Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Offices et papauté (XIVe-XVIIe siècle)

 | 
Armand Jamme
, 
Olivier Poncet

Offices et papauté une question ouverte

Armand Jamme et Olivier Poncet

Texte intégral

  • 1 G. B. De Luca, Relatio Romanae Curiae forensis eiusque Tribunalium et Congregationum (...), dans I (...)

1La papauté connaît, entre xive et xviie siècle, des évolutions remarquables qui coïncident avec l’affirmation de l’État en Europe occidentale. Même sans remonter au terme de cette période – à d’illustres devanciers comme le fut à sa manière le cardinal De Luca1 – un simple et rapide coup d’œil historiographique sur la question « offices et papauté » révèle le foisonnement des travaux, l’ampleur des problématiques, pour tout dire, le renouvellement constant de nos connaissances sur les rapports entretenus par ce pouvoir sans équivalent avec les diverses formes d’autorité et de gouvernement.

  • 2 F. Chabod, Y-a-t-il un État de la Renaissance ?, dans Actes du Colloque sur la Renaissance organis (...)
  • 3 Culture et idéologie dans la genèse de l’État moderne. Actes de la table ronde de Rome, 1984, Rome (...)

2La nature même de l’État en général, et singulièrement la genèse de sa forme dite « moderne », avait, il y a un demi-siècle, retenu l’attention d’un Federico Chabod2. Un ample programme de travail européen, conçu et mis en œuvre au cours des années 1980-1990, la prit pour objet d’étude et déboucha sur de multiples rencontres, en grande partie orchestrées par Jean-Philippe Genet. Cette réflexion essentielle à notre approche des organismes de pouvoir dans les derniers siècles du Moyen Âge et durant la première époque moderne – essentielle parce que régulièrement revisitée et dépouillée de ses excès – a donné naissance à une série de volumes synthétiques, œuvres de spécialistes internationaux, qui dressent ainsi un tableau perpétuellement actualisé de nos connaissances en la matière3.

  • 4 On renvoie à l’anthologie en trois volumes éditée par E. Rotelli et P. Schiera, Lo Stato moderno, (...)
  • 5 G. Chittolini, A. Molho et P. Schiera (éd.), Le origini dello Stato moderno in Italia secoli xiv-x (...)
  • 6 A. Paravicini Bagliani et A. Vauchez (éd.), Poteri carismatici e informali : Chiesa e società medi (...)
  • 7 P. Schiera, Disciplina, Stato moderno, disciplinamento : considerazioni a cavallo fra la sociologi (...)
  • 8 Voir note 3 ; H. Millet (éd.), I canonici al servizio dello Stato in Europa secoli xiii-xvi, Modèn (...)
  • 9 Aux origines de l’État moderne. Le fonctionnement administratif de la papauté d’Avignon, Rome, 199 (...)

3Ce programme de recherche européen favorisa l’ouverture d’enquêtes parallèles sur des pays ou des thématiques plus précises. Les interrogations dialectiques sur les formes du pouvoir dans l’Italie du Trecento et du Quattrocento, traditionnellement considérée comme un fécond laboratoire politique, n’avaient jamais cessé4. Récemment, l’État y fut analysé comme un « système d’institutions », dont le développement était une puissante lame de fond sur laquelle s’entrecroisaient, se combattaient, faisaient alliance des forces et des intentions dissemblables5 – des pouvoirs informels6 en somme – qui contribuaient à son évolution. Autre thème labouré par ces grandes entreprises de recherche, le rôle de l’Église et des églises nationales : les historiographies allemandes et italiennes lui firent même une place tout à fait centrale au travers des concepts de disciplinamento ou de Disziplinierung7. On chercha plus particulièrement à mieux définir les relations complexes (interpénétration, contrôles réciproques) qui unissaient l’Église à l’État en tant que modèle, mais aussi aux États européens, qui entraient en conflit ou intégraient dans leur construction une partie de ses structures (émergence des Églises nationales)8. De la sorte, les études dédiées à la papauté se trouvèrent presque au confluent de ces interrogations multiples ; et les organisateurs d’une rencontre dédiée au fonctionnement administratif de la papauté à l’époque avignonnaise sentirent bien que le cas pontifical, pour être irréductible à un topos étatique, n’en était pas moins une source riche d’exemplarité9.

  • 10 W. Ullmann, The Papacy as an Institution of Government in the Middle Ages, dans G. J. Cuming (éd.) (...)
  • 11 W. Ullmann, The Growth of Papal Government in the Middle Ages. A study in the ideological relation (...)
  • 12 P. Partner, The Papal State under Martin V. The administration and government of the temporal powe (...)
  • 13 J. Delumeau, Vie économique et sociale de Rome dans la seconde moitié du xvie siècle, 2 vol., Pari (...)

4Au reste, quelques décennies avant ces vastes enquêtes collectives, l’étude de la souveraineté des papes était entrée de plein pied dans l’historiographie pontificale, au même titre que l’ensemble des institutions ecclésiastiques10. Contemporaines des réflexions renouvelées sur la nature de la monarchie en Europe11, diverses études ouvraient la voie12. À une époque où les réalités économiques s’imposaient aux travaux des historiens, de nombreux chercheurs appelaient l’attention de la communauté scientifique sur des aspects négligés de l’histoire de la papauté13.

  • 14 P. Prodi, Lo sviluppo dell’assolutismo nello Stato pontificio, I [seul paru], Bologne, 1968 ; M. C (...)
  • 15 Le débat est toujours ouvert ; voir S. Carocci, Governo papale e città nello Stato della Chiesa. R (...)
  • 16 A. Carraciolo, Sovrano pontefice e sovrani assoluti, dans Quaderni storici, 52, 1983, p. 279-286.
  • 17 C. F. Black, Perugia and the Papal Absolutism in the Sixteenth Century, in The English Historical (...)
  • 18 A. Gardi, La fiscalità pontifica tra medioevo ed età moderna, dans Società e storia, 33, 1986, p. (...)
  • 19 P. Colliva, Il cardinale Albornoz, lo Stato della Chiesa, le Constitutiones Aegidianae (1353-1357)(...)

5Des œuvres-maîtresses, sous les plumes de Paolo Prodi, d’une part, et de Marco Caravale et Alberto Caracciolo d’autre, opposèrent au tournant des années 1970 et 1980 deux analyses d’évolution dans le long terme du système étatique pontifical14. Le développement d’un organisme à caractère absolutiste et relativement centralisé fut remis en cause par une démonstration insistant sur la puissance des forces centrifuges et les contradictions apparentes de ce soi-disant processus de centralisation15. Les défis lancés par ces synthèses furent relevés sans tarder par divers auteurs qui en contestèrent certaines des conclusions. L’idée même d’absolutisme et d’État moderne appliquée à une monarchie pontificale qui ne pouvait encore compter avec une classe dirigeante et financière laïque suffisante, était ainsi fortement mise en doute16. Ailleurs, une centralisation effective dès le xvie siècle paraissait une interprétation trop optimiste17. Il faut semble-t-il attendre le Seicento pour observer la concrétisation de quelques tendances, l’État ecclésiastique n’étant souvent considéré que comme un appendice de la souveraineté du pape18. L’analyse qu’avait proposée en 1977 un médiéviste de la puissance temporelle du pape n’est-elle pas au fond transposable à travers les siècles : « Terre e zone diverse e frammentate, unite solo dal vincolo tutto superiore, esterno, maiestatico della sovranità pontificia »19 ?

  • 20 P. Prodi, Il sovrano pontefice..., p. 7.

6Cette recherche collective n’a pas pour ambition de discuter de la nature du pouvoir pontifical et de rechercher une réponse péremptoire et exhaustive aux questionnements que suscite celui-ci. Mais, il nous a semblé que les remarques liminaires que Paolo Prodi émettait voilà vingt ans étaient encore très largement valides : « [Ci sono] territori di ricerca in gran parte inesplorati, nei quali anche dopo anni di lavoro le zone d’ombra continuano a prevalere sui piccoli recinti nei quali si è potuto illuminare e ordinare qualcosa »20

  • 21 Sur le « cloisonnement séculaire » des historiens, voir entre autres D. Milo, Trahir le temps, Par (...)

7Elle tente tout d’abord d’être un pont dressé entre les continents médiévaux et modernes. Il ne s’agissait nullement d’exclure tel ou tel élément des xiiie et xviiie siècles – et certaines contributions y firent allusion avec bonheur – mais de trouver, avec volontarisme, un terrain de rencontre entre médiévistes et modernistes, qui pût valablement s’affranchir d’une traditionnelle approche « séculaire »21. La périodisation adoptée par les recherches fait en effet souvent la part belle à un découpage strict, qui donne la physionomie d’un pontificat, voire d’un siècle, tourne autour de bornes chronologiques beaucoup trop rigidifiées par l’historiographie, voire infranchissables, en amont comme en aval, et qui induit la définition hâtive de séquences médiévale, pré-moderne, moderne, etc.

8Ce qui, à nos yeux, constitue un des obstacles majeurs à une meilleure compréhension des enjeux que représente l’étude du pouvoir pontifical résulte de l’analyse traditionnellement distincte que l’on fait de la Curie et de l’État, de la ville de Rome, d’Avignon et des territoires placés sous la souveraineté temporelle du souverain pontife. Rares sont les travaux qui s’aventurent à relier l’étude de l’une et de l’autre et à mesurer la nature et l’étendue des liens qui les unissent. Lorsque une synthèse, comme celle de Paolo Prodi, tenta de remédier à ces « handicaps » historiographiques, elle dut recourir plus souvent à des sources normatives ou aux auteurs de traités, comme celui que le cardinal De Luca consacrait à la Curie romaine, plutôt qu’aux actes de la pratique. Priorité a donc été donnée, autant que faire se pouvait, à la mise en œuvre de sources inédites.

  • 22 Forschungen zur Geschichte der kurialen Behörden vom Schisma bis zur Re-formation, 2 vol., Rome, 1 (...)
  • 23 Legati e governatori dello Stato pontificio (1550-1809), Rome, 1994 (Pubblicazioni degli Archivi d (...)
  • 24 Funktionärlisten für die apostolische Kanzlei im Internet, dans Quellen und Forschungen aus italie (...)
  • 25 N. Del Re, La Curia Romana. Lineamenti storico-giuridici, 1re édition, Rome, 1941, 4e édition, Cit (...)

9La thématique autour de laquelle nous avons choisi de travailler, les offices et les charges publiques en général, n’est pas neuve. L’histoire des institutions et la prosopographie appartiennent aux secteurs historiographiques les plus constants et les plus féconds des études consacrées à la papauté. De Walter von Hofmann22 à Christoph Weber23, en passant par la récente constitution d’un site internet dû à Thomas Frenz24, la liste de ceux qui ont apporté leur pierre à l’édifice de la connaissance des hommes et des institutions qu’ils ont animées, serait longue à établir. Pour autant, cette construction du savoir demeure imparfaite. Rappelons seulement qu’il n’existe toujours pas de manuel des institutions pontificales en dehors des dictionnaires encyclopédiques consacrés au Saint-Siège en général25.

  • 26 R. Mousnier, Les concepts d’« ordres », d’« états », de « fidélité » et de « monarchie absolue » e (...)
  • 27 L’étude fondatrice de W. Reinhard est Papstfinanz und Nepotismus unter Paul V. (1605-1621). Studie (...)
  • 28 Parmi une bibliographie abondante citons S. Kettering, Patrons, Brokers and Clients in Seventeenth (...)
  • 29 P. Hurtubise, Familiarité et fidélité à Rome au xvie siècle : les « familles » des cardinaux Giova (...)
  • 30 W. Reinhard, Papstfinanz...
  • 31 R. Ago, Carriere e clientele nella Roma barocca, Roma-Bari, 1990 ; M. A. Visceglia, Burocrazia, mo (...)

10Au thème « primaire » des offices et des officiers, s’est rapidement joint celui des clientèles et des fidélités dont le succès historiographique, fondé sur les travaux de Roland Mousnier26, de Wolfgang Reinhard27 et des écoles anglo-saxonnes28, a été assez général des années 1970 aux années 1990. Il s’agissait d’appréhender les phénomènes sociaux-politiques qui sous-tendaient le fonctionnement des institutions, de comprendre la pratique sociale du pouvoir en s’attaquant à ses réseaux. Appliquées à la papauté, ce type d’études trouva tout naturellement un terreau favorable dans les familles cardinalices29. Si les travaux de Wolfgang Reinhard ont mis en œuvre ces diverses approches il y a déjà un quart de siècle pour introduire une grille de lecture inédite du népotisme pontifical et en analyser au plus près la réalité socio-économique30, des contributions récentes viennent de rappeler tout l’intérêt qu’il y a à croiser ces multiples fils historiographiques31.

  • 32 T. Renna, Aristotle and the French Monarchy 1260-1303, dans Viator, 9, 1978, p. 309-324; U. Mazzon (...)
  • 33 F. Autrand, Offices et officiers royaux en France sous Charles VI, dans Revue historique, 242, 196 (...)
  • 34 On renvoie aux deux premiers volumes de M. Pinet (éd.), Histoire de la fonction publique en France (...)

11Lorsque les médiévistes se sont penchés sur la question – la vulgarisation des idées aristotéliciennes faisant des officiers les garants du bien commun les y invitait32 – ils admirent que l’office n’eut pas de prime abord le sens technique qu’il acquît à l’époque moderne, quand il désignait des charges publiques, permanentes, régulières, rémunérées. Son sens était vague. La même personne pouvait cumuler ou passer d’un service privé à un service public. L’officier, dont la charge n’était pas toujours juridiquement constituée, désignait alors celui (quel qu’il fût), qui exerçait une fonction au nom d’un monarque, d’un noble de haut rang ou d’une réalité institutionnelle33. Entre le xive et le xviie siècle, le service du pape impliquait-il automatiquement la notion de fonction publique et d’esprit de corps ? Rien n’est moins sûr34. Entre office et charge publique la frontière est sans doute bien mince. Certains caractères inhérents à l’office médiéval se retrouvent à l’époque moderne ; et la solidité apparente de certaines fonctions au xive siècle étonne des historiens pourtant rompus aux bouleversements politiques. Pourquoi forcer une interprétation en établissant d’emblée un vocabulaire commun ? Dès lors qu’il s’agissait, non de faire l’histoire des institutions proprement dites, mais de se livrer à une sociologie des institutions, tenter d’imposer un angle d’analyse contraignant aurait été contre-productif.

  • 35 P. Partner, The Pope’s Men: the Papal Civil Service in the Renaissance, Oxford, 1990.

12Les deux rencontres romaines de 2001 et 2002 se sont organisées autour des thèmes « nature des offices » et « carrières et destins des officiers ». Autour du pape, la multiplicité des interactions, entre service de l’Église, service curial et service de l’État proprement dit, donne à l’exercice des charges un caractère singulier, difficilement assimilable aux modèles en vigueur dans d’autres territoires européens35. Sans qu’il fût question de pratiquer un nominalisme absurde dans le domaine de l’histoire institutionnelle, une meilleure définition de l’office, dans sa dimension la plus absolue, la plus large, était nécessaire. La première rencontre, introductive, générale, avait cet objectif. Implicitement, elle devait aussi guider les travaux futurs et impliquait à l’évidence des digressions vers l’histoire des institutions, la diplomatique, l’archivistique, vers ces traces documentaires qui disent l’office et nous permettent de mieux cerner la diversité de ses formes.

  • 36 B. Guenée, Tribunaux et gens de justice dans le bailliage de Senlis à la fin du Moyen Âge (vers 13 (...)

13Enrôlant la prosopographie ou la biographie au service de leur démonstration, les historiens venus à la deuxième rencontre ont sondé le fonctionnement concret des diverses formes de service. Régulé par un mouvement alternatif né de la succession de phases d’expansion et de rétraction de l’autorité – fréquemment lié à la singularité de quelques pontificats – la création, le nombre, la diversité des offices, permettent sans doute de mesurer le développement d’un système institutionnel. Ils laissent souvent entier un débat ouvert : entre le souverain et l’institution, qui servent les officiers ? En servant le pape, il servirent l’institution et se servirent eux-mêmes, auraient pu répondre Bernard Guenée et Robert Descimon36. Afin de mieux rendre compte de la dimension humaine de la machine administrative, les intervenants se sont donc penché sur les carrières, les réseaux qui furent mis en œuvre pour faire triompher projets politiques et ambitions personnelles.

  • 37 Pour divers motifs, il n’a pas été possible d’imprimer dans ce volume les communications présentée (...)

14À l’issue de ces deux séances – s’il est possible de prétendre dresser un bilan d’une recherche destinée à être poursuivie – il nous semble que les travaux des chercheurs confirmés et des doctorants, venant d’horizons géographiques, intellectuels et professionnels variés, qui ont pris part à ces cinq journées de réflexion, ont largement contribué à améliorer nos connaissances sur la spécificité du pouvoir pontifical et la diversité des réponses apportées aux problèmes de gouvernement qu’il rencontra37. Il va sans dire que cette enquête n’a jamais eu la prétention d’offrir une réponse définitive, encore moins de constituer un « paradigme interprétatif », mais d’ouvrir des pistes de recherches, mettant en lumière des mécanismes, des facteurs de cohésion interne et de développement, et des contradictions, des tensions, voire des éléments d’immobilisme dans cette évolution.

15Sans nul doute, l’entourage personnel du souverain prend un tour singulier dès lors qu’il est rapporté à cette première évidence que constitue le caractère électif de la monarchie pontificale. La variété d’expression et d’ampleur du clientélisme a été appréhendée tout d’abord à son sommet, en posant le problème de la familiarité pontificale, des cuisiniers aux parents du pape, le népotisme de gouvernement n’étant sans doute que la partie la plus voyante de ce phénomène. Le pouvoir en général est fondé sur un ensemble de relations qui ont besoin d’être continuellement vivifiées par la concession de faveurs, d’honneurs et de bénéfices matériels ainsi que l’ont montré les nombreuses analyses dédiées à une charge particulière sur la longue durée.

16La multiplication des charges curiales est un des principaux moyens permettant de mesurer le développement d’un système institutionnel. Cette évolution génère une plus grande diversité et une grande complexité des formes de service. Même si la variété et la souplesse des réponses concrètes que le pouvoir central apporte aux problèmes de gouvernement de l’institution ecclésiale et de l’État dépendent étroitement de l’environnement culturel des cercles dirigeants. Il subsiste toutefois une certaine contradiction entre le discours et les pratiques. Les lettres de nomination des officiers proclament au xive siècle des intentions que les mécanismes d’accès aux charges semblent contredire. Indubitablement, une fois atteint un certain niveau de développement de la machine administrative, la question de la capacité à réformer les organes, le problème de l’immobilisme de certaines structures et des mentalités se posent. Car les divers services de la curie s’organisent avec le temps et sont susceptibles de défendre leurs intérêts de groupe contre tout projet de réforme.

  • 38 Ce point avait déjà été souligné par R. Bizzocchi, Ecclésiastiques toscans et officiers de la Curi (...)

17On s’est beaucoup interrogé sur les hommes et les modes de représentation du pape en dehors de la Curie. Les fonctions politiques et le rôle clé dans le gouvernement des populations de l’État pontifical de ces « princes de l’Église » que sont les cardinaux ne cessèrent de se développer du xive au xviie siècle. L’action du chef de la Chrétienté ne saurait en effet se laisser enfermer dans l’espace borné de sa domination temporelle, en particulier dans le domaine des affaires bénéficiales38. La richesse des terrains labourés par les intervenants signale bien cette préoccupation majeure de l’autorité. Elle induit tout naturellement des réflexions sur les modes de liaisons de la périphérie au centre – non pas qu’il s’agisse de mettre en exergue le gouffre culturel entre le curialiste et l’officier local, gouffre sans doute moins apparent en termes de connaissances techniques que de pratiques socio-politiques – mais d’analyser les échanges, les réponses et les exigences des gouvernés aux gouvernants. En découle la diversité des modes de progression et des connexions parfois indispensables entre charges curiales et charges périphériques pour relancer une carrière.

18L’étude des carrières des officiers du pape a justement retenu l’attention de nombreux intervenants. Il fallait identifier les mécanismes de la progression ou du statu quo, cerner ce qui constitue l’aboutissement d’une carrière, ce qui fait une élite administrative, autant qu’expliquer la difficulté qu’il y a pour le pouvoir d’obtenir un personnel d’administration d’égale qualité sur l’ensemble de l’espace gouverné. Enfin, cette recherche aurait été bien incomplète sans la présence de portraits de serviteurs de la papauté, portraits dont le caractère singulier éclaire d’une dimension humaine les justes réflexions faites à travers l’étude des structures et des pratiques du pouvoir.

19Certes, il reste encore beaucoup à faire en la matière. On pourra ainsi à bon droit regretter que n’aient pas été davantage mises à contribution les si prometteuses archives notariales, faiblesse persistante de l’historiographie pontificale. Pour autant, ces travaux ont ouvert la voie à une meilleure compréhension des mécanismes à la fois curiaux et périphériques qui régissent les évolutions fondamentales connues par la papauté entre le xive et le xviie siècle. Ils démontrent, une fois encore, la vitalité de ces problématiques et leur renouvellement constant.

Notes

1 G. B. De Luca, Relatio Romanae Curiae forensis eiusque Tribunalium et Congregationum (...), dans Id., Theatrum veritatis et iustitiae sive decisivi dis-cursus (...), XV, Lyon, 1697, partie 2 ; voir aussi G. Ermini, La curia romana forense del secolo xvii nella relazione di Giovanni Battista De Luca, dans Archivio storico italiano, 138, 1980-1, p. 41-57.

2 F. Chabod, Y-a-t-il un État de la Renaissance ?, dans Actes du Colloque sur la Renaissance organisé par la Société d’histoire moderne (...), Sorbonne 30 juin-1er juillet 1956, Paris, 1958 (De Pétrarque à Descartes, 3), p. 57-74, réimpr. Id., Esiste uno Stato del Rinascimento ?, dans Scritti sul Rinascimento, Turin, 1967, p. 591-623 ; voir M. Moretti, La nozione di Stato moderno nell’opera storiografica di Federico Chabod : note e osservazione, dans Società e storia, 6, 1983, p. 849-908 et G. Petralia, « Stato » e « moderno » in Italia e nel Rinascimento, dans Storica, 8, 1997, p. 9-52.

3 Culture et idéologie dans la genèse de l’État moderne. Actes de la table ronde de Rome, 1984, Rome, 1985 (Collection de l’École française de Rome, 82) ; J.-P. Genet et B. Vincent (éd.), État et Église dans la genèse de l’État moderne. Actes du colloque de Madrid, 1984, Madrid, 1986 (Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 1) ; F. Autrand (éd.), Prosopographie et genèse de l’État moderne. Actes de la table ronde de Paris, 1984, Paris, 1986 ; J.-P. Genet et M. Le Mené (éd.), Genèse de l’État moderne. Prélèvement et redistribution. Actes du colloque de Fontevraud, 1984, Paris, 1987 ; N. Coulet et J.-P. Genet (éd.), L’État moderne : le droit, l’espace et les formes de l’État. Actes du colloque de La Baume-lès-Aix, 1984, Paris, 1990 ; N. Bulst et J.-P. Genet (éd.), La ville, la bourgeoisie et la genèse de l’État moderne (xiie-xviiie siècle). Actes du Colloque de Bielefeld, 1985, Paris, 1988 ; Théologie et droit dans la science politique de l’État moderne. Actes de la table ronde de Rome, 1987, Rome, 1991 (Collection de l’École française de Rome, 147) ; Genèse de l’État moderne en Méditerranée. Approches historique et anthropologique des pratiques et des représentations. Actes des tables rondes de Paris, 1987-1988, Rome, 1993 (Collection de l’École française de Rome, 168) ; J.-P. Genet (éd.), L’ État moderne : genèse. Bilans et perspectives. Actes du colloque de Paris, 1989, Paris, 1990 ; Visions sur le développement des États européens. Théories et historiographies de l’État moderne, Actes du colloque de Rome, 1990, Rome, 1993 (Collection de l’École française de Rome, 171) ; J.-P. Genet et G. Lottes (éd.), L’État moderne et les élites, xiiie-xviiie siècle. Apports et limites de la méthode prosopographique. Actes du colloque de Paris, 1991, Paris, 1996 ; R. Bonney (éd.), Economic systems and State finance, Oxford, 1995, trad. fr. Systèmes économiques et finances publiques, Paris, 1997 ; W. Reinhard (éd.), Power Élites and State building, Oxford, 1996, trad. fr. Les élites du pouvoir et la construction de l’État en Europe, Paris, 1996 ; Rome et l’État moderne européen : une comparaison typologique. Actes du colloque de Rome, 2002, à paraître.

4 On renvoie à l’anthologie en trois volumes éditée par E. Rotelli et P. Schiera, Lo Stato moderno, Bologne, 1971, et notamment au vol. I, Dal Medioevo all’età moderna ; G. Chittolini (éd.), La crisi degli ordinamenti comunali e le origini dello Stato del Rinascimento, Bologne, 1979 ; G. Miglio, Genesi e trasformazione del termine-concetto « stato », in Stato e senso dello stato oggi in Italia, Milan, 1981, p. 6586, repris dans Id., Le regolarità della politica, II, Milan, 1988, p. 799-832.

5 G. Chittolini, A. Molho et P. Schiera (éd.), Le origini dello Stato moderno in Italia secoli xiv-xvi, Bologne, 1994 (Annali dell’Istituto storico italo-germanico, 39) ; S. Gensini (éd.), Principi e città alla fine del Medioevo, San Miniato, 1996 (Centro di Studi sulla civiltà del Tardo Medioevo San Miniato. Collana di Studi e ricerche, 6 ; Pubblicazioni degli Archivi di Stato, Saggi, 41).

6 A. Paravicini Bagliani et A. Vauchez (éd.), Poteri carismatici e informali : Chiesa e società medioevali, Palerme, 1992.

7 P. Schiera, Disciplina, Stato moderno, disciplinamento : considerazioni a cavallo fra la sociologia del potere e la storia costituzionale, dans P. Prodi et C. Penuti (éd.), Disciplina dell’anima, disciplina del corpo e disciplina della società tra medioevo ed età moderna, Bologne, 1994 (Annali dell’Istituto storico italo-germanico, Quaderni 40), p. 21-46.

8 Voir note 3 ; H. Millet (éd.), I canonici al servizio dello Stato in Europa secoli xiii-xvi, Modène, 1993 ; P. Moraw, Les clercs dans l’État, dans Les élites du pouvoir et la construction..., p. 237-257 ; R. Bizzocchi, Chiesa, religione, Stato agli inizi dell’età moderna et G. Fragnito, Istituzioni ecclesiastiche e costruzione dello Stato. Riflessioni e spunti, dans Origine dello Stato..., p. 493-513 et 531-550.

9 Aux origines de l’État moderne. Le fonctionnement administratif de la papauté d’Avignon, Rome, 1990 (Collection de l’École française de Rome, 138).

10 W. Ullmann, The Papacy as an Institution of Government in the Middle Ages, dans G. J. Cuming (éd.), Papers read at the second winter and summer meetings of the Ecclesiastical History Society, Londres, 1965 (Studies in Church history, 2), p. 78-101; L. Pasztor, L’histoire de la Curie romaine, problème d’histoire de l’Église, dans Revue d’histoire ecclésiastique, 64, 1969, p. 353-366. En dehors de l’Église catholique, voir K. Robbins, Institutions and illusions: the dilemma of the modern ecclesiastical historian, dans D. Baker (éd.), The material sources and methods of ecclesiastical history, Oxford, 1975 (Studies in Church history, 11), p. 355-365.

11 W. Ullmann, The Growth of Papal Government in the Middle Ages. A study in the ideological relations of clerical to lay power, Londres, 1955; F. Hartung et R. Mousnier, Quelques problèmes concernant la monarchie absolue, dans Comitato internazionale di Scienze storiche. X Congresso internazionale di scienze storiche, Roma, 4-11 settembre 1955. Relazioni. IV. Storia moderna, Florence, 1955, p. 1-55 ; R. Schnurr, Individualismus und Absolutismus, Berlin, 1963, trad. it., Individualismo e assolutismo, Milan, 1979.

12 P. Partner, The Papal State under Martin V. The administration and government of the temporal power in the early Fifteenth century, Londres, 1958; D. Waley, The papal state in the Thirteenth Century, Londres, 1961; G. Carocci, Lo Stato della Chiesa nella seconda metà del sec. XVI, Milan, 1961 ; J. Delumeau, Les progrès de la centralisation dans l’État pontifical au xvie siècle, dans Revue historique, 226, 1961, p. 399-410. M. J. Wilks, The problem of Sovereignty in the later Middle Ages. The Papal Monarchy with Augustinus Triumphus and the Publicists, Cambridge, 1963; W. D. Mac Cready, Papal Plenitudo potestatis and the source of temporal authority in late medieval papal hierocratic theory, dans Speculum, 48, 1973, p. 654-674. Signalons enfin la synthèse de P. Partner, The lands of St. Peter: the papal state in the Middle Ages and the early Renaissance, Berkeley-Los Angeles, 1972.

13 J. Delumeau, Vie économique et sociale de Rome dans la seconde moitié du xvie siècle, 2 vol., Paris, 1957-1959 (BEFAR, 184) ; M. Monaco, La situazione della Reverenda Camera Apostolica nell’anno 1525. Ricerche d’archivio (un contributo alla storia delle finanze pontificie), Rome, 1960 ; Id., Le finanze pontificie al tempo di Paolo V. la fondazione del primo banco pubblico di Roma (Banco di S. Spirito), Lecce, 1974 ; A. Caracciolo, I Bilanci dello Stato ecclesiastico tra xvi e xviii secolo : una fonte e alcune considerazioni, dans Méthodologie de l’histoire et sciences humaines. Mélanges en l’honneur de Fernand Braudel, 2 vol., Toulouse, 1973, II, p. 99-103 ; M. Caravale, La finanza pontificia nel Cinquecento : le provincie del Lazio, Camerino, 1974 ; Id., Entrate e uscite dello Stato della Chiesa in un bilancio della metà del Quattrocento, in Per Francesco Calasso. Studi degli allievi, Roma, 1978, p. 167-190.

14 P. Prodi, Lo sviluppo dell’assolutismo nello Stato pontificio, I [seul paru], Bologne, 1968 ; M. Caravale et A. Caracciolo, Lo Stato pontificio da Martino V a Pio IX, Turin, 1978 (Storia d’Italia, 14) ; voir aussi de P. Prodi, La sovranità temporale dei Papi e il Concilio di Trento, dans Id. et H. Jedin (éd.), Il concilio di Trento come crocevia della politica europea, Bologne, 1979 (Annali dell’Istituto storico italo-germanico, Quaderni 4), p. 65-83, et surtout, Il sovrano pontefice. Un corpo e due anime : la monarchia papale nella prima età moderna, Bologne, 1982. M. M. Bullard considérait en 1994 que l’ouvrage de P. Prodi était une « borne miliaire » de l’historiographie pontificale (L’altra « anima » della Chiesa nella prima età moderna, dans Origine dello Stato..., p. 515-529, part. p. 518).

15 Le débat est toujours ouvert ; voir S. Carocci, Governo papale e città nello Stato della Chiesa. Ricerche sul Quattrocento, dans Principi e città..., p. 151-224.

16 A. Carraciolo, Sovrano pontefice e sovrani assoluti, dans Quaderni storici, 52, 1983, p. 279-286.

17 C. F. Black, Perugia and the Papal Absolutism in the Sixteenth Century, in The English Historical Review, 96, 1981, p. 509-539; B. G. Zenobi, Le « ben regolate città ». Modelli politici nel governo delle periferie pontificie in età moderna, Rome, 1994; A. de Benedictis, Repubblica per contratto. Bologna: una città europea nello Stato della Chiesa, Bologne, 1995.

18 A. Gardi, La fiscalità pontifica tra medioevo ed età moderna, dans Società e storia, 33, 1986, p. 509-557.

19 P. Colliva, Il cardinale Albornoz, lo Stato della Chiesa, le Constitutiones Aegidianae (1353-1357), Bologne, 1977 (Studia Albornotiana, 32), p. 156. L’État n’aurait été qu’« un tessuto di realtà contrapposte ed estranee (quando non ostili) l’una all’altra, bilanciatesi reciprocamente e, nella rispettiva contrapposizione, assicuranti un effettivo spazio per l’esercizio dei poteri maiestatici del Pontefice. Mancava dunque completamente alla curia il senso dello Stato come unità ed entità autonoma e concreta » (p. 161).

20 P. Prodi, Il sovrano pontefice..., p. 7.

21 Sur le « cloisonnement séculaire » des historiens, voir entre autres D. Milo, Trahir le temps, Paris, 1991 et J. Leduc, Les historiens et le temps. Conceptions, problématiques, écritures, Paris, 1999 (part. chap. 2).

22 Forschungen zur Geschichte der kurialen Behörden vom Schisma bis zur Re-formation, 2 vol., Rome, 1914 (Bibliothek des K. Preussischen Historischen Instituts, 12-13), rééd. anast. Turin, 1971.

23 Legati e governatori dello Stato pontificio (1550-1809), Rome, 1994 (Pubblicazioni degli Archivi di Stato, Sussidi, 7).

24 Funktionärlisten für die apostolische Kanzlei im Internet, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 81, 2001, p. 570-576.

25 N. Del Re, La Curia Romana. Lineamenti storico-giuridici, 1re édition, Rome, 1941, 4e édition, Cité du Vatican, 1998.

26 R. Mousnier, Les concepts d’« ordres », d’« états », de « fidélité » et de « monarchie absolue » en France de la fin du xve siècle à la fin du xviiie siècle, dans Revue historique, 502, 1972, p. 289-312 ; Id., Problèmes de stratification sociale. Actes du colloque international (1966), Paris, 1968 (Publications de la faculté des lettres et des sciences humaines de Paris, Série Recherches, 43. Travaux du Centre de recherches sur la civilisation de l’Europe moderne, 5). Le volume d’hommages consacrés au maître par ses élèves tourne précisément autour de ces problématiques : Y. Durand (éd.), Hommages à Roland Mousnier. Clientèles et fidélités en Europe à l’époque moderne, Paris, 1981.

27 L’étude fondatrice de W. Reinhard est Papstfinanz und Nepotismus unter Paul V. (1605-1621). Studien und Quellen zur Struktur und zu quantitativen Aspekten des päpstlichen Herrschaftssystems, 2 vol., Stuttgart, 1974 (Päpste und Papsttum, 6); Id, Freunde und Kreaturen. Verflechtung als Konzept zur Erforschung historischer Führungsgruppe. Römische Oligarchie um 1600, Munich, 1979 (Schriften der Philosophischen Fakultäten der Universität Augsburg, 14); et tout récemment, Amici e creature. Micropolitica della curia romana nel xvii secolo, dans Dimensioni e problemi della ricerca storica, 2, 2001, p. 59-78.

28 Parmi une bibliographie abondante citons S. Kettering, Patrons, Brokers and Clients in Seventeenth France, Oxford, 1986 ; A. Maczak (éd.), Klientelsysteme im Europa der Frühen Neuzeit, Munich, 1988 (Schriften des Historischen Kollegs. Kolloquien, 9) trad. it. Padrini e clienti nell’Europa moderna (secoli xv-xix), Parme, 1986 (Cheiron : materiali e strumenti di aggiornamento storiografico, 5) ; Hofgesellschaft und Höflinge an europäischen Fürstenhöfen in der Frühen Neuzeit (15.-18. Jh.) ; K. Malettke et C. Grell (éd.), Société de cour et courtisans dans l’Europe de l’époque moderne (xve-xviiie siècle), Münster, 2001 (Forschungen zur Geschichte der Neuzeit, 1).

29 P. Hurtubise, Familiarité et fidélité à Rome au xvie siècle : les « familles » des cardinaux Giovanni, Bernardo et Antonio Maria Salviati, dans Hommages à Roland Mousnier..., p. 336-350 ; G. Fragnito, « Parenti » e « familiari » nelle corti cardinalizie del Rinascimento, dans C. Mozzarelli (éd.), « Familia » del Principe e famiglia aristocratica, II, Rome, 1988, p. 565-587 ; P. Jugie, Les familiae cardinalices et leur organisation interne au temps de la papauté d’Avignon ; esquisse d’un bilan, dans Aux origines de l’État moderne..., p. 41-59.

30 W. Reinhard, Papstfinanz...

31 R. Ago, Carriere e clientele nella Roma barocca, Roma-Bari, 1990 ; M. A. Visceglia, Burocrazia, mobilità sociale e patronage alla corte di Roma tra Cinque e Seicento. Alcuni aspetti del recente dibattito storiografico e prospettive di ricerca, dans Roma moderna e contemporanea, 3, 1995, p. 11-55 ; S. Carocci, Il nepostismo nel medio Evo. Papi, cardinali e famiglie nobili, Rome, 1999 (La corte dei papi, 4).

32 T. Renna, Aristotle and the French Monarchy 1260-1303, dans Viator, 9, 1978, p. 309-324; U. Mazzone, « El buon governo ». Un progetto di riforma generale nella Firenze savonaroliana, Florence, 1978 ; P. Schiera, Il Bonum comune fra cor-pi e disciplina : alle radici della politica nel medioevo, in Democrazia e diritto, 1991, p. 29-51.

33 F. Autrand, Offices et officiers royaux en France sous Charles VI, dans Revue historique, 242, 1969, p. 285-338 ; Histoire comparée de l’administration (ive-xviiie siècles. Actes du XIVe colloque historique franco-allemand (Tours, 1977), Munich, 1980 (Beihefte der Francia, 10) ; G. Cerboni Baiardi, G. Chittolini et P. Floriani (éd.), Federico da Montefeltro : lo Stato, le arti, la cultura, Rome, 1986 ; J. Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, 2 vol., Paris, 1987 ; T. Dean, Land and power in late medieval Ferrara : the rule of the Este 1350-1450, Cambridge, 1988 ; A. Viggiano, Governanti e governati, legittimità del potere ed esercizio dell’autorità sovrana nello Stato veneto della prima età moderna, Trévise, 1993 ; G. Castelnuovo, Ufficiali e gentiluomini : la società sabauda nel tardo medioevo, Milan, 1994 ; L. Mannori, Il Sovrano tutore : pluralismo istituzionale e accentramento amministrativo nel principato dei Medici (secoli xvi-xviii), Milan, 1994 ; I. Lazzarini, Fra un principe ed altri Stati : relazioni di potere e forme di servizio a Mantova nell’età di Ludovico Gonzaga, Rome, 1996 (Nuovi studi storici, 32) ; O. Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge (1356-1523), Paris, 1998 ; voir également les actes des colloques éd. par F. Leverotti, Cancelleria e amministrazione negli Stati italiani del Rinascimento, dans Ricerche storiche, 24, 1994, p. 277-424 et Gli officiali negli Stati italiani del Quattrocento, Pise, 1997 (Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa, Quaderni 1).

34 On renvoie aux deux premiers volumes de M. Pinet (éd.), Histoire de la fonction publique en France (P. Riché, É. Bournazel et F. Autrand, Des origines au xve siècle, et J. Godechot, J. Imbert, J. Meyer et J. Nagle, Du xvie au xviiie siècle), Paris, 1993. De même toujours en ce qui concerne le cas français N. Bulst, R. Descimon et A. Guerreau (éd.), L’État ou le roi. Les fondations de la modernité monarchique en France xive-xviie siècle, Paris, 1996.

35 P. Partner, The Pope’s Men: the Papal Civil Service in the Renaissance, Oxford, 1990.

36 B. Guenée, Tribunaux et gens de justice dans le bailliage de Senlis à la fin du Moyen Âge (vers 1380-vers 1550), Strasbourg, 1963 ; R. Descimon, Les élites au pouvoir et le prince : l’État comme entreprise, dans Les élites du pouvoir..., p. 133-162.

37 Pour divers motifs, il n’a pas été possible d’imprimer dans ce volume les communications présentées par R. Ago (Lo Stato della Chiesa nel contesto culturale europeo : il governo dei « savi magistrati » da Cicerone a De Luca), G. Chittolini et M. Lunari (In periferia : officiali pontifici nel ducato di Milano), F. Allegrezza (Il cardinale legato : Napoleone Orsini in partibus Tusciae nel 1306-1309), A. Lanconelli (I castellani delle rocche della Chiesa : l’organizzazione provinciale nei secoli xiv-xv), G. Pizzorusso (Dagli affari missionari ai rapporti di Curia. Le carriere dei segretari di Propaganda Fide nel xvii secolo), A. Roth (Burocrati baciati dalle muse, o musicisti baciati dai burocrati ? Cantores capellani capelle pape : curiali tra servizio divino e apparato burocratico), H. Schwedt (« Uomo di libro ma non di negozio ». Erudizione e politica alla Curia pontificia : le congregazioni dell’Inquisizione e dell’Indice).

38 Ce point avait déjà été souligné par R. Bizzocchi, Ecclésiastiques toscans et officiers de la Curie romaine pendant la Renaissance, dans L’État moderne et les élites..., p. 327-335. Il avait été repris au cours de la première table ronde en 2001 par G. Chittolini et M. Lunari.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540