Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gilles Caillotin, pèlerin

 | 
Dominique Julia

Postface. Un « roumieu » au xviiie siècle : expériences partagées, récit singulier

Texte intégral

LA SOCIÉTÉ PÈLERINE DU xviiie SIÈCLE

  • 1 Jean-Pierre Poussou, “Comprendre les migrations saisonnières”, in Jacques Dupâquier (dir.), Histoir (...)
  • 2 Alain Croix, “‘L’ouverture des villages sur l’extérieur fut un fait éclatant dans l’ancienne France (...)
  • 3 Dans son article “Quatre villages du Tonnerrois”, Annales de démographie historique, 1969, p. 62-84 (...)

1Depuis un demi-siècle, l’ensemble des études de démographie historique, à la suite des travaux pionniers de Pierre Goubert, ont souligné l’enracinement au village comme le phénomène majeur caractérisant les populations d’Ancien Régime et insisté sur “la sédentarité profonde des ruraux vivant sur le sol du royaume”1. Il est vrai que les très nombreuses monographies paroissiales, bâties sur la méthode de reconstitution des familles élaborée par Louis Henry, écartaient par principe de leurs comptages, pour des raisons d’insuffisance de données, les familles qualifiées d’“incomplètes” parce que la totalité des naissances ou la trace de la fin du couple n’étaient pas connues, ce qui venait renforcer les taux d’autochtonie calculés. Les vifs débats récents n’ont pas remis en cause ces acquis2, ils ont pourtant déplacé l’accent vers les mobilités dont l’analyse était demeurée en retrait, en dépit de travaux qui n’en avaient pas méconnu l’importance3. À ce propos, ils ont rappelé le rôle fondamental des migrations saisonnières qui appartiennent à la mobilité habituelle des paysans, comme aussi celui des micromobilités au sein de l’espace de vie qui n’excède généralement pas une dizaine de kilomètres et dans lequel les jeunes gens cherchent un partenaire ou à s’établir ; ils ont également mis en valeur les migrations d’errants et les migrations d’entrée dans la vie, les plus importantes en volume puisqu’au moins un tiers d’une classe d’âge quitte sa famille pour entrer en service loin du village natal : ce sont justement celles-ci qui échappaient le plus souvent aux analyses fondées sur les registres paroissiaux.

  • 4 Daniel Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, (...)
  • 5 François-Léon Réguis, La voix du pasteur. Discours familiers d’un curé à ses paroissiens pour tous (...)

2Tout récemment, Daniel Roche, dans une vaste synthèse, s’est interrogé sur la culture de la mobilité à l’époque moderne4. Mettant en relation récits de voyage et pratiques réelles des acteurs, il s’efforce de saisir comment valeurs et normes ont été mises en question par le nouveau rapport au temps et à l’espace qu’instaure le voyage. Comment les individus et les groupes, auxquels ces derniers viennent s’agréger de manière temporaire ou définitive, ont-ils été modifiés par cette expérience singulière où se croisent contraintes et libertés, traditions, coutumes et innovations, selon des degrés chaque fois variables ? Dès la fin du dix-huitième siècle, certains prédicateurs tonnent contre l’effet pernicieux qu’exerce sur leurs ouailles la mobilité : celle-ci donne l’exemple d’une autonomie morale qui ose désormais s’émanciper de l’autorité du pasteur. François-Léon Réguis, prêtre du diocèse de Gap devenu curé de la petite ville de Bonny-sur-Loire dans le diocèse d’Auxerre, dénonce ainsi, en 1766, ce paysan qui a quitté sa charrue pour “se mettre au service dans une grande ville”. À son départ, il “était plein de soumission et de respect pour l’Église ; en un mot, il était chrétien”. Lorsqu’il revient quelques années plus tard, “il parle à tort et à travers sur la religion et les prêtres, il se moque de la confession et du carême, il se tient debout pendant toute la messe, et pose à peine un genou en terre au moment de l’élévation, il n’assiste point aux vêpres, ou s’il y paraît, c’est pour faire voir qu’il est du bel air de ne point rester aux complies”5. Quelque limitées qu’elles puissent être en volume, les migrations entraînent, aux yeux de ce pasteur, des effets culturels dévastateurs en développant l’individualisme des conduites et le relâchement des anciens liens de dépendance.

Des flux impressionnants

  • 6 On pourra se reporter ici à D. Julia, “Gagner son jubilé à l’époque moderne : mesure des foules et (...)
  • 7 Mario Romani, Pellegrini e viaggiatori nell’economia di Roma dal xiv al xvii secolo, Milan, Vita e (...)
  • 8 Pour un exemple de cette “délocalisation”, voir l’article de Bernard Dompnier, “Le pardon sans pèle (...)

3Le pèlerinage aux grands sanctuaires de chrétienté s’inscrit, lui, résolument du côté d’une tradition pluriséculaire, revivifiée par la Réforme catholique et devrait donc, au moins en principe, échapper à ce type de critiques, même si dans la littérature spirituelle, l’accent est désormais davantage porté sur le pèlerinage intérieur de l’âme dans son ascension vers Dieu que sur le voyage réel. Il convient pourtant de s’interroger : le pèlerinage au long cours est-il un geste banal ou est-il devenu une équipée extraordinaire au xviiie siècle ? Autrement dit, la figure de Gilles Caillotin est-elle ordinaire ou exceptionnelle au moment où il se rend dans la Ville Éternelle ? Il est vrai qu’à la fin du Moyen Âge et tout au long de l’époque moderne, des recours plus proches sont venus prendre le relais des grands sanctuaires, offrant aux fidèles toute une gamme de hauts lieux où demander une guérison ou une grâce. Mais, sans vouloir prétendre que le voyage à Lorette, Rome ou Compostelle est coutumier aux populations d’Ancien Régime, force est de reconnaître que le nombre de pèlerins qui, chaque année, s’y rendent est encore conséquent6. Les données chiffrées dont nous disposons à propos des pèlerins accueillis à l’hospice de la Santissima Trinità dei Pellegrini à Rome (qui n’en reçoit cependant qu’une partie) lors des années jubilaires attestent sans doute une baisse non négligeable : si l’on estimait ceux-ci à 200 000 en 1625, ils ne sont plus que 100 000 en 1700, 85 000 en 1725, 137 000 pourtant en 1750, l’année sainte du pape Benoît XIV qui, à l’issue de la guerre de Succession d’Autriche manifeste une belle vitalité, 100 000 encore en 17757. C’est dire que, s’il y a un fléchissement par rapport à la fin du xvie siècle ou au début du xviie siècle, dû en partie au déclin de l’aspect confraternel du pèlerinage et à la “délocalisation” des indulgences attachées aux jubilés par la possibilité d’obtenir les grâces de celui-ci dans son propre diocèse au cours de l’année qui suit le jubilé romain8, les flux de pèlerins qui convergent vers la capitale de la catholicité demeurent encore considérables. On peut, en effet, admettre l’hypothèse que l’hôpital de la Santissima Trinità ne comptabilise qu’une petite moitié des pèlerins : les pèlerins aisés se logent dans les auberges, les couvents, les appartements ou les chambres à louer de Rome ; ceux qui proviennent des villes ou des campagnes limitrophes sont exclus de l’hospitalité (Sabine, collines albaines, Marais Pontins), puisque s’applique pour eux la règle d’une distance minimale de soixante ou de cent milles ; les pèlerins “ultramontains” (c’est-à-dire ceux qui viennent de l’autre côté des Alpes, ce qui, pour les habitants de la péninsule, correspond aux Flamands, Français, Espagnols, Portugais et à tous les habitants du Saint-Empire Romain Germanique), sont accueillis dans les hôpitaux nationaux, sans compter ceux qui sont hébergés par les autres confréries romaines, notamment par l’archiconfrérie de Gonfalon (Gonfalone), principale concurrente de la Santissima Trinità, ainsi que ceux qui sont reçus à l’hospice de Santa Galla, ouvert en 1657 au pied du Capitole, piazza Montanara. Ce sont donc vraisemblablement 350 à 400 000 pèlerins qui, lors des jubilés, sont accueillis entre 1575 et 1650, 200 000 en 1700 et même 280 000 en 1750.

  • 9 Antje Stannek, “Les pèlerins allemands à Rome et à Lorette à la fin du xviie et au xviiie siècle”, (...)
  • 10 Archives des Pieux Établissements de Rome et de Lorette, registres 209/1 à 209/11.
  • 11 René de La Coste Messelière, “Édits et autres actes royaux contre les abus du pèlerinage aux xviie (...)

4Les données recueillies sur les hôpitaux “nationaux” de Rome confirment pleinement ce constat. À l’hôpital national des Allemands, Santa Maria dell’Anima, tout proche de la place Navone, on dénombre, lors du jubilé de 1675, 10 876 pèlerins tedeschi (c’est-à-dire venus des pays germaniques), 22 775 lors de l’année sainte 1700 ; mais si la moyenne annuelle des pèlerins accueillis est légèrement supérieure à 4 200 dans la dernière décennie du xviie siècle, elle n’est plus que d’un peu plus de 700 dans les années 1780-1784, et même de 250 seulement en 1785-1789, c’est-à-dire divisée par plus de seize9. À Saint-Louis-des-Français, le décrochement est net entre les 3876 pèlerins accueillis lors de l’année sainte 1700 et les 775 reçus trois quarts de siècle plus tard en 1775, soit une diminution des quatre cinquièmes10. Il est clair que les mesures prises par différents États au cours du xviiie siècle pour limiter ou interdire le passage des pèlerins tout comme les législations proliférantes qui s’attaquent à la mendicité et au vagabondage ont contribué à tarir les flux pèlerins au cours de la seconde moitié du xviiie siècle11. La figure d’un pèlerin comme Benoît Labre, mort à Rome en odeur de sainteté en 1783, est devenue alors insolite.

  • 12 B. M. Reims, ms. 2487, p. 40.
  • 13 Archives des Pieux Établissements de Rome et de Lorette, registre 209/1.
  • 14 Ibid., registre 209/4.

5Dans l’analyse de la conjoncture des flux, il convient de ne pas oublier les trois fléaux traditionnels qui arrêtent les migrations : les famines qui amènent certains États à fermer leurs frontières parce qu’ils sont déjà dans l’impossibilité de nourrir leurs propres populations ; les épidémies de peste pendant lesquelles les villes interdisent toute entrée d’étranger, possible porteur du mal ; les guerres, enfin, dont les théâtres d’opérations sont peu propices aux allées et venues d’individus dont la tenue apparemment misérable peut en réalité cacher une intrusion ennemie. Gilles Caillotin évoque lui-même la rumeur orale d’une guerre entre le roi de France et le roi d’Espagne qui court le long des routes12. De fait, au cours des années 1702-1708, les chiffres annuels des pèlerins français reçus à Saint-Louis des Français tournent autour de 450 seulement, soit huit fois moins qu’en 170013, faiblesse qui est à mettre en relation avec les opérations militaires qui se déroulent dans le nord de la péninsule entre Français et Piémontais, lors de la guerre de Succession d’Espagne. En 1721 et 1722, les flux sont encore plus maigres (296 et 385), ce qui est très certainement dû à l’épidémie de peste dite de Marseille parce qu’elle a commencé dans cette ville en juin 1720. L’année 1724, celle où précisément Gilles Caillotin voyage, fait au contraire partie des hautes eaux du xviiie siècle, puisque l’hospice de Saint-Louis reçoit alors 1550 pèlerins, cependant qu’il en accueille plus de 2500 l’année sainte 1725, et plus de 1400 encore au cours de chacune des trois années suivantes14.

Les rythmes saisonniers

  • 15 Les mois d’avril, mai et juin attirent toujours à l’hospice de la Santissima Trinità de 38 à 45 % d (...)
  • 16 Archives de la Casa di Riposo Giovanni Bonifacio Festaz, Aoste, liasse 53, registre d’entrée des pè (...)
  • 17 A. D. Savoie, Archives hospitalières de Chambéry, II F 11, “Registre des ‘passades’ soit répertoire (...)

6Lorsqu’on examine le rythme saisonnier des pèlerins “ultramontains” venus dans la ville Éternelle, on note en général que la plus faible fréquentation se situe l’hiver, ce qui s’explique aisément par la difficulté de traverser les Alpes en cette période et par le désir de faire le voyage de retour en une saison où le froid est encore supportable15. Les statistiques tirées des registres des hôpitaux romains sont d’ailleurs pleinement corroborées par celles des hôpitaux situés au plus près des montagnes : ces dernières accentuent même les écarts saisonniers, soulignant ainsi le rôle de barrière quasi-infranchissable rempli par les Alpes pendant les mois d’hiver : au cours de la décennie 1730-1739, l’hôpital des pèlerins d’Aoste, ville située au débouché des routes du Petit et du Grand Saint-Bernard n’accueille, au cours des mois de novembre, décembre et janvier, que 9 % des pèlerins passés au cours de l’année, tandis que les mois de mai, juin, juillet rassemblent 40 % des effectifs. En ajoutant à ces derniers ceux d’août et de septembre, on atteint près des deux tiers du total16. À l’hôpital général de Chambéry, où les chiffres dont nous disposons couvrent moins d’une année (14 décembre 1730-26 août 1731), le nombre des pèlerins passés en janvier (38) est six fois moindre qu’en juillet (224) et plus de quatre fois inférieur à ceux de mai et juin (respectivement 166 et 174)17, ce qui indique, ici aussi, un maximum des passages au printemps. À Rome même, l’année 1724 échappe toutefois à cette règle puisque l’on y observe un maximum de pèlerins durant l’automne (plus du tiers des pèlerins accueillis à Saint-Louis des Français) dû à un mois de décembre particulièrement fourni en arrivées (15,4 % du total) : la proximité de l’année sainte – la Porte Sainte s’ouvre le 24 décembre, veille de Noël – provoque une véritable « ruée » vers Rome ; alors qu’en décembre 1723, la moyenne journalière des pèlerins dormant à l’hospice Saint Louis est d’une dizaine, ils sont quotidiennement près de cinquante du 23 au 31 décembre 1724 (47 très exactement). Il y a bien eu, cependant, un second maximum au printemps de 1724 : tandis que les quatre premiers mois de l’année ont été faiblement fréquentés (janvier-avril : 18,7 % seulement des arrivées), les trois mois de mai, juin et juillet ont compté environ 30 % des pèlerins accueillis. Arrivé en plein cœur de l’été, en une saison où les grandes chaleurs font souffrir les marcheurs, Gilles Caillotin est présent dans un mois plus “creux” (120 nouveaux pèlerins en août, 107 seulement en septembre). Lors des nuits qu’il passe à Saint-Louis, le dortoir rassemble seulement une quinzaine de pèlerins, sauf le 26 août où ils sont 27 : on est tout aussi éloigné des très maigres chiffres du mois de janvier (du 1er au 15 janvier 1724, on ne dénombre que quatre ou cinq pèlerins chaque nuit) que de la fiévreuse poussée de la fin du mois de décembre, due à l’ouverture des grâces du jubilé.

  • 18 Archives de la Casa di Riposo Giovanni Bonifacio Festaz, Aoste, liasse 53, registre d’entrée des pè (...)
  • 19 Nous avons comparé les données nominatives du registre cité à la note précédente avec celles du reg (...)
  • 20 Archives de la Casa di Riposo Giovanni Bonifacio Festaz, Aoste, liasse 53 : Martin Canier, de Savoi (...)
  • 21 Ibid. On peut se poser la question à propos de passages, relativement rapprochés dans le temps, de (...)
  • 22 Ibid. Les registres d’hôpitaux sont muets sur les motivations qui lancent les pèlerins sur le chemi (...)
  • 23 Voir dans ce volume p. 134.
  • 24 Archivio di Stato, Pistoia, Opera di San Jacopo, registres no 231, 231bis et 232, répertoire par or (...)

7Il conviendrait naturellement de confronter ces données d’ensemble avec le rythme particulier de la marche de chaque pèlerin : une telle analyse impliquerait un dépouillement nominatif systématique des registres d’hôpitaux sur divers sites durant les mêmes années, de façon à suivre la progression ou le retour des mêmes individus. D’ores et déjà, d’un examen attentif des registres des hôpitaux d’Aoste et de Chambéry autour des années 1730 quelques leçons peuvent cependant être tirées. Un premier constat est que les durées de voyage sont extrêmement variables. Les « mémoires » de Gilles Caillotin nous permettent de le suivre au jour le jour et, nous le verrons, le rythme de sa marche est plutôt rapide : parti de Rome le 1er septembre 1724, il est dès le 28 septembre suivant à Novalesa, au pied du col du Mont-Cenis, puis le 1er octobre à Saint-Jean-de-Maurienne : depuis la capitale de la catholicité, il a donc mis un mois à peine pour atteindre les cols alpins. Nous pouvons sans doute attribuer une cadence assez proche aux pèlerins dont l’intervalle entre deux passages à Aoste avoisine deux mois : François Voitet, du diocèse de Lausanne, passe ainsi le 11 septembre 1729 à l’hôpital d’Aoste en allant à Rome, d’où il revient le 17 novembre à son second passage. De la même façon, le Lorrain Jean-François Rasotte passe le 9 mai 1732 à son aller vers la Ville Éternelle, puis le 17 juillet suivant, à son retour soit deux mois et dix jours. Mais à ces allures rapides s’opposent des progressions beaucoup plus lentes. François Genuer, du diocèse de Besançon, met 116 jours entre deux passages (4 mars/27 juin 1730) ; les époux Cogitot, dont l’origine est inconnue et qui se rendent, eux aussi, à Rome en mettent 167 (27 juin/ 10 décembre 1730) soit cinq mois et demi18. Bien évidemment, faute de documentation, nous ne pouvons guère rendre raison de ces écarts : arrêt pour travailler dans une ville ? séjour dans un hôpital du fait d’une maladie ? changement d’itinéraire ? Ce qui est, en revanche, certain, c’est que les différences de vitesse dans les trajectoires sont une composante essentielle des écarts décelés. Elles se repèrent déjà entre les deux hôpitaux eux-mêmes : en juin-juillet 1731, par exemple, quatre pèlerins passent à la fois à Aoste et à Chambéry ; ils ont donc pris le col du Petit-Saint-Bernard et rejoint la capitale savoyarde par Bourg-Saint-Maurice. Pour franchir cette distance d’environ 185 kilomètres, le premier met sept jours (soit une moyenne quotidienne de plus de vingt cinq kilomètres), le second douze et les deux derniers qui voyagent de conserve, dix-sept, ce qui correspond pour eux à un trajet journalier de onze kilomètres seulement19. Les écarts entre aller et retour sont d’ailleurs d’autant plus accentués que la date du passage est tardive dans le cours de l’année et que les pèlerins ont dû se décider à passer l’hiver dans la péninsule, faute de pouvoir passer les cols alpins avant les intempéries et la chute des neiges : les intervalles entre deux passages atteignent alors de quatre à dix mois20. Il faudrait enfin pouvoir mesurer la part, dans cette population migrante, des pèlerins que nous pourrions qualifier de « réguliers » puisqu’on retrouve leurs noms sur les registres à une ou plusieurs années d’intervalle, et s’interroger en même temps sur leur statut exact. S’agit-il d’une population marginale et vagabonde qui utilise habilement comme structure d’accueil les hospices de pèlerins pour se loger ? Cette hypothèse ne saurait être totalement exclue dans certains cas21. Mais il faut surtout songer à la figure, moins rare que nous ne pouvons le croire, de ces pèlerins « payés » pour voyager et accomplir le vœu de pèlerinage qu’un autre a formulé et ne peut réaliser lui-même22 : Gilles Caillotin narre lui même la rencontre qu’il a faite, en traversant les Apennins entre Florence et Bologne, d’un pèlerin flamand qui faisait le voyage de Rome pour la septième fois « la plupart pour exécuter les vœux de quelques personnes qui avaient voué d’y aller en personne et s’en acquittaient par une autre personne »23. Or, nous avons bien, grâce à la précision des greffiers, des cas tout à fait similaires. Voici, par exemple, Pierre Chevallier, du diocèse de Paris, qui passe à Aoste les 7 octobre 1731 et 20 juin 1733 : les deux fois ses patentes indiquent un pèlerin qui revient de Rome. En consultant les registres de l’Opera di San Jacopo à Pistoia en Toscane, où les jacquaires qui venaient vénérer la relique du bras de l’apôtre à leur retour de Compostelle, recevaient une aumône s’ils pouvaient présenter leur compostela, certificat indiquant la date de leur passage au sanctuaire de Galice24, nous découvrons, le 29 novembre 1732, un Pierre Chevalier (avec un seul l mais les graphies des patronymes sont très variables à l’époque moderne) qui est Français : il est passé le 21 avril 1732 à Saint-Jacques et son pèlerinage en Espagne s’inscrit ici parfaitement entre ses deux passages à Aoste ; de la même façon, le Provençal Pierre Sylvestre qui, pendant l’hiver 1731, met deux mois à franchir les Alpes entre Aoste et Chambéry (5 janvier à Aoste et 7 mars à Chambéry, ce qui veut dire qu’il a attendu des temps plus propices avant d’affronter la route du Petit-Saint-Bernard) est inscrit le 30 septembre 1732 à Pistoia : sa compostela date du 25 juin de la même année ; le Piémontais Barthélemy Garino, passé à Aoste et Chambéry en juin-juillet 1731, est inscrit le 2 janvier 1735 à Pistoia : sa compostela est datée du 13 mars 1734. Une frange non négligeable de passants pèlerine donc au long cours pendant plusieurs années.

Des passants de toutes les nations

  • 25 A. D. Isère, Archives hospitalières de Grenoble, F 15. “Pour servir de mémoire pour les passeports (...)
  • 26 B. M. Grenoble, ms. R 63, registre “concernant les affaires de la première présidence et du command (...)

8Mesurer la dimension internationale du pèlerinage – Gilles Caillotin, dans ses “mémoires” ne cesse de signaler la rencontre de pèlerins allemands, tchèques, espagnols, flamands, brabançons, etc... – ou même la distribution régionale des passants d’une même “nation” est beaucoup plus délicat : les comptes de l’hospice de la Santissima Trinità ne détaillent pas la nationalité des pèlerins reçus et nous sommes loin de disposer de l’ensemble des registres des hôpitaux “nationaux” de Rome. Quatre sources peuvent cependant nous servir ici de fil d’Ariane. En tout premier lieu nous est resté un registre de passeports délivrés aux “pèlerins mendiants” par les administrateurs de l’hôpital général de Grenoble, après la déclaration du 18 juillet 1724 réprimant la mendicité, registre qui n’a malheureusement été tenu que pendant un mois25 : sur vingt-trois passeports délivrés, dix l’ont été à des Français, neuf à des Espagnols, trois à des sujets de différents États de la péninsule italienne, un à l’un des compagnons de Gilles Caillotin, François Sauvage, qui est originaire du Luxembourg : la plupart d’entre eux (quinze) viennent de Rome, un pèlerin du diocèse d’Albenga se rend à Cologne honorer les Trois Rois, cependant qu’un autre, originaire de Sienne, revient de Saint-Jacques de Compostelle. Si ce trop bref aperçu ne permet pas de tirer de véritables conclusions, on peut toutefois évaluer au moins à deux cent cinquante le nombre des passeports délivrés chaque année à des pèlerins, alors que la capitale dauphinoise n’est pas placée sur la route la plus ordinaire pour se rendre dans la péninsule. Les registres postérieurs de passeports, délivrés par le commandant de la province du Dauphiné, attestent à tout le moins la persistance du vœu de pèlerinage26.

  • 27 Une règlementation spécifique aux hôpitaux de pèlerins se met en place dans l’ensemble du Piémont e (...)
  • 28 Yannick Fouquet, Pauvreté et assistance au xviie siècle. Le cas exemplaire de Chambéry, Mémoires et (...)
  • 29 Archives hospitalières de Chambéry, II F 11, registre des “passades” délivrées aux pèlerins par l’h (...)
  • 30 Archives hospitalières de Chambéry, II F 11, fo 1.
  • 31 Archives hospitalières de Chambéry, III F 2, registre des entrées à l’Hôtel-Dieu commençant en 1726 (...)

9Un second point d’observation peut être fourni par l’hôpital général de Chambéry à nous devons la qualité de l’information recueillie au strict contrôle qu’a ordonné le roi du Piémont27. En 1730, l’hôpital de Maché (ainsi appelé parce qu’il était situé près de la porte du même nom), qui avait été fondé en 1415 pour l’accueil des pèlerins, a été réuni à l’hôpital général de Chambéry28. Dès le 14 décembre de cette année, ces derniers sont inscrits sur un registre qui est régulièrement tenu jusqu’au 26 août 173129. Une lettre de l’Intendant général de Savoie en date du 27 avril 1731 adressée au semainier de l’hôpital général après examen de l’état des dépenses s’inquiète des modalités selon lesquelles une livre est délivrée non seulement à chaque pèlerin, “mais encore à tous ceux qui se présentent, comme à des soldats congédiés, ouvriers qui passent d’un lieu à un autre, et même à des protestants” : “S. M. m’a fait l’honneur de me dire de vous faire savoir que son intention est précisément de ne donner cette livre de passade qu’aux véritables pèlerins qui vont ou viennent de dévotions, munis de leurs patentes ou de certificats en bonne forme pour justifier que leur voyage n’est entrepris ou poursuivi que par un pur motif de dévotion, et nullement par aucune autre cause mondaine”. Le semainier est fermement prié de se conformer désormais à ces intentions et de les exécuter30. De fait, à partir du 7 mai suivant, la passade réservée aux seuls “vrais” pèlerins munis de passeports est réduite d’une livre à dix sols, cependant que les autres voyageurs, inscrits le plus souvent avec la mention “pauvres passants”, ne reçoivent aucune somme d’argent. C’est cette volonté étatique de distinguer précisément le vrai pèlerin sur le plan comptable qui nous vaut la possibilité de dresser une géographie globale, pour une brève période il est vrai, de ces migrants temporaires et bien particuliers. Précisons que nous sommes ici en présence des pèlerins valides, l’Hôtel-Dieu de Chambéry enregistrant dans les mêmes années l’entrée des passants et pèlerins malades, atteints de fièvres, de plaies ou d’ulcères à la jambe, voire d’hémorragies diverses31.

Carte 2 – Pèlerins accueillis à l’hôpital de Chambéry, décembre 1730-août 1731.

  • 32 Il n’est guère possible, avant la date du 7 mai 1731, de distinguer pauvres passants et pèlerins. A (...)
  • 33 L’analyse des registres d’entrées de malades à l’hôpital Saint-Jean-Baptiste de Foligno, ville situ (...)
  • 34 25 pèlerins sont déclarés “Français” sans précision supplémentaire, soit 5,2 %. Nous raisonnons ici (...)
  • 35 En revanche, l’ouest proprement dit et le val de Loire, avec la Bretagne (20 pèlerins), la Normandi (...)

10Naturellement, ce registre n’a pas la précision que nous sommes habitués à rencontrer dans les statistiques contemporaines32. Il permet cependant de repérer que le caractère international de la société pèlerine s’est maintenu en plein xviiie siècle. L’extrême diversité des provenances, notée au jour le jour par Gilles Caillotin au hasard de ses rencontres, est bien un phénomène essentiel à ces pieux déplacements. L’origine géographique est, plus ou moins précisément, indiquée pour plus de 90 % des passagers accueillis à l’hôpital de Chambéry (921 sur 1014, soit 90,8 %). Sans doute, un peu plus de la moitié d’entre eux, 483 (52,4 % des pèlerins dont l’origine est identifiée) sont-ils Français, mais l’on en compte 169 issus des États de la péninsule italienne (y compris les “Savoyards” proprement dits qui ne sont que 26, soit au total 18,4 %) : le royaume de Piémont-Sardaigne avec 64 ressortissants est, comme il est normal, le plus représenté mais l’on dénombre aussi 27 pèlerins venus de la Lombardie, et 28 du royaume de Naples (dont sept Siciliens). On observe ensuite, à un niveau plus modeste il est vrai, une sorte d’équilibre entre les différentes “nations” passées par Chambéry : les états de la péninsule ibérique fournissent 7,2 % des passagers (60 Espagnols, 6 Portugais), la Suisse 6,8 % (63 pèlerins), les Pays-Bas Autrichiens 6,5 % (60 pèlerins, auxquels on pourrait ajouter trois pèlerins issus des Provinces-Unies et un autre venu du duché de Luxembourg), tout comme les pays germaniques 6,5 % (51 pèlerins pour les territoires allemands, 7 pour l’Autriche, 1 pour la Bohême, 1 pour la Moravie). Sans doute la part des “Allemands” est-elle ici très inférieure à celle que l’on peut rencontrer sur d’autres sites, mais la route qui va vers le Mont-Cenis n’est pas l’observatoire le plus adéquat pour la mesurer...33 Le reste des étrangers n’est représenté que par quelques unités : cinq pèlerins pour les Îles Britanniques (3 Anglais, 2 Irlandais), deux pour la Pologne, deux pour la Dalmatie, un Canadien, un Maure d’Afrique et un Maltais. C’est bien une Europe “catholique” qui, passant les Alpes, se dirige vers la Ville Éternelle. Enfin, à l’intérieur du royaume de France même, on peut noter tout d’abord le poids de deux régions principales : les provinces du Nord (Flandres, Artois, Hainaut, Cambrésis), en continuité avec les Pays-Bas, amènent au total 69 pèlerins, soit 15,1 % des Français identifiés34 ; l’Île-de-France (à laquelle nous avons joint la Beauce et la Brie) 72, soit 15,7 % et il est aisé de reconnaître ici l’importance de la capitale qui envoie près de la moitié de ce contingent (34 pèlerins). Au-delà de ce premier constat, il est clair qu’une géographie de la France se dessine où les provinces de l’est et du sud-est sont davantage représentées que les autres : Bourgogne et Franche-Comté apportent un contingent qui rassemble 10,3 % des pèlerins (29 Bourguignons, 18 Franc-Comtois), le Lyonnais (où la ville de Lyon fournit la quasi totalité des pèlerins, 28 sur 31), en réunit au total 6,8 %, la Lorraine 5,4 % (25 pèlerins), le Dauphiné 5 %. (23 pèlerins). À l’inverse, les pèlerins issus du centre-ouest et du sud-ouest sont beaucoup moins représentés : l’Aunis, le Périgord, la Gascogne et la Guyenne n’amènent chacun que deux pèlerins, la Saintonge un seul35.

  • 36 Nous avons retenu pour notre échantillon les années les plus proches de la date du voyage de Gilles (...)
  • 37 9 Espagnols au total sur 355 pèlerins aux origines connues, soit 2,5 %. Certaines années présentent (...)
  • 38 41 pèlerins proviennent de la péninsule italienne et 33 du duché de Savoie ; si on ajoute à ces der (...)
  • 39 Voir Isabelle Brian, “Les pèlerins francs-comtois à Rome 1671-1716”, in Ph. Boutry, D.Julia, Pèleri (...)

11Si l’on examine, sur l’autre versant des Alpes, l’origine géographique des pèlerins accueillis à l’hôpital de charité d’Aoste entre 1729 et 1733 (qui n’est malheureusement connue que pour la moitié d’entre eux)36 – c’est ici notre troisième source, que nous devons à la même exigence de contrôle imposée par Victor-Amédée II – la carte des provenances est tout à la fois proche et différente de celle qu’on a déjà pu observer à Chambéry. Les Français forment la moitié des passants accueillis (175 sur 355 individus dont l’origine est connue) et, parmi eux, on repère une forte présence de Francs-Comtois (36, soit un cinquième des Français) et de Lorrains (15) comme aussi de Flamands (12), dessinant, ici encore, une France de l’Est et du Nord plus prompte à suivre les routes des limina apostolorum. Si les Espagnols ne sont pas très nombreux37, les pèlerins venus des différents États de la péninsule italienne sont, en revanche, très présents et il convient de leur ajouter ceux qui viennent du duché de Savoie tout proche, soit au total un peu plus du cinquième des effectifs reçus38. Surtout, les pèlerins venus de la confédération helvétique (et particulièrement du diocèse de Lausanne) sont proportionnellement plus nombreux qu’à Chambéry : une soixantaine (59 soit 16,6 %), ce qui renvoie ici à une logique géographique puisque Aoste est sur la route du Grand Saint-Bernard. Si l’on ajoute à ces derniers les pèlerins venus d’Allemagne et des États des Habsbourg, on atteint cette fois un quart des pèlerins. Cette géographie pèlerine, plus « orientale » que celle repérée à Chambéry pourrait expliquer l’importance du nombre des pèlerins voyageant en famille, car les recherches récentes ont bien mis en valeur ce trait, tant chez les Francs-Comtois que chez les Suisses et les Allemands39. Quoi qu’il en soit des différences observées dans les provenances des pèlerins accueillis à Chambéry et à Aoste, les registres des deux hôpitaux témoignent du caractère international qu’a conservé en plein xviiie siècle le voyage de dévotion.

Carte 3 – Pèlerins accueillis à l’hôpital Saint-Louis-des-Français, Année sainte 1725.

  • 40 Statistiques établies à partir du dépouillement du registre 209/4 pour l’année sainte 1725. Voir Ph (...)
  • 41 Voir sur ce point, D. Julia, “Pour une géographie européenne du pèlerinage”, art. cit., et Georges (...)

12La répartition régionale esquissée pour le royaume de France se retrouve pleinement lorsqu’on examine – et c’est ici notre quatrième observatoire – l’origine géographique des pèlerins accueillis à l’hospice Saint-Louis des Français au cours de l’année sainte 172540. Celle-ci a pu être établie pour 93,6 % d’entre eux. Les “étrangers” (222 au total) sont ici, pour 90 %, des “Savoyards” (198). Quant aux Français proprement dits, ceux-ci pourraient être regroupés en trois grands ensembles : tout d’abord, les provinces de l’est et du sud-est (Alsace, Lorraine, Champagne, Bourgogne, Franche-Comté, Lyonnais, Dauphiné et Provence) qui, à elles seules, représentent 42,3 % des pèlerins logés ; ensuite les provinces du nord : les Flandres (où l’on note l’écrasante présence de Lille, 90 pèlerins en sont issus sur 121 “Flamands”), l’Artois, le Cambrésis (avec 49 pèlerins de Cambrai même sur 60 issus de la province), le Hainaut et la Picardie amènent un contingent de 305 pèlerins soit 13 % des pèlerins identifiés ; l’Île-de-France enfin (avec 169 pèlerins, soit 7,2 % de l’ensemble, dont 149 venus de Paris même) – manifeste les ferveurs romaines d’une capitale alors largement gallicane et janséniste. Même si les Normands (3,6 %) et les Bretons (3 %) ne sont pas absents, l’ouest et le sud-ouest de la France sont toutefois nettement moins représentés. Tout se passe en réalité comme si une invisible frontière, qui suivrait une ligne de partage des eaux représentée par le cours nord-sud de la Saône et du Rhône, divisait la géographie pèlerine du royaume : à l’ouest de cette ligne, c’est le tropisme de Saint-Jacques de Compostelle qui mène les voyageurs jusqu’à l’extrême occident de la Galice ; à l’est de celle-ci l’emporte l’attirance pour les tombeaux de Pierre et Paul41.

Provenance et destination

  • 42 Nous n’avons aucune mention ni d’origine, ni de but du voyage pour 10,4 % environ des passages (105 (...)
  • 43 Soit 79 % des pèlerins dont le point de départ est connu.
  • 44 Il s’agit du sanctuaire de Notre-Dame de l’Osier, situé sur la paroisse de Vinay dans le diocèse de (...)
  • 45 Le chiffre peut, au premier abord, apparaître modeste. En réalité, il représente 37,5 % du total de (...)
  • 46 Archives hospitalières de Chambéry, II F 11, fo 9. Le greffier orthographie le toponyme « Rotedden  (...)
  • 47 Les provenances et destinations des pèlerins ne sont connues que pour ceux qui sont munis de « pate (...)
  • 48 Archives de la Casa di Riposo Giovanni Bonifacio Festaz, Aoste, liasse 53. Ce sondage porte sur 625 (...)

13Les directives du contrôle administratif piémontais exigeaient de connaître les points de départ et les lieux de destination des pèlerins accueillis, mais les relevés opérés par les hospitaliers sont inégaux en précision. Ces indications ont toutefois le mérite de nous permettre de mesurer, sur un point de la route, le rayonnement des grands sanctuaires. À Chambéry, sur 553 individus42 pour lesquels le point de départ du voyage est précisément mentionné, 405 déclarent venir de Rome, auxquels on peut joindre ceux qui disent venir tout à la fois de Rome et de Lorette (32) : ce sont donc au total 437 pèlerins qui viennent de Rome, soit 43 % de l’ensemble43. Soixante-quatre pèlerins disent venir de Saint-Jacques de Compostelle, auxquels il faut ajouter trois individus indiqués comme venant tout à la fois de Rome et de Saint-Jacques : près de 7 % des pèlerins ont donc effectué jusqu’au confins de la Galice le pèlerinage à l’apôtre. Les autres indications de centres de pèlerinage déjà visités sont beaucoup plus réduites : neuf pèlerins sont déjà passés à Lorette (soit au total 41 visiteurs de ce site), cinq à Cologne où l’on vénère les Rois Mages, deux à Sainte-Reine (Alise Sainte-Reine en Bourgogne), un à “Notre-Dame des Osiers”44. Pour ce qui est des destinations, 279 pèlerins se dirigent vers Rome, soit 27,5 %, 114 vers Saint-Jacques, soit 11,2 % ; les autres indications étant beaucoup plus rares (cinq pèlerins partent pour Notre-Dame des Ermites à Einsiedeln en Suisse, trois pour Lorette et deux pour Cologne). C’est dire qu’au total plus des deux tiers des pèlerins pour lesquels nous avons une indication soit viennent de la capitale de la catholicité, soit se rendent ad limina apostolorum : le passage des Alpes par le Mont-Cenis reste sans doute la voie la plus fréquentée par les « roumieux ». Mais on ne négligera pas le fait qu’environ 18 % des pèlerins (soit près d’un passant sur cinq) qui se sont arrêtés à Chambéry sont concernés par le pèlerinage de Saint-Jacques et que 73 d’entre eux, soit 8,2 %, se rendent, au cours d’un même périple, auprès des tombeaux des deux apôtres45. Il convient donc d’imaginer des itinéraires complexes qui ne mènent pas forcément en droiture le pèlerin de sa province d’origine au sanctuaire : ainsi le greffier de l’hôpital inscrit-il, à la date du 16 mai 1731, « Marie-Marguerite-Françoise Bechers de Rotterdam en Hollande « catholique avec bons passeports venant de Saint-Jacques et s’en va à Rome »46. À Aoste, on constate une prédominance encore plus écrasante du pèlerinage à Rome : un sondage opéré pour les années 1729-1733, c’est à dire au cours des années les plus proches du voyage de Gilles Caillotin, sur les provenances et destinations des hôtes reçus montre que 51,4 % proviennent de Rome et 39,5 % s’y rendent, soit au total 90,9 %47. La direction de Saint-Jacques de Compostelle ne concerne ici à l’aller comme au retour que 6 % de l’ensemble, soit une proportion trois fois inférieure à celle observée à Chambéry48. Il est vrai que la route du Grand-Saint-Bernard qui ouvre le passage entre la confédération helvétique et le Piémont n’est certainement pas le meilleur observatoire pour repérer des jacquaires. Sans doute conviendrait-il de confirmer ces données sur d’autres sites ; d’ores et déjà, nous pouvons cependant affirmer la vigueur persistante du pèlerinage romain au moment où Gilles Caillotin l’entreprend.

Une société essentiellement masculine

  • 49 La présence féminine est encore plus faible en 1700 : elle n’est que de 4 %. On note en revanche un (...)
  • 50 Archivio di Stato, Rome, Ospedale della Santissima Trinità, 373, Diario relatif à l’année sainte 17 (...)
  • 51 Voir Sylvie Steinberg, La Confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution(...)
  • 52 On ne compte au total que 134 individus appartenant à des groupes familiaux sur 1014 pèlerins, soit (...)
  • 53 Archives hospitalières de Chambéry, II F 11, fo 4vo.
  • 54 Ibid., fo 5vo. Parmi ces compagnons, on compte un couple originaire d’Augsbourg, un habitant de Trè (...)
  • 55 255 individus sur 706 pèlerins au total, constituant en tout 94 groupes familiaux.
  • 56 À l’hôpital d’Aoste le pic de fréquentation des femmes et des enfants se situe en juillet (plus du (...)
  • 57 34 sur 59 pèlerins helvétiques, appartenant à huit groupes familiaux. Huit pèlerins allemands sur 2 (...)

14La répartition des pèlerins par sexe laisse apparaître une écrasante prépondérance masculine, qui est, dans la longue durée, l’une des caractéristiques majeures de cette société éphémère. Les rencontres que note Gilles Caillotin au cours du récit de son périple sont d’ailleurs, dans leur immense majorité, masculines. À Rome, la présence féminine demeure extrêmement minoritaire puisque, avec 285 pèlerines, elle constitue seulement 11,4 % du total de ceux qui sont accueillis en 1725 à Saint-Louis49. Ces femmes sont presque toutes en puissance d’époux car le voyage solitaire d’une femme est immédiatement suspecté de relever de la prostitution : de la part de l’Église, les interdictions de pèlerinage pour les femmes sont constantes depuis le Moyen Âge. Il peut même arriver que certaines femmes prennent le parti de se travestir – ce n’est pas le cas le plus ordinaire – pour éviter les mauvaises rencontres, tel ce jeune pèlerin reçu le 10 février 1725 à l’hôpital de la Santissima Trinità de Rome “de belle prestance, bien vêtu avec un chapeau à bords ; et lors de l’examen de sa provenance et de sa patrie, on s’aperçut qu’il avait une voix de femme, tiré à l’écart, il confessa être femme, ou plutôt une jeune fille âgée de 17 ans, dénommée Domenica de Andreis, originaire de Trente, et être venue dans un tel habit pour ne pas être découverte parce que, venant seule, elle craignait des rencontres importunes sur la route”50 ; telle aussi cette Marie Thibaudots, arrêtée le 16 juin 1756 à Villejuif en habit de pèlerin alors qu’elle se rendait à Lorette et à Rome et qui affirme “qu’elle ne l’a fait que pour être à l’abri des insultes des hommes”51. À l’hospice des pèlerins de Chambéry, au cours de l’année 1730-1731, si l’on met à part quatorze enfants dont le sexe n’est pas indiqué, on dénombre 895 hommes pour 105 femmes. Neuf pèlerins sur dix sont donc ici des hommes. Mais, par delà ce constat majeur, ce sont bien des logiques différentes qui règlent les circulations masculines et féminines. 92 % des hommes voyagent soit seuls, soit escortés de compagnons (choisis au départ ou rencontrés sur le chemin) ; 8 % seulement d’entre eux circulent avec un membre de leur famille. En revanche, la moitié des femmes enregistrées (51 sur 105) voyagent en famille c’est à dire avec leur époux et/ou leurs enfants52. Le registre des « passades » n’inscrivant, en règle générale, ni le statut matrimonial ni l’âge des pèlerines solitaires, nous ne pouvons guère émettre de conjectures sur les motivations qui les poussent sur les routes. Le 15 mars 1731, le greffier de l’hôpital note le passage de Marie Le Frège, veuve Chevalier, qui est originaire de Perpignan et va en Flandres : Chambéry n’étant sûrement pas la voie la plus directe pour faire ce périple, nous pouvons supposer (sans pouvoir aucunement le prouver) qu’elle revient d’un pèlerinage à Rome53. Par ailleurs, plusieurs pèlerines se sont agrégées à un groupe qui se rend au même sanctuaire : pour ne citer qu’un seul exemple, Catherine Hache, Allemande, et Élisabeth Fers-tin, de Soleure en Suisse, accompagnent, le 31 mars 1731, sept autres pèlerins qui se rendent à Saint-Jacques de Compostelle, le voyage fait collectivement étant signe de sécurité54. À Aoste, au cours des années 1729-1733, les hommes représentent plus de huit pèlerins sur dix, mais la part des pèlerins qui voyagent en famille n’est pas ici négligeable puisqu’elle représente 36 % de l’effectif total55. Comme nous l’avons dit plus haut, cette dernière caractéristique n’est pas sans lien et avec les rythmes saisonniers et avec l’origine géographique des pèlerins. D’une part, la période d’été est plus favorable aux déplacements des femmes et des enfants56. D’autre part, on note que plus de la moitié des pèlerins helvétiques enregistrés appartiennent à des groupes familiaux57 : ce sont d’ailleurs souvent des « nouveaux convertis » dont le voyage dans la capitale de la catholicité manifeste publiquement le changement de confession.

La distribution des âges

  • 58 B. M. Reims, ms. 2487, p. 58 ; ici même, p. 97.
  • 59 Ibid., p. 181 ; ici même, p. 214.
  • 60 Archives hospitalières de Grenoble, F 15.
  • 61 Archivio di Stato, Foligno, Archivio della ex congregazione di carità di Foligno, 1960, Libro della (...)
  • 62 Voir à ce sujet la thèse de Laura Santopaolo, Pauperismo ed assistenza a Foligno. L’Ospedale S. Gio (...)
  • 63 Archivio della Chiesa di Santa Maria de Montserrato, Rome, Y III 2257. Nous connaissons l’âge de 12 (...)
  • 64 24 de 20 à 24 ans (18,75 %), 43 de 25 à 29 ans (33,6 %), 32 de 30 à 34 ans (25,8 %).
  • 65 On peut cependant, à titre de comparaison, raisonner ici sur les pèlerins qui se rendent à Saint-Ja (...)
  • 66 Archivio di Stato, Pistoia, Opera di San Jacopo, registres no 231, 231bis et 232 enregistrant le pa (...)
  • 67 B. M. Reims, ms. 2487, p. 21-22 ; ici même, p. 60.

15Il est plus difficile de saisir la répartition des âges de ces roumieux. Le récit de Gilles Caillotin pourrait laisser l’impression d’un spectre extrêmement large : à l’hôpital de Florence, l’un des pèlerins “dont on ne pouvait entendre proférer aucun mot de son baragouin”, se dit âgé de 88 ans et veut, avant de mourir, “visiter l’église Saint-Pierre de Rome” ; les chevaliers de Malte qui servent ce jour-là les pèlerins ne peuvent s’empêcher d’en rire : “il était tout autant courbé par le poids de son paquet que par celui de son grand âge”58. Inversement le petit Orléanais rencontré à Saint-André en Maurienne a tout juste 18 ans59. En réalité, il semble que les âges ne soient pas distribués également, ce qui s’explique aisément par l’effort que représente un voyage aussi lointain. Sur les vingt-deux pèlerins passés à Grenoble en septembre-octobre 1724, c’est-à-dire à la même période que Gilles Caillotin et dont nous connaissons l’âge, neuf ont moins de trente ans, six de trente et un à trente-sept ans, sept plus de quarante ans, dont seulement deux dépassent la cinquantaine60. À Foligno, ville située sur le trajet de Lorette à Rome, la précision du greffier de l’hôpital Saint-Jean qui enregistre les entrées des convalescents nous vaut de connaître leur âge : en prenant pour année d’observation l’année sainte 1725 et en ne retenant que les convalescents extra-péninsulaires – dont on peut supposer que beaucoup sont des pèlerins qui avaient été d’abord accueillis à l’hospice de passage – on observe que 14 seulement sur les 129 inscrits par l’hospitalier, soit 10,8 % du total, ont plus de 55 ans : deux d’entre eux, âgés respectivement de 67 et 72 ans meurent d’ailleurs à l’hôpital61. À l’inverse, soixante-deux soit 48 % ont entre 15 et 34 ans, ce qui souligne le poids des hommes jeunes ; cinq ont des enfants entre 6 et 14 ans qui accompagnent leurs parents. On ne saurait cependant négliger l’importance du groupe des hommes mûrs (35-54 ans) qui constitue plus du tiers (37,2 %) de l’ensemble, mais l’hospitalier inscrit ici, rappelons le, les malades, ce qui peut en partie expliquer la discordance avec d’autres registres d’entrée. Au reste, le phénomène de l’année sainte pourrait bien avoir ici élevé l’âge moyen des “convalescents”. Si l’on élargit l’échantillon à la période 1716-1729 et à l’ensemble des malades accueillis (péninsulaires et extrapéninsulaires), on constate que 73 % des hommes et 64,5 % des femmes ont moins de 40 ans, 6 % seulement du total ayant plus de 60 ans62. Il faudrait pouvoir multiplier les sites d’observation comme aussi la comparaison entre les “nations” dont sont originaires les pèlerins : ainsi pour une courte période, antérieure il est vrai de trente années au passage de Gilles Caillotin, nous pouvons connaître l’âge des pèlerins venus d’Espagne et admis à l’hospice romain de l’église Saint-Jacques et Saint-Ildefonse des Espagnols (avril-décembre 1692)63. Plus des trois quarts d’entre eux ont cette fois entre 20 et 34 ans, dix seulement ayant plus de cinquante ans et trois moins de vingt ans64. Le pèlerinage romain paraît donc bien être, pour les pèlerins venus d’Outre Monts, majoritairement le fait d’hommes jeunes, vraisemblablement célibataires pour la plupart, bien que les indications sur leur statut matrimonial fassent ici défaut65. L’exception à cette règle dominante est le voyage entrepris en famille, avec femmes et enfants, qui semble davantage prisé par les pèlerins allemands, comme l’attestent par exemple les registres de l’Opera di San Jacopo à Pistoia, qui offre une aumône à tous les “jacquaires” – c’est à dire aux pèlerins passés à Saint-Jacques-de-Compostelle – venus en cette ville de Toscane honorer le bras de l’apôtre conservé à la cathédrale, soit à leur aller vers Rome, soit à leur retour66. Gilles Caillotin n’évoque-t-il pas lui-même la rencontre faite en pleine nuit auprès du lac de Bolsena d’un groupe de huit Allemands, “deux hommes avec femmes et enfants”, faisant bouillir à un feu de bois leur potage dans une marmite d’airain, “coutumes qu’ont les Allemands allant à Rome qu’ils font leur ménage en pleine campagne en faisant sur leur passage amas de pain, de farine pour leurs enfants, de sel et d’huile dont ils en font de la bouillie et du potage”67.

  • 68 On dénombre en 1725 68 Champenois accueillis à l’hospice de Saint-Louis des Français, dont dix-huit (...)
  • 69 Archives des Pieux Établissements de Lorette et de Rome, registre 209/4 : ainsi 106 sur 121 pèlerin (...)
  • 70 Archives hospitalières de Grenoble, F 15 : sur vingt professions connues, treize sont relatives à u (...)
  • 71 En 1703, la confrérie des pèlerins de Saint-Jacques de Laval compte 48 membres qui sont tous hommes (...)

16Cette rapide esquisse de la société pèlerine, telle qu’elle émerge des archives conservées pour les années les plus proches de la date du pèlerinage de Gilles Caillotin, nous permet de replacer précisément sa figure dans son contexte immédiat. Le personnage n’est décidément pas exceptionnel : il rentre dans le profil le plus ordinaire des pèlerins du xviiie siècle68. Son origine citadine et sa profession d’artisan le rapprochent encore plus, s’il est possible, du flot qui converge vers Rome. En effet, la plupart des indices dont nous disposons témoignent de cette appartenance : les registres de Saint-Louis des Français attestent en 1725 la prédominance d’une provenance urbaine dans de nombreuses provinces69 ; les passeports délivrés par l’hôpital de Grenoble en 1724 offrent un spectre assez large de métiers artisanaux : boulanger, pâtissier, tailleur, chapelier, maçon, tonnelier, perruquier, cardeur de laine70. On peut au reste s’interroger sur le rôle qu’ont joué, dans la ferveur pour Lorette et pour Rome, les congrégations mariales dirigées par les jésuites : le récit de Gilles Caillotin semble indiquer que leur influence n’a pas été pour rien dans sa piété ultramontaine. Quoi qu’il en soit, la marche de celui-ci vers Rome constitue, à la date où il l’entreprend, une expérience partagée par bien d’autres compagnons71. Ce qui est, en revanche, beaucoup plus rare c’est qu’il ait tenu à laisser une trace écrite de sa pérégrination. En regard des foules qui arpentent les chemins de Rome ou de Saint-Jacques, les récits écrits à la première personne nous viennent davantage des élites lettrées qui pratiquent le Grand Tour que du monde des artisans ou de celui des paysans.

L’ÉCRITURE DE GILLES CAILLOTIN

  • 72 B. M. Reims, ms. 2487, p. 99, 12 septembre 1724, à propos de deux hautes tours de brique de Bologne (...)
  • 73 Ibid., p. 165ter. À propos du rituel d’entrée à l’hôpital de Turin : “Je passe sous silence les cér (...)
  • 74 Ibid., p. 83-84 ; ici même, p. 124.

17La construction du texte que Gilles Caillotin a écrit est complexe. Tout d’abord, lorsqu’il reprend à son retour l’itinéraire qu’il a pris à l’aller (ainsi entre Bologne et Milan, puis de Turin dans la vallée de la Maurienne, enfin de Lyon à Reims), il n’estime pas nécessaire de répéter, pour les villes qu’il a déjà décrites, les informations données : il renvoie donc systématiquement aux passages de ses Mémoires – aujourd’hui perdues – où il en a fait “mention en temps et lieu”72, car il entend éviter les « redites »73. Ensuite le scripteur entremêle constamment des emprunts faits à des guides de voyage ou à des livres de géographie – qu’il recopie à l’instar des textes mis bout à bout dans la seconde section de son manuscrit – avec le récit d’une histoire écrite à la première personne qu’il appelle nommément Mémoires. Gilles Caillotin s’explique d’ailleurs clairement sur ces digressions qui viennent suspendre la continuité de la narration : après avoir interrompu le récit de sa visite à Florence par une “Histoire des révolutions arrivées en la ville de Florence”, il intitule le retour à celui-ci de la manière suivante : “Reprise de la continuation de mes mémoires interrompues”, et il ajoute : “Maintenant je veux continuer mes remarques sans aucune interruption jusqu’à la ville de Bologne : et comme il y a différentes fois que je me suis émancipé d’orner mes mémoires des plumes d’autrui, pour en embellir les miennes, afin que la diversité en soit d’autant plus délectable. Parce qu’on ne peut sans mépris passer certaines circonstances dans un éternel oubli, attendu qu’elles donnent du goût pour en continuer la narration”74.

  • 75 Ibid., p. 67, 9 septembre 1724 ; p. 165bis, 25 septembre 1724.
  • 76 À Florence, Gilles Caillotin écrit au frère oblat minime Nicolas Tondeur à Rome, ibid., p. 84 ; à T (...)
  • 77 Ibid., p. 109. Même scène lors du passage à Lyon : “Je repassai le pont du Rhône pour me rendre en (...)
  • 78 Ibid., p. 121 ; ici même, p. 158.
  • 79 Ibid., p. 121-122 ; ici même, p. 159.

18L’enchevêtrement entre textes recopiés et récit personnel pose la question de la date de la composition des Mémoires. Gilles Caillotin n’a évidemment pas emporté sur ses routes une bibliothèque et l’écriture a été au moins retravaillée après le retour à Reims, soit avec des livres qu’il possède, soit à travers l’usage de la bibliothèque des jésuites de Reims. Mais cette recomposition s’est faite à partir de notes écrites au jour le jour comme le récit en fait plusieurs fois mention. À Florence comme à Turin, notre pèlerin achète du papier et dans cette dernière ville, “n’ayant pas de plume en état de pouvoir écrire”, il supplie un marchand drapier de lui “en couper quelqu’une”75. Le désir d’écrire n’est pas seulement due à la volonté d’envoyer du courrier – à Florence et à Turin, il écrit plusieurs lettres76 – mais vient d’une sorte de nécessité intérieure : à chaque étape de son voyage, Gilles Caillotin a pris soin de consigner tous les événements notables de sa journée. À Reggio d’Emilie, “étant arrivé de bonne heure”, il profite “de cette occasion de la commodité d’un banc de pierre le long des murailles de l’hôpital en décrivant mes mémoires ou à coudre mes hardes”77. À l’hôpital de Lodi, il s’installe “à une table qui était dans la cour et dont avec la permission de l’hospitalière” il se sert “pour y décrire” ses mémoires78. Cette obsession d’écrire ne va pas sans désarroi : “Avançant vers Lodi dans une incertitude de mes écrits, je fus plus d’une fois tenté de [les] jeter au courant de l’eau mais la volonté supérieure l’emporta” ; le lendemain entre Lodi et Milan, “je fus encore plus troublé d’esprit que je n’avais été la veille au sujet de mes écrits et de l’écritoire dont j’eus la main étendue pour jeter tout à l’eau : mais je changeai encore de sentiment aussi bien que la veille”79. C’est à cette véritable “passion” que nous devons la précision tout à fait exceptionnelle du récit qui nous est proposé. Nous n’avons évidemment pas les moyens de confronter les notes originelles, aujourd’hui perdues et peut-être détruites par leur scripteur après la rédaction de ses Mémoires, avec le texte définitif tel qu’il est arrivé jusqu’à nous ; on peut néanmoins supposer que les très nombreuses observations qui consignent les monuments, les villages ou les curiosités du paysage situées “à droite” ou “à gauche” du chemin proviennent de ces premières notes et ont servi de fil directeur à la narration.

  • 80 Ibid., p. 58 et 67, 8 et 9 septembre 1724 ; ici même, p. 96 et 106-107.
  • 81 Ibid., p. 55 et 56, 8 septembre 1724. Caillotin renvoie ici aux Voyages du Seigneur de Villamont, d (...)
  • 82 Ibid., p. 67, 9 septembre 1724 ; ici même, p. 106. Gilles Caillotin tire cette information du livre (...)
  • 83 R. Lassels, Voyage d’Italie...., t. I, Paris, 1671, p. 186-211.
  • 84 B. M. Reims, ms. 2487, p. 83 ; ici même, p. 123.
  • 85 Ibid., p. 74 ; ici même, p. 114.

19De quand date ce besoin d’écrire ? Aucune certitude ne peut être proposée ; notons cependant que la plupart des récits antérieurs à celui du pèlerinage romain (ainsi en 1712, 1716, juin 1718, avril et mai 1719, juin 1723) sont extrêmement succincts, se contentant d’énumérer les compagnons du voyage et les étapes parcourues : seuls échappent à cette règle les voyages à Amiens en août 1717 et à Landrecies en février 1718 : Gilles Caillotin avait probablement pris déjà des notes, car le récit présente, cette fois, la même précision dans le détail que la narration du pèlerinage en 1724. Ce qui paraît, en revanche, très probable, c’est que l’habitude d’écrire les faits de la journée tout au long de l’itinéraire romain a déclenché, pour les voyages ultérieurs, un mécanisme similaire d’enregistrement à des fins de remémoration, car les récits postérieurs sont tous extrêmement minutieux, énumérant monuments vus et visités, paysages contemplés ou personnes rencontrées. Quoi qu’il en soit de cette écriture au jour le jour, le texte définitif – celui dont nous publions aujourd’hui une partie – est le fruit d’une lente recomposition où l’auteur reprend ses notes, sélectionne les informations pour les mettre en ordre et y “colle” littéralement le fruit des lectures qu’il a pu faire. Il est soucieux d’ordonner sa rédaction : “pour ne point apporter de confusion” dans ses “remarques et y donner toutes les clartés dont” il est, dit-il, “possible”, il explique “autre part” telle rencontre faite à Florence d’un jeune clerc espagnol “comme l’ayant jugé plus à propos”80. Il confronte les notes prises sur son parcours aux indications repérées dans la bibliographie : il n’a pas vu entre San Casciano et la chartreuse de Florence “cette fontaine dont parle le seigneur de Villamont en ses Mémoires qui dit qu’elle est faite en forme de tonneau, au milieu du chemin faisant la séparation des terres des Florentins d’avec les Senonais” ; et celle qui est située à l’entrée d’un jardin de plaisance dans la descente d’une colline qui mène à Florence ne peut “encore être la fontaine que Villamont appelle la Botta puisque celle-ci est aux portes de Florence”81. Il note lui-même la différence entre le regard immédiat porté sur les monuments et ce que lui apprend la lecture postérieure des livres : à propos de tel petit pilier situé sur la place du Baptistère de Florence rappelant la présence d’un frêne auquel avaient poussé des feuilles au passage de la procession du “sieur Zenobius quand on l’apporta à Florence [...] d’où il sortit une odeur fort agréable, bien que ce fut au mois de janvier”, il précise : “J’ai vu ce petit pilier mais alors je ne pouvais en concevoir l’histoire qu’il rappelait”82. Au reste, il opère une sévère sélection dans ce qu’il retient des livres auxquels il emprunte des pages entières. Alors que son ouvrage de prédilection, le Voyage d’Italie, publié par Richard Lassels en 1671, comporte une très longue description des deux palais du grand duc à Florence, et particulièrement de leur aspect intérieur83, Gilles Caillotin se contente d’une très courte indication relative à la galerie – il s’agit de l’actuel musée des Offices – qui mène à l’Arno, puis ajoute : “Je n’ai daigné faire mention du dedans du palais du Grand Duc parce qu’on sait trop bien que les princes n’ont rien qui ne soit digne de leur grandeur. Je m’attache plus aux églises qu’aux palais des Grands : surtout de celles dont j’ai eu le bonheur de les visiter”84. La remarque n’est pas rigoureusement exacte : s’il est vrai, comme nous le verrons, que notre pèlerin s’arrête plus volontiers aux églises, il n’hésite pas à emprunter la description d’une église qu’il n’a pas visitée, parce qu’il regrette cette omission : ainsi pour l’église San Lorenzo de Florence, “faute d’en connaître la rare beauté”85.

  • 86 La chronique de Pierre Ignace Chavatte, sayetteur lillois (1633-1693) a été étudiée par Alain Lotti (...)
  • 87 Voir Anne Fillon, Louis Simon Villageois de l’ancienne France, Rennes, Ouest-France, 1996, p. 23 et (...)
  • 88 B. M. Reims, ms. 2487, p. 690.
  • 89 A. Fillon, op. cit., p. 26-29. La généalogie que reconstitue Louis Simon au début de son manuscrit (...)
  • 90 Ph. Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris, Editions du Seuil, 1975, p. 241.

20À quel lecteur Gilles Caillotin destine-t-il ses Mémoires ? Ici encore, aucune réponse sûre ne peut être apportée puisque le texte liminaire, s’il a jamais existé, est perdu. Toutefois, à la différence de la chronique qu’a rédigée à la fin du xviie siècle le sayetteur lillois Pierre Ignace Chavatte86, ou du manuscrit de l’étaminier du Haut Maine, Louis Simon, au tout début du xixe siècle87, il n’y est jamais question d’“ami lecteur”, et si Gilles Caillotin découpe et colle, comme Pierre Ignace Chavatte, des images dans son texte, ce n’est pas “afin que chacun en ait la connaissance”. Il est vrai que ce pèlerin n’inscrit pas explicitement son texte dans une mémoire familiale : les indices qu’il donne mentionnent simplement les membres de la fratrie qui furent associés à ses pèlerinages et les récits des séjours qu’il a faits à Luchy, berceau de la famille paternelle, ne s’attardent jamais sur les cousinages ou parentés, hormis la très discrète indication d’un “bel-oncle Jean Vérité”88 ; à aucun moment une généalogie ne nous est proposée comme le font habituellement les livres de raison89. Mais la tentative scripturaire de Gilles Caillotin n’est pas non plus une autobiographie au sens où l’entendent les critiques littéraires contemporains ; il ne s’agit pas pour lui d’expliquer comment s’est construite son identité ni de décrire la lutte où elle s’est forgée contre les obstacles : son texte ne prétend en aucune façon correspondre à la définition que donne Philippe Lejeune de ce genre littéraire, à savoir “l’expansion de la phrase : « Je suis devenu moi »”90.

  • 91 J.-J. Rousseau, Confessions, Livre I, in Œuvres Complètes, sous la direction de B. Gagnebin et M. R (...)
  • 92 Ibid., loc. cit., t. I, p. 5 : “Que la trompette du jugement dernier sonne quand elle voudra ; je v (...)
  • 93 Rudolf Dekker (ed.), Egodocuments and History. Autobiographical Writing in its Social Context since (...)
  • 94 Kaspar von Greyerz, Hans Medick, Patrice Veit (ed.), Von der dargestellten Person zum erinnerten Ic (...)
  • 95 James S. Amelang, The Flight of Icarus. Artisan Autobiography in Early Modern Europe, Stanford, Sta (...)
  • 96 Hans Ludwig Nehrlich, Erlebnisse eines frommen Handwerkers im späten 17. jahrhundert, Tübingen, Max (...)

21De ce point de vue nous sommes aux antipodes de l’orgueilleuse affirmation qui ouvre les Confessions de Jean-Jacques Rousseau : “Je forme une entreprise qui n’eut jamais d’exemple et dont l’exécution n’aura point d’imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet homme, ce sera moi. Moi seul”91. Une telle proclamation à son de trompette92 suppose la certitude de soi, l’assurance en sa propre écriture que donnent à Jean-Jacques sa réussite tout à la fois sociale et littéraire, l’éloignement de l’atelier paternel et la place acquise au sein de la République des Lettres. Mais est-elle possible, est-elle pensable dans le cas d’un homme qui est resté plongé dans son milieu d’origine ? À la vérité, devrions-nous nous laisser prendre à l’affirmation de Jean-Jacques et faire à tout prix des Confessions le point de départ de l’autobiographie moderne ? Si l’on veut bien admettre, dans un sens large, que les textes écrits à la première personne – mémoires, journaux, livres de famille, autobiographies spirituelles, récits de voyage – sont « autobiographiques » ou peuvent à tout le moins être définis comme des « ego-documents »93 ou des Selbstzeugnisse94, on s’aperçoit alors que ces différents types d’écriture ont été assez largement pratiqués par les artisans dans l’Europe de l’époque moderne95, même s’ils ne sont pas toujours spontanés. Pour ne prendre ici qu’un seul exemple, la relation que fait de sa vie Hans Ludwig Nehrlich, tonnelier piétiste de Thuringe, en 1723 – soit un an avant le pèlerinage de Gilles Caillotin – est une autobiographie provoquée par une demande de Hermann Francke lui-même ; elle décrit une tout autre expérience religieuse que celle du tisserand rémois puisqu’elle raconte un éveil, une conversion, une illumination intérieure qui unit le scripteur à Dieu et lui fait découvrir le « vrai » christianisme, à la suite d’un sermon prononcé par Joachim Justus Breithaupt, professeur de théologie, dans l’église des Augustins d’Erfurt en 1691 et de conversations contemporaines avec Hermann Francke. Le récit s’organise alors autour des démêlés que le tonnelier, rentré chez lui et suspecté d’hérésie, entretient pendant une bonne décennie avec le pasteur et le consistoire luthériens, autour de ses lectures quotidiennes tant dans les livres de cantiques que dans la Bible et la littérature de dévotion, les citations bibliques ponctuant régulièrement la relation, même si doutes et crises assaillent le pieux artisan96. On peut saisir ici comment l’imprégnation de la prédication piétiste et des lectures spirituelles donnent à un homme « ordinaire » des clefs pour relire sa propre trajectoire sous la forme fréquente d’une prière à la louange de Dieu.

  • 97 Sur ce point, voir Günter Niggl, “Zur Säkularisation der pietistischen Autobiographie im 18. Jahrhu (...)
  • 98 D. Roche, ed., Journal de ma vie Jacques Louis Ménétra compagnon vitrier au xviiie siècle, Paris, M (...)
  • 99 Ibid., p. 16-17.
  • 100 Ibid., p. 29.
  • 101 Ibid., p. 282-283.

22Avec la narration de Gilles Caillotin, nous sommes cependant très éloignés de l’univers des autobiographies piétistes, récits d’une expérience privilégiée de renaissances spirituelles et de conversion sous la conduite de la parole divine97. Si nous revenons dans l’espace français, Daniel Roche a procuré, il y a une vingtaine d’années, l’édition du Journal de ma vie d’un compagnon vitrier parisien Jacques-Louis Ménétra98. La rédaction de celui-ci a commencé une trentaine d’années après le récit de pèlerinage que nous éditons. Elle manifeste, elle aussi, une incertitude vis-à-vis de l’écriture. Certes le compagnon parisien, à la différence de notre pèlerin, a bien des velléités d’auteur puisqu’il écrit des poésies amoureuses ou érotiques, des épitaphes, des acrostiches, des vers politiques ou des réflexions relatives aux événements de la Révolution française : de ce fait, le rassemblement de toute une série de pièces en prose et en vers qu’il prend soin de calligraphier (et même de sous-signer) dans la seconde partie de son manuscrit est sa manière propre d’affirmer son identité “littéraire”99. Mais, en même temps, dans l’une des épîtres dédicatoires qui ouvre son journal, il appelle ses écrits “griffonnage”, “fatras”, “paperasses [...] remplies d’errata [...] où il n’y a ni orthographe ni virgule encore moins de voyalles, de consoles [sic]”100. Il se définit comme “mauvais écrivailleur” et “fier radoteur”, invitant son esprit à jeter “toutes ces paperasses au feu”, à se “taire et rester tranquille”101. Il y a donc, chez Ménétra tout à la fois une revendication posée d’originalité culturelle et sociale et une interrogation, bien proche de l’incertitude de Gilles Caillotin, sur le statut de ses écrits puisqu’il n’a pas la légitimité d’un professionnel de l’écriture.

  • 102 Voir à ce propos D. Roche, “La religion d’un homme ordinaire : l’exemple d’un artisan parisien au x (...)
  • 103 Emmanuel Le Roy Ladurie, Orest Ranum, (ed.), Pierre Prion scribe. Mémoires d’un écrivain de campagn (...)
  • 104 Jean-Pierre Marby (ed.), Parcours singulier d’un homme ordinaire. Le livre de raison de Ponce Mille (...)
  • 105 Voir les prières que Ponce Millet introduit dans son livre de raison, ibid., p. 149, 151, 152.
  • 106 Ibid., p. 124 et 128. Le monastère de Port-Royal des Champs est, dès avant sa destruction, un “sain (...)
  • 107 Ibid., p. 124 (juillet 1697 ; Ponce Millet achète, à cette occasion, des chapelets au prix de deux (...)
  • 108 Ibid., p. 133 et 172.

23À la vérité, au-delà du fait qu’on ne peut guère imaginer deux univers mentaux aussi dissemblables que celui de Jacques-Louis Ménétra et celui de Gilles Caillotin, – l’un, anticlérical et libertin, voulant faire croire qu’il est né libre de tout préjugé, soucieux de dénoncer l’intolérance et le fanatisme des catholiques, condamnant toutes les religions révélées comme des impostures102, l’autre, pèlerin dévot engagé sous la bannière des jésuites dans une défense de la papauté romaine contre l’hérésie janséniste, la posture du second se situe encore en deçà des prétentions littéraires du premier. Paraphrasant à son propos les lignes qui ouvrent le manuscrit de Pierre Prion, ce copiste rouergat au service du marquis d’Aubais dans la première moitié du xviiie siècle, on pourrait dire que “le nommé” Caillotin “ne s’est jamais cru ni érigé en auteur” et il conviendrait sans doute lui-même qu’il a “plus d’ignorance que de science”103. Il écrit le journal de son pèlerinage d’abord pour lui-même – irait-il jusqu’à dire, comme le fait Ménétra, “pour mon seul plaisir et celui de m’en ressouvenir” ? – on n’oserait l’affirmer tant la catégorie du plaisir est rare dans son texte, mais c’est bien de cela qu’il s’agit. Rappelons que cette catégorie d’écrivant n’est vraisemblablement pas rare alors en Champagne, province qui est l’une des plus alphabétisées de France : le livre de raison de Ponce Millet, ancien domestique auprès d’officiers du roi dans la capitale et colporteur de livres, natif de Doux, près de Rethel, en porte à suffisance témoignage. Rédigeant, au début de ce livre, un “Journal abrégé de sa vie”, commencé le 25 avril 1720, ce fils d’un sergier-étaminier et d’une fileuse de laine, tous les deux “pauvres”, reconnaît avoir “été élevé avec peu d’éducation” mais il juge nécessaire – il a alors quarante-sept ans – de consigner, mettre en ordre et calligraphier les principaux événements de sa vie – ses dix-huit voyages à Paris de 1688 à 1723, son entrée et sa sortie de chez ses divers patrons parisiens, le testament de ceux-ci, l’entrée en religion de la fille de l’un d’entre eux, le nom de ses bienfaiteurs – mais aussi ses gages, ses dépenses au fil des ans et ses recettes sur les différents livres, principalement religieux, qu’il a vendus, ou bien encore des listes de patronymes de notabilités ou de personnes rencontrées à Paris, à Reims, ou à Rethel. Ce livre de raison, régulièrement ponctué de prières recopiées, se présente comme une écriture de l’intimité, réservée au seul scripteur : celui-ci est visiblement pénétré par la spiritualité janséniste dont il diffuse d’ailleurs bon nombre d’ouvrages. Dans le retour sur lui-même qu’il effectue, il évoque son enfance, où, dès l’âge de neuf à dix ans, il menait “paître les bestiaux aux champs” : là, “abandonné à une faible raison enveloppée des plus ténèbres de l’ignorance d’une nature portée au mal dès la plus tendre jeunesse, et guidé par les sens trompeurs et aveugles de cette nature gâtée et corrompue”, il se livre “entièrement à l’attention et à la considération des objets sensibles et séduisant[s] des choses créées. L’idée de l’Etre immense et infini de Dieu, des perfections de cet Etre, et des lois justes, saintes et immuables qu’il a bien voulu nous donner pour nous conduire dans ses voies, n’étant point gravés et imprimés profondément dans mon esprit et dans mon cœur, le démon a profité de ce vide affreux qu’il y a trouvé, et l’a rempli autant qu’il a voulu des impressions les plus malignes et les plus dangereuses qu’il excite en nous par la présence de ces objets. Voilà le commencement et l’origine de toutes les fausses démarches que j’ai faites, de tous les travers et bévues qui me sont arrivées depuis ce temps-là”.104 Dans ce texte quasi testamentaire – le livre de raison ne s’ouvre-t-il pas par une invocation trinitaire ? – ce Champenois contemporain de Gilles Caillotin relit sa vie au travers du combat continuel que se livrent en son cœur la nature et la grâce divine105. On notera de surcroît que ce grand voyageur s’est rendu à la Trappe en juin 1703 pour y porter une lettre du Père Massillon, oratorien : il y reste trois jours et s’arrête, au retour, à Port-Royal des Champs, le temps au moins d’y dîner et le choix de cette étape ne doit sans doute rien au hasard106. Lors de ses voyages à Paris depuis son village de Champagne, il passe parfois par Notre-Dame de Liesse et la Sainte Face de Laon, trait qui le rapproche des pratiques pèlerines de Gilles Caillotin et signe du très large rayonnement de ces deux sanctuaires, par delà les fractures qui traversent les sensibilités spirituelles107. L’architecture du livre de raison de Ponce Millet, il est vrai, ne ressemble pas du tout à celle des Mémoires de notre pèlerin ; elle atteste à tout le moins une même incertitude quant à la valeur de l’écrit produit : ainsi quand le scripteur, cherchant à récapituler ses dépenses, note pour l’année 1707 : “Je ne trouve rien d’écrit pour les choses ordinaires en cette année, ce qui cause une grande brouillerie et obscurité”, ou quand il conclut la page où il a inscrit le total des gages gagnés au service de ses patrons : “Je ne jurerais pas que tout ce qui est posé dans ce présent compte soit juste en rigueur ; mais je puis assurer que j’ai fait mon possible pour le rendre le plus exact qu’il peut être”108.

  • 109 Le récit de pèlerinage, manuscrit ou imprimé, est évidemment un genre littéraire qui a une très lon (...)
  • 110 Xavier de Bonnault d’Houët (ed.), Pèlerinage d’un paysan picard à St Jacques de Compostelle au comm (...)
  • 111 Xavier de Bonnault d’Houët, “Impressions florentines d’un paysan picard au xviiie siècle”, Bulletin (...)
  • 112 Archives des Pieux Établissements de Rome et de Lorette, registre 209/5. Guillaume Manier est alors (...)
  • 113 Ainsi le mémoire des reliques conservées à Compostelle, ibid., p. 89-94, les “Vertus et propriétés (...)
  • 114 Ainsi les certificats du curé de Carlepont, de l’évêque et du maire de Noyon, ibid., p. 3-5 ; celui (...)
  • 115 Claude de Varennes, Voyage de France, Paris, 1639, réédité douze fois jusqu’en 1687.

24S’il fallait cependant trouver absolument des équivalents au manuscrit de Caillotin, c’est évidemment dans d’autres journaux de pèlerinage qu’il faudrait les chercher109. Ceux-ci ne sont sans doute pas légion mais ils sont peut-être moins rares qu’on ne l’a cru. Le journal du tailleur picard Guillaume Manier, quasi contemporain de Gilles Caillotin puisqu’il est né en 1704, présente de très grandes similitudes avec le texte publié ici110. Parti à la fin du mois d’août 1726 avec trois autres compagnons de son village natal de Carlepont dans le diocèse de Noyon, Guillaume Manier est à Irun le 6 octobre suivant et entre le jour de la Toussaint à Saint-Jacques de Compostelle. À son retour en France, il fait un long détour par Madrid (où il est le 4 décembre), revient par Soria, Agreda et Pampelune jusqu’à Bayonne où il est le 31 décembre, puis Saintes (22 janvier 1727) avant de bifurquer à nouveau pour aller faire le pèlerinage de Rome : il est à Florence le 29 mars suivant111 et couche à Saint-Louis des Français les 14, 15 et 16 avril 1727112. Tout comme Gilles Caillotin, Guillaume Manier prenait, au cours de son périple, des notes au jour le jour où il recueillait le nom des villages par où il était passé (en francisant et en déformant les toponymes castillans), et marquait éventuellement les événements de la journée, la qualité des repas ou du coucher. Puis il les a reprises assez longtemps après son retour – dix années puisque la rédaction date de 1736 –, y a recopié aussi bien des placards imprimés qu’il avait achetés au cours de son voyage113, que les patentes et certificats qui lui ont été donnés114, et a fait de très larges emprunts au Voyage de France de Claude de Varennes115. On remarque chez Guillaume Manier une identique prédilection à décrire davantage les églises, les maîtres-autels, les statues les plus vénérées et à présenter la nomenclature des reliques conservées. Sans doute la composition est-elle plus fruste que celle de notre pèlerin, les notes journalières se réduisant parfois à une simple énumération des villes et des villages situés sur le parcours, et la bibliographie utilisée pour enrichir le texte initial étant bien plus réduite. Pourtant le récit, à l’instar de celui de Gilles Caillotin, est non pas la narration d’un voyage ordinaire mais celle d’un pèlerinage.

  • 116 “Reyse naer Roome passerende door vranckeryck ghedaen door my JOSEPHUS JACOBUS VERPLANCKE fs Jacobi (...)
  • 117 Ibid., p. 629 : le titre de l’ouvrage est indiqué en français : “Les merveilles de la ville de Rome (...)
  • 118 Ainsi, p. 517, dessin de la Table du Pape ; p. 575, Plan de la visite des sept églises avec légende (...)
  • 119 Ibid., p. 484-486 et 631.
  • 120 Verplancke s’est fait voler, lors de son séjour à l’hôpital de Lorette, ibid., p. 389-399 ; voir au (...)

25À la vérité, le texte qui ressemble le plus à celui de Gilles Caillotin est le récit de pèlerinage à Rome d’un garçon menuisier brugeois, Josephus Jacobus Verplancke, membre de la confrérie de Notre Dame de Lorette sise en l’église Saint-Sauveur de cette ville, qui s’est rendu à Rome en 1738116. Parti de Bruges le 15 avril, il est à Paris le 3 mai suivant, demeure à Dijon du 4 juin au 22 juillet où il travaille de son métier, puis atteint Lyon le 27 juillet. Il prend alors la route du Mont Cenis par Chambéry, Saint-Jean-de-Maurienne, Modane, franchit les Alpes et est, dès le 6 août, à Sant’Ambrogio avant de gagner Turin puis Bologne par la plaine du Pô (19 août), Rimini (23 août) et Lorette qu’il atteint le 26 août. De la Santa Casa, il prend la route de Rome en passant par Tolentino (où il est le 29 août), Assise, Spolète (3 septembre), Terni. Il entre dans la Ville Éternelle le 8 septembre après une pérégrination de près de cinq mois, et y restera dix-huit jours puisqu’il repart le 26, mais la narration de retour ne nous est malheureusement pas parvenue. Plusieurs traits apparentent très nettement le récit de Verplancke à celui de Caillotin. On y retrouve d’abord la même technique du collage, qui consiste à recopier des descriptions de monuments empruntées à des guides utilisés – le menuisier brugeois s’est d’ailleurs acheté place Navone Les Merveilles de la ville de Rome117 – et un goût identique pour l’illustration de son propos : mais Verplancke, doté d’un vrai talent de dessinateur, insère dans le texte ses propres essais figuratifs, qui, au reste, s’inspirent très vraisemblablement de gravures achetées au cours de son voyage118. On remarque aussi la même insistance à décrire l’accueil reçu dans les hôpitaux, tant sur le parcours lui-même que dans la ville de Rome, la qualité de la nourriture, à souligner l’importance des passeports et des patentes qui servent de sésame aux pèlerins – Verplancke, à la différence de Gilles Caillotin, indique aussi les moyens de frauder et de rester plus longtemps dans un hôpital119 –, à noter au jour le jour les rencontres, bonnes ou mauvaises faites en chemin, au réfectoire, au dortoir. Une expérience commune se livre ici, selon des schémas identiques, et l’accent est porté sur les mêmes éléments : difficultés dans le change des monnaies, achat de pieuse quincaillerie (médailles, souvenirs), vols et trafics entre pèlerins120, pratiques de piété liées au pèlerinage (prières et gestes, messes, confession et communion).

  • 121 Ibid., non paginé.
  • 122 Toutes les citations sont extraites de la “Préface au lecteur impartial”, ibid., non paginé.

26L’intérêt du récit de Verplancke réside aussi dans la série de textes qu’il a placés en tête de sa narration – partie que nous avons justement perdue pour celle de Caillotin. Verplancke envisageait peut-être une impression de son texte puisque, dans la dédicace rimée qu’il adresse au lecteur, ce livre qu’il a “écrit à la demande de [ses] amis” et qu’il “a eu du mal à finir” lui apprendra “la conduite à tenir en voyage en Italie” et à “ne gâcher ni son temps ni son argent”121. Le menuisier brugeois, dans une “Préface au lecteur impartial”, fournit quelques précieuses indications sur les modalités de sa rédaction : “J’ai noté”, écrit-il, “au jour le jour toutes les choses notables et mémorables pendant le voyage pour mon propre plaisir. À la demande de mes amis, je les ai recopiées et augmentées de poèmes et de dessins pour montrer au lecteur les Antiquités. J’ai tout noté dans la langue maternelle brugeoise, sans rhétorique ni mots alambiqués, considérant que la vérité ne souffre pas de mots embellis, mais doit rester une”. Même si des “détracteurs venimeux” viendront critiquer son ouvrage, Verplancke ne s’en soucie pas outre mesure, reconnaissant qu’il peut avoir fait ici et là des fautes” et invitant simplement son lecteur à les “corriger gentiment”. Il n’entend pas “passer pour un docteur inattaquable. Saint Thomas, Scot, Bonaventure, voire le Christ lui-même ont été contredits. À plus forte raison moi-même. Adieu”. Peu ou prou, Gilles Caillotin aurait pu écrire des lignes identiques sur sa propre narration, même si jamais n’y transparaît une adresse à un lecteur potentiel. Et il n’eût vraisemblablement pas dénié le sens religieux qu’assigne Verplancke à sa propre relation : “Utilisez mon voyage de Rome comme une récréation bienheureuse, pour qu’en lisant ce voyage de Rome temporel vous puissiez accéder à la Jérusalem céleste éternelle”122.

  • 123 Gilles Caillotin se conforme ici à la bibliographie qu’il a lue et que nous analysons plus loin. Le (...)
  • 124 Sur les canards, voir Jean-Pierre Seguin, L’Information en France avant le périodique. 517 canards (...)
  • 125 B. M. Reims, ms. 2487, p. 228, ici même, p. 255.
  • 126 A. Lottin, Vie et mentalité d’un Lillois sous Louis XIV, op. cit., p. 265-266, 270, 329-330 ; Roger (...)

27Si, au-delà des proximités que l’on peut repérer avec d’autres textes “populaires”, on entre plus avant dans la composition même du texte de Gilles Caillotin, un premier découpage, opéré par l’auteur lui-même, saute aux yeux : celui des sous-titres qu’il a choisis pour ponctuer régulièrement sa narration et qui la sectionnent en morceaux d’ampleur variable. Les uns sont des énoncés tout à fait neutres, qui se contentent de résumer la matière évoquée : “description de la ville de” (Tortone, Alexandrie, Asti, Grenoble, Châlonssur-Marne) ou “situation de la ville de Voghère dans le Milanais”, titre parfois immédiatement suivi d’une gravure représentant la ville qui va être présentée123. D’autres titres renvoient aux événements vécus par l’auteur, qu’il s’agisse de son départ ou de son passage dans telle ou telle ville : “Ma sortie de Plaisance le 18 septembre”, “mon retour par la ville de Milan le mardi 19 septembre”, “mon retour par la ville de Turin dont en voici le plan”, ou qu’il s’agisse encore des incidents qui ont émaillé son parcours “Fâcheuse situation où je me trouvai cette nuit”, “seconde crainte que j’eus au sujet de ce Français”. Enfin, toute une série de sous-titres paraissent, sinon empruntés du moins imprégnés par la lecture des occasionnels dont ils reprennent la dramatisation : “histoire d’un compagnon dérobeur de chapelet”, “histoire d’une femme qui pour un raisin fit la grimace”, “histoire effroyable d’une bande de scélérats et de bandits”124. La théâtralisation ici esquissée débouche d’ailleurs sur la construction d’un scénario qui semble bien s’être coulé dans celui de tel ou tel “canard” préexistant : “qui pourrait, sans horreur, rapporter toutes les infâmes paroles qu’ils vomirent pendant sept à huit heures qu’ils restèrent dans ce cabaret ? Je crois que les démons ne pourraient jamais pis faire que firent ces ivrognes, il ne restait pour terminer cette indigne tragédie qu’une bande de filles ou de femmes afin que ces vilains en assouvissent leurs brutales passions”, écrit par exemple Gilles Caillotin à propos d’une banale scène de beuverie dans une auberge125. Tout se passe ici comme si le style de Gilles Caillotin, sa manière de s’exprimer, avaient été modelés par les récits de faits extraordinaires qu’il a lus, dans l’intention de donner aux événements qu’il a lui même vécus un statut d’authenticité qu’il juge sans doute plus grand. Le cas n’est pas isolé puisqu’on retrouve une pratique d’écriture identique chez Pierre-Ignace Chavatte, ce sayetteur lillois qui non seulement découpe des images de canards dans sa chronique et recopie leur texte, mais emprunte leur style et leur structure pour faire la description des événements dont il a été le témoin à Lille126.

  • 127 François de Dainville, L’Éducation des jésuites (xvie-xviiie siècles), textes réunis et présentés p (...)
  • 128 B. M. Reims, ms. 2487, p. 30 ; ici même, p. 67.
  • 129 Ibid., p. 98 ; ici même, p. 136.
  • 130 Ibid., p. 208 ; ici même, p. 238.
  • 131 On trouvera les références des vers de Claude Ternet dans l’annotation que nous avons faite du text (...)

28Par delà ces emprunts, plusieurs indices laissent percer chez l’auteur la volonté de rehausser son style de lieux communs de rhétorique. S’agit-il de souvenirs scolaires et Gilles Caillotin se serait-il frotté à la culture du collège ? L’hypothèse n’a rien d’invraisemblable : on sait depuis les études du père François de Dainville, que les collèges jésuites accueillaient dans leur public les fils d’artisans – le collège de Châlons-sur-Marne en compte 15 % en 1678-1690 et 28,5 % en 1736127 ; Antoine Caillotin, frère de Gilles, qui est devenu prêtre, a très vraisemblablement fréquenté le collège des jésuites de Reims. S’il est probable que Gilles n’a pas, comme la plupart des élèves issus de ce groupe social, poursuivi jusqu’au bout son cursus scolaire, il a pu se teinter de quelques rudiments de belles et bonnes lettres. On en donnera seulement quelques exemples. “Funestes séjours”, écrit-il lorsque, quittant les États de l’Église, il pénètre en Toscane, “de cheminer si longtemps dans ces incultes montagnes, non moins effroyables que difficiles à monter, on ne voit que campagnes privées de l’agréable verdure”128. Traversant les Apennins, il évoque “ces sourcilleux monts qui de leurs audacieux sommets semblent, pour ainsi m’exprimer avec les poètes, qu’ils supportent la demeure des Dieux”129. Lorsqu’il sort de Mâcon, il côtoie la “dormeuse” Saône130. N’imaginons pas cependant notre pèlerin grand lecteur de poètes : Gilles Caillotin ne va pas forcément chercher très loin ses métaphores : dans les deux derniers cas, il a pu les emprunter au Martyre de la glorieuse Sainte Reine, de Claude Ternet, tragédie représentée régulièrement à Alise Sainte-Reine depuis la seconde moitié du xviie siècle et qui a connu de très nombreuses éditions dans la bibliothèque bleue de Troyes131 ; or nous savons que Gilles Caillotin s’est rendu à Alise-Sainte-Reine en 1732 et a pu, à cette occasion, acheter le livret.

  • 132 B. M. Reims, ms. 2487, p. 509, à propos de la description de Saint-Marc à Venise.
  • 133 Après avoir recopié un passage des Voyages du Seigneur de Villamont sur les cérémonies observées lo (...)
  • 134 Voir J. S. Amelang, op. cit., p. 145-149.

29Un second trait de la culture du scripteur nous est fourni dans la deuxième section de son manuscrit qui, on l’a vu plus haut, est quasi intégralement constituée de copies d’ouvrages ou de placards imprimés : Gilles Caillotin ajoute souvent (mais pas toujours) au terme de son exercice de recopiage : “tout cet extrait est tiré mot à mot de...”132, ou bien “tout le résumé de ce cahier est tiré de” tel auteur, “sauf que j’y ai ajouté au bas de cette page quelques lignes du mien”133. Cette distinction du propre et de l’emprunt n’est pas simplement un trait de l’honnêteté scrupuleuse du scripteur : dans son récit du retour de Rome, Gilles Caillotin fait de très nombreux et larges emprunts à ces mêmes auteurs sans pourtant les nommer. Il s’agit en fait d’un mode d’appropriation, d’une légitimation de son propre texte par des autorités extérieures qui, mieux qu’il n’était en mesure de le faire, ont décrit les villes et les monuments qu’il a visités ou qu’il aurait voulu visiter, ou encore les cérémonies pontificales. Ce type d’incorporation de textes extérieurs, est en réalité, tout à fait courant dans les textes autobiographiques d’artisans au xviiie siècle : il s’agit, pour les scripteurs, de donner à leur témoignage une crédibilité accrue par des textes dont ils pensent que l’autorité l’emporte sur leur propre écriture134.

  • 135 B.M. Reims, ms. 2487, p. 523 ; même observation p. 529.
  • 136 Ibid., p. 281. Cette remarque vient après plusieurs descriptions de la place et de la basilique Sai (...)

30Parfois le scripteur se prend à empiler en quelque sorte les descriptions d’un même monument les unes sur les autres. À propos de l’église Saint-Marc de Venise, alors qu’il vient d’emprunter mot à mot un long morceau du livre de Pierre d’Avity, Les Estats empires et principautez du monde, il ajoute : “je me veux encore servir des Mémoires du seigneur de Villamont, pour faire une récapitulation de quelques singularités qu’il met au jour, dont les mémoires des Estats et empires ne fait pas mention ce qui rendra le souvenir plus agréable, touchant l’église de Saint-Marc”135. À propos de la basilique Saint-Pierre à Rome, il déclare : “Je n’ai rien à dire sur l’église de Saint Pierre, attendu que j’en ai assez parlé, par le rapport de l’abbé de Titi, Richard Lassels et la Guide angélique, j’ai vu tout ce qui paraît au dehors de ce qu’ils disent, sauf que je n’ai pas monté sur les terrasses de l’église pour aller à la pomme du grand dôme”136. L’accumulation est ici tout à la fois prise de possession, certitude que rien d’essentiel n’aura été omis et souci esthétique dans la composition des Mémoires.

  • 137 Ibid., p. 345-351, “Les cérémonies qui se pratiquent à Rome à l’ouverture du jubilé général qui arr (...)
  • 138 Ibid., p. 390-392.
  • 139 Ibid., p. 353-380 ; selon Gilles Caillotin le texte a été imprimé “chez Renoul, florentin” (p. 377) (...)
  • 140 Ibid., p. 451-457. Gilles Caillotin recopie le chapitre II du livre III de Scipion Dupleix, Mémoire (...)
  • 141 Ibid., p. 460-470 à propos des différents sièges de Rome par Alaric en 409-410, Genséric en 455, To (...)
  • 142 Gregorio Leti, La Vie du Pape Sixte Cinquième, Paris, 1683, 2 vol. in 12o. L’ouvrage a connu de mul (...)
  • 143 Sur le succès du livre de Pierre d’Avity, voir Jean-Daniel Candaux, “Le cas du « petit-Davity » (16 (...)
  • 144 B. M. Reims, ms. 2487, p. 85 ; ici même, p. 125.
  • 145 Voyages du Seigneur de Villamont, Préface au lecteur, non paginée dans l’édition de Paris, 1596 : “ (...)
  • 146 Ibid., fo 54vo, Livre I, ch. XXIII.
  • 147 Ainsi ibid., fo 59vo, Livre I, ch. XXIV. La coutume qu’ont les hommes “de se baiser l’un l’autre en (...)
  • 148 B. M. Reims, ms. 2487, p. 386-388 : “cérémonies qui se font à Rome pendant le carnaval”, voir J. de (...)
  • 149 Voir sur ce sujet, Gérard Labrot. L’Image de Rome. Une arme pour la Contre-Réforme, Seyssel, Champv (...)
  • 150 Stefano Gallonio, Nuova guida angelica perpetua romana per visitare le chiese dentro e fuori di Rom (...)
  • 151 B. M. Reims, ms. 2487, p. 250-259 : “Toutes ces remarques de peinture, sculpture et architecture qu (...)
  • 152 R. Lassels, Voyage d’Italie contenant les mœurs des peuples, la description des villes et de tout c (...)

31La bibliographie utilisée – pour autant que nous ayons pu en reconstituer l’essentiel – ne semble pas considérable. Elle ne paraît en effet pas composée de plus d’une douzaine ou d’une quinzaine de titres. Y figurent des textes religieux comme les Discours moraux sur le jubilé de l’abbé de Berthomeuf137, des imprimés achetés soit à Rome (ainsi le formulaire des indulgences évoqué plus haut)138, soit à Florence (ainsi une Description de toutes les cérémonies qui se font à Rome depuis la Mort du Pape jusqu’au couronnement de son successeur)139 et recopiés, mais surtout des ouvrages historiques ou géographiques : ainsi les Mémoires des Gaules de Scipion Dupleix dont Gilles Caillotin reprend la narration de la première prise de Rome par les Gaulois140, un abrégé des Annales Ecclésiastiques de Baronius141, ou bien encore La Vie du Pape Sixte Cinquième de Gregorio Leti, largement utilisées pour les descriptions de Rome qui y sont contenues142. Deux textes géographiques sont très souvent mis à contribution : Les Estats, empires et principautez du monde representez par la description des pays, mœurs des habitans, richesse des provinces, les forces, le gouvernement et les princes qui ont gouverné chacun estat du sieur Pierre d’Avity, livre paru pour la première fois à Paris en 1613 et constamment réédité jusqu’en 1665143. Gilles Caillotin semble avoir possédé ou tout au moins avoir eu à sa disposition ce livre puisque, parcourant les rues de Florence, il voit “plusieurs sortes de livres étalés dans [les] rues en diverses langues dont entre autres un Estats et Empires en langue française tel que j’en avais un, étant couvert de parchemin”144. L’autre texte, largement repris, date de la fin du xvie siècle. Il s’agit des Voyages du Seigneur de Villamont, publié pour la première fois en 1595 et réédité vingt-cinq fois de cette date à l’année 1620, tant à Paris qu’à Arras, Lyon et Rouen. Ce récit de voyage raconte les pérégrinations d’un gentilhomme breton qui, parti en 1588 pour les Lieux saints, passe par la péninsule italienne, la Grèce, la Turquie, Jérusalem, avant d’achever son périple par l’Égypte en septembre 1591. À la différence des narrations contemporaines, le texte de Villamont ne se contente pas de décrire les belles antiquités : “fort curieux de voir pour apprendre”, l’auteur est persuadé que l’exemple d’autrui instruit plus que les livres et est soucieux de changer non seulement d’air mais d’esprit à découvrir les hommes et les usages dans leur diversité145. Mené par le désir “de voir toujours des choses nouvelles”146, Villamont observe, fait preuve de sens critique et s’interroge régulièrement sur ce qui le surprend ou le choque147. C’est sans doute le sentiment d’une certaine proximité avec cet auteur qui a poussé Gilles Caillotin à recopier de nombreux passages de ce texte, tant à propos de Rome que de Venise148. Par ailleurs, pour décrire les mirabilia de la Ville Éternelle, dont il veut garder mémoire, notre pèlerin met à profit quelques uns parmi les très nombreux guides qui, à l’époque moderne, présentent l’image de Rome capitale du monde chrétien et ont constitué l’une des armes de la Réforme catholique149 : en particulier le Guide Angélique de Stefano Gallonio qui lui fournit l’almanach annuel des exercices de piété qui se déroulent dans les églises de Rome et un répertoire des reliques qui y sont vénérées150. Parfois même, il utilise une bibliographie de seconde main : Gilles Caillotin recopie ainsi une “description des ouvrages de peinture, sculpture et architecture qui sont dans l’église de Saint-Pierre de Rome au Vatican”, qu’il dit emprunter à l’abbé Philippe Titi151 : en réalité, il tire cette description de la deuxième édition augmentée du Voyage d’Italie de Richard Las-sels, où ce morceau a été traduit et inséré152.

  • 153 On en trouvera de nombreux exemples dans l’annotation du récit qui précède. Dans la seconde section (...)
  • 154 Sur le contexte dans lequel est écrit le récit de R. Lassels, voir Edward Chaney, The Grand Tour an (...)
  • 155 B. M. Reims, ms. no 2487, p. 410, à la suite d’un “Discours touchant les filles de joie de la ville (...)

32Ce dernier livre est son ouvrage de prédilection. Il ne cesse de lui emprunter des passages qu’il colle à l’intérieur de sa propre narration (ainsi nombre de descriptions de monuments), ou qu’il recopie dans la seconde section de son manuscrit153. Ce prêtre anglais, qui fut étudiant au collège anglais de Douai en 1623, puis professeur de langues anciennes au même collège en 1629, a joué un rôle diplomatique en étant quelque temps l’agent à Rome de l’évêque de Chalcédoine, chef de l’église catholique anglaise exilé à Paris depuis 1631, mais a eu pour principale activité d’être le mentor de plusieurs jeunes nobles catholiques qu’il a accompagnés au cours de leur Grand Tour et avec lesquels il n’a pas fait moins de cinq voyages en Italie entre 1637 et 1663. C’est de cette expérience qu’il a tiré son Voyage d’Italie, publié après sa mort intervenue à Montpellier au cours d’un sixième voyage qu’il accomplissait avec l’un de ses protégés, Richard, Lord Lumley : celui-ci le poursuivra en Italie, muni du précieux manuscrit de son tuteur154. Si Gilles Caillotin tient tant à cet ouvrage qu’il cite constamment, c’est que la piété de cet Anglais le “charme”. Après en avoir recopié un long passage concernant les “filles de joie de la ville de Rome”, il nous confie les raisons, toutes religieuses, de sa passion pour cet auteur : “Il était né dans un pays séparé de l’Église. Cependant il en défend très bien les intérêts, aussi bien que la réputation des souverains pontifes. Son langage servira contre les jansénistes mais encore contre ceux qui se disent être catholiques et se trouvent ignoramment scandalisés au seul récit qu’il y a dans Rome des femmes débordées, dont ils croient qu’elles sont autorisées par la protection du pape, dont les remarques de mon pieux Richard serviront pour les désabuser”155.

  • 156 Ces ajouts peuvent être simplement des précisions : Richard Lassels n’a pas spécifié le nombre des (...)

33La lecture de Gilles Caillotin est d’ailleurs tout à fait active. Il ne se contente pas de recopier les textes, mais il y ajoute des réflexions de son cru156 ou modifie carrément les passages empruntés. Soit l’exemple du morceau de Richard Lassels, concernant les prostituées romaines. Tout d’abord, par référence à une médecine populaire des humeurs, il conclut personnellement à la présence inévitable de prostituées dans une ville où toutes les nations apportent leurs vices :

  • 157 Ibid., p. 410.

On sait trop bien que ces gros hommes, chargés d’humeur, il faut qu’elle s’évacue par quelques endroits, mais toujours par les jambes où, au moment que la plaie se ferme, adieu l’homme, il faut partir de ce monde pour aller en l’autre. Ces mauvaises filles sont des cloaques pour y recevoir les immondices de tout le monde, dont assez souvent ceux qui s’en approchent ont pour partage pas seulement les remords de leur conscience, mais le plus souvent encore des maux honteux qui les font fuir de tout le monde157.

34Ensuite, la marque publique d’opprobre qui frappe les prostituées romaines par la nécessité de se faire inscrire sur des registres publiés “et sur la liste des putains” paraît à notre auteur une punition suffisante :

  • 158 Ibid., p. 407.

Qui est l’homme dans notre France qui voudrait pratiquer le vol, moyennant qu’il en porte la livrée pour marque de son impunité, ou qu’on l’enseigne au doigt un tel est un voleur, un assassin et autres noms qui sont odieux parmi le genre humain. On voit dans tous les hommes des passions différentes les unes des autres : mais chacun s’efforce de cacher ses propres défauts, pour se récrier sur ceux d’au trui.
Tel est le sort de ces femmes débauchées qui sont tolérées dans Rome, chacun les connaît pour telles qu’elles sont, et on les montre au doigt : voilà une putain, se dit-on, même leurs ruffians ont honte de les reconnaître dans la rencontre, voulant même en imposer au peuple pour cacher l’ulcère dans le fond de leurs âmes158.

  • 159 Ibid., p. 409-410. Le même procédé est utilisé, ibid., p. 425, à la fin d’une “longue narration des (...)
  • 160 Ibid., p. 42-46 ; ici même, p. 77-86.
  • 161 [François de Mailly], Lettre de M. l’archevêque de Reims à SAR le duc d’Orléans, régent du royaume, (...)

35La lecture de Richard Lassels débouche donc ici sur une méditation spirituelle qui oppose l’ulcère intérieur à la fausse apparence extérieure. Mais, au delà de cette réflexion, la narration du prêtre anglais est instrumentalisée par l’artisan rémois pour servir d’arme dans l’actualité la plus brûlante. Là où Richard Lassels faisait intervenir dans son texte “un hollandais”, “un écrivain anglais”, comme détracteurs du souverain pontife, en raison même de la présence de prostituées dans Rome, Gilles Caillotin substitue “un zélé janséniste”, “un zélé janséniste toujours ennemi des Papes” ; là où le prêtre anglais utilise une proposition incise pour introduire la contestation : “Pourquoi (me répliquera-t-on) ?”, “Pourquoi le Pape, direz vous”, “Pourquoi, me direz-vous”, “Mais, me répartirez-vous”, “Mais, me dira quelqu’un”, le pèlerin rémois préfère “Mais, me dira un janséniste, pourquoi ?”, “Mais répartira un janséniste”, “Mais un bon janséniste qui commencera à revenir de ses préventions sur cet article dira”159. Une polémique ancienne, écrite soixante ans avant le pèlerinage de notre auteur et destinée à confondre anglicans et calvinistes, est réinvestie au bénéfice du combat contemporain contre les jansénistes. De manière analogue, pour rendre compte de la conversation qu’il prétend avoir eue avec un prêtre anti-janséniste, rencontré devant la cathédrale de Sienne160, Gilles Caillotin réemploie un pamphlet paru après la déclaration royale du 7 octobre 1717, qui imposait le silence à toutes les parties à propos de la constitution Unigenitus : toute l’argumentation relative aux conflits doctrinaux des premiers siècles de l’Église figure, en tous les cas, dans une lettre du cardinal de Mailly adressée au régent161.

  • 162 Louis Châtellier, L’Europe des dévots, Paris, Flammarion, 1987, p. 195-210.

36On le voit, la manière de lire de l’artisan rémois fait du livre tout à la fois une nourriture spirituelle, un moyen de prolonger les effets et les bénéfices du pèlerinage qui l’a conduit dans la Ville Éternelle, mais aussi de défendre la papauté romaine, dont il entend, à la suite des jésuites, être un avocat zélé à un moment où la controverse fait rage dans le diocèse de Reims autour de l’acceptation de la constitution Unigenitus. Notre auteur est visiblement familiarisé avec l’imprimé et il a pu sans doute avoir accès à la bibliothèque du collège jésuite : il connaît, on l’a vu plus haut, le Père Jean-Baptiste Gade-bois qui est tout à la fois bibliothécaire depuis 1723 et préfet de la congrégation des artisans à partir de l’année 1726-1727. Avec le récit de Gilles Caillotin, nous disposons donc du texte d’un “soldat” chrétien – on n’ose employer l’anachronisme de “militant” mais c’est bien de cela qu’il s’agit – formé par la Compagnie à manifester publiquement sa foi dans le siècle. Nous sommes en tous les cas assez éloignés de la “crise” évoquée pour ces mêmes années par Louis Châtellier à propos des congrégations mariales dirigées par les jésuites162.

L’ORTHODOXIE D’UN PÈLERIN

  • 163 B. M. Reims cms. 2487, p. 322-344.
  • 164 Ici même, p. 158.

37Peut-on esquisser plus avant, à travers les péripéties mêmes du voyage, un portrait spirituel du scripteur ? En dépit de la perte, vraisemblablement définitive, du tome premier des Mémoires qui nous aurait peut-être livré les raisons qui le poussent vers la Ville Éternelle, on s’efforcera ici de tracer quelques linéaments. Le plus tangible, on vient de le noter, est l’orthodoxie de ce pèlerin qui manifeste à plusieurs reprises dans son texte sa soumission filiale et sa dévotion au pouvoir pontifical. Celle-ci transparaît non seulement à travers les nombreux textes relatifs au Pape et à la Papauté qu’il recopie dans la seconde section de son manuscrit – en particulier une “Description du suprême pouvoir du Souverain Pontife” qui est une apologie du pouvoir des Papes sur les rois en matière spirituelle163 – mais à l’intérieur même de son récit de retour : entre Plaisance et Lodi, croisant à la porte d’un couvent de religieuses, deux habitants de Châlons-sur-Marne qui “allaient, disaient-ils, à Rome” et qui couvrent de “vilaines injures qui n’appartiennent qu’à des marauds et à des scélérats” la sœur tourière parce qu’elle refuse de leur donner une quelconque “passade”, Gilles Caillotin note : “Si j’eus été capable de leur donner un conseil, je leur aurais fait changer de dessein pour suivre la route de Genève”164. Lorsqu’il retrouve le long des murs du Palais communal de Sienne un “nouveau converti” qu’il avait déjà rencontré à Bologne lors de l’aller à Rome, et contre lequel il avait alors engagé une dispute où il décriait “la secte de Calvin”, il s’échauffe rapidement. Cette fois, son premier interlocuteur, conscient de sa faiblesse, s’est effacé pour laisser place à un homme “portant perruque [...] assez lettré, et grand babillard capable d’être ministre, savoir s’il ne l’était pas”. Et bien que celui-ci assure “aller à Rome pour abjurer ses erreurs”, Gilles Caillotin détecte dans ses paroles un pernicieux langage qui dément “une conversion chimérique” : n’a-t-il pas osé prendre la défense de Clément Marot ? Aussi bien, empruntant son argumentation à l’apologétique catholique du pouvoir pontifical, promet-il avec ardeur à l’opiniâtre qui lui tient tête les peines éternelles :

  • 165 Ici même, p. 75.

Après avoir, avec grande chaleur, prouvé l’indigne fin de tous les hérésiarques et de tous ceux qui se sont révoltés contre l’Église romaine, ils ont tous fini par une mort qui leur a frayé le chemin de l’enfer, si ils ne sont rentrés dans cette Église par un sincère repentir. Je prouvai en même temps le pouvoir suprême des souverains pontifes successeurs de Saint-Pierre et les vicaires que Jésus Christ a laissés sur la terre jusqu’à la consommation des siècles et dont pendant une si longue durée les portes de l’enfer ne pourront prévaloir contre elle165.

38Nous ne saurons jamais les termes exacts de cette controverse de religion. Peut-être faut-il pourtant imaginer que notre pèlerin, face à cet adversaire plus rompu au débat théologique, se trouve à court de ressources puisqu’il met fin à l’entretien par une menace non déguisée :

  • 166 Ici même, p. 75.

Mais voyant que cet insolent n’avait d’autre but qu’à me braver par son empoisonné caquet, je le suppliai plusieurs fois de me laisser en repos et qu’à faute de quoi j’irai le dénoncer aux officiers de l’Inquisition. C’est assurément ce que j’aurais fait166.

  • 167 B. M. Reims ms. 2487, p. 666. Voir aussi, ici même, p. 260, les remarques sur la division du Parlem (...)
  • 168 Voir Lettre de M. l’archevêque de Reims à SAR le duc d’Orléans, régent du royaume, Reims, 20 janvie (...)
  • 169 Ici même, p. 80.
  • 170 B. M. Reims ms. 2487, p. 667, à la date du 15 avril 1729.

39La tolérance, on le voit, est une catégorie qui n’appartient pas à l’univers de Gilles Caillotin, sûr de mener le bon combat. Lors d’un passage ultérieur dans la ville de Noyon, il va visiter la cathédrale et la châsse de saint Éloi qui y est exposée, mais sort de la ville “sans penser à demander où était la demeure de Jean Calvin” qui y est né167. C’est avec la même ardeur qu’il s’est enrôlé dans la lutte anti-janséniste. On a vu plus haut le réemploi qu’il a fait, en ce sens, de la bibliographie dont il dispose. Ce parti-pris, qu’il doit à sa fréquentation assidue de la congrégation des artisans de Reims, se retrouve plusieurs fois dans son récit de retour. Rapportant la conversation qu’il prétend avoir eue avec un prêtre anti-janséniste sur l’un des bancs de pierre qui longe l’hôpital des pèlerins face à la cathédrale de Sienne, Gilles Caillotin en profite pour glisser dans la bouche de son interlocuteur – réel ou supposé – plusieurs pages dont il a très vraisemblablement emprunté l’argumentation à une lettre adressée en 1718 par le cardinal de Mailly archevêque de Reims au régent Philippe d’Orléans168. Nourrie des Pères de l’Église et d’exemples pris dans les conflits qui ont divisé l’Église antique, cette tirade attaque violemment les Parlements, soutiens de l’hérésie, et désigne les partisans de Quesnel comme de “fanatiques docteurs”, d’“infâmes sectaires” et des enfants de l’erreur qui “ont la témérité de s’arroger en juges de la foi alors que ce droit “n’appartient qu’aux seuls évêques et aux successeurs”169. Lors d’un voyage ultérieur en 1729, Gilles Caillotin se fait raser au Bourget par un soldat garde français dont les propos l’indignent : celui-ci, qui a fait une partie de ses études à Reims, ne connaît-il pas “tous les piliers de la cabale de Quesnel dont il en faisait l’éloge comme des héros et des grands saints et en ceux qui étaient soumis à l’Église étaient autant de réprouvés”170 ? Se lit ici l’engagement du membre de la congrégation mariale des artisans dans le combat contemporain.

  • 171 De ce point de vue, le temps du récit de Gilles Caillotin n’est pas exactement comparable à celui d (...)
  • 172 Ici même, p. 103 et 117.
  • 173 Jubilé universel accordé par Notre Très Saint Père Benoist par la Providence Divine Pape XIII afin (...)
  • 174 Mandement de Son Altesse Monseigneur le Prince de Rohan Archevesque, s.l.n.d. [Reims, 23 novembre 1 (...)
  • 175 B. M. Reims, ms. 2487, p. 590-593. C’est même Gilles Caillotin qui rassure son compagnon, cabaretie (...)
  • 176 Voir D. Julia, “La réforme posttridentine en France d’après les procès-verbaux des visites pastoral (...)
  • 177 Ici même, p. 215.

40Fervent défenseur de la doctrine de l’Église post-tridentine, Gilles Caillotin l’est tout autant de sa pratique. De cette orthopraxie, on fournira ici seulement quelques exemples. Le temps de son voyage est tout d’abord scandé par les fêtes religieuses qu’il indique régulièrement – par exemple sainte Rose à Viterbe, la Nativité de la Vierge à Florence – par les messes matinales auxquelles il assiste dans la chapelle des hôpitaux, comme par les prières vespérales qui accompagnent les rites d’accueil dans ceux-ci171. Notre pèlerin, qui s’est confessé à Saint-Pierre de Rome, se confesse à nouveau au couvent des Antonins français de Florence, soit huit jours à peine après avoir quitté la Ville Éternelle, profitant de l’opportunité de pouvoir s’exprimer dans sa propre langue172. De retour de son pèlerinage romain il ne néglige pas de « gagner », dans sa ville natale, l’indulgence plénière du jubilé universel proclamé par le Pape Benoït XIII à l’occasion de son élection en mai 1724173 : dans un mandement du 23 novembre de la même année, le prince Armand Jules de Rohan, archevêque de Reims, a fixé l’ouverture de celui-ci dans son diocèse au samedi 9 décembre suivant et sa durée aux deux semaines qui le suivent c’est-à-dire jusqu’au 23 décembre : outre le jeûne les mercredi, vendredi et samedi de l’une des deux semaines, les fidèles devaient visiter, au moins une fois dans la semaine où ils avaient jeûné, l’une des églises de Reims désignée comme « station » de jubilé, y demander “à Dieu la rémission de leurs péchés, implorer les secours divins” sur le Pape, l’archevêque et le diocèse, “prier pour la paix de l’Église, pour la conservation de la personne sacrée du Roi [...] enfin l’entretien de l’union entre les princes chrétiens”, faire “l’aumône aux pauvres, chacun selon son pouvoir”, se confesser à un prêtre approuvé et communier174. C’est très vraisemblablement dans l’église de Saint-Jean, sa paroisse – qui est justement l’une des stations du jubilé – que Gilles Caillotin a accompli les exercices requis le 19 décembre 1724 : la certitude d’avoir ainsi assuré son salut et son entrée au Paradis lui retire d’ailleurs toute frayeur lorsque, le lendemain, regagnant Reims en pleine nuit après un court voyage à Châlons sur Marne, il aperçoit, venant à lui deux “fantômes sans tête” et trois “arlequins”, tandis que son compagnon a le “cœur glacé” par l’apparition de ces spectres175. En second lieu, il manifeste une répugnance évidente à l’égard des dévotions ou des rites non reconnus par l’Église officielle : on sait à quel point les évêques de la Réforme catholique ont, dans leurs visites pastorales, fait la chasse aux “superstitions”176. Relatant son passage à Saint-Michel de Maurienne il fait état de la croyance populaire dont lui ont fait part “les bonnes gens du pays” à propos du rocher “d’une excessive hauteur excédant les montagnes des environs” qui surplombe le bourg et selon laquelle “les malins esprits [y] font leur résidence, dont on y entend quelquefois le bruit qu’ils font étant ennemis des hommes dont ils gâtent l’espérance de leur travail en faisant rouler du haut en bas des monceaux de pierre qui gâtent leurs moissons et leur vendanges”. Comme si le simple fait d’avoir rapporté cette croyance était déjà en soi un funeste abandon à l’erreur, notre pèlerin ajoute aussitôt “que cela soit dit sans m’en rendre caution”177. De la même façon, alors qu’il avance vers Sienne, il croise un pèlerin qui se rend à Rome et l’invite à s’éloigner

  • 178 Ici même, p. 70-71.

sur la main gauche hors du chemin, dans laquelle on y trouvait grande quantité de certaines pierres blanchâtres en façon de tuyau à pipes dont elles ressemblent en toutes choses, et même qui sont aussi percées : il m’assura qu’elles préservaient du mal de Saint Jean en les portant au col en façon de collier [...] Mais moi j’aimai trop mieux me confier en la vertu des prières saintes qu’en celle de ces pierres dont les pèlerins en font commerce par le pays178.

41En revanche, Gilles Caillotin a manifestement été séduit par la piété extériorisée et unanime qu’il a rencontrée au cours de son voyage dans la péninsule. Membre d’une congrégation mariale, il est frappé par la ferveur commune qui entoure les images de la Vierge. Parcourant les rues de Florence le jour de la fête de la Nativité de celle-ci, il est saisi par le faste baroque qui s’y déploie et avoue être

  • 179 Ici même, p. 107-108.

sensiblement touché de la grande dévotion que ce peuple porte à la Sainte Vierge, presque à tous les palais aussi bien qu’aux autres maisons, ce n’étaient qu’images qui en représentaient la figure dont il y en avait d’aucunes plus considérables, ornées si superbement, surtout ceux qui étaient vers les passages pour aller à l’Annonciade dont les ornements valaient plus de mille écus, soit pour l’argenterie, les tableaux, les velours, draps d’or, toiles d’argent et de soie dont les environs étaient tendus par rapport à l’excessive chaleur qu’il faisait et dont il y avait quantité de petits luminaires allumés, la chaleur du soleil et le climat du pays ne permettant pas en Italie qu’on fit de plus grands cierges. Les personnes qui passaient s’arrêtaient pour y faire leurs prières et faisaient leurs offrandes pour contribuer aux grands frais de ces ornements : et pour cet effet étaient de grands bassins pour les recevoir, aussi j’y vis beaucoup d’argent, même des pièces assez considérables, données par des gens de la première qualité179.

42La constatation n’est pas isolée puisqu’il la renouvelle quelques jours plus tard, le 20 septembre alors qu’il entre à Pavie vers huit heures du soir. Cette fois encore il nous dit sa surprise joyeuse, quoiqu’il soit “très fatigué” devant “la conduite des bourgeois” qu’il croise sur son chemin :

  • 180 Ici même, p. 173.

Car à plusieurs endroits ils occupaient notre passage, étant à genoux devant quelques images de la Sainte Vierge, éclairée de plusieurs chandelles allumées, chantant à haute voix les litanies de la Vierge. Quand je parle de bourgeois, je n’entends pas le commun du peuple mais les gens d’un certain rang honorable, je les comprends tous ensemble à plus de six cents, sans y comprendre les personnes du sexe. J’aurais voulu que nos jansénistes et nos critiques du culte de la Sainte Vierge eussent été spectateurs de la modestie que j’y remarquai et non pas de ces dévotions de grimaces qu’on pratique en quelques endroits de notre pays surtout pendant l’octave de la Visitation : si il s’en trouve quelques uns qui aient de la vraie dévotion pour la Sainte Vierge, ils ont quelquefois honte d’en pratiquer les devoirs par les respects humains pour des impies, qui hurlent comme des loups et des bêtes brutes, sans considérer que le culte qu’ils rendent est à la mère de Dieu. Que cela soit dit en passant, puisque l’occasion s’en présente180.

43Le voyage est donc l’occasion de repérer les décalages existant entre la piété publique et sonore des confréries de la péninsule et les pratiques distinctives des élites champenoises marquées par le jansénisme et réticentes à l’égard de ces exercices collectifs. Une remarque tout à fait analogue vient sous la plume de notre pèlerin alors qu’il croise, à la sortie de Modène, le convoi funéraire d’une jeune fille portée sur un brancard à visage découvert : il est surpris par le rituel de cette procession au cours de laquelle le Rosaire est alternativement psalmodié par les prêtres en soutanelle et par des jeunes filles revêtues d’aubes blanches qui précèdent le corps exposé :

  • 181 Ici même, p. 145. L’ostension sacralisée du cadavre lors des obsèques est une tradition méditerrané (...)

Ici nos scrupuleux dévots s’écrieraient à la mômerie de voir des filles vêtues d’aubes blanches tenant rang dans une pareille cérémonie avec des prêtres. Bien plus, le chapelet en main, et les prêtres aussi, c’est y avoir du ridicule dans cet enterrement. Selon les jansénistes, ces esprits clairvoyants ne pouvaient s’accoutumer à une pareille pratique, le chapelet leur est de sinistre augure : d’ailleurs c’est une livrée que l’Église romaine approuve, eux qui lui préfèrent leurs aveugles lumières, ils n’auraient garde de se déshonorer par la livrée des idiots qui patenôtrent sur leurs doigts181.

44Gilles Caillotin revendique donc haut et fort son idiotie contre les esprits “clairvoyants” aux “aveugles lumières” : il s’inscrit d’autant plus résolument dans une tradition pluriséculaire que les “novateurs” jansénistes cèdent à son sens, au respect humain, à ce souci du qu’en dira-t-on qui est peut-être l’obstacle le plus fort à une vraie conversion du pécheur, quand ils condamnent des pratiques dévotieuses approuvées par l’autorité romaine.

IDENTITÉ DE PASSAGE ET RÉPRESSION DU VAGABONDAGE

45Par delà cette orthodoxie clairement revendiquée, il convient cependant de s’interroger sur les raisons qui poussent notre auteur sur les routes, au point de pouvoir intituler toute une section de ses écrits “histoire de toutes mes routes”. À propos d’un voyage antérieur à son pèlerinage, accompli en plein hiver 1717, alors qu’il est “accueilli” entre Crécy et Laon “d’une pluie orageuse étant accompagnée de grésil mêlés ensemble joint un vent impétueux qui à toute force” l’empêche d’avancer, Gilles Caillotin se trouve fort mal et “maudit plusieurs fois la curiosité de voir le pays et formant le dessein de n’en plus goûter davantage”. Lors de son retour de Rome, il explique pourquoi, passant à Viterbe le 3 septembre, jour de la fête de sainte Rose, il n’a cependant pas eu “le bonheur” de voir “le corps de cette bienheureuse sainte” qui “se voit encore pour ce jourd’hui en chair et en os” : c’est qu’il s’est empressé de quitter cette ville :

  • 182 B. M. Reims, ms. 2487, p. 12 ; ici même, p. 51.

La triste situation d’un pauvre pèlerin comme j’étais, rempli d’une démangeaison de toujours voir chose dévotieuse et nouvelle, cependant parcourir avec tant d’empressement des lointains pays ; n’étant pas plutôt arrivé que je pensais à mon départ, qu’il me semblait être toujours trop différé : causé par deux principes, le premier manquant de toutes mes commodités et le second qu’il m’aurait fallu avoir un compagnon conforme à mes desseins et sur la fidélité duquel j’eus[sse] pu m’assurer182.

46La définition qui nous est ici donnée du pèlerin est bien celle d’une identité de passage : il a perdu ses références et ses repères habituels ; il connaît la solitude en dépit des rencontres qu’il peut faire tout au long de son parcours ; il demeure pourtant poussé par la curiosité, cette “démangeaison de toujours voir chose dévotieuse et nouvelle”, qui lance sur les routes Gilles Caillotin, pèlerin pénitent et voyageur impénitent au péril de sa santé et parfois, pense-t-il, de sa vie, puisque le chemin n’est pas sûr et offre de multiples dangers, en raison des brigands qui agressent les passants.

  • 183 Déclaration royale concernant les mendiants et vagabonds, Chantilly, 18 juillet 1724, publiée par J (...)

47La conjoncture dans laquelle l’artisan rémois voyage est pourtant bien particulière : comme on l’a évoqué plus haut, à propos du registre de passeports délivrés par les administrateurs de l’hôpital général de Grenoble, le 18 juillet 1724 c’est-à-dire tout juste un mois après le départ de notre pèlerin, a été publiée une déclaration royale qui organise l’assistance et la répression dans le royaume. Dans un délai de quinze jours, les mendiants invalides et leurs enfants devaient se présenter à l’hôpital le plus proche de leur domicile à charge d’y travailler dans la mesure de leurs moyens ; les mendiants valides disposaient du même laps de temps pour trouver du travail, et s’ils n’en trouvaient pas, devaient venir s’engager à l’hôpital le plus proche : ils y seraient groupés en compagnies de vingt hommes qu’un sergent conduirait chaque jour au lieu de travail. Enfin, toute personne trouvée à mendier ou à vagabonder serait arrêtée et conduite dans l’hôpital général le plus proche, les invalides y étant internés à vie et les mendiants valides gardés deux mois au moins ; à la deuxième récidive “qui ne peut mériter ni excuse ni compassion”, la peine prévue était de cinq ans de galère pour les hommes et de cinq années d’internement au moins dans les hôpitaux généraux pour les femmes. À l’hôpital général de Paris devait être établi un bureau général de correspondance avec tous les autres hôpitaux du royaume : un registre de tous les mendiants arrêtés avec leur noms, prénoms, âge, origine géographique, et “principaux signalements de leur personne” y serait tenu ; les hôpitaux de province tiendraient un registre similaire et enverraient à Paris une copie de ce registre toutes les semaines à l’Hôpital général de la capitale, copies à partir desquelles serait formé un “registre général de tous les mendiants arrêtés dans toute l’étendue du royaume”. Un registre alphabétique des noms serait en même temps constitué et, à la fin de chaque semaine, une copie imprimée des indications portées sur le registre général comme sur le registre alphabétique serait réadressée à chaque hôpital du royaume et à tous les officiers de police et de maréchaussée, qui devaient pouvoir ainsi démasquer les vagabonds déjà arrêtés ; il s’agit bien de réprimer efficacement la mendicité et le vagabondage par l’établissement d’un casier judiciaire central et cette déclaration royale devait demeurer, quarante ans durant, le texte fondamental organisant une surveillance généralisée de la population errante sur les chemins du royaume : par la fermeté des mesures prises, le roi espère “faire cesser enfin un si grand désordre, distinguer le véritable pauvre qui mérite tout secours et compassion d’avec celui qui se couvre faussement de son nom pour lui voler sa substance”183.

  • 184 Voir J.-P. Gutton, L’État et la mendicité, op. cit., p. 192. Sur ce sujet, voir René de La Coste Me (...)
  • 185 J.-P. Gutton, op. cit., p. 192-194 ; D. Julia, “Aveux de pèlerins”, in Ph. Boutry, P.-A. Fabre, D. (...)
  • 186 André Zysberg, Les Galériens. Vies et destins de 60 000 forçats sur les galères de France, 1680-174 (...)

48Les pèlerins font naturellement partie de la population vagabonde visée par la déclaration royale, dès lors qu’ils mendient, que leur passeport est expiré, à plus forte raison lorsqu’ils n’ont pas de patentes en règle. Ce n’est sans doute pas un hasard si, en décembre 1724 – c’est-à-dire six mois après celle du 18 juillet – le contrôleur général des finances fait publier à nouveau la déclaration royale du 7 janvier 1686, exigeant de chaque pèlerin qui veut sortir du royaume, pour aller à Compostelle, Rome ou Lorette, des certificats de l’évêque diocésain, des maires, échevins ou consuls, et des attestations du lieutenant général du bailliage ou de la sénéchaussée pour établir sa bonne moralité et la véracité des pieux motifs de son voyage. Or les pèlerinages à l’intérieur du royaume ne sont, en revanche, soumis à aucune réglementation et les autorités policières sont constamment confrontées aux problèmes que pose la confusion permanente entre pèlerinage, vagabondage et mendicité. En fait foi la lettre écrite en mai 1730 par le contrôleur général Orry à l’intendant d’Auvergne : il lui “est revenu des plaintes de plusieurs endroits qu’il y a un grand nombre de pèlerins, et de coureurs qui se répandent dans les provinces, dont la plupart sont de jeunes gens qui se débauchent pour se soustraire au travail sous prétexte de pèlerinage en forme, ni permission authentique” ; il invite donc son subordonné à publier une nouvelle fois la déclaration du 7 janvier 1686184. De fait, les procès-verbaux d’arrestation de la maréchaussée montrent que nombre de pèlerins tombent, au cours de leur voyage, dans le cas de la mendicité ou du vagabondage et qu’inversement, bien des vagabonds se font passer pour pèlerins185. À tout le moins, la déclaration du 18 juillet 1724 a-t-elle entraîné une répression nettement accrue de la mendicité, comme en témoignent les courbes de condamnation aux galères pour vagabondage et mendicité dressées par André Zysberg186.

  • 187 B. M. Reims, ms. 2487, p. 122 et 123, ici même, p. 160.

49De celle-ci, nous trouvons plusieurs échos tout à fait directs dans le récit de Gilles Caillotin. Lorsqu’il arrive à Milan, il apprend d’un pèlerin français venant de Saint-Jacques de Compostelle que “le Roi avait défendu les pèlerinages, faisant prendre tous les pèlerins pour aller à la guerre [...] Triste et fâcheuse situation d’une personne qui voyage ainsi qu’en fait foi le présent voyage”187. Au-delà de Turin, il rencontre une femme venant de France :

  • 188 Ibid., p. 166-167, à la date du 26 septembre 1724 ; ici même, p. 203.

qui me fit entendre des fâcheuses et tristes nouvelles que le roi de France avait donné des ordres exprès d’arrêter toutes les personnes qui étaient sur les chemins et même sans en excepter les pèlerins pour les incorporer dans les troupes, ayant dessein de venir fondre en Italie avec une puissante armée et que pour preuve de son dire, elle me cita trois pèlerins qui étaient à une chartreuse éloignée de deux cent pas sur la droite du chemin et à une demie-lieue de Turin ou environ, qu’ils me confirmeraient dans ces circonstances [...] Je trouvai à la vérité les trois pèlerins ci-devant cités qui m’assurèrent non seulement ce que cette femme venait de m’apprendre, mais encore qu’ils étaient à cinq venant de Saint-Jacques à Rome, on avait pris deux de leurs compagnons pour les incorporer dans les troupes de France, et que s’ils étaient échappés, ils en étaient redevables à leurs incommodités, étant tous les trois mutilés de quelqu’un de leurs membres188.

  • 189 Sur la propagation des rumeurs au xviiie siècle, outre le livre classique de Georges Lefebvre, La G (...)
  • 190 J. P. Gutton, op. cit., p. 94-136. Il semble que les entrées “volontaires” dans les hôpitaux ont la (...)

50On saisit ici comment la rumeur orale venue du monde pérégrin se propage, mobile et fragmentée, le long des routes et amplifie la répression mise en œuvre par la déclaration du 18 juillet précédent189 : à aucun moment celle-ci n’évoque un enrôlement militaire, mais seulement l’emploi des mendiants valides “aux ouvrages des Ponts-et-Chaussées ou autres travaux publics et autres sortes d’ouvrages qui seront jugés convenables”. Même si l’application de cette déclaration semble avoir été inégale selon les régions – le zèle de la maréchaussée est assez réduit en Auvergne et en Lyonnais, sans doute plus développé en Dauphiné190 –, son retentissement est immédiat au sein du peuple pèlerin et engendre la peur.

LE PÈLERINAGE À ROME : LES ÉPREUVES DU CHEMIN

Une épreuve de l’espace

  • 191 B. M. Reims, ms. 2487, p. 150 ; ici même, p. 186.

51Au xviiie siècle, l’itinéraire d’un pèlerin vers la Ville Éternelle ne relève pas vraiment de l’aventure, même si, en tout état de cause, il reste, de par sa longueur et les difficultés du chemin, une expérience particulièrement éprouvante : les routes à suivre comme les étapes où trouver un gîte – tels les hôpitaux réservés aux pèlerins – sont bien connues depuis le Moyen Âge et très largement diffusées grâce aux cartes et aux guides de voyage. Gilles Caillotin a lui-même emporté dans son sac la “route du seigneur de Villamont”, qu’il perd entre Alessandria et Asti, route dont il dit s’être servi “depuis Lorette jusqu’à Rome, et depuis Rome par les montagnes de Toscane jusqu’à celle de Plaisance”191. Il s’agit en réalité d’une adjonction de l’imprimeur des Voyages du seigneur de Villamont, qui a placé à la fin du livre I un recueil des chemins qui mènent aux divers lieux saints :

  • 192 Cette liste qui énumère les localités situées sur la route avec la distance (en lieues en France, e (...)

Le sieur de Villamont n’ayant décrit que ce qu’il a vu par où il a passé aux voyages de Rome, de Jérusalem et d’Égypte, auxquels lieux on va par divers chemins où se voient plusieurs choses rares et belles, il m’a été mis entre les mains un bref recueil et guide de divers chemins de Paris à Rome, Naples, Lorette, Venise, Jérusalem et Égypte que j’ai ajouté et mis à la fin de chacun livre pour la commodité de ceux qui désireront aller afin que selon le chemin qu’ils prendront, ils soient avertis des choses mémorables qui s’y voient192.

  • 193 Nous avons confronté l’édition de Paris, 1583, de Ch. Estienne, Nouvelle Guide des chemins pour all (...)
  • 194 Les exemples en sont nombreux : ainsi pour la poste du Bourguet, près de Rome, ou pour Bregarre qui (...)

52On peut donc imaginer que notre pèlerin ait soit recopié la liste des localités et des distances figurant dans l’exemplaire des Voyages consulté avant son départ, soit utilisé une impression populaire de ce routier, qui reprend en réalité les données de La Guide des chemins de Charles Estienne, parue dès les années 1550 et régulièrement réimprimée193. Ce qui est sûr en tout cas, c’est que Gilles Caillotin a, pour la mise au point de son manuscrit définitif, réutilisé cette liste : d’une part, les distances qu’il cite entre villages ou villes de son parcours (pour la partie commune entre son propre itinéraire et celui décrit dans les Voyages du seigneur de Villamont) lui sont empruntées ; d’autre part, il n’hésite pas, lorsque sa mémoire est en défaut, à reprendre tels quels les toponymes qui sont marqués sur ce routier, même lorsque ceux-ci ne correspondent à aucun toponyme utilisé à son époque194.

  • 195 B. M. Reims, ms. 2487, p. 90-92 ; ici même, p. 131.
  • 196 Ibid., p. 25 ; ici même, p. 63.
  • 197 Voir sur ce point Alphonse Dupront, Du Sacré. Croisades et pèlerinages et langages, Paris, Gallimar (...)
  • 198 B. M. Reims, ms. 2487, p. 142 ; ici même, p. 179.
  • 199 Ibid., p. 558.
  • 200 Ibid., p. 148 (Alessandria) ; p. 142 (Tortona) ; ici même, p. 184 et 179.
  • 201 Ibid., p. 116 à la sortie de Fiorenzuola ; ici même, p. 154.
  • 202 Ibid., p. 207 ; ici même, p. 238.

53L’usage de la carte lui est familier : descendant entre Florence et Bologne du sommet du Monte Senario, notre pèlerin s’interroge pour savoir si c’est “la mer” qu’il découvre “sur la gauche au travers des sapins”, ou du moins “quelque grand lac” car “l’expérience des cartes géographiques” ne lui permet pas de la croire si proche195. Gilles Caillotin a donc sans doute emporté une carte en voyage et il n’est pas le seul à le faire, puisqu’il nous conte lui-même sa rencontre dans la ville d’Acquapendente, au nord de Viterbe, avec un jeune Allemand qui lui paraît “être de bonne maison et garçon d’esprit. Pour s’assurer du pays il avait une carte d’Italie”196. En fait, le routier et la carte sont des instruments qui permettent de ne pas s’écarter du chemin ; l’espace pèlerin est en effet déterminé par son terme197 : à l’aller, la chapelle de Notre-Dame de Lorette – c’est-à-dire la maison de la Vierge miraculeusement transportée depuis Nazareth par les anges – et la Ville Éternelle ; au retour le pays natal. Les détours que s’accorde Gilles Caillotin par rapport à sa route sont extrêmement rares. Au sortir de Tortona, il se rend directement à Alessandria sans faire un crochet par Gênes, dont “il aurait pu faire le chemin en une journée et demie pour voir cette belle ville”198. En dépit du “grand déplaisir” qu’il a de ne pouvoir faire cette visite, il nous avoue les raisons de sa hâte : s’il ne va pas à Gênes c’est qu’il s’écartait trop de son “chemin dont l’empressement était d’y être au bout”199. C’est pour la même raison que notre pèlerin traverse les villes situées sur sa route sans même prendre le temps d’en visiter les monuments ; ainsi à Tortona ou à Alessandria : “Je ne fis aucune visite des églises de cette ville, tant je me hâtais d’avancer chemin”200. Il ne court pas les aumônes que l’on peut recevoir à quelque distance de la route : “quatre pauvres sols ne valaient pas la peine de s’écarter du vrai chemin”201. Ne trouvant à l’hôtel de ville de Mâcon aucun officier municipal susceptible de contresigner son passeport, il repart sur le champ sans attendre et note : “Je ne m’en souciai pas beaucoup attendu la diligence que j’apportais d’avancer chemin”202. Cette régularité dans la marche vers le terme est en réalité une maîtrise du temps : elle permet au voyageur de prévoir précisément la date de son arrivée : lors de son étape à l’hôpital des pèlerins de Turin, Gilles Caillotin écrit une lettre à ses parents où il leur rend “un compte très exact des principales circonstances” de son voyage, “persistant à les assurer” qu’il serait “à Reims au plus tard le dix-huitième d’octobre” : une première lettre, sans doute envoyée depuis Rome, a donc vraisemblablement déjà averti François Caillotin de la date probable de retour de son fils.

  • 203 Ibid., p. 165ter ; ici même, p. 201. Lorsqu’il est à Turin, Gilles Caillotin, qui n’est pas passé à (...)
  • 204 Ibid., p. 34 (ici même, p. 71) : un Milanais fut “l’instrument qui empêcha mes compagnons de m’acco (...)

54À travers les notations éparses, inscrites dans le récit de retour, nous pouvons reconstituer approximativement l’itinéraire de Gilles Caillotin à l’aller : parti le 17 juin de Reims, il couche le 28 juin, veille de la Saint-Pierre, à 13 ou 15 kilomètres au sud de Tournus (sans doute à Fleurville ou à Saint-Albain), le lendemain à Mâcon où l’un de ses compagnons, Jean Hochart, vomit “comme un pourceau au sortir” du couvent des Minimes, “même presque sur les degrés de leur église, le monde y étant de toutes parts pour y entendre la messe”, ce qui vaudra à Gilles Caillotin de se voir refuser à son retour la “passade”. Il passe ensuite par Lyon, Chambéry, Montmélian, Saint-Jean de Maurienne, où il couche dans un “mauvais hôpital”, franchit le col du Mont-Cenis, débouche par Suse à Turin et gagne ensuite Milan par Verceil (où le Père gardien des Capucins – c’est-à-dire le supérieur du couvent – lui prête aide et assistance)203 et Novare, car il veut honorer dans la capitale lombarde le corps de saint Charles Borromée. Le 25 juillet, il est à Fidenza et le lendemain à Parme ; il atteint rapidement, par la via Emilia, Bologne où il se trouve du 29 au 31 juillet. C’est là qu’il se sépare de Jean Hochart, compagnon qu’il avait eu dès le départ, prenant la route de Lorette par Rimini et Ancône : il couche le 6 août “sur le rivage de la mer”, sans doute entre Senigallia et Ancône et il se souvient encore à son retour du froid qu’il y a enduré. Le 11 août, après avoir visité la Santa Casa, il est déjà à Foligno ; il fait seul la visite du tombeau de saint François d’Assise – la route d’Assise constituant un détour sur la voie qui mène à Rome204. Le 13 août, il est au Pas de Spolète “en haut des Monts Apennins”, c’est-à-dire au Valico di Somma, à dix kilomètres au sud de Spolète et à 646 mètres d’altitude. On peut donc penser qu’il est arrivé à Rome aux alentours du 15 août, soit deux mois après être parti de Reims.

  • 205 B. M. Reims, ms. 2487, p. 287.
  • 206 Ibid., p. 287. Gilles Caillotin cite le nom du pénitencier jésuite de Saint-Pierre du Vatican, le P (...)
  • 207 Ibid., p. 281.
  • 208 Voir ici même, p. 53.
  • 209 Openbare Bibliotheek De Biekorf, Bruges, ms. GGB 974. Josephus Jacobus Verplancke dort chaque fois (...)
  • 210 A. M. Reims, GG 141, registres de mariage de la paroisse Saint-Martin, à la date du 19 janvier 1712
  • 211 Voir ici même, p. 249. Le 9 août 1726, le frère Nicolas Tondeur “venant par le coche d’eau à Reims” (...)
  • 212 Voir ici même, p. 45, 142, 203, 216.
  • 213 Sur Gabriel Drolin, voir p. 40, note 1.
  • 214 Voir ici même, p. 206.

55Du séjour à Rome lui-même nous ne savons malheureusement pas grand chose. Gilles Caillotin est resté “dix-sept journées” dans Rome, ce qui situe effectivement son arrivée au soir du 14 août ou au jour de l’Assomption205. Il y a accompli les rites pèlerins puisqu’il s’est confessé au pénitencier jésuite français de Saint-Pierre, et à un pénitencier franciscain de Saint-Jean de Latran et y a communié206, et l’on peut imaginer qu’il a non seulement visité les quatre basiliques majeures mais aussi Saint-Sébastien, Saint-Laurent-Hors-les-Murs et Sainte-Croix, dans ce parcours sacral des sept églises mis en honneur à la mi-xvie siècle par le fondateur de l’Oratoire romain, Filippo Neri. Il ne s’est certainement pas contenté d’un simple itinéraire de dévotion et a vraisemblablement contemplé les “curiosités” offertes à son regard : la seule chose que nous sachions est qu’il avait, le 29 août, “le désir” de “monter sur les terrasses de l’église” Saint-Pierre “pour aller à la pomme du grand dôme” mais il ne lui “manquait qu’un compagnon pour” lui “en donner la hardiesse”207 ; ce même jour, en se rendant à Saint-Pierre, il s’est sans doute arrêté en l’église San Giovanni Decollato dei Fiorentini, où l’on fêtait justement le saint titulaire de l’église : il se souvient, en tout cas, d’avoir vu, près de cette église, un marché où l’on vendait de la vaisselle en terre cuite et des clochettes au son aigrelet qui suscitaient la curiosité des enfants208. Quant aux lieux où il a couché, nous connaissons seulement son inscription, évoquée plus haut, sur les registres de Saint-Louis des Français pendant quatre nuits. Où a-t-il dormi les treize autres nuits de son séjour ? On peut imaginer, que tout comme Josephus Jacobus Verplancke, il a su jouer des divers lieux d’accueil offerts aux pèlerins et a circulé de l’un à l’autre : au premier chef l’hospice de la Très Sainte Trinité des Pèlerins (Santissima Trinità dei Pellegrini), mais aussi l’hospice de Santa Galla situé au pied du Capitole, piazza Montanara209. Notons seulement que Gilles Caillotin a utilisé, pour son séjour à Rome, les réseaux d’amitié rémois. La famille Caillotin semble en effet liée aux Minimes de Reims puisque la sœur de Gilles, Marie-Madeleine, est mariée dans la paroisse Saint-Martin par le père Sébastien Le Cointre, “religieux minime desservant ladite paroisse” en 1712210 ; quelques jours après son retour à Reims, Gilles Caillotin se rend lui-même au couvent des Minimes de sa ville211. On peut donc supposer qu’il a été recommandé au frère oblat minime Nicolas Tondeur, rémois, qui réside au couvent de la Trinité des Monts, dont il rappelle, à plusieurs reprises au cours de son récit, l’aide et l’assistance reçues212. Ce n’est sûrement pas par hasard non plus qu’il couche chez Gabriel Drolin, Frère des écoles chrétiennes, qui tient une école à Rome depuis 1702 : celui-ci est l’un des tout premiers compagnons de Jean-Baptiste de La Salle, et il est, lui aussi, tout comme le fondateur de l’Institut des Frères, rémois213. Notre pèlerin n’est donc pas totalement en terre inconnue lorsqu’il visite la Ville Éternelle, et il a pu trouver auprès de ces compagnons rémois un havre où se reposer de ses fatigues après un long voyage et être soigné de ses blessures : au caporal qui, lors de son passage à Suse, le 27 septembre, l’inquiète à propos de la date, déjà ancienne, du passeport qui lui a été délivré à Rome, il répond qu’il a trouvé “dans Rome une rencontre favorable” qui l’a engagé “d’y séjourner quinze jours de plus” que son laisez-passer ne lui permettait de rester214.

Carte 4 – Itinéraire de Gilles Caillotin : Rome-Reims du Ier septembre au 17 octobre 1724.

56Le retour est évidemment beaucoup plus aisé à saisir : parti le 1er septembre de Rome, Caillotin est dès le 6 à Sienne, le 8 à Florence et arrive le 12 à Bologne. À partir de là, ses étapes quotidiennes, de trente à quarante kilomètres chacune, sont scandées par les hôpitaux de pèlerins où il s’arrête pour dormir : Modène, Reggio, Parme, Fidenza (qu’il appelle de son nom médiéval Borgo San Donnino), Plaisance, Lodi où il arrive le 18. C’est là qu’il s’écarte de la route la plus directe pour regagner la France, afin de passer une nouvelle fois par Milan qu’il atteint le 19 à neuf heures du soir : dès le lendemain matin, il traverse toute la ville

pour aller au Dôme qui était l’unique motif qui m’avait engagé au sortir de la ville de Plaisance de quitter la compagnie de mon Alexandrin, afin de visiter encore une fois cette tant belle église et y prier Saint Charles Borromée.

57Il rejoint ensuite, au lieu de passer comme à l’aller par Verceil et Novare, la route qu’il n’aurait pas dû quitter, via Pavie, afin de voir au passage

  • 215 Ibid., p. 124-126, 127, 129 ; ici même, p. 160-162, 163, 165, 167.

la tant vantée chartreuse dont la renommée m’avait prévenu en sa faveur [...]. Je ne regrettai pas la peine que je m’avais donnée exprès pour voir un si bel ouvrage [...]. J’avoue que cette chartreuse est très magnifique, que la renommée l’a fait passer pour telle, depuis longtemps je désirais de la voir, car les pèlerins qui font métier d’aller plusieurs fois à Rome nous la vantèrent comme la plus digne ouvrage qu’ils aient jamais vue, non seulement l’égalaient à Saint-Pierre de Rome mais disaient de plus la surpasser en beauté et en magnificence avec la cathédrale de la ville de Sienne215.

58La rumeur qui court parmi les pèlerins sur la beauté de la Chartreuse a donc été suffisamment forte pour détourner, au moins une fois volontairement, Gilles Caillotin de sa route directe et la curiosité l’a emporté sur “la hâte d’avancer chemin”. Après être passé par Tortona, Alessandria, Gilles Caillotin arrive à Turin le 25 septembre, franchit le Mont-Cenis le 28 septembre – il couche à l’hôpital des transis – puis redescend dans la vallée de la Maurienne jusqu’à Montmélian où il est le 3 octobre. Mais là, au lieu de prendre la route directe qui par Chambéry le ramènerait à Lyon, il redescend vers Grenoble où il arrive le 4 ; il est vrai qu’il veut à tout prix récupérer l’habit chaud – son habit de pèlerin – qu’il a prêté à l’un de ses compagnons lors de l’ascension du Mont Cenis : celui-ci

  • 216 Ibid., p. 157 ; ici même, p. 191.

avait pour tout habillement un petit gilet blanc de basin qui lui descendait jusques à la ceinture, une culotte de couleur canelle tirant sur celle d’olive, une petite perruque cordelée avec une méchante chemise de toile fine à laquelle étaient attachées des manchettes et dans sa main une méchante paire de bas de coton parce qu’il était à jambes nues216.

59L’habit sera récupéré à Grenoble même, où le compagnon – qui est vraisemblablement un déserteur – est conduit sous la garde de deux sergents en prison après avoir comparu devant le commandant de la place. Dès lors, la route de Gilles Caillotin est directe et sans encombre : il est le 7 octobre à Lyon, le 10 à Chalon-sur-Saône, le 11 à Dijon, le 13 à Langres, le 16 à Châlons-sur-Marne et retrouve sa ville natale le 17 octobre à quatre heures de l’après-midi. Dans cette dernière section de son parcours, il allonge le pas puisqu’il arrive à parcourir, en une seule étape, jusqu’à treize lieues, soit près de cinquante kilomètres. Gilles Caillotin entend rattraper le temps perdu du fait du détour par Grenoble.

  • 217 Voir sur ce point D. Julia, “Pour une géographie européenne du pèlerinage à l’époque moderne (xvie-(...)

60Si l’on excepte ces deux derniers épisodes, la route aura bien été directe, à l’aller comme au retour, les deux autres “détours” étant liés à sa dévotion aux saints puisqu’à Milan et à Assise il veut vénérer les corps de saint Charles Borromée et de saint François. Constatons simplement que le rythme de cette marche est rapide. Pour le voyage aller, la distance qui sépare Reims de Rome (en passant par Lyon, Turin, Milan et Lorette) est d’environ 1720 kilomètres, et a été parcourue à la moyenne journalière de 28 kilomètres : de Reims à Mâcon (415 kilomètres en treize jours) elle est même d’environ 32 kilomètres par jour alors qu’entre Mâcon et Parme (690 kilomètres) elle n’est plus que de 25 kilomètres, mais il faut ici compter avec le passage des Alpes, nécessairement plus lent et avec les arrêts vraisemblables du pèlerin dans certaines villes (ainsi, sans doute, à Milan) dont nous ne pouvons malheureusement pas établir la durée avec certitude. Entre Parme et Foligno, où il arrive le 11 août, en passant par Lorette (450 kilomètres environ), Gilles Caillotin met seize jours, mais nous savons qu’il s’est arrêté deux jours à Bologne (du 29 au 31 juillet), et il est bien probable qu’il a pris au moins une journée pour faire ses dévotions à Lorette : à nouveau la longueur de l’étape moyenne se situe à plus de trente kilomètres. Le retour que nous pouvons suivre jour par jour s’effectue à un rythme encore plus rapide : sur un itinéraire d’environ 1630 kilomètres, la moyenne journalière est cette fois d’environ trente-cinq kilomètres. Le rythme n’est d’ailleurs pas uniforme tout au long du parcours : si, dans la plaine du Pô, la marche sur la via Emilia semble ponctuée par la présence des hôpitaux éloignés les uns les autres d’une trentaine de kilomètres, l’étape quotidienne en France excède souvent cette distance, et cette rapidité est due tout à la fois au retard pris et aux difficultés rencontrées pour se loger. La “hâte d’avancer chemin”, énoncée dans le récit, est bel et bien réelle mais elle n’est pas anormale : on rencontre un rythme tout à fait comparable dans le récit de Guillaume Manier vers Saint-Jacques de Compostelle en 1726217.

L’épreuve des éléments

61Parcours quotidien vers un but, le pèlerinage est une épreuve qui s’inscrit sur le corps lui-même : il faut affronter en effet le froid, ou à l’inverse l’extrême chaleur dans la plaine, ou encore la pluie qui pénètre les vêtements. C’est d’ailleurs pour cette raison que Gilles Caillotin, comme tant d’autres, voyage à la belle saison. Recopiant la description de la ville de Naples et de ses environs faite par Richard Lassels dans son Voyage d’Italie, ville où il ne s’est pas rendu, il achève son appropriation des “remarques de Richard Lassels” par cet aveu :

  • 218 Ibid., p. 553. Sur le frère Tondeur, voir note 1 p. 40.

Dont j’avais grand désir de voir aussi bien que Saint-Nicolas en la ville de Bari, mais beaucoup plus encore ces miracles de nature dont le frère Tondeur me mettait lui-même le cœur au ventre, dont je ne mis pas en exécution, causé par l’éloignement de mes voyages dans une saison qui approchait trop de l’automne sans quoi je m’y serais transporté : mais craignant les pluies d’octobre il fallut ne pas passer plus outre crainte d’en souffrir au passage des Alpes pour rentrer en France218.

  • 219 Ibid., p. 102, 13 septembre 1724 après Bologne ; p. 97, 12 septembre 1724 dans la traversée des Ape (...)
  • 220 Ibid., p. 90 ; ici même, p. 130.
  • 221 Ibid., p. 97, 11 septembre 1724, après avoir franchi le Passo della Raticosa après Pietramala ; ici (...)

62Le froid est sans doute l’épreuve la plus douloureuse pour ce Champenois, peu habitué aux violents contrastes de température qu’il est amené à supporter. Lorsqu’il est en France, il gèle souvent “à glace” en ce début d’octobre ; notre pèlerin a “les doigts des pieds et des mains engourdis de froid”219. Le froid est plus saisissant encore dans les montagnes. Gravissant les pentes du Monte Senario au nord-est de Florence, il avoue que “la froidure” lui “fut très sensible, causée autant par la hauteur de ce mont que par la fraîcheur qui s’engendre ordinairement parmi les bois de haute futaille”. Il force d’ailleurs son compagnon tchèque “Bohémien” à “avancer plus outre” et à ne pas faire halte dans la montagne car les arrêts sont “toujours de dangereuse conséquence”220. Ce dernier y gagne d’ailleurs des “maux de ventre” parce qu’il n’est pas suffisamment couvert221. Mais c’est au passage du Mont-Cenis qu’il souffre le plus : après avoir dormi à l’hôpital de Novalesa, il gravit, sans manteau, les lacets très raides du chemin, traverse le village de Ferrière – aujourd’hui Moncenisio – ; au delà de celui-ci, dit-il :

  • 222 Ibid., p. 176 ; ici même, p. 210-211.

Le froid me fut d’autant plus sensible qu’une bruine venant à nous surprendre, accompagnée d’un vent, je crus en périr de froid, il me fallut ceindre le corps avec ma cravate, encore ne pouvais-je pas avancer, autant par le froid dont j’étais saisi que par la violence du vent qui nous empêchait de monter, joint que nous ne pouvions assurer nos pieds par l’âpreté du chemin et qui de toute part découlait en eau222.

63C’est donc en “tremblant de froid” qu’il arrive le 28 septembre “sur la brune du soir en l’hôpital des Transis, nom qui lui convient trop bien” au sommet du Mont-Cenis. Couché “dans un grenier plein de foin”, il se dévêt

  • 223 Ibid., p. 178 ; ici même, p. 212.

nu dans le foin afin de reposer avec plus de tranquillité mais Dieu sait le grand froid que j’endurai cette nuit qui fut la plus sensible de toutes celles de mon voyage, sans même en excepter celle du sixième aoust sur le rivage de la mer. Or il fallut absolument me revêtir pour sauver ma vie, parce que les vents outrepassaient les murs qui ne sont composés que de pierres agencées les unes sur les autres, sans y avoir de mortier et ni même d’enduissement. Coutume qui est presque générale en toute la Savoie223.

64À l’inverse, la chaleur du jour peut être tout à fait insupportable au marcheur. Relatant” sur son passage en Toscane entre Radicofani et San Quirico, il laisse échapper le souvenir des fatigues endurées dans ces campagnes “pour ainsi dire inhabitables” : “N’importe, il fallut avancer encore quatre milles par une chaleur non moins excessive qu’insupportable à gens qui sont chargés tels que j’étais”. Entre Modène et Reggio, “la grande et insupportable chaleur nous faisait tant de peine qu’il fallut faire trêve sous quelques arbres”. Entre Pavie et Voghera, longeant le Pô et les “hautes et puissantes chaussées pour empêcher que dans la crue de ses eaux, il n’inonda le pays”, il n’y tient plus et s’arrête :

  • 224 Ibid., p. 134 ; ici même, p. 174.

La grande et excessive chaleur nous fit baigner à la rive de ce fleuve, nous tenant aux bords d’une nacelle attachée à un arbre, et restâmes quatre à cinq heures de temps pour nous reposer224.

  • 225 Ibid., p. 207, 8 octobre 1724 ; ici même, p. 237.
  • 226 Ibid., p. 220-221 ; ici même, p. 250.

65“Pluie du matin n’arrête pas le pèlerin”, déclare le dicton populaire. Au sortir de Lyon, le 8 octobre 1724, Gilles Caillotin est en effet “le long du chemin [...] détrempé de la soupe à chien durant trois lieues”225. Le 14 octobre – il est alors en Champagne -, après avoir été transi de froid pendant toute la matinée “car il avait gelé à glace”, il reçoit au sortir du bourg de Vignory une menue bruine sur le corps qui se changea en grosse pluie : ainsi je pouvais remercier le bon Dieu qu’au même endroit en allant et revenant, je fus détrempé d’eau jusqu’aux os226.

66Parfois cependant la violence de la pluie l’oblige à attendre une amélioration du temps. Lorsque, au matin du 28 septembre, l’hospitalière de l’hôpital de Novalesa ouvre la porte aux pèlerins qui viennent de passer la nuit, pour leur permettre de gravir les pentes du Mont-Cenis

  • 227 Ibid., p. 173-174 ; ici même, p. 208-209.

Nous en sortîmes à la vérité : mais ce fut pour rester avec grande impatience sur les degrés, en attendant que la pluie vienne à cesser. Elle était fort douce. Cependant sur les sommets des montagnes, elle se changeait en neige par la grande froidure qui y régnait en tout temps. L’abondance de l’eau qui de toutes parts descendait des montagnes faisait un bruit si impétueux que nous ne pouvions qu’à grand peine nous entendre entre parler [...]. Comme la pluie commençait à redoubler, nous fîmes ouvrir l’hôpital en nous jetant sur les lits, ne voulant point nous exposer à périr par un temps si calamiteux et pitoyable pour monter le Mont Cenis. Le Savoyard ne put m’engager de le suivre sous les frivoles raisons que la pluie allait cesser mais qui redoubla d’une telle impétuosité qu’il semblait être un déluge d’eau. Une bonne heure après que le Savoyard fut parti, à la vérité la pluie commença à cesser en menues bruines et nous montâmes la montagne227.

  • 228 Ibid., p. 224-225 ; ici même, p. 252.
  • 229 Ibid., p. 7 et 15 ; ici même, p. 46-47 et 54.

67Le “déluge d’eau”, une fois passé, les pèlerins se mettront toutefois en route pour atteindre le col. En ce début d’automne 1724, une autre épreuve attend les voyageurs, celle du brouillard. À la mi-octobre 1724, près de Joinville en Champagne, Gilles Caillotin n’aperçoit pas le chemin “à quatre pas devant” lui, comme s’il eût “été, en pleine nuit, éclairé par la lueur de quelque phénomène, plutôt que du soleil”228. Ailleurs, dans la campagne romaine, c’est l’air lui-même qui est irrespirable soit parce que les brûlis opérés dans les taillis exhalent “vapeurs empestées, fumées et bouffées de chaleur”, soit parce qu’aux alentours de Viterbe, le vent du midi souffle “l’air empesté des montagnes [...] pleines de soufre et d’alun, ce qui [...] empêchait la respiration229. Les nuages de poussière que lancent derrière eux les chevaux et les chariots qui parcourent les routes de la plaine du Pô à l’occasion des vendanges – elle vole “jusqu’à en faire disparaître la vue du soleil” – incommodent, eux aussi, “considérablement” les marcheurs.

  • 230 Ibid., p. 7 ; ici même, p. 47.
  • 231 Ibid., p. 150 ; ici même, p. 186.

68Au-delà des intempéries, c’est la marche elle-même qui est l’épreuve principale : tantôt les chemins sont remplis de pierres “écailleuses” qui font mal au pied ; tantôt ils sont rendus impraticables par les pluies et le charroi, surtout en terrain argileux ; tantôt encore, comme dans la montée vers le Mont-Cenis, les pierres dévalent les pentes avec l’eau et viennent “bourreler” les pieds des marcheurs. Et lorsque, dans la campagne romaine, il faut traverser les taillis de genévriers en flammes, le compagnon allemand de Gilles Caillotin qui chemine pieds nus se brûle “de toutes parts, marchant sur les charbons de feu qu’il ne pouvait éviter”230. L’effort lui-même est source de douleurs : le 23 septembre, entre Alessandria et Asti, notre pèlerin continue avec “avec grande peine de marcher pour avoir les os de mes jambes déplacés de leurs jointures, pour ainsi parler”231. Au delà de Chieri, descendant la montagne de Moncalieri avant d’arriver à Turin,

  • 232 Ibid., p. 164 ; ici même, p. 197.

avec vitesse en m’assurant sur mon bourdon de peur de tomber, il advint par malheur que mon pied droit heurta contre, en endommageant les doigts, ce qui me causa durant certain temps la plus sensible douleur232.

  • 233 Ibid., p. 168-169 ; ici même, p. 205.
  • 234 Ibid., p. 176, 28 septembre 1724 ; ici même, p. 210.
  • 235 Ibid., p. 92 ; ici même, p. 132.

69Dans le bourg de Saint Michel de Bonne Aventure – Chiusa di San Michele – Gilles Caillotin, rencontrant “deux savetiers travaillant en pleines rues”, fait enlever les clous de ses souliers qu’il avait fait poser à l’aller, à son passage à Montmélian, “véritable sujet de tant de peines endurées de mes pieds”233. Ce sont en effet les pieds qui, portant le poids d’un corps fatigué, endurent, au cours de ces voyages de plusieurs centaines de lieues, les pires souffrances. Exceptionnels sont ceux qui, comme le petit Savoyard rencontré lors de l’ascension du Mont Cenis, peuvent marcher “sur la roche à pieds nus sans se blesser, nonobstant qu’elle fut toute découpante, attendu qu’il avait du cal aussi dur que la corne des pieds des chevaux”234. Plus courant semble être le cas de ce jeune pèlerin allemand que Gilles Caillotin croise à la descente du Monte Senario : “Il était digne de la dernière compassion pour avoir les pieds massacrés de toutes parts de meurtrissures les unes sur les autres dans un chemin pierreux qui renouvelait les douleurs”235.

70Le pèlerinage est donc inscription dans le corps des épreuves du chemin, jusqu’à cette morsure d’un chien subie à l’aller vers Rome, entre Bologne et Modène :

  • 236 Ibid., p. 102-103 ; ici même, p. 142-143.

Passant vers l’endroit d’où malheureusement un chien m’avait mordu en mon premier passage le samedi vingt neuf juillet et dont la morsure avait beaucoup augmenté, y mettant du plantin ou la bass[in]ant d’urines, mais ce que l’un attirait, l’autre la desséchait toujours en empirant le mal, qui du premier commencement n’était que comme un quatrain de Modène et dans la suite la plaie et le feu des environs s’augmenta de telle façon qu’elle était grande comme la paume de la main. Aussi le frère Tondeur m’avait-il assuré, étant à Rome, que la plaie ne se fermerait pas, qu’étant hors d’Italie, en pays froid, parce que coutumièrement ceux qui y sont attaqués par les jambes, en ont très souvent pour tout le temps de leur vie. Ce que je crus facilement attendu le grand nombre de personnes gisantes sous les portiques des églises et même dans celle de Rome, pour attendre les charités de quelques bonnes personnes236.

71Comment s’étonner, dès lors, que devant tant d’obstacles, les pèlerins soient dans leur très grande majorité, des hommes jeunes ou dans la force de l’âge ?

L’épreuve de l’hospitalité

  • 237 Il est vrai que notre pèlerin arrive à la nuit tombante à Grenoble, c’est-à-dire trop tard pour êtr (...)
  • 238 Sur ce point, voir D. Julia, “Curiosité, dévotion et politica peregrinesca. Le pèlerinage de Nicola (...)
  • 239 Voir Jean Imbert, Le Droit hospitalier de l’Ancien Régime, Paris, Presses Universitaires de France, (...)
  • 240 Archives Nationales, MM 601, fo 12vo, procès-verbal de la visite du Père René de Seillons, 19 juill (...)

72Outre les intempéries qui ralentissent sa marche, le pèlerin se trouve quotidiennement confronté à la nécessité de se nourrir et de trouver un gîte pour la nuit. Ici, le contraste est net entre le parcours dans la péninsule italienne et le trajet français ; le premier est très largement ponctué par les étapes dans les hôpitaux de pèlerins : sur vingt-sept nuits passées entre Rome et Novalesa au pied du Mont-Cenis, Gilles Caillotin est accueilli seize fois dans un hôpital, soit six nuits sur dix. En revanche, au cours des dix-neuf nuits qui séparent son passage du Mont-Cenis de son arrivée à Reims, il ne couche que six fois dans un hôpital, et si l’on se limite à l’espace proprement français, il ne dort même que trois fois dans un hôpital (Lyon, Dijon et Châlons-sur-Marne), au cours des treize jours que dure sa marche237. Ce contraste n’est pas fortuit : d’autres pèlerins l’ont relevé, tel ce Nicola Albani, domestique au service de l’archevêque de Capoue, qui se rend en 1743 à Saint-Jacques de Compostelle en passant par la Provence et le Languedoc : sur les vingt-six nuits qu’il passe en France, il n’est hébergé que trois nuits à l’hôpital, à l’inverse de ce qu’il fait habituellement dans les deux péninsules. Lors de son passage à Aix-en-Provence, il note d’ailleurs : “Vous devez savoir que dans toute la France, dans les grandes villes et les métropoles, on ne loge aucun pauvre, que très rares sont les hôpitaux qui donnent le logement, et que l’on réserve les hôpitaux aux malades”238. Ce déséquilibre entre le royaume de France et les deux péninsules reflète, en réalité la lente dissolution du réseau d’assistance aux pèlerins de ce côté-ci des monts, qu’a pu accélérer la politique délibérée de « réunions » d’anciens hospices ou maladreries à des hôpitaux généraux pratiquée sous le règne de Louis XIV239. La figure du pèlerin a perdu sa dimension sacrale de marcheur de Dieu pour s’apparenter à celle du vagabond. Pour ne prendre ici qu’un exemple, les oratoriens du collège de Rumilly en Savoie, qui, par l’union de leur maison à l’hôpital de la ville en 1668, ont hérité de l’obligation de “recevoir les pauvres pèlerins qui vont à Rome, ou qui voyagent ailleurs, dans une portion de” leur établissement, sont ravis, en 1709, du traité passé avec les syndics de la ville, qui destine désormais aux pèlerins “une petite maison dans un quartier assez éloigné, qu’on répare actuellement pour cet usage” : le voisinage de ces pèlerins attirait au collège “grand nombre d’incommodités de plus d’une espèce”240.

  • 241 B. M. Reims, ms. 2487, p. 87 ; ici même, p. 127.
  • 242 Ibid., p. 99 ; ici même, p. 140.
  • 243 Voir P. Gonneau, art. cit., in Ph. Boutry, P.-A. Fabre, D. Julia (éd.), Rendre ses vœux..., op. cit(...)
  • 244 B. M. Reims, ms. 2487, p. 107-108 ; ici même, p. 146-147.
  • 245 Sur le processus historique majeur que représente une identification de plus en plus précise des pe (...)
  • 246 B. M. Reims, ms. 2487, p. 56 ; ici même, p. 94.
  • 247 Ibid., p. 219 ; ici même, p. 249.

73Au cours de son récit, Gilles Caillotin s’attarde volontiers à décrire les rites d’accueil dans les hôpitaux de pèlerins. Le premier acte, essentiel, est l’examen de ses “patentes”, attestant le statut du passant : elles seules autorisent l’entrée dans l’hôpital et elles sont à chaque passage frappées d’une marque distinctive – ainsi à Parme une grande fleur de lis couronnée – ou contresignées du jour de l’accueil. À l’hôpital Saint-Thomas d’Aquin de Florence, ils ne sont que sept pèlerins à être finalement reçus le 9 septembre 1724, “attendu que tous ceux qui avaient des patentes soit de Venise, Naples, Milan et même d’Avignon en furent exclus comme gens qui furent qualifiés de gueux qui voyagent de pays en pays, en prenant des patentes des nonces résidant en toutes ces villes [...] et les obtiennent facilement pour servir de couvertures à leurs vies fainéantes et vagabondes”241. À l’hôpital de Bologne, les greffiers ne se contentent pas des patentes, mais exigent aussi les “confessions”, c’est-à-dire les attestations données après l’acte sacramentel de pénitence dans les différents sanctuaires “sans quoi on ne serait certainement pas reçu puisque c’est par ces marques qu’on distingue les pèlerins d’avec ces coureurs de pays”242. Comme l’écrit très joliment le pèlerin russe Vasilij Grigorovic Barskij – à quelques jours près, Gilles Caillotin aurait pu le croiser dans les rues de Rome puisqu’il est parti de Naples pour la Ville Éternelle le 29 août 1724 – : “Un pèlerin sans patentes n’est qu’un homme sans bras, un guerrier sans armes, un oiseau sans ailes, un arbre sans feuilles. Qui peut donc croire qu’il a voyagé dans tel ou tel pays, qu’il a été ici ou là ?”243 À Rubiera, les hospitaliers traitent immédiatement un malheureux prêtre de “traînard, gueux sans avoir la licence de son évêque”, avant même que celui-ci ait pu produire la lettre dimissoriale de son évêque, “le tout en bonne forme avec ses confessions de St Pierre et autres lieux”. Gilles Caillotin nous offre une explication de cette hargne tenace : “la coutume est telle”, écrit-il, “en toute l’Italie qu’un prêtre, clerc ou religieux, y est beaucoup moins considéré que toutes autres personnes de l’état séculier” ; on les imagine en effet “fugitifs pour les crimes assez connus dont on n’en voit que trop qui vont avoir leur pardon à Rome”244. L’attention que portent les hospitaliers aux patentes des pèlerins est sans doute d’autant plus aiguë que, parallèlement aux mesures de plus en plus sévères mises en place par les États modernes pour contrôler les déplacements245, s’est développé tout un trafic de faux papiers : Gilles Caillotin s’en fait l’écho lorsqu’il raconte sa rencontre, à la Chartreuse de Florence, d’un pèlerin français assez âgé qui veut à toute force lui vendre pour dix sols “certains bulletins de papier imprimé qu’il avait eus dans les hôpitaux où la maladie l’avait tenu assez longtemps”246 – grâce à eux, le pèlerin champenois pourrait à sa place recevoir vingt sols dans un autre hôpital –, ou lorsqu’aux alentours de Langres, un soldat déserteur des troupes impériales veut se faire donner le passeport que notre pèlerin a obtenu à l’hôpital de Grenoble, en prétendant à son compagnon, désormais si proche de son pays, qu’il lui devient inutile – “ce qui était très mal pensé par toutes les circonstances dont il était conçu et même par son âge plus avancé”247. En l’absence de toute empreinte anthropométrique, la description physique sommaire et la mention de l’âge qui figurent sur les papiers du pèlerin peuvent effectivement faire repérer les falsifications les plus grossières.

74Parfois les rites d’accueil se font solennels comme à Florence où Gilles Caillotin entre le 8 septembre, jour de la Nativité de la Vierge : il est reçu à l’hôpital del Melani par une confrérie de nobles florentins “au nombre d’environ quarante bourgeois des plus qualifiés de cette ville, savoir chevaliers de Malte et autres seigneurs qui pour nous servir mirent bas les signes de leur grandeur savoir l’épée et la canne et non pas leur croix de chevalerie”. Après l’examen attentif des patentes, vient le rite du lavement des pieds qui étonne notre Champenois par ses “grandes et humbles cérémonies” :

  • 248 B. M. Reims, ms. 2487, p. 58-59 ; ici même, p. 97-98. Par le terme d’« édierne », Gilles Caillotin (...)

Nous n’étions qu’à sept pèlerins, auquel on nous fit déchausser, en nous donnant à chacun une paire de pantoufles à chausser puis passer l’un après l’autre sur un prie Dieu capable de s’y asseoir à trois personnes, ayant un marche pied qui s’avançait dans la place et sur le bord duquel étaient trois de ces Messieurs dont le premier tenait en ses mains un édierne [sic] qui versait de l’eau tiède sur nos pieds appuyés sur le bord d’un grand bassin, dont celui du milieu les lavait, et le troisième les essuyait d’une serviette blanche et changeait à chaque pèlerin, tous trois de ces Messieurs étaient à genoux, les baisaient l’un après l’autre ; après que le premier pèlerin eut les pieds lavés, en descendant du marchepied de ce balustre ou prie-Dieu, il déchaussait les pantoufles pour remettre sa chaussure ordinaire. Ainsi chacun l’un après l’autre, et pendant cette cérémonie, les Messieurs étaient comme nous à nue tête248.

  • 249 À son passage à Turin, Gilles Caillotin passe en effet “sous silence les cérémonies qui furent les (...)
  • 250 Openbare Bibliotheek De Biekorf, Bruges, ms. GGB 974, p. 487-488 : “Et ils te baisent les pieds si (...)

75Un tel rituel, symbolisant le dépouillement du Christ au soir de la Cène, est évidemment exceptionnel mais c’est sans doute celui qu’a connu notre pèlerin tant à l’hôpital de Turin249 que surtout à celui de l’hôpital de la Santissima Trinità de’ Pellegrini à Rome, et que décrit d’ailleurs largement le menuisier brugeois Josephus Jacobus Verplancke lors de son séjour romain en 1738250. Tout autre est l’accueil fait à Bologne et l’injonction particulièrement ferme de se rendre à la chapelle de l’hôpital Saint Blaise pour la très longue prière du soir qui précède le repas :

  • 251 À l’hôpital de Parme, la prière du soir se limite aux seules litanies de la Vierge : ici même, p. 1 (...)

Deux ou trois pèlerins, à qui la prière faisait apparemment peur, firent les rétifs, mais enfin il fallut obéir sous peine d’être étrillés à coup de nerfs de bœuf. La prière est assez longue pour ceux qui ne sont accoutumés qu’à en faire de courtes : car on y dit entièrement le Rosaire, les litanies de la Sainte Vierge, le Salve Regina, et un De Profundis pour les âmes des trépassés avec encore d’autres prières251.

76Perce ici, malgré toute la dévotion de Gilles Caillotin, le poids d’une journée de marche et sans doute la hâte d’en venir, après les nourritures spirituelles, à une réfection plus terrestre mais tout aussi nécessaire.

  • 252 Bibliothèque municipale de Toulouse, ms. C 698, “Relation d’un voyage à Rome”, p. 513-514. Il s’agi (...)
  • 253 Lors du passage de Gilles Caillotin à l’hôpital de Saint-Louis des Français de Rome, du 25 au 28 ao (...)
  • 254 B. M. Reims, ms. 2487, p. 133-134 ; ici même, p. 173.
  • 255 Ibid., p. 235 ; ici même, p. 261.

77Le voyage est d’ailleurs l’occasion, pour le pèlerin, de comparer attentivement la qualité des gîtes offerts. Nous ne connaissons malheureusement pas l’appréciation qu’il portait sur l’hôpital romain Saint-Louis-des-Français, où il a passé quatre nuits : partageait-il l’avis de l’abbé Jean Expert, vicaire à Cugnaux (diocèse de Toulouse) qui, venu en décembre 1699 pour l’ouverture du jubilé de 1700, parle du dortoir des pèlerins comme d’un “endroit qu’il ne fallait que voir pour perdre entièrement le sommeil” ? Ce n’est pas sûr, car cette dernière réaction provient d’un homme soucieux de conserver, tout au long de son voyage le confort auquel il est habitué252. Pour Gilles Caillotin, aucune nuit n’égale en luxe celle passée à l’hôpital del Melani à Florence, où il reconnaît avoir “magnifiquement” couché : “Les linceuls étaient blancs comme neige et les lits montés sur des châlits de fer ayant des pommeaux aux quatre pieds”. Cette monture en fer des lits, qu’il note encore dans les hôpitaux de Sienne, Modène et Asti, lui apparaît comme une assurance de “grand repos” parce que “la vermine n’y peut trouver de substance comme au bois”. Les lits sont encore “très propres” à l’hôpital de la Scala de Sienne, et les linceuls “très honnêtes” à celui de Modène. En revanche, Gilles Caillotin consigne la nécessité où il a été de “coucher à nu” à l’hôpital Saint-Thomas d’Aquin de Florence, “les lits n’étant pas des plus honnêtes par rapport à la propreté des linceuls”. Plus rudimentaires encore sont les hôpitaux de Novalesa – il n’a que quatre lits – “dont les matelas étaient faits de feuilles d’arbres”, ou de Saint-Pierre de Milan : “pour le coucher, c’est une vraie pouillasse”. Le lit, de toute façon, se partage : à l’hôpital des Transis au Mont-Cenis, les lits se partagent à deux ; dans le dortoir de l’hôpital de Lodi, qui est une simple chambre haute contenant seulement sept couchettes, notre pèlerin prévient obligeamment ses compagnons qu’étant “au nombre de vingt-cinq personnes, les moins diligents n’auront aucune part dans les lits. Il y en eut quatre qui couchèrent sur les bancs”, ce qui veut dire qu’il dorment à trois dans chaque couchette. Le confort du coucher, et donc le sommeil réparateur de la fatigue du jour, dépendent en effet aussi du nombre des pèlerins présents par rapport au nombre des lits susceptibles de les accueillir253. Mais, même lorsque l’hôpital n’est pas rempli, la règle semble bien être le partage de la couche : à Pavie, “quoique tous les autres lits fussent vides”, Gilles Caillotin est placé arbitrairement par l’hospitalier dans un lit où est déjà couché un pèlerin français254 ; à Châlons-sur-Marne, dans la “salle des passants”, il est associé “avec un garçon qui avait la fièvre”, dont il essaie vainement d’éviter la compagnie sous prétexte qu’il risque la contagion255.

  • 256 Ibid., p. 9 ; ici même, p. 48.
  • 257 Ibid., p. 5 ; ici même, p. 45.
  • 258 Ibid., p. 33 ; ici même, p. 70.
  • 259 Ainsi dans la descente du Monte Senario. Même scénario dans le grenier d’une métairie entre Villano (...)

78Encore s’estime-t-il heureux d’avoir un lit, car comme il le note lui-même, “un pèlerin qui parcourt de longs pèlerinages couche plus souvent sur la dure que sur la plume”256. Sur les cinq nuits qui ponctuent son parcours entre Rome et Sienne, Gilles Caillotin en passe quatre à la belle étoile en dépit des conseils qui lui ont été prodigués à Rome de ne pas “coucher au serein”, “parce que, le pays étant malsain, on y gagne des fièvres, puis l’enflure aux jambes avec un mal de tête et en vingt-quatre heures il faut mourir”257. Alors que dans les hôpitaux de pèlerins, bourdons et sacs sont déposés, avant la nuit, dans une salle séparée du dortoir qui est ensuite fermée pour éviter tout vol (ainsi à Parme et à Bologne), la nuit à la belle étoile est au contraire source d’anxiété devant les dangers toujours possibles. S’arrêtant, avant Viterbe, dans une grotte pour y dormir, Gilles Caillotin sonde une cavité dans la roche, où il songe à s’enfoncer après avoir placé sous ses pieds son sac parce qu’il se défie de ses compagnons. Dans un faubourg de Buonconvento, il s’endort, laissant son sac sur ses épaules, son bourdon entre ses bras et ses jambes “de peur de quelque surprise, soit de la part de ses “compagnons ou du moins de quelque autre car il est toujours de la prudence de se tenir sur ses gardes quand on est en pays éloigné”258. Lorsqu’il demande asile à un laboureur, c’est le plus souvent dans un grenier de grange – un “sina” –, un taudis, une écurie, voire une cabane qu’il est admis. Ici encore, il se défie de celui ou de ceux qui l’accompagnent puisqu’il se place toujours près de l’entrée, pénétrant souvent le dernier pour leur ôter la volonté de “lui faire aucun déplaisir”, puisqu’ils ne peuvent “sortir sans passer sur” son corps qui ferme désormais l’entrée259. Si, dans la campagne romaine, les nuits sont encore tièdes, le froid est (là encore) souvent au rendez-vous (ainsi dans les Apennins ou en Bourgogne), l’ordure puante aussi comme dans la cave où il se réfugie à Grenoble, et la dureté de ces abris sommaires empêche les pèlerins harassés de trouver le sommeil.

  • 260 Ibid., p. 53 ; ici même, p. 92.

79L’expérience la plus douloureuse est sans doute le refus d’hospitalité auquel se heurte constamment le pèlerin “à l’ordinaire éconduit d’un chacun dès lors qu’il cherche un toit pour dormir”. Gilles Caillotin se voit “indignement refusé” entre Tavarnelle et San Casciano “même pour l’honneur de Dieu et de la Sainte Vierge” par le fermier d’une “cassine” : on lui répond que sa crainte de voir l’orage éclater est imaginaire et qu’“on fait flocque partout où l’on se trouve”260. L’expérience est particulièrement fréquente en France où le pèlerin n’est peut-être déjà plus une figure familière : l’exemple le plus symptomatique en est sans doute l’arrêt de Gilles Caillotin à la porte d’une grande maison de vigneron entre Mâcon et Tournus. Il y reste “plus d’une bonne heure”, alors que passe tout un chacun – ils sont plus de trente, valets ou servantes, à entrer ou sortir “sans même faire semblant d’écouter” ses prières. C’est seulement parce qu’on est “lassé” par sa patience qu’il peut enfin entrer, se réchauffer, “prendre un grand feu”, manger. À cette occasion, il note :

  • 261 Ibid., p. 208-209 ; ici même, p. 239.

On comprendra par cette remarque la triste situation où se trouve un pauvre voyageur à endurer les rebuts contre sa propre répugnance et si je fus si humble, Dieu sait l’état où je me voyais réduit de coucher sur terre dans les rues de ce village, dont je n’aurais certainement pas sorti de cette cour à moins qu’on ne m’y eût forcé par la violence.
Il me fallut amasser de la paille des tasseaux qui était au milieu de la cour, pour la porter entre deux rangs de bœufs qui étaient en l’écurie, dont l’entre-deux n’était pas des plus séparés et j’avais tout lieu de craindre qu’étant ainsi couché, quelqu’un de ces bœufs ne vînt à m’étouffer en se couchant sur moi, ou de me donner quelques coups de pieds, et le moins était de fienter sur moi. C’est ce qu’ils ne firent ni l’un ni l’autre261.

80Dans ce récit pudique, qui fait irrésistiblement penser à la dignité des silhouettes paysannes des tableaux des frères Le Nain, se lit une sorte d’identification du pèlerin, du fait même des rejets dont il est la victime, à la figure biblique de Job sur son fumier ou à celle, néo-testamentaire, du pauvre Lazare quémandant les miettes du festin, alors si présentes dans la littérature spirituelle. D’autant plus que le pèlerin est parfois devenu, comme en Savoie, objet de raillerie : à la sortie de Saint-Jean de Maurienne, Gilles Caillotin note que

  • 262 Ibid., p. 183 ; ici même, p. 216.

Tous les enfants de ce faubourg accouraient après nous, non pour nous honorer mais en chantant des chansons en dérision de ceux qui reviennent de Rome ou qui y vont. Je crus véritablement que c’est une coutume en Savoie dont nous en avions éprouvé déjà les saillies en y entrant lors de notre passage262.

  • 263 Ibid., p. 110 ; ici même, p. 148.

81Le contraste entre l’accueil savoyard ou français et l’hospitalité italienne est trop saisissant pour que notre pèlerin ne l’ait pas consigné. À un pèlerin lorrain qu’il croise dans l’hôpital de Reggio, Gilles Caillotin donne le conseil, fondé sur sa propre expérience, de s’écarter parfois de son chemin “pour implorer le secours des Italiens en récitant la prière qui leur est tant agréable, qui est le Salve Regina et qu’infailliblement il n’en serait pas éconduit, du moins de la plupart”263.

  • 264 Ibid., p. 93 ; ici même, p. 132. De même à la Chartreuse de Sienne, le vin aigri par la chaleur est (...)

82Plus encore que les notations sur le confort des hôpitaux, des fermes ou des granges qui l’ont accueilli pendant la nuit, les remarques relatives au pain quotidien, au volume et à la qualité des repas ponctuent avec régularité la narration. Dans ces voyages au long cours, où le corps fatigué par la marche éprouve le besoin d’une réfection, la quête de la nourriture est essentielle. Celle-ci se fait à deux moments de la journée qui n’ont pas exactement le même statut. Lorsqu’il ne fait que passer, traversant une ville ou une bourgade avant de continuer sa route, le pèlerin a droit à une “passade” : celle-ci lui est généreusement distribuée à la porterie d’un établissement religieux (couvent des Capucins, Chartreuse, Trappe, parfois même un hôpital). Le voyageur ne s’y présente pas à heure fixe puisque son heure d’arrivée dépend en grande partie du trajet qu’il a parcouru depuis la ville dont il est parti le matin même : les distances sont donc variables selon les jours. La passade se compose le plus généralement d’un morceau de pain dont le poids est variable (dix ou douze onces, voire une livre) tout comme la qualité (pain bis le plus souvent, pain de seigle, de froment, pain de fèves roux au goût amer), et de vin. S’y ajoutent parfois, mais beaucoup plus rarement, une soupe ou un bouillon : ainsi Gilles Caillotin reçoit-il une écuelle de soupe à l’hôpital Saint-Laurent de Langres tenu par les Filles de la Charité, “une bonne platée de menestre aux melons” chaude chez les Servites qui tiennent le couvent de Monte Senario ; en revanche, quelques kilomètres plus loin, il jette sous un pont de branches d’arbres recouvrant un fossé la “soupe à la française” que lui sert un trappiste de Buonsollazzo parce qu’elle est “froide et même très aigre” et qu’il vient d’être “rassasié”264 : “Telle est”, remarque-t-il, “la situation de ceux qui voyagent par de longs et ennuyeux pèlerinages, tantôt ils languissent de faim, puis d’autres fois il en ont à mépris ce qu’ils trouveraient être encore bon dans la disette”.

  • 265 Gilles Caillotin note ainsi entre Acquapendente et Radicofani la présence de deux Italiens sur le c (...)

83Il reste que les pèlerins ne trouvent pas tous les jours sur leur route l’établissement secourable où apaiser gratuitement soif et faim. Ils peuvent, à l’occasion, cueillir des noix ou grappiller sur leur passage des raisins – ce que font sans vergogne les compagnons de Gilles Caillotin dans la plaine du Pô – mais ces expédients ne sauraient les rassasier. Ils peuvent aussi – mais c’est l’exception – recevoir les dons de personnes charitables, tel ce bourgeois de Pietramala qui vient offrir du vin, ou celui d’Asti qui fait présent d’un raisin en dépit des “plus laides grimaces” que son “inhumaine” épouse lui adresse à ce propos. Très rares sont les cabaretiers qui, comme à Alessandria dans le Piémont ou près de Lyon, dans le faubourg de la Guillotière, offrent du vin aux passants qui sont venus leur demander de l’eau. Gilles Caillotin n’a pas assez de mots pour maudire “cette indigne nation de cabaretiers”, gens “impitoyables”, qui refusent “même jusqu’à de l’eau”, voire pain et vin parce que la monnaie présentée n’est pas celle de l’État265. Aussi bien, parce qu’elle est exceptionnelle, note-t-il, la “grande courtoisie” de la jeune hôtesse d’un cabaret de campagne qui l’invite, alors qu’il est resté dehors sous le portique de la maison, et s’excuse sur sa pauvreté, à manger de la viande “par caritas pour l’amour de Dieu et de la Madona Sanctissima” ; il finit par céder à ces avances : bien lui en prend car le prix que lui fait payer l’hôte pour cette viande “très bonne et même fricassée nouvellement” est particulièrement bas, ce qui prouve qu’“en tout pays on en trouve également des bons aussi bien que des mauvais”. En réalité, le seul substitut à la “passade”, lorsque celle-ci vient à manquer, reste l’achat de pain. On notera d’ailleurs que notre pèlerin fait ses emplettes le plus souvent lorsqu’il est seul : à Longiano, il achète son pain “à plus juste prix qu’il n’était à Florence”, tandis que son compagnon tchèque fait la quête pour en demander par la ville ; lorsqu’il a dépassé Buonconvento, il quitte brusquement le petit groupe “sous le faux prétexte d’y chercher de l’eau, mais en effet pour y acheter du pain à l’insu de” ses compagnons, un “beau pain blanc” payé deux crazie. La défiance est, on l’a vu, une règle de vie sur la route. Tout au long de son parcours français, où les étapes momentanées dans les couvents sont infiniment plus rares que dans la péninsule, Gilles Caillotin achète régulièrement du pain et note à cette occasion les variations du prix qu’il est contraint de payer : à Saint-Dizier, la livre du pain de froment le plus blanc vaut quinze deniers, tandis qu’elle en vaut vingt-deux à Vitry-le-François (ce qui oblige le voyageur à se rabattre sur du pain bis) ; à Grenoble, celle du pain le plus bis en vaut vingt-sept. Parfois – mais c’est l’exception – notre pèlerin ajoute à son ordinaire du pâté (à Saint-Jean de Maurienne), du mouton rôti ou s’offre même une demi-douzaine d’œufs fricassés qu’il partage avec son compagnon (ainsi à La Chambre).

  • 266 Ibid., p. 59 ; ici même, p. 98. Le rituel est identique à l’hôpital de Parme, tant pour le lavement (...)
  • 267 C’est justement ce type de promiscuité qui soulève le cœur des pèlerins issus des catégories aisées (...)

84Le vrai repas du pèlerin est, en réalité, celui du soir, pris le plus souvent à l’hôpital. Notre pèlerin raconte une fois de plus avec émerveillement le rituel dont il est l’objet à Florence : dans le réfectoire de l’hôpital del Melani de Florence “qui est le plus superbe et le plus magnifique du nord”, trois chevaliers de Malte procèdent au lavement des mains à l’entrée, l’un versant de l’eau avec une “édierne”, le second tenant un bassin, cependant que le troisième présente une serviette. Dans une chaire de marbre au haut du réfectoire, l’un des seigneurs fait au long du repas une lecture à voix haute dont Gilles Caillotin ne saisit pas le sens, “n’ayant entendu que le son de sa voix et non pas la langue”266. La magnificence de l’hôpital de Florence est encore visible dans le luxe que représente la présence de cuillers de cuivre alors qu’elles sont en bois dans tous les autres hôpitaux. En revanche, à l’hôpital de Sienne, s’il y a un grand bocal de vin pour quatre personnes dont la contenance peut être de seize verres au total, il n’y a qu’une seule tasse de faïence attachée au bocal que les pèlerins se passent tour à tour267. Mais ce que retient principalement notre voyageur c’est la quantité et la qualité des mets qui lui sont servis : l’ordinaire est généralement composé d’une soupe, menestre (de l’italien minestra, bouillon de légumes) ou bouillon (au riz comme à Florence, Parme ou Asti, ou encore à l’orge mondée, ainsi à Rubiera), de pain et de vin – Gilles Caillotin s’émerveille même que le vin n’ait pas de “mesure réglée” à l’hôpital de Florence puisque les gobelets ne sont “pas plutôt vides qu’ils étaient remplis” par les confrères nobles de service au réfectoire. Le menu peut s’augmenter d’une salade (ainsi à Florence, Parme, Bologne et Lyon), de riz, d’œufs par quartier (Florence et Lyon), de viande (ainsi à Plaisance et Bologne), de saucisses (à Milan), de poissons ou d’écrevisses (à Parme), voire de fromage (Florence, Parme, Châlons-sur-Marne). Il y a donc des repas beaucoup plus riches que d’autres, particulièrement dans les grands hôpitaux et notre pèlerin regrette de ne pas être arrivé à celui de Florence “un jour gras, auquel on est beaucoup mieux servi d’une livre de viande chacun”. En revanche, la qualité des mets laisse parfois à désirer : le souper à l’hôpital de la Scala de Sienne “ne répondit en aucune manière à la grande magnificence de cette maison” ; à celui de Reggio Emilia, le riz servi est plein de sable : “pour l’avaler il fallut lever les meules sans le mâcher” ; à celui de Turin, le bouillon au lard paraît si désagréable au voyageur que “n’en pouvant avaler une goutte”, il l’épanche “à terre sous un banc”, à un moment où la servante “était occupée à autre chose”. Ici, le récit s’apparente donc souvent à un palmarès qui hiérarchise les adresses où trouver vivre et couvert en fonction de la qualité de l’accueil et de la nourriture, constituant ainsi avant la lettre une sorte de guide du Routard qui recense au long de l’itinéraire les hôpitaux de pèlerins où s’arrêter. On a déjà noté l’intérêt que portait le menuisier Joseph Verplancke à ce type de remarques dans sa propre narration : l’importance accordée à ces souvenirs semble à l’exacte mesure de l’épreuve quotidienne subie par des corps recrus de fatigue.

Une expérience de la peur

  • 268 Sur le pèlerinage comme expérience de l’extraordinaire voir A. Dupront, “Pèlerinages et lieux sacré (...)
  • 269 Voir D. Julia, “Curiosité, dévotion et politica peregrinesca. Le pèlerinage de Nicola Albani, melfi (...)
  • 270 Gino Barioli, Gli Ex Voto di Monte Berico, Monte Berico, Vicence, 1971, p. 67, no 43. Nous suivons, (...)

85Parce qu’il est lointain, parce que chaque soir apporte avec lui l’obscurité de la nuit et son incertitude, le voyage est pour le pèlerin une expérience hors du commun des jours, celle du danger possible ou réel, toujours redouté268. Nombreux sont, au reste, les récits de pèlerinage qui racontent les mésaventures arrivées au narrateur : ainsi, Nicola Albani, domestique de l’archevêque de Capoue qui fait en 1743 un pèlerinage qui le conduit de Naples à Saint-Jacques de Compostelle, s’attarde sur les épisodes les plus tragiques de son voyage, notamment l’agression dont il a été victime de la part de déserteurs espagnols près de Saint-Thibéry en Languedoc : ceux-ci l’ont dépouillé, sous la menace d’un poignard, de tous ses vêtements269. Un ex-voto, offert en 1703 au sanctuaire marial du Monte Berico, près de Vicence, par Giovanni Negrotti, pèlerin revenant de Rome, représente quatre pèlerins (celui qui offre l’ex-voto et ses trois compagnons) assaillis à deux heures du matin par trois « assassins » qui tirent sur eux des coups de fusil : deux d’entre eux, déjà morts, gisent à terre, le troisième est sous la menace des armes des bandits, cependant que Giovanni Negrotti « s’étant voué à la Vierge du Monte Berico et aux âmes du Purgatoire » est représenté sur le tableau en train de s’échapper sous la protection de la Vierge, représentée dans le ciel, et des âmes du Purgatoire figurées au milieu des flammes270. À lire la narration de Gilles Caillotin, on est sensible à la qualité de son écoute : reconnue au milieu de la nuit, une voix familière est source intense de joie. Mais, à l’inverse, tout bruit suspect, dont le sens n’est pas immédiatement perceptible, développe l’apparition de fantasmes qui se greffent sur un fond de croyances anciennes, d’autant moins déracinables qu’elles sont peu rationalisées. Lors d’un voyage antérieur à son pèlerinage de Rome, Gilles Caillotin s’est rendu en Flandres, au mois de février 1718 – il a alors vingt et un ans –, et s’arrête pour coucher dans une grange sise dans un faubourg de Landrecies, ville qui, six ans auparavant, a été longuement assiégée par les troupes autrichiennes du Prince Eugène de Savoie :

  • 271 B. M. Reims, ms. 2487, p. 577-578, à la date du 17 février 1718. Sur la croyance au retour sur terr (...)

Je ne pus aucunement reposer cette nuit autant par le vent impétueux qui apporta le changement du temps, que par celui d’un bruit d’armes si je ne me trompe, parce que je l’ai cru alors comme article de foi, et la crainte étant bannie, je parle avec plus de retenue.
Quoiqu’il en soit, je marque cette histoire telle que je la crus dans l’instant, c’est à dire qu’il me sembla que la grange dans laquelle j’étais enfermé, fut de toutes parts environnée de gens armés qui faisaient grand bruit de leurs armes non pas que je voulus dire des soldats vivants, mais plutôt des morts, car ce qui me fait rapporter cette histoire est la conséquence qu’on en peut inférer, attendu le grand nombre d’hommes tués pendant la longueur du siège qu’y mit le prince Eugène, sans parler de ceux qui y périrent du temps des guerres d’entre l’Empereur Charles Quint et le Roi François Premier. Dieu sait le plus souvent l’indigne état où se trouvent les soldats dans des conflits militaires, et parmi un si grand nombre, je crois que Dieu permet qu’il y en a qui viennent faire leur Purgatoire au lieu même où ils ont quitté violemment le monde.
Je peux bien dire que j’eus une grande peur cette nuit et que je me disais à moi-même ce que j’écris à présent, mais que le temps a entièrement effacé cette crainte, trop bien comme ce n’est pas un songe survenu en dormant, je le marque tel que je l’ai cru alors271.

86En plein xviiie siècle et chez un pèlerin dont la fidélité aux préceptes tridentins paraît, nous l’avons vu, sans faille, ressurgit donc la vieille crainte ancestrale des revenants. Lors de son retour de Rome, une peur du même type s’empare de Gilles Caillotin. Voyageant par une nuit sans lune avec un pèlerin allemand aux abords du lac de Bolsena, il traverse un bois et avoue n’être “pas à la fête” ni à son aise “dans ce coupe gorge”. Quant à son compagnon, “une terreur panique s’étant emparée de son esprit” devant l’immensité du lac qu’il prend pour une mer, il aperçoit sur l’une des pentes qui l’entourent une lueur de feu précédée du bruit de quelques voix d’hommes, et imagine immédiatement qu’il s’agit de “sorciers qui faisaient leur sabbat”. Notre pèlerin n’est guère en mesure de calmer la frayeur de son compagnon puisqu’il n’entend pas son langage et ne peut lui faire comprendre le sien propre.

  • 272 Ibid., p. 17-21 ; ici même, p. 56-60. Dans le récit d’un voyage ultérieur qui, le 20 décembre 1724, (...)

87En fait, les “sorciers” redoutés se trouvent être des pèlerins allemands se rendant à Rome avec femmes et enfants, au nombre de huit personnes, qui se sont arrêtés sur le flanc de la montagne pour faire bouillir “une marmite d’airain qu’ils avaient dans laquelle était du potage, et toutes les vaines frayeurs de cet Allemand furent disparues voyant des gens de sa nation proche lesquels nous approchâmes, en nous chauffant à leur feu qui nous fit plaisir n’ayant pas des [sic] chaud”. La longueur même du récit que Gilles Caillotin consacre à cet épisode restitue l’extrême frayeur qui a saisi progressivement les deux voyageurs, en dépit de l’abandon au “pouvoir de Dieu et de la Sainte Vierge” dans lesquels Gilles prétend se remettre (“dont je me détenais résigné”). Le sommeil dans lequel il plonge aussitôt – “je me laissai abattre par le sommeil, sur la plate terre, les pieds vers le feu” – est sans doute à la mesure de l’effroi qui l’avait saisi au cours des moments précédents : après l’extrême tension de la marche nocturne, vient l’apaisement du corps dans la sérénité retrouvée. Le temps et l’espace du pèlerinage sont aussi – et peut-être d’abord – cette victoire remportée sur soi-même, cette héroïcité qui surmonte l’angoisse, cette intrusion de l’extraordinaire dans un quotidien tout autre que l’habituel. “La frayeur et la nuit, surtout quand on est dans un pays éloigné, on ne voit que fantômes, que précipices, ce qui semblerait être un beau rien pendant le jour, c’est un mystère pendant la nuit, il semble qu’on est de toutes parts environné de périls, de précipices et que le ciel de concours travaille à notre ruine”272.

Un lieu de la rencontre

  • 273 James S. Amelang, op. cit., p. 103-114, souligne l’importance, dans les textes autobiographiques d’ (...)
  • 274 Voir ici même, p. 134.
  • 275 B. M. Reims, ms. 2487, p. 653 (passage à Soissons en août 1728), p. 702 (comptage des arbres depuis (...)

88Parcouru suivant un itinéraire tracé à l’avance, et peu ou prou respecté, le pèlerinage est inédit par les rencontres incessantes qu’il suscite273. Celles-ci se font partout : sur le chemin où l’on se croise, se rejoint, et où l’on décide de faire route ensemble ; à la porte des couvents où Gilles Caillotin et ses compagnons demandent leur passade, dans les cabarets où ils se rafraîchissent le gosier assoiffé par une longue marche sous un soleil de plomb, à l’hôpital où ils passent la nuit, voire jusque dans le lit d’hôpital lorsque, arrivés tardivement ils sont mis d’office par l’hospitalier dans un lit déjà occupé – comme lors du passage à Pavie, évoqué plus haut. En réalité, Gilles Caillotin n’est presque jamais seul en chemin au cours de son voyage de retour, ainsi que nous le confirment deux indices. C’est tout d’abord lorsqu’il est seul, se “croyant en assurance” entre Florence et Bologne près du Passo della Raticosa, que Gilles Caillotin passe en revue son petit trésor de reliques (qu’il n’a pas “visité” depuis sa sortie de Rome), et il se trouve cependant surpris dans son opération d’inventaire par un pèlerin flamand qui voit tout son paquet ouvert274. L’autre indication nous est fournie par une absence : au cours de la narration de son retour de Rome, Gilles Caillotin ne se livre jamais au comptage des arbres plantés le long de la route, alors que, dans d’autres voyages en France (ainsi son pèlerinage à Alise-Sainte-Reine), il se livre à ce calcul mental, qui vise à tromper l’ennui d’un long parcours et exige de n’être pas dérangé par la présence d’un compagnon275.

  • 276 Ainsi la bande de douze pèlerins et pèlerines originaires de Lille en Flandres rencontrée non loin (...)
  • 277 Ainsi les deux Allemands croisés avec femmes et enfants près du lac de Bolsena, le couple accompagn (...)
  • 278 Ainsi cette femme venant de France et rencontrée peu au delà de Turin, ici même, p. 203.
  • 279 Ici même, p. 146 et 251.

89Le monde qui émerge de la narration de Gilles Caillotin est constitué d’une société extrêmement bigarrée. Cette diversité même engendre d’ailleurs, à une première lecture, la surprise : notre artisan avait-il réellement pu rencontrer toutes ces figures aperçues fugitivement ou compagnes de quelques étapes ? Il a bien fallu se rendre à l’évidence. À l’image des flux pèlerins dont nous avons esquissé plus haut quelques traits spécifiques à partir des registres d’hôpitaux, la société évoquée par le sergier rémois est internationale : Allemands, Flamands, Tchèques, Espagnols, Piémontais, Lorrains, Luxembourgeois, mais aussi Français de diverses provinces – Bourgogne, Champagne, Dauphiné, Normandie, Orléanais – s’y croisent ou s’y côtoient, cheminant parfois en “bandes”. Les femmes y sont beaucoup moins nombreuses que les hommes ; elles voyagent le plus souvent en groupe276 ou en famille277, et il est très rare qu’elles soient seules278. En réalité, les figures féminines les plus fréquemment évoquées dans ce récit sont liées aux secours demandés et reçus par le voyageur en quête de logis ou de nourriture : hospitalières, hôtesses d’auberge, voire paysannes telle celle qui, entre Modène et Reggio l’invite à monter sur une échelle pour cueillir du raisin, ou cette pauvre veuve champenoise chargée d’enfants “émue de compassion” qui le réchauffe alors qu’il est trempé par la pluie, lui donne du vin et le fait coucher dans le lit de ses enfants279.

  • 280 Ici même, p. 139 et 145-146.
  • 281 Ici même, p. 134.
  • 282 Ici même, p. 125, 205, 218.
  • 283 Ibid., p. 104 ; ici même, p. 144.
  • 284 Comme le montre l’analyse des registres de l’Ospizio dei Convertendi fondé à Rome en 1673, les nouv (...)

90Au sein de cette population migrante se mêlent clercs et laïcs et les prêtres n’ont pas forcément la conduite la plus édifiante : ainsi ce religieux cordelier piémontais dont Gilles Caillotin se sépare près de Bologne parce qu’il est ivre, ou ce prêtre espagnol qui, au delà de Modène, pénètre hardiment dans les vignes d’autrui qui longent la route pour aller y dérober les meilleures grappes280. Nous avons vu plus haut que la silhouette du pèlerin “professionnel”, voyageant par procuration, n’est pas absente de ce récit, tel ce Flamand qui en est à son septième pèlerinage vers la Ville Éternelle, “la plupart pour exécuter les vœux de quelques personnes qui avaient voué d’y aller en personne”281. Mais au delà même du monde des pèlerins, le voyage est ici l’exercice quotidien d’une sociabilité aussi soudaine qu’éphémère qui traverse tous les groupes sociaux. Elle s’exerce à l’égard des habitants des villes et des villages situés sur le passage : boutiquiers de la via dei Servi à Florence, savetiers qui raccommodent les souliers, barbiers de Florence et de Montmélian qui rafraîchissent un visage devenu hirsute ; l’hôpital lui-même attise la curiosité des citadins par l’étrangeté que 282représentent pour eux les passants. Sous le vestibule de celui de Modène, Gilles Caillotin se voit ainsi “honoré de plusieurs honnêtes gens tant bourgeois que d’Église sur infinie question par rapport à l’histoire et dont je me fis un plaisir d’y répondre. C’est une coutume dans tous les endroits de l’Italie, surtout dans les hôpitaux d’y voir venir toutes sortes de personnes pour se cultiver dans la langue qu’ils affectent. Les uns aiment le français, d’autres l’allemand, et les autres celle d’Espagne peu dissemblable de l’italienne”283. À côté de ces bourgeois ou de ces nobles avides de nouvelles et de langues étrangères, c’est toute une population mobile, marginale, échappant au quadrillage systématique des administrations de l’époque moderne, qui surgit sur le parcours de notre pèlerin : vrais ou faux ermites, paysans transportant des denrées de contrebande, “brigade” de nouveaux convertis qui se révèlent être en réalité des soldats déserteurs en quête d’emploi284. À lire ce récit, on reste frappé par la forte présence de ces insoumis qui se cachent sous des identités d’emprunt et trouvent dans le déguisement du pèlerin ou du converti un moyen de survivre en attendant de s’engager, au moment de la levée des troupes, dans une armée adverse. Les épisodes qui scandent la narration nous font découvrir toute une population de “routards” au destin pour le moins mouvementé, ce qui permet de comprendre la surveillance, extrêmement méfiante et tâtillonne, exercée par les administrations étatiques à l’égard des pèlerins. À Sienne, la “brigade de calvinistes” dont l’un, “assez lettré, grand babillard capable d’être ministre” est entré dans une longue discussion avec Gilles Caillotin sur les mérites de chaque confession, prétend “partir sans délai pour abjurer dans la ville de Rome”. Mais un quart d’heure après, elle vide force pots dans un cabaret et a décidé de se rendre au port de Livourne pour s’engager dans les troupes d’Espagne. Notre pèlerin n’a pas de mots assez durs pour désigner ces fourberies :

  • 285 Voir ici même, p. 76-77.

Voilà de quels gens on fait rencontre sur les chemins. Gens qui font une vie de fripon, abusant de la crédulité des bonnes gens sous un dehors apparent d’abjuration et même de sincère conversion. Et sous ce prétexte coloré ils trompent et attrapent les abondantes aumônes qu’on leur fait [...] Ces sortes de gens, vrais vagabonds qui pillent le peuple par le long séjour qu’ils font dans les endroits où ils ont plus de crédit à en imposer : mais, pour dire la vérité, ce sont tous des déserteurs de l’armée de la France, dont ils n’osent rentrer en leur pays, et sont contraints d’aller errants par le pays, comme des malheureux et se jeter derechef dans les troupes d’un autre prince, après quoi ils changeront d’autres. Et l’Italie n’est de toutes parts remplie que de pareils scélérats285.

  • 286 Voir ici même, p. 158.

91Tout l’effort de notre pèlerin consiste donc à s’arracher à la compagnie de pareils “brigands” ou “filous”. Rencontrant dans le bourg de Zorlesco, à mi-chemin entre Plaisance et Lodi, deux soldats déserteurs des troupes de France qui sont originaires de Châlons-sur-Marne, il est scandalisé par les “vilaines injures” qu’ils adressent à la sœur tourière d’un couvent de religieuses et qui, selon lui, n’appartiennent “qu’à des marauds et des scélérats tels qu’ils pouvaient possible être”, et il s’écarte de leur “indigne compagnie”286. Il est tout aussi méfiant à l’égard des soldats qui cherchent à le recruter dans leur régiment : telle cette sentinelle du corps de garde d’Alessandria, déserteur des troupes de France qui veut à toute force lui payer à boire pour l’engager dans les troupes impériales ou le “vieux maquignon” rencontré à l’hôpital de Châlons qui, le félicitant sur sa hauteur et corpulence, veut le remettre entre les mains d’un capitaine de ses amis pour le service du roi de France. Ce dernier se voit gratifié d’une verte réplique :

  • 287 Voir ici même, p. 184 et 261. De la même façon la sentinelle du corps de garde de Turin veut à tout (...)

Je lui dis avoir vu bien d’autres vendeurs de chair humaine que lui, dont je m’étais occupé de leurs fanfaronnes promesses. J’ajoutai : Voudrais-tu sérieusement me donner un pareil conseil que de m’engager aux portes de mon pays, après avoir fait un si long et ennuyeux pèlerinage, et donner un mortel chagrin à mes parents ?287

  • 288 Voir ici même, p. 148.
  • 289 Voir ici même, p. 146-147.
  • 290 Voir ici même, p. 254-255.
  • 291 Voir ici même, p. 190-191.

92“Il n’y a point d’honneur devant Dieu d’être spectateur des désordres d’autrui”288 : telle pourrait bien être la devise qui régit le comportement de ce marcheur. À aucun prix, il n’entend être confondu avec des gueux ou des voleurs. D’où son indignation quand, sur la route jalonnée de vignes qui va de Modène à Reggio, il voit ses compagnons “indignes pillards” se disperser pour aller “arracher les branches avec les raisins pour mieux se sauver”. Il n’a aucune envie de prendre leur défense, pas plus que d’être “enveloppé dans leurs aventures” lorsqu’ils sont poursuivis par des vignerons en colère “la serpe à la main”289. Arrivé en Champagne, il est tout aussi révolté par la bande de charretiers ivres qui envahissent le cabaret où il converse avec un père jésuite, réclamant “à boire à boire [...] du vin, du vin”, blasphémant à qui mieux mieux, et insultant son interlocuteur pour le faire “enrager” : il craint que cette “indigne fête” ne se termine “par l’effusion de sang, bien marri d’être ainsi spectateur de leur tragédie”290. Aussi bien, lorsqu’il est lui même accusé – ainsi qu’un pèlerin milanais revenant de Saint-Jacques de Compostelle – du vol d’un cordon liturgique par l’hospitalier d’Asti et invité à se déshabiller, laisse-t-il éclater sa “juste” colère devant cette atteinte à son honneur et menace-t-il hautement son “accusateur d’avoir justice de l’affront” qu’il leur fait, ce qu’il aurait exécuté si son compagnon, soucieux de rentrer dans son pays, n’avait refusé de “s’arrêter pour former des plaintes à qui il appartenait d’en faire contre cet indiscret”291.

  • 292 Un bon témoignage de cette difficulté à communiquer nous est fourni par Joseph Bozon, artisan et ex (...)
  • 293 Voir ici même, p. 92 et 157.
  • 294 B. M. Reims, ms. 2487, p. 581.

93En réalité, la rencontre est, tout au long du pèlerinage, placée sous le signe de l’équivoque. Celle-ci est liée à la difficulté de se comprendre quand les compagnons de route ne parlent pas la même langue : chacun a, sans doute, appris au cours de son chemin quelques mots pour s’exprimer dans la langue de l’autre292, mais le langage des gestes supplée le plus souvent à la déficience du vocabulaire. Il est notable d’ailleurs que les pèlerins ne s’interpellent pas par leur patronyme mais par leur origine nationale ou provinciale : Gilles Caillotin est ainsi désigné sous le nom de “Seignor français” par l’Allemand qui l’accompagne depuis Monte Mario dans les environs de Rome jusqu’à Florence, puis “Monsieur le Champenois” par le Piémontais avec lequel il marche de Modène à Plaisance293. Dans ce pèlerinage à longue distance, il ne paraît pas, toutefois, avoir jamais utilisé avec ses compagnons les signes de reconnaissance qu’il employait avec des membres de sa famille dans les pèlerinages de proximité faits autour de Reims : en septembre 1721, lorsque la famille Caillotin s’était séparée pour se consacrer à deux dévotes itinérances différentes, les frères et la mère de Gilles Caillotin avaient laissé leurs noms inscrits sur les murs de “la chapelle de la fontaine de Liesse et même sur le chemin” et Gilles Caillotin, arrivé après eux, avait su les repérer294. Cette absence indique peut-être une moindre confiance entre pèlerins que seule la route a réunis momentanément ou, tout simplement, la difficulté qu’ils ont à se communiquer précisément des lieux où retrouver des marques.

  • 295 Voir ici même, p. 138 et 247. On pourrait également citer le cas du jeune Orléanais avec lequel il (...)
  • 296 Voir ici même, p. 158.
  • 297 Voir ici même, p. 191-192.
  • 298 Voir ici même, p. 195.
  • 299 Voir ici même, p. 227-228.
  • 300 Voir ici même, p. 173.
  • 301 Les vols entre pèlerins dans les hôpitaux semblent avoir été monnaie courante. Le menuisier brugeoi (...)

94Les deux exemples cités manifestent, en revanche, que Gilles Caillotin parcourt de longues distances avec les mêmes voyageurs. À l’aller, on l’a déjà dit, il est resté dans la compagnie de Jean Hochart de Reims jusqu’à Bologne ; au retour, il marche avec un pèlerin tchèque – “Bohème” – de San Quirico d’Orcia à Sienne, puis à nouveau de Florence jusqu’à la frontière entre le Grand Duché de Toscane et les États du Pape : “j’aurais souhaité de très bon cœur”, écrit-il, “qu’il eût pu me suivre pour ce jour jusqu’à Bologne, m’en fût-il coûté quelques bajoques pour sa nourriture, parce qu’il était homme de bien et bon pèlerin”295. La rencontre est en effet espérance et attente du “bon” compagnon avec lequel on pourra faire route le plus longtemps possible. Mais cette attente est le plus souvent déçue : le “bon” compagnon se révèle être celui dont il fallait justement se défier. Plusieurs fois, Gilles Caillotin croit avoir trouvé cet autre avec lequel il pourra rompre la solitude du chemin et affronter avec plus d’assurance les dangers. À l’hôpital de Plaisance, il fait le projet de faire route avec les deux Espagnols qu’il côtoie depuis Modène : “Il était dit que nous serions de compagnie presque jusqu’à Reims, attendu que lui et le prêtre espagnol voulaient voir la ville de Paris”. Pourtant, dès le lendemain matin, ils se séparent “et plus davantage ne sera fait mention d’eux”296. À la sortie d’Asti en Piémont, il fait la rencontre d’un Français âgé de vingt sept ans, “fort beau visage et d’une chair très délicate et très blanche”, réduit “en fâcheux équipage” dans son habillement, et ne laisse pas de former “le dessein d’être en sa compagnie jusques à Lyon qui serait l’intervalle de plus de soixante lieues”297. Cependant, il se défie rapidement de ce nouveau compagnon et ses soupçons sont confirmés lorsqu’il apprend de sa bouche qu’il est un ancien officier des troupes d’Espagne qui “avait eu le malheur de tuer un autre officier par un duel, sous prétexte de point d’honneur et qu’il s’était encore sauvé des prisons où il était détenu à la veille d’être puni de son crime”298. Après bien des péripéties, il devra cependant accompagner ce personnage, qu’il juge douteux, jusqu’à Grenoble pour récupérer l’habit prêté “par compassion” lors de l’ascension du Mont Cenis : conduit dans les prisons militaires, cet “indigne” et “dénaturé” qui, depuis le Mont Cenis, a exposé Gilles Caillotin “à périr de froid pour lui garantir sa vie”, quitte le vêtement prêté, remet bas et cravate au Champenois et l’embrasse “avec tendresse, et me remercia du bien et du plaisir que je lui avais fait, fâché que la triste situation où il se voyait réduit, l’empêchait de me donner des marques à sa reconnaissance, priant Dieu de m’en donner la récompense”299. La déception la plus amère vient sans doute du compagnon normand rencontré dans le lit d’hôpital à Pavie : “Je me flattais d’avoir en sa personne trouvé un compagnon pour presque deux cents lieues de pays. Nous en formâmes le projet par ensemble”300. Mais ce compagnon lui dérobe, dès la nuit suivante, à l’hôpital de Voghera, le chapelet et les médailles bénits du pape qu’il rapporte de Rome et qu’il a enfouis dans la poche de sa chemisette301. Le désespoir – réel ou simulé – de Gilles Caillotin, qui retourne sur ses pas pour retrouver son chapelet et anime son “discours de plaintes amères” de son “prétendu malheur ; que [c’était] le seul chapelet qui me restait pour mémoire de Rome, attendu qu’il avait été béni par Sa Sainteté, que cette seule circonstance, me faisait plus de peine que de la valeur”, touche enfin “le cœur de ce misérable”. Il restitue le chapelet, prétendant l’avoir trouvé le matin même “au sortir de l’hôpital pensant qu’il appartenait à l’hospitalière ou à sa fille”. Excuses “frivoles” aux yeux de Caillotin :

  • 302 Voir ici même, p. 177-178.

Mais c’est que la mémoire m’était encore récente qu’il avait tiré les couvertures de la nuit pour s’en couvrir, dont j’avais entendu le son que faisaient mes médailles, dont certainement il avait cru être de l’argent. Après qu’il m’eût fait, dis-je, la restitution de mes médailles, qui étaient enfilées avec mon chapelet, loin de lui marquer mon ressentiment comme à un fripon, je lui témoignai au contraire encore plus d’amitié au moins d’apparence, résolu à la première occasion à me défaire de lui302.

  • 303 Voir ici même, p. 178.

95Le “bon” compagnon de Pavie n’est autre qu’un soldat déserteur des troupes de France qui a séjourné longtemps à Rome “croyant que le Roi de France accorderait une amnistie” et retourne à Gênes “pour prendre parti dans le service du roi d’Espagne”. Gilles Caillotin n’est donc pas fâché de se séparer aux portes de Tortona de “cet homme toujours songeant et mélancolique qui ne prouvait que trop n’être pas pèlerin par le chagrin qu’il ne pouvait cacher, démentant les vains projets qu’il méditait avec moi pour être de compagnie jusqu’à Reims”303.

  • 304 Voir ici même, p. 90.
  • 305 Voir ici même, p. 90.
  • 306 Voir ici même, p. 91.

96L’expérience quotidienne de la confiance donnée et trahie explique sans doute cet étonnant mélange de grandes effusions et embrassades et de séparations tout aussi brusques. S’il arrive que l’on s’attende entre compagnons de route, ce n’est jamais pour longtemps, et cette sociabilité est placée sous le signe de l’inconstance. Au sortir de la Chartreuse de Sienne, le “Bohémien” qui accompagne Gilles Caillotin depuis San Quirico d’Orcia fait brusquement demi-tour et retourne à Sienne “sans même nous dire le sujet pourquoi”304. Au delà de Sienne, notre pèlerin refuse d’apporter de l’eau, qu’il suffit pourtant d’aller puiser dans le seau d’un jeune garçon italien, à son compagnon allemand couché dix pas plus loin “à l’ombrage d’une haie” ; celui-ci, avec lequel il chemine depuis les environs de Rome, lui en “gardera la rancune toute cette journée” en l’appelant “mauvais seignor, comme s’il eût voulu dire ingrat, lui qui pouvait venir comme moi au seau de ce jeune Italien”, et passé le bourg “assez considérable” de Poggibonsi fait brusquement demi tour “sans m’en dire le sujet et sans même que je m’en fus autrement aperçu qu’au moment que je ne le vis plus”305. Gilles Caillotin l’attend un moment sous le porche d’une église, mais, “voyant le trop long retardement de mon compagnon, je compris que vraiment je perdrais mon temps dans l’attente de le revoir ; que c’était le ressentiment de ne pas lui avoir apporté de l’eau où depuis il avait toujours marché soit devant ou derrière afin de n’être plus de compagnie avec moi”306.

97Cependant, lorsqu’après avoir cheminé le reste de la journée en solitaire, et s’être vu “indignement refusé, même pour l’honneur de Dieu et de la Sainte Vierge” par des fermiers auxquels il a demandé l’hospitalité, il retrouve subitement sous la galerie d’une hôtellerie, son compagnon, c’est, par une nuit orageuse zébrée d’éclairs, l’effusion des retrouvailles :

  • 307 Voir ici même, p. 92. L’Allemand reste à Florence pour gagner de l’argent en travaillant au pavage (...)

Je fus bien surpris que m’approchant de ce portique, je fus appelé seignor français, d’une voix qui ne m’était pas méconnue ; en effet c’était l’Allemand qui m’avait devancé, étant caché sous ce portique dont je fus autant réjoui de notre heureuse rencontre, comme il le fut de moi, en m’embrassant307.

  • 308 Voir ici même, p. 235.
  • 309 Voir ici même, p. 236.

98De la même façon, lorsque Gilles Caillotin retrouve à Lyon François Sauvage parti de Rome onze jours avant lui, c’est-à-dire le 20 août, ils s’embrassent “très tendrement bien navrés de n’avoir pas eu le bonheur de continuer notre pèlerinage ensemble causé par les circonstances de l’intervalle de ces onze jours”308. Tendant leur chapeau, ils quêtent ensemble à la sortie de la messe dominicale de la congrégation des Artisans, mais avant le partage, Gilles Caillotin remet le contenu de son chapeau à son compagnon, “attendu que je devais respecter son âge et que la grâce venait de lui, parce que jamais je n’aurais osé le faire de mon chef”309. Mais, passée la porte de Bourg-en-Bresse, François Sauvage se contente de donner trente sols à son compagnon.

  • 310 Voir ici même, p. 237.

J’ai toujours cru qu’il m’avait trompé de beaucoup parce que la valeur qui était dans mon chapeau surpassant celle qu’il me donna, mais il pouvait en marchant ôter une partie de l’argent pour la mettre dans une autre de ses poches310.

  • 311 Voir ici même, p. 237.

99Les adieux sont cette fois beaucoup plus brusques : même si François Sauvage forme des vœux pour revoir Gilles Caillotin “encore une fois dans sa vie, ce qu’il espérait en venant en pèlerinage à Notre-Dame de Liesse”, il refuse de déjeuner avec lui comme il l’avait promis, arguant de la pluie “qui commença à tomber”311. Des tendres retrouvailles à la confiance trahie, ce court épisode résume en quelque sorte l’expérience quotidienne du pèlerin : limitée dans le temps et par définition mobile dans l’espace, elle n’autorise pas d’attachement durable ; espoirs fous et suspicions exagérées s’y succèdent au rythme des risques encourus.

Les curiosités d’un pèlerin : « mes yeux l’ont admirée »312

  • 312 Expression employée par Gilles Caillotin à propos de la Chartreuse de Pavie.
  • 313 Lettre pastorale du 10 septembre 1574 citée dans Gaspar Loarte, Trattato delle sante peregrinazioni (...)
  • 314 Voir ici même, p. 125.

100Peut-on tenter de saisir les intérêts propres de Gilles Caillotin, ses goûts ou ses répulsions ? Quels sont les objets, les monuments ou les paysages qui ont pu le retenir au cours de son périple ? Cette quête est, en réalité, extrêmement difficile pour deux raisons. D’une part, tous les traités consacrés à la manière de faire saintement un pèlerinage à l’époque moderne invitent le dévot à abandonner toute curiosité humaine. Il suffit de songer, par exemple, à la lettre de Charles Borromée, archevêque de Milan et modèle des pasteurs de l’époque post-tridentine, à ses diocésains pour les inviter à se rendre dans la Ville Éternelle lors du jubilé de 1575 : ceux ci doivent laisser “de côté toute forme de curiosité et de vanité mondaine ; car ce serait être pèlerin pour le monde et non pour le Christ”313. D’autre part, comme on l’a analysé plus haut, Gilles Caillotin, peu assuré de sa propre écriture, préfère orner ses “mémoires des plumes d’autrui pour en embellir” les siennes dès qu’il s’agit de décrire une ville ou un monument, aussi bien que de narrer son histoire, “afin que la diversité en soit d’autant plus délectable”314. Au reste, son propre lexique pour signifier son admiration est relativement pauvre : “beau”, “magnifique”, « superbe » sont des adjectifs qui reviennent régulièrement au fil de l’écriture, souvent mis au superlatif, sans que notre auteur trouve d’autres moyens pour relever la narration de ses enthousiasmes ou de ses admirations.

  • 315 B. M. Reims ms. 2487, p. 579.
  • 316 Voir ici même, p. 128. “Rien n’est plus agréable” écrit Gilles Caillotin lors-qu’il passe devant le (...)
  • 317 Voir ici même, p. 215.
  • 318 Notation faite au moment du passage du Mont-Cenis à propos du Grand Paradis, ici même, p. 213. La m (...)
  • 319 Voir ici même, p. 222. On relève pourtant, chez le scripteur, une attention toute particulière à me (...)

101Il n’est pas interdit cependant de chercher à dresser une esquisse du regard que porte ce pèlerin qui, lors d’un voyage ultérieur effectué en plein hiver, maudit, dans un moment de découragement, “plusieurs fois la curiosité de voir le pays, et formant le dessein de n’en plus goûter davantage”, serment toutefois aussi rapidement oublié315. De tous les paysages traversés, celui qui a sa préférence se situe en Toscane. Quand il quitte Florence pour franchir les Apennins en direction de Bologne, il exprime son regret “de quitter un si beau et agréable pays, diversifié de collines de toutes parts couvertes de vignes, d’oliviers et de figuiers, et surtout vers la ville de Pise : il semble que cette campagne soit un jardin de plaisance et non pas des lieux champêtres ; qui sont de tous côtés remplis d’agréables maisons, qu’il semble des palais. Le plaisir en fut d’autant plus grand que depuis Rome, excepté les environs de Viterbe et le pays de Sienne tout le reste n’était rien autre chose qu’une vaste solitude”316. Ce qui plaît à Gilles Caillotin est tout à la fois la variété des cultures, et le caractère humanisé du paysage, qui contraste avec le “désert” que constitue la campagne romaine avec sa “terre cendreuse, brûlée de soleil” qui “s’entr’ouvre de toutes parts”. À l’inverse, le chemin de Saint-André à Saint-Michel de Maurienne lui paraît “long et [...] ennuyant [...] parce qu’il n’y a aucune demeure”317. Le paysage des Alpes est, on l’a déjà noté, source d’effroi : c’est que “les montagnes ont quelque chose d’affreux, non seulement pour leurs excessives hauteurs mais encore pour la grande abondance des neiges dont elles sont couvertes, sans y apercevoir aucun verdure ni même aucune habitation, quoiqu’on découvre de bien loin”318. À ce Rémois, qui connaît l’aspect désertique de la Champagne pouilleuse, les paysages fertiles, ombragés et peuplés de Toscane, Piémont, ou Bourgogne donnent, en cette fin d’été 1724, un sentiment de sécurité. Le désir d’aller visiter la Grande Chartreuse est bien vite abandonné dès que les gens du lieu lui apprennent “la difficulté de gravir les rochers mais encore les incultes montagnes, pour la plupart désertes” qu’il faut traverser pendant trois jours avant de parvenir au monastère, dans lequel il n’est pas même possible d’entrer319.

  • 320 Voir ici même, p. 162.
  • 321 B. M. Reims ms. 2487, p. 595, 601.

102Ce sont cependant les villes traversées qui fournissent l’essentiel des descriptions et il n’y a là rien d’étonnant, car Gilles Caillotin se conforme ici à la règle qui régit les récits de voyage, et tout particulièrement celui de Richard Lassels qui lui sert de modèle et auquel il a emprunté, on l’a vu plus haut, nombre de passages pour les introduire dans ses propres mémoires. Les gravures qu’il a insérées dans son texte sont toutes, on l’a vu, soit des vues générales des villes par lesquelles il est passé, soit des représentations particulières de monuments, qui sont comme autant de mirabilia offerts à son regard ou seulement à ses rêves (ainsi dans le cas des « aiguilles » d’Égypte). Notre pèlerin n’aime pas les villes capitales parce qu’il éprouve une horreur de la foule. Il ne s’attarde pas à Milan, “géhenné” dit-il “de demeurer plus longtemps dans cette grande et populeuse cité, comme ne pouvant supporter la multitude du peuple qu’on y voit de toutes parts”. Comparant toutes les grandes villes qu’il connaît, “celle de Milan égale de plus près celle de Paris. Lyon est très populeuse, aussi bien que la ville de Rouen, mais Milan les surpasse en toute chose”320. Cette phobie de la foule renvoie en réalité à une thématique de la ville comme sentine de vices. Lors de son passage à Paris en mai 1725, contemplant “l’infinie multitude du peuple” qu’il rencontre de la place de Grève au Pont-Neuf – “lavandières, crocheteurs, porteurs d’eau et si grand nombre de décrotteurs” – il ajoute aussitôt : “il est certainement bon d’être sur ses gardes, car on trouve dans cette ville plus de filous qu’en pas une ville d’Europe [...] Le rebut et l’égoût des mauvaises gens étrangers, comme ceux de toute la France y viennent faire leur résidence, afin de cacher leurs mauvaises conduites, un homme qui enlève la fille, ou la femme de son prochain, en quittant la sienne, bien entendu qu’il ne peut demeurer impunément dans son pays de naissance, mais c’est dans Paris où est la sainte liberté”321. Que cette agoraphobie naisse de l’anxiété du voyageur en une capitale inconnue de lui, ou qu’elle soit l’écho de prédications reçues, elle reste en tout cas un arrière-plan essentiel de sa narration.

  • 322 Voir ici même, p. 224.
  • 323 B. M. Reims ms. 2487, p. 706. Même remarque lorsqu’il passe à Rouen en 1728 : il trouve cette ville (...)
  • 324 Ibid., p. 660-661.
  • 325 Ibid., p. 596, à la date du 2 mai 1725.
  • 326 Ibid., p. 679, à la date du 8 juin 1729.
  • 327 Ibid., p. 602, à la date du 2 mai 1725.
  • 328 Ibid., p. 629-630, lors de son voyage à Paris en mai 1726. Sur la place des Victoires, qui a été co (...)

103S’agissant de l’urbanisme lui même, Gilles Caillotin préfère de toute évidence les villes ou les quartiers construits en pierre de taille ou en briques aux maisons médiévales à pans de bois, les rues larges et les grandes places aux voies étroites. Grenoble, par exemple, n’a pas l’heur de lui plaire parce que ses bâtiments sont “assez serrés et presque tous de bois, ou de mauvaise pierre” et la ville dans son ensemble ne lui “parut pas être beaucoup belle”322. Lorsqu’il fait, en 1732 un pèlerinage à Alise-Sainte-Reine, il remarque, lors de son passage par Troyes, que “les bâtiments sont presque tous de bois, et même fort serrés” et qu’on n’y voit pas “des grands espaces employés en jardins comme on voit en la ville de Reims”323. C’est dire qu’il apprécie les restructurations qui ont donné une nouvelle configuration au réseau viaire urbain. Un cas significatif nous en est fourni par sa visite de Dieppe en 1728 : il trouve la cité normande “non seulement jolie mais une des plus belles qu’on pût jamais voir, surpassant même celle de Charleville, non seulement en la hauteur des bâtiments qui sont tous uniformes mais encore en architecture. Ils sont tous “bâtis sur arcades”, et il ajoute les raisons de son enthousiasme : “ce qui fait paraître cette ville aussi belle qu’elle est c’est parce que la meilleure partie est bâtie depuis que le prince d’Orange vint la bombarder en mil six cent nonante”324. On ne s’étonnera donc pas que, lorsqu’il passe par Paris, il préfère prendre, par exemple, “le boulevard de la porte Saint-Martin pour éviter la confusion du peuple qu’on rencontre dans les rues”325, ni que le quartier le plus beau de la capitale soit pour lui le faubourg Saint-Honoré : “on ne peut rien souhaiter de plus beau et de plus magnifique que la hauteur, et symétrie des bâtiments, les rues sont toutes neuves aussi bien que les maisons”326. Il n’est guère surprenant non plus qu’il fasse l’éloge de la place royale – notre actuelle place des Vosges – “très magnifique pour être environnée de beaux bâtiments uniformes en leur symétrie et portés sur portique”327, celui aussi de la place des Victoires “qui est la plus belle que jamais on peut voir de ses yeux [...] avec la statue de Louis Quatorze élevée dans le milieu sur un haut piédestal en marbre blanc” et qui “pour lors n’était pas encore parachevée”, celui enfin de la “vaste place royale au bout du faubourg Saint-Honoré [...] beaucoup plus spacieuse que celle des Victoires” – notre actuelle place Vendôme328.

  • 329 R. Lassels, Voyage d’Italie..., op. cit., t. II, Paris, 1671, p. 222.
  • 330 Voir ici même, p. 95-96.
  • 331 Voir ici même, p. 118.
  • 332 Voir ici même, p. 96, 117, 120.

104Dans le récit de son voyage de retour, c’est la ville de Florence qui retient le plus longtemps Gilles Caillotin, sans doute parce qu’étant passé à l’aller par Turin, Milan et Bologne, il s’est déjà livré, dans le premier tome de ses Mémoires, à la description de ces cités, et n’estime pas nécessaire de se répéter. Il s’approprie en revanche – et le reprend même deux fois – le propos attribué par Richard Las-sels à Charles Quint selon lequel “c’était grand dommage” que le clocher de la cathédrale de Florence “ne fût pas dans un étui, pour empêcher qu’on le vît si souvent, et que si cela était, on accourerait de toutes parts pour le voir comme une merveille”329. Pour notre pèlerin, qui étend le propos à l’ensemble de la ville qui “est le plus beau séjour de l’Italie”, “c’est une vérité très bien appliquée, soit qu’on considère ses magnifiques et superbes églises, ses palais qui pour la plupart sont dignes d’être la demeure d’autant de grands princes”330. De la balustrade qui, sous les galeries du palais des Offices, court le long du fleuve, il aime à contempler “la grande et belle étendue de cette ville le long du fleuve Arno sur lequel il y a quatre beaux ponts de pierre, nonobstant que je n’en pus découvrir que trois”331. Il admire les “grandes et vastes places”, comme les rues “longues et droites” de la capitale toscane. Le dallage des rues “aussi bien pavées que les églises de France, que dis-je, de plus grandes pierres qui pour le moins sont la plupart des sept à huit pieds de long et presque autant de largeur” suscite son étonnement, tout comme les blocs de pierre taillées en bossage rustique qui forment la base des palais du xve siècle et qui gardent sur la surface de parement de fortes aspérités “comme s’ils eussent été escarpés en rochers : parce que les pierres avancent ou reculent dans les murailles, n’étant qu’ébauchées” et tous ces palais sont autant de “forteresses particulières parce qu’étant bâtis de bonnes et dures pierres”, ils ne pourraient être forcés qu’à coups de canon332. On le voit, l’urbanisme et l’architecture de la Renaissance florentine ont séduit notre pèlerin par leur grandeur.

  • 333 L’un des gestes les plus habituels de Gilles Caillotin lors de ses voyages en France est de mesurer (...)
  • 334 BM Reims, ms. 2487, p. 672.
  • 335 Ici même, p. 72-73.
  • 336 Cette notation est faite lors d’un voyage à Paris à propos de l’église gothique du prieuré clunisie (...)
  • 337 Ibid., p. 600. Gilles Caillotin fait la même réflexion à propos du dôme de Florence, ici même, p. 1 (...)
  • 338 Ici même, p. 167-168. Gilles Caillotin fait exactement la même remarque à propos de la cathédrale d (...)
  • 339 Ici même, p. 50.
  • 340 B. M. Reims, ms. 2487, p. 647.
  • 341 Ibid., p. 595, lors de son voyage en mai 1725. En accomplissement du vœu de Louis XIII, l’autel maj (...)
  • 342 Sur la transformation des églises après le Concile de Trente et l’ouverture des chœurs voir Bernard (...)

105Analyser plus avant les goûts architecturaux de Gilles Caillotin relève de l’hypothèse tant il a pris soin, dans son acte d’écriture, de s’effacer derrière les autorités qu’il a lues : de ce fait, sa propre narration n’échappe pas à l’injonction des guides ou des récits de voyage qui déclinent ce que tout voyageur doit avoir non seulement vu mais admiré. Au demeurant, les points de référence les plus constants de ses remarques personnelles – et c’est particulièrement net dans le récit de ses voyages ultérieurs en France, où la tentation de puiser à des guides de voyage imprimés est moins évidente – sont deux églises de Reims : la cathédrale Notre-Dame et l’église Saint-Nicaise auxquelles il n’hésite pas à comparer les cathédrales situées sur son chemin (ainsi Amiens, Beauvais, Noyon, Paris, Rouen)333. Retenons au moins, à propos des églises de la péninsule trois traits qui dessinent une sensibilité esthétique. Le premier est la richesse des marbres et porphyres fréquents dans les églises baroques : enthousiasmé, en 1729, par sa visite du château de Versailles où, dit-il, l’on “ne peut rien voir au monde de plus beau et de plus aimable, les porphyres et autres pierres de grand prix”, Gilles Caillotin avoue qu’il ne peut mieux s’en “rappeler la mémoire qu’en pensant aux églises d’Italie, excepté que tout [y] respire la piété, au lieu qu’ici tout se ressent de la guerre”334. Encore est-il épris de symétrie et de proportion : il n’aime pas par exemple la “bizarre diversité” du marbre de la cathédrale de Sienne, tout à la fois “blanc, noir et rouge” et divisé en “autant de rangs que de couleurs”335. Un second élément qu’il apprécie dans les églises “à la romaine” est leur coupole élevée à la croisée du transept parce que celle-ci projette une intense lumière dans l’église : notre pèlerin préfère visiblement les églises claires aux églises “aussi sombres qu’une cave”336. À propos de Notre-Dame de Paris, qu’il visite une première fois en mai 1725, il trouve dommage que tout le corps de ce grand vaisseau soit sujet au défaut de clarté qui est commun dans toutes les plus grandes églises, en exceptant Saint-Pierre de Rome”337. La basilique de Saint-Pierre est d’ailleurs, aux yeux de notre pèlerin, incomparable à ce point de vue : contrairement à “ces pèlerins qui font métier d’aller plusieurs fois à Rome” et qui lui ont prétendu que la Chartreuse de Pavie la surpassait “en beauté et en magnificence”, Gilles Caillotin affirme haut et fort que “Saint-Pierre de Rome aura toujours l’avantage d’être la plus grande église qui jamais fut construite et sans pareille sur la terre”338. Un dernier élément retient enfin son attention : il préfère visiblement les églises dépourvues de jubé, parce que rien n’arrête alors la vue depuis le bas de l’église jusqu’au maître autel : l’église Sainte-Rose de Viterbe est “composée d’une seule longueur sans séparation de jubé au bout de laquelle est le maître autel”339 ; lorsqu’il visite l’abbaye de Signy dans les Ardennes, il s’extasie sur l’art de l’ouvrier qui a fait “la plus belle clôture de fer” du chœur qu’il ait jamais vue et il ajoute : “c’est ce qui donne un bel œil du bas de l’église au maître-autel de cette église par l’entre-ouverture de cette balustrade de fer”340. En réalité, cette notation doit sans doute être mise en relation avec la piété eucharistique de notre voyageur-pèlerin : rien n’est “plus beau” à ses yeux que “l’ouverture du chœur de l’église” Notre-Dame de Paris “où chacun peut voir le prêtre qui officie au maître-autel”341. Sans nul doute, la découverte des basiliques et des églises romaines n’a pas été étrangère à cette préférence marquée pour les églises ouvertes. Mais on peut en même temps remarquer que cette prédilection est en parfaite correspondance avec la spiritualité jésuite dont il est imprégné, et avec la réorganisation de l’espace sacré mise en œuvre par les architectes de la Compagnie dans les églises de ses établissements342.

  • 343 Voir ici même, p. 125. C’est en mai 1726 que Gilles Caillotin a visité, au sortir de l’Hôtel Dieu d (...)
  • 344 Voir ici même, p. 155.

106S’il s’étend sur les descriptions de monuments, il n’est pas pour autant indifférent au spectacle que lui offre la rue : le 8 septembre 1724, jour de la Nativité de la Vierge, il est charmé de voir la rue qui, à Florence, conduit de la cathédrale à la place de Santa Maria Annunziata – l’actuelle via dei Servi – “si bien ornée de belles et rares marchandises qu’il semblait être une véritable foire, tant les boutiques qui étaient ouvertes donnaient un agréable plaisir aux passants ; on y voyait de riches habillements de soie sans parler de ceux de drap d’or, et de toiles d’argent”. Depuis son retour de Rome, ajoute-t-il – ce qui montre, une fois de plus qu’il n’a rédigé ses notes de voyage que quelques années après son pèlerinage – il n’a jamais “vu [...] de plus belles boutiques que celles du palais des marchands à Paris”343. Le lendemain 9 septembre, il s’occupe à parcourir les rues de la capitale toscane, s’attardant devant les livres mis à l’étal des boutiques qui sont “en diverses langues”. Il y a chez notre voyageur tout à la fois fascination pour le luxe des Grands et soif de s’approprier la culture de l’imprimé, à laquelle il n’appartient que partiellement. Il aime bien aussi, lorsqu’il en a le temps, flâner un court moment dans les marchés – ainsi à Viterbe ou à Bologne ; à Plaisance, il s’arrête pour écouter un charlatan “disant merveille de la bonté des drogues” qu’il vend et qui opèrent des guérisons extraordinaires”344.

  • 345 Voir ici même, p. 224.
  • 346 Voir ici même, p. 217.
  • 347 Voir ici même, p. 150.
  • 348 Voir ici même, p. 146.
  • 349 Voir ici même, p. 232.
  • 350 B. M. Reims ms. 2487, p. 659-660.
  • 351 Ibid., p. 685-686, à la date du 11 juin 1729. Gilles Caillotin a d’ailleurs inséré, entre la p. 684 (...)

107Bien que les mentions en soient rares, il faut aussi relever tout l’intérêt que porte cet artisan aux diverses formes du travail et à la technique. Il note souvent le métier dominant des habitants des pays qu’il traverse : les Grenoblois par exemple sont réparateurs de chaussures et chapeliers345. Lorsqu’il rencontre, en Maurienne, “plusieurs bandes de Dauphinois revenant de travailler à la culture des campagnes d’Italie”, il explique le sens de ces migrations périodiques de paysans qui reviennent pendant l’hiver “façonner les chanvres”, tandis qu’ils repartent au printemps jusque dans la campagne romaine “sans quoi ces terres” demeureraient “en friche, faute d’ouvriers pour les cultiver”346. À Parme, il s’arrête pour regarder une passementière de soie : “la vitesse avec laquelle elle jetait sa petite navette me faisait grand plaisir, le métier était petit et capable d’être transporté où on voulait puisqu’elle était en pleine rue”347. À Rubiera, il remarque la technique qui consiste à presser le raisin “non dans un pressoir, mais dans de grandes auges d’arbres creusés, à côté desquelles étaient des trous de tarière pour en faire découler la liqueur”. Il trouve la méthode française “beaucoup plus préférable que celle d’Italie”348. Si les indications de ce type ne sont pas légion, n’y lisons pas de l’indifférence de la part de Gilles Caillotin, c’est la hâte d’avancer qui le retient : à Argentine en Savoie, il refuse ainsi d’aller voir une forge de cuivre qui est à deux cents pas du chemin ; à Vienne en Dauphiné il aurait “souhaité voir les martinets”, comme il l’a fait, à l’aller, à Lyon, “mais l’envie de revoir” son pays lui fait “oublier les choses rares”349. On retrouve ici le fait que le voyage d’un pèlerin est, à l’aller comme au retour, commandé par son terme. En effet, dans les voyages ultérieurs, où la curiosité l’emporte ici sur la piété, les descriptions techniques ne manquent pas : ainsi celle de la construction de la digue de Dieppe350 ou celle de l’“étonnante” machine de Marly qui l’émerveille “par l’infinie multitude de ressorts de fer et d’acier qui jouaient dedans, faisant un plus grand bruit que n’en feraient pas plusieurs fouleries jointes ensemble, ni même plusieurs forges [...] il est étonnant comment l’industrie des hommes a pu entreprendre un dessein si hardi, on peut encore bâtir des Versailles pour l’architecture, on en peut trouver quelques échantillons dans les autres palais des grands : mais de trouver une pièce pareille à celle de cette machine la recherche en serait inutile, puisque l’histoire, tant ancienne que moderne, n’en fait aucune mention”351. Pour cet artisan intéressé par le machinisme, les prouesses techniques appartiennent donc pleinement au registre des mirabilia qu’il collecte au cours de ses périples et dont il veut garder mémoire.

UNE PIÉTÉ PÈLERINE

  • 352 Voir à ce propos l’introduction de Michel de Certeau à l’édition du Mémorial de Pierre Favre, Paris (...)

108Il reste que le pèlerinage à Rome n’a pas pour premier mobile la curiosité, même si Gilles Caillotin ne cesse de comparer les monuments situés sur son chemin aux églises et bâtiments de Reims qui lui sont familiers. Pouvons-nous saisir plus intimement le sens de sa dévotion ? On a déjà dit combien sa piété avait été imprégnée par la spiritualité de la Compagnie de Jésus. Un autre thème de son récit interroge : les allusions récurrentes aux chartreuses situées sur l’itinéraire qui le reconduit à Reims, ainsi à Sienne, Florence, Bologne, Parme, Turin. Cette ponctuation cartusienne de la route n’est sans doute pas due seulement à la quête quotidienne d’une « passade ». Notre pèlerin rappelle le désir qu’il a eu, en traversant le Dauphiné, d’aller visiter la Grande Chartreuse, et l’on a vu que, lors de l’un de ses pèlerinages français antécédents, il s’est arrêté pour coucher à la Chartreuse du Val-Saint-Pierre en Thiérache. Le détour par la chartreuse de Pavie pourrait n’être pas alors simple curiosité de touriste, mais aussi attirance pour ce mode de vie monastique, même si le scripteur n’en fait pas confidence, et l’on sait, par ailleurs, les liens forts qui ont uni, dès les origines, spiritualité cartusienne et spiritualité jésuite352.

  • 353 Ibid., p. 608. Se rendant à Montmeillant (aujourd’hui dans le département des Ardennes), Gilles Cai (...)
  • 354 Ibid., p. 695, à la date du 20 juin 1729. Sur le pèlerinage de saint Lié à Villedommange, voir Augu (...)

109Notons en tous les cas la prégnance du vœu dans sa piété : lors d’un voyage fait en avril 1726, il passe près de la ville de Laon et il lui prend envie de faire un détour, “attendu”, dit-il, “le vœu dont j’étais redevable d’aller à Notre-Dame de Liesse au sujet de mon voyage à Rome”353. Avant même son pèlerinage romain, il a donc fait vœu de se rendre à Notre-Dame de Liesse s’il en rentrait sain et sauf, plaçant ainsi son pieux voyage sous la protection de la Vierge. En juin 1729, au retour d’un voyage à Versailles, il s’arrête à Villedommange où est vénéré saint Lié, “pour profiter”, dit-il, “de l’occasion d’un vœu que j’avais fait autrefois, je lavai mes mains dans la fontaine que je n’avais jamais vue”354. de son voyage. Il s’agit donc d’une prière d’invocation et de recours qui s’inscrit d’abord dans un réseau de sacralités proches de la capitale champenoise. On ne peut s’étonner dès lors du soin qu’il prend à décrire très précisément les très nombreux ex-voto suspendus dans la cour qui forme le vestibule de l’église Santa Maria Annunziata à Florence : “l’innumérable multitude” de ceux-ci l’a visiblement fasciné et la narration qu’il en fait est d’autant plus précieuse qu’il s’écarte alors de tous les livres qu’à l’ordinaire il recopie : il partage à l’évidence la ferveur de ceux qui les ont déposés.

  • 355 Ici même, p. 111-112. Lors du voyage aller, entre Lorette à Rome, Gilles Caillotin s’est arrêté à T (...)

Combien voit-on de représentations de pauvres gens tombés entre les mains d’un cruel assassin pour les hacher en pièces, ou les poignarder sans miséricorde, et dans cette surprenante surprise, avoir recours à la Sainte Vierge, on a vu les instruments s’émousser, les poignards tomber des mains assassines, et les armes à feu perdre l’activité de leurs effets, ou ont été arrêtés par une main invisible.
J’y ai vu des poignards, des couteaux, des pistolets de toutes sortes. Il est surprenant de voir une si grande multitude de vœux, la plupart sont des personnages en bosse auxquels est représenté le genre de supplice dont ils ont été délivrés, ou des faveurs qu’ils ont reçues que par l’intercession de la Sainte Vierge invoquée sous le nom de l’Annonciade de Florence, ainsi qu’il paraît par l’inscription des noms, et pays où demeuraient les dites personnes en faveur de qui ont été opérées ces merveilles. Il y a même des canons et des boulets appendus dans les quatre faces de ce grand vestibule, aussi bien en dehors qu’au dessous le long des murailles et des piliers qui le soutiennent.
Parmi ces vœux, il y en a de simples qui ne sont représentés qu’en raccourci sur de petits cadres, attachés sur les murailles. La multitude en est presque infinie, et de tous les endroits de dévotion d’Italie, je n’en ai pas vu son pareil, si on en fait la preuve par le grand nombre de vœux excepté, en une grande salle du couvent des Augustins à Tolentin355.

110On mesure ici tout l’écart qui sépare la vision de notre pèlerin des récits de voyage en Italie écrits par les élites au xviiie siècle, et empreints d’une ironie condescendante à l’égard de ces manifestations de la crédulité “populaire”. François-Michel de Rotrou, auditeur à la Chambre des Comptes de Paris, qui accomplit son tour d’Italie en 1763, soit un peu plus d’une génération après Gilles Caillotin

  • 356 François-Michel de Rotrou, Voyage d’Italie 1763, Paris, Alteredit, 2001, p. 410-411.

111– il a alors vingt-sept ans – s’est arrêté, lui aussi, à l’Annunziata. S’il admire dans le cloître la Madonna del Sacco, fresque d’Andrea del Sarto “morceau célèbre et d’une grande beauté”, il se moque en revanche du tableau “miraculeux”, présent dans la chapelle de la Vierge, “du fameux peintre en fait de Madones, Monsieur Saint Luc, et devant lequel il y a des lampes et des cierges à l’infini” ; il remarque, dans un second cloître, des “curiosités [...] d’un genre bien différent” de la fresque d’Andrea del Sarto : “Elles ne consistent qu’en ex-voto, béquilles, bras, jambes, mamelles, ventres de femmes, grosses chaloupes, vaisseaux et autres instruments mémorables de miracles, faits par le susdit tableau miraculeux de saint Luc”356.

  • 357 Voir ici même, p. 50 et p. 141.
  • 358 B. M. Reims, ms. 2487, p. 582 à la date du 27 juin 1723.
  • 359 Ibid., p. 654, à la date du 24 juillet 1728.
  • 360 Ibid., p. 718.
  • 361 Ibid., p. 523. le passage recopié de Villamont se trouve aux pages 530-532.
  • 362 Lors de son passage à Berrieux le 1er juin 1732, dimanche de Pentecôte, Gilles Caillotin vénère le (...)

112Un second élément essentiel de cette dévotion pèlerine est l’attachement aux corps saints : on a déjà noté que celui-ci a, à deux reprises, écarté Gilles Caillotin des voies les plus directes empruntées par les pèlerins pour passer par Milan et Assise honorer saint Charles Borromée et saint François. Si son empressement à “avancer chemin” pour rentrer à Reims ne lui permet de voir ni le corps de sainte Rose à Viterbe ni celui de sainte Catherine à Bologne357, ses voyages ultérieurs confirment la prédilection de notre pèlerin pour les reliques : en 1723, à l’abbaye Saint-Martin de Laon, il contemple “le bras de Saint Laurent martyr ressemblant presque à une main d’enfant, tant elle est petite, dont on voit les nerfs retirés le tout de couleur brune”358 ; en juillet 1728, lors d’un séjour à Compiègne, il se fait montrer le “riche trésor” de l’abbaye Saint-Corneille “qui est divisé en deux armoires de l’un et l’autre côté du maître autel de cette église : dans celle à gauche est une petite châsse dans laquelle est enfermée un des trois suaires dont fut enveloppé Notre Seigneur, on le porte bien quelquefois en procession en temps de calamité mais non de le montrer cela ne se fait plus pour le présent”359. Lorsque, en 1732, il se rend en pèlerinage à Alise Sainte-Reine, il passe par l’abbaye bénédictine Saint-Pierre de Flavigny où sont conservées les reliques de Sainte Reine “même son cœur qui est enchâssé en argent, la chaîne avec laquelle elle fut enchaînée par le travers de son corps [...] on la met au col de chaque pèlerin comme il me la fut mise à moi même”360. La rédaction même des Mémoires n’échappe pas à cette préférence marquée pour les reliques : Gilles Caillotin n’est jamais allé à Venise, mais il tient à recopier un passage des Voyages du seigneur de Villamont consacré au “grand nombre d’églises et de corps saints à Venise”, “le tout pour l’ornement de mes remarques des lieux dignes d’être fréquentés par ceux qui désirent de voir ce qu’il y a de rare et de dévotieux dans les églises d’Italie”361. Se mesure ici le pouvoir sacral de ces corps saints en attente de la résurrection finale, ou des reliques qui les ont touchés : d’où l’importance du geste de l’attouchement ou du baiser par lequel le pèlerin entre en contact direct avec le saint et peut en attendre force et guérison362.

  • 363 Ibid., p. 719.

113D’où l’importance analogue de la pieuse pacotille que le pèlerin rapporte de son pèlerinage et qui, parce qu’elle a touché, elle aussi, le corps saint, a la vertu d’un talisman. Lors de ce même pèlerinage à Alise-Sainte-Reine, Gilles Caillotin a fait toucher aux reliques de sainte Reine, conservées tant dans l’abbaye Saint-Pierre de Flavigny que dans l’église des Cordeliers d’Alise, une médaille d’argent où était empreinte la figure de la sainte, quatre chapelets (dont celui qui a été béni par le Pape) et quatre médaillons de verre contenant une gravure sur bois représentant son martyre363. De son pèlerinage outre Monts, il rapporte également toute une série d’objets dotés de pouvoirs miraculeux. Il y a le cordon de sainte Rose reçu des mains d’une religieuse de Viterbe et le récit prend ici la couleur de la parabole évangélique selon laquelle les derniers seront les premiers :

  • 364 Ici même, p. 51.

Moi qui étais tout le dernier sans pouvoir m’approcher, mais de bonheur que mon bourdon me faisait remarquer, et que cette religieuse à qui on arrachait même des mains les cordons dont elle distribuait, et que m’apercevant elle me fit signe que j’avançais et me fit présent du dernier. Si dans cette rencontre, il y avait du hasard, je l’attribue cependant à la faveur de cette S[aint]te, dont j’étais charmé de sincère dévotion, et dont j’en remerciai dans cette vue très humblement la religieuse qui eut cet égard pour moi.
On dit que ce cordon opère des merveilleux effets particulièrement pour les femmes dans le travail d’enfants. Lorsque [on] leur applique, et qu’elles invoquent l’assistance de cette S[ain]te, elles sont heureusement délivrées364.

  • 365 Le corps de Catherine de Vigri, clarisse morte en 1463, est conservé dans l’église du monastère du (...)
  • 366 Ici même, p. 39-40. À San Quirico d’Orcia, peu avant Sienne, Gilles Caillotin a rencontré un Tchèqu (...)
  • 367 Ici même, p. 134.
  • 368 Ici même, p. 251.
  • 369 Ici même, p. 204-205.
  • 370 Ici même, p. 135. L’indication est donnée quand Gilles Caillotin gravit la route qui monte vers le (...)
  • 371 Ici même, p. 236.
  • 372 F.-M. de Rotrou, op. cit., p. 184 : “Mais ce que nous y avons vu de plus rare et de plus curieux, c (...)
  • 373 Ibid., p. 186.

114De la même façon, il n’oublie pas de prendre à Bologne “deux petits paquets de poudre blanche” distribués par les religieuses de l’église où est conservé le corps de sainte Catherine365. C’est pourtant le trésor qu’il a emporté depuis Rome qui fait l’objet de toutes ses sollicitudes. Il en donne l’inventaire à l’orée du deuxième tome de ses Mémoires : reliques de saints de provenance sûre puisque c’est la propre nièce du Pape Clément XI qui les a remises à son hôte Gabriel Drolin, Agnus Dei, pierre spongieuse provenant de la Terre Sainte, sept ou huit “vieilles” médailles366. C’est seulement lorsqu’il est seul, “se croyant en assurance”, qu’il visite ses reliques “sur le milieu du chemin” et il est fort désagréablement surpris de croiser alors un pèlerin qui lui voit tout le paquet ouvert”367. On a vu plus haut le désespoir qui le saisit lorsqu’il croit avoir perdu le chapelet bénit par le Pape, et il répugne à faire don des médailles dont il s’est muni, alors qu’il est plusieurs fois sollicité de le faire : il ne s’en dépossédera – et d’une seule – que pour la “pauvre veuve chargée d’enfants” qui, “émue de compassion” l’a accueilli un soir de pluie diluvienne et l’a fait coucher dans le lit de ses enfants368. Il garde de même précieusement le morceau de pain bénit par le Pape et est particulièrement choqué lorsque, lors de son passage à Avigliana, un marchand mercier “eut la témérité de prendre une parcelle de mon pain qui était brisé et le mit dans sa bouche sans en demander mon consentement et sans même me dédommager de quelques siennes honnêtetés, ainsi que lui conseilla Monsieur le Curé. Je blâmai mon imprudence et dans la suite, je ne fus plus si libéral à montrer de quoi j’étais chargé”369. Ce pain béni rappelle en effet à Gilles Caillotin le repas qu’il a pris à la table du Pape où il a été reçu en compagnie de onze autres pèlerins de nationalité différente, les douze convives symbolisant le souvenir des Apôtres370. On conçoit donc l’attachement qu’il porte tout spécialement à cette “relique” : l’un des membres de la congrégation mariale de Lyon ne lui avoue t-il pas, lorsqu’il quête à la porte de la chapelle, qu’il s’est rendu “à Rome il y a quarante huit ans et que depuis ledit temps il conservait encore son pain bénit de la table du Pape sans être aucunement corrompu ni gâté”371. Ce serait faire un anachronisme majeur que de s’interroger, avec nos yeux d’aujourd’hui, sur le caractère “superstitieux” – ou non – des talismans dont s’encombre le pèlerin à son retour. Dès le dix-huitième siècle, il est vrai, les voyageurs philosophes s’esclaffent, en esprits forts, devant ces pratiques. François-Michel de Rotrou, qui passe à Lorette en 1763, ironise naturellement sur les voyages de la Santa Casa de Nazareth, rit de voir les pèlerins faire le tour de la maison à genoux372, relève que l’on fait journellement toucher à la santa scudella – c’est à dire l’écuelle “dans laquelle la Vierge faisait tremper la soupe de l’Enfant Jésus” – “des milliers de chapelets médailles etc...” et conclut le récit de son séjour par sa hâte de “déguerpir” de cette ville qui, en dehors du sanctuaire, est “très peu de chose” : “Le négoce n’en consiste qu’en médailles, rosaires, images, chapelets dont quelques-uns sont gros comme des œufs d’oie. Enfin, après nous être bien lassés de voir et les reliques et les pèlerins et les gourdes et les bourdons et les cocardes bénites et avoir été importunés par des centaines de pauvres, depuis le matin jusqu’au soir, nous sommes revenus souper avec appétit et nous nous sommes couchés dans une chambre sentant d’une lieue le pèlerinage, mais il n’y avait pas moyen d’être mieux”373. Entre le voyageur philosophe, qui, sur sa route vers l’Italie, a fait un détour par Genève pour visiter Voltaire aux Délices, et les pèlerins de Lorette et de Rome, la distance n’est pas seulement sociale, elle est aussi culturelle et religieuse. Pour ces derniers, médailles, rosaires, images ou châsses sont simplement le signe – et le mémorial – de cette rencontre avec l’extraordinaire que constitue l’arrivée au sanctuaire, au terme d’une épreuve qui a exigé de celui qui l’entreprend toutes ses ressources humaines.

  • 374 B. M. Reims ms. 2487, p. 245-280.
  • 375 Ibid., p. 282.

115Dans le cas de Gilles Caillotin, nous ne saisissons malheureusement que des bribes infimes de son séjour romain puisque celui-ci était vraisemblablement décrit dans le premier tome, aujourd’hui perdu, de ses Mémoires. Toutefois le scripteur nous laisse entrevoir son émotion, lorsqu’après avoir recopié trois longues descriptions de Saint-Pierre de Rome empruntées à Richard Lassels, l’abbé Filippo Titi et au Guide Angélique374, il livre quelques remarques personnelles. De la Porte Sainte, ouverte seulement à l’occasion des jubilés, et murée de briques il note la petite croix de cuivre située au milieu et “qu’on baise par dévotion” et une ouverture où “les pèlerins avaient brisé ces briques pour en emporter les débris et dire : Voilà de la Porte Sainte”375. Mais c’est la basilique elle même qui est source d’émerveillement.

  • 376 Ibid., p. 282-283.

Je fus surpris et ravi d’étonnement entrant dans cette superbe et magnifique Église, sa grandeur et largeur excessive sans autre séparation dans sa grandeur que le grand et auguste autel des Apôtres Saint Pierre et Saint Paul, qui, pour être à jour, n’empêcha pas que ma vue ne porta jusqu’au bout où est attachée cette chaire sans pareille, portée par les quatre docteurs de l’Église. Le dôme ou coupole au milieu de la croix de l’église aux quatre autres qui sont moindres aux quatre bouts de la croisée : je ne puis mieux m’exprimer que de dire que ce dôme est une image sensible de la céleste Jérusalem pour les beautés dont il est enrichi, aux quatre angles sont les quatre évangélistes, puis l’Assomption de la Sainte Vierge, environnée d’une innombrable multitude d’anges, d’archanges, de chérubins, de séraphins et des autres vertus célestes, des patriarches, des prophètes, des apôtres, des martyrs, des confesseurs et des vierges. Certes Saint Jean l’Évangéliste aurait ce me semble, pour ainsi dire mieux représenté l’agneau au milieu de la céleste Jérusalem qu’en parlant par un esprit prophétique de la beauté de l’ouvrage et de la matière dont ce dôme est orné de mosaïque, la grande clarté qui [sic] de toutes parts, il est éclairé par les fenêtres qui y sont fabriquées, loin de lui diminuer sa beauté, l’augmentent beaucoup plus, car cette église est très claire, défaut qui manque à presque toutes les grandes églises mais non à celle-ci376.

  • 377 Au moment où Rome s’éloigne de sa vue, Gilles Caillotin livre encore l’intense émotion qui l’habite (...)
  • 378 B. M. Reims, ms. 2487, p. 283. Lors d’un de ses pèlerinages à Notre-Dame de Liesse, le 26 juin 1723 (...)
  • 379 Ibid.. p. 287.
  • 380 Ibid., p. 285.

116Peu importe que Gilles Caillotin ait pu prendre tel ou tel élément de sa description à un guide antécédent : il parle ici en son nom propre et la rudesse de son style en témoigne à suffisance. Il n’est pas indifférent que les deux éléments majeurs qu’il retient de Saint-Pierre de Rome soient justement le dôme perçu comme une ouverture vers la Jérusalem céleste, et la clarté qui inonde l’immense édifice377. C’est dans ce lieu de plénitude qu’il accomplit les rites pèlerins traditionnels à ceux qui viennent visiter les limina Apostolorum : le baisement du pied de la statue de saint Pierre (où il dépose deux “bajoques”, c’est-à-dire deux sous de la monnaie papale, “pour Servais Chairon, du village de Caurel, qui m’avait chargé de cette offrande”378), la confession auprès d’un père jésuite, pénitencier à Saint Pierre du Vatican (qui, après l’avoir absous, l’interroge “sur beaucoup d’affaires concernant les jansénistes de France”), et la communion dans la chapelle grégorienne, communion au rite particulier puisque, comme à Lorette et à Saint-Jean de Latran, il lui “fut donné du vin une coupe pour avaler la Sainte Hostie”379. Instant d’accomplissement particulièrement fort que celui, où, parvenu au terme du voyage, le pèlerin fatigué se dépouille du vieil homme au cœur de “l’auguste basilique du Prince des Apôtres” qui est “l’unique sur la terre pour être accomplie en toutes choses”380.

  • 381 Ici même, p. 152.
  • 382 Gilles Caillotin reprend ici le toponyme Bregarre inscrit entre Saint-André et Termignon dans le gu (...)
  • 383 Ici même, p. 214.
  • 384 Ici même, p. 251.

117Lorsque l’on referme les Mémoires de Gilles Caillotin, un trait demeure frappant : pudeur vis-à-vis de tout ce qui touche le corps, alors même que le voyage est épreuve du corps tout entier. De cette pudeur, on ne donnera que trois exemples, les notations à ce propos restant très rares. Lors de son passage à l’hôpital de Fidenza, il consigne qu’au moment où les pèlerins sont priés de déposer leurs bourdons et leurs sacs puis de se déshabiller “hors de la place” où ils doivent dormir, “la femme résidente en l’hôpital fut présente” pour “les voir dépouiller” ce qu’il trouve “ridicule et indécent”381. Au delà du Mont Cenis, couchant à l’hôpital de “Bregarre”382, il note la présence dans l’un des lits d’une “pauvre fille de vingt six ans détenue d’une fâcheuse maladie” et ne peut s’empêcher de “blâmer la manière du pays ou plutôt son extrême pauvreté, parce que le lendemain le chirurgien la venant visiter, nous la vîmes couchée nue dans ce lit”383. Lorsque la veuve de Mussey le fait coucher dans le lit de ses enfants, il reprend à son compte l’interdiction formulée par les évêques posttridentins de faire coucher ensemble parents et enfants, et filles et garçons. “Je couchai dans un lit de plume avec ses enfants : c’est ce que je blâmai en général, de voir que la pauvreté fait assembler en un même lit des enfants de divers sexe et même avec leur père et mère parce qu’il y avait un garçon aussi haut que moi”384.

118Dans quelle mesure cette pudeur ne renvoie-t-elle pas à la maladie même de Gilles Caillotin ? C’est au détour d’un voyage qu’il fait à Fontainebleau, en compagnie de son frère Louis, à la Toussaint de 1724 – soit huit jours après son retour de Rome puisqu’il part le 25 octobre – que nous apprenons les raisons qui le poussent ainsi sur les routes :

  • 385 B. M. Reims ms. 2487, p. 588.

Nous arrivâmes de très bonne heure à Fontainebleau le lundi matin, veille de la Toussaint. Cependant, il nous y fallut séjourner jusqu’au dimanche ensuivant, parce que Sa Majesté se trouvant indisposée le jour de la Toussaint remit audit jour à toucher les malades affligés des écrouelles à chacun desquels fut donné deux pièces de vingt six sols en augmentant de moitié par rapport au retardement. Je n’eus d’autre plaisir pendant le séjour que je fis dans ledit endroit que d’être presque toujours enfermé dans un grenier à foin où nous y couchâmes tout ledit temps, bourrelé des perches qui soutenaient le peu de foin385.

  • 386 D’après un Recueil général des cérémonies qui ont été observées et comme elles se doibvent cy-après (...)

119Dès qu’il a appris “que Sa Majesté avait remis le jour de son touchement des malades”, Gilles Caillotin a même songé, un instant, à repartir immédiatement, en raison du “peu d’argent” dont les deux voyageurs disposent. Après avoir mené à Fontainebleau une vie plus que frugale – ils se contentent, à eux deux, de deux livres de pain par jour – ils repartent le dimanche cinq novembre dans l’après-midi, après la cérémonie du toucher386.

  • 387 C’est à dire l’inflammation tuberculeuse atteignant notamment les ganglions lymphatiques du cou. Ma (...)
  • 388 Voir Marc Bloch, Les Rois thaumaturges..., op. cit. Gilles Caillotin est présent à Versailles une p (...)
  • 389 Il s’agit du frère Christophe Mangin qui est affecté au collège de Reims à partir d’octobre 1723, A (...)
  • 390 Au delà de Corbeny, dont le prieuré conservait les reliques de saint Marcoul, la renommée de ce der (...)
  • 391 La mobilité du pèlerin s’oppose à la stabilité monastique. Aucun indice, dans le texte du scripteur (...)

120Gilles Caillotin est donc très probablement un scrofuleux, l’un de ces malades atteints de l’adénite tuberculeuse387 que les rois de France avaient pouvoir de guérir par leur toucher, non seulement au moment de leur sacre mais aussi aux grandes fêtes de l’année388. Il n’est sans doute pas indifférent que le frère coadjuteur jésuite avec lequel il est resté en relation au cours de son voyage soit justement celui qui est désigné par les catalogues de la Compagnie comme l’infirmarius et le pharmacopola du collège de Reims389, et l’on saisit mieux dès lors, le sens des pèlerinages accomplis auprès de Saint Marcoul à Corbeny390 ou de Sainte Reine à Alise et cette vénération envers la puissance thérapeutique des corps saints391. Et tels pauvres vers, relevés par le scripteur aux pieds d’une image de la Sainte Vierge sise dans une chapelle située sur la motte féodale de Châtillon-sur-Seine prennent alors une toute autre résonance :

  • 392 B. M. Reims, ms. 2487, p. 713. Il s’agit vraisemblablement de l’église Saint-Vorles.

Si vous avez l’âme affligée par des maux incurables
Venez ici, chrétiens, vous serez soulagés
Je suis l’appui des misérables392.

Notes

1 Jean-Pierre Poussou, “Comprendre les migrations saisonnières”, in Jacques Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, t. II, Paris, Presses Universitaires de France, 1988, p. 98.

2 Alain Croix, “‘L’ouverture des villages sur l’extérieur fut un fait éclatant dans l’ancienne France’. Position de thèse”, Histoire et Sociétés rurales, no 11, 1er semestre 1999, p. 109-146 ; J.-P. Poussou, “L’enracinement est le caractère dominant de la société rurale d’autrefois”, Histoire Économie et Société, 21e année, 2002, p. 97-108 ; Jacques Dupâquier, “Sédentarité et mobilité dans l’ancienne société rurale. Enracinement et ouverture : faut-il vraiment choisir ?”, Histoire et Sociétés rurales, no 18, 2e semestre 2002, p. 121-135.

3 Dans son article “Quatre villages du Tonnerrois”, Annales de démographie historique, 1969, p. 62-84, Dominique Dinet faisait déjà remarquer l’évidement de la pyramide des âges du village de Lézinnes en 1791 au niveau des 15-34 ans, ce qui renvoyait aux migrations d’entrée dans la vie ; voir aussi les remarques de Jean Ganiage, Trois villages d’Ile-de-France Étude démographique, Cahiers de l’INED, no 40, Paris, Presses Universitaires de France, 1963, p. 41-49.

4 Daniel Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003.

5 François-Léon Réguis, La voix du pasteur. Discours familiers d’un curé à ses paroissiens pour tous les dimanches de l’année, t. II, Paris, C. Bleuet, 1766, Prône pour le vingtième dimanche après la Pentecôte, deuxième pagination, p. 194-195.

6 On pourra se reporter ici à D. Julia, “Gagner son jubilé à l’époque moderne : mesure des foules et récits de pèlerins”, Roma moderna e contemporanea, t. V, 1997, p. 311-354 ; D. Julia, “Pour une géographie européenne du pèlerinage à l’époque moderne et contemporaine”, in Ph. Boutry, D. Julia (dir.), Pèlerins et pèlerinages dans l’Europe moderne, Rome, École Française de Rome, 2000, p. 3-126.

7 Mario Romani, Pellegrini e viaggiatori nell’economia di Roma dal xiv al xvii secolo, Milan, Vita e Pensiero, 1948 ; L. Cajani “Gli anni santi dalla controriforma alla fine del potere temporale”, in Marcello Fagiolo, Maria Luisa Madonna, Roma Sancta. La città delle basiliche, Rome, Gangemi Editore, 1985, p. 121-127.

8 Pour un exemple de cette “délocalisation”, voir l’article de Bernard Dompnier, “Le pardon sans pèlerinage. La France, le jubilé de 1751 à Rome”, Roma moderna e contemporanea, t. V, 1997, p. 589-617.

9 Antje Stannek, “Les pèlerins allemands à Rome et à Lorette à la fin du xviie et au xviiie siècle”, in Ph. Boutry, D. Julia (dir.), Pèlerins et pèlerinages dans l’Europe moderne, op. cit., p. 327-354.

10 Archives des Pieux Établissements de Rome et de Lorette, registres 209/1 à 209/11.

11 René de La Coste Messelière, “Édits et autres actes royaux contre les abus du pèlerinage aux xviie et xviiie siècles et la pérennité du pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle”, Actes du 94e Congrès national des sociétés savantes, Section d’histoire moderne et contemporaine, Paris, Bibliothèque nationale, 1971, p. 115-128 ; Sandro Landi, “Il ‘passo regolato dei poveri’. I pellegrini in Toscana nella seconda metà del Settecento”, in Ph. Boutry, D. Julia (dir.), Pèlerins et pèlerinages dans l’Europe moderne, op. cit., p. 209-270. En Toscane, à la suite des flux considérables qui ont convergé vers Rome lors de l’année sainte 1750, le grand duc réduit de plus de 90 % le nombre des hôpitaux de pèlerins (de 497 en 1741 à 36 en 1751), obligeant les pèlerins à suivre des routes précises et à s’arrêter dans des hôpitaux désignés sans qu’ils puissent s’écarter de l’itinéraire fixé ni pratiquer la mendicité le long de leur chemin ; la famine de 1765 débouche sur une fermeture générale des frontières.

12 B. M. Reims, ms. 2487, p. 40.

13 Archives des Pieux Établissements de Rome et de Lorette, registre 209/1.

14 Ibid., registre 209/4.

15 Les mois d’avril, mai et juin attirent toujours à l’hospice de la Santissima Trinità de 38 à 45 % des pèlerins accueillis. Voir D. Julia, “Pour une géographie européenne du pèlerinage”, art. cit., p. 69-75. Voir aussi Ph. Boutry, D. Julia, “Les pèlerins français à Rome au xviiie siècle d’après les registres de Saint-Louis des Français”, dans Ph. Boutry, D. Julia (dir.), Pèlerins et pèlerinages dans l’Europe moderne, op. cit., p. 419-424.

16 Archives de la Casa di Riposo Giovanni Bonifacio Festaz, Aoste, liasse 53, registre d’entrée des pèlerins 1729-1759. Pour l’ensemble de la période 1729-1792, les chiffres ne sont pas très différents : 10,1 % des pèlerins sont accueillis au cours des mois de décembre, janvier et février ; 36,2 % le sont au cours des mois de mai, juin, juillet ; les mois d’août et septembre ajoutent encore à cet ensemble 23,6 %.

17 A. D. Savoie, Archives hospitalières de Chambéry, II F 11, “Registre des ‘passades’ soit répertoire des pèlerins allant à Rome, à qui l’Hôpital général donne la soupe, le lit et quelquefois de l’argent, 1730-1731”.

18 Archives de la Casa di Riposo Giovanni Bonifacio Festaz, Aoste, liasse 53, registre d’entrée des pèlerins reçus (1729-1759).

19 Nous avons comparé les données nominatives du registre cité à la note précédente avec celles du registre des « passades » de l’hôpital général de Chambéry, Archives hospitalières de Chambéry, II F 11. Le Lorrain François Vanture est à Chambéry le 13 juin 1731 et à Aoste le 19 juin suivant : il va à Rome ; Charles Dromacq (ou Dromach), passé le 17 juin à Aoste, est le 28 juin à Chambéry : il revient de Rome ; Thomas et Barthélemy Garino, Piémontais, sont à Aoste le 23 juin 1731 et à Chambéry le 7 juillet suivant : venant de Rome, ils se rendent à Saint-Jacques.

20 Archives de la Casa di Riposo Giovanni Bonifacio Festaz, Aoste, liasse 53 : Martin Canier, de Savoie, passé le 28 octobre 1731 ne revient de Rome que le 8 avril 1732 ; Nicolas Lestondeau, du diocèse de Besançon, arrivé le 23 novembre 1731, ne revient que le 24 mars 1732, le même jour où revient aussi Joseph-Nicolas Jaunerel, du diocèse d’Embrun, dont le premier passage était encore plus tardif (8 décembre 1731). On peut imaginer que les deux hommes, qui avaient quinze jours d’écart à l’aller, se sont rencontrés sur le chemin du retour. Certains voyages sont encore plus longs : Antoine Terme, sa femme et un enfant, originaires de Flandres, passés le 13 juillet 1729 pour aller à Rome, ne sont de retour que le 25 mai 1730, soit un intervalle de dix mois et treize jours ; Charles Hansé, sa femme et Marie-Madeleine Gostran, tous trois Franc-Comtois, originaires de Baverans dans le diocèse de Besançon passent le 14 juillet 1730 et ne reviennent de Rome que le 9 avril 1731 soit neuf mois ; pour le Français Étienne Rossignoli, passé d’abord le 16 septembre 1730, puis le 1er juillet 1731, l’écart est de neuf mois et demi.

21 Ibid. On peut se poser la question à propos de passages, relativement rapprochés dans le temps, de pèlerins qui indiquent la même destination à chaque fois : Jacques Perrain, son épouse et leurs cinq enfants, tous du diocèse de Lausanne passent à la fois les 25 juin et 3 septembre 1732 pour se rendre à Rome. Le Français Jean-Baptiste-Honoré Hubinet se présente les 30 juillet et 17 septembre 1733, affirmant les deux fois revenir de Rome. Est-ce une erreur du greffier de l’hôpital ou l’utilisation pure et simple des mêmes patentes pour justifier leur séjour ?

22 Ibid. Les registres d’hôpitaux sont muets sur les motivations qui lancent les pèlerins sur le chemin. Les quelques exemples suivants montrent tout l’intérêt que pourrait revêtir le dépouillement nominatif des registres d’hospices sur plusieurs sites : Jean Louis Bossi et sa femme, originaires de Lyon, accompagnés de Marguerite Tissot, passent ainsi une première fois le 11 mai 1729, puis une seconde le 23 mai 1731 à Aoste : à chaque fois, ils reviennent de Rome. Joseph Garnier, natif de Savoie, qui passe les 30 août 1731 et 9 juillet 1733 va, lui, à Rome les deux fois. L’Espagnol Thomas Sors qui passe le le 8 août 1731 à Chambéry pour se rendre à Rome et à Lorette (Archives hospitalières de Chambéry, II F 11, fo 27), passe à Aoste le 23 mai 1733 pour aller une nouvelle fois à Rome. Nous n’avons opéré ici que sur un échantillon des années 1729-1733 et les passages repérés des mêmes personnes ne sont sans doute qu’une mince part de leurs périples.

23 Voir dans ce volume p. 134.

24 Archivio di Stato, Pistoia, Opera di San Jacopo, registres no 231, 231bis et 232, répertoire par ordre alphabétique des prénoms des pèlerins 1730-1764. Sur les données que l’on peut tirer de ces registres voir D. Julia, “Pour une géographie européenne du pèlerinage à l’époque moderne et contemporaine” in Ph. Boutry, D. Julia (dir.), Pèlerins et pèlerinages dans l’Europe moderne, op. cit., p. 3-126, (particulièrement p. 78-82).

25 A. D. Isère, Archives hospitalières de Grenoble, F 15. “Pour servir de mémoire pour les passeports qui seront délivrés aux mendiants par MM. les administrateurs de l’hôpital général de Grenoble”. Commencé le 22 septembre 1724, le registre s’achève le 21 octobre suivant. Sur la législation et l’usage du passeport sous l’Ancien Régime, on peut se reporter à l’excellent article synthétique de Daniel Nordman, “Sauf-conduits et passeports”, in Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, Presses Universitaires de France, 1996, p. 1122-1124, qui fournit une brève bibliographie sur ce sujet ; voir également l’article de Vincent Denis et Vincent Milliot, « Police et identification dans la France des Lumières », Genèses, no 54, mars 2004, p. 4-27.

26 B. M. Grenoble, ms. R 63, registre “concernant les affaires de la première présidence et du commandement de la province du Dauphiné”, 9 juillet 1740-9 août 1743 : outre des pèlerins qui vont à Rome ou en viennent, et qui sont les plus nombreux, on note des pèlerins allant à Saint-Jacques de Compostelle ou en revenant, allant à Lorette, Einsiedeln, Notre-Dame de Liesse, Notre-Dame du Puy, Saint-Hubert dans les Ardennes, voire Saint-Marcou en Picardie, c’est-à-dire Corbeny où s’est rendu plusieurs fois Gilles Caillotin ; A. D. Isère, B 2315, “registre concernant les détails du commandement contenant un journal de ce qui s’est passé en Dauphiné depuis l’arrivée de Mr le Marquis de Bérulle à Grenoble le 19 mars 1764”, registre tenu jusqu’à la fin du mois de juin 1765 : on y retrouve la même prédominance des “roumieux”. Pour une analyse détaillée de ces registres, on pourra lire Gilles Bertrand, Le Grand Tour revisité. Pour une archéologie du tourisme. Le voyage des Français en Italie (milieu xviiie-début xixe siècle), thèse d’habilitation soutenue à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 2000, exemplaires dactylographiés, p. 98-122.

27 Une règlementation spécifique aux hôpitaux de pèlerins se met en place dans l’ensemble du Piémont en 1729. Les « règlements pour le bon fonctionnement de l’œuvre pie érigée au lieu de Bosco (province d’Alexandrie) pour un hospice de pèlerins », en date du 21 mai 1729, précisent, à leur article 4, que le recteur de l’hôpital « devra désormais tenir un livre intitulé registre dans lequel il notera journellement les pèlerins qui entreront pour être accueillis dans l’hôpital, avec leur prénom et nom, d’où ils viennent, où ils vont, et de quels certificats et papiers ils sont munis, et tout ce qui leur aura été donné », F. A. Duboin (ed.), Raccolta per ordine di materie delle leggi, editti, manifesti ecc. pubblicati dal principio dell’anno 1681 sino agli 8 dicembre 1798 sotto il felicissimo dominio della Real Casa di Savoia, t. XII, Turin, 1836, p. 869. Ce règlement est tout à fait concomitant de la date où commence, exactement selon ce même modèle, l’enregistrement des pèlerins à l’hospice de charité d’Aoste : le 29 mai 1729.

28 Yannick Fouquet, Pauvreté et assistance au xviie siècle. Le cas exemplaire de Chambéry, Mémoires et Documents de la Société Savoisienne d’histoire et d’archéologie, t. LXXIX, Chambéry, 1986, p. 128. Voir également, Archives hospitalières de Chambéry, Fonds de l’hôpital de Maché, I E 2, ordre de Sa Majesté sur la réception des pèlerins et pauvres étrangers à l’Hôpital général enregistré dans le registre des délibérations à la date du 24 janvier 1731. Les lits de pèlerins passants sont rétablis à l’hôpital de Maché le 3 juin 1749.

29 Archives hospitalières de Chambéry, II F 11, registre des “passades” délivrées aux pèlerins par l’hôpital général de Chambéry, 1730-1731. La “passade”, comme son nom l’indique, désigne en général le repas fourni aux passants mais une somme d’argent peut – c’est ici le cas – lui être substituée. Nous avons donné ailleurs une première analyse de ce registre : D. Julia, “‘Roumieux’ et ‘jacquaires’ au passage des Alpes : données quantitatives et récits de pèlerinage”, dans Gilles Bertrand, Maria Teresa Pichetto (ed.), Le vie delle Alpi : il reale e l’immaginario Les chemins du voyage en Italie : du réel à l’imaginaire, Atti del convegno tenutosi a Aosta 10-11 ottobre 1997, Quart, (province d’Aoste), Musumeci, 2001, p. 180-202. Les chiffres que nous donnons aujourd’hui, légèrement différents de ceux donnés dans cette première esquisse, ont été attentivement revus à partir du document lui-même. Je remercie Stéphane Baciocchi, ingénieur d’études au Centre d’Anthropologie religieuse européenne, d’avoir bien voulu confronter la base de données informatique avec la source elle-même afin d’éliminer les quelques erreurs ou doutes qui subsistaient, et d’avoir permis ainsi de présenter les résultats les plus sûrs.

30 Archives hospitalières de Chambéry, II F 11, fo 1.

31 Archives hospitalières de Chambéry, III F 2, registre des entrées à l’Hôtel-Dieu commençant en 1726. Les provenances des pèlerins malades dessinent une géographie identique à celle qu’on esquisse ici pour les pèlerins valides.

32 Il n’est guère possible, avant la date du 7 mai 1731, de distinguer pauvres passants et pèlerins. Après cette date, on dénombre, sur un total de 525 voyageurs accueillis, 104 “pauvres passants”, auxquels le semainier de service ne délivre aucune somme d’argent, soit 19,8 %. En appliquant ce pourcentage à la totalité des inscrits sur le registre, nous aurions donc sur un total de 1012 voyageurs, environ 200 “pauvres passants”. Encore ces derniers peuvent-ils avoir été des pèlerins, et c’est l’absence de passeport qui les fait ranger dans cette catégorie. C’est dire que plus de 80 % des passages inscrits sur ce registre relèvent de voyages à finalité “religieuse”, certains des pèlerins ou passants étant d’ailleurs indiqués comme “nouveaux convertis” (16 au total).

33 L’analyse des registres d’entrées de malades à l’hôpital Saint-Jean-Baptiste de Foligno, ville située sur la route de Lorette à Rome, fait apparaître que sur 5066 malades accueillis entre 1716 et 1729, 1135 proviennent de pays extérieurs à la péninsule, soit 22,4 %. On peut penser que la plupart de ces derniers sont des pèlerins d’autant plus que la très grande majorité d’entre eux sont venus à pied. Parmi eux, on compte 367 “allemands” (soit 32,3 % des étrangers), suivis par les Français (316 soit 27,8 %), les Flamands (74 soit 6,5 %) et les Espagnols (66 soit 5,8 %). Voir Laura Santopaolo, Pauperismo ed assistenza a Foligno. L’ospedale S. Giovanni Battista dal 1716 a 1796, tesi di laurea, Università degli Studi di Perugia, Facoltà di Magistero, 1982, p. 70-71.

34 25 pèlerins sont déclarés “Français” sans précision supplémentaire, soit 5,2 %. Nous raisonnons ici sur 458 pèlerins dont l’origine géographique, plus ou moins précise, est connue.

35 En revanche, l’ouest proprement dit et le val de Loire, avec la Bretagne (20 pèlerins), la Normandie (14), l’Orléanais (12), le Poitou(10), l’Anjou (9), le Maine (8), la Touraine (7), ne sont pas absents de cette géographie, même si c’est dans une proportion nettement inférieure aux provinces orientales.

36 Nous avons retenu pour notre échantillon les années les plus proches de la date du voyage de Gilles Caillotin. Le greffier de l’hospice de charité d’Aoste ne note pas systématiquement les origines des pèlerins et il n’est guère possible de faire des conjectures solides à partir de la localisation des autorités ecclésiastiques qui ont fourni les patentes présentées par les pèlerins : ces dernières ont pu être délivrées au cours du voyage et non au départ. Sur l’hospice de charité d’Aoste fondé en 1657 par le trésorier du duché d’Aoste, Giovanni Bonifacio Festaz, on pourra lire Marco Ansaldo, Una Storia lunga 340 anni. Celebrazione del 340 anno di fondazione dell’Ospizio di Carità di Aosta 1657-1997, Quart, Editoriali Musumeci, 1997. De 1729 à 1792 l’hospice a accueilli 15 014 pèlerins, Archives de la Casa di Riposo Giovanni Bonifacio Festaz, Aoste, liasses 53 (registre des pèlerins reçus 1729-1759) et 12 (registre des pèlerins reçus 1760-1792). L’hospice de charité d’Aoste n’était ni le seul de la ville, ni à plus forte raison de la vallée, à accueillir des pèlerins : voir à ce propos Jolanda Stévenin, Hospitia una catena di carità cristiana sul tratto valdostano della via Francigena, Quart, Musumeci editore, 1999. Je remercie M. Stéphane Baciocchi pour le traitement des données nominatives que j’avais recueillies à Aoste.

37 9 Espagnols au total sur 355 pèlerins aux origines connues, soit 2,5 %. Certaines années présentent exceptionnellement une forte présence de pèlerins venus de la présence ibérique, ainsi en 1747, où l’on compte 16 Portugais et 14 Espagnols sur un total de 74 pèlerins dont les origines sont connues, soit 40 % des effectifs.

38 41 pèlerins proviennent de la péninsule italienne et 33 du duché de Savoie ; si on ajoute à ces derniers les 17 sujets du roi de Piémont, ce sont 50 pèlerins qui relèvent des États de la maison de Savoie, soit 14,1 %

39 Voir Isabelle Brian, “Les pèlerins francs-comtois à Rome 1671-1716”, in Ph. Boutry, D.Julia, Pèlerins et pèlerinages dans l’Europe moderne, op. cit., p. 316-319 ; D. Julia, « Pour une géographie européenne du pèlerinage à l’époque moderne et contemporaine », ibid., p. 95-96 ; Christophe Duhamelle, “Les pèlerins de passage à l’hospice zum Heiligen Kreuz de Nuremberg”, in Ph. Boutry, P.-A. Fabre, D. Julia, Rendre ses vœux. Les identités pèlerines dans l’Europe moderne xvie-xviiie siècle), Paris, Éditions de l’EHESS, 2000, p. 48-50.

40 Statistiques établies à partir du dépouillement du registre 209/4 pour l’année sainte 1725. Voir Ph. Boutry, D. Julia, art. cit., p. 425-438. On dénombre au total 2511 pèlerins passés au cours de l’année 1725.

41 Voir sur ce point, D. Julia, “Pour une géographie européenne du pèlerinage”, art. cit., et Georges Provost, “Les pèlerins accueillis à l’Hospital Real de Saint-Jacques de Compostelle dans la seconde moitié du xviie siècle”, in Ph. Boutry et D. Julia, Pèlerins et pèlerinages..., op. cit., p. 127-150.

42 Nous n’avons aucune mention ni d’origine, ni de but du voyage pour 10,4 % environ des passages (105 individus). Nous n’avons en effet pas retenu les indications “s’en retourne” comme trop vagues, pas plus que nous n’avons voulu prendre l’origine géographique des pèlerins comme point de départ, puisque nous ne pouvions savoir si ceux-ci étaient venus directement de leur pays natal.

43 Soit 79 % des pèlerins dont le point de départ est connu.

44 Il s’agit du sanctuaire de Notre-Dame de l’Osier, situé sur la paroisse de Vinay dans le diocèse de Grenoble entre Tullins et Saint-Marcellin, où s’était produit en 1649 le miracle d’un osier jetant des larmes de sang au moment où un huguenot avait entrepris de le couper un jour de l’Annonciation de la Vierge. Sur ce pèlerinage voir Jean-Baptiste Berne de Marcilloles, Esquisse sur le pèlerinage de Notre-Dame de l’Osier, Grenoble, Dardelet, 1874 ; Louis Delarue, Notre-Dame de l’Osier. Les origines du pèlerinage d’après les manuscrits et imprimés du temps de 1649 à 1686, Lyon, Lescuyer, 1966.

45 Le chiffre peut, au premier abord, apparaître modeste. En réalité, il représente 37,5 % du total des itinéraires que nous pouvons reconstituer précisément, parce que nous en connaissons avec certitude la provenance et la destination. C’est dire l’importance des circulations entre les deux villes-sanctuaires.

46 Archives hospitalières de Chambéry, II F 11, fo 9. Le greffier orthographie le toponyme « Rotedden », suivant les sonorités qu’il a retenues. Le 16 juin 1731 passe Jean Bouis de Montpellier, qui “vient de Cologne par dévotion aux Trois Rois Mages, va à Saint-Jacques muni de bons passeports” (fo 17vo). Marie-Marguerite Bechers est sans doute, elle aussi, une pèlerine « professionnelle » puisqu’on la retrouve le 29 août 1736 sur les registres de l’Opera di San Jacopo de Pistoia sous le nom de “Maria Margarita Beckers” provenant des Flandres. Elle a alors une compostela en date du 26 octobre 1735, Archivio di Stato, Pistoia, Opera di San Jacopo, registres no 231, 231bis et 232.

47 Les provenances et destinations des pèlerins ne sont connues que pour ceux qui sont munis de « patentes », soit 625 sur 706 (88,5 %).

48 Archives de la Casa di Riposo Giovanni Bonifacio Festaz, Aoste, liasse 53. Ce sondage porte sur 625 pèlerins dont on connaît ou la provenance ou la destination, sur un effectif global de 706 pèlerins accueillis, soit 88,5 %. On compte 321 pèlerins venant de Rome et 247 qui se rendent dans la Ville Éternelle. 21 pèlerins viennent de Saint-Jacques en Galice et 19 font le voyage vers Compostelle.

49 La présence féminine est encore plus faible en 1700 : elle n’est que de 4 %. On note en revanche une nette progression lors de l’année sainte 1775 avec 14,5 %.

50 Archivio di Stato, Rome, Ospedale della Santissima Trinità, 373, Diario relatif à l’année sainte 1725, aux dates des 10, 11 et 13 février 1725. Le lendemain, l’hôpital lui fournit des habits de femme, plus convenables à sa condition et à la réception des indulgences, et la confie à l’épouse et aux filles du proviseur général de l’archiconfrérie qui la chaperonnent et la guident à travers les lieux saints, afin de lui permettre de gagner les grâces du jubilé.

51 Voir Sylvie Steinberg, La Confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Paris, Fayard, 2001, p. 50, d’après Archives Nationales, Y 18640 A. Le duc de Gesvres, gouverneur de Paris, avait accordé à cette pèlerine un passeport pour se rendre à Rome.

52 On ne compte au total que 134 individus appartenant à des groupes familiaux sur 1014 pèlerins, soit 13,2 %.

53 Archives hospitalières de Chambéry, II F 11, fo 4vo.

54 Ibid., fo 5vo. Parmi ces compagnons, on compte un couple originaire d’Augsbourg, un habitant de Trèves, un autre de Prague, un Napolitain et deux Saxons : c’est bien dire le caractère international de ces “bandes” de pèlerins.

55 255 individus sur 706 pèlerins au total, constituant en tout 94 groupes familiaux.

56 À l’hôpital d’Aoste le pic de fréquentation des femmes et des enfants se situe en juillet (plus du quart des effectifs dans la période 1729-1733).

57 34 sur 59 pèlerins helvétiques, appartenant à huit groupes familiaux. Huit pèlerins allemands sur 21 (soit 38 %) voyagent également en famille. Parmi les différentes provinces françaises, la Franche-Comté se détache par cette même propension au pèlerinage « familial » (huit pèlerins sur 28 soit 28,5 %).

58 B. M. Reims, ms. 2487, p. 58 ; ici même, p. 97.

59 Ibid., p. 181 ; ici même, p. 214.

60 Archives hospitalières de Grenoble, F 15.

61 Archivio di Stato, Foligno, Archivio della ex congregazione di carità di Foligno, 1960, Libro della Convalescenza [...] del Ven. Ospedale della Pietà di San Giovanni di Foligno, 1723-1726. La majorité des convalescents est arrivée à pied (95 soit 73 %) et l’on compte seulement 25 femmes sur 129 (soit 19,4 %).

62 Voir à ce sujet la thèse de Laura Santopaolo, Pauperismo ed assistenza a Foligno. L’Ospedale S. Giovanni Battista dal 1716 a 1796, tesi di laurea, Facoltà di Magistero, Université de Pérouse, 1982, exemplaires dactylographiés, p. 97-101 et tableaux 14 et 15.

63 Archivio della Chiesa di Santa Maria de Montserrato, Rome, Y III 2257. Nous connaissons l’âge de 128 des 147 pèlerins accueillis entre avril et décembre 1692, soit 87 %.

64 24 de 20 à 24 ans (18,75 %), 43 de 25 à 29 ans (33,6 %), 32 de 30 à 34 ans (25,8 %).

65 On peut cependant, à titre de comparaison, raisonner ici sur les pèlerins qui se rendent à Saint-Jacques de Compostelle. Les pèlerins accueillis à l’Hospital del Buen Suceso de La Corogne en Galice de 1696 à 1773 sont à 91,9 % des hommes et ont pour plus de la moitié d’entre eux entre 15 et 40 ans (60,7 % du total). À partir de 1728, les indications sur leur statut de célibat ou de mariage sont suffisamment précises pour qu’on puisse établir valablement une statistique : plus des trois quarts des hommes (78,5 %) sont célibataires et leur moyenne d’âge est d’environ 29 ans et demi ; ceux qui sont mariés sont nettement plus âgés : en moyenne 49 ans. À l’inverse, les très rares femmes accueillies sont, à plus des trois quarts, mariées (77,3 %). Voir Piedad Barreiro Barreiro, “Relación de peregrinos a Santiago de Compostela que recibíeron asistencia en el Hospital del Buen Suceso de La Coruña desde 1696 a 1800”, Compostellanum, t. XI, 1966, p. 561-588. Le raisonnement porte sur 143 pèlerins dont on sait l’état civil.

66 Archivio di Stato, Pistoia, Opera di San Jacopo, registres no 231, 231bis et 232 enregistrant le passage des pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle entre 1730 et 1763 : 31,5 % des pèlerins allemands voyagent en famille, 20 % des Flamands, mais seulement 10 % des pèlerins péninsulaires et 7 % des Français. Sur ce point, voir D. Julia, “Pour une géographie européenne du pèlerinage”, art. cit.

67 B. M. Reims, ms. 2487, p. 21-22 ; ici même, p. 60.

68 On dénombre en 1725 68 Champenois accueillis à l’hospice de Saint-Louis des Français, dont dix-huit Rémois.

69 Archives des Pieux Établissements de Lorette et de Rome, registre 209/4 : ainsi 106 sur 121 pèlerins de la Flandre française sont des urbains ; on compte 149 Parisiens sur 169 pèlerins de l’Île-de-France. En revanche, l’origine rurale semble attestée pour les pèlerins franc-comtois ou savoyards. La précision, toute relative, de l’hospitalier ne permet cependant pas de tirer des conclusions définitives.

70 Archives hospitalières de Grenoble, F 15 : sur vingt professions connues, treize sont relatives à un métier manuel.

71 En 1703, la confrérie des pèlerins de Saint-Jacques de Laval compte 48 membres qui sont tous hommes de métier. Parmi eux, l’on compte 19 tissiers (39,6 %), 5 bouchers, 3 “terrasseurs”, 2 maçons, 2 lavandiers, 2 cardeurs, les autres pèlerins ayant chacun un métier différent, A. D. Mayenne, B 914.

72 B. M. Reims, ms. 2487, p. 99, 12 septembre 1724, à propos de deux hautes tours de brique de Bologne. Gilles Caillotin est passé à Bologne du 29 au 31 juillet précédent ; p. 152 à propos de la description de Novare ; ici même, p. 139 et 188.

73 Ibid., p. 165ter. À propos du rituel d’entrée à l’hôpital de Turin : “Je passe sous silence les cérémonies qui furent les mêmes qu’on nous avait faites en entrant la première fois audit hôpital, la procession et autres cérémonies comme évitant les redites” ; ici même, p. 202.

74 Ibid., p. 83-84 ; ici même, p. 124.

75 Ibid., p. 67, 9 septembre 1724 ; p. 165bis, 25 septembre 1724.

76 À Florence, Gilles Caillotin écrit au frère oblat minime Nicolas Tondeur à Rome, ibid., p. 84 ; à Turin, il écrit à ses parents à Reims, une nouvelle fois au frère Tondeur à Rome, et au Père Gardien des Capucins de Verceil qui l’avait fort bien reçu à l’aller, ibid., p. 165ter ; ici même, p. 125 et 200-201.

77 Ibid., p. 109. Même scène lors du passage à Lyon : “Je repassai le pont du Rhône pour me rendre en l’hôpital des passants, comme j’étais occupé sur un banc de pierre qui règne le long de la muraille et profitant de cette occasion pour écrire en abrégé mes voyages”, p. 203 ; ici même, p. 148 et 234-235.

78 Ibid., p. 121 ; ici même, p. 158.

79 Ibid., p. 121-122 ; ici même, p. 159.

80 Ibid., p. 58 et 67, 8 et 9 septembre 1724 ; ici même, p. 96 et 106-107.

81 Ibid., p. 55 et 56, 8 septembre 1724. Caillotin renvoie ici aux Voyages du Seigneur de Villamont, dont la première édition a paru en 1595, ouvrage qui a connu vingt trois rééditions jusqu’en 1620, la dernière édition datant de 1627 ; dans l’édition de Paris, 1609, les passages auxquels il fait référence sont aux fo 21vo-22.

82 Ibid., p. 67, 9 septembre 1724 ; ici même, p. 106. Gilles Caillotin tire cette information du livre qui lui sert constamment de guide, R. Lassels, Voyage d’Italie contenant les Mœurs des peuples, la description des Villes Capitales, des Églises, Convents, Tombeaux, Bibliothèques, Palais, Métairies, Jardins, Peintures, Statues et Antiquitez. Comme aussi l’interest, le gouvernement, les richesses et la force de tous les Princes, t. I, Paris, 1671, p. 224-225.

83 R. Lassels, Voyage d’Italie...., t. I, Paris, 1671, p. 186-211.

84 B. M. Reims, ms. 2487, p. 83 ; ici même, p. 123.

85 Ibid., p. 74 ; ici même, p. 114.

86 La chronique de Pierre Ignace Chavatte, sayetteur lillois (1633-1693) a été étudiée par Alain Lottin, Vie et mentalité d’un Lillois sous Louis XIV, Lille, Émile Raoust, 1968, ici p. 35.

87 Voir Anne Fillon, Louis Simon Villageois de l’ancienne France, Rennes, Ouest-France, 1996, p. 23 et 25 : presque au début du manuscrit se trouve l’apostrophe suivante :
« Ami Lecteur ne t’applique
à chercher les fautes d’un Livre
car il n’en est point de si parfait
En qui tu ne trouves à Redire
Et il n’en est pas de si imparfait
En qui tu n’apprennes à bien vivre. »

88 B. M. Reims, ms. 2487, p. 690.

89 A. Fillon, op. cit., p. 26-29. La généalogie que reconstitue Louis Simon au début de son manuscrit est d’ailleurs pleine d’erreurs, et Anne Fillon a dû patiemment la reconstruire, ibid., p. 333-335.

90 Ph. Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris, Editions du Seuil, 1975, p. 241.

91 J.-J. Rousseau, Confessions, Livre I, in Œuvres Complètes, sous la direction de B. Gagnebin et M. Raymond, t. I, Paris, Bibliothèque de La Pléiade, 1959, p. 5.

92 Ibid., loc. cit., t. I, p. 5 : “Que la trompette du jugement dernier sonne quand elle voudra ; je viendrai le livre à la main me présenter devant le Souverain Juge. Je dirai hautement : voilà ce que j’ai fait, ce que j’ai pensé, ce que je fus.”

93 Rudolf Dekker (ed.), Egodocuments and History. Autobiographical Writing in its Social Context since the Middle Ages, Hilversum, Verloren, 2002.

94 Kaspar von Greyerz, Hans Medick, Patrice Veit (ed.), Von der dargestellten Person zum erinnerten Ich. Europäische Selbstzeugnisse als historische Quellen (1500-1830), Cologne-Weimar-Vienne, Böhlau Verlag, 2001. On lira particulièrement dans ce volume l’introduction “Texte zwischen Erfahrung und Diskurs. Probleme der Selbstzeugnisforschung”, p. 3-31, la contribution de James S. Amelang, “The Dilemmas of Popular Autobiography”, p. 431-438 et celle de Fabian Brändle, “‘Darmit ich aber auch etwaß freide hab auff erden, so thue ich schreiben undt Leßen’ Populare soziale Aussenseiter des 17. Jahrhunderts als Selbstzeugnisautoren”, p. 439-457.

95 James S. Amelang, The Flight of Icarus. Artisan Autobiography in Early Modern Europe, Stanford, Stanford University Press, 1998, p. 22-51.

96 Hans Ludwig Nehrlich, Erlebnisse eines frommen Handwerkers im späten 17. jahrhundert, Tübingen, Max Niemeyer, 1997.

97 Sur ce point, voir Günter Niggl, “Zur Säkularisation der pietistischen Autobiographie im 18. Jahrhundert”, in G. Niggl, Die Autobiographie. Zu Form und Geschichte einer literarischen Gattung, Darmstadt, WissenBuchgesellschaft, 1989, p. 367-391 ; Hans-Jürgen Schrader, Literaturproduktion und Büchermarkt des radikalen Pietismus. Johann Henrich Reitz “Historie Der Wiedergebohrnen” und ihr geschichtlicher Kontext, Göttingen, Vandenhoek und Ruprecht, 1989.

98 D. Roche, ed., Journal de ma vie Jacques Louis Ménétra compagnon vitrier au xviiie siècle, Paris, Montalba, 1982, p. 9-17.

99 Ibid., p. 16-17.

100 Ibid., p. 29.

101 Ibid., p. 282-283.

102 Voir à ce propos D. Roche, “La religion d’un homme ordinaire : l’exemple d’un artisan parisien au xviiie siècle”, Histoire sociale, sensibilités collectives et mentalités, Mélanges Robert Mandrou, Paris, P.U.F., 1985, p. 263-273.

103 Emmanuel Le Roy Ladurie, Orest Ranum, (ed.), Pierre Prion scribe. Mémoires d’un écrivain de campagne au xviiie siècle, Paris, Gallimard-Julliard, 1985, p. 37. Pierre Prion se définit lui aussi d’abord comme un voyageur : “On dirait vrai sur son compte si l’on disait qu’il a voyagé en Savoie, Novempopulanie, Septimanie, Roussillon, pays d’Entre Deux Mers, et surtout à Paris, Toulouse, Arles, Montpellier, Nîmes et autres fameuses villes”.

104 Jean-Pierre Marby (ed.), Parcours singulier d’un homme ordinaire. Le livre de raison de Ponce Millet natif de Doux en Champagne, domestique et colporteur (1673-1725), Charleville-Mézières, Société d’études ardennaises, 1999, p. 121 ; du même auteur, “Le prix des choses ordinaires, du travail et du péché : le livre de raison de Ponce Millet, 1673-1725”, Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 48, no 4, octobre-décembre 2001, p. 7-31.

105 Voir les prières que Ponce Millet introduit dans son livre de raison, ibid., p. 149, 151, 152.

106 Ibid., p. 124 et 128. Le monastère de Port-Royal des Champs est, dès avant sa destruction, un “saint lieu” qui reproduit, aux yeux des voyageurs dévots qui s’y rendent, le modèle de la vie érémitique des Pères du Désert et qui est déjà comme une préfiguration de la Jérusalem céleste. Voir Marie-Christine Gomez-Géraud, “‘Si je t’oublie, Jérusalem...’ Pèlerinage aux ruines de Port-Royal et mémoire d’Israël”, Port-Royal et le peuple d’Israël, Actes du Colloque de la Société des Amis de Port-Royal, Blois 24-26 septembre 2003, Chroniques de Port-Royal, no 53, 2004, p. 199-214.

107 Ibid., p. 124 (juillet 1697 ; Ponce Millet achète, à cette occasion, des chapelets au prix de deux livres, p. 127) ; p. 132 (juin 1706).

108 Ibid., p. 133 et 172.

109 Le récit de pèlerinage, manuscrit ou imprimé, est évidemment un genre littéraire qui a une très longue tradition, comme en témoigne le renouveau à la fin du xvie siècle des récits de pèlerinage à Jérusalem. Voir à ce propos Marie-Christine Gomez-Géraud, Le crépuscule du Grand Voyage. Les récits des pèlerins à Jérusalem (1458-1612), Paris, Honoré Champion, 1999. Le manuscrit de cet ouvrage était achevé quand a été soutenue le 22 octobre 2004 à l’Université d’Amiens la thèse de Madame Anne-Sophie Germain-De Franceschi, L’intimité pèlerine à l’épreuve de l’écriture. Récits manuscrits de pèlerinage rédigés en français pendant la Renaissance et la Contre-Réforme (1500-1612). Celle-ci apporte une contribution importante à l’analyse de l’écriture des récits de pèlerinage. Cependant les pèlerins-rédacteurs étudiés appartiennent, pour la plupart, à des catégories sociales élevées. Nous nous contentons ici de comparer le texte de Gilles Caillotin à des textes produits par des rédacteurs d’origine sociale similaire.

110 Xavier de Bonnault d’Houët (ed.), Pèlerinage d’un paysan picard à St Jacques de Compostelle au commencement du xviiie siècle, Montdidier, Asel Radenez, 1890. Ce texte a été réédité en 2001 : G. Manier, J. Bonnecaze, N. de Caumont, Sur le chemin de Compostelle. Trois récits de pèlerins (1427, 1726, 1748), Paris, Cosmopole, p. 9-170. Les références qui suivent renvoient à l’édition de 1890. Le manuscrit de Guillaume Manier n’a malheureusement été publié que très partiellement : tout le récit depuis le départ de Saintes jusqu’à Rome et la narration du retour jusqu’à Flavigny-sur-Ozerain, où elle s’arrête, ont été omis. Ce manuscrit a très vraisemblablement été détruit au cours de la guerre 1914-1918.

111 Xavier de Bonnault d’Houët, “Impressions florentines d’un paysan picard au xviiie siècle”, Bulletin de la Société Historique de Compiègne, t. XI, 1902, p. 171-183.

112 Archives des Pieux Établissements de Rome et de Lorette, registre 209/5. Guillaume Manier est alors accompagné de Jean Armand, qui est le seul des compagnons de départ à l’avoir suivi jusqu’à Rome. Celui-ci couche à Saint-Louis les 13, 14 et 15 avril 1727. Selon X. de Bonnault d’Houët, Pèlerinage d’un paysan picard, op. cit., p. XXXVII, Guillaume Manier est à Flavigny le 13 juin 1727 et il s’apprêtait à recopier dans sa relation le Mémoire des reliques qui y sont conservées quand le manuscrit s’interrompt.

113 Ainsi le mémoire des reliques conservées à Compostelle, ibid., p. 89-94, les “Vertus et propriétés des pierres d’aigle”, p. 95-97, le mémoire des reliques conservées à Oviedo qu’il traduit du castillan, p. 102-109, etc.

114 Ainsi les certificats du curé de Carlepont, de l’évêque et du maire de Noyon, ibid., p. 3-5 ; celui du gouverneur de Paris, p. 15 ; celui du confesseur français à Compostelle, p. 74 ; celui du confesseur au collège des jésuites de Madrid et celui du nonce du pape Alexandre Aldobrandini, p. 125-127.

115 Claude de Varennes, Voyage de France, Paris, 1639, réédité douze fois jusqu’en 1687.

116 “Reyse naer Roome passerende door vranckeryck ghedaen door my JOSEPHUS JACOBUS VERPLANCKE fs Jacobi bestaende in dry deelen te weten den VERTRECKENDEN PELGRIM, DEN STILSTAENDEN PELGRIM, ende den WEDER KERENDEN PELGRIM, Eesrten Boeck ghedaen in den Jaere Seventhien hondert achten Dertigh”, Openbare Bibliotheek De Biekorf, Bruges, ms. GGB no 974. (“Voyage de Rome en passant par la France, fait par moi, Josephus Jacobus Verplancke, fils de Jacques, consistant en trois parties, à savoir le pèlerin qui part, le pèlerin sur place, et le pèlerin qui retourne, Premier Livre fait en l’année mil sept cent trente huit”). Nous remercions Madame Yolande Lammerant qui nous a transmis une transcription de ce manuscrit et Monsieur Willem Frijhoff, professeur à l’Université libre d’Amsterdam, qui a bien voulu nous en traduire quelques extraits significatifs. Sur ce texte, voir D. Julia, “L’accoglienza dei pellegrini a Roma”, dans Luigi Fiorani, Adriano Prosperi (eds.), Roma, la città del papa. Vita civile e religiosa dal giubileo di Bonifacio VIII al giubileo di papa Wojtyla, (Storia d’Italia Annali 16), Turin, Giulio Einaudi, 2000, p. 823-861, notamment p. 859-861.

117 Ibid., p. 629 : le titre de l’ouvrage est indiqué en français : “Les merveilles de la ville de Rome où est traité des églises, stations et reliques de corps saints qui y sont avec la guide qui enseigne aux estrangers a aysement trouver les choses plus remarquables de Rome ensemble les noms des papes, empereurs, et autres princes chrestiens novellement corrigi, et amplifié, avec un addition de tout ce qui s’est fait depuis le pape clement huitiesme jusque à présent, et de la restauration des églises, le nom des peintres plu celebres et autres choses remarquables. Les sept merveilles du monde beaucoup corrigé et augmenté en cette imprimerie”. Jacobus Verplancke paie le livre 16 bajoques et demie. Il s’agit vraisemblablement de la traduction française d’un guide italien (vraisemblablement celui de Flaminio Primo da Colle paru pour la première fois à Rome en 1594, Le cose meravigliose dell’alma città di Roma dove si tratta delle chiese...), régulièrement réimprimée à Rome depuis le début du xviie siècle. Une réédition en a été faite lors de l’année sainte 1725. Voir Sergio Rossetti, Rome. A Bibliography from the Invention of Printing through 1899, I, The Guide Books, Florence, L. S. Olschki, 2000, p. 112.

118 Ainsi, p. 517, dessin de la Table du Pape ; p. 575, Plan de la visite des sept églises avec légende en néerlandais, p. 588, Figure de saint Alexis sous son escalier avec légende en néerlandais ; p. 606, La rencontre de Jésus et de Pierre ; p. 615-616, Scala Sancta ; p. 643-644, colonne de la flagellation avec texte de lé gende latin et italien, etc.

119 Ibid., p. 484-486 et 631.

120 Verplancke s’est fait voler, lors de son séjour à l’hôpital de Lorette, ibid., p. 389-399 ; voir aussi p. 538 et 677 où Verplancke, s’étant confessé, pardonne à son voleur lors de son séjour à Rome.

121 Ibid., non paginé.

122 Toutes les citations sont extraites de la “Préface au lecteur impartial”, ibid., non paginé.

123 Gilles Caillotin se conforme ici à la bibliographie qu’il a lue et que nous analysons plus loin. Les Voyages du seigneur de Villamont comprennent une série de chapitres intitulés “Description de”.

124 Sur les canards, voir Jean-Pierre Seguin, L’Information en France avant le périodique. 517 canards imprimés entre 1529 et 1631, Paris, Maisonneuve et La-rose, 1964. La thématique mise en place au xvie siècle ne se modifie guère au xviiie siècle, même si les textes deviennent parfois plus maladroits et plus confus. Voir aussi du même auteur, “Les occasionnels au xviie siècle et en particulier après l’apparition de la Gazette. Une source d’information pour l’histoire des mentalités et de la littérature ‘populaire’”, L’informazione in Francia nel Seicento, Quaderni del Seicento Francese, 5, Bari-Paris, Adriatica-Nizet, 1983, p. 3359 et “‘Canards’ : une succession ouverte”, in Thierry Delcourt, Élisabeth Parinet (ed.), La Bibliothèque bleue et les littératures de colportage, Actes du colloque organisé par la Bibliothèque municipale à vocation régionale de Troyes en collaboration avec l’École nationale des chartes (Troyes, 12-13 novembre 1999), Paris-Troyes, École des chartes- La Maison du Boulanger, 2000, p. 185-191. On peut également se reporter aux textes publiés par Maurice Lever, Canards sanglants Naissance du fait divers, Paris, Fayard, 1993.

125 B. M. Reims, ms. 2487, p. 228, ici même, p. 255.

126 A. Lottin, Vie et mentalité d’un Lillois sous Louis XIV, op. cit., p. 265-266, 270, 329-330 ; Roger Chartier et Daniel Roche, “Les pratiques urbaines de l’imprimé”, in Henri-Jean Martin et R. Chartier (dir.), Histoire de l’édition française, t. II, Le Livre triomphant 1660-1830, Paris, 1984, p. 423-427.

127 François de Dainville, L’Éducation des jésuites (xvie-xviiie siècles), textes réunis et présentés par Marie-Madeleine Compère, Paris, Éditions de Minuit, 1978, notamment p. 81-118.

128 B. M. Reims, ms. 2487, p. 30 ; ici même, p. 67.

129 Ibid., p. 98 ; ici même, p. 136.

130 Ibid., p. 208 ; ici même, p. 238.

131 On trouvera les références des vers de Claude Ternet dans l’annotation que nous avons faite du texte de Gilles Caillotin. Sur la tradition dramatique à Alise-Sainte-Reine, voir Raymond Lebègue, Études sur le théâtre français, t. II, Paris, Nizet, 1978, p. 124-130 ; André Godin, « La dramaturgie de sainte Reine », in P. Boutry, D. Julia (dir.) Reine au Mont Auxois. Le culte et le pèlerinage de sainte Reine des origines à nos jours, Dijon-Paris, ville de Dijon-Éditions du Cerf, 1997, p. 217-242 ; sur les éditions troyennes de la tragédie, voir Alfred Morin, Catalogue descriptif de la Bibliothèque bleue de Troyes, Genève, 1974, notices no 733 à 744, p. 300-305.

132 B. M. Reims, ms. 2487, p. 509, à propos de la description de Saint-Marc à Venise.

133 Après avoir recopié un passage des Voyages du Seigneur de Villamont sur les cérémonies observées lorsque le pape se déplace dans la ville de Rome, ibid., p. 388.

134 Voir J. S. Amelang, op. cit., p. 145-149.

135 B.M. Reims, ms. 2487, p. 523 ; même observation p. 529.

136 Ibid., p. 281. Cette remarque vient après plusieurs descriptions de la place et de la basilique Saint-Pierre qui ont commencé à la p. 245.

137 Ibid., p. 345-351, “Les cérémonies qui se pratiquent à Rome à l’ouverture du jubilé général qui arrive tous les vingt-cinq ans”. Le texte est tiré de l’abbé de Berthomeuf, Discours moraux sur le Jubilé. Méditations sur la Passion de Notre Seigneur faite dans l’église paroissiale de Saint-Paul de Paris, Paris, 1701. Gilles Caillotin utilise l’édition parue à l’occasion du jubilé de 1725.

138 Ibid., p. 390-392.

139 Ibid., p. 353-380 ; selon Gilles Caillotin le texte a été imprimé “chez Renoul, florentin” (p. 377). Un exemplaire de ce texte fut édité à Paris en 1721 chez Saugrain (BnF, H 5022).

140 Ibid., p. 451-457. Gilles Caillotin recopie le chapitre II du livre III de Scipion Dupleix, Mémoires des Gaules depuis le Déluge jusqu’à l’établissement de la monarchie française avec l’état de l’Église et de l’Empire depuis la naissance de Jésus Christ..., Paris, 1619.

141 Ibid., p. 460-470 à propos des différents sièges de Rome par Alaric en 409-410, Genséric en 455, Totila en 547, Agilulphe en 595, Astulphe en 755.

142 Gregorio Leti, La Vie du Pape Sixte Cinquième, Paris, 1683, 2 vol. in 12o. L’ouvrage a connu de multiples rééditions en 1685, 1698, 1699, 1700, 1714, 1731, 1758. Gilles Caillotin en recopie de nombreux passages aux pages 318-328 de son manuscrit.

143 Sur le succès du livre de Pierre d’Avity, voir Jean-Daniel Candaux, “Le cas du « petit-Davity » (1613-1665)”, in François Moureau (ed.), Les presses grises. La contrefaçon du livre (xvie-xixe siècle), Paris, 1988, p. 161-169. Dans les bibliothèques parisiennes de la fin du xviie siècle, le livre de Davity est bien présent puisqu’il figure dans 17 inventaires après décès sur la centaine qu’a étudiée Henri-Jean Martin. Voir H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle (1598-1701), t. II, Genève, Droz, 1969, p. 934, 941, 947, 951.

144 B. M. Reims, ms. 2487, p. 85 ; ici même, p. 125.

145 Voyages du Seigneur de Villamont, Préface au lecteur, non paginée dans l’édition de Paris, 1596 : “Car ce n’est rien de voir qui ne juge et ne retient ce qu’il a vu pour en faire son profit. Et aussi changer d’air non pas d’esprit, c’est se promener sans profit.”. Sur ce texte, on peut se reporter à Madeleine Lazard, “Un touriste français en Italie au xvie siècle : le seigneur de Villamont (1558-vers 1628)”, dans Jean Dufournet, Adelin-Charles Fiorato, Augustin Redondo (ed.), L’Image de l’autre européen xve-xviie siècles, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1992, p. 189-201.Voir aussi Marie-Christine Gomez-Géraud, Le Crépuscule du Grand Voyage, op. cit., p. 210-213, qui souligne à quel point ce succès de librairie qui se présente comme le récit d’un pèlerinage en Terre Sainte “cède aux tentations de la curiosité profane”.

146 Ibid., fo 54vo, Livre I, ch. XXIII.

147 Ainsi ibid., fo 59vo, Livre I, ch. XXIV. La coutume qu’ont les hommes “de se baiser l’un l’autre en plusieurs lieux de l’Italie, ne voulant dire que leurs besoins soient déshonnêtes, mais de prime face le Français et l’Allemand les trouvant étranges, abhorrant cette coutume qui leur fait soupçonner je ne sais quoi de mal qu’on ne peut honnêtement nommer”.

148 B. M. Reims, ms. 2487, p. 386-388 : “cérémonies qui se font à Rome pendant le carnaval”, voir J. de Villamont, op. cit., Livre I, ch. XXV, Paris, 1596, fo 60vo-62 ; p. 524-534, description de l’église Saint-Marc, de l’Arsenal, des églises et des corps saints à Venise, voir ibid., Livre I, ch. XXXVII, fo 93-96.

149 Voir sur ce sujet, Gérard Labrot. L’Image de Rome. Une arme pour la Contre-Réforme, Seyssel, Champvallon, 1987 et Emmanuelle Hénin, “Rome, un lieu commun ? Usage et usure du topos dans les récits de voyageurs français à Rome au xviie siècle”, Revue d’histoire littéraire de la France, t. 104, 2004, p. 597-619.

150 Stefano Gallonio, Nuova guida angelica perpetua romana per visitare le chiese dentro e fuori di Roma ove si celebrano le feste e stationi con le notizie delle reliquie che in esse vi sono già composte, Rome, Gaetano Zenobi, 1710. La première édition de ce livre, sous le titre de Guida angelica perpetua... date de 1629 ; il été régulièrement réédité aux xviie et xviiie siècles et Gilles Caillotin a vraisemblablement utilisé l’édition parue à Rome en 1723 chez Antonio de Rossi. Voir S. Rossetti, Rome A Bibliography..., op. cit.

151 B. M. Reims, ms. 2487, p. 250-259 : “Toutes ces remarques de peinture, sculpture et architecture qui sont dans l’église de Saint-Pierre du Vatican sont extraites de l’italien de l’abbé Philippe Titi, imprimé à Rome en 1674”. Il s’agit de Filippo Titi, Studio di pittura, scultura, et architettura, nelle chiese di Roma, Rome, Mancini, 1674.

152 R. Lassels, Voyage d’Italie contenant les mœurs des peuples, la description des villes et de tout ce qu’il y a de beau et de curieux. Comme aussi l’interest, le gouvernement, les richesses et la force de tous les Princes, deuxième édition, Paris, 1682, 2 tomes ; la description se trouve au t. II, p. 343-365. La première édition de la traduction française date de 1671. Un exemplaire de cette seconde édition se trouve à la Bibliothèque municipale de Lyon.

153 On en trouvera de nombreux exemples dans l’annotation du récit qui précède. Dans la seconde section du manuscrit, Gilles Caillotin recopie par exemple “les belles éloges de la ville de Rome” (B. M. Reims, ms. 2487, p. 397-402 ; R. Las-sels, op. cit., t. I, p. 289-302) ; ou “Discours touchant les filles de joie de Rome” (B. M. Reims, ms. 2487, p. 403-410 ; R. Lassels, op. cit., t. II, p. 72-82) ; “longue narration des mœurs et des coutumes des Italiens” (B. M. Reims, ms. 2487, p. 413-425 ; R. Lassels, op. cit., t. I, p. 1-27), etc.

154 Sur le contexte dans lequel est écrit le récit de R. Lassels, voir Edward Chaney, The Grand Tour and the Great Rebellion. Richard Lassels and “The Voyage of Italy” in the Seventeenth Century, Genève, Droz, 1985. Voir également Anna Zingale, “Roma sacra e profana nelle descrizioni dei viaggiatori inglesi tra Seicento e Settecento”, in Mario Belardinelli, Pietro Stella (ed.), La Comunità cristiana di Roma, vol. 3, La sua vita e la sua cultura tra età moderna ed età contemporanea Cité du Vatican, Libreria editrice Vaticana, 2002, p. 87-113.

155 B. M. Reims, ms. no 2487, p. 410, à la suite d’un “Discours touchant les filles de joie de la ville de Rome. Richard Lassels est d’ailleurs l’auteur d’une apologie restée manuscrite : An Apologia for the Roman Catholics, datée de 1653, elle est aujourd’hui conservée à Oscott College, Oscott. Dans un autre passage (Ibid., p. 270), Caillotin déclare se servir de Richard Lassels “comme exprimant mieux l’architecture, la sculpture et la peinture que moi et ayant beaucoup plus d’expérience pour y [en Italie] avoir séjourné très longtemps en cinq voyages qu’il fit à Rome”.

156 Ces ajouts peuvent être simplement des précisions : Richard Lassels n’a pas spécifié le nombre des “lampes qui brûlent devant le tombeau de saint Pierre” ; Gilles Caillotin en a compté “cent quatre qui environnent le ceintre de la balustrade. Elles sont toutes de cuivre et ardentes” (Ibid., p. 270).

157 Ibid., p. 410.

158 Ibid., p. 407.

159 Ibid., p. 409-410. Le même procédé est utilisé, ibid., p. 425, à la fin d’une “longue narration des mœurs et coutumes des Italiens” recopiée de Richard Las-sels, op. cit., t. I, p. 26-27. Aux Anglais de Richard Lassels, Gilles Caillotin substitue huguenots et jansénistes.

160 Ibid., p. 42-46 ; ici même, p. 77-86.

161 [François de Mailly], Lettre de M. l’archevêque de Reims à SAR le duc d’Orléans, régent du royaume, Reims, 20 janvier 1718. Voir à ce propos l’annotation du texte de Gilles Caillotin.

162 Louis Châtellier, L’Europe des dévots, Paris, Flammarion, 1987, p. 195-210.

163 B. M. Reims cms. 2487, p. 322-344.

164 Ici même, p. 158.

165 Ici même, p. 75.

166 Ici même, p. 75.

167 B. M. Reims ms. 2487, p. 666. Voir aussi, ici même, p. 260, les remarques sur la division du Parlement de Paris au temps de Henri III où l’on “voulait faire aller de pair [...] la secte de Calvin avec la religion romaine”.

168 Voir Lettre de M. l’archevêque de Reims à SAR le duc d’Orléans, régent du royaume, Reims, 20 janvier 1718. On trouvera dans l’annotation du texte les éléments qui attestent que cette lettre a bien été l’une des sources utilisées par Gilles Caillotin. Celui-ci manifeste d’ailleurs à l’égard de son archevêque une réelle vénération : relatant un pèlerinage antérieur fait au “grand saint Gorgon” (département actuel des Ardennes) et à Notre Dame de Liesse et apprenant au village de Thil le 8 septembre 1721 que “Monsieur le cardinal de Mailly était malade” il ajoute : “si nous eussions su que la maladie eût été mortelle” – l’archevêque est mort le 13 septembre suivant – “nous nous eussions fait un grand plaisir de voir cette Éminence en son abbaye de Saint-Thierry”, B. M. Reims ms. 2487, p. 581.

169 Ici même, p. 80.

170 B. M. Reims ms. 2487, p. 667, à la date du 15 avril 1729.

171 De ce point de vue, le temps du récit de Gilles Caillotin n’est pas exactement comparable à celui des récits de Louis Simon ou de Jacques Louis Ménétra. Il est, pour la partie éditée ici (comme d’ailleurs pour les autres parties du texte restées inédites), celui des seuls voyages ou pèlerinages et non celui d’une entière autobiographie. Par ailleurs, le pèlerinage est une mobilité commandée ici par un terme, la Ville Éternelle, et, au retour, la ville d’origine et non un itinéraire improvisé qui peut changer de direction en fonction des offres d’embauche. Voir à ce propos Daniel Roche, “L’espace et le temps dans les récits de vie populaire au xviiie siècle : le cas de Ménétra et de Simon”, Le Musée Neuchâtelois, quatrième série, huitième année, no 4, octobre-décembre 1996, p. 213-226.

172 Ici même, p. 103 et 117.

173 Jubilé universel accordé par Notre Très Saint Père Benoist par la Providence Divine Pape XIII afin d’implorer le secours de Dieu au commencement de son Pontificat pour le Gouvernement de la Sainte Église Catholique, texte de la bulle du 10 juin 1724. Un exemplaire à la Bibliothèque municipale de La Rochelle, fonds ancien, pièce 1383 C. Pier Francesco Orsini, archevêque de Bénévent, a été élu le 29 mai précédent. Il fixe l’ouverture du jubilé à la procession solennelle qui se fera le troisième dimanche de Pentecôte de l’église Sainte-Marie de la Minerve à celle de Sainte-Marie in Vallicella, et sa durée du 25 juin au 9 juillet 1724. En France, ce texte est, en général, publié avec les mandements des évêques et archevêques qui délocalisent cette indulgence plénière dans leurs propres diocèses. Ceux-ci s’étagent du 4 novembre au 2 décembre 1724. Voir, à ce sujet, Pierre M. Conlon, Le siècle des Lumières en France, tome II, Genève, Droz, 1984, p. 75-76, qui mentionne les mandements des évêques d’Amiens, Boulogne, Grenoble, Limoges, Pamiers, Paris, Poitiers et Rouen.

174 Mandement de Son Altesse Monseigneur le Prince de Rohan Archevesque, s.l.n.d. [Reims, 23 novembre 1724] à la suite du Jubilé universel cité à la note précédente, p. 10-16, Bibliothèque municipale de La Rochelle, fonds ancien 1384 C. Les huit églises désignées pour les « stations » de jubilé sont la cathédrale métropolitaine Notre-Dame, l’église paroissiale Saint-Jean, les églises des Pères Cordeliers et des Pères Capucins, celle des religieuses Carmélites, celles de l’Hôpital général, de l’Hôpital de Saint Marcou et la chapelle de celui des Orphelins.

175 B. M. Reims, ms. 2487, p. 590-593. C’est même Gilles Caillotin qui rassure son compagnon, cabaretier du village des Petites-Loges qui vient de l’héberger et qui lui avoue : “Sans moi il en serait possible mort de frayeur, ayant passé plus de cent fois audit endroit en toute saison et heure de la nuit, sans jamais avoir vu pareille chose”. Le voyage à Châlons-sur-Marne est une course chez l’imprimeur Bouchard, vraisemblablement pour le compte des jésuites de Reims.

176 Voir D. Julia, “La réforme posttridentine en France d’après les procès-verbaux des visites pastorales”, in La Società religiosa nell età moderna. Atti del Convergno Studi di storia sociale et religiosa Capaccio-Paestum 18-21 Maggio 1972, Naples, Guida Editori, 1973, p. 311-415.

177 Ici même, p. 215.

178 Ici même, p. 70-71.

179 Ici même, p. 107-108.

180 Ici même, p. 173.

181 Ici même, p. 145. L’ostension sacralisée du cadavre lors des obsèques est une tradition méditerranéenne. Voir à ce propos Michel Vovelle, La mort et l’Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard, 1983, p. 333.

182 B. M. Reims, ms. 2487, p. 12 ; ici même, p. 51.

183 Déclaration royale concernant les mendiants et vagabonds, Chantilly, 18 juillet 1724, publiée par Jean-Pierre Gutton, L’État et la mendicité dans la première moitié du xviiie siècle, Auvergne, Beaujolais, Forez, Lyonnais, Saint-Étienne, Centre d’études foréziennes, 1973, p. 225-230. Sur les rapports complexes entre police et vagabonds, voir Nicole Dyonnet, “La maréchaussée et la population mobile dans l’Orléanais au xviiie siècle”, in Marie-Claude Blanc-Chaléard, Caroline Douki, Nicole Dyonnet, Vincent Milliot, Police et migrants France 1667-1939, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 51-62.

184 Voir J.-P. Gutton, L’État et la mendicité, op. cit., p. 192. Sur ce sujet, voir René de La Coste Messelière, “Édits et autres actes royaux contre les abus des pèlerinages à l’étranger aux xviie-xviiie siècles et la pérennité du pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle”, Actes du 94e Congrès national des sociétés savantes, Paris, 1969, section d’Histoire moderne et contemporaine, t. I, Paris, Bibliothèque nationale, 1971, p. 115-129.

185 J.-P. Gutton, op. cit., p. 192-194 ; D. Julia, “Aveux de pèlerins”, in Ph. Boutry, P.-A. Fabre, D. Julia (dir.), Rendre ses vœux. Les identités pèlerines dans l’Europe moderne (xvie-xviiie siècle), op. cit., p. 439-456 ; D. Julia, “Les pèlerins de sainte Reine au xviiie siècle”, in Ph. Boutry, D. Julia (dir.), Reine au Mont Auxois..., op. cit., p. 267-276.

186 André Zysberg, Les Galériens. Vies et destins de 60 000 forçats sur les galères de France, 1680-1748, Paris, Éditions du Seuil, 1987, p. 72-74. Entre 1680 et 1715, l’on compte seulement 698 condamnations, soit 19 par an, pour mendicité et vagabondage ; entre 1716 et 1748, leur nombre atteint 1323, soit 40 par an, et représente 13 % des condamnations aux galères pour crimes de droit commun contre moins de 6 % dans la période précédente.

187 B. M. Reims, ms. 2487, p. 122 et 123, ici même, p. 160.

188 Ibid., p. 166-167, à la date du 26 septembre 1724 ; ici même, p. 203.

189 Sur la propagation des rumeurs au xviiie siècle, outre le livre classique de Georges Lefebvre, La Grande Peur de 1789, Paris, Armand Colin, 1932, voir Arlette Farge, Jacques Revel, Logiques de la foule. L’affaire des enlèvements d’enfants, Paris 1750, Paris, Hachette, 1988 ; Arlette Farge, Dire et mal dire, l’opinion publique au xviiie siècle, Paris, Le Seuil, 1992. Voir aussi, pour une période ultérieure, le livre de François Ploux, De bouche à oreille. Naissance et propagation des rumeurs dans la France du xixe siècle, Paris, Aubier, 2003.

190 J. P. Gutton, op. cit., p. 94-136. Il semble que les entrées “volontaires” dans les hôpitaux ont largement compensé la faiblesse des arrestations ; Kathryn Norberg, Rich and poor in Grenoble, 1600-1814, Berkeley, University of California Press, 1985, p. 100-112.

191 B. M. Reims, ms. 2487, p. 150 ; ici même, p. 186.

192 Cette liste qui énumère les localités situées sur la route avec la distance (en lieues en France, en milles dans la péninsule italienne) ne figure pas dans toutes les éditions des Voyages du seigneur de Villamont. Elle ne se trouve ni dans les éditions de Paris, 1596 et 1600, ni dans celle de Lyon en 1620. Elle ne figure qu’à partir de l’édition parisienne de 1604, faite par les imprimeurs Claude de Monstr’œil et Jean Richer, voir à ce propos M.-C. Gomez-Géraud, Le Crépuscule du Grand Voyage..., op. cit., p. 211-213. Celle d’Arras, chez Guillaume de La Rivière, en 1606, s’intitule d’ailleurs “dernière édition, revue et augmentée en la fin de chaque livre, d’une guide des divers chemins par lesquels l’on va en Hierusalem, Rome, Venise, Naples, Lorette et Égypte et de plusieurs choses belles et rares qui s’y voient”. La liste est insérée dans l’édition de Paris, 1609, fo 128-133vo, qui est celle que nous avons consultée. La citation est au fo 128. Gilles Caillotin a peut-être utilisé l’édition publiée chez Louis Loudet à Rouen en 1610 : elle se trouve, en tout cas, dans le catalogue de la bibliothèque du collège des jésuites à Reims en 1762, B. M. Reims, ms. 2007, p. 316. Cette édition comporte, dans son titre, la même précision que celle de Guillaume de La Rivière.

193 Nous avons confronté l’édition de Paris, 1583, de Ch. Estienne, Nouvelle Guide des chemins pour aller et venir par tous les pays et contrées, du Royaume de France plus le chemin de Jérusalem, Romme et autres lieux de la terre Saincte, fo 106vo-109, avec les Voyages du seigneur de Villamont, dans l’édition de Paris, 1609, et observé la similitude des localités énumérées sur le parcours Lyon-Rome, comme des distances indiquées. Des éditions de La Grande Guide des chemins pour aller et venir par tout le Royaume de France figurent dans la bibliothèque bleue de Troyes au xviie siècle, voir A. Morin, op. cit., notices no 346 et 347, p. 192.

194 Les exemples en sont nombreux : ainsi pour la poste du Bourguet, près de Rome, ou pour Bregarre qui correspond sans doute à Modane ou encore pour Chambenis qui est vraisemblablement Chamoux-sur-Gelon, etc.

195 B. M. Reims, ms. 2487, p. 90-92 ; ici même, p. 131.

196 Ibid., p. 25 ; ici même, p. 63.

197 Voir sur ce point Alphonse Dupront, Du Sacré. Croisades et pèlerinages et langages, Paris, Gallimard, 1987, p. 373-378.

198 B. M. Reims, ms. 2487, p. 142 ; ici même, p. 179.

199 Ibid., p. 558.

200 Ibid., p. 148 (Alessandria) ; p. 142 (Tortona) ; ici même, p. 184 et 179.

201 Ibid., p. 116 à la sortie de Fiorenzuola ; ici même, p. 154.

202 Ibid., p. 207 ; ici même, p. 238.

203 Ibid., p. 165ter ; ici même, p. 201. Lorsqu’il est à Turin, Gilles Caillotin, qui n’est pas passé à son retour par Verceil, écrit une lettre à ce supérieur qu’il veut “gratifier de reconnaissance” pour le bien qu’il lui a fait et lui rend “un compte très exact des heureuses aventures” de son pèlerinage.

204 Ibid., p. 34 (ici même, p. 71) : un Milanais fut “l’instrument qui empêcha mes compagnons de m’accompagner à visiter le tombeau de ce grand saint”.

205 B. M. Reims, ms. 2487, p. 287.

206 Ibid., p. 287. Gilles Caillotin cite le nom du pénitencier jésuite de Saint-Pierre du Vatican, le Père Jean-Baptiste Malatra : celui-ci, né en 1682 à Avignon, et entré dans la Compagnie de Jésus en 1700 est pénitencier à Saint-Pierre depuis 1722. Sur les pénitenciers jésuites de Saint-Pierre, voir Joseph Wicki, “Die Jesuiten-Beichtväter in St Peter, Rom, 1569-1773. Ein geschichtlicher Übersicht”, Archivum Historicum Societatis Iesu, t. LVI, 1987, p. 83-115 ; du même auteur, “Le ‘memorie’ dei penitenzieri gesuiti in San Pietro”, Archivum Historicum Societatis Iesu, t. LVII, 1988, p. 263-313.

207 Ibid., p. 281.

208 Voir ici même, p. 53.

209 Openbare Bibliotheek De Biekorf, Bruges, ms. GGB 974. Josephus Jacobus Verplancke dort chaque fois trois nuits dans les hôpitaux de Saint-Julien des Flamands, de la Sainte Trinité des Pèlerins et de Santa Galla ; les autres jours, il trouve l’hospitalité dans une cordonnerie où il couche par terre, ou bien il réussit, un soir de pluie, à attendrir le portier du Collège des Flamands qui le fait coucher dans une écurie, ou encore il dort à la belle étoile sous la colonnade de Saint-Pierre.

210 A. M. Reims, GG 141, registres de mariage de la paroisse Saint-Martin, à la date du 19 janvier 1712.

211 Voir ici même, p. 249. Le 9 août 1726, le frère Nicolas Tondeur “venant par le coche d’eau à Reims”, Gilles Caillotin décide de lui marquer sa “reconnaissance à son égard en allant au devant de lui”. Mais le frère ayant en réalité couché à Pontavert, il n’a “le bonheur de l’embrasser” que le lendemain à Reims. Le 14 août suivant, le frère Tondeur vient visiter la famille Caillotin, et il repart au commencement de septembre, B. M. de Reims, ms. 2487, p. 243.

212 Voir ici même, p. 45, 142, 203, 216.

213 Sur Gabriel Drolin, voir p. 40, note 1.

214 Voir ici même, p. 206.

215 Ibid., p. 124-126, 127, 129 ; ici même, p. 160-162, 163, 165, 167.

216 Ibid., p. 157 ; ici même, p. 191.

217 Voir sur ce point D. Julia, “Pour une géographie européenne du pèlerinage à l’époque moderne (xvie-xixe siècle)”, in Ph. Boutry, D. Julia (dir.), Pèlerins et pèlerinages dans l’Europe moderne (xvie-xixe siècles), op. cit., p. 92-94.

218 Ibid., p. 553. Sur le frère Tondeur, voir note 1 p. 40.

219 Ibid., p. 102, 13 septembre 1724 après Bologne ; p. 97, 12 septembre 1724 dans la traversée des Apennins entre Florence et Bologne ; ici même, p. 142 et 135.

220 Ibid., p. 90 ; ici même, p. 130.

221 Ibid., p. 97, 11 septembre 1724, après avoir franchi le Passo della Raticosa après Pietramala ; ici même, p. 135.

222 Ibid., p. 176 ; ici même, p. 210-211.

223 Ibid., p. 178 ; ici même, p. 212.

224 Ibid., p. 134 ; ici même, p. 174.

225 Ibid., p. 207, 8 octobre 1724 ; ici même, p. 237.

226 Ibid., p. 220-221 ; ici même, p. 250.

227 Ibid., p. 173-174 ; ici même, p. 208-209.

228 Ibid., p. 224-225 ; ici même, p. 252.

229 Ibid., p. 7 et 15 ; ici même, p. 46-47 et 54.

230 Ibid., p. 7 ; ici même, p. 47.

231 Ibid., p. 150 ; ici même, p. 186.

232 Ibid., p. 164 ; ici même, p. 197.

233 Ibid., p. 168-169 ; ici même, p. 205.

234 Ibid., p. 176, 28 septembre 1724 ; ici même, p. 210.

235 Ibid., p. 92 ; ici même, p. 132.

236 Ibid., p. 102-103 ; ici même, p. 142-143.

237 Il est vrai que notre pèlerin arrive à la nuit tombante à Grenoble, c’est-à-dire trop tard pour être accueilli à l’hôpital de la Charité : ici même, p. 225.

238 Sur ce point, voir D. Julia, “Curiosité, dévotion et politica peregrinesca. Le pèlerinage de Nicola Albani, melfitain, à Saint-Jacques de Compostelle (1743-1745)”, in Ph. Boutry, P.-A. Fabre, D. Julia (éd.), Rendre ses vœux. Les identités pèlerines dans l’Europe moderne (xvie-xixe siècles), op. cit., p. 239-314.

239 Voir Jean Imbert, Le Droit hospitalier de l’Ancien Régime, Paris, Presses Universitaires de France, 1993, p. 98-110.

240 Archives Nationales, MM 601, fo 12vo, procès-verbal de la visite du Père René de Seillons, 19 juillet 1709.

241 B. M. Reims, ms. 2487, p. 87 ; ici même, p. 127.

242 Ibid., p. 99 ; ici même, p. 140.

243 Voir P. Gonneau, art. cit., in Ph. Boutry, P.-A. Fabre, D. Julia (éd.), Rendre ses vœux..., op. cit., p. 217-237, citation p. 219.

244 B. M. Reims, ms. 2487, p. 107-108 ; ici même, p. 146-147.

245 Sur le processus historique majeur que représente une identification de plus en plus précise des personnes à l’âge moderne on pourra lire prochainement la thèse de Vincent Denis, Individu, identité et identification en France (1715-1815) soutenue à l’Université de Paris I le 13 décembre 2003, à paraître aux éditions Champ Vallon en 2006. Voir déjà Vincent Denis, “Police et identification des personnes dans la France des Lumières”, Genèses, 54, mars 2004, p. 4-27 ; Gilles Bertrand, “Pour une approche comparée des modes de contrôle exercés aux frontières des anciens États italiens. Les exemples du Dauphiné et de la Toscane dans la seconde moitié du xviiie siècle”, in Claudia Moatti (ed.), La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et documents d’identification, Rome, École française de Rome, 2004, p. 253-303. La période de la Régence semble avoir été une période décisive dans la formation de ces techniques d’identification : voir Vincent Denis, “L’identification des personnes sous la Régence : émergence et diffusion d’un corps de techniques administratives dans la France du xviiie siècle” in Pascale Laborier, Paolo Napoli et Jacob Vogel, Les sciences camérales : activités pratiques et histoire des dispositifs publics, à paraître en 2006 aux Presses Universitaires de France.

246 B. M. Reims, ms. 2487, p. 56 ; ici même, p. 94.

247 Ibid., p. 219 ; ici même, p. 249.

248 B. M. Reims, ms. 2487, p. 58-59 ; ici même, p. 97-98. Par le terme d’« édierne », Gilles Caillotin désigne vraisemblablement une aiguière.

249 À son passage à Turin, Gilles Caillotin passe en effet “sous silence les cérémonies qui furent les mêmes qu’on nous avait faites en entrant la première fois au dit hôpital, la procession et les autres cérémonies comme évitant les redites”.

250 Openbare Bibliotheek De Biekorf, Bruges, ms. GGB 974, p. 487-488 : “Et ils te baisent les pieds si respectueusement que j’en devenais tout confus”.

251 À l’hôpital de Parme, la prière du soir se limite aux seules litanies de la Vierge : ici même, p. 139 et 150.

252 Bibliothèque municipale de Toulouse, ms. C 698, “Relation d’un voyage à Rome”, p. 513-514. Il s’agit du récit d’un pèlerinage à Rome effectué, à l’occasion du jubilé de 1700, par Jean Expert, vicaire à la paroisse de Cugnaux, dans le diocèse de Toulouse. Le scripteur qui commençait à se repentir d’être venu à l’hôpital Saint-Louis-des-Français, est soulagé quand il constate qu’on “conduisait les prêtres dans une chambre séparée des laïques et beaucoup plus propre”.

253 Lors du passage de Gilles Caillotin à l’hôpital de Saint-Louis des Français de Rome, du 25 au 28 août 1724, l’hospitalier n’enregistre que de 14 (le 28 août) à 27 pèlerins présents (le 26 août) selon les nuits. Cette même année, la moyenne la plus basse se situe en janvier avec environ sept pèlerins chaque nuit, la plus haute du 22 au 31 décembre, c’est-à-dire à l’ouverture de l’Année Sainte 1725, avec quarante cinq pèlerins par nuit, Archives des Pieux Établissements de Rome et de Lorette, registre 209/4.

254 B. M. Reims, ms. 2487, p. 133-134 ; ici même, p. 173.

255 Ibid., p. 235 ; ici même, p. 261.

256 Ibid., p. 9 ; ici même, p. 48.

257 Ibid., p. 5 ; ici même, p. 45.

258 Ibid., p. 33 ; ici même, p. 70.

259 Ainsi dans la descente du Monte Senario. Même scénario dans le grenier d’une métairie entre Villanova d’Asti et Chieri, ici même, p. 133 et 195.

260 Ibid., p. 53 ; ici même, p. 92.

261 Ibid., p. 208-209 ; ici même, p. 239.

262 Ibid., p. 183 ; ici même, p. 216.

263 Ibid., p. 110 ; ici même, p. 148.

264 Ibid., p. 93 ; ici même, p. 132. De même à la Chartreuse de Sienne, le vin aigri par la chaleur est aussi “épais et figé que du sang caillé” et les pèlerins ont du mal à “l’épancher sur le pavé”, ici même, p. 88.

265 Gilles Caillotin note ainsi entre Acquapendente et Radicofani la présence de deux Italiens sur le chemin qui lui refusent de l’eau : ils sont venus “des endroits circonvoisins pour la vendre aux passants et non pour la donner”, ici même, p. 65.

266 Ibid., p. 59 ; ici même, p. 98. Le rituel est identique à l’hôpital de Parme, tant pour le lavement des mains que pour la lecture à voix haute.

267 C’est justement ce type de promiscuité qui soulève le cœur des pèlerins issus des catégories aisées. En 1699, Jean Expert, ce vicaire, dont on a déjà évoqué le témoignage, considère avec stupeur, dans la cour des bénédictins de Viterbe, qui fournissent la passade aux pèlerins, “un grand nombre de pèlerins qui mangeaient tous ensemble dans une grande marmite. J’eus tant d’horreur de cette confusion que je quittai mes camarades qui les regardaient faire”. Il se retire alors dans le cloître, mais lorsqu’un moine lui apporte de la soupe dans un petit plat, il refuse de la manger : “me ressouvenant de celle que j’avais vu manger avec ses mains galeuses, je faillis à rendre les entrailles”, Bibliothèque municipale de Toulouse, ms. C 698, p. 212-213.

268 Sur le pèlerinage comme expérience de l’extraordinaire voir A. Dupront, “Pèlerinages et lieux sacrés”, Du Sacré..., op. cit., p. 366-415.

269 Voir D. Julia, “Curiosité, dévotion et politica peregrinesca. Le pèlerinage de Nicola Albani, melfitain, à Saint-Jacques de Compostelle (1743-1745)”, in Ph. Boutry, P.-A. Fabre, D. Julia (éd.), Rendre ses vœux..., op. cit., p. 251, 255, 292-294.

270 Gino Barioli, Gli Ex Voto di Monte Berico, Monte Berico, Vicence, 1971, p. 67, no 43. Nous suivons, pour la description de l’épisode la légende écrite du tableau lui-même qui fixe l’événement au 22 août 1703.

271 B. M. Reims, ms. 2487, p. 577-578, à la date du 17 février 1718. Sur la croyance au retour sur terre des âmes du Purgatoire, voir Jacques Le Goff, La Naissance du Purgatoire, Paris, Gallimard, 1981 (notamment p. 423), Jean Delumeau, La Peur en Occident xive-xviiie siècles, Paris, Fayard, 1978, p. 75-87 et surtout Jean-Claude Schmitt, Les revenants. Les vivants et les morts dans la société médiévale, Paris, Gallimard, 1994, particulièrement p. 115-143.

272 Ibid., p. 17-21 ; ici même, p. 56-60. Dans le récit d’un voyage ultérieur qui, le 20 décembre 1724, le ramène à Reims, Gilles Caillotin évoque une frayeur similaire : marchant “au coq chantant par le temps le plus obscur du monde”, il aperçoit avec son compagnon plusieurs formes qu’il pense être des spectres, trois “arlequins” et “deux hommes sans tête” qui les accompagnent au fur et à mesure de leur progression ; son compagnon à “l’imagination blessée” en a le “cœur glacé”, tandis que lui, “ayant fait” son “jubilé le jour” de son départ pour la ville de Châlons, estime ne rien devoir craindre. Ibid., p. 591-593.

273 James S. Amelang, op. cit., p. 103-114, souligne l’importance, dans les textes autobiographiques d’artisans, des notations relatives au voisinage du scripteur. Dans le cas des récits de pèlerinage, le voisinage est bien évidemment composé des rencontres faites au fil du voyage.

274 Voir ici même, p. 134.

275 B. M. Reims, ms. 2487, p. 653 (passage à Soissons en août 1728), p. 702 (comptage des arbres depuis la Pompelle jusqu’à Châlons-sur-Marne lors du pèlerinage à Alise-Sainte-Reine en novembre 1732), p. 720 (comptage des arbres depuis Sillery jusqu’à Châlons fait en août 1733). Lorsqu’il n’y a pas d’arbres le long de la route, Gilles Caillotin compte ses propres pas.

276 Ainsi la bande de douze pèlerins et pèlerines originaires de Lille en Flandres rencontrée non loin de Viterbe, voir ici même, p. 48.

277 Ainsi les deux Allemands croisés avec femmes et enfants près du lac de Bolsena, le couple accompagné de quatre à cinq petits enfants au Passo della Raticosa, Voir ici même, p. 60 et 135.

278 Ainsi cette femme venant de France et rencontrée peu au delà de Turin, ici même, p. 203.

279 Ici même, p. 146 et 251.

280 Ici même, p. 139 et 145-146.

281 Ici même, p. 134.

282 Ici même, p. 125, 205, 218.

283 Ibid., p. 104 ; ici même, p. 144.

284 Comme le montre l’analyse des registres de l’Ospizio dei Convertendi fondé à Rome en 1673, les nouveaux convertis sont particulièrement nombreux dans la péninsule entre 1700 et 1750, les flux les plus importants provenant du Saint Empire germanique et le nombre des soldats étant très élevé. Voir Antje Stannek, “Migration confessionnelle ou pèlerinage ? Rapport sur le fonds d’un hospice pour les nouveaux convertis dans les Archives secrètes du Vatican”, dans Ph. Boutry, P.-A. Fabre, D. Julia, Rendre ses vœux..., op. cit., p. 57-74. On retrouve cette même forte présence des soldats dans les abjurations prononcées devant les inquisiteurs de Florence, Archivio della Curia Arcivescovile de Florence, fonds Inquisizione Santo Ufficio, filze 4 et 5 (abjurations collectives des soldats du régiment de Namur dite garde wallonne du roi d’Espagne janvier-mars 1736, ou de soldats du Grand Duc de Toscane en avril 1740).

285 Voir ici même, p. 76-77.

286 Voir ici même, p. 158.

287 Voir ici même, p. 184 et 261. De la même façon la sentinelle du corps de garde de Turin veut à toute force le faire s’engager au service du roi de Sardaigne, p. 199.

288 Voir ici même, p. 148.

289 Voir ici même, p. 146-147.

290 Voir ici même, p. 254-255.

291 Voir ici même, p. 190-191.

292 Un bon témoignage de cette difficulté à communiquer nous est fourni par Joseph Bozon, artisan et exploitant agricole à Vallorcine, qui s’est rendu en 1756 – il a alors 29 ans – de Vallorcine au sanctuaire de Notre-Dame des Ermites à Einsiedeln en Suisse, l’un des pèlerinages les plus fréquentés d’Europe à l’époque moderne : il compose, au long de son chemin, un itinéraire intitulé “Grande route pour faire le voyage de Notre Dame des Hermittes” qui pourra ainsi servir aux autres membres de sa famille ou à ses voisins ; il y donne ce conseil : “Pour demander le chemin pour aller à untel endroit il faut dire : ta iste coutte fon Berne ; ta iste coute Vegue [ist es das gute Weg ?] ; ta iscoute Vegue Fon Bourdelouphe [Burgdorf, au delà de Berne]”. La transcription de la langue allemande est ici purement phonétique. Le texte est publié par Germaine Levi-Pinard, La vie quotidienne à Vallorcine au xviiie siècle, Mémoires et documents publiés par l’Académie salésienne, t. LXXXV, Annecy, 1974, p. 166-169.

293 Voir ici même, p. 92 et 157.

294 B. M. Reims, ms. 2487, p. 581.

295 Voir ici même, p. 138 et 247. On pourrait également citer le cas du jeune Orléanais avec lequel il voyage, presque sans interruption depuis Saint André de Maurienne en Savoie jusqu’à Lyon, ici même, p. 213-214, 229, 231.

296 Voir ici même, p. 158.

297 Voir ici même, p. 191-192.

298 Voir ici même, p. 195.

299 Voir ici même, p. 227-228.

300 Voir ici même, p. 173.

301 Les vols entre pèlerins dans les hôpitaux semblent avoir été monnaie courante. Le menuisier brugeois Verplancke accuse le pèlerin parisien près duquel il a dormi à l’hôpital de Lorette de lui avoir dérobé tout son argent, soit l’équivalent de douze gulden en diverses monnaies, Openbare Bibliotheek De Biekorf, Bruges, ms. GGB no 974, p. 388-399. Sur les vols fréquents à l’hôpital de Reggio Emilia, voir Laura Artioli, L’Ospedale dei Parisetti. Storia di una istituzione caritativa reggiana fra XIV-XIX secolo, Reggio Emilia, Istituto Omozzoli-Parisetti, 1992, p. 133-135.

302 Voir ici même, p. 177-178.

303 Voir ici même, p. 178.

304 Voir ici même, p. 90.

305 Voir ici même, p. 90.

306 Voir ici même, p. 91.

307 Voir ici même, p. 92. L’Allemand reste à Florence pour gagner de l’argent en travaillant au pavage des rues. Gilles Caillotin le retrouve à l’hôpital de Bologne. Mais au sortir de la messe ils se séparent, chacun s’obstinant à passer par une rue différente de celle que l’autre suit p. 140-141.

308 Voir ici même, p. 235.

309 Voir ici même, p. 236.

310 Voir ici même, p. 237.

311 Voir ici même, p. 237.

312 Expression employée par Gilles Caillotin à propos de la Chartreuse de Pavie.

313 Lettre pastorale du 10 septembre 1574 citée dans Gaspar Loarte, Trattato delle sante peregrinazioni dove s’insegna il modo di farle con molto frutto spirituale, Venise, 1575.

314 Voir ici même, p. 125.

315 B. M. Reims ms. 2487, p. 579.

316 Voir ici même, p. 128. “Rien n’est plus agréable” écrit Gilles Caillotin lors-qu’il passe devant le couvent des Capucins situé à l’extérieur de Florence que “de voir un si beau pays de toutes parts couvert de vignes, figuiers, oliviers en abondance” (p. 126). Même remarque lorsqu’il quitte la ville de Chieri (p. 196).

317 Voir ici même, p. 215.

318 Notation faite au moment du passage du Mont-Cenis à propos du Grand Paradis, ici même, p. 213. La montagne ne redevient “agréable” qu’aux alentours de Grenoble : “étant couverte de toutes parts de vignes, et même vers Grenoble de maisons de plaisance”, p. 221.

319 Voir ici même, p. 222. On relève pourtant, chez le scripteur, une attention toute particulière à mentionner les chartreuses situées sur son chemin : Sienne, Florence, Bologne, Parme, Pavie, Turin.

320 Voir ici même, p. 162.

321 B. M. Reims ms. 2487, p. 595, 601.

322 Voir ici même, p. 224.

323 B. M. Reims ms. 2487, p. 706. Même remarque lorsqu’il passe à Rouen en 1728 : il trouve cette ville “non si bien bâtie que celle de Paris ou de Lyon : parce qu’au lieu de pierres ce n’est presque que pans de bois, ce qui la rendrait plus belle si elle était bâtie de même matière que ces deux villes-là” (ibid., p. 662).

324 Ibid., p. 660-661.

325 Ibid., p. 596, à la date du 2 mai 1725.

326 Ibid., p. 679, à la date du 8 juin 1729.

327 Ibid., p. 602, à la date du 2 mai 1725.

328 Ibid., p. 629-630, lors de son voyage à Paris en mai 1726. Sur la place des Victoires, qui a été construite de 1685 à 1694 sur les plans de Jules Hardouin Mansart, et sur la statue de Louis XIV en pied sculptée par Martin Desjardins et inaugurée en 1686, on se reportera à Isabelle Dubois, Alexandre Gady, Hendrik Ziegler (dir.), Place des Victoires : histoire, architecture, société, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2004, p. 9-35 et 67-81. Le 3 février 1694, Jules Hardouin-Mansart certifie que ses plans et dessins ont été exécutés pour les dernières façades de la place des Victoires et qu’il ne reste que quelques lucarnes à poser (p. 353).

329 R. Lassels, Voyage d’Italie..., op. cit., t. II, Paris, 1671, p. 222.

330 Voir ici même, p. 95-96.

331 Voir ici même, p. 118.

332 Voir ici même, p. 96, 117, 120.

333 L’un des gestes les plus habituels de Gilles Caillotin lors de ses voyages en France est de mesurer la longueur et la largeur des cathédrales en pas et de les rapporter aux deux églises précitées.

334 BM Reims, ms. 2487, p. 672.

335 Ici même, p. 72-73.

336 Cette notation est faite lors d’un voyage à Paris à propos de l’église gothique du prieuré clunisien de Nanteuil-Le-Haudouin (Oise) en mai 1726, B. M. Reims, ms. 2487, p. 623. À l’inverse, Gilles Caillotin trouve “belle” l’église du Val de Grâce “bâtie à la romaine, ayant un dôme au dessus” (ibid. p. 629), et il est “ravi” de la beauté de l’église jésuite de Saint-Louis à Paris “dont il se prend à souhaiter qu’elle “soit ornée de peinture et dorure, elle pourrait égaler les églises de Rome qui vont du second rang” (ibid. p. 603).

337 Ibid., p. 600. Gilles Caillotin fait la même réflexion à propos du dôme de Florence, ici même, p. 102.

338 Ici même, p. 167-168. Gilles Caillotin fait exactement la même remarque à propos de la cathédrale de Sienne : le mérite particulier de celle-ci “n’est pas à comparer à un si digne et si vaste vaisseau que l’église de Saint-Pierre de Rome”, Ici même, p. 72.

339 Ici même, p. 50.

340 B. M. Reims, ms. 2487, p. 647.

341 Ibid., p. 595, lors de son voyage en mai 1725. En accomplissement du vœu de Louis XIII, l’autel majeur et le chœur de Notre Dame de Paris ont été restructurés entièrement de 1699 à 1714. Le nouveau jubé vient remplacer le jubé en bois à colonnes torses qu’Anne d’Autriche avait établi devant le jubé gothique en 1628.

342 Sur la transformation des églises après le Concile de Trente et l’ouverture des chœurs voir Bernard Chédozeau, Chœur clos, chœur ouvert. De l’église médiévale à l’église tridentine (France xviie-xviiie siècle), Paris, Éditions du Cerf, 1998 ; sur l’éclaircissement des églises par la “mise en blanc” des vitraux, voir Matthieu Lours, “L’éclaircissement des églises parisiennes au xviiie siècle. Gestion et spiritualité”, Paris et Île-de-France. Mémoires, t. LII, 2001, p. 139-198.

343 Voir ici même, p. 125. C’est en mai 1726 que Gilles Caillotin a visité, au sortir de l’Hôtel Dieu de Paris, la galerie marchande du Palais de justice : “On ne voyait que riches boutiques, industrieusement arrangées le long des piliers qui soutiennent ce grand édifice [...] On y voit quantité de marchands d’images [...] tout y ressent la magnificence soit en orfèvrerie, en portraits et tableaux de grand prix et surtout aux bijoux pour contenter l’insatiable cupidité des dames”. B. M. Reims, ms. 2487, p. 626.

344 Voir ici même, p. 155.

345 Voir ici même, p. 224.

346 Voir ici même, p. 217.

347 Voir ici même, p. 150.

348 Voir ici même, p. 146.

349 Voir ici même, p. 232.

350 B. M. Reims ms. 2487, p. 659-660.

351 Ibid., p. 685-686, à la date du 11 juin 1729. Gilles Caillotin a d’ailleurs inséré, entre la p. 684 et la p. 685, une Veue et perspective de la machine de Marly gravée par Pierre Aveline, marchand à Paris sur le Petit Pont. Il convient aussi de noter que, lors de son voyage en Normandie, cet artisan sergier satisfait son désir, à son passage à Aumale, de voir travailler la serge qui porte le nom de cette ville, ibid. p. 657.

352 Voir à ce propos l’introduction de Michel de Certeau à l’édition du Mémorial de Pierre Favre, Paris, Desclée de Brouwer, 1959, p. 28-40.

353 Ibid., p. 608. Se rendant à Montmeillant (aujourd’hui dans le département des Ardennes), Gilles Caillotin passe alors par le village de Chevrières.

354 Ibid., p. 695, à la date du 20 juin 1729. Sur le pèlerinage de saint Lié à Villedommange, voir Augustin Poulin, Les Pèlerinages du diocèse de Reims, Charleville, imprimerie de P. Anciaux, 1927, p. 24. Les reliques de saint Lié ont été déposées en 1444 par Jacques Juvénal des Ursins dans la chapelle située sur la montagne et rebâtie après son incendie en 1429. D’après le curé qui répond à l’enquête épiscopale en 1774, “il y vient peu de monde, excepté la seconde fête de Pâques auquel jour tous les villages voisins y venaient autrefois en procession”, A. D. Marne, 2 G 255.

355 Ici même, p. 111-112. Lors du voyage aller, entre Lorette à Rome, Gilles Caillotin s’est arrêté à Tolentino où sont vénérées les reliques de Saint Nicolas, ermite de Saint Augustin qui a vécu au xiiie siècle.

356 François-Michel de Rotrou, Voyage d’Italie 1763, Paris, Alteredit, 2001, p. 410-411.

357 Voir ici même, p. 50 et p. 141.

358 B. M. Reims, ms. 2487, p. 582 à la date du 27 juin 1723.

359 Ibid., p. 654, à la date du 24 juillet 1728.

360 Ibid., p. 718.

361 Ibid., p. 523. le passage recopié de Villamont se trouve aux pages 530-532.

362 Lors de son passage à Berrieux le 1er juin 1732, dimanche de Pentecôte, Gilles Caillotin vénère le corps de sainte Eutropie, ibid., p. 697 ; le mardi 3 juin, il passe par Saint-Quentin, s’arrête et prie devant le chef de Saint-Quentin qui y est exposé et le baise “avec grande dévotion”, Ibid., p. 700.

363 Ibid., p. 719.

364 Ici même, p. 51.

365 Le corps de Catherine de Vigri, clarisse morte en 1463, est conservé dans l’église du monastère du Corpus Domini à Bologne. Il est l’un des buts de visite les plus prisés en raison de son état de conservation et de sa présentation puisque la sainte est assise sur une chaire. Voir François Brizay, L’Image de l’Italie dans les guides et les relations de voyage publiés en France au xviie siècle (1595-1713) : sa Construction et son Évolution, thèse de doctorat soutenue devant l’Université de Tours le 16 décembre 1996, exemplaires dactylographiés, t. II, p. 419.

366 Ici même, p. 39-40. À San Quirico d’Orcia, peu avant Sienne, Gilles Caillotin a rencontré un Tchèque qui lui fait voir “les reliques qu’il emportait de Rome en son pays”, à savoir quelques médailles et “un morceau de bois de cyprès de la nouvelle charpente de la couverture de Sainte Marie Majeure : tant il est vrai qu’on tient en estime tout ce qui vient de loin, encore plus s’il a servi à quelque chose de saint”, ici même, p. 69.

367 Ici même, p. 134.

368 Ici même, p. 251.

369 Ici même, p. 204-205.

370 Ici même, p. 135. L’indication est donnée quand Gilles Caillotin gravit la route qui monte vers le Passo della Raticosa. Voir également p. 89.

371 Ici même, p. 236.

372 F.-M. de Rotrou, op. cit., p. 184 : “Mais ce que nous y avons vu de plus rare et de plus curieux, ce sont les processions de ceux qui font le tour de cette maison à genoux. Les uns tournent cinq fois, les autres sept, les autres douze, et gagnent des indulgences à proportion. Représente-toi, mon ami, quarante ou cinquante personnes, hommes, femmes et petits enfants trottant sur ses genoux et se rencontrant les uns, les autres. Chacun tient son chapelet et murmure ses patenôtres. Cependant, ils songent tous à côtoyer la muraille, tant pour abréger le chemin que pour approcher de plus près le saint lieu, ce qui, souvent, les fait entrechoquer et cause des embarras fort plaisants”.

373 Ibid., p. 186.

374 B. M. Reims ms. 2487, p. 245-280.

375 Ibid., p. 282.

376 Ibid., p. 282-283.

377 Au moment où Rome s’éloigne de sa vue, Gilles Caillotin livre encore l’intense émotion qui l’habite : “Je dis Adieu pour la dernière fois à la ville de Rome, dont je ne cessais d’en regarder l’église de Saint Pierre, et l’excessive hauteur de son émerveillable dôme, que je ne pouvais me lasser de l’envisager”, ici même, p. 44.

378 B. M. Reims, ms. 2487, p. 283. Lors d’un de ses pèlerinages à Notre-Dame de Liesse, le 26 juin 1723, Gilles Caillotin a couché, ainsi que sa mère, sa sœur Marguerite, ses frères Louis et Antoine, chez Servais Chairon à Caurel, ibid., p. 581.

379 Ibid.. p. 287.

380 Ibid., p. 285.

381 Ici même, p. 152.

382 Gilles Caillotin reprend ici le toponyme Bregarre inscrit entre Saint-André et Termignon dans le guide des divers chemins de Paris à Rome, qui est en adjonction au livre I des Voyages du Seigneur de Villamont (dans l’édition de Paris, 1609, fo 132vo). Il pourrait éventuellement s’agir du village de Bramans.

383 Ici même, p. 214.

384 Ici même, p. 251.

385 B. M. Reims ms. 2487, p. 588.

386 D’après un Recueil général des cérémonies qui ont été observées et comme elles se doibvent cy-après observer en France, manuscrit qui date des environs de 1630, le toucher des écrouelles se déroule de la manière suivante : “L’on fait ranger les pauvres dans le lieu destiné pour cette action, tous les genoux ployés et mains jointes, invoquant l’aide de Dieu par les mains du roi. Ce sont les gardes, médecins et aumôniers qui les ordonnent pour la commodité du roi. La messe dite, le roi arrive au. lieu avec le grand aumônier et ses ministres. Le premier médecin et chirurgien sont derrière les malades qui, en leur prenant la tête à deux mains, la tiennent sujette afin que le roi les touche plus commodément. Le roi, la main en face du malade, étend sa main du front au menton et puis d’une oreille à l’autre, disant : « Le roi te touche, Dieu te guérit », et ainsi à chacun, donnant la bénédiction par le signe de la croix. Le roi est suivi du grand aumônier, qui, à chaque malade touché, donne une aumône d’un quart d’écu, ou autre telle qu’il est ordonné, et le fait lever et sortir incontinent, de peur d’embarras et qu’il n’aille encore prendre rang pour avoir deux aumônes”, texte cité par Alexandre Maral, La Chapelle royale de Versailles sous Louis XIV. Cérémonial, liturgie et musique, Paris, Mardaga, 2002, p. 285. D’après l’Histoire ecclésiastique de la Cour, ou les antiquitez et recherches de la chapelle et oratoire du roy de France depuis Clovis I jusques à notre temps de Guillaume Du Peyrat, Paris, H. Sara, 1645, p. 818-819, la cérémonie était annoncée une semaine à l’avance par le grand prévôt de l’Hôtel du Roi.

387 C’est à dire l’inflammation tuberculeuse atteignant notamment les ganglions lymphatiques du cou. Mais, au xviiie siècle, la terminologie des traités anciens n’est guère fixée, les définitions cliniques des écrouelles n’ont évidemment pas la précision des manuels contemporains d’anatomo-physiologie et ont pu désigner toute une série de lésions diverses parmi lesquelles il y en avait de bénignes. L’Encyclopédie de d’Alembert et Diderot donne cette définition : “Écrouelles, [...] terme de chirurgie tumeurs dures et indolentes qui se terminent assez ordinairement par la suppuration [...] Les écrouelles viennent de l’épaississement de la lymphe par de mauvais aliments, comme viandes salées, fruits verts, lait grossier, eaux bourbeuses etc. [...] Les écrouelles naissent communément sous les oreilles et sous la mâchoire inférieure, aux aisselles, aux aines, autour des articulations etc. Quoique ces tumeurs soient dures comme des skirrhes, elles suppurent assez volontiers, et elles ne dégénèrent point en cancer”. L’auteur de l’article, le chirurgien Antoine Louis (1723-1792), qui a exercé tant dans les hôpitaux militaires qu’à l’hôpital de la Salpêtrière à Paris, refuse de considérer les écrouelles comme un mal incurable et expose les soins qu’il a donnés lui-même en suivant “la marche de la nature” : “il y a des salles uniquement destinées aux personnes écrouelleuses” dans “ces asiles où la pauvreté et la misère trouvent un domicile constant avec tous les besoins de la vie”, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. V, Paris, 1755, p. 375.

388 Voir Marc Bloch, Les Rois thaumaturges..., op. cit. Gilles Caillotin est présent à Versailles une partie du samedi saint et le jour de Pâques 16 et 17 avril 1729 : il ne peut pénétrer, le jour de Pâques, dans la chapelle du château, bien qu’il ait assisté à l’entrée solennelle du roi et de sa cour (B. M. Reims, ms. 2487, p. 671), mais il n’évoque pas, cette fois, la cérémonie du toucher des écrouelles. D’après l’avocat Barbier, qui consigne cette information en mars 1739, au moment où Louis XV cesse de toucher les écrouelles parce qu’il n’est plus en état de grâce du fait de sa liaison publique avec Madame de Mailly, “le roi touche ordinairement les malades le Samedi Saint, après avoir fait ses dévotions. Cette année, sous prétexte de quelque incommodité, il n’a fait ni la cérémonie ni ses Pâques. Cela a causé un grand scandale à Versailles et beaucoup de bruit à Paris”, Edmond-Jean-François Barbier, Journal historique et anecdotique du règne de Louis XV, t. II, Paris, Jules Renouard, 1849, p. 223-224. D’après le Journal de Dangeau, Louis XIV touche à Versailles 1300 malades le samedi saint 21 avril 1685 ; la veille de la Pentecôte 17 mai 1698, 3000 ; la veille de la Pentecôte 19 mai 1714, plus de 1000, et la veille de la Pentecôte 8 juin 1715, 1700, Marquis de Dangeau, Journal, édité par Eudore Soulié et Léon Dussieux, t. I, Paris, Firmin Didot, 1854, p. 158 ; t. VI, Paris, ibid., 1856, p. 348 ; t. XV, Paris, ibid., 1858, p. 149 et 432. D’après la Gazette de France, le 29 octobre 1722, quatre jours après son sacre, Louis XV a touché plus de deux mille scrofuleux dans le parc de l’abbaye Saint-Remi de Reims. On peut d’autant plus aisément imaginer que Gilles Caillotin faisait partie de ceux-ci, que sa maison, rue du Barbâtre, est toute proche de l’abbaye de Saint-Remi, même s’il n’évoque pas cet épisode dans son manuscrit où il n’a voulu transcrire que l’histoire de toutes ses “routes”.

389 Il s’agit du frère Christophe Mangin qui est affecté au collège de Reims à partir d’octobre 1723, Archives romaines de la Compagnie de Jésus, Camp. 14, 15 et 20.

390 Au delà de Corbeny, dont le prieuré conservait les reliques de saint Marcoul, la renommée de ce dernier comme saint thérapeute des écrouelles a connu une très grande diffusion tant en France qu’aux Pays-Bas et jusqu’à Cologne. On trouvera quelques indications dans M. Bloch, op. cit., p. 269-275. Son culte est, aujourd’hui encore, extrêmement vivace dans le Soissonnais, le Perche et le pays blésois. Voir à ce propos, Alban Bensa, Les saints guérisseurs du Perche-Gouët, espace symbolique du Bocage, Paris, Institut d’Ethnologie, 1978, particulièrement p. 75-76, 98, 155-159. Voir aussi l’enquête lancée en 1840 sur le culte des saints dans le diocèse de Blois, à l’occasion de la mise en œuvre d’un nouveau bréviaire diocésain, par l’abbé Hippolyte Thoré, secrétaire de Mgr Philippe-François Sausin, évêque de Blois, Archives diocésaines de Blois, série N, dossiers paroissiaux : le culte de saint Marcou, guérisseur des écrouelles, est présent dans de nombreuses paroisses. Cette enquête a été étudiée par Marie-Véronique Le Meur, Le culte des saints dans le diocèse de Blois aux environs de 1840, Les Cahiers du Tricentenaire, no 3, Blois, Association pour le Tricentenaire du diocèse de Blois, 1999.

391 La mobilité du pèlerin s’oppose à la stabilité monastique. Aucun indice, dans le texte du scripteur, ne laisse entrevoir, chez lui, un quelconque désir d’entrer en religion comme frère lai ou coadjuteur temporel : mais il faut rappeler ici que, par définition, sa maladie l’excluait de toute réception dans un ordre.

392 B. M. Reims, ms. 2487, p. 713. Il s’agit vraisemblablement de l’église Saint-Vorles.

Table des illustrations

Légende Carte 2 – Pèlerins accueillis à l’hôpital de Chambéry, décembre 1730-août 1731.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1080/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Légende Carte 3 – Pèlerins accueillis à l’hôpital Saint-Louis-des-Français, Année sainte 1725.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1080/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Carte 4 – Itinéraire de Gilles Caillotin : Rome-Reims du Ier septembre au 17 octobre 1724.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/1080/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 696k

© Publications de l’École française de Rome, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540