Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Malte, frontière de chrétienté (1530-1670)

 | 
Anne Brogini

Remerciements

Texte intégral

1Je tiens à exprimer ma gratitude à toutes les personnes qui ont permis que cette recherche se fasse dans les meilleures conditions possibles.

2Merci au professeur Maurice Aymard, administrateur de la Maison des Sciences de l’Homme de Paris, qui a guidé mon travail depuis l’origine ; ses conseils et son soutien chaleureux m’ont toujours aidée.

3Merci au professeur Alain Blondy, de l’Université de Paris-IV, pour son amitié et son aide précieuse à Malte ; en souvenir de nos longues journées studieuses dans les archives glacées de La Valette ou de Mdina et des cafés brûlants qui nous ont si souvent réchauffés.

4Merci au professeur Bernard Vincent, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, pour sa grande gentillesse et son appui constant à Rome dans les archives des Jésuites et dans celles du Vatican.

5Merci aux deux institutions qui ont en permanence constitué un cadre propice au développement de mes recherches : le Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine de l’Université de Nice et l’École française de Rome.

6Je remercie tout particulièrement le directeur du CMMC, Robert Escallier, et le professeur Pierre-Yves Beaurepaire, de l’Université de Nice, pour leur confiance et leur soutien.

7Je remercie également Madame Brigitte Marin, directrice des études en Histoire Moderne et Contemporaine à l’École française, pour sa disponibilité et ses relectures.

8Merci au personnel des bibliothèques et des archives de Rome et de Malte. Merci à la Bibliothèque de l’Ordre de Malte de Rome, notamment à son curateur, Frà Élie de Comminges, et à la dottoressa Valeria, pour leur accueil. Merci au professeur Mario Buhagiar, de l’Université de Msida ; merci au frère George Aquilina, pour son assistance dans les archives notariales de La Valette ; merci à Don John Azzopardi et à Don Michaël Agius des Archives de l’Inquisition de Mdina.

9Merci enfin à Monsieur Michel Fontenay et à son épouse Janine, pour ses conseils et leur amitié ; à Monsieur André Nouschi ; au Révérend Père Henri Sanson ; à Monsieur Khalifa Chater, professeur à l’Université de Tunis-I ; et à Jacques Mièvre pour son soutien de longue date.

10Une dernière pensée à tous mes proches, à mes parents, à Pascal, à ma famille et à mes amis, qui m’ont toujours soutenue et réconfortée, même aux heures difficiles, et qui voudront bien trouver dans l’achèvement de ce travail l’expression de ma reconnaissance et de mon affection.

11Cet ouvrage est dédié à tous les Maltais qui n’ont jamais ménagé leur patience et leur gentillesse pour discuter avec moi dans les archives, les musées, les églises ou les rues d’une petite île qui fut et qui demeure l’une de mes plus belles découvertes.

© Publications de l’École française de Rome, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540