âgés de 12 à 60 ans, qui devaient être emmenés sur le champ dans le port, pour travailler aux fortifications64.

  • 65 Bosio, III, p. 323.
  • 66 AOM 430, f° 279v., 15 janvier 1566.
  • 67 AOM 431, f° 237r., 8 août 1566.

22Toutefois, lorsque la main d’œuvre locale venait à manquer, l’Ordre avait toujours la possibilité de recourir à des ouvriers étrangers, qui étaient la plupart du temps, recrutés dans les Royaumes de Naples et de Sicile. En 1552, la construction des forts Saint-Elme et Saint-Michel, cumulée au manque d’hommes avait ainsi contraint à faire appel à la main d’œuvre sicilienne65. De même, en 1566, pour entamer la construction des remparts de La Valette, le Grand Maître supplia le roi d’Espagne et le vice-roi de Sicile d’autoriser l’Ordre à recruter dans le Royaume 3 600 sapeurs et 3 000 soldats ; Laparelli s’était en effet engagé à construire l’enceinte urbaine en trois mois, à la seule condition de disposer d’une main d’œuvre très abondante66. Puis en août de la même année, l’Ordre engagea encore 1 200 hommes de force dans les Royaumes de Naples et de Sicile, pour travailler à Malte sur les chantiers67.

  • 68 Quentin Hughes, Fortress. Architecture and Military History in Malta, Malte, 2001 (1ère édition, L (...)
  • 69 AOM 431, f° 233r., 6 mai 1566.
  • 70 AOM 431, f° 237r., 8 août 1566
  • 71 AOM 94, f° 70v., 6 octobre 1575.

23Mais l’emploi de la main d’œuvre libre, maltaise comme étrangère, s’avérait fort onéreux pour le Trésor. Les ouvriers étaient transportés aux frais de l’Ordre depuis Naples ou la Sicile et recevaient un salaire hebdomadaire, voire une prime lorsqu’ils acceptaient de travailler un jour de fête. En cas d’accident ou de maladie, ils devaient être soignés gratuitement à la Sacrée Infirmerie68. En conséquence, le Conseil calcula en 1566 que, sans le prélèvement d’une taxe extraordinaire de 30 000 écus d’or sur ses commanderies69, il se trouverait dans l’incapacité de rémunérer son personnel et de nourrir tous les ouvriers étrangers résidant dans le port70. La gestion de ce personnel nombreux exigeait de fait un contrôle de plus en plus strict, que les chevaliers mirent en place progressivement ; à partir de 1575, l’emploi d’un nouvel ouvrier devait désormais être soumis à l’approbation des commissaires des travaux71.

  • 72 AOM 287, Ordonnance de 1539, f° 43v. : « che detti schiavi saranno ricercati alli servitii delle m (...)
  • 73 AOM 87, f° 102v., 18 janvier 1547.
  • 74 AOM 88, f° 116r., 12 avril 1552 : « ...desiderando che l’opere incominciate si finiscano con ogni (...)
  • 75 AOM 94, f° 107v., 7 avril 1576.

24Il apparaissait dès lors financièrement plus intéressant d’utiliser un personnel gratuit, en la personne des forçats et des esclaves maltais. Depuis 1539, tous les esclaves de terre, publics comme privés, étaient contraints de participer à divers travaux de construction ou de réfection d’édifices72. Les esclaves de rame pouvaient même être exceptionnellement requis en cas de forte nécessité. Ce fut notamment le cas en 1547, lorsque le Conseil donna ordre d’employer, pour accélérer les travaux sur le fort Saint-Ange, tous les esclaves des particuliers et de l’Ordre, qu’ils fussent de terre ou de rame ; ne devaient demeurer que 50 esclaves sur chaque galère, pour assurer un service minimal73. Puis en 1552, tous les esclaves publics et privés, furent recensés par des commissaires et de nouveau assignés aux constructions74. Enfin, à partir de 1576, les esclaves de Malte devaient être régulièrement appelés pour creuser, curer et restaurer le Grand Fossé séparant La Valette du reste du Mont Sciberras75.

  • 76 AOM 88, f° 107v., 3 février 1552.
  • 77 AOM 88, f° 121r., 8 juin 1552.

25Au plus fort des travaux, les chiourmes étaient aussi fréquemment sollicitées, qu’elles fussent de l’Ordre ou de chevaliers propriétaires de galères. Ainsi, en février 1552, la totalité de la chiourme – buonavoglie, forçats, esclaves – de la galère du Prieur Leone Strozzi, qui était arrivée à Malte deux mois auparavant, fut employée aux travaux de fortification76. Quelques mois plus tard, les travaux n’ayant pas avancé assez vite au gré du Conseil, les chiourmes de toutes les galères du port furent désormais employées aux fortifications77. Mais outre un besoin pressant en main d’œuvre, les travaux de fortifications du port et de l’île exigeaient également des matériaux et des outils en grand nombre et de qualité. Exception faite de la pierre, ceux-ci manquaient à l’archipel et devaient bien souvent être importés d’Europe.

LES MATÉRIAUX ET OUTILS DE CONSTRUCTION

  • 78 Bosio, III, p. 788.
  • 79 Q. Hughes, The building of Malta during the period of the Knights of St John of Jerusalem (1530-17 (...)

26Le matériau principal des fortifications maltaises était la pierre, dont l’archipel était heureusement fort bien pourvu. Il s’agissait d’un calcaire particulier, nommé franka, tendre et solide à la fois, d’une couleur jaune pâle, qui se travaillait facilement et se prêtait extrêmement bien à la construction. Les blocs de pierre étaient extraits de plusieurs carrières, parfois à l’aide d’explosifs78. Le seul inconvénient de cette roche venait de ce qu’elle était friable et pouvait se décomposer au contact du vent marin qui détruisait la couche protectrice de calcin ; pour les édifices les plus exposés, un calcaire plus solide encore, le zonqor, était donc parfois utilisé79. Les pierres étaient retenues entre elles par un mortier traditionnel maltais, composé de chaux, d’eau et de sable, qui pouvait également s’effriter lors d’expositions prolongées à l’air salé.

  • 80 S. Fiorini, « Malta in 1530 », art. cit., p. 176.
  • 81 AOM 416, f° 218r., 12 mai 1537.
  • 82 AOM 419, ff° 222v.-223r., 13 août 1544.
  • 83 AOM 418, f° 189v., 30 juin 1542 ; AOM 418, f° 200v., 19 janvier 1543 ; AOM 419, f° 196r., 19 décem (...)
  • 84 AOM 426, ff° 255r.-255v., 21 janvier 1557.
  • 85 AOM 420, ff° 112r.-112v., 16 juin 1547 ; AOM 422, f° 206v., 27 février 1550.
  • 86 AOM 416, f° 218r., 12 mai 1537.
  • 87 Enzo Sipione, Economia e società nella Contea di Modica (secoli xv-xvi), Messine, 2001, p. 51.
  • 88 AOM 465, f° 306r., 15 novembre 1635. L’archive mentionne explicitement l’extraction de « legnami d (...)
  • 89 AOM 432, ff° 249r.-249v., 1er avril 1569.
  • 90 AOM 417, ff° 257r.-257v., 11 juin 1539 ; AOM 432, f° 218r., 6 septembre 1569.
  • 91 AOM 429, f° 246r., 30 novembre 1561 ; AOM 432, f° 218r., 6 septembre 1569.
  • 92 AOM 432, ff° 249r.-249v., 1er avril 1569.
  • 93 AOM 428, f° 270v., 20 juin 1560 ; AOM 432, ff° 233r.-233v., 7 octobre 1568.

27Le bois, autre principal matériau de construction, était entièrement importé. L’archipel n’en produisant pratiquement plus au xvie siècle, l’Ordre devait chercher en Sicile et en Calabre, le bois d’olivier ou de châtaignier nécessaire à ses travaux. Le bois sicilien était déjà fort utilisé par les Maltais à la fin du Moyen Âge80 ; au xvie siècle, il était chargé au choix dans les ports de Catane81, Palerme82, Syracuse83, Messine84 ou encore ceux de Pozzallo85 et de Scicli86 dans le comté de Modica très boisé87 et grand pourvoyeur de l’Ordre. Quant au bois de Calabre, il était régulièrement extrait de la petite forêt de la Sila88, sous forme brute89 ou déjà travaillée90. Les chevaliers pouvaient aller le chercher sur place directement91, comme en 1569, ou` l’Ordre expédia en Calabre un maître d’aisse, pour aller chercher une grosse cargaison de bois calabrais destiné à la fois à l’arsenal et à la construction de La Valette92. Mais le bois pouvait également être conduit depuis la Calabre jusqu’à un port sicilien (Messine93), afin que les navires maltais pussent plus commodément aller le chercher.

  • 94 AOM 431, f° 253v., 20 mai 1567 ; AOM 432, f° 218v., 15 octobre 1569 ; AOM 433, ff° 258r.-258v., 31 (...)
  • 95 AOM 431, f° 253v., 20 mai 1567.
  • 96 AOM 433, f° 249r., 19 juillet 1570 (réception de 14 barils de poudre de Venise).
  • 97 AOM 422, ff° 218r.-218v., 1er avril 1551 ; AOM 423, f° 207r., 25 janvier 1552 ; AOM 423, ff° 216v. (...)
  • 98 AOM 432, f° 251r., 6 mai 1569 (achat de 50 hallebardes et de 1 600 piques).
  • 99 AOM 426, f° 255v., 21 janvier 1557.
  • 100 AOM 427, f° 260r., 23 décembre 1558.

28L’effort de mise en défense de l’archipel contraignait également l’Ordre à importer des outils de construction et des armes en quantité accrue pour défendre les nouveaux remparts ou les nouveaux forts. Les outils en fer arrivaient essentiellement de Venise94 : en mai 1567 par exemple, l’Ordre avait reçu une importante cargaison de 773 pioches en fer et 159 masses95. Quant aux armes et à la poudre (ou salpêtre), elles pouvaient également venir de Venise96, soit être achetées dans le Royaume de Sicile97, ou plus rarement dans celui de Naples98. Parfois, les armes venaient d’ailleurs et étaient expédiées en Sicile pour le service exclusif des chevaliers : en 1557, les navires de l’Ordre allèrent ainsi récupérer à Messine plusieurs caisses d’armes venues de Milan99, puis en 1558, ils récupérèrent une cargaison de 200 quintaux de plomb venus de Carthagène100.

29L’investissement de l’Ordre dans l’effort de construction et de protection de son archipel apparaissait donc considérable, reflétant l’importance des travaux eux-mêmes, qui furent réalisés en un peu moins d’un demi-siècle. Petite île peu peuplée, pratiquement dépourvue de fortifications et de villes importantes, Malte devait devenir à la fin du xvie siècle, grâce à l’Ordre, un exemple d’architecture moderne et militaire. L’île trouvait ainsi une place désormais naturelle au sein des autres îles fortifiées de Méditerranée qui jalonnaient la frontière chrétienne. Les travaux concernèrent quelques lieux clés : outre le préside de Tripoli rapidement perdu et les petites forteresses de Mdina ou de Gozo tardivement bâties, ce fut le port de Malte, avec les cités de Birgù et de Senglea, les forts de Saint-Ange, Saint-Michel et Saint-Elme, qui connut les plus profonds bouleversements.

LES FORTIFICATIONS

30Dès les premières années de l’installation de l’Ordre à Malte, les travaux concernèrent les lieux mêmes ou` le Couvent devait résider. L’aménagement de Tripoli ou de Birgù obéit d’abord à des impératifs de simple aménagement, surtout à Malte, ou` tout était pratiquement à construire, avant que l’Ordre n’entamât réellement la fortification des lieux. Et si le port de Malte connut les plus profonds bouleversements, durant les vingt années ou` le préside fut en leur possession, Tripoli demeura le cœur des préoccupations de l’Ordre.

Le préside de Tripoli

  • 101 Bosio, III, p. 29.

31Lorsque les chevaliers en héritèrent en 1530, Tripoli était un préside particulièrement mal tenu. Il suffit de se rappeler le rapport dressé par les huit chevaliers envoyés en reconnaissance en 1524, pour se faire une idée précise de l’état déplorable de la place : les fortifications menaçaient en maints lieux de s’écrouler et les maisons étaient en ruines, la cité était faiblement protégée par un mur d’une hauteur de 2,5 mètres, poco resistente alle artiglierie, senza baluardi, con fossati stretti e poco profondi101 ; enfin, une petite forteresse, érigée par les Espagnols, défendait le tout et commandait l’entrée du port.

  • 102 AOM 415, f° 227v., 17 janvier 1532.
  • 103 Andrew Paul Vella, « The relations between the Order of Malta and Tripoli », art. cit., p. 360.
  • 104 AOM 415, ff° 246v.-248r., 10 juin 1533.
  • 105 Bosio, III, p. 85.
  • 106 Stefen C. Spiteri, Fortresses of the Knights, Malte, 2001, p. 220.

32L’Ordre avait donc fort à faire dans son nouveau préside et peu de temps après les premiers ravitaillements d’urgence en denrées, munitions, armes et soldats102, le Grand Maître fit appel, si l’on en croit Bosio, à un ingénieur, Piccino, venu à Malte en 1533, qui soumit le projet de construction d’une forteresse pour protéger le port103. Une enquête fut ordonnée et menée par le gouverneur du préside en juin 1533, destinée à dresser l’état du fort et de l’artillerie, ainsi que les besoins en constructions nouvelles104. Au terme de l’enquête, l’ensemble des travaux envisagés fut évalué à 25 000 écus, ce qui fut jugé excessif par le Conseil qui envisagea de demander assistance à l’Espagne105. Les suppliques du Grand Maître à Charles Quint n’aboutissant pas, les travaux furent entrepris assez mollement, l’Ordre centrant ses efforts sur la simple réfection des remparts en ruines : ainsi, en 1536, le gouverneur de la place, le chevalier Georg Schilling se contenta de faire percer les murailles, pour les doter de nombreuses meurtrières106.

  • 107 AOM 417, f° 268r., 24 octobre 1539.
  • 108 Bosio, III, p. 188.
  • 109 A. P. Vella, « The relations between the Order of Malta and Tripoli », in Lybia in History. Histor (...)
  • 110 AOM 417, ff° 271r.-271v., 12 décembre 1539 : « La grandissima dispesa che facemo in queste armate (...)
  • 111 A. P. Vella, « The relations between the Order of Malta and Tripoli », art. cit., p. 358.
  • 112 S. C. Spiteri, Fortresses of the Knights... cit., p. 221.

33Les craintes de l’Ordre se ravivèrent brusquement sous la menace qu’exerçaient conjointement Barberousse et Mûrad Aghâ installé à Tajura. Le 24 octobre 1539, une missive soucieuse du Grand Maître à Charles Quint révélait que si la ciudad de Tripoli no se redificasse y fortalesciesse de mas, jamás el castillo se podría defender de los enemigos107. Le chevalier portant la lettre devait également montrer à l’Empereur des dessins apportant la preuve du manque de fortification du préside108 et le supplier de permettre à l’Ordre d’abandonner la défense de Tripoli109. Charles Quint refusa et exhorta les chevaliers à redoubler d’efforts pour fortifier et tenir le préside. En conséquence, le Conseil de l’Ordre décida le 12 décembre d’utiliser les responsions de la Langue d’Allemagne pour financer l’exclusif l’entretien des fortifications de Tripoli, et les nouvelles constructions de Malte110. Les chevaliers entreprirent donc de rebâtir le Castello et de construire deux nouveaux bastions, l’un faisant face à l’Est, le Saint-Georges, et l’autre faisant face à la cité, le Saint-Jacques. Une plate-forme, la Sainte-Barbara, permettait aux soldats de se rendre d’un bastion à l’autre111. Enfin, le vieux fort fut aménagé, tandis qu’une nouvelle chapelle était construite pour le service de l’Ordre112.

34Cependant, ces travaux apparaissaient bien dérisoires au milieu du siècle et les brêches mal colmatées des remparts n’empêchèrent pas les soldats de Dragut d’investir la place en 1551. Si les chevaliers avaient été un temps tentés de concentrer leur effort militaire sur leur préside, ils furent vite contraints après sa perte de s’intéresser de nouveau à Malte, ou` des travaux avaient été menés dès l’origine, pour faciliter l’établissement du Couvent à Birgù.

LE PORT DE MALTE

Les balbutiements de l’installation

  • 113 A. Williams, « The Constitutional Development of the Order of St John in Malta (1530-1798) », in V (...)

35Depuis Rhodes, les Hospitaliers étaient passés du statut d’ordre guerrier terrestre à celui d’ordre naval113. Ce furent donc ses activités maritimes qui motivèrent son choix d’un emplacement de résidence dans le port de Malte, au sein de la petite cité de Birgù, plutôt qu’au cœur de l’île, dans la capitale de Mdina. Cet emplacement présentait en outre l’avantage d’installer les chevaliers loin de la noblesse maltaise, regroupée autour de Mdina. Entre 1530 et 1533, doublement empêché par sa participation régulière aux expéditions chrétiennes et par l’inévitable désordre consécutif à la prise de contact avec une terre nouvelle, convaincu en outre du caractère temporaire de sa présence dans l’archipel, l’Ordre s’était exclusivement consacré à l’édification des bâtiments nécessaires à son service. On imagine sans peine les difficultés rencontrées par les chevaliers à Birgù, cette cité faiblement peuplée et tout juste abritée par le Castello a mare en ruines ; les premiers mois, l’Ordre campa plus qu’il ne résida réellement dans son nouveau fief.

  • 114 AOM 286, f° 38v., Chapitre-général de 1533 : « ...centi habitatione et mansione Conventus construe (...)
  • 115 N. Vatin, L’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem... cit., p. 362.
  • 116 Bosio, III, p. 111.
  • 117 A. Hoppen, « Military priorities and social realities in the Early Modern Mediterranean... », art. (...)
  • 118 Bosio, III, p. 89. Ce Palais servit finalement de résidence aux Grands Maîtres, jusqu’à la constru (...)

36L’urgence était à l’aménagement des lieux de vie familiers, destinés à abriter le Couvent et à rappeler ses fonctions originelles d’ordre monastique (les Auberges), hospitalier (la Sacrée Infirmerie) et militaire (les murailles ou l’Armurerie). Il fallait en outre songer à assurer l’hébergement des nombreux Rhodiens qui avaient suivi l’Ordre. Tout cela supposait la construction d’une centaine d’habitations au total, qui n’étaient pas encore achevées lors du Chapitre-Général de 1533114. Chaque fois que cela lui fut possible, l’Ordre utilisa des bâtiments déjà existants. Ainsi, il fit immédiatement de la petite église de Saint-Laurent son église conventuelle et y entreposa ses biens les plus précieux : de riches tapisseries représentant des scènes de la vie de l’Ordre, la main de saint Jean-Baptiste115 et l’icône de Notre-Dame de Philermos116. Le Couvent choisit aussi de s’installer dans le Castello a mare (rebaptisé Fort Saint-Ange)117, seul bâtiment apte à le protéger. Puis, dès le mois de novembre 1530, l’Ordre fit débuter des travaux concernant l’érection, au sein même du fort, d’un Palais magistral pouvant servir à la fois de lieu de résidence du Grand Maître et de lieu de réunion des Conseils et du Chapitre-Général118.

  • 119 Bosio, III, p. 100.
  • 120 AOM 85, f° 104r., 17 août 1532 (« In Albergia Nova Venerande Linguæ Provinciæ Burgo Melitæ... »).
  • 121 Bosio, III, p. 100-101.
  • 122 Bosio, III, p. 101. Selon l’auteur, en souvenir de l’événement, cette langue de terre fut baptisée (...)
  • 123 AOM 287, f° 43v.

37Mais les Auberges des Langues, la Sacrée Infirmerie, la Prison des Esclaves, le port pour abriter la flotte et les remparts urbains devaient être construits ex nihilo. Dès le mois de février 1531, des travaux furent donc entrepris pour l’édification des Auberges des Langues119. Ces travaux devaient aboutir rapidement et en 1532, certaines des Auberges étaient déjà entièrement bâties, comme en témoigne un procès qui se déroula en août1532, dans la nouvelle Auberge de Provence120. L’année 1531 fut également marquée par la construction d’une Prison des Esclaves. L’absence de Prison entre 1530 et 1531 avait contraint l’Ordre à conserver des esclaves à ses côtés, dans le fort Saint-Ange. Si l’on en croit Bosio, le danger de cette situation était apparu pleinement lors d’une révolte servile en juillet 1531, ou` seize esclaves s’étaient enfuis par les brêches des murailles de la forteresse121. Ils avaient ensuite ouvert les portes des prisons, tué les gardiens et s’étaient rendus maîtres des lieux. La répression qui s’ensuivit fut à la mesure de la peur de l’Ordre : les meneurs furent tous suppliciés et leurs corps exposés sur des piques à l’embouchure du port122. L’anecdote rapportée par Bosio peut plonger dans l’expectative, car les archives ne font nullement écho de cet événement. Il est exact toutefois que l’Ordre entreprit la construction d’une Prison des Esclaves au début des années 1530, dont la présence est formellement attestée lors du Chapitre-Général de 1539, lorsque ordre fut donné à des commissaires de contrôler tutte le carcere della Prigione nelle quali li schiavi sono detenuti123.

  • 124 Bosio, III, p. 118 : « ...Gloriandosi e facendo questa Sacra Militia, particolar professione di se (...)
  • 125 AOM 85, f° 117r., 3 juillet 1533 : « ...deputaverunt... de Belle Croix et de Salles et Montsenis p (...)
  • 126 Bosio, III, p. 111. Cette nuit-là, les trésors de l’Ordre (dont les tapisseries) partirent en fumé (...)
  • 127 Bosio, III, p. 109.
  • 128 AOM 286, f° 88v., Chapitre-Général de 1539 (« Reverandi Domini XVI capitulares ordinaverunt et man (...)
  • 129 A. Williams, « The Constitutional Development of the Order... », art. cit., p. 285.
  • 130 A. Luttrell, « Malta and Rhodes », art. cit., p. 268.

38Puis à la fin de l’année 1531, les travaux de la Sacrée Infirmerie débutèrent à leur tour et le Grand Maître posa officiellement la première pierre le 2 novembre124. Si cette date est exacte, la construction de l’Infirmerie fut relativement longue, car le 3 juillet 1533, trois commissaires étaient chargés par le Conseil de contrôler l’avancement des travaux125. La construction de l’Infirmerie avait peut-être été retardée par la reconstruction imprévue de l’Église de Saint-Laurent, entièrement détruite par un incendie déclaré dans la nuit du premier avril 1532126. Tous les nouveaux bâtiments furent construits en peu de temps et à proximité les uns des autres, non loin du fort Saint-Ange127, selon la volonté de l’Ordre. Lors du Chapitre Général de 1539, les chevaliers exprimèrent en effet leur désir de vivre en lieu clos, au sein d’un Collachium qui séparait physiquement les bâtiments du Couvent de la population laïque128, comme cela existait déjà à Rhodes. Mais, pris par l’urgence des constructions et du péril musulman, l’Ordre à Malte vécut en réalité toujours au contact direct de la population urbaine129. En conséquence, le Collachium à Birgù ne fut défini que par de simples signets de pierre, et non par des murs comme il l’avait été à Rhodes130.

La fortification de Birgù

  • 131 AOM 286, ff° 59r.-59v. (« ...fortificationi castri et aliorum locorum Melitæ... et dictam Arcem Tr (...)
  • 132 AOM 286, f° 59r.
  • 133 Bosio, III, p. 110.
  • 134 A. Hoppen, The fortifications of Malta..., cit., p. 34.

39En 1533, le Chapitre Général prit la décision de diligentissime munere et fortificare Malte131. Il vota la construction d’une ceinture de fortifications autour de Birgù132, qui avait déjà été demandée par les chevaliers en 1530 mais n’avait pas été construite, faute de temps puisque l’Ordre avait donné une priorité à la construction des bâtiments ordinaires du Couvent. Nous ne disposons que de peu d’informations quant aux premiers travaux menés entre 1533 et 1539, et les seules données disponibles doivent être extraites d’ouvrages postérieurs à la période. Selon Bosio, l’Ordre aurait fait appel en 1533 à un ingénieur florentin, nommé Piccino, qui demeura quelque temps à Malte, afin de visiter les lieux et de concevoir les plans des futurs ouvrages133. Piccino dessina les plans des murailles de Birgù et ceux d’aménagement du fort Saint-Ange, qu’il fallait renforcer et agrandir. Il est impossible de confirmer la venue de cet ingénieur à Malte ; non seulement les archives ne donnent aucun renseignement fiable, mais il ne reste à l’heure actuelle aucune preuve archéologique formelle de l’existence de travaux menés vers 1533 sur les remparts de Birgù.134

  • 135 Bosio, III, p. 140 et p. 198.
  • 136 R. Santoro, « Fortificazioni bastionate in Sicilia... », art. cit., p. 197.

40Il fallut donc attendre 1535 pour qu’un nouvel ingénieur, Antonio Ferramolino, se présentât et que des travaux fussent véritablement entrepris. Encore une fois, les archives de l’Ordre n’apportent aucun élément particulier, et il faut s’en remettre de nouveau à Bosio, qui évoque deux voyages en 1535 et 1541 de Ferramolino, qui quitta la Sicile pour se rendre à Malte contrôler les fortifications de Birgù et du fort Saint-Ange, et proposer de nouveaux projets135. Le recours de l’Ordre à Ferramolino n’était pas en soi étonnant : outre le fait que l’Ordre en appelait souvent aux services du vice-roi de Sicile, Ferramolino n’était pas un inconnu. L’aménagement du port de Messine, réalisé sous sa direction, rappelait fortement le port circulaire de Rhodes, et témoignait de ce que Ferramolino avait très certainement été lié à l’architecte militaire Tadino di Martinengo, qui avait défendu l’île lors du siège de 1522136.

  • 137 Bosio, III, p. 198-199. Voir aussi Q. Hughes, The building of Malta... cit., p. 15.
  • 138 AOM 417, ff° 271r.-271v., 12 décembre 1539.
  • 139 Q. Hughes, The building of Malta... cit., p. 15.

41Le rapport que Ferramolino fit à l’Ordre confirma les craintes des chevaliers quant à la faiblesse du port en cas d’attaque : en face de Birgù, une langue de terre assez vaste, le Mont Sciberras, constituait un terrain idéal pour l’installation d’une armée ennemie, qui pouvait, depuis cet endroit, bombarder confortablement le Couvent. Pour la première fois, l’ingénieur proposa à l’Ordre de quitter Birgù trop fragile, et de concentrer sur le Mont Sciberras à la fois le Couvent et la défense du port, par la construction d’une ville fortifiée. Il soumit également à l’Ordre un projet de creusement d’un fossé entre le fort Saint-Ange et Birgù, afin de mieux isoler la forteresse et de garantir une protection aux galères en cas d’attaque137. La date à laquelle débutèrent les travaux sur le fort Saint-Ange et sur les remparts de Birgù demeure inconnue, mais nous savons qu’en 1540, les responsions de la Langue d’Allemagne furent utilisés pour financer exclusivement la fortification de Birgù138. De sorte qu’en 1541, lors de la seconde visite de l’ingénieur, le creusement du fossé entre le fort Saint-Ange et Birgù était entamé, tandis que débutait l’édification d’un cavalier sur le fort139.

  • 140 AOM 86, f° 125v., 2 mai 1542.
  • 141 AOM 87, f° 102v., 18 janvier 1547.
  • 142 Bosio, III, p. 343 et p. 362.
  • 143 Bosio, III, p. 395.
  • 144 AOM 90, f° 101v., 8 mai 1560.

42L’année suivante, en mai 1542, quatorze commissaires (soit deux chevaliers de chaque Langue) furent chargés par le Grand Maître Juan de Homedès d’inspecter les travaux menés sur le fort Saint-Ange et d’en activer au besoin l’avancement140. La construction des remparts et du fort Saint-Ange était toutefois longue et en 1547, les esclaves publics et privés de Malte furent employés pour augmenter la main d’œuvre et hâter ainsi la construction du bastion commandé par le Grand Maître d’Homedès141. Les travaux d’aménagement de Birgù se poursuivirent encore pendant toute la décennie 1550, par l’agrandissement des bastions des Langues structurant l’enceinte urbaine, en 1552-1553142, puis en 1555143 et 1560. Le 8 mai 1560, le Conseil alerté par les menaces musulmanes prit des mesures de défense en ordonnant un dernier renforcement des remparts de Birgù, afin que la cité pût être correctement défendue144.

Document 1 – Les transformations du fort Saint-Ange au xvie siècle.

L’aménagement du Mont Sciberras et de Senglea

  • 145 AOM 88, ff° 106v.-107r., 8 janvier 1552 (« ...Dominus Magnus Magister et Venerandum Consilium quia (...)
  • 146 AOM 88, f° 110r., 22 février 1552 (« ...architectoris seu ut vulgo dicitur ingenirarii Petri Pardi (...)

43La prise de Tripoli et le débarquement de troupes musulmanes dans le port de Malte en 1551 avaient effrayé l’Ordre. Le 8 janvier 1552, le Grand Maître d’Homedès donnait ordre à trois chevaliers, les frères Georg Bombast, Grand Bailli d’Allemagne, Louis de Las-tic, Maréchal, et Leone Strozzi, Prieur de Capoue, d’inspecter les terrains portuaires et de projeter de nouveaux plans de fortification sur l’Isola et sur le Mont Sciberras145. Les trois commissaires de l’Ordre étaient accompagnés d’un nouvel ingénieur, Pietro Prato, envoyé par le vice-roi de Sicile146.

a) Le fort Saint-Elme
  • 147 S. C. Spiteri, Fortresses of the Knights, cit., p. 252.
  • 148 Bosio, III, p. 128.
  • 149 Bosio, III, p. 198.

44L’idée de construire un fort au bout de la péninsule Sciberras n’était pas une nouveauté à Malte ; déjà après le raid turc de 1488, lorsque l’Université s’était plainte au vice-roi de Sicile de ce que le port de Malte n’était pas suffisamment fortifié, le vice-roi avait proposé de faire construire une tour de guet et un bastion de protection au bout du Mont Sciberras, pour protéger l’entrée du port. Mais le projet n’avait pas abouti147. De la même manière, en 1533, l’ingénieur Piccino, à en croire Bosio, aurait lui aussi conseillé à l’Ordre de bâtir une forteresse sur le promontoire de Saint-Elme148. Enfin, en 1541, l’ingénieur Antonio Ferramolino avait recommandé la même chose, mais encore une fois les travaux n’aboutirent pas, faute de fonds disponibles149.

  • 150 C. Gallo, « Momenti ed aspetti della politica difensiva del Vicerè De Vega in Sicilia », art. cit. (...)
  • 151 Archivio General de Simancas, Estado, Legajo 1120, n. 73, cité par C. Gallo, « Momenti ed aspetti (...)
  • 152 AOM 88, f° 107r., 14 janvier 1552.
  • 153 AOM 423, f° 207v., 20 janvier 1552.
  • 154 AOM 88, f° 107r., 23 janvier 1552.
  • 155 AOM 88, f° 107v., 3 février 1552.

45En 1551, la perte du préside de Tripoli transforma Malte en avant-poste de défense d’une Sicile menacée par les incursions barbaresques. Il devenait nécessaire de bâtir un fort sur le Mont Sciberras. Le vice-roi de Sicile, de Vega, y fut également sensible qui dépêcha à Malte l’ingénieur à son service, Pietro Prato, qui avait été chargé d’améliorer les fortifications des principaux ports du Royaume150. Pietro Prato, arrivé à Malte dans les premiers jours de janvier 1552, proposa aux commissaires et au Conseil la construction au bout du Mont Sciberras d’un fuerte de santelmo que guarda le entrada de los puertos151. Le Conseil ayant accepté les projets, les travaux de construction du fort Saint-Elme débutèrent le 14 janvier 1552 par la pose solennelle de la première pierre de construction, devant le Grand Maître et tous les dignitaires de l’Ordre152. Pour accélérer les travaux, l’Ordre mit en œuvre tous les moyens nécessaires. Il recruta au cours du mois de janvier plusieurs centaines de maçons et ouvriers dans le Royaume de Sicile153 ; puis le Grand Maître exigea le 23 janvier, que tous les Maltais valides, âgés de 12 à 60 ans, fussent engagés de force et contraints de travailler au fort154. Enfin, le 3 février, les chiourmes des galères du chevalier Leone Strozzi étaient également requises, pour aider à l’avancement du fort155.

  • 156 Archivo General Simancas, Estado, Legajo 1120, n. 73, cité par C. Gallo, in « Momenti ed aspetti d (...)
  • 157 AOM 88, f° 116r., 9 avril 1552.
  • 158 AOM 88, f° 127v., 17 septembre 1552.

46L’édification de Saint-Elme dura un peu plus de six mois. Nous savons par une lettre datée du 1er février 1552, envoyée par Pietro Prato au vice-roi de Sicile, que le fort possédait déjà sa structure de base, puisque le 2 février, l’ingénieur devait entamer la construction d’un autre bâtiment (le fort Saint-Michel) sur l’Isola156. Au début du mois d’avril, le fort était ravitaillé en armes, munitions et nourriture, preuve qu’il pouvait déjà être utilisé en cas de danger subit157. Le 17 septembre 1552, le premier gouverneur du fort était nommé (il percevait un salaire de 10 écus par mois), puis 30 chevaliers, 40 soldats et 6 bombardiers étaient installés dans la nouvelle forteresse qui assurait désormais la protection du port158.

Document 2 – Le fort Saint-Elme au milieu du xvie siècle.

  • 159 A. Hoppen, The Fortifiation of Malta... cit., p. 38.
  • 160 Bosio, III, p. 353.
  • 161 S. C. Spiteri, Fortresses of the Knights... cit., p. 255.

47Le Grand Maître souhaitant que le fort fût terminé au mois de juin 1552, l’ingénieur Pietro Prato avait choisi un plan en forme d’étoile. Séparé du Mont Sciberras par un fossé, le fort Saint-Elme était constitué de quatre angles aigus bastionnés, et pouvait au besoin être inséré commodément au sein d’un futur rempart urbain. La forme étoilée était très courante au milieu du xvie siècle pour les constructions de moyennes dimensions. Saint-Elme n’était donc pas conçu pour soutenir un long siège, comme cela se produisit en réalité159. Aucune fortification extérieure n’avait été prévue, mais l’Ordre jugea rapidement que le fort souffrait d’un manque de protection. Aussi, en 1554, sur la demande du Grand Maître de la Sengle, et problablement à partir des plans de l’ingénieur Nicolò Bellavanti160, un cavalier triangulaire à double niveau fut-il érigé en avant du fort. Ce cavalier, qui faisait écho au cavalier intérieur, permettait à la fois de soutenir la défense du fort en cas d’attaque, et de mieux contrôler la haute mer et la venue de navires ennemis. Enfin, en 1556, une fortification extérieure fut ajoutée sur le flan occidental du fort, pour garder l’entrée du port de Marsamxett161 (voir doc. 2).

b) Saint-Michel et Senglea
  • 162 Michel Fontenay, « Le développement urbain du port de Malte du xvie au xviiie siècle », in Revue d (...)
  • 163 E. Rossi, La Marina dell’Ordine di San Giovanne di Gerusalemme... cit., p. 41.
  • 164 Archivio General de Simancas, Estado, Legajo 1120, n. 73, cité par C. Gallo, « Momenti ed aspetti (...)
  • 165 Archivo General Simancas, Estado, Legajo 1120, n. 73, cité par C. Gallo, in « Momenti ed aspetti d (...)

48La langue de terre en friche située sur le flan oriental de Birgù était connue des Maltais sous le nom de L-Isla ou de Monte San Michele. L’Ordre la rebaptisa Isola, et entreprit d’y installer un jardin où pourraient se délasser les chevaliers. A la pointe de l’Isola, de petites fortifications furent bientôt construites dans les années 1540, afin de placer une lourde chaîne entre Saint-Ange et l’Isola, pour protéger le port des galères162. La chaîne avait été commandée à Venise et fut installée en 1546163. L’ingénieur Pietro Prato proposa au Conseil la construction du fort Saint-Michel, otra fortaleza menor que la de sanctelmo, situé au cœur de la peninsula que esta en frente del castillo y del burgo, dans le but de mieux protéger Birgù et Saint-Ange, qui pouvaient facilement être bombardés depuis l’Isola164. Le 2 février 1552 débutèrent les travaux de construction de Saint-Michel165.

  • 166 AOM 88, f° 116r., 12 avril 1552.
  • 167 AOM 88, f° 121r., 8 juin 1552.
  • 168 AOM 88, f° 123v., 11 août 1552.
  • 169 AOM 88, f° 161v., 31 juillet 1552.
  • 170 S. C. Spiteri, Fortresses of the Knights... cit., p. 262.

49Toujours dans le but de hâter les travaux, l’Ordre réquisitionna tous ses esclaves de terre à partir du mois d’avril 1552166. Puis au début du mois de juin, les chiourmes, y compris – fait rare – les esclaves de rame, furent également requises, pour travailler à la fois à l’édification de Saint-Michel et de Saint-Elme167. Régulièrement, le Grand Maître chargeait des commissaires de contrôler l’avancement des travaux et de s’entretenir avec l’ingénieur pour s’informer des progrès de construction des remparts de l’Isola168. Le 31 juillet 1552, la construction du fort Saint-Michel touchait à sa fin et le premier gouverneur du fort, le chevalier Leonardo Curt, était nommé ; il recevait une solde de 15 écus par mois169. C’était un fort haut et de forme carrée, pourvu en son centre d’une grosse tour supportant une lourde batterie170.

  • 171 Bosio, III, p. 353.
  • 172 AOM 89, f° 34r., 5 février 1555.
  • 173 M. Fontenay, « Le développement urbain du port de Malte... », art. cit., p. 96.

50Les travaux n’étaient pas pour autant terminés sur l’Isola et la construction des remparts devait débuter. Le Grand Maître de la Sengle avait exigé la construction de fortifications littorales pour protéger le fort Saint-Michel et défendre la côte occidentale de l’Isola qui échappait à la protection des canons du fort Saint-Ange171. Les travaux furent entrepris à partir de 1554 par le nouvel ingénieur de l’Ordre, Niccolò Bellavanti, assisté du capo maestro rhodien, Nicolas Flevari172. Les travaux durent s’achever aux alentours de 1557, c’est-à-dire avant la mort du Grand Maître de la Sengle, puisque celui-ci décida de fonder une petite ville sur l’Isola où s’était progressivement développé un faubourg, qui fut baptisée en son honneur Senglea173.

Document 3 – L’évolution du port de Malte (1530-1565).

51Dans la seconde moitié du xvie siècle, le port de Malte avait ainsi considérablement changé de visage et présentait désormais toutes les apparences d’un établissement définitif (voir doc. 3). Une nouvelle ville était née, Senglea, voisine de Birgù qui ne suffisait plus à elle-seule à héberger le Couvent, les Maltais et les éventuels étrangers venus s’installer dans le port. Nichées au creux de leurs remparts et à l’abri de nouvelles forteresses, les deux cités étaient en outre protégées par le fort Saint-Elme qui surveillait l’entrée du port et le mouvement des navires.

LA PROTECTION DE L’ARCHIPEL

Mdina

  • 174 A. Hoppen, The Fortifications of Malta... cit., p. 163.

52En 1530, Mdina était une capitale pourvue de remparts en ruines et totalement inadaptés aux récentes techniques de guerre et de défense. La ville était ceinte d’une muraille médiévale, construite à l’époque musulmane, qui suivait les contours du promontoire rocheux sur lequel elle était implantée. Ses murs plus ou moins verticaux et nullement renforcés par des fortifications extérieures s’avéraient incapables de résister aux coups de l’artillerie moderne, et résolument inaptes à soutenir un siège éventuel174.

  • 175 A. Hoppen, « Military Priorities and Social Realities... », art. cit., p. 401-402.
  • 176 S. C. Spiteri, Fortresses of the Knights... cit., p. 230.

53L’installation des chevaliers à Birgù ne put qu’accélérer le déclin de Mdina, progressivement désertée par sa population qui migrait vers le port ou` l’Ordre offrait au milieu du siècle de nombreux emplois sur ses chantiers de construction. L’Université devait toutefois se maintenir à Mdina. Elle tenta un temps de conserver son privilège médiéval de prise en charge et de financement des fortifications insulaires, mais la question de la défense maltaise était bien trop importante aux yeux de l’Ordre pour qu’il acceptât de lui céder une part de ses responsabilités. A l’époque moderne, l’Université n’était plus qu’en théorie chargée de la protection de Malte et ne prit en réalité aucunement part à la construction des fortifications du xvie siècle175, pas plus à celles du port qu’aux siennes propres. Celles-ci débutèrent à Mdina sous le magistère de Juan de Homedès, qui en 1547 ordonna la construction d’un bastion sur l’enceinte de la ville, à l’angle oriental du rempart, c’est-à-dire à droite de l’entrée actuelle (qui fut percée au xviiie siècle). Les plans et la construction du bastion Saint-Paul furent confiés à l’ingénieur Antonio Ferramolino176. Un second bastion, le Saint-Pierre, fut construit plus tard, vraisemblablement avant 1565, sur l’angle occidental, pour faire pendant au précédent.

  • 177 AOM 88, f° 94r., 12 août 1551, lettre du Grand Maître au roi d’Espagne relatant les faits advenus (...)
  • 178 A. Hoppen, The Fortifications of Malta... cit., p. 163.

54Les remparts de Mdina étaient bien plus faibles que ceux de Birgù et en 1551, les musulmans en prirent rapidement conscience ; ils désertèrent le port pour s’attaquer à l’intérieur de l’île et à la vieille cité177. En revanche, la cité intérieure ne souffrit guère lors du siège de 1565, et au lendemain de la victoire maltaise, elle était la moins endommagée des cités178. L’Ordre confia à l’ingénieur Francesco Laparelli la conception de nouvelles fortifications le long des remparts de Mdina, mais les travaux de La Valette demeuraient le centre des intérêts des chevaliers, et les fortifications de Mdina n’aboutirent finalement pas. Au xvie siècle, la construction de Mdina n’était pas apparue comme une priorité à l’Ordre, dont le lieu de vie demeurait le port. L’intérêt porté à l’ancienne capitale trahissait cependant un désir nouveau pour les chevaliers de maîtriser entièrement leur île et de donner une cohérence à la fortification insulaire. Par la mise en défense de toute l’île, voire de l’archipel, Malte devenait réellement une frontière fortifiée aux yeux des musulmans dont elle contenait l’avance, comme à ceux des chrétiens dont elle assurait la protection. C’était également dans cette perspective que s’inscrivait la fortification de Rabat de Gozo.

Gozo

  • 179 Bosio, III, p. 29.
  • 180 Bosio, III, p. 85.
  • 181 AOM 88, f° 93v., 6 août 1551.
  • 182 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 188.

55La forteresse de Gozo présentait les mêmes faiblesses que Mdina. Lors de l’inspection des huit commissaires envoyés en reconnaissance par le Grand Maître en 1524, les chevaliers avaient souligné la faiblesse et le mauvais état de la citadelle179. Mais l’île était trop fertile – beaucoup plus que Malte – pour être abandonnée par l’Ordre ; quelques 5 000 personnes y vivaient, auxquelles les chevaliers devaient protection au même titre qu’à celles de Malte. De sorte que dès les premières années de vie du Couvent à Malte, le Grand Maître Villiers de l’Isle-Adam avait envoyé à Gozo une garnison pour occuper la forteresse180. La garnison fut maintenue en permanence, mais ne fut pas suffisante pour contenir le raid barbaresque de 1551 ; le fort fut mis en ruines au bout de deux jours et la quasi-totalité des habitants fut emmenée en esclavage181. Les remparts de la citadelle furent reconstruits progressivement, mais sur leur base médiévale, sans ajout de structure bastionnée ou de fortifications extérieures de protection. En effet, jusqu’à l’extrême fin du xvie siècle, l’Ordre consacra tous ses fonds à la défense prioritaire de Malte, et tout particulièrement de son port ; il ne devait donc à Gozo que se soucier de tenir la place et de surveiller l’île par la présence constante de sa petite garnison182.

CONCLUSION

56En un demi-siècle, l’île de Malte était ainsi passée du statut d’île mal protégée, dangereusement exposée aux razzias de la course musulmane, à celui de symbole par excellence d’une parfaite mise en défense et des techniques de fortifications les plus modernes. Cette transformation était le résultat d’un investissement humain, financier et matériel considérable de la part de la puissance publique, l’Ordre, qui prit en charge les fortifications maltaises réalisées en un temps record.

  • 183 C. Gallo, « Momenti ed aspetti della politica difensiva del Vicerè De Vega in Sicilia », art. cit. (...)

57Mais les fortifications de Malte furent aussi le résultat d’une mobilisation des diverses puissances chrétiennes, en premier lieu le Saint-Siège et l’Espagne, que l’Ordre n’hésita jamais à solliciter, et qui, par l’envoi d’ingénieurs, d’argent ou de main d’œuvre, contribuèrent à une prise de conscience progressive en Europe de la nouvelle importance de l’île comme baloardo difensivo de la Sicile183 et des littoraux chrétiens de Méditerranée occidentale. Liée à une participation constante aux conflits méditerranéens, la fortification de Malte représenta un élément fondamental de sa transformation progressive en île-frontière. Par la mise en défense, l’Ordre imposait une marque visible, palpable, à son nouveau territoire et portait témoignage aux yeux des chrétiens comme à ceux des musulmans de l’existence désormais physique de Malte en tant que rempart fortifié de la chrétienté.

58À cette évolution de longue durée allaient également s’ajouter des événements fondateurs (la perte de Tripoli, le siège de Malte, la construction de La Valette), quintessence de ces activités méditerranéennes propres aux frontières. Constitutifs de l’histoire maltaise moderne, ils mirent en scène aussi bien l’Ordre que les Maltais eux-mêmes, et contribuèrent à la mythification d’une île devenant frontière de chrétienté.

Notes

1 Pierre Toubert, « L’historien, sur la frontière », art. cit., p. 226.

2 P. Toubert, « Frontière et frontières : un objet historique », art. cit., p. 16.

3 Quentin Hughes, The building of Malta during the period of the Knights of St. John of Jerusalem (1530-1798), Malte, 1986 (première édition en 1956) ; Q. Hughes, Fortress. Architecture and Military History in Malta, Malte, 2001 (première édition en 1969).

4 Alison Hoppen, « The Knights Hospitallers and the defend of Malta », in Annales de l’Ordre souverain Militaire de Malte, 1-2, janv.-juin 1977 ; A. Hoppen, « Militariy Priorities and Social Realities in the Early Modern Mediterranean : Malta and its fortifications », in Victor Mallia-Milanes (dir.), Hospitaller Malta 15301798, Malte, 1993, p. 399-428 ; A. Hoppen, The Fortification of Malta by the Order of St. John (1530-1798), Malte, 1999.

5 Stefen C. Spiteri, Fortresses of the Knights, Malte, 2001.

6 L’architettura a Malta dalla Preistoria all’Ottocento [Atti del XV Congresso di Storia dell’Architettura (Malta, 11-16 sett. 1967)], Rome, 1970.

7 Roger de Giorgio, A City by an Order, Malte, 1985.

8 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 189.

9 Jean-François Pernot, « L’ingénieur moderne, les frontières et la défense », in C. Sodini (dir.), Frontiere e fortificazioni di frontiera [Atti del seminario internazionale di studi (Firenze-Lucca, 3-5 dicembre 1999)], Flornce, 2001, p. 17.

10 Antoine-Marie Graziani, « Les ouvrages de défense en Corse contre les Turcs (1530-1650) », in La guerre de course en Méditerranée (1515-1830) [Actes du colloque de Bonifacio], Ajaccio, 1999, p. 79 et p. 83.

11 A.-M., Graziani, « Les ouvrages de défense en Corse... », art. cit., p. 84-85.

12 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 177.

13 Maria Raffaela Pessolano, « Il porto di Napoli nei secoli xvi-xviii », in Giorgio Simoncini (dir.), Sopra i porti di mare. II. Il Regno di Napoli, Florence, 1997, p. 76.

14 F. Braudel, La Méditerranée..., II, p. 178.

15 Giorgio Simoncini, « La Sicilia marittima tra xv e xix secolo », in G. Simoncini (dir.), Sopra i porti di mare ... cit., tome III : Sicilia e Malta, p. 12.

16 G. La Mantia, « La Sicilia e il suo dominio nell’Africa settentrionale dal secolo xi al xvi », in Archivio storico siciliano, 44, 1922, p. 205 et note.

17 Rodolfo Santoro, « Fortificazioni bastionate in Sicilia (xv e xvi secoli) », in Archivio storico siciliano, s. IV, vol. IV, 1978, p. 207.

18 G. Galasso (dir.), Storia d’Italia. La Sicilia...cit., p. 158.

19 R. Santoro, « Fortificazioni bastionate in Sicilia... », art. cit., p. 196-198.

20 R. Santoro, « Fortificazioni bastionate in Sicilia... », art. cit., p. 178.

21 Corrado Gallo, « Momenti ed aspetti della politica difensiva del Vicerè de Vega in Sicilia », in Archivio storico siciliano, s. IV, vol. V, 1979, p. 36.

22 Lorenzo Mannino, « Le incursioni barbaresche nell’Italia meridionale nel ’500 e nel ’600 », in Per la storia del Mezzogiorno medievale e moderno. Studi in memoria di Jole Mazzoleni, I, Rome, 1998, p. 429.

23 A. Hoppen, The Fortification of Malta by the Order of Saint John (15301798), Malte, 1999 (1ère édition 1979), p. 15-16.

24 A. Hoppen, The Fortifications of Malta... cit., p. 242.

25 AOM 417, f° 271r., 12 décembre 1539.

26 AOM 419, f° 216r., 9 novembre 1543.

27 AOM 423, ff° 206v.-207r., 25 janvier 1552.

28 AOM 92, f° 220v., 3 novembre 1570.

29 AOM 93, f° 6r., 5 mars 1571.

30 AOM 93, f° 63v., 30 mai 1572.

31 AOM 95, f° 246v., 4 avril 1581.

32 AOM 88, ff° 98v.-99v., 12 octobre 1551.

33 AOM 88, f° 107r., 8 janvier 1552.

34 AOM 90, f° 19r., 17 juin 1558.

35 AOM 91, f° 25r., 21 juin 1561.

36 AOM 91, f° 78r., 18 septembre 1562.

37 AOM 91, f° 144r., 10 février 1565 ; Bosio, III, p. 495 : « il Consiglio [...] impose sopra tutti i beni della Religione un’impositione di trenta mila scudi [...] da pagarsi oltra l’ordinarie risponsioni, al Commun Tesoro per un’anno ».

38 AOM 88, ff° 98v.-99v., 12 octobre 1551 ; AOM 91, f° 78r., 18 septembre 1562.

39 AOM 90, f° 19r., 17 juin 1558 ; AOM 91, f° 25r., 21 juin 1561 ; AOM 91, f° 144r., 10 février 1565.

40 AOM 92, f° 26v., 2 septembre 1567 ; Bosio, III, p. 800 : « ...il Gran Maestro levò dal collo a tutti i Cortegiani suoi le collane e croci d’oro... acciò se ne facessero denari... ».

41 AOM 93, f° 68r., 11 juillet 1572 ; Dal Pozzo, I, p. 62.

42 AOM 431, ff° 232v.-233r., 6 mai 1566.

43 AOM 431, f° 217r., 24 octobre 1567.

44 AOM 92, f° 169r., 10 septembre 1569.

45 AOM 431, f° 248v., 12 février 1567.

46 AOM 431, f° 266v., 19 juillet 1567.

47 AOM 433, f° 252v., 9 septembre 1570.

48 A. Hoppen, The Fortifications of Malta... cit., p. 285-289.

49 AOM 432, f° 250v., 25 avril 1569. À cette date, Girolamo Cassar était déjà membre et architecte officiel de l’Ordre.

50 Bosio, III, p. 140 et p. 198.

51 AOM 422, f° 225r., 12 août 1551.

52 AOM 90, f° 13v., 17 juin 1558.

53 AOM 428, f° 268v., 16 juin 1559.

54 A. Hoppen, The Fortifications of Malta... cit., p. 218-219.

55 AOM 88, f° 110r., 22 février 1552.

56 AOM 88, f° 123v., 11 août 1552.

57 A. Hoppen, « Military priorities and social realities in the early modern Mediterranean : Malta and its fortifications », in Hospitaller Malta 1530-1798... cit., p. 408.

58 AOM 419, f° 212v., 12 octobre 1543.

59 AOM 419, f° 213v.

60 AOM 419, f° 213v.

61 A. Luttrell, « Malta and Rhodes », in V. Mallia-Milanes (dir.), Hospitaller Malta... cit., p. 262.

62 AOM 89, f° 34r., 5 février 1555.

63 A. Hoppen, The Fortifications of Malta... cit., p. 228, n. 36, qui s’appuie sur le Codex Laparelli (Florence), f° 47r., année 1567 ; Bosio rapporte quant à lui que 8 000 personnes étaient employées sur le chantier de La Valette, ce qui semble excessif (Bosio, III, p. 781).

64 AOM 88, f° 107v., 23 janvier 1552 : » che con ogni diligentia vadano per tut-ta l’isola et facciano lista de tutte le persone di essa di dodici anni fino a sessanta e le apportino a nostro Signore Reverandissimo... ».

65 Bosio, III, p. 323.

66 AOM 430, f° 279v., 15 janvier 1566.

67 AOM 431, f° 237r., 8 août 1566.

68 Quentin Hughes, Fortress. Architecture and Military History in Malta, Malte, 2001 (1ère édition, Londres, 1969), p. 61-62.

69 AOM 431, f° 233r., 6 mai 1566.

70 AOM 431, f° 237r., 8 août 1566

71 AOM 94, f° 70v., 6 octobre 1575.

72 AOM 287, Ordonnance de 1539, f° 43v. : « che detti schiavi saranno ricercati alli servitii delle muraglie e fosse... ».

73 AOM 87, f° 102v., 18 janvier 1547.

74 AOM 88, f° 116r., 12 avril 1552 : « ...desiderando che l’opere incominciate si finiscano con ogni diligentia hanno deputato... commissari che habbiano di far lista di tutti li schiavi tanto della Signoria come de particolari... e mandarli tutti a travagliare... ».

75 AOM 94, f° 107v., 7 avril 1576.

76 AOM 88, f° 107v., 3 février 1552.

77 AOM 88, f° 121r., 8 juin 1552.

78 Bosio, III, p. 788.

79 Q. Hughes, The building of Malta during the period of the Knights of St John of Jerusalem (1530-1798), Malte, 1986, p. 195-196.

80 S. Fiorini, « Malta in 1530 », art. cit., p. 176.

81 AOM 416, f° 218r., 12 mai 1537.

82 AOM 419, ff° 222v.-223r., 13 août 1544.

83 AOM 418, f° 189v., 30 juin 1542 ; AOM 418, f° 200v., 19 janvier 1543 ; AOM 419, f° 196r., 19 décembre 1544 ; AOM 421, ff° 204v.-205r., 7 décembre 1547 ; AOM 423, f° 217v., 20 avril 1552 ; AOM 424, f° 62v., 9 janvier 1555.

84 AOM 426, ff° 255r.-255v., 21 janvier 1557.

85 AOM 420, ff° 112r.-112v., 16 juin 1547 ; AOM 422, f° 206v., 27 février 1550.

86 AOM 416, f° 218r., 12 mai 1537.

87 Enzo Sipione, Economia e società nella Contea di Modica (secoli xv-xvi), Messine, 2001, p. 51.

88 AOM 465, f° 306r., 15 novembre 1635. L’archive mentionne explicitement l’extraction de « legnami di Scilla ».

89 AOM 432, ff° 249r.-249v., 1er avril 1569.

90 AOM 417, ff° 257r.-257v., 11 juin 1539 ; AOM 432, f° 218r., 6 septembre 1569.

91 AOM 429, f° 246r., 30 novembre 1561 ; AOM 432, f° 218r., 6 septembre 1569.

92 AOM 432, ff° 249r.-249v., 1er avril 1569.

93 AOM 428, f° 270v., 20 juin 1560 ; AOM 432, ff° 233r.-233v., 7 octobre 1568.

94 AOM 431, f° 253v., 20 mai 1567 ; AOM 432, f° 218v., 15 octobre 1569 ; AOM 433, ff° 258r.-258v., 31 janvier 1571.

95 AOM 431, f° 253v., 20 mai 1567.

96 AOM 433, f° 249r., 19 juillet 1570 (réception de 14 barils de poudre de Venise).

97 AOM 422, ff° 218r.-218v., 1er avril 1551 ; AOM 423, f° 207r., 25 janvier 1552 ; AOM 423, ff° 216v.-217r., 9 avril 1552 ; AOM 423, ff° 219r.-219v., 7 avril 1552 ; AOM 430, f° 258v., 4 août 1564 ; AOM 432, f° 248v., 31 mars 1569 ; AOM 434, f° 271v., 23 mars 1574.

98 AOM 432, f° 251r., 6 mai 1569 (achat de 50 hallebardes et de 1 600 piques).

99 AOM 426, f° 255v., 21 janvier 1557.

100 AOM 427, f° 260r., 23 décembre 1558.

101 Bosio, III, p. 29.

102 AOM 415, f° 227v., 17 janvier 1532.

103 Andrew Paul Vella, « The relations between the Order of Malta and Tripoli », art. cit., p. 360.

104 AOM 415, ff° 246v.-248r., 10 juin 1533.

105 Bosio, III, p. 85.

106 Stefen C. Spiteri, Fortresses of the Knights, Malte, 2001, p. 220.

107 AOM 417, f° 268r., 24 octobre 1539.

108 Bosio, III, p. 188.

109 A. P. Vella, « The relations between the Order of Malta and Tripoli », in Lybia in History. Historical Conference held in Lybia, 16-23 march 1968, Tripoli, 1970, p. 363.

110 AOM 417, ff° 271r.-271v., 12 décembre 1539 : « La grandissima dispesa che facemo in queste armate contra il turcho, et per intertener la fortaleza de Tripoli et per fortificare questa nostra habitatione di Malta ».

111 A. P. Vella, « The relations between the Order of Malta and Tripoli », art. cit., p. 358.

112 S. C. Spiteri, Fortresses of the Knights... cit., p. 221.

113 A. Williams, « The Constitutional Development of the Order of St John in Malta (1530-1798) », in V. Mallia-Milanes (dir.), Hospitaller Malta... cit., p. 287.

114 AOM 286, f° 38v., Chapitre-général de 1533 : « ...centi habitatione et mansione Conventus construenda et edificanda sunt... ».

115 N. Vatin, L’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem... cit., p. 362.

116 Bosio, III, p. 111.

117 A. Hoppen, « Military priorities and social realities in the Early Modern Mediterranean... », art. cit., p. 403.

118 Bosio, III, p. 89. Ce Palais servit finalement de résidence aux Grands Maîtres, jusqu’à la construction d’un nouveau palais à La Valette, à la fin du xvie siècle.

119 Bosio, III, p. 100.

120 AOM 85, f° 104r., 17 août 1532 (« In Albergia Nova Venerande Linguæ Provinciæ Burgo Melitæ... »).

121 Bosio, III, p. 100-101.

122 Bosio, III, p. 101. Selon l’auteur, en souvenir de l’événement, cette langue de terre fut baptisée du nom de « Punta delle Forche », et demeura par la suite le lieu d’exposition des corps des condamnés à mort.

123 AOM 287, f° 43v.

124 Bosio, III, p. 118 : « ...Gloriandosi e facendo questa Sacra Militia, particolar professione di servire gl’infirmi... e honorandosi il Gran Maestro di non portare altro titolo che d’humil Maestro dello Spedale di Gierusalemme... ».

125 AOM 85, f° 117r., 3 juillet 1533 : « ...deputaverunt... de Belle Croix et de Salles et Montsenis pro fabrica Infirmariæ... ».

126 Bosio, III, p. 111. Cette nuit-là, les trésors de l’Ordre (dont les tapisseries) partirent en fumée. Seule demeura intacte la sacristie contenant notamment l’icône de Notre-Dame de Philermos, dont la préservation fut considérée par l’Ordre comme miraculeuse.

127 Bosio, III, p. 109.

128 AOM 286, f° 88v., Chapitre-Général de 1539 (« Reverandi Domini XVI capitulares ordinaverunt et mandaverunt ut edificetur et muniatur et claudatur locus sive Collac... »).

129 A. Williams, « The Constitutional Development of the Order... », art. cit., p. 285.

130 A. Luttrell, « Malta and Rhodes », art. cit., p. 268.

131 AOM 286, ff° 59r.-59v. (« ...fortificationi castri et aliorum locorum Melitæ... et dictam Arcem Tripolis in Africa terra hotili... diligentissime munere et fortificare... »).

132 AOM 286, f° 59r.

133 Bosio, III, p. 110.

134 A. Hoppen, The fortifications of Malta..., cit., p. 34.

135 Bosio, III, p. 140 et p. 198.

136 R. Santoro, « Fortificazioni bastionate in Sicilia... », art. cit., p. 197.

137 Bosio, III, p. 198-199. Voir aussi Q. Hughes, The building of Malta... cit., p. 15.

138 AOM 417, ff° 271r.-271v., 12 décembre 1539.

139 Q. Hughes, The building of Malta... cit., p. 15.

140 AOM 86, f° 125v., 2 mai 1542.

141 AOM 87, f° 102v., 18 janvier 1547.

142 Bosio, III, p. 343 et p. 362.

143 Bosio, III, p. 395.

144 AOM 90, f° 101v., 8 mai 1560.

145 AOM 88, ff° 106v.-107r., 8 janvier 1552 (« ...Dominus Magnus Magister et Venerandum Consilium quia rumus classis turcice in dies augescit deputaverunt Venerandis Magno Baiulivo Alemaniæ fratre Georgio Bombast et Priori Capue fratri Leone Strozzi, et Locumtenenti Venerandi Marescalli fratri Ludovico de Lastic ut cum diligentia et instantia intendant fortificationi huius suburbii et arcibus edificandis et construendis... »).

146 AOM 88, f° 110r., 22 février 1552 (« ...architectoris seu ut vulgo dicitur ingenirarii Petri Pardi... »).

147 S. C. Spiteri, Fortresses of the Knights, cit., p. 252.

148 Bosio, III, p. 128.

149 Bosio, III, p. 198.

150 C. Gallo, « Momenti ed aspetti della politica difensiva del Vicerè De Vega in Sicilia », art. cit., p. 53.

151 Archivio General de Simancas, Estado, Legajo 1120, n. 73, cité par C. Gallo, « Momenti ed aspetti della politica difensiva del Vicerè De Vega in Sicilia », art. cit., p. 56-57.

152 AOM 88, f° 107r., 14 janvier 1552.

153 AOM 423, f° 207v., 20 janvier 1552.

154 AOM 88, f° 107r., 23 janvier 1552.

155 AOM 88, f° 107v., 3 février 1552.

156 Archivo General Simancas, Estado, Legajo 1120, n. 73, cité par C. Gallo, in « Momenti ed aspetti della politica difensiva... », art. cit., p. 56.

157 AOM 88, f° 116r., 9 avril 1552.

158 AOM 88, f° 127v., 17 septembre 1552.

159 A. Hoppen, The Fortifiation of Malta... cit., p. 38.

160 Bosio, III, p. 353.

161 S. C. Spiteri, Fortresses of the Knights... cit., p. 255.

162 Michel Fontenay, « Le développement urbain du port de Malte du xvie au xviiie siècle », in Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 71[Le carrefour maltais], 1994/1, p. 96.

163 E. Rossi, La Marina dell’Ordine di San Giovanne di Gerusalemme... cit., p. 41.

164 Archivio General de Simancas, Estado, Legajo 1120, n. 73, cité par C. Gallo, « Momenti ed aspetti della politica difensiva del Vicerè De Vega in Sicilia », art. cit., p. 56-57.

165 Archivo General Simancas, Estado, Legajo 1120, n. 73, cité par C. Gallo, in « Momenti ed aspetti della politica difensiva... », art. cit., p. 56 : « ...En una peninsula que esta en frente del castillo y del burgo comencaremos mañana con l’ayuda de Dios otra fortaleza menor que la de sanctelmo... De Malta, primero febrero 1552... ».

166 AOM 88, f° 116r., 12 avril 1552.

167 AOM 88, f° 121r., 8 juin 1552.

168 AOM 88, f° 123v., 11 août 1552.

169 AOM 88, f° 161v., 31 juillet 1552.

170 S. C. Spiteri, Fortresses of the Knights... cit., p. 262.

171 Bosio, III, p. 353.

172 AOM 89, f° 34r., 5 février 1555.

173 M. Fontenay, « Le développement urbain du port de Malte... », art. cit., p. 96.

174 A. Hoppen, The Fortifications of Malta... cit., p. 163.

175 A. Hoppen, « Military Priorities and Social Realities... », art. cit., p. 401-402.

176 S. C. Spiteri, Fortresses of the Knights... cit., p. 230.

177 AOM 88, f° 94r., 12 août 1551, lettre du Grand Maître au roi d’Espagne relatant les faits advenus à Malte pendant l’assaut musulman de 1551.

178 A. Hoppen, The Fortifications of Malta... cit., p. 163.

179 Bosio, III, p. 29.

180 Bosio, III, p. 85.

181 AOM 88, f° 93v., 6 août 1551.

182 A. Hoppen, The Fortification of Malta... cit., p. 188.

183 C. Gallo, « Momenti ed aspetti della politica difensiva del Vicerè De Vega in Sicilia », art. cit., p. 53. C’est au nom du fait que Malte constitue le baloardo difensivo de la Sicile que le vice-roi envoie son ingénieur Prato à l’Ordre en 1552.

Table des illustrations

Légende Document 1 – Les transformations du fort Saint-Ange au xvie siècle.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/117/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 957k
Légende Document 2 – Le fort Saint-Elme au milieu du xvie siècle.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/117/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Légende Document 3 – L’évolution du port de Malte (1530-1565).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/117/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 651k

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540