Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Malte, frontière de chrétienté (1530-1670)

 | 
Anne Brogini

Première partie. Naissance et affirmation d’une frontière (1530-1575)

Introduction à la première partie

Texto completo

« Toute frontière a quelque chose à voir avec l’insécurité et avec un besoin de sécurité. »
Claudio Magris, Utopie et désenchantement, p. 78.

  • 1 NML, Ms 631, Relatione dell’isola di Malta nell’anno 1610, f° 1v.
  • 2 AOM 447, f° 299v., 31 mars 1594.

1Scoglio di Mare1 en 1530 ; isola tanto importante frontiera della cristianità2 à la fin du siècle. En un demi-siècle, une île qui semblait n’être presque rien en Méditerranée était devenue la frontière par excellence de la chrétienté. Une transformation si radicale n’avait pu se produire qu’à la faveur d’une combinaison harmonieuse de plusieurs éléments.

2N’ayant pas la richesse et l’importance de la Sicile, n’étant pas un préside situé en terre musulmane, Malte ne présentait pas, au début du xvie siècle, un intérêt suffisamment important pour justifier un investissement militaire ou financier de la part de la puissance espagnole à qui elle appartenait. Démunie et presque sans ressources, en proie aux fréquentes razzias musulmanes, l’île en frontière de l’Europe vivotait alors dans une dépendance constante de la Sicile. Elle possédait pourtant des éléments originaux comme sa religion catholique ou sa langue mixte, qui fondaient déjà les germes d’une identité insulaire forte, ainsi qu’une situation stratégique qui jusqu’alors, faute de mise en valeur, constituait plus un désavantage qu’un atout pour elle.

3À l’exemple de bien d’autres îles, Malte avait toujours été concernée par l’histoire méditerranéenne, mais de façon lointaine. Pour cette île, les véritables changements devaient se produire dans le nouveau contexte du xvie siècle, marqué par l’opposition de deux civilisations hostiles – l’Islam et la chrétienté – qui s’incarnaient au même moment en deux empires rivaux, espagnol et ottoman, dont les échanges étaient presque exclusivement militaires. Dans ce contexte, les terres espagnoles méditerranéennes (la Sicile, le sud de la péninsule italienne, les présides) devaient être protégées par tous les moyens. Située stratégiquement entre la Sicile et le préside espagnol de Tripoli, l’île de Malte prenait une importance nouvelle qui justifiait sa donation à un illustre Ordre médiéval militaire et hospitalier, l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, en quête d’une nouvelle terre depuis son éviction de Rhodes en 1522.

4Vassal de l’Empereur et dépendant du Pape, l’Ordre avait pour devoir de soutenir désormais toutes les activités militaires espagnoles et chrétiennes en Méditerranée. C’était depuis Malte, où il s’était installé à contre-cœur, qu’il devait pratiquer toutes les « formes de la guerre », classique, corsaire ou de surveillance. À partir de ce moment, l’Ordre et son île, présents de façon récurrente en Méditerranée, devenaient l’ennemi privilégié des musulmans, turcs comme barbaresques. Ce danger permanent obligeait l’Ordre, suzerain d’une île sans protection, à entamer une politique de fortifications nécessaires à la protection de son lieu de vie. Ces constructions nombreuses, qui devaient s’étaler sur une longue période, nécessitaient un investissement très important, sur un plan financier, technique et humain, que les chevaliers devaient assumer dans sa presque totalité. Cumulée à une activité guerrière importante de l’Ordre, la mise en place des fortifications consolidait le rôle maltais de point défensif de la chrétienté.

5Mais ce devait être par le truchement de trois événements-phares de l’histoire maltaise (la perte de Tripoli et la razzia de Gozo en 1551, le « Grand Siège » de 1565 et la construction d’une nouvelle ville idéale, La Valette), qui combinaient la concrétisation du danger, la victoire sur l’ennemi et une mythification de la réalité, que l’île devait réellement devenir ce que l’Ordre lui-même appelait à la fin du xvie siècle, une « frontière tellement importante de la chrétienté ».

Notas

1 NML, Ms 631, Relatione dell’isola di Malta nell’anno 1610, f° 1v.

2 AOM 447, f° 299v., 31 mars 1594.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540